LES CAHIERS DE L'INDUSTRIE ELECTRONIQUE 1 NUMERIQUE N° 110 - DECEMBRE 2021

Page 1

N° 110

DECEMBRE 2021

DOSSIERS SPATIAL EUROPÉEN : il faut

sauver le soldat Ariane !

SÉRIGRAPHIE :

L’automatisation des changements de pochoirs de sérigraphie et de pâte à braser améliore la productivité de la production CMS

ESTELEC GROUPE

surfe sur les crises et vise un chiffre d’affaires de 30 M€ à l’horizon 2025

LES CAHIERS DE L’INDUSTRIE ÉLECTRONIQUE & NUMÉRIQUE


7EJI 4'& MRZIWXMX WYV PI PEWIV 0EWIV (MVIGX -QEKMRK 3LVWHV P GYMZVI 0EWIV (MVIGX -QEKMRK ZIVRMW %*$ XOWUD ILQ 4IVɭEKI PEWIV

'-6'9-87 -146-1ɔ7 463 6-+-( *6 1)8%0 71- *0)< 6-+-( *0)<

7URXV ERUJQHV VWDFNHG YLD

(ɯGSYTI PEWIV &LUFXLWV )/(;

-73 )2 )2 -4' %

48$/,7e

[[[ WEJI TGF GSQ

'-6'9-87 -146-1ɔ7 ,M 8)',

$e521$87,48( )(5529,$,5( &/$66

4396 0)7 463

,SXPMRI *VERGI

2 - Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique -décembre 2021 - n° 110

7EJI 4'& *EFVMGERX IX HMWXVMFYXIYV HI GMVGYMXW MQTVMQɯW TSYV PŭMRHYWXVMI ɯPIGXVSRMUYI (IZMW GSQQERHI IR PMKRI [[[ WEJI TGF GSQ QEMP GSRXEGX JV$WEJI TGF GSQ


TRUSTED TECHNOLOGY

DÉCOUVREZ LA NOUVELLE YRM & LA PLATEFORME YsUP Présentant la nouvelle plateforme de machine YRM et sa solution logicielle unique et éprouvée YsUP. L‘interface utilisateur du logiciel a été complètement repensée. La nouvelle version de la machine YRM de Yamaha et sa plate-forme logicielle sont tournées vers l‘avenir. Désormais, le nouveau portail du logiciel vous permet de retracer les différentes étapes et de bénéficier d‘une visibilité complète sur l‘ensemble du travail. Le nouvel assistant rend quant à lui la programmation très facile. Le suivi et l‘analyse de votre ligne de production sont possibles. Par ailleurs, le logiciel YsUP vous offre la possibilité de disposer de plusieurs kits d‘assistance à la production et de maintenance. Les nouvelles interfaces de communication M2M et MES-ERP sont également beaucoup plus simples qu‘auparavant. Alors, qu‘attendez-vous ?

Programmation et planification Kit d‘assistance à la production Kit de surveillance Kit de traçabilité Kit de maintenance Interfaces de communication avancées et M2M

#YamahaYRM20 smt.yamaha-motor-im.de/tour/yrm20/ Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110 - 3


SERIO 6000

LA PREMIÈRE SÉRIGRAPHIE AUTONOME AU MONDE

Le système offre une automatisation par étapes. Avec l’imprimante autonome intelligente, les raclettes et les pochoirs peuvent être configurés de manière asynchrone. Des outils spécifiques pour le cycle de produit suivant peuvent être stockés directement sur l’imprimante puis installés automatiquement au bon moment.

Changement automatisé de la crème à braser

Nouvelle tête de sérigraphie

Système intelligent de distribution de crème à braser

Accelonix SAS PA du Long Buisson • 260 rue Clément Ader • 27000 Evreux • France T: +33 (0)2 32 35 64 80 Accelonix delivers innovative solutions to electronics organisations around the world www.accelonix.fr

Chargeur de pochoir automatique


LES CAHIERS DE L’INDUSTRIE ÉLECTRONIQUE & NUMÉRIQUE Revue d’informations des entreprises de conception, industrialisation et fabrication de cartes et systèmes électroniques de leurs fournisseurs et clients.

Sommaire : 4 Editorial 6 Informations SNESE 8 Dossiers • SPATIAL EUROPÉEN : il faut sauver le soldat Ariane ! • Suivre les chocs de son colis, grâce à une étiquette connectée • Réduction des coûts, fiabilité, support : Panasonic tient ses promesses • Des entreprises, des femmes et des hommes... • Nouvelle AOI Mycronic MYPro série I : quand facilité de programmation rime avec performance. • GLOBAL INDUSTRIE : Acteur de la relance nationale, Global Industrie réussit avec succès le coup d’envoi de la rentrée industrielle et offre un VRAI moment de retrouvailles ! • GLOBAL INDUSTRIE : Concours de brasage : une compétition sportive ! • ROHS SANS PLOMB : Le passage aux alliages ROHS sans plomb est une avancée majeure en terme environnementale et sécurité des personnes travaillant sur les assemblages électroniques • SÉRIGRAPHIE : L’automatisation des changements de pochoirs de sérigraphie et de pâte à braser améliore la productivité de la production CMS • ESTELEC GROUPE surfe sur les crises et vise un chiffre d’affaires de 30 M€ à l’horizon 2025 RÉDACTION Richard Crétier REPORTERS : Dominique Lemière - Jeanne Bigot - Louis Gildas Enora Guillou : La news-letter des cahiers (abonnés) RÉGIE PUBLICITAIRE Franck Rannou - frannou@dcomconseil.com D’COM CONSEIL - 7 rue Douric Ar Gueben F 29510 LANDREVARZEC - Tél. : + 33 (0)2 98 50 18 53 L’envoi des textes ou photos impliquent l’accord de leurs auteurs pour une reproduction libre de tous droits. Dépôt légal : décembre 2021 - ISSN 1774 - 5438 CONCEPTION & RÉALISATION D’COM CONSEIL DIFFUSION Service Abonnements Les Cahiers - 7 rue Douric Ar Gueben F 29510 LANDREVARZEC - Tél. : + 33 (0)2 98 50 18 53 Tarif France 1 an ou 4 numéros : 92 euros Tarif étranger 1 an ou 4 numéros : 129 euros Prix de vente au numéro : 23 euros CRÉDITS PHOTOS Photos de couverture : JAXA/NASA–S. Noguchi

46 56 64 72 74

Fabricants d’électronique Informations commerciales Nouveautés technologiques Offres et demandes d’emplois Bibliothèque

Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110 - 5


Editorial Richard CRETIER Directeur de la publication

S’il est une industrie où la résilience est une vertu cardinale, c’est bien le secteur de la fabrication électronique, les entreprises qui conçoivent, industrialisent et fabriquent des produits intégrant des cartes et des systèmes électroniques – en langage maison les OEM, ODM et autres EMS ! En effet, malgré un environnement plus que défavorable à l’exercice de leurs compétences, ces entreprises montrent une capacité extraordinaire à résister aux chocs désagréables ou traumatiques. A cette résilience, on peut aussi y ajouter une dose de crédulité. Ainsi, il en va de la pénurie de composants qui pourri leur quotidien depuis de longs mois, pénurie dont les principaux acteurs – les fournisseurs de composants annoncent qu’elle ne trouvera pas d’issue avant 2023. Comment peut-on supporter d’être autant malmené par ses fournisseurs, qui au mépris de leur parole donnée – le contrat de vente ou l’accusé de réception de commande, imposent sans préavis ni compensations des modifications de date de livraison, de quantité et de prix ? A ma connaissance, le médiateur des entreprises attend toujours la première saisine qui lui permettrait de rappeler la loi, c’est-à dire l’article 1134 du code civil, les articles L. 442-6-I-5° et L. 442-6-II-6a, etc. du code de commerce aux fournisseurs de composants. Et ce ne n’est parce que les tribunaux sont encombrés qu’il faut s’interdire d’utiliser les nombreuses procédures de référé à disposition des entreprises. Faut-il voir là la mainmise de la trentaine de distributeurs qui exerceraient en France, selon une étude Fieec-Gifam présentée lors du salon Global Industrie à Lyon le 9 septembre dernier. C’est certainement vrai pour les majors de la distribution, mais réduire la distribution de composants en France à une trentaine d’entreprises est osé ! Les auteurs de l’étude ont, semble-t-il oublié la centaine de fournisseurs de composants abonnés aux Cahiers, qui apprécieront … Autre sujet de conversation au comptoir du café du commerce de la filière électronique, les relocalisations d’activité. Si, grâce au plan France relance, 2021 apparait déjà comme le meilleur

6 - Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110

millésime depuis 2009, les 84 activités - toutes industries confondues - de retour dans l’Hexagone feront travailler à peine plus de 2 300 salariés. Ce sont surtout des PME qui rapatrient des activités, les grands groupes restant dans une logique d’optimisation industrielle. Comme dans de nombreuses autres filières industrielles, la formation est un grave sujet de préoccupation des entreprises de l’industrie électronique. Si du côté de la formation initiale et de la Rue de Varennes, c’est le silence radio le plus complet sur la réactivation des programmes et des diplômes qui permettraient aux jeunes - et surtout à leurs parents prescripteurs de découvrir la richesse des métiers de l’électronique, il semble que du côté de Bercy, il y a une réelle volonté d’accélérer l’entrée sur le marché de l’emploi de jeunes formés dès l’âge de 15 ans dans les écoles de production. Aujourd’hui il y 42 écoles qui forment aux métiers de l’industrie (sauf l’électronique), de l’automobile, du bâtiment, de la restauration, des métiers du bois, des métiers paysagers et de l’agriculture. Bercy a annoncé le 23 novembre la création de 34 nouveaux établissements à la suite de l’Appel à manifestation d’intérêt (AMI) lancé en mai et clos le 15 octobre 2021. L’objectif est de former 15 000 personnes en deux ans. Cet appel à projet a dû échapper à la vigilance du CSF Electronique puisque l’électronique est absente des 34 projets présentés qui bénéficient tous du soutien de Bercy.


Mettez votre inspection en pilotage automatique. Nouvelle gamme d’AOI 3D MYPro série I Créer un programme d’inspection n’aura jamais été aussi simple. La nouvelle gamme d’AOI 3D MYPro série I repousse les frontières de l’automatisation grâce au machine learning permettant l’exploitation d’une AOI haute performance par tout utilisateur, quel que soit son expérience et quels que soient le volume et le mix de production. Grâce à MYWizard, la nouvelle interface intuitive d’assistance à la programmation, et à Escape Tracker, un système unique d’auto-contrôle des performances d’inspection, la qualité de production et le rendement au premier passage (FPY) sont améliorés en continu avec un minimum d’intervention. Découvrez comment la nouvelle AOI 3D MYPro série I peut renforcer votre process de production sur www.mycronic.com


Informations : SNESE

ERIC BURNOTTE, DG d’Alliansys : Elevé au grade de Chevalier de l’ordre national de la Légion d’honneur Le samedi 4 septembre Eric Burnotte, Directeur Général d’Alliansys a rejoint la promotion dans l’ordre national de la Légion d’honneur en étant élevé au grade de Chevalier.

D

epuis plus d’un an, toute la population française, comme celle des autres pays, est confrontée à une crise sanitaire majeure aux répercussions inédites. De nombreux compatriotes se sont investis professionnellement et bénévolement, en faisant preuve d’un engagement impressionnant. Le Président de la République et le Gouvernement ont souhaité

que les nominations comprennent une part importante de personnes ayant contribué à la lutte contre le virus, à tous les niveaux et dans tous les domaines d’activités. C’est donc très naturellement que notre Président du SNESE, incarnant parfaitement les valeurs et mérites distingués, a été proposé dans cette promotion.

Ses initiatives durant la crise sanitaire, avec la mise en œuvre très rapide d’un atelier dédié à la production de composants pour respirateurs, ainsi que ses engagements au quotidien pour valoriser le secteur de l’électronique, par sa conduite du bureau de la fédération des sous-traitants a été mise en avant. Entouré de sa famille, de ses collègues d’Alliansys ou ses anciens collègues du temps de Philips ou Sony, ses amis, c’est l’ancienne Ministre Clotilde Valter qui a prononcé un vibrant discours refaisant son parcours professionnel, et énumérant ses réalisations ainsi que ses nombreuses qualités, dont l’humilité n’est pas la moindre. Elle mentionnera particulièrement son attention aux besoins humains de notre industrie, à la formation, à la défense de l’électronique dans les enseignements technologiques de base, à sa capacité à œuvrer tant pour les TPE/ PME que les grands groupes membres de notre fédération, mais aussi son implication dans la construction d’une Filière Electronique mobilisée aujourd’hui par des thèmes majeurs pour notre économie, comme les relocalisations ou les approvisionnements en composants.

8 - Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique -décembre 2021 - n° 110

C’est à la Sous-Préfecture de Lisieux, aux côtés du sous-préfet, du président de l’association locale des récipiendaires de l’Ordre, que Madame Valter lui a remis, au nom du Président de la République, cette distinction honorifique. Elle a en quelques mots bien émouvants, vanté tout le mérite de l’homme, de l’industriel, mais aussi de toute l’organisation qu’il porte au nom de tous ses membres en qualité de Président.


Le billet du Président Eric Burnotte et du Délégué Général JF Maire

aborde tous les sujets, en particulier, celui des problématiques d’approvisionnements qui mobilise tous les confrères de la filière face aux institutions gouvernementales.

Comme nous le pressentions la pénurie de composants perdure et s’amplifie et malheureusement aucune information positive n’indique que cette situation soit susceptible d’évoluer favorablement à court terme. L’ensemble des composants sont touchés : actifs, passifs, mais aussi PCBs, câbles et connecteurs. Les 6 premiers mois de l’année 2021 ont été marqués par de fortes augmentations de prix souvent ressenties comme de la prise d’otage (« vous acceptez ou vous n’êtes pas livrés »), conjuguées avec de non moins fortes augmentations des délais. Cependant les accusés de réception étaient globalement respectés. Depuis la rentrée, la situation se dégrade de nouveau, avec de nouvelles augmentations de prix, et surtout, des délais accusés qui ne sont plus respectés. La situation sanitaire qui règne en Asie depuis quelques mois en est vraisemblablement la cause. En effet, de nombreux pays de cette zone tels que la Malaisie et les Philippines où il y a une importante concentration de fabrication de composants, connaissent un fort développement épidémique de Covid19 entrainant des arrêts de production multiples. Dans le même temps, les problèmes d’alimentation d’énergie en Chine, qui se conjuguent avec les problèmes de transports perdurent. Normalement, cette période compliquée, où de coutume nous faisons des stocks pour faire face au Nouvel An chinois, ne va pas nous faciliter la tâche. La croissance du secteur industriel semble solide et

Crédits : shutter_m

Pas de boule de cristal pour déterminer une sortie de crise des approvisionnements.

les carnets de commandes grimpent encore. Le secteur aéronautique reprend des couleurs, celui de la défense reste à haut niveau, alors que cela semble plus compliqué pour celui de l’automobile. A n’en pas douter, le début de l’année 2022 ne sera pas facile pour les équipes d’acheteurs et d’approvisionneurs, et plus que jamais la coopération entre les différents acteurs de notre syndicat sera nécessaire pour procéder à des échanges d’information et de composants. Ces échanges qui augmentent de jour en jour permettent d’assurer des productions et de livrer les clients, nous ne pouvons que vous encourager à développer ces coopérations dans la filière.

qu’à la finance et aux politiques court-termistes qui nous ont conduites dans la crise actuelle.

Jamais l’Electronique n’aura été aussi visible et perçue comme autant stratégique pour toute notre économie nationale. Le SNESE concentre donc toute son énergie vers des actions bénéficiant en priorité aux métiers et aux entreprises de cette filière, constituée, faut-il le rappeler de 90% d’établissements de moins de 100 personnes.

Des actions sont en cours auprès du médiateur du crédit et du médiateur des entreprises afin de trouver des solutions financières d’une part et de fluidifier les relations entre les différentes composantes de la Supply Chain d’autre part.

Un observatoire de la pénurie est péniblement en cours d’élaboration au niveau de la filière Electronique, mais cela ne changera pas notre quotidien. Il nous faut tirer les leçons de la situation dans laquelle nous sommes ; il est, nous semble-t-il grand temps d’ouvrir un dialogue sur les sources d’approvisionnements en concertation avec les filières avales.

Plus que jamais, l’équipe opérationnelle du SNESE s’engage à poursuivre les projets en cours, comme par exemple la révision des BacPro Systèmes Numériques qui méritent un retour aux fondamentaux de l’Electronique dans les programmes. Pour le Comité Directeur, reconduit récemment avec son Président par l’Assemblée Générale, les chantiers ne manquent pas : modernisation des équipements, digitalisation des processus, compétences et emploi, gestion de crise des composants, … Notre équipe se mobilise déjà en comptant sur la participation active de ses membres au service de la devise plus que jamais engageante : RASSEMBLER, REPRESENTER, AGIR.

Les bonnes pratiques de l’âge d’or de l’Electronique française se sont perdues. Les notions de souveraineté et d’indépendance en matière d’approvisionnement ont disparues de l’enseignement dispensé dans nos grandes écoles pour ne laisser place

Ainsi, notre syndicat montre sa position représentative et incontournable des sous-traitants au sein de la filière Electronique française. Pour rétablir certaines vérités ou informations souvent distordues et disproportionnées dans les médias, le SNESE

SNESE Eric BURNOTTE Président +33 (0)7 49 66 52 80 info@snese.com www.snese.com

Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110 - 9


Dossier Spatial

SPATIAL EUROPÉEN : il faut sauver le soldat Ariane ! Par Dominique LEMIERE, reporter. Menacée de déclassement par la montée en puissance de SpaceX, l’industrie spatiale européenne rassemble ses forces.

C

e 17 novembre 2020 est une date amère pour Arianespace. Au centre guyanais de Kourou, tout est enfin prêt pour le décollage du lanceur léger Vega et sa précieuse cargaison, le satellite de la mission Taranis, qui doit se mettre en orbite à 670 kilomètres d’altitude pour étudier les phénomènes électriques qui se produisent au-dessus des orages, les «phénomènes lumineux transitoires», découverts dans les années 1990. C’est une mission spatiale entièrement française, et d’un formidable intérêt scientifique. Mais Vega dévie de sa trajectoire :

la mission Taranis est perdue. Comme sont perdues cinq années d’études préalables, avant qu’un budget soit alloué en 2010. Suivie par dix ans de réalisation, pour concevoir, construire, monter et tester huit instruments scientifiques sur une plateforme de microsatellites. Au total, le projet Taranis aura coûté 115 millions d’euros. Ce même jour, De l’autre côté de l’Atlantique, au Kennedy Space Center près du Cap Canaveral, SpaceX lance sa fusée Falcon 9, partiellement recyclée, à 18H37 heure locale, avec Michael Hopkins,

8 - Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110

Victor Glover, Shannon Walker et Soichi Noguchi à bord de la capsule. Quelques minutes plus tard, le propulseur s’est séparé de sa charge utile, sous les acclamations des ingénieurs de centre spatial. Moins de trois minutes après l’envol, à 90 km d’altitude et alors que la fusée filait à 7000 km/h, le premier étage s’est détaché sans incident, pour revenir sur Terre et être réutilisé, tandis que le second étage avec la capsule poursuivait sa course et s’arrimait à la station spatiale internationale, après 9 ans de dépendance de la Nasa avec la Russie.

Des startups dans le monde du spatial, en France et en Europe il y en a beaucoup, estime-til, mais passé l’éclosion, ce dont elles ont besoin, ce n’est pas tellement de subventions ou d’aides (…), c’est d’avoir des contrats pour réaliser un objet industriel, technologique...


Vous accompagne dans les principales étapes de votre process

www.metronelec.com contact@metronelec.com

>ÉQUIPEMENT RX DE COMPTAGE DE COMPOSANTS

>SOLUTION DE PLACEMENT

>SYSTÈMES D’INSPECTION 3D AOI & 3D SPI

eau uv

eau

!

uv

• no

>FOURS DE REFUSION >BRASAGE À VAGUE

Filiale du groupe EFA

www.w-tech.fr commercial@w-tech.fr Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110 - 11

• no


Dossier Spatial Etape cruciale Ce succès est également une étape cruciale vers des vols spatiaux beaucoup moins chers, dont on espère qu’ils pourront révolutionner les voyages dans le système solaire et emmener les humains sur Mars. Alors que la Nasa a utilisé pendant des décennies des engins spatiaux réutilisables – sa célèbre flotte de navettes spatiales – l’agence spatiale américaine vient de découvrir que l’entretien intensif dont les navettes ont besoin les rend bien plus chères que les fusées… L’histoire de la conquête spatiale regorge d’échecs techniques, de ratages et d’explosions, et parfois de pertes de vies humaines. Et l’échec de Vega le jour du triomphe de Falcon 9 en est un des avatars. Mais celui-ci est emblématique, parce qu’il illustre le fait qu’avec ses lanceurs réutilisables, l’entreprise d’Elon Musk bouleverse le marché spatial tout en ébranlant la position du fleuron de la technologie européenne, une place occupée depuis des années par Arianespace. Elles sont loin les années 80, quand les ingénieurs de Matra et d’Aerospatiale se riaient de l’arrogante Nasa, et jetaient les bases d’une domination européenne qui devait durer près de 20 ans. David Mimoun, professeur à l’Isa-Suparéo, se souvient : « A l’époque, les Etats-Unis s’entêtaient avec leur navette qui multipliait les accidents, et dont chaque vol coûtait entre 500 millions et 1,5 milliards de dollars alors qu’Ariane les facturait 150 millions ». « Vous êtes tous morts » Jusqu’au milieu des années 2000, au niveau des lanceurs, tant la joint-venture de Boeing et Lockeed Martin, que l’United Launch Alliance (donc la Nasa) sont à la peine. C’est à ce moment qu’apparaît le flamboyant Elon Musk, qui vient d’encaisser 180 millions de $ en vendant ses parts dans le système de paiement en ligne PayPal et réinvestissait ce pactole dans deux startups : Tesla et SpaceX. Elon Musk parle d’aller sur Mars, de fusées réutilisables. Ses propos sont considérés comme « fantaisistes » en Europe. Elon Musk est un personnage à part. En 2005, il se présente au gotha de l’industrie spatiale lors d’un congrès d’astronautique en lançant : « Je m’appelle Elon Musk. Je suis le patron de SpaceX. J’arrive, et vous êtes tous morts ». La NASA n’est, elle aussi, que moyennement convaincue par le personnage. Mais l’esprit aventureux prend le dessus, comme la lassitude induite par les échecs de l’agence américaine, notamment celui de Challenger. La Nasa ouvre à Musk ses

technologies, dont son fameux moteur à tuyères, Merlin, le plus puissant au monde. L’épopée de SpaceX va commencer, avec un contrat de la Nasa de 1,6 milliards de $ fin 2008, qui débouche en 2015 sur une vraie rupture technologique des lanceurs depuis Spoutnik en 1957 : la réutilisation du premier étage d’une fusée. Une technologie qui permet d’appréciables économies : le premier étage compte pour 60% du coût d’une Falcon. Jean-Yves Le Gall, alors patron du CNES, se défend d’avoir « souri » d’Elon Musk, qu’il connait personnellement : « Pas moi ! J’ai pris Musk au sérieux. Preuve en est que dès 2015 j’ai lancé le développement du moteur Prometheus, réutilisable et à bas coût qui va faire des essais dès cette année ». « Il pourrait équiper Ariane Next en 2028-2030 ». Certes. Mais dans l’intervalle, il est probable qu’Elon Musk aura réussi à faire décoller sa fusée Starship, un système 100% récupérable, censé porter une charge utile de 100 tonnes en orbite basse. Une Europe prudente … et lente La montée en puissance de SpaceX, ses performances technologiques, sont spectaculaires. La NASA a choisi SpaceX pour le lancement de satellites météorologiques. Le 13 septembre dernier, l’agence spatiale a annoncé le début de ce nouveau projet avec l’entreprise d’Elon Musk, qui implique un contrat de 152,5 millions de dollars. Selon la Nasa, la mission baptisée GOES-U fournira des images et des mesures atmosphériques avancées du climat, des océans et de l’environnement de la Terre. Elle permettra également de cartographier en temps réel l’activité de la foudre sur notre planète mais aussi d’améliorer la surveillance de l’activité solaire. Cette décision a été prise après le retrait de l’offre de United Launch Alliance (ULA), qui ne disposait plus des véhicules nécessaires au lancement des satellites, selon le site Space News. SpaceX s’impose dans le New Space. Le concurrencer va être une autre paire de manches. Pour des raisons techniques, mais aussi de méthodes : l’Europe construit sa fusée avec une cohorte de validations, de principes de précaution - pour s’assurer que tout sera parfait avant le plus petit essai. SpaceX est pragmatique : on multiplie les essais, on vérifie ce qui ne colle pas, corrige et recommence. Cet esprit pionnier n’est pas dans la culture européenne. Et c’est sans doute dommage. Le New Space est un défi crucial et stratégique pour l’Europe, il relève d’enjeux scientifiques et technologiques majeurs,

12 - Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique -décembre 2021 - n° 110

tel que le contrôle global des systèmes de communication et de géolocalisation. Et l’Europe n’est pas en très bonne posture. Il lui faut pour le moins compenser les investissements massifs ; elle reste encore loin de la superpuissance historique américaine. SpaceX carbure aux milliards de dollars des contrats de la Nasa, et croule littéralement sous les subventions. Les tarifs de lancement de SpaceX sont 40% inférieurs à ceux d’Ariane. Pour les concurrents le défi est de taille : car une fois que vous avez commencé à occuper une partie de l’espace en devenant le leader des lancements de satellites, c’est un peu comme l’accaparement des terres du Far West : les autres vont avoir beaucoup plus de mal à s’installer là où vous êtes. Un élément préoccupant s’ajoute pour le spatial européen. Si Américains, Russes ou Chinois dépendent à plus de 80 % des commandes publiques, le secteur spatial européen, lui, réalise 40 % de son activité sur le marché commercial privé, résumé pour l’essentiel de sa valeur aux satellites de télécommunications. L’an dernier, l’industrie spatiale européenne a réalisé un chiffre d’affaires de 5,4 milliards d’euros pour la commande publique et de 3,06 milliards pour la commande privée, accusant une chute de quasiment 500 millions d’euros par rapport à 2017. La baisse d’activité enregistrée est modeste (-3 %). Malgré tout, elle tranche avec l’euphorie entretenue par les fonds d’investissement et les startups autour de l’avenir prometteur du New Space. Les commandes institutionnelles de l’Agence spatiale européenne, de l’Union européenne et des armées ont beau avoir fortement progressé, cela ne suffit pas à compenser la baisse des commandes du secteur commercial. En 2020, l’industrie spatiale a accéléré sa mutation sous la poussée des constellations dédiées à l’internet haut débit et de la montée en puissance des Gafa dans l’espace. Les constellations seront le moteur de l’industrie ces prochaines années, selon le cabinet spécialisé Euroconsult. Il évalue à 1000 par an le nombre de petits satellites qui seront lancés entre 2020-2029, majoritairement pour des besoins de télécoms. Ce marché est estimé à 51 milliards de dollars, sur dix ans. Plan de relance et résolution des étatsmembres. L’Europe compte donc bien lutter âprement pour garder la tête hors de l’eau dans cette guerre des étoiles nouvelle formule. Mais tout d’abord, il faut comprendre comment fonctionne l’Agence spatiale européenne. «Notre système fonctionne selon la règle du retour géographique » explique-t-on


Surface Mount Intelligence Avec ii-Tab l’Industrie 4.0 devient réalité. La solution mobile qui vous connecte à votre ligne CMS en valorisant pleinement les données.

Pick list Gestion du parc chargeurs Recherche de composants Assistance à la préparation

Suivi de production en temps réel Suivi de consommation des bobines Alarme ré-appro de lignes Analyse des données de traçabilité Analyse des données de traçabilité Pour plus d’informations :

europlacer.com/fr/ii-tab40

Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110 - 13


Dossier Spatial dans l’entourage de Thierry Breton, à la Commission européenne. Le principe est que, quand un Etat paie X, il doit récupérer X emplois sur son territoire.» En théorie, c’est logique. En pratique, c’est une autre affaire, qui conduit à ce que ce soient les politiques qui au final, font les choix technologiques. C’est ainsi qu’en 2013 les 13 pays financeurs se sont mis d’accord pour concevoir trois moteurs différents pour Ariane 6. Un par étage. Or SpaceX n’en utilise qu’un seul, modulable : le Merlin. Et si tous les experts s’accordent aujourd’hui pour dire qu’il faudra à terme abandonner la poudre, non réutilisable, certains s’inquiètent, parce que la France et l’Italie refuseront sans doute pour ne pas fragiliser leurs sites. Patron depuis 2013 d’Arianespace, Stéphane Israël appelle à « un big bang de la gouvernance des lanceurs européens », recentré autour des trois nations les plus contributrices : la France, l’Allemagne et l’Italie. « Cela aurait un double effet d’entraînement sur les autres partenaires, et de simplification du système ». La Commission européenne milite également pour une rationalisation des pays contributeurs. Ariane 6 et Vega C : des évolutions incrémentales Les forces technologiques d’abord.

Incapable pour l’heure de proposer un lanceur à même de se reposer sur Terre comme les engins de SpaceX, le maître d’œuvre de la filière spatiale européenne a tout misé sur Ariane 6 : une super fusée de 70 mètres de haut (contre 50 mètres pour Ariane 5 sa grande soeur) capable d’embarquer 5 à 11 tonnes de charge utile. Mais aussi sur Vega C, elle aussi en position dangereuse car menacée par la Falcon 9, qui propose désormais des missions de “covoiturage”. Autrement dit, des clients peuvent aujourd’hui profiter de certains lancements pour libérer leurs petites charges utiles “sur la route”. Le lanceur européen devra également se mesurer à Rocket Lab, spécialisée dans l’envoi de petites charges utiles dans l’espace. Certains experts - y compris européens considèrent Ariane 6 comme déjà obsolète. « C’est une évolution incrémentale d’Ariane 5 », reconnait Jean-Yves Le Gall. Résolution des états-membres : préférence européenne à l’ordre du jour L’agence spatiale européenne (ESA) a rendu public ce 3 septembre l’adoption par ses états membres d’une résolution déterminante pour la filière. Cette résolution adoptée à la mi-août, fixe les conditions des trois premières années d’exploitation stabilisée des nouveaux lanceurs européens, Ariane 6 et Vega-C depuis le port spatial européen en Guyane.

Décollage d’Ariane 5 VA254, le 30 juillet 2021. Crédits : P. Piron - ESA - Cnes - Arianeespace.

14 - Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique -décembre 2021 - n° 110

«Le modèle d’exploitation stabilisé revu repose sur une demande de service de lancement institutionnel européen comprenant quatre lanceurs Ariane 6 (trois Ariane 62 avec deux boosters et un Ariane 64 avec quatre boosters, ou deux configurations sur un lancement à double charge utile sur Ariane 64) et de deux Vega-C par an en moyenne», précise le communiqué de l’agence spatiale. Pour plus de souplesse, des options sont également prévues s’il fallait répondre à une demande de lancement institutionnelle ou commerciale plus importante. Sur le principe, la future fusée sera

plus simple à assembler sur la base de Kourou, en Guyane, qu’Ariane 5, soit 10 jours contre 1 mois auparavant. Mais quel périple pour les pièces qui viennent des treize pays de l’Union européenne, contributeurs au projet : la coiffe de la fusée est suisse, les divergents suédois, les composites espagnols et les boosters à poudre sont italiens. La France s’occupe, entre autres, des tuyères, de la propulsion liquide et de l’assemblage de la partie inférieure. L’Allemagne se réserve les pièces métalliques et l’assemblage de l’étage supérieur. La résolution garantit également le principe d’une préférence européenne : les clients institutionnels européens devront s’engager à réaliser les lancements sur des lanceurs développés par l’ESA. Un moyen de leur interdire de faire appel aux services de l’américain SpaceX, même s’il est meilleur marché. Certes l’Europe n’a pas de constellation, dépend de la Russie et des États-Unis pour envoyer ses astronautes dans l’espace, et Ariane 6 ainsi que Vega C ne seront pas réutilisables. Il y a urgence à réagir. Mais il faut compter avec un contexte européen compliqué. ArianeGroup et l’italien Avio (le fabricant de Vega) se méfient des ambitions allemandes : Berlin aurait la volonté de développer une nouvelle famille de lanceurs à partir d’une micro-fusée. Cela au détriment du leadership historique de la France dans le programme Ariane et de celui de l’Italie dans les petites fusées. Pour faire émerger le nouveau Space X, le Centre national d’études spatiales doit prendre davantage de risques. Faire émerger de nouveaux acteurs privés et, pourquoi pas, le SpaceX de demain, dans l’industrie spatiale européenne ? C’est possible, selon Philippe Baptiste, récemment nommé à la présidence du Centre national d’études spatiales (Cnes) le 14 avril dernier. Il prône une nouvelle approche en matière d’accompagnement des bonnes idées. «Des startups dans le monde du spatial, en France et en Europe il y en a beaucoup», estime-t-il, mais passé «l’éclosion, ce dont elles ont besoin, ce n’est pas tellement de subventions ou d’aides (…), c’est d’avoir des contrats pour réaliser un objet industriel, technologique.» Côté gouvernement, Emmanuel Macron a rappelé que le plan de relance, annoncé en septembre pour faire face aux conséquences de la crise du Covid-19, allait consacrer 500 millions d’euros à cette industrie pour «accélérer les projets» en cours «pour les deux années qui viennent.»


Vos besoins, nos expertises pour l’électronique du futur Parce que les besoins d’hier ne sont pas les besoins de demain, notre équipe accompagne nos clients au quotidien pour améliorer la production et le test de cartes électroniques. L’accent est mis depuis toujours sur l’innovation pour soutenir les mutations technologiques avec une offre d’équipements et de services adaptés à chaque étape du process.

OMRON VT-S730-H AOI 3D jusqu’à deux fois plus rapide grâce à ses 2 projecteurs moirés associés à la technologie de traitement d’image. seica@seica.fr www.seica.fr Test - Assemblage - Automatisation - Usine Connectée - Impression 3D

nous suivre Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110 - 15


Dossier Spatial « La France croit à cette aventure, à cette filière d’excellence d’aujourd’hui et de demain» mais il faut «aller plus vite dans cette compétition mondiale», a-t-il insisté aux côtés des ministres Bruno Le Maire (Économie) et Sébastien Lecornu (Outre-Mer), ex-maire de Vernon où étaient fabriqués jusqu’il y a peu les moteurs d’Ariane (avant qu’ils ne soient tout récemment relocalisés en Allemagne). L’industrie spatiale «a eu des moments difficiles et à chaque fois, elle a relevé les défis en étant plus innovante et en accélérant», affirme-t-il. Projet Prometheus : une nouvelle chance pour Vernon ? Il a précisé que sur les 30 millions d’euros qui seront investis sur le site de Vernon, 15 seront consacrés au projet de moteur de nouvelle génération Prometheus afin de «gagner un an» dans sa mise au point. Avec Prometheus, Arianegroup vise à développer pour l’Agence spatiale européenne (ESA) un démonstrateur de moteur de fusée à bas coût et potentielle-

Basée en région toulousaine, STEEL est une PME exclusivement dédiée au spatial - et fait partie des lauréats du volet Spatial du plan de relance dont le CNES est l’opérateur. Interview du PDG de STEEL, Georges Galea.

Les Cahiers : Steel est une entreprise axée à 100% sur le spatial. Sur quels axes ? Georges Galea : La R&D bien sûr, la conception, le développement et la fabrication. 50% de nos activités concernent l’ingénierie électronique : des calculateurs de bord, des équipements de mémoire de masse, des convertisseurs d’énergie, des appareils de traitement du signal, du software exclusivement. En bref, ce sont des équipements destinés à s’interfacer avec les satellites. Les Cahiers : Steel fait partie des lauréats du Plan de relance spatial, sur quel projet ? Georges Galea : Nous avons été très nombreux à candidater pour le plan de

L ES MESURES DU PLAN DE RELANCE POUR LA FILIERE SPATIALE Axe 1 : s’approprier une dynamique de leadership technologique et de mission en vol – 5 M€ Mesure 1 : Devenir la référence européenne de la démonstration en vol en concevant un (des) démonstrateur(s) technologique(s) probatoire(s) en alimentant un programme régional à 5 ans. Axe 2 : soutenir l’innovation et favoriser la maturation des technologies – 3 M€

Mesure 2 : D éfinir une trajectoire d’innovation accélérée en élaborant un programme régional sous la forme d’un appel à projets ou à idées permettant de développer de manière récurrente un/ des démonstrateur(s) en vol. Mesure 3 : Faciliter l’accès des PME aux opportunités du marché de la Défense.

Axe 3 : conquérir les marchés internationaux et attirer des nouveaux entrepreneurs et investisseurs – 1 M€ Mesure 4 : Capitaliser sur l’effet Newspace Factory pour conquérir les marchés internationaux et se doter d’une stratégie à l’export offensive, notamment à travers la création d’un salon digitalisé permettant de compléter les initiatives existantes en matière de promotion du tissu régional. Mesure 5 : P roposer de renforcer les actions de l’Observatoire de l’économie spatiale mis en place par le Cnes, en partenariat avec les acteurs (Pôle Aerospace Valley, Agence Ad’Occ, services d’Etat, Cnes, Chaire Sirius, Insee…), pour gagner en visibilité et élaborer et être la vitrine des nouvelles règles de comportements responsables dans l’Espace.

ment réutilisable. Ce moteur, dont le coût doit être dix fois inférieur au moteur d’une Ariane 6, notamment grâce à la fabrication additive (fabrication 3D), pourrait être à terme utilisé pour les évolutions futures de la fusée Ariane.

relance spatial. Le CNES qui en a la maîtrise d’œuvre, a fait le premier travail d’étude des propositions. Nous avions déjà travaillé ensemble sur le projet d’un équipement de traitement de données de stockage pour satellites. Ce concours vise donc un équipement. Le CNES est un partenaire important pour STEEL. Nous sommes associés sur des projets de R&T (Recherche & Technologie). Ces collaborations sont importantes car elles nous donnent à nous PME, l’opportunité de monter en compétences grâce à ces recherches conjointes, et d’être en capacité de concevoir et de développer des lignes de produits. Nous sommes partenaires du CNES depuis de longues années dans les équipements de traitement de données de stockage. La différence c’est que nous sommes cette fois sur le développement d’une nouvelle génération de ces équipements, adaptée au New Space, aux nano satellites ; le challenge est d’optimiser les performances de masse et de volume, mais aussi les coûts. Les Cahiers : La notion « générale » de l’espace n’est plus pertinente. Aujourd’hui on parle de la « mouvance New Space ». De quoi s’agit-il ? Georges Galea : C’est une disruption avec le spatial conventionnel. Le New Space pour nous, c’est comment être capable de réaliser des équipements, des satellites -

16 - Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique -décembre 2021 - n° 110

de tous petits satellites - qui soient plus performants et qui soient moins chers. En utilisant par exemple des composants automotives. Ils coûtent beaucoup moins cher, ils n’ont pas le même degré de qualification. Il faut comprendre que le New Space n’a pas vocation à remplacer les très gros satellites : il s’agit de constellations de basse altitude. Les Cahiers : Comment ces évolutions se traduisent-elles pour Steel ? Georges Galea : Actuellement nous sommes impliqués dans la production de la constellation KINEIS, un projet français de constellation de nano-satellites destinés à fournir des services d’IoT par satellite. Nous avons un programme de 30 calculateurs à fournir à HEMERIA (qui fournit le satellite à Kineis). Ce sont des calculateurs beaucoup plus performants. Donc il a fallu se réinventer, nous spatiaux, nous les industriels du spatial. Ce n’est pas une technologie que l’on connaissait, ce ne sont pas les même process de report. Les évolutions concernent aussi la façon d’envisager le processus. Il y a encore quelques années, le spatial exigeait de fortes contraintes en termes d’essais, de qualification et donc de développement. Le constat est que plus vous faites d’essais, plus ça coûte cher. Il y avait des budgets qui permettaient de financer des programmes relativement coûteux. Aujourd’hui, tout cela est terminé.


-

SPG2 Nouvelle sérigraphie pour des performances optimales.

industry.panasonic.eu

info.pewswef@eu.panasonic.com Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110 - 17


Dossier Spatial d’autres sur lesquelles elles sont en partenariat avec leurs clients. Comme nous avec Airbus, le CNES etc. Quand vous sentez que vous êtes sur une pépite, cette pépite il faut l’exploiter. Les Cahiers : Que fait-on en Europe que les USA ne font pas ? Où est-on meilleurs qu’eux ? Georges Galea : Nous sommes très bons, souvent les meilleurs, mais on ne le fait pas assez savoir. En France on a l’habitude de se flageller, de se plaindre, je crois qu’il faut prendre conscience de nos capacités. La racine du problème est toujours l’argent, c’est une tautologie. Calculateur de bord conçu et fabriqué par STEEL pour HEMERIA (Constellation KINEIS)

Les Cahiers : Vous êtes les experts des produits qui s’interfacent sur les satellites, c’est un monde somme toute mal connu. Peut-on parler de vos réalisations les plus marquantes ? Georges Galea : Nous avons en effet de belles réussites, de belles aventures. Notamment Perseverance qui s’est posé en février 2021 sur Mars, pour étudier sa surface et collecter des échantillons de sol. Nous on a plusieurs équipements qui sont embarqués, plusieurs électroniques dont Supercam. C’était un grand moment de fierté pour nous : le résultat de nombreuses années de développement, de conception et de réalisation ! Nous venons de livrer 2 produits très importants à Thales Alenia Space, dans le cadre d’un programme franco-américain pour un satellite destiné à la climatologie. Nos équipements sont des mémoires de masse qui ont pour fonction d’emmagasiner des données, de les traiter et de les restituer au sol. C’est en quelque sorte un ordinateur, un disque dur adapté à la mission spatiale. Nous avons également en actualité un programme avec Airbus : il s’agit d’un marché franco-indien, la mission TRISHNA, un satellite destiné à suivre l’état hydrique des écosystèmes. Nous devons livrer en 2023 un équipement d’interface entre la plateforme - et la charge utile qui est française. Les Cahiers : Combien de temps vous faut-il pour livrer des équipements complexes ? Georges Galea : Quand nous avons une commande globale à réaliser, il se passe à peu près 2 ans. On ne part pas de zéro. Mais il y a des affaires ou des capacités

où l’on va être capable de reprendre une grande part, et d’autres que nous n’avons jamais fait et qu’il faut réinventer. Les technos évoluent, les composants aussi. Aujourd’hui on nous demande une électronique de plus en plus fiable, de moins en moins énergivore. Autant d’adaptation à de nouveaux concepts, à de nouvelles technos. Les Cahiers : Cela amène une autre question. Sur un plan général, pensez-vous que l’Europe spatiale puisse rattraper le retard qu’elle accuse dans ce domaine, face à SpaceX en particulier ? Georges Galea : On ne pourra pas nier que nous avons plusieurs années de retard, la question peut se poser pour les lanceurs en effet. En revanche, par rapport aux satellites, on va très vite en Europe. Aujourd’hui je pense qu’on fait aussi bien que nos concurrents - quand on voit la plate forme One Web*, aujourd’hui la constellisation c’est près de 900 satellites c’est Airbus qui fait ça ! Certes on n’en est pas aux dizaines de milliers de satellites que lance Space X avec Starlink, mais nos gros maîtres d’œuvre ont quand même une force et apprennent très vite. En outre, ce qu’on voit surtout en Europe ce sont des programmes d’état au travers des agences et aux États-Unis quel est le constat ? Outre la NASA qui investit lourdement dans son industrie spatiale, de nombreux investisseurs privés, des milliardaires, investissent à tour de bras tout en prenant des risques, en Europe nous n’avons pas d’équivalents. Les Cahiers : La R&D, elle, s’inscrit davantage dans la continuité Georges Galea : Toutes les entreprises ont des programmes de R&D internes et

18 - Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique -décembre 2021 - n° 110

Nous avons les capacités, les cerveaux, nous avons des ingénieurs. Mais pourquoi a-t-on autant de chercheurs qui partent aux Etats-Unis ? Parce qu’en France on ne les paye pas à leur juste valeur. Il y a un problème de société. On a la chance d’avoir des chercheurs de très haut niveau. On est très compétents ! Les Cahiers : Est-on capables de redresser la barre ? Georges Galea : Oui, le spatial européen peut tirer son épingle du jeu du New Space. Depuis quelques années on a senti cette évolution où les opérateurs commençaient à réfléchir en termes de risques, d’argent, etc. Même le CNES a sensibilisé la communauté en alertant qu’un paradigme était en train de changer. Et nous n’avions pas d’autres choix, sauf aller à notre perte. Aujourd’hui, le New Space doit représenter entre 30 et 40 % de notre chiffre d’affaires. Cela ne signifie pas que le spatial conventionnel va disparaitre, non ! Il y a les satellites qui sont envoyés à des dizaines de milliers de kms, là où il y a de fortes contraintes qui nécessitent des composants extrêmement qualifiés, on n’a pas le choix. Mais pour toutes les expériences en basse altitude, les opérateurs n’hésitent plus une seconde désormais à faire du New Space. *One Web : Sur les 648 satellites de la constellation de OneWeb, 254 sont désormais en orbite (soit 40%) faisant du Britannique le deuxième opérateur de satellites au monde.

STEEL ELECTRONIQUE Georges GALEA +33 (0)5 61 98 45 29 georges.galea@steel-electronique.fr www.steel-electronique.fr


Do you

SolderSmart®? Découvrez une nouvelle manière de braser ! Pour des applications de brasage simples et complexes, avec souplesse et productivité, traçabilité des différents paramètres, brasage de haute précision et de grande fiabilité... LA solution : le robot de brasage SolderSmart® by Elmotec.

EN PARTENARIAT AVEC LES FILS DE BRASAGE

Grande surface de travail 1 ou 2 tiroirs, pour une surface de 483x383mm

Logiciel intuitif Simple d’utilisation pour gérer différents programmes

Précision & qualité Solution intégrée & compacte fabriquée en Suisse

VENEZ LE DÉCOUVRIR DANS NOTRE SHOWROOM

CEPELEC distributeur exclusif France 04 76 49 00 37

14 Rue des Platanes

cepelec@cepelec.com

38120 Saint-Egrève

www.cepelec.com

Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110 - 19


Dossier Spatial Depuis 1979, EREMS conçoit des électroniques destinées à équiper des satellites à visée scientifique, d’observation de la terre ou de télécommunications. Lauréat du plan de relance spatial, l’entreprise a été retenue sur 3 volets de la commande du CNES. Interview de Gérard Dejonghe, président d’EREMS.

Les Cahiers : EREMS fait partie des pépites de l’industrie spatiale, avec un fort développement tiré entre autres par les commandes du CNES et d’Airbus Defence & Space. Comment s’est opérée cette montée en puissance ? Gérard Dejonghe : EREMS existe depuis plus de 40 ans : nous sommes spécialisés dans la conception et la réalisation d’équipements électroniques pour les secteurs de haute technologie, le spatial représentant plus de 95% de notre activité. La montée en puissance s’est faite grâce à la confiance de nos clients qui nous ont choisi pour des contrats de plus en plus importants. Nous avons ainsi par exemple fourni au CNES les calculateurs charge utile pour le satellite SVOM - observatoire spatial gamma et X franco-chinois-, ou à Airbus l’ensemble des équipements électroniques (environ une trentaine) des instruments optiques des 4 satellites d’observation Pleiades Néo. Il y a 5 ans, nous étions 80. Aujourd’hui, Erems compte 170 salariés, et regroupe tous les métiers de la conception, à la fois électronique, analogique et numérique, logiciel, mécanique et thermique, des compétences que nécessite l’équipement spatial sur toute sa chaîne de valeur. Nos équipes comprennent 110 ingénieurs, des techniciens

supérieurs et du personnel de fabrication : nous sommes une société industrielle au sens plein du terme. Nous avons en parallèle une trentaine de projets spatiaux à traiter pour nos clients : le CNES, Airbus, le CNRS, Thales Alenia Space... Nous prenons en charge toute la chaine de développement depuis la R&D en amont, puis la conception, la fabrication et les essais. Nous livrons clé en main un équipement après avoir travaillé quelques années auparavant sur son besoin. Nous sommes donc spécialisés sur la partie développement et la production de quelques unités, ou de petites séries de quelques dizaines de pièces. Les Cahiers : Vous n’avez jamais recours à la sous-traitance ? Gérard Dejonghe : Nous avons des soustraitants pour certaines activités d’analyse et pour les essais d’environnement. Sur du spatial traditionnel, nous réalisons les cartes en interne. Nous avons une quinzaine d’opérateurs certifiés par l’ESA, des contrôleurs, un instructeur. Quand nous sommes sur des technologies New Space, où nous pouvons être amenés par exemple à incorporer des composants automotives, nous avons des partenaires dédiés pour la fabrication des cartes selon des contraintes très strictes pour garantir la robustesse dans l’environnement spatial.

2. Le 2e projet, en partenariat avec la PME bretonne Syrlinks - spécialiste de la communication RF et en géolocalisation - vise à développer une toute nouvelle génération d’équipements de vol radiofréquence, à la fois bas coût, robuste à l’environnement spatial, particulièrement modulaire et offrant une capacité de calcul inégalée, le tout reprogrammable en vol. 3. Le 3e projet est en collaboration avec Airbus Defence and Space sur la Chaine Image-Bord nouvelle génération. Pour EREMS, cela s’inscrit dans la suite des développements d’électroniques de traitement et de mémoires de masse pour la constellation d’observation CO3D ; ici, l’objectif de l’activité est de passer une nouvelle étape technologique sur les électroniques numériques embarquées, qui permettront une augmentation des débits de compression et de la mémoire de stockage.

Les Cahiers : Vous percevez-vous comme des industriels « à part » ?

Les Cahiers : Mars sera-t-il le prochain challenge ?

Gérard Dejonghe : Oui, nous avons des exigences très particulières. C’est un monde très différent de celui de l’aéronautique, parce que les satellites ne reviennent jamais au sol; une fois qu’ils sont lancés, ce n’est plus réparable. Le satellite est soumis à de fortes contraintes : vibrations au lancement et choc pyrotechnique au décrochement de la coiffe qui vont se répercuter dans les équipements, vide, absence de convexion thermique, et de très fortes radiations sur la durée ainsi que des particules (des ions lourds) qui vont percuter nos cartes et nos composants. Si l’on n’a pas pris suffisamment de précautions, cela pourrait détruire les cartes électroniques.

Gérard Dejonghe : Nous sommes déjà sur Mars au travers d’électroniques fournies au CNES pour le Sismomètre SEIS installé sur Mars fin 2018 ! Mais nous avons aussi un contrat prestigieux avec Airbus et l’ESA : un équipement majeur du vaisseau spatial qui ramènera des échantillons martiens (programme dont fait partie le très médiatisé rover Perseverance).

Les Cahiers : Abordons les projets liés au plan de relance. Quels sont-ils ?

Atelier de fabrication en Salle Blanche

pour objectif d’acquérir des technologies d’avenir, certaines duales. 1. le premier couvre des travaux de R&D pour un PCDU (Power Control and Distribution Unit) modulaire, durci et amélioré ; cela permettra d’étendre le domaine d’application du PCDU développé pour la mission Angels qui fête son 2e anniversaire en orbite en décembre et qui va également être fourni à Héméria pour équiper la constellation Kineïs.

Gérard Dejonghe : EREMS est retenue sur plusieurs appels d’offres thématisés du volet A, opéré par le CNES au titre du plan France Relance, sur 3 projets différents. Naturellement, nous nous sommes positionnés sur ces appels d’offres avec

20 - Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique -décembre 2021 - n° 110

Les Cahiers : Quels sont les changements pour l’industrie spatiale qui sont liés au New Space ? Gérard Dejonghe : Indéniablement, l’irruption des technologies et méthodes disruptives. Dans le spatial, nous sommes restés longtemps très conservateurs, à utiliser des technologies électroniques hyper qualifiées mais anciennes... mais depuis quelques années, sous la pression de Space X et l’impulsion de OneWeb bien sûr, les mentalités ont évolué. Il était nécessaire d’introduire des technologies nouvelles pour le spatial ainsi que des méthodes qui permettent de gagner notablement en coût et en performances.


Les Cahiers : En Europe, les investissements privés sont rares parce que le ticket d’entrée est très cher, avec peu de garanties. Pourrons-nous surmonter la dissymétrie avec les moyens américains ?

A bord de la Station Spatiale Internationale, Thomas Pesquet utilisant le TéléEchographe fourni par EREMS

Les Cahiers : Quels types de composants permettent de remplir ces objectifs ? Gérard Dejonghe : Il faut opérer une sélection de composants au plus juste des schémas fonctionnels qu’on a définis, en prenant en compte la possibilité de les qualifier à l’environnement spatial. Si on prend l’exemple des équipements que nous fournissons à Airbus pour la constellation de petits satellites d’observation de la Terre CO3D qui doit être déployée en 2023, et qui permettra au CNES d’obtenir un modèle très précis des terres émergées du globe terrestre, nous mettons en œuvre un programme de qualification de composants automotives qui pourront résister à l’environnement spatial. Une panne de composant, dans le spatial, signifie une mission perdue. Nous sommes donc très concernés par cette problématique du choix des composants. Cela d’autant plus qu’on s’écarte du spatial traditionnel et qu’on va vers du New Space. Les Cahiers : Une quadrature complexe ! Gérard Dejonghe : L’idée est d’utiliser des technologies qui n’ont pas cours en théorie dans le spatial mais qui permettent d’avoir des performances très élevées : par exemple en utilisant des composants avec des cœurs numériques complexes qui ne

Mission SVOM : Calculateur de l’instrument Eclair embarqué sur satellite

sont pas au départ développés pour l’environnement spatial et sur lesquels on va utiliser des technologies de durcissement et de mitigation pour résister aux radiations spatiales. On essaye par exemple de se tourner vers les technos industrielles automobiles parce qu’on recherche la traçabilité et parce que leur robustesse à différentes températures est forte. Les Cahiers : L’Europe (a fortiori la France) semble se faire distancer dans le New Space. La concurrence de SpaceX par exemple, les retards d’Ariane 6, les complications liées au fonctionnement de l’ESA, que faut-il en penser ? Sommesnous hors course ? En difficulté passagère ? Gérard Dejonghe : Nous ne sommes certainement pas hors course ! En France, les points forts sont les compétences et l’expertise, qui sont reconnues internationalement. Bien sûr cela ne fait pas tout. Sans doute, en Europe, les marchés du spatial sont plus petits et ont besoin d’être financés. Nous ne sommes pas en retard technologique dans tous les domaines. Malgré ses difficultés financières, l’exemple OneWeb a lancé une impulsion européenne. Qui a eu le mérite de montrer que nous aussi nous pouvions faire une constellation à bas coût par rapport à ce qu’on faisait avant : et si l’on parle beaucoup d’Elon Musk et SpaceX, il faut être juste : ce qui a donné un coup de pied dans la fourmilière par rapport aux technos satellites c’est également l’essor de OneWeb. C’est pourquoi il faut rester optimiste, tout en gardant à l’esprit que l’on n’a pas la capacité de financement des américains.

Gérard Dejonghe : Le plan spatial européen, le développement de nouveaux acteurs qui trouvera des sources de financement particulières, voire des échos au niveau de nouveaux investisseurs, apportent de nouvelles possibilités financières. Je pense que c’est un ensemble qui nous permettra de trouver notre place. Pour nous, EREMS, les projets New Space représentent 35% de l’activité. Les innovations introduites sur ces programmes vont permettre d’ores et déjà d’obtenir des performances techniques inégalées par rapport aux budgets mis en oeuvre. Les Cahiers : Il y a sûrement d’autres points forts dans le domaine spatial européen, moins médiatisés ? Gérard Dejonghe : Bien sûr. Avec Airbus DS et Thales Alenia Space, nous avons des leaders mondiaux. C’est le cas dans le domaine de satellites de Télécom, mais aussi dans bien d’autres domaines. Par exemple, dans le domaine de l’observation de la Terre, avec Pléiades Neo, avec CO3D, nous n’avons vraiment pas à rougir. Nous sommes clairement dans la course. Airbus DS est ainsi un des premiers exportateurs mondiaux de satellites d’observation de la terre. Kineïs et sa constellation à venir de 25 satellites d’Internet des Objets Connectés est un tout autre exemple de nos capacités à développer de nouveaux marchés. Certes le marché institutionnel européen est plus petit que celui des US, mais nos innovations nous permettent d’atteindre d’autres marchés. Oui, même s’ils manquent parfois de médiatisation, l’Europe a énormément de points forts dans le domaine spatial !

EREMS Gérard DEJONGHE +33 (0)5 61 36 06 06 gerard.dejonghe@erems.fr www.erems.fr

Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110 - 21


Dossier Electronique imprimée

Suivre les chocs de son colis, grâce à une étiquette connectée Par Jeanne BIGOT, reporter. Le programme européen SUPERSMART, réunissant 11 acteurs privés comme publics, a remporté en avril 2021 le prix du meilleur démonstrateur de projet collaboratif de l’édition 2021 du concours Organic Electronics Association grâce à des étiquettes dites intelligentes. Aujourd’hui, l’un des partenaires Arjowiggings reprend le flambeau et tente d’industrialiser cette innovation.

P

des éventuelles chutes et de mesurer les chocs. Elle pourrait ainsi être collée sur un colis afin de tracer les dommages de celui-ci lors de l’expédition. « Il y a des demandes importantes, dans le luxe ou les produits pharmaceutiques notamment » justifie Fabrice Domingues Dos Santos, responsable du développement de la gamme Piezotech® pour Arkema. Léger et flexible, le système a été conçu directement sur du papier : l’encre utilisée n’est alors plus une encre graphique, mais électronique grâce aux

matériaux Piezotech® (voir encadré). Cette impression devient le capteur, et s’accompagne d’une puce de silicium et d’une antenne NFC (Near Filed Communication). Ainsi, lorsque l’étiquette subit une pression mécanique telle qu’un choc, l’encre génère un courant électrique reçu par la puce et transmis via l’antenne à un lecteur, tel qu’un smartphone. Le capteur se veut de plus particulièrement sensible : la pression d’un doigt suffirait à activer le dispositif.

© Arkema

roduire un papier intelligent. L’idée semble futuriste, mais est pourtant parfaitement d’actualité pour l’entreprise Arjowiggings. Cette papeterie historique, connue pour sa marque Conqueror, vient de reprendre les rênes d’un projet de dispositifs électroniques imprimés sur papier, piloté jusqu’à présent par Arkema. Après plus de trois ans de recherches, le premier démonstrateur est là : cette étiquette intelligente, fabriquée avec les matériaux Piezotech® d’Arkema, permet de détecter

Le capteur, sous la forme d’encre chargée en polymère électroactif, est imprimé sur le papier

22 - Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique -décembre 2021 - n° 110

La prouesse technologique de l’impression sur papier va de pair avec une forte considération environnementale. L’électronique imprimée consommerait ainsi moins d’énergie que les processus semi-conducteurs traditionnels : l’utilisation d’un substrat papier ne représenterait, selon les fondateurs du projet, que 10 à 20 % de l’impact écologique du plastique PET...


Le polymère fluoré électroactif : un matériau intelligent Découvert dans les années 1880, les matériaux électroactifs sont aujourd’hui source d’innovation pour le groupe Arkema. Pour synthétiser des produits légers et flexibles, les chimistes utilisent des petites molécules dites fluorées, c’est-à-dire qui, possédant au moins un atome de fluor. Ces molécules, dites monomères, sont polaires. Elles se présentent telles des aimants et vont s’agencer de manière à former une seule longue molécule. Cette suite de monomères fluorés, que l’on appelle le polymère, est particulièrement sensible à l’énergie électrique : sous l’effet d’un courant, il peut se déformer ou chauffer. À l’inverse, lorsqu’il subit des changements de température ou une action mécanique, il génère de l’énergie électrique. Il est ensuite intégré dans une poudre, ou dans une encre comme c’est le cas pour les étiquettes imprimées. 11 acteurs européens Arkema a lancé en 2018 ce projet d’étiquettes intelligentes en collaboration avec 10 partenaires, publics comme privés, sous le nom du programme européen SUPERSMART et financé par l’Institut européen d’innovation et de technologie. Parmi les acteurs, des français : les entreprises Arjowiggins et Luquet & Duranton mais également le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), le commissariat à l’énergie atomique et aux énergies (CEA) et l’Université de Bordeaux. À l’étranger, chercheurs et entreprises ont également travaillé sur le développement des étiquettes intelligentes : l’allemand Coatema Coating Machinery a pris part à l’aventure aux côtés de l’Université portugaise de sciences et de technologies (FCT), de l’Institut allemand spécialisé dans la recherche en sciences appliquées (FRAUNHOFER), de l’Institut de recherche autrichien Joanneum Research et du Centre de recherche technique finlandais VTT. En 2021, ce projet collaboratif a remporté le prix du meilleur démonstrateur de l’édition 2021 du concours Organic Electronics Association. Lors de son lancement, son niveau de maturité était déjà relativement élevé : « Nous ne sommes pas partis de RTL* 1 : le projet était déjà à RTL 6 » précise Fabrice Domingues Dos Santos. L’entreprise de matériaux ayant déjà développé les polymères électroactifs, elle s’est placée comme coordinateur du projet : « L’objectif était d’aider chaque partenaire à progresser. Le gros intérêt de ces projets collaboratifs, c’est de financer

A new and sustainable approach to smart labeling © SUPERSMART project

d’autres acteurs, de les rassembler sur un projet commun » insiste responsable du développement de la gamme Piezotech® pour Arkema. Moins chères et plus écologiques Une dernière marche reste à franchir avant de voir un colis muni d’une étiquette intelligente : la mise à l’échelle. Cette phase sera assurée par l’un des partenaires du projet, l’entreprise Arjowiggins. L’industrialisation risque cependant d’être exigeante : pour dépasser l’échelle du pilote, des freins techniques sont à prévoir, notamment sur l’utilisation de la batterie imprimée et sur la polarisation du polymère électroactif imprimable. La prouesse technologique de l’impression sur papier va de pair avec une forte considération environnementale. L’électronique imprimée consommerait ainsi moins d’énergie que les processus semi-conducteurs traditionnels : l’utilisation d’un substrat papier ne représenterait, selon les fondateurs du projet, que 10 à 20 % de l’impact écologique du plastique PET. « Grâce aux techniques classiques du recyclage du papier, nous avons pu analyser au mieux le cycle de vie des étiquettes » souligne Fabrice Domingues Dos Santos. Au-delà de la finesse du capteur et de son faible impact sur l’environnement, le prix est également un argument clef de cette innovation : « Les coûts de production de l’électronique organique et imprimée hybride sont bien moindres que ceux de l’électronique 100 % silicium » résumait Gaël Depres, responsable de la R&D chez Arjowiggins France lors d’un entretien avec Arkema.

En parallèle du capteur de choc, Arkema et ses 10 partenaires ont développé un autre type d’étiquettes, permettant de détecter des contrefaçons au cours d’un envoi. Ces innovations pourraient être mises sur le marché d’ici 2 à 3 ans, mais le groupe voit déjà plus loin. « Les applications des polymères électroactifs sont quasi-infinies » se félicite Fabrice Domingues Dos Santos. Dans les véhicules pour le suivi d’un accident, aux sols pour détecter des chocs ou pour compter des personnes, ils pourraient investir le quotidien. * Le RTL permet de mesurer le niveau d’avancement d’un projet technologique. Le RTL 1 correspond au niveau le plus bas, où la recherche commence à être appliquée aux technologies. Le RTL 9, plus haut niveau, est la forme finale du produit.

Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110 - 23


Dossier Supply chain

Réduction des coûts, fiabilité, support : Panasonic tient ses promesses. Par Dominique LEMIERE, reporter. Avec une gamme de solutions modulaires, Panasonic combine la capacité, la flexibilité et la fiabilité, avec en prime, un support technique plébiscité par les utilisateurs. Deux d’entre eux livrent leur retour d’expérience : SUDELEC, spécialiste de la conception et la réalisation de cartes et sous-ensembles électroniques ; et le fabricant de d’appareils de métrologie dimensionnelle METRO.

S

le préalable à une politique volontariste d’investissement qui s’est concrétisée en 2019 par l’extension de l’usine et des investissements en adéquation avec les objectifs, dont la nouvelle machine PANASONIC. »

UDELEC : «le support technique a emporté ma décision.

L’entreprise du Forez s’est dotée d’un équipement de placement de composants NPMW2 pour faire face à une forte progression de son activité. Serge Calmard, dirigeant de Sudelec, annonce que le chiffre d’affaires de l’entreprise a doublé en 4 exercices, avec 4 M€ sur l’exercice 2020. Si 2021 a été une année en demi-teinte en raison de la situation sanitaire, 2022 s’annonce pour Sudelec une année prometteuse : « Nous devons présenter à nos

clients l’image d’une entreprise dynamique», affirme Serge Calmard. « En 2017, j’ai mis en œuvre une véritable stratégie commerciale avec les moyens adaptés, dont le recrutement d’un collaborateur dédié. C’était

24 - Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique -décembre 2021 - n° 110

« Nous nous sommes développés à la fois verticalement chez nos clients : en développant la relation de confiance, et horizontalement avec un renforcement de la prospection avec un suivi commercial encore plus attentif. Ces efforts ont permis de gagner de nouveaux clients. »

Je suis totalement satisfait de cette acquisition. Nous avons pu concrétiser les gains attendus sur les temps fixes, donc gagné en productivité pure qui a été multipliée par 2. La machine s’avère non seulement plus rapide, mais aussi plus simple à régler, avec des temps de préparation plus courts ...


Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110 - 25


Dossier Supply chain « Des gains en productivité pure » Serge Calmard considère la croissance de l’entreprise comme un signal positif également pour ses prospects : « Plus votre chiffre d’affaires est élevé, plus vous êtes visible. » Fort de ce constat et du potentiel de développement de son entreprise, le dirigeant s’est livré à une analyse fine du marché des équipements de placement de composants avant d’opter pour Panasonic. Il ne regrette pas son choix : « Je suis totalement satisfait de cette acquisition. Nous avons pu concrétiser les gains attendus sur les temps fixes, donc gagné en productivité pure qui a été multipliée par 2. La machine s’avère non seulement plus rapide, mais aussi plus simple à régler, avec des temps de préparation plus courts ». La relation avec son interlocuteur, JeanMarc Bouchetard, a fait pencher la balance. « Panasonic dispose d’une dizaine de techniciens en France. Les équipements sont aujourd’hui plus sophistiqués, les délais de fabrication toujours plus courts. C’est pourquoi le support technique, sa réactivité et sa proximité sont essentiels. C’est au final, ce qui a emporté ma décision ».

M

ETRO : « Plus qu’un équipement, un véritable couteau suisse »

METRO est une entreprise familiale de mécatronique, spécialisée dans les instruments de mesure et de contrôle. A sa tête, David et Sébastien Jacquemard. L’entreprise fut fondée par leur père en 1986, et depuis METRO fabrique des appareils de mesure dimensionnelle pour l’industrie mécanique en général, des séries de

Le site METRO à Saint-André-De-Boëge (74)

100 à 1000 pièces. Les clients de METRO : les sous-traitants de l’industrie automobile, l’aéronautique, l’horlogerie, le médical. A l’origine, METRO est une toute petite entreprise où travaillent 4 personnes de 1986 à 2009. Les cartes sont alors câblées manuellement. Entre 2009 et 2015, METRO sous-traite la partie CMS : les cartes traditionnelles et la mise en boitier demeurent, elles, sur le site. En 2015, les frères décident de rapatrier la production CMS. Sébastien et David Jacquemard sont désormais investis dans le projet de rendre METRO autonome, de gérer de A à Z la fabrication de leurs produits. Ils mettent en œuvre une véritable stratégie - y compris énergétique avec un système de panneaux solaires et un bâtiment mixte à ossature bois récemment sorti de terre. Les panneaux solaires fournissent l’énergie nécessaire à l’usine pendant 8 mois de l’année. Suivra le rapatriement de l’usinage mécanique des boitiers.

Ce centre d’usinage robotisé tourne en 3X8. Même traitement pour la soudure des composants traversants : « Cette année 2019, nous avons décidé de l’acquisition d’une ligne automatisée Panasonic. L’équipement de report choisi, le Panasonic type AM100 dispose de 160 feeders de 8 mm, et couvre un spectre de composants allant du 0402 mm à 120 x 90 mm. En complément des performances de la machine AM100, les solutions logicielles PanaCim viennent contrôler et sécuriser le process de fabrication. La connexion avec le système ERP de METRO permet de gérer la consommation et l’approvisionnement du matériel pour la production. METRO a également fait l’acquisition d’un équipement de sérigraphie Panasonic type SPG 2. Agir dès l’amont de la production Les dirigeants se sont investis dans la réduction maximale des coûts de production en agissant dès l’amont : « Nous consacrons beaucoup de temps à la conception - afin que le produit soit rapide à intégrer. Nous gérons aussi le design, l’usinage, la production. Le test est totalement automatisé grâce à un système d’AOI 3D, complété par un test fonctionnel pour chaque produit ». Pourquoi ont-ils choisi Panasonic ? « D’abord parce que Panasonic bénéficie d’une très bonne réputation » admet Sébastien Jacquemard. Mais au-delà, nous les connaissions peu ; nous pensions qu’un géant comme Panasonic n’avait pas pour clients des TPE telles que METRO. Mais nous avons été heureusement surpris : le technico-commercial et son équipe ont été remarquables : ils ont su nous orienter vers le produit dont nous avions besoin et apporter un support très qualitatif. En outre, l’AM100 est un équipement tout à fait adapté au marché de la sous-traitance française, basé sur des moyennes séries.

26 - Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique -décembre 2021 - n° 110


®

Cette machine pose de très « Sur ce type -decomme projet, la difficulté n’est petits composants pas seulement des très gros, avec uned’installer course un logiciel ni de mettre des passerelles en Z qui permet de nom- entre les logiciels. y a aussi un gros breusesIl configurations, et travail 160 humain. Quand vous aux collaborateurs du magasin bobines, desdites capacités idéales qu’on ne gère plus à la :bobine mais qu’on pour les volumes high-mix va tout ré-étiqueter, ce n’est pas pareil ! c’est un véritable couteau suisse.Il y a un effort à fournir au début. Le plus difficile étant de travailler sur le fond pour Carnets de commandes pleins avoir des choses simples à utiliser ! En Forte qualité réalité, de lesproductions choses simples sont toujours de haute précision, rationali- à mettre en place. complexes à concevoir, sation Avec des coûts : l’entreprise l’installation du logiciel Cogiscan, il a de Haute-Savoie, avec son métier. ». fallu réécrire les process staff de 8 personnes, pour« Du point de vue de la sécurité, une voit des marchés de niche. gestion informatique nous aide à être Un de beaucoup ses plus gros plus clients rigoureux. Mais ce que est un nous OEM avons japonais auquel voulu chez OSE, c’est trouil fournit des appareils ver l’équilibre entredela traçabilité et la mesurerigueur, dimensionnelle à jet de manière à ce que l’on puisse d’air. «Nous avons plusieurs continuer à produire, avec la flexibilité qui concurrents sur cedutype de de sous-traitant : est le propre métier produit, explique Sébastien fabriquer beaucoup de produits différents, Jacquemard. « exigences En revanche, avec des différentes ». en fabriquant en interne, nos coûts «deAvec production sont 4.0, nous allons la technologie très concurrentiels et nous continuer à monter en gamme » avons pris une bonne part de Aujourd’hui, l’entreprise est en pleine ce marché. Certes, le mar- Mais tant Pascal mutation technologique. ché français estdirigeant mature de et Ose que sa fille GUERIN, bien équipé ; le marché US Caroline, n’entendent pas en rester là : est en plein développement, « Notre souhait à OSE est de continuer à comme le marché allemand investir pas à pas, maitriser l’équipement nous enregistrons une bonne et la partie software, monter en gamme croissance à l’export » De et en compétences pour exceller dans fait, le chiffre d’affaires de nos processus de fabrication. Nous vouMETRO est revenu au niveau lons, nous sommes prêts à gagner des précédant la crise sanimarchés, des nouveaux produits, des taire, avec 3,2 M€ en 2021, nouvelles cartes avec de nombreux com« une très bonne année » posants. C’est ce qui nous permettra de se réjouit Sébastien réaliser des marges plus importantes : Jacquemard. « Nos carnets c’est sur la complexité de la carte que de commandes sont ajoutée. pleins. » réside la valeur La ligne Panasonic accompagne notre développement, et c’est exactement ce que nous attendions de cet équipement ».

Training Center

«L’ÉTAT DE L’ART ET LA MAÎTRISE DES PROCÉDÉS»

®

Authorized Distributor

Pb

Pb

www.iftec.fr

CENTRE DE RESSOURCES ET DE FORMATION SUR LES PROCEDES DE FABRICATION DES CARTES ÉLECTRONIQUES : Conception, Circuits imprimés, Brasage des composants, Câblage filaire, Certifications IPC

Décret Qualité Formation : IFTEC éligible Datadock

Z FORMATION CONTINUE Z CERTIFICATIONS IPC Z TRAVAUX D’EXPERTISE Z VENTE NORMES IPC

FORMATIONS À DISTANCE Nº 101D Les cartes électroniques - Présentations des procédés par vidéo Nº 07D Contrôle des circuits imprimés nus selon ipc-a-600 - Visuel et coupes micrographiques Nº 18D Contrôle visuel des cartes électroniques Alliages avec plomb ou sans plomb rohs ... Mais aussi les re-certifications iPc de sPécialiste (cis), de forMateur (cit) et les challenges ! RETROUVEZ TOUTES NOS FORMATIONS SUR

www.iftec.fr

OSE Carilne GUERIN

Panasonic Connect France +33(0)4 76 30 04 93 Jean-Marc BOUCHETARD c.guerin@ose.fr www.ose.fr

jean-marc.bouchetard@eu.panasonic.com

www.pfse.panasonic.eu/ IFTEC - 33 rue Ravon - 92340 Bourg-la-Reine - France - tél.: +33 (0)1 45 47 02 00 - iftec@iftec.fr

Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - juin 2021 - n° 108 - 21 Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110 - 27


Dossier Des entreprises, des femmes et des hommes

Des entreprises, des femmes et des hommes

Par Louis GILDAS, reporter.

L’accroissement de la numérisation échanges, effet direct de la mise en œuvre des principes directeurs de l’Usine du Futur, ainsi que le confinement sanitaire et le télétravail peuvent laisser penser que les échanges interentreprises sont sur la voie de la déshumanisation. C’est oublier que le moteur principal de toute entreprise reste les femmes et les hommes qui ont concouru à sa création et qui œuvrent à son développement, son rayonnement et sa longévité. Trois entreprises de la filière électronique, CHARVET ELECTRONIQUE, FCTRONIC et STP ELECTRONICS illustrent cette dualité, s’inscrire dans le mouvement de l’Usine du Futur et maintenir un faisceau relationnel dynamique et durable, tant en interne qu’avec leurs clients et fournisseurs.

FCtronic certifié ISO 9001 ! Au mois de juin dernier, nous avions consacré un article à FCtronic et à Yannick Faivre, son dirigeant, fan de moto, et chef d’entreprise avisé. Dans ce papier nous évoquions, sans nous étendre, la certification ISO 9001 que FCtronic venait d’obtenir au printemps. Sans nous étendre donc, mais avec l’idée de revenir vers l’entreprise pour en savoir un peu plus sur le travail qu’il a fallu fournir, en amont, pour arriver à cette certification. En matière de qualité chez FCtronic, on ne partait pas de zéro. En effet à la demande de clients et avec leur collaboration, la société avait mis au point un système interne, permettant de connaître la traçabilité des produits. Chaque année, l’entreprise était auditée et tout allait bien. Puis patatras, voilà que la crise Covid débarque sans crier gare ! On connait la suite, premier confinement suivi d’un second et chez FCtronic la satanée épidémie plombe le chiffre d’affaires de 30 %. Il faut trouver de nouveaux clients. On prospecte mais ces donneurs d’ordres sont exigeants tout comme d’ailleurs les anciens qui demandent eux aussi plus de traçabilité plus de sécurité et tous demandent un niveau de certification ISO. « Même si nous avions de très bonnes références dans le médical et dans l’aéronautique, cela ne suffisait pas. Il nous fallait une référence officielle de certification » dévoile Yannick Faivre, le boss de FCtronic. Dans l’entreprise on ne s’était jamais posé la question d’une certification en propre. Là, on y réfléchit et l’on se décide de se lancer dans l’aventure. Parfois à quelque chose malheur est bon. Profitant de la baisse d’activité une remise en question est à l’ordre du jour et il est décidé de s’attaquer au dossier ISO 9001. Un dossier lourd loin d’être une aventure de tout repos. « Nous avons commencé par prendre langue avec le MFQ (Mouvement français de la qualité). Ils nous ont accompagné dans un pré-diagnostic. Cela nous

a permis de mesurer le chemin à parcourir pour aller jusqu’à l’ISO 9001 » précise Y. Faivre. « Un an de travail » Le pré-diagnostic, vrai travail d’introspection technique où chacun met la main à la pâte. Chacun avec précision sur le papier, décortique toutes les procédures en vigueur dans l’entreprise. Chacun dans son secteur puis en équipe, se prépare aux démarches conduisant à l’audit de certification. Tout ne se passe en vase clos mais avec le regard des clients certifiés qui donnent un coup de main. « Un regard extérieur très utile sur nos process de qualité interne. Concomitamment FCtronic fait appel à So Management, un organisme de coaching et d’expertises. So Management réalise un audit préliminaire et va accompagner l’entreprise. Un sacré boulot « un an de travail » précise Y. Faivre, certes pas à plein temps... mais quand même ! Tout cela est bel et bon mais tout coûte et ça coûte ! Cependant des aides existent et FCtronic fait une demande de subvention près de la Région Bourgogne-FrancheComté. La Région a en effet mis en place tout un florilège d’aides à l’attention des TPE en particulier dans l’accompagnement vers la certification. « Le reste à charge pour l’entreprise est de l’ordre de 30 % soit 1 500 € » renseigne M.Faivre. En revanche pas d’aide pour ce qui concerne la certification qui est

28 - Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique -décembre 2021 - n° 110

obtenue haut la main et qui a permis récemment à FCtronic de signer un contrat avec un grand compte du domaine médical. « Un prospect qui nous a apporté ses conseils. » Alors FCtronic certifié ISO 9001 à vie ? Non pas, la certification est accordée, pour trois ans avec tous les ans un audit de vérification s’assurant de l’évolution des points critiques et du système documentaire. « La grosse difficulté pour une TPE c’est le temps qu’il nous faut dégager pour suivre à bien ce chemin vers ISO 9001. Prendre du recul pour l’analyse et l’expertise afin de rédiger des documents qualités compréhensibles par un auditeur n’étant pas forcément du métier » conclut Yannick Faivre. Depuis le 25 mars 2021 FCtronic est donc certifié ISO 9001 : 2015. Une norme internationalement reconnue garantissant que produits et services répondent aux besoins des clients grâce à un système de gestion qualité efficace.

FCtronic Yannick FAIVRE +33 (0)3 81 51 06 87 contact@fctronic.com www.fctronic.com


Charvet Electronique : Des consommables et des petits équipements. Charvet Electronique est une société grenobloise spécialisée dans la distribution de produits indispensables à la fabrication de cartes électroniques. Pas une grosse entreprise, non, mais une société très réactive et proche de ses clients. Créée en 1958 a une époque où la télévision commence à entrer dans les foyers, la société Charvet distribue donc des téléviseurs. De la télévision à l’électronique il n’y a qu’un pas et Charvet Electronique le franchit.

À l’orée des années 2000, Charvet Électronique est devenue, en Région Rhône-Alpes, un distributeur incontournable de consommables et de petits équipements pour la fabrication de cartes électroniques. La société, depuis 2012, est dirigée par un binôme. D’un côté Thierry Le Clech, un ingénieur basé à Paris et de l’autre, à Grenoble, Magaly Berthet. Il est bon ici de se souvenir qu’à son origine, en 1958 l’entreprise fut aussi créée par une femme Madame Charvet. L’aventure de Magaly Berthet et de Charvet Électronique débute un jour de novembre 2000. « Je suis arrivée dans l’entreprise un peu par hasard. Charvet recherchait une assistante commerciale pour un remplacement de trois mois et je suis restée » révèle Mme Berthet. À cette époque, pour la jeune femme le monde de l’électronique était terra incognita « j’ai un diplôme de comptabilité. Ça n’a rien à voir » s’amuse-t-elle. Quoique dans une entreprise la compta peut rendre bien des services. Quant à l’électronique elle va l’apprendre sur le tas avec notamment le regretté Jean Lépagnol. Aujourd’hui Charvet Électronique travaille avec un large panel de fournisseurs enrichi année

après année par l’apport des gérants successifs. « Chacun a apporté sa touche » renseigne Mme Berthet. Les clients sont des sous-traitants électroniques ou encore des câbleurs. « Ils sont basés en France, au Luxembourg, en Suisse aussi. Nous avons entre cent et cent vingt clients réguliers » avance-t-elle. Pour en revenir aux fournisseurs ils sont pour l’essentiel Européens, situés en Allemagne, Espagne et en France bien entendu : JBC TOOLS, AB Chimie, Phoenix contact, Zevatron, Eurostat SJM entre autres. Le quotidien de Magaly Berthet et de Lilou, la jeune alternante récemment embauchée- elle prépare un DUT techniques de commercialisation, concerne la réception de la marchandise, son contrôle et le cas échéant, selon les désidératas des clients, le reconditionnement. « Un transporteur passe tous les jours et livre en 24 / 48 heures en France et en Europe. » Les clients de Charvet Électronique ? Des majors de l’industrie tout comme des TPI spécialisées dans le prototypage. L’impact de la crise Covid 19 dans l’entreprise a été modéré « bien sûr certains de nos clients ont connu une baisse d’activité. Nous avons donc été touchés. Mais nous sommes restés ouvert auprès du grand public et nous en avons profité pour développer d’autres produits qui n’étaient pas dans notre gamme » révèle Mme Berthet. Du miel et prochainement une nouveauté numérique. Chez Charvet Électronique on fournit donc les industriels, en connectique, en imprimantes à transfert thermique, en masques et en gel, en outillage, en robots de dépose, en emballage souple et rigide, en blouses, en chaussures de sécurité... enfin tout un florilège d’équipements pour l’industrie. Presque une sorte d’inventaire à la Jacques Prévert. Mais ici, nous ne sommes pas dans la poésie, c’est d’électronique qu’il s’agit. Pourtant voici que

chez Charvet Electronique on parle aussi de miel. « Nous sommes concernés par la protection du climat d’où notre engagement, via notre partenaire Bee Abeille des ruches pour votre entreprise, d’avoir une ruche et de distribuer le miel à nos clients fidèles ». Elle confie aussi que pour la fin de l’année, c’est à dire très prochainement si ce n’est déjà fait lorsque sortira le magazine, un site marchand sera mis en ligne. « Ce sera www.charvet-distribution.com. Le but est de développer notre force de vente. Dans l’actualité prochaine, Charvet Electronique sera présent au salon SEPEM Industries qui se déroulera, à Grenoble, du 8 au 10 février prochain.

CHARVET ELECTRONIQUE Magaly BERTHET +33 (0)4 38 02 04 00

magaly.berthet@charvet-electronique.com www.charvet-electronique.com

Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110 - 29


Dossier Des entreprises, des femmes et des hommes

STPGroup : Faire la différence. STPGroup créée en 2006 est une société établie à Saint Ismier, une commune à moins de 15 kilomètres de Grenoble. STPGroup n’est pas un groupe au sens où l’entend dans le monde de l’entreprise. Cette dénomination permet d’identifier que cette société intègre trois départements à savoir : STPConcept, STPElectronics et enfin STPMecanics. Tout d’abord STPConcept avec une équipe d’ingénieurs et techniciens mécanique, mécatronique, robotique et logiciel, c’est la BU (Business Unit) de développement de produits propres et intégration de cellule robotisée intégrant la R&D de l’entreprise. « Nous développons nos propres produits mais également sur des besoins identifiés remontant de chez les clients. Cependant il nous arrive de partir d’une simple idée, sur la feuille blanche » éclaire Thomas Vignard qui est à la tête de la partie conception et développement de l’entreprise STPConcept. Autre département dit STPElectronics, distribue des consommables pour l’industrie mais également des équipements complémentaires aux fabrications STPConcept ; « 95% de l’offre est à destination de l’industrie électronique. Soit des donneurs d’ordres et des sous-traitants électroniques ou encore des industriels fabricant leur propre PCB. Nous proposons des machines de pose CMS pour prototypes et petites séries mais aussi des moyens de stockage et de traçabilité pour l’industrie 4.0 » éclaire Julien Vignard qui est à la tête de la partie distribution de l’entreprise et gère aussi l’export. Les produits vendus sur étagères sont installés par les équipes de STPElectronics qui par ailleurs, assurent également la formation des opérateurs et le service après-vente. Les fournisseurs avec qui nous travaillons en exclusivité sont Allemands, Britanniques ou encore Etats-Uniens. « Ce sont des fournisseurs à taille humaine ce qui nous permet d’avoir un support performant et

de répondre à des spécificités client. Quant à STPMecanics, sous la houlette de Eric, le père, regroupe deux grandes activités. Dans un premier temps la production de pièces pour les propres machines réalisées par STPConcept. « Nous ne sous-traitons pratiquement pas. Cela nous permet de maitriser nos coûts et nos délais. » Et parallèlement pour des donneurs d’ordres STPMecanics fabrique en sous-traitance, des pièces en aluminium, en acier, en composite ou encore en plastique. Des travaux réalisés soit sur plan soit en passant par le bureau d’étude maison qui conçoit les pièces avant de les usiner. Cette BU est donc spécialisée en conception et réalisation d’outillages spécifiques et en prestation d’usinage. « STPMecanics met au service de l’électronique ses compétences mécaniques avec plus de 15 ans d’expérience » rappelle Eric Vignard.

30 - Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique -décembre 2021 - n° 110

Mais patatras voilà qu’arrive la Covid 19. STPGroup subit comme beaucoup d’autres sociétés les affres de la baisse d’activité. Mais l’entreprise prend les devants et investit sur le long terme pour anticiper la reprise. La société embauche deux ingénieurs ainsi qu’un ingénieur commercial itinérant. « Nous avons mis à profit cette période pour travailler un développement de fond, soit sur de nouvelles machines avec notre premier dépôt de brevet mais aussi en amélioration continue avec la refonte des logiciels et IHM de machines existantes » explique Julien Vignard. Pas de fermeture, un très faible recours au chômage partiel et pas d’arrêt de production, pas plus en R&D que dans les ateliers. « L’activité était réduite surtout en distribution d’équipements mais le département Mecanics a continué à travailler pour des clients que nous avons accompagnés. » Des mesures de télétravail ont été mises en place au bureau d’étude, en


Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110 - 31


Dossier Des entreprises, des femmes et des hommes partie au service commercial et dans l’administratif. « Nous avons laissé aux employés le choix du jour et de la semaine de télétravail » affirme Julien Vignard. Une reprise importante En plus de notre investissement début 2021 sur une machine plus automatisée pour l’usinage de composite, dans les projets à venir, une machine d’usinage très grand format qui va entrer en production d’ici à la fin 2021. « Ce sera le gros investissement de cette fin d’année. En effet nous prévoyons une grosse demande en sous-traitance mécanique et cela nous permettra de rapatrier les pièces, jusqu’alors fabriquées en externe. Nous allons davantage gagner en indépendance. »

s’exporter sur nos marchés voisins. Nous travaillons historiquement avec le Maghreb où est implantée une filiale et travaillons un réseau de distributeurs en Espagne, Italie, Allemagne et Europe de l’Est. » L’automobile, le ferroviaire et l’aéronautique sont les plus gros donneurs d’ordres de STPGroup. Eric Vignard approchant de l’âge de la retraite chez STPGroup on songe à sa succession et on y travaille. « On en saura plus en la mi-2022 » révèle Julien Vignard.

Dans la suite de cette pandémie, qui s’en va et qui s’en vient, il n’y a pas de doute la reprise économique est au rendez-vous. Chez STPGroup on se réjouit « On observe depuis le début 2021 une reprise importante. Elle nous permet de revenir à notre niveau de 2019. Nous retrouvons notre rythme d’avant Covid » assure le dirigeant. Les clients de l’entreprise sont basés principalement dans les régions où l’électronique est bien implantée comme le Grand-Ouest ou la région Toulousaine. « Mais on travaille aussi sur la totalité de la France et à l’export. » 2021 a vu le développement du service export avec la mise en place d’un service et une équipe dédiée. « Nous sommes trop peu de fabricants Français dans notre industrie électronique, le Made In France doit

Brasage sélectif ? Ersa ! Leader mondial. Techniquement optimal. Concept modulaire. Toujours approprié.

Quand il s‘agit de brasage sélectif, ERSA répond toujours présent avec des solutions adaptées à vos exigences, tant par des équipements en ligne VERSAFLOW intégrant un module unique VERSAFLEX jusqu‘ à des solutions intelligentes en îlots. VERSAFLOW 3 & 4 Machines de brasage sélectif en ligne, de concept modulaire, pour les plus grandes exigences de capacité et flexibilité.

ECOSELECT 1 & 4 Équipements de brasage sélectif pour une production en îlot ou en ligne avec un rapport prix/performance optimal

SMARTFLOW 2020 Machine de brasage sélectif compacte, sans compromis, très smart.

STP ELECTRONICS Eric VIGNARD 04 76 45 69 25 contact@stp-emcgroup.com www.stp-emcgroup.com 32 - Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique -décembre 2021 - n° 110

ECOCELL Machine de brasage sélectif en- ou hors ligne, très flexible et de grande capacité.

w w w . e r s a . c o m Ersa France | remy.lutz@kurtzersa.com


OCETA distribue

Étuves Étuve à vide Étuve universelle Étuve de séchage

Enceintes climatiques Enceinte à climat constant Enceinte hygrométrique Enceinte climatique Enceinte d‘essais environnementaux Votre contact : Franck Cariou franck.cariou@oceta.com

Solutions sur mesure / Support technique Electronique - Ferroviaire - Aéronautique - Spatial OCETA distribue également:

www.oceta.com Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110 - 33


Dossier AOI

Nouvelle AOI Mycronic MYPro série I : quand facilité de programmation rime avec performance. Programmation plus rapide. Guidage plus intelligent. Aucun faux défaut. Lorsqu’il s’agit d’AOI 3D avancée, les exigences sont élevées et les utilisateurs expérimentés viennent souvent à manquer. Mycronic répond à ces attentes avec l’AOI 3D MYPro série I, qui s’appuie sur de puissants algorithmes d’apprentissage machine (machine learning) pour offrir une programmation plus rapide et faciliter la mise en œuvre d’une AOI haute performance quel que soit l’environnement de production et l’expérience des utilisateurs.

C

es dernières années, l’AOI 3D série K de Mycronic s’est distinguée dans le traitement de tous les types de PCB, offrant aux principaux fabricants mondiaux d’électronique à haute fiabilité une couverture de test complète, avec une précision et une répétabilité élevée. Aujourd’hui, la nouvelle génération MYPro

série I inaugure un nouveau degré d’automatisation et une nouvelle conception ergonomique facilitant la création, l’optimisation et l’adaptation de chaque programme pour des utilisateurs de tous niveaux. Repensées pour l’industrie 4.0 Partie intégrante des solutions CMS MYPro Line, les plate-

Les fondateurs de KOOVEA

Nouvelle AOI 3D «MYPro série I» de Mycronic

34 - Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique -décembre 2021 - n° 110

formes logicielles et matérielles de cette nouvelle AOI 3D ont été repensées pour offrir une expérience utilisateur homogène. Outre le nouveau nom, l’interface graphique et le design extérieur, l’AOI 3D MYPRO série I est conçue pour prendre en charge le protocole HERMES (dès sa sortie) et IPC CFX (Q2 2022) afin d’offrir

Grâce à l’intelligence artificielle, MYPro série I permet de réduire jusqu’à 30% le temps de programmation par rapport à la précédente génération d’AOI 3D...


Escape Tracker a identifié trois faux défauts potentiels, guidant l’opérateur sur la manière de les erradiquer avant de finaliser ce programme. .

un environnement de fonctionnement Industrie 4.0 partagé avec l’ensemble des équipements Mycronic. Programmation 30% plus rapide L’un des principaux atouts de la série I est la nouvelle interface utilisateur MYWizard, développée spécifiquement pour guider plus rapidement l’utilisateur dans les phases de programmation. Intégrant de l’intelligence artificielle basée sur l’apprentissage machine avancé, le système identifie automatiquement les caractéristiques physiques d’un composant et les corrèle avec le type de boîtier correspondant de la

bibliothèque, permettant ainsi jusqu’à 30% de réduction du temps de programmation par rapport à la précédente génération d’AOI 3D série K. Pendant la phase de programmation, les éléments tels que les repères de la carte, le corps, les pattes et marques de polarité des composants sont automatiquement identifiés. L’algorithme de vision artificielle reconnaît ainsi les composants standards, ce qui permet d’automatiser la programmation de l’ensemble des tests d’inspection à leurs appliquer, dans la classe IPC désirée. L’utilisateur doit simplement

Glacière de transport

High resolution image from 3D reconstruction

Identification of potential component elements by height segmentation

Automatic computation of the corresponding inspection model with all required tests

MYWizard identifie automatiquement les éléments caractéristiques d’un composant, ce qui permet de lui associer le modèle d’inspection correspondant dans la bibliothèque centrale et de programmer automatiquement l’ensemble des tests d’inspection nécessaires.

vérifier la proposition faite par MYWizard, effectuer quelques ajustements si nécessaire et programmer manuellement tout composant CMS non standard. Comme toutes les modifications sont stockées dans une bibliothèque centrale, le temps de programmation continue de diminuer à chaque nouveau programme. «Le niveau de compétence ou d’expérience requis pour programmer une AOI 3D est un véritable enjeu pour nos clients. C’est pourquoi la convivialité de l’interface graphique, la facilité de programmation et la rapidité de mise en œuvre d’une AOI 3D représentent un réel atout pour eux», explique Alexia Vey, Chef de Produit Inspection. «Une fois la bibliothèque centrale enrichie de plusieurs produits, MYWizard permet à un utilisateur AOI avec peu d’expérience de programmer en moins de trente minutes, ce qui est extrêmement rapide pour un système doté de telles capacités.» Escape Tracker élimine les faux défauts Les récentes avancées en matière de reconnaissance de formes permettent également d’automatiser le fine-tune (réglage fin) des programmes, même lorsque les conditions de production changent. Grâce à Escape Tracker, un système unique d’optimisation de performance de la bibliothèque d’inspection en temps réel, la gamme MYPro série I s’assure automatiquement qu’aucun nouveau faux défaut ou escape n’est introduit par inadvertance pendant cette phase de

Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110 - 35


Dossier AOI

Outil de mesure de profil des composants de haute précision. La surface des composants apparaissent en gradients de couleur afin de mieux mettre en évidence un défaut de coplanarité..

fine-tune. Cela réduit considérablement les interventions de l’opérateur en cours de production en raison des faux défauts. «Lors des phases de programmation qui nécessitent un fine-tune», explique Alexia, «Escape Tracker surveille en arrière-plan si des faux défauts ou des escapes peuvent potentiellement être générés par la bibliothèque centrale. Si des faux défauts ou des escapes potentiels sont détectés, Escape Tracker guide l’opérateur sur la manière de les résorber. Cela ajoute un niveau supplémentaire de contrôle de la fiabilité de la bibliothèque centrale, avant que tout nouveau programme d’inspection ne soit finalisé.» Accélérer la courbe d’apprentissage grâce à l’IA Les capacités logiciel avancées de la gamme MYPro série I sont le fruit d’un programme d’investissement R&D à long terme de la part de Mycronic consacré à

l’intégration de l’intelligence artificielle. Les avantages de cette technologie, notamment la facilité d’utilisation résultant du guidage intuitif de la programmation, ont été observés pour la première fois il y a plusieurs années sur la SPI 3D série PI, lauréate de nombreux prix. Ils sont maintenant pleinement exploités par cette nouvelle génération d’AOI 3D. «Ces algorithmes d’apprentissage machine consistent à enseigner au système ce qu’il doit reconnaître, tout en montrant au programmeur exactement où le système a besoin de l’expertise humaine», conclut Alexia. «Au fil des programmes, la fiabilité de la bibliothèque centrale progresse et le temps de programmation décroît, encore plus rapidement que sur la génération précédente. La courbe d’apprentissage progresse plus vite, et donc le coût d’intégration d’une AOI 3D baisse. Par ailleurs, les algo-

rithmes d’IA permettent de mieux gérer les variations dans l’approvisionnement des composants ou dans le processus de production, le tout avec de moindres compétences requises de la part de l’utilisateur». «L’objectif premier du développement de MYPro série I a été de mettre l’une des technologies d’AOI 3D les plus puissantes du marché à la portée des EMS et OEM devant gérer un mix produit élevé, avec mise en production d’un grand nombre de nouveaux produits avec des séries courtes », déclare Jesse Dowd, VicePrésident des Ventes Internationales. «Par conséquent, la programmation et le fine-tune doivent être aussi simples et rapides que possible. De ce fait, l’amélioration de l’ergonomie et l’optimisation des performances ont été au centre de nos innovations technologiques. Cela profite à nos clients traditionnels, avec un profil de production « haute fiabilité / mix moyen / volumes moyens à élevés ». «Mais cela met également l’inspection AOI 3D de pointe à la portée de bien plus de fabricants d’électronique, quelle que soit leur expérience dans le domaine, et quel que soit leur nombre quotidien de changements de production », ajoute Jesse.

MYCRONIC Cyril BIDET +33(0)1 41 80 15 80 cyrille.bidet@mycronic.com Technologie de reconstruction 3D ultra réaliste pour une meilleures efficacité de revue..

36 - Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique -décembre 2021 - n° 110

www.mycronic.com


CRÉATION & FABRICATION DE BOITIERS & HABILLAGES PLASTIQUE SUR-MESURE POUR VOS PETITES ET MOYENNES SÉRIES

Vos pièces plastique ne nécessitent pas forcément un outillage

Confiez-nous votre projet !

www.revoluplast.com Tél. : +33 (0)2 37 33 69 70

Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110 - 37


Dossier SALON

GLOBAL INDUSTRIE : Acteur de la relance nationale,Global Industrie réussit avec succès le coup d’envoi de la rentrée industrielle et offre un VRAI moment de retrouvailles ! Premier événement industriel de la rentrée, le salon Global Industrie est un tremplin pour tous les acteurs du secteur. Réactiver les contacts et enclencher la relance, cette 3e édition, qui s’est déroulée du 6 au 9 septembre 2021, est et restera celle des retrouvailles humaines, techniques et politiques ! Elle a insufflé un élan de positivité avec une ambition partagée par tous : rebooster l’économie.

C

et univers électronique accueille les entreprises exerçant leurs talents dans 4 domaines :

Un rendez-vous incontournable du calendrier politique national

Alors que l’industrie fait partie des principaux moteurs de la relance, Global Industrie se pose plus que jamais en rendez-vous incontournable du calendrier politique. C’est ainsi que s’est déroulé sur le salon le Conseil National de l’Industrie, véritable temps fort politique qui a accueilli le

Premier Ministre Jean Castex et la Ministre déléguée auprès du ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, chargée de l’Industrie, Agnès Pannier-Runacher. La présence de nombreux élus régionaux et locaux, parmi lesquels Laurent Wauquiez, Président de la Région Auvergne-RhôneAlpes, Bruno Bonnell, Député du Rhône…, démontre que le salon est également un point de contact important entre les territoires et la politique industrielle nationale.

Un signe fort d’une industrie française qui investit

Participer à la relance postCovid et à la réindustrialisation était l’une des ambitions de cette édition de Global Industrie. Heureux de se retrouver, l’ensemble des exposants a pu enfin renouer des contacts et entamer l’avenir avec une meilleure visibilité. Si des incertitudes demeurent, comme l’approvisionnement en matières premières, les retours sont encourageants et démontrent la volonté d’investir dans des nouveaux équipe-

« Global Industrie arrive aujourd’hui à la confluence entre trois tendances d’avenir : les annonces politiques en faveur de l’économie française, la volonté des entreprises de porter de nouveaux projets, et les usages réinventés dans le domaine de l’exposition. »

Global_Industrie_2021@FOUCHA_MUYARD (16)

Sébastien Gillet, Directeur de Global Industrie...

38 - Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique -décembre 2021 - n° 110


SOLUTION UNIQUE POUR PRODUCTION ÉLECTRONIQUE Jet de pâtes à braser, jet de colle & placement

 Une

seule plate-forme peu encombrante pour tous les processus

 Production

 Jusqu‘à

 Combinaison

 Amélioration

 Concepts

 Jetting

 Distributeur

 Liberté

 Spécialités

280 chargeurs de composants + plateaux sur seulement 2 m² d‘empreinte au sol du temps de cycle d‘introduction pour de nouveaux produits sur le marché dans les cavités, Pin in paste jetting & plus encore de conception des circuits imprimés programmable dans ePlace

de nouveaux produits NPI à moyen et haut volume de l‘impression par jet, de la projection de colle et du Pick and Place de lignes modulaires pour des performances optimales de jet précis pour les lignes SMT à grande vitesse pour les films fins, les cavités, les LED, le sous-remplissage, etc.

Essemtec France l Franck Genonceau l +49 172 287 56 04 l franck.genonceau@essemtec.com Yoann Fenice l +33 6 40 65 84 06 l yoann.fenice@essemtec.com

Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110 - 39


Dossier SALON ments de production ou de nouvelles solutions qui permettront d’être plus compétitifs. Pour preuve, cette année la France a battu le record de projets de nouvelles usines avec 192 projets d’installation recensés au premier semestre 2021, un chiffre en augmentation de 84 % par rapport à 2020 !

Bilan du salon 2021 Cela faisait près de 2 ans et demi que nous le préparions. Avec pas moins de 3 reports et 1 annulation vous avez continué à croire en Global Industrie, et c’est pour cela que toute l’équipe souhaite vouus dire un grand MERCI ! MERCI d’avoir fédéré vos clients, MER4CI d’avoir motivé vos équipes, MERCI de nous avoir été fidèle ! Nous nous sommes dépassés et les résultats sont là : - 1 500 exposants - 70 000 m² d’exposition, - 27 305 visiteurs - 40 000 vues sur GI Channels (21 000 personnes connectées)

Cap sur Global Industrie 2022

S’il est un lieu où une société industrielle se devra d’être visible auprès de sa clientèle, c’est assurément Global Industrie

2022, le plus grand salon français regroupant toutes les filières de l’industrie ! Le salon reprend sa place dans le calendrier des événements industriels professionnels et aura donc lieu au premier semestre 2022 : du 17 au 20 mai prochain à Paris Nord Villepinte. « Nous espérons vous compter parmi les 2 300 exposants que nous présenterons à nos 40 000 visiteurs. Vous aurez ainsi la possibilité d’être vu dans l’un des 14 grands univers représentant tout le spectre de l’industrie, soit près de 100 000m² d’exposition » déclare Sébastien Gillet le Directeur Général du salon. L’univers Mesure, contrôle, vision et instrumentation sera enrichi en 2022 par l’intégration de Measurement World 2020, rendez-vous international des acteurs de la mesure et le Symposium international Gas analysis. Installé dans le hall 5, face à l’entrée principale, l’univers Electronique présentera tous les secteurs de cette industrie: la conception, l’industrialisation, la fabrication, l’intégration et la maintenance des cartes et systèmes électroniques, les fournisseurs d’équipements de production

40 - Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique -décembre 2021 - n° 110

et de test, les fournisseurs de consommables et la formation. Seront également accueillis les fournisseurs de tous type de composants ainsi que les services associés à l’industrie électronique. La Réindustrialisation Responsable sera le thème général du salon qui proposera de nombreuses animations. : Les GI Awards auront pour objectif de mettre en valeur les innovations des exposants. Les catégories récompensées seront : - les technologies de production, - les technologies périphériques, - la transition numérique, - les jeunes pousses. Les Golden Tech’22, dont ce sera la première édition ont pour ambition d’être le pendant pour les métiers de l’industrie des Bocuse d’Or de la gastronomie. Deux espaces seront dédiés au programme GI Conférences consacré aux retours d’expérience de ceux qui font l’actualité et le futur de l’industrie française. L’espace GI Avenir sera dédié à l’emploi, la formation et l’attractivité des métiers de

l’industrie. Les exposants pourront présenter aux visiteurs leurs offres d’emplois et rencontrer les candidats.

Objectif 40 000 visisteurs

« Pour atteindre l’objectif de 40 000 visiteurs, nous solliciterons notre base de données de plus de 250 000 industriels qualifiés, pour une présence physique ou digitale, via notre outil d’accompagnement à la visite, la plateforme myGI » annonce Sébastien Gillet. Cet outil permettra aux exposants de prospecter avant le salon dans notre liste des participants inscrits. « Il sera possible de cibler les profils qui vous intéresseront afin de leur proposer un rendez-vous sur votre stand ou en visio » précise le Directeur Général du salon.


RETOUR SUR QUELQUES STANDS DE L’UNIVERS ELECTRONIQUE

UNIVERS ÉLECTRONIQUE - RÉSERVEZ DÈS MAINTENANT VOTRE STAND RENDEZ-VOUS POUR LA 4 È ÉDITION DE GLOBAL INDUSTRIE PARIS DU 17 AU 20 MAI 2022, AU PARC DES EXPOSITIONS PARIS-NORD VILLEPINTE Ils sont déjà inscrits * :

A2E - ACCELONIX - ACCENTRICS - ACEA - ALLIANSYS - ALTRICS - AQLE - ASSEL - AXIMUM BINDER CANON BRETAGNE - CATS POWER DESIGN - CEISTA - CEPA - DEL - ELPACK - EOLANE ESTELEC GROUP - G4 SOURCING - GERAL - GROUPE ZEKAT- IFTEC - INGELEC - IPC - JFIE - LINTECH METRONELEC - OEM INDUSTRIE - PHOENIX CONTACT - PIGE ELECTRONIQUE - POLYGONE CAO PROTO ELECTRONICS - SAFE PCB - SECTRONIC - SEICO - STIP - SYNOV - SYSTECH- VILLELEC

Rejoignez-les au meilleur tarif en contactant D’Com Conseil.

*Liste provisoire arrêtée au 10 décembre 2021

D’COM CONSEIL Franck RANNOU +33 (0)2 98 50 18 53 frannou@dcomconseil.com Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110 - 41


Dossier SALON

GLOBAL INDUSTRIE : Concours de brasage : une compétition sportive ! Par Louis GILDAS, reporter. A Global Industrie, à Lyon, en septembre dernier, s’il est un événement qui a attiré un public important, c’est bien le concours IPC de brasage manuel. Professionnels ou curieux venus nombreux à encombrer le passage dans l’allée du Village bordant le site du concours. Si ce n’est pas un succès ça y ressemble furieusement. Appareil photo en bandoulière, les apprentis reporters immortalisent les concurrents et le ballet des pinces brucelles et des fers à braser. Sur le stand voisin de l’IFTEC, Pierre-Jean Albrieux co-organisateur savoure avec satisfaction la scène. Souvenirs passés revenons un instant sur ce concours et sur son histoire.

C

e concours, qui a vu le jour en France en 2016, est une opération imaginée, créée et organisée depuis 2011 par l’IPC. Cette compétition se déroule tous les ans au Village de l’industrie électronique lors du salon annuel Global Industrie. C’est une compétition de haute volée où s’alignent des professionnels de la profession comme pourrait dire JeanLuc Godard. Autant dire des experts du brasage manuel, expertes devrait-on écrire tant les femmes sont en force

« Les concurrents sont des personnes très compétentes dans leur domaine professionnel. En ce qui concerne les compétences en rapport avec le concours, nous avons vu les choses évoluer. Un peu comme les sportifs les compétiteurs s’entrainent et participent à d’autres épreuves. Le niveau du concours a sérieusement gagné en technicité. mais ça reste un jeu ouvert à tous ceux qui souhaitent s’y frotter pour le fun ou non » avance PierreJean Albrieux.

Mondial de brasage Les concurrentes et concurrents sont sélectionnés dans l’entreprise selon des critères propres à leur société « bien sûr les meilleurs sont retenus. Mais nous acceptons aussi des individuels. » ajoute M. Albrieux. « Il rappelle qu’en temps normal (hors covid) chaque vainqueur des concours régionaux répartis sur la planète se retrouvent pour la finale mondiale programmée en fonction du calendrier des salons professionnels de fin ou de début d’année. Ainsi les finales ont

Les concurrents sont des personnes très compétentes dans leur domaine professionnel. En ce qui concerne les compétences en rapport avec le concours, nous avons vu les choses évoluer. Un peu comme les sportifs les compétiteurs s’entrainent et participent à d’autres épreuves. Le niveau du concours a sérieusement gagné en technicité. mais ça reste un jeu ouvert à tous ceux qui souhaitent s’y frotter pour le fun ou non. Pierre-Jean ALBRIEUX, co-organisateur de la compétition et président de l’Iftec.

Le Trophée par équipe, parrainé par Les Cahiers de l’Industrie Electronique a été remporté par Thales DMS Étrelles. De gauche à droite : Richard Crétier, Marina Bouvet, David Gasnier, Pauline Duval, Philippe Léonard Responsable Europe de l’IPC Organisateur du concours.

42 - Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110


PRODUITS TEXTILE PRODUITS TEXTILE POUR LES ENTREPRISES POUR LES ENTREPRISES

CHOISISSEZ CHOISISSEZ le confort ! le confort !

PERSONNALISEZ PERSONNALISEZ vos produits ! vos produits !

FAITES FAITES plaisir ! plaisir !

2 Avenue Saint Denis - 29000 QUIMPER 2 Avenue Saint Denis - 29000 QUIMPER Tél : + 33 (0)2 98 52 69 12 - www.outdoor-indoor.fr Tél : + 33 (0)2 98 52 69 12 - www.outdoor-indoor.fr Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - juin 2021 - n° 108 - 49

Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110 - 43


Dossier SALON pu avoir lieu à Las Vegas, San Diego, Shanghai, Munich dont la dernière édition en 2019 pendant Productronica. Cette année-là, sur 17 finalistes, ce fut Monsieur Indra Setiawan de PT SIIX EMS Indonésie qui remporta la palme. Madame Pauline Duval de Thales DMS Etrelles fut Vice-Championne du monde, la 3ème place étant attribuée à Madame Maricel Calabig Velasco d’Integrated Micro-electronics Inc. Philippines, sans oublier au pied du podium Madame Eliane Chesnais de Thales DMS Etrelles. Une organisation et une logistique solide. Organiser un tel évènement est complexe et l’IPC Europe et USA déploient les efforts nécessaires en termes de communication, de planification, et de logistique avec le soutien actif de ses sponsors et partenaires locaux sans qui rien ne serait possible. Ainsi pour 2021 sur l’Europe sont intervenus : Hakko pour les fers à braser et les aspirateurs de fumées, Thales, SFM pour les binoculaires, Optilia pour les caméras et écrans, Daylight pour les lampes loupe, Almit pour les fils d’alliage, Polygone CAO pour la conception de la carte et la fabrication des PCB et les partenaires locaux pour la France, IFTEC, le SNESE, D’COM / Les Cahiers de l’Industrie Electronique et bien entendu GL Events l’organisateur de Global Industrie. »

Deux tiers de femmes, un tiers d’hommes. Les concurrentes et concurrents sont souvent techniciens d’atelier. Dans la majorité des cas, ils sont présentés par leur entreprise. Des entreprises qui profitent de la gloire de leurs poulains, mettant en avant leurs performances. « C’est un bon outil de communication et d’émulation d’équipes qui se décline entre établissements d’un groupe. » précise M. Albrieux. Pour les compétitrices et compétiteurs c’est loin d’être un exercice de tout repos, le stress, le bruit, les yeux du public et dans le dos les Maitres instructeurs de l’IPC, le jury. Il faut avoir des nerfs et du sang froid. Au centre de l’épreuve une carte électronique qu’il faudra assembler en 60 minutes. Les candidates et candidats seront notés sur la qualité de l’assemblage, sur la qualité du brasage, sur la vitesse d’exécution et enfin sur la fonctionnalité de la carte. L’assemblage est noté suivant les normes IPCA-610 Class 3. Mais comment est née cette idée d’un concours de brasage c’est ce que nous sommes allés demander à Pierre-Jean Albrieux, président de l’IFTEC et co-organisateur de la compétition avec Philippe Léonard le directeur Europe de l’IPC. Il explique « l’IPC avait l’idée d’une animation pour attirer

les visiteurs et naturellement un concours de brasage a été retenu. Au commencement le règlement n’était pas très précis mais au fil des ans, au fil des concours, les remarques de participants et de leurs responsables techniques nous avons fait évoluer les règles. » Par sa voix nous apprenons aussi que la carte change tous les ans. Ainsi malgré les aléas de la pandémie la carte 2021 a évolué « l’an dernier en plus du brasage elle était prévue pour faire des réparations, ce qui n’a pas été le cas en 2021 où elle était 100 % brasage » dévoile M. Albrieux. Cette carte a été conçue par Polygone CAO, bureau d’études leader du routage de cartes électroniques. Quant aux composants, au fil des temps, ils ont connu des évolutions « On se limite en taille. Ce que l’on peut faire en automatique avec des composants minuscules on peut

difficilement le faire manuellement. On cherche avant tout à obtenir une carte qui fonctionne » soutient PierreJean Albrieux. À Lyon, à Global Industrie, le concours a vu s’aligner 36 concurrents. « Cette année nous avons introduit un Trophée par équipe » souligne le président. L’âge moyen des candidats se situe autour des 45 ans. « Mais on y rencontre de très jeunes et des presque retraités » Deux tiers de femmes, un tiers d’hommes. 23 femmes, 13 hommes à Lyon. « Le brasage manuel est un métier de mains agiles. Il suffit d’aller dans les usines pour constater que l’on voit plus de femmes que d’hommes au brasage » conclu le président Albrieux. À Lyon, 19 entreprises étaient représentées. Le premier Trophée des entreprises parrainé par Les Cahiers, et qui sera remis en jeu chaque année, à l’image du bouclier de Brenus cher au monde du rugby est emporté par Thalès Etrelles. Au classement individuel on trouve trois femmes : Première : Pauline Duval, deuxième : Marina Bouvet toutes deux de Thalès Etrelles (35), troisième : Manuella Anani de Dassault Aviation Saint Cloud (92) Le premier homme, Serge Gay de Thalès Brive, se classe à la huitième place.

44 - Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique -décembre 2021 - n° 110


Le TECHMAN est un Cobot 6 axes avec caméra, équipé d’un nouveau régulateur de température Apollo Seiko et n’impose pas de cage de protection. Equipé d’une caméra 1.2/5M de pixels, le TECHMAN TM5-900 permet vérifier la présence des composants et le contrôle qualité de la brasure. La fonction MODBUS TCP/ICP lui permet de communiquer avec l’environnement 4.0 de l’entreprise et facilite tout autant son intégration dans un environnement de travail partagé que sa programmation pour une production autonome. Principales caractéristiques : • 4 kg de capacité de charge • 900 mm de portée • 0.5 mm de précision

• Caméra permettant le lire les codes à barres et les données datamatrix • Pannes cartouches de 130 ou 200 watts permettant 25 000 points de brasage • Dérouleur de fil avec la fonction roulette de pré-perçage du fil d’étain

Design : www.dcomconseil.com - Décembre 2021

TECHMAN TM5-900 La nouvelle génération 4.0 des robots de brasage

ORION industry, riche de 28 années d’expérience vous apporte un support global d’apprentissage avec des vidéos de formation, limitant ainsi les déplacements. Orion industry : Z.A. Chemin de la Guy F-91160 - Ballainvilliers - France

Tél : +33 (0)1 69 34 53 11 Fax : +33 (0)1 69 09 31 83 / info@orion-industry.com

Découvrez JBG-METAFIX

Livraison en 24h

COMPOSANTS ELECTRONIQUES

500 000 références en vente à des prix très compétitifs

ISOLANTS DIELECTRIQUES

ACCESSOIRES DE CÂBLAGE

Pas de minimum de commande

MICA, PRODUITS MICACES

PLUSIEURS MILLIONS DE RÉFÉRENCES GÉRÉES

25 FOURNISSEURS LEADERS

Site de vente en ligne www.jbg-metafix.com Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110 - 45


Dossier ROHS

ROHS SANS PLOMB : Le passage aux alliages ROHS sans plomb est une avancée majeure en terme environnementale et sécurité des personnes travaillant sur les assemblages électroniques. Cette avancée ne s’est pas faite sans mal, mais a permis de pousser tous les acteurs du métier dans un même sens, avec une progression technologique importante sur les moyens et procédés, la maitrise et la qualité de conception des fils d’alliages et flux associés et bien sur humaine par la montée en compétences nécessaires pour la mise en œuvre et l’utilisation de ces mêmes avancées. De nouvelles problématiques sont apparues avec ces nouveaux alliages : retassure, filet soulevé… et l’association américaine IPC avec notamment l’IPC-A-610, a pris en compte ces points et a défini des critères d’acceptabilité.

T

outes les parties prenantes de ce changement peuvent être satisfaites du résultat que l’on connait maintenant avec un niveau de fiabilité qui est proche de celui des alliages plomb. Avec le recul que l’on a maintenant sur les assemblages sans plomb, les acteurs de pointe de l’aéronautique, du spatial et du médical se sentent rassurés et ont commencé à utiliser ces nouveaux alliages sur de nouveaux produits et sur certains assemblages existants lorsque les coûts de qualification ne

sont pas trop exorbitants. Deux grandes familles d’alliages ROHS ont été développées : • Les alliages SAC : étain, argent, Cuivre • Les alliages SnCu : étain, cuivre, intéressants pour les process « vague » car sans argent et donc moins onéreux. Interview – Michael Mendel – CEO Almit Germany Evolution du brasage automatique vu par un fabricant d’alliage de brasage Dans quels domaines le bra-

46 - Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110

sage robotisé offre-t-il des avantages par rapport au brasage manuel ? Avec le brasage manuel, des erreurs de processus sont fréquentes. Le brasage robotisé offre des possibilités techniquement différentes du brasage manuel, comme la mesure automatique de la température de la panne, des profils de brasage prédéfinis et la possibilité de paramétrer le robot. De cette manière, les erreurs de production peuvent être considérablement réduites et la qualité de chaque joint de brasage peut être garantie. Cela augmente

L’avantage des fils à souder Almit est un noyau continu à 100%. Les fils de brasage conventionnels présentent souvent le problème suivant: le noyau du flux est interrompu par des inclusions d’air. Ces dernières entravent la qualité finale du joint de brasage...


x

E pert en Equipements, Produits et Services pour l’Electronique

Michael MENDEL

également l’efficacité économique, grâce à la production en masse des brasures. Le brasage automatique peut être réalisé avec une précision et une répétabilité élevée, des avantages indispensables pour les normes de qualité d’aujourd’hui, toujours plus élevées dans l’industrie de la fabrication électronique. Comment le brasage automatisé a-t-il évolué au cours des dernières décennies ? L’évolution de l’industrie électronique a façonné le développement du brasage automatique. Une variété d’outils de brasage ont été développés spécifiquement pour les robots au cours des dernières décennies. Les composants étant de plus en plus petits et sensibles, les solutions de brasage manuel ne sont parfois pas suffisantes. La technologie du brasage automatique a évolué de pair avec la complexité des cartes à réaliser… Quels sont les défis actuels auxquels vous êtes confrontés en matière de développement de produits ? Ce sont sans aucun doute, les exigences sans cesse croissantes du marché en matière d’optimisation des processus et d’efficacité économique. En tant que pionniers dans le développement de matériaux de brasage, nous essayons d’avoir toujours une longueur d’avance afin de pouvoir accompagner nos clients de manière optimale à tout moment.

Quels sont les enjeux de demain ? Nous ne nous concentrons pas seulement sur les besoins actuels de nos clients, mais nous voulons aussi anticiper les problèmes et proposer des solutions pour les besoins futurs du marché. Lorsqu’il s’agit de la qualité de la brasure, le flux joue un rôle décisif. Dans le monde entier, seuls quelques fabricants de brasure produisent encore leur propre flux. La mise au point d’un flux est très complexe. Outre l’exigence susmentionnée d’un noyau de flux continu sans inclusion d’air et d’humidité, les différents composants doivent être précisément adaptés les uns aux autres afin d’obtenir un résultat de brasage parfait. Quelles sont vos dernières innovations en tant que fabricant de matériel de brasage ? Notre dernier fil de brasure DB-1 RMA, atteint une nouvelle dimension en matière de mouillage grâce à son flux innovant. Grâce à la combinaison d’un flux à action rapide et d’un flux persistant, il offre un double effet de renforcement du mouillage. Un tel flux est à ce jour unique sur le marché. Il offre à nos clients, un résultat de brasage de haute qualité, un temps de traitement considérablement réduit ainsi qu’une réduction à long terme des coûts de fabrication. Comment se distinguent les produits de brasure pour le brasage automatique ? Almit propose des fils et des crèmes à braser pour tous les procédés de brasage automatique. L’avantage des fils à souder Almit est un noyau continu à 100%. Les fils de brasage conventionnels présentent souvent le problème suivant: le noyau du flux est interrompu par des inclusions d’air. Ces dernières entravent la qualité finale du joint de brasage.

DU NOUVEAU DANS LA GAMME CIF PROD

BRASAGE SELECTIF

GAMME SASINNO

PLACEMENT CMS AUTO

GAMME KAYO

FOURS CONVOYEUR EN LIGNE

GAMME ATHOS

SERIGRAPHIE AUTOMATIQUE

GAMME KAYO

®

LAB LES SOLUTIONS POUR VOS PROTOTYPES ET MICRO-SERIES

prod

Member

LES SOLUTIONS POUR VOS PETITES SERIES ET PRODUCTION

Retrouvez toute la gamme CIF sur

WWW.CIF.FR

ou contactez-nous au +33 (0) 1 3966 9683


Dossier ROHS Quels sont les produits offerts par Almit pour le brasage automatique ? Nous proposons des alliages brevetés qui protègent les pannes de l’érosion et de l’oxydation. Cela permet de réduire la consommation de pannes, le temps de travail et de réaliser des économies. Notre flux Gummix a été développé spécialement pour le brasage sans contact. Il se distingue par son comportement qui minimise les billes de brasures. Gummix est disponible sous forme de fil et de crème à braser. Les crèmes à braser Almit constituent également une solution optimale pour les composants à pas fin. L’évolution du brasage automatique vue par un fabricant de robots Raphael LUCHS

Revue de Raphael Luchs – CEO Elmotec Il y a plus de 50 ans, des visionnaires ont commencé à développer des solutions de brasage automatisées au fer pour remplacer le brasage manuel. Depuis, beaucoup de choses se sont améliorées et ont conduit à une nouvelle industrie : le brasage automatique.

sa fiabilité et de son rapport qualité-prix. Mais, pour la production à haut volume, les bras de robot sont plus efficaces. Les bras de robot, comme le robot à 4 axes (robot scara) ou le robot à 6 axes atteignent une vitesse plus élevée et peuvent effectuer des mouvements avec plus de possibilités d’angles différents, mais sont plus chers qu’un système d’axe linéaire. Le système de mouvement de la solution de brasage automatique offre la possibilité d’installer diverses technologies de chauffage. La technologie de chauffage chauffe les joints de soudure et les fait fondre avec le fil de brasage.

Le principe de base du brasage robotisé est de remplacer le mouvement de la main de l’opérateur. Aux prémices, le mouvement était effectué par le robot avec un axe linéaire pneumatique. Aujourd’hui, le mouvement est effectué par des systèmes d’axes linéaires électriques ou des bras de robot. L’évolution a permis d’atteindre une plus grande précision, plus de flexibilité dans le positionnement des pannes et d’avoir des coûts d’exploitation plus bas.

Le brasage robotisé a commencé avec le brasage au fer, mais il s’est développé avec les nouvelles technologies et a trouvé plus d’applications. La gamme de technologies de chauffage comprend le fer, le laser, la vague, la refusion, les ultrasons et autres. Ces technologies ont des caractéristiques différentes et doivent être soigneusement sélectionnées en fonction des joints de brasage, du matériau, du volume de production et du budget. De nombreuses nouvelles fonctionnalités ont soutenu le développement du brasage et ont permis d’atteindre une plus grande précision dans le processus robotisé. Il est important d’avoir une technologie de chauffe performante et de réaliser le joint de brasage dans une position précise. Les deux doivent être corrects pour avoir un processus de brasage automatisé réussi. Par exemple, le fer est positionné et vérifié avec un étalonnage du point zéro pour s’assurer d’avoir la plus haute précision. Aujourd’hui, des nouveaux systèmes de capteurs et de vision sont développés tous les jours pour permettre d’atteindre une plus grande précision.

Les axes électriques sont la technologie de mouvement la plus courante, en raison de

Le brasage automatique est réputé pour sa qualité de processus reproductible avec des

L’objectif du brasage robotisé est toujours le même : obtenir une qualité et un rendement plus élevés, en remplaçant le facteur humain dans le processus. Cela est devenu plus important que jamais. Non seulement la pandémie a accru le besoin d’automatisation, mais le marché demande un volume, une qualité et une traçabilité plus élevés. Ceci peut être réalisé avec des solutions de brasage robotisées.

paramètres stables. Ces paramètres peuvent être facilement mesurés. Les nouvelles technologies de communication transfèrent les informations du robot à un système informatique en temps réel. Cela permet d’avoir un suivi de la qualité de la production en direct. Le paramétrage des logiciels est facilement accessible et surveillé. Cela permet au fabricant de contrôler son processus, d’augmenter la qualité et de faire fonctionner et d’entretenir le robot à distance. Grâce aux nouvelles technologies de chauffe, aux systèmes de déplacements plus rapides et à la nouvelle intelligence logicielle, le brasage robotisé permet d’aller vers de nouvelles voies dans la conception des pièces et des joints de brasage. Il remplace également d’autres équipements de brasage traditionnels (comme le brasage sélectif), car le brasage robotisé nécessite moins d’énergie, des coûts de maintenance et un encombrement réduits. Plus important encore, il est devenu plus abordable, ce qui le rend plus attrayant pour de nouvelles applications et pour un plus grand nombre d’entreprises. Dans les prochaines années, le brasage robotisé va continuer à se développer, notamment la partie « logiciel »... Soyez prêt pour l’avenir et restez à l’affût des nouvelles solutions !

CEPELEC Mélissa LANFREY +33(0)4 76 49 00 37 cepelec@cepelec.com www.cepelec.com

48 - Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110


Sous le haut patronage de Monsieur Emmanuel MACRON Président de la République

17-20

PARIS NORD  VILLEPINTE

MAI 2022

R É SE R VE Z D É S M AIN T E N AN T VOT R E STAN D !

L’I N D U ST RI E D E D E MAI N S ’I N V E N T E I C I W W W. G LO B AL- I N D U STR I E . CO M AVEC BASELINE (taille minimale 30mm de côté)

global-industrie.com

SANS BASELINE (taille minimale 20mm de côté)


Dossier Sérigraphie

SÉRIGRAPHIE : L’automatisation des changements de pochoirs de sérigraphie et de pâte à braser améliore la productivité de la production CMS Aujourd’hui, les entreprises de fabrication électronique, qu’il s’agisse de fabricants d’équipements d’origine ou de sous-traitants, doivent être en mesure de gérer des composants variés, des plus petites puces CMS aux gros semi-conducteurs, ou inhabituels, comme les connecteurs traversants de grande taille. En outre, elles connaissent toutes des changements de produits fréquents, qui doivent être effectués de manière aussi rapide et efficace que possible

L

accélération des changements de produits Pour l’assemblage de cartes à grande vitesse sur une ligne de production CMS, et dans les scénarios de fabrication qui impliquent de nombreux changements quotidiens, l’automatisation d’un maximum de tâches liées aux changements de produits permet de gagner du temps et d’éviter

les erreurs humaines susceptibles d’entraîner des pertes de production et de nécessiter un temps supplémentaire pour les corriger. Les systèmes de basculement de programme automatique (APCO) accélèrent les changements de programme et garantissent que le programme correct soit chargé sur toutes les machines de la ligne. Au niveau des machines

Illustration 1. Séquence d’un changement de production en sérigraphie

50 - Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique -décembre 2021 - n° 110

de placement de composants, il est possible de configurer les chargeurs pour enchaîner plusieurs produits. Les reparamétrages des chargeurs peuvent être effectués hors ligne avant de les replacer sur la machine à temps pour le changement de produit. Les feeders à chargement automatique peuvent ensuite commencer à fournir les nouveaux composants à la machine. Les changements sont plus complexes dans le cas de la sérigraphie, car il faut généralement retirer la pâte du pochoir, le nettoyer, le retirer et le remplacer par un autre pochoir, reconfigurer les pions de maintien et réinitialiser la racle. L’Illustration 1 récapitule toutes les actions nécessaires. À chaque changement, l’assemblage doit être interrompu et ne peut reprendre qu’une fois toutes ces actions terminées. Comme indiqué, l’ensemble du processus peut prendre 10 à 15 minutes. Parmi ces tâches, les opérations telles que le retrait et le remplacement du pochoir nécessitent généralement un opérateur parfaitement formé pour être exécutées correctement. Ce sont des tâches minutieuses, généralement difficiles à automatiser lors des changements de produits en sérigraphie. Aujourd’hui, après avoir revu en profondeur la structure interne de sa machine de

L’ensemble du processus de changement dure 3 à 5 minutes seulement et la production peut reprendre immédiatement, sans autre vérification, réglage ou conditionnement de la pâte à braser...


Allier la nouveauté aux éléments éprouvés La tête 3S (swing single squeegee) de Yamaha (Illustration 4) optimise l’angle de racle grâce à un réglage servocommandé pour assurer une ouverture optimale. On sait que l’angle de racle impacte davantage le dépôt de pâte que d’autres paramètres comme la vitesse et la pression de la racle. Attention, il est possible qu’un solvant présent sur la surface du pochoir à la toute fin d’un cycle de nettoyage entraîne des dépôts de brasure défectueux sur les premières cartes à sérigraphier après le redémarrage. C’est pourquoi notre machine de sérigraphie est dotée d’un système d’ajustement automatique de l’ouverture, qui modifie automatiquement l’angle de racle pour compenser les différences de remplissage dues au solvant. Cette fonction permet d’éviter des défauts de sérigraphie, sans aucune action ni aucun délai supplémentaires pour le séchage du pochoir.

Illustration 2. La machine de sérigraphie YSP10 de Yamaha, conçue pour les changements automatiques

sérigraphie standard, Yamaha a créé la nouvelle YSP10 (Illustration 2), lauréate du prix Global SMT, qui permet des changements automatisés : remplacement du pochoir, repositionnement des pions de maintien des cartes, retrait et remplacement du rouleau de pâte à braser sur le pochoir suivant.

L’ensemble du processus de changement dure à 3 à 5 minutes seulement et la production peut reprendre immédiatement, sans autre vérification, réglage ou conditionnement de la pâte à braser. La séquence indiquée sur l’Illustration 3 montre cette réduction drastique du temps de changement.

Illustration 3. La séquence automatisée ré-optimisée raccourcit le temps de changement de plus de 60 %

La conception de la tête s’appuie sur une technologie de racle unique, dotée d’une lame flexible d’une épaisseur de 100 microns seulement, avec un revêtement antifriction de 10 microns identique à celui appliqué sur les parois des cylindres des moteurs de motos haute performance de Yamaha, afin de minimiser le gaspillage d’énergie et de prolonger la durée de vie. Ce revêtement prévient l’usure de la racle et du pochoir, d’où une meilleure répétabilité, de meilleurs résultats en cas de sérigraphie avec des pochoirs étagés, mais aussi une réduction du coût total de possession du processus de sérigraphie. La racle, associée à la tête 3S, donne des résultats supérieurs dans l’exécution de certains processus comme la technologie pin-in-paste. La sérigraphie peut remplir des trous métallisés (PTH) en un seul passage de racle, contrairement à d’autres systèmes avec un angle fixe et une lame rigide. Les fabricants qui doivent effectuer des processus pin-in-paste efficaces pour des assemblages contenant, par exemple, de gros connecteurs automobiles multibroches traversants, apprécieront le gain de temps, de qualité et de répétabilité qu’offre ce système. La nouvelle disposition interne de la machine de sérigraphie permet des changements automatiques de pochoir. Le mécanisme de maintien sous vide du pochoir assisté de Yamaha garantit en effet une précision et une répétabilité de positionnement élevées. Le vide appliqué sur la partie métallique du pochoir élimine

Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110 - 51


Dossier Sérigraphie

Illustration 5. L’inspection 2D intégrée peut être aussi précise qu’un système SPI dédié.

bénéficié d’une automatisation, mais les changements de sérigraphie restent une tâche qui revient aux opérateurs. Cette dernière barrière vient de tomber, permettant l’automatisation des tâches liées aux changements de produits sur toutes les machines de la ligne de production CMS, d’où une productivité et une qualité renforcées. Illustration 4. La tête 3S permet d’optimiser automatiquement l’angle de racle

les effets de distorsion du cadre du pochoir et minimise les imprécisions lors du passage de la racle. Les capacités de sérigraphie et la régularité du dépôt de pâte à braser s’en trouvent toutes deux améliorées. En plus du mécanisme de maintien du pochoir, le système d’alignement visuel graphique de la machine facilite l’alignement rapide et intuitif du pochoir et de la carte, pour qu’il soit parfait même lorsque les mires sont médiocres, voire inexistantes.

la pâte à braser, et il n’y a pas de perte de temps associée au reconditionnement de la pâte fraîchement déposée. La sérigraphie peut se poursuivre immédiatement, en suivant le nouveau programme, dès l’entrée de la première carte du nouveau lot dans la machine. Le système PSC mesure régulièrement le diamètre du rouleau de pâte pendant le fonctionnement normal de la machine, ce qui améliore la répétabilité du processus en garantissant un dépôt homogène.

Enfin, des fonctions comme l’autoapprentissage des pions sont devenues incontournables sur les dernières générations de machines de sérigraphie. Elles simplifient la génération de programmes en déterminant automatiquement la position optimale des pions de maintien à partir d’informations de CAO (par ex. données Gerber) ou d’une image numérique haute résolution de la carte. La suite d’outils de changements automatisés gère donc désormais aussi le changement automatique des pions.

Une inspection précise intégrée D’après un utilisateur basé en Belgique travaillant sur une ligne de production dédiée à l’assemblage automobile, le système d’inspection en 2D intégré de notre machine de sérigraphie YSP10 affiche une précision comparable à celle d’un système d’inspection de la pâte à braser (SPI) dédié en 3D. De fait, ce système 2D intégré (Illustration 5) garantit des résultats fiables d’inspection de la pâte à braser dans le temps de cycle standard de la machine de sérigraphie. Doté d’un champ de vision de 30 mm x 22,5 mm et d’une résolution de 18,7 µm, ce système peut déceler les défauts de sérigraphie sur des modèles de dépôt délicats pour des composants tels que les petites puces CMS et les boîtiers BGA de 0,5 mm. Il renvoie alors automatiquement des informations pour déclencher le nettoyage du pochoir si des problèmes de pâte sont décelés.

La manipulation du rouleau de pâte à braser est également automatisée afin d’optimiser la gestion de la pâte à braser restant sur le pochoir au moment du changement. La pâte est automatiquement retirée du pochoir et conservée sous sa forme de rouleau. Elle peut ensuite être redéposée sur la surface du nouveau pochoir. Avant de relancer la sérigraphie, le diamètre du rouleau de pâte est mesuré, et plus de pâte à braser est ajoutée si nécessaire, en fonction du système de contrôle de la stabilité de sérigraphie (PSC). Ce mode de fonctionnement présente deux gros avantages : l’opérateur n’a plus de contact avec

Conclusion Les tâches associées aux changements de sérigraphie sont depuis toujours les plus difficiles à automatiser. Les opérations aval comme le montage et l’inspection ont

52 - Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique -décembre 2021 - n° 110

YAMAHA MOTOR Oumayma GRAD +49-2131-2013538 oumayma.grad@yamaha-motor.de www.yamaha-motor-im.de


Quelle est la distance recommandée entre un trou et une plage CMS ?

Les circuits imprimés sont des produits complexes qui nécessitent beaucoup de temps, de connaissances et d’efforts pour devenir fiables. Ce sont des produits utilisés dans notre quotidien et nous attendons qu’ils fonctionnent. Mais qu’est-ce qui détermine leur fiabilité ? Est-ce l’épaisseur du cuivre ou la classe IPC ? Chaque jour, nous recevons des questions

comme celle-ci et nous adorons ça. Nous avons plus de 490 experts PCB répartis sur 3 continents, parlant 19 langues à votre service. Peu importe où vous êtes ou quand vous avez une question, contactez-nous ! Quelle est votre question sur les PCB? www.ncabgroup.com/PCBquestion

Des réponses fiables. Des circuits imprimés fiables. Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110 - 53


Les fabricants d’électronique

ESTELEC GROUPE surfe sur les crises et vise un chiffre d’affaires de 30 M€ à l’horizon 2025. Par Dominique LEMIERE, reporter. Appuyé sur une stratégie volontariste, le sous-traitant alsacien maintient une croissance forte dans un contexte économique en pleine mutation.

P

our Rémi Boehler cogérant d’Estelec, crise n’est pas synonyme de repli, bien au contraire. « Je n’irai pas jusqu’à dire que cette attitude nous caractérise », risque-t-il, « mais à chacune des crises que nous avons traversées, nous avons de façon constante amplifié l’investissement ». L’entreprise alsacienne, qui compte 100 salariés et réalise 16,5 M€ de chiffre d’affaires n’a pas dérogé à ses objectifs de croissance, malgré la crise sanitaire et la pénurie des composants. Aujourd’hui, le fabricant d’ensembles et sous-ensembles

électroniques de Scherwiller (Bas-Rhin) ne fait pas mystère de son ambition de doubler son chiffre d’affaires en 3 ans et d’atteindre la taille d’une ETI sous quelques années. Et par-delà, prendre la tête du marché de l’électronique du Grand Est. La stratégie de déploiement mise en place vise 3 objectifs majeurs : défendre durablement la production de cartes, de sous-ensembles et ensembles électroniques en France, diversifier ses services afin d’accompagner les clients vers des solutions intégrées, et augmenter la masse critique afin d’accroître les

54 - Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique -décembre 2021 - n° 110

investissements et anticiper les sauts technologiques de la filière. Les projets foisonnent et prennent corps. « Nous nous sommes toujours battus pour nous développer commercialement, nous n’avons jamais abandonné la prospection, l’investissement dans les équipements, la formation, quelles que soient les circonstances » revendique Rémi Boehler. Le plan France Relance a désigné Estelec Groupe parmi les 42 lauréats du volet « Relocaliser ». Ce soutien aux investissements de secteurs aussi stratégiques que

Le plan France Relance a désigné Estelec Groupe parmi les 42 lauréats du volet « Relocaliser ». Ce soutien aux investissements de secteurs aussi stratégiques que l’électronique « Made in France » est une aubaine et un encouragement pour le groupe alsacien - pour mener à bien sa mission de motiver les donneurs d’ordres à relocaliser leurs productions en France ...


l’électronique « Made in France » est une aubaine et un encouragement pour le groupe alsacien - pour mener à bien sa mission de motiver les donneurs d’ordres à relocaliser leurs productions en France. L’enveloppe de ce fonds, qui financera 800 000 € sur les 3 millions d’investissements prévus sur deux ans, va permettre à Estelec de poursuivre sa modernisation industrielle et embaucher du personnel ad’hoc. En outre, Estelec Industrie fait partie du programme d’accélération de la BPI destiné à transformer des PME en ETI, et tracer la feuille de route d’une stratégie de croissance ambitieuse. « Inciter nos clients à fabriquer en France » Bien qu’Estelec Groupe fasse partie des fabricants français qui ont choisi de conserver l’intégralité de leur production de cartes et câbles électroniques en France, la crise sanitaire a brutalement révélé la réalité de la dépendance à l’Asie : une situation somme toute confortable, pratiquée pendant des décennies, et qui s’est muée en quelques semaines en cauchemar lorsque la Covid a quasi totalement bloqué les échanges commerciaux. Rémi Boelher se souvient de cette année 2001 où fut décrété que les usines devraient majoritairement être « fabless » en France. « Je n’étais pas d’accord, je pensais que c’était de la folie. » « Peut être était-ce valable pour certains produits grands public, livrés à une forte concurrence », admet-il. « Cependant, l’idée dominante était qu’on avait plus grand-chose à faire en France et qu’il fallait à tout prix délocaliser. Ce message qui passait par les acheteurs avait gagné les banques, qui se sont montrées très réticentes à prêter de l’argent aux industriels de l’électronique ». Des limites acceptables « C’est désormais à nous de convaincre nos clients de ne pas s’engager dans ce processus », martèle Rémi Boehler. « Nous avons des prospects - qui viennent à nous et qui n’avaient pas ce réflexe auparavant, le produit partait directement au Maghreb ou en Asie, sans la moindre consultation sur le sol national. » Aussi, la démarche pro-active d’Estelec vise des secteurs comme le médical ou le ferroviaire, qui ont besoin de moyennes séries et de réactivité. Ceux-là pourraient privilégier une production locale. Ou encore envisager une relocalisation hybride, dans laquelle leurs clients continueraient à envoyer la majeure partie de leur production électronique vers les pays à bas coût - tout en conservant une partie en France. « Ils

seront sans doute intéressés par une production locale, si l’écart de prix reste dans des limites qu’il jugent acceptables ». Rémi Boelher analyse qu’au-delà des problèmes purement liés à la logistique, les émissions de CO2 sont devenues une préoccupation mondiale. « Le Made in France est un bon argument de vente. Mais cela ne sera jamais suffisant si on ne répond pas avant tout aux besoins du marché. Beaucoup de petits composants achetés en Asie n’ont pas une empreinte carbone très forte. En revanche, faire l’assemblage et la valeur ajoutée en France, cela a quand même du sens ! Pour certains de nos clients, la réduction de l’empreinte carbone est une préoccupation forte, qu’ils ont à l’esprit ». En termes de croissance externe, l’acquisition intervenue au 1er janvier 2021 de Scaita, une société basée à AspachMichelbach, spécialisée dans la fabrication de carte, faisceaux et câbles électroniques - laquelle compte 34 salariés et a réalisé un chiffre d’affaires de 5,5 millions d’euros en 2019 - permet aujourd’hui à Estelec de proposer des solutions d’intégration et de test de haut niveau. Dès la mi-2022, le site de Scaita sera en outre étendu de plus de 1000 m2 pour accueillir les nouveaux services d’Esteconnect, des faisceaux et câbles électroniques et d’Estebox pour l’intégration de produits électroniques. Le site Estelec Industrie devrait encore doubler sa surface de production d’ici 2022/2023 et y développer son offre Estest pour le test, et l’offre Estecarte pour les très grandes séries. Pour accompagner son développement par croissance externe, Estelec Industrie a changé de nom pour devenir Estelec Groupe. Ses deux sites de pro-

duction gardent leur désignation d’Estelec Industrie pour le site de Scherwiller ; et de Scaita pour celui d’Aspach-Michelbach. « La fin de la crise arrivera » Crise sanitaire, pénurie des composants, pareil background aurait pu freiner les projets des dirigeants d’Estelec. « Cela n’est pas arrivé », indique Rémi Boehler « En pleine crise il y a beaucoup d’inquiétudes, on se pose davantage de questions. Pourtant, ce que nous gardons à l’esprit, c’est que la fin de la crise interviendra à un moment ou l’autre. La crise que nous vivons aujourd’hui est particulière : on ne pensait pas qu’elle allait durer aussi longtemps, c’est un élément nouveau dont il faut tenir compte. Mais nous avons choisi de faire front, de rester malgré tout fidèles à notre stratégie de nous développer sans relâche. Nous avons continué à investir en moyenne 5 à 10 % du chiffre d’affaires, y compris avec des embauches, au moment où tout s’arrêtait à cause de la Covid. Pas nous ! Nous avons toujours opposé aux crises une stratégie volontariste. En 2003, nous avions acheté une ligne CMS d’un million d’euros. En 2008, nous avons investi 2,4 M€ pour un bâtiment sur le site de Scherwiller. Nous avons embauché 15 personnes depuis début 2021 et nous restons dans cette dynamique, en prévoyant l’embauche d’une vingtaine d’ingénieurs, techniciens et agents de production sur deux 2 ans. » Sonnette d’alarme L’autre crise, celle de la pénurie de composants qui sévit depuis plus d’un an n’a pas épargné le sous–traitant alsacien. Estelec a partiellement réussi à en amortir le choc en tirant la sonnette d’alarme. « Un certain nombre de nos clients avait

Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110 - 55


Les fabricants d’électronique

pris les devants, et sécurisé depuis 1 an les composants les plus critiques. Malgré tout, nous savions que cela allait être difficile. » Estelec fabrique essentiellement des petites et moyennes série, mais parfois également de la grande série, ce qui nécessite énormément de références et de composants différents. « Au total, nous stockons ici près de 15000 références de composants électroniques et nous fabriquons pour une centaine de clients par an, 1000 à 1500 références de cartes ou de produits électroniques distincts ».

Il faut s’en donner les moyens, et cela passe par la croissance du Groupe Estelec. Est-on représentatif en France avec un chiffre d’affaires de moins de 30 millions d’euros ? Quel poids a-t-on sur les achats de composants, alors que ceux-ci représentent au bas mot 50% de l’activité d’un EMS ? » interroge Rémi Boehler. Les dirigeants d’Estelec ne se contenteront pas d’une assise régionale. Ils voient plus grand : entrer dans le club des 50 premiers EMS de France.

« Nous avons des stocks de sécurité, et certains clients ont d’ores et déjà passé des commandes pour l’ensemble de l’année 2022. Ils ont sécurisé pour plus d’un an des composants critiques. Mais d’autres n’ont pas pu agir, ou bien travaillaient sur des appels d’offres, ce qui les a amenés à faire des arbitrages ». Club des 50 Estelec a pu éviter l’arrêt des productions en « chassant les composants » mais cela au total n’est qu’un pis-aller. Rémi Boelher souligne combien l’investissement est primordial dans une industrie en pleine mutation comme le 4.0. « Dire : « il faut fabriquer en France » ne sera jamais suffisant. Il faudra que nous soyons compétitifs, avec des ingénieurs, avec les robots de production les plus récents ». 56 - Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique -décembre 2021 - n° 110

ESTELEC GROUPE Rémi BOEHLER +33(0)3 88 82 61 00 info@estelec-industrie.com www.estelec-industrie.com


Bienvenue au niveau supérieur Système AXI avec une qualité 3D extraordinaire flfleeX Line · 3D

M8 Câbles assemblés (PUR, PVC) et surmoulés 3, 4, 5 et 6 contacts Degré de protection IP65 Technologie de verrouillage par encliquetage

www.binder-connector.fr Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110 - 57


Les fabricants d’électronique SYSTECH Systech est un sous-traitant d’ensembles et sous-ensembles électroniques basé à Gallardon (à 45 minutes du plateau de Saclay) et spécialisé dans les prototypes, petites et moyennes séries. Cultivant la réactivité et visant l’excellence opérationnelle, l’entreprise sait se différencier en réalisant votre projet de l’étude au produit fini. En effet, Systech est pourvue d’un service Recherche & Développement et d’un bureau d’études en plus de ses moyens de production, ce qui lui permet de développer les projets les plus exigeants et confidentiels in-situ, et de diminuer considérablement les risques d’industrialisation. Son service Qualité est par ailleurs garant du maintien des certifications EN 9100 et ISO 9001 acquises depuis 2017. Si les acteurs de l’Electronique connaissent des contraintes inédites en matière d’approvisionnement de composants depuis plusieurs mois, Systech peut s’appuyer sur un réseau

ACEA

ACEA reste entièrement mobilisée face à la pénurie des composants électroniques. La crise mondiale d’approvisionnement impacte de manière significative l’efficience opérationnelle chez ACEA. Les niveaux de stocks sont importants, ceci créé une situation financière tendue mais le carnet de commande est rempli jusqu’à fin 2022 ce qui reste très encourageant. Nous tenons à remercier nos clients pour leur soutien et nous espérons traverser du mieux possible ce contexte conjoncturel qui devrait encore perdurer l’année prochaine. Malgré ces difficultés ACEA tient son cap d’investissements et de recrutement. Technicien maintenance, technicien méthodes, opérateurs de brasage, responsable ordonnancement, animateur qualité, etc….de nombreux postes sont à pourvoir au sein d’ACEA. D’importants investissements ont été et vont être engagés et poursuivis notamment : - la mise en place d’une ligne de résinage automatique - l’automatisation de la ligne de tropicalisation

étendu de cataloguistes et de brokers développé depuis de nombreuses années pour y faire face, autant que possible. Avant la crise actuelle, l’entreprise eurélienne proposait déjà à ses clients de bénéficier d’une veille active et permanente en matière d’équivalences et d’obsolescences de composants, ce service est plus que jamais utile et apprécié. Engagée depuis plusieurs années dans une démarche d’amélioration continue, Systech peut aujourd’hui se réjouir de sa santé et de sa solidité malgré les ralentissements qui touchent tous les professionnels du secteur sans exception. Elle s’appuie sur la confiance de ses clients, sur la charge grandissante de travail qui lui est confiée et surtout sur la cohésion au sein de ses équipes ; le résultat d’une ambiance de travail privilégiant la bienveillance et l’ouverture d’esprit, des valeurs importantes pour cette société qui compte aujourd’hui 70 collaborateurs. En 2021 et malgré les effets rebonds de la crise, Systech réalise 15 millions d’euros de prise de commandes sur

12 mois glissants et s’efforce de se montrer toujours plus créative pour accompagner au mieux ses clients jusqu’à l’aboutissement de leurs projets. En juin dernier, la société a lancé un site Internet totalement rénové www. systech-ste.fr et continue par ailleurs de développer sa plateforme de cotation en ligne www.monproto.fr

SYSTECH Vincent FANON +33(0)2 37 31 40 00 v.fanon@systech-ste.com www.systech-ste.fr

- l’ajout d’un contrôle AOI 3D supplémentaire - le renouvellement d’une machine à rayons X 3D - le renouvellement d’une machine PDR - une nouvelle sérigraphieuse. Ceci permet de souligner qu’ACEA reste confiante en l’avenir et espère améliorer la satisfaction de ses clients fidèles qui l’accompagnent depuis plusieurs années en améliorant les délais de livraison dès le retour à la normale de la chaîne d’approvisionnement des matières. Les domaines d’activités d’ACEA sont très variés : - le ferroviaire - le médical - l’industrie - les télécommunications - l’automobile - la sécurité N’hésitez pas à nous solliciter, nos équipes sauront répondre à votre besoin en intégrant vos exigences. Quelques chiffres : - Chiffre d’affaires : 10 M€ - Effectifs : 69 personnes - Surface de production 3 000 m² - certification iso 9001 version 2015 - certification iso 13485 version 2016 - certification UL produits

58 - Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique -décembre 2021 - n° 110

ACEA Nathalie WALLART +33(0)6 08 54 64 80 n.wallart@acea-ems.com www.acea-ems.com


CEPELEC

votre partenaire brasage Depuis 30 ans à vos côtés Cepelec accompagne fabricants et sous-traitants de l’électronique dans la fiabilisation de leurs process de fabrication de cartes électroniques. Avec une offre globale orientée sur la valeur ajoutée, nous proposons équipements, formations et expertises. Pour cela, nous nous appuyons sur un partenariat fort avec nos experts métiers et fabricants spécialistes. Formations et expertises Cepelec forme vos collaborateurs aux techniques de brasage manuel et automatique ainsi qu’aux normes IPC A-610 et A-620. Certifié Qualiopi et Datadock, nous nous engageons sur des formations qualifiantes et certifiantes de qualité, avec un suivi pré et post formation. Nos formateurs accompagnent les stagiaires de l’initiation aux composants électroniques, en passant par la gestion des MSL et pouvant aller jusqu’à une formation sur 4 jours aux process d’assemblage automatique de composants CMS. Cepelec est membre IPC et réalise les formations de spécialistes IPC-A-610 et IPC/WHMA-A-620. Nos experts sont en mesure de vous accompagner pour la qualification d’alliages pour vos process de brasage ainsi qu’à la mise en place de process de brasage automatisés (refusion, vague à souder, vague sélective…) Brasage automatique En exclusivité : le robot de brasage Solder Smart par Elmotec SolderSmart® est une solution fiable pour le brasage point par point, entièrement automatique. • Robot de brasage à 4+1 axes avec une grande liberté de mouvement et haute précision des axes. • Productivité accrue grâce au système de tiroirs interchangeables

Avantages du Solder Smart : - Surface de travail généreuse - Station de nettoyage intégrée - Elément chauffant de base 90W (option disponible en 150W) - Avance fil de brasure de haute précision (high precision wire feeder) - Apprentissage et programmation intuitifs Venez le voir en mouvement dans notre showroom ! Brasage manuel Depuis plus de 20 ans, Cepelec travaille avec Weller, un des leaders pour les équipements de brasage manuel. Weller dispose d’une large gamme de stations de brasage, fers à souder, pannes et systèmes d’extraction de fumées de brasage. Cet ensemble de produits permet d’équiper tout le poste de travail de l’électronicien ! Prochains rendez-vous brasage : - Matinale à distance brasage automatique le 09 décembre 2021 - Salon Forum de l’Electronique à Grenoble en février 2022 - Salon Global Industrie à Paris en mai 2022 - Des formations IPC inter-entreprises toute l’année !

• Brasage point par point avec options d’étamage et de brasage à la traîne • Traçabilité des paramètres souhaités via la base de données (par exemple avec un code-barres ou une photo des pièces brasées) • Contrôle automatique du point zéro et de la taille de la panne utilisée • Compatibilité avec les fils Almit notamment la gamme Gummix

CEPELEC Mélissa LANFREY +33(0)4 76 49 00 37 cepelec@cepelec.com www.cepelec.com Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110 - 59


Les fabricants d’électronique ALTRICS

et sa vocation client Pour toujours mieux correspondre aux besoins et aux attentes de nos clients, le groupe finalisera la construction de la nouvelle usine tournée vers le futur à la fin du 1er trimestre 2022 et les transferts des moyens de production débuteront en avril. Le nouveau site de production de 10.000 m2 sur 23.000 M2 de terrain a vocation à progresser fortement dans l’intégration pour la réalisation des produits complets avec la plasturgie et la tôlerie. ALTRICS avec cette future usine 4.0 de production, spécialiste de l’électronique de puissance espère décrocher des nouveaux contrats dans le domaine de la gestion d’énergie et chargeur de batteries pour la réalisation des cartes et sousensembles et en faire le site de référence premium dans la zone EMEA pour cette spécialité. Le groupe qui compte 680 de salariés en France, au Portugal et en Tunisie est en plein recrutement sur ces 3 pays pour perdurer dans le Service à ses clients. Avec deux usines de production en coûts compétitifs de proximité et son siège social en Alsace qui abrite dans ses murs aussi la société www.proto-electronics. com, le groupe couvre l’ensemble des

prestations d’un EMS en partant du prototype (PCBa) en délai rapide de 5 jours ouvrés jusqu’aux très grandes séries dans tous les domaines d’activité. ALTRICS, en forte progression malgré la conjoncture de pénurie de composants, affiche aussi un fort optimisme pour l’année 2022. A propos du groupe ALTRICS : Les certifications pour le groupe sont ISO 9001, ISO 14001, ISO 13485, ZPVI2 et ZPVI8 avec aussi des productions spécifiques certifiées NF. Notre ADN : EXCELLENCE, FLEXIBILITE, COMPETITIVITE

ALLIANSYS

à nettoyer les écrans de sérigraphie et surtout d’une machine AOI 3D flambant neuve et d’un testeur à sondes mobiles.

Pour rester dans la course, l’investissement technique et humain est primordial.

Ainsi, la machine AOI 3D Omron, arrivée courant juillet, va permettre de progresser en productivité sur les contrôles AOI, en détectant d’éventuels défauts sur les cartes de manière beaucoup plus précise et rapide.

L’investissement comme moteur essentiel de la performance

Cette année encore Alliansys a mis en pratique cette maxime en réorganisant certains services et en se dotant de matériel innovant. Côté ressources humaines, cela est passé par : - une optimisation du service SAVRéparation. L’objectif étant d’avoir une équipe de techniciens avec la double compétence Production et SAVRéparation. - des formations qualifiantes : pour apprendre à maîtriser au mieux les nouveaux équipements, mais aussi améliorer les connaissances pratiques (refusion des CMS, nouvelle version du logiciel de gestion SILOG) Côté matériel, Alliansys n’est pas en reste, puisque 2021 a vu l’arrivée d’une machine BGA, de nouveaux feeders, d’une machine

ALTRICS Patrick GUERINEL +33(0)6 52 69 32 35 guerinel@altrics.com www.altrics.com

Une 2e phase d’investissement est en cours avec l’acquisition d’une armoire robotisée de gestion entrées-sorties de composants CMS, d’une machine de sérigraphie et d’un SPI 3D. Chez Alliansys, l’année 2022 s’annonce donc encore plus performante !

Quant au nouveau testeur à sondes mobiles, spécialement adapté aux petits et moyens volumes, il est indispensable pour garantir la qualité des cartes et offre une flexibilité d’utilisation pour tester des cartes de plus en plus miniaturisées.

60 - Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique -décembre 2021 - n° 110

ALLIANSYS Jean-Luc PAUMIER +33(0)6 24 43 92 32 jl.paumier@alliansys.fr www.alliansys.fr


BAC BOBINAGE

personnes spécialisées dans le bobinage, permettant à nos clients de bénéficier de cout de production réduit tout en conservant la même qualité.

Votre partenaire dans le monde du bobinage Depuis sa création en 1993, la société BAC BOBINAGE a connu de multiples évolutions. Nous fournissons, codéveloppons et fabriquons des composants bobinés types selfs, capteurs, sondes, transformateurs basses tensions et stators spécifiques, pour l’alimentation de vos systèmes électroniques et électriques. Forte de plus de 28 ans d’expérience dans le monde de l’industrie du bobinage français, nos certifications qualités et notre savoirfaire nous permettent de travailler dans les secteurs les plus exigeants comme l’aéronautique, le spatial, le nucléaire, le ferroviaire, le médical et le militaire. La production de BAC BOBINAGE se fait sur plan client, de la petite, moyenne et grande série. Nous travaillons en direct avec les bureaux d’études. Nos clients construisent, nous, nous les aidons dans le développement et l’industrialisation. Nous travaillons en Build to Print ou fabrication sur mesure de produits ou de pièces conçus par les clients. Nous sommes aussi en étroite collaboration avec vous pour mettre au point vos produits.

SODALEC

a reçu la reconnaissance «Authorized Microchip Design Partner» Depuis sa création, SODALEC a orienté ses activités dans le domaine de l’industrie, des télécommunications, du médical et de l’agroalimentaire. Certifiée ISO 9001, elle propose à ses clients de prendre en charge tout ou partie du cycle de vie du produit. Son activité couvre la petite et la moyenne série en prenant en compte les enjeux financiers de chaque projet. SODALEC possède aussi en interne un bureau d’études composé d’une dizaine d’ingénieurs. Avec le service commercial, il aide le client à l’élaboration du cahier des charges en le conseillant sur les meilleures technologies envisageables. La conception porte naturellement sur l’étude matérielle des cartes électroniques à travers des logiciels de CAO/DAO spécialisés mais elle intègre également l’étude des logiciels embarqués équipant les produits et les cartes électroniques. En 2017, SODALEC a reçu de la DGE un agrément Crédit d’Impôt Innovation (CII) au titre des années 2017 à 2021. Si un tel agrément peut profiter financièrement

Nos différentes unités de productions en France et au Maroc permettent d’offrir à nos clients un service haute gamme sur mesure. BAC BOBINAGE est l’entité principale regroupant tous les services supports (achats – ressources humaines – commercial - financier – études méthodes – qualité) une surface de production de 2 500m² avec une équipe de plus de 40 professionnels au service de la satisfaction client – un système certifié EN9100 depuis 2014 – proposant du bobinage, imprégnation, potting mais également câblage de petits sousensembles, bobinage de stator, fourniture de Planars et prestations de pose de composants traditionnels sur PCB. BAC MAROC - filiale à 100% créé en 2009 à Mohammedia au nord de Casablanca. Cet atelier d’une surface de 1000m 2 entièrement piloté par BAC BOBINAGE avec une équipe d’une vingtaine de à ses clients sous certaines conditions d’éligibilités, il témoigne surtout des capacités d’innovation de SODALEC, tout comme la reconnaissance d’ « Authorized Microchip Design Partner », par le fabricant mondial de semiconducteurs.

BAC BRETAGNE a été créé en 2018 à quelques kilomètres de Brest. Atelier de quatre personnes spécialisées dans le bobinage, pour offrir un service de proximité à une clientèle locale sur l’ouest et le nord de la France. La qualité est au cœur de notre système : ISO 9001 ; EN9100 ; IPC610, avec une sensibilisation environnementale. Pour toute information complémentaire, n’hésitez pas à nous contacter. Au plaisir de travailler prochainement avec vous.

BAC BOBINAGE Marie Thérèse MAURIN +33(0)5 45 83 64 65 ventes@bac-bobinage.fr www.bac-bobinage.fr

SODALEC, c’est toute une équipe à votre écoute et à votre service. N’hésitez pas à nous contacter !

Mais SODALEC propose aussi de l’expertise en design, câblage filaire, études de moules, qualification d’essais pour le marquage CE. Elle peut prendre en charge les projets dans leur ensemble. SODALEC, c’est enfin une société de fabrication qui s’appuie sur une ligne de production CMS performante mais aussi sur des opératrices et opérateurs de production spécialisés. Le service achat optimise les approvisionnements en veillant à la pérennité des composants et des secondes sources. Quant au service qualité, il veille au respect de la qualité et des engagements clients.

SODALEC Francis L’HUILLIER +33(0)2 99 60 16 55 francis.lhuillier@sodalec.fr www.sodalec.fr

Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110 - 61


Les fabricants d’électronique MEODEX l’EMS spécialisé dans la LED. Fort de plusieurs années d’expérience en tant qu’ingénieur en recherche et développement optoélectronique, le gérant, Alexandre Soulier a créé sa société en 2009. En 2016, la société est certifiée ISO 9001 : 2015 récompensant nos efforts d’amélioration continue. D’abord hébergée dans une pépinière d’entreprises, Meodex est depuis 1 an installée dans ses propres locaux de 750m² dédiés à la production de modules LED. Nos marchés sont nombreux et variés, du plus sensible économiquement aux plus exigeants en termes de performances. Nous proposons un guichet unique pour la conception, le prototypage, la mise au point, l’industrialisation et la production en série de modules LED. Le regroupement sur un site unique à Narbonne de nos bureaux d’études & méthodes et des quatre lignes de productions, nous permettent d’offrir une synergie efficace afin de garantir réactivité, fiabilité et respect des délais. Ainsi nous répondons à toutes demandes de devis sous 24h, pouvons produire des SMI prototypes en 24 à 48h et affichons un délai moyen de 5 jours pour réaliser une CAO complète. Une offre clé en main ou à la carte.

De l’ingénierie à la fabrication en série, chez Meodex tout commence par la définition du besoin du client. De l’ingénieur expert aux clients qui n’ont qu’une idée précise du résultat attendu, mais ne savent pas comment l’atteindre ; notre équipe de professionnels polyglottes adresse tous types d’interlocuteurs et les aide à définir leur cahier des charges. Sur les bases de celui-ci nous remettons une offre technique et financière, toujours orientée vers le meilleur rapport qualité/prix. Études-conception-méthodes : Nos bureaux d’études confectionnent des systèmes électroniques et schématiques avec ses CAO électronique, CAO mécanique 3D, calculs thermiques

et calculs optiques en fonction de la demande et des besoins de nos clients. Nous utilisons et maîtrisons également l’IHM, les outils des protocoles DALI, DMX ainsi que la rédaction de logiciels embarqués. Notre équipe s’occupe de la conception d’outillage avec des outils spéciaux afin de faire face à la demande du client. Industrialisation : Les réels défis de Meodex en matière d’industrialisation sont : l’optimisation des coûts matière et de production, les choix des meilleurs procédés, le sourcing des composants et la gestion des obsolescences. Mais également la prise en compte des impératifs de temps et la gestion de stock clients. Meodex, c’est aussi 1.000 SMI standards en stock pour tous types de LEDs. Fabrication :

Meodex propose des services de fabrication et de pose à choix multiples tels que PCB, MCPCB/SMI, pose et refusion des composants, outillages, assemblage d’optiques, potting, tropicalisation, pose d’interfaces thermiques. Nous savons nous adapter à la demande de nos clients en proposant des services annexes de montage électro mécanique, façonnage de câbles, câblage électrique et programmation de microcontrôleurs afin de rendre le produit plus adéquat en termes d’exigences du client. Par la réactivité et le professionnalisme de notre équipe, un délai moyen de 3 semaines est à envisager en partant de la conception de prototype à la fabrication série. Tests & mesures : Après la fabrication, place aux tests. Meodex se soucie de la qualité de son offre et prend ses responsabilités en main en effectuant un assemblage 100% français et en contrôlant électriquement 100% de sa production. De plus, des services annexes sont proposés, toujours, pour répondre judicieusement aux exigences du client tels que le burn-in, le déverminage, la photométrie, et les tests fonctionnels.

62 - Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110

Le numéro 1, c’est le client. Depuis mars 2020 et le début de la crise de la COVID-19, nous avons su faire face et garder la maitrise de la situation. Pour toujours mieux servir nos clients nous sommes restés ouvert, dans le respect strict des gestes barrières, durant toutes les périodes de confinement. Nous avons ainsi pu honorer plus de 500 projets par an dans les délais annoncés, envoyant ainsi un signal fort en termes de crédibilité à nos clients répartis dans plus de 80 pays. En 2021, 99.5% de nos clients se disent très satisfaits de nos services. Ces derniers mois ont été une période d’investissements importants et de modernisation continue de nos équipements de production, doublant ainsi notre capacité totale. Nul doute que la crise actuelle sur l’approvisionnement des composants va nous demander encore plus d’agilité mais 2022 va aussi faire apparaitre de nouvelles opportunités. En effet la tendance amorcée sur les relocalisations et la recherche du Made-in-France ne devrait que s’accroitre. Meodex est prêt à relever ces nouveaux défis et accompagner ses clients à atteindre leurs objectifs tarifaires et qualitatifs.

MEODEX Alexandre SOULIER +33(0)4 68 27 10 43 contact@meodex.com www.meodex.com


SELVA

Face à la pénurie des composants électroniques, SELVA se réorganise et se mobilise pour maintenir sa production Experte dans la fabrication de cartes et de systèmes électroniques pour les industries et marchés multisecteurs (automobile, aéronautique, énergie, agriculture), l’entreprise SELVA Electronique, basée à Vallet (44) et à Chalon-sur-Saône (71), est impactée par l’actuelle pénurie des composants électroniques qui s’abat sur toute la profession. Depuis début 2020, SELVA n’a jamais arrêté de lignes de production et a toujours maintenu un rythme d’activité soutenu. En effet, sa résilience et sa très grande agilité lui permettent de s’organiser et de réagir avec beaucoup de rapidité afin de traverser au mieux cette période qui devrait malgré tout durer encore plusieurs mois. Face à un contexte de pénurie global, Selva s’adapte La pénurie est planétaire, elle est complexe et touche de nombreux corps de métiers. L’électronique fait partie des secteurs d’activité les plus touchés car les semiconducteurs, autrefois livrés en quelques semaines, manquent aujourd’hui à l’appel. « Fin 2019 nous ressentions quelques difficultés d’approvisionnement car la demande était plus forte que l’offre. Certains composants étaient alors mis en allocation et leurs délais d’approvisionnements étaient considérablement rallongés. Aujourd’hui, nous vivons une des pénuries les plus importantes et pour certaines références, nous n’avons plus de délais d’approvisionnement. En 25 ans de carrière, je n’ai jamais connu une période aussi complexe », explique Véronique POITEVINEAU, responsable des achats et de l’approvisionnement chez SELVA.. Face à ce contexte, les clients anticipent leurs besoins pour 2022 et 2023. Dans ce climat pourtant incertain, SELVA tire son épingle du jeu et capitalise sur ses nombreuses forces pour toujours servir au mieux ses clients. Au sein des 2 usines SELVA (Vallet - 44 et Chalon-sur-Saône - 71), l’encours de commande représente à présent plus de 10 M€. Les clients s’engagent très tôt par précaution pour leurs fabrications à venir. L’effet sur les stocks est immédiat avec une augmentation de 28%.

Une organisation et agilité à toute épreuve au service de la performance collective Depuis le début de la pandémie, SELVA jongle avec la pénurie de composants. Alors qu’un retour à la normale n’est pas attendu avant 2023, l’entreprise peut compter sur la mobilisation de son service achats qui recherche constamment d’autres sources d’approvisionnements : « nos 40 années d’existence nous permettent d’être un acteur reconnu sur le marché. Grâce à notre solidité financière, nous avons la pleine confiance de nos distributeurs avec lesquels nous travaillons », évoque Véronique POITEVINEAU. Le positionnement de l’entreprise lui permet d’être très agile ; ainsi, elle peut acheter des composants en petite quantité grâce à un réseau de distributeurs élargi, mais toujours qualifié. SELVA fait également appel à des brokers pour obtenir des petits volumes. « À partir de contrôles d’entrées rigoureux, nous restons très vigilants sur la conformité et la traçabilité de la matière que nous achetons. Nous sécurisons l’ensemble de nos approvisionnements et mettons un point d’honneur à ne jamais dégrader la qualité de nos productions», dit Véronique POITEVINEAU qui cite également l’entraide et les collaborations qui se mettent en place entre confrères. S’adapter et s’organiser sur un marché perturbé SELVA, à l’image des autres acteurs Européens, évolue dans un contexte mondial où les fabricants de semi-conducteurs sont fortement chahutés par les tensions économiques entre les États-Unis et l’Asie. En s’appuyant sur son bureau d’études, avec la collaboration du service Méthodes, l’équipe Achats, avec les 10 personnes qui la constitue, s’efforce d’être force de propositions. Ainsi, grâce à sa taille intermédiaire (170 collaborateurs et 15 M€ de CA 2020), SELVA s’organise et fait preuve d’agilité. Au-delà, les équipes Achats et Logistiques ont été renforcées.

LA NOUVELLE GÉNÉRATION DES MACHINES DE SÉRIGRAPHIE Les machines de sérigraphie de la gamme VERSAPRINT 2 convainquent par « les options sur demande », la flexibilité, l’écran tactile intuitif, le concept opérationnel et un design clair.

VERSAPRINT 2 ELITE plus Machine de base avec inspection. Evolutive avec toutes les options disponibles incluant la caméra 2D et 3D.

VERSAPRINT 2 PRO 2 Equipée avec la caméra LIST 2D. Adaptée pour des produits à fortes exigences d’inspection.

VERSAPRINT 2 ULTRA3 Equipée avec la nouvelle caméra LIST 3D. Réalise la sérigraphie et la SPI 3D en même temps.

SELVA Alan JAFFRE +33(0)2 40 36 32 46 info@selva.fr www.selva.fr

w w w . e r s a . c o m Ersa France | remy.lutz@kurtzersa.com Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110 - 63


Les fabricants d’électronique OSE

« Le leadership ainsi que l’implication de l’ensemble des collaborateurs sont avérés. » AFNOR CERTIFICATION-2021ISO 13485 Obiou Société Electronique travaille au cœur des Alpes à une altitude 1000m. Depuis 36 années nous développons une culture d’entreprise, en encourageant le savoir-faire de nos employés afin d’atteindre un objectif commun : la Satisfaction de nos Clients, industriels de l’électronique. Certifiée ISO.9001-2015 (LNE-AFNOR), ISO.13485-2016(AFNOR), IPC-A610, IPC-7711/7721, RoHS niv3, nous travaillons dans des domaines d’activités diversifiés : médical, sécurité des personnes et des biens, ferroviaire, automatisme, télécom, Lighting, agriculture, objets connectés, instrumentation… de la moyenne à la grande série.

ELSIL Electronics Silicon S.A.S. Votre partenaire pour la programmation et le reconditionnement de composants électroniques ELSIL reste présent et vous accompagne durant cette période particulière. Doté de 4 sites de production distincts (2 au Maghreb et 2 en France), regroupant environ 160 personnes au total, nous pouvons, que vous soyez un EMS, un fabricant de composants, un distributeur ou un broker, vous proposer notre support pour les prestations suivantes : 1/ Programmation de mémoires et microcontrôleurs : •Quelle que soit la technologie : NORFlash, NANDFlash, SERIALFlash, eMMC, SDCard, μSDCard, COMPACTFlash, MICRO, CPLD, PLD, FPGA, Prom, Eeprom, Module GSM, Bluetooth et Wi-Fi. •Quelle que soit votre quantité annuelle ou one shot. 2/ Programmation de SECURE DEVICES : •Microcontrôleur ou Composant de sécurité •Fabriquant NXP, MICROCHIP, INFINEON, MAXIM, CYPRESS, RENESAS •Sécuriser vos composants avec d e s c e r t i f i c a t s e t d e s c l é s p o u r l’authentification et la cryptographie. 3/ Marquage de vos composants : •Nous vous proposons 4 types d’identification afin de tracer la version logicielle injectée dans vos composants : o Marquage Laser o Point de Couleur

Reconnue pour nos savoir-faire, nous continuons à développer notre activité malgré les crises sanitaires ou de pénuries. Nos investissements 4.0 sur des équipements automatisés et nos projets de dématérialisation sont récompensés en Juillet 2021 ! OBIOU SOCIETE D’ELECTRONIQUE, est lauréate du fonds d’accélération aux investissements industriels dans les territoires, France Relance. Cette aide fait partie du fonds de financement de 150 millions d’euros en faveur des projets industriels les plus structurants pour les territoires. L’année 2021: une année riche en projets ! - Janvier : ISO 13485.2016 - Juin : marché remporté d’une relocalisation industrielle en France - Juillet : OSE lauréat France relance - Septembre : OSE participe au «Programme Accélérateur Auvergne Rhône – Alpes – Promotion 4»

o Etiquette Polyester o Etiquette Kapton.

•Le marquage peut être sous forme de texte, code à barre simple ou DATA MATRIX 4/ Effacement du marquage fabricant Initial : •Pour des raisons de confidentialité, nous pouvons vous proposer d’effacer le marquage initial du Fabriquant, et vous soumettre un composant dépourvu de toute inscription sur son boitier. 5/ Inspection mécanique de vos broches ou billes : •Nous pouvons vous proposer de réaliser un test dimensionnel en 3D, afin de vérifier que les broches ou les billes de vos composants ne soient pas endommagées ou absentes. 6/ Reconditionnement de vos composants : •Tout type de composant : Composant actif et passif, Pièce Mécanique, Connecteur et Wafer. •Tout type de boitier : CMS, Axial et Radial. •Quelle que soit votre quantité annuelle ou one shot. 7/ Fabrication de bandes alvéolées : •Notre site de Tours possède plusieurs lignes de Thermoformage haute cadence •Fabrication d’alvéoles standard, en différente matière (PS conducteur ou PVC) et en différentes épaisseurs (300 à 500 Microns) •Développement et fabrication de bande alvéolée spécifique, correspondant aux dimensions de votre pièce et à vos

64 - Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique -décembre 2021 - n° 110

- Octobre : nous avons eu l’honneur de recevoir M. Samy SISAID, Sous-préfet à la relance auprès du préfet de l’Isère. - Décembre : acquisition de nos 1200m² d’extension dédiés à l’intégration. Osez nous challenger en nous confiant la fabrication de vos ensembles électroniques. « Oser défier nos limites pour ne pas limiter vos défis »

OSE Bernard SAVOIR +33(0)6 26 62 49 57 b.savoir@ose.fr p.guerin@ose.fr www.osefr

potentielles exigences (Matière de la bande, Mode de préhension de la pièce dans l’alvéole etc.) 8/ Vente de différentes Fournitures : •Bobine plastique (7 ou 13 pouces) •Bande de renfort •Cover Tape PSA (adhésif) •Cover Tape Thermo (soudé à chaud) 9/ Autres prestations : •Etuvage de vos composants •Préformage (cambrage et découpe) de vos composants •Tri de composants (DC,etc…) 10/ Points importants : •ELSIL est certifié ISO 9001 en V2015 •Une expérience depuis plus de 30 ans !!! •Environnement contrôlé en température et hygrométrie •Sites sécurisés •Les flux internes maîtrisés (5S, ERP, etc…) •Nous pouvons stocker vos composants vierges en nos locaux, qu’ils viennent de vos sites ou directement de vos fournisseurs. Pour tous renseignements complémentaires ou demande de devis, vous pouvez contacter :

ELSIL ELECTRONICS SILICON SAS Guillaume TEPPE +33(0)6 17 07 57 39 g.teppe@elsil.fr www.elsil.fr


SNSE

Présentation de la société : La Société Normande de Services en Electronique - SNSE, est une petite structure dynamique et flexible aux services des bureaux d’études et de tous concepteurs de produits contenant des cartes électroniques. Nous saurons vous accompagner dans les études de vos produits, de vos nouveautés et du maintien de votre gamme. Mais aussi dans la fabrication de vos cartes électroniques incluant du CMS et/ou du traversant, du prototype à la série. Également, nous proposons des prestations complémentaires autour de la carte électronique (sourcing, obsolescence, veille, conseil, Rayons-X, réparation, etc.). Pour progresser dans notre expertise, nous avons mis en place une série d’outils développés selon nos critères et ceux de nos clients. Permettant ainsi, de contrôler et d’agir à toutes les étapes de fabrication de vos produits électroniques, via un outil informatique de suivi de process (GPAO) sur tablette et PC. Le détail de nos offres : • Plus en amont : - Rédaction des spécifications de vos produits et cahier des charges. - Etude, analyse de l’existant, plan de développement, axes à développer. - CAO (Altium, Eagle, etc.) nous créons/ reprenons vos dossiers existants pour les faire évoluer. • Lors de vos demandes de fabrication : - Vérification de la conformité de vos dossiers industriels. - Chiffrage de vos cartes et sousensembles intégrés. - Validation de vos maquettes et prototypes incluant du câblage filaire, des cordons, de l’intégration mécanique. Également la réalisation de vos démonstrateurs et de vos « preuves de concept / POC ». - Fabrication de vos prototypes en machine et semi auto. - Analyse de vos BOM, affinage, recherche d’équivalence, costing, etc. - Offre commerciale souple et adaptée pour vos préséries, petites et moyennes séries. - Visibilité pendant tout le déroulé du process, lors de la fabrication de vos séries avec une traçabilité accrue. Changement de valeur de composants, reprise sur PCB, adaptation du process selon les difficultés rencontrées, sont possibles.

- Chargement / Flash de vos firmwares pour le test, le contrôle, la calibration de vos cartes. - Personnalisation de vos expéditions. Le SAV : • Identification des cartes avec fiche suiveuse informatique. • Traçabilité des actions menées. • Accompagnement technique. La SNSE est la réponse aux entreprises concevant et utilisant de l’électronique. Nos atouts sont, la souplesse, la réactivité, nos moyens de production dignes des grands noms de l’électronique (Sérigraphie MPM ultra précise, pose via robot mydata MY12, refusion via four convoyé & profils adaptés, contrôle assisté via numérisation de vos cartes et de vos fichiers de production. De plus nous vous offrons l’accès à de multiples prestations notamment le contrôle rayons X, la réparation de vos BGAs et composants difficiles, la coupe métallographique, le vernissage, le test structurel, la certification CEM/DBT, test de vibrations, etc.

SNSE +33(0)9 54 63 17 96 contact@snelec.com www.snelec.com Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110 - 65


Informations

commerciales

ABchimie

2022, l’automobile en ligne de mire Marché en pleine transformation avec le développement de véhicules hybrides et électriques, l’automobile développe de nouveaux composants et a besoin de fournisseurs de confiance. C’est dans cette optique que ABchimie a obtenu la qualification IATF et propose aussi de nouveaux produits adaptés à ce marché très exigent. ABchimie certifiée IATF

En 2021, toute l’équipe s’est mobilisée pour obtenir la certification IATF 16494 (International Automotive Task Force). Cette norme internationale atteste que l’entreprise respecte les systèmes de management de la qualité exigés par l’industrie automobile, en déployant l’analyse de risque comme principal outil pour la prévention des défauts. Cette certification est une garantie supplémentaire pour ses clients et développer ensemble une relation de confiance. ABchimie compte bien sur ce passeport de qualité internationale pour accompagner les transformations du secteur automobile. IATF c’est quoi ? La norme IAFT 16949 n’est pas une norme de système de management de la qualité autonome mais un supplément fonctionnant conjointement avec la norme ISO 9001. Ses objectifs sont la prévention des défauts, la réduction des variations et des gaspillages dans la chaîne d’approvisionnement. L’histoire de l’IATF : Cette norme a été créée par International Automotive Task Force composée de 9 constructeurs automobiles : Ford, GM, Chrysler, BMW, VW, Daimler, Renault, PSA Peugeot Citroën et Fiat, avec le soutien d’organisations de commerce de

l’automobile de différents pays : ÉtatsUnis, Royaume-Uni, France, Allemagne et Italie. Depuis quand cela existe ? La première version de la norme alors appelée ISO/TS 16949 remonte à 1999, son objectif était d’harmoniser les différents systèmes d’évaluation et de certification de la chaîne d’approvisionnement du secteur automobile. Elle a été écrite à partir d’une synthèse de quelques normes nationales : américaine avec QS9000, française avec EAQF 94, allemande avec VDA 6.1 et italienne avec l’AVSQ 94. La norme IATF 16494 a été ensuite revue en 2002 et 2009. Sa dernière évolution date de 2016, la norme est désormais construite sur le même modèle que les normes ISO 9001 et 14001 version 2015. Les grands principes : • Efficacité et efficience des processus opérationnels • Leadership et engagement des personnes • Amélioration continue du système • Analyse des risques et approche multidisciplinaire • Déploiement de la démarche aux fournisseurs pour assurer la qualité sur toute la chaine d’approvisionnement.

• Vernis souple, aucune contrainte sur le composant • Fluorescent aux rayons ultraviolets afin de permettre le contrôle de la couche de vernis • Plage de température de -65 °C à + 125 °C • Vernis thermo-soudable, sans production de gaz toxiques • Excellentes propriétés diélectriques • Durcissement très rapide à température ambiante • Faible viscosité pour machine de dépose sélective • Peut être aussi appliqué au pinceau, par trempage ou spray • NVR15 est conforme aux réglementations REACH et ROHS. En plus de ce vernis, ABchimie proposera aussi en 2022 un nouveau vernis uréthane : UVP33. Ce revêtement permanent a une très forte adhérence et ne contient pas de toluène. Sa viscosité est de 230cSt à 25°C. Il peut être dilué pour application.

Les avantages de l’IATF ? • La prévention des risques et l’anticipation de toute situation « anormale » • La réduction des variations et une amélioration de la fiabilité • Maîtrise des coûts et du délai sur toute la chaine • Reconnaissance internationale par tous les interlocuteurs du monde automobile • Amélioration continue d’un système de management de la Qualité vivant. 2022 sera donc sous le signe de la qualité et des nouveautés chez ABchimie avec un nouveau vernis pour compléter la gamme dédiée à l’automobile et autres environnements difficiles. Le NVR15 est un vernis souple transparent monocomposant est conçu pour protéger les circuits imprimés soumis à des environnements difficiles comme des chocs thermiques. Il s’agit d’un revêtement à séchage rapide à température avec une excellente flexibilité. Sans solvants CMR, cette protection est très facilement amovible avec nos solutions de nettoyage SND ou DNS. Ce vernis est disponible en 2 viscosités : NVR15 (190cst à 25°C) et NVR15 DS65 (65cSt à 25°C). Principales caractéristiques : • Excellente adhérence dans des conditions climatiques sévères

66 - Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique -décembre 2021 - n° 110

ABchimie Jean-Pierre DOUCHY +33(0)4 74 83 12 19 info@abchimie.com www.abchimie.com


Nouvelle gamme

Stations de soudage à température réglable

GT90

Disponible en stock

GT120

Disponible en stock

OCETA est distributeur officiel

uit

rat Essai g

Stations de soudage 90W et 120W

Contac

tez-nou s!

Plages de température réglables : de 200 à 450°C Utilisation facile et intuitive avec écran de 2,5 pouces Taille compacte grâce à une source d'alimentation externe

Solutions sur mesure / Support technique Electronique - Ferroviaire - Aéronautique - Spatial OCETA distribue également:

contact@oceta.com www.oceta.com

Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110 - 67


STPGroup

«Nouveauté au catalogue STPGroup : Système semi-automatique de reprise (démontage et placement) de tous types de composants CMS» Découvrez chez STPGroup un tout nouveau système semi-automatique de reprise (démontage et placement) de tous types de composants CMS. Bénéficiez d’une qualité professionnelle pour un excellent rapport qualité prix. Le système de réparation ZM-R720A offre une plateforme facile à utiliser qui assure aussi bien le placement de composant (BGA, μBGA, VGA, CCGA, QFN, CSP, LGA, μSMD, QFP, PLCC, TSOP…) que la réalisation de profils de refusion personnalisés. Domaine d’application du produit : •Dessouder et souder tous types de boîtiers CMS, afin de réparer les différentes cartes électroniques en respectant les process de refusion sans plomb et avec plomb. •Gain de productivité en générant du temps masqué durant les différents cycles d’assemblage.

téléphones portables, etc. •Possibilité de traiter les BGA, les micro BGA, VGA, CCGA, QFN, CSP, LGA, SMD, etc. •Conçu pour la retouche de haute précision des cartes mères. Il peut réparer les BGA, LED, IC et autres micropuces avec une grande précision.Pour plus d’informations : - Web : www.stp-emcgroup.com - LinkedIn : STPGroup - YouTube : STPGroup

•Grâce au système d’alignement optique, cela devient facile de positionner un boîtier BGA.

STPGROUP

•Largement utilisé pour la réparation des boîtiers BGA et QFN, aussi bien pour les applications industrielles que pour les applications grand public : les ordinateurs portables, les PS3, PS4, XBOX360, les

Éric VIGNARD +33(0)4 76 45 69 25 contact@stp-emcgroup.com www.stp-emcgroup.com

ADDIS COMPOSANTS ELECTRONIQUES transport et de la mobilité. ZF améliore ZF, l’origine de la mobilité intelligente

Acteur sur le marché de la distribution de composants électroniques, la Maison ADDIS propose des solutions techniques en partenariat avec des leaders internationaux. Parmi eux, ZF. Créée en 1915, ZF est passée au statut de fournisseur spécialisé dans la technologie à celui d’entreprise mondiale de technologie de la mobilité. ZF est une entreprise technologique mondiale qui fournit des systèmes pour les voitures, les véhicules commerciaux et la technologie industrielle, permettant la prochaine génération de mobilité. Grâce à son portefeuille technologique complet, ZF propose des solutions intégrées aux constructeurs automobiles, aux fournisseurs de mobilité et aux jeunes entreprises dans les domaines du

continuellement ses systèmes dans les domaines de la connectivité numérique et de l’automatisation afin de permettre aux véhicules de voir, de penser et d’agir.

ZF a conçu un capteur de vitesse extrêmement compact (21.75 mm de long x 9.35 mm de diamètre) qui répond aux exigences nécessaires pour l’utilisation de vélos électriques. Le capteur de vitesse est basé sur l’effet Hall et est donc sans contact et sans usure. La mesure différentielle du flux magnétique augmente également la robustesse du capteur contre les vibrations. Selon les exigences du client, le contact via le connecteur ainsi que la longueur du câble peuvent être présélectionnés individuellement.

68 - Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique -décembre 2021 - n° 110

ADDIS COMPOSANTS ELECTRONIQUES Catherine FRIBOULET +33(0)1 56 31 43 10 catherine.friboulet@addis.fr www.addis.fr


LES CAHIERS DE L’INDUSTRIE ÉLECTRONIQUE & NUMÉRIQUE PARTENAIRES DU TEAM MECAPARK AU TUNISIA DESERT CHALLENGE (5 au 13 novembre 2021)

Le Tunisia Desert Challenge est un rallye tout-terrain dans la pure tradition du Paris-Dakar créé par Thierry Sabine. Depuis la création du Dakar en 1978 par Thierry Sabine, les rallyes tout-terrain inspirent le rêve et la passion. Les valeurs du vrai Dakar se retrouvent à l’identique au Tunisia Desert. Challenge 2021 : pas de villes étapes type Tour de France, pas de parcours interminables sur le bitume comme en Amérique du Sud ou en Arabie Saoudite. Chaque jour des étapes 100 % tout-terrain, un bivouac en plein désert respectueux de l’environnement et des hommes qui y vivent, des parcours chronométrés qui laissent leur chance à tous les concurrents. Le team Mecapark vous propose d’associer votre nom aux valeurs du rallye Tout-terrain, personnalisé par le Dakar : Aventure, dépassement de soi, compétition, et performance sont les valeurs portées par les participants des rallyes tout-terrain et partagées par le Team Mecapark et les Cahiers. C’est donc naturellement que les Cahiers a apporté son soutien au Team Mecapark qui a engagé deux véhicules de course : - numéo 319, le Truggy Mecapark Porsche 2 roues motrices développant une puissance de 330 CV, piloté par Richard Crétier, Arnaud Le Bourdon assurant la navigation, - numéro 318, le Wildcat TD5, un buggy 4 roues motrices développant 180 CV, piloté par Gaétan Gé et navigué par Frédéric Allard. Assistance et la logistique étant assurées par une équipe de 4 personnes (Marcel Keravec, Fredéric Leroy, Olivier Moteau et Paul Le Bourdon) et deux véhicules, un camion atelier Iveco et un Ford Ranger. Au terme de 8 étapes et 2500 Km de pistes et de dunes dans le grand sud Tunisien, le Wildcat termine à la 24ème place et le Truggy à la 30ème place. Outre les Cahiers, les partenaires titres étaient La Pratique Electronique, une entreprise tunisienne leader de la fabrication électronique, SDS Fermetures, fabricant assembleur de volets roulants, portes de garage et protections solaires et SEBACO, entreprise de construction, du gros œuvres aux finitions pour les collectivités, les entreprises et les particuliers. Le Team Mecapark portait également les couleurs d’une nouvelle génération d’extincteur, Les le FFS50. Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110 - 69


Informations

commerciales

AVENUE E SOLUTIONS La Qualité au coeur de la transformation Numérique AVENUE E SOLUTIONS, représentée par son président Patrice CASTEJON, Ingénieur Centrale Paris, est Editeur et Intégrateur français de AVENUE un Système d’Information numérique innovant qui accélère la transformation digitale des entreprises. Avec une expertise de plus de 30 ans dans les métiers de l’industrie, nous accompagnons les TPE et PME des secteurs B2B dans l’optimisation de leurs processus métiers avec des solutions standards collaboratives, agiles et puissantes. Nous proposons une suite logicielle complète d’excellence, composée de plus de 50 options applicatives « On Demand » qui vont du CRM à la gestion industrielle en passant par la gestion de projets et la qualité. Les solutions s’intègrent aisément aux systèmes existants. Pourquoi un management Qualité en entreprise ? C’est une activité qui définit, met en place, pilote et gère des techniques, des outils et des systèmes de gestion permettant de délivrer aux clients des produits, des prestations et des documents conformes à leur demande. Cette conformité peut être définie selon des critères généraux (normes, standards ...), des critères réglementaires nationaux et européens (législation, directives, décrets ...), des critères contractuels (spécifications techniques, cahiers de charges, accords ...). Elle concerne les caractéristiques et délais des éléments délivrés, mais aussi les modalités techniques, environnementales et sociales, de leur production, acheminement et installation. Ces caractéristiques peuvent être différentes d’un pays de destination à l’autre mais également d’un client à l’autre. Le management qualité concerne l’organisation de l’entreprise et l’ensemble de ses activités. Il utilise de nombreux concepts, principes, modes d’organisation et outils. Nous nous intéressons essentiellement à la vision numérique du management qualité. Intérêt du Numérique en gestion Qualité Nous présentons les attentes du Management qualité vis à vis

des applications numériques : • Fonctions assurance qualité du système d’information général • Assurance qualité • Contrôle qualité • Pilotage qualité Quelles fonctions assurance Qualité du SI ? Certaines fonctions sont pertinentes pour une gestion qualité optimale : • Gestion documentaire ou Gestion électronique des documents (GED) intégrée. Il est important que le SI inclut la prise en compte, dans les données applicatives, des fichiers bureautiques et techniques associés. Ainsi la photo et le plan d’un article sont dans l’article, les plans et spécifications de la demande client sont dans le devis voire la commande ainsi que les pdf des documents émis, etc. Cette gestion traite les fichiers bureautiques et techniques par version pour une traçabilité précise et opposable, exemple indice de plan. Elle assure une unicité des fichiers en base de données tout en les affectant à plusieurs éléments de gestion. . Product Life Management (PLM) La gestion de la vie du produit et des données techniques se fait en liaison avec le suivi des études, projets, demandes client et avec les logiciels CAO. Ce suivi apporte un contrôle efficace des versions des informations techniques (traçabilité). Ces informations techniques sont la base de la qualité industrielle. • Historique évolutions des documents de gestion Les devis, commandes client, programmes client, appels d’offre, commandes fournisseurs ont des évolutions qu’il est souhaitable de tracer avec des notions de variantes, versions, avenants. Cela permet de valider l’exactitude de l’information échangée. L’utilisation de pdf certifiés concoure à cette qualité. • Réclamations et retours clients et fournisseurs Elles font partie du flux géré ; leur mise en œuvre peut être indispensable pour alimenter le système de gestion qualité, analyser les causes et fréquences des anomalies, mettre en œuvre les actions correctives. . Traçabilité flux (mouvements de stock et événements) C’est un prérequis de l’assurance qualité.

70 - Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique -décembre 2021 - n° 110

La recherche amont ou aval de l’origine ou des conséquences d’un incident se fait directement au travers de l’historique. Fonctions assurance Qualité dédiées Elles définissent et gèrent les conditions, outils et procédures rendant possible l’obtention de la qualité optimale pour les produits, prestations et documents demandés par les clients. . Gestion documentaire qualité Les règles, bonnes pratiques, procédures, organisations concourant à la qualité sont consignées dans une bibliothèque de documents catalogués, textes et images, disposant de classifications pour recherche. Dans chaque document des liens sur des mots clef donnent accès à d’autres documents qualité. . Approbations fichiers et tables Un système d’approbation multi-niveaux de signataires (rédacteur, vérificateur, signataire) valide : - Les fichiers de type bureautiques et techniques selon la nature du document (plan, clauses contrat...) - Les tables applicatives du système de gestion selon le type de table (devis, facture achat …), les familles, les niveaux de montants autorisés. . Questionnaires assurance qualité Ils valident la qualité des fournisseurs, articles ou clients. Ils sont paramétrables et définissent les points à renseigner, les documents à enregistrer et les notations. Un document de certification peut être prévu pour formaliser ces réponses. . Étalonnage appareils de mesure La fiabilité des appareils de mesure diminue dans le temps et selon leur utilisation. Pour obtenir une précision adéquate des mesures, un système de suivi de l’étalonnage des appareils déclenche des demandes d’étalonnage lorsque cela est nécessaire. Comment gérer le contrôle Qualité ? C’est le point central du Management qualité. Il traite des contrôles qualité en liaison


avec le SI dans toutes les applications souhaitées par l’entreprise (Prototype, Réception achat, En cours production, Fin production, Avant expédition). . Gamme contrôle Elle définit les règles : - Rattachement à l’objet du contrôle, description, fichiers (plan ...) - Règles de déclenchement ou échantillonnage (Statistical process control, 1er article ou autres) - Environnement requis (température, pression …) - Détail des mesures ou contrôles avec nominal, tolérances et appareils de mesure - Actions post-contrôle Le détail des mesures peut être importé automatiquement depuis le plan traité par un logiciel de marquage (bullage). . Ordre de contrôle Généré depuis l’événement de gestion (réception, lancement OF …) il peut être imprimé avec code barre ou QRcode.

ICAPE GROUP JAPCC rejoint ICAPE Group et devient ICAPE Netherlands L’ascension d’ICAPE Group se poursuit : Après l’ouverture d’Unité Commerciale en Pologne et en Suède, l’acquisition de BAE en Allemagne, l’acquisition d’IDELEC en France, ICAPE Group, le fournisseur français de circuits imprimés et de pièces techniques sur mesure a fait un nouveau pas stratégique sur le marché européen avec l’acquisition de JAPCC, aux Pays-Bas. Fondée en 2003, JAPCC est une structure solide qui fournit des produits techniques et de qualité sur le marché néerlandais et allemand et s’appuie sur une liste de fournisseurs/usines partenaires forte, principalement en Asie. Avec 18 ans d’expérience dans l’industrie électronique, cette fusion est un atout pour la société ICAPE Group et sa stratégie d’expansion sur le continent européen. En novembre 2021, Cyril Calvignac, PDG d’ICAPE Group et Melvin Brummelhuis, PDG de JAPCC unissent les forces des entreprises qu’ils dirigent vers un projet ambitieux, sous la bannière d’ICAPE Netherlands : « Le partenariat entre ICAPE Group et JAPCC nous permet d’offrir à nos clients une gamme plus large de produits, de technologies, de services et de fournisseurs. En partie grâce à l’empreinte mondiale d’ICAPE Group, avec des sièges en France, en Amérique et en Chine, nous pouvons bénéficier du

La saisie des mesures ou observations propose la qualification des résultats et les actions en cas de non-conformité. La saisie peut être automatisée par des API d’import des résultats depuis les appareils de mesure. Un rapport d’inspection ou un certificat de conformité est émis si nécessaire. Pilotage Qualité L’ensemble des résultats de contrôle forme un historique pour les analyses statistiques, le suivi des KPI, la mise en évidence d’anomalies récurrentes et permet la révision des process et outils.

réactive et efficace. Le système de gestion qualité est un vecteur privilégié de croissance pour l’entreprise et participe activement à la satisfaction des clients. Il facilite l’obtention des certifications (ISO 9001 …) ce qui accroît la clientèle et booste l’activité. En conclusion, l’automatisation du management de la qualité favorise à la fois la productivité et la croissance du chiffre d’affaires des entreprises.

Le coût de non-qualité peut être analysé : Rebuts de production,retouches produits, retours client. Vos bénéfices Seul le Numérique permet une gestion efficace de la qualité par l’automatisation des tâches et la pertinence des outils de pilotage. Il apporte une maîtrise de la qualité marché actuel de la mondialisation et de la montée en puissance, mais aussi être présents pour tous les clients, des plus petits aux plus grands. Cette étape crée également de grandes opportunités de croissance pour une expansion de nos activités sur le marché néerlandais et une nouvelle expansion sur le marché allemand. Avec les produits de CIPEM, nous espérons également être en mesure de réaliser encore mieux notre stratégie «répondre aux besoins des clients en matière de pièces techniques», a déclaré M. Brummelhuis. ICAPE Group est également très optimiste quant à cette situation, car la société peut commencer à travailler avec une équipe et des bureaux prêts à travailler à 100%, comme l’explique M. Cyril Calvignac : «ICAPE Group est établi et efficace en Allemagne et nous regardons les PaysBas depuis quelques années maintenant. C’est un pays dynamique avec un réel potentiel industriel. Notre politique a toujours été d’offrir la plus grande proximité à nos clients, tout en leur assurant la qualité de service d’un groupe international. Nous sommes extrêmement heureux et confiants d’accueillir JAPCC dans notre famille. Nous avons étudié la façon dont cette équipe procède et elle est très organisée, professionnelle et dévouée à ses clients. La société ICAPE Group bénéficiera de nouveaux projets et clients, renforcera son AVL, et ICAPE Pays-Bas pourra compter sur notre

AVENUE E SOLUTIONS patrice CASTEJON +33(0)1 47 55 09 26 patrice.castejon@avenue-e-solutions.com www.avenue-e-solutions.com

solide organisation et tous les services offerts par notre siège en Asie. C’est une combinaison gagnant-gagnant et nous marchons ensemble dans la même direction avec des objectifs élevés !» Pour ICAPE Group, ce nouveau bureau et cette nouvelle installation à Eibergen constituent également un mouvement stratégique pour son organisation logistique. Récemment, la société ICAPE Group a bénéficié d’une augmentation de ses capacités logistiques en Allemagne avec une nouvelle base à Nuremberg et travaille à optimiser ses forces de transport et de stockage en France et en Suède. Avec l’ajout d’un entrepôt de 340m2 dans les locaux d’ICAPE Netherlands, ICAPE Group est désormais en mesure d’offrir de multiples options à ses clients pour réduire les délais et mieux contrôler les coûts. Un avenir radieux attend ICAPE Netherlands, qui prévoit une croissance de 30% en 2022 et pour les années à venir : «Nous sommes préparés pour l’avenir et l’envisageons avec confiance», conclut Melvin Brummelhuis.

ICAPE GROUP Service communication +33(0)6 72 65 43 64 leah.miloudi@icape-group.com www.icape-group.com

Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110 - 71


Informations

commerciales

ACCELONIX

entre distanciel et présentiel Il ne faut jamais gâcher une crise ! C’est pour cela qu’Accelonix a intensifié le développement de nouveaux outils et services à destination de ses clients et prospects en attendant le retour plus chaleureux des relations humaines. Cependant, ces nouveaux outils sont-ils voués à disparaitre avec le retour du présentiel ? Rien n’est moins sûr ! Un des premiers services à avoir été mis en ligne en début d’année a été notre site support https://support.accelonix.fr dans le but d’améliorer les échanges entre le service technique et nos clients. Cette interface est une plateforme partagée où l’on peut voir, saisir ou modifier de l’information sur les machines installées ainsi que toutes les demandes techniques qui s’y rapportent. Totalement adaptable aux smartphones, elle fait gagner aux clients un temps précieux en notant directement depuis la ligne de production les informations à nous transmettre. Ce service est depuis sa mise en ligne en constante évolution afin de proposer à nos clients la meilleure expérience utilisateur. La partie commerciale a aussi eu sa petite mise à jour 2.0 avec la création des Webdémos afin de « contourner » les différentes restrictions de déplacement ou de rassemblement. Nos webdémos sont totalement privées et centrées sur le besoin client. Elles sont préparées en amont selon les informations, les objectifs et les produits du client ou les nôtres en fonction de l’avancement du dossier. Pour garantir à nos clients une expérience télévisuelle dynamique et interactive nous disposons de plusieurs caméras placées à des endroits stratégiques qui permettent d’apprécier le process complet, ses détails, et d’interagir à tout moment visuellement avec le présentateur.

présence sur le réseau social LinkedIn (@ACCELONIX SAS) en proposant toujours plus de contenus et/ou d’informations utiles liés aux activités de nos prospects et clients. Ces contenus sont le plus souvent construits dans un format vidéo, bien plus faciles à « consommer ». D’ailleurs, cet effort dans notre communication dématérialisée porte ses fruits avec une communauté qui a doublé en une année avec de nombreux contacts à la clé. Mais il manquait le principal ; il manquait le contact humain propre aux latins et aussi la proximité avec des regards débarrassés de 1 et de 0. Accelonix a donc repris dès les beaux jours une activité « presque normale » en présentiel ; et son programme, notamment depuis septembre, a été chargé : - Présence renforcée à Global industrie avec augmentation de la surface de notre stand (x4) - Présence sur des salons « niches » tels que : o Mecaplastronic (Bourg en Bresse), o Automotive Connection (Montigny le Bretonneux), o Microélectronique Puissance (Tours) - Organisation d’une Journée Technologique spécifique au Takaya APT 1600 F double face : retour des Techdays après 2 ans d’absence et gros succès au vu du nombre de participants. Une deuxième date a même été proposée. - Présence à Productronica de toute notre équipe commerciale à la demande de nombreux clients qui nous ont fait part de leurs visites à Munich. Global Industrie 2021 Ce salon a été le grand retour d’Accelonix sur les planches avec un stand de 40m 2 et de nombreux équipements

Initialement pensée et utilisée pour des primo présentations d’équipements, notre webdémo est devenu un outil à part entière, d’aide à la conclusion de certains projets. Riche de cette expérience et de ce savoirfaire, une déclinaison de ce format est à l’étude dans le cadre de formation en distanciel. Pour finir et afin de livrer un maximum d’information sur notre savoir-faire technique, nos produits et nos actions commerciales, nous avons intensifié notre 72 - Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique -décembre 2021 - n° 110

issus de la production avec la station d’entrée matière d’Essegi Automation Storagesolutions et l’équipement de comptage des composants par rayon X XRHCount de VCcount ; du test, avec l’inégalable Takaya APT1600F double face pour le test à sonde mobile et la TestStation LH de Teradyne pour le test in situ et équipée d’un cobot ; de l’inspection avec la Parmi Xceed et son intelligence artificielle assurant un gain de temps de développement jusqu’à 90% ; de la micro-élctronique avec une station de démonstration Hesse pour wirebonding et la très attendue Dragonfly de Nano Dimension avec ses impressions de cartes électroniques en 3D ; Sans oublier toute la partie Accelonix Software et sa suite logicielle notamment dédiée à Takaya ainsi qu’à l’usine connectée gérée par Cogiscan. En parallèle, l’entreprise a été nominée à deux reprises dans les catégories : nouvelles technologies avec la Dragonfly de Nano Dimension et Résilience avec la mise en place des webdémos. Alors au-delà des enjeux commerciaux, « ce salon a aussi été l’opportunité de tous nous revoir, et ça fait du bien ! »


Retour sur la « journée technologique Takaya » Après deux ans d’arrêt forcé, les Techdays Accelonix ont fait leur grand retour au sein du showroom de notre siège d’Évreux ; et le succès a été au rendez-vous avec l’inscription de plusieurs entreprises voulant découvrir les capacités hors normes du Takaya série 1600 double face. Dans un souci d’organisation et de respect des distanciations nous avons d’ailleurs été obligés d’ajouter une journée supplémentaire. Outre, la présentation de l’équipement nos spécialistes ont également dévoilé les nouveaux logiciels NPI (introduction de nouveaux produits) pour la génération de programmes Takaya et pour l’évaluation de la couverture de Test.

Pour finir, Accelonix intensifiera pour 2022 sa présence en ligne tout en participant à différentes actions de terrain qui font partie de son ADN avec une présence renforcée sur plusieurs salons tels que : • Forum de l’électronique du 8 au 10 février à Grenoble • Global Industrie du 17 au 20 mai à Villepinte • Forum de l’électronique du 20 au 22 septembre à Toulouse Chez Accelonix nous sommes convaincus que les événements récents nous ont fait évoluer et que la mise en place de nouveaux outils numériques ont eu des effets positifs directs sur l’entreprise et nos clients. Ces outils continueront donc de cohabiter avec des techniques et habitudes beaucoup plus traditionnelles. En route pour 2022 !

CI ELECTRONICS

fait peau neuve !

CI Electronics vous présente son nouveau site internet. Depuis 25 ans, CI Electronics a su se développer dans les métiers de la conception d’outillages et de l’usinage de matériaux composites. Notre société à taille humaine rassemble toutes ses équipes, commerciaux, concepteurs, production et administratifs sur un même site. La collaboration, le service et le challenge, sont les éléments clés de la Team CI. Il était donc important de retranscrire cette passion en développant un site internet à son image et de vous proposer ainsi les meilleures prestations. Sur www.cielectronics.fr, vous trouverez la présentation de la société, nos différentes solutions d’usinage sur mesure, nos moyens industriels, ainsi que nos valeurs et engagements.

ACCELONIX Service commercial +33(0)2 32 35 64 80 sales@accelonix.fr www.accelonix.fr

En un clic, vous accèderez à notre large gamme d’outillages pour vos moyens de productions avec des fiches produits détaillées. Du cadre de brasage, au rack de stockage en passant par de l’outillage développé spécialement pour vos process, vous pourrez retrouver une photothèque rassemblant des exemples de nos réalisations. Vous trouverez également notre gamme de matériaux disponibles sur stock et pourrez télécharger nos fiches techniques matières en instantané, vous permettant de récupérer toutes les données techniques nécessaires. Si en parcourant notre nouveau site internet, vous avez des idées ou un projet n’hésitez pas à nous contacter via notre formulaire, nous vous répondrons avec plaisir. Bonne navigation !

CI ELECTRONICS +33(0)2 99 49 77 49 info@cielectronics.fr www.cielectronics.fr Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110 - 73


Informations

commerciales

ICAPE GROUP

le vent en poupe ! Création d’unités commerciales, déploiement d’une stratégie logistique mondiale, acquisitions, recrutements… Voici des mots que l’on lit chaque jour dans les Emails des salariés de la société ICAPE Group. L’entreprise française passe la surmultipliée pour accompagner une hausse significative de ses activités commerciales dans le secteur de l’industrie électronique. Dans un contexte économique particulièrement complexe, ICAPE Group boucle une année 2021 exceptionnelle et ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Explications. La crise sanitaire qui a frappé le monde en 2020 et dont les répercussions sont encore présentes aujourd’hui a été un véritable révélateur de la santé des entreprises. Nombreuses sont les structures qui ont dû faire des choix difficiles mais certaines ont su s’adapter et proposer des solutions pour atteindre leurs objectifs de croissance malgré les obstacles. C’est sans aucun doute le cas d’ICAPE Group. Cette entreprise fondée en France par Mr Thierry Ballenghien en 1999 est spécialisée dans l’approvisionnement de circuits imprimés et de pièces techniques électroniques manufacturées en Asie. Elle se déploie dans plus de 20 pays et compte à ce jour près de 500 salariés. Ce nombre est d’ailleurs en constante évolution grâce à différentes opérations de recrutement, d’acquisition et d’ouvertures d’unités commerciales. En France notamment, le groupe a récemment intégré la société IDELEC qui travaille sur le même secteur qu’ICAPE Group, mais développe également de nouveaux services avec la construction d’un centre logistique plus performant au siège social du groupe, à Fontenay-aux-Roses (92). Cette forte dynamique s’articule autour d’une stratégie claire et d’une application de proximité ultra flexible. Pendant la crise du COVID-19, le niveau de service de l’entreprise a été globalement maintenu grâce à une organisation internationale et un mode de fonctionnement distanciel éprouvé et particulièrement efficace. Des outils modernes ont été mis en place comme des visites et des audits d’usine en visio-conférence, ou encore un salon interactif en 3D sur lequel les experts du groupe pouvaient rencontrer leurs clients, ou encore des webinars techniques. Ces outils continuent d’ailleurs d’être développés et utilisés malgré la reprise des salons physiques et la réouverture

de certaines frontières, pour répondre aux nombreuses demandes de leurs clients, séduits par ces concepts. Cette croissance d’activité s’accompagne bien entendu d’une capacité de production renforcée et d’un déploiement logistique conséquent. ICAPE Group travaille avec un réseau d’usines partenaires en Asie dont la liste, soigneusement sélectionnée et strictement contrôlée par son important bureau de service en Chine, a été étoffée par de nouveaux sites de productions portant le total à plus de 80 fournisseurs spécialisés dans les circuits imprimés et les pièces techniques électroniques. Cette liste de vendeur est approuvée, contrôlée et réajustée quotidiennement afin d’atteindre le plus haut niveau de qualité et de maintenir la chaîne d’approvisionnement des clients d’ICAPE Group en fonction des capacités de production et du contexte économique et politique. Sur le plan logistique, ICAPE Group a revu à la hausse ses capacités de stockage et son offre avec la mise en service de nouvelles plateformes multi-services en France, en Allemagne, en Suède et aux USA afin de suivre son développement commercial, tout en offrant un éventail de solutions flexibles et personnalisables sur le mode de transport, le mode de gestion du stock, mais également dans le but mieux gérer les coûts et les temps de livraison pour ses clients. Ces actions cumulées propulsent ICAPE Group dans une impressionnante dynamique de croissance. Alors que l’exercice 2021 n’est pas encore clos, le volume d’affaire enregistré par l’entreprise dépasse largement les objectifs et les chiffres au troisième

74 - Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique -décembre 2021 - n° 110

trimestre sont d’ores et déjà supérieurs aux meilleures années depuis la création du groupe. Les projections pour la fin de l’année sont de l’ordre de +30% et ICAPE Group accélère son calendrier d’ouverture et d’acquisition partout dans le monde et plusieurs opérations sont en cours comme l’établissement de nouvelles filiales en Europe, en Asie et sur le continent Américain. Pour 2022, ICAPE Group entend poursuivre son développement en plaçant le client au centre de ses préoccupations, avec la volonté affirmée d’étendre son réseau dans le but d’apporter une réponse toujours plus précise, plus rapide et plus efficace.

ICAPE GROUP Service communication +33(0)6 72 65 43 64 leah.miloudi@icape-group.com www.icape-group.com


PANASONIC

Panasonic Factory Solutions s’associe à Davum TMC Panasonic Factory Solutions, une division de Panasonic Industry Europe, et Davum TMC, un distributeur technique leader dans les équipements de haute technologie pour la fabrication électronique en France avec plus de 40 ans d’expérience sur le marché, annoncent leur future collaboration. Davum TMC, situé en région parisienne, distribuera le portefeuille de Panasonic Factory Solutions, notamment les solutions logicielles «Smart Factory» et les produits d’automatisation haut de gamme tels que les équipements de

marquage laser, de sérigraphies et les machines de reports de composants CMS pour divers secteurs industriels. Grâce à la gamme de produits déjà proposée par Davum, combinée au portefeuille de produits Panasonic, Davum présentera la gamme Panasonic « Factory Solutions » dans ses locaux près de Paris et sera en mesure de fournir une solution complète pour le marché français du secteur électronique. Grâce à sa grande expérience en matière de vente et de service, Davum TMC est un partenaire reconnu et précieux qui permettra d’étendre les solutions « Smart Factory » de Panasonic Industry directement aux clients en France.

W-TECH

que lors de la mise en bande avec cover tape à chaud.

Universelles, nos machines de mise en bande sont compatibles avec le cover tape à chaud (HSA) et à froid (PSA). Elles s’adaptent à tous les types de bandes alvéolées de 8 à 88 mm avec une profondeur de poche jusqu’à 30 mm. Elles supportent en entrée, les roues de bandes alvéolées jusqu’à 760 mm de diamètre, et en sortie des bobines 180, 330 ou 380mm de diamètre.

L’entrainement de la bande se fait par roue dentée avec un contrôle du défilement au pas de 4 à 76 mm suivant les normes EIA481. La vitesse de défilement peut être ajustée jusqu’à 150mm par seconde. Le réglage de la largeur de bande se fait via une molette actionnant les deux vis sans fin synchrone de support de bande. La mise en place d’une nouvelle bande de même type ne prend que quelques secondes et le passage vers une nouvelle configuration de bande quelques minutes.

Mettez vos composants en bandes avec les machines de mise en bande W-Tech.

Les petites dimensions du système lui permettront d’être installé dans tous les ateliers. En effet la machine mesure 1 440 mm de long pour 360 mm de large et ne requiert qu’une alimentation 230V et un raccord d’air standard, l’air n’étant utilisé

En façade, se trouve un écran tactile permettant un accès rapide et intuitif aux divers menus de configuration du système. Celui-ci sert également de compteur de composants lors des opérations de mise en bande.

Panasonic Factory Solutions Europe +33(0)1 60 13 57 00 info.pewswef@eu.panasonic.com www.pfse.panasonic.eu/

L’application du cover à froid se fait à l’aide de deux patins de pression pour un scellage propre et régulier. Le cover à chaud (HSA) est quant à lui scellé via deux patins chauffants. La température de chaque patin peut être réglée indépendamment ainsi que la pression d’appui. Deux afficheurs LED en façade permettent de contrôler facilement ces paramètres et de les ajuster au besoin. De plus, un détecteur de fin de cover aide à gérer l’alimentation en cover tape de façon optimale. Nos systèmes peuvent également être équipés de diverses options pour s’adapter au mieux à vos besoins : capteur de poche vide, détecteur de composants flottants, caméra d’inspection CCD. En parallèle, W-Tech dispose, en stock, de plus 350 références de bandes alvéolées (µBGA, SOIC, SSOP, TSOP, QFN, PLCC,…) et propose également la réalisation d’alvéoles « sur mesure », pour tous vos connecteurs, pièces mécaniques (capots, ressorts, visses…) ou composants exotiques etc.

W-Tech Olivier WEEGER +33(0)4 74 93 01 54 commercial@w-tech.fr www.w-tech.fr Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110 - 75


Informations

commerciales

Gérard Perrier Industrie

poursuit son expansion avec l’acquisition de AECE Le groupe coté Gérard Perrier Industrie regroupe des sociétés indépendantes. Elles évoluent toutes dans les secteurs du génie électrique, de l’électronique, des automatismes, de l’instrumentation, de l’informatique industrielle et des prestations multi métiers pour les grandes industries. Gérard Perrier Industrie vient de se porter acquéreur de 100% des parts du groupe aquitain AECE, spécialisé dans les équipements électroniques et électriques pour l’aéronautique et la défense. Fondé il y a quarante ans, le groupe AECE regroupe

les sociétés Aquitaine Electronique et AEVA. Il est dirigé par Christian Houel et a réalisé un chiffre d’affaires d’environ 25 millions d’euros en 2020. Les positions géographiques et sectorielles d’AECE et de Gérard Perrier Industrie sont complémentaires et devraient permettre à l’ensemble de profiter du rebond attendu des industries aéronautique et de défense. L’adossement d’AECE au groupe familial français Gérard Perrier Industrie est aussi assurance de pérennité de l’activité pour ses clients, et de maintien de la souveraineté industrielle, dans un secteur stratégique pour le pays. Cette acquisition intervient alors que le contenu électrique, électronique et informatique des aéronefs et des systèmes de défense ne cesse

de croître. Toutes ces technologies constituent le coeur de métier de Gérard Perrier Industrie. Les équipes In Extenso Finance & Transmission, spécialistes du conseil aux dirigeants et entreprises dans leurs opérations de haut de bilan, ont accompagné Gérard Perrier Industrie dans l’acquisition du groupe AECE.

GERARD PERRIER INDUSTRIE Christophe RATIEUVILLE +33(0)4 72 47 80 58 contact@gerard-perrier.com www.gerard-perrier.com

G4 SOURCING

Lance sa nouvelle campagne de rachat de stock. La société montpelliéraine rachetée par Gregory Lacroix en 2018 vient de lancer sa plus importante campagne de rachat de stock avec 1M€ de budget.

G4 SOURCING Grégory LACROIX +33(0)4 99 78 41 15

Actif, passif, connectique, sont les produits concernés par cette campagne.

gregory.lacroix@g4sourcing.com www.g4sourcing.com

Seica Cubeek3D prend les couleurs de Seica

L’impression 3D a fait naître de nouvelles méthodes de fabrication, bouleversant nos habitudes et a engendré une nouvelle révolution industrielle. Cubeek3D s’impose comme un acteur incontournable dans le paysage de l’impression 3D grâce à une expertise identifiée, une stratégie de croissance maîtrisée et une capacité reconnue à consolider les opportunités du marché français. À l’occasion du salon 3D PRINT 2021, Cubeek3D a pris les couleurs de Seica afin d’affirmer sa position industrielle. Cette initiative vise à renforcer le lien qui existe entre Cubeek3D et Seica, permettant de donner plus de visibilité à l’offre produits auprès des clients existants et futurs, tout en

capitalisant sur la structure du groupe pour les relations avec les partenaires. Nouveaux partenariats avec RAISE3D et SINTERIT Derrière ce changement de couleur, Cubeek3D met en place une nouvelle stratégie en offrant à ses clients une gamme de produits les plus innovants et les plus aboutis couvrant les technologies FDM (Ultimaker, Zortax, Prusa et nouveau partenariat avec Raise3D), SLA (Formlabs) et désormais SLS (nouveau partenariat avec Sinterit). La gamme de filaments a également élargie avec un partenariat fort avec Polymaker.

76 - Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique -décembre 2021 - n° 110

Seica Stéphane DUPOUX +33(0)1 39 30 66 77 dupoux@seica.fr www.seica.fr


REVOLUPLAST

Vos boîtiers autrement - sur mesure sans frais de moule

par usinage, pliage et soudure à partir de feuilles thermoplastiques en ABS, PS Choc, PVC, PC, PMMA ... Un procédé de tôlerie et petite chaudronnerie plastique, qui permet une grande diversité de boitiers, coffrets, capotage, habillages personnalisés, pupitres, bornes, supports ou panneaux en plastique sur mesure, toujours avec une esthétique soignée et un design professionnel.

REVOLUPLAST a développé depuis plus de 30 ans un savoir-faire reconnu dans le domaine de la plasturgie et destiné aux fabrications de petites et moyennes séries pour le secteur électronique. Une prestation qui propose le design, la conception en amont de la fabrication de tous types de boîtiers ou capots plastique sur mesure, pour l’habillage ou la protection d’équipements techniques, mais sans passer par un moule ou des outillages complexes. Notre technique offre ainsi une excellente alternative aux process par injection plastique, thermoformage, à l’utilisation de boîtiers standards avec reprise d’usinage ou à de la tôlerie fine pour des questions de poids, de finitions et surtout en cas de communication RF. Aucun produit sur catalogue, uniquement sur mesure (dimensions, formes, perçages et usinages, personnalisation...) nous fabriquons dès la dizaine de pièces. Des petites et moyennes séries, de 10 à 2000 unités par lot, nos pièces sont faites

Un procédé souple et réactif qui révèle de nombreux avantages : • Une option pré-étude DESIGN si vous souhaitez vous démarquer. • Un accompagnement à la conception pour valider les solutions répondant au mieux à votre besoin. • Une réduction du coût et des délais de production adaptés aux moyennes séries (pas d’investissement initial, absence de moule) • Des boîtiers pour l’électronique, des habillages et bornes plastique personnalisés, à vos dimensions (pas de «produits sur catalogue», mais des produits adaptés et usinés qui vous sont propres) • Une grande souplesse en cas de modifications d’une fabrication à l’autre. • Des délais de fabrication courts (~ 1 à 3 semaines pour le prototype et 3 à 4 semaines pour les séries, selon les différentes étapes de fabrication). • Le montage d’accessoires (colonnettes, inserts métalliques, pieds adhésifs, charnières, Lexan...) permettant une intégration efficace et rapide de vos matériels.

• L’application sur nos pièces, pour plus de personnalisation, de gravures, marquages (par sérigraphie ou impression quadri), de finitions peintures, vernis et si besoin d’un blindage cuivre ou nickel interne. Pensez-y, la forme de vos pièces et vos quantités ne nécessitent pas forcément un outillage. Confiez-nous votre projet !

REVOLUPLAST Jean-Yves BRUYAS +33(0)2 37 33 69 70 contact@revoluplast.fr www.revoluplast.com

L’inhibiteur de feu, nouvelle génération d’extincteur Inédit et novateur L’inhibiteur de feu est très simple d’utilisation et actif sur les principales classes de feux. Il se présente sous la forme d’un cylindre aux dimensions extrêmement réduites : une partie supérieure constituée d’un tube métallique contenant la poudre d’extinction et une partie inférieure en plastique qui sert de manche pour la prise en main. Contrairement aux extincteurs traditionnels, les inhibiteurs de feu ne requièrent aucun entretien particulier et sont garantis 3 ans.

• compétition

• votre voiture

• Quad et SSV, moto

• Mobile-home, caravane, camping-car, fourgon aménagé, bateau, à la maison, dans l’entreprise

Tarif : FSS50 (50 secondes) : 57€ TTC – port en plus / FSS100 (100 secondes) 66€ TTC – port en plus Présentation détaillée et commande sur mecapark.com. Paiement sécurisé par SystemPay, virement, chèque.

Design www.dcomconseil.com

Applications :

Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110 - 77


Nouveautés

technologiques

EDA-EXPERT

contrairement aux «lanes» data, regroupées en octets.

Voici l’une des tâches les plus «compliquées» que l’on puisse rencontrer lors du tracé d’une carte, car elle mélange plusieurs technologies d’entrées sorties qui doivent impérativement être prises en compte et bien comprises pour un fonctionnement nominal. Nous allons rencontrer des bus parallèles synchrones cadencés par des horloges différentielles rapides, agissant sur leurs deux fronts de commutation (Dual Data Rate). Ces bus seront considérés comme des lignes de transmission et adaptés suivant la topologie de placement retenue. JeanPierre Josse, spécialiste chez EDA EXPERT dans la conception de cartes complexes comportant des signaux de puissance et des signaux numériques rapides explique ce processus.

La lecture des datasheets du processeur et des mémoires permet d’établir un budget temporel des signaux. Si les chiffres semblent bizarres, je rappelle que le temps de propagation d’un signal sur un FR4 est d’environ 150mm/nS ou 7nS/m. Ceci posé, il ressort que la longueur totale d’une piste ne doit pas excéder 4,91mm sans être adaptée sous peine d’engendrer des rebonds inacceptables car violant les exigences fonctionnelles.

Le routage des bus mémoire DDR

Simulation des plans et réseaux d’alimentation La toute première chose à faire c’est une simulation des plans et réseaux d’alimentations des processeurs, SOCS ou FPGA et des mémoires, et ainsi de bien prévoir à la fois l’implantation des boîtiers (via In Pad ou connexions en «Dog-bones») et le positionnement des condensateurs de découplage. Pour ce faire, un logiciel tel que le ICD PDN Planner (Power Distribution Network) de la société ICD permettra d’éviter bien des problèmes et de mieux comprendre l’intérêt du placement optimisé des condensateurs de découplage soigneusement sélectionnés.

Exemple de calcul de la longueur critique du bus mémoire

Calcul et simulation pour l’adaptation des lignes Le fabricant de PCB nous a communiqué le stackup retenu et nous avons validé la largeur des pistes à implanter, couche par couche pour respecter les impédances préconisées. Parfait ! Maintenant, à l’aide d’un logiciel tel qu’ICD Stackup Planner nous allons reprendre ces données afin d’obtenir les inductances et capacité parasites des pistes et pouvoir calculer et simuler les adaptations des lignes. Ne cherchez pas sur votre logiciel de CAO préféré, comme d’habitude, les éléments indispensables n’y sont pas. N’oubliez pas que l’adaptation des lignes de transmission est la meilleure solution pour réduire la diaphonie entre les pistes, avant même d’augmenter la séparation entre celles-ci.

ICD PDN Planner permet de simuler l’intégrité des alimentations en AC en fonction de +5000 condensateurs et jusqu’à 100 Ghz

Lecture des datasheets du processeur et des mémoires Après avoir vérifié les propositions d’empilage (Stackup) du fabricant de PCB et les besoins de routage des différentes lignes, il va être possible de calculer d’une part la longueur critique des lignes ‘data’, ‘adresse’ et ‘contrôle’ du bus mémoire et d’autre part les valeurs des adaptations de lignes à implanter sur le PCB pour les lignes d’adresse et de contrôle qui ne profitent pas des terminaisons intégrées dans les boîtiers (On Die Terminators)

ICD Stackup Planner permet de spécifier l’empilage des couches, calculer l’impédance pour le routage et estimer l’intensité des pistes en fonction de + de 33000 matériaux

La simulation des lignes de transmission doit impérativement être réalisée avec un logiciel supportant les modèles IBIS tel Hyperlynx pour obtenir des résultats corrects. En effet, il est quasi-impossible d’obtenir des modèles Spice pour les composants processeurs et mémoires

78 - Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique -décembre 2021 - n° 110

utilisés ici et c’est bien dommage... Quoi qu’avec un peu d’astuce et de réflexion, on fait des miracles ! Ne pas oublier dans les calculs de longueur de ligne de transmission la longueur des vias, et si possible calculer l’impédance, l’inductance et la capacité parasite de ceux-ci, y compris l’impédance différentielle pour les qualifiers (DQSXX - / DQSXX ou DQSXX_P – DQSXX_N). Le routage et ses contraintes Maintenant, il est possible d’ouvrir notre logiciel de placement-routage préféré et de valider les contraintes de routage. L’extraction du «Manhattan» des équipotentielles composant le bus donne la longueur moyenne des pistes qu’il faudra respecter. Pour mémoire, le «Manhattan» est la longueur d’une équipotentielle multipliée par √2. Ajouter une tolérance (voir tableau ci-dessus).

Lors du routage des pistes, on prendra la piste la plus longue, et on alignera la longueur des autres sur celle-ci. Les accordéons sont générés automatiquement par les logiciels actuels, donc le travail est assez simple. Surtout bien vérifier que la longueur des qualifiés est légèrement supérieure à celles des lignes qu’ils échantillonnent. Pour revenir sur ce sujet, il serait sain de prendre en compte les temps de propagation dans les composants pour calculer la longueur totale des équipotentielles. C’est hélas rarement le cas car souvent les données manquent. Le routage des bus synchrones en euxmêmes ne pose aucun problème. Il faut juste éviter les changements de couches car les temps de propagation dans les vias sont très significatifs. Autant un dérapage sur l’impédance des lignes n’empêchera surement pas votre produit de fonctionner, autant le décalage d’un temps de propagation est absolument critique. Voir à ce sujet le fonctionnement d’une bascule «D». On a un peu trop tendance à l’oublier aujourd’hui. Enfin ne s’accorder aucune tolérance sur la longueur des deux lignes composant une différentielle. Les deux signaux doivent avoir strictement la même longueur.


Toujours router les différentielles en couches internes. La bonne compréhension des phénomènes électromagnétiques est indispensable pour tracer un circuit «Bon du premier coup». Malheureusement le traitement mathématique pur tel qu’enseigné à l’université ne répond pas au besoin. La simulation est ardue et particulièrement complexe pour un résultat parfois aléatoire. Pour aller plus loin, découvrez nos formations dédiées PCB ! EDA Expert propose une méthodologie reposant sur des cas pratiques et des développements mathématiques en espace temporel permettant de jongler avec des millimètres et des picosecondes,

en employant un outil de validation qui évite bien des déboires. Organisme de formation dans le domaine de l’électronique, certifié QUALIOPI et agréé Altium, avec ses formateurs certifiés CID par IPC, propose notamment des formations métier adaptées au PCB. La formation « Techniques et méthodes de conception avancée d’une carte électronique comportant des signaux rapides » reprend un par un les éléments nécessaires à la bonne réalisation de PCB complexes, intégrant des signaux faibles et des courants forts au milieu d’une électronique digitale rapide, chacun tolérant assez mal la présence des autres. Le but est de transmettre la compréhension des phénomènes électromagnétiques impactant le tracé du circuit imprimé, et de fournir des éléments de quantification par le calcul. Ceci permet également d’établir des spécifications circonstanciées et justifiées qui sont alors plus simples à respecter. Cette formation est destinée aux électroniciens et aux concepteurs de circuit imprimé en complétant leurs compétences avec des éléments qui permettent d’élaborer en toute sérénité des circuits imprimés

ISIT

Le logiciel permet déjà un effacement et une programmation rapides, mais en ajoutant une compression à son algorithme de transfert de données, les temps de vérification sont désormais également plus courts : 256 Mbit peuvent désormais être vérifiés en 5,4 secondes, selon le circuit. En combinant cela avec son effacement rapide et ses cycles de programmation, XJFlash est nettement plus rapide que les autres programmateurs.

Prochaines sessions prévues au catalogue du 01 au 03 mars 2022 et du 31 mai au 02 juin 2022. Autres dates possibles sur demande. Informations et inscription sur www.eda-expert.com.

EDA-EXPERT +33(0)1 58 07 00 79 marketing@eda-expert.com www.eda-expert.com

supplémentaire, ou il peut être utilisé en tant que programmateur indépendant.

Le programmateur XJFLASH de XJTAG® encore plus rapide ! XJTAG®, distribué en France par ISIT, un des leader des solutions de test « Boundary Scan » JTAG, a annoncé une version améliorée de XJFlash, son programmateur flash ultra-rapide intégré au système qui utilise l’interface JTAG pour se connecter à la carte cible.

véhiculant des signaux de fréquences élevées ou à temps de commutation rapides.

Les outils XJTAG s’adressent aussi bien aux ingénieurs de conception que de test, offrant la possibilité d’optimiser de manière significative le processus global – de la conception à la fabrication et à la maintenance – de développement des systèmes électroniques. avec les nouvelles cartes sans perdre de temps à effacer des mémoires déjà vides. XJFlash vérifie le contenu existant, en effaçant uniquement les blocs qu’il trouve ne sont pas vides. XJFlash peut prendre un flash vide de 256 Mbit à travers l’étape d’effacement en moins de 4 s, une économie potentielle allant jusqu’à 94%. Cela peut donner un gain de temps très important par rapport à l’effacement de chaque carte électronique passant sur la ligne de production.

XJFlash peut être utilisé pour la programmation flash Xilinx Zynq® UltraScale™+ et Zynq-7000 SPI, ainsi qu’avec une large gamme de FPGA d’Intel/ Altera, Lattice et Microsemi/Actel.

La dernière version de XJFlash peut programmer et vérifier un flash de 256 Mbit en 42 s, et n’a besoin que de 7 s pour un composant de 32 Mbit (tous les chiffres dépendent de l’implémentation du circuit).

Les lignes de production bénéficient du cycle d’effacement rapide de XJFlash : les cartes réparées peuvent être transmises

XJFlash peut être utilisé dans le cadre d’un projet de test « boundary scan » XJRunner sans avoir besoin d’une licence

XJTAG a été la première solution boundary-scan à offrir une plate-forme commune pour une utilisation tant par des ingénieurs de conception, des ingénieurs de test, des fabricants ou encore des ingénieurs de maintenance terrain, en permettant de tester non seulement des composants JTAG activés mais aussi les périphériques non-JTAG

ISIT Christian BESSOUDOUX +33(0)5 61 30 69 09 cbessoudoux@isit.fr www.isit.fr

Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110 - 79


Nouveautés

technologiques

GOEPEL ELECTRONIC

Nouveau système à rayons X en ligne pour une grande flexibilité et une précision accrue. Nouveau système à rayons X pour les cartes électroniques surdimensionnées, en conservant des images nettes. GÖPEL electronic a présenté un nouveau système à rayons X en ligne appelé fleXLine· 3D à productronica 2021. La nouvelle machine AXI (Automated X-ray Inspection) offre à l’utilisateur des avantages particuliers en termes de flexibilité, de précision et de fiabilité. Le convoyeur peut transporter aussi bien de petits PCBs légers, que de grands PCBs plus lourds. En outre, le système utilise un principe d’acquisition d’image dans lequel l’élément sous test n’est pas déplacé pendant l’inspection rayons X en 2D, 2,5D et 3D. La panoplie de cartes électroniques modernes comprend d’une part des PCBs petits et légers et, d’autre part de grands PCBs plus lourds. Les systèmes AXI disponibles sur le marché pour l’inspection de l’électronique sont pour la plupart conçus pour des tâches d’inspection standard, ce qui limite leur champ d’application. En termes de transport des PCBs et d’acquisition d’images, ces dispositifs ne sont généralement pas flexibles dans leur utilisation. Le nouveau système à 6 axes, sur socle granite, présente l’avantage d’une grande vitesse de déplacement des éléments d’acquisition d’images, tout en offrant une excellente répétabilité des mouvements. Le concept du fleXLine· 3D est que le PCB est immobile pendant l’inspection. Cela signifie que les cartes lourdes par exemple peuvent être inspectées directement dans le cadre porteur - sans mécanisme supplémentaire pour les maintenir en place pendant l’acquisition d’image. La taille possible de l’équipement sous test est de l’ordre de 610 mm (24’’) x 508 mm (20’’) avec un poids maximum de 15 kg ; Une option offre la possibilité d’aller jusqu’à 1200 mm x 508 mm. De même, le système permet l’inspection d’objets sous test non fixés et de cartes électroniques minces et flexibles dans des cadres ou des blisters. L’utilisateur obtient ainsi des images rayons X 2D, 2,5D et 3D claires, répétables et cohérentes pour une détection maximale des défauts. Pour la première fois le système prend en charge les détecteurs de ligne et de zone ainsi que différentes sources de rayons X. De cette manière le système AXI est

très flexible en termes de transport des cartes électroniques et de technologie d’acquisition d’images. Dans une nouvelle étape de développement, un concept d’autocontrôle et de calibrage a été mis en œuvre. Le fleXLine·3D contrôle la qualité de l’acquisition de l’image et avertit en cas d’écarts. En outre, des suggestions de maintenance préventive basées sur l’utilisation sont transmises à l’opérateur. Associé aux dernières technologies logicielles, le système s’inscrit dans le monde de l’industrie 4.0 et offre une toute nouvelle expérience utilisateur avec les fonctions tactiles du logiciel de la machine.

80 - Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique -décembre 2021 - n° 110

GOEPEL ELECTRONIC Matthias MULLER +49(0) 3641 6896 739 presse@goepel.com www.goepel.com


STPGROUP

Material Management - Optimisez et sécurisez la réception, la traçabilité, la gestion des stocks et les préparations d’OF grâce aux solutions STPGROUP» Réception et traçabilité : MODIVISION Notre partenaire, MODI VISION, société allemande spécialisée sur les produits d’identification depuis plus de 15 ans propose des postes automatisés pour la réception / traçabilité des bobines composants mais aussi tout ce qui comporte une étiquette ! Comment cela fonctionne-t-il ? Les bobines ou autres contenants sont placés sur la table de réception et un scan par caméras analyse l’étiquette et transmet les informations requises à votre ERP selon vos besoins personnalisés. Quels avantages ? - Un processus d’entrée en stock sécurisé et optimisé : Avec un temps de scan et d’analyse de 2 secondes par scan vous réduisez fortement le temps passé en réception. Avec un système de reconnaissance et de lecture automatique vous sécurisez à 100% vos réceptions en gardant en traçabilité toutes les images et informations des étiquettes. - Une intégration ERP sur mesure possible : Optimisez le flow de réception : création de numéro unique / fonction de reedback pour valider la pose de la bonne étiquette interne sur la bonne bobine / Lecture de tout type de code : 2D/ QR / Datamatrix / PDF code et même lecture OCR et reconnaissance automatique de pictogrammes.

- Un système largement déployé sur le territoire Evolutions possibles : Une intégration cobotique/robotique au niveau de la table MODI est possible pour automiser la réception. Application Mobile : pour les contenants lourds, une tablette peut être utilisée avec l’application Mobile MODI. Stockage et kitting : INOVAXE Notre partenaire INOVAXE propose des systèmes de stockages connectés pour les bobines et les sticks. Les bobines sont stockées dans des emplacements unitaires dynamiques : pas de positions fixes pour une référence ! Le système INOVAXE enregistre automatiquement la position de la bobine lors de sa rentrée dans le chariot. Augmentez votre espace au sol disponible : le taux de compression du stockage bobines offert par INOVAXE est inégalé. En exemple, 15 000 bobines (avec variations des tailles) seront stockées sur 20M2 ! Optimisez votre gestion matérielle : - Inventaire fiable en temps réel - Gestion automatisée du FIFO - Gestion des stocks et trésorerie : Ajout de limites des quantités Min et Max - Récupération des Pick list : ERP/ Pick and Place.etc

Des solutions sont proposées pour : • Stockage Magasin avec chariots fixes • Réassort/complément Pick and Place avec des chariots mobiles au bord des lignes qui indiquent automatiquement à l’opérateur la prochaine bobine à préparer. Nous proposons des études de cas sur mesure, contactez-nous ! Pour plus d’informations : - Web : www.stp-emcgroup.com - LinkedIn : STPGroup - YouTube : STPGroup

- Picking rapide (4 secondes par bobine) dynamique pour l’opérateur avec inter blocage en cas d’erreur de picking

STPGROUP Éric VIGNARD +33(0)4 76 45 69 25 contact@stp-emcgroup.com www.stp-emcgroup.com Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110 - 81


Nouveautés

technologiques

ASM ASSEMBLY SYSTEMS

présente son concept d’automatisation innovant : «OPEN AUTOMATION» Étant donné que l’efficacité, la productivité et la résilience stimulent l’automatisation dans la production SMT, ASM a présenté au salon Productronica le mois dernier sous le slogan « Open Automation in the Integrated Smart Factory » un concept complet, ouvert et modulaire pour une communication M2M (machine to machine) transparente et l’intégration de tiers solutions et systèmes existants basés sur des interfaces ouvertes telles que le standard « Hermes » et « IPC-CFX ». Un exemple pratique de ce concept est présenté sur la ligne d’automatisation ouverte d’ASM, qui comprend même des robots autonomes (AIV) qui fournissent des matériaux et éliminent les déchets de placement. Degré optimal d’automatisation Le résultat de toute transformation devrait être une usine plus rentable, efficace et flexible tout en fabriquant des produits de meilleure qualité. En examinant le degré d’automatisation sous la maxime d’obtenir le meilleur retour sur investissement possible, le « principe de Pareto » affirme que 20 % des ressources déployées fourniront 80 % des résultats. Tout point de pourcentage d’amélioration supplémentaire nécessite des dépenses disproportionnées et doit donc être considéré avec beaucoup de prudence. Du point de vue du retour sur investissement, un atelier entièrement automatisé offre rarement des résultats optimaux. Avec le concept modulaire d’automatisation ouverte, les fabricants d’électronique peuvent trouver eux-mêmes le degré d’automatisation optimal tout en l’implémentant au rythme qui convient le mieux à leurs besoins spécifiques. Les lignes et éléments existants peuvent être intégrés dans « Open Automation » quelle que soit leur source, et les processus peuvent être automatisés étape par étape afin de garantir une protection durable des investissements.

De plus, le concept permet d’intégrer les futures technologies telles que le contrôle de processus autonome et les systèmes d’I.A. dans vos flux de travail avec relativement peu d’effort. La gamme présentée par ASM à Productronica pour illustrer l’application pratique de l’automatisation ouverte comprend le module de sérigraphie DEK, le système SPI en ligne ASM « Process Expert » 5D, des machines de placement SIPLACE, un système AOI de Viscom, des systèmes de transitique Nutek et des solutions logicielles de ASM et sa société sœur Critical Manufacturing (MES). ASM présentait diverses applications d’automatisation modulaires sur son stand, y compris des changements de configuration complets en remplaçant les trolleys des machines SIPLACE par des AIV à commande centralisée. Les robots peuvent changer de trolley sans aide manuelle et renvoyer les trolleys qui ne sont plus nécessaires dans la zone de configuration. Cartographie des processus de flux de matières automatisés Les processus de flux de matériaux ont également été présentés sur le stand, y compris le chargement et le déchargement automatiques des circuits et des produits finis avec des AIV. Par exemple, les machines de placement SIPLACE peuvent signaler les besoins de réapprovisionnement des composants au gestionnaire de matériel « ASM Material Manager », qui demande ensuite à un AIV de récupérer les composants du système de stockage automatisé « ASM Material

82 - Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique -décembre 2021 - n° 110

Tower », qui a déjà disposé les bobines dans une séquence optimisée pour la configuration. Le robot mobile rencontre un opérateur sur la ligne qui a été informé du processus de recharge en attente par le logiciel de gestion d’opérateur intelligent de l’entreprise « ASM Command Center ». La particularité de cette approche est qu’elle ne se limite pas aux bobines de composants, mais fonctionne aussi bien pour les magasins de cartes, les pochoirs, la pâte à souder... Même des tâches telles que l’élimination des déchets peuvent être automatisées avec les AIV. De même, le transport entre le stockage principal et d’autres systèmes de stockage peut être géré avec des robots de transport autonomes pour assurer l’approvisionnement continu des lignes de production.

ASM Assembly Systems Thierry CHARLOT +33(0)6 29 96 67 17 thierry.charlot@asmpt.com www.asm-smt-solutions.com


Prenez une longueur d’avance sur vos concurrents en matière de technologie et de financement La gamme ASM E-Solutions maintenant disponible à la location !

Offre spéciale en location 6 390 Euros par mois !*

Technologie de pointe

Louer mon équipement

Optimisez votre production SMT grâce à une ligne parfaitement coordonnée comprenant la sérigraphie E by DEK et l’équipement de placement E by SIPLACE. Produisez des cartes éléctroniques avec plus de rapidité, de précision et de flexibilité tout en ayant une longueur d’avance sur la concurrence en termes de coût et de productivité.

Le crédit-bail est la meilleure façon pour les entreprises d’aujourd’hui de financer leurs activités. Vous pouvez profiter des avantages technologiques de la nouvelle ligne SMT sans avoir à immobiliser votre capital. A la fin du contrat, vous pouvez prolonger la période de location ou acheter le matériel à sa valeur résiduelle.

ENABLING THE DIGITAL WORLD

Toutes les informations au 06 29 96 67 17

Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110 - 83


RUBRIQUE

JOBTRONIC’S

Retrouvez les offres d’emplois et de stages, les demandes d’emplois et de stages de la filière électronique sur www.snese.com/fr/job-tronic-s-emplois-offres-et-demandes-82. html

OFFRES D’EMPLOI SEICO (44) RECRUTE UN CHARGE D’AFFAIRES (F/M/D) EN CDI annonce 2021 JOBOFFRES12003 SEICO (44) RECRUTE UN TECHNICIEN QUALITE ACHATS EN ELECTRONIQUE (F/M/D) EN CDD PUIS CDI POSSIBLE annonce 2021 JOBOFFRES12002

ADTP (74) RECHERCHE UN TECHNICIEN ELECTRONIQUE EN CDI (F/M/D) annonce 2021 JOBOFRES07003

EUROPLACER (85) RECHERCHE UN RESPONSABLE PRODUIT H/F EN CDI annonce 2021 JOBOFFRES04003

NCAB GROUPE RECRUTE UN ASSISTANT QUALITÉ (F/M/D) annonce 2021 JOBOFFRES05003

EUROPLACER (85) RECRUTE UN RÉDACTEUR TECHNIQUE-DOCUMENTALISTE H/F EN CDI annonce 2021 JIBOFFRES 04002

GROUPE SYNOV (43) RECRUTE UN RESPONSABLE DE SITE H/F EN CDI annonce 2021 JOBOFFRES12001

INVENTEC (94) RECRUTE UN INGENIEUR SUPPORT TECHNIQUE ASSEMBLAGE ELECTRONIQUE H/F annonce 2021 JOBOFFRES05002

INSTITUT DE SOUDURE (38) RECRUTE UN FORMATEUR BRASAGE ELECTRONIQUE H/F EN CDI annonce 2021 JOBOFFRES11003

METRONELEC (78) RECRUTE UN TECHNICO COMMERCIAL RESPONSABLE FRANCE ET EXPORT H/F annonce 2021 JOBOFFRES05001 ALTRICS (67) RECRUTE UN EXPERT ELECTRONIQUE EN CARTES ELECTRONIQUES H/F EN CDI annonce 2021 JOBOFFRES04005 ALTRICS (67) RECRUTE UN REFERENT QUALITE TECHNIQUE EN MECANIQUE H/F EN CDI annonce 2021 JOBOFFRES04006

W-TECH (38) RECRUTE UN TECHNICO COMMERCIAL H/F EN CDI annonce 2021 JOBOFFRES11002 METRONELEC (78) RECRUTE UN TECHNICIEN MAINTENANCE H/F EN CDI annonce 2021 JOBOFFRES11001 OSE (74) RECHERCHE UN MANAGER INDUSTRIEL CDI (F/M/D) ASAP annonce 2021 JOBOFRES10001

CIF (78) RECHERCHE UN ELECTROTECHNICIEN H/F MAINTENANCE & INSTALLATION annonce 2021 JOBOFFRES04004

MEODEX FRANCE (11) RECRUTE UN MONTEUR/CABLEUR EN ELECTRONIQUE H/F annonce 2021 JOBOFFRES 04001 EUROPLACER (85) RECRUTE UN STAGIAIRE EN STRATEGIE D’ENTREPRISE F/H annonce 2021 JOBOFFRES 0202 REC (91) RECRUTE UN RESPONSABLE DE PRODUCTION EN MATERIEL ELECTRONIQUE (H/F) annonce 2020 JOBOFFRES0702 VIGNAL SYSTEMS (69) RECRUTE UN TECHNICIEN PRODUCTION ELECTRONIQUE (H/F) annonce 2020 JOBOFFRES0301

DEMANDES D’EMPLOI INGENIEUR EN ELECTRONIQUE, TITULAIRE ETD – ELECTRONICIEN DE TESTS ET DEVELOPPEMENT CHERCHE EMPLOI Annonce 2021 JOBDEMANDE08001 Ingénieur en électronique , spécialiste des communications micro-ondes et des équipements de brouillage, titulaire du titre ETD, électronicien de tests et de développement, niveau 5 (ancien niveau III) équivalent BTS ou DUT recherche emploi. Lire mon cv et me contacter sur https://www.snese.com/fr/JobTronic-s-Emplois-offres-et-demandes ELECTRICIEN MONTEUR CABLEUR RECHERCHE EMPLOI annonce 2021 JOBDEMANDE06001 Formation en cours (2019/2021) à l’URCM de Toulouse pour le titre AMCE – Agent de montage-câblage en électronique, homologué par le ministère du travail. ELECTRICIEN MONTEUR CABLEUR ARMOIRES ELECTRIQUES annonce 2021 JOBDEMANDE06002 Titulaire du titre professionnel AMCE – Agent de montage-câblage en électronique, homologué par le ministère du travail (2019/2021). Formation acquise au CRIP UCRM de Toulouse. Disponible immédiatement. AGENT DE MONTAGE ET CABLAGE EN ELECTRONIQUE ECHERCHE EMPLOI annonce 2021 JOBDEMANDE06003 Formation en cours depuis 2020 AMCE – Agent de montage-câblage en électronique, homologué par le ministère du travail. BEP électronique

MONTEUR CABLEUR EN ELECTRONIQUE RECHERCHE EMPLOI annonce 2021 JOBDEMANDE06004 Titulaire du titre professionnel AMCE – Agent de montage-câblage en électronique, homologué par le ministère du travail (2020/2021). Formation acquise au CRIP UGECAM de Castelnau-Le-Lez.

AGENT MONTEUR CABLEUR ELECTRONIQUE RECHERCHE EMPLOI annonce 2021 JOBDEMANDE06009 Formation AMCE – Agent de montage-câblage en électronique, homologué par le ministère du travail (2020/2021). Formation acquise au CRIP UGECAM de Castelnau-Le-Lez.

AGENT MONTEUR CABLEUR ELECTRONIQUE RECHERCHE EMPLOI annonce 2021 JOBDEMANDE06005 Titulaire du titre professionnel AMCE – Agent de montage-câblage en électronique, homologué par le ministère du travail (2020/2021). Formation acquise au CRIP UGECAM de Castelnau-Le-Lez.

AGENT MONTEUR CABLEUR ELECTRONIQUE RECHERCHE EMPLOI annonce 2021 JOBDEMANDE06010 Titulaire du titre professionnel AMCE – Agent de montage-câblage en électronique, homologué par le ministère du travail (2019/2021).

MONTEUR CABLEUR ELECTRONIQUE RECHERCHE EMPLOI annonce 2021 JOBDEMANDE06006 Titulaire du titre professionnel AMCE – Agent de montage-câblage en électronique, homologué par le ministère du travail (2020/2021). Formation acquise au CRIP UGECAM de Castelnau-Le-Lez. MONTEUSE CABLEUSE ELECTRONIQUE RECHERCHE EMPLOI annonce 2021 JOBDEMANDE06007 Titulaire du titre professionnel AMCE – Agent de montage-câblage en électronique, homologué par le ministère du travail (2020/2021). Formation acquise au CRIP UGECAM de Castelnau-Le-Lez.

AGENT MONTEUR CABLEUR ELECTRONIQUE RECHERCHE EMPLOI annonce 2021 JOBDEMANDE06011 Titulaire du titre professionnel AMCE – Agent de montage-câblage en électronique, homologué par le ministère du travail (2020/2021). Formation acquise au CRIP UGECAM de Castelnau-Le-Lez. MONTEUR CABLEUR ELECTRONIQUE RECHERCHE EMPLOI annonce 2021 JOBDEMANDE06012 Titulaire du titre professionnel AMCE – Agent de montage-câblage en électronique, homologué par le ministère du travail (2020/2021). Formation acquise au CRIP UGECAM de Castelnau-Le-Lez.

MONTEUR CABLEUR ELECTRONIQUE RECHERCHE EMPLOI annonce 2021 JOBDEMANDE06008 Formation AMCE – Agent de montage-câblage en électronique, homologué par le ministère du travail (2019/2020). Formation acquise au CRIP UGECAM de Castelnau-Le-Lez.

DEMANDES DE STAGE Tous les CV et contacts sur https://www.snese.com/fr/Job-Tronics-Emplois-offres-et-demandes AGENT DE MONTAGE CABLAGE EN ELECTRONIQUE EN FORMATION RECHERCHE UN STAGE annonce 2021 STAGEDEMAND08001 M. BOINA ABDÉRÉMANE Mobilité Région PACA Formation en cours au Centre Afpa Marseille La treille pour l’obtention du titre professionnel AMCE – Agent de montagecâblage en électronique, homologué par le ministère du travail (2019/2021). AGENT DE MONTAGE CABLAGE EN ELECTRONIQUE EN FORMATION RECHERCHE UN STAGE annonce 2021 STAGEDEMAND08002 M. BOTTIGLIERO NICOLAS Mobilité Région PACA Formation en cours au Centre Afpa Marseille La treille pour l’obtention du titre professionnel AMCE – Agent de montagecâblage en électronique, homologué par le ministère du travail (2019/2021). AGENT DE MONTAGE CABLAGE EN ELECTRONIQUE EN FORMATION RECHERCHE UN STAGE annonce 2021 STAGEDEMAND08003

M. LANOIR SEBASTIEN Mobilité Région PACA Formation en cours au Centre Afpa Marseille La treille pour l’obtention du titre professionnel AMCE – Agent de montagecâblage en électronique, homologué par le ministère du travail (2019/2021). AGENT DE MONTAGE CABLAGE EN ELECTRONIQUE EN FORMATION RECHERCHE UN STAGE annonce 2021 STAGEDEMAND08004 M. PRATO CHRISTOPHE Mobilité Région PACA Formation en cours au Centre Afpa Marseille La treille pour l’obtention du titre professionnel AMCE – Agent de montagecâblage en électronique, homologué par le ministère du travail (2019/2021). AGENT DE MONTAGE CABLAGE EN ELECTRONIQUE EN FORMATION RECHERCHE UN STAGE annonce 2021 STAGEDEMAND08005 THOMAS JESSICA Mobilité Région PACA et Région Grand Est, département 68 Formation en cours au Centre Afpa Marseille La treille pour l’obtention du titre professionnel AMCE – Agent de montagecâblage en électronique, homologué par le ministère du travail (2019/2021).

84 - Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique -décembre 2021 - n° 110

RECHERCHE CONTRAT D’ALTERNANCE EN LICENCE 3 ELECTRONIQUE annonce 2021 STAGEDEMAND07002 Récemment diplômé d’in BTS Electrotechnique au lycée Le Dantec de Lannion (22)je vais intégrer une licence professionnelle CHIC (chaînes instrumentales connectées). Je souhaite approfondir mes connaissances en électronique. RECHERCHE CONTRAT D’ALTERNANCE POUR FORMATION LICENCE SCIENCE POUR L’INGENIEUR EN ELECTRONIQUE, ENERGIE ELECTRIQUE AUTOMATIQUE, PRODUCTIQUE et RESEAUX. annonce 2021 STAGEDEMAND070001 Etudiante en deuxième année de BTS système numérique, option électronique et communication, je souhaite intégrer, dès la rentrée 2021-2022, une licence science pour l’ingénieur en alternance. AGENT DE MONTAGE ET DE CABLAGE EN ELECTRONIQUE EN FORMATION RECHERCHE UN STAGE annonce 2021 STAGEDEMANDE060012 Formation en cours à l’UGECAM de Castelnau-Le-Lez pour l’obtention du titre professionnel AMCE – Agent de montage-câblage en électronique, homologué par le ministère du travail (2019/2021)


Le Rendez-vous industriel des régions

SEPEM I NORD-OUEST

SEPEM I EST

ROUEN

COLMAR

du 25 au 27 janvier 2022

du 14 au 16 juin 2022

SEPEM I SUD-OUEST

SEPEM I CENTRE-EST

TOULOUSE

GRENOBLE

du 20 au 22 septembre 2022

du 8 au 10 février 2022

ÉDITIONS 2023

• SEPEM I NORD à DOUAI du 24 au 26 janvier 2023

RENSEIGNEMENTS :

• SEPEM I SUD-EST à MARTIGUES du 30 mai au 1er juin 2023

contact.sepem@gl-events.com

• SEPEM I CENTRE-OUEST à ANGERS du 10 au 12 octobre 2023

www.sepem-industries.com

I

05 53 36 78 78

Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique - décembre 2021 - n° 110 - 85


RUBRIQUE

A LIRE

BIBLIOTHÈQUE

Stratégie spatiale Auteur : Jean-Luc Lefebvre

La stratégie est l’art de penser la guerre avant de la conduire. Constatant qu’il n’y a déjà plus de guerre sans l’espace, Stratégie spatiale étudie l’extension des conflits dans ce nouveau domaine. L’ouvrage délimite le milieu extra-atmosphérique et en présente les spécificités et les contraintes. Explorant les possibilités d’action offertes par différentes positions stratégiques, il analyse

Organisation et compétences dans l’usine du futur Auteurs : François Pellerin et MarieLaure Cahier

Comment travaillera-t-on dans l’usine du futur ? Quel sera le rôle des opérateurs de production ? Comment ceux-ci seront-ils formés pour maîtriser les nouvelles compétences requises ? Comment les usines adapteront-elles leur organisation ? Va t-on vers un design du travail ? À partir des témoignages d’une vingtaine de dirigeants et d’experts, cette note identifie et analyse des pratiques inspirantes d’entreprises manufacturières de

Le nouvel âge spatial

De la guerre froide au New Space Auteur : Xavier Pasco

L’histoire de la conquête spatiale est née de la Guerre froide : Spoutnik, Gagarine, Armstrong… les États-Unis et l’URSS rivalisent d’ingéniosité, talonnés par une Europe, qui, sous l’impulsion du général de Gaulle, entend bien ne pas demeurer en reste. À l’époque, la question du coût, ou de l’utilité, de tel ou tel programme ne se pose pas, et, hors l’enchantement du

De la fabrication additive à l’impression 3D/4D 1 Auteur : Jean-Claude ANDRE

Le marché de la fabrication additive représentait plusieurs milliards d’euros, avec une croissance annuelle de 20 à 30 %. Cette nouvelle forme de maîtrise de la matière consiste à apporter de la matière et/ou de l’énergie localement dans le but de créer des objets physiques tridimensionnels.

86 - Les Cahiers de l’Industrie Électronique et Numérique -décembre 2021 - n° 110

les scénarios plausibles d’un combat depuis, contre et dans l’espace. Il explicite les concepts de militarisation, d’arsenalisation et de martialisation de l’espace et montre comment les systèmes spatiaux constituent une composante essentielle de la maîtrise de l’information, clé de la puissance au XXIe siècle. Il démontre également pourquoi nos sociétés, devenues spatiodépendantes, doivent développer leur spatiorésilience par des mesures adaptées. Il synthétise enfin son enseignement de façon mnémotech-

nique à la manière de douze principes de la stratégie spatiale. Complété par des annexes didactiques et un glossaire comportant un millier d’entrées, Stratégie spatiale répond aux attentes des étudiants, chercheurs, auditeurs des écoles de guerre et plus généralement de tout lecteur soucieux d’élargir le champ de ses connaissances stratégiques.

tailles variées en matière d’organisation du travail et de gestion des compétences. L’usine évolue vers une organisation apprenante, combinant développement de l’autonomie des opérateurs, rationalisation des processus (leanmanufacturing) et intégration de technologies avancées. L’ouvrage propose un chemin de performance fondé sur l’humain. Il défend ainsi l’idée d’un « design du travail » qui prenne en compte l’opérateur comme client et acteur du processus de définition du travail, à l’heure où les technologies 4.0 pourraient au contraire réduire ses marges de manœuvre. L’objectif de cette note est d’identifier des pratiques émergentes d’organisation du travail et de gestion des compé-

tences dans les usines qui modernisent avec succès leur outil de production. Ces entreprises sont plutôt à l’avant-garde et ne sont donc pas représentatives de l’ensemble des usines françaises. Mais ces pionnières peuvent inspirer les autres… Car leur transformation est globale avant même d’être technologique. Cet ouvrage s’adresse aux dirigeants d’entreprises, aux directeurs industriels, DRH, ingénieurs de production, consultants, étudiants, acteurs publics désireux de comprendre et d’accompagner la montée en gamme des entreprises et soucieux du futur de l’industrie.

monde et le geste symbolique, le premier pas de l’Homme sur la Lune n’a, en vérité, « servi » à rien. Il s’agit d’abord de communication politique. Quand cette rivalité historique s’apaise, la course aux étoiles marque le pas. La navette spatiale, fleuron de la technologie américaine, devient objet de musée, sa concurrente soviétique ne sera jamais utilisée, et l’exploit d’envoyer des êtres humains sur la Lune est désormais hors de propos. L’arrivée de nouveaux acteurs, étatiques d’abord, comme la Chine, l’Inde, le Japon, privés ensuite, comme la société SpaceX

du milliardaire ElonMusk, modifie la donne, et relance la course. Mais les temps ont changé. L’esprit de découverte et d’exploration ne peut justifier à lui seul la mise au point de programmes ambitieux. Les investissements publics sur les grands programmes sont de plus en plus contestés, et la plupart des agences spatiales doivent justifier leur existence par les bienfaits qu’elles apportent ou pourraient apporter à l’économie.

La première technologie de photopolymérisation par laser résolue dans l’espace, appelée stéréolithographie, a servi de fondement aux 6 autres procédés qui constituent l’ensemble des techniques de fabrication additive. Différents procédés, matériaux, espaces – du nanomètre au décamètre –, ont conduit, en 30 ans, à environ 70 000 publications et à quelques milliers de brevets. Premier volume d’une série de trois ouvrages, De la fabrication additive à

l’impression 3D/4D 1 présente les différentes technologies de fabrication additive. En utilisant des illustrations industrielles, scientifiques et technologiques, il expose les forces des méthodes 3D, mais aussi leurs faiblesses et les évolutions d’innovations incrémentales envisagées pour les surmonter.

Éditions :Iste éditions Prix : 59 €

Éditions :La Fabrique de l’industrie Prix : 22€

Éditeur : CNRS éditions Prix : 20€

Éditeur : Iste éditions Prix : 89€