Page 1

Le magazine canadien pour les photographes professionnels

Édition spéciale

Salon de l’image +

Creuser plus profondément dans cet arc-en-ciel + La photographie équine ou équestre + PHOTOGRAPHES DE L’ANNEE


Issue 16 // été 2017 // Édition spéciale : Salon de l’image

TABLE DES MATIÈRES 7

CREUSER PLUS PROFONDÉMENT DANS CET ARC-EN-CIEL

Jay Terry nous parle de la psychologie derrière les couleurs et comment cela impacte vos images.

11

LA PHOTOGRAPHIE ÉQUINE OU ÉQUESTRE Avec de nombres années d’expérience, Josée Talbot partage son expertise de la photographie équine.

14

PRÉSENTATION DES MEILLEURS DE LEUR CATÉGORIE Découvrez les meilleurs de leur catégorie et soyez inspirés !

20

PHOTOGRAPHE DE L’ANNÉE : MARIAGE Un regard sur le photographe de mariage d’expérience, Claude Brazeau.

22

22

Greg Blue raconte comment il a créé sa soumission gagnante.

Le renommé Mark Laurie nous encourage à être audacieux !

PHOTOGRAPHE DE L’ANNÉE : COMMERCIAL

26

PHOTOGRAPHE DE L’ANNÉE : ARTS PHOTOGRAPHIQUES

Melissa Woodward partage son expérience et ses nouveaux objectifs.

PHOTOGRAPHE DE L’ANNÉE : PORTRAIT

30

Awards & Designations

DÉPARTEMENTS 4 Mot de la présidente des PPOC 32 Mon PPOC 33 Partenaires commerciaux 34 Du Concept à la Couverture

See the many members who’s hard work and dedication to their craft has paid off with some gold!

PHOTO DE COUVERTURE PAR Darlene fros, CPA PLUS D’INFORMATION SUR CETTE PHOTO EN PAGE 34

Été 2017 Gallerie

3


Message du président j’entendais tout le monde discuter de leurs images, leurs résultats, le jugement…J’étais surprise de voir l’intensité des émotions et je me disais « Voyons donc ! Détendez-vous un peu, c’est juste une compétition photographique. » Cela m’a pris 2 ans avant que je sois assez brave pour entrer mes propres images en compétition. Après l’avoir fait, j’ai compris pourquoi tout le monde était si intense et émotionnel. C’est un processus vraiment angoissant. Mais comme on dit parfois, on n’a rien sans rien. Passer à travers le processus, nous force à voir notre travail d’un œil critique.  Et ceci nous pousse à étudier, penser et changer notre approche la prochaine fois que nous sommes derrière la caméra.  Certains membres qui n’ont pas bien réussi ont mis la faute sur le processus de jugement et sont partis.  D’autres qui avaient une attitude complètement opposée, ont pris la critique, pleuré un peu, se sont secoués et ont participé de nouveau fois après fois pour finir par devenir des photographes émérites. Participer au Salon national de l’image n’est certes pas pour tout le monde. J’ai eu des succès et des échecs, allant de recevoir le titre de Photographe portraitiste de l’année MPPA en 2007 à avoir toutes mes images refusées à la compétition nationale l’année suivante. Ouille ! Après quelques larmes et m’être répété que j’étais nulle, je me suis relevée et j’ai continué d’essayer et de participer. J’avais commandé la critique

audio et après l’avoir écoutée je me suis dit « Eh oui, ils ont complètement raison. » J’ai continué de participer et j’ai remporté le titre de Photographe de mariage de l’année en 2013 avec les PPOC ! Ce fut un moment grandiose. Imaginez, si j’avais tout laissé tomber parce que les choses n’allaient pas en ma faveur une année ! Si vous voulez mon avis, continuez d’essayer. Laissez votre égo à la porte et participez avec un esprit ouvert, prêt à accepter le résultat quel qu’il soit et apprenez de votre expérience. Si vos images réussissent bien, célébrez et profitez de votre succès. Si vos images n’ont pas bien réussi, secouez-vous, sortez et pratiquez votre art encore et encore. En février dernier, c’était ma première fois en tant que juge au Salon national de l’image. J’ai vraiment apprécié mon expérience ! Le niveau de créativité et de compétence que j’ai vu cette année au salon a vraiment contribué à relever le niveau. Félicitations, non seulement aux photographes incroyables qui se sont mérité des prix, mais aussi à ceux qui n’ont rien remporté. Ça prend une tonne de courage de présenter notre travail. Bravo tout le monde ! J’espère que vous prendrez le temps de regarder et d’apprécier les images de notre Salon 2017 et que vous serez ainsi inspirés pour participer en 2018 ! En vous souhaitant la meilleure lumière qui soit et plein de succès !

L’association des ppoc est heureuse de vous présenter sa publication, Gallerie. avec des images primées, des articles de fond, des informations éditoriales, Des services aux membres et de la publicité, gallerie est le magazine par excellence pour les photographes professionnels à travers le Canada. Gallerie est publié trois fois par an ; Février ( numéro en ligne) Juin / Juillet (imprimé et en ligne ) Octobre ( numéro en ligne)

abonnement Tous les membres des PPOC reçoivent le magazine imprimé par la poste. une version numérique en ligne est disponible pour tous les photographes. Pour être ajouté à notre liste de diffusion, veuillez contacter le bureau des PPOC à info@ppoc.ca en indiquant votre province de résidence. Des exemplaires additionnels de gallerie sont disponibles au coût de 6,95 $, plus les frais de poste.

ÉDITEUR Bruce Allen Hendricks, MPA 204-227-9447 - editor@ppoc.ca

SoumiSSionS Les articles ainsi que les textes des membres sont les bienvenus. Veuillez les soumettre à l’éditeur pour examen.

publiCité L’achat d’un espace publicitaire vous assure une présence dans chacune des éditions du magazine pendant un an. page complète 975$ / année page complète intérieure (intérieur ou extérieur) 1125$ / année page complète quatrième de couverture 1375$ / année double page 1575$ / année demi-page 630$ / année Quart de page 400$ / année Les partenaires commerciaux des ppoc ont un escompte de 20%. pour réserver votre espace publicitaire contactez l’éditeur..

Louise Vessey MPA SPA F/PPOC Atl Présidente nationale des PPOC

Quand j’ai rejoint notre association en tant que membre observatrice, je me suis assise dans une salle sombre avec la foule, « observant » le jugement des images. J’entendais les photographes autour de moi qui avaient participé, respirer fort, chuchoter à leur voisin « la prochaine c’est la mienne » et grimaçant comme s’ils étaient en train de visionner une scène particulièrement terrifiante d’un film d’horreur lorsque c’était le tour de leur image 16x20 de se faire juger. La salle était silencieuse jusqu’à ce que le titre de l’image soit lu à haute voix. Les gens attendaient en retenant leur souffle jusqu’à ce que FINALEMENT le président du jury dise « L’image est … » comme si 10 minutes s’écoulaient… « Acceptée ! »  Puis, un soupir de soulagement suivait ! Pendant la pause, dans les couloirs à l’extérieur,

CONCEPTRICE Tamsin Lambert

4 GALLERIE

ppoc.ca

direCtriCe de publiCité brad Kelly, mpa courriel advertising@ppoc.ca


Été 2017

Gallerie

5


6 GALLERIE

ppoc.ca


Creuser plus profondement dans cet arc-en-ciel texte et photos par Jay Terry

D

e tous les outils dans la boîte à outils d’un photographe, peu sont aussi importants que les couleurs. Cela définit les objets, fournit un contexte, influence l’impact visuel et peut déclencher des souvenirs. La couleur est une composante clé dans le processus en noir et blanc, car la manipulation de la teinte et de l’ombre affecte directement la présence d’une seule tonalité dans une image en noir et blanc.. En tant qu’élément de composition, la façon dont les couleurs sont agencées peut affecter de manière significative la façon dont l’œil du spectateur se déplace dans le cadre. En tant qu’élément émotif, la couleur n’est seconde qu’après l’histoire du sujet. Parfois, elle peut même l’emporter sur l’histoire. Bien que la plupart des photographes connaissent, au moins dans une certaine mesure, les bases de l’harmonie des couleurs et du classement des couleurs, nous ne regardons pas toujours comment nous pouvons influencer l’impact émotionnel de notre imagerie avec l’utilisation très délibérée de

la couleur. Pour la plupart d’entre nous, il est plus subconscient que conscient, mais, une fois que vous commencez à penser à la façon dont les couleurs spécifiques peuvent guider la perception émotionnelle d’une image, l’ancienne roue de couleur prend une toute nouvelle signification. Lorsque vous considérez l’impact psychologique de vos choix de couleurs, gardez à l’esprit les éléments tels que les Teintes ou la chromaticité (pour l’amour de la simplicité, les couleurs primaires et secondaires), la valeur (la différence dans la portée de la teinte - une teinte allégée de blanc, à l’ombre une teinte sombre au noir), la saturation (la pureté et l’intensité d’une couleur) et, bien sûr, la signification culturelle. En passant, le noir et le blanc ne sont pas considéré comme des couleurs parce que la couleur est comprise comme une “lumière visible avec une longueur d’onde spécifique”. Comme le noir est l’absence de lumière et le blanc est la somme de toutes les couleurs possibles, il n’y a pas de longueur d’onde spécifique.

Été 2017

Gallerie

7


Généralement, les couleurs sont regroupées par leur température : le rouge est chaud, l’orange et le jaune sont des tonalités chaudes, le bleu et le vert sont froids et le brun et le pourpre sont plus neutres. Cependant, les différentes couleurs ont des significations différentes qui leur sont associées en fonction de nos réactions émotionnelles. Les différences dans la perception individuelle les rendent quelque peu subjectives, mais, en moyenne, le « monde occidental » perçoit les différentes couleurs comme signifiant ceci : Rouge : la couleur de l’énergie et est souvent associé au mouvement et à l’excitation. Comme une teinte, rose, elle est souvent perçue comme apaisante et douce. Orange : une autre couleur énergétique, elle est le plus souvent associée à l’amusement et à la chaleur. Jaune : souvent perçu comme joyeuse, c’est la couleur du rire et de la créativité. Un jaune intense peut provoquer une agression, mais le jaune doré est associé à l’optimisme. Brun : est associé à la terre, à la stabilité, au soutien et à la responsabilité. Il est généralement considéré comme une couleur sérieuse dénotant la famille et la sécurité. Pourpre : associé à la richesse et à la prospérité, le pourpre peut être perçu comme mystérieux et créatif. Vert : associé à la paix et à l’harmonie. Le vert foncé est souvent perçu comme masculin et conservateur, tandis que sa teinte, vert clair, est agréablement apaisante. Bleu : apaisant et reposant, la couleur la plus populaire. À l’ombre, le bleu foncé est perçu comme froid et indifférent. Cependant, considérez votre public et la culture dans laquelle il a été élevé, et vous comprendrez mieux comment le choix des couleurs peut avoir un impact important qui peut ou non s’aligner sur vos intentions créatives. En Égypte, le bleu est associé à la justice, à la vertu et à la foi, alors qu’il est la couleur du deuil en Corée du Sud. Le vert est associé à la stérilité en Scandinavie, mais il peut être considéré comme extérieur et masculin chez les canadiens. Si vous êtes originaire d’Argentine, le jaune signifie

8 GALLERIE

ppoc.ca

richesse, mais, en Espagne ou au Portugal, le jaune est associé à la trahison. À l’inverse, il existe des similitudes associées aux couleurs dans un large éventail de cultures européennes et nord-américaines. Pour l’essentiel, être « dans le rouge » est financièrement défavorable, l’aristocratie est toujours « bleue » et « l’éléphant rose » se trouve au fond d’une bouteille d’alcool. Les couleurs sont également généralement associées à des groupes ou des grappes, bien que les significations changent d’une culture à l’autre. L’or, l’orange et le jaune sont généralement regroupés, tout comme le bleu et le vert. Le rouge est seul dans la mesure où il est rarement regroupé avec d’autres couleurs. Le pourpre, d’autre part, peut voir son changement de groupe de couleurs en fonction de la culture : parfois il va avec les jaunes-oranges-dorés chaudes et dans d’autres il est regroupé avec les couleurs neutres telles que le brun. Une étude américaine menée dans les années 90 a montré que les asiatiques de l’est se différencient généralement des associations de couleurs, tandis que les groupes américains et latino-américains ne font que des distinctions de couleurs moyennes. Alors, comment cela est-il utile ? En ne laissant pas vos choix de couleurs à une simple circonstance, vous pouvez diriger le message émotionnel d’une image donnée pour améliorer l’histoire du sujet. Par exemple, lorsque j’ai créé « The Last To Go » - une histoire sur un homme seul à la fin de ses jours - j’ai choisi le brun pour être la couleur dominante avec des tons de jaune. Les couleurs ont introduit des sentiments de famille et de permanence, parallèlement à l’impression d’âge et de tristesse, afin d’améliorer les éléments visuels de perte, d’isolement et d’inévitabilité. Le processus de pensée exact opposé a été utilisé dans la fabrication de « Lor Madness ». La composition et la tenue sont en contraste avec ce qui est traditionnellement attendu dans un portrait d’une jeune femme en peau de porcelaine. Afin de soutenir davantage le conflit créé par ces éléments, la coloration a été choisie pour favoriser un plus grand manque d’harmonie - un vert grisâtre pour une touche de masculinité neutre. Comme c’est vrai

pour la nature, la bonne quantité de chaos peut créer un équilibre étonnamment efficace. Les informations que vous choisissez de présenter au spectateur dépendent entièrement de vous, mais votre choix de couleurs peut avoir le plus grand effet immédiat. Des études d’impact ont montré que les gens se font avis sur ce qu’il leur est présenté en quelques secondes, avec jusqu’à 90% de cette évaluation étant basée uniquement sur la couleur. Nous réagissons souvent de façon émotionnelle avant même de savoir exactement à quoi nous réagissons. Sans le bénéfice du toucher, de l’odeur, du son ou du goût, le poids accordé à notre perception émotionnelle de la couleur ne peut tout simplement pas être surévalué. En fin de compte, les éléments de l’histoire émotionnelle de votre photographie ne sont pas seulement influencés mais parfois initialement dictés par leurs couleurs. Ils sont visuellement et émotionnellement tangibles. Selon les mots du philosophe anglais Charles Dunbar Broad : « Quand je vois une couleur ou que j’entends un son, je suis conscient de quelque chose et non de rien ».

Jay Terry, MPA Jay un photographe de portrait et commercial de London, ON qui apporte plus de trois décennies d’expérience en illustration, peinture et graphisme dans sa photographie.


Été 2017

Gallerie

9


Inspire your clients. Sell more. Grow your business. Inspire your clients. Sell more. Grow your business.

Inspiration Guides by WHCC feature photographic products in real home settings. Inspire your clients to see their images in ways they never thought possible, while illustrating to them the value of investing in photographic art. They’re more than just catalogs; Inspiration Guides include free resources to help you sell products and an unbranded webpage for your clients to access. Available in four editions: Families, High School Seniors, Newborns & Babies, and Weddings & Engagements. Learn more at whcc.com/inspiration

Your Printing Partner in Success


La photographie

équine ou équestre texte et photos par josée talbot

Graphiste de profession, photographe à temps partiel, je suis originaire de la ville de Québec, dans un quartier de Limoilou. Passionnée de chevaux depuis ma plus tendre enfance, je les dessinais partout ! J’ai même gagné plusieurs concours de dessin ! Sur les bancs d’école, je rêvais de grands espaces, de crinières au vent, de naseaux ouverts, de folles galopades, du son des sabots, bref, les chevaux habitaient mon imaginaire ! La photographie argentique fut pour moi une découverte alors que j’étudiais en design au Cégep de Sainte-Foy dans les années 80. En 2008, j’ai décidé de m’y mettre sérieusement, mais en numérique cette fois. Avant de débuter, je dois expliquer la différence entre photographie équine et photographie équestre… La photographie équine se concentre sur l’animal, dans un environnement naturel ou pas, libre ou avec un harnachement (licou ou bride). Il n’y a normalement pas d’humains dans ce type de photo. La photographie équestre concerne les différentes disciplines, que ce soit le chasseur/sauteur (hunter/jumper), le dressage, le concours complet, le reining, la plaisance, le gymkhana, l’attelage, etc. Elle illustre la complicité entre le cheval et son cavalier ou son meneur. Tout naturellement, j’ai été attirée par la photographie équestre et comme j’ai moi-même participé à des concours hippiques dans les chasseurs/sauteurs avec mon cheval pendant 8 saisons, c’est vers ceux-ci que je me suis tournée. Connaissant bien ce sport, j’arrive à rendre des clichés qui mettent en valeur les cavaliers et leurs chevaux. Bien sûr, je connais beaucoup de gens dans ce domaine et cela me permet de mieux faire connaitre mon travail lors de mes débuts. On a tendance à penser que c’est facile de photographier des chevaux sur des parcours d’obstacles, cependant, il y a un moment où la photo doit être prise, soit lorsque le cheval est au-dessus de l’obstacle, les genoux au plus haut

et égaux, autant que possible. Certains diront de travailler en rafale, cependant, on arrive rarement à saisir le bon moment de cette façon. Je prends rarement plus de 2 photos par obstacle, plus souvent une seule. Mais, parce qu’il y a un mais… les chevaux n’ont pas tous la même technique. Certains ont les genoux égaux une fraction de seconde, d’autres passent plus de temps au-dessus des obstacles, tandis que d’autres se contorsionnent. Il faut donc apprendre à les connaître afin de bien les photographier. Il faut observer beaucoup. L’autre défi technique est de photographier de jeunes enfants sur leurs poneys sur des obstacles tellement petits que leurs montures sautent à peine… pourtant, une belle photo d’enfant dans un concours hippiques est très « vendeuse » car les parents, grands-parents, etc. veulent des souvenirs ! Parce que les chevaux s’effraient facilement, il faut aussi avoir une bonne éthique sur les terrains… Éviter de courir derrière eux, de se positionner d’une façon qui pourra les surprendre et leur faire faire des écarts, ce qui pourrait être dangereux pour le cavalier. Il ne faut pas hésiter à poser des questions aux organisateurs afin d’avoir une permission spéciale pour mieux se positionner et ainsi obtenir de meilleurs clichés. Aussi, comme la plupart des concours hippiques ont plusieurs parcours (le plus souvent 2), il faut être à l’écoute et s’assurer qu’on ne manquera pas un client qui nous avait demandé de le photographier. Il est bien de travailler à deux, mais il faut choisir une personne qui a un style semblable au nôtre. À l’obstacle, les chevaux doivent idéalement être pris 3/4 de face ou de côté. Certaines prises de vue de face peuvent être intéressantes sur de plus gros obstacles, lire ici 1,30 mètre et plus. Autre chose, les parcours ne sont pas montés en fonction du photographe. Il est parfois très difficile d’avoir un bel arrière-plan, d’avoir une belle lumière ou de Été 2017

Gallerie

11


ne pas avoir d’autres éléments entre nous et le sujet. Il faut donc étudier le parcours et choisir 2 à 3 obstacles qui permettent d’avoir les conditions optimales. (Voir les photos ci-jointes) L’autre défi est de photographier les chevaux au pas, au trot et au galop, mais dans la bonne séquence. C’est très différent de photographier un cheval qui est monté en dressage plutôt qu’en chasseur/sauteur. Il faut donc s’informer de ce qui est recherché dans les différentes disciplines. Les prises de vue en liberté sont aussi différentes car le cheval a alors la possibilité de s’exprimer librement, de s’éclater aussi ! Normalement, je travaille rarement en mode rafale, préférant choisir le bon moment, mais pour les chevaux en liberté, il en va autrement ! La vitesse d’obturation ne doit pas être plus lente que 1/800 s. pour les chevaux en mouvement ou à l’obstacle, sinon, on risque d’avoir un flou. La vitesse idéale est 1/1250 sec. Généralement, je travaille avec une ouverture assez grande, soit entre f/4 et f/5,6, parfois f/6,3. Pour un cheval à l’arrêt (photo de conformation par exemple), la vitesse d’obturation peut être plus lente. Quant au ISO, j’essaie qu’il soit le plus bas possible selon l’éclairage. Je n’aime pas qu’il y ait trop de grain dans mes photos. On voit souvent aussi, des photos prises avec une focale trop petite ce qui donne un effet de distorsion au cheval et lui donne une allure grotesque. L’idéal en photographie équine est d’utiliser un 70-200. Il faut bien choisir l’angle et surtout, se mettre au niveau du cheval. Comme je suis petite, il n’est pas rare que je m’installe sur un banc afin de photographier mes sujets. L’autre défi est d’obtenir de la part du cheval qu’il ait ses oreilles pointées vers l’avant. Il sera alors nécessaire d’avoir de l’aide d’une autre personne. Les trucs qui fonctionnent bien sont les parapluies, les applications iPhone avec des sons de hennissements, des assiettes d’aluminium ou un petit miroir, ou simplement,

12 GALLERIE

ppoc.ca


le craquement d’une carotte ! Il faut aussi grader en tête que le cheval peut avoir des réactions imprévisibles. Il sera donc impératif d’avoir une ou deux personnes qui restent près de nous lorsque nous photographions des chevaux en liberté. Après 6 ans à photographier des concours hippiques, j’ai décidé de faire autre chose. Passer de longues journées debout à trimballer mon équipement devenait trop difficile physiquement mais aussi, les ventes ont diminué de façon drastique les deux dernières années. Bien que j’aie tenté les séances de portrait cavalier-cheval, ce n’est pas ce qui me passionne. J’ai donc commencé à m’amuser avec certaines photos prises dans les concours hippiques, à changer les arrière-plans, à ajouter des textures, redessiner certains éléments à la tablette graphique, etc. Sur les 10 premières œuvres que j’ai réalisées, 8 ont été vendues aussitôt qu’elles ont été publiées sur ma page Facebook. J’ai donc décidé d’en faire une spécialité. Je produirai des images originales et personnalisées très différentes de ce qui se fait en photographie équine. Ultimement, je veux produire des images décoratives que n’importe quel passionné des chevaux voudra acheter afin de décorer sa maison ou son bureau.

Josee Talbot

Studio samples are available at up to 50% off. Call for details.

Beau Photo is the Canadian distributor for Renaissance Albums, high quality albums, handmade in New York.

Equipment / Rentals / Accessories Film / Darkroom Supplies / Advice Beau Photo Supplies

We ship anywhere in Canada. Nous livrons partout au Canada.

1520 W. 6th Ave. Vancouver, B.C. 604.734.7771

1.800.994.2328

www.beauphoto.com

Beau Photo

@beauphotostore

beau1520

Été 2017

Beau Photo Store

Gallerie

13


Salon National de L’image photographes professionnels du Canada PRIX PAR CATÉGORIE

ILLUSTRATION CONCEPTUELLE: WHEN GOOD KITTIES GO BAD-BRAD KELLY, MPA sponsorisé par BEAU PHOTO SUPPLIES

Architecture: Dreamhome-TANYA SEDORE, CPA Sponsorisé par Harvard Western Insurance & Northbridge Insurance

14 GALLERIE

ppoc.ca

PRESSE : COOKING HEROIN WASHINGTON HOTEL-Gabor Gasztonyi, MPA Sponsorisé par NIKON CANADA INC.


PRIX PAR CATÉGORIE

ILLUSTRATION DE PRODUITS: BUFFALO TRACE, GREG BLUE. Sponsorisé par PhotoCoach International Inc.

ANIMAUX: TOO MUCH FOR THE DOG PARK?-Terri Feltham Sponsorisé par PPOC

PORTRAIT MARIAGE : GRACE IN LACE,Krista Crellin MPA sponsorisé par PPOC

EXPERIMENTALE/DIVERS: OVERWHELMED, DARLENE FROS, CPA sponsorisé par Harvard Western & Northbridge Insurance

NUS ARTISTIQUES: RED HEAD, MARK LAURIE, F/PPOC Sponsorisé par AGT Photomount MPA SPA

MODE: EYE CANDY,Gina Yesnik MPA sponsorisé par PPOC

EDITORIAL: WHAT THE HELL, Jean François Perreault CPA sponsorisé par Fujifilm Canada Inc.

MARIAGE STYLE JOURNALISTIQUE: MAGICAL KISS, CLAUDE BRAZEAU, MPA sponsorisé par Nikon Canada Inc.

Été 2017

Gallerie

15


J E RE M Y KOR E SKI , A DV E NT UR E P H O T O G R A P H ER

with Canon EF 70-200mm f/4L IS USM

Watch the film at Canon.ca/L Canon is a registered trademark of Canon Inc. © 2017 Canon Canada Inc .


PRIX PAR CATÉGORIE

INDUSTRIELLE: Laying Power Cable-Berni Wood MPA sponsorisé par Vistek

portrait: poised grace-Claude Brazeau, mpa sponsorisé par whcc

GROUPE DE MARIAGE: Giddy Up! -Gina Yesnik MPA sponsorisé par ppoc

PORTRAIT GROUPE: Un Amore, La Famiglia-Robert Coates MPA sponsorisé par PPOC

FLORAL ET PAYSAGE : Evening Paddle -Tracy Munson

BEAUX-ARTS: The Left Turn-Josée Talbot

sponsorisé par ppoc

sponsorisé par PPOC

Été 2017

Gallerie

17


PRIX PAR CATÉGORIE

ALBUM DE MARIAGE DE L’ANNÉE : Brianne and Andrew -Lorelei Hoffarth sponsorisé par ppoc

PORTRAIT ENFANT: Unbreakable -Allan Bailey MPA sponsorisé par ppoc

Feature Album: A Glimpse of India-J. Wayne Kaulbach MPA sponsorisé par album epoca canada

PRIX DE maître des arts photographiques

midway mary-claude brazeau, mpa sponsorisé par NIKON CANADA INC.

18 GALLERIE

ppoc.ca


COMPETITION DES ÉTUDIANTS

Canada’s full service School Portrait Lab - since 1959 Yes, we can offer you ...

A full range of Package printing options & pricing FLOW™, Opticon™, & green screen workflow support School Yearbook & Planner printing Customized Portrait Day Order Forms ... and so much more!

Portrait & Image Exceptionnelle: statuesque -Ashley Ciona Sheridan college

www.adanacproimaging.com info@adanacproimaging.com Call us today! 888.323.2622

PHOTOED MAGAZINE PROMOTING INSPIRATION AND EDUCATION IN CANADIAN PHOTOGRAPHY Commerciale : a different kind of hero-jacinta borrelli northern alberta institute of technology

GET THE LATEST ISSUE ON NEWSSTANDS OR SUBSCRIBE ONLINE

WWW.PHOTOED.CA General: abstract illusion-kaitlyn hoover northern alberta institute of technology

Été 2017

Gallerie

19


LE PHOTOGRAPHE DE MARIAGE DE L’ANNÉE

CLAUDE BRAZEAU, MPA

CLAUDE BRAZEAU,MPA

par Sébastien Lavallée, MPA En neuf ans en tant que membre des PPOC, Claude n’a jamais raté une seule compétition nationale (sauf lorsqu’il a été juge) : « C’est la seule occasion pour avoir l’heure juste. Tu n’auras pas ça avec Facebook. » S’il a reçu plusieurs prix et reconnaissances, c’est toutefois la première fois qu’il remporte un prix de photographe de l’année au niveau national.

C’est à l’âge de 6 ans que Claude a reçu son premier appareil photo, un Canonet de Canon. « C’est la première fois que je pouvais cadrer mon monde » , ce plaisir le suivra jusqu’au secondaire où il a pris ses premiers cours de photo. Photographe amateur aguerri, et ébéniste par tradition familiale, il a transformé sa carrière en faisant de son hobby son métier : « Il n’est jamais trop tard pour changer de vocation

20 GALLERIE

ppoc.ca

: même s’il te reste juste deux ans à vivre, il te reste encore ces deux années ! » Claude a choisi la photographie de mariage par coup de coeur. C’est, selon lui, un des seuls endroits où le photographe a le plein contrôle créatif, où il a carte-blanche sur le produit final. La diversité de ces événements, puisqu’on y passe de la nature morte au portrait en passant par le paysage et la photographie d’architecture dans une seule et même journée, l’attire aussi beaucoup. C’est « un gros défi avec lequel je suis tombé en amour », dit-il. Après plusieurs centaines de mariages, le plaisir est toujours au rendez-vous puisqu’il n’y a jamais deux mariages identiques. Des conseils pour bien réussir en compétition ? Claude suggère de garder le tout le plus simple pos-

sible, de ne pas en faire trop. Si les juges n’ont rien à reprocher à une photographie, celle-ci peut obtenir n’importe quel résultat et ce n’est pas toujours une « Excellence » qui remporte les honneurs. C’est en participant aux compétitions et en jugeant qu’on apprend ce qui fonctionne le mieux. Le prix de photographe de mariage de l’année, pour lui, est tout d’abord une superbe marque de reconnaissance de ses pairs. De plus, c’est aussi une excellente carte de visite pour son entreprise : depuis qu’il a annoncé ses succès, il reçoit au moins une demande par jour de clients potentiels!


The Best Wedding Party CLAUDE BRAZEAU, MPA

Doorway to love CLAUDE BRAZEAU, MPA

Magical Kiss CLAUDE BRAZEAU, MPA

Poised Grace CLAUDE BRAZEAU, MPA

L’artiste photographique de l’année est commandité par panasonic Été 2017

Gallerie

21


Photographe COMMERCIAL de l’année

GREG BLUE

GREG BLUE

par Dave McCammon, cpa Nouveau membre des PPOC, Greg Blue, est un ancien président de CAPIC. Greg continue d’évoluer en tant que photographe même après 30 ans dans le métier. Il a photographié dans le monde de la mode et à migré vers la photographie de produits et continue de travailler avec de grandes agences de publicité. Récemment, suite à une demande de la part de sa famille, il a pris des portraits de sa mère souffrante, ravivant en lui une passion pour la photographie de portrait. La nature collaborative du travail d’agence l’a forcé à ralentir son processus. Avec des portraits, pour mieux comprendre son sujet, il confère avec ses clients, y compris leur famille et leurs amis par courrier électronique. Il mettra souvent en pause une session pour regarder et réfléchir sur les images avec son sujet avant d’aller de l’avant. Greg a déjà vu une séance de portrait se prolonger sur 2 à 3 séances. « Avec le portrait, j’ai tendance à re-

22 GALLERIE

ppoc.ca

garder beaucoup plus vers l’intérieur. Chaque fois que j’éclaire un sujet, mon premier but est toujours d’utiliser la physique de la lumière comme mon principal modificateur. Si la physique de la lumière ne fonctionne pas, je me permettrai d’utiliser d’autres modificateurs. Si je ne peux pas l’obtenir comme ça, en dernier recours, je compte sur Photoshop pour manipuler ma lumière. » Il utilise une variété de processus en fonction des résultats souhaités, y compris le numérique, le film 4x5, le collodion humide 8x10 ainsi que le polaroïd de grand format. C’était la première fois que Greg soumettait un travail pour la compétition de l’image des PPOC. Devenir Photographe de l’année a été un défi dû à la variété des images requises pour la compétition. À l’origine, l’image intitulée Layana a été créée pour une tâche éditoriale. Le directeur artistique avait adoré le sol avec le tapis et la chaise, mais n’avait pas aimé le fond. Le mur de ciment a donc été photographié à

un autre endroit, de façon à répondre aux besoins du directeur artistique. L’image de la voiture et « Buffalo Trace  » sont toutes deux des composites complexes typiques du travail de produits qu’il fait et Photoshop joue un rôle important. « Les deux sessions ont été d’une durée d’environ 12 heures dans le studio pour les photographier et environ 3 à 4 jours assez solides de travaux de postproduction pour faire l’assemblage final. » « The Hearth of New York était une image inespérée pour moi... aussi spontané que possible. » Greg aime visiter New York et est un grand admirateur de l’architecture là-bas. Greg est accrédité en Publicité, Portrait de studio, Illustration de produit, Beaux-art/photo décor et la Manipulation d’image. En ce qui concerne son travail, nous reconnaissons immédiatement un photographe célébrant la nature de la lumière tout avec une enquête approfondie de celle-ci visant à créer une image. Bravo Greg!


LANAYA, EMERGING FASHION PHOTOGRAPHER GREG BLUE

THE HEART OF NEW YORK GREG BLUE BUFFALO TRACE GREG BLUE

COBRA GREG BLUE L’artiste photographique de l’année est commandité par Nikon Canada inc.

Été 2017

Gallerie

23


FE 24-70mm F2.8 GM (SEL2470GM),

24 GALLERIE

7R II, 1.6 sec., F8, ISO 200

ppoc.ca Š 2016 Sony Electronics Inc. Sony and the Sony logo are trademarks of Sony Corporation. All rights reserved. Reproduction in whole or in part without written permission is prohibited. All other trademarks are trademarks of their respective owners.


Realize the potential of every shot. SONY

7R II AND G MASTER LENSES

Put the revolution in resolution, sensitivity and refinement in the palm of your hand with the world’s first 42.4MP full-frame, back-illuminated 7R II. Bring groundbreaking resolution and stunning bokeh together like never before with our new G Master series lenses. The result is a new level of truth and artistry in every image. It’s reality realized.

Été 2017

Gallerie 25 sony.ca


Photographe artistique de l’année

Melissa Woodward, CPA

Melissa Woodward, CPA

Par Alph Leydon Melissa Woodward a toujours su qu’elle voulait devenir une artiste. Elle excellait en arts à l’école secondaire et a toujours eu un appareil photo autour de son cou pour documenter constamment le monde autour d’elle. Après l’école secondaire, elle a obtenu un diplôme en Arts libéraux, un diplôme en Psychologie et un diplôme en Graphisme. Dans ses études d’histoire de l’art, Melissa est devenu obnubilée par les travaux de Salvador Dali et Escher. Elle s’inspire aussi de la musique et elle trouve les titres de ses images dans les mots de ses chansons favorites. Pearl Jam est incontournable lorsqu’elle explore des titres pour son art. Melissa a rejoint les PPOC en 2012 et dit qu’elle apprécie les relations et interactions qu’elle a avec

26 GALLERIE

ppoc.ca

des personnes partageant la même vision. Le défi de l’accréditation, de la compétition et la structure des dates limites maintiennent son cap à travers l’année. Elle attribue beaucoup de ses connaissances et apprentissages, particulièrement en portraiture, aux personnes rencontrées aux PPOC. Ayant reçu son titre de CPA en 2017, son prochain objectif est le titre de MPA, pour lequel elle est bien avancée. Et maintenant qu’elle a remporté le prix d’Artiste photographique de l’année une fois, elle a en tête de réessayer. Ce qu’elle apprécie le plus dans la compétition c’est défier les juges, à la fois avec les images elles-mêmes et leur titre. Elle espère pousser les juges en dehors de leur zone de confort et les faire débattre pour et contre ses images. « Ayant appris tous les élé-

ments et les règles d’un bon design, j’ai pu ainsi les transgresser et aller au cœur de ma créativité » dit-elle. Des quatre images qu’elle a soumises au salon national, sa préférée est « Dancing Arrow Heads ». C’est l’image la plus abstraite et elle a un attrait similaire à Jackson Pollock tout en jouant sur les Nymphéas de Monet. C’est l’image qui « lui parle » le plus et a un sens de mouvement en elle. Son conseil pour les nouveaux arrivants des PPOC et pour ceux qui sont membres observateurs depuis un moment mais qui ne sont pas encore accrédités : « Sautez à pieds joints. Ne vous laissez pas décourager. Vous obtenez ce que vous y mettez ». Le travail de Melissa peut être vu sur : lemonbeestudio.com et melissawoodward.com


FADE AWAY MELISSA WOODWARD, CPA

la grenouille MELISSA WOODWARD, CPA

L’artiste photographique de l’année est commandité par Epson Canada.

HYPNOT-EYE-ZE MELISSA WOODWARD, CPA

DANCING ARROWHEADS MELISSA WOODWARD, CPA Été 2017 Gallerie 27


LE PHOTOGRAPHE PORTRAITISTE DE L’ANNEE

MARK LAURIE, F/PPOC MPA SPA

MARK LAURIE,F/PPOC MPA SPA

Par CHELSEA JONES Une carrière extraordinaire depuis plus de trois décennies rend le nom Mark Laurie un symbole emblématique dans la photographie canadienne et internationale. Ses œuvres uniques ont été exposées au centre Epcot, à travers l’Europe et sur le vaisseau spatial Voyager 3. Ses nombreuses contributions aux PPOC incluent entre autres, le bénévolat, le mentorat, juge d’images, présentateur et participant aux compétitions. Il a aussi été d’une grande aide à l’organisation au niveau régional, provincial et national. Cette année, Mark a remporté son premier trophée de Photographe de l’année des PPOC, il a été nommé « Meilleur de sa catégorie » dans la catégorie « Nu artistique » et « Choix du juge ». Il a aussi mérité une place très convoitée dans la Collection permanente des PPOC – tout ceci en plus d’une imposante collection de prix décernés lors des Salons nationaux de l’image, tout au long de sa carrière. Le prix de «  Photographe de l’année  » est très significatif pour Mark. Non seulement parce que c’est ici, sur notre propre territoire, mais il apporte aussi crédibilité, visibilité, stature et reconnaissance pour le photographe. Il est reconnu par les clients et les intervenants de l’industrie que cette compétition sous-entend que le photographe s’est classé comme «  le meilleur  » et choisi par des juges qualifiés, de haut calibre, dans un milieu strictement réglementé, avec la seule intention de promouvoir et

28 GALLERIE

ppoc.ca

reconnaître les meilleurs images au Canada. L’expérience personnelle de Mark est que les prix et accréditations avec les PPOC l’ont amené à être reconnu internationalement et ceci a eu un impact positif sur ses résultats financiers et son image de marque. Le prix du photographe de l’année est aussi spécial pour Mark parce que toutes les images qu’il a soumises au Salon de l’image proviennent de sessions avec ses clients. C’est un élément important car les séances de photographies ne sont pas effectuées dans l’optique de les soumettre en compétition. Être reconnu pour l’art qu’il produit lui confirme qu’il produit des services photographiques de haut niveau à Spirit Photography. L’effet que les prix et reconnaissances des PPOC projette, génère l’enthousiasme et la loyauté des clients. Même si ses compétences touchent plusieurs genres de photographie, son principal intérêt demeure la photographie de nu et les nus artistiques. Les images reflètent la confiance et la fierté de ses clients et c’est la partie de son travail qui le valorise le plus. Il désire créer une expérience photographique inoubliable qui se veut de produire des images uniques que les clients chériront toute leur vie. La pièce « Surrealist Vision » est un bon exemple de tout le travail requis pour accomplir un chef-d’œuvre, cette session a nécessité 4 mannequins, 4 peintres de corps, une équipe vidéo et un assistant, tout ceci, dans un petit studio pendant

13 heures, et sans compter le temps pour le nettoyage. Malgré ses réalisations, Mark reste ambitieux, créatif et motivé à se dépasser dans son art et par ricochet, en fait bénéficier son entreprise. Ses buts futurs incluent d’atteindre un nombre de 40 accréditations et 15 barres en tant que membre des PPOC. Il travaille présentement sur une série Youtube sur la peinture de corps intitulée « Living Art  », laquelle sera publiée à la fin de l’été 2017. Il continue d’enseigner à ses collègues photographes à travers des ateliers au niveau international, à des conférences publiques, être membre d’un jury et aux opportunités de faire du mentorat. Mark demeure un membre impliqué et défenseur des PPOC. L’organisation est importante pour lui et pour plusieurs raisons, entre autres, le code de déontologie et les questions qui portent sur les droits d’auteur. Selon lui, «  …nous devrons défendre nos droits et intérêts (au niveau politique) dans l’avenir. Nous devons influencer, et être parmi cette bataille. » Mark est généreux de son expertise et conseils pour les nouveaux membres de PPOC. Il pense ardemment que les membres devraient s’impliquer et faire du bénévolat autant que possible parce que « … c’est à ce moment que tu apprends et deviens vraiment immergé dans la photographie. Rester à côté est intéressant, mais pas aussi intéressant que d’être impliqué. Prenez des risques. Soyez audacieux ».


SURREALIST VISION MARK LAURIE,F/PPOC MPA SPA

REDHEAD MARK LAURIE, MPA F/PPOC MPA SPA

WORK OF ART MARK LAURIE, F/PPOC MPA SPA Le photographe portraitiste est commandité par Technicare Imaging Ltd..

Été 2017

Gallerie

29


Prix prestigieux de l’association Citation nationale Jillian Chateauneuf, MPA SPA

Les Photographes professionnels du Canada (PPOC) sont un groupe d’artistes créatifs variés qui est dévoué aux plus hauts standards dans le domaine de l’imagerie professionnelle. Les photographes de tous les genres sont les bienvenues pour se joindre aux PPOC. Rencontrez de nouveaux amis et mentors et profitez de la richesse de l’expérience et de la connaissance. PPOC offre aux photographes un moyen de s’élever au statut de professionnel. Les possibilités d’éducation, de réseautage, de bénéfices directs aux membres et la possibilité de gagner des prix et des titres vous aideront à atteindre votre potentiel de croissance et à l’amélioration de votre situation économique. Une fois devenu un membre accrédité, votre expertise personnelle et vos images sont promues sur notre site Internet afin que les clients et les autres photographes ayant besoin de références sachent à qui s’adresser. Contactez Nous Bureau : (519) 537-2555 Sans frais : (888) 643-PPOC (7762) Fax : (888) 831-4036 Courriel : info@ppoc.ca www.ppoc.ca Adresse postale: Bureau des PPOC 209 Light Street Woodstock ON Canada N4S 6H6

30 GALLERIE

ppoc.ca

La Citation nationale pour service exprime sa sincère gratitude pour les services donnés généreusement à l’association et à la profession. Ce prix peut être remis à une entreprise ou un individu qui, pendant un certain nombre d’années, a rendu des services exceptionnels aux PPOC pour la promotion de la photographie professionnelle. Les noms des candidats sont soumis au comité responsable des prix, accompagné d’un document qui élabore les services rendus. Une seule Citation nationale pour service peut être accordée à toute entreprise ou à un particulier.

Le prix Yousuf Karsh Don MacGregor, HLM MPA SPA Le prix Yousuf Karsh pour l’ensemble de ses réalisations reconnaît l’excellence photographique parmi les membres des PPOC. Le prix a été créé par les Photographes professionnels du Canada en 2002 et décerné pour la première fois en 2003 pour commémorer l’héritage du photographe canadien feu Yousuf Karsh. Le Prix Karsh Yousuf est décerné chaque année au membre ayant accumulé le plus grand nombre de points mérites image au-delà de 4000. Les membres des PPOC peuvent accumuler des points mérites image en démontrant une compétence photographique exceptionnelle lors du Salon national de l’image et par les accréditations. Le prix Yousuf Karsh pour l’ensemble de ses réalisations est une des plus grandes distinctions qu’un membre des PPOC peut recevoir et reconnaît le talent photographique exceptionnel du récipiendaire. Le prix est décerné une seule fois au cours de la carrière du photographe.


PPOC TITRES Ces honneurs sont acquis en accumulant des points mérites par la participation à la compétition nationale, en travaillant pour l’association ou une division régionale, en participants à des activités éducationnelles et en faisant la promotion de la photographie professionnelle.

CPA Artisan des arts photographiques

MPA avec BARRES

DEBOUT G-D : Susan Dykstra, Lois Nuttall, Chris Thombs, Jean-Francois Perreault, Iris Jackson, Kamini LeCapelain, Kim Berlie, Susie O’Connor ASSIS G-D : jamie Bard-Dube, Darlene Fros, Melissa Woodward, Charmaine Toews, Elisha Guest

Kirk Saint, Paul Wright, George Fraser, BRIAN LEE, MARK LAURIE, ESTHER CAmPEAU, Phanh TRAN,

Jamie Bard Dube.............................................................................................................ATL Kim Berlie.............................................................................................................................AB Renee Charboneau...........................................................................................................BC Cindy Duclos.....................................................................................................................ATL Susan Dykstra .................................................................................................................. ON Darlene Fros....................................................................................................................... ON Elisha Guest .......................................................................................................................SK Iris Jackson ........................................................................................................................AB Cyndie Knorr.......................................................................................................................SK Kamini LeCapelain........................................................................................................... ON Lois Nuttall......................................................................................................................... ON Susie O’Connor..................................................................................................................AB Jean-François Perreault............................................................................................... QC Gina Pflegervu PPOC ......................................................................................................SK Shauna Smith.....................................................................................................................AB Chris Thombs......................................................................................................................AB Charmaine Toews............................................................................................................MB Melissa Welsh ...................................................................................................................BC Melissa Woodward.......................................................................................................... ON

MPA Maître des arts photographiques

JAY TERRY, TINA WELTZ, PETER GOLD, Claude Brazeau, tina weltz, JOSEPH SIMONE, LOUISE SIMONE

Margaret Abraham PREMIÈRE BARRE........................................................................................... AB Allan Bailey PREMIÈRE BARRE ......................................................................................................... AB George Fraser PREMIÈRE BARRE..................................................................................................... AB Serge Roy PREMIÈRE BARRE..............................................................................................................QC Debbie Malm PREMIÈRE BARRE ....................................................................................................... BC Kim Morritt PREMIÈRE BARRE........................................................................................................... AB Kelsey Qualman PREMIÈRE BARRE................................................................................................. SK T. Kirk Saint PREMIÈRE BARRE.........................................................................................................ATL Paul Wright PREMIÈRE BARRE.......................................................................................................... BC Wendy Gonneau, SPA DEUXIÈME BARRE....................................................................................ON Stéphane Larivière DEUXIÈME BARRE.........................................................................................QC Jill Shantz DEUXIÈME BARRE........................................................................................................... AB Inge Skliros DEUXIÈME BARRE........................................................................................................ MB Jay Terry DEUXIÈME BARRE...............................................................................................................ON Claude Brazeau,MPA TROISIÈME BARRE......................................................................................ON Peter Gold, SPA TROISIÈME BARRE................................................................................................. AB Tracey Harper, SPA TROISIÈME BARRE.......................................................................................... BC Jay Terry TROISIÈME BARRE..............................................................................................................ON Tina Weltz, SPA TROISIÈME BARRE.................................................................................................ON Esther Campeau QUATRIÈME BARRE.............................................................................................QC Phanh Tram SPA CINQUIÈME BARRE.............................................................................................. AB Bruce Hendricks SIXIÈME BARRE........................................................................................... BC/MB Joseph Simone HLM SIXIÈME BARRE............................................................................................QC Marc Bailey SEPTIÈME BARRE...........................................................................................................QC Brian Lee, HLM, SPA HUITIÈME BARRE..........................................................................................ON Mark Laurie, F/PPOC, SPA 11th BARRE........................................................................................ AB Don MacGregor, HLM, SPA 15th BARRE....................................................................................... BC

SPA Services des arts photographiques

DEBOUT G-D : Maggie Habieda, John Wills, Vanessa Dewson ASSIS G-D : Sébastien Lavallée, Nathalie Lamy

Vanessa Dewson.............................................................................................................. ON Maggie Habieda................................................................................................................ ON David James......................................................................................................................ATL Nathalie Lamy .................................................................................................................. ON Sébastien Lavallée.......................................................................................................... ON Aura McKay.........................................................................................................................BC Jodi Proctor.........................................................................................................................SK John Wills............................................................................................................................ ON

From Left: Wendy Gonneau, Tina Weltz, Carina Gartner Lamarche, Rima Dickson Tracey Harper MPA...........................................................................................................BC Rima Dickson, MPA..........................................................................................................BC Wendy Gonneau, MPA................................................................................................... ON Carina Gartner Lamarche, MPA..................................................................................SK Tina Weltz, MPA................................................................................................................ ON Nelson Simard, HLM, MPA, PREMIÈRE BARRE..................................................... ON Été 2017

Gallerie

31


Mon ppoc

Un membre des PPOC partage son Histoire

By Kim Morritt, mpa

Lorsque j’ai rejoint les PPOC il y a dix ans, ma seule raison était de remporter le titre de Maître juste pour pouvoir dire que j’étais une Maître photographe. J’ai soumis mes premières accréditations et quand j’ai reçu le courrier disant que j’avais raté l’accréditation de portrait de famille pour la quatrième fois, cela m’a rendu folle ! Je me considérais comme une photographe de portraits de famille  ! J’avais été diplômée au sommet de ma classe à l’école de photographie, j’avais photographié des campagnes nationales, je m’y connaissais. Pourquoi estce que j’échouais ? En colère, j’ai appelé Nelson Simard and je lui demandé pourquoi j’avais été refusée. Nelson, de sa façon directe, m’a dit que tout ce que je faisais était faux. Les sessions suivantes, j’ai effectué des corrections, et comme par hasard, mon accréditation a été acceptée. Ce fut une révélation pour moi. Nelson n’avait pas seulement rectifié mes portraits de famille, il avait changé mon attitude à propos des PPOC. Ce n’était pas une organisation qui m’offrirait le titre de maître ou les prix de compétition que je pensais mériter. Les PPOC devinrent une opportunité d’apprentissage, de repousser les limites que je m’étais créées et de continuer à apprendre. Je suis sortie de ma zone de confort et j’ai été bénévole au niveau provincial puis national. J’ai «  rencontré  » des photographes que je pouvais considérer comme des mentors. Si je rencontrais une session difficile, comme devoir photographier «  borsht  », je savais qui appeler pour recevoir de l’aide. Quand le salon de l’image arrive, je sais à qui envoyer mes images pour un retour honnête qui n’a pas pour but de me faire sentir mieux mais qui m’aide à être une meilleur photographe. J’utilise la compagnie d’assurance partenaire des PPOC, j’apprécie soumettre au salon de l’image et aux accréditations, et je suis fière de dire que je suis maintenant une maître photographe, mais ce qui rend les PPOC

32 GALLERIE

ppoc.ca

précieux à mes yeux, c’est l’équipe qui est derrière moi quand j’en ai besoin. En décembre 2016, mon enfant souffrant d’une maladie chronique a eu un mauvais passage. Il a été hospitalisé une semaine avant Noël, ce qui veut dire que j’ai dû être à ses côtés tout ce temps. Décembre est un peu effrayant pour une photographe de portrait, c’est le moins qu’on puisse dire – il y avait des portraits avec le père Noël, des sessions de familles pour les fêtes, des cartes de Noël, et bien sûr des portraits qui devaient être des cadeaux pour Noël. J’étais en plein dans cette période chargée lorsque mon fils a été hospitalisé. Je ne savais pas ce que j’allais pouvoir faire, mais c’est à ce moment-là que mon équipe des PPOC est arrivée. J’ai reçu tellement d’offres d’aide pour couvrir mes projets en cours. Un membre s’est chargé de mes collages de sport, un autre s’est occupé du marketing pour le congrès national, et un dernier a imprimé mes portraits et les a conduits à mon mari. Pas un seul de mes clients n’est allé déçu à une soirée de Noël, toutes les commandes clients ont été accomplies bien que je fusse avec mon fils à l’hôpital alors qu’il se battait pour respirer. Alors que mon fils continue ses batailles de santé, mon équipe des PPOC continue de me soutenir. D’un mot d’encouragement à un conseil pour mon entreprise, en passant par de l’aide pour améliorer mon processus de travail, des collègues de l’autre côté du pays m’aident à continuer à gérer mon studio. Je continuerai volontiers à payer mes frais d’adhésion, à faire du bénévolat aux postes que je peux remplir depuis l’hôpital, à faire du mentorat et à être guidée par des membres des PPOC. Je suis fière d’être membre et je vous encourage tous à sortir de votre zone de confort, contacter un membre du conseil d’administration et demander ce que vous pouvez faire pour aider l’organisation à avancer. Lorsque vous recevez un rejet (croyezmoi, j’en reçois encore !), ne soyez pas en colère et défensif, contactez les juges et demandez ce que vous pourriez

améliorer, et vous serez émerveillés. Je vous garantis que vous trouverez, comme moi, une équipe de personnes admirables d’un océan à l’autre, qui deviendra inestimable pour vous. Je vous garantis que vous apprendrez, changerez et grandirez de façons que vous ne pensiez pas possible auparavant. A tous les membres qui m’ont contacté cette année passée, je vous remercie du fond du cœur pour votre soutien. Kirk, Jeanine et Marie-Eve – merci pour m’avoir fait passé Décembre ! Louise, John, Jay, Ian, Bob, Gina and Tracey – Merci pour votre mentorat, soutien et conseil. Je ne pourrai pas le faire sans vous !


PPOC Partenaires commerciaux Ces partenaires commerciaux soutiennent les photographes professionnels du Canada et la photographie professionnelle au Canada.

ÉtÊ 2017

Gallerie

33


du concept à la coverture

OVERWHELMED Texte et photos par Darlene Fros, CPA Une des choses que j’apprécie aux PPOC est le défi de la compétition. Cela m’a donné un exutoire créatif et une raison de passer des heures innombrables devant l’ordinateur. Mon inspiration vient de différents endroits, dont le défi technique, l’expression émotionnelle sans mots et la réaction interactive. Overwhelmed vient de tout cela. Depuis mes débuts en photographie il y a quatre ans, Photoshop, et les portes que le logiciel ouvre, m’ont captivée . Je me retrouve à regarder ce que d’autres ont pu accomplir et je me perds facilement dans des tutoriels, albums et exemples de compétition, voyant ce qui est possible or relevant le défi de créer quelque chose de similaire. Une image de la coupe du monde de photographie représentant un morceau de cerveau créé à partir de corps en position fœtale a suscité une de mes disgressions. Cela s’est enflammé lorsque j’ai vu un visage tourmenté créé à partir d’avant-bras et de quelques mains, comme des allumettes collées ensemble. Comment pourrais-je créer quelque chose si réel que cela fera regarder à deux fois pour voir si c’est vrai ou créé, un concept, ou une réalité bizarre. Et non seulement

cela, mais une œuvre qui pourra atteindre quelqu’un au-delà de l’intellect and les prendre au cœur. La création d’Overwhelmed a commencé lorsque la maison était vide (ne me laissez jamais seule à la maison…). J’ai mis le retardateur et j’ai commencé  à me photographier avec différentes expressions de visage et de corps. Des émotions comme la colère, la peur, l’angoisse, la solitude se sont formées, mais aucune n’avait ce que je voulais. C’est lorsque que j’avais ma tête entre mes mains devant mon ordinateur, réfléchissant aux images potentielles, que cela m’est venu. Découragée, ma tête entre mes mains, dépassée. Je suis retournée à mon appareil, pris quelques photos, et j’ai ensuite pris 77 variations différentes de mes bras et mains pour pouvoir les assembler plus tard. Je rigole lorsqu’on me demande « comment as-tu fait ça ! » simplement car, au plus simple, c’est un projet de copier-coller, avec un côté sombre. En utilisant des parties du corps pour créer des parties du corps, j’ai pensé aux bras et mains et à mon professeur de massage thérapeutique qui nous disait toujours «  la main humaine peut former n’importe quelle courbe du corps humain  ». J’ai utilisé ma connaissance de l’anatomie pour créer une oreille à partir d’un poing, les longues lignes des muscles du coup à partir d’avant-bras, les clavicules à partir de poings joints, les yeux à partir de phalanges, etc… et j’ai commencé à remodeler, déformer, et tordre mes bras sur les lignes de mon image de base. Sachant de mes erreurs passées que photographier sous-exposé et en lumière dure donnerait une couleur étrange et une texture granuleuse à la peau, j’ai photographié de cette façon

et m’en suis servi pour rendre l’image plus dramatique. La partie la plus difficile du processus était les cheveux. Tout ce qui m’est venu à l’esprit est d’utiliser des doigts, donc c’est ce que j’ai fait. Le traitement final a simplement été de la désaturation et l’imposition d’une texture. Pourquoi ai-je créé Overwhelmed ? Tout d’abord, comme un défi personnel. Ensuite, comme une expression personnelle de créativité que je ne peux faire sous aucune autre forme. Enfin, quand je partage un projet personnel qui est une réflexion profonde de ce que je vois dans ma tête, je veux qu’il touche le cœur de ceux qui le voient, d’une façon impossible avec des mots. Cette œuvre a accompli cela, et plus que tout, je suis reconnaissante à ceux qui m’ont contactée pour me dire que cela a mis une image sur quelque chose impossible à exprimer. Une image montrant être démonté et rester en place en même temps. Une image montrant quelque chose si simple, pourtant si complexe. Une représentation visuelle d’être submergé (« overwhelmed »).

Darlene Fros, CPA

34 GALLERIE

ppoc.ca


For those who find inspiration everywhere, who switch between stills and video without missing a beat, who want the look only a full-frame D-SLR can achieve and who love sharing their shots, the D750 is the tool to unleash your artistry. With features inspired by D4S and D810, the D750 brings dazzling image quality, cinematic video capabilities and pro-inspired handling in a nimble design with a tilting Vari-angle LCD and built-in Wi-Fi connectivity. nikon.ca

ÉtÊ 2017

Gallerie

35


Make Magic The magic behind classic portraits? Lighting. Which is why every photographer should strive to become a lighting magician. Elinchrom’s BRX 500/500 Softbox To Go Set gives you all the tools you need to create pure magic. It’s a versatile two-light kit that delivers wireless control, along with the flexibility to light your subjects in new and intriguing ways.

BRX 500/500 Softbox To Go Set

PHOTO | VIDEO | D IG ITA L | SA LE S | R E N TAL S | SERVI CE TORONTO • MISSISS A U G A • O T TAWA • C A L G ARY • EDMONTON

The Visual Technology People

VISTEK.CA

2017 Gallerie Eté Version Française  
2017 Gallerie Eté Version Française  

Le premier magazine pour les photographes professionnels au Canada.