__MAIN_TEXT__

Page 1

11 novembre 2020, Volume 4 Numéro 12

La voix francophone d’Orléans

PAGE 3 Don historique à Montfort : le besoin

de redonner

PAGE 5 Le petite histoire du parc MarcelLalande

Prochaine édition 10 décembre

PAGE 7 En souvenir d’une de nos familles qui a servi notre pays

Les petites entreprises d’Orléans inquiètes, mais toujours debout Rebecca Kwan Initiative de journalisme local – APF – Ontario

La cérémonie annuelle du jour du Souvenir au cénotaphe d’Orléans a été annulée cette année en raison de la pandémie. FRED SHERWIN/PHOTO

Pandémie oblige, les entreprises locales d’Orléans ont dû innover pour s’adapter à la nouvelle réalité. Qu’il soit question d’établir une présence en ligne ou d’offrir l’option « plats pour emporter », certaines entreprises ont même dû complètement revoir leur modèle d’affaires pour garder la tête hors de l’eau. La directrice générale de la Zone d’amélioration commerciale (ZAC) du Cœur d’Orléans, Tannis Vine, encourage les entrepreneurs à tirer parti de cette situation difficile. « Certaines entreprises se portent très bien malgré la pandémie, alors que d’autres ne sont pas en mesure d’en faire autant compte tenu des restrictions imposées par leur milieu et par le gouvernement », explique la directrice générale. « Par exemple, les entreprises qui ont réussi à créer des flux de revenus supplémentaires, à

pivoter rapidement et à proposer leurs produits par l’intermédiaire de plateformes en ligne telles que Shopify se débrouillent mieux que celles qui ne le font pas ou qui ne sont pas en mesure de le faire », ajoute-t-elle. Comme les habitudes d’achat ont évolué, les entreprises ont dû se conformer aux nouvelles pratiques de consommation, souligne la directrice en faisant notamment référence à la hausse en popularité des achats en ligne, de la livraison à domicile et des échanges virtuels. De leur côté, des compagnies telles qu’Expedia Croisières et la succursale de l’entreprise Fiesta Ottawa à Orléans ont du fil à retordre. Comme « le tourisme a fait un grand plongeon » et puisque plusieurs événements d’envergure sont tombés à l’eau, ces entreprises ont vu leurs ventes diminuer drastiquement, observe Tannis Vine. Au Bistro L’Entre-Deux, une entreprise

SUITE À LA PAGE 3


EN BREF CECCE : Nouvelle école et un dôme

ORLÉANS – Le 20 octobre dernier, le gouvernement Ford a annoncé 550 M$ pour la construction de vingt écoles et la rénovation de huit autres. Pour le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) cela signifie l’obtention de 10,5 M$ qui lui permettront la construction d’une nouvelle école élémentaire catholique dans le secteur Avalon-Ouest. Deux semaines plus tard, le 3 novembre, le CECCE faisait une mise à jour au sujet de la construction d’un dôme sportif sur le terrain de l’École secondaire catholique Garneau. Par voie de communiqué, le Conseil annonçait que les prochaines étapes consisteraient à finaliser les plans et devis et à déposer la demande d’amendement du plan de site et du permis de construction auprès de la Ville d’Ottawa. L’appel d’offres devrait être lancé au début du printemps 2021.

Fermeture de la Station 4 Saisons

HAMMOND – Après huit ans d’exploitation, Johanne Lefebvre et Mario Perrier ont décidé de tourner la page et de fermer la Station 4 Saisons. Les propriétaires n’ont pas caché que le contexte actuel a joué un rôle dans leur décision : « […] la pandémie [de la] COVID-19 continue à présenter des défis, restrictions et des incertitudes incitant les petites entreprises comme la nôtre à lutter contre des frais d’exploitation trop élevés, en l’absence de revenus. Nous avons donc conclu que cette situation n’est plus viable pour être en mesure de continuer », ont-ils écrit sur la page Facebook de l’entreprise. La fermeture a eu des échos jusqu’au MIFO, qui a collaboré pendant plusieurs années avec la Station 4 Saisons, tout particulièrement pour la présentation de spectacles : « Des soirées d’humour aux repas de cabane à sucre en passant par les réceptions de mariages, elle fut un lieu important pour plusieurs générations. Nous remercions Johanne Lefebvre et Mario Perrier pour leur travail incroyable et nous leur souhaitons une retraite bien méritée », a affirmé Anne Gutknetch, la directrice artistique du MIFO.

Une loterie pour Montfort

ORLÉANS – Le 29 octobre, la Fondation Montfort a lancé sa loterie Roulez pour soigner. Les membres de la communauté qui se seront procuré un billet au coût de 50 $ courent la chance de gagner une Ford Escape d’une valeur approximative de 40 000 $. Tous les bénéfices seront investis dans les priorités émergentes de l’Hôpital Montfort. Pour participer, les intéressés doivent visiter le www.lotomontfort.ca et faire l’achat d’un billet avant le 18 décembre à 11 h. Le tirage du grand prix aura lieu le même jour à 13 h chez Sterling Ford.

Retour du programme Arbre des anges du CRCOC

ORLÉANS – Le Centre de ressources communautaires Orléans Cumberland a lancé une version modifiée de son programme Arbre des anges, qui vise à encourager les membres de la communauté à parrainer une famille locale ou à faire un don en espèces qui sera utilisé pour acheter des chèques-cadeaux de Best Buy, Canadian Tire, Amazon ou Walmart. Les chèques-cadeaux seront remis aux parents des familles enregistrées afin qu’ils puissent les utiliser pour acheter des cadeaux pour leurs enfants. Chaque famille recevra 50 $ en chèques-cadeaux par enfant. Pour vous inscrire au programme ou pour faire un don, visitez le www.crcoc.ca ou contactez Carla Colonna par téléphone au 613-830-4357 poste 209, ou par courriel au ccolonna@crcoc.ca.

2 • 11 novembre, 2020 • Volume 4, Numéro 12

Les petites entreprises d’Orléans inquiètes, mais toujours debout Suite de la page 1 nouvellement installée à Orléans, les propriétaires ont entrepris de faire contre mauvaise fortune bon cœur. « Pendant l’été, nous pouvions utiliser notre patio comme salle à manger », rappelle Guy St-Laurent, co-propriétaire et chef du Bistro L’Entre-Deux. « Toutefois, l’option plein air ne sera bientôt plus possible en raison des baisses de température », explique-t-il. En se conformant aux lignes directrices mises de l’avant par Santé publique Ontario et en offrant l’option de commander des plats pour emporter du mardi au samedi, M. St-Laurent compte pouvoir maintenir les activités du bistro malgré les temps incertains. « Quand même, la pression est immense et on se sent coincé par les récentes restrictions », confie-t-il en faisant notamment référence aux limites quant aux salles à manger annoncées par le gouvernement de l’Ontario. « Nos chiffres de vente ont diminué. Même si nous avons mis en place toutes

les mesures de sécurité nécessaires, les gens préfèrent ne pas prendre de risque et manger chez eux », constate le propriétaire. « Tout cela nous inquiète un peu, mais nous sommes choyés d’avoir l’appui de notre communauté », conclut M. St-Laurent, reconnaissant envers ses clients fidèles et leur soutien continu. En dépit des temps difficiles, Tannis Vine souligne l’importance de tirer parti de la situation. Elle évoque notamment le fait que la majorité des fonctionnaires travaillent désormais à domicile au lieu de se rendre dans l’ouest pour la journée : « Nous devons en profiter. Nous avons maintenant une foule à l’heure du dîner. Nous avons aussi des employés du gouvernement qui font leurs courses ici au lieu de les faire à la fin de la journée près de leur lieu de travail ». « La COVID-19 sera ici pendant un certain temps et nous allons devoir apprendre à vivre avec en comprenant les besoins de nos clients, en pivotant et en tirant parti de l’augmentation de notre population de jour », martèle-t-elle.

Les plaques porte-clés aident les enfants! De belles jambes,

OUI C’EST POSSIBLE!

VARICES SANS CHIRURGIE Éliminées par injections guidées par ultrasons. VARICOSITÉS ET COUPEROSE Éliminez-les par de simples injections.

Nikan

Dre Lucie BEAUPRÉ Diplômée de l’American Board of Venous and Lymphatic Medicine

Les plaques porte-clés protègent vos clés et aident les enfants amputés en leur offrant notamment des membres artificiels.

10 médecins à votre service Lundi au vendredi

Commandez les vôtres en ligne – c’est gratuit! Clinique de varices

Ottawa

1335, avenue Carling suite 600

613 722-0101 medicart.com

L’orléanais octobre 2020 1/8 H • 2,375 x 5,5 po.

514 398-0759 • 1 800 250-3030 amputesdeguerre.ca


Don historique à Montfort : le besoin de redonner Jean-Marc Pacelli L’Orléanais Si Yves Tremblay était connu dans le milieu des affaires ottaviennes, il était largement inconnu de la population d’Orléans avant le mois dernier, alors que la Fondation Montfort annonçait avoir reçu un million de dollars de l’ingénieur de formation et de son épouse, Suzanne Villeneuve, pour contribuer à la réalisation du Carrefour santé d’Orléans. Demeurant dans l’ouest de la ville, il est peu probable que le couple ait recours aux services du Carrefour. Pourtant, le don allait de soi : « En santé, je favorise la collaboration et c’est exactement ce qui sera offert à Orléans, avec plusieurs partenariats pour servir de façon la plus uniforme et la plus cohérente possible », lance l’homme d’affaires. Arrivé à Ottawa en 1978, M. Tremblay s’est joint à l’équipe du Centre de recherches sur les communications à titre d’ingénieur chercheur sur les fibres optiques. En décochant par la suite une maîtrise en télécommunication de l’Université d’Ottawa, il devient un jeune expert dans une technologie qui allait avoir un impact majeur. De fil en aiguille, il se fait connaître en travaillant pour Bell-Northern Research, qui serait éventuellement absorbé par

Nortel, et en fondant sa propre entreprise en fibres optiques. En 1998, après 10 ans aux commandes, il la vend à JDS Fitel (maintenant JDS Uniphase) où il devient le chef des opérations manufacturières. Il prend sa retraite en 2001 à 46 ans. M. Tremblay révèle avoir été initié à la philanthropie en 2003. Alors qu’il siégeait au Conseil des gouverneurs de l’hôpital d’Ottawa, il sert de porte-parole à un groupe d’anciens de JDS qui remet 15 millions de dollars auprès de la fondation de l’hôpital dans le cadre de sa campagne de financement quinquennale visant à amasser 100 millions. « J’ai toujours dit que le succès et la fortune appartiennent à tous ceux qui nous ont aidés; aux professeurs qui nous ont formés; à nos collègues qui n’ont pas eu notre chance; et au système de santé. » Le philanthrope affirme d’ailleurs qu’il a travaillé à inculquer cette philosophie à ses quatre enfants, eux qui ont toujours connu leurs parents comme des gens engagés bénévolement dans leurs écoles. En plus d’avoir été président de divers conseils de parents, le natif d’Alma compte aussi parmi ceux qui ont entamé les démarches pour l’ouverture de l’école Franco-Ouest. Mais s’il a servi de visage public à quelques reprises, cet investisseur auprès de nombreuses entreprises en démarrage

Le mois dernier, la Fondation Montfort annonçait avoir reçu un don historique d’un million de dollars de M. Yves Tremblay et de son épouse, Mme Suzanne Villeneuve, pour contribuer à la réalisation du Carrefour santé d’Orléans. PHOTO FONDATION MONTFORT préfère garder l’anonymat. S’il a accepté que la Fondation de l’hôpital Montfort rende son nom public, c’était dans l’espoir d’ouvrir des portes : « Montfort est perçu comme un hôpital pour francophones. Mais aucun patient anglophone qui le fréquente

ne se sent lésé ou brimé dans ses droits. Je me suis donc donné comme mandat d’aller chercher l’appui de la communauté des affaires anglophone, où je suis connu, pour Montfort, parce que ce n’est pas un appui naturel. »

Pour freiner la COVID-19, vous avez la solution dans l’écart sanitaire. • Portez un masque barrière. • Restez à 2 mètres de toute personne en dehors de votre ménage. • Limitez les contacts étroits à ceux qui font partie de votre ménage. • Lavez-vous les mains fréquemment.

À vous de jouer pour freiner la propagation. Pour en savoir plus, consultez ontario.ca/nouveaucoronavirus Payé par le gouvernement de l’Ontario

11 novembre, 2020 • Volume 4, Numéro 12 • 3


Immigration francophone Au milieu des années 2000, le gouvernement fédéral s’est engagé à ce que les immigrants francophones constituent 4,4 % des immigrants qui s’installent au Canada, hors Québec. Près de 15 ans plus tard, la cible est loin d’être atteinte. Malgré quelques ajustements au fil du temps, la proportion d’immigrants francophones qui s’installent ailleurs qu’au Québec tarde à augmenter. Une approche renouvelée est désormais incontournable. Les gouvernements tolèrent impunément leurs échecs dans l’atteinte de cet objectif, pourtant consigné dans des énoncés, des programmes et des politiques publiques. Dans tout autre domaine, on ne laisserait pas trainer une politique publique inefficace aussi longtemps. Les représentants des communautés francophones ont raison de continuer à demander des comptes aux gouvernements et de demander des actions plus concrètes pour rencontrer les cibles fixées. Or, il faudrait aussi prendre un pas de recul et chercher la réponse à cette question : pourquoi les gouvernements ne parviennent-ils pas à rencontrer les cibles qu’ils se sont eux-mêmes fixées? Certes, quelques initiatives ont été prises : en 2019, le gouvernement fédéral a sélectionné 14 communautés francophones qui recevront un financement dans le cadre du Plan d’action pour les langues officielles pour réaliser des projets favorisant l’accueil des nouveaux arrivants francophones. En octobre 2020, le ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, Marco Mendicino, a annoncé que les candidats à l’immigration francophones et bilingues qui utilisent le système Entrée express se verront octroyer des points supplémentaires, ce qui pourrait les avantager dans l’obtention de leur résidence permanente. Or, pour que des candidats se prévalent de leurs points supplémentaires, il faut d’abord les recruter et leur faire connaitre les communautés francophones minoritaires. Et toutes ces nouvelles structures d’accueil dans les communautés francophones accueillantes se développent en vain si les efforts de recrutement n’identifient pas de candidats francophones. Il y aurait donc une inadéquation entre les problèmes diagnostiqués et les solutions développées. Les solutions visent les candidats et les communautés, alors que les problèmes se situeraient dans l’appareil gouvernemental et dans le leadeurship politique. Une approche renouvelée de l’immigration francophone doit imaginer des pistes d’action plus cohérentes afin que les solutions s’arriment aux problèmes. Il est peut-être temps d’innover, de développer des mécanismes et des stratégies par et pour les francophones et qui mettraient à profit l’expérience des immigrant(e)s qui ont réussi à s’intégrer et à s’accomplir dans les communautés francophones minoritaires. Ensemble, ces acteurs pourraient faire tomber les barrières institutionnelles et ériger des tremplins qui permettront d’accroitre le recrutement et la sélection de candidats francophones qui s’établiront dans les communautés francophones. Martin Normand Francopresse

Novembre, le temps pour se souvenir de nos ancêtres Voici donc une chronique qui plaira à certains, deux », lourd à cause de la température maussade, mais peut-être moins à d’autres. J’espère que vous mois sombre, nuageux la plupart du temps, pluvieux prendrez le temps de la lire, car il sera question de et humide, un temps de passage entre la pluie et la nos ancêtres. Sans eux, nous ne serions pas ici et neige. notre vie ne serait pas ce qu’elle est présentement, Les plus vieux en profitaient pour parler de la car je prétends que : Les souvenirs disparaissent parenté vieillissante ou partie. Pas trop jo-jo pour avec ceux qui les ignorent. des jeunes qui ne cherchent que des occasions pour Depuis des lustres, la fête jouer et se divertir. « Grand-père des ancêtres est ancrée dans les Éméril était un bien bon homme mœurs d’un grand nombre de qui s’occupait bien de ses enfants. civilisations à travers le monde. Il travaillait toujours très fort. Il Un exemple frappant est la s’est marié à 35 ans avec grandfête des Morts qui se pratique mère Exire, veuve de Noé Stencore en Haïti. Cette grande fête Pierre… » et les conversations débute le 1er novembre avec La continuaient. Réflexion Toussaint, fête religieuse où l’on Avec les années, nous avons assiste à la messe, suivie de visites aux cimetières. appris à écouter de plus en plus ceux qui restaient, Le lendemain, ça se change souvent en la pratique à mettre sur papier leurs souvenirs d’enfance et à de vaudou et finit par une grande fête populaire. essayer de retracer la vie d’antan, cette vie difficile Quand j’étais bien jeune, nous aussi nous qui nous a donné la vie. Avoir été plus curieux, on assistions à la messe de La Toussaint et nous étions aurait dû garder ça en souvenir, mais c’était juste dispensés d’aller à l’école. Pour nous, c’était le des vieux! congé qui nous intéressait, car nous n’avions pas eu Il a fallu plus de 40 ans avant que la valeur de répit depuis la fête du Travail en septembre. de mes ancêtres occupe beaucoup d’importance Nous attachions peu d’importance à nos alors que j’ai commencé à faire de la généalogie. « regrettés » dans ce temps-là, car c’était tous des Éventuellement, j’ai fait plusieurs enregistrements vieux qui étaient décédés, souvent des grands-pères vocaux de faits racontés par maman, enregistrements ou grands-mères qu’on avait peu ou pas connus. que je garde précieusement en lieu sûr. Mais, plus on vieillit, plus on s’aperçoit que ce On peut retracer notre cordon ombilical jusqu’en sont des gens près de nous qui partent, ce qui nous France avec une certaine facilité, mais on ne peut affecte pas mal plus et, plus souvent qu’autrement, pas retracer toutes ces belles histoires anciennes de nous sommes confrontés à perdre un être que l’on nos parents, oncles et tantes qui en parlaient autant. connaissait et qu’on aimait. N’attendez pas qu’il soit trop tard, mettez sur Novembre, mois après la joie de revoir nos amis papier tout ce que vous pouvez accumuler de de classe en septembre, les joies de l’Halloween et vos ancêtres. Souvenez-vous que : Les souvenirs l’anticipation de Noël qui s’en vient. Mois « entre les disparaissent avec ceux qui les ignorent.

Denis

Gagnon

CANADA SE SOUVIENT Permis Conducteurs et Véhicules

Services de renouvellement de cartes de santé et de licence.

Rédacteur en chef........Jean-Marc Pacelli

L’Orléanais est une publication mensuelle distribuée à plus de 44 000 résidences à Blackburn Hamlet, Orléans et Navan. Le journal est exploité localement par Sherwin Publishing Inc., 745 crois. Farmbrook, Orléans. Faites parvenir toute demande et commentaire à l’adresse suivante orleanais@orleansstar.ca. Fier membre de l’APF (Association de la presse francophone)

4 • 11 novembre, 2020 • Volume 4, Numéro 12

DIRECTEUR : Denis Brault

2864, boul. St-Joseph

Lundi, Mardi, Mercredi et Vendredi : 9h à 17h Jeudi : 9h à 19h Samedi : 9h à 13h

613-824-5749


NOTRE PATRIMOINE

La petite histoire… du parc Marcel-Lalande L’Orléanais présente mensuellement des chroniques historiques ayant trait aux noms francophones des voies publiques, des parcs, des salles et des installations d’Orléans. Ces chroniques sont écrites par la Société franco-ontarienne du patrimoine et de l’histoire d’Orléans (SFOPHO) www. SFOPHO.com afin de faire connaître le patrimoine et l’histoire d’Orléans. Rachel Major Auteure principale En mai 1997, le canton de Cumberland dédie à la mémoire de Marcel Lalande (1934-1994), un parc au 2157 promenade Northlands en reconnaissance de sa contribution à la municipalité. Ce parc de 1,41 kilomètre de long est situé au nord du chemin Innes, à l’arrière de l’école Arc-en-ciel sur le chemin Portobello et à l’arrière de l’école Saint Clare sur la promenade Gardenway. On peut y jouer, entre autres, au softball

et au soccer et faire du jogging ou des marches. Deux aires de jeux pour enfants s’y trouvent aussi. En 1953, les membres de la Corporation Campeau Ltée embauchent Marcel Lalande, originaire d’Alfred, dans le département de comptabilité. Âgé de 17 ans, ce dernier entreprend sa carrière dans l’industrie du développement résidentiel. En 1971, Robert Campeau, président de la Corporation et du conseil d’administration, nomme Marcel Lalande vice-président de la section Logement de la Corporation. M. Lalande siégera au sein de la Corporation jusqu’à ce qu’elle cesse ses opérations résidentielles en 1977. En 1973-74, il occupe aussi le poste de président de l’Ottawa Carleton Home Builders’ Association. Il préconise la formation du Régime de garanties des logements neufs de l’Ontario qui débute en 1976 pour rétablir la confiance publique dans l’industrie de la construction et pour

protéger les consommateurs contre les entrepreneurs louches. Environ 100 millions de dollars en réclamations sont versés afin de protéger 750 000 nouvelles maisons à travers la province. Marcel Lalande joue un rôle majeur pour établir les stratégies de ce programme. En juin 1978, Costain Ltée, sous propriété britannique qui s’investit dans le développement résidentiel et agraire en Ontario, entre autres, nomme M. Lalande gérant de sa succursale à Ottawa. En 1982, Marcel Lalande devient viceprésident et directeur général de Costain, renommé plus tard « Coscan ». Pendant ces années chez Costain (Coscan), Marcel Lalande exercera tout un impact dans le développement résidentiel de la région d’Orléans dans les secteurs Convent Glen, Sunridge et Fallingbrook. En raison de la récession de 1991, il avait anticipé et contribué à un changement dans

CANADA

la construction résidentielle. Vu l’augmentation du coût des terrains, une population vieillissante exigeait des logements abordables. La tendance sera de construire de plus petites maisons bien aménagées et des maisons de ville. La compagnie construira alors environ 300 maisons par année. Marcel Lalande a été membre bénévole du CA de l’Hôpital Montfort de 1973 à 1994, et président de 1978 à 1982 et président fondateur de la Fondation de l’Hôpital Montfort de 1987 à 1990. Époux de Lucille Lalonde et père de Line et Luc, Marcel Lalande meurt subitement en Floride le 9 mars 1994, âgé de 59 ans. Il est inhumé au cimetière Notre-Dame d’Ottawa. En terminant, nous désirons ajouter qu’il existe, à Orléans, un autre parc appelé Lalande, le « parc de conservation Lalande », situé au 2145 rue Nantes, nommé d’après une autre famille Lalande

Marie-France LALONDE Députée/MP Orléans

Aujourd'hui nous nous rappelons ces femmes et ces hommes qui ont perdu leurs vie pour protéger notre liberté, notre pays. Bureau de circonscription 255, boul. Centrum, 2ième étage Orléans, ON K1E 3W3 marie-france.lalonde@parl.gc.ca 613.834.1800 MFLalondeMP.ca

Nous nous rapellerons d’eux.

Député provincial Orléans

(613) 834-8679 | SBlais.mpp.co@liberal.ola.org | StephenBlais.ca

11 novembre, 2020 • Volume 4, Numéro 12 • 5


Branche-toi sur ton programme!

École secondaire catholique Béatrice-Desloges 1er décembre 2020, 18 h 30 Arts Sports École secondaire catholique Garneau 2 décembre 2020, 18 h 30 Affaires Informatique Multisports Collège catholique Mer Bleue 14 janvier 2021, 18 h 30 Baccalauréat International Design

ecolecatholique.ca/portesouvertes 6 • 11 novembre, 2020 • Volume 4, Numéro 12


du Souvenir Souvenir Jour de En souvenir d’une de nos familles qui a servi Louis V. Patry Collaboration spécial Pendant la Première Guerre mondiale, Hermas Saumur (1896-1963) a servi en Angleterre et en France comme soldat du Royal 22e Régiment, régiment canadienfrançais surnommé les Vandoos (anglais pour vingt-deux), 38e bataillon d’infanterie des Forces armées canadiennes en 1918 et 1919 et a été décoré de la médaille de la Victoire et la médaille de Guerre britannique. Suite à son mariage à Léontine Lachapelle (1900-1969) en 1919, Hermas a été père de 21 enfants, dont 14 survivront au-delà de 16 mois de vie. La famille a demeuré sur une ferme près de l’intersection des chemins Watters et Trim à Orléans. Suite à son service militaire, Hermas a été entrepreneur en construction et a construit plusieurs maisons à Orléans, dont certaines sont considérées comme patrimoniales. Hermas a aussi occupé la fonction de président du conseil municipal du Village d’Orléans de 1935 à 1937 et a été membre du conseil de surveillance de la Caisse populaire d’Orléans de 1955 à 1959. Tout comme leur père, quatre de ses fils ont servi dans les Forces armées canadiennes. René (1919-1980) a été soldat du Royal 22e Régiment, déployé en Angleterre et en France lors de la Seconde Guerre mondiale. Albert (1928-2006) a été

soldat du Royal 22e Régiment déployé en Corée entre mai 1951 et avril 1954. Maurice (1930-1984) a été soldat du même régiment qu’Albert, de décembre 1948 à décembre 1951. Marcel (1931-1996), également membre du même régiment, a été déployé en Corée de mai 1951 à avril 1952 et il a reçu la médaille du service des Nations unies (Corée), la médaille de Corée et la médaille canadienne de service volontaire pour la Corée. Il a aussi siégé comme membre de l’Association canadienne des vétérans de la guerre de Corée et comme directeur de l’unité des vétérans de la Légion canadienne de Hull, au Québec. L’ensemble des familles fondées par les 14 enfants d’Hermas et Léontine ont aussi grandement participé au développement du village original d’Orléans en tant que maçon, électricien, commerçant, restauratrice, maître de poste, écrivain et ébéniste. Certains ont aussi contribué à l’essor sportif de la paroisse. Hermas et Léontine sont inhumés au cimetière Saint-Joseph d’Orléans et un grand nombre de leurs 67 petits-enfants ainsi que leurs enfants sont encore établis à Orléans. Le Comité sur les dénominations commémoratives de la Ville d’Ottawa a reçu récemment une proposition (soumise au nom de la SFOPHO par un de ses membres), voulant que la forêt sans nom située au 1054

Ne l’oublions pas

Cinq membres de la famille Saumur ont servi leur pays dans trois guerres. Hermas a servi pendant la Première Guerre mondiale, tandis que son fils aîné René a combattu lors de la Seconde. Ses fils Maurice et Albert ont servi pendant la guerre de Corée. Comme ses frères, Marcel a été membre du Royal 22e Régiment. Ils sont tous rentrés sains et saufs pour mener une vie productive. PHOTO COURTOISIE promenade Prestone soit nommée « Forêt de la Famille-Hermas-Saumur ». Le Comité a approuvé l’étape suivante du processus de dénomination, soit une période de

MATTHEW LULOFF Quartier 1 Orléans

LAURA DUDAS Quartier 2 Innes

consultation publique de 30 jours prenant fin le 27 novembre courant; les commentaires sur cette proposition devant être envoyés à nommezottawa@ottawa.ca.

TIM TIERNEY

Quartier 11 Beacon Hill-Cyrville

CATHERINE KITTS Quartier 19 Cumberland

11 novembre, 2020 • Volume 4, Numéro 12 • 7


COMMUNITY

update

Bonjour ! Voilà que les journées raccourcissent et que l’automne est bien inDear Neighbour, stallé. Même si l’été n’a pas été à la hauteur de nos espérances, nous avons Well, the days are getting shorter and the pu profiter de pas mal de belles journées dehors en famille ou en terrasse fall is in full swing. While it certainly was avec une bonne bière. Merci du fond de soutenir incroyables not du thecœur summer we wouldnos have hoped entreprises locales en ces temps particuliers; votre toute une for, there was still appui plentyaoffait great weather différence pour la famille de leurs to propriétaires et de leurs travailleurs. Merci enjoy while getting out with the family de continuer à les soutenir pendant que nous passons du temps chaud au or enjoying a local beer on your favourite gel et à la neige. Vu les capacités patio. réduites, il sera encore plus important que From the bottom of my heart, thank for supporting our incredible local jamais de soutenir les entreprises you locales. businesses during this time. It made a big Le difference to the that ownde 28 octobre, j’aifamilies eu le privilège them and the familiesde of travail those who lancer le Groupe pour work les at them. Please consider continuing anciens combattants. Le groupe to a support them as we move from this warm comme mandat de créer des parteweather into the frost and snow. With the nariats et des réseaux permettant reduced capacity, it will be more important anciens combattants thanaux ever to support local. et à leur famille d’obtenir plus facilement un Like many of you, I spent some time on the weekends in my backyard logement. Il encourage également les playing with my daughter and taking the opportunity to spend time with my employeurs d’Ottawa à favoriser les wonderful wife. Our garden was incredible this year, and we had so much occasions de deuxième Community carrière pour produce that I made several trips to the Orléans-Cumberland les anciens combattants. Le Groupe Resource Centre (OCCRC) with cucumbers, herbs, tomatoes, and other de travail défendra les intérêts des is goodies. If you’ve got extras when you do your final harvest, the OCCRC anciens combattants et de leur famille, always looking to support local families! particulièrement s’ils ne bénéficient pas de programmes gouvernementaux, pour les aider à trouver un médecin de famille et recevoir des soins de santé adéquats. Je suis tellement heureux que la clinique de soins COVID-19 à Ray Friel est maintenant ouverte. Cela montre que travailler dur rapporte vraiment, et ce fut un plaisir de collaborer avec nos partenaires à l’Hôpital Montfort et à Santé publique Ottawa. Je ferai toujours tout en mon pouvoir pour m’assurer que les gens d’Orléans obtiennent les services dont ils ont besoin. La clinique offre le dépistage et l’évaluation par un médecin pour les résidents âgés de six mois et plus, du lundi au vendredi, de 8h à 15h30. La mentale methe tient à cœur;Care il serait donc négligent maopen. part de I’msanté so pleased that COVID-19 Clinic at Ray Friel isde now ne pas mentionner que cette pandémie et les pressions et le stress qui en Hard work really does pay off and our partners at Montfort and Ottawa découlent nous affectent tous et toutes, que nous l’admettions ou non. Public Health (OPH) have been wonderful to work with. I will always do Il est normal de ne pastoseensure sentir Orléans bien. Je gets pratique la méditation axéeThe sur la pleine everything I can the services we need. clinic offers COVID-19 testing and physician by appointment conscience, je m’efforce de lire pour leassessment plaisir une heure par jour et only je for residents aged 6suffisamment. months and older, Monday représente to Friday from a.m. to m’assure de dormir La pandémie plus8:00 de travail 3:30 nous p.m. Please the et OPH website testing pour information page forune details pour tous etvisit toutes, trouver les heures tout faire dans on how est to book an appointment. journée difficile. N’oubliez pas de prendre soin de vous et des autres.

Appelez un ami que vous n’avez pas vu depuis longtemps ou un membre Ide care deeply about mental so I’d be not to mention votre famille qui vit seul health, pour prendre deremiss ses nouvelles. Il s’agitthat d’unthis pandemic and the pressures and stresses coming form it are affecting all of moyen infaillible de se remonter le moral. Si vous avez besoin de quelqu’un us, whether re recognize it or not. It is ok to not be okay. I use mindfulness à qui parler en toute confidentialité, téléphonez au Centre de détresse guided meditations, do my best to read for pleasure for an hour a day and d’Ottawa, disponible 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, au 613-238-3311. ensure that I am getting enough sleep. This pandemic has presented all of us with more work and it’s hard to find the hours in the day to get it all done. Le budget desure 2021you sera adopté deoflayourselves réunion duand Conseil Please make are takinglors care eachmunicipal other. Calllea 9 décembre. Chaque semaine, je parcours le quartier pour vous entendre friend you haven’t seen in a while or a family member that lives alone and et, d’après vos commentaires, je concentre mes efforts cette année catch up. It is sure to lift both of your spirits. If you need someone to sur talkla sécurité deswant piétons et le renouvellement des infrastructures. Je suis très to and you confidential help, please reach out to the Distress Centre 24/7 at (613) heureux de la238-3311. construction d’un passage pour piétons sur le boulevard Orléans, du Centre Convent Glen de la Carine Wilson The 2021près Budget will be commercial brought before Council foretapproval on December Secondary School, qui permettra d’améliorer la sécurité de nos aînés, 9th. I have been out in the community every week hearing from you, étudiants piétons en général.my C’est le type d’améliorations pour lesquelles and basedeton your comments, focus this year is on pedestrian safety je continuerai de me battre.I’m Pour tous les détails le budget,crossover visitez and infrastructure renewal. very happy to see sur a pedestrian being constructed on Orléans Blvd near Convent Glen Shopping Centre Ottawa.ca/budget. and Carine Wilson Secondary School to improve safety for our seniors, pedestrians, and students. is these kinds of improvements I will L’hiver qui s’en vient devraitIt être difficile encore cette année.that Notre équipe continue to push for. For more detailed information on the budget, d’entretien des routes est prête, et si vous constatez qu’un secteurplease nécesvisit Ottawa.ca/budget. site de l’entretien, signalez-le au 3-1-1, par téléphone ou en ligne, car il s’agit Returning another season is being du moyen to le the plusimpending rapide de winter, transmettre les challenging demandes aux employés de forecasted. Our roads crew are ready and if you see an area requiring première ligne. Leurs activités ont été améliorées l’année dernière, et je service, please it to 311 by passe phonebien or online as those are the quickest croise les doigtsreport pour que ça se cet hiver. ways to get requests to front line staff. Their operations have been improved over the last year and I have my fingers crossed for a smooth Merci d’avoir lu! Comme toujours, n’hésitez pas à nous appeler pendant les winter. heures de bureau, au 613-580-2471, ou à nous écrire au moment qui vous Thanks forà reading! As always, youPour can toutes call us les at 613-580-2471 during convient, matt.luloff@ottawa.ca. dernières informations, business hours or send an email to matt.luloff@ottawa.ca any time. For all veuillez s’il vous plaît visiter les sections Nouvelles et Réseaux sociaux sur the latest information, please visit the Social Media and News sections of mon site web, www.matthewluloff.ca. my website, www.matthewluloff.ca. Take care, Prenez soin de vous, Matthew Matthew

Conseiller, Maire Suppléant // Councillor, Deputy Mayor (613) 580-2471 // Matt.Luloff@ottawa.ca // www.MatthewLuloff.ca 8 • 11 novembre, 2020 • Volume 4, Numéro 12


La thérapie virtuelle, bouée de secours de laProchaine pandémie La voix francophone d’Orléans édition 22 août

25 juillet 2019 Volume 3 Numéro 8 Samuel Gosselin-Bélanger Initiative de journalisme local – APF – Ontario

Les rendez-vous de thérapie virtuelle ont connu une hausse fulgurante depuis le début de la pandémie. Les anciens comme les nouveaux clients ont été nombreux à se tourner vers les organismes d’aide en santé mentale qui remarquent depuis plusieurs mois les effets néfastes de la pandémie sur la santé mentale de la population. « Les psychologues de notre équipe ont remarqué une augmentation des demandes de consultations d’anciens clients qui vivent une résurgence de leurs symptômes. Ces anciens clients représenteraient environ 20 % de notre clientèle active », note la psychologue clinicienne Monic Gallien, qui œuvre au sein de l’Équipe de santé psychologique d’Orléans (ESPO). « Parmi les clients actifs de l’ESPO, on estime qu’environ 65 % des clients abordent des enjeux qui sont liés à la COVID-19 en thérapie […] On note qu’approximativement 15 % de la clientèle actuelle consulte directement en lien avec la pandémie », ajoute la Dre Gallien.

À Toronto, les statistiques compilées par le Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH) vont dans le même sens : le nombre de rendez-vous virtuels effectués au Centre a explosé entre 2019 et 2020. Il n’a toutefois pas été possible de comparer le nombre de rendez-vous en personne effectués en 2019 avec le nombre de rendez-vous virtuels effectués cette année. En septembre 2019, le CAMH a offert 266 rendez-vous virtuels, alors qu’à pareille date cette année, il en a effectué 8 643 : une augmentation de 3 149 %. Le même constat a été observé depuis le début de la crise sanitaire puisqu’en mars dernier, 900 requêtes ont été logées au CAMH, comparativement aux 8  643 en septembre ; une augmentation de plus 850 %. Septembre est d’ailleurs le deuxième mois le plus occupé depuis le début de la pandémie au CAMH, juillet arrivant au premier rang avec un nombre record de 8807 appels. Pour la Dre Katy Kamkar, psychologue clinicienne au CAMH et professeure au Département de psychiatrie de l’Université de Toronto, cette hausse est notamment due

PAGE 3 Un renouveau pour le boulevard St-Joseph

PAGE 5 La SFOPHO présente « La petite histoire du boul. Jeanne d’Arc »

PAGE 9 PrésentEs : Des femmes au cœur du changement

L’Équipe de santé psychologique d’Orléans : PHOTO COURTOISIE

au fait que la COVID-19 met nos capacités d’adaptation au défi. « À travers chaque étape du confinement, nous avons dû construire une nouvelle routine à laquelle nous devons nous ajuster », souligne-t-elle. Rassemblements limités, arrêt soudain des activités sociales et télétravail forcé sont autant de changements aux répercussions importantes sur le moral. « Il est attendu qu’une crise comme celleci ait des impacts émotionnels significatifs […] La pandémie de COVID-19 peut augmenter les peurs et les inquiétudes par rapport à notre santé et à celle de nos proches,

[nous amener à] remettre en question des choix de vie préalablement établis, modifier certaines de nos habitudes de vie, aggraver certaines maladies chroniques et augmenter la consommation d’alcool, de drogues et de tabac », énumère la Dre Kamkar. En septembre dernier, le gouvernement de l’Ontario a fait l’annonce d’un montant supplémentaire de 14,75 M$ pour renforcer l’accès à des services en santé mentale et lutter contre les dépendances dans l’ensemble de la province. De cette somme, 3 M$ seront consacrés à élargir l’offre de services virtuels et en ligne, une bouée de secours pour plusieurs tant que la pandémie durera.

Les filles au sommet de la dernière année

En plus de ses études et de ses activiJean-Marc Pacelli tés parascolaires, Talia a été en mesure de L’Orléanais L’année scolaire 2018-2019 a été cou- cumuler de 15 à 20 heures de travail par au restaurant Eastbonheurs. Side Mario’s, de succès à Orléans, il faut que je l’épaississe. J’ai peur qu’elleronnée m’apportent gros.auIl féminin faudra mettre à profit semaine mes provisions de petits Je suis Claire Lauzier-Deschênes craque sous la pression virale de l’actualité. alors mesque habiletés sensorielles. Quelles elles seront toujours moi! titre d’hôtesse. Cet été, elle avec travaille la majorité des élèves ayantserontob- à privilégiée, Collaboration spécial Présentement, je profite des dernierstenu elles? : Pauvres écureuilsdequi doivent constamment monitrice camp au club de tennis Bonjour! Je m’appelle Covide. Quelle les Voici meilleures moyennes générales comme vais humer avec délectation le fumet Blackburn. vérifier le registre de leur réserve pour malédiction! Pourquoi mes parents m’ont- rayons du soleil de ce début d’automne,étaientJedes filles. d’une Talia bonneEdwards, soupe maison ou d’un ragoût accéder leur garde-manger! ils affublée de ce nom ingrat? Pourquoi pas bien installée sur une roche près du rivage Pour De sesàenseignants, Talia Quand garde soufflera un bon de l’École seconde l’île Petrie sur la rivière des Outaouais. savoureux. Je vais écouter de la musique une brise menaçante, j’entrerai mes pattes et un joli prénom comme ceux que portent mes autres. daire publique Gisèle-Lalonde, le score souvenir de Mme Richard, entre Je réfléchis à cette question à longueur de qui met des fourmis dans mes pattes ou qui ma tête dans ma carapace. Je me ferai tortue. frères et mes sœurs? Comme Fabien, Damien de 97,1 % n’est pas le fruit du hasard. Cette enseignante d’anglais, que la jeune ma sensualité. Je vais déguster Il y fera il y fera Defois cetteen chaleur ou Adrien ou bien Annabelle, Arielle ou journée. Que faire pour blinder ma carapace?Si bouleverse a noir, eu pour la chaud. dernière 11e elle a obtenu des moyennes dans les femme C’est fastidieux, tortueux. Mais je pense mes plats préférés et même redécouvrir essentielle. De ce réconfort qui ravigote. Gabrielle? 90 % pendant tout son secondaire, c’est en année, a réussi à rendre son cours intéresdes saveurs oubliées. Je vais lire des textes Quand finalement le soleil printanier Mais non, je suis Covide, Covide la avoir trouvé une solution. 11e année qu’elle a décidé de dépasser les sant grâce aux projets qu’elle donnait à ses En observant l’écureuil noir qui réside aux mots évocateurs de bonheur et de bien- prendra la relève, ma carapace aura sûrement tortue. Lorsque je me présente, on me lance élèves : « On voyait qu’elle aimait ensei95 % afin d’obtenir des bourses d’études. un regard effrayé, on s’éloigne de moi. Pire tout près d’ici, je réalise que je dois suivre être. Je vais m’entourer d’amitiés sincères, aminci, mais elle aura résisté. D’autres petits Pour y arriver, elle a su mettre les gner. » encore, on porte un masque pour ériger un son exemple : faire des provisions. Mon virtuellement, bien sûr. Ce n’est qu’une bonheurs la nourriront : le chant joyeux Encardinal, septembre, elletendre suivra traces efforts en favorisant voisin est prévoyant pour survivre au long partienécessaires, de ma pile detout provisions. Je me fais du le vert des les bourgeons, mur de distanciation. C’est insultant! de son frère aîné, en faisant son entrée à la compréhension de la matière sur la l’odeur de la terre humide et le goût sublime En plus, je suis torturée par mon hiver. Je me dois de l’imiter, pour bien confiance pour l’étoffer suffisamment. l’Université Queen’s de Kingston en génie mémorisation : « Beaucoup d’élèves arJe veux vivre ce prochain hiver et non le des premières fraises. Mais surtout, l’espoir environnement. Il y a plein de mauvaises nourrir ma carapace, pour qu’elle devienne Talia Edwards, étudiante à l’École secondaire publique Gisèle- rêtent d’étudier quand ils ne comprennent informatique : « J’ai choisi ce domaine à ondes qui balaient mon marais. Je patauge résistante aux tempêtes environnementales. subir. Lorsque la nature autour de moi sera qu’un autre été plein de vie nourrira de Lalonde, a obtenu la meilleure moyenne lesdois finissants de toutes les En possibilités quivais s’ofIl ne faut passous hésiter à poserdouillette plein de et cause Alorsparmi voilà, je accumulerde des2019, provisionspas.bien endormie sa blanche nouveau mon abri. attendant, je me dans la bouillie médiatique. En conséquence, questions aux enseignants. » de petits bonheurs. De simples moments qui qu’un vent mauvais soufflera, je pigerai dans faire tortue. Heureuse dans ma carapace. je me sens mal dans ma carapace. Pauvre elle, avec 97,1 %. PHOTO : JEAN-MARC PACELLI SUITE À LA PAGE 2

Le défi de Covide la tortue : une fable moderne

• Évaluation biomécanique complète • Orthèses plantaires sur mesure • Analyse posturale par imagerie • Cors, callosités, verrues plantaires

• • • • •

Chirurgie des ongles incarnés Traitement au laser Radiographies Podopédiatrie (enfants) Blessures sportives

Melissa Cloutier Chatel, DPM

www.orleansfootclinic.com | 3012, boul. St. Joseph, Suite 201 11 novembre, 2020 • Volume 4, Numéro 12 • 9


RAPPORT DE MI-MANDAT RÉPONSE COVID-19 •

Travailler en collaboration avec la Dre Etches et son équipe à Santé publique Ottawa, les hôpitaux locaux et nos partenaires fédéraux et provinciaux

Travailler pour améliorer l’accès aux tests pour la COVID-19

Création d’un Groupe de travail des partenaires économiques pour fournir à la Ville le pouls « sur le terrain » du milieu des affaires alors que la pandémie évolue

Mise en œuvre d’un programme de report taxes foncières et création d’une trousse pour la réouverture d’entreprise

Ouverture de centres d’auto-isolement pour nos résidents les plus vulnérables

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

TRANSPORT

SÉCURITÉ PUBLIQUE

Garder la vie à Ottawa abordable tout en investissant dans les services essentiels avec un plafonnement des taxes

Progrès sur la construction de l’Étape 2 du train léger

Continuer à attirer des grands événements, championnats sportifs et productions cinématographiques à Ottawa

Prolongement du service sans frais d’OC Transpo pour les aînés les dimanches en plus des mercredis

Embauche de nouveaux paramédics pour améliorer les temps de réponse dans tous les coins de la ville

Investissement de 80 millions de dollars pour améliorer l’état des routes à travers la ville

Embauche des agents de police communautaires additionnels

Inauguration de la nouvelle bibliothèque centrale

Soutenir des projets créateurs d’emplois comme le Advanced Building Innovation Centre

Augmentation des occasions de cyclotourisme vers les villages ruraux

Lancement du projet pilote de contrôle automatisé de la vitesse, voyant l’installation de 8 caméras dans les zones de sécurité communautaire pour encourager une conduite plus sécuritaire

Tourisme Ottawa

LOGEMENT ABORDABLE ET INCLUSIVITÉ

ENVIRONNEMENT

Partenariat avec Logement communautaire d’Ottawa et le gouvernement fédéral pour construire 700 unités d’habitation sur trois sites sur l’avenue Gladstone

Partenariat avec Multifaith Housing pour construire 40 unités de logement pour les anciens combattants dans le nouveau village Wateridge

Investir 3 millions de dollars par année dans la modernisation énergétique des installations de la Ville, avec un période de remboursement de sept à dix ans grâce aux économies d’énergie, pour un investissement total de 12 millions de dollars au cours du mandat du Conseil

Augmenter le montant de terrains municipaux disponibles pour le logement abordable le long des corridors de transport en commun

Nommer des liaisons pour les anciens combattants, l’équité des genres et la lutte contre le racisme

Augmenter la canopée des arbres urbains de la ville grâce à des opportunités de partenariat qui verront la plantation de 500 000 arbres supplémentaires au cours du mandat, avec un accent initial sur les zones touchées par les tornades récentes

Atteindre la parité entre les genres au sein des conseils d’administration d’agences et des comités consultatifs

Protéger l’environnement aquatique d’Ottawa pour les générations futures grâce au Plan d’action de la rivière des Outaouais (PARO) et le Tunnel de stockage des égouts unitaires, maintenant pleinement opérationnel

@JIMWATSONOTTAWA

10 • 11 novembre, 2020 • Volume 4, Numéro 12

JIMWATSONOTTAWA.CA

JIM.WATSON@OTTAWA.CA


Apogée 13, les Gouvernements des élèves en mission au CEPEO (NC) – Une centaine de membres des différents Gouvernements des élèves (GDE) des écoles secondaires du CEPEO ont participé, le 21 octobre, à la toute première étape virtuelle du Camp de leadership Apogée 13, organisé par l’équipe d’animation culturelle du CEPEO. Cette initiative collective, divisée en six étapes virtuelles d’octobre à avril, transporte les jeunes dans un univers où le leadership est redéfini et revisité, en raison des défis à relever en ces temps de pandémie. Pour leur première étape de préparation, les GDE ont rencontré des personnages colorés qui leur ont inculqué motivation et respect, le tout avec une touche d’humour et de motivation. Après avoir prêté serment, les élèves ont reconnecté avec Grand-mère Francine, cette aînée algonquine du clan de la tortue, une habituée des camps des GDE du CEPEO. Chaque année, elle vient parler des connaissances traditionnelles des Premières Nations, de réconciliation et de respect de la nature et d’autrui, des valeurs inestimables

pour de jeunes leaders. Un bagage de détermination, un point de départ Motivés par les exploits physiques, technologiques et surtout humains des invités au camp, les membres des GDE ont gagné en assurance et en confiance. Pour clore la soirée, ils se sont réunis en groupeécole pour discuter de leur motivation, cet état d’esprit intangible qui les sort du lit le matin et les pousse à aller au bout de leurs rêves. Ils sont maintenant prêts à relever de nouveaux défis et c’est ce qui les attend en novembre, date de la deuxième étape du projet Apogée 13, où ils devront s’entraîner à être de bons communicateurs et vulgarisateurs, des atouts indéniables pour des représentants au sein d’une école. Un camp très spatial Apogée 13, c’est un clin d’oeil aux missions spatiales qui ont marqué l’imaginaire en relevant les défis de l’infiniment grand. Pour l’occasion, le ministre des Transports fédéral

et ancien astronaute, l’honorable Marc Garneau, a livré un message personnalisé aux élèves, leur expliquant l’importance de la préparation, de l’écoute et du leadership face à l’inconnu et lors de missions complexes où chaque petit geste compte. Les GDE ont ensuite basculé dans un tout autre univers, celui de la mer déchaînée.

Conseil des écoles publiques de l'Est de Ontario

La conférencière invitée, Mylène Paquette, leur a fait vivre toute une aventure en leur décrivant les moments marquants de sa grande traversée de l’Atlantique Nord à la rame en 2013, soit 129 jours en solitaire dans un petit bateau à la merci des éléments. Un exemple de courage, de détermination et de résilience pour nos élèves!

Acheter local, c’est gagnant! Parce que la vitalité socioéconomique commence par chez soi Votre Caisse Desjardins Ontario encourage la collectivité à soutenir les commerces et organismes locaux. Ensemble, stimulons l’achat local pour faire une différence! desjardins.com/ontario Suivez-nous!

11 novembre, 2020 • Volume 4, Numéro 12 • 11


INSCRIS TON ENFANT À UNE ÉCOLE QUI LUI RESSEMBLE

INSCRIPTION EN TOUT TEMPS ICIMONECOLE.CA

12 • 11 novembre, 2020 • Volume 4, Numéro 12

Profile for Orléanais

L'Orléanais 11 novembre 2020  

L'Orléanais 11 novembre 2020  

Profile for orleanais
Advertisement