Page 260

246

BIBLIOGRAPHIE COLONIALE

que d'études en quelque sorte d'histoire locale, comme pourrait faire le département de France qu'elles sont en quelque manière devenus. Il en est de même, de nos établissements de l'Océanie, presqu'oubliés de la France si les livres de MM. Russier et Rollin n'étaient venus les rappeler et l'Inde n'a dû de voir l'attention ramenée sur elle, et le caractère de l'œuvre qu'y accomplit la France au temps de sa grandeur, qu'à la bonne fortune qu'elle a eu de susciter les deux vocations de MM. Cultru et Martineau. D'une manière générale cependant, les progrès de nos connaissances concernant notre passé colonial, au cours des cinquante dernières années, ne peuvent être contestés ; mais il reste à en faire pénétrer les résultats dans le public, à faire servir cette discipline nouvelle à la formation des esprits, pour lui permettre de porter véritablement ses fruits et de susciter de nouveaux travailleurs qui continuent l'œuvre commencée. L'histoire coloniale étant bien vivante, il reste à en organiser l'enseignement et le progrès. Cette nécessité s'était imposée dès le début de la création de notre empire colonial nouveau à ceux qui avaient la charge de l'éducation de la nation, et les questions coloniales ont toujours tenu une place relativement importante dans nos programmes scolaires, tant primaires que secondaires ; mais à ce degré, l'histoire coloniale ne peut à aucun degré s'isoler de l'histoire générale, à laquelle il convient au contraire de l'intégrer étroitement pour lui donner son sens et sa portée véritables : il n'a donc jamais pu être question de constituer un enseignement séparé de cette histoire, non plus que de lui faire une place à part dans les examens (encore que, par une anomalie qui ne s'explique guère, on ait procédé de la sorte en ce qui concerne la « géographie coloniale »), mais simplement d'engager les maîtres à lui donner une place convenable dans leur enseignement, de manière à ouvrir l'esprit de leurs élèves à ces problèmes et à leur en faire saisir l'importance : tout s'est donc trouvé ramené a une question d'application et d'interprétation des programmes, c'est-à-dire à la formation des maîtres eux-mêmes. «

Bibliographie d'histoire coloniale ( 1900-1930 )  

Auteur : Alfred Martineau, Roussier, Tramond / Partie 1 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la d...

Bibliographie d'histoire coloniale ( 1900-1930 )  

Auteur : Alfred Martineau, Roussier, Tramond / Partie 1 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la d...

Profile for scduag
Advertisement