Page 1

PORTFOLIO

Paysagiste concepteur d.p.l.g. Urbaniste grade Master Jardinier niveau BTS

Jérémy PRAY


AmĂŠnager

Enseigner

Concevoir


Édito. J'associe mes compétences de Paysagiste concepteur d.p.l.g., d'Urbaniste et de Jardinier pour réaliser le conseil et l'aménagement des espaces. Mon expertise intervient du grand territoire au projet opérationnel, mobilisé sur une large typologie de sites et animé de riches collaborations. Le travail en bureau d’étude parallèle à celui de suivi ou d'exécution des travaux, me permet de créer des aménagements adaptés à leur contexte et de les voir évoluer avec passion dans le temps. Je nourrit une logique de recherche et d'action avec une activité d'enseignant autour des disciplines de l'environnement. Paysagiste : un artiste créateur d’émotions qui réconcilie l’Homme et son environnement Dix années d'études dans le paysage et le jardinage m'ont permis d'apprendre et d'expérimenter les techniques de chantier et de conception. Mon parcours professionnel a débuté par une activité de pépiniériste pendant 10 ans, menée en parallèle de mes études. Mes stages lors de mes cursus de BEP, Bac Pro, BTS, Master d'Urbanisme et Paysagiste d.p.l.g., m'ont enseignés un savoir-faire dans le jardin de particulier, l'espace public, le projet de site, l'étude paysagère et la prospective territoriale. J'ai pu capitaliser sur ces expériences professionnels grâce à une poursuite de certaines missions en qualité d'autoentrepreneur. Trois de ces études de projet m'ont marquées : -L'Atelier des Territoires sur la baie du Mont-St-Michel pour faire face avec le Ministère, aux risques de submersion marine et d'inondation, une étude réalisé avec Bruno TANANT à l'agence TN+ Paris. -Au sein de l'agence Interscène Paris, j'ai réalisé la maîtrise d'oeuvre de l'avant-projet d'un Center-Parc de 400 cottages dans le Lot-et-Garonne jusqu'au dépôt du permis de construire. -L'étude paysagère en Recherche-action avec la Chaire Paysage et Énergie de l'ENSP de Versailles Marseille, en partenariat avec RTE (Réseau de Transport d'Électricité) pour l'intégration d'une station de conversion pour la future liaison électrique sous-marine entre la France et l'Espagne.


CV

PAYSAGISTE CONCEPTEUR d.p.l.g. URBANISTE grade Master JARDINIER niveau BTS

FORMATIONS 2013 - 2017 Paysagiste concepteur d.p.l.g. École Nationale Supérieure du Paysage de Versailles - Marseille

2015 - 2016 Urbaniste Master 2 Professionnel Urbanisme et Aménagement IUAR Aix-en-Pce (co-habilité entre AixMarseille Université et l’ENSP)

2011 - 2013 Brevet de Technicien Supérieur Agricole (BTSA) Aménagements Paysagers Lycée Horticole – Paysage & Environnement de Lyon Dardilly - Mention Très bien

2009 - 2011 Baccalauréat Professionnel Travaux Paysagers Lycée horticole – LEGTA de Romans-sur-Isère - Mention Bien

2007 - 2009 Brevet d'Études Professionnelles Agricoles (BEPA) Travaux Paysagers Lycée horticole – LEGTA de Romans-sur-Isère

INTÉRÊTS ■ Modélisme

■ Trail, treeking, ninjutsu - jujitsu.

■ Réserve opérationnelle de la Gendarmerie nationale (Gendarme adjoint de réserve, formation APJA en cours).

COMPÉTENCES Botanique ■ 1er au Concours

départemental (Rhône) et 2ème au Concours régional (Rhône-Alpes) de Reconnaissance de végétaux, catégorie BTS (2013).

Graphisme ■ Maîtrise du

dessin à main levée, documents techniques, perspectives, etc.

Infographie ■■■■ PHOTOSHOP ■■■■ ILLUSTRATOR ■■■■ INDESIGN ■■ PREMIÈRE PRO

■■■ AUTOCAD ■■■ SKETCHUP ■■ QGIS (SIG) ■■■■ EXCEL/WORD

Relationnel ■ 11 ans d'expérience

en conseils / vente de

végétaux. ■ 3 ans d'activité d'autoentrepreneur pour des particuliers, des professionnels et des collectivités. ■ Travaux et collaborations en équipe de projet. ■ Autonomie, rigueur et efficacité au travail.

Pédagogie ■ Enseignant

et formateur (théorie et pratique) sur le large champ de l'aménagement et la gestion de l'espace et des territoires.

Qualifications ■ Permis B (et BE : formation en cours - sept. 2019) ■ Secourisme : PSC1 - formation initiale (août 2019) ■ Niveau d’Anglais intermédiaire (B2) Savoir-faire ■ Maçonneries paysagères ■ Baignades naturelles ■ VRD, constructions bois, arrosage intégré, etc.


PRAY Jérémy Permis de conduire B, véhiculé Né le 04/07/1992, Nationalité française jeremy07100@gmail.com 06 29 79 56 25

EXPÉRIENCES PROFESSIONNELLES ■ Enseignant titulaire au Lycée Agrotechnologique d’Annonay, mi-temps de février 2018 à août 2019,

- Cours en aménagements paysagers / forestiers et écologie de la 4ème à la Terminale.

■ Formateur prestataire pour adultes en réinsertion professionnelle ou handicapés :

- Formation en botanique, techniques d’entretien des EV, entretien du matériel, élagage, etc.

■ Atelier Pédagogique Régional RTE et Chaire Paysage et Énergie de l’ENSP : mai à sept. 2017.

- Étude paysagère sur le réseau électrique pour le classement UNESCO Chaîne des puys / faille de Limagne + conception d’une exposition pour le grand public.

■ Mission recherche-action RTE et Chaire Paysage et Énergie de l’ENSP : mai à sept 2018.

- Intégration paysagère d’une station de conversion, interconnexion électrique France-Espagne.

■ Prestataire en bureau d’études INTERSCENE : Paysagistes, urbanistes - Paris : juin / décembre 2016

- Assistant chef de projet AVP / PC : Center Parcs - Landes de Gascogne (Lot-et-Garonne).

■ Stage en bureau d’études : TN PLUS Architectes Paysagistes, urbanistes -

Paris : juin à sept 2015. - Assistant chef d'agence : Atelier des Territoires - Dol-de-Bretagne (risque submersion marinesur la baie du MSM) pour le ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie. Préparation d'ateliers pour dialoguer avec les élus d'une trentaire de communes.

■ Stage en bureau d’études : Atelier Anne GARDONI Paysagistes, architectes, urbanistes - Lyon :

11 semaines 2012. - Conception et maîtrise d’œuvre : appels d’offre publics et procédures négociées privées. - Elaboration de documents graphiques et pièces écrites, concours, consultation d'entreprise, analyse de prix, suivi de chantiers pour divers travaux : EHPAD, groupe scolaire, îlot d'habitation, ensemble immobilier, place publique, revitalisation de centre-bourg, ZAC, caserne militaire, requalification de centre-ville, etc, - Études utbanistiques : révision d'un POS en PLU, réalisation d'un cahier de prescriptions architecturales, urbanistiques et paysagères.

■ Employé Jardinier Paysagiste : Sylvie PAGANELLI et David AUCLAIR (SARL) - Davézieux - 3

mois de stage (2010) et en emploi saisonnier à mi-temps de mars à août 2019. - Création et entretien : maçonneries paysagères, plantations, réseaux, etc

■ Employé pépiniériste : Pépinières & Roseraies Paul CROIX de Bourg-Argental (42)

depuis juin 2008. - Aménagement et entretien du parc (jardin remarquable), cultures par greffage des rosiers. - Vente aux clients, conseils et plantations à domicile, visites de groupes, communication web.


1- TERRITOIRES ET PAYSAGES Atelier des territoires : Ministère de l'écologie et de l'environnement Marais de Dol-de-Bretagne - Île-et-Vilaine [35]

10

Station de conversion électrique Golfe de Gascogne -> Cubnezais [33]

12

Faire vivre un itinéraire industriel Via fluvia - Annonay [07]

14

Réseau électrique HT/THT et la candidature à l'UNESCO + Exposition Chaîne des Puys et Faille de Limagne - Puy-de-Dôme [63]

16

Esquisse d'écologie Parc National des Calanques - Marseille [13]

18

Atelier risque inondation Rivière de l'Arc - Aix-en-Provence [13]

20

Atelier belvédère Les Goudes - Marseille [13]

22

Atelier jardin Îles du Frioul - Marseille [13]

24

Atelier agricole Domaine du Merle - Salon-de-Provence [13]

26

2- URBANISME ET ÉQUIPEMENTS Concours d'urbanisme - Coeur de ville Briançon [05]

32

Center parcs Landes de Gascogne sur 90 hectares Pindères et Beauziac [47]

34

Atelier quartiers nord : Le déchet de l'urbain Rénovation urbaine Euroméditerranée II - Marseille [13]

36

Atelier : un grand équipement dans la ville Ste Marthe - Marseille [13]

38


Sommaire PRO : restructuration des espaces publics Salle communale, mairie et place centrale - Cernex [74]

40

Atelier montagne Parc Naturel Régional du Queyras - Château-Ville-Vieille [05]

42

Atelier : espace public en ville Place St-Victor - Marseille [13]

44

AVP - Logements îlot N3B ZAC du Centre - Mions [69]

46

Concours - Logements îlot 15A ZAC de la Duchère - Lyon 9e [69]

48

3- PARCS ET JARDINS Aménager le parc du lycée Lycée horticole - Lyon Dardilly [69]

52

Infographie : Plan du jardin remarquable Pépinières et Roseraies Paul Croix - Bourg-Argental [42]

54

Conception et réalisation : Terrain de pétanque Soulac-sur-Mer [33]

56

Conception et réalisation : Baignade naturelle Annonay [07]

58

Réalisations : Pavages et dallages nord Ardèche [07]

60

Réalisations : Murs en pierre naturelle nord Ardèche [07]

62

Réalisations : Berge en gabions, pontons, bordures et terrasses en bois Loire [42]

63


1- TERRITOIRES ET PAYSAGES


Atelier des territoires : Ministère de l'écologie et de l'environnement

ENTRE SUBMERSION ET PROTECTION Marais de Dol-de-Bretagne - Île-et-Vilaine [35] Stage #TN Plus - Paris

LA DYNAMIQUE DE L’ÉTALEMENT URBAIN FRAGILISE LE TERRITOIRE

LÉGENDE : HYDROGRAPHIE TRAIT DE CÔTE SAINT-COULOMB

DIGUE

CANCALE

LIGNE DE RELIEF TÂCHE URBAINE

SAINT-MALO FRANGE LITTORALE

RÉTRO-LITTORAL OUEST

SAINT -MELOIRDES-ONDES

RÉTRO-LITTORAL SUD

SAINT BENOITDES-ONDES

LE MONTSAINT-MICHEL

LA GOUESNIÈRE

DESSERTE FERROVIAIRE

RÉSEAUX FERROVIAIRE

HIREL LE-VIVIER-SUR-MER

SAINT-PERE SAINTGUINOUX

DESSERTE D’AUTOROUTE

■ LE SITE | LE CONTEXTE Un certain nombre d’élus sont inquiet sur les contraintes qu’imposerait l’État au travers du projet d’extension du site classé du Mont St Michel, et la publication du nouveau Plan de Prévention des Risques de Submersion Marine susceptible de geler le développement de leur territoire. Durant quatre ateliers, l'équipe peut faire émerger une AUTOROUTE

LILLEMER

ROUTES RÉGIONALES

SAINT-GEORGES

ROUTES PRINCIPALES

ROZLANDRIEUX

PLERGUER

MINIACMORVAN

CHERRUEIX

Schéma des pressions urbaines ROZ-SUR-COUESNON

LA FRESNAIS

SAINTBROLADRE

BEAUVOIR

SAINT-MARCAN

solution alternative, des temps de dialogue entre les services de l’État et les élus nécessaires pour fédérer un projet qui réponde aux exigences de valorisation et de protection du paysage du Mont et de sa baie. Deux levier son mis à disposition, une équipe pluridisciplinaire d’experts et la levée de réglementations dans une certaine mesure pour permettre la validation de projets cohérents et concertés à l’échelle du territoire. MONT-DOL

SAINT-GEORGESDE-GREHAIGNE

SAINS

BAGUER-PICAN

PONTORSON

DOL DE BRETAGNE

PLEINEFOUGÈRES

LA BOUSSAC

BAGUER-MORVAN

EPINAC

LE TRONCHET

VIEUX-VIEL TRANS-LA-FORÊT

SOUGEAL

TRESSE BONNEMAIN

0

2500

BROUALAN

5000 m

-10-

L'estran sur la baie du Mont-St-Michel


Le rétro-litoral, un tracé fragile de villes charnières et de voies de communications ■ LES ENJEUX Le développement et l’aménagement du territoire est directement concerné, dans un territoire soumis à des dynamiques complexes et sous fortes tensions liées à la mise en œuvre des politiques publiques. Dégager à cette échelle un projet de développement commun, donnant sens au territoire, traduisant la mise en place de nouveaux équilibres et solidarités territoriales permet de prendre en compte la prévention du risque dans les politiques d’aménagement et d’habitat, promouvant une approche intégrée et durable de la gestion de l’interface Terre / Mer et de l’aménagement du littoral. Les réflexions sont nombreuses, ce territoire à deux facettes est partagé par l’ancien littoral (« rétro-littoral »), manifesté par un changement de relief et deux formations géologiques et pédologique bien distinctes. Sur les espaces menacés par l’urbanisation côtière, la surfréquentation, les flux saisonniers sont à la fois une opportunité

pour diffuser et développer un tourisme et un habitat maîtrisé qui permettrait de valoriser et de préserver le territoire par des projets à l’échelle des enjeux inter-régionaux. ■ ZOOM SUR UNE DES RÉFLEXION DES ATELIERS La transversalité du rétro-littoral met en avant différents paysages et occupations des territoires, les atouts et les contraintes de chacun émanant de la géographie physique. La mise en valeur de cette ligne de basculement permet de construire une réflexion autour des interfaces entre différents espaces. L’implantation des villages de « crête » comme Dol-de-Bretagne nous apprend qu’originellement l’urbanisation s’est faite sur les points hauts, à l’écart des risques de submersion. Ligne clef, il est important de proposer des solutions pour les extensions urbaines, la morphologie et les caractéristiques face à la mode du lotissement.

-11-

Préserver les dynamiques de la bande littorale


Station de conversion électrique

INTERCONNEXION FRANCE-ESPAGNE Golfe de Gascogne -> Cubnezais [33] Recherche-action #ENSP

Bloc diagramme du site : emplacement de moindre impact

■ OBJET SINGULIER DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE !

■ DE LA RECHERCHE À L’ACTION

Le cadre de l’étude recherche-action guidée par la Chaire paysage et énergie de l’ENSP de se positionner en tant que paysagiste sur une question spécifique et développer un retour d’expérience. La conversion de l’électricité d’un courant alternatif en continu et vice-versa, prend une échelle monumentale et industrielle lorsque l’on souhaite relier deux pays ensemble. La création d’une nouvelle interconnexion électrique entre la France et l’Espagne fait partie d’un vaste projet européen d’échanges et de solidarité énergétique en cours de développement. D’autres liaisons sont à l’étude ou en cours de construction en France. Cette étude paysagère est un travail de recherche couplé à celui de l’action sur ce projet INELFE.

Un emplacement de moindre impact pour la station de conversion électrique a été validé par le préfet sur la commune de Cubnezais, accolé à un poste électrique existant pour des raisons techniques. La double liaison de 400kV reliera les environs des villes de Bordeaux et de Bilbao sur près de 370km, dont 280km en liaison sous-marine, le reste en souterrain. Le poste électrique de Cubnezais est désigné comme étant celui avec la plus grande capacité d’échanges depuis la frontière. Le paysage rural de Cubnezais est déjà marqué par la présence de nombreuses lignes électriques aériennes HT et THT. Cette étude intervient au cours de la phase de concertation et en même temps que d’autres études techniques pour étayer l’étude d’impact.

Les quatre mois d’étude sont intervenus suffisamment en amont du projet pour lier une recherche sur les formes de la conversion électrique au sein d’un objet singulier de la transition énergétique. La fluctuation au cours de la journée entre des piques de production et de consommation électrique nécessite un réseau de plus en plus grand. L’ajout de production d’énergies renouvelables soumis aux conditions climatiques et aux divers procédés de production impose des connexions instantanées entre les pays.

-12-

Croquis : Exploration de la zone humide


Croquis : Fenêtre sur le chantier

rural habité, une attention toute particulière est nécessaire pour implanter un nouvel équipement d’envergure et de registre industriel.

Schéma de la station de conversion de Baixas, INELFE

Avant la mise en service prévue pour 2025, il faut appréhender et se saisir de la question le regard porté sur la future station de conversion électrique, pour guider l’image et le sens de cet objet. Le paysage et le regard social sont en constante évolution, on ne peut pas se satisfaire d’un projet figé et daté. La station de conversion devra entretenir une relation avec le paysage et un dialogue avec les populations sur le long terme. Son image et son environnement seront modelés au fil du temps, l’action et la réflexion du gestionnaire devra nourrir un échange perpétuel avec le paysage.

■ METTRE EN IMAGES POUR SENSIBILISER ET MOBILISER ! Conscient de l’ampleur du projet et de l’installation d’un équipement industriel en milieu rural, cette étude paysagère s’est attachée à développer les 3 grandes étapes du projet pour anticiper, accompagner et se projeter : le programme, la phase de chantier et de fonctionnement. Cette étude paysagère permet d’orienter et de définir le programme de l’appel d’offres qui sera lancé par RTE auprès des quelques constructeurs qui possèdent la technologie de conversion électrique. Sous la forme de prescriptions paysagères, l’analyse du site étaye des éléments de projet avec des préconisations qui se modulent du chantier à l’étape de fonctionnement. Dans ce paysage

-13-

Atelier public autour d’une maquette du site à l’étude


Faire vivre un itinéraire industriel

PAYSAGES INDUSTRIEUX Via fluvia - Annonay [07] Projet de fin d'étude #ENSP

Soubassement du moulin du Martinet, Annonay

Via Fluvia

Sentier d'exploration

Bief pédestre

Coupe de la berge fréquentée

■ LE SITE | LE CONTEXTE Le territoire du nord-Ardèche profite d’un riche patrimoine industriel, témoin de l’industrie du cuir et du papier. Vécu plus comme une contrainte qu’une opportunité, les friches industrielles caractérisent l’ensemble des fonds de vallées et deviendront bientôt le théâtre de la Via Fluvia. Pour parler de ce paysage industriel, il était nécessaire d’entreprendre une mise en relation des lieux. La Via Fluvia entreprend cette démarche et devient un médium de découverte et de narration de tout un paysage marqué par l’industrie.

Plan d'un passage à gué

■ LES ENJEUX Pour se distinguer sur le tracé de 130km entre les fleuves du Rhône et de la Loire, le parcours du nord-Ardèche emprunte les vallées sinueuses et encaissées de la Cance et de la Deûme. Au fil de l’eau, tout est là, pour penser l’aménagement

-14-


Gué

Martelière Ponton

Traversée de la rivière aménagée en gué de la voie cyclable et proposer une véritable découverte du patrimoine industriel qui caractérise la ville d’Annonay. Le réseau de biefs guideront les usagers, les vues sur les friches industrielles seront assumées et l’expérience des lieux permettrons de comprendre le tenant et les aboutissants de ce paysage qui ne cesse d’évoluer avec le temps.

Création d'une scène sur les vestiges ■ LES AXES DU PROJET Aujourd’hui, ce sont les pressions naturelles d’érosion et de colonisation végétale qui s’emparent de ces sites. La création de cette circulation douce doit faire vivre l’expérience de vallées industrielles en utilisant cette matière physique du travail de la pierre et cette matière mental de l’identité industrielle devenu patrimoine. Son aménagement devra porter une attention à l’histoire et aux lieux afin de trouver une source d’inspiration et une économie de moyen. Les levées d’eau ralentissent les eaux tumultueuses et permettent un franchissement de la rivière à gué en accord avec les lieux, évitent la construction de passerelles imposantes. Aujourd’hui, ce sont les pressions naturelles d’érosion et de colonisation végétale qui s’emparent de ces sites. L’animation des lieux post-industriels trouvera un écho avec l’histoire par le biais d’usages contemporains, un théâtre en plein air sur les anciennes fosses à papier par exemple. Les inventeurs et les innovateurs industriels ont su tirer parti de la morphologie du territoire et détourner les éléments jusqu’à métamorphoser les lieux. Avec la même intelligence, cette véloroute deviendra un véritable projet de paysage touristique et culturel, moteur pour l’agglomération d’Annonay.

-15-

N 0

1

2km

Ancien chemin de fer Tracé de la Via Fluvia

Cartographie des ensembles industriels historiques


Réseau électrique HT/THT et la candidature à l'UNESCO

CONCILIER UNE INFRASTRUCTURE ET UN PAYSAGE EXCEPTIONNEL Chaîne des Puys et Faille de Limagne - Puy-de-Dôme [63] Atelier pédagogique régional #ENSP

Carte des sites à enjeux prioritaires

Degrés d’influence des structures électriques sur la perception des paysages Élevé Moyen

Faible Inexistant

■ QUELLE PLACE DONNER AUX INFRASTRUCTURES ? Cet atelier s’inscrit dans le cadre de la candidature de l’ensemble tectono-volcanique de la Chaîne des Puys et de la faille de Limagne à la liste du Patrimoine Mondial de l’Unesco. Ce territoire a déjà fait l’objet de plusieurs classements qui favorisent sa protection et sa gestion. La présence d’infrastructures électriques sur le site questionne. Qualifiés de « points noirs », le poste électrique d’Enval, et les lignes au départ de celui-ci, localisés au pied du Puy de Dôme, ont été explicitement qualifiés dans le plan de gestion du dossier de candidature comme des points à mieux insérer dans le paysage. En amont de notre démarche, nous nous sommes attachés à préciser les attentes de notre commanditaire dans un souci de mieux comprendre l’influence des structures électriques sur les paysages. Cette redéfinition s’est portée sur deux points : saisir comment sont perçues les structures électriques par les populations et comprendre si les enjeux liés aux structures électriques sur le site candidat ne dépassent pas le seul poste d’Enval et ses onze départs de lignes.

■ LES PAYSAGES EN QUESTION Après avoir reconsidéré la commande, nous avons analysé les logiques spatiales à l’échelle du site candidat. La chaîne des Puys et la faille de Limagne sont alors apparues comme des entités de paysage étroitement liées. La faille de Limagne, paysage en devenir, délimite à l’est un plateau sur lequel s’aligne la chaîne des anciens volcans. Nous avons cherché à lire la mise en scène qui s’offrait à nous. Aux différentes échelles, notre mission a été de définir les émotions que provoquaient les différents éléments, les puys, les maars, les plissements ou encore les belvédères. Nous avons par la suite réalisé une recherche sur l’évolution du regard porté sur les structures électriques. Cette recherche nous a permis de comprendre les enjeux liés à leur implantation sur le site. Ces lignes électriques sont actuellement perçues aussi bien par les inspecteurs de l’Unesco que par les populations comme des éléments pénalisant.

-16-


■ PRIORISATION ET PROPOSITIONS Forts de ce constat, nous avons analysé le site à l’échelle du promeneur. Notre mission fut alors de comprendre à quel degré la présence d’éléments électriques influençait la perception des paysages. Cette analyse nous a permis de hiérarchiser les sites et de choisir des lieux-clés sur lesquels il nous semblait important de proposer un nouveau regard. ■ LA VALEUR ET LE SENS DES ÉLÉMENTS COMME LEVIER DU REGARD SOCIAL Quel regard les populations porteront-elles sur ces éléments demain ? Leur image peut évoluer de manière positive. Encore faut-il leur donner un nouveau sens. Le paysage peut-être le moyen d’y parvenir. Comme nous l’avons constaté sur la Faille de Limagne, les structures électriques, si elles sont placées à des points stratégiques, peuvent participer à la mise en scène des paysages. Chaque nouvel élément, au-delà de son usage, est une nouvelle image. Chaque image donne un nouveau sens qui peut entrer en opposition avec une mise en scène existante et un certain regard social.

Croquis de la crête belvédère, proposition de projet

Photo des Puys de Lachamp, Beaune et Pelat, vus de la RD52 à Laschamps

Photo montage de la tranchée forestière agrandie sur le Puy de Beaune

-17-


Du 20 octobre 2018 au 15 mars 2019, le Conseil départemental du Puy-de-Dôme et RTE présentent une exposition consacrée à la conciliation du paysage et du réseau électrique, sur le haut lieu tectonique Chaîne-des Puys-faille de Limagne, reconnu au Patrimoine mondial de l’Unesco depuis juillet 2018. Cette exposition propose une initiation à la lecture de ce paysage exceptionnel ainsi que des pistes concrètes d’intervention. Elle est issue du travail d’étudiants de l’Ecole Nationale Supérieure de Paysage de Versailles-Marseille.

L’exposition met également en avant des propositions pour la conciliation paysage exceptionnel / infrastructure électrique, à court terme et à long terme, allant de la restructuration bocagère à des travaux de plus grande envergure. L’une des propositions court terme consiste par exemple à installer un nouveau ruban bocager pour habiller le poste électrique d’Enval, sur la commune d’Orcines.

L’exposition « Concilier une infrastructure électrique et un paysage exceptionnel » propose au visiteur de s’initier à la lecture des paysages de la Chaîne-des-puys-Faille de Limagne et d’effectuer un voyage dans le temps à travers l’évolution des perceptions et des représentations : celles de ces paysages et celles du réseau de transport d’électricité. Elle propose notamment un zoom sur l’histoire et le rôle du poste électrique d’Enval à Orcines, qui alimente aujourd’hui en électricité 1/3 de la métropole de Clermont- Auvergne.

A l’origine, le Conseil départemental du Puy-de-Dôme et RTE ont sollicité conjointement l’école Nationale Supérieure de Paysage de Versailles-Marseille, dans le cadre de la candidature de l’ensemble Chaînedes- Puy Faille de Limagne au patrimoine mondial de l’Unesco. Leur regard d’experts du paysage et les solutions proposées constituent une mine de solutions, dont certaines seront mises en oeuvre prochainement. Un travail qui prend d’autant plus de sens que ce haut lieu tectonique a rejoint, en juillet dernier, la liste des sites inscrits au Patrimoine mondial de l’Unesco. L’exposition est en accès libre, en Maison de Site, dans l’espace « Puy-de-Dôme » de la gare de départ du Panoramique des Dômes.

-18-


QUELS SONT LES ÉLÉMENTS QUI PERTURBENT OU SOULIGNENT LES PAYSAGES DE LA CHAÎNE DES PUYS-FAILLE DE LIMAGNE ? L’EXEMPLE DU BASSIN D’ENVAL - ORCINES Les activités humaines façonnent le paysage. En fonction de leur localisation et de leur intensité, elles peuvent souligner ou détériorer les paysages. L’étude paysagère du bassin d’Enval où est situé le poste électrique met en évidence ces différents éléments d’origine humaine structurant ou déstructurant la lecture des paysages.

Paradoxalement, des éléments que nous ne qualifions peu ou pas comme « point noir paysager » viennent perturber le paysage (pavillonnaires, boisements) alors que d’autres éléments qui entrent dans le registre industriel (lignes électriques, réseau routier, antenne du Puy de Dôme), peuvent venir le souligner.

Expansion des boisements

L’infrastructure routière Le réseau électrique et son maillage sur le territoire

Teaser de l'exposition

Exploitations de résineux

Des bourgs anciens aux pavillons diffus

Bocage agricole

L’EXPANSION DES BOISEMENTS ET LA PLANTATION DE RÉSINEUX La déprise agricole, dont témoigne la diminution des estives en Chaîne des Puys, a eu pour conséquence un accroissement des surfaces boisées, principalement des plantations de résineux en futaies régulières.

De même, sur la faille, le couvert forestier s’est fortement substitué aux espaces de viticulture et castanéiculture*. Dans les deux cas, cet accroissement forestier estompe les paysages et les formes géologiques.

Progression des boisements vu depuis le poste électrique d’Enval - Orcines (63) : Boisements en 1946

Boisements en 1960

Boisements en 2015

Légende Ligne élec. HT Ligne élec. THT Poste électrique Limite communale Zone boisée

N

> Initialement, le tracé des lignes ne coupait pas en deux le massif forestier car alors inexistant. Le boisement a été planté de manière rectiligne en laissant apparaître les couloirs qui accentue la présence des lignes électriques dans le paysage. Photo d’une tranchée forestière, Laschamps

4 * culture de la châtaigne

Interviews RTE / CD63 / ENSP

Chaîne des Puys-faille de Limagne DES CLÉS DE LECTURE DES PAYSAGES

LES DIFFÉRENTES PERCEPTIONS ET REPRÉSENTATIONS DES PAYSAGES DE LA CHAÎNE DES PUYS-FAILLE DE LIMAGNE

CONCILIER UNE INFRASTRUCTURE ÉLECTRIQUE ET UN PAYSAGE EXCEPTIONNEL

Qu’est ce qu’un paysage ? « Le paysage désigne une partie de territoire telle que perçue par les populations, dont le caractère résulte de l’action de facteurs naturels et / ou humains et de leurs interrelations. Le paysage est une composante essentielle du cadre de vie des populations, expression de la diversité de leur patrimoine commun culturel et naturel, et fondement de leur identité.

Les qualités paysagères s’apparentent aux aspirations des populations en ce qui concerne les caractéristiques paysagères de leur cadre de vie ».

Le territoire de la Chaîne des Puys et de la faille de Limagne n’échappe pas au phénomène d’étalement pavillonaire à la périphérie de certains bourgs comme ici dans le bassin d’Enval à Orcines. La diffusion du bâti, au-delà du fond du vallon, réduit l’ouverture du bassin d’Enval et compromet son rôle dans le mise en scène du puy de Dôme. Cet habitat pavillonnaire cumulé avec des jardins « urbains » et des plantations de résineux perturbent la perception du paysage bocager du vallon d’Enval, toujours présent mais de plus en plus dissimulé.

Rythmée par des vallons successifs Le coteau de la faille de Limagne révèle les entailles des vallons qui sculptent et animent les pentes. L’alternance des vallons étroits, des éperons et des crêtes rythme le paysage de la faille et offre de nombreuses situations de belvédères sur la plaine et la ville. Le long de la faille, les plissures étroites des vallons, ont guidé vers la plaine 7 grandes coulées volcaniques. La rudesse initiale de ce relief s’est arrondie avec l’érosion, texturé par la forêt et par le bâti.

Décrié aujourd’hui, le réseau électrique représentait pourtant autrefois un signe de modernité apprécié dans les campagnes. L’environnement naturel revêtait avant tout un rôle fonctionnel. En soulignant la présence des réseaux électriques, les cartes postales de la première moitié du 20e siècle témoignent de l’accueil positif dans les campagnes de l’arrivée de la « fée électricité ». Annales de géographie 1925 - Pierre Fromont : « L’électrification des campagnes est une entreprise

4

HISTOIRE DU RÉSEAU DE TRANSPORT ÉLECTRIQUE EN FRANCE ET À ORCINES HISTOIRE DU RÉSEAU DE TRANSPORT D’ÉLECTRICITÉ EN FRANCE

qui consiste à conduire le courant électrique au chef-lieu de chaque commune, au centre des hameaux, et, si possible, dans les écarts et les fermes isolées. Elle vise ainsi à rétablir l’équilibre entre l’équipement économique de la campagne et celui de la ville, cette dernière ayant jusqu’à présent le monopole presque absolu de l’électricité. (…) Elle fournit à la fois une source de force et elle peut agir par là dans le domaine de l’économique, - et une source de lumière, et elle peut agir par là dans le domaine social. »

LE TRANSPORT D’ÉLECTRICITÉ AUJOURD’HUI, COMMENT ÇA MARCHE ?

HISTOIRE DU POSTE ÉLECTRIQUE D’ENVAL À ORCINES (63) 1927

24h/24 et 7J/7 à chaque seconde, RTE aiguille sur ses lignes les flux d’électricité, des centrales de production, vers les zones de consommation. Avec 105 000 km de lignes à haute tension allant de 63 000 volts à 400 000 volts, le réseau de transport d’électricité français est le plus grand d’Europe.

Construction du poste d’Enval pour alimenter la ville de ClermontFerrand et ses usines, les mines de charbon de Messeix.

3

LA FAILLE PRÉSENTE, IMPOSANTE ET POURTANT OCCULTÉE DANS LA PERCEPTION DU PAYSAGE Alignée parallèlement à la Chaîne des Puys, la faille s’étend sur près de 30 km de long depuis Enval jusqu’à Ceyrat en passant par Sayat et Royat. Sorte de mur végétal de 700 mètres de haut, elle marque la séparation entre le plateau des Dômes sur lequel a surgi la Chaîne des Puys.

L’ÉVOLUTION DU REGARD PORTÉ SUR LE RÉSEAU ÉLECTRIQUE

LA PROGRESSION DE L’HABITAT DIFFUS

LA FAILLE DE LIMAGNE, LA CASSURE VISIBLE DU SOCLE TERRESTRE Une superposition d’horizons 1 - La plaine de la Limagne, 2 - L’agglomération qui commence son ascension au pied de la faille, 3 - L’escarpement abrupt de la faille qui bloque l’urbanisation, 4 - La Chaîne des Puys posée sur le plateau des Dômes.

(source : Définition de la convention européenne du paysage adoptée le 20 octobre 2000)

2 1

Mal identifiée comme objet géologique, l’escarpement de la faille est vécu comme une ceinture verte sur laquelle vient buter la ville. Dès lors, comment faire évoluer le regard des habitants pour rendre la faille perceptible en tant que paysage singulier ?

Vue vers l’Ouest sur la Faille de Limagne depuis la frange Est de Clermont-Ferrand

Vue vers le sud sur la Faille de Limagne depuis les Côtes de Clermont-Ferrand

Années 30

Carte postale du poste électrique d’Enval à Orcines en 1978

Des lignes électriques sont construites, notamment autour du poste d’Enval, pour acheminer l’électricité produite par les usines hydroélectriques du Massif Central, vers Clermont-Ferrand, mais aussi vers le nord de la France.

Depuis le plateau des Dômes, un tremplin qui donne de la profondeur sur les rebords de la faille Depuis le plateau des Dômes, sur le rebord de la faille, les ouvertures dans les lisières forestières ou dans l’échancrure des vallons produisent des effets de tremplins assez spectaculaires.

1978

Première restructuration du poste d’Enval pour répondre à l’augmentation des besoins en électricité N Carte d’état-major (1820-1886)

N Photographie aérienne de 1974

N Image satellite de 1994

Sur la carte d’état-major : les habitations de la Font de l’Arbre se situent dans le creux d’un vallon, au pied du puy de Montrodeix.

En 1974 : des habitations se sont installées en bord de route en suivant le vallon.

En 1983 et en 1994 : les habitats diffusent au-delà du vallon vers le nord en s’accolant à la RD 942.

Vue depuis le belvédère de Grave Noire (Royat) La Faille de Limagne vue de Clermont-Ferrand © Romain Lafabregue / Andia

LA SOLIDARITÉ ÉLECTRIQUE, VOUS CONNAISSEZ ?

Comme une toile d’araignée, le réseau est entièrement maillé, pour permettre une alimentation équitable et solidaire entre tous les territoires (producteurs, consommateurs, urbains, ruraux…).

Carte postale du Puy-de-Dôme, vu de la Baraque. Ed. LL ; GJ. (1910)

1

1984

Le poste électrique, situé sur le bord du bassin d’Enval, à proximité du puy de Dôme est le point de départ de 11 lignes haute ou très haute tension qui alimentent un périmètre géographique important.

Le Saviez-vous ? Clermont Auvergne Métropole importe 95% de l’énergie électrique qu’elle consomme.

Photo aérienne du poste électrique d’Enval à Orcines en 1978

Première tentative d’aménagement paysager pour dissimuler le poste avec une plantation de conifères.

Sur l’ensemble de la Chaîne des Puys-faille de Limagne, les infrastructures linéaires peuvent être structurantes si elles font sens avec les motifs du paysage. A l’inverse, leur présence peut être perturbante si elles n’ont pas de cohérence avec le paysage environnant.

Carte postale - Installation de lignes électriques - NB. Vierge. LL.

Carte postale 1-7 édition Gd'O - La Fontaine du Berger - Col des Goules (1910)

Effet de moindre incidence : Après le rond-point de la Font de l’Arbre, les trois lignes HT se fondent dans la végétation du bocage, visible à hauteur de la RD 942 qui traverse le cœur du bassin d’Enval.

UN POSTE ÉLECTRIQUE À QUOI ÇA SERT ?

* différentes vues prises lors du déplacement.

LA CHAÎNE DES PUYS, UN ALIGNEMENT PARFAIT DE 80 VOLCANS

2

Une ascension La ligne horizontale du coteau du bassin d’Enval, soulignée par la végétation, met en exergue le puy de Dôme. Cette disposition tendue sur l’horizontale renforce la dynamique verticale du volcan. Les lignes de la route et le vide des parcelles accentuent cet effet dès les premiers plans.

Seconde restructuration pour répondre à un besoin toujours plus important en électricité.

AUJOURD’HUI, LE POSTE ÉLECTRIQUE D’ENVAL À ORCINES ALIMENTE : Effet perturbant : Sur la route du puy de Dôme (RD68), les pylônes s’élèvent comme le puy de Dôme au-dessus de la ligne d’horizon tracée par la canopée. Leur verticalité multiple rivalise avec celle unique du puy de Dôme.

1500 C’est le nombre de gigawatt-heure* que consomme annuellement la métropole de Clermont-Auvergne.

Vue depuis le bassin d’Enval, Orcines

5%

3 Un paysage fait de ponctuations La Chaîne des Puys dessine un horizon bosselé, ponctué par les formes arrondies des sommets et les courbes des pentes et des cols. Ce rythme diffère selon les reliefs plus ou moins marqués de chaque volcan.

C’est la part de la consommation que couvre l’énergie produite directement sur le territoire de la métropole. Le reste de l’énergie consommée est transportée depuis les territoires voisins.

Mise en perspective monumentale La lecture de chaque puy qui ponctue l’alignement de la chaîne ainsi que la diminution progressive de leurs tailles réelles, accentuent la mise en perspective. Ils se fondent progressivement avec et dans la ligne d’horizon donnant un effet d’infini très particulier.

Croquis : Clôture du poste électrique

1

Élément essentiel du Réseau de Transport d’Electricité, il reçoit l’énergie électrique, la transforme et la répartit. Il permet de transformer la tension en plusieurs étapes, de 400.000 volts à 225.000 volts puis à 63.000 volts, et enfin, à 20.000 volts.

1985

LA SILHOUETTE DE LA CHAÎNE DES PUYS IMPRÈGNE LE QUOTIDIEN DES HABITANTS. Plusieurs volcans sont emblématiques de la Chaîne des Puys (Dôme, Pariou, Côme, La Vache, Lassolas, Jumes, ...) alors que d’autres s’estompent sous le couvert forestier.

Dès le lancement du projet d’inscription de la Chaîne des Puys-faille de Limagne au patrimoine mondial de l’Unesco,est apparu l’enjeu de l’insertion paysagère des lignes à haute tension. Pour explorer tous les champs des possibles, RTE et le Département du Puyde-Dôme ont fait appel aux savoirs-faire des étudiants de l’École Nationale Supérieure de Paysage Versailles/Marseille dont voici leurs conclusions.

En ce moment, vous consommez peut-être de l’électricité produite à l’autre bout de la France ou ailleurs en Europe… Le réseau de transport d’électricité mutualise les moyens de production à l’échelle nationale (et même européenne). Il est un lien de solidarité entre les régions.

Stop motion* : La concentration des lignes électriques dans le bassin d’ Enval

L’INCIDENCE DU RÉSEAU ÉLECTRIQUE ET ROUTIER DANS CE PAYSAGE

Affiche du Conseil Départemental du Puy-de-Dôme

2

3

Vue depuis le sud vers le nord de la Chaîne des Puys

Effet structurant : L’infrastructure routière s’inscrit dans ce paysage qui déploie une grande ouverture sur la Chaîne des Puys avec une ligne de fuite jusqu’au puy de Dôme qui accentue sa majesté.

Vue depuis le sommet du Puy de Dôme, versant nord

5

Poste électrique d’Enval au pied du Puy de Dôme - Orcines (63) / Cliché Plazanet

6

*Unité de mesure d'énergie qui correspond à la puissance d'un gigawatt actif pendant une heure. 1 GWh équivaut à 1 million de kWh, soit 3,6 Térajoule.

Aire d’action du poste d’Enval - Orcines

69 communes soit

105.000 habitants, sur une surface de 1500 km2 1/3 de la métropole de ClermontAuvergne

7

Carte de l’aire d’action du poste électrique d’Enval - Orcines dans le département du Puy-de-Dôme

8

© Jodie.Way / CD63

DES REGARDS QUI CHANGENT

A CHAQUE LIEU PROBLÉMATIQUE, UNE SOLUTION ADAPTÉE

LE RÉSEAU ÉLECTRIQUE HAUTE ET TRÈS HAUTE TENSION

PLUSIEURS PISTES POUR LES LIGNES À ORCINES : DE L’ENFOUISSEMENT AU DÉPLACEMENT EN PASSANT PAR LA RESTRUCTURATION DES BOISEMENTS

LE PASSAGE DE LA CHAÎNE DES PUYS : REDESSINER LES COULOIRS POUR ATTÉNUER LA PRÉSENCE DES LIGNES

Peu à peu, la valeur sociale liée à l’esthétique des paysages croît et renforce la perception négative des structures électriques dont le caractère industriel entre en opposition avec les paysages remarquables de la Chaîne des Puys-faille de Limagne.

Le paysage de la faille se caractérise par un changement brutal du relief. La confrontation physique à ce relief suscite instinctivement un appel à l’imaginaire. Etre au sommet, en situation de basculement, ou percevoir à distance les points hauts, est déterminant pour appréhender ce paysage. Ces points stratégiques d’observation sont utilisés par le réseau électrique pour franchir les obstacles. Dès lors comment transformer les pylônes électriques en révélateurs de paysages ?

Exemples de pistes d’interventions possibles : Exemples de pistes d’interventions possibles :

Témoins d’une pratique agricole respectueuse des écosystèmes, les bocages créent un paysage particulier. Le poste électrique s’insère dans le bocage au Sud qui, tel un écran de verdure, le masque en grande partie du voisinage. A l’inverse, la plantation linéaire de résineux à grand développement, loin de dissimuler la station, souligne sa présence.

PARTENAIRES D’UN MÊME PROJET

LE FRANCHISSEMENT DE LA FAILLE DE LIMAGNE : L’OPPORTUNITÉ DU RÉSEAU ÉLECTRIQUE POUR REDÉCOUVRIR UN PAYSAGE

Malgré les difficultés liées au relief, les lignes, très linéaires, traversent perpendiculairement la Chaîne des Puys. Implantées sur des terrains initialement nus, l’accroissement des résineux a contribué à créer des tranchées forestières qui marquent le paysage.

À L’ÉCHELLE DU POSTE ÉLECTRIQUE D’ENVAL À ORCINES, RETRAITER SES LIMITES PAR SON INSERTION DANS LE BOCAGE

Dans la deuxième moitié du XXe siècle, le réseau de transport d’électricité se développe, les dimensions des équipements (postes, pylônes, lignes) prennent de l’ampleur.

1- Pour éviter l’effet couloir du passage des lignes électriques, il s’agit de modeler les surfaces à entretenir sous les lignes pour créer une lande. Ces espaces, inspirés des estives, pourront être mis à disposition des éleveurs ovins ou bovins.

2- En déplaçant l’emprise du réseau, celui-ci peut contourner les obstacles et proposer une ascension douce jusqu’au sommet.

Les Puys de Pelat, Beaune et Laschamp vus de la RD52 : vue actuelle

Puy de Montchar vu de Nébouzat : vue actuelle

En traversant le bassin à plusieurs reprises, les structures électriques influencent le regard sur cette porte d’entrée du puy de Dôme. Les pylônes sont en contradiction avec la ligne d’horizon de la Chaîne des Puys.

• Remplacer la haie de résineux par un ruban bocager • Décaler la clôture métallique du poste derrière une haie bocagère • Conforter la structure paysagère en évitant la plantation de résineux dans le bassin d’Enval

La Chaire Paysage et Énergie a été créée le 7 avril 2015 par Ségolène Royal et le Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie (MEDDE). Elle développe au sein de l’ENSP Versailles-Marseille la formation, la recherche et la création liées au paysage de la transition énergétique. Elle bénéficie du soutien actif de ses partenaires, notamment Rte partenaire fondateur. Cet atelier pédagogique régional, encadrée par Claude CHAZELLE, a été réalisée par Jérémy PRAY et Laurian GASCON lors de leur 4ème année d’étude Paysagistes concepteurs, dîplomés d’État à l’ENSP Versailles / Marseille.

Le Puy de Dôme vu depuis l’entrée Est du bassin d’Enval, Orcines

Dès lors, pour que l’appréciation de ces structures évolue, elles doivent prendre sens et s’intégrer dans le paysage.

LIGNE 2 LIGNE 1

Le rôle d’écran végétal du bocage

LIGNES 3 et 4

ATELIER PÉDAGOGIQUE RÉGIONAL 2016-2017

Bloc diagramme de la Chaîne des Puys-faille de Limagne Données IGN - CD63 - RTE

N

Exemples de pistes d’interventions possibles : A moyen terme :

LIGNE 2 : mise en souterrain des départs de lignes sur l’intégralité de l’espace ouvert du bassin d’ Enval Croquis actuel de la limite du poste électrique le long de la RD942 à Enval -Orcines (63)

Photo-montage du projet de clôture dissimulée derrière un écran bocager

6 mois de travail

LIGNE 5

LIGNES 1, 3 ET 4 : mise en souterrain des départs de lignes sur l’intégralité de l’espace ouvert du bassin d’ Enval

Périmètre Chaîne des Puys-faille de Limagne Poste électrique d’Enval - Orcines

LIGNES 5 à 11 : éloignement des pylônes du poste électrique

Ligne électrique très haute tension 225 000 volts Ligne électrique haute tension 63 000 volts

120 heures de terrain

3- Entretenir les terrains situés en-dessous des lignes électriques : une solution déjà développée avec succès par RTE sur différents sites qui pourrait se développer en Chaîne des Puys

LIGNES 6 et 7

3 comités de pilotage

Puy de Montchar vu de Nébouzat : projection

Les Puys de Pelat, Beaune et Laschamp vus de la RD52 : projection

LIGNES 10 et 11

3 rendus pédagogique

- Partout en France, des actions sont menées pour concilier le réseau et son environnement, et aider ainsi son intégration. - Des spirales de couleur sont par exemple installées sur les câbles dans les corridors de migration pour éviter que les oiseaux ne percutent les lignes.

http://www.rte-et-vous.com/

2 conférences

http://www.

LIGNE 11 : regroupement de la ligne 11 avec la ligne 10

Pylône de départ

N

Ligne aérienne

sc us nigra

us

s y l v e s tr i s

xin

xc u s e elsior

Coupe de projet sur la RD942 à Enval (Orcines)

Pr

un

r pla

t a n oïd

us aviu m

es

rp

seu

Sa

d o plat a n

aprea li x c

us

er

af

us

r a n g a n ti s s

fr u c ti c o s u s

ul

t

e Ac

Be

s y l v e s tr i s

Rub

us

i

a

in

in

F

s

P

spi no s u

ic

us

L on

un

a

bu

a

e

m

d o m e s ti c

Fr

at Cr

c or d at a

us

m

li a Ti

Sa

Vue depuis le pied de la Faille de Limagne (Royat)

rb

Ac

yn

Pr

monog

ag

us

aa

lb a ‘ P e n d

La Fondation Chaîne des Puys-Faille de Limagne

DES CORRIDORS VERTS SOUS LES LIGNES ÉLECTRIQUES

Carte des propositions d’intervention sur le bassin d’Enval à Orcines

s ylv atica

Photo des lignes électriques dans le vallon sur la RD941au croisement avec la route de Champiot à Durtol

Le saviez-vous ? Sous les lignes électriques, les espaces ne peuvent pas être boisés. Ouverts et lumineux, ces espaces deviennent des corridors verts, favorables au développement de nombreuses espèces de faune et de flore.

UNE PISTE D’INTERVENTION, UNE CRÊTE BELVÉDÈRE

Photo actuelle : les résineux font masse, étouffent le paysage, les pylônes seuls éléments clairement identifiables sont mis en exergue.

La démarche d'inscription au patrimoine mondial est un projet qui a été partagé par l'ensemble du territoire. Conscientes de la valeur de ce patrimoine et historiquement attachées à leur environnement, les grandes entreprises locales ont souhaité y participer activement en se regroupant au sein d'une Fondation visant à soutenir financièrement des actions de gestion des paysages et soutien à l'activité pastorale. La Fondation Chaîne des Puys-faille de Limagne a ainsi vu le jour en décembre 2012. Elle permet à toute entreprise, quelle que soit sa taille, de s'impliquer durablement sur le site au côté des acteurs publics et de la population et envisage d'apporter plus de 700 000 euros sur les cinq prochaines années pour soutenir les actions de préservation et de mise en valeur du site.

UNE PROPOSITION OSÉE... LE PYLÔNE BELVÉDÈRE

Vue actuelle

CLERMONT-FERRAND

Certaines pistes proposées impliquent uniquement la responsabilité de RTE. Elles seront étudiées et pour certaines, réalisées. C’est le cas des aménagements paysagers proposés autour du poste électrique d’Enval (à Orcines). D’autres ne dépendent pas seulement de RTE et nécessitent de la concertation (avec les collectivités, les propriétaires de terrain), ainsi que des financements partagés et des autorisations règlementaires. C’est le cas par exemple de la mise en souterrain du réseau électrique.

Extraits de la déclaration commune des fondateurs lors de la création : "Ancrées sur notre territoire, nous entreprises, avons souhaité crééer ensemble la Fondation "Chaîne des Puys-Faille de Limagne". Toutes représentantes d'un secteur économique vital pour le territoire, nos entreprises traduisent ainsi leur volonté d'accompagner un projet ambitieux et porteur d'excellence (...) La fondation, qui conciliera développement économique et préservation du patrimoine est ouverte à toutes les entreprises qui partagent cette ambition."

©Jodie Way

DES RAPACES ET DES LIGNES

LISTE NON EXAUSTIVE DES VÉGÉTAUX INDIGÈNES À UTILISER POUR LA PLANTATION D’UN MAILLAGE BOCAGER.

https://twitter.com/rte_raa

D’autres acteurs soutiennent activement la candidature au patrimoine mondial de la Chaîne des Puys-Faille de Limagne.

Zoom sur quelques actions en Auvergne…

Ligne souterraine

ul

a

C

gus

a

ae

So

s a v e ll a n a

P

ylu

RTE (Réseau de Transport d’Electricité)

QUELQUES IDÉES POUR ALLER ENCORE PLUS LOIN

LIGNES 8 et 9

LÉGENDE

Coupe actuelle sur la RD942 à Enval (Orcines)

or

24h/24 et 7j/7 à chaque seconde, nous aiguillons, sur nos lignes, les flux d’électricité des centrales de production vers les zones de consommation, au meilleur coût pour nos clients et la collectivité.

550 heures d’ordinateur

A long terme :

LÉGENDE

Au sein du Conseil départemental du Puy-de-Dôme, ce sont près de 2 500 agents qui œuvrent dans des domaines aussi divers et variés que les infrastructures routières, les collèges, les solidarités entre les personnes et les territoires, les politiques de proximité telles que l’agriculture, le tourisme, etc… Parmi ses grands projets structurants, le Conseil départemental du puy de Dôme a porté depuis 2007 celui de l’inscription de la Chaine des Puys – faille de Limagne au patrimoine mondial de l’Unesco ; inscription qui est désormais effective depuis le 2 juillet 2018. Cette démarche d’inscription s’accompagne de la réalisation d’un plan de gestion qui traite notamment des questions paysagères : la question de l’effacement des lignes à très haute tension qui traversent de part en part la Chaîne des Puys a très vite été perçue comme une priorité à gérer. C’est donc tout naturellement que le Conseil départemental a noué un partenariat avec RTE pour imaginer en lien avec l’école de Versailles/Marseille dans le cadre des ateliers pédagogiques régional des solutions adaptées afin de concilier l’acheminement de l’énergie et site au caractère exceptionnel inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco.

Parce que les lignes électriques peuvent présenter des risques d’électrocution pour les oiseaux ayant une grande envergure, RTE installe des spirales de couleur sur les câbles, pour éviter que les grands oiseaux rapaces par exemple, ne percutent nos lignes. Mais ces grands rapaces peuvent aussi servir le réseau, par exemple, sur le site Michelin, RTE a fait appel à un fauconnier pour faire fuir des centaines de corbeaux qui avaient élu domicile dans le poste électrique, et dont la présence pouvait dégrader le matériel et entraîner des coupures d’électricité.

Photo montage 1 : la suppression des résineux aère le paysage en ouvrant le regard sur le lointain.

LE SAVIEZ-VOUS ?

9

Plan actuel et plan projet de la végétation autour du poste électrique d’Enval (Orcines)

LÉGENDE

Végétaux indigènes Végétaux exogènes Clôture modifiée

N

Le Code de l’Energie fixe un cadre juridique aux demandes de mise en souterrain d’initiative locale : la demande doit émaner d’une collectivité territoriale et être justifiée par un projet de développement économique local ou de protection de l’environnement. La mise en souterrain doit être techniquement faisable. Les taux de contribution financière de la collectivité demandeuse et de RTE, sont définis par arrêté ministériel, notamment en fonction de l’âge de la ligne. L’obtention des autorisations administratives est un préalable à la réalisation de la mise en souterrain.

DES MOUTON-DEUSES Photo montage 2 : les pylônes de départ enterrés confirment la présence du bocage et ôtent tout obstacle sur la vision de la ligne d’horizon.

10

MONTLUÇON

RTE développe des solutions alternatives pour entretenir et aménager les espaces dans et autour des postes électriques. Au poste de Montluçon, un troupeau de moutons d’Ouessant entretient les espaces, limitant le recours aux produits phytosanitaires et aux engins mécaniques.

11

12

Photo-montage : Vue de Beaumont sur le Puy de Grave Noire et de Charade

Croquis de la crête belvédère

Distinguer une croix, un belvédère, une antenne, un cratère, un temple, etc, les sommets et les crêtes attirent le regard et la marche. Étirer les pâtures du plateau des Dômes jusqu’à la lisière de la Faille remettrait en scène toute une crête qui dans sa composition, minimiserait les pylônes électriques dans une vaste étendue prairial.

La construction d’une base d’un troisième pylône électrique permettrait en toute sécurité de proposer un belvédère en hauteur dans le sens de l’infrastructure électrique et de proposer l’expérience de l’ascension.

13

La Fondation Chaîne des Puys Faille de Limagne a été créée par sept grandes entreprises du territoire : Aubert et Duval, Echalier, EDF, Limagrain, Michelin, Rockwool et Volvic. Elles ont été rejointes par d’autres entreprises qui accompagnent son développement, et notamment Groupama, Auvergne Habitat et Suez environnement.

14

Photo-montage progressif : poste électrique d’Enval, Orcines Plateau de Laschamps - Saint-Gènes-Champanelle

Le poste électrique d’Enval à Orcines (63) à proximité du Puy de Dôme vue du Sud-Est - © Photo RTE GMR 63

15 panneaux format A0 de l'exposition

-19-


Esquisse d'écologie

SENTIR LES LIMITES Parc National des Calanques - Marseille [13] Travail d'étudiant #ENSP

Axonométrie du sentier ■ LES ENJEUX La limite entre ville et nature a été notre point de départ. La limite comme élément clef est d'abord naturelle, induite par des écrans végétales, des falaises, des changements de versants. Nous sommes partis des éléments minéraux et végétaux que constituent le site pour interpréter un parcours d'attitude. La limite à ne pas franchir c'est parfois la mise en sécurité face à un site pollué ou une hauteur de chute dangereuse. La frontière entre les différentes formations végétales ou les milieux terrestres et aquatiques est plus fine, tenant du sensible et de la sensibilisation du public au respect de la faune et de la flore. Enfin, l'accès carrossable menant jusqu'au Goudes est déclassé pour lui redonner tout son caractère insulaire et précieux. Ce sentier mène les randonneurs de la ville au Cap Croisette, le bout du monde qui n'est que le commencement d'un autre paysage basculant jusqu'à Cassis.

Le détournement minéral

Franchissement des éboulis en pointillés ■ LES AXES DU PROJET Chacun des spots à passer que ponctuent le parcours sont des invitations à prendre position. Le franchissement des éboulis en pointillé réconcilie les flux, l'approche des cheminées rampantes et la vision sur l'usine de l'Escalette devient possible grâce à la phytostabilisation. L'expérience des limites est révélée par une équerre optique sur une crête en balance entre deux versants. Plus simplement, faire passer les randonneurs sur des anciens remparts qui se suffisent à eux même fait parti de se parcours qui rallie ensuite le bord du littoral. La rencontre entre la mer et la terre permet de traiter de formations végétales très sensibles mais également de la problématique des remblais pollués qui ont servis à la fondation de la route. Le piéton retrouve sa place mais également la flore littorale par une transformation de la route en piste et la réhabilitation des écosystèmes littoraux.

-20-


■ LE SITE | LE CONTEXTE Le Parc National des Calanques est l'un des seuls à être habité. Le périmètre d'étude illustre bien ce rapport entre la ville et la nature en plusieurs points. Le Mont Rose et la batterie de l'Escalette sont d'anciens sites militaires qui s'élèvent dans le relief escarpé des massifs calcaires

karstiques. La route jusqu'au Goudes et même un peu plus loin Callelongue est ponctuée de sites pollués tels que l'usine de plomb argentifère de l'Escalette ou les crassiers de scories. La sur-fréquentation estivale de cet axe repose la question de l'entrée du Parc mais également de la préservation des formations végétales uniques telle que la Phrygane.

-21-

L'entrée urbaine, Madrague de Montredon


Atelier risque inondation

LES VALLONS DE L'ARC Rivière de l'Arc - Aix-en-Provence [13] Travail d'étudiant #ENSP

Echelle : 1/4 000e

Plan guide : gestion des eaux pluviales

■ LE SITE | LE CONTEXTE Au sud de la zone urbaine d'Aix en Provence, l'autoroute 8 isole la rivière de l'Arc et les espaces ruraux du Montaiguet de la ville. Cette rivière sous un climat méditerranéen présente des variations et une vitesse de montée des eaux très importante lors d'épisode pluvieux. Un véritable problème pour l'urbanisation venue grignoter les bords de l'Arc et alimenter le risque inondation. Le site de projet s'étend du Pont de l'Arc au Pont des trois Sautets, un lacet de 3 Km de ripisylve fréquenté en semaine par les étudiants et le week-end par les Aixois. Les activités de pleine nature déjà présentes constituent une piste principale de projet et demandent une vraie attention.

Profitez des zones d'expansion de crues

Considérer l’Arc aux rythme des eaux ■ LES ENJEUX La rivière de l'Arc s'écoule d'Est en Ouest, la véritable tension c'est de retrouver une perméabilité nord - sud qui fait usage des bords de l'Arc. J'ai orienté les accès depuis la ville et les espaces ruraux par les talwegs. Formant une ligne dans le paysage, le caractère de ripisylve, de vallon et de fraîche caractérise l'accroche entre la rivière et son environnement. Ces nombreux perméabilités s'organisent sur deux typoligies : des chemins hors d'eau et des pistes submersibles. Les usages le long de l'Arc s'inspirent de la ripisylve, la respecte et jouent de sa lumière et sa fraîcheur. Le rythme des eaux, la faune et la flore représentent une dynamique.

-22-


L’accroche à l’Arc par ses affluents ■ LES AXES DU PROJET Afin de rétablir la Zone d'Expansion de Crues (ZEC), le tracé des chemins est privilégié sur les rives concave et isole les rives convexe trop étroites. Pour permettre à la ripisylve de retrouver sa dynamique, des limites de recolonisations naturelles apparaissant sur les berges. Les talus sont remodelés en terrasses à l'arrière de gabions ou remis en couches plantées de Populus alba et Salix caprea. Sur les bassins versants, des restanques d'eau dessinent les zones agricoles pour réduire la pollution par les nutriments et amortir les ruissellements. Une attention particulière est portée sur les zones urbains pour compenser les imperméabilisations aux moyens de bassins d'infiltration. De même, la pollution de surfaces est récupérée pour suivre un processus de décantation et de phytoépuration. Gérer les eaux en amont et dans le lit de l'Arc sont nécessaire afin de constitué un véritable équipement de nature.

Fédérer un grand équipement de nature

-23-

Stabilisations de berges


Atelier belvédère

S'APLANTA DANS L'AURO Les Goudes - Marseille [13] Travail d'étudiant #ENSP

Bloc diagramme - Les Goudes ■ LE SITE | LE CONTEXTE Le quartier des Goudes se détache du littoral entre la ville et les Calanques de Marseille. De multiples points de vues peuvent révéler le paysage dans une topographie prononcée, cernée d’îles entre ciel et mer.

Dominant le village, la colline des blockhaus s’élève pour voir un large paysage elle même dominée par les reliefs. Ce lieu particulier, pour son passé militaire, attire de nombreux Marseillais et touristes à la belle saison, en quête d’horizon.

Les Goudes

-24-

La visée sud


Carte radar des horizons ■ LES AXES DU PROJET Au fil d’un sentier tracé par le temps, je propose un parcours entre deux points de belvédères dans les ruines des blockhaus.. Complémentaires, l’un fait face au nord à Marseille, «de là où l’on vient». L’autre vise un paysage de mer, d’archipel, de Calanques au sud, «là où l’on peut aller» avec de l’effort, ou

simplement contempler. Depuis la ville de Marseille, le paysage des Calanques se cache derrière les reliefs. Amener le visiteur jusqu’à cette colline dans des espaces d’arrêts, d’observation, c’est provoquer un contraste évident. Sur la crête, la transition ne tient qu’à un mouvement de tête.

La visée sud

La terrasse nord

Plan du parcours de belvédères

-25-


Atelier jardin

LE CIRQUE DU FRIOUL ïles du Frioul - Marseille [13] Travail d'étudiant #ENSP

Echelle : 1/1000e

Plan masse du projet

Creuser pour planter

-26-


■ LE SITE | LE CONTEXTE Sur l’Île du Ratonneau de l’archipel du Frioul, le site de projet de l’ancienne carrière marque un contraste fort entre un grand aplat artificiel et un cirque rocheux. Comme un cocon en marge de tout, ce site de quatre hectares permet de créer un espace expérimental insulaire pour «recomposer un biotope, support d’un laboratoire de formation / cohabitation / préservation et évolution des végétaux» dans la perspective d’un jardin. ■ LES ENJEUX L’idée d’un concentré de diversités végétales sur un territoire cernable, embrassable ne doit pas rentrer en conflit avec le constat d’un grand a plat entouré de falaises, mon premier ressenti. Pour planter sans élever la végétation au dessus de la ligne de vue, le sol doit descendre... ■ LES AXES DU PROJET J’ai mis en place des cratères dans le fond de forme de cette ancienne carrière, dont la profondeur augmente en fonction de la hauteur de la végétation plantée. Les graminées succèdent aux plantes éphémères ou rampantes. Les massifs arbustifs s’enfoncent sous le niveau du sol, puis les arbres apparaissent au fond des plus grands cratères. Telle une mosaïque végétale, le dessin de la végétation est perceptible depuis le haut du fort Ratonneau.

-27-

Perspective du projet de cratères plantés dans le cirque


Atelier agricole

SUR LES TRACES DE L'EAU Domaine du Merle - Salon de Provence [13] Travail d'étudiant #ENSP

4

3

5 6 2 1

7 8

■ LE SITE | LE CONTEXTE L’atelier s’inscrit dans le cadre d’un partenariat avec la mission Métropole (présentation pédagogique puis publique). Cet atelier fait intervenir différentes échelles de projet. L’approche territoriale est travaillée en groupe avec une cartographie (format A0) thématique, ‘L’eau matière’ pour mon groupe. Ce territoire est contenu dans un triangle

formé par les villes d’Arles, Salon de Provence et Fos-surMer (ou encore les Alpilles, le Rhône et l’Étang de Berre). Cette première étape permet de saisir le paysage humide et aquatique, ses composantes, ses lignes de structure, entre nature et artifice. L’irrigation gravitaire notamment submerge les prairies pour donner l’appelation ‘Foin de Crau’.

-28-


2 - Un chemin dissimulé sous l’eau ■ LES ENJEUX La second étape s’est organisée à valoriser le Domaine agricole du Merle. J’ai choisi un site humide en lien avec la thématique de cartographie, cette mare temporaire est un lieu original pour accueillir du public. Le contact de l’eau sur la peau commence dès la prairie de Carex. Le parcours se fait principalement les pieds dénudés,

propose une déambulation dans l’eau claire et se fraye un chemin dans les Phragmites. Ici, la biodiversité est côtoyée, au soleil couchant, les Canards reviennent dans la mare, les graminées sont soufflés par le vent. Ce projet est une marche qui sort de l’ordinaire et propose des paysages et des scènes de nature remarquables.

plancher

bidons 4 - Une feuille sur l’eau

■ LES AXES DU PROJET Le Domaine du Merle cache un milieu humide qui regorge de vie, foisonne de végétation bordé par le Coussoul. A l’aube ou au crépuscule, c’est un marais qui s’éveille, la lumière rousse vient colorer les Phragmites. Découvrir ce site rythmé par les saisons d’irrigation se doit d’être une expérience unique et originale...

L’inquiétante sensation de l’eau qui monte, rester immobile au milieu d’une prairie submergée, traverser une forêt de roseaux, s’engager dans un marais infesté de grenouilles, c’est peut-être l’étrange expérience que des excursionnistes vont découvrir.

-29-


2- URBANISME ET ÉQUIPEMENTS


Concours d'urbanisme

COEUR DE VILLE

aménagement du coeur de ville de l’agglomération

Ville basse, de la grande boucle à la gare - Briançon [05] Stage #Atelier Anne Gardoni - Lyon

::::: phase réalisée: esquisse de concours ::::: logiciels utilisés: photoshop, vector works, croquis

:::::: maître d’ouvrage: commune de Briançon (05) :::::: localisation: Superficie: 14 hectares :::::: parti pris paysager: Le projet d’un écoquartier sur les terrains militaires de l’ancienne caserne de Briançon est un levier pour repenser l’aménagement du coeur de ville et des espaces publics qui le composent.

« Aménager le coeur de ville en révélant les singularités du lieu, en composant et tissant avec l’existant»

Une colonne vertébrale, un mouvement végétal

Le projet d’aménagement redéfinit l’organisation d’ensemble de la ville à travers : -la réorganisation du schéma de circulation - l’articulation des espaces publics nouveaux et existants

C’est en s’appuyant sur les éléments caractéristiques de la ville que s’est construit le projet: Plan de masse 1/ 2000e - Crédit : Marlène ORAND - l’eau ::::: révéler et valoriser le réseau hydrographique (canaux, confluence) ■ LE SITE | LE CONTEXTE - le relief ::::: exploiter le motif des contre forts circulation difficile, les 2 casernes Sur 100 hectares dans et avec un budget ded’aménagement 10 millions la composition pour rappeler l’identité du lieumilitaires centralise le site. En amont, la individuelles ville a rachetée d'euros, ce concours impose recomposer les nombreuses - la de végétation spontanée des versants et jardinée des villas ::::: le site militaire et souhaite désormais revaloriser la partie basse de sa ville, de la problématiques relevées sur la ville basse/ Elle s’est redonner une place au végétal en coeur de ville grande boucle au nord à la gare au sud. développer dans les années 1980, dominée par le fort les axes de déplacements ::::: valoriser les modes doux Le projet d’un écoquartier sur les terrains militaires Vauban et à la confluence de la Durance et de la Guisanne. une promenade équipements et places phares de laduville est les un levier pour repenser l’aménagement coeur de ville Les constructions n’ont en pasaménageant été judicieusement organisé, reliant aujourd’hui l’ensemble crée une masse fermé avec une

Existant

Promenade du centre

et des espaces publics qui le composent.

Eco quartier -32-

Habitat dans la pente

Existant


■ LES ENJEUX La circulation difficile et le bâti dense et peu organisé implique de nombreux enjeux paysager et fonctionnels : - Créer un cœur de ville actif autour des casernes (écoquartier) - Réorganisation du schéma de circulation (hiérarchisation, modes doux)

- Désenclaver le site et l’ouvrir aux visiteurs (tourisme) - Mettre en valeur et relier les commerces (nord et sud) - Porter le regard vers la ville haute et le fort Vauban - Axer la ville sur l’écologie (gestion différenciée et des eaux) - Palette végétale adaptée (alt. 1300m) et peu allergène

La place d’armes des casernes : affirmer un lieu de centralité ■ LES AXES DU PROJET C’est en s’appuyant sur les éléments caractéristiques de la ville que s’est construit le projet : - l’eau : révéler et valoriser le réseau hydrographique (canaux, confluence) - le relief : exploiter le motif des contre forts dans la

composition d’aménagement pour rappeler l’identité du lieu - la végétation spontanée des versants : redonner une place au végétal en coeur de ville - les axes de déplacements : valoriser les modes doux en aménageant une promenade reliant les équipements et places phares de la ville

-33-


Center parcs sur 90 hectares

DOMAINE LANDES DE GASCOGNE Pindères et Beauziac [47] Prestataire freelance #Interscène - Paris

Echelle : 1/1 000e

Plan masse du parc ■ LE SITE | LE CONTEXTE Le projet s'inscrit dans une pinède sur plus de 90 hectares en tenant compte de multiples risques et impacts. Le ruisseau du Rieucourt traverse le site est constitue une zone naturelle à préserver. Le projet s'articule autour du motif paysager des Pins des Landes dont réside un double enjeu, celui du risque incendie et celui du cycle de vie forestier de ces éléments singuliers. L'implantation de 400 cottages avec une fréquentation attendu de 330 000 personnes par an constitue un défi pour allier la préservation du milieu et l'expérience de nature.

Perspective du centre de loisirs (Crédit : Art'ur)

■ LES ENJEUX Exploité par le groupe Pierre & Vacances / Center Parcs (PVCP), ce nouveau modèle de centre de vacance atteint des objectifs écologiques et environnementaux exigeants. Les parkings sont déportés en périphérie et la voiture proscrite au coeur du parc. Les circulations et les espaces adjacents des logements sont surélevés pour conserver le socle de la forêt, les espaces libres composent un paysager de sous-bois le plus naturel possible. Les Pins se mêlent à l'architecture avec des logements insolites suspendus, une ferme et des places ombragés d'un voile naturel. Le ruisseau du Rieucourt devient un lieu préservé et admiré constituent le coeur du parc. Les eaux pluviales sont récupérés pour alimenter une nouvelle zone humide.

-34-


Perspective de l'aménagement extérieur des cottages ■ LES AXES DU PROJET L'agence Interscène de Thierry HUAU fait partie d'une équipe de maîtrise d'oeuvre pour réaliser un Center Parcs de 400 cottages (Cabinet Patrick Arotcharen) structurés autour d'un centre de loisirs (Agence Art'ur architectes) de 12.000 m2 dont notamment un complexe aquatique et club de poney. En charge de l'articulation globale du projet sur les espaces extérieurs, mon travail s'est attaché à définir les axes et le dessin du projet de l'avant projet jusqu'au détail pour déposer le permis de construire. Le travail en équipe de maîtrise d'oeuvre est rigoureux avec les bureaux d'études et les cabinets d'architecture mais aussi auprès du maître d'ouvrage pour faire évoluer conjointement le projet vers un objectif de qualité paysagère et de protection de la pinède. Les logements BBC, les mobilités douces et le traitement des espaces font preuve d'attention et de performance écologique.

Plan d'un parking périphérique

Coupe de principe des aménagements extérieurs des cottages

-35-


Atelier quartiers nord : Le déchet de l'urbain

MATIÈRE À PANSER Rénovation urbaine Euroméditerranée II - Marseille [13] Travail d'étudiant #ENSP

Gestion locale Matériauthèque

Grenier à végétaux

Plan guide : les pôles de gestion de la matière

Traitement des terres Centrale à béton

■ LE SITE | LE CONTEXTE L'Établissement Public d'Aménagement Euroméditerranée a étendu son périmètre sur les 170 ha d'anciens quartiers industrialo-portuaires, aujourd'hui peut habités. De nombreuses friches s'additionnent au fil des démolitions laissent près de 15 ha à l'abandon. Ces paysages sont investis par les déchets, la reconquête végétale et les squates, n'entrent plus dans la logique urbaine. Remarquée comme la plus grande opération de renouvellement urbain d'Europe, les enjeux sont colossaux mais s'échelonneront jusqu'en 2030. Les logements vétustes sont prévu à la rénovation tandis que 35 ha de hangars vont être remplacés par des zones mixtes tel que l'îlot test Allar, prévu pour 2018. L'extension Euromed II sera labéllisé 'ÉcoCité' avec pour point d'orgue, le parc urbain des Aygalades.

-36-

L'empreinte des aires de gestion locales du déchet


La procession végétale pour égrainer les environs ■ LES ENJEUX L'ampleur d'une telle opération, le calendrier contraint et le périmètre continu permet d'opérer une transformation de masse de l'urbain. Les déchets et les friches illustrent la perte d'espace et de matière produite par la ville. Par la circulation de masse, les coûts peuvent être réduits, les consommations diminuées et les emplois du réemploi relancés. Penser la reconstruction par la déconstruction, utiliser plus de matière grise pour consommer moins de matière première ou encore impliquer les citoyens dans une gestion locale du déchet permet de redonner un sens à la ville. Matériauthèque ■ LES AXES DU PROJET La matière est centralisé dans des grands pôles de gestion, la matériauthèque rassemble tous les objets de seconde main, le grenier à végétaux collecte et redistribue les plantes et les terres pollués sont traitées dans une centrale. Ces pôles font fonctionner l'emplois du réemploi tandis qu'un réseau d'espaces de proximité animé par les citoyens accueille les déchets putrescibles, les déchets du tri sélectifs et les encombrants. La matière utilisable est redistribuée autre d'espaces non conventionnels ou l'on fait se rencontrer les gens et les déchets. Grenier à végétaux

Fourrière

Cité Bellevue

[RE]NAISSANCE DU PARC BELLEVUE

-37-


Atelier : un grand équipement dans la ville

ÉTENDRE LE PARC POUR MIEUX L'HABITER Ste Marthe - Marseille [13] Travail d'étudiant #ENSP

Echelle : 1/3500e

Plan guide : parc urbain > urbain parc Intimité Collectif Public

■ Réhabiliter les Grands Ensembles (1960 - 1970)

■ Retravailler les îlots de ZAC

Intimité Collectif Public

(2010 - 2015)

-38-


■ LE SITE | LE CONTEXTE Le projet est axé sur l’habitat collectif dans les quartiers nords de la ville de Marseille. Quel devenir pour le Parc Montgolfier à Sainte-Marthe entre les Grands Ensembles présent en masse sur la partie sud et plus au nord, les nouveaux îlots de ZAC.

Espaces intermédiaires en coeur d'îlot de ZAC ■ LES AXES DU PROJET La manière d’habiter un parc avec des espaces intermédiaires en frontage du bâti pour retrouver une échelle humaine. Retrouver l’esprit du parc ailleurs par des points d'attraits ou l'intensité d'interaction entre les personnes se manifeste.

■ LES ENJEUX • Conserver les qualités paysagères du parc et la terre fertile pour la ferme pédagogique • Ouvrir le parc au public et l’habiter • Construire dans le relief • Étendre le parc en s’appuyant sur ses points d’attractions

-39-

Implantation de logements dans le parc Montgolfier


Atelier montagne

LE BOIS PUBLIC Parc Naturel Régional du Queyras - Château-Ville-Vieille [05] Travail d'étudiant #ENSP

Légende platelage bois module en bois pavage bois pavage pierre et bois pavage pierre route sentier de randonnée Mélèze - Larix decidua Pin à crochets - Pinus uncinata Echelle : 1/1000e

départ de randonnée départ de ski de fond

-40-

Plan masse du projet


BOIS ET ESPACE PUBLIC, un impact territorial Le bois exploité

Le bois transformé

Le bois utilisé

Schéma de fonctionnement du circuit court ■ LE SITE | LE CONTEXTE L’Atelier montagne se déroule du col de l’Isoard au col Agnel dans le Queyras. En partenariat avec le Conseil Général du département des Hautes-Alpes, le Parc naturel du Queyras mais aussi l’ensemble des acteurs - habitants et touristes. ■ LES ENJEUX Repenser un espace urbain, des espaces publics avec le bois pour redynamiser la filière, c’est mettre en avant une économie locale en circuit court

■ LES AXES DU PROJET A Ville-Vieille, les entités fortes (pôle de tourisme et de commerce local, aire de jeux, bourg ancien, scieries) ne sont pas reliés. A travers l’espace public (trame viaire et chemins piétons), nous réorganisons les priorités en terme d’accès piéton, de mise en valeur de la filière et de déplacement. C’est peut-être tout simplement un village qui se construit avec ce qu’il a autour de lui et qui le fait vivre. L’utilisation du bois à l’échelle locale a un impact territorial.

-41-

Tourisme, Artisanat et Industrie, un lieu d’accueil


PRO : restructuration des espaces publics

LA PLACE DU VILLAGE Salle communale, mairie et place centrale - Cernex [74] Stage #Atelier Anne Gardoni - Lyon

Plan de masse

Profil -42-


Plan de masse texturé ■ LE SITE | LE CONTEXTE Dans ce petit village de Savoie, l’espace public entre la mairie et la salle communale est a re-aménagé. Le site est ouvert, les vues vers les sommets savoyards sont très importantes à conserver. Les architectes ont prévu l’extension de la mairie et de la salle communale, l’Atelier d’Anne Gardoni repense les espaces extérieurs notamment avec la création d’un parking extensible.

■ LES AXES DU PROJET Le plan de masse propose un aménagement général qui articule l’espace extérieur entre la mairie et la salle communale. La qualité des vides, des espaces entre les bâtiments permet de relier les deux entités. La mairie domine l’espace à aménager, un système de rampe PMR est installé sur l’ensemble des espaces. Un parking central en evergreen est intégré dans une nappe de végétation. Il se complète par un parking extensible à l’Ouest pour augmenter la capacité ou accueillir des manifestations.

Perspective -43-


Atelier : espace public en ville

PARVIS - PLACE - BELVÉDÈRE Place St-Victor - Marseille [13] Travail d'étudiant #ENSP

■ LE SITE | LE CONTEXTE Sur la rive sud du Vieux-Port de Marseille, l’Abbaye St Victor est un monument fortifié perché à l’aplomb du bassin de carénage. L’espace actuel est conçut pour les voitures, ne laissant guère de place et de facilité de déplacement pour les piétons. La paroisse n’a pas de place, son parvis est très réduit et son rayonnement dans le quartier n’est plus marqué. ■ LES ENJEUX J’ai pris parti de rendre ce lieu entourant l'Abbaye d’exception aux piétons..Le parvis qui manquait à St Victor se déroule par un espace minéral faisant écho à l’imposante masse Abbatiale de calcaire crénelée. Le belvédère sur la ville est conforté par une double ligne de blocs banquettes en calcaire. Le parvis, largement agrandit se prolonge sur la rue Neuve Ste Catherine pour créer un axe fort vers le Vieux-Port.

Le reflet de cet ensemble minéral est un espace végétalisé, Ici l’intention est d’impulser des pratiques ludiques pour animer le quartier. Un bosquet de fraîcheur propose des usages nouveaux pour faire vivre la place et retrouver un rapport à l’eau initié par l’ancienne fontaine. C’est sous la couronne des arbres que des brumisateurs dégagent ponctuellement un nuage brumisant. ■ LES AXES DU PROJET Une trame au sol en petit pavés calcaire permet de desservir et structurer les différents espaces. Elle permet aussi de marquer les changements de niveau comme la marche continue autour du parvis. Visuellement, elle guide le regard et les flux.

-44-


Maquette de projet : 1/200e

glacis nord

rue Neuve Ste Catherine (zone de rencontre)

terrasse de café

espace de fraîcheur rue Sainte (zone mixte) sud

Coupes : en haut -> espace végétal

parvis sud

-45-

belvédère

en bas -> espace minéral

rampe

glacis nord


AVP

LOGEMENTS : ÎLOT N3B ZAC du Centre - Mions [69] Stage #Atelier Anne Gardoni - Lyon

■ LE SITE | LE CONTEXTE Dans l’agglomération du Grand Lyon, la commune de Mions opère une densification urbaine de son centre ville par l’intermédiaire d’une Zone d’Aménagement Concertée de 12 hectares. Avec un programme immobilier de 85 logements 1

Axonométrie de l’îlot N3B hectare, l’îlot N3b s’inscrit au sein d’une ZAC de 12 îlots. Le volet paysager est indispensable pour relier le bâti et créer les interactions avec les espaces extérieurs avec un budget de 295 000 euros. La mixité sociale dresse le tableau d’un îlot dense, aux espaces collectifs et offres immobilières variées. N

S

Coupe en façade - axe avenue Jean Jaurès O

E

-46-

Coupe en coeur d’îlot


■ LES ENJEUX Le projet de paysage s’attache à renforcer le caractère de « ville verte » développé au sein de la ZAC, en mettant en place sur cet îlot plusieurs intentions fortes : - affirmer le cœur d’îlot comme une respiration verte dans la ZAC - installer un traitement des limites privé/public paysager de qualité - offrir des porosités visuelles sur le cœur d’îlot vert depuis la rue - préserver l’intimité de chacun, par un traitement fin des niveaux, des distances et des épaisseurs végétales - proposer des espaces de convivialité, favorisant les rapports de proximité et renforçant le lien social dans le quartier - prévoir des espaces communs agréables, aux usages variés, pérennes et faciles d’entretien

■ LES AXES DU PROJET Les lignes obliques nuancent l’axe de force Nord – Sud au sein du quartier, marqué par une voie de type «venelle», comme un mail piétonnier, véritable lieu de vie (promenade, jeux, rencontre). La tête de composition constitue le poumon vert du projet, le coeur d’îlot se creuse d’une noue paysagère décaissée de 40cm, longé d’un chemin surélevé par une ligne de gabions. Deux passerelles en bois enjambent et dominent ce bassin d’infiltration à ciel ouvert pour structurer l’espace et offrir des perspectives jusqu’à un square de jeu inclus dans un élargissement de la venelle. La cour centrale plus au nord contenue entre les logements varie selon les saisons et les utilisations. Le parking sur dalles engazonné au Sud a pour fonction d’accueillir les visiteurs (12 places). A côté, une rampe mène au parking souterrain, le piéton devient prioritaire dans le quartier. Le projet longe une avenue centrale à la ZAC, le recul des bâtiments permet de délimiter par le végétal.

-47-

Perspective d’ambiance - Passerelle bois

Echelle : 1/500e

Plan de masse


Concours

LOGEMENTS : ÎLOT 15A ZAC de la Duchère - Lyon 9e [69] Stage #Atelier Anne Gardoni - Lyon

▲ ▼

-48-

Esquisse de Concours

Plan de masse Concours


■ LES ENJEUX L’aménagement de l’ilot 15A, pensé en cohérence avec l’ilot 15 B, re dessine une façade urbaine sur l’Avenue Rosa Parks et tisse des liens au square existant, le square des 400, à travers des cheminements piétons et axes de vue. Cet îlot se compose de jardins privés et collectifs, traités de façon unitaire. De cette manière une harmonie est retrouvée dans A

A

A

A

l’aménagement des espaces communs (coeur d’îlot) jusque dans les espaces privés. Dans un intérêt environnemental, l’ensemble du traitement paysager est prévu de façon à limiter l’imperméabilisation des sols, permettre une gestion différenciée des espaces verts, limiter l’entretien et les FAçADE AA apports en eaux. Le choix des essences_ COUPE végétales s’est 1/200° porté vers des espèces locales et les matériaux prévus sont pérennes. _ COUPE FAçADE AA 1/200°

LE SITE | LE CONTEXTE

_ COUPE FAçADE AA 1/200°

■ LES AXES DU PROJET Le jardin collectif situé au nord de l’îlot est traité en relation directe avec le square des 400. Des axes de vues sont dégagés sur cet espace public existant et sont soulignés par la ligne brisée que forme l’allée du jardin. La végétation basse accompagnant la limite nord de l’îlot accentue cet effet de transparence et d’ouverture visuelle sur le square. Aménagé comme un véritable espace de vie et de rencontre entre les habitants, l’allée offre des espaces de dilatations propices à l’installation de quelques bancs, à l’ombre des arbres.

Les jardins privatifs, au nord, sont pensés dans la continuité du jardin collectif, les limites sont traitées par 1 un muret en gabion, noyées dans une végétation arbustive, plus ou moins paisse, offrant une intimité aux résidents. Au sud, les jardins privatifs sont mis à distance de l’avenue par une bande plantée arbustive, garantissant une certaine intimité tout en profitant du confort à l’ombre légère de ces plantations. 1 L’îlot est traversé par des cheminements nord/ sud, desservant les entrées et s’ouvrant sur l’allée du jardin collectif.

ZAC de la Duchère / Lyon 9° / Îlot 15A Equipe : Brémond / Atelier Régis Gachon Architectes Associés / Positherm 27/04/2012

ZAC de la Duchère / Lyon 9° / Îlot 15A Equipe : Brémond / Atelier Régis Gachon Architectes Associés / Positherm 27/04/2012

-49-


3- PARCS ET JARDINS


Aménager le parc du lycée

HORS-SCÈNE Lycée horticole - Lyon Dardilly [69] Travail d'étudiant #LEGTA

Plan masse ■ LE SITE | LE CONTEXTE Le parc arboré du lycée tend à vieillir avec un tracé datant des années 70. Composé en majorité par des conifères, l’espace manque de fonctionnalité, de composition paysagère pour mettre en valeur l’espace. Pour augmenter sa fréquentation, chaque élève à réaménagé ce parc à l’issue d’un travail d’analyse (notice paysagère - prescription d’aménagement) et de conception (esquisse - plan de composition annoté - plan de plantation et de matériaux).

■ LES AXES DU PROJET La visite du parc se raconte comme une pièce de théâtre... Au fil de l’eau, l’esprit s’enferme dans la pénombre d’un sous-bois luxuriant. A l’arrière du théâtre, le temps est à la découverte dans une ambiance méconnue. Le majestueux Séquoia se dévoile au détour d’une pile antique, l’appétit se fait ressentir à l’odeur des condiments. Le reflet du soleil sur le verre trempé illumine la végétation. L’élément fort du parc reste la pelouse centrale, modelée en un forum. Le lieu prend toute son importance les jours de représentation.

■ LES ENJEUX Fonctionnel, à l’image du lycée, j’ai travailler sur un projet à grande échelle pour rassembler les élèves, les professeurs et personnels du LEGTA. Chaque aménagement se lie à son environnement végétal ou au bâtiment à proximité pourproposer un usage et ainsi augmenter la fréquentation du parc.

-52-


Aquarelle

Pastel sèche

-53-

Feutre alcool


Infographie

PLAN DU JARDIN REMARQUABLE Pépinières et Roseraies Paul Croix - Bourg-Argental [42] Travail personnel

(6)

(5)

(8)

(4)

(1) Point de vente (2) Jardin Japonais (3) Petite Roseraie (4) Jardin de l’automne (5) Jardin Blanc (6) Grande Roseraie (7) Collection des 450 variétés de Rosiers anciens et botaniques (8) Bosquet de Vénus (9) Bosquet de la Vierge (10) Cultures (greffage et hybridation (11) Bosquet d’Hermès

(3) (2)

(1)

-54-


(7)

(11)

(10)

(9)

-55-


Conception et réalisation

TERRAIN DE PÉTANQUE Soulac-sur-mer [33] Travail personnel

-56-


N

-57-


Conception et rĂŠalisation

BAIGNADE NATURELLE Annonay [07] Travail personnel

-58-


-59-


Réalisations

PAVAGES ET DALLAGES nord ardèche [07] Travaux en entreprise

-60-


-61-


Réalisations

MURS EN PIERRE NATURELLE nord ardèche [07] Travaux en entreprise

-62-


Réalisations

BERGE EN GABIONS, PONTONS, BORDURES Loire [42] Travail personnel

-63-


Paysagiste concepteur d.p.l.g. Urbaniste grade Master Jardinier niveau BTS

JĂŠrĂŠmy PRAY

Profile for Pray Jérémy

Porfolio Paysagiste d.p.l.g. / Urbaniste - PRAY Jeremy  

Recueil de mes projets de paysage, urbanisme et jardin.

Porfolio Paysagiste d.p.l.g. / Urbaniste - PRAY Jeremy  

Recueil de mes projets de paysage, urbanisme et jardin.

Advertisement

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded