Page 1

d ialogue

Photo :  Sébastien Goetschmann

Mensuel pour les salutistes et amis de l’Armée du Salut

1 1 /  2 0 1 2

«  Un homme selon le cœur de Dieu  » Quel rôle l’homme doit-il jouer aujourd’hui  ? Congrès européen de l’Armée du Salut Nouvelles salutistes

4-7 8 8 - 13


Dialogue

Photo  : flickr.com/radiant_guy

Annonces

Un homme épanoui Le 17 novembre aura lieu la Journée Hommes 2012, organisée par le Forum des Hommes (cf. page 6). Cette journée réservée aux hommes nous a interpelés sur le rôle que la gente masculine est appelée à endosser au sein de notre société. Garçons et filles sont différents, c’est une évidence. Pourtant, les genres tendent à se mélanger (une théorie du genre affirme qu’on ne naît pas homme ou femme, on le devient), si bien que certains hommes éprouvent parfois des difficultés à comprendre et à jouer leur rôle. Dans cette édition, nous avons cherché à mieux définir quel rôle l’homme est sensé jouer selon la Bible et si cette image est encore actuelle (cf. page 4). Nous avons aussi voulu voir comment le rôle de l’homme dans l’Armée du Salut est perçu (cf. page 5) et ce que l’organisation salutiste met sur pied pour que ses membres masculins deviennent des hommes selon le cœur de Dieu (cf. pages 6 et 7). Sébastien Goetschmann

Charte internationale de l’Armée du Salut L’Armée du Salut est un mouvement international et fait partie de l’Eglise chrétienne universelle. Son message se fonde sur la Bible. Son ministère est motivé par l’amour de Dieu. Sa mission consiste à annoncer l’Evangile de Jésus-Christ et à soulager, en Son nom, sans distinction aucune, les détresses humaines.

2

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · novembre 2012


Info AdS

Campagne de Noël 2012 - pour ceux qui ont la poisse Comme il n’en faut pas beaucoup pour perdre pied, il vaut la peine de me demander sur quoi je m’appuie.

Mon ferme appui, c’est le fait d’être sauvé par Jésus-Christ. Trop de personnes, en Suisse, ne partagent pas cette assurance. L’Armée du Salut est là pour chacun et s’efforce de combler cette lacune avec des offres diversifiées et orientées sur le besoin concret. «  Soupe, savon, salut  » Ce slogan nous rappelle chaque jour d’accompagner notre entourage par étape. Il faut d’abord répondre aux besoins de base et recouvrer un minimum d’équilibre avant de penser à la suite. Pour que notre Armée du Salut puisse apporter son soutien à ceux qui ont été délaissés par la chance, il lui faut aussi les ressources financières. C’est là que les différents éléments de la campagne de Noël entrent en jeu. Saisissons l’oc-

casion de présenter ouvertement notre conviction à un large public et de récolter ainsi l’argent nécessaire. Un sourire ou une parole peuvent déjà «  f aire des miracles  ». Nous reprenons la campagne d’affiches de l’année passée, car les nombreuses réactions positives confirment son succès au niveau de la communication et de la compréhension de notre message et de notre action. Nous avons ainsi atteint environ trois millions de personnes par les affiches et les annonces gratuites.

au fameux thé salutiste, il sera distribué vers les marmites. Il est d’ailleurs possible d’en acheter. Les informations sont indiquées sur le flyer accompagnant le sachet de thé. Vous trouverez de plus amples informations sur la campagne de Noël sur  : marketing.armeedusalut.ch/sergent. Christoph Bitter, Responsable de la collecte de fonds christoph_bitter@armeedusalut.ch Photo  : AdS

J’en fais moi-même fréquemment l’expérience  : des choses toutes simples peuvent me rendre pensif, voire me secouer. Ce sont parfois de mauvaises nouvelles dans la presse, parfois dans mon entourage personnel.

En plus du mailing habituel à nos donateurs, nous enverrons les quatre cantiques de Noël les plus connus à environ 2,5 millions de ménages, afin de leur transmettre l’ambiance de Noël et de pouvoir gagner de nouveaux Il est possible de tout perdre en un rien de temps. L’Armée du Salut donateurs. Quant est là pour les personnes qui n’ont pas eu de chance.

De vous à moi

Photos  :  Werner Tschan

Les hommes Quand je prends le train, je m’installe généralement dans le dernier wagon, qui est souvent la voiture-famille. Les enfants et leurs parents s’y divertissent avec quelques jeux. Un père rattrape sa petite fille au bas du toboggan. Ils ont tous les deux visiblement beaucoup de plaisir à ce petit passe-temps durant le voyage. Il y a 20 ans, John Gray écrivait dans son livre «  Les hommes sont différents, les femmes aussi  »  : «  les hommes s’efforcent toujours de se prouver à eux-mêmes qu’ils sont capables de faire quelque chose.

L’image que l’homme se fait de lui-même se définit par son aptitude à produire quelque chose de tangible.  » Max Lucado aborde la question pertinente  : «  Je ne comprendrai jamais pourquoi nous, les hommes, préférons nettoyer les dents d’un crocodile plutôt que de demander notre chemin à quelqu’un.  » Même si le jeune père du train ne correspond sans doute pas à cette caricature, beaucoup d’hommes sont encore marqués par l’idée qu’ils doivent être des super-héros  : on doit être fort, on ne doit laisser apparaître aucune faiblesse et encore moins montrer ses sentiments, papa sait tout, papa est capable de tout, etc. Ce n’est pas le cas aux yeux de Dieu. Le fait de savoir cela peut avoir un effet libérateur sur cette obsession. Au cours des 20 dernières années, le rôle

de l’homme s’est modifié dans la société. L’Armée du Salut n’échappe pas à cette évolution. Ce qui n’a pas changé, c’est que nous tous, les hommes comme les femmes, sommes appelés à axer notre vie sur Jésus-Christ. Le rôle ou la tâche que nous assumons est alors secondaire. Par ces lignes, je voudrais encourager les hommes à assumer un rôle actif dans la famille et dans le Royaume de Dieu.

Commissaires Franz et Hanny Boschung, Chefs de territoire franz_boschung@armeedusalut.ch hanny_boschung@armeedusalut.ch

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · novembre 2012

3


Dossier – «  Un homme selon le cœur de Dieu  »

L’homme doit reprendre sa place selon la Bible

Physiquement, l’homme et la femme sont différents, mais psychologiquement, le sont-ils vraiment et si oui, en quoi  ? Christian Reichel  : Bien sûr, il y a beaucoup de différences  ! Certains textes de la Bible mettent un grand accent sur ces différences, même si on les lit aujourd’hui avec une interprétation plus prudente que pendant des siècles. Sur le plan physique il «  suffit  » d’une paire de chromosomes dissemblables pour expliquer des différences importantes entre l’homme et la femme, ce qui ne remet pas en question leurs innombrables similitudes. Sur le plan psychologique, c’est plus complexe à définir. Une tendance actuelle irait dans le sens de la négation des différences homme/femme, ce qui aboutit à une sorte de portrait type se rapprochant d’une humanité androïde. Mais à l’autre extrême, certains analystes dressent volontiers une liste de ces différences selon un schéma que l’on retrouve dans des ouvrages tels que «  l’homme vient de Mars, la femme de Venus  ». Le risque existe alors de faire des catégories et d’enfermer l’homme et la femme dans des comportements typés, où certains ne se reconnaîtraient pas. Faisons attention à notre besoin de dire «  l’homme est comme ça et la femme comme ça  ». Certaines femmes se plaignent que les hommes se sont féminisés, ils sont trop sensibles ; en bref, ce ne sont plus de vrais «  mecs  ». L’avez-vous déjà observé  ? C. R.  : Assurément beaucoup d’hommes ne savent plus exactement comment ils doivent être  ! Et cet embarras dépend beaucoup de la nouvelle position de la femme. Elle demande à la fois à l’homme d’être fort, viril, solide et stable, un pilier résistant dans les tempêtes. Mais aussi d’être sensible, de comprendre à la manière féminine, d’être capable d’écouter et de réconforter … En somme, beaucoup d’attentes contradictoires. Les hommes ne savent plus sur quel pied danser, du coup ils affichent un profil mou et se permettent d’être plus sensibles qu’autrefois … et les femmes ne s’y retrouvent plus. Eternel coup du balancier.

4

Photo  : MAD

Christian Reichel habite à Lausanne, il est marié avec Virginie (pasteur aumônier au CHUV) et a trois enfants adultes (29, 27, 25 ans). Il est pasteur (mi-temps) et conseiller conjugal, enseignant (autre mi-temps). Depuis 1981, il a exercé dans cinq Eglises évangéliques du Canton de Vaud. Depuis 2000, il enseigne dans des Instituts Bibliques et dans des Eglises (couples et familles, jeunesse, éthique, ...) et depuis 2002, il travaille dans le domaine de la thérapie de couple et de famille. Il est membre de la cellule de soutien d’urgence au Canton de Vaud.

Dans nos milieux évangéliques, le rôle de l’homme, chef de famille, est encore en vigueur. Ne pensez-vous pas que cette image est aujourd’hui un peu désuète  ? C. R.  : Quand nous proposons aux couples des questionnaires sur la place de l’homme et de la femme (dans des cours ou des thérapies), on est souvent étonné de voir que la plupart des personnes interrogées ont une conception du couple incluant encore quelques éléments liés à cette idée de l’homme comme chef de famille. Et pas seulement parmi les couples chrétiens. On ne peut nier l’autorité de la Parole de Dieu. Si Dieu a établi un certain ordre, même si les concepts modernes du couple tendent à le remettre en question, cet ordre reste valable. Malheureusement, l’histoire de l’Eglise nous montre que cette position de l’homme a souvent été comprise comme une autorité absolue, alors que Jésus-Christ nous avait montré par son approche des hommes et des femmes de son époque qu’un autre chemin était possible. Dommage que les chrétiens ne l’aient pas suivi dans son enseignement révolutionnaire. La Bible compare Jésus à l’époux et l’Eglise à l’épouse. Cette image est-elle utile pour définir le rôle de l’homme au sein du couple  ? C. R.  : Cette image n’est plus tellement utilisée, car elle est exigeante. Du coup elle fait peur  ! Pensons donc  : «  Le mari doit aimer son épouse comme Christ aime son Eglise  »  ? Et … «  la femme doit se soumettre à son mari comme l’Eglise au Christ  »  ? Mais

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · octobre 2012

qui ose dire encore des choses si fortes aujourd’hui, qui ose encore placer la barre si haut  ? Et pourtant encore une fois, il s’agit de la Parole de Dieu, nous n’avons pas à la monnayer, mais au contraire à la comprendre et à l’appliquer. Du coup, se fixer un objectif, même exigeant, peut permettre à l’homme de reprendre des couleurs et viser à imiter le Christ. Si notre objectif manque d’ambition, notre réalisation sera pâlotte. Dans ce sens je préconise le retour à ce texte pour montrer que le rôle de l’homme dans le couple n’est justement pas … un rôle mais une relation d’amour, de don, de pardon, et parfois même de renoncement, à l’image du chemin que le Christ a suivi pour nous les hommes, les femmes et l’Eglise aussi. Vu votre expérience dans l’accompagnement des couples, pensez-vous que l’homme a un rôle spécifique à assurer dans l’Eglise  ? C. R.  : Oh que oui. Il devrait marcher devant, accepter d’ouvrir la route et de prendre les coups. Le rôle de l’homme en général me semble comparable à un trax qui déblaye un terrain encombré. Mais comme l’homme est devenu fluet, sensible et réservé (voir plus haut), il peine un peu dans ce rôle de camionneur aux bras noueux. Quant aux tâches spécifiques de l’homme, ce devraient être celles qui exigent plus de prises de risque, pas seulement prêcher, mais aussi se taper quelques tâches ingrates ou difficiles  : accompagner les gens pénibles à entourer, assumer les problèmes sociaux dans et hors de l’Eglise, discuter avec les autorités, défendre le nom de Jésus sur la place publique, se lever pour affirmer que l’Eglise n’est pas morte et qu’elle a encore un rôle à jouer dans la société jusqu’au retour de Christ. A nous, hommes, de comprendre la pensée de Christ à ce sujet. Lui-même a été le «  Fils de l’Homme  » par excellence. Questions  : Capitaine Pascal Donzé

L’interview complète est disponible sur notre site  : armeedusalut.ch


L’Armée du Salut  : une Eglise où hommes et femmes sont égaux  ?

Dans l’Armée du Salut, il y a donc peu de rôles qui soient particulièrement dévolus soit aux hommes soit aux femmes. Il y a cependant des activités, entre autres dans le domaine social, pour lesquelles il faut une certaine fermeté (plus marquée chez les hommes), tandis qu’ils n’auraient pas forcément la douceur nécessaire pour s’occuper, par exemple, de petits enfants. A part cela, notre Armée est sans doute la seule au monde qui ne soit pas dominée par les hommes  !

Je pense qu’il existe des contextes dans lesquels les traits de caractère masculins peuvent être un avantage. Dans certaines circonstances où l’émotion peut être très grande, le fait que les hommes maîtrisent souvent mieux leur sensibilité pourrait être une force. Et dans le domaine de la parole, prédication ou autre, la voix masculine, plus puissante, peut aussi être un atout. Je crois qu’un salutiste peut être un exemple dans son cadre professionnel, où il est connu comme tel, surtout que ses collègues ont l’occasion de le voir en dehors, revêtu de son uniforme (d’où son importance). Ainsi, son attitude (droiture, conscience professionnelle, disponibilité) a une grande importance, souvent davantage que de grands discours. Il peut aussi montrer que, contrairement à ce que pensent certains, la religion n’est pas qu’une affaire de femmes  !

Le rôle de l’homme à l’Armée du Salut c’est de ranger les chaises à la fin du culte  ! (rires) En fait, je dirais qu’il n’y a pas forcément de traits de caractère spécifiques aux hommes. Je ne pense donc pas qu’il y ait de rôle particulier que l’on puisse définir par rapport au genre d’une personne, ce sont plutôt les spécificités de chaque individu qui définissent le rôle que celui-ci va jouer. C’est aussi ça la beauté de l’Armée du Salut  ! Photo  : MAD

Depuis ses débuts, donc bien avant le suffrage f é m i n i n, les femmes ont eu une place équivalente à celle des hommes dans l’Armée du Salut. Sans distinction. Même dans la répartition des tâches, qui se fait en fonction des aptitudes et non selon le genre des personnes.

Il y a forcément des différences de genre entre hommes et femmes (physique avant tout), mais au delà de ça, pour ce qui concerne leur rôle, leurs possibilités ou même leur salaire, je pense qu’hommes et femmes sont pareils dans cette Eglise. Ah, il y a tout de même une importante différence  : dans l’uniforme. Mais ce serait assez drôle de voir les hommes en jupes  ! Daniele Catalanotto, Responsable communication pour le Poste de l’Arc Lémanique

Pierre-André Combremont, salutiste du Poste d’Yverdon

Changement de perception du rôle de l’homme Le major Thomas Bösch, Responsable territorial du Secrétariat de jeunesse, est fréquemment en contact avec des enfants et des adolescents, notamment dans des camps. Il explique comment il voit l’évolution de la compréhension du rôle de l’homme chez les jeunes.

Photo  : MAD

Photo  : MAD

Le rôle de l’homme et sa perception ont évolué au fil des siècles et c’est certainement aussi le cas dans l’Armée du Salut. Nous avons posé quelques questions à deux hommes qui s’engagent pour l’Armée du Salut, un jeune et un plus âgé, pour savoir comment ils définissent le rôle particulier d’un salutiste.

Il y a eu une forte évolution chez les jeunes d’aujourd’hui. Ils grandissent avec une autre perception qu’il y a une ou deux générations. Pour eux, il n’y a plus de tâches ou de rôles spécifiquement masculins ou féminins. Un garçon peut sans honte et sans être raillé faire une activité, qui avant était considérée comme réservée aux femmes. Simon Mailler fait la vaisselle lors du Camp de Musique.

D’ailleurs, dans les camps, garçons ou filles effectuent chaque tâche, comme

faire la vaisselle, les nettoyages, prendre soin des plus petits, sans distinction de genre. Ce que je remarque tout de même chez les adolescents, c’est le besoin d’être fort, physiquement et émotionnellement pour les garçons, alors que les filles cherchent plutôt une certaine protection, sécurité. Major Thomas Bösch

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · octobre 2012

5


Dossier – «  Un homme selon le cœur de Dieu  »

Des hommes entre eux

Photo  : fotolia.de/ARochau

Il arrive que les hommes soient préoccupés par des questions qu’ils n’abordent pas facilement. Le fait de passer du temps ensemble peut aider à mieux se connaître et à se faire confiance.

Les week-ends pour hommes  : faire un bout de chemin ensemble et s’entraider. (Photo symbolique)

Lors d’un week-end «  entre nous  », nous pouvons partager notre vie et avons du temps les uns pour les autres  : pour parler, chanter, faire de la randonnée, jouer,

lire la Bible et prier. La biographie d’un homme de la Bible nous accompagne et fait écho à notre vie et à nos questions. Nous entendons la Parole de Dieu et vi-

vons la présence réconfortante de Jésus, car il cherche la communion avec nous. Il souhaite que chacun d’entre nous puisse être reconnaissant d’avoir été merveilleusement conçu et selon la volonté de Dieu. Lors des week-ends réunissant des hommes de nombreuses paroisses, nous avons davantage de temps les uns pour les autres que lors du programme régulier du Poste. C’est comme un «  temps mort  ». Il est parfois tout aussi nécessaire que le grand service pour la voiture ou la machine. Des choses cachées peuvent remonter à la surface, dont on peut enfin s’occuper. C’est un processus libérateur et réparateur à la fois, lorsque, par l’action de l’Esprit saint, des pièces défectueuses peuvent être identifiées et remplacées ou réparées par le spécialiste, notre Sauveur. Tout fonctionne ensuite à nouveau correctement. Lorsque nous revenons, remplis de force et de joie, et que nous replongeons dans notre quotidien, nous pouvons aussi inciter d’autres hommes à participer à de telles rencontres  : Le prochain week-end aura lieu du 25 au 27 janvier 2013 à la maison d’hôtes de l’Armée du Salut, à Ringgenberg. Major Rudolf Moser

Photo  : Forum des Hommes

Entre dans la joie de ton père  ! C’est sous cette devise que la Journée Hommes 2012 sera placée. L’équipe du Forum des Hommes, qui organise cette journée le 17 novembre à Bussigny, est convaincue que c’est dans une relation vivante avec le Père que nous pouvons saisir la joie d’être ses fils  ! Durant les enseignements de la journée, Gordon Dalbey, véritable pionnier de la guérison intérieure des hommes dans les sociétés occidentales modernes, encouragera les participants à découvrir les trésors de notre masculinité et à recevoir la bénédiction du Père pour vivre en homme confirmé. Depuis 1989, le Forum des Hommes réunit des serviteurs qui voient l’importance, la place et le rôle des hommes pour le Corps de Christ. Ils ont pour mission de rassembler les hommes et de les équiper, non en dehors mais dans l’Eglise locale. Pour réussir et progresser, le mouvement des hommes désire être solidement ancré dans les Eglises locales. Le Forum des Hommes

6

cherche à servir Christ et les communautés en fournissant aux hommes de ces communautés des lieux de rassemblement et les encouragements dont ils ont besoin pour que le caractère de Christ grandisse en eux. En finalité, l’objectif du Forum des Hommes est d’apporter une aide spécifique afin que les hommes puissent lever des mains pures vers le ciel et prier, sans esprit de dispute, en tout lieu de la Suisse (1 Timothée 2  : 8). Si les Journées masculines comme celle du 17 novembre, sont une partie particulièrement visible des activités du Forum des Hommes, le véritable noyau de l’organisation est les groupes de prières d’hommes qui se retrouvent toutes les semaines.

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · novembre 2012

Si vous voulez découvrir avec d’autres hommes la joie d’être fils de Dieu, toutes les informations et les inscriptions se trouvent sur hommes.ch Programme  : 8h30 Accueil, café et croissants 9h00 Début de journée et premier enseignement 11h30 Pause de midi 13h15 Reprise avec le deuxième enseignement 17h00 Fin de la journée La journée aura lieu à l’Eglise Evangélique Lazare, Chemin du Vallon 24, 1030 Bussigny. Sébastien Goetschmann


Partir ensemble à l’aventure

Consacrer chaque instant à Dieu

Photo  : Rolf Schuiver

Les hommes du Poste d’Interlaken se réunissent une fois par mois autour d’un programme varié. En octobre, Sämi Mäder les a emmenés faire un (bref) voyage en Afrique.

Luca Gehrig le sait bien  : lorsqu’il atteint ses propres limites, Dieu offre de nouvelles possibilités. C’est ce que ce jeune homme de vingt ans veut expérimenter. Et ça se voit. Luca est un pionnier  : il a mis sur pied la «  Jugendallianz  » et le réseau Toggenburg. Depuis le mois d’août, il travaille parmi les jeunes de l’Armée du Salut de Wattwil. A côté de cela, il est évangéliste et responsable du réseau. Pour lui, le plus important est d’accompagner des personnes dans leur cheminement personnel, explique le jeune homme. «  Je ne peux cependant aimer et donner que si je laisse consciemment Dieu me remplir de son amour  ».

Notre groupe s’est mis en route le 2 octobre. Sämi Mäder nous a conduits (virtuellement) du décollage au retour à la maison, en nous présentant des photos et anecdotes passionnantes de son voyage (réel) de trois semaines en Afrique, ce printemps. Retrouvailles en Afrique Sämi Mäder et sa sœur ont rendu visite à leur frère qui a quitté la Suisse il a y plus de 30 ans. Il vit et travaille à KwaSizabantu, une station missionnaire dans l’ouest de l’Afrique du Sud. Un mauvais départ a déjà chamboulé l’aller et nécessité une escale à Johannesburg, où le fromage à fondue emporté pour l’expatrié a malheureusement été confisqué. Après un atterrissage sans problème à Durban, la joie des retrouvailles a bien compensé la perte du fromage  ! Depuis la station missionnaire, ils sont partis en excursion et ont exploré les environs et la nature. C’était impressionant de découvrir le fonctionnement de la station, le travail des autochtones et l’exploitation de l’agriculture. Grâce à cette présentation, chaque participant du groupe pour hommes a pu avoir un aperçu très intéressant de l’infrastructure, de l’état des routes et d’une nature magnifique.

Echange et café Notre passionnant voyage a duré une bonne heure, après quoi nous avons atterri à Interlaken, pour notre habituel moment de partage autour d’un café et de gâteaux. Nous sommes tous d’accord  : quand quelqu’un part en voyage, il a quelque chose à raconter. Pourtant, ce que Sämi nous a rapporté de son voyage a spécialement éveillé en l’un ou l’autre l’envie d’aventure et la nostalgie du voyage. Ce que nous avons entendu m’a donné envie de m’y rendre moi-même un jour. Lieutenant Rolf Schuiver

A propos des groupes pour hommes Certains Postes organisent régulièrement des rencontres pour hommes. A Interlaken, elles ont lieu un soir par mois pour un moment d’échange, de partage et de prière. Des études bibliques permettent d’approfondir ses connaissances bibliques, et le programme prévoit régulièrement des films, des excursions, des jeux de société ou une soirée fondue. Vous cherchez un groupe pour hommes  ? Adressez-vous au major Fritz Schmid, téléphone  : 031 388 05 41 La Rédaction

A seize ans, il prend la décision de suivre Dieu sans compromis. Et Dieu l’utilise  : dans ses cours, dans son quotidien, lors d’opérations dans la rue. «  Je me sens chaque jour conduit, porté et aimé par Dieu. Et c’est ce que j’aimerais transmettre. Cela change la vie  », explique Luca. «  Il y sans cesse des personnes touchées et guéries. Elles ont soif de Dieu  ». La passion de Luca est authentique et entière lorsqu’il parle de sa foi. Il ne s’agit pas de lui-même. Il est conscient de ses erreurs et de ses faiblesses. Mais il a trouvé son identité et son assurance en Dieu. Et à propos d’un avenir comme officier de l’Armée du Salut  ? «  Je prie et j’y réfléchis. J’irai là où Dieu veut que je sois. Cela en vaut la peine à chaque instant  ». Sarah Fuhrer Photo  : Sarah Fuhrer

Sämi Mäder (à gauche) raconte son voyage en Afrique lors d’une rencontre pour hommes.

Luca Gehrig désire servir Jésus chaque jour et devenir un homme selon le cœur de Dieu.

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · novembre 2012

7


Echos

L’Armée du Salut en Europe : un exemple pour l’unité

Photo  : SA

Lors du Congrès européen «  Forward  » (en avant) de l’Armée du Salut à Prague, la Générale Linda Bond a prêché sur la vision internationale «  Une armée, une mission, un message  ». Au cours des trois réunions du 12 au 14 octobre, de nombreux morceaux de musique ont été présentés et plusieurs personnes ont témoigné de l’action de Dieu dans leur vie. Chaque pays a exposé ses activités salutistes dans un diaporama. Des salutistes du Territoire Suisse, Autriche et Hongrie sont donc également montés sur la scène. Les jeunes de la chorale LivingSoul ont chanté et le cadet hongrois Zoltan Benedek a raconté comment Dieu l’a sauvé des pires circonstances. Le printemps de l’Armée du Salut européenne «  Dieu peut-il, aujourd’hui encore, faire de grandes actions  ?  » a questionné la Générale lors d’un discours. La réponse a été  : oui  ! Chaque salutiste peut et doit être comme le pain, que Jésus a multiplié, pour nourrir des milliers de personnes. Il est important de combler une grande faim spirituelle, ajoute également le capitaine Daniel Imboden, officier de Poste à Winterthour. Il sent une ambiance de renouveau, surtout parmi des salutistes d’Europe de l’est.

La chorale «  LivingSoul  », de l’Armée du Salut en Suisse, a participé activement au Congrès.

Prier pour l’Europe «  Je suis maintenant plus conscient de ce que fait l’Armée du Salut dans d’autres pays  », explique le capitaine Daniel Imboden. Ceci motive également à les soutenir dans la prière. Il est reconnaissant  : «  D’autres Territoires ont bien plus de difficultés que nous en Suisse. C’est bien si nous pouvons les encourager.  »

Formation internationale pour Jeunes Soldats Vingt-quatre salutistes du monde entier se sont retrouvés du 10 au 24 septembre à Londres pour la première Session du «  International College for Soldiers  » (ICS). Debora Nufer, âgée de 26 ans, de Suisse, faisait partie du lot. Elle a vécu un temps enrichissant.

La Conférence a été diffusée en direct sur Internet. Des gens de toute la planète ont profité de l’offre pour écouter les orateurs et les musiciens. La Générale a utilisé cette occasion pour leur lancer un appel  : «  S’il vous plaît, voulez-vous prier pour l’Europe  ?  » La Rédaction

rant, nous avons visité différents Postes et avons pu soutenir le travail local en aidant très concrètement et par la prière. Nous avons également eu l’occasion de visiter quelques attractions touristiques. Ce qui m’a particulièrement impressionnée, c’est surtout la passion des participants et de l’équipe dirigeante pour le Royaume de Dieu, qui s’est reflétée de manière très variée. J’ai apprécié la diversité et l’échange. Cela a relancé mon inspiration et ma motivation pour le travail. L’Esprit saint nous a rapprochés. Nous avons pu ressentir la force de sa présence et de sa voix.

Photo  : MAD

Sous la direction des colonels Janet et Richard Munn, nous avons traité différents aspects du Royaume de Dieu, sous des angles tout à fait différents  : au moyen de travaux bibliques, de cellules, de récits de vie personnels, d’une nuit de prière et de cours sur l’histoire et les caractéristiques de l’Armée du Salut. Différents orateurs Je remercie Dieu pour l’immense priont donné un enseignement sur les vilège d’avoir pu vivre ce moment. sujets suivants  : la prière, la sanctificaJ’ai l’intime conviction qu’il aura des tion, les pionniers et l’art et la musique Les jeunes salutistes entourent la Générale (assise au centre). répercussions planétaires durables. au sein de l’Armée du Salut. Chaque Que les combattants de Christ marsalutiste a eu l’occasion de partager son té- saires Sue et Barry Swanson, ainsi que la chent dans le monde entier et progressent moignage. Nous avons en outre rencontré Générale Linda Bond. Cette dernière a diri- en l’honneur de Dieu  ! Debora Nufer les Chefs de l’Armée du Salut internationale gé un culte sur le thème «  Une Armée, Une salvationarmy.org/csld/ics comme les Chefs d’état-major, les commis- Mission, Un Message  ». Une journée du-

8

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · novembre 2012


L’Armée continue de croître en Hongrie

Photo  : MAD

A leur arrivée en Hongrie, il y a six ans, les capitaines András et Rozalia Hegedüs tenaient toutes leurs activités dans leur maison de service. Aujourd’hui, l’officier de Poste à Gyöngyös nous explique comment l’Armée du Salut entend atteindre plus d’hommes et de femmes grâce à une crèche et une cuisine sociale.

grande aide pour nous. Et nous engagerons de nouveaux collaborateurs, soit issus de notre paroisse ou d’autres paroisses, sur le marché du travail ou par le biais de l’office du travail. Les personnes qui recourent à cette offre sociale trouvent- elles aussi leur place dans le Poste  ? A. H.  : Oui, nous avons pu enrôler de nouveaux salutistes. Un nouveau bâtiment a été nécessaire afin de réaliser ces projets. Quels équipements vous manquent-t-ils encore  ? Les majors András et Rozalia Hegedüs ont accompli un travail de A. H.  : Dans la salle pionniers à Gyöngyös. des enfants, il manque des meubles ; dans la Qui allez-vous accueillir dans la nouvelle salle de culte, il manque une installation crèche  ? technique de même que des chaises et un András Hegedüs  : Nous accueillerons synthétiseur ; dans la cuisine, il manque des enfants défavorisés de même que des des couverts et des assiettes. La salle enfants roms. Nous avons de la place pour à manger et la place de jeux doivent en45 enfants, que nous répartissons en trois core être aménagées. Il en va de même groupes. de la salle des jeunes, dans laquelle nous souhaitons offrir des prestations destiEt qui bénéficiera de la cuisine sociale  ? nées aux jeunes, en installant une table A. H.  : Par exemple des sans-abri, des fa- de billard, une table de tennis de table et milles nombreuses, des personnes âgées un fitness. ou des mères célibataires avec leurs enfants. La cuisine ouvrira du lundi au ven- Combien étiez-vous au début  ? dredi. A. H.  : Je vis à Gyöngyös depuis six ans avec mon épouse. Avant, il n’y avait pas Les deux projets amèneront un sur- d’Armée du Salut ici. Durant les deux croît de travail considérable. Comment premières années, nous avons organisé comptez-vous y faire face  ? non seulement les études bibliques et les A. H.  : Nous entendons collaborer avec cultes, mais encore les camps pour endes professionnels qui, grâce à leur for- fants, réunissant 20 à 25 enfants, dans mation et leur savoir, constitueront une notre maison de service. Depuis trois ans,

nous louons un local pour la paroisse, qui accueille désormais 20 à 30 adultes et près de 20 enfants. Par ailleurs, sept salutistes et trois membres du cercle d’amis nous épaulent pour le travail quotidien. Vous connaît-on dans la population  ? A. H.  : Nous entretenons depuis plusieurs années de bonnes relations avec la ville, avec le maire et avec les Services sociaux. On trouve de nombreux reportages sur nous et notre travail dans les médias, à la télévision et dans les journaux. Questions : Elsbeth Cachelin

L’Armée du Salut à Gyöngyös Le Poste de Gyöngyös, en Hongrie, a vu le jour il y a cinq ans. Depuis lors, il grandit continuellement. A l’aide des deux projets, la cuisine sociale et la crèche, nous entendons soulager davantage la détresse de la population. Afin de réaliser ces projets et de disposer de suffisamment de place pour la paroisse en constante croissance, l’Armée du Salut a acquis un nouveau bâtiment. Pour l’heure, l’aménagement reste encore à faire. Appel aux dons Avec peu d’argent, on peut réaliser de grandes choses. Votre don y contribue. Nom du compte  : Üdvhadsereg Föszámla Numéro du compte  : 10404072-50494954-56521010 Nom de la banque  : K & H Bank Adresse  : H-1055 Budapest, Nyugati tér 9. Code SWIFT  : OKHB HUHB IBAN  : HU94 1040 4072 5049 4954 5652 1010

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · novembre 2012

9


Echos

Photo  : Sarah Fuhrer

« Se lever et proclamer Jésus » Une Eglise locale, une action locale, pour une répercussion globale  : c’est sous cette devise que plus de 300 chrétiens de toute la planète se sont réunis à Thoune. Cinq jours durant, ils ont traité de la mission intégrale et de la communauté. Un appel à pratiquer la justice, sujet aussi pertinent pour l’Armée du Salut.

Commencer devant sa porte Le pasteur Vinoth Ramachandra (Sri Lanka) considère comme un gros problème le fait que, souvent, les gens des pays riches décident ce dont les pauvres ont besoin, en ne tenant aucun compte de ces derniers. Il est bien plus important d’entretenir des relations d’interdépendance amicales et authentiques. Ce sont les besoins qui doivent dicter l’agenda, non le contraire. Il exige des pays riches qu’ils entreprennent surtout des actions locales et de proximité, pour montrer qu’ils sont solidaires des pays pauvres  : par exemple, écrire au journal, lorsque celui-ci publie des articles injustes.

Proclamer notre valeur ajoutée Erwin Bänteli a longtemps été actif dans l’aide au développement et comme aide lors de manifestations. Pendant la discussion, il a relevé l’importance de travailler localement et de voir, à une petite échelle, ce que l’on pouvait faire pour combattre la pauvreté. «  Nous devons tous de nouveau nous lever et proclamer Jésus. Nous devons considérer la valeur ajoutée que nous pouvons donner à notre vie en choisissant Jésus. Nous devrions connaître et comprendre le monde séculier et y œuvrer de manière exemplaire. Si nous mettons toute notre confiance en Dieu et si nous nous engageons pour lui, alors il arrangera les choses  !  » Apprendre les uns des autres L’après-midi était consacrée à des ateliers sur des thèmes aussi variés que  : «  L’influence de Dieu sur la vie de la famille  », «  Le respect envers la création  » ou «  De femme à femme  ». Les participants étaient enthousiastes de la semaine de conférence. «  La manifestation est très enrichissante  » confiait un jeune Indien. «  Ce qui est particulièrement intéressant, ce sont les nombreux contacts que l’on noue à travers le monde.  » Les interactions globales ont débouché sur de nombreuses discussions intéressantes, qui ont contribué à élargir l’horizon des par-

Une semaine pour atteindre les enfants Les majors Mendes et Arlette Reichenbach-Martins, officiers de Poste à La Chaux-de-Fonds, ont constaté que leur communauté se fait vieillissante. Ils ont donc cherché une solution pour toucher les jeunes.

Du 15 au 20 octobre, le Poste de La Chauxde-Fonds a ainsi organisé une semaine d’évangélisation pour enfants, articulée autour du thème de la chasse au trésor. Chaque jour de la semaine, de 15h à 17h, animations, jeux, chants, petits films bibliques, réflexions et apprentissage d’un verset biblique ont rythmé le programme. La semaine était ponctuée par une véritable

10

En poncho, Marc Jost et son fils Micha expriment leur solidarité avec les autres pays.

ticipants. Pour Marc Jost, nous devons et pouvons tous apprendre les uns des autres. Nous ne sommes qu’un en Jésus. Sarah Fuhrer

Le «  Réseau Michée  » est une communauté chrétienne mondiale d’organisations et d’individus engagés dans la mission intégrale  : parler de l’amour de Dieu, mais aussi le mettre en pratique, s’engager pour le royaume de Dieu et pour le bien-être physique et psychique de nos semblables. La «  C onférence Michée  » se déroule tous les trois ans et réunit des représentants d’organisations chrétiennes d’aide au développement et de paroisses chrétiennes du monde entier. Le «  Défi Michée  », visant à réduire de moitié la pauvreté dans le monde d’ici 2015, fait partie du «  Réseau Michée  ». La campagne suisse «  StopPauvreté  » fait partie de ce mouvement. (sf)

mais plutôt du quartier. Notre but maintenant est de garder un contact avec eux, en faisant par exemple une ‹  heure de joie  › tous les vendredis, et pourquoi pas les voir rejoindre l’école du dimanche.  » Sébastien Goetschmann Photo  : Sébastien Goetschmann

La Journée a commencé avec une contribution sur le souhait de Dieu de nous voir l’accepter comme notre Père parfait et aimant. Puis Marc Jost, Secrétaire Général du Réseau Evangélique Suisse, a parlé de l’intégration des migrants dans la société et dans les cultes. Il considère ceci comme la tâche prioritaire actuelle en Suisse. «  L’exclusion sociale des handicapés physiques et psychiques doit prendre fin  », a affirmé Jannine Ebenso d’Angleterre. Elle a aussi exigé que l’on ait plus d’égard envers eux, que l’on supprime les éventuels obstacles au quotidien et que l’on considère tous les hommes au travers du regard de Dieu.

chasse au trésor organisée par la fondation «  Le Grain de blé  » et un petit spectacle que les enfants ont présenté à leurs familles, le samedi 20 octobre. «  Au total, nous avons eu 52 enfants différents entre six et douze ans au cours de la semaine, affirme le major Mendes Reichenbach. Et 80% ne viennent pas du Poste,

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · novembre 2012

Les enfants ont chanté et bougé avec des chants parlant de Jésus.


Photo  : MAD

De la lumière dans un monde corrompu La conférence nationale StopPauvreté a rassemblé environ 260 chrétiens le 15 septembre à Thoune. Le projet de l’Armée du Salut de lutte contre la corruption dans les deux Congo y a été primé.

L’appel Michée est une campagne internationale contre la pauvreté. Son directeur, Joel Edwards, a expliqué que la corruption est l’un des principaux obstacles à une lutte efficace contre la pauvreté. Ainsi, les pays d’Afrique ont écoulé quelque 380 milliards de dollars à cause de la corruption en 2008 et reçu l’équivalent de seulement 44 milliards de dollars comme aide pendant la même période. D’après lui, nous sommes tous impliqués, car ces montants atterrissent souvent dans des paradis fiscaux tels que la Suisse.

pays du sud ont prouvé qu’il est possible, ensemble, de faire bouger les choses.

Echange et discussions Des ateliers ont approfondi le sujet de la corruption et donné lieu à des échanges sur nos possibilités de nous engager pour davantage de justice, en tant que chrétiens. Des exemples d’actions concrètes contre la corruption et l’injustice dans des

L’Armée du Salut a remporté le prix dans la catégorie «  projets  ». Son programme anti-corruption dans les deux Congo a convaincu le jury dans tous les critères  : ancrage local, considération du contexte culturel et thématique et exemple pour d’autres régions et pays.

L’Armée du Salut tenait un stand au milieu d’autres organisations d’aide et se tenait à la disposition des visiteurs pour un contact. L’Armée du Salut remporte un prix La Conférence s’est terminée par une distribution de prix StopPauvreté. Des personnalités et organisations ont été primées dans quatre catégories pour leur engagement spécial dans la lutte contre la corruption et l’injustice.

Irène Cherpillod, responsable du programme de lutte contre la corruption dans les deux Congo de l’Armée du Salut, reçoit le Prix StopPauvreté 2012.

Irène Cherpillod, collaboratrice de l’Armée du Salut Suisse et responsable du projet, s’est réjouie de ce succès et a rappelé, dans son discours de remerciement, que la corruption détruit et empêche le développement. Elle a également souligné l’importance de lutter ensemble contre la corruption avec courage, engagement et clairvoyance. Thomas Martin, Mission & Développement

Contributions et ateliers de la conférence se trouvent sur  : stoppauvrete.ch

Vivre le Corps du Christ dans une équipe de volley

«  Avant, nous nous entraînions pour le tournoi de la Rencontre famille et sport, explique Antoinette Zwahlen, 53 ans et doyenne de l’équipe. Nous avons fait quatre tournois, mais nous avions vraiment envie de progresser et de ne pas jouer qu’entre nous. Voilà pourquoi nous avons décidé de nous inscrire en championnat.  » Jérôme Grandet, ancien joueur de 2ème ligue et animateur jeunesse au Poste de Saint-Aubin, entraîne l’équipe depuis août. Et il doit composer avec une palette de personnes différentes (de 14 à 53 ans, de différents niveaux, de différentes communautés, ainsi que des non chrétiens) pour les amener à s’améliorer, mais pas seulement  : «  Il y a bien l’envie d’affronter un

Photo  : Sébastien Goetschmann

Depuis cet été, le Poste de Saint-Aubin propose de jouer au volley en championnat dans ses activités. Une lumière au sein de la quatrième ligue mixte dans laquelle l’équipe est inscrite. nouveau défi en participant à ce championnat, reprend le coach de l’équipe. Mais un des buts que nous souhaitons atteindre est aussi d’avoir un ministère avec cette équipe, en Jérôme Grandet (à gauche) aime comparer l’équipe de volley au étant des lumières par Corps du Christ, chacun a son rôle à jouer et tous sont utiles. nos attitudes et nos actes. On essaye de se démarquer en of- de retrouver ces valeurs de respect et de frant, par exemple, un apéro lorsque qu’on fair-play  : «  Avant, je faisais du rugby, et ici, accueille un adversaire à Saint-Aubin. Je je retrouve un peu le même esprit. Je suis crois que c’est important de transmettre chrétien, mais ne fréquente pas d’Eglise, des valeurs à travers le sport.  » et je suis content qu’on puisse vivre et promouvoir des valeurs saines, sans faire de Et Yann Stoller (38), qui ne connaissait pas prosélytisme.  » Propos recueillis par Sébastien Goetschmann l’équipe avant cette année, est enchanté «dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · novembre 2012

11


Echos

«  Croissance commune  » – Rencontre des Directeurs de site à Berne

Photo : Sébastien Goetschmann

Ce sont 180 cadres de toute la Suisse qui se sont retrouvés le 19 septembre dernier à Berne à l’occasion de la première Rencontre nationale des Directeurs de site. Le sujet de la Journée était la «  Croissance commune  ». Il y a un fossé évident entre l’Œuvre sociale et l’Œuvre d’évangélisation. D’un côté, il y a l’Œuvre sociale, qui dépend financièrement des bailleurs de fonds tels que la Confédération, les cantons, l’assurance sociale et des subsides publics. Ceux-ci fixent des conditions légales ainsi que des règles et des exigences en termes d’assurance-qualité, de gestion du personnel, de financement et d’organisation. De plus, le travail de l’Œuvre sociale est toujours sous le feu des projecteurs de l’opinion publique. De l’autre côté, le travail d’évangélisation et de Poste s’est engagé dans un travail personnalisé, adapté aux besoins et aux spécificités locales. La rencontre des Directeurs de site avait pour but de rapprocher à nouveau les deux ailes. Le matin, les participants ont célébré un culte vivant sur le thème «  Appelés à l’espérance  ». Le Chef du Département de l’œuvre sociale, Daniel Röthlisberger, et le Chef du Département de l’évangélisation, le major Fritz Schmid, ont ensuite fait un exposé. L’après-midi, les participants à la Conférence ont abordé des questions concernant la «  Croissance commune  ». Les résultats des groupes de

Directeurs d’institutions et responsables de Postes ont cherché ensemble des solutions pour mieux lier le travail de l’Œuvre d’évangélisation et de l’Œuvre sociale. Ici, le lieutenant-colonel Massimo Tursi (au centre) en pleine explication.

travail sont maintenant recueillis et évalués par la Direction. Si les deux domaines avançaient ensemble, cela permettrait d’accomplir plus efficacement la mission de l’Armée du Salut  : soupe, savon, salut (le sauvetage global de l’homme). La Journée a éveillé un

intérêt mutuel renouvelé et de nombreux participants ont clairement signalé le souhait que l’organisation d’une telle manifestation soit réitérée. Major Gerhard Wyss, officier du Poste de Wädenswil

Une atmosphère plus détendue règne dans la maison Cela fait maintenant 16 mois qu’un projet pilote a été lancé au Foyer de la Molkenstrasse à Zurich  : les résident(e)s souffrant d’une forte dépendance à l’alcool peuvent consommer dans leur chambre. Les expériences le plus souvent positives de ces derniers mois se sont vérifiées  : l’atmosphère dans la maison est plus détendue et tend à être plus ouverte. Il n’y a plus de consommation problématique d’alcool, comme les scènes d’ivresse rapide observées peu avant la fermeture du foyer. Grâce au nouveau règlement, les résidents parviennent à mieux répartir leur consommation d’alcool tout au long de la journée (et de la nuit). Le fait de pouvoir discuter des conséquences de la consommation d’alcool nous donne également l’occasion d’aborder d’autres thèmes tels que les méfaits de l’alcool sur la santé ou encore les ré-

12

percussions négatives de l’abus d’alcool sur l’entourage. Il y a peu de temps, un client s’est fait remarquer dans la maison par sa grande consommation d’alcool. Ses habitudes de consommation ont débouché sur une discussion constructive avec son référent, au travers de laquelle les conséquences de la consommation ont pu être abordées ouvertement et sans fard. Le résident concerné a désormais commencé une cure de désintoxication. Nous pouvons maintenant également accueillir des personnes qui, en raison de leur consommation d’alcool depuis des di-

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · novembre 2012

zaines d’années, n’étaient pas en mesure de respecter l’obligation d’abstinence prévue par le règlement interne. Ainsi, nous pouvons encore mieux adapter notre mission, à savoir être aux côtés des plus pauvres des pauvres. Il s’agit parfois d’une tâche difficile et délicate, mais nous expérimentons aussi ici le soutien et la bénédiction de Dieu au travers du Saint-Esprit. Notre expérience nous montre que, grâce à ce nouveau règlement, nous avons pu exercer une influence positive sur les personnes qui nous sont confiées et sur leurs habitudes de consommation. Roger Berger, Directeur du Foyer


Photo : Résidence Amitié

La peinture qui rassemble

Photo : Sébastien Goetschmann

La Résidence Amitié à Genève veut marquer ses 20 ans d’existence de manière extraordinaire.

L’atelier offre un instant de détente fort apprécié.

Fin novembre, début décembre, la façade sud de l’EMS Résidence Amitié, celle qui donne sur la rue de la Servette, se parera de deux œuvres reproduites par ses résidents. «  Depuis 2007 et le 15ème anniversaire de l’établissement, la Résidence a pris pour habitude de décorer sa façade de manière conséquente à la période de Noël, dit Ralph Peterschmitt, directeur de l’institution. Cela sera donc la troisième fois que

nous montons un projet de cette envergure. Notre idée est de valoriser les capacités des résidents. Par exemple, des personnes qui se déplacent toujours en fauteuil peuvent tenir plusieurs heures à peindre debout ; c’est Peu importe leur âge ou leur état de santé, les résidents s’appliquent une magnifique oppor- pour reproduire le plus fidèlement possible ce tableau de Hans Erni. tunité de montrer à ces personnes âgées qu’elles ont encore des d’un peintre qu’ils connaissent, dit Nathalie Tille. Des personnes, qui normalement rescompétences.  » tent plutôt enfermées dans leur chambre, Pour frapper un plus grand coup encore viennent exprès pour participer à cette que les deux éditions précédentes, Natha- œuvre commune. C’est un projet fédérateur lie Tille, art-thérapeute de l’établissement, pour la Résidence, d’ailleurs, chacun y para pensé demander la collaboration d’un ticipe, les résidents, leurs familles et le perartiste renommé. C’est presque naturelle- sonnel soignant, chacun y va de son coup ment que le nom de Hans Erni s’est profilé  : de pinceau.  » «  Notre but à travers ce projet «  A 103 ans, Monsieur Erni est une figure est aussi d’interpeller les gens dans la rue en marquante de l’art en Suisse et à l’étran- leur proposant un sujet de réflexion, reprend ger, explique Nathalie Tille. En plus d’être Ralph Peterschmitt. Non seulement au traconnu et reconnu mondialement, c’est un vers des œuvres reproduites, mais aussi sur homme généreux qui se préoccupe de son l’image que l’on a de la vieillesse.  » prochain. Il n’a d’ailleurs pas hésité à nous Les œuvres seront visibles dès leur accrolaisser reproduire ses œuvres.  » chage, fin novembre, début décembre, et Ainsi, les résidents se sont mis à peindre sur jusqu’en juin 2013, date du 20ème anniverdeux bâches de 6x4 mètres représentant saire de la Résidence. deux tableaux de Hans Erni. «  C’est merPropos recueillis par Sébastien Goetschmann veilleux de voir la motivation que ces personnes âgées ont à reproduire une œuvre

Tu souhaites faire du sport dans la neige et dans une bonne ambiance en compagnie de teens de toute la Suisse  ? Passer le réveillon avec les nouveaux amis que tu auras rencontrés  ? Alors inscris-toi au camp de ski et snowboard de l’Armée du Salut, à Adelboden. Infos et inscriptions jusqu’au 12 décembre 2012 sur salvy.ch

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · novembre 2012

13


Nota bene

Agenda des Chefs

Les commissaires Franz et Hanny Boschung, responsables territoriaux  : 14 novembre  : Visite, Division de l’Est 25 novembre  : Culte, Poste de Brienz 9 décembre  : Culte, Poste de Zofingen 13 décembre  : Conférence stratégique, QG Berne Le lt-colonel Massimo Tursi, Secrétaire en chef et la lte-colonelle AnneFlorence Tursi, Secrétaire territoriale Société & Famille  : 14 novembre  : Journée pour collaboratrices et collaborateurs, Lausanne 15 novembre  : Journée pour collaboratrices et collaborateurs, Aarau 16 novembre  : Rencontre des collaborateurs de l’Aide aux réfugiés, Berne 17 - 18 novembre  : Weekend, Poste de Langnau 25 novembre  : Culte, Poste de Moutier 2 décembre  : Culte, Poste d’Affoltern 6 décembre  : Noël des officiers retraités, Division de Berne à Thoune 9 décembre  : Culte de Noël, Poste d’Yverdon 13 décembre  : Conférence stratégique, QG Berne Informations officielles

Au 1er février 2013 Les commissaires André et Silvia Cox, officiers du Territoire Suisse, Autriche et Hongrie, actuellement Chef de territoire, respectivement Présidente territoriale des Ministères Féminins (MF) pour le Territoire du Royaume-Uni et de la République d’Irlande, deviendront Chef d’état-major et Présidente mondiale des MF au Quartier Général international.

Nouvelles des Postes

Consécrations / Présentations d’enfants Saint-Aubin  : Gwenaelle Beytrison et Léontine Foschini ; Yverdon-les-Bains  : Robin Paul Jaccard. Nominations dans le Cercle d’amis Aigle  : Simon Ginggen et Anne-Marie Travostino ; Arc Lémanique  : Manuel Sebastiao Joao Paca, Tumi Lengoasa, Daniel Pillajo, Gilberte Rossel et Florence Steiner ; Fleurier  : Anne Gerber, Francis Jaton, Martine Jaton et Jacqueline Lissarre ; Genève 1  : Marcel Aubert, Eva Echevarria et Katherine Langoul ; La Broie  : Marie-Lucie Bonvin, Paulette Borgeaud, Frederic et Patricia Damien, Dayana et Lionel Groux ; Saint-Aubin  : Joël Porret et Aline Sengstag. Acceptations de recrues Fleurier  : Matthias Gerber ; Genève 1  : Brigitte Aubert et Patrick Bern ; Tramelan  : Yaëlle Dupuis et Céline Voumard. Confirmations / Fin d’instruction religieuse Arc Lémanique  : Tumi Lengoasa, Daniel Pillajo et Florence Steiner ; Genève 1  : Nathan Antonilli, Cynthia Chassagnot, Erika Hofer, Adèle Simonin et Nicholas Waelchli ; La Broie  : Aurélie Pittet ; La Chaux-de-Fonds  : Deni Gahlinger, Anouchka et Natacha Nicolet ; Orbe  : Tiffany Roth ; Saint-Aubin  : Evan Mayor, Joël Ramseyer et Rémy Vuillème. Mariages Arc Lémanique  : Françoise Braun et Marc-Arthur Beney ; Malleray  : Megane Schaer et Lionel Blaser, Laura Jordi et Olivier Sprunger ; Orbe  : Anne-Sylvie Jaques et François Pellet ; Saint-Aubin  : Annie Kibongani et Joël Volet, Tiffany Dupuis et Michael Schiepan, Noémi Petter et Jonas Oliveira Da Silva ; Tramelan  : Damaris Sommer et Swenn Lauber.

La Générale a décidé que le travail de l’Armée du Salut en Espagne et au Portugal subirait un changement dans sa structure administrative dès le 1er février 2013. Les deux pays seront réunis en un seul Command, le Command Espagne et Portugal.

Jubilés / Célébrations spéciales Arc Lémanique  : Hans et Annette Loosli (noces d’or) ; La Broie  : Jeanine et Samuel Maquelin (noces d’or).

L’Armée du Salut a été reconnue comme Eglise officielle en Hongrie en février dernier. Les accords avec le Parlement du pays ont officiellement été signés. Le capitaine Andrew Morgan, officier régional pour la Hongrie, en est très satisfait. Il ajoute  : «  Avec le privilège vient la responsabilité.  »

Nominations de collaborateurs Saint-Aubin  : Jérôme Grandet (animateur jeunesse), Ariane Andreotti, Thierry Pittet et Anne-Claude Sengstag (CDP), Jérôme Grandet, Marie-José Paratte, Thierry Pittet, Christiane Poget, Sylvain Roth, ClaireLise Roullin et Jean-Claude Zwahlen (CP) ; Tramelan  : Eric Germain et Jonathan

14

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · novembre 2012

Meylan (CDP), Thibaut Dupuis (groupe de jeunes), Heidi Stettler (déco) et Céline Voumard (groupe de jeunes et CP). Nominations d’officiers locaux Saint-Aubin  : Jean-Claude Zwahlen (Sergent-major honoraire) et Thierry Pittet (Sergent-major). Promotions à la Gloire du ciel Saint-Aubin  : Liliane Poget et Frédy Zbinden ; Tramelan  : Max Friedli ; Vevey  : Georges Vurlod.

Mutations nationales

Le sergent Laurent Demarchi, est passé du Poste de Nyon (temps partiel) et Poste de Genève 1 (temps partiel) à la Résidence Amitié (aumônerie à temps partiel) et Poste de Genève 1 (temps partiel), le 8 octobre 2012. La major Regula Kurilin, actuellement à Open Heart Zurich, est mutée au QGD Est (collaboration Société & Famille à temps partiel) du 1er janvier au 30 juin 2013. Départs Les officiers suivants ont décidé de mettre un terme à leur service d’officier au 30 septembre 2012  : Les capitaines Stefan et Karin Mahlstein, Poste de Münsingen, indisponibles depuis le 1er juillet 2012. Stefan Mahlstein a trouvé un emploi à la Maison de la Bible et Karin Mahlstein a trouvé un emploi à temps partiel comme infirmière. La major Judith Bourquin, Armée du Salut Obstgarten. Après une interruption, Judith Bourquin reprendra son travail comme collaboratrice dans l’institution Obstgarten.

Promotion à la Gloire du ciel

La mère du major Beat Schulthess, officier du Poste de Zurich-Oberland, Elisabeth Schulthess-Lüscher a été rappelée par le Seigneur le 13 octobre 2012 à l’âge de 88 ans. Nous souhaitons à la famille en deuil la paix et le réconfort que seul Dieu peut apporter.


Notabene

Nécrologie

Mutations internationales

La major Rosa Oeler Photo  : MAD

Rosa Oeler est née le 14 juillet 1930. Bien que sa mère soit une salutiste engagée, elle hésitait à suivre la même voie. Mais dans le fond, elle était malheureuse et savait qu’il lui manquait quelque chose. Ainsi, le 21 juin 1952 au Poste d’Aarau, elle décide de donner sa vie à Dieu. Et la volonté de servir Dieu et son prochain a grandit peu à peu, sans qu’elle ne sache précisément de quelle façon. C’est en lisant le livre « In His Steps » de Charles M. Sheldon qu’elle découvre la réponse, ne trouvant plus de répit jusqu’à ce qu’elle accepte de servir Dieu à plein temps dans l’Armée du Salut. C’est lors de la Fête de l’Ascension en 1953 qu’elle s’annonce pour le service. Et en 1954, elle répond donc à l’appel de Dieu et effectue son Ecole militaire à Berne de 1955 à 1956. Elle est alors affectée à Bischofszell, Egg, Heiden, Bäretswil et Zürich, dans l’œuvre d’évangélisation et dans des maisons d’enfants. En novembre 1961, elle est transférée en Belgique, où elle travaille durant 13 ans à l’œuvre sociale, dans un foyer pour personnes âgées, puis 18 ans au Quartier Général, au Service des souscripteurs. Là, courageuse et persévérante, elle collectera seule des fonds pendant plusieurs années, servant son Seigneur et Maître en toute discrétion. Elle prendra sa retraite en juillet 1992, après 36 ans de service bénis effectués dans la plus grande humilité. Le 11 septembre 2012, Dieu a rappelé à lui la major Rosa Oeler, dans sa 83 ème année. La Rédaction

Félicitations

Au 1er janvier 2013 Les commissaires Joash et Florence Malabi, officiers du Territoire du Kenya Ouest, actuellement responsables territoriaux de ce Territoire, deviendront Secrétaire international pour l’Afrique, respectivement Secrétaire pour les Ministères Féminins (MF) pour la Zone Afrique, au Quartier Général international (QGI). Ils succèderont aux commissaires Amos et Rosemary Makina, qui se retireront du service actif. Les commissaires Kenneth G. et Jolene K. Hodder, officiers du Territoire des USA Ouest, actuellement Secrétaire international pour le personnel, respectivement Secrétaire internationale associée pour le personnel, au QGI, deviendront responsables territoriaux du Territoire Kenya Ouest. Le commissaire Kenneth G. Hodder comme Chef territorial et la commissaire Jolene K. Hodder comme Présidente territoriale des MF. Les commissaires John et Dorita Wainwright, officiers du Territoire du Royaume-Uni avec la République d’Irlande, actuellement responsables territoriaux du Territoire Kenya Est, sont mutés au QGI. Le commissaire John Wainwright comme Auditeur international au Département business, administration, dès le 1er janvier 2013 et la commissaire Dorita Wainwright, comme Secrétaire des MF pour la Zone Europe, dès le 1er mars 2013. Le commissaire Vinece Chigariro, officier du Territoire du Zimbabwe, actuellement Chef territorial et Président territorial des MF dans ce Territoire, deviendra Chef territorial et Président des MF pour le Territoire du Kenya Est. Il succèdera aux commissaires John et Dorita Wainwright. Les colonels Henry et Catherine Nyagah, officiers du Territoire du Kenya Est, actuellement responsables territoriaux du Territoire du Malawi, deviendront responsables territoriaux du Territoire du Zimbabwe. Le colonel Henry Nyagah comme Commandant territorial et la colonelle Catherine Nyagah comme Présidente territoriale des MF, chacun avec promotion au grade de commissaire, la colonelle Catherine Nyagah au 1er janvier 2013 et le colonel Henry Nyagah au 2 janvier 2013.

85 ans 27 novembre  : Major Margrit Schranz, Ausserschwandstrasse 1, 3715 Adelboden 6 décembre  : Major Margaretha Zimmermann-Schmid, Zündliweg 5, 3714 Frutigen 75 ans 29 novembre  : Major Willy-Fred Schaffter, Route des Agites 1, 1860 Aigle 5 décembre  : Major Maggy SterckxLipcan, Rue des Bouleaux 3, 1400 Yverdon-les-Bains Noces de diamant 22 novembre  : Majors Hugo et Esther Steiner-Fuhrer, Niesenblick 1, 3600 Thoune Noces d’or 24 novembre  : Lieutenants-colonels Peter et Hilda Hari-Wäfler, Eselmoosgasse 21,3715 Adelboden

Shop et Musée

Samedi 24 novembre 2012 de 13h à 17h le Musée et le Shop ouvrent leurs portes (Berne, Laupenstrasse 5). Au programme  : shopping salutiste et exposition «  Une Générale, à quoi ça sert  ?  » De 15h à 16h au Musée  : workshop (uniquement en Allemand) par la lte-colonelle Anne-Florence Tursi  : La sanctification  est-ce encore actuel  ? (Un court survol de la sanctification dans l’Armée du Salut d’hier et d’aujourd’hui). Contact  : Major Corinne Gossauer-Peroz corinne_gossauer@armeedusalut.ch Téléphone  : 031 388 05 01 / 79

Erratum Dans le Dialogue 10, à la page 14, sous Annonces, il était écrit que «  Le centre socio-diaconal de Renens sera inauguré les 3 et 4 novembre...  » Or, ces dates n’ont jamais été officialisées. Nous vous tiendrons informés de la date réelle en temps voulu (certainement pas avant le mois d’avril 2013). Sébastien Goetschmann

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · novembre 2012

15


Nouvelle expérience

Photo  : MAD

Maintenir le dialogue

Nous ne sommes pas, par nature, des êtres qui aimons le changement, parce qu’il est synonyme d’insécurité. Et pourtant, que nous le voulions ou non, nous y sommes confrontés quasi quotidiennement, par nécessité ou par choix.

née de découverte, ce sera un défi pour notre famille de réaménager notre planning pour conserver et aussi continuer de développer une dynamique de famille de foi, à l’interne comme dans le service. Quant à notre ministère, après avoir «  fait le tour  » d’un programme bien garni, il nous appartient maintenant de profiter de notre regard encore un peu neuf pour tenter d’améliorer ou ajuster, sous la conduite du Seigneur, ce qui peut l’être pour que ce Poste progresse dans sa mission pour le Royaume de Dieu. Majors Yves et Isabelle Dawans

Dans le prochain «  dialogue  »

Lorsque nous voulons nous convaincre de l’importance de la prière, l’exemple de Jésus est très utile. Notre Seigneur était un homme de prière incomparable, unique en son genre. Durant sa vie sur terre, prier était vital pour lui. Ses prières le portaient. Ses échanges avec le Père dans la prière renouvelaient sans cesse ses forces. C’est lorsqu’il priait qu’il recevait des instructions. Tout au long de sa vie, il s’est entretenu avec le Père au sujet de l’œuvre qui lui était confiée, comme des décisions concrètes à prendre au quotidien. Très impressionnés par ses prières, les disciples demandèrent à leur Seigneur  : «  Apprends-nous à prier  !  ». Aux côtés du Seigneur et au travers de son exemple, ils voient et expérimentent une vie d’abandon total à Dieu. Ils s’aperçoivent que c’est notamment dans la prière qu’ils puisent leurs forces et leur motivation. Jésus n’est-il pas l’exemple d’un engagement plein d’amour et, en même temps, la plus grande chance pour notre vie  ?

«  Toutes choses sont devenues nouvelles  » e Keller

Conseils pour prier

Photo  :  Gabriell

Dialoguer avec Dieu

Impressum Mensuel pour les salutistes et amis de l’Armée du Salut. armeedusalut.ch Edition et rédaction Quartier Général Suisse-Autriche-Hongrie Laupenstrasse 5 - CP 6575 - CH-3001 Berne Téléphone 031 388 05 02 redaction@armeedusalut.ch Les changements d’adresse doivent nous être directement communiqués. Equipe de rédaction Sergent Martin Künzi  (Chef Marketing et communication), Gabrielle Keller (Responsable Rédaction), Sébastien Goetschmann (Rédacteur), Major Christine Volet-Sterckx (Haïti), Monique Bürki (St-Aubin), Annelise Bergmann (Orbe) et Capitaine Pascal Donzé (Tramelan). Layout Rolf Messerli Impression rubmedia, Wabern/Berne Fondateur William Booth Générale Linda Bond Chef de territoire Commissaire Franz Boschung Abonnement annuel dialogue Espoir * Etranger

Le verset de 2 Corinthiens 5  : 17 affirme que si quelqu’un est en Jésus, c’est une création nouvelle. Dans le prochain numéro, nous aborderons le thème de cette nouvelle vie à laquelle nous avons accès, lorsque nous acceptons le Christ comme Sauveur et Seigneur.

Major Heidi Knecht

16

JAB

Mais ce changement a eu ses conséquences sur la dynamique familiale. Et, après une an-

La famille Dawans au complet (de g. à d.)  : Phoebe, Alexandre, Abigaël, Yoachim, Isabelle, Osias et Yves

3001 Berne

Après dix ans passés à Malleray, nous avons reçu, il y a maintenant plus d’une année, notre ordre de marche pour Orbe. Nous l’avons vécu avec des sentiments contradictoires  : de la tristesse et de la joie, de la crainte et de la sérénité. Rencontrer de nouvelles personnes, découvrir de nouveaux lieux, se réadapter aux particularités de l’endroit, cela fut parfois presqu’aussi compliqué que de débarquer d’un autre pays, mais quel enrichissement que toutes ces nouveautés  ! Mais l’accueil qui nous a été réservé fut fabuleux et se rapprocher géographiquement du centre de la Suisse romande est un plus non négligeable.

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · novembre 2012

La Rédaction

CHF 46.– | 65.–* CHF 48.– | 67.–*

«  J’ai trouvé David, fils d’Isaï, homme selon mon coeur, qui accomplira toutes mes volontés.   » Actes 12  :  22b


dialogue 11/2012 - « Un homme selon le coeur de Dieu »  

Quel rôle l’homme doit-il jouer aujourd’hui ? - Congrès européen de l’Armée du Salut - « Un homme selon le coeur de Dieu » Congrès européen...

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you