L'Écoute n°147 - Février 2021

Page 1

LE JOURNAL DE LA VILLE DU BARCARÈS /

www.lebarcares.fr N°147 / Février 2021

Sommaire

Finance

Débat d'Orientation Budgétaire................................ p 2

Social

Ouverture de la permanence Stop Violences 66.................. p 5

Travaux

Restauration des baraques des pêcheurs......................... p 7

Nouveauté musicale

MassBeat enregistre sur le Lydia Le nouveau clip du groupe MassBeat a été tourné le samedi 20 février sur le pont supérieur du Lydia. Tout frais sortis du conservatoire de Perpignan, ces jeunes musiciens très complémentaires (jazz, rock…) ne manquent pas de

talent. Malgré la Covid, ils ont réussi à se faire remarquer par la qualité de leur son très soigné et accrocheur, et ils ont fait le bonheur inattendu de quelques promeneurs en bord de mer. Autour de leur chanteur, Quentin Rabazzani, ils ont

enregistré un cover (reprise) de plusieurs succès, au total plus de 5 minutes de musique très funk, soul, groove… que nous sommes impatients de découvrir… En espérant pouvoir les retrouver en concert très bientôt au Barcarès ! ■

Pékin Express

SNSM

Dossier spécial 50 ans.................................. p 9

Un binôme catalan « sur les pistes de la Terre Rouge »

Suivez le périple de « Flo et Nono », les collègues catalans, parmi les 8 binômes de la nouvelle saison diffusée tous les mardis à 21h sur M6

Portraits

Bienvenue aux nouveaux commerçants...................... p 11

La célèbre émission est de retour, malgré un tournage compliqué par la crise sanitaire (interruption de l'enregistrement, rapatriement en urgence, adaptation du parcours…). Très attendue, cette 14ème édition intitulée « Sur les pistes de la Terre Rouge » laisse présager de très belles images puisque les participants

ont traversé l’Ouganda, la Grèce et la Turquie. Entre paysages à couper le souffle et rebondissements inattendus, cette nouvelle saison promet de tenir le public en haleine, surtout en cette période où beaucoup rêvent d’aventure et de dépaysement… ■ www.facebook.com/PekinExpress


P.

2

N°147

L’écoute / Février 2021

En direct de la mairie

www.lebarcares.fr

Conseil Municipal

Débat d'Orientation Budgétaire

Malgré un contexte international très particulier, la dette de la collectivité est maîtrisée et des investissements importants sont prévus pour l’année 2021

L’Édito du Maire Trois questions au maire Monsieur le maire, en cette situation toujours particulière quel message souhaitez-vous adresser aux Barcarésiens ? Je souhaite les rassurer bien sûr : les vaccinations s’organisent et pour pallier aux difficultés rencontrées par certains de nos aînés lors des prises de rendez-vous, j’ai chargé mon cabinet d’aider celles et ceux qui en avaient exprimé le besoin. Par ailleurs, les services mis en place par la municipalité pour aider les plus fragiles continuent de fonctionner. Tout ce que nous pourrons mettre en place pour aider à la poursuite de la campagne de vaccination sera fait. Dans l’immédiat, il faut rester vigilant, continuer d’appliquer les gestes barrières, porter le masque. Le centre de dépistage du Mas de l’Ille restera ouvert encore tout le mois de mars. Il faut continuer à appliquer les gestes barrière, se protéger c’est aussi protéger les autres, soyons solidaires, nous vaincrons ensemble ! Dans ce contexte, faut-il revoir la feuille de route du programme municipal ? Bien au contraire, nous devons garder le cap de nos projets, même si cela prend un peu plus de temps que prévu. Les membres de l’équipe municipale restent mobilisés autour de leurs délégations, et je peux vous dire qu’ils ont à cœur de m’aider à tenir nos engagements. Prochainement, les deux rondspoints du cours Méditerranée termineront l’aménagement de cet axe d’entrée de notre ville. Nous avons sollicité l’aide de l’état dans le cadre du plan de relance dédié aux collectivités pour compenser les pertes financières causées par la crise sanitaire. Tous nos grands projets à venir seront soutenus par des demandes de subventions. La presse a parlé d’annulation des grands festivals d’été, qu’en est-il ? Pour l’instant, le gouvernement essaie de trouver des solutions pour permettre la réouverture des lieux de spectacle, avec des expérimentations de concerts pour trouver un modèle, sous certaines conditions… Le service animation réfléchit d’ores et déjà à des formules que nous pourrons rapidement mettre en place pour nous adapter à la situation. Il y aura des possibilités et nous saurons les saisir afin de recréer des moments d’évasion culturelle dont nous avons tous tant besoin. D’ici là, ensemble, restons vigilants et responsables. Restons confiants en l’avenir. Alain Ferrand Maire 1er Vice-président de Perpignan Méditerranée Métropole

Dans les deux mois précédant le vote du budget, un Débat d’Orientation Budgétaire doit obligatoirement être inscrit à l’ordre de jour du Conseil Municipal. Le budget de la commune est alors proposé par le maire qui présente un rapport sur les orientations budgétaires, les engagements pluriannuels envisagés ainsi que sur la structure et la gestion de la dette, qui est ensuite voté par le conseil municipal.

Un contexte international sans précédent Suite à l’apparition fin 2019 d’un nouveau coronavirus, les pays du monde entier ont été touchés par l’épidémie de COVID-19. Les confinements instaurés pour protéger la population ainsi que la fermeture de certains commerces ont engendré un violent impact économique. Au sein de la Zone Euro, l’activité demeure en retrait de plus de 4% par rapport à fin 2019 et les secteurs d’activités à fortes interactions sociales comme les services de transports, de restauration, d’hébergements demeurent toujours affectés par les restrictions en vigueur. Pour les années 20212022, le gouvernement a mis en place un plan de relance décliné en 3 axes : compétitivité et innovation, transition écologique et environnementale, cohésion sociale et territoriale.

Situation de la collectivité et projets à venir Malgré la situation sanitaire exceptionnelle et bien que la commune n’ait pas pu réaliser toutes les recettes

prévues, la baisse des charges de fonctionnement pour l’année 2020 permet d’obtenir un résultat de fonctionnement positif. Au 1er janvier 2021, l’encours de dette est maîtrisé avec 92% du capital restant dû d’emprunts dits à « risque faible ». En 2021, les principaux investissements envisagés sont la réhabilitation du centre culturel Cocteau Marais, la création d’un pumptrack, la poursuite des travaux de l’éclairage public communal, l’installation de la vidéo protection sur la commune, l’acquisition d’un camion grue, les travaux des ronds-points de l’Hourtoux et de la Méditerranée et la requalification du Carrefour Méditerranéen de la Glisse.

Subventions / Aides La loi des finances 2021 prévoit un plan de relance pour les collectivités locales destiné à compenser leurs pertes financières liées à la crise sanitaire. Le plan France Relance prévoit un soutien de l’Etat à hauteur de 100 milliards d’euros. Concernant plus spécifiquement notre commune, un dossier de demande de subvention est envoyé à chaque financeur potentiel pour chaque projet d’investissement. La Région, l’Etat, le Département et la Communauté Urbaine Perpignan Méditerranée Métropole sont les principaux financeurs de ces projets. Ainsi pour l’année 2021, la commune peut espérer obtenir environ 1,2 millions d’euros de subventions d’investissement. ■

Saison estivale 2021

Malgré les incertitudes, le dépôt de candidatures est ouvert Comme chaque année, la municipalité proposera des postes d’emplois saisonniers pour la période estivale. Pour se porter candidat, il suffit de transmettre une lettre de motivation et un CV avec photo au service de gestion des ressources humaines de la mairie, Boulevard du 14 juillet. Les profils retenus seront contactés dès que la commission de sélection aura fait son choix en fonction des besoins. Bien évidemment, compte tenu de la situation, ces emplois seront très certainement moindres, et ouverts aux jeunes majeurs à partir de 18 ans.

Job à la Plage Créée depuis 7 ans par la municipalité en partenariat avec le Comider, cette journée permet d’ordinaire de faire émerger les besoins cachés et de collecter les possibilités d’emplois saisonniers auprès des professionnels afin de les mettre en commun. Dans l’impossibilité actuelle d’organiser cette recherche solidaire d’emploi en groupes, il est toutefois possible de prendre contact auprès de Michel Petion, représentant local du COMIDER au 06 29 35 03 67 dès la première semaine d’avril 2021. ■


L’écoute / Février 2021

En direct de la mairie

www.lebarcares.fr

Crèche parentale

Zoom sur le Club des Petits Loups

N°147

P.

3

Vacances scolaires

Le trésor de Cap Coudalère

Avec un protocole sanitaire adapté, la crèche parentale du Club des Petits Loups continue d’accueillir les tout-petits dans les meilleures conditions Delphine Meunier, adjointe à l’enfance et à la Jeunesse et Fabienne Balfagon, responsable du service Enfance et Jeunesse, présidente de la crèche parentale, nous ont ouvert les portes de la structure. Nous avons été accueillis par le personnel dans le respect des règles de distanciation et des mesures barrières. La crèche accueille les bébés de 2 mois et demi jusqu’à leurs 3 ans. Les enfants sont pris en charge par du personnel qualifié (éducatrice jeune enfant, auxiliaire puéricultrice et CAP petite enfance) en 3 groupes distincts pour apporter les mêmes attentions à chacun en fonction de l’âge. La structure est également dotée d’une infirmière et d’un médecin, sans oublier le personnel en charge de la propreté des locaux.

« Les repas livrés par Api restauration proposent du bio et sont adaptés aux enfants de cette tranche d’âge » précise Fabienne Balfagon. Depuis le début de la crise sanitaire, l’équipe a dû intégrer les nouvelles règles sanitaires : « Le protocole est suivi à la lettre, même si cela est contraignant », explique Delphine Meunier, « pour l’instant, nous ne sommes plus autorisés à laisser entrer les parents ; tous les adultes présents doivent porter le masque en permanence, se désinfecter les mains avec du gel hydro-alcoolique, mettre des charlottes de protection ainsi que des sur-chaussures. De plus, les locaux ainsi que tous les jeux sont désinfectés. » Un environnement et des conditions d’accueil optimisés pour l’accueil des tout-petits.

Renouvellement de subvention Afin de soutenir le fonctionnement de la crèche parentale, le conseil municipal a renouvelé son aide financière. Pour l’année 2021, la commune a donc alloué une subvention de 80 000 euros à l’association « Le Club des Petits Loups » (comme en 2020) qui a été calculée sur la base du budget prévisionnel 2021, des résultats des années précédentes et des activités de l’association. Comme tout octroi d’une subvention à un organisme au-delà de 23 000 euros l’impose, une nouvelle convention a été conclue entre la collectivité et le bénéficiaire afin de définir les modalités d’attribution. ■

Les enfants des accueils de loisirs de Pia et de Saint-Hippolyte ont participé le 16 février 2021 à une chasse aux trésors organisée par le Club Coudalère Après avoir récupéré la précieuse carte au Bureau d’Information Touristique permettant de se lancer à la recherche des indices (disponible toute l’année et en version dématérialisée sur le site du Club Coudalère) les élèves des centres de loisirs de Saint-Hippolyte et de Pia, âgés de 3 à 10 ans, sont partis en quête du trésor de Cap Coudalère ! Et après cette aventure palpitante, ils ont pu savourer un pique-nique bien mérité face à l’étang. Lors de cette journée, le maire Alain Ferrand a accueilli Jérome Palmade, le maire de Pia, venu encourager les enfants de sa commune qui, à travers cette activité, ont ainsi pu découvrir Cap Coudalère de façon ludique ! ■

Insee

Une enquête pour mesurer les ressources Accessibilité

Des travaux de mise aux normes

La municipalité a déterminé un axe d’intervention afin de faciliter le quotidien des personnes à mobilité réduite La mobilité réduite concerne en premier lieu les personnes en situation de handicap se déplaçant avec un fauteuil roulant, mais également les mal voyants, les personnes âgées, celles qui souffrent d’invalidités diverses (par exemple celles portant des béquilles), les poussettes, les voyageurs munis d’une valise… L’accessibilité d’une commune est un enjeu majeur qui concerne de nombreuses personnes. Une réunion sur le terrain a donc eu lieu le jeudi 18 février 2021 afin de déterminer un premier planning d’interventions, en présence de Véronique Maricourt, conseillère municipale déléguée à l’accessibilité et à la politique en faveur des personnes handicapées, de Daniel

Henric, adjoint délégué à la sécurité et de Laurent Morillon, directeur des services techniques. « Les passages piétons de notre commune doivent être signalés par des pavés podotactiles » explique Véronique Maricourt, « ces pavés présentent des effets structurés sur le revêtement qui permettent aux malvoyants de se repérer ». Certains trottoirs au niveau des passages piétons doivent également être rénovés : les bordures des bateaux (abaissement de trottoir localisé) seront réduites afin de faciliter la circulation des personnes à mobilité réduite. Ces travaux représentent la première étape d’un important processus de mise aux normes qui s’inscrit dans une volonté

municipale d’adapter notre commune aux besoins de tous ses citoyens… ■

De gauche à droite : Laurent Morillon, Daniel Henric et Véronique Maricourt

Du 1er février au 17 avril 2021, une enquête aura lieu dans toute l’Europe afin de mieux cerner les inégalités des conditions de vie Réalisée sur un échantillon d’environ 18 000 logements, cette enquête permet de récolter des données sur les revenus, l’emploi, la santé mais aussi les conditions de vie des enfants et leurs relations avec leurs parents. Connaître les ressources financières et matérielles des Français permettra de mesurer l’impact de la crise sanitaire sur leur vie. Le principe de cette enquête est de suivre les personnes interrogées d’une année sur l’autre, pendant quatre ans, pour analyser l’évolution des situations de précarité. Si votre logement a été tiré au sort, vous serez prévenus par lettre et informés du nom de l’enquêteur qui vous contactera pour fixer un rendez-vous. Il sera muni d’une carte professionnelle et sera tenu au secret professionnel. La participation à cette enquête est obligatoire. ■ Plus d’infos sur https://www.insee. fr/fr/information/4230346


P.

4

N°147

L’écoute / Février 2021

En direct de la mairie

Elections

S’inscrire sur les listes électorales

www.lebarcares.fr

Sécurité

Collaboration efficace pour une arrestation rapide

Le jeune auteur d’un braquage à main armée dans un commerce du Barcarès a été arrêté dans l’heure qui a suivi son délit grâce à l’intervention efficace de nos forces de l’ordre, en relation avec des témoins Les élections départementales et régionales devraient avoir lieu à la même date, au mois de juin 2021 Pour voter, il faut être inscrit sur la liste électorale de la commune. Tout changement d’adresse doit être signalé au service « Elections » de la mairie. Pour s’inscrire, il faut soit être résident, soit figurer au rôle d’une des contributions directes pour la deuxième fois sans interruption, soit être gérant, soit être associé majoritaire ou unique d’une société figurant au rôle. Lors de votre inscription, il faudra présenter un justificatif de domicile de moins de 3 mois et une pièce d’identité (en cours de validité). Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 6ème vendredi précédant un scrutin, mais les jeunes de 18 ans domiciliés sur la commune sont inscrits automatiquement (uniquement s’ils ont été recensés). Pour connaitre votre situation, consultez cette page : www.servicepublic.fr/particuliers/vosdroits/services-en-ligne-et-formulaires/ISE ■

Bibliothèque

Fermeture temporaire La bibliothèque rouvrira début mars dans les locaux de la Maison des Associations En prévision des futurs travaux de réhabilitation du pôle culturel Cocteau Marais, la bibliothèque municipale a été fermée à partir du 1er février, le temps de son déménagement. Elle ouvrira ses portes début mars, au sein de la Maison des Associations (à côté de l’auditorium) et réintégrera le pôle culturel après les travaux, dans des locaux agrandis et flambant neufs ! ■

Conférence

Report envisagé

Jeudi 4 février à 15h30 au Super U du Barcarès, un individu armé d’un pistolet automatique a fait irruption dans le magasin pour braquer la caissière et se faire remettre le contenu de la caisse (une centaine d’euros). Il quitte ensuite les lieux en courant, en direction du port. Alors qu’une première patrouille de police municipale investigue sur place, une seconde patrouille part sur les traces de l’auteur des faits et mène l’enquête. Une résidente du quartier du port intriguée par le comportement du jeune homme à l’arrêt de bus, donne de précieux renseignements aux policiers municipaux en quête d’informations. Ces derniers donnent immédiatement l’alerte au service de gendarmerie. Le suspect est interpellé à sa sortie du bus, dans la zone commerciale de Carrefour, par les militaires en civil de la brigade de recherche de Rivesaltes. Il s’agit d’un mineur de 16 ans résidant à Perpignan.

Il est immédiatement placé en garde à vue. Après avoir reconnu les faits et d’autres délits similaires, il est écroué. Pour Daniel Henric, adjoint à la sécurité, ancien commandant de brigade de gendarmerie, présent lors des investigations « une fois de plus, la collaboration entre

la gendarmerie et les deux patrouilles de la Police municipale de la commune, ont permis l’interpellation très rapide (en 1h30) de l’auteur des faits. » Une affaire rondement menée qui ne peut que rassurer sur la capacité d’intervention de nos forces de sécurité. ■

Gaspillage alimentaire

Le Barcarès se mobilise

Les adjointes Marie-Hélène Charles et Delphine Meunier, accompagnées par Jean-Louis Aliet, le vice-président du SYDETOM 66 et le service enfance et jeunesse, ont assisté au siège du SYDETOM à une réunion de présentation d’actions concrètes pour lutter contre le gaspillage alimentaire Le gaspillage alimentaire est un véritable problème dans nos sociétés occidentales. Chaque année en France, 20 kilos d’aliments sont jetés par habitant, dont 7 kilos encore emballés ! Le Pacte National de lutte contre le gaspillage alimentaire a fixé comme objectif de réduire dans notre pays le gaspillage de moitié d’ici à 2025 ! Afin de contribuer à cet engagement, la municipalité a décidé d’appliquer des mesures concrètes au sein de la restauration scolaire pour que nos écoliers adoptent les bons réflexes dès leur plus jeune âge. Les adjointes MarieHélène Charles (déléguée à la commande publique) et Delphine Meunier (déléguée à l’enfance, jeunesse et affaires

scolaires), accompagnées de Fabienne Balfagon (chef du service jeunesse) et de Nicolas Anglade (directeur de l’Info Jeunes), ont assisté à une réunion au siège du SYDETOM 66 à Toulouges, en présence de Jean-Louis Aliet, le viceprésident et nouveau collaborateur du cabinet du maire Alain Ferrand. Plusieurs initiatives ont été étudiées afin de sensibiliser les jeunes au gaspillage alimentaire, à travers des actions ludiques comme par exemple le « gachimètre », un grand tube translucide qui mesure la totalité de pain non consommé et qui permet aux écoliers de prendre conscience de la quantité gaspillée pendant une semaine. L’expérience reproduite à chaque rentrée scolaire

engendre un changement de comportement durable chez les enfants. « Il est important de mettre en place des actions pédagogiques au sein de la cantine scolaire » explique Delphine Meunier, « nos écoliers adopteront ainsi une attitude plus responsable, ce qui permettra à terme de diminuer le gaspillage alimentaire à la cantine mais également au sein des familles ». Différentes actions de prévention seront donc prochainement organisées à l’école et dans notre commune pour engendrer une prise de conscience collective. Dans le monde, un quart de la nourriture produite est jetée : chacun peut agir à son échelle pour éviter un tel gaspillage ! ■

Prévue le 12 mars 2021 à 18h, la Nuit de la thermographie sera probablement reportée début avril, suivant l’évolution des réglementations sanitaires Organisée par la Société Publique Locale Perpignan Méditerranée, la Nuit de la Thermographie comprend une présentation de la technique de la thermographie et une démonstration d’une caméra thermique en centre-ville. Cette manifestation sera organisée à l’Hôtel de Ville dès que les mesures gouvernementales le permettront… ■ De gauche à droite : Delphine Meunier, Marie-Hélène Charles, Jean-Louis Aliet, Fabienne Balfagon et Nicolas Anglade


N°147

L’écoute / Février 2021

En direct de la mairie

www.lebarcares.fr

Stop Violences 66

Ouverture des permanences au Barcarès

Depuis le mercredi 17 février 2021, l’antenne barcarésienne de l’association Stop Violences 66 apporte une aide psychologique et juridique pour trouver des solutions aux femmes victimes de violences conjugales Sensible à cette cause, la municipalité a permis l’installation de l’association, dans la salle polyvalente au 1er étage de la résidence Les Ateliers. Le maire Alain Ferrand ainsi que Martine Gisolo Angli, conseillère municipale en charge du projet, ont fait le nécessaire pour accueillir les fondatrices de l’association,

trois avocates fortes d’une expérience de 10 années au barreau des Pyrénées Orientales. Ces professionnelles sont confrontées chaque jour aux cas de violences faites aux femmes, une triste réalité amplifiée par la situation que nous vivons avec la crise de la Covid 19. Trois fois par semaine, l’association

Ce vendredi 12 février, Laetitia Aguilar-Garcia, (à droite) et Eve Bernole (à gauche) ont terminé d’aménager leur antenne barcarésienne, avec le soutien de Daniel Henric, adjoint à la Sécurité et de Martine Gisolo-Angli, conseillère municipale en charge de l’égalité hommes-femmes (au centre)

qui lutte contre les violences faites aux femmes s’appuiera sur une équipe pluridisciplinaire pour informer sur les droits et les démarches à entreprendre. Le lieu se veut accueillant avec un espace cosy également prévu pour les enfants, le temps de se renseigner et de lancer ses démarches administratives. « Beaucoup de femmes victimes de violences n’osent pas sortir de cette spirale infernale et ne quittent pas le domicile familial par peur des représailles ou parce qu’elles ne connaissent pas leurs droits » précisent à l’unisson Laetitia Aguilar-Garcia, Eve Bernole et Céline Piret, « l’association Stop Violences 66 permet par le biais de ses permanences une prise en charge immédiate et complète. » Il est temps de dire STOP aux violences ! ■ PERMANENCES Lundi, sur rendez-vous Mercredi et vendredi, sans rendezvous, de 14h à 17h Informations et permanence téléphonique 24h/24 et 7j/7 Tél 06 43 62 59 78 Contact@stopviolences66.org https://stopviolences66.org Résidence Les Ateliers, 2 avenue des Corbières, 66420 Le Barcarès

Centre de secours

Nos pompiers ont un nouveau chef de centre

Depuis le 1er janvier 2021, le lieutenant Laurent Rousset a pris la succession du lieutenant Freu pour diriger le centre de secours du Barcarès Ce professionnel expérimenté souhaitait retrouver son cœur de métier ainsi que des fonctions de management qu’il

a exercées au cours de sa carrière. Il fait ses premières armes à 16 ans avec les soldats du feu, au centre de secours de Dole, dans le Jura. Dans sa famille, on est pompier de père en fils depuis plusieurs générations. Il a hérité sa passion pour ce métier de cette tradition familiale, et l’a ensuite en partie transmise à ses enfants, 2 filles et 2 garçons, également influencés par une maman infirmière et elle aussi pompier volontaire. Le 1er mai 1991, Laurent Rousset rejoint le 19ème régiment du Génie comme chef de section de combat, puis il intègre la brigade des Sapeurs-Pompiers de Paris le 1er septembre 1992 en tant qu’officier en compagnie d’incendie, responsable de service fonctionnel (formation, foyer militaire…). Au terme de son contrat avec l’armée, en 1997, il rejoint le monde civil où il exerce

des missions en relation avec ses compétences, puis est recruté comme chef de service sécurité du Centre Hospitalier du Jura le 1er mars 2003. 6 ans plus tard, il rejoint le SDIS 25 au cœur du Service Prévention comme rapporteur de la commission d’Arrondissement de Besançon, et prend la direction du centre de secours de Bethoncourt le 1er août 2014. Par voie de mutation, il rejoint le SDIS 66 le 1er avril 2017 et se retrouve aujourd’hui à la tête du centre de secours du Barcarès et d’un effectif mixte d’une soixantaine de personnes. Il se veut ouvert, à l’écoute, disponible pour ses équipes et espère pouvoir connaitre la mise en place de la nouvelle caserne pour booster le moral des troupes.. ■

P.

5

ETAT CIVIL Du 13/12/2020 au 22/02/2021

NAISSANCE : Shayla ABDOUL-MAGHED 13/12/2020 Anna–Dea RENOIR 16/01/2021

Pavel COSTE 24/01/2021 Jade CARTEAUX 04/02/2021 Bienvenue à ces tout nouveaux barcarésiens.

MARIAGE : Christine DUMEAU Bernard GRAVES 15/01/2021 Tous nos vœux de bonheur aux nouveaux mariés !

DÉCÈS : José JOURDOIS 17/01/2021

Guy JEANJEAN 18/01/2021

Pierre NETOUDYKATA 18/01/2021 Micheline SARRAN 20/01/2021 Hubert ARCAZ 31/01/2021

Olivia ROMERO 03/02/2021 Evelyne ASAN 15/02/2021

Claude LAGUILLAUMIE 18/02/2021 Christian MADELAINE 20/02/2021 Nous adressons toutes nos condoléances aux familles.

SANKEO

Un réseau de bus très fluide Dans le cadre de la procédure de renouvellement de la Délégation de Service Public de l’offre de mobilité, Perpignan Méditerranée Métropole a publié un bilan de la desserte Sankéo L’offre du réseau Sankéo est bien implantée au Barcarès avec 21 arrêts desservis, dont 11 disposant d’un accès aux personnes à mobilité réduite. 57% de la population habite à moins de 400 mètres d’un arrêt de bus ! Cette proximité ainsi que la fréquence des passages (15 allers et 14 retours par jour durant les périodes scolaires entre 6h et 19h) permet aux barcarésiens de se déplacer aisément sur le réseau. En 2019, 79 891 voyages ont été effectués depuis notre commune et on comptabilise en moyenne sur les lignes 10 et 10 express, 106 voyages/jour en période scolaire et 184 voyages/jour durant l’été ; preuve de l’utilité des transports en commun ! En 2020, malgré la crise sanitaire, la ligne 10 express a été maintenue et les horaires de la ligne 10 ont été ajustés en correspondance avec les départs et arrivées des TGV en gare de Perpignan. Privilégier les transports en commun permet de faire des économies, de fluidifier la circulation et de réduire la pollution ; tout le monde y gagne ! ■


P.

6

N°147

L’écoute / Février 2021

En direct de la mairie

www.lebarcares.fr

Voirie

Pas de marquage immédiat des enrobés Après la réfection de son enrobé, la route des campings est restée sans marquage, une nécessité technique En effet, les enrobés composés de sable gravier et de liant bitumineux nécessitent un temps de pose après leur mise en œuvre à une température moyenne de 170 degrés. Une fois refroidis, ils doivent être abrasés un certain temps par la circulation pour permettre l’adhérence du marquage au sol. Le marquage définitif sera effectué prochainement, après les quelques interventions encore nécessaires sur cet axe... ■

Espaces verts

Entretien et mise en transparence des pins

En cette saison propice aux travaux paysagers, ces grands arbres bénéficient d’un entretien de printemps adapté à leur morphologie pour qu’ils puissent garder leur belle apparence et continuer de protéger du soleil en été

Cours Méditerranée

Des fontaines sur la mer

Les travaux se poursuivent sur cette entrée de ville avec l’aménagement des ronds-points Les deux ronds-points du cours Méditerranée accueilleront prochainement des fontaines sur le thème de la mer. Le terrassement est en cours et sera suivi par la pose d’un béton de propreté, ce qui permettra ensuite d’implanter les réseaux et d’entamer la phase de réalisation proprement dite des ouvrages. Ces structures viendront compléter la réhabilitation de cette entrée de ville dont les jets d’eau feront une haie d’honneur à notre Grande Bleue. ■

La taille en transparence est adaptée pour les plantations en milieu urbain, notamment pour les conifères qui peuvent mesurer jusqu’à 25 mètres de haut. Sur les pins, il n’est pas possible d’improviser l’élagage pour préserver leur belle couronne, ni de pratiquer cet entretien n’importe quand, au risque de provoquer des épanchements de sève. Nos agents des espaces verts, formés à ce type d’intervention, ont effectué la taille ornementale de tous les pins de la route des campings en procédant méthodiquement à toutes les étapes de cet entretien très technique : suppression des brindilles sèches, élagage des branches les plus faibles et taille de celles qui poussent vers le bas ou qui se croisent, désépaississement de l’intérieur pour laisser passer la lumière naturelle… Outre son caractère esthétique, cette intervention permet également aux arbres

urbains de se renforcer, d’avoir moins de prise au vent, et d’être moins exposés aux parasites xylophages. Pour compléter ce toilettage utile, des nichoirs à mésanges seront installés

dans les arbres : un couple de mésanges peut manger plus de 500 chenilles processionnaires par jour, une solution naturelle pour enrayer la prolifération de cet insecte nuisible en ville. ■

Sécurité routière

Des ralentisseurs pour réguler la circulation en ville

Afin de dissuader les automobilistes de rouler trop vite sur nos axes principaux, beaucoup d’entre vous demandent l’implantation de ralentisseurs pour empêcher les excès de vitesse Ces ralentisseurs ne peuvent pas être installés n’importe où au risque de causer des nuisances sonores, ni n’importe comment. Par exemple, les ralentisseurs trapézoïdaux de type « plateau traversant » ne peuvent être implantés que sur les voies limitées à 30 km/h. A la demande du maire, tous les ralentisseurs de la commune ont été évalués par un géomètre expert. A l’issue de cette expertise, tous les ralentisseurs de la commune sont dans

les normes, à savoir, en dessous de 15% (angle d’inclinaison à l’entrée et à la sortie du ralentisseur). Sur les axes empruntés par les transports en commun, cette inclinaison ne doit pas dépasser 10%. Seuls deux ralentisseurs empruntés par les bus dépassent cette norme de 3%. Ils seront prochainement refaits puisque la commune n’a pas réceptionné les travaux de voirie, du fait de ces anomalies. ■


L’écoute / Février 2021

En direct de la mairie

www.lebarcares.fr

N°147

P.

7

Urbanisme

Construction d’un immeuble collectif

Fresque murale

La Grande Vague prend forme !

Inspirée par le tableau « la Grande Vague de Kanagawa » du peintre Hokusai, la nouvelle création de Franck Maurence se déploie progressivement sur les murs des résidences Port Saint-Ange A travers son travail, Franck Maurence s’implique avec brio dans la mise en couleur de notre commune. Sa prochaine œuvre, en cours d’élaboration au sein des résidences Port-Ange, permettra de donner une identité nouvelle à ces constructions tout en rendant hommage au peintre Hokusai et en faisant référence au patrimoine maritime du Barcarès ! Cette création originale habille plusieurs façades (au total 8 pi-

gnons). C’est sans aucun doute le chantier le plus important réalisé par Franck, notamment la grande fresque de la façade ouest. « Le résultat sera époustouflant et avec un éclairage judicieux, on pourra le voir depuis la quatre voies » explique Franck Maurence avec enthousiasme. De plus, à partir d’un point de vue spécifique matérialisé au sol au niveau du rond-point, plusieurs fresques composeront une anamorphose…

Cette réalisation n’est pas le premier coup d’essai de l’artiste, qui a déjà réalisé une anamorphose de Picasso sur l’Allée des Arts et au City stade avec la peinture en 3D « mental » inaugurée par Sébastien Chabal… La Grande Vague viendra s’ajouter aux nombreux murs peints qui permettent de redécouvrir le Barcarès avec un œil nouveau ! ■

Rénovation

Baraques des pêcheurs

Un château d’eau couleur marine !

Leur beauté d'antan

Les agents municipaux poursuivent les travaux de restauration des baraques de sanills, ces témoins précieux de l’histoire du Barcarès Le village des pêcheurs est un lieu emblématique de notre commune et à ce titre, il doit être préservé afin de pouvoir transmettre nos traditions aux nouvelles générations. C’est pourquoi la municipalité a entrepris des travaux depuis un an afin de restaurer les 5 baraques de sanills qui se trouvent sur le site, tout en respectant bien sûr leur esthétique originelle. 3 d’entre elles ont déjà retrouvé leur aspect d’antan et la quatrième est en cours de rénovation. Il s’agit d’un important chantier qui consiste à dépo-

ser des fagots de roseaux tout autour des ossatures en bois et sur les toits. En moyenne, plus de 200 fagots doivent être placés sur les petites structures et pour les plus grandes, il en faut près de 400 ! 6 mois de travaux sont nécessaires pour mener à bien cette opération minutieuse. Mais ces travaux concernent également l’intérieur des baraques, avec notamment la rénovation des parois (pour préserver l’étanchéité et améliorer l’isolation) et la réparation d’une cheminée dans l’une d’elles… les ma-

Un important chantier a débuté dans le secteur de Cap de Front afin d’implanter un immeuble destiné à des logements sociaux Dans le cadre de la loi du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbain qui impose aux communes de disposer d’un nombre minimum de logements sociaux, la municipalité a entrepris la construction d’un immeuble collectif de 3 étages dans le secteur de Cap de Front. Cet immeuble sera composé de 18 logements (allant du T2 au T4) qui disposeront tous d’une loggia et qui seront accessibles aux personnes à mobilité réduite. Le bâtiment disposera également de 20 places de parking au rez-dechaussée. Ce projet, qui devrait être terminé durant le premier trimestre 2022, s’inscrit dans une volonté municipale de favoriser la mixité sociale sur notre commune… ■

çons ont comblé les fissures et ont installé un plus grand chapeau de tirage, ce qui permet d’éviter que la pluie ne s’y infiltre et protège la cheminée du vent. Notre climat méditerranéen et les années qui passent obligent les baraques de sanills à être restaurées tous les 6 ans environ, mais ce travail primordial pour faire vivre notre patrimoine est maîtrisé en interne par nos agents, qui ont été formés par nos anciens… ainsi les traditions perdurent ! ■

La nouvelle réalisation de Franck Maurence offre au quartier du Lido un nouveau point de repère visuel… et un clin d’œil à notre identité maritime Le Lido dispose désormais d’un château d’eau totalement rénové : les fissures ont été comblées et la façade entièrement refaite. La marinière faisant écho à celle de la résidence du Port apporte une touche de luminosité et d’originalité, donnant à l’ouvrage l’aspect d’un phare : il surplombe Le Barcarès et se voit de loin ! Cette nouvelle réalisation signée Franck Maurence participe au projet municipal de mise en couleur de notre commune… pour une identité visuelle renouvelée ! ■


P.

8

N°147

L’écoute / Février 2021

En direct de la mairie

www.lebarcares.fr

Préservation de la faune

Des mesures pour protéger les oiseaux nicheurs

Kitesurf Afin de ne pas perturber la nidification de la sterne naine et du gravelot à collier interrompu, un arrêté municipal interdit l’accès aux îlots de la Coudalère du 1er mars au 31 août 2021 La sterne naine et le gravelot à collier interrompu appartiennent à la famille des Charadriidés. Ces oiseaux de petite taille (34 cm d’envergure en moyenne pour le gravelot et 50 cm pour la sterne naine) sont très sensibles à la présence de l’homme, en particulier lors de leur période de reproduction. A l’approche d’un être humain, ils risquent de s’envoler et de laisser leurs œufs sans protection ; certains parents abandonnent même parfois le nid en cas de dérangement trop important ! De plus, comme ces oiseaux pondent sur le sable, leurs œufs risquent d’être écrasés par inadvertance… Les îlots de la Coudalère sont particulièrement attractifs pour ces oiseaux nicheurs. Afin de ne pas perturber leur nidification, un arrêté municipal interdit l’accès à ces îlots du 1er mars au 31 août 2021. Durant cette période, la baignade et la pratique d’activités nautiques comme le kitesurf, la planche à voile ou le Stand Up Paddle sont également interdites dans une bande de 10 à 20 mètres autour de ces zones. Préserver les sites de reproduction de la sterne naine et du gravelot à collier interrompu est un enjeu majeur pour ces espèces : chacun d’entre nous doit faire preuve de responsabilité… leur survie en dépend ! ■

En haut, un gravelot à collier interrompu En bas, des sternes naines

Un record de saut réalisé au Barcarès

Un jeune hollandais de 19 ans pulvérise le record européen de saut en kitesurf avec un envol de 33,3 mètres sur le spot du Parc des Dosses Le 14 janvier dernier, sur le site de kitesurf des Dosses, Stijn Koster s’est envolé à plus de 33 mètres du sol, porté par une rafale de 50 nœuds. Originaire de la ville côtière de Groet au nord-ouest de la Hollande, le jeune rider a la passion de la mer dans son ADN. Il nous a accordé une interview avec la simplicité et l’humilité qui caractérisent les grands sportifs de ce milieu. Comment avez-vous découvert ce sport ? Stijn Koster : J’ai commencé à faire du windsurf avec mon père à l’âge de 7 ans. Et puis quelques années plus tard, je devais avoir 12 ans, j’ai vu un reportage à la télé sur le kitesurf. Ça a été comme une révélation : je me suis documenté sur internet, j’ai réservé ma première leçon et je me suis lancé. Petit à petit je me suis équipé. Je me suis entraîné sur la plage où je c ontinue de pratiquer, à 5 minutes de chez moi : le spot s’appelle « Camperduin », il y a un petit lagon. C’est là que j’ai fait mon premier stage pour apprendre le b.a-ba. du kitesurf. Depuis, c’est devenu une véritable passion. Dès qu’il y a du vent, je prends ma voile, j’enfourche mon vélo et je fonce en direction de la

plage, c’est top ! Et plus il y a de vent, mieux c’est ! « Wij aan zee » est le meilleur spot de Hollande quand il y a un vent de dingue (plus de 40 nœuds) ! J’y vais avec mes amis ! On s’encourage à progresser et à se dépasser, tout en s’amusant ! Et les sauts, c’est venu comment ? SK : J’ai commencé par un saut de 1 mètre : j’ai adoré la sensation et j’ai voulu aller de plus en plus haut. Je me souviens encore du jour où j’ai atteint les 10 mètres ! En juillet 2019, à Fuerteventura (Espagne), j’ai sauté à 25 mètres ; en février 2020 à plus de 27 mètres, puis 28,9 m au mois d’août dernier… et là je me suis mis à viser les 30 mètres ! Comment avez-vous découvert le spot du Barcarès ? SK : La Covid a perturbé nos plans d’entrainement. On a dû annuler nos vacances en Afrique du Sud à Cape Town. Toutes les plages étaient fermées. C’est là qu’on a vu qu’il y avait beaucoup de vent sur l’étang du Barcarès et de Leucate. C’est la première fois que nous venions surfer sur l’étang et on a trouvé l’endroit superbe : le milieu naturel, les montagnes à l’hori-

zon, c’est magnifique ! On a eu du vent très fort et du soleil. Des conditions idylliques. Un saut de 33,3 mètres, c’est dangereux ? SK : Oui bien sûr, des sauts de cette ampleur, ça peut vraiment tourner mal si on n’est pas entrainé. On pratique depuis très longtemps, par vents très forts, comme le jour de mon record au Barcarès. Votre tramontane est vraiment très spéciale : elle met le kite sous une très forte tension. C’est grâce à cela que j’ai pu sauter aussi haut et prendre la première place au leaderboard (classement) européen. On sait ce qu’on fait, mais il y a toujours une part de risque : il peut y avoir un problème avec le matériel, mais on n’y pense pas. C’est l’adrénaline qui l’emporte. J’ai toujours du matériel neuf fourni par mon sponsor Eleveight kites. Je connais bien leurs produits. Lors de mon record au Parc des Dosses, j’avais leur dernier kite, le XS V2 et je pense que je dois aussi mon record à cette voile ! Stijn a promis de revenir s’entraîner au Barcarès, et pourquoi pas, battre son propre record ! ■


L’écoute / Février 2021

En direct de la mairie

www.lebarcares.fr

N°147

P.

9

SNSM

Les chiffres clés Les anciens (en bleu) continuent de soutenir les actifs (en orange) notamment dans la gestion, c’est l’esprit de corps de la SNSM !

Sauveteurs en mer

Au Barcarès depuis 1968

Les deux patrons actuels de la Vedette, Joseph Monié et Vincent Leroy, aux côtés des membres du bureau, nous ont ouvert les portes de l’association qui fête son demi-siècle au Barcarès C’est en 1968, alors que le port du Barcarès accueille ses premiers bateaux de plaisance, que la commune se dote de sa première vedette de sauvetage en mer, « L’Alsace » ; c’est un ancien canot à rames motorisé, et Aimé Canal, alors maire, en sera le patron jusqu’en 1998. Lui succèderont André Roca, René Celito, René Canal, Robert Virgili, André Galaup et aujourd’hui, le tandem Joseph Monié-Vincent Leroy. 5 présidents se sont également succédés, dont Claude Marty, René Coupet, André Galaup, et actuellement, Farid Belacel. « Le patron de la vedette est

le garant de la sécurité à bord, il est en contact avec le CROSS pour tout coordonner » précise Joseph Monié. « Mais comme dans toute association, l’implication de chacun est importante, comme la participation aux tâches courantes, aux entraînements, aux événements de l’amicale : tout cela contribue à la bonne entente et à l’esprit d’équipe qui sont primordiaux sur les interventions. » Engagé au sein de la SNSM depuis 1992, ce catalan, ancien garde côte à Port Vendre, sait faire partager sa passion, notamment auprès des nouvelles

recrues qui suivent une solide formation interne, avant d’embarquer comme co-équipiers. Depuis 2016, Vincent Leroy, infirmier anesthésiste, le seconde. Acquis à la SNSM depuis ses 16 ans en Bretagne (sa terre natale), il a rejoint les sauveteurs embarqués à l’âge de 18 ans après avoir été également nageur sauveteur. « Nous pouvons compter sur une dizaine d’actifs pour les sorties en mer, mais nous devons recruter pour doubler l’équipage » précise Vincent « pour nous rejoindre, il faut être motivé, disponible et aimer la mer ! ». ■

Des bénévoles qui sauvent des vies

Appel à candidature

Devenez Sauveteur en mer

Les Sauveteurs en mer sont tous des bénévoles, héros anonymes, sauvant des vies parfois au péril de la leur… Parmi les sauvetages les plus marquants, celui d’un véliplanchiste le 20 août 1995 par Aimé Canal (premier patron de l’antenne Barcarésienne), André Roca (décédé depuis) et Yves Pacull. Après plus de 8 heures de recherches avec l’aide de l’hélicoptère, enfin, l’homme épuisé et blessé est difficilement hissé à bord de la vedette, par une forte houle, juste avant la tombée de la nuit. Le 18 avril 2008, c’est un sardinier chargé de poissons qui doit être remor-

qué à Port La Nouvelle par l’équipage Robert Virgili, Joseph Monié, André Galaup et Yves Pacull, avec une deuxième vedette en renfort : un fort vent d’est et une houle conséquente rendent l’entrée du port trop difficile. Mais les sauveteurs en mer ne tirent aucune gloire personnelle des sauvetages effectués, parce que ce qui prime, c’est d’assurer le retour à quai avec les équipages sains et saufs. ■

1967 : création de la Société Nationale de Sauvetage en Mer, association de loi 1901, issue de la fusion de la Société centrale de sauvetage des naufragés et des Hospitaliers sauveteurs bretons 3 350 sauveteurs embarqués bénévoles qui opèrent au large 214 stations de sauvetage 6 578 personnes secourues en 2017 24h/24h et 365j/an 18 min : délai d’appareillage moyen 1h49 : temps moyen d’intervention 80% d’interventions de jour 20% d’interventions de nuit Ressources : 54% collectées auprès du public 20% de subventions publiques 18% de prestations de sécurité civile, assistance aux biens… 8% de partenariats privés ■

La Barcarésienne Le 19 septembre 2015 lors d’une cérémonie mémorable en présence de nombreuses personnalités dont le maire Alain Ferrand et Xavier de La Gorce, président SNSM national, la nouvelle vedette SNS 275 prenait officiellement son service sous l’égide de sa marraine, Joëlle Iglésias-Ferrand. Elle succédait à la SNS 237, « La Belle Catalane ». Les 12m² de cabine ne permettent pas plus de 6 personnes à bord : chacun a sa place, chacun sait ce qu’il doit faire. Pour rappel, la municipalité avait soutenu l’achat de la vedette à hauteur de 55 000 euros. Chaque année la SNSM doit récolter des fonds afin de financer le remplacement de sa vedette à au moins 1/3 du montant global, cet investissement doit être réalisé une fois tous les 30 ans en moyenne. Pour aider à ce financement, chaque antenne doit lever des fonds et nous espérons pouvoir très bientôt organiser une grande sardinade à cet effet ! ■

L’antenne du Barcarès a besoin de bénévoles disponibles afin de renforcer ses équipes. Rejoignez-les ! Une formation est assurée par les patrons et les sauveteurs confirmés pour une bonne intégration. Pas besoin d’être marin, c’est surtout la motivation qui importe. Il faut avoir le sens du contact, être en assez bonne condition physique et aimer la mer. Contact et renseignements : 07 83 83 89 16 ■


P.

10

N°147

L’écoute / Février 2021

Tourisme

Trottinettes WIND

Un bilan positif Implantées de juillet à septembre 2020 au Barcarès, les trottinettes électriques ont connu un grand succès et reviendront l’été prochain 200 trottinettes ont été installées sur notre commune en 2020, ce qui a permis de se déplacer de façon écologique ! En moyenne, 134 trottinettes étaient déployées chaque jour au Barcarès, 49 000 trajets ont été réalisés, 13 366 heures ont été passées sur ces trottinettes qui ont parcouru au total 128 871 km. Les trottinettes WIND implantées au Barcarès et à Perpignan ont permis d’économiser 36 097kg de CO², et 710 kg de pièces détachées ont été recyclées avec leur partenaire « Ecologic » ! Ce succès a également permis d’offrir 20 000 bons de 10 euros pour les hôpitaux et cliniques de plusieurs pays d’Europe via le programme « Helping Hands ». Fortes de l’engouement suscité, les trottinettes WIND reviendront au Barcarès cet été ! ■

www.lebarcares.fr

Exposition

Le chant des couleurs

Les nouvelles œuvres de Michelle Pena-Mauri et de Thierry Kleinman sont à découvrir à la Maison des Arts jusqu'au 5 mars 2021 La culture est toujours représentée au Barcarès et la Maison des Arts continue de mettre en avant des artistes talentueux, dont le travail mérite d’être connu et partagé. Les deux artistes qui exposent actuellement créent des œuvres colorées, véhiculant des sentiments positifs. Michelle Pena-Mauri aborde chaque toile et chaque sculpture comme une nouvelle aventure, elle traite différents thèmes tout en conservant sa personnalité, pour donner naissance à

des œuvres qui lui ressemblent. Thierry Kleinman aime quant à lui peindre les lieux mythiques de notre Région à laquelle il est très attaché, comme Collioure, le Canigou… des paysages fabuleux qui invitent à la contemplation, loin de toute mélancolie. Michelle Pena-Mauri et Thierry Kleinman partagent un point commun : il est important pour eux d’échanger avec le public. Durant toute l’exposition, ils tiendront donc une permanence chaque

week-end ; l’occasion de les rencontrer et d’en savoir davantage sur leur processus créatif ! ■ Informations pratiques Horaires Maison des Arts : du lundi au vendredi de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h. Permanence exceptionnelle des artistes le samedi et dimanche de 10h à 12h et de 14h à 17h. Entrée limitée à 8 visiteurs simultanés. Tel : 04.68.80.55.02.

Mémoire

Hommage rendu au soldat Bigeard Le 14 février dernier, une cérémonie à l'initiative de l'UBAC fut tenue en l’honneur de Marcel Bigeard, le général français le plus décoré du 20e siècle En cette journée d’hommage, Renaud Salamone, maitre de cérémonie et conseiller municipal, présidait cette assemblée composée du Colonel Fernando Sendra, du Général Lagarde, d’Eric Foulatier, président des parachutistes des PO, des anciens combattants JeanPierre Aurégan, Egon Peters, Jules Férié et de Philippe Vila, conseiller municipal délégué au sport. Le Colonel Sendra livra un discours relatant des anecdotes vécues aux côtés du Général. Marcel Bigeard (14 février 1916-18 juin 2010) est le détenteur de 27 citations pour avoir notamment participé aux guerres d’Indochine et d’Algérie. Après sa carrière dans l’armée, il a participé activement à la vie politique française en devenant secrétaire d’état à la défense et député. Le Général Bigeard restera dans la mémoire collective comme l’un des plus grands soldats de notre pays… ■

« La plage », par Michelle Pena-Mauri

« Les voiliers », de Thierry Kleinman

Concours « J’illumine ma ville »

Bravo à toutes et à tous !

Le maire Alain Ferrand et plusieurs élus ont reçu les lauréats du concours le mercredi 3 février 2021 en mairie afin de leur remettre leurs prix « Les festivités de fin d’année ont été perturbées par la crise sanitaire… mais la municipalité a su se réinventer et a pu compter sur chacun d’entre vous pour préserver la magie de Noël ! » rappela le maire en introduction. « Vous avez été nombreux et nombreuses à participer à l’opération « J’illumine ma ville » : vous avez fait preuve de créativité, d’originalité et d’un véritable sens de l’esthétique en décorant vos foyers… grâce à vous, le Barcarès est devenue une ville

lumière ». Par ailleurs, le marché Noël installé au village, a permis de conserver l’atmosphère cosy des Noël au Barcarès. Aux côtés du maire, les membres du jury dont Colette Detaux, Eliana Valencia, MarieHélène Charles, Carine Nerson, et Véronique Maricourt, ainsi que Delphine Meunier et Marie Duffaud ont accueilli les lauréats afin de leur remettre leurs prix, et surtout, pour féliciter leur implication et leur ingéniosité ! Les trois

gagnants des catégories « balcons et fenêtres », « maisons et jardins » ainsi que les deux gagnants de la catégorie « commerçants » ont reçu des chèques cadeaux allant de 80 à 120 euros, ainsi qu’un diplôme afin de conserver un souvenir de cette année pas comme les autres… Alors encore une fois, merci à vous toutes et vous tous pour vos magnifiques décorations qui ont permis de s’émerveiller dans une période où tout le monde en avait vraiment besoin ! ■


L’écoute / Février 2021

Associations

www.lebarcares.fr

Ils ont choisi Le Barcarès

les habitants de ce quartier qui pourront bientôt avoir accès à des produits de qualité juste à côté de chez eux ! ■ Informations pratiques Ouvert du 31 mars à fin septembre. Horaires : du lundi au samedi de 7h à 20h et le dimanche de 7h à 19h. Facebook : Carrefour Express Le Barcarès Tél : 04 68 54 03 00

Le « KE Bien-Etre CBD »

Depuis le 1er janvier 2021, Gino Klein vous accueille dans sa boutique afin de vous faire découvrir une large gamme de produits bien-être à base de chanvre et de CBD Le chanvre a des propriétés multiples utilisées dans différents domaines, notamment celui de l’alimentaire tout comme celui des cosmétiques. Les produits proposés au « KE Bien-Etre CBD » touchent à ces deux domaines dans le but de procurer « KE » du bien-être. Cosmétiques (huile et gommage pour le corps, crème protectrice pour les mains, shampoing, masque capillaire), infusions aux parfums variés et e-liquides pour les cigarettes électroniques. « Tout est contrôlé en France » précise Gino, qui compte élargir sa gamme, avec entre autres du bio made in France. Parmi les 500 cannabinoïdes existants,

le CBD est légalisé par de nombreux pays dont la France, en raison de ses vertus thérapeutiques, pour contrer notamment les douleurs d’origines musculaires et neurologiques. « Le CBD est dépourvu de tout effet psychotrope. Il ne faut pas confondre avec le cannabis (THC) ! Le CBD n’est pas toxique et ne crée pas de dépendance : il contient moins de 0,2% de THC, comme le veut la législation » explique Gino. Cet ancien agent technique, originaire de Champagne-Ardenne, a dû réorienter sa carrière professionnelle pour des raisons de santé et a découvert les propriétés antidouleur du CBD à la suite de plu-

11

Maé N’Ly Photographie

Christopheur et Charlotte sont les nouveaux gérants de ce commerce de proximité qui rouvrira le 31 mars 2021 valeur de 12 euros ; c’est original, économique et ça permet de lutter contre le gaspillage alimentaire ! « Durant les mois à venir, nous mettrons également en place des livraisons express sur tout le Barcarès. Pour 4,90 euros, vous serez livrés chez vous en une heure ! Les commandes s’effectueront au téléphone ou via internet ». Une bonne nouvelle pour

P.

Nouveau commerce

Carrefour Express à la Coudalère Originaires de Narbonne, Christopheur Brante et Charlotte Rivière, heureux parents d’une petite fille de deux ans, ont choisi de reprendre ensemble le Carrefour Express à la Coudalère qui a ouvert ses portes l’année dernière. Christopheur est directeur dans la grande distribution depuis 8 ans tandis que pour Charlotte, qui travaillait auparavant dans le secteur de la petite enfance, il s’agit d’une reconversion professionnelle. Ils ont décidé de se lancer ensemble dans cette nouvelle aventure : « c’est un vrai défi que nous nous apprêtons à relever » explique Christopheur avec enthousiasme, « le magasin a ouvert dans un contexte très compliqué en raison de la crise sanitaire ; nous devons tout reprendre à zéro mais c’est très stimulant ! ». Christopheur et Charlotte privilégieront les produits locaux car cela leur tient à cœur de soutenir les producteurs de la région et de faire preuve de solidarité, en particulier durant cette période difficile. Ils travailleront avec l’application « Too Good to Go » afin de proposer à la vente des produits invendus encore frais : pour 3,99 euros, vous obtiendrez un panier surprise d’une

N°147

sieurs opérations. Papa de deux petits garçons, Kayz et Ezio (d’où les initiales « KE » de son enseigne), il a choisi le Barcarès pour pouvoir les accueillir, ainsi que sa compagne, dans un cadre de vie agréable. Ouverte depuis quelques semaines seulement, la boutique à la déco très « zen » se veut accueillante et chaleureuse pour procurer dès l’entrée, une sensation de bien-être. ■ Ke Bien-Etre CBD, 1 avenue Annibal Ouvert du lundi au samedi, de 10h à 18h (ouvert parfois le dimanche, lors d’opérations spéciales) Tél : 06 11 85 39 00 Facebook : KE Bien-être Cbd

La jeune artiste immortalise à travers ses clichés les plus beaux moments de votre vie C’est dans une ambiance cosy que Maé réalise des shootings personnalisés. La jeune femme pratique la photographie depuis 2010. Elle possède un diplôme de photo reporter et suit actuellement une formation en « fine-art » (capture d’une image avec une vision artistique) en parallèle à son activité professionnelle. Véritable artiste, Maé a fait le conservatoire à Toulouse en tant que harpiste, et elle créé ses propres costumes pour les séances photos afin que ses clients puissent être certains d’obtenir des clichés exceptionnels ! Mariage, grossesse, nouveau-né, couple, nu, nature, événementiel mais aussi carte d’identité : Maé est sur tous les fronts. Son studio fait également colis-relais. « Cette activité me permet de rencontrer des gens et de me faire connaître » explique la jeune femme, « une séance dure environ deux heures. Quelques jours plus tard, j’envoie une galerie composée d’une trentaine de photos en haute définition, mais je réalise aussi des tirages et des albums sur demande ». L’originalité de cette photographe tient au fait qu’elle rencontre au préalable ses clients afin de faire émerger un thème, une idée, un projet… ensuite elle apporte une vision artistique à ses photographies. Maé collabore avec Anthony, du prestigieux studio Atria à Bayonne, qui l’accompagne dans ses projets, Cédric, qui l’assiste en post-production et Julie au maquillage, ce qui lui permet de proposer une prestation très professionnelle. « Le but est de créer des clichés uniques, qui expriment un message et une véritable émotion ». Alors si vous souhaitez immortaliser votre mariage, la naissance de votre enfant, votre couple, ou tout simplement obtenir des photos de qualité, inutile de chercher davantage : vous savez désormais où aller ! ■ Maé N’Ly Photographie, 2 quai Alain Gerbault Ouvert du mardi au samedi de 10h à 17h30 www.maenly-liveandpicture.com Facebook : Studio Maé N'Ly Photographie Tél : 06 19 94 31 67


P.

12

N°147

L’écoute / Février 2021

En direct de la mairie

Dépistage

Le centre du Mas de l’Ille reste ouvert Le centre de dépistage continue de pratiquer des tests PCR jusqu’au 31 mars, compte tenu de la forte demande dans notre commune Dépister la population fait partie des mesures fortes mises en place par le gouvernement pour lutter contre l’épidémie de COVID-19. Afin de permettre aux barcarésiens d’effectuer plus facilement leurs tests, la municipalité a ouvert depuis plus de trois mois un centre de dépistage au Mas de l’Ille. Durant cette période, plus de 2400 personnes se sont faites tester, réduisant ainsi les risques de contamination sur notre commune. Compte tenu de la forte demande et de la situation sanitaire, la municipalité a décidé de prolonger l’ouverture du centre au Mas de l’Ille jusqu’au 31 mars 2021. Pour rappel, le centre vous accueille du lundi au vendredi de 8h à 11h sans rendez-vous. Il suffit de présenter votre carte vitale pour être testé gratuitement. ■

www.lebarcares.fr

COVID-19

Gardons les bons réflexes

La situation actuelle nous demande de faire encore quelques efforts, comme le souligne la campagne d’affichage mise en place par la municipalité, incitant à faire preuve de solidarité en ces temps difficiles ; en complément, voici un point sur les notions clés permettant de se protéger efficacement La fiabilité des masques Les masques en tissu faits maison (ou du commerce de catégorie 2, dits "grand public") ne doivent plus être utilisés et sont interdits dans les écoles depuis le 8 février. Ceux de catégorie 1 (portant le macaron filtration garantie) avec certification norme NF AFNOR sont toujours autorisés. Les masques jetables chirurgicaux sont conseillés (norme EN 14683) et les masques FFP2 restent réservés aux professionnels de santé.

Le dépistage Fiable à 96%, le test « PCR » (prélèvement nasopharyngien) détermine si la personne est porteuse du virus en 24 heures maximum. Le test « antigénique » permet d’obtenir un résultat en 15 à 30 minutes, avec une fiabilité de 60%. Effectué sur une personne présentant des symptômes, ce test permet de l’isoler rapidement. Un test « PCR » devra malgré tout être réalisé pour

confirmer le diagnostic. Le test « sérologique » révèle si une personne a été en contact avec le virus, mais il ne s’agit pas d’un test de dépistage.

La transmission Le virus se transmet par les gouttelettes (projection de sécrétions invisibles lors de discussions), par contact physique direct (poignée de main, embrassade, suivies par la main portée à la bouche), par contact physique indirect (objet contaminé) et par l’air (principalement dans un espace confiné).

Le cas positif L’Assurance Maladie contacte la personne contaminée pour confirmer la liste établie avec le médecin traitant afin de définir le nombre de cas contact. L’historique doit remonter aux dernières 48 heures avant l’apparition des symptômes, ou 7 jours avant en cas d’absence de symptômes. Depuis le 22 février, les personnes testées positives

doivent rester 10 jours à l’isolement. Selon l’avis du médecin, si les symptômes disparaissent, la personne peut reprendre ses activités sans refaire le test. Elle ne sera plus contagieuse.

Le dépistage du cas contact Un cas contact est une personne qui, sans mesure de protection efficace, a été en contact avec un cas positif à la COVID-19 sans masque, et de façon rapprochée. La personne qui présente des symptômes doit se faire dépister immédiatement. En l’absence de symptôme, il faut se faire tester 7 jours après son dernier contact avec la personne contaminée, mais il faut le faire immédiatement si c’est un membre de son foyer. Les cas contact doivent rester à l’isolement pendant 7 jours. Pour rappel, les personnes croisées dans l’espace public de manière fugace et en situation de port du masque ne sont pas considérées comme des cas contact ■

CCAS

Rappel des services Les services mis en place depuis le premier confinement sont toujours actifs afin de faciliter le quotidien des barcarésiens durant la crise sanitaire La municipalité reste mobilisée pour aider nos séniors isolés ou à mobilité réduite dans leur vie quotidienne. A la demande du maire, différents services à domicile ont été mis en place et sont toujours fonctionnels : la livraison de courses en partenariat avec le Super U, la livraison de repas, ou encore la collecte des ordures ménagères. Pour rappel, la navette municipale est toujours à disposition pour les trajets sur la commune. La téléassistance (dossier à faire auprès du CCAS de la ville) fonctionne 7 jours/7 et 24h/24, permettant aux personnes âgées, isolées, handicapées ou malades de déclencher un appel d’alerte vers une centrale d’écoute en cas de besoin, grâce à un émetteur muni d'un bouton, porté en bracelet ou autour du cou. Pour bénéficier de ces services, il suffit de contacter l’accueil de la mairie ou directement le Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) au 04 68 86 11 64. ■

Faciliter la vaccination

Le service social de la municipalité, en lien avec le cabinet du maire, aide les personnes âgées à effectuer leurs démarches en ligne pour prendre un rendez-vous afin de se faire vacciner contre la COVID-19 Depuis le début de la pandémie, la municipalité se mobilise pour accompagner au mieux les barcarésiens. Dès le 18 janvier 2021, lorsque le gouvernement a élargi la campagne de vaccination aux personnes âgées de plus de 75 ans vivant à domicile, nos services ont contacté toutes les personnes concernées afin de les aider à s’inscrire dans un centre de vaccination. « Plus d’une centaine de rendez-vous ont été pris en l’espace d’un mois » détaille le maire Alain Ferrand, « pour ceux qui ne peuvent pas se déplacer et qui doivent se faire vacciner à Perpignan, nous avons également mis en place un système de transport afin de les inciter à entreprendre cette démarche et d’en

faciliter la réalisation ». Pour rappel, il suffit de contacter le 0809 54 19 19 ou de se connecter sur la plateforme virtuelle « doctolib » pour obtenir un rendez-vous dans un centre de vaccination. Pour toutes informations complémentaires, le service social de la mairie reste bien entendu à votre disposition… ■ Le Journal "L’Ecoute" est un mensuel édité par la mairie du Barcarès. Directeur de la publication : Alain Ferrand - Comité de rédaction : Annie Foroni, Gary Doucerain - Photos :  Alexandre Carage, AFO. PAO : Sophie Sidrot - Contact : lecoute@lebarcares.fr Tirage : 4000 exemplaires Dépôt légal : N°147 / Février 2021