Page 1

ELIE

SAAB GILLES BENSIMON SERKAN CURA TRAVEL JOURNEY

WINTER ELEGANCE TO LAOS

DIANE KRUGER

FEMME DE SON TEMPS

HOLIDAY FASHION

GLAMOROUS GOWNS

MUST-HAVE ACCESSORIES GIFT GUIDE SPECIAL

IDテ右S CADEAUX POUR ELLE & LUI

FRENCH AND ENGLISH TEXT 13

FASHION | BEAUTY | LIFESTYLE | TRAVEL | CULTURE | PEOPLE

WINTER 2013


Printemps de la maison 64 bd Haussmann 75009 Paris 01 42 82 50 80 85, rue du Bac 75007 Paris 01 45 48 54 13

25, rue du fbg St-Antoine 75011 Paris 01 40 01 00 05

99, avenue du Maine 75014 Paris 01 43 21 65 70

41, rue de la République 69002 Lyon 04 78 42 24 63

5, avenue Matignon 75008 Paris 01 42 25 94 19

2, quai Général Sarrail 69006 Lyon 04 78 24 90 90


TOGO création Michel Ducaroy, modèle culte depuis 1973. Banquettes, angle et pouf. Catalogue : www.ligneroset.fr


MARC ROUGEMOND Président Directeur Général I Chairman m.rougemond@prestige-international.fr MICHEALLE TORRES Rédactrice en Chef I Chief Editor redaction@prestige-international.fr ANDRE BERCOFF Editorialiste I editorialist contact@prestige-international.fr RENE CLAVEL Directeur du développement International I International Development Manager rene@prestige-international.fr YORAM ZERBIB Directeur du développement I Development Manager yoram@prestige-international.fr ANGELINA JOLIN Conseiller de la Rédaction USA I Editing Advisor USA angelina@prestige-international.fr Fashion and Beauty I Mode & Beauté Marz Atashi redaction@prestige-international.fr Tourisme I Chantal Cascalès chantal@prestige-international.fr Carole Schmitz Contact@prestige-international.fr, Anaïs Digonnet Art&Culture I Bernard Gouttenoire bernard@prestige-international.fr, Florence Batisse-Pichet florence@prestige-international.fr Décoration I Carole Schmitz contact@prestige-international.fr Gastronomie I Pierre Giscours rédaction@prestige-international.fr Automobiles et Art de Vivre I Bernard Van de Kerckhove bernard@prestige-international.fr Evasion I Pierre Giscours pgiscours@prestige-international.fr Marc Rougemond m.rougemond@prestige-international.fr Business, Actualités, News I Nathalie Gatti ngatti@prestige-international.fr Carole Schmitz contact@prestige-international.fr, Virginie Boch redaction@prestige-international.fr Assistante de la Rédaction Marie Singletarry redaction@prestige-international.fr Fashion Stylist Marz Atashi, Irma Birka, Yohanna Edge , D.Webb New York, Tatiana Dumabin, Laurean Ossorio New York, Leslie Dumeix, Mehdi Polan Mahour Kristina Chanel Los Angelès, , Tiffani Chynel Los Angeles, Marie Revelut, Jason Rember t NYC, Ber tille Tabourot, Saskia Dekkers, Benjamin Orion, Sarah Delannoy, Aurore Donguy, Fleur Huynh Evans, Raymond Gee, Bianca Carosio. Stylist Assistant Eric McNeal , Samuel Majid GF, Adjouma Diakaté, Tatiana Kombo, Marvin Latoumald, Deborah Dutrain, Tony Boccara , Malaika Marie Jeannne, Aziza Sadky, Thomas Roblet, Diego Marquez. Photographers I Photographes Marc Lagrange, Karl Dickenson,Sanz Lenaic, François Ber thier, Antoine Verglas New York, Ron Contarsy New York, Piotr Stoklosa, Louis Dalton New York, Louiza Vick Los Angelès, Isshogaï, Emmanuelle Bousquet, Yuji Watanabe, Bruno Fournier, Tyler Kandel Los Angelès, Y.Zerb Paris , Chrisma Lan, Nicolas Guérin, Véronique Kalfon, Brandon Powell. Assistant Photos Piotr Stoklosa , Alber to Vargas NYC , Elisa & Julien Matzoyer, Camille Verrier, Giovanni Plozner, François Ray, Mathieu Sorey-Garni, Kermit Mercado, Tyler Welsek.. Models I Mannequins Lyoka Tyagnereva@Citymodels, Caroline Cléry@Metropolitan, , Alexia Giordano, Eva Bohatova & Sabina Zavodna@majormodels, Micaela@wilhelmina New york , Anastasia Bondarenko@Karin Models, Johanna and Dagmara@Hi Model Management, Isabelle@women, Angela@metropolitan, Sam@MuseModelManagement, Simha @Wilhelmina Image NYC, Chloe Francois@Karin Agency, Steven@New Madison, Linnea @Elite Miami, Allie Crandell@photogenics, Lyza Onysko@MC2 New York, Luba, Lyza Onysko @ MC2 NY. Hair & Make up Kasia Fur tak, Shuko Sumida, Marie Nicolas, Sylvie Mainville, Sadek L, assistant Geoffrey Mingot, Leslie Dumeix, Sybille Kleber Agency, Garett Gervais@Opusbeauté Los Angelès , Inessa Parfeni, Fumoso for Rick Pipino Salon New York, Rober to Morelli for Link Nyla, Dina Calabrio/Ar tist by Next, Donna for Smashbox Cosmetics NYC, Nicolas Petiot, Maure From Carlos and Mauri Salon NYC, English Miss by Printin NYC, Daria Slusarczyk@B4Agency, Julie Gratade, Cyril Laforet, Vichika Yorn, Laura Noben, Kasia Fur tak, Béatrice Eni Manucure, Noogie Thai, Binomial Ar tist, Laura Vignola, Jitka Klugova, Marjorie For te, Akane Awaji, Takayoshi Tsukisawa Post Production Nabila Jaadi contact@optimumretouch.com, Highmark Studios New York, Margaret Kopec Los Angeles, Mona Awab , Ana Maria Nedeleau Alimage.com, Advertising Publicité Marc Giscours +(33) 623088383 Marketing Events Allens Tally Tél+33 623086437 Veronique Kalfon vero@prestige-international.fr Subscriptions and back issue abonnement I Abonnement et Souscription contact@prestige-international.fr Thanks to I Remerciements Agences Mannequins : Karin Models, Elite, Oui Management, New Madison, Wilhelmina Image New York, New Model Management, Elite Miami, Hi Model Management, Muse Model Management, The Mountain Mermaid Los Angeles, City Models Agency, Hotel des Princes, Malaika Marie Jeanne pour les Vidéos, Germain Paradisio / Paris 6, Matphot Paris, Studio Moderne Paris, Ten Feet Under Studio, The Gin Palace New York, Ravi Derossi, Quinn Lipton Creativ Director, Los Angelès, Création Maison du Monde. Hotel de Vendôme Place Vendome Paris. Graphic Designer I Graphiste, maquettiste Rachel Bellaïche rachel@prestige-international.fr PRESTIGE INTERNATIONAL MAGAZINE / ISSUE 13 / WINTER 2013 SITE WEB : www.prestigeinternational-paris.com Édité par Montaigne Partners SAS - 26 Avenue Montaigne 75008 Paris Tél+33 (0) 9 60 11 04 46 / Tél +33 ( 0 ) 6 23 08 83 83 Bureaux correspondants à Lyon - Genève – Londres - Montréal - New York – Miami contact@prestige-international.fr


TABLE OF CONTENTS • WINTER ISSUE 30

8

NOE DUCHAUFOUR LAWRENCE

10

CHEF PIERRE GAGNAIRE

14

NEWS DE RÊVE

22

ESPACE CACHEMIRE

RÉFLECTIONS D’HIVER

34

CONTRIBUTORS

38

COVER STORY: DIANE KRUGER

40

JÉRÔME FAILLANT-DUMAS

44

24

COUP DE COEUR DESIGNER: IRAKLI NASIDZE

ELIE SAAB

28

46

GILLES BENSIMON

SERKAN CURA

PEOPLE | FASHION | BEAUTY | LIFESTYLE | TRAVEL | CULTURE

56

UNE BEAUTÉ SUBLIME POUR NOËL

64

INTO THE DARK

74

ALL I WANT FOR CHRISTMAS

82

MILLION DOLLAR BABY

92

FUR PLAY

98

LUXE BE A LADY


SOMMAIRE • HIVER 148

BESSERAT DE BELLEFON

152 LAOS

158

MARRAKECH

162 CRÈTE

166

HOTEL DU MARC—VEUVE CLICQUOT

170

SPECIAL MOUNTAIN : HIT THE SLOPES

PEOPLE | MODE | BEAUTE | STYLE DE VIE | VOYAGE | CULTURE

104

HAUTE HOLIDAYS

112

B-GIRLS

122

GIFT GUIDE SPECIAL: IDÉES CADEAUX DE NOËL

122

IT ACCESSORIES

138

NEW MAN OF PRESTIGE

144

CHAMPAGNE: BETTER WITH BUBBLES

172

LIGHTS ON IN LYON

176

GIFT GUIDE SPECIAL: STOCKING FILLERS

180

BENTLEY MULSANNE

180

LA CHRONIQUE DE VOLTAIRE

188

GALA TO COMBAT AMNESIA


SP-44-ANB

www.brm-manufacture.com Tél. 01 61 02 00 25 FRANCE

BORDEAUX : Mornier 05 56 44 82 83 - CANNES : Vogtime 04 93 68 28 81 - CLERMONT-FERRAND : Fustier 04 73 37 57 55 - COURCHEVEL : Darmand 04 79 08 36 27 - DIJON : Borde 03 80 67 17 80 DUNKERQUE : Verhoeven Joaillier 03 28 66 82 75 - LA ROCHELLE : Alain Joaillier 05 46 41 42 37 - LILLE : Lepage 03 20 12 04 04 - LORIENT : dtlb 02 97 21 16 02 - LYON : Maier 04 78 42 08 81 MEGEVE : Guilhem 04 50 21 66 80 - METZ : Jean Hardy 03 87 75 00 01 - NANCY : Nora 03 83 30 83 00 - ORLEANS : H Pepin 02 38 62 21 01 - PARIS :Abarth Neubauer 01 45 00 69 80 - Barrier & Fils 01 47 34 54 85

Colette 01 55 35 33 90 - Les Montres Passy 01 53 92 51 61 - Les Montres Bonaparte 01 46 34 71 38 - Les Champs d’Or 01 40 76 02 02 - Louis Pion 01 42 25 3110 - Maison Paillard 01 40 54 29 09 - Le Printemps 01 42 82 45 10

REIMS : GEAY Joailliers 03 26 88 55 40 - ROUEN : Lepage 02 35 88 53 53 - SAINT ETIENNE : RULLIERE Bernard 04 77 49 00 49 - ST MAXIME : Darmand 04 94 49 20 88 - STRASBOURG : Jacquot 03 88 32 82 81 ST TROPEZ : Lili Brooks 04 94 97 75 09 - THIONVILLE : Joaillerie GERARD 03 82 53 99 55 - TOULON : Joaillerie Caubet 04 94 92 24 31 - TOULOUSE : Eric Bernadou 05 61 53 99 04 TOURS : Bijouterie Cerisier 02 47 61 32 90 MONACO

Temps & Passions +377 9777 1625

CORSE

BASTIA : AL Joaillerie 04 95 31 46 52 - PORTO VECCHIO :

BELGIQUE

BRUXELLES : Francorchamps Motors +32 2 352 03 40 - George Joailliers +32 2 343 52 34 - Hall of Time +32 2 539 3450 -

LUXEMBOURG

Wagner +352 22 63 70

Bibus Or 04 95 70 38 12

LIEGE : Desitter +32 4 222 36 76 - LOUVAIN-LA-NEUVE : George Joailliers +32 1 045 47 69


Édito The festive season is here and with it comes glamorous parties, chic soirees, and intimate gatherings. In this issue, Prestige International gives you everything you need for celebrating in style, starting with stories that will get you familiar with a celebration staple—champagne! A bottle of bubbly will surely make its way to your table this season, and we feature the best vintages to choose from, together with some tips from the connoisseurs. If you find yourself lacking in ideas on what makes the perfect gift, our special gift guides, which showcase items that top everyone’s wish list, will give you that much needed inspiration. Fashion also comes heavily into play during the holidays, especially with the number of parties and events that fill up our social calendar. This issue, we bring you plenty of looks to choose from—whether you’re in the mood for a sexy dress or a couture gown— plus the jewellery and accessories to match. Speaking of celebrations, we are very excited and honoured to be joined by the beautiful Hollywood actress Diane Kruger, on our cover, in celebrating the 180th anniversary of Jaeger LeCoultre. As one of the brand’s ambassadors, she embodies the timeless elegance that we all admire. Along with fashion designers Serkan Cura and Elie Saab, and photographer Gilles Bensimon—these creative minds will give you plenty of inspiration to end your year.   So whether you’re celebrating in exotic locales such as Laos, Crete, and Marrakech or right here at the very heart of Paris, we at Prestige International will be celebrating right there with you. Cheers!

La saison des fêtes approche à grand pas et avec elle son lot de soirées glamour, d’élégantes réceptions et de moments intimes. Dans ce numéro, Prestige International vous apporte tout ce dont vous avez besoin pour faire la fête avec style. Pour cela, vous découvrirez les histoires qui dévoilent les dessous d’un des éléments essentiels de la fête, j’ai nommé le champagne ! Une bouteille de champagne croisera certainement votre chemin pendant cette période, nous vous proposons donc les meilleurs millésimes et les conseils de grands connaisseurs. Si vous souhaitez faire cadeau d’une de ces bouteilles, les guides spéciaux des plus beaux cadeaux du Père Noël sont la source d’inspiration dont vous avez besoin. Pour les soirées et nombreux événements auxquels vous participerez dans les semaines qui viennent, nous avons également mis la mode à l’honneur. Que vous soyez à la recherche d’une petite robe sexy ou d’un ensemble haute couture, vous les trouverez dans les pages de ce numéro. Sans oublier les bijoux et accessoires qui vont avec. Et c’est avec un immense plaisir que nous mettons à l’honneur la sublime actrice hollywoodienne Diane Kruger qui célèbre avec nous le 180ème anniversaire de la marque Jaeger LeCoultre. En tant qu’ambassadrice de la marque, elle personnifie l’élégance éternelle que nous admirons tous. Les créateurs de mode Serkan Cura et Elie Saab ainsi que le photographe Gilles Bensimon nous insufflent l’inspiration idéale pour terminer l’année.  Alors, que vos pas vous mènent dans des contrées exotiques comme le Laos, la Crête ou Marrakech ou en plein cœur de Paris, toute l’équipe de Prestige International vous souhaite d’excellentes fêtes !

MARC ROUGEMOND Directeur de la Publication

9


B I L L E T D ’H UME UR

ANYWHERE OUT OF THIS WORLD REFLEXIONS D’HIVER

Les lecteurs et les lectrices de « Prestige » sont les premiers à le savoir : le voyage n’est peut-être pas la condition suffisante du bonheur, mais, en tout état de cause, une condition nécessaire. A présent que l’envie de partir et les moyens de le faire se sont démocratisés à l’infini et sur toute la surface de la planète, les nomades du XXIème siècle n’arrêtent pas d’échanger souvenirs et émotions, découvertes et adresses.

Prestige’s readers are the first to know that travel may not be the key to happiness, as such, but it is a necessity of life. Now that the urge to travel and the means with which to do it have become widely available to the masses, and across the globe, 21st-century nomads are constantly sharing memories, emotions, discoveries and useful addresses. Rote, organized trips may seem hackneyed today but let’s not forget that only 25 years ago, it was much more difficult to cross boundaries and visit far-off places with the speed and comfort that we’re now accustomed to. Today, travel is not limited to the more youthful “adventurers” – it’s a crossgenerational commodity.

Il est effectivement facile de se moquer des voyages organisés du style : « Si c’est mardi, nous sommes à Bruxelles. » Il n’empêche qu’il y a encore un demi-siècle, il était beaucoup plus compliqué de franchir les frontières et de gagner les rivages les plus lointains dans le confort et à la vitesse qu’on maîtrise aujourd’hui. Le voyage ne forme pas que la jeunesse : il déteint sur toutes les générations.

As always, writers, poets and artists of various ilks have been the vanguards of this evolution. The light-footed, unfettered men and women fired by passion, who have inspired us with their expeditions, their tribulations, and their exploits in the far corners of the earth.

Qui nous a montré le chemin ? Comme toujours, les écrivains, les poètes, les artistes. Les grands illuminés, les hommes et femmes aux semelles de vent : ceux qui nous firent rêver avec leurs expéditions, leurs tribulations, leurs exploits au bout du monde d’où ils ramenèrent des pépites de mots et d’images, nous incitant, à notre tour, à chercher le Graal qu’ils avaient atteint, la toison d’or qu’ils avaient tenue à bout de bras. Blaise Cendrars et Joseph Kessel, Albert Londres et Lucien Bodard, George Orwell et Alexandra David-Neel, André Malraux et Arthur Koestler et avant eux Lamartine et Chateaubriand, Pierre Loti et Jack London et tellement d’autres... Tous nous ont donné le goût de l’infini terrestre, l’envie, un jour, de tout plaquer pour s’en aller découvrir, sans arme ni bagage, l’or du temps. Le premier désir de l’être humain est celui de changer d’air. De découvrir. D’apprendre. De voir. De rêver. L’homme, rappelons-le, ne vit pas seulement de pain. PHOTO : YVES COLAS

The verbal and pictorial nuggets they brought back from their adventures have prompted us all to embark on a quest for the Grail they attained, the Golden Fleece they held. Blaise Cendrars and Joseph Kessel, Albert Londres and Lucien Bodard, George Orwell and Alexandra David-Neel, André Malraux and Arthur Koestler, and Lamartine and Chateaubriand, Pierre Loti and Jack London before them – to name but a few – have planted in us the desire to venture to the ends of the Earth, the urge to give it all up some day and go empty-handed to discover time, in its essence. Man’s primary desire is to seek a change of scene, to discover and learn. To observe. To dream. For, let us not forget: Man does not live on bread and butter alone...

ANDRÉ BERCOFF

Titre de son essai paru le 5 novembre : «Je suis venu te dire que je m’en vais», éditions Michalon

10


91 bd Sébastopol – 75002 Paris – 01 40 26 99 32 – paris.sebastopol@cinna.fr 189 bd St Germain – 75007 Paris – 01 44 39 07 00 – cinna.germain@cinna.fr 75 bd de Courcelles – 75008 Paris – 01 46 22 46 15 – paris.courcelles@cinna.fr 87 av du Maine – 75014 Paris – 01 43 22 72 56 – cinna.maine@noos.fr

www.cinna.fr


THE CONTRIBUTORS Dalton Louis Dalton Louis est un photographe new yorkais spécialisé dans la photographie de mode. Il est diplômé du prestigieux New York University Graduate Film Program et possède un MFA. Avant de prendre la caméra, Dalton était un réalisateur et scénariste indépendant primé représenté par International Creative Management à Hollywood. On peut trouver les photos actuelles de Dalton dans des publications de mode internationales et dans les Look Books de nombreux et très prometteurs créateurs de mode new yorkais. Dalton Louis is a New York based Photographer who specializes in Fashion Photography. He is graduate of the prestigious New York University Graduate Film Program and holds an MFA. Before picking up a still camera, Dalton was an award winning Independent Filmmaker and Screenwriter who was represented by International Creative Management in Hollywood. Dalton’s current work can be found in international fashion publications and in the look books of many up and coming New York City fashion designers.

Leslie Dumiex C’est dans le cocon familial, bercée par une grand-mère et une tante stylistes, que Leslie Dumeix voit grandir son goût pour la mode. Plus tard, ses études de commerce internationnal ne lui ont pas fait oublié ces envies précoces. A travers la mode, il y a cette sublimation du corps qui la fascine et qui la mène à s’inventer photographe, à se faire mannequin et surtout ,après une formation à l’école Flavia Palmeira, à devenir maquilleuse coiffeuse. Aujourd’hui Leslie s’essaie à la direction artistique des même shootings où elle officie cet artisanat du corps, sublimant les formes, transcendant les lumières. Leslie Dumeix’s love for fashion was nurtured in her childhood cocoon, surrounded by a fashion designer grandmother and aunt. This early ambition remained strong and intact throughout her international business studies, as a young woman. Impelled by her fascination for ‘body sublimation’, Leslie then ventured down the photography and modeling trail before training as a make-up and hair artist at Flavia Palmeira School. Now, Leslie has added the artistic direction string to her bow while still crafting bodies with her make-up and hair-styling talent. This gives her all the latitude she needs to bring corporal enhancement and transcendence of light to her photo shoots.

12


PRESBYTE FOREVER LUNETTES DE LECTURE / READING GLASSES

WWW.SEE-CONCEPT.COM

LetmeSee

BY


Paris-Maurice : le plus beau drive du monde avec

it Transport gratu golf*. de votre sac de Mordus de golf, Air Mauritius vous donne toutes les raisons de vivre à fond votre passion sur les superbes fairways de l’Ile Maurice. Un choix exceptionnel d’horaires avec jusqu’à 18 vols non-stop par semaine de nuit ainsi que le transport gratuit de votre sac de golf. Traitement VIP aux aéroports Roissy Charles de Gaulle 2F et à Maurice pour les passagers voyageant à bord de notre nouvelle classe Affaires, sans oublier à tout instant, la légendaire hospitalité mauricienne.

*1 pièce jusqu’à 20 kg, au départ de 14 villes en France.


PEOPLE


Diane Kruger Femme de son temps Q

uand il s’agit d’invention, de créativité et de compétence technique, la Manufacture française Jaeger-LeCoultre peut se revendiquer d’un héritage qui a su cultiver, depuis plus d’un siècle, l’innovation dans la fabrication de montres. Célébrant cette année son 180ème anniversaire, Jaeger-LeCoultre considère son « innovation d’excellence » comme l’un des facteurs majeurs ayant toujours guidé la Manufacture. Selon Isabelle Gervais, Directeur des Relations publiques internationales et presse, il s’agit de leur plus grande force, « celle-ci se manifestant dans plus de 400 brevets et 1 240 calibres développés en 180 ans. »

P

armi les célébrités les plus sophistiquées du moment se passionnent pour les collections montres et joaillerie de la Manufacture on y trouve l’actrice primée. Parmi elles, l’actrice souvent récompensée Diane Kruger. Mélange de sophistication, de charme absolu et de force de caractère, l’actrice hollywoodienne a développé une relation complice avec Jaeger-LeCoultre et en retour, la marque a découvert en elle sa véritable source d’inspiration.

« Chez Diane Kruger, la Manufacture JaegerLeCoultre as trouvé l’inspiration qu’elle recherchait pour sa collection Femmes » nous

confie Madame Gervais.

16


« Elle est connue dans le monde entier en tant que mannequin, en tant qu’actrice. Les nombreuses photos d’elle dans les magazines nous ont permis d’apprécier sa beauté mais c’est en la rencontrant que nous avons réellement pu apprécier la force de sa personnalité »

Ma relation avec Jaeger-LeCoultre est extrêmement physique. Je suis fascinée par leurs montres qui sont pour moi symbole d’éternité et d’élégance. Je suis également très attachée à la « famille » Jaeger-LeCoultre. J’admire leur fierté et l’amour que chacun de ses membres a pour la marque, et bien entendu, leurs montres sont tout simplement exceptionnelles, c’est un réel privilège pour moi de les porter.

Prestige International célèbre avec Jaeger-LeCoultre la superbe Diane Kruger et nous permet de mieux comprendre avec elle, l’inspiration, la réinvention et ce qui définit l’élégance.

Comment décririez-vous la Collection pour Femmes Jaeger-LeCoultre ?

Voilà six ans que vous êtes l’égérie de Jaeger-LeCoultre. Parlez-nous de cette longue relation.

J’aime leur sobriété, leur raffinement. Ce sont véritablement de très beaux objets. Je ne porte pas beaucoup de bijoux et je préfère porter l’une de leurs montres plutôt qu’un bracelet, par exemple. En ce moment, je porte ma Rendez-vous en or rose dans la journée et ma Diamant 101 le soir.

Je connais très bien la marque. Ma mère m’avait offert une montre Reverso pour mon 18ème anniversaire. Je la porte toujours et elle a pour moi une valeur toute particulière. Puis, en 2007, un de mes films a été présenté au Festival du film de Venise et j’avais besoin d’une pièce de joaillerie unique pour aller avec ma robe. J’ai eu le coup de foudre pour la montre en diamant 101 de Jaeger-LeCoultre dès que je l’ai vue.

17

Il y a une expression qui dit « Dis-moi ce que tu portes et je te dirai qui tu es ! » Quel type de montre correspond le mieux à votre tempérament ? J’aime tout particulièrement la Reverso en or rose. J’aime la façon dont l’or se mêle à ma peau. Je préfère le raffinement de la sobriété, cette montre est donc celle qui me ressemble le plus.


L

e dernier film Jaeger-LeCoultre dans lequel vous jouez est basé sur le concept de la “reinvention”. Pour vous, que représente la réinvention ? Qu’est-ce qui vous attire dans ce concept ?

Pour moi, tout est toujours possible dans la vie et si je m’investis corps et âme dans quelque chose, je sais que rien ne peut me résister. J’aime l’idée que nos vies sont en constante évolution, qu’elles ne cessent de fluctuer et que rien n’est jamais figé dans la pierre. J’ose rêver et faire en sorte d’atteindre les étoiles. Vous avez été très occupée cette année, vous avez joué dans trois films et une série télévisée. En 2014, nous vous attendons aux côté de Jesse Eisenberg dans un film intitulé Midnight Sun. Que pouvez-vous nous dire de ces expériences ? Avec quels réalisateurs et avec quels acteurs préférez-vous ou aimeriez-vous travailler ? Cette année a effectivement été très créative pour moi. C’est extraordinaire de travailler autant. J’attends avec impatience de passer le reste de l’année à Paris où j’aurai le plaisir de voir mes amis et prendre un repos bien mérité. Et j’espère que de beaux films résulteront de tant de travail ! [J’aimerai beaucoup retravailler avec Michael Haneke]. J’adore tous ses films, particulièrement Amour qui est le film que j’ai préféré l’an dernier. Selon vous, comment l’attitude vis-à-vis du jeu d’acteur a-t-elle évolué ces dernières années ? Je pense qu’il existe moins de mystère dans ce domaine. On peut considérer cela comme un « business ».

Mais je pense malgré tout que nous sommes fascinés par le cinéma et par ceux qui sont capables de nous faire « ressentir » des choses. Le cinéma est un langage universel. Quelle que soit la langue que nous parlons, il véhicule beaucoup de force. En tous les cas, en ce qui me concerne, il n’y a rien de mieux que d’aller au cinéma et de partager ce moment avec d’autres dans une salle obscure, ressentir les émotions de ceux qui nous entourent… J’en ressors toujours revigorée. Que vous offre le cinéma ? J’adore le cinéma, j’adore voir des films qui sont pour moi des sources d’inspiration, des films dans lesquels j’apprends quelque chose ou tout simplement, des films qui vous transportent dans un autre monde et vous permettent de vivre dans l’imagination d’un autre. C’est ce que nous offre le cinéma et je suis ravie d’en faire partie. Votre style personnel a de nombreux admirateurs et vous êtes considérée comme une icône de la mode. Qu’est-ce que vous aimez dans la mode ? Comment décririez-vous votre style ? [Ce que j’aime dans la mode] c’est la possibilité d’être, chaque jour, une femme différente… d’être capable d’exprimer ce que je ressens de manière visible. Je pense que le terme « icône » n’a plus sa place dans notre monde. Je n’aime pas suivre de tendance particulière mais je pense que la mode est une merveilleuse forme artistique. Pour moi, tout est dans le détail et dans le savoir-faire. C’est pourquoi Jaeger-LeCoultre et moi avons le même point de vue sur les choses. J’apprécie leur raffinement et la façon dont ils s’impliquent dans la qualité.

E 18


A WOMAN I N TI ME

Selon vous, quels sont pour chaque femme, les musts de la mode ? Je pense qu’il existe moins de mystère dans ce domaine. On peut considérer cela comme un « business ». Mais je pense malgré tout que nous sommes. Être toujours soi-même. Ne pas suivre la “mode” mais s’habiller selon ses désirs et personnalité. N’ayez pas peur ! Ayez toujours dans votre armoire une belle paire de jeans, des chaussures confortables, de jolis escarpins noirs et une robe que vous pouvez porter de jour comme de nuit. Quel rôle le temps joue-t-il dans votre vie ? Comme pour beaucoup d’entre nous, le temps est important. Parfois, je préfèrerais qu’il y ait plus d’heures dans une journée ou dans une année. Plus vous vieillissez et plus le temps passe vite. Mais il m’arrive d’oublier de remonter ma montre Jaeger-LeCoultre et je profite avec bonheur de cet instant aussi longtemps que je le souhaite. Le meilleur conseil qu’on vous ait donné ? Vivez chaque jour de votre vie comme si c’était le dernier. PAR : MICHEALLE TORRES PHOTOS : MARCEL HARTMANN INTERVIEW COURTOISIE DE JAEGER-LECOULTR


Diane Kruger

A Woman in Time

W

hen it comes to invention, creativity, and technical skill, the French Manufacture Jaeger-LeCoultre can boast a heritage that has cultivated innovations in watch making for more than a century. This year, as it celebrates its 180th anniversary, Jaeger-LeCoultre attributes “innovation with excellence” as key factors that always guide the Manufacture. According to Isabelle Gervais, International Public and Press Relations Director, this is their greatest strength “demonstrated through more than 400 patents and 1240 calibers developed in 180 years.”

A

fficionados of the Manufacture’s watch and jewellery collections include some of today’s most sophisticated celebrities, and among them is award-winning actress Diane Kruger. With a blend of sophistication, absolute charm, and strength of character, the Hollywood celebrity has forged an affinity with Jaeger-LeCoultre and the brand, in turn, has found a source of inspiration. “In Diane Kruger, the Manufacture Jaeger-LeCoultre has found its inspiration for the feminine collection,” says Madame Gervais.

2007, I had a movie at the Venice Film Festival and I needed a special piece of jewellery to go with my dress. I saw the Jaeger-LeCoultre diamond 101 watch and just absolutely fell in love with it—so my relationship with Jaeger-LeCoultre is very organic. I truly love their watches, they are timeless and elegant. I also like how much Jaeger-LeCoultre is a ‘family’. I admire the pride and love everybody has for the brand and, of course, their watches are just truly stunning and it’s a privilege to get to wear them.

“Her face as a fashion model and actress is known around the world. Countless photos appearing in magazines have enabled us to appreciate her beauty but meeting her, you can also appreciate her strong personality.”

How would you describe the Jaeger-LeCoultre Women Collection?

Prestige International celebrates with Jaeger-LeCoultre and gets insights on inspiration, reinvention, and what defines elegance from the beautiful Diane Kruger. You have been the face of Jaeger-LeCoultre for the last six years, tell us about this lasting relationship. I know the brand well, as my mom gave me a Reverso watch for my 18th birthday. I still wear it, it`s very special to me. Then in

21

I like that they are understated and classy. They are just beautiful objects. I don’t wear much jewellery and I prefer wearing one of their watches over any bracelet. Right now I wear my rose gold Rendez-Vous for day and my diamond 101 for night. There’s a saying that goes “Tell me what you wear and I’ll tell you who you are!” tell us what type of watches best fit your temperament? I like the rose gold Reverso the best. I love how the gold fuses with my skin. I like to be understated yet put together, so I feel like that watch reflects that beautifully.


The latest Jaeger-LeCoultre film you star in is based on the concept of “reinvention”. What is reinvention for you? What do you think drives you to this? I still believe that everything is possible in life and that if I put my heart and soul into something, I can achieve anything. I like the idea that our lives are constantly evolving and changing and nothing is ever set in stone. I dare to dream and thrive to reach the stars.

What are the fashion musts that every woman should know? You must always be yourself. Don`t follow ‘fashion’, but dress to your mood and personality. Don`t be scared! Always have a good pair of jeans, a comfy pair of flats, great pair of black heels, and a dress that can go from day to night.

You have been very busy this year, you’ve played in three movies and a television series, and 2014 has you starring in a movie alongside Jesse Eisenberg, entitled Midnight Sun, how have these experiences been for you? And do you still have a wish list of directors and actors you want to work with?

What role does time play in your life?

I had a wonderful creative year. It is been exciting to work so much. I am looking forward to spend the rest of the year in Paris to enjoy my friends and get much needed rest. And hopefully all the hard work will result in beautiful films! [I would still love to work with] Michael Haneke. I love all of his movies and Amour was my favourite film of last year.

Best advice you’ve ever been given?

As for most people it’s important. Sometimes I wish I had more hours in the day or year—the older you get the faster time seems to pass, but sometimes I forget to wind up my Jaeger-LeCoultre watch and I blissfully enjoy and live that very minute as long as I want.

Live every day as if it’s your last. BY MICHEALLE TORRES PHOTOS MARCEL HARTMANN INTERVIEW COURTESY OF JAEGER-LECOULTRE

How do you think the attitude towards acting has changed in the more recent years compared to before? Well, I think there’s less of a mystery when it comes to that. It’s often mostly a business. But I still think that we are fascinated by movies and the people that make us ‘feel’ things. Film is a universal language. No matter what language one speaks it is a powerful voice. At least for me, there is nothing better than going to the movies, sharing this moment with others in the dark room, feeling others emotions... I always leave invigorated. What do you love the most about making movies? I love movies, I love watching films that inspire, or that I learn something from, or just movies that transport you to another world and live in someone else’s imagination for a while. That is the gift of moviemaking. And I love being a part of that. Your personal style is one that is admired by many and you are considered a fashion icon. What do you love about fashion? How would you describe your style? [What I love about fashion is] the possibility to be a different woman each day...to be able to express my mood on the outside. I think the word ‘icon’ is overused. I don’t follow trends, but I think fashion is a wonderful art form. For me, everything is in the detail and craftsmanship and that’s where Jaeger-LeCoultre and I see eye to eye. I appreciate their understatement and commitment to quality.

22


A WOMAN I N TI ME


Luxe &

C

omment définiriez-vous votre rôle ? De mes rencontres avec Irving Penn, Helmut Newton,…et tant d’autres, j’ai compris que fond et forme sont indissociables, que tous produits prestigieux nécessitaient une grande rigueur et un haut degré d’exigence. Je pourrais me définir comme un catalyseur. Une grande maison a des choses à raconter par conséquent avant d’envisager une campagne, je m’immerge dans ses murs, sa culture en m’imprégnant de son histoire. Je prends plaisir à travailler également pour des start-up dès lors qu’elles construisent leur identité sur une innovation. Je pense notamment à Caudalie qui a forgé sa personnalité à partir de l’exploitation du pépin de raisin.

audace rencontre avec Jérôme Faillant-Dumas

De son esprit avisé, guidé par un sens esthétique spontané, prennent formes campagnes publicitaires, packaging, luxueux décors, meubles et objets précieux. Dans ses bureaux du 229 rue Saint-Honoré, Jérôme Faillant-Dumas entretient et sublime l’image de marque des grandes maisons. Petit- fils d’un peintre illustre Grand Prix de Rome, fils de Lola Faillant-Dumas, figure du laboratoire de recherches du Louvre soutenue dans ses ouvrages par André Malraux (alors ministre de la culture), Jérôme Faillant Dumas a forgé son élégante personnalité dans le culte de l’art, de la beauté, du raffinement et de la rigueur d’exécution. Etudes supérieures d’art, formation auprès de Jacques Helleu, directeur artistique de la maison Chanel, directeur artistique chez Chanel, SaintLaurent, Dior pour les départements cosmétiques, il est conseiller en créations artistiques auprès des plus prestigieuses marques depuis la fondation de son agence L.O.V.E en 1997. Love, un hommage à son mentor Yves Saint Laurent qui affectionnait ces quatre lettres traduisant aujourd’hui: Luxe, Objet ,Visuel, Environnement. Chaumet, Dior, Ricci, Carolina Herrera, Givenchy, Moët, Le Vefour, … s’adressent à son talent afin de véhiculer leur image. En 2003, s’opère le lancement de L.O.V.E Edition qui parfait l’offre de l’agence dans un autre registre : l’objet design haut de gamme en série limité et la décoration d’intérieur.

V

ous avez été directeur artistique d’Yves Saint Laurent parfum durant quinze ans. Quel bilan établissez-vous de ces années ? De merveilleux souvenirs de ces années ! J’ai eu la chance d’être formé par Jacques Helleu que je considère comme mon père spirituel.Yves Saint Laurent était un grand Monsieur. Avec son complice Pierre Bergé, il avait le don clairvoyant de comprendre immédiatement tous projets ayant trait à ses produits, les parfums en l’occurrence. Il savait accorder sa confiance et offrait, de ce fait, une grande liberté de création. En une heure, les idées jugées pertinentes et percutantes étaient validées. La campagne du parfum Jazz orchestrée par Mondino en est l’exemple, elle traduisait parfaitement l’image du produit et de la maison.

Dans quel domaine, ne figurant pas encore dans vos références, aimeriez-vous exercer vos compétences artistiques ? J’ai créé L.O.V.E Edition en 2003 afin de réaliser des meules et objets intemporels en série limitée nécessitant un haut degré d’exigence tant dans la forme que le choix des matériaux et les techniques utilisés, ainsi que des décors d’intérieur. Je serais particulièrement enthousiaste dans la création de décors d’avions privés ou de bateaux avec toutes les contraintes que cela comporte. Des idées, de l’esthétisme dans un domaine d’exigence technique ! Oui, voici un beau défi (sourire) Quelles matières font naître votre émotion ? Quatre précisément, le bois dont on peut travailler la texture pour le rendre intéressant. Les pierres telles que l’onyx, l’albâtre, la pierre de Mahogany d’Inde, aux aspects de tableaux et à la froideur minéral tactile. Les étoffes pour leur douceur et leur chaleur. Enfin le verre, pour sa transparence, ses jeux de ciselage. J’aime porter mon regard sur tout ce qui m’entoure et conserve en moi une forte sensibilité aux matières, ondes et sons. En tant qu’esthète, on ne peut vous imaginer qu’épicurien. Quelle bonne table retient vos faveurs ? Helleu, toujours, m’a appris entre autres choses, que la bonne cuisine est importante. J’ai donc eu la chance de découvrir des restaurants extraordinaires et je ne peux, aujourd’hui, plus m’en passer. Je fréquente aussi souvent que possible les tables de mon ami Guy Martin, avec qui j’ai eu le plaisir de collaborer, dont les mets sont d’une grande délicatesse. De la gastronomie d’exception que l’on retrouve dans son restaurant Italia (anciennement le Sensing) dédié à la haute-cuisine transalpine. Qui dit belle table, dit bon vin, votre choix ? Un bordeaux de préférence, le château Clinet Pomerol par exemple. Un livre révélateur ? Un livre que j’ai lu durant mon enfance. J’aurai pu porter mon choix sur l’ouvrage « Belle du Seigneur » de Cohen mais mon véritable coup de foudre fut dans un tout autre registre : « Formes et forces » de l’écrivain philosophe et ancien conservateur du musée du Louvre René Huygues. Loin du style ostentatoire, les créations prestigieuses de cet artiste dévoué au savoir-faire de l’industrie du luxe cher à Colbert sont à découvrir sur ses sites : www.agencelove.com et www.love-editions.fr

Les conditions sont-elles toujours les mêmes? Il y a beaucoup moins de spontanéité et de prises d’initiatives rapides, aujourd’hui, pour nombre de marques haut-de-gamme. Tout est testé avant une mise sur le marché, ce que nous ne faisions pas. L’épure était l’exercice le plus difficile car le moins aisé à justifier, comme le constatait J.Helleu. Seule l’image de marque était prise en compte délivrant un message authentique au consommateur. Beaucoup sont tentés de surfer sur la tendance pour plaire à un large public, mais ils ne parviennent qu’à se trahir eux- mêmes, s’éloignant de ce qu’ils sont, de leur forte personnalité originelle. Je pense que les marques de luxe ont l’obligation d’exprimer qui elles sont et ce qu’elles proposent, leur véritable identité. Sans être « ringard », ni passéiste, mon rôle est de valoriser de manière intemporelle l’image d’une grande maison en intégrant toutes ses composantes et ses racines profondes. Le choix des photographes ou réalisateurs en vogue ne tient pas du phénomène de mode, mot que je proscris. Choisir David Lynch pour le parfum « Opium » d’Yves Saint Laurent ou Eugenio Recuenco pour représenter l’image de Nina de Nina Ricci, répondait à une forme de résonnance entre leur art et le parfum. Le fait d’avoir de l’instinct, des convictions et de l’audace aujourd’hui ne conduira jamais à l’échec. 50% détestera, 50 % adorera.Vous gagnez d’emblée 50% de clients sensibles au message et à la marque.

PAR: ANNE BABIN-CHEVAYE

24


JÉ RÔME FAI L L AN T-D UMAS

His perspicacity and spontaneous sense of aesthetics are the sparks igniting a host of advertising campaigns, packaging, luxurious décor, items of furniture, and precious objects. In his office located at 229 rue Saint-Honoré, Paris, Jérôme Faillant-Dumas is the curator and enhancer of corporate image for many top companies. Jérôme Faillant-Dumas is the grandson of an illustrious painter and winner of the Grand Prix of Rome award. His mother, Lola Faillant-Dumas, was an important feature of the Louvre museum’s research laboratory and received personal recognition for her work by André Malraux (France’s Minister of Culture at that time). With this background, Jérôme Faillant Dumas has nurtured his elegant personality on a constant worship of art, beauty, refinement, and precision. Having studied art in university then undergoing training with Jacques Helleu, artistic manager for Chanel, he went on to work for the cosmetic departments at Yves Saint-Laurent and Dior, then, following the creation of his L.O.V.E. agency, in 1997, became an artistic consultant for the most prestigious of luxury brands. He named his agency in honor of his mentor, Yves Saint Laurent, who was particularly fond of those four letters. In today’s context, they spell out ‘Luxury, Object, Visual, Environment’. Dumas has lent his talent to help convey the image of top companies, the list of which include Chaumet, Dior, Ricci, Carolina Herrera, Givenchy, Moët, and Le Vefour. In 2003, he launched L.O.V.E Edition, an additional branch of his agency, in the area of limited-edition high-end designer objects and interior decoration.

Y

ou were the artistic director for Yves Saint Laurent perfumes for fifteen years. How would you sum up that period? I have wonderful memories of those years! I was lucky enough to train under Jacques Helleu, whom I consider my spiritual father.Yves Saint Laurent was a great man. He and his associate, Pierre Bergé, had the talent and perspicacity to be able to immediately grasp any project regarding his products perfumes, in this particular case. He was very trusting, which allowed for a lot of creative freedom. Strong, appropriate ideas were approved swiftly in the space of an hour. The campaign for the Jazz fragrance, led by Mondino, is a good example of this: it perfectly reflected the image of both the product and the company in its entirety. Are the conditions still the same? These days, for many high-end brands, there’s a lot less spontaneity, and ideas aren’t adopted as fast as they used to be. Everything is tested before release that’s something we didn’t do before. Minimalism was the most difficult exercise to pull off, as it was not easy to justify, as J. Helleu pointed out. The only thing that mattered was brand image, to convey an authentic message to the consumer. Many fall into the temptation of ‘surfing on trend’, to appeal to a wide audience. But all they’re doing is betraying themselves, steering away from what they really are, from the strong personalities they harbor deep down. I think luxury brands have an obligation to express who they are and what they have to offer their true identity. Without meaning to sound “corny” or old-fashioned, my role consists of enhancing the corporate image timelessly by incorporating all the things that make it what it is, including its deepest roots. Choosing fashionable photographers or movie directors is not just a fad (a term which I refuse to adhere to). David Lynch was chosen for Yves Saint Laurent’s Opium perfume campaign and Eugenio Recuenco for Nina de Nina Ricci because there was a definite correlation between their art and the fragrances in question.

Nowadays, you can’t lose if you have instinct, conviction and a sense of boldness. 50% of people will hate it, 50 % will love it.You immediately seduce 50% of clients who are receptive to the message and the brand. How would you describe your role? Working with Irving Penn, Helmut Newton and so many others, I realized that style and content are inseparable, that prestigious products always require great precision and very high standards. I could describe myself as a catalyst. A large corporation has a lot of things to tell; therefore, before I begin working on an advertising campaign for such a company, I immerse myself in its daily activities and culture, and absorb its history, so to speak. I also enjoy working for start-ups, as long as their identities are being built on innovation. One such company that comes to mind is Caudalie, which has built its personality around the grape pip. In which areas that you have not yet embraced would you like to practice your artistic skills? I created L.O.V.E Edition in 2003 in order to design limited-edition furniture and objects that will never age and that are very demanding in both form and choice of materials and techniques to be used. This also includes interior decoration. I would particularly love to create interiors for private planes or boats, with all the constraints that this would entail. Marrying concepts and aesthetics with a highly technical endeavor would be a great challenge! Which materials stir your emotions? There are four of them. Wood, as its texture can be worked to make it look more interesting. Stones such as onyx, alabaster and Indian Mahogany stone, as they can look like pictures and resemble a kind of tactile mineral coldness. Fabrics, for their softness and warmth. And glass, for its transparency and chiseled effects. I take pleasure in observing everything around me and I am highly sensitive to materials, waves and sounds. Given that you’re an esthete, you also come across as being an epicurean.

25

What is your favorite restaurant? Among other things, Helleu always taught me that gastronomy is important. He showed me some extraordinary restaurants and now, I can’t do without them. I go as often as I can to eat at Italia (formerly Sensing), the restaurant of my friend Guy Martin, whom I had the pleasure of working with and who makes the most refined of dishes. Good food calls for good wine. What are your favorite wines? I particularly like a good Bordeaux - Château Clinet Pomerol, for example. A meaningful book? One that I read as a child. I’d be tempted to say Belle du Seigneur by Cohen but my absolute favorite is of a completely different genre. It’s entitled Formes et forces (Forms and Strengths) by philosopher and former Louvre curator, René Huygues. Far from ostentatious, this artist’s prestigious creations dedicated to the luxury industry and all its expertise, as represented by the Colbert Committee, can be seen on the following sites: www.agencelove.com et www.love-editions.fr BY ANNE BABIN-CHEVAYE


E L I E SAAB

UP CLOSE WITH

ELIE SAAB

Q

u’est-ce qui vous a le plus inspiré à créer d’aussi belles robes ? Je suis né avec cette passion de créer et de concevoir des robes. J’ai toujours été entouré par de belles femmes, entre mes sœurs, mon épouse et mes amies… Le désir de les habiller et de les rendre élégantes a été une inspiration constante.

Concernant votre partenariat avec Evian : qu’avez-vous trouvé d’intéressant sur la conception d’une bouteille d’eau ? Je suis passionné par le design, que ce soit la création d’une robe, l’architecture, ou le challenge de redessiner la bouteille Evian. En plus de la broderie, je suis connu pour des lignes et coupes simples et épurées dans mes robes ; Evian est synonyme de pureté, la collaboration est donc « naturelle ».

Après avoir été de nombreuses années dans l’industrie de la mode, qu’est-ce que vous aimez le plus dans votre travail de couturier ? J’aime le fait de rendre les femmes belles. Comme je l’explique dans le livre Assouline, déjà à l’école, c’était mon passe-temps. J’étais bon élève mais je me sentais différent des autres. J’étais calme et je passais mon temps à observer les gens qui m’entouraient – je remarquais leur manière de marcher ou de s’habiller – j’étais fasciné par la vie des autres. Mon regard sur les femmes était différent, je ne les voyais pas comme elles étaient, mais comment elles auraient pu être, si elles étaient mieux habillées. Je voyais leurs « faux pas » de mode – la mauvaise couleur, la mauvaise longueur, une jupe trop courte, une veste trop serrée – mais parallèlement je percevais aussi l’élégance, la sophistication et la féminité innées des femmes libanaises. En développant mes collections, j’ai toujours gardé ces éléments comme signature.

Vous êtes passé de couturier à auteur puis à designer industriel, de quelle création êtes-vous le plus fier ? J’aime toutes mes créations. J’ai la chance de travailler dans un milieu ou le renouvellement est constant, dirigé par les saisons et les demandes d’une clientèle fortement internationale. Je suis passionné par ce métier, dans lequel il y a toujours une nouvelle collection à créer. Comment sera la collection de haute couture en Janvier prochain? Avez-vous des inspirations particulières ? Mes inspirations sont toujours les mêmes : une femme féminine, élégante, raffiné. Quelle partie de votre métier vous donne le plus de satisfaction ? Toutes les parties me passionnent !

Quel message voulez-vous communiquer aux lecteurs par le biais de ce livre ? Je souhaite partager ma passion pour ce métier et transmettre à tous ceux qui ont envie d’y travailler, que ce l’on désire dans la vie, que ce soit une ambition ou quelque chose de matériel, est souvent difficile à obtenir. C’est pourquoi j’encourage tous ceux avec un talent à poursuivre une carrière en tant que créateur, car elle leur apportera énormément, tout en leur demandant également beaucoup de travail, de persévérance, et bien sûr beaucoup de patience. Y a-t-il quelque chose dont vous avez toujours rêvé mais que vous n’avez pas encore accompli ? A mes yeux la marque est encore jeune, et nous avons de nombreux projets à réaliser : de nouvelles boutiques à l’international, et aussi le lancement de nouvelles lignes.

26

Qu’est-ce qui vous a convaincu chez Karmen Pedaru pour devenir la muse de votre maison ? Pour la campagne Automne Hiver 13-14, Karmen incarne parfaitement la femme ELIE SAAB, par sa grâce et sa féminité. Prestige International célèbre les tenues glamour dans ce numéro, à votre avis, qu’est ce qui rend une femme glamour ? Son élégance naturelle, sa manière de se tenir, sa façon de bouger. Le glamour doit être simple et sans prétention, cela ne peux pas être forcé.

PAR MARIE JULIE SINGLETARY


UP CLOSE WITH

ELIE

SAAB

W

hat has been your greatest inspiration in creating such beautiful dresses? I’ve [always] had a passion for designing and making dresses. I’ve had beautiful women around me—my sisters, my wife, my friends. The urge to dress them and make them even more elegant has always been with me. You’ve been in the fashion industry for many years now. What do you like best about your profession as a designer? I love beautifying women. As I explained in the book, published by Assouline, it was already my hobby back in school. I was a good student but I felt different from my classmates. I was calm and collected; I used to spend time people-watching, observing their gait or their dress sense. I was fascinated by other people’s lives. I had a different way of looking at women—I didn’t see them the way they were but rather how they could be if they were better dressed. I could see their “fashion faults”—wrong colors, wrong lengths, skirts too short or jackets too tight, etc. But, at the same time, I appreciated the elegance, sophistication, and femininity that Lebanese women naturally have. And these ingredients have always been an integral part of my collections. What message do you intend to convey in your book? I want to share my passion for this profession and to tell anyone who wants to follow this route that whatever we desire in life—be it an ambition or something tangible, it’s often difficult to obtain. So I encourage anyone with talent to stick it out as a designer: it will be extremely rewarding but will also mean a lot of work, perseverance, and patience. Is there anything you’ve always dreamed of but haven’t yet accomplished? My brand is still recent. There are still many projects to achieve—new stores around the world and new lines to launch. Concerning your partnership with Evian, what did you find interesting about designing a bottle ? I’m just passionate about designing: it doesn’t matter if it’s a dress, or an architectural project, or the challenge of redesigning the Evian bottle. Besides my embroidery, one of my trademarks is simplicity and a clean-cut when it comes to designing dresses. Likewise, Evian water is a symbol of pureness, so it was only “natural” for us to work together.

29

You have taken the step from couturier to author, and now to industrial designer. Which of your creations are you most proud of? I’m very fond of all my designs. I’m very lucky to work in a business that is constantly changing, from season to season and from one client to the next, in any given country. I love this line of work: there’s always a new collection to design. What will your haute couture collection be like next January? Are you getting inspiration from anything in particular? My inspirations never change: femininity, elegance, and refinement. What part of your job gives you the most satisfaction? Every aspect, without exception! What made you choose Karmen Pedaru as your company’s muse? Karmen is so gracious and feminine that she embodies the concept of the ‘ELIE SAAB woman’ in my Fall/Winter 13-14 campaign. Prestige International Magazine is celebrating glamorous dressing for this issue. In your opinion, what makes a woman glamorous? Natural elegance. It’s also the way she stands and the way she moves. Glamour should be simple and unpretentious; if it’s strained or artificial, it simply doesn’t work. BY MARIE JULIE SINGLETARY


GI L L E S B E N SI MON

30


GI L L E S B E N SI MON

GRAND ANGLE : LA DERNIÈRE EXPOSITION DE

Gilles Bensimon

REND HOMMAGE AUX FEMMES THROUGH THE LENS :

Gilles Bensimon

PAYS TRIBUTE TO WOMEN IN HIS LATEST EXHIBIT

L

T

Cette année, le célèbre photographe s’associe avec Sofitel Luxury Hotels pour célébrer sa dernière exposition, Elles par Gilles Bensimon, dont l’objectif est de rendre hommage aux femmes. Les bénéfices seront reversés à Run for Her® qui sensibilise le public au cancer des ovaires et au programme « Cancers féminins » du Cedars-Sinai. A la pointe d’événements culturels importants dans ses hôtels du monde entier, le Sofitel de Los Angeles à Beverly Hills a inauguré l’exposition en novembre dernier. « Comme ambassadeur international de la culture française, Sofitel travaille depuis toujours avec les meilleurs architectes, designers et artistes au monde, » nous dit Dominique Colliat, porteparle du groupe hôtelier. « Je suis absolument ravi de recevoir ici à Los Angeles cette exposition en collaboration avec Gilles Bensimon. »

This year, the famed photographer partnered with Sofitel Luxury Hotels to celebrate the opening of his latest exhibit, Elles by Gilles Bensimon—a special endeavor dedicated to celebrating women, with event proceeds supporting Run for Her®, which raises awareness about ovarian cancer and generates support for the Cedars-Sinai Women’s Cancer Program. With its dedication to presenting renowned cultural events in its hotels across the globe, the Sofitel in Los Angeles at Beverly Hills hosted the opening of the exhibit last November. “As an international ambassador of French culture, Sofitel has a tradition of working with supremely talented architects, designers, artists and photographers across the globe,” said Dominique Colliat, spokesperson for the hotel group. “I am delighted to culminate this last stop of the exhibition here in Los Angeles in collaboration with Gilles Bensimon.”

es visages les plus célèbres du monde sont passés devant son objectif et les meilleurs magazines du moment encensent ses photographies. C’est là ce que nous offre le photographe de mode français Gilles Bensimon. Longtemps considéré comme l’un des esprits les plus créatifs de son domaine et comme l’un des pionniers du magazine Elle en France, Gilles Bensimon a su immortaliser top modèles, célébrités, présidents et icônes. Son sens de l’esthétique est éternel et représente une référence pour la culture et l’élégance françaises.

Elles par Gilles Bensimon propose une collection de 25 photographies rares et inédites de femmes célèbres et influentes telles que Catherine Deneuve, Audrey Hepburn, Charlize Theron, Beyonce, Cindy Crawford et bien d’autres encore. Selon Bensimon, « Toutes les choses positives de ma vie me viennent des femmes parce que je les adore. Je suis un féministe ! » L’exposition sera présentée au Sofitel de Los Angeles jusqu’à fin décembre 2013. Pour plus d’information, consultez www.sofitel.com

he most famous faces in the world have walked in front of his lens and the magazines that matter clamor for his photographs, such is the legacy of French fashion photographer Gilles Bensimon. Long regarded as one of the best creative minds in his field and one of the pioneers of Elle magazine in France, Gilles Bensimon has immortalized supermodels and celebrities, presidents and icons. His aesthetic is timeless, a benchmark for French culture and elegance.

Elles by Gilles Bensimon features a collection of 25 rare, never-before-seen photographs of infamous and influential women such as Catherine Deneuve, Audrey Hepburn, Charlize Theron, Beyonce, Cindy Crawford, and many more. “Everything good in my life comes from women because I love them,” Bensimon said. “I am a feminist!” The exhibit will be showcased at the Sofitel Los Angeles until the end of December 2013.Visit www.sofitel .com for information. BY: MICHEALLE TORRES

31


N OÉ D UCH AUFOUR L AWRE N CE

Noé Duchaufour Lawrence Créativité& légèreté Noé Duchaufour-Lawrance appartient à une catégorie à part. Son parcours est atypique et il le revendique. Il conçoit l’espace comme un objet et aime harmoniser l’environnement. Né d’une mère professeur de dessin et d’un père sculpteur, il baigne très tôt dans un univers artistique fort... Une voie toute tracée me direz-vous ! « Parfaitement ! », nous répond l’intéressé qui confession par la même occasion qu’il savait déjà ce qu’il voulait faire à l’âge de 15 ans. Pour lui, toute création qui n’a pas de fondement, pas d’histoire et pas de racines, n’a pas de raison d’être. Dans son univers la séduction est très présente et son travail en est d’autant plus sensuel, structuré et enchanteur. Véritable touche-à-tout, il a su séduire les plus grandes marques. Chez lui, la disponibilité de l’esprit fait loi. Son savoir faire est spécifique, ce qui fait de lui l’un des designers les plus en vogue du moment. Rencontre avec un outsider discret qui a conquis la planète design.

V

ous faites partie de ceux qui osent bousculer les codes, cela vous stimule-t-il ? N. D.-L. : Disons surtout que je passe beaucoup d’un projet à l’autre et qu’ils sont tous différents. De l’architecture au design pur, à la conception de flacon de parfum… Bref, oui tout cela me stimule énormément et m’oblige à insuffler dans chaque projet une énergie nouvelle, de trouver une façon nouvelle de répondre à une problématique. Par ailleurs, avec le temps; j’ai plus que jamais besoin de donner une légitimité aux objets que je crée. La fonctionnalité pure et les simples réponses à un cahier des charges ne me suffisent plus, j’ai besoin d’apporter une histoire dans chaque projet, une dimension autre. Le design est pour moi une forme de langage même si je ne sais pas toujours quel est l’alphabet que je manipule, mais j’essaie de donner Vous êtes parmi les designers les plus influents du moment, est-ce une pression supplémentaire pour vous ? N. D.-L. : Il est avant tout important de garder son cap, et ne pas se laisser distraire. En ce qui me concerne, je suis assez exigeant alors la pression je me la mets tout seul!

Quel est votre but en tant que designer ? N. D.-L. : Mon but serait d’essayer de toucher les gens, et de titiller la corde sensible des gens. Apporter ma façon de voir le confort… et mettre un peu de moi dans chaque projet même si j’ai conscience qu’une fois réalisé il ne m’appartient plus.

Quelle est la qualité essentielle à avoir pour être un « bon designer » ? N. D.-L. : Si je connaissais la formule j’en serais ravi (rires). Je pense qu’il faut plusieurs qualités pour faire d’un designer ce que l’on pourrait appeler “un bon designer” : honnêteté et dialogue sont à la base de tout… cela mâtiné d’un peu d’égo… bien placé, car il en faut pour faire ce métier !

32 32


N OÉ D UCH AUFOUR L AWRE N CE

Les designers sont-ils des artistes ? N. D.-L. : Normalement NON. Ils ne le sont pas dans le sens où ils ne travaillent pas seul et où ils ont des comptes à rendre. Mais, certains designers comme Ron Arad, Marc Newson ont une démarche artistique. Dans certains de leurs projets ils se libèrent de leurs contraintes. Ce sont donc pour moi des designers qui se libèrent ! Lorsque l’on parle de votre travail, le mot “glamour” revient souvent ? N. D.-L. : Disons que les objets que je dessine appellent le contact, les lignes courbent sont sensuelles… Mais le qualificatif “glamour” est invention de journaliste ! Et qu’est-ce que pour vous le “glamour” ? N. D.-L. : C’est quelque chose d’un autre âge !!! Un mot qui avait sa raison d’être dans les années 50. Il y a dans vos créations une véritable élégance. Qu’est ce qui vous inspire ? N. D.-L. : La recherche de la justesse. Arriver au but que je me suis fixé dans la création d’un objet ou la réalisation d’un projet. Mais aussi la tension, la douceur et l’harmonie… Mais j’aime l’accident aussi.

Pensez-vous que le design puisse être militant ? N. D.-L. : Cela n’a aucun sens. Nous ne sommes pas militants en tant que designers. Maintenant si vous me parlez de “design responsable”, je vous dit : oui ! C’est même une nécessité aujourd’hui de créer des objets intelligents, qui respectent l’environnement. Mais dans le fond, que faisons nous d’autre que de créer des besoins chez le consommateur. Une fois encore, il faut être honnête dans sa démarche, faire attention aux matériaux que l’on utilise. Quels sont vos matériaux préférés ? N. D.-L. : J’aime les matières nobles (bois, pierre…) dans l’absolu, probablement parce que je les comprends mieux. Mais il y a aujourd’hui de très beau plastique. Dans le fond tous les matériaux m’intéressent. Mais n’oublions pas que la noblesse d’un matériau est aussi dû à la noblesse de l’objet qu’il représente ! Existe-t-il des choses que vous refuseriez de designer ? N. D.-L. : Oui, les choses qui ne me représentent pas donc qui ne m’inspirent pas. Tout ce qui ne fait pas appelle à ma sensibilité. Ce qui me paraîtrait comme un viol de mes principes. Tout ce qui fait appel à l’hypocrisie, au marketing et au business –qui ne m’intéressent pas… Reste-t-il des territoires inexplorés par le design ? N. D.-L. : Fondamentalement il n’y a pas de besoin à explorer de nouveaux champs, mais je pense que nous en trouverons encore, car c’est d’avantage le besoin que nous explorons. Il est vrai que le design envahit tout y compris la nourriture. Je pense que c’est la façon de vivre des objets qui va apporter une nouvelle exploitation du design. Les créations d’Apple en sont un parfait exemple.

Lorsque vous travaillez sur un projet, à quel moment savezvous que cet objet est abouti ? N. D.-L. : Dans le fond on ne le sait jamais… Mais les contraintes font qu’à un moment il faut savoir s’arrêter.

Propos recueillis par : Carla de Wendel

33 33


N OÉ D UCH AUFOUR L AWRE N CE

Noé Duchaufour Lawrence &creativity

A Blend of Lightness

Noé Duchaufour-Lawrence is in a category of his own. His background is not a typical one and he assumes it well. He conceives space as an object and takes pleasure in creating a harmonious environment. His mother was an art teacher and his father a sculptor, he was, therefore, immersed in art from the word go. One might consider that his life was mapped out from the beginning. “And so it was,” he proclaims, admitting that he already knew what career he wanted to pursue at the age of 15. He believes that creation has no foundation, no history or roots. Seduction is part and parcel of his world, making his work all the more sensual, structured, and bewitching. A dabbler par excellence, he has wowed the biggest brand names. Spiritual availability is his by-word. The peculiarity of his expertise has made him one of today’s most fashionable designers. This month, Prestige International encounters a discreet outsider who has taken the world of design by storm.

34


N OÉ D UCH AUFOUR L AWRE N CE

Y

ou’re one of those bold people who challenge established rules. Do you find it stimulating ? N. D.-L. : “Let’s just say that I go from one project to the next and

The term “glamour” is often used when discussing your work. N. D.-L. : “Let’s just say that the objects I design call for physical contact, and

each of these projects are ver y different from one another. From architecture to pure design, then on to the creation of a perfume bottle. Yes, it is very stimulating and it forces me to impart a new burst of energy to each individual project and to find ways to approach each new challenge. Also, now, more than ever, I feel I need to legitimize the objects I create, I need to make them more than just functional or in accordance with the job specifications provided. I need to enrich each project with its own story, with a separate dimension. For me, design is a form of language, I haven’t yet worked out which alphabet I’m working with but I do try to give meaning to my sentences.”

there’s a certain sensuality in the cur ves I use. But the word glamour’ itself was introduced by the media.” How would you describe “glamour” ? N. D.-L. : “That word belongs to another era! It had true meaning back in the 1950s.” There is pure elegance in your designs. What inspires you ? N. D.-L. : “A quest for accuracy. To attain the purpose I’ve set for myself when embarking on the creation of an object or the accomplishment of a project. But I’m also inspired by tension, gentleness, harmony… Although I like an element of randomness, too.”

Do you feel more pressure, being one of the most influential designers around at the moment ? N. D.-L. : “The most important thing is to remain focused, to not get distracted. I, personally, am so demanding that I put pressure on myself, without any outside help!”

Do you think there can be a militant aspect to design? N. D.-L. : “That doesn’t make sense. Designers are not militants. However, in terms of creating ‘responsible designs’, I’d have to say, yes! It’s even a necessary factor in today’s world, to create ‘smart’, environment-friendly objects. But, basically, we’re not doing anything other than creating a need in the consumer. Once again, it’s necessary to be honest about one’s work and to pay attention to the materials we use.”

What is your goal as a designer ? N. D.-L. : “To try and reach people, to hit a sensitive note in them. To share my vision of comfort. I also like to put of bit of myself in every project, even though, once it’s complete, it no longer belongs to me.” What, essentially, makes a “good designer” ? N. D.-L. : “I’d love to know that formulav(laughs)! I think there are several qualities involved. Honesty and an ability for discussion are the basic requirements. With a touch of ego thrown in—just where it’s needed —because it is necessary to perform this type of work!”.

Which materials do you like working with the most? N. D.-L. : “I love noble materials (wood, stone, etc.), probably because I

understand them better. But modern plastics can be ver y aesthetic, too. Basically, I’m interested in all kinds of materials. But one must not lose sight of the fact that a material is only noble because of the object it represents.”

Are designers artists ? N. D.-L. : “Theoretically, no, because they do not work alone and have specifications to abide by. But some designers, like Ron Arad or Marc Newson, have an artistic approach to their work. They are able to work without constraint on some of their projects. So, I would describe them more as ‘designers who liberate themselves’!”.

Are there any objects that you’d refuse to design? N. D.-L. : “Yes. Certain things that don’t represent me and which don’t ins-

pire me in the least. Anything that doesn’t appeal to my sensitivity. It would almost be like violating my own principles. Anything that invites hypocrisy, marketing, and big business—things I’m not interested in.” Are there any unexplored territories in terms of design? N. D.-L. : “There’s no fundamental need to explore new fields but I think we’ll probably find other avenues to move into, because what we’re essentially exploring is people’s needs. Design is present in every area, even in food. I think that design will develop based on the way objects live and evolve. Apple products are a perfect example of this.” At what stage do you realize that an object design you’re working on is complete? N. D.-L. : “I don’t really ever know. But, due to certain obligations, you have to be able to call it a day, at some point.”

Interview by Carla de Wendel

35


P I E RRE GAGN AI RE

PIERRE Gagnaire ou la tendresse D’UN CUISINIER !

Il n’appartient à aucune famille étoilée si ce n’est celle du coeur. Pour Pierre Gagnaire, chef triplement étoilé et travailleur acharné, la cuisine ne se mesure pas en terme de tradition ou de modernité… on doit pouvoir y trouver bien d’avantage ! Son style est inventif et d’une honnêteté sans faille, et ce qu’il propose dans ses assiettes ressemble avant tout à un panorama du goût à la fois aventureux et ancrée dans le patrimoine, exotique et révélateur du terroir. Alors, qu’il soit à Paris (au Balzac), à Courchevel (aux Airelles) ou dans l’un de ses restaurants à tavers le monde, ses assiettes sont construites comme des tableaux, des compositions graphiques et épurées… Rencontre avec un chef à la simplicité déconcertante…

P

Q

u’est ce que la cuisine selon vous ? C’est une expression, un moyen de communiquer avec les autres. A bien y regarder, elle semble aussi être une quête d’amour en ce qui vous concerne ? Il y a de cela en effet. Que la nourriture puisse toucher les gens est la grande affaire de notre métier. La finalité de ce travail pointu, c’est donner. Donner deux, trois, quatre heures de bonheur à ceux qui viennent à la rencontre de ce que l’on fait. Mais c’est également offrir à ceux qui travaillent avec nous des conditions, un métier qui donnent sens à leur quotidien. C’est l’amour qui transporte tout ça. Ce sont des mots qui peuvent paraitre un peu grandiloquents dans un monde, un système où l’argent prime, mais c’est pourtant bien de cela qu’il est question.»

ourquoi la cuisine française a-t-elle autant de succès selon vous ? La cuisine française est un « savoir-faire «, c’est une référence. Certes, il y a la mondialisation mais chaque chef a sa spécificité. Cependant, l’émergence de nouvelles saveurs vient aujourd’hui du monde entier : Espagne, Italie, Grande-Bretagne, Etats-Unis…

- La notion de voyage n’a t-elle pas bouleversé la cuisine ? C’est exact, aujourd’hui, les cuisiniers ne défendent plus une identité nationale, mais davantge un personnalité et cela est devenu véritablement possible au moment où nous avons pu integer le fait que le monde était notre jardin. - Ne risque-t-on pas une sorte d’acceptisation de la cuisine ? Non, je ne le pense pas, car le rempart à toute forme d’uniformisation de la cuisine réside dans la force des cuisiniers.

- Petit flash-back sur vos années stéfanoises… Qu’en retenez-vous ? «Saint-Etienne fut pour moi un véritable laboratoire. Je voulais coder ma cuisine, la construire. J’étais mué par l’impérieuse nécessité d’exprimer quelque chose, de dépasser mes limites, de trouver des sensations nouvelles, inédites à travers un métier banal. A cette époque, la contrainte que j’avais ressentie, je l’ai transformée en une quête du Graal, de la sincérité, de l’expression absolue. Je me suis découvert une âme de compétiteur. Chaque jour, je courrais un 100 mètres. J’essayais maladroitement de rattraper le temps perdu. Mais ce n’était pas joyeux, plutôt laborieux. Je ne savais pas ce que je voulais, j’étais extrêmement seul.

- Que pensez-vous de la distinction faite à la France au patrimoine immatériel de l’humanité? Cette inscription consacre l’art de la table français mais je ne suis pas à l’aise avec tout ce qui fige. Pierre Gagnaire 6, rue Balzac - Paris 8ème www.pierre-gagnaire.com

Les autres me regardaient étrangement, enfermé dans mes délires, dédié nuit et jour à mon travail. Je jouais ma vie à chaque assiette. Chacune était comme une bouteille jetée à la mer sur laquelle il était écrit «Aimez moi, aimez-moi». La cuisine fut pour moi une véritable thérapie à cette époque. Je ne prenais absolument pas en compte l’aspect commercial de notre activité. Et SaintEtienne n’était pas le lieu idéal pour ce que j’avais à proposer. Mon échec, c’était comme un coup de pied au cul ou une mauvaise note : m’en relever m’avait rendu plus fort, plus libre. Ce qui m’a sauvé, c’est que je n’ai pas abandonné une once de mon rêve. Je suis resté fidèle à mon parcours, à ma voie, à ce que j’étais.

36


P I E RRE GAGN AI RE

Noël selon Pierre Gagnaire….

A

quoi ressemblaient les “Noël“ de votre enfance ? Mes premiers Noël étaient à la neige puisque mes parents avaient pris un hôtel en gérance mais cela n’a jamais été vraiment un évènement familial car étant fils de restaurateur, la fête était dans la salle.

- Quel est votre meilleur souvenir de Noël ? Le premier Noël que j’ai passé avec mes deux fils au pied d’un sapin (j’avais pris la soirée pour l’occasion) - Que représente “Noël” pour vous aujourd’hui ? Depuis quelques années, j’ai décidé que Noël était une affaire de famille et l’occasion de se reposer, de partager un moment de qualité entouré des gens que l’on aime et cela vaut pour moi et mes équipes parisiennes ; c’est pour cela que je ferme le GAYA et le restaurant au 6 rue Balzac. - Le cadeau dont vous rêvez ? Du silence… - Celui que vous rêvez de faire ? Pouvoir offrir plus de temps à mes proches… - Votre parfait diner de réveillon ? Des huîtres Un foie gras fait maison Une belle pièce de bœuf avec un gratin de pomme de terre En dessert : un soufflé à la poire Le tout arrosé d’un beau Bourgogne blanc Rien de trop traditionnel ni trop difficile : c’est le seul moment où tout le monde m’aide en cuisine ! Par Carla de Wendel.

37


P I E RRE GAGN AI RE

PIERRE Gagnaire

A TOP CHEF WITH a tender touch

This eminent cook is not confined to one particular ‘culinary stable’. Three-time Michelin star winner and relentless toiler, Pierre Gagnaire believes cooking encompasses a whole lot more than just tradition or modern living. His style is inventive and unfailingly honest, and his dishes depict a panorama of flavor that is adventurous and culturally inherited, exotic and local all at once. Whether he’s in Paris (at Hotel Balzac), in Courchevel (at Les Airelles) or in one of his restaurants elsewhere in the world, his dishes are like paintings—aesthetically refined. Prestige International encounters a disconcertingly down-to-earth chef.

W

H

asn’t the notion of travel profoundly affected the art of cooking? Yes, it has. Nowadays, rather than defending the identity of their own country, chefs tend to promote their own personality in their culinary creations. This has been made possible by the fact that we are able to see the whole world as our oyster.

hat does cooking mean to you? It’s an expression, a way of communicating with other people.

It also seems to be a quest for love, in your case. Would you agree with that? There is that aspect too, yes. Our profession is all about trying to reach people’s hearts. The end product of our highly-meticulous work is ‘giving’. It’s providing two, three, or four hours of happiness to those who want to experience what we do. But it’s also about offering our staff good conditions and a career that makes their daily lives worthwhile. All these things are conveyed by love. This may seem a little far-fetched in today’s world, where money is king, but that truly is what it’s all about.

Are we moving towards a kind of “sterilized cuisine”, so to speak? I don’t think so, no—because chefs are strong enough to hold out against ‘culinary standardization.’

Let’s look briefly back at your years in Saint-Etienne (the capital of Burgundy, France). What do you remember most about this period of your life? Saint-Etienne was a laboratory for me. I was intent on codifying my cooking, on building it, bit by bit. I was fired by an urgent need to express something, to surpass myself, to find brand new sensations in my daily working life. The restraints I felt at that time, I turned into a ‘search for the Holy Grail’, a quest for sincerity and absolute expression. I revealed a competitive streak in myself, running a 100-meter sprint day in, day out— clumsily striving to make up for lost time. But it wasn’t a happy time of my life—it was more laborious than anything. I didn’t yet know what I wanted and I was extremely lonely.

Pierre Gagnaire 6, rue Balzac - Paris 8th district www.pierre-gagnaire.com

What do you think of France’s recognition in the realm of “intangible cultural heritage”? It’s a consecration for the art of French Cuisine but I’m not very fond of anything that sets an idea in stone.

Other people thought I was strange, caught up in my own fantasies, devoting all my time to my work, day and night. My life was on the line with every plate I served. Each dish was like a bottle tossed out to sea, with a message inside, reading: ‘Please love me! Please love me!’ Cooking was a therapy in itself for me, at this time. I had no regard for the commercial aspect of the business. Also, Saint-Etienne was not the ideal place for what I had to offer. When I failed, it was like a kick in the butt or a bad grade, and when I got back up again, I was that much stronger and freer for it. The thing that saved me was that I didn’t give up one iota of my dream. I remained loyal to my own cause, to my vocation, to who I was. Why do you think French cuisine is so successful? It’s ‘know-how’, a culinary reference worldwide. Globalization is a part of today’s world but each chef still has his own individuality. Having said that, there are new flavors being introduced from all over the globe, from Spain, Italy, Great Britain, the United States…

38


Christmas according to Pierre Gagnaire

W

hat were your Christmases like as a child? My first Christmases were very snowy because my parents were managing a hotel at the time. But we never really celebrated it as a family because, like every restaurant-owner’s child, Christmas was always in the restaurant, where the clients were.

What is your favorite Christmas memory? The first one I ever spent with my two sons, under a Christmas tree (I took the evening off especially). What does Christmas mean to you these days? A few years ago, I decided Christmas was a family celebration and an opportunity to relax and share some quality time with people you love. I also choose this for my Parisian staff, which is why GAYA and my restaurant at 6 rue Balzac are closed for Christmas. What gift would you most like to receive? Silence. What gift would you most live to give? The possibility of spending more time with my nearest and dearest. What would the perfect Christmas Eve menu include? Oysters Homemade foie gras A nice piece of beef with a potato gratin A pear soufflĂŠ for dessert Accompanied by a fine white Burgundy wine Nothing too traditional or difficult to prepare: this is the only time everyone helps me in the kitchen! By Carla de Wendel.

39


NEWS DE RÊVE DREAMS NEWS NEWS Luxury’s Finest

Le Bristol Paris once again proved its commitment to excellence as it received the coveted “best Luxury Hotel in France” award during the 2013 World Luxury Hotel Awards—one of the most prestigious international awards intended exclusively for the luxury hotel industry. Le Bristol Paris was rewarded and recognized for its infrastructure an excellent service. “This is a great honour for Le Bristol and for Oetker Collection, to whom we have belonged since 1978,” said Didier Le Calvez, President and General Manager.

For Your One and Only A Star is Born Crédits Terry Tsiolis Total Management pour L’Oréal Paris

Supermodel Christy Turlington leads the new brand campaign for the One & Only Resorts, which speaks the language of ultra-luxury travel. The strong images convey the sense of being in-the-moment with carefree confidence, and with few words to get the message across. The One & Only Resorts’ campaign also features five short films that showcases the brand’s genuine hospitality, attention to design and detail, and authentic sense of local culture. “We wanted to express an attitude with an emotive quality that represents how you feel when a holiday is just right. We felt Christy Turlington was perfect for conveying that feeling,” commented Helen McCabeYoung, Executive Vice President, One&Only Resorts.

All About Marilyn

“Marilyn, what do you wear to bed?”, the infamous actress was asked during an interview in 1952, and we are all familiar with her preferred companion of choice—Chanel No.5. Marilyn Monroe stars in the French maison’s latest campaign in a series of three archival photos and newly discovered video. The photos, two of which were taken by American photographer Ed Feingersh and the other by photographer Bob Beerman, strengthens Marilyn’s ties with her favorite perfume.

Bring Oriental Flavour to your Christmas Shangri-La Paris The chefs at the Shangri-La hotel will satisfy your sweet tooth this holiday season with their gourmet bûche de Noël. Shaped as individual presents and topped with a gold ribbon, this special creation will be available exclusively at the hotel throughout the holidays. www.shangri-la.com/paris

Mandarin Oriental Celebrate with Mandarin Oriental Paris with enticing offers and wonderful events planned to make the holidays even more special. Spend the festive season with the family with special room rates and sample the Christmas and New Year menus at renowned restaurants Camelia and Sur Mesure by Thierry Marx. Special activities and parties for children are also planned for the whole month of December. www.mandarinoriental.fr/paris

A Star is Born

One of Hollywood’s most genuine talents, Blake Lively, joins the ranks of Julianne Moore, Jennifer Lopez, and Beyonce Knowles, among others, as L’Oreal Paris’ newest spokesperson. The 26-year-old beauty exudes a glamorous sense of style, making her perfect for the brand. “Blake embodies all the modern codes of Hollywood glamour,” says Cyril Chapuy, Brand Global President of L’Oreal Paris. “She has become a beauty icon for a whole generation” Blake Lively has already gained critical acclaim for her performances in television and film. “I am thrilled and honoured to join the incredible women who represent L’Oreal Paris,” the actress said. “I grew up with the inspiration of their message, ‘We’re worth it!’”

40


S DE RÊVE DREAMS NEWS NEWS DE Le meilleur du luxe

Le Bristol Paris a de nouveau manifesté sa recherche constante d’excellence en recevant le très convoité prix du “Meilleur Hôtel de luxe de France » lors de la cérémonie World Luxury Hotel Awards 2013. Il s’agit d’un des trophées internationaux les plus prestigieux exclusivement destinés à l’industrie hôtelière. Le Bristol Paris a été récompensé et reconnu pour son infrastructure et l’excellence de son service. « Nous sommes très honorés de ce prix qui vient récompenser Le Bristol Paris et la Collection Oetker à laquelle nous appartenons depuis 1978 » souligne Didier Le Calvez, Président et Directeur Général du Bristol Paris.

Pour l’élu(e) de votre Coeur

La top model Christy Turlington est à la une de la nouvelle campagne pour les Hôtels One & Only, référence du voyage de grand luxe. La force de cette image insuffle parfaitement le plaisir du moment présent et de l’insouciance. Il suffit d’ailleurs de quelques mots pour communiquer ce message.

Saveurs orientales de Noël Shangri-La Paris Les chefs de l’hôtel Shangri-La Paris sauront satisfaire les plus gourmands d’entre nous avec leur bûche de Noël gourmet. En forme de cadeaux individuels et agrémentée d’un ruban doré, cette unique création se déguste exclusivement à l’hôtel pendant toute la période des fêtes. www.shangri-la.com/paris Mandarin Oriental Pour les fêtes, Mandarin Oriental Paris vous propose des offres alléchantes et des événements uniques en leur genre qui vous feront passer d’inoubliables moments. Passez les fêtes en famille et profitez de chambres à prix spéciaux. N’oubliez pas de savourer les menus de Noël et du Nouvel an dans les restaurants de renom de Thierry Marx comme le Camélia et Sur Mesure. Activités spéciales et fêtes pour enfants sont également prévues tout au long du mois de décembre. www.mandarinoriental.fr/paris

La campagne des Hôtels One&Only propose également cinq courtsmétrages qui présentent l’extraordinaire hospitalité de la marque, son souci du détail, son goût du design et le sincère et véritable respect qu’elle manifeste envers la culture locale. Pour Helen McCabeYoung, Vice-présidente des Hôtels One&Only, « Nous voulions exprimer une attitude empreinte d’une qualité émotive représentant ce qu’on peut ressentir quand nos vacances sont tout simplement parfaites. Et nous pensons que Christy Turlington est la personne idéale pour communiquer ce sentiment. »

Eternelle Maryline

“Maryline, que portez-vous au lit ?” demanda-t-on à la célèbre actrice lors d’une interview en 1952… Nous connaissons tous son fidèle compagnon, le Chanel N°5.

LE BRISTOL PARIS

Maryline Monroe est à l’affiche de la dernière campagne française de « Maison » dans une série comprenant trois photos d’archive et une vidéo récemment découverte. Les photos, dont deux ont été prises par le photographe américain Ed Feingersh et l’autre par le photographe Bob Beerman, scellent les liens que Maryline entretenait avec son parfum favori.

Une étoile est née

Aux côtés de Julianne Moore, Jennifer Lopez et Beyonce Knowles et de bien d’autres encore, Blake Lively, l’une des meilleures révélations d’Hollywood, devient le nouveau porte-parole de L’Oréal Paris. Le style et le glamour qui émanent de cette beauté font d’elle une représentation parfaite de la marque. Pour Cyril Chapuy, Président de L’Oréal Paris International, « Blake symbolise les codes modernes du glamour hollywoodien. Elle personnifie la beauté pour toute une génération. » Blake Lively est déjà célèbre pour ses performances à la télévision et au cinéma. « Je suis ravie et honorée de rejoindre les femmes d’exception qui représentent L’Oréal Paris, » nous confie-t-elle. « C’est avec leur message ‘Parce que vous le valez bien !’ que j’ai grandi. »

41

All About Marilyn Photo courtesy of Chanel


E SPACE CACH E MI RE

42


E SPACE CACH E MI RE

ESPACE CACHEMIRE POUR PASSER

UN

E

En matière de cachemire, il y a les inconditionnels, hommes et femmes, qui l’hiver venu, arborent leur pulls et écharpes. Encore faut-il savoir choisir et reconnaître le cachemire haut de gamme. À l’ère du regain de notre savoir-faire français et d’une vigilance face aux produits manufacturés en provenance de Chine, parfois peu soucieux respecter nos exigences de qualité et de certifications, notre rédaction s’est intéressée à la provenance des meilleurs produits réalisés en cachemire.

PARIS:

HIVER

EN DOUCEUR

Fini le pull en laine qui gratte ! En pionnier, Ange Lévi fournit à cette époque les grandes maisons parisiennes et attire ensuite le tout Paris, de nombreuses personnalités du show-business viennent faire leur shopping dans son espace design du 101 rue de Réaumur. Aujourd’hui, l’enseigne familiale dirigée par ses enfants et petits enfants mais dont il reste le chef d’orchestre, a su garder le cap de la qualité et continue à travailler exclusivement avec les manufactures écossaise de Glenmac et de Todd & Duncan et aussi italienne, où sont réalisés tous les modèles sélectionnés. En outre, Espace Cachemire bénéficie du certificat de garanti « Golden Label » attribué par la Scottish Cashmere.

À l’origine de cette matière si douce et noble : une chèvre à cornes que l’on trouve dans les régions froides et montagneuses de Mongolie, Chine, Iran et Afghanistan. C’est à partir du duvet long et doux situés sous son épaisse toison que l’on obtiendra les fils de cachemire. Mais ensuite, tout est question de traitement, de peignage, de teinture et surtout de tissage.

Dans l’imposant show room de 550m2 aux allures vintage, impossible de ne pas succomber au choix époustouflant : pulls pour hommes et femmes, pashminas et étoles, plaids et accessoires douillets (bouillote, chaussettes, etc.) pour un esprit cocooning. Si Espace Cachemire est l’adresse que l’on connaît davantage par le bouche à oreille, alors chut, n’en parlez qu’aux amis qui le méritent et apprécient le chic et le beau !

Quand en 1970, Ange Lévi spécialiste de la maille, parcourt l’Europe curieux de découvrir de nouvelles techniques et matières utilisées, il découvre le cachemire d’Ecosse. La tradition de la qualité écossaise est liée au traitement des tisseurs qui utilisent le meilleur de la fibre mais aussi au rinçage dans des eaux très pures. Les premiers à apprécier la douceur de cette matière alors peu démocratisée en France sont ses enfants.

Espace Cachemire – 101, rue de Réaumur – 75002 Paris www.cachemire.com - Tél. 01 42 36 68 53 PAR FLORENCE BATISSE-PICHET

43


E SPACE CACH E MI RE

ESPACE

CACHEMIRE BEST TICKET PARIS: TO A FLEECY

WINTER

W

hen it comes to cashmere, there are those devotees men and women alike who reach for their sweaters and scarves as soon as the winter chill sets in. But recognizing and picking out high quality cashmere is another story entirely. At a time when French know-how is being recovered and purchasers are wary of Chinese-made products, due to lower standards in terms of quality and certification, we at Prestige International find out where the best cashmere products come from.

Today, the family business is run by his children and grandchildren but he presides over it, still. It has maintained its level of quality over the years and works exclusively with the Scottish cashmere producers Glenmac and Todd & Duncan, as well as a manufacturer in Italy, where all the selected models are made. Espace Cachemire is also “Golden Label” certified, providing a quality seal from Scottish Cashmere. When you set foot inside the 6,000-square foot vintage-looking showroom, the stunning array of models will blow you away: sweaters for men and women, pashminas and stolls, plaid rugs, and soft accessories (hot water bottle covers, socks, etc.) all geared towards one thing : cocooning! Word of mouth is Espace Cachemire’s main source of publicity. So shhh: tell only those friends who deserve it and who have an eye and skin for all things chic and beautiful.

This soft and noble material hails from a horned goat that lives in the cold, mountainous regions of Mongolia, China, Iran, and Afghanistan. The long, soft undercoat beneath its thick fleece provides the threads for the cashmere wool. This is then processed, combed, tinted and woven in a particular way to achieve the specific result.

Espace Cachemire – 101, rue de Réaumur – 75002 Paris www.cachemire.com - Tel. +33 1 42 36 68 53

When wool expert Ange Lévi headed off across Europe to discover new techniques and materials, in 1970, he came across the Scottish cashmere. The traditional quality of Scottish wools is attributable to the weavers: not only do they use the best part of the fiber but they also rinse the fleece in very pure water. At the time, the first people to appreciate the softness of this little-known textile in France were Ange’s own children: itchy sweaters were, at last, a thing of the past! A cashmere pioneer, Ange Lévi went on to supply big Parisian fashion houses, attracting the Parisian public in his wake. Today, many celebrities shop at his designer showroom, at 101 rue de Réaumur, in Paris 2nd district.

BY FLORENCE BATISSE-PICHET

44


E SPACE CACH E MI RE

45


COUP D E COE UR D E SI GN E R

Coup de coeur A DESIGNER

DESIGNER FAVORITE

Irakli

Nasidze I

ssu d’une famille d’artistes et d’aristocrates, Irakli Nasidze né en Georgie est qualifié d’ovni dans le milieu de la mode. Déjà enfant, il passe son temps à dessiner des silhouettes et s’épanouir dans ses créations. Diplômé de l’Académie des Beaux-Arts de Tbilissi, il s’installe à Paris en 1996. Son talent et sa créativité sont très vite repérés par des professionnels de renoms lui permettant d’apprendre dans des maisons de couture telles que Christian Lacroix, Jean-Louis Scherrer, Dior et Chanel. De ces collaborations exceptionnelles, il développe un tissu unique, « le chant d’oiseau », véritable touche émotive dans l’univers de la mode parisienne. En 2002, il est recommandé par le maître François Lesage à l’Union de la Haute Couture Française et présente sa première collection. La même année, il marque les esprits à la Fashion Week de Paris et teinte son style dans l’esprit « Art Cousu ». Il propose alors une mode inédite où pureté des formes et architecture des volumes deviennent comme par magie un hymne sacré à la sensualité, au corps et à la séduction.

Ses méthodes de création ainsi que les choix des matières et des techniques de travail ne sont pas sans rapport avec sa culture et ses racines. Il brode les matières avec délicatesse et ingéniosité en s’inspirant du travail ancestral des métiers d’art de son pays, des paysages somptueux du Caucase et des beautés de sa culture. Autant de promesses qui créent aujourd’hui cette élégance personnelle, cristalline qui se mêlent en un élan audacieux aux richesses de l’Orient si proche. Irakli Nasidze n’est pas simplement un créateur de mode, c’est un artiste complet. C’est « l’artiste orfèvre » au style unique qui a l’art et la manière d’unir et de joindre la limpidité à l’exubérance. En 2011, il développe sa marque de prêt-à-porter : IRAKLI Paris. Elle se distingue très largement et s’illustre par les sens du détail et de la précision portés par le créateur. Le style est axé sur des proportions parfaites, des coupes minimalistes et une rigueur de taille quant aux finitions et aux ornements. Pour Irakli Nasidze, ce label de prêt-à-porter est un pont entre création artistique et mode, il est un terrain de jeu de la créativité que l’on peut déchiffrer et approfondir comme si l’on parcourait un livre.

46


After graduating from the Academy of Fine Arts of Tbilissi, he went to live in Paris in 1996. His talent and creativity were swiftly spotted by a number of well-known professionals. This opened significant doors for him, in some of the biggest fashion houses: Christian Lacroix, Jean-Louis Scherrer, Dior, and Chanel. These exceptional partnerships helped him develop a unique fabric known as “birdsong”, which has since become a strong emotional thread in the woof and warp of Paris fashion. In 2002, he was recommended by the virtuoso François Lesage to the French Union of High Fashion, where he proudly presented his first collection. That same year, he made his mark at Paris Fashion Week with his “Sewn Art” style. His was a new approach, using pure forms and working on volumes to sanctify the body, sensuality and seduction. His creative methodology and his choice of materials and work techniques reflect the culture and roots he hails from. His embroideries are brimming with finesse and ingenuity, inspired by the age-old artistic trades of his country, as well as the stunning beauty of Caucasia and the culture it nurtures. Irakli’s very personal, crystal-clear elegance boldly blends with all the richness of the nearby East. Irakli Nasidze is more than just a fashion designer—he’s an artist through and through. A master with a style of his own, with a particular talent for combining startling clarity with astounding exuberance. He created his own prêt-à-porter brand, IRAKLI Paris, in 2011. What sets it apart from other brands is the detail and precision he instills. The style is based on perfect proportions, stripped-down designs, and great attention to ornamental finish. Irakli Nasidze describes his brand as a bridge between artistic creation and fashion, a ‘creative playground’ that can be enjoyed on several levels, like a well-written book. BY MARZ ATASHI

47

ESIGNER DESIGNER DESIGNER DESIGNER DESIGNER DESIGNER DESIGNER DESIGNER DESIGN

B

orn into a family of artists and aristocrats, in the country of Georgia, Irakli Nasidze is a UFO in the universe of fashion. Even when he was a child, he spent most of his time drawing figures and sketching.


SE RK AN CURA

SERKAN CURA V

E

ous faites un métier qui nécessite un renouveau constant. Quelles sont vos sources d’inspirations notamment sur la dernière collection?

Je me rappelle de ma première collection, j’étais à Ostend, je voyais la mer, le sable, le gris du ciel, c’était un sale temps mais qu’est ce que c’était beau! pour ma troisième collection, j’étais parti en Afrique du sud et j’y ai vu dans les jardins, pleins d’oiseaux magnifiques dans des cages incroyables, ils avaient des couleurs hallucinantes! J’en ai fais des imprimés, je m’inspire toujours de la Nature, j’adore la Nature! Pour la dernière collection, je regardais le ciel, je voyais les étoiles, c’est un beau thème mais tout le monde l’a déjà fais comme Mugler… Les constellations c’est intéressant, car c’est à chaque fois une planète, une personnalité, un caractère particulier. L’histoire de mon défilé, c’était ces planètes qui tombaient sur la Terre, alors il y en avait une qui était en flamme, l’autre c’était une planète blanche qui tombait doucement comme la neige, ce qui m’a inspiré cette capeline duveteuse. Je me suis inspiré des constellations pour recréer mon Univers.

Une ligne Pret-à-Porter, tout le monde m’en demande, mais je suis jeune (je n’ai que 22 ans) donc j’ai le temps. Pour l’instant j’attends, j’ai déjà trouvé mon idée, il me faut encore du temps pour la peaufiner et en tirer quelque chose de sublime. Ça doit être beau, ça doit donner envie, ça doit être très fort et un moins cher que la collection Couture. Mais je le ferai dans le future. Ma Haute Couture, s’adresse à des oiseaux rares, à des femmes qui ont envie de plaire, qui ont envie de s’habiller différemment, elle sont fortes car pour porter mes créations, il ne faut pas manquer d’audace. Une fois une de mes cliente, portait une cage hallucinante recouverte de plumes, dans une soirée grandiose. Pour moi une maison de Couture c’est partager un moment de rêve avec quelqu’un, et pour moi  quelqu’un c’est tout le monde, j’ai envie de donner du plaisir à tout le monde, ça me fais plaisir de donner, ça me pousse à me dépasser à chaque fois. Et chaque cliente à une envie... C’est à chaque fois un nouveau challenge et une femme qui en a envie.  

st-ce inhabituel de devenir un créateur/couturier de mode quand on est un homme oriental, surtout dans un pays comme la Turquie? Comment vos amis et votre famille ont réagit quand vous avez commencé dans cette industrie?

Alors quand j’avais 13 ans, j’ai commencé la couture, je vivais avec ma Maman, (je vais être hard) mais  durant 20 ans elle m’a  toujours dit : “ non, il ne faut pas faire ça! la Couture ce n’est pas  fais pour les garçons” donc c’était difficile mais je n’avais que ma Maman. Elle m’a tout de même laissé faire malgré ses réticences. Je suis un garçon très droit, j’ai fais mes études, j’ai travaillé, j’ai chiné et fais ce que j’avais envie de faire et je suis arrivée à Anvers à la Royal Academy,  j’ai bossé comme un malade, j’ai fais des collections de malade jusqu’à ce Jean-Paul Gaultier vienne me chercher et là plus aucune questions ne s’est posée. Votre succès va naturellement au-delà des limites culturelles. Quel est le secret?

Monsieur Serkan, vos créations sont de Haute-Volée… Que gardez vous à l’ esprit concernant vos débuts? Quand avez vous découvert votre passion pour la mode et qu’est ce qui vous a poussé à habiller que les femmes? Vous a-t-il été difficile de vous démarquer?   J’ai commencé à 13, j’habitais à Bruxelles, place du jeu de Balle,  juste à côté des Puces. Je chinais tout le temps avant d’aller à l’école, ou d’aller travailler dans le magasin de vêtements de ma Tante. Je collectionnais tout plein de choses, j’achetais tout! Et un jour, j’ai trouvé un flan d’oiseau de Paradis, et ça a tout déclenché chez moi, cette envie de faire de la Couture ;  on m’a dit que ça  servait à faire des chapeaux , alors j’ai décidé d’apprendre à faire des chapeaux en école et j’y ai mis toutes les plumes dessus... et à partir de mes 18 ans je m’y suis consacré pleinement et intensivement.  J’ai évolué pour parfaire mes techniques,  j’ai fais un maximum de stages ( agent mode et création, tailleur homme, chapeau, lingerie, cuir, fourrure…) Quand on est jeune, on peut tout se permettre! J’ai touché à tout,j’ai insisté et frapper aux Portes. Et j’ai été remarquer au Modacademy de la Royal Academy of Fine-arts d’Anvers par Jean-Paul Gaultier qui m’a fais venir à Paris pour être une de ses petites mains. Et depuis deux ans je développe ma propre maison depuis que j’ai acheté mon stock de Plumes. Mes robes sont assez spectaculaires, ce n’est pas du Spectacle, elles se sont démarquées naturellement au fil de mes 4 défilés. A qui s’adresse votre Haute Couture ? Voudriez-vous un jour développer une ligne de Prêt-à-porter ?

Bonjour je suis Serkan Cura, je travaille les plumes, je suis Mr Plumes !

La mode n’a pas de limites, dans chaque pays quand un créateur exceptionnel émerge, il dépasse les frontières, peu importe sa culture. De limites culturelles, je n’en connais pas, si on me demande quelque chose, je n’ai pas de limite, en matière de création tout est possible et rien n’est impossible. Vous souvenez vous de votre première cliente? Oh! je me souviens quand j’avais 14 ans, j’étais à Bruxelles dans les cours de Couture, et je faisais mon premier défilé, j’avais fais des chemises en soie sauvage, j’en avais fais une jaune avec sa jupe et une bleue avec sa jupe. Et j’avais vendu mes ensembles aux dames d’ouvrage qui  adoraient ça. et  après j’ai fais des chapeaux et re-belote et maintenant j’en suis là. Ou se trouvent vos ateliers? Ou trouvez-vous ces magnifiques plumes?   Mes ateliers sont derrières la Bibliotheque Nationale de France, juste à coté des Frigos. J’ai acheté mon stock de Plumes à la Maison Février qui à fermé il y a deux ans et demi de cela. Le nom à été rachetés par le Moulin rouge et moi j’ai racheté un tiers du stock constitué dans les années 1940, avec toutes les plumes des oiseaux rares que je ne pourrais jamais plus  retrouvé car protégés à présent (Aigrettes, Héron, Oiseaux de Paradis) mais malheureusement je ne pouvais pas acheté tout le stock. J’ai vendu tout ce que je possédais, tous mes objets collectionnés depuis très longtemps (des livres anciens, mes bijoux…), j’ai tout tout tout revendu, pour m’acheter ce stock de Plumes impossible à reconstitué à notre époque. C’est pour cela que je recommence de  zéro. D’ailleurs toutes mes robes qui ne sont pas vendues sont recyclées, car ces  plumes rares sont introuvables. D’ailleurs  j’ai un stock cliente, ou ce trouve les plus belles plumes, et un stock un peu moins beau que je travaille d’autant plus pour le rendre plus beau, que je garde pour mes défilés (car les plumes s’abîment toujours un peu dans les shows). C’est deux qualités différentes. Aussi maintenant je connais un grand réseaux de plumes dans le monde et  j’ai lancé un appel pour récolter les plumes tombées des mues, car chaque année les oiseaux muent,  je collectionne depuis des années les plumes de Ara par exemple. De temps en temps, mais c’est très rare, je retrouve  des anciens stocks de plumes. Et parfois je retrouve des oiseaux morts naturellement. En fait la Nature me donne quelque chose et je la redonne différemment, pour moi c’est important.

49


SERKAN

CURA HAUTE COUTURE

PHOTOGRAPHER: KARL DICKENSON FASHION EDITOR: MARZ ATASHI MAKE-UP: MARIE NICOLAS HAIR STYLIST: KIM CHINCHOLLE FOR DIVA EXTENSIONS HEB MODEL: ANASTASIA BONDARENKO@KARIN MODELS ASSISTANT PHOTO: PIOTR STOKLOSA ASSISTANT STYLE: TONY BOCCARA & MALAÎKA MARIE-JEANNE SPECIAL THANKS TO STUDIO MODERNE PARIS


S

elon vous est ce que la mode est un art?

Oui pour moi c’est un art. Si je me dis que la Haute Couture se sont des pièces uniques, voire des pièces conçu pour le Musée. Moi je le vois comme un Art, car je donne un style, une ligne, une atmosphère, une envie, un univers, je donne vraiment quelque chose d’unique sur chaque pièce. Mes robes se sont des images, des atmosphères, je tout ce que je peux dedans, je donne ma vision éphémère, liée à la nature. Et vu le temps que ça prend pour concevoir et réaliser une robe, au moins 3 mois, oui c’est de l’art. Aussi  pour moi c’est très important que le savoir-faire Couture Française  reste en France, pourquoi? Car ce milieu est tellement petit qu’il faut le préserver. La matière vient d’une maison Française qui avait 120 ans, mes petites mains sont Françaises, j’utilise beaucoup de mannequins Français. Pour moi c’est une jolie histoire que je souhaite conserver. C’est aussi pour cela ue je suis professeur dans un lycée dédié à la Couture (Le Lycée Octave Feuillet, Paris 16eme) pour transmettre les techniques Françaises. Si vous deviez avoir une égérie  qui choisisseriez-vous? On m’a posé souvent la question, une égérie? Je ne sais pas. Heu… je ne sais pas ce que ça veut dire exactement, donc si je dois répondre, je vois le corps de Monica Bellucci, je vois Laëticia Casta, je vois des corps avec des formes. Je n’ai pas de Muses pour l’instant, je m’inspire de tout ce qu’il y a autour de moi, je prends tout. Une égérie pour moi c’est un tout en même temps, c’est  un mix , quelque chose de vivant qui me donne des frissons, qui me donne envie, comme une Muse. Je ne peux pas aimé qu’une seule chose, je m’inspire de plusieurs beautés. Mais si Monica Belluchi souhaite porté mes robes, je serai ravie de l’habiller, si elle m’entends...   Y’a-t-il des grands couturiers que vous admirez tout particulièrement ? Mr Jean-Paul Gaultier, le travail absolument parfait de Mr Alaïa, avec des coutures au millimètre près, je ne saismêmee pas comment il est parvenu à ce résultat. Montana, Mugler ( à présent fermé) Voilà tout les plus grands disparaissent. Mais après l’expérience chez Gaultier, je ne pouvais pas faire autrement que lancé ma propre maison; après avoir vécut le must de la couture, on ne veux plus aller autre part. Quel regard portez-vous sur la féminité aujourd’hui ? Et comment aimeriez vous que les femmes, perçoivent le mot ‘lingerie/couture’? Quel message voulez-vous faire passer pour les nouvelles générations? Elle n’est pas assez Féminine la féminité d’aujourd’hui. Il faut la rendre plus fine, glamour, sensuel. Pour moi les Femmes devraient percevoir le couturier comme quelqu’un qui satisfait à leur moindres désirs, qui comblent leur demandes. Ou tout est fait sur mesure, on peut changer tout ce qu’elles souhaitent. Pour les nouvelles générations, je leur dirai qu’il faut persister et faire au mieux en toute situation , se surpasser, afin d’être différent. Et ne surtout pas essayer d’être des copies, de copies. De se renouveler tout le temps. Quels sont les grands projets à venir ? Nouvelles collaborations? Que pensez-vous du retour de la mode rétro en lingerie ? Mes futures collaborations, alors, très prochainement, le défilé des petites Frimousses de Paris, qui me tient à coeur car c’est pour une bonne oeuvre. Le défilé de Victoria Secret pour lequel je livre des parures lingeries d’inspiration “Oiseaux de Paradis”. Et les 17 robes de ma prochaine collection qui défilera autour du 21, 22 janvier prochain. Selon vous quelle est la clef de la réussite? Avez-vous une devise? Se surpasser en toute occasion.   Un dernier mot aux lecteurs de Prestige International. Continuez à rêver et à faire perdurer le rêve, car aucun rêve n’est irréalisable!

PAR MARZ ATASHI & MALAIKA MARIE-JEANNE

51


I

n your line of work, you need to be constantly renewing your ideas. Where do you generally get your inspiration from? And what inspired you for this latest collection?

I remember my first collection. I was in Ostend. I saw the sea, the sand, and the gray sky—it was a dull day, but so beautiful at the same time! For my third collection, I had gone to South Africa, where I saw many magnificent birds in incredible cages, in the gardens there. They had the most awesome colors! So I made prints of them. I always get my inspiration from nature: I love Nature! For this last collection, I was looking at the sky and the stars one night. It’s a cool theme but it’s already been done so many times before—by Mugler, among others. Constellations are interesting because each one is a planet, with its own specific personality. The theme for my show was planets falling down on Earth; one was on fire, another one was white and fell slowly like a snowflake. That’s what inspired me to make the fleecy wide-brimmed hat. I built my own world on the concept of constellations. Your designs, Mr. Serkan, are high-flying. What do you remember most about your beginnings in this line of business? When did you recognize your passion for fashion and what made you want to dress women? Was it difficult for you to stand out as a fashion designer? I began when I was 13 years old. I was living in Brussels, on Place du Jeu de Balle (Ballgame Square), right next to the flea market. I used to go to the market all the time, before school, or before going to work in my aunt’s clothes store. I collected all kinds of things—I bought anything and everything! Then, one day, I found a Bird of Paradise [blank], and that’s what triggered my desire to go into fashion design: I was told that it was used for making hats so I decided to learn how to make hats in school, and I put all the feathers on them. Then, when I turned 18, I devoted myself to this activity completely and intensively. I developed my techniques and followed as many courses as I could, including fashion design, men’s tailoring, training as a milliner, plus working with lingerie, leather, and fur. You can get away with anything when you’re young! I had my fingers in so many pies. I also persisted, knocking at many doors. Then, JeanPaul Gaultier noticed me at the Modacademy fashion workshop, at Antwerp’s Royal Academy of Fine Arts, and asked me to go to Paris to work as one of his apprentices. Now, I have my feather stock and have been building up my own company for the past two years. My dresses are quite spectacular. It’s not showbiz, as such: they simply got noticed naturally over the course of my four fashion shows.

Y

our success naturally goes beyond cultural barriers. What is our secret?

Fashion knows no bounds. No matter the country, when an exceptional fashion designer emerges, he radiates beyond the boundaries, regardless of his cultural background. I don’t observe any cultural limits: if someone asks me for something, I have no restrictions holding me back. Everything is possible in the world of fashion design; nothing is impossible. Do you remember your very first customer? Oh yes! I remember when I was 14 years old, I was following fashion design classes in Brussels and was preparing my very first show. I had made some wild silk blouses and skirts—one yellow, one blue. I sold the suits to the seamstresses and they loved them. After that, I made some hats and they loved those too. And now, here I am —the rest is history. Where is your studio located? And where do you get these magnificent feathers from? My workshops are behind the Bibliothèque Nationale de France (France’s National Library), right next to the Frigos (an artists’ complex in Paris’ 14th district). I bought my feather stock from Maison Février, which closed down two and a half years ago. It was bought up by Moulin Rouge but I purchased one third of the stock, from the 1940s. That’s how I got all the rare bird feathers that can’t be acquired anymore because they’ve since become protected species (egrets, herons, birds of paradise). Unfortunately, I was unable to buy the whole stock. I sold everything I had—all the objects I’d collected over the years (old books, jewelry, et c.)—to buy this stock of feathers that is impossible to get hold of nowadays. So I’m starting from scratch, all over again. In fact, all my unsold dresses are being recycled because those feathers are rare commodities that can’t be found anymore. Actually, I have one stock, containing the finest feathers, which I use for customers. Then I have another, slightly less stunning stock, that I work on to get a better result; I use this one for my fashion shows (the feathers always get a bit damaged in the shows). I play on these two fronts. Also, I’m now in with a big international feather network so I’ve bid out for feathers that are collected after molting (birds molt every year). For years now, I’ve been collecting ara feathers, for example. Occasionally, but rarely, I find an old feather stock somewhere. And sometimes, I find birds that have died naturally. In fact, nature gives me something and I give it back in a different way. It’s important to me. Do you see fashion as an art form?

Who are your high fashion designs for? Would you like to develop an off-the-peg line someday? Everyone asks me for an off-the-peg line but I still have time for that (I’m only 22). I’m not ready just yet. I’ve found my idea; now I need more time to refine and sublimate it. It will have to be beautiful, enticing, very strong and less expensive than the haute couture collection, but I will do it in the future. My high fashion line is for rare birds, for women who want to be attractive, who want to dress differently. They have strong personalities, because you need a certain amount of boldness to be able to wear my designs. Once, one of my clients wore a crazy cage covered in feathers to a spectacular party. In my view, having a fashion house means sharing a dream moment with someone. But, for me, that someone could be anyone. I want to give pleasure to everybody; I love giving—it incites me to excel myself every time. And each client has her own desires and represents a new challenge to fulfill.   Is it unusual for an Eastern man to become a fashion designer, especially in a country like Turkey? How did your friends and family react when you started out in this industry? I started designing at the age of 13. I was living with my mom at the time, but (I’ll tell it like it is) for 20 years, she told me, constantly: ‘You can’t do that! Sewing’s not for boys!’ So it was difficult, but my mom was all I had. She did let me do it, despite her disapproval. I don’t mess around: I studied, worked, bargain-hunted, and did what I wanted to do. Then, when I arrived at the Royal Academy in Antwerp, Belgium, I worked like crazy and made some pretty wacky collections. Then, one day, when Jean-Paul Gaultier noticed me and hired me, that sealed it.

Yes, it is an art, if you consider that High Fashion items are unique pieces—not to say museum exhibits. I personally do see it as an art, because I give each separate item its own style, shape, atmosphere, desire—its own world: I really put something unique into each one. My dresses are pictures, atmospheres. I put everything I can into them. I confer them my ephemeral vision of the world, in relation to nature. And, given the time it takes to design and make one dress—3 months at least—yes, I can honestly say it is a form of art. Also, I think it’s very important that the know-how of French fashion remains in France because it’s such a small area that it has to be protected. The materials I use are from a former 120-year-old French company; my helpers are all French and many of the models I use are French, too. This is a beautiful situation and I intend to maintain it. That’s also why I teach at a high school that specializes in fashion design (Lycée Octave Feuillet, in Paris’ 16th district), so that I can pass on French techniques. If you had to have a muse, who would it be? I’ve often been asked this question. I’m not sure… I don’t really know what that means or what my answer should be. I would say Monica Bellucci or Laëtitia Casta, for their bodies; shapely bodies. I don’t have any muses for the moment; I just get inspiration from everything around me—I take it all in. In my opinion, a muse is everything rolled into one—a mix, something alive that thrills me, that I have an urge to work with. I can’t like just one thing; I get inspiration from many sources of beauty. But if Monica Bellucci reads this and wants to wear my creations, I’ll be delighted to dress her!

52


A

re there any big fashion designers that you particularly admire?

Mr. Jean-Paul Gaultier. Mr. Alaïa for his perfect work, his precise cuts down to the nearest fraction of an inch—I don’t even know how he does it! Montana, Mugler (now closed down). All the greats are disappearing. But, after my experience with Gaultier, I had no choice but to open my own company. When you’ve been employed by the “must of fashion” it’s difficult to go and work for anyone else. How do you see femininity nowadays? And how would you like women to perceive the expression ‘fashion lingerie’? What message would you like to convey to the coming generations? Today’s femininity is not feminine enough. It should be more refined, more glamorous and sensual. In my view, women should see a fashion designer as someone who fulfills their every desire and demand. When it’s made to measure, you can change anything to suit the wearer. As for the new generations, I would say to persist and do one’s best in any given situation; to exceed oneself in order to stand out in a crowd. And, whatever you do, don’t try to copy from others. And constantly renew yourself. What big projects do you have for the near future? Any new partnerships? And what do you think about the Art Deco comeback in lingerie? Very soon, I’ll be working on the Petites Frimousses (little faces) fashion show in Paris; it’s important to me because it’s for a good cause. Then there’ll be the Victoria Secret fashion show, for which I’ve made some “Birds of Paradise” lingerie sets. Then, the 17 dresses from my new collection will be presented on January 21 and 22, 2014. In your eyes, what is the key to success? Do you have a motto? To exceed oneself at every opportunity.   One last piece of advice for the Prestige International readers? Keep on dreaming and keep the dream alive. Because no dream is unattainable!

BY MARZ ATASHI & MALAIKA MARIE-JEANNE

54


BEAUTY


UNE BEAUTÉ

SUBLIMÉE

POUR NOËL PHOTOGRAPHE: PIOTR STOKLOSA RÉALISATION: MARZ ATASHI MAQUILLEUSE: KASIA FURTAK COIFFEUSE: SHUKO SUMIDA MANUCURE: BEATRICE ENI MODÈLE: LYOKA TYAGNEREVA@CITYMODELS SPECIAL THANKS TO STUDIO MODERNE

SHORTY NOIR EN SIMILI CUIR ET DENTELLE KS PARIS, SNEAKERS MONTANTE CUIR GOLD GIUSEPPE ZANOTTI DESIGN BLACK FAKE LEATHER AND LACE SHORTY FROM KS PARIS, HIGH, GOLD LEATHER SNEAKERS FROM GIUSEPPE ZANOTTI DESIGN


2

3

1

4


8

5

7

6


SUBLIME BEAUTY FOR CHRISTMAS PHOTOGRAPHER: PIOTR STOKLOSA DIRECTOR: MARZ ATASHI MAKE-UP ARTIST: KASIA FURTAK HAIRDRESSER: SHUKO SUMIDA MANICURE: BEATRICE ENI MODEL: LYOKA TYAGNEREVA@CITYMODELS SPECIAL THANKS TO STUDIO MODERNE

1- DIORIFIC DUO MANUCURE BIJOU, DIOR, 38,50 EUROS. 2- PURE COLOR. VERNIS À ONGLES #BRONZE GOLD, ESTEE LAUDER ; PRIX 20 EUROS. 3- SUBLIMAGE. LE FLUIDE ULTIME RÉGÉNÉRATION DE LA PEAU , 50 ML, CHANEL ; PRIX 233,90 EUROS. 4- LE KIT GLEAM CAVIAR CONTIENT :1 VERNIS GOLD DIGGA, 1 POT DE MICRO PERLES, 1 MINI ENTONNOIR. CIATE, CHEZ SEPHORA; PRIX: 22EUROS. 5- LA VIE EST BELLE «EDITION FÉÉRIQUE» REVÊT UNE ROBE DE GIVRE POUR SON ÉDITION DE NOËL. 50 ML, LANCOME ; PRIX : 91EUROS. 6- SPECIAL EFFECTS. VERNIS EFFETS SPÉCIAUX. SLOANE SQUARE (PAILLETTES GRIS ANTHRACITE) - 10 ML, NAILS INC. ; PRIX : 14,90EUROS. 7- ROUGE À LÈVRE L’ABSOLU ROUGE, #189 ROUGE ÉTINCELLE, LANCOME ; PRIX : 31,50EUROS. 8- LE TRIO D’OMBRES À PAUPIÈRES, CHANTECAILLE; PRIX: 58EUROS. EN EXCLUSIVITÉ AU BON MARCHÉ.

1- DIORIFIC DUO MANICURE JEWEL, DIOR, 38.50 EUROS (APPROX. $50). 2- PURE COLOR. #BRONZE GOLD NAIL POLISH, ESTEE LAUDER; 20 EUROS (APPROX. $27). 3- SUBLIMAGE. ULTIMATE SKIN REGENERATION FLUID, 50 ML, CHANEL; 233.90 EUROS (APPROX. $310) 4- GLEAM CAVIAR KIT CONTAINING:1 GOLD DIGGA POLISH, 1 POT OF MICRO PEARLS, 1 MINI FUNNEL. CIATE, FROM SEPHORA; 22 EUROS (APPROX. $30). 5- LA VIE EST BELLE «EDITION FÉÉRIQUE» (FAIRY EDITION), DRESSED IN A FROST DRESS FOR CHRISTMAS. 50 ML, LANCOME; 91 EUROS ($120). 6- SPECIAL EFFECTS. POLISH. SLOANE SQUARE (ANTHRACITE GRAY GLITTER) - 10 ML, NAILS INC.: 14.90 EUROS (APPROX. $20) 7- L’ABSOLU ROUGE LIPSTICK, #189 ROUGE ÉTINCELLE (SPARK RED), LANCOME: 31.50 EUROS (APPROX. $43) 8- EYESHADOW TRIO, CHANTECAILLE: 58 EUROS (APPROX. $67). EXCLUSIVELY FROM BON MARCHÉ DEPARTMENT STORE, PARIS’ 7TH DISTRICT.

65


MADISON ROBE : FATIMA LOPEZ MANCHETTE : PP FROM LONGWY BAGUES : MARIA FRACESCA PEPE

Un MONOCHROME est une oeuvre réalisée d’une seule couleur, d’une nuance et valeur unique, les accessoires de la rentrée se transforment en monochrome...

MONO

CHROMES PHOTOGRAPHER: MYLENE ROUVEURE WWW.MYLENEROUVEURE.COM

ASSISTANT: DENIS STYLIST: ADELE CANY( WWW.ADELECANY.COM) MAKE UP: MAYUMI ODA (MAYUMIODAMAKE-UP.BLOGSPOT.FR) HAIR: YUJI OKUDA (YUJIOKUDA.COM) MODEL: LEANNE, KRESTI, MADISON @NATHALIE AGENCY


MADISON GANT : MAISON FABRE TOP : PACORABANNE


KRESTI CHAPEAU, SAC, BOUCLES D’OREILLES : GIORGIO ARMANI VESTE : KENZO


KRESTI CAPE : COURREGES GANTS : MAISON FABRE


LEANNE VESTE : DSQUARED BAGUE ET BRACELET : KENZO CHAPEAU : MANISH ARORA


LEANNE ROBE : GIAMBATISTA VALLI POCHETTE : BOTTEGA VENETTA


BUSTIER ET JUPE DIOR COLLIER ARGENT JEAN PAUL GAULTIER VISIÈRE CUIR PORTÉE EN COLLIER ZANA BAYNE MANCHETTE NOEUD CUIR ZANA BAYNE


COLLIER ARGENT JEAN PAUL GAULTIER MANCHETTE NOEUD CUIR ZANA BAYNE BRACELETS PERLES DIOR BAGUE PERLE DIOR

INTO THE

DARK PHOTOGRAPHE : FRANÇOIS BERTHIER

DIRECTION ARTISTIQUE : LESLIE DUMEIX MANNEQUINS : ISABELLE @ WOMEN ET ANGELA @METROPOLITAN MAQUILLEUSE/COIFFEUSE : LESLIE DUMEIX STYLISTE : MEHDI POLAN MAHOUR LOCATION : TEN FEET UNDER STUDIO


TOP VELOURS JEAN PAUL GAULTIER VOILETTE DIOR


ROBE CUIR BUSTIER DIOR COLLIER ARGENT JEAN PAUL GAULTIER TOP VELOURS JEAN PAUL GAULTIER VOILETTE DIOR BOUCLE D’OREILLE ONGLE CLIP DIOR LUNETTES DIORAMA DE DIOR


TOP LA PERLA MANCHETTE DIOR COLLIER EK THONGPRASERT MAIN DROITE : BAGUE DIOR MAIN GAUCHE : MANCHETTE DIOR, BAGUE OR BLANC PERLE DIOR BAGUE INCRUSTテ右 DIAMANTS NOIR JOテ記LE JEWELLERY


TOP LA PERLA MANCHETTE DIOR COLLIER EK THONGPRASERT MAIN DROITE : BAGUE DIOR MAIN GAUCHE : MANCHETTE DIOR, BAGUE OR BLANC PERLE DIOR BAGUE INCRUSTテ右 DIAMANTS NOIR JOテ記LE JEWELLERY


COLLIER CHOKER PVC ZANA BAYNE COLLIER JEAN PAUL GAULTIER BOUCLE D’OREILLE INCRUSTÉE DIAMANTS BLANC ET NOIR JOËLLE JEWELLERY BRACELET INCRUSTÉ DIAMANTS BLANC ET NOIR JOËLLE JEWELLERY BAGUE 3 DOIGTS DIAMANTS NOIR JOËLLE JEWELLERY BAGUE OR BLANC PERLE DIOR


ROBE CHLOÉ NOIRE BOTTES CUISSARDES EN SOIE DIOR MANCHETTE DIOR

80


FASHION


ALL I WANT FOR CHRISTMAS PHOTOGRAPHE : SANZ LÉNAÏC STYLISTE : TATIANA DUMABIN ASSISTANT STYLISTE : MARVIN LATOURNALD MANNEQUIN : ALEXIA GIORDANO MAQUILLEUSE ET MANICURE : SYLVIE MAINVILLE COIFFURE : SADEK L. ASSISTANT : GEOFFREY MINGOT


COMBINAISON PALOMA CASILE COLLIER CHANEL JOAILLERIE  BRACELET ROBERTO COIN BAGUE BOUCHERON


MILLION

DOLLAR

BABY PHOTOGRAPHER / PRODUCTION : Y.ZERB MUA/HAIR : BINOMIAL ARTIST STYLIST : BENJAMIN ORION  ASSISTANT : THOMAS ROBLET MODEL : LUBA LOCATION : HOTEL DE VENDOME - SPECIAL THANKS -


MANTEAU JEAN PAUL GAULTIER SOUTIEN GORGE LA PERLA BOUCLES D’OREILLE CHOPARD BAGUE CHOPARD 


MANTEAU DIOR SOUTIEN GORGE LA PERLA BAGUE CARTIER BRACELET CARTIER


COMBINAISON CUIR GIORGIO COLLIER ROBERTO COIN


ROBE DIOR COLLIER CARTIER BRACELET CARTIER


MANTEAU CUIR DIOR              COLLANTS WOLFORD                 BRACELET CHOPARD                COLLIER POIRAY


MANTEAU CUIR DIOR SOUTIEN GORGE LA PERLA CULOTTE HAUTE LA PERLA  COLLANTS WOLFORD  BRACELET CHOPARD COLLIER POIRAY BAGUE  PASQUALE BRUNI


MANTEAU ERIC TIBUSCH               COLLIER VAN CLEEF ET ARPELS                 BAGUE CHANEL                 BRACELET PASQUALE BRUNI 


SILK FLORAL PRINT DRESS BY DOLCE AND GABBANA $4995 WHITE FUR STOLE BY NIGEL PRESTON & KNIGHT $997.50 BELT BY AMEN $225 YELLOW STOCKINGS BY WOLFORD $45 GREEN LEATHER GAUNTLETS BY PLEIN SUD $413 WHITE SILK SHOES WITH CRYSTAL BEADING BY AMEN $743 EARRINGS BY CARLA MARINA PEARL AND 18K GOLD NECKLACE BY MARIE LISE LACHAPELLE (BY SPECIAL ORDER HTTP://MARIELISE.NET) 18K GOLD PEARL NECKLACE WITH ONYX BEADS BY MARIE LISE LACHAPELLE (BY SPECIAL ORDER) 18K GOLD AND PEARL NECKLACE BY MARIE LISE LACHAPELLE (BY SPECIAL ORDER HTTP://MARIELISE.NET) GOLD PENDANT NECKLACE BY DOLCE AND GABBANA (AVAILABLE UPON REQUEST) 18K PINK SAPHIRE AND CHAMPAGNE DIAMOND RING BY MARIE LISE LACHAPELLE (BY SPECIAL ORDER HTTP://MARIELISE.NET) HEADPIECE BY LA CAMICIA BIANCA (I DON’T SEE A HEADPIECE.


FUR PLAY PHOTOGRAPHER: RON CONTARSY FOR HIGHMARK STUDIOS STYLIST: LAUREAN OSSORIO MODEL: MICAELA / WILHELMINA MAKE UP: ROBERTO MORELLI FOR LINK NYLA HAIR: DINA CALABRO /ARTIST BY NEXT DIGITAL POST: HIGHMARK STUDIOS

101


PINK LACE AND METALLIC BALLROOM GOWN BY DOLCE AND GABBANA $13,700 MONGOLIAN FUR SHAWL BY PLEIN SUD $2787.50 WHITE LEATHER STRAP SHOES BY PLEIN SUD (AVAILABLE UPON REQUEST) GOLD EARRINGS WITH RUBY BY DOLCE AND GABBANA $725 HEADPIECE (NECKLACE) BY AMEN $388


BLACK SHEARLING COAT WITH FOX FUR LAPEL BY NIGEL PRESTON & KNIGHT $4997.50 PURPLE STOCKINGS BY WOLFORD $45 TEAL SILK SHOES WITH CRYSTAL BEADINGS BY AMEN $743 YELLOW LEATHER GLOVES BY AMEN $495 BLACK BEADED SHOULDER DRESS BY AMEN $987.50 HEADPIECE BY AMEN $388 LEATHER CORSET BELT BY PLEIN SUD $200


BLACK TUNIC WITH SEQUINED SLEEVES BY SAINT LAURENT $3,450 COLOR BLOCK GLOVES BY AMEN $538 PINK STOCKINGS BY WOLFORD $45 TEAL SHOES BY AMEN $275 FOX STOLE BY PLEIN SUD $863


LEOPARD DRESS BY DOLCE AND GABBANA $5,250 RED FUR SHAWL BY NIGEL PRESTON & KNIGHT $375 GOLD EARRINGS BY DOLCE AND GABBANA $945 LEATHER BANGLES WITH GOLD CHAIN BY AMEN $235 JEWELED WOODEN BANGLES BY AMEN $350 BLACK HEELS BY PLEIN SUD (AVAILABLE UPON REQUEST)


LUXE BE A LADY PHOTOGRAPHER: TYLER KANDEL (WWW.THEKANDELSTUDIO.COM) CREATIVE DIRECTOR/SET DESIGNER: QUINN LIPTON STYLIST: KRISTINA CHANEL MAKE UP: GARRET GERVAIS @ OPUS BEAUTY HAIR: NOOGIE THAI MODEL: ALLIE CRANDELL @ PHOTOGENICS MODEL: LYZA ONYSKO @ MC2 NY

DRESS LANVIN FUR SHAWL LANVIN BROOCH CHANEL EARRINGS ERICKSON BEAMON RINGS AZATURE AND CATBIRD


DRESS LANVIN FUR SHAWL LANVIN BROOCH CHANEL EARRINGS ERICKSON BEMON RINGS AZATURE AND CATBIRD


DRESS ALEXANDER MCQUEEN EARRINGS AND RING ERICKSON BEAMON ROCKS NECKLACE TOM BINNS BRACELETS AZATURE BELT OSCAR DE LA RENTA


JACKET CAVALLI BELT CHANEL EARRINGS STYLISTS OWN


SUIT KEEPSAKE EARRINGS AND NECKLACE ERICKSON BEAMON RING CARTIER RING VINTAGE BRACELETS AZATURE


DRESS CHANEL BROOCH CHANEL NECKLACE CHANEL BRACELETS AND RINGS AZATURE


HAUTE HOLIDAYS PHOTOGRAPHER: BRANDON POWELL (WWW.BRANDONPOWELLPHOTOGRAPHY.COM) CREATIVE DIRECTOR: BIANCA CAROSIO STYLIST: RAYMOND GEE STYLIST ASSISTANT: DIEGO MARQUEZ MAKEUP ARTIST: MARJORIE FORTE HAIRSTYLIST: TAKAYOSHI TSUKISAWA HAIRSTYLIST ASSISTANT: AKANE AWAJI MODEL: LYZA ONYSKO @ MC2 NY


COAT: THE BLONDS DRESS: KATHERINE FEINER EARRINGS/RING: HELEN YARMAK SHOES: PAUL ANDREW


COAT HELEN YARMAK NECKLACE LARUICCI


COAT: HELEN YARMAK EARRINGS: HELEN YARMAK


DRESS: ROLAND MOURET NECKLACE: SUGAR SCOUT RING: HELEN YARMAK BAG: ADRIANA CASTRO


SUIT: GEORGINE BRACELETS: LARUICCI SHOES: CHRISTIAN DIOR


COAT: HELEN YARMAK TOP/SKIRT: CHRISTIAN DIOR EARRINGS: HELEN YARMAK SHOES: FRANZISKA FOX


WENDY DROLMA: PYRAMID MASK


“B-GIRLS” «B-GIRLS» PHOTOGRAPHY: DALTON LOUIS ( WWW.DALTONLOUISPHOTOGRAPY.WEBS.COM ) STYLING BY:  D.WEBB NYC WWW.DWEBBNYC.COM MAKE UP:  JITKA KLUGLOVA HAIR:  LAURA VIGNOLA VIDEO & PHOTO ASST:  KERMIT MERCADO PHOTO ASST: TYLER WELSEK MODEL:  EVA BOHATOVA & SABINA ZAVODNA @MAJOR MODELS LOCATION: THE GIN PALACE, NEW YORK CITY SPECIAL THANKS TO RAVI DEROSSI


SABINA: LE MYSTERE: PIN-UP BRA & BOYSHORT D.WEBB NYC: TASSEL BELT EVA: LE MYSTERE: ISABELLA BRA & THONG


SLE MYSTERE: ISABELLA BRA & THONG PYAARA FEATHER BROOCH WITH PEARLS D.WEBB NYC: TASSEL BELT


SABINA: FYI DANI READ: NILE BODYSUIT


FYI DANI READ: PRIS BRA & PERSEPHONE SKIRT PYAARA BLACK FEATHER FASCINATOR VINTAGE TASSEL NECKLACE STYLIST’S COLLECTION


SABINA: FYI DANI READ: WASPIE & ZHORA PANTY VINTAGE BEADED COLLAR STYLIST’S COLLECTION


SABINA: FYI DANI READ: WASPIE & ZHORA PANTY VINTAGE BEADED COLLAR STYLIST’S COLLECTION


SABINA: WENDY DROLMA PYRAMIS LEATHER MASK FYI DANI READ: NILE BODYSUIT & AGATHA RESTRAINTS EVA: FYI DANI READ: SONMI BRA & THONG, SHIBARI ROPE HARNESS


22 20 14

13

21

9 24

23

12

18

10

11 25 26

16 19

17

15

27

1- Le Coffret Fresh Golden Moët & Chandon, disponible chez les meilleurs cavistes dès Novembre; prix : 38Euros. 2- Escarpin « So kate » en Specchio bronze, CHRISTIAN LOUBOUTIN; prix : 445euros. 3- Collection Jasmin Rouge 2013, TOM FORD. Rouge à lèvres; prix : 46euros. 4- Montre DAME, la Strada en or rose et diamants, CHOPARD; prix : 46 350euros. 5-Youth Dew. Eau de Parfum magnétique et sensuel. 67 ml, ESTEE LAUDER; prix : 54euros. 6- Black XS Eau de Toilette Intense, 100 ml, PACO RABANNE; prix : 75euros. 7- LOLITA LEMPICKA, Eau de Parfum Vaporisateur 80 ml.Vendu chez SEPHORA; prix : 84,50euros. 8- J’adore L’Or, Essence de Parfum Vaporisateur 40 ml, DIOR; prix : 114euros. 9- Tactique Bracelet-jonc, SWAROVSKI; prix : 129euros. 10- Dior Bronze. Auto Bronzant, Huile Somptueuse Eclat Naturel, 100 ml, DIOR; prix : 37euros.

13- Boucles d’oreilles «My Dior», or jaune. DIOR Joaillerie ; prix: 5 500 euros. 11- Opium Gold Collector, eau de Parfum Vaporisateur 50 ml,YVES SAINT LAURENT; prix : 95euros. 12- Baiser Volé, Essence de Parfum. Un nouveau parfum parure, éclatant et précieux 40 ml, CARTIER; prix : 77euros. 14- Sneakers zippé en cuir doré, GIUSEPPE ZANOTTI DESIGN; prix: 650 euros. 15- Bague Perlée trèfle, or jaune, diamants; prix : 11 400euros. 16- Bracelet Perlée, or jaune, diamants; prix : 29 300euros 17- Diorific. Rouge à lèvres Haute Couture #042, DIOR; prix : 32euros. 18- Rouge Allure Velvet. Rouge à lèvres Le Rouge Velours Lumineux #317 la précieuse, CHANEL; prix : 31,50euros. 19- Bagues Quatre en or rose, or blanc et or jaune, prix de vente conseillé à partir de : 2.670euros. Celle en dessous :Bague Quatre « Radiant Edition » en or jaune et or blanc serti de diamants, BOUCHERON prix : 8 450euros.

8


IDÉES CADEAUX

de Noël

6

POUR LES

1

BEAUTY

ADDICTS

3 7

5

& LEURS

4

JULES

2

PAR MARZ ATASHI

RÉALISATION : MARZ ATASHI PHOTOGRAPHE: PIOTR STOKLOSA ASSISTANTS STYLE : AZIZA SADKY, TONY BOCCARA SPECIAL THANKS TO STUDIO MODERNE - 75011 PARIS LOISIR & CRÉATION MAISON DU MONDE

B

20- Gucci Première, le gel douche parfumé, flacon 200ml, GUCCI; prix : 30euros. 21- Rouge à lèvres, Le Rouge GIVENCHY, #311 Rose Précieux; prix : 33euros. 22- The one, Coffret Eau de Parfum DOLCE & GABBANA.Vendu en exclusivité chez SEPHORA; prix : 79euros. 23- Malle Alzer en toile monogramme, LOUIS VUITTON ; prix : 5200 euros. 24- Aromatics Elixir. Parfum vaporisateur 45ml, CLINIQUE; prix : 71euros. 25- Gloss Haute Couture en Or, By GREGORY FERRIE; prix : 55 000euros 26- Ondulations d’Or. Ombre à paupière unique #Bronze précieux, GIVENCHY prix : 45euros. 27- Coffret pour les ongles Luxe Caviar par CIATE ; prix : 27 euros.

131

ientôt l’incontournable période des fêtes pointe le bout de son nez déchaînant derrière elle l’incroyable folie/frénésie des cadeaux de fin d’année. Qui n’en connaît pas ? Une année de plus et vous vous demandez encore comment faire plaisir à vos proches ou de quoi remplir votre WishList ! Tous les ans, le même rituel, toujours le même marathon à contretemps pour dénicher les petits ou les grands, les plus beaux et les plus originaux des cadeaux. Mais ne cédons pas à la panique puisque Prestige International vous guide et vous propose une sélection Luxe qui devrait vous ravir et vous donner envie de faire plaisir. Mode, Joaillerie, Déco, Food, Beauté ou encore Hi-tech, il y en a pour tous les styles et toutes les envies .


42

47

52

46 43 44

48

49 41

51 50

45

40


28- Echarpe en soie imprimée ZILLI; prix : sur demande. 29- Palette Orchidée .Blush Enlumineur L’Orchidée Rose, SISLEY; prix : 64.50euros. 30- La pureté pour homme. Coffret Eau de toilette et t-shirt ZADIG & VOLTAIRE; prix : 63euros, en vente chez SEPHORA. 31- Déclaration pour Homme, Eau de Toilette Vaporisateur 100 ml, CARTIER; prix : 76euros. 32- Mascara Phenomen’Eyes #bronze précieux. GIVENCHY; prix : 29.50euros. 33- Montre Alhambra Talisman Diamants,VAN CLEEF & ARPELS; prix sur demande. 34- Collier snowflake, platine, diamants,VAN CLEEF & ARPELS; Prix sur demande 35- Le Vernis à ongles Rouge Précieux #13, GIVENCHY; prix : 20euros. 36- Bracelet-jonc SWAROVSKI By Shourouk; prix: 249euros. 37- Gloss Haute Couture Or blanc platine et diamants, By GREGORY FERRIE; prix : 65 000euros. 38- Ceinture en crocodile, ZILLI; prix : 2400euros. 39- Vase Harcourt Amphora par Jean-Marc Gady pour BACCARAT; Prix : 3 010 euros. 40- Montre Impériale en Acier, cadran noir, sertie de 30 diamants, CHOPARD; prix : 21 190euros. 41- Montre «Chiffre Rouge A03», mouvement automatique, bracelet en alligator noir« DIOR HOMME ». Dior Horlogerie; prix: 2 600euros.

42- Escarpin « Iriza » en glitter Blue Khol, CHRISTIAN LOUBOUTIN; prix : 445 euros. 43- Coffret gel douche SEPHORA; prix : 16euros. 44- Aubade, Eau de parfum vaporisateur, 50 ml, AUBADE; prix: 49 euros. 45- Pochette « Mina Clutch » en cuir nappa et Spikes mix, CHRISTIAN LOUBOUTIN; prix : 1395euros. 46- Venera Crystal Broche, SWAROVSKI; prix : 119euros. 47- Nouveau champagne blanc extra brut, SOUTH PIGALLE; prix : 39euros. 48- Eau de Toilette 80 ml,VALENTINA OUD ASSOLUTO; prix : 106euros. 49- Ombre Hypnôse Étincelante. Ombres à paupières #quartz taupe, LANCOME; prix : 28.90euros. 50- Le nouveau parfum 2013, Coffret Dahlia Noir Le Bal de GIVENCHY, édition limitée; prix : 115,50euros. 51- Montre J12 Moonphase en céramique high-tech noire, et diamants. CHANEL horlogerie; prix : 18 000euros. 52- Invictus, Eau de Toilette Vaporisateur 100 ml, PACO RABANNE; prix : 72,50euros.

31 39 38 30

37

28 32 33 35 36

34

29


53- Cerfs de décoration MAISON DU MONDE, prix : 2,50euros. 54- Boite collector « Kusmi Tea » vendue en exclusivité à la Grande Epicerie de Paris. Boite 250g; prix : 21euros. 55- The one, Coffret DOLCE & GABBANA.Vendu en exclusivité chez SEPHORA; prix : 79euros. 56- Sneakers « ALFIE » en Flat patent, Calf & Pony, CHRISTIAN LOUBOUTIN; prix : 925euros 57- Casque de moto Castel Shibuya, ATELIER RUBY; prix : 1030euros. 58- Bougie parfumée rose rouge, POPUP ; prix : 35euros. 59- Code Rouge Brut Eternel Blanc de Blancs, 75 cl, GERARD BERTRAND; prix : 20euros. 60- Collection Jasmin Rouge 2013, TOM FORD. Rouge à lèvres; prix : 46euros. 61- Couleur extrême et une haute brillance. Le Vernis#677, CHANEL ; prix : 20euros. 62- Collection Jasmin Rouge 2013, TOM FORD.Vernis haute performance; prix : 32euros. 63- Very Irrésistible «Happy 10 years!” edition collector, 75 ml, GIVENCHY; prix: 96.50euros. 64- Evian by ELIE SAAB, édition limitée 2014 ode à la pureté; prix : 2,49euros. 65- Ailes ange décoratif, MAISON DU MONDE ; prix : 1,90euros. 66- Repairwear Uplifting. Crème Raffermissant CLINIQUE; prix : 83.50euros. 67- Boucheron, Eau de Parfum Edition Limitée 2013 Vaporisateur 100 ml, BOUCHERON; prix : 99 euros.

68- Dior Prestige le Grand Masque, un soin idéal et luxe. DIOR; prix : 203,30euros. 69- Repairwear Laser Focus. Concentré Correcteur Ride et Réparateur UV, CLINIQUE; prix : 64euros. 70- Pot poudre visage et Fard à joues Rose « les Merveilleuses » LADUREE; prix : 120euros, en vente exclusive chez SEPHORA. 71- First, L’Eau de Parfum First Edition Blanche 60 ml,VAN CLEEF & ARPELS; prix : 79 euros. 72- Harnais lingerie en dentelle et perles de Swarovski ivoires, KS PARIS ; prix : 137,50euros. 73- Pochette matelassée en satin rouge, GEORGES HOBEIKA ; prix sur demande. 74- Sleepers homme en velours imprimé, ZILLI; prix sur demande. 75- Vernis In Love #520 Flacon Blanc Noel, LANCOME; prix : 17.50euros. 76- Nars rend hommage au célèbre photographe Guy Bourdin avec ces crayons Fling Lip Set collection; prix : 39euros. 77- Bougie parfumée scented candle 190g, POPUP; prix : 45euros. 78- Montre J12 Moonphase en céramique high-tech* et diamants blanche. CHANEL horlogerie; prix : 18 000euros. 79- Voiture de compétition aux couleurs italienne et sa télécommande maniable ultra performante; prix : 42euros.

72 73 67

70 79

71 69 78

76

66 74

77

75

68


57

59

56

65

53

63

62 60

61

55 58

54


97- Coffret Gigogne mademoiselle Noëlle, 15 macarons, LADUREE ; prix : 35euros. 98- Coffret Rose Envoûtante, eau de Parfum JEANNE EN PROVENCE; prix : 20euros. 99- Bague Vita Crystal Moonlight, SWAROVSKI; prix : 199 euros. 100- Peeling Equilibre Moussant, effet peau neuve. SAMPAR; prix : 55euros. 101- Bracelet Pinky So NiceCollier, REMINISCENCE ; prix : 170euors. 102- Crazy Champs Élysées Perles Les Météorites, GUERLAIN; prix : 49euros. 103- Trésor, l’Absolu de Parfum.Vaporisateur 50 ml. LANCOME; prix : 88,90euros. 104- Downtown, Eau de Parfum Vaporisateur 90 ml, CALVIN KLEIN ; prix : 81,50euros. 105- Diorskin Nude BB Crème. Soin de Teint Perfecteur Eclat Effet Peau Nue SPF10-PA+, #001 Clair, DIOR; prix : 38,50euros. 106- Crème Source de Jour, maintient hydratation & énergie pendant 24h. SAMPAR; prix : 35euros. 107- Manchette cuir Lock Me Nomade orange. LOUIS VUITTON; prix : 1080 euros. 108- Elixir des Glaciers Votre Visage One Thousand Nights Limited Edition, By Laboratoires VALMONT; prix : 680 euros. 109- Poudre Libre aérienne aux effluves de La Petite Robe Noire So Crazy 15,5g, GUERLAIN ; prix : 74euros. 110- Superdefense CC Cream. Crème Protectrice Correction SPF30, #Teint Medium, CLINIQUE; prix : 29.50euros. 111- Advanced Night Repair Complexe de réparation synchronisée d’ESTEE LAUDER; prix : 74 euros. 112- CHANEL N°5 Huile intense pour le bain, 250 ml. En édition limitée; prix : 75 euros. 113- Coffret Couleur Kenzo Noël, pochette et parfum vaporisateur, KENZO; prix : 53euros. 114- bottines VELU en Renard Argenté IRAKLI NASIDZE; prix : 575euros.

80- Serviette «O» en crocodile souple, ZILLI; prix sur demande. 81- Collection capsule par Carine Roitfeld pour Mac. Rouge à lèvre nude MAC par CR; prix : 21euros. 82- Foil.Vernis à ongles effet aluminium # Kings Road - NAIL INC. 10 ml, en vente chez SEPHORA; prix : 14.90euros. 83- Coffret mademoiselle Noëlle, 6 macarons, disponible à partir du 21 novembre, LADUREE Paris; prix : 16.90 euros. 84- Bougie parfumée forest lump, POPUP; prix : 25euros. 85- Escarpin « Artifice » en satin grenadine rebrodée de strass, CHRISTIAN LOUBOUTIN; prix : 1995euros. 86- Coffret Couleur Kenzo Noël, pochette et parfum vaporisateur, KENZO; prix : 53 euros. 87- cravate soie imprimée, ZILLI; prix : 250 euros. 88- Sandale»Vortex» à plateau en poulain imprimé zèbre, veau velours violet et cuir métallisé or, WALTER STEIGER; prix : 790euros. 89- Badoit spécial Noel en édition limitée; prix : 2,49euros. 90- Collier Magic Megamix, REMINISCENCE ; prix : 380 euros. 91- Lotion Tonifiante de DIOR; prix : 27 euros. 92- Coffret en Edition Limitée GIORGIO BEVERLY HILLS; prix : 81euros. 93- Coffret Orangina imaginé par André, en exclusivité chez COLETTE Store; prix : 25euros. 94- Honey, Eau de Parfum Vaporisateur 100 ml par MARC JACOBS ; prix : 84,50euros. 95- Coque pour Iphone + une palette «Jingle all the way». TOO FACED; prix : 25euros. En vente chez SEPHORA. 96- Eau du Soir Noel 2013, édition limitée à 10000 exemplaires seulement dans le monde, 100 ml, SISLEY; prix : 197euros.

114

99

105

106

100 112

110 104

107

98

108

102 103 113

111

109

101


80

88

80

87

89

91

81

82

83

90

97

86

92 96

84

85

94 95

93


GOLDEN

GIRL PHOTOGRAPHER: YUJI WATANABE STYLIST: ADELE CANY MAKE UP: ANABELLE PETIT @AURELIEN HAIR: ALEXANDRA TSHITEYA @AURELIEN SPECIAL THANKS TO L’HOTEL DU COLLECTIONNEUR - PARIS


TOTAL LOOK BOTTEGA VENETTA RINGS BALENCIAGA


TOTAL LOOK UNGARO RING, EARING & NECKLACE PP FROM LONGWY


DRESS AND COAT GIORGIO ARMANI JACKET GIAMBASTISTA VALLI GLOVES COURREGES BRACELET ONLY CHILD RING PP FROM LONGWY NECKLACE ACCESSORIZE


DRESS ELIE SAAB BAG MINA PARIKA COAT AUGUSTIN TEBOUL RING PP FROM LONGWY NECKLACE AND BRACELET ACCESSORIZE


SKIRT KENZO LONG SLEEVE TOP COURREGE TOP (SHEER) GIORGIO ARMANI HEADPIECE LES BIJOUX DE SOPHIE NECKLACE MARIA FRANCESCA PEPE RING PP FROM LONGWY


DRESS VERSACE HEAD PIECE FUMBALINAS


TOTAL LOOK ( SHOES AND DRESS ) GUCCI BELT PP FROM LONGWY BAG PP FROM LONGWY BRACELET PP FROM LONGWY


I T ACCE SSORI E S

LES IT ACCESSORIES À SHOPPER SUR STYLEBOP.COM Stylebop.com – la référence mode luxe de vente en ligne Lancé en 2004, le site natif d’Allemagne, STYLEBOP.COM est rapidement devenu une référence mode pour les consommateurs exigeants, et figure désormais dans le top des boutiques en ligne de luxe. Avec plus de 250 marques dont Balmain, Akris, Chloé, Dolce&Gabbana, Elie Saab, Givenchy, Maison Martin Margiela, Prada, Proenza Schouler et Valentino, le site propose une large sélection de collections prêt-à-porter, ainsi que maillots de bain, chaussures, bijoux, sacs et accessoires. Laissez-vous tenter par le luxe avec notre sélection IT bag, IT shoes, IT accessories. PAR MARZ ATASHI

GOLDEN GOOSE Bottines Fourrure Lait Imprimée Pois Noirs Printed fur milk booties in black spot € 495

KATIE GRAND LOVES HOGAN Mocassins Cuir de Veau Imprimé Animal Animal print leather flats € 465

GIUSEPPE ZANOTTI Bottines Cuir Naturel Natural leather booties. € 850

VALENTINO Ballerines Fourrure/Cuir avec Rivets Beige Rock Rivet calf leather heels € 620

DIANE VON FURSTENBERG Pochette Enveloppe 440 Cuir Peau Veau Léopard 440 calf leather leopard purse € 225

146


I T ACCE SSORI E S

IT ACCESSORIES

AVAILABLE ON STYLEBOP.COM Stylebop.com – the reference in luxury fashion on-line sales Launched in 2004, the German website STYLEBOP.COM fast became a reference for demanding fashion shoppers and is now among the top luxury on-line stores. Featuring more than 250 brands, including Balmain, Akris, Chloé, Dolce&Gabbana, Elie Saab, Givenchy, Maison Martin Margiela, Prada, Proenza Schouler and Valentino, the site offers a wide selection of off-the-peg collections as well as swimsuits, shoes, jewels, purses and accessories. Indulge in the luxury with our selection of IT bags, IT shoes and IT accessories. By Marz Atashi

VALENTINO Escarpins Cuir de Veau Rivets Rock Beige Beige Rock Rivet calf leather heels € 790

DIANE VON FURSTENBERG Mini Sac Léopard en Poil de Veau Sutra Micro Léopard/Noir Sutra Micro Mini leopard/black haircalf purse € 165

KENZO Casquette Tigre Volant Flying Tiger cap € 45

PRADA Lunettes de Soleil Gradient Acétate Baroque Acetate Baroque gradient sunglasses € 215

DIANE VON FURSTENBERG Escarpins Anette Imprimé Léopard Camel Anette camel leopard haircalf print high heels € 270

147


I T ACCE SSORI E S

GIUSEPPE ZANOTTI Sandales à Plateforme Contour Cuir Verni Miroir Leather platform mirror sandals € 650

EMILIO PUCCI Sac Porté Epaule Métallique Or Gold metallic shoulderbag € 1.145

BALMAIN Ceinture Or/Noir Gold/black belt € 679

MARC JACOBS Escarpins Scintillants Or Gold sparkling heels € 425

RAY-BAN Lunettes de Soleil Large Aviator Polarized Métal Arista Aviator large metal frame polarized Arista sunglasses € 190

GOLDEN GOOSE Tennis Francy en Cuir Doré - Édition Limitée Gold leather Francy – limited edition € 325

148


I T ACCE SSORI E S

MARC JACOBS Chaussures Plates Galactica Brush Argent Silver Galactica Brush flats € 375

JIL SANDER Longs Gants Cuir Doré Long gold leather gloves € 350

ZAGLIANI Sac Bonbon Swarovski Cuir Python Argent Python Bobon clutch with Swarovski embellishment in silver € 1.149

ILEANA MAKRI Bague Gem Gem ring € 6.600

LAURENCE DACADE Bottine Erlin Cuir Argent Silver leather Erlin ankle boots € 659

SERGIO ROSSI Stilettos à Bouts Découpés Cuir Métallique Or/Platine Metallic leather cutout toe stilettos in gold/platinum € 545

149


I T ACCE SSORI E S

SALVATORE FERRAGAMO Escarpins Susi Cuir Verni Nude Patent leather Susi pumps in Nude € 375

UGG AUSTRALIA Mini Bottes Classic Suédé Sable Sued classic mini-boots in sand € 179

CHLOÉ Chaussures à Lacets Cuir/Python Leather/python lace-ups € 525

LE SILLA Bottes Suédé Talon Haut et Bouts Pointus High-heeled suede boots with pointed-toes € 695

VALENTINO Robe Porté Epaule Cuir de Serpent avec Liseré Rivets Rock € 1.550

DOLCE & GABBANA Lunettes de soleil Gradient Acétate Acetate gradient sunglasses € 225

150


I T ACCE SSORI E S

STEFFEN SCHRAUT Col Vison Biscuit Mink collar in biscuit € 299

MULBERRY Sac Satchel Lock Postmans beige Postman’s Lock satchel in beige € 809

CHLOÉ Escarpins Cuir Dune Dune leather heels € 575

ILEANA MAKRI Bague Poison Hug Or Rose avec Diamants Pink gold diamond Poison Hug ring € 5.950 MARC BY MARC JACOBS Bracelet émaillé Toggle Rose Enamel toggle bracelet, pink € 125

MAISON MARTIN MARGIELA Tennis Cuir Crème Cream leather sneakers € 455

151


I T ACCE SSORI E S

CASADEI Bottes Tige Superposée Cuir Noir Leather layered shaft boots in sweet black € 1.415

BALMAIN Cuissardes Suédé Noir Black suede over-the-knee boots € 1.560

APERLAI Bottes Hautes Cuir Croco Noir Black crocodile leather high-knee boots € 870

DIANE VON FURSTENBERG Bottes Cambria Cuir Noir Black leather Cambria boots € 450

GIUSEPPE ZANOTTI Bottes à Rivets Cuir de Veau Tanné Noir Studded boxcalf boots in black € 1.495

152


I T ACCE SSORI E S

LE SILLA Bottes Cuir Nappa Stretch Noir Black stretch leather Nappa boots € 1.009

LAURENCE DACADE Bottes Evita Cuir Noir Black leather Evita boots € 979

RALPH LAUREN COLLECTION Bottes au-dessus du genou Harrah en cuir poli noir Black patent leather Harrah over-the-knee boots € 1.200

VIONNET Cuissardes Suédé/Cuir Noir Suede and black leather over-the-knee boots € 1.350

SERGIO ROSSI Cuissardes à Talon Compensé Cuir Noir Black leather over-the-knee wedged boots € 1.015

153


NEW MAN OF PRESTIGE

UN PARTENARIAT EXCLUSIF ENTRE

SHINOLA ET COLETTE

Shinola, le fabricant américain de montres, vélos, maroquinerie et carnets, basé à Détroit dans le Michigan, arrive en Europe en exclusivité chez Colette. Colette met en avant les valeurs fondamentales de Shinola et sa mission essentielle qui consiste à célébrer l’artisanat et la fabrication aux Etats-Unis. Les quatre catégories de produits Shinola seront disponibles chez Colette et sur colette.fr dès le 4 novembre 2013.

HISTORIQUE

E

n automne 2011, Shinola, une marque du groupe Berock Manufacturring, a été conçue avec la conviction que les produits doivent être créés pour durer et être fabriqués sur le sol américain. En tant que fabricant de montres, vélos, maroquinerie et carnets, fabriqués à la main, Shinola revendique son implantation à Détroit, une ville où l’esprit communautaire et l’héritage industriel sont importants. L’usine de montres et l’atelier de vélos ont été construits au sein du College for Creative Studies (Collège d’études créatives) dans l’ancien bâtiment Argonaut, ex labo de recherche de General Motors. Shinola est une nouvelle entreprise avec un nom chargé d’histoire : Shinola était une célèbre marque américaine de cirage de 1907 à 1960. La marque représente l’artisanat appliqué à grande échelle, la préservation du savoir faire et de l’entreprenariat américain. Après avoir ouvert une première boutique à Detroit, Shinola continue son développement et vient d’inaugurer un flagship à New-York dans le quartier de Tribeca avant d’envisager un développement prochain en Europe.

LODING, un concept unique … rendre le luxe accessible

F

ondée par Michel Gozlan en 1998, Loding a su se distinguer dès ses débuts par son savoir-faire d’exception et son concept de vente à prix unique : 160 euros quel que soit le modèle de chaussures. Née d’une volonté de son mentor de rendre le luxe accessible, Loding s’érige aujourd’hui comme l’unique marque de chaussures haut de gamme qui pratique un prix unique, sans besoin de se soumettre aux aléas des promotions, sur toute son offre (chaussures, chemises, pulls et accessoires). Présente dans 7 pays dont l’Afrique en passant par la Chine et l’Europe avec, dernière en date, l’ouverture de la Suisse, la marque créée par cette PME française aura pris le virage de l’export et déployé 66 points de vente en seulement 6 années. Avec plus de 150 000 paires de souliers et 100 000 chemises vendus, la société d’origine familiale a mis en place un réseau dynamique de franchisés qui relayent une offre qui fait toute la différence sur les marchés. Ses créations toujours guidées par le sens de l’élégance et de la distinction, ses productions issues d’un savoir-faire de bottier, lui permettent de proposer une gamme de souliers au top de la qualité pour habiller les hommes exigeants de la planète.


N E W MAN OF P RE STI GE

LE COLLECTEUR « So Chic & So Luxe » IMAGINE PAR LA MAISON D’ORSAY Le mythique parfum de la maison française souffle cette année sa 90e bougie, avec une édition collector entièrement réalisée à la main. Le flacon sculpté dans une version so chic est disponible en exclusivité à la Scent Room du Printemps Haussmann (Paris IXe) Créé en 1923, le flacon de la fragrance «Le Dandy», initialement réalisé en cristal opaque noir, s’habille pour cette édition anniversaire d’une sculpture cubique en résine acrylique teintée de noir.Véritable objet de luxe à la française créé, conçu et façonné en France. Près de 600 heures ont été nécessaires à la réalisation des 90 exemplaires de cette version collector, confectionnée à la main, du décor du flacon à l’inscription de chaque numéro. Cette eau de parfum renferme des notes fruitées d’ananas, conjuguées à des extraits de whisky, de cannelle, et de gingembre. En fond, on retrouve un accord bois de santal-patchouli. L’édition de prestige du «Dandy» est mis en vente en exclusivité à la Scent Room du Printemps Haussmann. Elle est proposée en version limitée à 90 pièces numérotées. Prix sur demande.

Collection Adidas “Holiday Bears” Jeremy Scott La période des fêtes est l’occasion de vivre les plus beaux moments de notre vie. La décoration des arbres de Noël en est un des meilleurs exemples. Il existe tellement d’articles traditionnels, ornements, sucres d’orge, lumières, étoiles, sans oublier les guirlandes étincelantes. Jeremy Scott a su capturer l’essence de ces chaînes flamboyantes avec les nouvelles Adidas Originals JS Holiday Bears, Burl Ives or et argent associées à la « teddy-fied Metro Attitude, » fourrure tape-à-l’œil et semelles lumineuses. Disponibles dès le vendredi 15 novembre chez Originals, et vous pourrez voir les images officielles des Glitter Bears de Jeremy Scott.

COACH & BILLY REID Les femmes de votre vie sont-elles, jour après jour, obsédées par le dernier sac à main ? Et vous vous demandez si on va un jour donner aux portefeuilles et autres accessoires pour hommes un nouveau souffle ? Bien entendu ! Il se peut simplement que vous n’ayez pas fait attention. Pour preuve : saviez-vous que Coach venait de s’engager dans une nouvelle et superbe collaboration avec Billy Reid, designer originaire d’Alabama ? Sinon, pas de problème. Parce que nous sommes là pour vous. La collection ultra luxueuse vous offre tout ce dont vous avez besoin, des portefeuilles en cuir et peau d’alligator ($200-$700) aux sacs en daim et cuir ($750-$900) à deux des articles préférés de Reid, un service à cocktail en cuir ($600) et une flasque en alligator ($500). “Nous avons toujours voulu créer une flasque,” nous confie Reid “Et l’aide de Coach a été pour cela inestimable. Il nous a donné carte blanche.” Merci Coach, plus rien ne manque maintenant à notre liste de cadeaux de Noël. Mais nous l’avons bien compris. Ces articles valent-ils réellement leur prix exorbitant ? Il est préférable de le penser. L’élégance esthétique propre à Reid associée au savoir-faire expert de Coach valent bien un mois de loyer. Ces articles ne vous quitteront jamais. Sans oublier que plus le temps passera et plus ils seront beaux. La collection Coach-Billy Reid est disponible dans les enseignes Coach sélectionnées, coach.com, billyreid.com et dans tous les magasins Billy Reid aux USA. Mais dépêchez-vous avant qu’il ne soit trop tard car cette ligne fait déjà fureur. PAR MARZ ATASHI

155


NEW MAN OF PRESTIGE

SHINOLA and COLETTE

TEAM UP FOR AN EXCLUSIVE PARTNERSHIP American manufacturer of watches, bicycles, fine leather goods, and journals, Shinola (based in Detroit, Michigan) has set foot in Europe exclusively at Colette. Colette promotes Shinola’s basic values and its primary mission, which is to celebrate American craftsmanship and production. As of November 2013, Shinola’s four product categories are available in the Colette store and on colette.fr

BACK STORY

I

n the Fall of 2011, Shinola—a brand of the Berock Manufacturing group—was founded on the premise that its products would be made to last and would be manufactured on American soil. Shinola is proud to be in Detroit, where community spirit and industrial heritage are important values of everyday life. The watch factory and bicycle workshop have been set up in the College for Creative Studies, in the building that used to belong to Argonaut General Motors’ former research lab. Shinola is a new company but its name has strong historical connotations: Shinola was a famous shoe polish brand from 1907 to 1960. The brand represents wide-scale craftsmanship, conservation of knowhow, and American entrepreneurship. After opening its first store in Detroit, Shinola has continued to expand; it has just opened a flagship store in New York, in the Tribeca district, and is now beginning to move into Europe.

A unique concept by LODING … making luxury attainable.

E

stablished in 1998 by Michel Gozlan, Loding has set itself apart from the word go thanks to its exceptional expertise and unique pricing concept: €160 (approx. US$210) for every model of shoe in its catalog. Based on its mentor’s will to make luxury items available for all, Loding is the only high-end shoe brand that has a one-price system, regardless of the model.This means no special offer headaches on any of its items (shoes, shirts, sweaters, and accessories). Established in seven countries—in Africa, China and Europe (most recently, in Switzerland)—the brand created by this French SMB has built up its export network, securing 66 points of sale in just 6 years. On the strength of 150,000 pairs of shoes and 100,000 shirts sold, this family business has set up a dynamic franchise network to relay this groundbreaking concept. Thanks to its elegant, distinguished designs and bootmaking expertise, Loding is able to offer a top-quality brand of shoes, to cater for the feet of the most demanding men on the planet.


N E W MAN OF P RE STI GE

“So Chic & So Luxe” - COLLECTOR’S ITEM, BY MAISON D’ORSAY This mythical French ‘parfum’ is celebrating its 90th birthday this year, with an exclusively handmade collector’s model.The super chic sculpted bottle is sold only at the Scent Room in Paris’ Printemps Haussmann department store (9th district). First created in 1923, the bottle containing the «Le Dandy» fragrance initially made of black opaque crystal—has been embellished with a black-tinted, acrylic resin cubic-shaped sculpture, especially for this 90th birthday commemoration.A luxury item designed and made in France, if ever there was one! It took almost 600 hours of craftsmanship to make the 90 copies of this collector’s edition: all is handmade, from the bottle’s decoration down to the writing of each individual number. This eau de parfum contains fruity pineapple notes combined with extracts of whisky, cinnamon and ginger.The base note exudes a woody blend of sandalwood and patchouli. This prestigious «Dandy» model is on sale exclusively at the Scent Room, in Paris’ Printemps Haussmann store. Only 90 numbered copies are available. Price provided on request.

Adidas x Jeremy Scott “Holiday Bears” Collection One of the best parts about the holiday season is the fun of decorating especially Christmas trees. There are so many traditional items to choose from, including a variety of ornaments, candy canes, lights, stars and, of course, glittery garland. Jeremy Scott has captured the essence of this flamboyant rope with the new Adidas Originals JS Holiday Bears—silver and gold Burl Ives remixes of the teddy bear Metro Attitude models with flashy fur and glittering soles.These are available at top Originals points of sales as of Friday, November 15th.You can see the official images of the Jeremy Scott Glitter Bears after the jump below.

COACH & BILLY REID After constantly watching the women in your life obsess over the latest handbag, season after season, you may have asked yourself: Do guys’ wallets and accessories ever get a stylish upgrade too? The answer is: of course they do! Case in point: were you aware that Coach just launched a handsome new collaboration with Alabama-bred designer Billy Reid? The super luxurious collection features everything from leather and alligator wallets (US$200-US$700) to suede and leather bags (US$750-US$900), to two of Reid’s favorite pieces - a leather cocktail set (US$600) and an alligator flask (US$500).“We’ve always wanted to do a flask,” Reid admitted.“And Coach has been so supportive to basically let us do what we wanted to do.” So, thanks to Coach, we guys now have an over-the-top holiday wish list, too. That’s settled. But your next question might be: are any of these items actually worth their steep price tags? Oh yes they are! The combination of Reid’s sleek Southern aesthetic with Coach’s expert craftsmanship would even make dropping a month’s rent 100 percent worth it.You’ll literally be able to use these goods forever.And the best part? They’ll only look better with age. The Coach-Billy Reid collection is available at select Coach flagships, coach.com, billyreid.com, and in all Billy Reid shops in the USA. But there’s a good chance this line is going to go fast, so scoop up your favorites before they hop away. BY MARZ ATASHI

157


B LU DES CARAÏBES UN BLU SOPHISTIQUÉ. RADISSON BLU. DES PLAGES DE SABLE IMMACULÉ. DES JARDINS LUXURIANTS. DES CHAMBRES RAFFINÉES D’INSPIRATION EURO-CARIBÉENNE. UN SPA ET UNE PISCINE DE LUXE. C LE RESTAURANT ET LE LOBBY BAR. UNE CUISINE FABULEUSE. DES GENS FABULEUX. VOTRE OASIS BLU.

DES HÔTELS OÙ TOUT DEVIENT POSSIBLE! radissonblu.com/resort-stmartin

UNE PISCINE, RADISSON BLU RESORT MARINA & SPA, ST. MARTIN

É C H A P P E Z- V O U S


LIFESTYLE


CH AMPAGN E

C

HAMPAGNE !

O

rson Welles disait : « Il y a trois choses, dans la vie, que je ne supporte pas : le café brûlant, le champagne tiède et les femmes froides. » De rigueur pendant les fêtes, le roi des vins réclame toutefois quelques attentions particulières qui vont parfois à l’encontre des idées reçues. Aussi pour vous aider à optimiser le service et la dégustation de ce nectar, voici quelques astuces prodiguées par Serge Doubs, meilleur sommelier du monde et sommelier de l’Auberge de L’Ill*. Ne pas le boire trop jeune Mis en vente dès trois ans de vieillissement, le champagne n’est pas forcément destiné à être bu tout de suite. Au contraire, il est généralement préférable de patienter explique Serge Doubs, le sommelier de l’Aunerge de L’Ill : “On peut le laisser se bonifier en cave pendant cinq à dix ans, voire plus pour un millésime.”. Ainsi une bouteille qui présente trop de bulles et d’acidité pourra se révéler moins agressive après quelques années. Pour une dégustation immédiate, la manière la plus sûre de ne pas se tromper est, selon le sommelier, de se tourner vers un millésime compris entre 1997 et 2000. Le laisser prendre l’air Une fois mis en bouteille, le champagne est maintenu dans un milieu réducteur, sans air. La qualité d’un champagne ne provient pas de son effervescence, mais de sa matière qui va pouvoir s’épanouir pleinement au contact de l’air.

160


CH AMPAGN E

L

e champagne se boit frais, jamais glacé Contrairement aux idées reçues, le champagne ne se boit pas glacé. Il se déguste très frais. Il est donc très fortement déconseillé de placer la bouteille au congélateur, qui annihile les arômes et les saveurs. Il faut plonger cette dernière dans un seau rempli de glaçons et d’eau. 15 à 20 minutes suffisent pour rafraîchir le champagne. Sinon, il convient de placer le champagne (bouteille couchée) au réfrigérateur au moins quatre heures avant le service.

La température dépend de la maturité du champagne Point important pour un service au top : prendre en compte la maturité du champagne pour entrevoir la bonne température. Un champagne vif et jeune se boit frais, à 8°C, tandis qu’un champagne mature ou millésimé se boit moins frais, à 10°C. Ne remplir les verres qu’à moitié Le champagne doit être servi qu’à moitié du verre, pour laisser toute la place aux arômes. Il est important de regarder le champagne et sa robe couleur or, avant de le déguster, sans oublier de le sentir avec attention pour s’imprégner des saveurs qui apparaîtront en bouche. Tourner la bouteille, pas le bouchon ! Pour éviter que les bulles ne s’échappent sous forme de geyser au moment de l’ouverture, il faut bien sûr manipuler la bouteille le moins possible, sans l’agiter. Une fois que le muselet métallique est ôté, il est préconisé de maintenir le pouce sur le bouchon afin de retenir la pression et d’incliner légèrement la bouteille Ensuite, il convient de tourner la bouteille autour du bouchon et non l’inverse ! pour que ce dernier s’enlève avec délicatesse sans voler au plafond. Bannir les flûtes droites, préférer des verres tulipes Tandis que les coupes trop évasées risquent de laisser l’effervescence s’éventer, les flûtes classiques étroites et droites, à contrario, vont avoir tendance à trop contraindre la remontée des bulles. Résultat : les arômes restent bloqués et ne peuvent pas s’exprimer. Les verres en forme de tulipe sont ceux qu’il faut préférer pour le service du champagne. Le volume et la hauteur sont idéaux pour permettre aux bulles d’évoluer. Serge Doubs conseille, contrairement aux idées reçues, de ne pas utiliser de coupe qui laisse s’évaporer trop rapidement les arômes à cause des bords évasés. Mieux vaut donc opter pour des flûtes relativement hautes afin de permettre aux bulles de remonter mais plus évasées que de coutume pour que toutes les subtilités de la boisson soient mises en valeur. Attention, après avoir choisi un verre adapté, il serait sacrilège de le nettoyer au lave-vaiselle. il est important de laver les verres sans produit de vaisselle, à l’eau chaude, et de les laisser égoutter. Les résidus du produit de vaisselle éteignent la mousse du champagne. Par ailleurs, les bulles de champagne doivent leur existence à la présence d’impuretés : poussières, fibres de cellulose provenant d’un torchon, sur le verre et il faut éviter tout nettoyage trop corrosif. Pour conserver l’effervescence de la boisson après ouverture de la bouteille, il s’avère d’ailleurs inutile de mettre une cuillère en argent à la place du bouchon. Seule une fermeture hermétique à l’aide d’un bouchon stoppeur permettra de conserver les bulles encore quelques jours. Jamais au dessert Les professionnels s’accordent à contrer la coutume qui consiste à servir du champagne au moment de trancher la bûche aux marrons glacés... Le sucre viendrait contrarier le goût du vin en renforçant son acidité. Cela risque de casser toute la dynamique du repas. Derrière un vin blanc, puis un vin rouge très évolué, on attend éventuellement un vin plus sucré avec le dessert. Mais surtout pas un champagne.

161

Si tout le repas est arrosé au champagne, on peut tolérer alors un champagne rosé servi avec une coupe de fruits concède le sommelier. Sinon, pour ne pas déroger à la tradition, mieux vaut trinquer à nouveau au champagne une fois le repas terminé. En attendant, la meilleure règle reste celle dictée par vos papilles ! Auberge de l’Ill 2 Rue de Collonges au Mont d’Or, 68970 Illhaeusern. Téléphone :03 89 71 89 00 Par Carole Schmitz


CH AMPAGN E CH AMPAGN E

The temperature is determined by the maturity of the champagne An important point for achieving stellar results: the champagne’s maturity is taken into account in order to define the right temperature for serving. A young, lively Champagne should be served cool, at 8°C (46°F), while a mature or vintage Champagne is served slightly less cool, at 10°C (50°F).

Only fill the glasses half-way Champagne glasses should only be filled midway, to give the aromas room to express themselves. Before tasting, it is important to observe the Champagne and its golden color, and to smell it carefully, in order to absorb the flavors prior to drinking.

Twist the bottle, not the cork ! To avoid a ‘geyser’ of bubbles on popping the cork, the bottle must, of course, be handled and jogged as little as possible. Once the metal wine cap has been removed, you are advised to hold your thumb over the cork (to keep the pressure maintained) and to tilt the bottle slightly. Then, twist the bottle around the cork —not the other way around. This will enable the cork to be extracted gently, without hitting the ceiling !

Tulip-shaped glasses instead of straight flutes

O

rson Welles once said: “There are three things I hate: burning hot coffee, warm champagne, and cold women.” An absolute must for the end-of-year celebrations, the king of all wines has a few special needs that aren’t necessarily common knowledge. To help you get the best out of Champagne hosting and tasting, below are a few tips from Serge Doubs, the world’s top wine waiter and sommelier at Auberge de L’Ill restaurant in France.

Do not drink it if it has not yet matured Champagne that is sold after only three years of maturing is not necessarily meant to be consumed immediately. On the contrary, explains Serge Doubs, wine waiter at Auberge de L’Ill, it’s usually better to wait: “It can be left to improve in the cellar for a further five to ten years—or even more, for a vintage.” A bottle that is too bubbly and acidic may lose some of its aggressiveness after a few years. If you do wish to open it straight away, choose a vintage from 1997 to 2000, advises Serge Doubs.

Let it breathe Once it’s been bottled, the Champagne is in an enclosed, air-tight environment. Its quality does not depend on how effervescent it is, but on its substance. This only completes its development when the bottle is opened and air is allowed to enter.

Champagne should be served cool, never chilled Contrary to popular belief, Champagne is never drunk chilled, only very cool. One is therefore strongly advised not to place the bottle in the freezer as this destroys the beverage’s aroma and taste. Instead, put it in a bucket filled with ice and water. It will only take 15 to 20 minutes to cool it down to the suitable temperature. Otherwise, you can place the bottle on its side, in the fridge, for at least four hours before opening.

Although very wide glasses flatten effervescence, classic flutes, which are narrow and straight, on the other hand, tend to stop the bubbles from rising. As a result, the aromas are trapped and unable to come forth. Champagne is best served in tulip-shaped glasses. The volume and height of these receptacles are ideal for bubble development. Contrary to popular belief, Serge Doubs advises against the use of glasses with wide rims as these let the aromas evaporate too fast. It is better to opt for relatively tall flutes, to allow the bubbles to rise, but with a wider rim than the classic ones, to enhance all the subtleties of this beverage. A word of caution: once you’ve chosen a suitable glass, it must not, under any circumstance, be cleaned in a dish washer. Champagne glasses should be washed in hot water, without detergent, and allowed to drain. Detergent residues counter the champagne’s ‘bubbliness’. The bubbles come from impurities, such as specks of dust or cellulose fibers from cloths, on the surface of the glass. Also, avoid corrosive cleaning. Furthermore, there is no point in placing a silver spoon in the bottle neck after opening, to try and contain the bubbles; only a cork stopper will keep the bubbles alive for a few days.

Never with dessert Experts agree that the tradition of serving Champagne with a Christmas Log, candied chestnuts, or the like, is inappropriate. This is because sugar brings the wine’s acidity to the fore, thereby countering its taste. “It may destroy all the dynamics of the meal. After a white wine and a very rich red, a sweet wine may well be expected when it comes to dessert. But Champagne is not an option.” If Champagne has been served throughout the meal, a rosé Champagne may be envisaged, to accompany a fruit cup. Or, if you wish to respect tradition, you are better off toasting with Champagne once the meal is over. Meanwhile, your best guide, when it comes to knowing which wine to serve, is your very own built-in one: your taste buds!

Auberge de l’Ill, 2 Rue de Collonges au Mont d’Or, 68970 Illhaeusern, France. Telephone: +33 3 89 71 89 00. BY CAROLE SCHMITZ

162


cham

pag

Better with Bubbles :

Champagne proves it’s the king of all wines

ne

!


BESSERAT DE BELLEFON...

Besserat de Bellefon, c’est avant tout une histoire de style. Fondée en 1843, à Aÿ par Edmond Besserat. cette maison de champagne conserve encore aujourd’hui les attributs de la noblesse champenoise et fait partie du second groupe mondial de champagne, avec près de 20 millions de bouteilles vendues chaque année dans le monde.

O

riginaire d’Hautvillers, Edmond Besserat impose au fil des années son savoir-faire artisanal en créant des cuvées qu’il décide de distribuer auprès des hôtels, restaurants et cavistes les plus renommés. Après Edmond, la famille poursuit l’œuvre entreprise. Ses petits-fils, Victor et Edmond, apprennent la passion du travail bien fait, le sens de l’excellence et de l’exigence. L’un technicien hors-pair, l’autre dégustateur émérite sont complémentaires et travaillent en totale harmonie. Ils n’auront de cesse de renforcer la renommée et l’image de leur Maison. En 1920, le mariage d’Edmond avec Yvonne de Méric de Bellefon, de noblesse champenoise, scelle le début de la légende du Champagne Besserat de Bellefon et dote la Maison des armoiries familiales. L’année 1930 marque un tournant historique pour Besserat de Bellefon qui deviendra bientôt légende. Relevant le défi lancé par le Directeur d’un prestigieux restaurant parisien, la Samaritaine de Luxe, Victor Besserat conçoit un Champagne tout en finesse, à l’effervescence légère, pour accompagner idéalement tout un repas. C’est la naissance de la gamme aujourd’hui appelée « Cuvée des Moines », en hommage aux Moines Bénédictins qui les premiers maîtrisèrent la fermentation du Champagne. Ce vin de Champagne élaboré pour la Gastronomie, à la saveur crémeuse, est décliné en 1972 en version rosée, pour le plus grand plaisir des amateurs de diversité dans les accords mets et vins. Besserat de Bellefon n’a de cesse depuis de nombreuses années de répondre aux demandes de ses consommateurs les plus avisés et exigeants. C’est dans cet esprit qu’en 1999, la Maison parfait sa gamme avec un Blanc de Blancs, symbole de pureté et de finesse au travers du Chardonnay, suivi en 2007 de son premier Millésime 2000, vin d’une puissance exceptionnelle. En 2009, la Cuvée des Moines dévoile sa dernière née : l’Extra Brut, un vin très peu dosé, à 3,5g de sucre par litre, d’une pureté absolue. Une véritable révélation qui autorise les associations gastronomiques et œnologiques les plus étonnantes. Dans le cadre de son 170ème anniversaire, la Maison Besserat de Bellefon fait renaître sa Cuvée historique B de B. Pour ce faire, elle a donné libre cours à son Chef de Caves, Cédric Thiébault, qui a sélectionné de magnifiques vins dans les caves, afin de sculpter un assemblage révélant le style Besserat.

Avec la Cuvée B de B, Cédric Thiébault a souhaité exprimer le meilleur de la Maison pour proposer une nouvelle expérience œnologique, destinée aux fidèles du style Besserat. En réinterprétant sa bouteille traditionnelle, typique du XVIIIe siècle, la Maison se mue en esthète et réaffirme les grands symboles Besserat de Bellefon, en dévoilant de nouveau les armoiries familiales.

De 1843 à nos jours… 1843 - Edmond Besserat, originaire d’Hautvillers, fonde sa Maison de Champagne à Aÿ. 1920 - Le mariage d’Yvonne de Méric de Bellefon de noblesse champenoise avec Edmond Besserat, scelle le début de la légende de la Maison de Champagne Besserat de Bellefon. 1930 - Un pari audacieux est lancé à Victor Besserat, dégustateur émérite, par le Directeur du Restaurant La Samaritaine de Luxe. 1972 - La Maison Besserat de Bellefon innove avec la Cuvée des Moines Rosé, premier Champagne rosé au début des années 70 avec cette méthode d’élaboration et cette effervescence légère. 1999 - La Maison Besserat parfait sa gamme avec un Blanc de Blancs symbole de pureté et de finesse au travers du Chardonnay. 2007 - Afin de répondre aux amateurs les plus avisés, la Cuvée des Moines élargit sa gamme en proposant son premier millésime 2000. 2009 - La Cuvée des Moines dévoile sa dernière née : la Cuvée des Moines Extra Brut, un vin très peu dosé, d’une pureté absolue, véritable révélation autorisant des associations étonnantes. C’est en 2009 également que la Maison opère un changement d’habillage et revient à sa forme ovale avec un papier soyeux et tissé lui conférant élégance, vibration, générosité et finesse. 2011 - La Maison Besserat de Bellefon s’affirme avec les Chefs comme Champagne idéal pour les expériences gastronomiques et crée « les Menus Divins » qui célèbrent les associations parfaites entre la Cuvée des Moines et la gastronomie. 2013 - La Maison Besserat de Bellefon fête cette année, son 170ème Anniversaire et lance, à cette occasion, sa nouvelle Cuvée BdeB. Elle s’offre également un ambassadeur de renom, le Chef étoilé Jean-François Rouquette.

164


170 ans d’excellence & d’élégance ! « … Fruit d’un savoir-faire unique et singulier, les Champagnes Besserat de Bellefon allient aujourd’hui audace et tradition, pour que chacun puisse découvrir la «Sensation» Besserat de Bellefon et vivre une expérience œnologique et gastronomique extraordinaire. Être le témoin privilégié de grandes occasions telles que notre 170ème anniversaire, c’est là notre plus belle récompense. » Philippe Baijot, Président de la Maison Besserat de Bellefon.

La cuvée aux Moines “ Préparez-moi un vin de champagne suffisamment onctueux pour accompagner tout un repas et je vous en commanderai 1 000 bouteilles au lieu de 100 … ” Ainsi naquit la Cuvée des Moines, le vin de Champagne spécialement créé pour la gastronomie et depuis cette date partenaire des plus grands chefs.

M

a maison de champagne Besserat de Bellefon propose 2 gammes de champagne, la gamme Tradition, référence de la maison de champagne avec la « Grande Cuvée », assemblage de grands millésimes, et la « Cuvée des Moines », issue en 1930 du souhait de proposer un champagne légèrement pétillant qui s’appelait Crémant. Cette cuvée crémeuse représente 80 ans d’un processus unique et singulier d’élaboration avec une sélection des meilleurs vins de Champagne. Une part très importante en Grands Crus et en 1er Crus est privilégiée pour toutes les Cuvées des Moines, elle est le joyau de la maison de champagne. La Maison Besserat de Bellefon utilise moins de liqueur de tirage, ce qui entraîne une prise de mousse plus légère et aérienne. Les caves profondes et fraîches permettent une prise de mousse plus lente favorisant le développement d’une mousse onctueuse et persistante. La finesse des bulles et la légèreté de la mousse donnent cette saveur crémeuse à la Cuvée des Moines. La Cuvée des Moines est le vin de champagne spécialement créé pour accompagner les expériences oenologiques et gastronomiques les plus extraordinaires. Présenté dans un flaconnage du XVIIIème siècle, ce champagne est à l’origine de la réputation dont jouit Besserat de Bellefon. Sa finesse et son élégance en font un Champagne tout particulièrement réservé à la Haute Gastronomie et aux cavistes.

PAR CAROLE SCHMITZ

165


Besserat de Bellefon is, first and foremost, a story of style. This champagne production company was established by Edmond Besserat in Aÿ in 1843. Even today, it is still a member of the Champagne nobility and belongs to the second biggest champagne-producing group in the world, selling close to 20 million bottles each year, worldwide.

O

riginally from Hautvillers, in the Champagne region of France, Edmond Besserat developed his craft over the years, creating wine varieties which he then went on to distribute to the best-known hotels, restaurants, and wine merchants. His family continued his work in his wake. His grandsons, Victor and Edmond, had a passion for conscientious work, excellence and high standards. They complemented each other well, working in total harmony one an outstanding technician, the other a highly-skilled taster. Thanks to them, the reputation and image of this champagne company were continually enhanced. In 1920, Edmond married Yvonne de Méric de Bellefon, a member of the Champagne nobility, placing Besserat de Bellefon champagne on the threshold of legend and adorning the company with the family coat of arms. The year 1930 was a turning point in Besserat de Bellefon’s history a step into the realm of legend proper. Accepting a challenge set by the manager of a prestigious Parisian restaurant, Samaritaine de Luxe, Victor Besserat concocted a very delicate, gently-bubbled champagne that could accompany a whole meal. This was the forerunner of the variety that now goes by the name of Cuvée des Moines. It was also a tribute to the Benedictine monks (moines in French) who were the first to master the art of champagne fermentation. In 1972, a rosé version of this creamy champagne, designed specially for gourmet dining, was released, providing connoisseurs with a delightful new beverage to enjoy with their meals.

For years, Besserat de Bellefon has been satisfying even the most informed and most demanding of consumers. In 1999, it continued in this vein, adding a Chardonnay-based Blanc de Blancs a symbol of pureness and finesse to its range. Then, in 2007 its first 2,000 vintage, an exceptionally powerful wine, made its debut. Then, in 2009, Cuvée des Moines brought forth its latest offspring, Extra Brut a totally pure, low-potency wine, with 3.5g of sugar per liter. A revelation, no less, allowing for the most astonishing of gastronomic and oenological combinations. To celebrate its 170th anniversary, Maison Besserat de Bellefon is reviving its historical Cuvée B de B. The company’s chief cellar man, Cédric Thiébault, has selected some magnificent wines from their cellars, blending them together in a nectar that reveals the Besserat style in all its splendor. The aim Cédric Thiébault had while creating Cuvée B de B was to express the best of the company’s products, coming up with a whole new wine experience for the devotees of the Besserat style. The traditional 18th century bottle has been revisited. The result is a highly-aesthetic recipient bearing the coat of arms, as before, reinstating all the symbolism that makes Besserat de Bellefon what it is.

166


BESSERAT DE BELLEFON 170 YEARS OF EXCELLENCE AND ELEGANCE

From 1843 to the present 2009 - Cuvée des Moines introduces its new arrival: Cuvée des Moines Extra Brut, a very low-dosed, pure wine a revelation in itself, enabling the most astounding of gastronomic /oenological combinations. This is also the year when Besserat revamps its packaging presentation, reverting to its oval form, with a silky paper wrapping, for extra elegance, vibration, magnanimity and finesse. 2011 - Maison Besserat de Bellefon asserts itself as the ideal champagne for gourmet experiences by creating “Menus Divins” (divine menus), a concept that celebrates a perfect marriage between Cuvée des Moines and gourmet cuisine.

La cuvée aux Moines Monks’ vintage “Make me a champagne that’s creamy enough to be drunk throughout a whole meal and I will order 1,000 bottles from you, instead of 100!” And so came about Cuvée des Moines, a champagne specially designed for gourmet cuisine. Since that day, it has accompanied the world’s greatest chefs in their gastronomical endeavors.

2013 - Maison Besserat de Bellefon celebrates its 170th anniversary and launches Cuvée BdeB in commemoration of this important date. It has also gained a renowned ambassador, Michelin-starred chef, JeanFrançois Rouquette.

Besserat de Bellefon has two champagne ranges, Tradition and Cuvée des Moines. The former is a reference and includes in its ranks Grande Cuvée, a blend of great vintages.The latter was initially produced in 1930 based on the aspiration of offering a slightly bubbly champagne described as Crémant. This sparkling variety embodies a unique, 80-year-old development process involving a selection of the best champagne grapes. All the Cuvée des Moines wines contain a large proportion of Grands Crus and Premier Crus grape varieties. These are he pride and joy of the Besserat de Bellefon champagne house.

1843 - Edmond Besserat, from Hautvillers, in the heart of Champagne country, established his Champagne company in Aÿ. 1920 - Edmond Besserat’s marriage to Yvonne de Méric de Bellefon, of Champagne nobility. This marks the start of the Maison de Champagne Besserat de Bellefon legend. 1930 - Skilled taster Victor Besserat receives a challenging proposition from the manager of Samaritaine de Luxe restaurant in Paris. 1972 - An innovative move by Maison Besserat de Bellefon with its Cuvée des Moines Rosé, the first rosé champagne of the early Seventies, using its development method and light bubbliness. 1999 - La Maison Besserat perfects its offer, providing a Chardonnay-based Blanc de Blancs a symbol of pureness and refinement. 2007 - For the staunchest connoisseurs, Cuvée des Moines expands its offer, with its first 2,000 vintage. “The Besserat de Bellefon champagnes we offer today are the fruit of expertise that is second to none. They are a blend of boldness and tradition, allowing anyone who wishes it to discover the Besserat de Bellefon “Sensation” and enjoy a gourmet wine and food experience like no other. We are very proud and heartened to be able to celebrate a great occasion like this, our 170th anniversary.”

Maison Besserat de Bellefon uses a lesser bottling dosage to create lighter, more airy bubbles. The cellars are deep and cool, creating slower bubbling for a smooth, long-lasting sparkle. It is the refinement and lightness of these bubbles that give Cuvée des Moines its characteristic creaminess. Cuvée des Moines has been specially created to provide the most unique of wining and dining experiences. Presented in an 18th-century-style bottle, this champagne has given Besserat de Bellefon the reputation it still enjoys today. Its finesse and elegance immediately place it in the ranks of fine cuisine and exclusive wine-waitering.

BY CAROLE SCHMITZ

Philippe Baijot, Chairman of Maison Besserat de Bellefon.

167


VAT PHOU

ASIA MAGIC Parcourir le Laos et le Cambodge c’est, très paradoxalement, emprunter le plus court chemin de soi à soi. Tout se passe ici sur les bords du Mékong, ce fleuve-père de plus de 4000 kilomètres qui traverse cinq pays, des confins du Tibet à Ho-Chi-Minh Ville pour se jeter dans la Mer de Chine. Nous avons choisi quatre lieux magiques, étapes incontournables dans la découverte de ces deux pays qui entrent en modernité sans rien céder de leur identité. En quoi nous ferions bien de prendre exemple sur eux.

L

UANG PRABANG : ville laotienne classée au répertoire du patrimoine mondial de l’Unesco.Ville de rêve qui charme ce qu’il y a de vraiment écolo en nous : pas de feux de signalisation, aucun conducteur ne klaxonne, tout ici est calme, zen et douceur de vivre. Pour cause : la ville regorge de temples bouddhistes ; dès le matin les moines en robe de safran demandent l’aumône aux habitants aussi pauvres qu’eux mais qui n’hésitent jamais à partager pain, fruits et légumes. Nous petit-déjeunons à la terrasse du plus bel hôtel de la ville, la LUANG SAY RÉSIDENCE, hôtel bâti en bois de teck et en pierre, avec un superbe jardin tropical, une piscine accueillante et surtout un bar et un restaurant qui sont de véritables machines à remonter le temps.Vous êtes au XIXème siècle, à l’heure des grands explorateurs français qui ont traversé le Mékong. «La Belle Epoque » vous offre des menus où les produits frais du Laos sont cuisinés à la mode européenne. Cela donne un très joli résultat.

168


VAT PHOU

VAT PHOU

LUANG SAY RÉSIDENCE

LUANG SAY RÉSIDENCE SONG SAA

LUANG SAY RÉSIDENCE


SONG SAA

SONG SONGSAA SAA

SONG SAA

SONG SAA

SONG SAA

SONG SAA


UN BATEAU SUR LE MÉKONG La magie continue avec une croisière de trois jours sur le grand fleuve à bord du Vat Phou, embarcation luxueuse de douze cabines qui vous balade tranquillement dans le Laos profond où l’on découvre des temples complètement oubliés, comme le Vat Phou justement, qui précèdent ceux d’Angkor, les plus célèbres d’Asie. Une marche à travers des villages où télévision et wi-fi sont installés dans des cahutes et des sentiers boueux, vous amène, un après-midi, à une locomotive qui appartenait au premier train créé en 1875 au Laos par des ingénieurs français. Mais l’essentiel est dans la nuit au bord du fleuve, dans le multiculturalisme sonore des oiseaux les plus divers du monde, dans l’éternité de cette lente coulée à travers des paysages où les arbres tendent littéralement leurs fruits à portée de main. SIEM REAP La ville a explosé en vingt ans en raison évidemment de sa proximité immédiate avec les temples d’Angkor. Siem Reap, la ville où l’on a envie de s’installer, où l’on déjeune copieusement à deux pour 5 euros, où les appels des masseuses cohabitent avec les boîtes de nuit et les bars, et où un restaurant français ose s’appeler « Le Malraux » - et il a raison – parce que sa cuisine est aussi bonne que celle de Paris et qu’il est notamment tenu par David Martin, le fils de Jacques Martin. David vit depuis cinq ans à Siem Reap, comme un millier de Français qui tiennent restaurants et librairies et qui n’ont plus envie de bouger. A l’hôtel « Heritage Suites », la magie d’un

menu fait par un chef Cambodgien, des suites avec jardins privatifs et un service d’une gentillesse et d’une efficacité rares. De ce cœur de ville, on peut aller visiter les temples d’Angkor qui malgré la foule, gardent leur magie millénaire, mais aussi les villages flottants et d’autres temples plus éloignés comme celui en grès rose où a été immortalisée Angelina Jolie pour la campagne Vuitton. SONG SAA OU L’ÎLE AU TRÉSOR Il est toujours risqué de parler de paradis terrestre : le cliché est là qui t’invite et qui t’aime. Mais Song Saa, à une heure de bateau de Sihanoukville, est l’île dont peuvent rêver tous les Robinson Crusoé cinq étoiles : sable blanc, mer verte et bleue, protégée du point de vue de la faune et de la flore sur dix kilomètres de circonférence, villas somptueusement décorées possédant chacune piscine privée, restaurant sur pilotis et dîners, pieds dans l’Océan, sous les étoiles. Le couple australien qui a construit cet incroyable ensemble, a fait en sorte que les villages des îles environnantes possèdent école, élevage et développement durable. Ici, le tourisme est au service de l’environnement, et la beauté au service de la permanence du vivant : ambition pas mince, mais réussie. www.luangsayresidence.com www.vatphou.com www.heritagesuiteshotel.com www.songsaa.com PAR ANDRÉ BERCOFF

SONG SAA

171


ASIA, IN ALL ITS GLORY Paradoxically, traveling across the expanses of Laos and Cambodia is the fastest route back to oneself. The fulcrum of this place lies on the riverbanks of the Mekong, the major, 2,700 mile-long waterway that flows through five countries, from the corners of Tibet to Ho-Chi-Minh, before emptying into the China Sea. We have selected four magical places, unavoidable stopovers in these two countries, which are venturing into the modern-day world without losing an iota of their identity. A good example for the rest of us to follow.

T

he Laotian city of Luang Prabang is included in Unesco’s World Heritage list. From a western point of view, this dreamlike place is the epitome of environmental perfection: there are no traffic lights, no tooting horns all is calm and zen. The abundance of Buddhist temples throughout the city may account for this. As soon as the day begins, the saffron-robed monks ask alms from the locals; although they’re just as poor as the monasteryinhabitants, they are always willing to share bread, fruits, and vegetables. We have breakfast on the terrace of the finest hotel in town, the Luang Say Residence. It is built out of teak and stone and includes a magnificent tropical garden, with an alluring pool. But its most striking features are its bar and restaurant relics of a time gone by that take you back to the 19th century, when the great French explorers ventured down the Mekong. “La Belle Epoque” serves fresh Laotian products cooked European-style, for a very successful result. A BOAT TRIP DOWN THE MEKONG The magic continues with a three-day cruise down the long river on the luxurious, 12-cabin boat, Vat Phou. It will ease you gently into the depths of Laos, with its forgotten temples (including Vat Phou temple), before arriving at the most famous ones of all of Asia, in Angkor. You can take a walk through the villages, amid shacks and muddy paths that are nevertheless equipped with TV and WiFi, to a locomotive that used to belong to the very first train to be created in Laos, in 1875, by some French engineers. But nighttime on the riverbanks is where it’s really at, with its sonic plethora of bird calls from the most varied array of avians in the world. This slow-flowing waterway stretches endlessly across landscapes laced with trees that willingly offer their fruits for the picking.

Martin. David has been living in Siem Reap for five years, like about a thousand other French people, who run restaurants and bookstores and have no inkling whatsoever to move back to Europe. The Heritage Suites hotel offers the magic of a menu prepared by a Cambodian cook, as well as suites with private gardens and exceptionally attentive and efficient service. From this central part of the city, it’s easy to visit the Angkor temples, which despite the crowds, have still maintained their age-old magic. One also has easy access to the floating villages and to other, more remote, temples, like the pink sandstone one where Angelina Jolie was photographed for Louis Vuitton. SONG SAA OR TREASURE ISLAND Speaking in terms of “paradise on Earth” is always a risky proposition it’s the quintessence of a cliché. But Song Saa, an hour-long boat ride from Sihanoukville, is an island that would make many a five-star “Robinson Crusoe” hotel pale in comparison. It has the proverbial white sand and turquoise waters, and its wildlife is protected for a seven-mile radius. Its villas are lavishly decorated and each is equipped with a private pool. Imagine, dining at the restaurant on stilts with your feet dipped in the ocean, beneath a star-spangled sky! The Australian couple who put this whole thing together has also secured schooling, farming, and sustainable development for the surrounding islands. In this part of the world, tourism directly benefits the environment, and beauty keeps the place alive by its mere presence: an ambitious proposition, but that works beautifully in this particular case

www.vatphou.com www.heritagesuiteshotel.com www.songsaa.com BY ANDRÉ BERCOFF

SIEM REAP This city has grown exponentially over the last twenty years because it is so close to the Angkor temples. It’s also the type of place where one would be quite happy to settle, where you can enjoy a bountiful lunch for two for just €5 (under US$7), where masseuses and nightclubs and bars cohabit the same strip, and where there’s a French restaurant that’s bold enough to go by the name of Le Malraux and it’s justified in doing so because its food is as good as Parisian cuisine. It is managed by David Martin, son of the famous French TV host, Jacques

172


HERITAGE SUITES HOTEL

HERITAGE SUITES HOTEL

HERITAGE SUITES HOTEL

SIEM REAP temples d’Angkor

HERITAGE SUITES HOTEL

HERITAGE SUITES HOTEL


Marrakech l’indomptable ville rouge M

arrakech est une ville fondée en 1062 par Abu Bakr Ibn Omar, roi de la dynastie des Almoravides. Façonnée par des influences berbères, arabes et andalouses, elle a vécu, au rythme des dynasties régnantes, un millénaire d’apogées et de déclins. Ville gardienne des traditions et d’un patrimoine culturel et architectural qui en fait l’un des hauts lieux du tourisme international, Marrakech a le cosmopolitisme dans les veines et l’avant-garde dans le sang.  On y vient tout autant pour se dépayser et se ressourcer que pour s’amuser et prendre le pouls des tendances internationales. Ancienne ville coloniale à l’avant-garde de l’urbanisme dans les années 1920, Marrakech, n’est pas seulement une médina, c’est avant tout une ville mythique qui vous ensorcelle et qui à chaque détour de ruelles ou de palais vous emporte vers d’incroyables mystères emprunts de couleurs et autres parfums enivrants. Voici quelques idées pour vous guider…

M

arrakech est une des principales destinations touristiques du Maroc, elle est réputée pour son patrimoine architectural hors du commun et son ambiance tout à fait particulière. La médina de Marrakech, l’une des plus belles et des plus passionnantes qui soit. Dans son enceinte voici quelques éléments qui retiendront tout particulièrement votre attention : la place Djema el Fna, véritable symbole de la ville, rassemble une activité fébrile, où le traditionnel et le folklorique ont tendance à se rejoindre. Tout autour, cerclée de ses remparts, s’étend la médina, véritable labyrinthe où l’on se fera un plaisir de se perdre. Plusieurs monuments intéressants tels que: la mosquée de la Koutoubia, la médersa Ben Youssef ou le palais de la Bahia, qui témoignent de la dimension historique de Marrakech. Les souks, organisés par quartiers et par métiers, sont une expérience à part entière, et l’on s’essaiera au marchandage tout en évitant les immanquables attrape-touristes. Hébergements emblématiques à Marrakech, les riads qui sont nombreux à l’intérieur de la médina : dont “la maison rouge”ou «Dar Vedra» où vous recevrez le meilleur des accueils et vous laisserez envoûter par la magie et l’ambiance de Marrakech ! Place Jemâa el-Fna, Patrimoine Immatériel de l’Humanité Elle est un lieu incontournable de la ville. Véritable artère névralgique de la Médina de Marrakech, elle permet de saisir le foisonnement de vie et d’activités qui caractérise la ville impériale.  Situé au coeur de la Médina, la place Jemâa el Fna est le centre géographique, culturel et social de Marrakech. Elle est dominée par le minaret de la Koutoubia toute proche, elle donne accès aux ruelles des souks, elle est le lieu de passage obligée pour atteindre de nombreux riads et restaurants de luxes nichés au coeur d’une venelle de Marrakech.. Son nom signifie « assemblée des morts », une appellation qu’elle doit à la volonté des sultans d’y exposer à la foule la tête des criminels exécutés. Jemaâ El Fna est un lieu de transmission des savoirs où chaque acteur participe à la sauvegarde du patrimoine commun.  L’animation représente le coeur de l’activité de la Place : lieu de divertissement et de rencontre par excellence, elle constitue un repère incontournable pour les touristes ainsi que pour les Marrakchis. Selon un récent recensement, ils sont près de 250 acteurs (âgés de 14 à 70 ans) à entretenir ce spectacle bouillonnant et festif où l’émerveillement est toujours au rendez-vous. La plupart de ces personnages emblématiques proviennent de la ville de Marrakech. Les autres sont originaires des communes avoisinantes situées dans les plaines ou les

montagnes (Haut Atlas, Rhama, Sraghna...). Une infime minorité provient de villes comme Casablanca, Meknès, Rabat... L’apport des influences extérieures a contribué à façonner l’identité de ce haut lieu du Maroc, grâce à la pluralité des expériences qui sont venues s’ajouter et enrichir ce patrimoine de l’humanité... Depuis des siècles, Jemaâ El Fna propose à tous ses visiteurs un spectacle permanent et ininterrompu où chaque acteur est détenteur de ce patrimoine immatériel. Qu’il soit conteur, jongleur, danseur ou musicien, chacun participe à cette synergie d’ensemble, une osmose magique qui fait de cet endroit un lieu si unique, un laboratoire de création d’une humanité « nomade », qui a perdu ses repères de classe, de nationalité et de frontières... Une ville de Jardins Après avoir admiré les splendeurs architecturales du passé, vous pourrez partir à la découverte des jardins de Marrakech, et apprécier le calme et la fraîcheur de l’ombre, quand le soleil est au zénith. La ville recèle davantage de jardins qu’aucune autre cité marocaine. Avec l’aide de paysagistes, de botanistes et d’écologistes, la municipalité multiplie les efforts pour restaurer ou dessiner encore de nouveaux jardins. Outre les jardins de roses de la mosquée de la Koutoubia et de la Mamounia, ne manquez pas les célèbres Jardins de la Ménara, créés au XIIème siècle par les Almohades. Le pavillon, construit en 1869 par le Sultan Mohammed IV, donne à l’ensemble un charme tranquille. La Ménara est un exemple classique de la tradition botanique marocaine. Célèbre pour ses bassins, le Jardin de l’Agdal est le plus vieux jardin du Maroc. Créé au XIIème siècle par les Almoravides, il a été agrandi sous le règne des Saadiens, puis réaménagé au siècle dernier. A l’ombre des figuiers, des oliviers et des orangers, il s’étend sur 440 hectares. Quant au Jardin Majorelle, oeuvre du peintre Jacques Majorelle et actuelle propriété de la Fondation Yves Saint-Laurent et de Pierre Berger, qui l’a entièrement restaurée, on peut y admirer trois cents espèces de plantes, pour la plupart exotiques, ainsi qu’une très belle collection de plus de quatre cents objets réunis par les deux mécènes et exposés dans le Musée d’Art Islamique rénové.Yves Saint-Laurent y repose à l’ombre des bambous. Enfin, la célèbre Palmeraie, plantée sous la dynastie des Almoravides, demeure un centre d’attraction très fort pour les visiteurs. Ses 3 000 hectares et ses 100 000 arbres font l’objet d’une attention toute particulière de la Fondation Mohammed VI pour la Protection de l’Environnement qui a mis en place un programme de sauvegarde et de plantation de 430 000 palmiers.

174


MARRAK E CH

Pour le plaisir de se faire plaisir… Le shopping, à la découverte d’un artisanat revisité Vivre Marrakech signifie forcément succomber au rituel du shopping, à la visite des souks et à la découverte de son artisanat issu de savoir-faire ancestraux. Dans l’agitation et le bruissement des ruelles de la médina qui s’entrelacent, la visite des souks, au nord de la Place Jemaa El Fna, est un véritable dépaysement. On flâne dans les différents quartiers organisés par corporations : après le souk El Ghezel, le marché de la laine et celui des épices, on se dirige vers la Place Rahba-Kedima. Cet ancien marché au blé regroupe des échoppes d’apothicaires où d’étonnants remèdes côtoient les traditionnels produits de beauté orientaux : khôl et antimoine, henné sous toutes ses formes… À proximité, le souk des tapis, appelé aussi la criée berbère, forme un univers à part, éclatant des couleurs de tous les tapis étalés sur les murs. De même pour le souk du cuivre et ses vieux ateliers, où les dinandiers martèlent le métal de façon ancestrale. Au souk Sebbaghine, celui des teinturiers, de gros écheveaux de laine multicolores sèchent sur des perches tendues entre deux murs. Un véritable monde de couleurs. Le souk des potiers, lui, propose ses plats à tajine et ses poteries vernissées ; et celui des bijoutiers, les parures traditionnelles d’argent massif. Le souk Jeld reste le meilleur endroit pour se procurer un sac en cuir ou une paire de babouches. Poteries et céramiques, étoffes et tapis bijoux et maroquinerie, babouches et bougies témoignent de la richesse de l’artisanat marocain qui plonge ses racines dans une tradition restée bien vivante. En nous livrant des objets d’artisanat revus au goût du jour, la visite des souks de Marrakech restera une expérience inoubliable. Et pour ceux qui raffolent d’objets plus contemporains et art déco, direction Le Guéliz chez les designers, pour dénicher des créations modernes inspirées des traditions et des savoir-faire ancestraux comme des objets de décoration, des meubles, du linge de maison, des arts de la table et des bijoux. Autre passage obligé pendant un séjour à Marrakech, le quartier Sidi Ghanem, situé sur la route de Safi à Marrakech. Artisans, créateurs, artistes, décorateurs, designers et grossistes y ont des showrooms de créations originales, traditionnelles ou contemporaines.   Le bien-être, une tradition ancestrale Envie de se laisser aller, de se faire bichonner, de se faire masser ? Marrakech, fidèle à la tradition marocaine du bien-être, offre à ses visiteurs l’art du massage et du hammam. Rituel de soin, de beauté, héritage des coutumes antiques, le hammam est traditionnellement inscrit dans le quotidien des Marocains. C’est un état d’esprit, permettant de prendre le temps pour soi de la détente et de la sérénité. Alors, profitez de votre séjour à Marrakech pour découvrir les secrets de beauté de la femme marocaine et goûter sans retenue aux bienfaits du hammam,  des gommages au savon noir ou des enveloppements au ghassoul. Laissez-vous faire sous les doigts experts des spécialistes du massage à l’huile d’argan ou de sésame ; surtout si elle est parfumée aux huiles essentielles de fleur d’oranger ou de jasmin. Ou alors faites l’expérience d’une journée de relaxation dans un Spa. Les lieux dédiés à la relaxation et au bienêtre sont nombreux à Marrakech. Qu’ils soient traditionnels ou plus modernes, ils offrent un cadre idéal pour remettre vos sens en éveil, revitaliser votre corps et détendre votre esprit. Somptueux avec leurs mosaïques, leurs colonnes raffinées et leurs jeux de lumière tamisée, ces lieux sont de vrais trésors d’architecture et recréent l’univers féerique de l’enivrement oriental !    Une cuisine subtile.

au pigeon et aux amandes (Harira mekhzania façon marrakchi), la soupe à l’ail, origan, menthe et safran (Tadeffi) ou encore, le mouton confit aux raisins secs et aux amandes (M’rouzia) ; sans oublier la fameuse Tanjia ! Vous découvrirez avec bonheur la pastilla, fin feuilleté qui mêle dans une explosion de saveurs, émincé de poulet, amandes, persil, miel…le tout saupoudré de cannelle et de sucre. Vous retrouverez aussi cet art du feuilleté dans les briouates au boeuf haché ou au poulet. Et comment résister aux plaisirs du tajine ! Ce ragoût de viande, de volaille ou de poisson, accompagné de légumes, de fruits ou d’olives se cuit traditionnellement dans un plat en terre cuite couvert, qui lui a d’ailleurs donné son nom. A tout moment vous vous régalerez des fameuses pâtisseries marocaines : biscuits à l’anis, roses des sables au miel, cornes de gazelle, crêpes au miel, gâteaux aux amandes, aux raisins secs. Vous ne résisterez pas à la magie de ces instants de pur plaisir, accompagnés par le traditionnel thé à la menthe, une expérience unique de détente, de partage et de convivialité. Toujours dans cet esprit d’ouverture sur le monde qui anime Marrakech, la cuisine marocaine évolue et l’on voit apparaître une « cuisine fusion » ; car Marrakech accueille de plus en plus de tables et restaurants avec des chefs marocains comme Moha (dar Moha) et étrangers tels Jean Pierre Vigato (Le Français à la Mamounia), Yannick Alléno (Royal Mansour) … tous de renommée internationale. Où Dormir…. - Le Ksar Char Bagh. www.ksarcharbagh.com - Le Selman : www.selman-marrakech.com - Palmeraie Hôtels et Resort., www.palmeraie-marrakech.com - Es Saadi-palace.! www.essaadi.com - Le Palais Namaskar. www.palaisnamaskar.com - Le Naoura Barrière.. www.naoura-barriere.com - Les jardins de Kesali. www.jardindekesali.com Où diner, prendre un verre… - Le bar Churchill à La Mamounia www.mamounia.com. - Le Comptoir, www.comptoirmarrakech.com - « Le Sky Bar», www.renaissance-hotel-marrakech.com - « Le Crystal », www.pachamarrakech.com - « Dar Yacout » 79 Derb Sidi Ahmed Soussi, Marrakech - “Dar Moha”, www.darmoha.ma - « Le Zinc ». Route de Safi, Marrakech - Riad Monceau : www.riad-monceau.com - Restaurant de la Villa des Orangers..  www.villadesorangers.com - Le Salama. www.lesalama.com   Pour Y aller : www.airfrance.fr www.royalairmaroc.com  Pour en savoir plus : www.tourisme-marocain.com www.lartisanatdumaroc.ma www.tourismerural.ma PAR CARLA DE WENDEL

Après le plaisir des sens, le plaisir des papilles. La cuisine marrakchi est riche en saveurs, en odeurs et en couleurs. Tout à la fois berbère, arabe, juive, chrétienne…elle est réputée à travers le monde pour ses associations mélangeant le salé et le sucré, mais aussi pour ses parfums de safran, de cumin ou de coriandre. A Marrakech, vous seront offertes des spécialités telles que la harira


MARRAK E CH

T

he city of Marrakech was founded in 1062 by Abu Bakr Ibn Omar, king of the Almoravides dynasty. Modeled over the years by Berber, Arab, and Andalusian influences, it has lived a helter-skelter of ups and downs over the past 1,000 years, swaying to the whims of each reigning dynasty. Guardian of tradition, cultural, and architectural heritage, Marrakech’s innate cosmopolitanism and avant-garde spirit make it one of the top tourist spots on the planet. People come here from all over for various reasons—either just to get away and recharge their batteries or to have fun and get a feel for international trend. This former colonial city, a pioneer in 1920s architecture back in the day, is much more than just a medina; above all, it’s a city of mythical proportions, capable of captivating and whisking you off on a mysterious trail of color and intoxicating fragrance at every street corner or at every palace gate. Prestige International finds a few ideas for your trip to Morocco’s former capital.

M

arrakech is one of Morocco’s chief destinations for tourists due to its outstanding architectural assets and unique atmosphere. Marrakech’s medina is one of the most beautiful and enthralling on Earth. In its center stands Jemaa El Fna square, a symbol of the city and a hive of activity, mingling tradition and folklore. Splaying out from the square, up to the city ramparts, weaves the labyrinthine medina. Its jewels include various interesting monuments, such as Koutoubia mosque, Ben Youssef medersa and Bahia palace—historical emblems of the Red City. The souks, categorized by neighborhood and trade, are an experience in their own right; bartering is a must but keep your eye out for the obvious tourist traps. The riads are emblematic lodgings. There are many of these inside the medina, including “the Red house” or «Dar Vedra» where the warmest of welcomes awaits amidst the magic of Marrakech. Jemâa El Fna square intangible heritage of humanity You will not want to miss this place! This is the nerve center of Marrakech’s medina—a barometer of the life and hubbub that bubble through the imperial city. Located right in the heart of the medina, Jemaa El Fna square is the geographic, cultural and social center of Marrakech. Overlooked by the nearby Koutoubia minaret, it leads to the souk alleys and is the main thoroughfare to the various luxury riads and restaurants that nestle along the narrow streets of the city. Its name stands for “place of the dead”, which originated from the sultans’ habit of exhibiting the heads of executed criminals at this location. Jemaa El Fna is a place where know-how is passed on, a key to preserving the richness of the local heritage. The square is always alive with activity, in the form of entertainment or people simply hanging out; it’s THE meeting place, for both tourist and local inhabitants. Almost 250 people (aged 14 to 70) contribute to the festive feel, providing constant entertainment for the delight of onlookers. Most of these emblematic characters are from Marrakech itself; others come from nearby communes located on the plains or in the mountains (High Atlas, Rhama, Sraghna, etc.). A very small percentage of these performers come from cities like Casablanca, Meknes or Rabat. An influx of external influences has helped make this Moroccan hotspot what it is today—this “heritage of humanity”, as coined by UNESCO, is a melting pot of diverse experience. For centuries, Jemaa El Fna has been a never-ending source of spectacle and each one of the performers is the keeper of this intangible patrimony. Storytellers, jugglers, dancers and musicians alike (to name a few) are cogs in this magically osmotic machine that makes this place such a unique one—a lab of “nomadic” human creation, with no barriers of class or nationality. City of Gardens After enjoying the architectural splendor of yesteryear, you can go and check out the Marrakech gardens—a haven of serenity and cool shade, a welcome source of solace when the sun is high in the sky. Marrakech has more gardens than any other Moroccan city. The city council has hired landscape gardeners, botanists and ecologists to restore old gardens and design brand new ones. Besides the Koutoubia and Mamounia mosque rose gardens, do not miss the

famous Menara gardens, created by the Almohades in the 12th century. The pavilion, which was built in 1869 by Sultan Mohammed IV, adds an extra whiff of charm and tranquility to this mythical place - a classic example of Morocco’s botanical tradition. Then there’s Agdal garden, famous for its pools. Created in the 1100s by the Almoravides, it was enlarged under the Saadiens, then refurbished during the last century. The result is almost 1,100 acres of fig, olive and orange trees. Meanwhile, Majorelle gardens, created by painter Jacques Majorelle and currently owned by Fondation Yves Saint-Laurent and Pierre Berger (who have completely restored it) are home to some three hundred plant species, most of them exotic, and a stunning collection of over four hundred objects garnered by the two art patrons and exhibited in the recently-renovated Museum of Islamic Art. Yves Saint-Laurent himself is buried in the shade of the bamboos. Last but not least, Marrakech’s famous palm grove, planted during the Almoravides dynasty rule, still remains a strong tourist attraction, to this day. This 7,500-acre expanse, home to 100,000 trees, gets VIP treatment from the Mohammed VI Foundation for Environmental Protection, benefiting from a special conservation program and the addition of 430,000 palm trees.   The pleasure of relishing Shopping Marrakech-style entails indulging in an inexorable ritual of in-store shopping, visiting souks and discovering crafts born of ancestral know-how. Amid the hustle and bustle of the interwoven narrow streets of the medina, there’s nothing more novel to the Western eye than a visit to the souks, north of Jemaa El Fna square. You can stroll leisurely through the different sections, divided by trade: after El Ghezel souk, you come to the wool and spice markets. Next, it’s on to Rahba-Kedima square. This former wheat market is now home to various apothecaries selling incredible remedies alongside traditional beauty products from the East - kohl and antimony, and all kinds of henna. The nearby rug souk—also known as the Berber market—is a world in its own right, a mosaic of color splashing out from the hanging rugs. Then it’s on to the copper souk and its ancient workshops, where the smiths hammer the metal using ancestral techniques. At Sebbaghine souk—specializing in dyes—huge skeins of multicolored wools lay drying on horizontal rods, creating a variegated effect. Meanwhile, the pottery souk sells tajine dishes and varnished pottery items and its jewelry neighbor is brimming with traditional solid silver items. Finally, Jeld souk is the best place to buy a leather purse or oriental slippers. Pottery and china, fabrics and rugs, jewels and leather goods, slippers and candles—a whole array of objects that attest to the richness of Moroccan craftsmanship, a tradition that is still very much alive today. All in all, the tour round the Marrakech souks is an experience you’re not likely to forget in a hurry! And if modern art or Art Deco are more up your street, head for Le Guéliz, a designer store selling modern ornaments, furniture, household linen, table art and jewelry inspired by ancestral tradition and know-how. Another must-visit while you’re in Marrakech is the Sidi Ghanem neighborhood, on the road to Safi. Craftsmen, designers, artists and wholesalers have showrooms here—a medley of tradition and modernism.


MARRAK E CH

Marrakech the Untameable Red City Well-being: an ancestral tradition Want to let go? Feel like getting pampered with a welcome massage? True to the Moroccan tradition of well-being, Marrakech is full of massage parlors and hammams. The hammam concept embodies the ritual of skin care and beauty, inherited from ancient customs and still very much a part of Moroccan daily life. It’s a state of mind, a chance to take some time to relax and enjoy a slice of serenity. So, make the most of your stay in Marrakech to learn Moroccan women’s beauty secrets and indulge in the benefits of the hammam treatment, including black soap exfoliation and ghassoul clay masks. Let the expert masseuses work their wonder with their orange flower or jasmine-scented argan and sesame oils. Or take a whole day out to relax in a spa—there’s no shortage of these temples of tranquility, in Marrakech. No matter the style, traditional or more on the modern side, these places are ideal for awakening your senses, invigorating your body and relaxing the mind. With their magnificent mosaics, ornate pillars and dimmed lights, these havens are architectural treasures, tempting you with fanciful intoxication “oh la oriental!” Subtle cuisine. Once you’ve satisfied the senses, it’s time to take care of the tastebuds! Marrakech cuisine is a feast of flavor, aroma and color. A blend of Berber, Arab, Jewish and Christian, it is world-renowned for its sweet and sour combinations on a backdrop of saffron, cumin and coriander. Specialties include pigeon harira with almonds (Harira mekhzania Marrakech-style), garlic, oregano, mint and saffron soup (Tadeffi) and confit of lamb with raisins and almonds (M’rouzia)— not forgetting, of course, the famous Tanjia! Prepare yourself for the delicious pastilla, a fine puff pastry that’s bursting with flavor—minced chicken, almonds, parsley and honey, sprinkled with cinnamon and sugar! ‘Puff pastry prowess’ is also present in the minced beef and chicken briwats. Then, of course, there’s the tantalizingly irresistible tajine: meat or fish stew with vegetables, fruits or olives; it is traditionally baked in a closed-in earthenware dish, which is where its name hails from. Then there are the famous Moroccan pastries—aniseed cookies, honey desert roses, gazelle horns, honey pancakes, almond or raisin cookies. Moments of magic and pure pleasure, with the “cherry on the cake” traditional mint tea—the perfect recipe for a unique experience of relaxation and sharing among friends. Like Marrakech itself, Moroccan cuisine is evolving all the time,

embracing more and more of its own chefs, like Moha (dar Moha), but also many from abroad, such as Jean Pierre Vigato (the “Frenchy” in Mamounia) and Yannick Alléno (Royal Mansour)—all of international fame. Where to stay - Ksar Char Bagh. www.ksarcharbagh.com - Selman : www.selman-marrakech.com - Palmeraie Hotels and Resort., www.palmeraie-marrakech.com - Es Saadi-palace! www.essaadi.com - Palais Namaskar. www.palaisnamaskar.com - Naoura Barrière.. www.naoura-barriere.com - Les Jardins de Kesali. www.jardindekesali.com Where to eat or drink - Churchill bar in La Mamounia www.mamounia.com. - Le Comptoir, www.comptoirmarrakech.com - Sky Bar, www.renaissance-hotel-marrakech.com - Crystal Restaurant, www.pachamarrakech.com - Dar Yacout, 79 Derb Sidi Ahmed Soussi, Marrakech - Dar Moha, www.darmoha.ma - Le Zinc, Route de Safi, Marrakech - Riad Monceau, www.riad-monceau.com - Restaurant de la Villa des Orangers, www.villadesorangers.com - Le Salama, www.lesalama.com   How to get there: www.airfrance.fr www.royalairmaroc.com For more information: www.tourisme-marocain.com www.lartisanatdumaroc.ma www.tourismerural.ma

177

BY CARLA DE WENDEL


L A CRÈ TE

LA

Kalimera Archanes

CRÈTE

en suivant le fil d’Ariane

« OUBLIEZ VOTRE PORTABLE ET ARRÊTEZ LE TEMPS POUR NE PLUS RIEN FAIRE. »

B

erceau de la civilisation minoenne, la Crète est la cinquième plus grande île de Méditerranée mais ce n’est pas la Grèce : nuance de taille. Comme partout, l’histoire a laissé des empreintes. Pour commencer, celle des dieux avec des naissances illustres : celle de Zeus, puis celle du légendaire roi Minos issu de la liaison de Zeus avec la nymphe Europe, et celle toute aussi illégitime du Minotaure, enfermé par Dédale dans le labyrinthe et dont la courageuse Ariane viendra à bout… Et puis, il y a la grande Histoire, celle des hommes, de leurs luttes de conquêtes, des occupations successives, de ses premiers habitants jusqu’à la période byzantine, des Vénitiens aux Ottomans jusqu’à l’indépendance et au rattachement de la Crète à la Grèce en 1913. C’est d’ailleurs en 2014 que les Crétois vont devoir voter pour ou contre, le renouvellement au gouvernement grec. Dans un contexte de crise économique et de dette abyssale, certains Crétois seraient prêts à relever le défi d’une revendication pour un retour à l’autonomie pour se désolidariser de la Grèce. Ils auront tout l’hiver pour cogiter et deviser sur la chose avant d’aller aux urnes. Un autre chapitre de l’histoire serait-il en marche ou simple utopie ? Si vous aimez l’histoire, alors mon périple vous séduira. J’ai choisi trois étapes en privilégiant des adresses hors des sentiers battus, des lieux « habités », des lieux où les pierres parlent d’une autre époque…À votre arrivée à l’aéroport international d’Héraklion, prenez une voiture de location en direction de Cnossos pour une première étape à Archanes, petite localité préservée et réputée pour ses vignobles. Au centre, à côté d’une petite église orthodoxe dont il vous faudra faire ouvrir la porte par le pope, pour voir les icônes, se trouve, dissimulée au fond d’une ruelle pavée, une maison d’hôtes avec un jardinet, regroupement de trois maisons traditionnelles crétoises restaurées, datant du début du XIXème. Une halte pleine de charme pour une nuit. Sortez et perdez-vous dans le dédale des ruelles. Régalez-vous d’une salade crétoise sur la place du village à l’ombre des platanes et prenez exemple sur ces petits vieux qui vous dévisageront du coin de l’oeil. Oubliez votre portable et arrêtez le temps pour ne plus rien faire. Après seulement, vous serez à même de visiter le site archéologique du palais de Cnossos et le musée d’Héraklion, refait à neuf depuis un an. Vous plongerez aux sources mêmes de la civilisation minoenne. Ensuite, nous reprendrons la route pour nous rendre dans un lieu de mémoire, symbole de la rébellion crétoise contre l’occupation ottomane : le monastère d’Arkadi, situé à 25 kilomètres de Réthymnon. Ce monastère qui date du XIIIème est devenu un symbole national, symbole de liberté et de courage, puisqu’en 1866, pendant la rébellion contre les turcs, il fut un bastion de l’opposition. Après deux jours de siège et un massacre dans lequel périrent des milliers de crétois, ce drame permit d’alerter le reste de l’Europe face à l’oppression ottomane. L’événement est encore commémoré chaque année le 8 novembre. La région alentour est réputée pour ses oliveraies et c’est ici sur les bases d’un ancien pressoir, autrefois propriété des moines, que dans les années cinquante, un architecte a bâti ce qui est aujourd’hui devenu un ravissant complexe d’une vingtaine de chambres. Un refuge béni des dieux pour une échappée de

quelques jours, loin des rumeurs citadines et des touristes. Kapsaliana VillageHôtel est un lieu qui a une âme. Tout a été construit en préservant les traditions locales. Un petit musée des arts et traditions occupe une belle salle que le maître des lieux ne manquera pas de vous dévoiler. Et de surcroît la cuisine est exceptionnelle. Le chef est intarissable sur le régime crétois et vous pourrez même acheter sur place une huile de qualité dont il vous expliquera les vertus. Mon fil d’Ariane m’a fait remonter le temps jusqu’aux Vénitiens avec la cité de Réthymnon, troisième et dernière étape de mon séjour : la vieille ville a conservé des traces de cette occupation avec de splendides édifices publics, avant que les Ottomans ne s’emparent à leur tour de la ville au XVIIème . Avec son dédale de ruelles et de placettes, c’est une Venise sans les canaux, dont le point d’orgue est la majestueuse forteresse de Fortezza, château construit en 1590 sur les vestige byzantins. Il y a de nombreuses églises et mosquées à visiter, sans oublier une halte dans le petit port vénitien pittoresque et un détour devant la célèbre fontaine Rimondi, construite en 1626 par le recteur vénitien dont elle porte le nom. Et là au cœur de la vieille ville : bienvenue chez Caterina, propriétaire du Avli Lounge Apartments. En une quinzaine d’années, elle a réussi à réunir et rénover plusieurs maisons vénitiennes, tout en respectant ce patrimoine évidemment très protégé : sept magnifiques suites, deux restaurants réputés pour la qualité des mets et des vins avec une cave de plus de 460 références, et une épicerie fine. Elle célèbre à sa façon l’art de vivre crétois. Passionnée, elle est aussi bien devant les fourneaux à donner des cours de cuisine qu’à veiller sur chaque détail de son établissement. Si vous n’avez aucun sens de l’orientation, vous risquez bien de vous perdre trois fois dans les ruelles voisines avant de retrouver la porte qui mène à votre chambre. Mais soyez sans crainte, aucun Minotaure ne rôde dans les venelles de Réthymnon. Pour votre hébergement :  YADES GREEK HISTORIC HOTELS, membre de l’association des hôtels historiques d’Europe : HYPERLINK «http://www.historichotelsofeurope. com/»www.historichotelsofeurope.com

Mes trois adresses coups de cœur : Kallimera Archanès Village : HYPERLINK «http://yadeshotels.gr/hotel/kalimera-archanes-village»http://yadeshotels.gr/hotel/kalimera-archanes-village Kapsaliana Village-Hôtel  : HYPERLINK «http://yadeshotels.gr/hotel/kapsaliana-village-hotel»http://yadeshotels.gr/hotel/kapsaliana-village-hotel Avli Lounge Apartments  : HYPERLINK «http://yadeshotels.gr/hotel/avlilounge-apartments»http://yadeshotels.gr/hotel/avli-lounge-apartments

Pour votre transport : Aegean Airlines vols direct de Paris à Héraklion et La Canée. Un vol par jour durant l’été. PAR FLORENCE BATISSE-PICHET

178


Avli Lounge Apartments

Kalimera Archanes

Kapsaliana Village

Kapsaliana Village


Kalimera Archanes

Kapsaliana Village

Avli Lounge

CRÈTE

A trip along Ariadne’s thread

“LEAVE YOUR CELL BEHIND AND LET TIME STAND STILL.”

B

irthplace of the ancient Minoan civilization, Crete is the fifth biggest island in the Mediterranean. But it’s definitely not Greece. Like anywhere else, history has left its mark here. Take, for example, the illustrious legends of Gods, like Zeus, or the legendary King Minos, born of Zeus and the nymph Europa; then there’s the story of the Minotaur, enclosed in the maze and defeated by Ariadne. Next, there are the landmarks of history, with its men, their battles and conquests, and successive of occupations— from the very first inhabitants to the Byzantines, then from the Venetians to the Ottomans, right up until Crete’s independence then its annexation to Greece in 1913. In 2014, the Cretans will be voting to decide if they will remain under Greek rule or stand on their own two feet once again. Given the current economic climate and astronomical debt, some Cretans are in favor of breaking away from Greece and claiming their autonomy. They have all winter to ponder over the question before going to the polls. Could this be a new chapter in history or simply a utopian dream?

180


M

y trip round the island would appeal to any history hobbyist. I stopped off at three main places. They are all off –the-beaten track, destinations with soul, that exude their past in the very stones of their walls. After touching down at Heraklion International Airport, rent a car and head for Knossos, stopping off at Archanes, a small, untouched location that’s renowned for its vineyards. In the town center, beside the little Orthodox church (which is only opened on request by the local priest) and the icons it houses, stands a guest house and its little garden, at the end of a narrow paved path. This charming 19th-century residence—a huddle of three restored traditional Cretan houses—is a great place to spend the night.Venture through the labyrinthine streets; relish a Cretan salad on the village square, in the shade of the sycamore trees. Follow the example of the little old men that stare at you with sidelong glances: leave your cell behind and let time stand still. Only then will you be prepped to visit the archeological site where Knossos palace used to stand, then tour the recently-renovated Heraklion museum. For these two places will take you all the way back to the roots of the Minoan civilization. Next, set off towards a memorable location, a symbol of Crete’s rebellion against the Ottoman yoke: Arkadi monastery, 15 miles from Rethymnon. This 13th-century monastery is a national symbol, representing freedom and courage, as it was an Ottoman stronghold in 1866 during Crete’s rebellion against the Turks. A two-day siege and the massacre of thousands of Cretans finally opened the eyes of the rest of Europe as to the Ottoman oppression at that time. It is still commemorated to this day, every year, on November 8. The surrounding area is reputed for its olive groves. In the 1950s, an architect took the foundations of a former olive press (previously monastery property) and built what has since become a delightful 20-bedroom complex. A hallowed refuge where you can really get away from it all for a few days, far from the hub of the city and its fair share of tourists. Kapsaliana Village Hotel has a soul of its own, built in perfect harmony with local tradition. It even houses a small Museum of Art and Tradition which the owners will be only too happy to share with you. The meals are exceptional, too, and the chef a fountain of knowledge on the secrets of Cretan cuisine.You can even buy quality olive oil, with an explanation of all its advantages thrown in for free. My own personal Ariadne’s clue led me back to the Venetian times, to the city of Rethymnon. Even today, this old town still bears evidence

of this occupation, in the form of magnificent public edifices, built before the Ottomans moved in in the 1600s . With its maze of narrow streets and little squares, it’s like a Venice without the canals. Its highlight is the majestic Fortezza fortress, a castle built in 1590 on Byzantine ruins. It has several churches and mosques; you can also enjoy a stopover in the small and very pretty Venetian harbor and peruse around the famous Rimondi fountain, named after the Venetian rector who built it in 1626. Finally, in the heart of the old town, meet Caterina, owner of Avli Lounge Apartments. Over the past fifteen years she has renovated several Venetian houses, in keeping with the various protection rites that monuments of this stature require. The result is seven magnificent suites, two restaurants renowned for their cuisine and fine wines (more than 450 varieties), and a delicatessen. Caterina celebrates the Cretan art of living in her own way: she’s just as happy giving cooking lessons as she is overseeing the minutest details inherent to the running of a complex of this nature. If you have a bad sense of direction, you’ll probably get lost at least three times down the nearby streets and alleyways before you finally find the door to your suite. But rest assured: there are no Minotaurs lurking in the maze of Rethymnon! Where to stay:   YADES GREEK HISTORIC HOTELS, member of the association of historic hotels of Europe: HYPERLINK «http://www.historichotelsofeurope.com/»www.historichotelsofeurope.com

My three favorite places: Kallimera Archanès Village: HYPERLINK «http://yadeshotels. gr/hotel/kalimera-archanes-village»http://yadeshotels.gr/ hotel/kalimera-archanes-village Kapsaliana Village Hotel: HYPERLINK «http://yadeshotels.gr/ hotel/kapsaliana-village-hotel»http://yadeshotels.gr/hotel/ kapsaliana-village-hotel Avli Lounge Apartments:  HYPERLINK «http://yadeshotels.gr/ hotel/avli-lounge-apartments»http://yadeshotels.gr/hotel/ avli-lounge-apartments

How to get there: Aegean Airlines, direct flights to Heraklion and Chania. One flight a day during the summer. BY FLORENCE BATISSE-PICHET

Kapsaliana Village

Avli Lounge


CH AMPAGN E

AU 18, RUE DU MARC...

UN HOTEL SI PARTICULIER ! Manoir privé de la Maison Veuve Clicquot Ponsardin, l’hôtel de Marc est l’objet de tendresse et d’attentions toutes particulières. En effet, L’imposante bâtisse du 19ème siècle a été entièrement restaurée même si la façade porte encore les cicatrices de la Première Guerre Mondiale. Si l’extérieur reste inchangé, l’intérieur est plus représentatif du travail effectué sur le design, avec la collaboration de quelques designers de renom. Jugez plutôt : Mathieu Lehanneur, Pablo Reinoso, Fredrikson Stallard et les frères Campana. C’est ainsi un mélange habile entre références historiques et éléments contemporains que propose l’Hôtel du Marc, avec un itinéraire ponctué de clins d’œil, de la bibliothèque à l’élégante salle à manger… Suivez le guide…

U

n temps verger, lorsque Madame Clicquot l’acquiert, en 1822, ce confetti de verdure citadine entre de plain-pied dans l’histoire de la société champenoise lorsque la Veuve l’offre à son jeune associé allemand, Edouard Werlé, en 1840. Le cadeau a tout d’un symbole. S’il inscrit ainsi son nom dans le sillage des Clicquot, Edouard Werlé amorce avant tout son enracinement géographique et familial dans la ville de Reims. Car c’est ici que le successeur de l’entreprise décide de construire sa résidence privée. Une bâtisse majestueuse, émouvante de sobriété, qui rend hommage au classicisme du XVIIIème siècle, à travers ses façades en pierre de taille de Romain ou ses boiseries d’inspiration florale. Achevée en 1846, la demeure accueille la famille Werlé, qui y reçoit les notables de Reims, mais aussi les agents de la société, tout comme ses grands clients, venus des quatre coins du monde. La Maison Veuve Clicquot Ponsardin acquiert le bâtiment en 1907, pour y recevoir ses hôtes de prestige. Depuis, l’Hôtel du Marc incarne cet art de vivre à la française cher à la Maison champenoise. En 2011, après de longues années de rénovation, l’Hôtel tourne une nouvelle page de son histoire, déployant sa poésie et sa beauté romanesque en toute modernité. La Maison Veuve Clicquot Ponsardin a choisi de confier la réfection de son Hôtel particulier à Bruno Moinard, pour sa façon très personnelle de réécrire la narration des lieux, avec une évidente délicatesse. Chantre de la lumière et de l’épure, l’architecte a puisé son inspiration dans l’âme de la Maison : aussi bien dans son goût pour les matières et les détails, que dans son engagement pour la défense des métiers d’art. Il faut franchir la lourde porte d’entrée de la rue du Marc. Derrière les hauts murs de pierre, une respiration urbaine, suspendue entre cour et jardin. La façade immaculée réfléchit la lumière, mais à regarder de plus près, cette lumière blanche, à peine ocrée, se dessine en creux et aplats, en lignes rectilignes et cratères ombrés : l’Hôtel a souffert des affres de la Première Guerre Mondiale. Grêlé, découpé, amputé, le visage de Reims n’a plus jamais été le même depuis ce jour. Et par devoir de mémoire,Veuve Clicquot a choisi de ne rien cacher de ce passé. Au cours de la réfection des façades, il a fallu rénover sans masquer, changer les pierres les plus fragiles tout en respectant leur histoire. La beauté est ainsi, éphémère.

182


L’

D

hospitalité d’un lieu se devine avant d’en avoir poussé la porte, dit-on. Ainsi, pour cette invitation au rêve, la Maison Veuve Clicquot a consacré une large part de sa réflexion à l’entrée de l’Hôtel, comme une initiation à la féérie. Une marquise en surplombe la porte, pour attendre à l’ombre, être raccompagné sous la pluie, embrasser dans le froid. Cette marquise, rectangulaire, est ornée de festons de verre noir translucide, comme un premier clin d’oeil à ses flacons de champagne légendaires. Alors s’ouvre une généreuse porte, taillée dans une ossature métallique de couleur canon de fusil, festonnée de verre noir.

ès la première marche, l’Hôtel du Marc écrit une ode à la vigne, aux saisons et aux couleurs du temps de Champagne. À la manière d’un buvard d’écrivain, le mur semble absorber les couleurs lie-de-vin du tapis d’escalier. Face à la rampe des origines, une autre rampe accrochée au mur aquarellé. Nerveuse comme une racine de pied de vigne, elle jaillit de la pierre, replonge dans la matière, pour en ressortir quelques centimètres plus loin. L’oeuvre, signée Pablo Reinoso, achève sa course folle au premier étage. La racine s’engouffre dans une lucarne pour s’étirer en assise. Car il n’est rien d’aussi bon que de lire au pied d’un arbre, d’attendre des compagnons, perdu dans un carré de vigne, de s’asseoir sur un banc pour rêver, tout simplement.

Le vestibule de l’Hôtel souligne sa vocation d’accueil en s’organisant en deux sections : un gigantesque escalier d’honneur d’une part, le chemin vers les salons de l’autre. Sous l’escalier, un paravent construit en fines lamelles de miroir semble dessiner un paysage en plissé Fortuny. La patte du temps a comme usé la matière, légèrement vieillie et parsemée de reliefs. Ici, les hôtes le surnomment le « kaléidoscope », pour sa façon très imaginaire de refléter les lumières et les éclats.

L’accès aux chambres se fait par un long couloir, où la lumière, théâtrale, ne provient pas d’appliques traditionnelles mais… de tableaux. À pas feutrés, sur le tapis de coco doré, on avance sous le regard de Louis Bohne, puis de la duchesse d’Uzès… Mais à chaque nuit son voyage… Gris de grêle, blancs opaques des gelées, bois tendre des bourgeons, automnes flamboyants, soleil d’été sur l’herbe verte. À la manière d’un conte à réinventer chaque nuit, les chambres de l’Hôtel du Marc se déclinent dans une ode aux saisons de la vigne et du vin. L’histoire de chaque pièce a ensuite été imaginée selon la vie et les goûts de l’illustre personnage qui la parraine.

Le plaisir de la conversation entre amis est réservé au Grand Salon, où l’on invente la configuration du mobilier à son gré, en petits groupes ou en grandes assemblées. De larges tapis à motifs se déroulent sous le pied, dans des tons ocre et bouton d’or, soulignant la luminosité chaleureuse du lieu. Au-dessus de la cheminée, le trumeau classique fait place à un miroir biseauté redessiné par Bruno Moinard. Deux consoles Empire, héritées de la famille d’Edouard Werlé, ont été repatinées, pour marquer leur entrée dans cette nouvelle histoire de l’Hôtel. La Grande Salle à manger déploie ses ors sur un aplat spectaculaire de noir mat et un large parquet cendré. La cheminée et les consoles de marbre ont aussi été repeintes dans cette palette. Au coeur de la pièce, une grande table de dix-huit places, ceinturée de chaises en acajou tapissées d’un patchwork de crin de cheval noir et « jaune Clicquot ». À la manière d’un conte de fées, les lumières proviennent d’un gigantesque lustre serti de pampilles en verre fumé. Et si le jour se fait trop incisif, d’immenses rideaux en lin glacé occultent les fenêtres. Aux antipodes de ce style, la Petite Salle à manger joue de douceur. Bleus délavés, pastels et tons ocres inspirés de l’Orient s’étirent le long d’une grande tapisserie murale. Pour accéder aux chambres à coucher, l’escalier d’honneur s’offre comme un avant-goût aux rêves. On y accède après avoir traversé le vestibule et son sol de château, un grand tapis de pierres blanches parsemé de cabochons noirs. Les ferronneries d’art déploient la rampe en arabesques, organisées autour du chiffre du bâtisseur originel : un E enserré dans un W, signature d’Edouard Werlé.

183

Et puis, « Once upon a dream », une parenthèse suspendue, au seuil des rêves… Parce que la chambre conçue par le designer Mathieu Lehanneur pour l’Hôtel du Marc fait voler en éclats les idées reçues. Ici, l’on fait l’expérience du sommeil, tout simplement. Il faut se laisser envelopper d’une bulle caressante, lorsque la diffusion d’un « bruit blanc » vient isoler le dormeur de toute nuisance sonore. Rideaux tirés, lumière déclinant doucement, température de 19°, parfaite pour s’endormir. Une brise d’air marin, dont la teneur minérale nimbe le métabolisme cellulaire d’effets anti-oxydants et hydratants. La tension retombe, l’esprit s’évade, le corps lâche prise. Chaque élément de cette chambre est le fruit de nombreuses études physiologiques menées par des services médicaux spécialisés dans les troubles du sommeil chronique. Mathieu Lehanneur a imaginé cette chambre comme un clin d’oeil adressé à Barbe Nicole Clicquot Ponsardin, grande insomniaque, qui oubliait les heures blanches de la nuit en parcourant ses caves. Clin d’oeil malicieux, aussi, à ces fameuses caves, où « dorment » les bouteilles de champagne de la Maison. Pour information, www.veuve-clicquot.com

PAR: C.DEW.


THE MANOR:

DISCOVERING THE SECRETS

OF VEUVE CLICQUOT

Maison Veuve Clicquot Ponsardin’s private manor house, Hotel du Marc, has been particularly cosseted and cared for over the years. This impressive 19th-century building has been completely restored, although it still bears the scars of the First World War. The outside of Hotel du Marc is still the same, but the inside illustrates greater in-depth work in terms of design, courtesy of a few renowned designers: Mathieu Lehanneur, Pablo Reinoso, Fredrikson Stallard and the Campana brothers. The result is an artful blend of historical references and contemporary facets, a trail that’s peppered with inspirations of various kinds, from the library to the elegant dining room. Now the guided tour begins…

H

aving started out as an orchard, this green patch, right in the heart of the city, was purchased by Mrs. Clicquot, in 1822. When the widow gave it to her young German business partner, Edouard Werlé, in 1840, it became a part of this Champagne company’s history. The gift was a highly symbolic one. Not only does it ride in the wake of the Clicquot family, it also became an integral part of the city of Reims when Edouard Werlé took over as head of the company and decided to make it his family home. This majestic building, characterized by astounding simplicity, pays tribute to 18th-century classicism through its Roman cut stone façade and its floral woodwork. Edouard and his family moved in when the renovations were completed, in 1846, and began entertaining public figures of Reims, company employees, and big customers from all over the world.Then, in 1907, Maison Veuve Clicquot Ponsardin bought the building to receive its prestigious guests. Since then, Hotel du Marc has embodied the Frenchstyle art of living that this Champagne company cherishes so dearly. In 2011, having undergone several years of renovation, the hotel began a new phase in its history, expressing all its poetry and romantic beauty within a highly-modern canvas. Maison Veuve Clicquot Ponsardin chose architect Bruno Moinard for the renovation project.The result is a very personal rendition of the residence, with a touch of finesse at every turn. A master of light and refinement, Bruno Moinard gleaned his inspiration from the very soul of the house, in terms of the materials used and the artistic trades adopted. when you walk through the heavy front door, there’s a definite urban feel within the stone walls, between the courtyard and the gardens. The immaculate façade of the building reflects the light but when you take a closer look, the brightness of the stone tinted with ochre reveals pits and flat spots, straight lines and shadowed craters, remnants of the wounds inflicted on the house during World War I. The city of Reims was battered and sundered at that time, never to be the same again, and Veuve Clicquot has chosen to leave its own scars of the past intact and visible, for memory’s sake. This entailed renovating without hiding the evidence, changing the most fragile stones while respecting their history. For beauty is fleeting. It is said that you can already gauge a location’s degree of hospitality before you even enter. For this reason, Maison Veuve Clicquot has put a lot of thought into the hotel’s entrance, as if it represents an invitation to a dream, or an initiation on the threshold of a world of fantasy.

T

he canopy overhanging the front door provides shade for waiting guests, shelter from the rain and a place for lovers to kiss. It is rectangular and decorated with translucent black glass festoons symbolically reminiscent of the legendary Champagne bottles that represent the company so well. The large door, carved out of a cannon-gray metal and festooned with black glass, opens on to the hall. The entrance hall is divided into two parts: A giant stairway on one side, a corridor leading to the rooms on the other. Underneath the stairs stands a screen built out of thin strips of mirror, like a creased landscape out of one of Fortuny’s creations. Time seems to have worn the material down, aging it slightly and bedecking it with crests and pits. Guests have nicknamed it the “kaleidoscope” for the way it reflects the light, radiating shine and glint. Conversations among friends are held in the Main Lounge, where the furniture is arranged to suit the circumstances small, private parties or large gatherings. Wide patterned rugs adorn the floor, bringing ochre and buttercup tones to the room, enhancing its inherently warm light. Above the hearth, the classic trumeau has given way to a beveled looking-glass redesigned by Bruno Moinard. Two Empire consoles passed down from Edouard Werlé’s family, have been burnished, to give them a new lease of life in this modern phase of the hotel’s history. The Main Dining Room unleashes its gold hues onto a spectacular backdrop of black and an extensive ash-gray wooden floor. The hearth and marble consoles have also been repainted in similar shades. An 18-seat table stands in the middle of the room, encircled with mahogany chairs, woven with black and “Clicquot yellow” horsehair. Like something out of a fairytale, the lights originate from a giant fixture, set with smoked glass beads. If the light of day is too imposing, the vast linen glace drapes gracing the windows take care of the glare. The Small Dining Room provides a contrast, dealing in gentle pastel shades and ochre tones from the East, depicted in a large, long wall tapestry. The main stairway leading to the bedrooms seems to herald the dreams to come. It is accessed from the entrance hall across a large expanse of “castle”white stone, peppered with black gem-like spots. The handrail is an arabesque of ironwork, forming a ‘W’with an ‘E’ inside a tribute to the original builder, Edouard Werlé.

184184


TH E MAN OR VE UVE CL I QUOT

F

rom the first step on up, Hotel du Marc is an ode to wine, to the seasons, and to the hues of the Champagne region. Like a writer’s ink blotter, the wall seems to absorb the wine colors from the stair carpet. A new handrail has been fitted against the watercolor wall, opposite the original banister. Like a vine root, it nervously leaps out of the stone then dives back into it again, only to re-emerge a few inches further. This work of art, created by Pablo Reinoso, ends its crazed journey on the second floor. Here, the root rushes into a light fixture then stretches itself, settling down at last. For nothing could be more pleasant than to sit reading at the foot of a tree, or await friends in the heart of a vineyard, or simply sit on a bench to daydream. A long corridor leads to the bedrooms. Here, the light is theatrical, radiating not from traditional wall lamps but from paintings, no less. Treading lightly on the golden coconut carpet, the guests make their way to their rooms, under the watchful eye of Louis Bohne and the Duchess of Uzès. Every night has its journey. Hailstone gray, frosty opaque whites, soft wooded buds, flamboyant autumns, and summer sun on green grass. Like a tale that’s told in a different way, every night, each of the rooms of Hotel du Marc declaim an ode to the wine-growing seasons. The theme of each room has also been designed to reflect the life and tastes of the illustrious personality it’s named after. Last but not least, there’s “Once upon a dream”, an aside on the threshold of slumber.This room, which was designed especially for Hotel du Marc by Mathieu Lehanneur, dispenses with preconceived ideas. Its sole purpose is sleep. The guest is wrapped in a caressing bubble, a shield of white noise protecting him or her from any outside sounds. With the curtains drawn, the lights gently fading and a temperature of 68°, the guest cannot help but slip into a cocoon of slumber. Add to this a sea breeze that enshrouds the body’s cells with anti-oxidizing, moisturizing minerals and tension merely falls away, the spirit takes flight and the body relaxes completely. Every aspect of this bedroom is the result of physiological research conducted by medical teams specializing in chronic sleeping disorders. Mathieu Lehanneur designed this room as a wink to Barbe Nicole Clicquot Ponsardin, an insomniac who would pace her cellars to while away her sleepless nights. The wink also extends to Maison Veuve Clicquot’s champagne bottles, laying down “dormant” down in the cellars of this mansion, so rich in history that a visit is a privilege in itself. For more information www.veuve-clicquot.com PAR: C.DEW.

185


SP E CI AL MON TAGN E

RENDEZ-VOUS SUR LES PISTES… Ca y est, nos belles montagnes ont revêtues leur blanc manteau. Un fabuleux décor de nature qui invite à toutes les joies de la neige. Les sommets alpins recouverts de poudreuse créent une atmosphère très romantique et idyllique… Promenade dans la neige, descente tout shuss, balade en traîneau tiré par des chevaux ou amusante randonnée à raquettes, les pistes n’attendent plus que vous. Et pour mieux en profiter, découvrez notre sélection d’hôtels dans quelques unes des plus belles stations alpines… Et laissez le charme agir !

L’Alpaga

Le Saint Roch est un des ces endroits uniques, où chaque détail est mûrement réfléchi et permet à chacun de retrouver un petit morceau de chez soi. En résumé, cet écrin d’exception conviendra à tous ceux qui souhaitent se ressourcer et rompre avec le stress des grandes villes. LE SAINT ROCH***** - Piste de Bellecote BP 3 – 73121 Courchevel cedex Tel. : +33 (0)4 79 08 02 66

L’APOGÉE : Authenticité et rareté.

L’ALPAGA : Exclusif ! Au coeur de la vallée, à deux minutes de traineau du centre de Megève, se dressent les chalets de l’Alpaga. Seul établissement de Megève à bénéficier d’une somptueuse vue sur le Mont-Blanc, l’Alpaga offre aux visiteurs une bulle de sérénité et de détente. L’hôtel allie la tradition et le charme des constructions montagnardes à la pureté des lignes contemporaines. Se fondant parfaitement dans les paysages grandioses qui les entourent, ces chalets hautde-gamme allient un décor chic à des intérieurs propices au calme et au confort. Le Spa vous offre un écrin de douceur et vous invite à la relaxation. Ici, chaque hôte est reçu avec attention afin qu’il puisse se sentir comme à la maison grâce à une multitude d’attentions qui sauront rendre votre séjour inoubliable. L’ALPAGA 66 Allée des Marmousets, 74120 Megève 04 50 91 48 70.

Ouvert depuis le 11/12/13, date symbolique, L’Apogée se situe dans le Jardin Alpin à Courchevel. Avec une vue à couper le souffle sur le mythique village L’Apogée est composé de 33 suites, de 20 chambres très spacieuses et d’un penthouse avec jacuzzi et terrasse privée. De plus, l’hôtel proposera un restaurant signature dirigé par le chef doublement étoilé Yannick Franques offrant un espace grill ainsi qu’une grande terrasse pour profiter d’un moment de détente avec vue sur les pistes. Un superbe spa, un centre de bien-être avec piscine et plusieurs salles de soin viendront compléter les services offerts par l’hôtel. Un accès privé permettra aux hôtes de rejoindre les pistes sans déchausser les skis. L’Apogée comprendra également un chalet qui offrira cinq chambres, un spa et une salle de cinéma privée. India Mahdavi et Joseph Dirand sont gardiens du design intérieur de ce magnifique endroit. Le spa bénéficie du protocole de soins et des produits de beauté de la maison Sisley (il n’en existe que trois en France). Apogée Courchevel Jardin-Alpin 73120 Courchevel Tél. : 04 92 93 32 40

Le Grand Hotel des Bains

LE MONT-BLANC : Classique Contemporain. Considéré depuis Jean Cocteau et Gérard Philippe comme l’un des tout meilleurs hôtels de Megève, le mythique Hôtel Mont-Blanc a retrouvé son pimpant et ses lettres de noblesse en 1994, sous les coups de baguette design de Jocelyne Sibuet, Pas « design » ni rétro-moderne pour autant, le Mont-Blanc reste un classique indémodable, plus préoccupé par le luxe et le chic que par la mode du jour. Déjà élégant et sophistiqué dans les années cinquante, l’hôtel a gardé cet esprit artiste et « nouvelle vague » qui lui vaut la fidélité des skieurs parisiens depuis plus d’un demi-siècle. Chambres — gamme Classique, Club ou Prestige — et suites prolongent l’élégance en des espaces cocons, habillés de bois blond et de camaïeux divers, de touches baroques ou alpines, avec coquineries sur bois et œuvre de Cocteau en tête de lit dans les Suites Junior. HOTEL MONT BLANC 29 Rue Ambroise Martin, 74120 Megève 04 50 21 20 02.

Le Mont-Blanc

LE SAINT ROCH : Luxe et Décontraction. Luxe, relaxation, évasion et art de vivre sont ici au rendez-vous. Que l’on vienne en solo, en duo, entre amis ou en famille, tout a été conçu pour que chacun se sente comme chez soi : à l’aise, détendu et serein. Accueil chaleureux, service irréprochable, spa griffé Skin Ceuticals, avec hammam et piscine. Le plaisir des yeux est total et partout, la noblesse des matériaux, l’originalité du mobilier, les fourrures, velours... tout est en harmonie pour un regard en douceur. Les salles de bains sont habillées de croco, nacre ou métal, toutes équipées d’un hammam, douche en ciel de pluie et télévision miroir. Tous les soirs ambiance Piano-bar, large choix de cocktails et sélection de champagnes de prestige.

LE GRAND HOTEL DES BAINS : Simply Chic... Construit en 1864, le Kempinski Grand Hôtel des Bains est installé au coeur d’un cadre superbe, entouré de sommets enneigés, à 500 m des pistes de ski. Les 184 chambres vous accueillent dans un décor moderne aux teintes douces avec un mobilier de style Art Déco en merisier. Toutes les chambres ont vue sur les montagnes, certaines s’ouvrent sur un balcon (sur demande). L’espace balnéo Kempinski Spa, très prisé, est doté de nombreuses installations qui s’étendent sur plus de 1500 m².Vous pourrez nager dans la piscine intérieure ou vous détendre avec un massage ou au sauna. Les produits de grande qualité griffés Maria Galland Paris et Ligne St. Barth sont utilisés pour les soins esthétiques. Le restaurant « Les Saisons » vous propose de savourer des mets de saison imaginés par le chef de l’hôtel. Le « Ca d’Oro » propose des plats raffinés et des spécialités italiennes .Vous pouvez également picorer quelques tapas alpines accompagnées de l’un des vins venus des quatre coins du globe dans l’Enoteca la Vigna ou prendre un thé ou un cocktail dans l’après-midi dans le décor 1930 du Kempinski Bar. LE GRAND HOTEL DES BAINS KEMPINSKI Via Mezdi 27, 7500 St Moritz, Suisse +41 81 838 38 38.

HOSTELLERIE DU PAS DE L’OURS : Un lieu chargé d’histoire. Le ski sur les pistes mondialement réputées dans ce lieu mythique qu’est Crans-Montana n’est pas le seul plaisir que vous réserve ce délicieux chalet. Suites et junior suites disposent de cheminées et de bains bouillonnants, avec vue sur les cimes enneigées. Le chalet est doté d’un spa. Façades en bois d’origine, intérieurs aux murs de pierre. Ici, le charme est partout. Si le Bistrot des Ours vous propose une cuisine généreuse dans une ambiance cosy, le chef vous invite à déguster, dans le restaurant gastronomique, farandole de primeurs, agneau de lait, loups, dorades, rougets, chevreuils et autres gourmandises. Ne partez pas sans admirer le portrait de Felix, le petit âne qui vivait dans l’ancien Pas de l’Ours. HOSTELLERIE DU PAS DE L’OURS Membre Relais & Châteaux 41, rue du Pas de l’Ours 3963 Crans-Montana - Suisse Tél. +41 (0)27 485 93 33.

PAR CARLA DE WENDEL

186


SP E CI AL MOUN TAI N

TIME TO

HIT

THE SLOPES

L’ALPAGA : Exclusive !

T

he beautiful French and Swiss mountains have donned their white coats, yet again. A breathtaking backdrop in which to relish all the joys of ‘snowdom’. The powder snow on the Alpine peaks make for a particularly idyllic, romantic effect. The slopes await you—for a leisurely slalom, a downhill run, a horse-drawn sled ride or a snowshoe ramble— whichever you choose. To help you organize your stay, we’ve selected some hotels in some of the finest Alpine resorts. It’s ‘snowtime’!

L’Apogée

The L’Alpaga chalets stand in the heart of the valley, just a two-minute sled ride from Megève’s center. This is the only hotel in Megève that has such an outstanding view of Mont-Blanc, providing its guests with a cocoon of serenity and relaxation. It blends typical mountain lodge tradition and charm with the pureness of modern architectural design. Melting perfectly into the magnificence of the surroundings, these high-end chalets combine chic décor with interiors that are conducive to calm and comfort. The Spa is all about gentleness, for relaxation guaranteed. Each guest is treated with the utmost care to make him or her feel perfectly at home. The result is a vacation never to be forgotten. L’ALPAGA 66 Allée des Marmousets, 74120 Megève +33 (0)4 50 91 48 70.

LE MONT-BLANC : A Modern Classic. Thought of as one of Megève’s best hotels, since Jean Cocteau and French actor Gerard Philippe resided there, the mythical Hôtel Mont-Blanc underwent a revival in 1994, under the aegis of interior designer Jocelyne Sibuet. But the residence is not “designer” as such, nor could it be described as retro-modern; Mont-Blanc remains, to this day, a classic that will never go out of fashion. In fact, it’s more concerned about luxury and elegance than any passing fads or fashions. This hotel was already chic and sophisticated, back in the 1950s, and it has retained its artistic, “new wave” spirit through and through, attracting Parisian skiers still to this day. The rooms (Classic, Club and Prestige) and suites are equally elegant cocoons, adorned with light-colored woods and cameos, baroque or alpine ornaments, playful wood decorations and a Cocteau-concocted opus on the headboards of the Junior Suite beds. HOTEL MONT BLANC 29 Rue Ambroise Martin, 74120 Megève +33 (0)4 50 21 20 02.

The hotel even has its own private entrance to the slopes so guests can keep their skis on at all times. L’Apogée will also shortly have a five-bedroomed chalet, complete with its own spa and private movie theater. The interior design of this stunning abode has been taken care of by India Mahdavi and Joseph Dirand and the spa is a franchise of Sisley beauty products (one of only three in France). Apogée Courchevel Jardin-Alpin 73120 Courchevel Tél. : +33 (0)4 92 93 32 40.

LE GRAND HOTEL DES BAINS : Simply Chic... Kempinski Grand Hôtel des Bains was built in 1864 in the heart of a beautiful landscape, surrounded by snowy peaks—just 1,500 feet from the slopes. There are 184 rooms, all decked out with modern, feng shui-shaded decoration and cherry wood Art Deco furniture. All rooms look out on to the mountains; some of them (on special request) also have a balcony. The highly exclusive Kempinski Spa extends over an impressive 16 thousand square feet.You can take a swim in the indoor pool, enjoy a relaxing massage, or savor a spell in the sauna, all the while benefiting from the high-end beauty products from Maria Galland Paris and Ligne St. Barth. The “Les Saisons” restaurant serves seasonal dishes by the in-house chef while the “Ca d’Oro” restaurant offers highly refined cuisine and Italian specialties.You may also like to pick at Alpine-style tapas, while sipping any of the many international wines served in the Enoteca la Vigna bar. Finally, an afternoon tea or cocktail tastes all the more sumptuous in the surroundings of the 1930’s Kempinski Bar.

Le Saint Roch

LE GRAND HOTEL DES BAINS KEMPINSKI Via Mezdi 27, 7500 St Moritz, Suisse +41 81 838 38 38.

HOSTELLERIE DU PAS DE L’OURS : Plain Historical ! Skiing on the world-renowned slopes of the mythical Crans-Montana is only one aspect of the pleasure that awaits you in this gorgeous chalet. All its suites and junior suites include fireplaces and piping-hot baths, overlooking the snowy mountain tops. The chalet also has its own spa. This hotel is oozing with charm, from its original wooden façades to its stone wall interior. Its Bistrot des Ours serves abundant meals in a cozy atmosphere; there’s also a gourmet restaurant, specifically savored for its farandole of veggies, tender lamb, sea bass, sea bream, red mullet, venison, and a whole host of other delicacies. And don’t forget to peek at the portrait of Felix before you leave – this little donkey was a former Pas de l’Ours resident!ien Pas de

LE SAINT ROCH : Relaxing Luxury Luxury, relaxation, getting away from it all and the art of living are the bywords of this stunning venue. Whether you come alone, with your significant other, or with friends or family, everything is designed to make you feel at home – relaxed and serene. The staff are very welcoming, offering impeccable service and the Skin Ceuticals spa includes a hammam and pool. Everywhere you look, it’s a feast for the eyes: the noble materials, original furniture, velvet and fur are all perfectly combined to guarantee aesthetic smoothness. The bathroom wall coverings are croco, mother-of-pearl or metal, and all contain a hammam, a ciel de pluie shower and a TV mirror. The piano-bar is open every night, complete with a wide choice of cocktails and prestige champagnes. The Saint Roch hotel is one of these unique locations where no stone has been left unturned, with every detail carefully pondered over, so that every guest will be able to bask in a feeling of homeliness and comfort. In a word, this exceptional residence is perfect for anyone who wishes to recharge their batteries away from the hustle and bustle of city life. LE SAINT ROCH***** - Piste de Bellecote BP 3 – 73121 Courchevel cedex Tel. : +33 (0)4 79 08 02 66

l’Ours. HOSTELLERIE DU PAS DE L’OURS Membre Relais & Châteaux 41, rue du Pas de l’Ours 3963 Crans-Montana - Suisse Tél. +41 (0)27 485 93 33. BY CARLA DE WENDEL

Hostellerie du Pas de L’ours

L’APOGÉE : Authenticity and rarity. Located in the Jardin Alpin area of Courchevel, L’Apogée officially opened its doors on the symbolic date of December 11, 2013 (11/12/13). Offering a breathtaking view of the mythical village, L’Apogée has 33 suites, 20 very spacious rooms and a penthouse including its own jacuzzi and private terrace. The hotel’s signature restaurant, run by Michelin chef Yannick Franques, has a grill area and a large terrace, for those who wish to relax while enjoying the impressive backdrop of the slopes. There’s also a fantastic spa, a fitness center with a pool and several beauty parlors.

187


Lyon

dans ses habits de lumières…

P

A

insi cette année, le célèbre couturier JeanCharles de Castelbajac a illuminé la cour de l’hôtel de ville tandis que Chantal Thomass avait sorti sa baguette magique : les arbres de la place se faisaient bouquets de roses, massifs d’hortensias, emballés de dentelle, enrubannés de satin, composant une boutique de fleuriste géante et surréaliste. Bercées par une musique cristalline et poétique, les fleurs passaient du rose au noir, tandis qu’en reine des fleurs, la silhouette de la créatrice se découpait en ombre chinoise. Parmi les autres créations marquantes : la parade lumineuse avec des marionnettes géantes aux couleurs du Mexique dans le centre ville, ou encore les robinets géants de lumière qui flottaient dans l’espace aux entrées du tunnel de la Croix-Rousse, inondant les spectateurs de son halo…

endant quatre jours, du 6 au 9 décembre, les Lyonnais ont célébré leur ville parée de ses plus beaux habits de lumières. Comme chaque année, ils se mobilisent pour célébrer la Fête des Lumières. La date historique de cette procession religieuse remonterait au 8 décembre 1852 pour célébrer la statue en or de la Vierge, posée sur une tour de la basilique de Fourvière. La tradition s’est magnifiée depuis en une grande fête populaire. Au fil de ces dernières années, les lumignons que les Lyonnais mettaient à leurs fenêtres ont été enrichis de créations toujours plus étonnantes, par des plasticiens qui jouent avec la magie de la technologie. Lyon est ainsi devenue une référence et la fête a une renommée mondiale. L’édition 2013 a réuni une palette toujours aussi variée, puisant dans l’histoire de la ville de Lyon et de son folklore, dans la modernité, l’ailleurs et la poésie… Qu’ils soient spécialistes de la lumière ou non, 120 artistes sont invités chaque année à revisiter près de 70 sites, des façades monumentales aux jardins secrets. Des stylistes comme Jean-Charles de Castelbajac et Chantal Thomass, des designers fidèles tels que l’équipe de Pitaya, des artistes plasticiens comme Edouard Levine, le photographe Milosh… Luczynski avaient répondu à l’appel, sans oublier la présence de 68 délégations étrangères.

188


LY ON D AN S SE S H AB I TS D E L UMI È RE S…

P

endant cette manifestation, plus de 15 000 “lumignons du cœur” sont vendus au profit d’une association caritative. Enfin, il n’est pas anodin de mentionner que le coût de la consommation électrique des mises en lumières s’élève à seulement 5 000 euros grâce à l’utilisation par les artistes, de matériaux économes, tels que les Leds, et aux économies réalisées par l’extinction de l’éclairage public les quatre soirs de la fête.

Pour les quelques 25 artistes concernés, le chiffre d’affaires généré à l’export est estimé à environ 3 millions d’euros. Si cette fête est devenue un immense show-room à ciel ouvert des grandes tendances artistiques et technologiques de la création lumière, elle n’a pas totalement vendu son âme au diable et reste avant tout un moment unique et éphémère pour le plaisir pour le plaisir de tous. Fiat lux !

Depuis 2008, plus de 30 œuvres ont été créées pour la Fête des Lumières de Lyon puis présentées à travers le monde.

Pour en savoir plus : www.fetedeslumieres.lyon.fr

PAR FLORENCE BATISSE-PICHET

189


LY ON D AN S SE S H AB I TS D E L UMI È RE S…

lights

on in

Lyon


LYON D AN S SE S H AB I TS D E L UMI È RE S…

W

D

ith a backdrop of poetic, crystal-like music, the floral arrangements turned from pink to black, watched over by a silhouette of The Flower Queen, played by Chantal Thomass herself.

uring a four-day celebration, from December 6 to 9, the inhabitants of Lyon, in France, dress their city in a splendid array of lights. The Festival of Lights is a yearly affair, a historical and religious event dating back to December 8, 1852, when the gold statue of the Virgin Mary was installed on one of the towers of the Fourvière basilica. The tradition has since grown into a major popular festivity. For several years now, the candles that the Lyon inhabitants put at their windows have been fashioned into increasingly impressive creations by visual artists combining their talents with technological magic. Lyon has put itself on the map, its celebration becoming recognized the world over.

Other noteworthy creations include the light parade through the town center, featuring giant Mexican-colored puppets, and the huge light faucets floating at the entrances to Croix-Rousse tunnel, flooding onlookers with their luminous haloes. Over 15,000 “heart candles” are sold for charity at these events. It’s also a noteworthy fact that these various light shows only cost 5,000 euros (approximately US$6,700) to power, thanks to the use of energy-efficient equipment, such as LEDs, and because the city’s regular lights are left switched off throughout the festivities.

The 2013 event offered a diverse spectacle, inspired by local Lyon history and its folklore, by modernity, other destinations, and poetry. Each year, 120 artists (whether light experts or not) are invited to revisit almost 70 sites, including monuments and secret gardens. Fashion designers like Jean-Charles de Castelbajac and Chantal Thomass, object designers such as Pitaya, visual artists including the likes of Edouard Levine, photographer Milosh, and Luczynski accepted the invitation, along with 68 delegations from abroad.

Since 2008, more than 30 designs made for Lyon’s Festival of Lights have been shown elsewhere around the world. The 25 artists concerned have made export sales of about 3 million euros (about US$4 million). This event has become one huge, open-air showroom, exhibiting the main artistic and technological trends in lighting, at any given time. However, it has not, for all that, lost its head; above all, it is still a unique and fleeting moment of pleasure for all and sundry. Let there be light !

This year, the famous fashion designer, Jean-Charles de Castelbajac, lit up the esplanade of the town hall. Chantal Thomass waved her magic wand, too, making bouquets of roses and flowerbeds of hydrangeas, wrapped in lace and tied with satin ribbons, forming a giant flower store of surreal proportions.

For more information, visit: . www.fetedeslumieres.lyon.fr

BY FLORENCE BATISSE-PICHET

191


GI FT GUI D E

STOCKING Dans la hotte… design… du père Noël !!!

Pour le plaisir de lui faire plaisir… Parce que lorsqu’on aime, on ne compte pas ! Le compte à rebours a commencé… et puisque la fin de l’année est l’occasion rêvée de faire rêver, voici donc quelques idées luxueusement tendances pour vous suggérer des présents d’exception…

Santa goes “designer”!

The countdown has begun! Christmas is the ideal time to offer a dreamlike experience to those you care about. So here are a few luxury ideas for unique gifts.

7

BY CARLA DE WENDEL TRANSLATIONS: CONTACT@EDENTRANSLATIONS.COM

5 8

10

6

192

9


GI FT GUI D E

FILLERS FOR HER

1.“Diamants are the girl’s best friends” : Boucles d’oreilles “Diva” en or blanc et diamants (Prix : 65.000€ & 37.000€) – (www. bulgari.com) 2.“Diamonds are a girl’s best friend”: White gold and diamond “Diva” earrings (Prices: 65,000€ & 37,000€ (approx. $87,000 and $50,000 respectively)) – (www.bulgari.com) 2. Très beau collier de chien en perles AKOYA du japon et baguettes en diamants Mikimoto (Prix sur demande) – (www.mikimoto.fr) 2. Beautiful pearl dog collar by Japanese creator AKOYA, and diamond chopsticks from Mikimoto (Prices on request) – (www.mikimoto.fr) 3. “Smoke” : un piano par Maarten Baas pour Playel. Le meuble a été traité avec la technique du brûlage au chalumeau puis recouvert d’époxy noir pour un effet inédit et, de prime abord, plutôt déstabilisant. Le designer rend ainsi hommage au piano de Chopin (pièce iconique de Pleyel) en y apportant sa vision de la beauté faite d’imperfections. (Prix sur demande) – Co-Edition Carpenters Workshop Gallery/ Manufacture Pleyel. (www.pleyel.com) 4. “Smoke” – a piano by Maarten Baas for Salle Pleyel (Parisian concert hall). The wood on this instrument was blow-torched then black epoxied; the result is unique and, at first sight, quite unsettling… It is a tribute to Chopin’s own piano (an emblematic piece that stands in the Pleyel hall), with a few beautifying imperfections ‘thrown in’. (Price on request) – Co-Edition Carpenters Workshop Gallery/ Manufacture Pleyel. (www.pleyel.com)

2

4. Luxueux Iphone 5 en or et 600 diamants, une pièce unique créée par Stuart Hughes pour la modique somme de 12 millions d’euros ! (www.stuarthughes.com) 4. Luxurious gold Iphone 5 bedecked with some 600 diamonds – a unique item created by Stuart Hughes, for the modest sum of 12 million euros (approx. 18 million dollars)! (www.stuarthughes.com).

3

5. “Le Lion Celeste”… Venise n’a jamais cessé d’inspirer la créatrice de la rue Cambon et le lion, animal fétiche de Gabrielle Chanel est décliné sur chaque pièce de cette collection. La broche en or blanc 18 carats serti de 1 diamant taille rond de 1 carat et 1593 diamants taille brillant pour un poids total de 11,7 carats, s’inspire du motif du lion de Venise. 5. “Lion Celeste”:Venice was a strong source of inspiration for the designer from rue Cambon, in Paris. In fact, the symbol of that city, the lion (Gabrielle Chanel’s favorite animal) appears on every piece of this collection. The 18-carat white gold brooch with a round, 1-carat diamond and 1,593 trapeze-cut diamonds weighs in at a total of 11.7 carats. It is inspired directly by the famous lion of Venice. 6. Bougoires “Twist” : jolie création du designer français Hervé van der Straeten, ils ne manqueront pas de se faire remarquer au centre de la table. Prix sur demande. (www.vanderstraeten.fr) 6.“Twist” candleholders. This attractive creation from French designer Hervé van der Straeten is sure to catch many an eye at mealtime. Price on request. (www.vanderstraeten.fr) 7. Ce plat “Théâtre du Cap d’Ail” de Jean Cocteau est un hommage au poète. Céramique unique et original. L’occasion de redécouvrir, un artiste anticonformiste, figure de l’avant-garde du XXéme siècle. Edition Limitée. Prix : 720€ le plat et 900€ le vase. (www.roche-bobois.com) 7. These “Théâtre du Cap d’Ail” dish is a tribute to the French poet, Jean Cocteau. .Original ceramic by the man himself. A perfect opportunity to commemorate this nonconformist artist, a symbol of the 20th-century avant-garde movement. Limited edition. Prices: 720€ (approx. $950) for the dish.

1

8. Ce Puma naturalisé intitulé “Accident de Chasse”, est une oeuvre de Pascal Bernier qui donnera un coté sauvage à votre maison. Prix sur demande. ( www.u-artsite.com ) 8. This naturalized puma, by the name of “Hunting Accident”, is by Pascal Bernier. It will definitely imbue your house with a certain “wildness”. Price on request. (www.u-artsite.com ) 9. Silver Time, magnifique théière signée Jean Marie Massaud pour Christofle. Un design qui fait l’éloge de la douceur et de la légèreté. Prix : 1300€ (www.christofle.com) 9. Silver Time - a magnificent teapot by Jean Marie Massaud, for Christofle. A design that pays tribute to all that is gentle and mild. Price: 1,300€ (approx. $1,700) (www.christofle.com) 10. Musicale, la “Squeeze Phone” est une lampe et enceintes omni-directionnelles en corian et aluminium imaginée par Claudio Colucci pour Kenwood. Prix sur demande. (www. colucci-design.com) 10. “Squeeze Phone” is a musical lamp, with built-in surround speakers, made of corian and aluminium. Created by Claudio Colucci for Kenwood. Price on request. (www.colucci-design.com)

44

193


GI FT GUI D E

STOCKING

1. “Arod” sculpture en pâte de verre de Susan Leyland pour Daum. Susan Leyland crée Arod et Nahar, un cheval qui, par son allure légère conserve le mystère et la magie de l´animal. Edition Limitée à 188 ex. Prix : 6500€. 1.“Arod”, a molten glass sculpture made by Susan Leyland, for Daum. Arod has a companion – Nahar. Both horses are so light on their feet that they embody all the magic and mystery of this mythical animal. Limited edition (only 188 copies). Price: 6,500€ (approx. $7,700). 2. Le « verre » est dans la bouteille… La désormais iconique « carafe 1 verre »,  dessinée par Claudio Colucci pour Sentou, vous présente son grand frère le « Magnum 1 verre » ! Prix : 75€ pour la carafe, 120€ pour le magnum. (www.sentou.fr). 2. Glass in bottle… The now-iconic Wine Carafe with Glass, designed by Claudio Colucci for Sentou, is proud to introduce its big brother: magnum size! Prices: 75 € (approx. $100) for the carafe, 120€ (approx. $160) for the magnum. (www.sentou.fr) 3. Emouvante mouvance de l’un… Sculpture Laurence Bonnel offrant divers angles de vues d’un homme, représentés dans « Yx9 », ceux-ci rendent sensible le trouble de nos dédoublements intérieurs. Autant de Je devenant Autre, au grès des humeurs ou des situations. Prix : 4400€. (www.laurencebonnel.com). 3. The Moving Transformation of Man… Through “Yx9”, a sculpture by Laurence Bonnel demonstrating Man’s identity from various angles, we become more aware of the conflict existing between our divided inner selves. “I” can become “Other”, depending on the mood or the situation. Price: 4,400€ (approx. $6,000). (www.laurencebonnel.com) 4. “Echappement Constant L.M.”, une montre Girard-Perregaux au design très technique avec un clin d’œil aux codes de la marque. Le boitier rond de 48 mm de diamètre est en or blanc avec un fond saphir pour nous laisser admirer le mouvement.. (Prix : 114.000€)www.girard-perregaux.com 4. “L.M. Constant Escapement” – a watch by Girard-Perregaux embracing a highly innovative and technical design, alongside a subtle wink at the recognized brand features. The round case (48 mm in diameter (about 1/5th of an inch)) is white gold on sapphire, with the mechanism left bare for all to admire. (Price: 114,000€ (approx. $150,000) - www.girard-perregaux.com 5. Inspiration : “Exquis White 4” une oeuvre de Toma-L qui n’est pas sans rappeler certaines créations de Miro ou Basquiat. Prix : 11.000€ – (www.u-artsite.com ) 5. Inspiration: “Exquis White 4”, a painting by Toma-L, somewhat reminiscent of a Miro or a Basquiat. Price: 11,000€ (approx. $15,000) – (www.u-artsite.com )

1

6. Pour les collectionneurs… splendide cabinet en ébène de Macassar doté de cent modules rotatifs capables de maintenir en état de fonctionnement permanent les plus grandes collections de montres automatiques. Eli Bleu. Fabriqué sur commande, prix à la demande. (www.eliebleu.com). 6. For collectors… A gorgeous Macassar watch box with one hundred rotatable trays, to keep even the largest collections of automatic watches in good operating condition. Eli Bleu. Manufactured on demand; price on request. (www.eliebleu.com) 7. Pour les gourmands – Yannick Alléno nous livre “Ma Cuisine Française” et nous offre ses 25 ans de savoir-faire culinaire. “Ma cuisine Française” est l’ouvrage le plus emblématique de toute une génération avec 1250 pages et 500 recettes. Edition Laymon. Prix : 1500€. 7. For the gourmets among us,Yannick Alléno brings us “Ma Cuisine Française” (My French Cuisine), a culmination of 25 years of culinary savoir-faire. “Ma cuisine Française” is the most symbolic recipe book of a whole generation, packed full of 1,250 pages and 500 recipes. Edition Laymon. Price: 1,500€ (approx. $2,000). 8. Pour savoir prendre son temps : Petit joyau de la collection de Lee Siegelson, cette horloge “Gazelle “Art déco créée par Verger Frères pour Ostertag à Paris en 1929. Le mouvement a quant à lui été realise par Philippe René Jaccard pour Vacheron & Constantin. Prix sur demande. (www.siegelson.com) 8. Where taking time becomes an art: This Art Deco “Gazelle” clock is a jewel from the Lee Siegelson collection. It was built by Verger Frères for Ostertag, in Paris, in 1929. The mechanism was manufactured by Philippe René Jaccard, for Vacheron & Constantin. Price on request. (www.siegelson.com)

9

5

9. Pour écrire des mots doux : Pour rendre hommage au génie d’Einstein, celui qui a révolution la physique et les sciences en général – avec ces nombreuses théories –,Mont Blanc parfaitement réinterprété le monde de la physique, de l’espace et de la science, ainsi que les célèbres théories du chercheur. Edition Limitée à 99 ex. Prix : 23.400€ (www.montblanc.com/albert-einstein) 9. Soft words of wisdom: A tribute to Einstein, the genius who revolutionized physics and science in general with his numerous theories. Mont Blanc has perfectly masterfully depicted the world of physics, space and science, along with the physicist’s famous theories. Limited edition (99 copies). Price: 23,400€ (approx. $40,000) (www. montblanc.com/albert-einstein) 10. Iconique. Créée en 1917, la TANK est une légende. Le premier prototype est offert au général Pershing quelques années avant sa commercialisation en 1919. Son esthétique unique, la pureté de ses lignes séduisent les esprits libres et élégants. Prix : à partir de 2400€ (www.cartier.com) 10. Iconic. Cartier’s TANK watch, created in 1917, has since become a legend. The first prototype was offered as a gift to General Pershing a few years before being marketed publicly, in 1919. Its unique aesthetics and the pureness of its design appeal to the free and elegant among us. Price: from 2,400€ (approx. $3,200) (www.cartier.com) 11. Music : Le BeoLab 14 est un ensemble d’enceintes surrounds délivrant de bien appréciables performances sonores encapsulées dans un design circulaire sobre et raffiné, il offer également des possibilités d’installation et de combinaison pratiquement illimitées. Prix : 2995€. (www.bang-olufsen.com) 11. Music: BeoLab 14 is a set of surround-sound speakers for impressive audio performance, radiating from a refined, sober-looking circular design. It also offers almost unlimited installation and combination possibilities. Price: 2,995€ (approx. $4,000). (www.bang-olufsen.com)

4

194


GI FT GUI D E

FILLERS FOR HIM 9

3 11

7

10

6

2

195


BENTLEY Mulsanne...


B E N TL E Y MUL SAN N E

Parcourir la campagne rémoise sous les couleurs de l’automne, visiter les caves des plus grands noms du Champagne en Bentley Mulsanne, la vie est pétillante.

L

a toute dernière Bentley Mulsanne, à peine sortie des usines anglaises de Crewe, et encore immatriculée là-bas, m’attend à la descente d’avion. Magnifique dans sa livrée d’un beau gris foncé, elle dépasse largement sur la chaussée, revendiquant ses dimensions imposantes. Sacha, « mon » chauffeur est là. La porte s’ouvre dans un chuintement délicat sur un univers de cuir clair et de bois foncé dans un contraste saisissant. Je prends place dans un « fauteuil » confortable, prenant la mesure de chaque pièce qui compose l’habitacle arrière avec ses propres réglages, le bar, développé avec Lalique et contenant trois coupes à Champagne en cristal, une climatisation dédiée, un écran vidéo placé dans l’appui-tête du siège avant, un éclairage intimiste délivré par la tablette amovible fixée au plafond et un nombre impressionnant de boutons et manettes dont on devine qu’elles apportent du plus. On sent à peine la voiture démarrer même si je sais que le moteur, un V 8 6,75 litres bi-turbo de 505 chevaux développe 1020 Nm, les spécialistes apprécieront. Il faut bien ça pour mouvoir les 2,6 tonnes de ce palace roulant, même si le poids ne parait en aucune façon un handicap quand les performances peuvent être au rendez-vous (0 à 100 en 5,1 s, 296 Km/h) mais est-ce vraiment le propos. En tout cas, pas en France ! Nous filons doucement, un oxymore de circonstance, vers Reims, notre première étape. Tout en mettant en route le système de massage dorsal, je me sers une coupe de Champagne en allumant ma télévision personnelle, le temps de regarder les informations sur les chaines TV. Il faut à peine une heure un quart pour relier la destination, dans un silence seulement troublé par mes écouteurs personnels HD. Six Bentley de couleurs différentes, depuis le Pale Sapphire (bleu) jusqu’au Dark Cristal (Noir) en passant par des teintes plus claires dans les tons de gris ou de marron qui vont particulièrement bien à ces limousines de prestige, paradent devant l’Assiette Champenoise (Deux étoiles Michelin) où nous résidons. Si le prix de base de ces carrosses modernes est de 246 000 €, l’addition finale, selon les options choisies, oscille ou dépasse les 300 000 € quand l’une contient le fameux bar (7 910 €), quand l’autre a choisi de prendre le Tuner TV (1 225 €), une autre encore a opté pour le système audio premium « Naim » (5 675 €), sans compter toutes les options liées aux couleurs, aux cuirs, aux bois, aux jantes, comme à toutes les finitions qui feront que votre Bentley sera unique. Nous nous dirigeons chez un grand nom du Champagne: Veuve Cliquot Ponsardin. Le choix n’est pas innocent quand le personnage qui nous reçoit, Edouard de Nazelle, héritier de l’un des hommes qui a écrit l’histoire du domaine (Edouard Werle) roule lui-même dans une superbe Bentley de 1961, qui a appartenu à Nino Ferrer, et peinte aux couleurs de la célèbre maison. Passionnant dans son discours, il nous entraine dans les crayères sous-terraines, chacune des 450 salles, qui contiennent au totale entre 50 et 60 millions de bouteilles en sommeil, portant le nom de l’un des employés modèles ayant consacré plus de 40 ans de leur vie dans ces caves extraordinaires.

Nous remontons à l’air libre par un vaste escalier dont chaque marche porte le millésime des années prestigieuses gravées : il reste des marches libres. Nous rejoignons l’Hôtel de Marc, haut lieu des réceptions privées de la maison, pour une dégustation exceptionnelle suivi d’un repas qui ne le fût pas moins grâce au cuisinier particulier des lieux. Sur la route du Champagne...en Bentley Le lendemain matin, nous sommes nos propres chauffeurs ! Ma Bentley Mulsanne est bleu mais cela ne change rien quant à son prestige et son confort. Conduire ce genre de voiture pourrait paraître impressionnant mais, en dehors de ses dimensions qu’il faut assez vite appréhender, elle se conduit avec une étonnante facilité. Je parcoure l’Avenue de Champagne sous un soleil toujours présent. Un petit stop chez Taittinger, un autre plus long chez Vranken Pommery, le long des très beaux jardins qui bordent les bâtiments en totale harmonie avec les couleurs de ma voiture, ou encore avec la très belle Villa Demoiselle dans laquelle nous pourrions volontiers déjeuner, quelques dernières photos souvenirs et je quitte Reims, traversant de nombreuses localités parsemées de domaines dont les noms me sont souvent inconnus mais prouvent le dynamisme de l’appellation. Nous filons ensuite sur Paris pour notre prochain rendez-vous prestigieux : Lalique. Là encore, il n’y a pas de hasard. La célèbre cristallerie a développé un parfum qu’elle conditionne dans un flacon édité en série limitée (3 500 €) comme elle a réalisé les coupes de Champagne qui peuvent équiper le bar de votre Bentley ! Histoire de finir en beauté, nous dînons chez Enrico Bernardo, Meilleur Sommelier du Monde, en commençant par du Champagne, on ne saurait changer la donne. Les six Bentley nous attendent, luisantes et tranquilles sous les réverbères parisiens : la ville lumière leur va bien. Carnet d’adresses : Bentley Cannes : Tél: +33 (0)4 92 59 17 00 Lyon (Dardilly): Tél: +33 4 72 29 12 29 Paris : Tél: +33 (0)1 47 22 66 66 www.bentleymotors.com www.france.bentleymotors.com Veuve Clicquot Ponsardin 1 Place des Droits de l’Homme 51100 Reims. Visite des caves de juin à novembre et sur rendez-vous. Tel. : + 33(1)326 89 53 90 www.veuve-clicquot.com Maison Lalique (60 points de vente dans le monde). A Paris : 11 rue Royale 75008 – Paris Tel : Tél: +33 (0)1 53 05 12 81 www.lalique.com PAR BERNARD VAN DE KERCKHOVE


B E N TL E Y MUL SAN N E

CRUISE COUNTRY... visit the Reims countryside in Fall and discover the cellars of the greatest champagne producers at the wheel of a Bentley Mulsanne.

T

he latest Bentley Mulsanne, newly released from the English factory in Crewe (with its UK license plate still intact) is waiting for me as I get off the plane. Magnificent in its splendid dark gray livery, it overhangs the road, proudly assuming its impressive size. Sacha, “my” chauffeur, has arrived, too. The door opens with a subtle hiss, revealing the strikingly contrasting interior of light-colored leather and dark wood. I settle into a very comfortable “armchair”, taking in each and every aspect of the rear passenger compartment. There’s a bar, designed in conjunction with Lalique, containing three crystal-cut champagne glasses; it also has its own air-conditioning, a video screen built into the front passenger head-rest, dim lighting controlled by a detachable panel on the ceiling, and an impressive number of knobs and levers that suggest access to many additional creature comforts. You can barely feel the car starting up, despite its 6.75-liter, 505 horsepower bi-turbo V8 (1,020 Newton meters) engine that will fascinate many an expert. Such power is needed to move this 2.6-ton luxury hotel on wheels, even if its weight is hardly a handicap, given its performance: 0 to 60 in 5.7 seconds, and a top speed of 194 mph. But, then again, what does it matter, especially in France! We speed gently (an apt oxymoron if ever there was one) towards Reims, our first stop. I turn on the back massager, pour myself a glass of champagne, and switch on my own personal TV, to watch the news. We ride for an hour and a quarter towards our destination, in pure silence, except for any ‘seepage’ from my HD earphones. Six different-colored Bentley models, from Pale Sapphire (blue) to Dark Crystal (black), with lighter, intermediary gray and brown shades (so perfect for limos of this ilk) line up outside Assiette Champenoise hotel (two Michelin stars), our abode for the night. Although the starting price for these modern carriages is €246.000, depending on the options, the final edition is around or exceeds the €300.000 mark. Such options include the famous bar (€7.910), the Tuner TV (€1.225), the “Naim” premium audio system (€5.675), and all the various choices of colors, leathers, woods, rims and any other finishing touches that will make your own Bentley a perfectly unique model. We are driving towards one of the ‘lords of the Champagne region’ Veuve Cliquot Ponsardin. This is not a fortuitous choice on our part, given that the person who greets us (Edouard de Nazelle, successor of one of the men who made the estate what it is today: Edouard Werle) drives a magnificent 1961 Bentley himself. The car, which used to belong to Nino Ferrer, is painted in the colors of his famous company. Enthralling us with his fascinating stories and facts, he takes us down into the underground quarries. In all, these 450 caves contain between 50 and 60 million maturing bottles, bearing the name of a model staff member who devoted over 40 years of his life to these outstanding cellars. On our way back up, we climb a vast staircase. The vintages of prestigious years are engraved on some of the steps; others are yet to be branded. We enter Hôtel de Marc, the place where the company’s private functions are held, and are given an exceptional tasting, followed by an equally-exceptional meal, courtesy of the chef.

On the Champagne road, in a Bentley. The next morning, we get to drive ourselves! My Bentley Mulsanne is blue but the prestige and comfort of the ride are identical to the one I rode in the day before. It may seem daunting to man such a car but, besides its size, which must be swiftly grasped, it is surprisingly easy to drive. I drive down the still-sunny Avenue de Champagne. A short stop at Taittinger, then another, longer one, at Vranken Pommery, cruising alongside the beautiful gardens lining buildings that provide a fitting backdrop for my car. Then, it’s on to the gorgeous Villa Demoiselle, the perfect venue for lunch. I take a few last souvenir photos then head out of Reims, through various towns and villages dotted with estates. I’m unfamiliar with many of them but nevertheless recognize the vibrancy that makes them worthy of the champagne designation. Next, it’s off to Paris for our next prestigious appointment, at Lalique. Again, this is no random choice: the famous crystal glassworks has created its own perfume, in a limited series bottle (€3.500), as well as the champagne glasses for the Bentley bar. To round off the experience in style, we choose to dine at Enrico Bernardo’s, the World’s Best Sommelier, kicking off the proceedings with a glass of champagne – for good measure. The six Bentleys await us outside, gleaming and serene beneath the Parisian streetlamps. The City of Enlightenment is a perfect setting for these jewels. Addresses Bentley Addresses : Bentley Cannes: Tel: +33 (0)4 92 59 17 00 Lyon (Dardilly): Tel: +33 4 72 29 12 29 Paris: Tel: +33 (0)1 47 22 66 66 www.bentleymotors.com www.france.bentleymotors.com Veuve Clicquot Ponsardin 1 Place des Droits de l’Homme 51100 Reims, France. Tours of the cellars from June through November, by appointment only. Tel.: + 33(1)326 89 53 90 www.veuve-clicquot.com Maison Lalique (60 points of sale worldwide). In Paris: 11 rue Royale 75008 – Paris, France. Tel: +33 (0)1 53 05 12 81 www.lalique.com

198

BY BERNARD VAN DE KERCKHOVE


199


The Chronicle of

LA CHRONIQUE

V CHIEN DE PALACE

DE OLTAIRE MA LETTRE AU PÈRE NOËL

d

d

C

omme tu le sais, je suis le plus beau et le plus gentil des yorkies du monde.Alors, j’espère que ma lettre te parviendra à temps dans ta lointaine Laponie, le pays des huskies, pour que tu ne m’oublies pas. Voici quelques idées de shopping et coups de cœur pour t’aider à remplir ta hotte : 1. Comme je voyage beaucoup, en dog-trotter curieux, j’aimerais bien un nouveau sac pour accompagner ma maîtresse dans ses voyages au long cours. 2. Question de look, il me faut absolument renouveler ma parure avec un collier et une laisse du plus grand chic.

3. Pour apprécier mes croquettes favorites, raffinement oblige, j’aimerais bien une jolie gamelle en porcelaine. 4. Enfin, pour reposer mes papattes de mes longues promenades et faire de doux rêves - sachant qu’un chien dort en moyenne 14 heures par jour, j’aimerais un couchage de qualité mais aussi esthétique

h

A bon entendeur, salut et Joyeux Noël !

Ton dévoué Voltaire, le yorkie trendy.

200


VOLTAIRE*

M

ON SHOPPING DE NOËL : Le sac de voyage pour chien Vuitton : 1 650 € Laisse et collier Vuitton modèle Baxter : 248 € Le canapé Arthur Black en 96 x 70 x 42 cm : 499 € Le canapé George Fusli Blue en 69 x 49 x 34 cm : 34 9€ Le canapé Marie Antoinette Fusli Blue en 56 x 46 x 30cm : 289 € La gamelle Atrium Joker ou Atrium Spider Deak 0,25 litres : 99,90 €. Existe aussi en 1,75 litres : 119,90 € RENSEIGNEMENTS : Les gamelles et canapés sont en vente sur : www.lesfauvesmondains.com Les accessoires pour chiens Louis Vuitton : www.louisvuitton.fr RETROUVEZ LES CHRONIQUES DU BLOG DE VOLTAIRE SUR LE SITE www.côté.maison.fr

BY FLORENCE BATISSE-PICHET

* “La Chronique de Voltaire”, or Voltaire’s Story, a blog where I publish my weekly musings on all things mutt : http://blogs.cotemaison.fr/chronique-de-voltaire

201


The Chronicle of

V

OLTAIRE THE

“LUXURY DOG” BLOG

Y

ULETIDE SHOPPING LIST: Dog’s travel bag from Vuitton: 1 650 € (approx. $2,200) “Baxter” leash and collar from Vuitton: 248 € (approx. $330) Arthur Black couch: 96 x 70 x 42 cm: 499 € (approx. $570), George Fusli Blue couch: 69 x 49 x 34 cm: 349 € (approx. $465) Marie Antoinette Fusli Blue couch: 56 x 46 x 30cm: 289 € (approx. $380) Atrium Joker or Atrium Spider Deak bowl (¼-liter): 99.90 € (approx. $130)Also available in 1¾ liter size: 119.90 € (approx. $160) FOR INFORMATION: The bowls and couches may be purchased online, at: www.lesfauvesmondains.com The Louis Vuitton dog accessories are available at: www.louisvuitton.fr VOLTAIRE’S BLOG CHRONICLES ARE ALSO PUBLISHED ON THE WEB SITE www.côté.maison.fr

202


VOLTAIRE* MY LETTER TO SANTA CLAUS

D

d

d ear Santa,

As you well know, I’m the handsomest and sweetest Yorkie in the whole world. So, I hope you’ll get this letter in time, in your far-off abode in Lapland (home of the huskies), because I really don’t want you to leave me off your list! Below are a few sack-filling ideas that might help you : 1. I like to travel the world, sniffing out new places. So I’d like a new travel bag for when I go on long trips with my owner. 2. I absolutely have to get a chic new collar and leash for appearance’s sake ! 3. To really relish my favorite doggie meals in style, I’d like a pretty new china bowl. 4. Last but not least, I’d like a top quality but attractive new bed, to rest my tired paws after a long walk and enjoy the most pleasant of dreams (we pooches sleep 14 hours a day, on average, as I’m sure you know!)

h

A word to the wise! Ciao and Happy Christmas! Your faithful Voltaire - the Yorkie with style.

BY FLORENCE BATISSE-PICHET

* “La Chronique de Voltaire”, or Voltaire’s Story, a blog where I publish my weekly musings on all things mutt : http://blogs.cotemaison.fr/chroniquede-voltaire

203


GAL A TO COMB AT AMN E SI A

A Gala to

combat amnesia‌


GAL A TO COMB AT AMN E SI A

Une soirée contre l’oubli au CIRQUE D’HIVER d’hiver…

C

omme chaque année, en septembre, la Fondation pour la Recherche sur Alzheimer se mobilise pour réunir des fonds en organisant un gala caritatif.

Pour cette 9ème édition intitulée « deux générations chantent pour la troisième » , l’ancienne première dame, Carla Bruni, mais aussi les Souchon père et fils, Nolwenn Leroy, Elisa Tovati, Liane Foly, Laurent Voulzy et Ours avaient répondu présent pour une soirée d’émotions. Dans l’assistance, on a pu voir ce soir-là des fidèles qui soutiennent cette cause nationale comme Mireille Darc, Roselyne Bachelot, Jean-Pierre Marielle, Anne Roumanoff, Alice Dona, Michel Leeb… ou encore l’écrivain journaliste André Bercoff. La soirée s’est déroulée sous la houlette de Véronique de Villèle, membre du comité d’honneur et d’organisation réunissant 900 convives. Une soirée qui a permis de collecter plusieurs dizaines de milliers d’euros pour lutter contre l’oubli !

E

very year, in September, Foundation for Alzheimer Research organizes a charity gala to raise funds for its cause. 2013 was no exception.

This 9th event was entitled “Two generations sing for the third” and featured moving performances from France’s former First Lady, Carla Bruni, alongside various French stars, including singer/songwriter, Alain Souchon and his son, Nolwenn Leroy, Elisa Tovati, Liane Foly, Laurent Voulzy and Ours.Various French celebrities who are known for supporting this national cause were present in the audience (actress Mireille Darc, Roselyne Bachelot, actor JeanPierre Marielle, comedian Anne Roumanoff, Alice Dona, Michel Leeb and writer André Bercoff, among others). The evening’s proceedings were hosted by Véronique de Villèle, a member of the Foundation’s honorary organizing committee. The 900-guest-strong event garnered several tens of thousands of dollars—for the fight against forgetting!

205


en par tenariat avec

COMME CHAQUE ANNÉE LIGNE ROSET ET SES PARTENAIRES ONT DONNÉ RENDEZ-VOUS A L’ENSEMBLE DE LEURS CLIENTS ET AMIS. PLUS DE 400 PERSONNES ÉTAIENT PRÉSENTES DANS LE MAGASIN LIGNE ROSET 85 RUE DU BAC PARIS 7 ÈME LE 26 SEPTEMBRE POUR LA SOIRÉE « ART DE VIVRE ». Ce fût l’occasion de découvrir la nouvelle collection Ligne Roset.

Audi Aliantis

Stéphanie Césaire

Le Lab by Legrand

Cascade

Olivier Dulondel (Magma)

Jacques Oloa, Sandrine Renault (Directours)

Ambiance soirée

Thierry Bouchet (Champagne de Venoge)

LES PARTENAIRES DE L’ÉVÈNEMENT :

Surface carrelages

STÉPHANIE CÉSAIRE – Paris 1er – 01 42 97 43 43 – www. stephaniecesaire.com, CASCADE – Paris 7ème – 01 53 63 44 50 – www.cascade-bain.com, AUDI ALIANTIS – Paris 15ème – 01 55 76 50 76 – www.aliantis.com, LE LAB BY LEGRAND – Paris 7ème – 01 44 39 20 10 – www.lelabbylegrand.com, MAGMA MONTPARNASSE – Paris 15ème – 01 43 06 88 81 – www.magma.fr, DIRECTOURS – Paris 2ème – 01 45 62 62 62 – www.directours.com, FARROW AND BALL – Paris 7ème – 01 45 44 82 20 – www.farrow-ball.com, SURFACE CARRELAGES – Paris 7ème – 01 42 60 35 90 – 01 45 00 46 49 – www.surface.fr, CHOCOLAT CHAPON – Paris 7ème – 01 42 22 95 98 – www.chocolat-chapon.com, Dégustation des CHAMPAGNES* DE VENOGE – 06 07 11 93 93 et des vins* CELLIER DES CHARTREUX – 04 90 26 30 77. *L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

Chocolats Chapon

206


PARIS

CANNES

MONACO

WWW.ESCADA.COM

NICE

LYON

STRASBOURG

BORDEAUX

MEGEVE


� � � .�� �l��.���

Paris : 44 rue François 1er Paris 8ème

Cannes : 3 Boulevard de la Croisette

Bordeaux : 25 cours de l’intendance

Genève : 19 quai du Mont Blanc

PRESTIGE INTERNATIONAL Magazine 2013 WINTER  

DIANE KRUGER INTERVIEW Prestige International Magazine is a quarterly high end, luxury Lifestyle and Fashion magazine showcasing...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you