Page 1

— Marie

Royon Lemee Selected work 2014-2018


COUVERTURE affiche d’introduction du projet de PFE (1/2)


— Marie

Royon Lemee Selected work 2014-2018


SOMMAIRE

PROJET DE FIN D’ETUDES MENTION “RECHERCHE”

06. DES ESPÈCES D’INFRASTRUCTURES AUX INFRASTRUCTURES D’ESPÈCES Stratégies pour une Dé-Fragmentation Stratégie urbaine & Politique Mémoire de Projet (88 p.) V.A.T - Ville, Architecture & Territoires ENSA Paris-Malaquais ; 2017-2018

PROJETS, STRATÉGIES & CONCERTATIONS URBAINES

14. UNE NUIT DANS L’OUEST Programmation Urbaine Temporaire ATHÈNES ; Projet & stratégie urbaine / évènementielle V.A.T - Ville, Architecture & Territoires ENSA Paris-Malaquais ; 2016

18. L’ILÔT — PROJET ARTICULÉ AU MÉMOIRE DE RECHERCHE

SHAREABILITY, LE COUGAR EN VILLE Vers une re-connexion des milieux de Los Angeles (165 p.) Séminaire : “l’autre animal de l’architecture” Encadré par Dominique ROUILLARD L.I.A.T - Laboratoire Infrastructures, Architecture & Territoires ENSA Paris-Malaquais ; 2015-2017

Requalification architectuale, urbaine, paysagère PARIS 12e ; Programmation urbaine Projet de concertation avec habitants et bailleur social

URBAN ACT - architecture & urbanisme Stage de Master ; juillet-septembre 2016


SCÉNOGRAPHIE EXPOSITION COLLECTIVE

22. UP-RISING BODIES Measure on Measurelessness MAASVLAKTE I - Extension du Port de Rotterdam Travail d’expérimentation sur le rapport du capital, de l’infrastructure, de la démesure et du corps humain. Production de textes & d’une scénographie En collaboration avec Julien L. CARBONI

ARCHITECTURE SCÉNOGRAPHIE, DESIGN

26. PHARE Ecole Européenne de Photographie Pointe ouest de l’Île de Nantes Studio de Projet Edifice & Programme ENSA Strasbourg ; 2015

INTERSTICE — PROJET ARTICULÉ À L’EXPOSITION

MEGAPORTS - Rotterdam “Changing Cities” Studio Sous la direction de Susan Dunne ENSA Paris-Malaquais Delft University (Rotterdam) 2016-2017

Des milieux en résonance Paris-Malaquais ; Hall de la Salle 28. MELPOMÈNE La théorie comme outil de redéfinition architecturale En collaboration avec Sophie LAMARQUE T.H.P - Théoie, Histoire, Projet ENSA Paris-Malaquais ; 2016

32. MODULARITÉ Du détail d’un kiosque à la place de marché Détails techniques ; flux ; matérialité ; assemblage de modules En collaboration avec Aline COUSOT & Hélène RICOUP Studio de Conception Intégrée ENSA Strasbourg ; 2015


P.F.E

Des espèces d’infrastructures aux infrastructures d’espèces STRATÉGIES POUR UNE DÉ-FRAGMENTATION 03.2016 — 06.2016 Enseignement : Studio de Projet Urbain Ville, Architecture et Territoires

-6-

Projet de Fin d’Etudes réalisé dans le cadre d’une mention ‘recherche’ au sein du L.I.A.T — Laboratoire Infrastructure, Architecture, Territoire

Le projet Des espèces d’infrastructures aux infrastructures d’espèces émerge d’un travail de recherche réalisé au sein du séminaire « L’autre animal de l’Architecture ». L’interaction de plus en plus fréquente des animaux sauvages avec les infrastructures témoignent de la nécessité de penser une shareability — soit la capacité de partager le territoire entre tous les êtres vivants. Forte de ce socle théorique, le P.F.E était l’occasion de penser une stratégie urbaine shareable au coeur d’un territoire proche, ici le pourtour de l’étang de Berre, afin de considérer l’animal dans l’aménagement futur des villes et les politiques territoriales.

FIG.1

Couverture du ‘Mémoire de Projet’ Photographie personnelle L’étang de l’Estomac - Fos sur Mer

FIG.2

Carte d’Occupation des Sols La mosaïque autour de l’étang de Berre

« RÉ-ENCHANTER LA VILLE » La périphérie de l’étang de Berre apparaît comme un paysage profondément fragmenté (fig.2) révélant un imaginaire à la fois siège de grandes industries pétrolières et de nombreuses espèces animales (fig.3). Elle illustre des enjeux environnementaux et économiques, devenant un point névralgique

pour les mutations futures de la métropole d’AixMarseille Provence. Ainsi, au regard de la remise en cause du modèle productiviste industriel porté par la métropole et de l’aménagement futur du territoire, l’animal apparaît comme l’opportunité de ré-enchanter la ville.


MOSAÏQUE DE BERRE

DES ESPÈCES D’INFRASTRUCTURES AUX INFRASTRUCTURES D’ESPÈCES Stratégies pour une défragmentation Marie Royon-Lemée R10 - VAT - 18.06.2018 Encadr. - S.MELEMIS, D.KANELLOPOULOU


VERS UNE INFRASTRUCTURE D’ESPÈCES Nous imaginons ainsi l’infrastructure d’espèces comme un projet multidimensionnel, pour l’animal et en parti par l’animal, articulant stratégies et dispositifs afin de générer les conditions nécessaires à un «prendre soin» de la chimère et donc du territoire. Elle est un projet d’aménagement dont la forme exacte n’est pas définie. Construite, ou non, elle peut former un grand maillage ou n’en être qu’un fragment, avec pour objectif la ré-habilitation du territoire. Nous envisageons la réhabilitation comme l’acte de se réapproprier ce qui a été altéré, fragmenté dans le but non pas de revenir à un état antérieur mais de transformer, d’inventer, de régénérer. FIG.3

Localisation des espèces animales Cartographier le vivant

Aussi, en vue d’une ré-habilitation, nous proposons une DÉ-FRAGMENTATION du territoire de l’étang de Berre. La défragmentation, dans les domaines de l’écologie et du paysage, permet de reconnecter des habitats naturels. En suggérant plutôt une défragmentation, nous proposons d’imaginer de nouvelles connexions entre les milieux animaux et humains, et donc de nouvelles trajectoires. Le préfixe « dé » suggère un démantèlement, l’acte de dé-faire quelque chose d’établi. Nous proposons une piste alternative aux ponts fauniques actuels et autres équipements de la « transparence des infrastructures ». Dé-fragmenter le territoire revient donc à aller perturber, brouiller voire paralyser les infrastructures anthropiques en utilisant des systèmes et équipements issus des infrastructures elles-mêmes.


RÉ-HABILITATION

FIG.4

Les enjeux de l’INFRASTRUCTURE D’ESPÈCES


DÉ-FRAGMENTATION

- 10 -

ACTIONS POUR UN « PRENDRE SOIN » DU TERRITOIRE


- 11 -

LES DISPOSITIFS DE DÉ-FRAGMENTATION Dans un premier temps, une stratégie d’information permet de renseigner le territoire et de rendre visibles les déplacements et la présence de populations d’espèces à l’aide d’un système de récolte de données (fig 5.1). L’installation progressive de lignes de bus comme alternatives à l’automobile (fig 5.2) précède la perturbation du trafic des départementales (fig 5.3) permise par les « péages » à faune, des équipements propres aux infrastructures linéaires de transport.

FIG. 5 ACTIONS DE DÉ-FRAGMENTATION Le processus de projet

FIG. 6 LE « PÉAGE À FAUNE » / SIGNALETIQUE Dispositifs & structures en place

Par ailleurs, l’observation des espèces nous révélant une vie à « 3 mètres par minute et 20 cm du sol », les dispositifs d’habitats se présentent sous la forme de fondations en pieu, auxquels viennent se plugger les abris/terrassements. Socle d’éventuelles nouvelles possibilités (architecturales, paysagères, programmatiques...), ils favorisent de fait la dispersion des espèces communes, semblables à la chimère.


RÉINVESTIR LES LISIÈRES DU SITE PÉTROCHIMIQUE DE BERRE L’infrastructure d’espèces, par l’information et la dé-fragmentation, élève les animaux comme agents du territoire, comme des protagonistes capables d’influencer l’aménagement futur des villes. La ré-habilitation émerge ainsi des déplacements facilités de la faune. Dans un contexte de requalification des activités autour de l’étang (désindustrialisation

- 12 -

FIG. 7

PROCESSUS DE REMÉDIATION Phytoremédiation progressive des lisières du site pétrochimique

ou réduction des surfaces exploitées par les installations pétrochimiques), une stratégie de phytoremédiation progressive (fig.7), articulée à la réduction de la circulation automobile, tend à favoriser la réappropriation des territoires par les espèces — communes, donc très dispersives — en particulier aux lisières des zones d’activité.


- 13 FIG. 8

TRANSFORMATION DES LISIÈRES

FIG. 9

ÉTAPES DE L’EXPÉRIMENTATION Phytodégradation ; diversification de la flore et des habitats

La remédiation des terres, affectées principalement par les hydrocarbures, s’effectue par la combinaison de graminées et légumineuses de la région, articulées à l’apport de nouvelles terres et de bacs de dépollution. Le processus génère ainsi, au fur et à mesure, un nouveau paysage au sein duquel la nature est amenée à reprendre ses droits. Ainsi, en rendant de plus en plus poreuses les lisières existantes du site pétrochimique de Berre (Aubette), de nouveaux lieux sont dé-limités, préfigurant le développement et l’aménagement futur des espaces libérés par le démantèlement progressif des infrastructures.


Une nuit dans l’ouest STRATÉGIE NOCTURNE PROGRAMMÉE Athènes, Grèce

03.2016 — 06.2016 Enseignement : Studio de Projet Urbain Ville, Architecture et Territoires Travail individuel

- 14 -

L’ampleur du développement des suburbs et la relocalisation des commerces en périphéries d’Athènes ont induit une désertification des commerces du centre ville.

FIG.10 - POLARITÉS ET TEMPORALITÉS Consommation et Transports FIG.11 - FORCES INTRINSÈQUES, ENJEUX Anoi Anargyroi, autour du parc Tritsis


- 15 Aussi, l’exploration et l’observation des logiques de consommation de quatre banlieues au nord de la ville (programmes, circulations, équipements et ‘rythmes’) a été menée en phase d’étude. La plupart des aires aisées sont situées à l’est, caractérisées par des typologies de commerces américanisées (shopping malls), par une bonne desserte des transports public et une vie nocturne animée. Néanmoins, au sein de la banlieue d’Anoi Anargyroi, les typologies de commerces en présence, l’accessibilité limitée, la notoriété trop faible du parc Tritsis (pourtant planifié pour devenir un des plus importants parcs urbains d’Europe) et la temporalité restreinte des activités de la commune témoignent d’un déséquilibre entre

l’est et l’ouest d’Athènes, de part et d’autre de l’autoroute majeure nord-sud. Aussi, quelles forces pourvaient-on mettre en marche pour amorcer un rééquilibre entre Est et Ouest, soit l’ambition d’une Athènes ‘Multipolaire’ ? En développant la stratégie des portes du parc Tristis aux rues et aires commerciales environnantes, l’objectif principal est de questionner les invariants urbains : révéler de façon presqu’évènementielle des potentiels déjà présents sur le territoire en catalysant des interactions d’acteurs inédites, permettant des occupations inattendues de l’espace.


- 16 FIG.12 - DÉTAILS DE LA STRATÉGIE Vers un requalibrage Est/Ouest


Au coeur de la stratégie, la nuit apparait comme le matériau de prédilection : un état éphémère qui rend les frontières momentanément perméables et permet ainsi une lecture nouvelle des territoires, en terme de sociabilité, de fonctions, ou de flux. Par un imaginaire presque cinématographique, l’état nocturne rend l’espace et l’esprit flexibles et libère les possibilités.

particulière qui permet leur remise en question, et qui nous en offre une nouvelle approche. L’équation se répète sur plusieurs jours mais avec des variables (acteurs/espaces) différentes, rythmée et encadrée par une signalétique particulière et mouvante. Le phénomène d’occupation se diffuse progressivement jusqu’à l’arrière du centre commercial abritant un parc d’attraction fantôme. Il mute jusqu’à l’exploration programmée des recoins du parc. A terme, ces phénomènes nocturnes sont en mesure de laisser des traces diurnes, et d’avoir des influences audelà de l’événement, qui affecterait l’attractivité du quartier : un urbanisme transitoire, des horaires prolongés pour le suburban railway, des frontières plus poreuses entre le parc et la ville...?

(fig. 17) La métropole nocturne se révèle, après 22 heures, à la sortie du suburban railway. En mettant en équation un acteur local (mall + Carrefour, qui s’étend en braderie sur un parking inoccupée), un intervenant ‘culturel’ extérieur (projection et improvisation dans l’amphithéâtre du parc) et un ou plusieurs espaces à appréhender et explorer, ces invariants urbains sont confrontés à une temporalité

FIG.13 - APPLICATION DE L’ÉQUATION De l’occupation à l’exploration

2

3 - 17 -

1

0

BRADERIE NOCTURNE

FÊTE FORRAINE ‘FANTÔME’

CINÉMA PLEIN AIR 40m

BALADES NOCTURNES


L’îlot REQUALIFICATION ARCHITECTURALE, URBAINE, PAYSAGÈRE Îlot Charenton-Meunier, Paris 12e

PARCELLE : 22 494 m² CONSTITUTION DU BÂTI : 378 HLM et 122 ILN LIVRAISON INITIALE : 1963/1964 MAÎTRISE D’OUVRAGE : PARIS HABITAT

- 18 -

07.2016 — 09.2016 URBAN ACT, architecture & d’urbanisme Diagnostic ; Etudes pré-opérationnelles Scenarii / Espace public / Faisabilité

FIG. 13,14 15;16

Premières restitutions photographiques des MARCHES ‘ACTIVES’ de concertation

FIG. 17 @URBANACT Parking ; lisière MEUNIERS

Les phases initiales de requalification de l’Ilot Charenton-Meunier, suite aux premières rencontres et séances de travail avec les résidants, ont été reportées dans un document ‘DIAGNOSTIC’. D’une part, la restitution des enjeux évoqués lors des marches et ateliers de concertation ; d’autre part, une synthèse des problématiques et calculs effectués quant aux caractéristiques du site en question (albedo, ensoleillement, perméabilité des sols, éléments paysagers, locaux de services, flux piétons/automobiles, flux des déchets etc...). Ce document a été réalisé en collaboration avec une équipe de paysagiste et les associations locales.


- 19 -

PHASE 1 - SYNTHÈSE DES ATELIERS & DIAGNOSTIC ENVIRONNEMENTAL

FIG. 18

Observations réalisées en ateliers

FIG. 19

Ensoleillement

ALBEDO - 0.16

FLUX PIÉTONS PRINCIPAUX QUALITÉS POINTS FAIBLES

19% BÂTI

FIG. 20 Coupe ‘bâti’ ; gabarit des voies & composition du sol

45% IMPERMÉABLE 36%

PERMÉABLE ÉCO-AMÉNAGEABLE


PHASE 2 - SCENARII PAR CROISEMENT ENJEUX / ÉTUDES DE FAISABILITÉ FIG. 21

SCENARIO

‘COEUR PUBLIC’

0

5m

Le scénario ‘COEUR PUBLIC’ est issue d’une matrice établie lors de la deuxième session de réunions de concertation, permettant de croiser à la fois les différents enjeux établis dans le diagnostic, ainsi que plusieurs amorces de réponseps possibles en terme de paysage, de constructibilité (PLU), de flux piétons/automobiles, de stationnement, de points de récolte et flux des déchets, de limites public/privé...

- 20 -

BÂTI EXISTANT

CONSTRUCTIBILITÉ l’intégration du PLU

DENSIFICATION

Limites des parcelles Limites public/privé Accès piétons Parkings de surface et souterrains Points de récolte des déchets tri sélectif/ordures ménagères


- 21 -

DENSIFICATION

BÂTI EXISTANT

RUE INTÉRIEURE DENSIFICATION


up-rising bodies MEASURE ON MEASURELESSNESS Rotterdam, The Netherlands

10.2016 -- 01.2017 Enseignement : Studio de Projet international Paris-Malaquais - Delft University (Rotterdam) « Changing Cities », Exhibition / Scenography Projet en collaboration avec Julien Lafontaine Carboni

BIBLIO SASSEN Saskia, Expulsions : Brutality and Complexity in the Global Economy, Cambridge, Ed. HARVARD UNIVERSITY PRESS, 2014.

Travail d'expérimentation sur le rapport du capital, de l'infrastructure, de la démesure et du corps humain (notamment à travers sa fragilité). Ces pièces sont associées à la scénographie "MEGAPORTS, ROTTERDAM".

FIG.22 MEGAPORTS FORGOTTEN TERRITORIES Entrée de l’exposition @Anne Lemieuvre

- 22 -

FIG.23 ROTTERDAM : DU PORT A LA VILLE Détail d’occupation du sol et des activités en présence

Changing Cities is an exploratory studio investigating urban mutations, combining a tripartite approach between professors in architecture, landscape design and anthropology. As a multidisciplinary and bilingual work, the investigations were led by 17 students from different backgrounds and included large interscale inter-thematic research going. We tried to question both how infrastructures and logistics are shaping and impacting territory and habitat and what role architects can play in regard to such massive engineering systems. Rotterdam Port was taken as the main case study, firstly as a generic infrastructure where we looked at how transport logistics are influencing territorial development in the digital age, but also as specific entity with its own geographical and cultural characteristics. We’ve tried to understand how global ports have become measureless multimodal,

commercial and industrial hubs, connected to an ever growing number of global sea routes. We chose an exhibition format open to the public in order to share our explorations, understanding and concerns. Our aims were to inform, to help visitors understand what defines global shipping and the major ports today and to raise awareness regarding the impact of global maritime trade on our socio-economic and natural environment, both on land and at sea.

PERSONAL CONTRIBUTION I focused more specifically with Julien Lafontaine Carboni on MAASVLAKTE I, the first Rotterdam Port’s extension, entirely made of reclaimed lands. After analyzing the site regarding global environmental issues, the body, by a ‘LandArt’ act, appeared as our main weapon against MEASURELESSNESS.


PROTECTED GREEN AREAS

BEACH & FOREST

GRASS

OTHER

FARMLAND

PROGRAMMATIC AREAS INDUSTRIAL AREAS

PUBLIC AREAS

DOCK TERMINAL

OIL & OIL PRODUCT

CHEMICALS BIOFUELS & EDIBLE OILS

GAS & POWER COAL & BIOMASS

RESIDENTIAL AREAS

INFRASTRUCTURES HIGHWAYS

MAJOR WAYS

ROAD

RAILWAYS

Global Map

- 23 -

MAASVLAKTE I


For the last three decades, we have « won the war » of destruction : the biosphere, getting too alternated, is no longer able to renew, indicating our entrance in an era characterized by a huge impact of humans on their environment. Such a brutality on the planet can be explained by dynamics of expulsion. They are a face of contemporary capitalism which has evolved since the 1980’s from an « inclusive » system to « expulsive logics ».

a place where the body wanders, though, an uninhabited space. As a geocide, Maasvlakte allows us to experiment a human body that can’t touch or feel the ground. Deprived of any way of communication with this territory, we can only contemplate the disaster, the MEASURELESSNESS, and the impossibility of emerging urbanity.

MAASVLAKTE appears as one of these territories. An an excrescence, a tumor, it is shaping EXURBIA:

EROTICISM generates the MEASURE, becoming a weapon against EXURBIA.

FIG.24 ‘MEGAPORTS’ EXHIBITION Personal work exhibited, Paris Malaquais @Anne Lemieuvre

FIG.25 FINAL INSTALLATION ON SITE :

- 24 -

New territories emerged from this global system, in which extreme conditions, or expulsions, take place. They are emptied of all their constitutive elements to serve intensive exploitations : local populations, local economic systems, fauna and flora are expelled from their own life spaces, becoming « uninhabitants ». Lands and waters, severely damaged, shape holes in the biosphere.

Within EXURBIA, our body stands like a stranger, and becomes the weapon of a SILENT UPRISING. Indeed, our own body generates an organic Territoriality: the act of MEASURING through an artistic act (fig.33) expresses the UPRISING. Though, creating such a Territoriality by the gesture suggests an erotic relationship with the uninhabitable place, which finally becomes inhabited.

https://www.youtube.com/watch?v=C3LiMLIVxM4


- 25 -


Phare ECOLE EUROPÉENNE DE PHOTOGRAPHIE Pointe ouest de l’île de Nantes

- 26 -

03.2015 -- 06.2015 Enseignement : Studio de Projet Edifice & Programme Implantée à l’extrémité de l’Île, l’école met en valeur l’espace public existant autour des quais de la Loire. L’entrée est prolongée par l’aire d’exposition du bâtiment : une longue rue intérieure de 7 mètres de large éclairée zénithalement, également la circulation principale du bâtiment. Les différents étages sont desservis grâce à un système escaliers-coursives-passerelles. Depuis la façade ouest, un belvédère de 4,5m de haut offre une vue sur Nantes et la Loire, et accueille les espaces de monstration pour les oeuvres des étudiants. La composition du bâtiment est une dynamique entre inertie et légèreté. L’aspect sculptural est accentué par le béton. Les élévations illustrent une décomposition géométrique et un jeu de porosités. Par ailleurs, à l’intérieur du bâtiment, des percées visuelles offrent différentes vues sur le paysage extérieur. 0

FIG.26-1 PLAN MASSE FIG.26-2 PLANS DU 3E ETAGE FIG.26-3 RDC FIG.27 ELEVATION EST FIG.28 PERSPECTIVE, parvis d’entrée - Dessin à la main FIG.29

COUPES

10m


- 27 -


Interstice DES MILIEUX EN RÉSONANCE

Paris-Malaquais ; Hall de la salle Melpomène

- 28 -

10.2015 -- 01.2016 Enseignement : Studio de Projet La théorie comme outil de redéfinition spatiale Installations scénographiques En collaboration avec Sophie LAMARQUE

FIG.30 SCÉNOGRAPHIE GÉNÉRALE (droite) axonométrie - articulation des différents dispositifs FIG.31 ESCALIERS ‘MELPOMÈNE’ Extraits d’installation pour de nouveaux usages

Comment penser la reconfiguration d’un espace de transition entre trois fonctions jusqu’ici imperméables, — à la rencontre de l’Ecole d’Architecture Paris-Malaquais, de l’Ecole des Beaux Arts, et aux pied de l’escalier menant à la salle d’exposition historique Melpomène ?

Aussi, de grands poteaux en acier plus ou moins densément répartis, les toitures secondaires et galeries suspendues, à l’instar des parois de verre sérigraphiées, traitées en reflets, et superposées les unes aux autres, troublent les frontières entre les environnements créés (fig.27).

La scénographie INTERSTICE tend à perturber la perception de l’espace par ses occupants. Les installations, répétées et systématisées, permettent d’articuler de multiples «milieux» aux caractéristiques architecturales différentes.

Par ailleurs ces dispositifs, en rendant plus poreuses les limites existantes entre les trois espaces initiaux, offrent la possibilité de nouveaux déplacements et de nouveaux usages. A titre d’exemples, assises, plateformes et galeries temporaires, parfois ancrés dans l’escalier, permettent aux passants de s’approprier librement l’espace.


AXOSCOPE : Milieux résonnants et surimpressions axiales

Reconfiguration de l’accueil des locaux d’enseignement de l’ENS des Beaux Arts de Paris et de l’ENSA Paris-Malaquais Notions impliquées : Orientation-réfraction-désaxement / Coupe-focale-langue étrangère

PROPOSITION DE PROJET

COMPOSITION

ORIENTANTE

ESCALIER DÉGÉNÉRÉ scénographie sur le module des marches de l’escalier GALERIE SUSPENDUE panneaux d’affichage pour exposition de travaux étudiants EFFET DE

CHAMP DE FORCE

EFFET DE

SURIMPRESSION DEUX FOYERS parois en verre sérigraphié ou non et toiture suspendue

RÉFRACTION EFFET DE

COUPE

RAILS DE LAITON inscrustés dans le pavé effet de réfraction dessinant un seuil

EFFET DE

CHAMP DE FORCE EFFET DE

EFFET DE

RÉFRACTION DISPOSITIF OPTIQUE assises sur le module des marches et rails de laiton incrustés

PROLONGEMENT DE L’ESCALIER dans l’accueil au travers de la paroi vitrée

SURIMPRESSION

- 29 -

EFFET DE

PAROI SUSPENDUE assises en décaissé sur le module des marches de l’escalier AGGLOMÉRATION DE POTEAUX MOBILE RÉFLÉCHISSANT

EFFET DE

RÉFLEXION

EFFET DE

RÉFRACTION

Sophie LAMARQUE & Marie ROYON-LEMEE


PROPOSITION DE PROJET

PERSPECTIVE D’AMBIANCE

PERSPECTIVE D’AMB

FIG.32 ESCALIERS ; STRUCTURE (dessus) Utilisation détournée pour troubler la perception de l’espace FIG. 33;34

PLAN ; COUPE TRANSVERSALE Articulation des matériaux

AXONOMETRIES DE PROJET

- 30 -

AXONOMETRIES DE P

COUPE TRANSVERSALE 0

3

5m

COUPE TRANSVERSALE 0

3

5m

Sophie LAMARQUE & Marie ROYON-LEMEE

ENSA Paris-Malaquais / Studio de Master : From A to B via C - Architectures sensibles de l’invisibilité, La stratégie du tiers / Enseignants : Jean-Pierre VALLIER (ens. resp.) et Florian BOSC MALAVERGNE /

Sophie LAMARQUE & Marie ROYON-LEMEE


Les matériaux (de structure, de revêtement, de parement...) tels que la pierre d’origine, l’acier, le bois et le verre, s’articulent ou s’intersectent, générant de multiples «milieux» qu’il leur arrive de transcender. Ces «milieux» peuvent se juxtaposer ou s’entremêler, troublant la perception de l’espace, et en particulier la distinction entre intérieur et extérieur. Les incrustations au sol en laiton et les ombres projetées de la toiture suggèrent de nouveaux parcours et des orientations inédites.

FIG.36 USAGES ; ESPACE PUBLIC Favoriser une nouvelle appropriation des espaces

- 31 -

FIG.35 PERCEPTION SUPPOSÉE (droite) de l’entrée ‘Melpomène’


bac

OMÉTRIE

acier

pannes

Modularité

PLAN

1/200ème

MASSE

poutres en aile d’oiseau

DU DÉTAIL D’UN KIOSQUE À LA PLACE DU MARCHÉ 02.2015 — 04.2015 Enseignement : Technologie et Conception intégrée En collaboration avec Aline COUSOT et Hélène mur RICOUP rideau en

grille

croix Saint André

- 32 -

poteaux en

a c i e r Le kiosque de marché reprend l’aspect traditionnel des grandes halles marchandes métalliques : transparence et lumière mettent en valeur les produits proposés. L’association du bois à l’acier en façade apporte un aspect plus accueillant, tout en servant la modularité de l’entité. dalle béton De fait, c’est cette et terrasse MODULARITÉ qui constitue l’essence même du projet : le kiosque, en s’ouvrant de toute part, génère un ensemble de terrasses qui ,s’associant les unes aux autres, forment un marché dans son intégralité : un espace public.

(gauche) FIG.37 PLAN MASSE : Vue en surplomb après assemblage des kiosques FIG.38 PREMIÈRE ESQUISSE (droite) FIG.39 LE MARCHÉ Perspective d’ensemble FIG.40 COMPOSITION DU KIOSQUE Axonométrie - système structurel & matérialité


BAC ACIER

PANNES ACIER

POUTRE ACIER À SECTION VARIABLE

tôle acier

verre

MUR RIDEAU

panneau acier satiné

TERRASSE

bois

CROIX DE SAINT-ANDRÉ

DALLE ET FONDATIONS béton


2 2 UEL 323 A

UEL 323 A

UPES UX

ET RÉSEA

BB’

PLANS, C OU ET RÉSEA PES UX BB’

AA’

- 34 -

TRANSVERSALE AA’

SVERSALE

FIG.41 PLAN Aménagement / Structure bac acier

cheneau en zinc développé 400 (150X90) panneau sandwich epaisseur 80 joint d’étanchéité trop plein IPE 200 equerre de fixation

FIG.42 CHÉNEAU Coupe transversale

IPE à inertie variable 500 à 200

DETAIL 1:10 COUPE TRANSVERSALE CHENEAU

DETAIL 1:10 COUPE JONCTION MENUISERIE TOITURE

TRANSVERSALE

SVERSALE

bandeau de faîtage support de couronnement panneau sandwich

epaisseur variable 80 à120 FIG.43 COUPES

IPE à inertie variable 500 à 200 platine baguette de serrage aluminium avec proflié de recouverement vitrage isolant 6/12/6


cheville de fixation d’isolation IPE 200

vitrage isolant 6/12/6

équerre de fixation sur platine

système de remontée mécanique par vérin

poteau à profilé carré 250x250

baguette de serrage aluminium vitrage avec proflié de recouverement

plancher en bois

isolant 6/12/6

terrasse rétractable

plancher en bois

baguette de serrage aluminium de recouvrement

chape

poteau à profilé carré avec250X250 profilé

polystyrène support du plancher

polystyrène support chauffant du plancher flottant

equerre de fixation sur platine

terrasse rétractable

canalisation plancher chauffant

canalisations laine de roche epaisse 80 plancher chauffant

3

Système de remontée mécanique par vérin

dalle en béton

epaisseur 150 géotextile

Réseau d’électricité Luminaires

UEL 323 A

laisse de roche 80

Source d’électricité

chape

Interrupteurs

dalle béton 150

Prises

geotextile

Réseau hydraulique

FIG.44 JONCTION FONDATION/MENUISERIE Coupe transversale

Regard existant

30 cm 0

Ventilation

DETAIL 1:10à chaleur Chambre froide : pompe

COUPE JONCTION FONDATION MENUISERIE

L’intérieur, organisé selon une trame, présente à l’arrière un espace de service articulé à des meubles de stockage périphériques, libérant ainsi la circulation au sein du kiosque. Des points de jonction ont été détaillés. Ils sont liés d’une part à l’utilisation d’une poutre à section variable, d’autre part à la mise en place d’une terrasse rétractable, qui constitue l’élément fondateur de la fonction modulaire du kiosque.

bandeau de faîtage

FIG.45 JONCTION Aline COUSOT,Helène RICOUP, MENUISERIE/TOITURE Coupe transversale

RÉSEAUX ÈME acier 1/50bac

bandeau de faîtage bac acier

trop plein

trop plein

chéneau

cheneau IPE à inertie variable tuyau 500 à 200

de descente d’eau pluviale

IPE 200 cheville de fixation d’isolation

IPE à inertie variable - de 500 à 200

IPE 200

rail de support

baguette de serrage aluminium avec proflié de recouverement vitrage isolant 6/12/6 poteau à profilé carré 250X250 montant 150X100

couvertine rail support montant 150x100

tuyau de descente d’eau pluvialevitrage

6/12/6

baguette de serrage aluminium poteau à profilé carré 250x250

couvertine naissance (film bitumé et zinc)

DETAIL 1:10 COUPE LONGITUDINALE COUPE LONGITUDINALE CHENEAU 1/50ÈME


4E DE COUVERTURE affiche d’introduction du projet de PFE (2/2)

Profile for Marie Royon Le Mée

Portfolio - Marie Royon-Lemee  

Sélection de travaux - Architecture, Espaces Publics, Urbanisme 2015-2018

Portfolio - Marie Royon-Lemee  

Sélection de travaux - Architecture, Espaces Publics, Urbanisme 2015-2018

Advertisement