Page 1

NUMÉRO 9

MODE, TENDANCES ET CULTURE 1


EDITORIAL

Petit Papa Noël, quand tu descendras du ciel... Et bien tu auras intérêt à lire le nouveau numéro de Pose Mag, spécial Noël, parce qu’on s’est donné du mal ! Rappelez-vous, on vous avait déjà bien gâté début décembre avec le dernier numéro et le beau Jared Leto et son groupe Thirty Seconds To Mars en vedette (je tiens d’ailleurs à signaler que les contributrices présentes sur le shooting ne s’en sont toujours pas remises !). Et nous voici donc de retour quelques jours après, avec ce neuvième numéro, spécial Fêtes de fin d’année. Noël oblige, il fallait bien qu’on réserve un cadeau spécial à nos lecteurs. Et puis, il paraît que dans moins d’un an maintenant, ça sera la fin du monde, et donc ce Noël 2011 pourrait être le dernier, alors autant rentabiliser ! Au programme de ce nouveau numéro, vous retrouverez Clément Sibony, Aure Atika, Marlon Roudette, des sélections shopping, des éditos mode et tout un tas de chroniques originales autour de Noël. Et pour ceux sur qui la magie de Noël n’a aucun effet, vous pourrez trouver du réconfort dans l’irrévérent (Carine, une petite pensée pour toi au passage) « J’aime pas Noël ». Avant de vous laisser découvrir votre cadeau, j’aimerais profiter de ce dernier édito de 2011 pour vous remercier, vous lecteurs, pour votre soutien, mais remercier également toutes les personnes qui contribuent à faire de Pose Mag ce qu’il est aujourd’hui. Je ne sais pas si le Père Noël existe, mais en tout cas, les petits lutins Pose Mag, ils existent et heureusement ! On vous donne donc rendez-vous en 2012 avec plein de surprises. Et en attendant, Joyeux Noël et tous nos meilleurs voeux pour la nouvelle année. Enrique Lemercier

2


SOMMAIRE

MODE / TENDANCES Edito

J’aime pas Noël p.24

Tendance

le tour du monde des blogs - épisode 2 p.42

En couverture

Clément Sibony - Room six seven p.48

Décoration

Pose décoration spéciale bougies p.47

Edito

Tomorrow is so far away p.70

Beauté

Pose beauté spéciale fêtes p.66

Tendances

Photo : Matthieu Dortomb Modèle : Clément Sibony

Shopping thérapie p.92

CULTURE Interview

Aure Atika p.14

Zoom sur

Les bonnes résolutions des people pour 2012 p.23

Interview

Clément Sibony p.60

Interview

Marlon Roudette p.86

Sélection Musicale

ET AUSSI... Chronique

Bonne année 2022 p.12

Chronique

Les 10 choses auxquelles on n’échappe pas à la fin de l’année p.104

La Question de Noël Qu’est ce qui vous ferait le plus plaisir pour Noël p.100

La pose postale Courrier des lecteurs Prêt à porter tout de suite p.102

Une fin d’année en musique p.96

NOËL

Zoom sur

Comment se goinfrer sans scrupule à Noël? p.20

Chronique

Comment Noël a fait de moi une mytho... p.44

Sélection jouets Quand la magie de Noël part en vrille p.68

Chronique Premier Noël avec son mec, comment s’en sortir comme une princesse p.84

Chronique Noël ou la magie de l’enfance ! p.90

Chronique Viens je t’enmmène sur le traineau du Père Noël p.94

3


CONTRIBUTEURS ILLUSTRATEUR Clément Dezelus Fashion blogger, illustrateur et styliste à Paris. Mon travail est un gros carnet d'inspiration en ligne qui mixe illustrations, photos, looks, et chroniques mode. "http://clement-dezelus.blogspot.com/

RÉDACTEURS Cécilia Rowe Artiste pluridisciplinaire basée à Paris, endossant tour à tour la veste de journaliste, photographe, chanteuse et performeuse scénique. Pin-up dans l’âme, son univers coloré rend hommage au style rétro et vintage des icônes hollywoodiennes d’antan. www.ceciliarowe.com Antoine Bertoni Etudiant en M2 Droit des Affaires, Antoine vous propose comme à son habitude une Pose Postale, telle le phare de vos doutes et de vos interrogations. Et pour ce 9ème numéro, il poursuit ses recherches décoratives pour étoffer votre intérieur de jolies choses. Pas de ça entre nous, vous l’adorez ne dites pas le contraire. Krystel Madelaine Si je dis que j’aime « How I met your mother », la mode et les bébés animaux, c’est cliché ? Bon alors disons plutôt que je mets le feu à n’importe quel dancefloor (Gilbert Montagné/Beyoncé même combat), que je rêve de faire le tour du monde et que j’ai une passion inexpliquée pour la moutarde. Community manager dans la vie (j’adore cette expression), j’aime aussi écrire, j’ai même une fâcheuse tendance à l’incontinence rédactionnelle... http://jesensquecematin.over-blog.com/ Aude Bertrand Koubi Toujours dans la lune, souvent pétillante, parfois craquante et trop souvent passionnée. Folle de mode, de cuisine, de voyages, de mode, je l’ai déjà dit, tant pis ! Pour la mode, aucune répétition n’est trop belle. Je vis mode, je dors mode, je suis mode ! www.thelittleworldoffashion.fr 4


Matthieu Dortomb Après des cours aux Beaux Arts et son BTS de graphisme en poche, il s’installe à Paris pour acquérir une expérience plus complète. Ses photographies sont souvent reconnaissables par leur côté ludique, coloré et décalé. Matthieu Dortomb insulfe de la poésie à travers des tapisseries rétros, des jouets, du maquillage... jouant ainsi sur notre rapport nostalgique à l’enfance. www.matthieudortomb.com Rachel Saddedine Photographe freelance basée sur Paris. Sans cesse influencée par la musique, le cinéma et ses icônes, c’est dans la mode et le portrait qu’elle développe son travail de photographe. Elle recherche des ambiances, des attitudes, des gueules, et à en tirer ce qu’elle y voit. http://rachelsaddedine.com Marine Revel On m’appelle Ma ma ma ma et on ne peut pas lire mon visage de Poker. On peut en revanche parcourir ma prose sur Pose Mag, tout en se délestant d’une quantité d’argent non négligeable. Je n’hésite pas à tenir un discours engagé - la pauvreté c’est dégueulasse - voilà, c’est dit. Deborah Bannwarth Ne le dites à personne, mais je suis Superwoman: comédienne/assistante d’un prof d’anglais aveugle/habilleuse sur les défilés de mode/ lindy hoppeuse... Je suis «multi-capelines» en fait. L’année prochaine, j’irai chercher ma Palme d’Or. Mais en attendant, j’y vais gaiement de mon petit commentaire, et de ma petite vacherie, parfois. http://danslesacdunefille.jimdo.com/billets-d-humeur/ Pauline Darley Photographe sur Paris, j’ai suivi des études en communication et effectué des stages vers le monde de l’image pour m’ouvrir à un environnement photographique. J’aime créer avec l’humain et composer en mode et portraits. Pour résumer mon travail en photographie je pourrais citer plusieurs mots : symbolisme, ambiances, émotions mais surtout passion. http://paulinedarley.com/ Malou Cheveux Courts Passionnée d’écriture et férue de robes, je suis la créatrice d’un blog où la mode côtoie le cinéma, et où les livres font du pied à des questions existentielles aussi profondes que «comment résister au chocolat ?» et «comment se motiver à shaker son body pour avoir un corps de déesse ?», parce que c’est toujours bien de se moquer de soi-même ! http://malou-cheveuxcourtschiffonsandco.blogspot.com/ 5


Marie Parent Community manager, blogueuse, «liseuse de magazines», fan de True Blood, compte se marier avec Eric Northman d’ici quelques temps. C’est un vampire ? M’en fous! Compte monter les marches de Cannes un jour (même si je ne travaille pas dans le Cinéma) et remporter un Oscar pour l’ensemble de ma carrière (je m’entraîne toutes les semaines pour mon discours, un vase à la main). www.laventuriere.com Armelle HAEGY (pseudo Armelle H.) est rédactrice freelance presse écrite, ainsi qu’auteure de plusieurs ouvrages. Elle collabore également au blog Pose Mag : Culture, Interview et chronique hebdo «Homme, Femme, Mode d’Emploi». Elle a d’ailleurs sorti un livre dernièrement qui regroupe une sélection de chroniques et interviews qu’elle a réalisées pour notre support : « Rédactrice pour Pose Mag ! » (Editions Baudelaire). http://armelleh.com/ Hélène Payen Etudiante en Master 2 de droit, Hélène vous propose des chroniques musicales éclectiques vous faisant découvrir les nouveautés pop, rock, électro et folk dont il faut impérativement se délecter !

Marie Jablonski Diplômée de l’ISCOM, j’ai travaillé aux pôles beauté de nombreuses agences de presse parisiennes avant de devenir journaliste beauté. Je suis une inconditionnelle des comédies romantiques de Meg Ryan mais aussi la fille cachée d’Indiana Jones ! Je peux partir à l’autre bout du monde sur un coup de tête avec pour seul bagage mon sac à main. Mon rêve le plus fou ? Élever des éléphanteaux en Thaïlande.

CORRECTRICE Corinne Garcia Passionnée par les voyages et la lecture, j’ai vécu plusieurs années aux Etats-Unis et j’habite aujourd’hui à Ottawa au Canada. J’aime surfer sur les blogs et les webzines de toutes sortes. Anglais, français, peu m’importe, j’aime naviguer d’une langue à l’autre. Mon petit côté perfectionniste pour l’orthographe me vaut le surnom de MissTypo. http://www.facebook.com/pages/MissTypo/174094189312829 6


Directeur de la publication / Rédacteur en chef / : Enrique Lemercier Photographes : Pauline Darley, Matthieu Dortomb, Cécilia Rowe et Rachel Saddedine Rédaction : Deborah Bannwarth, Antoine Bertoni, Aude Bertrand Koubi, Armelle Haegy, Marie Jablonski, Enrique Lemercier, Malou cheveux courts, Krystel Madelaine, Marie Parent, Hélène Payen, Marine Revel et Cécilia Rowe. Graphisme : Marion Kalimeris Correctrice : Corinne Garcia Remerciements : Nous souhaitons remercier les personnalités qui nous ont fait confiance pour ce numéro : Clément Sibony, Marlon Roudette et Aure Atika Jared. Merci également à l’agence Lisa Kajita et Coralie Kerbellec (Polydor/Universal Music) pour leur confiance et à l’Hôtel Thoumieux pour leur accueil. © 2011. Tous droits réservés. Pose Mag, marque déposée. Représentant légal: Enrique Lemercier La reproduction même partielle des articles, textes et photographies parues dans Pose Mag est interdite sans autorisation écrite préalable de directeur de la publication. La rédaction n’est pas responsable des textes et images publiées qui engagent la seule responsabilité de leur auteur. Les marques et adresses qui figurent dans les pages rédactionnelles de ce numéro sont données à titre d’information, sans but publicitaire. Ce magazine ne peut être vendu.

Si vous souhaitez rejoindre notre équipe de rédacteurs, écrivez à redac.pose@gmail.com 7


JINGLE BELLE COMMENT ÇA, DÉJÀ ? C’EST DÉJÀ CETTE PÉRIODE DE L’ANNÉE, CELLE DE LA FIN. VOUS VOUS RÉVEILLEZ UN BEAU MATIN ET VOUS N’AVEZ NI CADEAU POUR NOËL, NI PLAN POUR LE NOUVEL AN. COMMENT CELA EST-IL POSSIBLE? VOUS ÉTIEZ TOUT SIMPLEMENT TROP OCCUPÉE À AVOIR UNE VIE TRÈS REMPLIE TOUT LE RESTE DE L’ANNÉE ET LE TEMPS A FILÉ ENTRE VOS DOIGTS COMME LA COLLECTION CAPSULE VERSACE POUR H&M (SANS LES CLOUS CELA DIT). RÉSULTAT, EN PLUS DE N’AVOIR RIEN À METTRE SOUS LE SAPIN POUR TATA GERTRUDE (VOUS N’ÊTES PAS NON PLUS UN MONSTRE, VOUS AVEZ EU LE TEMPS DE SHOPPER POUR VOTRE MAMAN), VOUS N’AVEZ RIEN NON PLUS À VOUS METTRE SUR LES FESSES. BEN OUI QUOI, VOTRE PLACARD EST DÉSESPÉRÉMENT VIDE, C’EST BIEN CONNU. D’AILLEURS JE SUIS SÛRE QUE SI ON S’ENFERME DEDANS ET QU’ON CRIE «EH OH», ON PEUT ENTENDRE L’ÉCHO FLIPPANT DU SON DE SA VOIX, OU, AU PIRE, LA VOISINE QUI CROIT QUE VOUS ÊTES FAN DE TRAGÉDIE ET VOUS LANCE «EST-CE QUE TU M’ENTENDS EH OH OH OH OH OH OH OH». NE PRENEZ PAS LA PEINE DE FAIRE LE TEST, J’AI DÉJÀ BEAUCOUP TROP DE PEINE POUR VOUS POUR VOUS LAISSER DANS CETTE SITUATION DE LA DÉPRIME. J’AI SÉLECTIONNÉ QUELQUES PETITES CHOSES TOUT À FAIT ADORABLES ET, POUR LA PLUPART, TRÈS ABORDABLES, POUR FAIRE DE JOLIES TENUES DE FÊTES. A VOUS DE PIOCHER ET DE MÉLANGER À VOTRE SAUCE. Commençons pas ce qui, pour moi, fait toute la différence à Noël: le bijou. Je suis une fille d’une banalité à mourir donc j’adore les bijoux et plus c’est bling, plus ça me plaît, c’est ainsi. J’ai bien conscience qu’un bijou vient parfaire une tenue déjà élaborée, mais soyons honnêtes les filles, vous allez toutes porter une robe noire et des collants opaques, donc je vois difficilement où est le challenge d’assortir des bijoux à ça. Donc pour les Women in Black, je grille les étapes et je passe directement aux accessoires! Quelques pièges à éviter toutefois, parce que je sais qu’absolument tout ce que je vous ai déniché est sublime et mérite sa place à votre cou/oreille/poignet/doigt: MOLLO CAILLERA!!! C’est pas parce que c’est Noël qu’on doit ressembler à un sapin (oui, je sais, elle était fastoche celle-là). Deuxième écueil, par pitié, on ne mélange pas l’or et l’argent.

1 . Pendants d’oreilles Asos 10,76 € 2 . Pendants d’oreilles River Island 13,45 € 3 . Collier Marni 385 € 4 . Bracelet Marc By Marc Jacobs 130 € 5 . Manchette House of Harlow 1960 $225 6 . Bracelet Erickson Beamon 753,77 € 7 . Bague House of Harlow 1960 $75 8


Bijoux

6

4

5 7

1

2

3 9


Vëtements Pour celles qui n’auraient pas encore trouvé de robe pour aller avec leurs bijoux, j’ai aussi dégoté quelques petites choses sympa à se mettre sous la dent. De la petite robe noire classique à des alternatives plus rock’n’roll, ou plus inattendues, voilà de quoi briller au moment d’ouvrir les cadeaux/de commencer le décompte. Par exemple, pourquoi ne pas se la jouer catwoman à fond se pointer en cuir? Ou pourquoi ne pas laisser tomber la banale robe au profit d’une combinaison? Ou encore, pourquoi ne pas tenter le long cette année, façon star hollywoodienne?

13

12

11

14 10


8

9

10

8 . Combinaison Zara 69,95 € 9 . Jupe Maje 165 € 10 . T-Shirt River Island 40,35 € 11 . Robe Topshop 228 € 12 . Robe Topshop 55 € 13 . Robe Patrizia Pepe 484 €14 . Robe chemise Zara 119 € 11


Chaussures Et là vous me dites «C’est bien joli, mais je ne suis pas la sauvageonne de Fort Boyard, je ne vais pas nu-pieds. Je vous entends, je vous entends. Là aussi, plusieurs écoles. LA grosse tendance fêtes de fin d’année, ça reste la paillette. On en veut du brillant, du clinquant, du strass! Vous pouvez toutefois choisir une version plus fun, ou plus soft, par exemple vous déguiser en elfe ou en lutin et opter pour les bottines rouges. Le maître mot restant de prendre de la hauteur, histoire de prendre 2012 de haut. Autre avantage de tous ces modèles, si un jour vous gagnez un Oscar, vous pourrez les réutiliser, ce n’est pas négligeable.

15

17

19

15 . Bottines à talons compensés Zara 79,95 € 16 . Escarpins Zara 79,95 € 17 . Boots Alaïa 1780 € 18 . Bottines papillon 129 € 19 . Chaussures compensées Jimmy Choo 425 € 20 . Escarpins Glisten 85 € 12


16

18

20

Si toutefois il vous reste un peu d’argent à dépenser après la frénésie des cadeaux, c’est le moment de vous faire plaisir et de piocher une ou plusieurs de ces idées, pour être certaine de faire mouche le jour J. Quant à moi, je vous souhaite un merveilleux Noël et tout le bonheur du monde pour 2012. Marine Revel 13


Et aussi...

BONNE ANNÉE 2022... QUE VA-T-IL SE PASSER ? ET NOUS Y VOILÀ, 2022 EST À NOS PORTES ET NOUS N’AVONS RIEN VU VENIR… OUI OUI JE DIS BIEN 2022 ! VOUS VOUS CROYEZ ENCORE EN 2012 BANDE DE PETITS FOUS, AHAHAHAH C’EST VRAI QU’ELLES SONT PASSÉES VITE CES 10 ANNÉES… ET DIRE QU’EN 2011 TOUT LE MONDE DISAIT QU’ON ALLAIT MOURIR, MAIS QU’EST-CE QU’ON A PU RIRE QUAND ON A RETROUVÉ TATI JOSY CACHÉE DANS SA CAVE LE 12/12/2012 ! BREF … Bon en même temps, on a eu chaud, c’était l’époque où tout le monde pensait que le monde courait à sa perte… Heureusement que le miracle s’est produit… Mais siiiiiii LE miracle ! Marc Jacobs a retrouvé ses collections, c’est Carla Bruni qui les avait « chouravées » parce qu’elle ne supportait plus de se tenir éloignée des podiums. C’est d’ailleurs à cette époque qu’elle a tenté d’assassiner Kate Moss. On en rigole aujourd’hui mais quand même, à l’époque c’était un scandale. Pour excuser le geste désespéré de Carla, Nicolas a dû démissionner et je ne sais plus comment on en est arrivé là mais John Galliano s’est présenté aux élections présidentielles de 2012 et a gagné. Ouais je sais c’est chelou parce qu’il n’est pas Français et qu’il n’y connaît rien à la politique mais c’était tellement la folie que ça a marché. Et comble du comble, la crise s’est apaisée, le chômage s’est arrêté et le reste vous savez… Non vous ne vous souvenez pas ??? Ohlalalala ok je fais un debriefing à tout le monde vu que j’ai l’impression que vous avez dormi pendant 10 ans (mais les mecs faut se réveiller !!! Allo !!!!) Bon je ne reviens pas sur John Galliano Maître du Monde et Marc Jacobs Premier Ministre, vous êtes déjà tous au courant (classe les photos du gouvernement). Entre temps, Christian Louboutin a décidé que sa couleur préférée était le bleu et a coloré toutes les semelles (même quand il ne s’agissait pas de ses pompes, il courait après tout le monde avec un pinceau bleu… il a fini avec Carla en maison de repos). Donatella est devenue Donald Duck, elle a enfin avoué que c’était son rêve le plus cher de ressembler à son idole… (le résultat est assez impressionnant).

14


Le 40-42 est devenu le nouveau standard de la mode, maintenant on se moque allègrement des petits squelettes qui portent du 34 et on ne les voit plus dans les magazines !!! Alleluia !!! Demi Moore et Bruce Willis se sont ENFIN remis ensemble. Demi a refait de la chirurgie pour paraître son âge, on salue le geste ! On appelle ça aujourd’hui le coming out de la vieillesse, Lindsay Lohan a essayé, on ne se rappelait plus de sa vraie tête, c’est complètement fou. Ah oui, j’allais oublier qu’Anna Wintour avait démissionné de Vogue pour laisser la place à Kate Moss. Anna en a profité pour se laisser pousser les cheveux et a fait de la chirurgie pour débloquer son sourire, bref méconnaissable. Elle élève dorénavant des chèvres dans le Larzac, son BFF s’appelle José Bové et elle milite pour la légalisation du cannabis. On dit que le monde est devenu fou mais perso, je le trouve beaucoup plus zen qu’en 2012…

Marie Parent 15


Culture / interview

AURE ATIKA

ELLE VOUS MANQUAIT ? PAS DE PANIQUE ! AURE ATIKA NOUS REVIENT EN FORCE, ET CE, DÈS FÉVRIER 2012 AVEC, PAS 1, MAIS 3 FILMS À L’AFFICHE ! ELLE EXCELLE AUSSI BIEN DANS LA COMÉDIE QUE DANS LES FILMS DRAMATIQUES OU LES PARODIES DE FILM D’ESPIONNAGE. CETTE ARTISTE NE CESSERA DONC JAMAIS DE NOUS SURPRENDRE ? ACTRICE, MAIS ÉGALEMENT RÉALISATRICE DE DEUX COURTS MÉTRAGES « A QUOI ÇA SERT DE VOTER ÉCOLO ? » EN 2003 ET « DE L’AMOUR » EN 2007, ELLE AIME SON MÉTIER ET NOUS LE FAIT PARTAGER SOUS TOUS SES ANGLES, POUR NOTRE PLUS GRAND BONHEUR !

16


« La Vérité Si Je Mens ! 3 » de Thomas Gilou, avec Richard Anconina, José Garcia, Bruno Solo, Vincent Elbaz, Gilbert Melki, Aure Atika, Amira Casar, et bien d’autres… - Sortie annoncée le 1er Février 2012. Comédie Synopsis / Il y a de l’orage dans l’air. Eddie, Dov, Yvan et les autres... Nos chaleureux amis ont migré du Sentier moribond à la banlieue florissante d’Aubervilliers. Là même où les vieux entrepreneurs juifs ont laissé le terrain à de jeunes grossistes chinois courageux et dynamiques... La petite bande est toujours aussi soudée, solidaire que lors des épisodes précédents, et la vie suit son cours, au gré des petits évènements familiaux et des affaires. Dov semble toujours frivole, Eddie entreprenant, Yvan transi, Karine désinvolte, Sandra résolue, Chochana naïve, Serge irresponsable et mythomane. Quant à Patrick, il est amoureux et l’heureuse élue est loin d’être facile d’accès. Tout irait pour le mieux jusqu’à ce qu’un vent mauvais apporte son lot d’adversité compromettant sérieusement la cohésion du groupe. Succomberont-ils sous l’orage à la zizanie, ou bien, une fois de plus, à force d’entraide, de ruses et d’habileté, triompherontils de la crise avec panache ? 1997 ! Sortie du premier volet de ce film devenu culte et lancement de votre carrière… Dans quel état d’esprit avezvous rejoint toute l’équipe pour le tournage ? J’étais très enthousiaste à l’idée de continuer cette belle aventure. Il est vrai que ce film m’a permis d’être reconnu aux yeux du public et de la profession. Son succès nous a surpris car on ne s’y attendait absolument pas. Quel bonheur de nous retrouver dix ans après, aussi bien sur le plan humain, que professionnel ! L’émotion était véritablement au rendez-vous. Et puis, vous savez, on ne l’attendait plus vraiment ce nouveau scénario, depuis toutes ces années… Thomas Gilou, le réalisateur, s’est-il montré plus exigeant envers ses comédiens, face à ce numéro 3 ? Certainement, oui, mais tous les comédiens étaient également très impliqués. Il fallait que ce film soit à la hauteur des précédents. Chaque acteur connaissait son texte sur le bout des doigts et faisait revivre son personnage. L’enjeu était important pour chacun de nous ! Bonheur ou appréhension de retrouver Karine (le personnage que vous interprétez) dix ans après, le second opus ? Il est vrai que j’appréhendais quelque peu de me retrouver dans la peau de Karine. Mais tout comme moi, elle avait mûri. J’aurais néanmoins aimé jouer quelques scènes plus longuement, mais rappelons qu’il s’agit d’un film d’hommes, avant tout ! J’imagine que le clap final « Coupez » est toujours un peu frustrant avec une équipe pareille, lorsque chacun repart vers d’autres aventures. On est toujours frustré et triste de se quitter. Le tournage a duré 4 mois, durant lesquels nous avons, avant tout, privilégié la partie professionnelle. Heureusement, depuis nous nous retrouvons de temps à autre pour passer des moments agréables. Une belle relation humaine ! 17


« JC comme Jésus Christ » de Jonathan Zaccaï, avec Elsa Zylberstein, Vincent Lacoste, Aure Atika et Ella Waldmann- Sortie annoncée le 8 Février 2012. Comédie. Synopsis / Une Palme d’Or à 15 ans, un César à 16 ans et cette année JC passe le BAC… Jean-Christophe Kern, dit JC, n’est pas un adolescent comme les autres. Mélange de Jean-Luc Godard et Justin Bieber, à 17 ans il navigue entre ses miel-pops devant la télé après l’école et une vie professionnelle digne d’un Stanley Kubrick. Qu’est ce qui vous a séduit dans ce scénario ? La folie douce de Jonathan Zaccaï, qui est également un ami. J’avais fait appel à lui pour jouer dans mon court métrage « De l’Amour » en 2007. Il a écrit son scénario en 3 semaines et le tournage s’est fait dans les mêmes temps. Lorsqu’il m’a contacté pour son film, c’est avec joie que j’ai accepté. Parlez-nous du personnage qui vous a été confié ? J’interprète l’ancienne maîtresse de Vincent Lacoste, alors que dans Skylab de Julie Delpy, il était mon fils (lol !). La proposition m’amusa d’autant plus ! Nouveau tournage, nouvelles rencontres, travail différent avec chaque réalisateur… En quoi celui-ci se démarquait-il du précédent ? Ce fut une aventure nouvelle, tournée dans des conditions plus difficiles que « La Vérité si je mens ! », et dans un laps de temps (3 semaines). Mais l’énergie débordante dont fait preuve Jonathan a dynamisé toute l’équipe. «  La Vie d’une Autre » de Sylvie Testud, adapté du roman éponyme de Frédérique Deghelt, avec Juliette Binoche, Mathieu Kassotiz et Aure Atika. Sylvie Testud signe ici son premier long métrage - Sortie annoncée le 22 Février 2012. Drame Synopsis / En 1989, Marie fête ses 29 ans et tombe amoureuse de Paul Speranski. Elle passe la nuit avec lui. Lorsqu’elle se réveille le lendemain matin, son amant semble s’enfuir et elle ne reconnaît rien : ni la chambre, ni la voix du petit garçon qui l’appelle maman derrière la porte. Marie vient de se réveiller 12 ans plus tard. Que s’est-il passé ? A-t-elle volontairement oublié 12 ans de sa vie ? Ce trou noir vient-il la libérer d’un carcan trop difficile à casser ? Marie découvre : elle a un fils, une situation sociale privilégiée et elle est en plein divorce. Son entourage la craint. Elle prend conscience d’avoir utilisé contre les siens le pouvoir acquis au fil des années. Et elle s’est réveillée au début d’une histoire d’amour en train de se finir… Vous abordez là un rôle beaucoup moins léger, mais tout aussi passionnant, avec une réalisatrice féminine. Sylvie Testud est-elle plus exigeante envers les actrices ? Je rappelle que vous aviez déjà travaillé avec elle, au théâtre en 2007 sur la pièce « Gamines » qu’elle avait mise en scène. 18


Je tiens à mentionner que je fus très flattée lorsque Sylvie fit appel à moi pour cette comédie romantique, quelque peu fantastique. Le fait d’être dirigée par une femme facilite les échanges, tant par notre instinct féminin commun, que par cette proximité qui en découle. Quel est votre regard sur cette adaptation du roman de Frédérique Deghelt ? Le scénario est magnifique… l’interprétation de Juliette Binoche tout autant… Cette femme qui se perd dans son présent et son passé, impatiente de récupérer toutes les pièces de son puzzle égarées pour tenter de sauver son couple… Quelques mots sur votre personnage ? Je ne peux malheureusement rien vous dévoiler, si ce n’est que mon personnage est une femme tendre, aimante et attachante. Parlons un peu de vous… Quelle est votre qualité première ? L’écoute. Et votre défaut majeur ? Trop à l’écoute. Avez-vous une addiction particulière ? Je bois l’eau à la bouteille, car je n’aime pas la boire dans un verre. Vous comportez-vous en mère juive avec votre fille Angelica, âgée de 9 ans 1/2 ? (rire) Je crois oui, mais un petit peu seulement… Côté mode, vous êtes plutôt chic ou choc ? Plutôt Chic Cool, Chic Rock mais aussi Chic Baskets, tout dépend des moments. Vous partez en voyage, quels sont vos indispensables ? Ma crème solaire, mes bouquins et mes petites robes. Votre dernier achat « coup de cœur » ? Des boots bleues ciel Michel Vivien que je n’ai pas encore porté car il pleut ! D’autres projets cinématographiques pour 2012, en tant qu’actrice ou réalisatrice ? En tant qu’actrice, nous venons de terminer le tournage en Tunisie de la première réalisation de Homéida Behi : Villa Nesma. Fin 2012, Canal + diffusera une série intitulée « World without end », dans laquelle j’interprète le rôle de Reine Isabelle. Une suite des « Piliers de la terre ». Et en tant que réalisatrice ? À suivre… Avec quels réalisateurs aimeriez-vous travailler ? Jacques Audiard (encore !), Cedric Kahn, et bien d’autres… Une suite de « Comme t’y est belle » a-t-elle été envisagée ? Pas à ma connaissance, il faudrait poser la question à Lisa Azuelos. Vos souhaits pour 2012 ? Rire et Travailler, les moteurs de ma vie ! Retrouvez toute l’actualité d’Aure Atika sur : Le Site : http://www.allocine.fr/Twitter : AureAtika Propos recueillis par Armelle H. Credit photo portrait : Cedrik Mirande 19


Noël / Zoom sur

COMMENT SE GOINFRER SANS SCRUPULE À NOËL ?

A l’approche des fêtes, tous les magazines féminins t’enseignent comment ne pas prendre un gramme chez papa maman qui, comme à l’accoutumée, te proposent un vrai festin qui ferait sans doute peur à Obélix. Serais-tu prête à changer tes habitudes en te goinfrant plus que jamais ? Tu es prête, pour toujours rentrer dans ton jean slim taille 32 parce que tu le vaux bien, à manger un œuf dur avant de prendre les voiles direction la maison familiale, histoire de zapper l’apéritif où les feuilletés de boudin blanc truffé côtoient malignement les Saint-Jacques enveloppées dans du lard d’où s’échappent des gouttelettes de gras. « Non, ma fille, tu ne succomberas pas à l’appel de l’hyper calorique », crient en cœur les diktats de la mode. Noël devient alors un enfer qui se symbolise par l’envie de fuir en courant devant le chapon fourré aux dattes. « Noël, je te hais », pourraient alors dire beaucoup de nénettes frustrées de ne pouvoir profiter de la fête que dans une moindre mesure. Parce que Noël, à part la bouffe et la picole, c’est quoi ? Pas grand-chose… Il y a les cadeaux, bien sûr, mais la séance pendant laquelle tu t’amuses à déchirer le papier soigneusement refermé et à embrasser les tiens pour les remercier de leur générosité, dure un tout petit quart d’heure, voire une demi-heure, pas plus. Le reste du temps, tu es attablée devant une pléthore de bonnes choses auxquelles tu n’oses même pas toucher de peur de vouloir te resservir. Et si on oubliait l’interdiction d’une jouissance gastronomique, pour faire de Noël un moment de pur plaisir avec tout ce qu’il y a d’excessif et d’inutile dans cette fête ? 20


Tu es prête, pour toujours rentrer dans ton jean slim taille 32 parce que tu le vaux bien, à manger un œuf dur avant de prendre les voiles direction la maison familiale, histoire de zapper l’apéritif où les feuilletés de boudin blanc truffé côtoient malignement les Saint-Jacques enveloppées dans du lard d’où s’échappent des gouttelettes de gras. « Non, ma fille, tu ne succomberas pas à l’appel de l’hyper calorique », crient en cœur les diktats de la mode. Noël devient alors un enfer qui se symbolise par l’envie de fuir en courant devant le chapon fourré aux dattes. « Noël, je te hais », pourraient alors dire beaucoup de nénettes frustrées de ne pouvoir profiter de la fête que dans une moindre mesure. Parce que Noël, à part la bouffe et la picole, c’est quoi ? Pas grand-chose… Il y a les cadeaux, bien sûr, mais la séance pendant laquelle tu t’amuses à déchirer le papier soigneusement refermé et à embrasser les tiens pour les remercier de leur générosité, dure un tout petit quart d’heure, voire une demi-heure, pas plus. Le reste du temps, tu es attablée devant une pléthore de bonnes choses auxquelles tu n’oses même pas toucher de peur de vouloir te resservir. Et si on oubliait l’interdiction d’une jouissance gastronomique, pour faire de Noël un moment de pur plaisir avec tout ce qu’il y a d’excessif et d’inutile dans cette fête ? On est le 24 décembre au soir, un peu avant 19h00. Devant ton armoire remplie de jolies choses sexy, tu hésites entre une minijupe que tu adores même si elle rend la position assise difficile, et une robe tube ultra cintrée qui t’assure un ventre rentré à toute épreuve. Oui, mais voilà, tu ne t’apprêtes nullement à rejoindre tes copines pour une nuit de folie sur le dancefloor à essayer de pécho un jeune cadre dynamique qui a le sens du rythme, les pecs dessinés et les chaussures parfaitement cirées. Dans moins d’une heure, démarrera le marathon de Noël avec tout ce que cela comporte de verres de vin et de bouches pleines. Mieux vaut alors opter pour une tenue chic mais confortable qui laisse suffisamment de liberté à ton ventre pour qu’il prenne de plus en plus de place au fil de la soirée. Cette petite robe baby doll s’avère parfaitement adaptée à la circonstance. Hop, tu l’enfiles ! Tu mets un peu de fard sur tes paupières, un peu de blush sur tes joues, un peu de rouge sur tes lèvres et c’est parti pour l’orgie culinaire ! 20h00. Tu pénètres dans l’entrée décorée de guirlandes lumineuses qui alourdissent considérablement la facture d’électricité du mois de décembre, mais tout le monde s’en fout parce que c’est la fête ! Tu t’installes dans le canapé à côté de tonton Robert et tu souris en trinquant à la future naissance du petit Jésus que tu n’as jamais connu mais qui a l’air super sympa parce qu’il a changé l’eau en champagne ce soir. Le plat de petits fours tourne et, comme tout le monde, tu n’hésites pas à y plonger ta main et même à faire une petite réserve au cas où le tour d’après viendrait dans plus de quatre minutes. Pour une fois, à cette date festive, tu ne comptes pas les calories, ni même le nombre de toasts au foie gras que tu as insérés dans ta bouche. Trois coupes de champagne et une vingtaine d’excellentes petites choses plus tard, tu te lèves pour trouver ta place à table. 21h30. Les huîtres, c’est léger comme tout mais tu n’y penses même pas ! Les bouchées à la reine un peu moins, mais ce soir, rien ne peut t’empêcher de te lécher les lèvres pour récupérer avec glamour ce trop de béchamel qui dégouline sur ton menton. Jamais ton verre de vin blanc ne se vide, papy Marcel est là pour le remplir après chaque glou qui aide à faire passer tout ce que tu manges.

21


22h30. Le chapon te paraît aussi énorme qu’un sanglier entier, toi qui ne cuisines habituellement que des escalopes de dinde sans sauce. Mais tu es ravie, aujourd’hui, d’apporter un peu de nouveau à ton régime aussi strict que régulière est la lecture du dictionnaire pour David Douillet depuis son trop célèbre inimaginaux. 23h30. Au Comté et au Beaufort s’ajoutent un petit camembert de Normandie, un beau morceau de Fourme d’Ambert et quelques crottins de chèvre pour l’haleine qui tue. Sans pour autant faire l’impasse sur la salade baignée dans une sauce vinaigrette maison, tu pioches une belle tranche de pain dans la corbeille et y tartines du fromage qu’avec un peu d’audace tu auras même fait fondre au four. 00h00. Tu sens ton ventre gonflé, proche de l’explosion, et tu te dis que l’idée de la robe évasée était tout simplement fantastique. Engoncée dans ton tube ou ta minijupe, tu aurais sans doute dû faire un micro trajet aux toilettes pour libérer un peu de place dans ta panse, ou, pire encore, zapper l’étape fromage, et ça c’était juste impensable ! 00h05. Chacun se presse au pied du sapin pour y déballer ses cadeaux. C’est le moment où on s’aime tous quand les cadeaux sont réussis, où on dit que oui on aime même si on trouve ça horrible pour ne pas gâcher l’ambiance, et où on accorde à son bide une pause nécessaire. 00h30. La bûche ! La bûche ! La bûche ! Tous en cœur, toi avec cette année, chantent l’arrivée du dessert, laissant de côté le divin enfant qui, comme chacun sait, n’est pas calé niveau gourmandise, et terminer le repas de Noël par un morceau de pain sec c’est tout de suite moins sympa. Loin de laisser ta part à ton filleul comme aux précédentes éditions, tu réclames une belle tranche de bûche au chocolat parce que le chocolat c’est rempli de magnésium, c’est un booster de moral et il va t’en falloir parce que demain matin, tu verras que le Père Noël ne t’a pas fait de cadeau niveau prise de poids… 2h00. Il est temps de se quitter… Tu sais que tu as abusé de tout, sans exception, mais tu sais aussi que tu as passé la meilleure soirée de Noël de toute ta vie parce que tu as su faire fi des recommandations caloriques du monde de la mode qui te fait préférer la tomate cerise au saucisson et les lamelles de céleri aux morceaux de fromage. La semaine prochaine, tu chausseras tes baskets et shakeras ton body dans tous les sens pour essayer de corriger le tir. En attendant, il y a le repas de demain dont tu ne laisseras passer aucune miette !

Malou Cheveux Courts Credit photo : Maje

22


Culture / Zoom sur

BONNES RÉSOLUTIONS DES PEOPLE POUR 2012 ! Ce n’est pas parce que l’on est une star que l’on est dispensé de prendre de bonnes résolutions, bien au contraire ! Pour guider nos chers people sur le chemin de la bonne conduite, voici ce qu’on leur souhaite pour la nouvelle année : -Kim Kardashian arrêtera d’exposer sa nudité aux yeux de tous, et surtout, n’épousera plus personne. -En parlant mariage, pour 2012 plus de mariage princier s’il vous plait, 2011 fut assez chargée et l’indigestion de gâteau à la crème n’est pas encore passée. -Britney Spears enlèvera ses mèches roses et apprendra qu’à 30 ans on ne met plus de mini jupe plissée et on ne se balade plus nombril à l’air (comment ça vous n’avez pas vu son dernier clip « I Wanna Go » ?). -Demi Moore aura définitivement abandonné le statut de cougar pour celui de croqueuse de diamants et elle clôturera son compte Twitter. -J.Lo trouvera un remplaçant à Marc Anthony sur la tête duquel elle ne pourra pas manger. -Tony Parker arrêtera les publicités pour se concentrer sur ce qu’il sait faire de mieux… du basket. -Suri Cruise portera des vêtements qui ne valent pas à eux seuls le montant de mon loyer annuel (oui Suri, rien que pour ça, tu m’agaces). -Georges Clooney arrêtera le Nespresso pour la tisane et se mariera une bonne fois pour toute -Léonardo DiCaprio aura une vraie histoire d’amour avec une brune, voire une rousse s’il est foufou Mais comme bonne résolution ne signifie pas miracle de Noël, on est comme qui dirait fataliste… Krystel Madelaine Illustration : Clément Dezelus

23


Mode / Edito

J’AIME PAS NOËL

Photographe : Rachel Saddedine Assistante : Noëlle Vioux Modèle : Francieli@Upmodels Stylisme : Anais Delcroix (Anet Vintage Club) Hair : Sonee Flowers Hairstylist Make-Up : Claire Duquesnoy Remerciements : L’appart PR, Argellies RP et Von Engelswacht Bureau 24


Pull: Midnight Rendez-vous Jupe: Asli Filinta Ceinture: Anet Vintage Club Serre-tête Anet Vintage Club BO Chloé Bourgoin Bijoux 25


Robe: Nevra Karaca Cape: Anet Vintage Club Collant résille: Sock shop Babies: Lanvin Bagues et BO: Chloé Bourgoin Bijoux

26


27


Body: Tati Leggin: Tati Low boots: San Marina Manteau: Anet Vintage Club BO: ChloĂŠ Bourgoin Bijoux Headband et collier de perles: Anet Vintage Club 28


Pull chien: Midnight Rendez-vous Jupe: Asli Filinta Ceinture: Anet Vintage Club Serre-tĂŞte Anet Vintage Club Escarpins: Fatima Lopes 29


30


31


32


Combi à pois: Panthéone Collants: Sock Shop Moonboots Chapka: Pipolaki

33


34


Combi en dentelle: Joki Business Perfecto: Augustin Teboul 35


36


Combi en dentelle: Joki Business Perfecto: Augustin Teboul Chaussures compensĂŠes: Harry Halim Bagues: ChloĂŠ Bourgoin Bijoux 37


Robe en velours: Anet Vintage Club Moonboots Bonnet: Pipolaki Collier et BO: ChloĂŠ Bourgoin Bijoux 38


39


Sac: Florian Allogio Escarpins: Fatima Lopes Barrette noeud et collier de perles: Anet Vintage Club Bracelet: Fashionvictime

40


41


LE TOUR DU MONDE DES BLOGS ÉPISODE 2 Adenorah

La tendance de cet hiver : le jean rouge Bordeaux Le rouge Bordeaux est pour moi LA tendance de cet hiver 2011. Alors même si j’ai toujours appréhendé le port du pantalon coloré, cette année ça coulait de source. Le rouge Bordeaux, il me le fallait pour mes jambes. Si j’aime autant cette « tendance » c’est pour sa simplicité, le rouge Bordeaux c’est finalement hyper simple à associer et pas franchement osé…. En somme, tout le monde peut le tenter !

42

De lune

Je vous invite à découvrir le blog d’Adenorah, une jeune fille au look toujours rock, jamais trash, coloré et stylé, cette jeune fille a du piquant! http://www.adenorah.com/

Mes accessoires favoris pour l’hiver sont toujours inspirés par des classiques. Mes deux sacs favoris sont de Rebecca Minkoff, ils ajoutent une touche luxe à une tenue la plus basique soit -elle et donne du pep’s à toutes mes pièces indispensables de ma penderie. Mon panama couleur menthe est toujours un must pour éviter la lumière de l’hiver dans mon visage. Je vous invite à suivre mes chroniques, ma vie dans la mode en tant qu’étudiante et admirative du beau, ainsi que découvrir mes photos sur http:// www.deluneblog.com/


The little world of fashion

J’aime mes chemises boutonnées, elles ajoutent une petite touche féminine à mes tenues, ce sont mes pièces favorites avec les chemises aux matières plus délicates qui sont pour le coup plus féminines. Bien entendu pour cet hiver, je les mixe avec d’autres pièces pour rester bien au chaud.

Pour cet hiver, l’insdipensable est la touche de glitter! Je n’en étais vraiment pas folle il y a quelques années, je me rappelle avoir eu pendant des années un seul tee-shirt glitter dans mon dressing. Puis cet hiver, la folie glitter m’a eu, j’ai envie de chaussures, de sacs, de vernis, de robes, la totale! Je vis une histoire passionnelle avec une paire de Lanvin glitter que j’ai eu pour mon anniversaire de l’année dernière, le seul souci c’est que c’était la dernière paire donc mes amis m’ont pris un 36! Mais je les aime tellement, les femmes peuvent avoir 3 pointures différentes pendant les soldes c’est bien connu! Et je rêve d’une veste topshop à sequins or!

Je vous invite à découvrir mon blog, promis il n’y a pas que du glitter, du sequin et de la paillette, je suis girly parfois, mais mon look caméléon évolue selon mes humeurs et mes amours et désamours! http://www. thelittleworldoffashion.fr/ Aude Bertrand Koubi

43


Noël / Chronique

COMMENT NOËL A FAIT DE MOI UNE MYTHO...

Tout a commencé l’année de mes 8 ans dans les escaliers roulants d’un grand magasin, quand j’ai découvert la vérité sur le plus grand canular qui ait jamais existé dans le monde merveilleux des enfants : le mythe du père Noël.

C’est ma cousine, Sabrina F., qui m’a ouvert les yeux et révélé le pot aux roses : ce gros bonhomme dresseur de rennes n’existait pas (cette ordure), pas plus que sa maison clignotante au Pôle Nord ou que les traineaux chargés de cadeaux qui volent. Dès lors c’est tout mon univers, peuplé de lucioles et de souris troqueuses de dents, qui s’écroulait, me laissant complètement démunie et les bras ballants devant la triste réalité dépourvue de paillettes et de poussière de fées. Je repensais à toutes les fois où ma mère m’avait baratinée, arguant que mettre virgule si je ne finissais pas mes haricots verts virgule le Papa Noël le saurait et me mettrait des oranges sous le sapin plutôt qu’une poupée Barbie, ou que virgule si je n’allais pas me coucher dans la minute virgule Cendrillon ne viendrait pas me rendre visite en rêve. 44


Non seulement j’étais déçue et infiniment triste, mais en plus je me sentais ridicule d’avoir gobé tout ça sans moufter, et j’étais vénère. J’ai donc pris une décision solennelle : puisque tout le monde s’était joué de moi pendant tant d’années, c’était à mon tour de me jouer du monde. J’allais devenir une manipulatrice de premier ordre, retournant la tête des adultes avec mon air angélique et mes cheveux d’ange, dissimulant mes mauvais desseins derrières des yeux de faon égaré dans la jungle des villes. D’un autre côté, il me fallait rendre à César ce qui lui appartenait : si les adultes nous menaient, nous, diamants d’innocence, par le bout du nez, c’était avant tout à cause de notre grande naïveté infantile qu’ils auraient eu tort de ne pas exploiter. Si j’avais été moins cruche, je me serais rendu compte qu’un gros mec barbu distribuant des cadeaux made in la maison des lutins partout dans le monde en une seule nuit et surtout sans en tirer le moindre bénéfice, c’était louche. Ou alors je me serais dit que c’était forcément un pervers et j’aurais eu peur de lui (et de mes parents qui me poussaient sans pitié dans ses griffes). Bref, dans tous les cas, c’était bizarre... Dès lors que j’ai eu conscience de cette grosse arnaque, je n’ai plus jamais été la même, et suis devenue la plus grande mythomane de toute l’histoire de la cour de récré. Sur la liste de mes méfaits, je peux citer (entre autres) : - La fois où, dans le bus, j’ai fait croire à un camarade de classe que ma mère avait accouché de moi sur un terrain de tennis (s’il avait vraiment connu ma mère, il se serait vite rendu compte qu’elle était tout sauf l’alter égo de Yannick Noah) - Celle où, lors d’un goûter d’anniversaire, j’ai raconté à tout le monde qu’à cause d’un traumatisme j’avais la phobie du tigre des céréales «Frosties’ et que je tombais dans les pommes à chaque fois que la pub passait à la télé. - Et mon coup d’éclat car mensonge double : celle où, l’année de mes 16 ans, j’ai fait croire à un garçon que l’attelle que j’avais à la main gauche était liée à un crime passionnel : j’avais tenté de poignarder mon ex à la sortie de son boulot et il avait retourné l’arme contre moi (en réalité je m’étais transpercé la sus-dite-nommée main en voulant dégivrer mon frigo). Dans la même soirée, j’ai dit à un autre garçon que je m’étais blessée en voulant rendre service à un ami lanceur de couteaux dans un cirque : son assistante l’avait lâché et j’avais accepté de la remplacer au pied levé pour sauver son numéro, et là, ça avait été l’accident bête, je m’étais retrouvée comme crucifiée, la main plantée telle un clou sur la roue à laquelle j’étais attachée. Un mensonge, plus c’est gros, plus ça passe facilement, à condition de savoir y mettre de la conviction. 45


Ahlala....Qu’est-ce que j’ai pu rigoler... Je sais ce que vous vous demandez : où va t-elle chercher tout ça ? Moi-même, je me le demande. Mon seul problème était que mes mensonges éhontés entraient souvent en conflit avec ma petite voix intérieure, qui avait été élevée à la droiture et à l’honnêteté (car si ma mère - encore elle- se réservait le droit de me raconter des craques à tort et à travers, elle m’avait très tôt fait comprendre que le mensonge était l’un des pires fléaux que la terre ait jamais porté et que je risquais gros si jamais elle me prenait un jour en flagrant délit de mythomanie). Donc non seulement Noël avait fait de moi une Pinocchiotte en puissance, mais en plus il (elle ?) m’avait rendue schizophrène : j’étais sans arrêt tiraillée entre mon mauvais génie et son imagination débordante qui me soufflait de raconter ceci ou cela, et ma bonne conscience qui me culpabilisait et qui me donnait des cauchemars. J’ai vécu comme cela entre deux eaux jusqu’au jour où la situation a encore une fois été bouleversée, par l’arrivée imprévue et brutale de mes deux petites sœurs, nées l’une derrière l’autre à un an d’intervalle. C’est là que j’ai tout compris. La grande mascarade avait recommencé pour faire deux nouvelles victimes, et cette fois j’en étais malgré moi devenue la complice... Chaque année je devais lutter contre la pression parentale et déployer tous les efforts du monde pour tenir ma langue, ne pas hurler au scandale, et surtout ne pas dire à mes deux innocentes frangines qu’on les filoutait elles aussi. Quand je me suis rendue compte d’une chose importante : tout le bonheur qui brillait dans leurs petits yeux ronds lors des nuits de réveillons, ou quand ma mère leur faisait croire qu’elle avait aperçu une petite fée dans les rosiers. J’ai réalisé que toutes ces salades n’étaient pas destinées à trahir mais à vendre du rêve, de la magie et de l’espoir. Une chose impensable s’est alors produite : j’ai cautionné le mensonge, allant jusqu’à me déguiser moi-même en Père Noël une année parce que l’oncle qui devait se charger d’enfiler le costume ce soir là cuvait son Champagne sur le canapé. Ça a été je dois le dire mon plus grand rôle. Depuis je me suis réconciliée avec Noël, et plutôt que de raconter des bobards à longueur de temps, je me suis mise à conter des histoires, puis à faire du théâtre. C’est quand même beau tout ça non ? On dirait presque un conte...De Noël. Enfin, le tout pour vous maintenant, ce sera de démêler le vrai du faux. Ho ho ho ho ! Déborah Bannwarth Illustration : Soledad

46


Tendance / Pose décoration

A LA LUEUR DU BEAU Oyé, Oyé amis de la Pose décoration. Par ces temps de grand froid vous vous êtes tous réfugiés sous vos gros plaids abandonnant amis, famille et shopping. Vous avez pris soin de ne pas oublier que la loutre et le héron étaient vos amis, vous avez donc pris le parti d’hiberner comme eux. Comme toute sage décision, celle-ci comporte des accessoires indispensables. En effet, qui dit se cloîtrer chez soi, dit ambiance chaleureuse sous peine d’avoir les prémices d’un état dépressif que même le printemps n’arrivera pas à vous faire oublier. Il faut donc trouver les bonnes solutions, l’une des miennes est la bougie. La Bougie a le même effet que la neige. Elle a tendance à tout rendre nettement plus beau alors profitonsen. Je vous propose en ce sens une petite sélection shopping de bougies, rien que des bougies. Antoine Bertoni La bougie Dina, Zara Home, 11,90 euros

Bougie Alcachofa, Zara Home 35,99 euros

La bougie Cannelle des « Jolies bougies de Julie », 6,50 euros.

La bougie Figuier « Verte », Diptyque, 60 euros.

Bougie « Bijou Oval » by B.Perrazi. 29 euros 47


MODE / EDITO

ROOM SIX SEVEN PHOTOS : MATTHIEU DORTOMB ASSISTANTE : JULIA HAHN STYLISTE : ERWAN MORELLI MAKE UP /COIFFURE : CHARLOTTE HONINCKX MODÈLES : CLÉMENT SIBONY RÉALISATION : ENRIQUE LEMERCIER MERCI À L’HÔTEL THOUMIEUX À PARIS.

48

Pull Burberry Prorsum


49


Pull A.P.C / Pantalon A.P.C / Chaussettes Falke / Chaussures Blackstone

50


51


52


53


Chemise Eleven / Pantalon Agnès B

54


55


56


Pull Vincent Schoepfer 57


58


Pull Burberry Prorsum 59


CLEMENT SIBONY

Alors qu’il suit les cours de Blanche Salant et Paul Weaver, Michel Spinosa lui propose son premier rôle au cinéma dans « Emmène-moi » en 1995. En 1998, c’est Olivier Dahan qui lui offre un rôle important dans « Déjà mort ». Il enchaîne avec « Un dérangement considérable » de Bernard Stora, et « Promenonsnous dans les bois » de Lionel Delplanque, aux côtés de Clotilde Courau et Vincent Lecoeur.

60


Doté d’un charisme évident, il se fait remarquer et poursuit les tournages… « L’envol » de Steve Suissa avec Isabelle Carré, « A la folie… pas du tout » de Laetitia Colombani auprès d’Audrey Tautou, « Osmose » de Raphaël Fejtö aux côtés de Romain Duris. A sa carrière de séducteur, il privilégiera pour un temps les comédies d’auteur indépendantes… Après avoir joué les réalisateurs en herbe dans le très enjoué « Ze film » de Guy Jacques, il partage l’affiche avec Emmanuelle Béart et Charles Berling dans « Un fil à la patte » de Michel Deville. Sous la direction de Charles Belmont, il tourne pour la comédie de mœurs « Qui de nous deux », puis apparaît dans « Avril » de Gérald Hustache-Mathieu. S’ensuivront « L’Etrangère » de Florence Colombani, « L’âge d’homme » de Raphaël Fejtö et « Voir la mer » de Patrice Leconte. Parallèlement, il rejoint le théâtre auprès de Clotile Courau ; un exercice d’acteur qu’il apprécie tout particulièrement, dans la pièce de Bernard Shaw « La profession de foi de Madame Warren », mise en scène par Michel Fagadau. C’est en 2005 que Clément Sibony rencontre le metteur en scène Marcial Di Fonzo Bo…Il joue alors dans « La tour de défense », « Les copi » au Festival d’Avignon, « La mère ». Une collaboration créatrice et fertile. Pour l’heure, nous le retrouvons aujourd’hui avec une actualité chargée, dans cet univers qui le passionne tant : Théâtre et Cinéma. Après le succès rencontré au Festival d’Avignon, cet été, L’ENTETEMENT de Rafael Spregelburd, mis en scène par Elise Vigier et Marcial Di Fonzo Bo, se poursuit dans le cadre du Festival d’Automne à Paris, jusqu’au 31 décembre 2011, avant d’enchaîner une tournée, dès 2012. Qu’est-ce qui vous a séduit dans ce projet ? L’Entêtement est le dernier volet d’une série de 7 pièces, qui traite des péchés capitaux. Lorsque Marcial m’a présenté le projet, ce fut pour moi comme une évidence…Un nouveau défi à relever en adoptant une nouvelle forme de théâtre, propre à Marcial et Elise Vigier. Interpréter cette pièce en plusieurs langues était-il un obstacle pour vous ? La pièce est effectivement jouée en français, en espagnol et en valencien. Le plus délicat fut certainement l’adaptation du texte en plusieurs langues, mise en scène par Martial (argentin d’origine). Notons que L’Entêtement pose « le langage » comme lien entre les hommes : un bien commun. Quelques acteurs catalans de la troupe nous ont néanmoins coachés sur les textes en valencien, sachant que ces deux langues sont quelque peu similaires. Par contre, jouer en espagnol et en anglais ne me pose aucun problème majeur. Le théâtre, la scène, est un univers dans lequel vous vous complaisez. En quoi l’exercice et le ressenti différent-ils du cinéma ? Ce sont deux exercices diamétralement opposés. La scène nécessite de longues répétitions, suivie de représentations offrant toujours des ressentis différents, en fonction de notre jeu, du lieu et du public. Au théâtre, vous avez toujours une seconde chance lorsque votre interprétation d’un soir n’est pas à la hauteur. La scène offre des variantes à chaque représentation. Le cinéma est plus figé. Vous êtes beaucoup plus naturel. Lors des tournages, on capte les bonnes prises et on enchaîne. 61


Côté cinéma, vous êtes à l’affiche de LET MY PEOPLE GO, une French Comédie de Mikael Buch, dont la sortie est annoncée le 28 décembre 2011, aux cotés de Nicolas Maury, Carmen Maura, JeanFrançois Stevenin et Amira Casar. Cinéma toujours avec l’OISEAU d’Yves Caumon (Sélection Mostra Internationale de Venise) qui sortira le 25 Janvier 2012, et dans lequel nous vous retrouverons aux côtés de Sandrine Kiberlain et Bruno Todeschini. Infatigable Clément Sibony ! Théâtre, Cinéma, puis Cinéma, Théâtre… Comment parvenez-vous à jongler de l’un à l’autre ? Il est vrai que parfois c’est un exercice un peu sportif ! En septembre dernier, nous tournions « Let My People Go » la journée, et le soir je jouais dans la pièce «La mère », mais en dehors de cette période, tout s’est très bien enchaîné ! Tout est parfaitement planifié, ce qui nous permet de valider d’autres projets, lorsqu’ils se présentent. Vous êtes-vous prédestiné très tôt au métier d’acteur ou estce le hasard qui a décidé pour vous ? Le hasard a joué en ma faveur, alors que j’avais 14 ans. Pour la petite histoire, c’est une copine qui m’a transmis un jour un numéro de téléphone, afin de participer à un casting pour participer à un téléfilm. J’ai tenté l’expérience et obtenu le rôle. Du pur hasard ! Durant votre parcours, quelles ont été vos rencontres marquantes et décisives pour votre carrière ? Sincèrement, je n’en sais rien. J’ai fait de très belles rencontres durant toutes ces années, comme celle avec Olivier Dahan, puisqu’il m’a offert mon premier rôle important dans « Déjà mort ». Mais rien n’est jamais acquis… Ma rencontre avec Martial Di Fonzo Bo au théâtre est également riche…. Plus récemment, j’ai adoré celles avec Yves Caumon et Mikael Buch ! Dans quelle catégorie de film souhaiteriez-vous tourner ? Chaque projet cinématographique est si différent, tant par son univers que les rôles offerts. J’ai apprécié « Voir la mer » de Patrice Leconte, un film romantique, tout autant que la comédie « Let My People Go » ou « Oiseau » un peu plus austère, un drame néanmoins léger. Et puis, je ne tiens pas à rentrer dans un seul et unique registre. Alors passer d’un film médiéval à un projet de comédie musicale, pourquoi pas ? Avec quel réalisateur aimeriez-vous travailler ? Je suis incapable de répondre à cette question, mais une chose est certaine j’aimerais tourner avec Andrea Arnold, que l’on surnomme la Jacques Audiard anglaise. (rire) 62


Avez-vous d’autres projets en cours, ou vous concentrezvous principalement sur la tournée de l’Entêtement ? La tournée démarre au printemps, mais j’ai effectivement d’autres projets (cinéma et théâtre) en cours. A suivre, car je n’en dirais pas plus aujourd’hui… Parlons un peu de vous…. Quelle est votre qualité première ? Je suis un bon cuisinier. Et votre défaut majeur ? Le retard. Avez-vous une addiction particulière ? J’écoute trop de musique ! Côté mode, vous êtes plutôt chic ou choc ? Ca dépend de l’humeur du jour… Je peux être chic, mais tout à la fois choc lorsque je porte mon tee-shirt rock, mon jean troué et mes baskets…mon look ado 14 ans ! (rire) Vous partez en voyage, quels sont vos indispensables ? Mes petites enceintes… pour ma musique… toujours et encore. Quelle situation peut vous déstabiliser ? La violence. Votre dernière colère ? Ce matin en écoutant Philippe Lefebvre sur France Inter. Votre dernier achat « coup de cœur » ? Des Azuelos du Portugal. A l’aube de cette nouvelle année, quel est votre vœu le plus cher ? Qu’on arrête de parler de la crise et qu’on passe enfin à autre chose !

Propos recueillis par Armelle H. Photo: Matthieu Dortomb

63


Et aussi...

LES 10 CHOSES AUXQUELLES ON N’ÉCHAPPE PAS À LA FIN DE L’ANNÉE

Les 3 kilos supplémentaires sur la balance Comment ça alcool+foie gras+bûche+ plats en sauce 3 jours de suite c’est mauvais pour la ligne? La queue dans les magasins Ca vous apprendra de vous y prendre à la dernière minute aussi! Les chants de Noël quand on va acheter du PQ Où que vous soyez, quoi que vous fassiez, retentit dans vos oreilles un chaleureux et souvent inapproprié «Chala la la la, la la la laaaaaa». Le questionnement sur les plans de Nouvel An -»Et toi tu fais quoi? - Ben je sais pas, et toi? - Je sais pas non plus... Machin n’est pas là? - Non il fête Nouvel An avec Bidule. - Et truc? - Avec Bidule aussi - Et euh... pourquoi on n’a pas été invités, nous?»

64


La pompetterie à table avec toute sa famille DANGER! DANGER! C’est le meilleur moyen de faire surgir des secrets que vous souhaitiez garder enfouis pour toujours. L’overdose de foie gras - «Non merci, je n’en peux plus. - Oh allez, il reste encore un peu de foie gras poêlé! - Bon, ok, mais après, STOP. Il reste du pain d’épice et de la confiture de figue?» Le fameux mais néanmoins toujours aussi peu drôle «à l’année prochaine» devant la machine à café -Ah ah, oui oui c’est ça, «à l’année prochaine» Jean-Marc! -Et Noyeux Joël hein! (où ai-je mis ma corde et mon tabouret?) Les cartes de voeux avec des petits chats dans des paniers fleuris et un bonnet de Père Noël Elles passent mieux quand il y a un petit chèque à l’intérieur cela dit. Les gens agglutinés autour des chalets du marché de Noël qui vous bloquent le passage BARREZ-VOUS, CONS DE MIMES! Les horoscopes qui vous mentent et vous font croire que «2012» est VOTRE année, quelque soit votre signe Job: Vous voilà prête à travailler en équipe et à affirmer votre leadership. C’est le moment de demander une augmentation. Amour: Le mariage n’est plus très loin. Santé: Ouah! Quelle pêche!

Marine Revel 65


Mode / Pause beauté

SÉLECTION BEAUTÉ SPÉCIALE POUR LES FÊTES DE FIN D’ANNÉE, LA MARQUE DE COSMÉTIQUE DE LUXE SHU UEMURA S’EST ASSOCIÉE AU RÉALISATEUR D’IN THE MOOD FOR LOVE : WONG KAI WAI, AFIN DE NOUS OFFRIR UNE COLLECTION DE MAQUILLAGE HORS DU COMMUN.

Cette collection s’articule autour de deux éléments naturels : l’eau et le feu. Les couleurs rouges et bleues y sont donc très présentes. La collection est composée de palettes, de vernis à ongles, de faux cils, de rouges à lèvres, de poudres et de la fameuse huile démaquillante de la marque ainsi que d’un kit de minis pinceaux. Afin de rappeler l’univers du cinéma de Wong Kai Wai, Shu Uemura a décoré le packaging des produits avec de superbes images holographiques extraites du film de la campagne publicitaire baptisé ‘The Mask’.

Palette eau 66

Palette feu


Les palettes, très pigmentées et pailletées seront parfaites pour un maquillage de fête. Côté vernis, Shu Uemura nous propose 2 coffrets eau et feu

A essayer également : L’huile démaquillante -bleu- éclat (en édition limitée), qui illumine le teint. Les superbes faux cils pailletés argentés, parfait pour attirer tous les regards…

la collection

Vous laisserez-vous tenter par cette sublime collection signée Shu Uemura ? Marie Jablonski 67


Noël / Sélection jouets

QUAND LA MAGIE DE NOËL PART EN VRILLE ! Nous avons tous gardé notre âme d’enfant, celle qui nous pousse à nous émerveiller devant les décorations de Noël et à sourire devant le rayon des jouets pour enfants... Bon, il faut le dire, les temps ont bien changé (ma bonne dame) ! Exit les Barbies Lac des Cygnes et autres peluches Hello Kitty, bonjour les petits labos pour fabriquer de la morve, les peluches Pee (pipi) et Poo (caca) ou les barres de pole dance taille fillette. L’heure n’est plus au kawai mais au cradingue ! Pourtant, tout n’est pas perdu : si parmi votre entourage vous comptez d’affreux petits garnements, vous pourriez bien trouver votre bonheur pour leur donner une petite leçon... Exemples choisis selon le profil du cher enfant à gâter : Le macho miniature qui dit «Mais papa, laisse la vaisselle c’est pour les mamans ça !» => Ni une ni deux, à lui l’aspirateur miniature : «Tiens, brique moi le sol tu vas voir si le ménage c’est que pour les filles»

La petite intello rabat-joie qui ne manque jamais de vous reprendre quand, un peu pompette, vous laissez échapper «C’était un reportage magnifique sur les cheval (sic)» => Offrez-lui une barre de pole dance ! : «Hey Pimprenelle (oui parce qu’en plus, elle se prénomme Pimprenelle) allez lâche-toi» Votre neveu qui ne sait toujours pas aller au pot, mais uniquement quand vous le gardez... => Les peluches Pee et Poo «Tu rêveras pipi et caca, même à ton réveil tu y penseras, ils te suivront partout, où que tu ailles !!»

68


Votre filleul qui réclame à qui veut l’entendre un chien, oui un vrai, en chair, en poils, et en bave. => Le toutou rista : le but, ramasser le plus rapidement ses déjections accompagnées du bruitage digestif adéquat... «Entraîne-toi d’abord à ramasser, on verra si tu veux toujours un chien»

Votre nièce aux chicots pourris, celle qui refuse de se laver les dents et vous inflige son haleine de poney malgré vos recommandations bucco-dentaires... =>un kit dentiste pour voir les ravages que peuvent causer les caries «Tu ne veux toujours pas te laver les dents ? Regarde comme tu vas être moche si tes dents sont pleines de caries» (oui, faites croire qu’une carie ressemble à ça, ça ne peut pas faire de mal)

Magique, on vous avait prévenu… Krystel Madelaine 69


Mode / Edito

TOMORROW IS SO FAR AWAY

Photographe : Pauline Darley Modèle : Indre @ Metropolitan Stylisme : Emilie Lameire Hair & Makeup : Matvei Droulez Vêtements: vintage Hippy Market Bijoux Monies 70


71


72


73


74


75


76


77


78


79


80


81


82


83


PREMIER NOËL AVEC SON MEC COMMENT S’EN SORTIR COMME UNE PRINCESSE ? IL VOUS REGARDE, VOUS LE REGARDEZ, VOUS VOUS AIMEZ D’UN AMOUR NEUF ET RÉJOUI (OU UN AMOUR COMPLÈTEMENT NIAIS) C’EST DIMANCHE, VOUS ÊTES MOLLE COMME UN LOUKOUM AU SOLEIL, À DEUX DOIGTS DE SOMBRER DANS UNE SIESTE DÉLICIEUSE QUAND TOUT À COUP BIM BAM BOUM VOUS NE L’AVEZ PAS VU VENIR MAIS IL VOUS DEMANDE L’AIR DE RIEN : « CA TE DIT DE PASSER NOËL AVEC MOI ? » .

Le foldingo !!! L’espace d’une minute vous avez cru qu’il vous disait « Tu veux passer Noël avec ma famille »… Hum hum … je pose la question quand même… je trouve sa question pas très claire… « Dis moi mon choubidabadou, quand tu dis « avec toi » tu veux dire TOI et MOI, le foie gras et le champagne ?? Personne d’autre hein ouais ??? » Réponse du futur traître : « Ah non mon Chaminouminet (ouais début de relation = surnom de M….) je pensais plutôt à TOI, MOI et ma famille… on serait une petite trentaine ! J’adoooooooooore les Noël en famille et sans toi ce serait pas pareil » (bon, là, à cet instant précis vous le trouvez complètement stupide et vous avez hyper envie de lui mettre une claque sans raison) Mais WHAAAATTTTTTTTT, le grand malade, comment a-t-il pu imaginer que j’avais envie de passer Noël avec SA famille alors que… bon ok vous n’avez rien de prévu cette année mais vous n’auriez jamais dû lui dire, votre mec s’est transformé en lutin maléfique de Noël, il a des étoiles dans les yeux et vous le trouvez tout à coup hyper relou genre « mais-laisse-moi-tranquille-je-veux-regarder-coup-de-foudre-àNothing-hill-et-Love-actually-alone-le-nez-dans-un-bloc-de-foie-gras-que-je-mangerais-toute-seule »

84


Après 1001 tentatives de persuasion plus ou moins abouties (n’oublions pas qu’il s’est transformé en lutin maléfique de Noël) vous finissez par baisser les bras et dites OUI à son invitation. Premier Noël ensemble, ACTION !!! Prévoir 32 cadeaux : Forcément ça relève un peu du miracle de trouver 32 cadeaux pour des personnes que vous ne connaissez absolument pas… 32 boîtes de chocolats, mouais, ça craint… Faudra peut-être demander à l’amoureux la répartition entre adultes-vieux-enfants-bébés. Ca va vous coûter une blinde, certes mais n’oubliez pas que vous êtes une princesse et que vous voulez que Mamie et Papy se rappellent de vous parce que vous êtes parfaite et non parce que vous avez offert une bouteille de vin au petit dernier… Prévoir une tenue « Pas too much » : Exit la robe à sequins, les Manolos et le rouge à lèvres « volcan en fusion » (ça n’existe pas mais vous saisissez l’idée). En même temps on oublie le col Claudine, les mocassins plats et la jupe écossaise !!! Bref gardez votre âme de fashionista si c’est votre credo mais n’en faites pas trop, faudrait pas que Papy nous fasse un infarctus le jour de Noël !!! Apprendre à ne pas vider une bouteille de champ’ à l’apéro : Problème : vous êtes stressée, vous avez soif et vous avez surtout besoin d’un coup de main pour vous détendre. Alors l’envie de vider la bouteille qui se trouve juste à côté de vous vous paraitra l’idée la plus incroyable que vous ayez eu depuis longtemps... sauf que personne dans la famille de votre moitié ne connaît les paroles de Poker Face et DONC personne ne reprendra en cœur les tubes de Lady Gaga avec vous une fois que vous serez super méga détendue. Etre gentil avec les enfants : C’est un fait, vous n’aimez pas du tout les enfants mais mais MAIS !!! Il va falloir faire un effort et vous transformer en gentille future tatie gaga gnangnan l’espace de cette journée. Pourquoi me demandezvous ? Mais parce que c’est un effet domino : vous gagatisez avec les enfants, ces derniers rapportent aux parents à quel point vous êtes « Crop crool » (trop cool en langage -7ans), cette info remonte aux parents de votre amoureux, qui transmettent à ce dernier touuuuuut le bien qu’ils pensent de vous et tadaaaaaaa vous êtes adoptée !!! Dites-vous que ça ne dure qu’une journée et ça passera plus vite ! Draguer mère-grand : Rebelote avec l’effet dominos en sens inverse. Sauf que cette fois pensez que mère-grand a peutêtre des pièces vintages hyper sympa et qu’en plus elle a des bijoux pas mal du tout qui, un jour, vous appartiendront peut-être… (quoi je suis machiavélique ? C’est bon je pense à vous) Chères Princesses de Noël, bon courage à toutes, ça ne dure qu’une journée et n’oubliez pas que vous pourrez vous rattraper le 31 décembre niveau picole, anti-enfants et tout le tralalalala ! Joyeux Noël !! Marie Parent 85


INTERVIEW MARLON ROUDETTE EN 2005, MARLON ROUDETTE FAISAIT UN CARTON AVEC LE TITRE “BIG CITY LIFE”, LUI PERMETTANT DE FAIRE LE TOUR DE MONDE AVEC SON GROUPE MATTAFIX. AUJOURD’HUI, IL REVIENT EN FORCE DANS TOUTE L’EUROPE AVEC UN ALBUM SOLO, NOMMÉ “MATTER FIXED” EN HOMMAGE À SON ANCIEN GROUPE. SON SINGLE “NEW AGE” EST DÉJÀ À LA TÊTE DES CHARTS ALLEMANDS. AUJOURD’HUI, MARLON ROUDETTE ESPÈRE BIEN SÉDUIRE LE PUBLIC FRANÇAIS. POSE MAG EST PARTI À LA RENCONTRE DU JEUNE HOMME POUR EN SAVOIR PLUS SUR LUI ET REVENIR SUR SON PARCOURS.

Est-ce que vous pouvez nous parler de votre parcours ? C’est l’histoire d’une double enfance. J’ai vécu à Londres jusqu’à l’âge de 9 ans. Puis, je suis parti sur l’île de Saint-Vincent. C’est là dans les Caraïbes que j’ai découvert la musique et que j’en suis tombé amoureux: le rythme, les mélodies, le côté détendu du style de vie... Mais j’ai été aussi sensibilisé aux questions sociales qui se posent dans un pays en développement économique. Je suis revenu à Londres, quand j’avais 17 ans. Ma vie s’est ensuite résumée aux studios d’enregistrement, à la vie nocturne, à l’énergie créatrice de Londres, à son fonctionnement permanent, si l’on peut dire. J’ai alors réalisé que j’étais peut-être fait pour composer des chansons. C’est une chose qui s’est imposée d’elle-même. Je suis issu d’une famille très créative musicalement. Petit à petit, je me suis aperçu que je ne pouvais pas travailler dans un autre domaine que la musique. 86


Pouvez-vous nous décrire votre style musical ? Mon style musical est entièrement le produit de mon histoire. Ma vie est un mélange de genres et cela se reflète tout à fait dans ma musique. Le fait que je sois issu d’une famille mixte, avec des parents noirs et des parents blancs, cela a son importance aussi. Le fait que je sois d’origine écossaise et anglaise... Il n’existe pas un seul style musical qui puisse résumer tout ça à la fois. Votre musique a-t-elle évolué depuis votre départ du groupe Mattafix ? Si vous écoutez attentivement une chanson comme “Passer By” sur le premier album de Mattafix, vous vous rendez compte que le titre “New Age” (ndlr: présent sur l’album solo de Marlon Roudette) n’est pas si différent. Mattafix était le résultat de plusieurs styles. Mais peut-être que j’ai l’impression que ma musique a évolué du fait de la contribution personnelle assez conséquente que j’ai dû apporter pour ce nouvel album. Plusieurs membres de mon entourage et quelques journalistes qui ont écouté l’album me disent qu’ils entendent quelques éléments du “son Mattafix”. Mais comme je l’ai dit, le nouvel album est bien plus personnel. C’est la musique qui prime. C’est un aspect que j’avais très envie de développer. Dans ce but, j’ai travaillé avec de nombreux compositeurs, plus traditionnels dans leur approche musicale. Je n’ai fait qu’y ajouter mon côté moins soigné, issu de la rue, par la suite. Pourquoi avoir décidé de quitter Mattafix et se lancer en solo ? Je suis parti du groupe tout d’abord pour des raisons logistiques. La créativité de Mattafix s’était essoufflée. Preetesh Hirji et moi-même étions en quelque sorte emprisonnés dès que nous étions en studio. Pour nous, il était devenu évident qu’il fallait se séparer.. Ca m’a fait mal au coeur. La transition n’a pas été facile pour moi. Mais une fois que mes chansons ont commencé à circuler et que j’ai commencé à avoir des retours dessus, je me suis rendue compte que c’était définitivement la bonne solution.

Votre nouvel album s’appelle “Matter Fixed”. Est-ce un clip d’oeil à Mattafix ? Absolument. Je ne sentais pas prêt à quitter le groupe. Ensemble, nous sommes partis en tournée dans le monde entier. Nous avons écrit des chansons extraordinaires. Nous avons passé des moments formidables. Je suis une sorte de leader de groupe malgré moi. Quand j’étais petit, je n’étais pas le genre d’enfant à s’entraîner devant un miroir avec un faux micro dans les mains. Je ne me suis jamais vu faire ça. J’adore avoir une équipe. Je travaille mieux avec des gens autour de moi. Je suis plus un collaborateur. Je n’étais pas prêt à lâcher tout ça. C’est aussi une expression aux Caraïbes. Elle a un sens très important pour beaucoup de personnes là-bas. Voilà pourquoi j’y suis attaché. Vous sentez-vous à l’aise avec le fait d’être seul maintenant sur scène ? Oui, mais je pense que je ne l’aurais pas fait si ces chansons n’étaient pas les miennes et si ma créativité n’était pas là à 100%. Je ne pense pas avoir la voix qu’il faut pour interpréter les chansons de quelqu’un d’autre. Mais je me suis tellement investi dans cet album et dans l’histoire qu’il raconte que c’est plus facile pour moi d’être seul sur scène. Vous faites parler de vous dans toute l’Europe et vous espérez percer en France également. Que savez-vous sur la France et qu’aimez-vous dans notre pays ? Je suis venu la première fois à Paris quand j’avais 18-19 ans. J’ai payé mon billet Eurostar avec ma toute première paie. J’ai fait cette chose assez cliché qui est de m’asseoir à un café et je me suis demandé pourquoi plus de gens ne s’installent pas ici. La cuisine, le mode de vie, l’intérêt général pour la musique... Mon meilleur ami habite Bastille, à Paris. Mon filleul est ici aussi. Alors j’essaie de venir aussi régulièrement que je le peux. J’ai quelques très beaux souvenirs. Selon moi, jouer à l’Elysée Montmartre 87


est le point fort de n’importe quel artiste dans sa carrière. J’ai eu la chance de m’y produire avant que la salle ne brûle. Tenir la main de très jolies filles sur les escaliers menant au Sacré-Coeur. Ce n’est pas un hasard si Paris a cette réputation de ville romantique. Mais il n’y a pas que Paris. J’ai voyagé à travers toute la France. Le Sud de la France est magnifique. Je suis allé à Cannes et Marseille à plusieurs reprises. J’ai des souvenirs très précieux de ces endroits. Pour moi, revenir ici grâce à la musique, c’est vraiment très important. Un autre point fort a été de jouer en live pour l’émission de télévision Taratata, faire quelques notes avec Manu Katché. C’est le genre de souvenirs que l’on raconte à ses petits enfants plus tard. Vous avez sûrement déjà eu l’opportunité de rencontrer vos fans en France. Est-ce que le public français est différent de celui des autres pays européens ? Le public français s’y connaît bien en musique. La France a un historique musical assez riche. Il faut donc s’y attendre. De ce fait, les Français ne font pas dans la demi-mesure. Ils aiment ou ils n’aiment pas de façon instantanée. Vous savez tout de suite si cela vous plaît ou pas. C’était donc significatif que mon premier single “New Age” ait été bien accueilli par le public. Quels styles de musique et quels artistes vous inspirent ? Cela dépend de la période à laquelle on me pose cette question. Actuellement, je dirai que je suis inspirée par les compositeurs de la côte Ouest américaine de la fin 1960/1970. A cette époque, il y avait tout un mouvement musical qui est parti du “Troubadour Club” à Los Angeles où l’on pouvait voir James Taylor, The Eagles, The Birds, le groupe Crosby, Stills, Nash & Young. Il y a deux-trois albums de James Taylor qui tournent en boucle. Mais je fonctionne par phases. Parfois, je me plonge dans le hip hop. D’autres fois, il s’agit plus de chansons à texte. Cela dépend de mon humeur. Maintenant, je me promène dans la rue en ayant accès à un catalogue musical de centaines d’artistes et tout cela tient dans un appareil aussi petit que la main. C’est extraordinaire d’avoir une collection d’albums aussi fournie tout le temps avec soi. Quel est votre rapport à la mode ? Faites-vous attention à ce que vous portez ? Je fais beaucoup plus attention maintenant. Avant, cela m’importait peu. Mais le jour où j’ai allumé la télévision et que je me suis vu en train de porter des vêtements totalement inappropriés, c’est difficile de ne pas faire attention ensuite. J’aime porter des vêtements confortables, dans lesquels je suis à l’aise. Pour moi, il n’est pas question de montrer ce que je possède à travers mes vêtements. C’est une extension de ma personnalité. En ce moment, je porte beaucoup de créations par Vivienne Westwood. Les stylistes là-bas m’ont un peu pris sous leurs ailes. Je crois qu’elle ont compris que j’avais besoin d’aide. (rire) Quels sont vos projets pour l’avenir ? En ce moment, toute ma concentration se porte sur mon album solo “Matter Fixed”. Lui donner une chance d’être écouté partout autant que possible. Je suis en tournée jusqu’à Noël. Je reviendrai ensuite pour le Nouvel An en France. Beaucoup de concerts et de promotion. J’ai très envie de faire des festivals également. J’ai hâte de faire tout ça.

Photos et interview par Cécilia Rowe 88


89


Mode / Edito

NOËL OU LA MAGIE DE L’ENFANCE ! CRISE ÉCONOMIQUE OU PAS, NOUS AVONS L’OBLIGATION D’ASSURER UN MAX POUR NOS PETITS CHÉRUBINS QUI CROIENT DUR COMME FER À NOTRE BELLE HISTOIRE. BIEN SÛR QU’ILS Y CROIENT AU PÈRE NOËL ! À CET HOMME INTERSIDÉRAL QU’ILS N’AURONT PEUT-ÊTRE PAS LA CHANCE DE CROISER, TANT IL SERA SURBOOKÉ CE FAMEUX 24 DÉCEMBRE ! Comment faire face néanmoins à ce flot de questions légitimes qui envahissent leurs esprits, tandis que vous parcourez la ville, en long, en large et en travers, à la recherche du cadeau original, créatif, pédagogique et peu onéreux que vous leur suggérez…. Dis maman, pourquoi on voit encore un Père Noël ici ? Mais… je croyais qu’il n’y en avait qu’un seul, tu m’as dit… Et puis celui-là, il est plus gros et plus petit que l’autre…. Dis papa, pourquoi les gens ils ont plein de jouets dans leurs caddies ? Je croyais que c’était les lutins du Père Noël qui les fabriquaient… Dis Papy, on n’a pas de cheminée à la maison, nous… Tu crois que le Père Noël il va venir quand même, dis… Mais, il va passer par où alors ?.... Et chacun y va de sa petite histoire et de ses mensonges, afin de ne pas angoisser inutilement cet enfant si curieux (preuve d’intelligence, dixit les psys), qui s’interroge sur la réelle existence de cet être intemporel. Evidemment, qu’il met votre parole en doute ! Il n’est pas fou, loin de là ! Pourquoi le Père Noël n’a pas apporté tout ce que j’avais noté sur ma liste ? Pourquoi mon copain Mathis a reçu plus de jouets que moi ? Pourquoi, pourquoi, pourquoi ???? Et on esquivera volontairement, le cas des enfants issus de parents divorcés, qui baignent en cette période, dans l’abondance et la profusion de cadeaux. En bons parents, on déculpabilise comme on peut ! Ce qu’il n’obtiendra pas chez papa, on mettra tout en œuvre pour le réaliser chez maman !!! La surconsommation nous perdra, c’est certain ! Aux enfants qui afficheront une mine dubitative en découvrant les contenus de nos paquets, oseronsnous, cette année encore, leur sortir cette phrase toute faite et qui restera gravée à jamais dans notre mémoire : Tu n’es jamais content ! Sais-tu ce que recevaient tes grands-parents en cadeau le soir de Noël ? Un seul et unique présent ! Patins à roulettes ou vélo. Poupée ou poussette. Comme ils étaient heureux alors…. 90


Vous obtiendrez alors deux réactions. Soit, il sera déconfit et reviendra un peu sur ses humeurs, soit il vous adressera cette phrase que vous connaissez également : mais ça, c’était dans le vieux temps !  Voilà, Noël c’est un peu tout ça : un mix de votre passé et du présent, des émotions spontanées de votre enfance liées à l’exigence de votre progéniture. À qui la faute ? Quoi qu’il en soit, Noël c’est un peu Disney. Votre ville revisitée et drapée de mille lumières qui vous enchantent toujours et encore. Les commerces qui savent se mettre en scène pour célébrer d’avance leur plus gros chiffre mensuel de l’année. Business is Business. La tradition perdure néanmoins pour le plus grand bonheur des petits et des grands, alors tâchons de rester cohérents dans nos propos et raisonnables dans nos achats. JOYEUX NOËL A TOUS ! Armelle H. Illustration : Clément Dezelus

91


SHOPPING THÉRAPIE On ne nous a jamais autant parlé de la crise qu’en ces derniers temps, comme pour nous donner un dernier coup au moral, nous achever avant la fin de l’année, et surtout nous faire croire à un nouvel eldorado avant les élections. Au fond il vaut mieux avoir le nez dans le shopping que dans la politique, l’un nous fait du bien immédiatement, l’autre nous vend du rêve pour nous détruire ensuite. Dans un monde illusoire, notre bataille de rêve se joue avec notre dressing, alors que le vintage gagne du terrain sur nos cintres, nos boîtes à bijoux se remplissent de jolies pièces et nos sacs font de la place aux petits nouveaux. Avant on pouvait connaître le statut social d’une personne avec son chapeau, de nos jours ils suffit de regarder les épaules, les mains et les poignets, ce n’est pas notre président qui nous dira le contraire. Et même si nos petites bourses rêvent de luxe, et n’ont pas forcément les moyens de se le payer, les accessoires restent la petite porte d’entrée qui nous va bien. Cet hiver il y a des accessoires qui se sentiront bien chez moi! Ah pardon chez nous! Pour les femmes, on a pu voir une course à l’accessoire IT sur la toile, de la bague arty de Yves Saint Laurent en passant par le Léo de Punky B. et Marie de Mode trotter, des bracelets Edward Teach aux incontournables boucles d’oreilles Chic Alors, des Miu Miu glitter, à l’amulette de Pagan Poetry, la mode se veut éclectique. Mesdames mesdemoiselles il ne reste plus qu’à espérer que le Père Noël ait lu cet article, on peut vous dire que nous avons tenté de contacter quelques lutins, mais bon rien de sûr, nous essayerons avec les rênes, on dit qu’à minuit les animaux parlent! Qui a commencé le champagne trop tôt? Ca divague par là!

2

3

1 Aude Bertrand Koubi 92


5

4

1 . Bracelet Laboratoire de mode 35 € 2 . Boucles d’oreilles Chic Alors 47 € 3 . Chaussures Miu Miu 395 € 4 . Sac Leo Blondie’s back 350 € 5 . Bague Yves Saint Laurent 175 € 6 . Amulette Pagan Poetry 135 €

6

93


VIENS, JE T’EMMÈNE SUR LE TRAÎNEAU DU PÈRE NOËL ! De par chez nous, pour Noël grosso modo, nous allons tous nous mettre sur notre 31, nous attabler en famille et nous autoriser tous les excès réfrénés au long de l’année (déboutonnage et desserrage de ceinture discret obligatoires), rouler jusqu’à notre lit et remettre ça le lendemain midi ! Entre temps évidemment, on se sera échangé des cadeaux plus ou moins heureux sous le sapin. Maintenant, ouvrons-nous un peu à ce qui se passe dans le monde. Car oui, Noël est protéiforme, Noël est multiple, Noël est caméléon ! Petit tour du globe : En Russie, nul besoin de costume de gros papie à longue barbe blanche et à bierbuch (ventre à bière pour les non-initiés). C’est la Babouchka (grand-mère) qui est la préposée aux cadeaux le 6 janvier, sans traîneau ni rennes…pauvre mamie… En Islande on ne rigole pas, ce sont pas moins de 13 gnomes qui récompensent d’un cadeau ou punissent d’une vielle patate pourrie les enfants, les 13 jours précédents Noël. Chaque petit gnome a sa spécialité, morceaux choisis : Stúfur (« court sur pattes », déjà il est mal parti dans la vie), gratte ce qui reste dans les poêles, Thvörusleikir lèchent les cuillères en bois (pas très hygiénique), Pottasleikir, lèchent les casseroles, bref ces gnomes ont la dalle ! En Suède, c’est un autre gnome nommé Jul Tomte et accompagné de sa chèvre en paille (alors là, je veux bien que l’on m’explique comment une chèvre en paille peut être d’une aide quelconque) qui distribue les présents. Ce petit plaisantin de Jul Tomte est sensé vivre dans l’étable ou sous le plancher de la maison, un peu flippant non ? Vous voulez pire ? Hé bien au Danemark, un lutin facétieux répondant au doux nom de Jul Nisse entre en action. Ce petit boute-en-train embête toute la famille, notamment en transformant la bière en lait (pas le contraire hein) et ça, c’est un coup à mettre la mauvaise ambiance illico ! Pour finir, réchauffons-nous un peu et partons à l’autre bout du globe, là où les températures ne se prêtent pas forcément au lourd costume rouge à liseré de fourrure blanche : en Australie… La chaleur n’est pas un argument suffisant pour décourager le Père Noël : maillot de bain et tongs sont son seul uniforme ! Question rennes c’est aussi un peu coton au pays des koalas… pas grave : un surf, un kangourou ou un hors-bord feront l’affaire ! (Suis-je la seule qui meurt d’envie de voir une arrivée du Père Noël en slip de bain, perché sur le dos d’un kangourou ?) Quelle que soit notre façon de fêter Noël, nous sommes tous d’accord sur 3 points : on mange, on se retrouve en famille et on fait plaisir aux gens que l’on aime, alors bon Noël à tous ! Ps: Si quelqu’un part en Australie, qu’il pense à la photo du Père Noël ! Merci pour moi… Krystel Madelaine 94


95


UNE FIN D’ANNÉE EN MUSIQUE L’année 2011 arrivant quasiment à sa fin, il est temps de dresser un bilan des sorties qui ont apporté un plus à la scène musicale cette année. Que retiendrez-vous ? Pose Mag retient volontiers pour sa part le second opus d’Adele, et le premier album de Brigitte, qui sont inéluctablement LES surprises de cette année. Quoiqu’il en soit, Noël arrive, alors une sélection musicale s’impose pour vous faire découvrir ou redécouvrir quelques artistes...

Metronomy - The English Riviera Je ne pouvais laisser 2011 se terminer sans vous avoir parlé au préalable de « The English Riviera » de Metronomy. Cela fait déjà quelques mois qu’il est sorti. Cependant, il m’a tellement marquée, et tourne en boucle chez moi tellement souvent (pardonnez la redondance) que je ne pouvais l’occulter. Metronomy est un groupe d’électro/pop du Royaume Uni, qui a déjà douze années d’existence, mais qui a plusieurs fois changé de line-up (c’est sans doute pour cela qu’ils n’ont sorti «que» trois albums). Pourtant, hormis les connaisseurs en matière et les adorateurs de remixes en tous genres, je suis quasiment sûre que le grand public ne pouvait citer quelconque titre du groupe avant la sortie de «The English Riviera». Est-il l’album de la consécration ? Je me le demande... Pour cause, leurs concerts en France sont quasiment tous sold out. S’agissant de mon ressenti face à ce nouvel opus, c’est simple, j’ai été extrêmement conquise par les vocalistes de la batteuse Anna et par la diminution des lignes de synthé au profit de lignes de guitares électriques. Cela ajoute un côté indie rock à cet électro un peu bizarre mais efficace, qui envoûtait déjà les fans. Je pense que cela est un véritable point fort permettant à Metronomy de conquérir un plus large public. En tout cas, « The English Riviera » contient des mélodies électro-pop énergiques variées, que l’on écoute inlassablement. En plus, les instruments sont parfaitement bien placés et coordonnés, ce qui met incontestablement le tout en symbiose. Je vous recommande surtout «The Look», «She Wants», «The Bay», et «Corinne», qui sont mes gros coups de coeur de l’album, et qui font par ailleurs partie des tubes de ma liste de lecture. 96


Rihanna - Talk That Talk Après cinq albums qui ont fait un carton, Rihanna revient avec « Talk That Talk », qui est dans les bacs depuis fin novembre. Elle n’a donc pas perdu de temps, puisque cela faisait à peine un an que « Loud » était sorti ! Nous avions déjà pu avoir un aperçu de son nouvel opus avec ses deux excellents singles « We Found Love » en featuring avec Calvin Harris et « You Da One ». Rihanna a de nouveau fait sensation en nous offrant des titres empreints d’énergie, hyper rythmés et pour lesquels elle a collaboré avec les plus grands producteurs de R’n’B, tels que Jay-Z. Rihanna ne devrait pas lasser puisque « Talk That Talk » contient des titres certes dans la même trame que dans « Loud », mais qui sont pour le moins pertinents. En clair, son nouvel album devrait vraisemblablement faire l’unanimité auprès des fans. Coldplay - Mylo Xyloto Le quatuor britannique nous livre un cinquième album intitulé «Mylo Xyloto» produit par Brian Eno (qui est également le producteur de U2). Le chanteur Chris Martin annonçait ce nouvel opus comme étant « un album-concept très personnel qui se situera à l’intérieur d’un grand cadre ». En clair, il faut s’attendre à quelque chose de différent, ce qui est tout de même la moindre des choses quinze ans après leurs débuts. Mais finalement, mes impressions ne sont pas tellement à la hauteur de ce que je pouvais espérer deux ans après «Viva la vida », qui était, rappelons-le, l’album le plus vendu au monde en 2008. Coldplay nous offre un album fidèle à ses influences, mais je ne suis pas plus convaincue que ça. Certes, il y a quelques morceaux sympathiques, comme «Hurts Like Heaven», «Paradise» ou «Every Teardrop Is a Waterfall», mais globalement, j’ai l’impression que le groupe s’épuise et d’ailleurs, il semble en être conscient. Chris Martin avait en effet lui-même affirmé qu’il n’était pas du tout satisfait des paroles de l’album. Mais alors pourquoi l’avoir sorti ? N’aurait-il pas fallu attendre ? Peut-être que le groupe était sous la pression de son label... Je regrette les formidables «Troubles» et «The Scientist» qui faisaient pourtant l’unanimité. Coldplay a tenté d’innover, comme on peut le voir avec le titre «Princess of China», en duo avec Rihanna. Mais cela reste sur-produit, plat, avec des lignes de synthé trop compressées et sans intérêt. 97


Lady Gaga - Born This Way Alors que Lady Gaga vient d’annoncer au monde entier qu’elle allait (déjà) sortir un nouvel album, je me suis dit qu’il vaudrait mieux que je passe en revue «Born This Way» pour rester dans l’ère du temps. En effet, elle a annoncé sur MTV qu’elle a déjà « le titre ainsi que les concepts » et d’ailleurs, elle est « très enthousiaste à l’idée de sa sortie. Mais il n’est pas encore terminé », a-t-elle ajouté. Je me souviens qu’elle l’avait décrit comme étant « l’album de la décennie ». Autant dire que Lady Gaga a les pieds sur terre (ou pas...). J’ai toujours eu du mal avec les personnes manquant cruellement d’humilité, artistes ou non. Lorsque j’avais écouté son titre éponyme pour la première fois, j’étais complètement effarée en me disant « On dirait Madonna ! ». Meilleur album de la décennie et plagiat ne vont pas vraiment de pair... A cet égard, un très bon article d’Enrique est disponible depuis quelques mois sur le blog, si vous êtes notamment intéressés par la polémique que cela a pu engendrer (non, non, je ne le flatte pas, je suis juste réaliste). Honnêtement j’ai du mal à comprendre comment Lady Madonne (oops...) peut engendrer un tel fanatisme. Je vous accorde que j’ai plutôt aimé « The Fame Monster », mais j’ai bel et bien l’impression que «Born This Way» est en quelque sorte l’album de trop. Il est sur-fait et absolument pas original. Peut-être qu’elle aurait dû attendre un peu avant de le sortir, pour que la vague Gaga s’essouffle un peu. Je pense simplement que si elle a autant de succès, c’est parce qu’elle est visionnaire et qu’elle est très bonne en marketing, ou plutôt, parce qu’elle est un excellent produit marketing... Avec une image très (trop) provocatrice, des paroles trash, des mélodies aux sonorités eighties, ainsi qu’une promo impressionnante, résultat : Lady Gaga est la chanteuse qui aurait gagné le plus en 2011 avec quasiment 90 millions de dollars en poche, selon le magasine Forbes.

98


Justice - Audio, Vidéo, Disco Gaspard Augé et Xavier de Rosnay, alias Justice, reviennent avec «Audio, Vidéo, Disco» quatre ans après « Cross », lequel avait remporté un succès interplanétaire. On se souvient encore de «Waters Of Nazareth » ou de « D.A.N.C.E. » qui les avaient propulsés au top des charts, et surtout, qui nous avaient fait danser durant de nombreuses heures. « Audio, Video, Disco » était alors évidemment attendu par les fans du duo. Après plusieurs écoutes plus qu’attentives, je peux enfin me prononcer et vous annoncer que j’ai été stupéfaite par le changement d’univers de Justice. Effectivement, on passe d’un électro relativement basique et répétitif, qui restait tout de même efficace et entraînant, à un électro progressif, hyper influencé par des groupes de rock voire de hard rock des seventies (je pense notamment à AC/DC, Led Zeppelin ou à Deep Purple). Si vous ne me croyez pas, écoutez de ce pas « Horsepower », « Canon » et « Helix » ! Sans avoir écouté l’album, et sans être des plus ouverts d’esprit, on pourrait de prime abord émettre des critiques négatives en se disant « Mais pourquoi un tel changement radical alors que « Cross » avait en fait super bien marché ? ». Pour ma part, je prône plutôt l’hypothèse selon laquelle quatre années après « Cross » peut-être que Gaspard et Xavier aspiraient justement à nous surprendre. Eh bien je dois dire que c’est réussi parce que ça sonne bien et c’est envoûtant du début à la fin.

Hélene Payen

99


Et aussi / La question de Noël

QU’EST-CE QUI VOUS FERAIT LE PLUS PLAISIR POUR NOËL ? Malou Cheveux Courts J’aimerais que tous mes cadeaux rendent ceux à qui ils sont destinés heureux, et j’aimerais aussi que mes parents et beaux-parents soient proches de l’ivresse pour se lancer dans la narration d’anecdotes honteuses/stupides sur leur jeunesse, histoire que Noël rime avec fous rires ! Armelle Haegy Bien sûr que je crois encore au Père Noël et que j’espère secrètement un petit paquet sous le sapin, mais plus que tout, dans mon idéalisme utopique, je souhaiterais que les plus démunis retrouvent un semblant d’humanité, qu’ils puissent se loger décemment, se nourrir à leur faim et bénéficier de soins pour enfin trouver une issue favorable à leur situation précaire. Vivre pour Vivre et non plus Survivre ! Marine Revel Des choses simples, un mec, un diplôme, une perspective d’avenir et des Kinder Circus. Cécilia Rowe Que l’on m’offre un appart’ dans Paris ! Comment ça je peux toujours rêver? Il suffit bien de croire au Père Noël, non ? Pauline Darley Une licorne ! Clément Dezelus Très sérieusement un PS1 de Proenza Schouler, mais pour être politiquement correct, que tout le monde puisse manger à sa faim cette année ! Marie Parent Ohlalalalala mais quelle question compliquée... Alors je vais donner ma réponse Miss France «Je veux la fin des guerres, que tout le monde mange à sa faim, qu’il n’y ait plus de pauvreté, ...» Oh ça va, je viens de regarder la Belle et la Bête, je suis encore toute chabadabada ! Hélène Payen Ce qui me ferait le plus plaisir pour Noël serait assurément de partir en Laponie. Quoi de mieux que de passer Noël au pays du fameux père Noël ? Je m’imagine déjà sur un traîneau tiré par des rennes,

100


m’emmenant déguster du poisson cru autour d’un feu dans un igloo cosy... J’aime rêver, et c’est ça la magie de Noël : vendre du rêve aux personnes lambda comme vous et moi. Marie Jablonski Un voyage à Hawaï ! Aude Bertrand Koubi J’apprécierais de voir Johnny Depp sortir d’une bûche de Noël géante, au chocolat, les bras chargés de cadeaux Miu Miu ! Bien sûr ceci est en top 1 sur ma liste au Père Noël ! J’avoue que ce n’est pas le cadeau le plus simple mais j’ai confiance ! Krystel Madelaine Pour Noël je voudrais un tour du monde d’un an ! Où que j’aille, je ne paierais rien tellement les gens m’adoreraient (je suis si drôle). Toutefois je continuerais à toucher un salaire, car mon entreprise voudrait me sponsoriser (je suis si exceptionnelle). On n’a pas dit qu’il fallait que ce soit réaliste… Rachel Saddedine Un loft à Bastille ! Déborah Bannwarth Pour Noël ? Honnêtement, je ne lui souhaite rien de particulier, je le trouve un peu mégalo et en plus il ne pense qu’à lui. Et il a refusé de sortir avec moi en seconde alors... Quoi ? Ah «Noël» comme «Joyeux Noël» ? Ah pardooon j’avais mal compris ! Alors, pour No-ël, j’aimerais beaucoup...Sortir avec Joël, le frère de Noël. Ouais, ça, ça me ferais vraiment kif...Plaisir. Corinne Garcia De la neige !!! Parce que Noël au Canada sans neige... autant le passer au soleil ! Kalimeris Marion A noel je n’ai pas plus envie de rose que je ne voudrais de neige au printemps. J’aime chaque saison pour ce qu’elle apporte. William Shakespeare

101


Et aussi...

LA POSE POSTALE LES SERVICES DE LA POSE POSTALE TIENNENT À VOUS SOUHAITER DE TRÈS BONNES FÊTES DE FIN D’ANNÉE. CE MOIS-CI, NOUS DÉBUTONS AVEC UN MAIL DE BÉATRICE. http://www.scraposphere.fr/boutique/images_produits/a081008-z.png

Bonjour, je m’appelle Béatrice. Je suis toute contente de fêter Noël cette année, cependant j’ai une petite angoisse. En effet, l’annonce de la fin du monde en 2012 me fait prendre conscience que c’est peut être le dernier Noël que je célèbre en famille. Je ne sais pas comment gérer cette situation, pouvez vous par votre plume me donner quelques pistes afin de me rassurer ? Merci beaucoup. Bonjour Béatrice, nous nous joignons à votre plaisir de célébrer Noël. Comme le prouve ce numéro, nous mangeons Noël, nous nous réveillons Noël, nous embrassons Noël, nous vivons Noël. Tout comme vous, nous sommes Noël. Concernant votre angoisse, je l’entends bien. Cependant, je me permets de vous faire part du résultat des recherches que j’ai dû faire dans le cadre d’un projet assez important. Si le calendrier inca prévoit une fin du monde le 21 décembre 2012, ils n’ont pas considéré les choses de manière précise. Il ressort de leurs écrits qu’ils ont omis de prendre en compte la chaîne aux quatre trèfles. Cette chaîne si elle n’a pas encore fait la preuve de son efficacité n’en reste pas moins redoutable surtout lorsqu’on la considère comme étant le corollaire de la porte aux étoiles. Porte aux étoiles qui, il faut le rappeler, a permis à Denver d’être et de rester le dernier dinosaure dans les années 80. Je suis d’accord qu’il faisait du skate mais c’est principalement la porte aux étoiles qui lui a donné tous les éléments pour devenir l’être le plus cool au monde. Ainsi, comme la chaîne aux quatre trèfles est censé écarter les fouines arc-en-ciel et permettre aux trimarans de feux d’effectuer trois pas chassés sur le coté droit de la ligne Maginot, la fin du monde n’est absolument pas programmé pour décembre 2012.

102


Il faut attendre que les baies du Jura fassent la danse du Calipso pour déterminer une date et une heure de la fin de tout. Cette date permettant à tous les chocolatiers de France, de Suisse et de Belgique de prévoir un calendrier de l’Avent pour l’occasion. Ainsi, vous pouvez passer de bonnes fêtes en famille en toute tranquillité. Il faut toujours avoir confiance en sa chaîne aux quatre trèfles.

Bonjour, je m’appelle Michel. Je suis entouré de plein de gens qui me disent que Noël n’est qu’une fête consumériste. Ils me parlent d’écoeurement, de moutons, de marketing et surtout de Coca-Cola. Lorsque je suis dans la période de Noël, je ne pense pas à tout ça. J’ai juste envie d’être en famille et avec mes amis, de leur offrir et de me faire offrir des cadeaux. Suis je complètement débile de considérer la chose ainsi ? Bonjour Michel, je tiens à vous affirmer à grand renfort de chants de Noël, de sapin et de neige que vous n’êtes pas du tout débile. C’est simplement le moment de l’année le plus cool. C’est le moment où vous pouvez rester dans une voiture pendant 9 heures avec vos sœurs et votre chéri car toutes les routes sont enneigées. C’est le dîner que votre grand-mère a prévu des mois à l’avance tant en terme de décoration que de menu, le tout secrètement gardé. C’est le moment où la tenue que vous aviez prévue a été toute froissée pendant le voyage. Bref, c’est le moment où on est tous ensemble et c’est juste le bonheur.

Antoine Bertoni

103


104

Pose Mag 9  

Neuvième numéro du magazine en ligne Pose Mag, spécial Noël avec entre autre: Clément Sibony, Aure Atika, Marlon Roudette, des éditos mode e...