__MAIN_TEXT__

Page 1

mensuel gratuit

Juin   AOÛT 2019

09


...

.01

juin Août 2019

SPÉCIAL RENTRÉE .04

Dans les startingblocks

Invitée du mois Marion Bornaz

.06

Bêtes de Scènes

.10

Chapelle Sainte-Marie d’Annonay

Festivals

Danser dans une chapelle

.16

Déambulations Festivals

.12

Forme & fonction

Saisons 19/20

Fokus

success story .14

contact.arkuchi@orange.fr

arkuchi.com (en construction) Juin-Août 2019 n° 09 Mensuel gratuit Lyon, métropole & Rhône-Alpes Tirage : 15 000 ex. Direction de la publication Rédaction en chef Anne Huguet - 06 13 07 06 97 Secrétariat de rédaction Emmanuelle Babe Ont participé à ce numéro Valie Artaud, Laurent Bouchard, Jeanne Brousse, Lucie Diondet, Ponia DuMont, Émiland Griès, Marco Jéru, Trina Mounier, Sacha Pech, Nikki Renard, Florence Roux, Priscilla Ségur, Nicolas Seigle Illustration de couverture Marion Bornaz Publicité Arnaud Carpentier (Hors Captif) Anne Huguet (Culture) Conception et mise en page

Marion Bornaz©

Chalon dans la Rue

BALADE EN BOURGOGNE

Au pays des Hautes Côtes de Nuit

.22

Déambulations Festivals

.25

7e Art

.28

Déambulations Arts visuels

« J’aime créer des paysages mentaux » 20 sur vin .20

À l’affiche Jazz à Vienne

.24 Lettres & Ratures BD et fumetti

Marion bornaz

On chamboule tout

.21

.30

On y va ou bien

.18 édito Un numéro d’été double pour boucler une première année pleine d’effervescence et de surprises. Bien sûr, ArKuchi revient à la rentrée, mais d’abord quelques promesses estivales et autres rendez-vous incontournables. Bel été !

.32

L'ArKuchi du mois

.33

Street Art by Graphull Cap Phi

.34

Cuisine-moi... La Merguez Cogite-toi

.36

Lieux de dépôts

El Calderón, Concert des Rolling Stones. Madrid, 1982. Avec l’aimable autorisation de l’artiste et de VEGAP. (Exposition La Movida)

Impression : FOT I.S.S.N : 2646-8387

C DANS L’AIR Adresse rédaction 18 rue Belfort - 69004 Lyon Adresse administrative 5 impasse des Sources - 69390 Vernaison

La rédaction n’est pas responsable des textes et photos publiés qui engagent la seule responsabilité de leurs auteurs. Tous droits de reproduction réservés.

Rejoignez la communauté ArKuchi

UN JUBILÉ EN HABITS DE LUMIÈRE Arles : 50 ans 50 expos

.26 3

numéro 09 - Juin Août 2019

Miguel Trillo©

09

Kevin Dolmaire©


L’heure des choix a sonné ! Les programmations des grandes maisons sont connues. Et les envies de spectacles fleurissent…

MICMAC DE SAISON (S)

Il y a ceux qu’on attend avec impatience. C’est le cas d’Emmanuel Meirieu : après le bouleversant Les Naufragés l’an dernier, sa dernière pièce La Fin de l’homme rouge a été unanimement saluée par la critique. Attention, représentation unique au Radiant-Bellevue. On y verra aussi Loveless, spectacle haut en couleurs construit à travers des témoignages de Yann Dacosta et Anne Buffet, qui revient sur l’occupation marquante de l’église Saint-Nizier par des prostituées en 1975. Il y a ceux dont la venue en France est si rare qu’il ne faut les rater sous aucun prétexte : comme Summerless, réflexion sur les transformations à l’œuvre dans la société iranienne du grand metteur en scène Amir Reza Koohestani, ou le nouvel opus de Tatiana Frolova, Ma petite Antarctique, dont on finit par oublier que sa venue est un miracle fragile, tous deux aux Célestins. Sans oublier Oreste à Mossoul, la nouvelle création de Milo Rau dans le cadre de Sens Interdits. De son côté, le TNP joue la carte de la fidélité avec Wajdi Mouawad pour un inattendu Mort prématurée d’un chanteur populaire – mettant en scène Arthur H – et avec Joël Pommerat qui viendra nous parler de Contes et légendes… Mais ces "grandes" maisons font aussi le lien entre public et jeunes compagnies. On retrouvera avec intérêt, au TNP, Louise Vignaud dans Agatha, Olivier Maurin qui défie Dom Juan, Baptiste Guiton, Juliette Rizoud ou Maxime Mansion ; aux Célestins, François Hien dont le regard pointu devrait faire merveille dans Olivier Masson (alias Vincent Lambert) doit-il mourir ? Dans le même registre, saluons l’arrivée d’Éric Massé et Angélique Ma petite Antarctique Clairand au nouveau Théâtre KnAM©

spécial rentrée

Par Trina Mounier I Anne Huguet

numéro 09 - Juin Août 2019

4

theatredescelestins.com tnp-villeurbanne.com radiant-bellevue.fr theatrelarenaissance.com pointdujourtheatre.fr semaphore.irigny theatreduvellein

Théâtre Point du Jour avec des pistes de programmation prometteuses. Des compagnies seront associées, comme le Collectif Marthe pour sa prochaine création autour d’Elsa Dorin et des systèmes d’autodéfense, ainsi qu’Étienne Gaudillère et sa compagnie Y, laquelle, malgré des débuts fracassants, annonce un virage à 180° vers du théâtre intimiste en appartement ! De son côté, Maud Lefebvre signera au Théâtre de La Renaissance Une Femme sous influence de Cassavetes et Catherine Anne créera Trois femmes, un portrait de trois générations sur fond de conflit de classe… Dernière minute : Le Sémaphore à Irigny annonce La Machine de Turing, l’histoire d’un mathématicien génial et engagé, assassiné par les services secrets. La pièce de Tristan Petitgirard vient d’obtenir quatre Molières. Et gardez de la place pour défricher dès la rentrée à l’Élysée et aux Clochards Célestes !


Aglae Bory©

Andrés Marín et Christian Rizzo, Möbius qui verra Rachid Ouramdane pousser les voltigeurs de la compagnie XY dans leurs retranchements, ou Lady Magma, ode à la féminité de l’Irlandaise (radicale) Oona Doherty sur fond de musique funk. Sidi Larbi Cherkaoui s’offre un mano a mano avec le virtuose des danses irlandaises Colin Dunne. Quant au génial Akram Khan, il bouclera la saison avec Outwitting The Devil, une pièce physique à son image, quelque part entre Occident et Orient, tradition et innovation. Un peu plus loin, direction

ALORS ON DANSE ?

Aurélien Bory & Shantala shivalingappa

Jef Rabillon©

Villefranche-sur-Saône pour découvrir le flamenco épuré de Patricia Guerrero qui subjugue avec une danse théâtrale et mystique. À Villefontaine, la compagnie Chute Libre revisite le ballet du Sacre du Printemps avec les pas et l’énergie du hip-hop. Toujours bluffant, le duo Michèle-Anne de Mey et Jaco van Dormael enchante avec Kiss & Cry et sa (nano)danse des mains. Toujours au Théâtre du Vellein, La Vouivre lancera la saison danse avec Arcadie, visuellement superbe et peaufiné dans ses moindres détails. Retour à Bron, Pôle En Scènes démarre sur les chapeaux de roues avec la reprise de Pixel et son ballet futuriste plein de points et trompe-l’œil. En octobre, Karavel fait la fête au hiphop avec une programmation o uve r t e à t o u t e s l e s générations et toutes les tendances (Käfig, Hervé Koubi, Wanted Posse, Tentacle Tribe entre autres). Cerise sur le gâteau, la recréation annoncée de Folia (Fourvière, 2018) de Mourad Merzouki au Radiant-Bellevue. Que du beau geste.

maisondeladanse.com pole-en-scenes.com radiant-bellevue.fr theatredevillefranche.com

Amala dianor

5

numéro 09 - Juin Août 2019

spécial rentrée

La Maison de la Danse souffle ses 40 bougies en fêtant « l’anniversaire de toutes les danses » et invite sur son plateau trente-six compagnies du monde entier aux styles très variés. À la fois de jeunes artistes qui veulent renouveler leur art (Nach, Amala Dianor, (La) Horde) et des chorégraphes d’exception (Anne Teresa de Keersmaeker) qui ont marqué l’histoire de la danse. Cette saison se décline autour de temps forts – dont « Danse connectée » en prise avec le virtuel et le festival Utopistes qui rejoint le giron de la Maison de la Danse avec, dans ses bagages, la nouvelle création Les Hauts plateaux du circassien Mathurin Bolze – et des fils rouges "anniversaire", comme celui des 150 ans de claquettes avec le come-back de Stomp. Pas moins de quatorze créations sont à l’affiche : on peut citer Magma, dialogue au sommet entre l’étoile Marie-Agnès Gillot,


Bêtes de scènes

L'autre

C’est l’ÉtÉ, moissonnons ! Par Trina Mounier Photo Cie Puéril Péril

Prix Célest’1 14 au 23 juin theatredescelestins.com

Après des mois de lectures, de visionnage de teasers, de discussions enflammées, on va enfin connaître les projets retenus par les jurys du Prix Célest’1. Sur 246 candidatures reçues, tous formats confondus, 14 maquettes ont été retenues pour une création à l’horizon 2020/21. Les 8 spectacles "Grands Formats" auront droit, dès ce mois de juin, à la grande salle des Célestins. Parés pour la première édition des Prix Célest’1 ! Emmanuel Serafini, directeur des productions et conseiller artistique des Célestins, a été le grand ordonnateur de cette expérience. « Il ne s’agit ni d’un concours régional – qui aurait pu favoriser le copinage – ni d’une recherche de compagnies émergentes. Cela, L’Élysée et Les Clochards Célestes le font remarquablement, expliquet-il. Le manque de lieux et de financements est un véritable handicap pour de nombreuses compagnies "adultes". C’est à cela que tente de répondre notre concours. Ce qui nous a surpris ? Les choix à l’unanimité des membres du jury – constitué de personnalités hors région – qui, pourtant, ont

travaillé individuellement dans un premier temps. Enfin je voudrais dire un mot de nos critères de sélection. Ce qui a été décisif, c’est le niveau des postulants. La faisabilité des projets a été déterminante. » Si l’on n’en sait guère plus sur la "faisabilité" des nominés, la liste des compagnies retenues comporte quelques noms connus. Dont on sait déjà qu’ils sont de bon niveau ! Ainsi Nicolas Ramond et ses Transformateurs, intégrés à l’équipe du NTH8, ont une identité et un parcours singuliers centrés sur des questions sociétales, comme la place de l’Homme dans la ville ou son rapport au travail. La compagnie lyonnaise de cirque Puéril Péril s’est déjà illustrée dans de nombreux festivals, notamment avec Bankal, sa première création. Quant à Olivier Borle et Clément Carabédian, sélectionnés côté maquettes, ils ont produit quelques spectacles remarquables et ce coup de pouce à la création représente une reconnaissance légitime.

L'art de la chute Des pans de murs mouvants, des chaises qui se dérobent, des pétards qui claquent, des sacs qui tombent du plafond : accrochez-vous pour suivre les circonvolutions de survie de ces cinq acrobates qui doivent échapper aux différents fléaux qui s’abattent sur eux ! Durant une heure trépidante, les circasssiens pas tombés de la dernière pluie – ainsi de Mathieu Bleton, sorti du Cnac* et repéré chez Aurélien Bory ou Yoann

numéro 09 - Juin Août 2019

Bourgeois, et de Karim Messaoudi, passé aussi au Cnac et vu aux côtés de Mathurin Bolze –, explorent en direct « des problématiques telles que tenir debout, prendre la parole, faire un geste libre, résister ou s’adapter (à une force physique extérieure) » dans un environnement hostile et face à l’imprévisible. Optraken, impeccablement rythmé (mention spéciale à la bande-son extra de Denis Mariotte) et millimétré, joue du risque 6

et de l’esquive, du déséquilibre et de la chute, pour offrir une variation virtuose à l’esthétique léchée (trop parfois) qui, dommage, laisse peu de place à l’émotion. A.H. Maison de la Danse, Lyon 8e 4 au 7 juin maisondeladanse.com *Centre national des arts du cirque à Châlons-en-Champagne


Bêtes de scènes

Inflammation du verbe vivre TNP Villeurbanne 11 au 22 juin tnp-villeurbanne.com

LUDIQUE 20 juin — 1er décembre 2019

JOUER DANS L'ANTIQUITÉ

LA GRÈCE PHILOCTÈTE ET WAHID Par Trina Mounier Photo Pascal Gly

Wajdi Mouawad revient au TNP avec Inflammation du verbe vivre. Jean-Pierre Jourdain, conseiller artistique de Christian Schiaretti, connaît bien Mouawad. Il a bien voulu se substituer à lui le temps d’une interview.

Parlez-nous de ce spectacle. J-P.J. – Wajdi entre dans l’écriture à partir de ce qu’il vit au plus intime. C’est ce qui rend son théâtre si puissant. Mais c’est aussi passionnant sur le plan formel. Il joue seul en scène un spectacle qui comporte trente-six rôles grâce à un dispositif très astucieux fait d’un écran constitué de lamelles à l’intérieur desquelles il se glisse et se cache, qu’il escalade. Mouawad fait toujours des allers-retours entre hier et aujourd’hui. Qu’en est-il dans ce spectacle ? J-P.J. – Wajdi part pour le pays qui a inventé la mythologie, mais aussi l’Europe et la démocratie. Il débarque dans la Grèce d’aujourd’hui où plus rien n’existe, où tout est déglingué, où les hommes souffrent. Il va donc s’embarquer pour le royaume des morts, à la rencontre des poètes pour comprendre les raisons de ce désastre. Il nous emmène avec lui… 7

D’après l’exposition originale Veni, Vidi, Ludique du Musée romain de Nyon

Création graphique : Pitches /

Pourquoi avez-vous choisi de programmer ce spectacle ? Jean-Pierre Jourdain – Parce qu’il prenait source dans le Philoctète de Sophocle. Il y est question d’un très vieil homme exilé sur une île pendant dix ans, que finalement les Grecs décident d’aller rechercher : il faut bien un jour se confronter à sa mémoire. Cette tragédie fut aussi le dernier rôle de Laurent Terzieff sous la direction de Christian. C’est pour nous un souvenir très prégnant. Or, au début d’Inflammation du verbe vivre, Wajdi s’apprête à monter Philoctète lorsque son traducteur meurt brusquement. Le metteur en scène ne veut dès lors plus mettre en scène Philoctète, trop plein de chagrin. On voit bien comment ces deux histoires se croisent.


Bêtes de scènes

Barbe-Bleue d’Offenbach 14 juin au 5 juillet opera-lyon.com

Maquette Barbe-Bleue

LAURENT PELLY

L’HOMME ORCHESTRE Par Trina Mounier Photo Chantal-Thomas

Laurent Pelly est un hyperactif surdoué. Ses mises en scène l’ont mené de Victor Hugo à Shakespeare, de Carlo Gozzi à Ionesco… et même à l’Opéra. Son Barbe-Bleue est très attendu. Théâtre et opéra, est-ce si différent ? Laurent Pelly – Tout est théâtre et l’opéra, c’est d’abord du théâtre. On raconte une histoire, on joue des personnages, la différence est technique. Également au niveau du temps car le travail de répétition, tout l’avant du spectacle, est infiniment plus long. C’est facile à comprendre : on est engagé trois à cinq ans avant la création. Puis, tout à coup, vous avez trois à six semaines de répétitions. Tout ce que vous avez pensé dans la durée, vous devez le réaliser très vite. Au théâtre, on peut chercher, à l’opéra, il s’agit de trouver : on ne peut rien changer facilement, tout est réglé en amont du fait de la présence des chœurs, cela demande des moyens très importants… J’aime bien me servir de ces contraintes. Parlez-nous de cette création. Encore une œuvre d’Offenbach ? L.P. – Ce n’est pas le sujet qui m’intéresse ici mais Offenbach. Je crois que j’en ai déjà créé une bonne douzaine. C’est drôle,

irrévérencieux, pétillant, intelligent. J’ai une prédilection pour ce compositeur dont la musique est plus sophistiquée qu’on ne pourrait l’imaginer. Ici on est loin du conte de Perrault, Barbe-Bleue est une sorte de serial killer que j’ai transposé dans le monde des mariages princiers, de la presse à scandales d’aujourd’hui. Et sa jeune épouse n’est qu’une nymphomane rustique qu’on a tirée au sort dans un village… Vous vous êtes engagé dans l’opération "Tous à l’Opéra"… L.P. – J’aime diffuser, faire passer. L’opéra, pour moi, c’est d’abord un échange entre les dizaines de personnes sur le plateau et les milliers dans la salle. Cela m’émeut toujours. Le théâtre n’a pas de limite, je défends cette idée-là.

Coline 4.0 #Coline Serreau. D’emblée, le titre de la pièce que Coline Serreau crée au Théâtre Comédie Odéon donne le ton. La réalisatrice s’appelle cette fois par son nom, sans s’encombrer des péripéties de trois mâles et d’un bébé (Trois hommes et un couffin) ou des errements d’un homme au bord de de la déroute (La crise). Bon, le hashtag initial indique qu’elle ne va pas

numéro 09 - Juin Août 2019

se contenter de remuer les souvenirs. Si Coline Serreau se pose seule sur scène, c’est pour engager le dialogue avec le public. Sur sa vie, ou plutôt ses vies, multiples, de photographe, peintre, compositrice ou metteuse en scène. Chaque soir, les spectateurs choisiront, parmi des thématiques proposées, la part de sa vie qu’ils veulent 8

découvrir, arts, combats, génies de l’histoire, carrière… Elle dit qu’elle va « tout dire », non que tout est vrai. Qu’on n’aille pas lui prêter des idées tordues, dignes de la téléréalité. F.R. Théâtre Comédie Odéon 4 au 22 juin comedieodeon.com


festivals

FORMULE

BUFFET

requiem mozart

Même si la part du théâtre stricto sensu semble avoir légèrement rétréci dans cette édition des Nuits de Fourvière, le spectacle vivant dans son ensemble est largement représenté sous toutes ses formes. Par Trina Mounier Photo Géraldine Aresteanu

La star est bien évidemment Ex Anima, le dernier spectacle de par vingt-deux choristes et quatre solistes. Pas de chance, le spectacle Zingaro, vraiment à part dans la longue série que Bartabas consacre affiche d’ores et déjà complet. On peut le comprendre. à ses amis les chevaux. Cette fois-ci pas de voltige, pas de cavaliers, Versant théâtre, des choix esthétiques très différents sont à ou alors immobiles, pas de sangle ni de longe, juste des animaux l’œuvre. Quoi de commun en effet entre L’Orestie d’Eschyle que nus et libres qui jouent et se battent en toute spontanéité. On en Georges Lavaudant a choisi de fouiller encore et encore, ici avec parle comme d’une sorte de miracle. Anne Alvaro et Carlo Brandt (à juste titre puisque cette pièce semble inspirer plus d’un metteur en Cet été, un seul spectacle de cirque s’installe au Parc de Lacroix-Laval, d’habitude bruissant de rires et de scène cette saison)… et Tout le monde ne peut pas bravos, un peu esseulé il est vrai, mais pour quinze être orphelin, la nouvelle création des Chiens de représentations. Ce sera Lexicon, un conte de fées façon Navarre dont on connaît l’aptitude à prendre des galloise, avec trapézistes, funambules, fildeféristes, risques et à dézinguer à tout va ? Quant à Lorraine cinq musiciens chanteurs, un condensé de rêve et de de Sagazan, après Ibsen, elle adapte cette fois Platonov de Tchekhov et donne un nouveau titre virtuosité… Les Nuits de Fourvière Côté danse, Yoann Bourgeois, prodige de l’équilibre et à cette pièce inachevée : L’Absence de père – il faut 1er juin au 30 juillet de la suspension, incarne le mieux l’exigence de pureté dire que les questions d’héritage agissent comme et de nouveauté. Huit danseurs-acrobates voltigeront et un révélateur dans la pièce ! nuitsdefourvière.com chuteront du ciel dans ce Requiem Mozart rendu vivant

Musica Sans oublier les musiques, parent riche (quelque 40 concerts) de ces Nuits entre vieilles pierres et voûte étoilée. Il y aura le retour des idoles, on pense au fleuron du rock anglais qui n’en finit pas de se réinventer (New Order), aux papys résistants du rock progressif (King Crimson et Magma), au « cuisinier » des Floyd, grande époque Syd barré et couleur psychédélique (Nick Mason), à la grande

numéro 09 - Juin Août 2019

musique classieuse du quatuor de rêve qu’est The Good, The Bad & The Queen (Simonon et Albarn pour ne citer qu’eux). Il y aura aussi de la grâce et du cool (Mac DeMarco), du nerf et du vacarme (Idles, Parquet Courts), des émotions fortes (Cat Power) et la magie du lieu, indéniable. Cette année, les Nuits investissent l’écrin chaleureux de la Salle Molière pour une poignée de concerts plus intimistes et 10

confidentiels. Les Salons de Musique osent le grand écart entre musette, Moondog, Leonard Cohen et le chamamé* de Raúl Barboza. C’est Vincent Segal et sa team de rêve du label Nø Førmat qui inaugurent cette nouvelle série de concerts au-delà des genres, des modes et des frontières. A.H. *Ou "polka de Corrientes". Genre musical traditionnel né de la fusion entre traditions andines et cultures européennes.


QUI NE SE REFUSENT PAS Par Trina Mounier Photo Serge Koutchinsky

C’est l’un des premiers festivals de l’été et l'un des plus singuliers. Les Invites, c’est d’abord un festival urbain : il se déroule en plein centre-ville de Villeurbanne (aujourd’hui, qui plus est, en profonde rénovation), il est totalement gratuit et s’appuie fortement sur une population "managée" par Les Ateliers Frappaz, dont la nomination comme pôle référent des arts de la rue n’a en rien entamé le goût du collectif, du bénévolat, de la participation citoyenne. Ainsi l’un des événements majeurs de cette édition sera le défilé de mode, sous le signe de la récup’, mis en scène et en musique par la compagnie Art Point M qui a sélectionné quelque 200 heureux Villeurbannais appelés à participer à cette Foule Power. Dorénavant biennale, Les Invites accueilleront près de 100 000 spectateurs pour 80 représentations dans l’espace public : des spectacles vivants en majorité, mais aussi des concerts (avec High Tone et le duo Mouss et Hakim en têtes d’affiche). Parmi les compagnies « invitées », citons Les Transformateurs qui viennent d’être sélectionnés pour le Prix Célest’1 et proposent une deuxième version de leur succès, Les Identiques. La star du théâtre de rue, Royal de Luxe, dont on aime tant les géants, apporte dans ses bagages cette fois-ci un spectacle au titre inattendu, Miniatures. Cette histoire d’un pilote de ligne qui s’est endormi aux commandes de son avion et regarde du haut de son rêve le monde si loin, si petit, miniature, sera pour sûr le second grand événement de cette seizième édition.

Les Invites de Villeurbanne 19 au 22 juin invites.villeurbanne.fr

Royal de Luxe – Miniatures Malines (belgique), 2017

11

festivals

DES "INVITES"


FORME & FONCTION

L’ART DE LA CONVERS(AT)ION Danser dans une chapelle ? Voilà le quotidien de la compagnie de danse contemporaine La Baraka1¹à Annonay en Ardèche. Désacralisé mais toujours aussi beau dans ses décors classés, l’édifice religieux retrouve un usage étonnant, grâce à une rénovation à la fois inventive et respectueuse. Par émiland Griès Photos Kevin Dolmaire

L

a destruction de Notre-Dame de Paris par un incendie, certes i m p re s s i o n n a n t m a i s a u x conséquences heureusement partielles, réactive la très hexagonale querelle des Anciens et des Modernes, appliquée à l’architecture. Quelle posture adopter pour réparer un monument ? Faut-il le reconstruire à l’identique ou choisir pour ce projet une numéro 09 - Juin Août 2019

écriture contemporaine des formes ? Les tenants des deux camps assurent agir au nom de l’Histoire : les uns ne se permettant pas d’outrepasser un mimétisme respectueux, les autres valorisant l’authenticité d’une opération en accord avec la pensée et la technologie de son temps. Un monument historique, de plus, lieu de culte, souffriraitil en France d’une intervention résolument contemporaine ? 12

La rénovation de la chapelle Sainte-Marie à Annonay propose, à son échelle, une réponse mesurée et pertinente. Construite dans la première partie du XVIIe siècle, initialement intégrée dans un ensemble conventuel en centre-ville, la chapelle s’est retrouvée peu à peu isolée et inutilisée à partir de 1904, avec le départ des Ursulines occupantes, le reste des bâtiments étant vendu en logements privés.


Après un siècle de vicissitudes, ponctué par le classement patrimonial de son portail et de son plafond au milieu des années 50, la chapelle est devenue en 2018, sous l’impulsion de la mairie, son propriétaire, le studio de danse de la compagnie La Baraka, dirigée par le chorégraphe Abou Lagraa. Premier indice de l’orientation du projet de mutation fonctionnelle : il est confié, après consultation, à LFA², agence de jeunes architectes, dont le book regorge de références relevant plutôt de la "hype" lyonnaise (installations scénographiques des Nuits Sonores, restructuration-extension du Ninkasi à Gerland, aménagement du restaurant À La Piscine, construction du Sucre à Confluence). L’agence d’architectes du Patrimoine ALEP les assiste dans la prise en main de ce précieux petit édifice du passé. Les éléments en présence sont, d’un côté, un haut plafond en bois polychrome à caissons en trompe-l’oeil, des voussures sous la tribune monastique, également peintes de fresques, un sol en carreaux de terre cuite faïencée crème et noire, des baies et oculus en petits bois, des lambris muraux et un large portail d’entrée dans un portique baroque en pierre. De l’autre, un programme technique de gymnase de répétition pour une compagnie de danse. Endossant la triple contrainte de stricte interdiction de percement des sols et des parois, de réversibilité totale des installations et de budget très limité, les concepteurs proposent une mise en dialogue fructueuse des éléments rapportés avec leur précieux écrin parallélépipèdique.

13

Lors des représentations, la chapelle reçoit du public, assis sur une rangée de bancs autour de l’estrade. Des expositions s’y déroulent également, pour lesquelles l’ossature métallique sert alors de cimaise. Avec la chapelle Sainte-Marie d’Annonay, le défi de revitaliser un édifice historique en total respect de son identité et de sa valeur initiales est donc relevé sans recours au pastiche ni au mimétisme. La cohabitation entre patrimoine ancien et architecture contemporaine est exemplaire d’élégance et de simplicité. 12 rue Sainte-Marie à Annonay aboulagraa.fr lookingforarchitecture.com

¹ Dirigée par le chorégraphe Abou Lagraa et installée à Annonay depuis février 2018. 2  Looking For Architecture, Antoine Trollat et Laurent Graber 3  Plancher de la maison luxembourgeoise Harlequin 4  Construction verticale en bois richement décoré, positionnée derrière l’autel en fond d’église

numéro 09 - Juin Août 2019

FORME & FONCTION

Maints trésors de délicatesse ont été déployés au cours du chantier

Le sol est recouvert d’une estrade haute de trois degrés, formant à la fois plénum technique masquant les systèmes de chauffage et de ventilation et plancher de danse souple et amortissant³, recouvert d’un tapis spécifique à cette activité. Une fine ossature de mâts et de traverses en profilés métalliques rythme la périphérie de l’estrade, sans toucher les murs. Elle supporte l’éclairage de mise en valeur du plafond, celui, fonctionnel, de l’espace de travail et de représentation des danseurs, et des ventilateurs pour rabattre l’air chaud au sol. Maints trésors de délicatesse ont été déployés au cours du chantier, dans ce fragile contexte. Pour n’en citer que deux parmi tant d’autres : le retable4 baroque en bois peint et doré a été lentement avancé à la main pendant toute une nuit, grâce à un système de cordes et de poulies, afin de permettre, dans son dos, l’installation discrète des équipements techniques. La montée en température du volume a été faite graduellement pendant tout un mois, afin de préserver les boiseries anciennes de tout choc thermique. L’ensemble des éléments rapportés est dessiné dans une grande simplicité formelle et uniformisé dans une teinte claire générale. Les concepteurs n’ont volontairement pas traité les traces d’anciens ouvrages ni certaines peintures défraîchies, motivés par une double quête d’authenticité et d’économie de moyens. Ce minimalisme contemporain assumé contraste volontairement avec l’exubérance des décors peints, sans en amoindrir la richesse, bien au contraire. Dans le même esprit "less is more", la façade sur rue, simplement chaulée dans une teinte naturelle et neutre, garantit aux visiteurs la surprise de la mise en scène intérieure.


success story

Chalon dans la rue 24 au 28 juillet 2019 chalondanslarue.com

CHAMBOULE

TOUT

Décalée pour cause de petite reine, la 33e édition de Chalon dans la Rue présente une programmation complètement revisitée et affiche une volonté farouche de refaire de la rue le paradis de toutes les créations.

Chalon dans la rue

C’

est une petite révolution que vivront les quelque 200 000 spectateurs de Chalon dans la Rue. Tour de France oblige, l’un des plus importants festivals consacrés aux arts de la rue n’aura pas lieu la troisième semaine de juillet, mais du 24 au 28 juillet. Ensuite, avec une 33e édition annoncée comme celle du « renouvellement », le festival déroule une programmation entièrement revisitée dans son architecture. Elle sera « éditorialisée et organisée en rubriques », expliquent Pierre Duforeau et Bruno Alvergnat, qui ont pris les rênes de la manifestation en 2017. Le cru 2019 est donc un pur produit du duo chamboule-tout. à l’arrivée ? Le IN et le OFF, c’est out ! Les organisateurs ont fait le choix de regrouper le « Off » dans la catégorie « Sélection officielle » (128 compagnies ont été sélectionnées) et de numéro 09 - Juin Août 2019

Teatro del silencio

Par Emmanuelle Babe Photo Michel Wiart

répartir le « In » (32 compagnies) dans cinq nouvelles rubriques : créations réalisées spécifiquement pour le festival (comme la trapéziste Elodie Doñaque), spectacles programmés pour leur originalité (dont Jordi Gali), propositions par des festivals étrangers partenaires (Corée, Pays-Bas), réalisation en 14

direct d’une création pluridisciplinaire et spectacles jeune public. Dans ce domaine, Chalon dans la rue monte clairement en puissance, programmant pas moins de treize compagnies (La Volière aux pianos, De fil et d’os, Boom Boom Kids…). Enfin, centre névralgique du festival, la toute nouvelle « Place des publics » sera à la fois un lieu d’information et l’espace où sera restitué le thème de l’édition : De l’eau au moulin. De novembre à juillet, ce fil rouge a été la matière première d’une équipe d’artistes en résidence, en lien avec le territoire. Chaque soir du festival, ils partageront des installations spectaculaires. « L’insolite, l’inédit, le déconcertant », voilà la promesse de Chalon 2019. Elle sera tenue grâce à la « spéléologie gustative » de 3615 Dakota (rendez-vous dans les souterrains de Chalon !), aux Europes de la Générale d’imaginaire ou encore à la danse verticale assurée par les compagnies 9.81 et Flying Frenchies. La rue est une fête !


Christophe Raynaud De Lage©

déambulations

04.06

16.06.19 I Arts du mouvement

DÉFIS HORS NORME

Festivals

Les Subsistances fêtent l'été et les formes les plus novatrices des arts du mouvement. Revoilà l'inclassable Phia Ménard avec ses Contes immoraux 1 autour de la question du genre et de l’identité, et La Maison Mère qui n’est pas sans évoquer une autre artiste rebelle, Louise Bourgeois… Autre curiosité, la performance monumentale d’Astrid Mayer et de Raphaël Billet, Brut. Ils construisent, sans autre outil que leur science de l’équilibre, du poids et de l’inertie, des structures en bois. Leur propre corps, fragile, et leur complicité fondamentale surgissent à l’improviste de ces amoncellements savants de poutres. N’oublions pas enfin la virtuosité hypnotique de Juan Ignacio Tula à la roue Cyr dans Instante. T.M. Karim Messaoudi

Livraisons d’été Les Subsistances, Lyon 1er les-subs.com

06.06

20.07.19 I Musiques actu. 12.06

SONS D’ICI ET D’AILLEURS

L'ART AUX PETITS SOINS

L’Opéra de Lyon se réinstalle sous le péristyle cet été pour une saison tronquée, en cause les travaux prévus en août devant l’Opéra et place Louis-Pradel. En attendant, place aux « musiques de tous bords » avec une programmation éclectique entre musiques du monde, jazz et musiques hybrides. À part le faiseur de sons mariachis (ou pas) Serge Mendoza et la fusion malienne de BKO, peu de noms connus mais des musiques voyageuses qui reflètent le monde et les différents courants musicaux. Entre autres, de la cumbia de San Jacinto par Carmelo Torres, l’un de ses maîtres à danser, l’icône vénézuélienne du tambor (sorte de rumba locale) Betsayda Machado, l’ovni Ajate avec ses instruments en bambou, les bruitages barrés d’Altavoz ou de la transe malawite : le festival du Péristyle est bien là pour ouvrir les chakras. A.H.

L’idée de cette seizième édition est de se laisser guider dans un espace artistique où se rencontrent ceux qui fréquentent l’hôpital et ceux qui y viennent moins... On y chante et on y raconte quelques histoires. Ainsi les couleurs et l’orgue de la compagnie U.Gomina se frottent à la pop anglaise de Labrune, la poésie d’AnneliSe Roche ou la musique mêlée du Brésilien Caio Bosco. à voir et à entendre : le conte hip-hop Pénélope de Pascal Caparros et Fish Le Rouge ou le spectacle 60 centimes, mis en scène par Claire Rengade. Restitution d’une résidence artistique avec les usagers, 60 cts est le prix d’un café machine à l’hôpital. Et le début de toutes les histoires... F.R.

tuit

Gra

Betsayda Machado

Scènes de rencontres Au cœur de tes oreilles Ferme du Vinatier, Bron ch-le-vinatier.fr/ferme

D.R.©

Festival du Péristyle Opéra de Lyon opera-lyon.com

19.06.19 I spectacle vivant

14.06

16.06.19 I Musiques actu.

LES NUITS DU SOLSTICE La Rue des Artistes réinvestit le pavé avec une jolie brochette de talents. Mixant musiques et spectacle vivant, le festival se veut engagé, accessible à tous et d’abord festif ! Au programme, le reggae des Américains de Groundation se partage l’affiche avec Mon côté punk ou Sinsemilia mais aussi de jeunes artistes en devenir (Tracy de Sá). Côté rue, de l’humour et du cirque comme les Argentins de ManoAmano Circo et bien d’autres animations (ateliers d’initiation cirque). Le tout gratuit ou à prix mini dans une ambiance écocitoyenne et kids friendly. V.A. La Rue des artistes Parc Nelson Mandela, Saint-Chamond (42) laruedesartistes.fr

numéro 09 - Juin Août 2019

16


Danny Willems ©

16.06.19 I Musiques actu.

Un air de campagne à l'affiche du côté de Mâcon et du festival Luciol in the Sky, la puissance magnétique de Jeanne Added ou Minuit et son monde coloré. L'Orchestre Tout Puissant Marcel Duchamp mettra tout le monde d’accord avec ses quatorze musiciens et son énergie tropical post punk.  Et que dire d’Arno ? Depuis plus de trente ans, l’interprète des Yeux de ma mère met le bazar et fait "rocker" les foules avec ses ballades déglinguées et des chansons inclassables. À (re)voir sans modération. P.S.

Arno

Luciol In the Sky#3 Domaine de Champgrenon, Charnay-lès-Mâcon (71) LuciolinTheSky

20.06

14.07.19 I Musique contemporaine

PREMIER ROUND

22.06

Avec un nom entre SF et ligne architecturale, Superspectives annonce sa première édition avec l’ambition de faire découvrir au grand public des rythmes minimalistes, de l’électroacoustique, du rock, de la pop ou de la transe, assumant un petit pas, hors des rangs. Au programme, le compositeur américain Frederic Rzewski, Philip Glass par le Tana Quartet (en nuit blanche), l’élégant pianiste Amaury Faye, la « rock-pop-transe d’Oko Oko », le « beat, beats, beats » de Gin Tonic Orchestra... De la musique au pluriel. F.R.

26.07.19 I spectacle vivant

PAR LES VILLAGES Ce festival généraliste rayonne sur le Beaujolais avec de la danse, de la musique, du théâtre ou des rencontres (Jean-Claude Gallotta), proposant aussi bien les Chœurs de la Néva qu’une comédie musicale sur Dalida. Une perle retient notre attention : deux courtes pièces de Molière, Le Sicilien ou l’Amour peintre et Le Mariage forcé, proposées par le Théâtre en pierres dorées. Comme son nom ne le dit pas, cette compagnie est composée de jeunes gens brillants issus de l’ENSATT et qui ont fait leurs armes au TNP (Damien Gouy, Clément Morinière et Juliette Rizoud). Un sacré gage de qualité ! T.M. Festival en Beaujolais Villefranche-sur-Saône – Itinérant, divers lieux ccab.fr

Daina Ashbee©

Superspectives#1 Maison de Lorette, Lyon 5e superspectives.fr

25.06

08.07.19 I arts du mouvement

DES PÉPITES ET DES BOMBES Le festival des 7 Collines est devenu, après Avignon et Montpellier, l’un des temps forts estival dédié au spectacle vivant en France. Entre cirque, danse et performance, le festival stéphanois défriche et mise sur des artistes singuliers et les talents en émergence. C’est là son ADN et sa force. Dont acte avec la traversée au-dessus du vide de la fil-de-fériste Johanne Humblet, avec l’ovni-chercheur Simon Carrot qui expérimente autour des limites du corps ou avec la chorégraphe de Montréal, Daina Ashbee, qui s’empare du corps féminin dans un solo (sa danseuse, Paige Culley, est magnifique) jusqu’au-boutiste d’une grande beauté. Le danseur-chorégraphe venu du hip-hop, Amala Dianor, fait aussi partie des artistes à découvrir absolument avec une danse libre et puissante. Côté concert, l’affiche explosive convie dabke syrienne (Omar Souleyman) et le shaker de Soweto, BCUC… dans une irrésistible tran(ce)se, on adore ! A.H.

Paige Culley

Festival des 7 Collines Divers lieux Saint-Étienne (42) festivaldes7collines.com 17

numéro 09 - Juin Août 2019

déambulations

14.06


Photos Marion Bornaz

Par Anne Huguet

Marion Bornaz

Ce qui est magique ? Créer quelque chose de mental à partir d’une image de la vie courante

à L’INSTINCT

numéro 09 - Juin Août 2019

Elle n’aime pas se raconter. Timidité, discrétion, modestie, manque de confiance, sans doute un peu de tout cela. Elle n’est pas à l’aise avec les mots non plus, c’est derrière un déclencheur que Marion Bornaz aka Maria Rockmore – pour ceux qui l’ont connue dans sa première vie – se cache. Pour photographier à l’instinct. « L’image est un vrai moyen de communiquer, analyse-t-elle. Je prends des photos, sans vraiment penser. Je photographie tout. » Portraits, objets, murs, paysages, bouts de vie urbaine : elle "prend" « sans maniaquerie obsessionnelle de mes sujets ». Elle saisit sur le vif, fixe à jamais sur sa pellicule, sur son disque dur. « J’accumule beaucoup d’images que je revisite ensuite ». Revisiter, le mot revient. Souvent. Ne rien jeter, faire confiance aux images, les laisser vivre. S’en détacher émotionnellement aussi. Pour ensuite les revoir avec un fil rouge – ses "séries" sans unité de temps ni de lieu qui séquencent son travail –, trier, garder celles « qui me font quelque chose ou que j’aime bien », les assembler, les compléter de manière plus précise. « Je cherche à ce que les images te parlent, te marquent. Certaines sont évidentes, d’autres moins immédiates. » Ce qui est important dans une photo ? « Ce que tu racontes. » Toujours un peu de soi car « la photo est psychanalytique ». On en revient à la "bonne" photo, celle qui ne dit pas tout, qui interroge, que l’on peut interpréter… Ses images sont souvent morcelées : des corps en moitié comme tronqués ou « abandonnés » préfère-t-elle, des mains ou des gestes volés, « des regards empêchés », des visages masqués, un bout de ciel, un reflet, des flous, des noirs profonds, des zones de lumière, un jeu sur les pleins et les creux.

fokus


19

marionbornaz.com

numéro 09 - Juin Août 2019

Ce qui la nourrit La lecture, le cinéma, la radio, France Culture ; Annie Ernaux, Mathieu Flechelle, Didier Eribon, Goliarda Sapienza, Jean-Marc Besse, Diane Arbus, William Eggleston, Stephen Shore, Joel Meyerowitz et tant d’autres.

Des instants de vie gravés à jamais ou, avec ses mots, « des zones de vie ». En couleur ou noir et blanc, en lumière naturelle souvent, grand format, carré ou pas, argentique ou numérique : elle avoue ne rien privilégier. « Je suis une touche-à-tout. J’aime bien mélanger les techniques, les formats. J’ai surtout envie d’expérimenter. » L’argentique est son péché mignon. Il y a quelque chose d’immédiat. C’est bon ou c’est raté. » A contrario, avec le numérique, on peut emmener la photo dans pleins d’endroits. Elle avoue retoucher « la colorimétrie, les contrastes. J’aime bien "boucher" les noirs pour faire ressortir la lumière ». Avec le questionnement de l’après et de comment va vieillir le cliché. "Après" (la prise de vue) est essentiel dans son processus de travail, c’est là que naissent justement, entre intime, invisible et recherche plus formelle, ses séries. Il y a chez Marion une quête autour de l’intériorité, avec, au final ces questions existentielles : « qui est-on ?, qu’est-ce qu’on fait là ? ». « J’aime créer des paysages mentaux », on saisit mieux toute l’essence de sa photographie… sensible et un peu mélancolique.


Vignes

20 sur vin

Par Lucie Diondet Photos Johann Michalczak

L Petits fruits pour douces nuits Des notes de groseille et de cassis typiques pour un Hautes Côtes de Nuits rouge boisé et très fin. Le nom de la parcelle fait référence à ces cabanes de pierres qui parsèment les paysages de la côte viticole de Beaune à Nuits-Saint-Georges, autrefois refuges des vignerons au labeur. Autre spécificité de l’appellation, les vignes hautes "anti-gel". Une bouteille à ouvrir sur une bonne pièce de bœuf, une autre autour d’un gâteau au chocolat nappé d’un coulis… aux petits fruits. Domaine Cruchandeau Chaux (21) Les Cabottes, AOC Hautes Côtes de Nuits Rouge, Pinot noir, 2017 (environ 17€) domaine-cruchandeau.com

numéro 09 - Juin Août 2019

e domaine Cruchandeau et moi, ce sont des vendanges sous le déluge, des verres ensoleillés, des liens amicaux et ce paysage chéri des Hautes Côtes de Nuits. Vallons, forêt, vignes hautes et petits fruits... Direction Chaux où Julien Cruchandeau nous ouvre sa cave et toute sa gamme. Aligoté, Bouzeron, Puligny-Montrochet, Savigny-lesBeaune... Au total 9 appellations, 5 rouges, 4 blancs et les crémants. Belle "horizontale" ! Julien pourrait être cuisinier, sommelier, musicien même. Il a été un peu et beaucoup tout cela, mais il est devenu vigneron. Pour de bon. L’enfant de la plaine de l’Auxois, 40 ans aujourd’hui, n’a pas franchement le parcours type de l’exploitant bourguignon. Bac en poche (victoire !), il traverse la Manche. Travail « de dingue » dans un restaurant huppé de Londres (Johnny Depp et sa Romanée Conti), découverte de vins et cuisines du monde entier. Puis retour à Beaune pour un BTS viticulture-œnologie et alternance chez un vigneron de GevreyChambertin, qui lui donne définitivement le goût du métier. À 21 ans, le voilà régisseur et maître de chai à Bouzeron. À 25, on lui propose la reprise du domaine. Coup de Trafalgar ! Car Julien est aussi un fondu de musique. Formé au 20

clavier, à la guitare et à la batterie, il était parti à Londres avec le métal, il en est revenu avec le drum’n bass. Julien Cruchandeau, alias Distürb, refuse la proposition par crainte de regretter l’aventure Shrink Orchestra, formation qu’il décide de suivre aux scratchs et samples. Il vit l’électro à fond pendant cinq ans, avant de se ranger des galettes. Il renoue alors avec la vigne, qu’il n’avait pas vraiment quittée, qu’il exploite en fermage grâce à la SAFER1 ou qu’il achète avec le GFA2. De la côte chalonnaise à la côte de Nuits, le domaine compte aujourd’hui 7,5 hectares. Une autre histoire collective se dessine. Si Julien est secondé depuis un an, il peut aussi compter sur les amis pour planter de la vigne ou aider en cuverie, et surtout sur le Syndicat des Hautes Côtes. Le groupe, très impliqué, se soutient en cas de soucis climatiques ou techniques, goûte les raisins d’avant récolte, expérimente… Les vignes de Julien sont cultivées sur des sols labourés traités en bio, et vendangées à la main. S’il fait avec certains aléas, il ne s’interdit pas l’usage d’intrants conventionnels en cas de périlleuse récolte. Les nuits sont moins aux platines, parfois dans la vigne à brûler de la paille pour contrer le gel ! Les vins de Julien sont de plus en plus travaillés. Ils s’arrondissent, reçoivent des médailles et la reconnaissance de la profession. Ils vibrent dans les bars et les festivals, chez les cavistes, sur les tables, lors de balades gourmandes… jusqu’au festival de Cannes ! « Cultivons la différence » ! Société d’aménagement foncier et d’établissement rural de Bourgogne Franche-Comté. Elle propose un accompagnement dans les projets d’acquisition ou de vente d’un bien viticole. 2 Groupement Foncier Agricole Aux Saints Jacques 1


JAZZ À VIENNE

AUTANT

EN EMPORTE LE JAZZ La 39e édition de Jazz à Vienne célèbre le genre sous toutes ses formes. Mot d’ordre : la diversité, de Chilly Gonzales à John Zorn, de Sandra Nkaké à Naïssam Jalal… Petite mise en oreille avec Benjamin Tanguy, son directeur artistique. Par Florence Roux

Vous dites que Jazz à Vienne « garde le cap, en se renouvelant ». Comment ? Benjamin Tanguy – La tradition de Vienne est de croiser les styles et les générations. On retrouvera cette année dans le théâtre des artistes fidèles, tels Chick Corea, Ben Harper, Diana Krall ou Bobby McFerrin… Et on écoutera pour la première fois au festival Parov Stelar, Chilly Gonzales, Calypso Rose ou Charlie Winston… Le jazz actuel s’ouvre de plus en plus. Il se nourrit des musiques et il est une musique nourricière pour de nombreux musiciens. Up above my head en ouverture illustre bien cet échange ? B.T. – Oui. C’est une création inédite à partir de la musique afro-américaine de résistance, des negro spirituals, des work songs et des chants de prisonniers. Il réunit deux chanteuses différentes, chacune à la voix forte et singulière, Camille et Sandra Nkaké, le saxophoniste Raphaël Imbert et le pianiste Raphaël Lemonnier, qui a piloté le projet. C’était son rêve d’enfant. Il a été marqué tout jeune par un livre sur les black

convicts songs* et s’est inspiré du travail du rappeur Rocé qui a fait une compilation des musiques contestataires francophones des années 1969 à 1988. Le spectacle propose une approche actuelle de ces chants historiques, en les amenant vers le jazz, avec une prégnance du blues et du gospel. En associant les instruments, saxophone et piano, harpe et violoncelle, voix et body percussion…  Cela fait trois ans qu’on espère monter ce projet-là et on a vraiment très envie de le voir ! L’autre fil rouge de Jazz à Vienne, les Caraïbes, a aussi une tonalité politique ? B.T. – Il est grand temps d’accueillir toutes ces musiques des Caraïbes, pour embrasser tout ce qu’elles apportent au jazz, du mambo au cha-cha-cha, du calypso au reggae et au zouk. C’est immense. Nous, dans l’Hexagone, nous avons parfois du mal à appréhender la richesse de notre patrimoine culturel des Antilles, reconnu ailleurs, par beaucoup de musiciens. Nous sommes ainsi heureux d’accueillir le groupe Kassav qui fête ses quarante

21

ans, comme le big band MizikOpéyi, la "queen" de Trinidad, Calypso Rose. Mais aussi les sœurs Ibeyi avec le trompettiste Erik Truffaz, le duo Omar Sosa et Yilian Cañizares, Chucho Valdés… Le jazz existe dans cette multiplicité, d’un concert de Diana Krall à la soirée marathon de John Zorn. Que la curiosité l’emporte !   *Ou chansons des prisonniers noirs de la fin du XIXe /début XXe.

Jazz à Vienne 28 juin au 13 juillet Théâtre antique, Scènes de Cybèle, Jazz Mix etc. à Vienne (38) jazzavienne.com

numéro 09 - Juin Août 2019

à l'affiche

Muriel Despiau©

David Uzochukwu©

D.R.©

Les soeurs ibeyi

à l'affiche

John Zorn


déambulations

26.06

30.06.19 I musiques Actu.

des vignes ET DU SON On aime aller à Givry pour goûter ses vins rouges, à la robe brillante d’une grande douceur. Depuis vingt-deux étés, on court aussi à Givry pour ses Musicaves, un festival orienté musiques du monde, et dont les onze concerts invitent à voyager. Avec Gnawa Diffusion, Djazia Satour ou la world fusion de The Turbans. Et comme on est en Bourgogne au cœur de la côte chalonnaise, dégustations de vins et balades avec œno-guides complètent cette programmation à savourer sans modération. S.P.

Festivals

30.06.19 I spectacle vivant

LA CLASSE À MONTPELLIER Le Printemps des Comédiens, devenu incontournable pour les amateurs de spectacle vivant, a acquis une renommée internationale qui lui a permis d’accueillir Krystian Lupa l’an dernier. Cela se confirme cette année : le Don Juan de Molière dans une version déjantée signée Frank Castorf, directeur de la Volksbühne de Berlin, s’invite lui aussi au festin de Montpellier. Quant au britannique Simon McBurney, capable du travail le plus rigoureux et des inventions les plus subtiles, il a choisi le Printemps des Comédiens comme écrin de sa Cerisaie de Tchekhov avec les interprètes du prestigieux Internationaal Theater Amsterdam. Toute la programmation est du même calibre ! T.M. Printemps des Comédiens Domaine du Château d’O, Montpellier (34) printempsdescomediens.com

Les Musicaves Divers lieux, Givry (71) lesmusicaves.fr

Jan Versweyveld©

02.07

14.07.19 I musique classique

VAGABONDAGES

La cerisaie

03.07

Festival Cordes en Ballade Divers lieux Ardèche (07) cordesenballade.com

D.R.©

Évènement toujours très attendu, le festival Cordes en Ballade souffle cet été ses vingt bougies. Avec « des propositions musicales folles, en dehors des schémas traditionnels et qui sortiront à chaque fois de l’ordinaire », résume Christophe Colette du Quatuor Debussy, pilote historique du festival. On peut citer quelques concerts marquants de cette édition sur « Les chemins de l’extra-ordinaire » : le virtuose de l’improvisation en tous genres Gilles Apap, la soirée-hommage à Stéphane Grappelli par un autre génie du violon, Florin Niculescu, et un « Marathon russe » effréné (1 journée, 5 villages, 5 programmes) autour de Chostakovitch par le Quatuor Debussy en personne. Bravo. N.S.

04.07.19 I Arts du mouvement

ça danse Onzième édition déjà pour ce festival gratuit qui célèbre la danse sous toutes ses coutures et toutes ses formes. Acordanse ouvre le bal avec deux battles et des shows chorégraphiques qui font la fête au popping, au krump et au locking. La création sera à l’honneur le soir suivant avec le travail de la jeune compagnie Lignes Urbaines qui prône une danse métissée nourrie de cultures urbaines, les colonnes à trois et les jeux icariens de La Triochka ou les dernières fantaisies dansées d’Aurélien Kairo, dont un sirtaki joliment hip-hopé ! A.H. Festival Acordanse #11 Place Latarjet, Lyon 8e acordanse.com

tuit

Gra

numéro 09 - Juin Août 2019

22

quintana Dead Blues experience


Tristan Martineau©

07.07.19 I Arts du mouvement

BRON S’ENVOLE Pour cette deuxième édition de Fort en Scènes, danse et cirque, accompagnés de la musique, se taillent la part du lion dans le bel ensemble architectural du fort. Prenons deux exemples : si vous connaissez mal la compagnie Bivouac, c’est le moment d’aller à sa rencontre. Une petite dizaine d’artistes du mât chinois et du trampoline défient les lois de l’(a) pesanteur, semblant flotter et se déplacer à l’horizontale dans l’air. C’est époustouflant ! Et ce n’est pas l’exposition interactive de Gargot de Musclette qui va vous laisser en repos : avec ces appareils de fitness recyclés, les méninges vont remuer ! T.M. Festival Fort en Scènes Fort de Bron pole-en-scene.com cie bivouac

15.07

20.07.19 I musiques actu.

Les divas dU cabaret Pour ses vingt-et-un ans, Cabaret Frappé, festival grenoblois écolo et 100% gratuit, offre sa scène à de grandes dames. Après Camelia Jordana et Neneh Cherry qui ouvrent le bal, la Capverdienne Mayra Andrade fera entendre la pop actuelle d’Afrique de l’Ouest. Place ensuite à Muthoni Drummer Queen, reine de la scène urbaine de Nairobi, qui se défie des styles hiphop, retro-soul, r&b… pour mieux nous libérer l’oreille. F.R. Cabaret Frappé Jardin de Ville, Grenoble (38) cabaret-frappe.com

tuit

Gra

20.07

28.07.19 I musiques actu.

Jazz en altitude Créé il y a dix ans par André Manoukian, le Cosmojazz est l’un des rares festivals à proposer les plus hauts concerts gratuits d’Europe. Une programmation à la fois éclectique et pointue, des concerts grisants dans des lieux improbables, en altitude et en pleine nature dans des décors à couper le souffle : c’est tout cela le Cosmo ! De l’afrobeat made in London avec Kokoroko, les rythmes afro-caribéens du pianiste-arrangeur Joachim Horsley, les vibrations troublantes d’Anoushka Shankar (fille de Ravi) en duo avec le DJ londonien Gold Panda, sans parler du groove incendiaire des New-Yorkais d’Antibalas et ce n’est qu’un petit aperçu de l’édition 2019 ! P.S. Cosmojazz Vallées de Chamonix Mont-Blanc (74) + Trient (CH) cosmojazzfestival.com

02.08

tuit

Gra

03.08.19 I musiques actu.

Et si on se mettait au vert ? Niché au cœur de la Vallée Verte, le Rock’n Poche, « le plus grand festival de rock de Haute-Savoie du monde », fait partie de ces "petits" festivals comme on les aime, où musique – 2 scènes, 16 groupes –, bière et bonne humeur sont de mise pour le plus grand bonheur des nombreux festivaliers qui s’y pressent. En vrac pour cette 28e édition : colère et riffs acérés avec Trust l’antisocial, du blues rock décapant avec The Inspector Cluzo ou le rock brut sauvage de Quintana Dead Blues Experience en découverte régionale. Plus planants, les dubsteps puissants du Lyonnais Panda Dub et la transe tribale sans frontière de Hilight Tribe qui mixe sons futuristes et cadences tribales envoûtantes pour la joie de ses aficionados. P.S. Rock’n Poche Habère-Poche (74) rocknpoche.com 23

numéro 09 - Juin Août 2019

déambulations

04.07


Lettres & Ratures

LYON BD Festival IN, 8 et 9 juin Palais de la Bourse, Lyon 2e

OFF, 1er au 30 juin Divers lieux Lyon & Métropole lyonbd.com

Lyon BD

LYON TOUTES BULLES

DEHORS

tres du Rencon e Presse d Dessin 4e ,

du Mairiee , Galerie 4 u d son M B ise Bes Françou 28 juin a 3

Par Marco Jéru

Avec un plateau d'auteurs relevé, le rendezAmis bédéphiles, qu'on se le dise : Rémy Mattei, la friponne Cy, vous annuel du 9e art prend ses quartiers à la fine fleur du crayon se pointe l'épique B-Gnet... Ni le moëbiusien Lyon les 8 et 9 juin. Ateliers, rencontres du Vincent Perriot, le caustique Jeantantôt au Lyon BD festival ! Des dessin de presse, expositions (…), l'occasion stars mondiales du comics, de Steve Christophe Chauzy, le bâtard Max de faire un tour exhaustif de l'édition McGarry (avec son fils Luke) et de Radiguès, le préhistorique Éric actuelle. Féres et le gothique Stéphanois Charlie Adlard (Walking Dead) à Bill Morrison (« pinaise ! » le bras Alexandre Kha, la sulfureuse Claire armé de Matt Groening pour dessiner Les Simpsons), en passant Bouilhac et les très culottées Pénélope Bagieu et Julie Gore. Mention par Frederik Peeters (après Pilules bleues, son récent Saccage est aussi pour Romain Maillé et Timothé Le Boucher – oh Ces [beaux] une merveille) et son pote Tom Tirabosco, le cru 2019 est assuré. jours qui disparaissent ! – et pour le merveilleusement kafkaïen MarcSans parler du « zaï-zaï-ant » Fabcaro – accompagné de son finaud Antoine Mathieu (3 rêveries). Quant à Gwen de Bonneval et Gwenaël complice Fabrice Erre –, des délirants Mathieu Burniat et Didier Manac'h, Alfred et Xav', Boulet et Bouclier... pardon aux auteurs Tronchet (en Tergal et en Calbuth, s'il vous plaît), de l'inénarrable non-cités et toc dans ton phylactère ! Willem et de Gijé, prix des écoles d'Angoulême 2019. Ajoutez à M'enfin vous avez saisi le trait : il y en aura pour tous les goûts, ceux-là Carlos Reyes, Emily Gleason, Giorgio Albertini et David toutes les couleurs et tous les âges. Du réel et de l'irréel. De la B. (Alix) et l'excellent Edmond Baudoin avec Troub's dans la vallée fantaisie et de la poésie. Des mangas et des comics. De l'Histoire de la Roya, l'affiche s'épice encore. Et encore... je n'ai jusque-là et de la SF. Des humeurs noires et de l'humour à boulets rouges. pas évoqué le poète rock-mantique Kleist (sur Nick Cave), les très Des fanzines et des fumetti – du reste, la maison Fumetti de Nantes terriens Etienne Davodeau et Fred Bernard, le turlupin Bastien Vivès est un des trois nominés pour le prix Hors Cases, aux côtés de la et la piquante Aude Picault... Ni les Lyonnais au vitriol Ivan Brun revue périgourdine Le Voltigeur et du distributeur de BD du libraire et Tristan Perreton, le féroce Xavier Lacombe, l'absurde Geoffroy bruxellois La Crypte Tonique. Pour finir, ne manquez pas la très Monde, l'expérimenté Nicolas Courty, la lutine Aurélie Neyret, le belle exposition sérigraphiée de la Poule Rouge sur les bandit(e)s chroniqueur social Efix, le cosmonaute Aurélien Maury, le satanique sociaux(ales). Avis aux a(r)mateurs... numéro 09 - Juin Août 2019

24


7e art

et pourtant, elles tournent

BOBINES

Institut Lumière Lyon 7e Jusqu’au 14 juillet institut-lumiere.org

Films Borderie - Fida Cinematografica©

DE FILLES Lyon met à l’honneur les femmes dans le cinéma avec ce nouveau festival Et pourtant, elles tournent, dont la marraine n’est autre que Julie Gayet, elle-même comédienne et productrice engagée. Une sélection pour le moins ambitieuse, labellisée "Art et Essai" au féminin, avec une vingtaine de films de tous pays – fiction, documentaire et cinéma d’animation – et une quinzaine de courts-métrages qui seront projetés, en présence des équipes, durant quatre jours dans dix salles du réseau GRAC* (Comœdia, CinéMourguet, Les Amphis à Vaulxen-Velin…). Dont la jolie découverte Les Hirondelles de Kaboul du duo Zabou Breitman/Éléa Gobbé-Mévellec ou le documentaire Delphine et Carole, insoumuses (en ouverture) qui revient sur l’engagement féministe de ces deux artistes, Delphine Seyrig et Carole Roussopoulos. À revoir aussi L’une chante, l’autre pas (1977) de la grande Agnès Varda sur l’émancipation des femmes. Des films comme Les Bienheureux de l’Algérienne Sofia Djama ou Sofia de Meryem Benm’Barek ont déjà été largement primés. Tous ces films traitent de thématiques liées aux droits des femmes (violences sexistes, harcèlement au travail, avortement, mariage forcé). Une première édition éminemment militante, parce que, comme le dit Julie Gayet, « être femme c’est être féministe, qu’on le veuille ou non ». A.H.

Alain delon, Le Samouraï, 1967

*Le GRAC (Groupement Régional d’Actions Cinématographiques) fédère 90 salles de cinéma dites de « proximité et indépendantes».

Memento Films©

sofia de Meryem Benm'barek Rétrospective intégrale

MELVILLE

EN PLEINE LUMIÈRE L’Institut Lumière consacre une rétrospective intégrale à Jean-Pierre Melville, considéré comme le père de la

Nouvelle Vague. Ce passionné de films noirs américains aime la nuit, l’asphalte luisant sous la lumière des becs de gaz, les truands, les filles de joie, tout un décorum qu’il va s’appliquer à dépeindre dans tous ses films. C’est avec Bob le flambeur (1956) qu’il débute son cycle noir. Suivront Deux hommes dans Manhattan (1959) et Le Doulos (1962) qui lui donnent l’occasion de développer ses thèmes favoris : l’ambiguïté, le mensonge, la trahison et le jeu des apparences. Reggiani et Belmondo sont impeccables dans des rôles taillés sur mesure. La musique joue aussi un rôle majeur dans l’univers « melvillien », comme dans Le Samouraï (1967). N.R.

Et pourtant, elles tournent Lyon & agglomération 13 au 16 juin etpourtantellestournent.org

25


C dans l'air

Arles 50 ANS DE PHOTO Par Sacha Pech Photos Evangelia Kranioti

Les Rencontres de la Photographie Arles (13) 1er juillet au 22 septembre (1J, 23€) rencontres-arles.com

Eu sou obscura para mim mesma, série Obscuro Barroco. 

Il existe cinquante bonnes raisons de faire un tour en Arles cet été – et tous les suivants –, tant on tombe vite amoureux du climat "méditerranéo-culturel" de la ville. On peut citer pêle-mêle la joie de découvrir, entre Alpilles et Camargue, la commune la plus étendue de France, un héritage romain et roman classé à l’Unesco (huit monuments inscrits au patrimoine mondial), ses spécialités relevées à base de viande de taureau ou encore la silhouette kaléidoscopique de verre et d’acier de la fondation Luma. La cinquantième et primordiale raison est un anniversaire : en 2019, Les Rencontres de la Photographie fêtent leurs cinquante ans ! Que de chemin parcouru depuis 1970 et la première édition du festival dans un salon d’honneur de l’hôtel de ville d’Arles – l’exposition dédiée à Edward Weston cette année-là sera remontée à l’identique cet été. Désormais, une cinquantaine d’expositions dans vingt-cinq lieux attendent au bas mot 140 000 visiteurs, tandis que cent-soixante galeries éphémères s’inscrivent dans le parcours Off. Parcourir les Rencontres est une surprise permanente à double titre. numéro 09 - Juin Août 2019

26

D’abord parce que l’on découvre des lieux de patrimoine sujets à la contemplation comme l’ancienne église gothique des Frères-Prêcheurs ou le cloître Saint-Trophime. Ensuite, même si Arles rime, pour lui, avec vacances et déconnexion du quotidien, les artistes secouent le visiteur, en le confrontant au monde et en affirmant la dimension politique d’un médium témoin des sociétés, des inégalités, du désastre écologique. « Mon corps est une arme », l’une des séquences thématiques du festival, propose ainsi l’exposition Corps impatients, panorama de corps brûlants et explosifs photographiés en Allemagne de l’Est dans les années précédant la chute du Mur. La Movida montre, quant à elle, le travail coloré et exubérant de quatre photographes espagnols, libérés de plusieurs décennies de dictature. Si la torpeur de l’été vous pèse un peu trop, vous pourrez toujours vous faire un shoot de Phénomènes, une exposition qui dissèque des phénomènes climatiques extrêmes tandis que l’artiste Mario del Curto apporte un peu d’optimisme sur la relation de l'homme avec notre Mère Nature.


Franck Boutonnet©

déambulations

29.06.19

arts visuels

OASIS 2.0 Le CAUE Rhône Métropole présente Beyond, exposition collaborative du photographe Franck Boutonnet et de l’ethnographe Philippe Somnolet, membres du collectif Item. Leur sujet : l’émirat de Dubaï et ses paysages hétéroclites, un territoire aride dans lequel sont parachutés sans ménagement les stigmates du modèle mégalopolitain occidental. Panneaux publicitaires démesurés, arbres isolés et résilients en milieu hostile, chantiers en plein désert, travailleurs immigrés dans ce pays de tous les contrastes : on douterait presque de certaines images, tant les juxtapositions sont violentes ! Cette exposition illustre magistralement la version exacerbée de nos problématiques urbaines contemporaines que sont le développement anarchique, la présence de la nature en ville et, en corollaire, notre nécessaire adaptation au changement climatique et à la croissance démographique. E.G.

Festival des cabanes©

Beyond CAUE Rhône Métropole, Lyon 1er caue69.fr Festival cabanes, je suis ici ailleurs

07.07

15.11.19

CAMPING SAUVAGE La belle saison revient avec des envies impérieuses d’escapades. Rendez donc visite au festival d’été des cabanes en Haute-Savoie ! Douze petites constructions éphèmères en bois brut – pas plus de 3 m² chacune, comme le stipule la règle du jeu – seront disséminées entre lac et montagnes. Lauréate du concours annuel ouvert aux étudiants en architecture de plusieurs pays, chacune contera une petite histoire silencieuse à son visiteur, en proposant un point de vue particulier sur le paysage par la découverte d’un pré ensoleillé, du jardin d’un petit château, d’un bosquet, depuis lequel embrasser un panorama large ou cadré, mais toujours inédit. Escalader un arbre, longer un ruisseau, découvrir une clairière : chaque cabane livrera sa version de la relation de l’Homme avec son territoire, une histoire à la fois quotidienne et ancestrale. Bonne chasse aux trésors ! E.G. Festival des cabanes Tout l’été à partir du 07/07 leFestivaldesCabanes

Bm, Lyon©

21.09.19

LYON CAPITALE DU ROCK, 1978-1983 En attendant la sortie de deux livres consacrés au sujet (Rock, 66 ans de désordre aux éditions Hippocampe et Je suis souterrain), les bibliothèques municipales exposent jusqu’en septembre une foisonnante collection de documents de la scène rock lyonnaise, de 1978 à 1983. Expositions, films, concerts, rencontres, visites guidées : les BM de Lyon se mettent en quatre pour faire revivre l'âge d'or de la scène locale, du rock (Factory, Ganafoul, Les Homards Violets, L'Enfance Éternelle) au punk (Starshooter, Marie et les Garçons, Electric Callas, Le Pacte Noir, Sexe à Pile), en passant par la soul (Killdozer), le raï (Carte de Séjour) et la new wave (Love in Prague). Affiches, photos, disques... l'exposition revient aussi sur les lieux de la scène (Bourse du Travail, le Rock'n'roll Mops, la New Wave French Connection au théâtre de Fourvière le 29 juillet 1978, l'ENTPE , le Truck, le Nouveau Palais d'Hiver, le West Side) et sur les différents médias qui l'accompagnèrent – radios Bellevue et Canut, les fanzines Mosca, L'Enfermé, Les Incorruptibles –, les disquaires Boul’dingue, Bruit Bleu, Musicland... et maintenant Do It Yourself, motherfuckers ! M.J. BM Part-Dieu, Lyon 3e bm-lyon.fr

numéro 09 - Juin Août 2019

Exposition Lyon Capitale du Rock

28


FEMMES AU PINCEAU Une très belle exposition accompagne la présentation de la nouvelle collection du Musée Paul Dini. Elle est consacrée à dix artistes femmes qui incarnent des esthétiques différentes, des techniques variées, des sujets divers. Si le titre de l’exposition, Elles, question de genre ?, reste énigmatique – rien n’est moins théorique ni dogmatique que ce parcours d’exposition –, elle a le mérite de laisser toute la place à des femmes dont on aime (re)découvrir les œuvres et le talent. C’est le cas de chacune d’elles, à commencer par Carole Benzaken dont les paysages semblent sortir d’un film, ou de la photographe Delphine Balley dont les créations, un brin sarcastiques, racontent avec causticité un quotidien familial… T.M. Elles, question de genre ? Musée Paul Dini, Villefranche-sur-Saône (69) musee-paul-dini.com Delphine Balley©

Extrait de la série Trees, 2014

28.09.19

Une ville, des combats Pour appréhender la raison d’être du Rize, mieux vaut se fier à son triptyque : « mémoires, cultures, échanges ». Depuis 2008, cette institution villeurbannaise atypique construit un récit commun à partir des archives municipales, des mémoires des habitants et des travaux de chercheurs. L’exposition Engagements !?, partiellement conçue sur le mode participatif, répond à cette ambition. En soulignant, tout d’abord, la singularité de la « Villa Urbana », satellite de Lyon dont elle s’est toujours distinguée en accueillant « les groupes marginalisés ». Du TNP aux luttes ouvrières en passant par les mouvements d’immigrés, Engagements !?, sans prétendre à l’exhaustivité, explore autant les points de vue d’experts que les récits d’habitants ou d’associations, une matière encore bien vivante. E.B. Engagements ?! Le Rize, Villeurbanne lerize.villeurbanne.fr

Le cache-mari, 2014

31.10.19

JE VENDS DES ROBES… Aux confins du Bugey, la petite cité de Jujurieux abrite les anciennes soieries Bonnet, en activité durant deux siècles. À sa fermeture en 2011, le Conseil départemental de l’Ain décide de conserver l’intégralité de ce fleuron de la "Fabrique" lyonnaise¹. Outre un patrimoine textile et des témoignages fouillés de la vie de l’usine-pensionnat, les lieux offrent des rendez-vous originaux. Avec Soie en scène, le musée invite Denis Durand à habiller ateliers de fabrication et exposition permanente de ses créations spectaculaires. Le couturier cannois est un proche de l’entreprise qui lui a longtemps fourni sa matière première. Au fil de la visite, deux robes exceptionnelles acquises par le Département (admirons cette crinoline tissée dans la soie noire emblématique des soieries Bonnet), des habits de théâtre et haute couture se dévoilent aux côtés des photographies de Sylvio Testa et des accessoires en hanamayu² de la Japonaise Tomiko Sakai. Une « ville dans la ville » à découvrir. L.D. Soie En Scène Musée des Soieries Bonnet Jujurieux (01) patrimoines.ain.fr 1 Nom donné depuis l’Ancien Régime au secteur de la soierie (étapes de production, savoir-faire et organisation du travail) 2 Art de la teinture et de la découpe des cocons de soie.

29

numéro 09 - Juin Août 2019

déambulations

22.09.19


Christophe Raynaud De Lage©

été 2019 agenda

On y va ou bien

15 JUIN

Juan Ignacio Tula & Karim Messaoudi Par-delà les limites du corps Livraisons d’été Les Subsistances 21h I 10 eur. à 14 eur. les-subs.com

Juan Ignacio Tula

29 JUIN

19>22 JUIN

Les Invites de Villeurbanne Le festival « pas pareil » Royal de Luxe, Art Point M, Opus, High Tone Gratuit invites.villeurbanne.fr

24 JUIN

Tout le monde ne peut pas être orphelin / Les chiens de navarre Théâtre trash Nuits de Fourvière Radiant 20h30 I 24 eur. nuitsdefourviere.com

14 juin > 24 juillet

Zingaro & Bartabas 7 JUIN

L’Orestie / Lavaudant Eschyle toujours d’actualité. Nuits de Fourvière Odéon 21h I 28 eur. nuitsdefourviere.com

11 JUIN

Maison mère, Phia Ménard Métaphore dansée avec du scotch et du carton. Livraisons d’été Les Subsistances 19h30 I 10 eur. à 18 eur. les-subs.com

14 JUIN

Jeanne Added, Minuit, Vaudou Game La relève dans la place Luciol In The Sky Dès 19h I 22 eur. Domaine de Champgrenon Charnay-lès-Mâcon, 71 LuciolinTheSky

numéro 09 - Juin Août 2019

Théâtre équestre à rêver Nuits de Fourvière Parc de Parilly, Bron 21h I 24 eur. à 53 eur. nuitsdefourviere.com

La Yégros, Thylacine, Bagarre et les autres Jusqu’au bout de la nuit. Démon d’Or Dès 20h I 34.5 eur. Poleymieux au Mont D’Or demondor.com

29 JUIN

Chilly Gonzales, Gogo Penguin et Chassol Pointures en cinématique Jazz à Vienne Théâtre antique Vienne 20h30 I 37 eur. jazzavienne.com

30 JUIN

La Cerisaie / Simon McBurney Le talent McBurney Printemps des Comédiens Domaine d’O, Montpellier 15h printempsdescomediens.com

26 JUIN

The Beach Boys + Earth Wind & Fire Experience Les revenants Printemps de Pérouges 20h30 I 42 eur. à 80 eur. festival-perouges.org

1er JUL. > 22 SEPT.

Rencontres de la photographie d’Arles

27 JUIN

Metsä Balade circassienne Festival des 7 Collines Place Bellevue, Saint-Étienne (42) 19h I 10 eur. festivaldes7collines.com

50 ans, 50 expos Arles (13) 10h/19h I 23 eur. - 28 eur. rencontres-arles.com

1er JUILLET

INTERPOL + IDLES Classe new-yorkaise vs raw attitude Nuits de Fourvière 20h30 I 45 eur. nuitsdefourviere.com

30


6 > 12 JUILLET

JUSQU’AU 27 JUILLET

King Crimson + Magma

Blanche-Neige, histoire d’un Prince / Michel Raskine

Damien Deroubaix. Une cabane

Les darons du rock progressif Nuits de Fourvière 20h30 I 50 eur. nuitsdefourviere.com

3 JUILLET

You & I, Cie Casus

Conte immoral jeune public ? Festival d’Avignon (In) 11h et 15h I 20 eur. festival-avignon.com

11 JUILLET

28 JUILLET

Acrobaties bluffantes sur fond d’amour Festival des 7 Collines L’Échappé à Sorbiers (42) 20h I 12 eur. à 16 eur. festivaldes7collines.com

Parov Stelar

5 JUILLET

12 > 14 JUILLET

Cat Power + Howe Gelb & Giant Sand

Frustration, Cannibale, King Automatic, Moonrite

Égérie rock indé Nuits de Fourvière 19h30 I 40 eur. nuitsdefourviere.com

100% rock’n’roll qui défonce Rockabylette Circus Festival Théâtre antique, Autun (71) 20h I 17 eur. I 2J/30 eur. rockabylette.com

6 JUILLET

Jupiter & Okwess, Ifriqiyya Électrique Sono mondiale Moderne Tropique Fort de Feyzin 17h/23h I Gratuit

Plasticien sur grand format et au fond d'une cabane 3 eur. La Fabric- Fondation Salomon, Annecy (74) fondation-salomon.com

Ovni électro-swing Jazz à Vienne Théâtre antique Vienne 20h30 I 44 eur. jazzavienne.com

Anoushka Shankar & Gold Panda Musique cosmique Cosmojazz Brévent – Planpraz, Chamonix (74) 12h I Gratuit cosmojazzfestival.com

13 JUILLET

2 AU 4 AOÛT

The Night ! Neneh Cherry, Bonga, Anomalie…

Goran Bregovic, Demi Portion, Calypso Rose

Jazz à Vienne Théâtre antique Vienne 20h30 I 37 eur. jazzavienne.com

Beau monde à gogo Foreztival Trelins (42) I 40 eur. foreztival.com

15 JUILLET

18 au 24 AOÛT

The Good, The Bad & The Queen

Les États Généraux du Film Documentaire

Grande classe de super groupe Nuits de Fourvière 21h30 I 45 eur. nuitsdefourviere.com

Pour les fans de docus À Lussas (07) lussasdoc.org

25 JUILLET

Comme un dernier air de vacances Dave Clark, Panda Dub, Grand Blanc, Synapson 28 eur. woodstower.com

Fontaines D.C., Johnny Mafia, Emily Zoé Cure de jeunesses Dès 17h I 81 CHF paleo.ch

29 AOÛT AU 1ER SEPTEMBRE

Woodstower

10 JUILLET

John Zorn

31 mai au 30 juin

Street Art Fest

Jazz à Vienne Dream team pour concert marathon Théâtre antique Vienne 20h30 I 37 eur. jazzavienne.com

Fresques murales et cadors du genre Grenoble 7h/14h streetartfest.org

Obey Bias By Numbers_HPM©

Arthur Viguier©

31

numéro 09 - Juin Août 2019

On y va ou bien

2 JUILLET


l'arkuchi du mois

musique, littérature, bd, cinéma… L’Arkuchi du mois attrape en un clin d’œil ce qui fait vibrer la scène actuelle.

Étiqueté "voix du noir", Marin Ledun est avant tout un écrivain ne suivant aucun chemin, aucun plan de carrière, il est libre. Il revient avec La vie en Rose, second opus d'une trilogie mettant en scène une famille de Tournon aux personnages iconoclastes… ou bien barrés. Les polars comiques sont très rares, surtout ceux qui tiennent leurs promesses. La vie en Rose est de ceux-là. Vous êtes fatigués du consensus du noir, des personnages de flics blasés ou de serial killer à l'enfance ravagée, marre de l'ouest, du nature writing, envie de rire tout en apprenant avec une belle histoire qui sort des clous ? La vie en Rose est fait pour vous. L.B. La vie en Rose de Marin Ledun Série Noire, Gallimard Parution : 2 mai

La palette ocre, verte et rouge, la patine argentique, les ralentis… le générique d’ouverture, déjà, est déroutant. On se croirait chez Peckinpah ou Lumet. On enchaîne dans un restaurant de Rojo, en Argentine, où Claudio, avocat, se fait violemment apostropher par un inconnu. Quand le marbre du notable se brise, froidement, on comprend que le malaise ne nous quittera pas. Benjamin Naishtat, qui filme les heures précédant l’arrivée de la junte militaire, signe un film d’histoire, un polar ou un western, on ne sait. Avec certitude, il dresse le portrait d'un pays qui bascule vers le fond, quand le cynisme, le chacun pour soi et la complicité augurent l’enfer politique à venir. L.D. Rojo de Benjamin Naishtat Argentine, Brésil - 1h49 - Condor distribution Sortie nationale : 3 juillet

João Pinheiro, auteur brésilien, nous plonge dans l’univers de William S. Burroughs, écrivain emblématique de la Beat Generation. Tout commence le jour où, se prenant pour Guillaume Tell, il tue sa femme accidentellement. Le dessin superbe en bichromie blanc-bleu dépeint le monde halluciné d‘un Burroughs défoncé et nous entraîne dans sa descente aux enfers. Pinheiro s’est inspiré des méthodes de l’écrivain américain pour construire son récit. On y retrouve notamment des citations du Festin nu ou de Queer et de la technique du cut-up. Jubilatoire. N.R. Burroughs de João Pinheiro Presque Lune éditions Sortie : 9/06/17

La flèche, c’est cette migraine lancinante qui ravage la vie de cet ancien « responsable de la section presse des renseignements généraux ». Les retrouvailles avec sa fille sauront-elles apaiser les « esprits frappeurs » et rattraper les maladresses du père ? De Memphis à la Nouvelle-Orléans, la route mythique a hélas vendu son âme au tourisme. Après Bob Dylan et le rôdeur de minuit, Michel Embareck, critique rock chevronné puis chroniqueur rugbystique et judiciaire, retend les cordes du roman noir avec un bref récit gratté sur la planche à laver, douloureux comme un blues abandonné à un carrefour paumé une nuit de pleine lune. There’s a hellhound on my trail… L.D. Une flèche dans la tête de Michel Embareck Éditions Joëlle Losfeld Parution : 4 avril

numéro 09 - Juin Août 2019

32


Bernard Hermant on Unsplash©

Par Graphull @cap_phi

Bien que très visible à la halle Debourg (Peinture fraîche), Cap Phi tient à rappeler que ses monstres sont avant tout des trublions des rues !

33

numéro 09 - Juin Août 2019

street art

CAP PHI


cuisine-moi

au marché • 12 belles merguez • 2 avocats mûrs • 1 melon • 1 jus de citron vert • 2 oignons frais émincés

• ½ bouquet de coriandre ciselé, quelques feuilles de menthe • 1 pincée de piment d’Espelette • 6 tartines de pain oriental grillées, frottées à l’ail

Dédicace à tous les voyageurs avec une recette au parfum d’Orient... Qui sent les vacances, l'insouciance, les verres de rosé frais, la brise légère et « les copains d'abord ». Jeanne Brousse

Commencez par préparer la mixture bigarrée. Partagez l’avocat en deux, ôtez le noyau, épluchez-le. Coupez la chair en dés, mélangez-la dans un bol avec le jus de citron vert. Mariez l’orange au vert en ajoutant les billes de melon et relevez le duo avec les oignons, la coriandre, la menthe et le piment. Couvrez et laissez reposer trente minutes. Faites griller vos merguez au barbecue une dizaine de minutes en les retournant délicatement. Servez-les avec la garniture au melon et à l’avocat sur les tartines de pain grillées et aillées. Agrémentez d’une petite sauce blanche, à base de yaourt et de quelques ornithogales* revenus dans du beurre. Et maintenant musique ! Ya rayah, merci à Rachid Taha. Merci à tous ceux qui ont croisé ma route, partagé un plat, des rires, un coin de table… Aimez, mangez, buvez, savourez chaque instant, bel été à tous !

... la merguez

*Petites asperges des bois

20 minutes

12 minutes

cogite-toi

F.V.©

6 personnes

A

B C D

E

F G H

I

J

HORIZONTALEMENT

1

1. Telle la vocation d’ArKuchi ! 2.Tout le contraire des organismes humains. 3. Manquent de taille. Très cher, si prestigieux… 4. Prendrons la première tranche ? 5. Parfois difficile « à gagner » ! Rouge et noir littéraires. Bord de lit. 6. On se les paie pour rire. 7. Bien cadastrées. Porte des rêves. 8. Bois naval. Ponia DuMont Plutôt froids en été. 9. Penserions à nos héritiers. 10. Peu respectés des anars. Rafraîchie.

2 3 4

solutions

VERTICALEMENT

5

A. Tissu grossier pour un schéma directeur. Personnel intime. B. Modes d’élection complètement utopiques en politique ! C. Telles l’opaline. D. Château de favorite renversé. Groupement marginal. E. Leurs crises peuvent être fatales. Courte abréviation postale. F. Celuilà est-il pensant ? Mesure agraire. G. Prélude aux ébats. Tige légère à travailler. H. Serrent à l’encolure. Vieille pièce de boucherie. I. Héraclès y connut du fil à retordre. Bon vidangeur ! J. N’était pas avec Vercingétorix à Alésia… Se prend peut-être pour Pénélope.

6 7 8 9 10 numéro 09 - Juin Août 2019

34

arkuchi 08

P R I S E S

R E D I G E A

I ME DA T OM E L E N A R D T T E R I S O E N MO N E T P SU T

V E R E S E R A S N E E M D E Y T N E MO R R I S E S NO G E N E T P UN I E T I T S


où trouver

 Bourg-en-Bresse  Musée du Brou. Tannerie. Théâtre de Bourg-en-Bresse.  Bourgoin-Jailleu  Les Abattoirs. Musée de Bourgoin.  Bron  Espace Albert Camus. Ciné Les Alizés. Ferme du Vinatier. MJC Louis Aragon. Pole Pik. Médiathèque de Bron. Université Lyon II.  Caluire-et-Cuire  Bibliothèque municipale. Cinéma le Méliès. Le Radiant-Bellevue.  Chassieu  Le Karavan Théâtre.  Corbas  Le Polaris.  Dardilly  L'Aqueduc.  Décines  Centre de la Mémoire Arménienne. Le Toboggan.  écully  écully Cinéma.  Feyzin  L’Épicerie Moderne.  Irigny  Le Sémaphore.  L’Isle-d’Abeau  La CAPI.  La Mulatiere  Aquarium de Lyon.  Lyon 1  À chacun sa tasse. L'Antirouille. À Thou bout d’chant. Bar 203. Bar à vin. Bistrot Chardonnet. Boîte à café. Bomp. Cabane café. Café des Capucins. CAUE Lyon Métropole. Cinéma Opéra. Condition des Soies. Dangerhouse. Drac. Ecoworking. ENBA. Espace 44. Galerie AMR Pallade. Galerie Céline Moine. Galerie Mathieu. Galerie Paul Ripoche. Galerie PomeTurbil. Galerie Le Réverbère. Le Gargagnole. Hemingway’s. Ho36 Terreaux. La BF 15. Librairie Archipel. Librairie À titre d’aile. Librairie Le Bal des Ardents. Librairie le Livre en Pente. Librairie Le Tasse-Livres. Jarring effects. Kraspek Myzik. Mapra. Mas Amor. Médiatone. Musée des Beaux-Arts. Musicalame. Le Nombril du Monde. Opéra de Lyon. Original Watt. Le Perko. La Pinte douce. Radio Canut. Le Romarin. Sofffa Terreaux. Les Subsistances. Théâtre de L’Accessoire. Théâtre Les Clochards Célestes. Technoir. Tikki Records. Trokson. Unique en série. Les Valseuses. Vins Nature. Le Voxx.  Lyon 2  Archives municipales. Bar Petit Grain. Centre national de la Danse. La Cloche. Docks 40. ESMA. Fondation Bullukian. Goethe Institut. MJC Confluence. Mob Hôtel. Librairie Expérience. Librairie Gibert. Librairie Passages. Musée des Confluences. Périscope. Région A.R.A. Sitio/Superposition. Théâtre Comédie Odéon. Théâtre des Ateliers. Théâtre des Célestins. Théâtre des Marronniers. Université catholique de Lyon.  Lyon 3  Auditorium de Lyon. De l’Autre côté du pont. Archives départementales. Café du Rhône. Gnome et Rhône. Hooper. IFRA. Librairie Esprit Livre. Librairie du Tramway. La Métropole de Lyon. Pôle Emploi Scène et Images. Poltred. Salle des Rancy. Taverne Gutenberg.Théâtre Improvidence.  Lyon 4  Aquarium Ciné Café. L’Assiette du vin. Aux Gogniols. Bistrot du Boulevard. Bistrot fait sa Broc. Le Canut et les Gones. Capucine bazar. Collectif la Machine. Comptoir du vin. Le Déjeuner. Diable Rouge. Drôle de Zèbre. Les Enfants du Tarmac. ENFIP. Galerie Vrais Rêves. Le Grain de Folie. L’Instant. IUFM. Labelalyce Librairie La BD. Le Modern Art Café. Ninkasi Croix-Rousse. Ô Vins d’anges. L'Oiseau sur la branche. Paddy's Corner. Le Petit Troquet. La Soierie. Théâtre de la Croix-Rousse. Théâtre Sous le caillou. La Valise d’Elise. Villa Gillet. Vivement Dimanche. La Voguette.  Lyon 5  Le Bar Bu. Brasserie du Doyenné. CRR de Lyon. CNSMD. Collège Hôtel. École du Cirque Ménival. ENSATT. Espace Gerson. La Gargouille. Instituto Cervantès. Librairie Virevolte. La Mi Graine. MJC du Vieux-Lyon. MJC Saint-Just. Musées Gadagne. Musée Gallo-romain. Ninkasi Saint-Paul. Le Sonic. Théâtre du Point-du-Jour.  Lyon 6  L’Apéro Rock. L’Astragale. Café Chloé. Musée d’Art Contemporain. L’Odyssée. Le Tout Petit Café.  Lyon 7  Arts en Scène. Atelier Garage. Bibliothèque Diderot. Le Bistroquet. Café 76. Centre Berthelot. CHRD. Cinéma Comœdia. La Commune. Court-circuit. ENS. L’Elysée. Les Fauves. La Fourmilière. Galerie Tator. Ho36 Montesquieu. Halles du Faubourg. IEP. L’Indocafé. Le Mondrian. Librairie Bédétik. Librairie Rive gauche. Librairie Terre des Livres. Librairie La Voix aux chapitres. Mama Shelter. Ninkasi Kafé. Le Petit Bouclard. Le Petit café rose. Pimpon bar. Les Raffineuses. Sofffa Guillotière.  Lyon 8  Faculté de médecine. Institut Lumière. Maison de la Danse. MJC Monplaisir. NTH8. Salle Genton.  Lyon 9  Au Bonheur des ogres. Campus René Cassin. Ciné Duchère. CNSMD. L’Attrape-Couleurs. La 9e Bulle. Médiathèque de Vaise. MJC de la Duchère. Ninkasi Vaise. TNG.  Mâcon  Cave à Musique. Cinéma Le Marivaux. Le Cadran Lunaire. Mâcon Scène nationale.  Miribel  L'Allégro.  Mornant  Espace Jean Carmet.  Oullins  La Mémo. MJC d’Oullins. Le Syndrome Peter Pan. Théâtre de la Renaissance.  Pierre-Bénite  Maison du peuple.  Portes-Lès-Valence  Train-Théâtre.  Rillieux-la-Pape  CCNR. Espace culturel Marcel André. Médiathèque. MJC O Totem. Piscine du Loup Pendu.  Saint-étienne  Cité du Design. La Comédie de Saint-Etienne. Le Fil. Le MAMC.  Saint-Fons  Médiathèque Roger Martin du Gard. Théâtre Jean Marais. Centre d’arts plastiques. Théâtre Jean Marais.  Saint-Genis-Laval  La Mouche. Médiathèque. B612  Sainte-Foy-lès-Lyon  Ciné Mourguet.  Tassin-la-Demi-Lune    Théâtre L'Atrium.  Vaulx-en-Velin  Centre culturel Charlie Chaplin. Cinéma Les Amphis. École d'architecture. ENTPE. Planétarium.  Valence  Comédie de Valence.  Vénissieux  Bizarre ! Médiathèque Lucie Aubrac. Théâtre de Vénissieux.  Vienne  Théâtre de Vienne.  Villefontaine  Théâtre du Vellein.  Villefranche-sur-Saône  Auditorium. Cinéma Les 400 Coups. Conservatoire. Librairie des Marais. Médiathèque Mendès-France. Musée Paul Dini. Théâtre de Villefranche.  Villeurbanne  Atome Village. Bieristan. Campus de la Doua. CCO. CCVA. Cinéma Le Zola. Galerie Domus. Double Mixte. ENMDAD. Espace Info. Espace Tonkin. IUFM. IUT B. Librairie Lettres à Croquer. La MLIS. Pôle Pixel. Studio 24. le Rize. Théâtre Astrée. Théâtre de l'Iris. TNP. Toï Toï Le Zinc. Le Totem. Transbordeur. URDLA... ainsi que dans la plupart de vos mairies, bibliothèques, MJCs, espaces de coworking...

Vous voulez diffuser ArKuchi ? C'est gratuit ! faites-nous signe, contact.arkuchi@orange.fr

Profile for ArKuchi

ARKUCHI numéro#09 Été 2019  

1ère de couv' signée Marion Bornaz et ses photos "à l'instinct". Des festivals et encore des festivals, du théâtre, de la danse, des musiqu...

ARKUCHI numéro#09 Été 2019  

1ère de couv' signée Marion Bornaz et ses photos "à l'instinct". Des festivals et encore des festivals, du théâtre, de la danse, des musiqu...

Advertisement