__MAIN_TEXT__
feature-image

Page 1

MODE CULTURE TENDANCES

NUMERO 13


DIRECTEUR DE LA PUBLICATION / RÉDACTEUR EN CHEF

Enrique Lemercier

PHOTOGRAPHES

Pauline Darley, Matthieu Dortomb, Rachel Saddedine, Maxime Stange, Sylvain Norget, Julien Cozzolino, François Berthier, Amel Kerkeni

RÉDACTION

Deborah Bannwarth, Juliette Cany, Aude Bertrand Koubi, Richard Bridgman, Armelle H., Enrique Lemercier, Malou cheveux courts, Marie Parent, Matthew Fox

STYLISTES/RÉDACTRICES

Cécile Réaubourg (Trouvailles Chics), Erwan Morelli

GRAPHISME

La Confection

CORRECTRICE/TRADUCTRICE

Corinne Garcia

REMERCIEMENTS

Nous souhaitons tout d’abord remercier les personnalités qui nous ont fait confiance et qui ont accepté sans hésiter d’être présentes dans ce numéro : William Carnimolla, Nelly Furtado, Superbus, Liza Manili. Merci également à l’équipe de Polydor / Universal Music pour la confiance qu’elle nous témoigne ainsi qu’aux établissements La Belle Juliette, The Five Hotel et Caffé Burlot à Paris. © 2012. Tous droits réservés. Pose Mag, marque déposée. Représentant légal: Enrique Lemercier La reproduction même partielle des articles, textes et photographies parues dans Pose Mag est interdite sans autorisation écrite préalable de directeur de la publication. La rédaction n’est pas responsable des textes et images publiées qui engagent la seule responsabilité de leur auteur. Les marques et adresses qui figurent dans les pages rédactionnelles de ce numéro sont données à titre d’information, sans but publicitaire. Ce magazine ne peut être vendu. Si vous souhaitez rejoindre notre équipe de rédacteurs, écrivez à redac.pose@gmail.com 2


EDITO POSE CINÉ AVANT RENTRÉE ! par Enrique Lemercier

Et oui, ça y est, on peut le dire, c’est la rentrée ! Les vacances ont beau alimenter les conversations dans les couloirs et lors de la pause café, elles sont définitivement derrière nous. Alors que beaucoup commencent à penser leur nouveau look pour l’automne prochain, d’autres sont partis souscrire un abonnement dans un centre de bronzage pour préserver leur teint halé le plus longtemps possible. Mais figurez-vous que tout le monde n’était pas en vacances ! Pendant que vous étiez au bord de la plage à prendre le soleil en lisant des magazines, en sirotant des cocktails et en train de regarder discrètement derrière vos lunettes de soleil le beau brun avec son petit maillot de bain, et bien d’autres étaient en plein travail ! Parce que oui, cet été, il a fait beau, vous avez voyagé, vous avez totalement déconnecté du travail et de votre vie quotidienne, au point même d’en oublier que Pose Mag fêtait ce mois-ci son deuxième anniversaire ! Oui oui, votre magazine en ligne préféré a deux ans et autant dire qu’il fallait bien que l’on célèbre ça ! Vous voici donc en train de parcourir les premières lignes de ce 13ème numéro, qui tombe à merveille. Parce qu’on se doutait bien qu’au moment de retourner au bureau et une fois l’ordi allumé, vous n’auriez nullement envie de vous remettre au travail ! C’est donc le moment de vous accorder une dernière « pose », avant le grand rush de la rentrée. Pour cela, nous vous avons préparé un numéro anniversaire spécial Ciné-Tv, avec plusieurs éditos mode inspirés de films, des chroniques tv et en couverture, vous l’aurez reconnu, l’animateur de M6 William Carnimolla, qui s’est mis dans la peau de Julia Roberts dans le film Pretty Woman. Au programme également, quelques « poses » musicales avec nos rencontres avec le groupe Superbus, Liza Manili et Nelly Furtado ! On vous conseille de bien prendre le temps de parcourir ses 172 pages, parce qu’après, vous n’aurez plus d’excuse, il faudra vraiment vous y remettre !

3


MODE& TENDANCE SHOPPING

p28

p10

MA VIE EN SÉRIES

ÉDITO

p14

DE PELO Y PERRO

TENDANCES

p10

p32

EAST COAST VS WEST COAST

ÉDITO

p54

EDITO

p78

(WO)MEN IN BLACK BONNIE AND CLYDE

EN COUVERTURE PRETTY WILLIAM

TENDANCES

p102

p122

QUAND JPG S’INSPIRE DU 7ÈME ART...

ÉDITO

p126

ÉDITO

p142

ÉDITO

p162

« OH MY DARLING CLEMENTINE » LA BOUM

ET AUSSI

PEAU D’ÂNE

INTERVIEW

p28

NELLY FURTADO

RENCONTRE SUPERBUS

p68

HOMMES, FEMMES, MODE D’EMPLOI ! p76

VACANCES, J’OUBLIE TOUT !

INTERVIEW

p116

INTERVIEW

p158

WILLIAM CARNIMOLLA

p102

4

LIZA MANILI

LA POSE POSTALE

p170

LE COURRIER DES LECTEURS


CINE-TV

p158

p30

CHRONIQUE

LA MINUTE POSE CINÉPHILE

ZOOM SUR

p52

27 ROBES, IN HER SHOES ET LE PLACARD QUI VA AVEC !

TENDANCES

p72

BILAN TV DE L’ANNÉE 2012

INTERNET

p98

INSTAGRAM : LES STARS FONT LEUR CINÉMA

TÉLÉVISION

p120

CHRONIQUE

p140

CHRONIQUE

p160

BELLE TOUTE NUE

TARANTINO, T’AS LE LOOK COCO ! LA CHASSE AU PLACEMENT DE PRODUIT !

p140

p68

5


DEBORAH BANNWARTH

AUDE BERTRAND KOUBI

RICHARD BRIDGMAN

Ne le dites à personne, mais je suis Superwoman: comédienne/assistante d’un prof d’anglais aveugle/habilleuse sur les défilés de mode/ lindy hoppeuse... Je suis «multicapelines» en fait. L’année prochaine, j’irai chercher ma Palme d’Or. Mais en attendant, j’y vais gaiement de mon petit commentaire, et de ma petite vacherie, parfois. http://danslesacdunefille.jimdo.com/billetsd-humeur/

Toujours dans la lune, souvent pétillante, parfois craquante et trop souvent passionnée. Folle de mode, de cuisine, de voyages, de mode, je l’ai déjà dit, tant pis ! Pour la mode, aucune répétition n’est trop belle. Je vis mode, je dors mode, je suis mode ! www.thelittleworldoffashion.fr

Gentleman britannique, Parisien d’adoption, esthète sans prétention, amateur de la langue française, grand buveur de thé et collectionneur de noeuds papillon. Twitter @RichardBridgman

CONTRIBUTEU

6

JULIETTE CANY

MATTHEW FOX

ARMELLE H.

Cany. Juliette Cany. Agent sous couverture, j’espionne, collecte, décortique puis balance tout à Pose Mag ! Mon terrain de jeu ? Le monde en général. Mode, musique, ciné, fête du cochon ou évènement mondain, tout m’inspire ! Curieuse, passionnée, optimiste (et très modeste !), je rêve d’évasion. Plusieurs grands voyages m’ont appris à ne pas avoir peur du changement. Mon leitmotiv : tout faire à fond ! J’aime saisir les opportunités et j’ai donc attrapé Pose Mag au vol, en espérant que ça vous plaise...

Que ce soit sous l’identité de Profitendieu, Fox ou tout simplement Matthieu, ce « jeune » homme (Madonna n’a même pas 2 fois son âge... mais chut !) brille sur la toile grâce à ses bons mots, sa constante bonne humeur et ses goûts musicaux couvrant un spectre allant de Freddie Mercury à Michael Jackson. Vous pouvez d’ailleurs retrouver ses chroniques sur le site LesTambours.com. Malheureusement pour vous, un support magazine – même digital – vous prive de l’une de ses principales caractéristiques : Un rire communicatif... sorti tout droit de l’Enfer. Twitter @Profitendieu

Armelle HAEGY (pseudo Armelle H.) est rédactrice freelance presse écrite, ainsi qu’auteure de plusieurs ouvrages. Elle collabore également au blog Pose Mag : Culture, Interview et chronique hebdo «Homme, Femme, Mode d’Emploi». Elle a d’ailleurs sorti un livre dernièrement qui regroupe une sélection de chroniques et interviews qu’elle a réalisées pour notre support : « Rédactrice pour Pose Mag ! » (Editions Baudelaire). http://armelleh.com/


MALOU CHEVEUX COURTS

Passionnée d’écriture et férue de robes, je suis la créatrice d’un blog où la mode côtoie le cinéma, et où les livres font du pied à des questions existentielles aussi profondes que «comment résister au chocolat ?» et «comment se motiver à shaker son body pour avoir un corps de déesse ?», parce que c’est toujours bien de se moquer de soi-même ! http://malou-cheveuxcourtschiffonsandco. blogspot.com/

URS

LES RÉDACTEURS

MARIE PARENT

Community manager, blogueuse, «liseuse de magazines», fan de True Blood, compte se marier avec Eric Northman d’ici quelques temps. C’est un vampire ? M’en fous ! Compte monter les marches de Cannes un jour (même si je ne travaille pas dans le Cinéma) et remporter un Oscar pour l’ensemble de ma carrière (je m’entraîne toutes les semaines pour mon discours, un vase à la main). www.laventuriere.com

7


PAULINE DARLEY

MATTHIEU DORTOMB

JULIEN COZZOLINO

/PHOTOGRAPHE

/PHOTOGRAPHE

/PHOTOGRAPHE

Photographe sur Paris, j’ai suivi des études en communication et effectué des stages vers le monde de l’image pour m’ouvrir à un environnement photographique. J’aime créer avec l’humain et composer en mode et portraits. Pour résumer mon travail en photographie je pourrais citer plusieurs mots : symbolisme, ambiances, émotions mais surtout passion. http://paulinedarley.com/

Après des cours aux Beaux Arts et son BTS de graphisme en poche, il s’installe à Paris pour acquérir une expérience plus complète. Ses photographies sont souvent reconnaissables par leur côté ludique, coloré et décalé. Matthieu Dortomb insulfe de la poésie à travers des tapisseries rétros, des jouets, du maquillage... jouant ainsi sur notre rapport nostalgique à l’enfance. www.matthieudortomb.com

Assistant et retoucheur dans un studio, puis photographe diplômé, Julien Cozzolino mélange tout les techniques acquises durant ses différentes expériences professionnelles et personnelles et puise son inspiration chez les grands maitres de la photo de mode tels que Helmut Newton, Guy Bourdin, Peter Lindberg, Patrick Demarchier... www.juliencozzolino.com

CONTRIBUTEU

8

AMEL KERKENI

FRANÇOIS BERTHIER

MAXIME STANGE

/PHOTOGRAPHE

/PHOTOGRAPHE

/PHOTOGRAPHE

C’est le théâtre, l’esthétique de la mise en scène et sa force symbolique qui m’ont amenée vers la photographie. Lors de mon tout premier cours en chambre noire, en développant une ancienne pellicule, j’ai eu un choc: j’ai vu mon grand-père, décédé, apparaître dans le révélateur. La photographie ne m’a alors plus lâché. J’aime créer une atmosphère et les thèmes que je traite sont en rapport avec ce que je vis, ce qui me touche, ce qui m’obsède. http://amel-kerkeni.com

Après des études de droit, il devient journaliste rock en 2002. A 28 ans, il a été nommé rédacteur en chef de son magazine de rock. En 2008, François débute une carrière de photographe de mode et de célébrités. 7 mois plus tard, il photographie Lady Gaga et tire également le portrait de personnalités comme Tom Hanks, Ben Stiller, Pharell Williams, James Blunt… Il est publié dans des magazines comme Vanity Fair, Madame Figaro, Grazia, Marie-Claire, Glamour, Elle, GQ... http://www.francoisberthier.com

Photographe depuis 5 ans, je me suis spécialisé d’abord dans le portrait, et en arrivant à Paris, j’ai commencé à «étudier» la photographie de mode. Je la pratique depuis un an, et je trouve tous les jours, des nouveaux défis à relever dans ce domaine, et des choses à faire évoluer, dans mes lumières, dans mes traitements, dans mes prises de vues... Le réel travail d’une vie en perspective. www.maxime-stange.com


RACHEL SADDEDINE

CORINNE GARCIA

/PHOTOGRAPHE

/CORRECTRICE

Photographe freelance basée sur Paris. Sans cesse influencée par la musique, le cinéma et ses icônes, c’est dans la mode et le portrait qu’elle développe son travail de photographe. Elle recherche des ambiances, des attitudes, des gueules, et à en tirer ce qu’elle y voit. http://rachelsaddedine.com

Passionnée par les voyages et la lecture, j’ai vécu plusieurs années aux Etats-Unis et j’habite aujourd’hui à Ottawa au Canada. J’aime surfer sur les blogs et les webzines de toutes sortes. Anglais, français, peu m’importe, j’aime naviguer d’une langue à l’autre. Mon petit côté perfectionniste pour l’orthographe me vaut le surnom de MissTypo. http://www.facebook.com/pages/ MissTypo/174094189312829

URSET TOUS LES AUTRES CÉCILE RÉAUBOURG

SYLVAIN NORGET

ENRIQUE LEMERCIER

/STYLISTE-RÉDACTRICE

/PHOTOGRAPHE

/RÉDACTEUR EN CHEF

Styliste freelance, blogueuse, rédactrice… ou juste une passionnée, dingue de mode, dénicheuse de bonnes adresses, un peu geek sur les bords. Une fille élevée au chocolat, bercée par le Prince de Bel-Air, Beverly Hills, Friends, SAX… bon je m’arrête là ! Bref, une féministe qui travaille dans la Mode, si si c’est possible ! S’amuser, s’exprimer, oser et surtout ne pas se prendre la tête pourrait être ma devise ! http://trouvailleschics.over-blog.com/

Sylvain Norget, 37 ans, ancien danseur et ancien décorateur d’intérieur sur Nice et Monaco. Il Décide de changer de vie en 2007 et s’installe à Bordeaux, ville de son enfance. Il devient alors modèle puis très rapidement photographe. http://butportraiture.com

Friand de magazines depuis mon plus jeune âge (du journal de Mickey en passant par Star Club puis à Vogue, L’Officiel, Grazia et compagnie), j’avais toujours rêvé de pouvoir diriger mon propre support. Désormais à la tête d’une équipe de passionnés talentueux, j’officie en tant que rédacteur en chef de Pose Mag pour apporter un regard nouveau et décalé sur la mode, la culture et les tendances.

9


SHOPPING MA VIE EN SÉRIES ! Par Marie Parent

Parfois, quand on fait le point sur sa vie (à l’âge canonique de 28 ans...), on se rend compte que celle-ci (notre longue vie) a été en partie régie par la mode, les fringues, les chaussures,... Le terme « Mode » ne voulant pas forcément dire « bon goût » ! Nous avons toutes eu une époque « total look jean », « frange bombée sur le dessus avec du gel », « caleçons » (à l’époque on ne disait pas encore leggings), « néo-grunge », puis « preppy »... Et on se demande quand même d’où pouvait bien venir ces idées un peu folles... (oui la frange bombée était une idée complètement folle) Alors forcément on accuse les magazines qui nous ont poussé à adopter ces styles parfois douteux ! Je vous arrête tout de suite, nous faisons fausse route ! Les magazines ne sont pas l’unique cause de nos looks. Après un long travail d’investigation (ohlalalala très long ce travail), j’ai réalisé que j’avais certainement passé dans ma vie plus de temps à regarder des séries TV qu’à lire des magazines de mode et que les différents looks de ma vie étaient juste des « copier-coller » de ceux de Kelly, Brenda, Lisa Tortue, Anita, Serena et bien entendu Carrie ! Mais oui les filles, nous nous sommes toutes inspirées de nos héroïnes modernes !!! Sauvés par le gong, Beverly Hills, Hartley Cœurs à vif, Sex and the City et Gossip Girl ont eu plus d’influence sur nos désirs fashion que les conseils de nos mamans (ah le col claudine et la jupe-culotte... grossière erreur maman !!!) Pose Mag vous propose de retrouver tous les looks des séries qui ont bercé votre enfance/adolescence/vie d’adulte ! N’hésitez pas à replonger dans ces souvenirs délicieux en reprenant les codes de l’époque ! Par contre, un seul conseil : ne demandez pas à votre coiffeur la frange bombée sur le dessus avec du gel !!! SAUVÉS PAR LE GONG ! 1990, vous découvrez dans votre salon le premier amour de votre vie, celui qui fait passer Ken pour un Flanby et Oui-Oui pour un hasbeen : ZACK MORRIS !!! Non mais sérieusement ce garçon avait toutes les qualités du monde pour faire craquer l’ensemble d’une génération ! Alors forcément, entre 6 et 10 ans on pense sincèrement que Zack Morris viendra un jour dans son école primaire… (mais oui mais oui !) Personnellement j’avais bien envie qu’il tombe amoureux de moi comme il était amoureux de cette petite pimbêche de Kelly Kapowski (Tiffani Amber Thiessen). Aujourd’hui encore je garde un souvenir ému de la Bayside HighSchool (oui j’ai longtemps cru que le collège ressemblerait à ça…) et je me dis qu’on peut encore tenter notre chance avec Zack Morris ! Alors à nos robes à fleurs, Zack est à nous !!!

Bagues WHAT ASOS 10,86€ 10

Sac cartable H&M : 24,95€

Combishort à fleurs Oh my Love chez Topshop 49€

Converse Spartoo.fr – 39,99 €


BEVERLY HILLS 90210 Quelques années après Sauvés par le Gong, nous avons toutes eu notre période Beverly Hills 90210. Oh c’est bon ne mentez pas !!! Je sais très bien que vous trouviez Brenda super tarte, Kelly un peu nunuche mais sympa, Donna hyper relou, Brandon un peu chochotte, Steeve… moche et Dylan… oh Dylan, 2ème amour de ma vie. Dans sa voiture cabriolée, le regard perdu dans le vague, me dites pas que vous n’aviez pas envie de lui faire des bisous ??? Et dire qu’il ne savait pas qui choisir entre Brenda et Kelly… Mais franchement Dylan il fallait me choisir moi ! Encore aujourd’hui cher Dylan, je pourrais te plaire. Allez hop, j’enfile mon legging des années 90, je ne mets que des couleurs pastel et si tu me le demande gentiment je cours chez le coiffeur lui demander la frange bombée sur le dessus avec du gel ! Comme vous l’aurez remarqué, je suis encore « un peu » amoureuse de Dylan McKay…

Top jersey fermeture éclair doré au dos rose néon H&M : 9,95€

Boucles d’oreilles heurtoir en triangle ASOS : 13,58€ Chemise en jean Ellos La Redoute : 29,99€

Legging Topshop 29€ Basket Victoria rose: 25€

11


HARTLEY CŒURS À VIF Alors là Hartley, c’est l’arrivée dans l’adolescence pure. Les boutons, le Eastpack porté sur une épaule, les Doc Martens de toutes les couleurs et le classeur d’histoire géo qui voit le jour une fois tous les trimestres… (comme les autres classeurs). C’est l’époque où on écoute Korn et/ou Nirvana alors qu’on aime pas ça (Oui on écoute les Spice Girls en cachette mais plutôt mourir que l’avouer). Bref c’est l’époque où on se trouve absolument repoussante alors on met des fringues qui n’ont aucun rapport les unes avec les autres mais c’est pas très grave parce que tout le monde s’habille de la même manière… Et puis il y a Drazic (oui j’étais amoureuse de tous les mecs des séries télé and so what !!!!!), le seul mec auquel on repense en se disant que le piercing à l’arcade c’était trooooop classe ! Bref le look Hartley Cœurs à vif est encore possible ! A vous de jouer, je sais qu’une Anita sommeille encore en vous !

Bottes ASH : 325 €

Blouson en cuir Les 3 Suisses - 139€

Robe RILI Zadig & Voltaire : 298 €

Capeline La Redoute : 29,95 € Bague H&M : 4,95 Robe TOPSHOP : 98€

SEX AND THE CITY Cette série est un peu THE révélation de ma LIFE ! Carrie Bradshaw et ses copines ont changé ma vie (oui j’aime la demi-mesure) et la vôtre également je le sais. Il nous suffit d’entendre les 3 premiers accords du générique pour nous mettre à pousser un cri aigu ou à avoir une larmichette au coin de l’œil si vous n’avez aucune copine à porté de main. Bref Sex and the City représente pour une génération une sorte de Bible du style ! Nos 4 New Yorkaises nous ont donné les clés pour comprendre ce que signifiait « avoir un look de malade ». Ne me dites pas qu’aucune d’entre vous n’a jamais acheté de jupon en tulle pour ressembler à Carrie ? (oui je sais on ne lui ressemble jamais mais bon on essaie) Ne me dites pas non plus que vous n’avez jamais mis votre bureau près d’une fenêtre pour faire « comme Carrie » ? Bref, Carrie est notre idole, rendons lui hommage et habillons-nous comme elle !!! 12

Bracelet Promod : 11,95€

Chaussures San Marina : 89,90€


Veste à sequins - Morgan de toi 99€

GOSSIP GIRL Pour finir la liste non exhaustive des séries qui ont marqué notre vie et notre façon de nous habiller, terminons sur la série la plus relou du moment que l’on regarde quand même parce que tout le monde y est extrêmement bien habillé ! Gossip Girl c’est un peu nous lorsqu’on regardait Hartley Cœurs à Vif (l’argent et la peau nette en moins), un groupe de jeunes tous très beaux (je ne cite même pas Chuck Bass, je sais ce que vous allez encore me dire) avec des problèmes complètement nuls qui leur semblent complètement impossibles à surmonter. Bref Gossip Girl c’est surtout un défilé perpétuel où se mêlent Lanvin, Louboutin et Oscar de la Renta. Mais comme nous sommes sympa, nous vous proposons un look de Gossip Girl pas si Gossip Girl que ça ! Chaussures Miu Miu : 450€

Bustier H&M - 14,95€

Jean leigh délavé - Topshop 49€

13


DE PELO Y PERRO (ALMODOVAR INSPIRATION)

PHOTO PAULINE DARLEY MODÈLE ALAIA @WM ET ANALU @NEW MADISON MAKE-UP MADEMOISELLEMU HAIR FELIX PUGET STYLISME CHARLOTTE LAPLACE

14


Analu : Chemisier jaune imprimÊ vintage, boucles d’oreille Charlotte Marthyr Alaia : Chemisier orange Vintiania, soutien-gorge brodÊ de dentelle Maison Blackitten

15


Alaia : Chemisier à pois Zara, jupe verte pailletée Manoush, collant avec jarretières La Perla, pendentif orchidée doré Suite Blanco, escarpins pied de poule Repetto

Analu : Top à sequins vintage, short en jersey Galeries Lafayette, collants effet jarretelle Primark, bracelet pierres noires vintage, escarpins gris New Look 16


Combishort verte Ă pois Vintiania, fleurs H&M, ceinture vintage

17


Robe avec empiècements en cuir et perles Manoush, ceinture corset vintage, escarpins noirs et or Zara. Main droite : manchette indienne vintage, bracelet clouté Mango, bracelet en python vintage. Main gauche : bracelet blanc en résine et bracelet en bois vintage, bracelet clouté Mango.

18


Veste lamée or Vintiania, soutien-gorge noir surpiqué Maison Blackitten, jupe en cuir vintage, boucle d’oreille Suite Blanco, ceinture zipée Vintage

19


Combinaison rouge imprimĂŠe Vintiania, fleur noire H&M

20


21


Combinaison blanche Vintiania, mantille en dentelle vintage, collier tour de cou vintage, collier chaines et ambre Chanel vintage, ceinture en cuir blanc vintage

22


Chemisier vert Manoush, short en dentelle noire Vintiania, fleur H&M, escarpins lacĂŠs New Look

23


Alaia : Chemisier Sommermann vintage, porte jarretelle et bas couture vintage, culotte gaine Maison Blackitten, escarpins vernis Repetto

Analu : Foulard Gianfranco Ferre portĂŠ en haut, culotte gaine Maison Blackitten, collants Ă pois H&M, escarpins noirs et or Zara

24


Chemisier noir et or Manoush, culotte Ă franges Maison Blackitten, foulard vintage dans les cheveux

25


Veste en tweed Mango, corset en cuir Maison Blackitten, boucles d’oreille Suite Blanco

26


Combishort Ă pois Vintiania, fleurs H&M, ceinture rouge Ă  ancre vintage, escarpins rouges vernis Repetto

27


RENCONTRE NELLY FURTADO

Un mail, une proposition, une réponse positive dans la seconde. Le rendez-vous était pris à l’Hôtel de Sers pour interviewer Nelly Furtado ! En effet, comment refuser une rencontre avec l’interprète du célèbre tube planétaire “I’m like a bird”, que l’on a écouté en boucle, tout comme les opus suivant aux sonorités plus R&B mais tout autant réussis ! L’équipe de Pose Mag arrive donc devant l’établissement, situé à deux pas des Champs-Elysées. Nelly nous attend dans sa suite, avec son manager. L’équipe de la Maison de disque nous accompagne. Nelly arrive, elle est somptueuse et très souriante. On s’installe avec elle sur le divan, et c’est parti pour les questions, auxquelles la chanteuse va répondre avec décontraction et bonne humeur.

28

Propos recueillis par Richard Bridgman et Enrique Lemercier Traduction : Richard Bridgman


Tout d’abord, bienvenue à Paris ! Ce n’est pas la première fois que tu viens ici. Que représente cette ville pour toi ? Merci ! En effet, je viens à Paris depuis que je suis adolescente. La première fois, j’étais de passage et n’avais qu’une journée pour profiter de la ville. Je me suis dit : le Louvre ou la Tour Eiffel? J’ai fini par choisir la Tour Eiffel ! Je suis revenue quelques années plus tard pour faire la promo de mon premier album et depuis j’y retourne dès que l’occasion se présente. Je ne m’en lasserai jamais ! La lumière, les monuments, la romance du lieu… Paris, je t’aime ! Cette fois-ci, tu es là pour faire la promo de ton nouvel album. De quoi parle-t-il ? En quoi est-il différent des albums précédents? Mon nouvel album n’a strictement rien à voir avec les autres ! Il est bien plus puissant, un vrai pain dans la gueule, mais gentil ! Les sonorités sont plus agressives, plus mordantes, alors que les paroles restent légères et ludiques. Cet album parle d’une certaine nostalgie, du temps de la jeunesse et de la rébellion. J’ai fait une longue pause entre les deux derniers albums et cela m’a permis d’évoluer aussi bien sur le plan personnel que sur le plan artistique. Je peux vous dire que je me suis bien marrée en studio avec mon pote Rodney Jenkins (producteur) pendant les sessions d’enregistrement. On était comme des gamins ! C’est pour cela que cet album retrouve une certaine innoncence, je pense. Ton premier single Big Hoops (The Bigger The Better) est très urbain. Est-ce le style de ta musique plus généralement? Je suis avant tout une artiste pop. Mon style vocal a beaucoup évolué au cours des dix dernières années, mais mon identité d’artiste n’a pas bougé pour autant. Lorsque j’écris une nouvelle chanson, elle doit survivre au test ultime : je dois pouvoir la chanter facilement en la jouant sur ma guitare acoustique. Ce qui est certain, c’est que cette fois-ci je me suis permise beaucoup plus de liberté. Je me suis amusée à jouer avec ma voix. Je pense que le fait d’avoir sorti un album en espagnol entre-temps m’a appris à chanter de manière plus directe et franche. Justement, y a-t-il une grande différence entre Nelly Furtado en anglais et Nelly Furtado en espagnol ? C’est un autre registre. Un changement d’ambiance. Je me sens nettement plus sexy quand je chante en espangol ! C’est une langue ultra-sensuelle… Inutile de présenter “I’m like a bird”. Penses-tu revenir à ce style plus pop un jour ? Quelque part j’ai envie de le faire. C’est vraiment de la pop éclatante ! Je n’ai jamais cherché à reproduire l’expérience depuis. A cette époque-là, j’écrivais environ 10 chansons par jour. C’est une autre discipline. Il faudrait que je m’enferme dans ma chambre et que j’improvise avec ma guitare, et je ne me vois plus faire ça. Pour être tout à fait honnête, je préfère largement le style plus spontané de mon nouvel album.

Tu as déjà collaboré avec pas mal d’artistes. Avec qui rêves-tu de chanter ? Je dirais Eminem. Ce mec est tellement génial et cool. Mais il faudrait que ce soit une vraie collaboration, une de celles qui se font en studio. Sinon, je suis très sensible au travail des producteurs indiens. Ayant beaucoup voyagé ces derniers temps, j’ai découvert un fabuleux monde de musique au-delà de la pop ! Lesquelles de tes chansons ont une importance particulière pour toi ? Excellente question ! J’adore le titre éponyme du dernier album, ‘Spirit indestructible’. Une autre chanson qui a beaucoup d’importance pour moi est ‘Say it right’. A chaque fois que j’interprète ce titre, j’ai l’impression de surfer sur une vague quelque part entre la lumière et l’obscurité. C’est une chanson pleine de mystère. Je ne suis pas sûre de bien la comprendre, et c’est moi qui l’ai écrite ! Des projets pour cet été ? Pas mal de boulot, mais bon, je n’ai pas trop le droit de me plaindre, car je n’ai pas travaillé l’été dernier. J’ai passé beaucoup de temps à admirer la nature de près, à rêver et à écrire cet album. J’avoue que j’aimerais me dorer la pilule sur la plage, mais on verra. Cet été, je serai en Asie, aux Etat-Unis puis en Europe. La tournée mondiale débutera en 2013 ! Et si on parlait mode ? Tu as un style incroyable. Quels sont tes créateurs préférés ? Regarde un peu mes magnifiques bottines Hervé Léger. J’ai porté une de ses robes sur le tapis rouge il y a quelques jours. J’adore le style français, tellement intemporel et chic. Sinon, j’aime bien des tenues plus décontractées et achète beaucoup de pièces chez Theory by Theyskens et Rag & Bone. Je porte beaucoup de Stella McCartney et de Missoni aussi. Pour moi, il est question de mélanger des pièces de créateur avec des basiques et des touches vintage : un peu de tout quoi ! J’adore le look geek chic et m’amuse parfois à enfiler des tenues horribles qui ne vont pas du tout ensemble, mais ça, c’est une autre histoire ! Une dernière petite question : quel message voudrais-tu adresser à tes fans français ? C’est très simple : suivez-moi sur Twitter @NellyFurtado, s’il vous plaîttttt ! (Fous rires). Nan, plus sérieusement, je voudrais vous remercier tous de votre soutien. Oh, et bonjour à tous mes fan-clubs français. Je serai de retour en France au mois de septembre, puis pour la tournée en 2013. Si vous voulez en savoir plus sur mon album, jetez un oeil au mini film sur mon site, nellyfurtado.com. Voilà, voilà ! 29


CHRONIQUE LA MINUTE POSE CINÉPH

30


HILE

Acte 1, scène 1. Un studio parisien, décoré dans les tons beiges.

Une jeune femme est assise à son bureau, les yeux rivés sur son ordinateur. Elle a l’air un peu nerveux, angoissé. Tenue confortable (en « mode dimanche »). La jeune femme en question c’est moi, et si j’ai l’air nerveux et angoissé c’est parce qu’il me reste, montre en main, 3h21 minutes pour rendre mon article pour Pose Mag et que le cerveau qui me sert de boîte à idées est plus sec qu’un vieux pruneau d’Agen périmé depuis 92. Pourtant cette fois j’ai un sujet : le cinéma. Merde, normalement ça me connait, le cinéma, quoi (moi, la championne du monde toutes classes confondues dans la catégorie « se faire des films c’est tout un art »), voilà un sujet magnifique qui devrait me parler : et bien non, plus muet que Jean Dujardin dans The Artist, il est. Et vu comment c’est parti, ça m’étonnerait qu’il me rapporte un Oscar.... En plus, j’ai la carte Gaumont*, ça devrait m’aider ça, d’avoir la carte Gaumont* ! *«  Carte Gaumont  » : GN fém.sing. Pass mensuel illimité qui te permet, pour la modique somme de 20 euros, de t’enquiller dans les salles obscures autant de films que tu veux. C’est à dire autant de fois Ryan Gosling, Channing Tatum, James Franco, Christopher Bale que tu veux. Quotient de valabilité : x 1000. Grâce à la fameuse carte, tu peux te payer le luxe, les jours d’ennui, d’aller voir n’importe quel nanar pour lequel tu n’aurais JAMAIS payé les 10 euros que coûtent une place : Drive (désolée, selon moi ce film n’a aucun intérêt si ce n’est la présence, même dépourvue de toute expression, du susmentionné Ryan), Twilight, Time Out, Astrée et Céladon, Ma Vie au Ranch... J’ai même poussé le vice jusqu’à aller voir « Ne m’oublie pas ». Tiens, voici une pierre : vas-y fais-toi plaisir et jette-la moi, tu peux. Car oui, honte confessée étant à moitié pardonnée, j’adoooore les comédies romantiques à la sauce américaine, pleines de bons sentiments et d’une mièvrerie à toute épreuve qui poisse tellement le sucre que ça te colle à ton siège. C’est mon côté fleur bleue qui s’exprime alors, à l’abri des regards, mais chut, ne le répète pas. C’est parce que sur le coup elles me détendent. Ensuite, elles m’achèvent : je réalise que contrairement à l’héroïne nunuche de la CRA (Comédie Romantique Américaine) soit je n’ai pas de mec (comme dans à peu près 90% du temps) soit que je n’ai pas de mec aussi canon que dans les CRA. Donc, re-tsss, regard de travers au beauf qui a sa tête posée sur l’oreiller à côté du mien et qui n’est même pas foutu de sauver le monde pour moi, ni de m’arracher aux griffes d’un terrible trafiquant de drogues, et qui me rétorque vite fait bien fait que quand on veut Brad Pitt il faut s’appeler Angélina. Et bim, retour brutal à la réalité qui me guérit des CRA pendant un moment, autrement dit jusqu’au mercredi suivant, jour des sorties. Enfin bref, revenons à notre mouton, mon article, qui ne va pas s’écrire tout seul. L’heure tourne. Qu’aurait fait James Bond à ma place ?! Réfléchis, Déborah, réfléchis. Bon. J’ai deux solutions : soit rester là à me cramer les yeux sur l’écran, soit courir au cinéma voir le dernier Woody Allen qui commence dans 12 minutes. Si on regarde bien, aller au ciné ce serait aussi un peu du travail, vu les circonstances ? Et comme dirait ma grand-mère, cette philosophe, « faut relâcher la pression ». A tout’, je vous dirai comment c’était.

La jeune femme se lève, enfile sa veste et attrape son sac et ses clefs, avant de partir en claquant la porte. Fin de la scène 1. Deborah Bannwarth 31


EAST COAST VS

PHOTO MATTHIEU DORTOMB MODÈLE ADELE & ZELIE @UPMODELS HAIR FELIX PUGET MAKE-UP MATHILDE PASSERI STYLISME ERWAN MORELLI RÉALISATION ENRIQUE LEMERCIER LIEU CAFFÉ BURLOT

32


S WEST COAST (GOSSIP GIRL & 90210 INSPIRATIONS)

33


34


35


36


Adele : Top et jupe Elie Saab, bas résille Falke. Ceinture Amélie Pichard, collier et boucles d’oreilles Alice Hubert, chaussures Amélie Pichard et headband Tand3m, le tout sur lexception.com

37


38


Zelie : Robe Lacoste

39


40


Adele : Veste Cacharel et headband Tand3m sur lexception.com, robe Sonia Rykiel

41


42


43


44


Zelie : Jupe Mal AimĂŠe sur lexception.com

45


Adele : Top Gaspard Yurkievich sur lexception.com

46


47


Zelie : Peignoir en dentelle Triumph, chaussures Sonia Rykiel. Collier et bracelet Amanda Kaiserman, sac AmĂŠlie Michard, le tout sur lexception.com

48


49


Zelie : Peignoir en dentelle Triumph, collier et bracelet Amanda Kaiserman sur lexception.com

50


Adele: Veste Les prairies de Paris sur lexception.com, jupe Dice Kayek sur lexception.com

51


CHRONIQUE IN HER SHOES, 27 ROBES

ET LE PLACARD QUI VA AV A la sortie d’une séance ciné, on peut avoir l’envie soudaine d’aller faire du shopping. Parce que certains personnages nous narguent avec leurs chaussures à nous faire devenir cleptomane, leurs robes à se taper le cul par terre et leur dressing à nous faire prier pour être réincarnée en top à paillettes. La preuve !

Quelle est la marque de ces chaussures ? Je suis sûre que nous étions nombreuses à nous poser cette question à la sortie du film L’Agence, un soir de mars 2011. Les fameuses sandales à talons portées par Emily Blunt étaient divinement belles, d’un bleu métallique époustouflant, avec une sexy attitude évidente qu’on aurait aimé adopter vite (et sans rien dépenser…). Si les mecs, une fois le film terminé, étaient prêts à se lancer dans des discussions enflammées sur la qualité du scénario, le jeu des acteurs ou encore la beauté des décors, les filles, elles, se demandaient toutes où elles pouvaient dénicher cette sublime paire de sandales qui a permis à l’œuvre de George Nolfi d’acquérir le titre de « bon film » (ici, faisons abstraction de ce qui suivait dans l’argumentaire : « Ouais, c’est un bon film… parce que, tu vois, les chaussures que porte Emily Blunt, elles sont juste canons ! »). Toutes obnubilées que nous étions par ces chaussures, nous en aurions presque oublié le sex appeal de Matt Damon… Le bel acteur supplanté par une paire d’Isola bleues ? Pas si surprenant que ça !

52

Sandales Isola, dans L’Agence ©Isola

Villa Malapa


VEC !

Robe Vera Wang, dans Meilleures Ennemies ©Twentieth Century Fox France Un film peut cependant susciter des envies bien plus fortes et conséquentes que la simple volonté d’acheter des chaussures, aussi chères soient-elles. Faisons une petite virée dans le monde des Meilleures Ennemies, sympathiquement interprétées par Anne Hathaway et Kate Hudson. Les deux amies entament une guerre sans merci quand elles apprennent qu’elles se marient le même jour. Combat aussi drôle que stupide. En revanche, nombreuses sont celles qui auraient pris les armes, sans scrupule aucun, pour vivre, ne serait-ce qu’une seconde, le bonheur de porter la robe de mariée signée Vera Wang pour la Muse de Matthew Bellamy. Pire encore, comment ne pas soupçonner certaines filles de vouloir prendre le premier homme venu et lui passer la bague au doigt juste pour jouer les princesses sous cette montagne de tulle sans pour autant ressembler à des meringues ?

arte, dans Le Mépris ©lankaart

En succombant à chacun des appels cinématographiques qui nous sont lancés, grand est le risque de finir étouffées sous des amas de fringues et de chaussures ! L’envie d’avoir un dressing digne de ce nom peut alors nous amener à déménager. Le mariage à quelques dizaines de milliers d’euros fait pâle figure à côté de la tentation d’emprunter une somme à six chiffres pour enfin pourvoir ranger nos fashion possessions sans les froisser ! On rêve alors d’aller à Capri, de se la jouer Brigitte Bardot dans Le Mépris de Godard, et surtout de se payer la maison au marteau et à la faucille, pas par conviction communiste, mais pour répondre à un des commandements de la bible des fashionistas «  de tes vêtements et accessoires, soin tu prendras ». On a maintenant des goûts de luxe à cause de ce fichu cinéma ! Malou cheveux courts

53


(WO)MEN IN BLACK PHOTO FRANÇOIS BERTHIER MAKE-UP CAMILLE LUTZ HAIR YUMIKO HIKAGE

Schebyl : Costume et ceinture Smalto, chemisier Alibellus Plus, cravate Christian Dior, Lunettes Esprit, montre Montblanc, chaussures Dr Ma Sirina : Costume et chemise Smalto, cravate : Christian Dior, Lunettes : Esprit, montre Longines, chaussures Dr Ma

54


artens artens

55


56


Schebyl : Costume et ceinture Smalto, chemisier Alibellus Plus, cravate Christian Dior, Lunettes Esprit, chaussures Dr Martens, stylo Dupont Maria : Robe GĂŠmo, bague, collier et bracelet Wildfox, chaussures Nengh Bernardon Sirina : Costume et chemise Smalto, cravate Christian Dior, lunettes Esprit, montre Longines, chaussures Dr Martens 57


Sirina : Robe Jus d’Orange, collier Yoshiko Création Paris, bague Bijules, montre Smalto, chaussures Jean-Charles de Castelbajac Schebyl : Robe Jus d’Orange, bracelet Yoshiko Création Paris, montre Hugo Boss, chaussures Tamaris

58


Sirina : Robe Alibellus Plus, soutien-gorge Marks & Spencer by Collette Dinnigan, bague Bijules, montre Montblanc, chaussures Jean-Charles de Castelbajac Schebyl : Robe Alibellus Plus, B.O. Wildfox, montre Omega, chaussures Tamaris

59


60


61


Schebyl : Robe manteau Jitrois, chaussures Nunc Maria : Blouson CTRL You, jupe Alibellus Plus, chaussures Nengh Bernardon Sirina : Manteau Jean-Charles de Castelbajac, montre Hugo Boss, chaussures Nunc, stylo Dupont 62


Maria : Perfecto CTRL You

63


Maria : Manteau : Jean-Charles de Castelbajac Schebyl : Chemise et pantalon Pierre-Antoine Vettorello, montre Omega, bagues Bijules

64


65


Sirina : Chemisier Alibellus Plus, pantalon Jitrois, bague Wildfox Schebyl : Chemise et pantalon Pierre-Antoine Vettorello, montre Omega

66


67


RENCONTRE SUPERBUS

68


Après plus de dix ans de carrière, Superbus nous revient pour cette rentrée 2012 avec un nouvel album, intitulé « Sunset ». Des sonorités pop-rock aux influences américaines variées, ce nouvel opus devrait sans aucun doute combler les fans du groupe et séduire les petits nouveaux. En promo dans les locaux de leur maison de disque Polydor-Universal, nous sommes partis à la rencontre de Jennifer et de ses quatre acolytes. Cela fait maintenant deux ans que l’on ne vous avait pas vu, depuis la sortie du best of. Qu’est-ce que vous avez fait pendant ces deux années ? On s’est beaucoup reposé, parce que c’est vrai qu’on avait enchainé tournées et albums pendant 10 ans et on avait besoin de prendre l’air. Notre batteur est parti habiter aux Etats-Unis, moi j’ai bossé sur d’autres projets en studio avec un collectif de belges sur un autre projet, chacun s’est occupé de ses enfants, parce qu’il y en a qui ont des enfants... On a eu une vie un peu normale pendant deux ans, on en avait besoin. J’ai quand même continué à écrire des chansons parce que je ne peux pas m’arrêter et puis voilà, on s’est retrouvé avec une trentaine de titres... On n’a pas arrêté de s’appeler, de se voir mais on s’est dit qu’on allait prendre le temps. Et au final, on s’y est remis il n’y a pas très longtemps. Vous nous revenez donc avec un nouvel opus, intitulé « Sunset », on y retrouve plusieurs chansons en anglais, est-ce qu’on peut dire que Superbus poursuit son virage à l’international ? Ce n’est pas un virage à l’international parce qu’on est vraiment un groupe français, on a très peu joué à l’étranger... Là c’était une envie d’enregistrer ailleurs et de se retrouver dans une équipe américaine. C’est quelque chose qui, je pense, fait rêver beaucoup de musiciens qui ont une culture comme ça. Moi j’écoutais beaucoup de musique américaine ou anglaise et c’est vrai que c’est des rêves de gamin. Donc on s’est retrouvé là-bas. Il y a des chansons en anglais comme il y en a eu sur les quatre premiers, donc ça s’est fait comme ça. On est un groupe qui ne sait pas où se situer : on est français mais on aime beaucoup de choses ! Et par rapport à l’anglais, est-ce que ce n’est pas plus facile d’exprimer des choses dans cette langue ? Non, ce n’est pas plus facile. Pour moi, il faut que les mots aient une vraie sonorité musicale et c’est vrai que l’anglais sonne tout de suite beaucoup mieux, mais par contre, tu ne peux pas exprimer de choses très palpables, c’est très vite cloisonné parce que n’est pas ma langue maternelle. Mais c’est vrai que pour la sonorité, ça marche tout de suite et c’est plutôt marrant !

69


Retrouvez toute l’actualité de Superbus Sur son site officiel http://www.superbus.fr

Vous avez fait appel à Billy Bush pour travailler avec vous sur le son de l’album « Sunset ». Est-ce que sont ses collaborations avec Garbage qui ont fait que vous avez été séduits par lui ? En fait, c’est la chanteuse qui nous a présenté Billy Bush, qui est son mari. Elle m’a dit que c’est lui qui avait produit leur dernier album, donc j’ai voulu écouter ce qu’il faisait. Elle m’a passé le disque de The Naked And Famous qui est un groupe qui est sorti il y a peut-être deux ans et j’ai adoré ce disque. J’ai trouvé que c’était vraiment un truc nouveau et ça faisait vraiment du bien. Du coup, je me suis dit qu’on pourrait peutêtre essayer de partir avec ce Billy Bush, qui est super sympa en plus et qui était très content de travailler avec nous. C’est vrai que c’est un son assez « crade », assez fort, compressé... Et nous qui avons toujours eu des productions assez propres et bien léchées, on s’est dit qu’on allait essayer de partir avec un mec qui fait des choses un peu plus « indés ».

70

On retrouve aussi deux featuring sur l’album, avec un Richie Sambora, qui n’est autre que le guitariste de Bon Jovi depuis 1983, et un autre avec Marco Kamaras. Est-ce qu’il y a des futures collaborations qui vous feraient envie pour la suite ? Non pas forcément, c’est un peu sur le moment en fait. Là, Richie Sambora, c’était parce qu’on avait besoin d’un solo de guitare un peu kitsch, avec le mec qui a le vent dans les cheveux... Il était dans le studio à côté et on s’est dit qu’il fallait qu’on ose lui demander. On a mis 15 jours avant de lui demander, mais on l’a fait ! Et bizarrement, il était super ouvert, il a accepté de suite. Et Marko Kamaras, c’est un mec que j’ai découvert en live, qui commence à peine, il prépare un EP et c’est surtout physiquement que je le voyais dans la chanson. Il fallait quelqu’un d’un peu androgyne et il est l’est complètement. Il est très impressionnant, et quand on écoute sa voix, on ne sait pas si c’est un garçon ou une fille... Après, dans le futur, je ne sais pas.


Dans le titre « All Alone », tu parles de ton envie de Los Angeles, d’y partir seule... Comme on l’a dit plutôt, l’album a été en partie enregistré là-bas, on sait également que c’est en revenant d’un séjour aux Etats-Unis que tu as eu envie de former le groupe, tu sembles donc très liée au continent américain. Comment l’expliques-tu ? Je ne sais pas, je ne peux pas te dire. Pour moi, la musique se passe là-bas, après, je ne dis pas qu’en France on n’a pas de bons musiciens, on a des choses supers, mais le côté hyper positif des gens, les couleurs, la façon de faire... Tout ça me parle beaucoup plus qu’ici. Maintenant, c’est à petite dose, ça fait du bien de temps en temps d’y aller. Parce que ça a un côté superficiel Los Angeles, ce n’est pas « vrai ». Dans le titre « L’été n’est pas loin », tu évoques une relations estivale... Est-ce que tu as eu beaucoup d’amours de vacances ? Un peu plus jeune oui, mais c’est des amours de vacances oui, des histoires dont on ne se rappelle même pas. Ce morceau, c’est Patrice qui a écrit la musique. Il me l’a envoyé et je me suis dit qu’on avait jamais fait un truc comme ça, aussi lent, un peu 60’s, à la Bardot... Il fallait que je trouve quelque chose d’un peu sexy, sensuel et j’avais peur de le faire car c’était tout nouveau pour nous. Du coup, c’est un titre que j’aime beaucoup, qui clôt bien l’album. C’est un morceau de vacances d’été, sur la plage abandonnée... Tu t’adonnes beaucoup à l’écriture et à la composition, que ce soit pour le groupe ou pour d’autres projets solo, où puises-tu ton inspiration ? Je ne sais pas, ça vient comme ça. Je me mets devant mes instruments et ça vient. C’est la vie de tous les jours, les choses que je vois, les relations que je vis, des émotions tristes, joyeuses... C’est bizarre, je ne sais pas expliquer ça. Plus de dix ans de carrière, ça vous fait quoi ? Et comment expliquerais-tu cette longévité ? Je suis quelqu’un de fidèle moi, donc ça ne pouvait que durer longtemps. Maintenant, je ne sais pas combien de temps, mais je suis bien en famille et ce groupe, c’est ma famille, ce sont des gens que je connais depuis que j’ai 15 ans, donc je me sens bien comme ça, je me sens bien avec eux parce qu’on a une histoire. C’est vrai qu’un groupe, c’est compliqué à gérer quand même, c’est cinq personnalités... Et en plus, dès qu’il y a un petit peu de succès, cela devient vite cliché et tout le monde s’engueule et c’est normal ! On a traversé tout ça mais c’est aussi ce qui fait la vie d’un groupe. Le nouvel album est dans les bacs depuis le 27 août, la tournée va débuter en novembre avec un passage à l’Olympia le 11 décembre, est-ce qu’après plus de dix ans d’expérience, l’appréhension est toujours la même quand vous montez sur scène ? Oui ! Pour moi oui ! Mais je dois avoir un problème, je ne dois pas être comme tout le monde. Mais oui, c’est même dès qu’on sort un disque, dès qu’on fait n’importe quoi, je mets beaucoup de cœur à l’ouvrage. J’essaie de ne pas beaucoup le montrer car je trouve que ce n’est pas intéressant que les gens voient ça. Des petites questions plus perso maintenant. Parmi vous cinq, qui est le plus organisé ? Patrice, le guitariste, et moi je crois, je suis bien organisée ! Le plus flemmard ? Aucun ! On bosse comme des porcs ! Le plus drôle ? Mitch et Patrice. Et le plus bordélique ? Je crois que Greg le batteur est pas mal bordélique. Mais bordel matériel, il laisse trainer des trucs... Etre la seule femme parmi ces quatre messieurs, est-ce que ce n’est pas difficile parfois ? Si, mais au final, je le vois comme dans une fratrie. De temps en temps j’ai l’impression d’être la maman et à d’autres moments, j’ai l’impression d’être la petite sœur. Pour finir, qu’est-ce qu’on peut vous souhaiter pour la rentrée 2012 ? Qu’on passe une joyeuse fin du monde et après, on partira en tournée ! Propos recueillis par Enrique Lemercier Crédit photo : Maxime Stange et Pauline Darley

71


TENDANCES BILAN TV DE L’ANNÉE 2012

par Enrique Lemercier

Ah l’été... Alors que beaucoup sont en vacances, d’autres qui n’ont pas eu cette chance sont contraints d’essayer d’occuper leur temps comme ils le peuvent. Problème, à cette période, la programmation n’est pas vraiment riche et variée. Toutes nos émissions préférées (y compris celles dont on n’avouera jamais qu’on les regarde) sont stoppées et font place à de perpétuelles rediffusions ou encore à des émissions sans grand intérêt. Les goûts et les couleurs, il paraît que ça ne se discute pas, que cela soit pour les vêtements, la décoration, l’alimentation... Et bien pour la télévision, c’est la même chose. Il suffit parfois d’un simple « Tu as regardé quoi à la télé hier soir ? » pour lancer de véritables débats ! Alors oui, on ne partage pas toujours les mêmes avis, mais ce qui est sûr, c’est que le petit écran, on aime bien en parler et partager nos points de vue. Alors vous ne serez sûrement pas tout à fait d’accord avec notre rédac chef, mais en attendant la rentrée, voici la liste des programmes qui l’ont marqué cette année !

C À VOUS FRANCE 5 Le rendez-vous quotidien à ne pas manquer ! Fin de journée, access prime time, il est 19h, on a simplement envie de se détendre après une journée de travail. Et bien la solution est simple : on allume sa TV, et on se pose tranquillement devant C à vous sur France 5. Tournée dans un loft, cette émission conviviale est présentée par Alessandra Sublet, une animatrice qui a tout pour elle : belle, drôle, intelligente, toujours souriante et sans prétention. Entourée de ses chroniqueurs, elle accueille chaque soir des invités différents qui viennent parler de leurs actus et de leurs parcours. On ajoute à cela de la bonne humeur, de l’info, des recettes élaborées en direct par des cuisinières aussi sympathiques les unes que les autres, et on obtient l’émission qui continue à séduire de plus en plus de monde, allant jusqu’à franchir le million de téléspectateurs à plusieurs reprises. En fin de saison, Alessandra (alors en congé maternité), fut remplacée par Daphné Bürki qui a pris de suite le relais avec aisance et qui a su imposer son style et sa fraîcheur.

72


LES MATERNELLES FRANCE 5 Quoi ? Je fais une fixette sur Daphné Bürki ? Pas du tout ! Pourquoi dites-vous ça ? Parce qu’elle était en couverture du numéro 4 de Pose Mag et parce que j’apprécie toujours ce qu’elle fait ? Ce n’est pas de ma faute si elle est douée ! Il suffit de voir la façon dont elle s’est appropriée l’émission Les Maternelles pour comprendre. Le challenge n’était pourtant pas évident et beaucoup l’attendaient au tournant. Mais le pari est réussi, les audiences étaient au rendez-vous et elle a su séduire un nouveau public et démocratiser l’émission (dont le concept était déjà bien trouvé, je vous l’accorde). En tout cas, j’ai désormais hâte de découvrir Daphné Bürki dans la nouvelle version du Grand Journal de Canal + à la rentrée, en espérant qu’elle fera oublier l’image quelque peu ternie de l’émission depuis quelques temps, et qu’elle saura insuffler le vent de fraicheur dont ce programme a besoin pour repartir sur de bonnes bases.

SCÈNES DE MÉNAGE M6 Cette série n’est pas une nouveauté, puisque diffusée depuis novembre 2009 sur M6 mais il faut avouer que ces scènes de ménage nous font toujours autant rire. Petit bémol cependant pour le dernier couple en date, Emma et Fabien, dont le potentiel comique est peut-être un peu moins évident que pour les trois autres. Mais en tout cas, que cela soit Marion et Cédric, Raymond et Huguette ou encore Liliane et José, on aime les regarder et rire de ces situations et prises de bec que l’on connait tous à certains moments lorsque l’on est en couple.

TOUCHE PAS À MON POSTE FRANCE 4 On continue dans la bonne humeur avec l’émission Touche pas à mon poste (TPMP pour les intimes), qui était diffusée le jeudi soir, en deuxième partie de soirée sur France 4 (et qui sera diffusée à la rentrée sur Direct 8 en quotidienne à 19h). Le concept de l’émission : Cyril Hanouna et son équipe de chroniqueurs reviennent sur l’actu télé de la semaine. Mais plus qu’une compilation des meilleures images, Touche pas à mon poste est une émission qui aborde plusieurs sujets et enjeux de la télévision, avec des débats et des échanges (parfois musclés) entre chroniqueurs ou bien avec les invités de la semaine. Le ton monte souvent, mais la bonne humeur reste de rigueur, avec un Cyril Hanouna qui donne de lui-même au gré de danse de l’épaule et reprises de tubes de Patrick Sebastien et autres grands chanteurs français (je le remercie d’ailleurs de m’avoir mis la chanson de Daddy Day dans la tête à plusieurs reprises!). En espérant que l’émission sera toujours aussi réussie lorsqu’elle sera diffusée en quotidienne à la rentrée.

FAIS PAS CI, FAIS PAS ÇA FRANCE 2 Une série sympathique et sans prétention qui se laisse très bien regarder. Fais pas ci, fais pas ça nous fait vivre le quotidien de deux familles voisines, les Bouley et les Lepic, aux méthodes d’éducation opposées. Les Lepic sont plutôt conservateurs et « coincés », alors que les Bouley sont plus modernes et un brin « laxistes ». Malgré leurs différences sociales et culturelles, les deux familles sont amies et font souvent face à des problèmes communs. La série est diffusée depuis 2007 sur France 2 (avec des rediffusions sur France 4). On attend avec impatience la cinquième saison qui sera diffusée cet automne.

73


RENDEZ-VOUS EN TERRE INCONNUE FRANCE 2 Alors allez comprendre, je ne suis ni un aventurier dans l’âme, et je n’ai pas encore beaucoup voyagé, mais Rendez-vous en terre inconnue est une émission que je regarde avec grand plaisir. Elle permet de s’évader, de partir à la rencontre de contrées éloignées, et peuples dont on ignorait la connaissance. Les personnalités sont toujours bien choisies et l’émotion est toujours aussi vive lorsque toute l’équipe est sur le point de repartir en France. Frédéric Lopez est un présentateur parfait pour ce type de programme, il sait trouver le juste milieu entre empathie et recul nécessaire pour ne pas tomber dans le pathos. Plébiscitée par le public, on espère que les rendez-vous en terrre inconnue seront encore nombreux.

LES NOUVEAUX EXPLORATEURS CANAL + Mais non, je vous promets, je ne suis pas un aventurier mais tout comme Rendez-vous en terre inconnue, Les Nouveaux Explorateurs est le programme parfait pour s’évader. Le concept : chaque semaine, un explorateur fait découvrir un lieu dans le monde, avec un thème qui lui est propre. Ces explorateurs sondent les richesses de la planète et les enjeux auxquels elle est confrontée à travers leur regard aiguisé. Découverte, émotion, humour, évasion sont les maîtres-mots de ces échappées. Nous dans notre canapé, eux sur les routes... Ils sont tous globe-trotters impénitents, intrépides et passionnés, et ils partent aux quatre coins de la planète pour nous faire découvrir le monde autrement. Loin des documentaires classiques, Les Nouveaux Explorateurs dépoussièrent le genre en nous faisant partager chacun à leur manière leurs périples et leurs expériences, le plus loin possible des clichés et en dehors des sentiers battus.

PARIS DERNIÈRE PARIS PREMIÈRE Paris Dernière est une émission qui est diffusée depuis 1995 sur Paris Première ! Le concept : une exploration nocturne de différents lieux parisiens, et d’interviews de personnes qui y évoluent, le tout filmé en caméra subjective. Cette exploration parisienne se fait donc exclusivement de nuit, à partir de 22h. On embarque dans la voiture (une Peugeot 404) avec l’équipe et on part à la découverte d’un large panel de lieux et de personnalités qui font la richesse et la diversité de la capitale. Mais attention, à partir d’une certaine heure, les lieux et les interviews deviennent plus osés, alors pensez à éloigner les plus jeunes du poste de télévision ! Mention spéciale à la bande son signée Béatrice Ardisson, qui fait également le succès de l’émission. La musique tient une place très importante puisque chaque partie non parlée est illustrée par des extraits musicaux. La bande son de Paris Dernière ne comporte aucun instant de silence. Cette bande originale est composée de reprises de titres connus. Plusieurs volumes de ces morceaux choisis sont d’ailleurs sortis dans le commerce, sous la forme de compilations.

74


LA MODE, LA MODE, LA MODE PARIS PREMIÈRE Paris Dernière est une émission qui est diffusée depuis 1995 sur Paris Première ! Le concept : une exploration nocturne de différents lieux parisiens, et d’interviews de personnes qui y évoluent, le tout filmé en caméra subjective. Cette exploration parisienne se fait donc exclusivement de nuit, à partir de 22h. On embarque dans la voiture (une Peugeot 404) avec l’équipe et on part à la découverte d’un large panel de lieux et de personnalités qui font la richesse et la diversité de la capitale. Mais attention, à partir d’une certaine heure, les lieux et les interviews deviennent plus osés, alors pensez à éloigner les plus jeunes du poste de télévision ! Mention spéciale à la bande son signée Béatrice Ardisson, qui fait également le succès de l’émission. La musique tient une place très importante puisque chaque partie non parlée est illustrée par des extraits musicaux. La bande son de Paris Dernière ne comporte aucun instant de silence. Cette bande originale est composée de reprises de titres connus. Plusieurs volumes de ces morceaux choisis sont d’ailleurs sortis dans le commerce, sous la forme de compilations.

HABILLÉ(E)S POUR CANAL + Cela n’arrive que deux fois par an, alors autant dire que c’est LE rendez-vous télévisuel qu’il ne faut pas manquer ! Mademoiselle Agnès et Loïc Prigent suivent les défilés de Paris, Milan et New York… à cent à l’heure. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que Mademoiselle Agnès est une guide malicieuse, qui nous ouvre les portes de cette jungle démesurée qu’est la fashion week. Naviguant de défilé en défilé, telle une baroudeuse, elle nous offre une escapade express dans les capitales de la mode. Scoops, analyses, interviews… On découvre tout sur les défilés qui ont compté. Et ça, avec six mois d’avance. Le tout réalisé par son éternel complice, Loïc Prigent, et teinté de cette distance amusée qui fait l’identité de cette collection documentaire, devenue culte au fil des saisons. Outre le fait d’apprendre plein de choses en matière de mode, on aime l’humour et le ton assumé de ce programme. Le seul problème, c’est qu’on aimerait qu’il y ait plus de saisons dans une année, parce que deux fois par an, ce n’est vraiment pas assez !

PRÊT-À-PORTER TOUT DE SUITE STYLIA N’oublions pas que Pose Mag est un magazine qui s’intéresse particulièrement à la mode et aux tendances, alors c’était sûr que je n’allais pas m’en tenir à une émission spécialisée dans ce domaine. D’autant plus que Prêt-à-porter tout de suite est un véritable bijou. On aime le ton complètement décalé de l’émission, les points de vue tranchés, l’humour d’Elisabeth Bost qui se prête sans hésiter aux caprices du réalisateur pour nous faire rire. La présentatrice s’immisce dans le monde merveilleux de la mode. Son péché mignon : vous dénicher les dernières « tendances mode » et faire de vous de véritables expertes du bon goût épaulée par Inès de la Fressange et Karl Lagerfeld. Au programme : des portraits sérieux, des enquêtes hystériques, des décryptages pointus... Et pour avoir assisté au tournage de l’émission, je peux vous dire que l’ambiance est aussi bonne devant que derrière la caméra. Je souhaite donc une longue vie à cette jeune émission.

75


HOMMES, FEMMES,

VACANCES, J’OUBLIE TOU

76

Patience, votre heure sonnera ! Juilletistes ou aoûtiens nous n’aspirons tous qu’à une chose  : prendre des vacances bien méritées. Partir quelques jours se ressourcer, loin de tout et de tous (surtout de ceux qui ont pris un malin plaisir à nous pourrir tout au long de l’année !). Exit le stress quotidien… On décompresse (inspirez, expirez  !). Peu importe la destination choisie… Le mot d’ordre étant  : se retrouver en famille ! D’ailleurs votre homme n’attend qu’une chose : profiter à 200% de ses chérubins.

longent la plage, un petit café en terrasse, la lecture de ce livre recommandé par Sophie depuis des lustres, la sieste au soleil et j’en passe …

Du temps, rien que pour nous Mesdames ! Avec au programme  : le marché du matin, les boutiques qui

On évitera de s’épancher sur la partie trajet… Entre, la chaleur, ces incontournables bouchons

Enfin délivrées de notre statut de working-girl, jonglant habilement toute l’année entre maison, boulot, enfants… Les yeux constamment rivés sur nos montres et téléphones. Souriez les filles, l’heure de la relève paternelle est imminente !


MODE D’EMPLOI !

UT !

(d’ailleurs à ce propos, il serait peut-être judicieux de ne plus proposer vos locations du samedi au samedi à la terre entière, non ?), les enfants qui ne cessent de vous demander « dis, c’est quand qu’on arrive ? », les demandes d’arrêts régulières pour cause « pipi », « j’ai faim », « j’ai soif »… On y est ! La maison est telle que décrite sur la fiche web et le quartier semble calme. Premier soulagement. Votre homme affiche un grand sourire et vous l’avoue enfin… avec toutes ces émissions retransmises à la télé sur ces locations douteuses, il s’attendait au pire. Une fois le coffre vidé, on s’attaque au coffre de toit. Je sais, j’ai beau tenter de restreindre mes bagages un peu plus chaque année, je n’y parviens toujours pas. - Mais c’est quoi toutes ces chaussures ?  -  Une paire pour chaque tenue en fonction des circonstances. Oui, je sais c’est très girly !  D’ailleurs, à ce sujet, Messieurs, si vous pouviez m’expliquer comment vous faites pour vous satisfaire de si peu de vêtements durant les vacances ! Les enfants sont tout excités. Ils veulent voir la mer ! Qu’à cela ne tienne ! Papa se propose de leur dégourdir les jambes pendant que vous viderez les valises. - Mais bien sûr chéri ! Et le dîner pour quelle heure, tu le veux ?  A contrecœur, vous vous exécutez, tout en pensant à votre journée de demain. Le réveil se fait tout en douceur et en tendresse. Il paraît que les vacances rapprochent les couples. Moi, je veux bien… Mais lorsque je l’ai vu enfiler son short et ses baskets, prêt à partir courir à la fraîche, dans le but de repérer les lieux, j’ai vu rouge ! - Mais tu fais quoi là ? Je comptais partir au marché moi !  -  Je vais courir une petite heure, vas-y avec les enfants  - Pardon !  Passons à l’épisode Plage  ! Le sable chaud, la mer à perte de vue, et ces sirènes dorées à souhait qui font des huit avec leurs fesses à chaque fois qu’elles partent se baigner. Elles ont pris des cours, non, pour se déhancher ainsi ? Mon homme affiche un sourire béat qui m’hérisse au plus au point. - Tu veux mes yeux aussi ?  - Mais chérie, tu sais bien que c’est toi que j’aime.  Il se lève alors de sa serviette en proposant aux enfants

d’aller se baigner. Mais quel manipulateur !!! Je profite de cette courte pause pour attaquer ma lecture. La tension se relâche. Bref, je m’assoupis  ! En me réveillant, je découvre, avec stupeur, mon homme endormi lui aussi à mes côtés. La panique s’empare de moi. Mais, où sont les enfants  ? Vous courrez, longeant le bord de mer de long en large, en appelant vos bébés des dizaines, des centaines de fois, telle une hystérique. Vous les apercevez enfin, sautant les vagues tout en riant. Plus de peur que de mal  ! De retour à votre espace serviette, vous dégainez un regard de serial killeuse au père de votre tribu, tout en lui assénant une liste de noms d’oiseaux interminables. Un conseil les filles, avant de vous détendre, assurezvous toujours que la garde est disponible ! Au coucher du soleil, vous adorez vous balader le long de la plage, en respirant à plein poumon l’air iodé. Les enfants, eux, vous suivent sans mot dire, se régalant de leur glace vanille/fraise ou vanille/chocolat qu’ils tentent habilement de ne pas faire tomber dans le sable. Les enfants sont couchés et vous saisissez (tel un réflexe) la télécommande de la télévision… Grosse erreur !!! La chaîne diffuse un match de foot en direct et votre homme s’installe alors confortablement sur le canapé, prêt à réagir et à commenter de vive voix. A la mi-temps, vous en profitez pour faire défiler les autres chaines à l’écran dans l’espoir puéril et fou de tomber sur votre film culte. Peine perdue ! Combien de fois faudra-t-il vous suggérer de bannir l’objet « TV » durant vos vacances ? Quoi qu’il en soit l’été sera chaud, car malgré engagements communs et belles promesses, l’homme et la femme n’ont qu’une idée en tête : faire ce qui leur plaît et profiter au maximum de ces quelques jours de répit ! Bonnes Vacances à Tous et…Restez connectés sur POSE MAG durant tout l’été, car la team (même en vacances) poursuit son labeur sans relâche. Quand on aime, rien ne nous arrête !

Armelle H. 77


BONNIE & CLYDE

PHOTO JULIEN COZZOLINO MODÈLES MAXIME REILLAT @EYE MODEL ET SAMARA DONDA @WM STYLISME PERRINE MULLER MAKE-UP ALINE MACOUIN HAIR QUENTIN GUYEN @ GUILD ARTISTICTEAM

Remerciements : Dhana & Alexis pour leur accueil et l’aide à l’organisation du shooting. Jean Michel & Pablo pour le prêt de la 4L (et Lyne pour la conduite). L’équipe du «3 Pièces Cuisines» 25 rue de Cheroy 75017 et la supérette en face pour avoir accepter de se faire braquer !

78


Maxime Gilet de costume en laine et cachemire marron, Daniel Hechter Costume Chemise «Neppy Twill» en coton marron, Wrangler Pantalon en velours côtelé rouge, J Brand Chapeau en feutre noir, Tommy Hilfiger Samara Chemisier en laine grise, Issey Miyake Jupe en laine grise, Issey Miyake Ceinture en cuir, Issey Miyake Pendentif « Coeur Antique » en or 22 carats et diamants blancs et jaunes, Esther Assouline Chapeau en feutre camel roseau, Tommy Hilfiger

79


80


Maxime Blazer en laine shetland, Tommy Hilfiger Cravate à motifs en soie, Etro Chemise demi mesure en lin gris, Saint Sens sur Menlook.com Chapeau en feutre marron, Tommy Hilfiger Samara Trench réversible en laine noire et camel, Maliparmi Pull en cachemire orange foncé, Guy Laroche Gants en cuir, Guy Laroche Chapeau en feutre de laine et cuir, Julie Dubois Pendentif « Coeur Antique » en or 22 carats et diamants blancs et jaunes, Esther Assouline Sac en cuir tressé et ajouré coloris cognac, Claramonte chez Lessisrare.fr

81


82


Maxime Costume à rayures en laine grise, Etro Chemise texturée en coton bleu, Cerruti 1881 Cravate en maille rouge, Cerruti 1881 Chapeau en feutre noir, Tommy Hilfiger Carré motifs fleurs en soie, Maison F Samara Pull en cachemire orange foncé, Guy Laroche Gants en cuir, Guy Laroche Pendentif « Coeur Antique » en or 22 carats et diamants blancs et jaunes, Esther Assouline

83


84


Maxime Costume 3 pièces en laine et cachemire marron, Daniel Hechter Chemise « Neppy Twill » en coton marron, Wrangler Chapeau en feutre noir, Tommy Hilfiger Samara Gilet en laine et cachemire vert et beige, Etro Chemisier en laine grise, Issey Miyake Jupe en laine grise, Issey Miyake Ceinture en cuir, Issey Miyake Chapeau en feutre camel roseau, Tommy Hilfiger

85


86


Maxime Costume 3 pièces en laine et cachemire marron, Daniel Hechter Chemise « Neppy Twill » en coton marron, Wrangler Cravate avec imprimé en soie, Tommy Hilfiger Samara Béret en laine bouillie noir et nœud en sequins, Delphine Quirin Foulard en mousseline de soie Hermès Top à bretelle en satin de coton noir, La Boutique de Fernande Jupe en coton de fond beige et carreaux bleu marine, La Boutique de Fernande

87


88


Maxime Costume 3 pièces en laine et cachemire marron, Daniel Hechter Chemise « Neppy Twill » en coton marron, Wrangler Cravate avec imprimé en soie, Tommy Hilfiger Samara Béret en laine bouillie noir et nœud en sequins, Delphine Quirin Gilet en laine et cachemire bleu, Etro Top à bretelle en satin de coton noir, La Boutique de Fernande Jupe en coton de fond beige et carreaux bleu marine, La Boutique de Fernande

89


Samara Veste Prince de Galle en laine grise, Tommy Hilfiger Blouse en soie blanche, Tommy Hilfiger Jupe Ă carreaux en laine, Tommy Hilfiger Chapeau en feutre camel roseau, Tommy Hilfiger

90


Maxime Chemise en coton blanc, Cerruti 1881 Pantalon en tweed gris foncé, Cerruti 1881 Gilet sans manches à rayures en laine bleue, Tommy Hilfiger Bretelles en cuir de vachette marron, Léon Flam Gavroche en laine chinée grise, Tommy Hilfiger

91


92


Samara Blouse en soie blanche, Tommy Hilfiger Pantalon en velours côtelé marron, Superdry Béret en feutre bleu, Tommy Hilfiger Sac en cuir tressé et ajouré coloris cognac, Claramonte chez Lessisrare.fr Pendentif « Coeur Antique » en or 22 carats et diamants blancs et jaunes, Esther Assouline

93


94


Maxime Veste en velours vert kaki, El Ganso Chemise en coton blanc, Cerruti 1881 Gilet sans manches à rayures en laine bleue, Tommy Hilfiger Pantalon en tweed gris foncé, Cerruti 1881 Chapeau en feutre marron, Tommy Hilfiger Malle à chaussures collection Bedford en toile enduite et cuir, Tumi

95


96


Maxime Pull jacquard en laine, Tommy Hilfiger Pantalon de costume gris en laine chinée, Tommy Hilfiger Chapeau en feutre noir, Tommy Hilfiger Boots en cuir camel, Tommy Hilfiger Samara Pull en laine beige, Tommy Hilfiger Jupe longue en satin de coton noir, La Boutique de Fernande Béret en feutre bleu, Tommy Hilfiger Bottines en cuir rose, 3 Suisses Collection Malle à chaussures collection Bedford en toile enduite et cuir, Tumi

97


INTERNET INSTAGRAM : LES STARS FONT LEUR CINÉMA

par Matthew Fox

Instagram, réseau social de photographies qui a explosé ces derniers mois et récemment racheté par Facebook, séduit de plus en plus d’utilisateurs de smartphones qui partagent et customisent leurs photos avec des filtres vintages. Les célébrités n’ont pas tardé à comprendre l’enjeu de ce nouveau phénomène qui consiste à communiquer sur soi… en image : personal branling, nouveau support de communication ou partages instantanés avec les fans, difficile de s’y retrouver. Voici une sélection de stars de cinémas du petit écran qui instagrament leurs moments de vie. EMMA ROBERTS nom du compte : @emmaroberts6 nombre d’abonnés : 426588 nombre de photos : 248 ce qu’on y trouve : quelques portraits perso, un vrai compte pour partager en image des coups de cœur shopping, lecture, musique et… fooding. Elle est comme nous Emma, et on l’imagine justement très bien en bonne copine. ce qu’on espère y trouver un jour : un aperçu d’une partie de campagne avec tatie Julia Roberts. intérêt photographique : faible, on dira poliment qu’Emma ne tergiverse pas des heures avant de cadrer ou de choisir son filtre. intérêt stalking : faible aussi, sauf si les clébards ou les tranches de jambons vous font saliver.

98

la note: 3/5


CHRIS HEMSWORTH nom du compte : @chrishemsworth nombre d’abonnés : 111005 nombre de photos : 54 ce qu’on y trouve : des photos essentiellement à but promotionnel. L’acteur australien a notamment pris un certain nombres de clichés lors du marathon promo de son dernier film « Blanche Neige et le chasseur ». ce qu’on espère y trouver un jour : un cliché où sa collègue de tournage Kristen Stewart sourit. intérêt photographique : Nul. Chris étant présent sur chaque photo, on peut deviner assez aisément qu’il n’est pas l’auteur de ces images. intérêt stalking : nul. Aucune photo avec sa femme, l’actrice Elsa Pataky. Peut-être pour ne pas rendre jaloux ses ex Adrian Brody et … Michael Youn.

la note: 2/5 JESSICA ALBA

nom du compte : @jessicaalba nombre d’abonnés : 894335 nombre de photos : 498 ce qu’on y trouve : un pot pourri de photos de galas, soirées people, fashion weeks, ses enfants, art, voyage… ce qu’on espère y trouver un jour : une photo sur un tournage. intérêt photographique : limité. Les photos sont globalement assez ternes et l’actrice propose parfois des patchworks de clichés pas des plus jolis. intérêt stalking : élevé. Si Jessica affiche elle-même ses photos de famille au public en temps réel, que reste-t-il aux paparazzi ?

la note: 3/5 IAN SOMERHALDER nom du compte : @IanJSomerhalder nombre d’abonnés : 159750 nombre de photos : 68 ce qu’on y trouve : essentiellement des photos de tournage de la série Vampire Diaries. ce qu’on espère y trouver un jour : une photo avec ses collègues, nus et ivres. intérêt photographique : Ian ne semble pas avoir compris que ce sont ses photos à lui qu’on veut voir et pas des clichés officiels d’Entertainment Weekly ou Instyle. On n’ose pas croire qu’une attachée de presse véreuse se cache derrière ce compte officiel. intérêt stalking : proche du néant.

la note: 1/5

99


ZOOEY DESCHANEL nom du compte : @zooeydeschanel nombre d’abonnés : 1076263 nombre de photos : 122 ce qu’on y trouve : beaucoup de photos d’elle avec des célébrités, des amis, des amis célèbres et des autoportraits. L’actrice de New Girl a bien compris qu’elle était hype & cool, adulée des hipsters et des magazines de mode et en fait des tonnes… mais toujours avec une bonne dose d’autodérision. On adore les photos improbables de ses ongles décorés. Gare à l’overdose tout de même. ce qu’on espère y trouver un jour : une photo au naturel, sans maquillage. intérêt photographique : les couleurs, les poses, les accessoires, c’est globalement très réussi, drôle et esthétique. intérêt stalking : faible. Zooey est en représentation sur son compte.

la note: 4/5 DAKOTA FANNING

nom du compte : @fanningdakota nombre d’abonnés : 85611 nombre de photos : 95 ce qu’on y trouve : délires entre copines, son bulldog, ses manucures Hello Kitty, capture d’écran SMS, voyage à Venise, soirées entre potes, ice creams… mais aucun autoportrait. ce qu’on espère y trouver un jour : des photos de sa vie d’étudiante à la New York University. intérêt photographique : certains clichés urbains très réussis, et une passion pour le rose évidente : on valide la cohérence visuelle de ce compte très girly. intérêt stalking : rien sur sa vie personnelle ou professionnelle. Dakota, qui fréquente les tournages depuis toute petite, est très pudique. En revanche, Miss Fanning ne dissimule pas l’admiration qu’elle porte à sa sœur Elle, star du film de Sofia Coppola « Somewhere » qui fait l’objet de nombreux clins d’œil (son compte @elle_fanning).

la note: 4/5 AUDREY LAMY

nom du compte : @AudreyLamy nombre d’abonnés : 10056 nombre de photos : 25 ce qu’on y trouve : des photos de la comédienne sur le tournage de la mini-série « Scènes de ménage », en week-end, devant un plateau de saucisses… ce qu’on espère y trouver un jour : des images cocasses avec l’Oscar de son beau frère. intérêt photographique : doit faire ses preuves ! Trop peu de clichés pour donner un avis. intérêt stalking : peu importe, le potentiel humoristique et décalé du compte d’Audrey devrait suffire à la suivre.

la note: 3/5 100


MATHIEU DEMY nom du compte : @Mathieudemy nombre d’abonnés : 427 nombre de photos : 117 ce qu’on y trouve : beaucoup instantanées, quelques autoportraits décalés, des paysages, des concerts, des moments insolites… ce qu’on espère y trouver un jour : davantage d’images d’archives et autres trésor de famille. Mathieu, fils d’Agnès Varda et Jacques Demy, partage parfois sur son compte des photos personnelles comme celle du tournage de « Documenteur » en 1981. Classe. intérêt photographique : indéniable. La diversité des sujets et des filtres choisis, la lumière… L’acteur est aussi réalisateur et ça se voit. intérêt stalking : faible si vous cherchez des infos sur sa vie privée, élevé si vous voulez découvrir qui il est à travers ses photos.

la note: 5/5 LENA DUNHAM

nom du compte : @Lenadunham nombre d’abonnés : 76686 / nombre de photos : 135 ce qu’on y trouve : photos de tournage de la série évènement Girls dont elle est la créatrice et l’actrice principale, tête au réveil, manucures ratées ou souvenirs d’adolescence, toujours avec des légendes à hurler de rire de type « le nouveau papier peint de ma salle de bain fraichement posé ne vous fait-il pas penser à une publicité pour les tampons ? » ce qu’on espère y trouver un jour : qu’elle prenne la pose avec son antithèse Sarah Jessica Parker et Woody Allen à qui elle est très souvent comparée. intérêt photographique : outre un magnifique cliché de son amie Jemima Kirke qui interprète le rôle de Jessa dans Girls, rien à signaler. intérêt stalking : Si vous êtes fan de Lena, abonnez vous sans hésitez à son compte. A l’image de sa série ou de son personnage, elle est d’un naturel irrésistible.

la note: 5/5 ROXANE MESQUIDA

nom du compte : @roxane_mesquida nombre d’abonnés : 260 nombre de photos : 82 ce qu’on y trouve : photos du tournage de la série XIII, son chat, son vernis à ongles, les lieux qu’elle aime à Paris ou ailleurs, des chaussures Marc Jacobs ou des baskets YSL, quelques jolis portraits avec ses proches. ce qu’on espère y trouver un jour : une photo avec nous ! intérêt photographique : la jeune française qui a fait une apparition remarquée dans la série Gossip Girl est une esthète : ses photos sont toutes superbes. Le compte glamour par excellence. intérêt stalking : non, Roxane possède le charme de la discrétion.

la note: 4/5 101


PRETTY WILLIAM

PHOTO RACHEL SADDEDINE ASSISTANT FLORIAN BAUDENON MODÈLE WILLIAM CARNIMOLLA ET KAROLINA @UPMODELS STYLISME CÉCILE RÉAUBOURG (TROUVAILLES CHICS) HAIR/MAKE-UP FELIX PUGET RÉALISATION ENRIQUE LEMERCIER LIEU HÔTEL LA BELLE JULIETTE 92 RUE DU CHERCHE-MIDI 75006 PARIS Séance photo librement inspirée du film Pretty Woman

102


103


William T-shirt USA et chaussette American Apparel, short H&M, baskets Christian louboutin, collier dent de requin Givenchy, bracelet Hipanema, bague 4 or Boucheron

104


Karolina Jupe QiPao en poulain Lixli, Chemisier noir Tou Long Nam

105


106


107


108


Bague 4 or BOUCHERON, casque In2, bain moussant Lush

109


Chemise et pantalon Zara, noeud papillon Printemps Homme, Harnais Tamzin Lillywhite chez Mise en Cage, serre-taille Bordelle chez Mise en Cage, BO Justine Clenquet, chaussures Louboutin

110


111


William : Costume Agnes B, dĂŠbardeur by William Carnimolla, bracelet Hermes, bague 4 or Boucheron, lunettes Disquared2 Karolina : Chemise et pantalon Zara, noeud papillon Printemps Homme, Harnais Tamzin Lillywhite chez Mise en Cage, serre-taille Bordelle chez Mise en Cage, BO Justine Clenquet, montre Rolex

112


113


114


Costume blanc Marchand Drapier, chemise U-NI-TY, chapeau Agnes B, sneakers Louboutin, ceinture Givenchy, sac Pochette Gareth Pugh

115


116


INTERVIEW WILLIAM CARNIMOLLA Animateur atypique du petit écran, William Carnimolla a su faire se faire une place d’honneur sur M6, en étant aux commandes de l’émission Belle Toute Nue, depuis 2008. Ce personnage haut en couleur et en bonne humeur nous a invité à participer à une des émissions, pour photographier et publier des images de la candidate qui participait à l’épisode en question (que vous pourrez découvrir à la télévision à la rentrée). A notre tour, nous lui avons proposé de prendre la pose devant notre photographe, et d’incarner le rôle de Julia Roberts dans le film Pretty Woman. A la suite de cette séance, nous l’avons interrogé sur son parcours, ses projets... Découvrez tout de suite ce qu’il nous a confié. Styliste, mannequin, animateur, on dirait que tu aimes varier les expériences. Quelle a été celle qui t’a le plus marqué à ce jour ? C’est dur de répondre à cette question ! Styliste c’est mon métier, ma passion, qui je suis... Animateur, c’est encore une nouvelle expérience que je peaufine, mais j’en suis très fier car elle me sert à aider les gens. En tant que mannequin, j’ai eu l’occasion de travailler avec les plus grands dans ce milieu et cela m’a permis de me faire un super carnet d’adresses et booster mon attention sur la mode. Sans l’une de ces expériences, les autres ne seraient pas arrivées, donc c’est dur de choisir ! Lorsque tu as commencé à être animateur, est-ce que tu as délaissé tes activités en rapport avec la mode ? Ah non ! Comme je viens de te le dire, c’est ma passion, impossible de la laisser de côté. Mais il est vrai que Belle Toute Nue me prend beaucoup de temps, donc on va dire que c’est une nouvelle organisation que je dois assumer. Poser avec Gisele Bündchen, être l’assistant de Tom Ford... C’est un très beau parcours, surtout que tu étais encore très jeune. Tu ne regrettes pas d’avoir arrêté ? Pas du tout ! Tout ce que j’ai fait avant et encore maintenant, ça reste un apprentissage pour arriver enfin un jour à mes fins, faire ma propre collection en mon nom. Donc je ne regrette pas d’avoir arrêté quoi que ce soit, car si j’arrête une partie de ma vie pro, c’est seulement parce qu’un nouveau chapitre commence. On t’a vu plus naturel que jamais dans l’émission Pékin Express sur M6. Le William que l’on voit à la TV est-il exactement le même que dans la vie de tous les jours ?

Plus naturel que jamais dans Pékin Express ? Juste parce que dans Belle Toute Nue je ne pleure pas ? Je suis naturel sur M6, comme aujourd’hui et le jour de notre shooting pour Pose Mag. Je suis pareil à la TV et dans la vie, tu es bien placé pour en témoigner je crois! (rires) L’aventure Belle Toute Nue a débuté en 2008. Qu’estce qui, selon toi, fait le succès de cette émission ? Je pense que c’est ma sincérité, les conseils que je donne, les nouveautés que j’apporte chaque saison et tout simplement parce que je dis et montre ce que toutes femmes (et certains hommes) voudraient entendre ou voir. Je pense aussi que le fait que quelqu’un comme moi (grande crevette super modasse !!) prenne le parti de ces personnes-là, en sachant leur parler tout en restant honnête, et qu’ils m’écoutent, malgré nos différences visibles mais notre grande ressemblance intérieure, est très important ! Et je me dis aussi que mon expérience dans la mode me confère une réelle légitimité à la TV. As-tu d’autres envies niveau télévision ? Oui bien sûr. J’ai envie d’apporter plus aux Français (et aux autres). La TV est un très beau vecteur et il est temps que la mode y ait sa vraie place ! Oui bien sûr. J’ai envie d’apporter plus aux Français (et aux autres). La TV est un très beau vecteur et il est temps que la mode y ait sa vraie place ! Oui bien sûr. J’ai envie d’apporter plus aux Français (et aux autres). La TV est un très beau vecteur et il est temps que la mode y ait sa vraie place ! Pour avoir assisté au tournage de l’émission, je peux dire que toute l’équipe appréhende un peu lorsque la participante va se découvrir après le relooking. Estce qu’il est déjà arrivé qu’une d’entre elles n’aime vraiment pas son nouveau look ? 117


Non jamais ! Et si toute l’équipe appréhende ce moment, comme tu as pu le voir, c’est parce que ce sont des gens de la TV (rires) qui travaillent à mes côtés pour réaliser l’émission. Mais tout ce qui touche à la mode, c’est ma partie ! Mon équipe et moi-même sommes toujours sûrs du résultat ! C’est ça la différence avec la TV en mode « on est toujours en avance, on n’a pas peur de prendre des risques, on s’investit à 200% et ça marche, parce que l’on n’a pas le choix, ça doit marcher » ! Et pour Audrey (la jeune fille dont on peut découvrir les photos sur les pages suivantes de notre magazine), est-ce qu’elle était satisfaite de son relooking en mode Pin Up ? Oui elle a adoré. C’était son rêve de ressembler à une Pin Up. Elle a moins aimé sa couleur brune, qui entre toi et moi, était parfaite pour elle, mais notre shoot n’était pas la finalité de l’émission, on faisait encore un exercice (aussi plaisant qu’il a été pour elle) donc j’avais encore du travail à faire avec elle. J’avoue que de passer de blonde à brune, cela peut-être dur à vivre, mais je suis content que mon idée ait fonctionné, puisque elle a fini rousse et c’était ca le véritable but ! J’ai entendu dire que l’émission allait évoluer à la rentrée. Est-ce que tu peux nous en dire plus ? Tout ce que je peux te dire, c’est que l’émission évolue à chaque rentrée. En septembre, il y aura un homme et comme tout le monde a pu le voir cet été, on a eu une fille de petite taille, une mamie... Mais rien n’est encore décidé pour la saison prochaine. La seule chose dont je peux parler, c’est la collaboration avec Kiddy Smile et Sam Sparro, pour une vidéo dont on peut voir un aperçu ici : http://youtu.be/JgEzcljTgN8 ! Les tournages doivent occuper une grande partie de ton temps. Est-ce que tu arrives tout de même à garder du temps pour toi ? Non !! Et honnêtement, je suis super méga naze, c’est pour cela que je pars dix jours seul au soleil, avant de reprendre de plus belle en septembre ! Et quelles sont tes passions en dehors du travail ? Le sport, la danse, l’art, la cuisine, mes amis, ma famille et mes Louboutin !! Tu n’as pas hésité à poser nu dans un bain (certes, rempli de mousse) devant l’objectif de notre photographe. Tu n’as donc aucun problème avec ton corps et la nudité ? Si, bien sûr, j’ai des complexes comme tout le monde, et la nudité me dérange quand elle est gratuite ou mal faite, mais quand je fais confiance et que je sais que le résultat sera bien, je n’ai aucun problème !

118

Karolina : Costume femme, chemise et cravate Marchand Drapier, pochette iPad Louboutin, mocassins Cosmo


Passons maintenant à un petit questionnaire mode : comment définirais-tu ton style ? Mon style... Je ne pense pas en avoir, ou du moins, un en particulier. Je suis juste moi, c’est peut-être un style pour les autres ,mais pour moi c ‘est ma façon d’être, tout simplement ! La pièce dont tu ne pourras jamais te séparer ? Mon collier en or ! Même à poil, il me faut un minimum d’accessoires !! Ton créateur préféré ? C’est comme mon style, j’aime et je déteste des pièces chez tous les créateurs, je n’ai pas de préférés. Je porte ce que j’aime, peu importe la marque. Un défilé qui t’a particulièrement marqué ? Un des derniers Alexander McQueen. On a perdu un grand monsieur. Et plus récemment, toutes les TOP anglaises lors la clôture des JO. J’avoue, les English ont fait fort, c’était top des voir les filles là-haut ! La faute de goût que tu ne peux pas pardonner ? Les mauvaise chaussures, c’est rédhibitoire ! J’ai les yeux qui clignent, la peau qui gratte et je dois détourner le regard !! Quoi de prévu cet été ? Repos et rangement ! Je vis dans un dressing géant !! Enfin, est-ce que tu peux nous parler de tes projets pour la rentrée ? Une nouvelle saison de Belle Toute Nue et une autre émission je l’espère, une collection d’accessoires avec une marque anglaise, une nouvelle chanteuse sur laquelle je travaille et continuer le rangement car je n’aurai pas fini cet été !! Propos recueillis par Enrique Lemercier

William : Look Balmain, boots Christian Louboutin, bague 4 or Boucheron, BO corne Givenchy

Retrouvez toute l’actualité de William Carnimolla http://www.facebook.com/williamcarnimolla.officiel

119


AUDREY

William Carnimolla a invité l’équipe de Pose Mag à participer au tournage d’un épisode de Belle Toute Nue qui sera diffusé à la rentrée 2012. Pour l’occasion, nous avons réalisé une séance photo avec Audrey, la candidate qui participait à cet épisode. Un grand merci à elle pour s’être prêtée au jeu et avoir été aussi à l’aise très vite devant l’objectif de notre photographe, Rachel Saddedine.

120


121


TENDANCES QUAND JPG S’INSPIRE DU 7ÈME ART...

122


Jean-Paul Gaultier a toujours montré un grand intérêt pour le cinéma. Ce n’était donc pas étonnant de le retrouver membre du jury du dernier Festival de Cannes. Le célèbre couturier a d’ailleurs raconté à plusieurs reprises que sa vocation lui était venue en regardant le film « Falbalas », de Jacques Becker, sorti en 1945, dont le personnage principal est un couturier célèbre. Depuis, plusieurs défilés Gaultier se sont inspirés de l’univers du cinéma et ce fut le cas pour son dernier défilé haute couture, qui a eu lieu le 4 juillet dernier. La collection automne-hiver 2012 était en effet inspirée du personnage de Pete Doherty dans le film « Confession d’un enfant du siècle », tiré du roman d’Alfred de Musset. Les silhouettes portent des noms comme Spleen, Swann, Barbey... Plus qu’un clin d’oeil à l’histoire d’amour d’Alfred de Musset et George Sand, elles font aussi référence à l’univers des dandies du 19ème et début 20ème siècle. Jean Paul Gaultier a combiné tout cela aux éléments qui font la marque de fabrique de sa Maison : du cuir, de la transparence, des seins coniques, du mélange des genres, de l’excentricité... Comme à son habitude, le créateur mêle modèles féminins et masculins et on retrouve également le mannequin androgyne Andrej Pejic (présent depuis plusieurs saisons dans la Maison Gaultier), qui porte des tenues féminines. Pour ce défilé, Jean Paul Gaultier a puisé aussi son inspiration dans le film Métropolis. Ce film muet, en noir et blanc, de 1927, est un film expressionniste de science-fiction produit pendant la courte période de la République de Weimar et réalisé par le réalisateur autrichien Fritz Lang. Les robes du défilé se parent alors de motifs géométriques et de broderies en perles. Un corset cage en métal doré rappelle les costumes que le créateur avait dessinés pour la tournée de Madonna « The blond ambition tour ». Hauts de forme, redingotes, fracs, résilles, confusion des genres, travestissements, cabaret et dandy ont formé un cocktail détonnant pour cette collection couture de l’hiver prochain. Chapeau bas monsieur Gaultier, nous sommes sous le charme ! Enrique Lemercier 123


124


125


« OH MY DAR CLEMENTINE

PHOTO AMEL KERKENI HAIR/MAKE-UP LILA GUÉANT STYLISME VALÉRIANE DOUSSE MODÈLE MAËVA @EXCEPTION 126

(ETERNAL SUNSHINE OF THE SPOTLESS MIND)


RLING » 127


128


129


130


131


132


133


134


135


136


137


138


139


140


CHRONIQUE

TARANTINO, T’AS LE STYLE COCO! Pour ce numéro spécial « cinoche  » Pose Mag s’interroge sur un drôle de moustique du cinéma. Prénoms : Quentin – Jerome Nom : Tarantino Age : 49 ans Profession : Réalisateur – Acteur On n’a pas tous la chance de pouvoir se dandiner avec classe sur le tapis rouge, alors nous, on veut comprendre comment il a fait pour en arriver là ! Deux étapes clés semblent avoir joué un rôle majeur dans la vie de Quentin (oui nous sommes intimes, je l’appelle par son prénom). Numéro 1 : à l’âge de 15 ans il abandonne ses études pour rentrer dans une compagnie de théâtre (courageux le bougre). Numéro 2 : à 22, il travaille dans un vidéo club où il développe sa passion pour le cinéma et où il rencontre Roger Avary, futur co-scénariste de plusieurs de ses films. Projections de films, travail d’écriture  : la machine « Tarantinesque » est en route.. Zou ! On passe dix années de vie, la vente des scénars de Tueurs Nés et True Romance puis la réalisation de son premier film - Reservoir Dogs (10 ans bien chargés quand même  !) et on arrive directement en 1994. Attention mes ptits loups, on s’accroche à nos baskets et on ouvre nos mirettes pour découvrir le plus grand chef d’œuvre de Tarantino... Pulp Fiction ! Ce succès, noir, mêlant humour et meurtres sanglants, ayant une chronologie complètement décalée et un casting à pleurer obtient la Palme d’Or au Festival de Cannes la même année. Cette consécration lui permet surtout de rentrer dans la cour des grands et d’avoir la confiance et reconnaissance des gens du milieu. Ce n’est pas pour autant qu’il prend la grosse tête. Non non non... Toujours sympa, très apprécié des médias et du public, Tarantino est réputé pour être un bouteen-train, dynamique et blagueur !

Coté « Vive le cinéma  !», on enchaîne ensuite avec Jackie Brown, Kill Bill, Sin City, Boulevard de la Mort et Inglourious Basterds, pour ne citer que les films qu’il a réalisés. Notre homme est aussi acteur rappelonsle... (haaa je fonds !). Mais quel est son secret ? Quentin Tarantino nous offre toujours des films très sombres mais très esthétiques, des scènes d’une rare violence entrecoupées par des dialogues longs, posés et soignés. Il aime semblerait-il jouer avec cette dualité. Ses scénarios revisitent souvent les classiques des films de vengeance, de guerre, des westerns et autre cinéma asiatique mais offrent des scènes très surprenantes et complètement décalées des attentes du spectateur (cf : la rapidité de la mise à mort de Bill. Moi qui m’attendais à un long combat de sabre...). Le script met souvent en avant des parcours de vie et particulièrement celles de femmes. Oui mesdames ! Nous sommes à l’honneur dans le cœur et le travail de ce beau brun. Enfin, il saupoudre le tout d’une BO de qualité, qui vous fait peur / pleurer / rire quand il le faut ! Ce que j’essaie de vous dire c’est que Tarantino ne nous propose jamais un simple film mais tout un univers. Un univers singulier à la fois flippant et ahurissant. Un magicien du cinéma quoi ! Vous l’aurez compris, je suis une grande fan ! En même temps, un mec sympa, bourré de talent et qui donne la chance à nos petites Frenchies... Euh.. Que demander de plus ! En fait, il l’a bien mérité son quart d’heure de swing sur la croisette...

Juliette Cany

141


LA BOUM

PHOTO MATTHIEU DORTOMB ASSISTANT SAMIR BENTERKI MODÈLE LIZA MANILI & LOUIS@NATHALIEAGENCY MAKE-UP CHARLOTTE HONINCKX STYLISME CÉCILE RÉAUBOURG (TROUVAILLES CHICS) LIEU LOVE CAPSULE, THE FIVE HOTEL WWW.THEFIVEHOTEL.COM

Liza : Robe Manoush, veste Koshka Mashka et chaussures Patricia Blanchet chez Emé & Isa Galerie Louis : Pantalon American Apparel, sneakers Florian Denicourt et polo Misericordia chez l’Exception, montre American Apparel

142


143


144


Liza : Combishort American Apparel, casque Sony Louis : Chemise American Apparel

145


146


Top Fripstar, bague pomme Le Corner, short American Apparel

147


148


Veste Philip Lim, cravate Asos, chemise American Apparel

149


150


Liza : Chemise Zara, short American Apparel Louis : Veste en jean, chemise et pantalon American Apparel

151


152


T-shirt Anet Vintage Club, bandeau rose Le Corner, short American Apparel, tennis Le coq sportif

153


Liza : Veste Zara, t-shirt et short American Apparel, tennis Le coq sportif Louis : Veste en jean, t-shirt et pantalon American Apparel

154


155


156


157


Chemise Zara

LIZA MANILI

RENCONTRE

Le rendez-vous est pris à l’ultra-branché hôtel Five, au fin fond d’un quartier huppé de Paris. Au moment où j’arrive, photographe, stylistes et assistants s’affairent à soigner le décor d’un shooting qui s’annonce résolument pop. Au sol, des dizaines de ballons aux couleurs acidulées. Perché dans un coin, un jeune éphèbe est en plein essayage de tenues rétro. Elle sait se faire attendre. Soudain, elle entre en scène, l’air de rien, sourire aux lèvres et sucette à la main. Silence… moteur…action ! Introducing Miss Liza Manili.

Pour ton premier album, tu as choisi un titre éponyme. A quel point peut-on dire que Liza Manili est une oeuvre autobiographique ? Je ne voulais pas que l’album ait de nom, car il est en quelque sorte une présentation de moi-même. Aucun titre ne me représente mieux que mon nom ! Beaucoup de mes chansons sont très personnelles, donc j’avais envie d’un album ‘portrait’ qui parlerait de lui-même.

158


Tu es également une actrice accomplie ! Dans L’Eclipse, premier single issu de ton album, on trouve les paroles «Alors comme ça elle fait du cinéma, ça n’a pas l’air d’être du Coppola.» Comment vois-tu ta propre carrière de comédienne ? Est-ce difficile de jongler avec deux métiers ? Pour moi, les deux métiers sont très complémentaires. La comédie, j’adore ça ! Je continue à tourner et on vient boucler le tournage des épisodes 3 et 4 de la série policière Deux flics sur les docks. A découvrir sur France 2 dès le mois d’octobre ! La référence à Coppola est un peu sur le ton de l’auto-dérision car bon, je ne peux pas dire que j’ai joué dans de grands films d’auteurrrrrrr ! (Rires) Parle-nous un peu de ton dernier projet, Interdit d’enfants, qui sera diffusé sur France 2 en novembre. Quel rôle incarnes-tu ? Dans Interdit d’Enfants, je joue le rôle d’une fille qui a une maladie à l’utérus et qui ne peut plus avoir d’enfants. Sans trop dévoiler, je peux vous dire qu’elle supporte très mal sa maladie. Tout le film parle du combat d’un couple qui cherche à faire reconnaître auprès de la justice française ses enfants adoptés aux Etats-Unis. C’est un film très politique et un rôle qui m’a énormément touché, car comme beaucoup de femmes ma plus grande peur est de ne pas pouvoir avoir d’enfants. Aujourd’hui, on fait un shooting inspiré du film culte La Boum. Estce une référence pour toi et quel est ton univers cinématographique plus généralement ? C’est clair que La Boum est une référence culte ! J’adore ce film. J’ai déjà joué dans une histoire similaire qui s’appelle Nos 18 ans. Dans le cinéma français, je citerais Klapisch et Audiard. Après, je suis fan des films d’Almodovar et de Sofia Coppola, bien entendu !

Retrouvez toute l’actualité de Liza Manili Sur son site officiel http://www.lizamanili.fr Sur sa page facebook http://www.facebook.com/liza.manili Si tu devais ne retenir qu’un seul titre pour nous faire saisir l’esprit de ton album, lequel choisirais-tu et pourquoi ? Le Petit Train raconte une histoire très personnelle, car il parle de mon départ de Strasbourg. Si je n’étais pas montée dans le train ce jour-là, je n’aurais jamais découvert Paris, ni écrit tous ces titres. Bref, je ne serais jamais arrivée là où j’en suis aujourd’hui ! Tu dirais que tu es plutôt strasbourgeoise ou parisienne dans l’âme ? Je peux dire sans hésiter que Paris est ma ville d’adoption. J’y habite depuis que j’ai 18 ans et aujourd’hui je me sens bien parisienne. Strasbourg restera tout de même ma ville de coeur!

Quand on regarde ton Tumblr, on ressent chez toi une certaine nostalgie de la grande époque de la chanson française, tant au niveau musical que vestimentaire. Quel impact des artistes tels que Gainsbourg et Hardy ont-ils eu sur ton travail ? Là on parle de ma période préférée de la variété française ! J’adore Françoise Hardy, Michel Berger ou encore Etienne Daho. C’était la belle époque. Au-delà de la musique, on évoque un style, une philosophie de vie. Je reste néanmoins une fille de mon temps ! J’écoute souvent Metronomy et The Black Keys, entre autres. Mais actuellement il n’y a pas d’artiste français qui m’interpelle vraiment. Dans tes clips, on dirait que tu t’amuses beaucoup à jouer avec la mode, allant même jusqu’au déguisement. Quel est ton vrai style et comment t’habilles-tu au quotidien ? Si j’essaie vraiment de faire des efforts sur scène, je suis plutôt cool au niveau vestimentaire dans la vie de tous les jours. En ce moment, j’ai un coup de coeur pour Vanessa Bruno et American Vintage ainsi que les sublimes sandales Swedish Hasbeens. J’aime mélanger des pièces de créateurs comme Isabel Marant avec des basiques Zara et H&M et quelques touches vintage ! Pour finir, quelle est ta plus grande fierté en tant qu’artiste ? Je suis super fière d’avoir sorti un album ! Jamais je n’aurais imaginé que cela serait envisageable. Quand j’ai signé en tant qu’auteur chez Sony, j’ai juste halluciné ! C’est une bonne petite revanche pour moi qui étais si nulle à l’école… (Rires) Aujourd’hui, je ne peux qu’être heureuse. Propos recueillis par Richard Bridgman Credit photo : Matthieu Dortomb 159


CHRONIQUE LA CHASSE AU PLACEMENT DE PRODUIT !

Oyé oyé les gens! Nous nous retrouvons en ce mois d’août, devant notre petit écran (pour ceux qui n’ont pas la chance d’être en vacances), devant des rediffusions à n’en plus finir... Alors avant de râler, pester, hurler, gueuler et tutti quanti, trouvons un nouvel intérêt à ces rediffusions et partons à la chasse au placement de produit ! Mais avant, une petite intro pour comprendre le pourquoi du comment, sans forcément passer un master en communication ! Le placement de produit ou l’art de placer discrètement des produits dans des films, clips ou séries, créant ainsi une visibilité importante à la marque et un désir d’achat chez le spectateur. Dans les clips, il y a ce fameux « P » qui s’affiche en bas à droite mais pour les séries et films, si on n’attend pas le générique de fin, c’est tout de suite plus compliqué pour le repérer ! Quoi que... Donc j’ai décidé de le faire pour vous ! J’aurai pu vous écrire une thèse sur le sujet tellement la liste est longue, mais je vais m’intéresser aux trois cas les plus marquants de cette année.

Blog de la marque Kulte http://kulte1998.blogspot.fr

Kulte est une marque du sud, parmi les plus connues. Ses produits ont pour cible principale les teenagers et adulescents. Cette année, on a pu voir ses produits dans deux séries désormais cultes Soda, et Bref. Le choix n’a donc pas été fait par hasard, Soda étant une série sur l’adolescence, qui a pour acteur principal Kev Adams, star parmi les stars pour nos adolescentes à la libido en explosion! Et Bref, série qui s’adresse plus à la génération Y, ou les adulescents (terme old school après l’arrivée du Y). Si vous faites attention à la garde-robe des deux protagonistes des deux séries, vous verrez souvent des tee-shirts de la marque Kulte. Toujours dans la série Soda, Kev Adams est depuis longtemps sponsorisé par Reebok, si vous faites attention, pour la série et sur scène, vous verrez qu’il en a toujours une paire aux pieds. Kev est fan de pumps jusqu’au bout des orteils.

Kyan Khojandi 160

Kev Adams


En ce qui concerne La vérité si je mens ! 3, sans avoir vu le film, j’avais vu le battage médiatique de MonShowroom, enchaînant concours sur concours pour ce film, sans vraiment comprendre pourquoi. Quand j’ai enfin loué le film pour découvrir le troisième volet de cette histoire désormais culte, j’ai compris ! On se demande comment le placement peut passer inaperçu, d’habitude le placement est discret, sous-entendu, on n’utilise rarement le nom d’une marque, c’est interdit. Là, MonShowroom est cité, son logo est utilisé pendant de longues minutes... Je ne sais pas vous, mais perso, je serais curieuse de connaître les enjeux financiers. Mais comme l’indiquait dernièrement un article sur le site du Figaro*, « le placement de produit à la télé peine à décoller ». Les annonceurs restent en effet prudents avec ce type de communication. Les retombées sont encore difficilement mesurables, surtout à court terme et le retour sur investissement n’est donc pas garanti. La prochaine fois, il faudrait peut-être que je vous parle du placement des bottes en caoutchouc dans L’amour est dans le pré !

Aude Bertrand Koubi * « Le placement de produit à la télé peine à décoller », par Alexandre Debouté. Publié le 26 avril 2012 sur http://www.lefigaro.fr/ 161


PEAU D’ÂNE

PHOTO SYLVAIN NORGET MODÈLE MÉLISSA GATEAU @APPARENCE MAKE-UP/HAIR ELODIE TASTET STYLISME SABRINA PERROU Les robes sont des créations de Sabrina Perrou Accessoires H&M

162


163


164


165


166


167


168


169


LA POSE POSTALE par Marie Parent

Hello Pose M ag, comment ça va ? Dites m vous en pensez oi quoi du c roche t en général... vu plein de na J’ai nas en porter cet été et fran j’arrive pas à chement dire voulez pas m’a si j’aime bien ou pas. Vous ider ? E lise l’Indéci se

Bonjour à

to

us, je voulai Bonjour Elise, s juste parta vous ma gra ger avec n d e t r i stesse face à Merci de prendre de nos nouvelles et pour répondre à votre de Vanessa la séparatio et Johnny. S question, toute l’équipe Pose Mag va très bien. Concernant votre i ncèrement ça n peu bousillé mes vacance m’a un problème face au crochet, nous tenons à vous dire que nous s . V q o u u e s c n ’e e trouvez pa st moche ? partageons votre indécision. Le crochet peut être très mignon s S idonie qui es s’il ne recouvre pas la totalité du corps et qu’il est porté avec t super blasé e style. Par contre nous faisons intervenir notre fashion police si quelqu’un ose porter du crochet à même la peau. Mais ne vous inquiétez pas Elise, la mode du crochet risque de passer très rapidement... Bonjour Sidonie, En effet l’annonce de la séparation de Johnny et Vanessa nous a tous un peu chamboulés. Cependant nous trouvons cela dommage que cette annonce ait gâché vos vacances car 2 bonnes nouvelles sont arrivées cet été : 1) Johnny Depp est de retour sur le marché et 2) Robert Pattinson également. Alors bon ça rattrape un peu la mauvaise nouvelle non?

e que r i d s u o ag !!! crire pour v . M e s o P ôt sé Bonjour ulais juste vou tout ! A bient st vo Moi je beaucoup. C’e e ag vous aim i aime Pose M qu Claire 170

je

Bonjour Claire ! Nous adorons ce genre de message et nous n’avons qu’une chose à vous dire : MERCI !


ur Salut à tous ! us dire que si un jo vo e st ju s ai ul vo je Alors moi ’ de Pose Mag uv co la it fa m tu a Channing T veniez pour que ré p e m us vo e qu ime j’aimerais bien bise parce que je l’a e un e ir fa i lu e n je vien énormément. Nantes Mireille, 44 ans,

Salut Mireille ! Toute l’équipe de Pose Mag vous assure que si un jour Channing Tatum fait la couv’ de Pose Mag vous en serez la première informée !

Bonjour à toute l’équipe de Pose Mag. Je me prénomme Caroline. J’ai vu sur votre page Facebook faire quelque chose avec Wil iam Carnimolla. Et j’aurais donc aimque vous alliez pourriez lui poser une question de ma part. En effet, j’ai un pr é savoir si vous trouve bel e toute nue, mais par contre, quand je suis habil ée, jeoblème : je me me trouve vraiment pas top. Est-ce que c’est normal ? Sylvie, bel e juste toute nue Bonjour Caroline. On doit vous avouer que votre problème a suscité le débat au sein de notre rédaction. Comme vous avez pu le voir si vous lisez ce message, William est en couverture de ce numéro, et nous avons donc bel et bien collaboré avec lui. Après lui avoir parlé de votre problème, on ne peut que vous suggérer de revoir votre look. C’est en effet la seule raison qui peut expliquer votre problème. Un conseil : candidater auprès de Cristina. Un nouveau look pour une nouvelle vie, c’est peut-être ça la solution !

171


Profile for Pose Mag

Pose Mag 13  

Pose Mag n°13, numéro anniversaire pour les 2 ans de Pose Mag. Au programme, un numéro spécial Ciné-Tv avec des éditos mode inspirés de fil...

Pose Mag 13  

Pose Mag n°13, numéro anniversaire pour les 2 ans de Pose Mag. Au programme, un numéro spécial Ciné-Tv avec des éditos mode inspirés de fil...

Profile for pose-mag

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded