Page 1

SUISSE MARS 2018, CHF 3,80

HORS DU COMMUN

CET HOMME A ABANDONNÉ

TOUT CE DANS QUOI IL EXCELLAIT POUR DEVENIR MEILLEUR LE SECRET DE MARKUS KELLER, CHAMPION DU MONDE SUISSE DE HALFPIPE


4x4

MADE FOR SWITZERLAND

DÉCOUVREZ NOS MODÈLES 4x4 Un terrain abrupt? Un sol glissant? Un temps affreux? De la neige? Relax! Une ŠKODA 4x4 garde son cap en toutes circonstances. Et est bien entendu disponible avec boîte automatique. Des technologies innovantes transmettent la force au sol de façon optimale pour une stabilité et une sécurité maximales. Son rapport qualité-prix imbattable fait que vous garderez aussi le contrôle de votre budget. ŠKODA 4x4. Made for Switzerland.


ÉDITORIAL

Le changement, certains le redoutent, d’autres ne vivent que pour lui. Markus Keller fait partie de la deuxième catégorie. Le snowboardeur, lassé des entraînements, ­figures et parcours imposés en compétition, a troqué un quotidien rébarbatif et monotone pour la délicieuse imprédictibilité d’une vie consacrée au freeride, en page 26. Glisse toujours, mais en milieu urbain : le plasticien Raphaël Zarka dévoile un portfolio des skateurs pros en interaction avec des œuvres publiques à découvrir page 44.

La légende sud-africaine (et aveugle) du MMA, Ronald Dlamini, se réjouit au contact de la musculature de notre journaliste Tom Ward. L’incroyable histoire du « Black Mamba » est à retrouver en page 36.

Mais le guest le plus épatant de ce numéro est assurément Ronald Dlamini (ci-dessus, à gauche sur la photo). Au sommet de son art, le MMA, il a perdu la vue, mais a décidé de ne pas abandonner le combat. Toujours ­d’attaque, l’athlète coache aujourd’hui les combattants les plus prometteurs, à lire en page 36. Bonne lecture ! Votre Rédaction

4 



CONTRIBUTEURS NOS ÉQUIPIERS

JONAS BENDIKSEN

Photographe primé et basé à Oslo, Bendiksen a construit sa carrière en rejoignant des terres sauvages pour l’agence Magnum ou encore le National Geographic. Il voyage pour nous en Islande à la rencontre d’une équipe de sauvetage. « Une mission de rêve, dit Jonas. Ces ­volontaires bravent les éléments, juste parce qu’ils aiment être là, dehors, dans des conditions difficiles. Inspirant ! » Tout le monde à l’eau en page 62.

GIAN PAUL LOZZA

Le natif des Grisons a dernièrement arpenté la campagne japonaise à la recherche de l’un des spots les plus enneigés de la p ­ lanète. Il s’est rendu sur l’île d’Hokkaïdo avec Markus Keller, champion du monde de halfpipe 2003. Les deux ont frôlé leurs limites corporelles. Lozza : « J’étais enfoncé dans la neige jusqu’aux hanches pour shooter. Pendant ce temps, Markus faisait des runs de fou dans la poudreuse. » Le résultat en page 26.

THE RED BULLETIN

GIAN PAUL LOZZA (COUVERTURE)

AVANCER LES YEUX FERMÉS


RECORDING O LYM P I C D R E A M S

SEAMASTER PLANET OCEAN PYEONGCHANG 2018 EDITION

Since 1932, OMEGA has known that the Olympic Games is a stage for dedicated athletes to reach their dreams. That’s why we love our role as Official Timekeeper and why we’re so passionate about providing trusted precision in every single event. Exclusively at OMEGA Flagship Boutiques and selected retailers worldwide


SOMMAIRE mars

BULLEVARD Un mode de vie hors du commun

10 Chris « Thor » Hemsworth face

aux fantômes de son passé

12 Au Red bull Crashed Ice, ça va

foncer et aussi se friter !

14 Un resto en dessous de tout 16 Le feu sur l’échelle du piment 17 Dita Von Teese hausse le ton 18 Aston Martin s’associe à Red

Bull Racing, ça fait braaaaap !

20 Après le Juste Debout, vous ne

voudrez plus rester assis...

2 2 La comédienne Margot Robbie

ne patine jamais dans l’ennui

24 Jake sublime vos sneakers

GUIDE

Voir. Avoir. Faire. 80 Red Bull TV : chaud-froid ! 82 Montres : regardez en dessous 84 Agenda : que du très cool 86 Fitness : stimulation portable 88 Matos : coming out... door 98 Makes You Fly : objectif lune

44

LE SKATE S’EXPOSE

Skate = vandalisme ? Ce portfolio de skateurs ridant de l’art urbain – et adoubés par les artistes eux-mêmes – vous convaincra du contraire.

17

TOUT TELLIER…

Dita Von Teese se lance dans la chanson avec la complicité de ­Sébastien Tellier. 6 




36 DAVY VAN LAERE, JOHN RUSSO/GETTY IMAGES, PAUL SAMUELS

BON PIED…

... bon œil, pourrait-on plaisanter à propos de ce pro du MMA toujours opé malgré la cécité, mais l’histoire de Ronald n’inspire que le respect.

REPORTAGES 2 6 Hors piste

Markus Keller savait que la compétition finirait par le lasser. Parallèlement à son titre mondial en halfpipe, il a choisi de se consacrer à l’imprévisible : le freeride.

3 6 Le visionnaire

Le Sud-Africain Ronald Dlamini, champion de MMA devenu aveugle, n’a ­jamais abandonné le combat. Désormais, il transmet.

4 4 L’art est à eux

Selon Raphaël Zarka, les skateurs peuvent interpréter l’art public.

5 2 Mets le paquet !

Après avoir lu ce sujet, vous ne verrez plus les coursiers à vélo du même œil.

6 0 Tanja Erath

L’Allemande est devenue cycliste sur route pro en se préparant dans son salon.

6 2 Le héros pluriel

Sauver des vies dans les eaux glacées de l’Islande, c’est leur job. Bénévolement.

7 2 #nofilter

Les Américains de Awolnation se mettent à nu pour enregistrer un LP à ­l’ancienne. Et toute erreur sera gravée à vie.

THE RED BULLETIN 

 7


Challenge the weather.

Retrouvez vos prévisions météo de haute précision, la météo de vos trajets et un radar météo en ligne et sur l’appli.

morecast.com


BULLEVARD U N

ST Y L E

D E

V I E

H O R S

D U

C O M M U N

L’homme qui valait presque 3 milliards : la star de Thor parle de son enfance dans l’arrière-pays australien.

JOHN RUSSO/CONTOUR BY GETTY IMAGES

CHRIS HEMSWORTH « AU PLACARD LE PORTABLE ! » PAGE 10

THE RED BULLETIN

 9


JOHN RUSSO/CONTOUR BY GETTY IMAGES

RÜDIGER STURM

B UL L EVA R D

Action man et surfeur occasionnel. « Plus la vague est grosse, plus le plaisir est grand. »

10  



THE RED BULLETIN


D

ans sa jeunesse, Chris Hemsworth se baladait dans la nature, pieds nus de préférence. À 34 ans, l’Australien fait partie du gratin (chaussé) d’Hollywood. Avec trois volets de Thor à son actif, l’acteur encaisse près de deux milliards. Il change de registre en 2018 avec le film de guerre américain Horse Soldiers. the red bulletin : Monsieur Hemsworth, votre dernier opus se consacre à une unité de Forces Spéciales et à son implication en Afghanistan. Quelles sont les personnes les plus courageuses que vous ayez rencontrées ? chris hemsworth : Ma mère et mon père. Quand j’étais petit, nous avions peu d’argent. Mais mes parents ne nous ont jamais fait nous sentir pauvres, mes frères et moi (les acteurs Liam et Luke Hemsworth, ndlr). Ils ont trimé pour nous offrir de belles vacances et nous payer la planche de surf de nos rêves.

Chris Hemsworth L’interprète des 3 opus de Thor a grandi dans l’outback. Jusqu’à aujourd’hui, la nature est sa principale source d’inspiration.

« C’ÉTAIT PEUPLÉ DE BUFFLES, DE FANTÔMES » THE RED BULLETIN

Vous avez grandi dans ­l’outback, en Australie… … dans diverses communautés aborigènes, en effet. C’était radicalement différent de ce que nous connaissons aujourd’hui. À quoi ça ressemblait ? Les buffles passaient dans la rue, dans les fleuves on trouvait des crocodiles. On avait une télé (cassée la plupart du temps) avec deux chaînes. À quoi occupiez-vous votre temps ? Nous passions nos journées dehors. Nous étions immergés dans la culture aborigène, ses mythes et ses histoires. De quoi ces histoires parlent-elles ?

De fantômes qui vivent dans l’outback. Mes copains et moi, nous fabriquions des armes puis partions à la découverte des grottes alentour. Une fois, nous avons même découvert une peinture murale. Ce sont des expériences qu’on ne peut faire dans aucune école. Vous êtes resté un fan de nature. Qu’y cherchez-vous ? J’ai beaucoup d’énergie. Quand je ne trouve pas de soupape pour évacuer le trop plein, je ne supporte pas de rester enfermé. Ça m’arrive quand je suis longtemps en ville pour un tournage. Je ne veux pas non plus rester le nez collé sur un écran. Alors de temps en temps, je mets mon portable au placard. Et je m’éclipse dans la nature. Et où parvenez-vous le mieux à déconnecter ? Sur les vagues, quand je surfe ! Plus elles sont hautes, plus je dois m’aventurer hors de ma zone de confort, mieux c’est. Dans ces moments-là, il faut être présent à 100 %. Je m’efforce de garder cette sensation vivace pour le reste de la journée.

Les fantômes, les vagues. D’où puisez-vous encore votre inspiration ? Je trouve qu’il est dangereux de rester toujours au même endroit. Car la vision qu’on a du monde peut se réduire comme une peau de chagrin. Sortez de votre bulle. Ce qui m’intéresse, c’est d’aller à la rencontre des hommes et de leurs cultures, d’apprendre à les connaître et à les comprendre. Nous avons beaucoup de choses à en tirer.

Horse Soldiers, actuellement au cinéma.  11


B UL L EVA R D

ANDREAS SCHAAD/RED BULL CONTENT POOL, JOERG MITTER/RED BULL CONTENT POOL PH CAMY

En pole position, Miikka Jouhkimainen (FIN), suivi de près par Janis Lütolf (SUI) sur la piste du Red Bull Crashed Ice 2017 à J­ yväskylä, Laajis (Finlande).

12  



THE RED BULLETIN


U

Ça va geler ! Les glacediateurs du Red Bull Crashed Ice sont de retour à Marseille les 16 et 17 février pour une épreuve d’anthologie.

IL NE DOIT EN RESTER QU’UN ! THE RED BULLETIN

ne virée à la patinoire qui tournerait au sprint infernal, sur une piste en pente, glacée, intégrant des bosses et virages relevés. À la lutte, quatre riders, mix de hockeyeurs et descendeurs VTT, sur des patins à glace. Le sport ? L’Ice Cross Downhill. Le but ? Aller le plus vite. Trente à soixante secondes par run, selon les pistes. On fonce, on saute, on touche parfois... Et la chute peut être spectaculaire, à des allures pouvant ­atteindre les 80 km/h sur les sections les plus rapides. Lancé en 2001, et intégré au championnat du monde d’Ice Cross Downhill, le Red Bull Crashed Ice revient en France, à Marseille, pour la ­seconde fois de son histoire. Et même en hiver, ce sera chaud. « En 2014, sur un run de qualifications à Moscou, je me suis fait une bonne entorse à la cheville, confie Pacôme ­Schmitt, le seul Français engagé sur l’ensemble des quatre étapes du Red Bull Crashed Ice 2018 (USA, Finlande, France et Canada). Tu peux tomber facilement car la zone de contact, la lame du patin, est très étroite. » Et parce que les riders sont prêts à en découdre, même si les contacts ne sont pas officiellement autorisés. « Si ce n’est ceux qui arrivent dans le feu de l’action, précise Pacôme. La charge n’est en aucun cas bienvenue. » Avec parfois seulement quatre mètres de large sur son parcours marseillais, le Red Bull Crashed Ice promet quoi qu’il en soit son lot de moments intenses, de chutes spectaculaires, et de ­finishs hyper engagés après un parcours de 340 mètres de long où tout pourra arriver. Au-delà d’un événement sportif hors du commun, le Red Bull Crashed Ice est une prouesse technique, car ce sont 1 800 m² de glace made

Pacôme S ­ chmitt (FRA), engagé sur l’intégralité du Red Bull Crashed Ice.

in PACA qui sont nécessaires à la réalisation de sa piste, via un système de tapis « refroidissant ». Une fois prête à l’emploi, les riders de tous pays peuvent se familiariser avec elle et y entamer leurs sessions d’entraînement. « C’est là que l’on essaie de repérer les meilleures lignes, dit Pacôme, de travailler les parties techniques, et on ride à plusieurs afin de trouver les meilleurs endroits pour dépasser... » Au cœur de la compétition, Pacôme et ses plus coriaces adversaires (dont l’Américain Cameron Naasz, vainqueur du titre mondial en 2017) devront r­ épondre aux exigences d’intensité de ce format de course. « Physiquement, il faut tenir la distance. C’est super intense, on donne tout. » Cette année comme en 2017, l’action aura lieu au cœur de la ville : l’axe sinueux qui accueillera ces runs de glisse insensés sera installé entre l’hôtel Intercontinental et le Vieux-Port. Et les vingt mille spectateurs au plus près des glacediateurs. Pour celles et ceux loin de Marseille, Red Bull TV proposera samedi 17 février dès 20 h 45, une retransmission en direct des finales. La chaîne L’Équipe et SFR Sport 3 assureront également une retransmission de l’événement. crashedice.redbull.com

 13


U

nder ressemble à bien des égards à Moby Dick – cachalot blanc d’une ampleur gargantuesque, émergeant des abysses pour tout avaler sur son passage. Lorsqu’il ouvrira ses portes l’an prochain à Lindesnes (Norvège), Under sera la plus grande table sous les mers. Le menu (raffiné) comprendra exclusivement des aliments ayant parcouru de courtes distances : poissons et crustacés issus de la mer glaciale visible de l’autre côté de la baie vitrée panoramique, ainsi que moutons sauvages et oiseaux marins des alentours. Under permettra d’observer et de déguster la faune. Grâce à des effets olfactifs, sonores et lumineux, le plancton sera attiré pour à son tour aguicher les poissons. Ce qui ajoutera un maillon supplémentaire à la chaîne alimentaire de cette ­expérience culinaire unique. under.no

Immersion gustative Plongeant des falaises vers les fonds marins, cet établissement norvégien apporte une nouvelle dimension à la cuisine. La faune locale figure au menu. Elle provient des eaux, terres et cieux environnants.

NE PREND PAS LES TICKETS REST’EAU

Un mur de verre acrylique met en scène l’écosystème local – et le plat du jour.

14  



MIR/SNØHETTA/STIAN BROCH

TOM GUISE

Le menu se constitue d’ingrédients issus des eaux, forêts et plages alentour.

Le bâtiment aux allures de rocher, ­dessiné par les architectes de l’agence Snøhetta, plonge près de 6 m sous l’eau. THE RED BULLETIN


B UL L EVA R D

THE RED BULLETIN

 15


3,5 mil

Attiser le feu

jusqu’à 3,18 millions

Pepper X

Rien n’est trop corsé pour « Smokin’ » Ed Currie, le ­créateur du Pepper X qui désintègre votre palais.

3 mil

« COMME MANGER DE LA LAVE »

2 mil

1,5 mil

Carolina Reaper

En 2013, cet ­hybride de Currie est répertorié par Guinness World Records et ­devient officiellement le piment le plus fort du monde.

1 mil

L’ÉCHELLE DE SCOVILLE Développée en 1912 par le pharmacologue américain Wilbur Scoville, cette échelle mesure la puissance des piments en Unités de Scoville (SHU). Elles indiquent la dilution nécessaire afin que la sensation de brûlure disparaisse (par exemple 2,2 millions de parts d’eau pour une part de piment). 500 000

400 000

jusqu’à 350 000

Habanero 300 000

200 000

100 000 50 000

jusqu’à 5 000

Tabasco 16  



E

d Currie vend du plaisir… et de la douleur. « Les gens me payent pour les faire souffrir », dit le propriétaire de la PuckerButt Pepper Company dans un clin d’œil. Pas faux. On ne compte plus les vidéos, bizarres et hilarantes, de fous dégustant ses créations de piments, dont le Carolina Reaper (la « faucheuse de la Caroline »), un des piments les plus forts au monde. Il nous révèle leur potentiel curatif et hallucinatoire. the red bulletin : Pourquoi cultiver du piment ? ed currie : Je ne voulais pas mourir. Il y a de nombreux cas de cancer et de problèmes coronariens dans ma famille. J’ai découvert que les populations qui mangent traditionnellement beaucoup de piments forts sont peu touchées par ces maladies.

Que se passe-t-il quand on mange du Carolina Reaper ? D’abord, le goût est doux. Dans les secondes qui suivent, on transpire abondamment, on produit une quantité incontrôlable de salive. Les larmes coulent, les yeux s’injectent de sang. La plupart des gens paniquent ; certains ont des hallucinations. Ça dure entre 10 et 30 minutes selon la personne. C’est dangereux ? C’est comme manger de la lave, sauf que c’est inoffensif. Ce sont les cochonneries industrielles qui sont néfastes. Le Pepper X est plus fort que le Reaper. À ce niveau-là, sent-on une différence ? Oui, car le corps s’habitue. L’explosion des sens est addictive !

puckerbuttpeppercompany.com

Ed Currie produit des piments qui mettent tout le monde K-O ­depuis 1990.

THE RED BULLETIN

FLORIAN OBKIRCHER

jusqu’à 2,2 millions

PUCKERBUTTPEPPERCOMPANY.COM/ED CURRIE

2,5 mil


B UL L EVA R D

Dita Von Teese La reine du burlesque devenue chanteuse pop raconte en quoi un tempérament touche-à-tout peut être valorisant.

« ÊTRE HAÏE, ÇA PEUT ÊTRE EXCITANT... »

D

ita Von Teese passe de ballerine à ­mannequin puis danseuse burlesque dans ses vertes années, avant que Hugh Hefner ne la fasse poser en une de Playboy en 2002. Elle devient une icône pop, célèbre pour ses spectacles osés, sa gamme de vêtements, ses livres et son mariage avec Marilyn ­Manson. À 45 ans, elle part à la conquête de nouveaux horizons avec un album regorgeant de slows, sensuel et funky, écrit par et enregistré avec Sébastien Tellier.

the red bulletin : On vous connaît pour vos shows burlesques, mais moins pour vos chansons... dita von teese : Je ne suis pas chanteuse. J’ai confiance en moi lorsque je monte un spectacle burlesque, dessine de la lingerie ou crée un parfum. Mais j’aime aussi me mettre dans des situations où je suis vulnérable. Pourquoi vulnérable ? Je contrôle l’image que je ­projette. Tout ce que je fais sur scène, inondée de cristaux et baignée de lumière rose, est une version glamour de ma personne. Pour cet album, j’ai adoré être dans le studio d’enregistrement, avec les artistes, peu sûre de moi. J’étais dans une position très différente. Cela ne semble pas être une expérience très agréable... C’est une bonne chose d’expérimenter cette sensation. C’est enrichissant de laisser quelqu’un d’autre prendre le contrôle. J’estimais que si ­Sébastien me faisait confiance, il n’y avait aucune raison de ne pas saisir l’occasion de faire quelque chose qui m’oblige à sortir de ma zone de confort.

JOHN RUSSO/CONTOUR BY GETTY IMAGES

MARCEL ANDERS

Dita : modèle, danseuse burlesque et aussi pop star.

Peut-être que si, quand le public est hostile ? Je suis la première à dire à qui veut l’entendre que je ne suis pas chanteuse. Mais je ne vais pas m’enfermer à la maison de peur que quelqu’un dise que c’est nul. C’est la vie ! Au fond, c’est excitant quand les gens haïssent ce que vous faites. Je prends cela comme un compliment, parce que cela veut dire que je ne suis pas médiocre. Quand tout le monde aime ce que vous faites, il se peut tout à fait que cela ne vaille rien.

­artoftheteese.com

THE RED BULLETIN

 17


B UL L EVA R D

Voiture d’exception Son allure est futuriste mais cette Valkyrie à 2,5 millions d’euros est bien une version de série, prête à rugir.

N

allez surtout pas dire que l’Aston ­Martin Valkyrie est un supercar, ce serait une offense. Ce bolide sculptural, fruit d’une collaboration entre le constructeur britannique et Red Bull Racing, est ce qu’un connaisseur appellerait un hypercar avec des performances et un design hors du commun et sans équivalent à ce jour. Conçue presque entièrement en carbone et sans aucun composant en acier, la ­Valkyrie est plus légère qu’une Mini Cooper, mais avec plus de chevaux (1 130 exacte-

18  



ment) que deux Porsche 911. Concrètement, c’est une F1 de série – son moteur V12 ­hybride de 6,5 litres dépasse allègrement les 320 km/h sur circuit. « Elle est menue et puissante, pareille à un champion poids mouche, explique Marek Reichman, directeur de la création d’Aston. L’aérodynamique atteint un sommet. Pour qualifier sa conduite, seul un mot me vient à l’esprit : ­incroyable. » Tout comme son prix, 2,5 millions d’euros au bas mot et inutile de consulter votre solde en banque, les 150 unités

prévues sont déjà attribuées. Parmi les futurs propriétaires, Aston Martin précise que plusieurs sont d’anciens ou d’actuels pilotes de F1. De plus, 450 amateurs sont sur liste d’attente dans l’espoir d’un éventuel désistement. Sollicité pour définir la forme atypique de la carrosserie, Reichman la compare à un bel insecte ou à un requin ­filant à travers l’océan. « Rien de tel n’existe, poursuit-il. Et rien de tel n’existera plus. » global.astonmartin.com

THE RED BULLETIN

PETER FLAX

LE REQUIN DES ROUTES


Très proche d’une F1 sur la route, la Valkyrie tourne et freine aussi agressivement que la RB6 de Red Bull Racing.

La voiture est sans acier. Sa carrosserie aérodynamique en fibre de carbone et son plancher ouvert maximisent l’adhérence. THE RED BULLETIN

 19


B UL L EVA R D

Juste Debout Il régale les fans de danse chaque année. Parmi les 4 000 talents de sa seizième édition, la Japonaise Kyoka, 21 ans, va (re)faire le show.

TOUTE LA PLANÈTE DANSE S’Y EXPRIME

Paris Queens : dans quelques minutes, Maïka (gauche) et Kyoka seront les gagnantes du Juste Debout, catégorie Hip-Hop.

20  



THE RED BULLETIN


D

epuis 2002, le Juste Debout, concours de danse hip-hop « debout » fondé par Bruce Ykanji, est devenu une institution planétaire. Ce sont plus de 4 000 talents issus de sélections françaises et internationales qui s’y affrontent tous les ans jusqu’à la désignation du grand gagnant de chaque discipline (Locking, Popping, Hip-Hop, House ou Experimental) en son temple, l’AccorHotels Arena à Paris. En 2016, en duo avec Maïka, la Japonaise Kyoka – originaire d’Osaka – remportait la catégorie Hip-Hop face à Jeems & Lil’Blade. Flashback. the red bulletin : Kyoka, remporter le Juste Debout, ça a dû être mémorable ? kyoka : Je me suis vraiment dépassée pour l’emporter, et j’étais heureuse que ça ait payé. Aucun Japonais n’avait gagné la catégorie Hip-Hop par le passé, j’ai donc ajouté à cela la fierté de représenter mon pays. Gagner contre des hommes, c’était particulier ? Au départ, on peut se dire : « Je suis une nana, je ne peux pas gagner face à des mecs. » Mais on a usé de cette saveur et de ce style propres aux filles... Alors, mesdames, ayez confiance, et foncez !

PH CAMY

16 000 personnes dans le public, ça met la pression ? J’ai surtout ressenti du plaisir à danser devant une foule immense, mais pas de pression.

TEDDY MORELLEC/LA CLEF

Quel est l’entraînement de Kyoka, au quotidien ? Pas de routine ! J’essaie de ne pas trop réfléchir, et de connecter avec la musique. Naturellement.

Juste Debout, le 4 mars 2018 à l’AccorHotels Arena. Grande finale sur Red Bull TV ; juste-debout.com THE RED BULLETIN

 21


L

ors d’une audition déterminante pour sa carrière, Margot Robbie a eu l’honneur de ­gratifier Leonardo Di­Caprio d’une gifle. Côté vie privée, la jeune femme a fait bien pire. Gamine, elle ­dépouillait son propre frère…

the red bulletin : En 2013, après la sortie du Loup de Wall Street, vous vous êtes retrouvée propulsée sur le devant de la scène du jour au lendemain. Depuis, vous avez acquis une excellente réputation d’actrice et on vous donne comme favorite pour l’Oscar avec Moi, ­Tonya de Craig Gillepsie. Quelle est votre recette du succès ? margot robbie : J’ai toujours eu de grands rêves, et j’applique un plan précis pour les réaliser. Je me prépare scrupuleusement, je n’ai pas peur du labeur, et je me dis que j’y arriverai bien d’une manière ou d’une autre. Et surtout, je ne pars jamais du principe que je sais tout. Votre secret réside donc dans l’humilité. Je suis dans l’optique ­d’apprendre en continu. Si j’entends parler d’une technique de jeu que je ne connais pas par exemple, je m’inscris illico à un workshop. La maîtrise de la technique suffit-elle pour se faire une place au soleil au royaume d’Hollywood ? Non. J’ai dû constituer ma propre équipe autour de moi. J’ai le nez creux pour les

­ ffaires. Je suis très fière a d’être l’une des plus jeunes productrices d’un deal avec un studio très important (­depuis 2017, sa boîte de production LuckyChap coopère avec Warner Bros., ndlr). D’où vous vient ce flair pour les affaires ? C’est une qualité que j’ai développée étant enfant. Dès que j’ai su parler, j’ai appris à faire des shows. Je m’entraînais à faire des tours de magie et je les présentais aux membres de ma famille qui devaient payer leur billet ! Ensuite, après les avoir bien embobinés, je les faisais payer une deuxième fois pour que je leur révèle le truc. C’est vicieux. Je volais aussi les jouets de mon frère et je les revendais dans la rue. Au début, je ne pensais pas du tout devenir comédienne. Je voulais ­travailler comme magicienne et être propriétaire d’un hôtel de luxe. Vous parliez tout à l’heure de votre soif d’apprendre. Ça se traduit comment dans votre vie privée ? Je m’essaye à toutes sortes de hobbies. Il y a deux ans, j’étais folle de trapèze acrobatique, alors j’ai pris des cours. Et comme j’adorais les tatouages, j’ai même ­tatoué mes amis. Votre prochaine activité ? Je vais me mettre à jouer du banjo. Peut-être que ça deviendra ma nouvelle passion. Vous n’avez pas peur d’apprendre à faire plein de choses n’importe comment, mais aucune vraiment bien ? On verra. Je n’étais pas mauvaise au trapèze. Par contre, pour ce qui est des tattoos… Mais ce n’est pas ça qui compte. Je fais ce qui me plaît.

c­ inéma, en ne faisant que de la qualité. Pour Moi, Tonya, vous avez dû apprendre à faire du ­patin à glace de haut niveau. J’ai collectionné les bosses, les bleus et les ampoules. Mais ça en valait la peine.

instagram.com/margotrobbie *Le film raconte l’histoire de la patineuse américaine Tonya Harding. En 1994, peu avant les Jeux de Lillehammer, elle est impliquée dans une affaire d’agression envers sa concurrente, Nancy Kerrigan. Le 21 février au cinéma.

Margot Robbie Après avoir fait tourner la tête de Leonardo DiCaprio dans Le Loup de Wall Street, elle part à la chasse à l’Oscar. L’Australienne jongle entre discipline de fer et hobbies farfelus.

« J’AI MÊME ­TATOUÉ MES AMIS »

Et si vous deviez choisir : dans quoi voudriez-vous ­exceller  ? Je veux m’affirmer durablement dans le milieu du 22  



THE RED BULLETIN


B UL L EVA R D

MARY ELLEN MATTHEWS/CPI SYNDICATION

RÜDIGER STURM

Comédie, ­production, banjo… l’Australienne de 27 ans cumule les talents.

THE RED BULLETIN

 23


B UL L EVA R D

Danklefs décortique les baskets et en fait des pièces uniques.

Avec des clients tels que LeBron et Jay Z, le customi­ sateur de sneakers Jake Danklefs envisage des modèles uniques qui font de vos pieds des œuvres d’art.

JAKE PREND SON PIED ake Danklefs a toujours adoré les ­sneakers. À quatre ans, à San ­Antonio, il dessinait ses propres créations d’après les baskets de son frère de 14 ans. Sa mère, artiste, encourageait sa créativité au point d’envoyer des copies de ses premiers dessins à Nike. À 18 ans, il collectionne les objets rares. « À l’époque, je n’aurais jamais payé 300 $ pour une paire de pompes, donc j’achetais le même modèle dans une autre couleur et les peignais. Voilà comment tout a commencé. » Aujourd’hui, dans son ­studio, Dank & Co., Danklefs crée des chaussures uniques

24  



en leur genre, inspirées par tout ce qui passe par la tête de ses clients, LeBron James et Jay Z. Certaines customisations sont simples, et d’autres commandes plus complexes incluent le démantèlement de la chaussure point par point afin de tout reconstituer sur un nouveau matériau (un sac Louis Vuitton par exemple). Vous voulez des Air Jordan en velours vert cornichon ? Ou des Air Yeezy pourpres avec des incrustations en serpent ? Dans son studio à San Danklefs peut tout faire, à Antonio, Danklefs en condition d’y mettre le prix. pleine customisation. Les clients fournissent les chaussures, et le prix des matériaux et de la main d’œuvre

NORA O’DONNELL

J

EMILIO ZUNIGA

Création

pour une customisation coûte au minimum 500 $. Danklefs vient de finaliser une commande pour un ami qui voulait que chaque pièce représente une facette différente de San Antonio, un travail qui l’a mis dans le pétrin. « Je ne peux même pas calculer le nombre d’heures que j’ai passé dessus. Ça m’a pris deux ans. » Heureusement, son client était patient. Une fois la paire terminée, le résultat était tellement impressionnant que la ville de San Antonio a voulu inclure les chaussures dans une exposition à l’occasion du tricentenaire de la ville. Pour finir, la paire va vraisemblablement se retrouver dans un musée local. « Il s’agit plus d’une œuvre d’art que d’une paire de chaussures, explique Danklefs. Beaucoup de clients la portent une ou deux fois pour l’exhiber, puis la mettent dans leur étagère. » C’est l’excitation provoquée par l’innovation qui motive Danklefs, même pendant de longues heures : « Mon assistant et moi essayons des trucs que personne n’a jamais faits sur des chaussures, nous repoussons sans cesse les limites pour voir ce qui est possible. Nous voulons que les gens se demandent : “Mais comment font-ils ça ?” » jwdanklefs.com

THE RED BULLETIN


www.gims.swiss

#GimsSwiss


HORS-

PISTE

MARKUS KELLER aurait pu faire une très longue carrière dans le snowboard. Sauf qu’après avoir remporté son titre de champion du monde, le Suisse a décidé de passer à autre chose. La routine, très peu pour lui. Texte FLORIAN WÖRGÖTTER Photos GIAN PAUL LOZZA

CONSEILS

de pro pour un s­ éjour dans la poudreuse japonaise

Volutes blanches : à Niseko (Japon), Markus Keller surfe la poudreuse avec délice.



  27


« Va au-delà de tes peurs. C’est là que tu trouveras ton être profond. » Le snowboardeur suisse s’adapte à tous les reliefs du monde : pistes, ­falaises, forêts ou mines.

28  



THE RED BULLETIN


THE RED BULLETIN 

  29


« La vraie école commence là où le confort s’arrête. » Il n’y a pas d’âge limite pour prendre des risques.


Une image féerique du ­Japon : le mont Yotei veille sur la ville de Niseko.

D THE RED BULLETIN 

ès les premières compétitions, Markus Keller se rend compte que tout ça risque vite de le lasser : toujours les mêmes halfpipes, les mêmes enchaînements à répéter, les mêmes cinq figures à perfectionner, et puis tous ceux qui vous disent quoi faire : les entraîneurs, la Fédération, les juges... En toute logique, le snowboardeur suisse remporte le titre de champion du monde de halfpipe en 2003, son genou blessé (rupture des ligaments) ne représentant même pas l’ombre d’un obstacle. Au bout de dix glorieuses années, il raccroche et décide de mettre un terme à la compétition. Il est temps de relever un nouveau défi, temps de s’émanciper. Pour cet amoureux de la montagne épris de ­liberté, l’heure a sonné de se faire vraiment plaisir et de s’adonner sans restriction à sa deuxième passion : le freeride en marge des pistes préparées. À 35 ans, ce natif de Bottighofen au bord du lac de Constance part tester la poudreuse aux quatre coins du monde, planche sous le bras, dans des spots de freeride plus beaux les uns que les autres. C’est lui qui organise ses projets de pub ou de film, contacte ses sponsors, décide ce qu’il fait et avec qui... Bref : il est enfin son propre chef. Cerise sur le g ­ âteau : il choisit lui-même la m ­ anière dont il descendra telle ou telle pente, que ce soit par un

e­ nchaînement de figures spectaculaires ou plus élégamment en slalomant entre les arbres. « Quand tu peux enfin d ­ écider par toi-même quand et où tu vas skier, tu deviens tellement plus créatif. » Une condition cependant pour gagner cette liberté : quitter sa zone de confort. Nous le retrouvons au Japon, à Niseko (sur l’île d’Hokkaïdo), où il travaille sur son dernier projet photo et film. L’endroit est un rêve de blancheur et de poudreuse, la neige y est aussi légère que généreuse. Portait d’un homme qui a fait du horspiste une philosophie de vie. the red bulletin : Tu as choisi de tout plaquer alors que tout marchait très bien pour toi. Quels conseils aurais-tu à donner à toutes celles et à ceux qui ont envie de changer de cap ? markus keller : N’aie jamais peur de quitter ta zone de confort. La seule façon de savoir si quelque chose te plaît, c’est de le tenter ! Prends des risques. Et surtout : tiens bon. Les succès ne vont pas venir tout de suite, apprends à te satisfaire aussi de mini-victoires et avance pas à pas. Tu as toujours envie de te lancer dans de nouveaux projets, pourquoi ? Parce que sinon, c’est la stagnation ! Chaque défi que tu te lances, c’est le   31


TOUT SUR LE FREERIDE À NISEKO

Des conseils, des adresses pour ­dormir et un guide. Bonne nuit

Hébergement, forfait remontées, activités sur place : toutes les infos sont sur ce site. nisekoalpineaccommodation.com

Bonne compagnie

Une boutique de snowboardeurs près de Niseko Hirafu bourrée de conseils futés. gentemstick.com

Bon guidage

Guides locaux de rando pour ­découvrir l’arrière-pays. powcom.net

Hokkaïdo

2 1

3

Niseko

TROIS SPOTS DE POUDREUSE SUR HOKKAïDO Quelques idées pour passer une journée sur l’île d’Hokkaïdo. 1 Otaru Située à une heure et demie de route au nord de Niseko, on peut y skier le regard perdu dans la mer. 2 Asahidake Cette montagne de 2 290 mètres est la plus haute d’Hokkaïdo. Loin des côtes, sa neige est encore plus sèche et légère. 3 Rusutsu Resort Le plus gros domaine skiable de l’île avec, pour les freeriders, un accès direct à la nature environnante.

32  

­ oteur qui te fait avancer dans la vie – m que ce soit au niveau personnel, professionnel ou sportif. En compétition, on sait tout de suite si la journée a été bonne ou pas : il suffit de regarder le tableau d’affichage des résultats. Mais maintenant ? À quoi ­mesures-tu tes succès ? En apprenant de nouveaux sauts, en ­partant expérimenter le carving en neige profonde ou en découvrant un spot de poudreuse aussi incroyable que Niseko. Mais aussi lorsque je mène à bout des ­travaux de réparation à la maison ou que j’arrive à réparer ma moto. Les athlètes de haut niveau sont considérés comme des demi-dieux : ça ne te manque pas, le parfum de la gloire ? Non, je n’ai jamais eu aucun problème à renoncer au battage médiatique. Markus Keller, l’anti-idole des jeunes ? Franchement, les snowboardeurs qui ont 16 ans aujourd’hui ne font souvent rien d’autre que perfectionner leurs figures de compétition. Moi, à l’époque, ça me rendait malade de descendre deux fois le même parcours avec le même enchaînement. Ce qui me motive, c’est le changement, chercher le meilleur spot et de m’adapter à ce que m’offre la nature. Mon terrain de jeu, c’est la montagne, et il faut apprendre à la « lire ». Comment entretient-on la passion pour ce que l’on fait ? C’est un état d’esprit. Comme partout, bien sûr, ce n’est pas toujours l’éclate totale, alors il faut être capable d’apprécier les petits plaisirs. Autre chose : lance-toi des petits défis au quotidien, que ce soit dans le jardinage ou dans un autre domaine, ça va t’inspirer dans ton travail.

« Savourez chaque minivictoire. »


Les splendides forêts de la région se prêtent très bien aux slaloms ou au ski de fond.


Le Suisse évolue avec ­délicatesse dans la poudreuse.


Qu’est-ce qui t’inspire, en ce moment ? Je cuisine des capuns, une spécialité des Grisons. Il paraît que là-bas, il en existe ­autant de recettes que de grand-mères ! En snow aussi, on peut varier à l’infini. Un seul mot d’ordre : freestyle ! Pas de règles, pas de limites. Tout est permis, il te suffit d’essayer, et c’est ça qui est ­génial. C’est en sortant de ta zone de confort que tu vas pimenter ta vie, te libérer, apprendre plein de choses essentielles sur la vie et sur toi-même. C’est ça la véritable école. Prendre des risques te servira toujours à avancer, plus ou moins loin. Qu’as-tu appris, en restant ainsi hors des sentiers battus ? À mieux définir mes émotions, mon corps, mes préférences, mes atouts et mes faiblesses. Cela te permet de réagir vite et de façon intuitive quand tu te retrouves dans des situations extrêmes. Et ça peut te ­sauver la vie, notamment dans le freeride, mais aussi t’être très utile au quotidien, lorsque tu t’engages sur d’autres voies. Les expériences qui te marquent sont celles qui t’aident le mieux à prendre des décisions. La dernière fois que tu as « dépassé tes limites » ? Sur les marchés japonais, il faut savoir surmonter tous ses préjugés : si je n’avais pas goûté l’escargot de mer, j’aurais raté une formidable expérience culinaire. Même si ça n’a pas été évident d’extraire la bestiole de 10 centimètres pour la mettre dans ma bouche.

redbull.tv/28winters

« Tout est permis. Il te suffit d’essayer. »

Finir sa journée dans les eaux chaudes d’un onsen : l’art de vivre nippon.

APRÈS L’EFFORT... LE RÉCONFORT Markus Keller vous dévoile ses adresses préférées à Niseko. Pour profiter de la région et goûter au savoir-vivre typiquement japonais. ONSEN, EAUX DIVINES Yukoro Onsen

Des sources chaudes (40 °C) creusées dans la roche, au cœur du village d’Hirafu, idéales pour se relaxer après une journée de glisse.

Goshiki Onsen

Cet onsen (trad. source chaude) se trouve au pied de la montagne ­Annupuri. C’est l’endroit idéal pour terminer la descente en ski ou en surf depuis le sommet.

Ikoino Yuyado Iroha

Non loin d’Hirafu, les eaux chaudes de cette source thermale sont riches en acide silicique, excellent pour la peau.

SUSHI, SAKE, RAMEN & CO Otsukisama & Bar Moon

NIGHTLIFE & COCKTAILS Tamashii Bar

Tamashii veut dire âme en japonais. Voilà une très bonne adresse pour démarrer sa soirée et tapisser le fond de son estomac avec un ­Porterhouse Steak.

Bar Barunba

Une fois calé, on passe directement à côté pour retrouver ses potes de soirée : « Jet Li » et « Bruce Lee » – les noms des cocktails sont déjà tout un programme !

Bar Gyu+

Aussi appelé « The Fridge Door Bar ». Une fois poussée la porte de frigo qui barre l’entrée, on entre dans un tout petit espace qui invite à la paresse.

Connu pour ses fameuses nouilles épicées, les hell ramen, l’endroit sert aussi du shabu-shabu (version nippone de la fondue chinoise) et des sushis, bien sûr. Tables de ­billard près du bar.

Yoteimaru Sushi Train

À 10 minutes en voiture d’Hirafu, dans la petite ville de Kutchan. C’est le seul running sushi de la région, mais ça tombe bien : il est excellent, et pas cher !

Rin

À deux pas du Yukoro Onsen dans le centre d’Hirafu, ce restaurant vous sert des plats chauds préparés sous vos yeux, accompagnés d’un petit verre de saké. Délicieux. 

  35


Le visionnaire À l’âge de 30 ans, RONALD DLAMINI fut le premier Sud-­ Africain noir à se voir sacré champion poids welters de MMA. Puis une méningite l’a plongé dans le coma pendant dix jours. Devenu aveugle, celui qu’on surnomme le « Black Mamba » n’a pas abandonné le ring. Le combat ne faisait que commencer. Texte TOM WARD  Photos PAUL SAMUELS

Un regard qui tue : Dlamini est une inspiration vivante dans l’univers du MMA.

36  


L

a nuit est tombée sur l’hippodrome ­Greyville de Durban (Afrique du Sud). À l’extérieur, les pistes désertes sont balayées par les pluies diluviennes qui s’abattent ce soir sur la métropole postée en bordure de l’océan Indien. À l’intérieur du bâtiment principal, un brouhaha de plus en plus intense se fait entendre : au moins 2 000 passionnés se pressent pour assister au tournoi Pro/Am de MMA (mixed martial arts), qui s’y déroule deux fois par mois. C’est à I­ ksaan Rahaman d’ouvrir le bal : combattant bantamweight ou poids coqs (moins de 61 kilos), il fait partie de l’équipe locale, les « Gorgeous Boyz Hardcore » (GBH). Iksaan sautille sur place, histoire de marquer son impatience. Son adversaire, sec et compact

Dlamini, héros local, se promène à Durban.

38  

comme lui, s’échauffe dans son coin. Puis vient l’affrontement, sous les jubilations du public. Après un début laborieux, le combat se termine finalement par une victoire par K-O pour Iksaan. Plus tard, dans les vestiaires, ce dernier confiera que cette victoire, il la doit à son entraîneur, Ronald Dlamini, le premier Sud-Africain noir à avoir inscrit son nom dans l’histoire nationale du MMA, en devenant champion welterweight ou poids welters (moins de 77 kilos). Un entraîneur qui possède une autre particularité : il y a cinq ans, Ronald Dlamini est devenu totalement aveugle. Même s’il écoute poliment le compterendu détaillé du combat, l’ancien champion de 35 ans n’en a pas vraiment besoin pour savoir comment son poulain s’est comporté : après tout, cela fait des semaines qu’il prépare Iksaan à cette rencontre, lui apprenant comment sentir chaque faiblesse, comment anticiper et éviter chaque coup, chaque réaction de son adversaire. Les deux se sont rencontrés pour la première fois lorsque Dlamini avait déjà perdu la vue. Pour Iksaan, ce mec doué d’une extraordinaire intuition, capable de sentir ce que personne ne pouvait voir, était le coach idéal. « Il sait tout faire : ­parer des coups, lancer des attaques, vous plaquer au sol et vous forcer à l’abandon. Mais surtout, il vous apprend à vous fier à autre chose qu’à vos yeux. »


Privé de la vue, ­Dlamini se fie à son instinct qui ne l’a ­jamais lâché.


Ambition aveugle

Tout en muscles et en finesse, la carrure de Dlamini ne laisse aucun doute sur son passé et son présent de combattant MMA. L’année 2012, dernière de sa carrière pro, en a aussi été l’apogée : 27 victoires pour 4 défaites (2 par K-O, 2 par blessure). Il faut dire que le Sud-Africain a dû apprendre très tôt à se battre. « Les sports de combat m’ont toujours intéressé, racontet-il d’une voix calme. Je viens d’une famille pauvre et j’étais un gosse calme et ­timide, mais aussi assez crâneur. Alors je me faisais souvent embêter par les caïds du coin. Je me battais tous les jours à la sortie de l’école. » Ce talent précoce de bagarreur, il va pouvoir l’approfondir grâce à son grand-frère, lorsque, à 11 ans, Dlamini quitte sa grand-mère pour aller vivre avec le reste de la famille dans le township de Sundumbili près de Durban, son frangin l’emmène voir un entraînement de karaté Kyokushin, une version full-contact et brutale de la discipline. C’est le déclic. Le petit Ronald veut se battre, lui aussi ! Pour le faire taire, on le met face à l’un des meilleurs karatékas du club. « Ils m’ont fait combattre une ceinture noire, dès le premier jour !, lance-t-il d’une voix qui trahit l’excitation. Mais tu vois, je m’en fichais, je n’avais rien à perdre. À partir de ce moment-là, je me suis fixé un objectif : être le meilleur. » Et le gamin des townships s’y tient. Tous les jours, il se tape 6 kilomètres pour aller à l’école, puis en fait 10 autres,

en courant, jusqu’au dojo où il s’entraîne comme un fou, avant de rentrer (en courant) chez lui. « Cinq mois plus tard, la ceinture noire du premier jour n’a rien pu me faire ! », conclut-il avec une fierté encore visible. Depuis, Dlamini ne s’est jamais arrêté. Après le karaté, il passe, à 19 ans, au kickboxing, avant de découvrir le Muay Thai. C’est finalement ce sport, dominé par les blancs, qui lui vaudra son surnom de « Black Mamba ». Dès les premiers combats, il suscite la curiosité. Son côté frimeur, sa couleur de peau et ses plaquages fulgurants finissent par séduire un public toujours plus nombreux. Un jour, alors que son adversaire tente péniblement de se relever, Dlamini se livre à quelques exercices de stretching histoire de patienter. Une désinvolture qui plaît : « Les gens criaient “Black Mamba ! Black Mamba !’’ », dit-il en riant. Quant au MMA, Dlamini y vient un peu par hasard, en dépannant un pote qui ne pouvait pas se rendre à un combat. Mais sa réputation le suit et finit par lui valoir quelques remarques racistes d’un combattant blanc assez connu dans le pays. Dlamini laisse faire... jusqu’à ce qu’un tournoi soit organisé, en 2010, pour le titre de champion national welterweight. L’occasion rêvée pour demander justice : Dlamini écrase le type et remporte ainsi le titre tant convoité. « J’avais plaqué le gars au sol, et son coach

« Sensei » Dlamini reçoit le respect de ses élèves.

40  



­ ’arrêtait pas de lui gueuler des conseils. n Et moi, je lui répondais : “Désolé baby, ça va pas le faire !’’ » Ce soir-là, il devint le premier Noir sud-africain à être sacré champion welterweight, et son coach, Rhyne Hassan, le premier entraîneur noir d’un champion MMA. Deux ans plus tard, alors que sa carrière est au sommet, le champion décide de quitter le monde pro du MMA. Il se dit que d’autres défis l’attendent. Et ne se doute alors pas qu’ils seront immenses... C’est à ce moment-là que les maux de tête commencent, des douleurs insupportables qui le conduisent à l’hôpital. Le diagnostic tombe : c’est une méningite, une maladie potentiellement mortelle et dont les séquelles peuvent être très lourdes. Pourtant, les médecins se veulent rassurants : il s’en sortira. Une infirmière vient le voir dans sa chambre pour lui administrer un anti-douleur.

La nuit tombe

« Je l’ai vue reculer de cinq pas, et puis tout est devenu noir, se souvient-il, et sa voix s’assombrit lorsqu’il raconte ces tristes journées de 2012. Je suis resté dix jours dans le coma. À mon réveil, j’ai paniqué : je croyais que j’étais encore sur le ring et je me suis mis à frapper tout ­autour de moi. » S’ensuit une longue période de convalescence, entouré de sa sœur ­jumelle et de ses amis du GBH. Certains ne peuvent retenir leurs larmes en voyant leur héros terrassé de douleur, incapable de s’alimenter. Avec ses 49 kilos, Dlamini n’est bientôt plus que l’ombre de luimême. Mais il n’a pas dit son dernier mot : il s’accroche, serre les dents, regagne en force, en muscles et en dextérité. Petit à petit, il prend possession de son nouveau corps, apprend à utiliser les quatre sens qui lui restent. « Lentement, j’ai retrouvé mon esprit, ma hargne : j’avais toujours dû et su faire la différence, et je devais continuer, avec ou sans mes yeux. Perdre la vue est quelque chose de terrible, mais la vie, c’est ça, c’est de la souffrance. Et il faut trouver un sens à tout ça. C’est comme si on m’avait donné cette croix parce qu’on savait que je pouvais la porter. » Dlamini va vite trouver un sens à sa nouvelle condition. Dans le centre pour aveugles qu’il fréquente, il entend les ­histoires de vols, d’attaques, voire de viols THE RED BULLETIN


Objectif du Black Mamba : entraîner des aveugles à l’auto-défense, partout dans le monde.

« La vie, c’est de la souffrance. Et il faut trouver un sens à tout ça. »


Le style full-contact du MMA lui convient parfaitement. « Dès que je touche l’adversaire, je sais ce qu’il est en train de faire. »


Corps à corps avec Iksaan Rahaman.

partie du corps une attaque est dirigée. Si c’est la tête qui est visée, par exemple, il y a de grandes chances pour que le torse de l’adversaire ne soit pas protégé. « Le premier des sens, c’est la vue, ­explique-t-il. Pour moi, maintenant, c’est difficile d’oublier quelque chose que j’ai touché. J’utilise mes autres sens à 200 % : l’odorat, l’ouïe, le toucher. Rien qu’en te touchant, je peux deviner ton poids. Sur le ring, je me concentre sur la respiration, le bruit des pas de mon adversaire, et je frappe là où il est le plus vulnérable. »

Sixième sens

dont sont victimes les handicapés visuels. Sa nouvelle mission lui apparaît clairement : concevoir un programme d’auto-défense spécialement pour eux. Il convoque alors ses amis les plus proches et leur annonce solennellement que le Black Mamba est toujours vivant, qu’il n’a pas changé, et que c’est à eux de s’adapter. Il rit, fait des blagues, pour le plus grand plaisir de l’assemblée. Le message est limpide : « C’est ce que m’ont appris les arts martiaux. Si tu perds un combat, regarde tes potes bien en face, et passe à autre chose. Les défaites, les déceptions, tout ça c’est la vie. Mais il faut savoir oublier et continuer. »

Contre-attaque

À le regarder s’entraîner tous les jours avec les autres Gorgeous Boyz de Durban comme si de rien n’était, on se dit que Dlamini est un modèle de résilience. Difficile, en effet, de déceler un quelconque indice de son handicap : il évolue avec grâce, enchaîne naturellement ­parades et attaques, évite les coups de son adversaire avec une telle aisance que cela force le respect. Hassan, son entraîneur – l’un des meilleurs combattants GBH et ami très proche – nous le confirme. « Il a accepté sa nouvelle condition. Pour lui, c’était ça ou la mort. Jamais je n’aurais imaginé voir quelqu’un d’aussi fort. Il a toujours vécu THE RED BULLETIN 

« Pour eux, je suis le mec qui ne lâche rien. » à fond et c’est ce qu’il continue de faire aujourd’hui. Un jour, à l’hosto, je lui ai ­demandé ce qu’il aimerait le plus au monde. Il m’a dit qu’il voulait continuer à pouvoir s’entraîner avec nous, ses amis. C’était tout ce qu’il souhaitait. » Par une tragique coïncidence (ou ­prémonition ?), trois mois avant la maladie, lui et Dlamini avaient commencé à s’entraîner en se bandant les yeux. À l’époque, ce n’était qu’un moyen pour eux d’améliorer leurs capacités d’anticipation. Pourtant, c’est bien ce qui a permis, plus tard, à Dlamini de remonter sur le ring : il savait alors que la vue n’est qu’un sens parmi les cinq dont chacun dispose. Aujourd’hui, il sait se repérer dans l’espace et « sent » tout ce qui se passe autour de lui. Mais c’est sur le ring, lorsqu’il affronte des adversaires – voyants ou non – que sa métamorphose est la plus spectaculaire. Le MMA, dit-il, est un sport fait pour les non-voyants. « Il me suffit de toucher une fois l’adversaire pour savoir ce qu’il est en train de faire. » Il est ainsi capable de prévoir à quel moment et vers quelle

Retour dans la ferveur de l’hippodrome de Greyville. Dlamini et Hassan se frayent un chemin à travers la foule qui se presse pour le tournoi du samedi soir, organisé par une star locale des arts martiaux, Larry Vorster, que tout le monde appelle « Shihan » Larry. Lui et Dlamini se connaissent bien. « Ce mec, Dlamini, je l’adore, nous confie Vorster. Jamais il ne s’est avoué vaincu. C’était un champion sur le ring, et il continue d’être une ­inspiration pour nous tous. » Dlamini vient d’entrer dans les vestiaires pour voir son protégé, Rahaman, qui est en train de s’échauffer. Tout le monde vient le saluer, l’appelle « Sensei » (un terme japonais qui signifie « maître ») en signe de respect, lui tient le bras quand il parle. L’ancien champion écoute attentivement, donne des conseils. Pendant le match, un ami lui décrit le déroulement dans les moindres détails. « Je ne vois pas le combat, mais je le visualise. Tout est très clair dans ma tête. Et puis c’est important pour les autres de savoir que je suis là. Pour eux, je suis le mec qui ne lâche rien, qui n’abandonne jamais, alors ça leur donne de la force. » On parle alors de ses projets pour l’année 2018, beaucoup de conférences, et des cours de MMA pour non-voyants. D’abord dans son pays, puis, il l’espère, à l’international. « J’essaie de créer un monde où ­personne ne se sent à l’écart. J’aimerais apporter cette lumière d’espoir aux quatre coins de la planète, et un message : ta chance, c’est à toi de la provoquer. » Puis il se lève. Mais avant de se diriger vers la foule qui entoure le ring, ce ­samedi soir à Durban, Ronald « The Black Mamba » Dlamini se retourne et nous lance dans un sourire : « Tant qu’on ­respire, il faut essayer ! »   43


L’ART EST À EUX

SCULPTURE « Le Signal » Le Havre, France, Henri-Georges Adam, 1959-1960 SKATEUR Maxim Rosenbauer PHOTOGRAPHE David Turakiewicz

44  



THE RED BULLETIN


Compilant les photos de skateurs ridant des œuvres d’art, l’étonnant nouveau livre du plasticien français RAPHAËL ZARKA interroge la notion d’espace public.  Texte SEB CARAYOL

THE RED BULLETIN 

  45


SCULPTURE « Trio » Aarau, Suisse, Andy Athanassoglou, 2002 SKATEUR Jan Solenthaler PHOTOGRAPHE Alan Maag

Tombé amoureux du skate à sept ans, le plasticien français Raphaël Zarka est devenu une valeur sûre de l’art contempo­ rain, louvoyant entre expo solo au centre Pompidou de Paris et résidence à la Villa Médicis de Rome. Principal axe des travaux du Nîmois : le skateboard comme outil de ­lecture irrévérencieux de l’espace public. Compilant 74 photos de skateurs sur des œuvres d’art public glanées dans des maga­ zines spécialisés ou sur le net depuis 2007, son ­nouveau livre, Riding Modern Art, regroupe 48 sculpteurs et 66 skateurs, documentés par 43 photographes dans  le monde entier. L’occasion pour lui de revenir sur son propos conceptuel et sur une patiente chasse aux ­trésors photo­ graphiques entre travail de détective, ­enthousiasme ou ­refus d’artistes… 46  



SCULPTURE « Glorious Arch » Francfort, Allemagne, Schneider + Schumacher, 2015 SKATEUR Rémy Taveira PHOTOGRAPHE Maxime Verret THE RED BULLETIN


THE RED BULLETIN 

  47


SCULPTURE « Untitled » Rotterdam, Pays-Bas, Gerard Walraeven, 1982 ©ADAGP Paris 2017 SKATEUR Christian « Muze » Plettner PHOTOGRAPHE Davy Van Laere


SCULPTURE « Utblick / Insikt » Malmö, Suède, Pål Svensson, 2013 SKATEUR Oskar Rozenberg Hallberg PHOTOGRAPHE Marcel Veldman

« L’ARTISTE WERNER POKORNY ÉTAIT TELLEMENT RAVI DE VOIR SON ŒUVRE SKATÉE QU’IL A MÊME ACHETÉ UN TIRAGE PUBLIÉ DANS LE LIVRE ! »

THE RED BULLETIN 

SCULPTURE « Il Grande Cretto » Gibellina, Italie Alberto Burri, 1985-2015 ©ADAGP 2017 SKATEUR Mauro Caruso PHOTOGRAPHE Sam Ashley

  49


JULIEN ROQUES

50  



THE RED BULLETIN


ART PUBLIC

LE PLASTICIEN RAPHAËL ZARKA L’ASSURE, LES SKATEURS SONT AUSSI LÉGITIMES QUE DES CRITIQUES POUR « INTERPRÉTER » L’ART.

the red bulletin : Vos travaux d’art contemporain n’ont pas toujours intégré votre passion du skateboard. Pourquoi et comment avez-vous décidé de les réconcilier ? raphaël zarka : Je suis longtemps resté sur un format de pensée dans lequel je séparais ces deux activités. J’avais même arrêté le skate entre 1996 et 1999 pendant les Beaux-Arts, car j’avais peur que ce qui m’avait défini en tant qu’ado me définisse en tant qu’artiste. Mais à force d’avoir cette vie schizophrène entre les choses « ­sérieuses » et la passion ado qui ne veut pas mourir, je me retrouvais sur mon bureau avec une pile de Art ­Forum d’un côté, et des Thrasher (la bible américaine mensuelle du skate, ndlr) de l’autre. J’ai remarqué un jour que les couvertures de ces deux magazines auraient pu être les mêmes : je me souviens d’un Thrasher où l’on voyait un tout petit skateur en haut de l’image, et m’être dit que si j’avais vu la même photo en une de Art Forum, j’aurais pensé : «Tiens, c’est l’œuvre de tel ou tel artiste performeur, soit qui la critique, soit qui lui rend hommage. » Cela a été pour moi très important de réaliser qu’il n’y avait pas que les revues d’art qui pouvaient documenter la sculpture. Je me suis mis à collectionner les photos de skateurs sur des œuvres d’art public. De quelle façon le skate est-il une façon de « lire » les œuvres d’art public ? Il fut un temps où percevoir une œuvre impliquait l’interprétation du spectateur, une forme de décodage. Quand le skateur interprète, ce n’est pas comme le critique d’art vieille école qui cherche l’image dans ce qui est tapi, dans le sens caché de l’œuvre. Ce n’est pas non plus comme le traducteur, bien que cela soit déjà plus proche. Le skateur joue, comme l’acteur, ou mieux encore, le musicien, il est interprète (en anglais on dirait performer). Qu’a pensé le public classique de l’art contemporain de voir des œuvres ainsi « attaquées » ? L’essence de l’art moderne ou contemporain, c’est de questionner la notion d’art. Donc pour ce public-là, il n’y a aucun problème, puisque l’enjeu c’est la question de l’art public : qu’est-ce que c’est, à quoi ça sert ? En même temps il n’y a pas d’affirmation de ma part, que des questions, je ne cherche pas à répondre aux problèmes que SCULPTURE « Vier kolommen onder een hoek van 45 graden » Amsterdam, Pays-Bas, André Volten, 1972 ©ADAGP 2017 SKATEUR Charles Giron PHOTOGRAPHE Guillaume Périmony THE RED BULLETIN 

Zarka, 40 ans, un artiste resté fidèle à ce skate qui a rythmé son adolescence.

cela pose. Certaines personnes trouvent ça offensant ou irrévérencieux, mais il y a un a ­ spect dadaïste. Il s’agit aussi de critiquer des gens qui pensent essentiellement à la forme ou pensent qu’on peut mettre un o ­ bjet dans l’espace public et qu’après il faut surveiller cet objet, avec des gardiens pour être sûr que personne n’aille le toucher. Je trouve que c’est extrêmement difficile d’avoir un positionnement comme celui de l’artiste conceptuel Richard Serra, qui met un objet dans l’espace public en demandant une relation avec le corps (que les gens marchent autour), mais qui sont furieux au moindre poster ou au moindre graffiti... On veut des ­relations tout en contrôlant le type de relation. Richard Serra a d’ailleurs refusé que vous intégriez au livre une photo d’un skateur sur l’une de ses œuvres, alors que son neveu Ivory Serra est skateur, et que Serra le cite souvent à propos de ses vagues en fonte... En toute honnêteté, c’est son ­studio qui a dit non, je ne suis pas sûr que ma requête lui soit même arrivée. D’autres artistes ont refusé d’être dans le livre, mais il s’agissait plus de problèmes liés à la d ­ égradation de l’œuvre : un artiste qui est en train de négocier avec une municipalité la restauration d’une œuvre abîmée par le skate ne peut pas vraiment

­ onner l’illusion qu’il encourage d cette pratique. Ceci dit, certains artistes étaient ravis que leur œuvre soit skatée – le sculpteur allemand Werner Pokorny avait même acheté un tirage de la ­photo de Hendrik Herzmann que l’on présente dans le livre, l’artiste plasticienne Christine O’Loughlin voulait nous montrer ses ­maquettes... Vous créditez soigneusement le nom de chaque œuvre s­ katée dans le livre, comment en ­retrouvez-vous les noms ? C’est souvent très long... Celle qui m’a échappé le plus longtemps était la sculpture de Jean Ward skatée par Jahmal Williams, je savais juste que c’était à Miami. Coup de chance, le cliché était extrait d’une séquence et sur l’une des photos on voyait un nom de rue : 2nd Street. J’ai envoyé des dizaines de mails à des skateurs de Miami mais ça ne donnait rien. Et puis à force d’observer, cela ressemblait à un campus d’université donc j’ai croisé tous ces motsclés sur Google. Après des années de traque, je suis finalement tombé sur un post de l’Université de ­Miami racontant la donation de cette œuvre par Jean Ward. Ce fut un travail digne de Sherlock Holmes, mais qui le méritait !

Riding Modern Art, éditions B42. 22 € (France), 152 pages. ISBN 978-2-917855-87-4   51


En 2017, ils ont tracé (parfois à vélo) depuis leur ville d’origine jusqu’à Milwaukee pour participer à la NACCC.

METS LE PAQUET !

À la fois marginaux et véritables athlètes d’endurance, les COURSIERS À VÉLO sont au meilleur de leur forme, même si l’ère du numérique est v ­ enue bouleverser leur métier. Chaque année, ils se rencontrent à l’occasion du championnat North American Cycle Courier Championships pour se confronter, faire la fête et partager.  Texte SETH GRUEN  Photos THOMAS CHADWICK 52  


L

es ventres se taisent et on entend s’élever les vivats alors que Nico Deportago-­ Cabrera arrive parmi les derniers dans le bar situé dans l’East Side de Milwaukee. Il y est accueilli par toute une bande de marginaux hirsutes plus ou moins agités. La ­plupart n’ont pas mis les pieds dans un bureau depuis des lustres. L’un d’eux porte un tee-shirt à l’effigie de Bob l’éponge et arbore une coupe mulet tout droit sortie de Boogie Nights, tandis qu’un autre a une barbe si longue que l’on se demande comment il fait pour ne pas la coincer dans les roues de son vélo. Ce ne sont là que deux types parmi les 200 réunis. Tous sont sapés super à l’aise, à l’exception de Nico Deportago-Cabrera, qui a enfilé la tenue d’un cycliste olympique. En effet, il vient de pédaler les 145 km qui ­séparent Chicago, où il vit, de Milwaukee, siège du Good City Brewing, le bar en question. « Le vélo, c’est bien plus qu’un métier, explique Cabrera. Le week-end, on fait des courses ou des balades, on va camper… Notre vie tourne autour du vélo. » Avec ses cheveux jusqu’aux épaules, son corps affûté et ses expressions (tout est 54  



Livraison express : s’il vous faut un coursier à vélo pour une mission ­urgente, faites appel à Nico Deportago-Cabrera. À 33 ans, ce natif de ­Chicago est l’un des meilleurs au monde.

« trop cool ») il ressemble à un surfeur de la côte ouest. Au sein du groupe, Nico est le plus reconnaissable. Il est venu pour le North American Cycle Courier Championships (NACCC, prononcez « NAC ») qui rassemble les meilleurs coursiers à vélo du monde dans une course éreintante de plusieurs heures où les concurrents doivent combiner endurance marathonienne et excellent sens de l’orientation. Actuel tenant du titre, Nico vient également de remporter la troisième place au championnat du monde de Montréal. « Nous venons d’horizons différents et sommes tous extravagants. Ça rend l’événement très convivial, s’amuse-t-il. » Nico est rejoint par un autre cycliste, Joseph « Opie » Chapman, en bout de table. Les deux compères font signe à un gentleman qui se déplace avec une canne. Après s’être lentement avancé, il raconte : il était sur son vélo à San F ­ rancisco lorsqu’il a été heurté par une voiture qui venait de brûler un feu rouge. Résultat : sa rotule a atterri au milieu de sa cuisse. ­Demandez à n’importe quel cycliste s’il a déjà eu un accident et il éclatera de rire, aura du mal à se ­souvenir du nombre exact de fois où cela s’est produit, ou relèvera un pan de vêtement pour montrer une cicatrice. Nico a

« Nous risquons nos vies, prenons des shoots d’adrénaline et réalisons notre rêve. »

notamment été renversé par un taxi et s’est ­cassé la clavicule après une collision avec un autre coursier. « Nous risquons nos vies, prenons des shoots d’adrénaline et réalisons notre rêve », résume Opie. Internet a complètement démoli le business des coursiers à vélo. Dans les années 1990, des agences de tous types faisaient appel à eux pour transporter des documents, mais beaucoup de ces coursiers se sont aujourd’hui reconvertis dans la livraison de repas pour survivre. Cependant, certains dans le groupe sont convaincus que Jimmy John’s (une enseigne de restauration rapide aux USA) n’est pas digne d’eux. En effet, comme le signale Nico Deportago-Cabrera, « il faut aussi faire les sandwiches »… D’autres travaillent pour des sociétés de divertissement et transportent de gros chèques ou des scripts. Selon Nico, les coursiers sont « à la recherche de tout ce qui ne peut pas être envoyé par e-mail. Autrement dit, je suis moins concerné par le fait d’avoir le bon job, de gagner assez d’argent et de faire ce pour quoi je suis payé, résume Nico. Aujourd’hui, tous les gars cool qui ont fait le lycée avec moi en sont à leur troisième ou quatrième gosse, sont propriétaires, partent en vacances deux semaines chaque été et mènent une vie un peu plan-plan. On ne fait pas fortune dans ce métier, poursuit-il. Ce job, nous l’avons choisi pour la satisfaction que nous en tirons ou pour l’esprit de communauté. » Et le NACCC constitue une excellente occasion de faire la fête tous ensemble. Pendant deux jours, une course fermée dans le centre de Milwaukee amène les participants à transporter des paquets de toutes sortes et de toutes tailles. Ils doivent THE RED BULLETIN


THE RED BULLETIN 

  55


Premier choc : pendant le NACCC, c’est une vraie communauté d’entraide qui se dévoile. « Nous sommes tous extravagants. Cela rend l’événement très convivial », s’amuse Nico Deportago-Cabrera.

les faire tenir en équilibre sur leur vélo et négocier un parcours émaillé de collines, de virages serrés et de talus. Sans oublier d’optimiser leur itinéraire en fonction des points d’enlèvement et de livraison. Le dimanche de la finale, les meilleurs concurrents auront besoin de plus de deux heures pour terminer la course, en s’appuyant sur leur vivacité d’esprit et leur capacité à calculer les risques, deux compétences dont ils font faire preuve durant leurs journées de travail habituelles. « Il est indispensable de savoir s’imposer dans le trafic pour rester en sécurité sur son vélo. Et je pense qu’il faut être aussi un peu athlète dans l’âme, car vous devez avoir un temps de réaction très court, ajoute Nico. Vous devez être ­capable de vous sortir rapidement de n’importe quelle situation en cas de ­danger. »

Chaque édition du NACCC commence par une grande fête et une course Alleycat. Pendant cette course urbaine clandestine, les concurrents effectuent une série complète d’enlèvements et de livraisons nocturnes dans la circulation dense du vendredi soir. Les lauréats sont aussi champions pour enfreindre d’autres lois : ils calculent le trajet des voitures qui ­arrivent pour brûler les feux rouges,

« Nous avons choisi ce job pour la satisfaction que nous en tirons. »

s­ ’accrochent aux bus, empruntent des sens interdits… « J’ai découvert à quel point j’aimais parcourir la ville, se réjouit Nico. Beaucoup de gens se mettent au cyclisme avec le BMX ou le VTT, mais c’est rouler en plein milieu du trafic qui me plaît. Je suis accro. » Ce type de course tire son nom d’un groupe de cyclistes de Toronto qui s’appelait les Alleycats et organisait des courses clandestines au milieu des années 1990. En même temps, des manifestations officielles voyaient le jour dans des quartiers de New York et Berlin. Cela a donné naissance au circuit actuel de courses qui, aux dires des concurrents et malgré le manque de données, semblent approcher des trente ans. « À l’heure de l’Alleycat, nous poussons nos limites au max pour nous faufiler dans le trafic, précise Nico Deportago-Cabrera. Je dis cela en sachant pertinemment que participer à une Alleycat n’est sans doute pas un bon exemple pour les autres cyclistes. » Il a remporté l’Alleycat de l’an dernier. Mais n’a pas l’intention de concourir cette année. Son périple de 5 h 30 depuis Chicago lui a pompé beaucoup d’énergie. On tente de le faire ­changer d’avis… sans succès.

L

a course qui couvre une zone de quatre blocs sur quatre blocs dans le centre de Milwaukee est balisée par une bande jaune où il est inscrit “Try harder” (trad. bats-toi plus fort). Plusieurs concurrents, dont Opie, ont cette devise tatouée sur la cuisse en hommage à Jacob Smoller, un coursier de Boston qui adorait cette maxime. Ce dernier est mort d’une overdose en 2015, une année difficile pour la

56  



THE RED BULLETIN


« Il est indispensable de savoir s’imposer dans le trafic pour rester en sécurité sur son vélo, dit Nico Deportago-Cabrera. Vous devez être capable de vous sortir rapidement de n’importe quelle situation en cas de danger. »

THE RED BULLETIN 

  57


Si vous perdez un paquet pendant la compétition, vous êtes immédiatement disqualifié.

58  



THE RED BULLETIN


Que l’on gagne ou que l’on perde, l’important c’est de se retrouver, faire du vélo et vider quelques canettes.

« Même quand tout part en vrille pendant une course, à l’arrivée, ce n’est que du bonheur. » communauté des coursiers qui a également été touchée par le décès d’un des leurs, originaire de Chicago, à la suite d’une collision avec un bus. Des checkpoints sont placés tout au long du parcours : les concurrents doivent s’y rendre pour récupérer les paquets et les livrer. « T’en veux ? », demandent les animateurs d’un checkpoint, pointant du doigt des biscuits aux effets incertains, enquillant margarita sur margarita. Les concurrents abordent l’événement avec plus ou moins de détermination. L’un s’enverra une bière cul sec sur la ligne de départ, tandis qu’un autre sirotera tranquillement la sienne et qu’un troisième s’élancera dans la course une cigarette aux lèvres. Après une réunion de préparation pour la finale de dimanche, Nico s’extasie devant la complexité de l’édition à venir. À chaque fois, les organisateurs s’efforcent de proposer des épreuves encore plus ­difficiles. Cette année, ils n’ont clairement pas failli à la tâche : contrairement aux éditions précédentes, les manifestes ­seront collés sur les paquets. Les manifestes spécifient les points d’enlèvement ou de livraison. G ­ énéralement, les concurTHE RED BULLETIN 

rents peuvent ranger ces documents dans leur sac ou leur poche. Car il est bien plus difficile de les lire sur des paquets encombrants. Le parcours de Milwaukee comporte des collines escarpées où la vitesse devient quasi incontrôlable, mais aussi des virages serrés afin de rappeler le terrain de jeu des coursiers dans les grandes villes. Ces gens aiment tout simplement vivre sur le fil du rasoir. En ce qui concerne la compétition, c’est aussi là-dessus que les cyclistes se font souvent disqualifier : ils atteignent de telles vitesses qu’ils perdent leurs paquets en route. Et si vous perdez un paquet, c’est fini. Cette année, les coursiers ont également besoin d’un outil dont ils se servent très souvent : leur smartphone. Une fois qu’un manifeste a été complété, les concurrents doivent l’envoyer aux juges par e-mail. Ce petit changement marque la fin de la journée pour Nico : en oubliant d’envoyer un manifeste aux juges par e-mail avant de s’en débarrasser, il se fait disqualifier. Il affiche une mine dépitée après la course, mais les résultats lui importent peu au final. Nico s’est porté volontaire pour présenter un dossier de candidature

au nom des coursiers de la ville de Pueblo (Mexique) en vue d’accueillir l’édition NACCC 2019. Les villes se disputent ­l’organisation de l’événement deux ans à l’avance. Ce processus est essentiel pour maintenir la tradition. Sans la mise en concurrence des villes organisatrices, les cyclistes ont le sentiment que l’enthousiasme pour leur sport et leur communauté pourrait en pâtir. Nico se d ­ irige vers une allée adjacente, s’assied sur une marche, enfouit son visage dans ses mains, parle avec animation au téléphone. Les coursiers de Pueblo sont ­incapables de se mettre d’accord sur une proposition. Et la ville de Savannah, en Géorgie, est seule en lice. Nico DeportagoCabrera revient en quatrième vitesse sur la ligne d’arrivée, où tous les coursiers sont rassemblés. Plusieurs concurrentes dansent sur le titre Die Young de Ke$ha. Il met la pression aux gars d’Indianapolis afin qu’ils fassent une proposition de dernière minute pour 2019. Ils sont partants. Nico peut respirer. « C’est facile de se laisser déborder par les impôts, le prêt de la maison, le décès d’un proche ou une dispute conjugale, ­explique-t-il. Mais il faut dépasser tout ça. Il m’est arrivé que tout parte en vrille ­pendant une course. Certaines étaient longues de 320 km… Mais on continue à pédaler, pas le choix. Et puis à l’arrivée, ce n’est que du bonheur. »   59


TAK E F I V E

L’athlète TANJA ERATH est devenue…

… UNE PRO DEPUIS SON SALON La coureuse cycliste allemande de 28 ans a enfourché son vélo d’appart dans son studio et a pédalé virtuellement jusqu’à décrocher un contrat de cycliste professionnelle.

2 Faire les choses autrement

J’ai adoré le concept de la Zwift ­ cademy. Normalement, pour rejoindre A une équipe pro, il faut de bons contacts dans le monde du cyclisme ou un bon CV. Avec Zwift, la sélection est méritocratique : l’équipe ne sait rien de toi, seule ta performance est prise en compte.

3 Une nouvelle réalité

Sur Zwift, on traverse des endroits qui existent réellement et on observe la progression de son avatar. Si quelqu’un d’autre est plus rapide, il te dépasse. En montée, le Home Trainer Smart te fait pédaler plus dur ; en descente le parcours est plus facile, comme en vrai. Tu t’investis autant que dans une vraie course. Tu sais que les autres avatars sont des personnes également assises sur leur vélo d’appartement. Je ne pensais pas pouvoir arriver aussi loin depuis mon salon, mais ça fonctionne.

4 Une compétition féroce Erath est la 2e ­athlète à avoir remporté la Zwift Academy.

1 Difficile à croire Je m’imaginais travailler dans un hôpital, et au final, me voilà qui parcours le monde en tant que cycliste pro ! » TANJA ERATH

60  



J’ai fait du triathlon pendant quinze ans, j’ai commencé à l’âge de onze ans. J’avais de l’ambition. J’avais un bon niveau, mais sans être pro, et je me concentrais sur mes études de médecine. Un jour, une amie m’a parlé de la Zwift ­Academy, une série de tests et de courses en réalité virtuelle qui peuvent déboucher sur un contrat avec l’équipe cycliste Canyon-SRAM. Et j’ai gagné ! Je m’imaginais travailler dans un hôpital, et au final, me voilà qui parcours le monde en tant que coureuse cycliste pro !

En 2017, 2 159 femmes ont rejoint la Zwift Academy. La première étape consistait à effectuer 15 entraînements en réalité virtuelle en l’espace de six semaines, et seulement 500-600 y sont arrivées. Puis 10 femmes ont été sélectionnées pour la semi-finale. J’ai vérifié la compétition sur Strava et j’ai vu que mes résultats étaient bons. Ensuite nous avons dû faire sept ­entraînements : quatre sur Zwift et trois en réalité. Les trois finalistes ont participé à un camp de formation avec CanyonSRAM à Coblence. Je n’y croyais pas.

5 Un défi virtuel bien réel

Le fait de gagner a été une expérience étrange et surprenante. Ça a changé ma vie. J’ai déménagé en Espagne, et je ne suis ni étudiante, ni médecin. En tant que cycliste pro, mon quotidien est rythmé par les entraînements, les courses et les voyages. Ce n’est plus virtuel, c’est bien réel.

Suivez Tanja Erath sur wmncycling.com Entretien RUTH MORGAN Photo  TINO POHLMANN THE RED BULLETIN


WINGSFORLIFEWORLDRUN.COM

S’INSCRIRE

MAINTENANT

COURONS POUR CEUX QUI NE LE PEUVENT PAS ZOUG 6 MAI 2018 – 13H00

100% DES FRAIS D’INSCRIPTION SERONT REVERSÉS À LA RECHERCHE SUR LES LÉSIONS DE LA MOELLE ÉPINIÈRE


LE HÉROS, C’EST LE GROUPE L’Islande est fascinante : située tout près du Groenland, cette île peuplée d’elfes et de trolls abrite aussi une population pour laquelle courage et altruisme ne sont pas de vains mots. Leur plus belle illustration ? Les sauveteurs bénévoles locaux. Récit d’une journée en mer. Texte NORA O’DONNELL Photos JONAS BENDIKSEN

62  


Les sauveteurs-­ secouristes bénévoles ­d’Islande en plein exercice de sauvetage dans l’Atlantique nord glacé.


Les membres de la station ICE-SAR de Selfoss arrivent avec tout leur équipement.

S

ur la pointe sudouest de l’île, à quelques ­encablures de Reykjavík, les promeneurs ­observent une drôle d’embarcation qui, au large de la côte, semble en difficulté. Lancé à grande vitesse, le bateau louvoie entre les vagues, puis se couche au travers du courant avant de virer de bord brusquement. Je me trouve à l’intérieur de ce ­bateau, agrippée à mon siège comme si ma vie en dépendait, pendant que, devant moi, mes deux coéquipiers ­islandais s’amusent comme des fous, les mains sur le gouvernail. J’ai l’impression d’être en plein bizutage ­marin ! Tentant de les amadouer avec humour, je les interpelle : « Vous allez me faire vomir ! » Tressautement d’épaules, qui laisse deviner un ricanement. Il faut dire qu’aujourd’hui, mes deux lascars sont en mal de houle : en cette journée grise et

64  



froide d ­ ’octobre, la mer est relativement calme, et l’équipage du navireécole des sauveteurs islandais doit compenser cette absence de difficultés par une conduite plus hasardeuse, histoire de simuler les conditions dans lesquelles la plupart des sauvetages en mer sont opérés. Car l’Islande n’est pas un pays de plaisance. Ici, la nature est brute et sauvage, et l’on comprend pourquoi les Islandais ont donné vie à cette Terre de feu et de glace en la peuplant d’êtres étranges et fantomatiques. Des dizaines de volcans actifs, des rivières tumultueuses, des glaciers parsemés de crevasses et de geysers, des falaises abruptes fouettées par les vagues — chaque recoin de l’île représente une source d’émerveillement pour les yeux et les sens, mais aussi un danger potentiel. Les accidents sont d’ailleurs de plus en plus fréquents depuis que ­l’Islande est devenue une destination touristique incontournable (plus de deux millions de touristes par an pour moins d’un demi-million

­ ’habitants). Or, cette île tout près d du cercle arctique, géographiquement plus proche du continent américain mais culturellement et historiquement rattachée à l’Europe, ne compte aucune armée de métier et encore moins de secouristes professionnels. C’est donc à l’Association des ­Sauveteurs Bénévoles que revient la lourde tâche de porter secours aux habitants et (surtout) aux touristes surpris par une avalanche, égarés dans le blizzard, perdus en mer ou tombés des falaises. Sans compter les opérations de sauvetage en mer des bateaux-­pêcheurs pris en difficulté. La « Icelandic Association for Search and Rescue », communément appelée ICE-SAR, est composée de presque 4 000 bénévoles, formant une petite centaine d’équipes réparties sur tout le territoire. La ICE-SAR, fondée en 1928 et qui, pour la seule année 2017, a lancé plus d’un millier d’opérations de sauvetage en mer et sur terre, ne touche aucun denier de l’État : elle est exclusivement THE RED BULLETIN


« C’est rafraîchissant ! », lance un des membres de la ICE-SAR.

L’eau frôle les 3 °C. Un sauveteur bénévole se jette dans la rivière Tungufljót.


Magnús ­Sigurdsson sécurise son frère Elias alors que ses collègues s’extraient d’une crevasse sur le glacier Sólheimajökull.

Les sauveteurs de Selfoss partent en mission 40 à 50 fois par an. 66  



THE RED BULLETIN


f­ inancée par des dons du public et par la vente de produits dérivés (porte-clés et feux d’artifices). Un financement certes aléatoire, mais qui tient compte de la générosité islandaise, tant la reconnaissance des insulaires pour ces preux chevaliers est grande. « Notre équipe a vendu pour presque 5 800 euros de porte-clés, cette ­année », nous raconte ­Heimir ­Haraldsson (photo ci-contre, à droite), le patron d’une ­petite station près de Reykjavík et qui a aujourd’hui pour tâche de coordonner l’exercice de sauvetage en mer. À 41 ans, cet ingénieur de la ­Marine est le vétéran de l’équipe. ­Élevé au milieu des dockers et des marins dans un petit village de ­pêcheurs, il a toujours connu et respecté la rudesse de la mer. « Là d’où je viens, tout le monde bosse dans le poisson, me crie-t-il pour couvrir les bruits du moteur. C’est pas comme ceux de la capitale, ceux qui vendent du thé et des glaces, tu vois ? »

A

dolescent, Haraldsson rejoint la section jeunesse de la ICE-SAR, qu’il décrit comme une sorte de camp scout, mais en plus rude. « C’est ce qui fait la force de l’association. Dès 14 ans, tu peux rejoindre les équipes de sauvetage et t’entraîner avec eux. » Un système d’intégration exemplaire : les nouvelles recrues ne manquent pas, et la relève est ainsi toujours assurée. C’est ce que je me dis en regardant les sept autres bénévoles qui s’activent en face de moi et qui ne doivent guère avoir plus de 25 ans pour la plupart. Pour la moitié d’entre eux, cette sortie fait d’ailleurs partie de leur formation de sauveteur-secouriste en mer et sur terre : au-delà des dix-huit mois qui sont obligatoires pour opérer sur le terrain, il leur sera ensuite possible de se spécialiser. « Je n’ai pas encore choisi mon équipe, je suis nouvelle ! » avoue ­Dagbjört Jónsdóttir, seule femme à bord. La jeune architecte de 31 ans en est à sa deuxième sortie « pratique » en mer. Autour d’elle, ça discute ferme. On interroge à la ronde : qui va jouer le rôle de la victime ­désemparée tombée à l’eau ? On lui demande si ça lui plairait : la réponse est un « ouais... » un peu trop évasif pour être franc.

THE RED BULLETIN 

Heimir Haraldsson, 41 ans, chef d’équipe de la section navigation ICE-SAR, près de Reykjavík.

On la comprend : la température de l’eau dépasse à peine les 4 °C, ce qui la rapproche plus de la glace fondue qu’autre chose. Sans combinaison étanche, impossible de survivre là-dedans plus d’une dizaine de minutes. Ces conditions extrêmes, les Islandais, et a fortiori ceux qui se trouvent avec moi à bord, les connaissent par cœur. C’est d’ailleurs ce qui a forgé leur réputation de vikings intrépides, dont la devise pourrait être : « Froid, moi ? Jamais ! » « Bah, tant qu’on a les bons vêtements, tout va bien ! », nous confirme Dagbjört. Elle-même adore le VTT, qu’elle pratique par tous les temps. La plupart de ses collègues pratiquent aussi un sport extrême : surf en eaux froides, escalade sur glace, tout est bon, pourvu que ça bouge. Entre-temps, on a choisi la victime du jour : c’est Daniel Ágústsson, jeune étudiant en photographie âgé de 20 ans qui jouera le rôle du pêcheur tombé dans l’eau. Sans broncher, le grand gaillard, qui porte la même combinaison orange que ses coéquipiers, se jette à l’eau pendant que les autres essaient de le repêcher à tour de rôle. En mer, les équipes de la ICE-SAR travaillent avec les gardes-côtes et leurs hélicoptères. Mais le rôle des premiers reste crucial, tant les interventions d’hélitreuillage sont ­aléatoires. Heimir Haraldsson le

confirme : « L’hélico peut tomber en panne ou être incapable d’effectuer une manœuvre. Bref, il y a toujours une marge incertaine, d’où l’importance de se fier aux hommes et aux femmes sur place. » Et notre jeune architecte de renchérir : « Il y a toujours un moyen d’apporter son aide. Ce sont souvent les sauveteurs les plus expérimentés qui sont envoyés en première ligne, mais tout le monde a sa place. Ceux qui restent à la station sont là pour accueillir et réconforter leurs collègues après une mission, leur apporter un soutien psychologique. » Les missions de la Search and ­Rescue Team ne concernent d’ailleurs pas seulement des opérations de sauvetage, mais aussi les campagnes de recherche. Ainsi, lorsqu’un soir de janvier 2017, la jeune Birna ­Brjánsdóttir est portée disparue, les autorités organisent la plus grande campagne de recherche de l’histoire du pays. Plus de 700 sauveteurs ­bénévoles se mettent à quadriller un périmètre de presque 7 000 km². Au bout d’une semaine, le 22 janvier, son corps est retrouvé sur une plage à 35 kilomètres au sud-est de ­Reykjavík. Neuf mois plus tard, un marin du Groenland est inculpé du meurtre de la jeune fille de 20 ans. Un cas d’homicide heureusement rare, dans ce pays qui affiche l’un des taux de criminalité les plus bas de la planète.   67


« En observant certains touristes, je me dis que le bon sens n’est pas partagé par tous. »


Mais il faut bien le reconnaître, la plupart du temps, ce sont des touristes inconscients que les bons ­Samaritains de la ICE-SAR sont amenés à secourir. Comme ces quatre jeunes Anglais qui ont fait la une des journaux en 2015 parce que leur ­périple à ski à travers l’Islande avait nécessité pas moins de trois interventions en urgence. Ou cet homme tombé dans les impressionnantes chutes d’eau de Gullfoss. La liste des incidents s’allonge chaque année. « Quand j’observe certains touristes, je me dis que le bon sens n’est pas partagé par tous, plaisante Ágúst Kjartansson, chef de station et instructeur au sein de la ICE-SAR. Le problème, c’est qu’on n’a pas les mêmes repères : nos routes nationales peuvent ressembler à de petites routes de campagne aux yeux de ­certains touristes. » C’est sans doute pour cette raison que l’année dernière, un visiteur imprudent s’est planté au beau milieu d’une route pour admirer les aurores boréales. Il faisait nuit noire. Une voiture l’a ­percuté, le tuant sur le coup. ­Kjartansson ajoute, à l’adresse des ­futurs visiteurs : « Réfléchissez bien avant de faire quelque chose, et s’il y a le moindre risque, ne le faites pas ! »

L

Dagbjört Jónsdóttir et Stefán Reynisson ­s’accrochent au canot qui fend les eaux de l’océan Atlantique nord.

e lendemain, je rejoins ­Kjartansson et d’autres ­sauveteurs à la station de Selfoss. Nous nous rendons au bord de la rivière de Tungufljót, au sud de l’île. Le jeune chef d’équipe de 28 ans veut y effectuer un exercice pratique de sauvetage en eaux vives, ce que peu d’équipes savent encore faire. La rivière qui gronde à nos pieds n’invite pas vraiment pas à la baignade : rapides de classe III, violents tourbillons, rochers pointus crevant la surface... Tout cela passerait encore s’il n’y avait la température de l’eau : moins de 4 °C, encore plus froid que la veille ! « C’est sûr que ça vous réveille, nous crie Magnús Sigurdsson, un autre instructeur, dont la voix essaie de couvrir le bruit du torrent. C’est rafraîchissant ! » Un de ses collègues se marre : « Ce n’est pas un endroit pour les gens normaux, ça ! » « Oui, mais on n’est pas des gens normaux ! » plaisante un autre. Serré dans sa combinaison orange, Ágúst Kjartansson se prépare   69


« Chez nous, les héros solitaires n’existent pas. » Ágúst Kjartansson, chef de la station de Selfoss et instructeur ICE-SAR, en pleine démonstration de sauvetage.

à l’exercice. Avec sa longue barbe brune et son physique trapu mais très athlétique, on l’imagine tout à fait en héros d’une saga viking, tirant un drakkar du XIIIe siècle à la seule force de ses bras. Une fois rentré dans l’eau glaciale, Kjartansson essaie de remonter les rapides en s’aidant des poches d’eau creusées dans la roche. Il parvient à atteindre ses coéquipiers, qui l’attrapent fermement pour le tirer hors de l’eau. Puis c’est au tour des autres d’effectuer l’exercice, plusieurs fois d’affilé. L’ambiance est sereine, on n’entend aucune plainte. Tout de même, à la fin de la journée, alors que tout le monde range son matériel, un des gars s’éloigne discrètement pour aller vomir (d’épuisement). Là encore, aucune remarque de ses camarades. En les interrogeant sur la raison principale qui les pousse 70  



à devenir sauveteurs bénévoles, tous me diront la même chose : le sentiment d’appartenir à une grande famille. Et la grande famille islandaise, ce n’est pas un mythe : c’est ce que je ­remarque un plus tard alors que nous sommes attablés ensemble. Ils me racontent qu’en Islande, tout le monde a un ou plusieurs ancêtres en commun. Ce qui, sur une île qui est restée coupée du monde pendant si longtemps et compte à peine 330 000 habitants, est finalement assez logique. Les ­Islandais ont même une application spéciale « anti-inceste » (une sorte de Bottin intelligent), qui te permet de vérifier si la personne de ton choix n’a pas un bagage génétique trop proche du tien avant de passer à l’acte. Son slogan ? Imparable ! « Saute sur l’appli avant de sauter dans le lit ! »

Ce sentiment d’appartenance prend tout son sens en cas de gros problèmes : pour les Islandais, rien de plus normal que de s’entraider, comme les membres d’une petite communauté le ferait pour sauver un des leurs. Après le repas, les frères Magnús et Elias Sigurdsson partent vers le glacier de Sólheimajökull pour un exercice de sauvetage en crevasse. Comme beaucoup de leurs collègues, ils ont déjà une bonne expérience des techniques de sauvetage en haute montagne. Depuis deux ans, le glacier est accessible directement par la route, ce qui a conduit à un nombre toujours plus important de touristes, et donc d’accidents potentiels. Regroupés au bord d’une crevasse, Magnús et Elias se laissent glisser le long d’une corde. Une fois tout en bas, Magnús attrape son THE RED BULLETIN


frère, qui joue le rôle de la victime, l’attache au harnais de sécurité et donne le signal aux collègues restés en haut de les remonter tous les deux. Visiblement, l’exercice plaît ­tellement à tout ce petit monde que notre photographe doit gentiment les rappeler à l’ordre et les sommer de rester sérieux pour la photo. En moyenne, les bénévoles de la station de Selfoss prennent part à une petite cinquantaine de missions par an. S’ils sont appelés lorsqu’ils sont sur leur lieu de travail, pas de problème : leurs employeurs se montrent très compréhensifs. Il faut dire qu’en Islande, les sauveteurs de la ICE-SAR jouissent d’un grand ­respect, surtout quand on connaît les conditions extrêmes dans lesquelles ils opèrent.

U

ne histoire parmi tant d’autres : le 26 décembre 2015 à une heure du matin, l’équipe de Selfoss reçoit un appel d’urgence : un homme qui vient de perdre son travail s’est jeté dans une rivière toute proche. Elias, Magnús et ­Kjartansson se mettent en route avec d’autres collègues. Dehors, le thermomètre affiche − 12 °C. Toutes les forces de la région sur le coup : ­policiers, pompiers, gardes-côtes... Durant 48 heures, nos trois hommes fouilleront sans relâche les zones de

Casque, gilet, cordes, harnais : les bénévoles préservent leur matos, toujours à portée de main.

THE RED BULLETIN 

la rivière qui ne sont pas complètement gelées, notamment autour des conduits d’évacuation. Assis dans un café près de l’hôpital universitaire, où il travaille comme programmateur, Kjartansson se remémore cette nuit glaciale avec beaucoup d’amertume. « Ce n’était vraiment pas marrant. On naviguait sur la rivière et les éclaboussures gelaient instantanément sur nos combinaisons. Il faisait nuit noire, on ne distinguait rien, même avec nos frontales et des lampes-torches. » L’homme ne fut ­jamais retrouvé. En entendant cette histoire, je ­demande à Kjartansson s’il lui arrive parfois de regretter sa décision, compte tenu du fait que les bénévoles ne reçoivent aucun salaire pour leurs missions. La réponse fuse, catégorique. « Non ! On aide parce qu’on peut le faire, et parce qu’on est prêt à le faire. Quand je pars en mission, j’oublie tout le reste, pour être le plus efficace possible. Parfois, c’est dur émotionnellement parlant, surtout quand la fatigue gagne, mais ça fait partie du lot. » Et la petite décharge d’adrénaline qu’on ressent quand on vient de sauver la vie d’une personne ? Kjartansson se rappelle alors un incident survenu il y a quelques semaines : lui et son équipe étaient réunis à la station, lorsqu’ils ont été appelés en mission, pour un type qui avait sauté d’un pont. Tout est allé très vite. « On a lancé le canot sur la rivière, et on est partis chercher le gars. Quand on l’a aperçu, j’ai sauté dans l’eau pour lui ouvrir les voies respiratoires. » Neuf minutes à peine se sont écoulées depuis le coup de fil : les hommes de Selfoss ramènent alors la victime sur la berge, où il reçoit les premiers soins. Peu de temps après, les gardes-côtes arrivent en hélicoptère et évacuent l’homme vers l’hôpital le plus proche. Cette anecdote pourrait le gonfler de fierté, mais pour Kjartansson, hors de question de pavoiser. « ­Jamais je n’y serais arrivé tout seul : je ne suis qu’un maillon de la chaîne. Tout s’est bien passé parce que chacun d’entre nous a su jouer son rôle : mettre le canot à l’eau, procurer les premiers secours, préparer l’intervention des gardes-côtes... Chez nous, les héros solitaires n’existent pas. Le héros, c’est le groupe. »

icesar.com   71


Awolnation se produit live au studio Supersense, antre viennois des délices techniques surannés.

72  


#sansfiltre

AWOLNATION place l’authenticité un cran au-dessus de la perfection. Voilà pourquoi les stars de Sail ont saisi l’opportunité de produire un disque à enregistrement direct, en une unique prise. Entretien ALEX LISETZ  Photos JORK WEISMANN


qui transparaît dans sa voix. « L’important pour lui, ce n’était pas que chaque note soit parfaitement posée ni jouée, au contraire. » Plus tard, avec Awolnation, il arrache dans la douleur des textes pétris de sincérité du plus profond de ses tripes, « car je voulais toucher mes fans comme mes idoles me touchaient ». Mais jusqu’où Aaron Bruno pourrait-il réellement aller dans sa quête du vrai ? Plus que deux jours avant l’heure de vérité.

SAPHIR ET ACÉTATE

Des instants d’éternité dans un ­studio hors du temps.

A

aron Bruno, frontman et chanteur du groupe de rock électro américain Awolnation, se tient pieds nus sur une scène minuscule et ne redoute qu’une chose : que la sonnerie d’un portable ­retentisse. Face à lui, une salle remplie de fans. En cet instant, Aaron pourrait penser aux 79 semaines pendant lesquelles son titre phare Sail caracolait au sommet des hits parades. Ou à son jogging matinal dans les collines de Malibu. Ou encore au ­regard amoureux de sa femme. Mais non. Il pense à tout ce qui pourrait aller de ­travers. Lorsque l’ingénieur du son donne le signal convenu, le guitariste à ses côtés démarre. Aaron s’empare du micro, commence à chanter. L’enjeu est grand.

EN QUÊTE DE VRAI

Deux jours plus tôt, on le retrouve au dernier étage de l’hôtel 25hours à Vienne (Autriche). Aaron est le Californien le plus anti-californien qui soit. Il n’est pas 74  



fan de banalités. Mais aujourd’hui, il n’en finit plus de parler, surtout de son nouvel ­album avec Awolnation : Here Come The Runts. « Je voulais me livrer entièrement, sans fard, exactement comme je suis », souligne-t-il lors de chaque interview. Les journalistes ont l’habitude, ils hochent poliment la tête. Cette volonté de faire « un album authentique, personnel », ils l’ont entendue de la bouche de bon nombre de pop stars. À la différence près que lui est très sérieux. « Je suis à la recherche de choses vraies car autour de nous, tout est factice. Les emballages sont trompeurs. Ça vaut pour les aliments que nous consommons, pour les relations que nous entretenons, pour la musique que nous écoutons… pour tout. » Aaron Bruno a un féroce appétit d’authenticité depuis qu’il a la faculté de formuler une pensée. Ado, il est fasciné par le mouvement straight edge : s’essayer à tous les excès, sans toucher ni aux drogues, ni à l’alcool. Ce qui l’attire dans la scène punk rock, c’est cette énergie brute, hirsute et débraillée. Il admire le songwriter Jeff Buckley pour l’émotion pure

Le lendemain matin, à heure où les rockstars vont se coucher, le bus de tournée de Awolnation débarque au point de rendezvous. Ses membres s’en extraient au compte-goutte. Aaron Bruno est au ­taquet, impatient de découvrir le studio viennois dont il a déjà entendu tant de bien. Les connaisseurs sont dithyrambiques à son sujet : Supersense est un lieu incomparable, à la fois café, boutique, ­cabinet de curiosité, et surtout La Mecque du disque à enregistrement direct et autres fantaisies pour les nostalgiques. On peut notamment y réaliser des tirages Polaroid au format maximal (51×61cm) grâce au plus gros appareil photo argentique à développement instantané au monde. On peut aussi y enregistrer un disque vinyle avec du matériel d’époque, (original 1960s), certainement l’un des plus précieux et des mieux restaurés qui existent. Des artistes de renom (Kandace Springs, Gregory Porter, Die Fantastischen Vier…) ont déjà bénéficié de cette opportunité exceptionnelle. C’est LA ­raison pour laquelle Aaron Bruno a ­entrepris ce long voyage depuis L.A. Florian « Doc » Kaps, fondateur et proprio de Supersense, a fait de son local une institution dont la réputation s’est étendue d’un bout à l’autre de l’Europe. Il ­gratifie Aaron d’une formation éclair à la technique d’enregistrement analogique. « Chaque son que les micros vont capter sera transféré depuis la table de mixage directement dans cette machine à graver. » Tandis qu’il s’exprime, il tapote ­affectueusement un appareil de collection vieux de presque soixante ans, étrange dispositif à mi-chemin entre machine à ­laver et machine à remonter le temps. « Ici, en haut, un burin en saphir grave la vibration acoustique directement dans la couche de laque qui recouvre le disque d’aluminium, lequel servira de matrice. C’est ainsi qu’on fabrique un 33 tours de deux fois douze minutes. On ne peut ni THE RED BULLETIN


Au lycée, Aaron Bruno (39 ans) avait l’habitude de s’éclipser sans prendre congé, ce qui lui a valu le surnom AWOL (pour absent without official leave).

THE RED BULLETIN 

« Je suis à la recherche de choses vraies car autour de nous, tout est factice. »   75


Le groupe formé en 2009 comprend aujourd’hui ­Aaron Bruno (chant), Isaac Carpenter (batterie et percus), Marc Walloch (basse et guitare rythmique), Zach Irons (guitare solo) et D ­ aniel Saslow (keyboards).

76  



« Nous admirons la perfection, mais c’est l’imperfection qui nous touche et nous permet d’accéder à l’émotionnel. » THE RED BULLETIN


arrêter l’enregistrement, ni le recommencer, ni rien modifier ensuite. Que tu chantes faux ou qu’un portable se mette à sonner pendant le concert, tout sera gravé. » Aaron approuve d’un signe de tête. « C’est compris, mon gars. » Il s’approche très près de la fameuse machine, fait courir ses doigts sur sa surface. Ses chansons prendront l’odeur de l’acétate, sa voix la forme d’un sillon, et son énergie se diffusera dans une couche de laque noire.

EVA MÜHLBACHER

DIMENSION ÉMOTIONNELLE

Aaron, lui demande-t-on, expliquez-nous pourquoi vous voulez à tout prix, en 2017, faire un enregistrement avec les moyens techniques de 1960 ? « La technique analogique te force à quitter ta zone de confort. Quand tu mixes un vinyle en live, tu te montres sans filtre. Il n’y a pas de place pour les ruses ou les artifices. » Mais enregistrer en analogique est plus contraignant et démodé, rétorque-t-on. « On ne devrait pas toujours choisir la ­facilité ni le chemin le plus court, nous contredit-il. Bien sûr, un enregistrement en digital a des milliers d’avantages. Mais comment établir une relation d’affect avec des données numériques ? J’ai un LP de musique de Noël très abîmé de John Denver (1943-1997, ndlr) à la maison. Ou même mon exemplaire du légendaire ­album de Dire Straits, Brothers In Arms (1985, ndlr). Il est tellement rayé qu’on ne peut quasiment plus l’écouter. Ces ­vinyles ont été de véritables compagnons de route pour moi. » Touché. Et si quelque chose allait vraiment trop de travers, vous pourriez toujours jeter la rondelle à la poubelle pour en refaire une nouvelle, pas vrai ? Ses yeux délavés s’assombrissent. « Certainement pas. Nous voulons nous montrer tels que nous sommes, même avec nos défauts. Il m’importe plus d’être sincère et authentique que parfait. » Et il nous raconte l’histoire de son tube planétaire Sail (2011) qui, après Radioactive (2012) d’Imagine ­Dragons, est la chanson à être restée le plus longtemps dans le top 100 des ­Billboard charts depuis les débuts de l’industrie musicale. « Je me suis échauffé la voix en vingt minutes, on a enregistré chaque piste en une prise. J’aimais beaucoup l’énergie sauvage qui se dégageait du morceau. » Ce n’est qu’après la sortie du single qu’il réalise que l’enregistrement est loin d’être parfait. « Certains passages chantés sont vraiment plats, et les percus ne sont pas dans le rythme du d ­ ébut à la THE RED BULLETIN 

fin. » Malgré ces imperfections, Sail s’est pourtant vendu à plus de dix millions d’exemplaires. Ou peut-être grâce à elles ? « Je crois que nous admirons la perfection, mais que c’est l’imperfection qui nous touche et qui nous permet d’accéder à une dimension émotionnelle. C’est pourquoi nous devrions plus souvent nous montrer sous notre vrai jour, en faisant la lumière sur nos aspérités. »

LES NERFS À VIF

Seulement tous autant que nous sommes, nous répugnons à jouer la transparence. Voilà pourquoi deux heures avant le spectacle live, tout le monde dans le studio est nerveux. Lukas Obwaller, le responsable du mixage, reprend les étapes une par une : mettre la machine en route, placer la pointe de l’aiguille dans le sillon à g ­ raver,

Fabriquer un vinyle à la mode des sixties Les enregistrements digitaux sont devenus le procédé standard depuis deux ­générations dans l’industrie musicale, car c’est un modèle plus économique, plus e­ fficace et plus facile à retravailler. Les chansons sont mixées et remastérisées en studio après enregistrement, les données sont comprimées et numérisées, et permettent de gagner beaucoup de place au moment de les stocker. Les disques à enregistrement direct sont fabriqués à l’aide d’une machine qui va graver un sillon complexe en spirale dans la rondelle à l’aide d’une pointe en saphir (ou en diamant, plus résistant). Pendant la gravure, une buse à vide aspire le copeau découpé par le burin. Puis l’aiguille du tourne-disque traduit les ondulations du sillon dans la membrane de l’enceinte qui se met à vibrer. Le concert live de Awolnation a aussi été enregistré sur bande magnétique. Dans les jours qui suivirent, 77 disques vinyles ont été fabriqués à la main. Les commandes se font directement ici : supersense.com/mastercuts

donner le signal au groupe pour démarrer, garder un œil sur les instruments. Eric Stenman, le producteur, dispose des postit sur la table de mixage. Il a profité du soundcheck pour noter à quel moment supprimer l’écho et quand pousser quel bouton. Son plus gros souci : si le groupe déborde de même dix secondes par rapport au plan, la rondelle à graver risque de s’arrêter de tourner au milieu d’une mesure. Ce qui serait loin d’être élégant. Tous finissent par se détendre. La ­détox digitale, Awolnation connaît. Aaron Bruno a composé leur deuxième opus dans un chalet, sans connexion internet. Leur titre actuel, Passion, ils l’ont enregistré – tout comme le reste de l’album d’ailleurs – avec la guitare Gibson, un modèle original des années 1950, sur laquelle ­Aaron grattait ses premiers accords.

LA BATTERIE REND L'ÂME

À 20 h 37, Aaron fait son entrée sur la scène, murmurant à ses gars : « Tout ce qu’on a à faire, c’est nous faire plaisir. » Et voilà Aaron qui commence à gamberger. Il passe en revue tout ce à quoi il ne voulait pas penser. Les micros défectueux. Les trous de mémoire. Les intros foirées. Puis se jette à l’eau. Les accords de 7 Sticks of Dynamite r­ ésonnent. Le groupe donne tout dès le ­départ, le chanteur trouve ses marques. Le public partage son enthousiasme, seul le flow fait encore défaut. Il enchaîne avec Passion. Toutes les mains se lèvent. Aaron négocie les passages complexes avec brio. Voilà déjà douze minutes gravées à jamais. Après une pause, l’enregistrement de la deuxième face démarre. Et l’incident tant redouté a lieu pendant ­l’intro de ­Hollow Moon : la pédale de la batterie rend l’âme, alors que le saphir poursuit son incision méticuleuse, le groupe reprend depuis le début. Mais cela n’a pas d’importance. Au contraire. L’embardée ironique resserre les liens entre le groupe et son public. C’était le déclic qui manquait à Aaron. Il reprend de manière très détachée. Et continue avec Sail. La version qu’il livre, très énergique, est telle qu’on ne l’a jamais entendue avant. Et aussi très intime, au plus près de lui et de ses émotions, et du public également. L’enregistrement touche à sa fin. La pression qui pesait sur les Awolnation et sur les techniciens deux heures plus tôt semble incongrue. Il suffisait d’être s­ incère, pas parfait.

Analog in Vienna est disponible en VoD sur redbull.tv ; awolnationmusic.com   77


POUR GARDER LE CAP PENDANT LE CARNAVAL.


guide Voir. Avoir. Faire.

Anton Sintsov lors de la Coupe du Monde UCI XCO à Lenzerheide (Suisse) le 9 juillet 2017.

10 BARTEK WOLINSKI/RED BULL CONTENT POOL

mars

MONDIAL UCI XCO DE MTB 2018

Le spectacle le plus attendu des fans de VTT revient. En plus des courses à couper le souffle, la nouvelle saison de la Coupe du Monde vous livre des surprises inédites dès le départ. Plus sur Red Bull TV.

THE RED BULLETIN 

  79


GUI D E

Voir. Schurter en route vers la victoire à Vallnord, Andorre, juillet 2017.

PASSEZ DU CHAUD AU FROID

Ce mois-ci, au menu des ­réjouissances sur Red Bull TV : le summum du VTT, un rallye glacé et des patineurs tout aussi frais lancés à Marseille.

10 mars   LIVE 

REGARDEZ RED BULL TV PARTOUT

Red Bull TV est une chaîne de télévision connectée : où que vous soyez dans le monde, vous pouvez avoir accès aux programmes, en direct ou en différé. Le plein de contenus originaux, forts et créatifs. Vivez l’expérience sur redbull.tv

80  



COUPE DU MONDE DE VTT UCI 2018

La Coupe du Monde VTT UCI attire l’élite mondiale du VTT cross-country et des milliers de spectateurs. Cette saison, elle débute sur les pentes de la montagne Coetzenburg dans les ­environs de Stellenbosch, en Afrique du Sud, et c’est une première. Le Suisse Nino Schurter ­tenant du titre, pourra-t-il cette saison résister à ­l’armada f­ rançaise ? Telle est la ­question.

Schurter suit ­Stéphane Tempier (FRA) à Val di Sole (Italie), août 2017.

THE RED BULLETIN


février / mars

BARTEK WOLINSKI/RED BULL CONTENT POOL (2), JEFF BROCKMEYER/RED BULL CONTENT POOL, JAANUS REE/RED BULL CONTENT POOL, MIHAI STETCU/RED BULL CONTENT POOL

Musique triée sur le volet et interviews d’artistes influents. Restez à l’écoute…

THE RED BULLETIN 

5

au 10 mars   LIVE 

BURTON US OPEN

Pour sa 36e édition, la plus prestigieuse compétition de snowboard est de retour à Vail dans le Colorado. L’US Open rassemble la crème des pros mondiaux en ­slopestyle et halfpipe. Vivez toute l’action en direct !

RISKY BUSINESS

15 17

au 18 février   LIVE 

FIA WRC SUÈDE

Le deuxième round de la saison Rallye WRC nous ­entraîne au cœur des forêts glacées de Scandinavie. Créée en 1950, la course attire 200 000 spectateurs sur quatre jours et constitue un défi unique pour les pilotes.

février   LIVE 

22 février  ON AIR 

Musicien, DJ résident du meilleur club techno au monde (Berghain, à ­Berlin) et patron de l’un des labels les plus ­influents du moment (Running Back), Gerd Janson est une autorité indiscutable en matière de musique dance. Dans son émission sur Red Bull Radio, diffusée le quatrième jeudi du mois, Janson partage sa collection privée en passant le meilleur de la house, du disco, de la techno et bien plus encore.

RED BULL CRASHED ICE

Ça va geler à Marseille avec une étape du Championnat du monde de Ice Cross Downhill. Des sauts, des virages relevés et de la bagarre sur patins, à 80 km/h : le public frissonne d’avance (en live sur votre écran dès 20 h 45).

À ÉCOUTER SUR REDBULLRADIO.COM

  81


GUI D E

Avoir.

montres

ULYSSE NARDIN MARINE ­TORPILLEUR MILITARY

Nouvelle vague

Inspirée des montres à gousset des capitaines de marine du XIXe, cette ode à l’histoire met un cap audacieux vers l’avenir avec son échappement en silicium recouvert de diamant et un balancier dans sa coque. ulysse-nardin.com

Face  : classique intemporelle. Pile : en mode rétro futur.

DU SILICIUM AU CŒUR DE L’OUVRAGE Le progrès humain se mesure à la maîtrise des matériaux à travers les âges : pierre, bronze, fer. Et silicium. Ses propriétés ­ semi-conductrices et le fait qu’il puisse être transformé en cristaux purs le rendent idéal pour la fabrication des micropuces depuis les années 60. Le silicium s’adapte à des technologies antérieures à lui, et maintient ainsi l’équilibre oscillant au cœur d’une montre mécanique. Moins magnétique, plus résistant à la corrosion et aux chocs que l’acier ou le nickel et sans frottement, il ne nécessite pas de lubrification additive. De quoi tenir quelques siècles.

BAUME & MERCIER CLIFTON BAUMATIC

Le ressort de l’attention Maison fondée en 1830 par deux frères aux Bois, un village suisse proche du massif du Jura, Baume & Mercier se targue d’une bonne ­réputation quant aux mécanismes simples et fiables de ses gardetemps. La Clifton Baumatic ne fait pas exception, sauf que sa fiabilité provient d’une merveille complexe et brevetée : le spiral TwinSpir. La technologie embarquée est appelée ainsi car elle est faite de deux bobines de silicium étroitement liées selon un angle opposé, améliorant ses propriétés isothermes et élastiques, et en conservant le mouvement de l’aiguille avec précision pendant cinq jours. La prouesse est telle que l’horloger a créé un fond transparent pour pouvoir ­l’apprécier sans compter. baume-et-mercier.com

82  



TUDOR HERITAGE BLACK BAY CHRONO

Mélange de genres Combinant design du sport auto et de la plongée, cette montre mixe les matériaux : son boîtier en acier abrite un spiral en Silinvar, un silicium résistant à la température, co-développé par la maison mère Rolex. tudorwatch.com

ZENITH DEFY EL PRIMERO 21

Saut en avant

Cette montre en titane possède deux échappements en silicium : l’un pour l’heure, l’autre pour le chronomètre. Chaque seconde est marquée par un balayage complet, alimenté par un spiral composite de nanotubes de carbone breveté. zenith-watches.com

THE RED BULLETIN


P RO M OT I O N

must-haves

1

2

3

4

1 CRAFT STRATUM

Craft présente Stratum, sa collection hiver 2017/18, comme cette veste conçue pour les skieurs de fond. Elle est fabriquée dans un tissu élastique et laminé à l’avant pour protéger des vents froids, et d’un tissu super élastique à l’arrière pour une régulation thermique supérieure, une parfaite adaptation, une liberté de mouvement totale et des ouvertures découpées au laser qui améliorent la respirabilité. De plus, la veste a un bouton rapide qui offre d’autres possibilités de ventilation. Pas étonnant que Stratum soit la favorite des équipes américaine et suédoise. craft-sports.fr

THE RED BULLETIN 

2 GLOBE SPROUT

La chaussure de skate Sprout est une version plus légère de la Shockbed originale. Sa semelle haute performance est fabriquée dans un matériel plus léger. Globe ­sélectionne aussi les meilleurs matériaux afin de garantir qualité et durabilité : de la mousse jusqu’aux œillets, des renforts aux lacets, tous les détails sont méticuleusement choisis jusqu’au dernier point de couture. Le système Globe S-trac et son épaisseur au niveau des orteils et du talon garantissent une longue usure et une excellente adhérence. globebrand.com

3 ANDI VENT MOUNT CHARGER

Le chargeur pour bouche d’aération sans fil andi se fixe sur la bouche d’aération de votre véhicule d’un simple mouvement rotatif. Il alimente votre smartphone en énergie, vous permettant de vous concentrer sur la route afin d’arriver en toute ­sécurité à destination. andi.store/ch

4 ANTELOPE.CLUB

ANTELOPE.CLUB est le premier textile sportif de performance au monde, constitué de polyamide, de polypropylène et de spandex. Il est né de l’association d’une grande passion sportive avec un excellent savoir-faire technique, ANTELOPE.CLUB vous aide à vous entraîner plus efficacement et à atteindre vos objectifs de fitness plus rapidement. Basées sur le principe de la stimulation électromusculaire (EMS), les électrodes intégrées à la combi stimulent vos muscles en profondeur. À chaque session sportive, vous exploitez votre potentiel au max. info.antelope.club

  83


GUI D E

Faire.

8

au 18 mars Salon de l’auto Il faut bien l’admettre, les hommes sont d’éternels grands enfants. Une fois par an, nous pouvons l’assumer à Genève, à l­’occasion du plus grand salon auto d’Europe et a­ dmirer bouche bée les nouvelles Toro R ­ osso équipées de moteurs Honda (photo), tripoter la plus rapide des McLaren à ce jour et prendre place dans la nouvelle A6, l’AMG-GT quatre portes ou la puissante T-Roc R. Genève ; gims.swiss/fr

26

mars

Les extraterrestres existent. La plus célèbre équipe de basket au monde avec Hammer Harrison (en photo ci-contre), le prouve en déjouant les règles de la physique et de la logique. Il suffit pour cela de voir leurs actions et leurs paniers inscrits à distance improbable. Le rire est également au rendez-vous, le burlesque fait partie de leur show depuis les années 60. Zurich-Oerlikon ; harlemglobetrotters.com

10 84  



mars LYRICS Festival La scène rap helvète n’a jamais connu autant de diversité et de succès. Une nouvelle réjouissante que célébrera la 2e édition du LYRICS Festival organisé au Kanzlei Club lequel, outre les concerts live, accueille aussi la cérémonie des Urban Artists Awards 2017 sans tapis rouge, coupes de champagne ni smokings, rassurez-vous. Zurich ; lyricsmagazin.ch

10

mars La Matinale des Dames Une semaine après la Coupe du monde de descente, l’élite du ski alpin s’affronte sur la même piste mais en sens ­inverse, soit 2 640 m et un ­dénivelé de 722 m, de quoi maximiser la ­sudation. Les pros atteignent le sommet en 35 minutes, les amateurs eux, mettront trois fois plus de temps. Crans-Montana ; matinaledesdames.ch

24

& 25 mars Swiss Ski Marathon Point d’orgue de la saison de ski alpin, l’épreuve équivaut à un examen d’entrée à la ­Patrouille des Glaciers : 3 600 m d’altitude et une distance de 38,8 km qui invitent à l’humilité même les sportifs confirmés, avec en prime deux sommets de plus de 3 000 m à passer (Steghorn : 3 146 m, ­Rinderhorn : 3 448 m). Kandersteg ; skimara.ch

THE RED BULLETIN

GETTY IMAGES/RED BULL CONTENT POOL, MIKE CENTIOLI, ANNE FLORE MARXER, OLAV STUBBERUD

LES HARLEM GLOBETROTTERS


février / mars

31

mars au 8 avril Xtreme Verbier

Lors de la finale du Freeride World Tour chacun joue son va-tout : Anne Flore-Marxer pourra-t-elle ­rééditer sa victoire de l’an dernier ? Décrochera-t-elle son 2e titre sur les pentes abruptes (jusqu’à 60°) de la face nord du Bec des Rosses ? Les 6 000 spectateurs devront quant à eux prouver qu’ils ont suffisamment de r­ essources pour se t­ rémousser jusqu’à l’aube. Verbier ; freerideworldtour.com

26

février The Chainsmokers Le dernier lundi du mois de février, le très p ­ opulaire duo musical new-yorkais (9,4 milliards d’écoutes cumulées en streaming) donne au Samsung Hall son unique concert suisse. Auparavant, Alex Pall et Andrew Taggart ont bouclé une tournée de leur dernier album ­Memories… Do not Open à travers les États-Unis. Leur venue est un événement unique à ne pas rater. Zurich ; thechainsmokers.com

THE RED BULLETIN

 85


GUI D E

Avoir.

fitness

RENDEMENT MAXIMAL Les accessoires de la combi pour un training complet.

TISSU DE ­C OMPRESSION

Assure un port sur-mesure et une bonne circulation sanguine.

16 ÉLECTRODES

Envoient les stimuli électriques dans le corps.

EMBASE

Relie le booster (source des ­stimuli) à la combinaison.

BOOSTER

CÂBLAGE ­I NTÉGRÉ

Le short est relié au haut via des fiches d’alimentation.

­ANTELOPE. APP

LAVAGE MAIN

Le coton est traité antibactérien, donc évitez la ­machine à laver.

Le cœur et le cerveau : source électrique des électrodes et générateur des stimuli. Batterie : jusqu’à 4 h d’autonomie.

COMBINAISON EMS, IDÉALE POUR :

Connectée au Booster via Bluetooth, une appli smartphone permet de choisir différents modes d’entraînement.

Désormais, la stimulation ­musculaire électrique se porte pour un training plus efficace.

Le concept de la combinaison à stimulation électrique est en général associé à la physiothérapie que l’on pratique suite à une blessure sportive ou à une opération. Mises sous tension, des électrodes collées sur la peau contractent et ­relaxent les muscles comme le fait le cerveau lorsqu’il ordonne au corps de

86  



CALFGUARDS

Les électrodes intégrées dans ces manchons à compression couvrent bien les muscles du ­mollet. Détente, vitesse et esthétique garanties.

Prix conseillé : 1 650 CHF, info.antelope.club

THE RED BULLETIN

KURT KEINRATH & MICHAEL ZECHANY

EN FORME AVEC LA COMBI EMS

courir par exemple. Pour produire un effet multiplicateur, la combinaison ANTELOPE. SUIT associe stimulation bioélectrique et ­stimulation électrique externe. Et comme le corps est c­ apable d’apprendre, plus l’entraînement est régulier et intensif plus les ­muscles s’adaptent aux nouveaux stimuli. C’est là le principe de tout entraînement. Le tissu de l’ANTELOPE.SUIT intègre seize électrodes (abdomen, pectoraux, trapèze, dos, bras, quadriceps, ischios, fessiers) ­alimentées en stimuli par le booster – batterie et contrôleur – et gérées via une appli smartphone. L’entraînement est ainsi plus performant y compris pour les sportifs confirmés avec en prime un mode ­régénération anti-courbatures.

WERNER JESSNER

course, fitness, yoga


ANGE GARDIEN (à partir de CHF 35 par an)

LA CARTE DE SAUVETAGE D’AIR ZERMATT Joue la sécurité lors de toutes tes randonnées: avec la carte de sauvetage d’Air Zermatt. Nous te protégeons dans la Suisse entière, que tu aies besoin d’un hélicoptère, d’une ambulance ou même d’un avion. Et si la nécessité d’un conseil médical ou d’un vol de rapatriement se fait sentir un jour ou l’autre à l’étranger, tu peux aussi te fier à Air Zermatt.

n ur 1 a tage o p e Offr uve

de sa matt e t r C a i r Ze r A + ions it : d é etin 12 l l u B Red The F 35

H dès C

www.air-zermatt.ch


GUI D E ACTIVE STYLE

DEHORS COMME CHEZ SOI L’humain est l’une des rares espèces à ne pas disposer de pelage ou d’une peau épaisse. Une vulnérabilité surmontée grâce à des vêtements et des accessoires permettant de vivre, d’évoluer et de dompter les environnements où nous nous aventurons.

Virée rétro Les skateboards ont bien changé depuis que les Z-Boys en ont révolutionné la pratique dans les années 70 en y introduisant des tricks de surf. Le Mexico Bandito Cruiser 28 pouces de D Street et ses sept couches d’érable rappelle la forme originale en obus, tout en intégrant des éléments modernes tels que l’astucieux kicktail, et des roues souples à 80A. dstreetlongboards.com

Le temps de briller Alliant résistance et style, la montre Formex Element vous accompagne dans tous vos défis. Sa lunette en céramique noire est quasi inrayable, et son boîtier robuste antichoc. Étanche jusqu’à 100 m. formexwatch.com/fr/

Prendre pied Dans les années 1970, Fila s’impose dans le sport grâce au soutien ­d’illustres champions tels que le tennisman Björn Borg. Le look rétro de la basket Riot 2.0 F Low dotée d’une technologie de pointe comme sa bande de roulement Flex-groove, évoque les débuts de la marque. fila.com

Classique On ne doit pas l’invention du polo au sport équestre mais à un champion de tennis français, René Lacoste, qui l’a introduit à l’US Open en 1926. Ralph Lauren l’adopte ensuite pour sa gamme Polo. Mais quelle que soit l’occasion de le porter, ce classique en coton de Timezone édition combine parfaitement confort et fonctionnalité. timezone.de

88  



THE RED BULLETIN


ACTIVE STYLE

Style inusable Les héros naissent dans les coins les plus hostiles de la planète. Au tournant du XXe siècle, Sir Ernest Shackleton devient l’une des figures phares de l’âge héroïque de l’exploration en Antarctique. Cet environnement froid et impitoyable inspire les vêtements qui portent son nom. Testée en Antarctique par − 20 °C, la veste Shackleton Endurance ­assure être plus chaude, plus résistante et plus ­imperméable que toute autre veste. La vie de Shackleton s’est arrêtée à l’âge de 47 ans mais sa veste vous protégera encore de longues années. shackletoncompany.com


ÉQUIPEMENT / OUTDOOR

CLASSE EN SAC Un bon design de sac à dos privilégie l’aspect fonctionnel avant l’esthétique. Robustes et ­légers à la fois, ces modèles de marques reconnues incarnent ce principe. Pesant tout au plus 1 kilo chacun, ils ­relèvent tous le défi d’offrir des rangements faciles d’accès – skis, bâtons de randonnée et autres poches à eau – et veillent à ne pas ralentir votre progression, tout en vous donnant fière allure lors de vos ascensions de falaises ou de montagnes. Seul hic, vous y rencontrerez peu de gens pour les admirer. SALOMON EVASION 25 salomon.com/fr/ MCKINLEY CRXSS 7 intersport.fr OSPREY Exos 48 ospreyeurope.com MAMMUT Trion Light mammut.com

90  



THE RED BULLETIN


GU I D E ÉQUIPEMENT / OUTDOOR

ZIPPEZ-LA Face aux éléments, ces vestes pour hommes seront vos ­meilleurs amis.

BILLABONG Veste réversible Tradewinds : ­légère, respirante, et imperméable. eu.billabong.com

Le tout-terrain JACK WOLFSKIN La doudoune Neon Down est coupe-vent et étanche. jack-wolfskin.fr

Lorsqu’on s’aventure hors des sentiers battus, mieux vaut avoir une voiture qui tient la route. Il en va de même avec le téléphone. Jusqu’ici, Land Rover évoquait plus le rallye trail que les sonneries. Plus pour ­longtemps avec le lancement d’un smartphone conçu pour l’aventure, le Land Rover Explore, un nom qu’on associera bientôt avec batterie longue durée, écran et boîtier antichocs, et résistance à l’eau et aux températures extrêmes. Enfin, sa fonction GPS vous ramènera toujours au bercail, que vos expéditions vous ­entraînent au bout du monde ou au centre commercial. landrover.com

Voyager dans le temps Les chaussures hommes Merrell ­ ilderness AC+ allient la nostalgie du W ­design classique et les avantages de la technologie moderne. Si leur look se veut années 80, le confort de ces chaussures montantes en cuir est dernier cri : coussin d’air au talon, Mesh respirant et embout pare-pierre en caoutchouc maintiennent vos pieds solidement au présent. merrell.com

HENRI DUVILLARD La veste Homme Sunset est en ­matériau léger, fonctionnel et à s­ échage rapide. henri-duvillard.com

THE RED BULLETIN 

  91


GUI D E ÉQUIPEMENT / OUTDOOR

Toile de fond Presque aussi vieille que la civilisation humaine, la toile était déjà utilisée par les Chinois il y a plus de 3 000 ans. Fabriqué à l’origine à base de chanvre, ce tissu polyvalent est aujourd’hui souvent composé de coton, c’est le cas de ce sac à dos DC Crestline 23 litres, compagnon idéal du nomade. Sa sangle de ­fermeture ­extérieure et ses lanières de compression latérales stabilisent vos effets et votre ordinateur lors de vos escapades à pied, à vélo ou en skate. dcshoes.fr

ADOPTEZ-LES Ces vestes pour femmes allient la protection à l’élégance.

UNDER ARMOUR Blouson Printed Run avec ­protection ajustable. underarmour.fr

HENRI DUVILLARD Veste avec fausse fourrure Toubkal et isolation Primaloft. henri-duvillard.com

Lorsqu’il est question de montres mécaniques, on se réfère souvent à leur délicat mouvement, mais ici, les entrailles en silicium de cette Kronaby Apex, made in Suède, sont dédiées à l’exploit sportif. Connectée à votre smartphone, son affichage analogique adopte l’heure ­locale lors de vos voyages, elle dispose d’un podomètre et vous incite à bouger en cas de sédentarité prolongée. Enfin, l’appli smartphone la localise si vous la perdez de vue. kronaby.com

92  



HUMMEL Veste Sirius All-Weather ­respirante et étanche. hummel.net

THE RED BULLETIN

CHRIS BRINLEE

Temps et mouvement


ÉQUIPEMENT / OUTDOOR

L’effet équitable Les vêtements Cotopaxi nous protègent des ­éléments mais aussi les éléments de nous, en ­recyclant des matériaux comme le taffetas polyester qui sert à confectionner ce Teca Windbreaker ­résistant. eu.cotopaxi.com


GUI D E ACTIVE STYLE / PLAGE

Gros bonnet

Une belle journée de plage ne se limite pas à un bain de soleil en dégustant une glace. Avec un bonnet Buff Amby Snow-Cru et un cache-cou LComber, profitez de la côte toute l’année. buffwear.com

Souriez, vous êtes filmé

La bonne combinaison Le partenaire idéal pour affronter les océans les plus froids et les plus extrêmes du globe. La combinaison à capuche Norrøna unstad 6/5 ne prémunit pas totalement contre les morsures d’une eau glacée, mais rend l’expérience bien plus agréable. Parmi les nombreuses innovations, on appréciera les petits rebords sur les épaules ralentissant la pénétration de l’eau, et les coutures liquides renforçant l’étanchéité tout en vous gardant au chaud. De plus, différents matériaux sont utilisés pour assurer souplesse et protection maximale sur les zones sensibles. norrona.com

94  



Courez en slip Souvent, les shorts d’athlétisme pêchent par leur doublure intérieure inconfortable. Le Saxx Kinetic Run 5" résout le problème en intégrant un sous-vêtement de la marque en tissu microperforé extensible avec des soutiens BallPark Pouch garantis sans friction. saxxunderwear.com

THE RED BULLETIN

ANTTON MIETTINEN, MAX HOFSTÄTTER (2), JANE STOCKDALE

La Hirec Lynx 730 est une caméra tout-terrain. ­Embarquez-la partout sans crainte même sur la plage de sable humide – elle filmera toutes vos aventures y compris les plus folles. Sa télécommande d’une portée de 20 mètres la déclenchera à tout moment. Le Wifi intégré diffuse les images en live sur le smartphone d’où vous pourrez modifier les paramètres grâce à une appli dédiée. La vidéo 4K filme 30 images par seconde. Son boîtier robuste est étanche jusqu’à 30 mètres. hirecworld.com


ACTIVE STYLE / CYC LISM E

LE STYLE EN SELLE Pro du vélo ou cycliste du dimanche, le style rétro taillé dans un matériau technique boostera vos virées. En partant du haut dans le sens des aiguilles d’une montre : maillot Castelli Aero Race W Jersey FZ (castelli-cycling.com) avec tissu Velocity à l’avant et un maillage 3D à l’arrière pour ventilation optimale ; maillot Chapeau ­Madeleine Thermal Jersey pour femmes (chapeau.cc) avec doublure polaire pour tenir chaud ; maillot Souplesse Aero de ­Rapha pour femmes (rapha.cc) testé en soufflerie : ses manches texturées coupent le flux d’air et réduisent la traînée ; maillot Loeffler Jersey Life FZ (loeffler-shop. at) : il est isolant et sèche vite, ses bandes réfléchissantes assurent une bonne visibilité ; maillot hommes en laine mérinos ­Alphonsine de Café du Cycliste (cafeducycliste.com) avec panneaux avant coupevent ; enfin, le Polo Jersey Long-Sleeve en laine mérinos est respirant et anti-odeur (rapha.cc).

THE RED BULLETIN 

  95


GUI D E

Autour du monde.

THE RED BULLETIN WORLDWIDE

MEXIQUE DEPECHE MODE

Accepter le challenge, changer de voie ou poursuivre coûte que coûte : les exploits tiennent du talent et de la performance physique, mais ne seraient rien sans une force mentale à toute épreuve.

Comment relever haut la main les défis que la vie te lance ? Réponses avec Gahan & Gore, leaders d’un groupe mythique.

The Red Bulletin en E-Paper sur redbulletin.com

NEXT-LEVEL FITNESS DON’T TRAIN HARDER. TRAIN SMARTER.

Here, five world-class athletes share workout secrets and mental tips to help you get stronger, faster and leaner—and otherwise crush it this summer. Words WILL COCKRELL

Pro rugby star Carlin Isles shows off his explosive power with this modified push-up.

Photography MIKO LIM

27

ÉTATS-UNIS GUIDE FITNESS Plus vite, plus fort, plus remonté. Cinq athlètes de classe mondiale partagent le détail de leurs entraînements quotidiens.

THIBAULT GACHET/RED BULL CONTENT POOL

Si Vince Reffet rate son avion, il le prend en vol. Une poignée de minutes plus tôt, il s’est élancé d’un sommet suisse à 4 158 m d’altitude.

UNE PORTE DANS LE CIEL

En rentrant, le 13 octobre dernier, dans un avion à 138 km/h par une porte de 1,58 m de large sur 1,25 m de haut, les Soul Flyers FRED FUGEN et VINCE REFFET ont réalisé le projet le plus risqué et le plus flippant de toute leur carrière. Décryptage. Texte PATRICIA OUDIT

26

FRANCE A DOOR IN THE SKY Les Soul Flyers réalisent une prouesse unique en rentrant dans un avion en plein vol.

96  



« C’EST L’IMPERFECTION QUI NOUS TOUCHE. » AUTRICHE AWOLNATION Les rockeurs américains ont façonné un disque à enregistrement direct, dans un studio old school.

THE RED BULLETIN


mars

MENTIONS LÉGALES Aiming high: Lake’s personal best stands at 1.96m – the height she jumped in Birmingham last July at Team GB’s trials for the World Championships

Rédacteur en chef Alexander Macheck THE RED BULLETIN Suisse, ISSN 2308-5886

RAISING THE

Country Editors Pierre-Henri Camy, Arek Piatek

BAR

Country Coordinator Christine Vitel

MORGAN LAKE became the first British woman ever to reach an Olympic high-jump final, thanks to a rare combination of physical power and sporting passion. Now, the 20-year-old athlete is honing her mental muscle to reach even headier heights in a season that could make hers a household name Words PAUL WILSON

SUISSE

Country Channel Management Melissa Stutz

Photography ALEXIS CHABALA

36

ROYAUME-UNI MORGAN LAKE Entre saut en hauteur et études de ­psycho, l’Anglaise explique en quoi le training mental permet de s’élever.

SUISSE MARKUS KELLER L’étoile montante de halfpipe (un titre de champion du monde à son actif) a rompu avec ce qu’il savait faire le mieux. Dans la neige profonde du Japon, il nous raconte pourquoi il a eu raison.

Rédacteur en chef adjoint Andreas Rottenschlager Directeur créatif Erik Turek Directeurs artistiques Kasimir Reimann (DC adjoint), Miles English Directeur photos Fritz Schuster Directeur photos adjoint Rudi Übelhör

Responsable de la publicité Marcel Bannwart, marcel.bannwart@ ch.redbull.com

Responsable de la production Marion Lukas-Wildmann

Contributions, traductions, révision Étienne Bonamy, Frédéric ­Fortas, Susanne ­Fortas, Suzanne Kříženecký, Audrey Plaza, Claire S ­ chieffer, ­Gwendolyn de Vries

Rédaction Stefan Wagner (Chef de service), Christian Eberle-Abasolo

Abonnements Service des lecteurs, 6002 Lucerne Hotline : +41 (041) 329 22 00 getredbulletin.com, abo@ch.redbulletin.com

Managing Editor Ulrich Corazza

Maquette Marco Arcangeli, Marion BernertThomann, Martina de Carvalho-Hutter, Kevin Goll, Carita Najewitz Booking photos Marion Batty, Susie Forman, Ellen Haas, Eva Kerschbaum, Tahira Mirza Directeur commercial Franz Renkin Emplacements publicitaires Andrea Tamás-Loprais Solutions créatives Eva Locker (Dir.), Martina Maier, Verena Schörkhuber, Edith Zöchling-Marchart Management par pays & Marketing Sara Varming (Dir.), Magdalena Bonecker, Kristina Hummel Maquette marketing Peter Knehtl (Dir.), Simone Fischer, Alexandra Hundsdorfer Production Wolfgang Stecher (Dir.), Walter O. Sádaba, Friedrich Indich, Michael Menitz (Digital) Lithographie Clemens Ragotzky (Dir.), Claudia Heis, Nenad Isailovi c,̀ Maximilian Kment, Josef Mühlbacher Office Management Kristina Krizmanic Informatique Michael Thaler

DAS ZIEL IM GRIFF

Abonnements et distribution Peter Schiffer (Dir.), Klaus Pleninger (Distribution), Nicole Glaser (Distribution), Yoldaş Yarar (Abonnements)

ALEXANDER MEGOS ist einer der besten Kletterer der Welt. Warum? Weil er auf jeder Route seine 10 Prinzipien des Erfolgs befolgt.

FRANK KRETSCHMANN/RED BULL CONTENT POOL

Text BEN KRISCHKE

Siège de la rédaction Heinrich-Collin-Straße 1, A-1140 Wien Téléphone +43 (0)1 90221-28800, Fax +43 (0)1 90221-28809 Web www.redbulletin.com Alexander Megos, 24, Ausnahmekletterer: „Scheitern beginnt in dem Moment, in dem du dein Ziel unterschätzt.“

37

ALLEMAGNE ALEX MEGOS L’alpiniste allemand nous révèle ses dix règles d’or pour s’assurer le succès, valables aussi bien sur un tracé d’escalade qu’au bureau.

THE RED BULLETIN 

Direction générale Red Bull Media House GmbH, Oberst-Lepperdinger-Straße 11–15, A-5071 Wals bei Salzburg, FN 297115i, Landesgericht Salzburg, ATU63611700 Directeur de la publication Andreas Kornhofer Directeurs généraux Dietrich Mateschitz, Gerrit Meier, Dietmar Otti, Christopher Reindl

  97


GUI D E

Le plein d’action.

3 h 45. Alors que la station est endormie, ­Valentin Delluc, speed rider de 25 ans, réalise une ­première mondiale en volant de nuit dans un environnement de haute montagne hostile. Un projet ambitieux et poétique, dans lequel il dévale une ligne vertigineuse sur le glacier des Bossons, éclairé par la pleine lune et un ruban de LED fixé à sa voile… Vidéo sur win.gs/moonline

98  



« De nuit, tout est différent, on se sent seul, tout petit. » La performance durera 4’20 min, sur 2 350 m de dénivelé, une durée de vol rare en speed riding, mix incroyable de ski et de parapente.

STÉPHANE CANDÉ

Chamonix, France

makes you fly

Le prochain THE RED BULLETIN ­sortira le 11 mars 2018 THE RED BULLETIN


Également disponible en

NOUVEAU ECOSPORT

La vie, ça se passe dehors. Tu viens avec?

DÈS FR. 18’400.-

Ford EcoSport Trend, 1.0 EcoBoost, 125 ch, prix du véhicule Fr. 18’400.- (prix catalogue Fr. 19’900.-, à déduire prime Sixty Fr. 1500.-). Modèle illustré: EcoSport ST-Line, 1.0 EcoBoost, 125 ch, prix catalogue Fr. 25’500.- plus options d’une valeur de Fr. 1750.-. Toutes les offres sont valables jusqu’au 31.3.2018 au plus tard ou jusqu’à révocation auprès des concessionnaires Ford participants. Sous réserve d’erreurs et de modifications. EcoSport Trend et ST-Line, 1.0 EcoBoost, 125 ch/92 kW: consommation 5.2 l/100 km, émissions de CO2 119 g/km, émissions de CO2 de mise à disposition du carburant 27 g/km. Catégorie de rendement énergétique: D. Moyenne de toutes les voitures neuves en vente: 133 g/km.

The Red Bulletin Mars 2018 - CHFR  
The Red Bulletin Mars 2018 - CHFR