Issuu on Google+

ĂŠconomie art architecture immobilier no 100 automne 2009


tmp.ch

Votre architecte financier Acheter • un appartement • une villa • un terrain • une résidence secondaire • en Suisse • en France voisine Construire • un logement • une habitation Minergie Rénover • un bien immobilier Grâce à sa connaissance unique du marché, la Banque Cantonale de Genève vous propose des solutions calquées sur vos besoins. Planifiez et construisez avec nos spécialistes au 058 211 21 00 ou sur www.bcge.ch/simplissimmo


N°100 éditorial ■

Développe en toi l’indépendance à tout moment, avec bienveillance, simplicité et modestie. Marc Aurèle

H

asard du calendrier : alors que sort ce 100e numéro de L’INFORMATION

IMMOBILIÈRE, Genève bruit de l’effervescence quadriennale d’une période électorale. En nous distançant par rapport à cette échéance, nous affichons l’une des caractéristiques qui nous paraît aussi être un atout de notre publication : notre vocation ni notre goût ne nous portent à coller de trop près à l’actualité immédiate. Plus que jamais, il nous paraît précieux de pouvoir prendre du recul, de la hauteur, et de se détacher des micro-événements qui font la manchette de journaux bien obligés de faire du bruit… même pour rien et avec rien. Il ne s’agit pas pour autant de se montrer lisse et consensuel, mais d’essayer de traiter les vrais problèmes, ceux qui constituent des enjeux majeurs pour le développement de notre région et le bien-être de ses habitants. En plus de trente ans – à raison de trois numéros par an, faites le compte… – , nous avons consacré des dossiers à des thèmes très variés – j’en citerai certains dans un parfait désordre chronologique – , tels que les lenteurs des procédures en matière d’urbanisme (c’était en 1991, et si le dossier a fait parler de lui, ayons la lucidité de constater qu’il n’a guère fait changer les choses, puisqu’on pourrait en republier intégralement le contenu en ne changeant que quelques noms et dates !). Ou encore l’aménagement lamentable de la plaine de Plainpalais (un espace libre d’une telle ampleur en zone urbaine n’est pourtant pas anecdotique !). En 1985 déjà, nous nous préoccupions des défis et dangers qui menaçaient notre place financière ; en 1995, nous dénoncions le retard que Genève prenait, par rapport au reste de la Suisse, dans la rénovation du parc immobilier. En 2001, nous suggérions vigoureusement de mettre fin à la gabegie de la gestion des restaurants de la ville de Genève – un magnifique patrimoine dilapidé. Evoquons encore l’année 2003, où nous stigmatisions l’aménagement – en rade – des quais de Genève... Ces exemples, expressions d’exigences (partiellement) déçues, sont le reflet de l’attachement et de l’ambition que nous avons pour notre ville et notre région. Ils sont également le témoignage de notre indépendance, tant il nous importe peu, par exemple, que le responsable d’une négligence ou d’un dysfonctionnement important soit un élu socialiste ou libéral.

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

1


■ N°100 éditorial

Nous entendons bien continuer, en toute liberté, à jouer un rôle d’aiguillon constructif et à accueillir dans nos colonnes ceux qui ont quelque chose à dire, cela quelle que soit leur couleur politique. En témoigne la diversité des personnalités interrogées pour notre dossier « Genève 2009 : tour d’horizon en neuf thèmes », du conseiller d’Etat Mark Muller au conseiller administratif Rémy Pagani, des architectes Brodbeck et Roulet au banquier Blaise Goetschin. Ce bref panorama est aussi l’occasion de se rendre compte, l’espace de quelques instants, que tout ne va pas si mal, Madame la Marquise : notre banque cantonale est devenue un établissement stable et respecté ; la politique de Mark Muller et son ambition de paix du logement – avec une formule pragmatique : du logement de toutes catégories pour toutes les classes de la population – nous changent de la confrontation permanente des années Grobet, de même que la haute qualité architecturale incarnée par MM. Brodbeck et Roulet (qui ne sont bien sûr pas les seuls architectes de talent à Genève) nous fait heureusement oublier les « boîtes à logements » des années 60. Que la Suisse romande s’unisse, en s’associant avec Berne, pour promouvoir une économie considérée désormais dans sa dimension régionale est aussi une avancée réjouissante, comme le souligne Pierre-François Unger. Il ne reste plus qu’à mettre fin à ce doublon ridicule que constitue la superposition de la Ville et de l’Etat dans notre minuscule Canton. Notre horizon ne s’est toutefois jamais limité à Genève, et ce numéro anniversaire est aussi l’occasion de remercier les chroniqueurs qui ont bien voulu apparaître dans nos colonnes : en premier lieu Jean Dutourd, présent depuis 1980, une fidélité qui nous honore et nous touche, mais aussi Philippe Bouvard, Luc Ferry, André Comte-Sponville, Jean Romain, Marian Stepczynski, Eric-Emmanuel Schmitt, et tant d’autres. Nous partageons avec eux un certain refus du conformisme intellectuel, ce danger dont les citoyens des démocraties modernes devraient toujours se méfier. On me pardonnera de conclure sur une brève note de satisfaction : avec cette parution, nous atteignons un nouveau seuil de tirage, soit 70 000 exemplaires (contre 54 000 en 2008). Ne boudons pas notre plaisir : nous sommes heureux de cette progression constante de la diffusion, validée, rappelons-le, par une certification externe. Surtout, L’INFORMATION IMMOBILIÈRE est bien vivante et capable d’évolution : la nouvelle ligne graphique qui vous est proposée dès ce numéro en constitue une convaincante démonstration.

Thierry Barbier-Mueller Editeur de L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

2

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


CM CUISINES SA CONTRIBUE ÉTROITEMENT AU DÉVELOPPEMENT DURABLE PAR SON ENGAGEMENT FINANCIER ET SON RÉSEAU DE PARTENAIRES ACTIFS EN MATIÈRE DE SOLUTIONS ÉCOLOGIQUES.

CUISINES NOUVELLES… À LA MESURE DE NOTRE PLANÈTE DÉCOUVREZ NOTRE NOUVELLE EXPOSITION DANS NOTRE MAGASIN DE GENÈVE FRAÎCHEMENT RÉNOVÉ

1260 NYON [SIÈGE] OULTERET 1 T 022 994 77 40 F 022 361 00 08

1205 GENÈVE CARL-VOGT 30 T 022 322 00 20 F 022 321 18 61

1006 LAUSANNE OUCHY 27 T 021 612 61 00 F 021 612 61 09

1002 LAUSANNE RUE CENTRALE 30 T 021 319 92 70 F 021 319 92 79

www.cm-cuisines.com | info@cm-cuisines.com

Merci à : SCHÜLLER | BAUKNECHT | BOSCH | SIEMENS | GAGGENAU | V-ZUG | AEG | DE DIETRICH | SUTER | MIELE |


Bien choisir son énergie, c’est mieux préparer l’avenir. Dans le cadre de l’ouverture du marché de l’électricité, SIG - votre partenaire de proximité vous propose des solutions innovantes pour maîtriser vos dépenses énergétiques et votre impact sur l’environnement. Avec SIG, changez d’idée sur les énergies.

eau énergies réseaux environnement

www.mieuxvivresig.ch

Une énergie propre à chacun.


N°100 SOMMAIRE ILLUSTRÉ ■

N ° 1 0 0

INTERVIEWS

|

A U T O M N E

2 0 0 9

■ H O R I Z O N S É C O N O M I Q U E S .................................................................. 35 Dossier | Genève 2009 : tour d’horizon en neuf thèmes par Thierry Oppikofer A l’occasion de la centième livraison de L’INFORMATION IMMOBILIÈRE, neuf personnalités genevoises font le point sur l’évolution de certains dossiers traités au fil des années dans les colonnes de votre revue: logement, grands projets, architecture, économie, place de Genève en Suisse... Tour à tour concrets et visionnaires, réalistes et confiants en l’avenir, ces décideurs offrent un éventail d’opinions dont se dégage une énergie positive pour notre République.

■ T E N D A N C E S ................................................................................................ 79 La Carte du Tendre à l’ère d’Internet par Serge Tisseron Au XVIIe siècle, Mme de Scudéry a imaginé une Carte du Tendre pour rendre visibles les stratégies amoureuses. Aujourd’hui, plus d’un tiers des célibataires se rencontrent à travers des sites spécialisés sur Internet. En quoi leur parcours amoureux diffère-t-il de celui qu’avait imaginé Mme de Scudéry pour ses contemporains ? Quelle nouvelle Carte du Tendre leurs rencontres dessinent-elles ?

■ A R T E T A R C H I T E C T U R E .................................................................. 104 Japon | Tadao Ando : Architecte terrien par Philip Jodidio Tadao Ando est actuellement l’un des architectes les plus influents au monde. Il est attaché à l’utilisation du béton mais aussi à l’enracinement de ses réalisations dans la terre, voire sous terre. Quelques créations réalisées au Japon ou en Italie et présentées dans ce numéro en témoignent.

■ R E G A R D S S U R L E M O N D E ................................................................ 122 Bahamas | Un diamant brut ciselé par l’histoire par Jacques de Freidmont Ces chapelets d’îles sauvages éparpillées sur une mer émeraude furent les toutes premières terres découvertes par Christophe Colomb. Leur histoire mouvementée, où se côtoient pirates, corsaires et flibustiers, trafiquants, écrivains et acteurs célèbres, raconte la longue émergence d’un pays qui a mis cinq siècles à acquérir son indépendance… et à découvrir que la beauté à couper le souffle de ses paysages constituait sa plus précieuse ressource.

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

5


N ° 1 0 0 s o mm a i r e ■ Une publication de la

SOCIÉTÉ PRIVÉE

DE GÉRANCE www.spg.ch * * *

Revue créée en 1976

L’Information Immobilière Route de Chêne 36 – 1208 Genève Tél. 022 849 65 60 – Fax 022 849 61 80 E-mail : publications@spg.ch www.informationimmobiliere.ch

Editeur responsable: Thierry Barbier-Mueller Rédactrice en chef: Christine Esseiva E-mail : redaction@spg.ch Publicité: Edouard Carrascosa E-mail : edouard.carrascosa@spg.ch Tél. 022 849 65 61 – Fax 022 849 61 80 Cahier immobilier et distribution: Sarah Wangeler, Cécile Heymans Graphisme et production: Johana Couprie, Sandra Cattaud, Martine Musy Nouvelle maquette réalisée en collaboration avec Vitamine. Abonnements: Silvia Farinha, Liliana Lima, Simon Jöhr, Michael Polla Tél. 022 849 65 57/68/69 – Fax 022 849 61 80 E-mail : abonnements@spg.ch * * *

N ° 1 0 0

|

AUTO M NE

2 0 0 9

■ e d i t o r i a l .................................................................................................1 ■ c h r o n i q u e s – du temps présent « Le triomphe de la médecine » de Jean Dutourd................ 10 – MONDE ET HISTOIRE « Le plus grand acte de piraterie » de Dominique Lapierre...... 14 – PHILOSOPHIQUE « Soyez modernes : apprenez à lire et à écrire » de Luc Ferry...... 20 – L’ESPRIT DU TEMPS « Dialogues sur la démocratie » d’André Comte-Sponville. .... 24 – POUR LE DIRE TOUT NET « Je t’aime tant ! » de Jean Romain.............................. 28

■ HORI Z ONS é CONO M IQUES – Dossier | Genève 2009 : tour d’horizon en neuf thèmes par Thierry Oppikofer...... 35 – Vers une humanité responsable par Albert Jacquard......................................... 55

■ interview ­– Entretien avec Roger Pfund par Christine Esseiva............................................. 63

■ d r o i t i mm o b i l i e r ............................................................................. 66 ■ tendances –­  L’homme à l’épreuve du temps par Alexander Zelenka...................................... 69 ­– La Carte du Tendre à l’ère d’Internet par Serge Tisseron................................... 79

Impression, reliure, corrections : IRL S.A. Couverture : Atelier Roger Pfund Communication visuelle, Genève * * * Tirage contrôlé (FRP/REMP) : 49 510 exemplaires Tirage de ce numéro: 70 000 exemplaires Paraît trois fois par an (février, mai et septembre) Imprimé en Suisse Cette revue est éditée par le Groupe SPG, composé de la Société Privée de Gérance, Rytz & Cie S.A. et IFA Tous droits réservés Prochaine parution en février 2010 © 2009 Société Privée de Gérance, Genève

■ art et architecture –­  Australie | Une architecture tournée vers l’avenir par Florence Decamp............... 86 ­– Japon | Tadao Ando : Architecte terrien par Philip Jodidio. ............................... 104

■ regards sur le monde –­  Bahamas | Un diamant brut ciselé par l’histoire par Jacques de Freidmont........ 122 ­– Paraguay | Les derniers sylvicoles par Patrick John Buffe................................ 144

■ p a g e s i mm o b i l i È r e s – SPG Finest Properties: résidences d’exception à vendre et à louer................... 171 – Christie’s Great Estates : résidences d’exception à vendre dans le monde......... 181 – Genève et environs, Lausanne : programmes neufs, lofts et villas à vendre........ 188 – Genève et environs, Vaud : villas, appartements et immeubles à vendre. ........... 191 – Genève et environs : programmes neufs, villas, appartements et lofts à louer..... 201 – Genève et environs : locaux commerciaux à louer........................................... 203 – SPG Intercity Geneva : locaux commerciaux à louer........................................ 207 – Vaud : programmes neufs, propriétés, villas, appartements et immeubles à vendre..... 212 – Vaud : programmes neufs, propriétés, villas, appartements et immeubles à louer..... 217 – Vaud : programmes neufs, immeubles et bureaux à louer....................................... 222 – France voisine : propriétés, appartements et villas à vendre. ............................. 224 – Faites une folie ! Châteaux et manoirs à vendre en France. .............................. 231 – …Une autre folie ! Ile à vendre. ..................................................................... 233

■ I l s o n t d i t … .................................................................................... 240 AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

7


Chauffage Ve n t i l a t i o n Climatisation Po m p e à c h a l e u r Gestion technique centralisée Dépannage 24 h / 24 h Facilities Management Garantie totale Chauffage à distance Concept énergétique

Installation - Télégestion - Maintenance

CGC Dalkia SA Tél. 022 869 06 00 – Fax 022 869 06 10 Dépannage 24h/24 022 869 06 20 14, chemin du Foron – Case postale 216 – 1226 Thônex – Genève w w w. c g c d a l k i a . c h


■ chronique du temps présent

Le triomphe de la médecine jean dutourd d e l’ a c a d é m i e f r a n Ç a i s e

— Le malade : C’est insupportable : tous les médecins sont en

me fallait un médecin séance tenante. Un généraliste de préfé-

vacances. On n’a pas le droit d’être malade à cette époque-ci

rence, quelqu’un qui soit capable de faire une sorte de check-

de l’année. Enfin, merci de vous être dérangé, docteur.

up. Mon dernier check-up remonte à plus d’un an. C’est bien

— Le médecin : Voyons, cher monsieur, qu’est-ce qui ne va

trop vieux. Je me battrais ! Faites-moi donc tout de suite une

pas ?

ordonnance pour les analyses habituelles : numérotation glo-

— Le malade : Docteur, je ne suis pas bien.

bulaire, vitesse de sédimentation, sucre, cholestérol. Je n’en

— Le médecin : Pourtant, vous n’avez pas mauvaise mine.

ai peut-être pas l’air, docteur, mais je suis un malade, un grand

Le pouls est normal. Tirez la langue. Elle n’est pas chargée.

malade. Heureusement que nous avons la Sécurité sociale,

Le fond de l’œil est parfait. Dites « trente-trois » . Vous prenez

sans quoi je me ruinerais en médicaments.

aussi votre température ?

— Le médecin : Cher monsieur, rassurez-vous. Vous vous por-

— Le malade : Tous les jours, le matin à cinq heures. Je n’ai

tez comme un charme. Vous êtes bâti à chaux et à sable.

jamais plus de 37°4 ou 37°5.

Vous vivrez cent ans. Voulez-vous que je vous dise de quoi

— Le médecin : Tout cela n’est guère alarmant. Qu’est-ce qui

vous avez besoin ? De vous dépenser, sacrebleu ! De faire du

vous inquiète ?

sport, de manger des kilos de protéines, de boire un litre de

— Le malade : Ma foi, c’est l’état général. Je suis – comment

beaujolais à chaque repas, de fumer de gros cigares, d’aller

dire ? – à l’écoute de mon corps, et les bruits que j’entends ne

dans des boîtes de nuit avec des petites femmes. Les médi-

me rassurent pas. Ma vésicule biliaire, par exemple.

caments, c’est de la blague. Il faut laisser parler la nature. Elle

— Le médecin : Qu’est-ce qu’elle a ?

est plus sage que nous. Et elle fait moins de chichis que la

— Le malade : J’ai l’impression qu’elle s’engorge. C’est com-

Sécurité sociale !

me mes reins. Je ne serais pas étonné qu’ils continssent des

— Le malade : Comment, docteur, vous ne me prescrivez

calculs. Depuis huit jours, je souffre de douleurs dorsolombai-

rien ?

res très pénibles.

— Le médecin : Si. D’acheter une bouteille de cognac et de la

— Le médecin : Dorsolombaires ! Bigre ! Vous parlez comme

vider à ma santé. Prenez exemple sur moi, nom d’une pipe !

un carabin.

Toujours sur la brèche, mangeant comme quatre, buvant com-

— Le malade : C’est que je m’intéresse beaucoup à la mé-

me un trou, fumant comme un sapeur, et encore je ne vous dis

decine, docteur. Je connais le Larousse médical par cœur, je

pas tout ! A 63 ans, on est encore un jeune homme.

suis abonné à la revue Guérison, j’achète les vieux romans de

— Le malade : Vous n’avez que 63 ans, docteur?

Slaughter et du Dr Soubiran.

— Le médecin : Oui. Pourquoi ? Je parais davantage ?

— Le médecin : Que dit votre médecin habituel ?

— Le malade : Je le crains. Je vous en donnais 70.

— Le malade : Je n’ai pas un médecin, docteur, j’en ai six : un

— Le médecin : 70 ? Tant que ça ?

spécialiste des reins, un oto-rhino, un entérologue, un rhuma-

— Le malade : Et encore, c’était une évaluation optimiste.

tologue, un neurologue et un ostéopathe. Tous en vacances,

J’hésitais entre 70 et 75. Vous vous essoufflez assez vite en

naturellement.

parlant ; vous avez un teint qui m’inquiète : trop rouge, beau-

— Le médecin : Mais ils ont des remplaçants. Je ne

coup trop rouge, docteur ; je dirais même apoplectique. Et

comprends pas pourquoi vous m’avez fait appeler, moi, mo-

ce catarrhe des fumeurs qui vous fait graillonner comme un

deste praticien de quartier que vous ne connaissez même

chaudron, ce n’est pas sérieux. Vos muscles abdominaux sont

pas.

anormalement relâchés pour un homme de 63 ans. Je n’aime

— Le malade : Tout à coup, docteur, j’ai eu un malaise : j’étouf-

pas beaucoup non plus la façon dont vos yeux sont injectés.

fais, j’avais de l’angoisse, des étourdissements, des troubles

Vous devez être sujet à la somnolence postprandiale. Votre

ambulatoires accompagnés de céphalalgie. J’ai été inquiet. Il

tension ?

10

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100




L’INFORMATION IMMOBILIèRe

• Entreprise générale d’électricité & téléphone • Câblage informatique

Avenue de la Praille 45 • 1227 Carouge • Tél: 022 827 26 26 • Fax: 022 827 26 27 www.vulliezelec.ch


www.pubatelier.ch

www.pubatelier.ch - photo Enosis

Confiance Expérience Qualité Résultats

Résultats Révision Expertises Fiscalité Comptabilité Gestion des salaires

GESTOVAL SOCIÉTÉ FIDUCIAIRE S.A. 8, rue Jacques-Grosselin - Case postale 1035 - 1211 Genève 26 - Tél. 022 308 44 00 - Fax 022 308 44 44 - E-mail: gsf@bluewin.ch www.gestoval.ch


C HRONIQU e d u t e m p s p r é s e n t ■

— Le médecin : Un peu élevée, c’est un fait.

100 ans et je suis désespéré. Tout ce que vous m’avez dit est

— Le malade : J’en étais sûr ! Le cœur ?

la pure vérité ; je suis pléthorique, urémique, cardiaque, et j’ai

— Le médecin : Euh…

même un début de cirrhose. Dans six mois, je ne serai plus de

— Le malade : Comment, euh ? Ce n’est pas une réponse,

ce monde. Chacune de vos paroles abrège encore ma vie. Que

cela. De quand date votre dernier électrocardiogramme ?

vous ai-je donc fait pour que vous me traitiez de la sorte ?

— Le médecin : Je ne m’en suis jamais fait faire. Pas le temps.

— Le malade : Cher docteur, je forme des vœux bien vifs pour

Et puis ça m’embête.

que vous guérissiez, encore que nous nous y prenions bien

— Le malade : Quoi ? Mais c’est de la folie ! Vous ne vous êtes

tard.

jamais fait faire d’électrocardiogramme ? Pincez-moi, docteur,

— Le médecin : Non, je ne guérirai pas. Je suis fichu. Et par-

pour que je sois sûr que je ne rêve pas. Savez-vous que vous

dessus le marché, vous avez sapé mon moral. Un malade

êtes à la merci d’une syncope ? N’avez-vous jamais de dou-

comme vous est un diable.

leurs dans le bras gauche ? — Le médecin : Quelquefois, mais ce sont des douleurs musculaires. — Le malade : Vous vous leurrez, docteur. C’est de l’angine de poitrine caractérisée. — Le médecin : C’est vrai, je le sais. Mais je ne veux pas m’en occuper. Un jour, je m’abattrai comme un chêne, et ce sera très bien ainsi. — Le malade : Vous ne vous abattrez pas comme un chêne. Vous aurez un infarctus ou une hémiplégie, et ce sera la petite voiture. Tel que je vous vois, vous devriez faire doser votre acide urique. Qu’y a-t-il ? Vous ne vous sentez pas bien ?

«  De puis soixa nte a ns, l e s méd e cins s’emploient à ce que l a te rre ent ièr e s oit mal ade, afin de la s oig ner e t de faire f ortu ne.»

— Le médecin : Pas très bien. Vous m’avez rendu mélancolique. — Le malade : Supprimez-moi les cigares, la fine, les viandes en sauce. Diète complète un jour par semaine. — Le médecin : Vous êtes terrible !

— Le malade : Docteur, il ne faut pas vous plaindre. Vous ré-

— Le malade : Moi ? Je ne veux que votre bien. Si vous conti-

coltez aujourd’hui ce que vous et vos confrères avez semé.

nuez à vivre comme vous faites, c’est l’attaque l’année pro-

Depuis soixante ans, les médecins s’emploient à ce que la

chaine, garantie sur facture. Et émotif avec ça ? Voilà que vous

terre entière soit malade, afin de la soigner et de faire fortune.

êtes tout pâle maintenant. Oh! mais il était temps qu’on vous

Mais les malades, à force d’être soignés, sont devenus un peu

prenne en main ! Votre malédiction, voyez-vous, docteur, c’est

médecins à leur tour. Vous ne vous êtes pas aperçu, parce que

que vous ne croyez pas à la médecine. Vous dites qu’il faut

vous êtes trop gravement atteint, que vous et moi venons de

laisser parler la nature. C’est ce que l’humanité a fait jusqu’au

vivre le vrai, l’incontestable, le définitif triomphe de la médeci-

XXe siècle, moyennant quoi la moitié des enfants mouraient en

ne : moi, un malade, un pauvre petit malade moyen, j’ai donné

bas âge, on était un vieillard à 40 ans, et il y avait toujours la

une consultation à un médecin et je l’ai condamné. Combien

peste quelque part.

vous dois-je, docteur ? Si, si, je tiens absolument à vous payer

— Le médecin : Arrêtez, monsieur, arrêtez ! En entrant chez

votre visite. Cet entretien avec vous m’a fait un bien inouï. Il y a

vous, j’étais plein de vigueur et d’optimisme ; maintenant, j’ai

quinze ans que je ne me suis pas senti aussi gaillard. ■

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

13


■ chronique monde et histoire

LE PLUS GRAND ACTE DE PIRATERIE DE TOUS LES TEMPS dominique lapierre J OURN A LISTE ET É CRI V A IN Voici qu’en ce début du troisième millénaire, le monde tout

dictateur fasciste Franco. » Pendant trois mois, les yeux dissi-

à coup s’alarme. Une nouvelle forme de criminalité a fait son

mulés derrière d’épaisses lunettes noires, la tête cachée sous

apparition : la piraterie navale. Certains océans sont devenus

une collection de chapeaux de formes et de couleurs toujours

des zones à si hauts risques qu’il faut y dépêcher des navires

différentes, Henrique Galvão explore les moindres recoins de

de guerre. Pétroliers, cargos, paquebots de passagers et na-

la Santa Maria à chacune de ses escales vénézuéliennes. Puis

vires de plaisance sont capturés après de violents combats

il recrute un commando d’une vingtaine d’hommes. Faute de

avant d’être relâchés au prix de rançons monumentales.

moyens financiers, ils ne possèdent qu’une seule mitraillette, quatre vieux fusils, six revolvers et à peine autant de grenades.

Chaque incident me propulse presque inévitablement un demi-

Un armement dérisoire pour s’emparer d’un bâtiment d’une

siècle en arrière, dans le souvenir d’un des reportages les plus

telle importance. Mais Galvão est persuadé que la capture

inoubliables de ma carrière de journaliste : la capture en mars

sera un jeu d’enfant.

1960 du paquebot portugais Santa Maria avec ses 630 passagers et ses 390 hommes d’équipage. L’auteur de cet incroyable

Mêlés aux visiteurs qui viennent saluer les passagers à l’es-

coup de force est un ancien administrateur des colonies africai-

cale de La Guaira, les hommes du commando gagnent un jour

nes du Portugal. Il s’appelle Henrique Galvão. Par cet acte de

les différentes positions assignées par leur chef. Grâce à la

piraterie comme le monde n’en a jamais connu, il a voulu attirer

complicité d’un douanier, ils peuvent introduire leurs armes

l’attention de la planète sur la tyrannie fasciste qui écrase son

dans deux valises identifiées par de petites croix blanches.

pays. Je faisais partie du millier de reporters qui se sont abattus

Henrique Galvão a fixé l’heure H de la prise du bateau à 1

sur le port brésilien de Recife où le paquebot, rattrapé en plein

h 30 du matin quand les passagers et les officiers, fatigués

Atlantique par la marine de guerre américaine, a été conduit

par deux escales rapprochées, seraient pour la plupart allés

pour y débarquer ses passagers devenus otages. Empruntant

se coucher. Il a divisé son commando en deux groupes. L’un

le déguisement d’une tenue de pompier, j’ai réussi à être le

est chargé de s’emparer de la passerelle de commandement.

premier journaliste à monter à bord, ce qui me permit de re-

L’autre doit neutraliser le pont où se trouvent les cabines des

cueillir en exclusivité de son auteur le récit de son rocamboles-

officiers. L’assaut est fulgurant. En une dizaine de minutes,

que détournement.

au prix d’un seul mort et d’un blessé grave dans les rangs de l’équipage, les révolutionnaires se rendent maîtres de la Santa

Grand et mince, le visage buriné illuminé par un regard bleu

Maria. Galvão empoigne alors la barre et fait pivoter le bateau

acier sous d’épais sourcils, Henrique Galvão a l’allure d’un

à 90° à droite pour lancer ses 35 000 tonnes en direction des

condottiere de la Renaissance. Cet ancien militaire est mem-

côtes de l’Afrique. La cabine du radio est également aux mains

bre du Directoire Révolutionnaire Ibérique de Libération. Il a

des pirates : pas un seul appel au secours ne risque d’alerter

consacré sa vie à lutter contre la dictature d’António Salazar.

le monde.

Plusieurs fois emprisonné, il s’est évadé et enfui en Amérique du Sud pour y rechercher l’action décisive qui lui permettrait

Aucun des 630 passagers ni aucun membre de l’équipage,

d’accomplir son œuvre de justicier. Un jour qu’il se trouve au

hormis les officiers du pont supérieur, ne s’est rendu compte

Venezuela, il aperçoit la silhouette de la Santa Maria, le célèbre

que le palace flottant est devenu pendant la nuit un navire pira-

paquebot portugais qui entre dans le port de La Guaira. Aus-

té. A l’heure du petit-déjeuner, un coup de gong retentit dans

sitôt, son imagination s’enflamme. « Si je pouvais me rendre

les haut-parleurs du bord. La voix du responsable de l’opé-

maître de ce navire, me raconte-t-il, et le conduire vers l’Afri-

ration annonce : « Ici le capitaine Henrique Galvão. Je viens

que pour y lever une armée de libération, mes camarades et

de m’emparer de votre bâtiment au nom du Directoire Révo-

moi pourrions détrôner Salazar et son complice espagnol, le

lutionnaire Ibérique de Libération. Je vous informe que 

14

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


Le check-up de vos réseaux hydrauliques 20, RUE DE RIVE - CH-1260 NYON - T 022 365 17 00 - F 022 361 40 04 - INFO@DIPAN.CH

WWW.DIPAN.CH


Mazout

197, route du Mandement | 1242 Satigny | tĂŠl. 022 753 24 00


C H R O N I Q U e m on d e e t hi s t oir e ■

vous naviguez désormais sur une parcelle de Portugal libé-

Frégates britanniques et avions patrouilleurs américains entre-

rée du régime fasciste du dictateur Salazar. Depuis cette nuit,

prennent de ratisser la zone. Au soir du cinquième jour, un

votre paquebot s’appelle la Santa Libertade. » Les passagers

cargo danois croise le paquebot en fuite et signale sa position.

se regardent d’un air médusé. C’est invraisemblable, incroya-

Aussitôt, deux contre-torpilleurs américains appareillent de

ble, impensable : en plein XXe siècle, leur navire de luxe est aux

Côte d’Ivoire pour lui barrer la route, tandis que les médias du

mains d’une bande de brigands !

monde entier assaillent le radio du bord pour annoncer à l’officier portugais qu’ils vont lui parachuter des opérateurs pour

Le nouveau maître de la Santa Maria donne alors des ordres

recueillir le récit de sa capture.

pour que la croisière se poursuive normalement. Il organise même une soirée de gala dont son état-major et lui-même seront les invités d’honneur. Il s’assure que le programme des distractions quotidiennes se déroule comme de coutume, apéritifs en musique, concours de tir au pigeon sur le pont de première classe, courses de petits chevaux, tournois de bridge et soirées dansantes autour de la piscine. Pour nombre de passagères, l’irruption de ces jeunes révolutionnaires athlétiques et beaux garçons, d’une correction irréprochable, est une surprise plutôt excitante, d’autant qu’ils sont pour la plupart d’excellents danseurs. Quant à la cuisine du bord, elle continue d’offrir une égale richesse de menus. Seul changement sur la carte présentée aux passagers : ils ne naviguent plus sur la Santa Maria en route pour Miami, mais « à bord de

«  De puis ce tte nuit, votre pa quebot s’ appe lle l a Santa L ib ertade. » L es passage rs se r eg a rdent d’ un air mé d usé . e n pl e in XX e s ièc le, le ur nav ire de l ux e est a u x ma ins d’ une ban d e de br iga nds  !

la Santa Libertade en route vers la liberté ». Afin de garantir le succès de son audacieuse opération et de conduire sa prise jusqu’aux côtes de l’Afrique, Galvão sait qu’il a besoin de quatre jours de navigation secrète. Mais, soudain,

Le commandant en chef américain de la flotte de l’Atlanti-

au large de la Martinique, le médecin du bord vient l’avertir

que ordonne alors à la Santa Maria de faire demi-tour et de

que le matelot blessé au cours de la conquête de la passerelle

rebrousser chemin vers le port brésilien de Recife pour y

risque de mourir s’il n’est pas opéré d’urgence. Mettre un ca-

débarquer ses passagers. Galvão est contraint d’obéir. Tandis

not à la mer pour débarquer le blessé, c’est prendre le risque

qu’apparaît au loin la côte brésilienne, il monte sur la passe-

d’être immédiatement découvert. Ses hommes pressent leur

relle, mélancolique. « J’étais plus décidé que jamais à attirer

chef de poursuivre leur route. « Mais au fond de mon âme, je

l’attention du monde sur notre cause », me révèle-t-il. « J’avais

sentais que je n’avais pas le droit de laisser mourir cet inno-

la certitude qu’un jour, moi ou d’autres, réussirions ce que

cent », me confie le pirate portugais. Il fait stopper son bateau

nous avions commencé pour libérer le Portugal et l’Espagne

pour évacuer le blessé avec deux hommes d’équipage. Un

de leurs tyrans. Pour moi, la Santa Maria s’appellerait à tout

geste d’humanité qui compromet fatalement son aventure.

jamais la Santa Libertade. »

Car à peine l’embarcation est-elle découverte que s’organise

Il faudra quinze années pour que le plus grand pirate de l’his-

dans les eaux Caraïbes une furieuse chasse au bateau piraté.

toire voie son rêve devenir réalité. ■

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

17


Cherchez l’exceptionnel: Sur quel pont avons-nous placé le Taj Mahal?

Participez au concours et gagnez un abonnement annuel à Prestige Immobilier! Les réponses sont à envoyer par courrier, fax ou mail avec vos coordonnées complètes à: Plurality Presse SA - Concours 8, rue Jacques-Grosselin - 1227 Carouge Fax: 022 307 02 22 ou Email: info@prestigeimmobilier.ch


w w w. p r e s t i g e i m m o b i l i e r. c h

Christophe Bertschy

«La cuisine est ma pièce préférée»

Sybille Blanc

«Cet appartement m’a accueillie avec bienveillance»

8

J u i n

A o û t

2 0 0 7

C H F

9 . 5 0

PRESTIGE IMMOBILIER • No 8 • Juin – Août 2007

Viviane Bonelli «Chez moi, il y a des plantes partout»

Les offres de l’été!

n Immobilier de vacances n Urban Life n La Chronique de Me Blaser

1825

Groupe mondial d’immobilier commercial Partenaire GVA Worldwide

COMPTOIR GENEVOIS IMMOBILIER Cours de Rive 7 - CP 3753 - 1211 Genève 3 Tél. +41 22 319 89 89 Fax +41 22 312 28 78 Comptoir@comptoir-immo.ch

Promotions Ventes Locations résidentielles Locations et conseils commerciaux Gérance d’immeubles Gestion de centres commerciaux Gestion de copropriétés Rénovations, transformations Estimations, expertises Asset management Immobilier d’entreprise

Caroline Dewismes

Franz Weber

«Je suis attaché à ma vieille maison romantique»

Ivana Dugalic «J’aime la déco minimaliste»

9

9 . 5 0

«Ma légèreté de nomade»

N o v e m b r e

2 0 0 7

C H F

w w w.f alai s e s - p e c h e r ie s .c o m - dvk Architectes - Photo: Imagina Sàrl

Notre passion, l’immobilier…

PRESTIGE IMMOBILIER • No 9 • Septembre – Novembre 2007

depuis

S e p t e m b r e

regisseurs

www.comptoir-immo.ch

31.5.2007 8:11:24

w w w. p r e s t i g e i m m o b i l i e r. c h

008_001 1

Maisons de rêve, maisons de charme n Immobilier d’entreprise

COMPTOIR VAUDOIS IMMOBILIER Succursale du Comptoir Genevois Immobilier Pl. St-François 2 - CP 5710 - 1002 Lausanne Tél. +41 21 313 23 33 - Fax +41 21 313 23 38 Comptoir-vaudois@comptoir-immo.ch

n Urban Life n La Chronique de Me Blaser

7.9.2007 16:59:30

Novembre 2007 – Janvier 2008 • CHF 9.50 • www.prestigeimmobilier.ch

009_001 1

Emilie Boiron «J’adore mon nouvel appart!»

Edgar Bovier

André Bucher

«La cuisine est mon royaume»

«Je recherche l’énergie fondamentale»

Les offres de rêve qui réchauffent l’hiver n Spécial luxe n Urban Life n La Chronique de Me Blaser

w w w. p r e s t i g e i m m o b i l i e r. c h • 9 . 5 0 C H F • 2 0 0 8

Luxe en altitude...

www.comptoir-immo.ch

n Spécial Montagne n Urban Life Groupe mondial d’immobilier commercial

n La Chronique de Me Blaser

• 9 . 5 0 C H F •

Les offres du printemps

n Immobilier d’entreprise n Urban Life Groupe mondial d’immobilier commercial

n La Chronique de Me Blaser

9$-e 33( 3 4#$

9 . 5 0 C H F •

Le charme de l’été...

n Envie d’ailleurs, entre mer et montagne n Urban Life Groupe mondial d’immobilier commercial

n Finance immobilière

9$-e 33( 3 4#$

• 9 . 5 0 C H F •

n Rubrique montagne n Urban Life Groupe mondial d’immobilier commercial

n Finance immobilière

Marianne de Cocatrix Willy Pasini «J’ai besoin de la nature «Je vis en ville comme à la campagne!» pour me ressourcer»

C H F

9 . 5 0

w w w. p r e s t i g e i m m o b i l i e r. c h

Partenaire GVA Worldwide

Nicole Kranz «Ma maison respire la sérénité»

15

J a n v i e r

2 0 0 9

2 0 0 8

1825

14

Que la montagne est belle!...

www.comptoir-immo.ch

PRESTIGE IMMOBILIER • No 13 • Juin – Septembre 2008

En vente actuellement chez Naville au prix de Fr. 9.50 Abonnement: 5 numéros par an Fr. 40.Tél. 022 307 02 20 ou Email: abonnement@dynapresse.ch

depuis

Alessandra Vicedomini «J’aime l’harmonie, la douceur…»

D é c e m b r e

regisseurs

Lausanne Pl. St-François 2 1003 Lausanne Tél. +41 21 313 23 33

Bernard Ravet «Je suis très sensible à l’énergie d’un lieu»

2 0 0 8

Nous avons les solutions à toutes vos questions immobilières

Genève Cours de Rive 7 1204 Genève Tél. +41 22 319 89 89

Nasanin Nuri «J’ai gardé une petite touche d’Orient dans ma déco!»

N o v e m b r e

Confiez-nous votre bien et adoptez la

w w w. p r e s t i g e i m m o b i l i e r. c h

Partenaire GVA Worldwide

1825

13

www.comptoir-immo.ch

PRESTIGE IMMOBILIER • No 14 • Octobre – Novembre 2008

depuis

«J’ai besoin de la «Je cherche l’unité entre sérénité de mon atelier» la cuisine et la déco»

O c t o b r e

regisseurs

Catherine Kirchhoff Carlo Crisci

Aux plaisirs de la ville!

2 0 0 8

Nous avons les solutions à toutes vos questions immobilières

Lausanne Pl. St-François 2 1003 Lausanne Tél. +41 21 313 23 33

Darius Rochebin

w w w. p r e s t i g e i m m o b i l i e r. c h

Partenaire GVA Worldwide

Confiez-nous votre bien et adoptez la

Genève Cours de Rive 7 1204 Genève Tél. +41 22 319 89 89

12

S e p t e m b r e

1825

«J’aime mon propre style, rétro-futuriste»

depuis

Water Lilly

www.comptoir-immo.ch

PRESTIGE IMMOBILIER • No 13 • Juin – Septembre 2008

regisseurs

Lausanne Pl. St-François 2 1003 Lausanne Tél. +41 21 313 23 33

«Ah, le vrai goût du chocolat!»

2 0 0 8

Nous avons les solutions à toutes vos questions immobilières

Genève Cours de Rive 7 1204 Genève Tél. +41 22 319 89 89

«J’adore me relaxer dans le jardin»

M a i

9$-e 33( 3 4#$

Stefanie Gossweiler Tristan

Confiez-nous votre bien et adoptez la

w w w. p r e s t i g e i m m o b i l i e r. c h

Partenaire GVA Worldwide

PRESTIGE IMMOBILIER • No 12 • Avril – Mai 2008

1825

11

J u i n

Le numéro 18 est actuellement en vente dans les kiosques Naville

depuis

«J’aime le baroque XXIe siècle»

Av r i l

regisseurs

Lausanne Pl. St-François 2 1003 Lausanne Tél. +41 21 313 23 33

Martina Chyba

Christian Luscher «J’aime les ambiances épurées»

M a r s

Nous avons les solutions à toutes vos questions immobilières

Genève Cours de Rive 7 1204 Genève Tél. +41 22 319 89 89

Alizée Gaillard «Mon art de vivre à la ferme»

9$-e 33( 3 4#$

13.11.2007 10:25:44

F é v r i e r

Confiez-nous votre bien et adoptez la

PRESTIGE IMMOBILIER • No 11 • Février – Mars 2008

010_001 1

Envie d’hiver...

n L’empereur Hadrien superstar n Urban Life n Marathon de l’Architecture


■ chronique philosophique

Soyez modernes : apprenez à lire et à Écrire luc ferry É c r i va i n e t p h i l o s o p h e

Une fois n’est pas coutume, permettez-moi une petite confi-

d’aujourd’hui. On prit bien entendu en compte le fait que les

dence personnelle : j’ai appris à lire, non dans un établissement

instituteurs de l’époque ne préparaient qu’environ 10 à 12%

scolaire ordinaire, comme tous les enfants « normaux », mais à

de leurs meilleurs élèves, qu’ils les « coachaient » toute l’an-

la maison. Ma grand-mère était institutrice et c’est elle qui m’a

née, etc. Tout cela fut fait et, on peut le dire, bien fait, sous la

instruit, il y a bien longtemps, dans les années 50, alors qu’un

direction éclairée d’un polytechnicien, alors directeur de l’Éva-

déménagement inopiné m’avait privé d’école pendant un an.

luation et de la Prospective du ministre de l’époque, François

Croyez-moi, si on lui avait dit que, dans l’Europe des années

Bayrou. Je précise que ce polytechnicien, homme de gauche

2010, le problème numéro un de l’école, avec celui des inci-

éclairé et d’ailleurs fort sympathique, avait défendu toute sa

vilités, serait la mauvaise maîtrise de la langue écrite et orale,

vie que le niveau montait et qu’il entendait bien confirmer enfin

elle serait à coup sûr tombée de sa chaise ! Pour elle, comme

sa thèse.

pour tous les maîtres de sa génération, il allait de soi que la question de l’illettrisme était une affaire réglée ou, à tout le

Bien entendu, le résultat est contrasté selon les différents

moins, en passe de l’être. Il en allait comme de l’hygiène ou

domaines évalués. Mais en ce qui concerne la maîtrise de la

de l’alcoolisme dans les campagnes : c’était un combat enfin

langue proprement dite, et notamment celle de l’orthographe

gagné, une belle victoire de la modernité sur les archaïsmes

et de la grammaire, l’enquête ne laisse hélas aucun doute.

en tout genre. Aujourd’hui pourtant, rien n’est fait, et de ce

Bien que le ministère eût à cœur de ne vexer personne et sur-

point de vue, si l’on en croit les études internationales les plus

tout de ne pas passer pour « réactionnaire », les conclusions

fiables, la Suisse, la France et la Belgique sont à peu de chose

du rapport officiel sont accablantes. Un chiffre parmi d’autres,

près dans le même panier, c’est-à-dire, en gros, au milieu du

mais fort significatif : à l’époque, on fait en moyenne, dans la

peloton. Pas de quoi pavoiser !

dictée d’un petit texte d’une vingtaine de lignes, cinq fautes d’orthographe. En 1995, nos élèves en commettent... plus de

C’est d’ailleurs ce qu’a confirmé une enquête tout à fait ex-

dix-sept ! On peut ne pas être fanatiquement attaché à l’ortho-

ceptionnelle, menée voici quelques années en France à partir

graphe, mais, tout de même, c’est un symptôme intéressant.

d’une étonnante découverte. En 1995, on mit en effet par pur

Surtout, il faut visualiser ce qu’une telle quantité de fautes

hasard la main, à l’occasion de la réhabilitation d’un vieux bâti-

donne dans une copie de vingt lignes. Le texte ressemble aux

ment administratif, sur 9 000 copies du certificat d’études pri-

SMS de nos ados : mots mal découpés, écriture phonétique,

maires des années 1923, 1924, 1925 que les Archives dépar-

fautes de grammaire sidérantes presque à chaque ligne ! On

tementales de la Somme avaient oubliées au fond d’un grenier.

essaiera de se consoler en faisant l’hypothèse que tout va

Ces copies, corrigées, n’avaient pas été détruites comme elles

mieux du côté des sciences... Las, 67% de nos élèves sortent

auraient dû l’être au bout de quelques années selon l’usage en

de l’école primaire à l’âge de 10 ou 11 ans sans savoir faire

vigueur dans l’administration de notre école. De là l’idée qui

une multiplication avec virgule !

vint au ministère d’organiser une comparaison avec les élèves d’aujourd’hui, dans le but de pouvoir enfin trancher de ma-

Et depuis lors, les choses n’ont fait qu’empirer. Je viens moi-

nière objective la fameuse question du niveau qui monte ou

même d’achever avec un des cadres de notre armée, l’amiral

qui baisse. Le sujet étant en lui-même hautement polémique,

Béreau, une enquête purement factuelle et objective consistant

on prit d’abord grand soin d’éliminer tous les « biais », tout ce

tout simplement à croiser les chiffres officiels des tests effec-

qui pouvait fausser cette comparaison : on choisit donc des

tués par l’Éducation nationale avec ceux que la Défense opère

populations a priori comparables en termes d’âge, d’origine

chaque année sur l’ensemble des jeunes de 18 ans à l’occa-

sociale, de niveau scolaire, etc. On ne retint que les sujets

sion des Journées d’appel. A l’issue de ces évaluations, les

encore pertinents par rapport aux programmes et aux élèves

jeunes sont classés dans différentes catégories : d’abord 

20

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


L’ E S P R I T D E B Â T I S S E U R D E P U I S 1 8 7 2

LABEL

400 SPÉCIALISTES EN MAÇONNERIE-BÉTON ARMÉ ET GYPSERIE-PEINTURE UN PILIER DE LA CONSTRUCTION EN SUISSE ROMANDE

022 307 97 97 | www.belloni-sa.ch


C HR O N IQ U e p h i l o s o p h i q ue ■

ceux qui sont en difficulté sévère ( et qui, tout simplement,

On s’est convaincu qu’il fallait à tout prix commencer très tôt

ne savent pas lire du tout ). Ils représentent quand même 5%

à utiliser avec nos élèves des méthodes actives, jouant sur

d’une classe d’âge de nos jeunes adultes. Ensuite viennent

l’autoconstruction des savoirs : autodictées, textes d’inven-

les lecteurs qui ont de très faibles capacités de lecture, qui

tion, travail sur les documents, rédaction par les élèves des

ânonnent et déchiffrent à peine, en faisant qui plus est beau-

règlements intérieurs, etc. En parallèle, on a pris soin de dis-

coup d’erreurs : environ 7%. Ces deux premières catégories

créditer le fameux « cours magistral » en même temps que tous

représentent déjà à elles seules chaque année 11 à 12% d’une

les exercices traditionnels jugés trop « classiques ». Disons-le

classe d’âge. Ce sont donc à peu près 100 000 jeunes Fran-

simplement : s’agissant de l’apprentissage de la langue, c’est

çais sur 800 000 qui ne savent pas du tout ou pratiquement

une grave erreur. Pourquoi ? Parce qu’aucun d’entre nous n’a

pas lire à la sortie de leur scolarité obligatoire ! Après, il y a les

inventé sa langue maternelle. Les règles de grammaire, com-

lecteurs médiocres. Ils ne parviennent pas à traiter un écrit dès

me d’ailleurs celles de la politesse, sont à 100% le fruit d’un

qu’il devient un tant soit peu compliqué et, de toute façon, ils

héritage.

ne peuvent pas comprendre le sens de ce qu’ils lisent : encore 10%. Dernière catégorie en difficulté, celle des lecteurs fiables mais lents : 15%. S’ils ne pratiquent pas la lecture régulièrement au cours de leur vie, ils auront de plus en plus de difficultés, et même s’ils comprennent en gros le sens du texte qu’on leur a donné, il est clair qu’ils sont exclus de la lecture « par plaisir ». En clair, ils ne liront jamais un livre spontanément. Au total, ce sont donc plus de 35% de nos enfants qui peinent à

«  E n matiè r e de gramma ire et d e civilité, la cré ativité port e u n nom : c e la s’ appe l le le s fa utes d’ orthograph e e t l’ impolit e s se ! »

lire à l’âge de 18 ans ! Ce constat soulève évidemment deux questions graves, celle

Leur assimilation suppose une attitude de respect et d’hu-

des causes et celle des remèdes : pourquoi cette dérive et que

milité, pas celle de l’enfant-roi qu’on tente de persua-

proposer pour l’endiguer avant qu’il ne soit vraiment trop tard ?

der qu’il va tout inventer et reconstruire par lui-même !

De nombreuses hypothèses sont avancées : on incrimine tour

En matière de grammaire et de civilité, la créativité porte

à tour les méfaits de la télévision, des méthodes modernes

un nom : cela s’appelle les fautes d’orthographe et l’impoli-

(la « globale » en particulier), la mauvaise formation des ensei-

tesse ! Si on veut sortir de l’impasse, il faut de toute urgence

gnants, l’immigration, etc. La vérité est cependant très diffé-

mettre le paquet sur les petites classes, celles qui sont consa-

rente. Sans doute, les causes qu’on invoque d’ordinaire peu-

crées en priorité à l’apprentissage de la lecture. Bien entendu,

vent jouer chacune un rôle partiel. La télévision, en particulier,

il faut revenir à des exercices pédagogiques traditionnels, tels

fait volontiers figure de bouc émissaire. Pourtant, elle ne trône

que la dictée, pourvu qu’on l’utilise avec intelligence, pour trai-

pas encore dans nos écoles et nos instituteurs ont les enfants

ter des thèmes particuliers à chaque fois. Mais le mal étant fort

devant eux pendant des années, chaque jour que Dieu fait

étendu, il faut sans doute aller plus loin si on veut vraiment

des heures durant, et il doit tout de même être possible de

l’endiguer et se donner, par exemple, les moyens de dédou-

leur apprendre à lire et à écrire ! Non, la vraie raison tient à une

bler les petites classes dans toutes les écoles difficiles. Quoi

tendance lourde. Dans les années 60-70, avec la « rénovation

qu’il en soit, c’est une véritable guerre qu’il faut mener contre

pédagogique » qui gagne toute l’Europe, on a sincèrement cru

l’illettrisme. Et elle n’a rien de réactionnaire. Au contraire, rien

pouvoir remettre en cause l’idée selon laquelle éduquer, ensei-

n’est plus moderne que de savoir aujourd’hui lire et écrire

gner, c’était d’abord transmettre un patrimoine, une tradition.

convenablement ! Car cela nuit gravement à l’inculture...■

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

23


■ c h r o n i q u e l’ e s p r i t d u t e m p s

DIALOGUE SUR LA DÉMOCRATIE A NDR É COMTE - SPON V ILLE É c r i va i n e t p h i l o s o p h e

– Au fond, la démocratie est fondée sur un mensonge.

universités et autres sociétés savantes !

– Allons bon ! Lequel ?

– Hum…

– Que tous les hommes sont égaux… Chacun sait pourtant

– Vous n’êtes pas d’accord ?

que ce n’est pas vrai. Il y a des génies et des imbéciles, des

– Je suis français, comme vous le savez, et j’ai longtemps été

sages et des fous, des forts et des faibles, des savants et des

universitaire… Je doute que l’Académie française, pour mes

ignorants… Leur donner à tous la même importance, quelle

concitoyens comme pour les vôtres, soit un modèle bien exal-

folie !

tant ! Combien d’auteurs médiocres y végètent ? Combien

– Mais qui leur donne la même importance ?

de grands écrivains n’y sont pas ? Et puis vous avez vu la

– Le suffrage universel ! Un homme, une voix. C’est abandon-

moyenne d’âge ? Ce n’est plus de l’aristocratie, c’est de la

ner le pouvoir à la majorité. Nous y sommes tellement habitués

gérontocratie !

qu’on n’en perçoit plus le grotesque. Comment les plus nom-

– C’est que vos académiciens sont élus à vie, ce qui est bien

breux seraient-ils les plus intelligents ?

sûr une sottise. Pas d’Immortels dans ma République ! Et pas

– Vous préférez la monarchie ?

seulement des écrivains ! Il faut une limite d’âge, comme pour

– Surtout pas ! Ce serait substituer un mensonge à un autre.

les évêques, et une diversité de compétences…

Un roi héréditaire, qui peut savoir ce qu’il vaut ? Le hasard des

– Comme pour les universitaires ! Cela n’empêche pas la mé-

gènes est aussi incertain que celui des élections. D’ailleurs,

diocrité, vous pouvez m’en croire ! Votre cooptation mène au

quand bien même votre roi serait intelligent, cela ne garantirait

clientélisme, au corporatisme, au mandarinat… Vous voulez

rien. Personne n’est compétent sur tous les sujets. Il faudra

être gouvernés par les meilleurs. Vous serez gouvernés par

que le roi s’entoure de conseillers. Je crains fort qu’il ne suive

les plus manœuvriers, les plus carriéristes, les plus habiles, si

les plus courtisans, comme font nos élus, plutôt que les plus

vous voulez, mais cette fois au mauvais sens du terme.

lucides…

– N’est-ce pas le cas aussi dans nos démocraties ?

– Alors, une aristocratie ?

– Peut-être. Mais du moins pouvons-nous les choisir nous-

– Pourquoi non, si elle reste fidèle à son étymologie ? Vous sa-

mêmes, les contrôler, les renvoyer, les remplacer par d’autres…

vez que le mot, en grec « autocratia », signifiait « le pouvoir des

Ce n’est pas rien !

meilleurs »… Cela exclut bien sûr toute aristocratie héréditaire.

– Me voilà rassuré ! Vous allez donc renvoyer Sarkozy ?

Mais une aristocratie fondée sur le mérite et le savoir, pourquoi

– Cela ne dépend pas que de moi !

pas ?

– Je ne vous le fais pas dire ! Cela dépend de la majorité, nous

– Qui décidera du mérite ? Qui mesurera le savoir ? Le peuple ?

y revoilà, donc de gens par définition incompétents. Vous n’en

Mais alors on retombe dans les vices démocratiques que vous

sortirez pas. Donner le pouvoir au peuple, c’est soumettre les

dénoncez : c’est faire choisir les meilleurs par les plus nom-

plus compétents aux plus nombreux. Mieux vaudrait faire l’in-

breux, qui sont forcément « les moins habiles », comme disait

verse !

Pascal, on dirait aujourd’hui les moins intelligents ! Ou bien il

– Soumettre les plus nombreux aux plus compétents ?

faudra un jury d’experts, pour choisir les meilleurs… Mais qui

– Exactement. Ce serait une espèce d’aristocratie éclairée, et

choisira les experts ? On retombe sur la même difficulté. Si

la seule façon, face aux périls qui s’annoncent, de sauver notre

c’est le peuple, c’est faire choisir les savants par des igno-

planète…

rants. Si ce sont d’autres experts, il faudra d’abord les choisir,

– Ce serait une tyrannie des experts, qui ne sauverait rien ! Car

et ainsi à l’infini…

les experts, vous le savez bien, ne sont jamais d’accord entre

– Pas forcément ! Les experts peuvent se choisir eux-mêmes,

eux. Il faudra donc se battre deux fois : d’abord pour choi-

je veux dire mutuellement. C’est ce qu’on appelle la coop-

sir les experts, ensuite pour trancher leurs litiges… Cela nous

tation. Cela fonctionne très bien dans nos académies, nos

voue au totalitarisme ou à la guerre civile, voire aux deux ! 

24

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


40

ANS D’EXPÉRIENCE D A N S L A R E S T R U C T U R AT I O N DU BÉTON ET DES FAÇADES

Spécialisée dans la rénovation des ouvrages en béton et en pierre naturelle, reconnue pour son savoir-faire dans le traitement de la carbonatation (cancer du béton), l’entreprise BERTOLIT met à votre service son expérience dans le domaine : des revêtements de sols et de parois des ravalements de façades, de la peinture des travaux spéciaux des expertises et diagnostics

www.bertolit.ch Avenue Ernest-Pictet, 40

CH-1203 Genève - tél. : +41 (0) 22 777 77 81

fax : +41 (0) 22 777 77 83

email : bertolit@bertolit.ch


E. FLEURY · M. HOLLENSTEIN SA 9, ROUTE DE VIRELOUP · 1293 BELLEVUE TÉLÉPHONE 022 959 84 00 – FAX 022 959 84 05 E-mail: www.fleury-hollenstein.ch

CONCEPTION : KI ATELIER · PHOTO P.A. FERRAZZINI

TRAVAUX DU BÂTIMENT


C HR O N IQ U e l ’ e s p r i t d u tem p s ■

Mieux vaut compter des bulletins de vote. Quand bien même

si je m’y refusais, il pourrait me contraindre. Mais que je lui

ce n’est pas toujours le meilleur qui est élu, du moins cela

soumette ma pensée, non. Toute démocratie vraie est laïque.

nous évite-t-il la guerre civile. L’arithmétique est une science

Seuls les corps sont soumis à la loi. Les esprits restent libres.

paisible, et pacifiante. Mieux vaut faire une addition qu’un mas-

L’incompétence du peuple et la médiocrité de nos dirigeants,

sacre. Lisez Pascal : « La justice est sujette à dispute ; la force

de ce point de vue, sont plutôt rassurantes : cela vaut mieux

est très reconnaissable et sans dispute. Ainsi, ne pouvant faire

que le populisme ou le culte de la personnalité ! Le peuple

que ce qui est juste fût fort, on a fait que ce qui est fort fût

n’est pas Dieu. Nos élus, encore moins. C’est bien ainsi : nous

juste. » C’est la seule façon d’obtenir que « le juste et le fort

sommes tenus d’obéir, point de croire !

soient ensemble », comme dit encore Pascal, « et que la paix

– Voilà Socrate condamné à mort par la Cité, et buvant docile-

soit, qui est le souverain bien ». Or, quoi de plus fort, dans une

ment la ciguë… A la bonne vôtre !

démocratie, que la majorité ? Ce ne sont pas les meilleurs, pas les plus compétents, pas les plus justes ? Peu importe ! Une élection n’est pas une remise de prix. Ce n’est pas le meilleur qu’on cherche. C’est la paix civile, l’ordre public, la liberté. Reconnaissez que la démocratie, quels que soient ses défauts, y parvient mieux que tout autre régime ! – Vous allez me citer Churchill : « La démocratie est le pire des

« Tout e démocrati e vrai e est laïqu e. Seul s les corps sont soum is à la loi.

régimes, à l’exception de tous les autres. »

Les esprits restent libr es. »

– Même pas ! Ce que je dis, moi, c’est que la démocratie est le meilleur des régimes, justement parce qu’elle ne prétend pas donner le pouvoir aux meilleurs ! Cela me rassure. Si les meilleurs (les plus intelligents, les plus compétents, etc.) étaient au pouvoir, nous leur devrions non seulement l’obéissance, mais encore le respect, l’admiration, l’approbation. Même notre

– Voilà Socrate résistant à ses juges, point à la loi, et plus libre,

conscience leur serait soumise, ou devrait l’être ! C’en serait

même lorsqu’il meurt, que ceux qui le condamnent !

fini de la liberté de l’esprit.

– S’il est plus libre qu’eux, ils ne sont donc pas égaux ?

– Vous préférez obéir à la foule ?

– Ils sont égaux en droit et en dignité, comme nous dirions

– Ce n’est pas à elle que j’obéis, ni même à ses représentants,

aujourd’hui, pas en fait ni en valeur ! C’est pourquoi nous admi-

mais à la loi.

rons Socrate, et condamnons ses bourreaux. Ne confondons

– Qui est faite par les parlementaires, lesquels sont élus par la

pas la démocratie et le nihilisme ! Si tout se vaut, rien ne vaut.

foule…

Que Churchill, puisque vous l’évoquiez, soit supérieur en fait

– C’est ce qui m’autorise à juger la loi, à la critiquer, à essayer

et en valeur à Hitler, c’est une évidence pour tout humaniste.

parfois, avec d’autres, de la faire changer… Dans une démo-

Cela n’empêche pas qu’ils fussent l’un et l’autre égaux en droit

cratie, je suis tenu d’obéir à la loi, pas de l’approuver ! C’est

et en dignité. C’est ce que savait Churchill, par quoi (entre

bien ainsi. Vous connaissez la formule de Montaigne : « Toute

autres qualités) il est supérieur, en fait et en valeur, à Hitler.

inclination et soumission est due aux rois, sauf celle de l’enten-

– Cela ne l’a pas empêché, en 1945, de perdre les élections !

dement. Ma raison n’est pas formée à se courber et fléchir ; ce

– Pas plus que sa défaite ne retire quoi que ce soit à sa va-

sont mes genoux. » Je dirais volontiers la même chose, dans

leur personnelle ! C’est de quoi aucun peuple n’est juge, mais

une démocratie, vis-à-vis du peuple souverain. Que j’obéisse

Dieu seul, s’il existe, ou votre conscience, si vous la mainte-

à ses lois, c’est ce qui fait de moi un républicain, et à quoi,

nez libre. ■

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

27


■ chronique pour le dire tout net

Je t ’aime tant ! j e a n r o ma i n É c r i va i n e t p h i l o s o p h e

1. Le coup de foudre

2. L’amour passion

En 1925, le compositeur Alban Berg rencontre dans une bi-

Iseut posa son bras sur l’épaule de Tristan : des larmes éteigni-

bliothèque de sa ville natale Hanna Fuchs, jeune femme ma-

rent le rayon de ses yeux, ses lèvres tremblèrent. Il répéta :

riée, douce et fine. Il la rencontre une demi-heure seulement,

– Amie Iseut, qu’est-ce donc qui vous tourmente ?

quelques paroles échangées, des regards entendus, et ces

Et Iseut répondit :

trente minutes vont être décisives. Follement amoureux, cha-

– L’amour de vous.

viré, Berg va composer pour elle la superbe chronique d’un amour passionné : la Suite lyrique.

Tristan et Iseut ont bu ensemble le philtre d’amour. Ils ont étanché leur soif à la même coupe magique, et les voici unis. As-

Comment une petite demi-heure peut-elle entraîner pareil

soiffés l’un de l’autre, ils vivront l’ensorcellement d’une passion

bouleversement dans la vie d’un homme ? Comment quelques

définitive. Leur passion transcende toutes les réalités, toutes

minutes seraient-elles capables de susciter une telle œuvre

les contingences du monde des autres. Car la passion rompt

d’art ? Le « coup de foudre » serait donc la cause de l’œuvre à

l’équilibre et se fait toujours exclusive, mettant dans l’autre son

accomplir ?

unique espoir, sa seule obsession. Les amants passionnés sont à l’écart de la société, au-dessus de tout mais à côté de rien.

Allons donc ! Il est erroné de penser que c’est parce qu’il a rencontré Hanna Fuchs qu’Alban Berg a composé son œuvre. Au

C’est pourquoi jamais la passion amoureuse n’a sa vraie place

contraire, c’est parce qu’il avait en lui, secrète et enfouie, l’œu-

dans la société des hommes, où tout recherche l’équilibre.

vre à créer qu’il a été poussé à aimer. La nécessité intérieure

Elle est destructrice, elle conduit à la mort. La violence de son

de la création est la cause première de sa passion dévorante ;

irruption inquiète. Les Grecs avaient un mot pour dire cela :

Hanna Fuchs fut en fait la révélatrice des passions latentes.

erastès : l’amoureux fou, le passionné, le pauvre infirme qui n’a pas su se préserver de ce malheur. Cet homme était malade, il

Tout humain possède en lui des images idéales qui trouvent

fallait l’enfermer, protéger la société de sa folie dévastatrice.

leur source dans les plus lointains archétypes, images qui ont structuré l’évolution de son âme. Et soudain, voilà qu’au dé-

André Breton dans L’Amour fou insiste sur le pouvoir révolu-

tour d’une allée, d’une rue, apparaît la personne qui corres-

tionnaire de l’amour qui fait entendre la voix de la déraison,

pond exactement au stade de cette image intérieure. Coup

une sorte d’inconnue sans limites. La passion amoureuse est

de foudre ! L’imagination va transformer l’être croisé en être

mortelle parce que le philtre d’amour l’a rendue immortelle :

promis de tout temps. Pas étonnant dès lors qu’on puisse se

elle apporte la mort puisque elle-même lui survit.

croire possédé par cet être divin. 3. L’amour à mort Mais le coup de foudre, c’est connu, ne dure jamais parce

En même temps que celui du Verseau, voici venu l’âge des

que l’image intérieure évolue, qu’elle découvre dans ce qu’elle

sexologues et des coachs sexuels ! En effet, il s’agit de donner

vient d’éprouver d’autres formes encore, plus compliquées

un cadre rassurant à nos fiascos et à nos cafouillages. Com-

souvent. Les grandes images de l’âme se transforment. Et il

ment juguler l’angoisse de la panne sexuelle dans un environne-

arrive ainsi, après avoir un instant cru au paradis et à l’éternité,

ment de battants, qui fait tout pour nous inciter à nous éclater.

que, comme le héros de Proust dans Un amour de Swann,

« S’éclater ! » : maître mot de la niaiserie contemporaine, « faire

on se sente peu à peu se détacher de l’objet d’amour. Swann

parler son corps ». Si vous n’êtes pas un stakhanoviste de l’hé-

se réveille et, à peine sorti du rêve, se dit qu’il a éprouvé de

donisme, point de place dans la société néo-moderne ! Sachez

l’amour pour une jeune femme qui n’était pas son genre !

que le plaisir physique, chez nous, n’est pas une option. 

28

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


-


télécom études et projets télécomI Iindustrie I industrie industrieI Imaintenance I maintenance maintenanceI Ihabitations I habitations habitationsI Iétudes télécom etetetprojets industrie I maintenance I habitations I études télécom I industrie I maintenance I habitations I études projets télécom I industrie I maintenance I habitations I études etprojets projets

1414rue Guillaume-de-Marcossay I I 1205 rue Guillaume-de-Marcossay 1205Genève Genève 022 320 06 00 I www.eggtelsa.com 14 Tél. rue Guillaume-de-Marcossay I 1205 Genève 1414rue Guillaume-de-Marcossay I 1205 Genève Guillaume-de-Marcossay I 1205 Genève rue Guillaume-de-Marcossay I 1205 Genève

I info@eggtelsa.com

conception, réalisation conception,réalisation réalisation conception, conception, réalisation réalisation conception,, réalisation ,, , ,installations entretiend ddinstallations dinstallations installations entretien etetetetetentretien entretien installations entretien d installations électriquesetetetettélécom télécom électriques télécom électriques électriques télécom électriques ettélécom télécom

Tél. 022 320 06 00I I www.eggtelsa.com I www.eggtelsa.com www.eggtelsa.comI IIinfo I info info@eggtelsa.com eggtelsa.com @eggtelsa.com Tél. 022 www.eggtelsa.com info eggtelsa.com 320 06 00 @ Tél. 022 320 06 00 @ www.eggtelsa.comI Iinfoinfo eggtelsa.com Tél.Tél. 022022 320320 06 06 00 00I Iwww.eggtelsa.com eggtelsa.com @@


c h r on i q ue p ou r l e d i r e tout net ■

C’est une obligation, un impératif. Parmi tous les plaisirs, le plaisir sexuel occupe une place centrale, c’est un devoir.

au corps son existence. L’amour ne saurait donc se réduire au seul amour de l’âme. Puisque la personne aimée n’est pas double mais une unité, puisque l’âme et le corps forment na-

Or, dans une société qui a depuis les années 60 transgressé

turellement cette unité composée, il est impossible de n’en

tous les tabous, levé tous les obstacles, en ces temps de sida,

aimer qu’une partie et de prétendre par ailleurs aimer la per-

on voit renaître la fascination pour les rapports non protégés.

sonne. Aimer un visage ce n’est pas aimer la seule couleur des

La roulette russe, en somme. La proximité de la mort serait

yeux, mais l’ensemble pour son harmonie.

ainsi un puissant aphrodisiaque. On redécouvre que le désir et la mort sont cousins. Ainsi, après avoir sécularisé l’amour physique, l’avoir démystifié, lui avoir arraché son mystère, voici le retour du suprême danger, celui auquel toutes les civilisations humaines se sont heurtées. La boucle est bouclée, et les dieux doivent rire de nous.

«  A im er l e corps n’ e st q u e l’éta p e origin e ll e qu’il faut dépass e r mais à laqu ell e en r estent ce ux

Or, l’amour physique, à cause du désir de mort, est d’abord l’amour du physique, c’est-à-dire de ce qui est promis à la

qui n e parvi enn e nt pas à s ’élever . »

mort. Mais toutes les grandes pensées de l’homme n’ont pas toujours attesté de cet amour du corps. Par exemple, la vision platonicienne de l’homme est celle qui sépare radicalement l’âme du corps. L’homme est double, et son corps est une sor-

Dans la pièce d’Edmond Rostand, Roxane aimait Christian pour

te de tombeau pour une âme contrainte d’y séjourner, et obli-

son corps et elle aimait Cyrano pour son âme. Mais il lui faut 5

gée de ne plus percevoir les choses importantes qu’à travers

actes pour admettre que c’est seulement Cyrano qu’elle aimait,

l’épaisseur de la chair. Enfermée dans le corps, l’âme est punie :

car plus l’âme domine le corps dans le composé, plus le com-

elle est obnubilée par les sensations. Aimer le corps n’est que

posé est fort dans son unité. Si elle est séparée du corps, c’est

l’étape originelle qu’il faut dépasser mais à laquelle en restent

lors de la mort. La mort déchire le composé humain, elle se dres-

ceux qui ne parviennent pas à s’élever. Le corps-caverne est

se contre la nature en ce sens qu’elle divise de force ce qui était

insatisfaisant parce qu’il n’ouvre qu’à l’illusion, il faut donc s’en

naturellement uni. Il appartient à la nature de l’âme d’être la

détourner puisque à de plus hauts objets notre âme est desti-

vie du corps, et voici que la mort, terrible dans sa coupure,

née. L’amour le plus pur ne s’attache qu’aux choses de l’intel-

vient violemment contredire cette nature, lui faire injure. Aussi

ligence, aux essences, aux réalités désincarnées. Ce courant

l’âme séparée du corps n’est-elle plus dans son état naturel.

de pensée a fécondé la conviction qu’en amour l’homme est

Séparée, elle n’est pas heureuse, elle ne vit pas satisfaite, elle

d’abord esprit, et qu’aimer un corps est au mieux une illusion,

éprouve la nostalgie du corps, elle crie après son corps, elle

au pire une faute métaphysique.

veut le rejoindre ce corps qui est mort, et qui ne peut plus vivre. Il est nécessaire qu’elle lui soit de nouveau unie, il est né-

Il existe cependant une autre vision de l’homme, celle qui

cessaire qu’elle retrouve son propre corps parce qu’elle l’aime

considère que l’âme et le corps sont deux facettes d’une seule

ce corps qu’on lui a retiré de force. « Je t’aime tant ! »

et même réalité. L’homme, selon cette conception, n’est pas double, mais composé de deux principes inséparables. Pour

La résurrection est le plus grand espoir d’amour qu’on puisse

un corps, l’âme est le fait d’exister en tant qu’être humain.

imaginer, car c’est l’amour même de l’âme pour la matière,

L’âme n’est pas une chose mais un acte : l’acte qui confère

révélée dans le coup de foudre d’Alban Berg. ■

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

31


2, Champ-des-Filles • 1228 Plan-les-Ouates • Tél. +4122 884 33 33 Fax +4122 884 33 44 • e-mail: infos@hrutsch.ch AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

33


Chemin du Pré-Fleuri 25 - CH-1228 PLAN-LES-OUATES Tél. 022 884 08 08 - Fax 022 884 08 09 - mes-sa@vtxnet.ch 34


genève 2009: tour d’horizon en neuf thèmes dossier ■

Genè ve 2009 : tour d’horizon en neuf thèmes pa r t h i e r ry o p p i ko f e r

L

orsque l’on jette un regard aussi objectif que possible sur les dossiers parus dans les cent premiers numéros de L’Information immobilière, on ne peut s’empêcher de penser que certains d’entre eux ont – dans une modeste mesure – contribué à faire évoluer la réalité genevoise.

Songeons, par exemple, au pitoyable état de l’ancienne prison de Saint-Antoine, du pourtour de la Rade ou de la plaine de Plainpalais, ou encore à la scandaleuse incurie de la Ville de Genève qui laissait avec pusillanimité et incompétence ses restaurants aller à vau-l’eau. Evoquons aussi la fiscalité, la sécurité, la région transfrontalière, la liaison ferroviaire CEVA (l’un des premiers articles développés sur le sujet est paru dans ces colonnes), et naturellement les sujets fétiches de l’immobilier, de la construction et de l’architecture. Sans forfanterie, on peut dire que, dans bien des problématiques, votre magazine a contribué à des prises de conscience et parfois à des solutions. D’une saison à l’autre, certains thèmes de fond sont revenus, et les neuf interviews qui suivent font le point sur leur évolution. Inutile d’entonner une fois encore l’antienne bien connue : Genève et sa région cumulent les atouts, n’en sont pas toujours conscientes et se trouvent « à la croisée des chemins », à la veille de ces « décisions importantes » et de ces « choix d’avenir » qui semblent donner régulièrement rendez-vous, sinon à la population, du moins aux politiciens et aux chroniqueurs de la République. De fait, et le patron de l’Economie cantonale Pierre-François Unger s’emploie à nous le dire ci-après, nous ne nous sommes peut-être pas aperçus qu’au-delà des cycles économiques et des crises immobilières, les révolutions politiques et

▲ Dix décideurs donnent leur vision de la situation genevoise.

technologiques que nous venions de traverser rendaient les perspectives genevoises – et pas seulement genevoises – de 2009 très différentes de celles de 1976, lorsqu’une petite plaquette nommée L’Information immobilière sortit pour la première fois de presse. En quel état et avec quels espoirs faisonsnous face à des échéances et à des défis inédits ? Neuf éclairages ne peuvent que permettre d’y voir un peu plus clair. ■

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

35


■ dossier genève 2009: tour d’horizon en neuf thèmes

Accès À lA propriété – Au cours des vingt dernières années, l’accession à la pro-

populaires visant à encourager l’épargne-logement et à réviser

priété s’est-elle développée à Genève ?

le système de la valeur locative. L’aboutissement de celles-ci a incité le Conseil fédéral à pro-

– Même si nous détenons toujours le taux le plus bas de

poser l’abandon de la valeur locative… mais en limitant drasti-

Suisse de propriétaires et, sans conteste possible, l’un des

quement la déductibilité des intérêts hypothécaires. Nous

plus bas d’Europe, il faut reconnaître que la progression en

nous sommes exprimés pour accueillir favorablement l’aban-

termes de pourcentage de la population de propriétaires est

don de cet impôt que nous considérons comme injuste et

très encourageante, quoique cela représente peu de foyers.

pour maintenir, même partiellement ou pour une certaine

Cette évolution est de l’ordre de 20% par tranche de dix ans.

durée, la déductibilité des intérêts hypothécaires. Au-delà de

A cet égard, seuls les recensements fédéraux qui ont lieu tous

ces mesures, il ne fait pas de doute que la simple mise à dis-

les dix ans établissent formellement le nombre de propriétaires

position de terrains pour construire des logements à Genève

de leur logement.

contribuerait sérieusement à répondre à la demande pres-

Nous sommes à l’aube du recensement de 2010 et j’escompte

sante et importante de personnes qui souhaitent acquérir leur

que le nombre de propriétaires genevois sera passé de 15% en

logement. De même, l’idée de la PPE HLM, préconisée à l’épo-

2000 à environ 19% en 2010, alors que la Suisse en général

que par la Société Privée de Gérance, mériterait d’être révisée

comptera probablement plus de 35% de propriétaires, ce qui

(la HLM n’ayant plus d’avenir) et de nouveau proposée sous la

est encore très peu par rapport aux pays qui nous entourent et

forme d’une incitation cantonale à la propriété.

dont les moyennes sont souvent au-dessus de 70% ! – Etes-vous inquiet en ce qui concerne l’avenir de l’accession – On a parfois l’impression que l’on manque d’imagination en

à la propriété à Genève ? Va-t-on vers davantage de taxes

ce domaine par rapport à d’autres pays ou à d’autres can-

(valeur locative) et de difficultés, ou y a-t-il de réels espoirs ?

tons. Est-ce vrai et quels sont les obstacles rencontrés ? – Il faut affirmer qu’une seule catégorie de contribuables ne – Il faut vivement regretter que, face à cette situation d’un taux

peut pas être considérée comme la vache à lait du canton. Je

de propriétaires anormalement bas, les autorités fédérales – les

crois et espère que l’Etat en a pris conscience. Ainsi, j’ose

compétences en ce domaine étant essentiellement de leur res-

espérer une stabilité, voire, à force de luttes, une diminution de

sort – n’aient pas créé un système incitatif. Les propositions

la fiscalité immobilière. L’énorme demande d’acquisition de son

n’ont pourtant pas manqué avec le lancement d’initiatives

propre logement doit trouver une réponse. C’est incontournable, n’importe quel politicien genevois le

« L’ É N O R M E DEMANDE D ’ A C Q U I S I T I O N D E SON PROPRE

comprend et doit donc le prendre en considération. Par ce simple fait, je suis relativement confiant, même si les choses vont beaucoup trop lentement. Je le répète: si l’on disposait de foncier pour construire des loge-

L O G E M E N T D O IT TROUVER

ments de toutes catégories – y compris des PPE et des villas –, cela permettrait certaine-

U N E R É P ONSE . » Christophe Aumeunier Secrétaire général de la Chambre genevoise immobilière

36

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE Automne 2009 | n°100

ment de satisfaire beaucoup de demandeurs, et parallèlement de libérer des appartements locatifs. En pleine crise économique, c’est singulièrement le bon moment ! ■


genève 2009: tour d’horizon en neuf thèmes dossier ■

sécurité – Au cours des vingt-cinq dernières années, la sécurité des biens

– Pour être pertinente, la réponse devrait être multidimension-

et des personnes s’est-elle gravement détériorée à Genève ?

nelle. On se limitera à quelques aspects « synthétiques ». Le risque d’être victime, en particulier d’un vol ou d’un cambrio-

– La situation à Genève ne diffère pas fondamentalement de

lage, est relativement élevé. Il s’agit non pas de s’accoutumer,

celle observée dans les villes et les milieux urbains occiden-

mais d’adapter pour une part nos comportements, afin de

taux. La position géographique frontalière constitue toutefois

réduire le risque.

une spécificité genevoise, qui contribue sans doute à la hausse quasi régulière de la criminalité recensée par la police.

Des mesures simples de prévention compliquent la tâche du voleur, sans qu’on tombe dans une obsession sécuritaire. En

En matière de sécurité des personnes, on constate à Genève

matière de cambriolages, notamment d’appartements – ils ont

la même évolution qu’ailleurs, à savoir une forte augmentation,

connu une forte progression au cours des deux dernières

quoique sur des chiffres relativement bas, des atteintes à l’inté-

années – , on peut s’étonner de la légèreté de certaines portes,

grité corporelle. En revanche, le nombre d’homicides reste

de la présence de cylindres de serrure qui dépassent. Une

stable et très peu élevé (en règle générale, entre trois et huit

rosace autour du cylindre, une barre de sécurité sur la porte

annuellement). Les atteintes au patrimoine représentent 80%

palière sont des mesures simples et efficaces. Les habitants

environ des infractions au Code pénal enregistrées à Genève.

doivent également adapter leur comportement lorsque l’immeuble est équipé de digicodes (ne pas laisser entrer n’importe

Si la criminalité augmente de manière presque linéaire, c’est

qui), etc.

essentiellement dû à la hausse du nombre des atteintes au patrimoine.

important,

En matière de sécurité, les responsabilités individuelle –

connaissent des sortes de cycles. A ce propos, je tiens à rele-

Les

cambriolages,

d’un

volume

comme on vient de le voir – et collective sont engagées. Les

ver l’opération d’envergure conduite en début d’année par la

stratégies doivent relever de la prévention, de la dissuasion et

police judiciaire, qui a mené au démantèlement d’un important réseau de cambrioleurs géorgiens organisé selon une structure de

« ADAPTER

type « mafieux ». Dans le domaine des atteintes au patrimoine, l’évolution la plus marquante est celle des vols à la tire et à l’astuce, avec une forte hausse en

NOS COMPORTEME NTS POUR RÉDUIRE

2004 et apparemment un tassement en 2008.

LE RISQUE . »

Pour l’essentiel, ces vols se déroulent sur l’espace public, ce qui peut contribuer au développement d’un sentiment d’insécurité auprès de la population la plus vulnérable

Monica Bonfanti Cheffe de la police genevoise

(femmes, personnes âgées). – On entend parler de « fatalité », d’effectifs policiers insuffi-

de la répression. Elles impliquent donc de nombreux partenai-

sants, de perte de contrôle. Y a-t-il des raisons d’espérer ou

res, qu’il s’agisse des polices municipales, de la sécurité privée, etc. Les associations et les résidants ont également un 

doit-on s’accoutumer à des risques accrus ?

Automne 2009 | n°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

37


■ dossier genève 2009: tour d’horizon en neuf thèmes

sécurité rôle à jouer, en particulier en s’appropriant les lieux et en

tistique policière de la criminalité (SPC) sera publiée en 2010.

marquant leur présence. Il ne s’agit pas de développer des

Il est actuellement difficile de faire des comparaisons, compte

milices, mais d’affirmer que les lieux ne sont pas abandonnés.

tenu de la diversité des règles et des approches. Ce constat

Rappelons que nous sommes particulièrement sensibles à la

suisse vaut a fortiori pour une approche internationale.

problématique de la saleté et des tags, qui contribuent à l’augmentation du sentiment d’insécurité des citoyens. Dans

A titre indicatif, à Genève, le taux pour 1 000 habitants de

ce domaine, nous ne pouvons que louer la bonne collabora-

lésions corporelles graves et simples est de 3,29 en 2008,

tion que nous entretenons avec les régies, les propriétaires et,

alors que, pour la même année, ce même taux atteint 4,97 à

bien entendu, les autorités des différentes communes.

Zurich. Toutefois, les statistiques policières ne reflètent qu’une partie du domaine sécuritaire. En effet, il est également impor-

– En comparaison nationale ou internationale, Genève est-elle

tant de mesurer le sentiment d’insécurité des gens, ce que

plus ou moins sûre que Zurich, Lyon, Annecy ou Milan ?

nous faisons tous les trois ans, au moyen d’un diagnostic local de sécurité. Le prochain sera établi en 2010 et permettra

– Comme cela a été dit, la situation genevoise ne diffère pas

notamment de savoir si, au cours des trois dernières années,

fondamentalement de ce que l’on observe dans les milieux

les habitants de Genève se sont sentis moins en sécurité que

urbains occidentaux. La première édition nationale de la Sta-

par le passé. ■

publicité

38

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


N EW

Plus qu’une simple fenêtre Les «swiss topwindows» avec module MINERGIE ® d’EgoKiefer permettent une diminution des déperditions d’énergie par les fenêtres pouvant atteindre 75%. Non seulement elles font entrer 15% de lumière en plus, mais elles vous protègent du froid, du bruit, du vent, des intempéries et des visiteurs indésirables. «swiss topwindows» symbolise la compétence unique d’EgoKiefer dans les systèmes de fenêtres alliée à un savoir-faire de plus de 75 ans. EgoKiefer SA Fenêtres et portes 1844 Villeneuve Tél. +41 21 967 08 00 Ainsi que dans treize succursales et bureaux de vente et auprès de plus de 350 concessionnaires et partenaires dans toute la Suisse: www.egokiefer.ch


■ dossier genève 2009: tour d’horizon en neuf thèmes

les grAnds proJets de lA ville de genève – Au fil des dernières décennies, les questions d’aménage-

à Saint-Gervais ont débouché sur une prise en considération

ment urbain ont été, et restent, au centre des préoccupations

des désirs de la population, sur une concertation. Certes, il

de l’opinion. Cela va de la circulation et du parking aux ques-

y a des recours, des négociations, des discussions, mais on

tions de logement, de patrimoine bâti, de densité… Qu’est-ce

n’aménage pas une ville sans se plier à toutes les exigences

qui a fondamentalement changé, selon vous ?

de la démocratie.

– Quoi qu’on en dise, il y a eu un changement fondamental.

Nous avons abouti dans des dossiers où certains nous ga-

Depuis quelques années, Genève est passée d’un urbanisme

rantissaient l’échec : rénovation de la patinoire des Vernets,

autoritaire à un urbanisme participatif. Cela a pris un quart de

pourtour de la Rade, terrains d’Artamis… Le dialogue porte

siècle, mais les premiers contrats de quartier aux Grottes et

toujours ses fruits; on me prête parfois un « optimisme légendaire ». Je dirais que, lorsqu’il y a volonté d’y arriver, tout est réalisable à Genève, en mécontentant un minimum de gens. Il suffit de ne pas baisser les bras. Sur plus de 1 700 préavis annuels, nous subissons les foudres d’une dizaine de personnes seulement. – Quels sont les grands projets de la Ville ? – D’abord le logement. Notre Plan directeur communal identifie un potentiel de quelque 3 600 appartements à construire en ville jusqu’en 2020, dont 1 000 à loyer bon marché. A la gare des Eaux-Vives, par exemple, on peut prévoir 250 logements ; à Sécheron, une centaine. Chaque année, nous voulons soutenir ou lancer des opérations de 300 logements ou plus, dont 100 à bon marché (3 600 francs la pièce par an, compte tenu d’une subvention de 1 000 francs la pièce par an), ces derniers étant construits par la Ville de Genève, avec l’appui de sa Fondation pour le

« TOU T E S T R É A L I S A B L E , SI L’ON N E B A I S S E PA S L E S B R A S. »

logement social. En termes d’espaces publics, le chantier de Longemalle va être ouvert ; nous voulons aussi lancer les opérations de la plaine de Plainpalais, « finir » les Rues-Basses en réaménageant la Corraterie, puis Rive… Ce qu’il faut aussi souligner, c’est que le rêve du pavillon à la campagne a cédé face à la convivialité, à l’attrait retrouvé de

Rémy Pagani Maire de Genève

l’habitat urbain. De plus en plus de gens viennent habiter en ville et renoncent à leur voiture : 36% chez nous, 46% en ville de Zurich. ■

40

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE Automne 2009 | n°100


demie98.pdf 13.01.2009 14:43:19

André Blatti MEMBRE DE LA CHAMBRE GENEVOISE DE CARRELAGE ET DE LA CÉRAMIQUE

sa

REVÊTEMENTS MOSAÏQUES CARRELAGES MARBRE

T 022 343 60 06 F 022 342 25 88 P 079 206 67 70 www.andreblatti.ch a.blatti@andreblatti.ch

28, rue Alexandre-Gavard 1227 Carouge

42

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


genève 2009: tour d’horizon en neuf thèmes dossier ■

les grAnds proJets du cAnton de genève – Vous venez de lancer la Promotion économique des can-

existe : c’est l’engouement rapide et inattendu pour le déve-

tons romands et de Berne, fédérée autour d’un leader,

loppement durable. En quinze ans, les trois quarts de nos

Genève. On croit comprendre que vous êtes confiant dans l’ave-

contemporains en ont compris les enjeux environnementaux,

nir de l’économie genevoise, malgré la crise et les blocages ?

sociaux, économiques.

– Tous les partenaires du développement régional, qu’ils soient suisses ou français, cherchent à organiser au mieux un bassin de vie. Notre territoire est exigu; pour le développer sans le « miter », il faut que nous construisions notre région, mais aussi qu’au sein de la Confédération, nous

« UNE TRIPLE RÉ V OLUTION. »

« fassions le poids » par rapport au grand Zurich ou au grand Bâle. Construire notre avenir sans oublier notre passé, fédérer nos atouts en vue du bien

Pierre-François Unger Conseiller d’Etat en charge du Département de l’économie et de la santé

commun, cela me semble essentiel au moment où le terrible XXe siècle et ses idéologies de gauche et de droite ont quitté la scène en nous laissant avec une forte tendance à

– Genève et son économie ont-elles les moyens de jouer un

l’égoïsme. Ce dernier est fatal aux grands projets.

rôle moteur dans cette évolution planétaire ?

– Justement, n’est-il pas lassant de se battre pour un avenir

– Genève n’est rien sans sa vocation internationale. Le

commun quand la plupart des gens ne pensent qu’à eux-

mélange entre rigueur calviniste et ouverture sur le monde, le

mêmes ?

rôle de point de passage, de dialogue, d’interface que joue notre République, sont des atouts extraordinaires. Nous ne

– Nous venons de vivre, souvent sans nous en rendre compte,

cherchons pas à intégrer ou à assimiler, nous assemblons,

une triple révolution. Numérique, d’abord : l’accès à l’informa-

nous faisons parler les gens ensemble.

tion, l’échange de données se font en temps réel, d’un bout à l’autre du monde. Globale, ensuite: la mondialisation, qu’il va

C’est le contraire du communautarisme, comme celui du clo-

falloir apprivoiser, car elle crée des emplois, mais peut aussi

nage ! La crise économico-financière, qui a démarré outre-

les détruire, sans compter que le risque de fracture entre les

Atlantique avec des dettes que l’on a titrisées pour vivre tou-

« nantis » et les autres est renforcé. Biologique, enfin : on a

jours davantage à crédit, nous a montré en une quinzaine

contrôlé les naissances, le génome humain, et on contrôlera

d’années et, si j’ose dire, en miniature ce qui pourrait arriver à

bientôt le système nerveux central.

notre planète en un ou deux siècles si nous ne planifions pas l’avenir en tenant compte du développement durable. Nous

C’est donc le moment ou jamais de réfléchir à l’avenir, de

devons organiser notre territoire, notre activité économique et

faire de la politique, de penser un peu plus loin que le court

nos modes de vie pour faire face à ce défi, de la plus modeste

terme ! Cette prise de conscience, fort heureusement, elle

à la plus grande échelle. ■

Automne 2009 | n°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

43


■ dossier genève 2009: tour d’horizon en neuf thèmes

lA plAce de genève en suisse – L’image de Genève en Suisse s’est-elle modifiée au cours

des résultats. En ce sens, le fait que le canton ait engagé deux

des dernières décennies ?

lobbyistes me paraît une excellente chose.

– Je ne pense pas que l’image de notre canton se soit grave-

– Vous avez été cité parmi les « papables » pour une candida-

ment péjorée. Il est vrai que Genève reste un cas à part aux

ture au Conseil fédéral, et avez écarté cette perspective.

yeux de nos Confédérés. Nous passons certainement pour

Certains Genevois ont fait le même choix que vous, d’autres

des gens à forte personnalité, qui ont tendance à ne rien faire

se sont lancés dans la course. Etait-ce une bonne chose pour

comme les autres ; pourtant, c’est avant tout le statut de cité

la République d’évoquer autant de candidatures, puis d’en

internationale, ouverte sur le monde, qui s’impose.

formaliser bien davantage que par le passé ? Qu’en pensent les autres cantons ?

Dans cet esprit, il est important de ne pas renvoyer à Berne une image de division et de doute, par exemple à propos de l’OMC et de l’extension

« NE PAS RENVOYER

de ses bâtiments. Nous devons investir dans la Genève internationale. Genève aurait également avantage à ne pas –

À BERNE UNE IMAGE DE D I VISION E T DE DOUTE. »

ou à ne plus – donner l’impression que ce qui se passe au-delà de la Versoix ne la concerne pas. Enfin, vu de la Berne fédérale, le fonctionnement de notre système parlementaire est sujet à

Hugues Hiltpold Conseiller national, président du Parti radical genevois

caution : tous les cantons sont parvenus à régler le problème de la fumée dans les lieux publics, par exemple ; seule notre République s’est noyée dans des

– Il est sain d’évoquer plusieurs candidatures genevoises pour

procédures et des changements de cap incompréhensibles.

le remplacement d’un conseiller fédéral latin ; cela démontre que le canton possède des forces vives, qui peuvent être

– Les Genevois, quelles que soient leurs divergences idéologi-

appelées à jouer un rôle sur la scène suprême de la politique

ques, sont-ils solidaires à Berne pour défendre les intérêts du

fédérale. Certains candidats ont renoncé, jugeant que cela

canton ?

n’était pas le juste moment, compte tenu du contexte et de la composition actuelle du Conseil fédéral ; d’autres en revanche

– Il y a certainement des carences sur ce point. La députation

ont maintenu leurs candidatures, avec la difficulté de convain-

genevoise, en comparaison avec celle d’autres cantons, a du

cre les autres cantons qu’un(e) deuxième Genevois(e) au

mal à s’organiser pour obtenir, par exemple, des subvention-

Conseil fédéral serait préférable pour la Suisse qu’un repré-

nements fédéraux. Pensez à la troisième voie CFF ou à la

sentant du canton de Vaud ou de Neuchâtel par exemple, qui

traversée de la Rade. Nos compatriotes comprennent mal

n’avait plus de conseiller fédéral.

que la population genevoise paraisse se désintéresser de projets d’infrastructure, ou même les combattre.

Dans l’esprit de nos institutions et de la cohésion nationale, il n’est pas habituel que la majorité, au Conseil fédéral, soit

Il est pourtant patent que, lorsqu’il y a cohésion des élus, par

détenue par deux grands cantons, en l’occurrence Zurich et

exemple pour le financement fédéral de CEVA, nous obtenons

Genève. ■

44

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE Automne 2009 | n°100


DRIVEBOX HD. Vous allez enfin vivre votre télé.

Facile à installer, le décodeur DRIVEBOX HD va transformer votre façon de regarder la télé. Vous pouvez enregistrer vos programmes sur son disque dur de 160 GB (jusqu’à 80h en SD et 40h en HD), consulter le guide TV sur 8 jours, stopper le programme en cours pour le reprendre en différé et recevoir de grandes chaînes en Haute-Définition sur le câble.

DRIVEBOX HD avec 3 chaînes 100% HD incluses pour CHF 20.-/mois*. * Voir conditions sur www.naxoo.ch

www ad tio xo sossusuruor ww .ww.na c.n.na –h 0 8 4 4 8 2 2 1 2 3 * vo voir o.ir ir n cconditions condi on ond ondi on nd ttiio tion ion w www.naxoo.ch w na nah xo xoo xxoo. oo oo. o o cch

La télé comme vous l’aimez


genève 2009: tour d’horizon en neuf thèmes dossier ■

logement et construction Mark Muller Conseiller d’Etat en charge du Département des constructions et des technologies de l’information

– Je ne m’attendais pas à des compliments, surtout en période électorale. Il est vrai que la pénurie de logements et la récession exigent que l’on bâtisse davantage et plus vite, à destination de toutes les catégories de la population. Je m’y

« N O U S S OMMES

suis employé et m’y emploie ; le nombre d’autorisations de

S O RT IS

records, et les projets portant sur de grands périmètres vont

D E L’ I M PA S SE. »

construire accordées ou en cours bat actuellement des être enfin débloqués au cours des mois qui viennent. Il est vrai que l’aménagement du territoire ne dépendant pas de mon dicastère, la coordination nécessite un peu plus de temps. Les premiers résultats de la nouvelle politique du logement sont

– Sur le plan du logement, quel bilan tireriez-vous de la der-

cependant déjà là.

nière décennie ? – Le dossier des surélévations d’immeubles a aussi occupé – Elle a été marquée par l’exacerbation d’une querelle politi-

la scène durant cette dernière législature. Après une levée de

que très genevoise, un bras de fer sur le thème « Quel type

boucliers, un compromis a été trouvé. La bonne volonté est-elle

de logement doit-on construire à Genève ? ». Cette lutte

toujours présente lorsqu’il s’agit de passer à l’acte ?

opposant en gros la gauche et la droite s’est cristallisée autour de l’obligation de construire deux tiers de logements

– Cette modification législative a effectivement été une avan-

sociaux dans tout projet en zone de développement. Et cela

cée considérable, en permettant de définir de nouveaux

durait depuis quelque quinze ans, lorsque, peu à peu, cha-

gabarits pour les immeubles de logement en deuxième et

cun s’est rendu compte que le régime des HLM avait fait son

troisième zone (ordinaire ou de développement) ; il y a finale-

temps.

ment eu un large consensus. Ne nous leurrons cependant

Les investisseurs ne s’y intéressaient plus; en outre, au bout de

pas : le vrai potentiel de construction de logements supplé-

vingt ans, ces logements sortaient du contrôle étatique et il

mentaires ne se situe pas, en l’espèce, dans les immeubles

fallait sans cesse « reconstituer le stock ». Ces luttes stériles

existants, mais bien dans les futurs bâtiments. Il est plus facile

devaient être stoppées : mes collègues du Conseil d’Etat m’ont

de construire plus haut du premier coup que d’ajouter un ou

suivi pour proposer une solution pragmatique, qui s’est concré-

plusieurs étages à des immeubles.

tisée en un accord qualifié d’historique par la presse, au début

Aujourd’hui, dans les zones 2 et 3, on peut construire un ou

de décembre 2006. En résumé, on inversait la règle des deux

deux étages de plus, et il y a lieu de s’en féliciter. Bien entendu,

tiers/un tiers et l’on constituait un stock de logements d’utilité

cela suppose que tous comprennent que l’espace, en terri-

publique (LUP) à hauteur de 15% du parc locatif.

toire urbain, est un bien précieux et qu’il faut l’utiliser au

L’Asloca, qui contestait l’accord, a lancé deux initiatives et, à

mieux. Tout facteur pouvant densifier le bâti permet d’éviter

l’issue d’une longue négociation, nous sommes parvenus à la

l’étalement des constructions, le mitage du territoire. Certes,

loi récemment votée, avec pour objectif une proportion de LUP

cet effort se heurte parfois à des réticences, notamment du

de 20%. Nous sommes sortis de l’impasse.

côté de la Ville de Genève ou de voisins des parcelles concer-

– A l’extrême droite et à gauche notamment, on vous reproche

projet de La Chapelle-Les Sciers à cause d’un étage

cependant de ne pas avoir construit assez. Ces critiques vous

supplémentaire légitimement obtenu par l’application des  standards MINERGIE®.

nées. Cet été, des propriétaires privés se sont attaqués au

semblent-elles justifiées ?

Automne 2009 | n°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

47


■ dossier genève 2009: tour d’horizon en neuf thèmes

logement et construction – Le développement du périmètre PAV est une chance histo-

– Que peut faire l’Etat dans de tels cas ?

rique pour Genève. Au-delà des discussions et des polémi– Dans un cas de figure où l’intérêt général – construire du

ques, il est évident que cette chance doit être saisie, que nous

logement dont Genève a besoin – se heurte à des intérêts

devons construire avec intelligence, avec une grande qualité

particuliers – amoindrir la densité des immeubles voisins, l’Etat

architecturale, en appliquant un taux de densité suffisant. Le

doit arbitrer. Mes collègues du Conseil d’Etat et moi-même

Conseil d’Etat ne demande pas un « chèque en blanc » ; il y

tranchons, sauf exception justifiée, en faveur d’un urbanisme

a simplement un calendrier de priorités à respecter et l’une

dense et de qualité.

d’entre elles est le déplacement de certaines entreprises bénéficiant de droits de superficie. Le projet de Colovrex est in-

– Dans les projets d’avenir, porteurs de développement écono-

téressant, mais n’a pas recueilli de majorité au sein du collège

mique et de logement, figure évidemment le périmètre Praille-

gouvernemental. Il reste cependant à l’étude, et a reçu un fort

Acacias-Vernets (PAV). Le projet de zone de substitution à

soutien politique et économique. Il conviendra, quoi qu’il en

Colovrex (rive droite), permettant de reloger les entreprises

advienne, de mener une bonne concertation avec les commu-

actuellement installées à La Praille est-il une bonne solution ?

nes concernées.■

publicité

Restaurant «Le Vignoble Doré»

Route du Mandement 332 - 1281 Russin (Genève) Tél.: 022 754 11 13 - Fax: 022 347 80 36 48

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100

Fermé dimanche soir et lundi www.vignobledore.com


Qualité suisse à prix suédois eau d a c Votraet d‘une cuisine! à l‘ach

aux /cade h c . i t t .pia www

Plus de 80 partenaires compétents sont à votre écoute. Pour plus d’informations, contactez-nous sous: www.piatti.ch.

seical n98.pdf 14.01.2009 17:15:25

SEICAL

PIERRES & MARBRES CARRELAGES

centre technologique du lignon chemin de la muraille 12 CH-1219 Le Lignon tél. +41 22 797 47 32 fax +41 22 797 55 33 info@seical.ch www.seical.ch

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

49


■ dossier genève 2009: tour d’horizon en neuf thèmes

le cevA – Le Grand Conseil a voté en juin dernier le crédit complémen-

exemple de « zone 30 » théorique où personne ne sait quoi

taire pour la liaison ferroviaire CEVA (Cornavin–Eaux-Vives–

faire, avec tous les risques que comporte la coexistence

Annemasse). Pensez-vous que cette infrastructure verra le jour ?

anarchique de taxis, bus, piétons, trams, cycles, véhicules de livraison, groupes de touristes, foule de voyageurs CFF,

– Je suis optimiste, tout en rappelant l’énorme travail d’infor-

etc. Un exemple qui, lui, est réussi est celui de la rue Les-

mation qu’il reste à accomplir pour que la population gene-

chot, à Plainpalais, devenue une vraie zone de cohérence de

voise se familiarise avec le transport par rail. Les mentalités

la mobilité douce.

ont incroyablement évolué ces dernières années, avec l’explosion de la mobilité et la prise de conscience écologique. Les

– La magnifique « union sacrée » qui regroupe autour du CEVA

gens se sont réapproprié le tram, et des investissements impor-

la quasi-totalité des forces politiques et associatives genevoi-

tants ont été consacrés à redynamiser les transports publics ;

ses ne risque-t-elle pas de se lézarder à cause des frictions

aujourd’hui, la part genevoise de l’enveloppe budgétaire du

dues aux oppositions traditionnelles gauche-droite, par exem-

CEVA est comparable à celle d’une ligne de tram, et ce mes-

ple autour du référendum de Vésenaz ou de la traversée du

sage commence à être compris. Le CEVA est réellement indis-

lac ?

pensable à Genève et à toute sa région, en tant que RER et que – Il est vrai que la période électorale a tendance à radicaliser

« chaînon manquant » du réseau ferroviaire.

certaines positions. Peut-être devrait-on demander aux dépu– Est-ce à dire que l’irréductible opposition entre les pro-

tés et aux candidats d’observer un moratoire durant les der-

et les anti-voiture est en passe de devenir un mauvais

niers mois d’une législature, afin d’éviter les emportements,

souvenir ?

les réactions et les contre-réactions! En ce qui me concerne et pour prendre un exemple concret, je suis très ouverte à la

– D’un côté comme de l’autre, les irréductibles sont en minorité décroissante et chacun admet aujourd’hui qu’on ne peut tout miser sur un seul mode de transport. L’essor du vélo à assistance électrique, notamment, est un signe encourageant:

une

nouvelle

catégorie

de

citoyens découvre que l’on peut utiliser intelligemment ce type de véhicule, et en parallèle conduire une voiture lorsqu’elle se révèle indispensable. De la sorte, les usagers se comprennent mieux entre eux.

Elisabeth Chatelain Députée, coprésidente du Comité pro-CEVA/RER Genève Région

« L E S IRRÉ DUCTIBLE S P RO- ET ANTI-VOITURE S O NT EN MINORITÉ »

– L’utilisation d’un vélo, fût-il électrique, reste dangereuse à Genève… – C’est vrai, et nous avons besoin de vrais parcours pour

perspective d’une traversée du lac, à condition toutefois qu’il

cyclistes et pour piétons, des parcours vraiment planifiés et

y ait un développement concomitant de l’emploi et du loge-

sans rupture aux carrefours. En une seconde, on passe d’un

ment sur la rive gauche et un accent sur les transports

trajet sécurisé à la jungle totale ; la place Cornavin est un

publics. ■

50

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE Automne 2009 | n°100


genève 2009: tour d’horizon en neuf thèmes dossier ■

Architecture et QuAlité – Pensez-vous que les Genevois, au cours des vingt dernières

par la qualité et la reconnaissance de l’architecture suisse,

années, aient progressé dans leur connaissance et leur goût

crée une émulation très enrichissante.

pour l’architecture ? – Oui, énormément. L’intérêt du grand public pour l’architecture s’est développé de façon extraordinaire au cours de ces dernières décennies. Il faut se rappeler que l’architecture de la ville a toujours fait partie de l’intérêt « touristique » des villes, et cela depuis l’Antiquité. Mais pour parler de ces vingt dernières années, la médiatisation des grands architectes et de leurs œuvres phare, qu’ils soient suisses ( Le Corbusier, Tschumi, Herzog & de Meuron, Zumthor, Botta ) ou étrangers ( Renzo Piano, Tadao Ando, Jean Nouvel, Norman Foster, pour ne citer qu’eux), fait que tout un chacun se doit de visiter, voire simplement de tourner autour de la construction en visitant la ville de son choix. Les Genevois n’échappent pas à ce phénomène ; il suffit pour cela de voir l’enthousiasme manifesté par la population lors des « portes ouvertes » d’un bâtiment ou simplement des visites organisées par la SIA (Société suisse des ingénieurs et des architectes) intitulées « 15n » – un véritable succès, par le nombre de bâtiments ou de villas ouverts et le nombre gran-

« UN ENTHOUSIASME POPUL AIRE POUR L’ ARCHITE CTU RE. » Rino Brodbeck et Jacques Roulet Architectes

dissant de visiteurs, chaque année. – La qualité architecturale et esthétique des immeubles

– Genève est-elle, sur le plan architectural, bien ou mal placée

commerciaux et administratifs s’est-elle accrue ou a-t-elle

en comparaison avec les autres villes européennes ?

diminué ? – Genève, par sa frilosité légendaire due au protectionnisme à – Il résulte de cet engouement du public, et par conséquent

outrance, à la lenteur des démarches administratives, au nombre

des maîtres d’œuvre, que la qualité architecturale, esthétique

des procédures et à la manie de la « recourite », est un peu

et constructive s’est accrue.

plus mal placée pour un développement architectural d’envergure que les autres villes européennes. On peut noter, par

Genève, comme cité internationale, par ses mises au concours

exemple, que le dynamisme et l’enthousiasme provoqués par

architecturales de grands projets, offre un nombre grandissant

le futur développement du périmètre Praille–Acacias–Vernets

de bâtiments administratifs de haute facture et des bâtiments

s’émoussent dans tous les secteurs et chez tous les acteurs

commerciaux, voire industriels, très intéressants. Il faut relever

genevois. Sortir de la crise, ce n’est pas seulement injecter

que l’ensemble de la jeune génération d’architectes, par le

des milliards dans les banques, mais c’est aussi faciliter le

mouvement international de la qualité architecturale et surtout

travail de ceux qui veulent entreprendre. ■

Automne 2009 | n°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

51


Route des Jeunes 5

52

1227 Les Acacias

Genève

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100

Tél. 022 308 1500

Fa x 0 2 2 3 0 8 1 5 0 1

info@3tech.ch


GENÈVE 2009: TOUR D’HORIZON EN NEUF THÈMES DOSSIER ■

SECTEUR BANCAIRE « L’ É C O NOMIE GE NE V OISE E S T A U R ÉGIME , SON CORPS

Nous ne détenions pas d’actifs toxiques, et notre position restaurée, notre marque vivifiée, ont galvanisé la confiance de la clientèle existante comme des 12 600 clients qui nous ont rejoints

R ESTE SAIN. »

l’an dernier. Aujourd’hui, en matière immobilière

Blaise Goetschin Directeur général de la Banque Cantonale de Genève

par exemple, on peut dire que Genève n’est pas discriminée par la crise internationale du crédit bancaire et dispose d’un choix entre acteurs agissant en totale et saine concurrence. C’est

– Les deux décennies qui viennent de s’écouler n’ont pas été

valable également pour les entreprises. Les conditions de crédit

de tout repos pour la Banque Cantonale de Genève. Peu

sont favorables et il n’y a pas de credit crunch dans la région à

après sa naissance par la fusion de la CEG et de la Banque

ce jour. La BCGE considère qu’il y a eu certes un coup de frein

hypothécaire, elle a traversé une grave crise, avant de se réta-

à la surchauffe naissante de 2006-2007, assorti d’une réces-

blir sous votre direction. Aujourd’hui, la tourmente est exté-

sion modérée, mais que la récupération d’un rythme de crois-

rieure, avec la crise financière et la récession. Quelle est votre

sance va progressivement se faire jour d’ici à 2010. « Toute nuit

analyse de la situation ?

a un jour, tout hiver a un été », dit un proverbe turc. L’économie genevoise subit un régime minceur, son corps reste sain. La

– La décennie qui vient de s’écouler me paraît porteuse d’un

place bancaire et financière est toujours attrayante. Le secteur

bel avenir pour la seule banque universelle genevoise… Ces

des organisations internationales et des compagnies étrangè-

dernières années, la banque a radicalement changé de nature,

res reste dynamique. L’export est inégalement touché. Genève

elle s’est modernisée dans son offre et son organisation. En

ne s’était pas emballée, notamment dans l’immobilier. Elle

investissant plusieurs dizaines de millions, elle a conquis une

recueille aujourd’hui les avantages de sa modération et de son

position de leader régional dans les domaines stratégiques

calvinisme incorrigible…

de l’épargne et de l’hypothécaire. Aujourd’hui, nous sommes aussi un acteur reconnu de la gestion de patrimoine, y com-

– Vous paraissez donc très optimiste pour ce que vous avez

pris en Suisse et en Rhône-Alpes. Plus généralement, notre

récemment appelé le « micro-climat » lémanique, notamment

marque a recouvré la confiance du public et s’est renforcée en

en ce qui concerne l’immobilier?

crédibilité par une traversée réussie de la crise dite du « subprime ». A l’avenir, nous espérons une belle croissance com-

– La situation actuelle n’a rien de spéculatif. L’élément essentiel

merciale et visons l’amélioration continue de notre rentabilité.

est que les taux hypothécaires restent bas, et ne vont à notre

Nous sommes très reconnaissants de la confiance des parti-

avis pas remonter d’un coup, comme ce fut le cas lors de la

culiers et des entrepreneurs genevois.

crise des années 90. Cela n’empêche pas de prévoir un retour à la normale qui supposera sans doute des taux un peu plus

– Les signes de faiblesse du système financier international et

élevés. Mais, si je peux me permettre cette double image, on a

les attaques contre le secteur bancaire suisse ne vous inquiè-

compris à la Banque Nationale et à Berne qu’il était inutile de

tent-ils pas ?

sortir une grosse artillerie, et si la vague doit arriver, nous disposons aujourd’hui de digues tout à fait solides. Parallèlement, il

– Dans ce paysage de sournoises cataractes, nous avons pu

est important que ceux qui visent à corseter le développement

naviguer et même atteindre une croissance appréciable de

économique de Genève et s’opposent aux grands projets d’in-

nos actifs, sans pour autant jouer les profiteurs de la crise !

frastructure se rendent compte qu’ils font fausse route. ■

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

53


Nous sommes là pour vous

11B, Pallanterie – CP 54 – 1252 Meinier

Surveillance et entretien installations de chauffage Dépannage 7/7

Chauffage • Ventilation • Climatisation

Entreprise générale

Détartrage • Ébouage • Traitement d’eau

Entreprise générale de rénovation

• Gestion optimisée • Audits énergétiques • Calcul d’indices • Dépannage 7/7 • Surveillance • Entretien • Transformations chaufferies

• Désoxydation de tuyauteries • Détartrage de conduites et de bouilleurs • Ebouage d’installations de chauffage • Installation de traitement d’eau • Surveillance et entretien • Fourniture de produits

• Étude et planification • Rénovation et transformation • Immeubles – hôtels • Villas – appartements • Locaux commerciaux • Projets « clefs en main » sur forfait

Muller Services SA Tél. +41 (0)22 722 19 10 Fax: +41 (0)22 722 19 19 E-mail: muller@muller-services.ch

DS Détartrage & Service SA Tél. +41 (0)22 300 43 40 Fax: +41 (0)22 300 43 45 E-mail: info@detartrageservice.ch

Muller Rénovation Tél. +41 (0)22 722 19 00 Fax: +41 (0)22 722 19 19 E-mail: muller@muller-renovation.ch

Grâce à nos trois sociétés actives dans le domaine du bâtiment nous pouvons vous proposer des solutions globales pour les immeubles que vous gérez. Des bureaux techniques performants et proactifs, des techniciens qualifiés, une équipe d’intervention expérimentée et disponible 24H/24H, un pool téléphonique agréable et efficace. Notre expérience et notre savoir faire sont à votre service, contactez nous pour une étude personnalisée et une solution sur mesure.

ĒCONOMIE - ĒCOLOGIE - agissons ensemble


humanité horizons économiques ■

VERS UNE HUM ANITé RESPONSABLE par le professeur a l B ER T J A C Q UAR D , ingénieur, dR en génétique et en biologie humaine, professeur en humanistique

©

 iSt

Le nucléaire, l’un des dangers les plus inquiétants pour l’humanité. « Son pouvoir de destruction, trop rarement évoqué, est si fantastique qu’Il dépasse de plusieurs ordres de grandeur les possibilités de notre imagination. »

oc

k

L’

attrait pour les nombres dits « ronds » pourrait ex-

pliquer le désir de consacrer ce centième numéro de L’INFOR-

100 peut donc être l’occasion d’une réflexion sur ce qu’ont apporté ces huit années, cette dernière écaille de temps.

MATION IMMOBILIÈRE à une ébauche de bilan. Il s’agirait, à vrai dire, plutôt d’un prétexte que d’une nécessité, car le sys-

La radioactivité et la guerre

tème décimal de numération est arbitraire ; la succession des événements réels ignore cette structure ; les dates des plus

Passant en revue les plus inquiétants des dangers auxquels

décisives n’ont aucune raison d’être rondes (si ce n’est celle

notre humanité doit faire face, j’avais rappelé une fois de plus

de la naissance du Christ, définie, sans doute en commettant

la menace d’un arsenal nucléaire guerrier capable de mettre

une erreur, comme l’an zéro). Mais il se trouve que la chroni-

fin, en quelques semaines, à la présence de notre espèce sur

que que j’ai rédigée pour un numéro précédent s’était, elle

la Terre. Cette capacité de destruction, trop rarement évo-

aussi, référée à un nombre rond, sous le titre « L’angoisse de

quée, est la seule perspective qui soit cohérente avec les per-

l’an deux mil » (n° 92) ; je m’y efforçais de décrire les principaux

formances de ces engins. Ceux-ci ne peuvent servir qu’à cela.

problèmes que posaient alors les rapports des humains entre

Ce pouvoir est si fantastique qu’il dépasse de plusieurs ordres

eux et les rapports de l’humanité dans son ensemble avec la

de grandeur les possibilités de notre imagination. Le signe de

planète. Au cours des années écoulées depuis, l’histoire ne

cette démission permanente des responsables politiques est

s’est qu’à peine ralentie ; nous avons tous l’impression d’être

leur recours au concept lénifiant de dissuasion. Plutôt que

emportés dans un maelström de bouleversements locaux ou

de décrire ces menaces dans toute leur horreur, ils ramènent

globaux sur lesquels nous n’avons guère de prise. Ce numéro

la logique d’un éventuel conflit à un jeu de poker menteur et

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

55


■ Horizons économiques humanité

évoquent un équilibre sans rappeler qu’il s’agit de celui de la

« Quoi qu’il arrive, je ne prendrai jamais l’initiative d’un geste

terreur, qui est par nature instable. Or, tout projet nécessite la

qui conduirait à l’anéantissement de la France » ; ce « quoi qu’il

stabilité : l’unité de temps, lorsque la survie de l’espèce est

arrive » suffit à anéantir toutes les subtilités des théoriciens de

en jeu, n’est pas le siècle ou le millénaire, mais au moins la

la polémologie ; ces spécialistes de l’art de la guerre camou-

centaine de milliers d’années. La seule issue permettant à l’hu-

flent la réalité d’un conflit, qui sera nécessairement un suicide

manité d’échapper au piège nucléaire dans lequel elle s’est

collectif, par des mots qui se veulent rassurants : « armes de

enfermée ne peut être qu’un démantèlement général, rapide

non-emploi », « stratégie du faible au fort », « dissuasion ».Cette

et contrôlable de cet arsenal. Cette évidence est difficilement

attitude est voisine de celle de Gribouille qui amuse tant les

réfutable, mais ceux qui la rappellent sont au mieux classés

enfants lorsqu’il entre dans la rivière pour ne pas être mouillé

dans la catégorie des doux utopistes, quand ce n’est pas celle

par la pluie. N’est-ce pas la logique des polémologues : cha-

des défaitistes.

cun préconise de protéger sa propre nation en acceptant le risque de les détruire toutes. Il paraît difficile de ne pas adhérer à la réaction de refus de l’ancien président ; il convient donc de

« La seule issue permettant à

faire réfléchir à ce sujet les citoyens.

l’humanité d’échapper au piège nucléaire

Le second événement renforce cette nécessité en élargissant

dans lequel elle s’est enfermée ne peut

le champ de la réflexion. Le nouveau président des Etats-Unis

être qu’un démantèlement général,

les armes nucléaires. Quelles que soient les arrière-pensées

rapide et contrôlable de cet arsenal. »

tion est dans la ligne d’un recul général du recours au nucléai-

a lui-même préconisé récemment une neutralisation de toutes que l’on peut prêter à ses conseillers, constatons que sa posire, militaire bien sûr, mais aussi civil. La proposition de ce recul est justifiée par le statut très particulier de la radioactivité dans

On peut constater cependant qu’au cours de ces huit derniè-

notre description de l’univers. Découverte il n’y a guère plus

res années, l’opinion à ce propos des quelques spécialistes en

d’un siècle, cette particularité de notre cosmos était demeurée

position de s’exprimer a subi une véritable mutation ; la dissua-

ignorée, car elle était enfouie dans la séquence des événe-

sion leur apparaît finalement comme un leurre. Ils le disent et

ments qui se sont succédé depuis le mythique big-bang.

cette opinion commence, lentement, à se répandre chez nos concitoyens. Deux événements illustrent ce changement.

La radioactivité dans le cosmos

Le premier est déjà ancien. Cependant, il est resté largement

Essayant de déchiffrer l’histoire de notre univers et focalisant

ignoré alors que les citoyens, notamment les Français et les

notre regard sur le système solaire, nous constatons que ce-

Européens, auraient dû en être informés : il s’agit de la prise de

lui-ci s’est constitué il y a quelque cinq milliards d’années par

position de l’ancien président Giscard d’Estaing à propos du

agglutination de poussières s’attirant l’une l’autre sous l’effet

recours défensif aux armes nucléaires ; il a eu, durant un sep-

de la gravitation. L’énergie dégagée a provoqué le rayonne-

tennat, la responsabilité personnelle de décider de leur emploi ;

ment du soleil, rayonnement qui ne s’éteindra que dans cinq

il explique dans ses Mémoires qu’il a cherché à préciser dans

autres milliards d’années et dont une faible partie est reçue

quelles circonstances il serait, lui le chef des Armées, passé

par ses satellites, dont la Terre. Il se trouve que, sur ce sa-

à l’acte nucléaire ; il imagine les divers cas de figure et abou-

tellite, les conditions imposées par la nature ont provoqué

tit à une conclusion dépourvue d’ambiguïté ; sa réponse est :

une succession d’événements, inédite à notre connaissance.

56

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


■ Horizons économiques humanité

Au cours des premiers milliards d’années, la température a

radioactif s’est peu à peu amoindrie. Ces interactions enche-

baissé suffisamment pour permettre l’apparition d’eau liqui-

vêtrées ont créé un équilibre qui s’est maintenu durablement

de et transformer les océans en une véritable cornue d’al-

et a permis l’évolution des espèces et la réalisation, notam-

chimiste dans laquelle d’innombrables molécules ont été

ment, de l’homo.

synthétisées ; produites dans ce bouillonnement créateur, certaines d’entre elles (notamment l’ADN) ont été capables

Cette situation favorable sera-t-elle durable ? Nous n’en som-

de s’autoreproduire ; elles ont été le support de ce que l’on

mes nullement assurés ; nous ne sommes que des locataires

appelle la vie, c’est-à-dire le pouvoir de déjouer la dégrada-

récents de la planète ; notre expérience de ses réactions est

tion due au temps, donc de préserver un début de stabilité.

trop courte pour oser prendre des risques. Jusqu’au dernier

Mais ce même bouillonnement initial a produit des atomes

siècle, nous ne l’avons guère dérangée faute d’en avoir le pou-

radioactifs capables de diffuser de l’énergie et de provoquer

voir ; dans le domaine de la radioactivité, par exemple, nous

des réarrangements dans la structure des atomes voisins, ren-

avions commencé par progresser à l’aveugle et à très petits

dant plus difficile la pérennité des dépositaires de la vie ; cette

pas, laissant sans réponse de nombreuses interrogations

lutte entre l’ordre et le désordre a finalement penché en faveur

dont l’importance n’est apparue qu‘avec un retard inquiétant.

de l’ordre car, le temps passant, l’intensité du rayonnement

Ce n’est qu’après avoir construit des centaines de centrales

publicité

58

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


771 40

NS

00

IRE S

ITA

NS A

RS ALL ME

OU VON

EC

SAN

X-S

TAL LAT IO

022

INS

EAU


humanité horizons économiques ■

partout sur la Terre que le problème de l’entreposage de leurs déchets a enfin été posé.

Les risques de l’efficacité Selon le schéma habituel, l’amélioration de notre lucidité sur le monde dont nous faisons partie débouche sur une efficacité nouvelle, mais la chaîne des conséquences ne s’arrête pas à ce stade ; l’efficacité nous met face à des responsabilités recul suffisant. Il y a quelques siècles, le philosophe anglais Francis Bacon pouvait proclamer que « le but de la science

© istock

que nous ne sommes guère capables d’assumer faute d’un

est de réaliser tout ce qui est possible ». Ce bel enthousiasme,

cette confiance dans les interventions humaines ne peuvent

Le but de la science. «Il n’est plus de réaliser tout ce qui est possible, mais plutôt d’aider dans le choix des plus favorables parmi les possibles, et de conforter les refus.»

plus être affichés aujourd’hui. Le but de la science n’est plus de réaliser tout ce qui est possible, mais plutôt d’aider dans le choix des plus favorables parmi les possibles, et de conforter les refus.

laboratoire ne semble avoir dirigé ses recherches dans cette Un exemple en est fourni par le projet de clonage reproductif

direction. L’enjeu humain apparaît sans doute comme trop

humain. Ce projet se situe dans la droite ligne de la compré-

vertigineux. C’est en effet la spécificité de notre espèce qui

hension enfin obtenue du mécanisme de la procréation. Nous

est en jeu : pourquoi ce qui est admis sans cas de conscience

savons, depuis guère plus d’un siècle, que, pour les espè-

pour la célèbre brebis « Dolly » ne le serait-il pas pour nos pa-

ces sexuées, le développement d’un être nouveau résulte

rents, pour nos enfants ou pour nous-mêmes ? La réponse ne

de processus gérés par les informations contenues dans les

peut être formulée qu’en se référant à une éthique.

gamètes (ovule et spermatozoïde) dont il est issu. Or, une copie conforme de ces informations est présente dans le noyau

Nous sommes en droit de juger sévèrement les appren-

de la quasi-totalité des cellules de l’organisme d’un individu. Il

tis sorciers qui se satisfont de leurs réussites techniques. Ils

suffit pour obtenir un double de provoquer ce développement à

se contentent de la réponse à la question : « Comment cela

partir d’un tel noyau. Il sera l’équivalent d’un jumeau vrai décalé

fonctionne-t-il ? », alors qu’il faut répondre à la question: « A

dans le temps. Certes, ce « n’y a qu’à » se heurte à de multiples

quoi cela sert-il ? » Cette interrogation sur la finalité de nos

difficultés techniques ; la réussite obtenue chez des espèces

efforts devrait être systématique, elle est hélas le plus sou-

voisines permet cependant d’espérer un succès. Mais serait-

vent omise. Ce fut le cas évidemment pour le développement

ce vraiment un progrès ? Ne serait-ce pas plutôt une régres-

du nucléaire militaire. De bombes A en bombes H, les déci-

sion de deux ou trois milliards d’années nous ramenant vers

deurs se sont contentés du raisonnement de toujours : pour

l’époque où nos ancêtres, premiers transmetteurs de la « vie »,

l’emporter dans un conflit, il suffit d’être le plus fort ; ils ont

ignorant la procréation, n’étaient capables que de se repro-

donc augmenté les performances de destruction de leurs en-

duire, performance maintenant hors de portée des humains,

gins jusqu’au niveau où cette dernière les inclut eux-mêmes.

comme de tous les êtres sexués. A l’exception de quelques

Allons-nous commettre la même erreur avec les découvertes

illuminés qui n’ont apporté aucune preuve de leur exploit, aucun

de demain ? ■

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

61


Pensez-vous que votre chambre à coucher soit le meilleur endroit pour rêver ?

Nouveauté mondiale

Avec la nouvelle série d’appareils encastrables de Siemens, nous vous invitons à profiter des moments passés à la cuisine. Faites connaissance avec lightControl, le système de commande inédit, fascinant et intuitif à la fois. De nouvelles variations de couleurs, un design d’éclairage plein d’inspiration, ainsi que de nombreuses innovations techniques, ouvrent de nouvelles voies en matière d’apparence et de gastronomie. Ce design intemporel séduit et nous emmène à la dégustation avant de nous mettre à table. Plus d‘informations chez le commerçant spécialisé ou sous www.siemens-menagers.ch

Le futur s‘installe chez vous.


interview roger pFund ■

Intervie w de ROGER PFUND par CHRISTINE ESSEIVA

© Rick Widmer

« je suis un optimiste »

c

réateur en tout genre (affiches, peintures, passeports,

Depuis le n°38, l’un des deux articles de la revue consacrés à

billets de banque), bénéficiant d’une renommée internationale

l’architecture est envoyé au plasticien en vue de l’élaboration de

(sa dernière exposition a eu lieu en Chine, au Today Art Mu-

la couverture. D’un style unique, coloré, moderne et dynamique,

seum de Pékin) , décoré à maintes reprises – il est depuis 2002

notamment grâce à ses jeux de perspectives et de profondeurs,

Officier de l’Ordre des Arts et des Lettres, distinction attribuée

la couverture de L’INFORMATION IMMOBILIÈRE est instantané-

par le ministère français de la Culture – , Roger Pfund n’en reste

ment identifiable par le lecteur et se distingue aisément parmi les

pas moins fidèle à L’INFORMATION IMMOBILIÈRE. Initiée en

nombreuses revues mises à disposition dans les salles d’attente

1989 par le fondateur de la revue, Jean Paul Barbier-Mueller,

et salons privés. A l’occasion de cet anniversaire, Roger Pfund

cette collaboration n’a pas failli depuis maintenant vingt ans.

répond à nos questions.

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

63


■ interview roger pfund

 Quelques-unes des couvertures de L’INFORMATION IMMOBILIÈRE réalisées par Roger Pfund.

Texte courant – Numéro après numéro, trois fois par année, qu’est-ce

– Les exigences d’une couverture de revue sont au moins dou-

qui vous motive ? Avez-vous le même entrain qu’il y a

bles. L’INFORMATION IMMOBILIÈRE est très largement distri-

vingt ans ?

buée. Vous la trouvez dans la salle d’attente de votre médecin,

Roger Pfund: Nous considérons cette longue collaboration,

trouvez à la réception des grands hôtels et chez des particu-

dont d’ailleurs nous sommes fiers et reconnaissants, comme

liers. La première loi à laquelle la couverture doit obéir est donc

un véritable exercice de style, comme un cas d’école. Trois

d’attirer le regard par la forme, la couleur, le texte. Et dans la

fois par année en effet depuis maintenant vingt ans, dans le

multitude des publications, ce n’est pas chose facile. Dans

domaine de l’architecture au sens large, nous tentons de trou-

un second temps, c’est-à-dire lorsque vous avez la revue en

ver une image nouvelle, originale, séduisante pour illustrer la

main, elle doit vous parler, vous donner l’esprit du thème prin-

couverture de L’INFORMATION IMMOBILIÈRE. Avec en outre

cipal évoqué et surtout l’envie de la feuilleter et de vous plon-

des exigences quasi immuables, comme le choix typographi-

ger dans la lecture.

de votre dentiste et de votre avocat, si vous y allez ! Vous la

que des textes. – Un moment vous a-t-il marqué en particulier ?

«  la prem i È r e l oi à l a q u e l l e la co uve rt u r e doi t o b é i r e s t

– Je me souviens évidemment du premier numéro auquel j’ai participé, le n° 38, concocté sous la houlette de Jean Paul Barbier-Mueller et consacré au bicentenaire de la Révolution

d ’atti re r l e r e g ard pa r l a f o r m e ,

française ! Depuis, soixante-deux couvertures ont été réalisées

la co ule u r , l e t e x t e . »

révèlent les sensibilités et les approches graphiques de cha-

avec à chaque fois entre cinq et dix variantes différentes qui cun. Et je peux vous dire que le choix final de Thierry BarbierMueller et de son équipe n’est pas toujours celui que nous

– A chaque numéro, de nouvelles rencontres architec-

attendions ! C’est aussi la beauté du travail !

turales sont proposées aux lecteurs de L’INFORMATION IMMOBILIÈRE. Comment procédez-vous pour élaborer

– Quel regard portez-vous sur l’avenir ?

sa couverture ? – Je ne lis pas dans le marc de café ni dans la boule de cristal, – L’arrivée du thème de la prochaine revue est toujours un

et pourtant… Le chaos de notre monde, économique, politi-

moment particulier. J’en prends connaissance pour m’en im-

que, éthique, exerce une attirance assez trouble sur nos es-

prégner et me faire une idée, puis nous organisons un brain-

prits, entre culpabilité et bien-être, entre conscience et après-

storming avec l’ensemble des graphistes, stagiaires compris.

moi-le-déluge, entre humanisme et égoïsme. Je crois le chaos

Les discussions sont animées, bagarre des pro et des anti,

prometteur car je suis un optimiste !

et chacun regagne sa place avec la mission de présenter les

Quant à l’avenir avec L’INFORMATION IMMOBILIÈRE, je

premières propositions une semaine plus tard.

dirais « pourvu que cela dure » ! Il y a en chacun de nous ce besoin intime de se retrouver, d’une manière ou d’une autre,

– Dans ce genre d’exercice, que devez-vous prendre

dans un « home sweet home ». Et cette année où nous fêtons

en compte avant tout et quelles sont vos principales

notre 20e anniversaire de collaboration avec L’INFORMATION

contraintes ?

IMMOBILIÈRE, – quelle jeunesse ! – l’avenir est devant nous ! ■

64

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


■ droit immobilier

Résiliation de bail /

■ Le congé doit être considéré comme abusif s’il ne répond à aucun intérêt

Annulation d’un Congé contraire

objectif, sérieux et digne de protection. Le bailleur sait qu’un locataire qui va

aux règles de la bonne foi

exploiter un café-restaurant dans les locaux loués (une pizzeria) est susceptible

Art. 271 al. 1 CO

d’engendrer des nuisances pour l’appartement situé juste au-dessus. Il ne peut

Arrêt du Tribunal fédéral du 23 mars 2009,

donc en principe pas justifier une résiliation de bail par les nuisances sonores

cause 4A.583/2008

provoquées par ce café-restaurant. La doctrine moderne est en effet d’avis que relève d’une attitude contradictoire déloyale le congé qui est signifié pour des motifs connus du bailleur à la conclusion du bail ou tolérés par lui pendant une longue période.

Contrat de bail à loyer /

■ Le juge qui accorde une prolongation de bail doit en fixer l’échéance ;

Prolongation de bail / Choix entre

celle-ci doit être déterminée et ne saurait être seulement déterminable en

une unique prolongation ou une

fonction d’un événement incertain tel que l’entrée en force d’une autori-

première prolongation

sation de construire à obtenir pour le bailleur. Lorsque le besoin que le bailleur

Art. 272 et 272b CO

peut avoir à utiliser lui-même les locaux loués et l’urgence de ce besoin sont

Arrêt du Tribunal fédéral du 11 novembre 2008,

susceptibles d’évoluer rapidement, il se justifie d’accorder une première pro-

cause 4A.318/2008

longation (et non une prolongation unique) de manière à pouvoir réexaminer la

SJ 2009 I, pp. 245 ss.

situation au stade d’une seconde prolongation.

Frais accessoires à

■ Les frais accessoires ne sont à la charge du locataire que si cela a été ex-

la charge du locataire

pressément prévu par les parties. Le simple renvoi aux conditions générales du

Art. 257a CO

contrat ne suffit pas pour mettre les mêmes frais à la charge du locataire. Les

Arrêt du Tribunal fédéral du 21 mars 2007,

frais accessoires doivent aussi être clairement détaillés pour que le locataire

cause 4P.323/2006

puisse comprendre les charges qui s’ajoutent au loyer.

DB 2008, p. 19, N° 5

Bail commercial / Résiliation /

■ En règle générale, le congé donné pour un motif d’ordre économique

Difficultés financières /

est conciliable avec les règles de la bonne foi. Une résiliation fondée sur

Prolongation

la crainte du bailleur de ne plus percevoir les loyers au vu des difficultés financiè-

Art. 271 et 271a al. 1 CO

res avérées du locataire n’est pas constitutive d’un abus de droit. Il importe peu

Arrêt du Tribunal fédéral du 18 février 2009,

que le bailleur eût peut-être aussi eu la possibilité de prendre des mesures diffé-

cause 4A.568/2008

rentes telles que réclamer l’augmentation du montant des sûretés. Par ailleurs, le

CdB N° 2, juin 2009, pp. 40 ss.

but de la prolongation est d’atténuer les conséquences pénibles engendrées par le départ des locaux et non d’en différer les effets ; le locataire n’est pas autorisé à invoquer les inconvénients inhérents à tout déménagement tels que la perte de clientèle consécutive au déplacement d’un point de vente, qui seraient seulement différés mais pas atténués par une éventuelle prolongation de bail.

66

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


PROFITEZ DU SOLEIL ! Fabriquez votre électricité

tés i é ch urs n a Et apte s c que c e av voltaï to pho

www.

.ch AUtomNe 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

67


ce

que de co

an

M

ar

i f n

hadès g r a p h i s m e

Installations sanitaires ferblanterie sàrl Service d’urgence 24/24 | tél. 022|885 03 85 ou 022|329 36 04 1 7 , r u e F r a n ç o i s - D u s s a u d - c p 1 6 2 8 - 1 2 11 G e n è v e 2 6 68

f a x 02 2 | 8 8 5 0 3 8 8 o u 02 2 | 3 2 8 9 0 0 9 | w w w. n l - s a n i t a i r e . c h


LES ÂGES DE LA VIE TENDANCES ■

L’  ’   PA R A L E X A N D E R Z E L E N K A

PSYCHOLOGIE LA MONTÉE EN PUISSANCE DE L’INDIVIDUALISME A DYNAMITÉ LES RITES DE PASSAGE QUI ACCOMPAGNAIENT AUTREFOIS L’ENTRÉE DANS LES DIFFÉRENTS ÂGES DE LA VIE. EN L’ÉTAT, LA SOCIÉTÉ PEUT-ELLE ENCORE ASSURER UN DÉVELOPPEMENT DURABLE À L’ÊTRE HUMAIN, DANS UN CONTEXTE OÙ LES REPÈRES MANQUENT? DEUX PHILOSOPHES ONT TENTÉ DE RÉPONDRE À CETTE QUESTION :

© iStock

ÉRIC DESCHAVANNE ET PIERRE-HENRI TAVOILLOT.

D

Développement durable de la personne. Comment envisager un développement collectif harmonieux, si l’être humain qui est le pilier de la communauté ne s’est pas construit lui-même de manière durable ?

evenu très à la mode, le terme de développe-

ment durable s’applique aujourd’hui aux sociétés désireuses

de réinventer, en le rendant plus équitable, leur rapport au monde, à l’économie et à l’environnement. Dans cette nouvelle

ouvrage intitulé Philosophie des âges de la vie. Selon eux,

équation, l’idée de participation est centrale puisque chacun

l’homme en quête de développement durable bute sur ce pa-

peut, à son échelle, contribuer à atteindre le but auquel aspire

radoxe : « Il semble que c’est au moment où, grâce à l’allonge-

la communauté. Le développement durable étant résolument

ment de l’espérance de vie, nous avons le plus de chance de

un projet collectif, il semble légitime de penser que l’individu

vivre la totalité des âges, que les moyens de les concevoir clai-

peut, ou plutôt doit, à son niveau, se développer sur le même

rement nous font le plus cruellement défaut. » Et les deux philo-

mode. Car comment envisager un développement collectif har-

sophes de rappeler : « Dans l’ancien temps, la ligne de vie était

monieux, si l’être humain qui est le pilier de la communauté ne

fragile, mais nul doute ne pesait sur la manière d’en franchir les

s’est pas construit lui-même de manière durable ?

étapes. La mort n’en était d’ailleurs qu’une parmi d’autres. » Jadis, écrivent en substance les auteurs, les hommes dispo-

Une société en mal de repères

saient en effet de solides balises mises en place par la société. Celles-ci leur disaient ce qu’était un enfant, comment il devait

Enseignants à la Sorbonne, Eric Deschavanne et Pierre-Henri

grandir, ce qu’était un adulte et comment celui-ci devait ap-

Tavoillot ont tenté de répondre à cette question à travers un

prendre à vieillir.

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

69


■ tendances les âges de la vie

La vie était alors guidée par des dictons, des récits ou des

Rousseau, publié en 1762 : « La nature veut que les enfants

paroles de sagesse indiquant comment s’accommoder de la

soient enfants avant d’être hommes. Si nous voulons pervertir

condition d’homme mortel. Autrefois si précieux, les discours

cet ordre, nous produirons des fruits précoces qui n’auront ni

ancrés dans des mythologies, des cosmologies ou des théo-

maturité ni saveur et ne tarderont pas à se corrompre. Nous

logies qui donnaient une finalité au destin ne suffisent plus.

aurons de jeunes docteurs et de vieux enfants. » Le temps de

Devenus obsolètes, ils ont été dynamités par la montée en

l’enfance, dont l’univers est gouverné par des normes fixées

puissance du courant de pensée qui a consacré l’individu

par les adultes, est celui de l’éducation. Dans leur analyse, les

comme l’objet social le plus précieux. « La quête effrénée de

deux philosophes soulignent l’importance du processus dyna-

l’accomplissement s’est associée au refus de l’achèvement.

mique qui conduit l’enfant, désireux de grandir, vers les étapes

Etre soi-même d’accord, mais à condition de ne jamais s’en

successives de son existence. L’adolescence, définie comme

contenter au risque de se figer. Si nous continuons de vivre

la sortie de l’enfance, se caractérise par une prise de distance

selon les âges, c’est désormais sans secours ni recours. Le

critique et la volonté de s’affranchir des tutelles protectrices.

discours qui permettrait de leur conférer un sens fait défaut. »

La jeunesse prolonge ce mouvement, mais en l’orientant vers l’entrée dans la vie adulte.

« CONTESTé EN SON AMONT ET SON AVAL, L'ÂGE ADULTE CESSE DU MÊME COUP D'ÊTRE UN éTAT POUR DEVENIR UNE LONGUE CRISE »

S’il a longtemps semblé possible de faire de l’adolescence la seconde partie de l’enfance, cette distinction tend aujourd’hui à s’estomper. La majorité civile n’est elle-même plus qu’une frontière insensible entre deux âges qui se confondent progressivement : l’adolescence, comme première partie de la jeunesse, et la jeunesse proprement dite, comme période qui précède et prépare l’entrée dans la vie adulte. Quoi qu’il en soit, l’adolescence est certainement l’âge qu’il est le plus difficile d’appréhender. Car, d’un côté, elle apparaît comme

Où sont passés les âges ?

une étape au cours de laquelle l’indépendance individuelle, la liberté sexuelle et l’autonomie culturelle confèrent le sen-

Dans un autre essai, Le développement durable de la per-

timent d’une maturité plus précoce. D’un autre côté, cepen-

sonne, Eric Deschavanne et Pierre-Henri Tavoillot comparent

dant, cet âge est plus que jamais éloigné de l’entrée dans la

le développement durable de l’individu à une nouvelle utopie

vie adulte.

à même d’aider la société à retrouver sa fonction et son sens. « Il s’agit pour la collectivité de contribuer à créer des adul-

Dur d’être un adulte !

tes, c’est-à-dire des êtres dont la caractéristique principale est l’autonomie et la responsabilité. C’est là une tâche inédite,

On en arrive à la période clé : l’âge adulte. Pour Eric De-

d’autant plus difficile que l’image de la maturité s’est brouillée

schavanne et Pierre-Henri Tavoillot, si celui-ci apparaît ébranlé,

et complexifiée. »

c’est en partie à cause de cette adolescence qui s’éternise, mais aussi du fait de l’émergence du nouvel âge de la retraite

Première étape de ce vaste chantier : permettre à l’enfant de

active et épanouie. Contesté en son amont et son aval, l’âge

grandir, sans verser ni dans la surprotection ni dans l’hyper-

adulte cesse du même coup d’être un état pour devenir une

responsabilisation. Et les auteurs de renvoyer en guise d’aver-

longue crise, cette fameuse crise du milieu de la vie dont les

tissement à ces lignes extraites de l’Emile, de Jean-Jacques

psychologues disent qu’elle prend aujourd’hui de plus en plus

70

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


Visitez nos expositions!

Venez découvrir les nouvelles tendances de l’habitat en matière de Cuisines, Salles de bains, Carrelages, Bois & Parquets dans nos nouvelles expositions de Genève, Etoy et Villeneuve. N’hésitez pas à prendre rendez-vous avec nos spécialistes pour un conseil personnalisé et sans engagement.

Av. de la Praille 45 1127 Carouge T 022 918 15 00

Route de la Tuilière 10 1163 Etoy T 021 821 23 00

ZI A - Route du Pré du Bruit 4 1844 Villeneuve T 021 967 10 00


■ t e n d a n c e s LES ÂGES DE LA VIE

d’ampleur. Etre adulte ne paraît plus comme la condition idéale

L’allongement de l’espérance de vie ajoute encore à la confu-

et l’exercice de la liberté, mais comme sa négation, sa sclérose

sion des âges. Car désormais cet âge est prolongé en aval par

et son atrophie. Par conséquent, s’il échoue dans ses projets,

une étape inédite qui est celle du quatrième âge. Alors que la

l’adulte déprime parce qu’il a échoué ; s’il réussit, il déprime par-

durée de vie moyenne a déjà doublé au cours du siècle dernier,

ce qu’il n’y a plus rien à espérer, et que le charme des possibles

elle devrait encore fortement s’allonger dans le courant du XXIe

s’est rétréci dangereusement, écrivent les auteurs. La concilia-

siècle grâce aux avancées de la médecine, de la génétique

tion entre vie professionnelle et vie familiale est également à la

et de la biologie moléculaire. Vivre jusqu’à l’âge de 100 ans

source de la fragilisation de l’âge adulte. La vie moderne a rendu

pourrait ainsi devenir, dans un futur relativement proche, un

conflictuels ces deux attributs essentiels, particulièrement pour

phénomène banal. En un siècle, l’être humain a gagné plus de

les femmes dont l’accès à l’emploi salarié est relativement ré-

35 ans d’espérance de vie en Europe, passant à la naissance

cent. La sortie de l’éducation traditionnelle a également plongé

de 43 ans vers 1900 à presque 80 ans en 2000, soit pratique-

de nombreux parents dans le désarroi, dont la tâche est de-

ment une génération de plus que nos ancêtres.

venue plus complexe. Là encore, un paradoxe : éduquer ses enfants aujourd’hui demande encore plus de temps, alors que la

Apparue comme une grande victoire sociale, la retraite à 60 ans

majorité des gens estime en avoir de moins en moins.

est plutôt un grand malentendu, estiment Eric Deschavanne publicité

72

dal busco n99.indd 1

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100

07.05.2009 14:29:30


Une cuisine à votre goût

uisinelle

Version Quadri

la Générale du Bâtiment SA

Rue de Carouge 82 • 1205 Genève • Case Postale 744 • 1211 Genève 4 Tél. 022 809 63 70 • Fax 022 809 63 71 • louis.roulin@cuisinelle.ch


L E S Â G E S D E L A V I E t e n da n c es ■

et Pierre-Henri Tavoillot. « Au moment même où la vieillesse

catégorie à part entière : « Nous n’avons plus idée aujourd’hui

changeait radicalement de visage, on lui fixait un terminus a

de l’importance de la notion d’âge dans les représentations

quo obsolète. » Et de rajouter : « Le seuil symbolique des 60

anciennes du monde. L’âge de l’homme était une catégorie

ans est devenu profondément nocif tant du point de vue du

scientifique du même ordre que le poids ou la vitesse pour nos

marché de l’emploi que de la justice sociale et des aspirations

contemporains. » « Car malgré tous les brouillages, enfance,

individuelles. Outre qu’il est déconnecté des bouleversements

jeunesse, âge adulte et vieillesse demeurent les chapitres obli-

démographiques, il contribue d’abord à disqualifier la dizaine

gés de tous les romans personnels, les étapes nécessaires

d’années qui le précède en décourageant les formations et en

grâce auxquelles un individu se pense et se fait », ajoutent en

dévalorisant l’employabilité des seniors. Il interdit ensuite d’en-

guise de conclusion Eric Deschavanne et Pierre-Henri Tavoillot.

visager une décélération sereine et progressive de l’activité

Le fil conducteur le plus évident qui relie ces périodes de la vie

professionnelle. »

entre elles est celui des âges. En dépit des apparences, ceuxci sont donc loin de disparaître.

Réinventer une philosophie des âges Nous avons à leur égard un rapport plus anxieux, mais ils deC’est sans doute sur ce dernier point que la gestion collective

meurent les jalons nécessaires au développement durable de

des âges de la vie doit se transformer le plus radicalement.

l’individu. Comme l’écrivait La Rochefoucauld dans ses Maxi-

Car l’individu n’est pas fini à 60 ans. De la même manière que

mes : « Nous arrivons tout nouveaux aux divers âges de la vie,

la politique de la jeunesse doit se transformer en politique de

et nous y manquons souvent d’expérience malgré le nombre

l’entrée dans la vie, la politique de la vieillesse doit se méta-

des années. » ■

morphoser en politique d’entrée dans la vieillesse. Par ailleurs, les philosophes préconisent une réconciliation tout d’abord avec l’âge adulte qui structure la société. Persuadés qu’elle pourrait aider l’homme à passer pardessus ces nombreux obstacles, Eric Deschavanne et Pierre-

La notion d’âge. Les différents âges d’une vie constituent les chapitres obligés de tous les romans personnels. L’homme se construit grâce à eux.

Henri Tavoillot plaident pour une philosophie individualiste des âges de la vie, seule à même de redessiner les différentes étapes de l’existence et l’élaboration d’une nouvelle échelle des âges. Car si de nombreux penseurs, d’Aristote à Rousseau et d’Augustin à Hegel, ont consacré une part de leurs écrits à la question des âges de la vie, la philosophie moderne, à de rares exceptions près, s’en est désintéressée. Pour expliquer cette interruption, Eric Deschavanne et Pierre-Henri Tavoillot invoquent la formidable concurrence que les sciences de la nature et de l’homme ont représentée pour la philosophie : « La biologie, la psychologie, l’ethnologie ou encore la sociologie ont cassé le monopole de la philosophie sur la question des âges en vue d’un traitement scientifique. » Citant l’historien Philippe Ariès, les auteurs sollicitent la réintégration de l’âge comme

© iStock

de la vie. Elles l’ont finalement détrôné en s’appropriant l’objet

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

75


SEUL UN ENGAGEMENT PERSONNEL PERMET DE GARANTIR DES SOLUTIONS GLOBALES EN TERMES D’EFFICIENCE ÉNERGÉTIQUE. Alois Gabriel, Chef de projets Cofely

TECHNIQUE DU BÂTIMENT SERVICE FACILITY MANAGEMENT ÉNERGIES RENOUVELABLES GÉNIE TECHNIQUE DU FROID AUTOMATION DU BÂTIMENT GÉNIE DES SALLES BLANCHES

En Suisse, près de 45 % des émissions de CO 2 proviennent des bâtiments. En développant des solutions innovantes basées sur l’efficacité énergétique couvrant l’ensemble des phases du cycle de vie des bâtiments, nous aidons nos clients à réduire leur consommation d’énergie en même temps que les émissions de CO 2 qu’elle génère. Cela ne constitue pas seulement une plusvalue pour eux, mais également une contribution à la sauvegarde de la qualité de notre vie future. Nous nous réjouissons d’ores et déjà de vous accueillir soit dans l’un de nos 30 sites implantés sur l’ensemble de la Suisse, soit sous www.cofely.ch.

A partir du

Cofely – à l’écoute de votre bâtiment.

re 2009 1er septemb

VIENT AXIMA DE COFELY.


JT RELIEF

La vraie nature du bois

Panneaux décoratifs pour l’agencement d’intérieur

T 022 782 21 20 E info@jordan-tanner.ch www.jordan-tanner.ch

aUtOMne 2009 | n°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

77


CHAUFFAGE • CLIMATISATION • ÉTUDES MAINTENANCE • GESTION • FACILITY MANAGEMENT • MULTITECHNIQUE

Le confort climatique avec télégestion www.balestra-galiotto.ch

1 2 a v. i n d u s t r i e l l e - 1 2 2 7 C a r o u g e - t é l . 0 2 2 7 3 2 1 8 9 0


r e n c o n t r e s à L’ è r e d ’ i n t e r n e t t e n d a n c e s ■

La Carte du Tendre à l’ère d’Internet

© iStock

p a r S e r g e T i s s e r o n,

p s y c h i at r e e t p s y c h a n a lY s t e , dr en psychologie,directeur de recherches à l’ U n i v e r s i t é P a r i s X N a n t e r r e

sentiments Au xviie siècle, Mme de Scudéry a imaginé une Carte du Tendre pour rendre visibles les stratégies amoureuses. Aujourd’hui, plus d’un tiers des célibataires se rencontrent à travers

Q

L’ordinateur ou le téléphone portable, un moyen d’entrer en contact. « Préférer le clavier n’est pas seulement une manière d’éviter une confrontation vocale trop brutale. C’est aussi se toucher ! »

des sites spécialisés sur Internet. En quoi leur parcours amoureux diffère-t-il de celui qu’avait imaginé Mme de Scudéry pour ses contemporains ? Quelle nouvelle Carte du Tendre leurs rencontres dessinent-elles ?

uel que soit le site de rencontre choisi, la règle de

devant leur miroir. Ils s’interrogent sur ce qu’ils aiment

départ est toujours la même. Il faut d’abord se fabriquer un espa-

et sur ce qu’ils sont, et finissent parfois par être plus

ce personnel associant des textes, des photos, des musiques…

préoccupés de se rencontrer eux-mêmes que de rencon-

Le but est d’intéresser l’autre, de lui faire signe, de l’amener à

trer quelqu’un d’autre… En outre, le « moi » mis en fiche ne

soi. La quête amoureuse sur Internet relève plus en cela de la

correspond souvent guère à la réalité.

stratégie du pêcheur qui jette son hameçon que de celle du chasseur qui tente de suivre la proie qu’il a entrevue. Ces deux

Non seulement il est construit à partir de l’idée que

postures ne peuvent pas être attribuées à un sexe plutôt qu’à

chacun se fait de lui-même – voire qu’il désire en donner – ,

l’autre : dans les mondes virtuels, les hommes et les femmes

mais, en plus, il doit se couler dans un moule qui prévoit de

sont invités de la même façon à créer leur « page perso » com-

répondre à des questions aussi stéréotypées que « votre mor-

me un reflet de l’identité qu’ils veulent offrir à l’échange.

ceau de musique préféré » ou « votre roman de l’été ». D’où la première impasse qui guette l’internaute en quête d’amour :

Le Miroir du Soliloque

celle du « moi, je », dans laquelle l’interlocuteur n’est sollicité que pour me renvoyer une image valorisée de ma personne.

Le problème est qu’à vouloir se définir le mieux possi-

Bien sûr, cette posture existe parfois dans la vraie vie, mais elle

ble, certains s’installent devant leur écran comme d’autres

est difficile à tenir longtemps. Mon interlocuteur ne tarde pas à

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

79


■ t e n d a n c e s r e n c o n t r e s à L’ è r e d ’ i n t e r n e t

L’embarras réel du choix virtuel

me rappeler à la réalité de sa présence… Au contraire, Internet la laisse croître et prospérer aussi longtemps que l’internaute

Une dernière difficulté guette les adeptes de la nouvelle Carte

le désire.

du Tendre. Les sites de rencontre en ligne offrent tant de possi-

Le « Parloir des Étrangers »

bilités que la tentation est grande de faire sien l’adage : « Un(e) de perdu(e), dix de retrouvé(e)s ! » L’internaute confronté à une

La seconde impasse qui guette les adeptes des espaces de

infinité de fiches est tenté de multiplier les contacts afin de pa-

rencontre en ligne pourrait s’appeler le « Parloir des Étrangers ».

lier au lièvre. Il programme plusieurs rencontres successives,

Dans la vie courante, l’éveil amoureux passe d’abord souvent

au risque de rêver déjà à la suivante au moment où il devrait

par un regard, un geste, une façon de marcher ou de sourire.

consacrer toute son énergie à réussir celle qu’il est en train de

Puis, lorsqu’on se parle, la séduction continue à passer par les

vivre.

regards, les mimiques, les attitudes… D’ailleurs, il y a souvent entre ces nouveaux couples qui vienAujourd’hui, sur Internet, les choses se déroulent de la façon

nent de se rencontrer comme un flottement… L’un et l’autre se

exactement inverse : des gens qui ne se voient pas se parlent

disent au fond d’eux-mêmes : « Il (ou elle) ne sait pas la chance

pour essayer de savoir si cela vaut la peine de se rencontrer !

qu’il (ou elle) a de me rencontrer. Et d’ailleurs, si elle (ou il) ne

C’est croire qu’il suffirait de parler de soi et de questionner

s’en rend pas compte, j’ai d’autres cartes dans ma manche ! »

l’autre sur lui pour que le désir soit au rendez-vous, et c’est

Mais chacun des deux prétendants ignore que l’autre est dans

évidemment un leurre.

la même situation que lui. A la moindre frustration, il est prêt à se précipiter ailleurs en pensée, vers un autre usager d’un site

Le « Parloir des Étrangers » est donc cet espace dans le-

de rencontre, toujours avec le même rêve, celui du coup de

quel s’enferment certains internautes qui décident de

foudre programmé.

communiquer longtemps à distance afin de réduire les risques de rencontrer quelqu’un qui leur déplaise. Mais c’est

Bien sûr, toute rencontre établie de cette façon n’est pas

malheureusement bien souvent le contraire qui se passe. Car

condamnée à l’échec. Mais elle l’est probablement d’autant

la rencontre réalisée par Internet interposé est une fausse

plus que les deux prétendants qui entrent en contact de cette

rencontre. Rien n’y met notre corps en éveil et en appétit. Ni

façon ont vécu, auparavant, des rencontres plus traditionnel-

l’odeur de l’autre, ni les battements de ses cils, ni sa façon de

les. Ils n’ont pas le mode d’emploi ! C’est pourquoi le premier

croiser ou non les jambes, de marcher…

site qui saura en proposer un aura probablement un franc suc-

Bref, rien de cette multitude de petits signes susceptibles de

cès, tant la demande est grande… même si les conseils don-

déclencher le trouble et finalement, on ne sait comment, l’al-

nés ne sont pas forcément suivis d’effets !

chimie du désir.

Toucher à distance Qu’on considère la dimension biochimique du corps – comme le font les neurobiologistes – ou son pouvoir infini de mobiliser

Si les technologies nouvelles sont pleines de pièges pour qui

du désir à partir de « petits riens » – comme le font les psy-

veulent s’y rencontrer, leur utilité est indiscutable pour ceux qui

chanalystes – , le résultat est le même. Cette façon de « se

désirent éviter la rupture. Mélanie m’a pris comme témoin de

rencontrer » est forcément décevante. Il y manque la dimen-

son intelligence dans ce domaine. Lorsque cette jeune femme

sion physique, intuitive – pour ne pas dire animale – du désir

se fait brutalement congédier au téléphone par son ami, la rup-

amoureux.

ture semble définitive. Elle ne voit pas comment le rappeler,

80

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


RHÔNE-ELECTRA SA ENTREPRISE GÉNÉRALE D’ÉLECTRICITÉ

Votre partenaire pour Installations électriques • Courant fort et faible Centraux téléphoniques • Maintenance Réseaux informatiques • Internet RHÔNE - ELECTRA S.A. Av. Rosemont 12 bis • 1208 Genève Tél. 022 787 22 22 • Fax 022 787 22 33 Email : info@rhone-electra.com • Web : http:\\www.rhone-electra.com


inter protection n100.pdf 14.08.2009 09:01:00

MARDECO S.A. MARBRES - GRANITS PIERRES NATURELLES PIERRES ARTIFICIELLES

W NE

Enlèvement graffitis/tags

BÉTON LAVÉ “ TERRAZZO ” PAVÉS PORPHYRE

Chemin des Artisans 9 / C. P. 1263 Crassier

Tél.: 022 367 19 70 Fax: 022 367 19 59 www.mardeco.ch - e-mail: info@mardeco.ch

82

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


R E n c o n t re s à L ’ è re d ’ i n t er n e t t e n d a n c e s ■

terrorisée qu’elle est à l’idée d’entendre sa voix et de ne pas

Mélanie reste donc plusieurs jours dans cette indécision, dé-

savoir comment se positionner. Si elle l’a au téléphone alors

primant de plus en plus et continuant à attendre un appel qui

qu’il est occupé, il ne sera évidemment pas réceptif à sa plain-

ne vient pas. En d’autres temps, une telle situation aurait peut-

te et, s’il l’est, ce sera pis encore : elle risque de lui dire tant

être tardé à trouver son dénouement, mais, aujourd’hui, il exis-

de choses que la rencontre n’apparaîtra plus nécessaire, alors

te MSN. Les deux amoureux, comme c’est courant à l’heure

que, ce qu’elle désire avant tout, c’est le voir ! Quant à l’idée

actuelle, avaient pris l’habitude de communiquer par ce moyen

de tomber sur son répondeur, elle lui est insupportable : elle

chaque jour depuis leurs lieux de travail respectifs.

pourrait transmettre son trouble à la machine, sans espoir de corriger l’impression communiquée par ses intonations ou ses

La première chose que fait Mélanie le lendemain, en arrivant à

hésitations. La honte !

son bureau, est donc de regarder si son ami lui a bloqué l’accès de sa messagerie. Ce n’est pas le cas. Elle lui met aussitôt

Sites de rencontre sur Internet. « La rencontre réalisée par Internet interposé est une fausse rencontre. Rien n’y met notre corps en éveil et en appétit. Ni l’odeur de l’autre, ni les battements de ses cils, ni sa façon de croiser ou non les jambes, de marcher...»

un message. Il répond dans la minute ! Ils décident de se voir « pour parler ». Bien sûr, avant le règne de MSN, Mélanie aurait pu envoyer un courrier. Mais il est difficile d’écrire deux lignes

© iStock

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

83


■ t e n d a n c e s re n c o n t re s à L ’ è re d ’ i n t er n e t

sur une grande feuille blanche pour demander à se revoir, à

touches ne se contentent pas de les presser légèrement pour

moins de recourir à une carte de visite, ce qui serait pour le

former des lettres et des mots. Ils vibrent, ils tremblent.

moins inadapté à la situation ! L’effleurement des touches est déjà une manière de caresser Au contraire, quand je pianote un message depuis mon lieu de

l’être cher. La surface malléable du clavier est un peu l’équi-

travail, je sais que celui que j’aime est occupé, je m’en tiens à

valent de la zone sensible de l’aimé(e), celle par laquelle je lui

l’essentiel, le désir de le voir, et son avis sur ma proposition.

communique mes émotions et mes pensées. C’est pourquoi, tôt ou tard, la consistance du clavier se rapprochera de celle

Mais préférer le clavier n’est pas seulement une manière d’éviter

d’une peau et sa surface s’adaptera à notre main. J’imagine le

une confrontation vocale trop brutale. C’est aussi se toucher !

clavier de demain comme une surface continue où les touches

Le glissement des doigts sur les touches est très important. Il

seront noyées dans une matière évoquant la chair, couleur

permet de laisser s’écouler son trouble, et en même temps de

comprise, et au choix. Parce que le toucher est le sens qui

rêver le communiquer à l’autre. Mes doigts qui effleurent les

nous semble le plus porteur de sincérité. ■

butty98.pdf 16.01.2009 15:58:46

publicité

84

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


NOUVEAU SHOW-ROOM

Vente Service après-vente Toutes marques

O22 3OO 58 58

Rue Eugène-Marziano 23 A 1227 Les Acacias/Genève info@philippemarechal.ch


■ a r t et a r c h i te c tu r e A u s t r a l i e

86

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


 Aurora Place à Sydney. Deux immeubles de bureaux et d’appartements dessinés par l’architecte italien Renzo Piano qui s’insèrent parfaitement dans le centre des affaires situé au cœur de Sydney.

AUSTRALIE UNE ARCHITECTURE TOURNÉE VERS L’AVENIR T E X T E  : f l o r en c e d e c am p

QU’ILS TENTENT DE S’EN INSPIRER OU DE S’EN ÉLOIGNER, LES ARCHITECTES AUSTRALIENS NE PEUVENT ÉCHAPPER À L’EMPRISE DE L’OPÉRA DE SYDNEY. ANCRÉ AU CœUR DE LA VILLE, SES JUPONS DE

© Christopher Chan Getty images

CÉRAMIQUE BLANCHE EXPOSÉS À TOUS LES REGARDS, L’OPÉRA EST UNE BALLERINE QUI NE VIEILLIT PAS. EN BORD DE MER, AUSSI VISIBLE QU’UN PHARE QUI ANNONCE LES FALAISES ET LES RÉCIFS, il DÉPLOIE SES AILES ET DANSE DANS L’IMAGINAIRE DE CEUX QUI Le COnTEMPLEnt, DANS LES RÊVES DE CEUX QUI CONSTRUISENT LA VILLE. UNE VILLE QUI SE MODIFIE, SE LIBÈRE DES VIEUX COMPORTEMENTS, DES ANCIENS MODÈLES, ET, ENFIN, S’OUVRE À CE QUI L’ENTOURE.

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

87


© iStock

■ a r t et a r c h i te c tu r e A u s t r a l i e

 Aurora Place au cœur du centre des affaires de Sydney. Situés à deux pas du port, les deux immeubles construits par Renzo Piano s’insèrent au tissu urbain sans pour autant le dénaturer.

 Aurora Place. Le hall des immeubles fait la part belle aux beaux volumes et au style sobre et épuré propice à l’installation d’œuvres d’art contemporain.

88

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


A u s t r a l i e a r t et a r c h i te c tu r e ■

R

e nzo Piano a, comme les autres, succombé aux

Entre ces deux citadelles blanches est posé le Museum of

charmes de la Dame blanche. Le célèbre architecte italien a

Sydney, ouvert au public en 1995 et dédié à l’histoire de la

construit, à quelques minutes seulement de l’Opéra, Aurora

ville. Façade de pierre rousse, percée en un angle d’un pro-

Place, deux immeubles de bureaux et d’appartements qui

montoire de verre d’où l’on peut deviner le scintillement bleuté

ont dû se glisser dans le tissu serré des gratte-ciel du centre

de la baie et qui évoque le temps des vigies perchées en haut

des affaires. Achevée en l’an 2000, la tour la plus haute (44

des mâts, surveillant le rivage. L’esplanade, presque vide, est

étages sur 200 mètres) s’enroule comme ces grands cornets

peut-être l’espace le plus émouvant de ce musée qui raconte

de papier que l’on appelait des pochettes-surprises parce

les anciennes tribus de Sydney, l’arrivée des marins, des sol-

qu’ils contenaient des broutilles qui émerveillaient les

dats et des forçats condamnés à la déportation à l’autre bout

enfants.

de la terre.

Aurora Place est ainsi une succession de ravissements qui ne se dévoilent pas tous dans l’instant. Il faut s’en approcher pour découvrir cette double peau qui l’enrobe, une de céramique blanche, l’autre de verre stratifié, et qui donne au bâtiment la légèreté et la transparence d’une aile de libellule. Se rapprocher encore pour étudier cet entrelacs d’éléments vitrés sans châssis dont l’opacité peut se régler à volonté. S’en éloigner pour la voir monter au ciel. Tantôt aussi fine et tranchante que la lame d’un couteau, tantôt tout en courbes. « Je propose alors que ce bâtiment soit ouvert pour qu’il puisse jouer avec la lumière, la vue, le ciel, la brise et le vent. Il sera peutêtre ainsi moins arrogant et en plus grande interaction avec la nature », dira Renzo Piano à l’heure de la première esquisse, qui, déjà, d’un seul coup de crayon, a tracé sur le papier une arabesque transpercée par un rayon de soleil.

Sauver le passé Et si l’on peut monter tout au sommet de cette Aurora Place, qui s’aligne, dans le lointain, avec les voiles de l’Opéra de Sydney. Au-dessus de la crête des immeubles qui descendent jusqu’à la baie griffée par le sillage des porte-conteneurs, des voiliers et des ferries, l’Opéra et Aurora sont, comme le voulait Renzo Piano, deux balises qui se répondent.

© Florence Decamp

ou mieux encore la survoler, la tour devient une proue de navire

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

89


EclairagE dE sEcours Et dE sécurité - cEntrE d’énErgiE a l i m E n tat i o n s a n s c o u p u r E - E x p lo i tat i o n a u to m at i q u E d E s i t E

www.aprotec.info





       

90

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


© Michael Dunning Getty images

au s t r a l i e a r t et a r c h i te c tu r e ■

 Symbole de l’Australie. Le Sydney Opera House est aujourd’hui un des symboles de l’Australie. Haut lieu touristique de la ville, il est aussi un site culturel majeur. L’édifice abrite également la Sydney Theatre Company et le Sydney Symphony Orchestra.

Le fantôme

d e l’o p é r a

J œ r n U t zo n f u t s é l e c t i o n n é e n 19 57 p o u r d é p l o y e r les voilures de l’Opéra. Le jeune architecte danois

C’est là que le capitaine Arthur Phillip, envoyé d’Angleterre

voulait des toitures de céramique blanche pour y

pour faire de ces lieux une colonie pénitentiaire, se tient, pour

capturer les humeurs changeantes du ciel et de la

la première fois, en 1788, face aux Aborigènes. Une sculpture

m e r. P o u r t a n t , J œ r n U t zo n f u t , t o u t a u l o n g d e l a

commémore la plus improbable des rencontres entre un

construction du bâtiment, vivement critiqué. Les tra-

peuple immémorial, persuadé d’appartenir à la terre, et les

v a u x n’e n f i n i s s a i e n t p a s , c o û t a i e n t b e a u c o u p p l u s

représentants d’une nation qui se croyait maître du monde.

cher que prévu et les formes arrondies de l’Opéra

Elle se compose d’une forêt de grès, de bois et de métal qui

n’a t t i r a i e n t q u e d e s q u o l i b e t s . A l o r s q u e l ’o s s a t u r e

monte parallèle aux immeubles. Des mâts pour les voiliers

de l’Opéra montait au ciel, les gens y virent un

venus jusqu’ici, des totems et des troncs pour les arbres dis-

c h a m p d ’o m b r e l l e s b r i s é e s , l ’é c h i n e d ’u n d i n o s a u r e ,

parus. Dans les piliers, les artistes Fiona Foley et Janet Lau-

l ’a c c o u p l e m e n t d ’u n e c o l o n i e d e t o r t u e s o u e n c o r e

rence ont encastré des coquillages, des cheveux, des brisures

l e s c o r n e t t e s d e r e l i g i e u s e s f r a n ç a i s e s . E n 19 6 6 ,

d’os, du miel, des fleurs séchées et des enregistrements de

U t zo n , p r i s d a n s l a t o u r m e n t e d ’u n e fé r o c e b a t a i l l e

voix aborigènes représentant les différents clans et tribus qui

politique qui utilisa la construction de l’Opéra

habitaient tout autour de la baie. Se tenir au centre de cette

comme prétex te et son architecte comme bouc émis-

forêt, dans le ruissellement de ces voix qui s’entrecroisent,

saire, fut contraint au dépar t avant même que les

c’est voyager vers un passé qui a longtemps été ignoré.

travaux ne soient achevés. Un autre architecte prit le relais pour terminer

En 1848, la demeure du capitaine Phillip, qui avait été le siège

l ’œ u v r e d ’ U t zo n , q u i n’é t a i t p a s p r é s e n t l e j o u r d e

des premiers gouvernements australiens, fut rasée sans que

l ’i n a u g u r a t i o n p a r S a M a j e s t é l a r e i n e E l i s a b e t h I I e t

personne ne s’en émeuve, et ce n’est qu’en 1983 que des

q u i , j a m a i s , n e r e v i n t e n A u s t r a l i e .  ■

archéologues mirent au jour les fondations d’un des premiers bâtiments australiens. Aujourd’hui, il est impossible de

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

91


■ a r t et a r c h i te c tu r e au s t r a l i e

 Museum of Sydney. A l’entrée, les touristes, adossés à des totems, se prêtent au jeu des photographes en herbe.

construire le moindre immeuble sans que soit sondé le sol pour s’assurer qu’il ne recèle aucun vestige d’une quelconque valeur historique, et les architectes australiens qui, il y a vingt ans encore, voulaient faire place nette pour ériger leurs ouvrages, deviennent maîtres dans l’art de se fondre dans des structures anciennes pour créer du neuf.

L’art du recyclage Les ouvriers des ateliers du quartier d’Eveleigh ont, durant plus d’un siècle, construit et réparé locomotives et wagons. Fermée en 1988, l’usine désaffectée a aiguisé l’appétit des promoteurs qui restèrent sur leur faim quand le Ministère de l’environnement de l’Etat de Nouvelle-Galles du Sud décida d’en faire un centre artistique. « Les ateliers étaient gigantesques, largement ouverts pour laisser sortir et entrer des trains entiers ; nous avons décidé de ne rien refermer pour garder l’atmosphère des lieux, explique Tim Greer, l’architecte du CarriageWorks Arts Center, de rester simples dans le choix des matériaux, de ne pas gommer les traces du passé.… » En mêlant les briques et les verrières d’hier au béton d’aujourd’hui, le temps des locomotives à vapeur et celui des modernes productions théâtrales semblent non seulement coexister, mais aussi entretenir un dialogue permanent. Les conteneurs qui correspondent aux différentes salles de spectacles sont alignés et découpés comme les pièces d’un gigantesque puzzle aux angles droits, qui auraient été fabriquées par l’ancienne usine et non pas, corps étrangers,

© Florence Decamp

apportées de l’extérieur.

92

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100

Bien des gens viennent ici parce qu’un père ou un grand-père, un oncle ou un ami travaillaient dans ces ateliers. Ils veulent voir ce lieu que l’on disait empanaché de vapeur, grondant et fumant comme un dragon dans son antre. Et si les machines et les enclumes ont disparu, les volumes préservés permettent


© Florence Decamp

au s t r a l i e a r t et a r c h i te c tu r e ■

▲ Museum of Sydney. Inauguré en 1995, le musée retrace l’histoire de la ville et la rencontre de deux peuples et de deux cultures: les Aborigènes et les Anglais.

  Totems. Sur le parvis du musée, dressés comme des mâts, des troncs d’arbre parés de multiples inscriptions figurent l’arrivée des Anglais sur les terres australiennes.

d’imaginer l’ampleur de l’activité qui régnait dans cette usine sauvée de la démolition. « C’est le but de la réutilisation. Il vaut mieux modifier des lieux en les occupant plutôt que de les laisser tomber en ruine en les ignorant », commente Tim Greer, qui se régale de voir cette usine trouver un second souffle. « Nous avons recyclé et utilisé beaucoup des anciens matériaux qui avaient été abandonnés sur place ; c’est aussi une autre manière de préserver un environnement qui a été si longtemps négligé. »

Verte est la ville Les premiers colons britanniques furent effrayés par l’étranvers la mer et rêvaient de l’Angleterre. Sans voir la beauté de l’Australie, ils tentèrent de la remodeler, d’en faire un jardin anglais avec des bâtiments qui, bien que totalement déconnectés de leur environnement, leur rappelaient ceux de la mère patrie. Dans le bush, au fil des générations, les fermiers

© Florence Decamp

geté de cette terre. Agglutinés sur les côtes, ils regardaient

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

93


CONCEPTION : KI ATELIER · PHOTO : P.A. FERRAZZINI

A L’ÉCOUTE 24H/24

CHAUFFAGE ASSISTANCE S.A. DÉPANNAGES JOUR ET NUIT 16, RUE DU DAUPHINÉ - 1211 GENÈVE 13 TÉL. 022 338 35 25 - FAX 022 340 13 78

www.lift.ch

E-MAIL: CHAUFFAGE-ASSISTANCE@BLUEWIN.CH

« Teamspirit. » Votre Team AS Nous sommes prêts pour l‘entretien et la modernisation d‘ascenseurs les plus divers ! Parlons-en ensemble.

simplement plus proche Basel

94

Bern

Brig

Genève

Lausanne

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100

Mezzovico

St.Gallen

Wettswil


© Florence Decamp

au s t r a l i e a r t et a r c h i te c tu r e ■

▲ Ian Thorp Aquatic Centre. Nageur hors pair, l’Australien Ian Thorpe a reçu pas moins de cinq titres olympiques et onze médailles de champion du monde. A Sydney, un complexe aquatique porte son nom.

Mais la palme verte revient sans doute à Michael Mobbs, avocat devenu consultant en développement durable, qui, en 1996, a utilisé sa maison pour démontrer qu’il était possible de vivre pratiquement en autarcie au cœur de la ville. Dans le quartier de Chippendale, la maison de Michael ne paie pas de mine. Une centenaire au teint pâle avec des balcons de fer et les éleveurs ont déboisé les forêts, asséché les rivières,

forgé, coincée entre deux congénères guère plus fraîches, qui

provoqué la désalinisation et la désertification des sols, épuisé

ne gagnera jamais aucun prix d’architecture. Rien ne laisse

un continent dont les ressources semblaient infinies...

imaginer les surprenantes ressources de cette vieille dame.

Aujourd’hui, le changement climatique, qui semble s’accélérer en Australie, couplé à une sécheresse qui, depuis plusieurs

Avec l’eau de pluie stockée dans ses réservoirs, la famille de

années, ravage presque tout le pays, a modelé une nouvelle

Michael boit, arrose, lave et se lave. Avec le soleil et les pan-

génération d’architectes extrêmement consciente de ses res-

neaux solaires amarrés sur son toit, elle fabrique son électri-

ponsabilités. « Nous devons anticiper, tenter d’imaginer au

cité. Dans son jardin, avec les cuves et les filtres enterrés dans

plus près ce que seront les conditions de vie dans quelques

le sol, elle recycle les eaux usées, les épluchures, les ordures

années. C’est le seul moyen pour nous de donner quelques

et... les idées préconçues. « J’en avais assez que des ingé-

garanties à nos clients… », explique Tim Greer, qui ne veut pas

nieurs me disent, quand j’ai décidé de rénover la maison, que

pour autant réduire son métier d’architecte à une obsession

l’espace était trop petit pour faire ce que je voulais, alors je l’ai

environnementaliste. « Il faut trouver un équilibre. » Comme

fait, rien que pour leur montrer. » Michael a fait des émules.

Renzo Piano qui, en dotant Aurora Place de cette double peau

Plus de 17 000 personnes sont venues visiter la maison de

qui atténue l’impact de la température extérieure sur le bâti-

Chippendale et il travaille régulièrement avec des architectes

ment, a su conjuguer efficacité et grâce.

séduits par son ingéniosité.

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

95


■ a r t et a r c h i te c tu r e au s t r a l i e

Panne sèche Sally Dominguez n’en est pas dépourvue non plus. Cette jeune architecte australienne a inventé une citerne au ventre plat. Les réservoirs d’eau ont toujours fait parti du paysage du bush australien. Dès que l’on sort des villes, reliés par des tuyaux aux maisons et aux abreuvoirs, ils sont partout, énormes et ronds, en ferraille grise, posés au sol comme de gigan-

© Florence Decamp

tesques bobines. Mais comment glisser dans un appartement

▲ Comme une aile de libellule. Constitué d’une armature en fer, l’immeuble de bureaux dessiné par Renzo Piano est paré d’une peau de verre.

un de ces mastodontes ? « Je voulais installer un petit réservoir à eau sous le plancher de ma maison. J’ai téléphoné à plusieurs fabricants : impossible de trouver une citerne horizontale ! J’ai décidé d’en fabriquer une ! » La citerne de Sally s’appelle HOG, a la taille d’un homme, mais elle est deux fois plus large et a assez de coffre pour engloutir 183 litres d’eau. Comme les pièces d’un puzzle, les HOG peuvent même s’emboîter les unes dans les autres et devenir de gigantesques réservoirs. Parce qu’elle est percée

La tour la plus haute de Sydney. Renzo Piano l’a voulue « fine et transparente, pour y laisser pénétrer la lumière, la vue, le ciel, la brise et le vent. » © Getty images

96

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


■ a r t et a r c h i te c tu r e au s t r a l i e

en son milieu d’un rond de la taille d’une lucarne, on peut y

la construction de l’usine de désalinisation de Sydney dont les

passer le bras, la soulever comme un (très) grand cabas et la

travaux ont commencé. Déjà sur la côte est australienne,

déplacer (à vide) sans problème. Elle peut se coucher sous le

chaque maison neuve vendue doit être équipée d’une

plancher, se glisser entre deux cloisons, disparaître derrière un

citerne d’eau, et les gouvernements encouragent par des

paravent, s’exhiber comme une sculpture moderne ou se

subventions l’installation de réservoirs dans les maisons plus

transformer en barrière tout autour du jardin. « Bientôt, assure

anciennes.

Sally, chacun d’entre nous récoltera l’eau de pluie... » Surtout si le prix de l’eau augmente. Celle du robinet, pour l’instant et

Nouvelle vague

au grand désespoir des écologistes, ne coûte pas grand-chose. Mais dans l’Etat de Nouvelle-Galles du Sud, le prix de l’eau

L’Opéra n’a bien sûr pas de réservoirs. Construit à une époque

devrait effectivement bientôt être multiplié par trois pour financer

d’abondance où gaspiller l’eau était aussi naturel que de bronzer sans écran solaire ou de fumer sans gêne, il n’avait que sa beauté pour obsession. Rien ne vient la ternir. Il partage l’étincelant voisinage de la baie avec un pont de métal noir, Harbour Bridge. Inauguré en 1932, son échine est assez large pour

Harbour Bridge. Situé à proximité de l’Opéra de Sydney, il est l’un des principaux points de passage de la ville. Très large, au point de figurer dans le « Guinness des records », il laisse circuler trains, voitures, vélos et piétons dans les deux sens.

être escaladée nuit et jour par des cohortes de touristes

© iStock

98

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


G. ROSSIQUE Sàrl Av. de la Praille 45 1227 Carouge

www.rossique.ch

T. 022 342 37 69 M. 079 624 31 67 F. 022 342 37 32

tiers98.indd 1

14.01.2009 15:36:38

OLIVIER MURNER CONSTRUCTIONS MÉTALLIQUES SERRURERIE GÉNÉRALE TOUS TRAVAUX INOX ALU ACIER SERRURES ET PORTES DE HAUTE SÉCURITÉ 19, rue Le Royer · 1227 Acacias/Genève Téléphone: 022 342 28 72 Dépannage: 079 346 28 46 www.murner.ch fonceca tiers98.pdf 27.01.2009 10:02:49

Rue des Rois 2 CH - 1204 Genève Tél. +41 22 321 73 23 Fax +41 22 321 73 23 Natel +41 76 389 73 23 fonseca-fernando@hotmail.com

100

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


© iStock

au s t r a l i e a r t et a r c h i te c tu r e ■

encordés. Il faudrait être funambule pour tenter de marcher sur les câbles du Anzac Bridge, tendus comme les cordes d’une harpe posée sur la baie. Aussi aérien que Harbour Bridge est trapu, tout enroulé sur son enchevêtrement de métal, Anzac Bridge, achevé en 1995, grimpe au ciel et semble jouer avec les nuages. De l’un, on peut voir l’autre. Ils sont des repères sur le chemin des métamorphoses de Sydney laquelle, de plus en plus, se veut en harmonie avec cette nature extravagante, longtemps ignorée par les bâtisseurs. La ville s’ouvre enfin à ce qui l’entoure, jusqu’à laisser l’océan déferler à l’intérieur de ses terres. Le Aquatic Centre Ian Thorpe, du nom du champion australien de natation, a des courbes à faire rêver les surfeurs et des transparences de coquillages. C’est une vague dessinée par Harry Seidler. Un dernier projet avant que cet architecte australien ne disparaisse en 2006, après une longue et prolifique carrière. Cette lumineuse piscine est peut-être le symbole d’une architecture qui, en décidant de regarder autour d’elle et de s’ancrer dans le paysage qui baigne la ville, semble avoir trouvé son propre rythme. ■

 Le plus long pont à câbles d’Australie. Anzac Bridge, anciennement connu sous le nom de Glebe Island Bridge, traverse la baie Johnstons et relie les quartiers de Pyrmont et de Rozelle à proximité du centre des affaires de Sydney.

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

101


Toso S.A.

TOSO S.A. Plâtrerie - Peinture - Papiers peints - Décoration

A votre service depuis 1905 Route de Thonon 84 1222 Vésenaz GE ent.toso@bluewin.ch

30 a2n00s8 1978 -

Tél. 022 722 03 30 Fax 022 722 03 39

SANITAIRES - FERBLANTERIE INSTALLATIONS, DEPANNAGES ET ETUDES DE PROJETS

JACQUES DALLAIS & FILS " Au-delà d'un nom, une famille, une signature... " tre

pri

se s'engag

e

n l'e

ou

p Le développement durable et la protection de l'Environnement

r

26, av. du Petit-Senn - 1225 Chêne-Bourg T 022 348 61 91 - F 022 348 20 28 - E bontuyaux@hotmail.com

102

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


www.cleaningservice.ch


■ a r t et a r c h i te c tu r e j a p on

104

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


 Tokyu Toyoko Line Shibuya Station (Shibuya-ku, Tokyo, Japon, 2006-2008). Inaugurée en juin 2008, cette nouvelle station souterraine de la ligne Tokyu Toyoko réalisée par Tadao Ando occupe une superficie de près de 28 000 m2.

JAPON tADAO aNDO: aRchitecte terrien te x te : p h i l i p j o d i d i o p h oto s  : m i t s uo mat s uo k a

Tadao Ando est actuellement l’un des architectes les plus influents au monde. Il est attaché à l’utilisation du béton mais aussi à l’enracinement de ses réalisations dans la terre, voire sous terre. QUELQUES créations récentes EN TéMOIGNENT.

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

105


■ a r t et a r c h i te c tu r e j a p on

  Chichu Museum of Art à Naoshima. Afin de préserver la beauté du paysage et la vue sur la mer de Seto, la totalité du musée a été réalisée sous terre.

 Chichu Museum of Art à Naoshima. Seules les fenêtres de forme géométrique émergent du sol, permettant un éclairage zénithal des galeries souterraines.

106

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


j a p on a r t et a r c h i te c tu r e ■

N

é en 1941 à Osaka où il est encore basé, Tadao

Museum, Annex, 1994-1995). Avec des œuvres majeures

Ando est à bien des égards l’architecte le plus célèbre de la

d’artistes tels que Frank Stella, Richard Long ou Bruce Nau-

planète. Lauréat de la Médaille Alvar Aalto (Finlande,1985), de

man, Fukutake prend au sérieux la vocation artistique de ce

la Médaille d’or de l’Académie française d’architecture (1989),

petit hôtel perché sur un rocher au-dessus de la mer.

du Prix Carlsberg (Danemark, 1992) ou encore du Prix Pritzker (1995), ses œuvres sont commentées et étudiées d’Osaka à

Ce complexe est situé sur un cap qui s’élève à l’extrémité sud

Los Angeles.

de l’île. Naoshima est accessible par ferry depuis les ports voisins de Takamatsu et d’Uno. On accède à l'édifice même

L’influence de Le Corbusier joue certainement sur les débuts

depuis un débarcadère et une plazza en gradins, quoi qu’il

de cet autodidacte, qui évolue rapidement vers un style

existe aussi un accès par la route depuis le port. Dans la pre-

dépouillé, géométrique et solidement ancré dans la terre. Pro-

mière phase, Tadao Ando a conçu un grand espace d’expo-

fitant de la qualité de la construction dans son pays natal, il

sition consacré à l’art et un petit hôtel, sur une surface totale

emploie le plus souvent du béton – mais un béton aussi parfait

de plancher de 3 643 m². Ici, Ando combine les murs en

que ses plans. Les étudiants en architecture connaissent tous

mœllons bruts et le béton. Le musée faisant partie d’un parc

les bâtiments qui ont fait sa réputation, telle l’Eglise de la

national, le respect de l’environnement a amené Tadao Ando à

Lumière (Church of the Light, Ibaraki, Osaka, Japon, 1989),

enterrer plus de la moitié du volume.

mais le travail actuel d’Ando fait preuve d’imagination et d’une direction sans doute inattendue dans l’architecture moderne. Une sélection de six projets, quatre au Japon et deux à Venise, donne un aperçu de l’étendue des réalisations les plus récentes de ce maître de l’architecture contemporaine.

Sur le site de Naoshima C’est sur une île de la mer Intérieure du Japon qu’Ando a réalisé l’une des parties les plus intéressantes de son œuvre, à laquelle il travaille depuis vingt ans. Un entrepreneur de la ville d’Okayama, Soichiro Fukutake, patron du groupe Benesse (propriétaire entre autres des écoles de langues Berlitz), a acheté une partie de l’île de Naoshima, pittoresque mais polluée par l’usine de Mitsubishi Metals qui occupe la moitié de sa superficie. C’est avec Tadao Ando que Soichiro Fukutake a eu l’idée de créer un petit hôtel et un musée à la fin des années 1980 (Naoshima Contemporary Art Museum, Naoshima, Kagawa, Japon, 1990-1992). Une annexe sera réalisée un peu plus tard (Naoshima Contemporary Art

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

107


CONSTRUCTION MÉTALLIQUE SERRURERIE FAÇADE

Chemin du Pré-Fleuri 21 CH–1228 Plan-les-Ouates Tél. 022 884 55 55 • Fax 022 884 55 50 info@aav.ch www.aav.ch


j a p on a r t et a r c h i te c tu r e ■

 Chichu Museum of Art. Le musée abrite des œuvres de Claude Monet, James Turrell et Walter De Maria. Ici l’œuvre de Walter De Maria « Time/Timeless/No Time » (2004, granite, acajou, feuille d’or, béton).

La principale salle d’exposition, creusée dans le sol, com-

une architecture qui ne s’impose jamais dans son environ-

prend deux niveaux. Elle fait 50 m2 de long et 8 m de large. On

nement […]. Travailler sur un espace souterrain est lié à la

y expose de l’art contemporain. La deuxième salle, qui com-

recherche des origines de l’architecture. »

prend surtout des chambres d’hôtel, mesure 551 m² de surface au sol. Là encore, par respect pour l’environnement,

Situé à flanc de colline, juste en face de l’hôtel (Musée

Ando a placé sa structure sous terre. C’est une construction

d’art contemporain de Naoshima), le Musée d’art Chichu

d’un étage en ellipse, avec une cour ovale recouverte d’eau.

(Chichu Museum of Art/Naoshima, Naoshima, Kagawa,

En creusant ce site, Tadao Ando a créé quelque chose qui

Japon, 2002–2004) a été conçu pour ne présenter qu’un

s’apparente au land art.

nombre d’œuvres réduit dont certaines ont été spécialement réalisées pour ses salles. Soichiro Fukutake, son

Comme il le dit, « il est prévu que je conçoive un bâtiment par

commanditaire, précise que l’œuvre centrale de ce nou-

an autour de cet espace. Chaque fois que vous viendrez, il y

veau musée est un Nymphéas exceptionnel de Claude

aura quelque chose en construction. Cela continuera pendant

Monet long de 6 m.

dix, vingt ans. Dans sa conception, ce projet ressemble à de l’art contemporain ».

Une grande installation de Walter De Maria réalisée en collaboration avec Tadao Ando et le conservateur des lieux

Les structures sur l’île de Naoshima ne sont pas les seules

Yuji Akimoto (Time/Timeless/No Time, 2004, granite, aca-

où l’architecte a proposé le creusement du sol et l’en-

jou, feuille d’or, béton) occupe une place centrale, tout

fouissement. Comme il l’écrivait en 2003 dans un article

comme trois œuvres de James Turrell, Afrum, Pale Blue

paru dans la revue L’Architecture d’aujourd’hui : « J’ai un

(1968, projecteur), Open Field (2000, lumière fluorescente)

penchant presque inconscient pour les espaces souter-

et Open Sky (2004, LED, lampe au xénon) ainsi que l’un de

rains. Quelle que soit la nature du site, j’essaie de créer

ses fameux Sky Spaces qui s’ouvrent sur le ciel.

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

109


■ ArT ET ArchiTEcTUrE jApON

Une fois entrés dans le musée, les visiteurs sont invités à suivre un parcours qui se déroule entre de puissants murs en béton alternant avec des cours ouvertes du plus pur style Ando. La seule vue sur l’extérieur (en dehors du ciel visible de la cour et de l’installation de Turrell) est un panorama sur la mer du Japon que l’on admire de la cafétéria située en fin de visite. C’est l’une de ses réalisations les plus étonnantes et les plus empreintes de spiritualité : l’architecture fusionne ici l’art et la nature.

Au cœur de Tokyo Bien qu’originaire d’Osaka, Ando laisse aussi sa marque sur la grande ville de Tokyo, ainsi que trois réalisations récentes en témoignent. Pour ceux qui connaissent la capitale nippone et qui apprécient l’architecture contemporaine, une visite au

 Omotesando Hills. Un grand escalier central donne accès à une multitude de boutiques et d’habitations.

quartier d’Omotesando s’impose. C’est ici que des réalisations récentes de Kengo Kuma, Herzog & de Meuron, SANAA ou Toyo Ito rivalisent d’audace dans la présentation des grandes marques de mode, de Dior à Prada. Mais ici comme

Omotesando Hills. Ouvert depuis le 11 février 2006, ce complexe est à la fois un centre commercial et un lieu d’habitation. L’idée était de construire une ville à l’intérieur même d’un immeuble.

110

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


tradition et innovation depuis plus de 80 ans Ascenseurs MenĂŠtrey SA | Rte de la CondĂŠmine 10 | CH 1680 Romont | T +41 (0)26 651 90 70 | F +41 (0)26 651 90 77 | www.menetrey-lift.ch


■ a r t et a r c h i te c tu r e j a p on

 21_21 Design Sight. Conçu en béton vibré, tout en longueur et bas, le bâtiment présente de l’extérieur deux parties recouvertes d’un toit en tôle de forme triangulaire et plusieurs verrières. Sa superficie est de 1 700 m2.

ailleurs, c’est Tadao Ando qui occupe l’emplacement de choix

Une deuxième réalisation récente d’Ando à Tokyo est de

le long du fameux boulevard Omotesando où touristes et jeu-

moindre superficie, mais d’une visibilité presque égale. 21_21

nes Tokyoïtes à la mode se côtoient dans une ambiance tou-

Design Sight (Tokyo Midtown, Minato-ku, Tokyo, Japon, 2007)

jours surprenante.

est un musée imaginé par le couturier Issey Miyake afin de « créer un nouvel espace au Japon pour le design dans le sens

Terminés en 2006, les 34 000 m du projet Omotesando Hills

le plus large du terme, exprimant de nouveaux points de vue,

occupent le site de l’un des ensembles urbains modernes les

de nouvelles façons de penser, et de communiquer ces

plus célébrés du Japon, les Dojunkai Aoyama Apartments,

découvertes à la société ». Situé dans un nouveau parc joux-

construit après le grand tremblement de terre de 1923 en

tant le complexe Tokyo Midtown dans le quartier Roppongi de

béton. Tadao Ando tenait à ne pas perdre complètement la

Tokyo, 21_21 Design Sight est en partie enfoui dans son site

mémoire de ces appartements, à la fois intimes et ouverts sur

verdoyant. Un étage seulement du petit musée est visible

l’avenue. « Pour maintenir cette continuité, dit Tadao Ando,

depuis son entrée. La structure en béton est recouverte d’une

nous avons fait un maximum pour utiliser les espaces en

toiture en acier plié qui s’inspire des créations d’Issey Miyake

sous-sol afin de réduire la hauteur des nouveaux bâtiments, et

pour la mode. Deux galeries souterraines avec une ample

aussi de créer des dénivellements à l’intérieur du complexe

lumière naturelle mesurent respectivement 133 et 443 m2 avec

qui rappellent la pente de l’avenue voisine. » Haut de six éta-

une hauteur sous plafond de 5 m.

2

ges et long de 250 m, Omotesando Hills comprend aussi bien des espaces de vente que des appartements. Des toits végé-

Un troisième projet de Tadao Ando vient d’être inauguré dans

talisés font par ailleurs un lien avec les arbres zelkova qui

les sous-sols du métro de Tokyo. On le voit, il est constant

marquent l’avenue Omotesando. « Nous espérons ainsi avoir

dans son souhait d’enfouir son architecture sous terre, mais il

redonné vie à l’esprit des Dojunkai Aoyama Apartments », dit

est vrai aussi que la capitale nippone, avec sa très grande

Ando.

densité de construction, a des infrastructures souterraines

112

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


j a p on a r t et a r c h i te c tu r e ■

très développées. Ando souligne qu’il est rare de voir un architecte participer activement à ce genre de projet – l’intervention

21_21 Design Sight. Bâtiment dédié au design, il est composé de deux salles d’exposition et de deux salles vidéo ainsi que d’une salle de conférences. Il a pour vocation d’être un laboratoire d’idées nouvelles pour le design.

de sa profession se limitant souvent à l’habillage du travail des ingénieurs. Sa gare Tokyu Toyoko Line Shibuya (Shibuya-ku, Tokyo, Japon, 2008) se déploie sur une superficie de 27 725 m2. Il décrit cette structure, en réalité un vide en forme de coquille d’œuf, comme un « navire hypogé profondément immergé sous terre ». Située entre les deuxième et cinquième sous-sols de la grande gare de Shibuya au centre de Tokyo, la structure est en béton renforcé de fibre de verre (GFRC). Ce matériau inhabituel est à la fois plus léger que le béton traditionnel et permet par ailleurs l’utilisation d’un système innovant de ventilation naturelle. Cette partie de la gare de Shibuya dessert pas moins de trois millions de voyageurs par jour. Tadao Ando déclare: « La station Shibuya est un espace public majeur au cœur de la ville et du fait de cette nature publique très présente, nous souhaitions créer une infrastructure urbaine qui transcende sa fonctionnalité, offrant aux usagers une expérience spatiale intemporelle qui restera dans leur esprit, comme une incarnation de la mémoire urbaine. »

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

113


■ a r t et a r c h i te c tu r e j a p on

 Tokyu Toyoko – Line Shibuya Station. Conçue en béton renforcé de fibre de verre, la station dessine « une coquille d’œuf ». Elle accueille chaque jour près de trois millions de voyageurs.

Sur les bords du Grand Canal Tadao Ando a commencé à collaborer avec l’homme d’affaires français François Pinault en 2001 avec un ambitieux projet pour un musée d’art contemporain qui devait prendre place sur l’île Seguin, ancienne place forte des usines Renault à la périphérie de Paris. Des difficultés administratives ont mené François Pinault à surseoir à ce projet, mais il a vite décidé d’investir le prestigieux Palazzo Grassi sur les bords du Grand Canal à Venise, et il a demandé à l’architecte japonais de mener à bien, dans un délai très court, des travaux de rénovation. Bâti par Giorgio Massari dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, le Palazzo Grassi servait depuis 1983 de lieu d’exposition d’art, et c’est à la demande de la société Fiat que Gae Aulenti (1985-1986, avec Antonio Foscari) avait restructuré les intérieurs à cet effet. Tadao Ando a commencé par une remise en état générale du bâtiment, revenant volontairement à son apparence intérieure d’origine, pour y insérer des galeries en « cube blanc » qui donnent néanmoins à voir ici et là les décors du XVIIIe ou encore ouvrent une vue filtrée vers les eaux du Grand Canal.

114

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


Mobilité. A Ursins et dans ses environs. Plus de 900 millions de personnes utilisent chaque jour les ascenseurs, escaliers mécaniques et solutions de mobilité innovantes de Schindler. Nous devons ce succès à nos 45 000 collaborateurs actifs sur tous les continents.

www.schindler.ch Schindler Ins_Ursin F180x245.indd 1

23.07.09 08:54


■ a r t et a r c h i te c tu r e j a p on

116

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


j a p on a r t et a r c h i te c tu r e ■

« Avec l’intention de créer des espaces remplis de surprises et

l’adhésion de la municipalité de Venise pour la remise en état

de découvertes, l’art semble surgir abruptement dans ces

d’une autre structure, située sur la rive opposée du Grand

séquences de dialogues entre l’ancien et le nouveau », dit l’ar-

Canal. Construite au XVe siècle face à la Piazza San Marco, la

chitecte. Le caractère puissant du Palazzo et une kyrielle de

Dogana di Mare ou Punta della Dogana est l’un des monu-

règlements portant sur la préservation du patrimoine ont cer-

ments historiques les plus visibles de la Sérénissime. Partielle-

tes formé les idées d’Ando, mais il réussit là où d’autres ont

ment reconstruite dans la deuxième partie du XVIIe siècle, la

échoué à réconcilier le passé de Venise avec un présent forte-

Dogana di Mare était, jusqu’à une date récente, utilisée

ment exprimé par les œuvres de la Fondation François Pinault

comme entrepôt.

pour l’Art Contemporain. C’est bien entendu avec Tadao Ando que François Pinault La superficie du Palazzo Grassi étant limitée (2 900 m2 rénovés

s’est engagé dans les travaux. Comme au Palazzo Grassi,

par Tadao Ando), François Pinault a ressenti le besoin de trou-

les interventions de l’architecte sont strictement limitées par

ver un deuxième lieu pour exposer les œuvres de sa fondation.

les règlements concernant les monuments historiques. « Avec

En concurrence avec la Fondation Guggenheim qui avait fait

ces contraintes, dit Tadao Ando, j’ai voulu créer un espace

appel à Zaha Hadid pour la rénovation, il a pu remporter

moderne tout en profitant de la puissance latente de l’architecture originelle. Des murs en brick et des poutres en bois cachés de longue date par les remaniements successifs des espaces

  La Punta della Dogana, rouverte en juin de cette année . Après sa réhabilitation par Tadao Ando, ce site prestigieux est maintenant un centre d’art contemporain sous la tutelle du Palazzo Grassi.

du bâtiment seront rendus visibles. » Le Palazzo Grassi et la

Le Palazzo Grassi (Fondation François Pinault) a été inauguré en avril 2006. Installée sur la plateforme extérieure, l’œuvre de Jeff Koons, « Balloon Dog » (Magenta), 1994-2000, fait face au Grand Canal. A l’intérieur, les œuvres de grands noms de l’art contemporain se côtoient : Cy Twombly, Cindy Sherman, ou l’Italien Maurizio Cattelan.

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

117


■ a r t et a r c h i te c tu r e j a p on   Palazzo Grassi de Venise. C’est à l’architecte japonais Tadao Ando que la rénovation du Palazzo Grassi a été confiée pour mettre en lumière et en relief la collection de François Pinault.

Punta della Dogana seront reliés par bateau, et Tadao Ando

métro à Shibuya rendaient aussi nécessaire d’œuvrer en sous-

conclut sur l’espoir « que ce lieu, autrefois significatif pour

sol, mais dans le parc de Tokyo Midtown, c’est plutôt la dis-

le trafic maritime, deviendra désormais un haut lieu de l’art

crétion et une recherche d’espaces différents qui ont poussé

contemporain ».

Ando à vouloir placer les galeries sous terre. La géométrie euclidienne est toujours présente dans ses plans, même à

Moderne et baroque

Venise où la Punta della Dogana présente une forme triangulaire, mais il s’éloigne des maîtres du modernisme tels que Le

Il est un fait que l’architecture de Tadao Ando n’est pas toujours

Corbusier en creusant dans la terre. Là où la Villa Savoye

liée aux thèmes de l’enfouissement développés de manière dif-

(Poissy, France, 1928-1929) était un hymne à la légèreté per-

férente dans ses travaux récents, mais que ce soit au musée

ché sur le sol en semblant ne pas vouloir y toucher, les œuvres

Chichu, presque complètement enterré sur l’île de Naoshima,

de Tadao Ando sont décidément terriennes, solides et ancrées

ou à la Punta della Dogana, où la modernité affirmée de l’archi-

dans des profondeurs que Le Corbusier et d’autres ne vou-

tecte est obligatoirement enfermée dans les murs du monu-

laient pas déranger. Il y a quelque chose de piranésien et de

ment historique, il fait preuve d’une approche inattendue. La

baroque dans cette œuvre qui fait que, finalement, la Punta

densité de Tokyo et la situation particulière de la station de

della Dogana lui va très bien. ■

118

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


Atel TB Romandie SA et Unifroid SA deviennent Alpiq InTec Romandie SA. Nos domaines et nos prestations Climatisation

Réfrigération

Régulation

Chauffage

Sanitaire

Salles blanches

Electricité

Sécurité

Télécom

Paratonnerre

Fêtes & Manifestations

Automation

Vaud – VS

Neuchâtel

Genève

Fribourg

Ch. de Gottrause 10

Av. des Pâquiers 22

Rte. du Nant d’Avril 56

Rte. du Jura 49c

CH-1023 Crissier

CH-2072 St. Blaise

CH-1214 Vernier

CH-1700 Fribourg

T +41 21 632 84 44

T +41 32 753 54 00

T +41 22 306 16 16

T +41 26 460 70 90

F +41 21 635 48 06

F +41 32 753 76 63

F +41 22 341 02 46

F +41 26 460 70 99

www.alpiq-intec.ch


VENTILATION CLIMATISATION RÉFRIGÉRATION CHAUFFAGE

ÉTUDE ET RÉALISATION D’INSTALLATIONS MAINTENANCE – TÉLÉGESTION DÉPANNAGE 24 HEURES SUR 24

MAINTAIR SA

MAINTAIR SA

13 BIS, RUE LE ROYER 1211 GENÈVE 26 TÉL. : 022 307 12 80 FAX : 022 343 93 78 E-MAIL : info@maintair.ch

1, AVENUE DES FIGUIERS 1007 LAUSANNE TÉL. : 021 617 45 92 FAX : 021 616 65 88

GENÈVE LAUSANNE SION NEUCHÂTEL BERNE ZURICH LUGANO

Interventions d’urgence suite à : INCENDIE DÉGÂTS D’EAUX TEMPÊTE CHRISTIAN BONALDI Menuiserie Charpente Agencement Entretien

120, route du Pas-de-l’Echelle 1255 VEYRIER/GENÈVE christian.bonaldi@bluewin.ch

EFFRACTION Tous petits et grands travaux d’entretien pour villas et immeubles Tél. 022 784 16 44 Fax 022 784 16 50

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

121


■ R E G A R D S S U R L E M O N D E b a h amas

122

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


Baha m as Un dia m ant brut ciselé par l’histoire T E X T E & P H O T O S  : j a c q ues de f re i dmont

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

123


■ REGARDS SUR LE MONDE BAHAMAS

CES CHAPELETS D’ÎLES SAUVAGES ÉPARPILLÉES SUR UNE MER ÉMERAUDE FURENT LES TOUTES PREMIÈRES TERRES DÉCOUVERTES PAR CHRISTOPHE COLOMB. LEUR HISTOIRE MOUVEMENTÉE, OÙ SE CÔTOIENT PIRATES, CORSAIRES ET FLIBUSTIERS, TRAFIQUANTS, ÉCRIVAINS ET ACTEURS CÉLÈBRES, RACONTE LA LONGUE ÉMERGENCE D’UN PAYS QUI A MIS CINQ SIÈCLES À ACQUÉRIR SON INDÉPENDANCE… ET À DÉCOUVRIR QUE LA BEAUTÉ À COUPER LE SOUFFLE DE SES PAYSAGES CONSTITUAIT

LES BAHAMAS

SA PLUS PRÉCIEUSE RESSOURCE.

FLORIDE

GRAND BAHAMA

ABACO OCÉAN AT L A N T I Q U E

BIMINI

S

ous les ailes du Piper Aztec, les îles et les bancs de

sable défilent, semble-t-il à l’infini. A quatre mille mètres d’altitude, la vue embrasse un espace sans limites, suspendu dans

Nassau

NOUVELLE PROVIDENCE

un bleu absolu. On jurerait que quelqu’un a effacé la couture

ELEUTHERA

de l’horizon qui sépare d’habitude le ciel de la mer. CAT ISLAND

SAN SALVADOR

ANDROS EXUMA

En venant caresser les Bahamas, après six mille kilomètres de course depuis les côtes européennes, les vagues de l’Atlantique s’offrent un tapis émeraude et la mer change de palette. Finis, sauf peut-être sous un ciel d’orage, les bleus ardoise de Cornouailles ou de Bretagne, effacées les teintes d’algues sombres imprégnées de terre froide et de ciel d’hiver. Place à l’azur roi, à l’émeraude liquide, aux turquoises translucides des étés permanents. Un autre monde.

 (page d’ouverture et à droite) Cat Island, l’île du Nouveau-Monde. Cette île dispute à l’île San Salvador, toute proche, le privilège d’avoir été la première abordée par Christophe Colomb lors de son premier voyage vers les Amériques en 1492.

124

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


b a h amas R E G A R D S S U R L E M O N D E ■

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

125


■ R E G A R D S S U R L E M O N D E b a h amas

 L’aquarium de l’Hôtel Atlantis est sans doute l’un des plus spectaculaires au monde. En plus des dizaines de milliers de poissons de toutes les couleurs et de toutes les tailles qui s’y ébattent, de fausses ruines figurent les restes de l’Atlantide, la mystérieuse civilisation engloutie.

les vaisseaux. Du haut des nids-de-pie juchés au faîte des mâts, combien de fois ce cri : « ¡ Baja mar ! » (mer basse) a-t-il dû tomber avant que les navigateurs ne finissent par désigner la région entière sous le nom des « îles de la mer basse » dont seul le nom Bahamas a subsisté.

On se prend à rêver aux premiers voyageurs qui abordèrent ce paradis. C’était le 12 octobre 1492, quand les marins de

Les « flats », les îles de la basse mer

Christophe Colomb firent, d’un minuscule îlot des Bahamas, la toute première étape de la découverte de l’Amérique. L’île

Aujourd’hui, c’est par un autre nom que navigateurs et pê-

fut baptisée San Salvador, pour rendre grâce au Saint Sauveur

cheurs désignent ces eaux peu profondes : les « flats ». Ils

d’avoir enfin jeté, après trente-trois jours de navigation, une

couvrent une superficie de près de 20 000 hectares, autour

terre sous la coque des caravelles. Sur cette petite île, une sta-

des sept cents îles et îlots qui composent ce pays-archipel.

tue du grand « amiral de la mer océane » toise aujourd’hui l’ho-

Que les « flats » anglais aient finalement pris le pas sur la « baja

rizon pour immortaliser l’événement qui changea l’histoire de

mar » espagnole reflète bien l’histoire mouvementée des Ba-

l’humanité. On imagine la stupeur, l’enchantement, l’émotion

hamas. Rapidement réduits en esclavage et envoyés travailler

des équipages épuisés et affamés qui poussèrent leurs cha-

dans les mines d’or et d’argent sur l’île voisine d’Hispaniola

loupes vers la première plage du Nouveau-Monde et établirent

(aujourd’hui Haïti), les quelque 40 000 Indiens Lucayans qui

les premiers contacts avec les Indiens Lucayans.

peuplaient l’archipel sont exterminés en une trentaine d’années. Dépourvues de métal précieux, les Bahamas sont dé-

Longtemps, l’archipel porta d’ailleurs le nom de ses premiers

laissées par les conquistadors qui n’y entretiennent que quel-

habitants. Les îles Lucayes réservaient bien des surprises aux

ques ports d’escale pour leurs galions. En 1625, une poignée

découvreurs et c’est sans doute à la première d’entre elles que

de Français tentent l’aventure d’une installation, mais doivent

les Bahamas doivent leur nom actuel. Une surprise que l’on

renoncer. Pour la plupart dépourvues d’eau, les îles présentent

éprouve avant même de fouler ses premiers arpents de sa-

un sol ingrat et sont en plus infestées de pirates. Le butin qui

ble blanc. Sur d’immenses étendues marines, les Européens

coule à flots du Nouveau-Monde vers l’Europe attise en effet

découvrirent en effet une mer basse, étale et transparente

bien des convoitises.

comme un miroir posé au-dessus d’un lit de sable clair. Trois mètres de fond, deux mètres, un mètre, parfois moins. Navi-

Quasiment désertes, les « îles de la mer basse », avec leurs

gation délicate, sonde en main pour ne pas risquer d’échouer

entrelacs de mangroves et leur barrière de corail dont il faut

126

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


bahamas REGARDS SUR LE MONDE ■

connaître les passes, offrent des cachettes idéales pour les

L’archipel est officiellement octroyé à six lords propriétaires de

navires battant pavillon noir. Sonne alors l’heure des Britan-

Caroline pour les remercier d’avoir œuvré à la restauration mo-

niques. En 1629, ces terres lointaines, sans propriétaire ni

narchique après l’échec de l’éphémère république de Crom-

gouvernement, sont offertes, par une charte du roi Charles Ier

well. Sur place pourtant, un changement important s’est opé-

au procureur général d’Angleterre Robert Heath. Les premiers

ré. La piraterie est devenue florissante et se développe avec

colons, des puritains fuyant la guerre civile qui ravage l’An-

la bénédiction des autorités. Les Anglais ont enfin compris

gleterre, n’arrivent que près de vingt ans plus tard, en 1647.

tout le profit à tirer de la position stratégique de cet archipel,

Ils fondent la toute première république du Nouveau-Monde

disposé comme une ligne de sentinelles entre les trésors du

sur une île qu’ils baptisent du nom grec d’Eleuthera – liberté.

Nouveau-Monde et l’Europe. Des pirates, ou plus précisément

Les conditions de vie de ces premiers colons décidés à faire

des corsaires appointés par la couronne britannique, font de

souche aux Bahamas sont difficiles. L’eau est rare, les cultures

Charles Town un repaire bien pourvu en vivres, en provisions et

vivrières incertaines, tout manque et aucun secours n’est à

en munitions de toutes sortes. Objectif : contrecarrer la double

espérer de la mère patrie.

influence française et espagnole dans les Caraïbes en harce-

De petites communautés se développent néanmoins à Harbour Island et sur l’île de New Providence, où de nouveaux colons fondent la ville de Charles Town, en l’honneur du roi. La ville sera rebaptisée Nassau en 1695, en hommage cette fois au nouveau roi Guillaume III, prince d’Orange-Nassau (1650-1702). Entre-temps, d’un trait de plume, les Bahamas ont changé de propriétaire. En dépit de la précédente charte accordée à sir Robert Heath, le 1er novembre 1670, Charles II dispose à nouveau de ces îles du bout du monde.

 L’aquarium de l’Atlantis est peuplé de 52 000 poissons de toutes espèces, parmi lesquelles se trouvent plusieurs variétés de raies et de requins. On peut y voir un décor grandeur nature digne d’un film à grand spectacle avec statues immergées, escaliers monumentaux, morceaux de temples effondrés.

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

127


■ R E G A R D S S U R L E M O N D E b a h amas

sa destruction de 1703, Nassau devient même le siège d’une « Privateer’s Republic », sorte de confrérie de pirates indépendants, sous la houlette d’un certain Edward Teach, passé à la postérité sous le nom de Barbe-Noire. Les criques bien abritées des petites îles accueillent quelques figures légendaires de la flibuste, comme Henry Morgan à Andros, le Capitaine

 Paysage des îles Bimini, toutes proches des Etats-Unis, au nord des Bahamas. L’hydravion est utilisé par des propriétaires fortunés pour rejoindre leur île privée. C’est le moyen le plus rapide pour se déplacer d’île en île.

Kid dans les Exuma, George Watling à San Salvador. Calico Jack, alias Jack Rackham, dont Hergé fera le pirate Rackham le Rouge, écume aussi l’archipel au début du XVIIIe siècle en compagnie d’une femme, Anne Bonny. Déguisée en homme, redoutable escrimeuse, son incroyable destinée a inspiré romanciers et cinéastes… La série de super productions hollywoodiennes Pirates des Caraïbes a d’ailleurs été tournée aux Bahamas et a eu une conséquence directe pour la petite île de Little Hall’s Pond Cay, située dans le parc marin des Exuma.

lant les navires marchands. Un jeu dangereux dont les habi-

Ses quatorze hectares de paradis terrestre, dont quatre plages

tants des Bahamas sont les premiers à faire les frais. En une

de sable blanc, ont été achetés 3,5 millions de dollars par le

petite vingtaine d’années (1684-1703), les Espagnols pren-

héros de Pirates des Caraïbes, l’acteur Johnny Depp, tombé

nent quatre fois Nassau qu’ils pillent pour se venger du lourd

amoureux des Bahamas lors des tournages.

tribu que leur font payer les corsaires britanniques. En 1703, c’est même une flotte franco-espagnole, pour une fois unie

En 1713, les Anglais, qui viennent de signer le Traité d’Utrecht

dans la haine de « l’Anglais », qui s’empare de Nassau. Mais

mettant provisoirement fin à la Guerre de Succession d’Espagne,

en favorisant les flibustiers de tout poil, la Grande-Bretagne

décident qu’il est temps d’en finir avec la piraterie. Un ancien

a ouvert une boîte de Pandore bien difficile à refermer. Après

corsaire, le capitaine Woodes Rogers, est nommé gouverneur

128

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


graphisme h a d è s


MULTISOL

CHAPES SA PARQUETS SA REVÊTEMENTS SA

Entreprise générale de revêtement de sols

105, route des Jeunes - 1227 Carouge Tél : 022 884 00 20 - Fax : 022 884 00 21 - www.multisol.ch


b a h amas R E G A R D S S U R L E M O N D E ■

civil et militaire de l’archipel, avec mission de rétablir la liberté du commerce. Cette nomination marque l’entrée officielle des Bahamas dans l’empire britannique, qui en assume désormais la direction administrative. Habile, sachant combiner fermeté et souplesse, Woodes Rogers fait des merveilles. Il offre une amnistie que des centaines de pirates, sentant le vent tourner, s’empressent d’accepter. D’autres prennent la fuite ou sont expulsés et quelques dizaines finissent au bout d’une corde, dont le célèbre Calico Jack. Malheureusement pour les habitants des Bahamas, l’établissement de la paix civile ne s’accompagne d’aucune prospérité, au contraire. Privée des ressources de la piraterie, la petite colonie périclite. L’agriculture et l’élevage se révèlent d’un rapport incertain. Seules la pêche, la vente des éponges, des carapaces de tortues et l’exploitation de salines assurent de maigres revenus aux quelques colons – moins de 3 000 – qui peuplent l’archipel dans la première moitié du XVIIIe siècle.

 Rencontre avec des dauphins tachetés sauvages, au large de Bimini. Très curieux, les dauphins peuvent passer un bon moment à jouer avec des nageurs ou des plongeurs mais sont très difficiles à apprivoiser et supportent mal de vivre en captivité.

Mais les mauvais démons ne dorment que d’un œil et le pays

Sur de longues distances, les dauphins suivent les bateaux, plongeant et réapparaissant ici ou là, pour le plus grand plaisir des touristes.

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

131


■ R E G A R D S S U R L E M O N D E b a h amas

 ne tarde pas à se tailler une sinistre réputation de patrie des naufrageurs. En effet, en vertu d’un édit jamais abrogé, les

Dans le centre de Nassau, sur la place du Parlement, se dresse la statue de la reine Victoria. Elle rappelle que le pays n’est indépendant de la Grande-Bretagne que depuis 1973 et fait partie du Commonwealth.

cargaisons « récupérées » après le naufrage d’un navire appartiennent en droit à ceux qui les retirent de la mer. De là à attirer, par toutes sortes de subterfuges, des navires vers des bancs de sable ou des récifs à seule fin de récupérer leurs marchandises, il n’y a qu’un pas que beaucoup d’anciens pirates franchissent sans hésiter. L’activité durera un bon siècle et sera à

gré deux nouvelles tentatives espagnoles pour faire main bas-

ce point institutionnalisée que le gouvernement des Bahamas

se sur les Bahamas en 1782 et 1783, les îles demeurent dans

percevra même des taxes sur la revente des butins !

le giron britannique.

Avec le début de la Guerre d’Indépendance américaine (1775-

Une terre de paix pour les esclaves africains

1783), s’ouvre un nouveau chapitre de l’histoire du pays. Tous les colons de Nouvelle-Angleterre ne sont pas favorables au

Durant le dernier quart du XVIIIe siècle, l’archipel voit sa popula-

divorce avec la mère patrie. Certains s’opposent aux indé-

tion augmenter de nombreux esclaves que les maîtres emmè-

pendantistes, se baptisent loyalistes, et, au fur et à mesure

nent avec eux en quittant les Etats-Unis. Mais l’importation de

des revers subis par les Anglais, rejoignent en nombre les co-

la culture du coton est un échec. Lorsque la Grande-Bretagne

lons installés aux Bahamas, restés fidèles à la couronne. En

interdit le trafic des esclaves, en 1807, puis l’esclavage lui-

quelques années, la population de l’archipel est multipliée par

même en 1834, certains loyalistes abandonnèrent leurs terres

trois. Inquiet de ce foyer de résistance aux portes de la jeune

à leurs anciens esclaves et quittèrent les Bahamas. D’autres

république, George Washington enverra plusieurs expéditions

cargaisons de « bois d’ébène », désormais illégales, furent sai-

occuper l’île de New Providence, où ceux que les républicains

sies par la Royal Navy en mer et les navires déroutés vers les

américains qualifient de rebelles trouvent refuge et appui. Mal-

îles de l’archipel. Pour des centaines d’Africains victimes des

132

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


Nos documents vont toujours au bon endroit.

RenĂŠ Faigle SA Route de Denges 36 1027 Lonay info@faigle.ch www.faigle.ch


www.schulthess.ch

«C’est exactement mon style.» Le premier lave-linge qui me connaît vraiment – myTop5. - Fiona Hefti -

Marti & Partner

N

ou

ve

au

A

134

La qualité suisse dans votre commerce spécialisé.

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


b a h amas R E G A R D S S U R L E M O N D E ■

   Joueurs de dominos à Freeport. La plupart des Bahamiens parlent le créole bahamien, langue mixte issue d’une base lexicale anglaise, et d’une grammaire et d’une syntaxe africaines.

 La population bahamienne est originaire des premiers colons anglais et des anciens esclaves noirs. Les Bahamiens sont souvent désignés par le terme de Mulatto («Mulâtres») en raison du métissage important qui les caractérise. Les Noirs et les Mulâtres comptent pour au moins 85 % de la population.

trafiquants, toucher terre aux Bahamas devenait synonyme

Les heures sombres de la prohibition

de libération immédiate. Mais, sur des terres ingrates, la petite colonie vivote et ses quelque 12 000 habitants, dont 75 %

Par un mouvement de balancier rythmé par la grande horloge

de Noirs, restent à l’écart de l’essor agricole et industriel qui

de l’histoire, c’est à une nouvelle période trouble traversée par

s’amorce en Grande-Bretagne comme aux Etats-Unis.

les Etats-Unis que les Bahamas doivent, quelque cinquante ans après la fin de la Guerre de Sécession, un second âge d’or économique. Le 16 janvier 1920, le dix-neuvième amendement

La Guerre de Sécession (1861-1865) arrivera à point nommé

de la Constitution américaine, voté un an plus tôt, entre en ap-

pour donner un coup de fouet à l’économie bahamienne. L’in-

plication. Il stipule l’interdiction de la fabrication, du transport,

dustrie textile britannique est en effet dépendante des plan-

de la vente et de la consommation de boissons alcoolisées sur

tations de coton sudistes. Or celles-ci pâtissent du blocus

tout le territoire de l’Union. La prohibition propulse illico l’al-

maritime imposé par les navires nordistes sur toute la côte

cool au rang de denrée rare et chère ! Et les gangs américains

sud des Etats-Unis. Les lourds vaisseaux anglais ne peuvent

se précipitent sur cette magnifique opportunité de démarrer

plus charger de coton depuis les ports américains. Ce sera

un fructueux trafic. Car pour de nombreux pays, le commerce

la chance des Bahamas. De petites embarcations maniables

d’exportation reste parfaitement légal. Dès lors, la stratégie

et légères jouent au chat et à la souris et passent entre les

des gangs consiste à faire transiter leurs cargaisons de whisky

mailles du blocus pour livrer les précieuses balles de coton à

et autres spiritueux plus ou moins frelatés par des têtes de

Nassau où attendent les navires marchands anglais. Echan-

pont situées sur des territoires qui échappent à la réglemen-

ges de marchandises, affrètements de navires, commissions

tation américaine. Puis de les acheminer clandestinement de

en tout genre : les armateurs bahamiens se frottent les mains

l’autre côté de la frontière. Sur ce terrain-là, l’archipel des Ba-

et monnayent également de substantielles cargaisons d’armes

hamas ne manque pas d’atouts. Idéalement situé à quelques

qui font cruellement défaut aux combattants sudistes.

milles des côtes américaines, il se trouve sous souveraineté

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

135


■ R E G A R D S S U R L E M O N D E b a h amas

britannique où l’alcool coule à flots… Depuis Chicago, le célèbre Al Capone organise l’importation d’alcool à travers un réseau bien implanté aux Bahamas. Il viendra d’ailleurs personnellement à Bimini, l’une des îles bahamiennes les plus proches des Etats-Unis, pour superviser ses affaires. Des caisses entières d’alcool filent vers les plages et les mangroves de Floride où des passeurs, équipés de canots rapides, jouent une inégale partie de cache-cache avec les douaniers américains débordés par l’ampleur du trafic. La fin de la prohibition, en 1934, va porter un rude coup à toute l’économie de l’archipel. Une mauvaise passe que n’équilibrent pas encore les revenus du tourisme, pourtant en forte progression avant la guerre. La ressource principale du pays

 (photo du haut) Cette maison perdue au milieu de la mer des Caraïbes sert de quartier général au Parc naturel des Exuma. La mission du gardien est de faire respecter les règles de protection de l’environnement, en particulier celle relative à l’interdiction de pêcher.

    (photo du bas) Les eaux cristallines des Bahamas. Elles abritent deux espèces de dauphins : le dauphin tacheté et le grand dauphin.

reste donc le commerce des éponges jusqu’en 1940. Mais dès les années 1930, nombreux sont ceux qui commencent à penser que la plus précieuse matière première du pays n’est autre que la beauté de ses paysages, la douceur de son climat, la gentillesse de ses habitants...

Un paradis terrestre Pêche sportive, croisières et villégiatures attirent rapidement les plus fortunés des Américains et des Européens. Cette nouvelle vocation économique va se confirmer avec le triomphe de la

136

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


Installations sanitaires et industrielles Ferblanterie A. Schneider S.A.

Dépannage

Fondée en 1877

44, route de Saint-Julien

T. 022 827 10 10

www.aschneider.ch

1227 Carouge

F. 022 827 10 20

assa@aschneider.ch

E X P O C U I S I N E S S H I F F I N I •Z E Y K O


15, avenue François Besson Tél. ++41 (0)22 777 77 06

CH- 1217 Meyrin/Genève

Fax ++41 (0)22 340 49 46

alrealisations@aliti.ch

Mobile ++41 (0)79 203 97 79

www.aliti.ch

CRÉATION - ENTRETIEN É L A G A G E - A B AT TA G E ARROSAGE AUTOMATIQUE

14, rue R.-A. Stierlin - 1217 Meyrin/Genève Téléphone : 022 782 77 35 - Fax : 022 785 61 43

138

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100

JARDINIERS - PAYSAGISTES Sàrl


b a h amas R E G A R D S S U R L E M O N D E ■

Q uand Piccalo Pete raconte A l C a p o n e e t H e m i n g w ay… S i u n j o u r p r o c h a i n v o u s p a s s ez p a r A l i c e To w n , l a petite bourgade qui tient lieu de capitale au microscopique archipel de Bimini, au nord-est des B a h a m a s , p e u t- ê t r e c r o i s e r ez- v o u s s u r s a b i c y c l e t t e u n s a c r é b o n h o m m e . S o n n o m  : P i c c a l o Pe t e . E n f i n d e j o u r n é e , l ’h o m m e , d o n t l ’â g e s e s i t u e e n t r e 9 5 et 98 ans, aime à retrouver quelques vieux copains, des gamins de soixante ou soixante-dix ans dans u n b a r a s s ez d é l a b r é d ’A l i c e To w n . L e v i e i l h o m m e g o g u e n a r d p o s s è d e à f o n d l ’a r t d e r a c o n t e r s a v i e . Et e l l e n’a p a s m a n q u é d e s e l . I l f a u t l ’e n t e n d r e p a r l e r, s a n s h a i n e m a i s s a n s r i e n o u b l i e r, d e s c o n d i t i o n s d e v i e q u’i l a c o n n u e s , c o m m e o u v r i e r a g r i c o l e n o i r, d a n s l e s p l a n t a t i o n s d e f r u i t s e t l é g u m e s o ù i l a t r a v a i l l é a u x Et a t s - U n i s , d u r a n t l a Seconde Guerre mondiale. Par fois il faut se pincer p o u r s e d i r e q u’i l n’é t a i t p o u r t a n t p a s o f f i c i e l l e m e n t u n e s c l a v e… P i c c a l o r a c o n t e a u s s i s e s r e n c o n t r e s a v e c u n p e r s o n n a g e my t h i q u e d e l a p r o h i b i t i o n  : A l C a p o n e e n p e r s o n n e  ! L e p è r e d e P i c c a l o t r a v a i l l a i t p o u r l u i e t l e v i e i l h o m m e s e s o u v i e n t b i e n d e «  M o n s i e u r C a p o n e  », d e s e s c o m p l e t s - v e s t o n i m p e c c a b l e s e t d e s a g é n é r o s i t é l é g e n d a i r e . Q u a n t à l ’é c r i v a i n E r n e s t H e m i n g w ay, P i c c a l o l ’a b i e n c o n n u a u s s i e t n e l ’a p p e l l e q u e «  P a p a H e m i n g w a y  ». G r a n d a m a t e u r d e p ê c h e a u g r o s e t d e w h i s k y, l ’a u t e u r d u c é l è b r e r o m a n «  L e V i e i l H o m m e e t l a m e r  » ( d o n t l ’a c t i o n s e d é r o u l e a u x B a h a m a s ), a e n t r e a u t r e s l a i s s é à P i c c a l o l e s o u v e n i r d ’u n c o u p d e p o i n g my t h i q u e q u i , s u r l e s p l a n c h e s d ’u n c e r t a i n p o n t o n , é t e n d i t r a i d e u n p ê c h e u r r i v a l e t r é c a l c i t r a n t… ■

révolution castriste sur l’île voisine de Cuba. La clientèle des hôtels de luxe et des casinos, interdite de séjour à La Havane, se console à Nassau où presque tout est à construire. Parallèlement, la marche vers l’indépendance progresse à grands pas : suffrage universel accordé en 1962, autonomie interne en 1964, accession au poste de premier ministre du leader de l’opposition, Lynden Pindling, en 1967, et finalement l’indépendance complète des Bahamas est proclamée le 10 juillet 1973, le nouvel Etat restant membre du Commonwealth britannique.

Le tourisme, la première richesse du pays Aujourd’hui, c’est plus de 60% du produit intérieur brut du pays qui repose sur le tourisme. Mais la fréquentation de

L’un des iguanes protégés dans le Parc des Exuma.

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

139


140

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


b a h amas R E G A R D S S U R L E M O N D E ■

 L’hydravion est un excellent moyen de profiter des paysages sublimes des Bahamas. Il est de ce fait employé par de nombreux photographes qui le louent à l’heure pour leurs prises de vues.

l’archipel reste sélective. Selon une étude du Ministère du tourisme, 85 % des visiteurs étaient nord-américains en 2007 et le revenu annuel moyen du touriste yankee supérieur à cent mille dollars. L’autre pilier de l’économie a connu des fortunes diverses : l’activité bancaire et la domiciliation de sociétés. Car les Bahamas ne sont pas seulement un paradis de carte postale, les capitaux aussi y sont tranquilles : aucun impôt n’y est dû sur les bénéfices. Une bonne fortune qui servit longtemps au blanchiment de fonds provenant d’activités illicites, au pre-

 Avec ses yatchs de milliardaires bord à bord, la marina de l’Atlantis est l’une des plus huppées de toutes les Caraïbes.

mier rang desquelles le trafic de stupéfiants. Régulièrement montrés du doigt par des institutions intergouvernementales de lutte contre l’argent sale comme le GAFI (Groupe d’Action Financière), les Bahamas ont réagi à partir de 2001. Afin de

d’aventures exotiques qui collent à un célébrissime agent se-

contribuer à l’assainissement du secteur financier internatio-

cret baptisé 007 ? Opération Tonnerre en 1965 et Jamais plus

nal, le gouvernement procéda à la fermeture de plusieurs ban-

jamais en 1983, tournés sur place, ont définitivement associé

ques et résilia la domiciliation de centaines de sociétés « boî-

James Bond aux Bahamas, où l’acteur Sean Connery a lui

tes aux lettres », sortant ainsi de la liste noire qui écornait son

aussi élu domicile, conquis par la beauté du pays. Car l’alchi-

image de marque.

mie du bleu qui s’opère ici entre ciel et mer n’a rien d’imaginaire. Le bleu caraïbe, immense, dilaté et mêlé au cristal liquide

Une image ancrée depuis des années dans un luxe très jet set,

d’une mer aux eaux réputées parmi les plus claires au monde,

ennobli d’une inimitable touche « so british ». Nassau et ses

rend l’archipel plus grand qu’il n’est. Sept cents îles et quelque

palaces, mais aussi les îles abritant des bases secrètes dans

deux mille îlots, dont seuls une trentaine sont habités, atten-

des eaux infestées de requins, n’exhalent-elles pas un parfum

dent toujours leur Robinson. ■

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

141


T É L É P H O N I E & T É L É CO M M U N I CAT I O N CÂ BL A G E U N I V E RS E L

www.cometel.ch

CÂ BL A G E F I BRE O P T I Q U E S O N O RI S AT I O N T É L É RÉ S E A U & PA RA BO L E S S YS T È M E S D E S É CU RI T É M A I N T E N A N CE & D É PA N N A G E

Installations électriques 34 Bd Carl-Vogt – CP 135 – 1211 Genève 8 – Tél. 022 708 03 03 – Fax 022 708 03 08

Gatto SA 15, rue des Grottes CH-1201 Genève

Tél. 022 733 84 00 Fax 022 734 09 14 www.gatto-sa.ch Carrelages Revêtements Mosaïques Marbres Membre de la Chambre Genevoise du Carrelage et de la Céramique

142

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


Rodriguez&Alvarez_100.pdf 18.08.2009 08:58:06

Terrasses ( essences variées ) Chapes sèches Ponçage – Imprégnation – Cirage – Huilage

022 345 15 56 5, Rue Jean-Dassier 1201 Genève info@raparquet.ch

« Profitons de la fôret et respectons là!! »

lamelcolor n98.pdf 22.01.2009 15:15:00

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

143


■ R E G A R D S S U R L E M O N D E p aragua y

144

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


PARAGUAY LE défi des DERNIERS SYLVICOLES S : Réaffirmer leur identité

T E X T E & P H O T O S : P AT R I C K J O H N B U F F E

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

145


■ R E G A R D S S U R L E M O N D E p aragua y

Terre ancestrale de diverses ethnies, le Chaco paraguayen est le fief des derniers indigènes qui n’ont jamais eu de contacts avec le monde moderne. Mais la volonté de la société occidentale de les attirer hors de leur habitat afin de les « civiliser », ainsi que la déforestation accélérée de la région occidentale du pays mettent en péril la survie des derniers indiens isolés d’Amérique du Sud vivant hors de l’Amazonie.

R

i en apparemment ne les distingue des autres in-

digènes qui vivent au contact de la société paraguayenne. Ni les habits qu’ils portent, ni les cabanes de planches qu’ils ont construites, ni la technologie qu’ils ont adoptée comme l’utilisation de radio émetteurs ou de… téléphones portables. Dans

ces conditions, il est difficile de croire qu’il y a quelques années encore, ils vivaient au cœur de la forêt, totalement isolés, sans aucun contact avec les Blancs.

  (page d’ouverture) Fête de la création du monde. A cette occasion, les hommes se parent de plumes d’oiseaux multicolores et se cachent le visage avec des sacs, ce qui leur confèrent un aspect totalement surnaturel au milieu d’une forêt hostile et sauvage. 

Le carnaval des Chiriguanos. Rituel de rencontre des ancêtres avec leurs descendants, le carnaval des Chiriguanos a pour principaux personnages les masques dans lesquels se réincarnent les âmes.

146

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


p aragua y R E G A R D S S U R L E M O N D E ■

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

147


■ R E G A R D S S U R L E M O N D E pA R A G U Ay

 Ayoreo-Totobiegosode. Les Ayoreo sont d’habiles plumassiers qui excellent dans l’art de fabriquer des coiffes faites des plumes d’oiseaux qu’ils fixent sur des cordelettes tressées et que portaient autrefois les leaders des différents groupes et les guerriers.

Aujourd’hui, les Ayoreo-Totobiegosode tentent une expérience à plus d’un titre exemplaire. Celle de trouver leur place dans la société paraguayenne, tout en conservant leur identité. Pour ce faire, ils ont décidé de retourner vivre sur leurs terres traditionnelles, avec la lourde tâche de préserver l’environnement dans lequel eux et leurs ancêtres ont vécu durant des centaines d’années. Une forêt que parcourent encore inlassablement quelques-uns de leurs parents qui sont les derniers sylvicoles du Paraguay. Un pays de sept millions d’habitants où vivent

Guarani se trouvent toujours dans cette région délimitée par le

quelque 100 000 indigènes.

río Paraguay qui sépare en deux le pays. Divisés en plusieurs ethnies – Mbya, Ava-Chiripa, Axé Guayaqui et Paí Tavyterã – ,

La terre des Guarani

ils tentent difficilement de survivre sur des terres qui ont diminué comme une peau de chagrin au point de se convertir en

Située

au

cœur

de

l’Amérique

du

Sud,

cette

peti-

espèces de réserves, véritables poches de misère prises en

te nation est la seule du continent à avoir deux langues

étau entre les grandes estancias consacrées à l’élevage ex-

officielles : l’espagnol, imposé par les conquérants, et le gua-

tensif. Certaines communautés tentent cependant de résister

rani, une langue vernaculaire héritée des Indiens qui vivent

et de maintenir leurs traditions, comme c’est le cas des Paí.

dans la partie orientale du pays. Ceux-là même qui furent ré-

Mais la lutte est inégale et la pression de la société occidentale

duits par les Jésuites au XVIe siècle. Aujourd’hui encore, les

très forte.

148

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


"54)+/&%2&),3 0%).452% $³#/2!4)/.%40!0)%20%).43 42!6!),3/)'.³ $%6)3'2!45)4 !6%.5%$%3#!6!,)%23 #( #(´.% "/5'%2)%3 .!4 4³, &!8 9"54)+/&%2 ",5%7).#(

Durlemann n98.pdf 16.01.2009 15:46:11

008_090514_Standard_180x80.qxd:Layout 1

15.5.2009

13:50 Uhr

Seite 1

L’ ELECTRICIEN DE VOTRE REGION Sedelec SA Rue Blavignac 1, 1227 Carouge Tél +41 (0)22 869 80 00, Fax +41 (0)22 348 28 20 www.sedelec.ch, info@sedelec.ch

150

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


p aragua y R E G A R D S S U R L E M O N D E ■

 Les populations du Chaco. En 2004, un groupe de sylvicoles constitué de 17 personnes décida volontairement de quitter la forêt et de retrouver leurs parents totobiegosode disséminés dans cette vaste plaine du Chaco qui compte plus de 4000 espèces de plantes et une faune très riche.

 Le Chaco. Les enfants indigènes du Chaco ont souvent comme cadre de vie et de jeu la terre poussiéreuse de cette région où règnent chaleur et sécheresse.

De l’autre côté du fleuve Paraguay se trouvent un certains

de la planète les derniers habitants qui y résident, afin de les

nombre d’ethnies sans aucune parenté linguistique avec les

civiliser et de les convertir à la foi chrétienne. Dans les années

premiers. Elles sont disséminées dans le Chaco, une vaste

60 déjà, les deux autres groupes ayoreo avaient été « paci-

plaine qui s’étend jusqu’aux confins de l’Argentine, de la Boli-

fiés » : les Garaigosode, par des prêtres catholiques salésiens,

vie et du Brésil. Une terre sèche et aride où vivent notamment

puis les Guidaigosode par les missionnaires évangélistes en

les Enxet, les Nivaklé, les Chiriguanos et les Ayoreo auxquels

réponse à la demande des Mennonites confrontés à l’hostilité

appartiennent les Totobiegosode qui, durant les trente derniè-

des indigènes depuis qu’ils avaient commencé à coloniser le

res années, ont presque tous abandonné la forêt qui était leur

Chaco vingt ans auparavant.

habitat. Restaient encore à « civiliser » les Totobiegosode qui se ca-

La chasse aux indiens

chaient toujours au plus profond de la forêt. En 1979, les missionnaires nord-américains « capturèrent » les premiers mem-

Seules quelques dizaines d’individus ont échappé à la domina-

bres de ce groupe. En 1986, aidés par des Guidaigosode

tion des Blancs avec lesquels ils n’ont jamais eu de contacts,

évangélisés et armés d’une bible et de fusils, ils parvinrent à

même s’ils connaissent leur existence. Car depuis les années

obliger quelque 25 indigènes à sortir de la forêt pour les ins-

70, les Totobiegosode sont « chassés » par les Paraguayens,

taller dans leur mission de Campo Loro. Là où vivaient déjà

et plus particulièrement par une secte évangéliste nord-améri-

des membres de cet autre groupe ayoreo qui de tout temps

caine – A New Tribes – dont le but est de faire sortir des forêts

avaient été leurs ennemis.

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

151


■ R E G A R D S S U R L E M O N D E p aragua y

  La vie quotidienne des derniers sylvicoles. Traditionnellement, les femmes cuisinent devant la maison de planches, où elles font cuire les légumes ou les proies chassées par les hommes dans la forêt.

En 1994, plusieurs sylvicoles étaient à leur tour pris au piège

Les terres traditionnelles

de ces missionnaires qui survolaient régulièrement le Chaco, dans le but de localiser ces nomades qui vivent en petites

Aujourd’hui, la plupart des Totobiegosode qui ont renoncé

communautés et dont les huttes, qui se confondent avec la

à l’isolement ne vivent plus sous la tutelle des missionnaires

végétation, sont difficiles à apercevoir, même des airs. Cepen-

évangélistes. Ils sont retournés s’installer sur leurs territoires

dant, en 1998 et en 2004, d’autres membres de ces familles

où ils ont créé trois communautés, dans le but de vivre de

sylvicoles ont décidé de sortir de la forêt, cette fois de manière

manière indépendante en pratiquant la chasse et la cueillet-

volontaire, sans que l’on connaisse exactement les motifs qui

te. Mais leur intention n’était pas de reprendre leur existence

les ont poussés à quitter leur mode de vie traditionnel. La sé-

d’antan. Impossible après avoir vécu au milieu de la « civilisa-

cheresse dont souffrait à cette époque le Chaco pourrait ex-

tion ». Ils aspiraient à se retrouver dans leur milieu traditionnel,

pliquer leur décision. En plus, ils savaient pertinemment que

tout en maintenant des relations avec la société dont ils ont

d’autres membres du groupe vivaient déjà avec les kojñones

dû adopter l’économie et en partie le mode de vie. Pour ce

comme ils nomment les Blancs, « ceux qui font des bêtises ».

faire, ils devaient trouver des terres qui leur appartiendraient

152

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


clauson.ch

Maîtriser la température de son espace, c’est respecter l’environnement.

3, avenue des Morgines - CH -1213 Petit-Lancy - Tél. +41 22 879 09 09 info@bosson-pillet.ch www.bosson-pillet.ch

INSTALLATION DE CHAUFFAGE PROPRE

Pompes à chaleur - Energie solaire - Chauffages centraux - Etudes - Devis - Entretien - Gestion d’énergie - Dépannage 24/24


p a r a g u a y R E GAR D S S UR L E M O N D E ■

  légalement. Avec l’aide d’ONG paraguayennes, les dirigeants totobiegosode se sont organisés. Au nom de leur groupe et de celui des sylvicoles, ils ont présenté devant les instances compétentes de l’Etat une demande de légalisation de leurs terres traditionnelles. Au total, près de 600 000 hectares, correspon-

L’habitat des Totobiegosode. Cette hutte circulaire des indiens ayoreo-totobiegosode a été découverte lorsque de grands propriétaires terriens procédaient à l’ouverture d’une piste sur le territoire traditionnel des Totobiegosode. Les indigènes vivent maintenant dans des cabanes de planches (photo du haut).

dant au tiers de ce qui constituait auparavant leur territoire. La délimitation à laquelle ils ont procédé s’est faite sur la base de l’espace habité et parcouru par les sylvicoles, à l’exclusion de zones où «la forêt est morte ». Là où tous leurs points de référence ont disparu.

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

155


■ R E G A R D S S U R L E M O N D E PA R A G U AY

LE

CARNAVAL DES ÂMES MASQUÉES

S i les G uarani vivent dans la par tie orientale du Paraguay, il existe néanmoins un groupe qui se trouve dans la par tie o ccidentale : les C hiriguanos, appelés aussi G uarayos. D es indigènes qui se sont retrouvés par les hasards de l’histoire dans la chaleur infernale et la sécheresse du C haco. Là où seuls les cactus ne craignent pas la soif. Là où les moustiques vous prennent d’assaut dès le crépuscule ! Au XV

e

s i è c l e , p l u s i e u r s v a g u e s d ’é m i g r a t i o n c o n d u i s i -

r e n t l e s G u a r a n i j u s q u’a u p i e d d e s A n d e s o ù i l s f u r e n t a r r ê t é s n o n s e u l e m e n t p a r l e s a r m é e s d e l ’e m p i r e i n c a , m a i s a u s s i p a r l e ... f r o i d , a u q u e l i l s n’é t a i e n t g u è r e a c c o u t u m é s . Vo i l à p o u r q u o i o n l e u r a t t r i b u a l e n o m d e Chiriguanos : « les hommes qui meurent en grelot tant d e f r o i d ». D a ns l’e nfe r du C ha c o I ls finirent par s’établir au sud de S anta C ruz de la S ierra, en B olivie, où ils se mêlèrent aux autres populations indigènes. Tout en conser vant leur langue, le guarani, ils s’imprégnèrent de la culture lo cale. Au point d’intégrer à leurs traditions la forme ancestrale du carnavalito andin! D ans les années 193 0, leur histoire prit un virage inattendu avec la G uerre du C haco. C e conflit frontalier entre la B olivie et le Paraguay allait bouleverser le cours de leur vie. Pris entre deux feux, quelque 1 50 0 C hiriguanos repar taient vers l’est, en direction des terres qui avaient vu naî tre leurs ancêtres. M ais cet te fois, ils étaient accompagnés des forces armées paraguayennes. Parce qu’ils parlaient la même langue que ses soldats – le guarani – , l’armée les avait

 Le carnaval des Chiriguanos. A l’occasion de ce rituel de rencontre des ancêtres avec leurs descendants, les indiens se parent de masques dans lesquels se réincarnent les âmes de leurs aïeux.

156

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100

considérés comme étant des leurs et leur avait promis des terres dans la par tie orientale. Promesse qui n’a jamais été tenue !


pA R A G U Ay R E G A R D S S U R L E M O N D E ■

Les gardiens de la forêt Mais pourquoi revendiquent-ils une superficie aussi vaste ? D’abord, parce qu’ils se considèrent comme les occupants légitimes de ces terres sur lesquelles ils vivent depuis des temps immémoriaux. Ensuite, parce que l’économie traditionnelle de leurs parents sylvicoles est intimement liée à une politique d’occupation extensive. En effet, la pratique de la chasse, de la cueillette et d’une agri-

 Sous peine d’être la victime de la vengeance des âmes, chaque indigène doit jeter son masque dans le cimetière à la fin du carnaval.

culture de subsistance implique des migrations constantes. Après un certain temps passé sur un lieu, les ressources que leur dispense la nature s’épuisent rapidement. D’où la nécessité de se déplacer, permettant par la même occasion à la flore et à la faune de se régénérer. L’Etat paraguayen a accepté de leur octroyer jusqu’à maintenant quelque 100 000 hectares,

C a rnaval et i de ntité

auxquels s’ajoutent plus de 18 000 hectares achetés par la Fondation suisse pour les communautés du Paraguay dont

C’est ainsi qu’en 1934, les Chiriguanos s’installaient dans l’enfer chaquénien. Et notamment à la mission de Santa Teresita, où la proximité de la ville-garnison de Mariscal Estigarribia et la présence des prêtres catholiques allaient accélérer leur intégration à la société nationale, entraînant parallèlement un déclin de leurs traditions. Mais depuis quelques années, elles ont

Célébration du debylyby (bal des esprits). Un groupe d’hommes peints en rouge, noir ou blanc, le visage masqué, la tête dans un sac, couverts de plumes brillantes, dansent, courent, sautent et adressent des chants au soleil.

retrouvé une cer taine vigueur, la plus impor tante demeurant l’« arete guasu ». Une grande fête sous forme de carnaval, à travers lequel ces indigènes tentent de réaf firmer leur identité ! Chaque année durant trois jours, des centaines de pieds nus évoluent en rondes interminables au r y thme d’une musique répétitive. Derrière l’écran de poussière que soulèvent les danseurs apparaissent d’étranges personnages qui dissimulent leur visage sous des masques enluminés en bois, en carapace de tatou, en car ton bordé de plumes ou recouver t de crin de cheval ! Ce sont, dit-on, les âmes des défunts, venues rendre visite à leurs parents ! ■

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

157


C.R.E.J Sàrl Création Rénovation Entretien Jardins 31, avenue Bois de la Chapelle 1213 Onex Tél. & Fax : 022/ 348 75 70 Natel : 079/ 342 63 16 crej n100.indd 1

25.08.2009 16:14:23

Lausanne – Genève Tel. 021/ 701 26 04 Fax. 021/ 701 15 70 Mobile 079/ 371 31 24 E-mail. info@extinser.ch – www.extinser.ch tiers99.indd 1

12.05.2009 16:41:52

Entreprise Générale de Nettoyage

Sàrl

29, rue Voltaire 1201 Genève

158

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100

Tél. : 022 345 90 12 Fax : 022 345 90 15 Natel :079 206 67 66


pA R A G U Ay R E G A R D S S U R L E M O N D E ■

 Masques. Pour rendre hommage à leurs ancêtres, les Totobiegosode sont passés maîtres dans l’art de fabriquer des masques de plumes. On voit ici une tresse constituée de plumes d’oiseaux multicolores.

elle a remis les titres de propriété aux Totobiegosode. Mais

aux abois. Une forêt qui disparaît à un rythme préoccupant

le plus difficile reste à faire. Non seulement pour acquérir la

et qui entraîne notamment une désertification de ces terres

superficie restante, mais aussi pour préserver les terres sur

fortement salinisées.

lesquels vivent actuellement ceux que l’on peut considérer comme les gardiens de la forêt.

Le territoire des Totobiegosode est également l’objet d’une déforestation accélérée que pratiquent à coups de bulldozer

Le Chaco en péril

plusieurs entreprises brésiliennes. Cela au mépris des mesures légales de protection de ces terres qui ont été déclarées

Car le Chaco est en danger ! Les Brésiliens coupent à bras

en 2001 Patrimoine naturel et culturel Ayoreo-Totobiegosode

raccourcis les bois semi-précieux et les grands propriétaires

et intégrées quatre ans plus tard à la Réserve de la Biosphère

fonciers s’empressent de déboiser d’immenses superficies

du Chaco. Dans ces conditions, c’est à la fois la biodiversité

pour les convertir en pâturages, après avoir tracé des pistes

de la région occidentale du Paraguay et la survie des derniers

qui constituent de dramatiques veines ouvertes dans une forêt

sylvicoles qui sont mises en péril… ■

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

159


■ R E G A R D S S U R L E M O N D E pA R A G U Ay

160

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


PA R A G U AY R E G A R D S S U R L E M O N D E ■

LA

DANSE DES

INDIENS

À PLUMES

« I l n’y a rien de plus pit toresque qu’un bal des esprits exécuté par quinze ou vingt grands gaillards au corps bizarrement peint en rouge, noir ou blanc, le visage masqué, la tête dans un sac, couver ts de la tête aux pieds de très riches ornements de plumes brillantes et de sonnailles résonnantes, courant, dansant, sau-

 (à gauche et ci-dessus)

tant comme des fous, criant comme des énergumènes

Célébration du debylyby (bal des esprits). A cette occasion, les indigènes tomaraho se coiffent de plumes, se parent de peintures corporelles et se couvrent de robes de femmes ou de sacs de fibres végétales.

et adressant des chants au soleil. » R ien n’a vraiment changé dans le déroulement de ce rituel – le debylyby – tel que le décrivait en 18 9 0 G uido B oggiani. U n ar tiste et aventurier italien qui vécut plusieurs années dans le C haco boréal en compagnie de ces indigènes qu’il a photographiés et dont il a étudié la langue et les

se déguisent en ces êtres my thiques : ils couvrent leur

coutumes. Aujourd’hui encore, la meilleure manière de

visage d’un sac de fibres végétales, revêtent des habits

se rendre en terres chamakoko consiste à remonter le

de femmes et décorent leur corps de peinture noire,

fleuve Paraguay jusqu’à Puer to 14 de M ayo. U n petit

blanche ou rouge. Enfin, ils se ceignent la tête, la taille,

por t fondé par B oggiani, que ses habitants nomment

les poignets et les chevilles de diadèmes, bracelets

Kalchabalut, le « site des grands escargots » !

et ceintures faits de plumes multicolores d’autruches, de perroquets, de hérons et de canards. C e qui leur

La c réatio n du mo n de

confère un aspect totalement surnaturel au milieu d’une forêt hostile et sauvage...

Plusieurs dizaines d’indigènes appar tenant au groupe U ne existe nce e n da ng e r

des Y by toso – l’une des trois branches des C hamakoko – vivent toujours dans ce por t. M ais depuis qu’ils ont été évangélisés par les missionnaires de N ew Tribes dans

C et te cérémonie magique, qui se répète depuis des

les années 19 50, ils ont abandonné une grande par tie

siècles, peut durer des semaines, voire des mois. Elle

de leurs traditions, notamment la célébration du deby-

permet aux C hamakoko d’évoquer leur histoire, que ce

lyby, la principale cérémonie religieuse de cet te ethnie.

soit durant la journée, lorsqu’ils en peignent les dif férents tableaux, ou que ce soit dans la nuit du C haco,

Aujourd’hui, seuls les Tomaraho continuent à célébrer

lorsqu’ils psalmodient sans fin leurs chants sauvages.

ce rituel d’initiation masculine. D ans leur communauté

Des chants surgis du plus profond de la terre et nés

de M aría Elena, située en aval du río Paraguay, ces

dans la nuit des temps. M ais les Tomaraho constituent

indigènes narrent la création du monde. D e leur monde.

un groupe toujours plus réduit. L’isolement des ter-

D e ce temps où leurs ancêtres par vinrent à venir à bout

res sur lesquelles ils vivent, l’ex trême pauvreté dans

des immor tels A nabsoro en rompant leur cheville, après

laquelle ils sont plongés et les graves problèmes de

avoir appris qu’il s’agissait là de leur… talon d’A chille !

santé dont ils souf frent menacent sérieusement leur

Durant cet te cérémonie, les hommes de la communauté

existence. ■

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

161


pr

XIVème Journée d’information

of Pa f l iv a ert ge ée s o e d e c i pa gé été r ra nc e

de la Fondation romande pour la recherche sur le diabète 5%

de la population est touchée, mais la moitié l’ignore. Informez-vous!

(

9 conférences par des médecins et des chercheurs sur: • les facteurs de risques • le contrôle de la glycémie

Conférences Débats Rencontres Repas

• table ronde

www.fondationromande-diabete.ch

Stands d’exposition d’appareils et de produits

> samedi 31 octobre de 8h30 à 15h15 CENTRE INTERNATIONAL DE CONFÉRENCES DE GENÈVE (CICG) Rue de Varembé, 15 – 1202 Genève � Je participerai à la Journée romande du diabète. Je serai accompagné(e) de ....... personne(s). � Je souhaite faire un don pour soutenir l’action de la Fondation romande pour la recherche sur le diabète. Veuillez m’envoyer un bulletin de versement. � Veuillez me réserver ....... place(s) pour le repas, au prix de Frs 27.– par personne, que je verse sur le CCP 12-144-1. Le récépissé fait office de confirmation réservation. Les repas doivent impérativement être réservés d’ici au 16 octobre 2009. Nom & prénom Adresse Tél.

NPA / Lieu Fax

Courrier électronique

A retourner à: Fondation romande pour la recherche sur le diabète|p.a. Rochat & Partners|case postale 6374|1211 Genève 6 P o u r t o u t r e n s e i g n e m e n t : T. 0 2 2 7 8 6 5 4 5 5 | F. 0 2 2 7 8 6 5 4 6 6 | M a i l p d u n a n t @ r o c h a t - p r . c h

162

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


REMERCIEMENTS ANNONCEURS ■ AA Artisans Associés Sàrl AAV Contractors SA AB Jardins Sàrl ABC ABDF Bonadei & Chassot Abrimat Acacias Motors Acifer Leman ACM ACW Adler Bijouterie Aegerter Aeroleasing SA AFA L’Agefi Air France Air Mauritius AJ Electro SA Gilbert Albert Albisati Alexander et Alexander Allamand All-Tec Aménagements SA ALNO Alpina Bois Alpnach Norm AL’Réalisation Sàrl Al Services SA Altec SA Alvazzi Chauffage SA Aluminium Création Amag Amann Cuisines Ambio Music Ambrosetti Amoudruz Anderegg-Rinaldi Animan Antoine-Nettoyage Appelsa SA Aprotec SA ARB Carrelage & Maconnerie Archi SA R. Arpin et Fils Ars Wematronic SA Artcompo Artefer Arte Matto Artilum Art & Jardins Art Ugur Arwa SA Artou AS Alu-Concept AS Ascenseurs SA Asig (industrie gazière) Asse Bois A. Astie & Fils SA

Atel TB Romandie SA Atelier J.D. Dentand Atelier Vert Atelverre Imperatori ATT Audemars Piguet AU 133 Auto-Britt Auto-Progress Avia Axa Axima Romandie A à Z Bureautique Badel Felix & Cie SA Bafor SA Bagattini et Fils Balduchelli Balestra Déménagements Balestra Galiotto et Cie Balsiger Radio TV Banque Caixa Galicia Banque Cantonale Genève Banque Cantonale Vaudoise Banque Cantrade Ormond, Burrus Banque du Gothard

Banque & Finance Banque Leu Banque Meespierson BGL SA Banque Migros Banque Populaire Suisse B.S.I. Banque Scandinave en Suisse Barberis

Barbezat Barcellini & Cie Barro & Cie Bartex Bastos & Fils Batilac Bati-Renov Bativer Baud Edmond SA Baud Eugène Bauknecht Baumann Baumann-Jeanneret Bauwerk Parkett AG Bavaud J.L. Bawarel Designs B&B BBG Bertinotti Beaume Belloni Belsol-Mitterer SA Benjamin Étanchéité Sàrl Benoît W. SA Benoît de Gorski BEP

Berard A. Serrurerie Bernadino Revêtement de Sol Bertolit SA Besson Eric Beton Frais SA Bignasca Bignens Bilan Bilfinance et Gestion Biotonus Blatti André Blumenstein Boccard Parcs et Jardins Christian Bonaldi Bon Genie / Brunschwig Bonnet Henri Bonvin + Robyr Borcad SA Borga Simon Toitures SA Bornet Chevallier Bosch Bosch Robert SA Boschung & Fils Jardiniers Sàrll Bossi Bosson Combustibles

À l'occasion de son numéro 100

tient à remercier tous ses annonceurs de leur fidélité.

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

163


■ REMERCIEMENTS ANNONCEURS Bosson & Pillet SA Bosson & Rapo Bovet Jean Boucheron Bourse de Genève Boutique Danoise Braas Bramec Breguet Brichet SA Brique British Airways Bruderlin SA Brunet Fernand BSH Électroménager BTR Prebeton Bucherer Buhlmann Pépiniériste Bulgari Bulfoni Mario BMS Bureau d’adresses et de publicité Burggraf Photolithos SA Burtin Alex / Michel Burtin Suc. Butikofer & Fils Butty Gian-Marc SA La Cabane Perchée Cabeza Cabin A. Cabin Size Genève SA Calorie SA Caragnano & Cie SA Caran d’Ache Cardinale Carlo Vero Carmo SA Carrefour Rue Carrosse des Noces Cartier Cassani Castelli La Cave du Palais de Justice Caveau de Champel Caviar House C.E.C. CEG - Caisse d’Épargne de Genève Cerrutti & Giannasi Cerutti Toitures Alfio Cescon CG Agencements SA C.G.C.M. CGC Dalkia Chaleur Chalut Green Service SA Chambre Suisse d’experts Charmines SA Chauffage Assistance SA Chauffage Secours 24/24

164

Chaumet Chavan Tapis Chevalley Chillemi Chollet W. SA Chopard & Cie Christie’s Chrystler / Jeep CIB Ciccarone Gino Entreprise Ciface Cipag

Commercial-Informations Cona Michel Constantin Georges SA Conti J.-P. Corum CDV Coudray De Vito SA Courvoisier Berna Bastard Credit Commercial de France Crédit Lyonnais Crédit Suisse (Genève) Crédit Suisse (Zürich) C.R.E.J. Sàrl

Degaudenzi & Cie DEM Dentan Étanchéité SA Dentan G. Genève SA DEP Deratex SA Derigo Mallet & Cie SA Desjacques Desplats A. SA Dessimoz Devillard Deville Mazout Sàrl

Cité Bemont Citernes & Revisions Cleaning Services SA Climatechnic SA Climat Turquoise Clinique de Genolier Clinique des Grangettes Clinique Montchoisi Clivent SA CM - Cuisines SA CMS Picut Cochet Coditel Colas Collège du Léman Colombo J. Color Conseil, R. Arifi Combustibles Cogne SA Cometel SA Cometallo Sàrl

Cretigny et Cie Cripel’s (Christian Pellein) CSB Services Sàrl CSDP Cuenotherm Curchod & Fils Cuisine Art Espace Bain SA Cuisinelle Cuivretout SA Daimler Chrysler Dal Busco Dallais Jacques Danzas Darier Hentsch Dasocom SA Dasta Charpente Deal Services De Dietrich D.E.P. « Made in Geneva » Defi TCT

Dewarrat & Cattaneo Diethelm et Cie SA Dietlin Digital Diliberto Louis Dipan SA Diteco D-L Électricité DMB SA D'Orlando Claudio Docu AG (Schweizer Bau) Dragon Francis SA Drake Store Droz MSV SA DSD DS Détartrage & Service SA D-Team Dubouchet Pierre SA Duffour Ménager Dulla Parcs & Jardins

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


REMERCIEMENTS ANNONCEURS ■ Dumonthay et Cie Dunand – Vull Dupuis Duraffourd Duret Entreprise SA Durlemann SA Eagle Travel Eaux Secours Von Allmen SA Eaux-Vives Ménager Ebel Ébénisterie Guillon & Pictet Ecco Echaloc Echami Échafaudages Econowatt SA Ecopap Éditions Tricorne Egg Telsa SA Eggly Egide Ego Kiefer SA E.I.T.S. Électricité Plainpalais Électricité Romande Électro-Alarme Électro-Concept SA Élément AG Eletel Elpol SA Elvia Vie Emery Emil Frey Acacias SA Entegra Entreprise de Démolition SA Entr. de Carrelages Ed. Berclaz Entretien Technique SA Epars et Devaud EPN Sàrl Erne AG Holzbau Esteves Octavio Estrell-Email Esenet SA E.S.I. Espace Architectural Étanche Plus SA Etico-Jack Geneux Euboolith Usines SA Eurocard EVM-Menuiserie Exon Excotech Expodesign Extérieurs 2000 SA Fanac & Robas SA Farinha SA Favorol SA Favre Guth & Architectes Favre Jean-Jacques

Fazio & Cie Fehlmann Felder Felix Constructions Ferm-Tech Ferreira Luis Ferrier Lullin Ferronnerie Genevoise Fert Voyages Fiat Auto Suisse (Lancia) Fides Trust Fidinam Groupe Fiduciaire Corraterie Fiduciaire Nouvelle SA Fifty Eight (Club 58) Fillard Georges (Toitures) Filtro SA Finck (Pharmacie) Fipec SA E. Fleury & M. Hollenstein SA Flos Fonseca Fernando Forasol Forget Formes & Fonctions SA Forster Hermann AG Forster Kuchen & Kuhltechnik Fortis Banque SA Francfort Communication Francioli Freyre SA Gagliardi Galerie des Arts du Vin Galletet Garage de l’Athenée Garage du Lignon Garage de Nyon Garcia-Constantino Succ. Garzetta Gatto SA GBO SA Keller Geilinger Generali Assurances Geneux-Dancet Sa Genève Le Mensuel Genève Louis Genevoise (Assurances) Genitra SA Georg (Librairie) Gerard Tabac Gestoval Ste Fiduciaire Getaz - Romang SA Gex Louis Gilgen Gillet Joel Gindraux Fenêtres SA Giorgis & Lugassy Girod Piscines

Givel Norm Global Project Établissement Camille Godards Golay Fils & Stahl Gonet Sogeba Grand Casino Shopping Grand Hôtel Park Grandvaux Raymond SA Grellor Griesser Grosjean Groupe de Rénovations Immobilier Grunder Jean Guelpa Roger Guillermin (Clôtures) Guimet Fils SA Harba SA H. Baerlocher H.K.S. / Dallas Haelg & Cie AG Christian Haller Hammershoi SA Hansen Ensemblier Hausermann HCB L’Hebdo Helio Centre Helvetia - Accidents Gilbert Henchoz SA Helvétia Patria Assurances Hémisphères Hercules Security Herion Hewi HG Commercial HIF Honegger Hôtel Beau Rivage Hôtel Crescent Hôtel Hauts-de-Crans Hôtel Métropole Hôtel Ramada Hôtel La Réserve Hôtel Richemond Hôtel du Rhône Hoval Herzog H.P. Cuisines Hubmann Fenêtres Hutin Hydro Partner SA Hygienis SA Hypros-Patrick Haut Iantosca Pasquale ICS Impec Nettoyages SA Induni et Cie SA Info Dimanche Intégrale-Rénovation

Ingeplan Internorm Inter Protection SA Introspective Glass IRL ISS Pest Control SA Isover Isys Ites Jacquet SA Janet Jeanneret SA Johnson Controls Systems SA Jordan Robert Jordan Tanne Jordep Journal de Genève Journal de l’Immobilier Julius Baer Jurasol Sàrl Kaba Gilgen Kaiser Électricien Kardex Keller (Jaguar) Keller Zargen Kernen SA Kindt Konstructa Kool-Cleaning Moulin KPMG Fides Kreutzer & Cie SA Kugler Kupfer Adrien Kwik-Kafe Lachenal Lamelcolor SA Landis & Staefa Lanoir Lanvin Lardi Frères Laurent Perrier Legrand (Schweiz) AG Leman Rénovation Leonelli & Fils Lettre Design Lift Cleaning Lombard Odier Loretti Losag Losinger Lumineux Machburo Macullo Magnenat SA Magnetic Emploi Magnetovox Magnin Architectes Magnin & Paroisse

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

165


■ REMERCIEMENTS ANNONCEURS Maintair SA La Maison de la Sécurité La Maison du Disque Mangola et Cie Manu Sàrl Marchisio Marcoux SA Mardeco SA Maréchal André SA Maréchal Philippe SA Margairaz Marick Marini Market Magazine Marques José Claude Martin Martin Décoration Marzer & Russ SA René Mathez SA Matti Maulini May & Cie SA Mayer & Soutter Mazzoli Mazzoni MBS Ascenseurs SA MDR Isolation SA Mediatonic SA Megevet & David Megevet Yves Menegalli SA Ascenseurs Menetrey Menetrey O. – Mev. & Jardin Sàrl Menu Mercier Frères SA Merker Merkorent MES SA Messerli Metallover Miele Miller Henri S. Company Mino Installations Thermiques Mobag SA Moderna SA Modulancy Moët & Chandon Moinat Monnay Assurances Monthenay Morerod Fernand Moyard Moser & Sauvain Muhlebach Muller Services SA Multi Entretien Service SA Multi Personnel Multisol SA

166

Multitoit Murner W. SA Murner Olivier Nadyplast Natural Le Coultre SA Navazza Naxoo NCR Nenad Vlacic Neon Express Netjets Europe Netexpert Nicolas H. Nicolas Casimo Peinture SA Nicollet Alain Ferblanterie NL Installations Sanitaires NMB Office Design/GMB Nobile Norba Entreprises SA Nouveau Quotidien Nouveaux Constructeurs Nouvelle Lemania Novelair Sifrag Noya Nuri Tefik Ofisa Oic Legrand H. Omarini Omnivent SA Onet Orange Communications Orgapropre SA Orlandi Otis SA Over-C Page Pal Mathyas Panchard Paribas Pastore G. Patek Philippe SA Patrimoine Immobilier Le Peintre - Anastasi Filipo Pelfini Pelmec Pelosi Roger et Fils Permal Woodway, Inc. Perret Construction Perreten & Milleret Perrier Charles & Cie Perrin Perrotin SA Perroud Perstorp Pharisa Philips Piaget Piasio

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100

Piatti Bruno Agence Pico & Cie Pictet & Cie Piezin Nettoyages Piguet & Cie Pillet SA Pilot Plafisol Sàrl Planche Gérald La Platrière PMB Services Plus Sàrl PME Magazine Pollico Poralu PVC Portales & Bonnet La Poste Suisse Pratolini et Cie Preciba Prelco SA Prestige Rent A Car Prodival Proffice – Lyreco SA Profroid Proguard SA Prolits Promo Novo Pro - Net Service SA Prudent Publicitas Espace Presse Publicitas Leman Pyramide Communication Quercus Rampini Rank Xerox Rebord Reby (Tigre Royal) Reimann René Faigle SA Renefor Reno DG Sàrl Renovachauf Rentenanstalt / Swiss Life Rentes Genevoises Rentokil Rentsch Républic National Bank Restaurant chez Kei Restaurant chez Valentino Restaurant Le Cygne Restaurant Le Francis Restaurant Le Leman Restaurant Richemond Restaurant Scheherazade Restaurant Senat Restaurant Via Veneto Restaurant de L’Aéroport Restaurant des Philosophes Restaurant L’Amphitryon

Restaurant L’Arlequin Restaurant L’Or du Rhône Restaurant La Pescaille Restaurant La Vendée Restaurant Le Chambord Restaurant Le Chat Botté Restaurant Le Cheval Blanc Restaurant Le Vignoble Doré Reymond Décoration Rhodanis Impression Rhône - Électra SA Richemond Créations Riedweg & Gendre SA Roberge Robo Window Rocnat Rodriguez & Alvarez Rossi Rossique SA Roto Sadag Rovini André & Fils Ruegg Cheminée Ruey Termoplan Rutsch Hubert SA Rytz & Cie SADCG (Honneger) Sabag Sadorex Safer Safipe Saint-Elme Gourmands Santarelli Fausto Salchli Sani-Détartrage SA Sanilab SA Sanitas Troesch Sarkos SA Sauvin Schmidt Savoie Cheminées Savoy SA SBB AG S.B.S. Schaeffer G. et Bartolini S. SA MS Schild Sàrl Schiller (Porsche) Schindler Ascenseurs SA Schmidt SA Schneider A. SA Schneider & Jan Schorer Schott Denis Schulthess AG Schultess Daniel Schulthess Maschinen AG Schwab E. Schweizer Ernst AG Scorzelli Scrasa


REMERCIEMENTS ANNONCEURS ■ Sécuritas Sécuriton 3 S (Security System Switzerland) Sedelec Sedirep Sefran Seical Serconet SA Serrurerie 2000 Serrurerie Carougeoise Service et Technique SA Services Plus Energies

Sotesa Inc. Sotheby’s Sottas Bernard SA Spagnolo Sphinx SPS Service Privé de Sécurité Stalder André SA Stanga Francis – AS du Carreau Karl Steiner SA René Steiner SA Stena S-Tile & Stone Sàrl

Synergy Finance Tableaux Électriques SA Taddeo Toitures SA Tag Tagini Tallichet Tarchini Tartrifuge SA Tavelli – Noverraz 3Tech SA Techinter Technique Service SA

Setex Yersin SG Private Banking SA Sibir Haushalttechnik AG Sicli Sideral Films Sidexim Siemens Building Technologies SIG S.I. Lausanne Silent Gliss AG Similor Simioni Frères SA Sipaec SA Siplac SA S.I.R. Sistovari Smalto Société Fiduciaire Suisse Socoferap Solem Soletanche Soprom Sorbet-Blanc-Bovet

Stoeckli-Cuhat – Jourdan SA Stohl – Air Stoppa J.C. (Carrelages) Stop – Pigeon Stores & Co Store Ervisystem Sàrl Stormatic SA Streag AG (Range Rover) Strohbach Structure 17 Stucker Studer (Imprimerie) Stussi and Co La Suisse Assurances Sulzer Infra Sunset Nettoyage Sunset Peinture Surfaces et Volumes Boffi Swisscom Fixnet Swissair Swiss Life Swissotel Métropole Sybe SA

Techniques et Sécuritas SA Tecno Tecnorm Tek Cuisine SA Telecom PTT Telegestion Energie Le Temps Tenosa Teo Jakob Tagliabue SA Tesa Teutschmann SA Therma Thermogestion SA Thermo-System Thermoshell Plan Thiebaud & Perritaz SA Thiery Thyssenkrupp Ascenseurs SA Tobler Frères Toiture P. Les Fils de Louis Toso Total Finaelf SA Touriscar

Tourorient Tout l’Immobilier TPH SA Trade Development Bank Tradel Entretien Tradexport SA Traitair Transphère SA Tratech Travelec Traveller Traversac « Les Grandes Étapes » Treyvaud Tribune de Genève Troger SA Troplast HT / Trocal Truan Twa Union Bancaire Privée UBS SA UIS Agence de Sécurité Sàrl Uldry Ulfer Unigestion Union nettoyage Services Union Pétrolière Union Suisse Assurances Union UAP Assurances Unirenova United Airlines Universal Express Van Cleef and Arpels René Veit SA Velluz Philippe Veriset Cuisines Veriset Fly Veron Grauer Vescal VHP Metal SA Viansone Ovideotel SA Vila–Nova Vitra Von Ballmoos Jean-Claude Maz Von Allmen SA Vulliez J.M. Électricité V-Zug Walo Bertschinger Wanner Fiduciaire SA Winterthur Assurances Wys & Muller Xerox Xyloforme Zbinden Zenith Vie Zschokke Zürich Assurances Zwahlen & Mayr ■

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

167


Electromécanique immobilière Ventilation-Climatisation 6, chemin des Marais 1232 Confignon - Genève Téléphone: 022 757 17 40 Fax: 022 757 17 55 Perrier n98.indd 1

168

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100

19.01.2009 08:28:34


Les quincailleries

EDMOND BAUD S.A.

EAUX-VIVES CAROUGE GRAND PRÉ CARL-VOGT

Une gamme complète de qualité

7, rue des Photographes - EAUX-VIVES 16 places 25, rue de la Fontenette - CAROUGE 23, rue du Grand Pré - GRAND PRÉ 5, rue Carl-Vogt - JONCTION

☎ 022 740 14 00

Conception Ateliers GUION

NOS MAGASINS


170

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


PA G E S IMMOBILIÈRES

Les offres contenues dans les PAGES IMMOBILIÈRES ne constituent pas des documents contractuels.

UNE SÉLÉCTION DE NOS OFFRES à l a vente et à l a location En Suisse et dans le monde

VILLAS ■ APPARTEMENTS ET LOFTS ■ PROGRAMMES NEUFS ■ PROPRIÉTÉS D’EXCEPTION ET TERRAINS ■ C H ÂT E A U X E T M A N O I R S , Î L E ■ B U R E A U X E T C E N T R E S D ’ A F FA I R E S ■ ARCADES ET CENTRES COMMERCIAUX ■ I M M E U B L E S A D M I N I S T R AT I F S ■ ET COMMERCIAUX

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

171


Élégance sobre et reposante Discreet and Restful Elegance

A L L E M AGN E

FRANCE

Epalinges (VD)

AU T R I C H E

SUISSE

I TA L I E

SUISSE - Epalinges (Vaud) Cette splendide demeure rénovée en 2005 est nichée au cœur d’un magnifique parc arboré de plus de 10 000 m2 avec piscine et pool-house. La surface habitable de 680 m2 est répartie sur trois niveaux, hors sous-sol. Le rezde-chaussée comprend un vaste salon orné d’une cheminée, une salle à manger, un bureau et une grande cuisine équipée, avec îlot central. Six chambres confortables occupent le 1er étage, chacune suivie de sa salle d’eau et de son dressing. Le 2e étage accueille un grand grenier lambrissé. Le sous-sol est équipé d’un espace loisirs spacieux, d’une salle de jeux, d’une cave à vins et de divers locaux. This splendid residence - which was renovated in 2005 is nestled at the heart of a magnificent treed park of more than 10,000 square meters with swimming pool and pool house. The 680-sq. meter living area is laid out on three levels, not counting the basement. The ground floor comprise a spacious lounge with a fireplace, a dining room, a study and a large equipped kitchen with an island unit. Six comfortable bedrooms take up the 1st floor, each one having its own bath room and dressing room. The 2nd floor houses a large panelled loft. The basement is equipped with a spacious leisure area, a wine cellar and various other rooms.

Prix sur demande. Price upon request. SPG Finest Properties Route de Chêne 36 CH-1211 Geneva 17 T +4122 707 4660 F +4122 707 4666 vente@finestproperties.ch www.finestproperties.ch


Histoire d’eau et de lumière A Tale of Water and Light

A L L E M AGN E

FRAN CE

AU T R I C H E

SUISSE Terre Sainte (VD)

I TA L I E

SUISSE - Terre Sainte (Vaud) Idéalement implantée au cœur d’un parc de plus de 6 000 m2, cette splendide propriété offre une vue imprenable sur le port de Founex, les Alpes, le Jura et le lac Léman. Ses 800 m2 sont répartis sur trois niveaux et le sous-sol. Le rez-de-chaussée accueille de spacieuses pièces de réception avec cheminées, une bibliothèque et un bureau. Six chambres et une chambre de maîtres occupent le rez-de-chaussée. Le premier étage est prolongé par une belle terrasse. Les combles sont aménagés en un espace ouvert. Le sous-sol offre un logement indépendant pour le personnel, salle de jeux, carnotzet, deux buanderies et une cave à vins climatisée. Ideally located at the heart of a park of more than 6,000 sq. meters, this splendid property enjoys a unique view of the port of Founex, the Alps, the Jura mountains and Lake Geneva. Its 800 sq. meters are divided between three levels and the basement. The ground floor accommodates some spacious reception rooms with fireplaces, a library and a study. Six bedrooms and a master bedroom with a dressing room take up the ground floor. The first floor is extended by a fine terrace. The loft has been laid out as an open space. The basement offers an independent accommodation for the staff, , a games room, carnotzet, two laundry rooms and an air-conditioned wine cellar.

Prix sur demande. Price upon request. SPG Finest Properties Route de Chêne 36 CH-1211 Geneva 17 T +4122 707 4660 F +4122 707 4666 vente@finestproperties.ch www.finestproperties.ch

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

173


Le goût du précieux A Taste For Precious Values

A L L E M AGN E

FRANCE

AU T R I C H E

SUISSE Collonge-Bellerive (GE) I TA L I E

SUISSE - Collonge-Bellerive (Genève) Sise au cœur d’un parc de plus de quinze mille mètres carrés, cette propriété est constituée de trois habitations : la demeure, la farmhouse et la maison d’amis. La demeure étend sa surface habitable de 1 200 m2 sur trois niveaux plus sous-sol. Elle se caractérise par des matériaux d’un grand raffinement et un équipement général sophistiqué, dont un ascenseur qui dessert tous les étages. La farmhouse, idéale pour recevoir, dispose d’une surface habitable de 660 m2, également sur trois niveaux hors sous-sol alors que la maison d’ amis en comprend 160. Le parc comprend une splendide piscine et un étang. Located at the heart of a park of more than fifteen thousand square meters, it comprises three dwellings : The Residence, the Farmhouse and the Guests’ House. The living area of the Residence extends over 1,200 square meters on three levels plus the basement. It is characterized by highly-refined materials and sophisticated general equipment, including an elevator serving all the floors. The Farmhouse, which is ideal for accommodating guests, has a living area of 660 square meters - also on three levels not counting the basement - while the Guests’ House offers 160 square meters. The parc offers a splendid swimming pool and a bucolic pond.

Prix sur demande. Price upon request. SPG Finest Properties Route de Chêne 36 CH-1211 Geneva 17 T +4122 707 4660 F +4122 707 4666 vente@finestproperties.ch www.finestproperties.ch


Photo : Ferrazzini Bouchet, Musée Barbier-Mueller, Genève

Tête Romaine

50 av. – 50 apr. J.-C.

CET OBJET EST UNIQUE. NOS MAISONS AUSSI.

RECHERCHE & VENTE DE PROPRIÉTÉS DE PRESTIGE Grâce à son affiliation au réseau international CHRISTIE'S, l'agence immobilière SPG Finest Properties vous donne accès à un service unique au monde qui comprend l'achat, la vente et la location de propriétés de luxe et d'objets de prestige. Pour bénéficier de cette fusion entre l'immobilier et l'art, entrez dans le monde de SPG Finest Properties. En exclusivité en Suisse romande.

SPG FINEST PROPERTIES • Siège: Route de Chêne 36 • CH-1208 Genève T +4122 707 46 60 • F +4122 707 46 66 • vente@finestproperties.ch • www.finestproperties.ch GENÈVE • VAUD • VALAIS • NEUCHÂTEL • GSTAAD


Allure méridionale Mediterranean-style Villa

A L L E M AGN E

FRANCE

AU T R I C H E

SUISSE Sion (VS) I TA L I E

SUISSE - Sion (Valais) Située sur les hauteurs de Sion, cette accueillante demeure surplombe la ville, offrant une vue magnifique. Construite en 1950 et entièrement rénovée, elle dégage une allure méridionale avec sa longue terrasse ombragée ornée d’arcs et de colonnes. D’une surface de 400 m2, le logis principal comprend deux étages. Jouxtant le grand garage, l’Ermitage, une dépendance pleine de cachet, est un lieu de logement, de réception ou de récréation selon le goût ou l’occasion. Un domaine de vignes de 5 500 m2 protège l’isolement de la demeure tout en l’insérant dans un écrin de couleurs variant selon la saison. Situated above Sion, this welcoming residence overlooks the town, affording a magnificent view. Built in 1950 and completely renovated, this warm mediterranean-style villa features a long shady terrace graced with arches and columns. The main residence with a living area of 400 sq. m., laid out on two levels. The annexe, next to the large garage, is a charming self-contained unit ideal for entertaining and the 5,500 sq. m. of surrounding vineyards ensure complete privacy and provide an attractive backdrop throughout the year.

Prix sur demande. Price upon request. SPG Finest Properties Route de Chêne 36 CH-1211 Geneva 17 T +4122 707 4660 F +4122 707 4666 vente@finestproperties.ch www.finestproperties.ch


Raffinement et authenticité Refinement and Authenticity

A L L E M AGN E

FRAN CE

AU T R I C H E

SUISSE

Megève (Haute-Savoie)

I TA L I E

FRANCE - Megève (Haute-Savoie) Cette importante propriété possède un terrain de plus de 9 hectares, composés de prés et de forêts, et bénéficie d’une vue magnifique sur l’extrémité de la chaîne du Mont-Blanc, sur Megève et son domaine skiable. Le domaine comprend deux habitations : le chalet principal, entièrement rénové en vieux bois, avec 420 m2 de surface brute, et la maison de gardien, située dans le bas du domaine, offrant environ 150 m2 habitables. Des garages fermés, des boxes pour chevaux, ainsi qu’une piste d’atterrissage pour hélicoptère apportent un confort supplémentaire à ce bien remarquable qui séduit par sa convivialité et l’élégance de son agencement. This imposing property boasts a plot of more than 9 hectares, consisting of meadows and forests. It commands a magnificent view of the end of the Mont-Blanc range and of Megève and its skiing area. The estate consists of two dwellings : the main chalet, which has been entirely renovated in old timber, with 420 sq. m. of gross surface area; and the caretaker's house situated on the lower part of the estate and offering 150 sq. m. of living area. Lock-up garages, horse boxes plus a helicopter landing pad are additional convenient features of this remarkable property, which has been fitted out in a delightfully practical and elegant manner.

Prix sur demande. Price upon request. SPG Finest Properties Route de Chêne 36 CH-1211 Geneva 17 T +4122 707 4660 F +4122 707 4666 vente@finestproperties.ch www.finestproperties.ch

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

177


Design chic Luxury furnished

A L L E M AGN E

FRANCE

AU T R I C H E

SUISSE

SUISSE - Champel (Genève) - À LOUER Luxueusement meublé "style contemporain" et équipé haut de gamme, il comprend des meubles design signés. Magnifique appartement traversant d’environ 180 m2 avec balcon de chaque côté situé au 2e étage d’un immeuble de standing. Il offre 3 chambres à coucher dont une avec dressing-room attenant, 2 salles de bains/douches complètes, 1 bureau, 1 salon, 1 séjour, 1 cuisine moderne entièrement équipée. 1 place de parking souterraine. Disponible de suite.

Champel (GE) I TA L I E

Luxury furnished apartment "contemporary style" including signed pieces of design furniture equipped top-of-the-range. Beam, balcony on each side, 3 rooms to lay down including 1 with contiguous dressingroom, 2 bathrooms/showers complete, 1 office, 1 living room, 1 stay, 1 modern kitchen entirely equipped. Available immediately.

Loyer sur demande. Rent upon request.

SPG Finest Properties Route de Chêne 36 CH-1211 Geneva 17 T +4122 707 4660 F +4122 707 4666 vente@finestproperties.ch www.finestproperties.ch


Résidence de grand standing Highly Prestigious Residence

A L L E M AGN E

FRANCE

AU T R I C H E

SUISSE Cologny (GE) I TA L I E

SUISSE - Cologny (Genève) - À LOUER Tel un jardin d’Eden, cet ensemble immobilier de haut standing niché dans un magnifique parc privé orné d’arbres centenaires, est complété par un environnement exceptionnel face au lac Léman. La générosité des surfaces est prolongée par de vastes loggias, permettant de jouir pleinement des plaisirs extérieurs et de l’habitat intérieur. Belle hauteur de plafonds avec corniches, vastes réceptions permettant de faire face à des prestations de qualité, cuisines complètement agencées et équipées avec des appareils de marque, salle d’eau attenante à chaque chambre à coucher et dressing. Les appartements sont desservis par un ascenseur privatif. Deux parkings en sous-sol avec accès direct et place extérieure. Like a Garden of Eden, this highly prestigious real-estate complex nestled in a magnificent private park graced with centuries-old trees is rounded off by an exceptional environment, facing Lake Geneva. The generous surface areas are extended by vast loggias, allowing one to fully enjoy outdoor pleasures and the indoor living space: fine ceiling heights with cornices, vast reception rooms allowing high-quality features, fully fitted-out kitchens equipped with branded appliances, each bedroom with an-ensuite bath- or shower room and a dressing room. The apartments are served by a private elevator. 2 double garages on the basement floor with direct access. Loyer sur demande. Rent upon request. SPG Finest Properties Route de Chêne 36 CH-1211 Geneva 17 T +4122 707 4660 F +4122 707 4666 vente@finestproperties.ch www.finestproperties.ch

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

179


Charmante villa à proximité du lac Charming lakeside villa

A L L E M AGN E

FRANCE

AU T R I C H E

SUISSE Corsier-Port (GE) I TA L I E

SUISSE - Corsier-Port (Genève) - À LOUER Cette villa d’architecte située à proximité immédiate du lac, construite il y a 10 ans, se caractérise par une belle luminosité et un charme unique. La cuisine, agencée de grands plans de travail est spacieuse. Elle s’ouvre sur une salle à manger et un séjour avec cheminée baigné de lumière. Le bureau avec cheminée et bibliothèque offre une entrée indépendante. La chambre à coucher principale avec cheminée est dotée d’un dressing, d’une salle de bains et s’ouvre sur la grande terrasse avec vue sur Genève et le lac. La chambre des invités avec cheminée offre un balcon avec vue sur le lac. 2 chambres à coucher et 2 salles de bains complètent l’ensemble. Jardin anglais d’environ 1,747 m2. Parking couvert pour 2 voitures. Detached lakeside villa built 10 years ago by architectural writer, with many charming features. Spacious open-plan, bespoke kitchen area and dining room, opening onto light-filled lounge with fireplace, and study/office with separate access. Master bedroom with French windows opening onto large terrace and wonderful Lake Geneva views. Guest bedroom with views of the lake. 2 bathrooms. 2 further bedrooms looking onto the garden. Several fireplaces and floor-to-ceiling French windows throughout house, attic, cellar, gas heating. Mature English cottage garden of approx 1,747 sq.m. Gardening contract included in the rent. Parking for 2 cars. Loyer sur demande. Rent upon request. SPG Finest Properties Route de Chêne 36 CH-1211 Geneva 17 T +4122 707 4660 F +4122 707 4666 vente@finestproperties.ch www.finestproperties.ch


JAPON

FRANCE

DUBAI

SUISSE

INDE

IRLANDE

NOTRE SÉLECTION

DANS LE MONDE

Grâce à son affiliation au réseau international CHRISTIE’S, l’agence immobilière SPG Finest Properties vous donne accès à un service unique au monde qui comprend l’achat, la vente et la location de propriétés de luxe et d’objets  de prestige. Pour bénéficier de cette fusion entre l’immobilier et l’art, entrez dans le monde de SPG Finest Properties. En exclusivité en Suisse romande.

SPG FINEST PROPERTIES • Siège: Route de Chêne 36 • CH-1208 Genève T +4122 707 46 60 • F +4122 707 46 66 • vente@finestproperties.ch • www.finestproperties.ch G E N È V E • VA U D • VA L A I S • N E U C H ÂT E L • G S TA A D

REP. TCHEQUE


Very Pleasant Seaside

BAHAMAS - Nassau Bahamas

Ce superbe joyau ne manquera pas d’impressionner l’acheteur le plus pointilleux : un immense espace de vie couvert situé à l’extérieur, un cabinet de travail spectaculaire installé au 2e étage, des chambres séduisantes et des pièces à vivre avec des vues à couper le souffle sur la mer et la baie. Des finitions raffinées : sols en marbre, faux plafonds peints, portes en bois réalisées sur mesure avec incrustations en acier inoxydable, meubles de rangement en noyer, dessus de comptoirs en granit, et appareils ménagers de très haute gamme. Le nouveau propriétaire aura le privilège d’avoir un yacht en face de sa propriété, sans avoir à payer de droits de quai. This captivating showpiece is sure to impress the most discerning buyer : with a sweeping outdoor covered living area, a spectacular study on the 2nd floor, bedrooms and living areas all with breathtaking views of the beach and the bay. Exquisite finishes adorn the home which include hardwood and marble floors, domed faux painted ceilings, custom made solid wood doors with stainless steel inlays, walnut cabinets, all granite counter tops, top of the line appliances. The new owner will have a yacht opposite the home with no dockage fees.

Prix sur demande. Price upon request. SPG Finest Properties Route de Chêne 36 CH-1211 Geneva 17 T +4122 707 4660 F +4122 707 4666 vente@finestproperties.ch www.finestproperties.ch


Villa Flenrentyna

FLORIDA - Boca Raton UNITED STATES OF AMERIC A

Florida

Luxe suprême et style moderne. Cette résidence d’environ 1 070 m², entièrement meublée, affiche une belle interaction entre éléments visuels et éléments structurels. Des matériaux en acier et en verre mettent en valeur le magnifique décor extérieur. Des fenêtres et un éclairage sur-mesure, une technologie environnementale tendance, une cuisine bien agencée, une salle de conférence high-tech, une salle de sport de style professionnel, assurent un mode de vie confortable. Les quartiers du personnel occupent une aile de la propriété. Une loggia au bord du lac, une piscine, un terrain de tennis, et un garage à six places viennent couronner le tout. Sublime luxury and cutting-edge style. The fully furnished 11,500-square-foot residence boasts an alluring interplay of visual and textural elements. Rich hardwoods and stone are accented by steel and glass. Custom lighting and windows, state-of-the-art green technology, an epicurean kitchen, a high-tech theater, and a professional-style gymnasium make for convenient and energy-efficient living. Staff quarters occupy one wing, of the property. A lakeside loggia, a pool, a tennis court, and a six-bay garage are added amenities.

Prix sur demande. Price upon request. SPG Finest Properties Route de Chêne 36 CH-1211 Geneva 17 T +4122 707 4660 F +4122 707 4666 vente@finestproperties.ch www.finestproperties.ch

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

183


Cocooning in Side of Mountain

BRAZIL - Petrópolis

BRAZ IL

Petrópolis

Cette superbe propriété, qui sert actuellement d’hôtel restaurant, pourrait aisément être transform�� en une magnifique propriété familiale. Trois suites somptueuses sont installées au niveau supérieur de cette résidence de deux étages, le premier étage disposant d’un sauna, de deux salles de bains, d’une salle de fitness, et d’un séjour avec vue sur la piscine. Un second bâtiment composé d’une véranda, de trois cuisines industrielles, de trois autres suites et de deux grandes salles à manger offrent de l’espace pour organiser des banquets. Un petit lac, une maison de gardien ainsi qu’une piscine avec une splendide vue sur la montagne se trouvent également sur ce terrain idyllique. This spectacular property currently serving as a hotel and restaurant, could easily be transformed into a beautiful single-family estate. Three lavish bedroom suites are located on the upper level of the two-story residence, the first level offers a sauna, two full baths, a fitness room, and a living room with views of the swimming pool. A second building features a verandah, three industrial kitchens, three more bedroom suites and two large dining rooms, offering ample space for banquet seating. The lush and idyllic grounds are replete with a small lake and a caretaker’s house as well as the pool, which showcases outstanding mountain vistas.

Prix sur demande. Price upon request. SPG Finest Properties Route de Chêne 36 CH-1211 Geneva 17 T +4122 707 4660 F +4122 707 4666 vente@finestproperties.ch www.finestproperties.ch


Mediterranean Style

FRANCE - Saint-Tropez FRANCE

Cette magnifique propriété avec vue mer, située à Saint-Tropez, domine la Baie des Canoubiers et la Messardière. Le jardin paysager de 5 000 m² est entièrement clos, et complanté d’agrumes et d’essences méditerranéennes. La maison, aux prestations de qualités et à la décoration raffinée offre un vaste séjour avec cheminée, salle à manger et cuisine, le tout donnant sur une terrasse couverte. La chambre de maîtres avec salle de bains complète donne sur une terrasse vue mer. Trois chambres avec leur salle de bains complètent cet ensemble. Un studio indépendant. Un garage. Une piscine de 20 m x 9 m avec pool-house équipé. This splendid property with seaview in Saint-Tropez is overlooking Canoubiers Bay and the Messardière. Nestled in a fully landscaped park of approx. 5, 000 sq. m. with Mediterranean trees and shrubs, this high quality house offers large living room with fire place, dining room and kitchen opening onto a covered terrace. The Master suite with bathroom benefits from a terrace with seaview and the three guest bedrooms with attached bathrooms offer refined interior decor. Independent studio. Garage. Pool of 20 m x 9 m with equipped pool house.

Prix sur demande. Price upon request. SPG Finest Properties Route de Chêne 36 CH-1211 Geneva 17 T +4122 707 4660 F +4122 707 4666 vente@finestproperties.ch www.finestproperties.ch

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

185


Magnificent Property

FRANCE - Saint-Jean-Cap-Ferrat FRANCE

Cette propriété se compose d’une résidence principale de 4 chambres, d’une maison dédiée aux invités, et de 2 piscines, sur un terrain d’environ 2 815 m². La villa principale a une surface de 318 m² et comprend un hall d’entrée donnant sur une terrasse, une cuisine équipée, un espace bar, un salon - salle à manger avec cheminée, une suite principale avec salle de bains privée, la cave à vins, ainsi que le cabinet de travail avec cheminée. La maison des invités se compose de 3 chambres avec salles de bains attenantes, d’un salon - salle à manger qui donne sur un joli patio, d’une cuisine, d’une buanderie et d’un sauna. Un parking 3 places, plusieurs terrasses et une 2e piscine couronnent le tout. Situated on approximately 2,815 sq. m., this beautiful property includes a 4-bedroom main residence, a guest house and 2 swimming pools. The primary home spans 318 sq. m. including an entrance hall opening onto a terrace, an equipped kitchen, a bar area, the living–dining room with a fireplace, and the master bedroom suite with a private bathroom, while a wine cellar, and a study with a fireplace are other highlights. The guest house contains 3 bedrooms with en suite bathrooms, a living–dining room that accesses a lovely patio, a kitchen, a laundry, and a sauna. A parking for 3 cars, numerous terraces and a 2nd swimming pool round out the superb amenities.

Prix sur demande. Price upon request. SPG Finest Properties Route de Chêne 36 CH-1211 Geneva 17 T +4122 707 4660 F +4122 707 4666 vente@finestproperties.ch www.finestproperties.ch


« Art de vivre »

CALIFORNIA - Los Angeles UNITED STATES OF AMERIC A

California

Dessiné par Roy Sklarin, un architecte renommé de Beverly Hills, ce bijou de style art contemporain est situé dans le quartier prestigieux de Doheny Estates. Perchée en haut de la rue, cette propriété offre une vue spectaculaire depuis l’immense pièce d’environ 14 mètres de long, avec des plafonds de 4 mètres de hauteur et d’une cheminée 2 côtés, visible depuis l’extérieur. Cette demeure est composée de trois chambres, de trois salles de bains, d’un cabinet de toilette, et dispose d’une extraordinaire cascade d’eau à l’entrée, d’une piscine neuve et d’un spa doté de plusieurs chutes d’eau, ainsi que d’un barbecue encastré. Created by renowned Beverly Hills designer Roy Sklarin, this jewel of contemporary art is located in the prestigious Doheny Estates neighborhood. Perched high above the street, the residence affords spectacular views from the nearly 45-foot-long great room, with 12-foot ceilings and a dual-sided fireplace visible from the outside. This gated three-bedroom, three and one half bath home features a unique entry waterfall, a new pool and spa with numerous waterfalls, and a built-in barbecue.

Prix sur demande. Price upon request. SPG Finest Properties Route de Chêne 36 CH-1211 Geneva 17 T +4122 707 4660 F +4122 707 4666 vente@finestproperties.ch www.finestproperties.ch

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

187


Programme neuf | vente

■ P A G E S I M M O B I L I è R E S lo f t s |  L a u sa n n e ( V D )

Les lofts de Valency - Lausanne (VD)

RO

GRA MME

XX

Surfaces de 97 m2 à 128 m2 avec loggias de 10 m2 et 15 m2

XX

Architecture contemporaine

XX

Grands espaces et hauts plafonds de 3,50 m

XX

Structures sociales et commerciales, piscine, parcs publics et cinémas à proximité

XX

Possibilité de réunir 2 appartements

XX

Parkings extérieurs

Prix compris entre CHF 652 500.– et CHF 924 600.– CES OBJETS CONSTITUENT UNE SÉLECTION DE NOTRE PORTEFEUILLE. POUR EN SAVOIR PLUS CONTACTEZ-NOUS.

AGENCE DE VENTE – Société Privée de Gérance Route de Chêne 36 – 1208 Genève – Tél. 022 849 61 40 – Fax 022 849 61 05 www.spg.ch – vente@spg.ch

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100

EUF

N

Livraison : 2e semestre 2010

188

P

Dans un quartier sympathique de Lausanne, 10 lofts de standing à acheter


Collonge-Bellerive - Genève (GE)

Programme neuf | vente

g e n è ve e t e n viro n s |  villas P A G E S I M M O B I L I è R E S ■

Vue partielle sur le lac

XX

Environnement calme et verdoyant

XX

Accès direct à Genève

XX

Entre campagne et rive du lac

NEU

F

XX

A GR M

E

Situation exceptionnelle

M

XX

PRO

Dans un quartier résidentiel, superbe promotion Villas à vendre sur plan

Aménagements au gré du preneur Ouverture prochaine de la pré-commercialisation, inscrivez-vous ! CES OBJETS CONSTITUENT UNE SÉLECTION DE NOTRE PORTEFEUILLE. POUR EN SAVOIR PLUS CONTACTEZ-NOUS.

AGENCE DE VENTE – Société Privée de Gérance Route de Chêne 36 – 1208 Genève – Tél. 022 849 61 40 – Fax 022 849 61 05 www.spg.ch – vente@spg.ch

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

189


Spécialisé dans les installations sanitaires, la société TROGER SA met 20 ans d’expérience et un savoir-faire complet au service des particuliers et des professionnels. En neuf comme en rénovation, elle intervient de l’avant projet à l’exécution des travaux, du dépannage occasionnel à la maintenance préventive des équipements. Quels que soient vos besoins, consultez-nous, et la solution coulera de source !

VOTRE

BIEN-ÊTRE AU QUOTIDIEN

TRO GER SA I N STA L L AT I ON S S A N I TAI R E S E T I NDUS T RIELLES 152 C , R O U T E DE T HO N O N CAS E PO S TA LE 142 12 2 2 V E S E N A Z T É L . 0 2 2 8 8 4 18 4 0 F A X 0 2 2 8 8 4 18 4 9 M A I L : c o n t a c t @ t r o g e r . c h WWW.TROGER.CH SERVICE DÉPANNAGE LIGNE DIRECTE 022 884 18 46


Piscine extérieure

1. CORSIER – Magnifique propriété de plus de 600 m2 habitables, implantée sur une parcelle de plus de 2 900 m2 à deux pas du lac Léman. Cette superbe habitation comprend 7 chambres, un dressing, 3 salles d’eau et une grande pièce en sous-sol pouvant faire office de cinéma. Vente en nom. Prix sur demande

vente

g e n è ve e t e n viro n s |  V I L L A S P A G E S I M M O B I L I è R E S ■

2. GRAND-LANCY – Jolie villa individuelle offrant un grand confort de vie et dotée d’une belle piscine extérieure et d’un jardin arboré. Répartie sur deux étages, sa surface habitable de 280 m2 comprend un grand salon avec cheminée, une cuisine rénovée, 6 chambres et 2 salles d’eau. Sous-sol aménageable. Vente en nom. CHF 2 600 000.–

Poolhouse

3. VÉSENAZ – Cette superbe villa construite sur une parcelle de plus de 1 800 m2, se situe dans un véritable écrin de verdure. S’ouvrant sur une grande terrasse avec piscine, elle bénéficie d’une belle luminosité. Sa surface de 230 m2 habitables lui confère un espace de vie très agréable. Vente en nom. CHF 3 800 000.–

4. CONCHES – Superbe villa mitoyenne d’une surface habitable de 280 m2 offrant un poolhouse et un grand jardin avec piscine. Elle est conçue dans un esprit de modernité alliant la fonctionnalité au confort d’une résidence familiale. Elle comprend 6 chambres et 3 salles de bains. Garage couvert. Vente en nom. CHF 3 700 000.–

Villa bourgeoise

5. CHÊNE-BOURG – Cette très belle villa bourgeoise d’environ 160 m2 située à quelques minutes du centre-ville de Genève. Elle est dotée de deux appartements distincts répartis entre le rez et le 1er étage. Combles : 40 m2 . Terrasse à l’étage : 25 m2. Vente en nom. CHF 1 860 000.–

6.  COLOGNY – Cette ravissante villa individuelle, située sur une parcelle plane de plus de 900 m2, offre une belle vue dégagée sur le lac. Conçue de plainpied, elle comprend un grand séjour avec cheminée et accès à la terrasse et au jardin, une belle cuisine équipée, deux chambres et une salle de bains. Surface : 120 m2 environ. Vente en nom. Prix sur demande

CES OBJETS CONSTITUENT UNE SÉLECTION DE NOTRE PORTEFEUILLE. POUR EN SAVOIR PLUS CONTACTEZ-NOUS.

AGENCE DE VENTE – Société Privée de Gérance Route de Chêne 36 – 1208 Genève – Tél. 022 849 61 40 – Fax 022 849 61 05 www.spg.ch – vente@spg.ch

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

191


vente

■ P A G E S I M M O B I L I è R E S V I L L A S  |  ge n è ve e t e n viro n s Vue sur le lac Leman

7. COLLONGE-BELLERIVE – Charmante villa individuelle récemment rénovée. Elle comprend un grand salon/salle à manger ouvert sur la terrasse et le jardin, une cuisine équipée moderne, deux salles de bains et trois chambres. Vue sur le lac Leman. Surface : 170 m2 + Sous-sol : 120 m2. Vente en nom. CHF 2 350 000.–

8. VERNIER – Implantée sur une grande parcelle plane, très ensoleillée, cette jolie villa individuelle offre une vue dégagée sur la campagne genevoise. Style architectural moderne. Surface habitable : 240 m2. Vente en nom. CHF 1 500 000.–

9. COINTRIN – Agréable villa mitoyenne conçue dans un style contemporain. Spacieuse et lumineuse, elle comprend 3/4 chambres et un studio indépendant. Piscine extérieure. Parcelle : plus de 590 m2. Vente en nom. CHF 2 480 000.–

10. THÔNEX – Maison d’époque entièrement rénovée avec beaucoup de cachet. Environnement calme alliant proximité de la ville et plaisir de la campagne. Surface : 180 m2. Vente en nom. CHF 1 850 000.–

Nouvelle construction

11. COLLEX-BOSSY – Située en lisière du village de Bossy, cette jolie villa mitoyenne d’angle, de style villageois, dispose d’un beau jardin orienté sud. Vente en nom. CHF 1 590 000.–

12. THÔNEX – Villa mitoyenne avec vue sur le Salève. Elle est proche des commerces et du centre-ville de Genève. Surface : 230 m2 plus studio et garage double. Parcelle : 850 m2. Vente en nom. CHF 1 950 000.–

CES OBJETS CONSTITUENT UNE SÉLECTION DE NOTRE PORTEFEUILLE. POUR EN SAVOIR PLUS CONTACTEZ-NOUS

AGENCE DE VENTE – Société Privée de Gérance Route de Chêne 36 – 1208 Genève – Tél. 022 849 61 40 – Fax 022 849 61 05 www.spg.ch – vente@spg.ch

192

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


vente

g e n è ve e t V A U D  |  V I L L A S P A G E S I M M O B I L I è R E S ■

13. COLLONGE-BELLERIVE – Magnifique villa de 300 m2 située à proximité du lac Léman et offrant une vue dégagée sur la campagne genevoise. Finitions haut de gamme et possibilité d’installer un ascenseur privé. Piscine intérieure. Vente en nom. Prix sur demande.

14. ÉPALINGES – Offrant une vue sur le lac, cette ravissante villa de maître a été conçue avec des matériaux de qualité. Entourée de nombreux arbres d’agréments, elle dispose d’une grande intimité. Parcelle : 1 518 m2. Vente en nom. Prix sur demande.

Programme neuf

15. THÔNEX – Villa comprenant 3/4 chambres, proche des commerces et des moyens de transports. Architecture traditionnelle avec finitions soignées. Surface utilisable : 202 m2. Parcelle : 572 m2. Vente en nom. CHF 1 490 000.–

16. VEYRIER – Superbe propriété de standing qui s’étend sur une splendide parcelle de plus de 7 000 m2. Elle est agrémentée d’une piscine, d’un poolhouse et d’arbres centenaire. Elle offre des espaces généreux avec une surface habitable de 400 m2 répartie sur trois étages. Vente en nom. Prix sur demande.

Ravissant jardin

17. ANIÈRES – Situation d’exception pour cette charmante villa individuelle offrant une vue sur le lac. Elle est spacieuse et idéale pour une vie familiale confortable. Surface : 180 m2. Parcelle : Plus de 1 500 m2. Vente en nom. Prix sur demande.

18. CHAMBÉSY – Belle maison individuelle d’environ 200 m2 agrémentée d’une dépendance habitable neuve d’environ 60 m2. Elle se situe sur une grande parcelle plane et arborée de plus de 1 200 m2. Vente en nom. CHF 2 950 000.–

CES OBJETS CONSTITUENT UNE SÉLECTION DE NOTRE PORTEFEUILLE. POUR EN SAVOIR PLUS CONTACTEZ-NOUS

AGENCE DE VENTE – Société Privée de Gérance Route de Chêne 36 – 1208 Genève – Tél. 022 849 61 40 – Fax 022 849 61 05 www.spg.ch – vente@spg.ch

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

193


vente

■ P A G E S I M M O B I L I è R E S appar t eme n t s |  ge n è ve e t e n viro n s Quartier résidentiel

1. MIREMONT – Ce spacieux et lumineux appartement de 4 pièces se situe dans un quartier résidentiel et recherché de Genève. Il est à proximité des commerces, des moyens de transport, du centre-ville et des espaces verts. Sa surface de 111 m2 comprend un salon/salle à manger, 2 chambres et une belle salle de bains entièrement rénovée. Vente en nom. CHF 835 000.–

2. CHÊNE-BOUGERIES – Ce ravissant appartement de 4 pièces se situe au 2e étage d’une maison genevoise rénovée du XIXe siècle. Ses poutres apparentes ainsi que ses grands espaces de vie ouverts sur le mont Blanc lui confèrent beaucoup de charme et de convivialité. Il offre 2 chambres, un grand dressing. 2 parkings. Surface : 111 m2. Vente en nom. CHF 1 090 000.–

3. PETIT-SACONNEX – Situé dans une résidence calme, ce charmant appartement de 3 pièces offre tout le confort souhaité. Il est en bon état et de nombreux services sont à proximité. Sa surface de 50 m2 est composée d’une cuisine ouverte sur le salon/salle à manger avec accès au balcon de 11 m2, d’une chambre et d’une salle de bains complète. Box. Vente en nom. CHF 395 000.–

4. VESSY – Très bel appartement traversant de 4 pièces situé dans la résidence prisée Les Quatre Fontaines. Il jouit d’une belle vue sur le parc et bénéficie de la proximité des transports en commun. Il offre un spacieux salon et 2 chambres. Surface : 89,60 m2. Balcon : 5,60 m2. Vente en nom. CHF 930 000.–

Quartier calme

5. PLAINE DE PLAINPALAIS – Situation idéale pour ce superbe appartement de 6 pièces dans un bel immeuble du début du XXe siècle. Il dispose de spacieuses pièces de réception avec cheminée ainsi que de hauts plafonds avec moulures et parquets anciens. Le tout conjuguant charme et confort. Sa surface de 195 m2 comprend un double salon, 3 chambres et 2 salles de bains. Balcons : 2 x 5 m2. Vente en nom. CHF 1 750 000.–

6. EAUX-VIVES – Très bel appartement de 4 pièces, alliant tranquillité et proximité du centre-ville de Genève. Il comprend un grand séjour avec accès loggia de 14,70 m2, une cuisine équipée, deux grandes chambres avec loggia de 7,20 m2, une salle de bains et un w.-c. visiteurs. Vente en nom. CHF 1 390 000.–

CES OBJETS CONSTITUENT UNE SÉLECTION DE NOTRE PORTEFEUILLE. POUR EN SAVOIR PLUS CONTACTEZ-NOUS

AGENCE DE VENTE – Société Privée de Gérance Route de Chêne 36 – 1208 Genève – Tél. 022 849 61 40 – Fax 022 849 61 05 www.spg.ch – vente@spg.ch

194

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


vente

g e n è ve e t e n viro n s |  appar t eme n t S P A G E S I M M O B I L I è R E S ■

7. EAUX-VIVES – Superbe appartement contemporain de 4 pièces sis dans un bâtiment du XIXe siècle offrant un séjour avec cheminée, un salon, une belle chambre avec climatisation et une salle de bains complète. Ses beaux volumes et ses équipements haut de gamme en font un objet exceptionnel. Surface : 118 m2. Vente en nom. CHF 1 780 000.–

8.  PETIT-LANCY – Ce ravissant appartement de 4 pièces se situe à proximité des bus, des commerces et du centre-ville. La sérénité de ce lieu offre un cadre de vie agréable. Sa surface de 103 m2 comprend un salon/salle à manger ouvert sur le jardin de 60 m2, 2 chambres et 2 salles d’eau. Box. Vente en nom. CHF 885 000.–

Quartier calme

9. PETIT-LANCY – Charmant appartement de 4 pièces situé dans un quartier résidentiel verdoyant et calme, proche des bus, du tram et des commerces. Il est composé d’un séjour/salon, 2 chambres et 2 salles d’eau. Surface habitable : 88,50 m2. Terrasse : 10,30 m2. Jardin : 80 m2 environ. Parking intérieur. Vente en nom. CHF 850 000.–

10. VÉSENAZ – Ce bel appartement en triplex de 8 pièces offre de beaux volumes et une grande luminosité. Avec une surface de 282 m2, ce spacieux objet comprend un grand salon, 4 chambres et un dressing. Cadre de vie très plaisant à l’abri des nuisances sonores. Balcon : 7 m2. Jardin : 60 m2. 2 parkings intérieurs. Vente en nom. CHF 2 900 000.–

Rez-de-jardin

11. PETIT-SACONNEX – Idéalement situé, cet appartement de 7 pièces jouit d’une vue dégagée. Ses beaux espaces à vivre et sa clarté lui confèrent charme et convivialité. Il offre un salon/salle à manger, une cuisine équipée rénovée en 2007, 3 chambres, 2 dressings et 2 salles d’eau. Surface : 154 m2. Loggias : 25 m2. Vente en nom. CHF 1 700 000.–

12. ANIÈRES – Dans un cadre bucolique, à l'abri de toutes nuisances, charmant appartement de 4 pièces d'une surface de 96,70 m2. Il est composé d'un salon/ séjour avec coin repas ouvert sur la cuisine, 2 chambres avec accès au balcon de 13 m2, une salle de bains complète. Terrasse : 14,30 m2. Les activités sociales et commerciales sont à proximité. Vente en nom. Prix sur demande

CES OBJETS CONSTITUENT UNE SÉLECTION DE NOTRE PORTEFEUILLE. POUR EN SAVOIR PLUS CONTACTEZ-NOUS.

AGENCE DE VENTE – Société Privée de Gérance Route de Chêne 36 – 1208 Genève – Tél. 022 849 61 40 – Fax 022 849 61 05 www.spg.ch – vente@spg.ch

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

195


VENTE

■ P A G E S I M M O B I L I è R E S appar t eme n t S  |  ge n è ve e t e n viro n s

13. PÂQUIS – A proximité immédiate des rives du lac Léman et du centre-ville, très bel appartement de 3 pièces, récemment rénové dans un style contemporain, avec beaucoup de cachet. Surface habitable : 80 m2. Vente en nom. CHF 890 000.–

14. CHAMPEL – Très bel appartement d'angle de 7,5 pièces, au cœur d'un quartier prisé de Genève. Il est baigné par une belle luminosité et comprend 4 chambres et 3 salles d'eau. Cave. Box double. Rendements locatifs assurés jusqu'en 2011. Surface : 207,5 m2. Balcon : 9,9 m2. Vente en nom. CHF 2 900 000.–

Magnifique loft

15. COLOGNY – Cet appartement de 4 pièces, à rénover, se situe en rez-dejardin d’un bel immeuble résidentiel. Il dispose d’une grande terrasse avec un accès direct sur les jardins de la coproprété. Sa surface de 120 m2 offre un salon-salle à manger, une cuisine, 2 chambres, une salle de bains. Parking. Vente en nom. CHF 1 290 000.–

16. GRAND-SACONNEX – Superbe et spacieux loft contemporain de 120 m2 entièrement rénové. Il est composé d'une cuisine ouverte sur séjour et d'une salle de bains design. Un dépôt de 80 m2 pouvant être aménagé en chambre, un patio extérieur privatif de 40 m2 avec palmier et un parking constituent ses annexes. Vente en nom. CHF 1 400 000.–

Cadre serein

17. CHAMBESY – Bel appartement de 4 pièces en parfait état. Il se situe dans un cadre serein et verdoyant au cœur d’un ensemble résidentiel. A proximité du lac, des organisations internationales et des bus. 2 chambres. Surface : environ 81 m2. Jardin : 193 m2. Box. Appartement vendu loué. Investissement idéal, rendement 5%. Vente en nom. CHF 790  000.–

18. FLORISSANT – Dans un immeuble de standing, sont proposés 2 appartements de 2 et de 5 pièces totalisant 158 m2. Ils offrent une très belle luminosité grâce à leur situation exceptionnelle. L'environnement résidentiel, calme et verdoyant est un atout supplémentaire. Loggias / balcon : 24,30 m2. Box double. Vente en nom. CHF 1 650 000.–

CES OBJETS CONSTITUENT UNE SÉLECTION DE NOTRE PORTEFEUILLE. POUR EN SAVOIR PLUS CONTACTEZ-NOUS.

AGENCE DE VENTE – Société Privée de Gérance Route de Chêne 36 – 1208 Genève – Tél. 022 849 61 40 – Fax 022 849 61 05 www.spg.ch – vente@spg.ch

196

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


Vous cherchez comment financer votre achat immobilier ?

©iStock

Vous souhaitez renégocier votre hypothèque ?

Ne perdez pas de temps, contactez-nous!

Tél 022 849 61 32 Et profitez des taux historiquement bas, en bloquant votre hypothèque 12 à 24 mois à l’avance.

· · ·

Que vous soyez un particulier ou un investisseur, la SOCIÉTÉ PRIVÉE DE GÉRANCE vous propose un service global et indépendant pour :

Garantir la sécurité de votre famille et de votre patrimoine

financement et assurances

PAGES IMMOBILIèRES ■

Exploiter au mieux vos ressources financières

·

Optimiser votre fiscalité

Sélectionner le financement le plus avantageux (avec ou sans amortissement direct ou indirect)

Ces prestations de conseil vous sont offertes sans engagement, que vous soyez ou non client de la SPG.

Société Privée de Gérance Service Financement et Assurances Route de Chêne 36 - 1208 Genève Tél 022 849 61 32 - Fax 022 849 67 72 www.spg.ch

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE Autopub Fin&Assu_SW.indd 2

06.05.2009 11:59:34

197


vente

■ P A G E S I M M O B I L I è R E S imme u bles |  ge n è v e e t e n v iro n s Quartier en plein essor

1. CAROUGE – Situation centrale et proche des axes autoroutiers. Surfaces industrielles et artisanales louées dans un immeuble de 1990, comprenant 745 m2 au rez, 590 m2 à l‘étage desservis par un ascenseur et 1 monte-charge, 4 accès larges pour livraison, 3 places de parc + 1 dépôt. Bail en cours. Vente en nom. Rendement brut 7,38 %. CHF 3 250 000.–

2.  NYON – Immeuble en excellent état, situé dans un quartier en plein essor, en zone industrielle et artisanale avec quai de déchargement pour gros camions. Immeuble commercial (91%) et logements (9%) de 3 niveaux sur sous-sol. Réserve locative pouvant faire progresser le rendement brut de 5,18% à 6,77%. Baux en cours. Vente en nom. CHF 12 600 000.–

3. PETIT - LANCY – Accès direct depuis Genève Jonction et proche de l'entrée de l'autoroute. Lots de bureaux en PPE entièrement loués dans un immeuble de 1991 offrant 468 m2 de bureaux sur 3 niveaux, 12 m2 de dépôts et 15 parkings intérieurs. A visiter sans attendre! Vente en nom. Rendement brut 7,08 %. CHF 2 650 000.–

4. GENèVE – A proximité de la gare, cet immeuble en bon état offre les avantages d'un environnement mixte urbain et résidentiel avec toutes ses commodités. Construit en 1961 et rénové en 2005, cet immeuble mixte de 3 entrées comprend 7 étages sur sous-sol, 94 appartements, arcades et dépôts. Importante réserve locative! Terrain en droit de superficie. Vente en SI. Rendement brut 7,17%. CHF 14 500 000.–

CES OBJETS CONSTITUENT UNE SÉLECTION DE NOTRE PORTEFEUILLE. POUR EN SAVOIR PLUS CONTACTEZ-NOUS.

SERVICE SPG TRANSACTIONS IMMEUBLES – Société Privée de Gérance Route de Chêne 36 – 1208 Genève – Tél. 022 849 65 54/51 – Fax 022 849 61 04 www.spg.ch – transim@spg.ch

198

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


vente

g e n è v e e t e n v iro n s |  imme u bles P A G E S I M M O B I L I è R E S ■

5. THÔNEX – Quartier calme et résidentiel, proche de l'école, des commerces, du nouveau centre commercial et des transports publics. Cet immeuble de 1962 offre 1 884 m2 de plancher brut. L'immeuble comprend 3 étages sur rez, 1 niv. de s/sol (17 parkings), 1 dépôt et 24 appartements. Vente en nom. Rendement brut 5,86%. CHF 6 000 000.–

6. BERNEX – Immeuble locatif de 1980 situé dans un quartier calme et verdoyant. Idéal pour accueillir des familles avec jeunes enfants. Proche de toutes les commodités et des axes autoroutiers. Cet immeuble comprend un rez + 3 étages ( 13 logements : 5x2,5p. + 1x5p. + 7x4p. ). Surface de plancher nette env. 903 m2. Vente en nom. Rendement brut 7,09%. CHF 2 900 000.– Vente autorisée aux étrangers

7. EAUX-VIVES – Immeuble commercial proche du parc des Eaux-Vives. Situation idéale, à proximité des transports en commun, des commerces et du lac. Vue sur le lac dès le 5e étage et vue panoramique à 360°C depuis l’attique. Actuellement surfaces brutes de 4 300 m2, après projet de rénovation 5 500 m2 + 20 places de parc environ. Idéal pour l'installation d'une société. Vente en SI. Vente en l’état CHF 41 000 000.– ou rénové CHF 70 000 000.–

8. CENTRE - VILLE – Côté rive gauche, à deux pas du centre-ville, au rez d’un immeuble PPE mixte de 1992. A vendre 8 lots d’arcades commerciales et administratives dont 6 occupées de 653 m2 avec 258 m2 de dépôts. Possibilité de vente séparée, ces objets représentent un rendement brut de 6,19 %. Vente en nom et en PPE. Lot dès CHF 385 000.-

CES OBJETS CONSTITUENT UNE SÉLECTION DE NOTRE PORTEFEUILLE. POUR EN SAVOIR PLUS CONTACTEZ-NOUS.

SERVICE SPG TRANSACTIONS IMMEUBLES – Société Privée de Gérance Route de Chêne 36 – 1208 Genève – Tél. 022 849 65 54/51 – Fax 022 849 61 04 www.spg.ch – transim@spg.ch

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

199


©iStock

patrimoine immobilier

■ PAGES IMMOBILIèRES

Vous avez l’immeuble ?

·

Vous désirez connaître : La valeur de votre patrimoine ? Savoir comment faire pour l’optimiser ? En connaître le rendement futur ?

·

·

Contactez-nous ! 022 849 65 51 Dans le cadre de l’optimisation d’un patrimoine immobilier, le service SPG Transactions Immeubles met à la disposition de tous les investisseurs, clients ou non du Groupe SPG, des compétences multidisciplinaires. Il les renseigne et les conseille grâce à ses contacts privilégiés avec le réseau de propriétaires et d’investisseurs du Groupe SPG ainsi qu’avec les différents acteurs du marché. Fort de son expérience et de son savoir-faire dans l’intermédiation immobilière, le service SPG Transactions Immeubles propose un service personnalisé à ses clients afin de leur faire bénéficier des opportunités d’investissement offertes par le marché.

Société Privée de Gérance Service SPG Transactions Immeubles Route de Chêne 36 - 1208 Genève Tél 022 849 61 54/51 - Fax 022 849 61 04 transim@spg.ch - www.spg.ch

200

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100 Autopub Transim.indd 1

06.05.2009 12:03:23


Appartement moderne

Objet rare

1. SAINT-JEAN – Dans une construction récente, appartement traversant en rez-de-jardin de 5,5 pièces d’environ 143 m2 avec terrasses comprenant une cuisine équipée ouverte sur un grand séjour/salle à manger, 3 chambres, 2 salles de bains/douche, dressing et hall. Une place de parking en sous-sol. Disponible de suite. Loyer sur demande Entiérement rénové

location

a ppar t eme n t s e t villas |  ge n è ve e t e n viro n s P A G E S I M M O B I L I è R E S ■

2. FLORISSANT – Splendide attique de 200 m2 en duplex offrant : grand hall, cuisine équipée, salle à manger, deux chambres, salle de bains, salle de douches, w.-c. visiteurs et dressing. A l'étage se trouvent un grand séjour, des w.-c. visiteurs et deux terrasses. Magnifique vue sur le lac et le Salève. Studio au 1er étage. Box en sous-sol. Disponible de suite. Loyer sur demande Maison de village

3. VIEILLE-VILLE – Magnifique appartement en triplex de 10 pièces d'environ 350 m2 avec ascenseur privatif, entièrement rénové avec matériaux de standing. Il vous offre ses 4 chambres et 4 salles d'eau, une cuisine entièrement équipée et 2 séjours avec terrasse et cheminée. Belle vue sur le lac et le Jet d'eau. Disponible de suite. Loyer sur demande

Familiale

4. CONCHES – Appartement de 7 pièces d'environ 260 m2 dans une maison de village comprenant une cuisine équipée, une salle à manger, 4 chambres à coucher dont une avec dressing-room et salle de bains attenants, séjour avec cheminée, 3 salles de bains/douche, balcon. Parking intérieur. Disponible de suite. Loyer sur demande

Charme

5. GENTHOD – Jolie villa mitoyenne d'environ 190 m2 comprenant hall d'entrée avec vestiaire et w.-c. visiteurs, cuisine équipée, salle à manger/séjour avec cheminée et accès terrasse couverte et jardin, 4 chambres à coucher, 2 salles de bains/ douche, loggia fermée. Deux emplacements couverts. Disponible de suite. Loyer sur demande

6. CORSIER – Belle villa mitoyenne d'environ 300 m2 offrant : grand salon/ salle à manger avec cheminée donnant sur la terrasse, cuisine entièrement équipée, 4 chambres dont une avec salle de bains attenante et salle de bains complète. Au sous-sol : bureau, chambre, salle de douche et salle de jeux avec accès au jardin. Garage double et parking extérieur. Jardin d'environ 300 m2 avec vue sur le lac. Disponible de suite. Loyer sur demande

CES OBJETS CONSTITUENT UNE SÉLECTION DE NOTRE PORTEFEUILLE. POUR EN SAVOIR PLUS CONTACTEZ-NOUS.

SERVICE DES LOCATIONS RÉSIDENTIELLES – Société Privée de Gérance Route de Chêne 36 – 1208 Genève – Tél. 022 849 61 50 – Fax 022 849 61 81 www.spg.ch – spgresid@spg.ch

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

201


Le Patio de Frontenex - Genève (GE) rgie n d’éne mmatio le conso nsumption ib fa , e o té de vi wer energy c re quali lo Meilleu uality of life, q r e h ig H

En plein cœur de Genève, 6 élégants lofts à louer

XX

Architecture distinguée et finitions de qualité

XX

Orientation côté cour

XX

Label écologique Minergie®

XX

Quartier unique proche de la rade et des parcs

XX

Parking souterrain

RO

GRA MME

Surfaces de 175 m2 à 252 m2

EUF

N

XX

P

Programme neuf | location

■ P A G E S I M M O B I L I è R E S lo f t s |  ge n è ve e t e n viro n s

Livraison : 1er trimestre 2010 au plus tard Loyers mensuels compris entre CHF 8 100.– et CHF 10 900.– CES OBJETS CONSTITUENT UNE SÉLECTION DE NOTRE PORTEFEUILLE. POUR EN SAVOIR PLUS CONTACTEZ-NOUS.

SERVICE DES LOCATIONS RÉSIDENTIELLES – Société Privée de Gérance Route de Chêne 36 – 1208 Genève – Tél. 022 849 61 50 – Fax 022 849 61 81 www.spg.ch – spgresid@spg.ch

202

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100

202


Location

G e n è ve e t e n viro n s |  loca u x commercia u x P A G E S I M M O B I L I è R E S ■

1. VERNIER ZYMOGA – 10 000 m2 environ de dépôts, disponibles dès 700 m2. Idéal pour stockage avec logistique. Accès camion, quai de déchargement, multiples commodités. Proche de l'aéroport international de Genève. Dès CHF 138.– m2/an

2. EAUX - VIVES – Beaux bureaux de 164 m2 et 179 m2 environ renovés et amenagés au grès du preneur. Situation idéale à deux pas du centre-ville et proche du lac. Parking villereuse à proximité. CHF 400.– m2/an

Idéal show-room

3. MONT - BLANC – Magnifiques bureaux de 750 m2 répartis sur trois plateaux dans un immeuble de style. Environnement calme. Disponibles dès 250 m2. Parking des Alpes à proximité. CHF 500.– m2/an

4. CHÊNE - BOURG – Belle surface de bureaux, lumineuse, traversante de 127 m2 en rez-de-chaussée qui donne sur un parc privatif. Idéal pour activité nécessitant un show-room. Entièrement rénovée. Proche du tram, des commodités et des restaurants. Parkings à disposition. CHF 350.– m2/an

CES OBJETS CONSTITUENT UNE SÉLECTION DE NOTRE PORTEFEUILLE. POUR EN SAVOIR PLUS CONTACTEZ-NOUS.

Service des locations commerciales – Société Privée de Gérance Route de Chêne 36 – 1208 Genève – Tél. 022 849 62 00 – Fax 022 849 67 06 www.spg.ch – locom@spg.ch

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

203


c ux c

c

ux | G nèv

t

nv

n

Location

■ PAGES IMMOBILIèRES

8500 m² à louer

www.st-gc.com

Société Privée de Gérance | 36, route de Chêne, 1208 Genève www.spg.ch, francois.delaite@spg.ch, 022 849 62 26

204

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE A

OM E 2009 |

°100

MINERGIE®


Location

G e n è ve e t e n viro n s |  loca u x commercia u x P A G E S I M M O B I L I è R E S ■

5. MEYRIN SATIGNY – Bureaux lumineux et calmes. Surface de 1 123 m2 environ de type open space au 1er étage. Nombreux parkings à disposition. Environnement verdoyant. Proche des axes autoroutiers. CHF 350.– m2/an.

6. RIVE GAUCHE – Deux belles arcades de 57 m2 et 117 m2 environ avec un sous-sol de 80 m2. Idéal pour activité artisanale ou commerce de proximité. Localisation dans une zone en plein développement à côté du futur écoquartier Artamis et du Saint-Georges Center. CHF 390.– m2/an.

7. RIVE DROITE – Idéal pour un commerce, une franchise ou une grande marque. Situé dans le grand centre commercial de Planète Charmilles, très beau magasin de 50 m2, bénéficiant d’un fort passage piétonnier dans une zone attractive. Parking visiteurs en sous-sol. Prix sur demande.

8. SÉCHERON – Proche des Nations Unies, des axes autoroutiers et de la Perle du lac. Bureaux de 150 m2 renovés, lumineux et traversants. Place de parking à disposition. CHF 280.– m2/an.

CES OBJETS CONSTITUENT UNE SÉLECTION DE NOTRE PORTEFEUILLE. POUR EN SAVOIR PLUS CONTACTEZ-NOUS.

Service des locations commerciales – Société Privée de Gérance Route de Chêne 36 – 1208 Genève – Tél. 022 849 62 00 – Fax 022 849 67 06 www.spg.ch – locom@spg.ch

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

205


Location

■ P A G E S I M M O B I L I è R E S loca u x commercia u x |  G e n è ve e t e n viro n s

Redefining business space for high technology and innovation

charmilles new tech center Rue de Lyon 105 à 111 — 1203 Genève Surfaces – – – –

surfaces disponibles de 154 m2 à 6857 m2 possibilité de disposer de plateaux de 1000 ou 2000 m2 prix dès 340.-- / m2 disponibilité : Juillet 2010

Domaines d’activités – – – – – – – – –

électronique mécatronique médical arts graphiques agro-alimentaire technologies de l’information construction pharma et chimie horlogerie

Spécifications techniques – – – – – – –

contrôle d’accès ascenceurs et monte-charges faux plancher technique air raffaichi fibre optique tunel accès camion dépots en sous-sol

Commercialisation SOCIÉTÉ PRIVÉE DE GÉRANCE Locations commerciales Route de Chêne 36 1208 Genève

+41 22 849 62 00 +41 22 849 67 04 (fax) locom@spg.ch www.spg.ch

Gérance SOCIÉTÉ PRIVÉE DE GÉRANCE Shopping & Business Centers Route de Chêne 36 1208 Genève

Information immobiliere.indd 1

206

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100

+41 22 849 62 60 +41 22 849 67 61 (fax) sbcenters@spg.ch www.spg.ch

10.08.09 15:13


GENEVA | BASEL | Z U R I C H

ROUTE DU PONT BUTIN / ROUTE DE CHANCY www.lancy-square.ch

Programme neuf | Location

G e n è ve e t e n viro n s |  loca u x commercia u x P A G E S I M M O B I L I è R E S ■

RENSEIGNEMENTS : SPG INTERCITY GENEVA – SOPHIE CARLIEZ 38 BIS AVENUE EUGENE-LANCE – 1212 GRAND-LANCY TEL. +41 22 707 46 80 | Fax. +41 22 707 46 77 www. spgintercity.ch | sophie.carliez@spgintercity.ch

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

207


Location

■ P A G E S I M M O B I L I è R E S loca u x commercia u x |  L A U S A NN E

LAUSANNE: LOCAUX COMMERCIAUX

Annonce

Immeuble de grand standing Surfaces de bureaux de 2’000 m2 Places de parking en sous-sol Disponible immédiatement

RENSEIGNEMENTS : SPG INTERCITY GENEVA – SOPHIE CARLIEZ 38 BIS AVENUE EUGENE-LANCE – 1212 GRAND-LANCY TEL. +41 22 707 46 80 | Fax. +41 22 707 46 77 www. spgintercity.ch | sophie.carliez@spgintercity.ch

208

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100

Marge à laisser libre

Avenue de Rhodanie - Excellente visibilité


Location

L A U S A NN E  |  loca u x commercia u x P A G E S I M M O B I L I è R E S ■

LAUSANNE-OUEST :: LOCAUX COMMERCIAUX LAUSANNE-OUEST LAUSANNE-OUEST LOCAUX COMMERCIAUX : LOCAUX COMMERCIAUX UX COMMERCIAUX Immeuble Immeuble neuf minergie Immeubleneuf neuf minergie minergie

Architecture contemporaine Architecture contemporaine Architecture contemporaine

es

Surfaces Surfaces globales de 17’000 m2 globales divisibles de 17’000 m2 divisibles Surfaces globales de 17’000 m2 divisibles Excellente visibilité depuis l’autoroute Excellente visibilité depuis l’autoroute Excellente visibilité depuis l’autoroute

NTS :

Y GENEVA – SOPHIE CARLIEZ E EUGENE-LANCE – 1212 GRAND-LANCY 7 46 80 | Fax. +41 22 707 46 77 rcity.ch | sophie.carliez@spgintercity.ch

RENSEIGNEMENTS : RENSEIGNEMENTS : RENSEIGNEMENTS : SPG INTERCITY SPG INTERCITY GENEVA – SOPHIE CARLIEZ GENEVA – SOPHIE CARLIEZ 38 BIS AVENUE EUGENE-LANCE – 1212 GRAND-LAN 38 BISINTERCITY AVENUE EUGENE-LANCE – 1212 GRAND-LANCY SPG GENEVA – SOPHIE CARLIEZ 22 707 46 80 | Fax. +41 22 707 46 77 TEL.BIS +41 22 707 EUGENE-LANCE 46 80 | Fax. TEL. +41 –+41 22 707 46 77 38 AVENUE 1212 GRAND-LANCY spgintercity.ch www. spgintercity.ch TEL. +41 22 707 46 80 | sophie.carliez@spgintercity.ch Fax.www. +41 22 707 46 77 | sophie.carliez@spginterc

www. spgintercity.ch | sophie.carliez@spgintercity.ch

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

209


Location

■ P A G E S I M M O B I L I è R E S loca u x commercia u x |  Y V E R D O N - L E S - B A I N S

YVERDON-LES-BAINS: À Louer Surfaces Mixtes Hi-Tech

Surface totale d’environ 3’600 m2 Laboratoires, logistique et bureaux Proximité de la gare et de l’autoroute Espace cafétéria et places de parking RENSEIGNEMENTS : SPG INTERCITY GENEVA – Benedetta Cevey 38 BIS AVENUE EUGENE-LANCE – 1212 GRAND-LANCY TEL. +41 22 707 46 78 | Fax. +41 22 707 46 77 www. spgintercity.ch | benedetta.cevey@spgintercity.ch

210

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


Location

G e n è ve e t e n viro n s |  loca u x commercia u x P A G E S I M M O B I L I è R E S ■

Dans un cadre verdoyant, une adresse au coeur de Genève sur le plateau de Champel Immeuble de haute qualité à louer offrant 3’600 m2 de surfaces de bureaux divisibles dès 723 m2 et de nombreuses places de parkings.

Contact et informations : Sophie Carliez Tél : +44 (0) 22 707 46 80 Mob : +41 (0) 79 291 91 18 sophie.carliez@spgintercity.com

www.pleiades-geneve.com

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

211


Programme neuf | vente

■ P A G E S I M M O B I L I è R E S V illas |  va u d

Arzier | Les terrasses du Muids-Arzier

XX

Villas jumelées par les garages

XX

À proximité de la gare de Nyon et de St-Cergue

XX

À 10 minutes en voiture de la sortie d'autoroute de Nyon

Livraison : automne 2010 CHF 995 000.–

CES OBJETS CONSTITUENT UNE SÉLECTION DE NOTRE PORTEFEUILLE. POUR EN SAVOIR PLUS CONTACTEZ-NOUS.

SERVICE DES VENTES – Rytz & Cie SA Avenue A.-Cortot 7 – 1260 Nyon – Tél. 022 36 36 010 – Fax 022 36 36 020 www.rytz.com – vente@rytz.com

212

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100

RO

GRA MME

Chauffage de type énergie renouvelable

EUF

N

XX

P

Dans un écrin de verdure avec vue panoramique sur le lac et les Alpes 3 6 magnifiques villas de 5,5 pièces + cuisine


Founex

Programme neuf | vente

v a u d  |  a p p a r t e m e n t PA G E S I MM O B I L I è RE S ■

Construction traditionnelle d’excellente qualité de type Minergie®

XX

3 surfaces commerciales et une crèche-garderie

XX

Equipements et finitions de qualité

XX

Situation idéale, à proximité de toutes les commodités

A GR M

NEU

F

XX

E

2,5 à 5,5 pièces + cuisine M

XX

PRO

Ensemble de 3 immeubles au centre du village Comprenant 26 appartements en PPE spacieux et lumineux avec de grandes terrasses

Ouverture prochaine de la pré-commercialisation, inscrivez-vous ! CES OBJETS CONSTITUENT UNE SÉLECTION DE NOTRE PORTEFEUILLE. POUR EN SAVOIR PLUS CONTACTEZ-NOUS.

SERVICE DES VENTES – Rytz & Cie SA Avenue A.-Cortot 7 – 1260 Nyon – Tél. 022 36 36 010 – Fax 022 36 36 020 www.rytz.com – vente@rytz.com

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

213


vente

■ PA G E S I MM O B I L I è RE S P r o p r i é t é  |  v a u d

Gilly

Magnifique propriété vigneronne du XVIIIe siècle entièrement rénovée. Elle offre une vue imprenable sur le vignoble et un dégagement côté sud-est sur le lac et les Alpes. XX

Elle est composée de 3 lots PPE dont un appartement indépendant de 100 m2

XX

Surface habitable de 420 m2, dont certaines pièces climatisées

XX

Parcelle arborée avec de nombreuses plantations

XX

Magnifique jardin avec arrosage automatique agrémenté d’une pergola et d’un petit étang

CHF 3 700 000.–

CES OBJETS CONSTITUENT UNE SÉLECTION DE NOTRE PORTEFEUILLE. POUR EN SAVOIR PLUS CONTACTEZ-NOUS.

SERVICE DES VENTES – Rytz & Cie SA Avenue A.-Cortot 7 – 1260 Nyon – Tél. 022 36 36 010 – Fax 022 36 36 020 www.rytz.com – vente@rytz.com

214

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


vente

v a u d |  appar t eme n t s P A G E S I M M O B I L I è R E S ■

1. coppet – Magnifique attique de 5,5 pièces + cuisine avec grande terrasse d'environ 200 m2. Parc privatif au sud avec vue sur le lac et les Alpes. Architecture de type moderne avec de grandes baies vitrées. Situation calme et ensoleillée. Domaine des Perrières, à deux pas du centre du village, des écoles et de la gare. Finitions de qualité. Deux box fermés avec porte automatique (pour 3 voitures). CHF 2 800 000.–

2. Coppet – Sublime, spacieux et lumineux penthouse de 191 m2 dans le nouveau complexe résidentiel du Domaine des Perrières. Somptueuse terrasse de 197 m2 avec vue dégagée sur le lac et les Alpes. Finition luxueuse. Ascenseur privatif. A 10 minutes à pied des commodités et des transports. Garage fermé pour 2 voitures avec porte automatique. CHF 3 390 000.– CES OBJETS CONSTITUENT UNE SÉLECTION DE NOTRE PORTEFEUILLE. POUR EN SAVOIR PLUS CONTACTEZ-NOUS.

SERVICE DES VENTES – Rytz & Cie SA Avenue A.-Cortot 7 – 1260 Nyon – Tél. 022 36 36 010 – Fax 022 36 36 020 www.rytz.com – vente@rytz.com

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

215


vente

■ P A G E S I M M O B I L I è R E S imme u bles |  va u d

1. NYON – Immeuble mixte commercial et habitation. Trois niveaux sur sous-sol + nombreux parkings clients. Surface de plancher brute : 4 360m2 environ. En excellent état. Entièrement loué. Zone industrielle et artisanale. Bonne visibilité commerciale depuis l'autoroute. Rendement brut actuel de 5,18%. Rendement net actuel de 4,57%. CHF 12 600 000.–

2. VICH – Immeuble entièrement loué comprenant 5 appartements et une arcade. Construction de type traditionnel. Parcelle d'environ 470 m2. Volume ECA 2 087m3. Rendement brut 6,5%. Places de parc extérieures. CHF 1 690 000.– CES OBJETS CONSTITUENT UNE SÉLECTION DE NOTRE PORTEFEUILLE. POUR EN SAVOIR PLUS CONTACTEZ-NOUS.

SERVICE DES VENTES – Rytz & Cie SA Avenue A.-Cortot 7 – 1260 Nyon – Tél. 022 36 36 010 – Fax 022 36 36 020 www.rytz.com – vente@rytz.com

216

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


La Ferme - Prangins

Cuisine entièrement équipée

XX

4 chambres à coucher, 2 salles d'eau

XX

Séjour avec balcon

GRA

EUF

N

XX

RO

MME

P

A mi-chemin entre Gland et yon, élégant appartement neuf de 161 m2. initions de qualité.

Programme neuf | location

v a u d |  appar t eme n t P A G E S I M M O B I L I è R E S ■

Loyer mensuel de CH 3 800.– et CH 250.– charges

CES OBJETS CONSTITUENT UNE SÉLECTION DE NOTRE PORTEFEUILLE. POUR EN SAVOIR PLUS CONTACTEZ-NOUS.

SERVICE DES LOCATIONS – Rytz & Cie SA Avenue A.-Cortot 7 – 1260 Nyon – Tél. 022 36 36 037/38 – Fax 022 36 36 085 www.rytz.com – location@rytz.com

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

217


Location

■ P A G E S I M M O B I L I è R E S P ropri é t é  |  va u d

Dully

Magnifique demeure récente. Au bord du lac, au cœur d'un superbe paysage avec vue imprenable sur le lac et les Alpes. XX

Surface habitable de 1 100 m2

XX

Parcelle d’environ 3 000 m2

XX

Piscine intérieure

Loyer mensuel de CHF 25 000.–

CES OBJETS CONSTITUENT UNE SÉLECTION DE NOTRE PORTEFEUILLE. POUR EN SAVOIR PLUS CONTACTEZ-NOUS.

SERVICE DES LOCATIONS – Rytz & Cie SA Avenue A.-Cortot 7 – 1260 Nyon – Tél. 022 36 36 037/38 – Fax 022 36 36 085 www.rytz.com – location@rytz.com

218

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


Crans-près-Celigny

location

v a u d |  propri é t é P A G E S I M M O B I L I è R E S ■

Belle propriété contemporaine construite en 2007 avec des matériaux de qualité. Située dans un quartier résidentiel. XX

Surface habitable de 340 m2

XX

Parcelle de 1 710 m2

XX

Pavillon de 44 m2

XX

Salle de jeux et sauna avec salle d’eau

Loyer mensuel de CHF 17 000.– + charges

CES OBJETS CONSTITUENT UNE SÉLECTION DE NOTRE PORTEFEUILLE. POUR EN SAVOIR PLUS CONTACTEZ-NOUS.

SERVICE DES LOCATIONS – Rytz & Cie SA Avenue A.-Cortot 7 – 1260 Nyon – Tél. 022 36 36 037/38 – Fax 022 36 36 085 www.rytz.com – location@rytz.com

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

219


■ P A G E S I M M O B I L I è R E S villas |  va u d

location

Beaucoup de cachet

1. NYON – Villa individuelle datant de 1980 en parfait état située sur une parcelle de 2 000 m2. Surface habitable d'environ 240 m2. Superbe véranda avec cheminée, 4 chambres, 1 bureau et un carnotzet. Loyer de CHF 9 000.– + charges

2. BOGIS-BOSSEY – Proche de l'école internationale, maison au cœur du village avec beaucoup de cachet. Elle est entièrement rénovée et offre 6 pièces à vivre. Accès facile à l'autoroute. Jardin de 200 m2. Surface habitable d'environ 160 m2. Loyer de CHF 5 900.– + charges

3. BOGIS-BOSSEY – Jolie villa individuelle construite sur une parcelle de 1 000 m2. Agréable jardin. Surface habitable env 160 m2. Salon/salle à manger avec cheminée. 4 chambres à coucher. Loyer de CHF 5 500.– + charges

4. BURSINEL – Villa jumelle située près du lac avec un grand dégagement sur la campagne environnante. Parcelle de 750 m2. Surface habitable d'environ 150 m2. Elle offre un séjour avec cheminée et 3 chambres à coucher dont une avec salle de bains attenante. Combles aménagées. Loyer de CHF 3 824.– + charges

5. LE VAUD – Appartement de 4 pièces situé dans une maison de 2 logements avec une magnifique vue sur le lac et les Alpes. Surface habitables d'environ 110 m2 comprenant un séjour avec balcon, 2 chambres à coucher et 1 bureau. Jouissance d’un côté du jardin. Loyer de CHF 2 000.– + CHF 200.– charges

6. GLAND – Charmante villa jumelle récente sur une parcelle de 400 m2. Surface habitable d'environ 180 m2. Elle offre une cuisine ouverte entièrement équipée, séjour avec poêle à bois, 3 chambres à coucher dont une avec grande mezzanine, sauna, garage. Loyer de CHF 4 200.– + charges

CES OBJETS CONSTITUENT UNE SÉLECTION DE NOTRE PORTEFEUILLE. POUR EN SAVOIR PLUS CONTACTEZ-NOUS.

SERVICE DES LOCATIONS – Rytz & Cie SA Avenue A.-Cortot 7 – 1260 Nyon – Tél. 022 36 36 037/38 – Fax 022 36 36 085 www.rytz.com – location@rytz.com

220

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


|

t

nt

PAGES IMMOBILIèRES ■

o

ation

u

1. BEGNINS – Appartement de standing en duplex de 5 pièces + cuisine. Salle à manger ouverte sur séjour avec cheminée. Les combles offrent une chambre/mezzanine. Balcon de 20 m2. 2 places de parc intérieures incluses. CHF 4 680.– + CHF 170.– charges

2. NYON – Appartement neuf de haut standing. Situation privilégiée au centre de la ville de Nyon. Surface de 135 m2 avec combles et surcombles. Il offre un séjour avec cheminée, 3 chambres à coucher et une place de parc intérieure. CHF 4 800.– + CHF 200.– charges

Duplex

3. FOUNEX – Appartement situé au cœur du village de 4,5 pièces. Surface habitable de 125 m2. Il comprend un séjour avec balcon, 3 chambres à coucher et une place de parc intérieure. CHF 2 900.– + CHF 250.– charges

4. ETOY VILLAGE – Appartement neuf en duplex comprenant 2 chambres à coucher, 2 salles d’eau, des w.-c. visiteurs, une superbe mezzanine, 1 balcon et 2 places de parc. Il est situé dans le village d’Etoy. Facilités à proximité. CHF 3 250.– + CHF 200.– charges

5. GLAND – Appartement entièrement rénové de 5 pièces offrant une cuisine agencée et équipée, un salon/salle à manger avec cheminée, 4 chambres à coucher dont une de 24 m2, 2 salles d’eau et une grande mezzanine avec prise TV et ISDN. CHF 3 100.– + CHF 300.– charges

6. COPPET – Appartement de haut standing de 5 pièces avec un attique de 199 m2. Il offre une cuisine entièrement agencée et équipée, un salon/salle à manger avec cheminée, 3 chambres à coucher et 1 bureau. Une terrasse d'environ 200 m2 entoure l’appartement. CHF 8 630.– + CHF 320.– charges

CES OBJETS CONSTITUENT UNE SÉLECTION DE NOTRE PORTEFEUILLE. POUR EN SAVOIR PLUS CONTACTEZ-NOUS.

SE V CE DES L CAT NS – ytz & Cie SA Avenue A.-Cortot 7 – 1260 Nyon – Tél. 022 36 36 037/38 – Fax 022 36 36 085 www.rytz.com – location@rytz.com

A

OM E 2009 |

°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

221


L O C ATION

■ P A G E S I M M O B I L I è R E S imme u bles |  va u d

1. EYSINS – Ces locaux commerciaux se composent de bureaux et d'arcades sur une surface de 267 m2. Ils comprennent des sanitaires, une cuisine équipée et une climatisation. Le sous-sol compte une surface de 203 m2 répartie en cave et en dépôts. Ces locaux sont disponibles de suite. Parkings souterrains. Loyer CHF 7 500.– + CHF 500.– charges

2. Nyon – Cet immeuble de conception moderne est idéalement situé à proximité des axes autoroutiers. Sa surface d'environ 252 m2 est composée de plusieurs bureaux. Loyer CHF 5 340.– + CHF 500.– charges

CES OBJETS CONSTITUENT UNE SÉLECTION DE NOTRE PORTEFEUILLE. POUR EN SAVOIR PLUS CONTACTEZ-NOUS.

SERVICE DES LOCATIONS – Rytz & Cie SA Avenue A.-Cortot 7 – 1260 Nyon – Tél. 022 36 36 037/38 – Fax 022 36 36 085 www.rytz.com – location@rytz.com

222

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


Nyon

Surface de 300 m2 de bureaux encore disponible. Immeuble commercial de standing en construction.

XX

À proximité de l'axe autoroutier Genève / Lausanne

XX

À proximité d'un centre commercial

XX

Nombreuses possibilités de parking

P

Situation idéale au nord de la ville RO

GRA MME

XX

Programme neuf | location

v a u d |  b u rea u x P A G E S I M M O B I L I è R E S ■

N

EUF

Loyer et renseignements sur demande

CES OBJETS CONSTITUENT UNE SÉLECTION DE NOTRE PORTEFEUILLE. POUR EN SAVOIR PLUS CONTACTEZ-NOUS.

SERVICE DES LOCATIONS – Rytz & Cie SA Avenue A.-Cortot 7 – 1260 Nyon – Tél. 022 36 36 037/38 – Fax 022 36 36 085 www.rytz.com – location@rytz.com

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

223


Vente

■ P A G E S I M M O B I L I è R E S villas |  f ra n ce voisi n e

Messery

Situation exceptionnelle pour cette magnifique villa contemporaine offrant une vue dégagée sur le lac. Elle comprend une belle piscine (domotique). XX

Grande cuisine équipée, salon avec cheminée, salle à manger

XX

6 chambres, 3 salles de bains

XX

Suite parentale avec dressing et salle de bains

XX

Sous-sol complet

XX

Climatisation

Prix sur demande CES OBJETS CONSTITUENT UNE SÉLECTION DE NOTRE PORTEFEUILLE. POUR EN SAVOIR PLUS CONTACTEZ-NOUS.

IFA - 3, place Porte de France (à 50 m de la douane de Moëllesulaz) - FR-74240 Gaillard Tél. (0033) 450 87 05 80 - Fax (0033) 450 87 08 23 www.agence-ifa.fr - ifa@wanadoo.fr

224

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


À deux pas de Genève

VENTE

f ra n ce voisi n e |  propri é t é P A G E S I M M O B I L I è R E S ■

Propriété de charme exceptionnelle. Splendide parc de près de 5 ha comprenant des arbres séculaires. XX

Magnifique château bâti en 1865

XX

Cette demeure offre un espace habitable d'environ 700 m2

XX

Annexes : boxes à chevaux, petite grange et une serre

XX

À proximité des infrastructures commerciales et sociales de Gaillard

Prix sur demande CES OBJETS CONSTITUENT UNE SÉLECTION DE NOTRE PORTEFEUILLE. POUR EN SAVOIR PLUS CONTACTEZ-NOUS.

IFA - 3, place Porte de France (à 50 m de la douane de Moëllesulaz) - FR-74240 Gaillard Tél. (0033) 450 87 05 80 - Fax (0033) 450 87 08 23 www.agence-ifa.fr - ifa@wanadoo.fr

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

225


vente

■ P A G E S I M M O B I L I è R E S propri é t é s |  f ra n ce voisi n e

1. 25 KM DE GENèVE – Belle propriété « les pieds dans l’eau ». Terrain entièrement clos de 3 150 m² avec accès direct sur le lac Léman. Elle comprend 8 chambres, un salon, une salle à manger avec cheminée, une cuisine équipée et 5 salles de bains. Elle dispose de 40 m linéaires de plage équipée d’un ponton. Prix sur demande

2. LUGRIN – Site exceptionnel pour cette propriété pieds dans l’eau sur deux niveaux. Elle offre 6 pièces + une cuisine aménagée, 2 salles de bains, un salon avec cheminée et un sous-sol. Vue grandiose sur le Lac. EUROS 890 000.–

CES OBJETS CONSTITUENT UNE SÉLECTION DE NOTRE PORTEFEUILLE. POUR EN SAVOIR PLUS CONTACTEZ-NOUS.

IFA - 3, place Porte de France (à 50 m de la douane de Moëllesulaz) - FR-74240 Gaillard Tél. (0033) 450 87 05 80 - Fax (0033) 450 87 08 23 www.agence-ifa.fr - ifa@wanadoo.fr

226

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


VENTE

f ra n ce voisi n e |  P R O P R I é T é e t appar t eme n t P A G E S I M M O B I L I è R E S ■

1. Amphion-les-bains – Emplacement exceptionnel pour cet appartement "pieds dans l'eau" offrant une vue magnifique sur le lac Leman depuis sa terrasse. Son intérieur se compose d'une cuisine équipée ouverte sur le salon/salle à manger, de 2 chambres, d'une salle de bains, de 2 w.-c., d'une cave et d'un parking en sous-sol. EUROS 418 000.–

2. MESSERY – Vue sur le lac pour cette belle propriété contemporaine récente sur deux niveaux. Elle se compose d’une cuisine équipée ouverte sur un vaste séjour/salle à manger avec cheminée, 4 chambres, 1 salon mezzanine et 3 salles de bains. Terrain de 1 200 m² agrémenté d’une piscine. EUROS 1 190 000.– CES OBJETS CONSTITUENT UNE SÉLECTION DE NOTRE PORTEFEUILLE. POUR EN SAVOIR PLUS CONTACTEZ-NOUS.

IFA - 3, place Porte de France (à 50 m de la douane de Moëllesulaz) - FR-74240 Gaillard Tél. (0033) 450 87 05 80 - Fax (0033) 450 87 08 23 www.agence-ifa.fr - ifa@wanadoo.fr

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

227


vente

■ P A G E S I M M O B I L I è R E S appar t eme n t s |  f ra n ce voisi n e

1. GAILLARD – Grand F2/3 dans villa offrant une belle parcelle de 700 m². Situation calme, dégagée et ensoleillée. EUROS 250 000.–

2. GAILLARD – À deux pas de la douane de Moëllesulaz, dans petite copropriété, vaste 2 pièces + cuisine entièrement équipée et en parfait état. Cave et Garage. Environnement calme. EUROS 170 000.–

Frontière de Moëllesulaz

3. GAILLARD – Proche de la frontière de Moëllesulaz, beau 2 pièces + cuisine équipée de 59 m² situé au 5e étage. Appartement bénéficiant d'un balcon avec une magnifique vue sur le Salève. Cave et garage en sous-sol. EUROS 190 000.–

4. GAILLARD – Douane de Moëllesulaz. Grand studio de 30 m² au dernier étage. En parfait état. Ensoleillé et calme. EUROS 100 000.–

Grand jardin

5. GAILLARD – Dans une petite copropriété proche de la frontière de Moëllesulaz, beau 3 pièces + cuisine équipée en rez-de-jardin. Exposition plein sud. En parfait état. Magnifique jardin de 380 m2 entièrement clos. Parkings privés et cave en sous-sol. EUROS 275 000.–

6. GAILLARD – À deux pas de la douane de Moëllesulaz, beau 4 pièces + cuisine équipée ouverte sur séjour avec balcon et terrasse. Immeuble neuf avec situation calme. Il est situé à proximité du tram et des commerces. Lumineux. Cave et garage en sous-sol. EUROS 286 000.–

CES OBJETS CONSTITUENT UNE SÉLECTION DE NOTRE PORTEFEUILLE. POUR EN SAVOIR PLUS CONTACTEZ-NOUS.

IFA - 3, place Porte de France (à 50 m de la douane de Moëllesulaz) - FR-74240 Gaillard Tél. (0033) 450 87 05 80 - Fax (0033) 450 87 08 23 www.agence-ifa.fr - ifa@wanadoo.fr

228

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


f

n

n

| VILLAS PAGES IMMOBILIèRES ■

1. GAILLARD – Secteur calme pour cette villa individuelle sur deux niveaux. Elle comprend une cuisine équipée, un salon cheminée, 5 chambres et 3 salles de bains. Garage pour une voiture. Terrain clos et arboré de 997 m² jouissant d’une bonne exposition et d’une situation calme, proche des commerces et des écoles. EUROS 510 000.–

2. SCIENTRIER – Située à 15 minutes de Genève, environnement campagnard pour cette belle propriété ancienne entièrement rénovée comprenant une vaste cuisine équipée avec cheminée, un salon/salle à manger de 60 m² avec cheminée, 5 chambres, 2 salles de bains et un sous-sol. Un appartement indépendant de type 3 pièces + cuisine équipée et mezzanine complètent l’habitation principale. Le tout occupe une belle parcelle de 1 240 m². EUROS 880 000.–

3. VéTRAZ-MONTHOUX – Villa individuelle offrant 145 m² sur 2 niveaux sur un magnifique terrain de 1 230 m² entièrement clos et arboré. Elle se compose de 4 chambres, 2 salles de bains, un sous-sol avec caves, une buanderie et un garage. Situation calme et bonne exposition. En parfait état. A voir ! EUROS 495 000.–

4. VéTRAZ-MONTHOUX – Secteur privilégié pour cette maison de village entièrement rénovée. Elle comprend une cuisine aménagée, un salon/salle à manger avec cheminée, 3 chambres, 2 salles de bains, une belle véranda et un sous-sol avec garage. Le terrain de 678 m² offre une vue sur la propriété et bénéficie d’un bon ensoleillement. Charme assuré. EUROS 445 000.–

Très beau potentiel

5. GAILLARD – Situation idéale pour cette maison bourgeoise des années 30 à rénover. Elle offre un très beau potentiel. Parcelle d’environ 700 m² entièrement clôturée, agrémentée d’arbres centenaires. EUROS 375 000.–

6. à 40 KM DE GENèVE – Magnifique ferme savoyarde de 1 850 entièrement rénovée avec soin. Elle offre 370 m² habitables sur 2 niveaux. Sa parcelle de 11 717 m² avec piscine peut accueillir des chevaux. Situation ensoleillée. Facile d’accès. EUROS 1 200 000.–

CES OBJETS CONSTITUENT UNE SÉLECTION DE NOTRE PORTEFEUILLE. POUR EN SAVOIR PLUS CONTACTEZ-NOUS.

IFA - 3, place Porte de France (à 50 m de la douane de Moëllesulaz) - FR-74240 Gaillard Tél. (0033) 450 87 05 80 - Fax (0033) 450 87 08 23 www.agence-ifa.fr - ifa@wanadoo.fr

A

OM E 2009 |

°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

229


VENTE

F R A N C E | C H ÂT E A U X & M A N O I R S FA I T E S U N E F O L I E ! ■

INDRE (36)

INDRE – À 260 km au sud de Paris, ce château domine un joli village comprenant des commerces. Adossé à un beau parc boisé de 10 ha environ, et protégé soit par des fossés soit par de hautes murailles, ce château médiéval, classé Monument historique, comprend une vingtaine de pièces principales ornées de cheminées monumentales et de plafonds à poutres apparentes. On trouve de belles salles voûtées au sous-sol. Une chapelle du XIVe siècle est décorée de remarquables fresques qui sont également classées Monument historique. Les annexes comprennent une maison secondaire de 3 pièces en bon état, et d’anciennes écuries. D’importants travaux de restauration ont été effectués, mais d’autres restent à prévoir. EUROS 1 295 000.–

MAINE-ET-LOIRE (49)

MAINE-ET-LOIRE – Ce château champêtre en région vinicole est situé à proximité de Saumur et jouit d’une architecture intérieure et extérieure très soignée. La façade est sculptée, les cheminées sont en marbre ou chêne travaillé, les plafonds sont richement ornés. La surface habitable est d’environ 400 m2, qui comprend au rez-de-chaussée surélevé, un vestibule et un hall avec un bel escalier en chêne, un grand salon, une salle à manger, un billard, une cuisine, des w.-c. L’étage se compose de plusieurs chambres et de leurs salles de bains, de dressing, et d’une suite (salle de bains, douche, bureau). Le parc est orné de châtaigniers centenaires, d’un jardin potager, d’une éolienne, d’un bassin d’eau, d’un puits et d’un château d’eau, le tout sur une vingtaine d’hectares. EUROS 690 000.– CES OBJETS CONSTITUENT UNE SÉLECTION DE NOTRE PORTEFEUILLE. POUR EN SAVOIR PLUS CONTACTEZ-NOUS.

Dossiers disponibles auprès de Sarah Wangeler SOCIÉTÉ PRIVÉE DE GÉRANCE – Route de Chêne 36 – 1208 Genève Tél. 022 849 65 63 – Fax 022 849 61 80 www.informationimmobiliere.ch – publications@spg.ch

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

231


Notre objectif: la qualité au meilleur niveau Génie civil - Direction des travaux - Pilotage

5, chemin de Paris - 1233 Bernex T : 022 850 91 20 - F : 022 850 91 29 - info @ pilletsa.ch - www.pilletsa.ch

232

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


Buck Island Îles Vierges Britanniques

Etats -Unis

Mexique

Golfe du Mexique

OCÉAN ATLANTIQUE Floride Cuba

Beauté tropicale et vues océaniques pittoresques

Ant

ILES VIERGES BRITANNIQUES Buck Island Haïti

vente

Î l e s V i e r g e s B r i tann i q ue s  |  Î l e . . . une aut r e f o l i e ! ■

i ll es

Vénézuela

OCÉAN PACIFIQUE

Colombie Brésil

Située le long de la côte de Tortola, cette splendide île se divise en deux espaces. Au sud-est, la maison principale domine l'île depuis le sommet de la falaise. A l'ouest, sont installées deux belles maisons pour les invités. Une piscine donnant sur le canal de Sir Francis Drake agrémente les lieux. Superficie : 17,4 hectares. USD 50 000 000.– CES OBJETS CONSTITUENT UNE SÉLECTION DE NOTRE PORTEFEUILLE. POUR EN SAVOIR PLUS CONTACTEZ-NOUS.

Dossiers disponibles auprès de Sarah Wangeler Société Privée de Gérance – Route de Chêne 36 – 1208 Genève Tél. 022 849 65 63 – Fax 022 849 61 80 www.informationimmobiliere.ch – publications@spg.ch

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

233


as du carreau n98.pdf 16.01.2009 13:27:30

A l’As du Carreau, F. Stanga Vitrerie Miroiterie Encadrements Stores 55, rue de Lausanne 1202 Genève Tél. 022 732 28 85 integration n100.pdf 11.08.2009 11:01:38 Fax 022 731 46 34

A. PINTO La qualité n’a pas de prix, elle a un nom

Intégral-Rénovation Sàrl N 079 716 50 00 14:04:03 F bernardino 022 n100.pdf 700 01.09.2009 02 18

35, rue Maunoir -1207 Genève

www.integrale-renovation.com - info@integrale-renovation.com

ENTREPRISE DE REVÊTEMENTS DE SOLS

PA

RQ

PO UET NÇ S MO AGE QU NE ETT TT ES OY AG E

BERNARDINO

234

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100

13, PROMENADE CHAMPS-FRÉCHETS 1217 MEYRIN

E-mail: bernardino-sols@bluewin.ch Tél.: 022 782 45 67 - Fax: 022 782 45 78


Benjamin Etanchéité Sàrl

ÉTANCHÉITÉ - COUVERTURE - SARNAFIL - RÉSINE - ISOLATION - ENTRETIEN - TOITURE

Mobile +41 79 601 91 94 benjietancheite@freesurf.ch

Tel +41 22 796 24 14 Fax +41 22 796 09 24

Chemin de l’Ecu 17 E CH-1219 Châtelaine

CONSTRUCTIONS BOIS - CHARPENTE ISOLATIONS - LAMBRISSAGES

Entreprise Duret sa MENUISERIE INTÉRIEURE AGENCEMENTS - RÉNOVATIONS - ESCALIERS 107, avenue de Thônex CH-1231 Conches/Genève

Tél. : 022 703 40 90 Fax : 022 703 40 98 E-mail : duret.sa@duret.ch

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

235


Entreprise générale de nettoyage

Av. Cardinal-Mermilod 36 • 1227 Carouge • lia@deal-service.ch • 079 815 43 30

CSB SERVICES Sàrl SANITAIRE

H. OMARINI

CONSTRUCTIONS MÉTALLIQUES

Gilbert OMARINI, succ.

TRAVAUX EN ALUMINIUM INSTALLATIONS BLINDÉES ET DE SÉCURITÉ Tél.: 022 301 34 37 Fax: 022 301 34 35

CP 1467 1211 Genève 26

DANIEL LOSS ÉLECTRICITÉ ÉLECTRICITÉ CÂBLAGE RÉSEAU TÉLÉPHONE

Maison fondée en 1947

Tél. 022 736 37 69 Fax 022 786 49 96

CAGES D’ASCENSEURS,

Rue de l’Avenir 32 VÉRANDAS, ETC. berclaz n 93.qxp:Mise en page 11207 26.2.2008 7:57 Genève

Carrelages • Revêtements Mosaïques • Marbres

7, rue du Lac 1207 Genève

tél: + 41 22 736 00 05 fax: + 41 22 736 62 15 natel: + 41 79 436 70 30 mail: dloss@bluewin.ch

Téléphone: 022 751 08 80 Fax: 022 751 08 90 Mobile: 079 436 92 28 4, chemin Neuf CP 6371 - 1211 Genève 6

edouard.berclaz@bluewin.ch

FAZIO & Cie MENUISERIE - RÉNOVATION DE FENÊTRES VITRAGES - SERRURES AGENCEMENT DE CUISINES Tél.: 022 340 66 70 - Fax: 022 340 66 90 - Natel: 079 214 38 06

ENTRETIEN bureaux, locaux commerciaux et industriels, lavage de vitres, service conciergerie et autres services sur demande.

sorbet blanc n100.pdf 11.08.2009 10:20:48

Restauration des revêtements émaillés Baignoires en verre acrylique à encastrer – Renforcées de fibre de verre –

Système “baignoire dans baignoire” – Sur mesure –

Membre

33b, avenue du Gros-Chêne - 1213 ONEX nettoyage.piezin@bluewin.ch Tél. 022 792 12 69 - Fax 022 793 78 04

236

Association Genevoise des Entrepreneurs en Nettoyage et de Service

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100

Jean-Claude BOVET 3, route de Buchillon - 1162 Saint-Prex Téléphone: 021 806 16 07 - Natel: 079 622 78 08 - Fax: 021 806 16 77

Page 1


8.pdf 23.01.2009 15:45:24

planche:Mise en page 1

25.2.2008

11:02

Page 1

Droz n98.pdf 23.01.2009 14:38:25

ions âts act Effr es dég utr et a

UIT TN E R JOU0 06 36 E NAGne 022 30 N A o DÉP Téléph travaux deISERIERERIERIE s Tou

NU ERRU ITRE V S

ME

GENÈVE Ch. du Champ-des-Filles 11 - 1228 Plan-les-Ouates Tél. 022 706 26 26 - Fax 022 706 26 36

Sanitaires - Ferblanterie - Couverture

LAUSANNE Route de Prilly 21 1023 Crissier Tél. 021 636 03 66 Fax 021 636 03 67

MENUISERIE

G CONSTANTIN S.A. NYON Route de Saint-Cergue 113 - 1260 Nyon Tél. 022 362 20 63 - Fax 022 362 11 21 www.constantin.ch

Rue de Veyrier 12 · 1227 Carouge · Téléphone: 022 342 08 43

Electromécanique immobilière –Ventilation – Climatisation 6, chemin des Marais 1232 Téléphone: 022 757 17 40 Perrier n99_180-45.indd 1

Confignon - Genève Fax: 022 757 17 55 08.05.2009 12:24:30

Vitrerie Miroiterie Vitrages isolants Stores

Rue Boissonnas,9 1227 Les Acacias Tel. & Fax: 022 342 18 08 Mail: manu@s-tileandstone.com

Route de Certoux 155 Tél. 022 771 26 65 1258 Perly-Certoux/GE Fax 022 771 37 94 www.atelverre.ch

Thiébaud + Perritaz SA Ventilation - Climatisation Projets - Exécution Entretien - Dépannages

« Gardez votre énergie » 20, route de Pré-Marais 1233 Bernex

Tél. 022 850 91 00 - Fax 022 850 91 01 E-mail: info@thiebaud-perritaz.com

AUTOMNE 2009 | N°100 L’INFORMATION IMMOBILIÈRE

237


gypserie - peinture papiers peints - décoration Yves Mégevet

mégevet & cie sa Cité Vieusseux 9 - 1203 Genève Téléphone: +41 22 343 51 60 - Fax : +41 22 300 10 59 Portable: +41 78 608 26 28 e-mail: megevet@bluewin.ch

ETANCHÉITÉ - FERBLANTERIE - COUVERTURE - MASTICAGE - FUITES - RÉSINE INJECTION DE RÉSINE - TOITURE ET ENTRETIEN

7, chemin de la Verseuse - CH-1219 Aïre - Genève Tél. : 022 797 14 82 - Mobile : 079 614 12 12 - Fax : 022 797 14 83

238

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


■ ILS ONT DIT

La tradition ne consiste pas à conserver des cendres, mais à entretenir une flamme.

Je redistribue tous les conseils reçus. C’est la seule chose qu’on puisse en faire. Oscar Wilde (1854-1900)

EXIT >

Avec l’âge, on regrette surtout les péchés que l’on n’a pas commis. W. S o m e r s e t Maugham (1874-1965)

Jean Jaurès (1859-1914)

Qui n’aime pas la solitude n’aime pas la liberté, car on n’est libre qu’en étant seul.

Le travail éloigne de nous trois grands maux : l’ennui, le vice et le besoin. Voltaire (1694-1778)

Schopenhauer

L’ e s t h é t i q u e d’aujourd’hui s’appelle le succès. Je ne peux rien pour qui ne se pose pas de questions.

Andy Warhol (1928-1987)

(1788-1860)

Confucius (551-479 av.J.-C.)

PROCHAINE PAR UTION FÉVRIER 2010

240

L’INFORMATION IMMOBILIÈRE AUTOMNE 2009 | N°100


incontournable. Typiquement suisse et es avec, pour le meilleur de nous-mêm ns livro s nou Chaque jour, ce à notre Grâ . sfaction de nos clients unique but, l‘entière sati un réseau ons form s nou ers, Swissprint appartenance au groupe sans égas ion en Suisse avec des prestat de compétences unique do-là qui cre ce st C‘e e. iqu vét lité très hel les, le tout dans une qua typiqueaire ten Swissprinters IRL un par nous guide et qui fait de antage ? dav oir sav en lez vou s able. Vou ment suisse et incontourn www.swissprinters.ch


la gestion du capital SANTÉ

www.gsmn.ch

Genolier | Lausanne | Glion-sur-Montreux | Fribourg | Genève


L'INFORMATION IMMOBILIERE n°100