__MAIN_TEXT__

Page 1

REVUE DE PRESSE 2016

Relations presse: OphĂŠlie Surelle /+ 33 6 28 51 42 70 / ophelie.surelle@gmail.com


REVUE DE PRESSE 2016

MEDIAS AUDIOVISUELS

Relations presse: Ophélie Surelle /+ 33 6 28 51 42 70 / ophelie.surelle@gmail.com


Pour plus de détails : France 24 (3 110 000 téléspectateurs) http://www.france24.com/fr/a-affiche/20161005-tim-burton-miss-peregrine-bridget-jonesbaby-le-ciel-attendra-djihadisme Arte.fr (4 727 000 visiteurs / mois) http://www.arte.tv/sites/actions-culturelles/2016/09/22/viva-mexico-pimentcinematographique-itinerant/ RFI (205 000 auditeurs) http://www.rfi.fr/com/20160919-participez-4eme-edition-festival-viva-mexico-paris-5-11octobre-2016 http://es.rfi.fr/cultura/20161010-maya-goded-presenta-en-paris-plaza-de-la-soledad http://es.rfi.fr/cultura/20161006-arturo-ripstein-por-la-calle-de-la-amargura-la-sorbona http://es.rfi.fr/cultura/20161013-roberto-sneider-presenta-en-paris-me-estas-matando-susana Nova (550 000 auditeurs) http://www.novaplanet.com/novamag/65449/viva-mexico-paris + itw de Diego Luna dans l’émission LE GRAND MIX


Dans l’émission LE GRAND MIX de Linda Lorin.


REVUE DE PRESSE 2016

MEDIAS NATIONAUX PRINT / WEB

Relations presse: Ophélie Surelle /+ 33 6 28 51 42 70 / ophelie.surelle@gmail.com


Pour plus de détails : Vocable (17 000 ex / mois – Site web non communiqué) http://www.vocable.fr/index.php?option=com_jeux_concours&view=concours&Itemid=975&id =362&quiz_id=401&xtmc=viva_mexico&xtnp=1&xtcr=0 Transfuge (20 000 ex / mois – Site web non communiqué) https://www.transfuge.fr/festival-4eme-edition-du-festival-viva-mexico,331.html VO (Non communiqué - mensuel) Obs (400 000 ex / semaine) TéléObs (460 000 ex / semaine) Télérama (565 000 ex / semaine – 4 730 000 visiteurs / mois sur le site) http://www.telerama.fr/sortir/festival-viva-mexico-les-5-pepites-a-ne-pas-rater-au-cinemaluminor,148242.php http://www.telerama.fr/sortir/plaza-de-la-soledad-le-film-choc-de-maya-goded-sur-lecommerce-sexuel-mexicain,148244.php Libération (90 000 ex / jour) 20 minutes (930 000 ex / jour (gratuit)


REVUE DE PRESSE 2016

MEDIAS NATIONAUX WEB

Relations presse: Ophélie Surelle /+ 33 6 28 51 42 70 / ophelie.surelle@gmail.com


Pour plus de détails : Le Figaro http://www.lefigaro.fr/cinema/2016/10/01/03002-20161001ARTFIG00051-le-festival-vivamexico-s-installe-a-paris.php http://www.lefigaro.fr/cinema/2016/10/20/03002-20161020ARTFIG00257-diego-luna-lediscours-de-donald-trump-m-offense.php Figaroscope http://www.lefigaro.fr/sortir-paris/2016/10/07/30004-20161007ARTFIG00284--paris-ceweek-end-art-contemporain-vendanges-cinema-mexicain-et-salon-vegan.php Le Monde (blog) http://america-latina.blog.lemonde.fr/2016/10/10/le-mexique-en-noir-et-blanc-darturoripstein/ AFP https://es.noticias.yahoo.com/arturo-ripstein-un-cine-contra-viento-y-marea-160756503.html L’Express http://blogs.lexpress.fr/chica-de-paris/2016/09/15/viva-mexico-on-se-fait-une-cure-de-cinemexicain-du-5-au-11-octobre/ Challenges http://toutlecine.challenges.fr/cinema/l-actu-cinema/0003/00033901-viva-mexico-revient-apartir-du-5-octobre.html Grazia.fr http://www.grazia.fr/article/nos-idees-sorties-de-la-semaine-que-faire-a-paris-du-29septembre-au-6-octobre-829133 Clap mag http://www.clapmag.com/viva-mexico-gagnez-places-aller-voir-region-salvaje/38155 Madmoizelle http://www.madmoizelle.com/viva-mexico-festival-641553 http://www.madmoizelle.com/diego-luna-interview-648779 Vice BE http://www.be.com/bim/festival-viva-mexico-revient-octobre#- https://www.youtube.com/watch?v=AvfhTXBK6m8 Le Film Français http://www.lefilmfrancais.com/cinema/128818/le-festival-viva-mexico-revient-paris Bellefaye http://www.bellefaye.com/festival/viva-mexico_29631


Mediapart https://blogs.mediapart.fr/edition/cinemas-damerique-latine-et-plusencore/article/031016/viva-mexico-2016-la-programmation-du-festival https://blogs.mediapart.fr/edition/cinemas-damerique-latine-et-plusencore/article/111016/entretien-avec-tatiana-huezo-pour-son-film-tempestad https://blogs.mediapart.fr/edition/cinemas-damerique-latine-et-plusencore/article/281016/entretien-avec-arturo-ripstein-et-paz-alicia-garciadiego Toute la culture http://toutelaculture.com/concours/gagnez-3x2-places-pour-lavant-premiere-francaise-dudocumentaire-plaza-de-la-soledad-le-7-ocotbre/ Artistikrezo http://www.artistikrezo.com/2016092723118/actualites/cinema/viva-mexico-rencontrescinematographiques-2016.html Addict culture http://addict-culture.com/viva-mexico-festival-cinema-mexicain/ https://addict-culture.com/viva-mexico-rencontre-barbara-carroll-obeso/ Street Press http://www.streetpress.com/sujet/1474898494-festival-viva-mexico-le-cinema-mexicainparis-du-5-au-11-octobre Sens critique http://www.senscritique.com/liste/Festival_Viva_Mexico/1432986 24matins http://www.24matins.fr/viva-mexico-4eme-edition-rencontres-cinematographiques-399052 http://www.24matins.fr/barbara-carroll-de-obeso-viva-mexico-festival-refletant-richessediversite-cinema-mexicain-interview-406544 http://www.24matins.fr/realisateur-diego-luna-repondra-present-festival-viva-mexico-407562 Cloneweb http://www.cloneweb.net/festivals/viva-mexico-le-cinema-mexicain-a-paris/ http://www.cloneweb.net/star-wars/rencontre-avec-diego-luna/ On rembobine http://www.onrembobine.fr/news/news-viva-mexico-nouvelle-edition-festival-de-cinemaitinerant-saffiche/ Maze https://maze.fr/cinema/09/2016/direction-mexique-festival-viva-mexico/ Cocy http://cocy.fr/2016/09/festival-viva-mexico-rencontres-cinematographiques/ http://cocy.fr/2016/10/viva-mexico-2016-la-delgada-linea-amarilla/


Film de culte http://www.filmdeculte.com/cinema/actualite/FESTIVAL-VIVA-MEXICO-2016-gros-plan-surle-programme-23486.html On like http://www.onlike.net/cinema/viva-mexico-investit-7-villes-france-4e-edition/ Zickma http://www.zickma.fr/le-festival-mexicain-passera-par-paris-entre-autre/ http://www.zickma.fr/rencontre-amat-escalante/ Artsixmic http://www.artsixmic.fr/le-septieme-art-mexicain-en-octobre-se-projette-dans-viva-mexico/ Pulp Movies http://pulp-movies.com/event/viva-mexico-presente-4eme-edition/ http://pulp-movies.com/rencontres/interview-diego-luna-parle-de-mr-pig/ Focus cinéma https://www.focus-cinema.com/8179066/le-cinema-mexicain-s-invite-a-paris-pour-vivamexico/ Untitled http://untitledmag.fr/fetez-mexique-cinema-festival-viva-mexico/ Guide festival http://www.guidefest.com/festivals/viva-mexico-rencontres-cinematographiques Rock n fool http://rocknfool.net/2016/09/26/viva-mexico-paris-celebre-cinema-mexicain/ Culturellement votre http://culturellementvotre.fr/2016/09/29/news-festival-viva-mexico-le-festival-revient-pourune-4eme-edition-prometteuse/ Les écrans de Claire http://www.legenoudeclaire.com/2016/09/30/viva-mexico-rencontres-cinematographiques2/ France info net https://www.francenetinfos.com/festival-viva-mexico-2016-portrait-dune-societe-quetedespoir-149552/ L’Intermède http://www.lintermede.com/choix-redaction-viva-mexico-2016.php Luxelite https://luxeelite.wordpress.com/2016/09/30/viva-mexico-film-festival/ Des mots des films http://desfilmsetdesmots.com/le-4e-festival-viva-mexico-vous-donne-rendez-vous-auluminor/


Les nuits du chasseur https://lesnuitsduchasseurdefilms.com/2016/09/30/festival-viva-mexico-rencontrescinematographiques-4e-edition-du-5-au-11-octobre-2016-au-luminor-hotel-de-ville-itineranceen-province/ Celluloidz http://www.celluloidz.com/2016/09/4e-edition-du-festival-viva-mexico-la-prog/ http://www.celluloidz.com/2016/10/interview-amat-escalante-la-region-salvaje/ Le mauvais coton https://www.lemauvaiscoton.fr/news/viva-mexico-le-meilleur-du-cinema-mexicain-a-paris/ Gonzai http://gonzai.com/festival-viva-mexico-du-5-au-11-octobre-au-luminor/ Le blog documentaire http://leblogdocumentaire.fr/viva-mexico-chemins-inattendus-poetiques-soleil-noir-de-quatredocumentaires/ Just focus http://www.justfocus.fr/cinema/le-cinema-mexicain-avec-viva-mexico.html http://www.justfocus.fr/cinema/actualites/viva-mexico-du-piment-dans-le-cinema.html Cinechronicle http://www.cinechronicle.com/2016/10/mr-pig-de-diego-luna-critique-107592/ Cinephilia http://cinephilia.fr/blog/interview-amat-escalante-region-sauvage/ http://cinephilia.fr/blog/viva-mexico-2016-jour-2/ http://cinephilia.fr/blog/viva-mexico-2016-jour-3/ http://cinephilia.fr/blog/viva-mexico-2016-jours-4-5/ http://cinephilia.fr/blog/viva-mexico-2016-jours-6-7/ Abus de cinĂŠ https://www.abusdecine.com/news/le-festival-viva-mexico-2016-accueillera-diego-luna-ceweek-end-au-luminor Underlined https://www.underlined.fr/2016/10/diego-luna-rencontre/ Frenetic arts http://www.freneticarts.com/rcinema/interview.php?ID=121 Neoplanete


Actu photo http://fr.actuphoto.com/36730--plaza-de-la-soledad-les-prostituees-ne-se-cachent-pas-pourmourir.html L’œil de la photo http://www.loeildelaphotographie.com/fr/2016/10/06/article/159922249/un-film-de-mayagoded-a-lhonneur/ French saucisse http://www.frenchsaucisse.com/maya-goded-photographe-du-jour/ Cultures urbaines http://www.cultures-urbaines.fr/somos-lengua-doc-rap-mexicain-projection-09-10-octobre/ 90 BPM http://www.90bpm.com/news/2016/10/03/somos-lengua-kyzza-terrazas-festival-vivamexico-concours/ http://www.90bpm.com/magazine/interviews/2016/10/15/kyzza-terrazas-somos-lenguadocumentaire/ In the mood http://inthemood.tv/somos-lengua/ Union Street http://unionstreet.fr/viva-mexico-rencontres-cinematographiques-cinema-luminor-hotel-deville-3x2-places-a-gagner/ Critikat Cultures secrets Froggy’s Delight La vie des films Filmonizirani http://filmonizirani.net/festival-viva-mexico-odusevio-parizane/


Â


Â


Â


Â


Â


Â


Â


Â


Â


Résurrection Eugenio Polgovski Avant le film Résurrection, vous avez réalisé un court métrage Un salto de vida en 2012 sur le même sujet. Comment avez-vous eu envie de raconter cette histoire et pourquoi avoir choisi de passer d’une forme courte à une forme longue ? Avant de commencer à travailler sur le Salto de Juanacatlàn, je n’en avais jamais entendu parlé. L’organisation Green Peace souhaitait réaliser un court métrage en Chine et au Mexique sur cette thématique de l’eau et de la pollution. C’est eux qui m’ont donc contacté pour me proposer de réaliser un film sur la cascade de Juanacatlàn. J’ai accepté et après tout s’est passé très vite. Je n’ai rien eu le temps de préparer vraiment, trois jours après je me suis retrouvé à filmer les habitants qui vivent le long du Salto. C’était important pour moi de saisir ma rencontre avec ces personnes qui constitue d’ailleurs le cœur du court-métrage. Green Peace souhaitait un film d’une durée de 8 à 10 minutes, le tournage a donc été vite achevé. Le courtmétrage a remporté un certain succès, mais moi je ne pouvais pas en rester là. Ma rencontre avec cette cascade et ses habitants avait été un vrai choc, je n’avais jamais vu une chose comme ça ! Je trouvais que ce film ne suffisait pas. D’autre part, du fait que le court-métrage était une commande de Green Peace, il était relativement orienté avec beaucoup d’éléments que je n’avais pas eu le temps de préciser ou qui étaient tout simplement absents. C’est à ce moment là que je me suis décidé à réaliser un second film : si je ne le faisais pas, qui d’autre le ferait ? La production a été compliquée, mais nous avons fini par obtenir des fonds. Par ailleurs, le court-métrage avait également permis de commencer à sensibiliser les gens sur la situation du Salto. Comment expliquez-vous que Green Peace ait fait spécifiquement appelle à vous pour un tel sujet ? Est-ce parce qu’ils voyaient dans ce sujet des liens possibles avec vos films précédents, notamment avec Los Herederos ? C’est possible ! Je crois que Los Herederos parle aussi du contact de l’humain avec son environnement en rendant hommage aux enfants tout en pointant du doigt une situation, à savoir celle de leur exploitation. Mais j’ai cherché à montrer cet aspect sans le stigmatiser non plus. Dans le cinéma documentaire, on est souvent habitué à s’approprier une réalité, à la qualifier, à l’utiliser pour construire un jugement. Avec Los Herederos, j’avais cherché au contraire à réaliser un film qui soit constructif pour tous. C’est en tout cas ce que ce film m’a appris et qui m’a servi pour aborder Résurrection. Là aussi, il s’agit d’un sujet sensible, qui nous touche tous et auquel nous avons tous participé d’une manière ou d’une autre. C’est donc un sujet délicat. Mais le film ne rentre justement pas dans tout cela : il se centre et se concentre sur l’histoire d’une famille qui raconte ce qu’elle vit. Le spectateur écoute cette voix et le paysage parle après de lui-même. J’ai travaillé sur ce projet pendant 3 ans tant le film était complexe et voulait éviter un point de vue journalistique sur cette situation qui dure depuis 40 ans. Cette année, deux personnes sont encore mortes de


maladies liées à la pollution du fleuve. C’est devenu le quotidien des habitants du Salto. On ne peut pas accepter cela ! Le cinéma doit jouer son rôle et devenir à son tour un fleuve, un fleuve non pas liquide et matériel, mais un fleuve de conscience. Le film travaille d’ailleurs beaucoup avec cette question de la mémoire. Il fait entendre les différentes voix, notamment la voix politique, et laisse le spectateur se faire son propre jugement, tout en défendant un monde et sa nature. Je crois qu’au final il essaie de transmettre un message de vie constructif qui donne à tous, la possibilité de participer. Le titre, Résurrection, est-il une affirmation ou bien une interrogation ? Je crois que le fleuve nous parle. Il nous a montré que si les gens qui le polluent cessent de le faire, il pourrait alors se soigner et commencer à renaître. Le fleuve nous donne un espoir face à la tragédie que vivent ces gens. Le film se concentre uniquement sur ces deux personnages : le fleuve et la famille. Il y a aussi un discours que j’ai essayé de travailler subtilement, en filigrane, à savoir celui du fleuve du cinéma. Le fleuve de la mémoire qui court. En effet, le Salto de Juanacatlàn était adoré par les anciens mexicains qui le vénéraient comme un dieu. C’était un fleuve très fertile, remplis d’animaux et de fleurs, si important qu’il a été très documenté par des photographes du monde entier. Le film comprend en effet de nombreuses images d’archives. Aviez-vous en tête dès le début du projet de travailler avec la profusion de ces images qui nous parlent des vies précédentes du fleuve ? Je voulais parler de la perte de la mémoire d’un fleuve qui est aujourd’hui non seulement vide de vie, mais qui en plus donne la mort aux gens ! Ces archives sont devenues un océan de mémoire qui m’a stimulé et nourri. Au début du projet, je ne connaissais pas l’imaginaire qu’il y avait autour de cette cascade où les gens venaient même y faire leur voyage de noces ! Pour la première fois dans mon expérience de cinéma, nous sommes devenus, moi et mes amis qui m’ont aidé dans mes recherches, des explorateurs d’archives. Dans les images d’archives, la matière filmique est très présente, le flux de l’eau entre en résonnance avec celui de la pellicule. Aujourd’hui, avec le digital, la copie est toujours propre, la matière de la pellicule ne change pas lorsqu’elle entre en contact avec le mécanisme de la machine. A travers le travail sur cette cascade, j’ai cherché à rentrer dans l’essence même du cinéma, dans ce flux de mémoire et de conscience qui avance comme le cours de l’eau. Mon idée était de reconstruire la mémoire du fleuve, de rendre sensible ce temps qui progresse et s’infiltre. Il y a ce plan sur une maison en ruine située le long du fleuve et dont les trois orifices m’ont fait pensé au tableau de Münch, Le Cri. La caméra s’engouffre dedans comme si elle plongeait dans le temps. La musique qui accompagne les images d’archives est elle-même très onirique. Il s’agit d’une Suite composée par Edvard Grieg qui était Norvégien et qui était donc entouré lui aussi de fleuves. La musique est un flux au même titre que l’eau dont est composé notre corps également.


Le film parle donc du fleuve matériel, le Santiago, mais aussi du fleuve du cinéma, qui avance lui aussi, d’une histoire à l’autre. J’ai véritablement cherché à construire un second fleuve à l’intérieur du premier, un fleuve de conscience. Je crois que toute personne qui voit le film et la cascade se demande ce qu’il peut faire pour changer cette situation. Le film vise aussi à faire naître de petits fleuves d’éveil dans la tête de chacun de ses spectateurs. Le film est-il d’ailleurs déjà sorti au Mexique ? Non pas encore. On ne sait pas quand il sortira car pour le moment il n’y a pas de distributeurs. On espère que le film va lui aussi finir par arriver dans un grand fleuve, dans un canal de diffusion ! Pour le moment, c’est encore compliqué. Mais les habitants du Salto de Juanacatlàn comptent beaucoup sur le film pour changer leur situation, d’autant que les questions qu’il soulève, dépassent le simple cadre du Mexique. Les problématiques liées à l’eau sont mondiales. Le film Los Herederos débute par une mère en train de bercer son enfant. Ce plan est la seule image de douceur du film qui montre surtout la dureté des conditions de vie des enfants au Mexique. Résurrection fait le chemin inverse : l’ensemble du film est très noir mais s’achève sur un plan montrant les habitants du fleuve en train de déguster des glaces qu’un marchand ambulant leur vend. Pourquoi ce contrepoint ? Après toute cette souffrance, je trouvais important de filmer ces personnes dans un moment de plaisir de leur quotidien. Cette fin va aussi dans le sens de la résurrection, elle donne un peu d’espoir. Je voulais finir sur quelque chose qui est en apparence plus léger que le propos du reste du film. Je dis « en apparence » car le sucré des glaces, le fait qu’elles puissent rappeler le monde doux et innocent de l’enfance, ne fait que ressortir plus fortement l’amertume et la violence de la situation. Tempestad Tatiana Huezo Comment avez-vous eu l’idée de réaliser ce film ? Est-ce que vous connaissiez l’histoire des deux femmes, Miriam et Adela, dont il est question dans Tempestad ? Ce film est né d’une manière inattendue. Je connaissais Miriam qui est donc la femme jetée sans raison en prison et dont la voix parcoure l’ensemble du film en off. C’est une amie à moi avec laquelle j’ai toujours partagé beaucoup de choses. Je l’ai vue une année après qu’elle soit sortie de prison et qu’elle soit rentrée chez elle. J’avais été alors très affectée de la retrouver si malade par ce qu’elle venait de vivre. J’avais le cœur brisé de voir qu’elle n’arrivait même pas à me regarder dans les yeux quand elle me parlait, alors même que nous n’avions pas du tout évoquer ce qu’elle avait vécu à l’intérieur de la prison.


Quelques temps après cette rencontre, elle m’a envoyé des notes, des poèmes enroulés dans des chiffons de papier, ainsi qu’un journal qu’elle avait écrit là-bas. C’est dans cette boîte pleine de bouts de papiers sals, mais remplis de mots obscurs et très beaux que j’ai trouvé l’âme du film. Même si les poèmes ne sont pas présents dans le film en tant que tels, ce sont vraiment eux qui m’ont donné l’envie de me lancer dans cette aventure. J’en ai parlé à Myriam qui a non seulement accepté, mais qui a trouvé que c’était important de faire ce film. J’ai donc commencé à travailler sur le projet, à faire des recherches et c’est à ce moment là que j’ai réalisé qu’il serait important de trouver une deuxième voix à cette histoire qui serve de contrepoint à celle de Miriam. J’ai donc dû chercher et trouver mon deuxième personnage féminin, Adela. En ce moment au Mexique, il y a énormément de familles qui sont à la recherche de leur enfant kidnappé. Quand j’ai appris l’histoire d’Adela qui cherchait elle aussi sa fille, j’ai décidé que ça serait elle qui ferait partie du film. C’est donc comme cela que s’est construit Tempestad : avec ces deux voix qui s’équilibrent entre elles. Elles sont en miroir l’une avec l’autre. Le récit d’Adela me permettait de faire des pauses dans le voyage et dans l’histoire de Miriam, tout en rentrant dans la vie quotidienne de ce personnage. Comment s’est organisé votre travail, seule et avec Miriam ? Après avoir reçu les poèmes de Miriam, je lui ai proposé de la retrouver à Vera Cruz. Une fois là-bas, nous nous sommes enfermées pendant plusieurs jours dans un hôtel. C’est seulement à ce moment là que j’ai su tout ce qui lui était arrivée en prison. J’ai recueilli son témoignage et j’ai décidé de partir seule à Matamoros avec un chef opérateur. C’était la première fois que j’allais moi aussi dans le nord du pays, là où Miriam avait été emprisonnée. J’ai alors décidé de refaire tout le chemin qu’elle avait dû parcourir pour rentrer chez elle, de Matamoros à Tulum, soit à peu près 2000 km. Ce voyage a duré une année et correspond à la phase de recherche du film. Pendant mon périple, je m’arrêtais dans les villages et dans les gares. J’ai été vraiment touchée de voir à quel point la violence était omniprésente. J’ai subi beaucoup de contrôles militaires qui m’ont fait prendre conscience qu’il existe une guerre au Mexique que beaucoup de gens veulent oublier, mais qui est en fait très présente, très palpable. Elle s’incarne parfaitement dans ces contrôles et dans cette forte présence de la police. Le voyage et ces arrêts sont donc devenus la ligne de narration de mon film. Mais pas seulement. Il se trouve qu’au moment où j’ai commencé à tourner, c’était la saison des pluies. Le ciel était très gris, très lourd et donnait une ambiance qui m’a séduite tout de suite. Cette atmosphère représentait pour moi le changement intérieur que connaît Miriam. J’ai aussi commencé à observer attentivement les visages des gens que je rencontrais et qui ont des traits vraiment différents selon que l’on se trouve au nord ou au sud du pays. Je regardais la position de leurs corps quand ils voyageaient, leurs visages abstraits lorsqu’ils étaient absorbés à regarder par la fenêtre. Je me disais que c’était peut-être ça que Miriam avait elle aussi regardé pendant son retour vers sa maison.


Je me suis alors mise à écrire et j’ai décidé que le dispositif de narration serait le voyage, comme un road-movie. Je me suis aussi rendue compte que je devais lier la voix de Miriam non pas à un seul visage, mais à plusieurs de ceux que j’avais moimême rencontré pendant le voyage. L’idée était de transmettre au spectateur la vulnérabilité à laquelle on est soumis au Mexique. Je trouve qu’au travers de cette forme narrative on comprend que tous les visages que l’on voit dans ce film, pourraient connaître exactement le même sort que celui de Miriam ou d’Adela. Dans le film, seule la voix de Miriam est présente, son visage n’apparaît jamais à l’écran. A quel moment du film avez-vous fait ce choix ? Avant de réaliser le film, pendant que je faisais le voyage et quand j’ai commencé à écrire : j’ai décidé que Miriam ne serait pas à l’écran. Elle n’a même pas assisté au tournage. Miriam est venue trois fois pour faire trois interviews de 4 heures chacune. J’ai enregistré seulement sa voix pour conserver son témoignage. En séparant la voix de Miriam des images projetées, cela permettait de créer une distance qui laisse travailler l’imagination du spectateur. Le film exige de lui qu’il puissent finir de construire avec ses propres images ce que Miriam a vécu. Pour moi, le challenge de l’image c’était vraiment de proposer une évocation plus qu’une illustration littérale. L’eau est omniprésente dans le film, ce qui lui confère une ligne esthétique très claire. Comment avez-vous travaillé pour obtenir cette continuité météorologique entre l’histoire de Miriam et celle d’Adela ? Quand je faisais mes recherches et que c’était alors la période des pluies je me suis rendue compte qu’il fallait attendre un an pour que les pluies reviennent et pour que je puisse filmer la partie avec Adela. Le tournage a duré 10 semaines et il a été réalisé au cœur de la saison des pluies, c’est-à-dire au mois d’août et de septembre. Nous étions tous les jours en contact avec cinq météorologues qui nous ont beaucoup aidé pour prévoir la pluie et le vent. Sans eux nous n’aurions pas réussi à faire de la pluie un élément central du film. Le film s’appelle Tempestad, mais la violence et les émotions des deux femmes sont très contenues. Pourquoi avoir opté pour ce contraste entre le titre du film et le calme, la force tranquille qui se dégage des deux protagonistes ? En fait, j’étais très inquiète qu’il y ait un trop plein de pathos. Pendant le montage j’ai vraiment fait un effort pour épurer, pour doser le drama afin de ne pas tomber dans la banalisation des émotions et des histoires. Pourquoi avoir choisi le personnage d’Adela ? Etait-ce un élément important qu’elle appartienne à l’univers du cirque ? Absolument ! C’est la raison pour laquelle j’ai choisi de la filmer. En fait, Adela ne vit pas dans le cirque. J’ai connu son histoire en faisant des recherches auprès


d’organisations de droits humains qui travaillent avec des femmes dont les enfants ont été kidnappés. Quand on m’a raconté qu’il y avait eu une grande manifestation à laquelle tous les clowns du Mexique avaient participé et qui avait été menée par une femme clown, Adela, pour qu’elle puisse retrouver sa fille Monica, j’ai tout de suite voulu la rencontrer. Cela a été compliqué, j’ai dû beaucoup la chercher car Adela vit caché, avec un protocole de sécurité très important du fait des nombreuses menaces de mort qu’elle a reçues. Nous avons tourné dans un cirque de la famille d’Adela, car moi-même je ne sais pas où elle habite et personne ne doit le savoir. La musique joue un rôle important dans la dramaturgie, comment l’avez-vous choisie ? Je suis une grande admiratrice du travail de Léonardo Heiblum et Jacobo Lieberman qui sont les deux compositeurs des musiques du film. Nous avons commencé à travailler la musique au montage, même si pendant longtemps j’ai cru qu’il n’y aurait pas de musique dans mon film. Personnellement je n’aime pas beaucoup la musique dans les films. Pourtant, à chaque fois, je finis par être séduite. Cela a été le cas aussi pour ce film. J’ai travaillé sur les passages où il y aurait de la musique en cherchant à ce que cela ne soit pas trop appuyé sur les moments sensibles. Pour moi la musque doit être une continuation de ce que les personnages sentent. Avec les musiciens, nous avons décidé qu’il y aurait des violons, un piano et c’est aussi eux qui ont réussi à trouver un violon très ancien qui ne se fait presque plus et qui donne cette tonalité si particulière.


Â


Â


Â


Â


REVUE DE PRESSE 2016

MEDIAS PARISIENS

Relations presse: Ophélie Surelle /+ 33 6 28 51 42 70 / ophelie.surelle@gmail.com


Pour plus de détails : A Nous Paris Le bonbon https://lebonbon.fr/paris/festivals-et-concerts/viva-mexico-le-festival-cine-qui-pique-notrecuriosite/ Sortir à Paris http://www.sortiraparis.com/loisirs/cinema/articles/76376-viva-mexico-le-cinema-mexicainest-a-l-honneur-au-luminor Time out + Newsletter https://www.timeout.com/paris/en/cinema/film/viva-mexico https://www.timeout.fr/paris/le-blog/le-festival-viva-mexico-debarque-au-luminor-100416 Kiosk à Paris https://lekioskparis.com/2016/10/04/viva-mexico-le-festival-a-suivre-de-pres/ Que faire à Paris http://quefaire.paris.fr/3815/festival-de-cinema-viva-mexico-rencontres-cinematographiques


Â


REVUE DE PRESSE 2016

MEDIAS MEXICAINS

Relations presse: Ophélie Surelle /+ 33 6 28 51 42 70 / ophelie.surelle@gmail.com


Pour plus de dĂŠtails : Notimex http://www.notimex.gob.mx/ntxnotaLibre/251672 http://www.notimex.gob.mx/notaLibre/522686 Reforma (itw Arturo Ripstein et Diego luna) http://www.reforma.com/aplicacioneslibre/articulo/default.aspx?id=957482&v=2&md5=47fb cba737202fae8069be47d13009ad&ta=0dfdbac11765226904c16cb9ad1b2efe La Republica / EFE (itw Diego Luna) http://www.larepublica.ec/blog/gente/2016/10/12/diego-luna-llama-a-los-hispanos-aregistrarse-y-votar-contra-trump/ Milenio http://www.milenio.com/cultura/dominical/amat_escalant-la_region_salvajeleon_de_plata_por_la_mejor_direccion_0_827917457.html E consula http://www.e-consulta.com/nota/2016-10-10/espectaculos/10-peliculas-que-gritan-vivamexico-en-festival-de-cine-en-francia Proceso http://www.proceso.com.mx/457850/en-francia-la-cuarta-edicion-viva-mexico-encuentroscinematograficos Prisa radio (itw Arturo Ripstein et Diego Luna) Caras Francia Hoy http://franciahoy.com/cultura/cine-mexicano-francia/ Volatino http://www.volatino.fr/viva-mexico-2016/ Micmag http://www.micmag.net/fr/agenda/4569-viva-mexico-rencontres-cinematographiques Latino Eco http://www.latina-eco.com/viva-mexico-coup-denvoi-du-quatrieme-festival-de-cinemamexicain/ Le grand journal du Mexique : http://www.legrandjournal.com.mx/2016/09/paris-4eme-edition-du-festival-de-cinema-vivamexico/


Profile for Ophélie Surelle Communication

RDP_Viva_Mexico_2016  

RDP_Viva_Mexico_2016

RDP_Viva_Mexico_2016  

RDP_Viva_Mexico_2016

Advertisement