Page 1

d ialogue Mensuel pour les salutistes et amis de l’Armée du Salut

1 1 /  2 0 1 3

Photo :  Aurélien Bergot

Plus de voix pour les marmites Venez vivre l’expérience unique des marmites L’Armée du Salut en musique Nouvelles salutistes

4-6 8 7-9


Dialogue

Photo : Aurélien Bergot

Courrier de lecteur Concerne  : couverture dialogue 10/2013 Nous avons reçu le récit de ce rêve, que nous vous partageons ci-dessous.

«  Ne t’en fais pas, dit le Seigneur à son ami. Va, prends le ciseau et le marteau et conti­ nue ton service dans un autre village.  » Confiant, l’homme trouva la pierre, la tailla en suant à grosses gouttes et pensa que la pierre était bien travaillée. De ses dernières forces, il la déposa sur le mur devant lui.

Une expérience particulière

Photo :  © alphaspirit - Fotolia

Le Seigneur envoya un missionnaire dans une assemblée pour construire sa maison sur la Pierre de l’angle. «  Va, bâtis ma mai­ son  ! lui dit-il. Prends ce ciseau et ce mar­ teau, tu trouveras la pierre devant l’église de mes enfants.  » Le serviteur s’en alla, trouva la grosse pierre et se mit au travail. A la sueur de son front, avec peine, il tailla la pierre aussi bien qu’il le pût. Quand il pensa qu’il pourrait la mettre sur le mur dé­ jà bâti qui se trouvait devant lui, il la souleva de ses dernières forces et la plaça des­ sus, tant bien qu’il pût. Malheureusement, la pierre vacillait et pouvait tomber. Les pa­ roissiens regardèrent le travail du mission­ naire. Ils secouèrent tristement la tête et déclarèrent le travail mal fait et impossible à offrir à Dieu. Ainsi, ils jetèrent la pierre au pied du mur et la maison du Seigneur ne fut pas bâtie dans ce village.

Il y a deux ans, j’ai eu la chance de parti­ ciper, en partie sous la pluie, à la Collecte des marmites à Lausanne. Je dis bien la chance, car j’y ai vécu une expérience en­ richissante.

Malheureusement, la pierre vacillait dange­ reusement. Les paroissiens de cette autre église arrivèrent pour contempler le travail. «  Ah  ! dirent-ils consternés, elle risque de tomber. Venez, tous ensemble cimentonsla avec tout notre amour.  » Ce qu’ils firent en chantant des louanges. La maison du Seigneur fut bâtie dans ce village et Dieu bénit richement ses enfants fidèles et gé­ néreux. A.G. * *Nom connu de la Rédaction

Annonce Réservez ces dates dans vos agendas

Cela m’a tout d’abord demandé un peu de courage, à moi qui suis plutôt réservé, pour m’afficher avec ces salutistes en uni­ forme. Mais cela en a valu la peine : pour les moments de partage et pour la joie des personnes s’étant arrêtées quelques ins­ tants pour écouter, parfois même entonner avec nous les chants de Noël. Dans le fond, il y a certainement une multi­ tude de raisons qui pourraient nous inciter à nous engager, sous quelque forme que ce soit (cf page 4). Dans ce dossier, vous trouverez égale­ ment à quoi est destiné l’argent récolté lors des collectes des marmites (cf page 5) et un bref retour sur l’origine de ces collectes, qui font partie de la tradition salutiste.

Sébastien Goetschmann

Charte internationale de l’Armée du Salut

«  Je vous ai montré de toutes manières que c’est en travaillant ainsi qu’il faut soutenir les faibles, et se rappeler les paroles du Seigneur, qui a dit lui-même  : Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir.  » Actes 20  : 35

2

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · novembre 2013

L’Armée du Salut est un mouvement international et fait partie de l’Eglise chrétienne universelle. Son message se fonde sur la Bible. Son ministère est motivé par l’amour de Dieu. Sa mission consiste à annoncer l’Evangile de Jésus-Christ et à soulager, en Son nom, sans distinction aucune, les détresses humaines.


Info AdS

Photo  :  Aurélien Bergot

Pas de fête de Noël sans chant de Noël  ! Pour assurer sa publicité, l’Armée du Salut se rend elle-même sur le terrain  : que ce soit dans la rue avec la Collecte des marmites, ou dans les ménages suisses, au moyen des livrets de chants de Noël et d’un spot TV. En Suisse, on ne peut imaginer la période de Noël sans l’Armée du Salut. Les efforts que nous déployons à cet effet lors de la Collecte des marmites sont importants. C’est un pri­ vilège pour nous de pouvoir le faire. Alors que d’autres organisations doivent mandater des tiers pour procéder à des ac­ tions de dialogue direct, l’Armée du Salut se rend elle-même sur le terrain. Et pas avec n’importe quel message, avec le meilleur  : Jésus est vivant et il sauve. Une histoire ancienne, mais toujours d’actualité. Tout comme la magie des chants de Noël tra­ ditionnels. Pour de nombreux Suisses, ces mélodies font partie de la fête de Noël. L’an dernier, nous avions envoyé 2,5 millions de livrets de chants de Noël dans toute la Suisse et avons été inondés de réactions positives. Cette action nous a permis de dif­ fuser le message de Jésus sur l’ensemble du territoire suisse. Ce fut aussi l’occasion d’attirer l’attention sur la détresse et de pré­

senter le travail de l’Armée du Salut. Nombre de personnes ont même commandé des li­ vrets de chants supplémentaires. Nous renouvelons l’expérience Cette année, à nouveau, nous entendons profiter de notre proximité avec les gens durant la période de Noël. Comme l’année passée, nous enverrons mi-décembre des livrets de chants de Noël, mais cette fois à deux millions de ménages. Outre la version existante, il y aura une seconde version com­ prenant d’autres chants de Noël. Mi-novembre, nous enverrons l’appel de fonds général à près de 260  000 donateurs. L’Armée du Salut à la télévision Cette année, le mailing sera appuyé par un spot TV qui reprend le sujet des années précédentes (deux moitiés de visage diffé­ rentes). Grâce à cette campagne, qui est désormais ancrée dans la tête des Suisses, nous avons déjà bien réussi à attirer l’atten­

Les musiciens jouant aux marmites font partie de la féerie de Noël.

tion du public. Dans le spot TV, nous mon­ trons également un homme dont le visage se transforme, passant de la lumière aux té­ nèbres, et la pièce dans laquelle il se trouve devient toujours plus sombre et désagréable. L’Armée du Salut aide les personnes qui connaissent le côté sombre de la vie. Vous pouvez consulter en ligne toutes les in­ formations concernant nos actions de Noël. Vous y découvrirez aussi la bande-annonce du spot TV  : dons.armeedusalut.ch/serviceaux-donateurs Christoph Bitter, Responsable Fundraising Holger Steffe, Responsable public Fundraising

De vous à moi

Photos  :  Werner Tschan

Maintenez la marmite sur le feu ! Les marmites de l’Armée du Salut sont de retour. Du­ rant la période de l’Avent, elles or­ nent les places de plusieurs villes et villages du monde. Des salutistes et des amis de l’Ar­ mée du Salut prennent part à cette collecte particulière. Que ce soit comme interlocu­ teur près de la marmite, comme chanteuse ou chanteur, comme musicienne ou musi­ cien ou comme membre de l’organisation de ces journées de collecte. Cet immense en­ gagement nous impressionne à chaque fois. Année après année, nous nous réjouissons de participer à la Collecte des marmites. De nombreuses raisons nous encouragent à nous y investir activement.

C’est tout d’abord un acte de solidarité en­ vers des personnes se trouvant en détresse sociale. L’argent récolté permet à l’Armée du Salut de célébrer des fêtes de Noël toutes particulières et de soulager la détresse tout au long de l’année. C’est aussi l’occasion d’attirer l’attention sur la naissance du Christ et sur l’amour de Dieu. Nous avons souvent l’occasion, lorsque nous nous tenons près de la marmite, d’expliquer le contenu de la fête de Noël. C’est par ailleurs l’occasion de faire quelque chose ensemble. Nous ap­ précions la camaraderie qui règne dans le local de ravitaillement et parmi les groupes de chanteurs et de musiciens. Pour mon mari et moi, la période de la col­ lecte des marmites est à chaque fois une manière «  d’offrir du temps  » pour les ren­ contres et les entretiens. Lorsque je me tiens près de la marmite, j’ap­précie tout particu­ lièrement le contact avec mes semblables. Je ne suis pas tentée de faire une multi­

tude de choses en même temps. Je peux entièrement me concentrer sur une seule tâche et j’ai le temps d’être à l’écoute. Lorsque rien ne se passe, j’observe les pas­ sants pressés, je réfléchis à leur origine, à leur environnement, leurs attentes, leur mo­tivation et leur desti­ nation. J’accompagne souvent mon regard d’une brève prière. En cette période particu­ lière de l’année, je suis davantage consciente d’être une représentante de Dieu sur terre et de mon privilège d’être la porteuse d’un message de bonté et d’espoir. Nous aimons les marmites qui bouillent et nous nous réjouissons aussi de vous ren­ contrer. Commissaires Franz et Hanny Boschung, Chefs de territoire franz_boschung@armeedusalut.ch hanny_boschung@armeedusalut.ch

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · novembre 2013

3


Dossier – Plus de voix pour les marmites

Le Poste de Sierre organise ses premières marmites Sous une forme originale, le Poste de Sierre participera officiellement à sa première Collecte des marmites, le samedi 30 novembre. Cela fait bientôt huit ans que les activités de l’Armée du Salut ont débuté à Sierre. La Collecte des marmites du Poste va­ laisan portera le nom de «  Projet ABC  »  : acrostiche pour Art, Brio, C(h)œur. Le principe est simple  : inviter des élèves et des enseignants de l’Ecole de jazz et de Musique Actuelle (EJMA) de Sierre et du Conservatoire de Sion à participer vo­ lontairement à l’animation musicale de la collecte. Une fanfare comportant des sa­ lutistes et des non salutistes devrait éga­ lement être mise sur pied. Un mélange de style qui attire le monde L’intérêt de cette formule est de présen­ ter des musiques de diverses colorations

«  classique, jazz et brass  » sur la même scène et de stimuler ainsi l’intérêt de la population pour le Conservatoire et l’EJ­ MA. De plus, ce geste de solidarité met la culture et le brio de jeunes talents au ser­ vice de la population et des plus démunis, grâce aux dons qui seront récoltés. Pour le major Giovanni Catalanotto, respon­ sable du Poste de Sierre, cela représente aussi un autre avantage  : «  Comme cha­ cun peut mettre son talent à disposition des personnes en détresse, cela permet d’impliquer toute une région et de ne pas présenter une action uniquement salutiste. En ouvrant les portes aux personnes exté­

Une occasion de rencontres et de partage La période de Noël, notamment avec les collectes des marmites, offre l’opportunité à l’Armée du Salut d’accentuer sa visibilité. Mais ce n’est pas la seule raison pour laquelle les marmites sont importantes. Quatre personnes ont bien voulu nous expliquer pourquoi elles apprécient y participer.

Enthousiasmée de pouvoir annoncer le mer­ veilleux message de Noël, elle n’a pas regret­ té l’expérience  : «  J’ai vu beaucoup d’émo­ tion dans les yeux des gens. Il me semblait lire dans certains regards l’espérance que cette histoire de Jésus sauveur puisse être vraie. Ce sont des graines plantées dans les cœurs. Jésus en prendra soin.  »

mière fois aux marmites à Lausanne en 2012. En plus du témoignage qu’il a pu donner et des contacts qu’il a pu avoir, il se souvient d’une rencontre particulière  : «  A la demande expresse d’une passante, nous avons chanté ‹  Voici Noël  ›, explique-t-il. Il s’est alors installé un moment de profond recueillement entre nous, avant que la dame ne retourne à l’agitation de la rue.  » Qui participe une fois, participe toujours Avec près de 30 ans d’expérience aux mar­

Une ville en fête Ainsi, des groupes se produiront en trois endroits de la ville, par duos, trios et pe­ tits ensembles instrumentaux ou vocaux, avant de tous se retrouver à la Salle de la Sacoche pour le bouquet final. En Suisse, la Collecte des marmites est or­ ganisée depuis plus de 100 ans. La totalité des fonds est ensuite redistribuée sur place à des personnes en situation de crise. La Rédaction

mites, le major Willi Gubler en est un véritable accro. Le froid et la pluie ne lui font rien quand il pense au but  : rendre possible les actions sociales de l’Armée du Salut. Et puis «  Qui participe une fois, participe toujours  », dit-il. Cette année, il participera pour la première fois aux marmites à Bâle, où il s’occupe du service d’«  Essen daheim  ». La Collecte des marmites est le moment de l’année où l’Ar­ mée se montre au grand public, et c’est l’oc­ casion d’écouter les gens dans la rue. Plu­ sieurs personnes lui ont déjà partagé leur histoire lors des marmites. Autre argument qu’il lance à ceux qui hési­ tent à donner un coup de main  : «  On y fait de belles rencontres.  » C’est d’ailleurs avec un grand sourire que Willi Gubler raconte comment les marmites de 1979 lui ont per­ mis de s’approcher d’une fille de la chorale, aujourd’hui Madame Gubler … Propos recueillis par la Rédaction Photo  : Melle Bé_flickr.com

L’an dernier, Gabrielle Keller posait pour la première fois avec le Poste de Bienne. Parta­ ger sa foi était sa principale motivation  : «  Po­ ser aux marmites, c’est une façon de rappe­ ler aux gens que les biens matériels ne sont pas tout. Qu’il y a un espoir qui va plus loin.  »

rieures, nous pourrons aussi mieux expli­ quer qui nous sommes.  »

Monique Spiess participera aux premières marmites de Sierre, elle qui avait déjà posé à Bienne et à Berne. «  J’ai toujours été surprise du bon accueil que nous avions auprès de la population. Les gens étaient très contents lorsque nous distribuions des sachets de thé. Certains en redemandaient même. Je me réjouis de revivre cela à Sierre.  » Jean-Jacques Steiner a posé pour la pre­

4

Dans les rues agitées, les marmites sont parfois des îlots de calme propices aux belles rencontres.

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · novembre 2013


L’argent des marmites est utilisé pour les offres sociales en Suisse Dans près de 50 endroits de toute la Suisse, l’Armée du Salut organise chaque année la Collecte des marmites. Les bénéfices de ces collectes s’élèvent, en moyenne, à CHF 1  400  0 00.- par exer­ cice.

toujours facile. Outre un bon repas, elles reçoivent aussi un cadeau, la plupart du temps sous forme d’un bon d’achat.

Cet argent est utilisé exclusivement en Suisse  Par exemple, ces dons permettent d’or­ ganiser des fêtes de Noël dans différents sites de l’Armée du Salut. Les invités sont des personnes pour qui la vie n’est pas

L’Armée du Salut utilise aussi cet argent pour financer les bureaux sociaux qu’elle gère dans différentes villes. Les personnes dans le besoin y trouvent une aide non bu­ reaucratique, un soutien et un accompa­ gnement.

Voilà à quoi servent les marmites «  Open Heart  », à Zurich, propose des repas chauds, des conseils, des habits propres ou simplement la possibilité de se doucher. L’offre est uniquement financée par des dons. Photo  : Tina Steinauer

café, un lieu de rencontre pour les jeunes et la dis­ tribution de nourriture. Open Heart est finan­ cé uniquement par des dons. Heureusement, de nombreux bénévoles apportent leur aide et, ensemble, ils y travaillent près de 7 500 heures par année.

Cela fait six ans que les majors Walter et Pia Sommer dirigent Open Heart. Et plus Walter nous parle de son travail, plus ses yeux s’illuminent  : «  Je vis de belles expé­ riences  », nous confie-t-il. Il côtoie aussi la détresse d’hommes et de femmes qui n’ont pas d’endroit où loger ou rien à manger. Des hommes et des femmes, venant pour la plupart des pays pauvres de l’Union eu­ ropéenne et qui n’ont pas trouvé de travail. Mais aussi des personnes âgées, qui sont seules.

Ecouter et offrir de son temps Tout le monde n’a pas besoin d’un repas ou de conseils. Walter Sommer raconte, par exemple, l’histoire d’une femme kurde qui fréquente Open Heart depuis plus d’un an. Au début, elle était calme et réservée. Mais, au sein de la communauté, elle a commencé à s’épa­ nouir. Elle restait toujours plus longtemps après les repas et aidait à ranger. Finale­ ment, elle a confié son histoire à Pia, qu’elle considère aujourd’hui comme sa sœur. C’est une femme franche et joyeuse, qui rigole et discute volontiers.

Ces personnes se retrouvent toutes dans l’unique pièce d’Open Heart à Zurich, en plein quartier industriel. C’est là que se dé­ roulent les activités sociales proposées  : trois repas chauds par semaine, un coin

Tout comme elle, de nombreuses per­ sonnes recherchent simplement un en­ droit pour établir des contacts et nouer des liens. «  Au coin café on prend le temps de discuter  », confirme Walter Sommer. Cer­

Les majors Walter et Pia Sommer essayent de redonner espoir à des personnes en situation de détresse.

Où qu’elle se trouve, l’Armée du Salut se tient aussi à disposition de tous ceux qui frappent spontanément à sa porte. Les offres socio-diaconales, telles que les rencontres de quartier pour les enfants et les adultes, les repas de midi, les centres d’accueil de nuit, etc. sont également fi­ nancées par la Collecte des marmites. Les dons récoltés à l’occasion des collectes dans les grandes villes vont aussi en par­ tie aux institutions sociales, telles que les homes, les foyers pour enfants, etc. Major Margrit Schmid, Controlling OE

taines personnes y trouvent une source d’épanouissement. Quelques anciens hôtes viennent même donner un coup de main. L’officier de l’Armée du Salut les en­ cadre. Ce n’est pas toujours facile, car ces personnes-là ont aussi parfois leurs mau­ vais jours. Mais Walter aimerait malgré tout leur donner une seconde chance. «  Dieu m’offre une seconde chance. Pourquoi de­ vrais-je la leur refuser  ?  » C’est justement pour ces personnes qu’il est là. Et c’est aussi pour cela que ses journées de travail durent souvent plus de huit heures. Il se rend dans la rue une fois par semaine avec des collaborateurs et des collabora­ trices. Lors de ces visites, il a l’occasion d’écouter des personnes en détresse, de les encourager et aussi de les inviter à Open Heart. Des lits sont installés de mi-janvier à miavril. Il y a cinq ans, Walter Sommer a mis en place ce centre d’accueil de nuit pro­ visoire à la demande de la ville de Zurich. Douze personnes y trouvent chaque soir un endroit où passer la nuit. Lorsque da­ vantage de gens frappent à la porte, les collaborateurs installent d’autres matelas à même le sol. Open Heart peut alors ac­ cueillir jusqu’à 19 personnes par nuit. Et la demande est grande. En 2012, le centre d’accueil de nuit a affiché complet presque toutes les nuits. L’engagement en vaut la peine. La femme kurde, qui fréquente régulièrement Open Heart, le résume ainsi  : «  Je ne comprends certes pas tout ce que vous dites, mais ce que vous faites me va droit au cœur  ». Florina German

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · novembre 2013

5


Dossier – Plus de voix pour les marmites

Photo  : Salvation Army Heritage Museum

D’où viennent ces marmites  ? San Francisco, décembre 1891, le chômage et la détresse grandissent sur la côte californienne, surtout pour ceux qui tirent leurs profits de la mer. C’est dans ce contexte que le capitaine de l’Armée du Salut, Joseph McFee, décide de soulager les indigents en leur offrant un repas le jour de Noël. Mais comment couvrir les frais de ces repas  ? Réfléchissant à cette question, il se rappelle l’époque où il était marin à Liverpool, en An­ gleterre. Non loin du débarcadère était po­ sé un grand pot appelé «  pot de Simpson  », dans lequel les passants déposaient leurs dons pour les pauvres. Le lendemain, le ca­ pitaine McFee installe un trépied dans lequel il fixe une grande marmite avec l’inscription «  Faites bouillir la marmite  !  » au débarca­ dère du ferry d’Oakland, au pied de Market Street. Rapidement, il obtient de quoi finan­ cer son action.

Depuis, l’idée s’est répandue à travers les Etats-Unis, mais également un peu partout où l’Armée du Salut est présente, jusqu’à devenir une véritable tradition salutiste. En Suisse, les «  collectes des marmites  », comme on les appelle communément, ont débuté dans les années 1900. Aujourd’hui encore, leurs recettes servent à soutenir le travail social de l’Armée du Salut. Les premières marmites étaient exclusivement utilisées pour offrir un repas aux nécessiteux.

Photo  : All The World, London

Photo  : MAD

La Rédaction

Peu importe le pays et la forme de la marmite, la cause reste la même. Les deux images de gauche ont été prises à Amsterdam, la dernière en Finlande.

6

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · novembre 2013

Photo  : MAD

Photo  : Ruud Tinga

Photo  : Ruud Tinga

Bien que les instruments ne soient pas les mêmes, au Japon ou au Congo, la collecte des marmites est une tradition.


Echos

Lorsque les aînés partent en vacances

Photo  : Jacques Tschanz

Pour sa neuvième édition, les vacances organisées pour les aînés se sont déroulées du 23 au 27 septembre, une fois encore, à «  La Pelouse  » sur les hauts de Bex.

Chanson pour la marmite de Noël Tu n’auras pas un prix d’élégance  ! Je te trouve plutôt cabossée, Plus pratique que jolie, en fait. Mais les gens t’admirent  ! Flatée  ? Dans ton genre, tu as bonne réputation.

C’est vrai, la première fois qu’on t’a vue Ça grimaçait, ça ricanait De te voir squatter le trottoir. Ça faisait jaser...

L’étude de la Bible est un élément important de cette semaine de vacances.

Ce lieu enchanteur au milieu d’un magni­ fique parc a fait bien des heureux. Ils de­ vaient être 22, des désistements ont réduit l’effectif à 16 personnes. Mais pour l’orga­ nisatrice, la major Paulette Egger, l’essen­ tiel est  : «  que chacun puisse être enrichi et fortifié dans sa foi. Le programme est très léger, car ce sont des vacances et non un camp  », précise-t-elle. A entendre les participants, aucun ne regrette d’être venu. Chacun est libre de participer ou non aux rencontres qui ponctuent les journées  : méditation mati­ nale, étude biblique (donnée chaque jour

par le lieutenant-colonel Maurice Motte sur le thème du «  lâcher-prise  »), pauses ca­ fé, promenades, jeux, pensée du soir etc. chacun trouve son rythme. Le mot de la fin, je le laisse à une partici­ pante  : «  L a Pelouse, c’est mon havre de paix, j’y suis heureuse. On a une Major pleine d’amour, disponible pour chacun et si gentille. Je me sens à la maison, et chaque année l’étude biblique est un mo­ ment superbe.  » Major Jacques Tschanz

Changement de rédactrice Depuis plus de deux ans, les lecteurs ont eu le plaisir de lire de nombreux articles de la plume de madame Florina German, rédactrice responsable de l’édition aléma­ nique de « dialogue » qui, pour des raisons professionnelles, a quitté son poste à l’Ar­ mée du Salut fin octobre. Nous regrettons de laisser partir une collègue aimable et une personne si compétente qui a su ra­ pidement embrasser la cause salutiste et faire valoir ses nombreux dons dans les diverses publications auxquelles elle a participé. Sans oublier les médias sociaux

(Web) qui, eux aussi, ont bénéficié de son savoir. Avec toute l’équipe de la rédaction nous souhaitons la riche bénédiction du Seigneur sur Florina, ainsi que de la satis­ faction sur son chemin professionnel. Nous accueillons sa remplaçante, ma­ dame Sara Stöcklin, que vous apprendrez à connaître au travers des prochaines édi­ tions.

Mais tu as fait du chemin, je vois ; On te retrouve partout  : A Hong Kong et Santiago, Paris et Kinshasa. Tu as une place d’honneur Que nul ne semble discuter. Et partout, tu prends l’air du coin.

Des dames «  b ien  », ouvrent leur sac à main ; On fait grand cas de toi ... Oh, c’est bien loin de nous déplaire Que de te voir plaire  !

Mais tu seras d’accord  : ce qui compte, Ce n’est pas ta bonne réputation. Tu vis pour les autres ; Et dans chaque langue on le proclame. Une fois encore, que tinte ta sonnette Que les sous s’empilent jusqu’au couvercle, Pour que Noël soit bien Noël Et que pour tous s’ouvre le ciel  !

Ce texte, traduit en français par le colonel André Sterckx, a été écrit par le Général (R) John Gowans, et compilé dans le recueil «  O Lord  !  »

Major Jacques Tschanz, Responsable de l’Unité d’Organisation Communication «dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · novembre 2013

7


Echos

La fanfare lémanique partage son expérience à Madrid

Photo  : MAD

La fanfare du Poste de l’Arc lémanique a visité le Poste de Madrid Central du 11 au 15 septembre. C’est unis dans la musique et surtout dans la présence du Seigneur, qu’ils ont vécu une semaine intense. madrilène, les majors Belinda et Oregui Arias, nous ont conduits pendant les deux concerts en plein-air. Le témoignage d’une Armée du Salut vivante, dynamique et pro­ clamant la parole de Dieu dans les rues de cette belle ville a touché les cœurs des passants mais pas seulement  : jouer dans des endroits chers de leur enfance était, pour les musiciens madrilènes, à la fois un défi et une source d’inspiration. Les moments de partage sur le chemin vers les activités, pendant les repas et les promenades, ont fortifié notre relation. Les conversations étaient source de motiva­ tion, d’affection et d’amitié.

A Madrid, la fanfare du Poste de l’Arc lémanique a vécu une semaine intense.

Nous savons que la lecture de la Bible nous donne de l’enthousiasme pour l’évangélisation, le désir de demeurer tout proche de Dieu et de partager avec autrui les bienfaits de ce bonheur. C’est avec cet enthousiasme que nous nous sommes rendus à Madrid avec la fanfare de l’Arc lémanique, invités par le chef de fanfare José Alvea Martínez, qui souhaitait donner à ses fanfaristes l’op­ portunité de recevoir une formation sup­

plémentaire et les encourager en sachant qu’ils ne sont pas les seuls à exercer le ministère de la musique.

Le dimanche, pendant la louange, nous nous sommes plongés dans la prière en nous tournant vers Jésus notre référence, celui qui donne du sens à nos actions, notre source d’harmonie collective.

Unité spirituelle et musicale Ensemble et unis par la musique, nous avons été élevés spirituellement. Cela nous a rapprochés de la connaissance de Dieu, nous apportant l’harmonie avec notre créateur, nos frères et nous-mêmes.

«  M adrid est immense, mais plus petite que le cœur de nos frères salutistes de Madrid  », a relevé un des membres de la fanfare de l’Arc lémanique. Les salutistes de Madrid Central espèrent d’autres oc­ casions de répéter l’expérience et nous aussi.

Dans cet esprit, les officiers du Poste

Eva Graciela Bruderer

Photo  : MAD

Le rap de Mij Ases a résonné à Orbe C’est pour la présentation de son tout nouvel album «  Avis aux âmes à terre  », que Mij Ases, de son vrai nom Jimmy Sesa, nous a offert un concert de rap le samedi 21 septembre, dans la salle du Poste de l’Armée du Salut d’Orbe. Accompagné par quelques amis égale­ ment rappeurs, comme Céphas, Démi­ neur, … et aussi de musiciens, techniciens et choristes, c’est devant un public d’un peu plus de 80 personnes que Mij nous a entraînés dans son univers. Au travers de ses tout nouveaux morceaux, des té­ moignages et d’un petit discours du ma­ jor Yves Dawans, responsable du Poste

8

d’Orbe, Jimmy a su partager sa rencontre avec Dieu et de quelle manière il pour­ suit maintenant sa route avec Jésus. Le concert terminé, un moment de partage et de détente autour de pizzas et de boissons a clos cette merveilleuse soirée.

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · novembre 2013

Phoebe Dawans Jimmy Sesa a mis le feu au Poste d’Orbe.


Le scoutisme salutiste fête ses 100 ans

Bienvenue du Général André Cox

Photos  : Salvation Army IHQ

Pour marquer ce jubilé, un Jamboree mondial a eu lieu à Gillwell Park, Chingford (Royaume-Uni), du 3 au 10 août. En Suisse romande, le mouvement appelé Flambeaux de l’Evangile existe depuis 1964.

Les commissaires Franz et Hanny Boschung, responsables de notre Terri­ toire, étaient également présents. «  Nous avons eu l’occasion de les accueillir d’une manière typiquement suisse et de leur transmettre les bénédictions de notre Ter­ ritoire, explique Franz Boschung. Nous leur souhaitons beaucoup de force et de joie dans leurs tâches si importantes.  »

De nombreuses animations gonflables ont été installées pour cette semaine festive.

Un peu d’histoire Le scoutisme a été créé en 1907, par Ro­ bert Baden-Powell. Ce dernier a rapide­ ment demandé à William Booth de faire partie du noyau gouvernant du scoutisme mondial. Après quelques hésitations, il ac­

cepte et le «  Life Saving Scout  » (pour les garçons) de l’Armée du Salut est inauguré en 1913, suivi par le «  Life-Saving Guards  » (pour les filles) en 1915. Les idéaux de Lord Baden-Powell (les fondements du mouvement scout sont  : la relation à soi, la relation à son corps, la relation aux autres, la relation aux choses et la relation à Dieu) suscitent rapidement l’intérêt en Suisse. Les premiers groupes suisses sont fondés en 1910 déjà, les pre­ mières filles scoutes se réunissent peu après. L’Armée du Salut a toujours été proche du scoutisme.

Aujourd’hui, les groupes scouts les plus proches de l’Armée du Salut en Suisse romande por­ tent le nom de «  Flam­ beaux de l’Evan­ gile  », dont le premier groupe suisse a vu le jour en 1964 à Lau­ sanne. Nous revien­ drons plus en détail sur ce mouvement l’année prochaine, Une délégation du QGI a même participé activement aux jeux proposés. à l’occasion de son Ici, la commissaire Deise Eliasen, secrétaire pour les Ministères Féminins cinquantenaire. pour la Zone Amérique & Caraïbes.

La Rédaction

Durant cette réunion, le Général a dit qu’il révait d’une Armée sur ses genoux  : «  Une Armée engagée, efficace et joyeuse, en­ racinée et confiante en la parole de Dieu  ». La Rédaction

Vidéo sur  : salvationarmy.org/ihq/news/ inr041013 Photo  : Salvation Army IHQ

Une semaine colorée, tant pour les enfants que les parents.

520 scouts et responsables de toute la planète se sont donc rencontrés, pour par­ tager, mais aussi s’affronter dans diverses compétitions, toujours amicales bien en­ tendu. Les pays représentés étaient l’Aus­ tralie, le Canada, l’Ukraine, la Finlande, la Suède, la France, la Belgique, le RoyaumeUni, la Norvège et les Pays-Bas.

Dimanche 29 septembre, le Général André Cox et la commissaire Silvia Cox ont été officiellement accueillis dans leurs nouvelles fonctions, lors d’une cérémonie au William Booth College de Londres.

Le commissaire Franz Boschung (à gauche) en «  uniforme  » de circonstance.

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · novembre 2013

9


Nota bene

Agenda des Chefs

Les commissaires Franz et Hanny Boschung, responsables territoriaux  : 16 novembre  : Concert jubilé au Poste de Bâle 1 20 novembre  : Journée des collabora­ teurs à Aarau 21 novembre  : Journée des collabora­ teurs à Lausanne 24 novembre  : Culte au Poste de Fleurier 5 – 9 décembre  : Visite en Hongrie 12 décembre  : Séance du Conseil straté­ gique, QG Berne Les lts-colonels Massimo Tursi, Secrétaire en chef et Anne-Florence Tursi, Secrétaire territoriale Société  &  Famille  : 16 novembre  : Concert jubilé au Poste de Bâle 1 24 novembre  : Culte au Poste de Bâle 1 1er décembre  : Culte au Poste de Grischa 3 décembre  : Fête de Noël des officiers à la retraite (Est) 7 décembre  : Collecte des marmites à Morat 12 décembre  : Séance du Conseil straté­ gique, QG Berne Félicitations

90 ans 27 novembre  : Major Hildegard Ruch, Einschlagweg 38, 3400 Burgdorf 70 ans 23 novembre  : Major Heidi Braun, Moosstrasse 37, 3073 Gümligen 30 novembre  : Major Hanna Frutiger, Frobenstrasse 18, 4053 Bâle 8 décembre  : Commissaire Françoise Braun-Beney, Rue Aloys-Fauquez 89, 1018 Lausanne 8 décembre  : Lieutenante-colonelle Jacqueline Bates, Leiernstrasse 21, 3054 Schüpfen Promotion à la Gloire

Jean Romy, le père du capitaine Vincent Romy, a été rappelé auprès du Seigneur dans sa 73e année. Nous souhaitons à la famille en deuil la paix et le réconfort que seul Dieu peut apporter. Information officielle

La commissaire Birgitte Brekke et le Géné­ ral Shaw Clifton se sont mariés le 12 oc­ tobre 2013.

10

Nouvelles des Postes

Consécrations / Présentations d’enfants Arc lémanique  : Laura Pillajo Rosero ; Neuchâtel  : Alyssa Nater ; Saint-Aubin  : Elvis Oliveira Da Silva ; Tramelan  : Tim Du­ puis ; Yverdon  : Lélia Romy. Enrôlement de jeunes soldats Arc lémanique  : Mathilde Geiser ; La Broye  : Sarah Damien et Natan Marcon ; Neuchâtel  : Sylviane Grosjean ; Sierre  : Clarisse Botrugno et Lys Nkerabigwi Ishwi­ mwe. Nominations dans le Cercle d’amis Arc lémanique  : Arthur Genier, Cornélia et Philip Surmont, Daniel et Mathilde Vo­ doz ; La Broye  : Christian Ding et Barbara Maquelin ; Tramelan  : Virgine Freléchox, Mélissa Habegger, Gwenaëlle Lauber et Luana Leiber. Enrôlement de soldats Sierre  : Axel Besson ; Tramelan  : Yaëlle Dupuis, Isa Flückiger, Fabienne von Allmen et Céline Voumard. Confirmations / Fin d’instruction religieuse Arc lémanique  : Jessica Dos San­ tos, Mara Gafner, Kilian Kesete et Joan Maillard ; La Broye  : Nyckles Marcon et Sabrina Rivera ; Malleray  : Manon Jordi ; Saint-Aubin  : Clémentine Porret, Maëlle

Pouly et Audrey Sengstag ; Tramelan  : Ja­ son Combremont, Maurane Donzé, Isa et Laura Flückiger, Eloïse Germain et William Lauber. Mariages Arc lémanique  : Mathieu Dorthe et Sharon Nufer ; Neuchâtel  : Guy Richard Engwelengwele et Melody Jean-Mairet ; Sierre  : Philippe Brunsweiger et Ana Pau­ la Augusto, Antonino Samuele Catalanotto et Lilette Thiemeyer ; Tramelan  : Jérémie Habegger et Céline Schuppli ; Yverdon  : Chijioke Ljioma et Delphine Bidaux. Nominations de collaborateurs Neuchâtel : Aurélie Dupuis (responsable du groupe de louange) et Céline Rei­ chenbach (responsable de l’école du di­ manche, de la garderie et du BabySong) ; Tramelan  : Mikael Bühler (président pro­ jet bâtiment et CP), Anne Burri (CP), Isa Flückiger (école du dimanche), Virginie Freléchox (danse), Frédéric Lauber (CP), Gwenaëlle Lauber (CP), Luana Leiber (danse) et Didier Mathez (président CP). Promotions à la Gloire du ciel Arc lémanique : José Cortès et Istuan Kamper ; Neuchâtel : Madeleine Flückiger, Jean Romy et la major Hulda Volet ; Yverdon  : Albin Reymond. Annonces suite

Cours ouverts à tous

Relation d’aide chrétienne Enseignante  : Marie-Noëlle Yoder, théra­ peute familiale et conjugale, 14 décembre 2013, 1 et 2 mars 2014 Sauf autre indication, les cours ont lieu au Centre de formation de l’Armée du Salut à Bâle. Informations détaillées des cours sur ads-centredeformation.ch. Inscriptions  : s’adresser à Evelyne Rotha­ cher 024 466 95 73 evelyne_rothacher@armeedusalut.ch

Spotlight pour les choristes Andrew Blyth (assistant du Directeur du ministère de la musique en Angleterre) vi­ sitera la Suisse les 1er et 2 février 2014. Il va travailler tout le week-end avec les amou­ reux du chant choral de toute la Suisse. Le but du week-end sera de former une chorale qui participera au Congrès 2014, de l’Armée du Salut à Bulle. Veuillez d’ores et déjà réserver ces dates. Plus d’informations suivront bientôt  : gospelarts.ch

Annonces

Réunion d’adieux et de bienvenue des Chefs divisionnaires La réunion d’adieux des majors Jacques et Claude-Evelyne Donzé et de bienvenue de la major Sylvette Huguenin aura lieu di­ manche 10 novembre à 17 heures au Poste de Neuchâtel.

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · novembre 2013

Vivre orange La journée de formation de l’Oeuvre de jeunesse aura lieu le 26 novembre, à Berne. Infos et inscriptions (jusqu’au 16 novembre) sur salvy.ch


Lu pour vous

Mutations internationales

Au 1er décembre 2013 Les colonels Wilfred Varughese et Prema Wilfred, deviendront respon­ sables territoriaux du Territoire Nord de l’Inde. Le colonel Wilfred Varughese comme Commandant territorial et la co­ lonelle Prema Wilfred comme Présidente territoriale des MF. Ils succèdent aux com­ missaires Kashinath V. et Kusum K. La­ hase, qui se retirent du service actif. Les lieutenants-colonels Peter et Norma Kwenda, deviendront Secrétaire en chef et Secrétaire territoriale des MF pour le Territoire du Zimbabwe, chacun avec promotion au grade de colonel.

Au 1er février 2014 Les lieutenants-colonels William et Lorraine Bamford, deviendront Secré­ taire en chef, respectivement Secrétaire territoriale des MF pour le Territoire USA Est, avec promotion au grade de colonel. Ils succèdent aux colonels William et Mar­ cella Carlson, qui se retirent du service actif. Selon le Bureau du Général  : Depuis le 3 septembre 2013, le capitaine Scott Linnett est le Secrétaire privé du Général.

Internet Communiquer sans frontières

Animations à Sauvabelin

Guide pratique

Le Poste de l’Arc lémanique a organisé des animations pour les enfants, entièrement gratuites, du 15 au 17 octobre.

Par Pierre Mathez Editions Oladios ISBN  : 978-2-9700510-3-9

Nous avons vécu trois jours très sympas au refuge des bois de Sauvabelin. Le thème abordé était  : «  J e connais, j’aime et je protège la nature dans laquelle je vis. C’est Dieu qui l’a créée.  »

La nouveauté cette année a été la fin du camp vécue avec les parents au refuge, avec un grand goûter préparé par les en­ fants, ainsi que la visite de l’exposition sur la nature de l’association A-Rocha (arocha. org). Major Christine Staïesse

Photos  : Christine Staïesse

Plus de trente enfants et une quinzaine d’adolescents, encadrés par une quin­ zaine d’adultes y ont participé. Nous avons eu des ateliers nature avec tour dans la fo­ rêt accompagné d’un garde-forestier, dé­

couverte des abeilles avec un apiculteur, fabrication de petites bêtes en coquille de noix, et bien d’autres choses encore.

Dans ce petit ouvrage, Pierre Mathez, actif dans les services informatiques et la créa­ tion de sites Internet, présente les princi­ pales possibilités de partager l’Evangile grâce aux nouvelles technologies. Forums, «  tchats  », Facebook, YouTube, sites Internet, courriels et même SMS, tout y passe. Au fil des pages, Pierre Mathez décrit quelques-unes de ses nombreuses expériences sur la toile, indique les pièges à éviter et donne quelques conseils sur l’utilisation des différentes possibilités qu’offre Internet. Les nouveaux médias étant en constante évolution, l’ouvrage ne contient malheu­ reusement que peu de conseils concrets. Il a cependant le mérite de nous rappeler que peu importe la mission que Dieu nous confie, c’est dans la prière et le partage avec lui que nous devons l’aborder. Autre point important, ce livre réaffirme que la mission peut et doit se faire par le biais des nouvelles technologies. Le monde est à portée de clic et Internet a besoin de la présence de chrétiens qui an­ noncent la Parole de Dieu. Ce n’est pas la vocation de tous les chrétiens, mais c’est un champ qui a besoin de missionnaires formés et engagés. Sébastien Goetschmann

Découvertes et amitiés. Une trentaine d’enfants ont été sensibilisés aux richesses de la nature. «dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · novembre 2013

11


Persévérons  ! Ces dernières semaines, Salvation Street a été invité à participer à deux évènements de l’Armée du Salut. Les «  Vents d’Anges  » (durant la Fête des Vendanges à Neuchâtel) et un plein-air organisé par le Poste de La Chaux-de-Fonds.

Salvation Street regroupe des jeunes de l’Armée du Salut de toute la Suisse romande.

Malgré peu de retours concrets, je suis per­ suadé de l’importance d’un groupe comme Salvation Street qui partage l’Evangile dans la rue. Et même si une seule personne a été touchée par Dieu durant ces événements, cela en valait la peine.

JAB

La Chaux-de-Fonds Plus nombreux et extrêmement motivés, malgré le froid et le brouillard, nous nous sommes rendus à la Place Espacité. Petit à petit, quelques passants n’ont pas hésité à s’arrêter. Nous avons ensuite reproduit nos sketchs et chorégraphies à la gare. C’est à cet endroit que nous avons pu avoir un meilleur contact et de véritables discussions avec les Chaux-de-Fonniers.

3001 Berne

Les «  Vents d’Anges  » Vendredi, nous avons donné quelques re­ présentations à la gare, mais sans véri­ table succès. J’ai été un peu déçu du peu de répercussions sur notre public-cible, les jeunes. Beaucoup étaient déjà passable­ ment «  joyeux  » et je pense que nous les avons plus amusés que percutés. Samedi soir nous avons donné une représentation au Poste. En dehors de la zone de passage de la Fête, il était difficile d’y attirer du monde. Mais je crois que les personnes qui ont eu la chance de passer devant le Poste ont été in­ terpelées de voir des jeunes qui se bougent pour dépoussiérer l’image de l’Eglise. Malgré un faible impact visible, nous avons passé un très bon moment.

Photo  : MAD

Maintenir le dialogue

Anthony Robert, membre de Salvation Street

Dans le prochain «  dialogue  »

Selon le Psaume 27 L’Eternel est ma lumière et mon salut. Auprès de lui, je suis à l’abri comme dans une forteresse. De qui aurais-je peur  ? Je demande à l’Eternel une chose  : aussi longtemps que je vivrai, je voudrais habi­ ter dans la maison de l’Eternel. Je veux y apprendre combien le Seigneur est bon avec moi, réfléchir en toute quié­ tude dans la tente sacrée. Il m’accorde sa protection dans les temps difficiles et me place sur une haute falaise, inacces­ sible pour mon ennemi.

Mensuel pour les salutistes et amis de l’Armée du Salut. armeedusalut.ch

Equipe de rédaction Sergent Martin Künzi  (Chef Marketing), Major Jacques Tschanz (Responsable Communication), Sébastien Goetschmann (Rédacteur), Major Christine Volet-Sterckx (Neuchâtel), Monique Bürki (St-Aubin) et Capitaine Pascal Donzé (Tramelan). Layout Rolf Messerli Impression rubmedia, Wabern/Berne Fondateur William Booth Général André Cox Chef de territoire Commissaire Franz Boschung

Eternel, écoute ma voix, car je fais ap­ pel à toi  ! Aie pitié de moi et exaucemoi  ! Pourtant je me souviens que tu as dit  : «  Recherchez ma proximité  !  » C’est ce que j’entends faire maintenant et t’adresser mes prières. Ne me cache pas ton visage  ! Je suis ton serviteur et, jusqu’à présent, tu m’as toujours aidé. Ne m’abandonne pas, Toi, mon Dieu et mon Sauveur  ! Montre-moi ce que je dois faire  ! Conduis-moi dans le sentier de la droiture  !

Nous entrons dans la période de l’Avent, tous les foyers se préparent à vivre les fêtes de Noël. Et nous, en tant que chré­ tiens, comment nous préparons-nous à rencontrer Jésus  ? Sommes-nous prêts à nous mettre en marche, comme les ber­ gers et les mages, qui ont parcouru un long chemin pour rencontrer l’enfant roi  ? Le dialogue de décembre souhaite vous encourager à vous préparer à vivre un temps de Noël béni avec notre Sauveur.

Major Heidi Knecht

La Rédaction

12

Impressum

Edition et rédaction Quartier Général Suisse-Autriche-Hongrie Laupenstrasse 5 - CP 6575 - CH-3001 Berne Téléphone 031 388 05 02 redaction@armeedusalut.ch Les changements d’adresse doivent nous être directement communiqués.

- Fotolia.com

Appel à l’aide

En route pour Noël

Photo  : © ISO-68

Dialoguer avec Dieu

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · novembre 2013

Abonnement annuel dialogue Espoir * Etranger

CHF 46.– | 65.–* CHF 48.– | 67.–*

«

  I l n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis.  

»

Jean 15  :  13

Dialogue 11/2013 - Plus de voix pour les marmites  

La Collecte des marmites est une tradition importante à l'Armée du Salut et également un excellent moyen de témoignage.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you