Page 1

Juin 2016 Magazine Business pour les professionnels de l’IT | proximus.be/one

Votre énergie, est-elle intelligente ? Dossier

Smart Energy Pour atteindre la norme 2020 et répondre aux problèmes énergétiques, les entreprises et les autorités investissent dans des réponses intelligentes. Efficacité énergétique, énergies renouvelables et prises de conscience constituent en partie la solution.


SUMMER SECURITY JULY 7 / LOCHRISTI

Be part of the Check Point Summer Security Congress on July 7th and hear the latest in Cyber Security Trends and Malware Analysis.

Register via www.summersecurity.be & meet the (international) cyber security experts personally!


Bienvenue

“Boostez vos résultats grâce aux services neutres en CO2” Si nous voulons à la fois garder une planète viable et répondre à nos besoins croissants en énergie, nous devons investir dans l’énergie intelligente. Il nous faut à tout prix réduire nos émissions de CO2. La meilleure solution consiste à améliorer notre efficacité énergétique tout en misant davantage sur les énergies renouvelables. Ces dernières années, nous vous avons régulièrement fait part, dans ce magazine, des efforts de Proximus dans le domaine de l’ICT écologique. Nous sommes aujourd’hui particulièrement fiers de proposer des services neutres en CO2. Nous utilisons exclusivement de l’électricité verte. Nous sommes également parvenus à réduire drastiquement nos émissions de CO2, notamment grâce à une gestion plus rationnelle de notre parc automobile et à l’amélioration de l’efficacité énergétique de nos centres de données. Grâce à nos services neutres en CO2, nos clients peuvent aussi réduire leur empreinte écologique. Et ce n’est qu’un début. Car nos services vous aideront également à améliorer vos résultats :

de la visioconférence qui contribue à réduire les déplacements aux applications ICT intelligentes qui permettent de mieux faire correspondre l’offre et la demande d’énergies rénouvelables. Que pouvez-vous mettre en place, de votre côté, pour une gestion plus intelligente de votre énergie ? En quoi pouvons-nous vous aider ? Vous le saurez en lisant ce magazine. Bonne lecture !

– Bart Van Den Meersche, Chief Enterprise Market Officer Enterprise Business Unit Proximus

Tendances

La ‘course aux données’ est lancée

Le CIO devient ‘Leader in 3D’

Dans l’économie de la transformation numérique, les grandes quantités de données de qualité qui sont générées constituent le carburant de l’innovation. Les organisations construisent de grands ‘pipelines’ qui acheminent les données. Celles-ci sont ensuite vendues à l ’extérieur. Dans les ‘data stores’ d’IBM, Microsoft, Google, Oracle, SAP, etc., toutes les données externes de valeur seront disponibles en un seul clic.

En 2018, deux CIO sur trois utiliseront le principe ‘Leading in 3D’ dans les différentes phases de la transformation numérique de leur activité. Les 3 enjeux principaux pour l’ICT sont : Innovate – l’ICT est un partenaire qui stimule les innovations basées sur l’ICT ; Integrate – l’ICT crée des services business stables ; Incorporate – l’ICT est un fournisseur de services fiable et sûr.

www.proximus.be/one

En 2020, 10 % des attaques cibleront les systèmes IoT En 2020, 10 % des attaques visant les entreprises passeront par l’Internet of Things. Le défi consiste donc à investir suffisamment en libérant un certain budget pour sécuriser les applications IoT. Il faut concevoir les équipements technologiques de façon à ce que les données puissent circuler en toute sécurité.

3


SOUS LES PROJECTEURS | ‘Covão dos Conchos’

‘Covão dos Conchos’ Portugal Le passage vers un nouveau monde ? Près de Guarda, la plus haute ville du Portugal, se trouve Covão dos Conchos : un trou creusé au milieu de l’eau, qui fait partie du barrage Conchos. Construit en 1955, ce gouffre mystérieux n’a été révélé au monde que début 2016 par trois alpinistes. Un tunnel long de 1.519 m achemine les eaux de la Ribeira das Naves vers Lagoa Comprida, une lagune située en aval. Le barrage fait partie d’un système hydroélectrique construit dans la Serra da Estrela, la plus haute chaîne de montagnes du pays.

4

Juin 2016


Dans ce numéro CONVERSATION

10  Q+A

EN PRATIQUE

12

L’Ordre français des avocats du barreau de Bruxelles Un réseau wi-fi sécurisé améliore les prestations au sein d’un bâtiment historique.

DOSSIER

19-28

Ursula L-J Dongmo, Young ICT Lady of the Year 2016 14  En équipe Christiaan Polet, CIO de l’UZ Gent 32  Vision Annemie Depuydt, ICT Woman of the Year 2016 et directrice ICTS de la KU Leuven 38  Q+A Geert Christiaens, Manager IT Services & Business Processes de la Raffinerie Tirlemontoise SOLUTION

08  Roaming

prépayé partout à l’étranger 11 Nouveau réseau de communication grâce à la technologie VoIP 16 Créez vos rapports big data grâce à Proximus Analytics 39  Fixed Mobile Unification pour une accessibilité optimale EN PRATIQUE

06  Accenture

VISION

32 “Le département ICTS de la KUL hébergera bientôt le superordinateur le plus rapide de Flandre.” Annemie Depuydt, ICT Woman of the Year 2016 et directrice ICTS de la KU Leuven

Énergie intelligente La chercheuse Helena Gerard se penche sur l’efficacité énergétique de demain en Belgique, 9 managers abordent les défis de l’efficacité énergétique, infographie sur les technologies d’éclairage intelligentes et Philippe Deconinck, CSR Manager Environment & Supply Chain, évoque la stratégie d’économie d’énergie de Proximus.

Formule performante pour forfaits mobiles voice & data 12  L’Ordre français des avocats du barreau de Bruxelles Le palais de justice se fond dans l’univers connecté 30 Tour opérateur Mare Tours Accessibilité mondiale optimale grâce aux communications unifiées 36  Binche Une ville sûre grâce à la surveillance vidéo SCOOP

18  Équipements

à la une Huawei P9 Lite et LG G5 29  Lu pour vous ‘Small Data’ 35 Apps utiles et IoT IFTTT, Multi Measures 2 AUSSI INTÉRESSANT

Publication de Proximus SA de droit public / Année 10 / Numéro 27 / Q2 2016 Éditeur responsable : Bart Van Den Meersche, bd du Roi Albert II 27, 1030 Bruxelles Coordination : Charline Briot, Markus Eggermont, Robbin Sacré, Jean-Marie Stas. Ont collaboré à ce numéro : Andrew Beavis, Klaar De Groote, Robert Doran, Davy Goris, Isabelle Latour, Frederic Petitjean, Anneke Stoffels, Dries Van Damme, Frank Van den Branden, Filip Van Loock, Cis Van Peer. Concept et réalisation : Propaganda SA, Imperiastraat 16, 1930 Zaventem, www.propaganda.be Pour plus d’informations, contactez : Robbin Sacré robbin.sacre@proximus.com Nederlandstalige versie: mail naar robbin.sacre@proximus.com om een exemplaar van dit magazine in het Nederlands te ontvangen. English version: e-mail to robbin.sacre@proximus.com if you want a copy of this magazine in English. Les spécifications techniques sont fournies uniquement à titre indicatif. Proximus se réserve le droit de les modifier sans avis préalable. Aimeriez-vous savoir qui est votre account manager chez Proximus ? Visitez www.proximus.be/mycontacts

www.proximus.be/one

09  Technologie

La gravitation : source d’énergie News Proximus prêt pour la 4,5G, Top 50 des entreprises ‘vertes’, Résultats de notre enquête, Belgian Company Award for Excellence 43  Dessert Pourquoi la quantité de données double tous les ans ? 40  Proximus

5


EN PRATIQUE | L ’entreprise de services professionels Accenture choisit la qualité de son réseau et la continuité de ses activités.

Des forfaits mobiles globaux pour

Accenture

Chez Accenture, la consommation de données mobiles a augmenté au point qu’une solution ‘dynamique’ s’imposait. Celle-ci s’est présentée sous la forme d’un forfait tarifaire sur mesure : 1.200 abonnements individuels ont été convertis en un nouveau système global.

E

ntre commerce et technologie, l’entreprise internationale de services professionnels Accenture offre une gamme complète de services et solutions dans les domaines suivants : stratégie, consultance, numérique, technologie et opérations. Le bureau conseil doit se tenir informé des technologies numériques les plus récentes, comme l’Internet des Objets, l’analytique et les applications mobiles.

Opérateur mobile “Pour continuer à offrir des services de qualité dans un monde toujours plus mobile, il était urgent de trouver une formule plus performante pour les appels et données mobiles”, explique Wim Cuypers, ICT Manager. “Nous cherchions un opérateur capable de répondre à nos besoins et de satisfaire notre public, malgré l’évolution constante à laquelle nous faisons face. Sachant que l’utilisation du smartphone comme outil professionnel augmente, nous voulions trouver le bon réseau.” Forfaits d’entreprise Accenture s’est donc mis en quête d’un partenaire proposant des forfaits d’entreprise voice et data, en Belgique et à l’étranger, incluant le roaming. Proximus s’est avéré être l’opérateur le plus adapté aux besoins de l’entreprise. La qualité du réseau (2G, 3G et 4G) a été déterminante, car elle permet d’améliorer la disponibilité pour les clients. De plus, les Mobile Continuity Services garantissent la continuité des activités, ce qui est aussi un aspect essentiel. Transferts de numéro Le partenaire de services A&M s’est chargé de la mise en œuvre : envoi de nouvelles 6

cartes SIM, programmation des transferts de numéro, information des utilisateurs sur les nouveaux services et aspects pratiques de la migration.

Forfaits avantageux “Nous avions auparavant 1.200 abonnements avec des volumes d’appels et de données individuels. L’abonnement était basé sur la consommation moyenne : certains n’utilisaient pas tout leur forfait, alors que d’autres n’en avaient pas assez. Avec les nouveaux forfaits globaux, les volumes achetés sont partagés entre les utilisateurs. Ils sont flexibles et non plus ‘à taille unique’. C’est logique, car les activités de nos collaborateurs changent d’un jour à l’autre. Nos consultants sont à Bruxelles aujourd’hui, mais seront peutêtre à Amsterdam demain. Leurs besoins changent sans cesse.” Belles économies Avec ces nouveaux frais mobiles, l’entreprise réalise en outre de belles économies. De plus, les collaborateurs peuvent bénéficier des réductions octroyées à Accenture pour leurs abonnements privés.

Atouts • A bonnement flexible et plus ‘à taille unique’ • Volumes d’appels et de données partagés en fonction des besoins des collaborateurs • Réseau 2G, 3G et 4G performant • M eilleure disponibilité pour les clients • Continuité des activités garantie • Économie sur les frais mobiles

À propos d’Accenture

Les 373.000 collaborateurs d’Accenture fournissent des services aux entreprises dans les domaines suivants : stratégie, consultance, numérique, technologie et externalisation, dans plus de 120 pays et 40 secteurs.

Juin 2016


Wim Cuypers, engagé chez

Accenture en 1998, dirige depuis 1999 le département ICT interne en Belgique et au Luxembourg, qui est responsable de la gestion LAN et WAN, du parc de PC et des serveurs.

Plus d’infos Contactez votre account manager. Voulez vous lire plus de témoignages clients ou appraître dans One ? Surfez sur www.proximus.be/one

www.proximus.be/one

7


SOLUTION | L  e roaming prépayé partout à l’étranger

Le roaming prépayé avec le smartphone professionnel

Envie de motiver encore plus vos collaborateurs ? Pourquoi ne pas leur proposer un smartphone et un abonnement ? De nombreuses entreprises considèrent d’ailleurs qu’il n’y a rien de plus normal. Mais gare à la facture si vos travailleurs emportent leur appareil en vacances et l’utilisent pour téléphoner, surfer et envoyer des SMS ! Sans option roaming, la note risque fort d’être salée.

Un crédit de départ en cadeau C’est pourquoi Proximus lance Travel Passport Credit, un nouveau service destiné à tous les abonnements professionnels sans option de roaming ni Proximus Pack. Le principe est simple : via MyProximus ou Business Support, l’employeur crée un compte prépayé pour l’usage privé de l’appareil, à la suite de quoi le travailleur reçoit automatiquement un SMS avec un lien vers Reload Online. Grâce à l’application en ligne, les utilisateurs du Travel Passport Credit peuvent ensuite gérer le montant qu’ils souhaitent consacrer au roaming, et alimenter leur compte avec une carte de crédit ou via PayPal. Vos collaborateurs ont ainsi une parfaite maîtrise de leur budget roaming. Pour chaque compte Travel Passport Credit que votre entreprise activera cet été, vous recevrez un crédit de départ de 5 euros en cadeau. Alimenter le compte en ligne Sur le site web de Proximus – et via une application à partir du mois de septembre –, vos travailleurs peuvent facilement ajouter du crédit roaming, même à l’étranger. De plus, ils peuvent également vérifier le montant dont ils disposent encore dans Reload Online. Le crédit reste disponible pendant 12 mois,

8

et la durée de validité du solde est prolongée d’un an à chaque recharge. Lors du lancement, l’app et MyProximus ne seront pas encore disponibles. Il faudra donc passer par un code unique.

Disponibles partout, tout le temps Tout le monde y gagne donc. L’employeur ne doit rien payer pour les services de roaming qu’utilisent les membres de son personnel, et les collaborateurs peuvent désormais se servir de leur smartphone à l’étranger, où et quand bon leur semble. Leurs proches peuvent ainsi les joindre à tout moment.

Atouts • Pas de facture pour le roaming, et donc pas de risque financier pour votre entreprise • Des frais de roaming sous contrôle pour vos collaborateurs

Plus d’infos Pour plus d’informations sur le roaming prépayé, contactez votre account manager ou surfez sur www.proximus.be

Juin 2016


TECHNOLOGIE | Générer l’énergie par gravitation d’énergie nécessaire afin de restituer à l’objet son énergie potentielle. Il est donc impossible d’utiliser l’électricité à d’autres fins... À moins d’ajouter de l’énergie au système, par exemple en déplaçant l’objet manuellement.

Boeing 737 Un second problème se pose : il faut 3,6 mégajoules pour générer 1 kilowatt-heure. Cela correspond à la quantité d’énergie libérée lorsqu’une masse de 100 tonnes – ou un Boeing 737 – tombe de 3,7 mètres. C’est la raison pour laquelle les centrales hydrauliques exigent un dénivelé important et d’énormes masses d’eau.

Jean-Marie Stas, Marketing Manager chez Proximus

La problématique de l’énergie est extrêmement complexe. Production, transport, stockage, consommation : impossible de résumer ses enjeux en quelques mots seulement. Jean-Marie Stas, Marketing Manager chez Proximus, nous parle de l’énergie gravitationnelle.

La gravitation :

source d’énergie

L

es méthodes de production d’énergie sont nombreuses : centrales à charbon, centrales nucléaires, centrales hydrauliques, panneaux solaires, etc. Celles-ci présentent hélas des risques, polluent, dépendent énormément des éléments naturels ou sont éphémères. Il est en effet impossible de récupérer l’électricité et les combustibles utilisés.

Énergie potentielle Comment éviter cette pollution, cette dépendance et cet usage unique ? Les scientifiques tentent depuis longtemps de dompter une force immuable : la gravitation. Un objet soumis à l’attraction terrestre possède une énergie potentielle qui, lorsqu’il tombe, se transforme en énergie cinétique. Il suffit alors de le relier à une turbine pour générer de l’électricité. Perte d’énergie Une fois l’objet tombé, il faut dépenser une quantité d’énergie équivalente afin de le remettre dans sa position initiale. Le problème, c’est que la production d’électricité s’accompagne toujours d’une perte d’énergie. Résultat : la quantité d’électricité produite est inférieure à la quantité

www.proximus.be/one

Expérimentations La gravitation libère de l’énergie pure, mais une série de lois physiques élémentaires empêchent hélas son exploitation universelle. Plusieurs expériences amusantes y ont néanmoins recours, comme la GravityLight, une lampe alimentée par un objet en chute permettant de produire de la lumière pendant 20 minutes. Le mécanisme est identique à celui d’une horloge ancienne : le poids doit revenir dans sa position initiale. Ondes gravitationnelles Il y a peu, des scientifiques ont, pour la première fois, observé des ondes gravitationnelles provoquées par deux énormes trous noirs ayant fusionné il y a 1,3 milliard d’années. Ces ondes constituent des expansions et des contractions fugaces et minuscules de l’espace. Leur découverte est un premier pas vers la compréhension de la gravitation et, qui sait, vers l’élaboration d’une méthode permettant de la transformer en une source d’énergie inépuisable. Et maintenant ? Nous devons à présent nous remettre en question et réduire notre consommation énergétique. Pour les entreprises, les villes et les communes, l’éclairage, le chauffage et le transport constituent les principaux postes de dépenses en énergie. Les moyens et technologies modernes, comme l’Internet of Things, le big data, les objets intelligents et les plateformes de gestion nous permettent toutefois d’optimiser notre consommation. De plus, nous nourrissons à présent l’espoir de trouver un mouvement perpétuel grâce auquel nous pourrons produire une énergie parfaitement propre.

9


CONVERSATION | 6 questions à Ursula L-J Dongmo, ‘Young ICT Lady of the Year 2016’

“Les messages audio pourraient devenir une tendance dans le monde de l’IT, mais les apps ne Ursula L-J Dongmo sont pas faites pour ça.” Young ICT Lady of the Year 2016

Quelle est votre plus belle réalisation professionnelle ? Sans hésiter : le fait d’avoir été élue Young ICT Lady of the Year 2016. Ce prix récompense mon parcours professionnel. Si je me limite à ce que j’ai réalisé chez ING, je dirais que c’est l’impact que j’ai eu sur l’équipe IT de l’entreprise. Depuis septembre 2015, le traffic-based monitoring a donné place au time-based monitoring et le end-to-end business services monitoring a augmenté notre capacité à détecter des incidents. Cela signifie que les transactions sont suivies du début jusqu’à la fin.

Personnalité Ursula L-J Dongmo aime sortir avec des amis et aller au cinéma. Lorsqu’elle est seule, elle chante ou lit un livre de la saga Game of Thrones. Cette jeune femme préfère de toute évidence ne pas mélanger boulot et vie privée, car une fois au bureau, il n’y a plus que le travail qui compte. Carrière En 2011, Ursula L-J Dongmo, alors IT Researcher Engineer Electronics and Microelectronics, marque une pause dans son doctorat à la Faculté Polytechnique de Mons. Elle rejoint ensuite le secteur bancaire en tant que Junior IT Consultant chez Callataÿ & Wouters (devenu Sopra Banking Software). En novembre 2013, elle est engagée comme IT Business Consultant au sein du département IT d’ING Belgium, où elle devient plus tard Supervisor du Service Operations Center. Il y a peu, ses efforts acharnés lui ont valu le titre de Young ICT Lady of the Year 2016. Entreprise Opérant dans le secteur bancaire, ING Belgium propose à ses clients une vaste gamme de produits financiers via un canal de distribution de choix. L’entreprise fait partie du Groupe ING, qui a réalisé un bénéfice de 4,01 milliards d’euros en 2015. Collaborateurs ING Belgium emploie 9.275 personnes, dont 2.130 collaborateurs (internes et externes) au sein de son département IT. Le Groupe ING occupe environ 52.000 travailleurs à travers le monde. L’entreprise est présente dans plus de 40 pays en Europe, en Amérique du Nord, en Amérique latine, en Asie et en Australie. 10

Qu’est-ce que vos collaborateurs ignorent à votre sujet ? Que j’aime chanter. Au bureau, j’ai l’air plutôt sérieuse, mais une fois le travail terminé, j’aime beaucoup m’amuser.

Comment décririez-vous votre métier ? En tant que Supervisor, je suis responsable des activités opérationnelles d’ING Belgium. J’essaie, en collaboration avec des équipes stratégiques du département IT, de répertorier les processus d’entreprise.

Quelle personne ou quel événement a marqué une étape ou un virage important dans votre carrière ? Marleen Hulsbosch, Head of Platform Services Incident & Problem Management chez ING Belgium. Lorsque je suis arrivée chez ING, elle m’a tout de suite donné confiance en moi, avant même d’avoir fait mes preuves. Elle a vu que j’avais du potentiel. Ce genre de personnes détermine en partie l’orientation que va prendre votre carrière.

Quelle est, pour vous, la principale invention de ces 20 dernières années ? Les messageries instantanées comme Facebook, WhatsApp et Twitter bien sûr. Vous pouvez parler à n’importe qui, depuis n’importe quel endroit. Lorsqu’on y réfléchit, ces applications n’auraient en fait jamais pu exister sans internet.

Quelle sera la prochaine tendance dans le monde de l’IT et de la technologie ? Les messages vidéo. Ils existent depuis plusieurs années, mais je suis persuadée qu’ils vont être de plus en plus utilisés. Les gens s’enverront de moins en moins de SMS, et de plus en plus de vidéos. C’est un mode de communication plus rapide et plus efficace. Les messages audio sont aussi faciles à envoyer, mais les applications ne sont pas faites pour ça. Juin 2016


SOLUTION | Modernization du reseau

Paré pour l’avenir grâce à la technologie Voice over IP À la fin de l’année, Proximus ne proposera plus de lignes ISDN-2. L’évolution des besoins de communication exige en effet une capacité réseau considérable et nous misons désormais sur la fibre optique et la technologie IP (Internet Protocol). Cette modernisation de notre réseau n’aura que des avantages pour l’utilisateur final.

Plus de capacité réseau Il n’y a pas si longtemps, les communications se faisaient uniquement par téléphone et par fax, via le réseau téléphonique analogique. Aujourd’hui, les professionnels communiquent par visioconférences et messagerie instantanée, des réunions virtuelles sont organisées grâce au partage de bureau et des applications d’entreprise sont accessibles via le cloud. Tout le monde peut ainsi travailler de n’importe où. Cette évolution exige cependant une capacité réseau considérable. Nouvelle infrastructure Pour continuer d’offrir les meilleures performances réseau à nos clients, nous modernisons donc notre réseau grâce à la technologie IP. La fibre optique est déployée à grande échelle et les clients ADSL bénéficient d’une mise à niveau VDSL et VDSL 2. Fin 2016, Proximus cessera de proposer des lignes ISDN-2. Pas de panique si vous utilisez encore cette technologie, Proximus en assurera toujours le support. Les extensions de lignes et les nouveaux raccordements par contre reposeront sur le Voice over IP. Toutes les communications – voix et données – passeront par un seul réseau ICT intégré, à capacité redondante. L’ISDN dépassé Cette modernisation suit l’évolution de la tendance technologique observée chez les fabricants d’équipements réseau et www.proximus.be/one

communication, qui convertissent les communications analogiques et digitales dans les centraux téléphoniques, par exemple en SIP (Session Initiation Protocol). Par conséquent, les systèmes ISDN ou PSTN actuels seront rapidement dépassés. Il importe donc, plus que jamais, d’avoir une vision claire sur la modernisation de l’infrastructure ICT. La modernisation de votre central téléphonique est aussi l’occasion idéale pour adapter l’infrastructure et envisager le passage au tout-IP pour le trafic voix et le central téléphonique.

Voice over IP La communication rich media est l’un des principaux atouts de la technologie Voice over IP. Les protocoles VoIP (comme SIP) tournent sur la couche application et peuvent collaborer facilement avec des applications tels que l’e-mail, les navigateurs internet, la messagerie instantanée ou les réseaux sociaux. La délivrance de messages vocaux par e-mail, le click-to-call sur votre site web ou un bouton pour appeler dans un e-mail en sont quelques exemples. La gestion de

votre infrastructure ICT est également simplifiée. Grâce à l’intégration des données et de la téléphonie sur IP, vous ne devez assurer la maintenance que d’un seul réseau, ce qui réduit les coûts. Les frais téléphoniques diminuent également, certainement pour les communications avec l’étranger puisque les sites internationaux sont aussi reliés au même réseau. Enfin, l’intégration voix-données peut aussi faciliter l’adoption du Fix-Mobile Unification. Ce service relie les numéros fixes et mobiles dans le central téléphonique afin de garantir une accessibilité permanente, quel que soit le numéro formé.

Plus d’infos Pour plus d’informations, contactez votre account manager ou surfez sur www.proximus.be/futureofvoice

11


EN PRATIQUE | L ’Ordre français des avocats du barreau de Bruxelles opte pour le wi-fi sécurisé.

Les avocats connectés sont plus efficaces

Le barreau de Bruxelles compte 7.500 avocats, dont 4.500 environ sont inscrits à l’Ordre français. Il existe en Belgique 26 Ordres d’avocats différents.

12

Juin 2016


Dans les bâtiments qui entourent la place Poelaert, les avocats de l’Ordre français du barreau de Bruxelles sont toujours connectés à internet. Proximus y a installé un réseau wi-fi privé et sécurisé à leur demande.

Stéphane Boonen est avocat et bâtonnier de l’Ordre français du barreau de Bruxelles. Le bâtonnier est élu par l’assemblée générale des avocats et agit en tant que président et représentant de l’Ordre français.

Atouts • Une connexion wi-fi sécurisée pour tous les avocats de l’Ordre français du barreau de Bruxelles • Une connexion gratuite, stable et performante, y compris aux endroits du palais sans couverture 3G ou 4G • Un gain de temps et d’efficacité pour les avocats grâce à un accès facile aux dossiers et applications en ligne

Plus d’infos Contactez votre account manager. Voulez vous lire plus de témoignages clients ou appraître dans One ? Surfez sur www.proximus.be/one

www.proximus.be/one

C

onstruit à partir de 1866 selon les plans de l’architecte Joseph Poelaert, le palais de justice de Bruxelles était alors le plus grand bâtiment au monde de sa catégorie. Ce symbole bruxellois continue aujourd’hui à être utilisé. “Et nous voulons qu’il le reste”, explique Stéphane Boonen, bâtonnier de l’Ordre français des avocats du barreau de Bruxelles. “Mais cela signifie naturellement que le palais de justice actuel – au même titre que les tribunaux avoisinants – doit se fondre dans l’univers connecté qui est le nôtre.”

Projet JustScan La justice est, elle aussi, en train de se digitaliser. En témoigne par exemple JustScan, le programme de numérisation des dossiers, ou encore rolesbxl.be, un portail sur lequel les avocats peuvent suivre les audiences du tribunal à distance. Ils voient ainsi en temps réel quel sera le prochain dossier traité, ne doivent pas attendre inutilement et peuvent organiser leur temps plus efficacement. “Tout se passe ici, dans les bâtiments qui entourent la place Poelaert”, explique Stéphane Boonen. “C’est pourquoi nous cherchions une solution qui offre à nos avocats une connexion internet stable, performante et sécurisée sur et autour de la place.”

jeunesse et le tribunal de police. “Ce n’était pas simple”, ajoute Stéphane Boonen, “car le palais de justice est un bâtiment classé. Proximus a dû identifier avec beaucoup de soin l’endroit où placer les antennes, de manière à ce que l’installation ait le moins d’impact possible sur le bâtiment.”

Accès internet sécurisé Les antennes garantissent une connexion internet sécurisée sur les lieux de travail des avocats francophones. “Le gros avantage, c’est que tous les avocats sont désormais en ligne et peuvent organiser leur temps beaucoup plus efficacement. Ces derniers peuvent suivre en ligne le déroulement des audiences et peuvent donc se rendre au bon moment dans la bonne salle.” De plus, ils ont désormais facilement accès aux dossiers numériques et à d’autres informations en ligne durant les audiences. L’Ordre français considère le wi-fi comme un outil indispensable à l’amélioration des prestations de ses avocats, car la technologie permet de gagner en efficacité et de réduire les pertes de temps.

“Le wi-fi sécurisé est une solution qui contribue à tracer l’avenir d’un bâtiment historique comme le palais de justice.” Sept bâtiments Le choix s’est rapidement porté sur le wi-fi. “Les murs épais du palais de justice bloquent la technologie 3G et 4G”, explique Stéphane Boonen. “De plus, les avocats ne possèdent pas tous un appareil compatible avec ces réseaux.” Le barreau français a donc fait appel à Proximus – le partenaire en technologie du SPF Justice – pour installer le wi-fi dans le palais de justice et six autres bâtiments avoisinants, dont le tribunal de première instance, le tribunal de commerce, le tribunal de la

Responsabilité L’Ordre français a lui-même pris l’initiative d’investir dans ce projet, sans attendre une intervention financière éventuelle de la part du SPF Justice ou de la Régie des Bâtiments. “Nous comprenons que le wi-fi n’est pas une priorité absolue, mais nous voulions aussi jouer un rôle dans le cadre de la réforme et de la modernisation de la justice”, précise Stéphane Boonen. “Le wi-fi sécurisé est une solution qui contribue à tracer l’avenir d’un bâtiment historique comme le palais de justice”, poursuit-il.

13


EN ÉQUIPE | Christiaan Polet, CIO de l’UZ Gent

“Mon verre est un peu plus qu’à moitié plein” Un hôpital est un lieu consacré aux soins, à la recherche et à la chirurgie. Pourtant, rien de tout cela ne serait possible sans un véritable arsenal de solutions IT qui, même si elles sont invisibles, n’en sont pas moins cruciales. Christiaan Polet, CIO de l’UZ Gent, nous explique pourquoi.

L’UZ Gent en chiffres L’un des principaux hôpitaux universitaires de notre pays

14

6.000

36.000

travailleurs

hospitalisations par an

35.000

43 ha

opérations par an

la taille du campus

14.000

1.000

connexions réseau fixes

connexions réseau sans fil

1.820 TB

400 TB

stockage de données

croissance annuelle en data

Juin 2016


L

’importance de l’IT est énorme. Son rôle commence avant même que le patient ne soit admis ou traité”, affirme Christiaan Polet. Un exemple : “Beaucoup de gens consultent notre site web pour savoir quel médecin les soignera ou à quel endroit se rendre.” L’admission des patients se fait aussi de manière automatique, via des comptoirs équipés de lecteurs d’eID. “Lorsque le système est indisponible, ne serait-ce que pour quelques minutes, des files d’attente se forment immédiatement et nos patients et collaborateurs sont nombreux à être mécontents”, souligne Christiaan Polet. “Il y a alors du retard dans les rendez-vous.” Mais l’accueil est loin d’être la seule activité qui repose sur l’IT. Au total, on trouve ici des centaines d’applications médicales et administratives. Vous l’aurez compris : un hôpital moderne se doit d’avoir des solutions IT performantes.

Quatre départements IT En tant que CIO, Christiaan Polet supervise quatre départements IT : Applications d’entreprise (comptabilité, administration des salaires, facturation...), Applications de santé (e-dossiers des patients, logiciels de laboratoire et de pharmacie, imagerie médicale...), Infrastructure et Exploitation (serveurs, réseaux et télécoms) et Support (service desk et contact center). “Le plus dur consiste à relier et coordonner toutes ces applications et tous ces systèmes”, poursuit-il. “Lorsqu’un patient hospitalisé change de service, cela a un impact sur la distribution des repas, la logistique des médicaments, le transport des patients, la facturation, etc. Nous vivons à l’ère du numérique : nos collaborateurs et nos patients attendent à juste titre que tout soit disponible à tout moment, où qu’ils soient.”

“Tout est interconnecté. L’intégration de nouvelles applications n’est donc pas des plus simples.”

Christiaan Polet est ingénieur civil, spécialisé en sciences informatiques. Il a entamé sa carrière à l’université de Gand, et est devenu chef du département Applications d’entreprise de l’UZ Gent en 2011. Depuis juin 2015, il est CIO et gère une centaine de collaborateurs. Durant son temps libre, il aime faire du jogging et du mini-foot. Il est également supporter de l’AA Gent.

www.proximus.be/one

Intégration des applications Le degré d’interconnexion élevé entre les différents systèmes d’un hôpital complique parfois quelque peu l’intégration d’une nouvelle application logicielle. “C’est tout sauf un jeu d’enfant ! Il est donc rare que nous développions nous-mêmes des applications. L’implémentation, l’intégration et la maintenance opérationnelle occupent déjà bien nos journées.” Vu le degré de spécialisation requis, les membres de l’équipe de Christiaan Polet ont presque tous suivi des études supérieures. “Vous trouvez ici toutes sortes de profils : ingénieurs logiciel, ingénieurs système, spécialistes réseau, gestionnaires d’applications, chefs de projets... De tels profils sont naturellement très recherchés, mais l’UZ Gent a un taux de roulement étonnamment bas”, explique le CIO. “Nous proposons un salaire honnête et un système de congés intéressant. Avec la crise économique, de plus en plus de gens cherchent un emploi stable. Cette stabilité, nous sommes en mesure de la leur offrir.” Sur le terrain Christiaan Polet qualifie lui-même son style managérial de ‘positif et pragmatique’. “Avec moi, le verre est en général un peu plus qu’à moitié plein, ce qui ne m’empêche pas de garder les pieds sur terre. J’essaie de coacher, mais j’ai naturellement aussi des obligations à respecter. Ce qui n’est possible qu’en allant sur le terrain. Je le fais donc tous les jours. Je ne suis pas du genre à m’enfermer dans mon bureau.” 15


SOLUTION | Créez votre propre rapport grâce à Proximus Analytics

Votre magasin est-il bien situé ? D’où viennent les participants à votre événement ? Quelle est la nationalité de vos clients ? Trop souvent, nous n’avons pas de données exactes. Et pourtant, une interprétation erronée peut être lourde de conséquences. À l’inverse, des rapports basés sur des chiffres et statistiques extrapolés sont très intéressants : ils vous permettent de mieux connaître vos clients ou visiteurs afin d’optimiser votre stratégie.

Tirez un avantage stratégique des données mobiles de vos clients 16

Juin 2016


Du secteur touristique aux pouvoirs publics Les données de localisation sont très instructives pour de nombreux secteurs : le secteur touristique, la distribution, le monde de la publicité, les agences immobilières, les agences événementielles ou encore les pouvoirs publics. En mai 2016, Proximus a donc lancé ‘Proximus Analytics’, un portail self-service convivial qui vous permet de créer vos rapports facilement et rapidement pour un prix attractif. Les utilisateurs peuvent donc déterminer de manière fondée la localisation idéale pour leur entreprise, restaurant ou projet de construction, puisqu’ils peuvent connaître le nombre de personnes qui passent à proximité d’un endroit précis. Comment vos clients se déplacent-ils entre leur domicile et leur lieu de travail ? Quels déplacements font-ils pendant leur temps libre ? Où habitent et travaillent vos visiteurs ? Combien de personnes participent à votre événement ou visitent votre commune ? D’où viennent-elles, quelles voies d’accès utilisent-elles ? Où séjournent-elles ? Autant de questions cruciales qui vous aideront à définir ou rectifier votre stratégie.

Atouts • M eilleure connaissance de vos clients et de leurs comportements • Collecte rapide de données objectives et précises • A mélioration de l’efficacité promotionnelle et des services • Portail convivial pour créer des rapports à prix raisonnable

www.proximus.be/one

En pratique Le Brabant wallon nous offre un bel exemple de cette stratégie : la province utilise Journey Analytics pour cartographier et mieux gérer son trafic. Westtoer a également mené un projet pilote avec Proximus Analytics, afin de connaître le nombre et l’origine des touristes dans la région. Cette phase est déjà terminée pour Westtoer et visit.brussels. Pour le premier, il s’agissait d’estimer le tourisme d’un jour à la côte. De son côté, Toerisme Vlaanderen a utilisé Event Analytics pour connaître les villes d’origine des participants aux événements de commémoration de la Première Guerre mondiale. Le site visit.brussels a quant à lui comptabilisé le nombre de visiteurs nationaux et internationaux sur une dizaine de grands lieux touristiques bruxellois (GrandPlace, Atomium…), en excluant le trafic fonctionnel - les habitants de Bruxelles et les gens qui y travaillent. L’organisme est en outre parvenu à connaître la durée moyenne des visites sur chaque site ainsi que l’endroit où logeaient les visiteurs.

Portail self-service La possibilité de recueillir les données des clients et de créer des rapports manuels existe évidemment depuis plus longtemps, mais ce processus est souvent fastidieux, long ou trop cher. Actuellement, grâce à l’offre ‘freemium’, le visiteur de Proximus Analytics peut créer trois rapports gratuits jusqu’en septembre. Le nouveau portail propose différentes options : Visitor Analytics pour l’analyse des visiteurs dans un lieu spécifique, Event Analytics pour l’analyse du nombre et du profil des participants à un événement et, à partir de fin 2016, Journey Analytics pour l’analyse des déplacements. Confidentialité garantie Les données concernant les lieux et leurs visiteurs proviennent du trafic GSM et smartphone sur le réseau Proximus. Les analyses big data ne sont réalisées qu’à partir du moment où le groupe compte au moins 50 utilisateurs. Les données sont en effet anonymes et aucune information individuelle n’est utilisée, de façon à ne jamais compromettre la vie privée de vos clients ou visiteurs. Créez vos rapports en 6 étapes : 1. O  uvrez l’application MyAnalytics et enregistrez-vous. 2. Introduisez la localisation, la période souhaitée et le profil des visiteurs. 3. C  onfirmez la configuration et cliquez sur ‘Commander’. 4. Vous recevrez un e-mail de confirmation de votre commande. 5. Dans les 24 heures, un second e-mail vous informera que votre rapport est prêt. 6. Rendez-vous dans votre environnement personnel MyAnalytics pour le consulter.

Plus d’infos Pour plus d’informations sur Proximus Analytics, contactez votre account manager ou surfez sur www.proximus.be/analytics

17


SCOOP | Équipements à la une Huawei P9 Lite

Il a tout d’un grand Le P9 Lite est un bon choix pour ceux qui ne veulent pas s’offrir le fleuron de Huawei, tout en profitant de plusieurs caractéristiques du P9. Très fin, le P9 Lite possède un écran de 5,2’’ (Full HD) et tient tout juste dans une poche. La coque métallique se décline en blanc, noir ou doré. Son prix le rend également attractif. Le P9 Lite tourne sous Android 6. Il embarque une mémoire de 16 GB et peut loger 2 cartes SIM nano. Si vous n’en avez pas besoin, la 2e fente peut accueillir une carte microSD pour augmenter la mémoire. La capacité de la batterie intégrée affiche pas moins de 3000 mAh. Côté pratique, le sens dans lequel vous touchez le capteur dorsal d’empreinte digitale n’a pas d’importance.

Processeur : Quad-core Cortex 1,7 GHz Système d’exploitation : Android 6.0 Marshmallow Mémoire : 3 GB RAM ; mémoire interne 16/128 GB, lecteur microSD

Type d’écran : tactile 5,2” IPS LCD Résolution : 1080 x 1920 pixels Dimensions : 147 x 73 x 8 mm Poids : 147 g Connexion : 4G LTE, Wi-Fi 802.11n, NFC

Bluetooth : 4.0 Appareil photo : 5 MP ; frontal 2 MP ; LED flash Extra : USB 2.0, GPS, capteur de luminosité, capteur de proximité, partage de connexion

Il manque au P9 Lite les doubles capteurs photos Leica de son grand frère, mais il coûte par conséquent moins de la moitié du prix. Un excellent rapport qualité-prix pour un appareil doté de nombreuses options dernier cri, dont le capteur d’empreinte digitale. LG G5

Excellence et modularité Smartphone haut de gamme, le LG G5 embarque la dernière édition Android. Il offre d’excellents résultats en matière de photos et vidéos grâce à son capteur grand angle et son autofocus laser. Très pratique, le mode always-on est peu énergivore. L’écran reste légèrement éclairé pour afficher les informations les plus utiles. Il n’est donc pas nécessaire de le toucher pour consulter l’heure, les nouveaux messages ou les appels manqués. Malgré sa coque en aluminium, le G5 modulaire dispose d’une batterie amovible. La partie inférieure se détache pour permettre l’ajout de modules supplémentaires. Les modules actuellement disponibles sont un capteur photo avec boutons physiques, une molette de défilement et une batterie supplémentaire, ainsi qu’un CNA hi-fi de Bang & Olufsen.

Processeur : Qualcomm Snapdragon 820 Système d’exploitation : Android 6.0.1 Mémoire : 4 GB RAM, mémoire interne 32/200 GB, fente microSD

Type d’écran : tactile 5,3” IPS LCD Résolution : 1440 x 2560 pixels Dimensions : 149 x 74 x 8 mm Poids : 159 g Connexion : 4G LTE, NFC, Wi-Fi 802.11ac, USB 3.0, IR

Bluetooth : 4.2 Appareil photo : capteur de 16 MP grand angle 135°, laser autofocus, LED flash, 2e capteur de 8 MP Extra : microSD, Corning Gorilla Glass 4, geo-tagging, charge rapide de la batterie

Le LG G5 est un smartphone haut de gamme qui se distingue par ses belles finitions, son affichage always-on et la possibilité d’ajouter des modules supplémentaires.

Surfez sur www.proximus.be/appareils ou visitez un Proximus Center pour choisir votre nouvel appareil mobile. 18

Juin 2016


Dossier

Énergie intelligente Interview

Helena Gerard, Senior Researcher chez VITO/EnergyVille, se penche sur l’efficacité énergétique de demain en Belgique.

20 Les consommateurs et les entreprises doivent modifier leur comportement… 90 minutes

L’économie d’énergie commence par une approche intelligente.

22 SMART light

500 LUX

L KE CIR E EIN

K

K 3500

3000

KL

IT: AL-W

WIT:

X

0K

GLOBALE SFEER

0 40 IT:

0 LU 100

Op toilet is er een bewegingssensor waarbij het licht zonder trigger uit blijft. Veel licht is in deze omgeving overbodig.

WARM

Toilet

-W EL KO

Kies de juiste combinatie tussen verschillende elementen: van lichttechnologie (LED), over het juiste design (breed of smal), tot sensoren en een intelligent beheerplatform.

50 LU X

SMART LIGHT? Geef meer licht en verminder toch uw energieverbruik, dat is smart light. Maar het is wel meer dan enkel een LED-lamp indraaien.

OVERAL UNIFORM

Comment gérer intelligemment votre éclairage ?

Smart light is trendy, hip en het verbruikt een pak minder dan de traditionele verlichting. Hoe gaat u slim om met lichttechnologie?

RA NEUT

Infographie de l’éclairage intelligent

Als ICT-verantwoordelijke is het uw taak om met een juiste kennis van zaken uw onderneming zo energievriendelijk mogelijk te maken.

Operatieruimte

Tijdens een operatie moet er helder en wit licht op één punt schijnen. Een voice interface laat de aansturing van het licht toe.

De waarden in deze infografiek dienen ter indicatie.

Juni 2015 Businessmagazine voor ICT-professionals | ictnews.be/one

Productie-eenheid

Haal meer uit uw verkoopkanalen

In de praktijk Sinds de medewerkers van hulplijn Awel oproepen van overal kunnen beantwoorden, is het aantal vrijwilligers met 50% gestegen.

In een fabriek bepaalt een timer het licht. Vanaf de ochtendshift de late shift is de omgeving verlicht.

Dossier

Uw winkel, zijn koninkrijk? Hoe blijft u in deze digitale wereld dicht bij uw klanten? Uw klant is veeleisend, vormt zich snel een mening en deelt die via sociale media. Hij shopt on- en offline. Kortom, de aandachtsboog is bijzonder kort. Stel niet uw product of dienst voorop, maar zet de klantenbeleving centraal.

50

UN

LU X IFO RM

19

K

www.proximus.be/one

00

28

OEKIG

Philippe Deconinck, CSR Manager Environment & Supply Chain chez Proximus : “Grâce au travail flexible, nous avons besoin de moins d’espaces de bureau.”

: 50 WIT

La parole à l’expert

Een zebrapad m over één bepa plek voldoe verlicht wor Door een lichtse springt de verlich ‘s nachts

EL

0K

… non seulement en optant pour l’électricité verte, mais aussi en trouvant des solutions d’économie d’énergie.

TH RECH

300 LU X

Zebrap

350

300 - 50 0 LUX

11/06/15 16:56

80 LUX

Op een parking kan de verlichting vanop afstand aangestuurd worden, via videobewaking of sensoren.

KO

WIT: RA AL-

K

Verschillende sensoren laten individuele verlichting toe. De gangverlichting werkt met lichtsensoren waarbij verlichting na sluitingstijd uitgaat.

Parking

KOEL WIT: 4000K

NEUT

3000

Het licht springt aan bij het binnenkomen van de vergaderzaal. Verschillende voorpogrammaties kunnen worden gebruikt voor verschillende situaties.

GERICHT MET DIEPE ARMATUUR

-WIT:

BREDER VERLICHT

WARM

26

Proximus_ONE_Q2-2015_NL_10.indd 1

Kantoor

Vergaderzaal


DOSSIER | Interview d’Helena Gerard, Senior Researcher chez VITO/EnergyVille

La révolution énergétique

est l’affaire de tous Dans le cadre de ses recherches en matière d’énergie durable et de systèmes énergétiques intelligents, EnergyVille fait appel à l’expertise de VITO, Imec et de la KU Leuven. “Nous élaborons des applications concrètes pour les entreprises et les pouvoirs publics”, explique Helena Gerard, Senior Researcher chez VITO/EnergyVille. La chercheuse évoque les futures normes en matière d’économies d’énergie et de durabilité en Belgique.

De manière générale, où en est la Belgique en matière d’énergie intelligente ? Helena Gerard: “Nous continuons à nous baser sur la norme 2020. En 2007, l’Europe s’est engagée à atteindre trois objectifs d’ici 2020 : 20 % d’émissions de CO2 en moins par rapport à 1990, 20 % d’efficacité énergétique en plus par rapport aux prévisions pour 2020, basées sur un statu quo et une part d’énergies renouvelables de 20 %. Ces objectifs concernent l’UE dans son ensemble. Pour la Belgique, les objectifs sont les suivants : 15 % d’émissions de CO2 en moins, 18 % d’efficacité énergétique en plus et une part d’énergies renouvelables de 13 %. La crise économique a quelque peu sapé les efforts en la matière. Nous avons vu ces dernières années que nous avions besoin d’une véritable révolution énergétique.” Autrement dit, il ne suffit pas d’installer des panneaux photovoltaïques et des éoliennes. En quoi consiste cette révolution ? Helena Gerard : “Auparavant, l’approvisionnement énergétique était linéaire et prévisible. La production des centrales électriques classiques dépend en effet de la demande. La production d’énergie éolienne et solaire est en revanche difficile à prévoir. On répond ainsi à la demande par une offre variable. Les centrales classiques restent donc nécessaires pour compenser la différence – par ex. s’il n’y a pas de vent ou de soleil –, mais leur

20

production doit diminuer et devenir moins chère et plus flexible. En outre, vous ne pouvez pas mettre ces centrales hors service et les remettre en fonction continuellement pour des raisons de rentabilité. Les fournisseurs ont donc fermé des centrales classiques, tantôt temporairement, tantôt définitivement. Résultat : les médias font état de risques de pénurie.”

Devons-nous dès lors remettre ces anciennes centrales en service ? Helena Gerard : “Pas nécessairement. La solution structurelle ne se situe pas au niveau de l’offre, mais bien de la demande. Nous devons inverser les rôles : c’est la demande qui doit suivre la production. Telle est la véritable révolution.” Comment y parvenir ? Helena Gerard : “Nous devons rendre la demande énergétique flexible et accorder de la valeur à cette flexibilité. Les personnes qui se montrent flexibles lors des pics en journée – en réduisant leur consommation pendant quelques heures – devraient en retirer un avantage supplémentaire. Des règlements de ce type existent déjà pour les grandes sociétés, mais il est plus difficile de les appliquer aux ménages et aux petites entreprises, car les volumes sont plus petits. Dans ce contexte, une nouvelle fonction est apparue : les agrégateurs. Ces nouveaux acteurs rassemblent les volumes d’énergie des ménages et des petites entreprises et peuvent en valoriser la flexibilité dans

Juin 2016


une certaine mesure. Dans le cadre de l’objectif 2020, beaucoup d’investissements ont été réalisés dans l’énergie solaire et éolienne. L’offre est donc bel et bien présente, mais il reste à trouver une solution pour gérer la demande. Les applications permettant le stockage de l’énergie, comme les batteries, sont particulièrement intéressantes. Elles permettent de mieux coordonner l’offre et la demande et réduisent l’utilisation du réseau électrique. En ce qui concerne la part d’énergies renouvelables, notre pays est un bon élève, même si des investissements sont encore nécessaires, en particulier si certains projets biomasse de grande envergure prévus actuellement ne se concrétisent pas. Par contre, nous devons encore faire des efforts au niveau de l’efficacité énergétique et de la réduction des émissions de CO2.”

Qu’est-ce qui est prévu après 2020 ? Helena Gerard : “En 2014, l’Europe a renouvelé son engagement avec les objectifs pour 2030 en matière de climat et d’énergie : 40 % d’émissions de CO2 en moins, 27 % d’efficacité énergétique en plus et 27 % d’énergies renouvelables. Ces objectifs ont été confirmés dans l’accord mondial sur le climat conclu à Paris – le successeur du traité de Kyoto. Il y a aussi une feuille de route pour 2050, qui prévoit une réduction des émissions de CO2 de 80 % à 95 % par rapport à 1990.”

Helena Gerard a suivi des

études d’ingénieur commercial et a commencé sa carrière chez Engie Electrabel en 2008. Depuis fin 2014, elle travaille comme Senior Researcher chez VITO (l’institution flamande pour la recherche technologique). Dans le cadre de cette fonction, elle a participé au développement d’EnergyVille, un partenariat entre les spécialistes en énergie de VITO, Imec et de la KU Leuven.

www.proximus.be/one

2050 semble encore loin, mais c’est une période assez courte pour changer radicalement notre façon de vivre et de travailler. Helena Gerard : “C’est vrai. Sans compter que deux tendances s’opposent : d’une part, nous voulons moins d’émissions, plus d’efficacité et plus d’énergies renouvelables. D’autre part, nous savons que nos besoins en énergie vont augmenter d’ici 2050. C’est pourquoi nous devons intégrer les dimensions d’efficacité et de durabilité à ces objectifs. Le marché de l’énergie doit aussi évoluer : via la multiplication de solutions flexibles chez les opérateurs réseau, via les activités des agrégateurs, mais aussi via le développement de nouveaux modèles commerciaux, de compteurs et d’appareils intelligents, etc. Le consommateur devra aussi prendre conscience de sa consommation énergétique. Comme vous le voyez, tout le monde est concerné.”

21


DOSSIER | 9 managers autour de la table

90 minutes

consacrées à l’énergie intelligente Les premières mesures pour réduire les émissions de CO2, optimiser l’efficacité énergétique et utiliser plus d’énergies renouvelables semblent plutôt simples à mettre en place. Mais une nouvelle approche intelligente s’impose si nous voulons un changement à long terme. L’urgence, dans un premier temps, est d’éveiller les consciences des consommateurs et entreprises.

22

Juin 2016


est de réduire les émissions de CO2. Consommer moins est secondaire, puisque nous allons passer aux énergies renouvelables.” Pour Colruyt, la durabilité est une priorité de longue date. “Notre première éolienne a été mise en service en 1999”, explique Saartje De Boever, Advisor Business Economics & Policy chez Groupe Colruyt. “Nous participons à des parcs éoliens, installons des panneaux solaires et utilisons des carburants alternatifs.” À terme, cela contribuera à un modèle d’entreprise durable. Mais toutes les entreprises ne sont pas prêtes. “La mentalité NOMBA ou Not On My Balance pose problème”, affirme Philippe Dedobbeleer, directeur chez Belfius et administrateur de Belesco, la fédération belge des sociétés de services énergétiques. “Trop souvent, les entreprises refusent encore de lancer des projets en matière d’énergie.”

U

ne cartographie de la situation actuelle est nécessaire pour savoir où améliorer l’efficacité énergétique. “Nous avons établi une carte thermographique de la ville”, explique Lieven Dehandschutter, bourgmestre de SaintNicolas. “Chacun peut vérifier si son habitation est bien isolée.” La commune mise par ailleurs sur les voitures électriques. “Et sur l’éclairage LED”, poursuit Carl Hanssens, échevin de la mobilité et de l’économie locale. “Nous réalisons ainsi des économies considérables.” Pour une gestion plus efficace de l’énergie, il faut trouver des solutions pratiques. “L’important est de ne pas perdre de vue les risques liés aux nouveautés”, selon Peter De Pauw, directeur Business Development & Strategy chez Eandis. “Mais ne pas accepter les nouveautés à temps est risqué aussi. Le domaine de l’énergie évolue très vite. Nous devons rester vigilants afin de ne manquer aucune opportunité.”

Manque de clarté “Nous avons surtout besoin de clarté”, estime le professeur Ronnie Belmans, CEO d’EnergyVille, un partenariat entre les spécialistes de l’énergie de la KUL, Imec et VITO. “Nos ambitions doivent être claires et présenter un coût minimum pour la société, tout en offrant le plus grand confort possible. La priorité www.proximus.be/one

Participants

Le magazine One a invité 9 managers du monde belge des affaires à une table ronde sur l’énergie intelligente.

Lieven Dehandschutter

Bourgmestre de Saint-Nicolas “ Nous investissons dans 3 domaines : chauffage, éclairage et transport.”

Carl Hanssens

Echevin de la mobilité et de l’économie locale de Saint-Nicolas “Aujourd’hui, nous investissons pleinement dans l’éclairage public (LED) écologique et économique.”

Philippe Dedobbeleer

Head of product management chez Belfius et administrateur de Belesco “Trop souvent, les entreprises refusent encore de lancer des projets en matière d’énergie. Pourtant, élaborer un projet en collaboration avec une ESCO – une société de services énergétiques – peut offrir des résultats exceptionnels.”

Peter De Pauw

Changer les habitudes En pratique, de nombreux particuliers et entreprises ont déjà installé des panneaux photovoltaïques. Les pompes à chaleur ont aussi la cote et il y a de plus en plus d’éoliennes. La balle est à présent dans le camp des utilisateurs. “La production d’énergie solaire et éolienne est volatile”, explique Peter De Pauw. “Les utilisateurs devront faire en fonction de la disponibilité de l’énergie, là où les centrales traditionnelles adaptent l’offre à la demande.” Le stockage local d’énergie est une piste, mais ce n’est pas pour tout de suite – encore moins à grande échelle. “Raison de plus pour économiser sur notre consommation d’énergie”, renchérit Frank Geets, administrateur de la VEB, organisation flamande en charge de la réduction des coûts énergétiques dans le secteur public. “Dire qu’une gestion raisonnée des énergies renouvelables n’est pas nécessaire est un mauvais message. Pour atteindre l’objectif de 2030 40 % d’émissions de CO2 en moins, nous allons véritablement devoir changer nos habitudes. Utiliser l’électricité verte, mais aussi adopter des solutions d’économie d’énergie.” Planifier la consommation Mais où en sont aujourd’hui ces applications intelligentes ? Ont-elles

Head of Business Development & Strategy chez Eandis “L’essentiel est de connaître sa consommation et de choisir quand on consomme. Le compteur intelligent joue un rôle clé dans cette transition.”

Ronnie Belmans

CEO d’EnergyVille “Nos ambitions doivent être claires et présenter un coût minimum pour la société, tout en offrant le plus grand confort possible.”

Saartje De Boever

Advisor Business Economics & Policy au sein du Groupe Colruyt “Nous utilisons l’énergie éolienne pour produire de l’hydrogène, qui sert ensuite de carburant pour les chariots élévateurs dans nos entrepôts.”

Jochen De Smet

Conseiller en énergie au cabinet du ministre Bart Tommelein “L a méconnaissance des possibilités et avantages potentiels pour les PME reste souvent un obstacle pour investir dans l’efficacité énergétique.”

Frank Geets

Administrateur de la Vlaams Energiebedrijf et administrateur général de l’agence flamande de gestion facilitaire “Réduire notre consommation d’énergie est indispensable. C’est pourquoi nous voulons passer de 50 à 5 centres de données.”

Kris Van Daele

CEO de Fifthplay “L’économie d’énergie passe d’abord par une bonne réflexion. Nous pouvons réduire notre consommation de 10 à 15 %.”

23


DOSSIER | 9 managers autour de la table

“Sur le plan de l’énergie, les affaires évoluent rapidement. Nous devons veiller à ne pas rater des occasions.” – Lieven Dehandschutter, bourgmestre de Saint-Nicolas

déjà suffisamment de maturité ? Investissons-nous dans les bonnes solutions ? “Il y a encore un fossé entre les tendances et la réalité”, précise Kris Van Daele, CEO de Fifthplay, développeur belge de solutions intelligentes et filiale de Niko Group. “Si vous lancez un projet de nouvelle construction maintenant, vous n’emménagerez probablement pas avant deux ans. Le choix des solutions technologiques est donc très difficile, car elles seront peut-être devenues obsolètes d’ici là.” Les solutions intelligentes doivent aider les particuliers et les entreprises à moins consommer, mais aussi, et surtout, à planifier leur consommation à d’autres moments. “Il s’agit de faire concorder l’offre et la demande”, selon Saartje De Boever, “et d’anticiper intelligemment tout déséquilibre. Le potentiel est là. Nous utilisons par exemple l’énergie éolienne pour produire de l’hydrogène, qui sert ensuite de carburant pour les chariots élévateurs dans nos entrepôts.”

À peine 150 réactions Le nœud du problème est le manque de vision. Le compteur intelligent est capable de cartographier l’évolution de la consommation d’énergie dans le temps. Peter De Pauw : “En dehors de ce système, pratiquement rien n’est fait pour inciter le consommateur à adapter son volume et sa période de consommation.” Les prix de l’énergie sont en outre relativement bas. “Rien n’incite donc les consommateurs et entreprises à mieux gérer leur consommation”, explique Jochen De Smet, conseiller en énergie au cabinet du ministre Bart Tommelein. “La méconnaissance des avantages des solutions disponibles reste souvent un obstacle aux investissements dans l’efficacité énergétique.” Cette méconnaissance est clairement apparue lorsque 30.000 familles zélandaises ont eu l’occasion d’installer presque gratuitement un compteur intelligent chez elles. La campagne a récolté à peine 150 réactions. Il faut donc commencer 24

Juin 2016


“A nation that can’t control its energy sources can’t control its future.”

par éveiller les consciences, car tant que les consommateurs et les entreprises ne connaissent pas les avantages, ils ne sont pas intéressés.

Le rôle des pouvoirs publics Le secteur compte sur les pouvoirs publics pour éveiller les consciences. “Les mesures d’incitation ne manquent pas”, affirme Frank Geets. “Les candidats à la construction ou à la rénovation peuvent compter sur des aides financières, notamment pour le placement d’une pompe à chaleur ou de panneaux photovoltaïques.” Bien sûr, on peut toujours faire mieux. “Peut-être y a-t-il justement trop de mesures d’incitation actuellement”, pense Ronnie Belmans, “et tout est un peu trop opaque. Il faut simplifier les choses, permettre au consommateur d’investir facilement dans son confort et de réduire sa facture énergétique.” Dans le même temps, la mutation du paysage énergétique s’accélère, indépendamment des initiatives gouvernementales. “Cette évolution est comparable à l’arrivée du drone”, ajoute Kris Van Daele. “Les équipements étaient prêts avant la réglementation. Le secteur énergétique avance lui aussi dans cette direction. Tout évolue beaucoup trop vite.

Conclusion Alors que nos besoins énergétiques continuent de croître, notamment pour l’ICT et les voitures électriques, l’urgence d’une gestion efficace se fait ressentir. Mais une véritable évolution exige un changement de mentalité. Éveiller les consciences des consommateurs et des entreprises est donc le maître-mot.

Votre avis nous intéresse ! Envie de réagir à ce débat ? Rendez-vous sur www.proximus.be/one ou tweetez @ProximusEnt

www.proximus.be/one

– Barack Obama

Perspectives éoliennes

Éoliennes de grande taille en Belgique : 698 Flandre : 387

918.000 familles, soit 30 % des ménages belges, sont donc alimentées grâce à l’éolien.

Wallonie : 311

En Europe, la Belgique est dans la moyenne en ce qui concerne le nombre d’éoliennes. Selon une étude de l’APERe, une ASBL wallonne qui promeut les énergies renouvelables, le parc éolien belge était composé fin 2015 de 698 éoliennes de grande taille. Grâce à ses 387 éoliennes, la Flandre produit depuis peu plus d’énergie éolienne que la Wallonie, soit 809 MW – assez pour alimenter 490.000 familles

flamandes. En 2015, 87 nouvelles éoliennes ont été installées dans le nord de la Belgique et 29 en Wallonie. Le sud du pays compte 311 éoliennes (708 MW) qui fournissent de l’énergie à 428.000 ménages. Source : w  ww.standaard.be Les chiffres sont issus d’une recherche effectuée par l’APERe, association wallonne pour la promotion des énergies renouvelables.

Téléchargez l’app

One magazine pour l’édition numérique de ce magazine. Rendez-vous sur l’App Store, sur Google Play ou sur www.proximus.be/onemagazineapp

25


INFOGRAPHIE | Technologie d’éclairage

SMART

SMART LIGHT?

BL 00 :4

UX

PE

TI

ID

T

CE

RO CF

RC LE

AN 0K

Choisissez la meilleure combinaison entre les différentes technologies d’éclairage (LED), le design le plus adapté (large ou étroit), des capteurs à une plate-forme de gestion intelligente.

0L 100

Smart light permet d’éclairer plus en consommant moins d’énergie. Mais il s’agit de bien plus que de simplement prévoir une ampoule LED.

En tant que responsable ICT, votre rôle est de rendre votre entreprise la moins énergivore possible grâce à vos connaissances.

Bloc opératoire

Lors d’une opération, le médecin a besoin d’une lumière éclatante et blanche concentrée sur un seul point. Une interface vocale lui permet de la gérer.

Bureaux

BL A NC N EU T

Plusieurs capteurs permettent un éclairage individuel. Grâce à des capteurs de luminosité, la lumière s’éteint dans les couloirs après la fermeture.

RE : 350

K

0K

CIBLÉ AVEC LUMINAIRE PROFOND

000 UD : 3 C CHA

La salle s’éclaire lorsque quelqu’un entre. Plusieurs programmes préenregistrés peuvent être utilisés en fonction de la situation.

300 L UX

Salle de réunion

BL AN

26

FAISCEAU PLUS LARGE

300 - 50 0 LUX

Les valeurs dans l’infographie sont indicatives.

Juin 2016


Le Smart light est tendance et moins énergivore que l’éclairage traditionnel. Comment l’utiliser intelligemment ?

NC N

000 D:3

K 500 E: 3

HAU NC C

EUTR

500 LUX

BL A

UNIFORMITÉ PARTOUT

BL A

Les toilettes sont munies d’un capteur de mouvements qui active l’éclairage lorsqu’il y a quelqu’un. Dans cet endroit, il n’est pas nécessaire d’avoir beaucoup de lumière.

K

ATMOSPHÈRE GLOBALE

Toilettes

50 L UX

light

Unité de production

Dans une usine, l’éclairage est réglé par minuterie. Les lieux sont éclairés pour l’équipe du matin jusqu’à celle du soir.

Passage pour piétons

E RM

IFO

LU

UN

50

0 00 :5 ID RO CF AN BL IRE UL A A NG RECT

Un passage pour piétons nécessite un certain éclairage à un endroit précis. Un capteur de luminosité active l’éclairage de nuit.

K

ID : 4000 K

www.proximus.be/one

80 LUX

B L A N C FR O

L’éclairage d’un parking est gérable à distance, grâce à des capteurs ou à la vidéosurveillance.

X

Parking

27


DOSSIER | La parole à l’expert : Philippe Deconinck, CSR Manager Environment & Supply Chain chez Proximus

Chez Proximus, l’énergie intelligente concerne deux domaines en particulier. D’une part, l’entreprise multiplie les mesures pour gérer son énergie de manière plus économique et efficace. D’autre part, elle propose des solutions qui contribuent aux objectifs énergétiques de ses clients.

Améliorer l’efficacité énergétique

E

n 2007, Proximus avait fait un pari ambitieux. Pari réussi aujourd’hui puisque nous émettons 70 % de CO2 en moins qu’en 2007. Notre consommation énergétique est en baisse depuis 7 ans. En 2007, nous avions procédé à un état des lieux et élaboré un plan. Aujourd’hui, la majeure partie de nos émissions provient encore de notre parc automobile. Proximus gère un parc de plus de sept mille véhicules, dont font partie les véhicules techniques et les voitures de société des collaborateurs. Nous gérons par ailleurs un grand nombre de bâtiments – non seulement des bureaux, mais aussi des centres de données et des sites techniques pour notre réseau – qui ont tous des besoins en électricité et/ou en chauffage.”

Philippe Deconinck est CSR

Manager pour l’environnement et la chaîne d’approvisionnement chez Proximus. Il aide Proximus à devenir une entreprise verte et durable.

“Proximus investit dans l’efficacité énergétique : sa consommation d’énergie baisse depuis 7 années consécutives.” 28

Budget mobilité “Afin de réduire l’empreinte écologique du parc automobile, nous sélectionnons des véhicules plus économiques. La flotte est constituée aujourd’hui de quatre marques de voitures qui répondent à nos critères en la matière. La consommation du parc a été réduite d’un quart. Pour améliorer encore ces résultats, nous suivons de près l’évolution des carburants et systèmes de propulsion alternatifs. Nous avons également instauré plus de flexibilité dans le budget mobilité des collaborateurs. Aujourd’hui, 1.600 collaborateurs ont renoncé à leur place de parking. Ils vont à la gare en voiture ou à vélo et utilisent les transports publics jusqu’au bureau.” Refroidissement intelligent “De grands projets sont en cours depuis longtemps en ce qui concerne la gestion de l’énergie dans nos centres de données et réseaux. Nous avons notamment investi dans la virtualisation et avons donc moins de machines physiques. Par ailleurs, le

refroidissement intelligent nous permet d’économiser beaucoup d’énergie. Ainsi, nous utilisons l’air extérieur pour refroidir nos centres de données et centrales réseaux. La chaleur générée par les centres de données d’Evere et de Malines est récupérée pour chauffer les bâtiments adjacents. Continuer à améliorer notre efficacité énergétique reste un défi. Nous examinons ainsi notre besoin en bâtiments de manière très critique. D’ici 2020, nous espérons poursuivre la consolidation et réduire nos espaces techniques de 25 % dans le cadre de la migration vers un réseau haut débit plus simple et de haute technologie. Par ailleurs, nous optimisons au maximum l’efficacité énergétique des bâtiments que nous conservons. À Bruxelles, les tours Proximus sont désormais équipées d’un éclairage moins énergivore. Nous avons également instauré un système de travail flexible et avons donc moins besoin d’espaces de bureau. Enfin, tous nos bâtiments sont soumis à des contrôles de qualité approfondis. Avec des mesures adaptées, nous rationnalisons notre consommation d’énergie.”

Empreinte écologique “L’électricité que nous achetons est 100 % renouvelable. Nous compensons les émissions de CO2 que nous ne pouvons pas réduire. Ainsi, nos services à la clientèle – de la téléphonie aux services gérés dans le centre de données – sont toujours neutres en CO2. Nous offrons également des services pour aider nos clients à réduire leur empreinte écologique. Je pense notamment à nos décodeurs TV économiques. La consommation de ces appareils a baissé de 14 % depuis 2014. Via la téléconférence et la visioconférence, nous aidons les entreprises à réduire leurs frais de déplacement.”

Juin 2016


SCOOP | Lu pour vous

Pourquoi lire ce livre ?

De quoi s’agit-il ? Le big data est aujourd’hui incontournable. Les entreprises et les spécialistes du marketing tentent de démêler de gigantesques quantités de données afin d’identifier les toutes dernières modes. Et si le big data manquait en fait le coche et ne décelait pas les véritables signaux annonçant les nouvelles tendances ? Martin Lindstrom rend toute son importance au small data : un indice, aussi petit soit-il, peut offrir à votre entreprise des informations incroyablement précieuses.

‘Small Data’ présente avec humour une série de faits surprenants au sujet des consommateurs. Martin Lindstrom a parcouru le monde pour les réunir. Comment une basket cassée a-t-elle permis à Lego de redevenir une marque internationale ? Comment un ours en peluche a-t-il contribué à la transformation d’une chaîne de mode et de ses 1.000 magasins ? Quelle influence un aimant placé sur un frigo russe a-t-il eue sur une chaîne de supermarchés américaine ? L’auteur attribue à de petits détails l’origine de nouvelles tendances susceptibles d’avoir un impact énorme sur les entreprises.

‘Small Data’

Ces petits indices révélateurs de grandes tendances Ces petits indices révélateurs de grandes tendances

À propos de l’auteur

À propos du livre

Martin Lindstrom est un marketeur célèbre dans le monde entier et l’auteur de six best-sellers sur les mécanismes qui poussent les consommateurs à l’achat. Ses ouvrages les plus connus sont ‘Buyology’, ‘Brand Sense’ et ‘Brandwashed’. Le Danois est un intervenant plébiscité et rédige des billets pour Time Magazine et Harvard Business Review.

Martin Lindstrom joue les Sherlock Holmes et enquête pour le compte de grandes marques dans les cuisines, les salles de bains et les chambres à coucher des consommateurs.

Il aide ainsi ses clients à lancer un nouveau produit ou à identifier les raisons pour lesquelles la marque est tombée en disgrâce.  ui aurait pensé que de nombreuses personnes achetaient un aspirateur Q robot dans les mois suivant le décès de leur animal de compagnie ?  itué à la croisée du marketing, de l’anthropologie et de l’ethnographie, S le travail de Lindstrom pose un regard singulier sur le rapport que le commun des mortels entretient avec les marques et produits.

www.proximus.be/one

29


EN PRATIQUE | G  râce à Avaya Unified Communications dans le cloud, Mare Tours est joignable à tout moment.

Appels sans frontières

Pour une agence de voyages, il est impératif d’être facilement joignable par téléphone et de pouvoir transmettre facilement les appels d’un bureau à l’autre. L’ancien système – composé de lignes externes et de numéros séparés – était trop cher et trop rigide. C’est pourquoi Mare Tours a opté pour Avaya Unified Communications dans le cloud. Proximus s’est chargé de l’implémentation et de la programmation de ce système.

À propos de Mare Tours

Fondée en 1985, Mare Tours est rapidement devenue le troisième touropérateur du pays. L’entreprise possède 18 agences, son propre call center et 48 collaborateurs, ce qui en fait la plus grande chaîne d’agences de voyages indépendantes du pays.

30

Juin 2016


“Avant, chaque agence était isolée et avait ses propres lignes, ses propres numéros et son propre répondeur.” Marie Jeanne Vancamp a fondé Mare Tours le 5 novembre 1985. Avant cela, elle

a travaillé pendant 5 ans pour d’autres tour-opérateurs, comme guide, puis dans une agence de voyages. Son mari l’a ensuite rejointe et est devenu actionnaire de Mare Tours. En 1999, Thomas Cook prend une participation de 49 % dans le capital de l’entreprise.

M

are Tours est le plus grand réseau d’agences de voyages indépendantes du pays. “Avec nos 18 implantations, nous devons impérativement être joignables par téléphone”, explique la CEO Marie Jeanne Vancamp. “Les clients doivent pouvoir nous contacter vite et facilement, mais notre communication interne doit elle aussi être efficace.” Et c’est précisément là que le bât blessait. “Il y a trois ans, tous les bureaux de Mare Tours étaient encore équipés de lignes analogiques, avec des numéros séparés, des répondeurs et des centraux en location”, raconte Marie Jeanne Vancamp. “Chaque agence était en fait isolée. Lorsque l’une d’elles restait fermée pour des raisons imprévues, dévier les appels était un vrai cauchemar.”

Des frais réduits L’ancien système était particulièrement cher : les communications internes se faisaient via des lignes externes et les frais de communication s’accumulaient. “Cela faisait des années que nous étions clients chez Proximus. Ce sont eux qui nous ont présenté les Unified Communications dans le cloud”, poursuit Marie Jeanne Vancamp. “Le concept nous a tout de suite plu : il offrait bien plus de possibilités. De plus, nous allions payer beaucoup moins cher et avoir une idée claire des coûts mensuels par utilisateur.” Inventaire et installation Lors des préparations en vue de l’installation, un inventaire complet du système de téléphonie a été effectué. Quels sont les lignes, les routeurs et les

www.proximus.be/one

commutateurs disponibles ? Qu’est-ce que le front desk doit pouvoir faire de plus que le back office ? “Ensuite, tout a été installé et configuré”, se rappelle la CEO. “Nous avons d’abord fait un test dans la plus petite de nos agences. Il a fallu un certain temps avant que toutes les autres soient équipées. L’installation était en effet assez complexe, et il fallait aussi former le personnel.”

Une collaboration efficace Aucune étude de marché n’a dû être réalisée pour choisir le fournisseur. Proximus était en effet le seul candidat qualifié. “Notre ancien réseau téléphonique était un peu artisanal”, confie Marie Jeanne Vancamp en riant. “Proximus savait parfaitement ce qu’il en était. Si un autre fournisseur avait dû tout recommencer à zéro, la transition aurait été bien plus longue.” Comme toujours, le passage à un tout nouveau système exige quelques ajustements. Marie Jeanne Vancamp : “Il y a eu quelques problèmes au début, ce qui est tout à fait normal. Mais Proximus est toujours parvenu à les résoudre très facilement.” Les avantages Les avantages du système sont eux aussi apparus très rapidement. “Nos coûts ont énormément diminué et nous avons rentabilisé cet investissement en moins d’un an”, explique la CEO. “Nous ne louons plus d’appareils et les lignes externes ont disparu. Le système est beaucoup plus rapide et efficace : nous sommes donc facilement joignables. De plus, il offre bien plus de possibilités techniques. Proximus se charge également

de toute la programmation. Nous n’avons donc plus rien à faire à ce niveau. En cas de problème, nous avons un point de contact unique pour l’ensemble de notre réseau.”

Vidéocommunication Marie Jeanne Vancamp envisage encore d’autres possibilités pour l’avenir. “Imaginez qu’un client se présente dans notre agence d’Alost et souhaite réserver un voyage en Thaïlande. Je vois bien notre spécialiste du pays, qui travaille généralement à Mol, lui donner des explications par vidéocommunication. La technologie existe. Pourquoi ne pas l’utiliser ?”

Atouts • Investissement rentabilisé en moins d’un an • Trafic téléphonique plus efficace • Programmation gérée par Proximus • Gain de place : plus de central séparé pour chaque implantation • M eilleur service : un point de contact central pour toute l’installation • Un système pensé pour l’avenir (appels vidéo)

Plus d’infos Rendez-vous sur www.proximus.be/uc ou contactez votre account manager. Voulez vous lire plus de témoignages clients ou appraître dans One ? Surfez sur www.proximus.be/one

31


VISION | A  nnemie Depuydt, ICT Woman of the Year 2016 et directrice ICT de la KU Leuven

Annemie Depuydt

a étudié la géographie et l’informatique à la KU Leuven. Depuis 2008, elle est responsable de la direction ICTS (systèmes ICT), qui fournit des services IT à l’université et aux hautes écoles de l’Association KU Leuven. ICTS est le département IT unifié de l’université. Il se composait initialement du centre de calcul et de l’IT opérationnelle. Annemie Depuydt dirige une équipe de 230 collaborateurs.

“Un CIO ne relâche jamais ses efforts” L’arrivée d’un superordinateur, le développement de solutions d’e-learning et la migration vers SAP HANA ne sont qu’une partie des projets ICT actuels de la KU Leuven. “Indépendamment de toute technologie, vous devez toujours donner la priorité à l’humain dans l’IT”, affirme Annemie Depuydt, ICT Woman of the Year 2016 et directeur ICTS à la KU Leuven.

32

Juin 2016


“La communication ouverte au sujet de l’IT renforce chacun d’entre nous. L’avantage concurrentiel d’une entreprise ne se trouve-t-il pas dans l’utilisation d’une technologie réseau ou d’un logiciel en particulier ?”

L

a carrière d’Annemie Depuydt est celle d’une one company woman. La directrice ICTS (systèmes IT) est originaire de Merkem, dans le Westhoek. Après ses études à la KU Leuven, elle y a été engagée, d’abord comme analyste-programmeur, ensuite comme chef de projet. Depuis 2008, elle est responsable de la direction ICTS. “L’université offre un environnement de travail captivant dans l’IT”, explique-telle. “La technologie évolue sans cesse, tout comme l’organisation dans laquelle nous travaillons.” Ainsi, ces dernières années, les diverses hautes écoles ont été regroupées au sein de l’Association KU Leuven. “Ce long projet a été riche en défis IT, notamment sur le plan des environnements d’apprentissage et de la gestion administrative.”

Superordinateur L’équipe IT d’Annemie Depuydt gère les applications administratives et l’infrastructure, mais aussi les ressources IT mises à disposition des enseignants et des chercheurs des universités et hautes écoles. “D’ici peu, nous disposerons notamment du superordinateur le plus

www.proximus.be/one

rapide de Flandre”, poursuit Annemie Depuydt. L’université le recevra suite à l’initiative du Vlaams Supercomputer Centrum, un partenariat entre les cinq associations universitaires flamandes. Il sera hébergé dans le centre de données de la KU Leuven. “Grâce à lui, nos chercheurs, mais aussi les start-up et les entreprises auront accès à une puissance de calcul énorme. Il permettra de nouveaux développements en matière de big data, d’IoT et de toutes sortes de simulations.”

Rayonnement international Actuellement, l’équipe IT de l’université s’intéresse beaucoup aux nouvelles solutions d’e-learning. “Un appel d’offres important est en cours pour le streaming et la captation vidéo. L’objectif est de proposer aux étudiants un support vidéo pendant le cours (en classe ou en ligne) qu’ils pourront revoir ultérieurement.” La KU Leuven fait en effet partie des précurseurs internationaux de l’enseignement en ligne. L’université a rejoint le projet edX du MIT et d’Harvard. Il s’agit d’une plateforme de cours en ligne, mise gratuitement à disposition par les universités les plus réputées du monde. “C’est une belle manière de positionner votre université à l’international”, estime Annemie Depuydt. “Des millions d’étudiants utilisent edX pour chercher des informations.” L’université a fait ses premiers pas dans le développement de MOOC (Massive Open Online Courses) pour edX. “Les professeurs et chercheurs alimentent le contenu, mais le département IT est le chef de projet et le responsable de la plateforme.”

33


VISION | Annemie Depuydt, directrice ICT de la KU Leuven

Violons accordés Durant le week-end de Pâques, le département IT de l’université a procédé à la migration vers SAP HANA. “Les technologies in-memory ouvrent de nouvelles perspectives”, poursuit Annemie Depuydt. “Nous avons réalisé nous-mêmes une grande partie de ce projet, nous sommes donc devenus

“Annemie Depuydt est ‘ICT Woman of the Year’ : dans une organisation complexe comme la KU Leuven, seule une forte personnalité parvient à accorder tous les violons.”

une référence pour d’autres universités et hautes écoles.” La succession rapide de projets IT radicaux à la KU Leuven n’a pas non plus échappé à la rédaction de Data News. Le magazine IT a élu Annemie Depuydt ‘ICT Woman of the Year’. Selon le jury, dans une organisation complexe comme la KU Leuven, seule une forte personnalité parvient à accorder tous les violons. “Honnêtement, j’ai été étonnée de ma nomination”, confie-t-elle, “mais j’en suis évidemment ravie. J’ai reçu énormément de félicitations et de réactions positives. Et bien sûr, je soutiens l’initiative, car elle aide les femmes actives dans l’IT à gagner en visibilité.” À cet égard, Annemie Depuydt perçoit deux problèmes. “Peu de femmes occupent des postes de direction dans l’IT. Il y a en effet peu de candidates, et donc peu d’évolution. De plus, les rares femmes actives dans l’IT grimpent moins les échelons que les hommes.” Annemie n’a jamais éprouvé la moindre difficulté à travailler dans une branche principalement masculine. “Il faut laisser les femmes parler d’IT, et pas de leur sexe. C’est la meilleure manière d’attirer plus de femmes dans ce secteur.”

– Le jury de Data News

4 conseils d’Annemie Depuydt

1



L’humain est un facteur clé dans l’ICT

“Indépendamment de l’aspect technique, il faut donner la priorité aux collaborateurs. C’est un principe de base à ne jamais oublier en tant que CIO. En fin de compte, l’humain, l’utilisateur d’un service IT, reste la priorité.”

2



Rester sur ses gardes

“Celui qui pense que les choses s’arrangent d’ellesmêmes se trompe. Le CIO ne peut jamais relâcher ses efforts. Il doit connaître le marché par cœur, en faire partie. Il ne doit pas forcément être un grand innovateur dans tous les domaines, mais au moins être vigilant et ne pas être à la traîne.”

3



Rapprocher le business et l’IT

“Le business et l’IT ne parlent pas toujours la même langue. L’IT jongle parfois avec des termes techniques et des

34

acronymes difficiles. Mettez-y un terme ! Le rôle du CIO consiste à expliquer concrètement où se cache la valeur ajoutée de la technologie, à traduire les aspects techniques en langage business.”

4



Communiquer ouvertement

“La communication est très ouverte entre les universités, aussi bien en Belgique qu’avec des institutions étrangères. Il existe de nombreux groupes d’utilisateurs, nous nous rencontrons lors de conférences, etc. Nous partageons beaucoup d’informations et échangeons nos expériences. Les CIO des universités nous rendent visite et inversement. Ces échanges nous renforcent tous. Beaucoup de CIO craignent encore cette ouverture. C’est dommage, car l’avantage compétitif d’une entreprise ne se trouve pas dans l’utilisation d’une technologie réseau ou d’un logiciel en particulier !”

Juin 2016


SCOOP | Applis utiles et applications IoT IFTTT (IF THIS THEN THAT)

Les systèmes intelligents apprennent à collaborer Bien que la domotique se soit invitée dans tous les foyers, il y a peu de chances que votre thermostat intelligent, vos haut-parleurs sans fil et votre système d’alarme équipé de détecteurs de fumée et de caméras de surveillance soient tous de la même marque. Résultat : il est parfois difficile de tout coordonner.

Et c’est précisément là qu’intervient IFTTT (If This, Then That), un service en ligne convivial assorti d’applis iOS et Android. IFTTT vous permet de créer des ‘recettes’ grâce auxquelles vos appareils électroniques communiquent automatiquement. Par exemple, votre thermostat s’enclenchera tout seul quelques minutes avant que vous n’arriviez chez vous, et les lampes de votre jardin s’allumeront au coucher du soleil, sauf en cas de pluie.

Avec IFTTT, vous programmez des actions en fonction de certaines conditions. Un e-mail ou un tweet suffit à faire réagir le service. Multi Measures 2

Mesurez tout Un smartphone moyen est doté d’un nombre impressionnant de capteurs. L’accéléromètre, le GPS, l’altimètre et les capteurs de luminosité jouent tous un rôle précis dans le système d’exploitation. Grâce à Multi Measures, ces capteurs se transforment en instruments de mesure.

La dernière version de cette appli propose pas moins de quatorze outils. Votre micro se transforme soudain en sonomètre. En fonction de ses capteurs, votre smartphone peut servir de sismographe, de boussole et même de métronome. Il utilise même ses capteurs magnétiques pour détecter les conduites dans les murs, comme un vrai teslamètre.

L’appli propose naturellement des outils comme une règle et un chronomètre professionnel. Bref, Multi Measures 2 est un véritable couteau suisse numérique.

www.proximus.be/one

35


EN PRATIQUE | Surveillance vidéo à Binche

Des yeux supplémentaires pour les policiers Au Carnaval de Binche, tous les regards sont tournés vers les Gilles. Derrière les écrans, les policiers veillent grâce à un réseau de quatorze caméras.

L

a réputation du Carnaval de Binche dépasse de loin les frontières de la Ville. Depuis 2003, le grand cortège des Gilles figure sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Le Carnaval dure trois jours mais les festivités pré-carnavalesques commencent déjà six semaines avant. Lors du point culminant du carnaval, plus de 100.000 personnes rejoignent le centreville. “Binche est une ville festive”, explique le Député-Bourgemestre Laurent Devin. “L’été, nous organisons de nombreux événements musicaux, suivis des Fêtes de Septembre. Notre course cycliste BincheChimay-Binche attire également beaucoup de monde, tout comme la diffusion des matchs des Diables Rouges sur écran géant.”

Garder une vue d’ensemble La police de la zone Anderlues-Binche assure le bon ordre de tous ces événements. Depuis 2013, l’équipe de 120 agents dispose de caméras de surveillance. “Le but premier était de renforcer le travail de la police lors des grands événements”, précise le bourgmestre. “Les caméras nous aident à avoir une vue d’ensemble de la foule. Grâce aux caméras, la police peut mieux observer les mouvements de la foule et voir immédiatement où le public est trop nombreux. Elle peut aussi localiser rapidement un individu suspect ou un incident, et intervenir si nécessaire.” Enregistrer Les caméras enregistrent également des images que la police peut visualiser immédiatement durant les événements, par exemple pour accélérer l’identification

36

d’un suspect. “Évidemment, il y a d’autres usages”, poursuit Laurent Devin. “La surveillance du trafic en ville, en cas de travaux par exemple, a été améliorée. Les caméras simplifient la surveillance de problèmes de stationnement éventuels dans la ville.” Et les vidéos enregistrées peuvent aussi servir de preuve dans les enquêtes relatives à des infractions ou délits.

Moins d’incidents Les quatorze caméras couvrent le centre de Binche. La ville a largement communiqué sur leur emplacement. “L’administration communale et la police font tout pour garantir la sécurité des citoyens et des visiteurs”, affirme le Député-Bourgemestre. “C’est dans ce contexte qu’il faut situer l’utilisation des caméras.” La première condition pour la réussite d’un événement est qu’il ait lieu dans des circonstances où la sécurité est garantie. Les caméras font partie du cadre qui permet d’assurer cette sécurité. “Les participants au Carnaval ou à tout autre événement savent qu’ils sont filmés. Les éventuels perturbateurs restent donc à l’écart. Depuis l’installation des caméras, le nombre d’incidents lors des événements a baissé significativement.” Réinvestir Grâce à ces résultats positifs, l’usage des caméras de surveillance pourra être élargi d’ici peu. À court terme, le DéputéBourgemestre souhaite installer des caméras sur les places principales des sept communes qui ont fusionné avec Binche. “Le but est le même”, ajoute-t-il. “Il s’agit de permettre aux habitants de réinvestir les places des villages. Les caméras repoussent les fauteurs de troubles.”

Bourgmestre de la ville de Binche depuis 2006, Laurent Devin siège également à la Chambre des Représentants en tant que Député fédéral depuis 2010. Il a également été Député wallon entre 2004 et 2010. Juin 2016


“La première condition pour la réussite d’un événement est qu’il ait lieu dans des circonstances où la sécurité est garantie. Les caméras y contribuent.” –Laurent Devin, Député-Bourgemestre de Binche

À propos de Binche Binche est une ville de 33.000 habitants située dans la province du Hainaut, entre Mons et Charleroi. Le Carnaval de Binche figure sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

www.proximus.be/one

Atouts • Vue d’ensemble de la foule lors de grands événements • Localisation rapide des incidents • Identification rapide des suspects • Surveillance du trafic routier • Les images enregistrées peuvent servir de preuves dans les enquêtes relatives à des infractions ou délits

37


CONVERSATION | 7 questions à Geert Christiaens, Manager IT Services & Business Processes de la Raffinerie Tirlemontoise

Geert Christiaens

“Je serais déçu de voir que le rôle du CIO n’évolue pas. L’IT est aujourd’hui une composante essentielle du cadre de travail.”

Manager IT Services & Business Processes de la Raffinerie Tirlemontoise Quelle est votre principale réalisation professionnelle ? Le fait d’avoir aidé la Raffinerie Tirlemontoise à devenir une entreprise moderne, innovante et novatrice ces 15 dernières années. Nous avons été l’un des premiers à optimiser le processus d’achat en reliant l’e-procurement au système SAP.

À côté de qui aimeriez-vous un jour vous retrouver dans un avion et que lui demanderiez-vous ?

Personnalité Les collaborateurs et les collègues de Geert Christiaens sont toujours les bienvenus dans son bureau. Les problèmes sont ainsi plus vite résolus. Mais le jeudi, pas question de prévoir une réunion à une heure tardive, car c’est le jour où il joue au bridge. Geert aime également assister à un concert ou une pièce de théâtre en compagnie de son épouse. Carrière Après ses études de sciences commerciales et consulaires, Geert Christiaens a commencé à travailler comme vendeur chez un fabricant industriel de gaufres. De 1988 à 1997, il a été acheteur d’emballages et de biens techniques chez Côte d’Or (Mondele¯z International). Cela fait à présent plus de 15 ans qu’il travaille pour la Raffinerie Tirlemontoise. Depuis 2006, il est Manager IT Services & Business Processes. Entreprise La Raffinerie Tirlemontoise a été fondée en 1836 par Joseph Vandenberghe de Binckom et Pierre Vanden Bossche. Cependant, ce sont Henri Vinckenbosch et les frères Paul et Frans Wittouck qui ont fait du ‘sucre’ une histoire à succès. Entreprise familiale jusqu’en 1989, la Raffinerie Tirlemontoise fait à présent partie du groupe Südzucker. Collaborateurs Avec une production de 5,4 millions de tonnes de sucre par an et un chiffre d’affaires annuel consolidé de 6.778 millions d’euros (2014/2015), Südzucker est à la tête du marché européen du sucre et emploie 18.500 personnes. Au sein du département IT belge, Geert encadre quatre collaborateurs. 38

À côté de Bill Gates. Nous partageons la même passion pour le bridge. Selon lui, c’est l’un des derniers jeux où l’ordinateur n’est pas près de battre l’humain. J’aimerais bien parler de ça avec lui.

Comment décririez-vous votre métier ? Mon travail consiste surtout à coordonner celui des autres. La Raffinerie Tirlemontoise fait partie du groupe Südzucker. Je dois donc m’assurer que nos clients internes suivent la politique IT gérée depuis l’Allemagne. Mais l’équipe IT belge développe aussi des solutions à la demande des utilisateurs locaux.

Quel ouvrage (IT ou autre) recommanderiez-vous ? ‘La Roue du temps’, la série de romans de fantasy de Robert Jordan (James Oliver Rigney, Jr.). C’est la troisième fois que je les relis, parce que je suis vraiment impressionné par leurs lignes narratrices et par la foule de personnages impliqués dans d’innombrables complots.

Quelle est, pour vous, la principale nouveauté de ces 20 dernières années ? Lorsque j’avais 8 ans, j’ai vu l’atterrissage sur la Lune. Depuis, je suis passionné par tout ce qui touche à l’espace. Bon nombre des progrès réalisés ces 20 dernières années n’auraient jamais été possibles sans la première incursion dans l’espace.

Qu’aimeriez-vous inventer pour vous faciliter la vie ? Une appli qui rendrait les gens plus tolérants et plus compréhensifs serait pratique. Ou une appli qui vous prévient lorsque vous travaillez trop et ne passez pas assez de temps avec vos proches.

Comment voyez-vous votre rôle de CIO évoluer au cours des 20 prochaines années ? Quelles seront les compétences de leadership essentielles pour un CIO ? Je serais déçu de voir que ce rôle n’évolue pas. L’IT est aujourd’hui une composante essentielle du cadre de travail et cette interconnexion n’ira qu’en s’intensifiant. L’objectif est qu’à l’avenir, les applications IT répondent encore mieux aux souhaits des utilisateurs. Juin 2016


SOLUTION | F  ixed Mobile Unification pour une accessibilité optimale

Toujours joignable via un numéro professionnel unique

Tous vos collaborateurs disposent aujourd’hui d’un téléphone fixe et d’un appareil mobile. Par conséquent, les clients se demandent parfois quel numéro ils doivent utiliser pour les contacter ou tombent sur la messagerie vocale. Ce n’est ni efficace ni agréable pour le client. La solution ? Intégrer vos réseaux de téléphonie fixe et mobile.

Fixed Mobile Unification (FMU) est un service Proximus qui intègre les appels fixes et mobiles. Vos collaborateurs sont ainsi joignables à tout moment au numéro professionnel que vous avez choisi et sur n’importe quel appareil, fixe ou mobile. Si un client appelle, les deux appareils sonnent. Bref, aucun appel ne se perd et le client est aussitôt pris en charge.

Pas seulement pour les smartphones Ce service est très pratique car il est compatible avec les GSM ordinaires et pas uniquement avec les smartphones. Les appels entre collègues n’entraînent pas de frais supplémentaires. Proximus installe et programme le service selon

vos besoins. Vous pouvez aussi choisir de toujours faire apparaître le même numéro de téléphone, fixe ou mobile, lorsque vos collaborateurs appellent un client – le numéro central de l’entreprise ou du département commercial par exemple. Une excellente façon de renforcer l’identité de votre entreprise et de veiller à ce que le client puisse joindre immédiatement la bonne personne ou le bon département !

Une séparation claire entre vie privée et professionnelle Pour préserver l’équilibre entre leur vie privée et professionnelle, les utilisateurs peuvent désactiver ce service très facilement, quand ils le souhaitent.

Les appels privés et professionnels sont donc, eux aussi, bien séparés sur la facture. Dès que le service est désactivé, le GSM redevient un appareil privé, associé à un numéro et une messagerie vocale personnels.

Une meilleure collaboration interne Étant donné que les appareils mobiles sont intégrés dans votre plateforme de communication, le statut de présence de l’utilisateur est également actualisé lorsqu’il utilise son GSM. Les collègues savent ainsi quand il est de nouveau joignable. Enfin, le service FMU facilite considérablement le respect des règles d’utilisation définies et le suivi des frais de téléphonie mobile.

Atouts • Un seul plan de numérotation pour les appareils fixes et mobiles • Pas besoin de connexion de données mobiles • Compatible avec tous les GSM • Facturation scindée (professionnel/ privé), accessibilité d’un groupe spécifique via un seul numéro • Règles et processus d’entreprise PBX appliqués au trafic mobile

Plus d’infos Pour plus d’informations sur Fixed Mobile Unification, contactez votre account manager ou surfez sur www.proximus.be

www.proximus.be/one

39


PROXIMUS | News

Proximus prêt pour la 4,5G Proximus passera bientôt à la 4,5G, qui permettra d’atteindre une vitesse de téléchargement de 1,1 Gbps. À titre de comparaison, la 4G+ permet actuellement d’atteindre 225 Mbps. Bonne nouvelle donc pour ceux qui veulent surfer à très grande vitesse sur leur appareil mobile, comme les adeptes du streaming et du (télé) chargement de photos et de vidéos. Toutes ces applications mobiles exigent en effet de plus en plus de capacité réseau. En 2020, nous utiliserons huit fois plus de données mobiles qu’aujourd’hui. D’ici là, nous serons

déjà passés à la 5G, mais Proximus ne veut pas faire patienter ses clients et prépare dès lors le lancement de la 4,5G. Il faudra cependant attendre le lancement de smartphones plus puissants et la mise en œuvre de quelques modifications sur le réseau Proximus avant de pouvoir en bénéficier. Vous pourrez ensuite naviguer sur vos appareils mobiles à vitesse ultrarapide. Les vidéos haute définition (UHD et 4K) et la réalité virtuelle seront aussi – littéralement – à portée de main. Nous vous en dirons plus très bientôt.

Vaincre le réchauffement climatique Proximus figure dans le top 50 mondial des grandes entreprises ‘vertes’. Une distinction à laquelle nous tenons beaucoup. Notre CEO, Dominique Leroy, s’est d’ailleurs rendue personnellement à Paris pour la recevoir. Nous avons décroché cette place à la suite d’une vaste enquête de CDP, une organisation qui examine chaque année les objectifs énergétiques et climatiques de 5.500 grandes entreprises dans le monde. Le classement est basé sur les efforts de chaque organisation en matière de consommation d’énergie,

40

d’émissions de CO2, de stratégie et de reporting transparent. “Même si Proximus ne pollue pas beaucoup, nous pouvons encore prendre des mesures pour lutter contre le réchauffement climatique”, explique Philippe Deconinck, Manager Corporate Social Responsibility chez Proximus. “Le système de chauffage de nos bâtiments est peu énergivore, nous optons systématiquement pour des voitures économiques et nous privilégions les fournisseurs qui travaillent eux aussi de manière durable.”

Juin 2016


L’avis sans détour de nos lecteurs

L’équipe de One a récemment mené une enquête auprès des lecteurs du magazine. Nous avons reçu beaucoup de feed-back, de questions et de remarques dont nous tiendrons compte autant que possible. Un lecteur nous a par exemple demandé plus d’informations pratiques sur nos propres expériences ICT chez Proximus : une excellente idée que nous mettrons en pratique dès notre numéro d’automne. De nombreux lecteurs n’ont visiblement pas remarqué que tous nos articles étaient également disponibles en ligne sur www.proximus.be/one. Le lien figure au bas de tous les articles, vous pouvez donc les transférer facilement par e-mail à un collègue ou un ami. Nous sommes ravis des commentaires positifs que nous avons reçus sur la qualité de nos articles : ce compliment nous fait plaisir et nous conforte dans notre volonté de renforcer systématiquement la qualité et la valeur ajoutée de nos écrits. Notre engagement est de vous offrir un magazine intéressant et aussi objectif que possible. Pour toute question ou remarque, contactez Robbin Sacré à l’adresse suivante : robbin.sacre@proximus.com

Récompensé par Data News Proximus a décroché une nouvelle récompense : le Belgian Company Award for Excellence. Ce prix lui a été décerné le 12 mai dernier lors de la 17e édition des Data News Awards for Excellence. Plus de 1.100 personnalités du secteur ICT étaient réunies à Tour & Taxis pour cet événement prestigieux sur le thème du cloud. Une agréable soirée combinant spectacle, mets fins et magiciens iPad.

www.proximus.be/one

41


PROXIMUS | News

Certification ISO 27000 Au summum de la sécurité La certification ISO 27000 – ou ISO 27K – du Bureau Veritas définit les mesures à prendre afin de garantir la sécurité des systèmes et des données. Proximus utilise une certification ISO 27001 (qui est une partie d’ISO 27K) pour ses services de housing et de hosting, ainsi que pour son Remote Operations Center (LAN, WAN et Security).

Pourquoi l’ISO ? Proximus protège son infrastructure à l’aide de solutions de sécurité avancées. Vous en profitez donc lorsqu’une partie de votre infrastructure IT se trouve dans le cloud. Lorsqu’un tiers en assure la gestion (pour un LAN, un WAN, des serveurs, etc.), vous vous exposez à des risques de fuite ou d’intrusion via les systèmes de ce prestataire. Pour être certain que ce dernier a pris les bonnes mesures, mieux vaut donc faire confiance aux conclusions d’un auditeur externe qui applique des normes de contrôle strictes. Celui-ci examine en effet la documentation et l’exécution des processus utilisés pour la conception, la mise en œuvre, l’entretien et l’amélioration des systèmes de sécurité, et évalue l’implication de la direction et du personnel. Qu’ai-je à y gagner ? Pour le housing et le hosting, les choses sont simples : vos serveurs sont placés dans le centre de données de Proximus et vos données sont stockées en toute sécurité, conformément à la réglementation. Pour les managed services, la situation est un peu plus compliquée. Proximus gère votre infrastructure réseau, qui ne se trouve pas nécessairement dans son centre

42

de données. La description de votre réseau, la configuration des routeurs et des commutateurs, les mots de passe et les adresses IP y sont en revanche enregistrés. Les personnes qui y ont accès sont contrôlées et leurs agissements notés. Les managed services sont fournis depuis le Proximus Remote Operations Center. L’accès physique à ce bâtiment, à la zone sécurisée et aux systèmes est surveillé et protégé (caméras, portes renforcées, etc.). De plus, la continuité de vos activités est garantie : en cas de problème dans le bâtiment de gestion, nous activons une solution de secours – que nous testons d’ailleurs régulièrement. Grâce à la certification ISO 27001, vous êtes certain que vos données seront protégées et que les services dont vous avez besoin continueront d’être fournis en toute sécurité. Une garantie que nous devons à des investissements permanents dans une infrastructure moderne.

Mes avantages • Continuité des activités • Stockage sécurisé des données • Aucune gestion administrative

Juin 2016


DESSERT | Partage, back-up et repartage

Pourquoi la quantité de données double tous les ans

“Let’s shrink Big Data into Small Data ... and hope it magically becomes Great Data.”

E

n tant que contrôleur qualité, je vérifie chez les clients que le produit a bien été installé par nos techniciens. Je prends toujours quelques photos du résultat avec mon smartphone. J’envoie la photo de l’installation à mes collègues via WhatsApp. L’un d’eux me suggère de l’envoyer aussi à notre CEO. Nous sommes en effet très fiers, à juste titre, de notre travail. Le CEO transfère l’e-mail et voilà que notre photo se retrouve chez le responsable marketing, qui la publie dans la foulée sur notre site web. Il l’envoie au département vente où elle servira dans diverses présentations. Le responsable communication interne la reçoit à son tour et demande à une agence externe d’en faire une affiche sur le thème de la qualité.

www.proximus.be/one

Pour compléter le dossier, la photo est également transférée au client et au gestionnaire de projet. Résultat : notre photo se trouve sur plusieurs smartphones, plusieurs serveurs e-mail, des dizaines de PC, notre site web, Google, WhatsApp et Yahoo. Je la publie à présent sur Flickr et Instagram et je fais un back-up via le cloud pour le cas où mon smartphone tomberait en panne ou serait perdu. Et l’on s’étonne que la quantité de données double tous les ans…

43


Investir dans les technologies ? “La question ne se pose même pas !” “Même un enfant sait qu’il faut investir dans les technologies. Sinon, comment voulez-vous garder une longueur d’avance ?”

“C’est la grande question !” “Ils sont toujours à l’affût pour vous vendre des gadgets dont vous n’avez pas besoin. Si vous tombez dans le piège, vous êtes fichu. Avec moi, ça ne marche pas.”

Place à une #NouvellePerspective En tant que client Proximus, vous avez toujours accès aux technologies les plus pertinentes, comme la fibre optique, l’Internet des Objets et le Cloud. Et vous pouvez aussi compter sur des conseils adaptés à votre situation. Voyez comment d’autres entreprises utilisent les technologies sur www.proximus.be/nouvelleperspective

Profile for Proximus

Proximus One • Juin 2016  

Magazine business pour les professionals de l'ICT

Proximus One • Juin 2016  

Magazine business pour les professionals de l'ICT