Page 1


EDITORIAL

L’avenir se prépare ; l’émergence se construit « La quête de l’émergence se déroule dans un monde où le progrès n’est plus l’apanage des pays développés », aime à le rappeler Denis Christel Sassou NGuesso, président fondateur de la Fondation Perspectives d’Avenir. À preuve, ajoute t-il, « l’Afrique est de plus en plus considérée comme le futur centre de gravitation de l’économie mondiale ». Comme l’Émergence est projetée sur l’avenir, il est donc judicieux de la bâtir sur des rocs solides qui impliquent une éducation de base de qualité et une formation qualifiante orientée vers les métiers d’avenir. C’est donc ce binôme qui permet aux pays d’Asie du Sud Est d’être considérés aujourd’hui comme des « dragons de l’émergence ».

Cette construction implique donc des efforts collectifs. La Fondation en a fait son cheval de bataille ». Il faut que nous accomplissions la mue qui nous permettra de relever le défi de former mieux et partout notre jeunesse mais, surtout, de répondre aux défis de la professionnalisation et de l’innovation. C’est pour redonner confiance aux Congolais que le Président de la République, Chef de l’Etat, place la formation et l’emploi au centre de son projet de société. Il montre, ainsi, sa volonté de s’appuyer sur un capital humain de qualité pour réaliser la profonde transformation qui contribuerait significativement à l’émergence et au développement du Congo » affirme Denis Christel Sassou Nguesso.

L’égyptologue congolais Théophile OBENGA, auteur du concept lumpen développement, apprécie d’ailleurs l’idée d’échanger sur la contribution des jeunes dans l’émergence de l’Afrique et le fait pour la Fondation Perspectives d’Avenir de l’inscrire dans sa mission. Il plaide même pour une formation des jeunes, en adéquation avec les défis de l’Emergence. C’est pourquoi il prône le saut qualitatif pour atteindre de celle-ci.

On comprend donc le bien-fondé des accords de partenariat signés récemment entre le ministère de l’Enseignement supérieur et la Fondation Perspectives d’avenir. Bien avant, les autres ministères du secteur de l’éducation au Congo ont noué des accords de même type pour placer les problèmes de l’emploi, de la formation professionnelle et qualifiante et de l’éducation des jeunes congolais au centre de leur réflexion. Que Dieu bénisse le Congo!

Pamela Prisca Okemba 3

Fondation Perspectives d’Avenir


SOMMAIRE La Fondation renforce son partenariat avec la puissance publique P. 06 La Fondation récompense les meilleurs élèves du Congo P. 14 Les Marocains ont organisé une session d’orientation au profit des 50 boursiers P. 24 DCSN 2015-2017 Huileries de Nkayi - Fondation Perspectives d’Avenir, une bonne initiative pour la qualification et l’insertion socioprofessionnelle des jeunes congolais P. 26

Nous contacter

Centre - ville. 242, Brazzaville Congo Tél. : 00242 22 281 2020 E-mail : contact@perspectivesavenir.org La fondation Perspective d’Avenir valorise le partenanriat et se propose de devenir un acteur clé du partenariat public – privé au Congo. Pour la mise en œuvre de son plan stratégique , elle travaille en partenariat avec les pouvoirs publics congolais et avec d’autres acteurs institutionnels publics et privés, nationaux et internationaux.

Ce magazine est élaboré en accord avec la Fondation Perspective d’Avenir, mis en oeuvre par la Fleur de Lys, Immeuble le Flamboyant Quartier Clairon Congo. Tél : 00242 06 833 80 97 / 00242 04042 16 17 avec le soutien de la compagnie aérienne nationale ECAIR. Directeur artistique : Teddy NSEKE - Texte : Alphonse ONDONGO - Stéphane NGA - Photos : Francis KODIA - Désiré LOUTSONO - Conception et mise en page : Travaux d’hercule Fondation Perspectives d’Avenir

4


E

ngagée sur le front de l’éducation et de la formation qualifiante des jeunes congolais, la Fondation Perspectives d’Avenir vient nouer un accord de partenariat avec le ministère de l’Enseignement Supérieur. « Pour la première fois depuis l’ouverture de notre siège en février dernier, un Ministre de la République nous fait l’honneur de nous rendre visite », c’est en ces termes que Denis Christel a souhaité la bienvenue à son hôte Bruno Jean Richard Itoua. C’était à l’occasion de la signature de la convention de partenariat entre et le ministère de l’Enseignement Supérieur et la Fondation Perspectives d’Avenir. Une cérémonie à laquelle de nombreux invités de marque ont pris part, notamment madame Francine Muyumba, Représentante de l’Union Africaine de la Jeunesse, ainsi que des diplomates du système des Nations Unies au Congo. Après les récentes dernières collaborations nouées avec la puissance publique en charge de l’éducation, notamment le ministère de l’Enseignement Primaire et Secondaire; le ministère de l’Enseignement Technique, Professionnel et de la Formation qualifiante, le tour est revenu au ministère de l’Enseignement Supérieur, autre maillon fort de l’éducation , un autre présentant de la puissance publique, de signer un partenariat stratégique fort avec la Fondation Perspectives d’Avenir.

Enseignement Supérieur, la mère des maux À l’instar des autres pays de par le monde, le Congo est confronté au problème épineux du chômage des jeunes. À en croire les économistes statisticiens, les chiffres parlent d’eux-mêmes : le taux de chômage a même atteint 46,1% en 2014 contre 60,8% en 2009 dans certains secteurs d’activités au Congo. Et pour cause, la question de l’inadéquation formation-emploi. En d’autres termes, l’école congolaise, héritée du système colonial, n’a pas su s’arrimer aux mutations et aux nouvelles exigences du marché du travail. Les experts du secteur parlent d’ailleurs d’un système éducatif moins adapté. Fondation Fondation Perspectives Perspectives d’Avenir d’Avenir

6 6

7 7

Le constat alarmant dans l’éducation et la formation au niveau de l’Enseignement supérieur au Congo est d’ailleurs établi dans le diagnostic relevé dans la « Stratégie Sectorielle de l’Education 2015 – 2025 ». Il y est indiqué que « l’enseignement supérieur peine à apporter les qualifications nécessaires à l’économie, particulièrement dans les disciplines scientifiques et que l’efficacité de cet enseignement est très faible. En guise d’exemple, seuls 36,8 % des inscrits en première année d’université réussirent à l’examen de fin d’année, en 2011. Mais surtout, une des conclusions de ce diagnostic établit que le système actuel semble fonctionner en contradiction avec le marché de l’emploi : d’une part, il y a une surproduction de diplômés sans qualification, et d’autre part, une possible sous-production de diplômés répondant aux besoins de l’économie. En d’autres termes, le système d’éducation et de formation est inadapté à la production d’emplois». D’où tout l’intérêt de l’accord de partenariat signé entre la Fondation et le ministère de l’Enseignement Supérieur.

Principaux points d’accord De manière synthétisée, le ministère de l’Enseignement Supérieur et la Fondation se proposent de contribuer à tacler les nombreuses attentes qui pèsent sur l’enseignement. Il s’agira donc, entre autres, de la formation des techniciens et de cadres qualifiés, l’insertion socio professionnelle, l’éclosion de l’entrepreneuriat, etc. « Il faut que nous accomplissions la mue qui nous permettra de relever le défi de former mieux et partout notre jeunesse mais, surtout, de répondre aux défis de la professionnalisation et de l’innovation. C’est pour redonner confiance aux Congolais que le Président de la République, Chef de l’Etat, place la formation et l’emploi au centre de son projet de société. Il montre, ainsi, sa volonté de s’appuyer sur un capital humain de qualité pour réaliser la profonde transformation qui contribuerait significativement à l’émergence et au développement du Congo », a tenu à préciser le président fondateur, l’Honorable Denis Christel Sassou N’guesso. Fondation Fondation Perspectives Perspectives d’Avenir d’Avenir


Car « Pour nous, à la fondation Perspective d’Avenir, a t-il ajouté, notre ambition est double. La première, c’est de former des diplômés ouverts sur le monde, qui, tout au long de leur vie professionnelle, seront particulièrement sensibles à l’innovation et en deviendront les ambassadeurs. Et la seconde, c’est de susciter des vocations scientifiques, en mettant en temps réel, tout étudiant au contact des dernières avancées de la science et des technologies. » Une occasion pour Bruno Jean Richard Itoua de reconnaître que « pour un Congo fort et émergent en 2035, le système éducatif congolais doit apporter le savoir, la compétence et l’expertise . Aussi il faut que L’homme

et la femme soient le premier atout économique congolais pour résoudre le problème saillant de l’inadéquation Formation – Emploi. Quand on connait que l’enseignement supérieur peine à apporter les qualifications nécessaires à l’économie, particulièrement dans les disciplines scientifiques et que l’efficacité de cet enseignement est très faible », cette collaboration vise donc à doter l’enseignement supérieur des nouvelles technologies de l’information et de la communication à travers la promotion du cartable numérique à tous les niveaux dans les universités et les grandes écoles pour que le système éducation congolais puisse retrouver la renommée qu’elle avait dans le passé comme carrefour des sciences et du savoir de l’Afrique. Stéphane NGA et A.Ondongo

Fondation Perspectives d’Avenir

8

9

Fondation Perspectives d’Avenir


Fondation Perspectives d’Avenir

10

11

Fondation Perspectives d’Avenir


Fondation Perspectives d’Avenir

12

13

Fondation Perspectives d’Avenir


Fondation Perspectives d’Avenir

14

15

Fondation Perspectives d’Avenir


Fondation Perspectives d’Avenir

16

17

Fondation Perspectives d’Avenir


Fondation Perspectives d’Avenir

18

19

Fondation Perspectives d’Avenir


Fondation Perspectives d’Avenir

20

21

Fondation Perspectives d’Avenir


23

Fondation Perspectives d’Avenir


LES MAROCAINS ONT ORGANISÉ UNE SESSION D’ORIENTATION

AU PROFIT DES 50 BOURSIERS DCSN 2015-2017

Dans le cadre de la promotion de l’éducation et l’insertion socio professionnelle au Congo, la Fondation Perspectives d’Avenir, en partenariat avec des experts marocains en matière d’orientation scolaire et universitaire, a organisé, à son siège à Brazzaville, une session à l’intention des 50 lauréats congolais de la bourse DCSN ( Denis Christel Sassou Nguesso) 2016-2017.

I

ls étaient 50 jeunes lauréats venus de tous les départements du Congo pour assister à la séance d’orientation organisée par la Fondation, sous le contrôle madame Nadège Tchikaya Zouba, chef du département Programme à la Fondation Perspectives d’Avenir, et de deux experts marocains en matière d’orientation scolaire et universitaire. Il s’agit de JAMAL ELKAFI et Madame BAHJAWI FATIMA ZARA, respectivement enseignant à l’université de Rabat et directrice de l’Education du royaume chérifien. Après une première phase de travail basée sur la sélection des candidat, la seconde séquences s’est focalisée sur l’orientation des candidats retenus ayant rigoureusement rempli les conditions d’admissibilité exigées par la Fondation.

Une séance d’orientation rigoureuse Cette séance d’orientation a pour but de découvrir les aptitudes intellectuelles que possèdent les lauréats. Elle permet d’évaluer le coefficient intellectuel , mais aussi de détecter et développer les attitudes personnelles afin de trouver une filière professionnelle correspondant aux capacités des candidats. La commission d’orientation a commencé par une séance plénière avec tous les candidats, suivie d’un test appelé P.H sur des ordinateurs pour chacun d’eux. Et sur la base des résultats obtenus par le candidat à l’’issu de ce test, un entretien individuel se déroule alors entre le can-

didat et l’expert. « Je suis très heureuse d’avoir participé à cette séance, elle m’a permis de connaitre les tenants et les aboutissants de ma future filière et de me projeter sur mon avenir », a reconnu l’une des lauréate de Brazzaville, Loukibou Nzoumba Margot Ruse, 18 ans. Il convient noter que la Fondation a mis en place tous les moyens logistiques et techniques pour le bon déroulement de cette séance d’orientation qui a duré 03 jours. A la clôture, tous les lauréats se sont dits satisfaits du bon déroulement de cette session d’orientation qui leur permet de se fixer un choix définitif sur leur filière d’avenir. C’est d’ailleurs à juste titre que KIYINDOU NZOUMBA LAUDE, 18 ans , lauréat issu du département du Pool, a reconnu le bien fondé de cette session d’orientation. «Je salue l’ initiative de la Fondation qui s’avère très bénéfique pour notre avenir». Une bonne initiative qui permet enfin aux jeunes congolais de se former et de se professionnaliser en fonction de leurs aptitudes intellectuelles. À preuve, les experts marocains de l’orientation scolaire et universitaire ont,par exemple,proposé au GAMBA VAN de faire une formation professionnelle en génie industrielle et informatique» tant ses capacités intellectuelles le lui permettent. «Je suis content, à y-il poursuivi, car cette filière correspond à mes envies et je profite de l’occasion pour remercier la Fondation et souhaite qu’elle nous accompagne dans l’insertion socio professionnelle ». Stéphane NGA

Fondation Perspectives d’Avenir

24

25

Fondation Perspectives d’Avenir


C

’est la substance d’un accord qui lie dorénavant la Fondation et la société Huilka( Huileries de Nkayi), relancée par le PDG Willy Etoka, après plus de 20 ans de fermeture. En conformité avec son projet de formation et de professionnalisation des jeunes apprenants congolais voire de leur insertion socio professionnelle, la Fondation Perspectives d’Avenir devrait fournir de jeunes travailleurs qualifiés à Huilka. Ces jeunes, indique t-on, proviendront des différentes formations qualifiantes et professionnelles qu’offre depuis quelque temps la Fondation aux jeunes congolais dans différents domaines( informatique, électricité, hôtellerie, boulangerie et pâtisserie, conduite automobile...).

Denis Sassou NGUESSO et son épouse Antoinette ont tenu à apporter leur appui moral à la renaissance de Huilka, le fleuron de l’économie dans les pays de la vallée du Niari.

Au cours de son séjour en août dernier à Madingou, chef lieu du département de la Bouenza, le président de la République, Denis Sassou Nguesso, s’est personnellement rendu au siège de l’usine Huilka à Nkayi pour apporter son appui à la renaissance de cette importante entreprise, naguère fleuron de l’économie dans les pays de la vallée du Niari.

aidés dans leurs activités agricoles à accroître leur production grâce aux tracteurs qui leur sont gratuitement mis à leur disposition. Ce qui, par effet d’entraînement, leur donnera la possibilité de fournir en quantité suffisante Huilka en matière première dont elle a besoin et, aussi, d’améliorer leur d’André de vie grâce au produit de la vente de leurs produits agricoles. Le genre d’initiative à encourager et à multiplier dans le secteur de l’agro-industrie au Congo. Initiative génératrice de milliers d’emplois dont chez les jeunes, allant dans le sens de la diversification de l’économie, en pensant à l’après pétrole. Stéphane NGA

La renaissance de Huilka va ressusciter la filière arachide dans la Bouenza « Nous saluons la réouverture de Huilka ( ndlr, Huileries de Nkayi), 20 ans après sa fermeture. Une société qui faisait vivre les populations du département de la Bouenza. Aujourd’hui la société Eco Oil, dans le cadre d’un partenariat public-privé, nous permet d’espérer à nouveau », c’est en ces termes que Hermann Bertrand Kissangou, président des producteurs agricoles, a accueilli la relance des activités de Huilka. Il convient de noter que ce projet va s’appuyer au bas mot sur environ 200 mille hectares de champs d’arachides. Où trouver les matières premières à là productions des jus et produits oléagineux qu’entend produire sur place à Nkayi la nouvelle Huilka ? Une bonne nouvelle pour les producteurs agricoles des départements de la Bouenza, Lékoumou et du Niari, est qu’ils seront seront Fondation Perspectives d’Avenir

26

27

Fondation Perspectives d’Avenir


Fondation Perspectives d’Avenir

28

29

Fondation Perspectives d’Avenir


Fondation Perspectives d’Avenir

30

31

Fondation Perspectives d’Avenir


VERBATIM « Je félicite la Fondation Perspectives d’Avenir pour l’investissement dans la jeunesse de la République du Congo et l’encourage à faire plus car l’avenir du Congo dépend de ce qui et fait aujourd’hui pour la jeunesses ». Francine Muyumba, Représentante de l’Union Africaine pour les questions de la jeunesse.

«Ce partenariat public-privé se propose de contribuer à tacler ensemble les nombreuses attentes qui pèsent sur l’Enseignement Supérieur : la formation de techniciens et de cadres qualifiés, l’insertion professionnelle, l’éclosion de l’entrepreneuriat etc., soient autant de défis qui sont pour nous, à la fois sources d’un constat alarmant et aussi motifs de grands espoirs.» Denis Christel Sassou N’Guesso « Président de la Fondation Perspectives d’Avenir »

« Je voudrais d’abord féliciter la fondation et particulièrement son Président, Denis Christel Sassou N’Guesso, pour ce bel instrument dont il a doté notre pays, mais aussi son engagement permanent, actif et volontariste en faveur de la jeunesse, de la formation des jeunes de l’éducation et du développement du pays.» Bruno Jean Richard Itoua, Ministre de l’Enseignement Supérieur.

Fondation Perspectives d’Avenir

32

33

Fondation Perspectives d’Avenir


Fondation Perspectives d’Avenir

34


Le mag 08