Page 1


2


MYTHOLOGIES DU POISSON ROUGE En apnée dans le monde de Cristobal où le plastique transforme la nature en chaos.

3


4


5


6


Il y avait Ulysse, Christophe Colomb ..., des noms attrapés dans les filets, maintenant nous avons CRISTOBAL le poisson rouge. Cela ne vous dit rien? Attendez, sa légende ne fait que commencer : il est mon compagnon depuis deux ans et avec lui, j’ai la chance d’avoir fait plusieurs fois le tour du monde. C’est un ami durable et fidèle, Discret et convivial, Économique … et facile à transporter. Cristobal, né de polymères, s’est nourri principalement des 15 millions de tonnes de plastique déversées chaque année dans les océans sans crainte, lui, d’être l’une des innombrables victimes annuelles découvertes mortes sur les rivages ou dans les fonds marins. Il ne risque pas non plus d’avoir de problèmes de santé : aucun virus ni maladie dans ce poisson! Cristobal est vraiment un bon compagnon.

​-

Maurice Renoma -

7


8


9


10


J’ai quitté le monde marin pour le monde terrestre. Je suis Cristobal, le poisson rouge nouvelle génération. Sur Terre, je me sens aussi bien que mes ancêtres ont pu l’être dans l’eau, avant. Je vous emmène au gré de mes pérégrinations dans votre monde qui va à vau-l’eau. Mes rencontres me mettent entre des mains qui me caressent ou me brandissent comme un trophée. On me repousse rarement : on me trouve beau, on me trouve faux. Je suis pourtant en plastique véritable, fait de ces polymères qui étouffent par millions mes congénères. Je suis un poisson rouge, moi qui aurais préféré être saumon, remonter les rivières pour aller à la rencontre de ma saumone, à la chair si rose … mais aujourd’hui ma route serait barrée par un amoncellement de débris plastiques. J’aurais pu, comme le lieu jaune m’ébrouer dans les bancs de sable avant que les chalutiers ne viennent labourer les fonds marins et mazouter notre paradis aquatique. De lieu jaune à non-lieu, il n’y a qu’un petit pas pour l’Homme. Mon rêve était d’être un poisson des forêts. Folâtrer dans les torrents, flirter avec la canopée grâce aux rivières volantes. Mais les forêts sont en train de partir en fumée. En revanche, ce que je n’aurais pas aimé, c’est être une carpe, parce que muet, moi, c’est pas mon style. « Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson capturé, alors seulement vous vous apercevrez que l’argent ne se mange pas. » Geronimo, un diable rouge … comme moi.

- Pierre Richard -

11


12


13


Porté, brandi, bercé voire embrassé,

Cristobal prend la pose, célébrant peut-être l’ Anthropocène , une nouvelle ère géologique dont chaque être humain est un acteur, conscient ou non.

14


15


16


17


 Je suis un homme plein d’ambitions Belle voiture et belle maison

Dans la chambre, dans le salon

Moi je tourne en rond, je tourne en rond Âť Zazie, Je suis un homme

18


19


20


« Ce qui caractérise notre époque,

c’est la perfection des moyens et la confusion des f ins » Albert Einstein

21


« Ce ne sont pas de nouveaux continents qu’il faut à la Terre, mais de nouveaux hommes ! » Jules Verne, Vingt Mille Lieues sous les mers.

22


23


24


25


26


27


28


29


«Oui, la mer est tout. Je l’aime ! […]

C’est l’immense désert où l’homme n’est jamais seul, car il sent frémir la vie à ses côtés. Ah ! monsieur, vivez, vivez au sein des mers.

Là seulement est l’indépendance !

Là, je ne reconnais pas de maîtres ; là, je suis libre !» Jules Verne

30


31


32


33


« Lorsqu’un seul homme rêve, ce n’est qu’un rêve. Mais si beaucoup d’hommes rêvent ensemble, c’est le début d’une nouvelle réalité. » Friedensreich Hundertwasser

34


35


36


37


38


39


40


41


ÂŤ Le fond de l a mer a ses sai s ons, comme sur l a terre, l e printemps est une des pl u s bel l e s.

42


Le corai l bourgeonne et l e s éponges respirent l’eau bl e ue à pl e ins poumons. » Jean Cocteau, Le printemps au fond de la mer.

43


44


45


46


47


48


49


50


51


52


53


54


55


56


57


克里斯托瓦 尔 和 使 用

在这个荒谬的镜子中

趣,美丽,古怪,丑 « Comment voyez-vous votre futur dans trente ans ?

其他人勇于 踏 上 舞 台

La partie la plus effrayante est qu’on ne sait pas ce qui va se passer. Tout est possible. J’aime me reposer sur des routines, sur des emplois du temps. Je ne peux plus. Notre avenir est totalement inconnu. J’ai le sentiment de ne pas

静物实际上是现代的

命物体中间的塑料鱼

生活,食物 , ( 过 度

avoir le contrôle dessus. » Greta Thunberg

克里斯托瓦 尔 和 使 用

在这个荒谬的镜子中

趣,美丽,古怪,丑

其他人勇于 踏 上 舞 台

静物实际上是现代的

命物体中间的塑料鱼

生活,食物 , ( 过 度

克里斯托瓦 尔 和 使 用

在这个荒谬的镜子中

趣,美丽,古怪,丑

其他人勇于 踏 上 舞 台

静物实际上是现代的

命物体中间的塑料鱼

生活,食物 , ( 过 度

58


用它的 外 国 人 ,

中找到它的乐

丑陋,伪造,让

的虚荣心。无生

鱼反映了我们的

度)消 费 . . .

用它的 外 国 人 ,

中找到它的乐

丑陋,伪造,让

的虚荣心。无生

鱼反映了我们的

度)消 费 . . .

用它的 外 国 人 ,

中找到它的乐

丑陋,伪造,让

的虚荣心。无生

鱼反映了我们的

dnor ne enruot ednom el tuoT

度)消 费 . . .

59


60


61


62


Nous ne sommes pas a

la fin des temps mais au commencement Timothy Morton

" Ne cherchez pas la faute, cherchez le remède" Henry Ford

63


"Notre maison brรปle, mais nous regardons ailleurs" Jacques Chirac

64


65


66


67


68


« Cyclone, raz de marée, progrès, machines peuvent feindre de détruire les maisons de papier, les poissons qui flottent sur les toitures. Costumes et coutumes peuvent s’éteindre... » Léonard Tsuguharu Foujita

69


© Maurice Renoma / © Lucy + Jorge Orta 70


71


72


73


74


75


76


77


78


79


80


Dystopie ou réalité anticipée. Un espoir ? Un coin végétal est une petite lueur d’espoir… La représentation, peut-être, des efforts faits par certains pour tenter de sauver la planète.

81


82


83


84


85


86


87


88


89


90


91


TANT D’OBJETS EN PLASTIQUE, EN MÉTAL, DEPUIS DES GÉNÉRATIONS, TOUJOURS ET ENCORE VENDUS, JAMAIS RÉPARÉS, JAMAIS RÉUTILISÉS, JUSTE EMPILÉS, JETÉS DANS DES DÉCHARGES À CIEL OUVERT OU DANS LES MERS, TRANSPORTÉS PAR LES RIVIÈRES ET LES FLEUVES…

92


93


94


95


96


97


98


99


100


101


102


103


104


105


106


107


108


LA MODE DU DÉCHET.

Parmi les industries polluantes, celle du textile contribue largement au désastre écologique, que ce soit dans la culture ou l’élevage extensif pour obtenir des matières dites naturelles ou par le développement de textiles synthétiques, pratiques, commodes et jetables… Ne parlons pas des délocalisations industrielles et des coûts carbones pour importer des vêtements toujours moins chers, plus usables et plus éphémères. Pour mettre en lumière cette industrie textile polluante par nature, Maurice Renoma crée une collection très spéciale d’œuvres s’inscrivant dans la veine de l’Arte Povera, qui emprunte ses matériaux divers et variés à la culture de masse dont des vestes Renoma accessoirisées avec des effigies de Cristobal, des déchets plastiques et autres décorations recyclées.

109


LE PLASTIQUE :

UNE INVENTION RÉVOLUTIONNAIRE. Il est devenu de plus en plus pratique, facile d’entretien, brillant et pop… Indispensable. Moderne. Son usage s’est étendu à l’infini, jusqu’à ce que la sonnette d’alarme soit tirée. Nauséabond et toxique quand il est brûlé, coûteux à recycler, non recyclable indéfiniment ... Que faire des résidus ?… Les jeter… Le plastique a contaminé les villes et les campagnes, les montagnes jusqu’à leurs sommets les plus élevés, le fond des océans comme leur surface, l’eau de pluie ...

Oui, il pleut du plastique.

110


111


112


Le plastique,

c'est

fantastiquE! ?

113


114


115


« C’est une triste chose de songer que la nature parle et que le genre humain ne l’écoute pas. » Victor Hugo

116


117


家族のポートレートなど、クリ ストバルの非常に大きなポート レート、それを割り当てた見知 らぬ人の会社で、それをいくつ かの楽しい、かわいい、風変わ りな、い、偽りの人に見つけ、 他の人に大胆さを与えますこの 不条 理 な 鏡 で舞 台 に 。 « Un homme peut pêcher avec le ver qui a mangé un roi, et manger le poisson qui s’est nourri de ce ver. » William Shakespeare, Hamlet

118

家 ト ど


家族のポー トレートな ど、クリス

119


120


121


122


123


124


125


126


127


128


129


130


131


132


133


134


135


136


137


138


139


140


« La nature, mutilée, surexploitée, ne parvient plus à se reconstituer et nous refusons de l’admettre. » Jacques Chirac

141


UNE NATURE MORTE QUI REND COMPTE DE LA NATURE QUI MEURT.

142


Autopsie d’une tueuse : la valise symbole de voyages est vidée de son contenu où le plastique est roi, et qui représente tout ce qu’on peut trouver dans les océans. Les morceaux de mannequins rappellent que l’industrie et la mode participent fortement à ces pollutions, mais aussi et surtout l’Homme, représenté ici en plastique moulé comme stade ultime de son évolution.

143


144


145


146


147


148


149


150


151


« Une société qui survit en créant des besoins artificiels pour produire efficacement des biens de consommation inutiles ne paraît pas susceptible de répondre à long terme aux défis posés par la dégradation de notre environnement » Pierre Joliot-Curie

152


153


154


155


156


« La mémoire de poisson rouge, loin d’être une malédiction, est,

pour lui, une grâce qui transforme la répétition en nouveauté et la petitesse d’une prison en l’inf ini d’un monde. » Bruno Patino , La civilisation du poisson rouge.

157


158


159


160


« Et si nous ne trouvions pas de solution à l’intérieur du système, peut-être devrions-nous changer de système. » Greta Thunberg

161


162


163


164


165


La nature déborde de ce que l’Homme a accumulé,

166


par inconscience et laxisme.

167




170


171


172


173


« Comment me concentrer sur mon rôle, quand je vois là, sous mon nez, un poisson aussi sexy » Anonyme

174


175


176


177


178


179


180


181


182


183


184


185


186


187


188


189


190


191


Merci à toutes celles et ceux qui ont contribué à faire de ce projet un véritable voyage dans les profondeurs de l’océan… et de la conscience.

Maurice Renoma remercie particulièrement son ami Pierre Richard pour sa participation à l’ouvrage.

Ainsi que tous les auteurs, poètes, chanteurs, penseurs qui, sans le savoir, sont venus par leurs mots illustrer ses propos photographiques.

Modèles : Elsa Oesinger et Quentin Bruhat Et tous les compagnons célèbres ou inconnus qui, au gré de ce voyage, ont accepté d’être immortalisés avec Cristobal. Photographies © maurice renoma. Tous droits réservés Édition 2020

192


MYTHOLOGIES DU POISSON ROUGE

Son appareil photo devient son complice, témoin de ses pérégrinations à travers le monde. Avec lui, Maurice Renoma capte l’instant sans fard, et trouve la poésie partout : chez un homme, une femme ou un animal. Même en plastique.

193


194


195


MAURICE RENOMA

Infatigable voyageur, Maurice Renoma sillonne le monde accompagné

de

son

poisson

rouge,

Cristobal.

Cet

étonnant compagnon de voyage a la particularité d’être en plastique, et il ne laisse personne indifférent: est-il un résidu de pétrole issu de l’industrie du plastique, le résultat à court terme de la pêche intensive ou encore un ami artificiel dans notre société indivisualiste ?

www.mauricerenoma.com www.renoma-paris.com


Millions discover their favorite reads on issuu every month.

Give your content the digital home it deserves. Get it to any device in seconds.