Page 1

TRAJET


« Je ne me demande pas où mènent les routes ; c’est pour le trajet que je pars » - Anne Hébert


Habilitation à la maitrise d’œuvre en nom propre

Mise en situation professionnelle (MSP) : du 15 octobre 2012 au 31 mai 2013 Structure d’accueil de la MSP : PAGES PICOT ARCHITECTES Directeur d’étude : Guy Dépollier


Mémoire Professionnel Habilitation à la Maitrise d’Oeuvre en Nom Propre ENSA Grenoble - Septembre 2013

Preeti Maria FELIX


Je remercie Xavier Picot, mon tuteur, pour son investissement dans ma formation HMO-NP. L’ensemble de l’équipe de l’agence et ses associées qui ont partagé leurs expériences. Guy Dépollier, mon directeur d’étude, que je remercie pour son regard critique et sa disponibilité. Je remercie enfin mes proches et les personnes qui sont contribué, chacune à leur manière, à l’élaboration de ce mémoire.

Remerciements


ade

T

R

A


J E hmo np

T


introduction

La structure d’accueil

projets abordes

conclusion

annexes


INTRODUCTION

01

La formation initiale La formation initiale et HMO NP La formation HMO NP

02 05 07

LA STRUCTURE D’ACCUEIL Le choix de l’agence PAGES PICOT ARCHITECTES La mise en situation professionnelle L’organisation et stratégie- Pages Picot Architectes L’architecte comme organisateur de projets Ma place dans l’agence

11 12 13 16 17

PROJETS ABORDES IGB – L’institut Guillaume Belluard L’architecture et la société

21 27

Villa Stepanian Extension Chesnais Construction d’un ascenseur a l’ecole du vallon Meribel les echelles Amenagement Lheritier Amenagement Meriadec

28 32 34 37 39 41

L’ARCHITECTURE ET L’ADMINISTRATION

44

CONCLUSION

47

ANNEXES Documents de références Bibliographie Protocole de formation

49 51 53

Sommaire


« Ce métier (architecture) est un métier de service, parce que, l’architecture est d’abord un service. C’est un métier complexe parce que le moment expressif formel est….un moment de synthèse fécondé par tout un contexte : l’histoire, la société, le monde réel des personnes, leurs émotions, leurs espoirs, leurs attentes, la géographie et l’anthropologie, le climat, la culture de chaque pays ou tu travailles ; et puis la science, l’art. Parce que l’architecture est un métier d’art, en tant que métier scientifique. C’est même là sa spécificité. » 2


Être architecte est être responsable. Chaque architecte possède sa propre vision de l’architecture et sa propre méthodologie d’exercer la profession. En tant que jeune architecte il est important de définir et de développer cette vision et méthodologie. Quel type d’architecte essaie-t-on d’être et quels sont nos objectifs? Ce sont des questions très importantes à se poser à dès le début de sa carrière, car le métier de l’architecte porte une très forte responsabilité au sein de la société. On peut même dire que ce métier a ses particularités et, à l’extrême, peut être considéré comme un métier dangereux. «…parce que, si tu construis une chose laide, elle reste non seulement sous tes yeux, mais aussi à la vue de tous… c’est un art socialement dangereux parce qu’imposé à tous. » 1 Ce mémoire, titré TRAJET et s’étalant sur l’ensemble de la durée de la formation HMO NP, marque, pour moi, une trajectoire ou un voyage initiatique entre le moment où l’étudiant se transforme en architecte collaborateur. Il me semble nécessaire de communiquer mes expériences et de donner mes critiques face aux découvertes faites sur le fonctionnement d’un cabinet d’architectes, ses aspects administratifs ainsi que l’ensemble des contraintes règlementaires, budgétaires et juridiques. Dans un premier temps, je présente la façon dont est gérée ma structure d’accueil, mon interaction avec le maitre d’ouvrage, avec les entreprises, les bureaux d’études et l’architecture produit. Dans un second temps, j’aborde les projets architecturaux de l’agence, les expériences positives et les pistes d’améliorations propres au cabinet. Je discute ensuite de ma participation dans les différentes phases des projets tout en présentant mes réflexions sur le rôle du maitre d’œuvre. Dans un troisième temps, je conclue avec mes réflexions sur mon parcours personnel et professionnel, durant cette année HMO NP, en détaillant mes attentes et mes envies de jeune architecte.

Introduction

01


Le terme ‹monde› inclut tout. La complexité de ce terme réside dans sa perception. La nature, elle, a déterminé la forme que doivent prendre ses créations : depuis la plus petite feuille jusqu’à son œuvre la plus raffinée, l’être humain. L’homme pour sa part, a su amalgamer la richesse de la nature et son propre intellect afin de concevoir des véritables merveilles qui laissent d’indélébiles empreintes pour la postérité. Les mathématiques, le design, les chiffres, tous ont des liens, une proportion qui orientent la progression. Tout ceci mène à des conséquences esthétiques découvertes par les Grecs il y a plusieurs milliers d’années. L›architecture est peutêtre le fruit de l’ingéniosité de l’homme et de sa compréhension de la symétrie partout présente dans la nature. Je tiens à apporter ma pierre à cet immense édifice qu’est le monde de l’architecture. Ma formation d’architecte a débuté en Inde et a duré cinq ans. Pendant ces années d’études ma compréhension du monde de l’architecture n’a cessé d’évoluer. Ma culture architecturale s’est transposée et imposée de plus en plus dans ma vie quotidienne. L’architecture est selon moi plus qu’un métier mais une façon de vivre. L’architecture, dont les manifestations physiques varient suivant le contexte environnemental, prédomine dans nos villes, dans chaque rue et au milieu de chaque place et se manifeste à tous au quotidien. Tout au long de mon parcours scolaire ma vision de l’architecture n’a fait qu’évoluer. Durant un stage effectué en Inde, j’ai compris l’importance de la communication orale entre un maitre d’œuvre, son équipe et les divers intervenants extérieurs d’un projet. Poussée par mon désir personnel de voyager et de m’ouvrir à de nouvelles cultures, j’ai décidé de découvrir l’architecture du monde. J’ai eu la chance de rejoindre L’Ecole Nationale d’Architecture de Grenoble et j’y ai obtenu un diplôme ADE, Architecte Diplômé d’Etat, en juin 2012. Pendant mon cursus scolaire en France, j’ai découvert une nouvelle

02

La formation initiale


vision de l’architecture, avec une approche très différente par rapport au contexte, et avec des méthodes et des dispositifs différents pour arriver à un résultat souhaité. Durant ces deux années d’études ma perception et mon image du métier ont radicalement évolué. En plus du temps qu’il m’a fallu pour m’adapter à la culture Française et ses modes de pensée, j’ai aussi dû apprendre à réinterpréter l’architecture selon ce nouveau contexte environnemental, ce qui a été un vrai challenge. Cette période a marqué pour moi une évolution radicale dans ma compréhension de l’architecture car à chaque étape de mes projets scolaires j’ai pu faire la comparaison avec ceux que j’avais réalisés auparavant en Inde. A la fin de ma première année de master, j’ai compris l’importance des détails dans un projet architectural dès la phase de conception. Par exemple pour un bâtiment, pour mieux assurer ses performances énergétiques et sa longévité ou encore pour mieux travailler la finition de matériaux de façade. Tout cela m’a été inculqué au sein de l’agence Brenas Doucerin Architectes au cours d’un stage de trois mois. D’après ces expériences, il me semble que l’architecture est un moyen de communication, utilisant le design comme langage, pour véhiculer une nouvelle façon de vivre, une vision du monde à son image.

La formation initiale

03


L’Architecture est une profession pluridisciplinaire : • Une profession technique – connaissance de la fonctionnalité globale d’un bâtiment par rapport à la structure, les fluides, les matériaux et les méthodes de construction. • Une profession administrative - maintenance des rapports et dossiers administratifs, des compte rendus et candidatures.

• Une profession artistique – dans la conception et les dessins.

• Une profession commerciale et politique – liaison avec les commerces, les besoins particuliers d’une géographie (nombres de logements/ bâtiments commerciaux/ hôpitaux/ centre culturelles/ écoles), les bâtiments publics liés aux politiques économiques et sociales (aspect budgétaire) des régions concernées. • Une profession humaine - contact avec les clients et les entreprises, communication avec les équipes internes à l’agence et les partenaires extérieurs des projets. Cet aspect pluridisciplinaire de la profession d’architecte est d’ailleurs renforcé par la présence de divers corps de métiers formant l’équipe de maitrise d’œuvre. Dans le cursus scolaire, la formation théorique d’architecte est basée sur une approche conceptuelle. Son but est de donner aux étudiants les outils nécessaires pour concevoir un bâtiment possédant de vraies qualités architecturales et incorporant en même temps l’usage et l’esthétique. Néanmoins, le métier de l’architecte dans sa pratique est beaucoup plus varié, élaboré et complexe. L’architecte doit être polyvalent et avoir des connaissances dans les technicités du bâtiment, connaissances qui sont difficiles à approfondir pendant ses études.

04

La formation initiale


Le cursus scolaire que j’ai suivi en Inde et à L’ENSAG comprend une formation en informatique. Alors que l’image et le partage des données prennent une place de plus en plus importante dans le secteur du bâtiment, maitriser les logiciels informatiques propres à l’architecture devient un avantage concurrentiel énorme pour un nouveau diplômé. Ce dernier est alors capable de suivre un projet d’architecte mais aussi de le transcrire sur l’outil informatique. A titre personnel, mes connaissances en CAO, DAO et traitement d’images, m’ont permises d’avoir une certaine polyvalence dans l’agence. Je garde toutefois à l’esprit qu’il est impératif de continuer à développer et à évoluer avec l’avancement dans la technologie des logiciels pour être le plus performant dans son travail d’architecte. Durant mes sept années de cursus scolaire, mes professeurs m’ont toujours demandé, que ce soit en Inde ou en France, d’être autonome, de savoir communiquer et expliquer clairement mes choix, mes projets, le contexte environnemental, de m’adapter aux programmes, aux outils et de trouver des solutions. Les premiers pas dans la vie active sont difficiles. Néanmoins, une fois les bases administratives et les connaissances techniques manquantes assimilées, la conception et la vision de l’architecture apprises à l’école nous servent plus que tout et permettent: • De concevoir et planifier rapidement le déroulement d’un p r o g ra m m e • De mieux comprendre les attentes d’un client, d’entreprises partenaires et de l’équipe de maitrise d’œuvre • De communiquer efficacement J’ai choisi d’effectuer mon habilitation à la maitrise d’œuvre en nom propre dès la fin de mon cursus à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble, car c’était pour moi une manière de pratiquer le métier de l’architecte en ayant l’opportunité de confronter une formation théorique à la pratique réelle du métier.

La formation initiale et HMO NP

05


Les cours à l’ENSAG incorporés tous les aspects du métier d’architecture par rapport à l’économie, la gestion, l’administration et la communication mais aussi les points de vues différents de plusieurs intervenants qui racontaient leurs expériences personnelles et anecdotique de la profession. Ces points de vue différents et des fois choquant m’ont aidé de retenir certaines choses mieux afin de comprendre la forte responsabilité apportée par le titre de l’architecte. Ces cours donnent un perspective multi dimensionnel qui est vraiment intéressant.

Cette année de mise en situation professionnelle m’a donné l’opportunité de mieux comprendre le rôle de l’architecte dans les phases successives d’un projet. Je peux aujourd’hui mieux appréhender la position centrale qu’a l’architecte au sein de la maitrise d’œuvre. Je comprends mieux la nécessité absolue de faire preuve de rigueur, de garder une vision globale, de comprendre les enjeux architecturaux, sociaux ou environnementaux d’un projet tout en faisant face à plusieurs intervenants.

06

La formation initiale et HMO NP


Je me suis inscrite à l’ENSAG en cycle HMO NP sans avoir trouvé initialement de structure d’accueil. Après seulement 2 semaines de recherche j’ai eu la chance de rejoindre l’agence PAGES PICOT ARCHITECTES à Chambéry, où je me suis très rapidement aperçue que j’allais avoir l’opportunité de travailler de manière autonome avec de réelles responsabilités. Mon temps d’intégration et d’adaptation au sein de l’agence, avec les collaborateurs, les dessinateurs, assistants administratifs et architectes, a été court. Ceci a été possible grâce à l’esprit collaboratif de l’ensemble des membres de la société. Très rapidement j’ai donc eu de plus en plus de responsabilités dans mon travail. Dès mon embauche, j’ai été affectée à la conception d’un projet majeur de l’agence : la réhabilitation et l’extension d’un centre pour jeunes handicapés moteur et cérébraux en Haute Savoie. J’ai dès le début été intégrée dans toutes les phases de travail et ai participé aux réunions avec l’ensemble des intervenants. Ce projet s’est déroulé par étapes. Lors de mon arrivée dans l’agence la seconde étape venait de se terminer. Il m’a donc fallu m’impliquer dans la phase d’esquisse et de conception de la tranche trois. Au travers des réunions avec les intervenants et le maitre d’ouvrage, et globalement l’évolution du projet, j’ai pris conscience de mes devoirs d’architecte en termes administratifs, juridiques (tous ce qui concerne les contrats) et même fiscaux. Je me suis alors rendue compte que ces connaissances dont je ne disposais pas à ce moment-là étaient requises et que sans elles, une communication efficace avec mes interlocuteurs n’était pas possible.

La formation HMO NP

07


C’est pourquoi l’HMO NP me semble impératif dans mon évolution professionnelle. C’est une bonne manière pour comprendre le fonctionnement global d’une agence d’architecte. Pendant mon parcours scolaire, je n’avais en effet jamais été confrontée directement à des problématiques de gestion administrative et financière, de sélection de candidatures ou de comptabilité sur des projets ou sur une agence d’architectes. L’objectif court terme de l’HMO NP est permettre de prendre connaissance du fonctionnement d’une agence afin de se mettre à son propre compte ou créer sa structure dans un futur plus ou moins proche, ce qui est mon souhait professionnel. Dans ces deux cas, l’HMO NP est indispensable pour m’aider à assouvir mes attentes dans ma profession d’architecte. La formation théorique HMO NP m’a donné de solides bases pour comprendre et mieux appréhender l’évolution d’un projet depuis sa conception papier jusqu’à sa construction physique finale. L’objectif de cette formation est aussi de développer un regard critique sur : • Les responsabilités du maitre d’œuvre • Les règlementations en vigueur, les textes impliqués dans l’acte de bâtir • La gestion économique d’un projet Et de permettre de : • Travailler sur chaque phase d’un projet en ayant en permanence une vision globale • Comprendre les aspects administratifs d’une agence leur impact sur la gestion de la société et apprendre à les maitriser • D’améliorer sur communication visuelle, avec des supports graphiques, et orale en étant exposée directement aux clients et différents acteurs d’un projet • Développer des méthodes de négociation avec des clients pour des contrats. Tout cela, afin de pouvoir avoir le statut d’architecte pour enfin se mettre à son propre compte. En cela, la formation HMO NP constitue une voie royale.

08

La formation HMO NP


La recherche de nouveaux clients est assez difficile à mener en débutant une nouvelle structure. Le relationnel et la communication sont donc des éléments cruciaux, en plus des connaissances techniques de l’architecte, pour réussir en tant qu’architecte chef d’entreprise. En tant qu’ADE on ne peut qu’être salarié mais grâce à la formation HMO NP, l’architecte peur devenir associé, travailler en tant qu’indépendant ou créer une agence. La mise en situation professionnelle est un moyen de mieux comprendre les responsabilités réelles que sont celles d’un HMO par comparaison avec celles d’un ADE. A titre personnel, mes expériences professionnelles m’ont confortée dans mon souhait de créer ma propre agence.

La formation HMO NP

09


« L’architecte doit savoir attendre, c’est le seul moyen d’être créatif. Ce métier est un mélange de technique et de spiritualité, de créativité aussi.» 3


Il m’a semblé important de prendre en compte dans mon choix d’agence plusieurs paramètres: l’administratif, la comptabilité, le dessin, la conception, le chantier, les réunions et le planning de l’agence, le compte rendu, l’archivage et le stockage des documents. Je ne souhaitais pas intégrer une ‘grande’ agence et être uniquement affectée à une tâche où mes responsabilités et la variété de mes tâches auraient été limitées. A ce stade de ma carrière, je désire avoir une vision généraliste du métier de l’architecte. Me spécialiser dans un secteur, tel ERP ou logements, ne fait pas encore partie de mes objectifs professionnels court-termes, ce qui limite le nombre d’agences correspondants à mes aspirations. Enfin, mon dernier critère de choix était de pouvoir réaliser des chantiers, en plus de mon travail de conception. Les chantiers étaient, à ce moment, pour moi des univers inexplorés que je voulais découvrir, toujours dans le but d’avoir une vision d’ensemble du métier d’architecte et donc de ne pas laisser ma formation inachevée. L’agence PAGES PICOT ARCHITECTES a répondu positivement à toutes ces conditions. Dès mon entretien, les projets qui m’ont été proposés débutaient de la conception au permis de construire, avec travail sur chantiers. Les conditions pour une introduction au métier d’architecte en nom propre ont donc été idéales pour moi.

Choix de l’agence Pages Picot Architectes

11


Société civile professionnelle d’architecture (SPA) G. Pages – M.Picot En 1983, M. Gérard PAGES et Maurice Picot, dans le cadre de formation professionnelle « PROMOCA » ont obtenu leur diplôme d’architecture dplg, et c’est au début de trois années de formation continu, a raison d’une journée de par semaine en plus des heures normales de travail. M. Pages et M. Picot ont travaillés ensemble dans le même cabinet d’architecture à Chambéry. Historique : Apres avoir reçu leur diplômes d’architectes, ils décident de créer leur agence suffisamment complémentaire et ayant chacun une bonne expérience acquise durant les années passées précédentes ensemble chez leur ancien employeur. L’agence s’est installée sur deux sites, une a Barberaz et une à Saint Laurent du pont et s’est développée pour atteindre un total de huit personnes La production était composée de logements individuel et collectif, hôtellerie, maison de retraite, école, collège, lycée du Granier en collaboration avec Cheneac, salle polyvalente, mairie, centre de santé, hospitalier et autres divers. En 2004 : PICOT Xavier architecte est entré dans l’agence pages picot et en 2011 a repris la part de Gérard Pages parti à la retraite. A ce jour l’impact des difficultés économiques et de divers impératifs le cabinet a une activité réduite comprenant deux architectes, deux dessinateurs et une assistante administrative.

12

Mise en situation professionnelle


L’agence Pages Picot est organisée de manière géographique. Deux agences, la première située à Barberaz en Savoie et la seconde à Saint Laurent du Pont en Isère composent le cabinet PAGES PICOT ARCHITECTES. Cette présence physique sur deux zones géographiques distinctes a pour but d’étendre la clientèle possible du cabinet, et donc de faciliter l’accès à la commande, et permet d’avoir un meilleur suivi des dossiers en étant plus proche du client final. Par ailleurs, en se concentrant sur des zones géographiques précises avec des zones de chalandise limitées par agence, le cabinet limite ses frais de déplacement et donc le montant de ses honoraires, ce qui est bon pour sa rentabilité.

Maurice Picot est en charge pour moitié de l’agence de Savoie et pour autre moitié de celle de Saint Laurent du Pont. Il fait donc le lien entre les deux bureaux. Xavier Picot quant à lui se concentre sur les secteurs de la Savoie et de la Haute-Savoie et travaille exclusivement pour l’agence de Barberaz. En plus des associés, l’agence compte cinq employés: • Une dessinatrice est employée par l’agence : Carole Piraud, qui travaille principalement avec Maurice Picot depuis 22 ans. Afin de la former aux logiciels de dessin et à l’informatique en général, son poste a été transféré à l’agence de Barberaz, où elle travaille à mi-temps. • Un concepteur, Jérôme Décarre, diplômé en Architecture d’intérieur a intégré l’agence au mois de novembre 2012. • Un dessinateur employé à mi-temps, Bertrand Quenard, a rejoint l’agence en Janvier 2013 pour s’occuper essentiellement de chantiers. • Une assistance technique en agence depuis Décembre 2008, Adeline Cochez, s’occupe de la partie administrative en général, des candidatures, des grilles d’honoraires, des passations de marchés et des situations au sein de l’agence de Barberaz. • Enfin, moi-même j’ai intégré l’agence depuis la mi-octobre 2012.

Organisation et stratégie- PAGES PICOT ARCHITECTES

13


Organigramme de l’agence

14

Organisation et stratégie-

PAGES PICOT ARCHITECTES


La gestion informatique des dossiers, les nomenclatures, les numéros d’affaires et un serveur informatique entre les postes de travail facilitent l’organisation des projets et permettent la reprise d’une affaire par plusieurs personnes. Néanmoins, il existe quelques problèmes de communication générale au sein de l’agence qui pourraient être grandement supprimés par la mise en place de réunions hebdomadaires afin d’organiser et d’homogénéiser le travail entre les différents collaborateurs.

Par rapport à l’organisation administrative des dossiers, le même dossier type est utilisé pour les projets publics et privés. Toutefois les projets privés sont plus légers car incorporent moitié moins de fichiers des intervenants. Avoir différents dossiers types pour projets privés et projets publics pourrait simplifier la classification des dossiers.

Pour avoir une meilleure réalisation des affaires et pour obtenir une organisation simplifiée, un architecte travaille principalement avec le même collaborateur. Par ailleurs, chaque associé est chargé des affaires qu’il apporte à l’agence, qu’il s’agisse de marchés publiques ou privés. Alors que légalement les responsabilités des associés sont identiques, chaque architecte a sa propre façon de travailler. Par exemple, Maurice Picot est le seul présent aux réunions et sur les chantiers, alors que Xavier Picot préfère que le dessinateur chargé de l’affaire l’accompagne. Structurer et organiser efficacement un projet est d’une importance majeure. C’est un des rôles essentiels de l’architecte. Cela permet de maitriser ses délais et au final le coût d’un projet.

Organisation et stratégie-

PAGES PICOT ARCHITECTES

15


Dans une agence de taille petite, comme PAGES PICOT ARCHITECTES, la rotation du personnel est fréquente. Ces trois dernières années le personnel a souvent changé et donc l’organisation de l’agence n’a pas été évidente. Selon Xavier Picot, le système de travail mis en place au sein de l’agence produit de bons résultats dans les meilleurs délais. Toutefois et toujours selon lui, il est améliorable. En ce moment avec deux dessinateurs qui travaillent à mi-temps, il y a un vrai challenge pour assurer la complétion des projets dans les délais impartis. A mon avis, l’organisation d’une agence vair selon sa taille. Une petite agence comme PAGES PICOT ARCHITECTES peut tout à fait être organisée par projet, c’est-à-dire avec des compositions d’équipes évoluant suivant les différentes affaires du cabinet. L’organisation doit évoluer en prenant en compte les suggestions de l’ensemble du personnel, et l’évolution constante des nouvelles technologies doit permettre de faciliter et d’optimiser non seulement l’organisation mais aussi la façon de travailler de l’agence. Cette évolution peut aider à aborder, plus facilement, des projets d’envergure importante.

‘L’effet de personnalisation’ est un terme que j’utilise pour définir les petites touches personnelles que l’on peut apporter à un système de travail. Chaque architecte a son propre mode de fonctionnement, son propre rythme, méthodologie et des préférences. Doit-on laisser pénétrer cet effet de personnalisation dans le système de fonctionnement d’une agence ou doit-on tout contrôler? Je trouve que le charme d’une petite agence est de donner une petite marge pour les personnalisations. A mes yeux, cela permet de créer une ambiance de travail sympathique et propice aux exchanges, car chaque architecte a envie de contribuer à une agence de sa propre manière.

16

L’architecte comme organisateur de projets


Lors mon arrivée chez PAGES PICOT ARCHITECTES, j’ai été affectée à la gestion du dossier principal de l’agence, puis au fur et à mesure du temps, de nouveaux projets, avec différents états d’avancement, m’ont été confié. Chronologiquement, j’ai travaillé et collaboré avec les associés et différents employés de l’agence sur: • L’institut Guillaume Belluard : Un centre pour enfants polyhandicapés situé à Cran Gevrier en Haute-Savoie, ERP de 4eme catégorie de type J. Il s’agit d’un projet décomposé en trois étapes, la première étant la partie rénovation, la deuxième la partie extension et la troisième la construction d’une cuisine centrale. J’ai principalement travaillé sur la mise à jour des dessins à la fin de la tranche une. Dans le cadre du handicap, les aspects liés à l’accessibilité ont été un vrai challenge. • La Villa Stepanian : Une mission complète où j’ai réalisé l’état des lieux de la maison existante pour déposer un permis de démolir. Puis, en collaboration directe avec l’architecte associé Xavier PICOT, j’ai réalisé plusieurs propositions pour la construction d’une nouvelle maison. Le projet est toujours en cours à ce jour. • L’extension de la villa Chesnais : Il a s’agit d’agrandir une maison existante en créant un garage et une terrasse. J’ai travaillé sur ce projet depuis son commencement jusqu’au dépôt de permis de construire. • La construction d’un ascenseur à l’école du Vallon : Mon premier projet sur lequel j’ai travaillé sur un chantier. J’ai réalisé le suivi de chantier avec à nouveau Xavier PICOT, pris part aux réunions de chantier et participé à la phase AOR. • La construction d’une épicerie et une boulangerie à Méribel Les Echelles: J’ai travaillé sur la phase EXE pour compléter le carnet de détails.

Ma place dans l’agence

17


• L’aménagement L’Héritier : Il a s’agit de la réhabilitation d’une grange. J’ai réalisé les dessins d’état des lieux et la proposition pour la rénovation afin de faire le dépôt pour le permis de construire. • L’aménagement Mériadec : A nouveau la réhabilitation d’une grange. Cette fois-ci j’ai effectué des relevés de l’existant dans le but de dessiner l’état des lieux du bâtiment. Avec différents membres de l’agence, j’ai ensuite réalisé une proposition pour la rénovation et le réaménagement de la grange. Enfin, j’ai préparé le dossier de dépôt de permis de construire. • Les réponses à appel d’offres : Enfin, en parallèle à tous ces projets j’ai participé à la formulation de dossiers de candidatures en réponse à divers appels d’offres.

De manière générale, je suis chargée de la production des dossiers de permis de construire, de la phase d’esquisse et de conception sur les différents projets et du suivi de chantiers (dans le cas de la construction d’un ascenseur à l’école du Vallon). Je me suis aussi chargée de rédiger les comptes rendus de réunions pour l’avancement des projets. Selon le projet et selon l’architecte associé chargé de l’affaire, mon rôle évolue. Pour les projets dont je suis la principale responsable je m’occupe de la conception, des relations avec la maitrise d’ouvrage et les intervenants ainsi que tout le travail administratif associé. Pour les autres dossiers, mon travail est plus celui d’un dessinateur, avec une partie de conception limitée. Il comprend essentiellement du dessin, de la production de documents, le tout avec des réunions avec les différents intervenants.

18

Ma place dans l’agence


Dans l’agence, l’importance de calcul de surface à chaque étape de l’avancement d’un projet était mise en valeur. J’ai créé des tableaux de calcul de surface pour chaque étape du projet, un tableau pour le calcul de la surface habitable, de la surface de plancher, de la surface taxable, et aussi un tableau prenant en compte tous les aspects nécessaires pour enfin remplir le tableau de surface pour le permis de construire. L’architecte associé Maurice PICOT m’a affirmé que « le calcul des surfaces est un art ». Le calcul et la représentation des surfaces doit toujours être en cohérence avec les plans dessinés

Ma place dans l’agence

19


Dans cette partie, j’explique en détail les projets abordés durant ma mise en situation professionnelle. J’insiste particulièrement sur le rôle de l’architecte maitre d’œuvre, ses responsabilités, l’importance du relationnel et de la communication avec le client, les bureaux d’études et les différents participants d’un projet. Par ailleurs, au travers des différents projets abordés, j’essaie de me positionner en tant qu’architecte par rapport à mes futures responsabilités, toujours en accord avec mes attentes et mes convictions professionnelles.

20

Projets abordés


L’institut Guillaume Belluard Apres avoir passé quelques jours pour comprendre le système informatique de l’agence, la structure du projet et son état d’avancement, je débuté la conception d’une cuisine centrale. Dû à l’expertise technique particulière à ce projet, l’agence a fait appel à un intervenant extérieur spécialisé dans la conception et construction de cuisines centrales. En prenant pour base le travail de cet intervenant extérieur, j’ai fait une première proposition de cuisine par rapport au contexte du site. Les contraintes de ce projet étaient importantes : l’aspect de la superficie, la relative petite taille de l’espace et un budget limité ont eu des impacts marqués dans le déroulement du projet. Tous ces aspects ont paradoxalement rendu le projet intéressant. En effet il a fallu être créatif pour trouver une solution permettant de répondre à toutes ces contraintes.

A mes yeux, la partie la plus intéressante de ce projet a été l’incorporation des contraintes économiques dès la phase de la conception, ce qui était nouveau pour moi. Les réglementations en vigueur ainsi que la partie structurelle ont eu un impact sur le budget et donc ont été incorporées relativement tôt. L’emplacement du bâtiment par rapport aux autres bâtiments, les distances de sécurité minimum à respecter, car une cuisine centrale est considérée comme un local potentiellement dangereux, les renforcements au niveau des fondations, tous ces éléments structurels ont été incorporé à l’évaluation financière du projet.

L’institut Guillaume Belluard

21


A ce stade de la conception du projet, je me suis rendue compte à quel point il est important de prendre en compte les aspects économiques et réglementaires dès la phase de conception d’un projet, chose que je n’avais pas réellement abordé durant mes études en école d’Architecture. Xavier Picot, l’architecte associé du cabinet, m’a donné la liberté de prendre certaines décisions moi-même et d’être le point de contact de l’intervenant extérieur expert cuisiniste. J’ai eu l’opportunité de me rendre compte de l’importance de la communication, non pas juste verbale mais aussi dans ce cas précis de la communication par le dessin. J’ai aussi appris l’importance de partager l’information rapidement afin de prévenir les délais et ai eu la chance de réaliser un planning pour suivre le bon avancement du projet. Apres avoir figé la phase esquisse, nous sommes immédiatement passés en phase APS. Les détails des dessins, avec plans de coupe, ont été transmis au maitre d’ouvrage. Dans la phase APS du projet, les aspects purement architecturaux, les éléments de détails, ont été approfondis. Trois propositions pour la cuisine centrale ont alors été élaborées. La proposition retenue par le client n’a pas été la plus intéressante économiquement, mais la plus respectueuse du site et la plus compacte en termes de surface utilisée. Cette proposition incorpore une galerie semi-ouverte à l’extérieur du bâtiment pour intégrer le nouveau bâtiment dans l’espace existant. Les discussions qui ont suivi la phase APS ont ralenti le déroulement du projet. Il a en effet fallu incorporer un nouveau bâtiment (en plus de la cuisine centrale, un SESSAD (Service d’éducation spéciale et de soins à domicile) et rénover une partie existante. Le raccordement au réseau électrique et au réseau d’eau avec l’existant a posé des problèmes, particulièrement pour le chauffage et donc a retardé le projet. La complexité, non prévue, à laquelle nous avons fait face a nécessité une implication totale de chaque membre du projet afin de contrôler le bon déroulement du projet, dans le sens architectural et financier.

22

L’institut Guillaume Belluard


Après chaque réunion je me suis occupée de réaliser par écrit son compte rendu. J’ai compris l’importance d’avoir toutes les informations sous forme écrite et partagées avec l’ensemble des intervenants, afin de rendre chacun responsable de ses actions et d’assurer un suivi du projet. L’architecte est en effet responsable de l’avancement et du bon déroulement du projet. Il doit faire en sorte de rappeler à tous les intervenants les progrès réalisés et les informations que chacun doit fournir, dans des délais clairs, afin que le projet puisse avancer selon son prévisions.

* Image 1

L’institut Guillaume Belluard

23


* Image 2

24

L’institut Guillaume Belluard


Malheureusement ce projet s’est arrêté de manière temporaire en phase APD, pour des raisons budgétaires indépendantes des actions menées par le cabinet PAGES PICOT ARCHITECTES. Car j’ai eu la chance de mener ce projet complexe de manière assez autonome, j’ai pu me rendre compte des étapes nécessaires pour réaliser un ouvrage publique. Néanmoins, cette période a été pour moi la plus difficile professionnellement au sein de l’agence. La transition, rapide et brutale, entre théorie et pratique réelle du métier et l’obligation de faire mes preuves rapidement au sein de l’agence afin de prouver mes capacités n’a pas été une période facile, mais que j’ai néanmoins passé avec succès car après ce projet mes responsabilités au sein de l’agence n’ont cessé de croitre. Pour un projet de l’échelle importante, la prise de décision (par les acteurs principaux) de la maitrise d’ouvrage et l’enveloppe financière donne le rythme d’avancement du projet. Le défi principal ici a été de figer le programme. Les besoins du client ont continuellement changés et le programme a donc évolué en permanence. Par exemple, la deuxième tranche comprenait initialement la création d’un internat et d’un centre de balnéothérapie. Malgré nos propositions, l’enveloppe financière du projet a été réduite, la création du centre de balnéothérapie annulée et à la place la construction d’une cuisine centrale a été demandée. Même si cela relève de l’humain, et est donc difficile, un architecte doit être capable d’anticiper des situations délicates, surtout face à des marchés publics. De plus il est nécessaire qu’un architecte soit capable de déterminer à chaque instant la rentabilité d’un projet pour savoir, lorsque les besoins du client évoluent de manière imprévisible, à quel moment il ne devient plus intéressant de continuer à travailler sur un projet et quand il faut réallouer ses ressources humaines sur d’autres clients. Il est nécessaire d’avoir et à défaut de développer ses capacités pour comprendre, ressentir et fixer contractuellement les attentes de ses clients. L’architecture reste donc un métier où les rapports humains et le relationnel sont primordiaux. L’institut Guillaume Belluard

25


« J’aime beaucoup cette image d’une architecture-iceberg dont la partie visible est minuscule par rapport à tout ce que tu y mets pour la faire émerger : l’attention aux choses et aux réalités sociales. » 4


Ce projet a incorporé la totalité des ressources humaines de la société. Dans l’équipe projet ont été incorporé les parents des enfants de L’institut, l’administration de l’IGB et la direction départementale des territoires. Tous ont discuté ensemble pour définir leurs attentes et leurs besoins quand à l’extension de l’institut Guillaume Belluard. Dans ce cas précis, l’architecture a rassemblé des gens et l’expression des besoins de chacun nous a permis ensemble de trouver une solution au problème auquel nous faisions face. Ce processus interactif a conduit à la programmation des espaces pour améliorer les équipements et à l’aménagement des dispositifs pour mieux accueillir des enfants. Dans cet exemple de la maitrise d’ouvrage public, on trouve que l’architecture est la réflexion des besoins de la société. L’architecte Xavier Picot a regardé des choses dans une manière assez tolérante par rapport aux délais et parfois même par rapport à l’instabilité professionnelle de certains intervenants. Ce projet a eu un but social fort et a permis de contribuer à l’amélioration de notre société, particulièrement, a contribué à l’amélioration du bien-être d’enfants polyhandicapés.

L’architecture et la société

27


A1

ACCÈS PIETONNES

A2

4,69

Limite du terrain

4,00

Limite du terrain

ACCÈS VEHICULES

10,80

24,67

4,11

Recul de 4,00m à la limite de terrain

sdb2

Garage

8,80 m2

20,98 m2

sdb1

13,25 m2

Chambre1

Chambre2

24,375 m2

24,375 m2

Chambre3 20,00 m2

Rangement

Local technique 12,785 m2

66,40 m2

Bureau

14,155 m2

12,785 m2

Recul de 4,00m à la limite de pool house

POOL HOUSE EXISTANT

4,21

Recul de 4,00m à la limite de pool house

4,21

Recul de 4,00m à la limite de pool house

ENTRÉE MAISON

Terrasse 141,29 m2

1,59

21,94

PLAN RDC

12-009

VILLA STEPANIAN

1,10

13,80 RECONSTRUCTION D'UNE VILLA À SCIEZ

4,35 Echelle :

PAGES PICOT

Architectes

Date :

1/100 06/05/2013

Phase :

+5,35 +5,35

Recul de 4,00m à la limite de terrain

6,52

NOTA : Ce document est la propriété de PAGES PICOT Architectes. Reproduction interdite sans autorisation et accord écrit préalable.

Salon / Salle à manger

31,395 m2

Cellier

NOTA : Ce document ne constitue pas une pièce graphique d'exécution et est destiné à l'usage exclusif de la Demande de Permis de Construire.

12,14

Cuisine

16,35

12,14

18,185 m2

ESQUISSE

+4,86 +4,86

+4,00 +4,00 +3,00 +3,00

+2,935 +2,935

±0,00 ±0,00

CHAMBRE 1 CHAMBRE 1

±0,00 ±0,00

TERRASSE TERRASSE

Limite Limite dudu terrain terrain

SALON / SALLE À MANGER SALON / SALLE À MANGER

+5,35 +5,35

+4,86 +4,86

+4,00 +4,00 +3,00 +3,00

+2,935 +2,935

Limite Limite dudu terrain terrain

CHAMBRE 2 CHAMBRE 2

SALON / SALLE À MANGER SALON / SALLE À MANGER

±0,00 ±0,00

TERRASSE TERRASSE

±0,00 ±0,00

FACADE NORD FACADE NORD

12-009 12-009

28

VILLA STEPANIAN VILLA STEPANIAN

RECONSTRUCTION D'UNE VILLA À SCIEZ RECONSTRUCTION D'UNE VILLA À SCIEZ

PAGES PICOT PAGES PICOT

Architectes Architectes

Echelle : Echelle Date : : Date :

Phase : Phase :

NOTA NOTA : Ce: document Ce document est la estpropriété la propriété de PAGES de PAGES PICOT PICOT Architectes. Architectes. Reproduction Reproduction interdite interdite sans sans autorisation autorisation et accord et accord écritécrit préalable. préalable.

NOTA NOTA : Ce: document Ce document ne constitue ne constitue paspas uneune pièce pièce graphique graphique d'exécution d'exécution et est et destiné est destiné à l'usage à l'usage exclusif exclusif de la deDemande la Demande de Permis de Permis de Construire. de Construire.

FACADE OUEST FACADE OUEST

ESQUISSE ESQUISSE

* Image 3

Villa Stepanian


Lors de ma première rencontre à l’architecte associé Xavier PICOT, je lui ai fait part de mon désir de réaliser des projets de maitrise d’ouvrage publique et privée. Plus tard, je me suis rendue compte que dans certains milieux, les projets de maitrise d’ouvrage publique, même s’ils sont complexes, peuvent être plus simples à mener que des projets de maitrise d’ouvrage privés. Ma deuxième affaire a donc consisté en la réalisation d’une maison individuelle, située sur une parcelle classée dans en tant que patrimoine régional et à proximité du château de Courdée à Sciez. Le maitre d’ouvrage désirait construire une nouvelle maison tout en démolissant le bâti déjà présent sur le site. Une partie des relevés avait déjà été réalisés et nous avons récupéré les anciens plans de la maison existante à démolir afin de faire les dessins d’état des lieux. Je me suis occupée de faire les plans d’états des lieux et de récupérer le plan du géomètre pour déterminer le niveau du terrain et le transcrire dans un format 3D. L’architecte Xavier Picot m’a donné la liberté de faire une première proposition de maison individuelle à notre cliente, Madame Stepanian. N’ayant jamais rencontré cette dame, à ce stade du projet, je me suis donc placée dans une situation purement théorique afin de trouver le dispositif architectural le mieux adapté selon le contexte pour faire une proposition de maison, que j’ai ensuite transmise à la cliente avec un jeu de dessins d’état des lieux. A titre personnel, je n’appréciais pas particulièrement cette manière de travailler. Tout d’’abord, je n’avais pas aucune information sur le mode de vie du client, sur ses attentes et sur ses idées des espaces qu’elle avait envisagé pour sa maison. Ma situation était déjà « bancale ». Proposer à quelqu’un une ‘solution théorique’ est une approche qui n’a que très peu de chances d’aboutir. En effet, mon interlocuteur était une profane de l’architecture, et non pas un de mes professeurs de l’école. Afin de

Villa Stepanian

29


remédier à ce problème, j’ai pris rendez-vous avec notre cliente pour lui montrer et expliquer nos travaux en cours mais surtout pour mieux appréhender ses besoins et ses attentes. Après ce premier rendez-vous, j’ai pu mieux cerner ce que désirait Madame Stepanian et rédiger une deuxième proposition en conséquence. Incorporer toutes les attentes du client dans le projet final est un véritable défi. Pour cette maison individuelle en particulier, il m’a fallu comprendre ce que souhaitait Madame Stepanian, c’est-à-dire retranscrire l’environnement et les souvenirs de son enfance dans cette nouvelle maison afin de les faire revivre. Tout cela a dû coexister avec les contraintes géographiques et règlementaires du lieu, classé au patrimoine régional et du climat, qui a nécessité une toiture avec une forte pente. Aujourd’hui la Villa Stepanian n’est pas encore construite. Des contacts restent à prendre avec des entreprises pour avoir des devis pour analyser les niveaux d’amiante et de plomb, étape nécessaire avant de lancer les démarches pour la démolition de la maison existante.

30

Villa Stepanian


La communication joue un rôle très important dans le cas d’un projet de maitrise d’ouvrage privé. Communiquer ses idées verbalement ou mieux encore graphiquement, via des plans, des coupes, des façades mais aussi des vues et des perspectives est capital. Il faut de plus aider le client à comprendre la notion d’échelle sur un dessin pour l’aider à comprendre la taille de la surface et de l’espace crée. Cette expérience m’a amenée à réfléchir face à l’importance de la mise en place d’une stratégie de développement et un planning efficace sur un projet. Cette stratégie sera différente sur une affaire publique et sur une affaire privée. Pour une affaire privée, cette stratégie, ce planning peut changer suivant le client et le contexte. Néanmoins, malgré le temps et l’énergie que cela nécessite, cette partie de planning stratégique est cruciale pour le bon développement du projet, et est facilitée par l’expérience professionnelle de l’architecte qui la réalise. Dans chaque projet et nouvelle expérience professionnelle, je me pose des questions par rapport à la communication de mes idées architecturales. Même si en pratique, les aspects externes d’un projet, c’est-à-dire les finances, les techniques et l’aspect structurel jouent un rôle très dominant, le rôle de l’architecte reste clair : garder le fil de l’idée architecturale du projet du début à la fin. Afin de garder « le fil de cette idée » il est nécessaire de savoir la communiquer clairement avec son client.

Villa Stepanian

31


* Image 4

Après avoir réceptionné sa villa en 2010, le client, Mr Chesnais, est revenu chez PAGES PICOT ARCHITECTES pour faire une extension sur sa maison. L’extension a consisté en la création d’un garage et d’une terrasse. Le client a un handicap moteur et se déplace en fauteuil roulant. Toutes les normes et réglementations en vigueur concernant le handicap ont donc été appliquées pour ce projet. Une fois encore, Xavier Picot m’a donné la liberté de faire au client une proposition pour le garage, la terrasse et également un auvent. Pour ce projet, le client savait exactement ce qu’il voulait. Son but était de travailler avec un architecte pour faire un dépôt de permis de construire. Pendant nos diverses réunions avec ce client, je me suis rendue compte qu’il appréciait particulièrement les aspects d’une maison traditionnelle construite en bois. Pour l’extension de sa villa, il avait donc des idées très arrêtées sur ce qu’il voulait obtenir de notre part. Avec ce type de client qui a des idées déjà fixes au départ, je trouve que l’architecte devient un dessinateur dont le but est de créer un dossier et de le déposer en mairie.

32

Extension chesnais


A titre personnel, je me suis alors demandée alors si le rôle de l’architecte pouvait avoir une importance plus significative et dans quelle mesure il pouvait ajouter une réelle valeur au projet. Plus tard dans le projet, nous avons suggéré au client d’avoir une pente d’auvent identique à la pente de la toiture. Le client souhaitait quant à lui avoir deux pentes différentes, car trouvait l’esthétique de la villa amélioré dans ce cas de figure. A nouveau je me suis demandée si le rôle d’un architecte est, finalement, de rendre un projet en totale adéquation avec les attentes du client ou bien de développer la sensibilité architecturale du client? Je pense aujourd’hui que cette question n’a pas de réponse tranchée et que ma vérité d’architecte se situe entre ces deux extrêmes. J’ai donc mis à jour les dessins par rapport à l’existant, afin de déposer le permis de construire pour ces extensions. En même temps, je me suis occupée de la réalisation du dossier DOE (Dossier des Ouvrages Exécutés) pour la villa. A nouveau, grâce à ce travail sur le permis de construire, j’ai compris l’importance de la prise en compte du PLU, des réglementations urbaines, des réseaux déjà existant sur le site, notamment du positionnement de la géothermie et des limites à respecter par rapport à une construction existante. A ce stade de ma mise en situation professionnelle HMO-NP, je me suis rendue compte de l’importance de faire un suivi des documents clients, d’avoir un système d’archivage efficace et de mettre à jour ses documents au fur et à mesure de l’évolution d’un projet. En effet, un architecte est responsable de son œuvre pendant dix ans (la décennale). Un dossier de travaux exécutés correctement classé et archivé est nécessaire pour aider à la fois le client et l’architecte à retrouver des documents si le besoin se fait sentir.

Extension Chesnais

33


* Image 5

Le projet de l’école du Vallon a pour but de construire un ascenseur et une galerie dans l’enveloppe du bâtiment existant. L’architecte Xavier Picot s’est occupé de la mission OPC (Ordonnancement, Pilotage et Coordination), et a réalisé le planning du chantier. C’est pour information le premier OPC qu’il a réalisé au sein de l’agence. J’ai eu la chance de réaliser, avec l’architecte, le suivi de chantier et pour ce faire, je me suis basée sur plusieurs comptes rendus de chantier. Cela m’a permis de prendre conscience de l’importance de ce document pour pouvoir avoir un control global du déroulement d’un chantier. Un compte rendu de chantier aide l’architecte à donner des «rappels» aux entreprises partenaires, que ce soit pour des actions techniques ou financières en retard par rapport à un planning projet. La notion de contrôle des travaux a une place importante chez un architecte.

34

Construction d’un ascenseur à l’école du Vallon


* Image 6

* Image 7

Le contrôle ne se termine pas seulement avec les aspects techniques mais aussi par de la facturation. La facturation est vérifiée à chaque étape, de même que le pourcentage de travaux facturé par rapport au travail effectué l’est également sur le site. Cette étape effectuée, une facturation est envoyée aux entreprises en justifiant clairement quel pourcentage est facturé par rapport à l’avancement des travaux. Les révisions de prix sont aussi à évaluer. Avec l’aide du magazine « Le moniteur » qui donne l’index de révision des prix, nous avons estimé au sein de l’agence comment nous devions réviser nos prix en fonction de l’évolution de l’index. Ces évolutions de prix doivent ensuite être appliquées aux clients. L’architecte a un rôle très important dans tout ce qui concerne le déroulement économique d’une affaire. Il a la responsabilité de vérifier que le travail effectué soit en accord avec l’ensemble des factures reçues et donc que la facture finale soit celle qui est attendue.

Construction d’un ascenseur à l’école du Vallon

35


L’OPC (Opération de la coordination et du pilotage de chantier) n’est pas une mission qui est donnée à l’architecte dans tous les projets public. Dans le cas de l’ascenseur de l’école du vallon, l’architecte Xavier Picot a eu la chance d’obtenir cette responsabilité. L’architecte associé Xavier Picot m’a expliqué comment réaliser, de manière hebdomadaire, le planning projet, en prenant en compte les différents délais, les rappels à effectuer auprès des entreprises, les comptes rendus du chantier ainsi que les mises à jour des dessins de détails. Le chantier s’est au final déroulé de manière harmonieuse. La communication entre les différents intervenants a été interactive et facile. J’ai été surprise de voir qu’un grand nombre de décisions étaient prises directement sur le chantier, ce qui facilité d’après moi l’avancement des travaux. L’architecte doit être en courant des étapes importantes du chantier sur le site qu’il puisse être en contact avec les gens concernés, enfin d’assurer la bonne complétion des travaux. Au final, j’ai trouvé qu’un suivi de chantier avec mission OPC était intéressant car donnait à l’architecte le double rôle d’organisateur et de contrôleur de travaux. Avec cette double responsabilité, l’architecte est selon moi parfaitement armé pour mener les travaux de manière harmonieuse.

36

Construction d’un ascenseur à l’école du Vallon


Grille de ventilation Habillage sous face Faitage zinc

Chevrons de depassée Lattes Voliges

Bandeau zinc

Cache moireaux Couverture joint debout (zinc)

Bandeau bois

240

VH

GRAVITAPIS Pré cultivé GRAVIFLOR 500mm GRAVIFILTRE GRAVIDRAIN 2eme couche étanchéité

Isolant polyuréthane 2 faces voile de verre Pare vapeur 1ere couche étanchéité

Isolation 160 mm

440

Ecran d'idépendance

Habillage en sapin rouge Nord Chevrons

97

Arbalétrier 120x400 mm posé sur sabots

154

Plaque de plâtre BA13 Isolation 160 mm

80

200

960

Isolation de 80 mm en laine de roche

Faux plafond module 600x600mm et d'épaisseur 25 mm

Det a L'éc il etanc hell héit e1 /10 é

60

240

Passage VMC diam 125, DAIKIN FXZQ 20 P7 550x300x700

* Image 8

Dans ce projet, je suis intervenue uniquement pendant la phase EXE. J’ai principalement réalisé les dessins de détails du projet à l’échelle 20/1em, 10/1em et 5/1em. Le dessin de détails est un véritable travail de référence des pièces écrites et incorpore l’ensemble des détails fournis par les entreprises tels que: le détail de l’étanchéité, de la toiture terrasse, des menuiseries en plans, des coupes et élévations. Tous ces éléments ont été inclus dans le carnet de détails que j’ai réalisé. En construisant ce carnet de détails, je me suis rendue compte de la façon dont la structure était posée sur le chantier. En dessinant les menuiseries et toutes les couches de l’étanchéité, j’ai compris quelle était la fonction de chaque membre de la composition et j’ai pris la mesure de l’importance de la dimensionnalité du projet.

Miribel les échelles

37


En comprenant la notion d’épaisseur et de dimensionnalité, je me suis demandée: « Avec ce ‘nouvel’ aspect de la dimensionnalité, dois-je m’adapter pour créer des espaces plus fonctionnels, en terme de technique et de structure, pendant la phase de la conception ? »

A mon avis, il faut établir un vrai dialogue avec les entreprises pendant la phase d’exécution. Un échange permanent par rapport aux méthodes de poses et techniques utilisées est obligatoire, car l’architecte doit être au courant des dispositifs mis en place pour assurer un contrôle qualité optimal. Lorsque j’ai débuté ce projet, l’accès aux informations a été un vrai défi et ma progression en a donc été ralentie. Néanmoins, grâce aux fiches techniques, au CCTP, à la quantité d’informations disponibles sur Internet, j’ai pu progressivement compléter mon carnet de détails. Le dessin de détail m’a permis de comprendre comment résoudre des problèmes de fixation, de traitement entre deux matériaux, d’étanchéité et de traitements de ponts thermiques. Enfin, j’ai trouvé qu’il était important de mettre à jour le carnet de détails par rapport à ce qui était finalement exécuté sur le site.

38

Miribel les échelles


Il s’agit d’un projet d’aménagement d’un atelier et d’une tournerie de bois qui a pour but de créer trois logements. Lorsque j’ai débuté ce projet, le relevé de l’existant avait déjà été réalisé. N’étant pas présente sur le site lors du relevé, j’ai réalisé les plans de l’état des lieux à partir des photos qui m’avaient été transmises, ce qui est à mon avis un travail peu commun. Les caractéristiques de ce vieux étaient particulières. Les toits avaient une pente variable, la structure était en bois, la partie basse du mur en maçonnerie et la partie haute en bardage bois. Lorsque les plans de l’état de lieux ont été complétés, j’ai eu compris plus clairement la composition de la structure en charpente. Cette compréhension était nécessaire pour pouvoir modifier la structure existante dans la proposition du projet. Le client souhaitait créer trois logements avec un impact minimum sur la structure existante et l’enveloppe du bâtiment. Cette fois, la partie relationnelle a été complètement prise en charge par l’architecte associé Maurice Picot. Lui et moi avons travaillé ensemble sur la partie conception et avons ensuite fait une première proposition de logements au client. Apres l’envoi du premier jeu de plan, le client n’a demandé que peu de changements. Ainsi, la phase esquisse/APS s’est assez vite terminée et j’ai pu rapidement commencer la rédaction du dossier de permis de construire. Un point très intéressant de ce projet a été l’analyse et la définition de la structure de la charpente ainsi que la modification de la structure principale pour augmenter la hauteur du toit. Une compréhension de la distribution des forces était nécessaire pour faire une proposition qui était en accord avec la structure. La mise en place de l’isolation, la finition des façades, l’aménagement du site et la définition des accès et des stationnements ont également été des points sur lesquels j’ai travaillé durant cette affaire.

Aménagement L’Héritier

39


Dans l’ensemble, ce projet s’est déroulé de manière harmonieuse. J’ai appris l’importance d’être à l’écoute de son client afin de lui transmettre par dessin les idées que l’on souhaite lui communiquer. A nouveau, j’ai pu vérifier qu’un planning établi de manière correcte en début de projet était obligatoire pour facturer le client par étape, notamment dans ce cas précis au moment de la complétion des dessins et avoir ses factures réglées au moment souhaité. Par ailleurs, afin d’améliorer le temps d’emploi par ressource humaine, je me suis rendue compte qu’il était important de prendre les délais de retour client lors de la mise en place du planning prévisionnel. Par exemple, un dessin peut être fait avec un minimum de détails, pour obtenir l’avis de son client. Puis pendant l’attente du retour client, des détails peuvent être incorporés (prise en compte de la dimension exacte d’une l’isolation, des menuiseries, de la finition au sol, etc.). Une démarche de ce genre permet de passer plus rapidement à l’élaboration du dossier de permis de construire.

D’un point de vue organisationnel et non plus projet, un planning peut être adapté pour avoir des ressources humaines qui travaillent de manière partagée sur différents projets. Cela peut permettre d’avoir une distribution des tâches optimales et un meilleur rendement, donc une meilleure rentabilité pour l’agence.

40

Aménagement L’Héritier


Ce projet d’aménagement d’une grange à Aiguenoire en Isère, a été planifié de la même manière que l’affaire précédente, « l’Héritier », il n’est donc pas nécessaire de redévelopper ce point. Cette fois, le relevé de l’existant s’est réalisé sur place avec l’architecte associé Maurice Picot. Toutes les données de l’existant ont été prises en compte, non pas uniquement les dimensions mais aussi les aspects de bâtiment, qui peuvent ou non être conservés pour la suite du projet. L’architecte Maurice Picot a une méthode qui lui est propre pour effectuer un relevé. Avant même de prendre les dimensions du bâtiment, il réalise une première esquisse de l’existant, ce qui, je m’en suis rendue compte, aide à mieux comprendre la construction déjà présente. Pour mieux comprendre le caractère propre à ce bâtiment, nous avons dessiné à la main les dessins en plans, les coupes et façades avec détails de charpente, les épaisseurs des murs, les menuiseries, les matériaux et enfin les finitions des façades. Après avoir réalisé le relevé du site, mis en dessins l’état des lieux, je me suis surprise à plus regarder et utiliser mes dessins fait à la main avec l’architecte Maurice Picot que de regarder les photographies prises sur le site. Ceci dans le but de mieux comprendre certains aspects du bâtiment au fur et à mesure du projet. Même si aujourd’hui tout est dessiné a l’ordinateur, je pense qu’il ne faut jamais hésiter à prendre un crayon est faire une esquisse pour mieux comprendre le caractère d’un bâtiment.

* Image 9,10

Aménagement Meriadec

41


Pendant la phase d’esquisse/APS, une proposition, prenant un compte la structure existante, a été faite. Nous avons suggéré d’enlever un mur porteur intérieur et de récupérer les pierres associées pour réaliser les murs extérieurs. Le positionnement des gaines techniques et des chutes avait été réfléchi pendant la phase de conception. Je pouvais donc m’occuper, de manière totalement autonome, de faire le dossier complet de permis de construire, avec mise en place des réseaux et d’un système d’assainissement. Le tableau de calcul des surfaces avec toutes les déductions bien précisées sur plan pour faciliter la compréhension de calcul a aussi fait partie du dossier des dessins. Il est primordial dans un permis de construire d’avoir des dessins clairs et de fournir toutes les informations requises. Il est important de préciser que cette affaire revêt un caractère particulier. Notre client était situé à Paris, et pendant tout le projet nous n’avons communiqué que par téléphone. La progression du projet, dans le respect des délais qui lui étaient impartis, a donc été due à l’excellente communication verbale et par dessin que nous avons eu avec notre client. Enfin, je souhaite faire remarquer que les documentations des références ont été extrêmement importantes. En tant que jeune architecte, je me dois de récupérer et de créer une bibliothèque de référence.

Même si aujourd’hui l’accès aux informations est rapide et plus aisé qu’il y a quelques années, il est essentiel d’avoir une bonne base de référence de dossier technique. Cela permet de suggérer au client la solution la plus adaptée à son budget en distinguant la qualité de mise en œuvre et les matériaux utilisés.

42

Aménagement Meriadec


« Le projet peut toujours évoluer et être modifié tant que les travaux ne sont pas exécutés ! Pour une réalisation de qualité, le dialogue est indispensable entre l’architecte et son client. » 5


Au cours de ma mise en situation professionnelle, je me suis aperçue que la partie administrative de l’agence était primordiale pour son bon fonctionnement. Outre la gestion de la société, le classement et l’archivage des documents se sont révélés être très importants. Classer les documents facilite la recherche d’informations, de mails, ou de pièces graphiques qui peuvent servir comme référence pour de futurs projets. Même si cette tâche est chronophage, il est nécessaire de le faire de manière quotidienne afin d’éviter une accumulation de documents non classés, ce qui ralentirait la vitesse du travail à effectuer. Au sein de PAGES PICOT ARCHITECTE, non gardons une copie papier de chaque dossier ainsi qu’une copie au format numérique. Chaque dossier est aujourd’hui accessible depuis son poste de travail, ceci grâce à la numérisation des documents. Au niveau du référencement des dossiers, chaque affaire a son propre numéro d’affaire, qui est utilisé comme référence de dossier. Ce numéro d’affaire est marqué dans la partie « objet » de chaque mail afin que l’on puisse identifier immédiatement à quelle affaire le mail appartient, où le classer et quelle personne est en charge de l’affaire. Personnellement, je trouve que le système de classement utilisé dans l’agence est un bon exemple et me servira de base pour trouver mon propre système de classement. De même, j’ai réalisé avec l’architecte Xavier Picot des candidatures suite à appels d’offres. A nouveau, ceci m’a montré à quel point il est important de travailler son relationnel avec des tierces parties, ici des bureaux d’études. En effet, ceci est important pour former facilement et rapidement une équipe de la maitrise d’œuvre pour répondre à un appel d’offres donné. Avec l’assistante administrative, j’ai réalisé des dossiers de candidature, j’ai envoyé des courriers aux intervenants pour leur demander des dossiers techniques, des dossiers administratifs de DC1, DC2 ainsi que des propositions de prix.

44

L’architecture et l’Administration


Analyser un appel d’offre avant d’y répondre est important. Même si cela peut paraitre évident de prime abord, il est nécessaire de déterminer si l’agence est suffisamment bien équipée pour répondre aux attentes du projet, si sa situation géographique ne nuit pas financièrement (estimation du coût des trajets et impact sur la rentabilité) au projet et enfin si le budget alloué à l’affaire correspond aux attentes et standards de l’agence. L’agence doit donc être capable de déterminer si un projet donné est rentable ou non. Je pense que tous ces points se développent avec l’expérience de l’architecte. L’expérience nous apprend à rapidement estimer les besoins techniques et humains (par exemple, besoin de personnel supplémentaire pour un projet donné) d’un projet donné et donc nous permet d’estimer globalement sa rentabilité.

L’architecture et l’Administration

45


Je me permets ainsi de conclure mon mémoire « TRAJET », avec quatre axes principaux.

« La ville est une magnifique émotion de l’homme. La ville est une invention, mieux : c’est invention de l’homme ! La ville n’est pas un fait virtuel, c’est un fait physique, parce qu’elle est plein d’humanité. La ville est un perpétuel devenir… ». 6 « C’est une lourde responsabilité, cette présence physique, y compris pour les générations futures. » 7 « Ce métier d’architecte est délicat et dangereux pour l’architecte lui-même, mais surtout pour les autres. C’est un métier terrible… quand tu te trompes, tu imposes une full immersion dans le monde d’erreurs que tu as produit, à des milliers, voire a des millions de personnes, et pour un long, très long temps. Un métier vraiment délicat et dangereux. » 8


Architecte est un métier social. Il n’existe pas de grand ou un petit projet, car l’impact que l’architecture peut avoir sur une société peut contribuer à son amélioration ou à sa détérioration. Architecte est un métier ou la communication et le relationnel priment. Travailler en tant qu’architecte, c’est travailler en équipe que ce soit avec des collaborateurs internes au cabinet ou des partenaires extérieurs à la société. Chaque personne étant différente, il est nécessaire d’adapter ses méthodes de communication ou même se façon de communiquer afin que le message que l’on souhaite transmettre soit compris et accepté par tous. Architecte est un métier ou le réseau a une importance capitale. Dès que l’on se lance dans le métier en tant que jeune architecte il faut commencer à créer son propre réseau afin de faciliter l’accès à de futurs projets. Personnellement, je trouve que développer ce réseau est un vrai challenge, particulièrement dans un monde professionnel où l’accès à de nouveaux projets ou clients se fait parfois par contact ou recommandation professionnelle. L’architecte doit être le maitre d’œuvre qui est à l’écoute et qui est capable de répondre aux questions de ses clients et partenaires professionnels. Il doit être à la disposition des gens pour pouvoir organiser le déroulement des travaux. Un architecte a l’obligation morale et professionnelle d’être lucide à tout moment. Il ne doit garder à l’esprit le fil conducteur et l’idée artistique d’un projet architectural, ce qui peut représenter un vrai défi dans un projet de maitrise d’ouvrage public ou privé. Je pense qu’un projet est un succès quand sa vision globale n’est pas perdue pendant son déroulement. «..pour savoir construire, il faut savoir écouter.» Cette année d’HMO NP m’a aidé à comprendre et apprécier plus profondément les subtilités de mon métier et sa pratique dans le monde réel. A ce titre, et sans prétention aucune, je me sens grandie en tant que jeune professionnelle et souhaite aujourd’hui continuer à me développer dans mon métier tout en gardant mon intégrité et mon conviction artistiques.

Conclusion

47


Livres/ revues : • Livret de l’utilisateur d’une installation SOTRALENTZ d’assainissement autonome plastepur. • Réforme des autorisations d’urbanisme et du PC – Cahiers de la profession n30 • CERTU CETE de Lyon : Construction a ossature bois. Le restaurant administratif du CETE de Lyon –septembre 2008 : centre d’études sur les réseaux, les transports, l’urbanisme et les constructions publiques. • Construire une piscine-fiche conseil. Service départemental de l’architecture et du patrimoine du Rhône. • République française – Ministère de l’écologie, du développement durable, des transports et des logements. Direction générale de l’aménagement, du logement et de la nature. Direction de l’habitat de l’urbanisme et des paysages. Sous-direction de la qualité de cadre de vie. Bureau de l’application du droit des sols. – Circulaire du février 2012, relative au respect des modalités de calcul de la surface de plancher des constructions définir par le livre 1 du code de l’urbanisme. • Construire Sain – Guide à l’usage de maitres d’ouvrages et maitre d’œuvres pour la construction et la rénovation, mise à jour avril 2013. • L’activité en continu et le service de la construction. /-153profession/article/actualité/ -871033la-surface-de-plancherprete-a-l-emploi – lemoniteur.fr • Guide pour l’accessibilité. Bâtiments habitats collectifs(B.H.C) –édition janvier 2009. Les ordres des architectes. • Qualiconsult – Accessibilité des ERP neuf aux personnes handicapées • Circulaire interministérielle n 53-2007 DGUHC du 30, novembre 2007 relative à l’accessibilité des établissements recevant du public, des installations ouvertes au public et les bâtiments d’habitation.

Les références documentaires

49


• Accessibilité du cadre bâti : l’essentiel pour mieux vivre dans son environnement, novembre 2012. Ministère de l’égalité des territoires et des logements. Ministère de l’écologie, de développement durable et de l’énergie. • Accesmetrie : Référentiel accessibilité pour les lycées de la région de Rhône alpes, 6 septembre 2007. • Ministère de l’urbanisme et du logement. Handicap physique et construction. Concevoir, adapter et réaliser pour tous, Louis Pierre Grosbois. L’édition du moniteur. • Culture et handicap. Guide pratique de l’accessibilité. Ministère de la culture et de la communication. • Loi sur l’architecture : Loi n. 2-77 du 3 Janvier 1977.

Webographie:

50

www.urbinfos.com www.architectes.org www.developpement-durable.gouv.fr www.territoires.gouv.fr www.lemoniteur.fr www.service-public.fr vosdroits.service-public.fr www.guideducredit.com www.ain.fr www.capital.fr www.touslesdiagnostics.com www.fonroche.fr www.connaissancedesenergies.org www.ademe.fr

Les références documentaires


Référence des citations : 1,2,3,4,6,7,8 - La désobéissance de l’architecte. Conversation avec Renzo Cassigoli. Traduit de l’italien par olivier Favier. Numéro d’édition : 0850, Numéro d’impression : 155993. Dépôt légal : aout 2009. Imprimer en France. 5 - A comme Architecte - Nicolas Depoutot 9 - Entretien avec Luigi Snozzi. A propos de la permanence en Architecture. Antoine-Fréderic Nunes. Jean-Pierre Huguet éditeur. Référence des images : 1,2,3,4,5,6,7,8,9,10 – Les images sont la propriété de Pages Picot Architectes.

Mémoires : Le rôle de l’architecte dans la pratique de la maitrise d’œuvre – Romain Silva. Transitions – Amélie Nicollet Vers la maitrise d’œuvre – Elsa Pillon Livres : La désobéissance de l’architecte. Conversation avec Renzo Cassigoli. Traduit de l’italien par olivier Favier. Entretien avec Luigi Snozzi – A propos de la permanence en architecture A comme Architecte - Nicolas Depoutot

Bibliographie

51


Le terme ‹monde› inclut tout. La complexité de ce terme réside dans sa perception. La nature, elle, a déterminé la forme que doivent prendre ses créations : depuis la plus petite feuille jusqu’à son œuvre la plus raffinée, l’être humain. L’homme pour sa part, a su amalgamer la richesse de la nature et son propre intellect afin de concevoir de véritables merveilles qui laissent d’indélébiles empreintes pour la postérité. Les mathématiques, le design, les chiffres, tous ont des liens, une proportion qui orientent la progression. Tout ceci mène à des conséquences esthétiques découvertes par les Grecs il y a plusieurs milliers d’années. L’architecture est peut-être le fruit de l’ingéniosité de l’homme et de sa compréhension de la symétrie partout présente dans la nature. Je tiens à apporter ma pierre à cet immense édifice qu’est le monde de l’architecture.


1/ MON PARCOURS EN TANT QU’ETUDAINTE EN ARCHITECTURE Ma formation se compose de cinq années d’études en architecture à « BMS College of engineering » à Bangalore en Inde, ainsi que deux ans (MASTER) à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble où j’ai reçu le diplôme d’état en architecture en juin 2012. Au travers des différents projets, j’ai acquis une véritable autonomie dans le processus de conception, un sens critique et une capacité d’identification des aspects clés qui nécessitent une intervention architecturale. Au-delà de ces acquis, j’ai été sensibilisée à la prise en compte de l’impact d’un lieu, d’un contexte sur un projet, à toutes les échelles. Je me suis toujours questionnée sur les rapports existants entre l’édifice et le lieu. Dans cette optique, j’ai appris à lire et interpréter les caractéristiques d’un site pour nourrir le projet architectural. Plusieurs de mes projets ont porté sur la mise en valeur de l’édifice à l’aide de la lumière naturelle. Mon expérience académique dans les deux continents m’a exposé à deux différentes approches de l›architecture, chacune adaptée au mode de vie, à une culture et un climat différent. A partir de ces expériences, il me semble que l’architecture est un moyen de communication, utilisant le design comme langage, pour véhiculer une nouvelle façon de vivre, une vision du monde à son image.

Protocole de formation - hmo np

53


2/ LES EXPERINCES PROFESSIONNELLES Si le parcours au sein de divers studios m’a apporté de solides bases pour aborder les projets et leurs environnements, la maîtrise du projet (de la conception à sa réalisation) m’a été inculquée au sein de l’agence Brenas Doucerain Architectes. En fin de première année de master, j’ai investi six semaines (juin – aout, 2011) dans cette agence, où j’ai réalisé des documents (vue perspective, élévation, insertion, plans) pour détailler la finition et les matériaux de façades de plusieurs projets. Pendant mes études en Inde, j’ai effectué un stage durant six mois dans l’agence Viridis Architecture Private Limited. Dans cette agence, j’ai réalisé tous les documents du permis de construire et les plans d’exécution pour les entreprises pour un ancien bâtiment réhabilité en espace culturel. Pendant ces expériences professionnelles dans les deux environnements différents (L’Inde et la France), j›ai pu développer mes compétences relationnelles avec les clients. Sur le plan technique, j’ai maîtrisé la production de dessins d’exécution, les services des bâtiments et les détails de fixation de divers matériaux. J’étais confrontée aux fonctionnements de la maitrise d’œuvre pendant mon stage à Brenas Doucerain architectes, et le rôle complexe d’un architecte en relation avec tous les autres acteurs dans le domaine. Maîtrisant les bases de la conception des projets, de la communication (en dessin, réalisations de documents graphiques) avec collaborateurs et clients je me sens prête à me lancer dans cette formation d’HMONP avec ces connaissances, malgré le manque d’expériences « réelles » dans le domaine administratif et celui de l’économie du projet.

54

Protocole de formation - hmo np


3/ LA FORMATION D’HABILITATION A L’EXERCICE DE LA MAITRISE D’ŒUVRE EN NOM PROPRE Il me semble impératif de poursuivre le cursus d’HMONP car il apporte les outils nécessaires pour établir ma place comme architecte indépendant dans la cadre de la maitrise d’œuvre. Partant sur une forte base de théorie de l’architecture, je tente de comprendre la complexité de la pratique du métier de l’architecte. Pour cela, il me semble essentiel d’articuler mes axes de réflexion sur le rôle de l’architecte dans la maitrise d’œuvre et sur ma place au sein de l’agence. Rôle de l’architecte : Le rôle de l’architecte continue à évoluer depuis des années en accord avec l’évolution de la société et de l’augmentation continue de divers acteurs dans le domaine de la construction. La complexité du processus de développement d’un projet de la conception à la réalisation vient de l›implication de nombreux intervenants extérieurs, c›est pourquoi on peut questionner, dans ce contexte, sur la place de l’architecte dans le projet. Où commence et où s›arrête la responsabilité de l’architecte dans le cadre globale du processus ? Selon moi, les compétences de l’architecte doivent être étendues dans les nombreux domaines de l’art, de la construction, de l’économie, de l’administration, de l’urbanisme. Plusieurs méthodes de conception du projet architectural, apportées dans la cadre pédagogique, restent «le cœur» du métier de l’architecte. Néanmoins les jeunes architectes doivent impérativement apprendre les bases de l’économie et du chantier. Je suis pour ma part intéressée par l’économie de l’exécution suivant le processus de conception.

Protocole de formation - hmo np

55


La complexité de certains projets nécessite une vision partagée de la problématique de conception et des moyens pour « faire ». Il m’intéresse de comprendre le fonctionnement et le principe d›évolution du projet avec les collaborateurs ainsi que les conditions de travail qui en résultent et les solutions mis en place avec la multiplicité de regards. Enfin, l’intérêt pour moi est de connaitre le rôle précis de l’architecte dans les différents niveaux (conceptuels, graphiques, juridiques, économiques….) puis de me mettre dans la mise en situation professionnelle par rapport aux formations complémentaires que je souhaiterais effectuer. 4/ POSSIONNEMENT PAR RAPPORT A L’AGENCE Présentation de l’agence La structure d’accueil est l›agence PAGES PICOT ARCHITECTES. L’équipe est composée de six autres personnes. Depuis sa création l’agence développe des projets partenaires public privé (PPP) pour des équipements publics dans la région de la Savoie et de la Haute-Savoie et aussi plusieurs projets privés. Les projets en collaboration (nécessitants des interventions particulières – exemple : dans le projet de l’Institut Guillaume Billard, qui accueil des enfants à mobilité réduite et des polyhandicapés), et ceux qui comptent apporter une qualité spatiale et architecturale mais toujours en considération avec sa fonctionnalité – (la forme suive la fonction) sont des particularités que je souhaite développer et approfondir pendant ma mise en situation professionnelle dans cette agence. Raisons du choix : Une « architecture pour construire » est l’approche primordiale de cette agence. A la sortie de l’école d’architecture je me sens capable de concevoir un projet dans toutes ses réalités et entièretés, mais concevoir un projet pour le bâtir réellement est un aspect clé à apprendre quand on est jeune architecte.

56

Protocole de formation - hmo np


La manière de concevoir un projet dans ce cadre reste une approche réelle gardant toutes les spécificités et l’exigence de technicité de la construction. Au-delà de cette approche, que je trouve importante dans « le monde construit », il reste à l’architecte la responsabilité de garder la qualité architecturale, c›est à dire, une transformation de la base plutôt théorique de la conception pour mieux assimiler les enjeux (des fois contraignants) au monde « réel » de la construction. C›est pour ces raisons particulières que je me trouve dans cette agence, où je compte apprendre à transformer les bases théoriques dans l›optique de la pratique du métier de l’architecture. OBJECTIFS DE LA MSP Pendant les six mois de formation dans l’agence, j’envisage de participer à chaque phase du projet. Je compte contribuer aux phases d’esquisse et à la phase APS et APD, phases que j›ai déjà abordées précédemment dans mes expériences professionnelles. Les phases de projet, d’exécution, de permis de construire, de suivi de chantier et les réunions avec les différents acteurs restent à explorer plus précisément. Je souhaite approfondir la relation et la communication entre le bureau d’étude et l›agence, pour acquérir un vocabulaire approprié et comprendre la manière dont on communique le projet. La communication, dans cette étape précise, est indispensable pour faire évoluer un projet efficacement, donc fondamentale à ma future autonomie.

Protocole de formation - hmo np

57


« On vit dans un monde ou tout bouge. La seule discipline qui s’occupe de poser des points fixes pour l’Homme c’est l’architecture. L’architecture c’est le permanent, la longue durée, c’est la base. » 9


TRAJET

HMO NP