Issuu on Google+

f

Sara Meunier

Portfolio personnel

2004-2011


Qu'est-ce que l'architecture ? Interroger et composer l'espace pour une cohabitation juste entre l'humain et son environnement, dans ses différentes échelles, du détail au grand territoire. Considérer cet espace et son usage en tant que produits culturels spécifiques.


SARA MEUNIER Expériences Septembre 2006 à septembre 2011 Dessinatrice et collaboratrice à temps partiel à l’agence d’architecture Atelier Catherine Boidevaix Juillet à Novembre 2010 Stage de master de 4 mois, arc en rêve centre d'architecture, Bordeaux Juillet 2008 Stage de licence d'1 mois, dessinatrice à l’agence d’architecture IN.C.A (Innovation Création Architecture)

Formation 2011

Master d’architecture - ENSA Grenoble (38)

PFE : "Mutation du secteur informel et de la carrière de Taptenga : création d'un écoquartier à Ouagadougou, capitale innovante du Burkina Faso - Les interstices, impulsions d'une transformation urbaine progressive"

2008 Licence d’architecture - ENSA Grenoble (38) 2004 Baccalauréat littéraire option "théâtre – arts dramatiques" - Lycée Ch. Baudelaire, Cran-Gevrier (74)

Domaines de compétences Conception Interroger un contexte de projet pour en ressortir ses caractéristiques essentielles et nécessaires. Imaginer des réponses pertinentes (spatiales, construites, fonctionnelles et esthétiques) à une question posée. Innover dans l’utilisation des matériaux en les détournant et en les utilisant là où on ne les attend pas.

Communication Collaborer et discuter au sein d’une équipe multidisciplinaire, travailler à l’élaboration d’une œuvre commune. Argumenter une proposition de projet, hiérarchiser son discours et ses idées. S'adapter à différentes situations et projets.

Divers Outils informatiques : ArchiCAD 13 (2D et 3D), SketchUp, InDesign CS5, Illustrator CS5, Photoshop CS5, Word, Powerpoint, Excel... Langues : Français, Espagnol, Anglais Théâtre : Pratique théâtrale durant 9 ans Pratique associative : Membre de l’association artistique «TRETO» de l’ENSAG. Organisations de vernissages, d’expositions, de scénographie, de l’événement «La nuit de l’expression», du concours «battles » d’architecture, de concours photos…

Curriculum Vitae

Représentation Projeter ses idées, les rendre concrètes à l’aide de croquis, plans, maquettes, textes, graphismes... Dessiner le projet dans toutes ses dimensions.


Curriculum Vitae

Conception

Expérimentations

Représentations Artistiques

Sommaire

Travaux Personnels

Références Architecturales


Ouagadougou capitale innovante : De la consolidation de la ceinture verte à l'activation d'une métropole soutenable

Stratégie territoriale

La ville de Ouagadougou, capitale du Burkina Faso, connaît une forte extension démographique et spatiale. Des aménagements doivent être planifiés, offrant l'opportunité à la capitale de montrer l'exemple d'une ville africaine soutenable. En 1976, la ceinture verte de Ouagadougou fut mise en place aux franges de la ville pour faire face à l’avancée du désert. Aujourd'hui complètement dépassée par l'urbanisation, elle tend à disparaître par les fonctions urbaines informelles qui s'y sont établies, entraînant sa déforestation. Elle prend aussi beaucoup d’importance en tant que réserve foncière potentielle. Trois sites, situés dans la ceinture verte, sont étudiés pour démontrer qu'un aménagement soutenable est possible et pertinent pour l'avenir de la capitale et du maintien vital de sa ceinture verte. Chaque site , outre la présence de l'habitat, présente des attraits touristiques et économiques dominants à promouvoir : - une activité maraîchère à Boulmiougou, - une activité à dominante de loisirs autour des lacs de barrages Tanguin et Dapoya, au centre ville, - une activité autour des carrières de briques à Taptenga. Des écosystèmes propres à chaque site sont mis en place dans une dynamique commune pour réintroduire progressivement la végétation "dans la ceinture verte mais aussi au sein de la ville de Ouagadougou et dans la métropole". Ces projets s'appuient sur un habitat densifié, notamment verticalement, et de nouvelles pratiques en ce qui concerne la gestion domestique de l’eau, de l’énergie, des déchets.

Projet réalisé avec la collaboration de Damien Bechon, Flore Fatien, Anne Gippet, Neil Hammouni et Mathilde Manent

6

Maîtrise d'ouvrage : Yaam International, Mairie de Ouagadougou

Ces écoquartiers à la fois denses et verts expriment une image moderne, et soutenable de la capitale burkinabè. Les nouvelles typologies d’habitat développées pourront par la suite se multiplier à travers la ville et la métropole tout en répondant à la demande grandissante de logements.


1951

1961

1961

1972

1972

1987

1987

1997

2000

1997

projet de fin d'études

1951

1932

2006

2000

2006

Évolution urbaine

ouagadougou

aride se ressent d’avantage. Le niveau des nappes phréatiques diminue. Les populations rurales vivant pour la plupart d’activités agricoles rejoignent le dynamisme des villes pour survivre.

Emprise 20dekmla ville de Ouagadougou par rapport Emprise actuelle de la ville aux rapport limites de province par auxlalimites de lade Kadiogo de Kadiogo province 0 20 km 0 0

1/1000

10

50

100 M

20

Cette expansion démographique pousse les politiques et les urbanistes à repenser l’organisation urbaine des villes contemporaines. 2 Pour Rem Koolhaas, «  S’il doit y avoir un «  nouvel urbanisme », il sera la mise en scène de l’incertitude, son affaire ne sera plus d’aménager des objets plus3ou moins permanents mais d’irriguer les territoires de potentiels ».1 Des leçons doivent être retenues de la situation actuelle pour préparer le futur de nos villes. Il est temps de prendre en compte les richesses des territoires pour les préparer à des aménagements durables.

Le Burkina Faso est composé de 45 provinces regroupées en 13 régions administratives. Ouagadougou est la capitale du Burkina Faso et le chef-lieu de la Dans les pays en développement, le0 taux 1 2 5 10 km région Centre et de la province de croissance démographique évolue souvent plus Émergence d'une deuxième Ceinture verte : des polarités multi-fonctionnelles à l'échelle de la de Kadiogo. rapidement que l’économie locale et crée des métropole de Ouagadougou La région a les mêmes limites disparités économiques qui se manifestent par un territoriales que la province, qui taux de chômage élevé, la prolifération d’organisation comporte 7 départements. 1/1000

0

État actuel de la Ceinture verte

10

50

100 M

20

informelle, la polarisation sociale et la délinquance. Le coût du foncier évolue lui aussi plus vite que l’expansion démographique. Les activités économiques 1 et politiques se concentrent dans le centre2 des villes Écosystème maraîchage Écosystème eau Écosystème tandis que le surplus de population s’organise en carrière périphérie.

Conception

1932

3

7


Ouagadougou capitale innovante : De la consolidation de la ceinture verte à l'activation d'une métropole soutenable

Mutation du secteur informel et de la carrière de Taptenga : création d'un écoquartier à Ouagadougou

Stratégie locale

Les différentes carrières de Ouagadougou sont formées par la mise en place de l'activité économique de briqueterie, inhérente à la création des quartiers d'habitats informels. La carrière de Taptenga (la plus importante carrière informelle du territoire ouagalais) se localise dans le plus grand quartier d'habitat spontané de Ouagadougou. Cette urbanisation informelle s’est propagé sur la zone de la ceinture verte se trouvant à proximité, entraînant sa disparition. Cette carrière est le point de départ de la réhabilitation du site alentour en écoquartier. Elle est envisagée comme une oasis urbaine, par sa reconversion en zone de stockage de l’eau de ruissellement provenant du quartier. Cette présence de l’eau entraîne un revégétalisation de la carrière par l’introduction d’un parc à vocation de détente, de loisirs, et d’une activité maraîchère, se diffusant ensuite au sein du quartier réhabilité. Bien que l'écosystème de chaque carrière fonctionne localement, c'est la reconversion de plusieurs carrières qui mettra en place un système à l'échelle territoriale. Cette réhabilitation des différentes carrières fait office d'une mise en réseau de points d'impulsions à la reconquête de la ceinture verte via les nouvelles formes d'habitats et les infrastructures vertes.

Projet réalisé avec la collaboration de Damien Bechon, Flore Fatien, Anne Gippet, Neil Hammouni et Mathilde Manent

8

Maîtrise d'ouvrage : Yaam International, Mairie de Ouagadougou


0

1/1000 10

50

20

100 M

5 km

0

ceinture verte

barrage de Yamtenga

carrière de Taptenga

barrages de Tanghin

4 km

ceinture verte

La topographie implique un fonctionnement local de l'écosystème pour chaque carrière.

(les altitudes ont été multipliées par 3 par rapport aux distances)

Réseau de drainage à l’échelle locale

Diffusion des espaces végétaux via le réseau de drainage

écosystème carrières assainissement des eaux pluviales

stockage des eaux pluviales

points de vente

zone de loisirs

cheminements

implantation des activités maraîchères

Conception

0

projet de fin d'études

Objectif de l'écosystème : rayonnement de la carrière dans le quartier

Réseau de carrières et regénération de la ceinture verte

9


Ouagadougou capitale innovante : De la consolidation de la ceinture verte à l'activation d'une métropole soutenable

Mutation du secteur informel et de la carrière de Taptenga : création d'un écoquartier à Ouagadougou

Les interstices, impulsions d'une transformation urbaine progressive

Projet 1/2

10

Maîtrise d'ouvrage : Yaam International, Mairie de Ouagadougou

Une des richesses de la ville informelle est la diversité de ces espaces intermédiaires et résiduels. Cela va de la petite place publique aux grandes zones non-bâties. La stratégie du projet consiste à s'appuyer sur ces vides. La conservation de ces interstices urbains sera la trame de l'infiltration des infrastructures vertes dans Taptenga, depuis la carrière. Une grille conceptuelle vient gérer la distribution de l’espace entre les espaces végétalisés et l’implantation d’une nouvelle typologie d’habitat au sein du quartier non-loti. La transformation progressive du quartier de Taptenga s'appuie sur trois principes : - l'évolutivité, tant au niveau de l'habitat que de la transformation progressive du secteur, - la propagation de l'habitat et du végétal dans le quartier et la carrière, - la réhabilitation de ce qui est à valoriser dans le non-loti, autant au niveau du tissu urbain que de la construction.

ÉVOLUER

PROPAGER

RÉHABILITER

Objectifs de développement


projet de fin d'études 0 0

Les interstices du tissu urbain en zone non-lotie : 100 m une variété de tailles et de formes. 0 1/1000

0

10

50

1/1000 10

20

50

100 M

21 m

Principe d’infiltration verte dans le tissu urbain

100 M

20

les interstices Impulsions d'une transformation urbaine progressive zone d’intervention 0

1/1000 10

20

100 50

200 m 100 M

Conception

0

espaces vides du non-loti

11


Ouagadougou capitale innovante : De la consolidation de la ceinture verte à l'activation d'une métropole soutenable

Mutation du secteur informel et de la carrière de Taptenga : création d'un écoquartier à Ouagadougou

Les interstices, impulsions d'une transformation urbaine progressive

Projet 2/2

L’architecture proposée offre une évolutivité progressive du bâtiment selon les besoins des familles. Elle s’appuie sur l’extension de l’édifice en hauteur, afin de réduire l’étalement urbain et la consommation foncière excessive. La construction utilise une structure acier avec des murs de remplissage en BTC ou en adobe. Cet habitat se développe en îlots, autour de cours partagées. Celles-ci s'inspirent du nuancier d'espaces de transitions entre la cour privée et la rue, que l'on rencontre dans les quartiers non-lotis. L'implantation de la nouvelle typologie d'habitat se déroule selon deux scénarios : - S’implanter au sein de grands terrains fonciers vides, tels que la cour de l’école, en construisant de nouveaux logements pour les habitants du quartier. Cette densification du tissu urbain crée de nouveaux espaces vides à conserver ou à utiliser pour une nouvelle implantation [1]. - Réhabiliter des habitations non-loties existantes après vérification structurelle et proposer des solutions d’évolution de ces logements. On vient ainsi densifier le tissu urbain existant par une extension immobilière et non foncière [2]. Ces deux mouvements impulsent une transformation progressive du quartier spontané vers un habitat décent et durable.

Plan RDC d'une habitation

étape 5

0 0

WC rue

12

Maîtrise d'ouvrage : Yaam International, Mairie de Ouagadougou

1/1000 10

20

salle de bain

cour

Pièce principale + cuisine

terrasse

Pièce de vie

50

2 m 100 M


0

0 0

1/1000 10

20

50

10

Plan masse

100 M

100 m

50

20

100 M

14 m

Scénario de transformation urbaine progressive stade avancé 0 100 m plan masse Évolution simultanée des deux scénarios d’interventions

Deux scénarios d’évolution des habitations : A. extension en hauteur B. extension de la parcelle

B.

2

1

projet de fin d'études

1/1000

0

A.

les interstices Impulsions d'une transformation urbaine progressive

0

1/1000 10

20

50

100 M

35 m

Fonctions pièces de service pièces à vivre cour privée cour partagée rue 1. habitat dense construit dans les interstices

+1 +1

+1

2. relogement

+1

Scénario d’évolution d’un type d’îlot

3. habitat éliminé

+1 4. nouveaux arrivants

Conception

0

+1

+1

+1

13


L'urbanité sans urbanisation Vallée du Grésivaudan (Isère)

Stratégie territoriale

Le territoire de la vallée a été structuré par la maîtrise de l’eau et l’agriculture. Il se situe dans la continuité de la ville de Grenoble, au nord-est de la ville. Historiquement, l’endiguement de l’Isère a provoqué une mutation à l’échelle du bassin versant en permettant la descente d’une grosse partie de l’agriculture des coteaux vers la vallée. Un réseau de chantournes, de fossés et d’étangs a été mis en place pour drainer ces anciens marécages et maîtriser l’apport de ses affluents à l’Isère. Mais ce réseau forme diverses infrastructures à des échelles locales pour répondre à des problèmes spécifiques, donc sans véritables liens entre elles. Aujourd’hui, l’expansion urbaine et industrielle brouille cette lecture en envahissant les terrains agricoles qui ne résistent, en grande partie, que par l’instauration de zones non constructibles inondables par l’Isère. En inversant le regard, en regardant par le creux, on observe la persistance d’une structure définie par ces espaces en creux : on observe des espaces agricoles, naturels ou en friches, même dans une urbanisation qui paraît continue. Il nous semble nécessaire de les révéler et de les réhabiliter dans la pensée même que l’on se fait de la vallée. Cependant le SCOT de la Région Urbaine Grenobloise propose la définition de zones urbaines s’opposant à des zones agricoles délimitées par des limites claires. Au contraire nous considérons la diversité des espaces produits comme une richesse et proposons d’utiliser l’eau comme médium de la cohabitation des différentes entités constitutives de la vallée, pour en faire un ensemble trouvant sa cohérence et sa spécificité à l’interaction des échelles.

14

Projet réalisé avec la collaboration de Edoardo Belloni et Nicolas Canton

Considérer la vallée comme un "château d’eau" pour la région Grenobloise : il s’agit de limiter les crues mais aussi de réguler la ressource. A partir de l’observation sur le terrain de cas concrets, nous avons défini une série d’outils applicables à l’échelle de la vallée. Ces dispositifs expriment les idées d’une gestion de l’eau plus cohérente et responsable, la qualification des limites à différentes échelles, ainsi que la définition de différents niveaux d’urbanité au développement d’un imaginaire individuel autour de l’eau.


An interpretation of territory blurred by urbanization...

Grésivaudan Valley in 1900 A territory structured by water and agriculture Grésivaudan Valley in 2009 ... but a framework of unconstructed spaces remains

Grésivaudan Valley in 2000 An interpretation of territory blurred by urbanization...

Currently

D iagnosis

Project strategy

Lyon Chambéry

D iagnosis

Project strategy

Vallée du Grésivaudan en 1900 Un territoire structuré par l’eau et l’agriculture

L ocation

The geography of the Gresivaudan valley is the result of the action of the water under its various physic states. This territory was then structured by the mastery of the water and the agriculture. The confinement of the Isère during the history caused a transformation of the valley, on the scale of the slope pond. Because of its channeling, a big part of agriculture moved down from hillsides to the valley. A network of « chantournes », of ditches and ponds was set up to drain these old marshy grounds and to control the contribution of tributaries in Isère. This network forms varied infrastructures Grésivaudan Valley in 2009 in local scales to answer specific problems, without real links between them. ... but a framework of unconstructed spaces remains Today, the urban and industrial expansion blurs this reading by invading the agricultural grounds which only resist by the institution of easily flooded unconstructable zones by Isère. With an opposite point of view, we observe the obstinacy of a structure defined by these hollow spaces : agricultural, natural or uncultivated spaces, even in an urbanization which seems continuous. It seems to be necessary revealing and rehabilitating these spaces in our vision The of the valley. of the Gresivaudan valley is the result of the action of the water under its various physic states. geography This territory was then structured by the mastery of the water and the agriculture. The confinement of the Isère du«ring Chantourne » iscaused a french word (from Gresivaudan’s forofcanal. the history a transformation of the valley,valley) on theused scale the slope pond. Because of its channeling, a big part of agriculture moved down from hillsides to the valley. A network of « chantournes », of ditches and ponds was set up to drain these old marshy grounds and to control the contribution of tributaries in Isère. This network forms varied infrastructures in local scales to answer specific problems, without real links between them.

Vallée du Grésivaudan en 2000 Une lecture du territoire brouillée par l’urbanisation...

L ocation

Grenoble Lyon Valence

Chambéry

Today, the urban and industrial expansion blurs this reading by invading the agricultural grounds which only resist by the institution of easily flooded unconstructable zones by Isère. With an opposite point of view, we observe the obstinacy of a structure defined by these hollow spaces : agricultural, natural or uncultivated spaces, even in an urbanization which seems continuous. It seems to be necessary revealing and rehabilitating these spaces in our vision of the valley.

Grésivaudan Valley : a geography formed by water

détour

Grenoble

« Chantourne » is a french word (from Gresivaudan’s valley) used for canal.

master 2ème année

A territory structured by water and agriculture

Valence

variations au fil de l’eau

Grésivaudan Valley : a geography formed by water Canalized Isère

The Manival torrent

Two different types of torrents : -Belledonne side : important but regular flow. The urbanization developed around the exit of valleys -Chartreuse side : dry most of the time but in case of stormy weather, they are very dangerous for local residents

S trategy & O bjective Water as the medium of the cohabitation

However the SCOT (territorial masterplan) of the urban region of Grenoble proposes the definition of urban zones opposing to agricultural zones

bounded by clear limits. On the contrary, we consider the variety of spaces situation actuelle as an asset, so we suggest to use water as the medium of the cohabitation

Pond «Chantourne»

Ditch

DETOUR, variations along water Two different types of torrents : -Belledonne side : important but regular flow. The urbanization developed around the exit of valleys -Chartreuse side : dry most of the time but in case of stormy weather, they are very dangerous for local residents

DETOUR, variations along water

of different entities of the valley, to make a coherent and specific whole in the interaction scales.

Currently

2. Creation/Connection of the «Chantourne»

Grésivaudan Valley in 1900 «Chantourne» Ditch A territory structured by water and agriculture

Grésivaudan Valley in 2000 An interpretation of territory blurred by urbanization...

2. Creation/Connection of the «Chantourne» 1. Drop of dikes

stratégie de projet Grésivaudan Valley in 2009 ... but a framework of unconstructed spaces remains

D iagnosis 1. Drop of dikes

Project strategy

3. Connection of the pounds

L ocation

The geography of the Gresivaudan valley is the result of the action of the water under its various physic states. This territory was then structured by the mastery of the water and the agriculture. The confinement of the Isère during the history caused a transformation of the valley, on the scale of the slope pond. Because of its channeling, a big part of agriculture moved down from hillsides to the valley. A network of « chantournes », of ditches and ponds was set up to drain these old marshy grounds and to control the contribution of tributaries in Isère. This network forms varied infrastructures in local scales to answer specific problems, without real links between them.

Lyon Chambéry

3. Connection of the pounds

Today, the urban and industrial expansion blurs this reading by invading the agricultural grounds which only of easily flooded unconstructable zones by Isère. With an opposite point of view, we observe the obstinacy of a structure defined by these hollow spaces : agricultural, natural or uncultivated spaces, even in an urbanization which seems continuous. It seems to be necessary revealing and rehabilitating these spaces in our vision of the valley. 4. Diversion of torrents resist by the institution

stratégie & objectifs

Grenoble

« Chantourne » is a french word (from Gresivaudan’s valley) used for canal.

Valence

4. Diversion of torrents

Grésivaudan Valley : a geography formed by water

Canalized canalisée Isère The Manival torrent torrent Le Manival Isère

Conception

3

3

Two different types of torrents : -Belledonne side : important but regular flow. The urbanization developed around the exit of valleys -Chartreuse side : dry most of the time but in case of stormy weather, they are very dangerous for local residents 1 6. Topographic storage

Ancienne gravière Pond

DETOUR, variations along water 2

1 6. Topographic storage 7. Storage of rain water in urban zones

2

Ditch fossé

«Chantourne» chantourne

réseau hydraulique de la vallée Water system of the valley : the « water tower » of the Grenoble urban area

5. «Fields of controlled flood» 7. Storage of rain water in urban zones

0 0

1 / 50 000

1 10

2 20

1/1000

5

50

GRENOBLE EST_20092010 NOBLE EST_20092010 _ENSAGrenoble_Master Aedification Grands Territoires Villes_E.Belloni N.Canton S.Meunier

Canalized Isère Pond

The Manival torrent

Vallée du Grésivaudan en 2009 ... mais une structure d’espaces en creux qui persiste.

European Workshop_Cities territories and society_L’urbanité sans urbanisation # Urbanity city field without urbanization_ENSAGrenoble_Master Aedification Grands Territoires Villes_E.Belloni N.Canton S.M ean Workshop_Cities territories and society_L’urbanité sans urbanisation # Urbanity and city fieldand without urbanization_ENSAGrenoble_Master Aedification Grands Territoires Villes_E.Belloni N.Canton S.Meunier

However the SCOT (territorial masterplan) of the urban region of Grenoble proposes the definition of urban zones opposing to agricultural zones bounded by clear limits. On the contrary, we consider the variety of spaces as an asset, so we suggest to use water as the medium of the cohabitation of different entities of the valley, to make a coherent and specific whole in the interaction scales.

10 km 100 M

15


L'urbanité sans urbanisation Vallée du Grésivaudan (Isère)

Interventions locales

La mise en valeur du réseau hydraulique de la vallée permet la requalification du territoire à une échelle plus locale : - définition de différents niveaux d’urbanité, - cohabitation de l’activité agricole avec la fréquentation citadine, - hiérarchisation et définition du parcellaire agricole, - structuration de la continuité agricole/milieu naturel par rapport à la limite de l’urbain, - ancrer les nouvelles constructions au territoire. L’eau et les milieux agricoles ou naturels dessinent ainsi l’armature du territoire qui sera le support de l’urbanisation à venir. Voici deux des territoires d’intervention où nous avons appliqué ces thèmes :

Un parc à la croisée des échelles, Brignoud En rive gauche de l’Isère, à Brignoud, ce terrain est une friche industrielle, située en milieu urbain. Le torrent qui traverse le site (1) structure le projet, qui s’appuie sur les traces existantes du site. C’est un parc, divisé en plusieurs entités: on trouve une zone industrielle (2); une halle de marché et sa place (3); un parc inondable, composé d’une zone lacustre amortissant le débit de la chantourne longeant le terrain (4), et d’une zone structurée par les canaux de récupération des eaux pluviales (5). Ce parc est un condensé de la vallée. Il permet d’appréhender la complexité et la variété du réseau hydraulique de celle-ci.

Structure de la continuité d’espace en creux / qualification de la limite à l’échelle de la parcelle Situé en rive droite de l’Isère vers Montbonnot St-Martin, c’est un lieu où on trouve une urbanisation récente et des poches résiduelles d’espaces agricoles. C’est une juxtaposition d’espaces construits et non-construits uniquement définis par la voirie. Le projet propose de révéler le torrent enterré qui va jouer le rôle d’articulation; mais surtout, il redéfinit et compléxifie la notion de limite à l’échelle de la parcelle. L’eau et la végétation qui l’accompagne, vont jouer un rôle de limite poreuse, plus complexe et de liant entre les différents espaces. Elles vont aussi révéler la microtopographie.

16

Projet réalisé avec la collaboration de Edoardo Belloni et Nicolas Canton


3. A park in Brignoud: summary of interactions of scales

200 m

AGRICULTURE LEGEND

PASTURE WATER

URBAN SPACE AGRICULTURE PASTURE WATER LEGEND URBAN SPACE AGRICULTURE PASTURE WATER

LEGEND

LEGEND LEGEND URBAN SPACE AGRICULTURE URBAN SPACE PASTURE AGRICULTURE WATER

URBAN SPACE AGRICULTURE PASTURE

PASTURE

WATER

WATER

1

SECTIONS

0 0

10

40

1/1000

20

100 50

SECTIONS

200 m 100 M

Scale 1:4000

Scale 1:2000 0 SECTIONS

d scale

0

10

20

Scale 1:2000 1/1000

50

200 m 100 M

B-B’ B-B' B-B’

B-B’

Scale 1:2000

détour

Scale 1:2000

variations au fil de l’eau 0 20 1:2000 50 Scale 1/1000

0

10

50

20

100 m 100 M

Scale 1:2000

C-C’

C-C'

D-D’

D-D'

C-C’

D-D’

D-D’ D-D’

Scale 1:2000

D-D' D-D’

Scale 1:200

0 0

10

2 20

1/1000

5 50

Scale 1:200

10 m 100 M

PROJECT

URBAN SPACE

C-C’

2

4

D-D’

5

3

0 0

10

1/1000

50

20

0

200 m 100 M

200 m

existant Scale 1:2000

projet

Scale 1:2000

GRENOBLE EST_20092010

0

master 2ème année

Un parc à la croisée des échelles LEGEND

B-B'

PROJECT

/

qualification de la limite à l’échelle de la parcelle

B-B’

200 m

0

Conception

T

3. A park in Brignoud: summary of interactions ofen scales creux structuration de la continuité d’espaces

nization_ENSAGrenoble_Master Aedification Grands Territoires Villes_E.Belloni N.Canton S.Meunier rbanization_ENSAGrenoble_Master Aedification Grands Territoires Villes_E.Belloni N.Canton S.Meunier

T

0

PROJECT

17


Tours de logements de luxe au sein du condominium La Rioja, Guadalajara, Mexique

Ce projet consiste en la création de 6 tours de logements de luxe, accessibles à la location. Le terrain se situe au fond d’une “enclave résidentielle” contenant uniquement de l’habitat individuel dans la banlieue sud-ouest de Guadalajara. Le travail est parti d’une réinterprétation du lotissement où la même maison est dupliquée en grand nombre. On utilise une même entité comme base constructive du projet : ici c’est un module parallélépipédique de 7x7x4 m. Il permet de créer des tours de silhouettes et de gabarits variés ainsi que des espaces multiples, pour une même trame constructive. Cette dernière s’appuie sur un cœur en béton où se trouvent les circulations de l’immeuble et les dessertes aux appartements. C’est la colonne vertébrale du projet : elle maintient, elle supporte, elle contrevente… Ce "cœur" soutient une structure poteaux/poutres métallique qui accueille les logements. Ceux-ci vont du F2 à F4. Il y a un appartement de chaque type par niveau, plus un en duplex (dont le type change). L’emplacement des appartements varie d’un étage à l’autre (voir le schéma « organisation des appartements par étage »), ce qui donne cet aspect aléatoire et décomposé à l’édifice. Cette « désagrégation » (en références aux joies enfantines des Legos, des Duplos et du Jenga) permet la création de grandes terrasses abritées, voire de jardins. Pour continuer dans cette esthétique du Lego et égayer un urbanisme uniformisant, une attention particulière a été apportée aux façades. À chaque type d’appartement correspond une couleur et un matériau différents : parement bois orangé, enduit naturel jaune, béton gris, parement métallique rouge mais aussi peinture blanche pour le « cœur » d’immeuble et tôle bleue pour les balcons et poteaux.

18


master 1ère année

Organisation des appartements par étage (tour 1)

1 Plan R+2

0 1 0

10

2 20

1/1000

5

50

10 m 100 M

Plan masse 0 0

1/1000 10

20

25 50

100 M

50 m

tours d’habitations

Plan R+1

0 0

1/1000 10

20

10 50

20 m 100 M

Conception

Élévation est

19


Aménagements au sein de l’aire urbaine comprise entre l’Hôpital civil et le Centre médical régional occidental, Guadalajara, Mexique

Ce travail a commencé par une proposition de réaménagement d’un quartier de Guadalajara (schéma directeur), situé entre les deux Hôpitaux publics, au sein duquel nous avons proposé deux projets.

Équipement de loisirs, Complexe culturel café/bibliothèque/cinéma C’est un complexe réunissant un café, une bibliothèque et une salle de cinéma. Il est situé dans un secteur peuplé, avec beaucoup d’activités variées. C’est un lieu pour se reposer ou se divertir après le travail ou pour les familles des personnes hospitalisées. Le projet se compose d’un édifice collé contre une butte végétalisée. La parcelle est une pause végétale dans une ville très minérale. La principale utilité de la butte est de couper le bruit venant du boulevard. Elle se compose de “gradins” sur lesquels les gens peuvent se promener et se reposer. Ils créent de petits espaces agréables et tranquilles. La butte sert aussi de terrasse pour le café/ bibliothèque et est l’accès à la passerelle traversant le boulevard.

Équipement complémentaire du système médical public, Nouvel hôpital de la Croix-Rouge mexicaine Pour cause de jeux panaméricains, l’hôpital de la croix rouge va être détruit et a besoin d’être resituer. Le nouvel endroit est un point central et utile pour cet hôpital : situé entre les deux hôpitaux civils, il facilite les échanges et la complémentarité des activités. L’hôpital se répartit sur un niveau et se divise en plusieurs bâtiments (meilleure gestion des coûts énergétiques), chacun ayant une fonction particulière. Les espaces entre les bâtiments sont végétalisés. L’hôpital donne ainsi l’impression d’être l’extension d’un parc. L’ensemble est couvert par une trame métallique composée d’un mélange d’espaces ouverts et de protections multi-usages : pare-soleil, panneaux photovoltaïques, végétations. Cette trame unifie les différentes parties de l’hôpital.

20


master 1ère année

un hôpital Nouvel hôpital de la Croix-Rouge mexicaine un complexe culturel café/bibliothèque/cinéma sur un talus végétalisé

B

C

A A

A

D

B

A

B

Plan masse

0 0

10

1/1000 20

10 20 m 50

100 M

A

frange verte

Plan masse

Élévation est

0 0

0 0

1/1000 10

1/1000 10

20

20

10 50

10 50

20 m

Schéma de principe

20 m

Élévation ouest

100 M

100 M

rue

édifice boulevard + talus

0 0

1/1000 10

20

10 50

20 m 100 M

Conception

bruit

21


Aménagement d’une aire de repos écologique et d’une base d’aviron Site des Ecassaz, Virignin (Ain)

Projet réalisé avec la collaboration de Marion Legeard et Jean-Emmanuel Marie Maîtrise d'ouvrage : Club d'aviron de Yenne, Mairie de Virignin, Syndicat du Haut-Rhône, Compagnie Nationale du Rhône, Communauté de communes de Bas-Buguey Projet exposé à la maison du fleuve Rhône, entre juillet et décembre 2008

22

Projet publié dans l'ouvrage (livre + DVD) "La vallée du Rhône dans 10 ans [?] - 6 sites rhodaniens imaginés par des futurs architectes, urbanistes et ingénieurs : projets, explorations et paysages", par Tiziana Bardi, Jacky Vieux, Jean-Claude Bonfanti... Éditions La Maison d'à Côté, mai 2009

Le site est un espace résiduel de la construction du lit du Rhône canalisé. Il est très utilisé mais n’a jamais fait l’objet d’un aménagement global. Notre intervention consiste en l’aménagement d’une aire de repos écologique sur le parcours de la Véloroute Léman-Méditérannée, regroupant une base d’aviron, un espace d’entretien des vélos et des équipements associés à la détente et aux loisirs (tables de pique-nique, mobilier de repos tel que bancs et chaises longues...). Ce projet propose un rééquilibrage entre la présence de l’homme et la nature. Cette dernière a été fortement perturbée par le tracé du Rhône Canalisé. Le site est un « résidu » de cette intervention. Le projet essaie donc de cicatriser cet endroit, de le rendre plus accueillant et de le "renaturaliser", sans toutefois rechercher une authenticité perdue. Cette cicatrisation se fait par un renforcement de l’interaction des composantes du lieu : le Rhône Canalisé (élément liquide) et le site (élément statique) sont reliés par le plan « fonctionnel », que nous nommons « bande active » (faible impact au sol - peu de terrassement). Il s’agit d’un système d’implantation orthogonale stricte qui permet d’organiser et d’accueillir l’ensemble des activités de loisirs et de détente, ainsi que la base d’aviron, la halte cycliste et portuaire ; cette organisation rigoureuse est tempérée par des espaces paysagers plus organiques, libres et sensibles. L’objectif est de générer un dynamisme général et une corrélation entre ces entités. L’intervention vise en quelque sorte à mêler appropriation rationnelle du site et mise en valeur de l’histoire du lieu. Le projet exprime le renforcement d’une influence réciproque entre l’homme et son environnement. La base d’aviron fonctionne sur des technologies durables: récupération de l’eau du Rhône et des eaux de pluie pour les besoins en eau non-humain ; traitements des eaux usées par phytorestauration ; utilisation en toiture de végétaux pour amortir les variations de climat et de panneaux photovoltaïques pour produire une partie de l’électricité et du chauffage.


licence 3ème année plan base aviron 00 210 420

1/1000

50

10

100 M

20 m

résurgences ou l’empreinte de l’interaction entre l’homme et la nature

Base Aviron: coupe dynamique

élévation base aviron

00 210 420

1/1000

50

10

100 M

20 m

Base Aviron: coupe dynamique

base aviron bande active, loisirs et détente Halte transports doux (vélos et plaisanciers) Ventilation naturelle

Energie

Ventilation naturelle

coupephotovoltaïque dynamique

Eclairage naturel Eclairage naturel

parking paysagé

Eau phytorestaurée Eau phytorestaurée

plan masse

0 10 0

1/1000 20

50

50

100 M

100 m

plateformes panoramiques revégétalisation générale

Conception

Energie photovoltaïque

23


Plate-forme d’exposition sur les nouvelles conditions de vie en milieux extrêmes, Grenoble (Isère)

Phase d'esquisse

Ce pavillon s’inscrit dans le cadre d’une exposition sur les nouvelles conditions de vie liées aux changements climatiques, organisée par le CCSTI de Grenoble. Il fait partie d’un ensemble de dix pavillons traitant chacun d’un milieu hostile à la vie humaine (sous-marins, Antarctique...).

Ce pavillon traite des milieux extraterrestres. Il présente les conditions de vie de l’Homme et son adaptation dans l’Espace après qu’il se soit contraint à fuir la Terre pour l’avoir complètement épuisée. Le projet est situé sur des remparts à flanc de montagne. On accède au pavillon par un monte-charge (aspect technologique des constructions en milieu extraterrestre) [1]. La forme du pavillon évoque un vaisseau spatial venu se poser sur Terre. Il n’y a pas d’ouverture vers l’extérieur, pour un isolement total par rapport à son environnement. Le fuselage est en métal, perforé de petits trous sur les quatre parois, accompagnées par des couloirs tapissés de miroirs : on ne sait pas où est le haut du bas. Cela induit une perte des repères spatiaux.

Projet réalisé avec la collaboration de Stéphanie Ezra

24

Maîtrise d'ouvrage : CCSTI de Grenoble (centre de culture scientifique technique et industrielle)

Le parcours scénographique se décompose en trois zones. La première [2] traite du départ de l’Homme de la Terre vers l’Espace. Le passage à la zone suivante se fait par un monte-charge [3]. Le volume du haut traite de la (sur)vie de l’Homme en milieu E-T [4]. Les «boîtes» (vitrées seulement en toiture) dans le cylindre intérieur permettent d’observer le ciel. Dans la dernière zone [5], l’Espace ne doit pas être considéré comme une réponse à une catastrophe mais comme un lieu de découvertes et d’innovations… afin de mieux sauvegarder la Terre.


licence 3ème annÊe

4

3

5

2 0 0

Processus de conception : images et mots en rĂŠsonance avec les milieux extra-terrestres

1/1000 10

20

50

100 M

5m

1 Plan de la visite

Conception

mini-link

25


Plate-forme d’exposition sur les nouvelles conditions de vie en milieux extrêmes, Grenoble (Isère)

Phase d'avant projet sommaire

Ce pavillon est l’évolution du projet précédent. Il s’agit de faire évoluer la forme du pavillon en systématisant son principe constructif. Le propos et la scénographie de l’exposition sont précisés. Le projet est situé au pied des remparts. Le pavillon est conçu en ressemblance à une navette spatiale, mais en construction et n’attend plus que le départ. Il se compose de modules cubiques, disposés en cercle. La carapace extérieure est en tôle métallique lisse, design simple et pur. En opposition, l’échafaudage soutenant le pavillon est en bambou, reprenant l’idée scénographique que l’on utilise les dernières ressources terrestres pour construire une "Arche de Noé" spatiale. On accède au pavillon par un escalier à l’intérieur de l’échafaudage ou un monte-charge [1]. Depuis l’intérieur du pavillon, il n’y a aucun contact visuel avec l’environnement extérieur. Les seules ouvertures (dans les «couchettes» d’observation [3']) sont orientées vers le ciel pour un rapport direct (mais lointain) avec le milieu extraterrestre. Le pavillon étant imaginé comme un espace autosuffisant (vaisseau de survie autonome), on a intégré des toilettes chimiques (donc pas de réseau le reliant à l’extérieur).

Projet réalisé avec la collaboration de Stéphanie Ezra

26

Maîtrise d'ouvrage : CCSTI de Grenoble (centre de culture scientifique technique et industrielle)

Le parcours scénographique est divisé en trois zones principales : un espace catastrophique [2] (épuisement de la Terre) ; une zone sur les milieux extraterrestres et l’adaptation humaine à cette nouvelle vie [3] ; un lieu de réflexion sur la préservation de la Terre [4], conçu pour rassembler les gens après l’individualisation recherchée dans les zones précédentes. L’ambiance générale de chaque espace est crée par une «peau» intérieure. Dans la zone extraterrestre, elle contient un système lumineux qui crée des étoiles sur les parois.


licence 3ème année

retour sur Terre est-il possible ? le passage, on les pousse : interaction entre les gens. Les 4 parois sont identiques : noires et parsemées d’«étoiles» Mise en évidence de l’importance du moindre geste par rapport à la Terre. Sol transparent : on marche dans le «vide»

3 Toilettes et sortie de secours

3’

2

3’ 1

4 Ecran vidéo Ouverture vers le ciel 0 0

1/1000

10

20

50

100 M

5m

Plan scénographique

urban machine

Conception

détail constructif du module

27


Réhabilitation d’une ruine à St Barthélémy (Isère)

Analyse

Cette phase a permis la conception du projet suivant (voir double page suivante). Nous avons traité la question du paysage qui constitue et entoure la Tannerie de l’Oron. Cette phase a permis de comprendre la situation existante avec sa nature et sa culture. Elle permet que le lieu dont nous héritons devienne un lieu d’aujourd’hui et que nous donnerons en héritage. Cette analyse paysagère démontre que le site de la tannerie est un lieu pudique, caché qui se découvre petit à petit. Il se ressent comme un instant dans le paysage fuyant et ordonné qui l’entoure. C’est une singularité au milieu du paysage.

Analyse réalisée avec la collaboration de Jérémie Cassarino, Gaël Crenne et Fanny Sanson

28

Maîtrise d'ouvrage : Mairie de Saint-Barthélémy


licence 2ème année

Une singularité au milieu du paysage. Du désordre dans la rigueur. T teaux qui le bordent. Une cachette pour apprécier. viUne tâche sur une feuille blanche.

s

Les routes, les champs, les aménagement vident le paysage, l’épurent et le standardisent. au milieu des lignes formées par les routes, les champs et les arbres alignés. Le paysage au loin est écrasé par le ciel. Une nature exploitée par l’homme. La campagne modernisée. La communication et la production.

paysage, structure du visible

Le site de la tannerie ne se laisse pas voir facilement, différentes épreuves nous séparent de ce lieu. Dès l’ arrivée dans le village les choses se compliquent : inexistance de panneau indicateur, routes étroites, absence de points de repères, routes coincées entre des habitations ou de la végétation, ... Jusqu’au dernier moment on se trouve dans le doute : est ce le bon chemin ? Le site de la tannerie se mérite. ment, différentes épreuves nous séUn site pudique ?

en avant des différentes ambiances ressenties lors de la découverte de la tanoutenerie : Mise est ce le bon chemin ? Un site qui se dévoile petit à petit. Un franchissement de portes nous amènent vers la tannerie, nous attirent et nous immergent progressivement au plein coeur du site : curiosité, attraction. L’ eau ici joue un rôle de seuil : entrée et sortie, le passage se fera par l’eau. e n’est pas seulement une ruine qui est appréciée mais tout un univers qui va bien au delà du bâti, du solide, quelque chose dans l’air et la végétation... dans chaque élément du site.

ties lors de la découverte de la tan-

s la tannerie, nous attirent et nous : curiosité, attraction. L’ eau ici joue a par l’eau.

Conception

iquent : inexistance de panneau inres, routes coincées entre des habi-

29


Réhabilitation d’une ruine à St Barthélémy (Isère)

Projet

Il s’agit de transformer les ruines existantes en salle polyvalente, servant pour des fêtes communales ou familiales et de concevoir le lieu comme témoin de mémoire des activités qui s’y sont inscrites (ancien moulin puis tannerie) ainsi que comme manifestation du face à face constant entre l’Homme et l’eau (site encerclé par la rivière «l’Oron»). C’est un lieu qui fait partager au promeneur la valeur de son histoire. Le projet propose de garder la majeure partie des ruines du moulin et de venir inclure les nouveaux volumes à l’intérieur de celles-ci. Le "nouveau" est interdépendant de l’"ancien" au niveau spatial mais totalement indépendant au niveau de la structure. La salle communale se compose de 3 volumes : - une petite entrée en verre transparent, - un petit volume contenant les espaces de service (cuisine et sanitaires), - un grand volume, composé de la salle proprement dite avec un bar. Son toit est accessible comme belvédère ou salle extérieure. Le parcours du parking à la salle est constellé de bancs, de mini belvédères vers le paysage extérieur au site, et de socles accueillant des sculptures. Il est conçu comme une promenade.

30

Maîtrise d'ouvrage : Mairie de Saint-Barthélémy


ta la l de

1/1000 10

licence 2ème année

Route de Marcellin

Ca na

n lit Ancie

0 0

100 M

50

100m

20

SCHÉMA DE CIRCULATION DU SITE

1/2000

SCHÉMA D’ORGANISATION DU SITE

1/2000

PLAN MASSE

impass

1/1000

urs

1/200

ÉLÉVATION NORD FERMÉE

1/200

ÉLÉVATION EST FERMÉE

1/200

l'O

ron

ÉLÉVATION NORD OUVERTE

tanne e des

ge taris d'arrosa Canaux

1/200

ÉLÉVATION EST OUVERTE

Ca na

ld

e la

tan

ne

rie

Riv

ière

de

ÉLÉVATION NORD OUVERTE

1/200

PLAN TOITURE

1/200

PLAQUE DE CONTREVENTEMENT

Route de Marcellin

POTEAU

RUINE

E

VID

ÉLÉVATION SUD

lit ien Anc

1/200

GOUTTIÈRE

PAREMENT INTERIEUR ISOLANT PAREMENT EXTÉRIEUR TASSEAU

DÉTAIL DU «JOINT CREUX» : 1/25

ESPACE ENTRE LA RUINE ET LA NOUVELLE CONSTRUCTION

inclusions PLAN MASSE

Plan masse ÉLÉVATION EST OUVERTE CROQUIS

1/1000

PLAN TOITURE

1/200

1/200

PLAN DE LA SALLE POLYVALENTE 1/200

POTEAU

COUPE TRANSVERSALE

Coupe tranversale -

PLAN TOITURE

L4A

-

0 10 0

MAISON

DE

L’ORON

À

SAINT - BARTHÉLÉMY

STUDIO VOIR[E]

-

1/1000

5m

SARA MEUNIER

-

ÉLÉVATION NORD FERMÉE

ÉLÉVATION SUD

POTEAU

1/200

20 JUIN 2007

1/200

ÉLÉVATION EST FERMÉE

1/200

RUINE

1/50

100 M

50

20

(ISÈRE)

GOUTTIÈR

Conception

G

ONS

1/200

PLAQUE DE CONTREVENTEMENT PAREMENT INTERIEUR ISOLANT E

VID

RUINE

PAREMENT EXTÉRIEUR

CROQUIS TASSEAU

1/1000 0

Plan de la salle polyvalente

DÉTAIL DU «JOINT CREUX» : 1/25

50

100 M

PLAN DE 0LA2SALLE POLYVALENTE 1/200 4 10 20 m 10

20

31


Un marché couvert Il s’agit de créer une halle de marché couverte de 300 m2 sur une place (50 x 50 m) dans un environnement urbain et s’ouvrant sur un parc au Sud. Ce projet insiste sur la création d’une structure constructive en temps que structure spatiale. La structure de la halle et sa trame sont empruntées aux anciennes halles : une large allée centrale cernée de deux allées plus étroites. Les murs de briques délimitent l’espace de la place et créent les volumes des équipements fixes (accueil, bar, WC publics). Ces équipements sont aussi accessibles au public quand la halle est fermée. La différence de matériaux entre la halle elle-même (en bois) et ses équipements fixes (en brique) vient de la différence de temporalité et de l’utilisation : le marché est ponctuel, temporaire ; les équipements restent et sont ouverts en permanence. Le marché peut s’étendre de la halle vers la place grâce aux grandes parois ouvrables du bâtiment. Cette place est une extension de la halle les jours de marché et redevient un espace libre, une arena le reste du temps : spectacle de rue, terrasse de café… Au bon vouloir de chacun.

32


0 1 2 3 0 1 2 3

0 1 2 3

5

5 m 5 m

PLAN DE MASSE OMBRE PLAN 1/200DE MASSE OMBRE 1/200

0 1 2 3 0 1 2 3

DETAIL : composition de la toiture de la halle 1/20 Membrane d'étanchéité SUD ELEVATION + couverture 1/100

m

0 1 2 3

5

5

5

licence 2ème année

Nord PLAN 1/100PLAN 1/100

m

m

m

Chevron

Isolant (entre les chevrons) Pare - vapeur Patelage de toit Solive Poutre Poteau

ELEVATION NORD 1/100 DETAIL : appareillage des murs en briques 1/20 Parement extérieur

Lame d'air Isolant Mur porteur en maçonnerie (appareillage en croix)

ELEVATION EST 1/100 Nord

Nord 1/1000 0

0

plan RDC ELEVATION SUD 1/100 ELEVATION SUD 1/100

10

20

1/10 0

100 M

50

5

10 m 0 1 2 3

5

plan masse ombré

m

DETAIL : composition de la toiture de la halle 1/20 DETAIL : composition de la toiture de la halle Membrane d'étanchéité 1/20+ couverture

0 10 20

0

50

5

10 M

10 m

Chevron Membrane d'étanchéité

l'intérieur de la halle CROQUIS PERSPECTIF 0 1 2: le 3bar vu depuis 5

+ couverture Isolant (entre les chevrons) Chevron

m

la place du marché

Pare - vapeur Isolant (entre les chevrons) Patelage de toit

Pare - vapeur SCHEMA SPATIAL Solive Patelage 1/500 Poutre de toit

SCHEMA STRUCTUREL 1/500

SCHEMA DISTRIBUTIF 1/500

0 1 2 3

Poteau

5m

Nord

ELEVATION NORD 1/100

SCHEMA DISTRIBUTIF 1/500

Solive Poutre Poteau

DETAIL : appareillage des murs en briques 1/20

ELEVATION NORD 1/100

Parement extérieur

DETAIL : appareillage des murs en briques 1/20

schéma spatial

schéma structurel 0 1 2 3

Isolant Lame d'air Mur porteur en maçonnerie (appareillage en croix)

5COUPE AA m 1/100

Isolant

Mur porteur en maçonnerie (appareillage en croix)

ELEVATION EST 1/100

ELEVATION EST 1/100

UN MARCHE COUVERT

EXERCICE 3 : STRUCTURE SARA ET ENVELOPPES MEUNIER

SCHEMA STRUCTUREL 1/500

SCHEMA SPATIAL 1/500 0 1 2 3

5m

ENSAG 2007 STUDIOmars VOIR(E)

SCHEMA DISTRIBUTIF 1/500

L4A

Conception

Lame d'air Parement extérieur

schéma distributif

UN MARCHE COUVERT

CROQUIS PERSPECTIF : le bar vu depuis l'intérieur de la halle

CROQUIS PERSPECTIF : le bar vu depuis l'intérieur de la halle

33


Habit architecturé Cet exercice consiste en la création d’un habit architectural, qui soit le prolongement du corps humain. Il joue avec l’espace autour et à l’extérieur du corps. Il engendre le moins de chutes possibles et utilise le minimum de matière. Cet habit s’inspire du pagne des vahinés. Il joue avec la verticalité et la multiplicité d’un même élément. L’habit est réalisé à partir d’une feuille de bristol A0, papier souple mais gardant un certain volume, découpée en bandes. La robe droite est le modèle de base. Outre sa simplicité de mise en œuvre, le principal atout de ce vêtement est sa "mobilité" : on peut le transformer de multiples manières. Robe, jupe, pantalon, chapeau… Chacun peut le décliner selon ses envies du moment.

34

Projet réalisé avec la collaboration de Marine Chevalier


licence 1ère année

Patron de la robe : (format : feuille A0)

jupe

chapeau

Modèle de base

attache pour serrer la robe

Conception

Dérivés

fentes pour faire passer l’attache

Géométral Etc...

métamorphoses

35


Sérigraphie Dans cet atelier de sérigraphie, nous avons travaillé sur différents supports (affiche, autocollants, T-shirt, tasse). Le processus intéressant de cette technique de représentation est la simplification et la clarification du dessin de base pour arriver à un pochoir d’une seule couleur (ou plusieurs pochoirs d’une seule couleur). Il ne faut garder que l’essentiel pour un dessin clair et visible dès le premier coup d’oeil. Le dessin final sera composé des différents pochoirs réalisés.

36

50


T-shirt

Expérimentation

stickers

sérigraphie

37

master 1ère année


Un geste architectural Plier Cet exercice se compose en trois phases : - l’analyse d’un geste architectural à travers un bâtiment existant. Ici, il s'agit du geste "plier" de la maison double KBWW de MVRDV, à Utrecht aux Pays-Bas. Expérimenter le pli comme créateur d'espace. - l’expérimentation dudit geste à l’échelle corporelle, grâce à un prototype à l’échelle 1. Ressentir le pli. Outre l’étude du geste, cette expérience nous a appris certains principes et détails constructifs que l’on n’aborde pas en maquette. C’est un pas de plus dans la compréhension de la construction et de l’architecture. - Ce geste doit ensuite se trouver réinterpréter dans un projet de logement pour étudiants (Habiter/habitat), sous forme d'un module qui se répète et s’organise en bande.

Principe de répétition des logement et du geste «Plier»

Axonométrie du projet de logement

38

Analyse réalisée avec la collaboration de Sophie Lachenal et Fanny Sanson

Le pli à l'intérieur du logement


licence 2ème année Analyse de la maison KBWW (MVRDV) et du geste «plier»

Expérimentation

plier

Expérimentation à l’échelle 1 du geste architectural

39


Stage aux Grands Ateliers de l’Île d’Abeau Ce stage aux Grands Ateliers de l’Île d’Abeau a été une occasion (ludique) d’expérimenter la matière à l’échelle 1. Le matériau principalement utilisé a été la brique. Nous avons testé différentes sortes d’agencements, plusieurs types de constructions de murs, monté des arches, créé différentes formes. Ce stage nous a fait entrevoir la multitude de possibilités de création d’objets avec un même matériau. Cela a été une ouverture d’esprit.

40


Expérimentation

stage ouvrier

41

licence 1ère année


Masse et ossature Ces différents exercices nous ont permis d’appréhender différents matériaux et le type d’architecture qui en découle. L’utilisation de la terre ou de la brique (masse) engendre une architecture plus massive, ancrée sur Terre. Elle engage autant le corps que l’esprit. Avec l’utilisation du bois ou du métal, on obtient une architecture plus légère et aérienne. C’est une architecture qui engage plus particulièrement l’esprit. Ces deux types d’architecture ou de matériaux ont chacun leurs propriétés mais sont complémentaires. On crée ainsi une grande diversité d’espaces et de volumes.

42


Expérimentation

la forme de la matière

43

licence 1ère année


Photographie argentique Il s’agit d’une initiation à la photographie argentique en noir et blanc. L’argentique demande une plus grande attention à la photo que l’on veut prendre par rapport au format numérique. On essaie d’obtenir un contenant et un contenu intéressant. On aborde les notions de clair-obscur, des contrastes, des profondeurs de champs, de la netteté. J’ai traité les photos depuis la prise jusqu’au tirage de la photo en passant par le développement de la pellicule. On a ainsi une plus grande maîtrise du rendu de la photo que l’on désire vraiment.

44


Représentations Artistiques

noir

& blanc

45

master 1ère année


Dessin au fusain et au crayon A l’aide de modèles vivants avec des pauses plus ou moins longues, on apprend à voir le trait et les formes composant le corps humain et à les retranscrire par le dessin. Il s’agit de synthétiser ce que l’on voit pour une représentation de l’essentiel et un dessin plus juste. Ce sont des méthodes que j’essaie de transposer dans mes dessins et croquis d’architecture, de voyages...

46


simplification

dessin au fusain décomposition

Représentations Artistiques

contour simple

master 1ère année

dessiner une histoire

47


Story-board Ceci est le scénario d’un court métrage (hypothétique) sur une œuvre connue d’un architecte. Il s’agit de l’Imperial Hotel de Frank Lloyd Wright, construit en 1914 à Tokyo au Japon. Ce scénario s’attarde sur la conception de l’édifice : comment l’environnement a-t-il contribué à la conception de l’édifice ? En effet, les forts séismes sont une menace très présente à Tokyo. Le court-métrage montre que tous les aspects du design et de la structure en tiennent compte : des murs aux toits, en passant par les matériaux de construction ainsi que la taille des fenêtres. L’édifice survécut au pire tremblement de terre que connut l’histoire du Japon.

48


Représentations Artistiques

imperial hotel, f. lloyd wright

49

licence 2ème année


Recueils graphiques Il s’agit de deux exercices distincts.

Le premier consiste en l’association d’idées entre des croquis (réalisés avec différents outils - encre, peinture, bambou, pinceau…) et des images, des textes... C’est un moyen de comprendre notre environnement et la perception que l’on en a. Cela illustre notre culture, notre rapport à ce qui nous entoure.

Le second exercice invite à élargir notre langage plastique et à enrichir notre répertoire de formes. A partir d’un ou deux mots, on imagine, observe, crée. J’ai utilisé le support et les outils, non pas comme seule aide à la conception, mais comme faisant partie intégrante de la matière constituant le projet. Le travail de la matière s’est fait par pliage, découpage, tressage, transformation…

50


licence 1ère année croquis

&

Continu / interrompu

En écailles

Représentations Artistiques

mise en forme

51


Voyages Découvrir le monde, découvrir d’autres mondes. Croquis

Exercer un regard curieux. Interpréter le lieu. Se laisser submerger par son environnement. Parcourir la page, cadrer le regard.

52


Mitla, Oaxaca, Mexique

Teotihuacán, Mexico, Mexique

Palenque, Chiapas, Mexique carrière dans Ouagadougou, Burkina Faso

Pointe de Bondi Beach, Sydney, Australie

croquis

Monte Albán, Oaxaca, Mexique

Travaux Personnels

Ouagadougou, Burkina Faso

53


Voyages

Photographies

Pavillon de Barcelone, Espagne

MoMA, San Francisco, États-Unis

54

NAI, Rotterdam, Pays-Bas


Rue de Los Angeles, Etats-Unis (argentique)

photographies

San Cristobál de las Casas, Chiapas, Mexique

San Francisco, États-Unis

Kubuswoningen, Rotterdam, Pays-Bas

The Golden Gate, San Francisco, États-Unis

Travaux Personnels

Guadalajara, Jalisco, Mexique

55


Graphisme Réalisation de flyers pour divers événements privés informels.

56


Travaux Personnels

Flyers

57


Expression graphique Interpréter un thème, rendre notre imaginaire palpable. Observer, retranscrire, interpréter le monde. Capter l’essence des choses. Capturer la posture, le mouvement. Capturer l’instant.

58


observer, interpréter

Travaux Personnels

Théme : mutation

Théme : rupture

«Nuit de l’expression»

Nus réalisés sur un temps très court

59


f


Portfolio 2004-2011