Page 1


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

Table des matières Introduction

Page

3

Circus Knie Détention des animaux Représentation circassienne Les animaux dans les quartiers d'hiver

9 20 26

Circus Nock Détention des animaux Représentation circassienne Les animaux dans les quartiers d'hiver

29 32 34

Circus Royal Détention des animaux Représentation circassienne

36 41

Circus Gasser-Olympia (GO) Représentation circassienne (Spectacle de Noël)

43

Circus Harlekin Détention des animaux Représentation circassienne

47 51

Circus Helvetia Détention des animaux Représentation circassienne

55 56

Circus Stey Détention des animaux Représentation circassienne

58 60


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

Introduction 1. Origines de ce rapport Au printemps 2013, la Protection Suisse des Animaux PSA a visité les cirques suisses qui présentent des animaux dans leur programme, pour la sixième fois depuis 2008: il s'agit des cirques Knie, Nock, Royal, Gasser-Olympia, Harlekin et Stey. Pour la première fois dans l'histoire des rapports de la PSA sur les cirques, cette année nous avons pu dresser une attestation entre acceptable et très bonne à tous les cirques, en ce qui concerne la détention des animaux et les numéros mettant en scène des animaux. Nous n'avons pas constaté d'anomalies graves dans la détention des animaux ni dans le dressage. Les espèces animales conduites en tournée se limitent essentiellement à des espèces peu problématiques. Nous avons visité et évalué les ménageries des cirques et les représentations. De plus, nous avons assisté pour la première fois à des "représentations de Noël", au cours de l'hiver 2012/13. De cette façon, le Cirque Helvetia, de Suisse romande, trouve également sa place dans notre rapport. Nous avons en outre demandé des renseignements à tous les cirques quant à leurs quartiers d'hiver et nous avons convenu d'une date pour les visiter. Nos spécialistes ont donc pu se faire une idée de la détention des animaux et des entraînements hivernaux auprès des cirques Knie et Nock. Par contre, le Cirque Royal ne nous a pas accordé cette possibilité. Cette recherche a été réalisée par les Départements Animaux sauvages, Animaux de compagnie et le Service de conseil vétérinaire de la PSA. Nous avons contacté préalablement tous les cirques en tournée régulière, par lettre, en leur demandant un rendez-vous officiel. À la suite de cela, nos contrôleurs ont été accueillis auprès des cirques Knie, Nock, Harlekin, Stey et GO aux dates convenues. Les cirques ont donc eu la possibilité de nous renseigner sur place quant à la détention des animaux et aux représentations mettant en scène des animaux. Seul le Cirque Royal n'a pas donné suite à notre demande, si bien que notre visite s'est déroulée sans annonce préalable. Nos spécialistes, dotés d'esprit critique, ont évalué les enclos et les représentations. Ensuite, les cirques ont reçu un compte rendu de l'évaluation pour qu'ils puissent s'exprimer. Lorsque nous avons considéré cela utile, nous avons intégré leurs réactions à ce rapport. L'intention de cette recherche était de documenter les détentions d'animaux actuelles des cirques suisses. Nous présentons des exemples positifs et négatifs de représentations. D'éventuelles infractions aux exigences minimales de l'ordonnance fédérale sur la protection des animaux seront mentionnées.

3


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

2. Principes En 2013, sept cirques, sur plus d'une vingtaine de cirques et de variétés qui sont en tournée en Suisse chaque saison, emmènent un grand nombre d'animaux (les cirques Knie, Nock, Royal, Gasser-Olympia GO, Harlekin, Stey, Helvetia) et présentent au programme des numéros avec des animaux – les leurs ou des animaux engagés. Dans les cirques itinérants, il faut considérer que les animaux ne restent que peu de jours à la même place. Ensuite, ils sont transportés à la prochaine localité. Le chargement, le déchargement et le transport exercent toujours une certaine pression sur les animaux, même quand ils y sont habitués. Cette pression peut être différente selon l'espèce animale: chez les animaux sauvages, elle est, probablement, tendanciellement plus importante que chez les animaux domestiques. De plus, la façon dont se déroule le transport est décisive de la charge exercée sur les animaux. Les facteurs importants sont le contact avec les animaux et la manière de s'y prendre avec eux, le chargement et déchargement, l'aménagement des véhicules et des rampes, la durée du déplacement, la manière de conduire les véhicules, l'arrivée dans les nouveaux enclos, les températures. Fondamentalement, on peut se demander si des animaux (sauvages) sont justifiables dans le cirque et si l'effet du spectacle légitime le stress et la limitation de l'espace vital qui serait propre à chaque espèce. Finalement, chaque direction de cirque et chaque spectateur et spectatrice doit trouver sa réponse personnelle à cela, car la législation en vigueur permet fondamentalement les représentations circassiennes qui mettent en scène des animaux. Le présent rapport sert donc d'aide à la décision aux profanes intéressés à la protection des animaux. La PSA est d'avis que plusieurs espèces animales – parmi celles-ci des espèces sauvages, mais aussi certains animaux domestiques – ne se prêtent que peu ou pas à être dressés et à apparaître dans un manège bruyant, par exemple les grands félins et les ours, les otaries, les lapins, les cochons d'Inde, les chats domestiques et les singes. De plus, la pertinence en ce qui concerne la protection des animaux comporte le parcours de vie des animaux, les méthodes de dressage auxquels ils sont soumis et les comportements montrés dans le manège, notamment si ces derniers correspondent au répertoire de comportements naturels des espèces concernées. Les cirques présentent également de grandes différences en ce qui concerne le dressage des animaux, eu égard à la transparence envers l'opinion publique. Alors que le Cirque Knie, par exemple, présente régulièrement des preuves accessibles et publiques, on ne peut qu'émettre des hypothèses quant à l'entraînement des animaux (en partie provenant de l'étranger) présentés dans certains autres cirques. Fondamentalement, on peut apprécier la réduction généralisée de l'effectif d'animaux et des numéros qui mettent en scène des animaux dans la plupart des cirques, ainsi que la représentation se limitant à des espèces adaptées comme les chevaux, les chiens et les chèvres. De manière isolée, certains cirques tentent encore de "nager à contre courant" et de s'assurer une niche de marché en mettant en scène des numéros avec des animaux le plus exotiques possible ou peu ordinaires. Il faut espérer que la conscience du public vis-à-

4


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

vis de la détention d'animaux appropriée et d'une présentation de ces animaux respectant leur dignité augmente et que les cirques concernés s'adaptent aux attentes du public. De plus, nous sommes d'avis que les autorités compétentes en matière d'octroi des autorisations à des troupes circassiennes emmenant des animaux de l'étranger doivent agir de manière plus restrictive (notamment dans le cas d'animaux sauvages et en relation avec le respect de l'ordonnance fédérale sur la protection des animaux). Les numéros avec des grands félins, des singes, des pingouins et des otaries, mais aussi avec des animaux domestiques non adaptés devraient donc être relégués au passé! Dans plusieurs pays d'Europe, des interdictions partielles ou générales de détenir des animaux dans des cirques sont en vigueur. Cela concerne souvent la détention d'animaux sauvages, par exemple dans le Royaume-Uni, en Autriche, en Slovénie et en Grèce. On peut discuter longuement sur l'utilité ou l'inutilité de ces interdictions et sur la différence, parfois arbitraire, entre "animaux sauvages difficiles à détenir" et "animaux familiers faciles à détenir". Cependant, il est évident que la Suisse devra aussi faire face à cette discussion, tôt ou tard. Par son classement annuel des cirques, la Protection Suisse des Animaux PSA souhaite contribuer à faire augmenter la sensibilité au sujet de la détention d'animaux dans les cirques, tant auprès des détenteurs que du public. La PSA ne demande pas une interdiction générale de détenir des animaux: elle revendique l'application conséquente des standards de détention les plus hauts, la levée des "dispositions exceptionnelles" en faveur des cirques – par exemple en ce qui concerne la place à disposition des animaux emmenés en tournée. Elle en appelle à la raison des exploitants de cirques afin que certaines espèces animales ne soient plus considérées pour des représentations circassiennes, en raison de la difficulté à les détenir et de leur comportement inapproprié. Sur ce point, la PSA est ouverte à une convention de droit privé, réunissant tous les exploitants de cirques, ou à une liste officielle des animaux faciles et difficiles à détenir dans un cirque.

3. Des localités-hôtes différentes Les conditions et les possibilités qu'offre chaque localité qui accueille un cirque sont très différentes. La situation varie fortement d'une place à l'autre et il n'est pas possible d'obtenir partout des pâturages, p. ex. pour les chevaux. Bien entendu, les exploitants de cirques responsables utilisent une grande place au profit de leurs animaux et serrent leurs roulottes d'habitation les unes aux autres en faveur des enclos pour les animaux, lorsque la place fait défaut. De plus, ils n'emmènent que le nombre d'animaux qui peuvent être hébergés sur la place d'accueil la plus petite. De plus, l'exemple du Cirque Knie montre qu'il est souvent possible de louer des prés et des pâturages, lorsque la place d'accueil est restreinte. Il faudrait également renoncer à emmener des animaux qui n'apparaissent pas dans le manège, pour autant que possible, à moins que les capacité du cirque ne permettent d'aménager un "zoo itinérant" dans les règles de l'art.

5


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

4. Évaluation des enclos Les enclos ont été évalués par des spécialistes (zoologues et vétérinaires). Il a donc été possible d'identifier clairement les détentions particulièrement bonnes ou particulièrement problématiques. Toutefois, une évaluation détaillée et définitive demanderait davantage de temps et de travail (en plus de la permission des cirques quant à un rapport interne et quand même critique!). Cela aurait comporté des entretiens avec les détenteurs et les gardiens des animaux quant à des détails tels que l'alimentation, l'occupation, la gestion, l'accès aux enclos extérieurs, le temps de stabulation, le changement d'enclos, etc. Il aurait également fallu observer les animaux plus longtemps (état sanitaire, troubles du comportement, utilisation de l'espace, etc.). Cela aurait dépassé le cadre du rapport annuel sur les cirques. Nous voulions plutôt indiquer les bonnes pratiques de la détention d'animaux dans les cirques et les formes de détention qui sont problématiques à nos yeux. Il n'a pas été possible de mesurer en détail les surfaces des enclos. Là où c'était possible, elles ont été estimées. Lorsque l'estimation faisait présumer des enclos trop petits, c'est-àdire là où le manque de place était évident, nous sommes partis du principe qu'ils se tenaient aux prescriptions minimales de l'OPAn ("in dubio pro reo"). De plus, les exploitants avaient la possibilité de s'exprimer quant aux chiffres indiqués et d'y apporter d'éventuelles corrections avant que ce rapport ne soit publié. Ordonnance sur la protection des animaux (OPAn) La nouvelle ordonnance sur la protection des animaux (ci-après "OPAn") est en vigueur depuis le 1er septembre 2008. Elle comporte quelques changements en ce qui concerne les détentions d'animaux dans les cirques. Les prescriptions minimales pour détenir des animaux sauvages ont été partiellement durcies (Annexe 2) et les exceptions ont été limitées: L'article en question (art. 95, al. 2, lit. a) se présente désormais comme suit: Ne sont pas tenus de remplir toutes les exigences minimales fixées à l’annexe 2: a. les enclos d’animaux éduqués, entraînés ou présentés fréquemment et régulièrement au public, si la surface des locaux sur les lieux d’accueil du cirque ou de la ménagerie ne permettent pas de les remplir. L'autorisation exceptionnelle ne vaut donc explicitement que pour les animaux qui travaillent effectivement dans le manège. A contrario, cela signifie aussi que les prescriptions minimales doivent toujours être satisfaites pour tous les animaux qui ne sont emmenés que pour être exposés mais qui n'accèdent pas au manège. Ce rapport sur les cirques n'est qu'une instantanée: la localité de la visite a donc son importance et il peut s'avérer que les animaux disposent d'enclos plus grands (mais aussi plus petits!) dans d'autres localités et que des espaces de sortie y soient disponibles. Toutefois, une demidécennie de rapport sur les cirques et des visites sur place dans les localités les plus diverses, l'impression que donne le contact avec les animaux lors des représentations, ainsi que les réactions de visiteurs privés donnent petit à petit une vision qui permet de tirer des conclusions quant aux détentions des différents cirques. D'une manière générale, il semble

6


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

que l'autorisation exceptionnelle est souvent appliquée, notamment en ce qui concerne la détention de chevaux sans possibilité de sortir ou sans accès au pâturage et quant à la nécessité de litière et de matériel pour occuper les animaux. Avec la disposition exceptionnelle au sens de la nouvelle OPAn, l'exception générale aux petits enclos, qui valait auparavant, n'existe plus. Cependant, à notre connaissance il n'existe pas non plus un contrôle supracantonal qui recense la fréquence à laquelle un cirque en tournée fait valoir cette disposition exceptionnelle. Actuellement, l'Office vétérinaire fédéral et un groupe d'experts élaborent une ordonnance d'application qui réglera en détail la nouvelle disposition. Délais transitoires Comme de coutume quand de nouvelles dispositions légales entrent en vigueur, les détentions d'animaux existantes bénéficient de délais transitoires. Les détentions d'animaux sauvages qui existaient avant le 01.09.2008 bénéficient d'un délai d'adaptation de 10 ans. Par conséquent, ces enclos ne doivent satisfaire qu'aux anciennes exigences minimales, tandis que les nouveaux enclos (y compris pour de nouveaux numéros circassiens avec des animaux) doivent respecter les dispositions de la nouvelle OPAn. Infractions à l'OPAn Nous partons du principe que tous les cirques que nous avons visités possèdent les autorisations des offices vétérinaires cantonaux compétents. Nous n'avons pas accès aux autorisations; par conséquent, nous ne savons pas si les cirques ont parfois obtenu des autorisations exceptionnelles pour petits enclos, prescrites par l'OPAn. La compétence d'octroyer ces autorisations incombe à l'office du vétérinaire cantonal du canton dans lequel le cirque a ses quartiers d'hiver. "Conforme à l'espèce" et "respectueux des animaux" selon la PSA Lors de la discussion sur la qualité d'une détention d'animaux, les experts se sont ralliés derrière l'avis qu'il faut distinguer entre les détentions "conformes à l'espèce" et "respectueuses des animaux", car la maxime de la "détention conforme à l'espèce" ne peut jamais être satisfaite à 100%, du moins en ce qui concerne les animaux sauvages: pour ces derniers, seule la nature est vraiment "conforme à l'espèce" – malgré ses dangers et ses peines. Les animaux ainsi dits "domestiqués" reviennent aussi très vite au comportement original de leurs ancêtres lorsqu'ils se trouvent dans des conditions proches de l'état naturel. Toutefois, l'animal isolé peut souffrir aussi lorsqu'il est en liberté (prédateurs, maladies, faim). Par détention "respectueuse des animaux" – contrairement à la détention conforme à l'espèce – on entend une détention qui ne sollicite pas outre mesure les capacités d'adaptation naturelles de l'espèce et qui garantit en même temps le bien-être physique et psychique de chaque animal. Une détention respectueuse des animaux est donc possible dans un zoo ou dans un cirque, dans certaines conditions – qui ne sont pas les mêmes pour toutes les espèces animales!

7


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

La PSA est d'avis que les exigences minimales de l'OPAn sont clairement en contradiction avec les connaissances actuelles de la biologie comportementale de plusieurs espèces animales. Elles ne satisfont pas aux exigences d'une détention respectueuse des animaux et se bornent à établir la limite entre les infractions poursuivies par l'autorité et celles sanctionnées. Pour cette raison, notre évaluation des enclos se base sur les besoins naturels des animaux, sur leur comportement essentiel, sur leur capacité d'adaptation et sur l'état des animaux. Nous évaluons la capacité des enclos à offrir aux animaux un espace vital qui leur permette une existence dans le respect de l'animal, en nous basant sur notre expérience dans l'évaluation des enclos pour animaux et sur l'état sanitaire des animaux. Ce dernier et le comportement des animaux constituent d'importantes aunes auxquelles évaluer une installation de détention. Ils donnent des indications compréhensibles de la qualité d'une détention et des soins accordés aux animaux. Puisque l'OPAn s'avère minimaliste justement en ce qui concerne les détentions d'animaux sauvages et de rente, une détention d'animaux légale selon les exigences minimales de l'OPAn n'est donc de loin pas une détention respectueuse des animaux!

4. Évaluation des représentations Nos spécialistes ont évalué les numéros dans lesquels apparaissent des animaux. Ils ont prêté attention au contact avec les animaux, à un éventuel surmenage, à d'éventuelles punitions dures ou incompatibles avec le comportement. Puisque la plupart des cirques interdisent de prendre des photos durant les représentations, il n'y a pas de matériel photographique pour cette partie de la recherche. Bâle, juin 2013

8


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

www.knie.ch

Nous avons visité le Cirque Knie à Buchs (SG). Il s'est installé sur une place moyennement grande, au sol en partie gravelé, goudronné et naturel, avec un petit pâturage adjacent pour les poneys. Les enclos pour les animaux sont spacieux, proportionnellement à la place. Ils sont abondamment couverts de substrats divers (paille, copeaux de bois) et sont dotés de matériaux pour occuper les animaux. Les enclos et les box sont aménagés afin que le public ne s'approche que sur un ou deux côtés et que les animaux puissent se retirer au besoin. Tous les chevaux disposent de box paddock, quand la météo et l'emplacement le permettent, si bien qu'ils peuvent choisir eux-mêmes s'ils veulent se tenir sous la tente ou en plein air. Dans toutes les localités où le cirque fait halte, les chevaux peuvent sortir quotidiennement au pâturage dans les environs. À Buchs, quatre pâturages sont à disposition. Dans les localités où les pâturages ne sont pas disponibles sur place, les chevaux sont transportés chaque jour sur des pâturages éloignés, ce qui augmente considérablement la qualité de la détention chevaline. Ces mesures en faveur du bien-être des animaux distinguent Knie de la plupart des autres cirques. Deux groupes de poneys sont utilisés chaque jour pour des tours de deux heures. Le petit parcours est couvert de sciure et de copeaux de bois et peut être varié en déplaçant des éléments mobiles (piliers, cordes). De cette façon, les animaux ne tournent pas toujours dans le même cercle monotone mais sur un chemin chaque fois renouvelé. Les animaux du Cirque Knie apparaissent sains et très soignés. Il est évident que le contact avec eux est bon. Les animaux sont tolérants et confiants vis-à-vis des êtres humains. On travaille une fois par jour dans le manège avec la plupart des animaux (sauf avec les singes, les chèvres et les cochons), même quand les animaux n'apparaissent pas au programme. Le Cirque Knie offre des conditions optimales aux animaux dans les conditions d'une entreprise itinérante. Plusieurs améliorations apportées au cours des dernières années, notamment dans la détention des éléphants et des chevaux (pas de détention d'éléphants à l'attache mais en groupe, box paddock et pâturage en permanence pour les chevaux) montrent que le Cirque Knie tend à appliquer les nouvelles connaissances à la détention animale.

9


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

La détention des animaux dans la ménagerie du cirque Détention mixte de chèvres et de cochons Animaux

2 cochons du Vietnam, 6 chèvres naines africaines (y c. deux chevreaux). Ces animaux n'apparaissent pas dans le programme. Leur état est bon.

Étable

Il s'agit d'un véhicule en trois parties doté d'échelles, places de repos surélevées (vérandas) et lucarne sur le toit. Les côtés équipés de rampes sont ouverts en permanence durant la journée. Tous les compartiments sont couverts de sciure de bois et de foin. Une sortie avec véranda extérieure et une sortie vers l'extérieur se trouvent sur le pignon du véhicule. Les chèvres peuvent donc assouvir leur besoin de grimper à tout moment dans un milieu très varié.

Espace de sortie Un espace de sortie d'env. 50 m² est aménagé à côté du véhicule. Le sol est goudronné mais généreusement couvert de litière variée. Les chèvres jouissent aussi d'une structure pour grimper, les cochons de paille pour s'occuper. L'ombre se trouve près du véhicule et sous les structures de grimpe. Les animaux en profitent bien lors des journées chaudes. Dans les localités où le sol est revêtu, les animaux disposent d'une place supplémentaire avec du matériel adapté pour fouiller et d'une souille.

Évaluation de la détention dans l'optique de la protection des animaux

Bonne détention, généreuse et appropriée pour ces petites espèces domestiques. L'espace de sortie et le véhicule, avec les possibilités de grimper et les zones de repos surélevées et abritées, sont aménagés de façon intéressante pour ces animaux. La taille et l'emplacement de l'enclos permettent aux animaux de s'éloigner ou de se retirer de la vue des visiteurs lorsqu'ils en sentent la nécessité. L'étable ouverte offre en permanence assez de protection aux animaux (contre la pluie et le soleil). L'enclos ne peut pas être approché et il est interdit de nourrir les animaux – ce n'est donc pas un zoo qui permet le contact direct avec les animaux.

10


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

Situation légale Les prescriptions minimales de l'OPAn sont amplement dépassées. Pour ces espèces animales, il n'existe que des exigences minimales conçues pour l'agriculture.

Lamas / Guanacos Animaux

3 lamas et 5 guanacos sont détenus ensemble. Les guanacos proviennent du zoo de Zurich ("animaux surnuméraires"), les lamas font partie du Zoo Knie des jeunes, sis à Rapperswil. Il se traite de hongres ou de femelles (pas d'étalons dans le groupe, car l'élevage de ces animaux n'est pas permis dans le cirque). Les lamas n'apparaissent pas au programme. L'état des animaux est bon.

Étable

Les animaux ont à disposition une remorque avec un espace extérieur couvert adjacent. La remorque est ouverte sur un côté et est entièrement couverte de litière (paille), tout comme l'espace extérieur. La surface globale (remorque et place extérieure couverte) est de 42 m 2.

Espace de sortie

Les animaux disposent librement d'une surface de plus de 300 m². Le sol est gravelé et en partie engazonné. Plusieurs aires de repos sont couvertes de sciure et de copeaux de bois et sont visiblement utilisées. Il y a une mangeoire, de l'eau et du sel. Des branches fraîches à grignoter ne sont pas encore administrées, en raison de la mauvaise météo des dernières semaines; elles seront livrées prochainement et feront donc à nouveau partie de "l'inventaire standard" des enclos (lamas et guanacos, singes, éléphants, chèvres, chameaux et zèbres).

Évaluation de la détention dans l'optique de la protection des animaux Bonne détention, appropriée aux camélidés du Nouveau Monde. L'étable ouverte en permanence et dotée d'un espace extérieur couvert protège les animaux des intempéries et leur permet de se retirer. Pour ces animaux robustes, cela est suffisant. L'enclos n'est accessible au public que sur un côté. Cela permet aux animaux de se retirer dans la partie postérieure de l'enclos, au besoin, et de maintenir ainsi une distance suffisante des visiteurs.

Situation légale

La surface minimale pour 6 lamas est de 250 m 2. Pour chaque animal supplémentaire sont prescrits 30 m2 en plus. La surface pour 6 guanacos est de 300 m 2. La pose de l'enclos se base sur la surface minimale supérieure (celle des guanacos). Les dimensions minimales spécifiques à chaque espèce sont donc satisfaites, bien que la surface soit tout juste suffisante pour les 8 animaux, puisqu'il s'agit d'une détention mixte. En plus des 300 m 2 prévus pour un troupeau jusqu'à 6 guanacos, il faudrait ajouter 90 m 2 pour les 3 lamas additionnels. (390 m 2). Toutefois, les cirques ne sont pas tenus de respecter complètement les exigences minimales selon l'art. 95 OPAn, si les conditions de certaines localités ne le permettent pas. Dans certaines localités aux conditions spatiales particulièrement limitées, les lamas et les guanacos sont emmenés sur des pâturages loués ou sont ramenés à Rapperswil.

11


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

Tente servant d'étable 1: chevaux Animaux

La grande tente aménagée en étable héberge actuellement 26 chevaux (7 frisons, 3 palominos, 12 arabes, 1 akhal-teke, 3 andalous). Ce n'est que dès le moment où le cirque passe à Zurich que tous les 31 chevaux suivent la tournée. Seuls des étalons participent au programme, à l'exception de deux palominos (hongres). Les chevaux sont aspergés quotidiennement, sauf lors de journées hivernales froides. État des animaux: très bon, tous les animaux apparaissent sains, soignés et ont une belle prestance.

Étable

Tous les box dans la nouvelle tente-étable mesurent 3,5 x 3 m, donc 10,5 m². Ils sont couverts de litière (paille), désormais épandue sur des tapis de caoutchouc antidérapant; l'eau et des blocs de sel sont à disposition. Les étalons ont le contact visuel, auditif et olfactif avec leurs congénères, au moyen de grillages dans la partie supérieure des box. Ils ont les mêmes voisins que dans les quartiers d'hiver, c'est-à-dire des animaux avec lesquels ils ont un contact harmonieux.

Espace de sortie

Tous les box pour les chevaux disposent d'une sortie permanente (env. 9 m 2). Les chevaux sont libres de choisir s'ils veulent se tenir dans l'espace intérieur couvert de litière ou à l'extérieur, pour s'exposer ainsi à la météo (soleil, pluie). La sortie leur permet également le contact social.

Pâturage Dans cette localité, les chevaux et les poneys ont à disposition six pâturages: deux petits pâturages à poneys en marge du terrain du cirque et quatre pâturages à chevaux à l'extérieur de la localité. Les chevaux sont transportés au pâturage par groupes de quatre et passent la plus grande partie de la journée à l'extérieur de l'écurie.

Évaluation de la détention dans l'optique de la protection des animaux Tous les chevaux sont détenus individuellement, mais en assurant le contact visuel et social avec leurs voisins. La taille des box est suffisante, tous les box sont bien couverts de litière. La détention des chevaux en groupe est souhaitable, mais elle est difficile avec des étalons. Au point de vue de la protection des animaux, il est réjouissant que, depuis 2011, tous les chevaux jouissent de box plus grands et, depuis 2009, d'espaces de sortie accessibles en

12


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

permanence, outre les sorties quotidiennes au pâturage. Chaque cheval dispose désormais de presque 20m². Le pâturage quotidien est également très apprécié.

Situation légale

Cette détention satisfait les exigences minimales selon l'OPAn et les dépasse grâce au pâturage quotidien.

Tente servant d'étable 2: poneys et cheval miniature Animaux

11 poneys (tailles différentes, pour la plupart des hybrides de Welsh), tous mâles. Un cheval miniature apparaît au programme, les autres sont utilisés pour de tours en poney. Les poneys sont montés à tour de rôle et sont également entraînés dans le manège, bien qu'ils n'apparaissent pas au programme. État des animaux: très bon, très bien soignés.

Étable / espace de sortie Les animaux sont détenus par paires ou individuellement dans des box. Les stalles se trouvent sous une tente et ont accès libre à un petit espace extérieur. Les box individuels mesurent env. 12 m2, les box doubles 24 m2. Les stalles (places pour se coucher) sont couvertes de litière (paille), le sol de l'espace de sortie est gravelé. Les animaux ont de l'eau et du sel.

Pâturage Dans cette localité, les poneys disposent de deux pâturages en marge du terrain du cirque. Ils profitent du pâturage par paires.

Évaluation de la détention dans l'optique de la protection des animaux Les poneys sont détenus individuellement ou par paires, en contact visuel et social avec les voisins. La détention dans les box avec espace de sortie accessible en permanence est bonne; Chaque jour, des groupes d'étalons qui se tolèrent sont détenus au pâturage.

Situation légale

Cette détention satisfait les exigences minimales de l'OPAn et les dépasse clairement, disposant d'un pâturage quotidien.

13


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

Chevaux de trait Animaux 2 traits belges. État des animaux: très bon et très soigné.

Étable / abri L'abri est constitué d'une tente aménagée en étable d'env. 30 m 2, à laquelle s'ajoute un espace extérieur, de taille comparable, sur gravier. L'abri est très bien couvert de litière; le sel et l'eau y sont disponibles. Comme les autres chevaux, les deux traits belges sont régulièrement emmenés sur un pâturage loué.

Évaluation de la détention dans l'optique de la protection des animaux

Les chevaux sont détenus dans un petit groupe assurant le contact social. Ils sortent régulièrement; l'enclos est spacieux, propre et sec. Bonne détention chevaline.

Situation légale Cette détention dépasse les exigences minimales de l'OPAn.

Chameaux, zèbres des plaines et bœufs watusi Animaux 4 zèbres des plaines (juments, apprivoisés), 4 chameaux blancs, 2 bœufs watusi (race bovine africaine domestiquée: 2 vaches). État des animaux: très bon. Tous les chameaux ont les bosses dressées; les bœufs watusi ont des cornes extraordinairement développées. Cette année, les bœufs et les zèbres n'apparaissent pas dans le manège.

Étable / abri L'abri est constitué d'une tente ouverte sur tous les côtés (env. 72 m2) à l'écart du chemin des visiteurs. Il est couvert de litière et est ouvert en permanence sur l'espace de sortie des chameaux et des zèbres, sur la partie antérieure, et, sur la partie postérieure, sur l'espace de sortie des bœufs watusi, plus petit.

Espace de sortie Les espaces de sortie sont goudronnés et sont accessibles en permanence. À plusieurs endroits, ils sont abondamment couvert de sciure, paille et copeaux de bois. Sa taille est d'env. 500 m². Il y a un abreuvoir et du sel.

14


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

Évaluation de la détention dans l'optique de la protection des animaux

Bonne détention mixte avec sortie possible en permanence. L'abri / étable abrite suffisamment des intempéries, les animaux peuvent s'y rendre. Il n'y a pas de pâturage dans cette localité.

Situation légale

Exigences minimales de l'OPAn: pour des zèbres (groupe jusqu'à 5 individus), elle prescrit une surface minimale de 500 m2, pour 4 chameaux 200 m2 (50 m2 par animal). Pour les 8 animaux, la surface est un peu serrée, si l'on s'en tient à l'OPAn. Toutefois, les cirques ne sont pas tenus à satisfaire entièrement les exigences minimales selon l'art. 95 OPAn, si les conditions locales dans certaines localités ne le permettent pas. Cette détention dépasse les exigences minimales quant à la détention de bovins (animaux de rente domestiqués).

Éléphants asiatiques Animaux

3 éléphantes; elles apparaissent toutes dans le manège et sont entraînées chaque jour. De plus, l'une d'elles est employée pour des tours montés. État des animaux: bon.

Étable

L'étable consiste en une tente ouverte sur un côté (selon les conditions météorologiques, elle est ouverte sur un à trois côtés). L'intérieur est clôturé avec des câbles électriques le long des parois. Les éléphantes connaissant très bien cette clôture, elles s'en approchent de très près et arrivent même à passer leur trompe par-dessus et par-dessous. Les éléphantes sont aussi gardées en groupe de nuit et ne sont plus attachées, ce qui était habituel auparavant. Ces animaux ont cette tente de 30 x 10 m à leur disposition, jour et nuit. Ils ne sont attachés qu'env. 20 minutes par jour, pour les soins (pieds). Le sol est en gravier, sauf une partie qui est en bois. Il est couvert de foin. Au printemps (par des températures < 15 °C), la tente est encore chauffée.

Espace de sortie Les animaux disposent d'env. 700 m². Le sol est gravelé. Sur l'espace de sortie se trouve du foin frais en abondance. Plusieurs endroits sont également couverts de sciure et de copeaux de bois.

15


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

Les animaux utilisent volontiers la sciure pour les soins du corps, comme on a pu constater sur place. Les animaux sont lavés chaque jour, ce qui peut remplacer des structures aptes à être utilisées comme grattoirs (troncs d'arbres ou rochers) et le bain de sable. En été, on leur met à disposition un bassin avec de l'eau, où il y a la place pour un animal à la fois. De plus, les trois éléphantes sont occupées par des jeux d'adresse: au milieu de l'espace il y a une petite cage, dans laquelle se trouvent des récipients troués et du foin. Dans les trous de ces jouets, on dépose des fruits ou des légumes frais, p.ex. des carottes, que les éléphantes essaient d'attraper en tâtant dans la cage avec leur trompe, patiemment et avec beaucoup d'adresse, et en tournant les boules et les blocs. Apparemment, les animaux peuvent s'occuper durant des heures avec ce jeu.

Évaluation de la détention dans l'optique de la protection des animaux Dans les zoos modernes, la tendance est à détenir les éléphants dans des parcs, c'est-à-dire des enclos paysagers le plus vastes possible, de quelques milliers de m 2, à l'état naturel, avec de la végétation, des possibilités de se baigner, des arbres. Ces conditions ne peuvent pas être aménagées dans les conditions d'un cirque en tournée. Toutefois, les éléphants indiens sont détenus en captivité depuis des millénaires, en tant qu'animaux de travail, et peuvent visiblement s'habituer à vivre avec des êtres humains – s'ils sont déjà nés en captivité (animaux semi-domestiqués). De plus, il faut relever que la direction du Cirque Knie s'engage beaucoup en faveur du bien-être de ses animaux. Dans le zoo Knie des jeunes, à Rapperswil, les éléphants vivent en troupeau, lorsqu'ils ne sont pas en tournée. L'installation qui est à leur disposition mesure déjà 2010 m2, elle est bien structurée, présente des substrats diversifiés, des objets pour se gratter et pour s'occuper. De plus, elle constitue l'étable en stabulation libre la plus grande de Suisse. D'ici 2014, un parc à éléphants moderne surgira dans le zoo Knie des jeunes sur une surface de 6500 m2. Ces animaux bénéficieront ainsi des conditions de détentions les plus modernes. Les éléphants du Cirque Knie profiteront de ce nouvel espace durant plusieurs mois par année.

Situation légale

Exigences minimales de l'OPAn: pour 3 éléphantes, la nouvelle OPAn demande un enclos extérieur de 500 m2 et un enclos intérieur de 75 m 2. L'enclos intérieur et extérieur dépassent ou satisfont ces exigences. La localité de Buchs est moyenne en ce qui concerne la taille. Selon les informations de la direction du cirque, dans certaines localités il y a moins de place à disposition, tandis que dans d'autres il y en a davantage (y c. du pâturage et, près du lac de Neuchâtel et du Léman, il y a même la possibilité de les faire baigner dans le lac!).

16


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

Singes capucins (capucins à huppe noire) Animaux 12 adultes et juvéniles, dont 5 mâles. L'état des animaux est bon, la détention maintient le lien social naturel. Ces animaux proviennent du zoo d'Appeldorn, destiné aux primates. Détention L'installation se compose de trois remorques (chauffées), reliées les unes aux autres. Celle du milieu est ouverte sur toute la longueur, ce qui double sa surface au sol. De plus, les deux frontons sont dotés de vérandas. Il en résulte une détention "compartimentée" sur une surface totale d'env. 125 m 2. S'y ajoute une cage aménagée en vigie de quelque 3 m de haut: on peut ériger une petite volière supplémentaire sur le toit d'une véranda, ce qui offre une structure supplémentaire aux animaux, leur permettant d'avoir une bonne vue d'ensemble de la situation. Les animaux y accèdent en grimpant par une barre ou une corde. La répartition compartimentée de cette détention est très bien arrangée. Elle permet aux animaux, au besoin, de se retirer dans l'un des compartiments. Ils peuvent ainsi éviter leurs congénères et se mettre à l'abri de leurs regards, ce qui est très important en cas d'affrontement. L'installation est très structurée avec des cordes, des branches pour grimper, des planches pour s'asseoir (en partie avec un chauffage à l'infrarouge!) et des écrans visuels. Deux caisses spéciales pour la nourriture sont suspendues et remplies des matériaux les plus disparates (des pommes, des raisins secs, du foin, une fois par semaine des grillons). Les singes ne peuvent accéder à la nourriture que par de petites ouvertures et avec un certain "travail", ce qui constitue un défi mental et une occupation intelligente. Au printemps, dès que les branches mettent les feuilles, les singes reçoivent également du fourrage vert pour s'occuper.

Évaluation de la détention dans l'optique de la protection des animaux Cette détention peut être considérée très bonne pour de petits singes de cette espèce. Les animaux disposent d'une installation parfaitement structurée et intéressante, satisfaisante également du point de vue de la taille. Les animaux profitent intensément des occupations intelligentes et variées (caisses de fourrage, rameaux feuillus).

17


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

Situation légale Cette détention dépasse amplement les exigences minimales de l'OPAn en ce qui concerne la superficie. Les exigences supplémentaires (possibilités de se retirer, de grimper, occupation) sont satisfaites dans leur ensemble. Pour 12 singes capucins, l'OPAn ne demande qu'une surface de 48 m2 (enclos extérieur et intérieur).

Aras, conures à tête bleue et conures soleil, amazone à front jaune Animaux

2 aras militaires, 3 aras bleus, 2 aras chloroptères, 1 hybride (ara chloroptère x ara bleu), 2 conures à tête bleue et 8 conures soleil, 1 amazone à front jaune

Détention Les perroquets disposent de trois volières spacieuses et d'une remorque qui leur sert d'abri. Dans les volières (chacune d'env. 20 m2 de surface au sol, pour 3.5 m de haut) se trouvent plusieurs perchoirs, des branches et des cordes. Les oiseaux grimpent également volontiers aux piliers des volières. Il y a des abreuvoirs et du matériel pour s'occuper. Depuis l'espace intérieur (remorque) les perroquets peuvent accéder à une "tour", où ils peuvent se retirer du public et jouir tout de même de la vue sur l'extérieur. Ces grandes volières n'offrent pas que des possibilités de grimper, elles permettent également de voler. De plus, ces oiseaux peuvent voler librement plusieurs fois par jour, à l'occasion des démonstrations.

Évaluation de la détention dans l'optique de la protection des animaux Ces oiseaux hautement sociaux et intelligents sont détenus de façon exemplaire, en groupe. Contrairement à la plupart des perroquets détenus dans des zoos, ils peuvent voler régulièrement en liberté et sont également stimulés mentalement par les entraînements. S'agissant d'animaux extrêmement sociaux avec une capacité individuelle élevée de se lier à leurs semblables, la détention en groupe avec le plus grand nombre possible de congénères est indispensable. Le Cirque Knie n'épargne visiblement pas les efforts voués à accorder la place nécessaire à ce grand groupe d'oiseaux. Ces perroquets ont une relation très étroite avec leur assistant et dompteur, ils cherchent sa proximité sans être pour autant dépendants de l'être humain: l'ensemble de leurs comportements sociaux naturels s'exprime aussi entre congénères. Un des aras bleus a été intégré au groupe l'an dernier, pour des raisons de protection des animaux (perte des plumes en raison d'une détention erronée). Entre-temps, cet individu s'est

18


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

très bien rétabli, il a pratiquement récupéré tout son plumage, sauf sur quelques aires chauves qui persistent au ventre et aux épaules.

Situation légale

Pour deux grands perroquets (aras), l'OPAn demande une volière d'au moins 10 m 2 de surface et de 3 m de haut, ainsi que 1 m 2 supplémentaire pour chaque animal en plus. Les surfaces prescrites sont un peu plus petites pour les perroquets de taille moyenne et chaque individu supplémentaire demande 0.05 (petites perruches), voire de 0.1 m 2 (petits perroquets, amazones). Une volière pour huit aras doit donc couvrir une surface d'au moins 16 m 2, à laquelle s'ajouteraient environ 0.5 m2 pour l'amazone et les dix conures. De plus, l'OPAn exige un espace intérieur chauffé (obligatoire), un bassin pour se baigner et des espaces de retrait, des structures pour grimper et des perchoirs, du sable (disponible dans une volière) nécessaire à la digestion. Selon les indications de la direction du cirque, la possibilité de se baigner est disponible en fonction des conditions météorologiques. Cependant, elle est retirée env. 2 h avant la représentation, afin que les oiseaux aient le plumage sec. Cette détention dépasse amplement les exigences minimales légales.

19


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

Représentation circassienne 1er numéro animalier: chevaux et artistes, présenté par Fredy Knie Jr., Ivan Frédéric Knie, Maycol, Guido et Wioris Errani [ 2 andalous, 3 frisons, 2 traits belges ] La représentation est ouverte par Fredy Knie Jr., Ivan Frédéric Knie et Maycol Errani, qui entrent dans le manège en montant un frison et deux andalous et en saluant le public. Ensuite, les trois cavaliers quittent le manège et les frères Errani y entrent sur des frisons au galop. Ces superbes chevaux font plusieurs tours au galop rapide et les deux artistes réalisent plusieurs figures acrobatiques sur les chevaux (sauter du cheval au galop et remonter, combiné avec des sauts aux obstacles). Les frisons quittent le manège et Fredy Knie Jr. entre sur un autre frison. Il réalise des séquences de pas de l'École espagnole dans toute leur perfection. L'aide au moyen des rênes et des jambes est pratiquement imperceptible, le cheval et le cavalier sont en harmonie. Ensuite, les frères Errani entrent de nouveau dans le manège et Fredy Knie Jr. y conduit un impressionnant trait belge. Ce dernier tourne au trot dans le manège; Guido Errani saute sur le dos de l'animal et se met en appui sur les bras. Puis il effectue plusieurs sauts périlleux et flipflap. Ensuite, son frère reprend plusieurs exercices sur le même cheval, y compris un saut périlleux arrière. Fredy Knie Jr. dirige le cheval au long fouet, en se tenant au milieu du manège. Le cheval apparaît tranquille et concentré. Quand il s'arrête, il est récompensé par des câlins et des "friandises". Ensuite, le jeune Ivan Frédéric Knie, saute à cheval du trait belge et s'assure à une corde qui descend du haut du chapiteau. Le cheval trotte à travers le manège et son jeune cavalier saute par-dessus plusieurs bâtons que les frères Errani tendent devant lui depuis le bord du manège. De plus, Ivan Frédéric montre quelques "sauts à la corde" avec une barre de plastique flexible qu'il plie en arc. À la fin de la représentation, après que le trait belge a quitté le manège, Fredy Knie Jr. et Ivan Frédéric Knie entrent à nouveau en galopant sur un frison et un andalou et tournent plusieurs fois au galop rapide, pendant qu'en haut du chapiteau, des artistes du cirque et théâtre ukrainien "Bingo" réalisent de brèves acrobaties aériennes à la corde.

En conclusion

Dressage sans problème au point de vue de la protection des animaux. Les ordres sont clairs, réservés et on constate une équipe rodée, tant du côté des êtres humains que des animaux. Les cavaliers sont en parfaite harmonie avec leurs chevaux, qui réagissent aux stimuli les plus subtils des rênes et des jambes, en réalisant des enchaînements de pas et de figures. La représentation se caractérise par l'attention vis-à-vis des montures, qui se trouvent toujours au centre du numéro et réalisent des figures conformes au comportement de l'espèce (des pas issus de l'impressionnant répertoire des étalons). Aucun exercice ne demande des séquences de mouvements non naturels ou qui surchargeraient les animaux. Les chevaux ont visiblement du plaisir à travailler, ils ont du tempérament, sont attentifs et concentrés mais jamais stressés.

20


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

2e numéro animalier: le comique "Zuccolini" et le bouledogue français "Hundini" [ 1 bouledogue français ] Le bouledogue français a fait plusieurs représentations avec le comique "Zuccolini". Il est conduit en laisse et réalise quelques numéros, p.ex. se rouler au sol sur commande, faire le beau et sauter sur place, ainsi que sauter à travers un pneu placé en bas. Du reste, le chien peut "rester simplement chien" durant ce spectacle; on ne lui demande pas d'acrobaties spéciales ou de prestations pénibles. Le chien apparaît attentif, parfois joueur et, pour le reste, il semble surtout s'intéresser aux traces olfactives qu'il sent sur le sol du manège…

En conclusion

Emploi dans le manège sans problème au point de vue de la protection des animaux.

3e numéro animalier: dressage libre avec des chevaux, des chamelles et des guanacos, présenté par Mary-José Knie, Géraldine Katharina Knie, Maycol Errani [ 3 palominos, 9 étalons arabes, 4 étalons frisons, 1 étalon akhal-teke, 1 cheval miniature 4 chamelles blanches, 4 guanacos ] Trois palominos entrent au galop dans le manège, au milieu duquel se tient Mary-José Knie. Les chevaux font plusieurs tours en réalisant des voltes. Mary-José Knie les dirige tranquillement en tendant le fouet et presque sans paroles, surtout par son langage corporel et par des gestes subtils. Cependant, un assistant commet une erreur juste après que les chevaux sont entrés dans le manège: au lieu fermer la sortie il s'écarte simplement, donnant aux chevaux l'impression qu'ils peuvent sortir. Le premier cheval sort donc de la file, touchant légèrement le bord du manège avec les cuisses, et trotte en direction de la sortie, où deux auxiliaires tentent de le retenir au licou et de le tourner. Mais le cheval s'y oppose; son agitation se transmet aux deux autres animaux et un deuxième cheval trotte vers la sortie. Pour cette raison, le numéro est interrompu, pour éviter de stresser davantage les animaux, et les palominos quittent le chapiteau. La dompteuse quitte la scène et le manège vide est plongé dans une lumière bleue. Maintenant, neuf étalons arabes blancs entrent dans le manège – sans être accompagnés par personne. Il se regroupent tranquillement comme un "troupeau", s'arrêtent, prennent contact les uns avec les autres en se reniflant, montrent les comportements de domination et de soumission; un cheval se cabre brièvement, un autre hennit. Pour laisser se mouvoir neuf étalons dans le manège en même temps et sans "mâle alpha" humain, la dompteuse aux aguets dans l'arrière-plan doit très bien connaître ses animaux, les observer attentivement et avoir un bon sentiment de l'humeur de chaque animal! Finalement, Géraldine Knie entre dans le manège et à son ordre les étalons arabes se mettent en mouvement en trottant les uns derrière les autres, puis les uns à côté des autres, en montrant des voltes, en faisant du "slalom" entre eux, en changeant plusieurs fois de direction et en

21


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

réalisant des formations du dressage libre. Comme récompense, ils reçoivent des câlins et des "friandises". Ensuite, ils se tiennent les uns à côté des autres et chaque animal pose la tête sur l'épaule de celui qui est à sa gauche, puis sur celle de l'animal à sa droite. Puis, quatre animaux quittent le manège et les restants font encore des tours au trot, montrant des voltes, avant d'être libérés à leur tour. Le dernier animal qui reste se cabre sur commande, avant de franchir le rideau. Maintenant, quatre majestueuses chamelles blanches entrent l'une après l'autre et trottent autour du manège. Maycol Errani entre comme dompteur. Suivent quatre étalons frisons noirs. Ces derniers courent dans le sens opposé aux chamelles qui, entre-temps trottent par paires, si bien que les chevaux qui viennent à leur rencontre passent entre-deux. Ensuite, les frisons changent de direction et rattrapent les chamelles au "slalom". Suivent plusieurs "formations de noir et blanc" différentes avec les chevaux et les chamelles, avant que les chamelles ne se couchent au milieu du manège et que les chevaux ne se tiennent entre-deux. Maintenant, les chevaux tournent en cercles serrés autour des chamelles, puis ils s'arrêtent à nouveau et, sur un ordre, les chamelles posent la tête sur le sol. Chaque animal reçoit des câlins et de petits morceaux de nourriture comme récompense. Les chevaux et une des chamelles quittent le chapiteau et deux assistants tiennent des bâtons de bois en guise d'obstacles entre les bosses des chamelles restantes, qui se sont couchées à distances régulières au bord du manège. Quatre guanacos font irruption et sautent rapidement et sans peine par-dessus les obstacles, relativement hauts. Après que les guanacos et les chamelles ont quitté le chapiteau, un étalon akhal-teke entre dans le manège. Sur un ordre de Géraldine Knie, il se cabre et la suit en marchant sur ses pattes arrière jusqu'à la sortie, pendant que son pelage doré, avec une raie de mulet noire, est très bien mis en valeur. Suit un cheval miniature américain qui fait un tour au grand galop, pour la joie du public, il se cabre sur commande et quitte le manège en marchant sur les pattes arrière. À la conclusion de la représentation, trois étalons arabes reviennent dans le manège, sautent des chevalets bas au galop rapide et s'arrêtent sur commande, avant de repartir à nouveau. Puis ils quittent aussi le manège.

En conclusion Dressage sans problème au point de vue de la protection des animaux. Les ordres sont clairs, réservés et les animaux font parfaitement équipe avec les êtres humains. Aucun exercice n'exige des séquences de mouvements non naturels ou qui surchargeraient les animaux. Les chevaux ont visiblement plaisir au travail, ont du tempérament, sont attentifs et concentrés mais jamais stressés. Les puissants chevaux de trait sont parfaitement en mesure de recevoir les sauts des artistes sur leur dos. Même les guanacos – des animaux sauvages plutôt craintifs et réservés – montrent un comportement conforme à leur espèce (leur puissance de saut est comparable à celle des cerfs!) et n'apparaissent que brièvement dans le manège, afin d'éviter de causer un trop grand stress par la présence d'un grand nombre d'êtres humains.

22


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

4e numéro animalier: dressage artistique avec les éléphantes indiennes "Ceylon", "MaPalaj" et "Delhi", présenté par Franco Knie Jr., Linna Knie-Sun, Chris Rui Knie et les frères Errani [ 3 éléphantes indiennes ] Sous le chapiteau, on tamise l'éclairage. On devine vaguement que les trois éléphantes entrent et qu'elles se couchent l'une à côté de l'autre. La lumière s'allume et on voit que Franco Knie Jr., Linna Knie-Sun et Chris Rui Knie (le "plus jeune dompteur d'Europe") posent sur les trois éléphantes. Les trois éléphantes se lèvent et se mettent en mouvement sur commande. Toutes trois portent une décoration brillante sur le front. Maintenant, elles se lèvent et tournent autour du manège, avant de se positionner avec les pattes avant sur des estrades. L'animal du milieu soulève Linna Knie-Sun avec sa trompe. Ensuite, l'artiste monte sur le dos de l'éléphante et les trois animaux font des voltes sur l'estrade, en s'appuyant uniquement sur les pattes avant et en levant les pattes arrières sur les côtés. Puis, les trois éléphantes se tiennent l'une derrière l'autre, l'animal avec la dompteuse est devant. Les animaux qui la suivent montent brièvement sur les pattes arrière, s'appuient sur la croupe des animaux qui les précèdent en formant une pyramide. Maintenant, les trois frères Errani entrent dans le manège, où on érige une bascule en bois. Guido Errani se met sur une extrémité de la bascule et une éléphante prend l'élan, elle court vers la bascule, lève une patte avant et la pose sur l'autre extrémité de la bascule, ce qui transforme la bascule en une catapulte qui projette l'artiste sur le dos d'une autre éléphante. Puis, deux frères Errani se positionnent sur une extrémité de la bascule. L'éléphante monte sur une estrade basse vis-à-vis d'eux. Sur un ordre de Franco Knie Jr., elle se dresse sur les pattes arrière, puis elle se penche vers l'avant de façon contrôlée et presse de ses pattes avant sur l'autre extrémité de la bascule. L'action du poids du corps de l'éléphante et du levier projette les deux artistes sur le dos des deux autres éléphantes. Un autre exercice similaire demande la collaboration dynamique de plusieurs assistants. Durant ce numéro, l'animal qui se tient prêt est dirigé dans la bonne position par deux assistants qui le tiennent à la queue avec leur main ou le guident à l'aide de l'ankus. L'animal est visiblement agité (il écarte les oreilles, essaie de rétrocéder). Finalement, l'éléphante projette d'abord un frère sur le dos d'une congénère, puis le deuxième, qui atterrit sur les épaules du premier! Ensuite, une éléphante s'assied sur une estrade et lève les pattes avant pour faire la belle. Ce numéro demande le "soutien" d'un assistant qui tient son bâton sous le menton de l'éléphante, afin qu'elle se tienne droite, pendant que l'artiste atterrit sur la tête de l'animal, après avoir réalisé un saut périlleux. Suit un autre exercice avec la catapulte. Cette fois, l'artiste réalise un triple saut périlleux sur le dos de l'éléphante (protégé par un tapis). Durant ce numéro, les deux assistants maintiennent l'animal dans la bonne position à l'aide de la main et de l'ankus. Maintenant, deux éléphantes quittent le manège. La troisième tient un tambourin dans la trompe et bat alternativement avec les pattes avant, ce qui donne l'impression d'une "danse des éléphants". Elle "s'incline" sur un ordre et reçoit une botte de bananes comme récompense. Ensuite, le jeune Chris-Rui se met sur une autre bascule, l'éléphante prend l'élan et actionne la catapulte. Mais cette fois, la catapulte se casse à un point de rupture et le jeune reste à terre.

23


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

À la fin de la représentation, les trois éléphantes entrent à nouveau dans le manège et tournent en rond l'une derrière l'autre. Au milieu du manège on a érigé une rampe, d'où les frères Errani sautent sur le dos des éléphantes en marche. Finalement, les pachydermes se remettent l'une derrière l'autre, se lèvent sur les pattes arrière et s'appuient sur l'animal qui précède, puis elles quittent le manège.

En conclusion Comme les années précédentes, les éléphantes sont dirigées de façon correcte, avec le moins de stress possible et dans le respect. Les animaux savent toujours exactement ce qu'on leur demande et ne sont pas physiquement surmenés par les exercices. Les postures difficiles, telles que se tenir sur les pattes arrière ou s'asseoir, ne sont réalisées que brièvement, si bien que la charge due à une répartition inhabituelle du poids corporel est minime. De plus, les animaux sont régulièrement loués et récompensés – les exercices réalisés ne sont possibles qu'en coopérant avec ces géants et en leur témoignant du respect. Car si un numéro de dressage répugne les éléphants, ces derniers ne peuvent pas être forcés à l'exécuter, dans un cirque aussi moderne et qui traite ses animaux aussi correctement que Knie! En ce qui concerne le numéro avec la catapulte qui, à notre avis ne demande pas un effort physique considérable aux éléphantes, nous suggérons à Knie de veiller à l'état sanitaire des animaux. Il est incontestable que ces exercices n'infligent pas une "douleur" aiguë aux animaux (autrement ils ne coopéreraient pas) et que la manière de ménager les animaux (capitale dans un cirque!) est dans l'intérêt du détenteur d'animaux. Cependant, les numéros de dressage qui demandent une posture assise ou dressée ou qui provoquent une forte charge dynamique aux articulations peuvent poser problème. Au cours des mois d'entraînements et de la tournée, certaines séquences de mouvements répétés et la posture assise et dressée (toujours exécutées par le même animal) peuvent augmenter le danger de dégâts aux parties molles, en raison de la répartition anormale du poids. Des répartitions du poids inhabituelles et répétées, telles que se dresser en position presque verticale, peuvent causer des problèmes aux articulations ou des fissurations aux ongles. Le numéro à la catapulte peut surmener chroniquement les tendons et les ligaments. La PSA est d'avis qu'un numéro de dressage moins spectaculaire, mais en revanche plus proche du comportement spécifique des éléphants, serait souhaitable. À cet égard, le numéro présenté en 2012 était exemplaire.

5e numéro animalier: dressage libre avec perroquets, perruches et amazone, présenté par Alessio Fochesato [ 2 aras chloroptères, 2 aras bleus, 1 hybride, 1 ara militaire, 1 amazone à front jaune, 8 conures soleil ] Alessio Fochesato entre dans le manège sombre, dans un seul cône de lumière. Il lève les bras et, soudain, deux aras aux couleurs somptueuses (un ara chloroptère rouge-vert et un ara bleu jaune-bleu) volent dans le manège, en passant au-dessus du public et se posent sur les mains du dompteur. Ensuite, l'arrière-plan du manège est aussi éclairé et on y voit un autre ara chloroptère, de même qu'un ara bleu et un ara militaire, en attente sur leurs perchoirs. Alessio

24


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

Fochesato pose les deux perroquets au sol et, à son ordre, les deux oiseaux tournent autour de leur axe et se roulent au sol – des comportements que ces oiseaux sociaux et intelligents manifestent occasionnellement aussi dans la nature, lors de la parade nuptiale et du jeu. Ils sont récompensés par des "friandises". Une spectatrice du premier rang est invitée dans le manège. Elle se tient sur le bord du manège et tend un bras. Alessio Fochesato donne une fleur à un ara et envoie l'animal à la dame. Le perroquet atterrit sur son bras et lui "remet" la fleur, sous les applaudissements du public. Ensuite, à un ordre, il se couche même sur le dos dans ses bras – une grande preuve de confiance envers l'être humain en général et le dompteur en particulier! Puis, trois enfants viennent dans le manège et se placent au bord, avec des anneaux en plastique dans les bras étirés. Soudain, une amazone verte à front jaune apparaît sous le chapiteau et vole en rasemotte autour du manège, en passant à travers les anneaux. Elle est suivie d'un essaim entier de conures soleil jaune cru qui se posent sur les bras des enfants, avant de disparaître volontairement dans un box. Les aras, sur un ordre, réalisent une sorte de "danse" au rythme de la musique: ils se balancent, ils font la toupie et des "galipettes" sur leurs perchoirs. Ensuite, ils déploient leurs ailes et reçoivent une nouvelle récompense. Suit une sorte de "sauts d'un siège à l'autre", au cours duquel les oiseaux sautent en cercle d'un perchoir au suivant. Comme récompense, les oiseaux sont généreusement câlinés, peuvent faire des "bisous" à leur partenaire humain et reçoivent de la nourriture. À la fin de la représentation, Alessio Fochesato jette plusieurs fois un ara bleu en l'air et le rattrape chaque fois, après que l'oiseau a dansé en secouant les ailes au-dessus de lui. Ensuite, un ara bleu et un ara chloroptère tournent en vol rapide plusieurs fois au-dessus du public, dans tout le chapiteau, avant que tous les perroquets ne se posent sur les bras étirés du dompteur et ne soient emmenés à l'extérieur du chapiteau. Plus tard, Alessio Fochesato réapparaîtra dans le manège avec "Tortuga", l'amazone à front jaune. Cet animal est un vrais prodige dans l'art de parler et répond à son partenaire humain dans une langue presque "humaine", en faisant preuve d'un lexique considérable et d'un talent pour la musique – une performance qui correspond à la grande intelligence et au grand talent des perroquets dans l'art d'imiter les sons les plus disparates. (Dans la nature, ils aiment imiter d'autres espèces d'oiseaux, d'autres animaux et des bruits de leur environnement).

En conclusion Au point de vue de la protection des animaux, numéro exemplaire et sans problèmes. Il s'agit d'une sorte de "dressage libre" avec des oiseaux qui, en outre, ont la possibilité d'accomplir des vols étendus, ce qui augmente considérablement la qualité de leur détention. Les perroquets montrent un comportement conforme à leurs espèces et des séquences de mouvements propres à leur comportement (entre autres, le vol libre, la parade nuptiale et le jeu). Le contact avec les animaux est prévenant et affectueux; on ne lésine pas sur les récompenses et les câlins. Alessio Fochesato réussit, en aménageant le numéro de façon peu spectaculaire et avec peu de "trucs" qui correspondent visiblement aux perroquets, à présenter un numéro animalier harmonieux et qui vaut la peine d'être vu.

25


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

Les animaux dans les quartiers d'hiver La PSA a visité les quartiers d'hiver du Cirque Knie le 14 janvier 2013, afin de se faire une idée de la détention des animaux et des entraînements quotidiens. Les quartiers d'hiver du Cirque Knie se trouvent dans le zoo Knie des jeunes, à Rapperswil (SG). Les installations sur place (p. ex. pour les zèbres, les bœufs watusi et les chameaux) témoignent de l'engagement en faveur d'aménagements respectueux des animaux. D'ici 2015, il est prévu de réaliser un parc à éléphants plus étendu, exemplaire, de quelque 7000 m2. L'étable des éléphants est déjà exemplaire. Les essais du cirque qui s'effectuent à Rapperswil sont ouverts au public. On travaille quotidiennement avec les chevaux et les éléphants.

Chevaux et poneys

Les étables de ce cirque, modernes, accueillent plus de 100 chevaux de race (Arabes, Andalous, Akhal-Teke, Frisons, Trait belge) et poneys (y c. des chevaux "retraités" et des ânes). Les chevaux et les poneys disposent de grandes étables et de plusieurs édifices annexes, ainsi que d'espaces de sortie et de pâturages. Les animaux sont parqués dans des box individuels qui leur permettent le contact social et sortent quotidiennement au pâturage, par groupes d'animaux qui se tolèrent (en partie aussi dans des pâturages séparés – les étalons!). On travaille plusieurs fois par jour avec tous les chevaux et/ou ils sont montés dans le pâturage ou simplement sortis. Plusieurs palefreniers et cavalières s'occupent jour après jour du bien-être des chevaux (fourrage plusieurs fois par jour, soins du corps, mouvement). Tous les animaux donnent une bonne impression en ce qui concerne leur état sanitaire et leur forme physique. Les entraînements publics se déroulent dans le grand manège couvert, adjacent aux étables, et durent entre une heure et une heure et demie. Pendant ce temps, les chevaux sont mis régulièrement en mouvement, mais avec ménagement, et sont stimulés mentale-ment. Puisqu'il y a deux à trois entraînements quotidiens et des sorties montées ou au pâturage tous les jours, chaque cheval et chaque poney bouge plusieurs heures chaque jour. On travaille également avec les animaux "retraités" et avec ceux qui ne participeront pas (encore) à la prochaine tournée.

26


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

Le Cirque Knie fait également preuve d'engagement pédagogique dans le domaine de la détention chevaline, en organisant des entraînements commentés durant la tournée et plusieurs journées thématiques sur le cheval, en hiver. Des détenteurs privés et des cavaliers peuvent ainsi se perfectionner au contact avec ces animaux sensibles.

Éléphants indiens

La détention des éléphants constitue la "discipline de parade" du zoo Knie des jeunes, à Rapperswil. L'engagement afin de maintenir ces animaux occupés, physiquement et mentalement, et de les héberger dans le respect des animaux est grand. La route qui divise le zoo en deux zones (le zoo proprement dit, avec les étables des éléphants et des chevaux, et les espaces de sortie des chameaux et des zèbres) sépare les étables intérieures de l'espace de sortie. Les gardiens accompagnent donc chaque jour les éléphants de l'autre côté de la route et à leur étable. Les éléphants participent aussi à des promenades régulières (aussi ceux qui restent au zoo durant la tournée) et, en été, ils vont se baigner dans le lac (la Ville de Rapperswil aménage un site de baignade pour éléphants dans le lac de Zurich, avec rampe d'accès et de sortie). L'étable des éléphants avec les stabulations intérieures est la meilleure de Suisse dans son genre. Les neuf femelles se déplacent en liberté dans l'immense halle. Des piliers en béton et des murets solides subdivisent cette dernière en plusieurs espaces communicants et accessibles en permanence. De cette manière, les animaux peuvent rester ensemble sur d'amples surfaces bien couvertes de litière ou, au besoin, se retirer. Les sols souples en matière synthétique qui recouvrent les passages et les espaces de soins sont conçus de façon à ce que l'eau et l'urine s'écoulent sans stagner. Les places de repos et de fourrage sont couvertes d'une épaisse couche de paille, sable et copeaux de bois (plusieurs substrats différents permettent de choisir). Les éléphants disposent d'un bain de sable dans lequel ils peuvent fouiller et amonceler à leur guise, se rouler ou rester tranquilles dans le sable – et ils profitent intensément de cette possibilité! Aux parois se trouvent des matériaux pour se gratter; des objets divers pour s'occuper sont suspendus au plafond et posés sur le sol (des tonneaux en matière plastique remplis de foin ou de carottes ou des blocs de métal). Ils rendent plus difficile la recherche de nourriture et stimulent les éléphants à faire bon usage de leur trompe. On n'observe pratiquement aucun trouble du comportement, tels que se balancer sur les pattes avant, typique chez les éléphants en captivité. L'installation extérieure est dans la moyenne et elle est comparable à celle des détentions d'éléphants des zoos de Zurich et de Bâle: une fosse bétonnée, un abri et un bassin. Cet espace est plutôt petit pour neuf animaux, mais en été il n'est occupé que par six éléphants (les trois autres sont en tournée). En hiver, ils n'y accèdent que durant env. une heure, si les conditions météorologiques et l'enneigement le permettent. Cette année devrait débuter la construction du grand "parc à éléphants", prévu pour 2015. Les neuf femelles et le futur mâle reproducteur auront à disposition des espaces de sortie généreux sur quelque 7000 m2 (donc la plus grande installation pour éléphants de la Suisse), avec des structures naturelles (rochers, tas de branches, arbres et arbustes). Une étable pour le mâle reproducteur et un bassin jusqu'à 3.5 m de profond, autour d'un rocher, seront également disponibles. Les visiteurs pourront observer la nouvelle installation depuis un pont de bois.

27


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

Autres animaux appartenant au cirque Les animaux qui accompagnent chaque tournée sont également détenus de façon exemplaire. Il s'agit de capucins, zèbres, chameaux, guanacos et lamas (camélidés du Nouveau Monde), d'animaux domestiques (chèvres, cochons) et de perroquets. Les singes, par exemple, disposent d'une étable d'hiver chauffée, spacieuse, avec des arbres pour grimper, des cordes, des balançoires, des box et du matériel pour s'occuper, ainsi que d'un enclos externe accessible en permanence également en hiver (et utilisé avec plaisir). Les zèbres et les chameaux, ainsi que les camélidés du Nouveau Monde disposent d'espaces de sortie généreux sur des substrats diversifiés et avec du matériel pour s'occuper (en hiver, p. ex. de vieux sapins de Noël à grignoter), ainsi que d'abris bien couverts de litière pour se protéger des intempéries. De plus, les zèbres peuvent également se retirer dans une remorque chauffée, aménagée en étable. Les perroquets vivent dans de grandes volières, aménagées conformément aux animaux, avec des possibilités de grimper et du matériel pour s'occuper. Les bœufs watusi partagent une grande installation reproduisant les conditions de la steppe africaine, avec les girafes.

Évaluation du point de vue de la protection des animaux

Du point de vue de la protection des animaux, la détention des animaux dans les quartiers d'hiver du cirque Knie est exemplaire. Les besoins des animaux y ont la priorité et l'on n'épargne aucun effort apte à rendre la vie des animaux aussi agréable et intéressante que possible, dans la mesure où des conditions de cirque et de zoo le permettent. Cette détention intègre constamment les nouvelles connaissances en matière de biologie des parcs animaliers. Dans des conditions pareilles, même la détention d'animaux sauvages au cirque est compatible avec la protection des animaux.

28


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

www.nock.ch

Cette année, nous avons visité le Cirque Nock à Soleure. Il s'est implanté en ville, dans un espace vert près de la Porte de Bâle (Baseltor). En raison de la météo maussade, le sol était amolli et boueux. L'espace de sortie des chamelles et du zèbre dispose d'un abri simple, sous lequel les sabots peuvent être maintenus au sec grâce à une épaisse couche de paille et de copeaux de bois. La tente qui sert d'écurie permet aux poneys de sortir sur des paddocks couverts de litière; par contre, ici les chevaux restent au box, car il n'est pas possible d'installer des box paddock, pour des raisons techniques, et parce que deux chevaux sont sensibles aux sols détrempé (le fond détrempé porte atteinte à la santé des sabots). Cependant, le cirque dispose de box extérieurs et les utilise régulièrement lorsque les conditions d'espace et de météo le permettent. Selon les information du Cirque Nock et les expériences de la PSA, en raison de nombreuses visites à des places différentes, il y a peut d'endroits, le long de la tournée, où les animaux ne peuvent pas sortir. À ces endroits, en dehors des représentations les animaux peuvent se maintenir librement en mouvement dans le manège, par moments. L'effectif d'animaux conduits en tournée est le même que l'an dernier. Outre les hongres frisons et les étalons andalous, on mène en tournée un zèbre, deux ânes, deux chamelles et des poneys. Un des deux poneys Shetland nains et les deux ânes apparaissent également au manège; les autres poneys sont montés régulièrement par des enfants. Les deux chamelles et le zèbre se partagent un pâturage de quelque 300 m², au milieu duquel a été montée une tente leur offrant un lieu ombragé et de la protection contre les intempéries. Ce serait souhaitable d'aménager un espace servant d'abri et de lieu de retrait supplémentaire accessible en permanence (p.ex. le véhicule de transport). Les poneys Shetland nains et les ânes sont détenus dans de grands box doubles, très bien couverts de litière. Cela est très positif, d'autant plus qu'ils peuvent également sortir, ce qui augmente la surface disponible de plus du double. La direction soutient que dans certaines localités le cirque est accueilli chez des paysans, si bien que les animaux peuvent sortir au pâturage à ces occasions. Dans d'autres localités, où ni la logistique ni les finances ne permettent de louer des espaces de pâturage supplémentaires, les enclos sont au moins bien couverts de litière. En ce qui concerne la protection des animaux, les numéros exécutés avec des animaux ne sont pas problématiques et donnent une impression harmonieuse. Les animaux ne sont pas surmenés, le contact est détendu et amical, les gestes et les ordres sont tranquilles et respectueux.

29


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

La détention des animaux dans la ménagerie du cirque Enclos des chamelles et du zèbre: Animaux

2 chamelles, 1 zèbre. État des animaux: bon. Les bosses des chamelles sont un peu flasques, en raison d'une alimentation pauvre en graisse ou de faiblesse du tissu conjonctif.

Étable / espace de sortie Deux chamelles et un zèbre se trouvent sur une place de quelque 300 m². Le vieux zèbre n'apparaît plus dans les spectacles. En raison de son âge avancé et de l'espèce animale, la direction du cirque est d'avis que cela poserait des problèmes de l'intégrer dans un troupeau de chevaux. Le zèbre n'entre donc pas en contact direct avec les chevaux et les poneys, mais il est détenu dans les mêmes étables, en contact visuel et auditif avec eux. Le lieu de retrait consiste en une tente d'environ 24 m² (4x6 m), ouverte sur tous les côtés, au sol bien couvert de litière, ainsi qu'en une semi-remorque bien couverte de litière qui se trouve à proximité du pâturage. Un grand bassin en plastique rempli d'eau sert d'abreuvoir. Les animaux disposent de matériel pour s'occuper, sous la forme de branches sèches. Les animaux apparaissent en bonne santé: leur pelage est propre et soigné, ils sont bien nourris et ne présentent pas de blessures. Les bosses des chamelles, un peu retombantes, peuvent indiquer une alimentation pauvre en graisses ou une faiblesse du tissu conjonctif. Cela n'est pas rare chez les chameaux domestiques vivant en dehors des régions désertiques. Le comportement des animaux est détendu lorsque des personnes s'approchent du grillage.

Évaluation de la détention dans l'optique de la protection des animaux Les conditions de détention sont fondamentalement en ordre. Au sujet des prescriptions de l'OPAn quant à la taille des enclos: 300 m² de place extérieure satisfont les exigences minimales pour 2 chamelles et 1 zèbre. Il est réjouissant que les animaux disposent de matériel pour s'occuper (branches, feuilles) et que le sol soit très bien couvert de litière, en raison de la météo humide.

30


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

Situation légale Conformément aux exigences minimales de l'OPAn, l'espace de sortie d'un troupeau comptant jusqu'à 5 zébras femelles doit être de 500 m², soit environ 100 m² par animal. Un groupe jusqu'à 3 chameaux nécessite 300 m². De plus, il devrait y avoir des grattoirs ou une place pour se rouler, ainsi qu'au moins 8 m² par animal (chameau, zèbre) dans un enclos couvert ou une étable (dans le cas présent, le véhicule de transport). Les cirques ne doivent toutefois pas se tenir rigoureusement à ces exigences minimales, au sens de l'art. 95 OPAn, si les conditions locales, dans des cas individuels, ne le permettent pas.

Tente servant d'étable: chevaux, poneys, ânes Animaux 3 frisons (deux étalons, un hongre), 5 PRE (4 gris, 1 brun, dont 4 étalons et un hongre); 3 poneys Shetland nains, 2 poneys Shetland, 2 ânes. Les animaux donnent une bonne impression.

Écurie Les chevaux sont hébergés dans une tente aménagée en étable allongée et se tiennent dans des box individuels (étalons!). Dans cette localité, les box paddock manquent en raison du mauvais état du fond, mais ils sont à disposition dans la plupart des localités. Les box grillagés permettent le contact avec les animaux voisins. Les poneys sont gardés en groupe, dans de grands box dotés de paddock, de même que les deux ânes. Les différents box sont propres et bien couverts de litière. Les box pour les chevaux mesurent 3x2.5 m (7.5 m²), ceux pour les poneys et les ânes 6x2.5 m (15 m² ) chacun. Les espaces de sortie des poneys et des ânes sont de la même taille que les box. Tous les animaux ont à disposition des blocs de sel et des abreuvoirs. Les animaux donnent une bonne impression, ils apparaissent sains et curieux, ils se comportent de manière tranquille.

Espace de sortie Les box des poneys et des ânes sont agrandis par un espace de sortie permanent, en ouvrant la paroi latérale à 90° vers l'extérieur, si bien que l'on crée des espaces extérieurs libres d'accès. La taille des espaces de sortie est d'env. 15 m², tant pour les 3 poneys que pour les 2 ânes. Il n'est probablement pas possible d'aménager ces espaces extérieurs partout au long de la tournée, comme pour les chevaux. Dans cette localité, il n'y avait pas de pâturage disponible.

Évaluation de la détention dans l'optique de la protection des animaux

Il est réjouissant de souligner la présence de deux espaces de sortie à l'accès permanent (pour autant qu'ils puissent être mis en place!) et de box pour détenir les poneys et les ânes par paires. Il est important que ce concept puisse être maintenu (aussi pour les chevaux!) pour autant que possible et que l'on y renonce le plus rarement possible à cause des contraintes locales.

Situation légale

Les chevaux et les poneys sont des animaux domestiques. Les exigences minimales de l'OPAn sont plus que satisfaites.

31


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

Représentation circassienne 1er numéro avec des animaux: école viennoise et dressage classique avec des chevaux andalous et dressage libre avec des andalous et des frisons, présenté par Franziska Nock et Paolo Finardi [ 3 frisons, 4 andalous, 1 poney Shetland nain ] F. Nock conduit un étalon andalou gris à la longue bride dans le manège et réalise plusieurs figures avec lui. Le cheval est attaché au bridon simple. Il effectue plusieurs figures au pas espagnol, au trot et au passage. F. Nock reste toujours près du flanc de l'animal et l'aide de façon à peine perceptibles en tirant légèrement à la longue bride ou en le touchent discrètement avec la cravache. Ensuite, un assistant sort le cheval et trois frisons entrent libres sous le chapiteau, avec trois andalous au trot. Les chevaux trottent en cercle et au "slalom", les uns à côté des autres ou en file indienne, ils effectuent plusieurs combinaisons de voltes. Un des andalous porte une muselière; cet étalon est parfois un peu fougueux et bouscule les autres chevaux. F. Nock se sert très discrètement d'un long fouet pour indiquer la direction aux chevaux ou pour les faire avancer. Les étalons frisons quittent le manège et les trois andalous font le "slalom" entre eux, pendant que l'assistant, P. Finardi, conduit l'un des animaux à la bride. Finalement, les trois étalons sortent sur commande et quittent le manège. Un poney Shetland nain entre en trottant sous le chapiteau. Il tourne quelques fois autour du manège, à la longe, il marche un petit bout en arrière, ensuite il pose les pattes avant sur le bord du manège, se cabre et s'assied au milieu du manège. Il est récompensé avec une "friandise" et des câlins, puis il peut quitter le manège. Dans la troisième partie du numéro, F. Nock monte un andalou brun en effectuant des airs de Haute école. Le dressage se déroule de manière très harmonieuse; les ordres à l'aide de la main, de la cravache ou des jambes sont à peine perceptibles, l'animal se montre concentré et motivé et tourne les oreilles vers l'avant. À la fin, le cheval effectue une levade avec la cavalière et se couche très précautionneusement au milieu du manège (P. Finardi le guide par de légers coups de cravache aux pattes avant), pendant que F. Nock quitte la selle. Il est récompensé avec une "friandise" et des câlins.

En conclusion

Le fouet et la cravache ne sont utilisés que de façon très mesurée pour diriger et ne touchent que délicatement la poitrine, les pattes, les flancs ou le nez des chevaux, s'ils les touchent. Les ordres sont impartis d'une voix calme, à peine perceptible à l'oreille des spectateurs. F. Nock sait également très bien maîtriser le turbulent étalon andalou – la représentation est à peine perturbée par ses cabrioles. Le dressage apparaît très harmonieux et détendu. La démarche et les mouvements des chevaux sont naturels, les animaux ne sont pas surmenés par les figures. Un numéro sans problème aux yeux de la protection des animaux.

32


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

2e numéro avec des animaux: dressage libre avec des chamelles et des ânes; présenté par Franziska Nock et Paolo Finardi [ 2 chamelles, 2 ânes hongres ] Les deux chamelles "Shakira" et "Fatima" entrent dans le manège. Elles font plusieurs tours au trot en formation changeante et réalisent deux voltes, pour se positionner ensuite avec les pattes avant sur deux estrades. Dans cette partie de l'exercice, une des chamelles doit être quelque peu guidée par P. Finardi, mais comparé à l'an dernier sa maîtrise est nettement meilleure. Ensuite, les deux ânes entrent dans le manège. F. Nock les dirige autour des chamelles et entre les deux. Un des deux ânes porte une muselière et est un peu récalcitrant vis-à-vis de son partenaire durant tout le numéro. Ses oreilles sont rabattues. Lorsque les deux ânes doivent se coucher au milieu du manège, celui-ci profite de l'occasion pour se rouler généreusement dans le sable, tandis que l'autre âne reste perplexe à ses côtés. Le numéro sort un peu de son contexte et les deux chamelles, en ressentant l'agitation, quittent leurs estrades et se mettent à trotter autour du manège. F. Nock réussit rapidement à reprendre le contrôle. L'âne se relève, les deux ânes suivent les chamelles autour du manège en effectuant diverses figures. À la fin du numéro, les chamelles se couchent et les ânes tracent plusieurs huit autour d'elles. Ensuite, les deux ânes se couchent au milieu du manège et se roulent dans la sciure – une occasion dont profite également une des chamelles, heureuse. Puis, les ânes montent sur le bord du manège avec les pattes avant et "prennent congé" du public, avant de quitter le manège.

En conclusion

Les animaux sont équilibrés durant toute la représentation – y compris l'âne hongre quelque peu turbulent – et ne sont absolument pas surmenés par les figures. Les ordres sont impartis parcimonieusement et à voix basse; une des chamelles a été assistée quand c'était nécessaire. La dompteuse et son assistant dominent la situation et tiennent les animaux par des ordres calmes et un fouet qu'ils utilisent avec parcimonie. Les animaux semblent avoir du plaisir à travailler et apparaissent parfois presque un peu exubérants. En se roulant dans le sable, ils démontrent qu'ils se sentent à l'aise dans le manège. Le numéro est en ordre en ce qui concerne la protection des animaux.

33


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

Les animaux dans les quartiers d'hiver La PSA a visité les quartiers d'hiver du Cirque Nock le 5 février 2013, afin d'y observer la détention des animaux et les entraînements quotidiens. Les quartiers d'hiver du Cirque Nock se trouvent à Öschgen, dans le Fricktal (AG). L'effectif appartenant actuellement au cirque consiste de 8 chevaux (3 frisons, 5 andalous), 5 poneys Shetland, deux ânes, un zèbre et deux chamelles. De plus, la jument andalouse "Baby Jane" du cavalier de dressage Paolo Finardi est actuellement détenue dans les écuries du Cirque Nock. Les box sont spacieux et bien couvert de litière, les possibilités de sortir sont généreuses et il y a un pâturage pour les chamelles.

Chevaux, poneys, ânes, zèbre et chamelles Les animaux sont hébergés dans une écurie adjacente à la halle d'entraînement. Les cinq étalons et deux hongres disposent de box individuels leur permettant le contact social. Les box sont bien couverts de litière, ont une surface de 12 m² et sont dotés d' abreuvoirs et de sel. Les trois poneys Shetland nains et les deux poneys Shetland (tous des hongres) sont gardés en groupe dans deux box. Les deux ânes hongres "Rocky" et "Rambo" se trouvent ensemble dans un autre box. Le zèbre de 27 ans d'âge (hongre) – le dernier animal restant d'un groupe de quatre – passe le soir de sa vie au Cirque Nock, en compagnie des chevaux, des ânes et des poneys. À son âge, ce serait trop contraignant de l'intégrer à un troupeau de zèbres. Dans les quartiers d'hiver, il dispose de son propre box d'env. 30 m³, à proximité immédiate des poneys. Les deux chamelles "Shakira" et "Fatima" se partagent un autre box, particulièrement grand. Les animaux peuvent sortir quotidiennement dans un enclos externe, au sol gravelé et suffisamment spacieux, adjacent à l'écurie; les chamelles peuvent également jouir du pâturage situé de l'autre côté de la route (quotidiennement, sauf si les conditions météorologiques sont très mauvaises, comme le jour de notre visite, malheureusement). (Traverser la route avec les chevaux farouches pour les emmener au pâturage est trop dangereux).

34


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

On travaille tous les jours avec tous les animaux, y compris avec le zèbre "retraité" et les poneys, hormis un poney qui est utilisé pour des tours. Chaque animal entre deux fois par jour au manège pendant 30-90 minutes (une fois le matin, une l'aprèsmidi) pour être stimulé physiquement et mentalement. Les animaux sont entraînés par Franziska Nock, Paolo Finardi et un assistant. Le contact avec les animaux au cours des entraînements est paisible, patient et respectueux. Les ordres sont impartis d'une voix tranquille et par des signes clairs, le fouet n'est utilisé que pour donner la direction, avec circonspection. À la fin de chaque exercice, les animaux sont régulièrement récompensés avec des "frian-dises" et des câlins. Les chevaux, les ânes et les chamelles ont l'aspect détendu et équilibré, y compris pendant l'entraînement; leur langage corporel indique qu'ils ont confiance en leurs partenaires humains.

Évaluation du point de vue de la protection des animaux

Du point de vue de la protection des animaux, il s'agit d'une détention acceptable qui dépasse les standards minimaux. Les animaux disposent de box spacieux pour la détention en groupes; même le zèbre peut passer les dernières années de sa vie au sein d'un troupeau. Il serait recommandable de dresser des box paddock, permettant aux animaux de sortir à tout moment (ce serait un plus en faveur des animaux, d'autant plus que le pâturage n'est pas toujours disponible, mais la direction du cirque est d'avis que ce n'est pas réalisable, en raison des conditions spatiales actuelles). On travaille régulièrement avec tous les animaux, si bien qu'ils sont stimulés physiquement et intellectuellement. Tous les animaux donnent une bonne impression, ils ont l'aspect sain, équilibré et soigné. Les sorties régulières en plein air et, partiellement, au pâturage (les chamelles) sont possibles et les entraînements quotidiens se déroulent dans une atmosphère paisible et respectueuse.

35


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

www.circusroyal.ch

Cette année, le Cirque Royal a été visité dans deux localités: à Bülach (ZH) et à Berne-Bümpliz. Dans les deux localités, la détention des animaux n'était pas accessible aux visites; cependant, à Bülach, quelques enclos pouvaient très bien être aperçus des chemins à l'extérieur de l'aire du cirque. Cette année, le Cirque Royal ne conduit que son effectif d'animaux en tournée. Il ne présente pas de nouveaux numéros avec des animaux (en 2012 il a présenté un numéro avec des prédateurs, très critiqué). À Bülach, le chapiteau et les enclos pour les animaux se trouvent en partie sur gazon et en partie sur un terrain gravelé, à Berne-Bümpliz sur gazon et en partie sur goudron. Dans les deux localités, les nandous, lamas, chèvres et, en partie, les poneys disposent heureusement d'un espace de sortie généreux et, par endroits, aussi bien couvert de litière. Il est difficile à comprendre pourquoi les autres animaux (chameaux, ânes, bœufs watusi) doivent rester sous la grande tente aménagée en étable, sans possibilité de sortir, alors qu'il y a encore beaucoup de terrain libre et inutilisé qui pourrait leur servir de pâturage et d'espace de sortie. En comparaison avec l'année précédente, la détention des animaux au Cirque Royal s'est heureusement améliorée. Les animaux ont désormais davantage de possibilités de sortir et les box et espaces de sortie sont bien couverts de litière. On a surtout remarqué une amélioration de la détention des singes rhésus, dont l'espace de sortie est désormais structuré de façon plus intéressante.

La détention des animaux dans la ménagerie du cirque Des enclos à l'air libre pour les lamas, les chèvres et les nandous Animaux

4 lamas, 4 chèvres, dont 3 valaisannes à cou noir, 3 nandous (seulement à Berne-Bümpliz: 1 cheval Haflinger)

Étable / espace de sortie

Les animaux ont à disposition un espace de sortie en libre accès de plus de 1000 m 2, sur gazon et gravier. Le lieu de retrait est une grande remorque immédiatement adjacente à cet espace, bien couverte de litière. Une tente aménagée en étable, dressée dans le pré, sert de place

36


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

ombragée et de protection contre les intempéries. Le sol y est également couvert de litière. Les animaux profitent de cette place de repos. Les animaux accèdent aux remorques par une rampe, protégée sur les côtés par des grillages provisoires. Il y a un bassin avec de l'eau et les animaux apparaissent en bonne santé. Une chèvre présente une blessure guérie à une oreille (il lui manque un bout du pavillon auriculaire, probablement dû à l'arrachage d'une marque). À BerneBümpliz, les poneys ont à disposition un grand pâturage clôturé, en plus du grand espace de sortie d'env. 30 m2.

Évaluation de la détention dans l'optique de la protection des animaux Bonne détention en groupes et en liberté, avec pâturage et lieux de retrait. On déplore le manque de bain de sable pour les nandous et le montage inadéquat des protections à la rampe donnant accès à la remorque. Ces aménagements provisoires constituent de considérables sources de danger lors du chargement et du transport des animaux!

Situation légale

L'ordonnance pour la protection des animaux prévoit pour la détention des lamas: un espace de sortie de 250 m2 pour un groupe jusqu'à 6 individus, plus 2 m2 d'abri par animal. Pour la détention des nandous, elle prescrit: un espace de sortie de 500 m 2 pour un groupe jusqu'à 6 individus, plus 4 m2 d'abri par animal et un bain de sable. (les grains de sable et de gravier ne sont pas nécessaires que pour les soins du plumage, mais aussi pour la digestion)! Chèvres: les chèvres sont des animaux domestiques. Les exigences minimales de l'OPAn sont plus que satisfaites. Pour une détention caprine vraiment bonne, il est souhaitable d'aménager des possibilités de grimper et des espaces de repos surélevés (p.ex. sur une balle de foin). Les conditions de détention observées dans les deux localités satisfont amplement les exigences minimales requises pour détenir ces espèces animales, bien qu'avec une importante exception: dans les deux localités, il manquait le bain de sable prescrit pour les nandous. Les cirques ne sont pas obligés à se tenir rigoureusement aux exigences minimales au sens de l'art. 95 OPAn si les conditions locales, dans des cas individuels, ne le permettent pas.

37


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

Une tente aménagée en étable pour les ânes de grande taille, les bœufs watusi, les poneys et les chameaux Animaux 1 âne de grande taille, 5 bœufs watusi (1 taureau, 1 veau, 3 vaches) 7 chameaux (dont 1 poulain), 2 poneys, 1 cheval Haflinger

Étable / espace de sortie Les animaux sont détenus dans des box, sous une grande tente aménagée en étable. Un couloir central sépare les box. Les animaux n'ont pas la possibilité de sortir mais les box sont spacieux (env. 20-60 m2, en fonction du nombre et de la taille des animaux) et ils sont très bien couverts de litière. Le plan des box et les grillages bas permettent aux animaux grégaires de maintenir le contact social également avec les animaux voisins. Dans la localité de BerneBümpliz, les équidés disposaient d'un petit pâturage. Cependant, il n'était pas utilisé, en raison des mauvaises conditions du sol. On n'est pas au courant de la fréquence des sorties des animaux détenus sous la tente. Les bœufs watusi et les chameaux se trouvaient dans l'étable lors des deux visites, sans possibilité de sortir. (Dans d'autres localités, les bœufs watusi peuvent aussi sortir). Il serait souhaitable que la détention permette de sortir dans le plus grand nombre possible de localités.

Évaluation de la détention dans l'optique de la protection des animaux Acceptable. Les prescriptions minimales de l'OPAn sont plus que satisfaites en ce qui concerne la détention à l'étable. Il faudrait tendre vers davantage de sorties au pâturage.

Situation légale Chameaux: la détention date d'avant le 1.9.2008, le délai transitoire de 10 ans de l'ancienne OPAn est donc encore en vigueur. Ancienne OPAn: 300 m² pour un groupe jusqu'à 3 animaux adultes avec leur descendance. Enclos d'intérieur: 8 m² par animal. Possibilité de séparer les mâles. Les étables sont conçues comme des enclos d'intérieur et sont suffisamment grandes à cet effet. Cependant, il manque la possibilité de sortir prescrite de > 300 m². L'espace de sortie à lui seul, pour 2 animaux adultes (év. avec descendance), devrait être de 300 m². Les cirques ne sont pas obligés à se tenir rigoureusement aux exigences minimales au sens de l'OPAn si les conditions

38


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

locales, dans des cas individuels (!), ne le permettent pas. Toutefois, les chameaux du Cirque Royal ont été trouvés à l'étable, sans possibilité de sortir, lors des deux visites. Chevaux, bovins: ces animaux sont considérés domestiques. Les exigences minimales de l'OPAn sont plus que satisfaites. Pour une bonne détention, il faudrait veiller à permettre des sorties au pâturage le plus régulièrement possible.

Singes rhésus Animaux 5 singes rhésus (2 femelles adultes et 3 animaux juvéniles)

Étable / espace de sortie Les singes sont détenus dans un véhicule doté d'un enclos adjacent à l'air libre. Le véhicule couvre env. 20 m2 de surface pour 3 m de haut; l'espace de sortie couvre env. 49 m2 pour une hauteur de grimpe de 3 m. L'enclos extérieur est accessible en permanence par une seule trappe. Le véhicule est fermé sur trois côtés et porte un grillage et du plexiglas sur le devant. Il protège du soleil et des intempéries. Il est abondamment couvert de litière et est aménagé avec quelques cordes, échelles de cordes et branches. L'espace de sortie est considérablement mieux structuré que l'an dernier: il dispose d'une vraie structure de grimpe faite de branches et de plusieurs cordes pour grimper. À Bülach, le sol est constitué de gazon (très pâturé), à Berne-Bümpliz de béton (couvert de litière). Les animaux sont stimulés à chercher la nourriture par des grains de riz éparpillés au sol et en picorant des herbes. À Bülach, les passants ont aussi leur diversion et les singes semblent s'intéresser aux primates à deux jambes qui se tiennent devant l'enclos autant que ceux-ci s'intéressent aux singes! Un animal présente des zones chauves au pelage. Leur cause n'est pas connue. Toutefois, il donne une impression vive et intéressée.

Évaluation de la détention dans l'optique de la protection des animaux L'aménagement de l'enclos est meilleur que l'an dernier. Cependant, la composition des groupes n'est pas typique de cette espèce: il manque des mâles adultes. Par conséquent, il y a certainement moins de conflits sociaux, car le comportement social naturel et accompli n'est pas possible dans une détention de femelles et de juvéniles. De plus, il manque les écrans visuels (prescrits légalement) permettant à l'animal subordonné de se réfugier en cas de conflit. Le fait que l'enclos extérieur ne dispose que d'un accès peut également poser problème. Un animal

39


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

dominant pourrait le "monopoliser" dans une situation de conflit et limiter ainsi considérablement la liberté de mouvement de l'animal subordonné. Un enclos de ce genre peut fonctionner pour autant que le groupe soit paisible et qu'il n'y ait pas de grandes confrontations pour le rang. Deux accès seraient tout de même utiles (de même que des écrans visuels, prescrits). D'un point de vue positif, il faut relever la meilleure occupation des animaux par des structures de grimpe et la recherche de nourriture. Cependant, ces animaux intelligents ne participent pas aux représentations et ne doivent donc pas "travailler". Ils ne sont dès lors pas détenus d'une façon qui leur permette de s'occuper et de se maintenir dans de bonnes dispositions! Il ne nous est pas possible d'évaluer la fréquence à laquelle le sens de l'exploration de ces singes est stimulé par des objets ludiques nouveaux et variés. Les conseils formulés l'an dernier restent valables: les singes devraient être davantage stimulés, en leur mettant à disposition des branches naturelles, des rameaux frais, des balançoires, des planches, des pneus suspendus, au mieux un bassin pour se tremper en été, des caissons à fouiller (remplis de feuilles, paille, copeaux, etc.), de la nourriture cachée et autres éléments enrichissants, surtout dans l'enclos extérieur, afin que cet espace puisse être utilisé de la façon typique aux singes. Il faudrait également aménager des écrans visuels et des possibilités de se retirer. Fondamentalement, on se pose la question de la raison pour laquelle le Cirque Royal emmène des singes en tournée, puisqu'ils ne font pas partie du programme.

Situation légale Les enclos, tant intérieurs qu'extérieurs, pour 5 macaques doivent avoir une surface au sol d'au moins 15 m2, pour un volume de 45 m3. Les animaux doivent avoir la possibilités de se retirer à l'abri, de grimper, ils devraient disposer de d'écrans visuels et être régulièrement occupés par du "behavioural enrichment" (enrichissement comportemental) dans leur enclos. Cette détention satisfait aux prescriptions minimales quant à la taille des enclos.

40


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

Représentation circassienne 1er numéro avec des animaux: bœufs watusi, Haflinger, âne, lamas et nandous, présenté par O. Skreinig [ 4 bœufs watusi (y c. 1 taureau), 2 chevaux Haflinger, 1 âne 2 lamas, 3 nandous ] Il s'agit du numéro habituel des années précédentes, longtemps rodé, cette fois simplement avec deux chevaux Haflinger au lieu d'un seul: les bœufs watusi entrent dans le manège, tournent en rond, puis se positionnent avec les pattes avant sur des estrades et y restent durant le reste de la représentation. Plusieurs animaux manifestent un comportement d'évitement persistant, par leur tête détournée et la queue retirée entre les pattes. Dès que les bœufs sont sur les estrades, il reçoivent une récompense et se calment visiblement, jusqu'à ce qu'ils doivent refaire un tour à la fin du numéro. Ces animaux présentent des cicatrices très visibles, parfois importantes, aux flancs. Leur origine n'est pas connue. Maintenant, c'est au tour des deux chevaux Haflinger de tourner plusieurs fois autour des bœufs, jusqu'à ce qu'ils se positionnent entre ces derniers et reçoivent une récompense sous la forme de "friandise". Les chevaux apparaissent détendus, sont correctement harnachés et se roulent sur le sol du manège. On répète le même numéro avec l'âne. Ce dernier apparaît à nouveau un peu stressé, ses oreilles sont rabattues en arrière durant tout le numéro. Ensuite, les trois nandous entrent dans le manège. O. Skreinig les conduit en les touchant légèrement de la main, pour qu'ils accomplissent un tour du manège, puis ils le quittent. À la fin de la représentation, les deux lamas galopent trois fois autour du manège, en sautant deux obstacles d'env. 70 cm. Ensuite, ils quittent le manège, suivi par les bœufs watusi.

En conclusion Représentation sans problème. Les animaux ne sont pas particulièrement sollicités (quelques tours autour du manège, surtout pour les nandous, ce n'est guère plus que du "travail dans le manège")! On se demande plutôt si les autres animaux (surtout les chevaux et l'âne) sont suffisamment occupés!

2e numéro avec des animaux: dressage libre avec des chameaux de Bactriane, présenté par U. Strasser [ 6 chameaux ] À Bülach, au moins, ce numéro apparaît plus paisible que l'an dernier. Les chameaux tournent dans le manège en diverses formations et en changeant de direction, se tournent autour de leur axe et se regroupent au milieu, pour recevoir une récompense du dompteur. U. Strasser domine visiblement mieux les animaux que O. Skreinig l'an dernier. Lorsque les animaux trottent par groupes de trois dans les deux directions opposées, un animal de tête est assisté au licou. Le fouet et les ordres sont impartis avec modération. À Berne-Bümpliz, le contrôle de cette représentation s'est un peu perdu; comme l'an dernier, les animaux courent un peu les uns contre les autres; ils sont dirigés mais en même temps ils ne savent plus ce qu'on leur demande.

41


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

En conclusion Sans problème du point de vue de la protection des animaux. Ce numéro fonctionnerait mieux avec moins d'animaux; le manège apparaît un peu trop occupé. Parfois, les animaux ne savent pas trop comment prendre les ordres, ce qui peut causer un peu de "stress". Un aspect positif, c'est que chaque animal est récompensé au moins une fois avec de la nourriture.

La détention des animaux dans les quartiers d'hiver La Protection Suisse des Animaux PSA n'a malheureusement pas reçu de réponse à sa demande de visiter, après annonce préalable, la détention des animaux dans les quartiers d'hiver du Cirque Royal. Cela, contrairement aux cirques Knie et Nock, dont la PSA a pu visiter les quartiers d'hiver sans problème, sur demande. Les cirques GO, Stey et Harlekin, selon leurs déclarations, ne détiennent pas d'animaux dans des quartiers d'hiver.

42


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

www.circus-go.ch

Nous avons visité le Cirque Gasser-Olympia (GO) le 14 mai à Gelterkinden (BL). Malheureusement, le numéro de "Miss Nadja" et ses chats, le seul numéro animalier au programme, a dû être annulé, car les chats ont été refoulés à la douane en raison d'un test sanguin manquant. GO ne présentera ce numéro animalier que fin mai au plus tôt. La Protection Suisse des Animaux PSA visitera à nouveau ce cirque plus tard et publiera le rapport en ligne.

Commentaire quant aux quartiers d'hiver Le Cirque GO ne détient pas d'animaux dans ses quartiers d'hiver. Selon les indications de M. Gasser, en hiver, les chevaux appartenant au cirque sont toujours engagés dans un cirque de Noël en Allemagne.

Spectacle de Noël Nous avons visité le spectacle de Noël du Cirque GO le 15 décembre, à Soleure. Il n'a pas été possible d'évaluer la détention des animaux, car tous les animaux qui participaient au spectacle étaient transportés dans des camping-cars. Les représentations n'ont pas lieu dans un manège mais sur un plateau dressé sous le chapiteau.

43


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

Représentation circassienne La revue des chiens de Greta [ 3 caniches nains (1 brun, 1 blanc, 1 jeune blanc) ] La Lituanienne "Greta" entre sur le plateau avec ses trois caniches nains. L'un de ceux-ci est un juvénile ("adolescent"). Le spectacle consiste en divers éléments de la "Dog Dance", p. ex. sauter à travers un cercle formé par les bras de la dompteuse, faire le beau, sautiller sur les pattes arrières, slalomer entre les jambes de la dompteuse, sauter à travers des pneus, sauter du sol dans les bras de la dompteuse, etc. Il ne demande pas d'enchaînements de mouvements exagérés aux chiens. Les exercices sont réalisés principalement par les chiens adultes, tandis que le jeune attend assis dans une poussette jouet, pour montrer ses premiers tours à la fin de la représentation. Lorsqu'un chien accomplit ses exercices, l'autre attend sur une estrade ou se déplace librement sur le plateau. Les caniches ont un comportement hyperactif, conformément à leur race. Parfois, ils ne perçoivent pas les ordres de la dompteuse. Ils apparaissent exubérants et joueurs, mais ils montrent parfois des signes de stress. Ces chiens se laissent facilement détourner, se courent après, aboient beaucoup, remuent constamment et vite, ils sont excités. On a observé quelques activités de déplacement telles que se secouer après un exercice, se lécher les organes génitaux et étirer la partie avant du corps. Un des caniches a dû se soulager sur l'estrade juste au début de la représentation.

En conclusion Fondamentalement sans problème au point de vue de la protection des animaux, notamment parce qu'il s'agit de caniches, une race très vive, capable d'apprendre et active, prédestinée à la "Dog Dance". Les animaux montrent, certes, quelques signes de stress tels que se secouer, bâiller ou se gratter; cependant, on peut considérer cela comme du stress positif: les chiens sont occupés, font quelque chose et sont récompensés pour cela. Il n'est pas possible de connaître la fréquence des sorties et des entraînements, au-delà des représentations. Fondamentalement, les caniches nains peuvent se contenter d'une vie en tournée, dans le camping-car, pour autant qu'ils sortent assez souvent et qu'ils soient suffisamment occupés. Cela ne pose pas de problème qu'un juvénile (passif pour la plupart du temps) en train de se former participe aux représentations, afin qu'il s'habitue favorablement à son futur travail dans le manège, pour autant que l'animal ne présente pas de réactions de peur. Le seul point à critiquer est que les chiens n'ont évidemment pas pu se soulager avant la représentation. Le comportement du caniche indique qu'il "savait" qu'il avait "fait faux" (il est revenu plusieurs fois sur l'estrade pour sentir ses propres excréments), mais qu'il ne pouvait pas réagir correctement. Cela l'a probablement stressé davantage. Il faut dès lors veiller à ce que les animaux puissent arriver propres au manège.

44


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

Greta et ses chats [ 5 chats domestiques ] "Greta" arrive à nouveau sur le plateau, cette fois avec un chat dans les bras. Deux structures à balancier et un "trône" de presque 3 m de haut sont prêts sur une barre de bois. Le chat est posé au sol et, à un signal des doigts, il grimpe au trône, où il reste durant presque toute la représentation. Un assistant apporte un autre chat. On remarque que les animaux ne sont pas portés correctement, mais simplement en leur passant une main sous la cage thoracique ou derrière les pattes avant, si bien que le ventre et les pattes arrières pendent. L'assistant "lance" les chats de façon cérémonieuse dans les bras de la dompteuse et reprend les animaux lorsqu'ils ont terminé leurs exercices. Par la suite, cinq chats accomplissent plusieurs exercices au balancier et des sauts. Ils ont visiblement été conditionnés à prendre le doigt comme "objectif", car ils suivent le doigt levé de la dompteuse durant chaque exercice. Un des balanciers est constitué d'une simple latte de bois, étroite, sur laquelle les chats marchent aller et retour. L'autre balancier est doté de plusieurs assiettes posées sur des portoirs verticaux. Les chats y marchent en slalom, passent d'une assiette à l'autre ou sautent sur les assiettes, puis sur la poutre, puis sur l'assiette suivante et ainsi de suite. Un chat avance carrément suspendu à la poutre, la tête en bas. Plusieurs animaux sautent, sur commande, du sol dans les bras de la dompteuse. À la fin de la représentation, le premier chat, qui est resté tout le long sur le trône, saute d'une distance de presque 3 m sur un coussin posé dans les bras de "Greta".

En conclusion Cette représentation ne demande pas d'enchaînements de mouvements exagérés aux chats. Les animaux n'apparaissent pas intimidés, on n'observe pas de signes de peur, tels que les yeux écarquillés, les oreilles rabattues ou le poil hérissé. Toutefois, les chats manifestent souvent des activités de déplacement telles que se nettoyer ou renifler le sol (év. des signes de surmenage psychique). Les animaux sont souvent récompensés avec des "friandises". L'ensemble de la représentation donne une impression de précipitation. Les chats sont emmenés l'un après l'autre, exécutent un ou deux exercices en temps record (ils courent au lieu de marcher sur le balancier), pour être ensuite tendus à l'assistant qui les sort. Lorsque les chats n'accomplissent pas tout de suite l'exercice souhaité, la dompteuse les attrape et les remet sur le balancier ou les "pousse" dans la bonne direction. Le chat qui devait sauter sur les assiettes, plusieurs fois et à cadence soutenue, s'est mis à haleter. Il avait peut-être atteint la limite de la résistance physique et psychique à laquelle on peut soumettre un chat (notamment sur un plateau). Le numéro est fondamentalement en ordre au point de vue de la protection des animaux; il montre d'une façon élégante que l'on peut travailler sur scène avec des chats domestiques, moyennant un entraînement correct (conditionnement opérationnel par renforcement positif), sans avoir besoin de tigres ou de lions. Toutefois, le contact de l'assistant avec les chats devrait être plus soigneux (les porter correctement). Puisque les chats sont plus difficiles à dresser que les chiens et qu'ils sont plus facilement frustrés et peureux, la préparation d'un numéro avec des chats demande beaucoup de patience et d'égard; l'affolement détonne.

45


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

On peut se demander s'il est possible de garder cinq chats dans le respect des animaux dans un camping-car, tout au long d'une tournée de cirque (et durant le voyage de la Lituanie à la Suisse et retour). L'ordonnance sur la protection des animaux (OPAn) prescrit une surface au sol de 8.7 m2 pour cinq chats, ainsi qu'une hauteur minimale de 2.0 m. Les chats devraient avoir au moins un contact visuel avec des congénères et, dans le cas de détention dans des box, doivent pouvoir sortir chaque jour. Afin de garantir le bien-être des animaux et une hygiène appropriée, il faut plusieurs caisses de sable (en règle générale: n+1 caissettes); de plus, les gamelles pour la nourriture et pour l'eau et les caissettes de sable ne doivent pas être posées les unes à côté des autres. Chaque animal devrait pouvoir jouir d'une place de retrait (mieux: plus de cachettes que de chats). Selon les renseignements de la direction du cirque, on a mis un camping-car spécialement destiné aux chats à disposition de la dompteuse.

Un python comme sujet photographique et animal à câliner À la pause, "Greta" présente un python enroulé autour de son corps, dans le cadre d'un spectacle de danse du ventre, de prises photographiques et comme animal à câliner. Le contact avec l'animal est précautionneux, les enfants ne touchent le serpent que sous surveillance. L'apparition de l'animal à la pause, sous le chapiteau assez bien chauffé, se limite à environ dix minutes. Malgré tout, les températures hivernales pourraient être désagréables pour ce serpent. On se demande également de quelle façon un pareil animal peut être détenu conformément à son espèce dans un camping-car. Un serpent de la taille de celui qui a été montré (quelque 2 m) demande un terrarium de plusieurs mètres carrés de surface, des possibilités de grimper, un bassin, des spots qui aménagent des zones de température différentiées, un substrat approprié, des cachettes et des moyens pour faciliter la mue. De plus, durant cette dernière, l'animal ne doit être dérangé en aucun cas.

Photo: Circus GO ( www.circus-go.ch )

46


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

www.circusharlekin.ch

Le Cirque Harlekin effectue ses tournées annuelles dans le canton de Berne et dans une partie du Plateau suisse. Cette année, nous l'avons visité à Schüpbach, dans l'Emmental (BE). Le chapiteau et la troupe sont stationnés sur gazon; les chameaux, les chevaux et les caprins peuvent jouir de très grands espaces de sortie et de pâturages. Fondamentalement, ce cirque détient les animaux d'une façon bonne à très bonne. Les représentations avec les animaux domestiques et de rente, appartenant au cirque, et avec les chameaux, très bien dressés, provenant de Suède, ne posent pas de problème. Cependant, cette année, ce cirque présente un numéro étranger un peu douteux, mettant en scène un chat et un rat. Les animaux donnent une très bonne impression et ils apparaissent soignés. Les quatre chameaux et les deux chevaux arabes appartiennent au cirque suédois "Olympia". Ce dernier dispose d'une grande ferme à chameaux en Suède et met des animaux à disposition du Cirque Harlekin depuis plusieurs années, pour sa tournée. Les chameaux sont sains et apparaissent très soignés; tous, à l'exception d'un individu, ont les bosses dressées. Ces animaux se comportent de manière très attentive et trottent pleins de tempérament à travers le pâturage. On n'a observé aucun comportement stéréotypé. L'âne, le mulet et le poney appartenant au cirque passent l'été sur les pâturages alpins du Jura Bernois ou de l'Oberland Bernois. Durant la tournée, en plus des sorties au pâturage (dans la plupart des localités), ils disposent toujours de box doubles, spacieux, bien couverts de litière et avec de l'eau, du foin et du sel. Les remorques bien couvertes de litière servent d'abris et d'espaces de retrait supplémentaires. Elles sont toujours ouvertes et sont accessibles par une rampe. Selon les renseignements de la gérante de l'étable, les deux boucs et le lama appartiennent à Urs Strasser, dompteur et directeur du Cirque Royal. Ils passent l'hiver dans ses étables privées en Suisse orientale, où le lama entretient manifestement le contact avec ses congénères. L'âne, le mulet et le poney sont détenus en troupeau, ce qui est réjouissant. Le seul aspect à déplorer est simplement la détention individuelle du lama mâle. Cette année, le Cirque Harlekin a trois numéros animaliers au programme: "Nicole" présente son dressage libre avec des chameaux et des chevaux, la gardienne d'animaux "Susanne" tient un numéro avec des boucs et un lama. De plus, un couple de clowns russes présente un spectacle avec un chat domestique et un rat domestique, dans lequel un Yorkshire Terrier apparaît aussi brièvement dans le manège. Nous ignorons la manière dont ces animaux de compagnie sont détenus dans les caravanes (et si le rat peut vivre avec des congénères, de la façon qui serait absolument nécessaire). Selon les renseignements de la direction du cirque, il n'y a que deux localités, au long de la tournée, où les animaux ne peuvent pas sortir. Dans toutes les autres localités, on veille à ce que les animaux puissent sortir autant que possible.

47


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

La détention des animaux dans la ménagerie du cirque Chameaux, chevaux arabes Animaux 4 chameaux (hongres), 2 chevaux arabes bruns (hongres). État des animaux: bon et soigné. Un seul chameau a une bosse retombante. Un des chameaux est utilisé pour des tours dans le manège avec des enfants, après la représentation.

Étable / espace de sortie Les animaux se trouvent dans un grand pâturage d'environ 800 m2. Une tente d'env. 60 m2, ouverte sur tous les côtés sert d'abri et de protection contre les intempéries. Le sol y est bien couvert de litière. De plus, les animaux peuvent se retirer dans la remorque (également couverte de litière). Sous la tente aménagée en étable, il y a des abreuvoirs, du fourrage (foin), et du sel.

Évaluation de la détention dans l'optique de la protection des animaux Les chameaux disposent d'un grand pâturage, où ils peuvent également se rouler au sol. Ils peuvent s'abriter du soleil et des intempéries sous la tente. L'enclos est assez grand pour que les animaux puissent s'éloigner des visiteurs, si nécessaire. Le sol sous la tente-étable est sec et bien couvert de litière. La remorque est également disponible en permanence comme abri. Au point de vue de la protection des animaux et dans des conditions de cirque, il s'agit d'une très bonne détention.

Situation légale Cette détention dépasse amplement les prescriptions légales. Pour 4 chameaux adultes, l'OPAn prescrit un espace de sortie de 350 m 2 (100 m2 par animal pour les trois premiers, 50 m 2 pour chaque animal supplémentaire) et des abris d'au moins 8 m 2 par animal. Cette détention satisfait clairement les prescriptions de détention pour des chevaux: la détention au pâturage recommande 150 m2 par animal.

48


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

Tente aménagée en étable: lama, boucs, cheval Franches-Montagnes, mulet nain, âne et poney Animaux

1 lama (mâle), 2 boucs castrés, un mulet nain (jument), 1 âne, 1 poney Shetland américain (jument), 1 Franches-Montagnes hongre

Étable / espace de sortie Le lama et les deux boucs se partagent un box et l'espace de sortie. Le box se trouve sous la tente servant d'étable, juste à côté des box des chevaux. Il est bien couvert de litière. Une pile de palettes de bois sert de place surélevée pour les boucs (bien qu'il n'y ait que la place pour un animal…). L'eau, le foin et le sel sont disponibles, en plus de branches et de rameaux frais pour s'occuper. La surface du box est d'environ 15 m2, celle de l'espace de sortie d'env. 80 m2. Les animaux vont visiblement bien: le lama se roule abondamment au sol, les deux boucs combattent de manière joueuse. Vis-à-vis des êtres humains, leur comportement est ouvert, équilibré et curieux. Les trois animaux apparaissent très soignés et sont en bonne santé. Le cheval, l'âne, le poney et le mulet nain se partagent un ample pâturage de quelque 1000 m 2, ainsi qu'un box de groupe subdivisé en deux compartiments sous la tente qui sert d'étable. Sur le pâturage, le van utilisé pour le transport reste accessible et sert d'abri. Le van et les box sont bien couverts de litière. Une partie du box de groupe n'est accessible qu'aux équidés de petite taille (poney, âne et mulet nain), en raison de la disposition des parois de séparation. Cette partie du box occupe environ 9 m2, tandis que la partie accessible au cheval en

49


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

couvre 15 m2. Dans les box on trouve de la paille et du sel. L'eau est également disponible. Les box indiquent le nom et la race des animaux.

Évaluation de la détention dans l'optique de la protection des animaux

Bonne détention d'équidés et de caprins; par contre, la détention du lama peut être améliorée (selon les informations de la responsable de l'étable, le lama socialise avec les caprins et se sent bien avec eux). Tous les animaux disposent d'amples espaces de sortie permettant le contact avec le troupeau. Les box sont bien couverts de litière et permettent aux animaux de se coucher, de se mettre à l'abri des intempéries ou de se soustraire à la vue des visiteurs. L'eau est disponible en permanence. On fait le possible pour que les deux boucs aient la possibilité de grimper et de trouver des places de repos surélevées. Cependant, il serait souhaitable que chacun ait une place. Il faut relever positivement la présence de matériel à grignoter (rameaux frais) pour les boucs et pour le lama. Les lamas sont des animaux grégaires. Les mâles adultes n'entretiennent pas de relations aussi étroites que les femelles et peuvent – ou doivent, selon le caractère – carrément être détenus séparément. Cependant, ils demandent quand même un contact visuel et, si possible, olfactif et auditif avec les congénères (féminins), conformément à l'OPAn. La remorque adjacente au pâturage offre aux chevaux une possibilité de retrait supplémentaire; le pâturage est ample et la détention en groupe avec un "espace de protection" pour les animaux de petite taille est exemplaire. Dans l'ensemble, il s'agit d'une détention tout à fait bonne.

Situation légale Exigences minimales selon l'OPAn: la surface de pâturage avec accès direct à un box se situe à 12-14 m2 pour chaque cheval miniature ou poney, selon la hauteur au garrot, et à 16-24 m 2 pour un cheval; la surface des box doit être de 5.5 m 2 (poney) à 9 m2 (Franches-Montagnes); la surface globale des box doit donc être d'environ 20 m 2. Les exigences minimales de l'OPAn sont plus que satisfaites par cette détention. Conformément à l'art. 57, al. 1 de l'OPAn, les lamas doivent être détenus en groupes. Les mâles adultes sont exclus de cette norme. Cependant, dans le cas d'une détention individuelle, ils doivent avoir un contact visuel avec les congénères. À notre avis, la détention individuelle de ce lama se heurte donc à l'ordonnance sur la protection des animaux. La présence d'un deuxième lama est urgemment recommandée! Les caprins sont des animaux de rente domestiqués pour lesquels il n'y a que des exigences minimales de détention. Cette détention les satisfait amplement.

50


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

Représentation circassienne 1er numéro animalier: dressage libre avec des chameaux et des chevaux, présenté par "Nicole" [ 4 chameaux, 2 hongres arabes ] La dompteuse entre dans le manège, suivie de quatre chameaux. Leurs licous sont décorés et les brides courtes, retombantes. Ils font quelques tours du manège en file indienne. Suivent les chevaux arabes. Comme les chameaux, ils n'ont qu'un licou. Les chevaux suivent les chameaux au pas. Sur commande, les animaux exécutent des changements de direction et des voltes, ils marchent les uns dans le sens contraire des autres, font du "slalom" et réalisent d'autres figures simples du dressage libre, parfois avec l'aide de l'assistent au licou ou à la bride. Les animaux apparaissent équilibrés et attentifs, leur allure est à grandes enjambées et régulière; le langage corporel est détendu. Les ordres sont impartis sous la forme de gestes, en montrant du fouet, et d'une voix claire mais prévenante. Ensuite, les chevaux quittent le manège. Les chameaux se mettent au trot. Ils courent l'un à côté de l'autre et font un tour du manège. Ensuite, ils s'arrêtent et sont récompensés par des câlins et de la nourriture. Puis, ils tournent à nouveau et à chaque tour, l'animal qui se trouve en queue réalise une volte et quitte le manège. Au moment où il sort, chaque animal reçoit encore une "friandise" de l'assistant qui l'attrape au licou. Maintenant, les chevaux entrent à nouveau. Ils font quelques tours au trot, en file indienne, puis à contresens. Soudain, un cheval essaie de quitter le manège et un assistant l'attrape au licou quand il arrive au rideau. Après plusieurs tentatives infructueuses de tourner l'animal, les deux chevaux sont libérés et la représentation se termine.

En conclusion Ce numéro ne pose pas de problème du point de vue de la protection des animaux. Les animaux sont calmes, les ordres sont impartis avec parcimonie, les indications au moyen du fouet et du langage corporel sont claires. Les animaux sont abondamment récompensés après avoir réalisé les exercices. Lorsqu'un exercice échoue ou qu'un animal ne veut pas coopérer tout de suite, la dompteuse reste tranquille et instruit les animaux calmement, si bien que l'ordre dans le groupe se rétablit sans affolement inutile. De plus, les animaux ne sont pas forcés à réaliser un exercice s'ils ne le veulent pas. Il y a une bonne harmonie entre l'être humain et les animaux et on n'exige pas d'acrobaties démesurées.

2e numéro animalier: numéro de clown avec un chat et un rat domestiques, présenté par le couple de clowns "Sloby" [ 1 chat à poil mi-long (type angora), 1 rat domestique ] Deux clowns entrent dans le manège. Un rat domestique se tient sur le chapeau de l'un d'eux; La femme clown porte un chat roux à poil mi-long sur l'épaule. Au cou du chat, une sorte de nœud

51


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

papillon. Un assistant amène une perche à grimper en sisal, d'env. 4 m de haut, avec une petite estrade en peluche à l'extrémité. Entre-temps, deux autres assistants posent une structure d'équilibrisme: deux estrades d'env. 1.5 m de haut, reliées par une latte de bois étroite, d'env. 1.8 m de long. Le clown lève d'abord sa canne de promenade et y pose le rat. Le rongeur se cramponne à la canne et y grimpe un peu, plus ou moins sur commande. Ensuite, sur un ordre, le chat et le rat grimpent à la perche, d'abord individuellement, puis ensemble, croisant à mi-chemin, où le rat se glisse sous le ventre du chat. À l'extrémité de la perche, sous l'estrade, il y a une sorte de "tiroir", dans lequel le rat disparaît immédiatement après l'exercice. Le chat doit être mis en mouvement par plusieurs légères poussées à la cage thoracique. Le rat est attrapé d'une main à la cage thoracique et porté de cette façon à travers le manège, il est soulevé en haut et tendu vers le public. À deux reprises, on constate que le rat urine abondamment. Une deuxième latte est posée entre les deux estrades. Le clown lève le chat et le maintient entre les deux lattes. Le chat s'appuie sur les coudes sur les deux lattes, il plante les griffes dans le bois pendant que son corps pend dans le vide entre les deux lattes. Dans cette posture, il "avance à la force des bras" – une posture plutôt inhabituelle et une manière de se déplacer qui n'est pas naturelle chez les chats! Ensuite, le chat grimpe à la perche en tournant autour d'elle comme un pas de vis pendant qu'il monte. Arrivé en haut, il s'assied sur la petite estrade, mais risque de tomber en se hissant en haut. Puis, pendant que les clowns discutent, le projecteur pointe plusieurs fois sur le chat. Finalement, à un appel, le chat saute de son "trône" (maintenant un peu abaissé) dans les bras de la femme clown et est emmené à l'extérieur du manège. Le rat quitte les lieux sur le chapeau du clown.

En conclusion

Ce numéro – provenant de Russie – soulève quelques questions quant au bien-être des animaux. D'une part, la façon dont les animaux, notamment le rat, sont détenus durant la tournée. Les rats sont des animaux grégaires par excellence et doivent absolument être détenus dans leur contexte social. Leur cage doit être suffisamment grande pour leur permettre de grimper, de se cacher et de s'occuper (ronger, prendre des bains de sable, fouiller, chercher de la nourriture, entretenir des contacts sociaux). Malheureusement, ce n'est pas exclu que ce rat soit détenu seul (et dans la même caravane où il y a le chat!), sans jouir des conditions de détention mentionnées ci-dessus. Ce petit rongeur timide, dépendant de son entourage social et porté sur la fuite, qui évite par sa nature de se mouvoir dans des espaces ouverts sans être couvert par un mur et sans repaires, doit être soumis à un grand stress durant la représentation (bien qu'une certaine habitude puisse s'instaurer). En effet, le rat est très exposé au bruit et, selon les situations, à des odeurs nouvelles. Le fait qu'il ait uriné deux fois en grande quantité lorsqu'il a été soulevé (au lieu de déposer quelques gouttes à intervalles pour s'orienter, comme font normalement les rats) doit être considéré comme un indice de peur. Par ailleurs, l'animal n'a pas été soulevé avec ménagement (d'une main, sans soutenir le corps au-dessous). Le chat apparaissait également légèrement stressé ("weakly tense" ou au palier 3 du Cat Stress Score) et il a fallu le stimuler à réaliser un exercice avec insistance et en le poussant de la main. Avancer à la force des bras, en appui sur les coudes, doit être considéré comme un exercice surmenant l'animal, contraire à son comportement naturel et donc stressant.

52


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

Fondamentalement, on se demande si les chats, territoriaux, plutôt méfiants vis-à-vis de ce qui est nouveau et réservés, ainsi que les rongeurs, conviennent aux tournées circassiennes et aux spectacles dans le manège.

3e numéro animalier: numéro de clown avec un Yorkshire Terrier [ 1 Yorkshire Terrier ] Les clowns amènent une caisse dans le manège. Du liquide s'écoule de son bord inférieur. Suit un dialogue au cours duquel les clowns se disputent pour savoir si le liquide qui coule est du cognac ou du whiskey. Finalement, ils en remplissent un verre à eau-de-vie et le tendent à une personne dans le public pour goûter. La personne soutient qu'il s'agit de thé froid. Puis les clowns ouvrent la caisse et un petit Yorkshire Terrier en sort. Le clown le prend immédiatement dans ses bras et le sort du manège. La représentation dure environ cinq minutes.

En conclusion Il s'agit d'un numéro sans problème, pour autant que le chien supporte l'étroitesse momentanée de la caisse, ce qui semble être le cas. L'animal ne réalise pas d'acrobaties dans le manège.

4e numéro animalier: dressage des boucs et du lama, présenté par "Susanne" [ 2 boucs (1 tacheté, 1 noir), 1 lama ] Trois estrades de 1.5 m de haut se trouvent dans le manège. Elles sont reliées par des poutres de bois d'env. 10 cm de large. Aux deux extrémités de cette structure se trouvent deux estrades plus basses pour permettre aux animaux de monter. Deux autres estrades se trouvent à l'entrée du manège. Susanne Mani entre dans le manège avec les deux boucs. Les deux animaux montent sur leurs estrades et reçoivent une "friandise" comme récompense. Ensuite, un bouc monte sur la structure et traverse en équilibre sur les poutres, pendant que l'autre (le noir) attend sur son estrade. Pendant qu'il avance en équilibre, le bouc godille et tire la langue. C'est au tour du bouc noir d'effectuer sa traversée sur la poutre, bien que plus lentement que le premier et après beaucoup de persuasion et après avoir été initialement aidé, conduit par la collerette. Ensuite, le bouc tacheté traverse la poutre en marchant sur l'articulation radiocarpienne. À nouveau, il godille et tire la langue. À la fin de l'exercice, les deux animaux sont généreusement récompensés (des câlins et du fourrage). Ensuite, on enlève les poutres et les boucs sautent d'une estrade à l'autre, à travers des anneaux. L'animal noir et blanc effectue l'exercice sans problème, tandis que le noir ne se laisse pas convaincre à sauter. Mais ce refus n'est qu'une partie du spectacle qui se répète lorsque les deux boucs doivent se glisser sous trois obstacles au bord du manège. Le tacheté le fait sans problème, tandis que le noir est à nouveau "récalcitrant" et "refuse" même le morceau de nourriture qu'on lui tend comme appât. Finalement, la dompteuse fait tomber un obstacle et le bouc y monte. Il fera tomber le prochain obstacle en le poussant des cornes.

53


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

Puis, les boucs montent sur leurs estrades et on redresse les obstacles. Le lama entre dans le manège, trotte en rond en sautant les obstacles. Il doit aussi monter sur une estrade mais il s'y refuse et il doit y être conduit en étant tenu au licou et avec un peu d'insistance. Ensuite, il réalise une volte autour de l'estrade, en marchant sur ses pattes arrière. À la suite de cela, le lama se remet à trotter autour du manège. Il est stimulé par quelques légers coups de fouet aux pattes arrière. Finalement, il se couche au bord du manège et les deux boucs, sur commande, sautent par-dessus. Le bouc noir s'y refuse à nouveau et est conduit par-dessus le bord du manège. À la fin, les trois animaux tournent à nouveau autour du manège, le lama effectue une volte, puis ils quittent le chapiteau.

En conclusion

Représentations sans problème au point de vue de la protection des animaux. Le contact avec les animaux est amical et respectueux, on n'exige pas d'exercices qui les surmènent. Les animaux sont abondamment récompensés et savent ce qu'on leur demande. Les signaux de stress (godiller, tirer la langue) peuvent être des indices de "bon stress" (concentration) comme, par exemple, chez les chevaux qui mâchouillent le bridon.

54


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

www.cirque-helvetia.ch Le Cirque Helvetia a dressé sa tente le 4 janvier 2013 à Moudon (VD). Le chapiteau et les roulottes ainsi que les écuries se trouvent sur une prairie en bordure du village, à proximité de la gare.

Détention des animaux Ecurie à poneys Animaux

Deux poneys (étalons), dont 1 plus petit (du type Shetland Américain, couleur: palomino) et 1 plus grand, poney gris-argent du type Shetland Américain.

Ecurie / aire à climat extérieur

Les boxes des deux poneys se trouvent dans un camion de transport de chevaux ouvert sur le côté et ne sont séparés que par une balustrade, de sorte que les animaux vivant en troupeaux peuvent avoir entre eux un contact visuel, olfactif et sonore. Les boxes sont pourvus d'une bonne litière paillée, ils sont propres et disposent d'abreuvoirs. Le box du plus petit animal est de 5.5 m2 (estimation), celui du plus grand poney est éventuellement plus grand (difficilement visible). Les animaux se rendent chacun par une rampe en bois à la prairie en passant par un cheminement recouvert d'une épaisse couche de copeaux de bois, mais l'accès était entravé (peu avant le début de la représentation), et les animaux attendaient dans les boxes. L'aire à climat extérieur est plutôt modeste (env. 30m 2 par animal), mais remplit en tout cas les exigences des dispositions légales. Les domaines respectifs des deux animaux sont également séparés dans l'aire à climat extérieur au moyen de grilles (étalons !), mais qui permettent les rapports sociaux. Selon le propriétaire des poneys, les animaux ont régulièrement la possibilité de brouter sur des prés, mais seulement pendant de brefs intervalles (car les poneys tendent à grossir s`ils mangent beaucoup d`herbe).

55


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

Evaluation du point de vue de la protection des animaux De ce point de vue, il s'agit d'une détention sans problème. L'important est que les animaux aient accès libre, si possible, à l'aire à climat extérieur et - lorsqu'il en existe – disposent d'une prairie. Il serait en principe souhaitable d'avoir une détention en troupeau (sans éléments séparateurs), mais ceci n'est pas possible en tous les cas, suivant le sexe et le caractère des animaux vivant ensemble.

Situation au plan légal

De petits poneys de type Shetland (mesure < 120 cm) ont besoin, conformément à l'ordonnance sur la protection des animaux (OPAn), d'un box individuel d'une surface d'au moins 5.5 m 2 et d'un accès permanent à une aire à climat extérieur depuis le box, d'une surface minimale de 12 m2 (recommandation: 150m2) ou d'une prairie (pas directement attenante à l'écurie) d'au moins 18 m2. De plus grands poneys de type welsh (mesure 120-134 cm) ont besoin d'un box individuel de 7m2 de surface, d'une aire à climat extérieur de 14 m 2 (recommandation: 150m2) ou d'une prairie non accessible en permanence d'au moins 21 m2. Les exigences minimales devaient être remplies voire dépassées pour ce qui concerne la détention constatée à Moudon.

Représentation du cirque Présentation des poneys [ 2 poneys Shetland Américains ] Le plus grand poney a exécuté d'abord une ronde dans l'allée des visiteurs autour du manège avant de pénétrer sous le chapiteau et de se poster avec l'avant-main sur une malle préparée à cet effet. C'est alors que son partenaire humain pour le spectacle s'approche de lui et se place à ses côtés, à hauteur de tête. Il parle au poney et le présente au public comme nouvel animateur du spectacle du Cirque Helvetia; la lumière des projecteurs plonge sur l'animal. Dans le "smalltalk" qui s'installe entre l'homme et l'animal pour l'amusement du public, le poney "répond" aux questions et constatations de son partenaire humain en hochant et en secouant la tête. Il réagit alors à des signes discrets des doigts. Le poney est légèrement nerveux (les oreilles sont un peu en arrière et il mâche fortement le mors). Puis le poney est enrêné (la bride relie le licol et la sangle) et il exécute une ronde à travers le manège. Du fait de l'enrênement, la tête de l'animal est tenue devant la poitrine, ce qui s'appelle en dressage "rassembler" et maîtriser l'animal. En réalité, le poney n'est pas enrêné fortement dans ce cas, la tête n'est pas en hyperflexion – on ne saurait parler ici de "Rollkur", autrement dit de flexion exagérée de la tête. Après sa ronde autour du manège, on demande au poney de se dresser sur l'arrière-main tout en le dirigeant à la longe. La traction vers l'avant exercée sur la longe tenue très courte (l'homme se tient directement devant l'animal) est relativement nette, l'animal ne semble pas réagir

56


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

uniquement à la voix ou au signe du doigt de son maître. Le poney fait quelques pas en se cabrant à travers le manège, puis pose à nouveau les sabots avant sur la malle et fait encore une volte avant de quitter le chapiteau. Le deuxième poney, plus petit, ne fait qu'une très brève apparition, en faisant passer plus tard sa tête à travers le rideau dans le chapiteau, aussi longtemps que la personne dans le manège lui tourne le dos. Comme le public rit, cette personne se retourne et à ce moment exactement, l'animal redisparaît derrière le rideau. Et ceci se répète plusieurs fois. Le traitement des animaux est en principe paisible et plein de respect, et en récompense, ils reçoivent des "leckerlis". Les commandements sont donnés à voix basse, calme, ou par un signe du doigt. Ce n'est que pour les mettre sur les pattes arrière qu' une certaine pression est exercée sur la longe.

Conclusion à propos de la représentation Une présentation sans problème sous l'angle de la protection des animaux.

Photo poney: (c) Thierry Bissat (www.cirque-helvetia.ch)

57


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

www.zirkus-stey.ch

Le Cirque Stey fait chaque année sa tournée dans le nord de la Suisse. Cette année, il a été visité à Gossau (ZH), dans l'Oberland zurichois. Le chapiteau et les enclos pour les animaux se trouvent sur un pré. Les véhicules sont serrés les uns aux autres – comme de coutume chez ce cirque, apparemment. Ils laissent peu de place pour que les animaux puissent se mouvoir en liberté. Les propriétaires des surfaces agricoles environnantes ne semblent pas permettre la sortie au pâturage. La direction du cirque soutient que le cheval et les ânes peuvent sortir au pâturage, dans certaines localités. Cependant, elle n'a pas été en mesure de donner des renseignements concrets, ou du moins approximatifs, à la PSA, quant à la fréquence à laquelle les animaux jouissent de cette possibilité. Il faut dès lors partir du principe que la forme de détention trouvée ici – sous une tente aménagée en étable, voire avec des sorties minimales – constitue le standard de la plupart du temps de tournée. Cette année, le Cirque Stey s'accompagne de trois ânes nains et de deux mulets nains, prêts du Cirque Harlekin, outre un poney et un cheval. Les animaux ont l'aspect sain et équilibré. Les présentations animalières de Mignon Batjuchin, décrites ci-dessous dans le rapport, ne sont plus à voir dans le cadre des présentations du Cirque Stey. La dompteuse et ses animaux sont partis hâtivement, par des raisons inconnues.

La détention des animaux dans la ménagerie du cirque Tente servant d'écurie, avec un cheval, des ânes et un poney Animaux

3 ânes nains; 2 mulets nains; 1 cheval arabe; 1 poney (type Welsh)

Étable / espace de sortie

Les ânes et les mulets se partagent les remorques ouvertes et un espace de sortie d'à peine 30 m2, qui rentre sous la tente servant d'étable. Ils y accèdent par une brève rampe. Les remorques et l'espace de sortie sont bien

58


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

couverts de litière; l'eau y est disponible, les blocs de sel se trouvent dans les véhicules de transport, selon les informations de la direction du cirque. Le poney et le cheval se tiennent dans des box individuels sous la tente servant d'étable (fermée sur trois côtés). Ils ne peuvent pas sortir et n'ont pas accès à une remorque. Les box (9 m 2 pour le poney, 12 m2 pour le cheval) sont également bien couverts de litière et disposent d'eau.

Évaluation de la détention dans l'optique de la protection des animaux Parmi les aspects positifs, il faut mentionner que tous les équidés sont détenus d'une façon qui permet le contact social et que les box sont bien couverts de litière et sont propres. Cependant, les animaux n'ont pas de possibilité de sortir et de disposent pas de pâturage, hormis l'enclos minimal des ânes et des mulets. Puisque jusqu'ici, dans le cadre de nos visites à ce cirque, nous n'avons jamais constaté de généreux espaces de sortie au pâturage pour les chevaux et les ânes, il faut partir du principe que la détention dans les box sous la tente servant d'étable et dans les remorques constitue le standard. Une détention respectueuse des animaux permettrait la sortie régulière au pâturage, donnant également la possibilité de trotter et de se rouler au sol. Si ce n'est pas possible d'aménager un espace de sortie sur place, ce doit certainement être possible de louer des pâturages à l'extérieur de l'aire du cirque et d'y parquer les animaux en dehors des heures de représentation.

Situation légale Les chevaux, les poneys, les ânes et les mulets sont des espèces domestiques. La détention observée satisfait les prescriptions légales minimales.

59


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

Représentation circassienne 1er numéro avec des animaux: dressage avec le poney et un chien, présenté par Mignon Batjuchin [ 1 poney, 1 West Highland white terrier ] Le poney entre dans le manège et trotte en rond. Un West Highland white terrier se tient sur une couverture de velours rouge étendue sur sa croupe. Il y reste durant toute la représentation. Le poney est attaché court, mais correctement. Au trot, il saute plusieurs obstacles d'env. 20 cm de haut, situés au bord du manège. À ces moments-là, le chien s'accroupit sur les épaules du poney. Ensuite, M. Batjuchin pose la cravache, enlève les rênes du poney et recule de quelques pas. Le poney prend la cravache du sol avec la bouche et la tend à la dompteuse. Il est récompensé avec un morceau de carotte. Puis, la dompteuse s'approche du poney et le chien saute dans ses bras.

En conclusion Représentation sans problème. Les deux animaux apparaissent attentifs et concentrés, mais pas stressés. Les ordres sont donnés d'une voix tranquille et par des signes avec la cravache. On ne pratique pas d'acrobaties qui surchargeraient les animaux. On se demande tout de même comment le terrier, plutôt court sur pattes, supporterait une chute du poney, à plus forte raison lors du saut. Parfois, le chien devait passablement lutter pour se tenir en équilibre sur le dos du poney en mouvement!

2e numéro avec des animaux: dressage libre avec des ânes et des mulets, présenté par Martin Stey [ 3 ânes nains, 2 mulets nains ] Les trois ânes trottent dans le manège. M. Stey se tient au milieu du manège et dirige les animaux avec un fouet long et un court. Ensuite, les ânes posent les pattes avant sur des estrades et reçoivent brièvement des câlins comme récompense. Les deux mulets nains entrent maintenant dans le cercle, ils tournent autour des ânes et slaloment entre ceux-ci, puis ils s'arrêtent au milieu et reçoivent également une récompense. Ensuite, les ânes et les mulets marchent les uns derrière les autres autour du manège, les uns dans le sens des aiguilles d'une montre et les autres dans le sens opposé. L'un des mulets est assisté au licol par M. Batjuchin. Les animaux placent ensuite les pattes avant sur le bord du manège, ils reçoivent à nouveau une récompense et se remettent à trotter en rond. Les deux mulets quittent le chapiteau; les ânes effectuent encore quelques voltes côte à côte et, finalement, ils peuvent aussi sortir.

En conclusion

Représentation sans problème du point de vue de la protection des animaux. Ce numéro est rodé depuis des années et peut être considéré "prêt à l'emploi". On ne demande pas d'acrobaties telles à surmener les animaux ni des démarches non naturelles. Les animaux apparaissent tranquilles, concentrés et équilibrés durant tout le numéro.

60


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

3e numéro avec des animaux: airs de Haute école, effectués par M. Batjuchin [ 1 cheval arabe ] M. Batjuchin entre dans le mange en montant un étalon arabe brun. À l'épaule, elle porte une "garrocha", une hampe de bois dans le style des picadors espagnols. Le cheval et la cavalière accomplissent diverses allures de Haute école, dans lesquelles la lance est incorporée comme un élément supplémentaire de la figure. Par exemple, le cheval effectue des voltes autour de la lance appuyée. On montre plusieurs séquences au trot et au galop. Les aides de la cavalière sont à peine perceptibles. À la fin de la représentation, le cheval s'incline.

En conclusion Représentation sans problème du point de vue de la protection des animaux.

61


RAPPORT PSA SUR LES CIRQUES 2013

Auteurs: Sara Wehrli, zoologue, Services animaux sauvages, Protection Suisse des Animaux PSA Lydia Baumgarten, Dr méd.vét., Conseil vétérinaire, Protection Suisse des Animaux PSA Eva Waiblinger, Dr sc. nat., Service animaux de compagnie, Protection Suisse des Animaux PSA

Photos:

© Protection Suisse des Animaux PSA (si ce n’est pas indiqué autrement)

www.protection-animaux.com/ rapport_cirques

Rapport cirques 2013  

Protection Suisse des Animaux PSA; Rapport sur les cirques 2013

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you