Issuu on Google+

d ialogue

Photo :  © ISO-68 - Fotolia.com

Mensuel pour les salutistes et amis de l’Armée du Salut

1 2 /  2 0 1 3

En route pour Noël Ce que nous faisons pour nous préparer à rencontrer Jésus Lutte contre la traite d’êtres humains Nouvelles salutistes

4-6 8 7-9


Dialogue

Concerne  : l’Armée du Salut cherche à dépoussiérer son image Permettez-moi de vous raconter cette histoire que j’ai vécue. Lors de mes multiples déménagements, j’avais une commode pleine de poussière, mais qui avait fière allure, belle de surcroît. J’ai pris un produit, j’ai frotté avec énergie, mais, à ma stupéfaction, je me suis trompé de produit, j’ai pris un décapant. Résultat  : la poussière est bien partie, mais l’éclat et la beauté du meuble aussi. Et le comble, c’est qu’il ne me plaisait plus. La commode avait perdu

Photo  : Sébastien Goetschmann

Concerne  : photo du dossier de dialogue octobre 2013. Article «  Un lieu de repentance  », page 4

son identité, son âme. Après cette funeste opération, elle est devenue comme les autres meubles, banale. Que ceux qui lisent ces lignes puissent comprendre. N’ayons pas honte de notre différence, de notre mission, qui est de transmettre les messages du Christ à ceux qui souffrent encore. Que Jésus nous redonne le courage de témoigner dans la rue, dans les cafés. Christian Poyet

Je suis quelque peu consternée et déçue de découvrir la photo de la page 4 du dossier parlant du banc de la grâce. J’aime ce lieu de grâce et de prière. Cette photo me dérange parce qu’elle présente à nouveau une forme d’empathie et une gestuelle typiquement manifestées quand quelqu’un s’avance … La repentance et la sanctification, c’est tous les jours  ! Au cœur de ces jours ordinaires, nous manifestons si peu de gestes et d’encouragements à nos prochains. La main sur l’épaule, ça ne doit pas être qu’à genoux, au banc de la grâce. Je suis une fervente du banc de la grâce dans le sens où il faut le «  démocratiser  »  : en faire un lieu de prière spontanée et naturelle, un lieu facilement accessible, un lieu de célébration car joie, paix, pardon y sont donnés. Un lieu où gestes et empathies sont donnés naturellement, comme ils devraient l’être dans la vie de la communauté.

Voici les critères à remplir pour que votre projet puisse être retenu  : • Langue  : allemand ou français

En envoyant son fils sur terre, Dieu a fait le premier pas dans notre direction. A nous d’y répondre en faisant le reste du trajet, en acceptant de rencontrer Jésus, en acceptant de cheminer avec lui. Le parcours est peut-être escarpé ou parsemé d’obstacles, mais il en vaut la peine. Dans ce dialogue de décembre, nous vous proposons quelques pistes pour que vous puissiez mettre à profit ce temps de l’Avent pour vous préparer à rencontrer Jésus (cf. page 4). Les crèches, qui rappellent cette extraordinaire naissance, sont bel et bien des appels à venir rencontrer Christ (cf. page 6). Alors quittons nos sombres chemins rocailleux pour marcher dans et avec la lumière. Sur le sujet de la lumière, vous pourrez lire le message du Général dans l’Espoir de Noël ou sur notre site Internet armeedusalut.ch

Vous pouvez nous envoyer vos données jusqu’à fin 2013, sous forme de partition ou / et d’enregistrement aux adresses suivantes  : gospelarts@armeedusalut.ch ou Music & Gospel Arts, CP 6575, 3001 Berne.

Sébastien Goetschmann

• Objet  : thème du Congrès «  un peuple, un appel, une passion  » • Mélodie simple pour une voix avec accompagnement de piano ou de guitare

2

Il faut se mettre en route

Major Corinne Gossauer-Peroz

Annonce Concours pour songwriters Nous recherchons un refrain pour le prochain Congrès territorial qui aura lieu du 10 au 11 mai 2014, à Bulle.

Photo : chekobero_flickr.com

Courriers de lecteurs

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · décembre 2013

Charte internationale de l’Armée du Salut L’Armée du Salut est un mouvement international et fait partie de l’Eglise chrétienne universelle. Son message se fonde sur la Bible. Son ministère est motivé par l’amour de Dieu. Sa mission consiste à annoncer l’Evangile de Jésus-Christ et à soulager, en Son nom, sans distinction aucune, les détresses humaines.


Info AdS

Photo  :  MAD

Communication personnelle Le poste de «  Responsable marketing et communication  » sera prochainement mis au concours suite au départ de Martin Künzi qui s’en explique.

Au cours des quatre dernières années, j’ai eu l’opportunité de façonner le Département marketing de l’Armée du Salut. Cette mission m’a permis de vivre de nombreux événements heureux et extraordinaires. Travailler pour l’Armée du Salut est un grand privilège. Cependant, mon temps de travail était essentiellement occupé par une multitude de demandes à traiter, des tâches administratives et des défis personnels à relever et ce n’est que de manière limitée que j’ai pu exploiter mes connaissances et capacités dans le domaine du marketing. Il y a quelque temps, une agence de communication implantée en Suisse romande m’a demandé si je souhaitais développer leur affaire en Suisse alémanique. Je ne voulais pas prendre de décision dans la précipitation, mais plutôt de manière mûrement réfléchie. Finalement, j’ai opté pour un

changement d’orientation professionnelle. Je vais accepter ce challenge et me lancer dans une nouvelle aventure en mars prochain. Lorsque j’ai fait part de ma décision à la Direction de Le bureau du Responsable marketing sera bientôt libre. l’Armée du Salut, le Chef de Territoire et le Secrétaire en chef ont constructives et des félicitations. Je suis affirmé qu’ils regretteraient mon départ fier de mes collaborateurs qui ont contrien raison de l’évolution positive du service bué à la réussite de différents projets et marketing lors des dernières années. Mais d’une agréable collaboration et ce, avec en même temps, ils ont manifesté de la un engagement considérable. compréhension à mon égard. Nous aspirons désormais à trouver ensemble une Le poste «  R esponsable marketing et solution pertinente pour assurer la succes- communication  » sera mis au concours sion, tout en poursuivant la direction prise. prochainement. Visitez  : armeedusalut. ch/emploi C’est avec plaisir que je constate tout ce Martin Künzi, qui a été accompli et je tiens à remerChef du Département du marketing cier les personnes qui nous ont adressé martin_kuenzi@armeedusalut.ch des retours encourageants, des critiques

De vous à moi

Photos  :  Werner Tschan

A la recherche de… A la recherche d’une pharmacie à Londres, un dimanche après-midi. Cela semblait pourtant simple  : une petite marche d’un quart d’heure aurait dû me conduire directement à la pharmacie qui allait pouvoir me vendre les médicaments dont j’avais urgemment besoin. Contrairement aux informations reçues, cette pharmacie était fermée et la petite marche de quinze minutes s’est avérée être beaucoup plus longue que prévue et ponctuée d’innombrables arrêts pour demander le chemin conduisant à la pharmacie suivante  ! Alors que j’étais sur le point d’abandonner mes recherches, j’aperçus au loin une croix verte clignoter. Merci Seigneur  ! Rempli d’espoir je suis en-

fin arrivé au but. Après avoir insisté un peu, j’ai alors pu obtenir les cinq petites pilules qu’il me fallait et prendre le chemin du retour pour arriver encore à l’heure pour la cérémonie de bienvenue du Général. Des mages venus d’Orient étaient à la recherche du roi des Juifs qui venait de naître mais ils ne l’ont pas trouvé, comme ils s’y attendaient, dans le palais du roi à Jérusalem. Ces sages suivaient une étoile. Elle leur indiquait la direction à prendre et les conduisait sur le long chemin qui menait à Bethléhem. Rien ni personne ne pouvait détourner ces trois hommes de leur chemin. Ils suivaient l’étoile qui les conduisait vers leur but, vers Jésus-Christ. En chemin, très affairés, nous nous engageons à nouveau dans des activités de Noël afin d’être prêts à temps. Quelle est l’étoile que nous suivons sur le chemin  ? Ne courrons-nous pas le danger de nous laisser éblouir par les strass et paillettes et de perdre l’étoile de vue  ?

Chère lectrice, cher lecteur, dans toute l’agitation qui entoure cette période, n’oublions pas l’essentiel. C’est Jésus que nous fêtons. Nous fêtons sa naissance. Jésus-Christ est venu dans le monde pour que nous puissions être sauvés et que nous ayons une vie nouvelle. Son obéissance l’a conduit sur le chemin allant de Bethléhem à Golgotha. C’est pour nous un privilège et une mission de continuer d’annoncer cette bonne nouvelle. Que ce temps de Noël puisse être pour nous personnellement un temps de recueillement et de consécration. Joyeux Noël  ! Commissaires Franz et Hanny Boschung, Chefs de territoire franz_boschung@armeedusalut.ch hanny_boschung@armeedusalut.ch

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · décembre 2013

3


Dossier – En route pour Noël

Ce que je fais pour me préparer à rencontrer Jésus Le temps de l’Avent est le temps précieux de la préparation intérieure et extérieure à Noël. Pendant ces semaines, je me prépare à rencontrer Jésus à la crèche, de différentes manières  : • Je médite sur le texte biblique de l’annonciation à Marie (Luc 1  :  26 à 38). J’écoute son «  Je suis la servante du Seigneur  », je suis touchée par son obéissance. Plus que tout, je suis sans cesse émerveillée par la louange qu’elle adresse à Dieu. • En écoutant dans la prière et le silence, le oui de Marie et les conséquences dans sa jeune vie, je regarde également Joseph. Lui aussi est entré humblement dans le plan de Dieu. En fait, je rencontrerai Jésus à la crèche dans les bras de ses parents.

Dieu utilise les humains pour accomplir ses projets et Il fait de l’extraordinaire avec des personnes ordinaires. • Avec les textes, la musique joue un rôle important. Avant d’entendre résonner «  Jingle bells  », certains chants et psaumes chantés, certains morceaux de musique classique redisent l’attente du Messie qui a traversé les siècles. • Enfin, je me prépare à rencontrer Jésus avec un certain décalage par rapport à l’agitation matérielle qui règne et à une

Sur le chemin menant à Jésus

Photo  : swallroth_flickr.com

La major Irene Walzer nous rapporte les impressions profondes que lui ont laissées les collines de Jérusalem.

Vue imprenable sur Jérusalem.

«  Venez, montons à la montagne de l’Eternel, à la maison du Dieu de Jacob  !  » (Esaïe 2  :  3 ). J’ai eu l’opportunité de vivre les paroles de ce verset connu durant nos vacances d’automne. Nous avons eu l’occasion de nous rendre en famille en Israël. L’excursion à Jérusalem a constitué pour moi le point d’orgue de notre voyage. Le trajet parcouru sur l’autoroute moderne

4

à deux voies, dont le revêtement noir se dessinait comme un serpent dans le désert clair, a été impressionnant. Du kibboutz qui nous hébergeait jusqu’à la ville sur la montagne, nous nous sommes élevés de quelque mille mètres. A Jérusalem, notre visite a débuté sur le Mont des Oliviers, du haut duquel une vue impressionnante plonge sur la ville. Ensuite, nous sommes

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · décembre 2013

consommation fébrile. Ma mère avait l’habitude de dire que «  Noël, c’est tous les jours  !  » C’est ainsi que je vis ma relation à Christ  : c’est tous les jours qu’Il vient parmi nous et c’est tous les jours que je suis invitée à m’agenouiller devant Lui, mon Seigneur et mon Dieu. C’est pendant tout le reste de l’année, que je peux exprimer mon affection à mes proches et mes plus lointains, car les liens ne se fêtent pas seulement à Noël, mais tous les jours … Major Corinne Gossauer-Peroz

redescendus et avons rejoint le Jardin de Gethsémané, où les souffrances et la mort de Jésus-Christ m’ont personnellement été rappelées. Ces hauts et ces bas me rappellent que mon chemin avec Jésus-Christ comprend les deux versants. Les hauts, lorsque je ressens la force de Dieu dans mon quotidien d’épouse, de mère et d’officière. Lorsque je découvre l’amour transformateur de Dieu dans la vie de mes semblables. Lorsque, dans notre Poste, je vois comment les talents divers portent leurs fruits. Lorsque je lis la Parole de Dieu et qu’elle m’inspire. Lorsque, dans la prière, je sens la présence de Dieu et que l’Esprit Saint me renforce et m’anime. Lorsque je reconnais la grandeur de Dieu dans la création. Lorsque je m’étonne de l’intervention surprenante de Dieu. Lorsque je suis encouragée par des rencontres. Les bas, lorsque je prends conscience de mon propre échec. Lorsque des conflits et des malentendus doivent être résolus. Lorsqu’il s’agit de supporter des situations insatisfaisantes, la colère et la tristesse. Lorsqu’on arrive au bout de ses forces. Lorsque des questions restent sans réponse. Lorsque des rencontres occasionnent des blessures. Au travers de ces hauts et de ces bas, de ces joies et de ces peines, je ressens que le chemin vers Jésus-Christ est toujours ouvert pour moi. J’en suis profondément reconnaissante. Major Irene Walzer


En chemin vers Jésus

Il me faut quelque chose de plus

Photo  : tof fu_flickr.com

Le récit biblique de Noël présente plusieurs personnages (Marie et Joseph, les mages, les bergers) qui se sont mis en route pour aller à la rencontre du Sauveur Jésus-Christ. Récit de pèlerinages.

Comme les mages, sommes-nous prêts à faire un long chemin pour voir Jésus  ? Image symbolique.

Selon les récits des évangélistes Matthieu et Luc (voir le chapitre 2 de Matthieu et Luc 2  :  1-20), Joseph et Marie s’étaient rendus de Nazareth à Bethléem pour y être recensés, lorsque Marie mit au monde le Fils de Dieu. Outre le fait que le prophète Michée l’ait prédit (Michée 5  :  2 ), il y a certainement une autre raison pour que les futurs parents de Jésus aient dû parcourir près de 150 kilomètres avant de voir arriver le Sauveur de l’humanité dans leur vie. Je crois que ce cheminement physique est aussi un cheminement spirituel, comme un pèlerinage permettant de se préparer à rencontrer Jésus. De la tête au cœur Marie était une croyante convaincue et fidèle. Elle connaissait et reconnaissait Dieu comme son Seigneur. Pourtant, elle doit se mettre en marche avant de donner naissance à Jésus. Les mages aussi devaient avoir entendu parler du Dieu d’Israël. En effet, depuis la déportation du peuple juif à Babylone, une communauté juive enseignant la Torah a probablement subsisté. Les mages savants ont certainement entendu parler des prophéties bibliques annonçant la venue d’un roi très important. Encore fallait-il comprendre la signification de cette lumière et la suivre jusqu’à destination  : «  Où est le roi des Juifs qui vient de naître  ? Car nous avons vu son étoile en Orient, et nous sommes venus pour l’adorer.  » (Matthieu 2  :  2). Après avoir compris qu’un roi allait naître, ils se sont mis en route. Une longue route. Les bergers, même s’ils habitaient la contrée, eux aussi ont dû abandonner leur troupeau et se mettre en marche pour aller

à la rencontre de Jésus après leur rencontre avec les anges (voir Luc 2). Ce que je remarque dans ces deux récits, c’est que la rencontre avec Jésus débute par une connaissance intellectuelle, se poursuit par l’action de se mettre en chemin et se termine par la rencontre en elle-même, et c’est là où les cœurs sont touchés. Un cheminement personnel Difficile de dire comment ces différents personnages ont parcouru ce chemin jusqu’à Jésus. Chacun l’a certainement vécu différemment. Pour nous aussi, les trajets sont différents  : parsemés d’embûches, de doutes, d’envies d’abandonner et de faire demi-tour, ou goudronnés et sans grande difficulté  ? Chacun vit ce transit de la tête au cœur (de la connaissance à la relation vivante) à son propre rythme. Mais une chose est sûre, la rencontre avec Dieu laisse des traces. Les mages ne sont pas repartis par le même chemin pour rentrer chez eux, quelque chose a changé après leur rencontre avec Christ. Les bergers, eux, n’ont pu dissimuler leur joie  : «  Après l’avoir vu, ils racontèrent ce qui leur avait été dit au sujet de ce petit enfant. Tous ceux qui les entendirent furent dans l’étonnement de ce que leur disaient les bergers.  » (Luc 2  :  17-18). En cette période de l’Avent, mettons-nous en route vers Jésus. La route est peutêtre tortueuse, mais la rencontre en vaut la peine. Ainsi nous pourrons, comme les bergers, glorifier et louer Dieu, puis témoigner au monde que Sa Parole est la vérité. Sébastien Goetschmann

Seuls, il nous manque quelque chose. Rencontrer Jésus pour combler ce manque essentiel, telle était la résolution de Nicodème. Mais qui est donc cet homme qui a tant d’autorité  ? Il a fait un fouet de cordes pour chasser les marchands hors du temple et tout ce qui s’ensuit, les bœufs, les pigeons, les tables, leur monnaie ... il leur a dit  : «  Ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic.  » Alors que mes amis s’étonnaient, il leur a encore dit  : «  Détruisez ce temple, et en trois jours je le relèverai  », ça, c’est étrange  ! Il faut que j’aille à sa rencontre. Mais comment faire  ? Il est toujours entouré de monde. Si j’ai bien compris, le temple appartient à son Père, mais comment a-t-il fait pour se l’approprier  ? Il faut être riche pour être propriétaire d’un tel édifice  ! Et puis, tous ces miracles, tous ces gens guéris lors de son passage ; mes collègues pharisiens sont sceptiques, mais moi, je veux savoir qui il est vraiment. J’irai le trouver pendant la nuit ; moi qui suis un chef des Juifs, de quoi aurais-je l’air si j’étais découvert  ? Quel accueil mes amis  ! Je n’ai pas dû insister, il doit avoir le sommeil léger, on aurait dit qu’il m’attendait  ! «  R abbi  » lui ai-je dit, «  e n t’observant, j’ai compris que tu étais un docteur venu de la part de Dieu ...  » Alors il m’a tout expliqué  : en fait, l’inépuisable richesse de son Père, c’est son amour. Il paraît qu’il a préparé une place dans son royaume pour moi  ! Ce Rabbi en face de moi, c’est son fils, c’est Jésus ; il est prêt à donner sa vie pour me tracer le chemin  ! Ce qui cause problème, c’est que ma première naissance ne suffit pas, malgré mon intelligence, je ne suis qu’en chair et en os, donc vulnérable  ! Il me faut quelque chose de plus, une nouvelle naissance a-t-il dit, une force nouvelle, celle de l’Esprit du Père qui souffle sur moi. Monique Bürki

Le texte est tiré de Jean 2  :  13-25 et 3  :  1-21

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · décembre 2013

5


Dossier – En route pour Noël

«  La crèche conduit souvent au cœur des hommes et des femmes  » Grâce à une exposition de crèches, le Poste de Bâle 1 a contribué à mieux faire connaître l’enfant dans la crèche mais aussi l’Armée du Salut. Pourtant le major Markus Zünd est davantage qu’un collectionneur.

Noël nous incite à laisser le passé derDans sa collection, Markus Zünd possède une crèche du Nigéria. rière nous et à emprunter de nouQuelle intention se cache derrière l’ex- veaux chemins. Est-ce que l’une de vos position de crèches qui s’est déroulée du crèches symbolise particulièrement 27 novembre au 4 décembre ? cette nouvelle orientation  ? Markus Zünd  : Il s’agit, pour une fois, M. Z.  : On m’a offert une crèche du Libéde mettre un contrepoint à l’agitation am- ria. Durant des années, ce pays a été le biante caractérisant la période de l’Avent. théâtre d’une guerre civile. Les gens ont L’exposition est aussi perçue et appréciée fabriqué les personnages de la crèche à en tant que lieu de recueillement et de partir de douilles. Pour moi, cela reprépaix. Par ailleurs, nous entendons rappeler sente la mise en œuvre d’Esaïe 2, verset 4  : les racines de la fête de Noël, c’est-à-dire «  Ceux-ci mettront en pièces leurs épées que Dieu a envoyé son fils Jésus dans un pour en faire des socs de charrue.  » monde pauvre afin de rendre visible et tangible l’amour de Dieu. Et l’exposition draine Quelles sont vos figurines préférées  ? beaucoup de non-salutistes dans la salle. M. Z.  : Je pense que ce sont les «  Santons de Provence  ». Dans ces crèches, ce Qu’est-ce qui vous fascine tant dans les ne sont pas seulement les personnages crèches? de Marie et Joseph entourés des bergers M. Z.  : Déjà rien que les lieux d’origine de et des mages qui se rassemblent dans la ces crèches  : des crèches provenant de crèche, mais c’est tout le village qui s’y réutous les continents, de 35 pays. Et puis, les nit. C’est-à-dire le meunier, la marchande, matériaux servant à leur confection  : des le boulanger et l’aubergiste. Tous et toutes crèches en papier, en verre, en pierre, en viennent pour voir l’enfant. C’est ça Noël et, bois et même en fruits secs. avec les expositions, je voudrais parvenir à ce rassemblement dans la crèche  : la « En outre, de nombreuses crèches ont leur crèche » conduit au cœur des hommes et teinte locale. En Chine, par exemple, le des femmes. panda remplace l’âne ; au Népal, le yack remplace le bœuf. Que suscite cette exposition chez les visiteurs  ? Vous exposez plus de 200 crèches. Elles M. Z.  : Le public (près de 1 000 personnes) ne constituent sûrement pas seulement apprécie l’exposition en tant que lieu de redes objets de collection pour vous... cueillement et de silence. J’ai régulièrement M. Z.  : Pour moi, la crèche représente entendu les visiteurs dire  : «  Cela m’a fait toujours un appel à aller vers Jésus  : Dieu du bien  !  » ou même  : «  C’est çà pour moi s’est fait homme, il est venu au monde en Noël  !  » C’est ce qui pousse ensuite l’un ou

6

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · décembre 2013

l’autre à fréquenter l’une de nos fêtes de Noël et à se rapprocher ainsi encore plus de l’enfant dans la crèche  ! Et que suscite l’exposition chez ceux qui aident à la mettre en place  ? M. Z.  : De constater combien l’exposition aide beaucoup de non-salutistes à retrouver le Noël authentique et aussi à rendre l’Armée du Salut plus accessible, cela motive à bavarder à une table autour d’un café. Outre les discussions superficielles, il y a aussi des discussions profondes. Qu’est-ce qui vous a incité à collectionner les crèches  ? M. Z.  : En 1980, mon épouse et moi-même sommes tombés, dans une vitrine de Bülach, sur une crèche «  création Hess  » merveilleusement sculptée. Durant des années, à chaque anniversaire, je recevais l’une des figurines en cadeau. Au fil des années, de nombreuses autres crèches s’y sont ajoutées, en partie achetées, en partie offertes. Lors des expositions, nous empruntons également des crèches des provenances les plus diverses. A ces occasions, je ressens d’ailleurs aussi beaucoup de bienveillance et même de joie. Questions  : Elsbeth Cachelin Photo  : dierk schaefer, Wikimedia

Photo  : MAD

tant qu’enfant dans la crèche. Puis, il a appelé les hommes à le suivre et son chemin l’a mené à la croix. Au moyen de brèves méditations, se déroulant durant l’exposition, nous tentons de faire comprendre cet appel de Christ et sa signification aux visiteurs.

Les santons expriment l’idée que tout le village se déplace pour voir Jésus.


Echos

Nous devons gagner des gens à Christ

faire aux autres ... C’est le travail de chacun.

Comment te décrirais-tu  ? Lors d’un séminaire sur le leadership, j’ai dû réaliser un travail d’arrangement musical. La consigne était de créer quelque chose d’«  original et sans faiblesse  » en 20 minutes. Durant 15 minutes, j’ai essayé de faire quelque chose de beau, mais je n’y arrivais pas. Je suis donc revenu à la consigne et ai cherché à réaliser quelque chose d’original. Avant moi, environ 200 étudiants avaient réalisé cet exercice. Or, il s’est trouvé que le résultat que j’ai proposé était différent de tout ce qu’ils avaient vu jusque-là. Cette expérience me caractérise bien. Je ne suis pas un original, ni un révolutionnaire, mais je suis prêt à envisager toutes les solutions possibles, y compris les plus originales et les moins traditionnelles, si cela peut nous conduire au but recherché.

Où l’accent doit-il être mis dans l’Œuvre d’évangélisation  ? Nous devons être ce que notre nom déclare  : des personnes qui luttent pour le Salut. Il y a quelques années, les entreprises parlaient de se recentrer sur leurs activités de base. Je crois que nous devons nous centrer sur notre vocation de base telle qu’exprimée dans la stratégie 2009-2013  : «  Nous rêvons d’une Armée du Salut pertinente, qui aime Jésus par-dessus tout et qui adore Dieu de manières variées. Une Armée du Salut, dans laquelle des personnes de toutes générations trouvent la foi et grandissent dans leur vie spirituelle. Une Armée du Salut, dans laquelle de nombreuses personnes trouvent leur patrie spirituelle, transmettent leur foi avec courage et créativité et répondent aux besoins d’aujourd’hui en agissant.  » Tout ce qui ne sert pas cette vision doit être minimisé au maximum. Que comptes-tu faire pour gagner des jeunes au service d’officier et comme soldats  ? La question n’est pas ce que je vais faire, mais ce que je serai en mesure de faire

Pour moi, il est évident que gagner des soldats et des officiers ne peut être un but en soi. Notre but doit être de gagner des gens à Christ et de former ces gens pour qu’ils deviennent des disciples. Certains de ces disciples vont devenir soldats et certains de ces soldats vont devenir officiers. Le ministère d’officier doit également être élargi. Je crois que l’Armée du Salut a besoin d’officiers dans tous ses secteurs d’activités, car un officier est (en principe) le garant d’une certaine vision de l’Armée du Salut. Hors, aujourd’hui, «  officier  » s’apparente essentiellement à officier de Poste. Beaucoup d’entre nous seraient enrichis d’avoir un autre service durant quelques années. Il y a également un certain nombre de soldats qui seraient ouverts à un ministère d’officier, mais qui ne se sentent pas appelés à être en charge d’un Poste. Finalement, notre réservoir pour de nouveaux soldats et officiers n’est pas (seulement) composé des personnes qui sont déjà dans nos Postes, mais de toutes celles qui n’y sont pas encore. Questions  : Martin Künzi, Chef du Département du marketing martin_kuenzi@armeedusalut.ch

Du nouveau à la Division

Photo  :  Sébastien Goetschmann

Photo  :  MAD

Le major Jacques Donzé a officiellement pris la direction de l’Œuvre d’évangélisation le 1er octobre. Même si ces quelques lignes ne suffiront pas à faire sa connaissance, elles vous donneront un premier apperçu.

Dimanche 10 novembre, des salutistes de toute la Suisse romande étaient réunis au Poste de Neuchâtel, pour les réunions conjointes d’adieux aux majors Jacques et Claude-Evelyne Donzé et de bienvenue à la major Sylvette Huguenin. Bien que le changement à la tête de la Division romande soit effectif depuis le 1er octobre, cette célébration était l’occasion de prendre officiellement congé des majors Donzé et d’accueillir la major Huguenin. Les parcours des anciens et actuels Chefs de la Division ont été racontés, non sans humour, alors que le Josué Brass a conduit les instants de louange. Pour clore ce culte, la nouvelle Chef divisionnaire a apporté un message tiré de Deutéronome 6  :   5   : «  Tu aimeras donc l’Eternel ton Dieu, de tout ton

coeur, de toute ton âme, et de toute ta force ...  » Car c’est là le plus important commandement et si nous mettons toutes nos forces pour aimer Dieu, alors tout le reste suivra. Sébastien Goetschmann

Dans un petit poème humoristique, le capitaine Pascal Donzé (à gauche) a fait l’éloge des majors Claude-Evelyne et Jacques Donzé. «dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · décembre 2013

7


Echos

Photo  : StopPauvreté

Stop au trafic d’êtres humains Lors de la conférence StopPauvreté de cette année qui s’est déroulée le 2 novembre à Berne, la question du trafic d’êtres humains était au centre. 500 participants ont suivi les exposés, dont celui de la Conseillère fédérale Simonetta Sommaruga, ainsi que les ateliers et les discussions. La conférence a clairement montré que la Suisse était aussi très touchée par cette nouvelle forme d’esclavage et d’exploitation sexuelle, et a encouragé à se pencher sur le problème et à agir. L’Armée du Salut y avait un stand et informait les visiteurs sur ses activités dans le domaine du conseil, de l’accompagnement et de l’aumônerie parmi les femmes dans le milieu de la prostitution en Suisse (Rahab), ainsi qu’au sujet de son engagement dans les pays du Sud (Mission & Développement). Voici quelques réactions de participants provenant de l’Armée du Salut  : «  Ce n’est pas une question d’argent, c’est une question de courage.  » Cette phrase m’a interpelée. Ce n’est pas le financement qui fait la différence dans un projet, mais le courage de toute personne qui s’investit pour le bien-être de son prochain. Redonner une identité et une vie à des personnes

exploitées doit être notre passion, notre objectif et notre vision. Dieu s’occupera du reste. Christine Tursi,Responsable du secteur justice sociale

La traite d’êtres humains est une réalité actuelle.

L’exemple de Pierre Tami, qui, grâce à des projets de microcrédits, a redonné une dignité à des femmes défavorisées et abusées m’a beaucoup touché. De tels projets ont de l’avenir car ils s’intéressent au développement durable et permettent de sortir de structures injustes. Ma passion pour une coopération durable en matière de développement a été attisée et renforcée.

Ma consternation est en même temps ma motivation à continuer de me battre. Je veux, dans mon service dans le milieu de la prostitution, lors de mes achats, où que je me trouve, être attentive, réceptive et apporter une aide globale. Jésus s’applique au quotidien. Il est la lumière dans les ténèbres  ! Christine Anliker, Responsable Rahab Berne

La situation du pays d’origine (le plus souvent marqué par la pauvreté et l’absence de perspectives) et la demande de services sexuels sont à la base de la traite des femmes. Tous les efforts déployés seront vains si l’on n’éradique pas cette demande. Qui a le courage, comme Irene Hirzel lors de la conférence, d’aborder cette question  ? Katharina Baumberger, Responsable Rahab Bâle

La question du trafic des êtres humains me préoccupe depuis longtemps déjà. Je me

Pour comprendre ce qu’est la traite des êtres humains il «  suffit  » d’acheter un billet pour le train de nuit Budapest-Zurich… et je vous déconseille vivement de le faire. C’est un voyage dans une obscurité à laquelle nous ne sommes pas habitués. Une obscurité difficile à comprendre et de laquelle les victimes de traite ne réussissent que rarement à s’échapper.

8

Fernanda Hofer, Mission & Développement

Major Peter Hauri, officier de Poste à Gurzelen

Rencontre à Budapest pour une initiative anti-traite

La Hongrie est l’une des sources principales de la traite en Europe. Jour et nuit la pauvreté et le désespoir transforment des hommes, des femmes et des enfants en proies faciles pour les trafiquants; une vie de violence et d’exploitation prend forme devant eux sans qu’ils puissent s’y opposer. De victime de traite à trafiquant, d’exploité à exploiteur, ce cercle ne semble jamais prendre fin. L’obscurité semble avoir pris le dessus.

suis certes intéressée à ce sujet au travers de nos projets à l’étranger, mais je ne suis pas très impliquée en Suisse. J’ai toujours eu envie de m’engager comme volontaire pour soutenir des femmes actives dans le commerce du sexe, mais je ne l’ai jamais fait. Lors de cette conférence j’ai pu nouer des contacts concrets.

C’est pour cette raison que trente-six représentants de l’Armée du Salut en Europe se sont rencontrés à Budapest du 11 au 13 octobre 2013. Le but ? Être une lumière dans l’obscurité et contribuer au combat contre la traite. Le défi de cette rencontre était d’établir le cadre de notre initiative antitraite et de fixer des objectifs et les moyens pour les atteindre. Seuls une armée unie et un réseau fonctionnant peuvent faire face aux trafiquants, et c’est pour cela que do-

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · décembre 2013

rénavant chaque Territoire aura une personne de contact qui, en collaboration avec les autres Territoires, s’efforcera de mettre en place des projets dans trois domaines  : prévention de la traite (sensibilisation et information), protection des victimes et leur réintégration (dans les pays d’accueil ou suite au retour dans le pays d’origine). Notre mission est claire  : il ne s’agit plus d’essayer de contenir cette obscurité qui ne cesse de croître mais d’envisager un monde exempt de ce mal et de faire notre possible pour avancer dans cette direction. L’obscurité a probablement gagné la bataille – la traite est désormais répandue dans le monde entier – mais la Lumière gagnera la guerre. Après tout si Dieu est pour nous, qui sera contre nous  ? Christine Tursi

Pour plus d’informations : christine_tursi@armeedusalut.ch


Photo  : MAD

Huit dames s’engagent à Tramelan Le Poste de Tramelan est heureux d’accueillir quatre membres adhérents et quatre soldats supplémentaires. Ces engagements ont été vécus lors de deux cultes spéciaux, les 22 et 29 septembre. Ainsi, Gwenaelle Lauber, Mélissa Habegger, Virgine Freléchox et Luana Leiber font désormais officiellement partie du Poste, alors que Fabienne von Allmen, Isa Flückiger, Yaëlle Dupuis-Leiber et Céline Voumard sont devenues soldats. Comme le capitaine Pascal Donzé l’a rappelé lors de ces deux cultes particuliers, Dieu appelle des personnes à le servir dans une Eglise et une mission spécifiques. Les quatre nouvelles soldats expliquent les raisons de leur engagement. «  J’ai vraiment senti un appel lors du dernier message de la Générale, mais je ne me sentais pas prête. En discutant avec Muriel, j’ai compris que Dieu n’appelle pas des gens formés, mais qu’il forme ceux qu’il appelle. Cela m’a fait du bien, car je ne dois pas tout savoir, mais me laisser former pour la gloire de Dieu.  » Fabienne von Allmen

«  Pour moi, c’était la suite logique de mes pas de foi. Ma décision Le Poste tramelot a vécu un mois de septembre fort en émotions. était prise depuis longtemps, mais j’ai eu des doutes en entrant au ments, j’ai senti Dieu m’appeler à m’engagymnase. Je me sentais différente, car en ger également. C’est donc un acte d’obéistant que Jeune soldat, je ne bois ni ne fume. sance et aussi l’envie de faire partie de ce J’ai parfois eu l’impression de me mettre à merveilleux mouvement qu’est l’Armée du l’écart. Cela a été difficile, mais Dieu m’a Salut.  » Céline Voumard montré que je serai forcément différente en le suivant et que je devais choisir entre suivre le monde ou Lui. Aujourd’hui, j’affirme mon «  J’ai vécu une période difficile où je vivais un choix d’être différente pour Dieu, car c’est peu une double vie et où je ne voulais plus entendre parler de Dieu. Mais lors d’une disune bonne différence.  » Isa Flückiger cussion au groupe de jeunes, j’ai entendu Dieu me dire  : ‹  Je t’aime et je ne t’ai pas «  J’ai décidé de vraiment mettre Dieu en abandonnée.  › J’ai alors décidé de lui donpremier lors d’une soirée de louange. Cela ner ma vie et j’ai ressenti l'appel à m’investir m’a amenée à moins négocier avec Dieu sur dans son Eglise. En m’engageant comme des choses que je sentais qu’il voulait que je soldat, j’affirme vouloir tenir la main que Dieu fasse. Cet engagement de soldat en est une m’a tendue.  » Yaëlle Dupuis-Leiber conséquence. Car lors des derniers enrôle-

Des jeunes fondés sur la Parole de Dieu

la prière, lorsqu’on la reçoit, mais aussi lorsqu’on prie pour les autres.

32 jeunes ont participé au week-end biblique du 1er au 3 novembre au chalet des Ecureuils (Les Rasses). Trois jours édifiants.

Le samedi soir était axé sur le Saint-Esprit et son action dans nos vies. Le moment de prière les uns pour les autres a été un élément très fort du week-end. Dieu a énormément béni et guéri durant ce temps. Les jeunes en ont d’ailleurs témoigné avec

enthousiasme le dimanche. Plusieurs ont affirmé les bénédictions qui découlent de

La Rédaction Photo  : Sébastien Goetschmann

L’orateur du week-end, Yves Matthey, qui est président de la Rencontre de Jeunesse à Bulle, a invité chacun à proclamer la Parole de Dieu, car elle est source de vie. Etre fondé sur la Parole nous construit, même dans les périodes où nous allons moins bien. Il arrive parfois que de proclamer les bénédictions contenues dans la Bible ne soit pas facile, que tout ne se passe pas tel qu’on le souhaiterait, mais il faut accepter la manière d’agir et de répondre de notre Seigneur, en sachant qu’il est fidèle et digne de confiance.

«  N ous nous attendions à ce que Dieu agisse durant ce week-end, dit Céline Riard, directrice du camp. Et une fois de plus, il a répondu largement au-delà de nos attentes.  »

Au terme du week-end, chaque jeune avait à cœur de louer Dieu. «dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · décembre 2013

9


Nota bene

Les commissaires Franz et Hanny Boschung, responsables territoriaux  : Dès le 18 décembre  : Collecte des marmites à Berne 20 décembre  : Collecte des marmites à Genève 12 et 13 janvier 2014  : Retraite de la Direction 16 janvier  : Rencontre des officiers à la retraite, Division Est Les lts-colonels Massimo Tursi, Secrétaire en chef et Anne-Florence Tursi, Secrétaire territoriale Société  &  Famille  : 15 décembre  : Fête de Noël à Malleray Dès le 18 décembre  : Collecte des marmites à Berne 20 décembre  : Collecte des marmites à Genève 12 et 13 janvier 2014  : Retraite de la Direction Mutations internationales

Au 1er février 2014 Les lieutenants-colonels Alex et Luz Nesterenko deviendront Secrétaire en chef et Secrétaire territoriale des Ministères Féminins (MF) du Territoire Ouest de l’Amérique du Sud. Les lieutenants-colonels Douglas et Veronica Danielson deviendront Secrétaire en chef et Secrétaire territoriale des MF du Territoire du Brésil. Information officielle

Le GMS (Groupement médical salutiste) ne poursuivra plus ses activités. Selon une enquête, il ne répond plus à un réel besoin.

Cours ouverts à tous

Relation d’aide chrétienne Théologie biblique  : enseignant JeanGeorges Gantenbein, Dr théol. 25 et 26 janvier, 28 février, 29 et 30 mars, 25 mai 2014 Le monde de la Bible  : enseignant Jakob Holland, lic. Théol. 8 février, 1er et 2 mars, 12 avril, 23 et 14 mai 2014 Sauf autre indication, les cours ont lieu au Centre de formation de l’Armée du Salut à Bâle. Informations détaillées des cours sur ads-centredeformation.ch. Inscriptions  : s’adresser à Evelyne Rothacher 024 466 95 73 evelyne_rothacher@armeedusalut.ch

Vous pourrez aussi en profiter pour découvrir la nouvelle exposition «  Le monde pour Dieu  !  »  : 125 ans d’engagement mission-

Brigadier August Rickenbach Né le 1er juin 1918, August grandit à Amriswil avec cinq frères et sœurs. Après son apprentissage de marbrier, il effectue son école de recrue au terme de laquelle il est rapidement mobilisé pour le service militaire. Suite à un appel pour le service d’officier au sein de l’Armée du Salut, il entre en 1940 à l’Ecole d’officier de Berne dans son uniforme militaire.

Félicitations

95 ans 27 décembre  : Major Madeleine Ryser, Könizstrasse 74, 3018 Berne 90 ans 12 janvier 2014  : Major Margaretha Zimmermann, Rue de l’Ecluse 18, 2000 Neuchâtel 80 ans 18 décembre  : Lieutenant-colonel Hans-Peter Vogel, Saatlenstrasse 262, 8050 Zurich 20 décembre  : Major Samuel Walzer, Hochkreuzstrasse 1, 9320 Arbon 11 janvier 2014  : Major Elsbeth Hohl, Alte Strasse 9, 3852 Ringgenberg BE 75 ans 3 janvier 2014  : Major Emma Zimmermann, Fuchsweg 7, 3097 Liebefeld

Musée et Shop

Le 11 janvier 2013, le Musée et le Shop seront ouverts de 10h à 14h. Une conférence aura lieu de 11h à 12h30 avec Rosette Poletti (uniquement en français). «  Apprendre à vivre ici et maintenant  »  : des impulsions dynamiques pour ce début d’année.

Nécrologie

Photo  : MAD

Agenda des Chefs

naire salutiste suisse (entrée libre - chapeau). Contact  : corinne.gossauer@ armeedusalut.ch Téléphone  : 031 388 05 01 Le Musée sera fermé du 23 décembre 2013 au 6 janvier 2014 et le Shop du 23 décembre 2013 au 13 janvier 2014. En 2014, le Musée et le Shop seront à votre service du mardi au vendredi (de 9h à 17h).

Son premier ordre de marche doit avoir lieu à Glattfelden, mais alors qu’il s’y rend, on le prie de se rendre plutôt à Affoltern am Albis. Jusqu’à la fin de la guerre, engagements dans le Poste, au sein de l’Œuvre sociale et engagements militaires se succèdent. De son mariage avec Margrit Graber sont nés cinq enfants  : Rudolf, Margrith, Samuel, Bernhard et Paul. En 1965, son épouse Margrit décède après une brève hospitalisation. Durant cette période difficile, le chant «  G ott sorgt für dich sein Kind, freundlich und treu, jeden Tag neu  !  » (Dieu prend soin des ses enfants, jour après jour, avec bonté et fidélité  ! ), est pour August une source de courage et de réconfort. De son mariage avec Gertrud Schweizer naît Dora, qui est aujourd’hui officière de l’Armée du Salut. En tout, le brigadier Rickenbach a dirigé une douzaine de Postes et quatre institutions sociales. Rempli de reconnaissance, il a lui-même résumé sa vie en ces mots  : «  Servir le Seigneur a été ma joie  !  » Le 26 octobre 2013, le Seigneur a rappelé à Lui son serviteur, le brigadier August Rickenbach après 95 années de pèlerinage sur terre. Major Hervé Cachelin, Chef de la Division ouest

10

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · décembre 2013


Nécrologie

Annonces

Lte-col. Liliane DonzéJeanneret Photo  : MAD

Les jeunes de toute la Suisse se retrouvent à Adelboden du 26 décembre 2013 au 2 janvier 2014, pour skier, snowboarder, faire la fête, et surtout pour bien débuter l’année 2014. Si toi aussi tu désires participer à ce camp, les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 13 décembre.

Liliane Donzé est née le 26 septembre 1936 à Lausanne. Elle avait un sens de l’humour et de l’amour développé  ; une saine estime d’elle-même, sans se prendre au sérieux. A l’aise dans ce qu’elle faisait, en uniforme ou non. Elle était d’une humilité à toute épreuve.

Elle aimait l’eau. Déjà toute petite, elle descendait à la plage de Lausanne pour se baigner. Elle pensait passer toute sa vie face au Lac Léman. Toutefois, sa vocation d’officière de l’Armée du Salut la poussa à découvrir d’autres cieux  : Payerne, Orbe, St-Aubin, Brazzaville, Neuchâtel, Paris et Renens. Elle a aimé être officière de l’Armée du Salut. Elle a travaillé joyeusement avec son mari, partagé les responsabilités et les défis qui leur ont été lancés. Elle l’a soutenu et épaulé de manière discrète et efficace. Dans les fonctions qu’elle a occupées, ce qu’elle a toujours préféré, c’était d’être avec les gens.

En ChorAlle Spotlight pour choristes

1er février 2014, Zurich 2 février 2014, Lausanne

Aimez-vous chanter  ? Aimez-vous chanter dans une chorale  ? Voulez-vous vivre une expérience enrichissante et inoubliable  ? Music & Gospel Arts organise un weekend pour choristes avec Andrew Blyth

Plus d’informations sur le site internet suivant  : enchoralle.ch

La Nuit des religions est une réussite 74 visiteurs, tous externes à l’Armée du Salut, se sont rendus au Musée, qui participait à sa première Nuit des religions, samedi 9 novembre. Dans le lot, une cinquantaine de jeunes (trois groupes de confirmants) ont découvert l’Armée du Salut, sa structure, sa motivation et l’engagement missionnaire.

Elle avait reçu le don d’aimer les gens simplement, tous les gens et spécialement les jeunes et les laissés-pour-compte. La porte de son foyer était ouverte.

Un public intéressé posant des questions à foison  ! Une douzaine de personnes pour chaque atelier sur «  Marthe et Marie  » Le thème de la soirée étant «  UN  », le passage de l’Evangile* où Marthe s’occupe de beaucoup de choses et Marie d’une seule chose a été présenté de manière pragmatique et dynamique par les majors Hedy Brenner et Corinne Gossauer-Peroz. Avec cette première participation à cet événement de la ville de Berne, le Musée relève une superbe occasion de témoignage au service de Dieu et du prochain.

Avec courage et pugnacité, elle s’est battue contre la maladie. Malgré la perte de tant de facultés, elle est restée jusqu’au bout, la femme qu’elle était. Elle a rejoint la maison de son Père samedi matin, 9 novembre 2013, dans sa 78e année. Lt-col. Georges Donzé et Christiane Imhoof-Donzé

(assistant du directeur du Ministère de la Musique de l’Armée du Salut, GB). Il va travailler tout le week-end avec les amoureux du chant choral de toute la Suisse. Il sera le samedi 1er février, à Zurich (allemand) et le dimanche 2 février, à Lausanne (français). Le but du week-end sera de former une grande chorale qui participera au concert lors du Congrès 2014, de l’Armée du Salut à Bulle. Une répétition avec tous les participants aura lieu le 3 mai, à Berne.

Photo  : Corinne Gossauer

Elle a donné son cœur à Jésus vers l’âge de 7 ans. Sa vie spirituelle était profonde et communicative, nourrie par la lecture de la Bible et la prière. Elle avait une grande confiance dans la vie et dans son Sauveur, sachant qu’il tenait tout dans ses mains. Au Congo, pendant la guerre, il était impossible de se ravitailler. Le jour de l’anniversaire de «  pap’s  », n’ayant plus qu’un reste de farine, elle décida malgré tout de cuire un cake pour inviter les amis, les collègues et se réjouir ensemble, croyant que le Seigneur pourvoirait pour le lendemain ... et il l’a fait. Mariée à 22 ans, elle formait avec «  pap’s  », un couple parfaitement assorti.

Contact  : Thomas Bösch (thomas_boesch@armeedusalut.ch). Téléphone  : 031 388 05 50 - 031 388 05 95

Major Corinne Gossauer-Peroz Exprimant leur intérêt, les visiteurs ont posé beaucoup de questions sur l’Armée du Salut.

*(Luc 10  :  38-42)

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · décembre 2013

11


Maintenir le dialogue

Depuis plus de huit ans, la major Heidi Knecht a écrit fidèlement la rubrique «  Dialoguer avec Dieu  » de la dernière page de «  dialogue  ». Nous lui sommes extrêmement reconnaissants pour ce service qui a été en bénédiction pour bien des lectrices et lecteurs. C’est dans la Parole de Dieu, dans le «  dialogue avec Dieu  » comme elle le dit elle-même, que la Major a trouvé les ressources pour l’écriture de ses textes et qu’elle a reçu de nombreuses bénédictions qu’elle a pu partager. Dès l’an prochain, vous trouverez chaque mois une prière du livre «  Prières d’espérance  » écrite par Pierre-Yves Zwahlen et paru aux éditions de la Ligue pour la lecture de la Bible. Major Jacques Tschanz, Responsable UO Communication

12

*(la Bible, Job 42  :  5). Manuela Hefti

Dans le prochain «  dialogue  »

Prenons garde à notre alimentation f_flickr.com

Un merci reconnaissant

de moi. Il connaît mes peurs, mes doutes, mes échecs. J’étais comme Job, qui dit à Dieu  : «  mon oreille avait entendu parler de toi, mais maintenant mon œil t’a vu.  »*

JAB

Dialoguer avec Dieu

3001 Berne

Déjà petite fille, je savais que Jésus voulait être mon meilleur ami et il est véritablement devenu pour moi un fidèle compagnon. Mais j’ai longtemps pensé que je pouvais «  gagner  » l’amour et la bienveillance de Dieu en faisant de bonnes actions. Pourtant, malgré ma bonne conduite, j’ai essuyé de nombreux revers. Ma raison me disait certes que Dieu était aussi près de moi dans la détresse. Pourtant, je ne le ressentais souvent pas vraiment dans mon cœur. Jusqu’à ce que je fasse une expérience particulière avec Dieu. Alors que des amis priaient pour moi, le ciel s’est comme ouvert devant moi et Dieu me regardait, moi. J’ai été profondément bouleversée par son amour si profond, universel. A partir de ce moment, je savais avec certitude que Dieu connaissait tout

Photo  : GreatSmur

L’«  héritage familial  » que Manuela Hefti (37 ans) a reçu est pour elle d’une valeur inestimable.

Photo  : MAD

J’ai d’abord entendu, puis j’ai vu!

Impressum Mensuel pour les salutistes et amis de l’Armée du Salut. armeedusalut.ch Edition et rédaction Quartier Général Suisse-Autriche-Hongrie Laupenstrasse 5 - CP 6575 - CH-3001 Berne Téléphone 031 388 05 02 redaction@armeedusalut.ch Les changements d’adresse doivent nous être directement communiqués. Equipe de rédaction Sergent Martin Künzi  (Chef Marketing), Major Jacques Tschanz (Responsable Communication), Sébastien Goetschmann (Rédacteur), Major Christine Volet-Sterckx (Neuchâtel), Monique Bürki (St-Aubin) et Capitaine Pascal Donzé (Tramelan). Layout Rolf Messerli Impression rubmedia, Wabern/Berne Fondateur William Booth Général André Cox Chef de territoire Commissaire Franz Boschung

Manger sainement préoccupe de plus en plus de monde. Qu’en est-il à l’Armée du Salut et dans les institutions qu’elle dirige  ? Comment peut-on, de façon simple, faire attention à ce qu’on ingurgite  ?

Abonnement annuel dialogue Espoir * Etranger

CHF 46.– | 65.–* CHF 48.– | 67.–*

Voilà les questions que le dialogue de janvier abordera, pour bien commencer l’année 2014, de manière saine et équilibrée.

«  Pour moi, m’approcher de Dieu, c’est mon bien  : je place mon refuge dans le Seigneur, l’Eternel, afin de raconter toutes tes oeuvres.  »

La Rédaction

Psaume 73  :  28

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · décembre 2013


Dialogue 12/2013 - En route pour Noël