__MAIN_TEXT__

Page 1

LAURÉATS DU PRIX DE L’AMÉNAGEMENT URBAIN 2011

ATELIER JOURS PROJETS DE PAYSAGE ET DE TERRITOIRES #13


ASSOCIÉS ET ÉQUIPE Atelier jours est un atelier de paysage, fondé par Julia Golovanoff et Pierre Vandenbrouck en 2006, dès leur sortie de l’Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Versailles. Pierre Vandenbrouck est également ingénieur spécialiste de l’Aménagement et de l’Environnement, diplômé de l’Ecole Centrale de Nantes. L’équipe est complétée par des paysagistes ou architectes dont le nombre varie selon la charge de travail.

PROJETS L’atelier travaille autant sur des études urbaines ou paysagères que sur des opérations de maîtrise d’oeuvre d’espaces publics ou des missions de programmation. Certains projets s’intéressent aux paysages du quotidien tels que le jardin et la place Danton au Pré-Saint-Gervais, le parc du centre urbain du Val d’Europe à Serris (13 hectares, 8 millions d’euros) ou les aménagements d’espaces publics dans le quartier Bagatelle à Toulouse ou les rues, places et le parc du quartier Armagnac à Bordeaux, construit sur d’anciennes friches ferroviaires (8 hectares, 10.5 millions d’euros). De nombreux projets de l’atelier traitent de la relation entre des univers souvent perçus comme antinomiques : c’est le cas du projet de la plaine Montjean à Rungis (pour l’EPAORSA) qui propose une rencontre entre ville et agriculture, ou du projet du boulevard de la Défense (pour l’EPADESA) qui fait se rencontrer vie urbaine et infrastructure. C’est aussi le cas du projet du territoire des Tartres, situé dans Nord parisien sur les communes de Pierrefitte, Saint-Denis et Stains. Ce projet propose un grand parc agricole de 22 hectares imbriqué dans le tissu urbain (33 millions d’euros), et s’appuie sur l’idée de prolonger le destin agricole du site, et de l’allier à des usages d’espaces publics originaux. D’autres projets concernent des sites emblématiques ou à forte dimension culturelle tels que le projet privé qui accompagne l’aménagement public de l’opération Grand Site de la Baie du Mont-Saint-Michel ou encore le parc et les fabriques contemporaines conçus pour le musée de l’Archéologie et du vin de Champagne à Epernay. L’atelier mène également des études de stratégie sur de grands territoires, comme par exemple le projet d’Euralille à la Deûle, pour la compte de la SPL Euralille, dont le plan d’orientation dessine le devenir d’un territoire de 100 hectares au nord de Lille, à cheval sur 4 communes. Le projet est celui du passage d’un site au caractère extrêmement routier (bretelle d’autoroute et échangeurs) en pleine métropole à un site au caractère redevenu vivable, avec un boulevard traversant un grand espace naturel ou urbain selon les séquences. De même, l’étude du site Léo Lagrange à Paris (ZAC Bercy Charenton) réalisée pour la Semapa, imagine le devenir d’un territoire d’interface entre Paris et Charenton-le-Pont, entre parc sportif et Bois de Vincennes et a vocation à devenir une nouvelle porte d’entrée du Bois depuis Paris.


APPROCHE L’atelier jours a pour objectif de proposer une démarche créative, réaliste et partagée de la transformation des lieux. La démarche de l’atelier consiste en une inscription profonde dans l’histoire et dans la géographie du site en transformation, afin d’ancrer le projet dans son territoire et de lui garantir une cohérence durable. Une des questions à laquelle l’atelier cherche à répondre avant de concevoir un projet est : de quoi le site est-il la conséquence? de quoi est-il fait ? Face à la complexité des projets, aux nombreux intervenants et aux points de vue parfois divergeants, nous essayons de travailler dans un esprit de réalisme et de synthèse. Il s’agit de partager une méthode basée sur la mise en évidence et la superposition de données objectives menant à des fondamentaux de projet, afin de tenter d’atteindre le processus idéal celui dans lequel le projet apparait presque tout seul, et donc devient naturellement partagé par tous les acteurs. En effet, la superposition de données objectives fait apparaitre des évidences qui permettent au projet de reposer sur des bases solides et argumentées. Notre ambition est de concevoir des paysages utiles mais aussi poétiques, plutôt que simplement décoratifs, qui soient capables de répondre aux aspirations d’une société en perpétuelle évolution. Cela conduit au questionnement suivant : quels espaces publics concevoir en ce début de XXIème siècle?

DISTINCTION L’atelier est Lauréat du prix de l’Aménagement 2011 pour son projet pour le village de Gyl’Evêque (Yonne) en Bourgogne, son premier projet livré après la fondation de l’atelier. Chaque année, les prix de l’Aménagement urbain distinguent les projets les plus marquants achevés au cours des douze derniers mois. Ces prix s’adressent à toutes les communes de France et à leurs groupements afin d’encourager et de promouvoir les réalisations exemplaires qui contribuent à la qualité de la ville. Commentaire du jury sur le projet : « Cette distinction récompense une réalisation sensible, sans ostentation. Le jury a reconnu l’attention portée aux usages et aux matériaux locaux, le bois particulièrement».


Remise du prix de l’aménagement urbain, au Salon des Maires en novembre 2011

LOCAL Nos locaux se situent 15 rue Saint Joseph 75002 Paris.

MATERIEL ET EQUIPEMENT TECHNIQUE 1 serveur et 9 stations de travail 2 disques durs externes 2 To 1 imprimante / scanner 1 imprimante A3-A4 1 traceur couleur AO connexion fibre réseau ethernet atelier de maquettes logiciels : DAO / 3D / image / montage / graphisme / mise en page / bureautique


COMPOSITION DE L'EQUIPE L’atelier jours est une SARL constituée de deux associés : Julia Golovanoff, gérante, paysagiste concepteur, (Diplomée par le Gouvernement, Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Versailles) Pierre Vandenbrouck, paysagiste concepteur, ingénieur centralien, (Diplomé par le Gouvernement, Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Versailles) (Diplôme d’ingénieur de l’école centrale de Nantes, option aménagement, environnement) et de paysagistes ou architectes dplg dont le nombre varie selon la charge de travail. L’atelier est actuellement constitué de 6 personnes.

ELEMENTS ADMINISTRATIFS atelier jours SARL au capital de 10 000 € APE 7111Z SIREN 492 652 227 affilié à l’assurance professionnelle QBE (police n°0084 029-0021)


PROJETS ET ÉTUDES EN COURS -

Maîtrise d’œuvre urbaine et des espaces publics de la phase 2 du secteur du Croissant à Nanterre (92) Paris la Défense / MGAU mandataire + AJ + OGI + le Sens de la Ville + Une Autre Ville / budget espaces publics : 7 900 000 euros

-

Maîtrise d’œuvre des espaces publics pour la réalisation de la plaine est des Tartres à Pierrefitte-sur-Seine (93) SPL Plaine Commune Développement / AJ mandataire + Ma-geo / budget : 4 000 000 €

-

Maîtrise d’œuvre urbaine et paysagère du secteur Léo Lagrange dans la ZAC Bercy Charenton (75) Semapa / AJ mandataire + YTAU + Ma-geo + Propolis + Semofi / budget : 12 000 000 €

-

Maîtrise d’oeuvre des espaces publics du quartier Armagnac Sud du projet Saint-Jean Belcier à Bordeaux (33) SPL Euratlantique / AJ mandataire + Ma-geo + Concepto / budget : 9 000 000 €

-

Maîtrise d’oeuvre urbaine et paysagère des quartiers Montjean et Malouines à Rungis (94) EPA Orsa / Schorter office mandataire + AJ + Ma-geo / budget espaces extérieurs : 2 800 000 €

-

Etude d’urbanisme du projet Euralille à la Deûle concernant un site de 100 ha sur le territoire de 4 communes (59) SPL Euralille + MEL / AJ mandataire + Ma-geo + YTAU

-

Mission de paysagiste coordonnateur de la ZAC des Tartres à Pierrefitte-sur-Seine, Stains et Saint-Denis (30 ha) (93) SPL Plaine Commune Développement / AJ mandataire + Ma-geo / budget : 21 600 000 €

-

Maîtrise d’œuvre des espaces publics de l’opération place de la fête à Viroflay (78) Ville de Viroflay, Quartus / DLA mandataire + Atelier jours / budget total : 8 000 000 €

-

Maîtrise d’oeuvre dans le cadre du NPNRU du quartier Bagatelle à Toulouse de réation d’une nouvelle voie pour la réouverture d’un quartier en impasse (31) Toulouse Métropole / AJ mandataire + ABC ARCHITECTS + EGIS / budget : 2 822 000 €

-

Maîtrise d’oeuvre du parc du centre urbain du Val d’Europe à Serris (13 ha) (77) Epafrance / AJ mandataire + Cube2 + ON / budget : 8 000 000 €

-

Maîtrise d’oeuvre des espaces extérieurs du complexe sportif Maurice Préault de Boissy-Saint-Léger (94) Ville de Boissy-Saint-Léger / Remington Style mandataire + AJ / budget espaces extérieurs : 370 000 €

-

Maîtrise d’oeuvre du parc du musée Régional de l’Archéologie et du Vin de Champagne à Epernay (51) Ville d’Epernay / Frenak et Jullien mandataire + AJ + 8’18’’ + Parica / budget espaces extérieurs : 1 600 000 €

-

Maîtrise d’oeuvre des espaces extérieurs du site Plaisance 2 au bord du canal de l’Ille à Rennes (35) Ville de Rennes, Espacil Habitat, Coop de Construction, Coop Habitat Bretagne, Habitation Familiale Schorter Office mandataire + AJ + Ma-geo / budget espaces extérieurs : 970 000 €

-

Maîtrise d’œuvre des espaces extérieurs du fond de vallée de la Bièvre dans le projet de construction de 130 logements à Jouy- en-Josas (78) Francosuisse, Ville de Jouy-en-Josas, / DLA mandataire + AJ + Cube2 / budget espaces extérieurs : 1 240 300 €

-

Maîtrise d’œuvre des espaces extérieurs d’une résidence étudiante à Saclay, dans la ZAC du quartier de l’école Polytechnique (78) CDC biodiversité / Untertrifallen mandataire + AJ / budget espaces extérieurs : 1 550 000 €

-

Maîtrise d’œuvre du site sportif des Blagis à Sceaux (92) Ville de Sceaux / AEA mandataire + AJ / budget espaces extérieurs : 900 000 €

-

Projet pour le renouvellement urbain des quartiers Bagatelle, la Faourette, Papus et Bordelongue (143 ha) à Toulouse (31) Mairie de Toulouse / Paul Landauer mandataire + AJ + Egis / budget : 1 095 000 €

-

Pré-études urbaines et assistance à maîtrise d’ouvrage pour l’élaboration d’un dossier de création de zone d’aménagement concerté (ZAC) sur le site des Portes de Belval (57) EPA Alzette-Belval / HDZ mandataire + AJ

-

Schéma directeur et maîtrise d’œuvre des espaces publics des secteurs Bordelongue et Langlade à Toulouse (31) (7 ha) Oppidea / Paul Landauer mandataire + AJ + Egis / budget : 1 095 000 €


PROJETS ET ÉTUDES LIVRÉS (SÉLECTION) 2019

Maîtrise d’œuvre pour le jardin et la place Danton au Pré-Saint-Gervais (93) Deltaville, ville du Pré-Saint-Gervais / AJ mandataire + Cube 2 / budget : 1 130 000 €

2018

Maîtrise d’œuvre (AVP) pour les espaces publics de la tour des Jardins de l’Arche (92) Epadesa / Artelia + AJ / budget : 4 112 000 € 2019 Aménagement du parc de Bagatelle (4 ha) à Toulouse (31) Communauté Urbaine du Grand Toulouse / Artelia mandataire + AJ / budget : 4 900 000 €

2019

Maîtrise d’oeuvre urbaine dans le cadre du Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain du quartier de Quéliverzan - Pontaniou - Recouvrance à Brest (29). Brest Métropole / ABC ARCHITECTS mandataire + AJ

2019

Concours pour la maîtrise d’œuvre d’un îlot de logements porte de Vanves (75) RIVP / MGAU mandataire + AJ / montant total 30 700 000 €, extérieurs : 1 900 000 €

2018

Concours d’urbanisme et de paysage pour l’aménagement du site de la Caserne Pion à Versailles (78) Mairie de Versailles / Citallios mandataire, Woodeum, Schorter Office, AJ, Joly Loiret, Magéo

2018

Concours de maîtrise d’œuvre pour l’aménagement du lac du Cure et de ses abords à Noisy-le-Grand (77) Ville de Noisy-le-Grand / AJ mandataire + Ma-geo

2018

Maîtrise d’œuvre (AVP) pour la transformation d’une partie du boulevard de la Défense (RN914/RD 314) entre Nanterre et Puteaux (92) Epadesa / Artelia mandataire + AJ / budget : 6 500 000 €

2017

Maîtrise d’œuvre pour l’aménagement des rues du quartier Bagatelle à Toulouse (31) Communauté Urbaine du Grand Toulouse / Atelier Landauer mandataire + AJ + Egis / budget : 3 268 000 €

2017

Etude urbaine des franges du campus universitaire Pessac – Talence – Gradignan en lien avec territoires voisins au sein de l’Opération d’Intérêt Métropolitaine Bordeaux Inno Campus (33) Bordeaux Métropole /: KWBG mandataire + AJ

2017

Maîtrise d’œuvre urbaine et paysagère de l’opération Port Chemin Vert à Aubervillers (93) Plaine Commune Développement / Babel mandataire + AJ + TPFI

2017

Etudes plan guide et stratégie opérationnelle de reconquête urbaine sur le secteur de la RD 14 entre Sannois et Pierrelaye (95) Communaute de Communes le Parisis / SEM 92 mandataire + Atelier Choiseul + AJ

2017

Concours de maîtrise d’oeuvre pour l’aménagement des espaces publics de la tranchée couverte de la RN19 à Boissy Saint- Léger (94) DRIEE Ile-de-France / AJ mandataire + Ma-geo / montant de travaux : 6 000 000 €

2017 Concours de maîtrise d’oeuvre pour la rénovation du musée Dobrée à Nantes et la création de son parc (44) Département de Loire-Atlantique/ Frenak et Jullien mandataire + AJ + Parica / budget paysage : 1 000 000 € (classé 2ème) 2017

Concours Inventer la métropole (site de Gentilly) (94) Ville de Gentilly / Logeo Habitat mandataire + Canal + AJ

2017 Concours de maîtrise d’oeuvre pour l’aménagement des lots A1 et D3 de la CIUP à Paris (75) Cité Internationale Universitaire de Paris / Linkcity mandataire + Babel Prado + Larsen + AJ 2016

Etude pour la programmation et d’aménagement du secteur commercial des Beauregards et des Chênes à Herblay (95) Communauté d’Agglomération du Parisis / atelier Choiseul mandataire + AJ

2015

Concours international sur le site patrimonial Qasr Al Hosn à Abu Dhabi (Emirats Arabes Unis) Abu Dhabi Tourism & Culture Authority / Chartier Corbasson mandataire + AJ + Ducks

2016

Etudes urbaines et paysagères concernant l’opération d’aménagement du secteur Python-Duvernois à Paris (75) Ville de Paris / Babel Prado mandataire + AJ

2015

Etudes urbaine et paysagère des quartiers Montjean et Malouines à Rungis (94) EPA Orsa / Schorter Office mandataire + AJ + Ma-geo


2015

Etude urbaine de plan-guide et maîtrise d’œuvre des espaces privés des Portes du Mont Saint-Michel (50) SODETOUR/ DLA + AJ

2015

Maîtrise d’oeuvre pour la requalification du boulevard circulaire de la Défense à Puteaux dans le cadre du projet urbain Rose de Cherbourg (92) Epadesa / Arriola Fiol mandataire + AJ

2015

Concours de maîtrise d’œuvre urbaine pour un projet de Troisième Révolution Industrielle à Mouvaux (59) Vilogia / MGAU mandataire + AJ

2015

Concours Réinventer Paris : site de la Poterne des peupliers (75) Mairie de Paris / Eiffage mandataire + Philippon Kalt + AJ

2015

Concours pour la maîtrise d’œuvre pour un parvis et un jardin public en relation avec le futur conservatoire de Meaux (77) Communauté d’agglomération du Pays de Meaux / atelier Novembre mandataire + AJ / budget : 470 000 €

2015

Maîtrise d’œuvre du coeur d’îlot 2.1.2 dans la ZAC Clichy-Batignolles à Paris 17e (75) Orpéa, Vinci / BP mandataire, atelier du Pont + AJ

2015

Maitrsie d’oeuvre des espaces extérieurs de l’îlot Delessert à Nantes dans le cadre d’un projet de construction (44) Nantes Habitat / OS mandataire + AJ

2015

Maitrsie d’oeuvre pour la place Saint Charles à Lille (59) Ville de Lille, LCMU / AJ mandataire / budget : 435 000 €

2014

Elaboration d’un projet urbain sur le site Saint Jacques-Arsenal à Besançon (25) ville de Besançon / la Fabrique Urbaine mandataire + AJ

2014

Etude de programmation « Ceinture verte » entre les Portes de Montreuil et de Bagnolet (75) Ville de Paris / Babel mandataire + AJ

2013

Etude urbaine pour la ZAC Chanteloup à Moissy-Cramayel (77) EPA Senart, Ville de Moissy-Cramayel / YTAU mandataire + AJ

2013

Maîtrise d’œuvre de la place Ronsard et du giratoire Saint-Simon à Toulouse (31) Mairie de Toulouse / Paul Landauer mandataire + AJ + Egis

2013

Etude urbaine pour la requalification urbaine du quartier de la gare de Lognes (77) EPAMARNE, Ville de Lognes / Xavier Lauzeral mandataire + AJ

2013

Concours Europan 12 : Vichy-Val d’Allier (03) Site Manurhin Defense – GIAT Industries / AJ mandataire

2013

Concours de maîtrise d’oeuvre pour un parc agro-urbain, des espaces publics et ouverts de Bernex-Confignon (CH) République et canton de Genève / AJ mandataire

2012

Maîtrise d’œuvre du square Schaeffer et d’un mail piétonnier à Aubervilliers (93) Communauté d’Agglomération Plaine Commune, Bouygues Immobilier / AJ mandataire

2012

Maîtrise d’œuvre pour la résidentialisation de 6 tours (252 logements) à la Rochelle (17) Office Public de l’Habitat de l’Agglomération de la Rochelle / A. Béraud mandataire + AJ

2012

Maîtrise d’œuvre des espaces extérieurs d’un immeuble de logements et d’une résidence hôtelière dans la ZAC des bords de Seine à Issy-les-Moulineaux (92) SEM 92, Eiffage, Coffim / équipe : Piétri Architectes + AJ

2012

Concours de maîtrise d’oeuvre pour le Grand Jardin de la ZAC Paris-Briis à Massy (91) Semmassy / AJ mandataire + OGI

2012

Concours de maîtrise d’oeuvre pour l’aménagement du parc des côteaux dans le quartier Saint-Jean à Beauvais (60) Ville de Beauvais / AJ mandataire + OGI

2012

Concours de maîtrise d’oeuvre pour le réaménagement de la place Fernig à Lille (59) ville de Lille, LCMU / / AJ mandataire + Real Infra


2011

Maîtrise d’œuvre des extérieurs des lots 5, 7 et 8 de la ZAC Euralille 2 Bois Habité à Lille (59) Lille Métropole, SAEM Euralille / Jacques Ferrier mandataire + AJ

2011

Etude “Qualité et sûreté des espaces urbains”, site de la Villa Max à Chelles et ZAC du Centre-ville (77) PUCA, Ministère de l’Ecologie / AJ mandataire

2011

Concours pour l’aménagement du nouveau quartier durable sur la lisière Pereire à Saint-Germain-en-Laye (78) (9ha) ville de Saint-Germain-en-Laye / équipe : Saison-Menu + AJ

2011

Concours de maîtrise d’oeuvre relatif à la réalisation d’une opération de 120 logements à Lens, Cité du 12/14 (62) Maisons et cités Soginorpa / Saison-Menu mandataire + AJ

2010

Concours de maîtrise d’œuvre de la place et du jardin du Musée du Peigne et de la Plasturgie à Oyonnax (01) Ville d’Oyonnax / Frénak et Jullien mandataire + AJ + Parica

2010

Concours de maîtrise d’œuvre des aménagements extérieurs du Musée d’Argenteuil (95) Ville d’Argenteuil / Frénak et Jullien mandataire + AJ + Parica

2010

Elaboration du PLU et maîtrise d’œuvre des espaces publics de Gy-l’Evêque (89) projet lauréat du Prix de l’aménagement urbain 2011 Commune de Gy-l’Evêque / D. Borgobello mandataire + AJ + Technicité

2010

Concours pour le centre spirituel et culturel orthodoxe russe de Paris (7ème) (75) Fédération de Russie / DLA mandataire + AJ

2010

Concours pour la conception d’une scénographie pour le château médiéval de Falaise et ses cours (14) Ville de Falaise / Normandy Productions mandataire + AJ

2009

Mission d’assistance à la définition d’un programme pour la réalisation d’un parc urbain (68) Ville de Kingersheim / la Fabrique Urbaine mandataire + AJ

2009

Etude de programmation en vue de la réalisation d’un pôle sportif et de loisirs sur l’île Lacroix à Rouen (76) Ville de Rouen / AJ

2009

Etude de requalification de la place l’Herminier et de l’îlot urbain adjacent à Aulnay-sous-Bois (93) Ville d’Aulnay-sous-Bois / AJ mandataire

2009

Concours pour la conception et la réalisation d’un parc public de 22 000 m² (68) Ville de Wittelsheim / AJ mandataire

2009

Concours pour la réalisation d’une médiathèque HQE et aménagement des abords extérieurs à Chelles (77) Communauté d’agglomération Marne et Chantereine / Jacques Ferrier mandataire + AJ

2009

Concours restreint pour la construction d’un complexe aquatique et d’un complexe sportif à Sainte-Ménéhould (51) Communauté de communes de la région de Sainte-Ménéhould / DLA mandataire + AJ

2008

Concours restreint pour l‘extension du parc des sports de la Coudoulière (terrain rugby, parc, parking) à Martigues (13) Ville de Martigues / Ligne 7 mandataire + AJ

2008

Concours pour maitise d’oeuvre des espaces extérieurs des 117 logements de l’opération Romainville 2 (93) Nexity Apollonia / équipe : Jacques Ferrier + AJ

2008

Concours restreint pour la réalisation de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat à Lille (59) Chambre des Métiers et de l’Artisanat du Nord / Patrick Berger et Jacques Anziutti mandataire + AJ

2007

Concours restreint pour l’aire de jeux du jardin des Tuileries à Paris (75) Musée du Louvre / AJ mandataire

2006 2006

Concours pour le développement du concept de réhabilitation du Parc de Champagne (parc Pommery) à Reims (51) Ville de Reims / AJ mandataire Etude urbaine de requalification paysagère de l’axe CD 115 à Aulnay-sous-Bois (93) Ville d’Aulnay-sous-Bois / AJ mandataire


MAITRES D'OUVRAGE Abu Dhabi Tourism & Culture Authority Adoma Ville d’Aulnay-sous-Bois Ville de Bagnolet Ville de Beauvais ville de Besançon Ville de Béthune Ville de Boissy-Saint-Léger Ville de Bordeaux Bordeaux Métropole Bouwfonds Marignan Bouygues Immobilier Brest Métropole Chambre des Métiers et de l’Artisanat du Nord Ville de Bagnolet Ville de Boissy-Saint-Léger CDC Habitat Ville de Châlons-en-Champagne Ville de Chelles Commune de Chevannes Citallios Cité Internationale Universitaire de Paris Coffim Constructa Ville de Courbevoie Deltaville DRIEE Ile-de-France Epadesa Epafrance Eiffage Aménagement Communauté de Communes d’Epernay - Pays de Champagne Ville d’Epernay SAEM Euralille Ville de Falaise Ville de Fosses Epafrance Francosuisse République et canton de Genève Ville de Gentilly Grand Paris Aménagement Communaute Urbaine Grand Paris Seine & Oise Commune de Houdan Communauté de Communes du Pays Houdanais ICF la Sablière Ville de Jouy-en-Josas Ville de Kingersheim Ville de Laval Ville de Lille Linkcity

Lille Métropole Communauté Urbaine Ville de Lognes Département de Loire-Atlantique Musée du Louvre Ville de Marly-la-ville EPA Marne Ville de Martigues Ville de Meaux Ville de Moissy-Cramayel Ville de Nantes Nexity Apollonia Oppidea Orpéa EPA Orsa Ville d’Oyonnax Ville de Paris Paris Habitat Paris la Défense Communauté d’Agglomération du Parisis Communauté d’Agglomération Plaine Commune Plaine Commune Développement EPA Plaine de France Maison des Polytechniciens Ville du Pré-Saint-Gervais PUCA, Ministère de l’Ecologie Ville de Rennes Ville de Reims Office Public de l’Habitat de l’Agglomération de La Rochelle Ville de Rueil-Malmaison Ville de Saint-Germain-en-Laye Ville de Sceaux Office Public de l’Habitat Seine-Saint-Denis Saem Sophia Antipolis Côte d’Azur Semapa Semmassy EPA Senart SIEAPVB SIEMP SNI Sodetour Maisons et cités Soginorpa Universite Pierre et Marie Curie – Paris VI Ville de Toulouse Vectura Ville de Verrières-le-Buisson Ville de Versailles Ville de Wittelsheim Propriétaires du château de Villers-en-Ouche Vilogia DDE de l’Yonne


PUBLICATIONS

le Moniteur, 9 septembre 2011

le Moniteur Aménagement 2011

l’Yonne Républicaine, 7 novembre 2011

le Moniteur, 28 novembre 2011 Aménagement

La commune de Gy-l’Evêque était traversée par une route bruyante, dangereuse et ne mettant pas en valeur les atouts du site.

Afin d’exprimer tout le charme du village, le ru du Vallan, élément fondateur de la commune est remis en scène au centre de l’espace public.

Un nouveau centre pour Gy-l’Evêque ! Situé dans le département de l’Yonne, ce petit village de 461 habitants est désormais fier de la rénovation récente de son espace central. Elaboré dans le cadre du PLU de la commune et sous l’expertise de concepteurs innovants, cet aménagement est un exemple de simplicité et d’intégrité paysagère.

D

ans ce village traversé par une nationale, les seuls espaces publics étaient les trottoirs. Le projet avait donc pour objectif de briser l’hégémonie de la route. “Toute commune, quelle que soit sa taille, devrait avoir un espace public commun aux habitants et aux gens de passage” précisent Julia Golovanoff et Pierre Vandenbrouck, paysagistes. “L’étude du territoire du village à large échelle a permis de comprendre les qualités de ce site, les raisons d’implantation et la logique du village”. Cet aménagement a impliqué la mise en valeur de l’église et des résidences anciennes qui la bordent. Un aménagement au cœur du village Afin d’exprimer tout le charme du village, le ru du Vallan, élément fondateur de la commune est remis en scène au centre de l’espace public. L’aménagement généreux qui l’accompagne minimise l’importance de la route nationale dans le village. Les berges de ce cours d’eau, remodelées

28

Octobre 2011 Les cahiers du fleurissement

les Cahiers du Fleurissement, novembre 2011

le Moniteur, 23 septembre 2011

6th European Biennal of Landscape Architecture, Barcelona

en pente douce pour rendre l’eau accessible et permettre de nouveaux usages, se couvrent d’une végétation sauvage composée de saules. Le ruisseau est bordé par de simples et vastes esplanades au nivellement fin, qui permettent des usages variés, jeux de ballons, brocantes, piqueniques… Le projet d’aménagement du “foirail” (nom donné dans la région à la place du village), à proximité de l’église, perpétue l’esprit des jardins vivriers qui occupaient ce site avant qu’il soit recouvert d’enrobé, en particulier dans le choix des végétaux : groseilliers à fruits, lilas, noisetiers… Les concepteurs proposent la plantation de cerisiers alignés sur l’espace public. Pour agrémenter le cadre de vie, le mobilier urbain a été conçu spécialement pour ce petit village. Bancs, tables à pique-nique, abribus et passerelle ont été dessinés avec soin et se déclinent sur le même principe de lames de bois entrecroisées. Etant donné que Gy-l’Evêque se trouve à proximité des forêts du Morvan,

Traits urbains, mai 2012

fiche techniqUe • Maîtrise d’ouvrage : commune de Gy-l’Evêque ; DDT de l’Yonne, AMO. • Maîtrise d’œuvre : Atelier Jours (J. Golavanoff, P. Vandenbrouck ; paysagistes) D. Borgobello, architecte-urbaniste. • BET : Technicité, ETCP-Massé (déplacements). • Entreprises : SCREG Est (surfaces minérales), Etic Paysage (plantations), Perche Industrie (mobilier). • Surface : 6400 m2. • Coût des travaux : 415 647 euros HT. l’essence choisie est bien évidemment le chêne. Il est indispensable d’évoquer le rôle important en amont de la DDE et de la paysagiste-conseil de l’État (PCE), Claire Laubie, qui ont participé à l’élaboration du cahier des charges de la consultation et plaidé pour qu’intervienne sur cet aménagement une équipe de paysagistes.


AMC, d’octobre 2011

le Moniteur, 21 octobre 2011

Top One Landscape, Saihan Cultural, Chine, juin 2013

l’Architecture d’Aujourd’hui, juin 2014

Habiter. imaginons l’évidence : article “Un parc des possibles au coeur des grands ensembles”, octobre 2013

World Landscape Architecture, février 2012

La Dépèche, juillet 2011


PLAN GUIDE PARC MÉTROPOLITAIN TARTRES

EN COURS PROGRAMME MISSION DE PAYSAGISTE COORDONNATEUR DE LA ZAC DES TARTRES À PIERREFITTESUR-SEINE, STAINS ET SAINT-DENIS (93) SURFACE 22 HECTARES MAÎTRISE D'OUVRAGE SPL PLAINE COMMUNE DÉVELOPPEMENT MAÎTRISE D'OEUVRE ATELIER JOURS, PAYSAGISTES MANDATAIRE MA GEO, BET BUDGET 20 000 000 €

inscription territoriale : un site dominant la plaine Saint-Denis

FONDAMENTAUX DU PROJET

relevé des terres fertiles

plaine publique jardins

agriculture

plaine publique

schéma de principe d’organisation

- imbrication entre ville constituée, ville en cours de création et espaces naturels - mise en place de corridors écologique en lien avec la trame verte et bleue - projet dessiné en fonction des qualités des sols : sols agricoles fertiles, remblais neutres, terres stériles et sols pollués - projet à budget resserré pour une surface exceptionnelle, dans lequel s’ibriquent espaces publics et surfaces concedées utilisables par le public - défi de la conservation de 100% des déblais issus de l’aménagemenbt des espaces publics sur site.


le contraste de deux mondes juxtaposés : ville et agriculture

vue sur une allée publique, entre jardins familiaux et cultures agricoles

parcelles publiques et parcelles concédées


coupe sur la placette des canaux, organisée autour d’un réservoir d’eau conservé

vestiges d’un passé agricole conservés : bâtiments, réservoirs, murs


principe de gestion des dĂŠblais et des pollutions en place

la prairie Est grande pelouse publique, vue depuis la promenade du Clos-Saint-Lazare

coupe sur le tertre, promontoire sur le site et perm


mettant la conservation sur site des déblais liés à l’aménagement des espaces publics


chemin du bord des champs

placette du Clos et son rĂŠservoir


PLAINE EST PARC MÉTROPOLITAIN TARTRES

EN COURS PROGRAMME MISSION DE PAYSAGISTE COORDONNATEUR DE LA ZAC DES TARTRES À PIERREFITTESUR-SEINE, STAINS ET SAINT-DENIS (93) SURFACE 22 HECTARES MAÎTRISE D'OUVRAGE SPL PLAINE COMMUNE DÉVELOPPEMENT MAÎTRISE D'OEUVRE ATELIER JOURS, PAYSAGISTES MANDATAIRE MA GEO, BET BUDGET 20 000 000 €

clôture agricole

détails murs en pierre sèche, abris pour la petite faune Tartres du Haut promenade piétonne Barrière "accroche vélo" - 9 vélos

ble

cycla

PROMENADE NORD nne

e piéto

enad

prom

fontaine sèche

mobilier sportif

- 2cm

voie

caniveau fente

n ntatio impla ble possi agricoles s serre 450 m²

E NORD

pompiers

ENAD

PROM

1040

ois

ràb

e verg

verger à fruits

PARVIS DU CLOS

piste

réservoir

- 2cm

d'assise mobilier convivial

"accroche Barrière - 3 vélos

d'assise mobilier convivial

ETTE

HAUT

DES

RES

TART

PLAC

ble

vélo"

d'assise mobilier convivial

d'assise mobilier convivial

n possi ntatio impla agricoles s serre m² 1.300

local technique fontaine sèche

vélo"

RUE JEAN FERRAT

"accroche Barrière - 4 vélos

armoire électrique

(BV 25 -bis = 111 m3 sur 7.7 m² x 18 ml ) niveau max eau 43.14 niveau fond 42.8 profondeur 40-35cm

soire

n provi ntatio impla osteur comp

secteur remblayé borne foraine

CHAMPS CHEMIN DU BORD DES

table de pique-nique

ECOL

ES

PARCELLE AGRICOLE EST

IN DES

barbecues et tables pique-nique

CHEM

table de pique-nique

barbecues

PARCELLE AGRICOLE OUEST

260 m²

plaine

E

TERRE FERTIL

PROMENADE EST

PLAINE EST

n ntatio impla ble possi agricoles s serre m² 3.010

parcelles agricoles

secteur remblayé mobilier sportif pompes et tractions

évacuation des déblais

Barrière "accroche vélo" - 3 vélos

Stockage des eaux pluviales (BV 24 = 347 m3 sur 82 ml section = 4.23 m²) niveau eau max 41.60 - fond 41.20 profondeur max 0.4m

195 m²

D'AM RUE

ON MAIS ICHERE MARA

EST

Stockage des eaux pluviales (BV 25 - b = 159 m3 sur 35 ml - section= 4.54 m²) niveau eau max 40.90 - fond 40.18 profondeur max 0.7m

Stockage des eaux pluviales (BV 25 - b = 130 m3 sur 30 ml - section= 4.33 m²) niveau eau max 40.30 - fond 39.90 profondeur max 0.6m

RUE JEAN FERRAT

IENS

secteur pollué remplacement de la terre

CHEMIN

EST-OU

EST

CHEMIN

EST-OU

Compost // Déchets verts 160 m²

CHAMPS

PETIT BOIS

CHEM

plan DCE SOA

PARCELLE AGRICOLE DU PETIT BOIS

buse béton

Stockage des eaux pluviales (BV 13 = 80 m3 sur 80 ml section = 1 m²) niveau eau max 40.13 - fond 39.73 profondeur max 0.4m

CHEMIN DU BORD DES

IN DES

ECOL

ES

GROUPE SCOLAIRE 1

réserve de biodiversité

(BV 12 = 93 m3 sur 23 ml section = 5.02 m²) niveau eau max 39.44 - niveau fond 39.14 profondeur 30cm

Tartres du Bas plan des qualité de terres

plan de plantation Eu Eu eu Eu Eu eu eu Eu Eu eu eu Eu Eu eu eu Eu Eu eu Eu eu Eu eu Eu eu Eu eu eu Eu Eu eu eu Eu eu Eu eu Eu eu eu

Eu eu

Eu Eu eu Eu Eu eu eu Eu Eu eu eu Eu Eu eu eu Eu Eu eu eu Eu Eu eu eu Eu Eu eu Eu eu Eu eu Eu eu eu eu Eu eu

37.36

37.23

30 E ZON

MAITRISE D'OEUVRE DES ESPACES PUBLICS DE LA ZAC DES TARTRES PIERREFITE-SUR-SEINE, STAINS, SAINT-DENIS LOT 2 - PLAINE EST

DCE

37.11

36.96

LEGENDE Limite d'intervention (AVP)

MAÎTRISE D'OUVRAGE PLAINE COMMUNE DEVELOPPEMENT 17-19 Avenue de la Métallurgie 93210 Saint Denis Tél: 01 49 17 83 60

MAÎTRISE D'OEUVRE

TERRES Terres fertiles saines maintenues en place Terres fertiles polluées déplacées dans le boisement, sur 80cm d'épaisseur Terres fertiles saines déplacées dans les parcelles agricoles, sur 80cm d'épaisseur

ATELIER JOURS PAYSAGISTES DPLG 6 rue des Jeûneurs 75002 Paris Tél: 01 46 33 98 87 MAGEO - BET 51 Boulevard de Strasbourg 59000 Lille Tél: 03 20 52 59 82

actions en faveur de la biodiversité : cloture agricole, murs en pierre sèche, tas de bois ... Mélange terre pierre sur 30cm (pelouse renforcée) Apport de terre végétale saine sur 30cm

Apport de terre végétale saine sur 50cm Source possible de terre végétale (absence de données sanitaires

Fosse de plantation terre végétale saine 12m3 Fosse de plantation terre végétale 12m3 (possibilité de réemploi de terre polluée du site

P01 Plan terres fertiles

promenade Est

D'AM RUE

remplacement de la terre

RUE JEAN FERRAT

IENS

évacuation des déblais

secteur pollué


Faire émerger une centralité de quartier dimensionnement de cette centralité, quipou do dud’un moins des»lieux d’intensité, nous semble « petit site bordé de polarités déjà trè unréarticulant enjeu fort du pour autant s’i lesprojet. enjeuxSans de programme, nota dimensionnement de cette centralité, qui do d’un « petit » site bordé de polarités déjà trè réarticulant les enjeux de programme, nota

Les Te

2. UN PROJET DE POURSUITE RECONNAISSANCE DES THÈMESNanterre D’AM Les Ter Préfecture

avec leNanterre quartier de La d’une Préfecture «opération tiroir rez-de-chaussée com polarisant le quartier v 92.

LES ANNÉES 70

le site vu depuis le parc André Malraux

Le quartier du Croissant s’est constitué dans les années 70. Des grands objets urbains : les immeubles Egalité et Fraternité, la tour Granite, les tours Aillaud, la résidence Maurice Ravel marquent Parc fortement le paysage de cette époque. ANNÉES TOP AndréLES Malraux Le quartier s’est constitué sur un plan libre au sein duquel les objets sont disposés le long de l’autoroute en tranchée. Le projet Topotek-OGI espaces publics comp EN 2008 urbain, l’espace public Parc Les études pour la ZAC Seine-Arche sont confiées à l’agence André Malraux Le paysage proposé b TGTFP en 2008. Une étude urbaine ainsi qu’une faisabilité sont repose sur de grandes menées sur le secteur du Croissant à ce moment là. L’étude plantés sont comme u urbaine a permis d’identifier les secteurs délaissés et d’imaginer ornementales. La pale des premières faisabilités de projet. Il nous sera intéressant de horticole : les espèces disposer des éléments de cette étude afin de compléter nos développement de mil connaissances sur l’histoire des réflexions du Croissant. se veut aussi de collec ludique, permettant un LES ANNÉES TVK / D’ICI-LÀ Mais malgré une conc publics paraissent un Le groupement TVK / D’ici-là propose un plan guide permettant Les bassins de rétenti de préserver les rapports de distance et les vues profondes suivent la pente nature propre à l’urbanisme des années 70. Un travail sur les retraits, s’affranchissent de tou les hauteurs et les porosités semble avoir guidé la réflexion plantées. Leur REMAR fréquen LE CROISSANT ÉLÉMENTS de l’équipe. La volumétrie du projet présente un épannelage développer des usage varié en fonction du contexte proche et des vues à préserver. des lieux de biodiversi La composition est composite dans unPÉRIMÈTRE environnement urbain D’ÉTUDE STATION DE TRANS perméabilité des sols, fortement marqué par des disparités d’échelles. de la végétation en vill PARIS LA DÉFENSE | SEINE-ARCHE CROISSAN primordiaux dans la co La programmation du secteur le recherche une mixité En site de projet dansurbaine. son contexte LElots CROISSANT etÉLÉMENTS a fortiori deREMAR demain grande partie résidentielle, quelques de bureaux sont en lien PÉRIMÈTRE D’ÉTUDE

STATION DE TRANS

PARIS LA DÉFENSE | SEINE-ARCHE CROISSANT

vue depuis la coursive de l’immeuble Egalité

VISITE DE SITE, VUE DEPUIS LA COURSIVE DE L’IMMEUBLE ÉGALITÉ, 13 MAI 2020

LE CROISSANT

schémas FUTURS LOTSd’intention

PÉRIMÈTRE D’ÉTUDE

BÂTIMENTS PROJETS

PERCÉES VISUELLES

MG-AU / ATELIER JOURS / SENS DE LA VILLE/ OGI / UNE AUTRE VILLE / ATELIER D’ÉCOLOGIE URBAINE / ATE

MG-AU / ATELIER JOURS / SENS DE LA VILLE/ OGI / UNE AUTRE VILLE / ATELIER D’ÉCOLOGIE URBAINE / ATELIER ON

des coupures urbaines qui génèrent un parcours impossible entre les communes, en pleine métropole


ur Croissant, ou oit le être à l’échelle eèsainsi constituer identifiées. En illusionner amment de sur rez-le oit être à l’échelle ès identifiées. En amment Nanterre de rez- La Folie

entre l’intensité des nouveaux micro lieux et la connexion qualitative des liens.

errasses

La Folie 2. UNNanterre PROJET DE POURSUITE MÉNAGEMENT RECONNAISSANCE DE L’AVP INITIAL Arena rrasses

ETUDE URBAINE ET ESP. PUBLICS LE CROISSANT A LA DÉFENSE EN COURS

Défense. L’actuelle école doit faire l’objet faire table rase des éléments de programme déjà partagés lors Arena r» sur les terrains dedans sportun actuels. Des des phases de concertation précédentes, ce questionnement e Croissant se situe environnement marqué par un PROGRAMME mmerciaux du site, de ses édifices, à sur la première phase du projet pourra conduire à faire évoluer la aysage bâtisont qui positionnés se distingueau parnord la singularité vers l’accroche les Terrasses programmation de la phase 2. manière d’une avec collection formelle.et Lel’Arena projet d’espace public de MAÎTRISE D’OEUVRE URBAINE ET DES opotek s’inscrit dans cette logique en proposant des espaces ESPACES PUBLICS DE LA PHASE 2 DU CNIT Nous chercherons à développer la mixité au sein des lots, ublics qui se démarquent des autres espaces publics alentour. Arche SECTEUR DU CROISSANT À NANTERRE (92) POTEK-OGI aujourd’hui peu présente dans le plan-guide de TVK. À quelques ette singularité est intéressante, mais les espaces publics MAÎTRISE D'OUVRAGE pas du Croissant, l’AMI des Tours Aillaud démontre, s’il le fallait ourraient à l’inverse apporter une certaine sobriété, et unifier les LA DÉFENSE I propose unlaprincipe d’aménagement des le contexte. encore,La que cette mixité est maintenant rentrée dans lesPARIS moeurs, eux, faciliter lecture des continuités avec Défense prenant trois typologies : l’espace public y compris du côté des opérateurs immobiliers... Nous proposons MAÎTRISE D'OEUVRE Grande Arche CNIT et de spécifier la programmation c paysager, lesespaces bassins publics, de rétention. également d’approfondir a sobriété des c’est aussi la garantie de leur Arche MGAU, URBANISTE MANDATAIRE des lots restants : quels modes d’habiter au Croissant, dans urabilité. Dans une époque marquée par des changements ATELIER JOURS, PAYSAGE bénéficie identité marquée, qui une ville célèbre pour avoir porté de nombreuses opérations apides, la d’un flexibilité destrès lieux, leur adaptabilité nous semble une LE SENS DE LA VILLE, STRATÉGIE URBAINE s surfaces imperméables. Les végétaux pionnières d’habitat participatif, écologique, social… ? Quelle riorité. Nous préconisons des espaces publics « capables », La Défense Tours Aillaud OGI, GÉNIE URBAIN (VRD) & GÉNIE CIVIL une collection, avecd’une des espèces programmation tertiaire, complémentaire de l’offre « grands ermettant l’accueil diversité d’usages ; à l’opposé des Grande Arche ette végétale proposée réduite et comptes » de La Défense ? Quels autres programmes imaginer spaces pensés pour un est usage en particulier, qui en excluent UNE AUTRE VILLE, DÉV. DURABLE s prescrites permettent difficilement le ici: tourisme d’affaires, «coliving», activités, services ? AEU, ÉCOLOGIE & HYDROLOGIE eaucoup d’autres. lieux favorables à la biodiversité. Le mobilier BUDGET ction, avec duséquence mobilier spécifique, innovant, Enfin, la poursuite est aussi celle de la démarche de concertation objectif de la 1 est de partager une lecture commune Tours Aillaud 900 000 multitude d’usages engagéePuteaux dès 2011, que nous entendons prolonger avec 7l’appui de EUROS uneprojet Topotek à touset lesd’expériences. acteurs du projet. Cette lecture doit ception et ludique, espaces la collectivité. Nous avons fait le choix de ne pas déléguer cette ermettrecolorée de formuler ce quiles doit être conservé, prolongé ou ce compétence à un membre du groupement mais de proposer, sur uipeu doitsecs. évoluer. ion s’inscrivent dans la trame bleue et des thématiques ciblées, des dispositifs de participation ad hoc ellePROJET du site. DeDE faible profondeur, ils à la fois à destination des habitants mais aussi plus largement de UN POURSUITE ut gardes corps et constituent des surfaces l’ensemblePuteaux des parties prenantes du projet : acteurs associatifs, nce de remplissage ne l’occasion permet pasde d’y gestionnaires et services techniques de la collectivité, etc. a phase 2 du projet est faire un état des lieux sur RQUABLES LIEUX D’INTENSITÉ es, mais ils ne constituent plusparti des expériences s aménagements récents pas afin non de tirer ité ou d’expression de des la nature. Or, la assées pour proposer aménagements au plusCONNECTÉS juste des SPORT EN COMMUN LIENS , la gestion des eaux des pluviales, la présence esoins et des envies usagers et de la ville. Nous nous le, la biodiversité, des nterrogerons sur lessemblent usages et la objectifs réalisation des espaces publics T onception espaces publics d’aujourd’hui nsi que surdes la densité des différents lots immobiliers. Sans RQUABLES LIEUX D’INTENSITÉ n… emettre en cause les grands équilibres programmatiques ni

1

SPORT EN COMMUN

LIENS CONNECTÉS

1

T

LE CROISSANT

PHASE 2 : À DÉVELOPPER

PHASE 1 : TOPOTEK

PARCOURS ET LIAISONS

2

ELIERLA ON ARIS DÉFENSE | SEINE-ARCHE CROISSANT

3


ire ) s (s ol b ol as fe , rr ov ia

) ire

so (s l h oc au le t ur ba

in

)

via ro

l so

ba

er lf

s

o (s

sol (sol bas ferr ovia

aut n) sol h le urbai (soc

ire)

principe : socle urbain haut et le parc en creux

le quartier Armagnac dans

lot 8.10 ĂŠcole

Le sol haut, le socle urbain

Le sol bas, le sol ferrov

sol haut (socle urb

ain)ain


s la ZAC Saint Jean Belcier

viaire

ESPACES PUBLICS BORDEAUX EN COURS PROGRAMME CONCEPTION DES ESPACES PUBLICS DU QUARTIER ARMAGNAC SUD APPARTENANT AU PROJET URBAIN SAINT-JEAN BELCIER SURFACE 8 HECTARES MAÎTRISE D'OUVRAGE BORDEAUX EURATLANTIQUE MAÎTRISE D'OEUVRE ATELIER JOURS, PAYSAGISTES MANDATAIRE MA GEO, CONCEPTO BUDGET 11 M €

FONDAMENTAUX DU PROJET - Le quartier se situe à proximité d’une polarité d’échelle métropolitaine, la gare Saint-Jean, et de deux polarités plus locales, la place Armagnac et la polarité Terre Neuve. - Le projet se developpe autour d’un parc central, nouveau maillon d’un réseau de parcs environnants et intègre des éléments existants conservés: une halle ferroviaire, un quai, un pont roulant ainsi qu’un ouvrage de canalisation de l’Ars (rivière).

lot 8.14 halle urbaine

Le sol haut, le socle urbain


4.58

le pont roulant existant devient balançoires

déclinaison des portes d’entrée sur le parc, sol béton et pins maritimes

connexion entre le socle urbain et le parc en creux


intégration de l’héritage ferroviaire dans l’aménagement du parc

Escalier bois/métal

TP 6.53m Sol stabilisé

4.78

TP 5.32m Terre végétale

0.45

0.70

Pelouse

0.14

Sol béton 0.60

Mélange terre/pierre


SYNTHÈSE DES ENJEUX

Porte Dorée

Lien du lac

Daumesnil à la Seine

appartenance à la Ceinture

Verte

relation avec la Petite

Ceinture ?

gérer

eaux pluviales les

en surface

liaisons transversales entre Paris et le Bois de Vincennes

u

ea sc fai e r le air su ovi es ferr

vu

vues

vu e de s ve Vi rs nc le en Bo ne is s

s future

s sur le u o t rs

relation avec la

Pelouse de Reuilly ?

ZAC BERCY CHARENTON

Bois de Vincennes

ue

èriq

la e

in

Se

quartier Brunesseau

b

dP

var

e oul

h érip

bâtiments patrimoniaux

participer à la réduction des îlots de

chaleur

avec Charenton cimetière de Valmy

plan de compilation des enjeux, intentions et invariants

liaisons transversales


ETUDE URBAINE LEO LAGRANGE

EN COURS

ique périphér

ture

BUDGET 12 000 000 €

boulevard

Petite ce in

Gare de Lyon

PROGRAMME MAITRISE D’OEUVRE URBAINE ET PAYSAGÈRE DU SECTEUR LÉO LAGRANGE DANS LA ZAC BERCY CHARENTON À PARIS (75) MAÎTRISE D'OUVRAGE SEMAPA MAÎTRISE D'OEUVRE ATELIER JOURS, PAYSAGISTE MANDATAIRE YTAU, URBANISTE PROPOLIS, PROGRAMMISTE MAGEO, GENIE URBAIN SEMOFI, GEOTECHNICIEN

e

in

Se

Bois de Vincennes

fa is

aux

ce a

ch aré

s

rd eva oul

uf er

m des

ro via

re

b

ZAC Bercy Charenton

Site Léo Lagrange

un site qui pourrait être une charnière, mais qui est isolé par les infrastructures et les espaces clos

Bois de Boulogne

Se

ine Bois de Vincennes

Cein

ture

source : carte APUR

Vert e

ZAC Bercy Charenton

Site Léo Lagrange

un site entre Bois de Vincennes, Petite Ceinture, Ceinture verte et fleuve

Le site Léo Lagrange occupe une place stratégique dans la trame verte et bleue de la ville de Paris et sa banlieue. En effet le site est à la rencontre de plusieurs éléments majeurs: le Bois de Vincennes, la Ceinture Verte, la petite Ceinture, la Seine... mais il est aussi un maillon important entre des éléments de rayonnement plus local : le cimetière de Valmy tout proche et le parc de Bercy... L’aménagement du site est donc déterminant en ce qui concerne les enjeux de continuité écologique, de biodiversité... mais aussi de continuités vertes cyclables et piétonnes. Le site Léo Lagrange occupe une place stratégique entre Paris et le Bois de Vincennes, mais aussi au coeur de la Ceinture Verte, mais il ne peut assurer actuellement une fonction de lien : le site est aujourd’hui isolé à la fois par les infrastructures (périphérique, boulevard des Maréchaux, petite ceinture, voies ferrées de la gare de Lyon) et par des espaces monofonctionnels clos (enceintes sportives, cimetières de Valmy et de Bercy, pelouse de Reuilly)... Finalement, le site ne parvient pas à jouer son rôle de rotule et de connexion, et apparaît comme un ilot fermé, très coupé de son contexte... Le site Léo Lagrange croise plusieurs vocations. Sa vocation programmatique est sportive . Le site Leo Lagrange peut être vu comme une forme d’extension du bois de Vincennes. C’est aussi un parc sportif important pour l’Est parisien. Mais il a aussi la capacité à devenir une sorte d’infrastructure environnementale, un équipement capable de stocker du co2, de réduire les ilots de chaleur, de favoriser la biodiversité par la mise en réseaux d’espaces qui sont actuellement fragmentés!


CHRONOLOGIES

un site à l’articulation entre EPOQUE 1 : DU MOYEN-ÂGE AU XIXÈ SIÈCLE, UNE CHASSE ROYALE ISOLÉE

Paris et Bois de Vincennes EPOQUE 2 : AU XIXÈ SIÈCLE, LE BOIS DE VINCENNES RATTACHÉ À PARIS

EPOQUE 3 : DEPUIS LE XXÈ SIÈCLE, LE BOIS DE VINCENNES INCLU DANS LA MÉTROPOLE PARISIENNE bd périphérique

enceinte de Thiers 1787 : enceinte des Fermiers Généraux

1550 : enceinte Charles V enceinte du X, XIe s. enceinte gallo romaine

1574: enceinte des Fossés Jaunes

Paris

Paris

ancienne forêt royale

extension forêt royale

bois de Vincennes

bois de Vincennes

relation sPort nature EPOQUE 3 : XXe siècle PERFORMANCE ET SPORT

DÉPASSER LES PARADOXES

EPOQUE 4 : XXIe siècle VERS SANTÉ ET SPORT ?

COLLEG

O OR

E

- appartenance au Bois de Vincennes - biodiversité - lutte contre les ilots de chaleur - qualité de vie

AN PL

2. exteraliser certains Programmes

O SP

RT

ND SI

ONS TATI

LEO LAGRANGE

SP AC ES

PU

ESPACES DE PRATIQUE

S LI

BR ES

3. oPtimiser certains Programmes

E

A RR TE

DE INS

SPORT

SPORTS EXTERIEUR S

1. suPerPoser certains Programmes

EPOQUE 2 : XIXe siècle NATURE ET SPORT

S IC BL

LEVIERS DE PROJET

EPOQUE 1 : jusqu’au XIXe siecle GUERRE ET SPORT

- ouvert - riche en usages - traversable - sûr -accessible à tous -complémentaire de l’offre institutionnelle

ESPACE PUBLIC


bois de vincennes

nouveaux équipements

créer un lien entre Petite ceinture et Bois de Vincennes

PROGRAMME MAITRISE D’OUVRAGE

intégrer de

piste d’athlétisme 4 ou 6 couloirs terrain de grand jeu

piscine

collège 24 divisions

avec gymnase, cour extérieure et préau

Le site Léo Lagrange, nouveau seuil du bois de Vincelles ///revaloriser les entrées originelles du Bois

surface d’infiltration des eaux pluviales

maintenir l’offre existante

réaffirmer l’appartenance au Bois de Vincennes///prolonger l’ambiance du bois de Vincennes

PROGRAMME COMPLEMENTAIRE

INVARIANTS ET PROGRAMME

le parc sportif du

inscrire le site dans le parcours de la Ceinture Verte

NOUVELLES OFFRES? DÉVELOPPEMENT DE PRATIQUES LIBRES SUR SOL FERTILE?


2

15 m

in à pied

in à pied

in à p

10 m

5m

ied àp

10

15

élo

m

in

un grand site de la ceinture verte lilloise, entre Euralille et la Deûle

100 hectares en attente de vocation, à proximité de 4 c

un site paradoxal, mêlant infrastructure routière, paysage et patrimoine

90.000 m² de délaissés

des coupures urbaines qui génèrent un parcours impossible entre les communes, en pleine métropole


15 min à pied // 5

15

m

in

10

m in

PROGRAMME MISSION DE MAITRISE D’ŒUVRE URBAINE DU PROJET D’EURALILLE À LA DEÛLE SURFACE 100 HA - 4 COMMUNES MAÎTRISE D'OUVRAGE SPL EURALILLE MÉTROPOLE EUROPÉENNE DE LILLE MAÎTRISE D'OEUVRE ATELIER JOURS, PAYSAGISTES MANDATAIRE YTAU, URBANISTE MA GEO, BET

à in

lo en vé

d pie

5m

0

EN COURS

1 500 m

d pie

m

lo en vé

d pie

à in

vél o

// 5

m in

à in

// 5

m

min en

5m

ied // 5 min en

d

ied àp

10 min à pied

5 min à pie

2 20 200 0m

SCHÉMA STRATÉGIQUE DE LA DEULE A EURALILLE

à in

d pie

0

100

500

1000 m

centre ville

des déblais qui encombrent

23.5m de large

DU BRUIT DE LA POLLUTION DU SOL DÉVALORISÉ DES FRACTURES


D’UNE AUTOROUTE EN VILLE À UNE RUE EN VILLE

une APRÈ topo S gr 1 pi ste aplanieaphie cha cyclabl de l que e da arge sen ns s s 1 tc trottoi sp rs

23.5m

coupe projet : une rue en ville

une AVANT auto rou ville te en

23.5m

coupe existant : une autoroute en ville transformation du boulevard Schuman

plan stratégique

LES 3 FONDAMENTAUX DU PROJET (2)

(1) LE GRAND ARC VERT, UNE INFRASTRUCTURE ENVIRONNEMENTALE, DE NATURE ET DE LOISIRS

AUTOUR DE LA DEÛLE, CRÉER UN EFFET DE CENTRALITÉ

Saint-André-Lez-Lille la Madeleine

Lambersart

la Madeleine

Lambersart

Saint-André-Lez-Lille


(3) LE BD SCHUMAN, UN NOUVEAU LIEN MÉTROPOLITAIN

Saint-André-Lez-Lille

la Madeleine

Lambersart

Lille Eur Euralille


GYMNASE COLOMBES

LIVRÉ

photos Luc Boegly

PROGRAMME MISSION DE MAITRISE D’OEUVRE POUR LES ESPACES EXTÉRIEURS DU GYMNASE MARGUERITE DURAS À COLOMBES (92) MAÎTRISE D'OUVRAGE DÉPARTEMENT DES HAUTS-DE-SEINE MAÎTRISE D'OEUVRE ARCHITECTURE : ROPA ARCHITECTURE PAYSAGE : ATELIER JOURS BUDGET 400 000 €


plan masse de l’ensemble : parc central, reliefs, lac et berges


PARC MÉTROPOLITAIN VAL D’EUROPE jeux d’eau équipement

250 m²

restaurant

aire de jeux

200 m² au bord de l’eau

370 m² à proximité de l’école

600 m² au sol

grande pelouse

3700 m² vue sur le lac

terrain multisport 200 m² au centre du parc

jeu de boules 200 m²

pingpong + fitness

skate park

300 m²

500 m² au centre du parc

aire de jeux

315 m² à proximité de l’école

jardins partagés

220 m² à proximité de l’école

plan programme du parc central

plans zooms du parc central

kiosque 100 m² deux faces

PRO EN COURS

[CONCOURS GAGNÉ EN 2017] PROGRAMME MISSION DE MAITRISE D’ŒUVRE PARC DU CENTRE URBAIN DU VAL D’EUROPE SURFACE 13 HECTARES MAÎTRISE D'OUVRAGE EPAMARNE MAÎTRISE D'OEUVRE ATELIER JOURS, PAYSAGISTES MANDATAIRES CUBE2, BET AGENCE ON, CONCEPTEUR LUMIÈRE ANTIDOTE, SPÉCIALISTE FLOW PARK BUDGET 8 000 000 €


FLOW PARK (LIVRÉ EN 2019)


PARC CENTRAL (LIVRAISON 2021)

gestion des déblais et échelles

coupes sur une des collines

coupes des berges du futur lac

vue depuis le futur lac


schémas d’intention

axonométrie

vue du nouveau quartier depuis le canal de l’Ille

coupe est/ouest


NOUVEAU QUARTIER RENNES

EN COURS PROGRAMME AMÉNAGEMENT ET CONSTRUCTION DU SITE PLAISANCE 2 AU BORD DU CANAL DE L’ILLE À RENNES (35) MAÎTRISE D'OUVRAGE VILLE DE RENNES, ESPACIL HABITAT, COOP DE CONSTRUCTION, COOP HABITAT BRETAGNE MAÎTRISE D'OEUVRE CLAIRE SCHORTER, URBANISTE ATELIER JOURS, PAYSAGISTES MAGEO, BET BUDGET ESPACES EXTERIEURS : 700 000 €

VIVRE (PRESQUE) À LA CAMPAGNE Le projet propose de perpétuer l’ambiance rurale et paisible du site actuel, pourtant situé à deux pas du centre ville. Les motifs paysagers et les échelles observées sur le site sont repris dans le projet : aménagements à échelle humaine, conservation des arbres existants, ambiance des jardins et chemins de campagne ourlés de végétation spontanée, présence de l’eau, mais aussi constructions limitées à une hauteur qui ne dépasse pas les grands arbres du cimetière. LA GRADATION DES ÉCHELLES VÉGÉTALE ET BÂTIE Le projet s’inscrit dans une gradation de l’échelle des arbres, allant des grands arbres présents dans le cimetière vers les petits arbres fruitiers des jardins des prairies SaintMartin. Cette attention aux échelles du site permet de générer des espaces conviviaux, à échelle humaine, mais aussi de rendre peu perceptible le nouveau quartier depuis les prairies Saint-Martin : les constructions se glissent dans la végétation du site sans vraiment la dépasser. LA PLACE LAISSÉE AU VÉGÉTAL Placette verte, jardins privatifs, ourlets de végétation spontané, noues paysagères.... Le plan de parking en sous-sol est compact afin d’assurer des sols en pleine terre à tous les espaces plantés. La diversité des milieux développés (jardins, bocage, rypisilve) participe à une richesse des lieux et à une biodiversité en lien avec la nature du site.


le canal en ligne de mire

vue sur la terrasse Sud


e limit

de

l’op

ératio n a fin d ’assu re

prairies Saint-Martin r la

5

co ns e

h ou

e de périmètr re pleine ter

td se ier pp

5

es

3

A

es

D

d ion at rv

7 4 cimetière

DES ESPACES PUBLICS OU PRIVÉS DE NATURE DIFFÉRENTE Le caractère paisible et rural du site se retrouve aussi dans le traitement des nouvelles voies. Ce sont des espaces partagés entre véhicules, cycles et piétons. Les lieux de vie extérieurs s’organisent selon une gradation allant de l’espace public de rayonnement métropolitain (la terrasse sur le canal), à l’espace collectif de copropriété, et au jardin privatif intime. Ces espaces de diff érents statuts sont continus, puisque les espaces de copropriété ne sont pas clôturés. Ils sont de nature variée, allant de l’espace très naturel (le bassin) à l’espace légèrement aménagé (placette bocagère) ou à l’espace plus minéral (placette minérale), de manière à permettre des usages les plus ouverts et les plus variés possibles.

2

5

es exsit arbr

7

1

ants

8

C B

1

5

bac

Plaisance 1

canal

échelle des grands arbres

échelle de l’arbre fruitier 24 m

12 m 6m

cimetière pleine terre

parking en sous-sol

site de projet

echelles et strates vegetales (coupe)

pleine terre

canal

prairies SaintMartin

VIVRE À PROXIMITÉ DE L’EAU Le projet multiplie les relations avec le canal et les évocations de l’eau, qui est un élément majeur dans la constitution du paysage des prairies Saint-Martin : canal, prairies inondables, végétation typique des milieux humides... LE CANAL EN PERSPECTIVE Le nouveau quartier entretient un rapport très étroit avec le canal : toutes les circulations s’ouvrent vers le canal et offrent des vues sur l’eau. Depuis les chemins et voies, le canal est toujours le point focal, cela est vrai aussi bien pour la rue de Plaisance, que pour le chemin des prairies Saint-Martin conservé et les allées est-ouest reliant la rue de Plaisance au canal. UNE TERRASSE PLEIN SUD AU BORD DE L’EAU L’aménagement du quartier est aussi l’occasion de renouveler le rapport au canal, par la création d’une terrasse de café orientée plein sud et ouverte sur l’eau, par la création de gradins permettant de descendre et de s’asseoir au bord du canal, par la valorisation du bassin de stockage qui dépasse sa simple fonction : planté de végétaux évoquant les milieux humides, il devient un élément central du paysage du quartier Plaisance. UNE AMBIANCE PARTICULIÈRE DANS LE SILLAGE DES DISPOSITIFS DE GESTION DES EAUX PLUVIALES Le souhait de gérer les eaux pluviales au plus près du cycle naturel induit la création de noues et de bassins qui sont autant d’occasion d’introduire le vocabulaire de l’eau au coeur du projet. Les espaces collectifs principaux sont bordés de noues qui, au delà de leur fonction technique, apportent une ambiance spécifi que, une végétation et un écosystème typique des milieux humides. Ces noues induisent aussi de petites passerelles en bois pour les accès individuels aux logements : autant de signaux et de motifs qui soulignent la situation géographique du quartier.


un projet de musée et de jardin basé sur la relation entre surface et sous-sol : caves, craie, géologie...

perspective du concours, vue depuis le bas du parc, vers le château


PARC EPERNAY

CHANTIER EN COURS (LIVRAISON FIN 2020) PROGRAMME MISSION DE MAÎTRISE D’OEUVRE DU PARC DU MUSÉE RÉGIONAL DE L’ARCHÉOLOGIE ET DU VIN DE CHAMPAGNE À EPERNAY (51) MAITRISE D’OUVRAGE VILLE D’EPERNAY MAITRISE D’OEUVRE ATELIER JOURS, PAYSAGISTES FRENAK ET JULLIEN, ARCHITECTES H. DUBOIS, ARCHITECTE DU PATRIMOINE PARICS, BET TCE BUDGET GLOBAL : 13 000 000 € PAYSAGE : 1 500 000 €

RESTITUER UN PARC EN COHÉRENCE AVEC L’HISTOIRE DU SITE Le parti pris général du projet est de recréer face au château un parc entrant en résonnance avec son histoire et son style. Le parc originel du château a été fortement malmené au cours du XXème siècle. Nous conservons les éléments historiques encore perceptibles (clairière dans l’axe du château bordée d’un ourlet arboré) et restituons certains éléments manquants : richesse botanique, allées et bassin. Le nouveau parc est composé à la manière d’un jardin pittoresque. Mais le parc est aussi inscrit dans le siècle actuel : il est ponctué d’éléments imperceptibles depuis le château, qui sont autant de surprises dans la découverte du jardin.... coupe mettant en évidence la vue sur la montagne de Reims

N

plan projet

L’ORGANISATION GÉNÉRALE AUTOUR DU VALLON D’ORIGINE Le jardin se compose, comme le jardin originel autour d’un vallon pittoresque s’ouvrant sur le vignoble de la montagne de Reims. Ce vallon est bordé d’un ourlet d’arbres aux ports, aux feuillages et aux floraisons variés, donnant au parc un véritable interêt botanique. Ce vallon est entouré d’une allée circulaire et deux allées latérales, qui offrent différents «tableaux» sur le château, le parc et son environnement. Les allées latérales sont bordées d’une collection d’arbustes venant masquer les murs et les limites du parc. Des fabriques mystèrieuses se glissent de façon furtive dans la végétation... Le nord de la parcelle est remanié et devient un boisement dans lequel sinue un chemin en pente douce vers le parking public situé en contrebas.


r eu au iss que t a ép nti roje ide ur p m

MUR A EFFET DE STRATES Les murs à effet de strates faisant office de soutènement de la promenade d’entrée sont des murs dans lesquelles des couches différentes sont visibles et évoquent des lits de pierre calcaire.

finition boucha

3 couches de composition différente

2couches identiques mais coulées par passes successives

murs à effet de strates

échantillon du mur à effet de strates

FABRIQUE GROTTE La grotte est une fabrique récurrente dans le jardin pittoresque. Elle est ici réinterprétée. Il s’agit d’un édicule en inox miroir, une sorte de grotte contemporaine. Elle offre un cadrage très pittoresque sur le paysage, notamment sur l’église d’Epernay. De plus cette grotte se situe juste au-dessus d’un essor des caves Perrier-Jouët, elle peut être percue comme la manifestation en surface de ces caves souterraines...

référence d’édicule à facettes

la fabrique grotte cadrage sur le paysage depuis la grotte

FABRIQUE STEREOSCOPE Il s’agit d’une paroi en inox miroir présentant en surface des trous binoculaires, à l’image des longues vues publiques que l’ontrouve parfois devant les panoramas touristiques. En s’approchant et en regardant dans ces trous, le visiteur peut découvrir des «tableaux» supplémentaires venant compléter ceux offert par le parc : paysages de Champagne, aperçu des collections, vues du sous-sol, surprises. L’idée est d’éveiller la curiosité et d’inviter à visiter le musée...

lunette stéréoscopique

la fabrique stéréoscope lunette publique


ardée

La cour d’honneur garde son aspect simple et minéral, seul un bandeau de pavés de grès, plus lisses, dessine le périmètre de la cour et permet une accessibilité confortable pour tous aux bâtiments et au jardin.

finition brute finition sablée autre finition 4%

0.7 mètre

LES TABLEAUX, POUR PRIVILÉGIER CERTAINES VUES Le parc est composé à la manière d’un jardin pittoresque, et repose sur un circuit proposant au promeneur une succession de cadrages et de tableaux variant les points de vue et les perceptions : tableau 1 : le vallon pittoresque Face au château s’ouvre un vallon paysager, offrant une scène très proche de celle qu’offrait le parc originel, un vallon pittoresque ouvrant une tès belle vue sur la montagne de Reims et ses côteaux viticoles. Il se présente comme une clairière étirée face au château, bordée d’arbres aux textures et silhouettes variées qui s’organisent en différents plans pour plus de profondeur au jardin.

4 mètres ou plus

tableau 2 : le boisement mystérieux L’entrée depuis le parking situé au nord de la passerelle se fait par un chemin sinuant sur les pentes d’un boisement dense et mystérieux. Ce boisement permet de débuter la visite par une immersion très forte dans le végétal, et transporte le visiteur dans un espace faisant oublier totalement le contexte immédiat. Ce boisement propose une sensation de dépaysement et d’exotisme reprenant la tradition des parcs paysagers éclectiques de la fin du XIXème siècle. Ce boisement permet de mettre en scène la découverte du château qui apparait tout à coup par surprise, au sortir du boisement, en surplomb d’une clairière... tableau 3 : la vue sur le clocher de l’église Notre-Dame d’Epernay depuis l’allée circulaire bordant le vallon permet une accroche au territoire coupe sur la fabrique grotte

ableau 4 : ce sont des cadrages sur les arbres remarquables ou massifs d’arbustes nouvellement plantés

mise en œuvre du stéréoscope

coupe sur la fabrique stéréoscope

LES FABRIQUES, LES SURPRISES DU PARC Le parc est ponctué de nouvelles fabriques. Ces fabriques se conçoivent en référence aux fabriques qui se trouvaient dans le parc originel et qui ont disparu, mais elle revêtent un aspect résolument contemporain, il s’agit de réinterprétations. Toutefois ces fabriques ne sont pas perceptibles depuis le château afin que depuis le château le parc garde l’image d’un parc du XIXème siècle. En effet ces fabriques sont dissimulées par une végétation dense, mais aussi par leur matérialité qui joue sur un effet de reflet et de miroirs brouillant les perceptions. Ces fabriques reprennent les thèmes principaux du jardin : jardin pittoresque, rapport au sous-sol, cadrages et vues, mais elles apportent aussi une dimension ludique.


PHOTOS DU CHANTIER EN COURS : MUR A EFFET DE STRATES

réalisation de nombreux’échantillons pour les murs à strates :avec granulats et modes opératoires différents (avec ou sans vibration, avec ou sans sablage...)

COUR D’HONNEUR

réalisation d’une planche d’essai du calepinage des pavés déposés, sciés et reposés (caniveau, courbes, pavés sciés, pavés bruts)

cour d’honneur, itinéraire PMR en pavés grès sciés (photo en cours de chantier)

réalisation du ferraillage du miroir d’eau (photo en cours de chantier)

gradines en volige métal enherbées (photo en cours de chantier)

GRANDE CLAIRIÈRE


murs réalisés dans le jardin (photo en cours de chantier)

cour d’honneur avant jointoiement des pavés grès (photo en cours de chantier)

pelouse centrale (photo en cours de chantier)

plantations et allées en béton micro-désactivé (photo en cours de chantier)


dispositifs faisant limite entre agriculture et espace public : bandes-abri

vue aérienne générale du parc

s

zette

es Su

in d chem

haies bocagères


PARC AGRO-URBAIN GENÈVE BERNEX

CONCOURS 2013 MENTION SPÉCIALE PROGRAMME CONCEPTION ET RÉALISATION D’ESPACES PUBLICS AVEC COMPOSANTE AGRICOLE MAÎTRISE D'OUVRAGE RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE, DÉPARTEMENT DE L’URBANISME (DU) MAÎTRISE D'OEUVRE ATELIER JOURS, PAYSAGISTES BUDGET 5 600 000 €

fossés plantés

PROGRAMMATION INNOVANTE Il s’agit d’un parc Agro-urbain où parc public et exploitation agricole privée se partagent un même espace et s’imbriquent. POLYVALENCE DES ESPACES Si certains espaces sont dédiés à un usage et un public précis (exploitant agricoles ou habitants), certains espaces sont polyvalents et accueillent plusieurs fonctions (production agricole et loisirs par exemple), tandis que d’autres espaces changent de fonctionnement selon les saisons...

route de Chancy

auto

rout e

1

SYNTHÈSE ENTRE VILLE ET AGRICULTURE Le projet a été conçu comme un ensemble avec un vocabulaire unique. Ainsi espace publics et zones cultivées se combinent pour créer un ensemble inédit. Par exemple, les espaces publics ont été conçus pour pouvoir être entretenus avec des outils agricoles, ce qui leur donne une personnalité particulière, sans pour autant être artifi cielle. MOBILITÉS DOUCES Le parc est conçu comme une véritable plateforme d’échanges : il intègre parking relais, tram, pistes cyclables et chemins piétons. Cette problématique est pensée à l’échelle locale mais aussi à une échelle beaucoup plus large. Le parvis de la ferme a été dessiné et positionné pour créer un lieu unique où se rencontrent tous les modes de transport. DIMENSION IDENTITAIRE FORTE Le parc et son exploitation agricole sont conçus comme une vitrine de l’agriculture locale, mais aussi comme un manifeste d’une ville dépassant le clivage entre urbanisation et agriculture. Par ailleurs notre projet s’eff orce de valoriser la géographie, non pas en tant que telle, mais pour l’impression de surprise qu’elle produit : le basculement entre Jura et Alpes.


continuitĂŠ des 3 parcs et lien Ă la ville et au projet urbain

vue depuis le verger sur le plateau : paysage ouvert

plan masse

vue sur le bocage depuis la grande allĂŠe


Il est donc important, tant pour la richesse spatiale qu’elle permet que pour l’intérêt du concept du parc, que les usagers voient voire même s’immergent - dans les cultures agricoles. Nous répondons à cette intention par trois dispositifs : les bandes abri, les fossés plantés et les haies bocagères; qui délimitent sans créer de frontière trop dure ou défensive. Toutes les structures végétales ont été conçues dans le souci de sens pratique, d’intelligence et de rationalité qui caractérise le monde agricole. Elles peuvent être entretenues selon des modes agricoles plutôt que horticoles. L’intérêt de cela est double, cela permet de donner au parc un véritable caractère agricole mais aussi de faire en sorte que l’agriculteur puisse se charger de l’entretien. Les haies du bocage sont plantées de végétation typique telle que aubépines, cornouillers, noisetiers, viornes, églantiers. Ces haies dessinent des lieux intimes et sont une nourriture pour les oiseaux et insectes. Les bandes abri sont plantées de cultures emblématiques du canton (vigne, cardons) ou de fleurs et graminées (de type sorgho ou millet). Le parc est une vitrine de l’agriculture du canton de Genève, mais aussi de ses paysages. Le parc est ancré dans sa géographie, aimanté entre le Jura et le Salève, et peut proposer des “citations” des paysages locaux. Certains emplacements du parc proposent des vues choisies qui permettent de faire apparaître des «cartes postales» du paysage local : tel que «Sur le plateau, maraîchage sur fond de Jura» «Dans la descente vers le Rhône, le bocage sur fond de Jura», «Vergers». Cette démarche se rapporte à la tradition des parcs pittoresques anglais où le paysage est «construit» de manière à montrer des points de vue variés, étonnants mais artificiels. La différence est ici que ces paysages sont aussi authentiques que possible.


3 intentions de projet

1. sortir de l’effet “tunnel commercial” par des porosités entre la rue principale et l’épaisseur du site

plan masse du projet

fossé secondaire

2. casser la linéarité par des placettes transversales venant compléter le plan des espaces publics

fossé principal digue

fonctionnement hydraulique des polders

fossé principal

is Mara blanc

fossé

c colle

le Couesn

te

on

la li ur de

(exista sière

nt)

polder

le schéma de fonctionnement du réseau des fossés fait référence au fonctionnement d’origine des polders

3. rendre le site traversable et adapté au piéton


PLAN GUIDE ET AMÉNAGEMENT LA CASERNE MONT-SAINT-MICHEL

le Mont-Saint-Michel

REALISÉ 2015 PROGRAMME PLAN GUIDE ET MAITRISE D’OEUVRE POUR LA TRANSFORMATION DES ESPACES PRIVÉS DU SITE DE LA CASERNE AU MONT-SAINTMICHEL (50) MAÎTRISE D'OUVRAGE SODETOUR MAÎTRISE D'OEUVRE ATELIER JOURS DLA, ARCHITECTES

le site de la Caserne

enjeu du projet : la Caserne se transforme pour devenir la porte d’entrée du Mont-Saint-Michel

espace privé espace privé

espace public

le site de la Caserne avant travaux : espace public et espace privé formaient un tunnel minéral et commercial, sans rapport avec le site exceptionnel qu’il dessert

espace privé espace public

le site de la Caserne

le site de la Caserne, un passage obligé pour arriver au Mont-Saint-Michel et donc un espace privé à transformer en continuité avec l’espace public étroit, conçu par l’agence HYL

Le site de la Caserne concerne les derniers terrains construits avant d’arriver au MontSaint-Michel. Il s’agit d’une zone commerciale et hôtelière. Il souffre d’une architecture peu qualitative et d’aménagement banals, très minéraux, et sans lien avec leur contexte qui est pourtant exceptionnel. Le nouveau fonctionnement du site (parking public déplacé, nouvelle passerelle d’accès au Mont...) a rendu nécessaire la transformation de ces lieux. Cette transformation passe surtout par l’instauration d’un dialogue le plus intime possible entre cette Caserne et les paysages environnants. Ainsi, le projet vise à reconsidérer avec optimisme et ambition le site de la Caserne et à le considérer comme le lieu de départ de la découverte de la Baie du Mont-Saint-Michel. Le lieu se retrouve dans une double situation : - il donne à voir, c’est un poste d’observation regardant vers l’extérieur - il s’immerge et s’inscrit dans le paysage local La mission a consisté a accompagner les opérateurs privés dans la métamorphose du site, dans le même calendrier que la refonte des espaces publics. Cette mission a nécessité un véritable travail de pédagogie auprès des opérateurs privés afin de quitter leur politique d’aménagement “commerciale”. La maitrise d’oeuvre des espaces privés a eu pour objectif de prolonger l’aménagement des espaces publics (limités à une bande étroite traversant le site). Les aménagement réalisés ont été faits sobrement en continuité avec les aménagements publics réalisés par HYL. Ainsi la traversée linéaire Nord-Sud de l’espace public a pu être ponctuée par des placettes et complétée par des traversées EstOuest piétonnes venant mailler le site et les différentes promenades Nord-Sud.


espace privé

espace privé

APRES CHANTIER

espace public

vue de l’aménagement réalisé : les alignements d’arbres structurant la rue sont réalisés sur l’emprise privée conception espace public : agence HYL / conception espace privé : atelier jours

AVANT CHANTIER

espace privé

vue avant travaux : enrobé et stationnement

espace public

espace privé


espace public

APRES CHANTIER

espace privé

vue de l’aménagement réalisé : continuité des tracés et matériaux entre espace public et espace privé

AVANT CHANTIER

espace privé

vue avant travaux

espace public


espace public

espace privé

espace public

espace privé

APRES CHANTIER

espace privé

vue de l’aménagement réalisé

AVANT CHANTIER

espace privé

vue avant travaux


APRES CHANTIER

espace privé

espace privé

vue de l’aménagement réalisé : Le ru, malgré ses faibles dimensions devient le centre focal de l’espace public

espace privé

AVANT CHANTIER

espace public

espace public

espace privé

vue avant travaux : le ru est imperceptible et écrasé par les aménagements routiers


Logements ZAC Polytechnique, Pal

Perspective depuis le boulevard de

La rĂŠsidence est entourĂŠe de grande pelouses dans lesquelles serpentent des cheminements


Coupes sur les espaces extérieurs, intégration des logements et parkings

158.96

159.15

158.64

limite parcellaire

159.12

158.40

158.58

157.97

158.04

158.71

159.12

157.97

158.04

BATIMENT n°4

158.63

158.96

159.15

158.64

limite parcellaire

158.54

158.34

158.22

158.10

158.23

158.55

158.24

158.71

158.24

158.54

158.51

BATIMENT n°2

158.66

158.57

158.75

158.29

158.58

158.63

158.66

158.57

158.75

158.61

158.29

158.51

158.58

158.62

BATIMENT n°1

158.62

158.72

158.43

158.35

158.72

niveau parking sous-terrain

158.70

158.47

limite parcellaire

158.34

158.22

158.27

ACCES PARKING, LOGISTIQUE ET LIVRAISONS

ET LIVRAISONS 158,74 M NGF

+0,50 = 159,00 M

RAMPE 18%

ESCALIER

76 P AU SOUS-SOL

+1,10 = 159,50 M

STATIONNEMENT LOGEMENTS

PELOUSE

132 P AU RDC + 37 P

ESCALIER ASCENSEUR

STATIONNEMENT CAMPUS

PASSERELLE

159,11 M NGF

PELOUSE

AU SOUS-SOL

PELOUSES EN CREUX POUR STOCKAGE EAUX PLUVIALES

ÉE

LL

E-A

NTR

CO

PELOUSE

BOULEVARD

50 P

DE MARÉCHAUX

STATIONNEMENT CAMPUS

PELOUSES EN CREUX POUR STOCKAGE EAUX PLUVIALS

-A

PELOUSE

RE

NT

CO

ÉE LL

ARRET DE TCSP

158,40 M NGF

ON

MAIL PIÉT

llaire

158.43

158.59

160.05

llaire

ire

158.70

niveau parking sous-terrain

ACCES PARKING, LOGISTIQUE

158.47

158.58

PELOUSE

CO NTRE -ALL ÉE

20 P

158,08 M NGF

1 | 1000

Plan masse

Logements ZAC Polytechnique, Palaiseau

STATIONNEMENT CAMPUS

P STATIONNEMENT 14

158.57

RÉSIDENCE ÉTUDIANTE PALAISEAU EN COURS

PROGRAMME CONSTRUCTION D’UNE RÉSIDENCE ÉTUDIANTE À SACLAY, DANS LA ZAC DU QUARTIER DE L’ÉCOLE POLYTECHNIQUE SURFACE 1.8 HECTARES MAÎTRISE D'OUVRAGE CDC HABITAT MAÎTRISE D'OEUVRE DIETRICH UNTERTRIFALLER, ARCHITECTES ATELIER JOURS, PAYSAGISTES BUDGET espaces extérieurs : 1 550 000 euros HT

FONDAMENTAUX DU PROJET

- intégration des logements dans une logique d’aménagement à l’échelle du campus - de généreux espaces extérieurs, avec pelouses, arbres d’essences locales - un large mail, fédérateur à l’échelle du quartier - des cheminements fluides - intégration des surfaces dédiées au stationnement dans les aménagements paysagers

Plan masse

BATIMENT n°4

BATIMENT n°6

niveau RDC

niveau RDC

niveau RDC


le bourg dans son site naturel

cartes de l’étude paysagère

ne

ton

lia

enade panorami q u om e pla pr

ru de Vallan

on

iso

es

RN 151

liais

onn piét

ié np

te

au carte illustrant les centralités et les liaisons piétonnes potentielles dans le bourg

verger de cerisiers dans les hauteurs de Gy-l’Evêque


PLU GY-L'ÊVÈQUE

RÉALISÉ 2010 PROGRAMME ÉLABORATION DU PLU DE GY-L'EVÊQUE (89) MAÎTRISE D'OUVRAGE COMMUNE DE GY-L'EVÊQUE MAÎTRISE D'OEUVRE DAVID BORGOBELLO, URBANISTE ATELIER JOURS, PAYSAGISTES ETCP MASSE, BET CIRCULATION

Dans le cadre du PLU, l’étude de paysage avait pour enjeu majeur la réflexion sur l’extension du village, qui occupait déjà tout le fond de vallon, et qui avait tendance à s’étendre le long d’une route nationale à la fois bruyante et dangereuse. L’étude du territoire du village à large échelle a permis de comprendre les qualités du site, la logique du village et son implantation autour du ru de Vallan. Un des éléments emblématiques du paysage de la commune étaient les vergers de cerisiers, le PLU prenait des dispositions pour préserver les parcelles en lanières plantées de cerisiers.

Nous avons proposé d’étendre le village sur le plateau, à un rythme très raisonnable. Pour ne pas perdre le lien entre village anvien en fond de vallon et village étendu sur le plateau, des liaisons piétonnes franchissant le coteau ont été proposées, unies par une promenade panoramique en rebord de plateau. L’urbanisation future prévoit par ailleurs de ménager et de valoriser la vue sur le clocher afin de rattacher les nouvelles maisons au centre ancien.


FONDAMENTAUX DU PROJET

- mise en place d’un vocabulaire à la fois rural et contemporain - aménagement très contextuel récompensé par un Prix - pluralité d’usages possibles sur un espace unique - mobilier sur mesure en chêne massif local

photos en cours de chantier (avant plantations)


ESPACES PUBLICS GY-L'ÊVÈQUE PRIX DE L'AMÉNAGEMENT URBAIN 2011 RÉALISÉ 2010 PROGRAMME AMÉNAGEMENT DE LA TRAVERSE ET DE L’ESPACE CENTRAL, ÉLABORATION DU PLU DE GY-L'EVÊQUE (89) MAÎTRISE D'OUVRAGE COMMUNE DE GY-L'EVÊQUE MAÎTRISE D'OEUVRE ATELIER JOURS, PAYSAGISTES DAVID BORGOBELLO, URBANISTE TECHNICITÉ, BET VRD ETCP MASSE, BET CIRCULATION BUDGET 450 000 €

La mairie n’avait pas de programme, et avait un petit budget à dépenser pour améliorer ses espaces publics. Nous avons proposé d’aménager le “foirail”, espace central du village, qui était à l’origine occupé par des jardins vivriers puis qui était devenu une vaste aire d’enrobé. Pour valoriser cet espace, le faire vivre et le rattacher aux fondements du village, nous avons remis en scène le ru de Vallan qui le bordait. L’aménagement généreux qui l’accompagne minimise l’importance de la route nationale qui traverse le village. Les berges du ruisseau, remodelèes en pente douce pour rendre l’eau accessible et permettre de nouveaux usages, se couvrent d’une végétation sauvage de saules. Le ruisseau est bordé par de simples et vastes esplanades au nivellement fin, qui permettent des usages variés, jeux de ballons, brocantes, fêtes, pique-niques... Le projet d’aménagement du foirail perpétue l’esprit des jardins vivriers préexistants, en particulier dans le choix des végétaux. L’aménagement propose aussi la plantation d’un mail et d’alignements de cerisiers à fruits sur l’espace public. En effet, les vergers de cerisiers sont un élément emblématique des paysages de la commune, à l’avenir compromis, pour des raisons de rentabilité, mais qu’il était possible de perpétuer sur l’espace public. LE PRIX DE L’AMÉNAGEMENT URBAIN S’ADRESSE À TOUTES LES COMMUNES DE FRANCE ET À LEURS GROUPEMENTS AFIN D’ENCOURAGER ET DE PROMOUVOIR LES RÉALISATIONS EXEMPLAIRES QUI CONTRIBUENT À LA QUALITÉ DE LA VILLE. COMMENTAIRE DU JURY SUR LE PROJET : « CETTE DISTINCTION RÉCOMPENSE UNE RÉALISATION SENSIBLE, SANS OSTENTATION. LE JURY A RECONNU L’ATTENTION PORTÉE AUX USAGES ET AUX MATÉRIAUX LOCAUX, LE BOIS PARTICULIÈREMENT. »

Le mobilier urbain a été conçu spécialement. Bancs, tables à pique-nique, abri-bus et passerelle ont été dessinés, et se déclinent tous sur le même principe de lames de bois entrecroisées. Il est réalisé par la combinaison d’un nombre réduit d’éléments en bois. Le site de projet se trouvant à proximité des forêts du Morvan, l’essence choisie est le chêne.


APRÈS TRAVAUX AVANT TRAVAUX

les berges du ru retrouvent un aspect naturel et des pentes douces, le ru devient un élément structurant de l’espace public

le ru est totalement canalisé et encaissé, cerné de lourds garde corps


APRÈS TRAVAUX AVANT TRAVAUX

Le ru est modeste mais devient la ligne structurante de l’espace public

le ru est imperceptible et écrasé par les aménagements routiers


zone hauteur de chute > 1 m

longueur totale : 15,60 m

portée : 8m

PHASE ETUDES

ru de Vallan

culée béton

poutre métal galvanisé

PHASE TRAVAUX

passerelle

abri bus

passerelle

lambourde bois

culée béton


élément 2 : latte du banc

élément 3 : madrier horizontal

élément 1 : madrier vertical

élément 4 : tasseau supportant le banc

abri bus

table et bancs


plan projet

passerelle sur le ru de Vallan


fête de village sur le nouveau “foirail”

chemin bordé de cerisiers


Site Vallée de la Bièvre

partie urbanisée

Vallon Saint Marc

Rue Oberkampf Bief

la rencontre entre milieu habité et milieu naturel

vue sur le fond de vallon ouvrert

reconquête naturelle et urbaine du fond de vallon

Rue de la Libération


PROJET URBAIN JOUY-EN-JOSAS Campus INRA

Campus HEC

Terrain 12 100m2

Centre ancien Domaine de Montcel

Parc public

Campus Thales

Simply market Gare

Campus Tecomah

EN COURS

?

un nouveau morceau de ville pour ressouder un centre-ville éclaté

PROGRAMME AMÉNAGEMENT DU FOND DE VALLEE DE LA BIÈVRE ET CONSTRUCTION DE 130 LOGEMENTS À JOUY-EN-JOSAS (78) MAÎTRISE D'OUVRAGE VILLE DE JOUY-EN-JOSAS FRANCOSUISSE MAÎTRISE D'OEUVRE DLA, ARCHITECTES ATELIER JOURS, PAYSAGISTES LM, INGENIEURS BUDGET OPERATION : 16 000 000 € ESPACES EXTERIEURS : 3 100 000 €

REMETTRE LA BIÈVRE AU CENTRE : PARC DE LA BIÈVRE Le projet propose d’investir tout le fond de vallon comme un vaste parc public installé de part et d’autre des rails. Un réseau d’allées relie les différentes parties de ce parc composé de plusieurs fragments : promenade le long de la Bièvre sur l’avenue Jean Jaurès, parc Oberkampf, promenade le long du Bief de la Bièvre au sud, nouvel espace autour de l’ancienne halle ferroviaire. L’aménagement de ce parc permet aussi de dissimuler et d’amoindrir la présence des clotures de la gare SNCF. L’aménagement priviligierait les espèces évoquant les milieux humides, afin de plonger toute la zone dans un paysage assez marquant qui devienne à la fois un événement dans Jouy, mais aussi sur le parcours du RER. L’implantation des batiments permet de dégager le fond de vallée. Le projet propose d’investir ce fond de vallée par un paysage mettant en valeur la situation géographique en installant un parc lié à la Bièvre. Ce paysage s’étend des deux côtés des voies SNCF et venir donner plus d’ampleur au projet de renaturation de la Bièvre le long de l’avenue Jean Jaurès. Il offre un paysage naturel au plein coeur de la ville, aussi bien aux habitants qu’aux usager du train. Cette confi guration met aussi dans une situation singulière l’ancien hangar SCNF et permet de le valoriser pour sa nouvelle destination. L’axe de l’entrée du chateau est valorisé en créant une esplanade continue jusqu’à la gare. L’espace du parc permet de créer un filtre, grâce à quelques arbres à grand développement, entre les voies SNCF et les nouveaux logements. Cet espace permet aussi de créer de nouveaux accès à la gare côté sud, plus confortables et agréables.


BIEVRE REOUVERTE

PARC DE LA BIEVRE

PROM

ENADE

plan masse

projet

existant

axe transversal : projet et existant

DU BIE

F

AXE TRANSVERSAL CENTRAL

PARC DE LA BIEVRE


Cet espace paysger peut être perçu comme un prolongement du parc Oberkampf, mettant en avant un paysage de rivière. L’AXE TRANSVERSAL Un axe transversal est créé entre l’avenue Jean Jaurès et l’avenue de la Libération. Il s’agit d’un espace minéral depart et d’autre des voies du train, fonctionnant comme une véritable place. Il est ponctué en son centre par la halle sncf transformée en équipement. Sa situation isolée le rend très visible depuis tous les points de vue.

BIEVRE RE

OUVERTE

KAMPF

PARC OBER

E DU

NAD OME

PR

BIEF

vue axonométrique de l’axe transversal central

LA PROMENADE DE LA BIÈVRE La promenade le long de la Bièvr est conservée et est accompagnée de nouveaux aménagements : - le creux bordant la promenade est planté comme une noue, avec une végétation évoquant le milieu aquatique. - des pontons en bois traversent ce creux pour rejoindre la promenade et se prolongent jusqu’au bord de l’eau. - Les terrasses et balcons des logements semblent également fl otter au-dessus de la large noue qui en plus de valoriser la dimension aquatique du site permet une mise à distance et filtre les vues entre les logements et la promenade. (Les logements sont situés entre 12 et 23 mètres de la promenade)


ESPACES PUBLICS RUNGIS

EN COURS PROGRAMME ESPACES PUBLICS DE L’OPERATION D’AMENAGEMENT MONTJEAN EST A RUNGIS (94) MAÎTRISE D'OUVRAGE EPA ORSA MAÎTRISE D'OEUVRE CLAIRE SCHORTER, ARCHITECTE URBANISTE ATELIER JOURS, PAYSAGISTES MAGEO, BET BUDGET 2 800 000 €

vue sur le chemin des fermes et la transition agriculture et quartier

plan projet

Le quartier Montjean propose une nouvelle relation entre agriculture et ville. Il est conçu comme une lisière, c’est à dire un milieu qui naît de la rencontre de deux milieux différents : la ville constituée et la plaine agricole. Une “lisière” au sens écologique, décuple les potentiels des deux milieux en contact : ils s’enrichissement mutuellement tout en générant un milieu spécifique. De la même manière, le nouveau quartier génère une forme urbaine nouvelle mêlant ville et agriculture. Cette rencontre génère des espaces non construits spécifiques au quartier: boisements, allées prairies, et jardins. Ces trois types d’espaces remplissent simultanément plusieurs fonctions, qui peuvent être environnementales, urbaines, paysagères ou d’usages. Les allées prairie par exemple, sont des espaces publics dont l’objectif premier est d’ouvrir des vues lointaines vers la plaine. Mais par ailleurs, elles font entrer la nature en ville, mettent à distance les logements et sont le lieu d’usages atypiques en ville. De même, les boisements, plantés en limite sud, entre plaine et nouveaux logements, permettent d’intégrer les nouvelles constructions, en les rendant invisibles depuis la plaine. Mais ces boisements ont aussi des fonctions bioclimatiques car ils filtrent les vents dominants en hiver et le rayonnement solaire en été. Enfin, les jardins sont le lieu où pratiquer une agriculture de loisir, juste en vis-à-vis de l’agriculture professionnelle. Ces jardins, familiaux ou pédagogiques, proposent aux habitants d’être acteurs de la plaine, de pratiquer son sol. Tous ces aménagements se font avec un traitement le plus simple possible, en rapport avec les paysages agricoles, qui se distinguent en général par leur simplicité et leur rationalité.


vue sur une allée-prairie

la lisière boisée


Le jardin-parvis, un espace de reprĂŠsentation

Le jardin-musĂŠe, un jardin cachĂŠ au coeur de la parcelle


JARDINS NANTES CONCOURS 2017 PROGRAMME CONCEPTION DES JARDINS DU MUSÉE DOBRÉE À NANTES SURFACE 1.3 HA MAÎTRISE D'OUVRAGE DÉPARTEMENT DE LOIRE ATLANTIQUE MAÎTRISE D'OEUVRE FRENACK ET JULLIEN, ARCHITECTES ATELIER JOURS, PAYSAGISTES BUDGET 15 000 000 EUROS HT (TOTAL OPÉRATION)

Plan de masse

Coupe sur le jardin-parvis

Le jardin-parvis est un espace de représentation. Mais c’est aussi un lieu d’usages très fonctionnel et confortable, permettant l’accueil de groupes, le petit événementiel, les usages de proximité Le jardin-musée se présente comme un jardin secret, caché au coeur de la parcelle, à l’image d’un jardin privé, celui qui aurait pu être celui de Thomas Dobrée Le jardin public est au coeur du quartier, il affiche son statut public et a une forte présence végétale. Il est conçu selon un principe de parcelles, apte à accueillir des programmations diverses émergeant lors des concertations.


collège des étangs François Ginoux

comiage Claude Geisler Paule Gœuriot sânon sport et loisirs   Fabrice & Tatiana Leroux René Cornelius

carla coiffure Daniel Azdi

Ferme d’Hellocourt Alain Jung Thomas Jung

ccpe Philippe Martin Roland Gilliot École primaire Anne-Sophie Sinisi Valérie Lasson déchetterie   Pôle déchets Sarrebourg

cabinet médical Docteur Genet proxi / coco lounge café   Sébastien & Élodie Leroy

association la chaussure Bataville Ghislain Gad

le logis Bataville Ghislain Gad

natura Boots Lydie Hervy paaM investissement Pierre Moisson nts Jean-Marc Dieffenthaler lpde logistique Jean-Paul Leroy apedec Philippe Schiesser Valentin Michaud

79,2 30

24,2 archiveco    Jérôme Michaud Laurent Oliger Fontaines symphoniques Pierre Berlet

À Bataville

ancienne gare de Moussey-Bataville Jascha Harborth

Écothermie 25G Vincent Wentziger  Jérôme Guilloteau Faa Daria Lippi Barabara Forestier Juliette Salmon

20

procal Serge et Lucie Maxant Fabrice Leroux

ecco France diffusion    Denis Schweitzer

21

impressions Zaffagni    Jean-Claude Zaffagni

© Université Forraine, 2016

D40B

Permettre des continuités paysagères, identifier des promenades structurantes

Références. Projeter un renouvellement du site de Bataville

24,2

79,2 30

13

6

6


ÉTUDE URBAINE BATAVILLE EN COURS

B UN PATRIMOINE INDUSTRIEL RARE

01 - LA CANTINE DIAGNOSTIC DU POTENTIEL DE MUTABILITÉ

PROGRAMME ÉTUDE TECHNIQUE ET PROGRAMMATIQUE DU SITE DE L’ANCIENNE USINE BATA, MOUSSEY - BATAVILLE SURFACE 22 HECTARES MAÎTRISE D'OUVRAGE ETABLISSEMENT PUBLIC FONCIER DE LORRAINE MAÎTRISE D'OEUVRE HDZ, URBANISTES ATELIER JOURS, PAYSAGISTES BUDGET étude 120 000 euros HT

haie

13

1,5 2,5 6

6

16

36 6

FONDAMENTAUX DU PROJET

16

DIAGNOSTIC ADMINISTRATIF Propriétaire : Ghislain Gad Activités : Écothermie 25G (1250m²) + étage loué à la CCPE Repenser le profil hérité. Créer un mail piéton. (1600m²) Parcelle : 6382 m² / Moussey 06 - 202 COUPE A Emprise au sol : 1725 m² scB 500e

DIAGNOSTIC STRUCTUREL

- Un ancien site industriel dans un paysage écrin : entre champs et forêts, le long du canl de la Marne au Rhin - un patrimoine architectural et paysager Écothermie 25G Locaux dispo - élaboration d’une stratégie de Étage loué par la Accès renouvellement deCCPE Bataville - stratégie de reconquête des surfaces minérales par le végétal, dans une économie de moyens

Date de construction : 1933 Surface bâtie : 5300 m² Nombre d’étage : R+2 / R+3 Type de structure : Structure béton armé, dalle béton, murs en maconnerie brique, toiture bitume État du bâtiment : Structure externe du bâtiment

Étanchéité (Toit/Charpente)

Structure interne (Dalles)

Structure interne (Poutres)

État général du bâtiment

- Imprimerie Zaffagni

Locaux disponibles

- Stockage NTS

Accès

A UN POTENTIEL PAYSAGER

Surface disponible

Types d’espace

Étage et accès

2450 m²

Plateaux libres

R+2 Escaliers

EN CONTACT AVEC UNE VARIÉTÉ D’ENTITÉS

COMITÉ TECHNIQUE • OCTOBRE 2019 • EPFL

ÉTUDE TECHNIQUE ET PROGRA

UNE VARIÉTÉ DE PAYSAGES Eglise à proximité du site, à l’orée du bois

- des forêts 18 - des exploitations agricoles, - le canal de la Marne au Rhin (dont une darse sur le site, qui desservait l’usine autrefois)

ÉTUDE TECHNIQUE ET PROGRAMMATIQUE DU SITE DE L’ANCIENNE USINE BATA / MOUSSEY - BATAVILLE

Foret de la Moutelotte


Parvis : Les trois entrées du parc et du complexe sportif sont traitées de la même façon : parvis en stabilisé ou en béton, plantés d’arbres fruitiers. Ces parvis accueillent également des arceaux vélos et un portail permettant la fermeture nocturne du site

EN OPTION : Gradins Des murets en béton servent de soutènement et organisent la pente deu site. Ils servent aussi d’assises dans les différentes parties du projet. rue de la Marne

Aire de jeux : 200m² en sol souple (caoutchouc recyclé) avec 10 jeux sur catalogue. EN OPTION : mur de jeux mur de jeux mettant à profit la déclivité de la parcelle. Ce mur décline le principe de la clôture périphérique en y incluant des jeux pour enfants + 5 jeux sur catalogue.

coupe sur l’aire de jeux

plan

mur de jeux

abri vélo

coupe longitudinale du site (Sud-Nord)

WC publics

végétation dense

affichage

mur de grimpantes

assise

espaliers


Parvis

PARC SPORTIF SCEAUX

Rampe Traitement de la limite

EN COURS Escalier

Mur-jeu

PROGRAMME REQUALIFICATION DU SITE SPORTIF DES BLAGIS ET CRÉATION D’UN PARC À SCEAUX (92) MAÎTRISE D'OUVRAGE VILLE DE SCEAUX MAÎTRISE D'OEUVRE ATELIER JOURS, PAYSAGISTES AEA, ARCHITECTES BUDGET OPERATION : 4 500 000 € ESPACES EXTERIEURS : 900 000 €

Jardin Aire de jeux

mur de jeux

clôture équipée

pare vue

abri

affichage des scores

LOCAUX

03

VISITEURS

01

gradins

porte manteaux

affichage

Le parc des Blagis est une connexion entre la rue de la Marne et la rue Léo Delibes, un lien urbain qui se pose en alternative aux rues Berlioz et Jean Jaurès. Le dénivelé relativement fort est l’occasion de créer un balcon depuis le passage de la rue de la Marne, qui offre une vue très longue sur le site. C’est aussi l’occasion d’aménager un mur de jeux. Les trois entrées sur le site sont aménagées de manière identique. Ce sont des parvis bien identifiables et bien visibles. Le parc est un espace public utilisable par tous et qui propose dans un quartier relativement dense un espace public très vert, à l’écart de la rue et de l’agitation urbaine. En plus de la traversée, il propose des uages variés. Il est possible de s’y promener, s’asseoir à l’ombre ou au soleil, de jouer, mais aussi de profiter en pleine ville de la succession des saisons. Lors de la conception, nous avons cherché à nous appuyer sur les qualités du jardin existant; certains arbres bien développés, une certaine densité végétale et une certaine liberté de la végétation. Afin de gérer au mieux les relations avec les parcelles voisines, nous proposons une clôture densément végétalisée de plantes grimpantes qui préservent l’intimité. Nous proposons une clôture multifonction qui accueille des fonctions complémentaires au jardin et à l’installation sportive : gradins, affichages, porte-manteaux, abris, espaliers.... Cette clôture se compose à la fois de parties en grillage habillées de grimpantes et de parties en lattes de bois plus opaques servant de support au mobilier.


PROJET URBAIN MOUVAUX

CONCOURS 2015 PROGRAMME CONCOURS DE MAÎTRISE D’ŒUVRE URBAINE POUR UN PROJET DE TROISIÈME RÉVOLUTION INDUSTRIELLE À MOUVAUX (59) MAÎTRISE D'OUVRAGE VILOGIA MAÎTRISE D'OEUVRE ATELIER JOURS, PAYSAGISTES MGAU, ARCHITECTE URBANISTE

Le quartier de l’Escalette a été conçu selon les principes de la cité jardin proposé par Ebenezer Howard il y a 60 ans. Ce modèle urbain remettait en cause l’organisation de la ville industrielle du XIXème siècle. Comment rénover ce quartier qui a vieilli, en s’appuyant sur les thèses de l’économiste Jeremy Rifkin, auteur de la Troisième Révolution Industrielle? L’économiste américain critique le système économique contemporain, et propose un nouveau modèle qui a des conséquences sur la vie quotidienne et sur le l’organisation urbaine. A l’Escalette mais aussi ailleurs, comment faire évoluer nos villes anciennes vers un nouveau modèle, qui s’appuie sur le patrimoine bâti et humain existant, et qui génère un espace urbain confortable, convivial et accueillant, respectueux de l’environnement et producteur d’énergie? Le sol doit être considéré comme la ressource non renouvelable par excellence. C’est pourquoi donner des fonctions utiles aux espaces non construits est un enjeu primordial. Mais le sol peut aussi être considéré comme une énergie renouvelable. Un quartier vivant, dans lequel les habitants sont moteurs et sont considérés comme capables de prendre en main leur quotidien nous semble pouvoir produire une énergie formidable. Or le quartier de l’Escalette est un lieu idéal pour expérimenter de nouveaux usages et une nouvelle gestion des espaces libres, qu’ils soient publics ou appartiennent à une copropriété. L’Escalette pourrait parvenir à cumuler qualité de vie exceptionnelle, transports efficaces et usages innovants. Nous avons été très marqués par les paroles des habitants, dont les demandes concernant les espaces libres ont été à la fois claires et concrètes. « On aurait besoin de squares, de lieux de rencontre », ou encore « Mouvaux devrait devenir un vrai village avec moins de solitude », « Il y avait des squares et plein de venelles, chacun avait son coin », « Les squares Mermoz et Delestrain, c’était des


terrains herbeux sans parking ». Ces habitants posent clairement une question qui intéresse tous les acteurs de la ville : comment vivre mieux dans un quartier résidentiel, comment rendre l’utilisation de la voiture moins incontournable, comment tirer parti de l’espace gagné ? Le projet dépasse la notion de cadre de vie, il cherche à lutter contre l’isolement dont nous ont parlé les habitants, mais qui touche tous les quartiers. Il cherche aussi à trouver le dénominateur commun que les habitants nous ont dit avoir perdu : « On était dans un quartier très homogène, c’était une cité pour les ouvriers de l’industrie textile. Aujourd’hui on cherche un dénominateur commun ». Nous pensons que le support de cela pourrait être l’espace non construit, le sol commun à tous, sur lequel se déploieraient des usages variés, traditionnels ou innovants, souvent tournés vers le collectif. Pour cela, nous pronons une certaine tolérance sur les espaces libres, ce qui aura pour conséquence des espaces mieux appropriés et plus vivants. Concevoir un projet dans lequel le sol est considéré comme une ressource non renouvelable conduit à recalibrer les espaces. C’est ainsi que les espaces non construits pauvres en usages sont redonnés aux parcelles privées, car elles sont un poids financier pour la collectivité sans pour autant permettre d’augmenter la qualité de vie dans le quartier. Il s’agit notamment de la rue Calmette dans laquelle la voirie est réduite de manière à être fonctionnelle sans être surdimensionnée, au bénéfice des jardins privés dont il est évident que les usagers sauront profiter. A l’inverse, les squares Delestrain et Jean Mermoz, qui sont de formidables gisements d’usages sont libérées du stationnement. En effet un sol qui autorise de nombreux usages peut être considéré comme productif, d’urbanité, de qualité de vie, de sociabilité, de mutualisation… voire même productif du point de vue économique lorsqu’il s’agit de l’installation d’un marché ou d’un food truck. Le quartier est aussi économe et productif car il mise sur l’investissement des habitants. Selon nous, dans les quartiers résidentiels moyennement denses le caractère vivant provient souvent autant de la participation habitante que des aménagements. Cet investissement n’est pas encore quantifiable, mais nous l’imaginons à des degrés différents, qui vont du jardinage spontané de pieds d’arbres, au bénévolat, voire à l’autoconstruction. De plus, nous misons sur le recyclage des matériaux. Les démolitions produiront des


quantités de matériaux non pas à envoyer en décharge mais à recycler, ce qui nous semble être dans le droit fil des idées promues par Jeremy Rifkin. Une voirie démolie puis concassée, produit de l’enrobé qui peut devenir matériau de remblai, de drainage, de paillage, voire de revêtement de surface pour les venelles piétonnes. De même, les choix végétaux ont été faits en fonction d’un objectif de productivité : les végétaux plantés produisent de l’alimentation : arbres fruitiers du verger, arbustes à fruits des bas-côtés des rues Calmette et Watteeuw… Comment inventer de nouveaux espaces libres : vivants, adaptés aux publics variés, accueillants et agréables , ayant une forte singularité, et adaptés aux évolutions de notre société ? Le projet cherche l’efficacité immédiate, dans sa programmation et dans le choix des matériaux. Le mode de vie de ce début de millénaire diffère de celui des générations précédentes, et l’évolution continue à une vitesse galopante. Pourquoi sortir de chez soi en 2040, lorsque tout pourra se faire à distance depuis un ordinateur ? Quelles seront les rues dans lesquelles nous marcherons ? Quelles conséquences sur nos lieux de vies, et en particulier en quoi la vocation des espaces non construits en sera-t-elle bouleversée ? Si la société abandonne au moins en partie l’idée de posséder une voiture individuelle à la vitesse où elle a adopté les vélos partagés, opté pour le couchsurfing et abandoné les hôtels classiques, il est important, au moment de se lancer dans la réfection de toutes les voiries d’un quartier, de propser un projet qui rend la mutation la plus facile possible. Si l’emprise des voiries a à diminuer, il sera possible de découper certaines emprises d’enrobé pour retrouver le sol naturel et réduire l’imperméabilisation du quartier…


installation d’activités tertiaires le long de la rocade

création d’un réseau piéton désenclavant le quartier et renouvelant son image

création de 5 centres quartier avec pour chacun un espace public emblématique


RUES TOULOUSE

PROJET EN COURS PROGRAMME MAITRISE D’OEUVRE DE RUES DANS LE QUARTIER BAGATELLE MAÎTRISE D'OUVRAGE COMMUNAUTÉ URBAINE DU GRAND TOULOUSE MAÎTRISE D'OEUVRE ATELIER JOURS, PAYSAGISTES PAUL LANDAUER, ARCHITECTE URBANISTE BUDGET 3 268 000 € profil type rue de la Charente Nous sommes en charge de la maitrise d’oeuvre de cinq rues du quartier Bagatelle. Ces rues bordent le futur parc de Bagatelle, et l’une d’entre elle fait partie du réseau vert que le projet urbain vise à établir sur l’ensemble du secteur d’étude. L’enjeu principal est bien la matérialisation du premier tronçon de ce réseau vert qui servira de référence pour la suite des aménagements.

0.20

3 MINUTES

0.76

détail type rue de la Charente

0.40

0.40

0.20

0.13

6 MINUTES

0.80

PARC DE LA FAOURETTE 0.26

0.13

0.46

0.42

0.20

0.77

0.20

7 MINUTES

0.76

signalétique : sur la rue de la Charente

0.40

0.40

0.20

0.13

14 MINUTES

0

0.13

marquage au sol du réseau vert

0.80

PARC FONTAINE-LESTANG 0.26

0.42

0.46

0 77

références de marquage du réseau vert


place Campan en chantier

la place Campan (vue aerienne 2015)

la place Campan en chantier en fĂŠvrier 2013


PLACES TOULOUSE

RÉALISÉ 2013 PROGRAMME MAITRISE D’OEUVRE DES ESPACES PUBLICS DES QUARTIERS BAGATELLE, LA FAOURETTE, PAPUS, TABAR ET BORDELONGUE MAÎTRISE D'OUVRAGE COMMUNAUTÉ URBAINE DU GRAND TOULOUSE MAÎTRISE D'OEUVRE ATELIER JOURS, PAYSAGISTES PAUL LANDAUER, ARCHITECTE URBANISTE BUDGET PLACE RONSARD : 1 200 000 € PLACE ST SIMON : 862 500 € (HORS VOIRIE)

Afin de pallier à la situation de quartier en culde-sac, une nouvelle entrée est créée au nord du quartier Bagatelle : il s’agit de la création de deux places et du prolongement de la rue du Lot, artère principale du quartier, afin de créer un nouveau débouché sur la route de SaintSimon, route d’importance métropolitaine. Malgré la proximité du périphérique, l’ambition pour l’aménagement de la place Schwarzenberg est d’en faire une véritable place où le piéton ait sa place, et non un giratoire d’entrée de ville. Pour cela, l’importance des voiries a été contrebalancée par un espace public généreux, traité avec soin et par un choix de matériaux de sol inhabituels dans ce type de situations. La place Campan, situé plus à l’intérieur du quartier a été traité avec un parti-pris formel affirmé, afin de la rendre identifiable et de créer un point de repère dans le quartier. De plus cette personnalité marquée permet d’affirmer l’unité et la cohérence de la place malgré la diversité de style, de gabarits, et d’alignements de l’architecture qui la borde.


premier temps : un espace public amĂŠnagĂŠ


PARC TOULOUSE

PROJET EN COURS PROGRAMME MAITRISE D’OEUVRE DU GRAND PARC DE BAGATELLE MAÎTRISE D'OUVRAGE COMMUNAUTÉ URBAINE DU GRAND TOULOUSE MAÎTRISE D'OEUVRE ATELIER JOURS, PAYSAGISTES PAUL LANDAUER, ARCHITECTE URBANISTE BUDGET 4 900 000 €

Le grand parc de Bagatelle est la transformation et l’amplification de deux parcs existants. Ce grand parc est une conséquence du schéma directeur. Les enjeux urbains auquel il répond sont principalement de sortir le Petit Bois et le parc de la Gironde de leur enclavement et de leur fonctionnement autonome. Ce parc doit aussi ouvrir le quartier en créant une traversée piétonne et en intégrant les pavillons attenants. Nous avons élaboré le programme en atelier mais aussi au cours de concertations : il consiste à offrir un espace public pour tous, au rayonnement large grâce à une thématique forte, ce qui suppose de s’autoriser d’être expérimental, de sortir des sentiers battus. De plus, le parc aura une dimension associative, et favorisera les initiatives des habitants, dans un cadre aménagé par la ville. La thématique retenue est celle du sol ressource, ce terme étant entendu de manière très large : Ressource, par la culture du sol mais aussi par des usages différents de ce qu’on trouve ailleurs. Un principe de trame a été proposé. Il s’agit d’une organisation en parcelles, certaines étant aménagées par la ville pour devenir des espaces publics à part entière, d’autres restant ouvertes aux initiatives des habitants ou associations, et ouvertes au changement dans le temps.

deuxième temps : les parcelles accueillent des initiatives


un quartier sous le couloir aĂŠrien

1564 : les Tuileries

1860 : les Buttes Chaumont un regroupement des espaces libres

1987 : le parc de la Villette

un parc dĂŠcoupĂŠ en parcelles selon une trame

2014 : le parc de Bagatelle


MÉTROPOLE

ATELIER JOURS

Couture évolutive Progressive stitching GRAND PARC DE BAGATELLE, TOULOUSE (FRANCE), PROJET EN COURS FR

Attentifs à la pratique, l’appropriation et l’évolution de l’espace public, les paysagistes Julia Golovanoff et Pierre Vandenbrouck, fondateurs de l’Atelier Jours, ont conçu à Toulouse « le parc des possibles ». Élaboré en collaboration avec l’Atelier Laudauer et La Condition urbaine dans le cadre du schéma directeur des quartiers de Bagatelle, La Faourette, Papus, Tabar et Bordelongue, cet espace d’initiatives de 4 ha réunit les fragments de sols restés inutilisés suite à l’urbanisation du secteur. L’équipe ainsi constituée a imaginé organiser les espaces verts vacants ou en attente d’affectation, que le plan d’exposition rendait inconstructible en une trame parcellaire de 10 mètres par 20 pouvant accueillir des activités

EN

gérées par la ville ou par des personnes porteuses de projet. Chaque parcelle, publique comme privée, appartient à un ensemble tenu et structuré par une trame d’usage collectif. Le sol, réaffecté, réactivé, reste propriété de la ville, mais devient, pour une bonne part, autogéré. Jusqu’alors pléthoriques, les sols publics sont fédérés pour devenir la principale ressource d’un projet écrit en concertation avec les riverains. Certains espaces, plantés dans le cadre de la préfiguration du parc, permettent à chacun de tester la taille des parcelles. Et donnent une idée de ce que sera ce parc des possibles d’un genre nouveau.

Landscape designers and founders of Atelier Jours, Julia Golovanoff and Pierre Vandenbrouck, with an eye for the practicality, ownership and development of public spaces, designed the “park of the possible” in Toulouse. Developed in cooperation with Atelier Laudauer and La Condition urbaine as part of the master plan for the districts of Bagatelle, La Faourette, Papus, Tabar and Bordelongue, this 4-ha area of initiatives brings together pieces of land that remained unused following urban development in the sector. The team put together planned to organise the vacant green spaces or land pending allocation, on which building was prohibited through the exposure plan, into 10 per 20-metre plots that could be used to host activities

managed by the municipality or by project leaders. Each plot, whether public or private, belongs to a group held together and structured by a system of collective use. The reallocated, reactivated land is still owned by the municipality but most of it is now self-managed. The public land that was once in excess has now been federated to become the main resource of a project drawn up in consultation with the residents. Some spaces, planted as part of the park’s planning, enable everyone to test the size of the plots. It also gives an idea of what this new type of park will become. Irène Laplanche

L’Architecture d’Aujourd’hui numéro 401 — juin 2014

Jeunes générations New Generations

L 14708 - 401 - F: 25,00 € - RD

L’Architecture d’Aujourd’hui nº401 125

D E/B E/IT/LU X/P O RT.CO N T:29 €—T U N:45 T N D – M A RO C:29 0 M A D – G B:2 5 £– C A N:4 0$ C A D

ATELIER JOURS, AGENCE FONDÉE EN 2007 PAR JULIA GOLOVANOFF ET PIERRE VANDENBROUCK, À PARIS. ATELIER JOURS, FOUNDED IN 2007 BY JULIA GOLOVANOFF AND PIERRE VANDENBROUCK, IN PARIS.

401


90 D1

14

el A

N184

tunn

N1

3

PLAN THEMATIQUE : Maillage d’espaces verts + circulations douces

ESPACE PUBLIC MAJEUR : Liaisons et séquences


AMENAGEMENT SAINT-GERMAINEN-LAYE

CONCOURS 2011 PROGRAMME ACCORD-CADRE DE MAÎTRISE D’ŒUVRE URBAINE POUR L’AMÉNAGEMENT DU NOUVEAU QUARTIER DURABLE SUR LA LISIÈRE PEREIRE À SAINT-GERMAIN-ENLAYE (78) MAÎTRISE D'OUVRAGE VILLE DE SAINT-GERMAIN-EN -LAYE MAÎTRISE D'OEUVRE SAISON MENU, ARCHITECTES ATELIER JOURS, PAYSAGISTES MAGEO, BET BUDGET ESPACES PUBLICS 3 700 000 €

84

N1

-

e Ru

er

b

Al

et iol

r tP

Le site de la réserve Pereire est exceptionnel à plusieurs titres : c’est une réserve foncière importante, dans une ville pratiquement finie, mais c’est aussi « un polder en balcon sur la forêt de Saint-Germain en Laye ». Ce vaste terrain est l’unique et dernière occasion d’offrir un accès facile et généreux à la forêt. En effet toute la ville est bordée au nord par sa forêt, mais cette lisière est constituée quasi intégralement d’arrières de parcelles privées, les accès y sont donc peu nombreux et ponctuels. Nous proposons la création d’un espace public majeur : une longue terrasse en balcon sur la forêt à l’ouest du site : la « terrasse Pereire » Cette terrasse, bien orientée au soleil, plein ouest, longe la forêt sur plus de 600 mètres. C’est un balcon à mi-hauteur des arbres offrant des vues inédites sur la forêt : un espace public généreux qui valorise la situation du site ; à l’image de la terrasse de SaintGermain-en-Laye et de son panorama sans fin… Une grande descente vers la forêt et les descentes qui jouxtent la promenade sont des évènements, l’une en continuité avec la place Christiane Brahier, les autres avec la promenade en balcon. A l’image d’un bord de la mer, ces prairies en descente sont des « plages » d’espace libre, la terrasse étant comme la promenade « du littoral » de la forêt. Le site est un sol remblayé, assumé comme tel, et donc différent de la forêt. Ainsi l’ambiance au cœur du nouveau quartier tranche avec celle de la forêt qui l’entoure : il s’agit d’une véritable clairière, certes verte, mais plus ouverte, plus lumineuse, afin que logements et espaces publics bénéficient d’un ensoleillement maximum et de vues dégagées sur la forêt...


plan masse

confort en extĂŠrieur : jeux sous abri


PARC MASSY

CONCOURS 2012 PROGRAMME MISSION DE MAÎTRISE D’OEUVRE MASSY ATLANTIS ZAC PARIS-BRIIS, GRAND JARDIN (91) MAÎTRISE D'OUVRAGE SEMMASSY MAÎTRISE D'OEUVRE ATELIER JOURS, PAYSAGISTES ON, CONCEPTEUR LUMIERE OGI, BET BUDGET 1 600 000 €

placette est

Le grand jardin de la ZAC Paris-Briis est un “pont tendu” entre le vieux village de Massy et le quartier Atlantis, centralité urbaine qui sort de terre actuellement. C’est aussi le prolongement, à l’intérieur du nouveau quartier, d’une respiration “naturelle” composée des emprises plantées des voies SNCF, du parc de la Tuilerie...qui pourrait même trouver une continuité dans le parc Georges Brassens. A la fois parcours urbain reliant vieux Massy, future place du Grand-Ouest, gares RER et TGV, et promenade verte, le grand jardin doit associer connexion optimale à la ville et au quartier traversé, et évasion “hors la ville”dont rêvent les citadins... Pour cette raison, le grand jardin est comme un fleuve qui traverse le tissu construit et offre à tous le plaisir -rare en ville- de la vue au loin et la vue sur le ciel. L’espace n’est pas morcelé, mais reste grand et ample; le citadin peut profiter du lointain, sentir les saisons...Il s’agit d’un parc du XXIe siècle, son ambition est de permettre au public d’y être bien, dehors, en toute saison et quel que soit le temps. Le jardin est équipé dans sa partie centrale de deux constructions légères : un abri à jeux, permettant de se protéger de la pluie... tout en continuant à se balancer ou à faire du toboggan, et une “serre à pique nique” qui permet de s’asseoir dans l’herbe au chaud même en plein hiver. Ces éléments sont des élements déterminants, notre réflexion étant pourquoi orangers et palmiers passent traditionnellement l’hiver sous serre profitant de la chaleur du soleil, et pas les humains? Le mobilier urbain se décline sous des formes variées, afin d’offrir un confort maximal : fontaines à boire, porte-manteaux près des terrains de jeux, nombreux bancs, chaises longues, assis/debout, longue banquette, tables à pique-nique... Les mobiliers d’assise seront réalisés en bois, matériau permettant une assise agréable en toute saison.


confort en exterieur : serre à pique nique

ensoleillement

liaisons avec le quartier

axonometrie générale


pelouse panoramique s’ouvrant sur la cathédrale et le centre ville

vue à vol d’oiseau de l’aménagement du coteau

plan masse


PARC BEAUVAIS

CONCOURS 2012 PROGRAMME AMÉNAGEMENT DU PARC DES COTEAUX DU QUARTIER SAINT-JEAN MAÎTRISE D’OUVRAGE VILLE DE BEAUVAIS MAÎTRISE D’OEUVRE ATELIER JOURS, PAYSAGISTES OGI, BET VRD BUDGET 1 200 000 €

UN PARC DE CONNEXION Le parc du coteau connecte deux parties de la ville de Beauvais, une ville ancienne basse et une ville récente, en pleine évolution, sur un plateau qui la domine. Le coteau est le lieu où vallée et plateau, ville historique et ville en évolution se rencontrent. - connexions physiques Les connexions physiques aujourd’hui inconfortables et confidentielles sont transformées et enrichies, par des moyens variés et parfois ludiques : escaliers, chemins, ascenseur... mais aussi échelles, toboggans, mur de grimpe qui sont des manières originales de tirer parti de la pente.

centre ville (en fond de vallée)

le Thérain

coteau

grand mail

u

a te co

quartier Saint-Jean (sur le plateau)

CONNEXIONS VISUELLES Dans le contexte du quartier Saint-Jean aujourd’hui véritablement coupé du centre ville, nous pensons qu’une relation visuelle entre haut et bas a une importance primordiale. Le fait de voir les bâtiments emblématiques de la ville signifie symboliquement l’appartenance à la même ville. Le projet met donc en scène le face-à-face entre le plateau et les deux églises.Pour cela nous créons une large «fenêtre» dans le coteau en abaissant la végétation sur tout le centre du parc : il s’agit d’arbustes au-dessus desquels le regard passe. UN PLATEAU DÉSIRABLE En plus de l’enjeu de liaison, il nous parait important de rendre le plateau attractif, car le quartier Saint-Jean souffre d’un déficit d’image. Nous proposons de nous appuyer pour cela sur la qualité géographique exceptionnelle du site : un balcon sur la ville. Le nouveau parc a bien pour ambition que ce balcon devienne un des plus plus beaux lieux de la ville de Beauvais... le lieu incontournable de tout pique-nique ou circuit toursitique où voir le soleil se coucher sur la façade de la cathédrale.


SCÉNOGRAPHIE EXTÉRIEURE CHATEAU-FORT FALAISE CONCOURS LAUREAT 2010 PROGRAMME CONCOURS RESTREINT POUR LA SCENOGRAPHIE POUR LE CHATEAU DE FALAISE ET SES COURS MAÎTRISE D'OUVRAGE VILLE DE FALAISE MAÎTRISE D'OEUVRE NORMANDY PRODUCTIONS ATELIER JOURS, PAYSAGISTES BUDGET 363 000 €

château de Falaise : traces fantômes dans la Basse-cour et simulation 3D des bâtiments disparus

Le Donjon de Falaise est l’un des plus beaux Donjons Normands encore debout. Pour autant, peu de choses permettent de comprendre le site, et de l’apprécier à sa juste valeur. Comment faire pour pallier le vide des collections, l’absence de traces vivantes du passé et de ses habitants? De l’époque il ne reste que les murs : ni meubles, ni armes, ni outils, ni costumes, ni objets usuels… Comment redonner vie à Falaise ?

évocation du passé : traces de la Basse-cour

vues virtuelles

affut 6 affut 7 affut 5

base

affut 4 affut 2

affut 1

affut 3

plan des ‘Affuts Historiques’ : accès aux vues virtuelles

La scénographie se décline selon un double principe qui s’applique aussi bien dans la Basse-cour que dans les Donjons : Les ‘traces fantômes’ vont faire resurgir le passé, et donner envie de le (re)découvrir. Les ‘visites virtuelles’ vont en faciliter la lecture et la compréhension. Les ‘Traces’ de la présence d’un village médiéval dans la Basse-cour du Château, par le marquage au sol de ‘constructions fantômes’ : des dispositifs végétaux et minéraux permettent de faire resurgir le plan au sol d’un village disparu, et d’aménager autour une visite promenade. La basse-cour est aujourd’hui un espace plutôt dégagé, mais qui ne parle pas de son passé. Il s’agit de reconstituer ce passé de lieu de vie occupé par les commerces, maisons, jardins et cultures, et même animaux grâce à la présence de traces visibles : des lignes au sol permettent d’imaginer un village dense, vivant… Le visiteur peut se promener entre les traces au sol comme il le ferait dans une ville antique dont il ne resterait que les fondations. Sinuer entre les maisons, y entrer par une ouverture, imaginer toute une vie…


SCÉNOGRAPHIE EXTÉRIEURE CHAMARANDE

CONCOURS 2006 PROGRAMME CONCEPTION ET RÉALISATION DE LA SCÉNOGRAPHIE DE L’EXPOSITION “PIERRE CONTANT D’IVRY“ AU DOMAINE DE CHAMARANDE (91) MAÎTRISE D'OUVRAGE DOMAINE DE CHAMARANDE MAÎTRISE D'OEUVRE ATELIER JOURS, PAYSAGISTES DLA, ARCHITECTES BUDGET 20 000 €

scénographie du parcours dans le parc

entrée de l’exposition

palette d’ambiance

La scénographie proposée offre plusieurs lectures de l’exposition concernant l’architecte Pierre Contant d’Ivry, qui a conçu le parc et une partie du château de Chamarande : - une promenade ludique pour les enfants, qui peuvent s’amuser à suivre le chemin d’un Petit Poucet, mais aussi une promenade féerique qui évoque une fête galante dans le parc du comte Talaru, commanditaire du parc, - une promenade culturelle permettant de découvrir le travail de Contant d’Ivry à Chamarande et ailleurs, une promenade offrant un regard, des cadrages, une mise en relation de l’architecture et du paysage. Des pierres dorées, éclats de miroirs et pampilles en cristal dessinent une promenade festive et précieuse, clin d’œil à l’atmosphère du siècle de Contant d’Ivry, évoquant en extérieur la sophistication d’un décor intérieur (boiseries, ferronneries, lustres...). Les pierres dorées sont le fil directeur qui dessine un itinéraire à travers le parc, qui guide le piéton dans les lieux d’exposition et de folie en folie. Cette intervention contemporaine renvoie à l’esprit du domaine de Chamarande, à sa double vocation : «patrimoine» et «art contemporain».


flux vert traversant le site organisé en parcelles

coupe projet : mise en place d’un nivellement préservant la vue sur le Jardin des Plantes, mais escamotant la vue sur les voies SNCF


CAMPUS DE LA CHAMBRE DES METIERS ET DE L'ARTISANAT LILLE CONCOURS 2008

schéma d’organisation du site en parcelles

perspective sur le parvis de la Cité des Métiers

PROGRAMME CONSTRUCTION DE LA CITÉ DES MÉTIERS ET DE L’ARTISANAT À LILLE (59) MAÎTRISE D'OUVRAGE CHAMBRE DE MÉTIERS ET DE L'ARTISANAT DU NORD MAÎTRISE D'OEUVRE P. BERGER ET J.ANZIUTTI, ARCHITECTES ATELIER JOURS, PAYSAGISTES BUDGET GLOBAL : 26 610 000 € ESPACES EXTÉRIEURS : 1 610 000 €

La nouvelle Cité des Métiers s’installe sur un terrain de 4 hectares, un terrain bien plus grand que nécessaire. La Cité des Métiers et de l’Artisanat est organisée de la façon la plus compacte possible afin de préserver les potentiels de ce terrain en centre ville. Pour offrir au plus vite un contexte de qualité à la Cité des Métiers et de l’Artisanat et orienter de façon positive l’avenir du site, tout le terrain est investi : une armature paysagère est mise en place sur l’ensemble du terrain. Elle est constituée d’un flux vert qui traverse le site de part en part, et qui s’appuie sur des éléments préexistants. Cette armature crée un paysage dans un site jusqu’alors malmené, mais elle est aussi fonctionnelle : le flux sert de liaison piétonne entre les parkings, le bâtiment de la Cité des Métiers et de l’Artisanat et les extensions futures. En léger creux, cet espace permet aussi de gérer facilement les eaux pluviales du site. A l’ouest, ce flux d’arbres aboutit sur le parvis de la Cité. Dans la continuité du flux d’arbres, le parvis est ponctué de groupes d’arbres de densités, d’âges et d’essences différentes, qui sont un clin d’œil à la diversité des métiers de l’artisanat.


JARDIN CLIMATISATION ROMAINVILLE

ÉTUDE 2008 PROGRAMME AMÉNAGEMENT DES ESPACES EXTÉRIEURS DES 117 LOGEMENTS DE L’OPÉRATION ROMAINVILLE 2 (93) MISSION PERMIS DE CONSTRUIRE MAÎTRISE D'OUVRAGE NEXITY APOLLONIA MAÎTRISE D'OEUVRE JACQUES FERRIER, ARCHITECTES ATELIER JOURS, PAYSAGISTES BUDGET GLOBAL : 12 600 000 € ESPACES EXTÉRIEURS : 480 000 €

vue côté sud

Les aménagements extérieurs de l’opération de logements complètent le concept architectural basé sur la climatisation et l’exploitation du rayonnement solaire : nous climatisons les espaces extérieurs. L’objectif est de rafraîchir les jardins en été, et de les réchauffer en hiver. La présence ou l’absence de végétation permet de «régler» le rayonnement solaire, ce qui influe sur la température et la luminosité. L’évapo-respiration des végétaux participe à rafraichir l’atmosphère. Par ailleurs, l’imperméabilisation a été limitée. L’objectif est de laisser la plus grande quantité possible d’eau s’infiltrer naturellement. C’est pourquoi le projet privilégie les revêtements de sol aussi perméables que possible (platelages, stabilisé, plantations en pleine terre...).

relevé des murs pignons exposés au sud et à l’ouest, abrités par la végétation en été, absorbant ou réfléchissant le rayonnement solaire en hiver

PRÉOCCUPATIONS ENVIRONNEMENTALES COMPLÉTANT LE CONCEPT ARCHITECTURAL :

CLIMAT «climatiser» les espaces extérieurs PERMEABILITE limiter l’imperméabilisation


MÉDIATHÈQUE HQE CHELLES

CONCOURS 2009 PROGRAMME CONCOURS POUR LA RÉALISATION D’UNE MÉDIATHÈQUE HQE ET AMÉNAGEMENT DES ABORDS EXTÉRIEURS À CHELLES (77) MAÎTRISE D'OUVRAGE COMMUNAUTÉ D’AGGLOMÉRATION MARNE ET CHANTEREINE MAÎTRISE D'OEUVRE JACQUES FERRIER, ARCHITECTES ATELIER JOURS, PAYSAGISTES BUDGET GLOBAL : 8 092 500 € ESPACES EXTÉRIEURS : 1 850 000 €

plan masse du projet

Le site de projet se trouve à l’extrémité d’une suite d’espaces publics aménagés le long de l’ancienne rivière de Chelles. La nouvelle Place de la Médiathèque est aménagée dans la continuité de ces espaces : le thème de l’eau y est fortement présent. Des noues structurent les espaces de stationnement, elles apportent une forte présence végétale au parking et permettent de le compartimenter. Par ailleurs le choix de végétaux particuliers assure la phyto-épuration des eaux pluviales. Un nouveau parvis commun à la Médiathèque et au Centre Culturel est mis en place au centre de la parcelle. Le parvis créé rayonne vers tous les quartiers environnants, dans toutes les directions. Dans un contexte urbain disparate, ce parvis constitue une unité centrale, un sol commun pour tous les usages. A l’emplacement du site, se trouvait jusqu’en 1962 la Place du Poncelet, divisée en 16 parcelles plantées de mails d’espèces différentes. En clin d’œil à l’histoire, l’implantation des arbres sur la future Place de la Médiathèque suit une trame régulière. Ces arbres d’essences variées ont été choisis pour leur qualités d’ombrages, de couleurs, de floraisons, de silhouettes ... Ils sont comme une résurgence des mails de la place du Poncelet. Ces nouveaux mails sont implantés de façon à ménager des cônes de vues vers la Médiathèque et le Centre Culturel.


plan de 1844 : la place du Poncelet plantée de 16 mails réguliers d’espèces différentes

plan de plantation du projet : plantation régulières de groupes d’arbres d’essences variées

noues structurant le parking et permettant la phyto-épuration des eaux pluviales

parvis commun à la Médiathèque et au Centre Culturel, rayonnant vers tous les quartiers de Chelles


plan dĂŠtail du projet


ATELIER JOURS 15 rue Saint-Joseph 75002 PARIS / 01 46 33 98 87 contact@atelierjours.com / www.atelierjours.com

Profile for atelier jours x

Atelierjours #13  

book

Atelierjours #13  

book

Advertisement