Issuu on Google+

nK ben, sYlVie, eMMa et fRa

s n o v e d i o u q r pou nous payquÉelerur cr?ise !

nous n’avons pas provo

www.ptb.be


ables t p e cc a in t n o s s n a l p s Ce Le 22 décembre, le PS, le sp.a, le CD&V, Open Vld, le MR et le cdH ont voté les plans de Di Rupo. Le gouvernement Di Rupo a augmenté la charge fiscale des ménages à deux salaires et a pris des mesures contre les chômeurs. Il a réformé les pensions en deux mesures importantes : 1. Toutes les formules de fin de carrière anticipée (prépension, retraite anticipée) sont reculées de deux ans et les exigences de carrière sont augmentées. 2. Les pensions vont diminuer.

Il y a de l’argent ailleurs Les économies sur les pensions doivent rapporter 674 millions d’euros chaque année jusqu’en 2014. Si ArcelorMittal et Electrabel payaient leurs impôts au taux légal de 33,99 %, cela rapporterait 825 millions. Mais Di Rupo, son gouvernement et les partis qui le soutiennent ont choisi de s’en prendre aux pensions d’un million et demi de gens et de laisser ces deux multinationales en paix.

Ben a 116 euros de pension en moins par mois

Sylvie doit continuer à travailler quatre ans de plus à temps plein

sionné depuis BEN (56 ans) est prépen ans de travail gt vin ès fin décembre apr salaire annuel en équipe. Son dernier os bruts. Selon se montait à 47 500 eur n, on calculait l’ancienne réglementatio salaire brut, son de e sa pension sur bas de prépension. en assimilant la période e de prépension Maintenant, cette périod n salaire d’u e sera calculée sur bas Cela réduira os. eur 326 minimum de 21 par mois à son sa pension de 116 euros iversaire. soixante-cinquième ann

comme employée SYLVIE (51 ans) travaille nier, elle aurait en métallurgie. L’an der en crédit-temps. ps voulu passer à mi-tem de continuer un e ncu vai Son patron l’a con pour former sa an encore à temps plein epté. Di Rupo a remplaçante. Sylvie a acc e de cette forme l’âg relevé de 50 à 55 ans vie devra donc Syl ité. ctiv de réduction d’a ller à temps plein encore continuer à travai remplaçante à pendant quatre ans. Sa sa place. dre per mi-temps risque de


Frank, signaleur à la SNCB, a 186 euros de pension en moins par mois Frank (60 ans) travaille à la SNCB depuis qu’il a dix-neuf ans et part le mois prochain à la retraite. Pendant des années, il a gagné dans les 2 400 euros bruts par mois. Ces cinq dern ières années, son salaire est monté à 3 000 euros bruts par mois. Selon les anci ennes règles, sa pension aurait été calculée sur base de son dernier salaire mensuel et ça aurait donné 2 236 euros bruts par mois. Dans la nouvelle formule, on calcule sa pension sur le salaire moyen des dix dernières années, ce qui fera 186 euro s de moins par mois.

Emma voit l’avenir en noir

EMMA (30 ans) Ça fait six ans qu’E mma cherche du travail depuis la fin de ses études. Elle ne trouve que des intér ims. Entre ces emplois, elle retombe sur l’indemnité d’attente parce qu’elle n’a jamais d’emploi assez long d’un seul tenant. Di Rupo va maintenant supp rimer son indemnité d’attente. À la maison, la situation n’est pas rose. Son père, Maurice (57 ans), voyait arriver la prépension à son cinquante-huitième anniversaire. Il faut maintenant qu’il tienne deux ans de plus. Il ne le comprend pas : son fils Brun o, qui ne trouve pas non plus d’emploi fixe, pourrait prendre sa place. Maurice est en colère et trouve qu’il faut faire grèv e jusqu’à l’annulation de ces mesures .

L’action, ça paie ! La manifestation du 2 décembre et la grève des services publics, le 22 décembre, ont été des succès. À l’issue de la grève, le gouvernement a retiré certaines mesures prévues pour les services publics. Il est revenu sur la suppression des périodes assimilées. Les pensions de survie restent et le relèvement de l’âge de la pension ne sera pas appliqué. Ces concessions

prouvent la peur du gouvernement. Dans les mois à venir, le gouvernement veut encore démanteler bien d’autres droits sociaux, entre autres, dans les soins de santé. De même, l’index reste menacé. Il ne faut pas que ces mesures soient appliquées et toutes les mesures déjà approuvées doivent être supprimées. Là où la concertation ne sert plus, il ne reste que l’action et la grève.


Que fait l’opposition ? La N-VA et le Vlaams Belang trouvent que le gouvernement ne va pas assez loin. Quant aux écologistes, ils sont « d’accord qu’il faut une rigueur budgétaire et qu’il faut tenir compte de l’allongement de la durée de vie, mais le faire comme ça dans la précipitation, ce n’est pas bien ». (Olivier Deleuze, au JT de 19 h 30 à la RTBF le 22 décembre 2011)

Le PTB lui s’engage aux côtés des travailleurs et de leurs organisations syndicales pour faire payer les vrais responsables de la crise : les spéculateurs, les millionnaires et les gros banquiers.

Informez-vous pour pouvoir informer autour de vous !

gouvernement Papillon. On peut télécharger gratuitement cette analyse en www.ptb.be ou la commander à info@ptbshop.be.

U Le Service d’études du PTB a calculé l’impact des mesures Di Rupo sur le montant des pensions. Vous pouvez la commander gratuitement à info@ptbashop.be.

o Je veux soutenir le PTB en me faisant membre. SMS « membre » + nom et adresse au 0473 87 60 18 ou en ligne à www.ptb.be. o Je veux recevoir la lettre électronique du PTB. Introduisez votre adresse e-mail en www.ptb.be/service/newsletter.html

www.ptb.be

É. r. : M. R. Eligius, bd M. Lemonnier 171, 1000 Bruxelles.

U Di Rupo 1er mis à nu. Le PTB a analysé point par point l’accord du


Pourquoi devons-nous payer ?