Issuu on Google+

The trendsetters issue

Issue 5 Nov 2012

live/vivre

trendsetters innovateurs/trices

love/aimer

passion


Numéro 5 Nov 2012

Le numéro sur les innovateurs/trices

Learning to Live / Apprendre a vivre en tant qu’

intersex(e) 2 None on Record:

A Digital Griot for LGBTI Africans / Le griot digital des LGBTI Africains 6

kaleidoscope

Adaku Utah

Youth Network / Le Réseau Kaleidoscope 12

GUAVA

.A Nigerian A c t i v i s t , H e a l e r , Teacher and Performance Artist / Une activiste Our Stories in Our Own Words / Nigeriane, Raconter nos histoires guerisseuse, avec nos propres enseignante et artiste 26 mots 29

It’s Only a Beginning / Ce n’est qu’un début 38

Editorial team / Equipe de la rédaction Lead editor / Rédacteur en chef

Guest editors / rédacteurs invités pour ce numéro Aba Taylor (USA, Etats-Unis) QAYN liaison / Contacte de QAYN Mariam Armisen (Burkina Faso) Art director / Directeur artistique Jessica Hinchliffe (Botswana) Rédaction / Traduction: Bakah Aicha (Niger)
 Philippe Menkoue (Cameroon/Cameroun) Mariam Armisen (Burkina Faso) Thierry Nyinshemeza (Burundi)

Salt on Our Wounds / Du sel sur nos blessures 21

One Woman, Multiple Hats / Une femme, multiples talents 32 Unapologetic Friendship / Amitié sans complexe 49

From Paris / Depuis Paris 52

John McAllister (Botswana) Charles Gueboguo (Cameroon/Cameroun)

Flagrant Conduct: The Story of Lawrence v. Texas / Le cas de Lawrence contre le Texas 16

Photos & Art :

micky007 p. 1 Daniel Cool p. 5 None on Record pp. 6, 9, 10, 11 Kaleidoscope Youth Network pp. 12, 13, 15 Outlook Film Festival pp. 17, 18 Seer pp. 22, 23, 24 Adaku Utah pp. 26, 28 An Xiao p. 30 Samir Khan, pp. 32, 33, 34, 35, 37 Andrew Esiebo 38, 39, 40-41, 42-43, 44, 45, 46 J McAllister pp. 49, 60 Nicola lo Calzo and Regis Samba Kounzi pp. 53, 55, 57 Nicor p. 59


The trendsetters issue

Charles Gueboguo

co-rédacteur invité co-editor

Issue 5 Nov 2012

editor’s note ediédit too

Dans un environnement délétère. Dans un milieu qui vous ostracise. Dans des sociétés qui remettent en question votre valeur humaine, il est souvent difficile d’être. D’être soi tout court. Ce d’autant plus que tous les modèles sensés vous guider restent dangereusement silencieux.

In a hostile environment that ostracizes you, in societies that call into question your very humanity, it is a challenge to be true to yourself. All the more so when the role models that could guide you remain silent. Yet in the face of adversity, when all seems lost and when we least expect it, hope gleams on the horizon. I mean the hope we find in our own creativity. Through this, we can reshape our world and reinvent our lives, know ourselves and know our other.

Dès lors, face à l’adversité, quand tout semble perdu, pointe à l’horizon au moment où l’on s’y attend le moins, un espoir. J’ai nommé Espoir-Créativité. Espoir à travers lequel on dit son moi, on dit son autre, on se recompose son espace, sa vie.

It is in recognition of this power that Issue 5 of Q-zine celebrates our creative heroes, those heralds of the future who, in the face of absence and denial, indeed by means of absence and denial, still manage to create, and therefore to exist.

C’est dans le flot de cet Espoir-Créativité tous azimuts que le numéro 5 de Q-zine a voulu célébrer ces/ses héros, hérauts des temps modernes, qui à travers l’absence et le déni créent, donc existent. Il s’est agi pour ce numéro spécial de donner de la voix aux sans voix. Il s’agit, en tant que heureux témoin du présent, de porter à bras-le-corps le privilège de se faire l’heureux écho de ces talents Africains avec lesquels, bon gré mal gré, il faudra désormais compter.

So this special issue is all about giving a voice to the voiceless. But it is also about the privilege, in bearing witness to these emerging voices, of beating the drum for some of the finest African creative talent of the future. Above all, this special issue is about recognizing the intrinsic value of some of the creative gems who light up our world, yet never get a chance to shine in the mainstream media. Yet another way for Q-zine to fulfill its mission to promote a conversation by us and for us.

Il s’est agi enfin de reconnaître la valeur intrinsèque de ces pépites-autres qui illuminent leur espace et qui ne sont pas toujours répercutées par les media politiquement corrects. Bref, c’est une manière, suivant la formule, de promulguer le savoir-faire par nous et pour nous.

1


Le numéro sur les innovateurs/trices

Numéro 5 Nov 2012

Apprendre a vivre en tant qu’ Learning to live

INTERSEX(e)


The trendsetters issue

Issue 5 Nov 2012

Apprendre à vivre entant qu’intersexe

13 July, 1980. Newcastle, a small town in

13 Juillet 1980. Newcastle, une petite ville

Growing up was laid-back. Like most black

Nous grandissons dans l’insouciance. Comme la plupart des enfants noirs Sud-Africains, nous nous occupions des taches ménagères sans nous plaindre jusqu’à la fin de l’école secondaire. Ensuite nous avons quitté la maison pour commencer nos vies d’adultes, dans des villes séparées où nous avions eu la chance de trouver des emplois avec des couvertures médicales. C’était seulement en ce moment que Bonny (moi) consultât un gynécologue pour la première fois. Je voulais savoir pourquoi, à 23 ans, je n’avais toujours pas eu mes menstruations. Le moindre que l’on puisse dire est que le médecin était perplexe. J’eus la surprise de ma vie en apprenant que j’étais née sans utérus et que j’avais besoin d’une chirurgie d’hernie. Un diagnostique que j’accepta et me soumettais donc à l’opération. Entant donné que la date de notre mariage approchait, je partagea la nouvelle avec mon fiancé qui n’y voyait aucun inconvénient et me donna tout son appui. J’avais confiance que nous ferions face à ce problème en tant que couple. Nous nous marions et j’aimais notre nouvelle vie de jeune couple.

the province of Kwa-Zulu Natal, South Africa. Our family were expecting the arrival of their first-born. They got more than they’d bargained for, and in more senses than one! The bundle of joy turned out to be twin girls, later named Stephanie and Bonny. Our father was a busy and successful businessman and our mother also worked long hours as a nurse, so while they were occupied with their careers, we were looked after in the warm hands of our grandmother. South African kids, we did the house chores uncomplainingly until we finished high school. Then we left home and started our own lives. We went to other towns and eventually were lucky enough to get jobs with medical benefits. It was only then that Bonny (that’s me) consulted a gynecologist for the first time. I wanted to find out why I had never had periods, even though I had just turned 23 at that time. The doctor was perplexed to say the least, but I was even more shocked. He told me I had been born without a womb and that I needed to have surgery for “hernia repair.” I agreed and submitted HE TOLD ME to the I HAD BEEN BORN operation. Then I had WITHOUT A WOMB to deliver the news to my fiancé; our wedding date was approaching. He was fine with it and supported me. I was confident we would deal with the issue as a couple. So life continued. We were married and I enjoyed our new life together. A few years later, in 2008, I started to search the internet just to see if anyone else had had a similar experience somewhere in the world. I discovered the AIS Support Group in the UK and began to read the stories of women on their website. There was a lot in their stories that I could relate to. They spoke about how they had been born without a uterus and how they had had surgery like mine. There were other details of anatomy we shared too. AIS is Androgen Insensitivity Syndrome. It means the person has a Y-chromosome, which typically codes for development along male

dans la province du Kwazulu Natal, en Afrique du Sud. Notre famille attendait la naissance de leur premier enfant. Ils ont obtenu bien plus qu’ils n’espéraient et dans plus d’un sens! Leur paquet de joie s’est avéré être deux filles jumelles nommées Stéphanie et Bonny. Notre père était un homme d’affaires à succès et notre mère, une infirmière, travaillait de longues heures. Donc pendant qu’ils étaient occupés par leurs carrières respectives, nous étions élevées dans les mains accueillantes de notre grand-mère.

J’EUS LA SURPRISE DE MA VIE EN APPRENANT QUE J’ETAIS NEE SANS UTERUS Quelques années plus tard, en 2008, j’entrepris de faire des recherches sur internet pour savoir si, à travers le monde, d’autres personnes avaient eu une expérience similaire. Je découvrais le groupe de support AIS au Royaume Unis et commença à lire les témoignages de femmes sur ce site internet. Je me retrouvais beaucoup dans leurs histoires. Elles parlaient de la façon dont elles étaient nées sans utérus et ont dû subir une intervention chirurgicale comme la mienne, y compris des détails de l’anatomie que nous partagions.


Le numéro sur les innovateurs/trices

lines, but the cells of the body cannot respond to androgens, which are the male sex hormones that cause the masculinization of the body at puberty. There are three types of AIS: complete androgen insensitivity syndrome (CAIS), where the external genitals are those of a normal female; mild androgen insensitivity syndrome (MAIS), where the external genitals are those of a normal male, and partial androgen insensitivity syndrome (PAIS), where the external genitals are intermediate. In all types of AIS, there are gonads in the abdomen, which turn out to be testes, while female internal sex organs are not present. While I was learning all this, Stephanie had moved to the city to start a career in nursing. I decided to tell Stephanie about my research. I knew we were affected the same way, but we had never had an opportunity to discuss this with each other. Soon we discovered the South African Androgen Insensitivity Syndrome Group and I was referred to an endocrinologist, who diagnosed me with CAIS. Stephanie and I also attended our first

INTERSEX DOES NOT DETERMINE OUR DESTINY

support group meeting. This brought a feeling of tranquility and closure in our sub-conscious at last. We had found the answers to our questions and people to share with. Today we have become ambassadors for intersex activism. We have shared our story and our experience in national magazines and on television and radio. I have become a board member of Intersex South Africa and also made a successful corporate career in the shipping and logistics industry. Stephanie continues to accomplish wonders in her medical career. Above all we have both learned that we need to embrace what we cannot change. Accepting this has empowered us to feel very optimistic about our lives. We now understand that being intersex does not determine our destiny. However we also know that learning about being intersex is what enables us to live our lives to the fullest!

Numéro 5 Nov 2012

AIS est le syndrome d’insensibilité aux androgènes. Fondamentalement, ceci signifie que la personne a un chromosome Y qui généralement code pour le développement des traits masculins mais les cellules du corps ne peuvent répondre aux androgènes qui sont les hormones sexuelles males responsables de la masculinisation du corps à la puberté. Il existe trois types d’AIS: syndrome d’insensibilité complet aux androgènes ou les organes génitaux sont ceux d’une femme normale; léger syndrome d’insensibilité aux androgènes ou les organes génitaux sont ceux d’un male normal et le syndrome d’insensibilité aux androgènes partial ou les organes génitaux externes sont intermédiaires. Dans les trois types d’AIS, il y a des gonades dans l’abdomen qui s’avèrent être des testicules tandis que les organes sexuels internes femelles ne sont pas présent. Pendant que je faisais mes recherches, Stéphanie s’était installée dans une nouvelle ville pour commencer sa carrière d’infirmière. Je décida de lui faire part de mes recherches, car je savais que nous étions toutes les deux affectées, même si nous n’avions jamais eu l’opportunité d’en discuter. Peu après, nous avons découvert le groupe SudAfricain du Syndrome d’insensibilité aux androgènes et on m’orienta vers un endocrinologue qui, après des analyses a diagnostiqué que j’avais le syndrome d’insensibilité complet aux androgènes. Par la suite, et pour la première fois, Stéphanie et moi participions à notre première réunion de groupe de soutien. Prendre part à ce groupe nous a apporté un sentiment de tranquillité et de paix intérieur. Nous avions trouvé les réponses à nos questions et des personnes avec lesquelles les partager. Aujourd’hui, nous sommes toutes les deux des ambassadrices et activistes intersexe et comme telles, nous partageons notre histoire et nos expériences dans des revues nationales, à la télévision ainsi qu’à la radio. Je suis devenue membre du conseil d’Intersex South Africa et j’ai également une carrière réussie dans l’industrie du transport et de la logistique. Stéphanie continue d’accomplir des merveilles dans sa carrière médicale. Par-dessus tout à travers nos expériences, nous avons appris à accepter ce que nous ne pouvons changer. Accepter ceci nous a donné la force de vivre nos vies avec optimisme. Nous comprenons maintenant qu’être intersexe ne détermine pas notre destin. Cependant nous savons aussi qu’apprendre être intersexe nous permet de vivre pleinement nos vies!


The trendsetters issue

ÊTRE INTERSEXE NE DÉTERMINE PAS NOTRE DESTIN.

Issue 5 Nov 2012


None on

Le numéro sur les innovateurs/trices

Numéro 5 Nov 2012

A Digit al Griot for LGBT I Afric ans

Interview by Mariam Armisen

Un entretien réalisé par Mariam Armisen

None on Record is a digital media project that collects the stories of LGBTI Africans. Their motto is “a story is the shortest distance between two people.” Q-zine talked with None on Record founder Selly Thiam in New York.

None on Record (Sans Archives) est un projet de média digital qui a pour but de collecter et d’archiver les situations des LGBTI Africains. La dévise de l’organisation est: « une histoire est le chemin le plus court entre deux peuples ». Q-Zine s’est entretenue avec la fondatrice, Selly Thiam, depuis New York.

How did None On Record get started? In 2004, Fanny Ann Eddy, a prominent LGBTI activist from Sierra Leone, was murdered in her office. I wanted to do some kind of creative work to honor her memory by telling some of the stories of LGBTI Africans. In 2006 I drove to Toronto to do an audio interview with a Sierra Leonean lesbian living in Canada. The interview was broadcast on National Public Radio in Chicago, and after that I wanted to keep going. I wanted to meet more LGBTI Africans, so I started by traveling around the United States and Canada talking to other exiles and then began collecting stories in South Africa. After my South Africa trip, I began to focus on other countries in Africa. I wanted to make sure that None on Record was a global project that collected stories about LGBTI Africans from everywhere in the world. To date we have collected over 250 stories, and our archive is still growing.

It’s refreshing to see that, except for the graphic designer, None on Record has a female-identifed staff. Is this deliberate? From the beginning? I’m not sure. I just started working with the people who wanted to work with

Comment a commencé votre projet None on Record ? En 2004 une grande figure du militantisme LGBTI de Sierra Léone, Fanny Ann Eddy était assassinée dans son bureau. J’ai eu envie de faire un travail créatif, dans le but d’honorer sa mémoire, cela en racontant les réalités des LGBTI Africains. En 2006, je me suis rendue en voiture au Canada pour y interviewer une lesbienne Sierra Léonaise. Cet entretien fut diffusé sur une radio locale à Chicago, et par la suite j’eu envie de poursuivre ce travail. J’avais ce besoin de rencontrer davantage de personnes LGBTI Africaines, et pour ce faire je me suis mise à voyager à travers les États-Unis et le Canada pour y discuter avec d’autres exilés LGBTI, et c’est comme ça que j’ai commencer à collecter leurs histoires. Après un premier voyage en Afrique du Sud, le besoin s’est présenté de se concentrer également sur les pays africains. Je voulais m’assurer que le projet “None on Record” devienne un travail global qui recueille les histoires des LGBTI Africains à travers le monde. Depuis lors, nous avons déjà recueillis plus de 250 histoires, et notre travail d’archivage se renforce.


Record

The trendsetters issue

Issue 5 Nov 2012

Le griot digital des LGBTI Africains C’est pour moi on ne peut plus rafraîchissant de constater que l’équipe de “None on Record” est essentiellement féminine, excepté le graphiste. Est-ce que ce fut une décision délibérée ?

me. But as None on Record grew as a project and then as an organization, we have been careful about making sure that our staff reflects the communities we work in and the stories we collect. As a woman who has worked in media organizations that had very few women making decisions, and even fewer people of color, I am committed to passing on the skills that were taught to me to other women and people of color. It is part of the mission of our organization and influences every project we take on.

Je ne suis pas certaine que ce fût délibéré dès le début. J’ai juste commencé à travailler avec les gens qui voulait travailler avec moi. Par la suite “None on Record” s’est transformé en un projet, ensuite en une organisation, et nous avons fait attention à ce que notre équipe soit le reflet des communautés dans lesquelles nous travaillons et pour lesquelles nous collectons des informations. Et en tant qu’une femme ayant bossé pour plusieurs media ayant très peu de femmes dans les positions de pouvoirs de décisions, et parfois très peu de personnes de couleur, je me suis engagée à transférer les connaissances qui m’ont été enseignées à d’autres femmes et personnes de couleur en général. C’est une partie de la mission de notre organisation et elle influence tous les projets que nous mettons en oeuvre.

The media democracy movement is mostly white and male-dominated. What are the reactions when None on Record’s staff walk into a room for a project? It depends on the room! When we interview people in the African LGBTI community, the reception is usually warm. People are excited to participate. The most pushback we have received about the work we do is from some journalists or producers who think our work is strictly about advocacy. Advocacy has become a dirty word in journalism. It is often said that advocates have an agenda and journalists should not. But when you come from a community where you have not been able to tell your own story or where so few of us have been let in the room to do so, you don’t believe the press is objective. It is easy to point fingers and discredit work that does not fit into the mainstream narrative. But if we worried about that we wouldn’t have gotten this far.

Le mouvement démocratique médiatique est principalement Blanc et dominé par les hommes. Quelles ont été les réactions jusque-là quand les membres de l’équipe “None on Record” entre dans une salle pour en parler ? Tout dépend de la salle dans laquelle nous entrons. Quand nous interviewons les LGBTI africains, l’accueil est souvent chaleureux. Les gens sont impatients de participer. La plupart des réactions de refoulement que nous avons eu proviennent de certains journalistes ou producteurs qui pensent que notre travail n’a pour seul but que le plaidoyer. Or le mot plaidoyer est devenu un mot sale dans le journalisme. Il est souvent avancé que les plaidoyers ont un but tandis que les journalistes ne devraient pas en avoir. Mais quand vous venez d’une communauté où vous n’avez jamais été en

Digital media isn’t a big part of the LGBT movement in Africa yet. How do you overcome scepticism? I don’t think we encounter skepticism. It’s more that people don’t see right away how digital media can be used as a powerful tool for social change within the African LGBTI movement. Digital media is all about the dissemination of information, and the way None on Record shares information

7


Le numéro sur les innovateurs/trices

is through stories. We believe that a story can transform people’s perspectives and ultimately their lives. When we show people exactly what we do, and why, it becomes easy for them to see how digital media can be used in their movements. People catch on to good new ideas very fast.

How do you navigate between the need for anonymity and the need to create visual memories of LGBT Africans? We have asked ourselves this question many times. When None on Record first started, we created a process where people could decide for themselves how they wanted to participate. If someone wanted to share their story, they would decide how it was distributed – either with their name and photo online, on radio or television. They could also share their story anonymously, and it would be included in the archive. We offered many ways for people to be involved. The way people communicate has shifted over the years, and the struggle for LGBTI equality has become increasingly visible on the African continent. More people are speaking out, attaching their names and faces to their stories and experiences. We have also shifted the way None on Record tells stories. We started in audio/radio, moved to photography with audio and now also have video portraits. In the beginning, most people were uncomfortable with a photograph being taken. Now people are usually okay with video documentaries about their lives. It doesn’t mean the same level of risk isn’t there. In fact, as visibility has grown, so have the risks in many ways. But people are speaking out more now than ever and are doing so increasingly on digital platforms.

Tell me about your most memorable project. What made it special? That’s a tough one, because I love all of them. I love the process of making media and the people we meet. It is one of the most beautiful experiences you can imagine. A very human experience. So when I say that I have enjoyed all of them, but maybe for different reasons, I am just being honest.

How do you choose a project? A project often chooses us. For one of our most recent projects, Seeking Asylum, we were invited to Spain to present at a museum there. We had never collected in Europe before, so I wanted to take the opportunity to explore the African LGBTI experience there. The African LGBTI community is very vibrant

Numéro 5 Nov 2012

mesure de raconter votre version des faits ou votre histoire tout court, une communauté où très peu d’entre nous ont accès à la parole publique, il nous ait difficile d’accepter que la presse puisse être objective. Il est facile de pointer du doigt et de porter un jugement de valeur discréditant un travail ne rentrant pas dans les canevas narratifs de ce qui est considéré “acceptable“. Mais si nous nous étions préoccupés par cette logique, nous n’aurions jamais été en mesure d’arriver aussi loin.

Le média digital n’est pas encore un outil utilisé par les mouvements LGBTI en Afrique. Comment faites-vous pour dépasser le scepticisme des un(es) et des autres ? Je n’ai pas l’impression que nous ayions rencontré du scepticisme. C’est juste que très souvent les gens ne voient pas directement comment le média digital peut être un instrument puissant au sein du mouvement LGBTI pour le changement social. Le média digital a tout à voir avec la dissémination de l’information, et la manière dont “None on Record” partage l’information se fait à travers les histoires personnelles. Nous pensons qu’une histoire de vie peut transformer les perspectives des gens, et ce faisant, leur vie. Quand nous montrons aux gens ce que nous faisons exactement et pourquoi nous le faisons, il devient plus aisé pour eux de voir comment le média digital peut être utilisé dans leurs mouvements. Les gens captent très vite les bonnes idées.

Comment est-ce que vous naviguez entre le besoin de préserver l’anonymat et ce besoin de créer une mémoire visuelle des LGBTI Africains ? Nous nous sommes posés cette question plus d’une fois. Quand nous avons commencé ce projet, nous avons mis en place un processus où les gens pouvaient décider comment ils aimeraient participer à ce projet. Si quelqu’un voulait partager son histoire, alors il peut donc décider de la nature de sa contribution – soit avec leurs noms et photographies en ligne, à la radio ou à la télévision, soit il peut partager son histoire de manière anonyme et elle serait incluse dans les archives. Nous offrions plusieurs moyens pour que les gens puissant s’impliquer tout tant prenant en compte les réalités de nos contextes. Mais depuis que la communication moderne a bien changé au cours des années et que la lutte pour l’égalité des LGBTI se fait de plus en plus visible sur le continent, de nos jours, les gens parlent de


The trendsetters issue

Issue 5 Nov 2012

in Europe

manière ouverte et attachent leurs noms et figures à leurs expériences et parcours de vie. Nous avons aussi changé la façon dont “None on Record” diffuse son travail. Nous avons commencé avec l’audio à travers la radio, progressé vers la photographie avec son et maintenant nous avons ajouté des portraits vidéo. Au début, grand nombre de personnes n’était pas à l’aise avec le fait que leurs photos allaient être associées à leurs histoires, mais de nos jours ceci ne pose plus de problème. Cela ne veut pas pour autant dire que le même degré de risqué a disparu. En fait les risques sont proportionnels au degré de visibilité. Mais les gens de nos jours choisissent de parler plus ouvertement, et le font de plus en plus en utilisant les plateformes digitales.

Then, as we were preparing to travel to Spain, a research study was released about Europe’s treatment of LGBTI asylum seekers. This focused our attention on collecting stories about asylum seekers and their challenges. We decided to do the production in the UK and produced a four-part series about African LGBTI asylum seekers from Uganda, Nigeria, and Zimbabwe. Another recent project was a documentary we shot in East Africa. We were able to travel to all five countries in East Africa interviewing LGBTI activists. Both of those projects have been amazing experiences for our production team. Now we are working on a new series that springs from stories we came across in those last two shoots.

Parlez-nous du projet qui vous aura le plus marqué, et qu’est-ce qui a fait de celui-ci qun projet spécial ?

Briefly walk us through the production of one interview. How many weeks or months is it before the final product is published? How many people are involved?

Difficile à dire, parce que je les aime tous. J’aime le processus de création et les gens que nous rencontrons. C’est l’une des plus belles expériences que vous puissiez imaginer. Une expérience des plus humaines. Ce qui fait que quand je dis que j’ai pris du plaisir dans tous ces projets, et peutêtre pour différentes raisons, je ne fais qu’être honnête.

It depends on the media format. Producing audio and photo projects can have a faster turnaround time, depending on the type of documentary we are doing. Video tends to take a bit longer. But basically, someone on the team will pitch a story, and if everyone likes it, thinks it is a solid idea and that it fits our criteria, we decide on the best media format to tell the story and then go to work producing it. A team can be as small as one person who interviews, edits, and then publishes or as large as a team of six with assistant producers, director, videographer and editors. Projects can take anywhere from a few weeks to a whole year.

Comment choisissez-vous un projet ? Très souvent c’est le projet qui nous choisi. Par exemple, en ce qui concerne l’un de nos plus récents projets, A la rechercher demandeurs d’Asile, nous invitions en Espagne pour faire une présentation dans un musée. Nous n’avions jamais travaillé en Europe auparavant, ce qui fait que j’ai voulu prendre avantage de notre invitation pour explorer l’éventualité d’un projet Européen. La communauté LGBTI africaine est très vibrante en Europe. Pendant que nous préparions le voyage pour l’Espagne, un projet de recherche, sur le thème du traitement des demandeurs d’asile LGBTI en Europe, fut lancé. Cela nous a amené à focaliser notre attention sur la collecte des histoires des demandeurs d’asile et des defis auxquels ils font

NOR recently opened its first office on the continent in Kenya. Why Kenya? We always wanted to have a home base in Africa. We were mostly working out of New York, but with producers who worked and lived in South Africa,

9


Numéro 5 Nov 2012

Le numéro sur les innovateurs/trices

Senegal and Kenya. After I traveled to Kenya to do a digital audio training with LGBTI activists at the Gay and Lesbian Coalition of Kenya (GALCK), several of the participants wanted to keep going with the work. That is when I began to think about bringing the project to Kenya permanently and involving activists on the ground in the founding and creation of the office. Now None on Record staff can work with LGBTI African communities throughout the region.

face. Nous avons décidé de faire notre première production au Royaune Uni et avons produit une série de quatre épisodes sur les demandeurs d’asile venant d’Ouganda, du Nigeria et du Zimbabwe. Un autre projet plus récent était un documentaire que nous avons tourné en Afrique de l’Est. Nous sommes parvenus à faire le tour de tous les quatre pays de l’Afrique de l’Est, faisant des interviews avec les militant (es) LGBTI. Tous ces deux projets furent des expériences

Un autre projet plus récent était un documentaire que nous avons tourné en Afrique de l’Est. Nous sommes We are growing. We are looking forward to working parvenus à faire le tour de tous les quatre pays de with more LGBTI groups in Africa and developing the l’Afrique de l’Est, faisant des interviews avec les militant skills and reach of the staff in the organization. Soon (es) LGBTI. Tous ces deux projets furent des expériences be getting started on a production that tells stories intéressantes pour notre équipe de production. from LGBTI Africa in some new and exciting ways. I Maintenant nous travaillons sur une nouvelle série qui sera sur les histoires que nous avons recueillis au cours look forward to coming back and telling you more de ces deux derniers tournages. about this project as it moves forward.

How is 2013 shaping up?

Comment se déroule le processus de production d’une interview? Combien cela demande-t-il de semaines ou de mois pour que le produit final soit diffusé? Combien de personnes sont impliquées ?

Après un des mes voyages au Kenya pour faire une formation en audio-digitale avec les militants LGBTI de la Gay and Lesbian Coalition of Kenya (GALCK), plusieurs participants ont manifesté le désir de continuer cette expérience. C’est à partir de ce moment-là que j’ai commencé à penser à transférer ce projet de manière permanente au Kenya, et y faire participer les militants du terrain à la création du bureau locale. Maintenant l’équipe de None on Record peut travailler avec les communautés LGBTI africaines à travers toute la région depuis Nairobi.

Comment se présente 2013? Nous grandissons. Nous espérons travailler avec plus de groupes LGBTI en Afrique, et développer les aptitudes du staff dans les organisations LGBTI. Et nous sommes sur le point de commencer une production qui va raconter les histoires des LGBTI d’Afrique de manière innovante et passionnante. J’espère pouvoir revenir et vous en dire plus sur ce projet au fur et à mesure qu’il avancera.

Cela dépend du format du média. Produire par exemple des projets audio et photos peut avoir un temps d’exécution très rapide, en fonction du type de documentaire que nous sommes entrain de réaliser. Les vidéos ont tendance à prendre un peu plus de temps. Mais généralement, quelqu’un dans l’équipe va faire le montage d’une histoire, et si tout le monde aime le produit final, pense que c est une idée solide qui s’insère dans nos critères, nous décidons quel sera le meilleur format de média pour diffuser l’histoire.Les équipes peuvent être très petite, composées par exemple d’une qui fait l’interview, l’édition et la publication, ou alors une équipe bien plus large; elles seront composées de six personnes avec des producteurs assistants, des directeurs, des vidéographes et des éditeurs. Les projets peuvent aller de quelques semaines à une année.

NOR vient d’ouvrir récemment son premier bureau sur le continent, au Kenya. Parleznous en un peu plus. Pourquoi le Kenya? Nous avions toujours voulu avoir une base en Afrique. La plupart du temps nous travaillons en depuis NewYork, mais avec les productrices qui travaillent et vivent en Afrique du Sud, au Sénégal et au Kenya. (voir colonne de gauche)


The trendsetters issue

Issue 5 Nov 2012

« J’aime le processus de création et les gens que nous rencontrons. C’est l’une des plus belles expériences que vous puissiez imaginer. »

“I love the process of making media and the people we meet. It is one of the most beautiful experiences you can imagine, a very human experience.”” 11


kaleidosc Numéro 5 Nov 2012

Le numéro sur les innovateurs/trices

LE RESEAU KALEIDOSCOPE: AMPLIFIER LA VOIX DES JEUNES LGBTIAQ 

KALEIDOSCOPE YOUTH NETWORK: AMPLIFYING THE VOICES OF LGBTIAQ YOUTH by Kokeletso Legoete South Africa has probably the most “gay-friendly” constitution in the world. We were the first country to include sexual orientation as a protected category in our constitution in 1996 and the fifth to legalize same-sex marriage in 2006. We have some of the strongest antidiscrimination laws in the world and a unique system of Equality Courts to enforce them. We have every reason to be proud of these legal protections. But we cannot be satisfied with legal protections alone. The law is there to make a diffference in people’s lives, but sadly, many Lesbian, Gay, Bisexual, Transgender, Intersex, Asexual and Queer (LGBTIAQ) South Africans still face discrimination, hate, and violence in their daily lives. The Kaleidoscope Youth Network (KYN) is a youth umbrella structure whose mission is to make nondiscrimination in South Africa a reality rather than just a legal concept. We are a network linking Our vision is ambitious and our work is to university student make this societies that focus on LGBTIAQ issues. vision attainable. Currently we have 16 member organisations from university campuses throughout South Africa. Our vision is ambitious – a world without LGBTIAQ prejudice – and our work is to make this vision attainable. We think this can best be done by amplifying the voices of LGBTIAQ youth for the eradication of prejudice. Through lekgotlas held

par Kokeletso Legoete

L’Afrique du Sud est probablement le pays avec la Constitution la plus « pro-gay » du monde. Nous avons été le premier pays à inclure l’orientation sexuelle comme une catégorie protégée dans notre Constitution en 1996 et le cinquième à légaliser le mariage homosexuel en 2006. Nous avons une des plus puissantes lois contre les discriminations dans le monde et un système judiciaire unique pour pour les faire respecter. Nous avons toutes les raisons d’être fiers de ces protections légales, mais on ne peut pas se contenter de protections juridiques à elles seules. La loi est là pour faire une différence dans la vie des gens, mais, malheureusement, de nombreux lesbiennes, gays, bisexuel/les, transgenres, intersexuel/les, queer et asexué(es) (LGBTIAQ) SudAfricains se heurtent encore à la discrimination, à la haine et à la violence de façon quotidienne. Le Réseau Kaléidoscope est une coalition de jeunes LGBTIAQ dont la mission est de faire de la nondiscrimination en Afrique Notre vision est ambitieuse du Sud une et notre travail est de realiser réalité plutôt cette vision. qu’un concept juridique. Nous sommes un réseau reliant les associations estudiantines,d’ qui mettent l’accent sur les questions LGBTIAQ. Actuellement, nous avons 16 organisations


cope The trendsetters issue

Issue 5 Nov 2012

YOUTH NETWORK

regionally and nationally, we focus on skills development, networking, and collaborative projects to enable the voices of LGBTIAQ youth to be heard and heeded. At both national and regional lekgotlas, ideas are discussed from a practical, activist point of view, that is, in terms of what should be done to put our vision into action. At our nationa lekgotlas, the focus is on organisational policy and governance issues. At our regional lekgotlas, members from one region of the country meet to plan growth strategies and their structures. Overall the purpose of the network is to uphold and promote our core values – unity and solidarity, respect for human dignity, and positioning ourselves as a community that cares. Taking into account the human rights violations against the LGBTIA community, we demand a zero- tolerance policy against such violations. We acknowledge the legal and social advances that have been made since 1994, but the struggle for human rights and social justice persists. We call on the state to respect, protect, and promote the

We acknowledge the legal and social advances made since 1994, but the struggle for human rights and social justice persists. fundamental human rights of the youth in a proactive and vigorous manner and to recognise – and actualise – the specific needs of the LGBTIAQ community. We acknowledge the legal and social advances that have been made since 1994, but the struggle for human rights and social justice persists. We call on the state to respect, protect and promote the fundamental human rights of the youth in a proactive and vigorous manner and to recognise – and actualise – the specific needs of the LGBTIAQ community.

membres à travers les campus universitaires d qui sont membresdu pays. Notre vision est ambitieuse - un monde sans préjugés LGBTIAQ - et notre travail est de réaliser cette vision. Nous pensons que cela peut être mieux fait en amplifiant la voix des jeunes LGBTIAQ pour l’éradication des préjugés. Grâce à lekgotlas détenus au niveau régional et local, nous nous concentrons sur le développement des compétences, du réseautage et des projets de collaboration pour permettre à la voix des jeunes LGBTIAQ d’être entendue et respectée. Sur le plan local et régional de lekgotlas, les idées sont discutées à partir d’une pratique, le point de vue des militant, qui sont en accords avec ce qui doivent être fait pour mettre notre vision en action. Sur le plan local de lekgotlas, l’accent est mis sur la politique d’organisation et de gouvernance et au niveau régional de lekgotlas, les membres d’une région du pays se rencontrent pour planifier des stratégies de croissance et renforcer les politiques de communication et de visibilité de leurs structures. Globalement, le but de ce réseau est de défendre et promouvoir nos valeurs fondamentales - l’unité et la solidarité, le respect de la dignité humaine, et notre communauté se présentera avec moins de soucis.


Le numéro sur les innovateurs/trices

In particular there is a need for a more supportive environment for LGBTIAQ youth to explore and express their sexual and gender identities. The Kaleidoscope Youth Network therefore works with educational institutions and youth support structures to include LGBTIAQ material in their policies and curricula and to promote an inclusive and accepting learning environment for everyone. We urge LGBTIAQ organisations to assist in sourcing, developing and providing more inclusive learning materials and resources to educational institutions and youth support structures. The Kaleidoscope Youth Network is also concerned about media portrayals of LGBTIAQ issues. We stress the importance of media that is accurate, fair and sensitive to issues of sex, gender identity, and sexual orientation. We emphasise the importance of a broader, more balanced, more inclusive portrayal of the LGBTIAQ community and we strongly protest harmful stereotyping. The lack of accessible social spaces for LGBTIAQ youth is another important issue that the Kaleidoscope Youth Network is concerned about. We promote the creation and maintenance of such social spaces as well as other opportunities for LGBTIAQ youth to associate. At the same time we are committed to working towards full integration and inclusion within the LGBTIAQ community across lines of race, sex, class, language, culture, religion, and disability and fighting the continued discrimination against transgender and intersex members of the community. In addition to our 16 campus-based member organisations, we also have associate members such as 1in9, Gay and Lesbian Memory In Action, and

Numéro 5 Nov 2012

Tenant compte des violations des droits humains contre la communauté LGBTIAQ, nous exigeons une politique de tolérance zéro contre de telles violations. Nous saluons les avancées juridiques et sociales qui ont été faites depuis 1994, mais la lutte pour les droits humains et la justice sociale persiste. Nous demandons à l’État de respecter, protéger et promouvoir les droits fondamentaux de l’homme, de la jeunesse d’une manière proactive et vigoureuse et de reconnaître et d’actualiser les besoins spécifiques de la communauté LGBTIAQ. En particulier il est nécessaire pour un environnement plus favorable pour les jeunes LGBTIAQ afin d’explorer

Nous saluons les avances juridiques et sociales qui ont été faites depuis 1994, mais la lutte pour les droits humains et la justice sociale persiste.

et exprimer leur orientation sexuelle et identité du genre. Le Réseau des Jeunes Kaléidoscope travaille avec les établissements d’enseignement et des structures de soutien des jeunes pour inclure le matériel LGBTIAQ dans leurs politiques et programmes et à promouvoir un environnement d’apprentissage inclusif pour tout le monde. Nous demandons instamment aux organisations LGBTIAQ d’aider à l’approvisionnement, le développement et la fourniture des matériaux plus inclusifs d’apprentissage et de ressource aux établissements d’enseignement et structures de soutien pour les jeunes. Le Réseau des Jeunes Kaléidoscope est également préoccupé par les médias qui parlent des questions LGBTIAQ. Nous insistons sur l’importance des médias pour une vision fidèle, juste et sensible aux questions de sexe, d’identité sexuelle et d’orientation sexuelle. Nous insistons sur l’importance de la plus vaste etla plus équilibrée d’une représentation inclusive de la communauté LGBTIAQ, et nous protestons vivement contre les stéréotypes qui portent atteinte à l’intégrité et à la dignité de l’identité des personnes. Le manque d’accessibilité aux espaces sociaux pour les jeunes LGBTIAQ est une autre question importante dont le Réseau des Jeunes Kaléidoscope est préoccupé.


The trendsetters issue

aTransgender Intersex Africa, and we are members of the Joint Working Group. Kaleidoscope is currently run by its executive committee members: National Convenor Anzio Jacobs, National Vice Convenor Tish White, Logistics Manager Celia Engelbrecht, Public Relations Officer Kokeletso Legoete, along with auxiliary committee members Thuli Mathabela, Brendan Roche-Kelly, Matthew Moto, and Jan Shawn Noah Malatjie. For more information on the Kaleidoscope Youth Network, please visit our website (www. kaleidoscopenetwork.weebly.com) and like our Facebook page (www.facebook.com/kaleidoscopenetwork). You can also find us on Twitter (@kaleidoscopenet) or view our YouTube channel (http://www.youtube.com/user/

Issue 5 Nov 2012

Nous favorisons la création et l’entretien de ces espaces sociaux, ainsi que d’autres possibilités pour les jeunes LGBTIAQ à y être associés. Dans le même temps, nous sommes engagés à travailler à la pleine intégration et l’inclusion au sein de la communauté LGBTIAQ à travers les problématiques de race, de sexe, de classe, la langue, la culture, la religion et le handicap et la lutte contre la discrimination continue contre les membres transgenres et intersexuées de la communauté. En plus de nos 16 organisations membres sur les campus, nous avons également des membres associés tels que 1parmi 9, la mémoire des personnes gay, lesbienne, intersexe et transgenre en action, et nous sommes membres du Groupe de travail mixte. Kaléidoscope est actuellement dirigée par ses membres du comité exécutif au niveau local : Animateur Anzio Jacobs, vice-animateur national Tish Blanc, directeur de la logistique Celia Engelbrecht, responsable des relations publiques Kokeletso Legoete, ainsi que les membres du comité auxiliaires Thuli Mathabela, Brendan Roche-Kelly, Matthew Moto, et Jan Shawn Noah Malatjie. Pour plus d’informations sur le Réseau jeunesse Kaléidoscope, s’il vous plaît, visiter notre site web (www. kaleidoscopenetwork.weebly.com) et notre page Facebook (www.facebook. com / kaleidoscopenetwork). Vous pouvez aussi nous retrouver sur Twitter (@ kaleidoscopenet) ou consulter notre chaîne YouTube (http://www.youtube.


Numéro 5 Nov 2012

Le numéro sur les innovateurs/trices

Flagrant Conduct The Story of Lawrence v. Texas Reviewed by John McAllister Fifty years ago, queer Americans lived in the shadows. If our secret got out, we could be fired, evicted, denied custody of our children, even sent to jail. Despised and feared, or at best pitied, by straight society, we met in dark corners, public toilets, seedy bars and private parties whose locations were passed on in whispers. Wherever we met, we were at the mercy of the police, who could invade our privacy at will to harass and humiliate us. But in the lifetime of the men and women who came of age in those grim days, nothing less than a social revolution has occurred. Although homophobic bullying and assaults still happen, and a stubborn minority of religious bigots still has political influence, same-sex relationships

Wherever we went, we were at the mercy of the police, who could invade our privacy and harass, arrest, beat, rob and humiliate us.

have been decriminalized countrywide and LGBTI Americans enjoy civil rights protections in an ever-increasing number of states and cities. Same-sex marriage is still illegal in most states, but according to recent polls a substantial majority of Americans now support it. It is only a matter of time before equal marriage, adoption, health and employment rights are secured nationwide. When the full history of this social revolution is written, the legal case that Dale Carpenter vividly retells in Flagrant Conduct: The Story of Lawrence v. Texas will have the same prominence as iconic events like the Stonewall

Le cas de Lawrence contre le Texas Une revue littéraire de John McAllister Il y a une cinquantaine d’années les homosexuels Américain vivaient dans l’ombre. Si notre secret venait à se savoir, nous risquions la perte de notre travail, être expulsé de notre logement, se voir refuser la garde de nos enfants ou parfois même la prison. Méprisés et craints, ou parfois plaints par la société, nous nous rencontrions discrètement dans des endroits sombres tels que les toilettes publiques, les bars miteux et les fêtes privées dont les emplacements se transmettaient de bouche à oreille. Partout où nous nous rencontrions, nous étions à la merci de la police qui pouvait, à volonté, envahir notre vie privée afin de nous harceler et/ou nous humilier. Mais dans la vie de ces hommes et femmes, de cette période sombre, rien de moins qu’une révolution sociale s’est produite. Bien que des actes homophobe et des agressions se produisent toujours de nos jours, et malgré le fait qu’une minorité obstinée de fanatiques religieux avec une influence politique sévisse, les relations homosexuelles ont été dépénalisées dans tout le pays et les Américains LGBTI profitent d’une certaine protection des droits civils dans un nombre toujours croissant d’états et de villes. Si le mariage entre personnes de même sexe reste illégal dans la plupart des états, selon les résultats d’un sondage récent, la grande majorité des Américains désormais sont devenus favorables au mariage homosexuel. Ce n’est qu’une question de temps avant que le droit au mariage, à l’adoption, à la santé et à l’emploi deviennent sécurisés dans tout le pays pour les personnes LGBTI. Lors de l’écriture de cette révolution sociale, le cas juridique que Dale Carpenter raconte de façon éclatante dans Conduite flagrante : le cas de Lawrence contre le Texas, aura


The trendsetters issue

riot and the assassination of Harvey Milk. Until the US Supreme Court ruled against Texas in 2003, gay men and lesbians still had no constitutional right to sexual expression. In a number of states that refused to repeal their antiquated sodomy laws, including Texas, same-sex couples could be charged with the crime of “homosexual conduct.” In practice, these laws were rarely enforced, but as Carpenter says, “sodomy laws taught lessons” that held back the cause of equality in fundamental ways: “Generations of homosexuals learned silence and shame. Generations of heterosexuals learned privilege and power.” At a political level, leaders used the sodomy laws as an excuse not to extend any civil rights protec-tion to queer citizens. Meanwhile, social attitudes had moved on, and by the 1990s, it was high time to challenge the legality of the sodomy statutes. The opportunity came when overzealous Houston cops burst into John Lawrence’s apartment after a false weapons report and, not finding the gun they were looking for, arrested Lawrence, who was white, and his much younger black friend Tyron Garner for “homosexual conduct.” Ironically, Lawrence and Garner had not actually broken this law, at least not with each other. They were never lovers. Carpenter’s meticulous reconstruction of the police raid makes it clear that the cops either hallucinated the sex they said they found Lawrence and Garner having (one of the two police witnesses said it was oral sex, while the other said it was anal!) or, more likely, made the story up in order to have an excuse to arrest the men.

Issue 5 Nov 2012

la même importance aussi bien que les événements emblématiques comme les émeutes de Stonewall et l’assassinat de Harvey Milk. Jusqu’en 2003, l’année où la Cour Suprême américaine statua contre le Texas, les gays et lesbiennes n’avaient pas de droit constitutionnel à l’expression sexuelle. Dans un certain nombre d’états qui refusaient d abroger leurs lois archaïques sur la sodomie, y compris le Texas, les couples de même sexe pouvait être accusé de crime pour “comportement homosexuel“. Dans la pratique, ces lois étaient rarement appliquées, mais comme le souligne Carpenter: “ces lois sur la sodomie ont

Partout ou nous nous rencontrions, nous etions à la merci de la police qui pouvait, a volonte, envahir notre vie privée afin de nous harceler ou nous humilier. enseigné des leçons» qui ont influencé l’accès à l’égalité de façons fondamentales: “des générations d’homosexuels ont appris à vivre dans le silence et la honte. Des générations d’hétérosexuels ont appris privilège et pouvoir». Sur le plan politique, les dirigeants ont utilisé les lois sur la sodomie comme une excuse pour ne pas étendre la protection des droits civils aux citoyens homosexuels. Entre temps, les attitudes sociales évoluaient et les années 90 étaient l’époque idéale pour défier la légalité des statuts sur la sodomie. L’occasion s’est présentée lorsque des policiers zélés de Houston, au Texas, ont fait irruption dans l’appartement de John Lawrence, après une fausse information de possession d’armes et, ne trouvant pas les armes qu’ils cherchaient, ils arrêtèrent Laurent, un homme blanc, qui se trouvait avec un ami plus jeune, Tyron Garner, lui noir, pour « comportement homosexuel.»

17


Le numéro sur les innovateurs/trices

But when word of the charges leaked out – thanks to a closeted court clerk with connections to the gay rights scene – activists realized they had a once-in-a-lifetime chance to challenge the law. Lawrence and Garner were persuaded to plead “no con-test” rather than “not guilty” to ensure they would be convicted and fined without having to perjure themselves. The conviction was then appealed on constitutional grounds, and in 2003 the US Supreme Court ruled that the Texas sodomy law, and similar laws in other states, violated the right to sexual privacy. By recognizing, finally, that everyone, not just the heterosexual majority, has a right to sexual privacy, the ruling swept away a key legal barrier to LGBTI equality. One gay lawyer on the case declared that the ruling “is our Declaration of Independence. We now have the right to love and to make love. We have the right to be fabulous!” Carpenter teaches Civil Liberties Law at the University of Minnesota, and it shows in the skill with which he makes the legal and ethical issues in Lawrence v Texas clear and engaging for anyone. But the really fascinating part of the book is Carpenter’s discussion of the significance of this case for the history of LGBTI activism, especially in relation to the tactics that Lawrence and Garner’s legal team used to win over the conservative Supreme Court justices.

They carefully avoided any arguments that could remind the court of what homophobes

Numéro 5 Nov 2012

Ironiquement, Lawrence et Garner n’avaient pas réellement enfreint cette loi, du moins pas entre eux. Ils n’étaient pas des amants. Avec la reconstruction minutieuse de la descente de la police par Carpenter, il était clair que les policiers ont imaginé la position criminelle dans laquelle ils ont clamé trouver Lawrence et Garner (en témoignant, l’un des deux policiers a dit que l’acte était du sexe oral, tandis que l’autre affirma qu’il était anal!). Ou, plus probable, les policiers ont monté l’histoire de toute pièce afin d’excuser l’arrestation des deux hommes.

Mais quand la bouillie sur les charges - grâce à un greffier de la cour dans le placard qui avait des liens avec les activistes des droits des homosexuels – atteint le milieu, certains activistes ont réalisé qu’ils avaient une chance unique dans leur vie de contester la loi sur la sodomie. Lawrence et Garner ont été conseillés à plaider «sans contestation» plutôt que «non coupable» pour s’assurer qu’ils seraient condamnés à une amende sans avoir à se parjurer. La condamnation fut ensuite défiée sur le plan constitutionnel, et en 2003, la cour suprême américaine a statué que la loi Texane sur la sodomie, et les lois similaires dans d’autres états, violaient le droit à la vie privée sexuelle. En reconnaissant, enfin, que tout le monde, pas seulement la majorité hétérosexuelle, mais tout le monde, a le droit à la vie sexuelle privée, la décision a balayé un obstacle majeur contre l’égalité juridique des personnes LGBTI. Un avocat gay sur l’affaire déclara que la décision «est notre déclaration d’indépendance. Nous avons maintenant le droit d’aimer et de faire l’amour. Nous avons le droit d’être fabuleux!» Carpenter enseigne le droit des libertés civiles à l’Université du Minnesota, et cela se voit dans l’habileté avec laquelle il traite les questions juridiques et éthiques dans le cas de Lawrence contre le Texas, en rendant les arguments clairs et attrayants pour tous. Mais la partie la plus fascinante de ce livre est le traitement de Carpenter de l’importance


The trendsetters issue

called “San Francisco values,” in other words, the stereotype of gay men as promiscuous, anti-family outsiders. Instead, they argued that sodomy laws were based on what the lead lawyer, Paul Smith, called “a misunderstanding of the realities of gay lives and gay relationships.” LGBTI people, he argued, were basically the same as everyone else, so it did not make sense to “draw a line” between the straight and LGBTI worlds. The strategy downplayed LGBTI “queerness” and emphasized stability and normality. It was condemned by radical activists as “assimilationist.” But it worked. As Carpenter argues, it worked because most ordinary Americans had already accepted LGBTI people in their families, communities, and networks of friends. The Su-preme Court was only being asked to catch up with society. They could hardly refuse. The lesson for LGBTI activists in Africa, where LGBTI people in many countries still live in the shadows, is clear. Assimilationist or not, the key to acceptance is our connections to others, to our friends, families, and communities. Dale Carpenter. Flagrant Conduct: The Story of Lawrence v. Texas. New York: Norton. 2012. 368 pages ISBN: 978-0393062083 John McAllister is a senior lecturer in the Department of English, University of Botswana, and also works as a researcher, writer, editor, and communication strategist for NGOs in Africa. He is the lead editor of Q-zine.

Issue 5 Nov 2012

de cette affaire pour l’histoire du militantisme LGBTI, en particulier par rapport à la tactique que l’équipe juridique de Lawrence et Garner a utilisé pour conquérir les juges conservateurs de la Cour Suprême.

Ils ont soigneusement évité tous les arguments qui pouvaient rappeler à la Cour ce que les homophobes appelaient «les valeurs de San Francisco», en d’autres termes, le stéréotype des hommes gays dragueurs, ennemis des valeurs familiales. En lieu et place, ils ont soutenu que les lois contre la sodomie étaient fondées sur ce que l’avocat principal, Paul Smith, a appelé «une méconnaissance des réalités de la vie des gays et des relations homosexuelles». Les personnes LGBTI, selon lui, sont comme tout le monde, par conséquent, cela n’avait pas de sens de «tracer une démarcation» entre le monde des hétérosexuels et celui des personnes LGBTI. La stratégie a minimisé «l’étrangeté» des moeurs LGBTI et a insisté sur la stabilité et la conformité. Elle a été condamnée par les militants radicaux comme «assimilationniste». Mais cela a fonctionné. Comme Carpenter affirme, elle a fonctionné parce que la plupart des Américains ordinaires avaient déjà accepté les personnes LGBTI dans leurs familles, leurs communautés et dans leurs réseaux d’amis. La Cour Suprême n’a été rappelé qu’à rattraper son retard avec la société. La cour pouvait difficilement refuser. La leçon à tirer pour les militants LGBTI en Afrique, où les personnes LGBTI dans de nombreux pays continuent de vivre dans l’ombre, est claire. Assimilationniste ou non, la clé de l’acceptation reste nos liens avec les autres, avec nos amis, nos familles et nos communautés. John McAllister est professeur d’anglais attitré au sein du Département d’Anglais de l’Université de Botswana. Il travaille également en tant que chercheur, écrivain, rédacteur en chef et conseiller en communication pour les ONG en Afrique. Il est le rédacteur en chef de Q-zine.


Le numĂŠro sur les innovateurs/trices

NumĂŠro 5 Nov 2012


The trendsetters issue

Issue 5 Nov 2012

SALT ON OUR WOUNDS BY SAKA D DU SEL SUR NOS BLESSURES

“Never open your heart,” the old woman used to say. “Never open it before you have made sure that all knives, cleavers, needles, syringes, hammers, nails, staples, tacks, scissors, pliers, axes, and shears are tucked away. Never open it if you do not know that love, happiness, and pain are bedfellows. Never open it if you are not willing to lose your soul, your life, or if you are not ready to lose yourself. Let others love you. Admire, appreciate them, at most invite them at your table, in your bed maybe, but let them love you. Do not fall in love with them. Do not open your heart. It’s much better that way!”

“Do not open your heart, its better that way.”

The old woman was right. There are things that one does not inherit in spite of all efforts. The survival instinct, for example, or the ability to not fuck up. These things are foreign to me. They are nowhere to be found in my DNA. And while I agree a lot with my old woman, I must confess that moderation and caution definitely jumped more than one generation.

Creating chaos is my domain, the kind of earthquake from within that brings devastation, easily producing tears, like a lonely Sunday afternoon. A magma of questions, slowly burning your brain, turning your ideals to charred bodies. There is no possible U-turn. 6:17 in the morning. Winter. The departure hall of the airport is bathed in an artificial glow from huge zinc ceiling lights. Outside, the night is persistent. Sitting on a bench, Sanza, softly repeating the words she says to avoid the inevitable. **** Further down the hall, in a long line of fidgeting travelers, stands Nora, tall, in a short skirt, a summer blouse lightly covering her jet skin, her neck hidden in a burgundy scarf, her face drawn and eyes lost in her thoughts… miles away. It was one of those days when your thoughts mechanically move from one thing to another. When you cross the streets paying no attention to cars. When the ugly jokes from the guys on the corner fail to stir the pit of your stomach.

« N’ouvre jamais ton cœur » m’avait dit la vieille. « N’ouvre jamais avant d’avoir arraché les couteaux, les couperets, les aiguilles,…les écrous, les seringues, les marteaux et les clous, les agrafes, les punaises, les ciseaux et les pinces, les haches, les cisailles. N’ouvre jamais si tu veux ne connaître de l’amour ni le bonheur ni la douleur qui va avec. N’ouvre jamais si tu veux ne rien perdre de ton âme, rien de ta vie, rien de toi. Laisse les autres t’aimer, admire les, apprécie‐les, tout au plus invite les à ta table, dans ton lit mais laisse les t’aimer. Ne les aime pas. Ne leur ouvre pas. C’est mieux ainsi! ». La vieille avait raison, mais il y a des choses dont on n’hérite pas en dépit de tous nos efforts. L’instinct de survie par exemple, la capacité à ne pas se foutre dans la merde ! Ces choses‐ là me sont étrangères. Elles ne sont inscrites nulle part dans mon code génétique. Et bien que je partage beaucoup avec la vieille, il faut croire que la mesure et la prudence ont sauté plus qu’une génération.

« N’ouvre jamais ton cœur. C’est mieux ainsi. »

Tout ce à quoi je suis parvenu c’est le chaos: une sorte de séisme qui te tire les larmes des yeux, un dimanche après-midi solitaire. Un magma de questions qui te chauffe lentement le cerveau, tes idéaux comme des corps carbonisés. Il n’y a pas de retour possible. 6h17 du matin. Hiver. Le hall de départ de l’aéroport est baigné dans la lumière artificielle des immenses abat-jour en zinc qui jaillissent du plafond. Dehors, la nuit persiste. Assise sur un banc Sanza, se répète tout bas les mots qu’elle devra prononcer pour éviter l’inévitable. **** Plus loin, dans une file longue file de voyageurs impatients, Nora se tient droit, jupe courte, blouse légère posée sur sa peau de jais, le cou enserré dans un foulard couleur bordeaux, les traits tirés et le regard perdu dans ses pensées…loin. C’était un de ces jours où l’on passe mécaniquement

21


Le numéro sur les innovateurs/trices

One of those days when every thought in your head collides against the gray concrete walls. A day almost

Hands that brush against you. embarrassed smiles. identical to all the ones preceding it. Detours because of street repairs A look. Hands that brush against you. Embarrassed smiles. Fixed gazes and a silhouette that reminds you of someone, then disappears. A familiar scent and buried memories that come crushing the chest. Tears streaming down and solitude in the midst of a crowd. A sticker that talks about revolution, stuck to a lamppost bathed in urine of man or dog. Or both. The reflection of the sun on buildings. Assholes whistling from across the street, loud teenagers passing you with exaggerated gestures. And the sun, trying desperately to burn your hair, where it stands on end, alert. It was one of those normal and beautiful days, full of banalities. “Madamoiselle … er, madame … your passport please.” The steward, handsome, with a fluorescent white smile. Nora jumps, startled out of her reverie ... “Ah ..! Yes, of course ... hold on,” then plunges back into herself. **** A terrace, the newspaper, a half-smile, morning coffee facing the church, finger ends warming against the cup. I catch sight of her. At least she hasn’t seen me arriving. She lifts her dark eyes. I plunge into her gaze. The coin is tossed. Quit or double. Everything is said, or almost everything. She closes her book, leaves her table, and sits down beside me, looking amused. Then everything slips out of control … so quickly … Her shoulder, the cradle of her breasts, nipples hardening under my tongue. Our mad sighs. Her hands in my hair and the moans she struggles to contain. My fingers, her belly, hips. My mouth gliding over her skin. One button undone, then two, three, and her dark jeans slipping softly to the floor. The first cry, the first quivering … “Madamoiselle …?” (To be continued )

Toute reproduction, copie ou autre utilisation de ce texte, en tout ou partie, est interdite sans l’autorisation de l’auteure. / All rights to this work are reserved to the author.

Numéro 5 Nov 2012


The trendsetters issue

Issue 5 Nov 2012

d’une chose à l’autre. Un jour où on traverse les rues sans prendre gare aux voitures. Un de ces jours où les mauvaises blagues des petits mecs du coin n’agitent rien au creux du ventre. Un de ces jours où chaque pensée dans la tête se heurte au gris du béton. Un de ces jours semblables ou presque à tous ceux qui précèdent : les détours à cause des rues en travaux. Un regard. Des mains qui se frôlent et des sourires gênés. Des yeux qui s’appuient, une silhouette qui te rappelle quelqu’un puis disparaît.

Des mains qui se frolent et des sourires genes. Une odeur familière et les souvenirs enfouis qui t’explosent la poitrine. Des larmes qui montent aux yeux et la solitude au milieu de la foule. Un sticker qui parle de révolution, collé à un lampadaire baigné dans l’urine d’homme ou de chien. Ou des deux. Les reflets du soleil sur les immeubles. Des connards qui sifflent depuis les trottoirs d’en face, des ados bruyants qui te dépassent en gesticulant. Et le soleil, toujours, qui tente désespérément de roussir nos poils hérissés, en alerte. C’était un de ces jours normaux et beaux, plein de banalités. Le steward, beau gosse avec le sourire pepsodent : « mademoiselle…Madame votre passeport s’il vous plait ? ». Tirée des ses rêveries, Nora sursaute… « ah..! Oui… bien entendu tenez… »…pour y replonger aussitôt. Une terrasse, le journal, un demi sourire et le café du matin juste en face de l’église, avec le bout des doigts qui chauffent sur la porcelaine blanche. Je l’aperçois. A moins qu’elle ne m’ait vue arriver. Elle lève ses yeux sombres, je plonge loin dans son regard. Quitte ou double. La pièce est lancée. Tout est dit ou presque. Elle referme son livre, se lève, et s’assied à mes côtés avec un air amusé. Puis tout s’est emballé…très vite… l’épaule gauche, et la naissance de ses seins, les bouts durs que je lèche. Nos souffles en folie... Ses mains dans mes cheveux, et ses soupirs qu’elle peine à étouffer. Mes doigts, son ventre, ses hanches. Et ma bouche qui glisse sur sa peau. Un bouton défait, puis deux, puis trois et son jeans sombre qui glisse doucement sur le sol. Un premier cri, un premier frémissement... - Mademoiselle… ? (A suivre)


Le numéro sur les innovateurs/trices

Numéro 5 Nov 2012

Never open your heart before you have made sure that all knives, cleavers, needles, syringes, hammers, nails, staples, tacks, scissors, pliers, axes, and shears are tucked away. Never open it if you do not know that love, happiness, and pain are bedfellows. Never open it if you are not willing to lose your soul, your life, or if you are not ready to lose yourself. Let others love you. Admire, appreciate them, at most invite them at your table, in your bed maybe, but let them love you. Do not fall in love with them. Do not open your heart. It’s much better that way.

N’ouvre jamais ton cœur avant d’avoir arraché les couteaux, les couperets, les aiguilles…les écrous, les seringues, les marteaux et les clous, les agrafes, les punaises, les ciseaux et les pinces, les haches, les cisailles. N’ouvre jamais si tu veux ne connaître de l’amour ni le bonheur ni la douleur qui va avec. N’ouvre jamais si tu veux ne rien perdre de ton âme, rien de ta vie, rien de toi. Laisse les autres t’aimer, admire les, apprécie‐les, tout au plus invite les à ta table, dans ton lit mais laisse les t’aimer. Ne les aime pas. Ne leur ouvre pas. C’est mieux ainsi.


The trendsetters issue

Issue 5 Nov 2012


Le numéro sur les innovateurs/trices

Adaku Utah...

Numéro 5 Nov 2012

A Nigerian Activist, Healer, Teacher and Performance artist Une activiste Nigeriane, Guerisseuse, Enseignante et Artiste Peace and Greetings. My name is Adaku Utah. I am an activist, healer, teacher, and performance artist committed to nurturing authentic expression within people, and creating transformative and healing community spaces. I am a proud social justice co-conspirator, committed love warrior, and everevolving mover and shaker. I founded Soular Bliss, a collective online space to share and create, to discuss recipes, remedies, rituals, and resources for healing ourselves and our communities. I am also one of the founding members of Palm Wine (www.palmwine.org), a collective community space that collects and share authentic, honest information about Nigerian LGBTQ lived experiences in Nigeria and beyond.

Paix et Salutations. Je m’appelle Adaku Utah. Je suis militante, guérisseuse, enseignante et artiste nigériane. Mon engagement est le soutient des expressions authentiques dans chaque personne, et la création des espaces communautaires qui promeuvent la transformation et la guérison. Je suis une fière co-conspiratrice de la justice sociale, guerrière d’amour engagée, et une innovatrice en constante évolution. J’ai fondé Bliss Soular, un espace collectif virtuel pour partager et créer, discuter de recettes, des remèdes, des rituels et des ressources pour nous guérir personnellement et ainsi que nos communautés. Je suis également une des co-fondatrices de “Palm Wine“ ou vin de palme (www. palmwine.org), un espace communautaire collectif qui a pour ambition de partager des sujets authentiques, honnêtes sur/par les personne LGBT nigériane au Nigeria et au-delà.

We honor our his/her/ our stories of pain and trauma and use them as sites to celebrate the power and resilience we have to break all rules, traditions, and patterns that hinder us. We generously offer free to low-cost resources in New York City that support healing, rejuvenation, relaxation, transformation, mindfulness, and individual and collective wellbeing.

Nous honorons notre il / elle / nos histoires de traumatisme et de douleur et les utilisons comme sites pour célébrer la puissance et la résilience dont nous avions fait preuve pour briser toutes les règles, les traditions et habitudes qui nous oppriment. À New York, nous offrons gratuitement et à moindre coût, des ressources de guérison, de soutien, de rajeunissement, relaxation, transformation, et de bien-être aux individus et aux groupes.

In 2012 I was selected by the Africa Regional Sexuality Resource Center in Lagos, Nigeria, as one of their Sexuality Leadership Development Fellows. In this capacity, I travelled to Lagos in July to organize, skill-share, and collaborate with brilliant African organizers. We explored cutting-edge conceptual, theoretical, and programmatic issues around sexuality, sexual health, and sexual rights

En 2012, j’ai été sélectionnée par le Centre de Ressources Régional Africain de la Sexualité de Lagos, au Nigeria, comme l’une de leurs boursières dans la catégorie Sexualité développement du leadership. À ce titre, je me suis rendue à Lagos en Juillet 2012 afin d’organiser, d’habileté, de partager et collaborer avec les autres brillants participants africains. Nous avons exploré les points


The trendsetters issue

and built leadership to advance sexual well-being, healing, and transformation in Africa. I had not been back home in over seven years, and so it was also a chance to show people in my homeland some of the work that I’ve been passionately engaged in for the past twelve years in the U.S. The Africa Regional Sexuality Resource Center is part of a Ford Foundation initiative called “Global Dialogue of Sexual Health and Well Being” whose goal is to give visibility, depth, and legitimacy to the field of sexuality in Africa. The center (http:// www.arsrc.org/getinvolved/index.html) promotes intentional and affirming public dialogue on human sexuality and seeks positive change in the emerging field of sexuality in Africa. It focuses on developing creative mechanisms for learning and organizing at the regional level. One of my personal projects is a segment of (Un) conditional Love: Bringing Back Home. This is a physical, emotional, and spiritual exploration of queer and normalized love within relationships between Nigerian women and their daughters, colonized Christian values and Nigerian people and within the deepest and rawest parts of ourselves that beg to be healed, heard, and held. Soon I will also kick off our international “Share Your Bliss” tour. We will be traveling to people’s living rooms and kitchens, asking them to share their healing recipes, remedies, rituals, and resources. I am a lover in awe of all the manifestations of infinite love around me. I see pain and trauma as sites of inspiration, transformation, and healing. I invite all that has challenged me to speak its truths and dance with me to wholeness. Living a life fully expressed physically, emotionally and spiritually is my beautiful struggle and my act of resistance. We all live multiple identities. I seek and create spaces where each of these identities can thrive in the midst of an imposing, toxic, oppressive world. Contact: adaku.utah@gmail.com Website: http://www.soularbliss.com/

Issue 5 Nov 2012

subtiles des questions conceptuelles, théoriques et programmatiques de la sexualité, la santé sexuelle et les droits sexuels et le leadership intégré pour faire avancer le bien-être sexuel, la guérison et la transformation en Afrique. Je n’étais pas retournée au Nigéria depuis plus de sept ans, et il était donc également l’occasion pour moi de montrer aux gens dans mon pays une partie du travail que j’effectue avec passion pendant les douze dernières années aux Etats-Unis. Le Centre de Ressources Régional Africain de la Sexualité fait partie d’une initiative de la fondation Ford nommée Dialogue mondial sur la santé sexuelle et bien-être qui a pour ambition d’apporter de la visibilité, de la profondeur et de la légitimité dans le domaine de la sexualité en Afrique. Le centre (http:// www.arsrc.org/getinvolved/index.html) favorise le dialogue public intentionnel et affirmant sur la sexualité humaine et cherche des pensées positives dans le domaine émergent de la sexualité en Afrique. Il met l’accent sur ​​le développement de mécanismes novateurs pour l’apprentissage et l’organisation au niveau régional. Un de mes projets personnels est un segment de (Un) Amour conditionnel: Retour à la maison. Il s’agit d’une exploration à la fois physique, émotionnelle et spirituelle de l’amour  “queer“ et l’amour au sein des relations entre les femmes nigérianes et leurs filles, des valeurs chrétiennes des colons et les valeurs nigérianes. Ce projet examine également dans ces états les plus profonds et brutes, ces traumas qui ne demandent qu’à être guéri, examiné, et tenue. Très bientôt, je lancerai également un autre de nos projets , celui-ci au niveau international intitulé «Partagez votre béatitude» tour. Nous nous rendrons dans les salons et les cuisines des gens pour leur demander de partager leurs recettes de guérison, leurs remèdes, leurs rituels et leurs ressources. Je suis une amoureuse en admiration devant toutes les manifestations de l’amour autour de moi. Je vois la douleur et le traumatisme comme des sites d’inspiration, de transformation et de guérison. J’invite tout ce qui m’a mis au défi de parler ses vérités et danser avec moi à la plénitude. Vivre sa vie pleinement, s’exprimer physiquement, émotionnellement et spirituellement font partie de mon combat et ma belle acte de résistance. Tout le monde a des identités multiples. Je cherche et créer des espaces où chacune de ces identités peuvent s’épanouir au sein d’un monde oppressif. Contact: adaku.utah@gmail.com Site Web: http://www.soularbliss.com/

27


Le numéro sur les innovateurs/trices

“I am a lover in awe of all the manifestations of infinite love around me. I see pain and trauma as sites of inspiration, transformation, and healing. I invite all that has challenged me to speak its truths and dance with me to wholeness. Living a life fully expressed physically, emotionally and spiritually is my beautiful struggle and my act of resistance.”

Numéro 5 Nov 2012


The trendsetters issue

Issue 5 Nov 2012

GUAVA

raconter nos histoires avec nos propres mots

our stories in our own words

As a Nigerian dyke, I write to remind myself I am real, but I share my story to let others know they’re not alone. I’m raising funds for an African tour of my performative work because these words save lives. I wrote many years ago, “how much of you is locked/in the middle of your tongue?/somewhere someone has your tongue wrapped around their wrists to stop the bleeding.” That’s still true. Queer Africans spend too much time explaining our existence—yes, we are here…no, we are not some European invention…yes, we can be African and queer at the same time. We spend so much time defending ourselves that we don’t have enough time to articulate our truth from an affirmative, creative space. We have to create the

We have to create work that tells our stories from our perspective. We have to be brave enough to lovingly, fiercely share it. stages for our work and place our stories center stage. We have to create work that tells our stories from our perspective. We have to be brave enough to lovingly, fiercely share our stories. Again and again. And again. This is why I created GUAVA. GUAVA is a performance piece that addresses queer African sexuality and the impact that immigration and geography have had on it. GUAVA documents stories that are often ignored and marginalized; it uses performance art to share those stories and engage in conversations about

Yvonne Fly Onakeme Etaghene

En tant que lesbienne originaire du Nigéria, j’écris pour me rappeler que je suis vraie et authentique certes, mais je partage mon histoire, afin que d’autres lesbiennes sachent qu’elles ne sont pas seules. Je récolte des fonds pour une tournée africaine dans le cadre de mon travail d’artiste parce que ces mots contribuent à sauver des vies. J’ai écris il ya plusieurs années, «Pour chacune d›entre vous qui se sent muselée et réduite au silence, quelque part il existe quelqu’un qui détient votre langue roulée autour de ses poignets pour vous empêcher de parler ». Ces propos ont encore tout leur sens aujourd’hui. Les Queer africains passent trop de temps à essayer de faire comprendre aux autres que nous existons à travers des affirmations du genre : « oui, nous existons bel et bien... », « Non, nous ne sommes pas une invention européenne ... », « oui, on peut bien être africain et queer en même temps ». Nous passons tellement de temps à nous défendre et nous justifier que nous n’en avons plus assez pour nous exprimer telles que nous sommes ; dire notre vérité de manière positive et créative en vue de faire naitre une situation de discrimination positive. Nous devons aborder notre travail par étapes et placer nos histoires personnelles au centre de ce travail. Nous devons créer une œuvre qui raconte nos histoires de notre propre point de vue. Nous devons avoir le courage et la fougue de les partager et diffuser le plus largement possible. C’est la raison pour laquelle j’ai créé GUAVA. GUAVA est une pièce de théâtre qui traite de la question des queers en Afrique et de l’impact que l’immigration et la géographie ont eu sur eux.

29


Numéro 5 Nov 2012

Le numéro sur les innovateurs/trices

“queer Africans spend too much time explaining their existEnce-yes we are here...no, we are not some European invention...yes we can be African AND queer at the same time”

“i want to support the work of LGBTIQ Africans. my tour is about recognising and celebrating the brilliantwork LGBTIQ Africans are doing”


The trendsetters issue

queer African sexuality.   GUAVA will be performed in Nigeria and South Africa in partnership with local LGBTIQ organizations. Each performance will be accompanied by a workshop or discussion forum to engage the political issues of the performance with local communities. The intention is for queer Africans to share our own stories in our own words.  In addition, each person present at a GUAVA performance/workshop will receive a free copy of “GUAVA: Poems & Workshops” (a collection of poetry and community engagement texts) because it is important that we document, create, and share our work and our herstories/ histories. GUAVA couples community dialogue with art. In

each community my tour visits, I will engage in dialogue with community members and activists in order to amplify collaboratively their ongoing political activism. As a Nigerian dyke living in the US, I want to support the work of LGBTIQ Africans. My tour is about recognizing and celebrating the brilliant work LGBTIQ Africans are doing. Performance creates a powerful, deeply transformative space. Within it, we are able to discuss topics that would be so much more challenging in a conversation, especially where we disagree. Art gives us the space to articulate our perspectives creatively and welcome others inside our heads, hearts, and spirits, making compassion and collaboration possible. This work makes my heart sing. Please reach out to me with African LGBTIQ contacts I can share this work with. Please spread the word, send positive energy, and – if you can – make a contribution at www.indiegogo.com/guava. You can also learn more about my work at §www. myloveisaverb.wordpress.com.

Issue 5 Nov 2012

GUAVA fait raconte des histoires qui sont ignorées et marginalisées. Elle utilise l’art pour partager ces histoires méconnues du grand public et engager des conversations sur la sexualité des queers africains. Des représentations de cette pièce auront lieu au Nigeria et en Afrique du Sud en partenariat avec des organisations LGBTIQ locales. Chaque interprétation sera suivie d’un atelier de discussion pour traiter des enjeux politiques avec les communautés locales. Le but est de permettre aux queers africains de partager leurs histoires, de les raconter avec leurs propres mots. Chaqu’un qui assistera à une représentation ou un atelier recevra un exemplaire gratuit du livre intitulé GUAVA: Poems & Workshops (un recueil de poèmes et de textes sur l’engagement communautaire).

GUAVA jumelle le dialogue communautaire et l’art. Dans chaque communauté où ma pièce sera représentée, j’engagerai un dialogue avec les membres de la communauté et des militants. Le but de ma tournée est de leur témoigner ma reconnaissance, mon admiration et célébrer le brillant travail qu’ils abattent. L’art vivant offre un cadre profondément transformateur. Il nous permettent de discuter de sujets qui seraient plus difficiles à aborder dans des conversations ordinaires. Car, l’art nous offre un espace d’expression, une occasion de nous projeter dans l’avenir de manière créative et d’offrir une place aux autres dans nos têtes, nos cœurs et nos esprits. Ce travail me mets le cœur en joie. Si vous avez des contacts de personnes LGBTQI avec qui je pourrais collaborer, je vous prie de bien vouloir me les passer. Je vous invite également à bien vouloir parler de ce projet autour de vous, continuer de partager des énergies positives et - si possible – faites un don à www.indiegogo.com/guava Pour en savoir plus sur mon travail, je vous invite à visiter mon blog : www.myloveisaverb.wordpress. com


Numéro 5 Nov 2012

Le numéro sur les innovateurs/trices

ONE WOMAN

MULTIPLE H A T S

If she is not writing poetry, she is probably scratching her guitar somewhere, or writing songs, or leading an activity of Artists For Recognition and Acceptance. Qat Qamunde, a Kenyan queer activist-artist, certainly knows how to switch hats! By Lamome

Lorsqu’elle n’écrit pas de la poésie, elle est probablement quelque part en train de gratter sa guitare ou d’écrire des chansons, ou diriger une activité des Artistes pour la Reconnaissance et l’Acceptante du Kenya. Qat Qamunde, poète, musicienne, et militante queer kenyane sait certainement comment jongler les chapeaux.

In one sentence?

Par Lamome

Qat Qamunde is a free spirited, queer, human

En une phrase?

rights activist, musician, songwriter, poet and a co-founder of Artists For Recognition and Acceptance (AFRA-Kenya).

Qat Qamunde est une militante des droits de l’homme, musicienne, compositeur, poète libre d’esprit et co-fondatrice d’AFRA-Kenya (Artistes pour la Reconnaissance et l’Acceptation du Kenya).

Qu’est-ce que tu aimes le plus en tant qu’artiste? Utiliser l’art pour faire bouger le public, provoquer les esprits, délivrer des messages qui auront un impact sur l’attitude des uns et des autres.

Quel est ton premier souvenir de l’expression créative? J’avais 13 ans, c’était à l’école primaire. Ma spécialité était la musique classique dans la catégorie, composition solo. J’ai toujours réussi à me qualifier pour les compétitions nationales.

As-tu toujours su que tu allais être artiste? Oui. J’ai toujours aimé et vécu l’art dans mon cœur et dans mon esprit. Aussi loin que je m’en souvienne, j’étais fortement convaincue que quel que soit le temps que ça me prendra je finirai finalement en tant qu’artiste.

Parles moi de ta vision artistique. Ma musique et ma poésie ont toujours eu un aspect des droits humains. Dans mes chansons, j’incite la société à être plus tolérante envers les minorités sexuelles. A travers mes poèmes, j’aime partager mes histoires personnelles ainsi que mes idées sur


The trendsetters issue

Issue 5 Nov 2012

UNE FEMME

MULTIPLES TALENTS

What do you love the most about being an artist?

le droit de chaque être humain de vivre comme il veut.

Using art to stir audiences to provoke a dialogue, powerfully deliver messages that will in turn impact on a people’s attitude.

Parlons de musique. Qu’est qui t’as poussé à prendre une guitare?

What is your earliest memory of creative expression? My earliest memory of creative expression was at 13 years, in primary school where I regularly excelled in the set piece solo classical music category that I always managed to take to the National level.

Did you always know you would make art? Yes I did! I loved and lived art so in my heart and mind I had the most powerful of convictions. That I would, no matter how long it’d take, eventually end up an artist and entertainer.

Tell me about your artistic trajectory. My music and poetry take a human rights dimension. In song, I encourage societies to be more tolerant with sexual minorities while in poem, I share personal stories as well as views on the right to existence of every human being.

J’avais travaillé avec des artistes qui disaient qu’apprendre à jouer à la guitare était un travail très difficile. Je pris alors la guitare comme un défi. Je voulais prouver que rien ne nous dépasse lorsqu’on est assez déterminé.

Si tu devais présenter ta musique a une nouvelle audience…? Je briserais les barrières du genre et je leur présenterais une musique qui peut être ne les fera pas nécessairement danser, mais qui leur donnera certainement envie de s’assoir, d’écouter et de réfléchir pendant qu’ils balancent leurs têtes. La musique devrait nous donner du plaisir et nous apprendre à toujours célébrer notre existence.

Ecrire la poésie ou composition musicale, qu’est ce que te viens le plus naturellement?


Le numéro sur les innovateurs/trices

Let’s talk about music. What first compelled you to pick up a guitar? I would interact with artists whose view of learning how to play the guitar was a ‘difficult task.’ I guess I took up learning guitar as a challenge to prove that with interest, nothing was really a hard task.

If you were to introduce your music to a new audience… I would break the genre barriers and present to them the music that they may not necessarily dance to but sit, listen, ponder over as they swing their heads left, right and centre while at the same time they enjoy and learn to always celebrate their existence.

What comes more naturally to you? Writing poetry or songs? Writing music comes naturally for me. I do not have to get the inspiration to write, my experiences, challenges and joys are to me, songs I regularly write.

How would you describe your aesthetic?

Numéro 5 Nov 2012

Écrire des chansons me vient très naturellement. Je n’ai pas besoin d’avoir de l’inspiration pour écrire des chansons. Mes expériences, mes défies et mes joies sont mes sources d’inspirations.

Comment décrirais-tu ton esthétique? Bonne question! En repensant à mes premières années comme jeune fille coquine avec une ouïe et un flair pour la musique, je pense que “Africaine avec une touche de créativité” le fait pour moi. Je préfère la qualité au genre et au style, donc quand je fais mes spectacles je porte mon attention sur l’humeur de la chanson et sur mon objectif qui est d’échanger avec mon public.

Est-ce que le fait de vivre à Nairobi t’affecte en tant qu’artiste? Vivre à Nairobi présente une myriade d’opportunités pour rencontrer d’autres artistes, participer à des évènements et développer mon talent. Je ne prends pas ces choses-là pour acquis.

Travailles tu actuellement sur un projet? Oui, en ce moment je produis une musique vidéo de “How It Feels.” Cela fait partie d’une champagne

Good question! Going back to my early years as a young, naughty girl with great ears and tonsils for music, I think “African with a touch of creativity” does it for me. I prefer quality over genre and style so when I perform, great attention is paid to the mood of the song accompanied by my sweet vocals and actively engaging my audience.

How does living in Nairobi affect you as an artist? Living in Nairobi presents a myriad of opportunities for me in terms of meeting fellow artists, participate in events as well as grow my talent, these I do not take for granted. Are you currently working on any project? Yes. I am working to produce a music video for, ‘How It Feels’ which is part of my ‘human rights’ campaign to realize a change of attitude by society.

If I’m in town and want to see a performance by Qat Qamunde, where should I go?

des droits de l’homme pour changer l’attitude des gens envers les minorités sexuelles. (Note Ed: Vous pouvez regarder la video au: http://www.youtube. com/watch?v=eUBPc07dMEY

Si je suis en ville et que j’aimerai voir une performance de Qat Qamunde, où est-ce que je devrais me rendre? Tu trouveras Qat aux évènements mensuels de poésie tenu à Nairobi et aux évènements et fêtes


The trendsetters issue

Issue 5 Nov 2012

“ ‘African with a touch of creativity’ does it for me”

« “Africaine avec une touche de créativité” le fait pour moi » 35


Le numéro sur les innovateurs/trices

You will find Qat at the monthly poetry events being held around Nairobi, community events and parties organized by activists and artists. Qat is also open to your invites to perform at a venue of your choice either at a small fee or free depending on the cause you aim to achieve.

What interest you outside of art? Human Rights is my other interest and specifically violations targeted at Lesbian, Gay, Bisexual, Transgender, Intersex, Queer, Questioning, Curious (LGBTIQQC) individuals due to their sexual orientation and gender identities.

What makes you happy? I am at my best when I realize that I have made someone’s day brighter, when I have put a smile on someone’s face because it takes one person at a time to make the world a better place and worth living.

Numéro 5 Nov 2012

de la communauté organisés par des activistes et artistes. Qat est également disponible pour les invitations pour se produire dans un lieu de votre choix, soit pour une somme modique ou gratuitement selon la cause.

Qu’est ce qui t’intéresse d’autre à part l’art? Les droits de l’homme est mon autre centre d’intérêt principal; spécialement la violation des droits des Lesbiennes, gay, bisexuel-l-e-s, transgenres, intersexués, queer, curieux à cause de leurs orientations sexuelles et leur identité de genre.

Qu’est ce qui te rend heureuse? Je sens le meilleur de moi-même quand je me rends compte quand j’ai rendu meilleure la journée d’une autre personne, quand je mets un sourire sur le visage de quelqu’un. Il faut une personne à la fois pour faire du monde, un meilleur endroit où il vaut la peine de vivre. Les liens ou vous trouverez sa musique:

Here are the links to my music:

http://soundcloud.com/qqat/how-it-feels-final

http://soundcloud.com/qqat/how-it-feels-final

http://soundcloud.com/qqat/woman-lover-final

http://soundcloud.com/qqat/woman-lover-final

http://soundcloud.com/qqat/life-is-not-fair-final

http://soundcloud.com/qqat/life-is-not-fair-final


The trendsetters issue

Issue 5 Nov 2012

“I am at my best when I realize that I have made someone’s day brighter, when I have put a smile on someone’s face because it takes one person at a time to make the world a better place and worth living.”

«Je sens le meilleur de moi-même quand je me rends compte quand j’ai rendu meilleure la journée d’une autre personne, quand je mets un sourire sur le visage de quelqu’un. Il faut une personne à la fois pour faire du monde, un meilleur endroit où il vaut la peine de vivre.»


Le numéro sur les innovateurs/trices

its only a beginning..

For more than a decade, the Nigerian photographer Andrew Esiebo has been making his distinctively African mark on the international photography scene. A founding member of the Nigerian photojournalism collective Black Box, Andrew has emerged as one of Africa’s leading contemporary artists through an exciting series of photographic portraits of urban life. Q-zine sat down with Andrew for a hilarious and inspiring Q & A via Skype. Here are some excerpts from our lengthy conversation.

We’re curious to know, what are you working on right now? I have various things on the go, but the two major ones are a project on West African Pentecostalism in Italy and a project on men’s hairdressing in West Africa. The project in Italy explores the phenomenon of Nigerian and Ghanaian Pentecostal churches among African migrants in Italy, looking at their adaptations in a predominantly Catholic country. There’s this big boom in Pentecostalism in West Africa, and especially in Nigeria. It’s quickly becoming one of our identities. And now it’s moving into Europe with African migrants, so there’s this fascinating shift in missionary work. Before it used to be churches coming to Africa from America or Europe, but now it’s the reverse. Africans are moving their churches to Europe when they migrate. It may not meet the needs of the global European society, but it’s always likely to meet the needs of the migrants. So it’s a way of reconnecting again, because the same beliefs they have in Nigeria are being brought to their new home country. It’s a way of connecting back home with their beliefs.

Numéro 5 Nov 2012

Interview by Aba Taylor and Marian Armisen Words by Aba Taylor

Depuis plus d’une décennie, le photographe Nigérian, Andrew Esiebo apporte sa touche Africaine bien distinctive sur la sc��ne photographique internationale. Un membre fondateur du collectif de photojournalisme Boîte Noire du Nigeria, Andrew a émergé comme l’un des grands artistes contemporains Africain à travers ses séries passionnantes de portraits photographiques de la vie urbaine Africaine. Q-zine s’est assise avec Andrew pour une hilarante et inspirante session de questions et réponses via Skype. Voici quelques extraits de notre longue conversation.

Salut Andrew, nous sommes curieuses de savoir, sur quoi est-ce que tu travail es en ce moment ? J’ai plusieurs projets sur mon plat, mais les deux principaux sont un projet sur les églises pentecôtistes en Afrique de l’Ouest et en Italie et un projet sur les salons de coiffures des hommes en Afrique Occidentale. Le projet en Italie explore le phénomène des églises pentecôtistes nigérianes et ghanéennes parmi les migrants africains en Italie, en regardant particulièrement leurs adaptations dans un pays majoritairement catholique. Il y a ce grand boom du pentecôtisme en Afrique de l’Ouest, et en particulier au Nigeria. Cette religion est rapidement devenue l’une de notre identité culturelle. Maintenant, le pentecôtisme nigérian et ghanéen se déplace vers l’Europe avec les migrants africains. Il y a donc cette évolution fascinante dans l’œuvre missionnaire. Avant c’était les églises Américaines et Européennes qui venaient en Afrique, mais c’est l’inverse de nos jours car


The trendsetters issue

Propos recueillis par Aba Taylor et Mariam Armisen Ecrit par Aba Taylor

Issue 5 Nov 2012

ce n’est qu’un début..

For me, the uniqueness of this project is that it’s a combination of a film documentary and photographic work – and it’s an anthropological and sociological project as well as an artistic one. It’s a collaborative project to see how artists and academics can work together. Nowadays the world is driven by images, so we wanted to see how you can produce academic materials through visuals – they call it sociovisiology or … whatever, me I’m just a bloody photographer. The second major project is a personal one. Last year, I was lucky enough to win a grant from the Musée du Quai Branly, a museum in Paris dedicated to nonWestern art and culture. I proposed a project focusing on male hairstyles. Well, not just hairstyles, but looking at hairstyles as a form of social identity, including even the business of barbering – the barbershop itself, which is like a meeting place for all sorts of diverse people. I mean, in essence the barbershop, people use it to talk about who they are, or how they perceive the world. Sometimes in the barbershops you’ll see posters of Jay-Z, sometimes Obama. Even though the shops are located in local spaces, they think about these guys, so it’s a local space, but they are creating a global space. I’ve been to shops where they had pictures of Osama bin Laden, and for them Osama is like a hero. So it’s a way to see how society thinks about issues, thinks about their world. I’ve been making portraits of these shops, with the barbers in their shops, and portraits of the hairstyles. I make triptychs series, showing the shop and the client before and after. I also want to use this project to look at what I call intimate public spaces. In the barbershop you see men discussing all sorts of stuff which they cannot even discuss with their wives. So I’m also making sound recordings of these conversations. My idea is to maybe do an exhibition that will include the sounds I’ve collected – so in the exhibition space you’ll hear the sound

les migrants Africains se déplacent avec leurs églises en Europe. Donc, c’est une façon de se reconnecter à nouveau, parce que les mêmes croyances que les migrants avaient au Nigeria sont transportées dans leur nouveau pays d’accueil. Cette migration de leur foi et lieux de culte est un moyen de maintenir leurs liens avec leurs croyances d’origines. Pour moi, l’originalité de ce projet repose sur le fait qu’il s’agit d’une combinaison d’un film documentaire et de travail photographique - et c’est un projet anthropologique et sociologique ainsi que qu’artistique. Il s’agit d’un projet collaboratif afin de voir comment les artistes et les universitaires peuvent travailler ensemble. De nos jours, le monde est influencé par des images, nous voulons voir comment produire des documents universitaires basés sur des éléments visuels - ils l’appellent socio-visiologie ou ... peu importe, moi je ne suis qu’un photographe. Le deuxième grand projet est plutôt personnel. L’année dernière, j’ai eu la chance de gagner une bourse du Musée du Quai Branly, un musée à Paris dédié à l’art et la culture non occidental. J’ai proposé un projet axé sur les coiffures masculines. Eh bien, non seulement les coiffures, mais en regardant les coiffures comme une forme d’identité sociale, y compris même les affaires de barbering - le salon de coiffures lui-même, qui est comme un lieu de rencontre pour toutes les couches sociales. Je veux dire, en substance, le salon de coiffure, les clients y vont également pour parler de leur vie. Parfois, dans ces lieux, vous verrez des affiches de Jay-Z, parfois Obama. Même si ces salons sont situés localement, leur regard est plutot global. On peut donc dire que ceux sont généralement des espaces locaux, mais avec une vision globale. Dans certains des salons que j’ai visités, ils y avaient des photos de Oussama ben Laden à coté de celle d’Obama. C’est une façon d’apprendre comment la société Africaine pense des questions politiques extérieures. J’ai fait des portraits de ces commerces et les portraits des coiffures. J’utilise

39


Le numĂŠro sur les innovateurs/trices

NumĂŠro 5 Nov 2012


The trendsetters issue

Issue 5 Nov 2012


Le numĂŠro sur les innovateurs/trices

NumĂŠro 5 Nov 2012


The trendsetters issue

Issue 5 Nov 2012


Le numéro sur les innovateurs/trices

Numéro 5 Nov 2012

“ me im just a bloody photographer ”


The trendsetters issue

trickling around the space while you look at the images I’ve made. And I’ve done some video documentation too, interviews with some of the barbers and also showing myself working in some of these places. This is the project I’m working most actively on now. I hope there will be an exhibition of the first results in October –I think it will be in Quai Branly – they actually have a permanent collection of hair there. In fact, that’s why I’m keeping my hair now.

What inspires you? If you want me to be frank, nobody. I like and respect other people’s work, of course, but I want to find my own …. I need to connect from my soul. That’s the beauty about doing something because there’s a force driving you and somebody appreciating it, not just because somebody inspires you. It’s great to be inspired, it’s not that I don’t respect other people’s work. I go to lots of exhibitions, but I want to find out how to speak with my own voice, create my own visual identity. That’s why when people ask me what my style is, I say I’m freestyle.

Do you remember the camera you started out with? Yes, my first camera was a Nikkormat. But let me start from art. Even from my childhood, I used to paint, and in primary school fine arts was my best subject. I loved art. My uncle was a studio photographer, and I used to help him, though only in the darkroom. But sometimes when there was nobody around, I would sneak into his studio and make pictures without him knowing. Even processing without him knowing. Later, when I was working at a bookstore, there was a guy who would always come to order photography magazines, so there was always a stock of these magazines, and I fell in love with reading them. I would borrow them, photocopy the pages, and return them before he came to collect them. I didn’t have a camera, but I got to learn about the basic techniques, saying one day when I have a camera I will make pictures like that. Then I found myself helping a Spanish guy who had come to work in Nigeria – I love meeting new people and helping them – and when he was going home again, he asked me what gift I would like. I told him just get me a camera, and that’s how I got

Issue 5 Nov 2012

une série triptyque, montrant le magasin et le client avant et après. Je tiens aussi à utiliser ce projet pour regarder ce que j’appelle  “les espaces intimes/ publics”. Dans les salons de coiffures, les hommes discutent des choses intimes dont ils ne peuvent même pas discuter avec leurs épouses. Donc, je fais également des enregistrements sonores de ces conversations. Mon idée est de peut-être faire une exposition qui comprendra les sons que j’ai recueillies - ainsi dans l’espace d’exposition, les visiteurs pourront entendre le son de ruissellement autour de l’espace pendant qu’ils regardent les images. Et j’ai fait un peu de documentation vidéo aussi, des entrevues avec quelques-uns des coiffeurs et aussi me montrer travailler dans certains de ces endroits. C’est le projet sur lequel je travaille le plus activement en ce moment. J’espère qu’il y aura une exposition des premiers résultats d’ici la fin de l’année, je pense que ce sera au Quai Branly - ils ont en fait une collection permanente de coiffures là-bas. C’est à cause de ce projet que je fais pousser mes cheveux en ce moment.

Qu’est ce qui t’inspire? Franchement, personne. J’aime et je respecte le travail des autres, bien sûr, mais je veux trouver mon propre .... J’ai besoin de me connecter à partir de mon âme. C’est la beauté de faire quelque chose avec une force motrice et que les gens arrivent à l’apprécier, et pas seulement parce qu’une autre personne vous a inspiré. C’est génial d’être inspiré, ce n’est pas que je ne respecte pas le travail des autres. Je vais à beaucoup d’expositions, mais je veux parler avec ma propre voix, créer ma propre identité visuelle. C’est pourquoi quand les gens me demandent quel est mon style, je dis qu’il est fluide.

Te souviens-tu de ton premier appareil photo? Oui, mon premier appareil photo était un Nikkormat. Mais permettez-moi tout d’abord de parler de l’art. Même de mon enfance, j’avais l’habitude de peindre, et à l’école primaire les beaux-arts étaient mon sujet favori. J’aime l’art. Mon oncle était un photographe de studio, et j’avais l’habitude de l’aider, mais seulement dans la chambre noire. Parfois, quand il n’y avait personne autour, je me glissais dans son studio et faisais des photos et les traitaient sans que mon oncle le sache. Plus tard, alors que je travaillais dans une librairie, il y avait

45


Numéro 5 Nov 2012

Le numéro sur les innovateurs/trices

“moi je ne suis qu’un photographe”

52


The trendsetters issue

my first camera.

How do you think your work is viewed in Africa compared to outside? I think people appreciate what I do in Africa, but the problem is that there are not many platforms in which funding can be used to support the circulation of this work. Internationally, I would say yes, most of my stuff has been shown outside the country, because there are more platforms outside the country. In Nigeria, there are not many photographic festivals, not many artistic festivals. The state of photography is improving in Nigeria, but I still get more recognition outside the continent.

Issue 5 Nov 2012

un gars qui venait toujours placer ses commandes de magazines de photographie, et la librairie avait toujours un stock de ces magazines. Je suis tombé amoureux de la photographie en les lisant. Je les empruntais, photocopiais des pages, et avant que le client ne vienne chercher sa commande. En ce moment je n’avais pas un appareil de photo, mais je voulais apprendre les techniques de base, en me disant que le jour où j’aurai un appareil photo, je ferais des photos comme ça. Puis je me suis retrouvé à aider un Espagnol qui était venu travailler au Nigeria - J’aime rencontrer de nouvelles personnes et les aider - et en retournant en Espagne, il m’a demandé quel cadeau je voudrais. Je lui ai dit de m’envoyer un appareil photo, et c’est comme ça que j’ai eu mon premier appareil photo.

Comment penses-tu que ton travail What is your dream project? Where do est perçu en Afrique par rapport à you see yourself in 5 years? l’extérieur ? To be honest, if you had asked five years ago where I saw myself today, I would have told you I had no idea. For me, it’s just to work and to see what happens. I have no dream project. Some projects just come spontaneously, organically, and then I just chase after them. My only dream is to keep functioning as a photographer for the next 50 years and beyond, so I’m not in a hurry for any dream. If I have 50 years to practice as a photographer, why should I be in a hurry as an artist? I’m not in a hurry, I don’t have any dreams, just to have fun. And make a living. To have the energy and the insight to produce good work – that’s my aspiration. Five years ago, I never would have imagined I’d be doing what I’m doing today. I don’t think I had a dream then, I just had a passion. Maybe passion translates into dreams …

Je pense que les gens apprécient ce que je fais en Afrique, mais le problème est qu’il n’y a pas beaucoup de plates-formes dont le financement peut être utilisé pour favoriser la circulation de ce genre de travail artistique. Au niveau international, je dirais que oui, la plupart de mes œuvres ont été présentées à l’extérieur, car il y a plus d’opportunités hors du continent. Au Nigeria, il n’y a pas beaucoup d’expositions photographiques, pas beaucoup de festivals artistiques. La place ​​de la photographie s’améliore au Nigeria, mais je reçois encore plus de reconnaissance en dehors du continent.

Ton projet de rêve? Où te vois-tu dans cinq ans ? Pour être honnête, si vous m’aviez demandé il y a cinq ans où je me verrais aujourd’hui, je vous l’aurais dit que je n’avais aucune idée. Pour moi, c’est juste de travailler et de voir ce qui se passe. Je n’ai pas de projet de rêve. Certains projets viennent spontanément, organiquement, et je ne fais que les poursuivre. Mon seul rêve est de continuer à fonctionner en tant que photographe pour les 50 prochaines années et au-delà, donc je ne suis pas pressé pour poursuivre n’importe quel rêve. Si j’ai 50 ans pour exercer la profession de photographe, pourquoi devrais-je être à la hâte en tant qu’artiste? Je ne suis pas pressé, je n’ai pas de rêves, juste m’amuser. Et gagner ma vie. Avoir de l’énergie et la perspicacité de produire du bon travail - c’est mon souhait. Il y a cinq ans, je n’aurais jamais imaginé que je ferais ce que je fais aujourd’hui. Je n’avais pas de rêve alors, juste ma passion. Peut-être que la passion se traduit dans les rêves ...


Le numĂŠro sur les innovateurs/trices

NumĂŠro 5 Nov 2012


The trendsetters issue

Issue 5 Nov 2012

Unapologetic Friendship by/par Nyoko Muvangua

Amitié sans complexe

Something about writing this short piece evokes sadness and anger in me. These emotions arise for a multiplicity of reasons, all of which amount to oppression. I belong to a society that oppresses people for who they unalterably are. Why is it that I have never been asked to write about my experience as a friend of heterosexuals?

The question is rhetorical, but it is worth a thought: why? My confusion has its roots in the violence and contempt with which a lot of my friends and most

I belong to a society that oppresses people for who they unalterably are. of my family members shun the idea that someone may be lesbian or gay. I used to fight with my parents, aunts, and uncles about their views on homosexuality. I wanted to understand the basis

M’asseoir et écrire cette courte pièce évoque une tristesse et de la colère en moi. À la

J’appartiens à une société qui opprime les gens pour ce qu’ils sont irrémédiablement. source de ces émotions fortes se trouvent de multitude de raisons, toutes liées à l’oppression. J’appartiens à une société qui, irrémédiablement, opprime les gens pour ce qu’ils sont. Pourquoi ne m’a-t-on jamais demandé d’écrire sur mon expérience comme une amie des hétérosexuel-l-e-s? Bien sur la question est rhétorique, mais elle vaut la peine que l’on s’y penche dessus: Pourquoi? Ma confusion a ses racines dans la violence et le mépris avec lequel beaucoup de mes amie-s et la plupart des membres de ma famille renient le fait qu’une personne puisse être gay ou lesbienne. Je me battais avec mes parents, tantes, oncles et leurs points de vue sur l’homosexualité. Je voulais comprendre le fondement de ce mépris. J’ai toujours du mal à concevoir le préjudice social que peut poser l’amour entre deux personnes du même sexe et la manifestation de cet amour.

49


Le numéro sur les innovateurs/trices

of their contempt for homosexuality. I have never understood what harm is caused to society by two people who are strongly and affectionately attracted to each other and who want to bring to light their relationship, like any couple does.

My gay and lesbian friends live out their friendship with me without having to explain or justify my heterosexual orientation. Why should I have to behave any differently with regard to them? Often, I was told about God and nature. God made a man and a woman for a reason, and so it is unnatural for two men or two women to be sexually attracted to each other. But the more I probed, the clearer it became that my family’s (and society’s) derision for “the gays” was based mainly on a misconceived stereotype. They thought the sexual orientation of gays and lesbians was defined simply by sexual affinity for persons of the same sex— they saw gay men and lesbian women only as sexual beings—without anything more. To show that my gay and lesbian friends were not mere sexual beings, I stopped fighting and debating with my family (and society) about the rights of my friends to be who they are. Instead of defending my friends against society, I decided just to actualise and “live out” my friendships. This I did (and still do) without any apology or explanation for who I choose to befriend, or for their sexual orientation. My gay and lesbian friends live out their friendship with me without having to explain or justify my heterosexual orientation. Why should I have to behave any differently with regard to them? Nyoko Muvangua is a legal researcher at the Centre for Applied Legal Studies (CALS) and a lecturer at the Wits Law School in Johannesburg.

Numéro 5 Nov 2012

Souvent, on m’a donné l’argument de Dieu et de la nature. Dieu a créé un homme et une femme pour une raison, et il est donc contrenature que deux hommes ou deux femmes soient sexuellement attiré-e-s les un-e-s envers les autres. Mais plus j’y réfléchissais de prêt, plus il devenait clair que l’homophobie au sein de ma famille (et de la société) reposait essentiellement sur leur propre stéréotype erroné. Selon eux, l’orientation sexuelle des gays et des lesbiennes est purement définie par leur attirance sexuelle pour les personnes du même sexe. Ils voient les gays et les lesbiennes seulement comme des êtres sexuels, sans d’autres dimensions. Pour montrer à mes proches (et la société) que mes ami-e-s gays et lesbiennes ne sont

Mes ami-e-s gays et lesbiennes vivent leur amitié avec moi, sans avoir à expliquer ou à justifier mon orientation hétérosexuelle. Pourquoi devrais-je me comporter différemment envers eux/elles ? pas que de simples êtres sexuels, je ne cesse de me battre et de débattre avec ma famille (et la société) sur les droits de ses personnes qui me sont chères, d’être qui elles sont. J’ai tout simplement décidé de concrétiser et de «vivre» mes amitiés. Ce que j’ai fait (et continue de faire) sans complexe ni explication est ce que j’ai choisi délibérément de me lier d’amitié avec les homosexuel-l-e-s. Mes ami-e-s gays et lesbiennes vivent leur amitié avec moi, sans avoir à expliquer ou à justifier mon orientation hétérosexuelle. Pourquoi devrais-je me comporter différemment envers eux/elles ? Nyoko Muvangua est une chercheuse juridique au Center for Applied Legal Studies (CALS) et maître de conférences à la faculté de droit de Wits à Johannesburg.


The trendsetters issue

Issue 5 Nov 2012

FROM PARIS

PORTRAIT OF A YOUNG C O N G O L E S E PHOTOGRAPHER

Excerpt from an interview with Régis Samba Kounzi, Assistant Photographer, amateur photographer, activist and former employee of Act-Up Paris.

Extrait d’un entretien avec Régis SambaKounzi, assistant de photographe, photographe amateur, ancien salarié et militant de l’association Act-Up Paris.

Interview by Charles Gueboguo

Entretien de Charles Gueboguo

Hi Régis, can we have a quick introduction to our readers?

Bonjour Régis, peux-tu te présenter à nos lectrices/ lecteurs ?

Originally from Congo, I live in Paris, but I remain attached to the continent politically and culturally. Professionally, I used to work for ActUp Paris, a gay organization created in 1989 to ensure equal protection of all people affected by AIDS. I am currently working as an associate to a photographer, Nicola Lo Calzo, whose work is part of a documentary exploring the links between journalism and art photography, with attention to minorities and human rights.

Congolais d’origine, je vis à Paris mais reste très attaché au continent politiquement et culturellement. J’ai été salarié et militant d’ActUp Paris, une association, crée en 1989, issue de la communauté homosexuelle, qui veille à défendre équitablement toutes les populations touchées par le sida. Je travaille actuellement en tant que collaborateur du photographe Nicola Lo Calzo, dont le travail s’inscrit dans une démarche documentaire à la frontière entre journalisme et photographie d’art, avec une attention accordée aux minorités et aux droits humains.

Tell us more about this project?

I must first say that I am very fortunate to be working with a committed artist with whom I share common values ​​of justice, solidarity and tolerance. That being said, this particular project is a collective work between Nicola and several individuals and organizations. I cite as an example UNESCO or Africa in Visu, a participatory platform for exchanges around the art of photographers in Africa. As regards my personal role, I’m versatile, having an advisory role and being involved in all levels of decision-making. Additionally, I do networking, various logistical tasks, and draft and proofread documents. I also manage press relations and research funding.

Peux-tu nous parler de ton travail auprès de ce photographe? En quoi consiste-t-il ? Je dois d’abord dire que j’ai beaucoup de chance de travailler auprès d’un artiste engagé avec qui je partage des valeurs communes, de justice, de solidarité et de tolérance. Par ailleurs, il s’agit d’un travail collectif, Nicola étant entouré et travaillant en partenariat avec de nombreuses personnes ou structures. Je citerais à titre d’exemple l’UNESCO ou Afrique in visu, plateforme participative d’échanges autour du métier de photographe en Afrique. En ce qui concerne mon rôle spécifiquement, je suis polyvalent, j’ai un rôle de conseiller, je suis également impliqué à tous les niveaux décisionnels -mais c’est lui qui a le dernier mot.

51


Le numéro sur les innovateurs/trices

Numéro 5 Nov 2012

DEPUIS PARIS

PORTRAIT D’UN JEUNE PHOTOGRAPHE C O N G O L A I S

Why photography? What drew you to this medium? What are your future plans as a Photographer? The following quote from Helmut Gernsheim perfectly reflects my thoughts: “Photography is the only ‘language’ that is understood in all parts of the world and brings together nations and cultures; it unites the human family. Independent from political influence, where people are free, it accurately reflects the life and events, allows us to share the hopes and despair of others, and illuminates the conditions of political and social life. We become witnesses of the humanity and inhumanity of mankind.” I like the multidisciplinary nature of photography, which may be at the crossroads of journalism, literature and art, both playful and didactic. I especially like when the goal is to convey information, educate ... give food for thought. As an enthusiast of photography since the age of 20, today I feel the need to get involved more in this area, partly because I evolve in this artistic environment and secondly because I can now devote the time and energy required. Currently, the topic of same-sex parenting interests me.

Je participe au réseautage et je m’occupe de différentes questions logistiques. Participe à la rédaction et à la relecture des textes, m’occupe des relations presses, et de la recherche de financement ou de partenariat.

Pourquoi la photographie? Qu’est ce qui attire votre attention/intérêt ?

La citation suivante de Helmut Gernsheim reflète parfaitement ma pensée : « La photographie est le seul « langage » qui soit compris dans toutes les parties du monde et rassemblant les nations et les cultures, elle unit la famille humaine. Indépendante par rapport aux influences politiques, là où les gens sont libres, elle reflète fidèlement la vie et les événements, nous permet de partager les espoirs et le désespoir des autres, et éclaire les conditions de la vie politique et sociale. Nous devenons les témoins de l’humanité et de l’inhumanité de la race humaine. » J’aime son caractère multidisciplinaire qui peut être au carrefour du journalisme, du documentaire et de l’art, aussi ludique que didactique. J’apprécie particulièrement lorsque l’objectif est de transmettre l’information, sensibiliser... Donner matière à réflexion.

As a photographer, what’s your vision of the world? What philosophy guides your artistic En tant que passionné de photographie depuis l’âge de 20 ans. Aujourd’hui je ressens le besoin work? Commitment and ethics are central to my values; I use all means to defend causes that are dear to my heart. I have a vision of the world based on solidarity and tolerance and the best way for me to grow, to feel useful, is to be involved in projects for the defense of individual rights that I consider fundamental and irreducible regardless of the culture to which one belongs. My values ​​include access to health, equality of rights with respect

de m’investir plus dans ce domaine, d’une part parce que j’évolue dans ce milieu et d’autre part parce que je peux désormais y consacrer le temps et l’énergie nécessaire. Actuellement, c’est le thème de l’homoparentalité qui m’intéresse, je ne me mets aucune pression, les choses se font à mon rythme.


The trendsetters issue

Issue 5 Nov 2012

“My values ​​include access to health, equality of rights with respect to gender and sexuality, and the fight against racism. I support the work that reflects the principles and values​​ of resistance and ethics that I believe. Of course, my work is artistic with political dimension.”

«Ces valeurs comprennent l’accès à la santé, l’égalité des droits par rapport au genre ou à la sexualité, et la lutte contre le racisme. Le travail que je soutiens reflète les principes et valeurs de résistance et d’éthique auquels je crois. Maintenant, tous les projets menés dans le cadre de mon travail ne sont pas toujours politiques, il y a aussi une démarche artistique.»


Le numéro sur les innovateurs/trices

to gender and sexuality, and the fight against racism. I support work that reflects the principles and values ​​of resistance and ethics that I believe. Of course, my work is artistic with a political dimension.

If I say photo, African LGBTI and activism?

I answer Zanele Muholi, a South African photographer who works on violence and discrimination faced by black Lesbians in her country. I also think of the work of Italian photographer Luca Locatelli on a gay Ugandan activist, Dennis Wamala (http://lucalocatelli. photoshelter.com/gallery/Homosexual-activistin-Uganda/G0000vzNPTQ6OO0c/). And of course, Nicola’s project, “Not Only Black”. This photographic project wishes to question the experience of gay Afro-Caribbeans in Paris, Ile de France and in some countries and islands of origin.

Numéro 5 Nov 2012

Ce faisant, peux-tu préciser ta vision du monde, existe-t-il une philosophie qui soutiendrait ton travail? L’engagement et l’éthique sont au centre de mes intérêts, j’utilise tous les moyens pour défendre les causes qui me tiennent à cœur. J’ai une vision du monde basée sur la solidarité et la tolérance et le meilleur moyen pour moi de m’épanouir, me sentir utile est d’être impliqué dans des projets en faveur de la défense des différents droits que j’estime fondamentaux et irréductibles quelle que soit la culture à la quelle on appartient ou dont on se revendique. Ces valeurs comprennent l’accès à la santé, l’égalité des droits par rapport au genre ou à la sexualité, et la lutte contre le racisme. Le travail que je soutiens reflète les principes et valeurs de résistance et d’éthique auquels je crois. Maintenant, tous les projets menés dans le cadre de mon travail ne sont pas toujours politiques, il y a aussi une démarche artistique.

So you must know that I will come to the Si je te disais photo, LGBTI Afro et activisme ? question of the impact of your work on young Je te réponds Zanelé Muholi, photographe LGBTI. Can we put it in those terms? Yes, my ambition is that my work somehow improves the lives of people, or at least that their situation is less ignored. I hope my current or past work has had an impact on LGBTI youth. I put my energy to challenge all forms of discrimination and to support a simple principle, that of ensuring that the law is relentless and defends human rights. The work carried out in the framework of Act Up, namely the access to equal rights and decent living conditions in France, access to generic medicines in developing countries, the fight against homophobia that must be addressed by all, in particular by public figures in Western countries and in Africa.

What would you say to all the young African LGBTI who would follow your path, but who are convinced that their sexual orientation is an obstacle?

In fact, the message would be that we must fight against the injustice which suggests that sexual orientation is an obstacle to anything, and this message is for all gays and whatever their origin, color and social status. It is perfectly human to aspire to live one’s life quietly and to be respected. This is not that sexual orientation is an obstacle to photography or advocacy; it is the fear of the judgment of others that is paralyzing. Given this

Sud Africaine qu-i travaille sur la violence et les discriminations que subissent les lesbiennes de son pays. Je pense aussi au travail du photographe italien Luca Locatelli sur l’activiste Dennis Wamala et les gay en Ouganda. (http://lucalocatelli.photoshelter. com/gallery/Homosexual-activist-in-Uganda/ G0000vzNPTQ6OO0c/).

Je pense enfin au projet «Not Only Black» de Nicola que je coordonne. Ce projet photographique souhaite questionner le vécu de la diaspora gay afro-cari­béenne à Paris, en Île de France et dans certains pays ou Îles d’origine.

Tu as donc compris que je voulais en venir à la question de l’impact de ton travail auprès des jeunes LGBTI: peut-on la poser en ces termes? Oui, le but est que la vie des gens s’améliore ou en tout cas que leur situation soit moins ignorée. J’espère que mon travail actuel ou passé a eu un impact sur les jeunes LGBTI. J’ai mis mon énergie à refuser toutes les discriminations, et à soutenir un principe simple, celui de faire en sorte que la loi soit implacable et défendre les droits humains.


The trendsetters issue

Issue 5 Nov 2012

“My ambition is that my work somehow improves the lives of people�


Le numéro sur les innovateurs/trices

considerable social pressure, LGBTIs not only fear alienating their family, relatives etc.., but also the fear of violence, even death sometimes are not to be taken lightly. Nevertheless, we have no choice but to cultivate self-esteem within the heteronormative society we live in. I have always made it a point to live my life as it suited me, as long as this does not encroach on the freedom and rights of others. We do have a lot to overcome, but it can be done by actively working to end our isolation.

Black and LGBTI in Paris: Endless possibilities?

At the heart of several cultural, social, and political gatherings, Paris is often regarded as a landmark of the “gay subculture” in Europe. For many LGBTI, Paris remains a great place to live. Often marginalized and stigmatized, LGBTI find in the capital a certain freedom. The gay-friendly places are abundant, the Internet facilitates meetings, and there are many LGBTI associations. Although the city is a highly multi-cultural capital, it is still difficult to freely talk about one’s sexual orientation. France in general remains a crossroads of cultures. And this too is very important. I think it’s Saul Williams, a New Yorker musician, who said he came to Paris to set up for this reason. I believe that for over a decade, the LGBTI community has been reflecting on this multi-cultural heritage. One association that pops in mind is Tjenbé Rèd, which is an Afro-Caribbean LGBTI organization. However, associations and individuals as “brothers and sisters” should be mentors to guard young LGBTI who arrive in Paris and can sometimes be a little dazed by the feeling of power and freedom that one feels sometimes within the community. Within all the glamour and glitters, it shouldn’t be forgotten that Paris was also the European Capital of AIDS.

Any last words?

Same-sex marriage and parenting. As the father of a boy, and in a couple, I find bitter France’s delay in recognizing these basic citizen rights for homosexuals. Even if the head of state made a commitment to the gay community during the campaign period, we are still far from enjoying equal rights in France.

Numéro 5 Nov 2012

Le travail mené dans le cadre d’Act Up à savoir l’accès aux droits et aux séjour en France, l’accès aux médicaments génériques dans les pays en développement, la lutte contre l’homophobie s’adresse à tous et principalement aux responsables publics occidentaux ou africains afin de protéger les droits fondamentaux de tous les citoyens et en particulier les minorités, dont les LGBTI qui sont le plus souvent en première ligne.

Que dirais-tu à tous ces jeunes LGBTI Afro qui aimeraient suivre ta voie, mais qui sont convaincus que leur orientation sexuelle est un obstacle? En fait, le message serait de dire qu’il faut se battre contre l’injustice qui laisse croire que l’orientation sexuelle est un obstacle pour quoi que ce soit, et ce message s’adresse et concerne tous les gay, quelque soit leur origine, la couleur de leur peau ou leur statut social. Il est parfaitement humain d’aspirer à vivre tranquillement sa vie et à vouloir être respecté. Ce n’est pas l’orientation sexuelle qui est un obstacle pour faire de la photo ou militer, c’est la peur du jugement des autres qui est paralysante. Face à cette pression considérable, les LGBTI n’ont pas seulement peur de se mettre à dos la famille, les proches etc., c’est aussi la crainte des violences voir de la mort parfois dont il peut s’agir. Malgré tout, l’estime de soi doit se cultiver dans cette société hétéro normée, nous n’avons pas le choix, il faut rentrer en résistance et s’affirmer. Je me suis toujours forcé à vivre comme je l’entendais, à partir du moment ou ça n’empiétait pas sur la liberté et les droits des autres. Beaucoup de chemin reste à faire, tout commence par le fait de sortir de son isolement coûte que coûte.

Noir et LGBTI à Paris: Combien de possibilité? Au cœur de plusieurs mobilisations culturelles, sociales, et politiques, Paris est souvent considérée comme un lieu emblématique de la « subculture gay » en Europe. Pour beaucoup de LGBTI, Paris figure un lieu privilégié pour vivre sa vie. Souvent marginalisées et stigmatisés, ils retrouvent dans la capitale une certaine liberté. Les lieux de convivialité existent, internet permet de faciliter les rencontres, de nombreuses associations sont présentes. Cela dit, il reste toujours difficile de pouvoir librement parler de son orientation sexuelle. C’est aussi une capitale éminemment multi-culturelle.


The trendsetters issue

Charles Gueboguo is the author of two pioneering books on homosexuality in Africa and several peer-reviewed journal articles, among other publications. He is currently one of Advisors of the Queer African Youth Networking Center (QAYN).

Issue 5 Nov 2012

L’une des plus métissées d’Europe. La France en générale reste un carrefour des cultures. Et ça aussi c’est très important. Je crois que c’est Saul Williams, musicien New Yorkais notamment, qui disait être venu s’installer à Paris pour cette raison. J’ai l’impression que la communauté LGBTI par rapport à il y a encore une dizaine d’années commence à refléter beaucoup plus ce métissage notamment ; à ce titre des associations comme Tjenbé Rèd jouent un rôle majeur. Il faut maintenant que le gouvernement établisse des passerelles fortes avec ces groupes. Malheureusement Paris a été aussi la capitale européenne du sida. Il ne faut pas oublier cela. Les associations et nous-mêmes individuellement, en tant que « grand frères et grandes sœurs » devront jouer ce rôle de vigilance vis-à-vis des jeunes LGBTI qui arrivent et peuvent parfois être un peu étourdies par le sentiment de force et de liberté qu’on ressent parfois au sein de la communauté.

Une piste à explorer dont tu aurais aimé parler?

Peut être un points concernant l’homoparentalité et le mariage gay : En tant que papa d’un petit garçon, et en couple, je constate amèrement le retard de la France en termes de droits elementaires pour les citoyens homosexuels. Même si, le chef d’état, envisage la reconnaissance des familles homoparentales, nous sommes encore loin du compte des exigences nécessaires.

le but est que l

Charles Gueboguo est l’auteur de deux livres pionniers sur homosexualité en Afrique et de plusieurs revues spécialisées, entre autres. Il est actuellement l’un des Conseillers du Queer African Youth Networking Center (QAYN).

a vie des gens s’améliore ou en tout cas que leur situation soit moins ignorée.

57


Le numéro sur les innovateurs/trices

l i v e / v i v r e , l o v e / a i m e r,

Numéro 5 Nov 2012

passion

A project of the queer african youth networking center Learn more about qayn www.gayn-center.org Make a donation to qayn www.causes.com/causes/637351-the-queer-african-youth-networking-center-qayn

Sponsor q-zine Contact the lead editor: mkonommoja@gmail.com Or qayn’s director: mariam@gayn-center.org Follow us Issuu: www.issuu.com/q-zine Facebook: http://www.facebook.com/pages/qayn-center-the-queer-african-youthnetworking-center/163046963718091

Causes: www.causes.com/causes/637351-the-queer-african-youth-networkingcenter-qayn

Twitter: @qayncenter

Un projet du réseau des jeunes lgbtiq d’afrique Pour en savoir plus www.gayn-center.org Faire un don à qayn Www.Causes.Com/causes/637351-the-queer-african-youth-networking-center-qayn

Sponsorisez q-zine Veuillez contacter le rédacteur en chef: mkonommoja@gmail.com Ou la directrice de qayn: mariam@gayn-center.org Suivez qayn Issuu: www.issuu.com/q-zine Facebook:http://www.facebook.com/pages/qayn-center-the-queer-african-youthnetworking-center/163046963718091

Causes: www.causes.com/causes/637351-the-queer-african-youthnetworking-center-qayn Twitter: @qayncenter


The trendsetters issue

Issue 5 Nov 2012

l i v e / v i v r e , l o v e / a i m e r,

passion

special creative writing issue coming

in January

African writers started “talking back” to empire in the 1950s, but for a long time LGBTI African writers did not join the conversation. Now that is changing. The explosion of the internet and social media in Africa has had a lot to do with this. Internet access is growing more quickly here than anywhere else and is opening up an unlimited new space for queer Africans to interact. Up to now, most African LGBTI writers have focused, understandably, on activism. There hasn’t been a lot of room for imaginative writing. Now that too is beginning to change. At least two print collections of African LGBTI creative writing are in preparation, and there are some great new creative blogs. The next issue of Q-zine will be a special issue devoted entirely to African LGBTI creative writing – short stories, excerpts from novels in progress, poetry, memoirs, and personal essays. Submissions have now closed, and we have received some wonderful material, more than enough for several excellent anthologies. There are a lot of really talented African LGBTIQ writers out there. But we knew that already, didn’t we? In Q-zine Issue 6, we can only publish a small selection of all the great stuff we received. The rest will appear in future issues, or exclusively on our website. Our heartfelt thanks go out to the writers who submitted their work. The response was tremendous. LGBTIQ Africa is creative, dynamic and yearning to express itself! We know you will love Q-zine’s creative writing issue. Watch out for it in January 2013!


Le numéro sur les innovateurs/trices

Numéro 5 Nov 2012

Un numéro special de Q-zine sur l’écriture creative!

Janvier

Les écrivains africains ont commencé à “donner la réplique” à l’Empire dans les années 50. Mais il fut longtemps avant que les auteurs LGBTI africains se ralliaient à cette conversation. Cela commence à évoluer grâce à l’explosion de l’Internet et des media sociaux en Afrique. L’accès à l’Internet en Afrique, augmentant plus vite que nulle part ailleurs, ouvre un nouvel espace d’interaction illimité aux LGBTI africains. Par ailleur, jusqu’à présent, cela se comprenait car la plupart des écrivains africains LGBTI se concentraient sur le militantisme et donnaient une place secondaire à l’écriture créative. Aujourd’hui, un changement est en court, avec au moins deux collections de fiction d’écrivains africains LGBTI en préparation et il existe quelques blogs créatifs importants. Le prochain numéro de Q-zine sera un numéro spécial entièrement consacré à l’écriture créative des auteurs LGBTI - histoires courtes, des extraits de romans en cours, poèmes, mémoires, essais personnels, etc. L’appel à contributions est présentement fermé après reception de nombreuses soumissions créatives, plus que suffisant pour la publication de plusieurs excellentes anthologies. Il y a de très talentueux auteurs africains LGBTI par mieux nous, mais nous le savions déjà, n›est-ce pas? De ces nombreuses soumissions reçues, nous ne serons en mesure de publier qu’une petite sélection. Le reste fera partie des prochains numéros, ou exclusivement sur notre site Web.Nos plus sincères remerciements vont aux auteurs qui ont soumi leur travail. La réponse à notre appel a été formidable! Les LGBTI d’Afrique sont créatives, dynamiques et ont un désir de s›exprimer! Nous n’avons aucun doute que vous allez adorer ce numéro 6 de Q-zine sur l’écriture créative. Marquez votre calendrier pour janvier 2013!


Q-zine Issue/numéro 5 Nov 2012