Issuu on Google+

MOBILITÉ INTERNATIONALE

Le Guide des Jeunes Franciliens

Réalisé par 18-30 Insert-Export, la Mission Locale Paris Centre et la Mission Locale Intercommunale de Versailles.


Édito

Pourquoi un guide sur la mobilité internationale des jeunes en Ile-de-France ?

Ce projet de guide, né en 2002 de l’initiative de la Mission Locale Paris Centre, la Mission Locale Intercommunale de Versailles et l’association 18-30 Insert-Export est parti du constat suivant : il existe, d’une part, une demande croissante des jeunes d’une expérience à l’étranger et, d’autre part, un grand nombre d’initiatives souvent méconnues favorisant la mobilité de ces jeunes en Ile de France. Il nous semblait donc indispensable de développer une information appropriée sur les opportunités offertes aux jeunes, notamment aux jeunes dits en “difficulté”, de pouvoir bénéficier d’une expérience en Europe et au-delà. Une période de mobilité “pré-professionnalisante” peut constituer un véritable vecteur d’insertion sur la base des principes suivants :

- La capacité à intégrer un marché du travail aujourd’hui internationalisé nécessite l’acquisition de compétences professionnelles mais aussi d’aptitudes personnelles. - Le voyage est depuis toujours une source d’apprentissages professionnels, sociaux, politiques et personnels. - Les changements d’horizon favorisent l’insertion sociale et professionnelle. Ce guide recense les soutiens disponibles dans la région Ile de France pour la mobilité européenne et internationale. Il se veut accessible au plus grand nombre. Il a pour objectif de faciliter les recherches des jeunes qui souhaitent trouver une solution pour réaliser un projet de séjour à l’étranger et permettre aux associations accueillant les jeunes d’avoir une connaissance plus approfondie des programmes existants en Ile de France. Ce guide vise aussi à impulser une dynamique de réseau entre les associations travaillant à l’international. Il n’est pas un recueil exhaustif des programmes de mobilité, il inventorie en priorité les programmes encourageant une mobilité peu onéreuse et adaptée à tous les jeunes quel que soit leur niveau. L’information recueillie s’est révélée aussi tributaire des participations des associations contactées. L’association entre les trois structures s’est faite sur le partage d’une même vision des enjeux liés à l’accès à la mobilité internationale pour tous les jeunes. Nous souhaitons que cette mobilité ne soit plus une exception mais véritablement un outil généralisé au service des jeunes dans le cadre de leur parcours d’insertion.

3


18-30 Insert-Export 4

L’association 18-30 Insert-Export (loi 1901 à but non lucratif) s’est fondée sur le constat suivant : la grande difficulté que pouvait présenter une démarche d’insertion professionnelle pour des jeunes de 18 à 30 ans par “l’international”. C’est pourquoi en mars 1995, par la volonté commune de jeunes diplômés de formations internationales, de représentants étudiants et d’acteurs de la vie économique, l’association est née avec l’objectif de répondre à ce problème spécifique. L’association compte désormais 4 antennes implantées en Ile-de-France, en Midi-Pyrénées, en Rhône-Alpes et en Auvergne. L’accompagnement de jeunes dans leur projet international : Le cœur de l’activité de 18-30 Insert-Export - Promouvoir l’insertion professionnelle des jeunes âgés de 18 à 30 ans dans le domaine de l’international : quel que soit leur niveau de qualification ; qu’ils souhaitent ou non s’expatrier ; quel que soit le domaine visé. - Faciliter leur mobilité internationale dans un objectif de professionnalisation, par la promotion et l’accès à des programmes de mobilité tels que les dispositifs européens, stages, chantiers internationaux, volontariat, etc… Démocratiser l’accès à la mobilité professionnelle internationale Si 18-30 Insert-Export a su développer, au cours de ses cinq premières années, un véritable savoir-faire en direction des jeunes diplômés de formation internationale, son ambition depuis toujours, était de permettre à tous, diplômés ou non, d’avoir accès à la mobilité professionnelle internationale. Pour cela, l’association a développé depuis 3 ans maintenant un programme d’accompagnement et de préparation à la mobilité internationale individualisés, en direction de jeunes dits “en difficulté” grâce au soutien, notamment pour l’Ile-de-France, du Conseil Régional, Fasild ou encore Préfecture et Mairie de Paris. 18-30 Insert-Export travaille d’ailleurs déjà avec plusieurs Missions Locales Franciliennes.


Les jeunes sortis du système scolaire, inscrits ou non à l’ANPE, ont la possibilité d’être reçus et écoutés par des conseillers dont le rôle est d’assurer l’information, l’orientation et le suivi social et professionnel des jeunes confrontés à des difficultés d’insertion. Leurs actions prennent diverses formes : - Bilan des acquis scolaires et professionnels. - Réflexion sur l’orientation professionnelle. - Recherche de formations adaptées aux besoins des jeunes (remise à niveau, stages professionnels...). - Aide aux techniques de recherche d’emploi (écriture du CV, rédaction de la lettre de motivation, simulation d’entretien d’embauche). - Information sur le droit du travail, les différentes mesures pour l’emploi des jeunes. - Contact avec les employeurs. Les missions locales fournissent également leur appui dans les démarches d’accès à la santé, au logement ou encore à la citoyenneté. Jeunes et conseillers construisent ensemble un parcours personnalisé. Convaincues de l’importance de la dimension européenne pour l’insertion professionnelle des jeunes, les Missions Locales Intercommunale de Versailles et Paris Centre développent depuis plusieurs années des projets et des actions expérimentales pour sensibiliser les jeunes à cette dimension et à la mobilité internationale. Elles ont réalisé : - Dans le cadre du programme “Jeunesse” des échange de jeunes (Irlande, Estonie) et l’accueil de jeunes volontaires (Service Volontaire Européen) - Dans le cadre des programmes “Leonardo da Vinci” et “Eurodyssée” (cap vers l’emploi) et en partenariat avec des centres de formation professionnelle l’envoi de jeunes en Irlande et en Espagne - Des réunions d’information sur la mobilité internationale pour les jeunes et les conseillers de missions locales - Un forum Européen à Versailles (Mission Locale Intercommunale de Versailles) - Le développement de partenariats avec des associations travaillant sur la mobilité Internationale (Insert-Export, Inter-Echanges) C’est dans l’optique du développement d’informations et d’actions de dimension européenne qu’elles ont organisé et participé activement à la réalisation de ce guide de mobilité internationale.

Les Missions Locales

Les Missions Locales ont pour objectif de favoriser l’insertion professionnelle et sociale des jeunes de 16 à 25 ans.

5


MOBILITÉ INTERNATIONALE

Le Guide pour les Jeunes Franciliens

7


Sommaire

Volontariat PROGRAMME (ASSOCIATION) Service Volontaire Européen (SVE) (Union Européenne) SVE Court Terme (Union Européenne) Associations qui proposent le Service Volontaire Européen Volontariat de longue durée ASF (Comité d’ASF) Chantiers d’été (Comité d’ASF) Chantiers internationaux (Solidarités Jeunesses) Chantiers internationaux (Concordia) Chantiers à l’étranger (REMPART) Chantiers internationaux (Jeunesse et Reconstruction) Chantiers à l’étranger (Etudes et Chantiers IDF - UNAREC) Service Civil International (SCI France) Missions de France (La Guilde Européenne du Raid) Chantiers / Rencontres interculturelles (FUAJ)

DUREE

PAYS

PAGES

6 - 12 mois

Europe*

14 - 15

3 semaines - 6 mois

Europe*

16 - 17 18 - 19

12 mois

Allemagne

20 - 21

2 semaines

Plusieurs destinations**

22 - 23

2 - 3 semaines

Plusieurs destinations**

24 - 25

2 - 3 semaines

Plusieurs destinations**

26 - 27

2 - 3 semaines

Plusieurs destinations**

28 - 29

2 - 3 semaines

Plusieurs destinations**

30 - 31

2 - 3 semaines

Plusieurs destinations**

32 - 33

2 - 7 semaines

Plusieurs destinations**

34 - 35

3 - 8 semaines

Plusieurs destinations**

36 - 37

1 - 3 semaines

Plusieurs destinations**

38 - 39

Emploi et aide à la recherche PROGRAMME (ASSOCIATION) Chéquier Emploi Europe (Espace Emploi International) Accords d’échanges (Espace Emploi International) Club Teli (Travail, Etudes et Loisir International) Volontariat International (CIVI) Programme Vacances-Travail (Ambassade du Canada) Séjours au pair (OFAJ) Séjours en Grande Bretagne (CEI - Quatre Vents) Séjours educatifs internationaux (Experiment) Mobilité de Jeunes Travailleurs (OFQJ) Accompagnement à la mobilité internationale (18-30 Insert-Export)

8

DUREE

PAYS

PAGES

2 mois minimum

Grande Bretagne

42 - 43

3 - 12 mois

Plusieurs destinations**

44 - 45

Variable

Plusieurs destinations**

46 - 47

6 - 24 mois

Plusieurs destinations**

48 - 49

1 an maximum

Canada

50 - 51

2 - 10 mois

Allemagne

52 - 53

4 semaines minimum Grande Bretagne

54 - 55

Variable

Plusieurs destinations**

56 - 57

6 - 12 mois

Canada (Québec)

58 - 59

Variable

Plusieurs destinations**

60 - 61


PROGRAMME (ASSOCIATION) Leonardo da Vinci (Union Européenne) Erasmus (Union Européenne) Eurodyssée (APRECA) EIRIN (Europ’Horizon et Mission Locale Paris Centre) Stages en Allemagne (OFAJ) Mobil’Asie (BATIK International) Stages Agricoles (SESAME) Atout Européen pour l’Emploi (Relais Culture Europe) Formation et Emploi (OFQJ) Stages et échanges (Association France-Québec) Programme International d’Echange de Stages (AIESEC) Séjours à l’étranger (AFS Vivre Sans Frontière) Stages en entreprise (Contacts)

DUREE

PAYS

PAGES

3 - 52 semaines

Europe*

64 - 67

3 - 12 mois

Europe*

68 - 69

3 - 7 mois

Europe*

70 - 71

6 mois

Angleterre et Irlande

72 - 73

4 semaines - 1 an

Allemagne

74 - 75

3 - 6 mois

Vietnam

76 - 77

2 - 18 mois

Plusieurs destinations**

78 - 79

13 semaines

Autriche, Irlande et Espagne

80 - 81

1 - 6 mois

Canada (Québec)

82 - 83

1 - 6 mois

Canada (Québec)

84 - 85

8 - 78 semaines

Plusieurs destinations**

86 - 87

1 mois - 1 an

Plusieurs destinations**

88 - 89

1 semaine minimum

Plusieurs destinations**

90 - 91

Sommaire

Stages

Bourses et aides aux projets PROGRAMME (ASSOCIATION) Initiatives Jeunes (Union Européenne) Capital Avenir (Union Européenne) Defi Jeunes (INJEP) Paris Jeunes Aventures (ABM et la Mairie de Paris) Bourse de Voyage Zellidja (Zellidja)

DUREE

PAYS

PAGES

3 - 12 mois

Europe*

94 - 95

1 an maximum

Europe*

96 - 97

Variable

Plusieurs destinations**

98 - 99

Variable

Plusieurs destinations**

100 - 101

1 - 4 mois

Plusieurs destinations**

102 - 103

Europe* : Généralement, les 25 pays membres de l’Union Européenne, les pays de l’Espace Economique Européen (Islande, Liechtenstein, Norvège), et les pays associés. Plusieurs destinations** : Concerne les destinations sur plusieurs continents.

9


Mode d’emploi

Toujours en tête, le nom du PROGRAMME avec le nom de l’ASSOCIATION entre parenthèse. TEMOIGNAGES : Pour se faire une idée plus précise du programme, des jeunes qui sont déjà partis témoignent de leur séjour, photos à l’appui.

ADRESSE : Les cordonnées de l’association responsable du programme. On nomme aussi le nom de la personne à contacter.

PAGE GAUCHE de chaque programme PAGE DROITE de chaque programme La DURÉE et les PAYS de destination sont indiqués Un texte résume l’histoire et les buts de l’ASSOCIATION, ainsi que les atouts principaux du PROGRAMME CONDITIONS D’ACCES : Ce sont les critères nécessaires pour être éligible au programme. Notamment : âge, coût, niveau, délais, connaissance de la langue... PRESTATIONS : Ce sont les conditions de déroulement des différents aspects du séjour. Par exemple, par rapport au voyage, le logement, l’assurance ou le cours de langue.

10


11


Volontariat et chantiers

Le volontariat désigne tout acte individuel non lucratif et non rémunéré accompli pour le bienêtre du prochain, de la communauté ou de l’ensemble de la société. Il prend de multiples formes qui vont de l’entraide individuelle à des actions communes en temps de crises et de conflits. Le volontariat profite à la fois à l’ensemble de la société et à la personne qui se porte volontaire. Il représente une importante contribution tant du point de vue économique que social. L’action volontaire est au cœur des idéaux européens de démocratie, de citoyenneté active, de participation et de prise de responsabilités. Il permet avec ou sans qualification, avec ou sans connaissance de la langue du pays d’accueil, d’effectuer un séjour de quelques semaines à 12 mois pour y effectuer une activité au profit du développement local (action sociale, environnement, patrimoine, humanitaire…). Accueillis par des associations ou des collectivités, les volontaires sont souvent intégralement pris en charge, depuis la phase de préparation, départ, jusqu’à la phase d’accueil, au retour, et peuvent percevoir une indemnité mensuelle.

12


13


Service Volontaire Européen (SVE) (Union Européenne) “Ce fut une expérience extraordinaire et inoubliable”. C’est la façon dont Séverine décrit son SVE en Grèce. Une des premières volontaires européennes, elle a passé 8 mois à Thèbes il y a 6 ans. “Ma structure d’accueil, DEKKAE, était une sorte de Maison des Jeunes, mais j’étais plus rattachée au service environnement de la Municipalité”, raconte-t-elle. Comme missions, Séverine a développé des actions écologiques (plantation d’arbres, collecte des olives, construction d’un établissement bio climatique), ainsi que des animations pour sensibiliser la population locale. De son séjour, elle souligne la découverte du pays et de la langue, ainsi que la vie en communauté, car elle vivait dans l’auberge municipale avec 11 autres volontaires : “Un beau mélange culturel multilingue et de nombreux souvenirs ; j’ai encore des contacts avec certains”, explique Séverine. Elle retourne tous les deux ans en Grèce. “C’est un peu comme un pèlerinage, car ce pays, je l’adore”. A son retour, le SVE lui a permis de trouver rapidement un emploi dans l’animation au sein d’une MJC et d’un Point Information Jeunesse.

Yolène est partie en Estonie pendant 8 mois. “Je voulais partir dans un pays dont je ne savais presque rien et qui était sur le point d’intégrer l’Europe. C’était ma façon de contribuer à l’élargissement”, explique-t-elle. Son projet s’est déroulé dans une association qui développait des activités artistiques pour les enfants d’un village où la population est socialement et culturellement désavantagée. Il consistait à assister les “professeurs” pendant les cours et à mettre en place des activités. Parallèlement, Yolène a organisé d’autres projets (rassemblements de volontaires, newsletter, etc...)malgré le peu de ressources financières de l’association. Par ailleurs, Yolène a rencontré des difficultés pour s’adapter à des situations nouvelles liées aux différences culturelles d’une part (la corruption, entrer en contact avec les estoniens, les façons d’agir et de penser), et aux démarches administratives d’autres part. Selon elle, cette expérience lui a permis d’acquérir beaucoup de maturité, de force et d’ouverture d’esprit sur d’autres cultures : “Ca a un peu (même beaucoup) ébranlé ma vision des choses et de la vie, et même si c’est déstabilisant c’est aussi super ! A présent chaque direction que prend mon futur est le résultat d’un choix”. Selon elle, cela l’a aidée d’une manière directe pour intégrer un Magistère de Relations Internationales. Alors qu’à son retour, elle n’avait qu’une envie : repartir ! Mais, déclare-t-elle : “C’est tout à fait dans le prolongement de mon SVE, et ça ne fait que repousser un peu mon prochain départ à la découverte d’une autre contrée ! ”

Voir carnet d’adresses aux pages 17-18

14


Service Volontaire Européen (SVE) (Union Européenne) DURÉE : Entre 6 et 12 mois

PAYS : Tous les pays membres de l’UE, de l’Espace Economique Européen, d’Europe centrale et orientale et quelques pays tiers de l’Arc Méditerranéen.

Le Service Volontaire Européen (SVE) est une action qui appartient au Programme “Jeunesse” de l’Union Européenne. Il permet à un jeune de devenir volontaire dans un autre pays européen. Le jeune volontaire développera une action bénévole dans une association du domaine de l’environnement, la culture, le social (enfants, jeunes, chômeurs, personnes âgées...), le sport ou les loisirs. Il existe deux types de SVE : le SVE long terme (entre 6 et 12 mois) et le SVE court terme (entre 3 semaines et 6 mois). Le SVE est entièrement gratuit pour le volontaire. Les frais de transport, d’hébergement, de nourriture, et d’assurance sont pris en charge. De plus, le volontaire peut bénéficier d’une formation linguistique et reçoit de l’argent de poche. L’engagement comme volontaire permet aux jeunes de découvrir autrement la culture du pays d’accueil, de se préparer à l’insertion dans la vie active et d’apprendre une langue étrangère.

- Le service Volontaire Européen s’adresse à tous les jeunes de 18-25 ans, sans condition de formation ou de qualification. - Il faut être ressortissant d’un des pays éligibles participant au programme : Union Européenne, Norvège et Islande. Pour les autres pays, contacter l’Agence Nationale à l’INJEP. - Il n’est pas obligatoire de connaître la langue du pays d’accueil ou d’avoir une qualification quelconque. - Il y a cinq comités de sélection des candidats par an. - Contactez les associations spécialisées dans l’envoi de volontaires, elles vous préciseront les démarches à effectuer. - Généralement, il faut prévoir un délai minimum de 3 mois avant la date de départ souhaitée.

- Le volontaire n’effectue aucune dépense. Le programme prend en charge l’hébergement, la nourriture, le transport. Le volontaire bénéficie aussi d’une couverture santé et d’argent de poche (environ 180 euros/mois ; cette somme varie selon le niveau de vie du pays). - Il a la possibilité de suivre une préparation au départ. - Selon les structures d’accueil, le volontaire peut avoir accès à un soutien linguistique. - Le volontaire est suivi par un tuteur au sein de l’organisme d’accueil. - L’accueil et le suivi du volontaire sont assurés par l’agence nationale du pays d’accueil qui organise des séminaires de formation et des rencontres.

15


SVE Court Terme (Union Européenne) Peijie est partie au Royaume Uni pendant 3 semaines, dans le cadre du Service Volontaire Européen Court Terme. Elle a participé à un projet environnemental à Malvern (a l’est de l’Angleterre). Les activités dans son projet consistaient à la conservation de l’environnement : “sur des collines, déraciner les arbres pour garder une vue sur la vallée. Plus bas, en replanter d’autres”. Peijie explique que “les défis physiques et surmonter sa peur étaient au quotidien de ce séjour” avec beaucoup d’activités à l’extérieur. Elle a pratiqué la descente en rappel, la grimpe aux arbres (transformés en exercices militaires), l’escalade, la marche intensive (16 km), le kayak et même le travail artistique sur bois. Ses motivations avant de partir étaient de pratiquer la langue, de rencontrer et de comparer les gens de différentes nationalités. Elle y a réussi. “Pour beaucoup, la vie en communauté est très difficile ; c’est une expérience très enrichissante pour ceux qui n’ont pas vécu dans ce genre d’environnement”, commente Peijie. Avec son séjour en Angleterre, elle cherchait aussi à “fournir un travail personnel qui pourra aider les autres”. D’ailleurs, son SVE lui a apporté une progression au niveau de la compréhension de l’anglais.

Anaïs est partie à Rotterdam aux Pays-Bas pendant 6 semaines dans le cadre d’un SVE Court Terme grâce à l’association Interéchanges. Elle décrit ainsi son SVE : “J’appartenais à l’association Stritching En Route où mes tâches variaient : aide dans un manège (équitation) avec des enfants et adultes handicapés, encadrement d’un groupe de norvégiens... ” Elle parle des raisons qui ont motivé sont départ : “La découverte d’une culture différente, de gens différents. J’attendais de ce séjour qu’il m’aide à me sentir utile, tout en cherchant à définir une éventuelle orientation (scolaire), en bref à être plus ‘au clair’ ”. Anaïs expose les difficultés qu’elle a rencontrées : “Je pense qu’il s’ agit de la barrière de la langue. En effet, malgré les efforts effectués par chacun sur place, il était parfois difficile de communiquer, notamment avec les personnes souffrant d’un handicap mental”. “Ce séjour m’a apporté une plus grande confiance en moi car ces 6 semaines étaient comme une petite aventure, ainsi que de la patience car pour un bon quotidien (surtout quand on ne parle pas la langue), il faut souvent faire des concessions”, explique Anaïs. “Enfin, ça m’a également permis de mieux m’organiser et gérer mon temps”. Après son SVE Anaïs a travaillé deux mois à la British Airways à Roissy CDG. “Ce séjour m’a permis de me lancer dans des études de langues en me posant nettement moins de questions”.

Voir carnet d’adresses aux pages 17-18

16


SVE Court Terme (Union Européenne) DURÉE : Entre 3 semaines et 6 mois

PAYS : Tous les pays membres de l’UE, de l’Espace Economique européen, d’Europe centrale et orientale et quelques pays tiers de l’Arc Méditerranéen.

Le Service Volontaire Européen (SVE) Court Terme est projet court réservé aux jeunes qui ne peuvent pas s’engager dans un SVE long terme (voir pages précédentes). Il concerne notamment des jeunes en difficulté financière ou familiale ou souffrant d’un handicap ; ce projet peuvent être réalisé dans tous les pays participant au programme et les pays tiers. Les volontariats court termes sont souvent des chantiers pendant l’été. L’accompagnement des associations d’envoi et d’accueil est plus accentué pour le SVE Court Terme : préparation plus longue, apprentissage linguistique, rendez-vous réguliers, contacts fréquents pendant le séjour et évaluation après le séjour, tout ceci en partenariat avec les structures de suivi de ces jeunes (ex. Mission locale) Ces jeunes peuvent par la suite effectuer un SVE longue durée. A leur retour, les jeunes volontaires peuvent éventuellement bénéficier d’une aide “Capital Avenir” (voir section “Bourses”) pour réaliser un projet de développement personnel ou professionnel. Il peuvent aussi rejoindre une association d’anciens volontaires.

- Ce sont les mêmes conditions que pour le SVE long terme (VOIR PAGE 15). - Les délais d’accès sont généralement plus courts.

- Ce sont les mêmes prestations que le SVE long terme (VOIR PAGE 15). - Il n’y pas de cours de langue pendant le séjour.

17


Associations qui proposent le Service Volontaire Européen Centre d’Information et de Documentation Jeunesse (CIDJ) Mathilde CORR et Nicolas VASLIN 101, quai Branly 75015 Paris Tél. : 01.44.49.29.28 Fax : 01.40.65.02.61 sve@cidj.com www.cidj.com

Inter-échanges Bénédicte FLICHY 153, avenue Jean Lolive 93000 Pantin cedex Tél. : 01.41.83.78.40 Fax : 01.41.83.78.41 interechanges@wanadoo.fr

Concordia - Siège National Gaëlle RUSSIER 1, rue de Metz 75010 Paris Tél. : 01.45.23.00.23 Fax : 01.47.70.68.27 concordia@wanadoo.fr www.concordia-association.org

Solidarités Jeunesses Delphine CEDOLIN et Marie Laure LACROIX 10, rue 8 Mai 1945 75010 Paris Tél. : 01.55.26.88.77 Fax : 01.53.26.03.26 promovolontariat@solidaritesjeunesses.org www.solidaritesjeunesses.org

18

Le CIDJ est un des plus importants organismes d’envoi de SVE de la Région Ile de France. Il propose régulièrement des réunions d’information générale sur le Service Volontaire Européen. Les jeunes intéressés peuvent avoir accès à la base de données qui recense les projets d’accueil. Les jeunes peuvent aussi consulter des offres proposées directement au CIDJ. C’est le CIDJ qui s’occupera du premier contact entre le jeune volontaire et l’organisation d’accueil. Le CIDJ assurera aussi le suivi et la mise en relation. La plupart des jeunes qui partent avec le CIDJ est autonome et n’a besoin que d’un minimum d’encadrement.

L’association Inter-échanges rencontre les jeunes intéressés par le Service Volontaire Européen au cours d’un entretien individuel, afin d’évaluer leurs motivations et de définir leur projet de mobilité. Inter-échanges encadre la recherche du jeune : aide à la rédaction des CV et lettres, recherche sur la base de données et mise en relation directe avec des associations européennes. Cette association organise aussi des réunions d’information générale sur le SVE. Inter-échanges assure un suivi des jeunes en partenariat avec les Missions Locales notamment dans le cadre du SVE Court Terme.

Concordia propose l’envoi et l’accueil de volontaires en France. Cette association travaille au sein de deux réseaux internationaux : l’Alliance Européenne des Associations de Travail Volontaire (Europe, Asie et Amérique du nord) et le comité de coordination de Service Volontaire International. Concordia accompagne les jeunes dans leur recherche de projet de SVE, prend contact avec les organisations d’accueil et assure le suivi de volontaires. Les jeunes sont aidés également pour rédiger des CV et des lettres de motivation. Concordia a parfois recourt à ses partenaires des réseaux internationaux de chantiers. En 2002, Concordia a envoyé 15 jeunes en SVE.

Solidarités Jeunesses est une association nationale de jeunesse et d’éducation populaire. Cette association organise des chantiers internationaux, des actions d’insertion, des formations, des actions de solidarité internationale et gère des petites structures d’accueil et d’animation en milieu rural. Solidarités Jeunesses travaille avec de nombreuses associations partenaires à travers le monde en tant que branche française d’Action Jeunesse pour la Paix. Ces partenariats lui permettent de trouver des projets SVE Long Terme. Solidarités Jeunesses assure la mise en relation et l’accompagnement des jeunes avec les structures d’accueil. Solidarités Jeunesses offre les préparations au départ (connaissance du pays d’accueil, déroulement et conditions du SVE) quatre fois par an.


Associations qui proposent le Service Volontaire Européen Fédération Unie des Auberges de Jeunesse (FUAJ) Vianney STROEBEL 27, rue de Pajol 75018 Paris Tél. : 01.44.89.87.16 Fax : 01.44.89.87.10 centre-national@fuaj.org www.fuaj.org

SCI France (Service Civil International) Natacha MUSTIÈRE 2-4 rue Camille Flammarion 75018 Paris Tél. : 01.42.54.62.43 Fax : 01.42.54.06.18 scifr@club-internet.fr www.sci-france.org

Jeunes pour le Monde Maison de l’Emploi et de la Formation 10, avenue du Noyer 91300 Massy Tél. : 01.69.20.25.32 Fax : 01.60.11.13.66 j.p.monde@wanadoo.fr

Institut National de la Jeunesse et de l’Education Populaire (INJEP) Maryvonne LE BLOAS 11, rue Paul Leplat 78160 Marly-Le-Roi Tél. : 01.39.17.27.70 Fax : 01.39.17.27.90 lebloas@injep.fr www.injep.fr

La FUAJ est le maillon français d’une chaîne internationale regroupée au sein de l’International Youth Hostel Federation. Traditionnellement tournées vers l’accueil international des jeunes qui voyagent à travers le monde, les auberges de jeunesse sont aussi des espaces de vie collective favorisant avant tout les échanges interculturels. La Fédération Unie des Auberges de Jeunesse envoie 4 jeunes par an en SVE. La plupart des volontaires part dans des projets s’effectuant au sein d’auberges de jeunesse à l’étranger.

Le SCI France fait partie du Service Civil International, un mouvement pour la paix et la solidarité avec 34 branches dans les 5 continents. Cette association est centrée principalement sur l’organisation de chantiers internationaux. Les projets SVE se déroulent généralement dans les bureaux du réseau Service Civil International à l’étranger.

Jeunes pour le Monde a pour vocation de favoriser des actions socioculturelles dont le but est de rapprocher les jeunesses du monde et plus particulièrement celles de l’Europe à travers des échanges et des séjours organisés. Cette petite structure d’envoi prend le temps de faire connaissance avec tous les participants. Elle aide dans toutes les démarches, les conventions, les CV et les lettres de motivation. Elle propose principalement du SVE Long Terme aux jeunes vraiment motivés qui ont leur confiance. Jeunes pour le Monde envoie 4 jeunes par an.

L’INJEP est un établissement public du ministère de la Jeunesse, de l’Education nationale et de la Recherche. Il est concerné par les questions de jeunesse. C’est également un centre de ressources sur la jeunesse, l’éducation populaire et la vie associative. Une de ses missions est la promotion de l’engagement, comme le Service Volontaire Européen. L’INJEP héberge l’agence nationale du Programme Jeunesse et cordonne donc les dossiers du SVE. Cependant, elle ne se charge pas directement de l’envoi. Il faudra toujours s’adresser aux associations d’envoi, qui transmettront la demande à l’INJEP. L’INJEP organise aussi des sessions de formation pour les volontaires français avant le départ, et des séminaires pour les volontaires étrangers accueillis en France.

19


Volontariat de longue durée ASF (Comité d’ASF) Catherine a travaillé comme volontaire d’ASF à Buchenwald, l’ancien camp de concentration nazi : “Il me paraît fondamental que des jeunes de différentes nationalités puissent effectuer un service de volontariat en ce lieu historique international pour se confronter à une histoire non exclusivement allemande, qui regarde en fait tous les hommes”. Outre l’élargissement et l’approfondissement des connaissances historiques, ce type de volontariat contribue activement à la lutte contre les préjugés et ainsi au rapprochement concret entre les peuples grâce au métissage culturel qui créé des liens amicaux parfois forts. Selon Catherine, cela permet aux jeunes de “pouvoir s’enrichir intérieurement, transmettre leur expérience à leur retour chez eux et s’engager dans la société actuelle pour lutter contre tout type d ‘exclusion. Il permet également de réfléchir aux différences entre les cultures, de se poser des questions sur sa propre culture et d’en remettre en cause certains aspects qui, autrement, sont complètements intériorisés et nous semblent immuables”. De plus, “les volontaires d’ASF sont vraiment très bien encadrés. Ils ont toujours la possibilité d’être conseillés, ont des partenaires en cas de problèmes, ce qui est rassurant”, explique Catherine. Le bilan est donc très positif : “j’ai pu vivre ici une expérience unique et enrichissante sur le plan humain qui m’a permis aussi de consolider mes connaissances et en acquérir de nouvelles sur place”. Le mémorial a également tiré profit de la présence d’une volontaire étrangère : “Mon activité a été utile pour le service pédagogique : des nouveaux documents ont pu être rendus accessibles, de nouvelles pistes sont amorcées”. Jan (Allemagne) a passé 18 mois en France. Il a travaillé comme volontaire au MRAP (Mouvement contre le Racisme est pour l’Amitié entre les Peuples) dans le secteur éducation. Il était responsable d’un cyber-journal pour le réseau du MRAP avec d’autres actions antiracistes dans le monde. Son secteur était chargé aussi de produire des matériaux pour la “Semaine d’éducation contre le racisme” et d’autres informations générales. “Toute l’action est dirigée à construire une tolérance qui ne laisse pas apparaître une discrimination ou même le racisme”, dit Jan. “Ce travail m’a beaucoup aidé à découvrir le monde associatif et un travail structuré”, signale Jan. “Le plan interculturel n’est pas négligeable dans toute cette expérience”. Il continue : “j’ai fait des grosses découvertes sur le plan culturel, politique et humain”. Jan détaille sur son séjour : “une toute nouvelle vie s’est ouverte pour moi, et pour la deuxième fois, car j’ai vécu aux Etats-Unis avant”. Il recommande l’expérience d’aller à l’étranger “sans hésitation”. “Je suis fortement convaincu que 1 an ou plus dans un nouveau monde, dans des conditions similaires aux miennes, apporte une qualité et un savoir-vivre qui vaut plus que 3 ans d’études”, il argumente. “Le séjour peut effectivement être très utile après, pour des études, le travail, la vie”, conclue-t-il.

Comité d’ASF Silke HORSTMANN 10, rue Trévise 75009 Paris Tél. : 01.42.46.92.32 Fax : 01.42.46.92.32 asf@volontariat.org http://www.asf-ev.de/fb

20


Volontariat de longue durée ASF (Comité d’ASF) DURÉE : 12 mois

PAYS : Allemagne

Le Comité d’ASF (Action-Signe de Réconciliation - Services pour la paix) est une association qui a 50 ans d’expérience d’envoi de volontaires. Elle a été fondée en 1958 par des résistants protestants à la dictature du national-socialisme. Les fondateurs de l’ASF croyaient qu’il ne pouvait pas y avoir de réconciliation sans expiation, sans reconnaître la responsabilité allemande face aux crimes nazis. Ils firent appel à de jeunes Allemands pour travailler par le biais de services volontaires dans les pays qui ont été affectés par la Seconde Guerre Mondiale et le régime national-socialiste. Plus tard, le Comité d’ASF a développé également l’accueil de volontaires de tous ces pays en Allemagne. Il propose ainsi un volontariat de longue durée en Allemagne (un an). Les volontaires travaillent, par exemple, dans des lieux de mémoire et des centres de formation, auprès de personnes du troisième âge, de personnes handicapées, de réfugiés, de sans-abri, de toxicomanes, dans des maisons pour femmes en difficulté et sont également actifs auprès de jeunes.

- Vous pouvez participer à ce programme si vous avez entre 18 et 28 ans. Les nationalités requises pour partir : Française, Allemande, Anglaise, Hollandaise, Polonaise, Norvégienne, Belge, Américaine, Tchèque, Russe, Biélorusse ou Israélienne. - Date limite de dépôt des dossiers auprès de l’association : Mi-avril. - Il y a environ 16 places disponibles par an. - Même si pour des projets précis certaines qualifications sont nécessaires, on n’exige pas de professionnels mais des volontaires. Une certaine expérience de la vie, du travail en commun et de la confrontation avec des problèmes de société et de croyance sont des avantages qui peuvent aider à résoudre des situations dans le projet ou dans le pays. - Des notions d’allemand ne sont pas obligatoires, mais souhaitables. - L’OFAJ offre un cours d’Allemand avant le départ. - Une fois la candidature retenue, le volontaire effectue un stage court (au moins deux semaines) dans le domaine social avant son départ. - Le voyage A/R, le logement, la nourriture, l’argent de poche et l’assurance sont pris en charge par le programme. - Le volontariat commence début septembre de chaque année, et se termine en août. - Le volontaire effectue un “séminaire de préparation” et des journées d’orientation à son arrivée en Allemagne. Tous les volontaires qui débutent leur service en même temps y participent. Ils sont informés sur l’actualité du pays et sur les questions de vie quotidienne (assurance, logement, titre de séjour…) . - Avant son départ, le volontaire doit chercher un “Cercle de soutien” : Au moins 10 personnes qui apportent chacune 10 euros par mois au volontaire. Cela permet de cofinancer le projet et de faire connaître l’association. - Le volontaire est encadré par un tuteur sur place. Il bénéficie aussi régulièrement de séminaires d’accompagnement.

21


Chantiers d’été (Comité d’ASF) Deux exemples de chantiers ASF : Moscou (Russie) : Chantier à l’école Saint George pour enfants handicapés. Une équipe d’assistants autour d’un médecin encadre un groupe d’enfants âgés de 7 à 18 ans, handicapés mentaux. Le concept est proche de celui des écoles Waldorf. Beaucoup d’activités de peinture, de danse et de musique sont proposées. Une grand partie de l’école doit être rénovée. Ainsi sont prévus un grand réfectoire avec cuisine, des salles de cours et des sanitaires. Il y a aussi un jardin à ranger, déblayer et rénover. Buchenwald (Allemagne) : Travail de restauration et d’entretien au mémorial de Buchenwald (ancien camp de concentration nazi). Il s’agit aussi, dans ce chantier pour femmes, de s’intéresser à la vie de femmes et de se confronter à des thèmes comme la violence ou la complicité des femmes durant le nazisme.

Boris, volontaire à Minsk (Biélorussie) dans l’hôpital pour enfants atteints de cancer : “Mon travail est ainsi une corde raide permanente entre dévouement affectueux et retenue prudente des sentiments, par peur du désespoir, lorsqu’un enfant tombe gravement malade ou meurt. Espoir, soucis, peur, pitié, sympathie et colère : tout cela m’accompagne chaque jour lorsque je rentre à la maison, et parfois je deviens soudain très pensif lors d’une fête ; les enfants me suivent dans mes rêves. Bien que j’aie vécu des moments effroyables dans le service des cancéreux, le travail est, là-bas, la source de mon bonheur”. Marcel, volontaire néerlandais au centre contre le racisme ARIC et à l’association Asile dans l’Eglise à Berlin (Allemagne) : “Maintenant, je suis un étranger dans un pays qui a envahi mon pays il y a 60 ans et on peut encore éprouver des ressentiments. Il serait donc plus simple de dire : les Allemands n’ont pas changé, ils veulent seulement donner une image d’eux plus modeste, mais ils ont encore le sentiment d’être supérieurs. Mais je remarque qu’il y a ici beaucoup de personnes sympathiques, ce n’est donc pas si simple. Le petit compartiment de ma tête où je range les Allemands est plein de préjugés contre eux et a besoin d’être réorganisé”.

Comité d’ASF Silke HORSTMANN 10, rue Trévise 75009 Paris Tél. :01.42.46.92.32 Fax :01.42.46.92.32 asf@volontariat.org http://www.asf-ev.de/fb

22


Chantiers d’été (Comité d’ASF) DURÉE : 2 semaines environ

PAYS : Allemagne, Grande-Bretagne, Russie, République Tchèque, Israël, Pologne, Pays-Bas et Ukraine

Le Comité d’ASF (Action-Signe de Réconciliation - Services pour la paix) est une association allemande de volontariat qui a été fondée en 1958 pour promouvoir la réconciliation avec les pays qui ont souffert des exactions du régime national-socialiste. A côté du volontariat longue durée (voir pages précédentes), le Comité d’ASF développe aussi des chantiers internationaux de 2 semaines. Trois types de projets sont concernés : “Projets du souvenir, mémoriaux, et cimetières juifs”, “Projets sociaux” et “Projets de soutien aux rencontres internationales, interculturelles et interconfessionnelles”. Les chantiers se déroulent en Allemagne, Grande-Bretagne, Russie, République Tchèque, Israël, Pologne, Pays-Bas et Ukraine. Les participants proviennent des différents pays, en garantissant un environnement international. L’idéologie de l’association et sa signification historique apportent un intérêt additionnel aux chantiers.

- A partir de 18 ans (exceptionnellement à partir de 16 ans). - Une connaissance de la langue n’est pas exigée, mais souhaitable. - Il n’y a pas de date limite, mais les chantiers sont assignés par ordre d’arrivée. Il faut prévoir l’inscription deux mois avant le départ. - Le jeune doit participer aux frais de séjour (130 euros ; tarif réduit pour les étudiants, chômeurs et citoyens de l’Europe de l’Est) et aux frais de voyage.

- Les groupes vivent ensemble dans des conditions simples. En règle générale, c’est un hébergement rudimentaire. Dans quelques chantiers les participant(e)s dorment sous des tentes. Un sac de couchage et un tapis de sol sont presque toujours indispensables. - Dans la plupart des chantiers les volontaires organisent les repas et font eux même les courses. - Une équipe d’animation encadre les jeunes sur place. - Les volontaires bénéficient d’une assurance.

23


Chantiers internationaux (Solidarités Jeunesses) Marine : “je suis partie durant trois semaines au Mexique, dont deux semaines à Guadalajara pour participer à un chantier sur la construction d’un centre d’accueil pour les enfants défavorisés. Le matin nous travaillions 3 à 4 heures mais ne pouvant pas porter de lourdes charges, j’ai peint des planches avec de l’huile afin de les assouplir. Puis, l’après-midi, nous arrivions à la ‘casa hogar’ qui accueille 25 enfants et nous nous occupions d’eux. Je ne retiens de ce voyage que des choses positives. J’y ai vécu des moments magiques, j’ai fait d’énormes progrès en espagnol. Ce voyage m’a permis de m’ouvrir encore plus aux autres mais également de prendre de l’assurance car c’était la première fois que je partais seule à l’étranger”.

Julie : “Je suis partie à Hammamet en Tunisie afin d’embellir une école primaire. Au programme : jardinage, peinture, badigeonnage à la chaux. L’école est devenue vraiment accueillante et gaie après les travaux ; la fresque a été une des meilleures réussites ! Grâce au chantier j’ai pu découvrir un pays autrement, c’est plus authentique. Je me suis rendue utile et j’ai vécu comme les Tunisiens pendant 15 jours. Je me suis tout de suite sentie à l’aise, les Tunisiens nous ont été très accueillants”.

Solidarités Jeunesses Île-de-France Marie Laure LACROIX 10, rue de 8 mai 1945 75010 Paris Tél. : 01.55.26.88.77 Fax : 01.53.26.03.26 solidaritesjeunesses.idf@wanadoo.fr www.solidaritesjeunesses.org

24


Chantiers internationaux (Solidarités Jeunesses) DURÉE : Entre 2 et 3 semaines

PAYS : Tous les pays

Crée après la première guerre mondiale, Solidarités Jeunesses est une des plus anciennes associations qui intervient dans le domaine des chantiers internationaux. Elle envoie des jeunes en chantiers et volontariat long terme à l’étranger. Cette association d’éducation populaire accueille également des volontaires étrangers sur divers projets en France. Elle fait partie du mouvement international Action Jeunesse pour la Paix, qui oeuvre pour la compréhension mutuelle des cultures et une construction concrète de la paix. Les chantiers habituels sont des séjours à l’étranger qui durent entre 2 et 3 semaines, principalement en été. Les volontaires travaillent en groupes de 10 à 15 personnes de nationalités différentes, sur un projet dans des domaines variés : social, restauration de bâtiments, culturel, environnement, etc.

- Pour partir à l’étranger il faut généralement avoir plus de 18 ans. - Le programme est ouvert aux personnes de toutes les nationalités. - La date limite de dépôt de candidature et le temps de préparation varient selon le chantier souhaité. - Dans la plupart des cas, il n’est pas nécessaire de connaître la langue du pays d’accueil. - Le coût est de 120 euros, auxquels il faut ajouter 15 euros d’adhésion à Solidarités Jeunesses et 15 euros pour le “Fond de Solidarité” (pour ceux qui partent en chantier dans un pays du sud). De plus, les frais du séminaire de préparation sont de 30 euros. Il est important de préciser que pour certains pays il y a des frais complémentaires à payer à l’association sur place (entre 100 et 200 euros). - Pour les jeunes en difficulté, il existe néanmoins la possibilité de financement des frais du chantier par le Conseil Régional d’Île-de-France.

- Le logement est sommaire la plupart du temps. - Le groupe gère un budget donné et les repas sont préparés par les participants. - L’inscription comprend une assurance responsabilité civile et accident, en complément des remboursements de sécurité sociale ou d’assurances personnelles. Une assurance voyage est obligatoire pour certaines destinations. - Dans certains cas, Solidarités Jeunesses organise un week-end de préparation dans ses centres en France. - Le programme n’inclut ni les cours de langue, ni les frais inhérents au voyage. - Solidarités Jeunesses a engagé un partenariat avec le Conseil Régional d’Île-de-France qui permet d’obtenir des financements spécifiques pour les jeunes issus des territoires “politique de la ville”. Ces crédits permettent non seulement la mise en place du dispositif mais aussi de financer tout ou partie des frais incombant aux jeunes pour leur participation.

25


Chantiers internationaux (Concordia) Sonia est partie, par l’intermédiaire de Concordia, aider à la protection d’une espèce menacée de tortues marines dans l’état du Michoacan, au Mexique. En effet, depuis plus de 40 ans, des “chasseurs” volent les œufs pour alimenter le marché de la contrebande. Sonia explique le travail : “Nous patrouillions toute la nuit sur la plage à la recherche de tortues venues pondre. Nous récoltions les oeufs pour les enterrer dans un endroit près de notre ‘cabane’ et donc protégés des braconniers. Nous faisions des gardes dans cet enclôs pour recueillir les bébés tortues et les relâcher immédiatement dans la mer. Le campement (constitué d’une grande pièce bâtie en feuilles de palmiers et troncs d’arbres) se dresse au milieu d’une plage déserte de 4 kilomètres”. Selon l’aventurière “les difficultés étaient liées, d’une part, à la précarité du campement et à la vie en communauté dans de telles conditions (pas d’eau ni d’électricité) et, d’autre part, au côtoiement des braconniers”. “C’était souvent des jeunes de notre âge. J’ai donc dû dépasser ma colère pour essayer de comprendre leur geste lié à la nécessité de survivre ! ” Cela lui a apporté une ouverture d’esprit, une soif d’aller vers les autres, de l’empathie, une richesse et une maturité intellectuelle mais également la définition de son projet professionnel : “Je m’étais accordée un an de réflexion car je ne me représentais pas mon avenir, j’étais perdue dans des études qui ne me correspondaient pas. Prendre le temps de faire autre chose, donner, recevoir, permettent de vous découvrir. Après cette expérience aussi riche, je reprends cette année mes études axées sur les projets culturels”. Enfin, Sonia recommande cette action à tous “car vous donnez beaucoup de vous-même mais vous recevez tellement ! ” A la fin de ses études, Victoire a décidé de prendre une année sabbatique afin de voyager mais aussi d’aider et de se sentir utile. Elle est donc partie, avec l’association Concordia, au Mexique, au Portugal et en Italie participer à des chantiers internationaux. A 50 kms au nord de Rome et pendant 2 semaines, elle a sensibilisé la population à la protection de l’environnement, dans une réserve naturelle autour du lac de Vigo. Elle a donc arpenté les plages du lac pour parler avec la population, élaboré et mis en place des affiches dans les zones nettoyées et d’autres travaux environnementaux : “Nous ne travaillions que le matin, à cause de la chaleur. Tous les après-midi nous faisions des activités incroyables comme les thermes romaines ! Le soir, nous cuisinions chacun notre tour, donc chaque jour nous mangions des plats typiques de chaque pays (turc, coréen, allemand, espagnol…)” “Ce n’était pas tant la mission elle-même qui m’intéressait au départ, pourtant je me suis sentie réellement investie. Je voulais surtout rencontrer des jeunes d’horizons différents, vivre une expérience de vie en communauté et appréhender un pays de cette façon, plutôt qu’en simple touriste car c’est là qu’on rencontre réellement les us et coutumes”. Selon elle, cette expérience lui a apporté une grande ouverture d’esprit, des amis du monde entier et beaucoup de maturit��. Surtout cela lui a permis de s’orienter vers le milieu associatif et de mettre en avant cette expérience dans sa recherche d’emploi, dès son retour en France.

Concordia Gaëlle RUSSIER 1, rue de Metz 75010 Paris Tél. : 01.45.23.00.23 Fax : 01.47.70.68.27 concordia@wanadoo.fr www.concordia-association.org

26


Chantiers internationaux (Concordia) DURÉE : Entre 2 et 3 semaines

PAYS : Tous les pays

Concordia est née en 1950, suite à la Seconde Guerre Mondiale, d’une volonté de jeunes Anglais, Allemands et Français de faire renaître les valeurs de tolérance et de paix à travers un chantier international de jeunes volontaires. Aujourd’hui, Concordia a gardé la même sensibilité, en faisant se rencontrer des jeunes de plus de soixante pays différents. Cette association continue d’organiser chaque année des chantiers internationaux. Par ailleurs, elle est inscrite dans un réseau international qui lui permet de mener à bien l’envoi et l’accueil de jeunes volontaires.

- En principe la limite d’âge est fixée à 18 ans. Il existe cependant des chantiers qui n’accueillent que des jeunes de 20 ans minimum, et des chantiers pour les adolescents de 15 à 17 ans. - Ces chantiers sont ouverts aux personnes de toutes nationalités. - Dans la plupart des cas, il n’est pas nécessaire de connaître la langue du pays d’accueil. - Les coûts d’inscription sont de 150 euros (180 euros pour les pays du sud ; 300 euros pour les chantiers pour les adolescents) auxquels il faut ajouter une adhésion d’un montant de 17 euros. Il est parfois possible de bénéficier de tarifs réduits. - Les frais de voyage sont à la charge du jeune volontaire. - Il n’y a pas de date de dépôt de candidature. Cependant, les places des chantiers sont assignées aux premiers inscrits.

- Le logement est sommaire la plupart du temps. - Le groupe gère un budget donné et les repas sont préparés par les participants. - Concordia propose une souscription à l’assurance voyage “Mondial Assistance” (coût de 20 euros environ pour une période de 30 jours). - Concordia a engagé un partenariat avec le Conseil Régional Ile de France qui leur permet d’obtenir des financements spécifiques pour les jeunes issus des territoires “politique de la ville”. Ces crédits permettent non seulement la mise en place du dispositif mais aussi de financer tout ou partie des frais incombant aux jeunes pour leur participation.

27


Chantiers à l’étranger (REMPART) Pour améliorer son espagnol et rencontrer d’autres européens, Virginie est partie à Brunete, en Espagne, pour un chantier avec Rempart pendant deux semaines. Sa mission consistait à effectuer des travaux de nettoyage afin de déterrer une source archéologique enfouie (débroussaillage, déterrement de la source à l’aide d’outils, etc.) Elle a rencontré des problèmes de langue au départ mais a vite progressé en espagnol. Elle a beaucoup appris sur la culture et les coutumes locales. Selon elle, le plus important est d’avoir “rencontré d’autres jeunes ayant une culture différente de la mienne et d’avoir pu parler l’anglais avec eux”. Virginie recommande cette expérience “parce que c’est un bon moyen de connaître les locaux et l’histoire du pays”.

REMPART Adeline LECAL 1, rue Guillemites 75004 PARIS Tél. : 01.42.71.96.55 Fax : 01.42.71.73.00 www.rempart.com contact@rempart.com

28


Chantiers à l’étranger (REMPART) DURÉE : Entre 2 et 3 semaines

PAYS : Espagne, Italie, Belgique, Allemagne, Grand Bretagne, Canada, États-Unis, Maroc, Algérie, Pologne, Suède, Pays-Bas, Royaume-Uni, Irlande, Slovaquie, Hongrie, République Tchèque, Lituanie, Macédoine et Vietnam

REMPART (Réhabilitation et Entretien des Monuments et du Patrimoine ARTistique) est l’union de 170 associations de défense du patrimoine. Par des actions de terrain mais aussi par l’édition d’ouvrages, REMPART s’emploie depuis bientôt quarante ans à la protection, à la sauvegarde, à la réhabilitation et à la promotion du patrimoine bâti et naturel. Le chantier de REMPART est un lieu d’apprentissage des techniques de restauration, mais également des valeurs fondamentales comme la solidarité, le respect de l’autre, la responsabilité. REMPART est membre du Forum Européen des Associations pour le Patrimoine et du Comité de Coordination du Service Volontaire International (CCSVI). Ce sont ces associations partenaires qui organisent les chantiers à l’étranger.

- L’âge minimum requis est de 18 ans (17 ans pour le chantiers en Belgique). - La connaissance de la langue du pays d’accueil ou de l’anglais est souhaitée. - Les coûts d’inscription varient entre la gratuité (Macédoine) et 420 euros (certains projets en Italie) selon la destination du chantier. Pour la plupart des chantiers, il faut compter en moyenne 150 euros. - Il est parfois possible d’obtenir des financements de la CAF ou des Chèques Vacances pour participer au chantier. - Les frais de voyage sont à la charge du jeune volontaire. Cependant, REMPART informe sur les moyens de transport pour accéder au chantier. - Pour participer aux chantiers au Maroc, en Algérie, au Vietnam et en Macédoine vous devez obligatoirement avoir une expérience préalable de chantier. - La plupart du temps, l’hébergement est sommaire : des tentes, des locaux collectifs, des gîtes… - Le groupe organise lui-même les tâches de la vie quotidienne : cuisine, courses, ménage… - Une assurance est comprise dans les frais d’inscription. Si vous êtes citoyen d’un pays de l’Union Européenne, munissez-vous d’un formulaire E-111. Ce dernier vous permettra de bénéficier de la sécurité sociale dans les pays de l’UE. - Pour les chantiers au Maroc et en Algérie, les jeunes suivent une préparation au départ d’un week-end.

29


Chantiers internationaux (Jeunesse et Reconstruction) Christelle est arrivée à Spitak (Arménie) le 31 juillet sur un chantier écologique au sein de l’Université de la ville. L’équipe était composée de six Français, un Arménien et de deux personnes qui les encadraient. Ces derniers ont été très touchés de l’intérêt qu’elle avait témoigné envers leur culture, leur histoire, leur langue ; elle n’oubliera pas la chaleur avec laquelle ils l’ont accueillie. Pour elle, “cette expérience a été la plus enrichissante de la vie en collectivité”. Elle est d’origine arménienne et depuis qu’elle est rentrée de là-bas elle voit l’Arménie “avec un regard différent… Beaucoup d’émotion et l’envie de vite, très vite, y remettre un pied”.

C. Henry a passé 3 semaines dans un petit village Togolais, dénué de tout confort au sens où nous, Européens, nous pouvons l’entendre. Le chantier lui a permis de faire tout simplement la connaissance d’un monde différent, d’une autre culture… avec des valeurs différentes, des nouveaux amis… Il garde le souvenir d’une Afrique souriante, haute en couleur, heureuse de vivre… mais aussi mystérieuse dans ses cultes. “Ces gens savent tout faire de manière admirable, sans jamais se départir d’une certaine grâce. Et quelle gentillesse, quelle générosité ; ils voudraient tout donner”. Il regrette vraiment de n’avoir pas pu rester une semaine de plus en raison d’un problème d’avion. A son retour il a trouvé la France “bien terne et froide”. Il espère vraiment pourvoir repartir cette année, pour une destination encore inconnue.

Jeunesse et Reconstruction 8-10 rue de Trévise 75009 Paris Tél. : 01.47.70.15.88 Fax : 01.48.00.92.18 www.volontariat.org camp@volontariat.org

30


Chantiers internationaux (Jeunesse et Reconstruction) DURÉE : Entre 2 et 3 semaines

PAYS : 48 pays de l’Europe occidentale, centrale et orientale, l’espace post Soviétique, l’Amérique du nord, l’Amérique Latine, le Maghreb, l’Afrique noire, la Palestine, le sous-continent Indien et l’Asie du sud-est et du nord-est

Jeunesse et Reconstruction est une association loi 1901 créée en 1948 dont l’objectif est de favoriser les échanges interculturels à travers la mise en place de chantiers. A l’origine axés sur la reconstruction, les chantiers se sont diversifiés au fil des ans : protection de l’environnement, archéologie, travaux agricoles, animation avec de jeunes enfants, organisation de festivals de musique, de fêtes locales, animation et aide au quotidien pour des personnes handicapées… En parallèle à la diversification de ses activités, Jeunesse et Reconstruction a étendu son réseau de partenaires à tous les continents. Ce sont des partenaires locaux (associations, structures publiques) ayant une parfaite connaissance du terrain qui organisent les chantiers sur place et accueillent des volontaires. Jeunesse et Reconstruction développe aussi des projets de volontariat long terme, des camps agricoles, des vendanges et des séjours culturels.

- Il faut avoir entre 18 et 30 ans (entre 17 et 30 ans pour l’Allemagne). - Il existe aussi des chantiers dits “juniors” réservés au public 15-18 ans. - Sur certains programmes, la connaissance de la langue du pays d’accueil ou de l’anglais est exigée. - Les coûts varient entre 125 et 370 euros selon la destination du chantier, auxquels s’ajoute une adhésion à l’association de 31 euros annuels. - Les frais de voyage sont à la charge du volontaire. - Les volontaires doivent souscrire une assurance assistance rapatriement et prise en charge médicale pour les pays hors Union Européenne de 18 euros (uniquement si l’on est pas déjà assuré). - Participer à un chantier ne nécessite généralement aucune compétence particulière. - Les conditions d’hébergement sont très simples voire précaires : dortoirs, écoles, salles communales, tentes, familles… Tous les membres du groupe participent aux tâches collectives pour l’entretien du lieu de vie. - Les frais de nourriture sont pris en charge. Les volontaires s’organisent eux-mêmes pour faire les courses et préparer les repas.

31


Chantiers à l’étranger (Etudes et Chantiers IDF - UNAREC) Afin de passer des vacances utiles, de découvrir le Pays de Galles et de pratiquer la langue, Christophe est parti 2 semaines rénover un sentier abîmé, reconstruire un mur en pierres sèches dans une ferme biologique et effectuer diverses actions environnementales et d’entretien du Parc National Snowdonia. Selon lui, “c’est l’occasion de rencontrer des gens de différentes nationalités et de mieux se connaître en vivant et travaillant ensemble. C’est aussi l’occasion d’entreprendre un projet utile à la communauté et de découvrir un pays en travaillant avec la population locale”. Cela lui a donné l’envie de s’engager davantage dans la lutte pour la protection de l’environnement et lui a permis de s’orienter dans ce domaine après ses études.

Sophia voulait découvrir l’Amérique Latine sans être identifiée comme touriste. Pour ce faire, elle est partie faire un chantier en Equateur pendant 4 semaines. “Comme je n’aime pas les voyages organisés, j’ai trouvé que le volontariat était un bon moyen de visiter tout en étant proche de la population”. Elle avait un double projet. D’une part, la reforestation à Chiriboga : “Nous avons logé au milieu de l’exploitation forestière. Le matin c’était reboisement ; chercher des pousses dans la forêt. Après le repas on allait les replanter ailleurs, là où les arbres manquaient. Et en fin d’aprèsmidi, nous arrosions les plantes proches de l’habitation et nous allions chercher du bois pour pouvoir chauffer notre eau de douche”. D’autre part, donner des cours d’anglais et faire de l’animation dans une école spécialisée à Jipijapa (sur la côte) : “Les premiers jours nous assistions les professeurs mais très vite nous avons pris en charge les leçons. J’ai donc ‘appris’ le langage des signes, j’ai essayé d’apprendre le Braille, mais en fin de compte les enfants avaient juste besoin d’un peu d’attention”. Pour Sophia, la plus grande difficulté c’était la présence de la pauvreté et “voir autant d’enfants travailler dans les rues”. Ce qu’elle a le plus apprécié : le côté pittoresque. “Les bus sont synonymes de convivialité ; la musique y est omniprésente, et il n’est pas rare de voyager avec des poules et des coqs”. D’après Sophia, l’accueil est chaleureux. L’expérience du chantier a influencé profondément Sophia dans son projet personnel et professionnel. “Cela fait un an maintenant que je suis revenue, et j’espère y retourner très prochainement ; et cette fois-ci pour beaucoup plus longtemps”. Elle est en train de chercher un programme de mobilité ou un emploi qui lui permette de se déplacer en Amérique Latine.

Etudes et Chantiers Île-de-France (Association Régionale de UNAREC) Julien HURÉ 55, rue Boissonade 75014 Paris Tél. : 01.43.21.37.17 Fax : 01.43.21.15.51 ecidf@wanadoo.fr http://www.unarec.org

32


Chantiers à l’étranger (Etudes et Chantiers IDF - UNAREC) DURÉE : Entre 2 et 3 semaines

PAYS : Tous les pays

Le mouvement Etudes et Chantiers développe depuis 1962, par ses associations régionales, un projet d’éducation populaire de volontariat en France et à l’étranger et un projet de lutte contre les exclusions. Etudes et Chantiers est partenaire de l’Alliance Européenne des Associations de Service Volontaire (ALLIANCE) et du Comité de Coordination du Service Civil Volontaire International (CCSVI). Le chantier international est né de l’idée que les jeunes pouvaient construire un monde meilleur, plus solidaire et où les différences apparaîtraient comme des richesses et non comme des anomalies. Ainsi, les chantiers internationaux réunissent entre 10 et 15 participants de différents pays autour d’une production d’intérêt général. Le chantier est un lieu où il faut savoir faire beaucoup avec peu et surtout savoir vivre ensemble.

- L’âge minimal pour participer est de 14 ans. Il n’y a pas d’autres prérequis ; ni de nationalité, ni de situation, ni de qualification ou d’expérience professionnelle. - Pour s’assurer une place dans le chantier de son choix, il faut prévoir au moins un mois à l’avance. Néanmoins, la date limite d’inscription (s’il reste des places) est d’une semaine avant le début du chantier. - Le volontaire doit payer les frais d’adhésion (16 euros), l’assurance (7 euros), les frais de dossier (122 euros), et les frais de voyage. Parfois, il faut aussi contribuer aux frais de séjour (entre 40 et 200 euros). - Dans certains cas, un financement est possible par le Conseil Régional ou dans le cadre du dispositif CAF Bon Vacances. - Motivation et ouverture d’esprit sont nécessaires.

- Une journée d’information est assurée avant le départ. - Les repas et le logement (sous tente ou “en dur”) sont pris en charge en échange du travail bénévole. Chacun participe aux tâches de la vie quotidienne : les courses, les repas, la vaisselle ou le ménage. - La plupart des chantiers sont internationaux et la langue généralement pratiquée est l’anglais (même si l’on ne la maîtrise pas). Cependant, il existe des chantiers en français (Maghreb et Afrique francophone) et en espagnol (Espagne et Amérique Latine). - Le groupe de volontaires dispose d’une équipe d’animation sur place, composée de 2 ou 3 personnes. Les animations proposées ciblent la découverte de la région et les rencontres avec la population locale.

33


Service Civil International (SCI France) Vanessa a décidé de partir en Liboli (Côte d’Ivoire). Le travail se composait de différentes tâches : défrichage des berges, ramassage des herbes, racines, piles, vieux pagnes enfouis… avec l’aide des villageois. Après s’être familiarisée avec la population locale, l’objectif fut de sensibiliser la population à l’environnement. Pour ce faire, de petites pièces de théâtre furent organisées avec les enfants du village. Parallèlement un règlement d’hygiène fut mis en place par le chef du village, les aînés, les personnes importantes du village, les organisateurs du chantier et un porte-parole des volontaires. Pour Vanessa “les liens qui se sont tissés ont été avant tout fondés sur le respect de l’autre et sur l’envie mutuelle de découvrir une culture, une façon de vivre différente”. Lors de son séjour elle s’est totalement immergée dans la vie des “locaux” et un réel échange s’est mis en place : “Au cours des discussions, de nombreuses questions des ivoiriens se bousculaient, telles que ‘ce que pouvait bien être la neige ou le métro’. Mais des sujets bien plus sérieux ont été abordés à la demande des villageois, tels que l’évolution de l’homme, la bible, la religion, la place de la famille et de la femme… ” Cette expérience lui a permis d’acquérir des connaissances sur le pays et de s’adapter à une autre culture. Véronik a réalisé un chantier au Vietnam comme volontaire en compagnie de deux autres jeunes. A ce titre, elles sont allées un mois durant l’été 2001 partager la vie quotidienne des orphelins qui vivent toute l’année à l’orphelinat de Hoa Mai. “C’était à nous de créer des activités. Après une journée d’adaptation nous avons pris nos marques et nous vivions au rythme de l’orphelinat. Le rythme des journées se faisait en fonction de la pluie ! Elle dure quelques minutes, le soleil réapparaît ensuite et l’on peut reprendre le cours normal des activités”. “Nous avons commencé par des ateliers de peinture, et en quelques jours, la salle devint une véritable galerie de peinture”. Chaque jour, Véronik et les deux autres volontaires créaient de nouvelles activités : sculptures en papier mâchées, grandes fresques de peinture, sculpture en terre ou en bambou. “Au fil des jours, les liens avec les orphelins furent de plus en plus forts. Dès qu’ils nous apercevaient le matin ils couraient vers nous, nous tenaient la main, jouaient et chantaient ! C’était un vrai bonheur ! ” “Durant notre séjour, souvent notre pensée est allée au SCI, un grand merci à Joëlle CECILE et à toute l’équipe pour nous avoir permis de vivre une expérience aussi grande et unique”. Suite au chantier réalisé durant l’été 2001, les volontaires ont absolument souhaité continuer les échanges établis en retournant l’été 2002 et permettrent aux enfants de l’orphelinats “Hoa Mai” de Can Tho de partir pour la première fois de leur vie une semaine de vacances au bord de la mer.

SCI France Natacha MUSTIÈRE, Philippe WANNESSON (Secrétariat National), Cécile GARREAU, Joëlle SORET, Rose MARÉCHAL (Commission Afrique Asie Amérique Latine) 2-4 rue Camille Flammarion 75018 Paris Tél. : 01.42.54.62.43 Fax : 01.42.54.06.18 scifr@club-internet.fr www.sci-france.org

34


Service Civil International (SCI France) DURÉE : De 2 à 7 semaines environ

PAYS : Tous les pays

Le Service Civil International (SCI) a été fondé en 1920 par Pierre Cérésole, ingénieur et objecteur de conscience Suisse. Il cherchait à créer une alternative civil et volontaire, face à un service national militaire obligatoire. Il voulait également promouvoir la paix au travers des chantiers internationaux, ouverts à tous et pour tous. Cérésole s’est inspiré des idées du philosophe américain William James (pragmatisme), du Mahatma Gandhi, dont il a été l’ami, et du philosophe Emmanuel Mounier (personnalisme). Aujourd’hui, le SCI compte avec 34 branches internationales, partageant les mêmes objectifs au travers des chantiers : développement de la solidarité internationale, la justice et la compréhension mutuelle. C’est un moyen de renforcer la confiance entre les acteurs de différentes origines sociales, culturelles, politiques ou religieuses. Ainsi, les chantiers internationaux du SCI transmettent cette philosophie. Une dizaine de volontaires venus de différents pays partagent de deux à quatre semaines de vie collective pour mener un projet commun au bénéfice du partenaire d’accueil (association, groupement, petite commune...).

- Pour participer il faut avoir plus de 18 ans ; plus de 20 ans pour les chantiers en Afrique, Asie et Amérique Latine. Quelques chantiers sont ouverts au mineurs (avec autorisation parentale). - Il est préférable de faire les démarches 1 ou 2 mois avant le départ (inscription au chantier, préparation du voyage, vaccinations, séminaire de préparation...) pour s’assurer une place dans le chantier choisi. - Le volontaire doit payer les frais d’adhésion au SCI (15 euros) et les frais d’inscription au chantier (90 euros). Les frais de voyage sont à la charge du volontaire. - Seulement pour les chantiers en Afrique, Asie et Amérique Latine, il faut payer aussi les frais du séminaire de préparation. - En règle générale, il n’est pas nécessaire de connaître la langue du pays d’accueil. - L’hébergement et la nourriture sont pris en charge sur place par les partenaires. - Le programme comprend une formation avant le départ uniquement pour les chantiers ayant lieu en Afrique, Asie et Amérique Latine. Ce séminaire intensif de 3 jours environ se compose d’une préparation culturelle, de témoignages d’anciens volontaires, de conférences sur le sous-développement et d’exposés sur les relations interculturelles. - Un animateur ou animatrice encadre et cordonne les activités sur place. - Un chantier du SCI ce sont des liens à créer avec les autres volontaires (qui sont issus de plusieurs pays) et avec la population locale.

35


Missions de France (La Guilde Européenne du Raid) Mylène est partie aux Philippines pour travailler avec des enfants handicapés et des jeunes en prison. Son meilleur souvenir : le sourire et le bonheur des enfants qui malgré leur handicap social, mental ou physique possèdent une extraordinaire joie de vivre, et donnent une belle leçon de vie. Malgré des conditions de vie pas toujours idéales, cette expérience l’a bouleversée : “Nous avons découvert un pays à part et une culture différente : nous avons rencontré des gens formidables pour qui la misère n’est pas une entrave au bonheur… ”

Timothée a effectué une mission d’un mois, auprès d’enfants à Doga (Benin). Il en garde un souvenir ému : “Un voyage comme celui-ci laisse des traces. Il nous remet totalement en question. On en garde parfois des mauvais souvenirs, mais surtout des bons”. Ce fut, pour lui, une manière de faire une introspection et de prendre du recul : “Un mois, c’est trop peu pour changer les choses, mais, en un mois, on en apprend bien plus sur soi… et au bout d’un mois, les demandes des enfants auront changé, ils ne vous demanderont plus un bic ou un ballon, ils vous demanderont simplement de rester pour toujours dans l’école”.

La Guilde Européenne du Raid Sabine DE SOYRES 11, rue de Vaugirard 75006 Paris Tél. : 01.43.26.97.52 Fax : 01.46.34.75.45 missionsdefrance@la-guilde.org www.la-guilde.org

36


Missions de France (La Guilde Européenne du Raid) DURÉE : De 3 à 8 semaines, entre juin et septembre

PAYS : Bénin, Cambodge, Cameroun, Chili, Equateur, Géorgie, Inde, Kirghizstan, Laos, Liban, Lituanie, Madagascar, Mali, Maroc, Mauritanie, Niger, Pérou, Philippines, Roumanie, Russie, Syrie, Tunisie et Vietnam.

La Guilde Européenne du Raid est une association loi 1901, créée en 1967. Conçue sur l’idée d’aventure et de découverte, elle s’est assez rapidement impliquée dans des actions de solidarité à travers le monde. Ce programme propose aux jeunes de s’engager bénévolement dans des actions concrètes de courte durée à caractère social, éducatif ou culturel. Les bénévoles renforcent l’action menée localement, découvrent en profondeur le pays qui les accueille, resserrent par leur présence les liens entre la France et ces pays, peuvent participer à la mise en place puis au suivi de la mission tout au long de l’année. Depuis 1993, les Missions de France ont envoyé pendant l’été plusieurs centaines de jeunes francophones bénévoles à travers le monde pour des missions dont les objectifs peuvent être de : - Contribuer à la pratique de la langue française et à la connaissance de la France. - Renforcer des actions sociales auprès des populations défavorisées. - Apporter une animation à finalité éducative à des enfants ou des adolescents. - Participer à des missions culturelles de sauvegarde du patrimoine et de l’environnement.

- Etre âgé de 18 à 30 ans. - Il est conseillé de connaître la langue du pays d’accueil. - L’équipe de jeunes bénévoles est constituée par la Guilde et recrutée selon des critères précis qui varient suivant le contenu de la mission.

- Les bénévoles prennent en charge leurs coûts pré-mission, soit les vaccins, visas (entre 23 et 76 euros), assurances (Europe-Assistance et Generali, environ 30 euros) et le billet d’avion. - Les frais de participation au programme s’élèvent à 65 euros et l’adhésion annuelle de 16 euros à l’association est obligatoire. - Sur place l’hébergement est pris en charge par le partenaire et, dans certains cas, la nourriture également. - La guilde peut vous conseiller dans la recherche de bourses de stage ou d’aides matérielles.

37


Chantiers / Rencontres interculturelles (FUAJ) La FUAJ organise des chantiers dans le monde comme par exemple : A Prague (République Tchèque), des travaux de jardinage et d’aménagement des sentiers du parc naturel de Pruhonice et l’étude de la faune et de la flore. A Dokpokope (Togo) pour la création d’un champ d’arbres fruitiers, avec la mise en terre de jeunes plants fruitiers (manguiers, etc.). La vente des fruits a servi à construire une salle de classe. A Rimel (Tunisie) l’aménagement d’un espace en jardin et d’un sentier jusqu’à la plage, la décoration intérieure de l’Auberge. Dans les moments de loisirs, la FUAJ organise des excursions, des activités sportives, des baignades, des ateliers d’échange et des rencontres avec des jeunes locaux.

D’autre part, toujours dans le même esprit, la FUAJ met en place des rencontres entre auberges de jeunesses, par exemple, où différents thèmes sont abordés. La rencontre FrancoAllemande s’est déroulée dans les deux pays : à l’auberge de jeunesse de Mirow (Allemagne) d’abord, puis à l’auberge de jeunesse des Rousses (France) ensuite. L’idée était de découvrir et de comparer ces deux auberges de jeunesse impliquées chacune à leur manière dans la protection de l’environnement. Le débat s’est essentiellement centré sur l’énergie solaire, le tourisme, l’environnement, et le développement durable. Durant les moments de temps libre, des visites de la région, découverte de la culture locale, soirée interculturelle, randonnée, VTT, canoë, etc. sont organisés. Durant la rencontre Franco-Marocaine en partenariat avec la Fédération Royale Marocaine des Auberges de Jeunes, la FUAJ propose de découvrir le Maroc en profondeur, guidé par des jeunes locaux. Echanger et voyager au Maroc avec de jeunes marocains est une manière originale de visiter un pays et d’appréhender sa culture. Les loisirs : visite de Rabat, Casablanca, Marrakech, caravane à dos de chameaux et nuit dans le désert, ateliers d’échange, soirée interculturelle...

Fédération Unie des Auberges de Jeunesse (FUAJ) Vianney STROEBEL 27, rue de Pajol 75018 Paris Tél. : 01.44.89.87.16 Fax : 01.44.89.87.10 centre-national@fuaj.org www.fuaj.org

38


Chantiers / Rencontres interculturelles (FUAJ) DURÉE : Entre 1 et 2 semaines pour les rencontres et entre 2 et 3 semaines pour les chantiers

PAYS : Rencontres : Allemagne et Maroc Chantiers : Belgique, République Tchèque, Togo et Tunisie

La Fédération Unie des Auberges de Jeunesse (FUAJ) est le maillon français d’une chaîne internationale regroupée au sein de l’International Youth Hostel Federation. Traditionnellement tournées vers l’accueil des jeunes voyageurs, les auberges de jeunesse proposent aussi des activités internationales comme les chantiers et les rencontres interculturelles. Dans les chantiers, des jeunes volontaires venus du monde entier sont rassemblés pendant 2 à 3 semaines, pour contribuer ensemble à la réalisation d’un projet utile. Dans le cas des rencontres interculturelles, les jeunes se retrouvent autour d’un thème (la paix, le développement durable, la solidarité…) pour échanger et partager leurs idées. Parfois les rencontres sont centrées sur la découverte et la comparaison des cultures mutuelles (par exemple, la France et le Maroc). Une rencontre interculturelle, ce sont aussi des activités sportives, culturelles et de découverte de la région.

- L’âge requis pour participer est entre 18 et 30 ans. - Il faut posséder la carte d’adhésion internationale FUAJ (entre 10 et 15 euros par an). - Le coût d’inscription au chantier (ou à la rencontre) varie entre 140 et 350 euros, selon la destination. - Le frais de voyage sont à la charge du volontaire.

- Les volontaires sont encadrés par une équipe d’animation sur place. - L’hébergement et la nourriture sont pris en charge. - Comme il est d’usage dans les auberges de jeunesse, l’hébergement se fait en chambres collectives. - Tous les membres du groupe participent aux tâches quotidiennes d’entretien et de cuisine. - Les volontaires bénéficient d’une assurance individuelle. - Pour les rencontres interculturelles, la langue utilisée est généralement l’anglais.

39


Emploi et aide à la recherche 40

Trouver un emploi à l’étranger suppose de connaître les bonnes adresses : Organismes spécialisés, Internet, annonces ou candidatures spontanées, tout est possible ! Les programmes recensés dans cette rubrique offrent la possibilité d’aller travailler à l’étranger. Ils proposent aux participants un accompagnement dans leur recherche d’emploi en France ou à l’étranger (cours de langue et prise en charge du logement sur place pendant une durée déterminée). Ils procurent parfois des offres d’emploi (souvent très difficiles à trouver si l’on n’est pas sur place), ou soutiennent les démarches d’expatriation. Il existe des programmes pour effectuer des “petits boulots” (pour l’été, par exemple), d’autres pour démarrer ou se forger une expérience professionnelle dans le secteur public ou privé.


41


ChĂŠquier Emploi Europe (Espace Emploi International)

Espace Emploi International 48, boulevard de la Bastille 75012 Paris TĂŠl. : 01.53.02.25.50 Fax : 01.53.02.25.95 eei.omi@anpe.fr http://www.emploi-international.org Minitel : 3614 emploi international

42


Chéquier Emploi Europe (Espace Emploi International) DURÉE : 2 mois minimum

PAYS : Grande Bretagne

L’Espace Emploi International est la fusion de l’Office Migratoire Internationale (OMI) et de l’ANPE. Cette antenne spécifique de l’ANPE dispense des conseils et l’accompagnement au départ, tout en informant sur les conditions de vie et de travail dans le pays d’accueil. Les jeunes y trouveront également des offres d’emploi et des stages de formation professionnelle. Le programme Chéquier Emploi Europe a pour objectif d’accompagner la recherche des demandeurs d’emploi qui ont pour projet d’accéder à un emploi en Grande Bretagne. Les jeunes bénéficient d’un mois de formation en France. Ensuite, ils partent deux mois en Grande Bretagne, pendant lesquels ils reçoivent des cours d’anglais et un accompagnement dans leur recherche d’emploi. Ce programme leur permettra généralement de décrocher un emploi de longue durée en Grande Bretagne.

- Il faut avoir entre 18 et 35 ans et être ressortissant de l’Espace Economique Européen. - Ce programme s’adresse aux demandeurs d’emploi d’Île-de-France, avec une qualification du CAP au BAC+5. - La seule participation financière demandée au stagiaire est de 500 euros, dans le cadre de la formation linguistique (avec le dispositif “Chéquier langues”). - Chaque année, la sélection des candidats s’effectue à des dates précises, généralement en début d’année.

- Le premier mois, centré sur la formation, se déroule en France. Le jeune bénéficie alors d’un séminaire de techniques de recherche d’emploi, d’un suivi et d’un cours intensif d’anglais pour les niveaux les plus faibles. - Ensuite, le jeune se déplace en Grande Bretagne. Le voyage allerretour est pris en charge par le programme. - Pendant le deuxième mois, avec le soutien d’un tuteur local, il commence sa recherche d’emploi au “Job club”. Simultanément, il continue de bénéficier d’un cours d’anglais. Le troisième mois, le jeune effectue un stage de pré-embauche. - Les cours d’anglais sont financés par le dispositif “Chéquiers langues” du Conseil Régional. Le jeune reçoit 60 heures de cours avant de partir (si besoin) et 120 heures en Grande Bretagne (cours orientés sur l’aide à la recherche). - Les deux premiers mois en Grande Bretagne, les jeunes sont logés en familles en demi-pension. - Une assurance est comprise.

43


Accords d'ĂŠchanges (Espace Emploi International)

Espace Emploi International 48, boulevard de la Bastille 75012 Paris TĂŠl. : 01.53.02.25.50 Fax : 01.53.02.25.95 eei.omi@anpe.fr http://www.emploi-international.org Minitel : 3614 emploi international

44


Accords d’échanges (Espace Emploi International) DURÉE : De 3 à 12 mois (avec une possibilité de prorogation jusqu’à 18 mois)

PAYS : Etats Unis, Argentine, Canada, Hongrie, Maroc, Pologne, Sénégal, Suisse et Nouvelle Zélande

L’Espace Emploi International est la fusion de l’Office Migratoire Internationale (OMI) et de l’ANPE. Cette antenne spécifique de l’ANPE offre des conseils et l’accompagnement au départ. Les locaux disposent d’informations sur les conditions de vie et de travail dans les différents pays d’accueil. Des offres d’emploi et des stages de formation professionnelle sont également consultables sur place. La France a signé avec plusieurs pays des accords bilatéraux permettant à des jeunes professionnels d’exercer pour une période limitée leur profession dans d’autres pays. Ils peuvent ainsi acquérir une expérience internationale valorisante et enrichissante sur les plans professionnel et linguistique.

- Il faut avoir entre 18 et 35 ans pour participer au programme. - Un délai moyen d’instruction du dossier entre 1 et 8 semaines est nécessaire selon le pays. - Le candidat doit posséder un certain niveau de connaissance de la langue du pays d’accueil. De plus, les candidats doivent être de jeunes professionnels, pouvant justifier que l’emploi temporaire qu’ils vont exercer dans l’autre pays correspond à leur formation et à leur expérience. - Le voyage et le logement sont à la charge du stagiaire (sauf convention avec l’employeur). - Le jeune professionnel doit obligatoirement rejoindre son pays d’origine à l’expiration de son contrat de travail.

- Le jeune professionnel est considéré comme salarié de l’entreprise d’accueil. Il perçoit un salaire correspondant à celui pratiqué dans la profession, en tenant compte de sa qualification et de son expérience. - Pour l’assurance, la situation des jeunes professionnels dépend de la réglementation du pays d’accueil signataire de l’accord. Ce dernier sera le plus souvent lié à la France par un accord international de Sécurité Sociale et le jeune professionnel bénéficiera des dispositions prévues par cet accord.

45


Club Teli

(Travail, Etudes et Loisir Internationaux) Marie a répondu a une annonce du journal Teli, pour travailler comme serveuse dans un hôtel à Bifrost (ouest de l’Islande). Partie de juin à août, elle travaillait au sein d’une équipe de toutes nationalités (islandais, finnois, danois,...) : “Tout s’est très bien passé pour l’organisation de mon voyage. L’Islande est un pays magnifique”.

Mathilde est partie 6 mois en Angleterre : “Je suis restée 4 mois et demi comme fille au pair dans le fin-fond du pays, puis suite à des circonstances inattendues je me suis retrouvée 3 semaines à Londres pour faire du baby-sitting”. Enthousiasmée, Mathilde a continué seule son périple, ce qui lui a permis notamment d’améliorer son anglais. Pour finir, elle est partie sur la côte et conclue : “Je ne pensais pas que dans ce pays ils connaissaient la chaleur ! On en apprend tous les jours ! ”

Club Teli Dominique GIRERD 7, rue Blaise Pascal 74600 SEYNOD Tél. : 04.50.52.26.58 Fax : 04.50.52.10.16 clubteli@wanadoo.fr www.teli.asso.fr

46


Club Teli

(Travail, Etudes et Loisir Internationaux) DURÉE : Variable.

PAYS : Tous les pays.

Le Club Teli est une association créée en 1992 entièrement dédiée à la mobilité internationale. Elle propose un ensemble de services pratiques et utiles pour partir et réaliser un projet à l’étranger dans les meilleures conditions possibles. Le Club Teli n’organise ni ne vend aucun placement à l’étranger. A travers une publication mensuelle (sauf en été), l’association apporte ses conseils, ses petites annonces, son expérience pour accompagner ses adhérents dans leur démarche d’expatriation. Le contact avec le Club Teli se fait à distance : par courrier, par e-mail ou par téléphone.

- Il n’y a pas de critères particuliers de sélection pour adhérer au Club Teli. - Pour rejoindre l’association il suffit de remplir le bulletin d’adhésion. - L’adhésion coûte 36 euros pour les résidents français.

- Les membres reçoivent 5 “newsletters” et 5 lettres d’Emploi et la possibilité de s’abonner à une Lettre Electronique envoyée tous les 15 jours par e-mail. - L’association propose dans ses publications des aides, des conseils, des offres d’emploi, des stages, des jobs d’été, des places au pair, des informations pratiques, des “combines”, des expériences vécues (témoignages)... - Les adhérents disposent également d’une job-line et d’une banque de données consultable à tout moment. - Les jeunes bénéficient aussi d’un contact privilégié pour échanger des idées avec les autres membres de l’association. - Le Club Teli n’a pas de bureau à Paris. Le contact avec ses adhérents se fait par courrier, par e-mail ou par téléphone.

47


Volontariat International (CIVI) Anne Cécile. Contrôleuse de gestion, décrit son volontariat International : “Avertie de l’existence du Volontariat International par mon ami, je me suis immédiatement rendue au CIVI à Paris pour m’informer sur les démarches administratives à effectuer. Sur place, j’ai rempli un dossier en ligne et répondu à plusieurs offres, dont celle de Canal Horizon. Je suis à Dakar depuis le mois de juillet au sein d’une entreprise de cinquante personnes. Je suis chargée de mettre en place une cellule de contrôle de gestion (reporting mensuel à la maison mère, mise en place de procédures pour faciliter le fonctionnement de certains services, participation à l’élaboration des budgets, gestion de la trésorerie)”. “Je travaille en étroite collaboration avec le Directeur administratif et financier avec toutefois beaucoup d’autonomie et certaines responsabilités. Ce Volontariat m’apporte une expérience professionnelle assez exceptionnelle à mon âge. En France, mon statut de jeune diplômée ne m’aurait pas permis d’obtenir ces responsabilités. Je suis donc très satisfaite d’avoir saisi cette opportunité. Evoluer professionnellement et personnellement dans un environnement complètement nouveau et culturellement à l’opposé de la France, est très enrichissant. J’ai eu l’occasion d’effectuer une partie de ma scolarité à l’étranger mais l’investissement est différent. Le Volontariat International est une ouverture au monde, personnel et professionnel”.

Laurent, scientifique chercheur, raconte son volontariat aux USA : “J’ai effectué mon service national en tant que coopérant scientifique chercheur dans un laboratoire de recherche en biologie aux Etats-Unis ; c’est là que j’ai pris connaissance du Volontariat International. La coopération m’a tenu lieu de stage post-doctoral à l’étranger, et je voulais poursuivre l’expérience. Le Volontariat International m’a permis d’avoir les avantages du coopérant, notamment en termes de couverture sociale, mais avec beaucoup plus de souplesse. Les démarches que j’ai effectuées pour obtenir ma mission ont été relativement simples, puisque je suis simplement rentré en contact avec le laboratoire d’accueil aux Etats Unis. La mission qui m’a été confiée était dans la thématique de mon laboratoire d’accueil en France ; mes principales responsabilités ont été de décider d’une démarche expérimentale de recherche, la mettre en œuvre, analyser les résultats produits, et rédiger les articles pour publication. Je n’ai eu aucune surprise à mon arrivée aux Etats Unis. Les responsabilités qui m’ont été confiées correspondaient exactement à ce qui avait été prévu avant mon départ. J’ai eu la chance d’avoir un directeur de laboratoire qui m’a pris en charge avant même mon arrivée, qui m’a épaulé et qui m’a permis de trouver un logement. L’objectif de mon départ était une manière de faire mes preuves, de vivre une expérience riche sur le plan personnel, mais aussi d’acquérir une expérience dans un laboratoire de renommée internationale ; pari réussi”.

Centre d’information sur le Volontariat International (CIVI) 30-34, rue La Pérouse 75116 Paris Tél. : 08.10.10.18.28 Fax : 01.43.17.70.40 info@civiweb.com www.civiweb.com

48


Volontariat International (CIVI) DURÉE : Mission entre 6 et 24 mois renouvelable une fois dans la limite de 2 ans

PAYS : Tous les pays (exceptés la France et les DOM-TOM)

Le Centre d’Information sur le Volontariat International (CIVI) placé sous la tutelle conjointe du Ministère des affaires étrangères et du Secrétariat d’état au commerce extérieur a été mis en place pour promouvoir le Volontariat International. Le CIVI est la structure unique d’entrée pour les candidats au volontariat international. Le Volontariat International est un statut (loi 14 mars 2000) qui offre aux jeunes la possibilité de travailler à l’étranger au sein d’entreprises françaises, d’ambassades et de services de l’État français pour renforcer le développement économique, scientifique et culturel de la France. Le séjour peut être effectué dans le secteur public ou privé, avec le VIA (Volontariat International en Administration) ou avec le VIE (Volontariat International en Entreprise). Le VIA et le VIE sont ouverts à tous les niveaux, même si en général les postes proposés requièrent un niveau élevé de qualification, expérience et maîtrise de la langue.

- Il faut avoir entre 18 et 28 ans et être Français ou ressortissants de l’Union Européenne et de l’Espace Economique Européen. - Il n’y a pas de conditions de qualification, mais un niveau plus élevé (à partir d’un BAC+2) donne de meilleures opportunités : 80% des candidats sélectionnés ont un niveau BAC+5. - Il est préférable de posséder un bon niveau de la langue du pays d’accueil. - L’expérience n’est pas exigée, mais elle est souhaitée. - Le temps de préparation du séjour est assez variable, cependant il faut prévoir plusieurs mois pour trouver un projet. Une fois l’entreprise trouvée, deux mois sont nécessaires pour compléter les démarches. - Après s’être inscrit sur le site du CIVI, le candidat consulte les offres (entreprises et ministères) et répond. La recherche d’un Volontaire International s’apparente à une recherche d’emploi. Les candidats doivent aussi démarcher les entreprises françaises (à l’exclusion des administrations françaises) ayant une activité à l’international (candidatures spontanées). - Les profils techniques et commerciaux sont les plus demandés. Mais les besoins sont très divers : enseignants, médecins, juristes, cuisiniers, graphistes, médiathécaires, comptables, architectes, webmasters… - Les frais de voyage et de transport sont pris en charge. - L’ambassade ou consulat de France s’occupe du soutien sur place. - Le Volontariat International constitue fréquemment une formule de pré-embauche pour les entreprises. - Le Volontaire International doit trouver son logement. Celui-ci est parfois pris en charge par l’entreprise. - Le jeune perçoit une indemnité entre 1100 et 3100 euros net par mois selon le pays et la mission. La rémunération est exonérée des charges sociales et de l’impôt sur le revenu. Cependant, le Volontaire International n’aura pas le droit aux aides aux demandeurs d’emploi à son retour. - Le jeune bénéficie du statut de droit public. - Le jeune dispose d’une couverture sociale. Il a 2,5 jours de congés par mois. - La période du volontariat est prise en compte pour la retraite. - Le jeune obtient un certificat d’accomplissement en fin de mission. - Il y a environ 1 000 postes (qui dépendent du Ministère des Affaires Étrangères) chaque année dans les chancelleries, établissements culturels, Alliances françaises, ambassades et Instituts de recherche à l’étranger. - Environ 3 000 jeunes partent chaque année dont 200 sont affectés au sein des services économiques des ambassades ou des chambres de commerce françaises à l’étranger (relevant de la Direction des Relations Économiques Extérieures).

49


Programme Vacances - Travail (Ambassade du Canada) Julie et Stéphanie sont parties au mois d’octobre au Québec dans le cadre du programme Vacances-Travail : “On voulait acquérir une expérience à l’international, une envie aussi de rencontrer des gens différents, de voir autre chose, tout en ayant un CV plus rempli au retour. A notre arrivée, on a joué les touristes : visites de la ville, prise de contact avec les petites habitudes d’ici”. Julie et Stéphanie se sont rendues à l’Agence Montréalaise pour l’Emploi afin de se créer un numéro d’assuré social nécessaire pour travailler. On obtient celui-ci dans un délai de 2 à 3 semaines. Selon elles, la difficulté réside dans la prise de contact avec les québécois : “C’est difficile de faire son trou, on va dans des associations pour connaître des gens d’ici. Comme pour toute arrivée dans un pays étranger c’est pas évident même si on parle la langue, pour l’instant nous sommes arrivées depuis peu et contentes d’être là ! ”

Ambassade du Canada 35 rue Montaigne 75008 Paris Tél. : 01.44.43.29.16 Fax : 01.44.43.29.93 paris-immigration@dfait-maeci.gc.ca http://www.csfe.org http://www.dfait-maeci.gc.ca/paris/ canadafrance/ententes-f.asp

50


Programme Vacances - Travail (Ambassade du Canada) DURÉE : 1 an maximum

PAYS : Canada

Le Canada et la France ont signé le 6 février 2001 un accord visant à faciliter et à augmenter les échanges de jeunes entre la France et le Canada. Ce programme offre la possibilité à 1400 jeunes (700 Français et 700 Canadiens) d’explorer de nouveaux horizons culturels. Le Ministre canadien des Affaires Etrangères, Bill Graham, et le Ministre français délégué à la Coopération et à la Francophonie auprès du Ministre des Affaires Etrangères, Pierre-André Wiltzer, ont signé à Paris le 3 octobre 2003 un accord relatif aux échanges de jeunes. Cet accord qui simplifiera les procédures administratives permettra aux deux pays de favoriser la mobilité des jeunes de toutes les catégories socioprofessionnelles, notamment des étudiants, des stagiaires, des jeunes travailleurs et des jeunes professionnels. Le programme Vacances-travail permet à de jeunes ressortissants des deux États de passer des vacances tout en ayant la possibilité d’occuper un emploi salarié afin de compléter les moyens financiers dont ils disposent. L’objectif étant de stimuler les expériences internationales et l’acquisition de connaissances et de compétences chez les jeunes afin qu’ils puissent plus facilement s’insérer dans la société de l’information et une économie mondialisée.

- Le programme est destiné à des personnes âgées de 18 à 30 ans, de nationalité française et résidant en France au moment du dépôt de la demande. - Les personnes doivent être titulaires d’un passeport français en cours de validité et en possession d’un billet de retour ou de ressources suffisantes pour acheter un tel titre de transport. - Une expérience professionnelle n’est pas nécessaire. Cependant, il faut être libre de tout engagement scolaire et professionnel pour une année. - Il faut justifier d’un minimum de ressources financières pour subvenir à ses besoins (750 euros par mois) pour les 3 premiers mois du séjour. - Il faut disposer d’une assurance responsabilité civile, maladie, hospitalisation et invalidité valable pour la durée d’un an au Canada. Il est fortement conseillé d’attendre l’acceptation du dossier par l’ambassade avant de souscrire aux assurances. - Normalement le délai de traitement de la demande de permis dans le cadre du programme Vacances-Travail est de 3 à 8 semaines à partir de la réception du dossier complet (hors délais d’assurances). - L’ambassade ne dispose pas de liste d’emplois ou d’hébergement au Canada. - En matière d’allocations chômage et d’assistance sociale, le régime applicable est celui de l’état d’accueil. - Le permis Vacances Travail est gratuit, mais il faut prendre en compte différents coûts. Les montants à payer pour les demandes les plus fréquentes sont : visa de résident temporaire, 50 euros ; permis de travail, 95 euros ou permis d’études, 80 euros ; résidence permanente ; titre de voyage, 30 euros ; certification d’un document d’immigration, 20 euros ; permis de séjour temporaire, 130 euros et autorisation de revenir au Canada, 260 euros. - En plus les frais de traitement de dossiers ne sont pas remboursables, quelle que soit la décision rendue pour la demande. Les droits d’établissement seront remboursés si la demande de résidence permanente est refusée ou retirée.

51


Séjours au pair (OFAJ)

Office Franco-Allemand pour la Jeunesse (OFAJ) 51, rue de l’Amiral-Mouchez 75013 Paris Tél. : 01.40.78.18.18 Fax : 01.40.78.18.88 www.ofaj.org

52


Séjours au pair (OFAJ) DURÉE : 2 mois d’été, 6 mois ou une année scolaire

PAYS : Allemagne

L’Office Franco-Allemand pour la Jeunesse (OFAJ) est une organisation internationale au service de la coopération franco-allemande créée en 1963 par le Traité de l’Elysée. “L’Office a pour objet de resserrer les liens qui unissent les jeunes des deux pays, de renforcer leur compréhension mutuelle et, à cet effet, de provoquer, d’encourager et, le cas échéant, de réaliser des rencontres et des échanges de jeunes”. Il s’adresse aux jeunes où qu’ils soient et quels que soient leurs centres d’intérêt : école, université, emploi, formation, culture, sport, loisirs, etc. Cet organisme est un véritable forum où foisonne une multitude de projets aussi bien dans le domaine de la langue, de la médiation culturelle que dans le domaine scientifique ou bien encore des cultures-jeunes. Au pair est un programme interculturel d’échange qui permet aux jeunes de séjourner à l’étranger. Les personnes au pair aident les parents à s’occuper des enfants et elles participent aux tâches ménagères courantes.

- Les jeunes intéressés doivent être âgés de 18 ans au moins et de 30 ans au plus. - De bonnes connaissances de la langue allemande sont indispensables pour un placement ; elles facilitent l’intégration dans la famille d’accueil et surtout le contact avec les enfants. - Les frais d’inscription (environ 45 euros) et de placement sont demandés par l’association. Chaque organisme peut fixer ses propres conditions (raccourcir la durée du séjour, abaisser l’âge maximum en général à 24 ou 25 ans). - Les organismes de placement indiquent les formalités administratives à accomplir (permis de séjour, assurances sociales, etc.).

- L’OFAJ ne se charge ni du placement, ni du logement, n’intervient ni dans les contrats d’assurances, ni dans le contrat de travail. Le comité de jumelage ou la municipalité sont souvent sollicités pour la recherche de stage et de logement. Les stages s’effectuent généralement auprès de la municipalité, de l’Office du tourisme ou d’une entreprise de la ville allemande où vous séjournez. - Le boursier obtient un forfait de 300 euros destiné à couvrir une partie des frais généraux engagés pour le projet et les jobs sont généralement rémunérés pour l’employeur. - L’OFAJ accorde pour le voyage une subvention forfaitaire qui s’élève à environ 80 % du prix du billet de chemin de fer. - Les stages durent 4 semaines et peuvent être effectués à toute période de l’année, selon votre disponibilité et celle de l’employeur.

53


Séjours en Grande Bretagne (CEI - Quatre vents) Alexandre a effectué son stage à Londres et raconte : “J’ai pris contact avec le C.E.I. pour m’aider dans mes démarches dans le but de venir apprendre l’anglais à Londres. Je suis satisfait du programme job qui m’a été proposé, à savoir un mois de logement en famille d’accueil, deux semaines de cours et des entretiens d’embauche dans des entreprises. J’espère que le C.E.I. rendra encore beaucoup de services à des personnes motivées pour améliorer leurs connaissances linguistiques et même professionnelles”.

Fréderic exprime sa satisfaction concernant son stage effectué en Angleterre : “Un grand merci au C.E.I. qui a su me trouver très rapidement un stage qui correspondait à mes attentes et à mon orientation professionnelle. Mon stage fut très intéressant et réalisé dans une ambiance très agréable. Je n’aurais jamais pensé qu’un stage pouvait se réaliser aussi bien et qu’il me serait difficile de rentrer en France ! ”

C.E.I. - Centre d’Echanges Internationaux 4 rue des Ciseaux 75006 Paris Tél. : 0810.67.63.70 (prix d’un appel local) Fax : +44 20 7960 2601 info@cei-frenchcentre.com www.cei-frenchcentre.com Adresse bureaux Londres : 164-168 Westminster Bridge Road Londres SE1 7RW (Grande-Bretagne) Tél. : +44 20 7960 2600

54


Séjours en Grande Bretagne (CEI - Quatre vents) DURÉE : Selon le programme (4 semaines minimum)

PAYS : Grande-Bretagne

Créé en 1953, Le Centre d’Echanges Internationaux - Club des Quatre Vents est un organisme associatif agréé par le Ministère du Tourisme et reconnu par les Ministères des Affaires Étrangères, de la Jeunesse et des Sports et de l’Éducation Nationale. C.E.I.-Club des 4 Vents a pour vocation de promouvoir les échanges linguistiques et culturels. Il est membre de la Chambre de Commerce Française de Grande-Bretagne et appartient aux fédérations suivantes : l’OFFICE (Office National de Garantie des Séjours et Stages Linguistiques), le FIYTO (Foreign International Youth Tourist Organisation), et le GWEA (Global Work Experience Association), créé sous la tutelle de la FIYTO, pour le respect de normes de qualité en matière de stages professionnels. Situé à deux pas de la gare de Waterloo, gare d’arrivée de l’Eurostar, cet organisme est composé d’une équipe franco-britannique. Il propose des stages en entreprise, des jobs avec un salaire garanti, différents types d’hébergement - familles d’accueil, résidences, auberges de jeunesse et hôtels - selon le budget et la durée du séjour, des cours d’anglais dans des écoles situées au cœur de la capitale Britannique et un service groupe pour un séjour de dix personnes ou plus.

- L’âge requis est de 18 ans minimum. Il faut être ressortissant de l’Union européenne, avec une qualification CAP, BEP, BTS, IUT, Universités, Classes préparatoires, Ecoles de commerce etc. - Les coûts, les temps de préparation (recherche de l’employeur) et les niveaux de langue demandés sont variables selon les services. Le CEI propose plusieurs programmes à Londres et à Portsmouth pour des emplois en Hôtellerie/restauration, et deux programmes dans des camps de vacances pour travailler dans l’animation ou dans les métiers de service. - Chaque programme demande un engagement qui évolue entre 4 semaines et plusieurs mois. - Les coûts s’échelonnent entre 650 et 1950 euros selon le service. - Une expérience professionnelle n’est pas exigée notamment dans les métiers de l’hôtellerie et des services. - Le CEI propose plusieurs programmes en Grande-bretagne. - L’inscription au programme implique une prise en charge variable de l’hébergement (familles, résidences, bungalows, mobile homes, auberges de jeunesse, employeurs et hôtels) et des cours de langue. - De plus, le jeune bénéficie de cartes de transport, d’un encadrement par un tuteur et d’une assurance. - Les jeunes perçoivent un salaire de l’employeur. - Sur certains programmes, une formation initiale obligatoire de six jours est dispensée.

55


Séjours éducatifs internationaux (Experiment) Remy est parti 13 mois au pair aux USA avec Experiment entre janvier 2002 et fevrier 2003. Il parle de cette période ainsi : “J’ai passé une année extraordinaire et j’ai apprécié l’organisation du programme. La coordination a été excellente”. Dans le cadre du programme, Rémy a pris des cours d’anglais pendant plus de 5 mois. Rémy fait part de son expérience de la façon suivante : “maintenant, je parle bien anglais. J’ai gagné en maturité et j’ai plus confiance en moi”. Rémy est prêt à repartir avec Experiment notamment en Australie ou en Espagne, au pair ou pour un emploi.

Julie Anne a effectué un séjour au pair pendant un an aux USA en mars 2002. Elle n’a pas eu besoin de l’aide du coordinateur sur place en dehors d’une information concernant les cours. Elle a aussi pu suivre des cours d’architecture. Elle a profité des activités organisées dans le cadre du programme (visite de musées, goûters…). Julie Anne décrit son expérience : “j’ai appris beaucoup cette année, mon anglais s’est considérablement amélioré. Je sais maintenant à quel point les enfants, c’est du temps plein”. “J’ai appris à rester détachée, plus détachée des problèmes des autres (parce que je servais parfois de psy aux parents et là ça allait trop loin). Ca peut paraître négatif. J’ai beaucoup appris cette année encore, et je suis ravie d’avoir vécu cette expérience”.

Experiment Gilbert GUILLEMOTO 89, rue de Turbigo 75003 Paris Tél. : 01.44.54.58.00 Fax : 01.44.54.58.01 gg@experiment-france.org www.experiment-france.org

56


Séjours éducatifs internationaux (Experiment) DURÉE : Selon la formule de départ choisie

PAYS : La plupart de pays dans le monde

Experiment est une association internationale à but non-lucratif qui s’occupe de séjours éducatifs internationaux. Il peut s’agir de séjours linguistiques, de jobs et petits boulots, de stages en entreprises, de séjours au pair ou de périodes de bénévolat. L’association a été fondée en 1932 aux Etats-Unis et a ouvert une antenne en France en 1934. Les différentes branches de l’association implantées à l’étranger ont des contacts avec des entreprises, des écoles de langues et différentes associations sur place. Pour partir il faut payer une adhésion à l’association et aussi le coût du séjour. Arrivé sur place elle aide à trouver un job ou un stage.

- Pour la plupart des programmes, l’âge minimum requis est de 18 ans. - Il est nécessaire d’avoir la nationalité française. - On peut poser sa candidature toute l’année. Trouver un stage prend environ 8 semaines ; un séjour linguistique, environ 3 semaines. - Le niveau de connaissances de la langue du pays dépend du programme choisi. - Les programmes proposés par Experiment s’adressent plutôt aux jeunes qui peuvent travailler un peu avant de partir pour gagner l’argent nécessaire, ou qui ont déjà les moyens de financer le programme.

- L’association trouve la famille d’accueil, le job ou le stage. - Le coût pour l’inscription est de 250 euros. Des frais supplémentaires peuvent être demandés en fonction du projet choisi. - Les assurances sont en option et ne sont donc pas comprises dans le prix des programmes. Experiment propose une assurance (frais médicaux et rapatriement) : 20 euros pour des programmes en Europe dont le prix est inférieur à 1525 euros. 27 euros pour les programmes dans les autres pays du monde et dont le prix est inférieur à 1525 euros. - L’association garde contact avec le jeune sur place par e-mail. Il ne s’agit pas d’une obligation pour le jeune mais cela constitue un soutien et une sécurité pour lui. - Pour la plupart des programmes, un petit cours de langue est proposé avant de commencer le travail. - Le coût des programmes est assez cher, mais on a l’assurance que le projet, l’entreprise ou la famille d’accueil sont sérieux.

57


Mobilité des Jeunes Travailleurs (OFQJ)

Office Franco-Québécois pour la Jeunesse (OFQJ) 11, passage de l’Aqueduc 93200 Saint Denis Tél. : 01.49.33.28.50 Fax : 01.49.33.28.88 info@ofqj.org www.ofqj.org

58


Mobilité des Jeunes Travailleurs (OFQJ) DURÉE : De 6 à 12 mois (non renouvelable)

PAYS : Canada (Québec)

Créé en 1968 par les gouvernements de France et du Québec, l’Office Franco-Québécois pour la Jeunesse (OFQJ) est un organisme bigouvernemental et bipolaire avec une section en France et une au Québec. Que ce soit pour un stage professionnel, une participation à un colloque, à un festival, à une université d’été, ou encore une mission exploratoire, l’OFQJ met au service de chacun plus de 35 ans d’expertise et de savoir-faire de gestion de projet à l’international. Le programme “Mobilité des jeunes travailleurs” de l’Office Franco-Québécois pour la Jeunesse permet à des jeunes ayant trouvé un emploi à durée déterminée à temps plein au Québec d’obtenir un permis de travail temporaire. Le point fort de ce programme est qu’il permet aux jeunes Français d’obtenir une autorisation temporaire de travail sans qu’ils soient assujettis à la réglementation qui limite l’accès à l’emploi des travailleurs étrangers temporaires.

- Le programme s’adresse aux personnes de 18 à 35 ans et de nationalité française. - Un délai de 2 mois minimum avant le départ est nécessaire pour préparer le séjour. - Aucune qualification n’est exigée. - Le travail obtenu au Québec et le parcours professionnel en France doivent être en adéquation. - Le contrat de travail doit concerner un emploi à temps plein et proposer un rémunération fixe égale ou supérieure au salaire minimum en vigueur au Québec. - Les contrats obtenus en hôtellerie, restauration et boulangerie ne sont pas prioritaires. - Ne pas faire de démarches d’immigration en parallèle.

- Le dépôt des projets doit se faire 8 semaines minimum avant le départ (dans la mesure des places disponibles). - Une contribution de 100 euros est demandée, payable lors du dépôt du dossier. - Le logement, l’assurance et le voyage sont à la charge du stagiaire. - L’indemnité mensuelle varie selon l’employeur. - Un permis de travail temporaire non renouvelable est délivré.

59


Accompagnement à la mobilité internationale (18-30 Insert-Export) Nawale est partie en volontariat pendant 6 mois en Irlande dans un centre d’accueil pour adultes handicapés où avec d’autres volontaires elle participait à la réalisation de tâches d’accompagnement à la vie quotidienne. “Les tous premiers jours c’était vraiment difficile. Je me demandais ce que je faisais là, en quoi je pouvais être utile puisque en plus je ne comprenais pas la langue. Et puis, je me suis dit que c’était mon choix et que je devais assumer, alors ça a roulé”. “Tous savaient dans le centre que je ne parlais pas anglais mais ça n’a posé aucun problème, la direction comme les résidents du centre ont tous été très gentils et jusqu’à ce que je me débrouille mieux avec l’anglais, nous communiquions par des signes par exemple. C’est fou tout ce qu’on se peut se dire sans parler la même langue ! ” “18-30 Insert Export m’a énormément soutenue dans la démarche de préparation. Je suis arrivée à l’association sans trop savoir ce qu’on pouvait faire à l’international. Alors on a travaillé sur les programmes, la préparation au départ, sur ce que je cherchais dans le volontariat aussi. Je ne connaissais pas du tout cette démarche et je ne regrette pas car j’ai découvert ce que cela peut apporter d’être au service des autres”. Maintenant, Nawale par sa connaissance de l’anglais peut désormais travailler dans l’accueil.

L’équipe de 18-30 Insert-Export.

Frédéric a effectué un stage professionnel de 3 mois en Espagne pour valider son cursus. “Je devais faire un stage à l’étranger mais je ne savais pas du tout comment m’y prendre pour trouver les informations sur les entreprises, les conditions d’hébergement et le budget nécessaire. Avec l’association Insert Export, j’ai travaillé sur toute la préparation avant le départ et la recherche de stage. J’étais loin de me douter qu’il fallait une telle organisation pour réussir cette expérience ! Plusieurs mois de préparation n’étaient pas un luxe, au contraire, car les démarches sont nombreuses et l’investissement en temps est nécessaire”. “J’ai travaillé mon CV en espagnol, j’ai pu faire des candidatures spontanées car l’association m’a expliqué comment récolter de l’information sur les entreprises. J’avais aussi avant de partir déjà tous les contacts nécessaires sur place pour les questions d’hébergement et je connaissais aussi mon statut concernant la sécurité sociale par exemple”. “Je suis content car toutes les démarches que j’ai appris à faire me serviront toujours pour la suite de mes recherches”. Frédéric a décidé de continuer sa formation et s’est spécialisé encore plus dans l’international.

18-30 Insert Export Géraldine AGOSTINI, Victoire EVRARD 26bis, rue Château Landon 75010 Paris Tél. : 01.40.36.38.38 Fax : 01.40.36.38.40 insertexport75@yahoo.fr

60


Accompagnement à la mobilité internationale (18-30 Insert-Export) DURÉE : Variable selon le projet

PAYS : Tous

L’association 18-30 Insert Export existe désormais sur Paris depuis 1995. A l’origine, l’association s’est fondée sur le constat des difficultés que pouvait rencontrer un jeune diplômé ou jeune professionnel qui souhaitait s’insérer professionnellement dans l’international au sens large du terme. L’association a alors développé des outils dans le but d’accompagner ces jeunes chercheurs pour qu’ils appréhendent mieux les réalités d’une recherche à l’international. La philosophie de l’association n’a par ailleurs jamais été de placer les personnes qui s’y inscrivaient mais véritablement de leur donner les clés de compréhension pour se saisir de l’international. Au fur et à mesure des années des publics toujours plus variés et divers se sont rapprochés de l’association mais avec comme caractéristiques d’être toujours issus de l’enseignement supérieur. En 2000, une réflexion s’est posée à l’association , la mobilité internationale est elle vraiment accessible à tous ? En se penchant sur la question, elle a constaté qu’il existait une catégorie de jeunes qui avait du mal à accéder à l’information relative aux possibilités de mobilité internationale. Cette catégorie correspond généralement à des jeunes personnes qui rencontre à un moment donné des difficultés dans leur parcours d’insertion. L’association a alors mis en place un programme spécifique d’aide à la mobilité par un accompagnement plus soutenu pour ce public, partant du principe qu’une expérience à l’étranger peut constituer un outil dans leur parcours.

- Vous pouvez être accompagné et suivi si vous avez entre 18 et 25 ans pour des personnes orientées par des Conseillers de Mission Locale , entre 25 et 30 ans pour des personnes orientées par d’autres structures relais. - Il n’ y a pas de condition de nationalité particulière si ce n’est de résider légalement sur le territoire français. - Le suivi peut commencer à n’importe quel moment de l’année et il est gratuit.

- Suivi par entretiens individualisés. - Aide à la définition du projet de mobilité. - Recherche d’informations. - Accès à des fiches d’informations sur les destinations et les programmes existants. - Aide à la réalisation de CV en Anglais, espagnol et travail sur des candidatures étrangères. - Préparation au départ (questions administratives, préparation interculturelle, etc…).

61


Stages Un stage est une période pendant laquelle un individu exerce une activité temporaire dans une entreprise dans le cadre de sa formation. Il y a différents programmes et associations qui proposent des stages en île de France pour partir à l’étranger. L’objectif est de faciliter une expérience professionnelle pour les jeunes, l’apprentissage d’une autre langue et la découverte d’un autre pays et de sa culture. Les stages ne sont généralement pas rémunérés. Ils couvrent les frais d’hébergement, de nourriture, et parfois les transports locaux, ou ils compensent le supplément du coût de la vie. Les voyages sont le plus souvent à la charge du jeune. Les stagiaires reçoivent parfois de l’argent de poche. Les domaines sont très variés (restauration et hôtellerie, enseignement, agriculture, économie) et les destinations sont très diverses, dans le monde entier.

62


63


Leonardo da Vinci (Union Européenne) Hélène a réalisé un stage de 3 mois comme assistante de projet dans le centre culturel “Casa de la Memoria de Al-Andalus” à Séville en Espagne. Jeune professionnelle du spectacle, elle souhaitait évoluer vers la gestion et l’administration des structures culturelles. Son amour de l’Espagne et les contacts dans le milieu du spectacle qu’elle y avait développés l’on naturellement conduite à choisir ce pays comme lieu de stage. Elle s’est donc occupée du marketing et de la communication de la Casa de la Memoria de Al-Andalus afin d’élever le niveau de fréquentation du centre. Elle a ainsi proposé une réorganisation de l’espace, développé les critiques des spectacles et créé une base de données. Ce stage lui a permis d’approfondir ses connaissances linguistiques et culturelles et de découvrir la réalité économique de l’Espagne. L’expérience professionnelle acquise a été “un pas de plus dans la réalisation de son projet professionnel”. Hélène souligne aussi que “partir en stage à l’étranger permet de faire l’expérience de la vie”. De retour en France, elle a repris ses études et valorise cette expérience dans sa recherche d’emploi. A long terme, elle envisage de travailler en Espagne ou en France dans le secteur du spectacle et de la culture.

Agence Française Leonardo / Agence Nationale Socrates-Leonardo Sandrine DICKEL / Arantxa MASSENET 25, Quai des Chartrons 33080 Bordeaux Cedex Tél. : 05.56.00.94.00 Fax : 05.56.00.94.80 www.socrates-leonardo.fr contact@socrates-leonardo.fr Voir aussi carnet d’adresses aux pages 66-67.

64


Leonardo da Vinci (Union Européenne) DURÉE : De 3 à 52 semaines. - De 3 semaines à 9 mois pour les personnes en formation initiale. - De 3 à 12 mois pour les étudiants. - De 2 à 12 mois pour les jeunes travailleurs et diplômés récents.

PAYS : Les 25 pays membres de l’Union Européenne, les pays de l’Espace Economique Européen (Islande, Liechtenstein, Norvège) et les pays associés

Leonardo da Vinci est un programme communautaire de formation professionnelle. Il comporte trois objectifs centraux constituant la clé de voûte du programme : faciliter l’insertion professionnelle, améliorer la qualité des formations et leur accès et développer la contribution de la formation à l’innovation. Ces objectifs sont mis en oeuvre au moyen de cinq types de mesures transnationales : la mobilité (formation ou stage à l’étranger), les projets pilotes (visant à développer l’innovation et la qualité), la promotion des compétences linguistiques, les réseaux transnationaux (visant à faciliter l’échange d’expériences et de bonnes pratiques) et le développement d’outils de référence. La mobilité est un axe majeur du programme et concerne les personnes en formation professionnelle initiale, les étudiants, les jeunes travailleurs et diplômés récents, les échanges de formateurs et les visites d’étude pour responsables de la formation professionnelle. Créée en août 2000, l’Agence française Socrates-Leonardo da Vinci est chargée d’assurer la promotion et la mise en œuvre décentralisée du programme. L’agence Française est un groupement d’intérêt public (GIP) placé sous la double tutelle du ministère de la Jeunesse, de l’Education nationale et de la Recherche, et du ministère des Affaires sociales, du Travail et de la Solidarité. Les organismes porteurs de projet Léonardo Da Vinci sont des organismes et sociétés, publics et privés, oeuvrant dans le secteur de la formation, ou concernés par ces questions, et regroupés au sein d’un partenariat international : établissements de formation professionnelle à tous les niveaux, entreprises (dont PME et secteur artisanal), associations sans but lucratif, centres de recherche, collectivités territoriales.

- Les stages Leonardo s’adressent aux personnes de moins de 36 ans domiciliées dans un des pays de l’Union européenne. - Le niveau de qualification exigé varie selon l’action mise en place par la structure porteuse du projet (17 structures en Ile de France en 2003). - Il est souvent préférable de connaître la langue du pays d’accueil. - Chaque structure développant une action de mobilité (voir liste aux pages 66-67) a ses critères de sélection.

- Les coûts varient selon l’action (de la gratuité totale à un investissement personnel variant selon le projet). - Les stages comprennent généralement des cours de langue précédant le départ et pendant le séjour (ceux-ci peuvent être payants). - La bourse couvre l’hébergement, l’assurance et le voyage aller-retour.

65


Porteurs des projets Leonardo en Région Ile-de-France

66

Assemblée Permanente des Chambres de Métiers (APCM) 12, avenue Marceau 75008 Paris Tél. : 01.44.43.10.00 Fax : 01.47.20.34.48 www.apcm.com

Association de Télé-Assistance Equinoxe 159, rue de Charenton 75012 Paris Tél. : 01.44.73.87.77 Fax : 01.43.43.06.94 http://ibalago.free.fr/ adetelequinoxe@wanadoo.fr

Association pour la Formation et l’Enseignement Continu 6, rue de la Pierre Levée 75011 Paris Tél. : 01.53.36.88.44 / 01.43.38.48.04 Fax : 01.43.38.23.96 / 01.43.38.48.04 www.afec.fr paris@afec.fr

Chambre Régionale de Commerce et d’Industrie Paris-Ile de France 21, avenue de Paris 78021 Versailles Cedex Tél. : 01.30.84.78.78 www.iledefrance.cci.fr

Comite Central de Coordination de l’Apprentissage du Bâtiment et des Travaux Publics 19, rue du Père Corentin 75680 Paris Cedex 14 Tél. : 01.40.64.26.00 Fax. : 01.40.64.26.01 www.ccca-btp.fr ccca.courrier@ccca-btp.fr

Comite National d’Accueil et d’Action pour les Réunionnais en Mobilité 39, rue Gauthey 75017 Paris Tél. : 01.44.85.98.28 Fax : 01.42.63.23.30

Espace Emploi International 48, boulevard de la Bastille 75012 Paris Tél. : 01.53.02.25.50 Fax : 01.53.02.25.95 eei.omi@anpe.fr http://www.emploi-international.org Minitel : 3614 emploi international

Association Régionale pour le Développement de la vie Associative en Ile-de-France 12, rue Martin Bernard 75013 Paris Tél. : 01.45.65.23.33 Fax : 01.45.65.32.90 ardeva@ardeva.org www.ardeva.org


Porteurs des projets Leonardo en Région Ile-de-France Fédération Française des Centres de Gestion et d’Economie de l’Artisanat (CEGAT) 53, rue Ampère 75017 Paris Tél. : 01.47.64.00.22 www.ffcgea.fr

FOEVEN 67, rue Vergniaud 75013 Paris Tél. : 01.45.88.62.77 Fax : 01.45.81.30.75 contact@foeven.asso.fr www.foeven.asso.fr

Institut National de Formation et de Recherche sur l’Education Permanente (INFREP) 21, rue St Fargeau. BP 313 75989 Paris Cedex 20 Tél. : 01.43.58.98.95 Fax : 01.43.58.98.90 infrep@infrep.org www.infrep.org

Inter-échanges 153, avenue Jean Lolive 93000 Pantin cedex Tél. : 01.41.83.78.40 Fax : 01.41.83.78.40 interechanges@wanadoo.fr

La Voix de l’Enfant 76, rue du Faubourg Saint-Denis 75010 Paris Tél. : 01.40.22.04.22 Fax : 01.40.22.02.90 info@lavoixdelenfant.org www.lavoixdelenfant.org

Lycée Jean Lurçat 48, avenue des Gobelins 121, rue de Patay 75013 Paris Tél. : 01.44.08.70.20 Fax : 01.43.36.00.23 www.lankhor.net/jl/

NACEL-IDF 92, rue de la Tombe Issoire 75014 Paris Tél. : 01.43.20.45.45 Fax : 01.43.20.45.80 www.nacel.fr sejours@nacel.fr

SESAM 7 rue d’Argout 75002 Paris Tél. : 01.40.28.18.68 Fax : 01.40.28.18.75 sesam@sesam-association.org www.sesam-association.org

67


Erasmus (Union Européenne) Yves est parti une année universitaire à Worcester en Angleterre dans le cadre d’Erasmus afin d’effectuer sa licence d’anglais. La plupart des démarches pour son séjour ont été effectuées par les universités d’Avignon et de Worcester (inscription, recherche de logement…). Yves n’a pas rencontré de réelles difficultés, il était déjà familiarisé à la langue et la culture anglosaxonne. Ce séjour lui a permis d’approfondir ses connaissances du Royaume-Uni et de la langue anglaise. Il lui a aussi apporté “des amis pour la vie, un diplôme de tourisme (Royaume-Uni), la pratique du rugby à XV et plus d’assurance”. Yves a obtenu sa licence et a repris ses études de retour en france. II envisage maintenant de préparer le CAPES d’anglais pour devenir professeur. Yves recommande une telle expérience “à tout étudiant et individu qui désire en connaître un peu plus sur ses congénères européens, ainsi qu’un peu plus sur soi”. Mathieu est parti pendant 10 mois à Bilbao (Espagne) dans le cadre du programme d’échange Erasmus. Mathieu, qui ne manque pas d’humour, nous décrit son séjour : “très concrètement, sortir, faire la fête, rencontrer des gens de tous les pays, se balader dans la région et le pays, c’était épuisant. Ah oui, et puis étudier de temps en temps…. Avec de nouvelles méthodes, de nouveaux travaux, de nouvelles notes”. “Sinon, pas de difficulté majeure, les gens sont tranquilles, il n’y a pas de ‘choc culturel’ et il est facile de suivre les cours en espagnol si on a déjà un niveau correct. De toute façon, tout le monde y arrive au bout de quelques semaines”. “Il est néanmoins réellement difficile de résister à la tentation de rester dans sa bulle Erasmus pour profiter plutôt des ‘locaux’ qu’on ne peut voir que làbas ! ” Le séjour lui a apporté : “un regard un peu plus critique sur nos petites habitudes françaises, un goût des discussions et des échanges avec les étrangers”. Mathieu recommande cette expérience à des gens ouverts et curieux qui ont envie de tenter l’expérience de vivre dans un univers un peu différent pour changer d’air et dominer une langue étrangère.

S’adresser à son université d’origine. Ou à l’Agence Socrates-Leonardo 25, quai des Chartrons 33000 Bordeaux Tél.: 05.56.00.94.00 enseignement.superieur@socrates-leonardo.fr www.socrates-leonardo.fr

68


Erasmus (Union Européenne) DURÉE : Entre 3 et 12 mois

PAYS : Les 25 pays de l’UE, les 3 pays de l’Espace Economique Européen et les pays associés

L’action ERASMUS fait partie du programme communautaire SOCRATES (2000-2006). Elle cofinance des actions de coopération entre établissements d’enseignement supérieur ainsi que la mobilité des étudiants en Europe. Elle met l’accent sur la dimension européenne de l’enseignement supérieur, sur la mobilité, la transparence et la reconnaissance académique des études. Le programme Erasmus permet donc aux étudiants universitaires de partir dans une autre université européenne. Avec ce programme, les étudiants continuent leur plan d’études au sein d’une université étrangère, pendant une durée variant de 3 et 12 mois. L’étudiant Erasmus reste rattaché à son université d’origine, ce qui garantit l’intégration et la validation de ses études à l’étranger à son retour. Les étudiants intéressés doivent prendre contact avec le service de relations internationales ou le bureau Socrates de leur établissement d’enseignement supérieur. Ces services donnent des informations sur tous les échanges auxquels participe cet établissement, c’est-à-dire quelles universités, quelles facultés, dans quels pays, etc. Généralement, le site Internet de chaque université offre aussi des informations sur ses différents partenaires.

- Avoir complété avec succès la première année d’études universitaires. - Être citoyen de l’un des pays participants (ou reconnu officiellement comme réfugié, apatride ou résident permanent de ce pays). - Chaque université d’accueil dispose d’un certain nombre de places et de bourses. Ces places sont octroyées aux étudiants à l’issue d’une procédure de sélection organisée par l’université d’envoi. Les critères sont variables, mais généralement les universités valorisent les notes et le niveau de langue. - Chaque université fixe la date limite. - Ouvert à tous les types d’établissements d’enseignement supérieur, toutes les disciplines universitaires et tous les niveaux de l’enseignement supérieur, y compris le doctorat. - Les frais d’inscription de l’université étrangère sont pris en charge. - La bourse Erasmus n’est pas très élevée (80 euros par mois environ), car elle vise à couvrir une partie des frais supplémentaires liés aux études à l’étranger, tels que les frais de voyage, le coût de la formation linguistique ou le coût plus élevé de la vie dans le pays d’accueil. L’étudiant peut conserver les bourses ou prêts nationaux qu’il reçoit habituellement. - Les conditions de séjour changent selon le centre d’envoi et le centre d’accueil, mais normalement l’étudiant peut bénéficier d’une préparation linguistique, d’un soutien pour trouver un logement et d’activités culturelles et de loisirs organisées pour les étudiants étrangers. - L’université d’accueil propose souvent un cours de langue gratuit, des excursions culturelles et d’autres activités visant à favoriser l’intégration et adaptation de l’étudiant Erasmus. - La période Erasmus fait partie intégrante du programme d’études suivi dans l’université et doit être pleinement reconnue. Pour faciliter la reconnaissance académique, la majorité des universités européennes ont adopté l’ECTS (European Credit Transfer System) ou système européen de transfert d’unités de cours capitalisables. L’ECTS permet de mesurer la charge de travail de l’étudiant requise pour accomplir des unités de cours (par exemple, une année d’études complète équivaut généralement à 60 unités). - La procédure d’examen est celle en vigueur dans l’établissement d’accueil. Il peut s’agir d’examens oraux et/ou écrits. La langue des examens sera celle de l’université d’accueil, sauf s’il existe de bonnes raisons de déroger à cette règle.

69


Eurodyssée (APRECA) Sylvie a réalisé son stage dans un atelier de bijoutier à Bruxelles, Belgique. Dès son premier jour chez Holemans, elle a immédiatement dessiné. D’abord très anxieuse (elle était dans un autre pays et n’avait dessiné pour aucune maison de joaillerie auparavant), elle s’est vite sentie à l’aise. Elle était considérée au sein de l’équipe de créatifs comme une employée et non comme stagiaire. Elle devait effectuer quelques dessins pour des clients, photographier et classer dans l’ordinateur tous les bijoux du stock. Il fut très difficile au départ de faire les dessins pour les clients. Heureusement, les artisans étaient toujours prêts à répondre à ses questions. “Grâce à eux, j’ai appris plus que jamais à créer et dessiner des bijoux fabricables.” Pendant son stage, en janvier 2003, elle a fait des recherches d’emploi à Paris. Elle a eu trois propositions. Finalement, elle a commencé son travail dans un atelier parisien de joaillerie. Elle travaille pour la place Vendôme, c’est-à-dire Chanel, Van Cleef, Boucheron... Pour elle “un rêve s’est réalisé, grâce à Eurodyssée et Holemans, alors que le marché du travail de la joaillerie est vraiment en crise : sans ce stage, les choses se seraient sûrement passées autrement”. François a réalisé son stage à la maison d’édition ACV, qui travaille principalement avec des institutions ou des entreprises publiques et privées. Les travaux multimédia étaient commandés par les clients déjà existants, grâce aux travaux d’édition. François a été bien accueilli par le personnel et encadré par un infographiste. Pendant ces trois mois, il a exécuté plusieurs démonstrations pour clients éventuels, effectué des mises à jour sur le site déjà existant de ACV. Il a réalisé l’aide en ligne d’un site Internet voué au calcul de la gestion de risques pour les entreprises. Il a aussi participé à la retouche photographique, à l’élaboration du livre de présentation de la marque Donuts. Il ne peut que remercier toute l’équipe parisienne qui lui a permis de partir, l’équipe espagnole qui l’a accueilli, et la Maison d’édition ACV pour cette formidable opportunité. Pour lui, la Catalogne est une région très appréciable, et Badalone une ville inoubliable. Il y a noué de véritables amitiés avec des catalans. Il n’oubliera pas ces trois mois passés qui lui auront permis de vivre une expérience très enrichissante tant au niveau professionnel que personnel. “Je ne peux qu’encourager d’autres personnes à faire de même et souhaite aux futurs stagiaires un agréable séjour”.

APRECA Faïza ZAOUI et Valérie TSCHANN 2 place d’Aligre 75012 Paris Tél. : 01.43.44.50.10 Fax : 01.43.41.90.43 eurodyssee.idf@wanadoo.fr www.eurodyssee.net

70


Eurodyssée (APRECA) DURÉE : De 3 à 7 mois

PAYS : Espagne, Allemagne, Belgique, Portugal, Italie, Norvège, Suisse, Roumanie et Hongrie

L’APRECA (Action pour la Promotion Conseil et Assistance) est un organisme de formation continue créé en 1990. Fort de ses expériences s’appuyant sur un vaste réseau de partenaires en Europe, l’APRECA a développé son savoir-faire au service des différents acteurs européens (Régions, ANPE…), se positionnant en tant que “plateforme logistique” en matière de programmes d’échanges européens. Eurodyssée est un programme de mobilité entre plusieurs régions d’Europe. Les jeunes des régions membres ont la possibilité d’effectuer un stage d’une durée de 3 à 7 mois dans une entreprise d’une autre région d’Europe. Avec le stage Eurodyssée, les jeunes bénéficient d’une bourse de stage ou d’une rémunération couvrant les frais de séjour. L’organisation assure la recherche d’une entreprise d’accueil ainsi que le suivi du stage.

- Il faut avoir entre 18 et 30 ans. - Ce programme s’adresse aux demandeurs d’emploi domiciliés en Île-de-France. - Eurodyssée est ouvert aux jeunes sans qualification particulière ou ayant validé une formation de niveau Bac+2 maximum. - Une connaissance minimale de la langue de la région d’accueil est souhaitable. - Les frais de transport sont à la charge du jeune.

- Avant le départ, le correspondant de la région d’envoi s’occupe d’organiser le séjour du stagiaire, notamment en recherchant une entreprise d’accueil. - A l’arrivée, le jeune est reçu par le correspondant de la région d’accueil. Son tuteur sur place prend en charge la recherche de son hébergement, la mise en place des cours linguistiques, le suivi en entreprise et l’organisation d’activités culturelles. - Les jeunes perçoivent une bourse mensuelle qui leur permet de couvrir les frais d’hébergement, de transport et de nourriture. - Le versement de la bourse s’effectuant à la fin du premier mois, les jeunes devront se munir d’une somme d’argent suffisante afin de couvrir les premiers frais. * Dans le cadre d’Eurodyssée, APRECA a développé un partenariat avec la Mission Locale Intercommunale de Versailles et Crysalis Formation pour monter l’action spécifique “Cap vers l’Europe”. Avec cette action, les jeunes issus des Missions Locales d’Île-de-France bénéficient d’une formation de préparation au départ de 3 semaines (langues et connaissance du pays).

71


EIRIN

(Europ’Horizon/Mission Locale Paris Centre) Géraldine est partie en Irlande pendant 6 mois avec le centre de formation Europ’Horizon et la Mission Locale Paris Centre dans le cadre du programme EIRIN. Elle a travaillé dans un magasin à Dublin. Elle était motivée par “Voyager, apprendre la langue, avoir une autre expérience dans le domaine de la vente et faire des rencontres”. La première difficulté rencontrée fut la langue : “j’avais du mal à m’exprimer au départ”. Au début, elle s’est occupée du ménage, de la caisse pour évoluer ensuite dans la démonstration de produits et la vente. Cette expérience lui a apporté une ouverture d’esprit, un autre mode de vie, etc. Elle la recommande “pour la culture, rencontrer d’autres étrangers, car ça rend les jeunes plus matures et plus indépendants”, et pour une autre expérience professionnelle. “Ensuite, j’ai repris mon travail, et j’ai pris des cours particuliers d’anglais”. Elle est partie aussi à Barcelone (Espagne) pour travailler dans le magasin Zara avec le programme Eurodyssée. Maintenant, elle construit un parcours dans le tourisme.

La jeune M. est partie en Irlande en juillet 2001 avec un groupe de 7 autres jeunes de missions locales après une préparation linguistique et culturelle. Elle a intégré un stage dans une sandwicherie (coffee shop “La crème des crèmes”). Elle a commencé par effectuer des tâches ne nécessitant pas un bon niveau d’anglais. Elle s’est retrouvée, seule, 4 mois plus tard pour assurer le fonctionnement du coffee shop : ouverture du magasin, caisse, ventes, préparation des sandwiches et fermeture. Le cinquième moir, elle a formé un stagiaire Français pour la seconder. De retour en France après le programme, elle est repartie à Dublin 2 mois plus tard et a travaillé dans un call-center pendant un an. Elle vit encore aujourd’hui à Dublin.

Europ’Horizon. Christelle TESSIER 26, rue du Sergent Bauchat. 75012 Paris Tél. : 01.40.01.07.07 Fax : 01.40.01.07.28 horizon1@club-internet.fr www.horizonhpl.com Mission Locale Paris Centre. Hervé CLEMENT 155, rue de Charonne. 75011 Paris Tél. : 01.44.93.89.83 Fax : 01.44.93.89.98 h.clement@mlpc.resau-idf.org

72


EIRIN

(Europ’Horizon/Mission Locale Paris Centre) DURÉE : 6 mois

PAYS : Angleterre et Irlande

Le projet de mobilité EIRIN est la réunion de compétences professionnelles issues des secteurs de la formation et de l’insertion. Il vise à favoriser l’insertion de jeunes en difficulté de la région Île-de-France à travers la réalisation d’un stage de 6 mois dans une entreprise irlandaise ou anglaise. Europ’Horizon est un centre de formation spécialisé depuis 10 ans dans la formation linguistique et professionnelle des adultes en France, en Irlande et en Angleterre. Il s’est associé à la Mission Locale Paris Centre dont l’objectif est l’insertion professionnelle et sociale des jeunes de 16 à 25 ans. Le projet EIRIN s’adresse en priorité à des jeunes de faible niveau de qualification. Il se déroule en trois phases : une phase préparatoire (cours d’anglais) en France et dans le pays d’accueil, une phase de stage en entreprise dans le pays d’accueil et une dernière phase en France Ce stage de six mois est financé par Leonardo da Vinci, la Mairie de Paris et le Conseil Régional IDF.

- Etre âgé de 18 à 25 ans. - Etre suivi en Mission Locale Francilienne. - Être de niveau BAC maximum. - Aucune qualification ni aucun niveau de langue ne sont demandés.

- Le jeune bénéficie d’une préparation et de cours de langue avant son départ. - Parallèlement, Europ’Horizon lui trouve son stage dans le pays d’accueil. - A son arrivée en Angleterre (Nottingham) ou en Irlande (Dublin) et pendant deux semaines, le jeune suit des cours de langue avant sa période de stage. - Il effectuera un stage de 6 mois dans une entreprise d’accueil en relation avec son projet et son niveau de langue. - Un tuteur assure le lien avec l’entreprise et la famille d’accueil, et garantit le suivi du jeune au cours de son séjour. - Le jeune valide ses acquis par un certificat de stage et des certifications de niveau d’anglais (ELSA de la chambre de commerce et d’industrie de Londres). - Pendant les trois premiers mois de stage, le jeune bénéficie d’une demi-journée de cours d’anglais. - Le jeune n’a aucun frais, l’entreprise d’accueil lui verse une indemnisation de 40 euros par semaine. - A son retour, la Mission Locale assure un accompagnement de trois mois.

73


Stages en Allemagne (OFAJ) Virginie, 20 ans, étudiante dans une école pour devenir éducatrice devait effectuer plusieurs stages pour valider ses années d’études. Elle a donc décidé de partir à l’étranger : “J’ai eu la chance de pouvoir effectuer un stage de 3 mois dans une crèche en Allemagne”. Les formateurs se sont occupés de tout, ils ont eux-mêmes contacté l’OFAJ et “pour ma part je n’ai eu, pour ainsi dire, rien à faire ! ”, explique-t-elle. “Au départ, ne maîtrisant pas parfaitement l’allemand, je souhaitais absolument qu’une personne de la crèche parle français et puis finalement, comme c’était trop compliqué, je me suis dit que c’était déjà une chance d’avoir trouvé un stage dans une crèche allemande ! ” “J’ai choisi ce pays parce que j’ai eu très tôt un coup de cœur pour l’allemand. C’était ma première langue au lycée et je trouve que c’est une langue exceptionnelle ! Pourtant, je ne suis pas particulièrement forte en allemand et la langue reste encore pour moi une barrière. Mais je compte bien, une fois mon diplôme en poche, retourner en Allemagne en prenant cette fois des cours de langue à l’université”. Ce stage a permis à Virginie de comparer les principes d’éducation entre la France et l’Allemagne : “Ce qui m’a frappée, c’est que les enfants ont plus de libertés et sont plus autonomes. On peut dire qu’ils sont plus ‘mis en danger’ qu’en France. Un tel mode éducatif a à la fois des avantages et des inconvénients. Quoi qu’il en soit, ce stage m’a permis de constater concrètement que l’on n’éduque pas un enfant allemand de la même manière qu’un enfant français. On trouve du bon et du moins bon dans chaque pays ! ” Baptiste, 22 ans, a réalisé un stage en Allemagne au cours de la première année de son BTS technico commercial. “Avec l’aide de mon école, j’ai trouvé un stage en production horticole près de Essen”. Baptiste explique que cela a été très facile à organiser : “Tout cela s’est fait très simplement. J’avais de toute façon la ferme intention de partir, quoi qu’il arrive, et je l’ai fait en toute insouciance, sans me poser de questions”. Baptiste nous dit pourquoi il a choisi l’Allemagne : “j’ai pas mal d’amis de fac à Essen et j’avais envie de me rapprocher d’eux. J’avais aussi pour ambition de parfaire mon allemand ! Ce sont donc en fait des motivations très personnelles qui m’ont incité à partir dans ce pays”. Ensuite, Baptiste nous décrit les apports de cette expérience : “ce fut une expérience très enrichissante, qui m’a donné envie de travailler plus tard dans un cadre franco-allemand. Mais je pense que c’est surtout sur le plan personnel que ce stage a été pour moi le plus profitable. L’ambiance de travail était excellente, nos week-ends très festifs et je me suis fait beaucoup d’amis allemands ! ”

Office Franco-Allemand pour la Jeunesse (OFAJ) 51, rue de l’Amiral-Mouchez 75013 Paris Tél. : 01.40.78.18.18 Fax : 01.40.78.18.88 www.ofaj.org

74


Stages en Allemagne (OFAJ) DURÉE : Entre 4 semaines et 1 an (selon le type de stage)

PAYS : Allemagne

L’Office Franco-Allemand pour la Jeunesse (OFAJ) est une organisation internationale au service de la coopération franco-allemande créée en 1963 par le Traité de l’Elysée. L’OFAJ a pour objectif de transmettre des compétences clé pour l’Europe, permettre un apprentissage interculturel et transférer à d’autres pays l’expérience franco-allemande de réconciliation par les échanges de jeunes. L’OFAJ propose des stages dans des domaines très variés, en lien avec des structures qui travaillent dans des secteurs spécifiques avec l’Allemagne (commerce, agriculture, journalisme, traduction, artisanat…). En général, l’OFAJ prend en charge les cours de langue et les frais de voyage du stagiaire. Le programme de l’OFAJ “Job d’été - Job dans la ville jumelée” soutient des stages professionnels notamment dans le cadre du jumelage. Le stage de travail s’effectuera auprès de la municipalité, de l’office de tourisme ou d’une entreprise de la ville allemande d’accueil. Dans le cadre de ce programme spécifique, l’OFAJ peut accorder une bourse de stage notamment dans le cadre de stages non rémunérés.

- Les stages s’adressent, généralement, aux jeunes entre 17 et 30 ans. - L’OFAJ propose une solution de stage adaptée à la situation de chaque jeune (étudiant, demandeur d’emploi, en formation professionnelle, apprenti…). - Selon le type de stage, les conditions d’accès peuvent être très différentes (ex. niveau de langue requis). - Les programmes de stage proposés par l’OFAJ sont : bourses pour stages pratiques en Allemagne (étudiants universitaires, formation professionnelle et technique) ; stages pratiques en entreprise (groupes ou individus) ; stages pour futurs artisans ; stages agricoles (Sesame) ; échanges en formation professionnelle ; stages pour jeunes agriculteurs ; stages pour Compagnons du Devoir ; formation d’élève officier de marine en Allemagne ; stages pour jeunes professionnels du livre ; stages pour jeunes professionnels de musées ; programme pour jeunes traducteurs littéraires ; stages pour jeunes journalistes. - En général, l’OFAJ prend en charge le cours de langue et les frais de voyage du stagiaire. - Se renseigner auprès de l’OFAJ pour connaître les conditions et le déroulement de chaque programme de stages.

75


Mobil’Asie (BATIK International) Jean-Philippe LEBOUVIER, pâtissier de 22 ans, avait un CAPBEP de cuisine et un CAP pâtissier passé en candidat libre. Au chômage depuis 8 mois, il avait par ailleurs depuis longtemps envie de s’expatrier en Asie, plus particulièrement en Chine. Cependant, il manquait à la fois des ressources financières, des compétences professionnelles exigées et du réseau professionnel nécessaire pour mener à bien ce projet. C’est dans cette optique et pour avoir une première expérience de l’adaptation des saveurs de la pâtisserie au goût d’une autre culture qu’il s’est positionné pour le programme Mobil’Asie. Après une formation en anglais et une initiation au vietnamien organisées en Ile-de-France dans le cadre du chéquier langues, il a démarré son stage à Hanoi en octobre 2002 à Maison Vanille, petite pâtisserie française. “J’avais le choix entre une petite structure et un grand hôtel. J’ai préféré la petite structure, le travail est vraiment plus difficile mais on apprend tout. Mes 6 mois furent très éprouvant professionnellement, mais amicalement et au niveau de la vie se fut magnifique. Des chose qui restent à jamais gravé (voir l’auberge espagnole)”. A l’issue de ses 6 mois de stage, il revenu en France pour repartir ensuite au Vietnam afin d’être responsable pâtisserie car son chef Français est parti travailler en Chine. Florian BONDON est parti à Hanoï (Vietnam) dans le cadre du programme Mobil’asie. Après une formation en anglais et une initiation au vietnamien organisées en Ile-de-France, il a atterri à Hanoï et fut accueilli avec le groupe par le chef de projet. Cette dernière les a pris en charge pour l’hébergement et la mise en relation avec les employeurs. “Après quelques jours de découvertes très encourageantes, nous prenons du service chacun chez nos employeurs respectifs”. Florian se retrouve au prestigieux Sofitel Metropole. “Je commence par la cuisine vietnamienne où je passe 1 mois et demi, j’y découvre et apprend une multitude de choses. Une période plus qu’enrichissante sur tous points”. “Ensuite, direction boucherie poissonnerie, puis la pâtisserie, atelier décoration. J’ai appris à confectionner des animaux à base de légumes, sculpter la glace et comment mettre un buffet en valeur. Puis pour finir le restaurant gastronomique français”. La vie quotidienne : “A partir du moment où nous avons commencé à travailler une certaine routine s’est installée. Les week-end étaient placés sous le signe de la détente et de la fête”. “Mon meilleure souvenir sera le professeur de Kung Fu qui du début à la fin n’a eu aucun préjugé, ni fait de différence à notre égard”. “Durant ces 5 mois d’entraînement, 6 heures par semaine, nous avons passé avec lui de nombreuses journées , invitations à manger chez lui, dîner dans les pagodes…” “En ce qui concerne le peuple vietnamien : un sens de l’hospitalité inné, très vite ils vous invitent à boire un verre afin de faire connaissance”. “Le peuple Vietnamien restera toujours gravé dans mon cœur”.

BATIK International Isabelle DEVAUX-JARREL, Catherine DI MARIA 1, rue Charles Garnier 93400 Saint Ouen Tél. : 01.40.10.97.79 Fax : 01.40.11.16.04 batik@free.fr

76


Mobil’Asie (BATIK International) DURÉE : De 3 à 6 mois

PAYS : Vietnam

Créée en 1999, l’association BATIK International vise à développer des projets internationaux dans les domaines de l’emploi, de la formation professionnelle et de la création d’activité sur la base d’échanges entre trois pôles géographiques : l’Europe, l’Asie Orientale et les pays de la Méditerranée. Batik International a développé un programme de mobilité professionnelle au Vietnam, Mobil’Asie, pour des jeunes titulaires de diplômes de formation professionnelle correspondant à des premières qualifications manuelles (métiers de bouche, bâtiment, métiers d’art, hôtellerie restauration…) Ce programme permet à 15 jeunes demandeurs d’emploi Franciliens de réaliser un stage en entreprise de 3 à 6 mois à Hanoi afin de compléter, valoriser leur formation et favoriser leur insertion professionnelle. Mobil’Asie est une bonne opportunité pour se familiariser avec une zone économique d’avenir, l’Asie, qui représente la moitié de la population de la planète et le quart de la production mondiale.

- Il faut avoir entre 20 et 28 ans, être français ou ressortissant de l’Union européenne et résider en Île-de-France. - Le programme s’adresse aux jeunes inscrits à l’ANPE, titulaires d’une qualification ou de niveau CAP, BEP, Bac Pro ou équivalent et ayant une expérience professionnelle. - Les métiers manuels sont favorisés : bâtiment, artisanat d’art, bijouterie, céramique, ébénisterie, modélisme… - Il faut posséder de bonnes notions d’anglais. - Une disponibilité de 6 à 9 mois est exigée. - En 2001, 400 jeunes environ ont postulé pour 15 sélectionnés lors d’entretiens individuels.

- Mobil’Asie se charge de trouver un stage indemnisé dans une entreprise à Hanoi, capitale du Vietnam. Les stages sont cherchés en fonction du projet professionnel des jeunes. - Le jeune bénéficie d’une préparation au départ d’une durée de deux mois et demi. Elle se compose d’une formation linguistique (150 heures d’anglais et 30 heures de vietnamien) et d’une formation interculturelle (25 heures) : sensibilisation et connaissance du Vietnam et de ses spécificités culturelles. - Mobil’Asie prend en charge également le billet d’avion aller-retour et une assurance rapatriement. L’organisation assure aussi l’accompagnement des jeunes dans leurs démarches administratives et les aide à trouver un logement. - Le suivi est assuré pendant le séjour par la Chambre de Commerce et d’Industrie française. - Une attestation du séjour professionnel effectué au Vietnam est délivrée au retour.

77


Stages agricoles (SESAME)

SESAME Daniel PEZZIN 9, square Gabriel Fauré 75017 Paris Tél. : 01.40.54.07.08 Fax : 01.40.54.06.39 sesame@agriplanete.com www.agriplanete.com

78


Stages agricoles (SESAME) DURÉE : 2 mois à 18 mois

PAYS : 40 destinations sur tous les continents

SESAME (Service des Echanges et des Stages Agricoles dans le MondE) est une association loi 1901 créée en 1990. Les organisations professionnelles et le Ministère de l’Agriculture ont choisi de fédérer les énergies et les moyens pour mieux contribuer à l´ouverture et à la formation des jeunes du secteur agricole. SESAME est en relation avec un réseau de 70 partenaires étrangers afin d’assurer les meilleures garanties quant aux conditions d’accueil, de placement et de suivi des stagiaires. SESAME est agréé par le Ministère de l´agriculture et est déclaré organisme de formation auprès de la préfecture de l´Ile de France. Il est également agréé par le Ministère de la Jeunesse et des Sports et participe à l´accueil de stagiaires étrangers. SESAME oriente vers des stages dans le secteur de la production agricole avec des durées allant de deux à dix-huit mois en intégrant notamment le stage de pré-installation des futurs agriculteurs français. Environ 700 stagiaires partent tous les ans. Les formateurs de SESAME orientent les candidats en fonction de leurs compétences et de leurs motivations. Ces programmes d´accueil sont proposés par pays de manière sommaire et rapide. Leur contenu et les tarifs peuvent varier à tout moment.

- L’âge limite est de 18 à 30 ans. Il faut être de nationalité française. - Le niveau de formation souhaité est Bac/BTA/BTAS, en formation agricole. - Une expérience d’au moins 6 mois est exigée, effectuée dans le cadre de stages ou d’emplois salariés. - De plus il faut avoir des connaissances de la langue utilisée pendant le stage et être demandeur d’emploi, inscrit depuis au moins 6 mois. - Un délai de 3 mois minimum est indispensable pour déposer le dossier. - Les frais de dossier SESAME sont de 140 euros (stages professionnels) ou 50 euros (stages de découverte), plus des frais pour le partenaire. - Une formation avant le départ est mise en place et consiste en réunions de préparation, stage de préparation linguistique de 5 à 10 jours et stage préparatoire à l’installation. - La rémunération est variable selon le projet (voir le guide pratique SESAME). - Le programme comprend aussi une formation linguistique complémentaire, un suivi sur place par un tuteur, et une assurance de 20 à 60 euros, avec le formulaire E-111. - Les entreprises s’occupent de la recherche du logement. - SESAME délivre une attestation de stage qui valide la confrontation à une expérience professionnelle à l’étranger. - Ce programme est ouvert à tous les types de productions agricoles : culture de céréales, élevages bovins viande, bovins lait, ovins, horticulture, viticulture-œnologie...

79


Atout Européen pour l’Emploi (Relais Culture Europe) Marie a effectué un stage de 3 mois à Barcelone (Espagne) dans l’Entreprise “Ikonos” qui réunissait architectes, techniciens et professionnels du multimédia (interactive, films…). Dans le cadre de ce projet du musée du chocolat à Barcelone, elle était chargée de monter le dossier iconographique du musée. Elle a donc participé à des réunions avec des historiens et les propriétaires des objets. Elle a travaillé en partenariat avec la Chambre de Chocolatiers, le Musée de Barcelone, et d’autre musées européens. “J’étais autonome”, explique-t-elle. Elle n’a pas rencontré de problème de langue : “Il n’y a pas besoin d’être bilingue pour partir” et “on avait des cours de catalan ; c’est pas un obstacle”.

Céline et Sclarmonde, deux exemples de stagiaires : Céline a réalisé un stage dans l’association “Marató” qui produit des spectacles de cirque, dont le Marathon du Cirque, festival de danse… Après le stage, elle a pris de nombreux contacts et est donc revenue plusieurs fois avec différents contrats. Sclarmonde est restée un an dans une galerie d’art contemporain. Embauchée par “Bazart”, elle s’occupe maintenant de la vente d’oeuvres de petits artistes et fait des tournées.

Relais Culture Europe Marie SALOMÉ-DAUGERON, Coralie LUCAS 17, rue Montorgueil 75001 Paris Tél. : 01.53.40.95.10 Fax : 01.53.40.95.19 aepe@relais-culture-europe.org www.relais-culture-europe.org

80


Atout Européen pour l’Emploi (Relais Culture Europe) DURÉE : 13 semaines

PAYS : Autriche, Irlande et Espagne

Le Relais Culture Europe est une association Loi 1901 créée sur l’initiative du Ministère de la Culture. Il exerce les fonctions de Point Contact Culture ; il est l’antenne française du programme “Culture 2000”, action générale de l’Union Européenne pour soutenir des projets transnationaux dans les secteurs patrimoniaux, culturels et artistiques. Parallèlement, le Relais Culture Europe propose des stages professionnels en Autriche, en Irlande et en Espagne dans le secteur de la gestion de projets culturels (galeriste d’art, documentaliste aux musées, promotion d’artistes, exploitation de fouilles archéologiques, diffusion de théâtre…). L’action est menée par l’ANPE internationale et financée par le programme Leonardo da Vinci et le Conseil Régional. Elle est destinée à des jeunes professionnels de la culture. Le programme inclut une préparation interculturelle sur le pays d’accueil, une formation linguistique et un stage professionnel de 13 semaines (dont la première est consacrée à des rendez-vous avec des professionnels représentatifs de la vie culturelle locale).

- Avoir moins de 35 ans, être résident en Ile-de-France et demandeur d’emploi. - Attester d’une formation de type “gestion de projet culturel” ou avoir une expérience significative dans l’organisation d’un secteur culturel spécifique. - Attester d’un niveau de langue permettant une activité professionnelle. - Avoir un projet professionnel et être déterminé à entrer dans le marché du travail, y compris dans le pays du terrain de stage. - Se renseigner pour les dates limites de dépôt de dossier. - La sélection des candidats a lieu 7 semaines environ avant le départ. - Il y a un total de 15 bourses. - Le programme prend en charge le coût des transports locaux, le per diem (le repas du midi étant pris en charge par l’entreprise d’accueil), le voyage A / R et l’hébergement en demi-pension. - Une préparation interculturelle est fournie avant le départ : initiation aux mécanismes de coopération culturelle en Europe et panorama de la vie culturelle du pays d’accueil. - Une formation linguistique se déroule dans le cadre du dispositif “Chéquiers langues”, dans la mesure des places disponibles. Entre 60 et 180 heures de cours, avec un coût moyen de 1,8 euros/heure, à la charge du stagiaire. - Le stage n’est pas indemnisé, mais le jeune peut continuer à recevoir l’ASSEDIC (les bénéficiaires du RMI doivent s’informer). - Les stagiaires bénéficient d’une assurance rapatriement, d’une protection sociale pour les personnes non indemnisées par les ASSEDIC, par l’intermédiaire du Conseil Régional et du CNASEA. Les allocataires ASSEDIC bénéficient de la protection sociale ainsi que d’une couverture en cas d’accident du travail.

81


Formation et emploi (OFQJ)

Office Franco-Québécois pour la Jeunesse (OFQJ) 11, passage de l’Aqueduc 93200 Saint Denis Tél. : 01.49.33.28.50 Fax : 01.49.33.28.88 info@ofqj.org www.ofqj.org

82


Formation et emploi (OFQJ) DURÉE : De 1 à 6 mois

PAYS : Canada (Québec)

Créé en 1968 par les gouvernements de France et du Québec, l’Office Franco-Québécois pour la Jeunesse (OFQJ) poursuit sa mission initiale : contribuer au rapprochement des jeunesses française et québécoise. Les programmes se concentrent sur le développement et le perfectionnement professionnels, dans les domaines économique, artistique et social, tout en favorisant les découvertes interculturelles et le maillage des réseaux. Le programme “Formation et emploi” de l’OFQJ vise spécifiquement l’amélioration de l’employabilité des demandeurs d’emploi âgés de 18 à 35 ans. Ce programme permet aux jeunes français de réaliser un stage professionnel au Québec, pendant une durée de 1 à 6 mois. “Formation et emploi” est réservé aux demandeurs d’emploi en recherche active ou en situation précaire (RMI, CDD, Emploi Jeune…).

- Il faut avoir entre 18 et 35 ans, être de nationalité française et demandeur d’emploi ou en situation précaire (CDD, RMI, Emploi Jeune) au moment du dépôt de projet. - Préparer le séjour au moins 3 mois avant le départ est nécessaire. - Les dates limites de dépôt de projets sont différentes selon que le stage est proposé par l’OFQJ (date indiquée sur l’offre) ou trouvé par le participant. - Les dates limites sont alors : 10 janvier 2004 (départs en avril, mai et juin 2004), 15 avril 2004 (départ en juillet, août et septembre 2004), 15 juin 2004 (départ en octobre, novembre et décembre 2004). - Une contribution de 350 euros est demandée. L’OFQJ pourra adapter, à la baisse, la contribution financière demandée selon la situation du stagiaire.

- Avant le départ, le participant bénéficie d’une documentation sur le Québec et du guide de l’OFQJ. - Il obtient un permis de travail temporaire. - Le stagiaire bénéficie d’un billet d’avion aller-retour Paris-Montréal, du transfert de l’aéroport à l’hôtel, d’une première nuit d’hébergement à Montréal et d’activités de découverte et de sensibilisation au Québec. - Le participant peut percevoir une indemnité mensuelle pouvant aller jusqu’à 610 euros (pour un maximum de 3 mois) - Il dispose d’une assurance rapatriement, hospitalisation, responsabilité civile et d’une assurance accidents du travail. - Un suivi sur place, en cas de problème pendant le stage, et une évaluation après le retour sont assurés.

83


Stages et échanges (Association France-Québec)

France-Québec 24, rue de Modigliani 75015 Paris Tél. : 01.45.54.35.37 Fax : 01.45.57.69.44 stages.pro.fr@france-quebec.asso.fr (contact à privilégier) secretariat@France-quebec.asso.fr www.france-quebec.asso.fr

84


Stages et échanges (Association France-Québec) DURÉE : Echanges inter-municipalités, de 6 à 8 semaines Stages professionnels, 6 mois

PAYS : Canada (Québec)

France-Québec est une association nationale regroupant des associations régionales. Elle coordonne non seulement l’ensemble des actions et des activités qui intéressent les adhérents et les régions, mais elle assure également la liaison avec tous les partenaires de la coopération franco-québécoise. Créée en 1968, ouverte à tous sans distinction, France-Québec regroupe une soixantaine d’associations régionales et approche les 6000 adhérents “tombés en amour” avec le Québec. France-Québec et sa jumelle Québec-France coordonnent ensemble plusieurs programmes d’échanges dont emplois inter-municipalités (mairie, musée, bibliothèque, centre de plein air...), stages professionnels.

- Le programme s’adresse aux personnes de 15 à 30 ans, lycéens ou étudiants, de nationalité française ou disposant d’une carte de séjour de 10 ans et détentrices d’un passeport valide pour la durée du séjour. - Il faut être membre (ou le devenir) d’une association régionale de France-Québec. - Il faut parfois disposer d’une promesse d’embauche ou de stage d’un employeur au Québec. - Les coûts sont de 100 à 120 euros pour les frais administratifs, frais de dossier et d’assurance inclus et d’environ 600 euros pour les frais de voyage. - Un temps de préparation de 2 mois avant la date de départ prévue est nécessaire pour faire les démarches. - Pour les emplois en animation : être détenteur du BAFA ou, à défaut, justifier d’une expérience de deux mois minimum avec des enfants (fournir les pièces justificatives). - Il ne faut pas avoir fait de demande de permis de travail temporaire au Canada au cours des deux dernières années. - Les stages peuvent être rémunérés. - Il y a une garantie d’assurance assistance souscrite par France-Québec auprès de AXA. - Les frais de dossier dans le cadre des échanges inter-municipalités comprennent : l’organisation des échanges avec Québec-France, les démarches pour l’obtention du permis de travail, une réunion à Paris la veille du départ, une nuit à Paris avec petit déjeuner, le transport en autobus à l’aéroport, une nuit à Montréal le jour de votre arrivée et une rencontre avec un représentant de l’Association Québec-France et une assurance rapatriement. - Le logement est habituellement en foyer et toujours à la charge du stagiaire.

85


Programme International d’Echange de Stages

(AIESEC)

Témoignage de Marianna, stagiaire française : “J’ai moi-même eu la chance, l’extrême privilège, de partir à l’autre bout du monde, par le biais de l’AIESEC dans un pays défiant nos rêves les plus profonds : l’Inde. Cette année 2000 restera gravée à jamais dans ma mémoire, comme le plus beau moment de ma vie. Une expérience qui a changé radicalement ma vision des choses, m’a rendu forte, plus tolérante, plus ‘respectable’. Mère Térésa proclamait haut et fort, je cite ‘en Europe c’est le verbe avoir, en Inde c’est le verbe être’. Cette phrase symbolique résume ici ma pensée. A ne manquer sous aucun prétexte ! ”

Sophie, Vice-Presidente 2001/02 d’AIESEC France, nous raconte ce que sont l’AIESEC et les motivations qui l’animent : “Avant de devenir membre de l’AIESEC, j’étais attirée par son côté international. Puis, les valeurs de l’AIESEC sont devenues les miennes. J’y adhère complètement. Désormais, je suis plus ouverte, plus à l’écoute, heureuse d’aider des jeunes à découvrir d’autres façons de penser, d’apprendre et de partager chaque jour, prête à entrer dans le monde professionnel avec ce que l’AIESEC m’a apporté (professionnalisme, diversité, responsabilité, curiosité, partage…) encore plus curieuse des différences culturelles. Je ne peux plus voyager sans chercher à comprendre les us et coutumes du pays etc…Je suis convaincue que l’AIESEC est capable de changer la vie des jeunes qui y participent, leur vision et leur cœur”.

AIESEC 14, rue Rouen 75019 PARIS Tel. : 01.40.36.22.33 Fax : 01.40.36.22.55 fr.mc@aiesec.org www.aiesec.org / www.fr.aiesec.org

86


Programme International d’Echange de Stages

(AIESEC)

DURÉE : De 8 semaines à 78 semaines au cours de toute l’année

PAYS : 87 pays

AIESEC est une association gérée par des étudiants qui, dans le cadre d’un Programme International d’Echange de Stages, donne l’opportunité à des étudiants français de partir en stage à l’étranger et à des étudiants étrangers de faire un stage en France. Aujourd’hui, 85 pays constituent le réseau AIESEC et réalisent plus de 6000 stages chaque année. Le programme est destiné à des étudiants ou à des jeunes diplômés en Sciences Economiques et Commerciales et Ingénierie Informatique. AIESEC offre tout au long de l’année des stages dans les domaines du Marketing, Commerce Extérieur, Comptabilité, Ressources Humaines, Economie, Finance, Informatique et Télécommunications au cours de toute l’année. Les stages AIESEC sont toujours rémunérés.

- Ce programme est destiné à des étudiants ou à des jeunes diplômés en Sciences Economiques et Commerciales et Ingénierie Informatique. (Bac + 3) de nationalité française, - Une expérience professionnelle n’est pas nécessaire, mais il faut connaître la langue du pays d’accueil.

- Des séminaires de préparation ont lieu avant le départ. - Les coûts de participation au programme (350 euros) comprennent les frais de dossier (25 euros), l’entretien (25 euros), et l’inscription dans la base de donnés (300 euros). - Les cours de langue sont pris en charge mais pas les frais de transport. - Le jeune recherche son logement avec l’aide d’un tuteur. - Les stages AIESEC sont toujours rémunérés. Le montant de cette rémunération est fixé indépendamment par chaque pays, selon son niveau de vie. Cependant, il permet au stagiaire de financer son logement et sa nourriture.

87


Séjours à l’étranger (AFS Vivre Sans Frontière) Magali, stagiaire en Afrique du Sud : “Mon séjour AFS à Port Elizabeth en 1998 me paraît parfois bien loin, et pourtant je vis chaque minute les extraordinaires conséquences de mon premier séjour en Afrique du Sud. Car il faut bien le dire, ce séjour a changé ma vie et je me demande parfois quelle forme aurait pris ma destinée, si je n’avais pas participé au ‘Walk Program’. Sur le plan linguistique, depuis mon séjour AFS, je parle anglais couramment, et je voudrais apprendre une langue africaine sous peu, je pense que ce sera le Sotho. Ce sera un grand avantage au niveau de l’association d’aide aux enfants que je souhaite créer. Mon séjour AFS à Port Elizabeth avec une organisation de défense des droits de l’homme fut vraiment une introduction très forte en émotions aux défis et difficultés du développement. Sur le plan professionnel, je travaille depuis un an dans une ONG sud-africaine à Johannesburg. Notre mission est de créer un meilleur environnement pour le développement des petites entreprises. Je suis chargée de recherches au sein de la structure et ma principale fonction est d’influencer les sphères politiques et économiques afin que de nouvelles portes soient ouvertes pour les PME-PMI. Trouver un emploi n’a pas été évident avec le problème du permis de travail... Mais avec persévérance, tout arrive”.

Témoignage de Charles envoyé par courrier à AFS pendant son séjour d’un an en Indonésie : “Je tiens tout d’abord à remercier AFS pour tous les week-ends de préparation et petites fêtes. Car c’est maintenant que j’y suis que je m’en rends vraiment compte (bien que, je n’en doutais nullement, je vis ce que vous racontiez). Ici, c’est dur, le choc culturel, le problème de communication et, surtout, le mal du pays, mais ça vaut le coup ! La population est extraordinaire, d’une gentillesse jamais vue. Ils nous accueillent partout à bras ouverts (visites chez les sous-ministres, maire, dîner avec l’ambassadeur, etc.). De plus les Indonésiens sont plein d’humour et toujours souriants. C’est un peuple très beau, ce qui est un atout supplémentaire. Et les gens sont très compréhensifs par rapport à l’expérience que nous vivons. Car ils connaissent bien AFS ; rien que dans ma petite ville (environ 200 000 habitants), environ 30 personnes sont parties avec AFS ou ont un lien avec AFS. Sinon la nourriture est extra et les paysages magnifiques. L’indonésien est en prime très facile à apprendre mais j’ai du mal à pratiquer car tous les étudiants me parlent anglais. Les seuls points noirs sont l’école (car on travaille beaucoup mais on s’amuse et c’est plus relax qu’en France) et les règles AFS qui ici sont plutôt strictes, mais on s’y fait. J’espère visiter le pays, si j’en ai la possibilité”.

AFS Vivre sans Frontière Caroline BARJON 46, rue du Commandant Jean Duhail 94120 Fontenay-sous-Bois Tél. : 01.45.14.03.10 Fax : 01.48.73.38.32 info-france@afs.org www.afs-fr.org

88


Séjours à l’étranger (AFS Vivre Sans Frontière) DURÉE : Séjours de un mois à une année scolaire

PAYS : Réseau de 50 pays

Créée en 1947, au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, par des étudiants des grandes universités américaines, AFS (American Field Service) est une organisation internationale, non gouvernementale, à but non lucratif, qui propose de favoriser l’apprentissage des relations interculturelles. Elle forme un réseau de 50 pays qui réalisent entre eux des échanges individuels de collégiens, lycéens et jeunes adultes pour des durées variant de 1 mois à 1 an. AFS Vivre Sans Frontière est la branche française d’AFS Intercultural Programs. Elle fédère 27 associations réparties dans toute la France, qui organisent les activités d’AFS au niveau local. Partout en France, AFS est animée par des bénévoles qui assurent le recrutement des participants, organisent des week-ends pour les étrangers accueillis, encadrent des groupes lors des orientations, participent à la promotion d’AFS au niveau local, etc.

- Séjours 15-18 ans : être collégien ou lycéen. - Séjours + de 18 ans : séjours de 6 mois consistant en du volontariat dans un pays en développement. Il faut avoir envie de s’initier au développement et avoir une connaissance minimum de l’anglais ou de l’espagnol en fonction de la destination choisie. - Aucune qualification professionnelle n’est requise. - Lors de l’inscription, il faut payer 76 euros, comprennant les frais d’adhésion annuelle à l’association (30 euros) et les frais d’inscription, de dossier et d’évaluation (46 euros). - A cela il faut ajouter les frais de participation au séjour qui varient de 1900 à 6100 euros en fonction du programme choisi.

- Avant le départ, le candidat participe à un week-end d’évaluation et à un week-end de préparation en région. - Les frais incluent la préparation avant le départ, le billet d’avion, l’hébergement et les repas, les assurances annulation, responsabilité civile et rapatriement, et la prise en charge des frais médicaux dans le pays d’accueil. - Chaque participant a, dans sa région d’accueil, une “personne contact” qui le suit tout au long de l’expérience. - AFS est disponible 24h/24 via un numéro de téléphone d’urgence.

89


Stages en entreprise (Contacts) Lauriane a réalisé un stage de huit semaines en Espagne. Elle raconte : “J’étudie le commerce international et ma mission était donc de rechercher une entreprise pratiquant soit le marketing soit la logistique au niveau international... Ce stage était obligatoire afin de passer en deuxième année”. Elle expose les difficultés qu’elle a rencontré : “tout d’abord trouver une entreprise et ensuite une fois dans le pays pouvoir s’exprimer correctement, mais en général les gens comprennent ce que l’on dit. En ce qui me concerne les espagnols vivant dans le même appartement et les personnes de mon entreprise m’ont aidé considérablement du point de vue de la langue. Contrairement à ce que l’on peut penser, on s’adapte assez vite aux heures de repas”. Dans l’entreprise elle a effectué le suivi de dossiers export de leurs marchandises, les traductions en français et en anglais concernant un projet d’implantation de nouvelles filiales dans le monde. Lauriane explique ses motivations : “Même si je maîtrisais l’espagnol en cours je voulais l’améliorer et découvrir surtout ce pays, roi de la fête et je n’en suis pas déçue”. “Ce séjour m’a apporté de la matière pour passer mon examen et surtout l’amélioration de ma langue et de nouveaux amis avec qui j’ai gardé contact par internet”.

Contacts 27, rue de Lisbonne 75008 Paris Tél. : 01.45.63.35.53 Fax : 01.56.59.66.35 info@contacs.org www.contacts.org

90


Stages en entreprise (Contacts) DURÉE : A partir d’une semaine

PAYS : Royaume-Uni, Irlande, Allemagne, Autriche, Italie, Espagne, Etats-Unis, Canada et Australie

Contacts est une association loi 1901 qui propose un large éventail de stages et de séjours linguistiques en Europe, Amérique du Nord et Océanie. Ces stages ont été spécialement conçus pour un public de jeunes adultes, étudiants ou professionnels, soucieux d’améliorer leurs compétences linguistiques. Les formules de stage ont été choisies et organisées essentiellement en fonction des motivations, des besoins et des projets de carrière (stage en entreprise, stage en hôtel, au pair, perfectionnement linguistique). Les séjours peuvent être effectués chez le professeur (famille d’accueil dont un des membres est enseignant et assure des cours) ou en immersion en famille d’accueil. Les formules peuvent se révéler intéressantes pour des stages longues durées en Australie.

- Avoir plus de 18 ans et être ressortissant de l’Union européenne. - Il faut compter 2 ou 4 mois de préparation selon la destination. - Il est préférable de connaître la langue du pays d’accueil. - Pour les stages en entreprise la qualification minimale est le BAC. - L’adhésion coûte 61 euros, 35 euros de frais de dossier pour les cours de langues et séjours chez le professeur, plus le tarif de la formule choisie (ex. 1515 Euros pour un stage de 4 semaines en Allemagne, 1870 Euros pour un stage de 6 mois aux USA). - Le voyage est à la charge du participant. - Souscrire obligatoirement une assurance responsabilité civile complétée d’une assurance maladie et hospitalisation pour les USA.

- Le prix comprend les cours de langue, et un numéro de téléphone d’un correspondant à l’étranger que Contacts transmet à chaque candidat au départ. - Le bureau de Paris apporte son aide si nécessaire. - Des cours de langue peuvent être organisés avant le début du stage. - Le logement se déroule habituellement en famille ou résidence. - Les stages en hôtel et les séjours au pair sont rémunérés. - Le formulaire E-111 n’est pas obligatoire pour la Grande Bretagne car les soins médicaux y sont gratuits (National Health Service). - Si la plupart des tarifs sont adaptés à des jeunes pouvant financer un séjour relativement onéreux, cette formule peut se révéler intéressante pour des stages de longue durée en Australie (2120 euros pour un stage de 9 mois).

91


Bourses et aides aux projets 92

Une bourse (ou une aide aux projets) est une somme d’argent accordée pour des études, un travail, ou un montage de projets pour tout type d’activité à but lucratif ou pas. Il y a peu de programmes et d’associations en Ile-de-France qui proposent des bourses. Les projets peuvent se réaliser en France ou dans le monde entier, favorisant ainsi la mobilité. Les projets financés peuvent être très variés : culture, loisirs, développement local… Cependant, il est préférable que le projet ait une utilité sociale. Les montants accordés vont de 600 à 10000 euros. Les conditions d’accès (l’âge, le nombre de participants…) sont diverses.


93


Initiatives Jeunes (Union Européenne) Après leurs expériences respectives de l’Europe dans le cadre du programme “Jeunesse pour l’Europe”, Alaêddine et son amie Jeanne créent dans leur quartier l’association “Promo Jeunes - Promo Sport” pour permettre aux copains de Cenon, commune de la communauté urbaine de Bordeaux, “d’aller voir et vivre l’Europe” comme eux. L’expérience de Jeanne de son Service Volontaire Européen en Italie persuade d’un échange avec l’Italie. Le groupe trouve un partenaire avec l’ALC de Policoro dans la région du Basilicata. La demande de subvention pour l’échange est obtenue ! Et voilà 15 jeunes et 3 animateurs des quartiers de Cenon et de ses environs qui ont découvert l’Italie du Sud du 30 août au 7 septembre. Au programme de cette semaine : pratique du sport nautique, organisation d’un match de foot franco-italien (histoire de revivre une certaine rencon-tre), découverte de la région, de sa culture et de l’environnement sans oublier la dégustation de pâtes et pizzas. Mais les jeunes girondins retiendront surtout “l’ospitalita” notamment des habitants du village magnifique de Tursi. Et comme le souligne et l’espère de tout coeur, Alaêddine El Ouafi “voyager c’est sortir de son quotidien, rencontrer des jeunes qui ont les mêmes difficultés que vous, découvrir une région qui vous plait, c’est peut-être un tremplin, pour se responsabiliser et acquérir une démarche de citoyenneté même se motiver pour trouver un boulot”. L’Association Personimages, reconnue d’utilité publique, s’est consacrée, depuis 1977, à l’épanouissement par la création artistique des personnes handicapées. Dans le cadre du Programme d’Echanges de Jeunes de la Commission Européenne, Personimages a accueilli à Paris du 7 au 15 juillet 2002 des jeunes handicapés mentaux venant de pays émergents d’Europe de l’Est (Albanie, Estonie, Lettonie et Lituanie) pour les faire participer à un programme alternant des activités artistiques en commun et des visites culturelles et touristiques de la capitale. Chaque pays représenté ayant sa propre langue, l’anglais a été le plus utilisé par les animateurs. Chacun s’est efforcé de faire connaître quelques mots de sa langue maternelle à ses nouveaux amis. Les visites culturelles et touristiques qui complétaient un emploi du temps déjà bien chargé ont ouvert d’autres horizons sur le paysage, les monuments, le passé, voire, pour certains, l’histoire de notre pays. Il fallait amener les participants à vivre et travailler ensemble à la création d’un spectacle avec des personnes différentes d’eux-mêmes, non par le handicap, mais par la langue et le mode de vie. Ont été utilisées pour cela les techniques de la peinture, de la danse, et du théâtre. Toutes les matinées étaient consacrées au travail en atelier. Une représentation fut donnée en fin de semaine dans les jardins de la Cité des Sciences, et recueillit un franc succès.

Institut National de la Jeunesse et de l’Education Populaire (INJEP) 11, rue Paul Leplat 78160 Marly-le-Roi Tel. : 01.39.17.27.27 Fax : 01.39.17.27.90 www.injep.fr

94


Initiatives Jeunes (Union Européenne) DURÉE : Entre 3 mois et 1 an (préparation, réalisation et évaluation)

PAYS : France, pays de l’UE, pays de l’Espace Economique Européen et pays candidats associés

L’action 3 du programme européen Jeunesse soutient les projets de jeunes collectifs (Initiatives de groupes) ou individuels (Capital Avenir - pour les anciens participants du service volontaire européen). Initiatives Jeunes s’adresse à un groupe de jeunes (au minimum 4) qui ont un projet commun. Le projet doit aborder un thème pouvant intéresser d’autres jeunes européens. Il peut se dérouler en France, dans l’UE ou dans les pays candidats à l’adhésion (Bulgarie, Hongrie, Estonie...). C’est avant tout un projet local qui doit avoir un impact dans le quartier, la ville, ou la région des porteurs du projet. Des associations et des structures d’information du département ou de la région peuvent apporter leur aide dans le montage du projet (rédaction, recherche de partenaires, budget…).

- Pour participer au programme il faut avoir entre 15 et 25 ans, être membre de l’Union européenne, des pays de l’Espace Economique Européen, ou des pays associés. - Les thèmes du projet doivent intéresser d’autres jeunes européens et être centrés sur les domaines de l’art et de la culture, de la santé, du social, de l’environnement, de l’éducation et de l’information, ou du sport… - Le projet doit aussi avoir un impact au niveau local (quartier, ville région...). - Il doit conduire à une production d’une réalisation (ex. : pièce de théâtre, site Internet, exposition...). - Les dates de dépôt de dossier sont les 1er février, 1er avril, 1er juin, 1er septembre et 1er novembre. - Il est conseillé de chercher d’autres sources de financement : mairies, conseils général et régional, commerces, entreprises, Fondation de France, Défi Jeunes … - Le dossier doit être retiré auprès de l’Agence nationale ou du correspondant du programme européen Jeunesse de la Direction Régionale et Départementale jeunesse et Sports. - Le programme octroie un montant maximal de 10 000 euros.

95


Capital Avenir (Union Européenne) Triinu a réalisé un projet dans le cadre d’un capital avenir pour continuer à monter des projets européens en faveur des jeunes en insertion. Elle souhaitait créer une association permettant aux jeunes de tout milieu de réaliser leurs projets et le montage des actions européennes. Ainsi, elle a rencontré des jeunes en insertion pour parler de son expérience SVE, accueilli un groupe de jeunes d’Irlande et engagé des partenariats avec des partenaires locaux et internationaux pour créer un réseau européen. Les démarches administratives (titre de séjour) ont parfois rendu difficile la réalisation de ce projet. Cette expérience a permis à Triinu d’approfondir ses connaissances de la société française, ses connaissance linguistiques, culturelles, sociales et de faire de nouvelles rencontres. Triinu recommande cette expérience si le projet est bien défini et s’il existe plusieurs partenaires. Capital avenir est un moyen de monter un projet précis. Actuellement, Triinu travaille toujours en France pour les jeunes afin de les aider à partir à l’étranger.

Ramsès, un volontaire espagnol, a effectué son SVE à Toulon. Ensuite, il a décidé de rester pour faire son projet dans le cadre d’un “Capital Avenir”. Son association d’accueil était Fédération des oeuvres Laïques du Var. Le projet de Ramsès était de devenir un animateur international. “Je désirais avoir un brevet d’animateur pour travailler auprès des enfants”, expose-t-il. Il a donc passé le BAFA (Brevet d’Aptitude aux Fonctions d’Animateur). Il a d’abord effectué une première étape de formation théorique et générale. “La principale difficulté que j’ai trouvée était la langue”, raconte Ramsès. Ensuite, il a fait un stage pratique de 2 mois dans un Centre de Loisirs Sans Hébergement à Ste Maxime. “J’ai travaillé avec un groupe d’enfants de 6-7 ans”, explique-t-il. “J’en ai profité pour leur apprendre quelques mots en espagnol, ainsi que des jeux, des chansons et des traditions de mon pays”, rajoute Ramsès. Les animateurs étaient issus de différentes nationalités et le thème à travailler était l’Europe. Le BAFA a permis ensuite à Ramsès de décrocher plusieurs emplois. Il recommande cette expérience aux jeunes intéressés par les enfants et le monde associatif.

Institut National de la Jeunesse et de l’Education Populaire (INJEP) Evelyne GODARD 11, rue Paul Leplat 78160 Marly-le-Roi Tél. : 01.39.17.27.70 Fax : 01.39.17.27.57 www.injep.fr

96


Capital Avenir (Union Européenne) DURÉE : 1 an maximum

PAYS : Les 25 pays membres de l’UE, les pays de l’Espace Economique Européen (Islande, Liechtenstein, Norvège) et les pays associés

Capital Avenir est une aide/bourse proposée au jeune volontaire européen, au retour de leur SVE, pour réaliser un projet de développement personnel ou professionnel. Les jeunes peuvent ainsi valoriser l’expérience acquise dans le cadre de leur Service Volontaire Européen. Créée en 1998, cette mesure a permis à un grand nombre de jeunes français de bénéficier d’un soutien financier pour créer une association ou une entreprise, suivre une formation, monter une exposition ou un atelier vidéo… Le projet peut se dérouler en France ou dans l’un des pays participant au programme.

- On peut poser sa candidature dans un délai de 2 ans après la fin de son projet SVE. Il y a cinq dates de dépôts de projet possibles : 1er février, 1er avril, 1er juillet, 1er septembre, 1er novembre. - Le projet doit présenter un lien avec le SVE mais ne peut en aucun cas être la continuation de celui-ci. - Les critères d’éligibilité des projets sont : lancement d’une activité professionnelle ; réalisation de projets ponctuels d’animation ; accomplissement d’un projet de développement. - Les études universitaires ne sont pas éligibles. - Chaque pays est susceptible d’interpréter les critères de façon différente. - Il est conseillé de chercher des sources de financement complémentaires. - Le montant de l’aide financière est de 5000 euros maximum. - Il est possible de prolonger l’assurance de SVE après le volontariat pour encore six mois. Dans ce cas, il faut payer pour les mois supplémentaires.

97


Défi Jeunes (INJEP)

INJEP - Défi Jeunes 11, rue Paul Leplat 78160 Marly-Le-Roi Tél. : 01.30.08.83.83 Fax : 01.39.16.92.25 www.defijeunes.fr

98


Défi Jeunes (INJEP) DURÉE : Selon le projet

PAYS : Ouvert à tous les pays

Ce dispositif encourage les projets individuels ou collectifs, quel que soit le nombre de participants. Défi Jeunes est animé par un réseau de correspondants de proximité. Ils sont présents dans chaque Direction Départementale et chaque Direction Régionale Jeunesse et Sports. Pour s’inscrire et déposer un dossier il faut contacter le correspondant Défi Jeunes de son département ou territoire.

- Avoir entre 15 et 28 ans. - Les candidats doivent rechercher des financements représentant au moins 30 % du prix sollicité. - Modalités d’inscription : 3 jurys par an. - Nombre de personnes concernées : 400 bourses par an pour les 18/28 ans et 800 pour les 15/17 ans. - Sont exclus du dispositif : les voyages touristiques ; le financement des études, des stages, des formations ; la participation à des compétitions sportives ou à des raids ; la reprise d’entreprises ; les professions libérales réglementées.

- Montant de l’aide : jusqu’à 1 600 euros pour les 15-17 ans et de 1 600 à 8 500 euros pour les 18-28 ans. - Les candidats sont aidés dans leurs recherches de co-financement par le correspondant Défi Jeunes. Ce dernier apporte un soutien méthodologique et un accompagnement personnalisé. - Défi jeunes a constitué des réseaux de partenaires techniques locaux, (associations, chambres de commerce et d’industrie, chambres des métiers, entreprises, ...) pour mieux accompagner les jeunes dans le montage de leur projet. - Les dépenses liées au conseil, à l’expertise, au diagnostic ou à la formation et nécessaires au montage du projet peuvent être financées par des chèques conseil-formation et logistique, attribués par les correspondants Défi Jeunes.

99


Paris Jeunes Aventures (ABM et la Mairie de Paris) Femmes Inuit, histoire d’une rencontre : En 1999, mon chemin a croisé celui de nos cousins québécois. Etant alors en formation d’éducatrice, je partais faire un stage dans le domaine social pour quatre mois. Contre toute attente, je découvrais le peuple inuit. Je me jurais alors de repartir sur le sol québécois, mais cette fois, dans la région la plus septentrionale, le Nunavik, où vivent 14 communautés inuit. Une fois ma formation finie, je décidais, en septembre 2001, de me donner un an pour réaliser ce projet. De fil en aiguille, je commençais l’apprentissage de la langue à l’université de l’I.N.A.L.C.O. à Paris. Parallèlement, je parvins à trouver les coordonnées d’une structure accueillant des mères en difficulté, située, qui plus est, dans la communauté où je rêvais de partir. Salluit est nichée au creux d’un fjord glaciaire, comptant environ 1000 habitants. La directrice accepta ma candidature de bénévole et trouva une famille susceptible de m’héberger. Des partenaires dont la mairie de Paris, l’office franco-québécois de la jeunesse, le département des landes et la mairie de Mont de Marsan, crurent en mon projet et en financèrent une partie.

18 septembre 2002 : destination l’arctique ! Habitant dans des familles inuit, j’ai travaillé successivement dans le centre d’accueil d’urgence pour femmes puis dans un centre de formation pour adultes. J’ai établi progressivement des relations avec des femmes de tout âge et de situations diverses. Ces liens m’ont permis de vivre la culture inuit, de la ressentir et de mieux l’appréhender. Ma démarche s’est inscrite dans la simplicité d’une rencontre, de l’humain à l’humain. C’est au quotidien que la rencontre a eu lieu, doucement, sous forme d’éclats de vie, d’instants de partage inoubliables, d’inattendus émouvants. J’ai redécouvert l’essentiel, l’humain. 1er mars 2003 : retrouvailles françaises ! Mon regard s’est modifié. Depuis mon retour, faire connaître ce peuple est plus fort qu’un désir. C’est une nécessité tant j’ai (re)découvert le partage. Ce fut le partage par le regard, dans et pour l’instant présent, celui qui se vit au-delà des cultures de chacun, dans toute une gamme d’émotions semées et récoltées. Cela, j’ai souhaité en témoigner afin de faire perdurer la magie de cette rencontre et d’inciter à oser, sous toutes ses formes, la rencontre.

Aventure du Bout du Monde (ABM) Xavier MERCKS, Aurélie TAUPIN 11, rue de Coulmiers (RDC) 75014 Paris Tél. : 01.45.45.29.29 Fax : 01.45.45.20.30 pja@abm.fr http://www.abm.fr/pratique/bourse75.html http://portailj.paris.fr/

100


Paris Jeunes Aventures (ABM et la Mairie de Paris) DURÉE : La moyenne de séjour est de 3 semaines

PAYS : Tous les pays

La Mairie de Paris attribue chaque année des aides financières destinées à favoriser la réalisation de projets d’expédition en France ou à l’étranger conçus par des jeunes, avec ou sans l’aide d’un tiers. L’association Aventure du Bout du Monde (ABM) s’occupe d’aider à préparer et monter le dossier. Les candidats doivent être âgés de 16 à 28 ans et habiter, étudier ou travailler à Paris. Les projets doivent avoir un objectif sportif, culturel, scientifique, humanitaire ou documentaire. Ils peuvent se dérouler sur tous les continents. L’expédition doit débuter dans l’année de dépôt du dossier de candidature et sa réalisation doit être achevée dans les deux ans à compter de la date limite du dépôt du dossier.

- Avoir entre 16 et 28 ans. - Il faut habiter, étudier ou travailler à Paris. Pour les projets portés par plusieurs personnes, au minimum les trois-quarts des membres de l’équipe doivent respecter les conditions d’admission. - Aucune qualification, expérience ou connaissance de la langue ne sont requises. - La date limite pour déposer les candidatures est le 15 mars. Il est recommandé de préparer le projet 6 mois à l’avance. - Le lauréat doit remettre à son retour un compte-rendu d’expédition. - Il faudra également faire trois prestations pour les structures municipales (expositions, présentations...) après le retour.

- ABM s’occupe d’aider à préparer et monter le dossier de candidature. - Environ 80 bourses sont octroyées (10% des dossiers). - La bourse est de 760 euros à 7600 euros. - L’aide financière ne peut dépasser 75% du budget prévisionnel de l’expédition. - Elle est versée en deux fois au candidat. Les deux tiers de l’aide sont versés avant le départ sur justificatif (billets d’avion ou de train, factures...) et le dernier tiers au retour, après avis sur le rapport de voyage. - Les frais d’assurance sont à la charge des jeunes.

101


Bourses de voyage Zellidja (Zellidja) Stéphanie est partie en Syrie pour réaliser son projet appelé “Echos de Syrie”. Stéphanie affirme que “la Syrie est un très bon pays, de Damas - sa capitale - à Alep en passant par le désert”. Elle a trouvé ce qu’elle cherchait : “Là, le tourbillon continu m’a emportée, de recherches en recherches, vers l’essence musicale arabe qui reste encore si difficile à s’approprier, à plus forte raison par une non-initiée, à l’oreille occidentale”. Pour elle le plus important a été la rencontre humaine avec des Bédouins, peuple seminomade du désert, “les meilleurs poètes arabes sans aucun doute, aux chants anciens primitifs du désert et regard renversant”.

Delphine a réalisé son projet, “Les peuples andins, entre passé et présent”, au Pérou et à l’Equateur, du mois d’août à septembre 2002. Elle ne se sentait pas un touriste, elle a simplement voyagé, “abandonné mon quotidien pour rencontrer les peuples andins et vivre comme eux”. Elle a connu Chunchilan, Huacabamba et ses chamans, puis la Cordillère Blanche, et après deux tours en hélicoptère, Chiquian… Elle est fascinée par la beauté des lieux, et par les spectres d’une civilisation perdue qui plane encore sur la nature et les esprits. En Equateur et au Pérou, pays pauvres, elle a découvert ce que pouvait être aussi voyager : à savoir tenter d’approcher intellectuellement, spirituellement, humainement les peuples à qui l’on rend visite en leur restituant par là même un peu de leur âme compromise par les difficultés de la vie. Aujourd’hui elle est heureuse : “J’ai vu, ressenti et vécu, tout simplement. Je réalise mes rêves d’enfance, dont je ne suis pas encore sortie et que je ferai tout pour conserver”.

Association des Lauréats Zellidja Marie DESRUES, Laurence LARGUIER 5, bis cité Popincourt 75011 Paris Tél. : 01.40.21.75.32 Fax : 01.40.21.75.32 info@zellidja.com www.zellidja.com

102


Bourses de voyage Zellidja (Zellidja) DURÉE : Entre 1 mois et 4 mois

PAYS : Tous les pays

Depuis plus de 50 ans, l’association Zellidja accorde chaque année des bourses de voyage pour des jeunes qui souhaitent organiser un voyage en solitaire. Ces jeunes boursiers, peuvent pendant plus d’un mois, réaliser un projet d’étude portant sur le sujet et le pays de leur choix. A leur retour, les voyageurs remettent un journal de route, un livre de compte, ainsi que leur rapport d’étude. Si leur rapport et leur voyage ont été jugés satisfaisants, ils peuvent alors présenter un projet d’étude de deuxième voyage, basé sur les mêmes principes. A leur retour, et après lecture du rapport, le jury peut alors leur décerner le titre de Lauréat, et leur permettre alors de participer à la vie de l’association. Les bourses de voyage Zellidja permettent aux jeunes, entre 16 et 20 ans, d’obtenir une aide financière allant jusqu’à 1000 euros.

-

Pour bénéficier de la bourse, il faut avoir entre 16 et 20 ans. Il faut partir seul(e) pour une durée minimale d’un mois. La date limite de dépôt des projets est le 15 mars de l’année en cours. Une documentation sérieuse, un budget qui tient debout et une forte motivation sont de bons atouts pour être sélectionné pour un entretien. - En avril, un jury REGIONAL étudie les projets en fonction des motivations du candidat et des qualités du dossier. En mai, les candidats présélectionnés sont invités à défendre leur projet devant un jury composé de Lauréats Zellidja dans leur région, en apportant des précisions, fruits de leurs recherches. En juin, les bourses sont octroyées. - Approximativement 60 bourses sont octroyées (environ 200 demandeurs). - A son retour (mi-janvier) il faut présenter un projet d’étude complet.

- La bourse s’élève de 600 à 1000 euros pour le premier voyage et jusqu’à 1500 euros pour le deuxième voyage. - L’assurance est à la charge du voyageur.

103


Ce guide résulte de la collaboration de trois structures : 18-30 Insert-Export, la Mission Locale Paris Centre et la Mission Locale Intercommunale de Versailles. Pendant la période 2002-2003, elles ont accueilli trois jeunes dans le cadre du Service Volontaire Européen. Ils ont travaillé en équipe pour rechercher les informations, visiter les associations, chercher des témoignages et finalement mettre en page le guide que vous avez entre vos mains. Nous remercions les associations recensées dans ce guide pour leur écoute et leur collaboration. Nous remercions l’Association Régionale des Missions Locales qui a apporté son soutien financier indispensable à la réalisation de ce guide.

Crédits photos : Les photos accompagnant les témoignages ont été gentiment fournies par les différentes associations et par les auteurs. Les photos utilisées sur la couverture sont propriété de la NASA. La plupart des images utilisées comme fonds et logos appartiennent à la “Médiathèque Commission Européenne”. Le reste des images ont été créées par l’équipe de réalisation du guide.

Crédits et remerciements

Les trois Volontaires Européens impliqués dans la réalisation de ce guide (de gauche à droite) : Susana CASTAÑO, Margrette SLETTEBØ et Rodrigo ORDÓÑEZ.


MOBILITÉ INTERNATIONALE Le Guide pour les Jeunes Franciliens

Association Régionale des Missions Locales et PAIO c/o CARIF 16, avenue Jean Moulin. 75014 Paris

Mission Locale Intercommunale de Versailles 33, rue du Parc de Clagny. 78000 Versailles Tél. : 01.30.83.27.60 Fax : 01.39.02.23.68

Mission Locale Paris Centre 155, rue de Charonne. 75011 Paris Tél. : 01.44.93.89.83 Fax : 01.44.93.89.98

18-30 Insert-Export 26 bis, rue Château Landon. 75010 Paris Tél. : 01.40.36.38.38 Fax : 01.40.36.38.40

Pour toute information supplémentaire sur le guide, contactez Hervé Clément Mission Locale Paris Centre 155, rue de Charonne. 75011 Paris Tél. : 01.44.93.89.83


Imprimé par

3/7 rue Albert Marquet 75020 PARIS Tél. : 01.49.23.70.60 Fax : 01.49.23.70.65 E-mail : info@alpesarl.com



Mobilité internationale