Issuu on Google+


Club de lecture du 22 mars 2010 Les participants du club du lundi souhaitent vous faire partager leurs lectures et leurs coups de cœur.

Annie a aimé cette BD :

KRIS // Coupures irlandaises Références : BD/A KRI Deux ados «bretons» partent 2 mois en Irlande dans le cadre d'un échange entre deux familles, l'une protestante habitant les beaux quartiers et l'autre catholique vivant en plein ghetto. Basée sur une histoire vraie mais avec une fin différente, l'auteur met en scène l'insouciance des adolescents dans un monde en conflit qui les fait grandir trop vite. Les dessins me paraissent manquer de précision. J'ai aimé cette BD pour l'histoire qui nous est racontée.

Et ce roman

Dacia MARAINI // La vie silencieuse de Marianna Ucria Références : R MAR Un livre qui se dévore : on s'attache très vite à l'histoire de Marianna sourde et muette en Sicile au XVIII° siècle. L'on a envie que tout se passe bien pour elle et on lui souhaite une vie enfin heureuse. A travers son histoire on découvre la vie des femmes à cette époque, mariées trop jeunes et mères trop tôt.

Et cet autre roman :

Christopher BROOKMYRE // Les canards en plastique attaquent Références : R BRO L'auteur met en scène un journaliste qui pense que les médiums n'existent pas. Par conséquent les «exploits» du mage Gabriel Lafayette ne sont pour lui que lucrative fumisterie. Les termes «canards en plastique» désignent les gens qui croient envers et contre tout au surnaturel et contre lesquels le journaliste va devoir déployer tous ses arguments ainsi qu'une énorme force de persuasion. Le roman peine à démarrer et il faut s'accrocher jusqu'au milieu de celui-ci pour enfin lui trouver un intérêt. Il est par ailleurs écrit à la façon d'un puzzle ce qui oblige le lecteur à reconstituer le récit petit à petit.

Graziella a aimé ce roman :

Henning MANKELL // Les chaussures italiennes Références : R MAN Frédéric Welin, chirurgien dont la carrière a été brise à la suite d'une erreur médicale, s'est retiré sur une île déserte de la Baltique. Il n'a pour seule compagnie qu'une chienne et une chatte et de temps en temps la visite de Jansson facteur hypocondriaque. Pour se sentir vivant dans cette immensité


glacée, il prend chaque jour un bain dans un trou qu'il creuse dans la glace. Il note dans un calepin tout ce qu'il voit. Puis un jour Jansson laisse quelqu'un sur le ponton. Une femme, Harriet, avec qui il vivait avant de partir pour les Etats-Unis poursuivre sa carrière et qu'il n'a plus vue depuis 40 ans. Sur fond de descriptions de paysages suédois, Mankell met en scène la solitude, la relation entre deux êtres et la peur de la mort.

Gilbert nous fait partager sa fascination et son intérêt pour cette série BD :

Yves SWOLFS // Black Hills Cette BD en quatre volumes raconte la rencontre entre deux hommes d'origine différente dans les montagnes Black Hills dans l'état du Dakota du sud en 1890. Le premier, Lewis Kayne, est un aventurier qui a roulé sa bosse dans ces régions depuis très longtemps. Il vit avec une squaw dont il a un enfant (ces derniers seront assassinés au début de l'histoire). Le second est un photographe français venant faire un reportage sur les réserves indiennes. Il a énormément d'idées arrêtées sur ces peuples comme pouvaient en avoir les gens qui les voyaient depuis notre côté de l'océan. Sur cette trame Swolfs met en scène la spoliation du peuple sioux par la violation de tous les traités conclus jusqu'alors, l'assassinat de Sitting Bull et le massacre de Wonded Knees. Je tiens à préciser que les bibliothèques ne possèdent pas cette série mais vous proposent d'autres titres du même auteur : «Durango» (sur le même thème), «Légende» et «Le prince de la nuit» (sur un autre thème) Christiane évoque «Le rapport Brodeck» de Philippe Claudel. Livre bien écrit et d'une grande sensibilité.

Laure nous parle de :

Robert VAN GULIK // Les nouvelles enquête du juge Ti Références : R VAN (policier) Ce roman est intéressant car il met en scène la Chine des empereurs ce qui m'a permis de découvrir la vie quotidienne à cette époque. Cependant je trouve qu'il y a trop de personnages aux noms compliqués ce qui perturbe ma lecture et gâche mon plaisir.

Jacques a aimé ce roman

Jean D'AILLON // Juliette et les Cézanne Références : R AIL (policier) L'auteur utilise la 2° guerre mondiale pour montrer comment le trafic d'œuvres d'art a été florissant durant cette période. John Cavendish est chargé par la résistance de mettre la main sur des tableaux de Cézanne. Des maquis de Provence aux bars de la Plaine, de la Gestapo de la rue Paradis au musée Granet s'engage une course mortelle entre les S.S. et les résistants, chacun tentant de mettre la main sur ces tableaux. Qui est réellement Cavendish ? Sa capture permettra-t' elle de faire éclater la vérité ? C'est d'une plume alerte et vive que Jean d'Aillon nous entraîne de péripéties en découvertes... José, quant à lui, nous parle des romans policiers de Jean Contrucci. Chacun d'entre eux se situe à Marseille et met en scène avec beaucoup de bonheur un fait divers plus ou moins connu.


Les bibliothécaires vous proposent :

Douglas PRESTON, Lincoln CHILD // Les croassements de la nuit ; le grenier des enfers Références : R PRE (policier) Dans « Les croassements de la nuit» les auteurs nous livrent une histoire bien menée, une intrigue à rebondissements. Basée sur le passé indien des EtatsUnis et sur le folklore, cette enquête d'Aloysius Pendergast nous entraîne dans les méandres de l'esprit humain. Il est impossible de s'ennuyer tant cette exploration est minutieuse mettant en relief tant le bon que les pires aspects de l'homme. Ce roman laisse une trace quasi indélébile car l'accent de vérité qui s'en dégage ne laisse pas indifférent. Preston et Child ont su créer des personnages fascinants. John Aloysius, agent du FBI, riche, cultivé, intelligent et mystérieux, issu d'une famille de fous meurtriers voue son existence à la police, à la recherche des criminels. Il est secondé notamment par Vincent d'Agosta, lieutenant de police, engagé dans la même quête de vérité que Pendergast tandis-que William Smithback, journaliste au grand cœur, voue un attachement et une confiance sans borne à ce même Pendergast. Ces romans se détachent de la production habituelle par la touche scientifique présente dans chaque enquête, la qualité des personnages, leur psychologie très fouillée et la restitution saisissante de la vie quotidienne qui poursuivent le lecteur longtemps après sa lecture.

Laurence LEMAIRE // Les gens de Marseille font le guide Références : 914.09 LEM La meilleure façon de visiter une ville ou un pays est de se faire conduire par un local. Laurence Lemaire a demandé au grec, à l'italien, à l'arménien, au pied- noir de raconter son quartier pour lequel bat son cœur. Ils viennent des Alpes ou de Corse, sont nés au coin de la rue, tous sont fiers d'être marseillais et parlent de leur quartier avec amour, tendresse, ironie parfois. Ils savent communiquer leur bonheur de vivre à Marseille et vous donnent l'envie de les suivre dans les méandres des rues de leurs quartiers à la découverte des jardins ou des monuments.

Robert MARGERIT // L'île des perroquets Références : R MAR Ce roman est une pure merveille. Une plongée dans le monde des pirates de la Caraïbe comportant tout les ingrédients du roman maritime dans la grande tradition des Conrad et Stevenson. Au cœur du XVIII° siècle, accusé d'un crime qu'il n'a pas commis, un jeune paysan s'évade la veille de son exécution. Egaré sur les quais du port, terrorisé à l'idée d'être repris par les soldats, recruté par hasard et presque de force, ce dernier embarque sur un navire. Marin de fortune, il va découvrir petit à petit la vie à bord, les traditions, les coutumes maritimes quelques fois barbares et plonger au cœur de la piraterie. Je vous invite à lire sans tarder ce grand roman d'aventure qui vous laissera ébloui, enchanté, transformé, heureux en un mot.


Jean-Marie G. LE CLEZIO // L'africain Références : R LEC Dans ce court récit autobiographique l'auteur évoque son père et l'Afrique. On y ressent tout d'abord la touffeur de la brousse et les êtres voilées par la chaleur étouffante qui enveloppe toute chose. Ensuite apparaît le lien quasi charnel qui unit ce médecin de brousse et l'Afrique. Cette relation exceptionnelle est faite de don de soi, d'abandon et de renoncement, d'amour infini entre un homme et un pays, un homme et ses habitants. Il est devenu un africain de toutes les fibres de son être, de son âme. Il se comporte comme lui, pense comme lui, n'a plus conscience de la couleur de sa peau: il s'est littéralement fondu dans le pays. Le réveil sera terrible, bouleversant, destructeur. Ce récit est aussi une fabuleuse mise en scène des corps, des sentiments, de la sensualité et de l'amour au cours duquel Le Clezio se découvre réellement à travers la vie de ce père qu'il n'a pratiquement jamais connu.

Ken Follett // Les piliers de la terre Références : R/CD FOL (livre lu) 1327. Quatre enfants sont témoins d'une poursuite meurtrière dans les bois : un chevalier tue deux soldats au service de la reine, avant d'enfouir dans le sol une lettre mystérieuse dont le secret pourrait mettre en danger la couronne d'Angleterre … Une grande épopée historique non pas à lire mais à écouter avec bonheur sur un lecteur MP3. Le narrateur, hors pair, fait revivre avec un rare bonheur batailles, marchés, dialogues …. Rien ne manque ni le cliquetis des épées, ni le hennissement des chevaux ou les cris des marchands pour que votre imagination recrée toutes les images suggérées et vous emmène avec force dans une époque révolue. Laissez-vous envoûter et rejoignez sans tarder Ellen et Aliena dans leurs aventures.

SERIES BD SEPT : Une série à concept qui annonce sept albums au centre de chacun desquels ,on trouvera sept «intervenants» bien typés,qui promène le lecteur dans un monde tantôt fantastique tantôt historique. Chaque BD aura son illustrateur et son scénariste. Vehlmann,Phillips (scénariste) Sean Philips (illustrateur) // Sept psychopathes Références : BD/A VEH Sept psychopathes sont recrutés pour assassiner Hitler en 1941.C'est une aventure au dénouement original et une fin surprenante. A noter que le scénario a été travaillé avec des faits historiques réels. En résumé,une bonne BD à lire même si on reste un peu sur notre faim (récit un peu tronqué pour tenir en seul tome).

David Chauvel (scénariste) Jérôme Lereculey (illustrateur) // Sept voleurs Références : BD/A CHA Deux nains recrutent cinq voleurs pour une mission risquée mais très lucrative: s'emparer du fabuleux trésor de leur peuple. Au final,on se retrouve avec un divertissement de qualité, les dessins et leur coloration n'est pas en reste et on passe un excellent moment dans un univers enchanteur.


Club de lecture du 06 avril 2010 Les participants du club du mardi souhaitent vous faire partager leurs lectures et leurs coups de cœur.

Simone a aimé :

Douglas KENNEDY // Quitter le monde Références : R KEN Ce roman écrit à la première personne retrace la vie d'une femme qui va de drame en culpabilité de sa plus tendre enfance à l'âge adulte. Enseignante reconnue, enfin heureuse grâce à la naissance d'une petite fille, elle va basculer dans l'horreur à la mort de cette dernière. C'est la disparition d'une jeune fille et l'enquête qu'elle va mener pour la retrouver qui lui redonneront le courage de faire face à ses démons et de relever la tête. Drame psychologique et social ce roman nous fait découvrir la vie quotidienne aux Etats-Unis, avec ses travers, ses manies et questionne longuement sur le deuil et le destin. Le récit est un peu lent au démarrage car il trace le portrait d'une héroïne que l'on croit centrée sur elle-même. Cependant dès le milieu du livre l'intrigue s'emballe, le récit prend une saveur nouvelle, vous entraîne vivement vers un dénouement surprenant. Il s'agit par ailleurs d'un roman comportant de très nombreuses références littéraires françaises et américaines. Un très bon roman qui se lit avec beaucoup de plaisir.

Lucie a aimé :

Paullina SIMONS // Le secret de Lily Quinn Références : R/LV SIM (policier) Lily mène une vie tranquille mais fragile à New York . En effet entre sa mère «cinglée» et son père inconsistant Lily se sent bien seule et la disparition de sa colocataire aura un effet surprenant. Elle s'attache très fortement au policier bourru qui mène l'enquête et verra toutes ses certitudes voler en éclats. Ce roman est bien écrit, prenant et tient son lecteur en haleine d'un bout à l'autre. Le suspense est habilement entretenu à la fois sur le mystère de la disparition et sur la maladie.

Lucie souhaite également nous faire part de son plaisir à la lecture de deux albums pour enfant :

Sandra POIROT CHERIF // L'oiseau de Mona Références : A POI Les très belles et très simples illustrations nous font découvrir une enfant dans sa vie quotidienne : à l'école, à la maison, dans la rue … Cependant au dessus de cette enfant vole toujours un oiseau noir. Et l'on découvre au fil des pages qu'un petit garçon est également pourvu de cet oiseau noir. Ces enfants sont des sans-papier. L'oiseau symbolise les angoisses, les difficultés, la peur quotidienne de vivre engendrées par cette situation. Les illustrations enrichissent le texte et apportent une dimension supplémentaire à l'histoire.


Didier MOUNIE // Une puce dans la savane Références : A MOU Après avoir créé tous les animaux de la savane, l'esprit de la terre crée la puce. Cette dernière arrivant en dernier et compte tenu de sa taille ne trouve pas de nourriture adaptée. Méprisée par les autres mais opportuniste et débrouillarde, cette puce saura se tailler la part du lion en exploitant tour à tour tous les animaux. Cette histoire très drôle permet de comprendre la place et le rôle de chacun dans le monde animal. Elle déclenchera de grands éclats de rire chez vos tout-petits.

Joaquim MELO // Viva favela ! Quand les démunis prennent leur destin en main Les habitants de cette favela d'une grande ville du Brésil ont lutté pendant des années pour sortir de l'exclusion, accéder à l'eau potable et courante par exemple. Ils ont créé une banque communautaire qui fonctionne avec sa propre monnaie et propose des crédits sur le modèle des micro crédits. Ce récit raconte la formidable aventure des habitants de cette banlieue pauvre, le regain d'espoir et la reconquête de leur dignité envers et contre tout. Ce livre ne figure pas au catalogue des bibliothèques. Cependant si les demandes de lecture sont nombreuses nous pourrions en faire l'acquisition.

René nous communique son avis sur les deux romans suivants :

Andrea CAMILLERI // Les ailes du sphinx Références : R CAM (policier) Le cadavre d'une jeune femme au visage défiguré par un coup de feu vient être découvert dans la décharge. Une autre affaire moins préoccupante mobilise la police : le kidnapping du mari d'une habitante du village. Le commissaire Montalbano va devoir faire preuve de beaucoup de savoir faire et d'intuition pour résoudre ces deux énigmes. Le style est un peu déroutant. En effet le texte original écrit en sicilien présente des tournures de phrases pour le moins curieuses. Ce roman présente une grande richesse de détails contemporains d'une Sicile en devenir.

Andrea H JAPP // Aesculapius Références : R JAP Un médecin réputé est arrêté et condamné à la Question Inquisitoriale pour avoir pratiqué des accouchements sans douleur.... L'auteur relate une intrigue forte composée de personnages haut en couleur dans une atmosphère religiomystique de la France du XIV° siècle.


Les bibliothécaires vous proposent : Coup de cœur ! Jean-Paul DELFINO // Zumbi Références : R DEL Semba est un jeune guerrier africain qui, un jour, est capturé par les âmes damnées des négriers brésiliens. Sa vie devient alors un enfer. L'auteur sait mettre à nu avec talent l'élite lisboète au Brésil alors sous domination portugaise. Ces blancs, non contents de promener avec morgue leur supériorité d'homme blanc, sont un concentré de toute l'ignominie , de tous les vices, de toutes les déviances et perversions dont l'espèce humaine est capable. Rien ne vous sera épargné dans la descriptions des sévices infligés à ces malheureux esclaves. Il y a plus terrible encore dans ce roman. En effet les motivations qui conduisent les blancs à ces comportements extrêmes et avilissants sont tout simplement écœurantes et l'on peut parler de puanteur en ce qui concerne ces derniers. Sous le fallacieux prétexte d'absence d'âme chez les noirs, le clergé totalement dévoyé, cautionne tous les traitements qui leur sont infligés mais approuve également des pratiques amorales et tabous au sein de la bourgeoisie. Le portrait que l'auteur trace de l'élite blanche est saisissant d'autant plus qu'il est inspiré de faits réels, il se révèle être une véritable révélation tant le récit est précis, documenté, argumenté et dénué de tout esprit partisan ou de vengeance. Il est servi par une écriture fluide, simple et belle qui va droit au cœur, une syntaxe sans fioriture d'une redoutable efficacité au service des personnages et du déroulement du récit. Dès la première page ce livre vous captivera et vous entraînera dans une histoire difficile au milieu de laquelle vous verrez poindre l'espoir ténu mais tenace de Semba de changer de vie, rejoindre ces ex-esclaves évadés qui ont fondé une ville quelque part là-bas derrière la forêt.... Jean-Paul Delfino sait communiquer avec passion son amour du Brésil, alors n'hésitez pas ouvrez «Zumbi»

René FREGNI // Lettre à mes tueurs Références : R FRE (policier) Ce roman, paru il y a quelques années déjà, laisse un excellent souvenir et pose une question importante. Un homme ordinaire se trouve malgré lui lancé dans une aventure sanglante au cours de laquelle pour protéger son enfant menacé de mort il tuera. Aux prises avec les truands du milieu marseillais, ignorant des mœurs de ces derniers et de leurs collusions avec la police, fidèle à un ami d'enfance devenu truand, ce personnage va se débattre de toutes ses forces au centre d'un imbroglio incroyable. Ce personnage, par son comportement, brouille très vite tous les repères. Où est le bien ? Où se situe le mal dans ce récit ? La volonté farouche de protéger, sauver une jeune vie, peut-elle justifier un assassinat ? C'est la question centrale que pose ce roman noir et qui en constitue le fil rouge !! Toutes ces péripéties se déroulent sur fond de très belles descriptions de Marseille que l'auteur connait et aime particulièrement.


Marek HALTER // le vent des Khazars Références : R HAL Nous sommes au X° siècle entre les monts du Caucase et l'embouchure de la Volga, un royaume se converti au judaïsme. Par ailleurs l'intrigue met en scène un écrivain, Marc Sofer un contemporain, qui veut tout connaître d'une pièce frappée au X° siècle que lui a remis un juif des montagnes. L'enquête historique de Marc Sofer va croiser, dans un incessant va et vient, l'épopée des Khazars. Nous découvrons au fil de la lecture des similitudes étranges entre des personnes que des siècles séparent, des attentats et des violences qui se font échos, les vies des personnages qui s'entremêlent, s'interpellent et petit à petit se mettent en place à la façon d'un puzzle. Marek Halter écrit comme un conteur, vous prend délicatement par la main et vous entraîne dans le sillage de ses personnages au travers des aléas de l'histoire sans vous laisser un seul instant de répit ni une seule seconde d'ennui. Et l'on se prend à regretter la fin de l'histoire, tant celle-ci était belle.

Arnaud GUILLOIS (scénariste et illsutrateur) // L'Irlandais Références : BD/A GUI Sean, jeune irlandais vivant à Paris, se retrouve impliqué dans une sombre histoire de meurtre. Une amie cartomancienne le sollicite pour retrouver son mari moyennant une certaine somme d'argent. Sean accepte et se retrouve mêlé à de sombres histoires de dettes de jeu, de règlement de compte et de meurtre. Nous sommes devant une BD policière au rythme léger avec une histoire qui prend son temps (facile à lire), dont l'intrigue se passe à Paris sous la canicule et met face à face une famille de gitans, une cartomancienne, quelques amis irlandais (ex IRA),de petits mafieux italiens et un gang chinois.

Elie CHOURAQUI (scénariste)-Serge FINO (illustrateur) // L'étrangleur de Boston Références : BD/A CHO Les auteurs nous content l'histoire d'un criminel qui étranglait les femmes de Boston provoquant une véritable psychose parmi la population dans les années 60. 13 femmes sont assassinées dans des circonstances qui laissent entendre qu'il s'agit de l'œuvre d'un maniaque sexuel, toutes sont retrouvées à leur domicile étranglées et violées.

Jean-François Di GIORGIO (scénariste), Pablo SANTANDER (illustrateur) // Bruxelles Métropole Références : BD/A DIG Cette BD retrace une enquête au XIX° siècle sur des meurtres perpétrés à Bruxelles avec une arme singulière. Bruxelles 1874 : une jeune femme est retrouvée assassinée. Pour la police l'affaire est claire, c'est le mari dont la culpabilité ne fait aucun doute car les témoignages des voisins sont accablants... Bref, tout semble accuser l'époux qui n'a de cesse de clamer son innocence. Pour Mélina, la jeune sœur du suspect, découvrir la vérité ne sera pas de tout repos.


Club de lecture du 03 mai 2010 Les participants du club du lundi souhaitent vous faire partager leurs lectures et leurs coups de cœur. Michèle parle de sa dernière lecture : Georges FOVEAU // La Marche du Nord – R FOV (fantastique) Aux confins de l'Empire, un marchand se plaint des entraves misent à la bonne marche de son commerce. Soze, enquêteur impérial, est envoyé sur place pour y mener des recherches. Il sera accueilli par le commandant Kermadec, dont la garnison se situe aux abords d'une immense forêt peuplée de « sauvages » à l'origine des troubles qui perturbent le commerce d'Aminplein. Le mystérieux Kermadec, militaire de renom, va entraîner Soze au cœur de cette forêt, au contact de ces peuplades. Effaré, apeuré, offusqué, ébahi et certain d'y perdre la vie, l'enquêteur impérial aura beaucoup de mal à faire face à cette civilisation inédite et si différente. Pétri de certitudes sur la supériorité de l'Empire qui est le seul capable de dispenser le bien dans le pays, il va vivre une pénible mais véritable initiation. Le Soze ridicule et hautain du départ va laisser peu à peu la place à un personnage tolérant, à l'esprit ouvert qui n'aura de cesse de s'enrichir, de parfaire ses connaissances au contact de ces « sauvages ». La différence, la tolérance, le rôle des femmes, l'osmose avec la nature sont au cœur de ce roman initiatique, passionnant, prenant, que je vous invite à lire sans tarder. Laura a aimé : Henning MANKELL // La cinquième femme – R MAN - (policier) Quatre religieuses françaises sont assassinées par des intégristes musulmans au mois de mai 1993 en Algérie. Une touriste suédoise, la cinquième femme, qui se trouvait là par hasard, est égorgée elle aussi. Un an plus tard, alors qu'il rentre d'un voyage à Rome avec son vieux père et qu'il s'apprête à passer un automne paisible chez lui en Suède, l'inspecteur Wallander est confronté à une série de crimes très étranges. Trois citoyens apparemment tranquilles et respectables sont tués d'une manière particulièrement sadique. Cette enquête est un peu lente, calme et montre de manière précise le visage de la Suède aujourd'hui. Elle pose également le problème des dérives possibles avec l'émergence des milices initiées par certains citoyens qui pensent que la police ne joue plus son rôle. José a aimé : Jean-Pierre ANGEL // Le peigne en écaille – R/LV ANG En cette fin de soirée de mai 1941 l'angoisse est grande pour la famille de Victor Crespi. Celui-ci devrait être rentré du travail depuis longtemps or il n'en est rien. La terrible


nouvelle leur sera annoncée le lendemain matin. Victor a été arrêté par la police française et interné au camp de Bonne la Rollande. Cet innocent, coupable d'être juif, sera aspiré dans une spirale infernale qui se terminera dans un camp d'extermination. Simon le fils, qui sera finalement le seul rescapé de cette famille de quatre personnes, connaîtra une longue errance, la trahison, la peur mais aussi l'amour et le courage. Jean-Pierre Angel nous raconte une belle histoire, poignante, émouvante où la part la plus noire de l'Occupation côtoie de belles âmes. La force de ce roman est telle que le lecteur se sent témoin, veut agir, réagir mais ne peut pas. Colette a aimé : Jean-Louis BRUNAUX // Les gaulois expliqués à ma fille Dans cet ouvrage l'auteur s'attache à expliquer le pourquoi des images d'Epinal qui peuplent nos mémoires. En effet on les dits querelleurs, porteurs de moustache et combattant à moitié nus ...On sait moins qu'ils s'emparèrent de la ville de Rome avant que César n'envahisse la Gaule, qu'ils pratiquaient une religion riche avec des sanctuaires et des rites, au moins aussi complexe que les religions méditerranéennes contemporaines. Ce livre est passionnant, vous entraîne d'un chapitre à l'autre sans pause et sans lassitude malgré le sérieux du sujet.

Annie a aimé : Philippe CLAUDEL // La petite fille de Monsieur Linh – R CLA Ce roman raconte l'histoire de Monsieur Linh, réfugié solitaire et sans famille ou presque. Il vit avec sa petite fille, un bébé qu'il a sauvé après la mort de ses parents et ne s'intègre pas aux autres exilés. Cependant au cours d'une promenade en ville il va faire la connaissance d'un autre homme âgé avec lequel il va nouer une amitié. Ce roman raconte une histoire simple, avec un personnage lumineux qui vous entraine dans un monde d'émotion et de pureté. Un vrai régal à lire sans tarder. Alice MUNRO // Fugitives – R MUN Ce recueil de nouvelles raconte des histoires de femmes très différentes. Il existe cependant un point commun entre chacune d'elle : ces femmes quittent un beau matin le domicile en laissant la famille. Très facile à lire, une histoire par soir Annie s'est lancée dans la lecture de BD et nous fait part brièvement de ses impressions de lecture : David CHAUVEL (scénariste) Jérôme LERECULEY (illustrateur) // Sept voleurs – BD/A CHADe beaux de dessins mais un scénario moyen. Les péripéties sont trop développées pour une BD.


Fabien VEHLMANN,(scénariste) Sean PHILIPS (illustrateur) // Sept psychopathes BD/A VEHDans la série des Sept, cette BD est ma préférée : une véritable histoire de fou Alain AYROLES (scénariste) Luigi CRITONE (illustrateur) // Sept missionnaires – BD/A AYRUne histoire très originale, des dessins très expressifs.

Annie a lu également : Robert MARGERIT // L'île des perroquets – R MAR Un roman « au goût du large » avec pirates, belles frégates mais aussi une belle histoire d'amitié. J'ai bien aimé ce roman.

Jean-Luc ISTIN // Les contes de l'Ankou, intégrale – BD/A IST Les dessins sont beaux et proviennent de plusieurs dessinateurs aux styles assez homogènes. Les contes et légendes sont bien traités. L'histoire – le fil rouge – qui les relie ne dénote pas. Je vous conseille cette lecture. Graziella absente nous envoie son coup de cœur Brad KESSLER // Hôtel des adieux – R KES Un avion s'écrase sur une île... Kévin et Douglas sont les gérants de l'hôtel depuis dix ans, un lieu paradisiaque qui va devenir le centre névralgique d'une cellule . Les proches des victimes se retrouvent dans leur l'hôtel proche du crash afin de retrouver les leurs car aucune nouvelle ne leur est donnée. Venant tous d'horizons très différents, ils vont s'entraider, se contrer parfois, surmonter chacun à leur façon leur chagrin. Ana, ornithologue nous fait partager sa passion des oiseaux migrateurs...recherche son mari. Pars, iranien, raconte des poèmes persans...recherche sa nièce de qui il est sans nouvelles...Un couple de Taiwanais, fait des offrandes afin de récupérer leur fille...Un musicien bulgare joue du piano afin de se faire entendre par sa femme violoncelliste disparue... Un frère et une sœur se déchirent surmontant avec peine la disparition de leurs parents... Dans le 1er chapitre on assiste à l'accident à côté des victimes, on entre directement dans l'histoire... L'émotion est présente tout au long du récit, et, comme les proches, l'on se met à espérer ...un miracle...retrouver des survivants...

Les bibliothécaires vous proposent : Arthur Conan DOYLE // La compagnie blanche – R DOY Ce roman raconte l'histoire d'un jeune étudiant Alleyne Edricson, qui devenu écuyer, s'en va guerroyer en France en compagnie de joyeux drilles. Cette histoire est un parcours initiatique, celui de ce jeune clerc, cadet de bonne famille mais désargenté, qui va tenter de trouver gloire, fortune et honneur comme il se doit pour une personne bien née. Ce long roman se lit d'une traite tant les personnages sont captivants, le


rythme haletant, les rebondissements nombreux. Du vrai romantisme chevaleresque qui rappelle Les trois mousquetaires de Dumas ou Le capitaine Fracasse de Gauthier. A lire absolument. Jean CONTRUCCI // Le vampire de la rue des pistoles – R CON – (policier) L'auteur renoue avec la tradition du roman populaire aux personnages sympathiques et truculents. Lire un Contrucci c'est plonger au cœur de Marseille, dans le quartier du Panier, à l'écoute de la vie quotidienne des gens simples. La Belle Epoque, que l'auteur a choisi pour cadre, permet de découvrir des manières de vivre différentes de celles que l'on imagine. L'on se rend compte également que Marseille était déjà une ville cosmopolite, orientale, au carrefour de multiples cultures, un véritable chaudron rempli des richesses les plus diverses. Cette enquête démarre à la suite de la découverte par un passant d'un cadavre ouvert en deux et soigneusement recousu au point de surjet. Les deux enquêteurs, Raoul Signoret et Eugène Baruteau, se lanceront sur les traces d'un dangereux criminel aux pratiques sanglantes qui leur réservera bien des surprises.

Mon coup de cœur va à un auteur : Anne PERRY Anne Perry écrit des romans policiers qu'elle situe dans l'Angleterre victorienne du XIX° siècle. Elle a crée le personnage de Thomas Pitt, inspecteur puis commissaire de police et celui de sa femme Charlotte. Tous deux vivent à Londres. Charlotte est issue du beau monde, mariée au dessous de son rang, amoureuse de son époux et mère de deux enfants. Elle conserve cependant ses entrées dans ce monde. Sa sœur Emily est mariée à un aristocrate qui sera élu député. Elle a des liens d'affection avec Lady Vespasia Cumming-Gould qui n'hésite jamais à lui prêter son concours dans ses enquêtes. Charlotte est un personnage atypique : affranchie des conventions sociales et lectrice assidue de la presse et des compte rendus de la Chambre de Communes, elle a une conscience aiguë des conditions de vie dramatiques des plus pauvres et de la dépendance des femmes dans tous les milieux sociaux et le désir d'œuvrer politiquement pour y remédier. Elle enquête régulièrement avec « tante Vespasia » et Emily afin d'aider son mari ,Thomas qui se dépense sans compter pour chacune de ses enquêtes. La psychologie des personnages est riche, précise. L'on peut constater une évolution chez certains d'entre eux ce qui les rend encore plus attachants. Ils évoluent dans une société que l'auteur décrit minutieusement : les codes vestimentaires, les obligations sociales, les interdits et les pudibonderies, les traditions immuables, la vie politique .... Ceci vaut pour tous les milieux sociaux que les Pitt traversent. Anne Perry décrit également avec beaucoup de talent la mentalité étriquée, ultra conservatrice, le monceau d'idées préconçues et le mépris qui prévalent à l'encontre des pauvres. Cette atmosphère est rendue avec tant de justesse que l'on se prend à vouloir bousculer ces aristocrates odieux et sclérosés dans leurs certitudes. Je lis Anne Perry depuis quelques années. C'est à la lecture de Traitors gate et Long spoon lane que j'ai véritablement découvert cet auteur et tout ce qu'elle révèle de cette partie de l'histoire anglaise. J'apprécie beaucoup son écriture fluide, simple et si précise.


Yasmina KHADRA // Les agneaux du seigneur – R KHA Ce roman raconte l'histoire d'un village en Algérie où chacun se connait, surveille les faits et geste de l'autre et se jalouse. Bref la vie quotidienne avec un peu de religion mais sans plus. Puis un jour, un enfant du village revient au pays. Il est pieux, porte la barbe, reçoit les uns et les autres pour leur parler religion. Il reproche gentiment leurs manquements aux habitants du village en matière de religion, relève les interdits bafoués ...Tout s'emballe brutalement lorsque les jeunes gens tranquilles qui fréquentent ce garçon vont se transformer en tueurs sanguinaires … Un roman très bien écrit qui fait subtilement monter l'angoisse et montre le redoutable effet de groupe. Isabelle MINIERE // Cette nuit-là – R MIN Ce roman n'est pas récent mais son sujet est malheureusement toujours d'actualité. Isabelle Minière utilise la narration en « tu » pour interpeller l'héroïne victime d'un mari violent. Ce mari est un homme charmant en société, respecté par la famille et les amis. Dans le cercle intime il devient un homme qui fait régner la terreur; d'une humeur changeante et imprévisible il maintient sa femme dans une peur constante. Il ne la bat pas mais use de mots bien plus forts et plus terribles que des coups : il humilie, rabaisse, retourne les situations et les accusations et joue de la culpabilité comme d'une torture quotidienne. Ce court récit est tellement vrai et juste dans le ton et les situations que j'ai cru qu'il s'agissait d'une autobiographie. Lorsque j'ai rencontré Isabelle Minière elle m'a expliquée que ce roman est le témoignage romancé des récits poignants que de nombreuses femmes lui ont donné à la suite d'une longue enquête. Isabelle Minière fait preuve d'un talent remarquable tout au long de ce très beau roman.


Club de lecture du 04 mai 2010 Les participants du club souhaitent vous faire partager leurs lectures et leurs coups de cœur. Lucie nous parle de : Jean-Paul DELFINO // L'île aux femmes – R DEL – (policier) Dans ce roman il y a beaucoup de sexe et de morts. Le nombre invraisemblable de morts le rend peu crédible, pas sérieux. A lire si l'on a envie de rire.

René a commencé la lecture de : Marc LEVY // Toutes les choses que l'on ne s'est pas dites – R LEV Quelques jours avant son mariage, Julia reçoit un coup de fil du secrétaire particulier de son père. Comme elle l’avait pressenti, Anthony Walsh – homme d’affaires brillant, mais père distant – ne pourra pas assister à la cérémonie. Pour une fois Julia reconnaît qu'il a une excuse irréprochable. Il est mort. Julia ne peut s’empêcher de voir là un dernier clin d’œil de son père, qui a toujours eu un don très particulier pour disparaître soudainement et faire basculer le cours de sa vie. Ce roman est d'une lecture agréable.

Les bibliothécaires vous proposent : Arthur Conan DOYLE // La compagnie blanche – R DOY Ce roman raconte l'histoire d'un jeune étudiant Alleyne Edricson, qui devenu écuyer, s'en va guerroyer en France en compagnie de joyeux drilles. Cette histoire est en fait un parcours initiatique, celui de ce jeune clerc, cadet de bonne famille mais désargenté, qui va tenter de trouver gloire, fortune et honneur comme il se doit pour une personne bien née. Ce long roman se lit d'une traite tant les personnages sont captivants, le rythme haletant, les rebondissements nombreux. Du vrai romantisme chevaleresque qui rappelle Les trois mousquetaires de Dumas ou Le capitaine Fracasse de Gauthier. A lire absolument. Jean CONTRUCCI // Le vampire de la rue des pistoles – R CON – (policier) L'auteur renoue avec la tradition du roman populaire aux personnages sympathiques et truculents. Lire un « Contrucci » c'est plonger au cœur de Marseille, dans le quartier du Panier, à l'écoute de la vie quotidienne des gens simples. La Belle Epoque, que l'auteur a choisi pour cadre, permet de découvrir des manières de vivre différentes de celles que l'on imagine. L'on se rend compte également que Marseille était déjà une ville cosmopolite, orientale, au carrefour de multiples cultures, un véritable chaudron rempli des richesses les plus diverses.


Cette enquête démarre à la suite de la découverte par un passant d'un cadavre ouvert en deux et soigneusement recousu au point de surjet. Les deux enquêteurs Raoul Signoret et Eugène Baruteau se lanceront sur les traces d'un dangereux criminel aux pratiques sanglantes qui leur réservera bien des surprises.

Jean AUEL // Le clan de l'ours des cavernes T. 1 – R AUE L'action se situe dans la préhistoire. Un tremblement de terre sépare la petite Ayla de sa tribu. Ayla est une cro-magon de l'espèce homo sapiens et sera sauvée par les membres d'une tribu de néandertaliens. Elle va grandir aux côtés de ces hommes et femmes dont le savoir, les connaissances, les comportements sont très différents de ce qu'elle a connu et surtout de son propre développement. Elle se sentira très vite différente, sera regardé avec suspicion par les membres de la tribu et devra se battre contre les hommes et la nature pour survivre et se construire un avenir. Ce roman en 5 tomes est un véritable roman initiatique car nous suivons Ayla de sa plus tendre enfance à l'âge adulte tout au long de son apprentissage de la vie. Le lecteur est captivé par cette héroïne courageuse qui évolue dans un milieu hostile. L'auteur nous entraîne dans cette préhistoire peu connue. Elle sait nous faire sentir les odeurs, la morsure du froid, goûter le gibier cru, entendre les cris, voir le bleu du ciel et la beauté des paysages. Cette saga se décline en 5 tomes que l'on dévore en quelques heures enchanteresses. A lire absolument.

Sam SAVAGE // Firmin,autobiographie d'un grignoteur de livres – R SAV Firmin est un rongeur friand de littérature. Le héros de ce roman est bien un rat, né dans le sous sol d’une librairie de Scollay Square, à Boston. Nous découvrons et parcourons avec lui sa vie : tout petit il dévorait les livres afin de se nourrir, ce qui lui en donna le goût, mais cette fois, pour découvrir leur contenu, il devient un amoureux des belles pages, des auteurs. Firmin passe sa vie entre la librairie et le Rialto, le cinéma de quartier, où il aime venir voir ses petites Mignonnes qui ravissent ses yeux, sans oublier les films avec Fred Astaire. Mais tout n’est pas rose dans sa vie : il est seul. Ses excursions nocturnes deviennent dangereuses car le quartier est en pleine crise sociale et urbaine et Firmin incarne avant tout une créature méprisée et infecte aux yeux de l'homme. C’est un roman réjouissant, un hommage à la littérature, et surtout l’auteur nous permet de retrouver une âme d’enfant à travers ce personnage extravagant. Je pense que tous les amoureux de la lecture se retrouveront dans Firmin.

BD Cédric PEREZ // Caligari – BD/A PERL'histoire nous entraîne à la poursuite d'un tueur en série, une sorte de Jack l'éventreur . Au début du XX° siècle, un jeune homme va tenter, avec l'aide de ses amis, d'arrêter ce malfaisant qui terrorise la ville en tuant des personnes de toutes origines sociales. C'est une adaptation graphique d'un film muet allemand « Les cahiers du docteur Caligari » sorti en 1919.


Le graphisme est aussi très intéressant entre gris clair et gris foncé. La couleur de l'album nous permet donc de nous plonger dans l'atmosphère angoissante de ce thriller à la française. YSLAIRE (scénariste), BALAC (illustrateur) // Sambre – BD/A YSL 1986 : Yslaire et Balac nous font découvrir l'univers torturé de Bernard et Julie, lui aux yeux noirs comme nuit, elle rouges comme sang. Chaque case est travaillée avec une minutie proche de la perfection, telle une peinture, avec ce souci du détail tellement proche de la réalité de l'époque qu'on ne peut que se laisser envahir par les émotions.... tant celles du récit que celles du dessin. Que l'on ne s'y trompe pas, Yslaire ne manipule pas l'Histoire tel un apprenti sorcier. Son livre de référence pour l'époque est "Histoire de la révolution de 1848" de Daniel Stern (Editions Balland). Ce livre est le classique par excellence pour ces événements.

YSLAIRE // La guerre des Sambre - Hugo et Iris – BD/A YSL La Guerre des Sambre est une collection de romans d'amour, reliés entre eux par un fil rouge inconscient et célébrant la messe noire des amants maudits. De la préhistoire à la Révolution, en passant par les Croisades et l’Inquisition, le lecteur reconnaitra les ancêtres des Sambre et de Julie. Dans ce récit en trois parties, Yslaire raconte dans quelles circonstances Hugo Sambre, le père de Bernard Sambre, a rencontré Iris, mère de Julie.

GLORIS T. // Saint-Germain T. 1, T. 2 - BD/A GLO T1 Louis XV, roi de France, confie une mission de haute importance à Maximilien, plus connu sous le nom de Comte de Saint-Germain. Une bonne entrée en matière pour les aventures du Comte le plus anticonformiste du XVIIIe siècle. T2 Maximilien et Joseph se rendent à Venise, la cité des Doges, pour récupérer la substance qui pourra soigner le Maréchal de Saxe. Une suite à la hauteur du premier tome, dans une Europe du XVIIIe siècle pleine de mystères... Nous voici face à de superbes albums à la fois historiques et fantastiques. Le dessin est précis, le trait assuré et les couleurs mettent en relief le travail du dessinateur. Le scénario est on ne peut plus réussi. Humour, beau verbe, personnages attachants, et une fin étonnante qui donne diablement envie de lire la suite, qui, on l'espère verra rapidement le jour. Très très chaudement recommandé


Club de lecture du 31 mai 2010 Les participants du club souhaitent vous faire partager leurs lectures et leurs coups de cœur. Annie a lu les livres suivants Caroline LEPAGE // Pourquoi les mouches aiment-elles les crottes ? 500 LEP Malgré un titre un peu ridicule, ce livre est fait pour les curieux de 7 à 77 ans car ils répond de manière scientifique et simple à des questions très sérieuses. Les réponses aux différentes questions sont faciles à comprendre. Un livre qui se prend, se quitte au fil de la journée et du temps disponible pour la lecture.

Maxime CHATTAM // L'alliance des trois T. 1, série Autre monde R CHA – (fantastique) A force d'abimer la terre, celle-ci se venge en déclenchant une tempête qui détruit tout sauf les enfants. Ils vont être obligé de repartir à zéro mais avec la présence d'êtres étranges qui vont leur compliquer la tâche. Ce roman raconte une histoire fantastique qui se déroule en trois parties : L'alliance des trois, Malronce et Le cœur de la terre

Anne PERRY // Lisson Grove – R PER – (policier) Ceci est une enquête policière menée avec grâce par Charlotte (épouse de Thomas Pitt agent à la Special branch) dans l'Angleterre victorienne. Ce roman est très agréable à lire. Il s'en dégage une ambiance très anglaise au parfum de thé.

CHABOUTE // Fables amères de tout petits riens – BD/A Cette BD présente des histoires très courtes , avec peu de texte mais très réelles et surout très amères voire même acides. Exemple : la caissière du supermarché qui ne sourie pas. La clientèle râle «vous pourriez faire un petit effort !». Elle vient d'apprendre le décès de son papa !!

Annie n'a pas aimé Pascale GAUTIER // Les vieilles – R GAU Ce roman lui a paru triste, présentant un catalogue des habitudes des personnes âgées sans grand intérêt. Cet avis ne doit pas vous décourager de le lire, peut-être y serez-vous sensible et y verrez-vous autre chose.


Laura nous parle de son plaisir à la lecture de Philippe CLAUDEL // La petite fille de Monsieur Linh – R CLA Ce roman est très facile à lire, très poétique et très touchant. Il raconte la solitude et la tristessed'un vieil homme, exilé,qui se remémore sa vie d'avant chaleureuse et gaie. Une rencontre avec un autre solitaire va changer sa vie où la barrière de la langue n'en sera pas une ….

José vous fait part de son intérêt à la lecture de la revue «Les chemins de mémoire» Cette revue est entièrement consacrée aux deux guerres mondiales et propose des dossiers complets et des anecdotes qui permettent de mieux comprendre certains aspects de ces guerres et des personnalités associées.

Danielle GRONDEIN, auteur jeunesse, nous fait partager son coup de coeur Cécile OUMHANI // Une odeur de henné. Editions Paris-Méditerranée Cet ouvrage est le premier roman de Cécile Oumhani après plusieurs recueils de poèmes et de nouvelles parus depuis 1995 chez divers éditeurs. Ce titre fait allusion à la peinture dont on a coutume d'orner les pieds et les mains des mariées au Maghreb. Et l'histoire qui se déroule principalement de ce côté-là de la Méditerranée est celle de Kenza, jeune femme écartelée entre la touffeur des traditions ancestrales et ses propres aspirations de liberté. Dès l'enfance, elle se montre avide de savoir et déterminée à échapper à l'avenir tout tracé de la fille musulmane soumise à l'autorité patriarcale. « Elle suit des yeux la nuée des petits cousins qu'attirent l'odeur du sucre et les prémices des grandes réjouissances familiales. Séparée d'elle-même et du terroir de ses émotions, elle voit comme en un autre monde, ces fillettes qui reproduisent à l'infini le rituel de leurs mères. Elle lit avec étonnement la fierté de ces raccourcis de femmes qui copient avec application même les postures des adultes qui les entourent. » Elle est si bonne élève que ses parents la laissent poursuivre ses études et devenir médecin. Tant qu'ils peuvent être fiers d'elle, ils la laissent tranquille; Ahmed, son père lui donne même accès à sa bibliothèque. Mais quand elle accepte un poste en recherche à Paris sans les consulter, ils se montrent intransigeants, plus sensibles au qu'en dira-t-on qu'aux rêves de leur fille, d'autant plus qu'elle a été demandée en mariage et qu'il est grand temps pour elle et convenable d'accepter, elle a presque 30 ans, si elle ne veut pas rester vieille fille. Même Khadija sa grand-mère chérie auprès de qui elle trouve toujours du réconfort prend le parti des familles; quant à ses frères, ils crèvent de jalousie. Kenza résiste tant qu'elle peut mais finalement c'est grâce à Sami le fiancé imposé et accepté par inadvertance qu'elle peut aller prendre son poste à Paris; il lui accorde cette année de recherches. Alors, « Faudra-t-il qu'elle laisse le henné imprimer sa couleur et son odeur sur ses mains l'été prochain ou celui d'après ? La vie ne serait qu'un contrat à remplir très loin de soimême » Cette année loin d'eux sera-t-elle vraiment synonyme de liberté ? Et pourra-t-elle, sauratelle échapper à des siècles de contraintes et d'obéissance ? Quittera-t-elle Sami pour Jacques qu'elle tient à distance et dont elle se refuse à lire une lettre quand elle est de


retour à Benissa ? Cécile Oumhani ménage l'ambiguïté jusqu'à la dernière page, dans une langue imagée et poétique, foisonnante, véritable contrepoint du questionnement de Kenza. Il y a de la violence et de la passion dans les termes choisis mais aussi de la réserve et de la retenue, surtout avec les retours en arrière dans l'enfance de Kenza. Il y a là des nons-dits qui nous laissent deviner ce que la fillette endure sans le comprendre sans pouvoir mettre de mots dessus. On devine l'excision, les premières règles, la répudiation d'une mariée pas vierge, la mort du grand-père....Ce style particulier à Cécile qui varie selon les états d'âme de Kenza nous permet de mieux comprendre ses contradictions. Elle est à la fois forte et fragile, ligotée par ses principes autant que par son foulard, prisonnière d'interdits qui l'empêchent d'affirmer ce qu'elle ressent, qui elle est ; «Une force obscurément enracinée quelque part au fond d'elle-même lui lie la langue....» mais si désireuse de ne pas se conformer qu'on se prend à le lui souhaiter. On est en empathie avec elle. Un très beau livre, avec une première héroïne attachante. Cécile Oumhani, à travers la description d'une recherche individuelle d'identité, nous entraîne dans la quête universelle de soi.

Les bibliothécaires vous proposent : Donna LEON // De sang et d'ébène – R LEO - (policier) Donna Leon est une américaine installée à Venise depuis plus de vingt ans. Elle a crée le personnage de Guido Brunetti, commissaire, marié à enseignante à l'université et fille de comte et père de deux enfants. Sur les traces du commissaire l'auteur nous fait découvrir la ville mais pas celle des touristes. Elle nous entraine dans la Venise des ruelles, des petits canaux, des places oubliées et des vieux palais décrépis que seul un amoureux de Venise peut nous faire aimer. Elle décrit également la corruption qui gangrène la ville, les compromis qui lient les classes sociales qui détiennent le pouvoir politique et l'on réalise que réside là le vrai danger pour la ville. Elle met en scène également la famille de Brunetti, son épouse et leurs deux adolescents qui représentent la part lumineuse dans ces romans et qui se retrouvent souvent autour d'un plat typique de la cuisine vénitienne. Cependant tous les romans de Donna Leon ne sont pas d'égale qualité et l'empathie qu'elle sait faire naître avec son héros ne parvient pas toujours à faire accepter la moindre qualité de certains ouvrages. Olivier FILIPPI // Un jardin sans arrosage – 635.9 FIL L'auteur nous offre un livre magique. Magique en ce sens qu'il offre de très belles photos de nature et de jardins, puis une documentation précise, riche, fournie et passionnante. Pour chaque plante vous trouverez son origine, sa période de floraison, ses caractéristiques ainsi que les conseils de plantation et les associations souhaitées avec certains autres végétaux. L'auteur consacre tout un chapitre aux techniques de plantation et d'arrosage, ainsi qu'au des choix des plants chez le pépiniériste. Ce livre vous emmène à l'école de la patience et du respect absolu des végétaux ce qui vous permettra d'obtenir un jardin méditerranéen fleuri 10 mois sur 12. A lire absolument.


Claudine Desmarteau // Mes années 70 - H DES Dans cet album, aux pages magnifiquement illustrées et superbement colorées, qui rendra nostalgique plus d'un parent, l'auteur pose un regard tendre et drôle sur sa jeunesse dans « les années 70 du siècle dernier ». Claudine Desmarteau nous fait remonter dans le temps, à la découverte de cette époque, oh combien marquée par sa mode vestimentaire, avec ses sous-pulls en acrylique, ses pantalons en velours brodés, ses cagoules « immondes »..., sa déco avec ses papiers peints aux motifs des plus psychédéliques « que l'on collait partout même au plafond », et son idéologie des moins violentes avec ses Hippies et leur fameux slogan « Flower Power »... Et si les consoles de jeux, les ordinateurs et autres n'existaient pas, ce n'est pas pour autant que les enfants s'ennuyaient. Tous les bonbons qu'il était possible de s'acheter pour seulement un franc, et les blagues que l'on pouvait faire avec le téléphone fixe de couleur orange de papa et maman : le bonheur ! Franck Margerin // Série LUCIEN Guitariste dans le groupe de rock Ricky Banlieue et ses Riverains, Lucien est un personnage central des BD de Frank Margerin. Il vit à Malakoff tout comme ses amis Ricky (le chanteur du groupe), Gillou (le bassiste du groupe) et Riton (le batteur). La 1° apparition de Lucien, Gillou, Ricky et Riton se trouve dans l'album Ricky Banlieue (1979), dans l'histoire Les rois du rock. Les parents de Lucien sont assez classiques. Il a par ailleurs une petite sœur et un petit frère ainsi qu'un cousin (Nanard, tendance baba-cool). Lucien porte un blouson de cuir Perfecto et une banane démesurée et gominée, il a les cheveux bruns, porte un jean et un T-shirt. Dans les premiers albums, il porte des santiags aux pieds, santiags qu'il délaisse ensuite pour une paire de baskets Converse. Toujours embarqué dans des plans galère (avec ou sans ses potes), Lucien fait naître l'expression « plan à la Margerin » pour évoquer des plans foireux. Dans le dernier album, malgré 30 ans de plus, il a toujours le même look mais avec des cheveux gris ; il est un peu plus gros, marié et père de deux enfants. Week-end motard,T8 // Série Lucien - BD/A MAR Ricky décide de s'acheter une moto. Il demande conseil à Gillou le mécano de service. Avec Lucien et un autre pote,ils décident d'aller passer le week-end au 24h du Mans. Nanard le cousin dans un premier temps prié de resté chez lui est rappelé, car il y a trop d'affaires à transporter. Sa 2 CV est alors bien utile. Le voyage jusqu'au Mans est déjà une aventure en soi une fois sur le circuit, c'en est une nouvelle qui commence.

Jean-Luc Luciani, Eric Tournaire (illustrateur) // Fables marseillaises – H LUC Dans ce livre illustré par Eric Tournaire,nous pouvons retrouver les textes hilarants mais tellement vrais de Jean-Luc Luciani, inspiré des fables de La Fontaine. Quel plaisir de retrouver « Le Renard et les Raisins », « Le Loup et l'Agneau » ou Le Lièvre et la Tortue » à la mode marseillaise, ce qui donne : « Le Maquereau et les Tapins », « Le Poivrot et le Minot », et « La Béhème et le Vélo ». Un véritable régal pour les petits et grands...


Maëster // Soeur Marie-Thérèse des Batignolles – BD/A MAE Sœur Marie-Thérèse n'est pas une sœur comme les autres. Elle aime boire le vin, fumer des pétards, ne se plie à aucun règlement et ne supporte pas les enfants. Néanmoins elle revendique son statut de femme - avec une forte musculature - et de bonne sœur qui tente de s'amuser dans le monde austère des couvents.


Club de lecture du 1er juin 2010 Les participants du club souhaitent vous faire partager leurs lectures et leurs coups de cœur. Lucie a lu : Kitty SEWELL // Fleur de glace – R/LV SEW L'action se situe dans le grand nord canadien au milieu de paysages dont la description est époustouflante. Le personnage principal, notable de Cardiff, voit sa vie bouleversée lorsqu'il reçoit le courrier d'une jeune fille se disant sa fille. Incrédule, affirmant le contraire à son épouse, il se soumet à un test de paternité dont le résultat le conduira tout droit dans ce grand nord afin d'élucider le mystère. Amour, trahison, jeux de pouvoir jalonnent ce roman bien mené qui se lit avec plaisir.

Isabel ALLENDE // La cité des dieux sauvages – R ALL Le héros Alexander part en Amazonie à la recherche d'une cité perdue. Il est accompagné par sa grand-mère, une baroudeuse qui n'a pas froid aux yeux. On retrouve dans ce roman tous les ingrédients du roman d'aventures : une belle jeune-fille, , des rebondissements, des surprises et des découvertes inattendues qui font de ce roman une lecture agréable et facile.

Brigitte WENNINGER // Un pour tous tous pour un – A WEN Cet album raconte l'histoire d'un souriceau qui au une jambe trop longue et des moustaches trop courtes. Malgré ce handicap, le souriceau va partir à la découverte du monde et des différences entre les êtres qui le peuplent. Les illustrations sont très belles, réalistes et apportent beaucoup à la compréhension de l'histoire.

Colette a lu : Jean Christophe RUFFIN // Un léopard sur le garrot Dans ce récit l'auteur, aujourd'hui diplomate raconte sa vie notamment lorsqu'il était médecin dans l'ONG médecins sans frontières. Il donne entre autre un bel aperçu sur les études et le monde médical. L'écriture est belle, fluide et laisse toute la place à la passion qui anime toujours l'auteur.

Colette n'a pas réussi à lire «Firmin autobiographie d'un grignoteur de livre» de Sam Savage, peut être parce que l'écriture ne lui convient pas . Cependant que cela ne vous décourage pas de vous y plonger, bien au contraire !


Jean-Paul a lu : Jean CONTRUCCI // Les diaboliques de Maldormé En 1906 dans le quartier de Malmousque, un notaire Théophile Deshôtels est retrouvé pendu à l'espagnolette de sa chambre. Raoul Signoret se lance dans l'enquête avec son oncle et un ancien reporter sportif demeurant dans le quartier. Tout semble accuser Liselotte Ullman la gouvernante d'origine allemande. Cette dernière est condamnée à 20 ans de prison et se suicide en laissant une lettre dans laquelle elle affirme être innocente. A la suite de ce suicide, Raoul Signoret reprend l'enquête et parvient avec l'aide de Riri-le-Fada un simple d'esprit et de sa femme Cécile infirmière – espionne – à démasquer le coupable et ses acolytes. Jean Contrucci est né à Marseille en 1939. Journaliste dès 1966, il est retraité depuis 1997 et écrit de nombreux romans dont Marseille – des années 1895 à 1910 – va devenir le décor. Le journaliste Raoul Signoret le principal personnage est accompagné de son oncle Eugène Rabutin comissaire divisionnaire et de sa femme Cécile infirmière.

Jean NOLI // La grâce de Dieu L'auteur raconte l'histoire d'une île bretonne isolée. La mort du recteur de cette île est annonciatrice d'une période très dure à venir. Le très mauvais temps, le début de la famine qui s'ensuit sur cette terre isolée en plus d'un hiver très rude vont aviver les passions, faire ressurgir de vieilles querelles et dresser les habitants les uns contre les autres. La quasi totalité des iliens sera dans l'obligation de partir avec, malgré tout, l'espoir d'y revenir plus tard et reprendre ainsi leur vie d'antan même si elle y est très difficile. Mais y reviendront-ils ? … Roman très prenant avec des personnages très bien décrits. La rudesse de ces derniers et la dureté de leur vie sur cette île dresse un portrait très réalistes des conditions de vie très dures sur cette île bretonne. Ecrivain et journaliste, Jean Noli né à Gènes (Italie) en 1928 est mort à Paris le 8 mai 2000. Il a écrit « La grâce de Dieu » en 1977 et a reçu le prix des libraires en 1978.

Archibald Joseph CRONIN // Deux soeurs Anne Lee, infirmière diplômée s'accuse à la place de sa sœur de la mort d'un jeune enfant. Elle est envoyée de l'hôpital de Sheredan. Ell est engagée à l'hôpital de Hepperton dans la banlieue de Manchester. Sa sœur Lucy, devenue infirmière, se marie et part vivre à Londres. Son sens de l'observation lors de l'opération de Matt Bowley par le docteur Prescott ainsi que son sang froid et son courage lors d'un accident d'autocar entre Londres et Manchester lui valent de devenir célèbre. Elle devient l'infirmière attitrée de Mme Bowley. Toutefois, par jalousie, cette dernière l'accuse de vouloir prendre sa place auprès de son mari – futur maire de Manchester – et l'oblige à partir. De plus, à la suite de ce renvoi, le docteur Prescott voit s'envoler son rêve d'ouvrir un hôpital spécialisé de neurochirurgie. Elle s'installe à Londres. Elle cherche à faire renoncer à sa sœur, avide d'agent, de rester dans une clinique de mauvaise réputation. Lucy s'y refuse. Anne Lee décide alors de consacrer une partie de son temps à l'amélioration du sort des infirmières. Une patiente de sa sœur, très connue, se suicide. Lucy est accusée de l'avoir droguée. Le docteur Prescott en sa qualité de praticien renommé, intervient en déposant auprès


du tribunal. Lucy obtient un non-lieu. Lucy et Anne Lee décident alors de se rendre dans le pays de Galles pour combattre un importante épidémie de méningite cérébrospinalespinale. Alors que l'épidémie régresse Lucy décède. De retour à Londres le docteur Prescott demande à Anne Lee de l'aider dans une opération chirurgicale pour sauver Rose, le fille de Matt Bowley, atteinte d'une tumeur au cerveau qui risque de la rendre aveugle. L'opération réussit. Matt Bowley remet alors au chirurgien la somme nécessaire pour construire une clinique spécialisée de neurochirurgie. De retour dans le train vers Londres le docteur et Anne Lee s'avouent leur amour. A.J. Cronin est né en 1896 en Ecosse. Il est médecin dans une région industrielle du pays de Galles, puis inspecteur des mines en 1924. En 1925 il soutient une thèse sur « les anévrismes » à l'université de Glasgow. Il s'installe à Londres. A la suite d'un repos forcé pour surmenage, il écrit à partir de 1934. Il publie de nombreux ouvrages et devient un romancier populaire. Il meurt le 6 janvier 1981.

Les bibliothécaires vous proposent : Antoine Audouard // L'arabe – R AUD Ce roman retrace l'histoire classique d'un arabe qui vit dans un village du Sud. Il travaille sur un chantier de terrassement et n'a pas de nom, simplement «l'arabe». Afin de vivre tranquille, il tente de se rendre invisible, ne sort jamais, fait ses courses en catimini car il perçoit l'hostilité sourde qui règne à son encontre. Lorsqu'un meurtre est commis, toute la haine du village se cristallise et le désigne comme le seul coupable possible. Mis hors de cause immédiatement, il sera pourtant mis en examen pour complicité, au mépris de la plus élémentaire justice. Dans ce roman qui restitue à merveille l'ambiance du sud, avec la touffeur épaisse et les préjugés qui rappellent un peu les romans de Faulkner. Le racisme se déploie, se déchaîne entrainant mensonge, violence et injustice. Parmi des personnages odieux se trouvent, fort heureusement quelques figures positives qui réconcilient avec le genre humain mais dont le sens de la justice et la rectitude ne pourront rien changer au cours des événements. L'écriture est simple et mêle parler populaire et envolées lyriques.

Jean-Claude IZZO // Les marins perdus – R IZZ Sur un quai tout au bout de la Joliette, un cargo est amarré depuis quelques mois déjà. L'amateur a fait faillite et a abandonné à leur sort les quelques marins qui composent l'équipage. Ces derniers attendent l'action de la justice qui seule pourra lur permettre de regagner leur pays. L'on voit petit à petit se mettre en place des échanges entre quelques marseillais qui viennent au secours des marins, les ralations entre certains marins et la ville qui devient le personnage central du roman. Cette ville tournée vers la mer, dure à certains, charitable et douce pour les abandonnés entre terre et mer sur ce quai solitaire. Ce roman est pour moi le meilleur de l'auteur, le plus travaillé, introverti et bavard, sensible et beau. Je vous invite à le lire en hommage à Jean-Claude Izzo disparu il y a dix ans.


Jostein Gaarder // La belle aux oranges – J GAA Georg, un adolescent de 15ans vit avec sa mère et son beau-père. Il mène une vie très ordinaire jusqu'au jour où sa grand-mère lui remet une lettre de son père, décédé alors qu'il n'avait que 4 ans. Hormis quelques photos dans un album et deux ou trois films vidéo, Georg n'a pas de souvenirs de son père. Dans cette lettre d'adieux, son père lui raconte son amour pour la mystérieuse Belle aux oranges et l'interroge sur le sens de la vie. Le père de Georg, lui montre que sa vie avant la maladie ressemblait à un conte de fées et qu’il aimerait que son fils ait la même vision des choses, qu’il sache apprécier chaque instant, où qu’il se trouve. Il lui demande simplement d’être heureux de vivre. La Belle aux oranges est un hymne à l'amour et au courage qu'il faut parfois pour emprunter les sentiers les plus difficiles de l'existence. Un roman qui fait réfléchir au sens de la vie et que celle-ci est courte, un millième d’éternuement dans l’univers. A lire pour toute la tendresse et l'amour qu'il contient.

Ernesto Che Guevara // Voyage à motocyclette – R GUE Dans sa principale œuvre littéraire, on suit le Che lors du périple qu'il réalise avec son ami, Alberto Granado à moto une Norton 500, à travers l'Amérique du Sud des années 1950. Depuis Buenos Aires, ils passent les Andes, puis remontent la côte chilienne et péruvienne jusqu'à leur arrêt dans un camp de lépreux dans la jungle. Puis ils reprennent leur route jusqu'à Caracas au Venezuela. Pendant ce voyage initiatique, les deux jeunes hommes ne rencontrent pas d'événement incroyable, et pourtant, c'est une expérience charnière pour Ernesto qui prend conscience de la situation des différents peuples sud-américains. Ce récit a servi de base au film de Walter Salles Carnets de Voyage.

Jeanne Siaud-Facchin // Trop intelligent pour être heureux, l'adulte surdoué – 153 SIA Et si l'extrême intelligence créait une sensibilité exacerbée ? Et si elle pouvait aussi fragiliser et parfois faire souffrir ?. L'auteur parle ici de l'intelligence émotionnelle qu'aucun test de QI ne peut mesurer mais qui se révèle souvent un poids difficile à porter. En effet quand l'adulte surdoué perçoit trop de choses surtout celles qui devraient rester cachées cela génère un sentiment de culpabilité. Il fait preuve également d'un besoin chronique de tout repenser, de tout remettre en question, sa pensée ne s'arrête jamais. Il ne comprend pas comment font les autres pour se contenter de ce qu'on leur dit, sans chercher de plus amples explications. Être surdoué est une richesse. Mais c'est aussi une différence qui peut susciter un sentiment de décalage, une impression de ne jamais être vraiment à sa place. Comment savoir si on est surdoué ? Comment alors mieux réussir sa vie ? Comment aller au bout de ses ressources ?. Ce livre permet de mieux comprendre et de réapprivoiser sa personnalité. Pour se sentir mieux avec soi et avec les autres, pour se réaliser enfin.


Club de lecture des 28 & 29 juin 2010 Les participants du club souhaitent vous faire partager leurs lectures et leurs coups de cœur. Annie a lu : Gilbert SCHLOGEL // Victoire ou la douleur des femmes Victoire, jeune femme de vingt ans en 1939, offre une nuit d'amour à son fiancé avant son départ à la guerre. Elle se retrouve enceinte et sa mère l'emmène de force chez une « faiseuse d'ange ». A travers l'histoire de Victoire, nous suivons l'évolution du droit à la contraception et à l'avortement. L'auteur a su mélanger le romanesque à la technique sans nous ennuyer. Anne LARUE // La femme est-elle soluble dans l'eau de vaisselle ? Bof !! Moi qui suis mère au foyer, je ne me suis pas retrouvée dans sa description. Pour Anne Larue la pire des choses est d'avoir des enfants et passer son temps à s'en occuper ! Un livre à lire dans une salle d'attente, un voyage en train … Donna LEON // Dissimulation de preuve Références : R LEO – (policier)

Une vieille femme, avare, acariâtre est assassinée. Sa femme de ménage, roumaine, est repérée à la gare, voulant échapper à la police elle passe accidentellement sous un train. L'affaire est clôturée. Mais une voisine va innocenter la femme de ménage. L'enquête repart. Le commissaire Brunetti et son équipe iront de surprise en surprise et finalement découvriront le vrai coupable. Une histoire bien menée sous le soleil italien, avec des parfums de cuisine ! Anne PERRY // Southampton row Références : R PER – (policier) Une médium est assassinée, trois personnes sont présentes à sa dernière réunion. Qui est le meurtrier ? Thomas Pitt enquête, en milieu politique contre son ennemi le machiavélique Voisey. Une histoire pleine de suspens… Gilbert a lu : SIRE CEDRIC // Dreamworld Références : R SIR – (fantastique)

Il y a, dit-on, un autre monde... Le monde des rêves. Là où vivent les esprits de ceux qu'on a aimés. Et là où attendent, aussi, nos plus terrifiants cauchemars. Certains peuvent le voir, cet autre monde. Ce sont les enfants, les poètes, les fous, les suicidés, les amoureux désespérés. Ou simplement ceux qui ont refusé de fermer les yeux. Car on dit aussi que la magie existe tant que l'on croit en elle.


Jacques a lu Myrielle MARC // Le maudit Références : R MAR Une histoire d'amitié exceptionnelle, qui aborde les thèmes intemporels de la rencontre du Bien et du Mal, de l'exercice de la justice, de l'inévitable affrontement entre le devoir et la compassion. Une île du Nord, lointaine, peut-être imaginaire. Un très jeune homme au visage d'ange et au regard glacé est amené au château de Louvars pour y être emprisonné à vie. Parce qu'il a tué son père, il est condamné à subir la torture d'un effroyable bracelet qui broie de douleur celui qui le porte. On l'appelle le Maudit. Il n'a que dix-neuf ans. Témoin quotidien du courage, des silences, de la souffrance du Maudit, le seigneur Emmanuel de Louvars s'intéresse à lui. C'est un roman étrange, de forme classique et très prenant Laura a lu : Donna LEON // Le cantique des innocents Références : R LEO – (policier)

Un pédiatre et sa femme agressés en pleine nuit, leur bébé de dix-huit mois enlevé sous leurs yeux... Pourquoi diable des carabiniers - les gendarmes italiens ont-ils fait irruption chez ce couple et se sont-ils emparés de ce petit garçon ? Le coup porté par son assaillant a-t-il vraiment rendu le médecin muet, comme il le prétend ? Quel lien cette arrestation a-t-elle avec celles effectuées simultanément par les carabiniers dans d'autres villes ? Et enfin, qui a bien pu ordonner la mise en oeuvre d'une opération aussi effroyable ? Telles sont les questions qui taraudent le commissaire Guido Brunetti et son adjoint l'inspecteur Vianello lorsqu'on leur confie cette affaire. Dans ses romans Donna Léon met en scène Venise, mais la Venise secrète, celle que seuls connaissent les vénitiens amoureux de leur ville. Ces romans fleurent bon les spécialités culinaires vénitiennes ce qui rend encore plus crédible et humain le commissaire Brunetti.

Annie a lu Jean CARTRY // Petite chronique d'une famille d'accueil C'est la vie d'une famille d'accueil, semblable à celle de milliers de familles d'accueil de l'Aide sociale à l'enfance, dans la tendresse, la violence, la crudité vivantes des instants et des mots. Cette petite chronique des jours de lumières, des jours gris et des jours de tempête, s'adresse à tous les partenaires du placement familial spécialisé : familles d'accueil bien sûr, mais aussi juges, inspecteurs de l'Aide sociale, éducateurs spécialisés, " psy ", assistants sociaux, tous partenaires dans un travail, celui de l'enfant d'abord, et le nôtre, particulièrement difficile.


Les bibliothécaires vous proposent Barbara CONSTANTINE // A Mélie sans melo Références : R CON Mélie est une vieille dame qui vit à la campagne. Cependant ce début d'été lui réserve des surprises : ses résultats d'analyses ne sont pas très bons. La priorité de Mélie c'est Clara, sa petite-fille, qui vient passer ses vacances chez elle. C'est la première fois qu'elle va la garder tout l'été. Et l'été sera une valse de découvertes merveilleuses : des abeilles alcooliques, une chatte qui s'appelle Léon, regarder pousser les bambous … Les personnages vibrent, bougent, vont et viennent dans une joyeuse sarabande. Un livre gai, tonique, qui vous apprend le bonheur simple d'apprécier ce que l'on a et de vivre à deux en harmonie.

Michael CRICHTON // Pirates Références : R CRI Ce roman posthume a été trouvé dans l'ordinateur de l'auteur totalement achevé. Il raconte l'histoire d'un chef pirate dans la Jamaïque du XVII° siècle. A Port Royal, le capitaine Hunter met sur pied une expédition dans le plus grand secret, officieusement approuvé par le gouverneur. Il s'agit de capturer et ramener un galion espagnol chargé d'or qui mouille dans l'île espagnole de Matanceros et de tuer son gouverneur. Surprises et rebondissement sont au rendez-vous. Crichton signe là un roman haletant avec des marins, des filles, du sang et de l'or. Clive CUSSLER Les romans de Cussler sont des romans d'aventures à la manière de Jules Verne. En effet il a crée un personnage récurrent Dirk Pitt. Celui-ci est ingénieur pour la marine, il est beau, courageux, aime le beau sexe et vit des aventures échevelées entouré par d'autres personnages à la personnalité attachante. Ces récits très agréables à lire vous entraîneront dans une course folle autour de la planète avec l'aide des technologies les plus avancées. Vent mortel Références : R CUS A la fin de la 2° guerre mondiale, les japonais lancent deux sous-marins vers la côte ouest des Etas-Unis. Ces sous -marins sont chargé d'un virus biologique révolutionnaire. Aucun des deux n'est jamais arrivé. Un malfaisant sait et veut les récupérer. La NUMA s'y oppose,

Le trésor du khan Références : R CUS

Dirk Pitt manque d'être tué alors qu'il porte secours à une équipe menacée par une étrange vague sur le lac Baïkal. Lorsque l'équipe est enlevée et le navire de Pitt presque coulé, il devient évident qu'une force malfaisant est à l'œuvre. Toutes les pistes mènent sur les traces d'un mystérieux mongol qui dérègle les marchés d pétroliers mondiaux…


Albert SANCHEZ PINOL // Treize mauvais quart d'heure Références : R SAN Tantôt fantasque, loufoque et décalé, tantôt fantastique voire fantasmagorique, ‘Treize mauvais quarts d’heure’ nous entraîne sur les pentes les plus folles de l’absurde et du surréalisme. Ici, la rencontre insolite entre un corbeau et un épouvantail, là, les récits d’une armoire gloutonne, d’un bateau ivre de fous ou encore d’une étable squattée par un homme de la Lune… Au fil d’histoires courtes apparemment sans queue ni tête, un brin bon enfant, Albert Sanchez Pinol retombe toujours sur ses pattes. Peut-être parce qu’il possède autant d’imagination que de tours dans son sac. Jean-sébastien BLANCK // La feuille et son vent Références : E BLA

Un conte de sagesse poétique Entre conte de sagesse et fable romantique, au style musical proche des fabliaux,« La Feuille et son Vent » démontre combien le tourbillon de la vie et l’ambition ne doivent pas faire oublier ceux qui vous aiment, et ,ceux que l’on aime…Cette parabole sur le chemin de la vie, montre combien ses tourbillons risquent de nous faire perdre de vue ce qui est essentiel : l’amour des siens… La feuille et son vent est une histoire double, elle est paradoxale, c'est ce qui fait le charme de cette lecture car en fonction de l'âge on ne remarque pas les mêmes choses... Lucie nous conseille de lire : «La belle aux oranges» (J GAA), un très bon roman qu'elle a lu avec grand plaisir. René a lu : «Trop intelligent pour être heureux, l'adulte surdoué» ( 153 SIA ); c'est un livre qui donne l'impression d'être un surdoué émotionnel. Ce qui est assez déroutant et paraît quelque fois peu gros, cependant à chacun d'entre vous de juger. «Le quai de Ouistreham» (R AUB) de Florence Aubenas ne l'a pas convaincu. Santiago GAMBOA // Le siège de Bogotà Références : R GAM Dans la capitale colombienne : Bogotà en pleine guerilla,deux journalistes étrangers,une islandaise et un maltais enquête sur une sombre histoire de trafic d'armes entre guerilla et l'armée.L'auteur serpente dans ce microcosme armé avec une aisance redoudable. Dans une deuxième histoire « Histoire tragique de l'homme qui tombait amoureux dans les aéroports »,un jeune homme facile se laisse séduire par des hôtesses de l'air qui vont faire de sa vie un enfer.De l'humour à l'érotisme en passant par le suspence,SAntiago Gamboa maîtrise les registres les plus divers et montre une fois de plus son originalité irréductible.


Wallace // Le vol des anges Références : BD Cette série raconte la saga de la famille Murray à travers la première moitié du XX siècle.Elle rend hommage à tous les pionniers de la conquête du ciel,bricoleurs de génie,aventuriers,ingénieurs et industriels qui ont contribué à la grande histoire de l'aéronautique. Il y a une documentation à la fin de l'ouvrage : «Premier meeting aérien international» et «Les Histoires authentiques de l'aéronautique».

Jean-Sébastien BLANCK // L'un et l'autre Références : E BLA Paru en juin 2007, ce conte, drôle, est conçu et écrit comme une fable, à la manière de La Fontaine. Racontée par un hibou, symbole de sagesse, l’histoire met en scène deux arbres voisins, un marronnier et un châtaignier, qui, depuis toujours, se vouent une détestation aussi farouche qu’absurde et interminable. Il s’agit d’une satire sur la haine de la différence, la difficulté de vivre avec l’autre, sur l’intolérance. Le livre montre que la guerre que se mènent les deux adversaires les entraînent, tous deux, vers leur propre perte, plutôt que de faire un vainqueur ou un vaincu. Le livre rappelle également les rivalités ancestrales de familles, mais aussi, celles des villages et des guerres interminables entres pays voisins. L'illustration : des couleurs chaudes et … forestières, Les couleurs évoquent une forêt d’automne, et allient des tons ocres et sombres, chauds et froids. La mise en scène de ses images imbrique parfaitement le texte.


Clubs de lecture des 02 et 11 novembre 2010 Les participants du club souhaitent vous faire partager leurs lectures et leurs coups de cœur. Lucie a lu : Tamara MC KINLEY : éclair d'été – R/LV MCK Lorsque Miriam découvre qu'elle aurait dû hériter d'une mine de précieuses que son père exploitait, elle se lance dans la bataille sans hésitation. Cette plongée dans le passé de sa famille qui mettra au jour une belle et tragique histoire d'amour sera d'autant plus difficile qu'il lui faudra se battre envers et contre tous pour réhabiliter l'honneur de son père. Cette histoire d'amour sur fond de guerre de religion est intéressante et se lit bien.

Jiro TANIGUCHI : le journal de mon père – M/BD TAN A l'occasion de l'enterrement de son père, le héros renoue avec sa famille après une très longue absence. Cette BD est une chronique de la vie au Japon ainsi qu'une peinture plein de sensibilité des relations et des sentiments entre parents et enfants. C'est une lecture intéressante.

Bernadette nous raconte son coup de cœur pour sa dernière lecture : Véronique OVALDE : Ce que je sais de Vera Candida Ce roman raconte l'histoire de quatre générations de femmes en Amérique du sud. Vera Candida, enceinte, quitte le village pour tenter de se créer une vie meilleure et peut être échapper à la fatalité qui semble frapper toutes les femmes de sa famille. En effet celles-ci ont vécu des vies misérables, ont vendu leurs corps pour survivre. Ce livre est somme toute optimiste car malgré la misère et les difficultés Vera Candida réussira à construire sa vie. C'est un livre intéressant aux personnages attachants.

Médiathèque Albert Camus, clubs de lecture du 2 novembre 2010. Anne-Marie GERMAIN – Christelle LE CARRERES


Laurène nous parle de sa lecture : Tatiana de ROSNAY : elle s'appelait Sarah – R ROS A travers une enquête menée par une journaliste américaine l'auteur nous fait revivre la rafle du Vel d'Hiv. Cet épisode noir est l'occasion pour l'auteur de s'interroger sur la spoliation des juifs et sur le devenir de ces biens. Que sont-ils devenus ? Qui en a été bénéficiaire ? Tatiana de Rosnay interroge sans relâche notre mémoire et affirme qu'il ne faut ni minimiser ni oublier. Ce roman est très intéressant, pose beaucoup de questions et fait réagir. A lire absolument. Henry-David THOREAU : Walden ou la vie dans les bois En plein XIX° siècle, dans le pays le plus riche du monde, l'auteur tourne le dos à la civilisation et s'installe seul dans les bois dans une cabane construite de ses mains au bord de l'étang Walden. Ce récit est un hymne à la nature, aux saisons, aux plantes et aux bêtes. Thoreau a des avis très tranchés et péremptoires sur beaucoup de choses ce qui rend son livre surprenant et laisse perplexe. Annie nous raconte ses dernières lectures : David SAFIER : maudit karma Kim Lange, animatrice TV ne pense qu'à sa carrière et délaisse sa fille, son époux… Lorsqu'elle décède subitement, elle se retrouve réincarnée en fourmi. C'est sa punition. Dans taille d'insecte, elle va voir vivre sa famille et les transformations qui s'opèrent depuis sa disparition, ce qui ne lui plait guère. De son côté, elle doit gagner du « karma » pour remonter dans l'échelle des réincarnations. Une histoire drôle, émouvante, un régal.

Ken FOLLETT : les piliers de la terre : T.1 Ellen, T.2Aliena – R FOL Dans l'Angleterre du XII° siècle, l'auteur met en scène des personnages riches et pauvres qui luttent pour gagner la gloire, la fortune, l'amour ou tout simplement pour survivre. Ce qui relie ces êtres et ces familles entre eux c'est leur désir forcené d'exister. Cette fresque brillante et fort bien documentée permet de découvrir dans le détail la vie à cette époque. L'auteur nous offre en outre de très belles images de construction de cathédrale.

Georges FOVEAU : l'enfant sorcier de Ssinahan – R FOV – (fantastique) Réveil du Cœur, doté de pouvoirs surnaturels, doit protéger le peuple louxoun de la méchanceté et la cupidité du monde qui l'entoure. L'auteur nous emmène sur les pas de cet enfant, dans toutes ses rencontres magiques, ses expériences chamaniques tout en posant la grande question sur le mal. Comment s'en prémunir, comment le combattre sans succomber et Réveil du Cœur aura fort à faire face notamment aux propos doucereux mais pernicieux de son jumeau noir.

Médiathèque Albert Camus, clubs de lecture du 2 novembre 2010. Anne-Marie GERMAIN – Christelle LE CARRERES


Les bibliothécaires vous proposent : Jennifer DONNELLY : L'ange de Whitechapel – R DON Ce roman met en scène India Jones, issue d'une très riche famille anglaise, qui a rompu avec cette dernière pour devenir médecin. Son diplôme en poche, elle vient exercer dans le quartier très pauvre de Whitechapel en 1900. Sa vision manichéenne des choses va peu à peu changer notamment après sa rencontre avec Sid Malone, un chef maffieux. Elle découvrira l'amour auprès de cet homme séduisant et se forgera un caractère d'acier au contact de cette société sans pitié. L'auteur dresse un portait saisissant de cette époque et de la misère qui règne dans ce quartier. Elle évoque également les pratiques médicales en usage et le monde de la pègre. Tout ceci se double d'une belle histoire d'amour entre les deux personnages principaux entourés d'une multitude de personnages secondaires très attachants. Laurent GIDON : Djeeb l'encourseur – R GID – (fantastique) Djeeb débarque dans une cité gouvernée par un matriarcat. Très vite, afin d'échapper au juste courroux d'un mari trompé, il se lance dans une aventure périlleuse, trop peut-être pour lui. Il s'agit cette fois de retrouver un navire, au chargement précieux, qui n'a jamais rejoint le port. Notre héros évolue dans des paysages somptueux et magnifiquement décrit par l'auteur. Le personnage s'étoffe peu à peu, gagne en psychologie et en profondeur et entraîne son lecteur dans un pays imaginaire que l'on a plaisir à explorer à sa suite. L'écriture est belle, rythmée et poétique. « Djeeb l'encourseur » est le deuxième roman de ce jeune auteur au talent prometteur.

avec patience et ténacité son chemin au milieu de cet imbroglio.

Arthur RIMBAUD : les effarés – A/J RIM Avec beaucoup de créativité l'illustratrice a su regarder ce poème de jeunesse d'Arthur Rimbaud avec des yeux d'enfants pour en faire ressortir l'essence même, la tendresse et la fraîcheur. Elle entraîne son lecteur à la suite de ces bambinos dans les rues de Paris, à genoux devant le soupirail d'une boulangerie, attirés par la bonne odeur du pain chaud. Papiers collés, dessins et pâte fimo confèrent à ce livre une touche d'intemporalité et de nostalgie.

Médiathèque Albert Camus, clubs de lecture du 2 novembre 2010. Anne-Marie GERMAIN – Christelle LE CARRERES


Bernard BECKETT : Genesis – J BEC Ce roman publié en édition jeunesse s'adresse à tout public à partir de 15 ans. Il met en scène une jeune fille qui passe un examen et pense maîtriser parfaitement son sujet. Or plus elle avance dans son exposé plus celui-ci se complique et donne lieu à des joutes verbales et philosophiques passionnantes pour le lecteur et déroutantes pour l'héroïne. L'auteur aborde ici des notions autour de la conscience et de l'âme. C'est un récit brillant, touffu qui s'adresse davantage à un public adulte qu'à de jeunes adolescents.

Maureen JOHNSON : treize petites enveloppe bleues – J JOH Ginny jeune new-yorkaise voit sa vie pimentée par les apparitions de sa tante Peg, artiste excentrique. Lorsque cette dernière meurt elle laisse à sa nièce treize enveloppes dont les instructions lui dessinent un voyage à travers l'Europe. Ce roman basé sur un voyage, dont la vraisemblance ne dure que quelques pages, entraîne son héroïne dans des situations et rencontres quelques fois classiques, d'autres fois plus surprenantes et cocasses dont le but est de forger la personnalité de Ginny. Humoristique et facile à lire, ce roman jeunesse vous fera passer un bon moment.

Médiathèque Albert Camus, clubs de lecture du 2 novembre 2010. Anne-Marie GERMAIN – Christelle LE CARRERES



Clubs de lecture 2010