Issuu on Google+

Communiqué de Presse Décembre 2011

1ère thèse française sur les femmes et l’entrepreneuriat Typhaine Lebègue, docteur en sciences de gestion, professeur en entrepreneuriat et gestion des ressources humaines à l’ESCEM, Ecole de Management, vient de publier la première thèse en France sur l’entrepreneuriat au féminin. Pour savoir comment les femmes entreprennent, Typhaine Lebègue est allée à la rencontre d’une centaine de femmes en France, au Canada et en Belgique. Elle en a suivi plus particulièrement une dizaine en France. Le Gouvernement français, par la voix de son ancien Secrétaire d'État aux petites et moyennes entreprises, Hervé Novelli, avait, à deux reprises, en 2007 et 2008, affirmé l'intérêt économique d'une politique active visant à développer l'entrepreneuriat des femmes. Il y soulignait les écarts entre la France et d'autres pays industrialisés comme le Canada, le Royaume Uni ou encore les États-Unis où « 48 % des chefs d'entreprises sont des femmes », ajoutant que « l'entrepreneuriat féminin représente un formidable réservoir de croissance. Les femmes représentent 46% de la population active alors qu'elles ne représentent que 28% des entrepreneurs dans les TPE/PME ». Avant de conclure : « le Gouvernement est déterminé à rattraper ce retard et à soutenir les femmes dans leur démarche entrepreneuriale. Faire progresser leur nombre, c'est contribuer à la croissance et à la création d'emplois en France ». C'est donc dans ce contexte que Typhaine Lebègue a suivi le processus de création des entrepreneures en suivant, quatre années durant, une centaine d’entre elles en France, au Canada et en Belgique. Elle s’est intéressée aux critères qu'elles retiennent pour mesurer leur réussite. Elle a également interrogé les organismes d'accompagnement et les acteurs politiques. En France, elle a plus particulièrement suivi une dizaine de femmes entrepreneures (cinq en projet et cinq en début de création) sur leurs parcours, leurs difficultés, leurs défis, leurs doutes, leurs positionnements professionnels, leurs organisations, leurs objectifs... Il en ressort des motivations singulières à la création : l’envie de s'épanouir personnellement, de « profiter » d'un licenciement pour rebondir professionnellement, de sortir d'un environnement non valorisant, de créer une activité à leur image, de pouvoir mieux concilier vie professionnelle et vie personnelle. Elle a également fait émerger les freins et les difficultés qu’affrontent les femmes lorsqu’elles décident de se lancer dans la création d’entreprise comme par exemple la nécessité de faire du développement commercial, d’acquérir une légitimité, de communiquer avec les banques… Dans sa thèse, Typhaine Lebègue pointe le fait que le passage à l’acte ne concerne que bien peu de femmes alors que : 

50 % de l'auditoire soit composé de femmes lors de réunions d’information


 

consacrées à l’entrepreneuriat, elles ne sont finalement que 29 % à entreprendre (étude réalisée en région PACA en 2008) ; Les femmes occupent pourtant une place centrale dans les organisations de type associations, fondations et autres organismes faisant appel au bénévolat ; Ce sont les femmes qui sont les plus nombreuses à occuper des postes de salariés précaires : temps partiels (qu'il soit subi ou choisi), contrats à durée déterminée, intérim.

La thèse de Typhaine Lebègue intéresse donc autant ceux qui, au cœur de la crise actuelle, voient dans l'entrepreneuriat féminin un levier économique fondamental, que les plus sceptiques qui doutent encore de ce que l'entrepreneuriat féminin peut comporter comme spécificités. D'une actualité brulante, cette recherche pose également les fondements d'une meilleure valorisation du rôle économique des femmes. L’entrepreneuriat à l’ESCEM Une approche transversale, construite sur un ensemble d’actions menées à tous les niveaux de l’école, a permis l’émergence d’une compétence véritable de l’ESCEM sur ce thème. En effet, l’entrepreneuriat correspond à la mission de l’école, notamment par le fait que la création d’entreprise contribue au développement de l’économie régionale. Les actions qui sont menées concernent plus particulièrement les parcours d’enseignement, la recherche, la création d’incubateurs, le soutien aux projets de création d’entreprise, les actions auprès des anciens et la création d’évènements. Côté pédagogie, les étudiants de l’ESCEM participent chaque année au projet Créa Campus, concours de création. En 2011, un étudiant de l’ESCEM a gagné le prix de l’innovation. Côté création, l’ESCEM a créé en septembre 2007, l’Espace Créateurs, qui vise à aider les étudiants et diplômés souhaitant créer ou reprendre une entreprise. L’espace a accompagné 100 projets qui ont abouti à 40 créations d’entreprises depuis sa création. Depuis 3 ans, l’ESCEM organise également une journée dédiée à l’entrepreneuriat, ESCEM Entreprendre, qui permet aux étudiants et aux diplômés de rencontrer des experts dans ce domaine afin de réfléchir à leur projet. Retrouvez les vidéos de diplômés entrepreneurs Contact presse : Priscillia Pollard, Tel: 02 47 71 73 21, ppollard@escem.fr A propos de L’ESCEM - www.escem.fr - Ecole de Management - propose des programmes Bac+3 à Bac+5, en formation initiale ou continue - notamment ESCEM Bachelor (diplôme ISEME) et ESCEM Grande Ecole (diplôme ESC Tours-Poitiers - Grade de Master). ESCEM Executive regroupe les activités de formation continue du groupe et a obtenu la certification ISO 9001-2000 -L’ESCEM compte aujourd’hui près de 3000 étudiants, 400 intervenants professionnels, 67 professeurs permanents et représente le pôle de formation au commerce et management le plus important de l’axe Centre Atlantique. Avec près de 700 diplômés par an, son réseau rassemble plus de 13800 diplômés, actifs dans près de 3 000 entreprises et dans 83 pays, regroupés au sein de l’Association ESCEM PRO www.escempro.com. Forte de moyens performants mis à la disposition des étudiants, l’ESCEM défend des valeurs fondatrices Engagement, Intégrité, Curiosité, Humilité au service d’une démarche pédagogique dont la devise est « bien + que le savoir ». Au travers des chaires dédiées à l’Intelligence Economique, à la Microfinance, au Management de la Responsabilité Sociale et à l’Economie Sociale, l’ESCEM développe une expertise reconnue en Développement Durable et Responsabilité Globale. L’ESCEM adhère au Pacte Mondial de l’ONU et a obtenu le label Global Compact. Elle est également membre du Comité 21 et adhère à la démarche "Campus Responsables". L’ESCEM est membre de la Conférence des Grandes Ecoles, du Chapitre Management de la Conférence des Grandes Ecoles, de l’EFMD et de l’AACSB. L’ESCEM est doublement accréditée AACSB International et EQUIS. L’ESCEM est une école ECRICOME. Retrouvez toute l’actualité de l’ESCEM sur www.escem.org et sur les réseaux sociaux : http://www.escem.fr/facebook/, http://www.escem.fr/twitter -http://www.escem.fr/viadeo


cp_these_typhaine_lebegue