Page 1

Le journal de la Région Limousin N° 92 JUIN 2011

TERRITOIRES PARCOURS

EN LIMOUSIN ET PAS AILLEURS

Julie Chancy

JEUNES ET INVESTIS Le nouveau conseil régional des jeunes a debuté son mandat.

ON TOURNE EN LIMOUSIN

FEELING’S, LA PORCELAINE POÉTIQUE p.5

Le Village français, La Guerre des boutons... Les réalisateurs aiment de plus en plus notre région. Le cinéma fait travailler techniciens et figurants. Lire en page 7

Sylvie Coquet redonne un souffle à la porcelaine en multipliant les collaborations. Nouvelle approche design et technologique. p. 3

CULTURE

www.region-limousin.fr

LES DIX CHOIX DE LA RÉDACTION p. 14

ÉCONOMIE

La Région organise les assises de la transition de l’économie par l’écologie. Six mois pour trouver des réponses face à la diminution des ressources naturelles. p. 11

VOTRE ÉPARGNE AU SERVICE DE L’EMPLOI Du 16 mai au 6 juin, la Région lance un emprunt obligataire auprès de tous les Limousins. Les fonds récoltés seront entièrement voués à la création d’emplois en Limousin. L’épargne peut mieux servir au développement de notre région. Grâce à elle, les entreprises locales en mal de financements vont pouvoir mener leurs projets d’agrandissement, innover, embaucher… Lire page 8


EN LIMOUSIN ET PAS AILLEURS

TROIS INNOVATIONS RÉGIONALES

Inspiration La nature s’invite dans les créations de Sylvie Coquet. © DR

Feeling’s, la porcelaine poétique et technologique

Porcelaine vive Sylvie Coquet, directrice de Feeling’s.

DESIGN Fille du grand porcelainier Jean-Louis Coquet, Sylvie Coquet crée Feeling’s,

un atelier qui remet la porcelaine à l’avant-garde du design. Sylvie Coquet, 48 ans, aime la rareté du luxe et la créativité plutôt que les objets en série et la productivité. Alors quand elle quitte l’entreprise familiale où elle a fait ses armes, c’est pour essayer autre chose. C’est ainsi qu’elle crée Feeling’s en 2001 à Linards avec l’ingénieur céramiste Jean-Pierre Cagin. Leur objectif : faire de la recherche et développement. Leur moteur : la passion. Leur démarche : à contre-courant des porcelainiers qui font de la production de masse de pièces classiques. Ils veulent réinventer la matière et les formes, repousser les limites du matériau, explorer les liens avec la lumière, le son, l’architecture, et renouveler

les arts de la table. Premières innovations : la mise au point d’une nouvelle pâte, extra-blanche, translucide, fine comme du papier, et d’un nouveau four, merveille technologique. Création & passion Avec ces outils, le duo développe un nouveau procédé (breveté), le sculpting, qui permet de faire de la porcelaine une dentelle. Sylvie crée alors de sublimes vases ajourés et des moucharabieh précieux que l’on peut utiliser en porte et cloisons. La designer avant-gardiste imagine aussi des luminaires, évanescents et poétiques. Dernier en date : une suspension de trois mètres cinquante

L’Office international de l’eau fête ses 20 ans ANNIVERSAIRE L’OIE forme les techniciens du monde entier. C’est sur son campus de La Souterraine que l’Office international de l’eau a choisi de fêter ses 20 ans le 5 mai dernier. Avec une inauguration en prime : des installations dernier cri qui balaient le champ de formations que l’Office dispense. « Nous avons investi afin de nous doter d’installations ultramodernes, uniques en Europe » explique Jean-François Douzier, son directeur général. En effet, le centre de formation continue comporte des équipements de pompage, épuration, comptage, distribution... « Notre principe : former nos sta-

2

giaires en situation réelle, qui sont des techniciens de municipalités, de sociétés privées de gestion de l’eau ou de l’industrie, français ou étrangers ». Du Mexique à la Pologne en passant par le Kenya, l’OIE exporte le modèle français extrêmement performant, en aidant les états à se doter d’agences de bassins, d’outils de gestion municipale ou de centre de formation similaires à celui de La Souterraine ! C’est en 1991 que l’Office international de l’eau (OIE) est né, de la fusion de trois organismes. Le nouvel établissement a conservé les

LA LETTRE DU LIMOUSIN N° 92 JUIN 2011

implantations des trois structures d’origine. Ainsi l’équipe administrative est basée à Paris, la coopération internationale à Sophia-Antipolis (Nice) et la formation à Limoges / La Souterraine. L’Office a considérablement développé l’activité puisqu’il accueille 7000 stagiaires par an, contre 1200 en 1991 ! Q Compétence Une expertise reconnue au service d’un enjeu mondial : l’eau.

pour le nouvel hôtel-spa de Roissy. Feeling’s a également travaillé sur la luminothérapie avec le pôle de compétitivité Elopsys, un partenariat qui a abouti à la création de lampes thérapeutiques en porcelaine (le projet n’attend plus que sa production industrielle). Côté arts de la table, Feeling’s s’est orienté vers des créations sur-mesure pour des chefs étoilés. « Ce sont des passionnés qui veulent surprendre, épater. Nous avons la même philosophie » se réjouit Sylvie. À partir de l’univers culinaire d’un chef, elle invente des contenants atypiques qui sont fabriqués en pièce unique ou en toutes petites séries. Assiette réversible, soucoupes encastrables, l’ar-

tiste foisonne d’idées. Sa clientèle va des professionnels (architectes, scénographes, chefs...) à la marque Dior en passant par les particuliers, qui peuvent trouver ses pièces chez Thierry Lachaniette à Limoges. Certains sont également conviés à des ventes privées et des dîners où les objets sont magnifiquement mis en scène. Point de snobisme là-dedans, car on trouve des petites pièces à 8 ou 15 €. Reconnaissante envers la Région qui a soutenu son développement, Sylvie a l’éthique chevillée au corps « Aucune aide n’est restée sans retombées commerciales ou salariales » témoigne la créatrice qui emploie aujourd’hui 9 personnes. Des passionnés, comme elle. Q


ÉDITORIAL

Recherche scientifique : Limoges en pointe LABEL Le projet Sigma Lim réunit deux laboratoires

de l’Université de Limoges-CNRS pour faire avancer la technologie dans les domaines de l’énergie, de la sécurité et de la santé. Nom de code : Sigma Lim. Ambition: internationale. Durée : 10 ans. Tel est le nouveau projet qui réunit le labo du SPCTS (Science des procédés céramiques et de traitements de surface) et le superlabo Xlim (mathématiques, informatique, électronique et photonique). L’objectif est simple, mutualiser les compétences de ces deux labos pour créer des innovations dans les domaines de l’énergie, la sécurité des biens et des personnes, et la santé. Très concrètement, pour l’énergie, il s’agit notamment de mettre au point de nouveaux matériaux de production d’énergie renouvelable (photovoltaïque, pile à

combustibles). Dans le domaine de la sécurité, Sigma Lim s’intéresse à la sécurité des puces de cartes bleues et à la surveillance à distance, qu’il s’agisse d’une manifestation ou de la qualité de l’eau d’une rivière. Concernant la santé, le projet va travailler sur l’autonomie des personnes avec des systèmes innovants de surveillance médicale. Ambitieux Au-delà du volet recherche, Sigma Lim comprend un important volet formation visant à rendre encore plus attractives les filières universitaires et les écoles d’ingénieurs limougeaudes. Enfin, les résultats de

JEAN-PAUL DENANOT PRÉSIDENT DU CONSEIL RÉGIONAL DU LIMOUSIN

ce projet seront valorisés, tant par des brevets que des créations d’entreprises ou des centres de transfert vers l’industrie. Ambitieux, Sigma Lim l’est d’autant plus qu’il vient de recevoir le label « Laboratoire d’excellence » (Labex) par le ministère de la recherche, qui offre des moyens supplémentaires pour développer la coopération internationale. Cela permettra aux chercheurs de faire venir des spécialistes du monde entier, former des étudiants étrangers, financer des doctorats... Une belle réussite car la plupart des Labex sont situés dans des Universités beaucoup plus importantes que celle de Limoges. Q

L’ emploi ! C’était une promesse de campagne : mobiliser l’argent des grands-parents pour développer l’emploi des petits enfants. C’est aujourd’hui une réalité : la région lance son emprunt obligataire. Celui-ci permettra d’injecter l’épargne des citoyens Limousin dans les projets de développement du territoire. Il permettra aussi aux entreprises à potentiel de prospérer, de conquérir des marchés et de créer des emplois localement. Aujourd’hui toute notre action a pour toile de fond l’emploi, mais pas n’importe quels emplois, ceux qui répondent à la problématique du développement durable où l’économique et le social s’allient dans le respect de l’environnement. C’est dans cet esprit que nous lançons une politique volontariste pour l’emploi des jeunes à travers le SAS d’orientation active et 110 projets pour les jeunes. C’est aussi pourquoi nous faisons de très gros efforts pour le développement des infrastructures routières, ferroviaires, aéroportuaires et le haut débit. Chacun sait que sans infrastructures d’aménagement du territoire, il n’y a point de développement économique et donc d’emplois nouveaux. Notre décision de participer au financement de la Ligne à grande vitesse, comme jadis à celui de la Route Centre Europe Atlantique est un signe fort de cette volonté. Notre ambition n’est certainement pas de nourrir les actionnaires des entreprises de travaux publics comme certains ont pu l’insinuer, mais tout simplement de créer de l’emploi. Les salariés de ces entreprises en sont les témoins les plus objectifs ! Q

DEUX MOIS EN LIMOUSIN

EN BREF

EUROPE 29 JUIN Le président Denanot conduit une mission d’élus régionaux à Bruxelles pour plaider la cause du Limousin et de neuf autres régions de même taille auprès des instances européennes. A l’heure où se négocient les politiques et le budget de l’Union pour les années 2014-2020, l’enjeu est de taille : faire reconnaître les besoins spécifiques de ces régions dites intermédiaires (ni pauvres, ni riches) pour leur permettre de bénéficier des financements de projets d’infrastructures et de développement de l’innovation qu’elles doivent mettre en œuvre.

AGRICULTURE BIOLOGIQUE 4 AU 8 AVRIL La Région signe

FILIÈRE BOIS JUIN Grand chantier de la politique régionale pour l’avenir de la filière bois. Le bois en Limousin représente près de 4% des emplois mais il pourrait être mieux valorisé. C’est pour cela que la Région rencontre tous ses acteurs pour améliorer ses politiques de soutien. Elle est un secteur clé pour l’économie de demain. Formation, aides aux entreprises, innovation… La réflexion va permettre à la Région de toucher tous les aspects de la filière bois en région.

un nouveau contrat de progrès pour le développement de l’agriculture biologique au lycée Edgard Pisani de Tulle Naves. Les contrats de progrès permettent à l’ensemble d’une filière de production de se donner des objectifs d’amélioration et de bénéficier d’aides pour les atteindre. Particulièrement ambitieux pour l’agriculture biologique régionale, ce nouveau contrat va permettre de développer les productions, les marchés et intensifier les opérations de communication et de promotion.

LYCÉES La Région travaille pour ses lycées. Elle prépare son prochain plan d’investissements pour les années à venir. En première intention : les économies d’énergies. Le coût du chauffage est devenu préoccupant pour les établissements. En les raccordant aux réseaux de chaleur, avec l’installation de chaudières bois et par des travaux d’isolation, les factures devraient être considérablement réduites. Mais on trouvera aussi dans les prochains investissements les travaux pour systématiser l’accès aux personnes handicapées, la poursuite de la rénovation des internats et des restaurants scolaires, ou l’équipement en panneaux solaires.

Radiothérapie Avec les élus Creusois, la Région s’était mobilisée pour la réouverture du service de radiothérapie de l’hôpital de Guéret. Le président Denanot avait écrit à la ministre de la santé et l’assemblée plénière du conseil régional avait voté une motion pour demander au ministère de revenir sur sa décision. Les élus locaux ont eu gain de cause. C’est en défendant la logique d’un droit à la santé pour tous, quel que soit le territoire, et la complémentarité des sites hospitaliers plutôt que leur concentration que le combat a été gagné. Entreprises Le réseau Plato est un système de parrainage qui accompagne les petites sociétés et les met en relation avec les grandes. Présent depuis 4 ans en Limousin, il regroupe 50 PME-PMI et 12 grandes entreprises. Porté par la Région, GDF-Suez et la Chambre de commerce et d’industrie de Limoges et de la Haute-Vienne, Plato, 3e promotion, rassemble une douzaine de PME-PMI et 4 coachs de grandes entreprises. N° 92 JUIN 2011 LA LETTRE DU LIMOUSIN

3


ACTUALITÉS Aménagement La carte de l’avenir ferroviaire de la France. Les territoires non couverts se battent pour obtenir leur ligne à grande vitesse.

Orléans Tours Vierzon

Guéret

La Rochelle

Limoges Clermont-Ferrand Brive

Bordeaux

Lyon

Lignes historiques Lignes grande vitesse existantes

Cahors

Un pas supplémentaire pour la ligne à grande vitesse TRANSPORTS Le 13 avril dernier, la Région tenait

une séance plénière extraordinaire spéciale ligne à grande vitesse. Des engagements financiers strictement encadrés, une complémentarité des dessertes ferroviaires étaient à l’ordre du jour.

Toulouse

En chiffres 2 HEURES DE TRAJET DE LIMOGES À PARIS 115 KILOMÈTRES DE LIGNE LGV ENTRE LIMOGES ET POITIERS 4000 EMPLOIS ATTENDUS POUR LE CHANTIER

« C’est un projet majeur et essentiel pour le développement de notre région. Il était essentiel que nous prenions ce premier engagement. Un refus nous aurait fait prendre une grave responsabilité à l’égard des générations futures » s’est félicité le président Denanot. Au terme d’une assemblée plénière où tous les partis ont exprimé leur position, les élus votaient à la majorité la participation de la Région Limousin au financement du grand projet de ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique (SEA) dont le tronçon Poitiers-Limoges est une partie. En effet, au même titre que les autres tronçons du projet SEA, la ligne Poitiers-Limoges, inscrite dans les lois issues du Grenelle de l’environnement, fait partie des infrastructures qui doivent être réalisées d’ici 2020.

COMPRENDRE

La politique régionale de l’eau EAU En 2007, la Région s’est engagée dans une

politique de l’eau pour permettre au Limousin de respecter un engagement européen : arriver à un bon état écologique de l’eau en 2015. Depuis cette date, elle coordonne de nombreuses actions avec ses partenaires. En Mars dernier, elle vient de réviser ses engagements pour correspondre au mieux aux besoins de nos milieux aquatiques.

4

LA LETTRE DU LIMOUSIN N° 92 JUIN 2011

C’est un projet majeur et essentiel pour le développement de notre région. » Le grand projet SEA comprend aussi Tours-Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Hendaye. L’engagement des collectivités était la condition sine qua non pour qu’il puisse voir le jour. Les partenaires du projet, l’État et Réseau Ferré de France, attendaient ce signal de leur part pour le faire démarrer officiellement. Depuis le 14 avril, c’est chose faite. Et les élus Limousins ont tenu à conditionner leur participation à la réalisation de cette première partie de la SEA à celle de la ligne Poitiers-Limoges.

Le contexte Un bon état écologique de l’eau en 2015, c’est l’objectif que se sont fixés les pays Européens. Pour y arriver, chaque bassin-versant mène des actions qui lui sont propres. Elles ont été définies après un constat effectué sur chaque région, chaque rivière. Le Limousin, à cheval sur deux bassins versants, agit avec les Agences de l’Eau Adour-Garonne et Loire-Bretagne. Sur le terrain, des animateurs sont là pour faire appliquer cette politique de l’eau. Le premier plan d’actions était prévu sur la période 2007-2013. Il a été aujourd’hui révisé pour tenir compte de l’évolution de l’état de notre eau.

La cohésion du territoire « Mais la Région entend ne laisser aucun territoire sans desserte ferroviaire performante » a rappelé le président de Région. Elle continue à agir pour améliorer la ligne historique vers Paris. Ces dernières années, les travaux sur les voies ont permis d’améliorer le confort des passagers et des négociations sont en cours pour faire circuler des trains plus confortables. « Cette ligne restera un axe majeur d’aménagement du territoire. Elle est essentielle pour la desserte du Centre et du Sud-ouest de la France » réaffirme le président du conseil régional JeanPaul Denanot. Comme la Lettre du Limousin le rappelait dans son précédent numéro, le passage au cadencement des TER (départs à heures fixes) qui sera mis en place à la fin de l’année devrait permettre d’opti-

miser les correspondances à partir des arrivées des lignes nationales. L’objectif est bien de diffuser l’effet de l’arrivée de la LGV sur l’ensemble du territoire Limousin. Enfin, la Région veut également appuyer le projet de nouvelle ligne LGV Paris-

COMMENT AGIT LE CONSEIL RÉGIONAL Le calendrier de la ligne à grande vitesse Poitiers-Limoges 2012 : Lancement de l’enquête publique 2013 : Décret d’intérêt public / Débuts des études pour les travaux 2015 : Début des travaux 2017 : Premières circulations

La réflexion

Les chiffres de l'eau en Limousin

2 146

bassins versants et agences de l'eau (Adour-Garonne et Loire-Bretagne)

“masses d'eau” (portions de cours d'eau) dont…

65% dégradées morphologiquement

Orléans-Clermont-Lyon. Son tracé permettrait à la Creuse de se raccorder dans de meilleures conditions à la grande vitesse puisque cette nouvelle ligne passera à Montluçon à l’horizon 2020. Q

61% perturbées hydrologiquement

9

millions d'euros

pour intervenir

Le constat sur l’état de l’eau en Limousin est maintenant bien connu. Des barrages barrent le lit des grands cours d’eau et les nombreux plans d’eau et petits étangs coupent les plus petites rivières. Pour permettre aux poissons migrateurs d’y revenir, il faut donc restaurer la continuité des cours d’eau. La préservation des eaux pour l’eau potable et pour les usages de loisirs est également un enjeu majeur. Cela passe par la lutte contre l’apparition d’algues sur les lacs et étangs, la gestion des étiages et crues… Et seule une vision d’ensemble sur le fonctionnement de chaque rivière permet d’agir efficacement.


PARCOURS

Julie Chancy, jeune et investie MANDAT Avec 79 autres jeunes Limousins, Julie a pris ses fonctions au conseil régional

des jeunes. Ils ont deux ans pour agir.

En chiffres 46 CONSEILLERS TITULAIRES ET 34 SUPPLÉANTS 2 ANS DE MANDATS 4 COMMISSIONS THÉMATIQUES POUR MONTER DES PROJETS

Du haut de ses 20 ans, la nouvelle conseillère se considère presque comme une aînée dans cette nouvelle assemblée. Julie n’est pas encore dans la vie active mais pas loin. Elle est en deuxième année à l’école d’assistante sociale de la Croix Rouge à Isle (87). La formation se fait en alternance. Elle apprécie. « Comme ça, je peux découvrir mes prochains univers de travail et je me fais un réseau. Cela sera plus facile quand je commencerais à chercher l’an prochain. » Une mandature bouillonnante et active Le conseil régional des jeunes, elle l’a connu comme ses collègues : par des anciens et par les campagnes d’information sur les radios locales. Elle a posé sa candidature immédiatement. C’est que Julie est presque une routière de l’investissement citoyen. Son premier mandat, c’était le conseil de la vie lycéenne de son établissement à Brive, puis l’échelon supérieur avec le conseil académique de la vie lycéenne. Et en parallèle, le conseil municipal des jeunes de Brive.

Du coup, la première séance plénière de sa nouvelle assemblée ne l’a pas impressionnée plus que ça. Elle a bien noté un petit côté « solennel voir pompeux » qu’elle n’est pas trop sûre d’apprécier. Mais elle est ravie de commencer à travailler sur les projets. « C’est pour ça que je suis là : le travail de groupe, monter des projets, essayer de les défendre et de les amener jusqu’au bout. C’est cela que nous recherchons tous ici. » C’est la règle, elle siège dans la commission formation-vie professionnelle-citoyenneté et a souhaité faire partie du groupe de travail communication. « Les premiers travaux ont démarré très vite », plus vite qu’elle ne s’y attendait. La commission veut faire participer des délégations de jeunes aux commémorations officielles. Les jeunes élus échangent avec tous les moyens dont ils disposent : Facebook, mail, SMS… « Du coup, pour ce premier dossier, je suis submergée de messages. » Et ce n’est qu’un début, quatre ou cinq projets suivent juste pour cette commission. Ce qui promet une mandature bouillonnante pour les jeunes conseillers. Q

Un démarrage sur les chapeaux de roue pour les 80 jeunes conseillers débordants de projets.

INITIATIVES

Faire entendre leur voix

Jobs d’été 2011

Le CRJ est une assemblée apolitique de jeunes Limousins de 15 à 21 ans. Créée pour les jeunes, cette instance leur donne la possibilité de s’engager à la fois personnellement et collectivement. Les jeunes conseillers proposent leurs projets en commission thématique. Après discussion, ils peuvent être présentés à l’ensemble du CRJ qui les adopte ou les rejette. Une fois adoptés, c’est l’assemblée du conseil régional qui vote les budgets pour réaliser les projets. On doit notamment au CRJ un système de parrainage d’enfants Burkinabé ou le festival de musique Vache’ment jeune.

Il est encore temps de trouver un job pour les mois de vacances. Si vous n’avez pas pu vous rendre aux journées jobs d’été organisées chaque année par le Centre régional d’information jeunesse, vous pouvez les retrouver en ligne, secteur par secteur ou par mot-clé. Le CRIJ édite également un guide très complet de conseils pour améliorer ses chances et frapper aux bonnes portes. À découvrir aussi sur le site. www.crijlimousin.org

Manger bio quand on est étudiant, c’est possible !

Rendez-vous sur www.region-limousin.fr/crj Le CRJ est aussi sur Facebook.

Manger bio et équilibré « sans se ruiner... et sans se prendre la tête » : c’est ce que propose aux étudiants le guide « Étudie en Bio - Être étudiant et manger bio c’est possible » publié par l’association Bio Consom’acteurs. Ce livret pratique donne aux étudiants les clés d’une consommation bio accessible et compatible avec leur mode de vie. Il incite également à l’introduction du bio dans les restaurants universitaires et fourmille d’informations pratiques. www.bioconsomacteurs.org

Le constat…

De trop nombreux ouvrages (barrages, microcentrales, seuils…) empêchent les cours d'eau de fonctionner naturellement : poissons migrateurs en difficulté…

Qualité des eaux à améliorer sur les petits cours d'eau Gestion délicate des périodes d'étiage et de crue.

Qualité des eaux à améliorer dans les lacs et étangs privés, présence d'algues.

L’action La Région intervient directement pour faire appliquer cette politique. Par exemple, auprès des agriculteurs pour les aider à mettre en place des mesures de protection (aménagement d’abreuvoirs, protection des berges…). Elle soutient les « effacements » d’étangs et aide à les gérer. Elle aide la réalisation des plans de gestion et des travaux de restauration ou d’entretien des zones humides. Et pour avoir une vision de l’ensemble des mesures à prendre, avec ses partenaires, elle utilise différents outils qui prévoient les mesures à prendre sur plusieurs années. Les actions sont ensuite menées Q localement.

… et l'action

Meilleure gestion de la ressource en eau. Préserver et restaurer les zones humides (tourbières, prairies humides…)

Q

Restaurer la continuité des rivières

Diffusion du Guide de gestion durable des étangs auprès des propriétaires. Assistance technique.

Recensement des espèces de poissons migrateurs, poursuite des politiques de restauration.

N° 92 JUIN 2011 LA LETTRE DU LIMOUSIN

5


TERRITOIRES Dynamiser Les animations commerciales font aussi partie des aides que les territoires peuvent apporter au commerce et à l’artisanat.

Les DCT, pour l’emploi et l’activité ÉCONOMIE Depuis plus d’un an, une nouvelle

génération d’aides au commerce, à l’artisanat et aux services de proximité est déployée sur toute la région. Premier bilan.

© ERIC FABRE

DCT, un nom un peu abstrait pour une démarche très concrète : « les démarches collectives territorialisées, c’est un outil qui a fait ses preuves pour dynamiser l’activité artisanale et commerciale » rappelle Gérard Vandenbroucke, vice-président du conseil régional chargé de l’économie. Pour coller au mieux aux attentes et aux besoins des territoires, le périmètre du Pays a été retenu pour conduire le dispositif. La première génération du dispositif, lancée il y a près de huit ans, avait mis l’accent sur les projets individuels, des aides directes aux commerçants et artisans pour dynamiser leur activité : installation, achat de matériel, site internet… Mais pour que le dispositif profite au plus grand nombre, la Région avait décidé de le réorienter. Dans la nouvelle mouture, les projets doivent être plus « collectifs »,

c’est-à-dire associer un ensemble d’entreprises d’un bourg ou du Pays. Dans le Pays Vallée de la Dordogne, les animateurs du dispositif se sont penchés sur les tournées de commerçants. « Sur un territoire très

Les DCT, qu’est ce que c’est et comment ça marche ?

Les démarches collectives territorialisées (DCT) permettent de renforcer le tissu économique local. Les actions collectives développent les services, créent des emplois et dynamisent les territoires. L’animateur du Pays est la personne ressource qui joue un rôle clef dans la démarche. Il accompagne les entreprises, fait émerger les projets de développement économique, aide au montage des dossiers… Pour plus de renseignements, contactez le Pays dont vous faites partie.

Dans la maison de Martin Nadaud DÉCOUVERTE Ouverte l’an dernier,

la maison musée du célèbre député Creusois étoffe son offre. La belle maison du maçon le plus célèbre de la Creuse a ouvert ses portes l’an dernier. Transformée en espace ludique et interactif de découverte de la vie à l’époque de Martin Nadaud, elle propose un véritable voyage à travers le temps pour retrouver celui des luttes pour les droits des ouvriers, celui de l’exode des Limousins et, bien-sûr, la vie et les engagements du député Creusois. Parmi les nouveautés 2011, la maison propose des balades sur les pas de Martin Nadaud parmi les chemins creux et les paysages aux alentours de

6

rural comme le nôtre, les tournées sont très nombreuses. Mais il y aussi des zones blanches où personne ne passe. Une étude va permettre de les repérer et nous allons pouvoir aider des commerçants à s’équiper

la Martinèche. Des guides pour les enfants leur permettent de faire une visite adaptée à leur âge où ils trouvent des jeux et des explications sur la vie du grand homme. Enfin, des audioguides sont maintenant disponibles en anglais sur l’intégralité de la visite. Q Informations pratiques Horaires d’ouverture Jusqu’au 31 mai : weekend et jours fériés 14 h 30 / 18 h 30 Du 1er au 30 juin : tous les jours 14 h 30 / 18 h 30 sauf le lundi (ouvert lundi de Pentecôte) Renseignements : 05 55 64 25 15 contact@lamartineche.com www.martinadaud-martineche.com

LA LETTRE DU LIMOUSIN N° 92 JUIN 2011

pour les desservir. Ce sera un vrai plus pour les habitants. » explique Charlène Pascual qui pilote l’étude. Depuis le début 2010, cette nouvelle mouture des DCT est déployée peu à peu sur l’ensemble des territoires du Limousin. Avantage par rapport à la précédente édition, « c’est nous qui avons conduit les diagnostics pour définir les actions à mettre en place, précise Charlène Pascual. Cela nous permet d’avoir une connaissance très fine du territoire et de ses besoins ». Les animateurs sont les interlocuteurs économiques de terrain pour des entreprises de petite taille qui bénéficient rarement d’accompagnement. C’est ce que confirme Fanny Couégnas, anima-

trice sur le parc de Millevaches : « notre rôle dépasse largement le simple montage de projets. Les artisans n’ont bien souvent pas la possibilité de faire toutes les démarches pour bénéficier d’aides. Nous sommes aussi là pour leur montrer ce dont ils peuvent bénéficier et les aidons à remplir les dossiers. » L’emploi est au cœur de la plupart des actions menées sur chaque Pays du Limousin. « Nous avons compté plus de 330 créations ou maintiens dans notre bilan de la précédente édition note encore Fanny Couégnas. Avec les actions collectives, nous espérons pouvoir dynamiser encore plus largement le tissu local ». Le programme, lancé l’an dernier, va se poursuivre jusqu’à la fin 2012. Q

En savoir plus ? www.region-limousin.fr/Services-de-proximite

Découverte La vie du député Creusois est un témoignage unique sur l’histoire du XIXe siècle.


TROIS QUESTIONS À... STÉPHANE CAMBOU VICE-PRÉSIDENT DU CONSEIL RÉGIONAL CHARGÉ DE LA CULTURE

« Un tournage, c’est une véritable entreprise. » Le cinéma en Limousin, c’est un secteur culturel à part entière. Pour attirer les tournages, le pôle cinéma de la Région multiplie ses actions. Retour sur investissement garanti. Pourquoi une production choisit-elle de tourner en Limousin ? Les « facilités » accordées par les régions de tournage peuvent décider du choix pour un producteur. C’est là que le rôle du pôle cinéma est déterminant. Par son travail de repérage des sites de tournage sur toute la région, par sa capacité à répondre rapidement aux demandes des équipes et en aidant à trouver équipes techniques et figurants, il fait la différence auprès des réalisateurs.

© ANITA GALLOT

Cinéma : la région n’est pas qu’un décor TOURNAGE Un village français, la guerre des boutons,

le Grand Georges… Un peu plus chaque année, le Limousin attire les tournages de séries et de longs métrages.

Au milieu des collines, dans une petite gare sortie tout droit d’une photo de Doisneau, une antique locomotive crache sa fumée. Sur le quai, une scène habituelle d’embrassades, de bousculades : on se salue, on se presse autour des wagons sous l’œil impavide de soldats allemands et officiers SS. Nous sommes en 1942 à Villeneuve dans le Jura, un petit village occupé par les nazis. Mais la gare de Villeneuve ressemble étrangement à celle d’Eymoutiers.

Le village lui-même a des airs de ressemblances avec Saint-Léonardde-Noblat ou à certaines places de Limoges… Rien d’étonnant, la quatrième saison du Village français, comme les trois précédentes, vient de se tourner en Limousin. Depuis 3 ans déjà, on se passionne pour l’histoire de Daniel, Raymond, Marcel ou Marie et leur vie en eaux troubles pendant la collaboration. Un beau succès pour le pôle cinéma de la Région qui a réussi à attirer une des séries préférées des Français dans la région.

Au fil des ans, le Limousin avec sa nature et ses belles maisons anciennes s’est imposé comme un lieu de tournage apprécié des maisons de production. En juin, c’est à Longeverne et Velrans avec Lebrac, l’Aztec, Grand et petit Gibus que la région va servir de décor. Yann Samuell qui tourne une nouvelle version de la Guerre des boutons avec Alain Chabat et Mathilde Seignier a lui aussi choisi d’investir les prés verts de la région. Q

Terra Aventura : la chasse aux trésors en Limousin TOURISME Le Comité Régional du Tourisme du Limousin

lance sa nouvelle animation touristique : Terra Aventura, le Géocaching en Limousin. Le géocaching est une version moderne, venue d’outre atlantique, de la bonne vieille chasse au trésor. L’apparition du GPS a quelque peu modifié les règles. Les « géocachers » recherchent avec les données GPS les « caches » renfermant quelques objets (le « trésor »). Pour cette année, 30 caches sont réparties sur les trois départements du Limousin, permettant de découvrir grâce à des énigmes et un peu de marche à pied, l’histoire, le

patrimoine et les richesses environnementales locales. Véritable activité de plein air à destination des familles et curieux de tous âges, les aficionados de la technologie, des sorties culturelles et sportives. Terra Aventura propose également de découvrir les « Poï’z » (personnages emblématiques caractérisant les caches et les énigmes : par exemple « Zeroik », « Zabdo » ou encore « Zeïdon »…). 8 Poï’z différents sont à collectionner ! Des tirages au sort récompenseront

les meilleurs aventuriers avec des repas gastronomiques, des nuitées, des GPS... et surtout un grand tirage au sort aura lieu en fin de saison pour remporter un voyage à Seattle, berceau du Géocaching. Q www.terra-aventura.fr, www.facebook.com/terraaventura ou www.twitter.com/terraaventura

Pourquoi accorder des aides à la production ? Un tournage, c’est une véritable entreprise et les aides à la production que donne la Région sont un investissement pour lequel le retour est immédiat. Par exemple, plus de 500 figurants du fichier du pôle cinéma sont déjà passés sur le plateau du Village Français et la série utilise largement les techniciens locaux. On estime que pour chaque euro de subvention, jusqu’à 5 euros sont dépensés dans l’économie locale avec les salaires des équipes, la location de matériel, les nuits d’hôtel… La région accueille quelques beaux tournages prochainement ? Le tournage d’une nouvelle version de

la guerre des boutons est une belle récompense pour le travail du pôle cinéma. C’est une belle production et le Limousin a été choisi pour la beauté de ses extérieurs. C’est évidemment très valorisant pour la région. On peut aussi se réjouir d’un film sur Georges Guingouin écrit par Patrick Rotman et qui sera réalisé par François Marthouret. Un hommage attendu à l’une des grandes figures locales. Comment le Limousin se fait-il connaître dans le monde du cinéma ? D’abord, chaque tournage réussi en amène d’autres. Et chaque année, le pôle cinéma se déplace dans les festivals pour y rencontrer les professionnels qui y font leur « marché ». Et pour faire connaître le Limousin aux réalisateurs, Cannes est de loin le meilleur moment de l’année. Toute la profession est présente. À signaler également, depuis quelques années, le succès grandissant des rencontres du moyen-métrage de Brive. Elles deviennent un moment privilégié pour leur faire directement découvrir la région. Comment agit le conseil régional ? Quand la région accueille un tournage, le pôle cinéma recense l’ensemble des besoins de l’équipe de réalisation. Il trouve les décors, les équipes de tournage, les figurants, le matériel… Outre les longs métrages et téléfilms, le pôle cinéma accompagne aussi la production de courts métrages et documentaires, il peut aussi aider à Q l’écriture et au développement.

En savoir plus ? Vous voulez devenir figurant ? Vous voulez louer votre maison ou votre appartement pour les tournages ? Le pôle cinéma de la Région recherche régulièrement des figurants et de nouveaux décors pour les tournages en région. Pour tous les renseignements, rendez-vous sur www.region-limousin.fr/cinema ou appelez le 05 87 20 21 80

EN BREF

PassauVert pour Vassivière Vassivière pour 5 euros l’aller-retour seulement, c’est ce que proposent la Région et la SNCF jusqu’en novembre prochain. Cette formule tout en un, comprend le transport aller-retour par autocar de Limoges à Vassivière. Au départ d’Eymoutiers, le transport aller-retour jusqu’à Vassivière est à seulement 2 € par personne. L’autocar vous laisse à Pierrefite. De là, vous pouvez prendre le bateau Taxi sur le Lac de Vassivière à volonté ou le petit train en illimité. Op’en Limousin Vous connaissez des personnes qui veulent s’installer en Limousin, faites leur connaître le site des opportunités de reprises d’activités openlimousin.fr. Il recense une sélection d’offres sur tout le Limousin. Que l’offre que vous repérez émane d’un particulier ou d’une collectivité locale, elle fera ainsi l’objet d’un accompagnement individuel. Vous pouvez vous abonner pour recevoir chaque mois par mail une sélection d’opportunités d’installation dans tous les secteurs d’activités. N° 92 JUIN 2011 LA LETTRE DU LIMOUSIN

7


VOTRE ÉPARGNE AU SERVICE DE L’EMPLOI CHEZ VOUS DU 16 MAI AU 6 JUIN, LA RÉGION LANCE UN EMPRUNT CITOYEN AUPRÈS DES LIMOUSINS POUR FAVORISER LE DÉVELOPPEMENT DES ENTREPRISES. VOTRE ÉPARGNE VA CRÉER DES EMPLOIS, AU PLUS PRÈS DE VOS INTÉRÊTS.

U

ne petite révolution dans le monde de la finance. Pour la première fois en Limousin, une collectivité va utiliser l’épargne locale pour servir des projets locaux. C’est la seconde initiative du genre en France. Le conseil régional des Pays-de-la-Loire a devancé d’une année la Région Limousin. Son emprunt avait permis de lever 80 millions d’euros auprès des Ligériens, de quoi notamment financer des investissements dans de nouveaux lycées. En Limousin, le choix est différent. La souscription va être intégralement mise au service de l’emploi. L’idée phare est celle d’un engagement citoyen. Plutôt que de placer leurs économies sur des produits spéculatifs, les Limousins sont in-

8

LA LETTRE DU LIMOUSIN N° 92 JUIN 2011

vités à investir dans ce fonds d’un nouveau genre. Avantage de taille, l’emprunt est sécurisé par la stabilité financière de la Région. Non seulement, cet argent servira à créer des emplois en Limousin mais en plus, sans aucun risque pour ceux qui achèteront ces obligations. Une épargne abondante À l’origine de l’idée de cet emprunt, la volonté de créer des emplois en aidant les entreprises locales à trouver des capitaux pour se développer, innover, exporter. La région dispose d’une épargne locale abondante ; les Limousins ont en effet tendance à épargner plus que la moyenne nationale. On peut observer 6 % de plus de détention de produits régle-

mentés comme le Livret A. Mais, à part celui-ci, fléché sur le logement social, qui peut dire ce à quoi sert réellement son épargne ? Exceptés pour quelques fonds labellisés « développement durable », les épargnants n’ont d’informations que sur le taux qu’ils peuvent espérer et sur la sécurité de leur placement. Avec l’emprunt régional, la logique n’est plus la même. Pour un taux supérieur aux autres produits d’épargne, tout ou chacun peut placer son argent dans le développement régional et l’emploi local. Dans les milieux économiques régionaux, l’idée séduit. Pour Guillaume Huss, directeur et fondateur de Leukos (voir Lettre du Limousin, n° 90), une start-up qui

COMMENT SOUSCRIRE Pour souscrire à l’emprunt Limousin, il vous suffit de vous rendre dans votre agence bancaire habituelle. Votre banquier vous remettra les documents nécessaires à la souscription (informations techniques, bon de souscription). Attention : Cette souscription régionale ne sera ouverte que du lundi 16 mai au lundi 6 juin 2011 (sauf clôture anticipée de l’emprunt si le montant maximum des fonds attendus est atteint). Au-delà de cette date, vous ne pourrez plus souscrire à l’emprunt. Les conditions de l’emprunt Taux : 4,10 % - Durée : 5 ans Réseaux bancaires participants : Banques Populaires, La Banque Postale, Banque Tarneaud, Caisses d’Épargne, Crédit Agricole, Crédit Coopératif, Crédit Mutuel, Société Générale. Il est également possible de souscrire via d’autres réseaux bancaires. Q

produit des lasers blancs, le projet est particulièrement intéressant. « Avec notre activité, nous avons le sentiment de participer au développement local. Nous valorisons le travail de l’université de Limoges et nous embauchons les chercheurs qui en sortent. Il y a une vraie logique à pouvoir être financé par les Limousins eux-mêmes. Surtout dans un contexte où trouver des financements est devenu une vraie gageure. » La Région espère lever jusqu’à 30 millions d’euros. La moitié de cet argent sera affectée à la création d’un fonds de co-investissement. À côté des investisseurs traditionnels, ce fonds prendra des parts dans le capital des entreprises qui veulent

se consolider. L’autre moitié de l’emprunt régional servira à faire des avances remboursables aux entreprises pour leurs investissements dans de nouveaux matériels, leurs projets d’extension. Les secteurs d’intervention sont liés aux priorités régionales : développement de la compétitivité à partir de la recherche, développement durable, économie sociale et solidaire… « Ce qui s’apparente à une prise de participation, apportera une plus-value à la société mais sans la pression d’une société de capital-risque qui attend des retours rapides, explique Guillaume Huss. Cela nous permettra de continuer à nous installer. Dans notre domaine d’innovation, il faut un peu de temps avant de


QUATRE QUESTIONS À… JEAN-PAUL DENANOT En chiffres

PRÉSIDENT DU CONSEIL RÉGIONAL DU LIMOUSIN

4,1 %

« Nous transformons complètement l’idée d’épargne. ».

C’EST LE TAUX D’INTÉRÊT DES OBLIGATIONS

200

Comment cette idée d’un emprunt régional est-elle apparue ? La question initiale était double : comment aider un peu plus nos entreprises à résoudre leurs problèmes récurrents de financements ? Et comment mettre l’épargne locale au service du territoire ? Avec cet emprunt, nous offrons aux Limousins la possibilité de participer au développement économique de leur région tout en continuant à épargner de façon parfaitement sûre. Nous nous engageons sur la traçabilité des investissements réalisés avec ce fonds.

EUROS C’EST LE PRIX D’UNE OBLIGATION

Vous insistez sur l’aspect citoyen de cet emprunt… Parce que c’est le cas. Avec cette idée nouvelle, nous transformons complètement l’idée d’épargne. Elle n’est plus un moyen de faire fructifier son argent mais d’investir pour l’avenir de son territoire. Depuis l’entrée en vigueur de la réforme de la fiscalité locale, la Région n’a plus de lien fiscal direct avec le contribuable Limousin.

Permettre aux entreprises d’innover, de trouver de nouveaux marchés, c’est ce à quoi servira l’argent de l’emprunt régional.

Il y a une vraie logique à pouvoir être financé par les Limousins eux-mêmes. Surtout dans un contexte où trouver des financements est devenu une vraie gageure. » gagner de l’argent. Il y a une masse critique à atteindre pour que la société soit viable à long terme. C’est pour cela que nous embauchons au fur et à mesure que progresse notre chiffre d’affaires. Aujourd’hui, nous sommes 7, dans quelques années, nous devrons être au moins une vingtaine ! » Dans le développement durable, les problématiques sont les mêmes.

Pour Mario Ermacora, directeur du groupe Ecosolis spécialisé dans le solaire, « avec un décret fixant le prix de revente de l’électricité à la baisse, le gouvernement vient de mettre un coup d’arrêt au photovoltaïque. Le secteur était en plein essor mais a encore besoin de se structurer. Il nous faut diversifier notre activité si l’on veut conserver notre effectif à long terme. C’est pour

L’EMPRUNT LIMOUSIN EN QUELQUES MOTS… Emprunt obligataire L’emprunt obligataire de la Région Limousin est un investissement à moyen terme, avec un capital garanti à l’échéance, qui vous rapporte régulièrement des revenus par les intérêts qui vous sont versés chaque année. Un placement sûr Une « obligation » est un titre coté en Bourse, qui représente un emprunt effectué par l’État, une société, ou une collectivité telle que la Région Limousin. Si vous souscrivez des obligations, vous prêtez donc de l’argent. En contrepartie, votre emprunteur, la Région Limousin, vous verse des revenus calculés sur la base d’un taux d’intérêt. A l’échéance, vous récupérez votre capital. Q

cela que nous nous tournons vers le petit éolien et la maison bioclimatique équipée en solaire thermique. Nos deux premières maisons sont en train de voir le jour à Couzeix (87). Cette diversification demande évidemment de l’investissement mais les banques ne veulent pas suivre. L’idée d’une participation régionale serait évidemment bienvenue. » Dans le secteur de la construction bois, en Corrèze, les chalets Bouny sont eux aussi confrontés au problème récurrent des entreprises locales : trouver les financements. Pierre Bordier est directeur de l’entreprise depuis 2009 « Nous avons déjà bénéficié du fonds régional de transmission de l’activité et nous sommes en passe de signer un contrat de croissance avec la Région pour un plan de développement sur plusieurs années. Cela implique des embauches et de l’achat de matériel. Malgré cet accompagnement de la part de la Région, nous sommes évidemment intéressés pour le compléter avec une prise de participation ou une avance remboursable. » Q

J’ai voulu restaurer ce lien pour faire participer les Limousins au projet régional. C’est une démarche citoyenne de part en part. Comment a été décidée l’utilisation de l’argent de cet emprunt ? L’emploi est la priorité. Nos diagnostics sur les besoins du tissu économique local pointent toujours les mêmes problèmes : le manque de fonds propres des entreprises pour s’agrandir est une constante. Pour pouvoir être viables, les entreprises ont besoin d’atteindre une certaine taille. Faute de financements suffisants certaines n’y arrivent pas. L’argent que la Région va emprunter servira à cela, c’està-dire, directement à la création d’emplois locaux. Quelles limites avez-vous fixé ? Nous nous sommes donnés comme objectif de lever jusqu’à 30 millions d’euros. Si l’opération rencontre le succès que j’espère, rien ne nous empêchera de la renouveler dans quelques années. C’est l’engagement des Q Limousins qui nous le dira…

L’AVIS DE… JEAN-PIERRE LIMOUSIN PRÉSIDENT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL ENVIRONNEMENTAL RÉGIONAL

« L’industrie liée aux activités innovantes a tout à y gagner ». Quels sont les « plus » de cet emprunt régional ? Du point de vue de l’investisseur, c’est certainement la sécurité de l’épargne alliée à la démarche citoyenne qui le fait participer au développement de sa région. L’inconvénient de l’investissement direct dans les entreprises, c’est bien sûr le risque de perdre son capital. Ici, ce risque est nul puisque l’emprunt est « assis » sur la stabilité financière de la collectivité. Quelles opportunités y voyezvous pour l’économie régionale ? Il y a des secteurs clés qui devront naturellement en bénéficier. L’industrie liée aux activités innovantes a tout à y gagner.

La valorisation des brevets de l’université par la création d’entreprises offre de belles perspectives et c’est un secteur toujours en mal de financements plus classiques. S’ouvre également au Limousin, la possibilité de créer une véritable filière agroalimentaire qui fait encore défaut dans une région dont les produits sont partout reconnus. Comment voyez-vous évoluer ce type de financements ? C’est un premier essai. Mais pour l’avenir, lorsque les fonds de cette première mouture seront consommés, d’ici trois ou quatre ans, pourquoi ne pas reconduire le dispositif et imaginer de financer les projets d’infrastructures Q dont le Limousin a besoin…

N° 92 JUIN 2011 LA LETTRE DU LIMOUSIN

9


ÉVÉNEMENT

Énergie : moins de re Pétrole… Prix du baril de Brent en dollars

125,67

28 avril

TRANSFORMER L’ÉCONOMIE

N

ous nous en rendons compte un peu plus chaque jour, nos modes de transport et de consommation sont de moins en moins adaptés à un monde qui change. L’augmentation des prix de l’énergie, de l’essence, du gaz ou de l’électricité ne sont pas seulement dues aux crises politiques internationales. Elles posent des questions qu’il est impératif de prendre en compte localement. Quels nouveaux emplois seront nécessaires ? Comment devra s’organiser notre vie de tous les jours, notre façon d’habiter, de nous déplacer, de consommer ? Et surtout, comment faire évoluer notre tissu économique pour qu’il réponde à ces transformations ? Car l’enjeu est bien là : notre économie doit non seulement tenir compte des bouleversements de l’environnement mais aussi s’adapter à une énergie plus chère et à la diminution des matières premières. Elle doit aussi se réinventer pour s’adapter à un monde où ces conditions sont la nouvelle donne. Débattre Quelles solutions imaginer ? Quelles nouvelles sources d’énergies utiliser ? Quels nouveaux comportements, usages et nouvelles solidarités pouvons-nous développer ? C’est pour apporter des solutions concrètes à ces défis que la Région a imaginé les assises de la transition écologique de l’économie et de l’em-

ploi. Elle vous invite à débattre de ces enjeux pour contribuer à l’évolution des politiques régionales en participant aux Assises de la transition écologique de l’économie et de l’emploi qui vont se tenir jusqu’en octobre prochain. Trois temps forts structurent cet événement. Quatre rencontres territoriales rassembleront élus, acteurs associatifs et habitants. Elles permettront d’esquisser ensemble le Limousin de demain et envisageront l’évolution de nos modes de vie face à la raréfaction des ressources. Une rencontre spéciale est également prévue avec le conseil régional des jeunes. Second temps fort de ces assises, la conférence citoyenne forme un groupe de citoyens, représentatifs des Limousins, à la question de la raréfaction des ressources et aux conséquences qu’elle implique. Un panel de citoyens bénévoles a été constitué. Au cours de trois séminaires de réflexion, ils vont rencontrer des experts de tous les domaines concernés. Ils débattront entre eux sur chaque point. À la fin de ce travail, ils rédigeront un « avis citoyen » qui sera remis à l’exécutif régional. À charge pour l’assemblée régionale de s’emparer des recommandations formulées et des pistes d’actions dégagées. Ces engagements prendront toute leur place dans le Schéma Régional de Développement Économique. Un document cadre chargé de tracer les perspectives de croissance et d’activité. Q

En savoir plus ? Suivez les assises en continu sur www.region-limousin/assises et participez au débat sur facebook

10

LA LETTRE DU LIMOUSIN N° 92 JUIN 2011

AM JJ AS A N DJ FM A

2010

2011

Des minerais qui s'épuisent

DEMAIN MOINS DE RESSOURCES NATURELLES, UNE ÉNERGIE PLUS CHÈRE… LES ASSISES DE LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE DE L’ÉCONOMIE ET DE L’EMPLOI DRESSENT LE BILAN ET PROPOSENT DES SOLUTIONS POUR LE LIMOUSIN.

Une c très p

En % par so

Année d'épuisement si l'exploitation continue au niveau de 2009

Chrome 2024 Zinc

2027

Plomb

2029

Fer

2042

LES DATES ET LIEUX DES RENCONTRES TERRITORIALES De moins en moins d'eau douce disponible

- Rencontre avec le Conseil Régional des jeunes : samedi 14 mai / Conseil Régional du Limousin Rencontres ouvertes au public : - Rencontre de Guéret : mardi 17 mai - Rencontre d’Aixe sur Vienne : mardi 24 mai - Rencontre de Peyrelevade : mardi 7 juin - Rencontre de Brive la Gaillarde : mercredi 22 juin

Demain, nos modes de vie vont changer…

2011

Q

En m3 par habitant et par an

G

16 800

1950

QUESTION À... STÉPHANE DELAUTRETTE PRÉSIDENT DU PAYS D’OUEST LIMOUSIN

Comment votre pays peut-il s’emparer de cette idée de transformation de l’économie ? Nous nous sommes déjà saisis de la question. Il y a 5 ans déjà nous avons lancé la construction d’éco-lotissements dans différentes communes du Pays. Les cahiers des charges comprenaient des éléments comme la production d’eau chaude solaire, la récupération des eaux de pluie ou l’orientation des maisons. Depuis, notre réflexion a évolué, nos projets aussi. Les prochains lotissements iront plus loin, en prenant en compte les techniques de construction,

la maîtrise de l’énergie, la question des déplacements, du bruit mais aussi des critères sociaux. Qu’attendez-vous des assises ? Des assises, nous attendons d’abord une expression des Limousins. Elles doivent permettre de prendre le pouls de la société limousine. Le résultat nous montrera si ce que nous faisons et les directions dans lesquelles nous voulons travailler correspond à ses attentes. Cela peut être un moment important dans la prise de décision politique des prochaines années. Q


essources

Les “assises”:

… et gaz plus chers

6 mois pour trouver des réponses

Les prix du gaz, 150 hausses et baisses, en %

La Conférence des citoyens

15

+ 5,2 % 1er avril 2011

10 120

4 rencontres sur le territoire

Variation des tarifs du gaz en %

Les participants aux rencontres et la Conférence des citoyens présentent leurs réflexions et perspectives à l'exécutif régional.

AVR / 10 JUI / 10 AVR / 11

0 NOV / 05 MAI / 06 JAN / 08 AVR / 08 AOUT / 08

Ouvertes à tous : citoyens, associations, institutions. Pour imaginer et dessiner le Limousin de demain.

À l'automne

AVR / 09

5

Consulte les experts, s'informe, débat

Elle rédige un “avis citoyen”

en septembre

90

Décembre L'Assemblée régionale s'engage à les prendre en compte dans ses politiques et sa stratégie.

- 11,3

onsommation d'énergie encore eu “renouvelable” 60

04/10

05/10

04/201128/04/2011

urce d'énergie en 2007

2,2 0,4 0,1 0,1

Hydraulique Géothermie Éolien Solaire

Nucléaire

6,1 Biomasse 10,2

Gaz naturel

21,4

31,8

27,7

Pétrole

Charbon

Le pétrole est partout

Quel impact en Limousin ?

Pesticides

Des logements dépendants des énergies fossiles Énergie utilisée dans les habitations limousines en %

Nylon

Produits d'entretien

Emballages Isolants Fioul

Un habitat dispersé

Médicaments

(d'où nombreux déplacement automobiles)

Électricité (nucléaire)

6 500

2008

Chauffage urbain 2 7 Pétrole

4 800

2025

Une trop forte “intensité énergétique”

Bitume

32

(consommation d'énergie et production de gaz à effet de serre par rapport au PIB) Le Limousin 6e région la plus énergivore

27 Gaz 21

Carburant

Bois

QUESTION À... DAMIEN ROFFAT ET ADRIEN DEMAY

QUESTION À... ANAÏS POCCHIOLA-GIORS CONSEILLÈRE RÉGIONALE JEUNE DE 2006 À 2010, MEMBRE DE LA CONFÉRENCE DE CITOYENS

Qu’est ce qui vous a poussé à vous engager dans la conférence citoyenne ? Je faisais partie de la commission solidarité internationale au conseil régional des jeunes. Nous avons mené un certain nombre de projets qui vont dans le sens de la réflexion des assises. Mais malgré cette prise de conscience, j’attends de la conférence de citoyens qu’elle me fasse m’engager réellement. Tout le monde sait qu’il faut agir mais nous sommes tous en attente d’un déclic.

Quel effet pensez-vous que les assises peuvent produire ? Il me semble qu’on a les moyens de faire avancer les choses, peut-être par une accumulation de petites mesures et par le changement des comportements au quotidien. Bien-sûr, cela doit passer par l’engagement des politiques. Par exemple, dans le domaine des transports en commun ou du covoiturage… Il y a certainement beaucoup à faire dans tous les domaines. Et à l’échelon régional, cela me semble possible. Q

DESIGN TERRITOIRE ALTERNATIVES, ORGANISATEUR DES RENCONTRES TERRITORIALES. Quelles réponses le processus des assises est-il susceptible d’apporter au Limousin ? Le constat de la raréfaction des ressources fait peur. C’est une idée paralysante et qui peut paraître assez abstraite. Au cours des rencontres territoriales, nous allons essayer d’amener les participants à des solutions très concrètes thème par thème pour l’habitat, l’agriculture, les transports, l’énergie… L’objectif n’est pas de faire peur, ni de dire qu’on ne pourra plus vivre correctement dans 20 ou 30 ans. Au contraire, il s’agit de montrer que des solutions existent, qu’elles peuvent être mises en œuvre et donc,

même à l’échelon local, que nous pouvons agir. Donc, pour vous, les solutions existent ? Entre le constat d’un changement annoncé comme la hausse des prix de l’énergie ou la disparition de telle matière première et les solutions à apporter, la distance peut être très courte. C’est ce que le système de projection sur des cartes du Limousin va permettre de montrer. Ce qui est particulièrement intéressant ici selon nous, c’est que l’on va s’apercevoir que les réponses sont déjà connues pour la plupart et qu’il faut simplement les organiser et les hiérarchiser entre elles. Q

N° 92 JUIN 2011 LA LETTRE DU LIMOUSIN

11


POLITIQUE

LES CINQ TRIBUNES DES GROUPES DU CONSEIL RÉGIONAL PARTI SOCIALISTE GROUPE PRÉSIDÉ PAR

GÉRARD VANDENBROUCKE CONSEILLERS RÉGIONAUX SYLVIE ACHARD SYLVIE AUCOUTURIERVAUGELADE GÉRARD AUDOUZE CATHERINE BEAUBATIE PATRICIA BORDAS STÉPHANE CAMBOU CHRISTÈLE COURSAT NATHALIE DELCOUDERC-JUILLARD JEAN-PAUL DENANOT SHAMIRA KASRI ALAIN LAGARDE CATHERINE L’OFFICIAL ARMELLE MARTIN GILLES PALLIER PHILIPPE REILHAC MICHÈLE RELIAT JEAN-MARIE ROUGIER BERNARD ROUX ANDRÉA SOYER CLAUDE TRÉMOUILLE

Intérêt collectif Le 22 septembre 1981, François Mitterrand, inaugurait la première ligne de TGV. Trente ans plus tard chacune des Régions desservies porte les témoignages des conséquences positives de l’arrivée de la grande vitesse. Là où les collectivités locales l’ont préparée, c’est partout du développement, donc de l’emploi. Partout les oppositions initiales ont disparu devant les considérations d’intérêt public et les dispositions prises, notamment en matière d’environnement. Le Limousin et la grande vitesse, c’est la bien trop longue histoire d’amour d’une fiancée entrevue voici 50 ans, avec le Capitole, rame mythique magnifiée par le souvenir... En 1990, Michel Delebarre évoque pour la première fois la desserte du Limousin par la LGV. Vingt ans plus tard nous sommes encore à quai. Mais que n’avons nous entendu entre temps: des rails dans tous les sens, Y renversé, Polt, pendulaire, barreau, POCL… Vingt ans plus tard, nos vaches regardent toujours passer des trains, des TEOZ rapetassés, plus lents aujourd’hui qu’hier. L’honneur des politiques, c’est de prendre la réalité à bras le corps, ne pas raconter d’histoires et ne pas laisser croire que d’un passé révolu pourraient naître les solutions de l’avenir.

Dans les années soixante naissait le Capitole : 6 heures, de Paris à Toulouse... mais pas d’arrêt entre Paris et Limoges, deux circulations par jour et des voitures en 1ère classe uniquement. La mémoire gomme souvent les aspects négatifs. Mais les temps ont changé! Ce qui était peut-être vrai ne l’est plus aujourd’hui: ce qui pourrait paraître solution de bon sens, la ligne «droite» sur des voies existantes, entre Brive et Paris ne serait qu’une solution financièrement si lourde qu’elle ne verrait jamais le jour. Et la décision de Midi Pyrénées de rattachement à Bordeaux vient d’écarter cette hypothèse. Le devoir des politiques, c’est de traiter les problèmes sans simplification abusive, et le devoir de l’élu régional, est de donner à chaque territoire limousin les possibilités de développer au mieux ses potentiels. Il faut rappeler que la LGV est un volet d’un plan ferroviaire plus large, d’une approche territoriale plus diversifiée qui ne laisse aucun département au bord du chemin. Nous avons déployé beaucoup d’efforts pour la ligne POLT. Nous avons imposé la ligne Brive-Lille. Nous nous sommes battus pour la rénovation de lignes. Nous avons garanti à la Souterraine, Guéret, Brive et Tulle des perspectives d’avenir.

La responsabilité du politique, c’est d’opérer des choix d’intérêt collectif et de les assumer, sa légitimité, c’est de faire valider ces choix par ses concitoyens: Femmes et hommes de gauche, nous avons été élus sur un programme qui plaçait le ferroviaire prioritaire en terme de déplacements. Par leurs votes, les limousins ont validé nos choix et, respectueux du mandat reçu, nous les appliquons aujourd’hui. Depuis diverses études d’opinions sont venues en confirmer la pertinence: 80% des Limousins affirmaient, il y a moins d’un an, être favorables à la LGV, 65% plus récemment se disaient favorables à des financements locaux. La responsabilité du politique, c’est de faire des choix, d’en prévoir, d’en réparer s’il le faut les conséquences individuelles. C’est aussi d’assumer les conséquences financières de ses décisions. Nous avons décidé de contribuer au financement d’une partie de la LGV Paris-Poitiers-Limoges inscrite dans le Grenelle de l’environnement votée par les parlementaires limousins. On peut certes déplorer que l’Etat fasse désormais appel aux collectivités locales pour que se réalisent les projets dont il devrait assumer la charge. On peut le déplorer et attendre. On peut aussi se dire que mieux vaut adopter, en l’adaptant, le

précepte: «Aidons-nous, le ciel de l’Etat nous aidera... peut-être»! Nous savons d’ailleurs que sans la mise en oeuvre de ce précepte il n’y aurait pas eu, ou du moins dans les mêmes délais, d’université à Limoges, d’autoroute A20, plus récemment pas d’implantations universitaires à Brive ou La Souterraine, pas non plus de pôle domotique à Guéret...

La responsabilité du politique, c’est d’opérer des choix d’intérêt collectif et de les assumer, sa légitimité, c’est de faire valider ces choix par ses concitoyens.

Alors, avec la conscience du devoir à accomplir, nous avons voté le financement demandé pour l’investissement, assorti des deux conditions de bon sens: alignement sur les conditions financières les meilleures, remboursement des sommes engagées en cas de non réalisation. Parce que la grande vitesse est indispensable à notre Région, à nos concitoyens, à notre avenir, puissions-nous, comme d’autres régions, faire taire un instant nos divergences politiques, et agir groupés. Q

Pour contacter le groupe du Parti Socialiste tél. : 05 55 45 00 77

UNION POUR UN MOUVEMENT POPULAIRE GROUPE PRÉSIDÉ PAR

RAYMOND ARCHER CONSEILLERS RÉGIONAUX JEAN-PAUL ADENIS FRANÇOISE BEZIAT FRANCIS COMBY MARIE-CLAUDE LAINEZ FRÉDÉRIQUE MEUNIER MICHÈLE SUCHAUD JEAN-PIERRE TRONCHE NATHALIE VILLENEUVE-DELAGE VINCENT TURPINAT

LGV Poitiers-Limoges-Brive : un impératif urgent ! Depuis un quart de siècle, le projet de liaison ferroviaire à grande vitesse entre le Limousin et le reste du territoire français fait du surplace. Pendant ce temps les capitales régionales, à l’exception de LIMOGES, bénéficient d’une desserte TGV qui les relie à l’ensemble du réseau européen des lignes à grande vitesse. Est-ce un bien ou un mal ? La question ne se pose pas tant les avantages sont nombreux. Au plan individuel, tout le monde n’est pas commandant de bord, mais certains ont choisi de vivre dans le Midi de la France depuis que le TGV existe entre Paris et Marseille. Combien de Champenois font chaque jour l’aller-retour Paris-Reims ? Et si toutes les collectivités de la région Bretagne se sont associées au financement de leur ligne c’est bien pour sortir de l’enclavement néfaste à l’activité

économique, sociale et culturelle. La proximité, si vantée aujourd’hui, ne signifie pas isolement. De plus, Internet ne suffit pas au progrès humain ; la proximité n’est pas l’immobilisme, mais le temps nécessaire pour rencontrer l’autre (entreprise, individu, centre de recherche, musée). On ne pourra pas installer le Grand Palais ou le Louvre dans chaque ville de province. Pourquoi le coût en temps d’accès au travail seraitil plus élevé pour les habitants du Limousin ? Pourquoi leur infliger la double peine de devoir trouver du travail à l’extérieur de la région et de subir pour leurs déplacements un désavantage comparatif ? Au plan collectif, nous devons être tous convaincus qu’il est impératif de raccorder le Limousin au réseau européen. C’est le meilleur moyen d’obtenir le développement économique et

Pour contacter le groupe UMP, tél. : 05 55 45 19 38

12

LA LETTRE DU LIMOUSIN N° 92 JUIN 2011

Actuellement le POCL est avancé par certains comme supérieur au barreau POITIERS-LIMOGES. Soulignons que l’on ne joue pas dans la même catégorie en terme de financement (rapport de 1 à 20) ni en terme d’échéancier (2017 contre 2025). Il est certain pourtant que le pays a besoin d’une transversale Est-Ouest. Le projet TransLe groupe UMP soutient line porté par avec force la réalisation Altro renforcera urgente de la LGV la desserte de la Poitiers-Limoges.» Creuse puisqu’il débouchera sur Comme la région Centre est déjà une liaison Nantes-PoitiersLimoges-Clermont-Lyon. L’électournée vers la LGV Paris-Clermont et que Midi-Pyrénées a fait trification de la ligne Guéretle choix définitif de la liaison par Limoges constitue un aménagement complémentaire à la ligne Bordeaux-Limoges, notre métroLGV Poitiers-Limoges. pole régionale n’a plus le choix sinon elle glissera Q inèxorablement vers l’isolement et la régression économique. social : il permettra de conserver des entreprises performantes, des centres de décision et de répondre aux besoins des petites entreprises de pointe qui travaillent en réseau avec toute l’Europe sachant que le haut débit ne répond pas à tous les besoins.


EUROPE ÉCOLOGIE LES VERTS

Des choix aujourd’hui, ou la contrainte demain?

GROUPE PRÉSIDÉ PAR

MARC HORVAT CONSEILLERS RÉGIONAUX JEAN-BERNARD DAMIENS GHILAINE JEANNOT-PAGÈS

L’Europe s’enferre dans les difficultés économiques, les conditions de travail deviennent oppressantes pour beaucoup de salariés français, malgré leurs excellents résultats productifs (les troisièmes meilleurs du monde) entraînant des familles entières dans le deuil et la détresse. Les entrepreneurs naviguent sans visibilité, les pétroliers comptent leurs faramineux dividendes pendant que la note à la pompe s’envole, et la menace du nucléaire s’est vue tristement confirmée par la tragédie japonaise. La moindre

augmentation de la demande en énergie se solde par une augmentation des prix pour les particuliers ; la raréfaction et le prix des matières premières transforment les câbles de la SNCF en colliers de valeur sur le bord des voies, 800 mètres encore dérobés récemment dans le Nord ont bloqué la circulation des trains vers l’Europe (plus de trois mille vols par an depuis 2009). Les choix sont-ils les bons ? Peuton encore dire que l’écologie est une mode quand Hambourg, au nord de l’Allemagne est frappée

partage autour de ces questions. De s’interroger ensemble sur le devenir de notre société quand l’essence dépassera Quel avenir pour le Limousin (comme le PDG face à la raréfaction de Total des ressources ? » l’a annoncé) 2 euros le litre, qu’il deviendra plus difficile de chauffer son et que la production agricole logement. S’interroger ensemble stagne depuis 10 ans à cause sur la réorganisation du travail, du réchauffement climatique ? Les « assises de la transformation quand le coût du transport individuel dépassera les revenus de l’économie et de l’emploi par des plus bas salaires. l’écologie » sont l’occasion d’un Q par une tempête de sable, que les cours d’eau sont au plus bas,

Pour contacter le groupe Europe Écologie Les Verts, tél. : 05 55 45 17 22

ADS MEL GROUPE PRÉSIDÉ PAR

JACQUELINE LHOMMELÉOMENT ALTERNATIVE DÉMOCRATIE SOCIALISTE

CONSEILLER RÉGIONAL JEAN DANIEL MOUVEMENT ÉCOLOGISTE LIMOUSIN

Un débat sur l’énergie, vite. Ce n’est pas ce qui se passe au Japon qui nous contredira. Aujourd’hui ce ne sont plus seulement les écologistes qui demandent une sortie du tout nucléaire, c’est toute la société qui s’interroge. C’est un enjeu national bien sûr, mais si on prend le temps de regarder une carte planétaire des installations nucléaires civiles c’est assurément un enjeu mondial ; il y va de la survie de l’humanité. Avec la catastrophe Japonaise et cette « double peine » engendrée par le terrible accident de la

Si la mauvaise technologie des centrales de l’Est est avérée, on ne peut pas en dire autant de celles du Japon, et pourtant ni le sérieux, ni la rigueur reconnue de ce peuple n’a pu Alors ouvrons ce débat sans empêcher cet crainte, c’est une question accident majeur. politique à laquelle nous avons le devoir de répondre. » Chacun sait donc, au lendemain de cet événement, quels sont les risques croire après Tchernobyl, à des déficits techniques inhérents aux encourus par les populations négligences de pays communistes proches et éloignées à court et long terme. Envisager la sortie en pleine déconfiture. centrale de Fukushima, le monde vient de découvrir avec effroi que le risque nucléaire n’est plus lié, comme on a voulu nous le faire

du nucléaire ne doit pas être considéré comme insoluble, jamais une énergie ne s’est installée définitivement, le bois a permis de forger les outils pour extraire le charbon, les énergies actuelles doivent nous permettre de découvrir les énergies de demain. L’avenir est dans des énergies diversifiées, renouvelables, indépendantes, nous écologistes en sommes persuadés depuis longtemps. Aujourd’hui l’opinion publique, consciente de l’importance de la bonne santé énergétique de sa société est prête au débat. Q

Pour contacter le groupe Alternative démocratie socialiste et Mouvement écologiste Limousin, tél. : 05 55 45 19 45

TERRE DE GAUCHE PARTI COMMUNISTE FRANÇAIS PARTI DE GAUCHE NOUVEAU PARTI ANTICAPITALISTE

GROUPE PRÉSIDÉ PAR

CHRISTIAN AUDOUIN CONSEILLERS RÉGIONAUX STÉPHANE LAJAUMONT VÉRONIQUE MOMENTEAU LAURENCE PACHE JOËL RATIER PASCALE ROME

Rail : la Région cède au chantage de Vinci C’est une décision lourde de conséquences que l’exécutif régional a prise en votant le 13 avril dernier la contribution de la Région Limousin à la réalisation du tronçon ToursBordeaux de la liaison ferroviaire grande vitesse SEA (Sud-EuropeAtlantique). À l’issue d’un débat tronqué, l’assemblée régionale, à l’exclusion des élus Limousin Terre de Gauche et EuropeÉcologie, a cédé au véritable chantage exercé par l’État, RFF (Réseau Ferré de France) et la multinationale Vinci faisant de la participation des collectivités limousines au financement de cette infrastructure un

préalable incontournable à la réalisation du barreau LGV Limoges-Poitiers. La plus petite région de France déboursera ainsi 26 millions d’euros pour contribuer à un équipement qui ne la concerne même pas ! Mais il y a pire. En acceptant de financer un PPP (Partenariat Public Privé), la majorité régionale (PS, ADS) appuyée en cela par les élus UMP, entérine la libéralisation du rail voulue par les instances européennes et le traité de Lisbonne. Vinci, qui va construire la ligne et l’exploiter pendant cinquante ans, percevra en effet en contrepartie les recettes de

péages générées par la circulation des trains et, si cela ne suffit pas, une subvention d’équilibre versée par l’État, les collectivités territoriales et RFF. Le déficit au public, les profits au privé… Les élus de Limousin Terre de Gauche ont dénoncé ces orientations libérales et voté contre la délibération proposée. Ils ont plaidé une nouvelle fois pour l’amélioration de la ligne historique POLLT qui en irriguant 4 régions et 32 départements, dont la Creuse « l’oubliée » de la LGV Limoges-Poitiers, permet un aménagement équilibré du territoire. Ils ont déposé un texte en ce sens demandant,

Pour suivre l’actualité du groupe, inscrivez-vous sur le site : www.terredegauche.fr »

à l’instar de l’association Urgence POLT, le raccordement du POLT au POCL (Paris-Orléans-ClermontLyon). Une solution de bon sens à l’opposé d’une LGV LimogesPoitiers au coût économique et environnemental désastreux. Q

Pour contacter le groupe Terre de gauche, tél. : 05 55 45 17 26

N° 92 JUIN 2011 LA LETTRE DU LIMOUSIN

13


AGENDA

1

Villejoint/Crozant ARBORETUM DE LA SÉDELLE 05 55 89 83 16 arbosedelle.free.fr

JOURNÉE DES PLANTES DE PRINTEMPS

La culture limousine et le GPS DÉCOUVERTE GéoCulture vous fait voyager à partir de votre GPS

dans les œuvres et la culture limousine.

Vous arrivez en haut du MontGargan. Votre GPS s’anime « Vous vous trouvez dans un site privilégié de vie et d’inspiration pour les artistes. Voulez vous… Lire / écouter un poème de Marcelle Delpastre en français / en occitan ? Voir des images de Chrystèle Lerisse, artiste plasticienne installée à Saint-Gillesles-Forêts? Lire / écouter une présentation de cette artiste ? » À Curemonte, le même GPS vous avertira que Colette y a séjourné en 1940 et vous proposera in extenso une lecture

d’un extrait du Journal à rebours écrit à cette période ou d’écouter un commentaire sur la présence de Colette à Curemonte et de voir une image des tours de Curemonte à l’époque ? Aujourd’hui, vos déplacements en Limousin vous font voyager un peu plus loin que vous n’aviez imaginé. C’est le cœur du très beau projet Géoculture porté initialement par le Centre Régional du Livre en Limousin – Alcol et aujourd’hui, l’Avec (agence de valorisation économique

et culturelle). GéoCuture valorise à la fois toutes les cultures en Limousin mais offre aussi un intérêt évident pour le tourisme en dévoilant des richesses qu’on ne voit pas autrement. Vous pouvez aussi prévoir vos itinéraires en Limousin à partir du site internet de GéoCulture. Une carte du Limousin interactive et des circuits thématiques vous feront découvrir des œuvres de toutes natures dans les trois départements. GéoCulture rassemble déjà près

de 500 œuvres. L’ensemble des institutions culturelles et touristiques de la région, mais aussi les collectivités territoriales et les particuliers intéressés peuvent naturellement concourir au succès de ce projet régional. Q

Si au contraire vous n’avez pas bien compris cette historiette et que vous souhaitez apprendre l’occitan, les locuteurs de la région vous accueilleront les bras ouverts pour vous initier à notre idiome. N’hésitez pas, de nombreux cours pour adultes sont organisés un peu partout par diverses associations. Il ne s’agit pas de retourner sur les bancs de l’école, mais plutôt de passer d’agréables moments à (ré) apprendre, à entendre et à parler cette jolie langue limousine. Pour connaître le cours ou le cercle occitan le plus proche de chez vous, demandez à l’Institut d’Études Occitanes du Limousin, qui vous aiguillera avec plaisir. Q

LEXIQUE banturle = fêtard, oisif balade = fête pétarou = vélomoteur fiauler = boire virouner = faire des virages gagnou = cochon gouyat = jeune homme roudelou = roulade toupi = pot de terre ou de métal s’éclafouérer = s’écraser coudert = enclos à cochons se recamper = se relever bugné = cabossé magné = atteint, secoué s’ébouiller = s’effondrer buffée = dispute fidélou = fils de loup, interjection fadard = fou, idiot sadoulaud = ivrogne gnorle = historiette comique.

http://geo.culture-en-limousin.fr/ Géoculture est accessible à partir des Smartphones dotés d’un GPS (Blackberry, I-Phone…) ou d’un terminal GPS proposé dans l’ensemble des offices de tourisme de la région pour une durée limitée (un jour, une semaine…).

LE BILLET OCCITAN Une gnorle SDU%DSWLVWH&KUpWLHQ Une nuit, un jeune banturle s’en revenait de la balade sur son pétarou. Il avait bien fiaulé, peut-être trop, et la route qui le ramenait à la maison virounait comme la queue d’un gagnou. L’attention du gouyat baissa en arrivant chez ses parents, il manqua le dernier virage, fit quelques roudelous, renversa quelques toupis et alla s’éclafouérer dans le coudert, faisant un bruit de tous les diables. Plus de peur que de mal, il se recampa. Mais son beau pétarou était tout bugné et magné, plus moyen de le démarrer. Son père, éveillé par tant de bruit, sortit en courant, affolé, croyant que sa grange s’était ébouillée. En voyant le garçon, il comprit la situation et lui passa une sacrée buffée : « Fidélou ! Grand fadard,

14

espèce de sadoulaud, comment astu fait ton compte ? » « Sûrement mal, lui répondit son fils, j’avais compté quatorze virages mais n’en avais passé que treize… ». Si vous avez pu lire cette petite gnorle sans difficulté, c’est que vous êtes de la région. Sûrement ne vous en êtes-vous pas rendu compte, mais vous avez lu jusqu’ici vingt mots occitans. Ils sont à tel point ancrés dans votre vocabulaire que vous ne savez même pas qu’ils sont typiquement Limousins. Pourtant, un cousin berrichon ou un ami breton ne comprendrait pas la moitié de cette histoire. C’est le signe que la langue occitane est encore présente chez beaucoup d’entre vous, et qu’il suffirait d’un rien pour que vous la parliez couramment.

LA LETTRE DU LIMOUSIN N° 92 JUIN 2011

I.E.O. dau Lemosin : 05 55 98 28 90 contact@ieo-lemosin.org

21 & 22 MAI L’Arboretum de la Sédelle abrite 400 espèces et révèle un camaïeu de couleurs en perpétuel mouvement. Sculpté, apprivoisé par la main de Philippe Wanty, élève du célèbre Gilles Clément, ce vallon autrefois sauvage est aujourd’hui classé Jardin Remarquable. Le site de six hectares est bordé par la Sédelle. Ce jardin d’Eden révèle une extraordinaire collection d’érables, de cornouillers, tilleuls, rhododendrons et autres merveilles !

Haute-Corrèze 05 55 89 83 16 http://printemps-hautecorreze. blogspot.com

8e ÉDITION DES PRINTEMPS DE HAUTE-CORRÈZE Jusqu’au 14 JUIN Depuis 2004, à l’initiative du Centre d’art contemporain de Meymac, un ensemble de structures associatives imagine un festival autour d’un thème fédérateur, renouvelé chaque année. La Femme est à l’honneur de cette édition 2011. Elle s’expose sous toutes les coutures : la femme de son émancipation à sa pleine réalisation, la femme vue par l’œil masculin, l’image de la femme dans la société moderne, la femme artiste. Le festival se déroulera dans plusieurs villes de Haute Corrèze. Le principe du festival reste le même : les associations locales et les établissements scolaires, avec le soutien des collectivités, ont imaginé une série d’événements dans les domaines des arts plastiques, du cinéma, de la littérature, de l’histoire, du spectacle vivant, de la politique. Une large place est également faite aux rencontres et débats.

Ferme de Villefavard RÉSERVATIONS ET RENSEIGNEMENTS 05 55 76 54 72

RÉPÉTIONS PUBLIQUES DU 29 MAI AU 1er JUIN À la ferme de Villefavard

CONCERT 1er JUIN À la ferme de Villefavard

Brive RÉSERVATIONS ET RENSEIGNEMENTS 05 55 76 11 04

CONCERT 31 MAI Salle Francis Poulenc Brive L’ensemble vocal Chronochromie, dirigé par Jean-Michel Hasler (douze chanteurs choristes et solistes et du guitariste JeanMarc Roulet), sera en résidence de création musicale en Haute-

2


LIVRES Q ET DISQUES

LES 10 CHOIX DE LA RÉDACTION 3

4

Pierre M Mazataud, t d ttextes, t Emmanuel Ciepka, photographe Éditions Ouest-France

LE LIMOUSIN Vienne, à la Ferme de Villefavard. Au programme, plusieurs pièces de compositeurs espagnols contemporains, qui ont mis en musique des poèmes de Federico Garcia Lorca. Et au cœur de ce programme Andalou, l’œuvre d’un amoureux de la guitare, de l’Andalousie et du monde « gitan » : Mario CastelnuovoTedesco.

Le concert briviste sera suivi d’une petite dégustation de traditionnels « tapas » (charcuteries, fromages, vins) tandis que le concert de Villefavard sera clôturé par l’intervention de Paloma León, Présidente de l’association « Ateneo Republicano du Limousin », qui reviendra sur l’oeuvre de Federico Garcia Lorca, le contexte historique qui entoura sa vie, sa mort, son rôle politique et son engagement social.

l’étranger (Belgique, Danemark, Lituanie, Espagne, Finlande, Hong-Kong…) : plus de 200 représentations à ce jour.

Île de Vassivière CENTRE INTERNATIONAL D’ART ET DU PAYSAGE DE L’ÎLE DE VASSIVIÈRE 05 55 69 27 27 www.ciapiledevassiviere.com

BETHAN HUWS Jusqu’au 19 JUIN Bethan Huws développe une œuvre multiforme présentée dans les institutions et lieux d’art contemporain les plus prestigieux tels que la Kunsthalle de Berne, la Kunsthalle de Düsseldorf, la Tate Modern à Londres, le Museum Serralves à Porto ou encore récemment la Whitechapel Gallery à Londres. L’exposition Black and White Animals présente un vaste panorama de son œuvre dans l’ensemble des espaces du Centre d’art ainsi que dans le bois de sculptures. L’artiste galloise y entremêle ses sources d’inspiration : les souvenirs de son enfance avec son expérience du Plateau de Millevaches. Les œuvres de Bethan Huws sont le fruit d’une longue réflexion menée tant sur sa propre pratique que sur l’œuvre d’autres artistes de l’histoire de l’art moderne, en particulier celle de Marcel Duchamp.

Guéret-Montluçon AÉRODROME DE GUÉRET-MONTLUÇON

Sarran (19)

www.imaa-europe.com

COMPAGNIE ASSOCIÉE AU SIRQUE PÔLE NATIONAL DES ARTS DU CIRQUE DE NEXON EN LIMOUSIN

MEETING AÉRIEN DE MODÈLES RÉDUITS

05 55 58 10 79 www.cirquenexon.com

UN CIRQUE PLUS JUSTE Cie Circo Aereo 20 & 21 MAI 21 h. Sous son minuscule chapiteau, fabriqué de ses mains, le finlandais Jani Nuutinen prône « un cirque plus juste » où tout est fait par une seule personne. Dans une gestuelle d’une tranquillité ordinaire, ce jongleur singulier manipule l’infime et le décalage humoristique. Jeu de regards, d’ombre et de lumière, de musique et de cirque... Entre minimalisme et tour de force spectaculaire, c’est un moment rare qui se joue là ! Coproduit par Le Sirque, ce 2e volet de la trilogie « Cirque d’objets » a sillonné la France et

11 & 12 JUIN Un meeting exceptionnel de l’IMAA (international miniature aircraft association), des « petits gros », ces modèles réduits de grande taille dont certains sont gros comme des avions. Pour la première fois en effet, l’IMAA fait son rassemblement européen en Creuse. Au menu, un Concorde et 150 autres machines exceptionnelles évolueront devant vous les 11 et 12 Juin. Entre 5 et 10 000 spectateurs attendus.

Brive 05 55 24 06 31 www.brivevillecyclable.org

15e FÊTE DU VÉLO DU 27 AU 29 MAI Brive ville cyclable organise chaque année la fête du vélo dans la cité Gaillarde. L’association milite pour un meilleur partage de la rue, le développement des infrastructures et la pratique du vélo en ville. Le 27 mai, elle propose une conférence sport-santé animée par le Docteur Jean Luc Saladin sur « les bienfaits d’une activité physique intégrée au quotidien » à 20 h 30 salle du pont du Buy. Le 28 mai, vous pourrez découvrir le Brive historique à vélo en nocturne. Le rendez-vous est donné à 20 h place W. Churchill au stand Briev ville cyclable. Enfin, le 29 mai, de 8 h à 13 h : randonnées cyclo, balades familiales encadrées, gymkhana, bourse au vélo…

Limoges jusqu’au 29 MAI PAVILLON DU VERDURIER 05 55 32 73 44

La Souterraine à partir du 4 JUIN BIBLIOTHÈQUE RENÉE CHATREIX 05 55 63 36 11

Uzerche à partir du 11 JUIN MÉDIATHÈQUE SIMONE DE BEAUVOIR 05 55 68 12 11 ipel.org

ITINÉRAIRES PHOTOGRAPHIQUES EN LIMOUSIN Un grand cru pour cette nouvelle édition des itinéraires photographiques du Limousin. Comme chaque année, l’association Photo-look expose une dizaine d’artistes photographes, croise les genres et les démarches : photos très travaillées, polaroids aux contours abimés par l’émulsion ou noir et blanc un peu sales… des ambiances toujours très fortes semblent être la constante de ces jeunes photographes.

Aubusson

de raconter les mêmes histoires feignant de ne pas voir que son île a disparu et Joslin lui aussi né ici, mais qui refuse de couler avec son île.

1 15e fête du vélo dans la cité Gaillarde, activités cyclistes pour découvrir Brive autrement. 2 Itinéraires photographiques en Limousin avec entre autres l’univers de la photographe Tany Kely.

Dix itinéraires de découverte dans ce nouveau guide du Limousin qui propose un traitement thématique et géographique de la région. D’ascendance limousine, Pierre Mazataud est un géographe qui a publié une dizaine d’ouvrages sur les régions du centre de la France. Emmanuel Ciepka, photographe d’art, se partage entre Paris où il exerce son métier de portraitiste et le Limousin, ce pays de l’enfance, où il revient sans cesse. Il a déjà publié Envie d’évasion Limousin aux Éditions OuestFrance. 144 pages, 15,90 euros.

3 8e édition des printemps de Haute-Corrèze, avec pour 2011 la femme à l’honneur.

Maurice M Robert R Limousin http://coquelicontes.over-blog.com

COQUELICONTES 15e FESTIVAL DU CONTE ITINÉRANT EN LIMOUSIN DU 16 AU 29 MAI Coquelicontes vous donne la possibilité chaque année pendant 15 jours de découvrir une voix, d’entendre une musique. Le festival propose plus de cent spectacles à travers tout le Limousin. Coquelicontes est né du désir de fédérer les initiatives, jusque-là isolées, de formation et de programmation de spectacles de contes portées par différentes structures et en particulier par les bibliothèques départementales. Mais c’est aussi le désir de promouvoir le conte dans l’ensemble du territoire limousin grâce à l’itinérance d’artistes à travers les trois départements. Le festival est organisé depuis son origine par le Centre régional du livre en Limousin-Alcol, les trois bibliothèques départementales de la région et la Bibliothèque francophone multimédia (Bfm) de Limoges.

4 Bethan Huws, Boat, 1983-2011 Verre, bois, métal Photo : Stephen Rohner. Une multitude de petits bateaux en roseau que l’artiste réalise depuis 1983.

É Éditions Lucien Souny L

LE FILS DU MÉT MÉTAYER Originaire du Limousin, docteur ès Lettres et ethnologue de formation, Maurice Robert est issu d’une famille d’artisanspaysans. On le connaît pour ses nombreux ouvrages sur la culture limousine. Il signe ici un premier roman populaire sur une trame d’aventures sociales et humaines. Le fils du métayer, Étienne, est né en 1769. Les paysans de son village presque réduits à un état de servage, soumis aux misères du temps et aux exigences des puissants, ont souffert des privations et ont été quelquefois réduits à manger des fougères. Il ne supporte ces conditions ni pour lui-même ni pour les siens. À 18 ans, il décide de partir « à la maçonne » à Paris… 272 pages, ges, 18 euros

SCÈNE NATIONALE D’AUBUSSON THÉÂTRE JEAN LURÇAT 05 55 83 09 09

LE DODO (CONTE) LE 25 MAI 20 h 30. Exercice d’autodérision d’un conteur vieillissant et légèrement dépressif qui tente de trouver des alternatives pour survivre… Yannick Jaulin questionne ici son humanité : ses racines, ses doutes, ses peurs. Dans Le Dodo, la schizophrénie du conteur est en proie à une crise existentielle diagnostiquée comme le Syndrome du Dodo (oiseau aujourd’hui disparu). Il provoque un dédoublement mis en scène par deux personnages : Japio, le conteur patoisant qui continue

Félicien en nD David Da avid vid vi Le quatuor mosaïques de Christophe Coin

LE SOUVENIR Second album du quatuor de Christophe Coin sur l’œuvre du compositeur Français du XIXe siècle Félicien David. Après un premier succès, le Quatuor Mosaïques continue son exploration avec cette musique de chambre entre valse de salon, exotisme oriental et romantisme allemand. LABORIE Classique (distribution Abeille musique) / LC12

N° 92 JUIN 2011 LA LETTRE DU LIMOUSIN

15


PORTRAIT

Serial buzzeur Ryan Lafarge adore le Limousin, les madeleines Bijou, la médiathèque

de Limoges, et le montre en image. Rencontre avec un acteur-réalisateur qui aime faire le buzz sur internet. © ANITA GALLOT

27, BOULEVARD DE LA CORDERIE 87031 LIMOGES CEDEX 05 55 45 19 00

DIRECTEUR DE LA PUBLICATION Jean-Paul Denanot RESPONSABLE DE LA RÉDACTION Sybille Mangin RÉDACTEUR EN CHEF Guillaume Fontaine RÉDACTION Emmanuelle Mayer PHOTOS Guillaume Fontaine Sauf mention contraire, avec la collaboration des services et agences de la Région

CONCEPTION GRAPHIQUE Agence Cinquième Colonne 04 73 87 15 27

MISE EN PAGE Graphik Studio 05 55 32 06 32

IMPRESSION Rivet Presse Édition 05 55 04 49 50

L’entreprise Rivet Presse Édition est labellisée Imprim’vert. Elle respecte un cahier des charges strict sur le recyclage de ses déchets et la composition de ses encres. La Lettre du Limousin est imprimée sur du papier recyclé avec des encres végétales. ISSN N° 0151-2587 365 000 exemplaires

Recevez La Lettre du Limousin Vous avez un autocollant Stop pub ou vous n’habitez pas en Limousin mais vous voulez recevoir La Lettre du Limousin, abonnez-vous sur simple demande en précisant nom, prénom et adresse postale à : lalettredulimousin@cr-limousin.fr ou par courrier à: Abonnement La Lettre du Limousin 27, boulevard de la Corderie 87031 Limoges Cedex

Peur de rien Bouillonnant bonhomme, Ryan Lafarge accumule les idées de vidéos et de publicités.

Ryan Lafarge n’a peur de rien, et surtout pas du ridicule. Après l’avoir vu dansé en tutu rose dans Limoges, ponctuant l’air du Beau Danube Bleu de « pop », son caractéristique d’une madeleine Bijou expulsée de son sachet, on s’attend à rencontrer un jeune homme complètement déjanté. Mais non. Certes, le bonhomme bouillonne d’idées de vidéos décalées. Mais il est plutôt lunaire. Toujours étonné qu’on s’intéresse à lui alors que ses films attirent des milliers d’internautes. Réalisée en juin 2010, sa Valse des madeleines a été vue par 22 000 personnes. Un joli buzz pour cette drôle de pub qui est même passée sur France 3 national. Mais le jeune adjoint du patrimoine du Pôle arts de la Bibliothèque francophone multimédia (BFM) n’en est pas à son premier coup. Déjà, en 2009, son hommage poilant à Michaël Jackson - une performance où il danse à la manière de son idole sur Billie Jean au beau milieu de la BFM - avait attiré 60 000 visiteurs en deux jours sur Youtube. « Je voulais juste rendre hommage à Michaël dont la mort m’a chamboulé ». Voilà un clown bien sensible. D’ailleurs, son travail vidéo ne se limite pas à quelques pas de danse costumée. Avec son comparse le photographe

16

Rémi Debord, il a réalisé le très beau « Seul(s) », court métrage poétique qui a gagné la battle du Festival du court métrage de Limoges en 2010. Une récompense qu’il avait déjà obtenu lors l’édition 2008, avec l’étonnant « Monde Diplomatique », réalisé avec Emmanuel Russeil (McFlyProd) et Rémi Debord déjà. En catimini car les participants n’ont que 4 jours pour réaliser le film, une fois le thème révélé ! Mettre en valeur le Limousin Difficile de trouver un point commun à toute son œuvre (une quinzaine de vidéos, clips et courts métrages), si ce n’est l’envie de mettre en valeur Limoges et le Limousin, avec « une touche de fun », un « regard décalé ». Ses influences ? Les Monty Python (Sacré Graal), Michel Gondry (Eternal sunschine of the spotless mind), David Fincher (The social network) ou encore Aronofsky (Black Swan). Le cinéma n’est pas qu’un simple hobby pour cet excentrique. « Depuis que je suis tout petit, je rêve d’être acteur et réalisateur ». Après son Bac S puis un passage en fac, Ryan enchaîne les petits boulots d’ouvrier. Suivant son rêve, il entre au conservatoire de théâtre en 2002, sous la houlette de Michel Bruzat, avec qui

LA LETTRE DU LIMOUSIN N° 92 JUIN 2011

Difficile de trouver un point commun à toute son œuvre, si ce n’est l’envie de mettre en valeur Limoges et le Limousin, avec « une touche de fun », un « regard décalé ». il avait déjà pris des cours lorsqu’il était collégien. Pendant deux ans et demi, il se donne à fond pour sa passion, travaillant et répétant avec les copains. « Ce qui est beau dans le théâtre, ce sont les cassures... créer des variations, du paradoxe ». Mais l’art scénique ne se suffit pas de la demi-mesure. Alors quand il est embauché à la BFM en 2004, Ryan dit adieu au conservatoire. « Après mes années de galère, c’était un boulot en or. Je suis dans mon élément, au milieu des CD, des films, des BD et des livres d’arts. J’ai eu beaucoup de chance d’avoir ce poste ». Là où d’autres lâchent tout pour courir les castings, Ryan choisit de faire ses propres vidéos et de les dif-

fuser sur Youtube ou Vimeo, à grand renfort de Facebook. La rencontre avec Rémi Debord et Emmanuel Russeil en 2007 est décisive. Participant à concours sur concours (Macif, Populaire du Centre, Festival du court métrage de Limoges...), la petite équipe est sollicitée pour réaliser la bande annonce de l’édition 2009 du festival, dont la battle est remportée par Julien Pestel (Prise 2 vue). Une autre rencontre marquante puisque ce fan de parodie signe le montage de La valse des madeleines. Aujourd’hui, Ryan continue d’accumuler les idées de publicités (avis aux entreprises !), rêvant d’un buzz, un vrai, « c’est à dire un million de vues ! » et profitant de la moindre occasion pour tourner (par exemple Beautiful Finland lors de vacances entre amis). Pour le moment, il n’a gagné que quelques trophées, des remerciements et un colis de madeleines Bijou. Mais une société d’électricité l’a contacté pour acheter les droits d’un de ses spots. « Julien et Manu sont partis faire leurs études à Paris mais j’essaie de les convaincre de revenir. Avec Rémi, on vient de trouver un preneur de son. À nous 5, on forme une bonne équipe pour monter des projets ». Allez les gars, revenez faire du cinéma made in Limousin ! Q

Bio express 1981 NAISSANCE 2002-2004 CONSERVATOIRE DE THÉÂTRE

facebook.com/regionlimousin twitter.com/regionlimousin

PROCHAIN DOSSIER

FESTIVALS D’ÉTÉ

SORTIE DU NUMÉRO 93 LE 4 JUILLET

2004 ENTRE À LA MÉDIATHÈQUE COMME ADJOINT AU PATRIMOINE 2008 « LE MONDE DIPLOMATIQUE » 2009 MICKAËL JACKSON À LA BFM 2010 « SEUL(S) », « LA VALSE DES MADELEINES »...

Région Limousin Une chance à saisir

Lettre du Limousin 92  

Le journal de la Région Limousin

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you