Issuu on Google+


sommaire 5

LES PETITS DÉBROUILLARDS EN FRANCE

11

COORDINATION DE RÉSEAU

20

ACTIONS D'ANIMATION ET PROJETS D'ACTIVITÉS

24

ENGAGEMENT - FORMATION - SUIVI ...

30

SCIENCE ET SOCIÉTÉ

7 8

Charte Projet associatif

11 12 13 15

21 21 22 23

26

31 32 37 41

42 44 44 45 46 47

Vie associative Vie de réseau Universités permanentes et coopératives Communication Actions de sensibilisation Actions thématiques et projets Les cadres et lieux d'intervention Conclusion Parcours de formation

Partenariat avec les milieux de la recherche et les chercheurs SOKORI Jeunes sciences et société Les sciences et techniques, un espace d'engagement pour les jeunes Rencontre sciences et citoyens Café des sciences Festival des Explorateurs Année Polaire Internationale Forum Franco Allemand Caravane des Sciences

50

ÉDUCATION AU DÉVELOPPEMENT DURABLE

55

POLITIQUE DE LA VILLE

73

EUROPE ET INTERNATIONAL

50 51 52

56 57 64 66 70

73 73 74 74

Programme "1 degré de +" Le développement durable, un sujet d'engagement pour les jeunes Modulothèques Animations au coeur des villes Programme "Habiter" Renforcement de l'opération Cités Débrouillardes Universités permanentes et coopératives Place Publique Junior Constitution d'un réseau européen Participation au FSM Kenya Coopération décentralisée Partenariat IRD


Les Petits Débrouillards en France Le réseau des Petits Débrouillards est constitué de 20 associations régionales regroupant 50 antennes départementales. L’Association Française des Petits Débrouillards qui s’est constituée en association loi 1901 en 1986 a adopté depuis sa création, une démarche volontariste pour assurer une bonne couverture territoriale afin de renforcer la diffusion de la culture scientifique par la pratique, la sensibilisation et l’éducation au développement durable et la participation de tous les jeunes à ses activités partout en France et notamment dans les zones défavorisées à travers des actions de proximité. Le développement territorial, l’animation, la coordination et le soutien du réseau constituent les missions principales de l’AFPD pour assurer le rayonnement de son objet social et le renforcement des actions envers les publics. Autour de la charte qui explicite les valeurs du réseau et la contribution éducative que ses membres souhaitent apporter, l’AFPD organise la vie du réseau et coordonne ses projets et ses actions.

LE RÉSEAU DES PETITS DÉBROUILLARDS EN CHIFFRE EN 2007 Nombre d’adhérents :

3000 Nombre de salariés : 139

Nombre d’animateurs :

2000

Nombre d’élus membre des conseils d’administration :

150 Nombre de formateurs : 120 Budget : 7.600.000 €

Nombre de participants aux actions et projets :

472.000 Budget AFPD : 2.400.000 € Les Petits Débrouillards

5


LES PETITS DÉBROUILLARDS EN FRANCE

RÉGIONS : 20 ANTENNES DÉPARTEMENTALES : 50 Paris, Evry, Aubervilliers, Tourcoing, Béthune, Caen, Rennes, St-Brieuc, Brest, Lorient, Nantes, Le Mans, Angers, Buxerolles, La Rochelle, Tours, Orléans, Bourges, Gerzat, Clermont-Ferrand, Bordeaux, Agen, Pau, Biarritz, Toulouse, Baillargues, Perpignan, Bagnols-sur-Cèze, Marseille, Toulon, Apt, Ajaccio, Bastia, Romans, Le Cheylar, Grenoble, Lyon, Le Bourget-du-Lac, Besançon, Mulhouse, Colmar, Strasbourg, Mézières les Metz, Maxéville, Bar-sur-Aube, Troyes, Reims, Baie-Mahault, Fort-de-France, St-Denis de la Réunion.

6

rapport d'activité 2007


LES PETITS DÉBROUILLARDS EN FRANCE

CHARTE DES PETITS DÉBROUILLARDS (ASSOCIATION FRANÇAISE) Le mouvement associatif des Petits Débrouillards qui, depuis 1984, offre aux enfants des activités scientifiques et techniques, participe de manière significative aux débats de société sur l’éducation et la culture. Organisé en réseau, il contribue à former des citoyens actifs, capables d’opinions réfléchies et critiques, acteurs de la construction du monde de demain. L’action des Petits Débrouillards auprès des enfants est guidée par un ensemble de convictions et de valeurs éducatives partagées qui s’expriment simplement. En voici les grandes lignes : Faire découvrir la science en s’amusant, afin de créer une relation durable entre l’enfant et la culture scientifique. Cultiver le plaisir de comprendre, d’échanger, de s’exprimer et de débattre. Donner à l’enfant le goût de la démarche scientifique, faite de curiosité, de recherche de vérité, de liberté et d’initiative ; démarche qui se veut expérimentale, se référant au quotidien, invitant à prendre conscience de la portée et des limites de ses propres affirmations ; une démarche autorisant à tout remettre en question, faite de doute, d’ouverture et de générosité. Développer le sens du partage, de la solidarité et du respect de l’autre, en favorisant l’implication active dans la vie de la société et dans un esprit d’ouverture au monde.

Tels sont les principes qui unissent les acteurs du réseau et qui reflètent la réalité des engagements et des actions éducatives du mouvement associatif des Petits Débrouillards. Brest, le 19 mai 2002

Les Petits Débrouillards

7


LES PETITS DÉBROUILLARDS EN FRANCE

PROJET ASSOCIATIF AXES STRATÉGIQUES 2006-2011 (ASSEMBLÉE GÉNÉRALE 18 JUIN 2006) MÉTHODE Ce document résulte des propositions formulées par le comité stratégique à partir des contributions de chaque groupe interrégional et des échanges des deux précédents séminaires (Paris 23 et 24 septembre 2005, et Tours 28 janvier 2006). Ces propositions ont été débattues et amendées par le Conseil d’Administration de l’AFPD du 20 mai 2006. Ces axes stratégiques, après amendements, ont été officiellement approuvés lors de l’Assemblée Générale du 18 juin 2006.

CONDUCTEUR GÉNÉRAL DU PROJET En 1986, venus du Canada, les Petits Débrouillards s’établissaient en France. Depuis, ils développent avec succès leurs activités de diffusion de la culture scientifique et technique dans le cadre d’un réseau associatif et d’une approche ludique orientée vers les jeunes. Aujourd’hui, nous pensons que la science et la technique resteront des facteurs majeurs dans le monde à venir, et qu'il convient de diffuser les clés de compréhension afin d’en assurer la maîtrise par tous et pour tous. Nous sommes une association d’éducation scientifique populaire en évolution, avec pour conséquence la nécessité de faire progresser nos outils, nos méthodes et notre organisation C’est pourquoi, en 2006, dans l’optique de rester pragmatique et concret, tout en permettant le débat de fonds, nous formalisons notre projet associatif pour l’horizon 2011.

4 AXES ONT ÉTÉ RETENUS AXE 1 : Notre identité de base reste la même, fondée sur une éthique de progrès social et individuel. AXE 2 : Mais nous sommes conscients que cela implique une évolution de l’association. AXE 3 : Nous devons créer de nouveaux outils tout en améliorant sans cesse ceux qui existent actuellement. AXE 4 : Nous nous engageons à faire progresser notre organisation.

L’ARTICULATION DES AXES STRATÉGIQUES EST LA SUIVANTE : AXE 1 : Notre identité de base reste la même, fondée sur une éthique de progrès social et individuel. AXE 2 : Mais nous sommes conscients que cela implique une évolution de l’association avec pour objectifs : a. L’accompagnement des évolutions et de la modernité scientifique ; b. La reconnaissance mutuelle des partenaires ; c. De nouvelles ouvertures i. Vers de nouveaux partenariats, ii. De nouveaux publics, iii. Un univers international. AXE 3 : Nous devons créer de nouveaux outils tout en améliorant sans cesse ceux qui existent actuellement : a. En matière d’intervention (sérieux, modernité, crédibilité) ; b. En matière de produits (expérimentaux, interventions, communication, publications) ; AXE 4 : Nous nous engageons à faire progresser notre organisation par : a. Une rigueur accrue b. Des règles de « gouvernance » interne (formation, évaluation, organisation : relations nationalesrégions notamment, réseau)

8

rapport d'activité 2007


LES PETITS DÉBROUILLARDS EN FRANCE

LA DÉCLINAISON DES AXES STRATÉGIQUES EST LA SUIVANTE : AXE 1 : Notre identité de base reste la même, fondée sur une éthique de progrès social et individuel. La société européenne devra, dans les années à venir, faire face à des défis sociaux, environnementaux et économiques sans mesure commune avec ceux du passé. Les modèles de notre prospérité sont remis en cause par la raréfaction certaine des ressources naturelles. Dans une Europe apaisée, qui cherche ses limites, les défis seront à apprécier à l’échelle mondiale avec le développement inéluctable de nos voisins du monde. Dans une France qui interroge son modèle républicain, l’indépendance et le dynamisme constitueront les atouts de notre développement. La recherche, l’innovation et l’échange autour des savoirs scientifiques constituent, avec l’éducation, les points forts d’une culture en mouvement, porteuse d’espérance pour tous et en particulier pour les plus jeunes générations et pour les moins favorisés. Ce sont ces enjeux scientifiques et de société qui inspirent les activités des Petits Débrouillards. Le modèle associatif permet aux hommes et aux femmes, bénévoles et salariés, qui le veulent de participer ensemble et de manière démocratique à la réalisation d’un objet social avec efficacité. Le bénéfice économique est réinvesti pour le bénéfice social qui repose sur la valorisation des individus et des actions. Dans ce contexte, notre but est de poursuivre le développement de nos activités sur le territoire national et à l’international, de poursuivre le travail pédagogique sur le partage de la démarche scientifique, en conservant notre indépendance : doubler notre public et nos adhérents. AXE 2 : Mais nous sommes conscients que cela implique une évolution de l’association avec pour objectifs : a. L’accompagnement des évolutions et de la modernité scientifique ; Ouvrir nos animations aux nouvelles thématiques scientifiques et aux nouveaux défis économiques, environnementaux et sociaux. Développer la réflexion critique liée aux évolutions scientifiques. Tenir compte du principe de précaution et des problèmes éthiques. b. La reconnaissance mutuelle des partenaires ; Renforcer le partenariat avec les territoires et les quartiers : la base du partenariat public aujourd’hui et à l’avenir. Renforcer la présence territoriale : Dans toutes les régions Dans les agglomérations ou communautés de communes S’inscrire dans la réalisation des grandes politiques nationales et européennes dans les domaines : de la cohésion sociale et de la politique de la ville des rapports entre sciences et société du développement durable de l’éducation de la jeunesse c. De nouvelles ouvertures i.Vers de nouveaux partenariats, Expérimenter et développer le partenariat avec les entreprises, les fondations, les fonds éthiques, les mécènes en fixant des règles de déontologie : maîtrise des contenus ou co-production avec validation de comité d’experts, tout en gardant notre indépendance d’action et notre liberté d’opinion. ii.De nouveaux publics, Réaffirmer le rôle primordial de la formation comme mode d’ouverture

Les Petits Débrouillards

9


LES PETITS DÉBROUILLARDS EN FRANCE

Aller « au devant » du public, investir et créer les lieux de diffusion scientifique Continuer à diversifier nos publics et inventer de nouvelles interventions iii.Un univers international. Ouverture à l’international de chaque association S’appuyer sur les dynamiques actuelles d’échanges et notamment au niveau européen Développer les outils multilingues et interculturels AXE 3 : Nous devons créer de nouveaux outils tout en améliorant sans cesse ceux qui existent actuellement : a. En matière d’intervention (sérieux, modernité, crédibilité) ; Capitaliser les expériences sur les formes nouvelles d’interventions et consolider les « classiques » qui ont fait leurs preuves… Utiliser de nouveaux matériels de récupération, notamment ceux des laboratoires de recherche. b. En matière de produits (expérimentaux, interventions, communication, publications) ; - Diffusion de nos produits par des moyens mobiles et modernes : - Livres, plaquettes, magazines,… - Expositions, jeux, malles,… - Animations itinérantes, virtuelles, de proximité… - web TV, , clips, e-édition,… Promouvoir une politique de communication originale au plan national AXE 4 : Nous nous engageons à faire progresser notre organisation par : a. Une rigueur accrue Poursuivre les efforts en matière de rigueur de gestion Généraliser la combinaison des comptes Développer la pratique de l’évaluation et mettre en place nos propres procédures et critères d’évaluation. Maîtriser et limiter les frais de fonctionnement Affecter une quote-part à la formation interne 5% valorisés b. Des règles de « gouvernance » interne (formation, évaluation, organisation du réseau) Impliquer les chercheurs dans notre fonctionnement associatif Développer la formation avec une exigence de qualité Confirmer la place déterminante de la formation dans notre modèle social : « les Petits Débrouillards facilitent le parcours professionnel… » Favoriser la prise d’initiative et de responsabilités : « des jeunes salariés et bénévoles des Petits Débrouillards entrepreneurs de leur devenir » Conserver une organisation souple et transparente articulée autour d’associations régionales et d’une AFPD « promoteur du réseau, fédérateur d’idées et créateur de richesses ». Tendre vers une harmonisation de salaires (compte tenu des indices de coût de la vie) et d’accès à la formation qualifiante pour rendre les postes des permanents « Petits Débrouillards » attractifs et pour faciliter la mutation de personnel permanent entre associations régionales. Renforcer le fonctionnement associatif et transversal entre les principaux acteurs du réseau des Petits Débrouillards : Présidents, Directeurs, Trésoriers, Scientifiques, Salariés, Animateurs, Bénévoles, Sympathisants.

10

rapport d'activité 2007


Coordination du réseau La coordination du réseau, de son développement, de ses actions et de ses projets est l'une des missions principales de l'AFPD. Elle s'effectue à travers différentes instances, groupes de travail et selon des méthodes participatives impliquant tous les membres du réseau. En 2007, l’ensemble du réseau s’est mobilisé pour initier la mise en oeuvre de notre nouveau projet associatif élaboré en 2006 pour la période 2006-2011. Cette mise en œuvre a nécessité la mise en place d’une véritable stratégie et programme de travail impliquant tous les membres du réseau à travers différentes instances et groupes de travail. Une attention et des efforts particuliers ont été apportés à la création de synergies entre les dimensions nationales, régionales et locales des projets coordonnés par l’AFPD. Le travail de coordination de l’AFPD s’est donc concentré en 2007 sur le suivi et l’aide à la mise en œuvre du projet associatif et notamment les axes suivants : Développement de la Vie associative et de l’engagement au sein du réseau. Renforcement des actions développement durable.

et

outils

d’éducation

au

Renforcement des programmes et projets Sciences et Société. Renforcement et diversification des actions et projets menés dans le cadre de la politique de la ville. Renforcements et diversification des partenariats et projets européens et internationaux. Consolidation et élargissement des partenariats locaux, régionaux et nationaux pour renforcer la mise en œuvre de projets et actions de terrain. Renforcement et consolidation des approches pédagogiques, des outils de médiation et de la formation et l’accompagnement des acteurs. Renforcement et consolidation de la couverture territoriale du réseau pour favoriser la mise en œuvre des actions de proximité.

VIE ASSOCIATIVE UNE VIE ASSOCIATIVE PARTICULIÈREMENT INTENSE A ANIMÉ LE RÉSEAU EN 2007 1 Assemblée Générale nationale regroupant 300 militants 5 Conseils d’Administration nationaux regroupant 30 élus représentants tout le réseau. 102 réunions de Conseils d'Administration régionaux, 20 Assemblées Générales régionales. 32 regroupements nationaux et interrégionaux

Les Petits Débrouillards

11


COORDINATION DU RÉSEAU

VIE DU RÉSEAU 6 groupes de travail Groupe des directeurs Groupe Formation Groupe Science et Société Groupe Interculturel/International Groupe Développement Durable Groupe Politique de la Ville Ces groupes se réunissent en moyenne 3 fois par an. Ils sont constitués d'un représentant par délégation régionale et d'un permanent de l'AFPD chargé de coordonner les projets et travaux confiés au groupe par le réseau. 1 séminaire des directeurs des régions (20 salariés) 20 réunions de coordination nationale (100 salariés) 180 missions des permanents nationaux en région La vie du réseau est essentielle pour maintenir la cohérence, l’innovation, la qualité et la solidarité entre les territoires. Le réseau est animé en 2007 par 150 salariés pour assurer le développement et la coordination des associations. L’Association Française des Petits Débrouillards, en qualité de tête de réseau, a assuré un certain nombre de tâches et de missions pour soutenir et structurer le réseau, à savoir : Gestion directe de 75 salariés mis à disposition dans les régions Comptabilité directe de 3 régions et soutien comptable pour l’ensemble du réseau Soutien juridique et administratif du réseau Intervention en aide à la trésorerie dans 9 régions Aide au montage de dossiers dans une grande partie du réseau Coordination des demandes de subventions pour des programmes nationaux Mais aussi en coordonnant et valorisant des grandes opérations nationales : Festival des explorateurs Semaine du Développement Durable Cités Débrouillardes Caravane des Sciences Fête de la Science Semaine de la Solidarité Internationale… Le festival Place Publique Junior.

12

rapport d'activité 2007

Et encore en gérant pour le réseau la conception des outils suivants : Les malles « 1 degré de + » Les ouvrages édités chez Albin Michel Les expositions « Chemin des préjugés », « Questions dont on ne peut pas faire l'économie » , « Démocratie », « L’avenir a un futur », « Modulothèques Santé et Développement Durable » Les publications internes (PPJ, Livrets, Affiches, Flyers) Pour cela, elle a entretenu des relations régulières avec : Les ministères : Recherche, Ville, Jeunesse, Ecologie, Culture, Travail, Affaires Etrangères Les institutions européennes : Union Européenne, Programmes Leonardo, Jeunesse pour l’Europe, EuroMed,… Les établissements publics de recherche : CNRS, INRA, IRD, CEA,... Les agences et administrations déléguées : Ademe, Fasild, CNAF, Injep, Fonjep, OFAJ, OFQJ, … Les grands équipements culturels et muséologiques : Cité des Sciences et de l'Industrie, Muséum National d’Histoire Naturelle, CNAM, Palais de la Découverte,… Les banques : Caisse d’Epargne, Caisse des Dépôts et Consignations Les entreprises : Grundfos, Sober-Lafarge, L'Oréal, Tour de France, Albin-Michel, Gaz de France, iTM Les réseaux associatifs : CNAJEP, CNVA, CIRASTI, CFEEDD, PPJ, CRID,… Les médias


COORDINATION DU RÉSEAU

UNIVERSITÉS PERMANENTES ET COOPÉRATIVES Suite à l’adoption du projet associatif 2006-2011, l’AFPD a mis en place dès 2006 des universités permanentes et coopératives (UPC) qui se sont prolongées en 2007. En effet en 2007 l’AFPD a organisé pour le réseau 7 UPC : Du 17 au 20 janvier 2007 : Gestion et administration à Chambery Du 2 au 6 février 2007 : Sciences et société à Rennes Les 13 et 14 Fevrier 2007 : ittinérance des Modulothèques, coordination de la diffusion à Paris Du 2 au 5 mars 2007 : Outils Pédagogiques à Paris Les 9 et 10 mai 2007 : Politique de la ville à Paris Du 26 au 30 Novembre 2007 : Accompagnement et suivi des bénévoles en Lorraine Du 17 au 20 décembre 2007 : Programme Habiter à Lyon

GESTION ET ADMINISTRATION Gestion financière et économique > importance de la comptabilité pour obtenir une visibilité > cet aspect doit être au service de l’humain et du projet Gestion des ressources humaines >la place des individus dans l’organisation Harmonisation des outils de gestion, sensibilisation à la valorisation du bénévolat Accompagnement à la gestion de la trésorerie ise en œuvre de la stratégie de communication

SCIENCES ET SOCIÉTÉ Cette UPC a permis de diagnostiquer un nombre important d'actions mises en œuvre autour de la thématique science et société mais surtout de formaliser ces actions et de redéfinir nos outils de lecture et de synthèse des projets, pour mieux faire apparaître les approches géographiques, historiques, sociales développées au sein des projets. Les participants ont fait remonter une réelle volonté de développement et de mise en oeuvre d’actions entrant dans ce champ ainsi que le souhait de mutualiser les actions, notamment par la mise en réseau de fiches descriptives de programmes d’animation et d’outils pédagogiques, par la réalisation d’une grille de lecture des projets. Nous avons pu également mettre en lumière la nécessité pour le réseau de se doter de personnes ressources pouvant accompagner son engagement sur la thématique sciences et société et soutenir son action sur des sujets transdisciplinaires qui permettre d'aborder notamment la complexité de notre environnement.

Les Petits Débrouillards

13


COORDINATION DU RÉSEAU

POLITIQUE DE LA VILLE Cette rencontre a permis de faire le bilan de la mise en place des actions en région en lien avec la politique de la ville, d'échanger autour des perspectives de développement de nos projets et sur la mobilisation des partenaires. Il s'est agi également de découvrir des outils pédagogiques réalisés par d'autres associations comme celle de Robin des Villes autour de "la ville en valise" et enfin de mettre en œuvre le programme Habiter et d'organiser le dispositif Cités Débrouillardes édition 2007.

HABITER Une première rencontre s’était tenue à Rennes en février 2007 afin de poser les jalons de ce programme. A Lyon, il s'est agi d’établir une première évaluation des projets déjà mis en place par les Petits débrouillards et de poursuivre la réflexion sur les enjeux éducatifs des actions en direction de la jeunesse au regard des dispositifs et cadres d’interventions identifiés notamment dans le champ de la politique de la ville. Participer au plan « respect et égalité des chances » et proposer de nouveaux projets, de nouveaux thèmes, ouverts sur l’Europe, la mobilité, le développement durable et la Ville. Une exposition de projets a également été proposée dans une démarche de valorisation de l’action de proximité des Petits Débrouillards au cœur des quartiers

Plus de 150 personnes ont bénéficié de ce programme de formation.

14

rapport d'activité 2007


COORDINATION DU RÉSEAU

COMMUNICATION PRÉAMBULE… L’association des Petits Débrouillards vient de célébrer ses 20 ans et cela a été pour elle l’occasion de faire le point sur ses actions et de se projeter dans l’avenir en établissant son projet associatif 2006-2011. À cette occasion, une signature pour les « 20 ans » a été proposée suite à un travail mené en partenariat avec l’agence Scher-Lafarge. Ce visuel a été assez bien accueilli par l’ensemble des militants présents lors des « 20 ans » et a été repris dans plusieurs régions. Dans le cadre du projet associatif s'est posé la question de l'image, de la signature, du logo, de la chartre graphique des Petits Débrouillards… sa communication donc.

I) DE LA CONTINUITÉ… RELATIONS AVEC L’AGENCE SCHER-LAFARGE Les relations avec cette agence sont anciennes, en voici un aperçu : 2000 : Opération « le mois de la vue » chez les opticiens VISUAL – 52 sites d’animation en France 2001 : Conception d’espace d’animation « Vu par l’expérience » dans les magasins VISUAL, formation de 40 personnels 2003-2006 Création de 3 expositions (racisme, économie, démocratie) 2005 : Conception du visuel du Festival des Explorateurs 2005 : Conception de 3 films pour la sortie de « Debout les terriens » 2006 : Conception du visuel des 20 ans À noter que ces productions ont été réalisées à titre gracieux ou au coût le coût (pour les expositions) Et certaines ont été primées : 1er prix du concours 2005 « Communication Citoyenne » de l’Assemblée Nationale et de l’AACC - Grand Prix Stratégies de la Publicité 2005 – mention « Intérêt Général et Grandes Causes » - 2ème prix de la communication des Directeurs Artistiques 2006. MODIFICATIONS DES PRATIQUES DU RÉSEAU Lors de l’assemblée générale 2006, nous avons constaté que les publics auxquels nous nous adressons avaient évolués depuis quelques années, de telles sorte que nous rencontrons aujourd'hui 52% d’enfants de 6 à 13 ans (catégorie traditionnelle), 25% de jeunes de 18 à 25 ans, 17% de 13 à 17 ans et 6% de 3-5 ans. D’autre part, les ouvertures à de sujets comme le développement durable ou des problématiques transversales liées à la ville ou aux changements climatiques nous ont amené à traiter des disciplines scientifiques nouvelles comme l’urbanisme, l’anthropologie, la géographie, l’histoire des sciences…. De plus, le développement de la thématique « sciences & société » a nécessité l’intégration de savoir-faire relevant des sciences humaines et sociales, que ce soit dans les projets développés comme dans leur traitement et leur valorisation.

Les Petits Débrouillards

15


COORDINATION DU RÉSEAU

LE PROJET ASSOCIATIF 2006-2011 Le projet associatif a entériné ces modifications et nous demande de mettre en adéquation l’ensemble de nos organisations avec ses attendus. Il demande même plus en termes d’innovation thématique et de diversification des publics y compris que chaque association s’ouvre à l’Europe e à l’international et notamment dans la production d’outils interculturels.

EXTRAIT DU PROJET ASSOCIATIF (ESSENTIELLEMENT DANS L’AXE II) : L’accompagnement des évolutions et de la modernité scientifique ; Ouvrir nos animations aux nouvelles thématiques scientifiques et aux nouveaux défis économiques, environnementaux et sociaux. Développer la réflexion critique liée aux évolutions scientifiques. Tenir compte du principe de précaution et des problèmes éthiques. De nouvelles ouvertures De nouveaux publics Aller « au devant » du public, investir et créer les lieux de diffusion scientifique Continuer à diversifier nos publics et inventer de nouvelles interventions Un univers international

II) DU CHANGEMENT... DU POINT DE VUE DES ACTIVITÉS La diversification de nos publics nous pose la question de l’adéquation de notre image et de sa capacité de réinvestissement auprès d’eux. Nous devons étudier cette adéquation au regard des publics : 5-7 ans (maternelle) 8-11 ans (élémentaire) 12-15 ans (collège) 16-18 ans (lycée) 18-30 ans (animateurs) Mais aussi suivant des axes plus transversaux : filles/garçons territoires international Ou des cadres d’intervention : scolaire/loisir politique de la ville éducation à l’environnement éducation au développement…

16

rapport d'activité 2007

EXTRAIT DU PROJET ASSOCIATIF (ESSENTIELLEMENT DANS L’AXE II) : De nouvelles ouvertures 1) Vers de nouveaux partenariats, Expérimenter et développer le partenariat avec les entreprises, les fondations, les fonds éthiques, les mécènes en fixant des règles de déontologie : maîtrise des contenus ou co-production avec validation de comité d’experts, tout en gardant notre indépendance d’action et notre liberté d’opinion. 2) De nouveaux publics, Réaffirmer le rôle primordial de la formation comme mode d’ouverture Aller « au devant » du public, investir et créer les lieux de diffusion scientifique Continuer à diversifier nos publics et inventer de nouvelles interventions 3) Un univers international. Ouverture à l’international de chaque association S’appuyer sur les dynamiques actuelles d’échanges et notamment au niveau européen Développer les outils multilingues et interculturels


COORDINATION DU RÉSEAU

DU POINT DE VUE DES OUTILS Les Petits Débrouillards ont toujours décliné leurs activités avec la création et la diffusion d'outils pédagogiques spécifiques à leurs savoir-faire. Cette partie de notre identité est en plein développement, non seulement au plan national mais aussi au niveau régional, sous plusieurs aspects : L’accompagnement de nos activités et programmes (Année Polaire Internationale, l’Habiter, les changements climatiques,…) Le développement de nouveaux outils pour soutenir les nouvelles thématiques ou les nouveaux publics (collèges, lycées, Sciences humaines et sociales, art et science, interculurel,…) La création d'outils de proximité liés à des problématiques locales (projet « Littoral », Débrouillothèque « maladies cardio-vasculaires », …) La présence sur le net et le développement du portail des Petits Débrouillards (blogs, wiki, forums,…)

EXTRAIT DU PROJET ASSOCIATIF (ESSENTIELLEMENT DANS L’AXE III) : En matière d'outils (expérimentaux, interventions, communication, publications) ; - Diffusion de nos outils par des moyens mobiles et modernes : - Livres, plaquettes, magazines,… - Expositions, jeux, malles,… - Animations itinérantes, virtuelles, de proximité… - web TV, , clips, e-édition,… Promouvoir une politique de communication originale au plan national.

Cette prolifération attendue de ce secteur historique des Petits Débrouillards est soutenue par le mécénat et le rapprochement avec le monde des entreprises qui pose bien évidemment la question de la signature, mais aussi de savoir si la création d’une coopérative ad’hoc ne serait pas plus adaptée pour en gérer l’avenir.

Les Petits Débrouillards

17


COORDINATION DU RÉSEAU

DU POINT DE VUE DES ACTEURS Les militants : Pour les militants, il semble que la signature des 20 ans connaisse du succès car elle permet d’exprimer plus clairement et directement ce que sont les Petits Débrouillards et donc de communiquer plus facilement vers l’extérieur. Moins dans l’esprit « club de loisir » et plus inscrit dans le champ des idées et des concepts, le logo des 20 ans permet une diffusion plus large et partageable, laissant plus de place et d’appropriation aux sympathisants ou amis de l’association et aux animateurs. Pour les élus, nous avons tous noté depuis longtemps la distance qu’il pouvait y avoir entre un engagement fort aux « Petits Débrouillards » et la portabilité de cet engagement dans un environnement externe institutionnel. Cette difficulté montre l’écart qu’il peut y avoir entre les valeurs que nous portons et les outils et moyens que nous avons pour les communiquer (rôle dépréciatif des adjectifs « petits » et « débrouillards » ; logo très « enfantin » qui reste difficilement appropriable dans un monde d’adultes hors milieux spécifiques). Les partenaires : Bien que disposant d’une grande notoriété (plus de 2000 articles cette année), le réseau des Petits Débrouillards souffre toujours d’un manque de crédibilité. Certes nous avons la confiance de nombre de collectivités locales et le soutien de nombreux ministères. Cette confiance réelle ne trouve pas de concrétisation suffisante dans l’attribution de subventions sur le long terme ou sur le fonctionnement et notamment celles provenant des politiques de droit commun. En quelques sorte, nous sommes financés pour notre engagement, notre réactivité et nos faibles coûts d’intervention mais pas encore pour nous-mêmes. Changer de logo ne suffira certainement pas à changer cet état de fait mais développer notre projet associatif sans lui donner une nouvelle identité visuelle non plus.

18

rapport d'activité 2007


COORDINATION DU RÉSEAU

DE LA MÉTHODE... Vendredi 9 mars 2007 – Bureau AFPD Validation du lancement du chantier autour de la communication Samedi 24 mars 2007 – Conseil d’Administration Cadrage et présentation de la méthode et du calendrier. Lancement du blog sur la charte graphique et le logo au sein du réseau. Jeudi 3 mai 2007 – Bureau AFPD Enregistrement des propositions faites sur le blog et diffusion au conseil d'administration Samedi 12 mai 2007 – Conseil d’Administration Validation des propositions retenues et soumises à l’assemblée générale de l’Association Française des Petits Débrouillards Samedi 26 mai 2007 Réception des dernières motions sur les propositions validées en conseil d'administration Samedi 2 juin 2007 – Assemblée générale Présentation des propositions et vote http://sfv1.free.fr/apda

RAPPEL DU STATUTS)

VOTE

EN

AG

(EXTRAIT

DES

L’assemblée générale (AG) de l’association comprend : le collège des membres actifs constitué de représentants désignés au nombre maximum de 3 par chacun des membres actifs. Chaque membre actif bénéficie d’une voix. Dans le décompte des voix, le collège des membres actifs représente 60% du total des suffrages. le collège des membres qualifiés constitué des membres qualifiés. Chaque membre qualifié bénéficie d’une voix. Dans le décompte des voix le collège des membres qualifiés représente 20% du total des suffrages. le collège des personnels salariés constitué des personnels salariés de l’association et d'un représentant des personnels salariés de chaque membre actif. Chaque représentant ainsi désigné dispose d’une voix. Dans le décompte des voix, le collège des personnels représente 20% au maximum du total des suffrages.

Le Blog : http://debrouillardspresse.blogspot.com/ Chaque année des centaines d'arcticles sont publiés, retrassant la vie et les activités de l'association. Le but de ce blog est de centraliser tous les articles parus dans la presse régionale et nationale afin de le rendre accessibles à tous. Les articles sont répartis dans différents libellés, un article pouvant avoir plusieurs libellés. Le blog se compose de 40 libellés différents, 20 d'entre eux concernent une région, les autres concernent des évènements Petits Débrouillards ( Cité débrouillardes, Cafés des sciences…), les outils des Petits débrouillards ( livres, modulothèques…) et la vie associative des différentes antennes et du national. Toutes les régions ont été conviées à visiter et diffuser le blog presse 2007. Nous les avons également sollicitées afin qu'elles nous fassent parvenir les articles relatant leurs activités. On compte environ 565 articles. Ce n'est qu'une partie de tous les articles parus durant l'année 2007, un tri ayant été nécessaire. C'est la première année qu'un blog presse est réalisé, beaucoup plus pratique, plus accessible et facilement consultable par le réseau mais aussi par les partenaires et le public. Le blog permet également de suivre au fur et à mesure les activités menées dans les régions.

Les Petits Débrouillards

19


Actions d'animation et projets d'activités EN 2007, LE RÉSEAU DES PETITS DÉBROUILLARDS A ENREGISTRÉ 472 000 PARTICIPANTS À SES DIFFÉRENTES ACTIVITÉS. Dans le champ de l’animation, on distinguera deux grandes classes parmi les actions que nous menons sur le terrain : Actions de sensibilisation : destinées au grand public (essentiellement familial) lors de grands évènements (fête de la science, fête de quartier, ...), elles ont regroupé 318.000 personnes. Actions thématiques et projets : destinés à des groupes constitués (12 personnes en moyenne) autour d'une thématique (Ateliers, Clubs, Mini stages, ...), elles ont regroupé 154.000 personnes. Nos actions se déroulent sur le temps du loisir, scolaire et périscolaire.

Actions de sensibilisation (moins de 10 heures) : 318 000 participants Actions thématiques et projets (plus de 10 heures) : 154 000 participants Tout en consolidant et renforçant nos actions auprès de notre public traditionnel (7-12) qui représente 66% de notre public et 74% du total d’heures d’animation, nous observons comme en 2006 une confirmation de la percée importante chez les plus de 13 ans. Cette percée est liée aux efforts consentis par le réseau depuis 3 ans pour élargir ses publics à travers les nouveaux programmes et cadres conçus et mis en place à cet effet.

20

rapport d'activité 2007


ACTIONS D'ANIMATION ET PROJETS D'ACTIVITÉS

ACTIONS DE SENSIBILISATION Ce sont des actions spécifiques qui visent à sensibiliser le public aux sciences et aux technologies, à leurs pratiques et à leurs liens avec le quotidien, mais aussi aux questions liées à l’environnement, au développement durable, à la ville… Organisées sous forme ludique lors de grandes manifestations (fête de la science, fête de quartiers, fête d’écoles...), ces actions sont l'occasion pour le grand public, en famille généralement, de découvrir la démarche expérimentale, de manipuler et de s'informer sur l'actualité scientifique et les questions de société qu'elle soulève et qui le concernent au quotidien. Nous visons également à travers ces actions à donner l’envie et le goût au public, et notamment aux jeunes, de s'intéresser aux sciences et de pratiquer des activités scientifiques et technologiques. Nous classons dans cette catégorie toutes les actions d’une durée de moins de 10H. En 2007, 318 000 personnes ont participé à des actions de sensibilisation. On constate une participation plutôt familiale. Plus de 100 thèmes ont été abordés lors de ces différentes actions. Ces actions se déroulent en temps de loisir. Les thèmes les plus abordés en 2007 ont été en majorité liés au développement durable (énergie renouvelable, biodiversité, changements climatiques, eau, pollution, habitat, ...) et à l'actualité scientifique.

ACTIONS THÉMATIQUES ET PROJETS Ce sont des actions structurées avec des groupes constitués (12 jeunes en moyenne par animateur). Elles sont élaborées en collaboration avec nos partenaires (Collectivités, MJC, CLSH, Ecoles, Collèges ...) autour d'un thème. Elles sont menées par nos animateurs dans différents cadres (scolaire, périscolaire, loisirs, ...). 154 000 personnes ont participé à ces actions. Nous constatons que ces actions concernent en majorité les 6-13 ans avec 75% mais une percée remarquable s'est faite auprès des 14-25 ans, 25% environ, soit 38 500 personnes.

Les Petits Débrouillards

21


ACTIONS D'ANIMATION ET PROJETS D'ACTIVITÉS

LES CADRES ET LIEUX D’INTERVENTION TYPOLOGIE DES CADRES Nos actions sont menées dans des structures scolaires (école, collège, lycée) en temps scolaire et périscolaire, en temps de loisir dans des structures de loisir (MJC, CLSH, Médiathèque, …) mais aussi selon les partenariats et les projets dans des structures aménagées temporairement pour accueillir des publics sur des actions spécifiques (hôpitaux, musées, parcs, bas d'immeubles…). Sous forme d’ateliers, clubs, mini-stages, mais aussi autour de stands aménagés, nous accueillons nos publics sur des durées qui varient entre 1 heure et 40 heures selon que ce sont des actions de sensibilisation ou des actions régulières. Des projets et des objectifs spécifiques sont élaborés pour chaque type de cadre. Dans le souci d’améliorer la diffusion de la Culture Scientifique et Technique et son accès à des publics défavorisés ou éloignés des équipements, le réseau des Petits Débrouillards développe une réflexion spécifique à la création de nouveaux cadres et formes d’intervention favorisant la participation de ces publics. Il s’agit soit : De la création de structures fixes (EPN, Débrouilloméninge, Débrouillothèque) accueillant régulièrement des publics et favorisant la pratique d’activités scientifiques tout au long de l’année pour la population locale, De structures itinérantes (Débrouillobus, Débrouillochariole, Caravane des sciences, Débrouillothèques) qui proposent sur une durée limitée des activités de découverte et de pratique de la Culture Scientifique et Technique autour de différentes thématiques, notamment dans les zones rurales et les quartiers défavorisés. D’opérations spécifiques (Cités Débrouillardes) consistant à proposer des activités pendant les vacances pour les jeunes en aménageant des espaces d’animation, de pratique de la culture scientifique et technique et de débat au cœur de ces quartiers. D’opérations de valorisation des clubs et ateliers (le Festival des Explorateurs, les Exposciences, les Forums internationaux,…)

22

rapport d'activité 2007


ACTIONS D'ANIMATION ET PROJETS D'ACTIVITÉS

CONCLUSION L’analyse des actions et projets de terrain menés par le réseau en 2007 montre bien le renforcement de notre ancrage territorial qui se traduit par une couverture géographique en nette progression, des partenariats plus nombreux et diversifiés et une intégration plus forte de nos projets dans les politiques et dispositifs éducatifs locaux. Ainsi, les efforts engagés par le réseau en matière de couverture du territoire, d’installation et d’accompagnement des associations régionales et départementales, ainsi que les partenariats élaborés dans les différents cadres et dispositifs et notamment celui autour de la politique de la ville, ont créé les conditions propices au développement de nos actions et projets auprès de différents publics. Les choix pédagogiques et éducatifs en matière de conception de projets, de mise en œuvre des actions, de création d’outils pédagogiques, de formation et d’accompagnement des acteurs de terrain ont permis de garantir une offre éducative de qualité adaptée aux besoins identifiés avec l’ensemble des acteurs éducatifs, des laboratoires de recherche et des universités, aux écoles et lieux de pratique de loisirs. Dans son effort de coordination et d’animation du réseau, l’AFPD veille donc à garantir la cohérence de l’offre éducative, basée sur un diagnostic partagé et une mise en œuvre solidaire et de proximité.

Les Petits Débrouillards

23


Engagement formation - suivi ... En tant que mouvement d'éducation populaire et de la société civile, la question de l'engagement et de la participation des citoyens et notamment des jeunes est une préoccupation permanente au sein du réseau des Petits Débrouillards. Que ce soient pour favoriser la participation et l'engagement des jeunes dans nos propre activités et projets ou dans des actions citoyennes en général, le réseau est mobilisé sur ces questions à plusieurs niveaux. Nos actions de terrains et nos projets d'activités sont essentiellement portés par des jeunes. Des jeunes qui s'engagent au sein de notre réseau, suivent des parcours individualisés, prennent en charge différentes responsabilités et participent du développement de l'association, de ses actions et projets. A cet effet le réseau organise des campagnes d'information et de sensibilisation auprès des jeunes pour les intéresser aux questions de diffusion de la culture scientifique et technique et à sa contribution fondamentale à la formation des citoyens. Ces actions permettent d'associer ceux qui le souhaitent à un dispositif de formation et d'accompagnement dans la mise en oeuvre des projets du réseau en tant qu'acteur participant aux différentes activités. En 2007, plus de 3000 personnes ont été sensibilisées dont 2000 ont suivi un parcours de formation auprès de l'une de nos 21 délégations régionales. Pour renforcer cette dimension participative nous favorisons également l'implication de ces jeunes dans des projets de coopération européens et internationaux. La conception et la mise en oeuvre des actions de formation sont confiées par le réseau au groupe formation qui est constitué d' un permanent par délégation régionale et d'un permanent de l'AFPD. En 2007, ce groupe s'est réuni 4 fois, pour travailler sur les différents aspects concernant la formation au sein du réseau. Il s'appuie sur un réseau de 100 formateurs et 50 intervenants qui participent activement à la mise en place des différentes actions de formation. La qualité des projets et des actions menés sur le terrain repose en grande partie sur la formation, le suivi et l'accompagnement des animateurs et porteurs de projets mais aussi sur l'engagement et l'intérêt que ceux-ci porte à la culture scientifique et la conscience qu'ils ont de son importance dans la formation des citoyens. En ce sens, notre dispositif de formation et d'accompagnement intègre ces deux dimensions et offre aussi bien des espaces de réflexion et de débat sur le rôle de la culture scientifique et technique dans la formation des citoyens que des temps de formation technique permettant d'acquérir les compétences nécessaires à la mise en place d'actions et de projets d'activités auprès de différents publics. Ce dispositif a été conçu dans le but de former des acteurs engagés, participants pleinement au développement de l'objet social, apportant leur contribution à tous les niveaux (réflexion, décision, prise de responsabilité, élaboration de projets, ...), disposant de compétences techniques qui leur permettent de prendre des intiatives et d'innover en matière de conception et de mise en place d'actions.

24

rapport d'activité 2007


ENGAGEMENT - FORMATION - SUIVI ...

En 2007, grâce au travail soutenu du groupe formation et du partenariat avec les milieux de la recherche, nous avons opéré une refonte de nos pratiques de formation et notamment sur les points suivants : Renforcement de la participation des chercheurs dans nos actions et nos projets. Renforcement des contenus scientifiques dans nos formations et nos différents projets. Renforcement de la participation des jeunes dans la mise en oeuvre de projets innovants. Emergence de nouveaux projets traitant de nouvelles thématiques scientifiques et technologiques et de nouvelles démarches et méthodes. Amélioration et renforcement de la qualité de nos outils et supports d'animation et de formation. Renforcement et diversification des partenariats et collaboration avec les milieux de la recherche. Renforcement des actions et projets traitant de l'actualité scientifique et de la recherche. L'intégration notamment de l'actualité scientifique et de la recherche ainsi que la participation de plus en plus importante des chercheurs dans nos projets et l'accès aux organismes de recherche et aux ressources a donné naissance à de nouveaux projets et de nouvelles formes d'activités notamment les actions pour les 14-25 ans.

CHIFFRES 2007 3000 personnes sensibilisées en vue de suivre notre parcours de formation. 78 sessions de formation initiale (468 journées). 300 journées de formation continue. 2000 personnes formées Une formation de formateurs (40 personnes) 250 journées de formation externe (1DDP, BEATEP, BAFA, ...) soit plus de 3 000 personnes (animateurs, éducateurs, enseignants, …)

Les Petits Débrouillards

25


ENGAGEMENT - FORMATION - SUIVI ...

PARCOURS DE FORMATION CAMPAGNE D’INFORMATION ET DE COMMUNICATION Chaque année le réseau des Petits Débrouillards organise des opérations de sensibilisation et d’information destinées à favoriser l’engagement des jeunes (étudiants, animateurs, parents, …) pour la diffusion de la culture scientifique et technique.

RÉUNION INFORMATION DÉBAT Donner une information précise sur l'association, ses partenaires, ses activités, ses productions, sa philosophie, sa démarche et son positionnement dans le paysage socioculturel et éducatif en général et celui de la culture scientifique et technique en particulier. Evaluer leurs connaissances en sciences et techniques, et leurs talents d'animation de différents publics et différents thèmes scientifiques, mais aussi leurs capacités à débattre et à confronter les projets personnels des uns et des autres au regard de la diffusion de la culture scientifique et technique et du paysage socioculturel et éducatif.

FORMATION INITIALE Elle se décline en différents modules comprenant les aspects suivants.

DÉCOUVERTE DES ACTEURS ET DES DIFFÉRENTES FORMES ET OUTILS DE DIFFUSION DE LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE Objectif Découverte et connaissance des outils et des supports de la diffusion de la culture scientifique Méthodologie Mise en situation sur différents supports utilisés dans la diffusion de la culture scientifique, analyse individuelle et en groupe de l'apport et de la spécificité de chaque support : - Expérimentation - Conférence - Exposition - Film - Article - CDROM - Démonstration - Emission scientifique

26

rapport d'activité 2007

SENSIBILISATION À LA DÉMARCHE EXPÉRIMENTALE Objectif Saisir l'importance de l'expérimentation dans la construction de la connaissance. Découvrir la nature et le statut des pratiques expérimentales. Comprendre l'apport de l'expérimentation dans la construction des savoirs.

Méthodologie Mise en situation amenant les participants à réaliser des expériences en petits groupes Analyse des expériences réalisées et des faits observés. Recherche et construction d'interprétations à partir des faits et de l'expérience. Etude du rôle de l'expérimentation dans quelques découvertes fondamentales.


ENGAGEMENT - FORMATION - SUIVI ...

HISTOIRE DE LA EXPÉRIMENTALE ET DES SCIENTIFIQUES

DÉMARCHE PRATIQUES

Objectif Renforcer les connaissances des animateurs sur la démarche scientifique Reconstituer le chemin long et difficile de l'élaboration de la démarche scientifique et de son acceptation en tant que moyen de construction de la connaissance.

Méthodologie

LES PRODUCTIONS SCIENTIFIQUES LEUR IMPACT SOCIAL.

ET

Objectifs L'usage social des sciences et techniques et de leurs productions. La perception des sciences et techniques par la société

Méthodologie Analyse de quelques productions scientifiques et des transformations sociales qu'elles ont occasionnées.

Séminaires Articles Débats Réalisation de dossiers sur des thématiques scientifiques.

ANALYSE DES CONTENUS SCIENTIFIQUES ET OUTILS DE CONSTRUCTIONS DES THÉMATIQUES D'ANIMATIONS. LA DÉMARCHE SCIENTIFIQUE AUJOURD'HUI ET LE PAYSAGE DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE Objectifs Découverte du milieu de la recherche scientifique et technique, de ses pratiques et de ses acteurs. Découverte des méthodologies, des outils d'investigation. Découverte de la politique de la recherche. Découverte des grands sujets de recherche.

Méthodologie: Visite commentée de laboratoires. Débats avec des acteurs de la recherche. Parrainage et stages dans les laboratoires. Mise à disposition de revues scientifiques. Dossiers personnels sur des thématiques de recherche.

Objectifs Acquisition de connaissances scientifiques Acquisition d'une démarche de recherche et d'investigation. Connaissance et utilisation des ressources

Méthodologie Travail sur la notion de concept scientifique d'un point de vue épistémologique. Techniques de recherche et d'identification des concepts scientifiques. Analyse historique de l'émergence et de l'élaboration de quelques concepts.

Outils Travail en petits groupes sur des thématiques scientifiques Recherche bibliographique et usage des ressources. Séminaires et conférences. Rencontre avec des chercheurs. Dossier personnel.

Les Petits Débrouillards

27


ENGAGEMENT - FORMATION - SUIVI ...

LA PÉDAGOGIE PÉDAGOGIQUES.

ET

LES

COURANTS

Objectifs Les courants pédagogiques et leur fondement : histoire et évolution. Les courants pédagogiques actuels et leurs usages. La pédagogie dans la construction des activités scientifiques et techniques. La didactique des sciences

Méthodologie : Analyse historique et émergence des fondements de la pédagogie. Les fondements psychologiques de la pédagogie. Analyse comparative de différents courants pédagogiques. Construction de parcours pédagogiques.

Outils: Séminaires et conférences. Analyse d'articles. Mise en situation.

ELABORATION ET CONDUITE DE PROJETS D'ACTIVITÉS. Objectifs Méthodologie de projet. Maîtrise des techniques.

Méthodologie Rédaction et élaboration de projets d'activités. Analyse critique de projet. Identification des éléments constitutifs de la pédagogie de projet.

Outils Mise en situation. Séminaires Travail individuel. Accompagnement dans l'élaboration et la mise en place de projets d'activités.

28

rapport d'activité 2007

TECHNIQUES D'ANIMATIONS Objectifs Animation de groupe. Techniques de mise en scène. Aménagement de l'espace et gestion du temps. Organisation de l'animation. Le jeu en animation.

Méthodologie: Mise en situation. Elaboration de mises en scène thématiques. Simulation. Connaissance des publics, des cadres et des lieux d'animation.

Outils Jeux. Malles pédagogiques. Connaissance et usage de lieux et personnes ressources. Observation d'animation et participation à la conception de parcours d'animation.

Cette formation est conçue pour donner aux animateurs souhaitant s’engager dans les activités de l’association les outils et techniques nécessaires pour élaborer, conduire et mener à bien leurs projets d'activités. Après cette formation, les animateurs prennent en charge des activités et deviennent porteurs de projets. De plus, l'association met en place un service de coordination et de suivi afin d'accompagner les animateurs dans la conduite de leurs projets et de leurs offrir des espaces de formation continue, d'accès aux ressources, …


ENGAGEMENT - FORMATION - SUIVI ...

FORMATION CONTINUE La formation continue consiste en la mise en place de formations complémentaires selon les besoins, l'organisation de séminaires scientifiques sur des thématiques variées et selon la nature des projets mis en place, l'organisation de visites de laboratoires ou musées scientifiques, des rencontres avec des chercheurs, et différents espaces d'aides techniques. Le réseau met également à la disposition des bénévoles un lieu de ressources comportant des ressources bibliographiques, des outils pédagogiques divers. Ce lieu est animé par un permanent qui le fait vivre et veille à sa mise à jour afin de mieux répondre aux attentes des animateurs. Un laboratoire est également mis à disposition. C'est un espace d'expérimentation où les animateurs peuvent tester ou concevoir des expériences, construire des séquences d'animation thématique, échanger et débattre autour des pratiques expérimentales, découvrir de nouvelles expériences, …le laboratoire est animé par un permanent de formation scientifique.

COORDINATION L'ensemble des activités d'animations est coordonné par des permanents qui veillent au suivi et à la cohésion des projets. Ils organisent des réunions avec les animateurs et les aident à structurer leurs projets et à utiliser les espaces et les outils mis à leur disposition par l'association. Ainsi, ils participent à l'élaboration des contenus de la formation continue en fonction des besoins identifiés sur le terrain mais apportent aussi une aide logistique en matière d'organisation de partenariat avec les scientifiques, pour les échanges internationaux, ou l'organisation de sorties des jeunes, …

Les Petits Débrouillards

29


Science et Société La Culture Scientifique et Technique (CST) apporte une contribution fondamentale à l’éducation et la formation des citoyens. Dans nos sociétés modernes, l’accès à la connaissance et aux savoirs, la maîtrise des technologies et de leurs usages ne sont plus un luxe que peuvent se permettre quelques privilégiés mais une nécessité pour vivre dignement, travailler et participer en tant que citoyen à la vie de la Cité et à l’évolution de la société. C’est également une garantie, pouvant contribuer à renforcer la cohésion sociale et lutter contre l’exclusion et la marginalisation qui frappent une partie de nos concitoyens, ceux justement qui n’ont pas ou peu accès à la connaissance et aux savoirs nécessaires qu’exigent nos sociétés modernes. La CST est également un moyen de lutter contre la désaffection que connaissent les filières scientifiques et qui pose le problème du manque de main d’œuvre qualifiée que connaissent la France et l’Europe, qui pèse, et qui pèsera de plus en plus sur le développement économique dans l’espace européen. L’espace européen de la recherche ne se fera pas sans une Europe de la connaissance, où le degré d’appropriation par les citoyens de la connaissance et des savoirs scientifiques et technologiques conditionnera et le développement économique et la cohésion sociale en minimisant les écarts entre les citoyens en termes d’accès à la connaissance. Nos actions ont connu en 2007 des évolutions et transformations importantes liées aux orientations prises depuis maintenant 3 ans à savoir : Renforcement de l’implication des chercheurs et des partenariats avec les milieux de la recherche. Renforcement des actions « science et société » et du traitement de l’actualité scientifique. Renforcement de nos actions et projets pour les jeunes de 13 à 25 ans. Renforcement de nos pratiques de formation et de la qualité de nos projets et notamment des contenus scientifiques. Ouverture sur les sciences humaines et sociales et sur les sciences modernes. Nous avons enregistré en 2007 la participation de plus de 500 chercheurs de différentes disciplines à nos différentes activités (formation, validation de contenu, conception d’outils pédagogiques, conférences et débats…) et une augmentation significative de nos actions et projets pour les jeunes (13-25 ans). De plus, le traitement de l’actualité scientifique et la diversification des thématiques et cadres d’intervention se sont fortement consolidés grâce au programme « Science et Société ». Ainsi plus de 60 thèmes scientifiques dont les contenus ont été validés par des chercheurs ont été traités avec nos publics.

30

rapport d'activité 2007


SCIENCE ET SOCIÉTÉ

PARTENARIAT AVEC LES MILIEUX DE LA RECHERCHE ET LES CHERCHEURS L'un des piliers du développement des Petits Débrouillards est l'intégration des chercheurs et de l'actualité de la recherche dans l'ensemble de nos projets et actions. Ceci afin d’alimenter et enrichir les contenus de nos projets, dynamiser et actualiser nos pratiques et thématiques, favoriser les rencontres publicschercheurs, renforcer la qualité de nos formations et productions pédagogiques, innover en matière de proposition d'activités. Nous avons à cet effet tout au long de l'année 2007 travaillé à l'élaboration et au renforcement de différents partenariats avec des chercheurs et des organismes de recherche.

CNRS DÉLÉGATION NATIONALE Nous avons eu avec la direction de la communication et ses différents services une série de réunions de travail portant sur différentes formes de partenariats et collaborations entre le CNRS et les Petits Débrouillards en matière de diffusion de la culture scientifique et technologique. Ces réunions ont abouti à un accord cadre dont voici les grandes lignes : Le CNRS soutient le réseau des Petits Débrouillards par la mise à disposition de différentes ressources scientifiques (images, films, documents, ...). Le CNRS aide le réseau des Petits Débrouillards à se doter d'un réseau de chercheurs et de laboratoires de recherche pour participer et collaborer à ses différents projets. Le réseau des Petits Débrouillards collabore et participe aux différents projets et événements menés par le CNRS en matière de diffusion de la culture scientifique (Fête de la Science, Science et Citoyens, Rencontres de Poitiers, ...). Ce partenariat s'est également traduit par le développement de projets et de programmes communs : Développement de clubs Sciences et Citoyens La Caravane des sciences franco-allemande Les forum sciences jeunesse franco-allemand (Rennes 2004, Münich 2005, Strasbourg 2006, Berlin 2007) La Fête de la Science à la Cité des Sciences et de l'Industrie Année Polaire internationale

CNRS DÉLÉGATIONS RÉGIONALES Nous avons également entamé un rapprochement avec les délégations régionales du CNRS. partenariats fructueux sur l'ensemble du territoire ont vu le jour, ce qui a permis à l'ensemble de délégations de renforcer leurs collaborations avec les chercheurs et d'enrichir leurs pratiques. collaborations se sont concrétisées par des partenariats sur différents projets et programmes. conventions de partenariats ont été signées entre les délégations régionales du CNRS et certaines de délégations régionales comme la Bretagne.

Des nos Ces Des nos

UNIVERSITÉS Dans la même perspective, nous avons contracté des partenariats avec des universités. Dans le but non seulement d'impliquer les chercheurs universitaires dans nos projets, mais également de sensibiliser les étudiants aux pratiques de la culture scientifique. Plusieurs projets ont émergé de cette rencontre et notamment l'ouverture de locaux animés par les Petits Débrouillards et par des chercheurs des universités autour des questions liées à la diffusion de la culture scientifique.

ORGANISMES DE RECHERCHE Nous avons établi un certain nombre de contacts avec des organismes de recherche spécialisés (INSERM, INRA, CEA, ...) en vue d'établir des collaborations sur des thèmes et/ou des projets relevant de leur spécialité. Ces contacts ont été très fructueux et des collaborations sont en cours d'élaboration pour l'année 2008, notamment dans les domaines de la santé, de l'agriculture et du nucléaire.

Les Petits Débrouillards

31


SCIENCE ET SOCIÉTÉ

SOKORI Depuis une trentaine d’années, les liens entre les sciences et nos sociétés européennes, peu à peu stabilisés depuis le XIXe siècle, évoluent de façon profonde et ambivalente. Elles sont tour à tour de plus en plus contestées comme elles sont sources d’initiatives citoyennes, illustrant un désir de nouvelles formes de relations raisonnées entre notre vie quotidienne et les politiques publiques. Selon la position qu’on occupe, cette évolution peut donc apparaître aussi bien comme révélant des crispations inquiétantes que comme un moyen de ressourcement de nos démocraties. SOKORI (pseudonyme de Jean Rostand) est né de notre volonté de comprendre, en tant que professionnels, comment le thème « Sciences et Citoyenneté » est abordé concrètement dans l’Union Européenne, par le biais d’actions et de projets territoriaux. SOKORI est un programme de mobilité qui a bénéficié directement à 120 personnes, salariés, administrateurs, porteurs de projet, animateurs des organisations françaises partenaires. SOKORI est donc avant tout dans un premier temps – c’est-à-dire dans le cadre de cette première phase du programme qui va de 2006 à 2007 - un programme de formation professionnelle et de prise de conscience des nouveaux cadres sociopolitiques et socioculturels déterminant l’action tant des scientifiques (d’où l’engagement du CNRS) que des promoteurs d’expertises citoyennes (d’où le partenariat avec l’Aitec) que d’acteurs ayant une vision internationales (d’où la participation du CRID) que, bien entendu, des professionnels de la médiation scientifique (d’où le rôle de chef de file dévolu à l’Association Française des Petits Débrouillards).

OBJECTIFS la qualification interne de personnes-ressources capables de démultiplier des actions innovantes aux niveaux local, régional et national, sur le thème “Sciences et citoyenneté”; et donc renforcement des compétences professionnelles des bénéficiaires. la construction d’une base de données européenne. la diffusion des actions en Europe (site Internet, publications professionnelles). favoriser l’expérience professionnelle à l’échelle de l’UE.

CONTENUS Pour chaque participant, qu’il provienne du milieu de la recherche, de CCSTI, d’ONG ou d’associations de médiation scientifique, le parcours a été le suivant : une formation préalable de 5 jours, structurante, favorisant l’acquisition de bases d’une culture commune entre ces acteurs provenant de milieux et d’institutions différents. une mission de quinze jours chez l’un des 29 partenaires européens du programme.

Nous avons réalisé 3 sessions de formation aux dates suivantes : 24/28 février 19/23 mai 8/12 décembre

32

rapport d'activité 2007


SCIENCE ET SOCIÉTÉ

LISTE DES INTERVENANTS - Alain Lipietz, Député Verts Européen - Geneniève Azam, économiste, Université de Toulouse - Bertrand Labasse, Université Lyon I & Université de Laval (Québec) - Aqqluk Lynge, chairman Inuit Circumpolar Conference - Isabelle Mauguis, communication, CRNS Rhône-Alpes - Claude Weisbuch, physicien, Université Santa Barbara (US) - Rémi Barré, CNAM, prospectiviste - Pierre Bauby, Forum de Delphes - Melle Laure Veirier, Unesco, consultante internationale sur les enjeux interculturels - M Gustave Massiah, Ingénieur civil des Mines, ingénieur civil - M. Jean-Pierre Ternaux, directeur de recherche au CNRS - M. Ghazi Hidouci, Professeur à l’Université d’Artois, ministre algérien de l’économie 1989-1991 - M. Michel Faucon, administrateur du CRID, ancien délégué général du CRID, représentant des ONG françaises auprès des Nations Unies et des Institutions internationales de 1991 à 1997 - M. Mathieu Calame, Ingénieur agronome, chargé de programme à la Fondation Charles Léopold Meyer pour le Progrès de l'Homme en charge du programme "Réintroduire les choix scientifiques et techniques dans le champ de la démocratie" - Mme Marie-Hélène BACQUÉ – Professeur à l’Université d’Evry Val d’Essonne – Co-auteur du livre « Gestion de proximité et démocratie participative » - M. François HANNOYER - Directeur de l’ADELS (Association pour le Démocratie et l’Education Locale et Sociale) - M. Guillaume DUVAL – Rédacteur en chef d’Alternatives Économiques Membre de l’AITEC - M. Vladimir De SEMIR - Université Pompeu Sabra De Barcelone Commisaire pour la Culture Scientifique – Mairie de Barcelone - Président du réseau international « Public Communication of Science & Technology Network » - M. Christophe BONNEUIL – Secrétaire de la Fondation Sciences Citoyennes - Chercheur en histoire et sociologie des sciences au CNRS - Mme Joëlle LE MAREC – Sociologue - ENS Lyon – Directrice de l’équipe de recherche Communication Culture et Société - Mme Nadia FELLINI – Présidente de la coopérative Controvento Diplômée en Génétique à l'Université de Bologne - M. Norbert STEINHAUS – Coordinateur du réseau européen des Science Shops - Board Member, Wissenschaftsladen Bonn - M. Dominique TADDEI - Professeur à l’Université de Paris Nord - Membre du Conseil économique et social, Président de la Commission spéciale du Plan - Député de Vaucluse (1978-1985) - Vice-Président de la Commission des Finances de l’Assemblée Nationale (1981-1985) - Auteur de la réforme des Caisses d’Épargne et de Prévoyance (Loi du 1er juillet 1983) - M. Bernard DREANO - Président du Centre d'études et d'initiatives de solidarité internationale (CEDETIM) - Porte parole du réseau international Helsinki Citizens' Assembly (HCA) et animateur de sa branche française l'Assemblée Européenne des Citoyens (AEC) - M. Julien LUSSON – Membre du Cedetim et de l’AITEC – Spécialiste des questions européennes

Les Petits Débrouillards

33


SCIENCE ET SOCIÉTÉ

MISSIONS RÉALISÉES ITALIE – CONTROVENTO 3 bénéficiaires : Olivier Cadenne, Tecla Fornasier et Hélène Pauchet Objectifs : Découvrir la coopérative Controvento, son contexte, son fonctionnement, ses activités, ses acteurs. Réfléchir, échanger nos points de vue sur les nouvelles médiations scientifiques dans le domaine science et société. Evaluer et valoriser les projets de Controvento en terme d'actions innovantes dans le domaine sciences et citoyenneté. Format de restitution : site internet (http://h.pauchet.free.fr/sokori/index.html) POLOGNE – KOLOT 5 bénéficiaires : Irène et Jean-Pierre Defrance, Bernadette et Charles Golain, et Philippe Pasquier Objectifs : Quelle place pour la pratique scientifique dans les espaces ruraux ? Regards croisés sur l’état de la paysannerie en France et en Pologne ? Format de restitution : rapport écrit GRÈCE – DIKTIO 6 bénéficiaires : Fanny Petit, Amélie Cannone, Hélène Cabioch, Ali Gacem, Christian Planque, Alice Canihac Objectifs : La mise en débat des sciences dans l’espace forum social Format de restitution : Rapport écrit PORTUGAL – CIENCIA VIVA 3 Bénéficiaires : Sébastien Descotes-Genon, Fabienne Meyer et Dominique Valentin Objectifs : Quel est le contexte portugais dans lequel travaille Ciencia Viva ? Quelles sont les activités de cette structure ? Comment les relations entre sciences et citoyenneté sont-elles abordées au Portugal ? Format de restitution : rapport écrit (ci-joint)

34

rapport d'activité 2007

ISLANDE –RANNIS : 4 Bénéficiaires : Clémence Nioche, Yannick Rivera, Guillaume Delorme et Nadir Ghezzal Objectifs : Compréhension du contexte islandais dans le cadre européen Format de restitution : CDROM (ci-joint) DANEMARK – SCIENCE SHOP 3 bénéficiaires : Isabelle Maugis, Julien Cornut et Valérie Degrange Objectifs : Quel impact des enjeux scientifiques sur la prise de décision politique et les politiques territoriales, sous l’angle du développement durable Quel accompagnement éducatif dans le lien science et citoyenneté Quelle action de participation citoyenne Format de restitution : rapport écrit ITALIE – GRAMMELOT 2 bénéficiaires : Amor Ayouni et Simeonov Svetlosar Objectifs : Utilisation des médias et NTIC comme canal de médiation scientifique Format de restitution : rapport écrit LETTONIE- BISS 3 bénéficiaires : Pierre-Olivier Bach, Tcherkachine, Arnaud Souberbielle

Sandy

Objectifs : Connaissance du contexte letton Analyse des politiques territoriales lettones Analyse des conditions de mise en place de partenariats futurs Format de restitution : rapport écrit ROUMANIE – INF’OMG ROUMANIE 5 bénéficiaires : Damien Lagrange, Céline Lekovic, Céline Pauliac, Géraldine Ravier et Ludovic Roussillé Objectifs : État des lieux de l’agriculture en Roumanie Visite de structures qui mènent des actions et


SCIENCE ET SOCIÉTÉ

des réflexions menées par les citoyens

DANEMARK – ICC

Format de restitution : rapport écrit (ci-joint)

5 bénéficiaires : Edouard Razzano, Alexandre Pierrin, Frédérique Tabuteau, Christine Saas et Adèle Kaldé

ESPAGNE – PARC SCIENTIFIC DE BARCELONA

Objectifs : Appréhender le contexte groenlandais Quelles sont les connaissances du changement climatique ? comment les connaissances traditionnelles de l’environnement sont-elles prises en compte ? Quels sont les modes d’adaptation mis en place par la population, les autorités locales ? Comment le lien se fait entre connaissancepopulation- prise de décision politique ? Quels canaux d’information, sensibilisation sont mis en place ?

5 bénéficiaires : Marc Gustave, Bernard Thumerel, Sabrina Caron, Julie Dumont et Agnès Jahier Objectifs : Compréhension des enjeux de vulgarisation scientifiques à Barcelone Études des jurys citoyens Format de restitution : Rapport écrit ALLEMAGNE – SCIENCE SHOP BONN 3 bénéficiaires : Gaëlle Debret, Ameline Bunle et Katell Le Blanc Objectifs : Comprendre les enjeux de ce scienceshop : quel partenaire, quel financement, quelle visibilité Comment le scienceshop se fait le relais des citoyens auprès des experts et des chercheurs ? Format de restitution : site internet (http://sokoribonn.free.fr/ )

Format de restitution : reportage son - journal SUÈDE – STEM 5 bénéficiaires : Julien Gournet, Christelle Laurent, Christophe Bigerel, Anaïs Perrineau et Aurélia Vera-Lopez Objectifs : Énergies renouvelables appliquées à l’habitat SLOVÉNIE – THE SLOVENIAN SCIENCE FOUNDATION

BULGARIE – EVRIKA FOUNDATION

3 bénéficiaires : Florence Maître, Lazecki et Katiouchka Rajoharisson

5 bénéficiaires : Guillaume Lopin, David Cousset, Anne Gorry, Natacha Toussaint et Lenaïg Gestin

Format de restitution : Rapport écrit

Objectifs : État des lieux du contexte bulgare Analyse des activités de scientifiques en Bulgarie

ISLANDE – UNIVERSITÉ DE REKJAVIK médiations

Format de restitution : rapport écrit PAYS-BAS – SCIENCE SHOP GRONINGEN 5 bénéficiaires : Tamer El Aïdy, Marion Bedrede, Antony Auffret, Julien Sabatier et Clémence Vitroly Objectifs : Comprendre les enjeux de ce scienceshop : quel partenaire, quel financement, quelle visibilité Comment le scienceshop se fait le relais des citoyens auprès des experts et des chercheurs ? Format de restitution : Rapport écrit

Christophe

3 bénéficiaires : Laetitia Ferreri, Corinne Cherel et Amélie gaudry Objectifs : Méthodes de vulgarisation et d’information de la population Méthodes de participation citoyenne70 of 72 Analyse des outils de communication et kit éducatif Format de restitution : journal GRANDE-BRETAGNE : 3 bénéficiaires : Yassine Bensouda, Eric Pautard et Amalia Cuadrat Objectifs : Comprendre le contexte de la recherche à Liverpool Comprendre le fonctionnement du science shop Format de restitution : Rapport écrit

Les Petits Débrouillards

35


SCIENCE ET SOCIÉTÉ

BELGIQUE – UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES 3 bénéficiaires : Haud Le Guen, Emilie Gouet et Michel Goldberg Objectifs : Etudes des conférence de consensus Format de restitution : Blog (http://www.sokori.blogspot.com/) CHYPRE – CYPRUS MATHEMATICAL SOCIETY 5 bénéficiaires : Ludovic Dupeux, Emilie Lapointe, Anne-Claire Jolivet, Karine Godot et Céline Darmon Objectifs : Analyse des actions menées par le CMS Panorama des acteurs du territoire agissant dans le domaine de la médiation scientifique Format de restitution : rapport écrit BELGIQUE – FONDATION DU ROI BAUDOUIN 3 bénéficiaires : Jérôme Farges, Camille Hermann et Dominique Voiry Objectifs : Méthodes participatives utilisées par les acteurs belges ; institutions, universités, chercheurs, journalistes, associations et citoyens, travaillant sur le thème « Sciences et Société » Format de restitution : rapport écrit

Le programme « SOKORI-Sciences et citoyenneté en Europe » visait à permettre à au moins 80 membres des quatre organisations françaises partenaires (CNRS, CRID, AITEC et AFPD) d’aller observer et analyser diverses initiatives dans plus de 20 pays de l’Union Européenne sur le sujet. Ce programme de mobilité dans le cadre d’un dispositif de formation continue a rempli l’essentiel des objectifs que nous avion fixés à l’origine du projet, à savoir : 1) faire un état des lieux des différentes façons de poser la question des liens contemporains entre le monde des sciences et celui de la société du point de vue des acteurs de terrain (associations, ONG, collectivités, musées, institutions) ; 2) renforcer les capacités d’innovation et d’initiative des bénéficiaires du programme ; 3) susciter des partenariats multilatéraux aux échelles locales, régionales, nationales et internationales ;

36

rapport d'activité 2007

4) valoriser et rendre visible le travail de l’ensemble des bénéficiaires au sein de réseaux nationaux et internationaux afin de susciter la convergence d’initiatives futures. 82 personnes ont suivi l’intégralité du programme. 22 flux au sein de 22 structures d’accueil issues de 21 différents pays de l’UE ont été organisés. Pour plus de 79% des bénéficiaires, ce programme a d’ores et déjà permis d’accroître sensiblement leurs compétences professionnelles et citoyennes sur les sujets suivants : 1) connaissance de l’UE, de ses institutions et des points faibles et forts de la stratégie de Lisbonne ; 2) connaissance des enjeux civiques d’une mise en démocratie des sciences par le biais de programmes et d’initiatives locales ; 3) intégration dans des réseaux d’expertise nationaux et européens de premier niveau en la matière (laboratoire de recherche, universités, laboratoires indépendants, experts...) ; 4) meilleur appréhension des méthodes de conception et de management de projets interculturels à l’échelle de l’UE. Au-delà des dimensions de renforcement des capacités et des compétences personnelles, le programme SOKORI a permis l’accroissement notable des capacités d’initiatives des organisations d’envoie et d’accueil sur ce sujet. SOKORI nous a permis de susciter d’ores et déjà des initiatives aux échelles nationale, européenne et internationale. Côté français, des associations régionales de nos réseaux sont en phase d’élaboration de boutiques des sciences et de séminaires de controverse scientifiques. A l’échelle de l’UE, 11 partenaires de SOKORI ont décidé de prolonger ce programme par la mise en oeuvre de la première phase d’une recherche/action d’une durée de 2 ans dans le cadre du 7ème PCRD, dont le sujet portera sur les conditions de faisabilité de processus « d’éducation à la complexité ». A l’échelle internationale enfin, le réseau SOKORI a été sollicité pour participer à la création d’un Forum des sciences responsables dans le cadre de la tenue du IXème Forum Social Mondial de 2009 à Belem (Brésil). L’ensemble de ces événements et de ces initiatives devraient permettre la mise en oeuvre de partenariats de projets rassemblant acteurs des collectivités locales, chercheurs et membres de nos organisations dans les 10 années à venir.


SCIENCE ET SOCIÉTÉ

JEUNES SCIENCES ET SOCIÉTÉ Les Petits Débrouillards souhaitent structurer, renforcer et diversifier leurs activités et actions envers les jeunes 13-25 ans et se positionner comme acteurs et porteurs de projets innovants favorisant la participation et l'implication des jeunes dans des actions citoyennes.

C'EST À CE DOUBLE OBJECTIF QUE SOUHAITE RÉPONDRE LES PROJETS « JEUNES SCIENCES ET DÉVELOPPEMENT DURABLE » À SAVOIR : 1) Proposer aux jeunes des activités autour de thématiques en lien avec des préoccupations sociales et/ou relevant du développement durable, ou de la démarche scientifique et expérimentale peut apporter une contribution originale à une meilleure compréhension par les jeunes des différentes questions qu'ils se posent et une meilleure appropriation des enjeux liés à ces questions. À travers ces activités, nous souhaitons interpeller le jeune en tant que citoyen face à ces différentes préoccupations et défis qui pèsent directement ou indirectement sur son quotidien, sa vie, son avenir. Nous espérons le mettre en situation de construire sa propre participation et son implication, aussi bien sur le plan individuel que collectif. 2) Favoriser l'implication et la participation des jeunes dans des actions citoyennes portant sur les questions de sciences et société et/ou de développement durable. Autour d'une dynamique collective de mise en œuvre de projets d'actions, de confrontation à des questions et préoccupations concrètes, nous proposons aux jeunes de construire leur propre participation. Le réseau des Petits Débrouillards leur propose un parcours de formation et un accompagnement à l'élaboration et à la mise en œuvre de projets. Ils peuvent également intégrer les différents espaces de réflexion et d'élaboration de projets ou bénéficier d'une aide et d'un accompagnement à la mise en œuvre de leurs propres initiatives. C'est donc une dynamique d'engagement autour des questions liées au développement durable et ses enjeux que nous souhaitons construire avec les jeunes. Une dynamique basée sur l'appropriation de ces enjeux par l'action et la participation. Nous souhaitons la construire autour d'un dispositif volontariste favorisant l'accueil des jeunes, leur formation et l'accompagnement de leurs initiatives, dans une dynamique collective respectant leurs expressions et leur donnant les moyens de faire aboutir leurs projets, et des ouvertures enrichissantes pour leur développement personnel.

Les Petits Débrouillards

37


SCIENCE ET SOCIÉTÉ

ATELIER 1 / LES SCIENCES, LES TECHNOLOGIES ET LEURS PRODUCTIONS SONT AU CŒUR DES ENJEUX LIÉS AU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET CE À PLUSIEURS TITRES: 1) La connaissance : Le développement des connaissances scientifiques dans tous les domaines fournit des savoirs ainsi que des images et des représentations du monde. Ces savoirs contribuent fortement au progrès de la pensée humaine et nous permettent de mieux comprendre notre environnement. C'est également un moyen de lutte contre tous les obscurantismes et les préjugés. Favoriser l'acquisition d'un certain nombre de connaissances scientifiques par les jeunes est primordial pour leur développement personnel et une meilleure compréhension des enjeux de la science dans la société et son évolution. C'est également une des garanties pour une meilleure implication et participation des jeunes aux débats et actions concernant ces enjeux.

2) Les productions : Les productions scientifiques et technologiques sont partout autour de nous. L'impact de ces productions touche à tous les aspects de notre vie, à tous les niveaux. Elles occasionnent également des transformations sociales qui conditionnent nos modes de vie, notre avenir, l'avenir de nos sociétés et de notre planète. Il est primordial que les jeunes comprennent la nature de ces productions, leur impact social et culturel d'une part, mais aussi les politiques de recherche et les dynamiques qui conduisent à ces productions ainsi que le choix et/ou les décisions qui en définissent les usages. En général une production scientifique n'est pas bonne ou mauvaise a priori, c'est son utilisation qui peut être bonne ou mauvaise selon l'impact social qu'elle peut avoir. 3) La démarche : La démarche scientifique est avant tout un moyen d'investigation et de construction de la connaissance. Elle contribue au développement de la curiosité, au questionnement et à la construction du sens, qualités nécessaires à l'exercice de la citoyenneté. C'est cette forme de curiosité que nous souhaitons développer chez les jeunes. Pour répondre à ces questions ou les construire, la science utilise l'expérimentation, ou plus exactement la démarche expérimentale. Une expérience est pour le scientifique un moyen de poser des questions aux objets (sujets) qu'il veut étudier. C'est un outil d'investigation qui permet de collecter des informations (faits), de valider des hypothèses et donc de fournir le matériau à partir duquel le savoir sera élaboré et/ou confirmé. La démarche expérimentale donne ainsi à toute connaissance scientifique un cadre et un contexte en dehors desquels la science ne se prononce pas. Toute connaissance scientifique a une portée et une limite donc pas de vérité absolue. Mettre les jeunes en situation de s'approprier les enjeux de la science, c'est également les aider à construire leur propre démarche de questionnement et d'investigation. La démarche expérimentale fournit un excellent cadre pour atteindre cet objectif et se familiariser avec des pratiques pouvant être réinvesties dans la quête de la connaissance et la compréhension de son environnement.

38

rapport d'activité 2007


SCIENCE ET SOCIÉTÉ

DANS CE PROJET NOUS DISTINGUONS DEUX CATÉGORIES DE JEUNES : 1. Jeunes de 14-17 ans : Cadre : collèges, lycée, MJC, ... 2. Jeunes de 18-25 ans : Cadre : université, MJC, Petits Débrouillards, ... Clubs sous forme de rassemblements souples de jeunes (12) autour d'une thématique liée au développement durable ayant une dimension locale et des ouvertures. La fréquence et la durée du projet sont à négocier avec les jeunes et les partenaires.

CONTENU ET DÉROULEMENT : Des rencontres et débats avec des acteurs du développement durables (sciences et société) : Sous forme d'ateliers de réflexion avec des apports en contenus et informations de différents intervenants il s'agit de se construire une représentation critique, de mesurer l'ampleur des enjeux et de se positionner en tant que citoyen par rapport à ces enjeux. C'est aussi l'occasion de préciser son questionnement et de faire émerger un regard curieux, critique et informé permettant aux jeunes de situer leur rôle et l'importance de leur implication dans des dynamiques visant à relever le défi du développement durable. Des ateliers spécifiques sur la démarche expérimentale (scientifique): Comme nous privilégions dans nos projets des approches scientifiques, ces ateliers ont pour objectifs de familiariser les jeunes avec la démarche scientifique et ses pratiques ainsi que la nature des raisonnements et méthodes scientifiques qui entre en jeu dans la production de la connaissance. Il est en effet essentiel pour une bonne appropriation des connaissances et savoirs scientifiques, nécessaires à une bonne compréhension des enjeux du développement durable, de comprendre les démarches, les méthodes et les raisonnements qui entre en jeu dans leur construction. Ces ateliers sont organisés de manière à ce que les jeunes réalisent des expériences, s'initient à la démarche expérimentale et à l'observation et développent des outils d'investigation autour de différents concepts scientifiques en rapport avec le thème ou le sujet qu'ils souhaitent développer dans le cadre de leur projet.

ATELIER 2 / L'HISTOIRE DES SCIENCES Il s'agit de faire découvrir aux animateurs l'histoire de l'émergence de la démarche expérimentale et les dynamiques de son évolution. Il traite également de l'émergence de certains concepts scientifiques fondamentaux et leurs évolutions ainsi que de la naissance et de l'évolution de certaines disciplines scientifiques. Une (des) visite(s) de laboratoire et/ou de sites en rapport avec le thème. La visite de laboratoires de recherche est l'occasion d'une part de découvrir les pratiques de la recherche moderne et de ses actualités mais également de rencontrer des chercheurs et des acteurs de la recherche. Un temps de préparation permet aux jeunes de préparer leurs questions et d'organiser leurs visites pour approfondir leurs connaissances, enrichir leurs projets et acquérir de nouvelles méthodes d'investigation. Un temps est consacré pendant ces visites à la découverte des métiers de la recherche et des perspectives concernant les différentes questions concernant le thème du projet. Un travail de recherche, enquête, investigation à mener par les jeunes. Les jeunes sont amenés à conduire des recherches et investigations autour des différentes questions qu'ils se posent concernant le thème de leur projet. Identification et exploitation des ressources, recherche d'information, enquête, contact de personnes ressources, analyse et synthèse des informations, ... C'est l'occasion pour eux de s'approprier différents outils et méthodes autour de cas concrets et de faire progresser leurs connaissances et informations sur les différentes questions liées à leur projet.

Les Petits Débrouillards

39


SCIENCE ET SOCIÉTÉ

Chaque projet donnera lieu à la production par les jeunes d'un dossier synthétique résumant les différentes étapes du projets et les principaux résultats des recherches ainsi que différents supports de présentation pouvant être utilisés pour diffuser ce projet et le communiquer. Une charte du jeune citoyen sera également élaboré par les jeunes. À la lumière des connaissances, informations et méthodes acquises ils doivent rédiger un certain nombre de recommandations, comportements, gestes, ... concrêts qu'ils s'engagent à observer et une ébauche de quelques formes de participations citoyennes en rapport avec le Développement Durable qu'ils pensent nécessaire de mener. Parrainage par un chercheur et des acteurs impliqués dans différents aspects du sujet. Chaque projet de jeunes est parrainé par un chercheurs et différents acteurs. Une sorte de « comité scientifique » chargé d'évaluer la qualité des projets et d'aider les jeunes dans les différentes étapes de leur projet. Organisation d'un événement local (animation, sensibilisation, conférence, exposition,...) par les jeunes pour la population locale. Faisant partie du projet, l'organisation d'un événement local autour du projet mené par les jeunes et l'occasion d'une part de valoriser le travail effectué mais aussi et surtout de partager avec la population locale les informations et connaissances acquises. Organisé autour de la sensibilisation de la population locale aux différentes questions liées au développement durable traitées dans le cadre de leur projet, c'est une action citoyenne que les jeunes mèneront selon des formes et des modalités qu'ils construiront en fonction du thème et du contexte local. Dans la mesure du possible les projets doivent également avoir une dimension européenne, voire internationale. En effet différents cadres permettent d'organiser des échanges entre jeunes au niveau européen (programme Jeunesse pour l'Europe, l'OFAJ, ...). Et pour chaque projet, nous nous efforcerons d'organiser des échanges autour des différents thèmes et questions avec différents pays. La dimension interculturelle et l'ouverture que permet ce genre d'échange peuvent avoir des retombés considérables sur la qualité du projet et la motivation des jeunes.

L'Indépendant 14 octobre 2007

40

rapport d'activité 2007


SCIENCE ET SOCIÉTÉ

LES SCIENCES ET TECHNIQUES, UN ESPACE D’ENGAGEMENT POUR LES JEUNES Grâce notamment à la diversification des thématiques, la création de nouveaux outils et le renforcement des compétences de nos animateurs, des approches plus adaptées ont permis de nouer de nouveaux partenariats et d’intéresser le jeune public aux sciences et aux techniques et à leur impact social. En 2007, 48 056 jeunes de 11 à 25 ans ont participé à des projets d'activités mis en place par l’association (hors actions de sensibilisation). Le nombre de chercheurs ayant participé à nos différents projets ainsi que la part de l'actualité scientifique et des questions de société dans nos projets a été considérablement renforcé. 136 chercheurs ont participé aux différents projets et ont rencontré les jeunes au moins une fois dans le cadre de cette activité. 1 593 jeunes ont bénéficié du programme « Jeunes, Sciences et Société ». Accompagnés par des animateurs ils ont participé à toutes les phases du programme. Les thématiques, centrées sur l'actualité scientifique et notamment les questions liées au développement durable ont donné lieu à une valorisation des projets localement sous forme d'organisation de débats et lors du festival des Explorateurs par exemple. 50O jeunes ont participé aux rencontres Sciences et Citoyens du CNRS qui se déroulent tous les ans au Futuroscope de Poitiers et ont pu dialoguer avec des chercheurs pendant 3 jours sur différents thèmes. 275 jeunes ont participé aux rencontres régionales « Sciences et Citoyens » (Bretagne, Ile de France, Lorraine, Midi Pyrénées). 300 jeunes ont participé au Forum Jeunes, sciences et innovation à Berlin organisé par les Petits Débrouillards, l’OFAJ en partenariat avec le CNRS. 1 212 jeunes ont participé au festival des Explorateurs.

Le Télégramme de Brest 26 octobre 2007

LES CLUBS SCIENCES ET CITOYENS JUNIORS 25 Clubs lycée et 30 Clubs collège (Centre, Ile de France, PACA, Lorraine, Bretagne, Alsace, Poitou Charentes) ont été mis en place en 2007. Ils ont bénéficié à 400 jeunes. Ce dispositif a pris le nom de clubs « Debout les terriens » en région Centre. Ces clubs mis en place autour de lycéens sont conçus comme un espace de parole, d'initiatives et d'actions au sein duquel les lycéens réfléchissent et mettent en œuvre des projets concrets pour l'environnement en prenant en compte les dimensions du développement durable. Les jeunes s'organisent autour d'une question liant les sciences et la société et proposent des actions pouvant permettre de répondre à une problématique définie par le groupe.

Les Petits Débrouillards

41


SCIENCE ET SOCIÉTÉ

RENCONTRE SCIENCES ET CITOYENS Avec le CNRS et ses différentes délégations régionales nous avons fortement participé à l’organisation des différentes rencontres Sciences et Citoyens. En Lorraine, Ile de France, Bretagne et Midi-Pyrénées nous avons participé à l’organisation des rencontres régionales et à la mobilisation des jeunes et des chercheurs pour participer aux différents débats échanges et animations. Plus de 1000 jeunes et 300 Chercheurs ont participé à ces événements qui ont permis aux jeunes de dialoguer avec des chercheurs de découvrir les actualités de la science et de la recherche scientifique et ses différents métiers. Nous avons également participé à l’organisation des rencontres nationales Science et Citoyens qui se sont déroulé au Futuroscope de Poitiers. La délégation des Petits Débrouillards qui a participé à ces rencontres comptait 70 personnes. Ces rencontres ont accueilli 500 jeunes et une cinquantaine de chercheurs de différentes disciplines. Huit thèmes ont été proposé aux jeunes sous forme d’ateliers ainsi que des conférences et des rencontres informels avec des chercheurs.

17E RENCONTRES CNRS JEUNES

PALAIS DES CONGRÈS DU FUTUROSCOPE DE POITIERS

Performances et apparences : pourquoi veut-on et jusqu'où peut-on améliorer son corps ? Dopage, chirurgie esthétique, « gonflette » ou « body building », pourquoi donc espère-t-on améliorer les performances ou l'apparence de son corps ? Au-delà des réponses évidentes, les problèmes sont bien plus compliqués. Quand la compétition sportive devient-elle un trafic ? Quand le désir de plaire se transforme-t-il en obsession ? Quelles sont les conséquences de ces trucages biologiques et anatomiques, quel prix faut-il payer, tôt ou tard ? Les scientifiques peuvent aider à démêler ces interrogations qui font, heureusement ou malheureusement, souvent les gros titres de la presse et l'ordre du jour des tribunaux.

Addictions Les 26, 27 et 28 octobre 2007, le Centre national de la recherche scientifique a organisé les 17e Rencontres CNRS Jeunes Sciences & Citoyens 500 jeunes européens de 18 à 25 ans, étudiants ou engagés dans la vie active, et une centaine de chercheurs de toutes disciplines se sont réunis au Palais des Congrès du Futuroscope de Poitiers. Les jeunes et les chercheurs ont engagé des débats autour de huit thèmes touchant aux grands problèmes de notre temps.

42

rapport d'activité 2007

Jeux, télé, alcool, tabac, sexe, argent, nourriture… le problème de la dépendance n'est pas récent. Le mot « addiction » d'origine anglo-saxonne semble, lui, retrouver une seconde jeunesse. Qu'est-ce qu'une addiction ? Comment devienton « addict » ? Cette « nouvelle maladie du siècle » obéit-elle à des critères objectifs, sociaux, comportementaux, médicaux, neurophysiologiques ? Ne relève-t-elle pas également d'une dénomination commode qui trahirait les difficultés d'analyse des souffrances individuelles dans une société de plus en plus imprévisible ? Que peut la science face à ces frictions de l'intime et du social, des faits et des représentations ? Qu'en disent les neurosciences ?


SCIENCE ET SOCIÉTÉ

La musique à l'heure du numérique Musique et sciences entretiennent depuis l'antiquité des rapports féconds. Aujourd'hui, grâce aux moyens numériques, musiciens et scientifiques analysent, transforment ou synthétisent les sons à volonté. Qu'ont-ils à nous dire des apports de ces nouveaux outils ? Les questions sont nombreuses. Sait-on mieux aujourd'hui ce qu'est un son ? Peut-on mieux le conserver, le transmettre ? L'artiste trouve-t-il une aide réelle à la création ou de simples gadgets ?

Biotechnologies et Société OGM, clonage, thérapies géniques, biocarburants... Les progrès de la biologie au cours du XXe siècle ont permis d'envisager de nombreuses applications. Sont concernées aussi bien la médecine que l'agronomie ou l'alimentation. Les citoyens reçoivent ces « progrès » avec un mélange d'espoirs et de peurs. Comment avancer ? Quel rôle doivent jouer les scientifiques, les médias, les politiques, les citoyens...? Nous en discuterons avec des intervenants venant de l'agronomie, de la médecine, de la sociologie et du monde politique.

Rêve et inconscient Les rêves répondent-ils à des fonctions spécifiques, créatrices, comme l'imagination ? Pour les psychanalystes, ils donnent accès à une part de nousmêmes comme expression non seulement de nos désirs et traumatismes inconscients, mais aussi de notre inconscient collectif et de nos mythes. Pour d'autres, les rêves ramènent à la surface une élaboration de souvenirs, d'affects, de raisonnements qui peut accroître les performances du lendemain, et l'apprentissage. Nous en discuterons à la lumière des recherches récentes en sciences cognitives, en neuropsychologie et en psychologie.

Mémoire d'éléphant et amnésie... La mémoire est définie comme la capacité biologique qui permet d'emmagasiner des informations pour les restituer. Cette fonction

assurée par notre cerveau joue un rôle primordial dans la plupart de nos comportements usuels. La mémoire est impliquée dans l'ensemble des processus qui président à l'apprentissage, au cours du développement pré et postnatal. Elle décline avec le vieillissement et les troubles de la mémoire qui caractérisent les maladies neurodégénératives, génèrent aujourd'hui grand nombre d'interrogations sociétales. Que sait-on aujourd'hui des mécanismes cérébraux intimes qui président aux fonctions de mémorisation ? Quelles thérapies, quelles solutions d'accompagnement pour les patients atteints d'amnésie ?

Science et Politique : quels décideurs pour une politique scientifique ? La recherche fondamentale avec ses applications est devenue un enjeu important pour nos sociétés développées et on parle de plus en plus de politiques scientifiques. La recherche scientifique sait-elle s'adapter aux exigences des changements de la société ? Quelles marges de manœuvre pour les différents acteurs (chercheurs, citoyens, industriels, politiques) dans la définition des orientations de la politique scientifique nationale et européenne ? Comment anticiper et détecter les nouveaux enjeux et soutenir leur émergence ?

"20 000 Lieues sous les mers" Quel avenir pour nos océans ? Les océans représentent 70 % de la surface de la planète. Ils sont riches en ressources nutritives, en composés utilisables dans des domaines comme la santé, etc…, en ressources minérales qui attendent d'être exploitées. Mais ils sont également le réceptacle des pollutions résultant des activités humaines, sont soumis à la surexploitation de leurs ressources, et aux conséquences des changements induits par le réchauffement climatique. Quel est donc le devenir de nos océans et les mesures à prendre pour assurer leur exploitation dans des conditions de développement durable ?

Les Petits Débrouillards

43


SCIENCE ET SOCIÉTÉ

CAFÉ DES SCIENCES ET RENCONTRES PUBLICS-CHERCHEURS. Depuis maintenant 3 ans le réseau des Petits Débrouillards ainitié des rencontres public-chercheurs sur le modèle des cafés des sciences pour les jeunes et les adultes. Afin de les rendre plus attrayant, ludique et accessible un effort particulier en matière de préparation consistant à préparer des expériences, des illustrations et à rendre ses rencontres plus interactives. Plus de 50 cafés des sciences ont été organisés par le réseau en 2007, soit 2000 participants environ et une centaine de chercheurs intervenants.

LE FESTIVAL DES EXPLORATEURS Dans le cadre du programme « Jeunes, sciences et société » 426 projets de jeunes ont été exposés et animés par les jeunes eux-mêmes lors du festival des Explorateurs, grand rendez-vous annuel de valorisation des projets Petits Débrouillards. Il s’agissait de Créer un événement culturel ouvert au grand public, un lieu de rencontres; Valoriser le potentiel scientifique et industriel de la région ; Favoriser la découverte des filières scientifiques et techniques ; Partager les enjeux des recherches scientifiques actuelles ; Valoriser les regroupements scientifiques citoyens ( clubs Petits Débrouillards ; Passion- recherche, clubs CNRS Jeunes). En 2007, le Festival des Explorateurs s’est tenu dans les villes suivantes Buxerolles, les 26 et 27 mai - Aubagne, le 3 juin Orléans, le 3 juin - Mulhouse, le 7 juin Vannes, les 8, 9 et 10 juin - Toulouse, les 9 et 10 juin Tourcoing, les 9 et 10 juin - Paris, les 9, 10 et 11 juin Caen, le 10 juin - St-Pierre de Venaco, le 11 juin La Rochelle, les 20 et 21 juin - Biarritz, les 24 et 25 juin Clermont-Ferrand, le 24 juin

44

rapport d'activité 2007


SCIENCE ET SOCIÉTÉ

UPC : « ANNÉE POLAIRE INTERNATIONALE » ET « SHS » À RENNES Cette Université ne vise pas à saisir quelles pourraient être les « plus-values » des Sciences humaines et sociales dans le cadre des animations et projets déjà mis en œuvre dans le réseau. Il doit nous aider à élargir nos bases méthodologiques et, à terme, d’ouvrir naturellement un spectre plus large de projets. Ce temps a été conçu comme un prototype démultiplier/reproduire pour traiter d’autres thématiques.

pouvant

se

Le premier thème retenu est celui de l’habitat, pour trois raisons : 1) Il a déjà fait l’objet de travaux répertoriés dans le réseau ; 2) Il converge avec des dynamiques fortes du développement du réseau (politique de la ville) ; 3) Il ouvre la voie à des partenariats importants (bailleurs sociaux notamment).

Le second thème retenu s’inscrit dans « l’Année Polaire Internationale », parce que : 1) Elle mobilisera les communautés scientifiques du monde entier pendant 2 années ; 2) Elle permet de toucher des grands thèmes de Société sur des sujets complexes ; 3) Elle offre une possibilité de décaler ses points de vue, de changer sa vision du Monde.

LES OBJECTIFS

PRODUCTIONS

Objectifs généraux

Groupes API

L’Année Polaire Internationale : Sensibiliser le réseau aux problématiques de l’API illustrées par quasiment l’ensemble des disciplines scientifiques ; Mettre en place des programmes d’activités du « point de vue des Pôles » ; Développer de projets et d’activités autour de l’API - Conception et organisation des ressources (malles, expositions, jeux, sites, livrets,...).

«l’API» : «Penser le Monde depuis les pôles» Les groupes API auront un objectif opérationnel arrêté : la constitution d’une malle pédagogique API. Thèmes : Biodiversité, Changements Climatiques, Océans, Atmosphère, Eau, Astronomie, Ethnologie, Exploration Scientifique. Déclinaisons classiques : Clubs, Ateliers, CVL, Mini-Stages, Café des Sciences... Déclinaisons spécifiques : Caravane des Sciences, Forum de Berlin, Festival des Explorateurs, Concours, Séminaire International, Echanges internationaux. Outils : livrets, livres, malles, expositions, web blogs... Partenaires : l’IPEV, le CNRS, l’ICC, l’OFAJ, Alfred Wegener Institut, OFQJ, Rasselbande, Les Débrouillards Québec.

Objectifs spécifiques Améliorer la culture générale des participants sur l’histoire et les méthodes scientifiques de 5 disciplines (ethnologie ou anthropologie ; histoire ; sociologie ; psychologie ; géographie) Mettre les participants en situation de production d’un pré-projet Favoriser les échanges informels avec des scientifiques, mais aussi entre participants afin de nourrir/alimenter/rendre visibles les visions interculturelles.

Les Petits Débrouillards

45


SCIENCE ET SOCIÉTÉ

FORUM FRANCO-ALLEMAND BERLIN A l’occasion de l’année Polaire Internationale nous avons organisé en collaboration avec l’OFJ et le CNRS un Forum Franco-Allemand sur le sujet avec la paticipation du Quebec. 300 jeunes ont participé a cette manifestation ainsi que 50 chercheurs.

46

rapport d'activité 2007


SCIENCE ET SOCIÉTÉ

ORGANISATION DE LA 5ÈME CARAVANE DES SCIENCES Le bilan L’Office Franco-Allemand pour la Jeunesse a entamé le 2 juin 2007 la tournée de la 5ème Caravane des Sciences, un projet coordonné par l’Association française des Petits Débrouillards et le « Rasselbande e.V. » . En coopération avec le CNRS, l’IPEV (Institut Paul Emile Victor) et l’AWI (Alfred-Wegner-Institut). Parrainé par Claude LORIUS, Directeur de Recherche Emérite au Laboratoire de Glaciologie et Géophysique de l'Environnement, CNRS ; Membre de l'Académie de Sciences ; Médaille d'Or du CNRS 2002 ; Président du Comité français pour l'année polaire internationale.

La Caravane des Sciences franco-allemande 2007 La Caravane des Sciences franco-allemande à fait escale dans quinze villes lors de sa tournée à travers l’Allemagne, la Belgique et la France, entre le 2 juin et le 4 juillet 2007. Enfants, jeunes et adultes curieux ont été tous invités à participer aux nombreuses animations proposées. Un événement inscrit dans l’Année Polaire Internationale

Nombre de villes étapes : 15 Nombre de participants : 11 800

Les régions polaires joueront un rôle prépondérant dans les évolutions futures du climat de la Terre. Si le réchauffement climatique venait à confirmer les prévisions menaçantes du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, une grande partie de la banquise fondrait. Ainsi des régions côtières seraient submergées et la glace libèrerait dangereusement de grandes quantités de méthane dans l’atmosphère, ce qui aurait des conséquences inimaginables pour les humains, les animaux et pour l’environnement. L’Office Franco-Allemand pour la Jeunesse (OFAJ), avec la collaboration de la Rasselbande e.V. et de l’Association des Petits Débrouillards, a également souhaité se consacrer aux questions essentielles de cette thématique. La caravane a commencé sa tournée le 2 juin 2007 à l’Institut pour la recherche polaire et océanique de Bremerhaven en Allemagne et a rejoint la Bretagne le 1er juillet 2007 pour une cérémonie de clôture à l’Institut Paul Emile Victor de Brest. Des ateliers pour mieux comprendre Pourquoi l’ours polaire ne gèle-t-il pas ? Quelle est la différence entre Pôle Nord magnétique et Pôle Nord géographique ? A quoi servent les fuseaux horaires ? Pourquoi les manchots ne volent-ils pas ? A qui appartient la mer ? Est-ce que le soleil se lève à l’Est au pôle Nord ?... Autant de questions dont les réponses ont pu été trouvé aux ateliers d’expériences (Le climat, Le cycle de l’eau, La faune et la flore au pôles, Le magnétisme) et lors de rencontres avec des chercheurs et de conférences… Chacun a pu trouver son propre chemin dans cette exploration polaire collective ! Fréquentation : 2 450 scolaires, 9 350 visiteurs, soient 11 800 personnes qui ont bénéficié d’une animation autour de la Caravane des Sciences 2007.

Les Petits Débrouillards

47


SCIENCE ET SOCIÉTÉ

7 000 livrets « touche pas à mon pôle » distribués lors de la Caravane, 1 000 livrets offerts dans les écoles participantes et 3 000 livrets distribués dans les opération autour de la caravane des sciences (Festival des explorateurs, opérations de nos partenaires…)

Les étapes de la Caravane des Sciences Du 2 au 4 Juin 2007

à

Bremerhaven

Le 6 Juin 2007

à

Berlin Steglitz- Zehlendorf

Le 7 Juin 2007

à

Berlin DFJW, Molkenmarkt

Le 9 Juin 2007

à

Dresde

Les 11 et 12 Juin 2007

à

Munich

Les 14 et 15 Juin 2007

à

Trier

Le 16 Juin 2007

à

Bruxelles

Les 18 et 19 Juin 2007

à

Strasbourg

Le 21 Juin 2007

à

Grenoble

Les 22 et 23 Juin 2007

à

Aubagne

Le 25 Juin 2007

à

Biarritz

Le 27 Juin 2007

à

La Rochelle

Les 29 et 30 Juin 2007

à

Rennes

Les 1er et 2 Juillet 2007

à

Brest

Le 3 Juillet 2007

à

Roscoff

Les visiteurs ont été accueillis une équipe franco-allemande de 10 animateurs qui ont proposé également des animations linguistiques sous forme de jeux, discussions et interactions. L’OFAJ organise la Caravane des Sciences depuis 2003 en coopération avec l’association Rasselbande e.V (Allemagne) et l’Association des Petits Débrouillards (France). Ces deux associations s’investissent pour établir un contact durable entre la jeunesse et les sciences. Leur coopération vise à approfondir les liens franco-allemands et à développer le concept d’apprentissage interculturel.

48

rapport d'activité 2007


SCIENCE ET SOCIÉTÉ

Quelques étapes... Bremerhaven – 2 au 4 juin 2007 Programme : Samedi, 2 juin 2007 14H00 à 18H00 14h00 Ouverture officielle de la Caravane des Sciences par Jörg Schulz - Maire de Bremerhaven, Harald Schmidt – Office franco-allemand pour la Jeunesse et Dr. Eberhard Fahrbach – Alfred-Wegener-Insitut Dimanche, 3 juin 2007 14h00 à 18h00 Animations grand public Lundi, 4 juin 2007 9h00 à 18h00 Animations grand public avec l’accueil classes de la « Sommerschule Wasser »

Fréquentation : 350 scolaires – 1450 tout public

Berlin – OFAJ – 7 juin 2007 Programme : Jeudi, 7 juin 2007 9h00 à 17h00 Animation dans les locaux de l’OFAJ et devant la « Mairie Rouge » de Berlin Accueil 15 classes 18h30 à 20h30 Accueil officiel de la Caravane des Sciences par Max Claudet et Sabine Kuntz (secrétaires généraux de l’Office francoallemand pour la Jeunesse) suivi d’un buffet polaire Présentation et rencontres avec la Caravane des Sciences et le grand public

Fréquentation :

Strasbourg – 18 juin 2007 Programme : Lundi, 18 juin 2007 10h00 à 18h00 Animations grand public sur la place Broglie avec l’accueil de 2 classes bilingues franco-allemand Mardi, 19 juin 2007 10h00 à 11h30 Visite du Vaisseau – Pole de la culture scientifique et technique franco-allemand 12h30 à 16h00 Bilan intermédiaire pour les animateurs de la Caravane des Sciences

Fréquentation :

250 scolaires – 850 tout public

300 scolaires – 400 tout public

Les Petits Débrouillards

49


Education au Développement Durable La mobilisation du Réseau des Petits Débrouillards et de l'ensemble de ses membres (élus, salariés, animateurs, bénévoles, adhérents, ...) en 2007 dans des actions et projets éducatifs et culturels traitant du développement durable s'est traduite par une très forte augmentation des activités de terrain et de la participation du public, et par le renforcement de la qualité et la diversification des cadres et des contenus. Cet effort soutenu, alimenté par une réflexion intense sur les différents aspects liés au développement durable, par la production d'outils et de supports pédagogiques adaptés, par l'ouverture de partenariats avec différents acteurs, a créé les conditions propices à l'émergence de nouvelles idées et pratiques, et de nouveaux savoir-faire, qui ont été salués par l'ensemble de nos partenaires et par le public. La sensibilisation au développement durable tient une place importante dans l'ensemble de nos activités d'animation et projets. Plus de 75% de nos projets et actions d'animation traite directement ou indirectement de questions liées au développement durable.

PROGRAMME « 1 DEGRÉ DE + » Suite à l’évaluation menée en partenariat avec l’ADEME sur la première phase de diffusion de la malle 1 degré de +, nous avons lancé une deuxième phase de diffusion. Nous avons conçu une série d'outils et de supports (communication, formation, livret d'accompagnement, ressources, ...) pour renforcer la diffusion de notre malle et accompagner les utilisateurs souhaitant mettre en place des actions autour des changements climatiques. Ce travail soutenu, suivi par une équipe de salariés et des personnes extérieures (experts, chercheurs, pédagogues et spécialistes en éducation à l'environnement), a permis une meilleure appropriation par nos équipes et nos partenaires de cet outil. Ceci s'est traduit par une meilleure connaissance des possibilités offertes par son usage dans le cadre de la mise en place d'actions de sensibilisation et d'information, ainsi que de projets d'activités avec différents publics. Grâce à ce travail, et en partenariat avec GDF et l'ADEME, les collectivités territoriales nous avons diffusé en 2007 plus de 500 programmes sur les changements climatiques, ce qui a permis de développer des projets dans des écoles et collèges sur cette thématique. La plupart des acteurs, ont pu bénéficier d'une formation et d'un suivi dans le cadre de la mise en place de leurs projets d'activités. Ainsi c'est plus de 10.000 élèves qui ont suivi des activités en rapport avec les changements climatiques.

50

rapport d'activité 2007


EDUCATION AU DÉVELOPPEMENT DURABLE

LE DÉVELOPPEMENT DURABLE, UN SUJET D’ENGAGEMENT POUR LES JEUNES L'engagement des jeunes et le développement durable sont des préoccupations partagées qui mobilisent l'ensemble du réseau des Petits Débrouillards et qui constituent aujourd'hui pour notre mouvement deux piliers importants de notre objet social. Il s'agit dans ce projet de créer une dynamique favorisant l'engagement des jeunes à partir d'une sensibilisation au développement durable et à ses enjeux en vue de les faire participer à des actions citoyennes. Dans le cadre d’un partenariat avec le CNRS, les universités et un certain nombre d’organismes de recherche, les Petits Débrouillards participent à l’élaboration de projets et actions dans le but de structurer, renforcer et diversifier leurs activités pour les jeunes âgés de 14 à 25 ans. Pour cela le réseau des Petits Débrouillards se positionne comme acteur et porteur de projets innovants favorisant la participation et l’implication des jeunes dans des actions citoyennes pour un développement durable. Ce projet répond donc à un double objectif : Proposer aux jeunes des activités autour des thématiques en lien avec des préoccupations sociales et/ou environnementales, où la démarche scientifique et expérimentale, portée par les Petits Débrouillards, peut apporter une contribution originale à une meilleure compréhension par les jeunes de leur environnement. Favoriser l’implication et la participation des jeunes dans des actions citoyennes et collectives portant sur les questions de sciences et société et/ou développement durable. Les Petits Débrouillards leur proposent un parcours de formation et un accompagnement à l’élaboration et à la mise en œuvre de projets. Plus de 40 000 jeunes ont participé à l’ensemble des actions et projets menés par le réseau notamment dans le cadre du programme Debout Les Terriens.

Les Petits Débrouillards

51


EDUCATION AU DÉVELOPPEMENT DURABLE

MODULOTHÈQUES Les Modulothéques sont des expositions interactives permettant d'aménager un lieu de découverte en libre-service. Les 16 activités proposées sont mises en scène de façon à être manipulées en autonomie: Des panneaux présentent l'activité. Ils indiquent la marche à suivre ou le défi à relever. Une fiche permet un retour sur l'activité avec une brève explication. Un dernier espace d'informations permet d'en savoir un peu plus. Les visiteurs passent d'une table à l’autre suivant leur convenance. La visite de cette exposition par un groupe, maximum 32 personnes soit l'équivalent d'une classe, dure de 1h30 à 3 heures suivant les choix pédagogiques des équipes d'accueil et d'accompagnement. Les modulothéques ont étés conçues pour l'itinérance. Elles ne nécessitent pas de logistique lourde. Le mobilier est composé de 8 tables qui se montent par emboîtement. Les choix de conception permettent de minimiser l'ecobilan de leur cycle de vie. Les matériaux utilisés sont pour la plupart naturels, issus du recyclage ou eco-labellisés. Le poids et l'encombrement ont été minimisés pour limiter l'impact du transport. Les éléments visuels ont été réalisés avec des logiciels libres.

Inkscape

Gimp

Scribus

Informations techniques Surface nécessaire 70 m2 d'un seul tenant ou morcelé en plusieurs lieux Temps de montage 30 minutes à 2 personnes Électricité 220 V Volume 3 m3 ( 8 tables conditionnées dans des housses, 3 caisses) Poids total 300 Kg

52

rapport d'activité 2007


EDUCATION AU DÉVELOPPEMENT DURABLE

La Tribune de Montélimar 2 août 2007

« MODULOTHÈQUE » EN TÊTE À TÊTE AVEC LA TERRE Les changements du climat, les énergies, les déchets et la biodiversité, par leur relation avec notre vie quotidienne, par leurs interactions, par les actions déjà engagées et les résultats enregistrés, nous semblent des sujets pertinents pour illustrer les problématiques et pistes de solutions. Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs. Pour y répondre, nous devons dès aujourd'hui modifier nos modes de vie, nos habitudes, l'impact de nos activités sur les ressources naturelles, sur les écosystèmes ... sur la planète. Les jeunes d'aujourd'hui sont sensibles à ces questions. Ces citoyens de demain seront les acteurs de ce développement.

CONTENU PÉDAGOGIQUE Les activités ont été principalement développées pour les 10-12 ans, mais restent accessibles aux enfants de 7 à 14 ans. Divers concepts, connaissances et savoirfaire sont abordés dans les programmes scolaires, d'autres vont au delà. Le thème et les activités sont proposés via une approche sociale et quotidienne qui se veut ludique et participative. La modulothèque comprend 16 activités (expériences, défis, jeux) réparties en 4 thèmes : le climat et les changements climatiques (périodes glaciaires et réchauffement, les atmosphères du passé, l'effet de serre, origines des gaz à effet de serre) la biodiversité et les ressources naturelles (l'importance de la biodiversité, l'impact de l'Homme, la relation entre espèces et habitats, les rythmes de la biodiversité, l'eau dans les activités humaines) les pollutions et les déchets (pollutions et origines, dissémination des polluants, transports, acheminement des aliments, empreinte écologique, objet et utilisation) les énergies (énergies renouvelables et non renouvelables)

Les Petits Débrouillards

53


EDUCATION AU DÉVELOPPEMENT DURABLE

« MODULOTHÈQUE » CUISINE TA SANTÉ En 1998, 815 millions de personnes souffrent alimentation dans le monde. (source FAO)

de

sous

En 2002, la prévalence du diabéte est de 3%, 4% des adultes et 8% des enfants souffrent d'allergies alimentaires en France. Ces chiffres ont étés multipliés par 2 en 4 ans. (source Ministère de la santé) En France, 13,3% des jeunes de 2 à 17 ans présentent un surpoids. Ce chiffre a été multiplié par 4 à 5 depuis 1960 en France. (source INSERM) Des carences en nutriments peuvent provoquer des problèmes de croissance et favoriser l'ostéoporose. L'obésité de l'enfant est un problème majeur, acquise avant 5 ans elle risque de persister à l'age adulte. Les maladies cardio-vasculaires, les cancers et l'hypertension sont souvent liées aux habitudes alimentaires. Les habitudes alimentaires et l'origine de certaines de ces maladies ont pour point d'origine l'enfance.

CONTENU PÉDAGOGIQUE Les activités ont étés principalement développées pour les 10-12 ans, mais restent accessibles aux enfants de 7 à 14 ans. Divers concepts, connaissances et savoir-faire sont abordés dans les programmes scolaires d'autres vont au delà. Le thème et les activités sont proposées via une approche sociale et quotidienne qui se veut ludique et participative. La modulothèque comprend 16 activités (expériences, défis, jeux) réparties en 3 thèmes :

les systèmes du corps le rôle des aliments pour le corps l'équilibre et l'hygiène alimentaire

54

rapport d'activité 2007


Politique de la Ville Depuis 1986, les Petits Débrouillards font découvrir les sciences aux jeunes, grâce à des activités scientifiques et ludiques. L’association veut former des citoyens actifs qui puissent se forger une opinion personnelle et critique. Organisée en réseau dans presque toute la France, la structure organise des événements et des ateliers pédagogiques en partenariat avec les collectivités locales, les élus, les associations de quartier, les éducateurs et les enseignants. Principalement situés sur des territoires relevant de la politique de la ville, les Petits Débrouillards proposent des projets pédagogiques permettant par exemple d’associer les jeunes à la création d’une ligne de tramway, à la rénovation du quartier mais aussi et surtout à sa valorisation. Les actions portées par les Petits Débrouillards au bénéfice des enfants et des jeunes issus des territoires en « politique de la ville » ont bénéficié à 267 558 personnes en 2007. Tout en consolidant et renforçant nos actions auprès de notre public traditionnel nous observons une percée importante pour les plus de 13 ans. Cette percée se confirme notamment chez les 14-25 ans. Ces actions concernent en majorité les 613 ans avec (57%) mais une percée remarquable s'est faite auprès des 14-25 ans, 36% environ. L’ensemble de ces actions a été piloté par la réunion des directeurs du réseau (5 réunions par an) jusqu’à novembre 2007. L’obtention de 19 postes FONJEP DIV en 2007 a permis de désigner un groupe national « politique de la ville » réunissant les coordonnateurs régionaux en charge de ces questions dans chaque association et de 3 salariés de l’Association Française des Petits Débrouillards.

Les Petits Débrouillards

55


POLITIQUE DE LA VILLE

ANIMATIONS AU COEUR DES VILLES On peut distinguer 2 types d’actions : les actions de sensibilisation et les actions thématiques mise en place dans le cadre d’un projet.

ACTIONS DE SENSIBILISATION Ce sont des actions spécifiques qui visent à sensibiliser le public aux sciences et technologies, leurs pratiques et leurs liens avec le quotidien. Organisées sous forme ludique lors de manifestations telles que la fête de la science, les fêtes de quartiers, la semaine du développement durable, la semaine de la solidarité internationale ou bien dans le cadre du développement de la vie associative du réseau. C’est l'occasion pour le grand public, en famille généralement, de découvrir la démarche expérimentale, de manipuler et de s'informer sur l'actualité scientifique et les questions de sociétés qu’elles soulèvent et qui les concernent au quotidien. Nous visons également à travers ses actions de donner envie au public et notamment les jeunes de s'intéresser aux sciences et de pratiquer des activités scientifiques et technologiques.

Nombre de structures permanentes implantées au cœur des villes : 47 Nombre de quartiers « politique de la ville » ayant accueilli des animations « Petits Débrouillards » : 246 Nombre d’enfants et de jeunes issus des quartiers « politique de la ville » ayant bénéficié d’animations « Petits Débrouillards » : 300 000

On constate une participation plutôt familiale. Plus de 60 thèmes ont été abordés lors de ces différentes actions. On peut citer par exemple les énergies renouvelables, l’habitat, les changements climatiques, l’eau, la pollution….

ACTIONS THÉMATIQUES ET PROJETS Destinées à des groupes constitués (12 personnes en moyenne) autour d'une thématique, ces actions et projets sont élaborés en collaboration avec nos partenaires (Collectivités, MJC, CLSH, Ecole, ...) autour d'un thème. Ils sont menés par nos animateurs dans différents cadres (scolaire, périscolaire, loisirs) Tout en consolidant et renforçant nos actions auprès de notre public traditionnel nous observons une percée importante pour les plus de 13 ans. Cette percée se confirme notamment chez les 14-25 ans. Ces actions concernent en majorité les 6-13 ans avec (57%) mais une percée remarquable s'est faite auprès des 14-25 ans, 36% environ.

LES PETITS DÉBROUILLARDS DANS LA VILLE Depuis 1986, les «Petits Débrouillards» font découvrir les sciences aux jeunes, grâce à des activités scientifiques et ludiques. L’association veut former des «citoyens actifs qui puissent se forger une opinion personnelle et critique». Organisée en réseau dans presque toute la France, la structure organise des événements et des ateliers pédagogiques en partenariat avec les collectivités locales, les élus, les associations de quartier, les éducateurs et les enseignants. Principalement situés sur des territoires relevant de la politique de la ville, Les Petits Débrouillards proposent des projets pédagogiques permettant par exemple d’associer les jeunes à la création d’une ligne de tramway, à la rénovation du quartier mais aussi et surtout à sa valorisation.

56

rapport d'activité 2007


POLITIQUE DE LA VILLE

PROGRAMME « HABITER » RÉFLEXIONS PRÉALABLES : En 2006, nous avions réalisé un projet expérimental dans 20 quartiers de France, visant à permettre à des adolescents de 13 à 18 ans d’exprimer et de développer leur regard sur leur quartier, et plus largement leur quartier dans leur ville. Ce travail a été coordonné conjointement par des animateurs de notre réseau (connaissant bien les territoires en question) et des créateurs. Nous avions constaté que près de 97% des adolescents que nous avons touchés n’avaient jamais eu l’occasion de porter un regard réflexif, construit et créatif sur leur environnement direct. Le fait que nous soyons intervenus dans des quartiers particulièrement désertés par l’action culturelle nous a incités à prolonger et à améliorer ce travail. Ce projet se déroulera en outre particulièrement durant l’été. Or, ce sont des quartiers où plus de 60% des enfants ne partent jamais en vacances. D’où l’idée de prolonger l’initiative de 2006, en élargissant la proposition à d’autres jeunes, notamment des adolescent-e-s, de renforcer les partenariats artistiques et d’élargir la problématique à la rénovation urbaine.

CONTEXTE LOCAL Nous avions proposé de nous concentrer sur 15 quartiers de France, au sein de territoires où notre réseau est bien implanté, qui sont déjà engagés dans des projets de rénovation urbaine important. Ces quartiers avaient tous la particularité de ne bénéficier que de très peu d’infrastructures associatives et culturelles tout au long de l’année.

OBJECTIFS GÉNÉRAUX Il s’agissait de sensibiliser les enfants et les adolescents aux enjeux de la rénovation urbaine par le biais de l’expression culturelle et artistique ; former des professionnels de notre réseau aux enjeux de la rénovation urbaine ; produire des outils de mise en débat de la rénovation urbaine.

LES OBJECTIFS CONCRETS ET SPÉCIFIQUES 1) sensibiliser les enfants et les adolescents aux enjeux de la rénovation urbaine 2) sensibiliser ces publics aux différentes dimensions de « l’habiter » (urbanistiques, sociologiques, historiques, techniques, environnementales, architecturales, artistiques, anthropologiques etc…) 3) former un réseau de 30 animateurs à l’accompagnement pédagogique autour des questions d’habitat afin de démultiplier et décentraliser les actions au plus près des lieux de vie 4) créer des outils éducatifs permettant de développer des projets pédagogiques sur des temporalités différentes en fonction des problématiques locales spécifiques. Par outil pédagogique, nous entendons : a) blog interactif et interrégional ; b) exposition « Habiter » en 14 panneaux à destination des 14/18 ans ; c) des ateliers d’expression culturelle et artistique (radio, photo, vidéo) dans 10 villes ; d) un DVD rassemblant l’ensemble des productions des enfants et adolescents sur toute l’année au sein des ateliers locaux 5) Produire des entretiens audiovisuels (vidéo, son) avec des experts (architectes, urbanistes, associatifs, élus) posdcastables sur le site ad hoc 6) Organiser 15 événements locaux de valorisation

Les Petits Débrouillards

57


POLITIQUE DE LA VILLE

PUBLICS VISÉS Nous avions prévu de cibler 30 professionnels de notre réseau (dans le cadre de formation) et de proposer des ateliers créatifs à environ 100 adolescents et 1500 enfants (directement et indirectement). RAPPEL DE LA DÉMARCHE PÉDAGOGIQUE Sur le fond, nous devions utiliser, comme de coutume, celle que notre réseau a développé depuis 20 ans et qui fait la spécificité reconnue du réseau français des Petits débrouillards, c’est-à-dire la démarche expérimentale et scientifique. Ce qui signifie qu’avant de réaliser le travail de création proprement dit, nous devions prendre un temps avec les enfant et les adolescents pour développer un regard critique sur leur environnement immédiat. Ensuite, nous devions réaliser les ateliers selon les temps suivants : 1) un temps de dialogue entre les encadrants et les jeunes visant à faire émerger ; 2) pour le cas où les thématiques traitées auraient un lien avec un regard à « caractère sociologique », un temps d’éveil sur les méthodes scientifiques de ces disciplines (ce temps s’effectuera en partenariat avec des laboratoires du CNRS) ; 3) un temps de définition du scénario du projet ; 4) un temps de réalisation ; 5) un temps de post-production auquel les enfants et adolescents seront conviés le plus possible. Les ateliers d’expression culturelle privilégieront quatre supports, au choix : photographie, radio, vidéo, graph’. Ces ateliers permettront aux adolescents de produire une discours sur l’habitat. Ils seront co-animés par des Petits débrouillards et des professionnels de ces médias. Ces ateliers donneront lieu à une production DVD de synthèse globale ainsi qu’à des valorisations sur le site internet ad hoc. En ce qui concerne la formation professionnelle du réseau, il s’agissait de sensibiliser le réseau aux démarches et méthodologies adoptées par différentes disciplines de sciences humaines et sociales dans le domaine de l’habitat ; de se servir de ses bases méthodologiques et expérimentales pour développer des contenus d’animations. Le programme de cette formation sera le suivant. En ce qui concerne la production de l’exposition, elle se devait se dérouler en collaboration avec un conseil scientifique, l’équipe du département interculturel de l’AFPD et une équipe de graphiste. LES LIEUX D’INTERVENTION PRÉVUS Grenoble, Nantes, Pau, Toulouse, La Rochelle, Brest, Hérouville, Tourcoing, Maxéville, Colmar, Evry, SaintDenis (93), Saint-Denis de la Réunion, Bastia, Tours.

58

rapport d'activité 2007

RAPPEL DU CALENDRIER PRÉVISIONNEL Février 2007 : mise en place du comité scientifique Février 2007 : formation n°1 du réseau d’éducateurs Mars/avril : création de l’exposition et édition Avril/Juin 2007 : programmation et mise en ligne du site ad hoc (avec productions propres : sons, audiovisuel, photos, textes, liens avec des projets pédagogiques etc…) Mai 2007 : formation n°2 du réseau d’éducateurs Été 2007 : ateliers d’expression artistique sur l’habitat en direction des adolescents (15 villes) Été 2007 : 15 événements de valorisation locales (15 sites) Automne 2007 : création du DVD Décembre 2007 : événement national de rassemblement de tous les projets Décembre 2007 : séminaire bilan & prospective Hiver 2007 : diffusion du DVD


POLITIQUE DE LA VILLE

BILANS QUANTITATIFS Voici le tableau des données prévues et réalisées :

DONNÉES COMPLÉMENTAIRES Nombre de projets : 26 Nombre de régions impliquées : 17 Nombre de jeunes touchés indirectement : 13600 Nombre de partenaires régionaux mobilisés : 63 Montant des financements annexes/régionaux mobilisés : 143.650€

Liste des professionnels formés (aux méthodes des SHS et aux enjeux de l’Habiter)

Conclusions Les bilans quantitatifs sont très nettement supérieurs aux indicateurs envisagés. Ce qui signifie que le réseau français s’est vraiment emparé de ce projet et en a fait un élément structurant de ses actions territoriales. Ceci n’a pu être rendu possible que grâce au fait que les collectivités territoriales ont clairement soutenu ces actions. La preuve en est les montants financiers levés en 2007. De la même manière nous avons quasiment doublé le nombre de professionnels formés. Ceci a été possible car nous avons organisé non pas une mais deux sessions de formation, dont une en février en Bretagne (voir document de bilan annexé). En revanche, l’énergie et les moyens que nous avons dépensé à la réalisation d’un beaucoup plus grand nombre d’actions/ateliers que prévus (+173% par rapport au chiffre prévu) a rendu impossible la réalisation de l’exposition « Habiter » qui sera réintégré dans le plan d’action 2008. Valorisation 24 quartiers ont valorisé les travaux soit en famille, soit avec d’autres associations de quartier.. Ce sera l’enjeu du développement du site www.habiter21.org en 2008. Éléments presse RFI – 19 avril – réseau Monde (habiter) / Revue de l’ONSMP – Printemps 2008 / Hebdomadaire Politis (7 février)

Les Petits Débrouillards

59


POLITIQUE DE LA VILLE

LISTE DES PRODUCTIONS L’ensemble des productions seront en ligne courant 2008 sur le site www.habiter21.org Voici la liste des productions (nature, lieu) réalisée en 2007 :

60

rapport d'activité 2007


POLITIQUE DE LA VILLE

PERSPECTIVES Nous pouvons désormais nous reposer sur un réseau comprenant : 75 institutions, associations, partenaires de ce programme plus de 200 personnes ressources (architectes, élus, urbanistes) plus de 60 professionnels formés Deux années d’expérience nous donnent un bon point de vue sur le sujet. Nous en concluons sur les éléments saillants suivant : 1.Aucun projet structurant et visible sur la question « habiter » n’émerge en France ; le tropisme du bâti, de l’habitat prime, notamment au niveau des pouvoirs publics ou des architectes et urbanistes ; la faiblesse de la prise en compte de la dimension humaine est patente et laisse un boulevard à creuser et à travailler ; 2.La notion d’Habiter a ceci de puissant qu’elle fait converger des dimensions intimes, interpersonnelles, constructives, psychiques, sociales, culturelles, politiques et économiques d’une rare richesse ; 3.Quelques intellectuels parmi ceux qui ont le plus traité cette question en France (Philippe Madec, Thierry Paquot, Chris Younès) ont accepté de parrainer et de suivre les prochains développements de ce programme. (Philippe Madec http://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Madec - Jean Furtos http://www.orspere.fr/ - Jean-Louis Frechin http://www.nodesign.net/ Marie-Noéline Viguié – La Cantine/Silicon Sentier http://siliconsentier.org/ )

En outre, nous pouvons désormais compter sur une modélisation d’un type d’action éducative robuste et de qualité que nous nommons les panoptisons. Un panoptison est un dispositif hyperlié, c'est-à-dire diffusable par internet. Il articule une photographie panoramique à 360° à un document sonore. La photographie est constituée de photos prises avec un appareil 24/36 classique, avec un appareil numérique ou avec un téléphone portable. Le document sonore permet d’apporter un témoignage ou un commentaire sur les images. Le tout est utilisable par l’internaute par le biais d’une navigation interactive, la photographie intéractive défilant accompagnée du document sonore. Le document sonore est quant à lui le fruit d’un atelier mixte (atelier d’écriture, atelier radio). Cet outil est moderne et simple à réaliser, facile à stocker, facile à diffuser par Internet. Par ailleurs, il peut être exploité dans une version « à plat » avec un texte rédigé ; version moins coûteuse et convenant à une diffusion plus classique. Les productions peuvent être réalisées en un temps très court (de la journée à 3 jours maximum). Selon le nombre de participants, on peut réaliser jusqu’à 5 panoptisons par temps de production de 1 à 3 jours. Ce dispositif ludique et créatif permet d’être adapté aux temps de vie des jeunes. Le fait de pouvoir visionner l’ensemble de son travail, en format définitif en peu de temps doit permettre aux jeunes de produire, de façon autonome, autant de panoptisons qu’ils le souhaitent. La capacité à modéliser sur l’ensemble du territoire national un type d’action éducative de qualité, respectant la diversité des situations, des sites, des cas de figure, était un enjeu de développement central. Avoir atteint cet objectif est en soi un motif de grande satisfaction pour le réseau des Petits Débrouillards. Aussi, après ce rapide panorama sur le bilan 2008, nous envisageons les actions suivantes en 2008 ; 1. Production de 50 Panoptisons en France 2. Formation/action de 20 professionnels aux Panoptisons 3. Edition de la plaquette/programme/offre éducative modélisée : HABITER – Un programme éducatif sur une condition humaine du XXIème siècle 4. Le développement du site www.habiter21.org 5. Une exposition nationale « HABITER – une condition humaine du XXIème siècle » 6. Un séminaire de démultiplication HABITER – 50 personnes, 30 scientifiques

Les partenaires ayant déjà donné leur accord de principe sont les suivants : L’université Paris VII L’école nationale supérieure d’architecture de Lyon La DIV L’ACSÉ Le Ministère de la culture L’école d’architecture de Rennes NoDesign.net Sans Blanc L’ONSMP La Revue Urbanisme

Les Petits Débrouillards

61


POLITIQUE DE LA VILLE

QUELQUES ACTIONS LA CONSTRUCTION DU TRAMWAY En partenariat avec l’école élémentaire du Ziegelwasser, la communauté urbaine de Strasbourg et la CTS, les Petits Débrouillards ont proposé aux élèves la visite du chantier de construction du tramway. Assister à la soudure des rails, parler avec les professionnels et revenir en classe pour un atelier d’approfondissement des questions liées au tramway avec la réalisation d’expériences simples effectuées avec du matériel peu coûteux. A Castelnau, les élèves ont découvert tous les aspects techniques, environnementaux et citoyens de la construction de ce nouveau moyen de transport. Avec à la clef un défi à relever : « construire un engin en équipe qui fonctionne » La même initiative a été mis en place au Mans et à Angers.

LA DÉCOUVERTE DE LA VILLE A Hérouville, les enfants se sont transformés en détectives des villes. Mieux connaître sa ville, son fonctionnement, ses activités, ses habitants pour mieux participer à sa vie, telle était l’objectif pédagogique de ces séances Petits débrouillards. Des enquêtes et des ateliers d’expérimentation ont été mis en place. Le cycle de travail s’est achevé par la construction de maquettes d’immeubles avec l’électricité à tous les étages ! A Orvault, ce sont des activités dédiées à la thématique des déplacements qui ont été mises en place, dans le cadre de la journée de la mobilité avec les élèves de CM2. A Nantes, les Petits Débrouillards ont encadrés des ateliers sur la thématique des transports et des déplacements avec les enfants. La roue, la propulsion ont été abordées et ont permis la construction d’engins de déplacement de toute sorte. Cette action a été associée à la découverte par les enfants de la maquette du futur pont de la Madeleine. Des actions similaires se sont tenues à Toulon, la Chapelle St Luc, Une initiative autour de la découverte des transports a été menée avec les élèves du collège LesvenJacquard à Brest.

LE BÂTI A Toulon, Rennes, Baden, Gouesnou, Bourges, Kerourien, Brest, la Roche aux Fées ont été abordés les thèmes des techniques de construction, des énergies renouvelables, des matériaux, de l’habitat, de l’habitat local associés à des ateliers Petits débrouillards La découverte de la ville a également été la thématique d’une action menée avec les enfants du quartier de la Reynerie à Toulouse et à Pau autour de l’architecture.

LE CIRCUIT DE L’EAU ET LES DÉCHETS A Neuve-Maison, et à Nantes les enfants ont bénéficié d’ateliers de découverte des circuits de l’eau, des nuages jusqu’au robinet, sans oublier son traitement pour la rendre potable et son évacuation. Une usine de traitement de l’eau a été construite par les élèves du collège du Sacré-Cœur de Nantes. Le cycle de l’eau usée fut le thème central de l’atelier mené avec des élèves de Pléneuf-Val-André. Les écoliers de Saint-Gilles à Hennebont ont eux fabriqués une centrale de tri des déchets après avoir découvert avec l’animateurs, le principe et les enjeux du tri des déchets. Cette initiative a également été menée avec les écoliers de Paul-Émile Victor sur l’Ile de Kerner.

62

rapport d'activité 2007


POLITIQUE DE LA VILLE

IMAGINER SA VILLE IDÉALE A Hérouville, les enfants se sont mobilisés pour construire leur ville idéale en bénéficiant d’ateliers Petits Débrouillards leur permettant de comprendre comment construire un mur, comment arrive l’électricité, la place des espaces verts…. Une mallette écologique a également été réalisée par les enfants à Bourges lors de leur atelier Petits Débrouillards. Nous pouvons également noter la mise en place d’activités lors de la journée du patrimoine comme à Neuves-Maisons, les journées de l’environnement à Perpignan, l’opération « ensemble pour la propreté de nos quartiers » à Grenoble En 2007, le réseau des Petits Débrouillards a souhaité renforcé son action de proximité sur la thématique de la ville. Le programme HABITER a été lancé d’une part pour améliorer la cohérence et la visibilité de l’action des Petits Débrouillards sur le terrain, accompagner les forces vives du réseau dans la mise en place d’activités sur la thématique, et être force de proposition auprès des partenaires qui souhaitent développer les actions de médiation scientifiques dans les quartiers.

Info Métropole novembre 2007

Les Petits Débrouillards

63


POLITIQUE DE LA VILLE

RENFORCEMENT DE L’OPÉRATION CITÉS DÉBROUILLARDES LE DISPOSITIF Intervention d'une semaine par quartier (ponctuelle, cyclique, horaires modulables). Nombre de quartiers concernés : 152 Équipe d'animation de 2 à 4 animateurs (1 animateur pour 12 enfants). Nombre d’enfants et de jeunes ayant ccueil sous tentes Dallo, “débrouillocharioles” ... Usage de matériel de récupération et de la vie participé : 45 000 quotidienne. En milieu ouvert, dans la rue, sur la place publique, au bas des tours, lieux de vie des jeunes ... Dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville ... En partenariat avec les acteurs du quartier : MJC, Centres Sociaux, mairie de quartier, associations ... Valorisation hebdomadaire des projets (goûter de quartier, présentations, reportages, rencontres avec les familles ...).

A QUI S'ADRESSE-T-ON ? Aux enfants et aux jeunes de 6 à 13 ans (animations, expériences, visites, rencontres ...). Aux jeunes de 13 à 15 ans (mise en projet, « adjoints », communication, valorisation ...). Aux familles (associées au projet des jeunes, vie du quartier, valorisation ...).

DE QUOI PARLE-T-ON ? À partir des interrogations des jeunes, les interventions sont construites avec une démarche prenant en compte l'évolution des territoires (aménagement, urbanisme, architecture) de son lieu de vie proche, l’évolution du monde et de ses problématiques globales (énergie, déplacements, biodiversité, développement durable ...), les interactions entre l'homme, la science et la technique (approche interculturelle, participative, histoire des sciences, science et société ...). L’édition 2007 des Cités Débrouillards bénéficie de la diffusion d’un dossier de presse destinés aux collectivités locales ainsi qu’aux partenaires présentant l’ensemble du dispositif et la thématique de l’édition 2007 a porté sur l’Habiter.

64

rapport d'activité 2007


POLITIQUE DE LA VILLE

Le Berry Républicain 13 juillet 2007

PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L’ÉDITION 2007 DES CITÉS DÉBROUILLARDES SUR « L’HABITER » Porter un autre regard sur sa commune, à travers l’habitat et la cadre de vie. Comprendre les évolutions de son environnement quotidien, savoir les appréhender pour mieux les maîtriser. Sensibiliser un large public aux problématiques et enjeux actuels relatifs à l’urbanisme, l’habitat et l’aménagement du territoire. Favoriser la mise en œuvre de projets de jeunes, faciliter la prise de parole et les débats. Valoriser les projets de jeunes lors d’un temps fort dans lequel ils ont un rôle d’acteur.

APPROCHES INTERDISCIPLINAIRES Géographie, construction / écoconstruction, formes d’habitat, gestion /éco-gestion, fonctions de l’habitat, interactions, réseaux, citoyenneté, identité locale et culturelle, approche sociale.

A nous Lyon du 27 août au 9 septembre 2007

Les Petits Débrouillards

65


POLITIQUE DE LA VILLE

UNIVERSITÉS PERMANENTES ET COOPÉRATIVES LES PETITS DEBROUILLARDS ET L’EDUCATION A L’ENVIRONNEMENT URBAIN

Vivre dans un environnement durable et de qualité est l’un des droits fondamentaux du citoyen. Ce droit entraîne des devoirs et des attitudes, à la fois personnels et collectifs. Nous vivons une ère de l’urbain et la concentration de la population dans les villes (90% de la population en France) soulève de nouveaux problèmes liés au territoire et au social. Dans les zones urbaines mais aussi les petites communes, de nombreux espaces s’aménagent, de nouvelles zones d’habitations et de nouvelles structures se construisent. Les domaines de l’architecture, de l’urbanisme et de l’aménagement représentent ainsi des composantes importantes de la vie urbaine. Ces domaines, bien que composantes de notre culture, apparaissent comme réservés aux seuls experts. Ce sont des domaines emprunts de savoirs et de techniques, qui sont autant de sources pour mieux comprendre le monde qui nous entoure. Toute personne étant à son niveau usager de l’espace public et d’un espace personnel, il apparaît nécessaire que cette pratique se dévoile et soit appropriée par le plus grand nombre. Ainsi l’appropriation de ces lieux de vie ne peut se faire qu’à certaines conditions :

66

rapport d'activité 2007


POLITIQUE DE LA VILLE

- la prise en compte des usagers, - un accompagnement éducatif aux thèmes de l’architecture, de l’urbanisme et de l’aménagement. - Tout comme la science, c’est à travers une appropriation du grand public que ces domaines prennent tout leur sens et que les métiers des acteurs impliqués peuvent être compris. - L’enfant, le jeune, citoyen d’aujourd’hui, citoyen des sociétés de demain est au cœur des enjeux. Et c’est dès aujourd’hui qu’il peut observer, comprendre et entrer en interaction avec son environnement : il y vit et entretient dès son plus jeune âge une relation spécifique à ses lieux de vie. - En tant qu’habitant et citoyen en devenir, il nous apparaît important d’initier à une certaine culture de l’espace. - Les actions développées permettent de se rattacher à des notions comme le développement durable. Développer une éducation urbaine, c’est développer une éducation à connaître, à comprendre, vivre et améliorer la ville. - L’apprentissage de la ville a donc comme contenu et finalité l’apprentissage civique de la participation à sa gestion, à sa construction, à sa vie. - La motivation des Petits Débrouillards dans la mise en place d’un programme régional en éducation à l’environnement urbain est nourrie par nombre de réflexions émergeant de 20 années d’expérience de terrain et de l’évaluation des besoins et demandes du public. - L’orientation des activités vers les thématiques de la ville, cohérente avec celle en faveur d’un développement durable, est une voie logique dans le champ d’intervention de l’association. - Encourager et aider à former l’esprit critique par la démarche expérimentale appliquée aux domaines de la culture scientifique et technique, postule aussi de la capacité de l’association à adapter ses activités aux évolutions techniques et sociales. - Le programme d’animations et de formations proposé sur les thématiques de l’habitat, de l’architecture (et par extension sur celles de l’environnement urbain et les notions d’aménagement du territoire) peut privilégier le rapport entre science, technique et société.

L'Eclaireur 25 mai 2007

- Une université permanente et coopérative a été mise en place afin de préparer et mettre en

Les Petits Débrouillards

67


POLITIQUE DE LA VILLE

LES OBJECTIFS Objectifs généraux L’Habitat : Sensibiliser le réseau des Petits Débrouillards aux démarches et méthodologies adoptées par différentes disciplines de sciences humaines et sociales; Se servir de ces bases méthodologiques et expérimentales pour développer des contenus d’animations. Objectifs spécifiques Améliorer la culture générale des participants sur l’histoire et les méthodes scientifiques de 5 disciplines ( ethnologie ou anthropologie ; histoire ; sociologie ; psychologie ; géographie ) ; Mettre les participants en situation de production d’un pré-projet ; Favoriser les échanges informels avec des scientifiques, mais aussi entre participants afin de nourrir, alimenter, rendre visibles les visions interculturelles et interpersonnelles du thème. Développer des projets de recherche/coopération/animation sur les sujets traités.

DÉROULEMENT ET MÉTHODOLOGIE Les 5 jours ont été construits comme s'il s'agissait d'un prototype modélisable sur différentes thématiques. Nous avons choisi pour cette première édition le thème de l'habitat. Déroulement Ce séminaire a comporté 5 temps: Un village des expériences : permettant de savoir ce qui se fait dans le réseau sur le thème de l'habiter. 5 temps de formation formelle sur les méthodologies dans 5 disciplines (anthropologie; histoire; psychologie; géographie; sociologie). 2 tables rondes par thèmes (introduction sur l'habitat) ; Des soirées/cafés scientifiques informels ; 5 groupes/ateliers de production sur le thème.

PRODUCTIONS Groupes Habitat "Machines à vivre, Planète à habiter" : "une approche des sciences humaines et sociales" Les groupes Habitat seront mis en situation, dans la ville, pour traiter le thème à partir d'une vue/prisme disciplinaire (un groupe sera plutôt centré sur les questions psychologiques etc.). L'objectif : produire des éléments/idées de projets pédagogiques. Thèmes : habitat, architecture, matériaux, évolution urbaine, habitat environnemental, maillage urbain, ethno-architecture, renouvellement urbain, habitat d’ici, habitat d’ailleurs Déclinaisons classiques : Clubs, Ateliers, CVL, Mini-Stages, Café des Sciences... Déclinaisons spécifiques : Projets régionaux d’éducation à l’environnement urbain et actions inscrites dans le cadre de la politique de la ville Outils : livrets, livres, malles, expositions, blogs... Partenaires : le CNRS, la DRAC, Ecole d’Architecture

68

rapport d'activité 2007


POLITIQUE DE LA VILLE

De nombreuses actions ont d’ores et déjà été menées dans le réseau sur le thème de l’Habiter, avec des méthodes issues des sciences humaines et sociales, mais il existe un problème de définition commune des termes. L’université permanente et coopérative qui s'est tenu en février 2007 a permis de prendre conscience de problématiques, de redéfinir des outils de lecture et de synthèse des projets, pour mieux faire apparaître les approches géographiques, historiques, sociales développées au sein de nos projets. Les objectifs de production ont été atteints au sein des trois groupes (conception de programmes d’animation). Les participants ont fait remonter une réelle volonté de développement et de mise en oeuvre d’actions entrant dans ce champ ainsi que le souhait de mutualiser les actions, notamment par la mise en réseau de fiches descriptives de programmes d’animation et d’outils pédagogiques, par la réalisation d’une grille de lecture de projets et d'une meilleure mutualisation des outils et programmes d'animation développés.

À L’INVENTION DE L’EDUCATION AU DEVELOPPEMENT DURABLE ! Sur les thèmes de l’Habitat, Les Petits Débrouillards bénéficient déjà de plusieurs partenaires identifiés, qui doivent continuer à se construire. La DIV (délégation interministérielle de la ville), l’ANRU (accompagnement dans le renouvellement urbain), la Caisse des Dépôts et Consignations, les bailleurs sociaux et la politique de la ville sont des partenaires plus ou moins engagés dans les actions Petits Débrouillards (notamment pour les actions Cité Débrouillardes). Aujourd’hui, nous pouvons cerner deux niveaux dans le lien entre nos actions et le champ des Sciences Humaines et Sociales (SHS): Beaucoup d’actions, dans notre pratique au quotidien, sont de l’ordre des SHS, mais il n’existe pas encore de formalisation au sein de notre réseau. Ce qui explique qu’il y ait encore trop peu de personnes ressources (du côté scientifique) dans nos réseaux, qui nous permettraient de bénéficier d’une meilleure appropriation des méthodes en SHS. Or, les SHS peuvent constituer un outil qui met en valeur les projets Petits Débrouillards, par une meilleure connaissance et appréhension de leur portée générale. Il y a désormais une volonté de travailler sur la transdisciplinarité qui est un phénomène et une tendance globale. Aborder la complexité de notre environnement.

Les Petits Débrouillards

69


POLITIQUE DE LA VILLE

PLACE PUBLIQUE JUNIOR Une des décisions essentielles prises par le comité de pilotage dans l’élaboration du budget fut de réduire les frais de coordination/gestion pour augmenter significativement le nombre de participant(e)s. Nous avions fixé la jauge souhaitée entre 350 et 400 jeunes. 14 groupes inscrits supplémentaires pour un total de 52 groupes. Un tiers de jeunes participants en plus constitue en soi de très bons résultats. Une meilleure gestion du projet a permis ce résultat. Cela confirme le niveau d’attractivité de PPJ, ou tout du moins de l’idée que s’en font les participant(e)s. Ces 52 groupes provenaient de 28 villes : La Courneuve, Blois, Vitry-sur-Scène, Aubervilliers, Marseille, Villiers Le bel, Clichy-La-Garenne, Gelos, Créteil, Reims, Paris, Montreuil, Evry, Villetaneuse, Perpignan, Mérignac, Toulon, Troyes, Cherbourg-Octeville, Blanc-Mesnil, Eragny, St Ouen L’Aumone, Ivry, Montréal, Chelles, Nantes, Villeneuve la Garrenne, Personnas. PPJ tend à se bipolariser dans la provenance géographique. Paris/Ile de France et Paca « fournissent » plus de 50% des groupes, ce qui appauvrit la nature « diverse » de PPJ. L’absence de relais efficaces, de communication ciblée au niveau régional, mais aussi la difficulté à mobiliser des ressources sur ce travail (faiblesse criante des ressources humaines et financières disponibles au regard du budget, toujours trop serré) expliquent ces faits. Toutefois, nous observons toujours les mêmes lacunes qui aboutissent en grande partie à l’essoufflement du modèle dont nous parlerons plus loin. Les réseaux dans lesquels nous diffusons cet appel sont insuffisants et ciblent trop fortement les réseaux ‘éduc pop’ traditionnels, ce qui crée un traupisme important en termes de nature et qualité de projets. Nous devons faire des gros efforts pour ouvrir, voire cibler. Des organisations des associations de développement local sont par exemple surprises de ne pas recevoir l’appel à participation. Des associations de migrants le réclament également. Bref, beaucoup de pistes sont ouvertes et sont vitales pour la qualité et l’avenir de PPJ. On notera encore une nette masculinisation des inscrits (+11,3%). Le nombre de bénévoles et volontaires ayant participé à l’organisation est nettement supérieur à celui de l’édition 2006 (pour mémoire, 22 bénévoles et 17 animateurs d’ateliers). Cette année plus de 35 bénévoles et 21 animateurs d’ateliers ont contribué à la réussite de cette édition. Nous avions décidé de doubler le plus d’ateliers possible afin de faire face à l’augmentation notable et voulue du nombre d’inscrits. Cette option ne s’est pas révélée judicieuse. 18 films réalisés par les groupes ont été projetés (même chiffre que l’an passé). 16 groupes se sont produits sur la scène ouverte le samedi soir (+ 5 par rapport à l’an dernier) : 2 heures de spectacle

70

rapport d'activité 2007


POLITIQUE DE LA VILLE

COUVERTURE WEB Le dossier de presse et/ou l’e-tract ont été diffusés sur : - www.jeunesse.gouv.fr - www.regionpaca.fr - www.ville.gouv.fr - www.cnajep.asso.fr - www.injep.fr - www.andev.com.fr - www.professionbanlieue.org - www.place-publique.fr www.infosjeunes.com/Festival-Place-Publique-Junior-aMarseille - www.crij-bretagne.com - www.laligue-alpesdusud.org - www.adeus.org (agence du développement et de l’urbanisme de l’agglomération de Strasbourg) - www.territorial.fr - www.nord-internet-solidaire.org (site des usages citoyens et solidaires des T.I.C.) - www.associations.alpes-de-haute-provence.pref.gouv.fr/ (portail des associations du 04) - www.yeba.org (portail des associations des Bouches-du-Rhône) - www.enviedagir.fr - http://laligue84.org - www.carrefourlocal.org/agenda/calendrier.html (site des grands rendez-vous des collectivités locales) - www.adels.orgAprès trois années de relative stabilité (même ville, même lieu, partenariats consolidés), nous avons enfin pu prendre le temps de la rénovation des modes de fonctionnement du comité de pilotage en instaurant des procédures plus transparentes et démocratiques. Cette année, nous avons instauré l’élaboration collective du budget de l’édition, sur proposition des coordinateurs nationaux et régionaux. Sur le plan national, le comité de pilotage a vu l’arrivée de l’association Aide et Action qui, pour cette première véritable participation (après l’essai de l’édition 2006), a souhaité s’impliquer progressivement. Le CP a maintenu son rythme d’une réunion en moyenne toutes les 6 semaines, démontrant que l’organisation d’un tel événement (malgré sa modestie) nécessite bien une année entière. Nous avons observé une meilleure implication de la plupart des membres du CP, ceci étant probablement le fruit d’une meilleure prise en compte décisionnaire des contraintes et des propositions des membres du CP. Une plus grande partie du temps de discussion a été consacrée, cette année, au fond, à la programmation. Pour autant, nous ne somme pas parvenus à dépasser les contradictions fortes de la nature de l’événement (voir plus bas). Le CP compte à ce jour 7 membres officiels : ANACEJ, AFPD, RNJA, Ligue de l’Enseignement, Oroleis de Paris, Aide et Action, FNLL. Su1r le plan régional, le Comité de pilotage PACA de PPJ a renforcé sa dimension opérationnelle, étant donné la part encore plus importante qu’il a prise dans l’organisation logistique et politique de l’événement. Le comité de pilotage comprend les organisations suivantes : Léo Lagrange PACA, L’acte, Petits débrouillards PACA, FOL. Ce comité de pilotage PACA a été fortement renforcé par un partenariat avec l’association Unis-Cités qui a mis à disposition un groupe de 6 volontaires dont l’implication et la qualité du travail ont été unanimement appréciées. Pourtant, nous ne sommes pas encore parvenus à une fluidité totale entre les coordinateurs nationaux et régionaux quant à la distribution des tâches, leur bonne réalisation (éviter les doublons etc...). Il semble assez évident que nous pouvons nous améliorer sur ce sujet.

Les Petits Débrouillards

71


POLITIQUE DE LA VILLE

RADIO - France Inter – CHA CHA TCHATCHE – Emission du 09/07/07 - Radio Galère - Radio Grenouille

PRESSE ÉCRITE - Territoires, La revue de la démocratie locale (numéro de juin 2007) - Associations Mode d’Emploi - Partenariat Europe Maghreb (numéro mois de juillet) – Dates ? - Le journal du Conseil Régional PACA - Lettre bimensuelle de la DIV (festival annoncé dans la lettre du 28 juin 2007) - Les Clés de l’actualité n°717 (semaine du 27 juin au 10 juillet 2007) - La Marseillaise - Article le 6 juillet «Place aux jeunes» - Couverture le 8 juillet «Coup de jeunes à La Friche» + 1 pleine page en page 2 «Viens ici et touche à mon pote» - Idées en Mouvement (magazine de la ligue de l’enseignement) – Date ? - Parlez Quartier : mensuel du mois juin du contrat de Ville de Marseille

TÉLÉ - DIRECT 8 : plateau télé dans l’émission Solidarité le 20 juin 2007

72

rapport d'activité 2007


Europe et international En 2007, nous avons continué a développer et renforcer nos partenariats et actions sur le plan Européen et International autour de projets et thématiques ciblés et qui représente un grand intérêt pour notre réseau, nos publics et nos partenaires. Il s’agit notamment des thématiques suivantes : Sciences et société Education au Développement Durable. Engagement des jeunes. Solidarité Internationale. Echange des pratiques éducatives et pédagogiques.

CONSTITUTION D’UN RÉSEAU EUROPÉEN L’AFPD a organisé un séminaire européen dans le cadre des programmes JPE, «Jeunesse pour l’Europe », qui a réuni 20 partenaires européens dont la plupart ont collaboré au projet de mobilité SOKORI. L’objectif était de créer une plateforme européenne constituée de partenaires agissant dans le champ de la jeunesse autour des questions de sciences et société et de l’éducation au développement durable. Ce réseau doit permettre à l’AFPD de renforcer sa participation à des projets de dimension européenne et au réseau des Petits Débrouillards de s’impliquer plus fortement dans des projets d’échange de jeunes et de pratiques sur le plan européen.

PARTICIPATION AU FSM KENYA Dans le cadre de son partenariat avec le CRID, l’AFPD a coordonné une délégation française au FSM, Forum Social Mondial au Kenya qui comptait une forte délégation Petits Débrouillards. L’objectif était d’une part de voir quelle était la place de la culture scientifique et des sciences dans l’organisation et le déroulement du FSM et d’autre part dans le cadre d’une coopération avec une association kenyane, de former et partager nos méthodes avec leurs membres dans la perspective de créer un centre de tourisme équitable. Un livret sur cette mission a été conçu et réalisé à cette occasion.

Les Petits Débrouillards

73


EUROPE ET INTERNATIONAL

COOPÉRATION DÉCENTRALISÉE L’AFPD participe également à la mise en œuvre du projet de partenariat entre la région PACA et la Ville d’Alexandrie par l’encadrement d’une formation de formateurs à la bibliothèque d’Alexandrie et à la participation aux réunions du comité de pilotage.

PARTENARIAT IRD Dans le cadre d’un partenariat avec l’IRD nous avons encadré 2 formations au Maroc au bénéfice d’enseignants et d’animateurs (70) souhaitant mettre en place des activités scientifiques et technologiques avec des jeunes.

74

rapport d'activité 2007



Rapport d'activités 2007 - Association Française des Petits Débrouillards