Barthelemy Togou: Celebrations

Page 1

BARTHÉLÉMY TOGUO CELEBRATIONS



BARTHÉLÉMY TOGUO CELEBRATIONS

29 MAY – 12 JULY 2014


2

Stupid African President | 2005-2008 | Inkjet print | 110 x 87cm


ART IN CONCERT WITH LIFE ITSELF Barthélémy Toguo in conversation with Kabelo Malatsie and translator Raphaëlle Jehan Your studies took you from Cameroon to Abidjan in 1990, and then to Germany and France. Tell us about this formative time in your life. It was at the school of fine arts in Grenoble, when I started my series of photographs Another Life, that I realised I was truly creating an artwork. Until then I had only made copies, as we were taught to do at the fine arts school in Abidjan. Actually, they were copies of copies as, with time, the plaster artworks, which had been brought from the Louvre to Abidjan in the 1960s, were damaged and had lost their noses, ears, drapery, so we were forced to work from copies made by the students who had preceded us. When I arrived in Abidjan, I knew that we would not be working from the original casts but I was proud to be learning a sense of observation. In this way I acquired the basics of sculpture, of modelling and moulding techniques. In Europe, I was surprised to discover that art was not what I had been taught. While artistic creation in Europe had undergone many transformations, in Africa the professors, despite having studied fine arts in France, were still teaching a European model from the past. It was a real shock for me to discover a new artistic language, and [a challenge] to learn the codes of contemporary art while remaining true to myself. The most important thing was that I knew where I was from and where I was going. It was also a real shock that the school was so clean and minimal, there were no sculpture or painting studios, everything was white. I never saw the students working because everything was conceptual. I had to learn this as well. We no longer

3


talked about preparatory drawings from models but about

there and to develop projects in the fields of artistic

computers and videos. So, to produce my work and not be

education and agriculture. At the end of the 1990s, I made

left behind, I began to learn all these new media and their

various works on the problems of borders, and I have made

codes of expression.

many critiques of the nature of exchanges between north and south. Now it is time for me to bring real answers to

Your wooden stamps in the installation The New World

vital subjects such as the quality of our food in the near

Climax reference the form of classical busts.

future, as well as our long-term self-sufficiency in food. We need to create debates and spaces to allow reflexion

In today’s world, you need a stamp for many things – to travel,

on these issues and I feel an irresistible need to do this at

to work; you always need to a stamp to do something. A stamp

home, in my country. It is a way somehow to move from

can trigger it all and it is a human being who decides your

global to local, and to stop talking and act.

future with a simple stamp. The archetypal representation of the human being is a bust. But the choice of this form is not

Your art centre, Bandjoun Station, is in the relatively

linked to my apprenticeship in classical sculpture in Africa; it is

small town of Bandjoun. Why not locate it in Douala or

simply an illustration of the human figure.

Yaoundé, bigger cities where exposure to your projects would be greater?

You recently decided to return to Cameroon and to build a studio there. What prompted this move after

The choice of Bandjoun is firstly a cultural one. It is a region

establishing yourself in Europe?

where African classical art is very entrenched. There is a strong history of masks, stools and other African objects,

I have reached a point in my work where I need to intervene

both Cameroonian and Bamiléké. In this region of west

in a more concrete way in the world. I focused for a long

Cameroon, unlike the south and coastal regions, ancient

time on critiquing the direction that society has taken; I

artistic practices continue to exist in a traditional way.

have protested against many things using words, gestures,

I really want to link this with contemporary creation: I

actions, but I think that an artist has to act directly to help

would like to orchestrate their ‘marriage’, to consolidate

the world change and develop.

patrimonial knowledge and to introduce some fresh ideas

I have been part of the African diaspora for almost 20 years, and the time has come for me to return to

4

using contemporary art. The second reason is that I like the climate and the

my country because I believe I can contribute to its

quality of life that this region offers. It makes me think of

development. I feel both a duty and a desire to go back

the Alps near Grenoble where I used to live. The vegetation


is green, the agriculture flourishing. All of this made me choose to settle there and embark on the adventure

my pains and the difficulties I encountered. It is then, in my exploration of the journey, that things

of developing a real long-term project and producing

came to me; as Paulo Coelho has indicated: by going

contemporary art.

to things, things come to you. By choosing the journey, I discovered barriers and had to find solutions. I also

There is an interesting idea of space or location

discovered that, the more I travelled, the more this became

(psychological and geographical) in your work,

a source of ideas for me – a person in exile, after all. The

particularly with regard to movement across borders,

more I got out of my space of creation, my studio, the more

as in The New World Climax and Transit.

I found sources of inspiration to feed my work. In 2004, I started the series Head above Water in which I

When I left Cameroon in the 1990s, the only wish I had

set out to meet people living in zones of conflict, to let them

at the time was to leave – to get as far away as possible. I

speak; I asked them to express their dreams and hopes on

thought that leaving would be easy until I was confronted

postcards that I had illustrated. It is a project with a strong

with the problems of borders and visas, and I gradually

social dimension: I went to Serbia, Kosovo, Hiroshima,

became aware of the difficulties that arise with setting

Havana, Auschwitz and Birkenau, Rwanda, Johannesburg,

out to encounter other cultures. This type of ordeal later

to Tunis during the Arab Spring, and Tahrir Square. People

became one of the subjects of my work. How to express this

aspire to freedom, claim their happiness and wish to express

in art? In my first series, Transits, I staged performances

themselves, to move from one place to another, to meet

in the no-man’s-land zones of borders, airports and train

other cultures, and this is the essence of travel itself.

stations. I disguised myself and, carrying sculpted wooden suitcases, made sure to attract the attention of customs

You travel all the time for your art. Do you feel a sense of

officials so they would decide to search me without being

dislocation, a fragmentation of your being?

able to open anything! Provocation and humour served me to expose and subvert the methods of the border police.

Travelling is a contemporary phenomenon. Everything is

In another performance, I dressed up with a cartridge belt

very fast nowadays; we move around much more easily

filled with Carambar sweets, so I looked like a terrorist.

thanks to the development of the transport system, ever

Through these ways of questioning the system, I gave the

faster and more efficient. At the same time, there are all

border and customs authorities the opportunity to exercise

the communication resources: Facebook, Twitter, Instagram,

their talents and authority, but at the same time I played

Gmail, etc. With these technologies at our disposal, we can

with them. I use this as a weapon in my work, an answer to

imagine working in Kinshasa, producing in New York and

5


exhibiting in Berlin in a record amount of time. We can send

project, I aim to produce art and at the same time to get a

three-dimensional images and plan the materials we will

whole community to dream by establishing a plantation that

need to make a future piece from our hotel room. We are

feeds people and helps them live. I also try to introduce a

used to doing this. Organising the production of an artwork

critical awareness with regards to society, for example the

is much less complicated than before as everything is so

imbalance in commercial exchanges between north and

fast. We no longer have to wait for mail, which in the past

south. This is what I’ve done with the plantation of coffee

could take three weeks or even months to arrive.

bushes whereby we produce our own coffee. In response to the west’s monopoly on raw materials, we decided to roast

In Bandjoun Station the external buildings and

our coffee beans ourselves, to make our own lithographed

plantations are an extension of your work – perhaps they

packaging, to fix the price of our product ourselves. With

are your work!

our plantations of bananas and protein-rich beans, we will eat healthily and this will become a form of total art.

As some intellectuals have observed, art is totally linked

6

The context of Bandjoun Station responds to the essence

to society. Today, through my work, I am transcribing this

of what art should be, as formulated by Albert Camus [in his

idea again in the context of Bandjoun Station. With this

Nobel Prize reception speech]: ‘Art is not, in my eyes, a solitary

Bandjoun Station, November 2013


revelry. It is a means of touching the greatest number of men

The idea of working with agriculture in Bandjoun was

by offering them a privileged picture of common suffering

vital to me. Today, all over the world, seed varieties are

and joy. It requires that the artist not separate himself; he

disappearing because of industrial firms that are trying

must submit to the most humble and universal of truths. And,

to promote their own seeds, and this affects our way of

often, he who chose his destiny as an artist because he felt

living, our agriculture, the quality of our products, and so

himself different soon learns that he will nurture his art, and

on. I wanted to act strongly by creating plantations and

his difference, only in admitting his resemblance to everyone

using our own seeds to question the quality of life that

else. The artist forges himself in the perpetual back-and-forth

we want; to ask what type of agriculture we want for our

from himself to others, halfway between the beauty he cannot

future. The answer can be found in Bandjoun Station where

do without and the community he cannot tear himself away

we give young people the opportunity to make art, which

from. This is why true artists despise nothing; they oblige

opens their minds, and which African leaders barely think

themselves to understand rather than to judge. And if they

about, as they believe art is secondary while education and

must be party to a cause in this world, it can be only that of a

agriculture must be priorities because people are starving.

society in which, in the words of Nietzsche, no longer the judge

We need to establish art education to open the minds of

but the creator will rule, whether he be worker or intellectual.’

young people. So I created Bandjoun Station, to have artistic

Plantation, November 2013

7


8

Plantation, November 2013


education and agriculture together, to offer everyone the

a new quality of life; a place of emancipation for the youth

opportunity to eat good, healthy food while saving the

where theatre, music, dance and cinema are celebrated and

‘original seed’ planted by our mothers in Africa and passed

contribute to the evolution of the community.

from generation to generation. Seeds are the basis of our food, a crucial link in

Bandjoun Station is to be seen as a true model of the integration of culture into society, not only with the creation

humanity’s development. For 12 000 years, farmers have

of sculptures in the urban space but also with its plantations

sown, selected and freely exchanged their seeds. This is

which represent the integration of art into the village. In

the entire history of agriculture. Yet, this ancestral practice

each plantation, there are small houses dedicated to poets,

is in peril. In the entire world, five chemistry firms that

with mosaic decorations on the walls, true masterpieces

produce seeds control half of the market and have the

rich with their play of forms and colours which express an

ambition to become the sole owners of seeds. I think that

aesthetic that is accessible to all.

everywhere in the world honest citizens should rise up against this infringement and demand the immediate

You work in different media including photography,

termination of patents on seeds as it is unacceptable that

sculpture, drawing, painting and video. How do you

private companies have a stranglehold on the world’s larder.

decide which medium is appropriate for a project?

In New York, Tokyo, Addis Ababa, Sydney, everywhere in the world, we need to protest, to organise resistance with

When an idea comes to me, I start to reflect on the

farmers, scientists, elected people … All of us should fight

meeting of the concept that I have in mind and the

and encourage disobedience as life cannot be ‘patented’

possibility of its translation into matter. As an artist, I have

this way. We have to make a choice between abundance and

to give form to my thoughts. So if I have a concept, I think

rarity, war and peace. At stake is our food independence

about different ways to make it visible and I make a choice.

versus the industrial system of junk food. We are living in a

If I think that sculpture is best suited to demonstrate that

situation of war that has never existed before, particular to

idea, then I make sculpture. If I feel that performance, with

the 21st century: ‘the war of seeds’. Let’s rise up!

its gestures, sound and emotion, will allow me to illustrate it better, then I do a performance. If the idea is more about

Where do you see Bandjoun Station in 10 years’ time?

a social subject, such as the difficulties in interpreting the conflict between generations, which will take better form

I see Bandjoun Station like a laboratory where we experiment

in a drawing series, then I start to work and, like a tracking

with the quality of agriculture alongside artistic and cultural

shot in cinema, I create a large number of drawings. If I

projects. I see it, in 10 years, as a laboratory where we imagine

want to expose the behaviour of African leaders, as in my

9


series Stupid African President, denouncing their attitudes

expose the weight of administration by carrying them from

towards natural resources in their countries, then it seems

one place to another with a lot of effort. A medium is never

to me more suitable to make photo-performances in a

outdated; it all depends on the use we make of it.

studio, to give the effect of a film or video still. I then adopt the appropriate outfit and stand in front of a microphone,

Your watercolours are mainly in green or red, and your

ready to give a speech to the people, with a map of Africa

installations use lots of white, as in Celebrations with its

behind me.

mosquito netting and cotton wool. Do these colours have

These approaches came from studying diverse courses

particular resonances for you?

in my artistic education: classical and academic in Ivory Coast, more liberal and free in Grenoble, more realistic and

It is true that there is a predominance of red and green in

professional in DĂźsseldorf. I went through very different

my watercolours. It is a deliberate choice which has nothing

workshops, from engraving, sculpture and drawing to

to do with symbolic meaning. I simply feel most comfortable

photography, video etc.

with these colours as they allow me to express a multitude

So, the medium must perfectly match the idea. There are no hierarchies: all media are good tools in reaching a

Just one colour, one red for example, can express pain,

goal, the main thing being to create forms which are equal

beauty, softness, violence, joy or sadness. I love red and

to the idea that needs to be expressed.

green; it is a question of choice. Thus, in Celebrations, I have

Many people think that, in art, the technical question

created an installation of 35 music stands which works like

is old-fashioned. This is totally wrong: it is the subject that

a theatrical environment. It is an idyllic façade of dreams

determines the medium. When I saw, in my Cameroonian

which gives an impression of purity and softness with all

passport, that there were a lot of stamps illustrating the

the fake cotton wool. When the spectator meanders in this

difficulties of travelling and crossing borders, highlighting

white universe, he discovers that violence stands alongside

the burden of administration and its paradoxes, I decided to

beauty, suffering alongside pleasure, war with sexuality,

respond to this with giant stamp sculptures in wood, and so I

death with life ‌ It is a big concert of human feelings which

created The New World Climax to draw attention to the limits

is life itself, a proposal with a universal dimension.

on free circulation. Wooden sculpture was best suited to show this in physical, sculptural and graphic terms. The technique of engraving led me to create prints on paper which made the engraved texts on the stamps more readable. Finally, the idea arose to do a performance using these materials to

10

of emotions.


Installation view with African Conference and Purification XLII Overleaf Installation view with African Conference (foreground)

11


12


13


14


15


16

Purification XXVI | 2009 | Watercolour on paper | 98 x 94cm Previous spread, left Purification XLII | 2014 | Acrylic on linen | 240 x 207cm Previous spread, right Purification XLII | 2014 | Acrylic on linen | 240 x 207cm


17


18

Planette Enchanted | 2014 | Watercolour on paper | 113 x 90cm Purification XXXIV | 2009 | Watercolour on paper | 106 x 89cm


19


Installation view with Celebrations 1-35 (foreground)

20


21


22

Love’s Divine Together | 2014 | Watercolour on paper | 113 x 90cm The Gardner Solitaire | 2009 | Watercolour on paper | 113 x 90cm


23


24

Purification XXXIV | 2014 | Watercolour on paper | 106 x 89cm Sensitives Souls | 2014 | Watercolour on paper | 113 x 90cm


25


26

A Room with a View on the Eggs | 2014 | Watercolour on paper | 113 x 90cm


27


28

Celebrations 36 | 2014 | Watercolour on paper | 150 x 390cm


29


30

Celebrations 1-35 | 2014 | Watercolours on paper | Approx 28 x 38.5cm each


31


32


33


34


35


36


37


38


Celebrations | Justin Bellaires performance at exhibition opening | 29 May 2014 Overleaf The New World Climax | 2001-2012 | Installation view

39


40


41


42

The New World Climax (Printemps Arabe) | 2011 | Woodcut print on paper | 65 x 50cm


The New World Climax (Printemps Arabe) | 2001-2012 | Wooden stamp, ink, table | Stamp 25 x 28 x 26cm

43


44

The New World Climax (Apatride) | 2001-2012 | Wooden stamp, ink, table | Stamp 45 x 30 x 16cm


The New World Climax (Exile) | 2001-2012 | Wooden stamp, ink, table | Stamp 22 x 42 x 32cm

45


46

The New World Climax (South Sudan) | 2001-2012 | Wooden stamp, ink, table | Stamp 75 x 66 x 66cm


The New World Climax (South Sudan) | 2011 | Woodcut print on paper | 65 x 50cm

47


48

The New World Climax (Who Is the True Terrorist? Police Line Do Not Cross) | 2005 | Woodcut print on paper | 65 x 50cm


The New World Climax (HCR) | 2001-2012 | Wooden stamp, ink, table | Stamp 11 x 24 x 21cm The New World Climax (Frontière) | 2001-2012 | Wooden stamp, ink, table | Stamp 18 x 33 x 32cm

49


50

The New World Climax (Inégalité) | 2001-2012 | Wooden stamp, ink, table | Stamp 22 x 49 x 29cm The New World Climax (Étre Humain) | 2001-2012 | Wooden stamp, ink, table | Stamp 26 x 40 x 30cm


The New World Climax (We Face Forward) | 2012 | Woodcut print on paper | 50 x 70cm

51


52

The New World Climax (Illegal) | 2011 | Woodcut print on paper | 80 x 60cm


The New World Climax (Illegal) | 2001-2012 | Wooden stamp, ink, table | Stamp 24 x 55 x 49cm Overleaf The New World Climax (We Are All in Exil) | 2012 | Detail | Woodcut print on paper | 27 x 52.5cm

53


54


55


56

Stupid African President 4 | 2014 | Inkjet print | 110 x 87cm Stupid African President 5 | 2014 | Inkjet print | 110 x 87cm


L’ART DE CONCERT AVEC LA VIE ELLE-MÊME Barthélémy Toguo en conversation avec Kabelo Malatsie et traductrice Raphaëlle Jehan En 1990, vos études vous ont conduites du Cameroun à Abidjan, et de là, en Allemagne puis en France. Pouvezvous nous en dire plus sur votre formation. C’est, à l’école des Beaux-Arts de Grenoble, quand j’ai débuté la série de photographies ‘Une autre vie’ que j’ai réalisé que je faisais vraiment une œuvre de création. Jusque-là je n’avais fait que des copies comme on nous avait appris à les faire à l’école des Beaux-Arts d’Abidjan. En fait, c’étaient des copies de copies car, avec le temps et l’usure, les œuvres en plâtre qui étaient arrivées du Louvre à Abidjan dans les années 1960 s’étaient abîmé et avaient perdu leurs nez, leurs oreilles, leurs drapés, aussi nous étions contraints de travailler d’après les copies qu’en avaient faites les étudiants qui nous avaient précédés. Quand je suis arrivé à Abidjan en 1990, cela faisait une trentaine d’années que l’école existait, je savais qu’on ne travaillerait pas d’après les moulages originaux et qu’on était bien loin d’une ressemblance avec le modèle de base mais j’étais fier car j’apprenais le sens de l’observation. J’ai ainsi acquis les notions élémentaires de la sculpture et de la technique du modelage et du coulage. Lorsque je suis arrivé en Europe, j’ai été surpris de constater que l’art n’était pas ce que l’on m’avait enseigné. Si la création artistique en Europe avait connu de nombreuses réformes, en Afrique, les professeurs qui étaient allés pourtant faire les Beaux-Arts en France continuaient malgré tout d’enseigner le modèle artistique européen du passé. Ça a donc été un vrai choc pour moi de découvrir un nouveau langage artistique et il m’a fallu

57


apprendre les codes de l’art contemporain tout en restant

Je suis arrivé à un moment de mon travail où il faut que je

moi-même dans ma création. Le plus important était que je

sois plus dans une forme de concrétisation par des actes

savais d’où je venais et où j’allais. Ça a été un vrai choc de

sur le terrain. Je suis resté longtemps dans la critique des

voir que l’école était hygiénique, qu’il n’y avait ni atelier de

dérives de la société ; j’objectais sur beaucoup de choses

sculpture, ni de peinture et que tout était blanc. Je ne voyais

par la parole, le geste, l’action mais je crois qu’un artiste

pas vraiment les étudiants travailler parce qu’en fait, c’était

se doit aussi d’agir plus concrètement pour que le monde

plus cérébral. Il a donc fallu que je m’y mette aussi, On ne

change et se développe. Voilà près de vingt ans que je fais

parlait plus de dessin d’après modèle mais d’ordinateur et

partie de la diaspora africaine, le moment est venu que je

de vidéo. Aussi, pour n’être pas en reste et pouvoir produire

rentre au pays parce que je crois que je peux lui apporter

mon travail, je me suis mis à apprendre tous ces nouveaux

quelque chose d’utile à son développement. C’est quelque

médiums et leurs codes d’expression.

chose de l’ordre d’un devoir qui est mêlé à une envie de rentrer là-bas et d’y développer des projets concrets

Les tampons en bois que vous présentez dans l’installation

sur le terrain en direction de l’éducation artistique et

The New World Climax font référence à la forme classique

de l’agriculture. A la fin des années 90, j’ai fait toutes

du buste. Pouvez-vous nous expliquer ce choix?

sortes de travaux sur la problématique des frontières et j’ai abondamment critiqué les échanges Nord-Sud ; il est

58

Dans le monde aujourd’hui, pour beaucoup de choses, il faut

temps pour moi d’apporter des réponses concrètes à tous

que tu aies un tampon. Pour voyager, pour travailler, il faut

ces sujets vitaux tels que la qualité de notre alimentation

que tu aies un tampon. Il faut toujours avoir un tampon pour

dans les décennies à venir, les réponses à donner à

pouvoir faire quelque chose. Un coup de tampon peut tout

l’autosuffisance alimentaire, etc. Il faut créer des espaces

déclencher et c’est un « être humain » qui décide de ton

de débats et de réflexions permettant la réflexion sur

avenir par un simple coup de tampon. L’archétype de l’être

toutes ces problématiques et j’éprouve une irrésistible

humain, c’est un buste. Ce choix de forme n’a rien à voir avec

nécessité à le faire chez moi, dans mon pays. Une façon

mon apprentissage de la sculpture classique en Afrique, c’est

en quelque sorte de passer du global au local, non plus de

juste l’image de « l’homme ».

discourir mais d’agir.

Vous avez récemment décidé de retourner vivre au

Votre centre d’art, Bandjoun Station, est situé dans la

Cameroun et d’y construire un studio d’artiste. Quel

ville assez modeste de Bandjoun. Pourquoi ne pas l’avoir

élément déclencheur vous a poussé à faire ce choix

montée à Douala ou Yaoundé, des villes plus grandes où

après votre établissement en Europe ?

la visibilité de votre projet aurait été meilleure?


Le choix de Bandjoun est d’abord culturel. C’est une région

mesure toutes les difficultés à aller à la découverte d’autres

où l’art classique africain est très implanté. Il y a une histoire

cultures. Ce sont ces épreuves-là qui sont devenues par la

très forte avec les masques, les tabourets et autres objets

suite un sujet de travail. Comment exprimer cela dans l’art

africains, camerounais ou bamiléké. Dans cette région de

? C’est à ce moment –là que je crée la première série de «

l’ouest du Cameroun, contrairement à celles du sud et du

Transits » où je me mets en scène dans des performances

littoral, les anciennes pratiques artistiques perdurent et

qui se passent dans ces zones de passage aux frontières,

elles sont très classiques. J’ai très envie d’associer cela à

comme les aéroports et les gares. Je me déguise, je sculpte

la création contemporaine. Je voudrais orchestrer leur

des valises en bois, j’attire sur moi l’attention des douaniers

mariage et que cela puisse tout en même temps consolider

qui me fouillent mais ils ne peuvent rien ouvrir ! Provocation

les acquis patrimoniaux et apporter par l’art contemporain

et humour me servent à mettre en échec les clichés et les

un nouveau souffle sur le terrain.

aprioris de la police des frontières à mon égard. Ou encore je

La seconde raison de ce choix est que c’est une région

m’habille avec une cartouchière remplie de Carambar, ce qui

que j’aime pour son climat et la qualité de vie qu’elle offre.

me donne l’allure d’un terroriste. A travers toutes ces formes

J’ai choisi cette région car elle me fait penser aux Alpes – à

de remise en question du « système », je donne l’occasion

cette région de Grenoble où j’ai vécu. La végétation y est

à la police des frontières et aux douaniers d’exercer leurs

verte, l’agriculture florissante. Tout cela m’a donné envie de

talents, de jouer de leur autorité, mais moi, je joue avec eux.

m’y installer pour tenter cette aventure, y développer un

J’utilise cela comme une arme dans mon travail, une

vrai projet à long terme et y produire de l’art contemporain.

réponse à mes douleurs, à toutes les difficultés rencontrées.

Il y a dans votre travail une notion intéressante

choses viennent vers moi, comme le dit Paulo Coelho : « En

d’espace et de placement (psychologique et

allant vers les choses, les choses viennent vers vous. » En

géographique), particulièrement par rapport au

choisissant le voyage, je découvre des barrières et je dois

mouvement de traversée des frontières, tel que dans

trouver des solutions. J’ai également découvert que, plus je

The New World Climax et Transit.

voyageais, plus cela devenait une source de travail pour moi,

C’est donc dans mon exploration du voyage que les

qui suis somme toute un « un exilé ». Plus je sortais de mon C’est lorsque je quitte le Cameroun et que la seule envie

lieu de création, de mon atelier, plus je trouvais des sources

que j’ai à ce moment-là, dans les années 90, c’est de partir.

d’inspiration qui nourrissaient mon travail.

Partir, partir, partir le plus loin possible. Je pensais que partir

En 2004, j’ai débuté la série « Head Above Water »

était facile jusqu’à ce que je sois confronté aux problèmes

dans laquelle je suis allé à la rencontre des gens qui sont

de frontières et de visas et que je découvre au fur et à

dans des zones de tension, pour leur donner la parole,

59


pour qu’ils parlent de leurs rêves, de leurs espoirs sur des

À Bandjoun Station les constructions extérieures et les

cartes postales illustrées par moi. C’est un projet dans lequel

plantations sont une extension de votre travail – peut-

la dimension sociale est forte : je suis allé en Serbie, au

être font-elles partie intégrante de votre art!

Kosovo, à Hiroshima, à la Havane, à Auschwitz et à Birkenau, au Rwanda, à Johannesburg, à La Havane et même à Tunis

Comme certains penseurs l’ont déjà exprimé, l’art est

pendant le printemps arabe ou sur la place Tahrir. Les gens

complètement lié à la société. Aujourd’hui par mon travail,

aspirent à la liberté et réclament le bonheur de vivre, de

je le retranscris dans ce contexte qu’est Bandjoun station.

s’exprimer, de se déplacer d’un point géographique à un

Avec ce projet, j’essaie de produire de l’art et en même

autre, à la rencontre des autres cultures car c’est l’essence

temps que j’essaie de faire rêver toute une communauté

même du voyage.

avec cette plantation qui nourrit et fait vivre. J’essaie également d’apporter des éléments critiques par rapport à

Vous voyagez constamment pour votre art. Cela ne vous

notre société, tel le déséquilibre des échanges commerciaux

fait-il pas vous sentir comme disloqué voir fragmenté

entre le Nord et le Sud, notamment cette plantation de

dans votre Être?

caféiers dans laquelle nous produisons notre propre café. En réplique à la main mise sur les matières premières par

Voyager est un phénomène contemporain. Les choses

l’Occident, torréfions nous-mêmes notre café, fabriquons

vont très vite aujourd’hui. Nous bougeons beaucoup plus

nous-mêmes les emballages lithographiés, fixons nous-

facilement grâce au développement des moyens de

même les prix de nos produits. Nous mangerons ainsi

transport, toujours plus rapides et plus performants. Dans

sainement de ces plantations avec nos bananes, nos

le même temps, il y a tous les moyens de communication :

haricots riches en protéines et cela deviendra une forme

Facebook, Tweeter, instagran, gmail, etc... Avec les moyens

d’art total.

que nous avons, on peut imaginer un travail à Kinshasa, le

60

Le contexte de Bandjoun station répond à l’essence

produire à New York et l’exposer à Berlin dans un record de

même de ce que doit être l’art tel que l’a énoncé Albert

temps incroyable. On envoie une image en trois dimensions

Camus : « L’art n’est pas à mes yeux une réjouissance

et on peut programmer de sa chambre d’hôtel le matériel

solitaire. Il est un moyen d’émouvoir le plus grand nombre

dont on aura besoin pour la fabrication. On trouve cela

d’hommes en leur offrant une image privilégiée des

normal et on fait avec. Organiser la production d’une œuvre

souffrances et des joies communes. Il oblige donc l’artiste à

d’art est beaucoup moins compliquée qu’avant car tout est

ne pas se séparer ; il le soumet à la vérité la plus humble et

très rapide. On n’attend plus le courrier qui, dans le passé,

la plus universelle. Et celui qui, souvent, a choisi son destin

mettait trois semaines, voire des mois à nous arriver.

d’artiste parce qu’il se sentait différent apprend bien vite


qu’il ne nourrira son art, et sa différence, qu’en avouant sa

par nos mères en Afrique et la réutiliser de génération en

ressemblance avec tous. L’artiste se forge dans cet aller-

génération pour semer sans cesse.

retour perpétuel de lui aux autres, à mi-chemin de la beauté

Les graines sont la base de notre alimentation, un

dont il ne peut se passer et de la communauté à laquelle

maillon capital dans le développent de l’humanité. Depuis

il ne peut s’arracher. C’est pourquoi les vrais artistes ne

12 000 ans, les paysans sèment, sélectionnent, échangent

méprisent rien ; ils s’obligent à comprendre au lieu de juger.

« librement » leurs graines. C’est TOUTE l’histoire de

Et s’ils ont un parti à prendre en ce monde ce ne peut être

l’agriculture. Or, cette pratique ancestrale est en péril.

que celui d’une société où, selon le grand mot de Nietzsche,

Sur la planète, cinq multinationales de la chimie devenus

ne règnera plus le juge, mais le créateur, qu’il soit travailleur

producteurs de semences contrôlent la moitié du marché

ou intellectuel. »

et elles ont le projet de devenir propriétaires des graines.

L’idée de faire de l’agriculture à Bandjoun était vitale

Je pense que PARTOUT dans le monde des citoyens

pour moi. Aujourd’hui dans le monde entier, la graine est

honnêtes devraient se lever contre cette privation et exiger

en train de disparaître à cause des compagnies industrielles

la cessation immédiate des brevets sur les graines car il

qui tentent de produire leur propre graine, ce qui change

est inacceptable que des entreprises privées aient la main

énormément de choses : notre habitude de vie, notre

mise sur le garde-manger du monde. Que ce soit à New

agriculture, la qualité des produits agricoles, etc. J’ai voulu

York, à Tokyo, à Addis-Abeba, à Sidney ou ailleurs… Il faut

poser un acte fort en créant des plantations et en utilisant

manifester, organiser partout dans le monde la résistance

nos propres graines pour poser la question : Quelle qualité

avec les agriculteurs, les scientifiques, les élus des peuples...

de vie voulons-nous ? Quelle agriculture voulons-nous pour

Tous nous devons nous battre et prôner la désobéissance,

notre futur ? Cette réponse ne pouvait se trouver que dans

on ne peut pas ainsi vouloir « breveter la vie ». Nous devons

mon projet de Bandjoun station où l’on donne l’occasion aux

faire un choix entre l’abondance et la rareté, entre la guerre

jeunes de faire de l’art, ce qui leur ouvre l’esprit, ce dont les

et la paix. L’enjeu, c’est notre indépendance alimentaire

leaders africains n’ont qu’une vague idée car ils pensent que

face au système industriel de la mal bouffe. Nous vivons

l’art est secondaire alors qu’éducation et agriculture doivent

une situation de guerre inédite, propre au XXIe siècle : « la

être des priorités car les gens ont faim.

guerre des graines ». Révoltons-nous !

Il faut instaurer l’art dans l’enseignement pour permettre une ouverture d’esprit des jeunes d’où l’idée de Bandjoun

Comment imaginez-vous Bandjoun Station dans 10 ans?

station : faire de l’éducation artistique et de l’agriculture, offrant à tous l’opportunité de manger une nourriture saine

Je vois Bandjoun station comme un laboratoire où l’on

et bonne tout en sauvant la « graine originale » transmise

expérimente, la qualité de l’agriculture et où sont menés des

61


projets artistiques et culturels. C’est comme cela que je le

performance qui, avec des gestes, du son et de l’émotion, va

vois à terme de dix ans. Un laboratoire où l’on imagine une

m’amener à mieux l’illustrer alors je fais une performance.

nouvelle qualité de vie. Un lieu d’émancipation des jeunes

Si cette idée est davantage adossée à un sujet sociétal sur

où le théâtre, la musique, la danse, le cinéma sont célébrés

les difficultés d’interprétation du conflit des générations et

et qui sont les vecteurs d’évolution de la communauté.

que cela trouvera forme dans une série de dessins, alors je

Bandjoun station se veut un véritable modèle d’intégration

me mets au travail comme on fait un travelling au cinéma

de la culture dans la société. Non seulement par la création

en réalisant toute une quantité panoramique de dessins. Si

des sculptures dans l’espace urbain mais aussi par ses

j’ai envie de montrer le comportement des leaders africains,

plantations qui sont aujourd’hui une intégration de l’art dans

comme je l’ai fait dans « Stupid African President »,

le village. Dans chaque plantation, on trouve des petites

dénonçant leur attitude à propos des ressources naturelles

maisons dédiées aux poètes, avec des décors mosaïques

de leur pays, alors il me semble préférable de faire des

sur les murs, bref de véritables chefs-d’œuvre riches en

photo-performances en studio, pour rendre l’effet d’un arrêt

jeux de formes et de couleurs et qui sont l’expression d’une

sur image. J’adopte le même type d’habillement, je me

esthétique accessible à tous.

poste devant un même micro, prêt à prononcer un discours au peuple, avec derrière moi une carte de l’Afrique.

Vous travaillez à l’aide de différents mediums dont la

C’est comme cela que je travaille. Cette démarche

photographie, la sculpture, le dessin, la peinture et la

m’est personnelle car j’ai eu la chance d’avoir plusieurs

vidéo. Comment décidez-vous d’utiliser un medium plutôt

cursus scolaires dans ma formation artistique : classique

q’un autre dans vos projets ?

et académique en Côte d’Ivoire, plus ouverte et plus libre à Grenoble, plus réaliste et plus professionnelle à Düsseldorf.

Lorsque qu’une idée me vient à l’esprit, je cherche tout

Je suis passée par des ateliers très différents de gravure,

d’abord dans ma tête à savoir dans quel medium je peux

de sculpture, de dessin, de photo, de vidéo, etc. Aussi le

la restituer. C’est un vrai travail spirituel qui relève d’une

médium doit parfaitement correspondre à l’idée et ne doit

confrontation entre ce que j’ai en tête et la possibilité de

souffrir d’aucune discrimination. Tous les médiums sont

traduire cela dans la matière. Je suis un artiste et je dois

bons pour atteindre le but, l’essentiel est créer des formes

mettre en forme le résultat de ma pensée. Donc si j’ai une

en phase avec l’idée à exprimer.

idée, je réfléchis à la façon de la rendre visible et je dois faire un choix. Si je pense que la sculpture est plus adapté à illustrer cette idée, alors je fais de la sculpture. Si j’estime que c’est la

62

Beaucoup pense que, dans l’art, la question de la technique est dépassée. C’est totalement faux. C’est le sujet qui la conditionne. Quand j’ai constaté que, dans mon passeport camerounais, il y avait une foule de


tampons illustrant les difficultés à voyager et à traverser

une question de choix. Ainsi dans « Célébrations », je crée

des frontières, soulignant la lourdeur de l’administration

une installation faite de 35 pupitres qui fonctionne comme

et ses paradoxes, j’ai alors décidé de répondre par des

un environnement théâtral. C’est une façade idyllique de

sculptures de tampons en bois géantes à l’image de tous

rêve qui dégage une impression de pureté, de douceur

ces tampons et j’ai réalisé « The New World Climax » pour

par l’abondance de ce faux coton que j’utilise. Lorsque le

mettre en exergue ce problème de la libre circulation. La

spectateur déambule dans cet univers de blanc, il découvre

sculpture sur bois était plus adaptée pour montrer cela

alors que la violence côtoie la beauté, la souffrance le

d’abord physiquement, plastiquement et graphiquement.

plaisir, la guerre la sexualité, la mort la vie... Bref, c’est un

Par suite la technique de la gravure m’a conduit à faire

grand concert des ressentis humains qui est « la vie »

des impressions sur papier qui rendaient plus lisibles les

même, une proposition à dimension universelle.

textes gravés sur les tampons. Enfin, l’idée m’est venue de faire une performance avec ces matériaux pour montrer la lourdeur de l’administration en les portant avec beaucoup de peine d’un lieu à un autre. Un médium n’est jamais dépassé car tout dépend de l’usage que l’on en fait. Vos aquarelles sont principalement faites de vert ou de rouge, et vos installations incluent beaucoup de blanc, tel que dans Celebrations où sont présents des moustiquaires et du coton. Ces couleurs ont-elles une résonance particulière pour vous? C’est vrai qu’il y a une prédominance de rouge et de vert dans mes aquarelles. C’est un choix délibéré qui n’a rien à voir avec une explication symbolique proprement dite. Je me sens plus habile avec ces couleurs car elles me permettent d’exprimer une multitude d’émotions. Même avec une seule couleur, un seul rouge par exemple, on peut traduire la douleur, la beauté, la douceur, la violence, la gaîté ou la tristesse, etc. J’adore le rouge et le vert, c’est

63


Barthélémy Toguo was born in 1967 in Bandjoun, Cameroon; he lives and works between Paris and Bandjoun, where he founded a centre for artistic exchange between local and international artists in 2007. He trained at the École Nationale Supérieure des Beaux-Arts in Abidjan, the École Supérieure d’Art in Grenoble and the Kunstakademie, Düsseldorf. Solo exhibitions have taken place at institutions including Uppsala Art Museum, Sweden; Musée d´art contemporain de Sainte Etiennne, France; La Verrière by Hermès, Brussels, Belgium; Fundação Gulbenkian, Lisbon; and Palais de Tokyo, Paris. Recent group shows include the 11th Dakar Biennale (2014); Body Language at the Studio Museum in Harlem, New York (2013); La Triennale: Intense Proximité, Palais de Tokyo, Paris (2012); the 11th Havana Biennial (2012); A Terrible Beauty is Born, 11th Biennale de Lyon, France; the 18th Sydney Biennale (2011); and Laughing in a Foreign Language, Hayward Gallery, London (2008). In 2011, Toguo was made a Knight of the Order of Arts and Literature in France. His work is in the collections of the Centre Georges

CAPE TOWN Buchanan Building 160 Sir Lowry Road Woodstock 7925 PO Box 616 Green Point 8051 T +27 (0)21 462 1500 F +27 (0)21 462 1501 JOHANNESBURG 62 Juta Street Braamfontein 2001 Postnet Suite 281 Private Bag x9 Melville 2109 T +27 (0)11 403 1055/1908 F +27 (0)86 275 1918 info@stevenson.info www.stevenson.info

Pompidou, Paris; Museum of Modern Art, New York; Studio Museum in Harlem, New York; Musée d’art contemporain, Lyon; Fondation Louis Vuitton; and Kunstsammlungen der Stadt, Düsseldorf, among others.

Catalogue 78 July 2014 © 2014 for works by Barthélémy Toguo: the artist © 2014 for text: the authors

Thanks to Bandjoun Station and Philipe Piguet

Front cover Celebrations 3, 2014, watercolour on paper, 28 x 38.5cm Art direction & design Gabrielle Guy Design & layout James King Photography Mario Todeschini Printing Hansa Print, Cape Town




Issuu converts static files into: digital portfolios, online yearbooks, online catalogs, digital photo albums and more. Sign up and create your flipbook.