Page 1

d ialogue Mensuel pour les salutistes et amis de l’Armée du Salut

3 /  2 0 1 2

Photo :  Monika Iseli

C’est là que je grandis  ! Un accompagnement pour croître dans sa foi

4-6

Nouvelles salutistes

7-9

Le Poste d’Yverdon a 125 ans

9


Photo  : Patrick Lüthy

Dialogue

Annonces MeetYouth souhaite dynamiser les petits groupes, encourager les jeunes à rejoindre un groupe existant ou à en commencer un dans leur région et, par les rencontres, développer une plateforme d’échange au sein de la jeunesse de l’Armée du Salut, en créant un réseau de contacts et d’amitiés pour se motiver les uns les autres dans notre vie de foi quotidienne. La première rencontre de 2012 aura lieu le 23 mars au Poste d’Yverdonles-Bains (Haldimand 63) à 19h15.

Ces frères et sœurs qui m’aident à grandir

Plus d’informations sur salvy.ch Les premiers modèles que nous essayons d’imiter, lorsque nous sommes enfants, proviennent en grande majorité de notre famille proche. Il en va de même dans la famille spirituelle. Les personnes sur lesquelles nous prenons exemple pour grandir dans notre foi, pour devenir de meilleurs disciples, sont nos frères et sœurs dans la communauté. Et bien que le Christ soit le modèle des modèles, nous avons besoin de ces personnes de confiance qui nous aident à grandir dans notre vie de foi, à approfondir notre relation avec Dieu. Dans ce dossier, nous avons regardé de plus près à quoi ressemble la grande famille qu’est l’Armée du Salut, et plus précisément comment se développent les membres de cette famille. Comment les nouveaux-nés (de l’Esprit) sont accueillis et soutenus dans leur croissance et comment les parents spirituels en prennent soin (cf page 4), quelle attitude adopter lorsqu’il y a des périodes de crises, comme pour l’adolescence (cf page 5) et quel rôle jouent les grands-parents spirituels dans la communauté (cf page 6) sont autant de questions auxquelles nous avons essayé de répondre. Sébastien Goetschmann

Charte internationale de l’Armée du Salut L’Armée du Salut est un mouvement international et fait partie de l’Eglise chrétienne universelle. Son message se fonde sur la Bible. Son ministère est motivé par l’amour de Dieu. Sa mission consiste à annoncer l’Evangile de Jésus-Christ et à soulager, en Son nom, sans distinction aucune, les détresses humaines.

2

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · mars 2012


Info AdS

Ce qui paraît cher ne coûte pas forcément cher  ! Avec peu de ressources, l’Armée du Salut peut faire beaucoup de publicité sur la durée. La campagne de l’Avent s’est par ailleurs prolongée au-delà de la durée prévue. l’année passée, à des spots publicitaires au profit d’une campagne d’affichage. Après des négociations intensives avec la SGA (Société Générale d’Affichage), près de 500 panneaux publicitaires ont pu être réservés du 5 au 18 décembre avec le budget marketing disponible. En outre, nous avons fait parvenir à la presse des annonces-bouchons afin qu’elles puissent être insérées gratuitement dans les espaces publicitaires inutilisés.

De la publicité offerte La campagne d’affichage provocante mentionnant qu’un coup du destin peut changer la vie d’une personne est bien accueillie. Outre les panneaux publicitaires payés par l’Armée du Salut en décembre, les affiches ont également été posées sur plus de 600 panneaux d’affichage, en partie pendant plusieurs semaines au-delà de la période payée. Depuis, des annoncesbouchons sont imprimées gratuitement dans les journaux. Au total, cette générosité des médias aura économisé une valeur de plusieurs centaines de milliers de francs pour l’Armée du Salut. Photo  : Martin Künzi

Depuis les débuts de la publicité à la télévision sur une seule chaîne nationale en 1964, les variantes et les alternatives pour la publicité payante se sont considérablement développées. La question de savoir quelle publicité est la bonne est devenue le grand défi de toute entreprise depuis que les chaînes de télévision se comptent par centaines, depuis l’arrivée de la publicité sur Internet, des panneaux d’affichage et des espaces publicitaires dans la presse écrite. Cela se reflète dans les budgets marketing des entreprises commerciales, dont le pourcentage est souvent élevé (à deux chiffres). Il s’avère rapidement clair qu’une organisation comme l’Armée du Salut n’a par conséquent aucune influence  : elle n’investit qu’une infime partie de son budget dans le marché publicitaire.

Martin Künzi, Chef du Département marketing et communication

La stratégie de l’Armée du Salut veut que les ressources soient allouées de manière responsable et durable. La mise en pratique de cette stratégie peut être illustrée au moyen de la campagne d’affichage actuelle. Les responsables avaient décidé de renoncer, pendant la période de l’Avent de

La campagne d’affichage a reçu un bon accueil dans les médias.

De vous à moi

Photo  :  Alexander Egger

Soyez bons les uns envers les autres  ! En passant devant moi, le garçon d’environ dix ans m’a poliment salué. Une jeune dame laisse poliment sa place à une personne âgée. Un sourire aimable d’une collaboratrice me donne du courage. La courtoisie favorise la cohésion au sein de la communauté et a des répercussions positives sur la société.

option, mais une exigence. Elle fait partie de notre comportement et de notre style de vie chrétiens. Etre chrétien et être arrogant, c’est contradictoire. L’expérience m’apprend que nous devons souvent être rappelés à l’ordre afin d’être bons. Le bénéfice de la bonté est tel que nous n’avons en fait pas besoin de commandement. Nous ne regretterons jamais d’avoir fait preuve de bonté. Lorsque j’ai regretté quelque chose, il s’agissait de propos ou d’actes que je qualifierais de mauvais.

La bonté fait partie intégrante de notre comportement dans la famille, dans le Poste, à notre place de travail. Je souhaite que, par notre bonté, nous puissions illuminer un peu le monde.

La bonté est aussi un commandement de Dieu. Pour les chrétiens, ce n’est pas une

La bonté est un outil performant dans les mains de Dieu, débouchant sur un témoi-

Commissaire Franz Boschung, Chef de Territoire franz_boschung@armeedusalut.ch

gnage durable. En usant de bonté, on arrive souvent plus rapidement au but. «  Soyez bons et pleins de compassion les uns envers les autres ; pardonnezvous réciproquement comme Dieu vous a pardonné en Christ.  » (Ephésiens 4  : 32).

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · mars 2012

3


Dossier – C’est là que je grandis  !

Photo  :  Ed Yourdon_flickr

Gagné  ! Quelqu’un a donné sa vie à Jésus  ! Le major Johannes Breiter, officier de Poste à Huttwil, parle des pas concrets à entreprendre pour accompagner des personnes récemment converties dans cette nouvelle vie. Comment s’occupe-t-on de personnes faisant leurs premiers pas dans la foi  ? Nous appliquons le principe de l’accompagnant  : un chrétien accompagne une personne intéressée par la foi à un séminaire LiFe (Découvrir une vie de plénitude)* et il reste ensuite en contact avec elle. A deux, ils entreprennent les premiers pas de foi après la conversion en s’aidant d’une brochure, «  Bienvenue dans ta nouvelle vie  ». Cette manière de faire permet d’avoir une personne de référence. Il est également important que les convertis déposent leur bagage contenant les «  fardeaux du passé  ». C’est ce que nous abordons notamment au cours du séminaire «  libéré pour vivre  » que nous leur proposons.

tique et spirituelle. Parfois, il suffit de les aider à accomplir les tâches ménagères et à faire la lessive. D’autres ont besoin d’aide professionnelle, notamment de conseils en matière d’endettement. Ils sont en effet nombreux à se convertir alors qu’ils sont dans la misère.

A quoi les «  vieux  » chrétiens doivent-ils être attentifs ou que doivent-ils observer  ? Nous ne devrions pas enfermer les personnes qui viennent de se convertir dans un corset comportemental. Cela n’apporte rien de mettre le doigt sur leurs fautes ou les dépendances qui subsistent. Elles ont besoin de beaucoup d’amour et d’être acceptées, et souvent, elles ont aussi besoin d’aide pra-

Comment maintenir le premier amour  ? Quand de nouveaux convertis parlent sans attendre de leur décision à leurs amis et qu’ils les invitent à participer à leur tour à un séminaire, ils entretiennent et partagent leur feu. Il faudrait qu’ils apprennent le plus tôt possible à témoigner. Par ailleurs, nous les encourageons à participer à une cellule de maison et à se rendre au culte régulièrement. Ils as-

Parle-t-on à des chrétiens nouvellement convertis comme à des «  bébés  »  ? Absolument pas  ! Ils voient bien de quelle manière nous interagissons les uns avec les autres. En 1 Corinthiens 14  :  24, il est dit que lorsque nous prophétisons, le non-croyant est convaincu par tous. Nous ne devrions pas prendre des pincettes ou compliquer les choses.

Mère spirituelle ou sage-femme  ? A la question du comment être un parent spirituel, il est difficile de répondre autrement qu’en tirant un enseignement du reçu et du vécu.

Photo  :  MAD

Dans mon adolescence, puis comme jeune adulte, trois officières ont été pour moi des mères spirituelles. La qualité de leur vie de foi et leur discipline intérieure restent pour moi un modèle. Leur regard sur moi était fait de confiance et d’espé-

rance. L’intérêt qu’elles m’ont montré et le temps qu’elles ont pris avec moi et pour moi, demeurent une leçon.

Au cours de mon ministère d’officière, des femmes plus jeunes et plus âgées que moi m’ont dit que j’étais une mère spirituelle. Merveilleuse surprise, véritable cadeau. Moi, la femme sans enfant, j’ai découvert qu’il y a mille manières de donner la vie et d’en prendre soin. Mère spirituelle aux allures de sage-femme, parce qu’il s’agit d’être là et d’encourager. Car ce n’est pas moi mais c’est l’Esprit qui est action et vie dans la perPour la major Corinne Gossauer, le parapluie symbolise l’en- sonne. semble de la communauté du Poste de Zürich où elle a officié.

4

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · mars 2012

Les enfants spirituels ont besoin de quelqu’un qui les accompagne dans leurs premiers pas.

sument tout de suite une tâche, par exemple dans la crèche ou dans la cellule de maison. Cela leur permet d’avoir un sentiment d’appartenance, de faire la connaissance d’autres personnes et de s’intégrer. Quelles sont les clés pour un réveil  ? Pour nous, la clé a été le passage à une structure de cellule de maison. C’est dans ce cadre-là que nous pouvons le mieux accompagner les personnes. Les cellules de maison créent des liens, l’esprit de famille y est expérimenté et les plus faibles sont encouragés à grandir. Nous accordons aussi beaucoup d’importance à un bon leadership et à une bonne formation de ces leaders. Questions  : Florina German * Pour plus d’informations : www.lifeseminar.ch

Etre mère spirituelle c’est premièrement soigner et approfondir ma vie spirituelle. C’est ensuite apprendre à accompagner la vie spirituelle et la vie intérieure des personnes. Etre attentive et intéressée à ce qu’elles vivent. C’est écouter et rejoindre ce qui touche la personne. C’est échanger en vérité et profondément. C’est marcher avec  : pleurer et se réjouir avec. Ce n’est pas donner des conseils mais réfléchir ensemble aux situations et aux orientations possibles et à leurs conséquences. C’est conseiller un livre, partager une réflexion ou un verset biblique. Les pères et les mères spirituels ne se suffisent pas à eux-mêmes et devraient aussi être accompagnés. Depuis 17 ans, je suis accompagnée par une mère spirituelle. Sa douce présence, sa compréhension profonde des situations et sa prière, me sont une immense richesse. Plus que tout, la confiance qu’elle me fait est une force. Major Corinne Gossauer-Peroz, officière de l’Armée du Salut


«  Il faut intégrer les adolescents spirituels  »

Photo  : © Dimitri Surkov - Fotolia.com

L’adolescence est une période intéressante de recherche d’identité qui est souvent compliquée, mais pleine de vie. Il faut profiter de ce feu qui brûle pour impliquer ces jeunes dans la vie du Poste.

Par la force de l’Esprit Jusqu’au IIIème siècle, les chrétiens prêchaient sur les marchés, sur les bateaux, dans les rues et dans les demeures des convertis. A l’époque, il n’y avait pas d’églises. De même, la liturgie et la hiérarchie ecclésiastique n’existaient pas encore dans les premières communautés. Les fidèles se réunissaient régulièrement afin d’échanger leurs expériences, de parler de la foi, de se soutenir mutuellement et de partager la Cène. Et quand le Nouveau Testament mentionne l’Eglise, il ne s’agit pas d’un lieu géographique ou d’un bâtiment, mais plutôt de ceux qui sont sauvés par la foi en Jésus. Prenons, pour illustrer ce propos, Actes 9  :  31  : «  L’Eglise était en paix dans toute la Judée, la Galilée et la Samarie  ; elle s’édifiait, marchait dans la crainte du Seigneur et elle grandissait grâce à l’aide du Saint-Esprit.  »

L’adolescence est une phase de vie souvent compliquée. Pour éviter que les adolescents spirituels de nos communautés se sentent incompris et isolés, il faut leur donner la place pour exprimer et partager leurs expériences.

Le grand défi des Postes est d’intégrer ses adolescents spirituels. Ils vivent souvent des expériences fortes avec Dieu, mais ont de la peine à les partager. Il faut leur donner l’occasion de s’exprimer et de faire profiter l’ensemble de la communauté de leurs expériences, pour leur montrer qu’ils sont importants, qu’ils ont leur place dans la famille. Le principe primordial est que l’éducation de chaque membre de l’Armée du Salut soit basée sur la Parole de Dieu. Donner des responsabilités Il faut que les Postes donnent des responsabilités aux adolescents spirituels pour qu’ils ne se sentent pas isolés, mais au contraire mis en valeur. Ensuite, il faut qu’ils soient formés, en suivant par exemple des études bibliques ou une école de disciple, afin qu’ils puissent grandir dans leur foi. Pour qu’un jeune grandisse, il faut qu’il ait de la nourriture. Enfin, il a besoin d’un accompagnement, d’un suivi spirituel. Je pense que l’idéal est d’avoir un parrain spirituel, qui construise une relation de

confiance dès la conversion et qui sera le plus à même de gérer les crises potentielles.

En Jean 3  :  8, la Bible nous dit  : «  Le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit, mais tu ne sais pas d’où il vient, ni où il va. C’est aussi le cas de toute personne qui est née de l’Esprit.  » C’est Dieu qui nous a élus et, de ce fait, nous ne pouvons pas choisir nos frères et sœurs dans la foi. Selon quels critères Jésus a-t-il choisi ses disciples  ? C’est un mystère. Ce qui explique que la communauté est invariablement composée tant de gens simples que de docteurs, tant d’enthousiastes que d’introvertis, tant de marginaux que de banquiers.

On grandit dans la communauté locale Même si l’Armée du Salut est une famille internationale dans laquelle nous sommes tous frères et sœurs en Christ, la famille spirituelle dans laquelle chacun grandit dans sa foi se trouve dans la communauté locale. Dans la Bible, le terme grec qui désigne la famille est «  oikos  », qu’on peut traduire par la maisonnée, c'est-à-dire tous ceux qui vivent sous le même toit (la famille proche, mais également les servants, …). Dans ce cadre là, ce sont souvent les officiers de Poste qui jouent le rôle de parent spirituel, mais je suis persuadé que la communauté entière a un travail de soutien, d’encadrement et d’écoute à faire. En témoignant de l’amour, du respect aux adolescents spirituels et en les valorisant, il n’y a pas de raison pour qu’ils ne se sentent pas bien dans leur Poste.

Considéré de notre point de vue humain, cela ne peut pas fonctionner et ne peut mener qu’à des frottements et des divisions. Et pourtant, Dieu rend l’unité possible, par son esprit – si nous y aspirons  : … «  afin d’être irréprochables et purs, des enfants de Dieu sans défaut au milieu d’une génération perverse et corrompue. C’est comme des flambeaux dans le monde que vous brillez parmi eux en portant la parole de vie. …  » (Philippiens 2  :  15-16). Cette unité en Jésus, cet amour réciproque, uniquement possible au travers de Dieu, doit rayonner vers l’extérieur, afin de convaincre les hommes – «  pour que le monde croie que tu m'as envoyé.  », dit Jésus. (Jean 17  :  21). Quelle mission  !

Propos du Commissaire Franz Boschung

Gabrielle Keller

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · mars 2012

5


Dossier – C’est là que je grandis  !

Photo  :  MAD_Lorrainehof

Prenons exemple sur nos aînés

Les cheveux blancs sont souvent révélateurs d’expérience et de sagesse. Dans nos communautés aussi, nous avons à apprendre de nos aînés.

Dans les instructions destinées à la sanctification de la vie quotidienne, il y a un verset qui appelle au respect de nos aînés  : «  Tu te lèveras devant la personne aux cheveux blancs et tu traiteras le vieillard avec honneur. Tu craindras ton Dieu. Je suis l’Eternel.  » (Lévitique 19  :  32).

Des exemples de vie Tite, également, reçoit des «  instructions  » sur l’attitude à adopter avec les hommes et les femmes plus âgés, si des dissensions devaient apparaître dans la communauté  : «  Dis que les vieillards doivent être sobres, respectables, réfléchis, solides dans la foi, l’amour et la persévérance. De même, les femmes âgées doivent se comporter comme il convient à des servantes de Dieu. Elles ne doivent pas être médisantes ni esclaves de la boisson, mais enseigner ce qui est bien.  » (Tite 2  : 2-3).

«  solide dans sa foi  ». Si c’était le cas, le rappel à l’ordre dans l’Epître à Tite ne serait pas nécessaire. Il est important de ne pas rouiller spirituellement en avançant en âge. Nous pouvons accepter le salut que Jésus-Christ nous a acquis, mais nous devons entretenir la vie spirituelle afin qu’elle conserve sa fraîcheur jusqu’à un âge avancé. Et la Bible nous montre que cela est possible. A propos de ces «  chrétiens restés jeunes  » il est écrit  : «  Ils portent encore des fruits dans la vieillesse, ils sont pleins de sève et verdoyants, pour annoncer que

Les seniors du Poste peuvent se prévaloir d’une riche expérience de la foi vivante ainsi que de la vie dans la communauté ou dans un Poste salutiste. Il serait dommage de ne pas en faire profiter les autres. Ces «  trésors cachés  » peuvent être affichés avec respect et bienveillance pour le bien et la joie de la communauté. Les jeunes peuvent apprendre des aînés. Une personne âgée n’est cependant pas de facto «  intelligente  », «  spirituelle  » ou

6

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · mars 2012

Notre devoir en tant qu’aînées  : «  Nous avons la responsabilité de prier pour les jeunes et de leur montrer que nous sommes là pour eux. Nous prions pour qu’ils soient fermement ancrés en Dieu et qu’ils aient du plaisir avec Lui. Notre prière consiste à mettre les jeunes à portée d’appel de Dieu. Nous entendons leur donner une perspective. Par ailleurs, il est important que nous soyons présentes lors des manifestations pour la jeunesse et que nous nous adressions aux jeunes. Nous prions très fortement pour eux, par exemple lorsqu’ils passent des examens, lorsqu’ils manquent de confiance en eux ou qu’ils sont malades. Nous respectons aussi le devoir de réserve.  » Majors Emmi et Maria Zimmermann

l’Eternel est droit. …  » (Psaume 92  :  13-16). Au sein de la famille spirituelle, peu importe que nous soyons vieux ou jeunes. Ce qui importe, c’est que nous «  florissions, portions des fruits et soyons verdoyants  » dans notre vie avec Dieu. Alors nous serons fortement enracinés et utiles jusqu’à un âge avancé pour proclamer les œuvres du Seigneur, qui est droit. Colonelle Ines Adler

Photo  :  Patrick Lüthy

Paul, lui aussi, certainement en référence à cette loi, décrit à son jeune collaborateur Timothée le comportement à adopter entre les différentes générations  : «  Ne reprends pas le vieillard avec dureté, mais encourage-le comme un père. Encourage les jeunes gens comme des frères, les femmes âgées comme des mères, celles qui sont jeunes comme des sœurs, en toute pureté.  » (1 Timothée 5  :  1-2).

Les major Zimmerman sont présentes à la plupart des événements du Poste de Berne, ici, lors de la visite de la Générale.


Echos

Réfléchir à l’avenir de la fanfare salutiste

son savoir-faire, ses questions et ses besoins, pour mieux cerner et orienter le futur de la musique de cuivre de l’Armée du Salut. En ne s’inscrivant pas par groupe, mais individuellement, ce week-end désire également être l’occasion de construire un réseau regroupant les musiciens de brassbands salutistes du pays.

Photo  :  AdS

Les 28 et 29 avril 2012, tous les amateurs et joueurs de musique brass (cuivres et percussions) sont invités à participer au Brass Event, qui aura lieu à Berne. Un week-end de musique, de discussions et de partage autour de la fanfare salutiste.

Des experts pour les ateliers Les différents ateliers seront dirigés par des spécialistes de l’Armée du Salut et des membres de l’International Staff Band, comme Stephen Cobb et Derick Kane. Un concours, organisé durant le week-end, permettra aux gagnants de jouer quelques morceaux avec l’ISB. Après le concert de gala du samedi 28 avril, en la salle de théâtre du «  National   » à Berne, les participants seront invités à jouer en nocturne les perles de la musique brass. L’occasion de se remémorer les compositions qui ont fait et qui font encore la force de ce style musical.

ateliers de développement personnel et de partage sur l’avenir de la fanfare. En réunissant des musiciens qui jouent d’un même instrument, qui ont les mêmes goûts musicaux et des intérêts communs, l’idée est de partager ses expériences,

Quo vadis  ?

Dimanche, nous avons encore pu voir les cadets en action. Nous n’oublierons sû-

Ce week-end à Adelboden a été bien particulier pour les cadets, et pas uniquement parce qu’il faisait - 20 degrés. Samedi, nous sommes allés sur les pistes avec tous ceux que le froid ne dérangeait pas. C’était une belle journée, mais nous n’étions pas mécontents de pouvoir ensuite nous réchauffer dans nos locaux. Le soir, quelque 30 à 40 jeunes se sont réunis pour discuter de la question «  Quo vadis  ?  » (Où vas-tu  ?) autour d’un souper en commun. Nous avons vécu un merveilleux moment de louange et un temps particulièrement béni. Nous avons ensuite encore pu nous détendre et faire davantage connaissance autour de la Xbox, du babyfoot et du billard.

Propos de Michel Sterckx, co-initiateur du projet

Photo  : Iris Muntwiler

En préparation depuis près d’un an et demi, l’événement veut réunir 150 joueurs de brass-bands venant de toute la Suisse et même de l’extérieur. En plus de pouvoir jouer et améliorer la pratique de son instrument, ce week-end proposera des

Vous jouez dans un brass-band ou vous avez à cœur la musique de fanfare et son avenir. Alors ne tardez pas à vous inscrire sur brass-event.ch

Christoph Lässig a usé d’imagination et de créativité pour présenter les différents postes du week-end «  Quo vadis  ?  ».

rement pas la présentation passionnante des postes de l’après-midi que Christoph Lässig a préparée. La question «  où vaisje  », se rapportant à Jonas, nous suivra certainement encore un moment. A la fin du week-end, nous avons eu la possibilité de nous informer plus en détail à propos de différents domaines. Les cadets ont raconté comment ils ont vécu leur vocation à devenir officiers de l’Armée du Salut. Les participants au Défi Josué ont parlé du nouveau pays que l’on ne peut trouver sur aucune carte. Jean-Marc Flückiger (directeur des études) a présenté le Bachelor en ministère chrétien et il y avait encore de nombreux autres postes intéressants. Nous remercions chaleureusement les cadets, les participants au Défi Josué, le directeur des études et la délégation de Berne pour ce week-end organisé avec soin et créativité. Christin Stachl

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · mars 2012

7


Echos

Un voyage à la découverte d’Israël «  Que vois-tu Jérémie  ? Je répondis  : Je vois une branche d’amandier. Tu as bien vu, me dit l’Eternel. Et bien, je veille sur ma Parole pour accomplir ce que j’ai dit.  » (Jérémie 1  :  11). Photo  : Monika Iseli

En tant que chrétiens, ne devrions-nous pas nous poser cette question importante  : Pourquoi ne pas visiter Israël ... cette année  ? Depuis 1970, et pendant une vingtaine d’années, l’Armée du Salut, sous les bons soins et l’organisation tant appréciée du lieutenant-colonel Jean-Pierre Vogel et de l’Agence de voyage Kultour, bien connue pour ses voyages «  Bible en mains  », entre autres en Israël. La direction de l’Armée du Salut a donné son feu vert aux majors Hervé et Déborah Cachelin pour accompagner les germanophones, et à moi-même pour le groupe francophone. Je me ferai un plaisir de vous faire partager mon intérêt pour ce pays visité à maintes reprises. Les prestations offertes sont exceptionnelles, tant du point de vue du prix, qu’en ce qui concerne les lieux visités et les trois hôtels. J’ajouterai

En effet, rien de mieux qu’un tel voyage pour mieux saisir la profondeur de nos racines dans le judaïsme, l’histoire du peuple choisi par Dieu et l’amour divin dont nous sommes les bénéficiaires en Jésus-Christ. Vivre cela sur place fait toute la différence. Un guide israélien qualifié et parlant français fera également partie du voyage. Pour former un groupe d’au moins 30 participants francophones, nous avons besoin de votre aide pour faire connaître à tous vos amis, salutistes ou non, cette possibilité de vivre ce superbe voyage en Terre Sainte. Des prospectus sont à votre disposition dans toutes nos communautés salutistes et auprès de  : Maggy Sterckx  : 024 459 10 61 Kultour Winterthur  : 052 235 10 00 L’amandier mentionné ci-dessus signifie en hébreu  : «  celui qui réveille  »  ! Je viens donc vous réveiller avec cette interpellation importante  : un voyage en Israël  ! Pourquoi pas cette année  ?

l’amitié qui nous unira et surtout l’impression inoubliable qui marquera nos vies par les connaissances et les nouvelles perceptions spirituelles que nous acquerrons.

Prier ensemble, quel beau programme  ! Partout dans le monde, pour beaucoup de chrétiens, le début de l’année civile est marqué par deux événements intercommunautaires importants  : Le premier, évangélique, appelé «  Semaine Universelle de Prière  » et le second, œcuménique, intitulé «  Semaine de Prière pour l’Unité des Chrétiens  ».

Et je vous dis donc  : «  Shalom  ! A bientôt à Jérusalem  !  » Major Maggy Sterckx-Lipcan

tement et localement, pour une seule et même semaine partagée par tous ceux qui reconnaissent Jésus-Christ comme leur Sauveur et Seigneur. Dans cette perspective, j’étais extrêmement réjoui cette année de constater que les deux groupes organisateurs avaient choisi ensemble le thème des deux semaines ainsi que les textes bibliques des huit jours.

Photo  : Sébastien Goetschmann

Capitaine Pascal Donzé

Des chrétiens de diverses dénomianations étaient rassemblés au Temple protestant de Tramelan, lors du culte en commun de la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens, le 22 janvier.

Parfois, ces deux temps forts entrent en concurrence, parfois, les responsables des églises locales arrivent à marier les deux. Les salutistes, quant à eux, sont souvent engagés dans les deux endroits, que cela soit simplement pour y participer, mais

8

souvent aussi, pour prendre part à leur organisation. Cela provoque souvent une concentration diversement appréciée d’activités inter-églises sur une courte période. Personnellement, je milite bien modes-

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · mars 2012

• Thème des deux semaines  : Transformés par la victoire de notre Seigneur Jésus-Christ (1 Corinthiens 15  : 51-58). Semaine Universelle de Prière • Dates  : 2ème semaine de l’année • Organisation  : Alliance Evangélique Mondiale • Nombre de personnes potentiellement concernées  : environ 0,5 milliards • Origine  : 1846 Semaine de Prière pour l’Unité des Chrétiens • Dates  : du 18 au 25 janvier • Organisation  : Eglise catholique et Conseil Œcuménique des Eglises. • Nombre de personnes potentiellement concernées  : environ 1,5 milliards • Origine  : 1968


Photos  : MAD

Yverdon fête ses 125 ans en musique Samedi 11 février, la Brass of Praise (BoP) a donné un concert audiovisuel exceptionnel. Ce concert était le premier des événements qui marqueront l’année des 125 ans d’existence du Poste d’Yverdon. Il y avait bien peu de places vides dans la belle salle du Théâtre Benno Besson. Et parmi les nombreux auditeurs, celui qui s’attendait à un concert «  traditionnel  » de fanfare aura été bien surpris. Dans la ligne de ses derniers projets musicaux «  Connect  » (connexion avec Dieu) et «  Power  » (l’énergie qui s’en dégage), la BoP présentait en première audition «  New Life  », concrétisé visuellement par un Arbre de Vie. Et de la vie, il y en a, dans ce programme  ! Les sonorités éclatantes, mais tout en nuances, des cuivres, ont su transmettre à l’auditoire cet appel vers la vie avec Dieu. Une vie trépidante, d’où l’ennui et la mélancolie sont bannis.

Toutes les pièces jouées ont été composées (dont certaines spécialement pour la BoP) en ce début de millénaire et cela se ressent. Deux de leurs compositeurs, Stephen Bulla et Markus Frei, ont exprimé leurs motivations et convictions au travers de messages vidéos projetés sur un grand écran, alors qu’un autre de ces compositeurs, le chef de fanfare Micael Dikantsa, le faisait en «  live  » au travers de son témoignage. Les prestations vocales de quatre chanteurs dynamiques entrent en plein dans le message transmis par les instruments. Ce spectacle ébouriffant a enthousiasmé bon nombre des auditeurs, même parmi les plus âgés, alors que

Micael Dikantsa donne son témoignage.

quelques-uns se trouvaient frustrés des harmonies des Eric Ball, Ray SteadmanAllen et autres Noël Jones qui touchent le cœur. Mais là n’est pas le rôle de la BoP, dont la trentaine de jeunes musiciens se sont donné pour mission de projeter vers l’avenir cette force que donne la vie nouvelle offerte à tous ceux qui mettent leur espérance en Jésus-Christ. Le lendemain matin, dans la salle du Poste, le culte était marqué par des témoignages de reconnaissance pour les 125 années de présence salutiste dans la ville d’Yverdon -les-Bains et ses environs. Heure bénie, au cours de laquelle nos Chefs de Territoire, les commissaires Franz et Hanny Boschung, ont apporté un message tourné vers un avenir enrichi par les expériences du passé. Le temps n’est pas à la nostalgie mais dans la confiance en ce que Dieu prépare pour tous, dans notre région en particulier. Que les salutistes du poste d’Yverdon soient les porteurs du flambeau de la Parole dans cette ville  !

Un quatuor vocal faisait également partie de ce spectacle audiovisuel surprenant.

« Voici l’homme ! » Cette année, le camp de musique, qui se déroulera du 9 au 14 avril aux Rasses, propose un thème étonnant aux jeunes. «  Voici l’homme  !  » La célèbre phrase, prononcée par Ponce Pilate lorsqu’il présente Jésus à la foule avant la crucifixion, sera à la fois étudiée durant le camp et développée dans la comédie musicale. Jésus être humain, c’est la vérité que le camp veut montrer aux campeurs, tout en cherchant à percevoir ce que ce passage sur terre veut nous dire aujourd’hui. Tous les ateliers habituels se donneront à fond pour véhiculer cet immense message d’espoir  : des chorégraphies dynamiques aux mélodies de qualité, des

rôles et chants soignés aux créations artistiques, toute l’activité des enfants sera encadrée par une formidable équipe de monos qui planche déjà sur cette semaine toute spéciale. A noter  : la participation cette année de Samuel Gaille chez les cuivres ; c’est le deuxième musicien professionnel qui rejoint l’équipe, après Benjamin Altorfer. Une base de qualité pour un camp qui s’annonce déjà passionnant et palpitant, et qui rencontre chaque année beaucoup de succès.

Photo  : Claude Coeudevez

Pierre-André Combremont

Archives et informations sur campdemusique.ch

David Lugeon

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · mars 2012

9


Nota bene

Commissaires Franz et Hanny Boschung, responsables territoriaux  : 22 mars  : Visite au Poste de Wattwil 31 mars  : Commission pour l’éthique et la justice sociale, QG Berne 1er avril  : Culte au Poste de Aarau est 3 avril  : Séance de la Direction au Poste de Zurich nord Lieutenant-colonel Massimo Tursi, Secrétaire en chef  : 18 mars  : Culte au Poste de Zurich central 22 mars  : Journée seniors 2012, Yverdon 23 mars  : Rencontre d’officiers, Neuchâtel 3 avril  : Séance de la Direction au Poste de Zurich nord 6 avril  : Culte au Poste d’Adelboden 8 avril  : Culte au Poste de Genève 1 Conseils d’officiers 2012 3 mai 2012  : pour tous les officiers, à Berne 1er novembre 2012  : pour les officiers alémaniques à Zurich 8 novembre 2012  : pour les officiers romands à Neuchâtel Conseils d’officiers 2013 22 mars 2013  : pour tous les officiers à Berne, avec la Générale Linda Bond

Cours et formations

Au Centre de formation, Habsburgerstrasse 15, Bâle  : Le management des conflits 9 mars 2012. Enseignant  : Urs Argenton – traduction Susanne Boschung. Méthodes de formation d’adultes pour le travail avec les groupes 22 et 23 mars 2012. Enseignants  : Marianne Meyner et Olivier Boschung. Inscriptions  : centre-de-formation@swi. salvationarmy.org Le management du stress 10 mai 2012. Enseignant  : Urs Argenton. Informations  : evelyne_rothacher@swi. salvationarmy.org Au Poste de l’Armée du Salut de Renens (Rue du Simplon 10) Cours d’accompagnement spirituel Les jeudis 29 mars, 12 avril, 26 avril et 24 mai 2012. Enseignants  : Evelyne Rothacher, Corinne Gossauer et Jean-Luc Emery. Renseignements et inscriptions  : 024 466 95 73 / 079 245 93 81 ou evelyne_rothacher@swi.salvationarmy.org

Félicitations

90 ans 9 avril  : Major Hulda Volet-Baier, Rue de l’Ecluse 16, 2000 Neuchâtel 80 ans 7 avril : Major Gertrud Diener, Baumgartenstrasse 37/208, 3018 Berne

  

75 ans 3 avril  : Major Heidi Marguth, Buchgrindelstrasse 8, 8620 Wetzikon ZH 70 ans 28 mars  : Major Paul Balmer-Hunziker, Küttigerstrasse 20, 5000 Aarau 31 mars  : Major Heinz WeidmannGrohs, Sevogelweg 3, 4417 Ziefen Noces d’or 14 avril 2012  : Majors Hans Rudolf et Annette Loosli, Route de la Petite-Caroline 3C, 1131 Tolochenaz

10

Remerciements

Submergés par la grande sympathie manifestée lors du départ d’Erwin Saugy, ma famille et moi tenons à vous remercier chaleureusement. Il ne nous est malheureusement pas possible de répondre personnellement à toutes les cartes et les dons, mais chaque signe de compassion, chaque téléphone et chaque accolade a été un encouragement. Que Dieu vous bénisse  ! Esther Saugy et famille

Shop

Liquidation au Shop de l’Armée du Salut (Laupenstrasse 5, côté cour, 3008 Berne). Pulls, sweat-shirts, t-shirts à manches longues, jusqu’à épuisement du stock. Venez donc y faire un tour ou commandez directement vos articles par téléphone  : 031 388 05 05 ou par courriell  : shop@armeedusalut.ch

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · mars 2012

Nécrologie

Major Erwin Saugy Erwin Saugy est né le 12 janvier 1942 à Schaffhouse. Il grandit aux côtés de deux sœurs et deux frères et sa famille était membre de la paroisse évangélique libre. C’est là-bas qu’Erwin se convertit à la foi en Jésus-Christ et qu’il apprit à jouer d’un instrument à vent alors qu’il était encore jeune garçon. L’amour pour la musique l’accompagna durant toute sa vie. Photo  : MAD

Agenda des Chefs

Après sa confirmation, il fit un apprentissage de menuisier, puis son école de recrue. Il trouva un travail à Vevey dans une grande menuiserie. Son patron l’invita à jouer au sein de la fanfare du Poste de l’Armée du Salut de Vevey. C’est ainsi qu’Erwin entra en contact avec l’Armée du Salut. Il y trouva de nouveaux amis et très vite, il eut envie de devenir membre. C’est à cette période qu’il fit la connaissance d’Esther, sa future épouse. Ils se savaient tous deux appelés par Dieu à vivre leur vie au service à plein temps pour Dieu et pour les hommes. Erwin et Esther se marièrent en mars 1967 et une année et demi plus tard, le couple entra à l’Ecole d’officiers à Berne avec leur fils André. Leur fille Sabine naquit là-bas. Plus tard, Sonja vint compléter le trio. Après leur formation, le chemin d’Erwin et d’Esther les mena dans plusieurs régions de Suisse alémanique, où ils reprirent la responsabilité de différents Postes de l’Armée du Salut. Depuis la retraite d’Erwin, le couple habitait à Weinfelden où ils espéraient pouvoir savourer ce temps ensemble. Mais Erwin souffrait continuellement de problèmes de santé. Il se sentait tout de même toujours porté par Dieu et supporta la dernière maladie grave sans se plaindre et resta reconnaissant pour tout jusqu’à la fin. Dieu l’a libéré de ses souffrances le 19 janvier 2012. Quartier Général


Nota bene (suite)

Au 1er juillet 2012 Le major Traugott Heiniger, d’Adelboden (pro-tem), à Responsable du concept d’aumônerie OS en Suisse alémanique à temps partiel, Responsable du développement spirituel à temps partiel et diverses tâches pour le QG. Le capitaine Christian et la Lieutenante Judith Dummermuth, de Soleure (Direction du Poste), à Adelboden (Direction du Poste). Les capitaines auxiliaires Markus et Iris Muntwiler, de Responsable de l’UO Mission & Développement, respectivement Diplômée du BAMC, à Bâle Gundeli (Direction du Poste). Les majors Arlette Reichenbach et Mendes Reichenbach-Martins, du Portugal, à La Chaux-de-Fonds (Direction du Poste, dès le 1er mai 2012). Le major Urs Meyner, du Foyer d’habitation Buchseegut (Direction), au QG (Service des prisons). Le major Thimothée Houmard, de Coordinateur des Brocantes pour la Suisse romande (50%) et Poste des Ponts-deMartel (50%), à Projet social pour Le Locle (20% dès le 1er mai 2012) et Direction du Poste des Ponts-de-Martel (80% dès le 1er mai 2012). La capitaine auxiliaire Jeanine Kappeler, du Stage au Poste de Saint-Gall, au Poste de Schaffouse (collaboration dès le 1er juin 2012). Les lieutenants Erhard et Barbara Josi, du Centre de formation (Ecole d’officiers), à Soleure (Direction du Poste). Le lieutenant Christoph Lässig, du Centre de formation (Ecole d’officiers), au Poste de Langnau (collaboration avec priorité au travail parmi les enfants et les jeunes). Les majors Markus et Eva Brunner, de Bâle Gundeli (Direction du Poste), aux Etats-Unis (Congé d’une année).

Musée

«  Une Générale, à quoi ça sert  ?  » Photo  :  Patrick Lüthy

Changements nationaux

La nouvelle exposition  : «  Une Générale, à quoi ça sert  ?  » sera visible dès le 20 mars 2012. Venez découvrir les 19 chefs et cheffes internationaux de l’Armée du Salut, en textes et en photos. Avec un concept différent, elle proposera les biographies et de nombreuses citations des Généraux et Générales.

de Berne. Acquérez dès maintenant vos Pass pour la soirée du 16 mars 2012 ( de 18 à 2 heures). Les tickets sont en vente au Musée de l’Armée du Salut (Laupenstrasse 5, côté cour). 25.- pour les adultes (avec ticket de transport zone 100 / 101) et Mini-tickets gratuits pour les enfants jusqu’à 16 ans (avec ticket de transport zone 100 / 101).

De plus, le Musée de l’Armée du Salut participera à nouveau à la Nuit des Musées

De qui s’agit-il  ? Ce mots-croisés vous permettra de découvrir un peu mieux les futurs officiers et capitaines-auxiliaires de l’Armée du Salut. Ce jeu révèle quelques-unes de leurs caractéristiques typiques. Remettez les lettres encerclées dans le bon ordre pour découvrir de qui il s’agit. Les cultes de bienvenue et d’ordination auront lieu en juin 2012.

Officiers qui partiront à la retraite en 2012  : La major Elisabeth Moser (avril) La major Vreni Keller (avril) La major Ruth Vaterlaus (mai) La major Vreni Eggenberger (juin) Le major Samuel Winkler (août) Le major Pierre-Alain Droz (septembre) Visite ICO du 11 avril au 4 juin 2012

La major Deborah Cachelin de l’ICO (International College for Officers) sera en visite.

*Le club de football est à écrire dans la langue originale «dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · mars 2012

11


Maintenir le dialogue

Dieu, mon soutien Déménager six fois en cinq années d’études, c’est certes intéressant  : j’ai pu vivre comment Dieu, chaque fois, me trouvait un appartement, une paroisse et de nouveaux amis.

ménagé pour mon premier emploi, j’ai intérieurement décidé de ne plus chercher de nouveaux amis. Je pensais que je pourrais m’épargner ainsi les douleurs de la séparation. Pourtant mon cœur aspirait à des amitiés.

Photo  : Eveline Will

Pourtant, à chaque déménagement, c’était plus dur d’abandonner les nouveaux amis et de continuer son chemin. Quand j’ai dé-

Je suis époustouflée de n’avoir eu qu’à prier et qu’à attendre pour y parvenir. Tout m’a été donné ou mieux dit  : Dieu m’a tout offert. Florina German

Impressum

Dans le prochain «  dialogue  »

Dialoguer avec Dieu

Dieu est ainsi

Le chemin vers le Père est ouvert Photo  :  Mariann

e Lauber

Dieu, ton existence n’a ni début, ni fin, ta sainteté est absolue, ta souveraineté est totale, ta justice est parfaite. Tu ne changes pas, ta fidélité et ta toute-puissance sont sans limites. Ta science est inépuisable et ta présence est continuelle.

Un Dieu si merveilleux mérite d’être loué, à lui seul sont l’honneur et la gloire  !

Edition et rédaction Quartier Général Suisse-Autriche-Hongrie Laupenstrasse 5 - CP 6575 - CH-3001 Berne Téléphone 031 388 05 02 redaction@armeedusalut.ch Les changements d’adresse doivent nous être directement communiqués.

Layout Rolf Messerli Impression Rub Graf-Lehmann SA, Berne Fondateur William Booth Générale Linda Bond Chef de territoire Franz Boschung

«  Le voile du temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu’en bas.  » (Marc 15  :  38). Il a fallu que Jésus meure sur la Croix pour que la relation directe et personnelle avec le Père soit restaurée. Le numéro d’avril reviendra sur l’importance de la crucifixion, avec le message de la Générale comme point central.

Major Heidi Knecht Rédaction

12

Mensuel pour les salutistes et amis de l’Armée du Salut. armeedusalut.ch

Equipe de rédaction Martin Künzi  (Chef Marketing et communication), Gabrielle Keller (Responsable Rédaction), Sébastien Goetschmann (Rédacteur), Christine Volet-Sterckx (Haïti), Monique Bürki (StAubin), Annelise Bergmann (Orbe) et Pascal Donzé (Tramelan).

Ta sagesse est sans mesure, ton amour est indescriptible et ta grâce est inconcevable. Ta miséricorde est comme une mer sans rives et ta fidélité est comme un ciel sans horizon. «  Personne n’est semblable à toi, ô Eternel  ! Car tu es grand et parce que tu es puissant, ta renommée est grande  ! Qui donc ne te révérerait, roi des nations  ? On doit te révérer car parmi tous les sages des nations et dans tous leurs royaumes, personne n’est semblable à toi  !  » (Jérémie 10  :  6-7).

JAB

Dieu veut aussi nous offrir de bonnes relations.

3001 Berne

J’ai alors prié Dieu pour qu’il m’offre de bons amis. Moi-même, je n’avais pas l’énergie de faire à nouveau le premier pas. Dieu est fidèle et entend notre prière  : en quelques semaines, j’ai fait la connaissance de plusieurs filles merveilleuses. L’une d’elles me fit la surprise de me rendre visite au bureau, car elle voulait me faire un cadeau. Une autre fille a cherché mon adresse en demandant à plusieurs personnes, parce qu’elle voulait faire ma connaissance. Aujourd’hui, j’ai de nombreuses nouvelles et bonnes amitiés qui se développent.

«dialogue» · mensuel de l’Armée du Salut · mars 2012

Abonnement annuel dialogue Espoir * Etranger

CHF 46.– | 65.–* CHF 48.– | 67.–*

«  il les fit sortir, et dit  : Seigneurs, que faut-il que je fasse pour être sauvé  ? Paul et Silas répondirent  : Crois au Seigneur Jésus, et tu seras sauvé, Actes 16  : 30-31 toi et ta famille.  »


Dialogue 03/2012 - C’est là que je grandis !  

C'est dans notre famille spirituelle que nous pouvons grandir dans notre foi.

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you