Page 1

Bimensuel de l’Armée du Salut - 121e année - N°1 - 2011

Loisirs

Tout en douceur

 Thomas Anliker, Sébastien Goetschmann

Conséquence des fêtes de fin d’année, le chocolat qui s’est accumulé sous le sapin de Noël sera dévoré au cours des semaines à venir. Mais au fait  : quel est le chocolat qui rencontre le plus de succès  ? Quelques collaborateurs et responsables de l’Armée du Salut ont testé pour nous différents chocolats au lait. Le chocolat au lait tient le haut du pavé En 2009 et à titre de comparaison, un Belge mange en moyenne 6,8 kilogrammes de chocolat par an. Le Français arrive à 7,4 kg, alors que le Suisse remporte la palme avec une consommation annuelle moyenne de 11,7 kg. (Source  : International Confectionery Association (ICA)) La plaque de chocolat au lait classique – mère de tous les chocolats présentés dans les rayons des magasins – arrive toujours en tête au palmarès de la dégustation de chocolat. Elle est la plus fréquemment consommée et également celle qui fait la réputation du chocolat suisse. Pour cette raison, nous avons décidé de ne tester que du chocolat suisse, le chocolat belge étant lui, leader incontesté en ce qui concerne les pralines. Au Quartier Général de l’Armée du Salut Suisse  –  Autriche  –  Hongrie à Berne, un total de 14 personnes a

C’est avec un plaisir non dissimulé que la commissaire Alicia Burger participe à la dégustation

dégusté à l’aveugle (sans savoir de quelle marque il s’agit) quatre chocolats au lait différents  : deux plaques de fabricants renommés (Lindt

et Frey), un chocolat bon marché (MBudget du supermarché suisse Migros) et une version «  Weight Watchers  » sans adjonction de sucre.  page 2

Retrouver l’unité

La musique dépasse les frontières

 page 3

 pages 4-5 


loisirs

La concentration est de rigueur. Ici notre traducteur, Pierre de Herdt, s’applique à déceler les subtils parfums du chocolat.

Les maîtres chocolatiers l’emportent Nos dégustateurs ont évalué l’aspect général, l’odeur, la texture en bouche et le goût et ont classé les produits en leur attribuant des notes allant de 1 à 6 (1 étant la moins bonne note) pour chacun des critères d’évaluation. Les résultats du test n’ont donné lieu à aucune réelle surprise. Les chocolats traditionnels des fabricants Lindt et Frey ont été les mieux notés. Le

Point de vue

notes de 3,79 et de 3,75. Notons ici que sur le seul critère du goût, le chocolat sans sucre, avec une note de 3,86, devance le chocolat bon marché de 0,15 points. Notre moins bon candidat, au niveau du goût, trouve toutefois ses amateurs. Certains collaborateurs de l’Armée du Salut lui ont d’ailleurs attribué la meilleure note et ont avoué n’acheter que ce chocolat au lait. Par ailleurs, son prix, qui ne représente que le quart de celui du chocolat le plus cher du test, est imbattable. Les Commissaires se régalent Au cours de l’exercice, les Chefs de territoire se sont révélés être de grands amateurs de chocolat, goûtant parfois le même échantillon à plusieurs reprises. La commissaire Alicia Burger a même reconnu son chocolat préféré les yeux fermés. 

Marianne Hefhaf

  

Quand le plus cher est gratuit. «  Le chocolat est divin, moelleux, sensuel, profond. Noir, somptueux, gratifiant, puissant, dense, crémeux, séducteur, suggestif, riche, excessif, soyeux, doux, luxueux, céleste …  » Elaine Sterman. L’enquête sur le chocolat menée au sein du Quartier Général de l’Armée du Salut donne un résultat qui ne nous surprend guère  : les chocolats les meilleurs sont les plus chers. Divin, céleste … Pour repren-



chocolat bon marché et l’alternative sans sucre n’ont pas trouvé grâce auprès des dégustateurs. Il est intéressant de relever que l’émission «  A Bon Entendeur  » de la télévision suisse romande, avait réalisé, avec des experts, un test semblable en 2004. Les plaques de chocolat au lait Lindt, Frey et M-Budget y étaient présentes et avaient terminé dans le même ordre que dans notre test. C’est dire si les collaborateurs de l’Armée du Salut sont de fins connaisseurs de chocolat  ! Nos dégustateurs ont donc été sans pitié avec les friandises testées. Le grand vainqueur du test, le «  Extra au lait  », porte-drapeau de la maison Lindt, a obtenu une moyenne générale de 4,25. Il est talonné de près par la marque Frey de la maison Migros avec la note de 4,18. Suivent, battus avec des notes insuffisantes, le chocolat bon marché «  M-Budget  » et le chocolat «  minceur  » de «  Weight Watcher  » qui obtiennent respectivement les

dre les adjectifs utilisés par Elaine Sterman à propos du chocolat, je connais quelque chose qui au ciel a coûté très, très cher  : c’est le prix que Jésus, le fils de Dieu, a payé pour nous réconcilier avec le Père, nous absoudre de tous nos péchés et nous assurer la vie éternelle. L’héritier des cieux a accepté de subir une mort ignominieuse pour me sauver, pour te sauver, toi. Ne cherche pas le prix de son sacrifice, il est incalculable, tellement cher que tu peux «  bosser  » toute une vie pour essayer de te le payer … ça n’y suffira pas. Le meilleur pour nous, mais hors de prix  !

Et là, brusquement, on quitte la simple logique terrestre pour entrer dans l’incroyable logique céleste  : «  Tous ont péché et sont privés de la présence glorieuse de Dieu  ; mais Dieu, dans sa bonté, les rend justes à ses yeux … gratuitement … par Jésus Christ qui les délivre du péché  » (Romains 3  :  23-24). Hors de prix et pourtant gratuit. Tu crois ça  ? Incroyable, mais vrai  ! Il suffit d’ouvrir son cœur pour être au bénéfice de la grâce salvatrice que nous offre Dieu. Très bon et … gratuit. Notre Père céleste fait nettement mieux que le meilleur des chocolatiers  !


évangile

Retrouver l’unité

 René Grimaldi Officier de l’Armée du Salut

Dans la Bible «   Je ne suis plus dans le monde. Eux, ils sont dans le monde, et je vais à toi, Père saint. Garde-les en ton nom, afin qu’ils soient UN comme nous  » La Bible, évangile de Jean, chapitre 17, verset 11

U

n chemin … Un col … Une croix, à la frontière entre la France et l’Italie. Lieu de rassemblement des croyants venus de chacun de ces pays pour un jour de fête, de partage, d’amitié, de rappels de temps héroïques où la foi était bafouée, persécutée … Sur cette simple croix de bois, cette prière de Jésus gravée d’un côté comme de l’autre  : «  Afin qu’ils soient un comme nous sommes un  ». L’unité spirituelle se doit d’être semblable à celle du Père (Dieu) et du Fils (Jésus)  : «  Le Père est en moi comme moi je suis dans le Père  » (Jean 10  :  38). C’est le modèle de l’unité parfaite dont le maintien pour les croyants ne peut être assuré qu’en demeurant à la fois dans le Père et le Fils. Le but d’une telle unité est «  que le monde croie que tu m’as envoyé …  ». Il y a ici un cycle d’évolution  : la foi conduit à l’unité qui en amène d’autres à la foi. Cette idée d’unité est également liée au thème de la gloire  : «  Je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, afin qu’ils soient UN comme nous sommes UN …  » (Jean 17  :  22). Pour Jésus, la notion est importante, car lorsque les croyants manifestent la gloire du Christ, une unité fondamentale en découle  : «  Afin qu’ils soient parfaitement

Col de la Croix, Briançonnais, frontière France-Italie.

UN …  » Cette unité totale doit être manifestée aux yeux du monde afin que celui-ci soit à même d’en découvrir l’origine. C’est en retrouvant la communion avec le Christ vivant, qu’Il unira Son corps qu’est l’Eglise. Tout le monde aujourd’hui parle de pluralisme et d’unité, mais sommes-nous prêts à vivre une profonde harmonie entre gens «  différents  »  ? Nous dirigeons-nous vers une écoute réelle de nos différences, vers un échange de nos richesses, de nos cultures, de nos systèmes «  clos  », bref, vers un respect de l’autre  ? Il faut bien l’admettre  : l’histoire de l’Eglise chrétienne est entachée de divisions, de schismes. Ses contradictions et ses scandales ont porté atteinte à ce corps. Le retour à l’unité paraissant aujourd’hui utopique, même si des efforts sont faits pour atténuer les divisions, il faut se résoudre à considérer les Eglises séparées comme autant de composantes de l’Eglise invisible.

Toutes dirigées par Dieu le bon berger, chacune de ces composantes cultive un charisme, un don qui lui est propre  : «  Il y a diversité de dons, mais le même Esprit, diversité de ministères, mais le même Seigneur, diversité d’opérations mais le même Dieu qui opère tout en tous  ; or, à chacun, la manifestation de l’Esprit est donnée pour l’utilité commune …  » (1 Corinthiens 12  :  4-6). Il y a diversité des dons, mais tous sont honorables, étant accordés par le même Esprit procédant du même Seigneur et rendus efficaces par le même Dieu. Puisse un baptême de l’Esprit Saint créer, recréer le Corps du Christ en unissant les croyants au Chef de l’Eglise ressuscité «  afin qu’ils soient UN comme moi et mon Père sommes UN  ». La réflexion a été inspirée par la semaine de prière pour l’unité des chrétiens qui aura lieu du 18 au 25 janvier. 




Zimbabwe

La musique dépasse les frontières

 Samuel Büchi, Officier de l’Armée du Salut

Un groupe du Poste de Zurich Central, a participé au mois d’août à l’école de musique territoriale du Zimbabwe. Le groupe a pu réaliser de près l’importance que la musique peut revêtir dans des situations difficiles. Les membres du groupe ont également vu des pompes à eau financées par leur projet, le SwiZimAid.

M

ême si j’ai déjà assisté à plusieurs cultes dans cette ambiance joyeuse et dynamique si typiquement africaine, ce que j’ai découvert lors de la Mazowe Territorial School of Music and Gospel Arts, qui a eu lieu début août au milieu de la steppe, à 30 kilomètres environ de la capitale du Zimbabwe, Harare, a dépassé de loin tout ce que j’aurais pu imaginer. 250 ou 300 jeunes salutistes (personne ne connaissait le chiffre exact), tous de bonne humeur et très motivés, venant de toutes les régions du pays, ont joué, chanté et dansé autant qu’ils pouvaient pendant six jours. Pendant les répétitions officielles, le temps libre ou les programmes du soir, qui devenaient souvent des Jam Sessions spontanées et entraînantes, on entendait de la musique partout, toujours et de toutes les manières. Des mélodies propres à l’Armée du Salut se mêlaient à des sonorités africaines, d’abord un peu étranges pour nos oreilles européennes, mais qu’on finissait par avoir l’impression de connaître depuis toujours. La musique ne se limitait pas au brass band connu et très apprécié au Zimbabwe et à la chorale mixte traditionnelle. Nous avons



Joie, enthousiasme et concentration  : la fanfare de la Mazowe Music School.

ainsi découvert le Marimba Combo et un groupe accompagnant ses propres chants au tambourin, alors que la danse et le théâtre venaient compléter l’offre. Et s’il arrivait, rarement, que les participants ne chantent ni ne dansent ni ne jouent, c’était tout simplement parce qu’ils étaient en train de bûcher pour préparer l’examen final (différents niveaux). C’est la joie et l’enthousiasme des participants qui m’ont marqué le plus. Dans un pays où, malgré

une faible reprise économique, le combat pour le pain quotidien reste primordial pour beaucoup de personnes, celles-ci semblent surtout posséder deux choses en abondance  : le rire et la reconnaissance. Je n’ai encore jamais reçu autant de reconnaissance et de sympathie pour le simple fait de vivre et de faire de la musique ensemble pendant une semaine. Au moment où, pendant le concert final, nous avons finalement remis à un responsable de l’Armée du Salut au Zimbabwe une soixantaine


Zimbabwe

d’instruments de cuivre récoltés en Suisse, les participants ne voulaient plus arrêter leur ovation, et j’ai pris définitivement conscience de cette réalité  : la musique dépasse les frontières. L’eau au Zimbabwe  : un bien qui reste précieux Imaginez que l’on creuse un trou dans le lit d’une rivière presque sèche jusqu’à l’apparition d’un liquide laiteux et sale. Pas de problème jusque là. Imaginez maintenant que vous deviez boire ce liquide et l’utiliser pour vous laver le corps et les dents. C’est le quotidien de nombreuses personnes vivant dans de vastes régions du Zimbabwe. SwiZimAid a donc lancé un projet pour financer dix pompes à eau à dix endroits différents, surtout dans le sud du pays, plus pauvre. Cinq de ces pompes fonctionnent désormais. Le groupe cité plus haut en a visité trois et constaté leur fonctionnement avec plaisir. Notre motivation  : la joie et la reconnaissance rayonnant sur les visages qui profitent de l’eau fraîche et propre. Et continuer de récolter des fonds pour les nouvelles pompes. Par exemple pour le Bumhudzo Hospital Home à Chitungviza, environ 20 kilomètres au sud de Harare. Ce home héberge quelque 75 personnes âgées en marge de la société parce qu’elles ont perdu leur famille d’une manière ou d’une autre. A Bumhudzo, outre le manque de finances, le problème principal est le manque d’eau potable propre. Le groupe de SwiZimAid  : Philipp Stettler (Berne), Daniel Bates, Samuel Büchi, Martin Gossauer, Lukas Mettler et Marcel Reuteler (tous de Zurich Central)

De tout cœur  : Martin Gossauer et la brigade.

Bien précieux  : la pompe à eau fonctionne  !




témoignage

Sans-papiers mais pas sans nous

 Agnès Wahli

Officière de l’Armée du Salut

Jeudi matin, 26 août 2010, quelqu’un sonne à ma porte, j’entends une quinte de toux qui ne s’arrête pas, c’est Sofia. Elle est appuyée contre la porte et tient un petit sachet blanc dans ses mains. Je comprends immédiatement ce qui arrive et je la prends dans mes bras en pleurant. Mais qui est Sofia  ? C’est une mère célibataire de 31 ans qui vit depuis 9 ans en Suisse sans statut

Ne laissons pas seuls ceux qui ont besoin de nous.



légal. Elle élève seule son enfant de 8 ans et travaille comme femme de ménage pour plusieurs personnes. Elle paye ses cotisations AVS, sa caisse maladie et autres assurances AI, chômage, etc. La personne qui compte le plus dans sa vie est certainement son fils José. Il va à l’école, prend des leçons de musique, de théâtre, joue avec ses amis, une enfance tout ce qu’il y a de «  normal  ». Sofia et son fils vont à l’Armée du Salut et participent à la vie de leur communauté depuis plusieurs années. Ils sont bien intégrés et ils ont trouvé de nombreux amis. Il y a 3 ans, les médecins avaient découvert un premier cancer chez Sofia, une chance sur deux de s’en sortir. J’étais avec elle lorsque le médecin lui a annoncé son diagnostic. Quelques semaines

auparavant, elle avait des douleurs et s’inquiétait un peu pour sa santé, mais pensait que ce n’était pas très grave. La réalité est tout autre, elle est immédiatement hospitalisée pour des examens complémentaires et le commencement du traitement. De grands moments d’angoisse  : qui va s’occuper de mon fils  ? Comment vais-je payer mon loyer, mes factures  ? Est-ce que le traitement va être efficace  ? Est-ce que je vais perdre mon travail  ? Toutes ces questions ont heureusement trouvé des réponses positives. Le système de solidarité en Suisse est efficace, sa famille, ses amis et même ses employeurs sont là pour la soutenir. Et puis, Sofia, c’est une battante, une de ces femmes exceptionnelles qu’on ne peut qu’admirer et aimer. De plus, elle croit, elle croit que Dieu l’aime et qu’il ne l’abandonnera pas, elle et son fils. Je m’organise pour l’accompagner lorsque la radiothérapie et la chimiothérapie deviennent ambulatoires. Penser qu’une personne passe par de tels moments sans être accompagnée est inimaginable pour moi, qu’elle soit avec ou sans papiers. Sofia se bat et avec l’aide des médecins, elle s’en sort, la tumeur est enrayée. Et puis, il y a ce fameux jeudi avec ce petit sachet blanc, les résultats d’un scanner. Une nouvelle tumeur est là, à un autre endroit, à nouveau, encore une fois  ! Pourquoi, pourquoi, pourquoi  ? La seule chose que je sais, c’est que Sofia va se battre à nouveau et que nous serons là pour elle et avec elle. Nous, c’est  : Dieu, son fils, sa famille, ses amis, ses employeurs, les médecins, la ligue contre le cancer. Sans-papiers, oui, mais pas sans NOUS  ! 

Sans tambour ni trompette Torréfaction Outre les arômes qui peuvent être ajoutés lors de la confection, ce qui donne un goût différent à chaque chocolat, c’est le cacao qu’il contient et plus précisément, la torréfaction de ce dernier. Le processus de torréfaction consiste à chauffer les fèves de cacao sans les brûler (entre 120° et 140° selon le type de fève), durant de longues minutes jusqu’à ce que leur saveur en soit exaltée et qu’elles obtiennent leur jolie couleur brune. Il me semble que, de la même manière, Dieu désire magnifier la saveur que chacun de nous peut apporter à ce monde parfois bien fade. «  Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra-ton  ? Il ne sert plus qu‘à être jeté dehors, et foulé aux pieds par les hommes.  » La Bible, évangile de Matthieu, chapitre 5 verset 13. Par le feu de son Esprit, Dieu désire nous purifier et exhausser nos qualités, nos saveurs. C’est en passant un maximum de temps dans la chaleur de sa présence et de son amour qu’il nous sera possible de développer pleinement tous nos arômes.

 Sébastien Goetschmann


infos

Chaîne humaine autour du Parlement européen à Bruxelles Il faisait froid ce vendredi 19 novembre, mais nous étions bien décidés à encourager d’une manière ou d’une autre nos braves parlementaires dans cette grande Maison de l’Europe à Bruxelles où sont prises toutes les décisions qui influenceront le visage de notre Communauté. Voilà pourquoi, nous avons fait avec d’autres ONG sociales une chaîne humaine autour du Parlement. A des musiques modernes, se joigni-

rent les mélodies de nos cantiques que notre fanfare interpréta de façon stratégique en direction des fenêtres du Parlement dont quelques-unes s’ouvrirent pour permettre au personnel de nous entendre. Certaines personnes firent même l’effort de sortir pour nous écouter. Cette chaine, comme une prière, s’éleva, non pour critiquer, mais pour

encourager tous les politiciens à prendre de bonnes décisions pour le présent comme pour le futur en ce qui touche la pauvreté. Espérons que cette prière sera entendue.

Jacques Rouffet Officier de l’Armée du Salut et chef pour la Belgique

Oui, je m’abonne pour une année au bimensuel «Espoir» pour la somme de CHF 48.–

Nom: Prénom: Adresse:

Localité: Date: Signature: A envoyer à: Armée du Salut, Service des abonnements, Case postale 6575, 3001 Berne redaction@swi.salvationarmy.org

La fanfare de l’Armée du Salut et des membres du European Anti Poverty Network (EAPN) forment une chaine humaine contre la pauvreté.

Bimensuel de l’Armée du Salut | Laupenstrasse 5 | Case 6575 | CH-3001 Berne | Tél. 031 388 05 91 - Fax: 031 388 05 95 | Courriel  : redaction@swi.salvationarmy.org | Internet  : http://www.armeedusalut.ch | CP: 30-3117-4| Abonnement 1 an: CHF 48.-, CHF 67.- (étranger), CHF 72.- (par avion) | Fondateur  : William Booth | Général  : Shaw Clifton | Chef de territoire  : Kurt Burger | Rédaction Berne: Gabrielle Keller (responsable), Sébastien Goetschmann | Equipe de rédaction  : André Sterckx, Berne  /  Pierre-André Combremont, Yverdon-les-Bains  /  Marianne Hefhaf, Lausanne  /  Jérôme Grandet, Orbe  | Concept graphique   : Didier Chassagnot | Mise en page  : Rolf Messerli | Imprimerie  : Rub Graf-Lehmann SA, Berne | Tirage  : CH:  5000 ex. BE  :  4 000 ex. | Crédit photo  : P 1, 2  : Sébastien Goetschmann  ; P 3  : René Grimaldi ; P 4, 5  : AdS ; P 6  : Wikimédia  ; P7  : MAD Belgique ; P8  : Gabrielle Keller | L’Armée du Salut, mouvement international, appartient à l’Eglise chrétienne universelle. Son message se fonde sur la Bible. Son ministère est inspiré par l’amour de Dieu. Sa mission est d’annoncer l’Evangile de Jésus-Christ et de soulager, en son nom, sans distinction aucune, les détresses humaines.




détente

«  Si nous avons le feu de Dieu, les autres sont brûlés par notre parole. »   Guy Gilbert

Solution du Sudoku



Groupe de produits provenant de forêts bien gérées et d'autres sources contrôlées www.fsc.org Zert.-Nr. IMO-COC-028712 © 1996 Forest Stewardship Council

PP

Il faut placer dans la grille, par ligne horizontale, verticale, également dans les 9 carrés, les chiffres de 1 à 9, sans exception. Ils peuvent être mis dans n’importe quel ordre. Vous devez retrouver la totalité des chiffres : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8 et 9. Voilà, le défi est lancé, à vous de jouer  !

3001 Berne

Règle du jeu

Annoncer les rectifications d’adresses

Sudoku

Espoir 01/2011 - Tout en douceur  

Conséquence des fêtes de fin d’année, le chocolat qui s’est accumulé sous le sapin de Noël sera dévoré au cours des semaines à venir. Mais a...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you