Issuu on Google+

d ialogue Mensuel pour les salutistes et amis de l’Armée du Salut

4 /  2 0 1 4

Photo :  Martin Heimann

Apprendre pour mieux servir Dieu La formation dans le cadre de l’Armée du Salut Message de Pâques du Général Nouvelles salutistes

4-6 8 7-9


Dialogue

Concerne  : «  L’uniforme permet d’être remarqués, même s’il faut parfois expliquer sa signification  », dialogue 2 / 2014 Suite à la question posée dans le dialogue de février, je me suis rappelé une expérience que mon époux et moi-même avions vécue il y a bien des années. Nous avions été invités à Berlin et à Leipzig pour des cultes spéciaux. A cette époque, la guerre sévissait au Proche-Orient. Nous ne nous sentions pas menacés et n’éprouvions absolument aucune réticence à voyager. Lorsque nous avons dû changer de vol à Francfort, nous avons été frappés par les contrôles des services de sécurité, qui étaient plus stricts que d’ordinaire. Finalement, nous avons été amenés jusqu’à l’avion, et arrivés en haut des escaliers, l’hôtesse nous a accueillis plus que cha-

leureusement. Nous ne savions pas pourquoi, jusqu’à ce qu’elle nous dise avec un sourire rayonnant  : «  C’est bien que vous soyez avec nous. Comme ça, il ne pourra rien nous arriver.  » Nous avons tout de suite compris  : ce n’était pas de nos personnes dont il était question, mais de la confiance que l’hôtesse plaçait en l’Armée du Salut. Car nous portions notre uniforme complet. Dans une courte réponse, nous avons rendu témoignage à Dieu, à qui nous confions notre vie. Cet événement me rappelle notre responsabilité et la confiance accordée à ceux qui portent un uniforme de l’Armée du Salut. Par notre uniforme, nous représentons le Christ, entre les mains duquel nous sommes protégés. Esther Steiner

Annonces

Editorial Photo : hebedesign_flickr.com

Courriers de lecteurs

En chantier Dans l’interview paru dans le dernier dialogue, le Général André Cox affirmait être un «  travail en cours  ». En tant que chrétiens en chemin, je crois que nous sommes tous engagés dans un processus de formation et de transformation  : «  Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l’Esprit.  » (2 Corinthiens 3  :  18). La lecture de la Bible et la relation personnelle que nous avons avec Dieu sont des éléments indispensables de cet apprentissage. Mais il est aussi parfois utile de profiter de l’expérience et de l’expertise de nos frères et sœurs.

Sors de chez toi  ! Le nouveau programme pour les sports d’extérieur a lancé son site internet  : Out of Town. Amateurs d’escalade, de montagne, de planche à voile, de surf, ... réjouissezvous  ! En plus des différents évènements et du programme, le site proposera régu-

lièrement une pensée stimulante pour la tête et le cœur. Si ces sports te tentent et que tu serais intéressé à t’impliquer dans ce projet, n’hésite pas à contacter olivier_boschung@ armeedusalut.ch

Ainsi, l’Armée du Salut propose de nombreuses formations, pour les officiers (cf. page 4), pour la jeunesse (cf. page 5) ou pour toutes les personnes intéressées à approfondir leur foi et à améliorer leurs compétences à mettre au service de Dieu (cf. page 6). Sébastien Goetschmann

Charte internationale de l’Armée du Salut L’Armée du Salut est un mouvement international et fait partie de l’Eglise chrétienne universelle. Son message se fonde sur la Bible. Son ministère est motivé par l’amour de Dieu. Sa mission consiste à annoncer l’Evangile de Jésus-Christ et à soulager, en Son nom, sans distinction aucune, les détresses humaines.

2

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · avril 2014


Info AdS

Changements de visages dans notre Territoire

Photo  :  MAD

La Rédaction

Photo  :  MAD

Photo  :  Thibaut Voisin

Les commissaires Boschung partant à la retraite fin août, des changements auront lieu au niveau de la Direction de notre Territoire. Nous saisissons l’occasion pour faire le point sur ces diverses mutations qui auront lieu le 1er septembre 2014.

Enfin, les majors Hervé et Deborah Cachelin, Chef de division et Secrétaire divisionnaire S  &  F, pour la Division est, seront nommés comme Principal pour l’ICO et Secrétaire pour le Développement spirituel. Ils seront promus au grade de lieutenant-colonel.

Lts-colonels Massimo et Anne-Florence Tursi

Les colonels Massimo et Jane Paone, qui sont actuellement Chefs de territoire et Présidente territoriale Société & Famille (S  &  F ) de l’Armée du Salut en France et en Belgique, deviendront responsables du Territoire Suisse, Autriche et Hongrie. A cette occasion, ils seront promus au grade de commissaire.

partiront en Italie. Ils y serviront en tant que responsable et Secrétaire S  &  F, pour l’Italie et la Grèce.

Les lieutenants-colonels Massimo et Anne-Florence Tursi, nos actuels Secrétaire en chef et Secrétaire territoriale S  &  F, re-

Les lieutenants-colonels Allan et Fiona Hofer, responsables pour le Collège international pour officiers (ICO) et le Centre de Développement spirituel, remplaceront les lieutenants-colonels Tursi dans les fonctions de Secrétaire en chef et Secrétaire territoriale S & F, du Territoire Suisse, Autriche et Hongrie.

Majors Hervé et Deborah Cachelin Photo  :  Salvation Army IHQ

Colonels Massimo et Jane Paone

Lts-colonels Allan et Fiona Hofer

De vous à moi

Photos  :  Werner Tschan

Formation La notion de formation renvoie à l’image et, par là même, au passage de la Bible selon lequel Dieu dit  : «  Faisons l’homme à notre image, à notre ressemblance  !  » (Genèse 1  :  26). Un grand philosophe et théologien du Moyen Âge, Maître Eckhart, a introduit le terme dans la langue allemande. Pour lui, la formation était une activité divine  : Dieu forme l’homme, pour le rendre semblable à lui. Aujourd’hui, par «  formation  », nous entendons surtout «  acquérir du savoir  ». La formation ouvre de nouvelles possibilités et élargit l’horizon. Les campagnes d’al-

phabétisation menées en Afrique illustrent bien ce que cela peut signifier. On mesure la grandeur de la joie des chrétiens et des chrétiennes, lorsqu’ils participent à un cours et qu’ils peuvent lire les premières phrases de la Bible  ! Leur vie prend une nouvelle dimension. En Europe, nous avons appris à lire et à écrire. Nous avons le grand privilège d’avoir accès à la formation et à la formation continue. Pourtant, pour maîtriser les défis de la vie, nous avons non seulement besoin de connaissances théoriques, mais encore de connaissances pratiques. Celles-ci, nous pouvons les acquérir uniquement dans la vie quotidienne. C’est la raison pour laquelle l’expérience personnelle constitue un élément essentiel de la formation. Chaque jour peut nous faire progresser si nous nous laissons former, au sens de Maître Eckhart, au travers de nos propres actes et de notre propre

expérience de Dieu. Comme à l’école, cela nécessite de l’attention, un peu de discipline et beaucoup de répétition. Et parfois, cela nécessite une introspection, dans ce sens, qu’à la fin de la journée, nous nous demandions  : «  Qu’ai-je appris aujourd’hui  ? En quoi est-ce que je ressemble davantage à Dieu  ?  »

Commissaires Franz et Hanny Boschung, Chefs de territoire franz_boschung@armeedusalut.ch hanny_boschung@armeedusalut.ch

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · avril 2014

3


Dossier – Apprendre pour mieux servir Dieu

Ils ont répondu oui à l’appel de Dieu  !

Photos  : Sara Stöcklin

La formation d’officier et d’officière de l’Armée du Salut est aujourd’hui conçue sur mesure pour chaque participant et prépare les cadets à un service diversifié. Certains cours du Centre de formation sont, par ailleurs, également ouverts aux personnes de l’extérieur.

La formation d’officier s’est grandement flexibilisée, s’adaptant à la situation de chaque candidat.

Qui souhaite encore s’engager comme officier ou officière aujourd’hui  ? La major Barbara Bösch, qui suit les candidats dès la première manifestation d’intérêt jusqu’au début de la formation, connaît le problème croissant que rencontre l’Armée du Salut, de même que toutes les Eglises évangéliques. Malgré tout, elle regarde l’avenir avec beaucoup d’espoir et est satisfaite de chaque entretien qui a abouti à un oui  : oui à l’appel de Dieu, oui à une période de préparation intensive, oui au service d’officier. Barbara dresse le constat suivant  : «  Aujourd’hui, les candidats ont souvent une vie très active, une famille et de l’expérience professionnelle. En dépit ou en raison de cette réalité, ils sont fermement décidés et prêts à changer leur vie. Ça me touche.  » Une flexibilité maximale Tandis que le processus d’admission reste inchangé, la formation au service d’officier a, quant à elle, subi des modifications ces dernières années. Elle se distingue désormais par une grande flexibilité. Les cours à suivre au Centre de formation à Bâle, et les stages à effectuer sont déterminés en fonction du contexte, de la formation, de l’expérience et du degré de connaissance de l’Armée du Salut de l’élève. Conformément à ce principe, «  40 étudiants impliquent 40 plans d’étude différents  », ex-

4

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · avril 2014

plique le major Jean-Marc Flückiger, Directeur du Centre de formation. Cette flexibilité est possible grâce à l’ouverture du Centre de formation, qui s’est concrétisée il y a cinq ans. Le large éventail des cours proposés s’adresse non seulement aux cadets, mais également à toutes les personnes intéressées au sein ou à l’extérieur de l’Armée du Salut. Celui qui participe au «  Défi Josué  » (cf. page 5) passe deux jours par semaine au Centre. Après leur ordination, les officiers peuvent continuer à se former en parallèle à leur activité professionnelle et soumettre leur candidature pour le Bachelor en ministère chrétien. Pour les Suisses romands qui sont intéressés par cette filière, l’accès au cycle d’études est facilité grâce à des cours répartis le soir ou le week-end. La réunion des différents groupes cibles dans une même classe garantit un fonctionnement vivant et constant dans le Centre. Théorie et pratique La formation des officiers, qui reste le principal objectif, est aujourd’hui fortement orientée sur le travail de l’Œuvre d’évangélisation. Comme l’explique Jean-Marc Flückiger, il est de plus en plus rare que des officiers dirigent des Institutions sociales. «  Pour assumer une telle fonction,

il est nécessaire de suivre une autre formation, plus spécifique  ». Toutefois, il reste important que les cadets aient un aperçu du travail social effectué par l’Armée du Salut. Les projets sociaux font de plus en plus souvent partie intégrante du travail de Poste. Sur la base des changements introduits, les cadets sont également préparés à d’autres aspects de la fonction d’officier. «  Les officiers de Poste ne peuvent plus se contenter de donner des ordres. Ils doivent motiver les gens, les encourager et les convaincre. Ils doivent diriger en montrant l’exemple, mais doivent également être capables de se montrer critiques envers leur travail.  » Selon le Major  : «  Moins orientés sur la pratique qu’auparavant, les cours le restent tout de même davantage qu’à l’Université.  » Une place plus importante sera accordée aux réflexions sur la pratique. Jean-Marc Flückiger le sait  : le leadership ne s’apprend pas uniquement à l’école. Chacun a besoin de temps et d’expérience dans le Poste pour atteindre la maturité spirituelle. Le Poste est donc le second lieu où se forment les officiers. C’est également là que commence le chemin d’officier. Barbara Bösch s’engage à gagner des gens pour le service à plein temps. Toutefois, pour elle, la situation est claire  : «  Je ne peux pas créer des candidats  ». Les candidats doivent être découverts dans les Postes  ; ils doivent être encouragés et sensibilisés à la possibilité de s’engager comme officier, précisément là où ils voient et vivent l’œuvre de Dieu. Sara Stöcklin

Le Centre de formation de Bâle est en charge de l’enseignement des futurs officiers, mais offre également divers cours ouverts au public.


Atteindre et intégrer les jeunes et les enfants

Photo  : salvy

L’Œuvre de jeunesse propose plusieurs formations, pour les personnes qui travaillent avec les jeunes. Elles ont pour but de développer les objectifs  : «  adorer, grandir, gagner et servir  ». «  Si on excepte les formations données à l’intérieur même des Postes, il y a trois grands axes de formation à l’Œuvre de jeunesse, explique Olivier Boschung, Secrétaire territorial de Jeunesse. La formation pour collaborateurs de jeunesse à travers le salvyTraining, les formations Jeunesse + Sport avec la Ligue pour la lecture de la Bible et le Défi Josué.  » Le salvyTraining traite des questions fondamentales du travail parmi les enfants et les jeunes. La psychologie du développement y est expliquée au travers de l’image du papillon  : qu’est-ce qui occupe et préoccupe les enfants et les jeunes à quel âge, et qu’est-ce que cela signifie pour le travail parmi les enfants et les jeunes  ? Comment parler de Jésus à un enfant  ? Comment construire une leçon qui soit adaptée à l’âge  ? SalvyTraining vise à former et à donner les outils pour reconnaître, éveiller et encourager le potentiel spirituel des enfants et des jeunes par le coaching et le mentorat. Cette formation a pour but de transmettre du savoir, mais surtout de travailler des exemples concrets à partir des expériences pratiques des participants. Les cours J + S sont destinés aux moniteurs et responsables de camps. Techniques de jeux et sports, travail sur le savoir-être et le savoir-faire, développement psychologique de l’enfant et de l’adolescent, gestion de méditations bibliques, y sont abordés. Une année de défis Quant au Défi Josué, c’est une année mise

Photo  : MAD

Témoignage de Pierric Weber, ancien participant du Défi Josué Pour moi, le Défi Josué était une occasion de refixer les bases de ma foi et de me rapprocher de Dieu. Au Poste de Tramelan, j’ai travaillé auprès

Exercice pratique  : les participants du salvyTraining apprennent de manière interactive et ludique.

à part pour accomplir la mission de l’Armée du Salut. Une aventure qui demande d’oser sortir de sa zone de confort. Le défi consiste en 50% de travail dans un Poste et 50% d’études. L’idée est de rester ancré dans la communauté locale, de ne pas en être complètement déconnecté durant une année. La partie théorique se vit trois jours par semaine à la Factory (BildungZentrum en Suisse alémanique). Le stage dans un Poste constitue la partie pratique (deux à trois jours par semaine), où chaque participant doit personnellement prendre les contacts pour trouver une place de stage. Au sein du Poste, les jeunes peuvent soit y développer un projet concret, soit venir pour servir là où le Poste en a besoin. Dans les

deux cas, c’est une expérience défiante qui fera grandir le participant. La dernière partie est le mentorat, qui consiste à rencontrer un mentor externe au Poste une à deux fois par mois pour discuter de ses difficultés et des défis auxquels on peut faire face.

de la jeunesse en essayant de répondre aux besoins de la communauté. Mes diverses tâches m’ont permis d’analyser les activités existantes, de définir un cahier des charges pour ces activités, mais également de mettre en place un groupe d’ados qui n’existait pas et d’accompagner le capitaine Pascal Donzé dans son ministère. Je me suis vraiment laissé défier au cours de cette année. Cela m’a permis de prendre conscience de mes forces et de mes faiblesses, et aussi de

construire des outils qui me seront utiles. Avec les cours à la Factory, j’en ai aussi appris plus sur la personne de Dieu. J’ai été confronté à des chrétiens venant d’autres Eglises. En discutant des forces et des faiblesses de nos communautés, cela a renforcé mon identité salutiste. Cette année a vraiment donné un nouvel élan à ma foi.

«  Toutes ces formations que nous proposons aux personnes qui ont à cœur le travail avec les jeunes ont pour but de permettre un développement personnel, ainsi que l’acquisition d’outils et de compétences pour pouvoir servir Dieu et son prochain de la manière la plus efficace possible  », conclut Olivier Boschung. Sébastien Goetschmann

Pierric Weber

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · avril 2014

5


Dossier – Apprendre pour mieux servir Dieu

Une formation qui nous concerne tous

Photo  : Martin Heimann

Le service de formation d’adultes de l’Armée du Salut propose des cours variés, destinés à tout un chacun.

tout comme traiter d’autres sujets tels qu’apprendre à préparer des prédications, mettre des limites, la communication non violente, la relation d’aide, l’accompagnement spirituel, l’accompagnement spécifique des couples … Certains ont lieu dans un Poste et d’autres à Bâle, au Centre de formation. D’autre part, le service de formation d’adultes fait aussi connaître la Formation en Ministère Chrétien, dispensée au Centre de formation, dont plusieurs cours sont ouverts au public. Il édite, en collaboration avec le même service germanophone, un dépliant qui regroupe toutes les formations prévues par le Département du personnel, le Centre de formation et la formation d’adulte.

Le Dr théol. Jean-Georges Gantenbein donne des cours bibliques au sein de la formation d’adultes.

Officiers, membres d’un Poste de tous âges, personnel travaillant à l’Armée du

Salut, il y a des cours pour tout le monde. Ceux-ci peuvent être des cours bibliques,

Revenir aux racines de l’Armée du Salut Le Programme Catherine immerge des participants et participantes de toute l’Europe dans la culture et l’histoire de l’Armée du Salut. Les officiers et le personnel des Institutions de l’Armée du Salut se forment de plus en plus fréquemment dans des écoles ou des universités exterieures. Celles-ci fournissent une formation solide, mais n’abordent pas des sujets spécifiques à l’Armée du Salut. Par conséquent, les responsables de la formation des membres de l’ETLN (European Training Leaders Network) ont mis sur pied un programme qui réunit des responsables de l’Armée du Salut de toute l’Europe pour compléter leur formation. Depuis 2007, le «  Catherine Programme Summer School  » a lieu chaque année avec une popularité croissante. Près de 90 personnes sont inscrites au cours de cette année qui aura lieu en Hollande. Objectif du programme Destiné aux responsables et futurs res-

6

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · avril 2014

ponsables de l’Armée du Salut, qui évoluent dans un environnement international, le Programme Catherine vise à donner une vision plus approfondie de l’histoire, de la théologie, du travail social et de la culture de l’Armée. Le programme porte le nom de la «  mère de l’Armée du Salut  » Catherine Booth, qui a porté et promu la complémentarité des études et des travaux pratiques. Durant ces cours d’été, ce ne sont pas que des pays et des cultures qui se rencontrent, mais aussi des officiers expérimentés, des cadres, des employés et des personnes qui ne connaissent l’Armée du Salut que depuis peu de temps. Ainsi, l’échange et la cohabitation élargissent les horizons et rappellent la vision commune  : «  Une armée, une mission, un message  ». La Rédaction

Sur le site ads-centredeformation.ch vous trouverez toutes les informations nécessaires et détaillées concernant l’offre de formation. Au Congrès à Bulle, les 10 et 11 mai 2014, venez nous rendre visite au stand du Centre de formation. Major Evelyne Rothacher

Prochains cours de la Formation d’adultes francophone • La comunication non violente ; enseignante  : Major Ruth Catalanotto, au Poste de Vevey, les samedis 13 septembre, 11 octobre, 18 octobre 2014. • Cours d’introduction aux livres bibliques ; divers enseignants, au Poste de Morges, huit dimanches de septembre 2014 à juin 2015. • Cours sur la prédication «  Prêcher  ? si j’essayais ...  » ; enseignant  : Capitaine Pascal Donzé, au Poste de Malleray, huit mardis soir du 16 septembre au 18 novembre 2014. A ces cours s’ajoutent les cours ouverts de la Formation en Ministère Chrétien au Centre de formation à Bâle  : cours d’introduction au travail social, introduction au leadership, sur la fonction du dirigeant à la lumière de la Bible et de l’histoire, la gestion du stress, la gestion de soi-même, des rôles, du temps, sur l’équilibre vie privée  -  vie professionnelle, sur le monde de la Bible, la relation d’aide, sur les dons spirituels, la personnalité, les compétences.


Echos

Trois futurs officiers se présentent

Photos  :  MAD

Christin Stachl, Michael Huber et Rahel Steiger seront sur le devant de la scène lors du culte de Consécration, d’Ordination et de Bienvenue, qui se déroulera dans le cadre du Congrès territorial, samedi 10 mai de 15h à 17h15. Découvrez-en un peu plus sur leurs motivations à servir au sein de l’Armée du Salut.

Christin Stachl (29 ans)

Michael Huber (46 ans)

Rahel Steiger (32 ans)

Je n’ai jamais pensé devenir officière de l’Armée du Salut. Je ne cesse de constater avec étonnement que Dieu me mène avec assurance, mais par des chemins sinueux, d’une étape de vie à une autre. C’est lui qui m’a conduite où je suis aujourd’hui. Dans ses projets, Dieu a souvent impliqué en cours de route des frères et des sœurs, qui m’ont accordé une confiance plus grande que celle que j’avais en moi-même.

Mes débuts à l’Armée du Salut remontent à une époque mouve mentée. J’ai grandi à Winterthour et, après ma scolarité obligatoire, j’ai appris le métier de serrurier-constructeur, que j’ai exercé pendant plusieurs années avec grand plaisir. A l’âge de vingt ans déjà, j’avais entendu parler de l’amour de Christ. Cet amour, j’ai véritablement appris à le connaître lorsque de sombres nuages ont obscurci ma vie, il y a six ans. J’ai vécu une crise, qui m’a vraiment rapproché de Jésus et a renforcé ma foi. Dieu semble autoriser les temps difficiles, car c’est parfois en de telles périodes que nous sommes prêts à nous laisser transformer entre ses mains aimantes.

J ’a i grandi à Degersheim et, aujourd’hui encore, je parle le dialecte saint-gallois. Après avoir effectué une année de stage en travaux ménagers et un séjour de deux ans en Angleterre, mon chemin m’a menée dans une autre partie de la Suisse, dans laquelle certains viennent passer leurs vacances. J’ai terminé mon apprentissage de vendeuse en boulangerie-pâtisserie à Adelboden et je suis restée dans l’Oberland bernois, où j’ai pratiqué mon métier pendant plusieurs années.

Je viens d’Autriche. Après avoir travaillé comme employée spécialisée, j’ai proposé mes services pour effectuer une année de bénévolat dans le domaine social. Bien que je n’avais jamais eu à faire à l’Armée du Salut et que je ne m’étais jamais imaginée travailler avec des sans-abri, j’ai accepté de faire une semaine d’essai au Foyer de passage de l’Armée du Salut à Hambourg. A ma grande surprise, pendant que j’étais occupée à des travaux de nettoyage astreignants, Dieu m’a donné la volonté d’aider les marginaux. Je suis restée à Hamburg et, à la fin de l’année, une certitude s’est imposée  : peu importe quand et où Dieu m’appellera, je le suivrai toujours. Il était difficile de concilier un tel engagement avec un travail ordinaire. Après avoir occupé différentes fonctions au sein de l’Armée du Salut, j’ai été «  découverte  » par Frank Heinrich, qui est aujourd’hui député au Bundestag allemand. Nous avons discuté pendant que je gardais des enfants lors d’un rassemblement, et il m’a spontanément recommandé auprès de la Direction pour diriger le Poste de Karlsruhe. A ce moment-là, je n’étais pas encore soldate. Trois ans plus tard, je suis venue en Suisse pour suivre une formation. Je me réjouis beaucoup de terminer les études et d’endosser mes nouvelles fonctions en juillet au Secrétariat divisionnaire de Jeunesse.

C’est à cette époque que l’ordre donné par Dieu à Josué agita mon cœur  : «  Fortifie-toi et prends courage  ! Ne t’effraie point et ne t’épouvante point, car l’Eternel, ton Dieu, est avec toi dans tout ce que tu entreprendras.  » (Josué 1  :  9 ). Etait-il possible que Dieu m’appelle également à son service  ? Je ne cessais de penser à ce verset. T’adresses-tu à moi, Jésus  ? Moi, qui autrefois bégayais fortement, je devrais renoncer à une bonne situation professionnelle et aller à la rencontre des gens pour leur parler de Jésus  ? Je pensai alors à Moïse, qui dit à Dieu  : «  Je t’en supplie, Seigneur, reprit Moïse, envoie quelqu’un d’autre  !  » (Exode 4  :  13). Dieu ne se laissa pas déconcerter. Selon un célèbre adage, «  il n’appelle pas des gens capables, mais rend capables ceux qu’il appelle  ». Avec cette promesse, je peux, en étant appelé et guidé par Dieu, prendre le chemin qu’il m’a montré. Il m’a mené à l’Armée du Salut, où j’ai commencé mon travail au Poste de Birsfelden, et où Dieu, sans que je m’y attende, a placé une compagne à mes côtés, qui souhaite faire le chemin avec moi.

Durant cette période, j’ai trouvé ma voie dans l’Armée du Salut. Comme je ne pouvais pas continuer à assumer mon engagement en tant que responsable des Flambeaux de l’Evangile en raison de mes horaires de travail, j’étais heureuse de pouvoir diriger à la place le Teenie-Club à Adelboden. Je trouve cela vraiment enrichissant d’accompagner des jeunes sur leur chemin. Je ne me suis jamais imaginée devenir soldate, et encore moins m’engager dans le service d’officière. Pourtant, il y a environ deux ans, j’ai ressenti l’appel de Dieu, qui souhaitait précisément me voir entrer dans ce service. Ce fut le début d’un combat intérieur et d’une lutte. Après avoir reçu des confirmations de différents côtés, et sous différentes formes, j’ai pu accepter mon appel en toute sérénité. Je ne me suis pas seulement engagée comme soldate, j’ai également déposé ma candidature pour l’Ecole d’officiers. Depuis l’été dernier, je fais un stage à l’Armée du Salut à Huttwil et j’acquiers de l’expérience dans tous les domaines du Poste. Au mois d’août, je mettrai de nouveau l’essentiel dans ma valise pour rejoindre le Centre de formation de l’Armée du Salut à Bâle, et me plonger dans un avenir inconnu. «dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · avril 2014

7


Message de Pâques du Général

Il n’y a de salut en aucun autre

Cet événement est important car, en témoignant que Jésus n’est pas demeuré dans la tombe mais est ressuscité des morts, il évoque la promesse qu’un jour nous pourrons aussi ressusciter pour la vie éternelle. Il est important d’être conscients que tandis que nous demeurons sur cette terre dans des corps physiques, nous sommes aussi des êtres spirituels appelés à vivre pour l’éternité. Dans trop d’endroits du monde, une tendance résolue à être matérialiste a provoqué l’exclusion malsaine des autres éléments clés dont les hommes et les femmes ont besoin pour connaître une satisfaction profonde et durable. Le matérialisme ne peut jamais répondre aux désirs les plus profonds de notre cœur, et cet aspect superficiel de trop nombreuses sociétés dans le monde est simplement incapable de donner la vraie joie et la liberté. La vie est plus que l’accumulation de possessions et beaucoup d’individus aujourd’hui, bien qu’ils possèdent tant, restent insatisfaits. Certains recherchent sérieusement le sens et le but de la vie, et ils désirent aussi l’assurance qu’il y a vraiment «  quelque chose  » après la mort. Trop souvent, ce-

pendant, les gens regardent au mauvais endroit  : combien consultent volontiers les horoscopes dans une tentative vaine de comprendre les inconnues du présent, ou d’obtenir une forme de sécurité pour un futur parfois décourageant  ? Ce commentaire de Tim Leberecht a récemment retenu mon attention quand je l’ai lu  : «  Nous vivons des temps de grande incertitude. La morosité de la crise économique, la dégradation des marchés publics, l’invasion du digital, et la fragmentation des institutions sociétales traditionnelles sont non seulement facteurs d’anxiété, mais aussi inspirent une recherche de simplicité et de systèmes de valeur non économiques. La richesse et le statut liés à la consommation sont en train d’être remplacés par l’identité, l’appartenance et un puissant désir de participer à, ou de faire l’expérience de quelque chose ‹  qui a du sens  › plutôt que d’acquérir plus de choses.  » La Bible, bien sûr, répond aux besoins les plus fondamentaux et aux questions de l’humanité. Elle nous parle du but de nos vies. Elle nous parle de notre destin. Elle nous parle d’assurer notre vie éternelle. Ce n’est que lorsque nous lisons la Bible attentivement, quand nous l’étudions avec zèle, quand nous prions et méditons sur ce que nous lisons, que nous commençons à comprendre la véritable richesse de la vie qui peut être la nôtre si nous voulons la saisir.

Dans le livre des Actes, nous lisons comment deux apôtres, Pierre et Jean, sont traînés devant le sanhédrin après avoir guéri un estropié. Pierre, inspiré par le Saint-Esprit, déclare hardiment  : «  Si nous devons rendre compte aujourd’hui pour un acte de bonté envers un estropié, et si l’on nous demande comment il a été guéri, alors sachez ceci, vous et tout le peuple d’Israël  : c’est au nom de Jésus-Christ de Nazareth, que vous avez crucifié mais que Dieu a ressuscité d’entre les morts, que cet homme se tient devant vous guéri. Il est la pierre que vous les bâtisseurs avez rejetée, et qui est devenue la pierre angulaire. Le salut ne se trouve en aucun autre, car il n’y a pas d’autre nom sous les cieux qui ait été donné aux hommes par lequel nous puissions être sauvés.  » (Actes 4  :  9-12). Il n’y a rien de plus important pour nous dans cette vie que de découvrir la vérité qui est  : «  Le salut ne se trouve en aucun autre  ». Le message chrétien est unique, parce qu’il ne parle pas simplement d’un ensemble de doctrines et de croyances. Il ne parle pas de religion. Il parle de l’homme vivant, Jésus-Christ. Nous célébrons un Seigneur et Sauveur ressuscité. En lui seul nous trouvons la paix, la joie et l’assurance de notre vie éternelle. Que cela puisse être pour vous une expérience personnelle quotidienne  ! Général André Cox Photo  : marion streich_flickr.com

Photo  : Salvation Army IHQ

A Pâques, en commémorant la mort et la résurrection de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, nous célébrons un des plus importants événements du calendrier liturgique.

Sur la croix, Christ est mort pour nous, mais il n’y est pas resté attaché, il est ressuscité  !

8

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · avril 2014


Echos

Un programme pour les femmes à Bâle

Samedi 15 mars, en l’église catholique Saint-Georges, le chœur russe Voskresenije de Saint-Pétersbourg a enchanté près de 130 auditeurs.

Le nouveau «  Textilprogramm  » de travailPLUS est destiné à des femmes qui bénéficient de l’aide sociale, demandent l’asile ou sont admises en Suisse à titre provisoire. Des places sont également prévues pour des femmes qui travaillent dans les Institutions de l’Armée du Salut. Photo  : kooka_flickr.com

Concert à Malleray

Composé pour l’occasion de trois sopranes, deux ténors, un baryton et une basse profonde, la chorale dirigée par Jury Maruk tourne depuis 18 ans à travers l’Europe. Pour Jury Maruk, la tournée, répartie cette année sur 40 dates entre le Royaume-Uni, l’Allemagne, la Suisse et l’Autriche, est devenue comme une tradition. «  C’est une réelle chance de pouvoir faire découvrir notre culture de manière positive. Et c’est aussi un bon moyen de montrer une Eglise unie, puisque nous chantons des chants orthodoxes dans des églises catholiques, protestantes, ... Le plus beau, c’est lorsque nous chantons durant un culte.  » L’ensemble, dont le nom signifie résurrection a chanté des chants traditionnels de la musique religieuse russe, puis de la musique folklorique russe, pour le plus grand plaisir des spectateurs présents.

Photo  : Sébastien Goetschmann

Sébastien Goetschmann

Impressionnants de puissance, les choristes ont enchanté l’auditoire de Malleray.

Erratum Dans le précédent dialogue, il était mentionné que la Maison d’hôtes de Ringgenberg organisera un apéro d’adieux en 2013. C’est bien le samedi 29 novembre 2014 à 15h00 qu’aura lieu cet apéro, auquel vous êtes tous cordialement invités. Plus d’informations  : gaestehaus-ringgenberg.ch

Le «  Textilprogramm  » de travailPLUS apprend à des femmes à effectuer un travail de qualité sur une machine à coudre. Cela doit leur permettre d’intégrer, à plus long terme, le marché du travail.

Jusqu’à quinze femmes sont attendues à Bâle, à la Schönbeinstrasse, pour apprendre à travailler avec une machine à coudre pendant 60 jours. Ce projet est mené sous la forme d’un mandat de prestation attribué par la ville de Bâle. Il est mis en place en étapes depuis le mois de mars. Dès le mois de juin, des places de travail seront aménagées et l’atelier ouvrira ses portes cinq jours ouvrables. Dans le cadre de ce programme, les participantes passent par trois phases. Durant la première phase, elles testent et se familiarisent avec les tissus et les autres matériaux. Au cours de la deuxième, elles apprennent à manipuler les machines. Enfin, dans la troisième, elles confectionnent des produits de haute qualité, créatifs et utiles, qui seront mis en vente auprès d’une large clientèle. Un travail valorisant dans le domaine textile Pour les responsables du programme, il est important de prendre en charge les participantes à leur niveau. Elles découvri-

ront et développeront leur potentiel avec eux, une démarche qui leur donnera plus d’assurance. Le travail doit leur apporter de la satisfaction et les aider à organiser leur quotidien. Il apportera ainsi de la stabilité dans une existence parsemée de défis. Le nouveau programme proposé par travailPLUS fait non seulement office d’ateliers, mais également de lieu d’apprentissage et de communication. Les participantes seront impliquées dans chaque étape du processus de fabrication. Elles seront notamment appelées à développer des produits et à en créer de nouveaux. Elles devront également échanger leurs expériences, réfléchir et formuler des critiques constructives. Les participantes développeront leurs propres compétences et vivront, par la même occasion, une immersion dans la langue allemande. Elles auront donc une préparation optimale pour accéder à l’étape suivante, à savoir le marché du travail. Sibylle Honegger, responsable du «  Textilprogramm  »

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · avril 2014

9


Nota bene

Changements nationaux au 1er juillet

Nécrologie

Le capitaine Andy Fuhrer, Secrétaire de jeunesse de la Division ouest, sera responsable du Poste de Winthertour.

La major Mariette Streiff, Hôtel Bel’Espérance, servira à la Division romande pour Société & Famille, dès le 1er septembre.

La lieutenante Christin Stachl, cadette au Centre de formation à Bâle et au Poste de Liestal, sera Secrétaire de jeunesse de la Division centre.

La major Paulette Egger, Société & Famille à la Division romande, sera responsable de l’Hôtel Bel’Espérance, dès le 1er avril.

Le cadet Timon Stettler, Centre de formation à Bâle, effectuera son stage au Poste d’Aarau sud.

Le sergent Laurent Demarchi, Poste de Genève 1, sera collaborateur au Poste de Vevey. La major Erika Zimmermann, Foyer Lorrainehof, servira au Quartier divisionnaire, Centre pour le Service des visites / diaconie dans la région de Berne. Le capitaine Daniel Imboden, responsable du Poste de Winterthour, sera Directeur des études BACL au Centre de formation de Bâle. La capitaine Heidi Imboden conservera la responsabilité du Poste de Winterthour. Cours ouverts à tous

Direction chrétienne aujourd’hui  : contexte et défis Enseignant  : Major Giovanni Catalanotto, 25 au 27 avril 2014 Ma personnalité, mes compétences et mes dons spirituels Enseignant  : Major Giovanni Catalanotto, 16 et 17 mai 2014 Découvrez également d’autres cours proposés par la Formation d’adultes francophone (cf. page 6). Informations détaillées des cours sur adscentredeformation.ch. Inscriptions  : s’adresser à Evelyne Rothacher 024 466 95 73 evelyne_rothacher@armeedusalut.ch

Johnny Walzer, deviendra Secrétaire de jeunesse de la Division ouest.

La major Heidi Gubler, Centre de formation à Bâle et S & F à la Division centre, sera assistante du Directeur des études et EWB au Centre de formation à Bâle, dès le 1er avril 2014. Les changements au Poste de Saint-Aubin seront communiqués ultérieurement. Départs à la retraite 2014

Major Rosmarie Mettler le 28 février Major Elsbeth Oberli le 31 mars Commissaires Franz et Hanny Boschung le 31 août Major Rosmarie Gabathuler le 31 décembre Agenda des Chefs

Les lts-colonels Massimo Tursi, Secrétaire en chef et Anne-Florence Tursi, Secrétaire territoriale Société  &  Famille  : 19 – 21 avril  : Visite à Vienne 4 mai  : Culte au Poste des Ponts-de-Martel Promotion à la Gloire du Ciel

Madame Monique Jaccard, la mère de la lieutenante Sophie Tschantz-Jaccard du Poste de l’Arc lémanique, a été rappelée par le Seigneur le 23 février 2014. Nous présentons nos sincères condoléances à la famille en deuil et voulons soutenir dans la prière tous ceux et celles qui sont touchés par ce départ.

Major Ariane Alègre Photo  : MAD

Les majors Luc et Anne Petter, responsables du Poste de Saint-Aubin et Service des prisons, seront intendants de la maison Les Ecureuils aux Rasses à temps partiel, et au Service des prisons à temps partiel.

La major Alègre faisait partie de la commission de musique et a largement participé à la création du recueil de cantiques l’Unisson. Ariane, c’est un enfant du régiment, comme on dit. Née le 18 juin 1947, elle grandit dans une famille salutiste qui aime la Parole de Dieu. Elle vit de cette Parole dès son jeune âge et offre sa vie toute entière au Seigneur. Sa vocation d’officière de l’Armée du Salut, qui a débuté en 1971, est vécue dans une grande disponibilité à l’égard de son prochain. Ariane, c’est aussi un cœur pour la jeunesse  : à sa suite, dans le ministère des Porteurs de Flambeaux (scouts salutistes), elle entraîne des cohortes entières à connaître son Dieu et à partir à l’aventure. Et l’aventure, c’est la mise sur pied de comédies musicales. Ariane utilise sa parfaite connaissance de l’anglais et son expertise pour traduire une quantité incroyable de chants. Le traducteur peut être vu comme un canal humble et discret qui nous permet de recevoir la beauté des textes d’un auteur. Lors de notre Congrès territorial, les 10 et 11 mai 2014, nous chanterons une de ses adaptations et lorsque je m’attarde sur les paroles de «  Cœur pour Dieu  », il m’est difficile de distinguer ce qui est de l’auteur William Hastings ou de la traductrice, tellement ces paroles témoignent de la servante qu’elle a été  : «  Cœur pour Dieu  : puise en Lui l’amour pour tous nos frères. Et l’amour peut toucher tous ceux qui désespèrent, apaiser, apporter l’espérance aux plus désemparés … Nous serons sa voix pour affermir, nous serons ses mains pour soutenir, pour encourager et pour sécher les pleurs.  » Par son ministère, Ariane nous a permis de nous approcher de Dieu. Ariane Alègre c’est aussi une épouse, une mère de cinq enfants, dont la qualité de son accueil et de son amour est plus que perceptible. Elle nous a quittés pour rejoindre son Sauveur le 11 février 2014. Major Christine Volet

10

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · avril 2014


Départ à la retraite

Mutations internationales

Le 31 mars 2014, après 37 années de service comme officière à l’Armée du Salut, la major Elsbeth Oberli a pris une retraite bien méritée.

Photo  : MAD

Major Elsbeth Oberli

Née à Gstaad (Berne) le 23 mars 1950, au sein d’une famille chrétienne, elle est le deuxième enfant d’une fratrie composée de cinq filles et un garçon. A l’âge de quatorze ans, elle suit des cours de guitare à l’Armée du Salut de Zweisimmen et apprend ainsi à connaître notre mouvement. Le 7 août 1974, Elsbeth Oberli entre à l’Ecole d’officiers à Berne dans la session «  Les Vainqueurs  ». Après sa consécration comme officière, son premier ordre de marche la conduit au Poste de Burgdorf. Trois mois plus tard, l’éducatrice qualifiée est nommée au Foyer «  Schlössli  » à Bâle. En 1984, Elsbeth Oberli accepte de relever un nouveau défi. Elle travaille pendant près de dix ans comme Secrétaire divisionnaire de jeunesse, dans un premier temps à la Division bernoise, et dans un deuxième temps à la Division Est. Elle organise et anime de nombreux camps et semaines pour les enfants, des cultes pour les familles, et motive les collaborateurs. En 1993, en fin d’année, un ordre de marche conduit de nouveau Elsbeth Oberli au Foyer «  Schlössli  », cette fois en tant que Directrice de l’Institution. Lorsque l’Institution traverse une période difficile, elle assure son maintien avec son équipe, grâce à un nouveau concept et à une rénovation. En août 2009, Elsbeth Oberli devient responsable de la formation pour adultes et de la mise en place du Service des visites à Bâle. Elle s’investit avec beaucoup d’engagement dans ces deux missions jusqu’à son départ à la retraite. La Direction de l’Armée du Salut remercie de tout cœur Elsbeth Oberli pour l’engagement inlassable et précieux avec lequel elle a exercé son service d’officière. Nous lui adressons nos meilleurs vœux pour sa retraite et lui souhaitons la riche bénédiction du Seigneur. Lieutenant-Colonel Massimo Tursi, Secrétaire en chef

Au 1er juin 2014 Les majors Mario et Celeste Nhacumba deviendront Secrétaire général et Secrétaire des Ministères Féminins (MF) pour le Command d’Angola. Les colonels Gabriel et Monica Kathuri deviendront Commandant et Présidente des MF pour le Command du Libéria. Ils succèderont au lieutenant-colonel Festus Oloruntoba, qui sera muté dans son Territoire d’origine (Nigeria). Les lieutenants-colonels Daniel et Arschette Moukoko deviendront Commandant territorial et Présidente territoriale des MF pour le Territoire du Mozambique, avec promotion au grade de colonel. Ils succéderont aux colonels Ambroise et Alphonsine Zola, qui se retireront du service actif. Les lieutenants-colonels Eugene et Brigitte Bamanabio deviendront Secrétaire en chef et Secrétaire territoriale des MF pour le Territoire du Congo (Brazzaville). Les majors Eliud et Aidah Nabiswa deviendront Secrétaire en chef et Secrétaire territoriale des MF pour le Territoire de l’Ouganda, avec promotion au grade de lieutenant-colonel. Les commissaires Onal et Edmane Castor deviendront responsables territoriaux pour le Territoire du Congo (Brazzaville). Le commissaire Onal Castor comme Commandant territorial et la commissaire

Edmane Castor comme Présidente territoriale des MF. Les colonels Joseph et Angélique Lukau deviendront responsables territoriaux du Territoire du Ghana. Le colonel Joseph Lukau comme Commandant territorial et la colonelle Angélique Lukau comme Présidente territoriale des MF. Félicitations

85 ans 21 avril  : Lieutenante-colonelle Liselotte Holland-Vogel, St. Alban Anlage 63, 4052 Bâle 28 avril  : Major Esther Steiner-Fuhrer, Niesenblick 1, 3600 Thoune 80 ans 2 mai  : Commissaire Rosemarie Fullarton-Steck, Mühledorfstrasse 25, 3018 Berne 75 ans 17 avril  : Major Christian Eckert-Illi, Rötistrasse 5, 4534 Flumenthal 17 avril  : Major Heidy Kramer-Screta, Gemmistrasse 19, 3604 Thoune 11 mai  : Major Denise Roth-Borioli, Chemin de Vervas 8, 2520 La Neuveville Noces de diamants 24 avril  : Majors Walter et Arlette Flückiger, Chemin de Montaillet 3, 1880 Bex 24 avril  : Colonels David et Elisabeth Zimmermann, Bülachstrasse 18, 8057 Zurich

Annonce

EYE 2014, Altenkirchen (Allemagne) 600 jeunes de l’Armée du Salut de toute l’Europe sont attendus au Congrès Européen de Jeunesse du 14 au 17 août 2014. Ces trois jours sont placés sous le thème Vision et Action. Au programme  : adoration, louange et prière, enseignement et réflexion, échanges en petits groupes, ressources et ateliers, sport et plaisir, découvertes de personnes et de cultures de toute l’Europe. Si tu as entre 15 et 25 ans et que tu désires vivre un temps béni, inscris-toi rapidement sur salvy.ch

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · avril 2014

11


Un répit de sept heures

Dialoguer avec Dieu

Confiance

Monica Bentz

Dans le prochain «  dialogue  »

J’étais étranger, et vous m’avez recueilli

J’ai besoin de toi  ! Chaque jour, chaque heure, chaque minute, j’ai besoin de toi  !

Photo  : Sara Stö

cklin

Père,

prouver sa fidélité. Il a rendu possible l’impossible, contraignant mon refroidissement à marquer un temps d’arrêt. Pendant sept heures, ma fièvre est tombée … un laps de temps suffisant pour voir comment Dieu atteint le cœur des détenus par la musique, les témoignages et les contributions spirituelles. Sa Parole n’est pas vaine.

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · avril 2014

Edition et rédaction Quartier Général Suisse-Autriche-Hongrie Laupenstrasse 5 - CP 6575 - CH-3001 Berne Téléphone 031 388 05 02 redaction@armeedusalut.ch Les changements d’adresse doivent nous être directement communiqués.

Abonnement annuel dialogue Espoir * Etranger

Venir en aide aux plus faibles fait partie de l’enseignement biblique. Ainsi, l’accueil de l’étranger constitue naturellement un aspect central du travail social de l’Armée du Salut. Le prochain numéro présentera quelques-unes des offres de l’Armée du Salut dans ce domaine. La Rédaction

12

Mensuel pour les salutistes et amis de l’Armée du Salut. armeedusalut.ch

Layout Rolf Messerli Impression rubmedia, Wabern/Berne Fondateur William Booth Général André Cox Chef de territoire Commissaire Franz Boschung

Fais-moi la grâce de distinguer à chaque instant ta main qui me conduit, qui me protège et m’encourage.

Pierre-Yves Zwahlen Prières d’espérance, Ed LLB

Impressum

Equipe de rédaction Major Jacques Tschanz (Responsable Communication), Sébastien Goetschmann (Rédacteur), Major Christine Volet-Sterckx (Neuchâtel), Monique Bürki (St-Aubin) et Capitaine Pascal Donzé (Tramelan).

Guide-moi vers les chemins d’espérance. Protège-moi des voies de traverse, des sentiers qui se perdent dans les broussailles du stress et des faux espoirs.

J’ai besoin de toi  ! Ne me fais pas défaut  !

JAB

Lorsque le grand jour arriva, j’avais encore ma voix. Bien que le thermomètre indiquait plus de 38 degrés à midi, je me suis mise en route. J’étais convaincue que nous devions donner le concert tous ensemble. Epuisée mais reconnaissante, je me suis effondrée dans mon lit le soir venu et j’ai vu Dieu me

Monica Bentz a vu sa confiance en Dieu récompensée.

3001 Berne

Notre groupe se préparait à se produire à la prison «  Realta  » à Cazis (GR). C’était une chance unique, mais également un défi. Lors de la première répétition, notre batteur était malade, mais, à ce momentlà, je n’étais pas encore inquiète. Par contre, lorsque, quelques jours avant le concert, je me suis retrouvée clouée au lit avec une bronchite, une sinusite, une angine, de la fièvre, des courbatures et des maux de tête, je me suis sentie découragée. Dans mes prières, j’ai passé un accord avec Dieu  : si, contre toute attente, je devais encore avoir ma voix le jour du concert, je me rendrais à «  Realta  » et je chanterais, quoi qu’il advienne.

Photo  : MAD

Maintenir le dialogue

«

CHF 46.– | 65.–* CHF 48.– | 67.–*

Enseigne-moi à faire ta volonté  ! Car tu es mon Dieu. Que ton bon esprit me conduise sur la voie droite  ! Psaume 143  :  10

»


Dialogue 4/2014 - Apprendre pour mieux servir Dieu