__MAIN_TEXT__
feature-image

Page 1

La migration représente une chance à saisir, en particulier pour les jeunes, qui constituent la majeure partie des mouvements migratoires annuels. Lorsque les jeunes pensent à la migration, ils voient une meilleure vie, une meilleure éducation et de meilleures perspectives professionnelles. Ils savent qu’ils devront braver bien des dangers avant de commencer cette nouvelle vie tant espérée, mais ils sont prêts à risquer leur vie pour en trouver une meilleure. Le parcours de Jamila, comme celui de tant d’autres, est semé d’embûches. Les défis qui se présentent à elle ne doivent pas nous attrister, mais nous rappeler l’importance que revêtent la liberté, la dignité, l’équité et la sécurité pour tous ceux qui traversent les frontières dans l’espoir d’un avenir meilleur. Les migrants qui parviennent à relever tous ces défis peuvent à la fois s’épanouir sur le plan personnel et stimuler le développement économique et social de leur pays d’origine comme de leur pays de destination.


Copyright © 2020 La série de publications Iceberg a été inspirée par les infographies « Iceberg » du projet de changement de la perception, qui mettent en évidence ce que les médias choisissent de montrer et ce qu’ils préfèrent généralement occulter ou passer sous silence, lorsqu’ils rendent compte de l’action des Nations Unies face aux problèmes mondiaux. La production de la présente brochure n’aurait pas été possible sans le concours financier de la Fondation pour Genève. Nous remercions tout particulièrement la Division de la gestion des conférences de l’ONU Genève pour l’édition, la traduction et l’impression des ouvrages, et l’Union University de Jackson, Tennessee (États-Unis) pour les illustrations. Imprimé en 2021 par la Section de l’impression de l’ONU Genève. Auteure : Kirsten Deall Illustratrice : Melinda Posey


1


La Collection Iceberg Iceberg Éducation Pauvreté Jeunesse Changements climatiques Genre Santé Droits de l’homme Paix

La collection a été créée par l’équipe chargée du projet de changement de la perception, qui relève du Cabinet de la Directrice générale de l’ONU Genève.

2


Jeunesse La population mondiale est plus jeune que jamais puisque la catégorie des 10-24 ans compte aujourd’hui environ 1,8 milliard de personnes. Bon nombre de ces jeunes vivent dans des pays en développement et ne peuvent exploiter au mieux leur potentiel du fait de l’extrême pauvreté, de la violence, de la pénurie de nourriture ou encore du manque de perspectives d’emploi. Ce sont là quelques-unes des raisons qui poussent des jeunes à quitter leur pays. Selon le rapport “Global Migration Indicators 2018” (établi par le Centre d’analyse des données migratoires mondiales de l’Organisation internationale pour les migrations), il y a dans le monde plus de 36 millions d’enfants migrants de moins de 19 ans. Traverser la mer ou le désert en empruntant des itinéraires dangereux à la recherche d’une vie meilleure est l’une des épreuves les plus difficiles qu’un enfant puisse avoir à surmonter. En effet, un tel voyage expose les enfants et les jeunes à la violence, à la traite et à l’exploitation. Les enfants qui ont un faible niveau d’instruction, qui voyagent seuls ou qui font un voyage particulièrement long, sont les plus exposés au danger. Même s’ils sont conscients de ce danger, ils sont prêts à risquer leur vie dans l’espoir d’un avenir meilleur. S’ils ont chacun des raisons différentes de quitter leur foyer, ils ont tous le sentiment de ne pas avoir d’autre choix. Il est important de comprendre les défis auxquels ces jeunes migrants et réfugiés se heurtent. Nous devons les accueillir dans nos pays et traiter chaque personne avec respect et sensibilité. Si nous donnons à ces jeunes les compétences et les moyens dont ils ont besoin pour exploiter au mieux leur potentiel, nous leur permettront d’être une véritable force motrice sur la voie du changement et de jouer un rôle positif.

3


4


moi, r u o p l, d jour a n n a r r u g mon o j n t u e t n s o e Cher s ’ a mai ila. C m m a , J e l l , i i o puis ma fam e d C’est m e t e t r i r u Je q n gue ! e i t u s h e ’ nous d s y ù a o p , r e aujour i r ’espo . Not d r e s i l t i n m e a f ais, mom m s t e i d a r univers u o yae améli ’ l s I n o . i s t e é es m itua s à a l e r i des ann e eau d ion qu b s s i e a ’ r J p ers i . m n i e ’ r l r s i e u s d p l n p o s avi mes e ce ire en d m p o s e e c d e n n e t l , c’es la vio e nous u e q d e t l l r leur e en fait i e s m t t t a i a f u b q a que s com r de tàm e u t l e e n s s e p t u s i o n t t d e n par ’ils o . Ils u se de i u a q r a v e c s s n à a p pe ster. e t ici, e r s J e é ’ e t . n i d s r a u issent ent p que ce s i t en séc o t u h o n c c e s é i i ’ d m rà qu e s l l e x l i ’ n u a s ’ e s d l c e i é t s son décid r, mêm o temps, i r e i a é l ’ i h J m s ! a i ir tf a vie vra t l n r s e a e e p m l u e q r e n as et ge pou b environ r et qu a i r à t l u r o a s c p école ut du s le de i a e c f n a l n f o I b t c’es cord. a de c y a ’ l d i ’ u s uis pa e dit q s l l e E n . e e J a tant m t i v ral. où é , n a é j g r e n K eure e l l i e m ien y est b 5


. J’ai t n , l a a n n e r t u in o j a Cher uis loin m s e j t e e g voya e toit l g n r o u l s n r u e p it J’ai fa ée à grim id a t n o ’ m i oyage, v s gens qu e e d l t é r n t a n d o n c ren ions. Pe m a c e d e r ssayais u à l’arriè e o ’ j s t in e a r , t e r e u d de nourrit t e u a e ’ oleil, s d e u d e p s p s u è o r t j’avais age des c is v n o m r e protég ville de e a d l t s n n e a m d m r a e const ns d’arriv ie v e J . d r oula ja. Il f r e n K o m à ’ c u e q v s juste a ateau ju b n u e r d n e peux pr suffisant e a j r e i, s ic e ’ c D e . Ley spère qu e ’ j , t n e g r n peu d’a u e t s e r e m versée. a r t a l r e y pour pa

6


7


8


ants, r g i m tres u a ’ d que c t e i v d a il a s sser, i a a p m e ir gné is, i a a s f v é a d e ’ j Il a que s de m . t i e n m g e o a g r l’ar pass ’a p t m , n u l m’a o o i a t u e m n r q é m r u r e o m e t j pay mon omm et ho h r i Cher u a C ait n o i r u . p l u d i l n é r a r e e v e l t r le avail u tra er. J e r encon d m t m r r i l s a i e i l a ’ v ’ J deva trou it qu é de d t e à j ô a c r ’ e e u e utr et m et q m’aid t r t z i o e a p s de l’a v e s as a pass i pou p u n q t o i e m a te. i t c s u é n i i ’ s r n m p e ce ut d d et Il a o n t . a r e r r g e i l me avail ais fa r v t e à d un hom encé ue je m q m e o c c é J’ai . s montr i a artir p e j quand 9


10


Cher journa

Il y a des

l,

centaines d

de les comp

à peu près

la traversé

avec les au

fais mon tr

ter tous -

mon âge. I

e travailleu

e. Personne

tres. D’un

avail, plus

et beaucou

rs ici - imp

p d’entre e

ls travaillen

ne cherche

côté, ça m

vite je pou

ux ont

t tous pour

à nouer de

e va. Plus

rrai partir.

ossible

payer

s liens

vite je

11


12

rme e f n us e t nous o n l, on r jour e emps i a v pa tra et l s e t l a rce u p s a o e t è p r r s , Ap igre me sen née . r a t u n m une o , a j l n e fi a e i u a r n i r l ’ J r r a u ur f , la r jou t est te ’avons q heures. pendant o e p h C té r es res ê e droi Nous n r u u s r n g e o a e n h lors lo ep s it a r . e a e t t d i Cet e e d é u c em ant ran il s’ la n endant d d ’ f n f u r r e u q u u po ur p t de so ys dans rce ns p trop pe a d o l p l é i n a a ll trav e. J’ai té battu r travai nie ! Ta notre p ué iro g aé i avoi re. tté e t i l u e a l u s e f e è l m q l r hom se, ap mei . Qu ns tous n e e i r u ’ v t qu ne ven avo pau u ’ s u e d u t a i o n oir pet faim que l’esp


13


Cher journal, travail !!! Ils ont re ot n t u to r ou p s payé Nous n’avons pas été soit si nous e c e u q oi u q r ye a p pas à nous dit qu’ils n’avaient it tout ce fa s n vo a s ou n e u q ssez vite, alors a s a p s on li il va a tr e n elle ne fait is a m t, n ra ou c u a st La police e qu’ils ont demandé. rien.

Cher journal, mille me fa a M s. oi m 10 is u ble endroit dep ri or h t e c s n a d is su Je avant de te ïs go ’é d is a fi li a u q ma sœur, que je e m ê m t, n e im a vr e manqu ne me laisseront ls ’i u q is sa je is a m ler ma famille, e p p a x u ve e J . ir rt pa pas faire.

14


15


16


Cher jo

urnal,

La poli

sans «

 papie

(j’ai eu

dit qu’

cause d

en déte

cellule

été sép

J’aimer

es. Me

et sans

ce m’a

de la c

e la gu

ntion.

arées d

ais pou

voilà do

argent.

, avec

rs ». I

ils ne p

avec b

arrêtée

hance

ouvaien

eaucou

voir leu

res fille

parent

s, ou s

que ça

rison, e

a aucu

ir.

rop de

s. Beau

implem

va s’ar

ntourée

n espo

ris le p

monde

coup p

ent pa

ranger,

de gen

droit où

gent qu

et c’es

leurent

rce qu

mais m

s émoti

ma vie

e nous

t horrib

e la vie

es paro

fs, dés

me app

ou crie

s

d’origin

le. Je

nt, par

ys

ar m’a

était e

est vra

e

elé Om

avions

les ser

espéré

s ce pa

r pays

un hom

s un en

eu d’ar

ais dan

ans leu

e, mais

yer dan

ue j’ét

onnes d

renvoyé

e renvo

il y a t

arce q

es pers

as être

ce a p

chaud,

r dire

nc en p

Il n’y

La poli

nnes, p

certain

de ne p

p d’aut

e leurs

s perso

envoyé

t pas m

erre).

Il fait

ls ont r

d’autre

n dang

et nous

partag

ce qu’e

iment i

aient v

a mis

e une

lles ont

njuste

ain-

er à

ici. 17


18


tre de , n l e a c n r u u o a j Cher st venue e e our le l o p v t é i n a l é l i b a e v hiatr u’elle tra q t i Une psyc d a des lle é s E o . p i u a h ’ ’ d m aujour e. Elle g u o R x i détention o de la Cr l vais, à a n e o j i t ù a o n r , e n t o la mais Comité in é t t i u q i ent nous a ’ m j m i o o c u q t r e : pou urries, o n s e m questions m nous so tant que e n c e n e t u u q o t é tés, sur i quelle fr r o t u a lle a s E e l . r é t a n p o c s a raitée ès tout r r p u sommes t e p en tant lui ai à i e a ’ J j . e s u e q mm s droits e d jeunes fe s n i a t cer ltraitée a é m n n e o i r t t n ê t me e ne pas d t i égalemen o r d digne omme le t c e , n n i i a a m m u ment hu e t qu’être h i a r t n cevoir u e r e d t i o et le dr ention. t é d a m pendant

al, rture !!! o t a l e Cher journ d t. C’est i o r d n e t e ec Je détest 19


20


Cher jou

Désolée

et à la

regarde

de déte

une bas

nous pu

fin de c h

as avoir

e et en

ourus p

es Natio

e pour

e de do

issions v

les migr

ais qui

oyager.

s pour l

ations,

nous ont

Ça y es

n’étais

es réfug

llant po

ont non

dés à n

papiers

eux alle

me

Mais j’a vons

seuleme

d’identit

r à Ker

tion inte

nt fait

gistrer

é pour

ja !

i

ut-Comm

Organisa

ous enre

dur,

! Nous a

ur le Ha

iés et l’

aussi ai

t ! Je p

able de

imaginer

s travai

nir des

pas cap

C’était

er, toi.

n puisse

qui nous

moment.

e regard

lles qu’o

ersonne

t à obte

puis un

ins de t

S nouve

ar des p

nnées e

rnée, je

core mo

ns Unie

ntion, m

écrit de

aque jou

LLEURE

été sec

national

de ne p

r en fac

les MEI

sariat d

rnal,

is-

r-

sortir

dans

que

21


Cher jo urnal, Je suis à Kerja ! Désol Peut-êt ée de n re que e pas a j e suis jus avait p voir l’ai te reco as de p r plus h nnaissa lace po eureuse fermais nte d’ê ur s’ass que ça. les yeu t r e en vi eoir. Le Je ne s x e e. Nous t j’essa de mer s vague ais pas . D’aut yais de é s t é i o t n a trop ce s i e t r n p e e t enser à llement s se son v r Omar, a que je i m e nt gross t évano serrés autre c qui éta ressens d u e h a i i s o e t assis ns le b s s e . e t p q peur. T a s u e r ’ c c à a à côté e qu’el o t u l a e a a i m e out le m u n e t beauc ; il n’y r agitée les n’av de moi, onde av o a . u je l’ai i m i p e C ’ n a e l t e r d a taines p pas eu it : « S bateau. it peur gnoré. d’eau o . Mais ersonne i tu as Il a en Je non. M u j s p e s d e o u l e n u i u t t r i e nourritu es oreil , tu n’y ai dit q eu le m commen les se s r u al e a c e . r é r i j désert. v ’ à a e llais bie ras pas me rac ont dre Il app onter s  ». Bie n. Il m ssées q elait ça o n sûr, ’ u n a les vagu a v n p o d y o age, sa sé quel il a dit la « m j’avais es qui q n e q s u r u e s ’ m s d e i l e ’ q e s a uestions sable » ntouraie oucier d frir, no vait pe . Omar , mais rdu son us étion nt. J’a e s a v oir si je i compr m’a aid s tous d f r è r n’en av e dans la l’écouta is que ée à m ans le ions tou j e is ou c e m h c ê a n h m l ’ a eur tor étais p t simpl e n g b e a r t e l ride du es idée ement as la se au - lit pas pa s t u é s l e r u a r l à e ment. N soufrlé. 22 ous


23


24


e fait que n il , é in m r e t s oyage n’est pa v e r t o N   « : s gens d’ici. e it d d e ’a u g m n r la a m la O Kerja, onnaissons pas c e n accueils En arrivant à u s o a N p . t n n o o r is e a s r e . Et il avait s habitants n s le s u o T . e il commencer. » c a f ive. Nous avon e it r s t o ê p s e a r p t ’ê a d v ploi ne mais j’essaie i, a r v cours de t s Trouver un em n e ’e C s e . é s r e t d n u o r c n t e ivers seron nes que j’ai r n o s r e p s e lants. Et les h in a ins de 18 ans. t o r e m C e . d e g e t a y n o a v r ig horrible en tant que m s it o r avec ma d survécu à cet ie s n e u m é r e r e d r n t e ê r à p ée à com de demander it o r d le is route m’ont aid a v a éunie avec ma j’ r e e r u t q ’ê it d d t ê ’a r é m Omar t dans mon int s e l ’i u Par exemple, q s é it r dire aux auto x u e p e z ma tante. J e h . c le r il e ll a fam u p i l’ai fait et j’a e J . ja r e K à tante gentille et acs è r t t n e im a r te, elle est v n a t a m d’appeler ma z e é h t c é e a é e iv r ir r a a f suis u’elle m’a fait q e s Depuis que je o peur pour h c u e e r it iè a m v e a r e p ll a c moi. L ndu ma voix. E e t n e a cueillante ave e ll e d s excusées de e an m u m q o s é r s u u o le n p s a ère a sœur et nou m à famille. Ma m lé u tort : je r e a t p n i ie ’a a J v a i. s ls s ’i u u -mère a famille a dit q a M . t moi. Ma grand r a p é je suis leur d t n e o m e s t u n e a g v a a r u s o utée rtie. Je suis c a p nous être disp is u rageuse. s u o e c u e q r t e ê c r à a p le u e lâche suis pas la se e n je ne suis pas un e u q e et d’héroïnes c s r o a r p é h i, r e u d o s li i p . J’a un bateau rem t s petite héroïne ’e c , ja r e K ns la ville. à a e d é é iv u r r q r a a b is é u s d offrir, qui a Le jour où je à p u o c u a e b c geux, ave forts et coura lqu’un qui e u q , r a m O i, m ai un nouvel a j’ , s e ll e v u o son voyage n e s d e n s n r o u b o c s e u c a s ute ombats et qui, c En plus de to e d t n a t it a e migrant, un v n a u y je il n u ù o t s s y ’e a C a quitté un p combattant. n u e m uelque chose ê Q m ! ie lu s is u a n n e v n o e c d t e héros que je vers Kerja, es n u je s lu p le mes yeux, . survivant et, à mis longtemps a s n o r e t s e r s u 25 me dit que no


À la rencontre des

vrais héros

L’histoire de « Jamila » est fictive, mais elle ressemble à bon nombre de cas réels d’enfants et d’adultes qui émigrent vers un autre pays dans l’espoir d’y trouver une vie meilleure.

HANAN Hanan est une réfugiée de 32 ans, originaire du Yémen, qui a suivi une formation professionnelle à Addis-Abeba avec de nombreuses autres femmes de différents pays. Elle était très angoissée à l’idée de retourner à l’école après tant d’années. Elle se demandait si une étudiante adulte et réfugiée comme elle réussirait à s’intégrer, mais ses inquiétudes se sont vite dissipées quand elle a fait la connaissance de ses camarades de classe, en particulier sa meilleure amie en Éthiopie, Yanchinew. Elles sont devenues amies en participant à cette formation, la première du genre en Éthiopie, où réfugiés et Éthiopiens peuvent étudier ensemble des sujets allant de la cuisine à la mécanique en passant par le travail du bois. « Nous sommes très proches et nous nous aidons mutuellement dans nos études », dit Hanan. « Quand quelque chose n’est pas clair, il y a toujours quelqu’un dans le groupe pour expliquer. » Passer du temps avec ses camarades de nationalité éthiopienne a également aidé Hanan à mieux comprendre et apprécier son nouveau pays. « Nous apprenons la langue, la culture et le mode de vie de nos camarades de classe. Cela a changé notre façon de voir la vie », ajoute-t-elle.

26

Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés


YOUNES Je m’appelle Younes. J’ai 10 ans et je viens d’Iraq. Je vis ici, au centre d’hébergement ouvert de Drama, avec ma mère, ma sœur et mon frère. Notre père n’est pas avec nous. Depuis peu, je vais tous les jours à l’école primaire grecque. Le cours de grec est mon préféré, et je n’ai pas de difficulté à apprendre cette langue. À l’école, j’ai des amis et des camarades de classe grecs. Quand la cloche sonne et que nous sortons pour la récréation, nous jouons tous ensemble au ballon dans la cour de l’école. J’aime tellement aller à l’école ! Je rêve d’être médecin quand je serai grand. *L’OIM-Grèce assure le transport sécurisé des élèves des centres d’hébergement vers les écoles, et a distribué des kits contenant des cahiers, des stylos, des crayons et d’autres fournitures scolaires indispensables, avec le soutien de la direction générale Protection civile et opérations d’aide humanitaire européennes de la Commission européenne. Campagne « Je suis migrant », Organisation internationale pour les migrations (OIM)

KATHERINE Je m’appelle Katherine. Je suis péruvienne et cela fait deux ans que je vis au Royaume-Uni. Depuis que j’ai quitté mon pays et mes proches, la nostalgie fait partie de mon quotidien. J’avais besoin de combler ce vide avec des activités en lien avec mon Pérou bien-aimé. La danse a toujours été ma passion. Je danse depuis mon enfance. Comme mon père dit toujours : « C’est dans notre sang, et ce qui est hérité ne peut être volé ». J’ai participé à différents spectacles de danse folklorique à l’école et à l’université. J’ai même participé à des spectacles de danse de l’association culturelle Brisas del Titicaca. Ces expériences m’ont

27


permis d’apprendre de nouvelles techniques et un répertoire auquel j’ai intégré des danses typiques du Pérou. Je voulais partager cette expérience et cette passion avec d’autres personnes. C’est pourquoi j’ai lancé l’initiative ArtPerUK en mai 2019. Je transmets notre riche patrimoine de musique et de danse à d’autres migrants. Nous apprenons et nous nous amusons en même temps. À l’avenir, j’aimerais que cette initiative serve de tremplin à un nouveau groupe de danse. Il se produirait régulièrement à Londres et ferait rayonner la culture péruvienne. J’espère que l’initiative se poursuivra et se développera, afin que nous puissions transmettre ce patrimoine à nos familles au Royaume-Uni et avoir la satisfaction de contribuer à mieux faire connaître notre merveilleux pays, le Pérou. Campagne « Je suis migrant », Organisation internationale pour les migrations (OIM).

28


8

Derrière chaque

donnée statistique, ilA y

Voici quelques exemples de données statistiques encourageantes, qui mériteraient d’être mises en avant par les médias. Certains des chiffres ci-dessous pouvant évoluer de jour en jour, il convient de se reporter aux sites Web des organisations concernées pour obtenir les informations les plus récentes. • En 2016, une augmentation

• 85 % du montant total des revenus des

spectaculaire de la somme d’argent -

migrants restent dans les pays d’accueil,

plus de 445 milliards de dollars - que les

ce qui représente environ 3 000 milliards

migrants envoient à leur famille dans les

de dollars par an.

pays en développement a permis de sortir des millions de personnes de la pauvreté. • Les petites sommes de 200 ou 300 dollars que chaque migrant envoie chez lui représentent environ 60 % des revenus des ménages qui les reçoivent. • Environ 40 % des envois de fonds (approximativement 200 milliards de dollars) sont à destination de zones rurales, où vivent la majorité des pauvres. • Au cours de la dernière décennie, les envois de fonds ont augmenté de 51% -

• Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) dispose de données sur 3,9 millions d’apatrides. • Plus de 92 000 réfugiés ont été réinstallés. • En 2015, des pays de l’Union européenne ont offert l’asile à 292 540 réfugiés. • En 2018, plus de 2 400 migrants ont été évacués de Libye, contre un peu moins de 400 en 2017.

bien plus que l’augmentation de 28% des

• Le nombre de décès de migrants en

migrations en provenance des pays en

mer a diminué de près de moitié entre

développement.

2015 et 2018.

• Actuellement, environ 200 millions de travailleurs migrants font vivre quelque 800 millions de membres de leur famille dans le monde. 29


La Genève internationale Située à la pointe sud-ouest du territoire helvétique, Genève peut s’enorgueillir de certains des principaux atouts de la Suisse. Les vues spectaculaires sur les montagnes environnantes subjuguent à la fois les nouveaux venus et les résidents de longue date, le dynamisme de son centre financier attire des gens d’affaires du monde entier, sa qualité de vie est sans pareille, mais surtout, Genève héberge un grand nombre d’organisations internationales. C’est pourquoi l’on parle de la « Genève internationale » Tout a commencé en 1863, lorsque la Croix-Rouge a été créée dans le but de protéger les victimes de conflits armés. Aujourd’hui, les personnes se réunissent à Genève non seulement pour remédier à des besoins humanitaires, mais aussi pour agir en faveur de la paix, de la santé, de la science et des droits de l’homme, et pour chercher des solutions aux problèmes posés par les migrations ou les changements climatiques. La Genève internationale regroupe des organisations internationales, des établissements universitaires, des entreprises internationales, de nombreuses organisations non gouvernementales et les représentants permanents de 180 États Membres de l’ONU. L’action de la Genève internationale est perceptible bien au-delà de la ville elle-même et est guidée par le Programme de développement durable à l’horizon 2030. En poursuivant les 17 objectifs de développement durable, la Genève internationale et ses nombreux partenaires dans le monde luttent contre la pauvreté, préviennent les violences, protègent la planète, et font tant encore. Genève est peut-être petite par la taille, mais elle est grande par son rayonnement. C’est la ville où le monde se donne rendez-vous pour trouver des solutions. 30


Les objectifs de développement durable À une époque où nous sommes bombardés par les mauvaises nouvelles, nous pouvons facilement nous sentir découragés et démunis pour améliorer le monde dans lequel nous vivons. Heureusement, pour remédier à ces nombreux problèmes, les dirigeants mondiaux ont adopté le Programme 2030, un document d’orientation consistant en 17 objectifs pour transformer notre planète et en faire un meilleur lieu de vie. Ces objectifs concernent tout le monde, ils ne laissent personne de côté, ils sont tous interdépendants et leur réalisation est de la responsabilité de chacun. Nous avons tout ce dont nous avons besoin pour aider chacun à s’épanouir et à exprimer pleinement son potentiel. Ensemble, créons un monde de paix, de droits et de bien-être.

31


Le projet de changement de la perception Souvent, lorsque les gens entendent parler de l’ONU pour la première fois, leur regard s’illumine. C’est surtout vrai s’il s’agit d’enfants. Savoir qu’il existe une organisation capable de réunir le monde entier au nom de la paix, des droits et du bien-être offre un réconfort incomparable. Il n’est nul besoin d’expliquer pourquoi cette organisation est nécessaire. Nous savons tous pourquoi. Elle existe, pour nous tous. Et elle fait partie de la Genève internationale. Dans le même temps, ce sentiment d’émerveillement et de sécurité se dissipe rapidement, car l’époque est tumultueuse et, évidemment, la réalité est différente. Nous avons des hauts et des bas, et nous devons aussi sans cesse nous adapter pour relever de nouveaux défis. Il est d’usage que les médias attirent l’attention sur les éléments négatifs et que nous considérions les éléments positifs comme acquis. Il est dans notre nature d’insister sur les problèmes à résoudre, plutôt que de louer nos mérites. Pourtant, l’ONU et ses partenaires maintiennent leurs objectifs, et leur action continue d’avoir des répercussions profondes, ce dont nous n’avons pas toujours conscience dans notre vie quotidienne. La bonne nouvelle est que cette constellation d’organisations qui constitue la Genève internationale est toujours en place et qu’elle poursuit sa noble mission. La Genève internationale appartient à chacun de nous. Pour qu’elle puisse se développer, il faut que sa valeur et son influence soient reconnues et qu’elle soit assurée de pouvoir mener à bien son mandat. C’est dans ce but que le projet de changement de la perception a été créé, et il l’atteint chaque fois qu’il parvient à rallumer cette étincelle dans les yeux à l’évocation de l’ONU.

32


Copyright © 2020 La série de publications Iceberg a été inspirée par les infographies « Iceberg » du projet de changement de la perception, qui mettent en évidence ce que les médias choisissent de montrer et ce qu’ils préfèrent généralement occulter ou passer sous silence, lorsqu’ils rendent compte de l’action des Nations Unies face aux problèmes mondiaux. La production de la présente brochure n’aurait pas été possible sans le concours financier de la Fondation pour Genève. Nous remercions tout particulièrement la Division de la gestion des conférences de l’ONU Genève pour l’édition, la traduction et l’impression des ouvrages, et l’Union University de Jackson, Tennessee (États-Unis) pour les illustrations. Imprimé en 2021 par la Section de l’impression de l’ONU Genève. Auteure : Kirsten Deall Illustratrice : Melinda Posey


La migration représente une chance à saisir, en particulier pour les jeunes, qui constituent la majeure partie des mouvements migratoires annuels. Lorsque les jeunes pensent à la migration, ils voient une meilleure vie, une meilleure éducation et de meilleures perspectives professionnelles. Ils savent qu’ils devront braver bien des dangers avant de commencer cette nouvelle vie tant espérée, mais ils sont prêts à risquer leur vie pour en trouver une meilleure. Le parcours de Jamila, comme celui de tant d’autres, est semé d’embûches. Les défis qui se présentent à elle ne doivent pas nous attrister, mais nous rappeler l’importance que revêtent la liberté, la dignité, l’équité et la sécurité pour tous ceux qui traversent les frontières dans l’espoir d’un avenir meilleur. Les migrants qui parviennent à relever tous ces défis peuvent à la fois s’épanouir sur le plan personnel et stimuler le développement économique et social de leur pays d’origine comme de leur pays de destination.

Profile for Perception Change Project (PCP)

ICEBERG SERIES #5 - Jamila (French)  

ICEBERG SERIES #5 - Jamila (French)  

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded