Issuu on Google+

1

le magazine d e l’ h ô t e l fouquet’s barrière N°8 hiver winter 2010


2


© Véronique Mati

le magazine d e l’ h ô t e l f o u q u e t ’ s b a r r i è r e N°8 hiver winter 2010

Un palace ancré dans son époque A palace anchored to its day and age

Il y a trois ans à peine nous inaugurions l’Hôtel Fouquet’s Barrière. Trois ans seulement et il compte déjà parmi les cinq étoiles qui font référence au plan international. Peut-être parce que nous ne nous sommes pas contentés d’imaginer de nouveaux décors. Nous avons également apporté un autre regard sur le luxe en général et la grande hôtellerie en particulier. A commencer par cette idée que l’on peut concilier vie de palace et développement durable. Depuis l’ouverture de notre établissement, nous avons en effet multiplié les initiatives en ce sens. Certains ont rang de symbole comme, par exemple, la venue en septembre dernier de Jean Montagard, le chef de file de la grande cuisine végétarienne. D’autres impactent plus profondément notre quotidien. Je pense, bien sûr, à notre triple certification Iso 9001, Iso 14001 et SA 8000, portant respectivement sur la qualité, l’engagement environnemental, et le respect des droits de l’homme et de l’enfant. Une première en France, une rareté dans le monde. Elle positionne plus que jamais l’Hôtel Fouquet’s Barrière comme le palace du XXIème siècle, ce siècle qui doit absolument sceller la réconciliation entre l’Homme et ce qui l’entoure. The Hotel Fouquet’s Barrière was opened barely three years ago. Just three years, and already it is one of the 5-stars that are references at international level. Perhaps because we did not simply content ourselves with new interior design. We also shed new light on luxury in general and great hotelry in particular. Starting with the idea that one can reconcile palatial living with sustainable development. Since the inauguration of our establishment, we have in fact stepped up our initiatives in this direction. Some have symbolic value as, for example, the arrival last September of Jean Montagard, the leader in top-notch vegetarian cuisine. Others have a deeper impact on our daily lives. I am thinking, of course, of our triple ISO 9001, ISO 14001 and SA 8000 certification, respectively relating to quality, commitment to the environment, and respect for the rights of both adults and children. A first in France, a rarity in the world. More than ever, it conserates the Hotel Fouquet’s Barrière as the palatial hotel of the 21st century, this century which must set the seal on reconciliation between man and his surroundings.

3

Dominique Desseigne Président du Conseil de Surveillance et du Comité Stratégique du Groupe Lucien Barrière SAS Chairman of the Supervisory Board and the Strategy Commitee of Lucien Barriere SAS Group


4


5


D e n o uve aux mo n de s

Le magazine Fouquet’s évolue. Une nouvelle maquette, une rédaction enrichie, mais un objectif inchangé : vous informer en vous distrayant. C’est plus que jamais une porte ouverte sur le monde. Le nôtre, bien sûr. Mais pas seulement ! Parce que nous sommes les observateurs privilégiés des talents de notre époque, reconnus ou naissants, nous avons souhaité partager avec vous nos coups de cœur : Alain Terzian, Jean Dujardin, Barbara Schulz, Juliette Longuet, Vannina Vesperini… Parce que nous sommes les héritiers d’une légende façonnée par le génie ou le charisme de quelques glorieux aînés, nous avons voulu rendre hommage à Brigitte Bardot, Marlène Dietrich, Jeanne Lanvin ou encore Ettore Bugatti. Enfin, parce que nous sommes au cœur de Paris, ville lumière, berceau de l’art de vivre français, nous vous invitons à la découverte des temps forts de sa vie culturelle. Alors, excellents moments de détente…

New worlds

Fouquet’s Magazine is evolving. A new page layout, more articles, but the same goal:

to keep you informed and entertained. More than ever before, it is a window open to the world. Our world, of course. But not only! Because we are privileged observers of today’s greatest talents, both established and emerging, we wanted to share our favourites with you : Alain Terzian, Jean Dujardin, Barbara Schulz, Juliette Longuet, Vannina Vesperini... Because we are the heirs of a legend shaped by the genius or charisma of some of our glorious elders, we wanted to pay homage to Brigitte Bardot, Marlene Dietrich, Jeanne Lanvin and Ettore Bugatti. Finally, because we are at the heart of Paris, City of Light, the cradle of the French art of living, we invite you to discover the highlights of its cultural scenee. We thus wish you a few moments of real relaxation...

eric boonstoppel Directeur Général de l’Hôtel Fouquet’s Barrière Managing Director Hôtel Fouquet’s Barrière

8

8

9

10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47

actualités t e n da n c e s , boutiques, sortir, a r t & cult u r e

W h a t ’s n e w t r e n ds , boutiques, t i m e o u t, a r t & cult u r e

Photo de couverture Jean Dujardin - Contour Photos by getty images/Marcel Hartmann

cinéma J e a n D uja r d i n A la i n TER Z I A N DEAUVILLE 2009

22


saga va n n i n a v e sp e r i n i jul i e t t e l o n gu e t j e a n n e la n v i n bugat t i

72 égérie

bien être

ba r ba r a sc h ulz

l e U S pa f a i t p e au n e uv e   !

46

well being t h e U S pa g e t s a n e w l o o k

81

48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 78 79 80 81 82 83 84

shopping fouquet’s boutique

56 le magazine de l’ h ô t e l f o u q u e t ’ s b a r r i è r e


{ actu } Her m è s ca s t s of f H e r mè s pre n d le la rge

The famous saddler on Faubourg

Il y a un peu plus d’un an,

Saint-Honoré has already revamped

TAG Heuer, spécialiste

the Bugatti Veyron and Eurocopter

incontesté des chronographes

EC-135. Today, it is trying its hand

Le célèbre sellier du Faubourg Saint-Honoré a déjà relooké la Bugatti Veyron et l’Eurocopter EC-135. Aujourd’hui, il s’essaie au nautisme au côté du fabricant

at sailing alongside Monaco-based

de sport, lançait le

boat-builder Wally, a specialist

MERIDIIST, son premier

in futuristic yacht design. The

téléphone portable. Sa

combination of these two different

particularité : il est doté

kinds of expertise has given an

de deux écrans, l’un sert

amazing result: the WHY, a floating

aux différentes fonctions

“wing” 58 metres long, 38 metres

de téléphonie, tandis que l’autre, situé sur le dessus de

Un téléphone joli ment carross é

l’appareil, affiche le numéro entrant ou l’heure. Voilà que ce combiné luxueux accueille aujourd’hui un

A ph on e w i t h e l e g a n t co a chwor k

petit frère : le MERIDIIST Automobili Lamborghini, fruit d’un partenariat avec le célèbre constructeur. Edité à 1963 exemplaires, assemblé à la main, inspiré de la Murcielago LP 640, ce téléphone reprend, entre autre, la célèbre signature Lamborghini telle qu’elle apparait traditionnellement

8

sur les V12 italiens. Côté performances : une autonomie monégasque Wally, spécialiste

wide. Inevitably, it’s spacious:

de 28 jours en veille, une

des yachts au design futuriste.

3,500 m 2 accommodating

acoustique cristalline, un

L’alliance des deux savoir-faire a

the crew and, especially, 12

donné un résultat pour le moins

passengers. They are treated to

étonnant : le WHY, véritable aile flottante de 58 mètres de long pour 38 de large. Du coup, c’est spacieux : 3500 m 2 aménagés pour

a 25-metre pool, spa, cinema, library and six suites of up to 200 m 2. The icing on the cake : the giant is a model in the field of energy saving, as its designers have focused on “green”

l’équipage et, surtout, douze

technologies, such as the 900 m2

passagers. Ils profitent d’une

of solar panels lining the yacht’s

piscine de 25 m, d’un spa, d’un

retractable roof.

cinéma, d’une bibliothèque ou

All this, of course, comes at

encore de 6 suites jusqu’à 200 m 2 . Cerise sur le gâteau : ce géant est d’une rare sobriété énergétique, ses concepteurs ayant multiplié les technologies “vertes”, à l’image des 900m 2 de panneaux photovoltaïques juchés sur le toit rétractable du yacht. Tout ça, bien sûr, a un coût : entre 60 et 100 millions d’euros selon les aménagements.

a cost: between 60 and 100 million euros, depending on appointments.

chronographe intégré… A little over a year ago, TAG Heuer, undisputed specialist in sportsmen’s chronographs, launched MERIDIIST, its first mobile phone. Its special feature: it has two screens, the first used for diverse telephony functions, the second, positioned at the top of the case, displaying in-coming numbers or the time. Today, this luxury phone has acquired a little brother: the MERIDIIST Automobili Lamborghini, the fruit of a partnership with the illustrious car manufacturer. In a limited edition of 1,963 copies, hand-assembled and inspired by the Murcielago LP 640, this phone features, among other things, the famous Lamborghini signature as it traditionally appears on the Italian V12s. As for performance: 28-day autonomy on stand-by, crystalclear sound, integrated chronograph...


U n e n o uv e lle pag e d ’ histo ire Le 4 octobre dernier, Mont Blanc a inauguré sa nouvelle boutique, sise 7, rue de © Anthony Gasparetto - Néoplanète

la Paix, à deux pas de la Place Vendôme. Pour baptiser cet écrin de 500 m 2 , dédié à la haute horlogerie, la joaillerie et les instruments d’écriture, la griffe de luxe avait convié sept marraines de charme : Eva

L’ été du P ri nte m ps Le Printemps, le grand magasin du boulevard

Green, Juliette Binoche, Vir-

Haussmann, a organisé cet

ginie Ledoyen, Alice Taglioni,

été la deuxième édition de

Lily Cole, Clotilde Coureau

l’opération Printemps Palaces.

et Jacqueline Bisset. Peut-on

L’idée : dédier neuf de ses

rêver plus bel équipage pour

vitrines aux grands palaces de

ouvrir un nouveau chapitre

la capitale, via une photo de

d’une histoire entamée, il y a

mode originale et du mobilier

plus dun siècle.

de l’hôtel emprunté le temps

A new pa ge of histor y

de l’opération. Une promotion

On October 4th, Mont Blanc inaugurated its new boutique at 7 rue de la Paix, a stone’s throw from Place

l’Hôtel Fouquet’s Barrière a

de l’art de vivre et l’art de voyager français à laquelle participé.

9

Le web se met au vert

Vendôme. To christen this show case of 500 m2, dedicated to top-notch watch-making, jewellery and writing instruments, the luxury brand had invited seven charming godmothers: Eva Green, Juliette Binoche, Virginie Ledoyen Alice Taglioni, Lily Cole, Clotilde Coureau and Jacqueline Bisset. Hard to imagine a more beautiful crew to launch a new chapter in a story that began over a century ago!

Un palace certifié Iso 14001, une web radio dédiée au développement durable : ces deuxlà étaient faits pour s’entendre ! C’est donc au Diane, le restaurant de l’Hôtel Fouquet’s Barrière, que Neoplanète a organisé, le 31 août dernier, sa soirée de lancement. A cette occasion, Yolaine de la Bigne, journaliste de talent, créatrice du magazine on line Néoplanète (www.neo-planete.com), et Eric Boonstoppel, directeur général de l’Hôtel Fouquet’s Barrière, ont annoncé un partenariat original : la web radio enregistrera toutes ses émissions depuis le palace des Champs Elysées.

T h e we b go es g re en A palatial hotel certified ISO 14001, a web radio dedicated to sustainable development: these two were made for each other! Which explains why NeoPlanète held its launch party on August 31st at the restaurant Le Diane at the Hotel Fouquet’s Barrière. On this occasion, the talented journalist Yolaine Bigne, creator of the NeoPlanète on-line magazine (www.neo-planete com), and Eric Boonstoppel, General Director of the Fouquet’s Barrière hotel, announced an original partnership: the web radio will record all its programmes in the “palace” on the Champs Elysées.

Su m mer a t Le Pr i ntem ps Last summer, Le Printemps, the big department store on Boulevard Haussmann, organized the second edition of the operation “Printemps Palaces”. The idea was to dedicate nine of its shop-windows to the capital’s luxury hotels via an original fashion photo with furniture from the hotel, borrowed for the duration of the operation. A way of promoting the French style of living and travelling, in which the Hotel Fouquet’s Barrière participated.


{ actu } Vendanges vertes

L’ écla ire ur é clairé De la cinquième boutique

An enlightened “Eclaireur” When talking about the fifth L’Eclai-

parisienne de l’Eclaireur, ins-

reur boutique in Paris, open since

tallée depuis cet automne au

this autumn at 40 rue de Sévigné,

40, rue de Sévigné, le designer belge Arne Quinze, qui en a signé la conception, aime à dire que « ce n’est pas un magasin, c’est une expérience ». Il est vrai que cet espace mode, rêvé par Armand et Martine Hadida, n’a rien à

Le 3 octobre dernier, une quinzaine de collaborateurs de l’Hôtel Fouquet’s Barrière a troqué costumes et chaussures chics contre une paire de jeans et de bonnes baskets. Un relooking pour la bonne cause : il s’agissait de rejoindre Marie-Laure Lurton, vigneronne d’Avensan, en terres bordelaises, pour l’aider à vendanger les vignes de merlot et de cabernet sauvignon du Château de Villegeorge, l’un des Crus Bourgeois Supérieur de l’AOC Haut Medoc. Cette initiative répond d’un objectif précis : trouver des fonds pour le reboisement de la forêt des Landes, durement touchée, début 2009, par une tempête d’une rare violence. A cet effet, une cuvée spéciale, née du labeur conjoint du domaine et du palace, a été mise aux enchères, le 30 novembre dernier. La vente de 4.000 bouteilles va ainsi permettre la replantation de 30 à 40 hectares.

Belgian designer Arne Quinze, who put his name to its interior, likes to say: “It’s not a store, it’s an experience”. It’s true that this fashion showcase, dreamed up by Armand and Martine Hadida, has nothing to do with the trendy stores usually frequented by the capital’s

Gre en g r a p e h a r ves t

fashionistas. Here, creations by

voir avec les écrins branchés

Givenchy, Rick Owens, Dries Van

fréquentés habituellement

Noten, Paul Harnden etc. do not

par les fashionistas de la

play starring roles, but participate in

capitale. Ici, en effet, les

an all-encompassing ambiance.

© Studio Arne Quinze BVBA

10

créations de Givenchy, Rick Owens, Dries Van Noten et autre Paul Harnden ne jouent pas les vedettes, mais participent d’une œuvre globale, au même titre que l’architecture, la scénographie ou les 147 écrans numériques voués à l’art vidéo. Une installation aussi spectaculaire qu’impliquante puisque le visiteur non seulement la visite, mais la réinvente à sa façon en pianotant sur l’écran tactile de la Table Microsoft Surface. Un monde étrange, entre shopping et happening, à découvrir sans tarder.

Along with the architecture, stage-setting and 147 digital screens dedicated to video art. An installation both spectacular and interactive, as visitors not only visit it, but reinvent it in their own way by tapping on the touch screen of the Microsoft Surface Table. A strange world, somewhere between shopping and a happening, to be discovered without delay

On October 3rd, a dozen employees from the Hotel Fouquet’s Barrière swapped their suits and smart shoes for a pair of jeans and sturdy trainers. A makeover in a good cause: they were joining Marie-Laure Lurton, wine-producer of Avensan in the region around Bordeaux, to help harvest the Merlot and Cabernet Sauvignon grapes at the Château de Villegeorge, one of the “Crus Bourgeois Supérieurs” of AOC Haut Médoc. This initiative had been taken for a precise purpose: to raise funds for the re-planting of the Landes forest, hit hard in early 2009 by a storm of unusual violence. To this end, a special vintage, born of the hard labour shared by the vineyard and the hotel, was auctioned on November 30th. The sale of 4,000 bottles will make it possible to replant 70 to 90 acres of land.


R e n de z-v ous g o u r m a n ds Il y a de l’amour dans l’air… Le 14 février prochain, l’Hôtel Fouquet’s Barrière célèbre la Saint-Valentin avec deux dî-

Backstag e

ners originaux. Dans son décor rouge passion, le Fouquet’s va régaler ses hôtes, entre autres

L’an passé, à Noël, l’Hôtel

délices, d’un bar de ligne

Fouquet’s Barrière avait

enlacé de tendres légumes et

accueilli le Totem virtuel de

d’un coeur de chocolat jivara.

La Scéno. Cet écran tactile

Le Diane n’est pas en reste

permettait de changer à l’envi

avec, notamment, deux recettes

les couleurs de l’éclairage de

suggestives : Cachée sous votre

la cour intérieure du palace.

Loup, je devine cette mignon-

Cette année, les hôtes du

ne mitonnée et Amoureux de

cinq étoiles élyséen profitent

Peyné, veau de lait princesse

d’une nouvelle application de

maraîchére en rosée du matin .

cette technologie originale.

U n e pri ncess e au Fouquet’ s

Cal ling al l gou r me ts ! Romance in the air... On next February 14th, the Hotel Fouquet’s Barrière will celebrate Valentine’s day with two original dinners. In its red-for-romance decor, Fouquet’s will treat its guests to linecaught bass intertwined with tender vegetables and a heart of Jivara chocolate, among other delicacies. Le Diane is not far behind with, in particular, two evocative recipes: “Caché sous votre Loup” and “Les Amoureux de Peynet”, or tender princess veal, vegetables from the market garden glistening in the morning dew.

Depuis début septembre, les caves des établissements Lucien Barrière accueillent un nouveau cru : la Cuvée Taille Princesse, un Saumur Brut cosigné par la maison Bouvet Ladubay, spécialiste du genre, et un vigneron haut en couleur : Gérard Depardieu. L’acteur qui consacre de plus en plus de temps à sa passion œnologique, a baptisé ce nouveau vin en hommage à sa grand-mère maternelle qui, dans sa jeunesse, taillait des diamants et des rubis à Saint-Claude, dans le Jura. Une belle histoire qu’il est venu raconter en personne, le 28 septembre dernier, aux sommeliers et au staff du Groupe Lucien Barrière, réunis pour l’occasion à l’Hôtel Fouquet’s Barrière par Dominique Desseigne, leur président.

A pr i n ces s a t Fou qu e t’s Since the beginning of September, the cellars of Lucien Barrière establishments have welcomed a new vintage: “Cuvée Taille Princesse”, a Saumur Brut co-signed by Bouvet Ladubay, a specialist in the field, and a colourful vintner by the name of Gérard Depardieu. The actor, who is devoting more and more time to his passion for wine, christened this new wine in homage to his maternal grandmother who, in her youth, cut diamonds and rubies in Saint-Claude in the Jura. A wonderful story that he came to relate in person, on September 28th, to the wine-waiters and staff of the Fouquet’s Barrière Group, invited for the occasion to the Hotel Fouquet’s Barrière by their President, Dominique Desseigne.

Installé désormais dans le lobby, le totem a fait peau neuve pour devenir un lieu de balade virtuel. De quelques clics, on navigue en effet dans l’actualité et les coulisses de l’hôtel.

B a ck s ta ge Last year at Christmas, the Hotel Fouquet’s Barrière played host to La Scéno’s virtual “Totem”. A touch screen allowing you to change the colour of the lighting in the establishment’s inner courtyard. This year, guests of the 5-star palace on the Champs Elysées benefit from a new application of this original technology. Now installed in the lobby, the totem has been revamped to become a place for a virtual walkaround. In a few clicks, you in fact surf along discovering the hotel’s latest news and behind the scenes.

11


{ agenda }

Th e gol den a ge of Ren oi r

Auguste Renoir worked until his very last day. In fact, as the story goes, while on his deathbed, the artist painted a bouquet of flowers in the corner of his window. Giving one last time his brushes to

© Rmn / Franck Raux

the nurse who cared for him, he is supposed to have said: “I think I am

L’â ge d’or De renoi r

beginning to understand something”.

Auguste renoir a travaillé jusqu’au dernier jour. L’histoire veut en effet que l’artiste, sur son lit de mort, ait peint un bou-

the greatest of his day, knew how to put his art constantly in question.

fois ses pinceaux à l’infirmière qui prenait soin de lui, il lui aurait

A capacity for renewal that led him,

dit alors « Je crois que je commence à y comprendre quelque chose ».

at the end of the 20th century, to

comme l’un des plus grands de son époque, sut remettre son art en question. Une capacité à se renouveller qui le conduisit, à la fin du XXe

distance himself from the rules of Impressionism and invent his own style. “I was at a stalemate,” he confided to the gallery-owner

siècle à s’éloigner des règles de l’impressionisme pour inventer un style

Ambroise Vollard. Around 1880, he

propre. « J’étais dans une impasse », confia-t-il au galeriste Ambroise

thus embarked upon a new career.

Vollard. Vers 1880, il démarra ainsi une nouvelle carrière. Ses traits se

His brush-strokes became sharper,

firent plus nets, les matières lisses, ses couleurs plus froides qu’auparavant. Dix ans plus tard, il se réinvente encore, fluidifiant son coup de pinceau pour multiplier les portraits, les nus, les natures mortes, affir-

the paint smoother, his colours colder than before. Ten years later, he did another about-turn, using more flowing brush-strokes in portraits,

mant davantage à chaque toile un talent sans pareil. Une époque bénie

nudes, still-lifes, revealing unique

que célèbrent aujourd’hui, jusqu’au 4 janvier, les Galeries Nationales

talent on each and every canvas.

du Grand Palais (sur les Champs Elysées) avec l’exposition événement :

A blessed period, now honoured,

Le

12

recognized in his lifetime as one of

quet de fleurs posé sur un coin de sa fenêtre. Rendant une dernière

L’anecdote montre à quel point le peintre, reconnu de son vivant

Baigneuse (debout) - 1895

The anecdote shows how the painter,

XX e

until January 4th, by the Galeries

siècle de Renoir .

Nationales du Grand Palais (on the

Tous les jours sauf le mardi, du vendredi au lundi de 9h30 à 22h, le mercredi de 10h à 22h, le jeudi de 10h à 20h. Entrée : 11€.

D u n o ir J a i lli t la lu mière

Champs Elysées) in a major event: “Le 20e siècle de Renoir”.

Until March 8th Pierre Soulages is the guest of honour at the Pompidou Centre, which is devoting a great retrospective to his work (the

Jusqu’au 8 MARS, Pierre Soulages a les honneurs du Centre

largest ever given by the Centre

Pompidou qui lui consacre une superbe rétrospective (la plus

to a living artist!). In exhibition

grande jamais consacrée par le centre à un artiste vivant !). Sur

space of 3,000 m 2, over 100 major

3000 m 2 , à travers une centaine d’œuvres majeures, quelques

works, sometimes never shown

fois inédites, le visiteur parcourt plus de 60 ans de peinture.

before, the visitor travels back

Une occasion rare de (re)découvrir le travail de cette figure de

through over 60 years of painting.

l’Abstraction qui, sa vie entière ou presque, a été fidèle au noir,

A rare opportunity to (re)discover the work of this abstract artist

en exploitant toutes les richesses, toutes les nuances, pour ré-

who, throughout his entire life or

véler au public une lumière née de l’obscurité. «Il faut regarder

almost, has remained faithful to

le tableau en appréciant la lumière reflétée par la surface noire,

black, using all its richness, all its

a-t-il expliqué. C’est essentiel. Si l’on ne voit que du noir, c’est

nuances to prove to the public that

qu’on ne regarde pas la toile. Si, en revanche, on est plus atten-

light can be born from darkness.

tif, on aperçoit la lumière réfléchie par la toile. L’espace de cette

“One has to look at the painting while appreciating the light

dernière n’est pas sur le mur, il est devant le mur, et nous qui

reflected by the black surface,”

regardons, nous sommes dans cet espace-là.» Tous les jours sauf le mardi, de 11h à 21h - Entrée : 12 € www.centrepompidou.fr

he explains. “It’s essential. If you see only black, you’re not really

From d a r k n es s com e t h light

looking at it. If, on the other hand, you play closer attention, you see the light reflected from the canvas. The space occupied by the latter is not on the wall, it is in front of it, and we who are looking at it, we are in that space.”


13


{ agenda }

Wh en t h e l ow cou n t r y topp e d t h e bi l l

In the 17th century, the Republic of United Provinces, ancestor of the Netherlands, gave painting some of its greatest geniuses. Vermeer or Rembrandt, to name but two, brought Baroque art to a

© Image Department Rijksmuseum

level of perfection never achieved

Quand Le plat pays était au sommet

until then. Benefitting from the gene-

Au XVII e siècle, la République des Provinces Unies, ancêtre des

trade, artists enjoyed rare freedom

Pays-Bas, a donné à la peinture quelques-uns de ses plus grands

to create, taking the time to refine

génies. Rembrandt ou Vermeer, pour ne citer qu’eux, ont amené l’art

their art, explore its every nuance.

baroque à un degré de perfection jamais atteint jusque-là. Profitant des largesses d’une élite enrichie par le commerce maritime, les artistes jouissent d’une rare liberté de création, prenant le temps de peaufiner leur art, d’en explorer la moindre nuance. C’est ainsi que beaucoup se spécialisent. Paulus Potter ne peint que des

Thus, many were able to specialize. Paulus Potter only painted animals. Soon, he restricted himself to calves! Willem van de Velde swore by marine paintings. Jan van Huysum showed a lifelong preference for flowers. As for

animaux. Bientôt, il se limite aux seuls veaux ! Willem van de Velde

Pieter de Hooch, he mainly focused

ne jure que par les marines. Jan van Huysum marqua toute sa vie

on the everyday life of his contem-

une préférence pour les fleurs. Pieter De Hooch, lui, s’interessait

poraries. It is these masters and this

principalement au quotidien de ses contemporains. Ce sont ces

flourishing era, nicknamed “Holland’s

maîtres, et leur époque si florissante que l’on surnomma « Le Siècle

Golden Century”, that the Pinacothè-

d’Or néerlandais », que la Pinacothèque de Paris, en collaboration

que in Paris, in collaboration with the

avec le Rijksmuseum d’Amsterdam, se propose de nous faire

Rijksmuseum of Amsterdam,

découvrir à travers plus d’une centaine d’œuvres originales. Nicolas Maes : Vieille femme en prière (c. 1650-60)

rosity of an elite enriched by maritime

invites us to discover in over 100 original works.

Jusqu’au 7 février - Tous les jours de 10h30 à 18h - 28, place de la Madeleine - Entée : 10 €- www.pinacothèque.com

Madeleine, on se souvient ! Qui est le plus grand des créateurs de mode ? On pense à Dior, Chanel ou Saint-Laurent. Et si c’était Madeleine Vionnet ? Son nom ne vous dit rien ? Et pourtant, les plus grands couturiers en font leur mentor. Karl Lagerfeld : « Tout le monde, qu’il le veuille ou non, est influencé par Vionnet ». Tom Ford : « Vionnet est avec Chanel et Yves SaintLaurent l’un des trois grands couturiers du siècle dernier ». Jean-Paul Gaultier : « Madeleine Vionnet a symbolisé l’apogée de la Haute Couture ». Ou encore John Galliano : « Parmi tous les couturiers du siècle dernier, Vionnet est celui qui m’inspire le plus ». Des éloges qui en disent long sur l’excellence de cette dame qui, de 1912 à sa retraite, durant l’été 1939, à la veille d’une guerre qu’elle fut l’une des rares à voir venir, a subjugué le monde par l’audace de ses coupes en biais, la perfection de ses drapés, sa maîtrise technique et la simplicité de ses créations qui rendit les femmes de son temps belles et libres à la fois. Un talent fou à (re)découvrir à travers les 130 modèles mis en scène par Andrée Putman pour l’exposition «Madeleine Vionnet, puriste de la Mode» présentée jusqu’au 31 janvier par le Musée des Arts décoratifs. Tous les jours sauf le lundi - Du mardi au vendredi de 11h à 18h, le samedi et le dimanche de 10h à 18h, le jeudi : nocturne jusqu’à 21h 107 rue de Rivoli - Entrée : 8€ - www.lesartsdecoratifs.fr

Ma de l ei n e rem em b ere d !

Who are the greatest fashion designers? We think of Dior, Chanel or SaintLaurent. But what about Madeleine Vionnet? Her name means nothing to you? Yet the greatest fashion designers adopt her as their mentor. Karl Lagerfeld: “Everyone, whether they like it or not, is influenced by Vionnet”. Tom Ford: “With Chanel and Yves Saint-Laurent, Vionnet is one of the three great designers of last century”. Jean-Paul Gaultier: “Madeleine Vionnet symbolized the pinnacle of “Haute Couture”. And John Galliano: “Of all the designers of the last century, Vionnet is the one who inspires me most”. Praise that says a lot about the excellence of this lady who, from 1912 until her retirement in the summer of 1939, on the eve of a war that she was one of only a few to see coming, captivated the world by the audacity of her slanting cuts, the perfection of her draping, her technical mastery and the simplicity of her designs which made the women of her time both free and beautiful. Amazing talent to (re)discover in the 130 models staged by Andrée Putman in the exhibition “Madeleine Vionnet, Puriste de la Mode”, until January 31st at the Musée des Arts Décoratifs.


Matisse et Rodin… Deux artistes qui, en leurs temps, se sont croisés, appréciés, inspirés, parfois opposés. Deux trajectoires que le Musée Rodin, avec le concours du Musée Matisse de Nice, a rapproché exceptionnellement grâce à l’exposition « Matisse & Rodin », proposée jusqu’au 28 février. Elle confronte les travaux du sculpteur et du maître du Fauvisme, jouant pour cela sur des thèmes communs aux deux œuvres : la danse, les nus masculins et féminins, le portrait… Cela passe notamment par des dessins et études et, surtout, par les sculptures des deux artistes. Une découverte : autant les bronzes de Rodin sont légendaires, autant ceux de Matisse sont méconnus. D’ailleurs, cela fait plus de trente ans que ses travaux n’avaient pas été montrés au public parisien.

Matisse and Rodin...

© Musée Rodin, Paris

© succession H. Matisse - Photo : Ville de Nice Service photographique

La rencontre De deux géants

Two artists who, in their time, met, liked,

inspired each other and were sometimes opposed. Two paths that the Rodin Museum, in conjunction with the Matisse Museum in Nice, have exceptionally brought together for the exhibition “Matisse & Rodin”,

Henri Matisse : Grand acrobate

lasting until February 28th. It compares the work of the sculptor and the master of Fauvism, presenting themes common to both artists: dance, male and female nudes, portraits... A selection of drawings, studies and, especially, sculptures by the two artists. One discovery:

The me e t ing of two g iants

while Rodin’s bronzes are legendary, those of Matisse are hardly known. In fact, this work has not been shown publicly in Paris for over

Exposition Matisse & Rodin

30 years. Tous les jours sauf le lundi - De 10 h à 17 h 45 - Nocturne : mercredi jusqu’à 20 h 45 Entrée : 7 € - Billet jumelé expo+musée 10 € - www.musee-rodin.fr

le château de versailles célèbre son roi soleil Buste de Louis XIV par Le Bernin

Nul n’est prophète en son pays. Pas plus qu’en son château. Il a fallu attendre 2009 pour que le Château de Versailles, le plus célèbre palais au monde, rende hommage à son créateur : Louis XIV. Peintures, sculptures, objets d’art, mobiliers : en 300 objets précieux, venus du monde entier (certains n’étaient pas réapparus en France depuis la chute de l’ancien régime), l’exposition «Louis XIV, l’homme et le roi» conforte le mythe du Roi Soleil. A voir jusqu’au 7 février. Tous les jours sauf le lundi, de 9h à 17h30 www.chateauversailles.fr

T h e Ch â te a u de Versail les p ay s t r i bute to i t s Su n Ki ng No-one is a prophet in his own land. No more than in his castle. It took until 2009 for the Château de Versailles, the world’s most famous palace, to pay homage to its creator: Louis XIV. Paintings, sculptures, objets d’art, furniture: in © EPV - JM Manaï

300 precious objects, amassed from all around the world (some have not reappeared in France since the fall of the Old Regime), the exhibition “Louis XIV, L’Homme et le Roi” revives the undying myth of the Sun King. Until February 7th.

Vous souhaitez vous rendre sur l’une des expositions présentées sur ces pages ? N’hésitez pas à prendre contact avec notre chef-concierge pour qu’il organise au mieux votre visite. You would like to visit the exhibitions presented in these pages? Contact our head-concierge who will be pleased to organize your visit.

15


© Ministère de la culture Médiathèque du Patrimoine / Sam Levin / Dist. RMN

16

E

BB

Elle est le mélange explosif de la beauté et de la liberté. Brigitte Bardot reste et restera toujours l’incarnation de la femme idéale… Voici l’hommage d’un Immortel à l’Eternel féminin : «Quelque chose d’incertain dans la démarche et d’assuré dans les hanches ; les cheveux de Mélisande, le visage de Colombine, beaucoup de sexappeal, presque autant de poésie, de la dynamite qu’allume une mèche dorée…» Ces mots sont de Marcel Achard, membre de l’Académie Française. Sa muse ? Brigitte Bardot. Plus qu’une actrice : une légende. Pour preuve : à l’occasion des 75 ans de la star, la Ville de Boulogne Billancourt lui consacre une superbe exposition jusqu’au 31 janvier. Cet événement réunit pour la première fois, sur 900 m 2 , plus de 1.000 photos, extraits de films et de documentaires, affiches et objets personnels de BB comme sa célèbre robe de mariée en Vichy rose ou la Harley-Davidson à ses initiales. Günter Sachs, l’un de ses ex-époux a même prêté deux portraits signés Warhol. Ils n’avaient jamais été exposés jusqu’à ce jour ! D’ailleurs, le public ne s’y est pas trompé : depuis l’inauguration, il est toujours aussi nombreux à profiter de cet hommage exceptionnel. Comment expliquer cet engouement alors que la Parisienne a renoncé aux feux de la rampe il y a plus de trente ans ? C’est sûr : elle ne doit pas cette popularité à sa filmographie : 48 longs métrages aux mérites inégaux, d’une première apparition aux côtés de Bourvil, dans Le Trou Normand , en 1952, à L’Histoire très bonne et très joyeuse de Colinot Trousse chemise , en 1973. Sa carrière musicale, fut-elle marquée du sceau du grand Gainsbourg, ne l’explique pas davantage. Alors quoi ? Serait-ce son engagement pour la cause animale ? Non, si l’on vient à Boulogne-Billancourt de toute la France, parfois même de bien plus loin, c’est pour approcher le mythe,

An immortal tribute to the

ex-husbands, has even loaned

eternal symbol of femininity:

two portraits signed Andy

“Something uncertain in

Warhol. Never exhibited until

her walk but assured in the

now! Besides, the public

hips ; Mélisande’s hair, the

is never wrong: since the

face of Columbine, lots of

inauguration, people have

sex appeal, almost as much

continued to flock along to the

poetry, dynamite lit by a golden

exhibition, not wanting to miss

match...” Thus spake Marcel

this special tribute.

Achard, a member of the

How does one explain this rare

French Academy. His muse?

enthusiasm, especially as the

Brigitte Bardot. More than an

Parisian actress abandoned the

actress, a legend. As proof: on

spotlights over 30 years ago?

the occasion of the star’s 75th

One thing’s for sure, she does

birthday, the Town of Boulogne

not owe her popularity to her

Billancourt is devoting a superb

filmography: 48 feature films

exhibition to her career, until

of unequal merit, from her first

January 31st. The event, staged

appearance alongside Bourvil

in 900 m 2, brings together for

in “Le Trou Normand” in 1952,

the first time over 1,000 photos,

to “L’Histoire très bonne et très

film clips and documentaries,

joyeuse de Colinot Trousse

posters and personal items

Chemise” in 1973. Nor is it

belonging to BB, such as her

explained by her musical career,

famous wedding dress in pink

even though marked by the

Vichy and a Harley-Davidson

seal of the great Gainsbourg.

inscribed with her initials.

So what does explain it? Could

Gunter Sachs, one of her

it be her commitment to the

© Ministère de la culture Médiathèque du Patrimoine / Sam Levin / Dist. RMN

Init iales

She is a dynamite blend of beauty and freedom. Brigitte Bardot is, and will always remain, the epitome of the ideal woman...


Š Douglas Kirkland, Celebrity Vault

{ agenda }

17


{ agenda }

“Brigitte a des pleins et des déliés. Elle peut être p at h é t i q u e e t c a u s t i q u e , n o s ta l g i q u e , m a l i c i e u s e , acidulée, poivrée… Toute la gamme de la femme. Et jamais un milligramme de vulgarité.”

© Douglas Kirkland, Celebrity Vault

Serge Gainsbourg

gingham dresses. Feminists also adopted her, praising the freedom with which she lived, acted and loved. Hollywood made overtures to her, going as far as to offer a fee of one million dollars for her to partner Marlon Brando, at the height of his fame. The entire world has danced to the tune of Jorge Veiga: “Brigitte Bardot beijou”. France itself made her part of its public life when, in 1970, at the invitation of General de Gaulle, she gave her face to Marianne, the Republican

18

voilà tout ! Alain Delon l’a compris le premier : « Je ne crois pas qu’il faille parler de Brigitte en tant que comédienne. Brigitte, c’est une enfant, c’est un phénomène social, et c’est un phénomène tout court. » Jamais avant elle, plus jamais après elle, une femme n’a tant fait l’unanimité. Les hommes l’ont désirée, électrisés par le mambo endiablé de Et Dieu créa la femme et l’innocence lascive de la fameuse scène du Mépris : «Et mes fesses ? Tu les trouves jolies mes fesses ?». Les jeunes femmes l’ont imitée, adoptant sa coupe “choucroute”, ses ballerine Repetto, ses robes vichy. Les féministes l’ont adoptée, louant sa liberté d’être, de faire et d’aimer. Hollywood lui a fait les yeux doux, allant jusqu’à lui proposer un cachet d’un million de dollars pour donner la réplique à un Marlon Brando alors au faîte de sa gloire. Le monde entier a dansé sur l’air de Jorge Veiga : Brigitte Bardot beijou .

protection of animals?

La France l’a installée dans son quotidien quand, en 1970, à l’invitation du Général de Gaulle, elle a prêté son visage à Marianne, l’égérie républicaine qui orne les mairies de France. Un honneur que BB fut la première à connaître. La dernière à lui avoir succédé fut Lætitia Casta, en 2000. Drôle de hasard : celle-ci a en effet tourné récemment dans un film consacré à Serge Gainsbourg. Elle y incarne… Brigitte Bardot. Tiens, tiens : Brigitte aurait-elle enfin trouvé son héritière. Non, l’ex top model fut-elle l’une des plus belles femmes du monde. Que voulez-vous : BB est unique !

Exposition Brigitte Bardot les années «insouciance» jusqu’au 31 janvier 2010 MA 30 Espace Landowski Boulogne-Billancourt ouvert tous les jours de 11h à 19h30 www.expobrigittebardot.com

No: if people come to Boulogne-Billancourt from all over France, sometimes much further away, it is to get a little closer to a myth, that’s all! Alain Delon was the first to understand this: “I don’t think we should refer to Brigitte

Henri-Jean Servat, commissaire de l’exposition, et Eric Boonstoppel devant une photo de BB prêtée par l’Hôtel Fouquet’s Barrière.

as an actress. Brigitte is a child, a social phenomenon, a

muse that adorns all French

phenomenon full-stop”.

town-halls. An honor that BB

Never before, and never after

was the first to receive. The

BB, has a woman won such

last to succeed her was Laetitia

unanimity. Men have desired

Casta, in 2000. A strange

her, electrified by the frenzied

coincidence: this actress was

mambo of “And God Created

in fact in a recent film about

Woman” and the wanton

Serge Gainsbourg. Playing the

innocence of the famous

part of... Brigitte Bardot. Well,

scene in “Le Mépris”: “And

well: perhaps Brigitte has finally

my bottom? Do you think I

found her successor. No, even if

have a nice bottom?”… Young

the former top model is one of

women copied her, adopting

the most beautiful women in the

her “choucroute” hairstyle,

world. What can you say:

Repetto ballerina shoes,

BB is unique!


19


{ art }

Le bestiaire de Richard

Orlinski Richard Or linski’s b est iar y

E

Hier par un reptile, aujourd’hui avec un fauve, Richard Orlinski symbolise notre côté animal. En 2008, Skrull, un crâne en aluminium peint et finition polymiroir, était parti aux enchères, chez Drouot à 62.500 euros. Cette année, Born Wild Diamond, un crocodile en aluminium peint, or blanc et diamants, a fait mieux : 75.000 euros. Pas de doute : Richard Orlinski est, à 42 ans seulement, une valeur montante de l’art français. Influencé par les maîtres du Pop Art, ce Parisien a bâti sa réussite sur un concept original : Born Wild, un crocodile rouge en polyrésine, hommage à notre cerveau reptilien, centre de nos instincts les plus primitifs. La grâce sauvage, brutale, de cette bestiole écarlate, symbole, selon son auteur, « des pulsions humaines, imprévisibles et dangereuses », fait son effet. Du coup, son créateur le décline depuis2006 selon différents matériaux, tailles et couleurs. Il a même réalisé une version monumentale de 650 kg et cinq mètres de long qui, déposée au cœur du quartier des affaires de Genève — une mare aux crocodiles ? — a fait sensation ! Aujourd’hui, sans pour autant abandonner son sauropside fétiche, le sculpteur explore de nouvelles pistes avec David, une version moderne du mâle idéal de Michel-Ange, ou, plus récemment encore, la panthère, un fauve saisissant présenté cet automne, en avant-première, à l’Hôtel Fouquet’s Barrière.

Yesterday with a reptile, today with a wild beast, Richard Orlinski symbolizes our animalistic leanings.

primitive instincts. The brutal, sa-

In 2008, “Skrull”, a skull in pain-

real impact. So, since 2006, the

ted aluminum with a poly-mirror

artist has produced variations on

finish, brought down the hammer

the theme in different materials,

at the Drouot auction house for

sizes and colours. He even came

62,500 euros. This year, “Born

up with a monumental version of

Wild Diamond”, a crocodile in

650 kg, five metres long, which,

painted aluminum with white

installed at the heart of Geneva’s

gold and diamonds, fetched even

business centre - a pond with

more : 75,000 euros. No doubt

crocodiles ? - caused a sensation

about it : Richard Orlinski, only

! Today, without however aban-

42 years old, is a rising star on

doning his fetish Sauropsida, the

the French art scene. Influen-

sculptor is exploring new tracks

ced by the masters of Pop Art,

with “David”, a modern version

this Parisian artist has built his

of Michelangelo’s ideal male,

success on an original concept

or, more recently, the panther, a

: “Born Wild”, a red crocodile in

striking wild beast presented this

polyresin, a tribute to our repti-

autumn in a preview at the Hotel

lian brain, the centre of our most

Fouquet’s Barrière.

vage grace of this scarlet beast, the symbol, according to its creator, of “human impulses, unpredictable and dangerous”, had

Richard Orlinski (au centre) présente sa nouvelle création à Dominique Desseigne, Président du Conseil de Surveillance du Groupe Lucien Barrière, et à MC Solaar, roi du rap français avec plus de cinq millions d’albums vendus à ce jour.


© Contour Photos by getty images - Marcel Hartmann

22

Le phénomène

d u j a r d i n The Duj ardin phenomenon

{ cinéma }


{ cinéma }

Hotel Fouquet’s Barrière, Wednesday, October 21st, 8.30 am. Impeccable and friendly, despite the early hour, Jean Dujardin embarks with us on a long day of promotion for “Lucky Luke”, his latest feature film. A 27-million euro production, mostly resting

Hôtel Fouquet’s Barrière, mercredi 21 octobre, 8h30. Impeccable et

on his shoulders. A heavy

chaleureux malgré l’heure matinale, Jean Dujardin entâme avec nous

responsibility, as well as a mark

une longue journée de promo pour Lucky Luke, son dernier long-mé-

of success. A dazzling success:

trage. Une production à 27 millions d’euros qui repose, pour l’essen-

it took this native of the Paris

tiel, sur ses seules épaules. Une lourde responsabilité tout autant que la marque du succès. Une réussite fulgurante : il y a cinq ans à peine que le Francilien tient le haut de l’affiche. «  Je suis arrivé dans le cinéma par hasard  », nous livre un Jean Dujardin presque surpris par cette évidence. Et c’est peu de le dire !

region barely five years to climb to the top of the bill. “I got into the movies by chance,” claims Jean Dujardin, almost surprised by this selfevident fact. It’s a point worth

Car, au départ, rien ne prédestinait ce serrurier miroitier à devenir

making! Because initially,

la coqueluche du cinéma français  ! «  J’ai commencé en faisant des

nothing predestined this

one man shows dans les bars, je m’amusais, simplement  ». En 1997,

locksmith to become the darling

c’est la révélation. Jean Dujardin est repéré dans l’émission «  Grai-

of French cinema! “I started

nes de star  » aux côtés de Bruno Salomone, Eric Collado, Emma-

doing one-man shows in bars,

nuel Joucla et Eric Massot avec lesquels il forme un groupe de co-

I was just having a laugh.”

miques  : « Nous C Nous ». Il interprète à cette occasion le rôle de

In 1997, his talent caught the

Brice de Nice, «  surfeur casseur  » plus frimeur que fûté. Des années plus tard, il en fera un film. Plus de quatre millions d’entrées !

Le chouchou de ces dames. Un an après le télécrochet de

public’s eye. Jean Dujardin was spotted on the show Bruno Salomone Eric Collado, Emmanuel Joucla and Eric Massot, with whom he he had

deviens… Jean, alias «Loulou» dans le programme court Un gars, une

formed a group of comedians,

fille . L’aventure dure 4 ans ». A la clé ? Tout ou presque ! De l’amour

“Nous C Nous”. For the

surtout. Celui qui le lie à Alexandra Lamy. Elle était “Chouchou”, sa

occasion, he played the part of

partenaire sur le petit écran. Elle est, depuis juillet dernier, sa femme. Et

“Brice de Nice”, a “surfer and

puis, l’amour du public, jamais démenti depuis. Les hommes voient en

bank-robber”, more of a show-

Brice aurait pu surfer sur cette vague porteuse, en tournant par exemple, « Un gars, une fille : le film ». Seulement voilà, il le sent et le dit : « Je n’ai aucune envie d’être enfermé dans une case ».

An adventure which lasted four years.” What happened? Almost everything ! Especially falling in love. With Alexandra Lamy, or “Chouchou”, his partner on the small screen. Now his wife, since last July. And then, the love of the public, which hasn’t faded since. Men see him as a good pal. As for women, they would willingly take him as their husband. Brice could have surfed on that winning wave, making for example, “Un gars, une fille: le film”. Except that he feels and says: “I’ve no desire to be locked in a box”. Jean Dujardin thumbs his nose at labels, hops off the beaten track and sees things on a larger scale. “In the movies, no-one says: “Thou shalt be a comic actor or a tragedian”. Nothing is static forever, which is why I don’t want to be trapped in a particular genre”. Our actor then warmed up with “Toutes

off than particularly bright… Years later, he turned it into a movie. Which chalked up more than 4 million entries!

Jean Dujardin fait fi des étiquettes, s’écarte des sentiers balisés et voit

A ladies’ man

plus grand. « Au cinéma, on ne vous dit pas : “Toi, tu seras un acteur

A year after his discovery on M6

comique ou dramatique”. Rien n’est immuable, c’est pour cela que

TV, Jean unwittingly won the

je ne souhaite pas être parqué dans un genre.». L’acteur s’échauffe

role that was to change his life.

alors avec Toutes les filles sont folles ou Bienvenue chez les Rozes . Il

“I became... Jean, aka “Loulou”,

23

les filles sont folles” and “Bienvenue chez les Rozes”. He toughened up alongside Albert Dupontel in Nicolas Boukhrief ’s thriller “Le Convoyeur”, and eventually re-embraced the “nuttiness” that had made him famous by resurrecting his fetish “Brice de Nice” in front of James Huth’s camera in

“Graines de star” alongside

M6, Jean décroche sans le savoir le rôle qui va faire basculer sa vie. « Je

lui un bon copain. Les femmes, elles, le prendraient bien comme mari.

in the series “Un gars, une fille”.

Jean Dujardin dans Lucky Luke

© Christine TAMALET pour UGC

I

Il a marqué les esprits avec ses rôles de surfeur benêt, d’espion comique, de publicitaire mégalo et, dernièrement, de cow boy légendaire… Jean Dujardin est en perpétuel renouvellement. Du coup, on peut se le demander : qui se cache derrière tous ces masques ?

He has made his mark with his roles as a swanky surfer, comic spy, power-crazy advertising executive and, more recently, a legendary cowboy... Jean Dujardin is in perpetual evolution. So, one might ask : who is the real guy hiding behind all these masks ?


{ cinéma }

2005. “James is both crazy and very technical. He is capable of becoming deeply involved in a project without sacrificing the

« J e n ’ a i pa s d e r ê v e d e gloire absolue dans le cinéma. Je veux juste faire ce que j’aime : rebondir, m’amuser et transmettre…»

image with “Contre-enquête”, a

like... Especially as, with him,

somber thriller in which he plays

I can express myself, liberate

the role of a cop destroyed

my own kind of madness.”

by the loss of his child. “It’s a dramatic role, completely

Risking everything

different from the rest, and

The rise of Dujardin was well

much more procedural. In a

underway. In 2006, he was on

film like “Contre-enquête”, the

the poster of “OSS 117, Le

character comes before me,

Caire, nid d’espions” or, the

I am dedicated to him. It’s

adventures of a secret agent

another dimension.” Against all

who can’t help showing off...

odds, he excelled in this off-

He literally bursts through the

beat role. Yet again!

screen with this unexpected

Today, the challenge has

role that earned him a César

never been greater. It was, in

nomination for Best Actor

fact, very daring to take on a

s’en hardit aux côtés d’Albert Dupontel dans le polar Le Convoyeur ,

in 2007 ! In search of new

character as legendary as Lucky

de Nicolas Boukhrief et finit par renouer avec ce «  déjantisme  » qui

sensations, Jean then took a

Luke. “That’s another story.

l’a rendu célèbre en ressuscitant, en 2005, son fétiche Brice de Nice

few risks. Such as “99 francs”,

When I was small, he was my

devant la caméra de James Huth. «  James est un mec dingue et très

Jan Kounen’s adaptation of the

childhood hero, a myth. As an

technique à la fois. Il est capable de s’impliquer à fond dans un projet

novel by Frédéric Beigbeder,

adult, I wanted to understand

sans sacrifier l’âme du scénario. C’est ce que j’aime… D’autant qu’à

in which he played Octave, a

him without aping him. We had

ses côtés je peux m’exprimer, libérer ma part de folie ».

cynical and arrogant advertising

to make an effort to understand

executive. “I have no career

each other, in order to write our

plan, no absolute dream of

common history.”

Risque tout. L’ascension Dujardin est enclenchée. En 2006, le comédien est à l’affiche de OSS 117, Le Caire, nid d’espions ou les

glory in the cinema. I don’t want to go any higher. I just want

aventures d’un agent secret frimeur… Il crève littéralement l’écran

to do what I enjoy: bouncing

avec ce rôle inattendu qui lui vaut une nomination au César du meilleur

back, having fun and sharing

acteur en 2007  ! En quête de nouvelles sensations, Jean prend des

something with my audience.”

risques. Ce sera 99 francs , l’adaptation par Jan Kounen du roman de

Then, in 2007, he broke his

Frédéric Beigbeder, où il incarne alors Octave, un publicitaire cynique et arrogant. « Je n’ai pas de plan de carrière, pas de rêve de gloire

Jean Dujardin dans OSS 117 - Rio ne répond plus

absolue dans le cinéma. Je n’ai pas envie de monter plus haut. Je veux juste faire ce que j’aime : rebondir, m’amuser et transmettre quelque chose à mon public.» Puis, en 2007, il casse son image avec Contreenquête, un polar noir dans lequel il endosse le rôle d’un flic détruit par la perte de son enfant. «  C’est un rôle dramatique totalement différent du reste et bien plus procédural. Dans un film comme Contre Enquête, le personnage passe avant moi, je lui suis dévoué. C’est une autre dimension  ». Contre toute attente, il excelle dans ce rôle décalé. Encore ! Aujourd’hui, le challenge n’a jamais été aussi grand. Il faut oser, en effet, incarner un personnage aussi légendaire que Lucky Luke. «Ça, c’est une autre histoire. Petit, il était mon héros d’enfance, un mythe. Adulte, j’ai voulu le comprendre sans le singer. Nous avons du faire un effort de compréhension l’un envers l’autre afin d’écrire notre histoire commune ».

© Gaumont 2009 Tout droits réservés

24

soul of the script. That’s what I


26

Les confidences d’un

p r e s i d en t The confidences of a president

{ entretien }


{ entretien }

P

President of the “Académie des César”, Alain Terzian tells what the movies mean to him : a passion still intact, satisfactions, a few concerns and, especially, lots of hope.

Président de l’Académie des César, Alain Terzian nous raconte son cinéma : une passion intacte, des satisfactions, quelques inquiétudes et, surtout, beaucoup d’espoir.

Some memories mark a lifetime. For Alain Terzian, they include, for example, an evening at Fouquet’s, on the night of February 27th to 28th, 2009. At

many more? Delon, Belmondo,

the end of the 34th ceremony

Deneuve, Depardieu, Binoche...

Il y a des souvenirs qui vous marquent toute une vie. Pour Alain

of the “César”, the great family

However, on this evening at

Terzian, il y a, par exemple, une soirée au Fouquet’s, dans la nuit du

of French cinema – headed by

Fouquet’s, the CEO of Alter

the award-winners – all joined

Films still felt real admiration for

grande famille du cinéma français — lauréats en tête — se retrouve

up in this famous establishment

the great actors in his presence

dans le célèbre établissement des Champs Elysées pour le traditionnel

on the Champs Elysées for

and, more than ever, an on-

dîner de clôture. Président de l’Académie des César, le producteur

the traditional closing dinner.

going passion for the movies.

parisien préside, comme il se doit, la table d’honneur. Autour de lui :

President of the “Académie

“I started my career as a

Emma Thompson, Sean Penn, Diane Krüger, Dany Boon ou encore

des César”, the Parisian film-

professor of economics,”

Dustin Hoffman. « Un moment unique. J’étais emmerveillé », confie-t-il.

producer presided, as was

he admits. “Then one day,

Cette émotion en dit long sur la magie du Septième Art. Car elle ne

fitting, at the table of honor.

I embarked upon a path of

s’exerce pas ici sur le premier groupie venu. Loin de là ! Alain Terzian est

Around him: Emma Thompson,

passion: the cinema. My

l’un des piliers du cinéma hexagonal. Outre la présidence de l’Académie

Sean Penn, Diane Kruger, Dany

devotion has never faltered.” It

des César, il assume également celle de l’Union des Producteurs

Boon and Dustin Hoffman.

must be said that the cinema

Français (UPF). Administrateur du Festival de Cannes, il a produit, en

“A unique experience. I was

has the ability to keep the flame

plus de trente ans de carrière, une quarantaine de films dont Rendez-

knocked out,”, he admits.

burning among those who

vous d’André Téchiné, Les Visiteurs (près de 14 millions d’entrées) ou

This emotion says a lot about

serve it!

encore, plus récemment, Le Code a changé , le dernier opus de Danièle

the magic of the Seventh

Thompson. Alors, des stars, dans sa longue et belle carrière, on se doute

Art. For it was not felt here

A sound value.

bien qu’il en a cotoyées plus d’une. Quelques noms, parmi d’autres ?

by the first groupie who just

How many times has the death

Delon, Belmondo, Deneuve, Depardieu, Binoche… Pourtant, ce soir-là,

happened along. Far from it!

of the cinema been predicted?

au Fouquet’s, le PDG d’Alter Films éprouve toujours de l’admiration

Alain Terzian is one of the

People said it was being

pour les grands acteurs qui l’entourent et, plus encore, une envie folle

cornerstones of French cinema.

cannibalized by Hollywood

de cinéma. « J’ai commencé ma vie professionnelle comme professeur

Besides the presidency of the

blockbusters, eaten away by

d’économie, confesse-t-il. Et puis un jour, j’ai croisé un chemin de

“Académie des César”, he also

U.S. crime series that replaced

passion : le cinéma. Cette ferveur n’a jamais faibli. » Il faut dire que le

assumes that of the “Union des

it, for a while, on the small

cinéma a l’art d’entretenir le feu de ceux qui le servent !

Producteurs Français” (FDU).

screen’s famous prime-time,

An Administrator of the Cannes

devoured by Internet with

Une valeur refuge. Combien de fois a-t-on prédit la mort du

Film Festival, he has produced

its incessant flow of images

Septième Art ? On l’a dit cannibalisé par les blockbusters américains,

some 40 films in a career over

and pirated copies. It is even

mangé par les séries policières US qui, un temps, l’ont délogé des

30 years long, including André

whispered that this bird of

fameux prime-time du petit écran, dévoré par Internet, ses flux

Téchiné’s “Rendez-vous”, “Les

paradise will shed its finest

d’images et ses copies pirates. Il se murmure même que cet oiseau

Visiteurs” (close on 14 million

feathers in the financial crisis

de paradis laissera ses plus belles plumes dans la crise financière qui

entries) and, more recently, “Le

that has been rocking the

secoue le monde, depuis deux ans. Pourtant, il est toujours-là, fort et

Code a changé”, the latest opus

world for the past two years.

populaire. Plus que jamais ! « Ce qui se passe actuellement, constate

by Danièle Thompson. Then, in

Yet it is still here, alive, well

Alain Terzian, est tout à fait exceptionnel. Il y a du talent. Chez

his long and successful career,

and popular. More so than ever

les scénaristes et metteurs en scène d’une part. Ils nous proposent

one suspects that he has come

before! “What we’re seeing

une diversité de sujets et de styles impressionnante. On passe avec

across more than one star. A

now,” says Alain Terzian, “is

le même plaisir des Minimoys au Prophète, de Coco avant Chanel

few names, perhaps, among

quite exceptional. There’s lots

27 au 28 février 2009. Au terme de la

34 e

cérémonie des César, la

27


{ entretien }

à Entre les murs. Et puis, d’autre part, chez les acteurs. Honneur

of talent. Among writers and

It would therefore seem

aux dames ! Il y a en France une pépinière d’actrices hallucinantes.

directors on the one hand. They

we’re on the right track. So

On le voit bien au regard que leur portent les Américains. Marion

are proposing an impressive

much the better, because the

Cotillard, oscarisée pour un rôle dans un film français, c’est vraiment

diversity of subjects and styles.

cinema, provided it is given

révélateur. Cela dit, les hommes ne sont pas en reste. On a à faire à

You can hop with the same

the means, has certainly not

une nouvelle génération qui brille par sa générosité, son humilité. Je

pleasure from the “Minimoys”

finished moving us and making

pense à Guillaume Canet, Jean Dujardin, Dany Boon ou encore Kad

to “The Prophet”, “Coco avant

us dream. Alain Terzian cites

Merad. Et le public ne s’y trompe pas ! La fréquentation des salles est

Chanel” to “Entre les Murs”.

as evidence the “Dîner des

excellente. Elle a progressé cette année malgré des temps difficiles.

Then, secondly, the actors.

Révélations”, organized by

Nous atteindrons sans doute les 200 millions d’entrées. »

Honor goes to the ladies!

the “Académie des César”. “In

There’s an amazing breeding-

January, we are inviting all

Ombres et lumières. Et

28

ground in France for actresses.

32 finalists of the Césars’ Best

embrasement magnifique avant l’écran noir ? Car, dans le cinéma

It is clear from the way the

Young Hopefuls, Male and

comme dans bien d’autres choses, rien n’est jamais acquis. Alain

Americans are eying them.

Female. Believe me, it is an

Terzian le sait bien qui reste vigilant, voire même militant sur de

Marion Cotillard, who won an

evening brimming with talent

nombreux dossiers. A commencer par le téléchargement illégal. « Le

Oscar for a role in a French film,

and promise.”

cinéma en général et le cinéma français en particulier ne pourront

a real revelation. Men, however,

conserver intacts leur créativité et leur dynamisme si les pirates

are not left out. We are

continuent impunément leur carnage. Avec la Loi Hadopi, nous

blessed with a new generation

sommes apparemment bien partis pour lutter contre ce fléau, se

characterized by its generosity,

félicite le patron de l’UPF. Dans tous les pays où de telles dispositions

its humility. I’m thinking of

ont été prises, le piratage a en effet chuté de 80%. »

Guillaume Canet, Jean Dujardin,

On serait donc sur la bonne voie. Tant mieux, car le cinéma, pour peu

Dany Boon and Kad Merad.

qu’on lui en donne les moyens, n’a pas fini de nous émouvoir, de nous

And audiences prove the

faire rêver. Alaint Terzian en veut pour preuve le Dîner des Révélations,

point! Cinema attendance is

Depuis la création de la

organisé par l’Académie des César. « En janvier, nous réunissons les

excellent. It has grown this year

cérémonie des César, il y a

32 finalistes des César Meilleur Espoir Féminin et Masculin. Croyez-

despite tough times. We will

34 ans, le Fouquet’s est l’un

moi : c’est un repas plein de talent et de promesses.»

probably reach the 200 million

des partenaires priviligiés de

entries mark.”

la grand messe du cinéma

si c’était là le bouquet final, un

L e F ouquet ’ s fid è le au x c é sar

français. Le samedi 13 février, il Light and shadows. And if

accueillera ainsi le Déjeuner des

it were the grand finale, a

nommés. Le 26, il organisera,

magnificent blaze before a black

comme chaque année, le dîner

screen? For, in the cinema as

de gala pour fêter comme il se

in many other things, nothing

doit les lauréats de 2010.

is ever won hands down. Alain Terzian is well aware of this and remains vigilant, even militant,

Fouquet’s loyalty to the “César”

on many issues. Starting with

Deux producteurs de talent : Alain Terzian et Thomas Langmann

illegal downloads. “The cinema

Since the creation of the award

in general, and French cinema

ceremony for the “César”

in particular, will not keep their

34 years ago, Fouquet’s has

creativity and dynamism intact

been one of the privileged

if pirates continue their carnage

partners of this “high mass” in

with impunity. With the Hadopi

French cinema. On Saturday,

Act, we are apparently well-

February 13th, it will thus host

equipped to fight this scourge,”

the Nominees’ Lunch. On the

approves the President of the

26th, it will organise, as in

UPF. “In all countries where

every other year, the gala dinner

such measures have been

to celebrate with due pomp

taken, piracy has indeed fallen

and ceremony the award-

by 80%.”

winners 2010.


Photo : Jean-Daniel Lorieux

120 , AVENUE DES CHAMPS - ÉLYSÉES - PARIS 8 e 74, RUE DU FAUBOURG SAINT - HONORÉ - PARIS 8e LE TREMPLIN , COURCHEVEL MILADYPARIS . COM

1850


sur les planches de

deauville Under the sp otlig hts at Deauv il le Du 4 au 13 septembre 2009, Deauville a déroulé le tapis rouge pour les invités de la 35e édition du Festival du Cinéma Américain. Au programme : du talent, de l’élégance, de la beauté. La preuve en images… From September 4th to 13th 2009, Deauville rolled out the red carpet for guests attending the 35th American Film Festival. On the bill: talent, elegance, beauty. Proof in pictures... Nora Ephron, Meryl Streep et Chris Messina

Sandrine Kiberlain

32

Harisson Ford et Calista Flockhart

Robin Wright Penn


Frédéric Mitterand Andy Garcia

Rachel Mc Adams

Claude Lelouch Frédérique Bel

33

Zerry Zucher Jim Abrahams David Zucker

Dany Boon et Dominique Desseigne

{ cinéma }


L ucien B arri è re et les é toiles

Raphael

Matthew Broderick

Que d’étoiles à Deauville ! Il y a bien sûr les stars du Festival du Cinéma américain. Il y a celles du drapeau US. Et puis, celles qui ornent le fronton des hôtels Normandy, Royal et Hôtel du Golf, hôtes privilégiés des festivaliers. Ils défendent les mêmes couleurs : celles de Lucien Barrière. Ce spécialiste de l’hôtellerie de luxe et des casinos compte depuis toujours parmi les partenaires officiels du Festival. Un soutien qui va bien au-delà de l’hébergement des invités. Le Casino Barrière de Deauville accueille, par exemple, les dîners d’ouverture et de clôture, et de nombreuses projections. Et puis, il y a le Prix Littéraire Lucien Barrière du Festival du Cinéma Américain de Deauville. Depuis 1976, il est attribué à un écrivain américain ou français qui parle de l’Amérique avec « humour, dérision ou gravité ». En 2009, ce fut Colum McCann, pour Et que le vaste monde poursuive sa course folle . Le Normandy Barrière

34

Luc Besson

Jean Pierre Jeunet et Bruno Podalydès

Lucien Barrière and the stars So many stars in Deauville! Including, of course, the stars of the American Film Festival. Plus those on the American flag.

Charmane et Mickael Jai White

Rachel Mc Adams et Eric Bana

Then, those that adorn the frontages of the Hôtel du Golf, the Normandy and Royal Hotels, the favourite hosts of festival-goers. They defend the same colours: those of Lucien Barrière. This specialist in luxury hotels and casinos has always been one of the Festival’s official partners. Support that goes well beyond accommodating the guests. The Casino Barrière de Deauville, for example, holds many screenings. And then there’s the Lucien Barrière Literary Prize of Deauville’s American Film Festival. Since 1976, it has been awarded to an American writer or a

Audrey Marnay

{ cinéma }

French author who talks about America with “humour, derision or seriousness”. In 2009, the prize went to Colum McCann, for “Let the Great World Spin”.


KRONO

35


36

KRO


ONO

37


38

KRO


ONO

39


40

KRO


ONO

41


42

KRONO


E

Elle est née Allemande. Tournant le dos au IIIe Reich, elle prit la nationalité américaine. Mais Marlène Dietrich reste sans doute la plus parisienne des stars d’Hollywood. Jeudi 12 juin 2003… Bertrand Delanoé inaugure une nouvelle place, dans le XVI e arrondissement. Sur la plaque dévoilée par le maire de Paris, un nom mythique : Marlène Dietrich. La Berlinoise est sans doute l’une des plus grandes actrices du XX e siècle. Révélée par L’Ange

Bleu, le premier film parlant du cinéma allemand, cette beauté blonde a nourri l’imaginaire érotique de toute une génération en lui dévoilant ses jambes sculpturales, gainées de soie, dans une scène d’anthologie où Lola chantait Ich bin von Kopf bis Fuß auf Liebe eingestellt : je suis faite de la tête au pieds pour l’amour. Qui pouvait résister à une telle confession ? Il y eut beaucoup d’autres films (Cœurs brûlés, Shangaï Express, Blonde Venus…) et bien d’autres chansons. Qui n’a jamais fredonné Lily Marleen ? Pour autant, en ce jour de juin 2003, l’hommage des Parisiens ne s’adresse pas à la seule artiste. Il honore aussi — peutêtre même davantage ! — une grande figure de la vie parisienne. Car Marlène a adoré la capitale. Elle y a d’ailleurs vécu les dernières an

Une Par isienne nommée

She was born a German. Turning her back on the Third Reich, she took American nationality. But Marlene was without doubt the most Parisian of all Hollywood stars.

the first talkie in German cinema,

the actress. It also honored -

this blonde beauty nourished

maybe even more! - a leading

the erotic imagination of an

personality in Parisian life. For

entire generation by revealing

Marlene loved the French capital.

her slender legs, sheathed in

She in fact spent the last years

silk, in a cult scene in which Lola

of her life in an apartment at

sang “Ich bin von Kopf bis Fuß

12 Avenue Montaigne that

auf Liebe eingestellt” (I’m made

she hardly ever left so as not

Thursday, June 12th, 2003...

from head to foot of love). Who

to impair her image.

Bertrand Delanoé inaugurates

could resist such a confession?

Marlene and Paris, a long, long

a new square in the 16th

There were many other films

story… It began in the 1930’s.

“arrondissement”. On the plaque

(“Manpower”, “Shanghai

Crowned by her early successes,

unveiled by the Mayor of Paris,

Express”, “Blonde Venus”...)

Marlene made more and more

a legendary name: Marlene

and many other songs. Who has

trips to Paris , showing up in

Dietrich. The Berliner was

never hummed “Lily Marleen”?…

the temples of Parisian high-life.

undoubtedly one of the greatest

However, on this day in June

She was thus regularly seen

actresses of the 20th century.

2003, the tribute paid by

at Fouquet’s, the meeting-

Revealed by “The Blue Angel”,

Parisians not only concerned

place of the great family of the

© Collection Christophel

marlene A Par isian name d Mar lene

{ Légende }

Marlène Dietrich dans Blonde Vénus - 1932

43


{ Légende }

… O n l a v o i t r é g u l i è r e m e n t, a u F o u q u e t ’ s, r e n d e z-v o u s d e l a g r a n d e famille du cinéma depuis qu’on y a i n s ta l l é l a p r e m i è r e s a l l e d e p r o j e c t i o n d e s C h a m ps E ly s é e s …

Marlène Dietrich dans Femme ou Démon - 1939

surrendered when Marlene

ne quittait quasiment jamais pour ne pas écorner son image.

was already sailing across the

Paris et Marlène, c’est une longue histoire. Elle commence dans les

Atlantic to rejoin her hero. It

années 30. Auréolée de ses premiers succès, elle multiplie les séjours

was, in fact, in Paris in 1946,

dans la Capitale où elle fréquente les hauts-lieux de la vie parisien-

that she returned to the movie

ne. On la voit ainsi, régulièrement, au Fouquet’s, rendez-vous de la

sets, with a part in “Martin

grande famille du cinéma depuis qu’on y a installé la première salle

Roumagnac”, directed by

de projection des Champs Elysées. Elle y croise notamment le plus pa-

Georges Lacombe, where she

risien des jeunes acteurs français : Jean-Alexis Montcorgé. Il démarre alors une carrière prometteuse sous le pseudonyme de… Jean Gabin. L’interpète de Quai des Brumes fut indéniablement le grand amour de Marlène. Le mariage fut même envisagé. Curieusement, leur ro-

© Collection Christophel

nées de sa vie, dans un appartement du 12, avenue Montaigne qu’elle

mance a débuté non pas à Paris, mais à New-York où Gabin, refusant

a love affair, but also many friendships. They included Colette, Jean Cocteau, who

tard, les deux exilés entament une relation qui dura plus de cinq ans.

movies since it become the

starts with a caress and ends

En 1943, pourtant, le Français quitte celle qu’il appelait “Ma grande”.

first screening room on the

with a whiplash”. Then there

Pour la bonne cause ! Il part rejoindre les Forces Françaises Libres

Champs Elysées. It was here

was “La Môme”... Edith Piaf,

du Général de Gaulle. Chef du char « Le Souffleur », soldat de la

that she met the most Parisian

one of her closest friends. In

Deuxième Division Blindée du Général Leclerc, il participe à la Libé-

of young French actors : Jean-

1952, the interpretor of “La Vie

ration de Paris. Von Choltitz a à peine capitulé que Marlène traverse

Alexis Montcorgé. He was

en Rose” even asked her to be

déjà l’Atlantique pour retrouver son héros. C’est d’ailleurs à Paris, en

just embarking on a promising

her witness when she married

1946, qu’elle reprend le chemin des plateaux de tournage, tournant

career under the screen name…

Jacques Pills. Marlene not only

Martin Roumagnac, sous la direction de Georges Lacombe, où elle

Jean Gabin. The hero of “Quai

accepted with good grace, but

donne la réplique à son amant.

des Brumes” was undoubtedly

also insisted on choosing the

Paris fut la ville d’un amour, mais aussi de nombreuses amitiés. Il

Marlene’s greatest love. They

wedding dress for one of her

y eut Colette, Jean Cocteau qui lui dira un jour : « Votre nom com-

even talked about marriage.

most faithful friends.

mence par une caresse et se finit par un coup de cravache ». Et puis,

Curiously, their romance had

il y eut « la Môme »… Edith Piaf fut l’une de ses plus grandes amies.

begun not in Paris but in New

En 1952, l’interprête de la « Vie en rose » lui demanda même d’être

York, where Gabin, refusing to

son témoin quand elle épousa Jacques Pills. Non seulement Marlène

accept the German Occupation,

accepta de bonnes grâces, mais, en outre, elle tint à choisir la robe de

had taken refuge in 1941. A few

mariée de l’une de ses plus fidèles amies.

months later, the two exiles began a relationship that lasted

Marlène Dietrich dans la Femme et le Pantin - 1935

more than five years. In 1943, however, the French actor left the woman he called “Ma grande”. For good cause! He set off to join the Free French Forces led by General de Gaulle. Head of the Souffleur tank, a soldier in the Second Armored Division of General Leclerc, he participated in the Liberation of

© Collection Christophel

Paris was the backcloth for

said to her one day: “Your name

l’Occupation allemande, a trouvé refuge en 1941. Quelques mois plus

44

played opposite her lover.

Paris. Von Choltitz had hardly


© Collection Christophel

45

Marlène Dietrich dans l’Ange Bleu - 1930


Ce l le que

J ’ A i me The one I love { égérie }

46

Robe noire à empiècement cuir Roberto Cavalli - Escarpins noirs et sac Barbara Bui - Bague Gucci


{ égérie }

Photos : Alexandre Ubeda Stylisme : Gérard Granja Assistante : Julie Coiffure : Marc Villeneuve Maquillage : Clotilde Garnier

B

Barbara Schulz le confesse volontiers : « Je suis une comédienne comblée ». Normal : aussi à l’aise sur scène que devant la caméra, elle multiplie les beaux rôles depuis plus de quinze ans.

Barbara Schulz willingly admits : “As an actress I am fulfilled”. Understandable: as comfortable on stage as on camera, she has played many fine roles for over fifteen years. At a time when the media

playing young girls.

fabricate fame and glory as

“Grande Petite” followed, the

easy as they are ephemeral, the

story of boy who wanted to

professional career of Barbara

be kissed, “L’Irrésolu”... She

Schulz comes as something

even got a taste of the magic

A l’heure où les média fabriquent à outrance une gloire aussi facile

frankly reassuring. Adopted by

of Hollywood, with “French

qu’éphémère, la trajectoire professionnelle de Barbara Schulz a quel-

Paris at the age of eight, this

Kiss”, a comedy starring Meg

que chose de franchement rassurant. Cette Girondine, adoptée par

Girondine is not the daughter

Ryan and Kevin Kline. “Let’s

Paris à l’âge de huit ans, n’est pas la fille de…, n’a jamais participé à

of..., has never participated in

not exaggerate,” she smiles.

une quelconque émission de téléréalité, pas plus qu’elle n’a dévoilé sa

any reality shows, nor revealed

“I only filmed for one day.

vie intime on line dans une vidéo soit-disant privée. Non. Sa renom-

her personal life on-line in a

What’s more, here in France!”

mée, cette comédienne la doit à un triptyque on ne peut plus classique :

so-called private video. No. She

Television also gave her her

du talent, de la passion, du travail. Des valeurs qui peuvent sembler

owes her fame to a triptych

chance. Her name appeared

désuettes dans un monde qui, hélas, de plus en plus souvent, confond

which could not be more

in the titles of “Les Grandes

vitesse et précipitation. Reste que c’est là le genre de matériaux sur

conventional: talent, passion,

Marées”, the TV saga of

lesquels on construit une carrière solide.

work. Values that may seem

summer 1993.

« J’ai avancé pas à pas », raconte-t-elle. D’abord, des cours de théâtre.

outmoded in a world which

Then, amidst all these

Puis les premiers castings, des courts-métrages et ces spots publicitai-

unfortunately confuses speed

appearances more or less long,

res qui, quand on les tourne, vous laissent plein d’espoir et de rêve et,

with haste more and more

more or less prominent, there

des années plus tard, lorsqu’on y repense, vous font rougir. Viennent

frequently. Nevertheless, this

came an important part. Not

les premiers vrais rôles. D’abord, il y a Coup de jeune . Elle a 20 ans lors

is still the kind of material on

yet a starring role, but one that

du tournage. Elle n’en a que quatorze dans le film ! La faute à un minois

which a solid career is built.

already established her in the

joli mais juvénile qui la cantonne un temps à des rôles de jeunettes.

“I took one step at a time,” she

profession. It cropped up in the

Viennent ensuite Grande Petite , L’histoire du garçon qui voulait

says. First, drama courses. Then

theatre, with “Les Sorcières de

qu’on l’embrasse, L’Irrésolu … Elle goûte même à la magie d’Hol-

the first castings, short films

Salem”. The play topped the bill

lywood, avec French Kiss , une comédie emmenée par Meg Ryan et

and commercials which, when

for six months. For Barbara, it

Kevin Kline. «Il ne faut rien exagérer, s’amuse-t-elle. Je n’ai jamais

you’re making them, leave you

was confirmation: she loved the

tourné qu’une journée. En France, qui plus est ! » La télévision lui

full of hope and dreams, but

stage more than anything else.

donne également sa chance. Elle est ainsi au générique des Grandes

when you think about them

“I adore the freedom the theatre

Marées , la saga de l’été 93.

years later, tend to make you

gives. I love acting. In “Parole

Et puis, au milieu de toutes ces apparitions plus ou moins longues,

blush. Then came the first real

et Guérison”, the part I’m now

plus ou moins marquantes, il y a le rôle important. Oh, ce n’est pas

roles. First, “Coup de Jeune”.

playing alongside Samuel Le

encore un premier rôle, mais c’est déjà celui qui vous installe dans la

Barbara was 20 years old when

Bihan (Editor’s note: Théâtre

profession. C’est au théâtre qu’elle l’a trouvé avec Les Sorcières de Sa-

it was shot. She was only

Montparnasse, until January

lem . La pièce tient l’affiche pendant six mois. Pour Barbara, c’est une

14 in the film! Blame it on a

17th, 2010), I occupy the stage

confirmation : elle aime la scène plus que tout. « J’adore la liberté que

pretty but juvenile little face

with the same intensity for

donne le théâtre. J’adore jouer. Dans Parole et Guérison , la pièce que

that confined her for a time to

the first 45 minutes. It’s very

47


{ égérie }

En 2000, elle donne la réplique a pierre a r d i t i d a n s “J o y e u s e s P â q u e s ” . E l l e y joue Julie , un rôle qui lui vaut le M o l i è r e 2 0 0 1 d e l a r é v é l at i o n t h é â t r a l e .

je joue actuellement aux côtés de Samuel Le Bihan (NDLR : au Théâtre

demanding, of course, but so

with no fewer than three films

Montparnasse, jusqu’au 17 janvier 2010), j’occupe la scène avec la

exciting at the same time.” So

to her credit: “Un Homme

même intensité pendant les 45 premières minutes. C’est exigeant,

she loves the theatre. And it

et son Chien”, “Erreur de la

c’est certain, mais, dans le même temps, c’est passionnant. »

returns the favour! It has so

Banque en votre Faveur” and

Elle aime donc le théâtre. Et il le lui rend bien ! Il lui a donné à ce jour

far given her her finest roles.

“Celle que J’Aime”, a comedy in

ses plus beaux rôles. On l’a ainsi vue à son avantage dans Dommage

Audiences thus saw her to her

which Barbara is adorable and

qu’elle soit une putain , sur une mise en scène de Jérôme Savary —

advantage in “Dommage qu’elle

totally credible in the role of a

une référence ! En 1999, elle donne la réplique à Gérard Depardieu,

soit une Putain”, staged by

divorced mother, torn between

dans Les Portes du Ciel . Quatre ans plus tard, elle se frotte à un autre

Jérôme Savary - a reference in

her son and her new love. Not

géant : Robert Hossein. Il est Créon, elle est Antigone dans la pièce

the trade ! In 1999, she played

enough, however, to score a

éponyme de Jean Anouilh. Entre temps, elle est revenue à la comédie.

opposite Gérard Depardieu in

hit. The film stayed on the bill

Non sans réussite : son interprétation de Julie, dans Joyeuses Pâques,

“Les Portes du Ciel”. Four years

for only two weeks in movie

lui vaut le Molière de la révélation théâtrale.

later, she rubbed shoulders

theatres. It probably deserved

with another giant: Robert

more. In any case, Barbara

C’est connu : le plaisir n’est jamais aussi

Hossein. He played Creon, she

certainly did! For if the acting

grand que quand il est varié. Barbara Schulz le sait bien qui passe avec

was Antigone in the play of the

profession recognizes her talent

le même enthousiasme des planches aux plateaux de cinéma ou de

same name by Jean Anouilh.

(like Simone Signoret, Annie

télé. Il arrive même que tous ces mondes se télescopent. Comme en ce

Meanwhile, she returned to

Girardot, Isabelle Adjani and

moment… « J’ai actuellement un planing bien chargé. Le soir, je joue

comedy. Not without success:

Isabelle Huppert before her,

avec Samuel Le Bihan. Dans la journée, je tourne un thriller pour le

her interpretation of Julie in

she won the Suzanne Bianchetti

petit écran aux côtés de… Samuel ! »

“Joyeuses Pâques” won her a

Prize, an award for promising

C’est là sans doute le bouquet final d’une année 2009 où la comédienne

Molière as a revelation in the

young actresses, in 2001),

a fait feu de tout bois, avec pas moins de trois films à son actif : Un

theatre.

she has not won the same

D’un rôle à l’autre. 48

recognition from movie-buffs

homme et son chien, Erreur de la banque en votre faveur et Celle que

From one role to the next

as from fans of the theatre. “It

de mère divorcée, partagée entre son fils et son nouvel amour. Ça ne suffit pourtant pas à faire un succès. Le film a tenu seulement deux se-

It’s a well-known fact: pleasure

But I am happy with what I’ve

maines en salle. Il méritait sans doute mieux. Barbara, en tous cas, mé-

is never as great as when it is

done. When I look back, from

rite mieux ! Car, si la profession lui reconnaît du talent (comme Simone

varied. Barbara Schulz is well

my adolescence to today, I tell

Signoret, Annie Girardot, Isabelle Adjani ou encore Isabelle Huppert

aware of this, hopping with the

myself that there have been

avant elle, elle s’est vu décerner, en 2001, le prix Suzanne-Bianchetti,

same enthusiasm from the stage

some very good things. Then

un trophée qui récompense les jeunes actrices prometteuses), elle n’a

to movie sets or television. It

again, I’m not yet drawing up

pas encore trouvé la même reconnaissance du public au cinéma qu’au

even happens that all these

a balance sheet. There will be

théâtre. « Ça n’a pas toujours marché, c’est vrai. Mais je suis contente

worlds coincide. Like right now...

many more films to come.”

de ce que j’ai fait. Quand je regarde mon parcours, de l’adolescence à

“I currently have a very heavy

Well, well... The lady does not

aujourd’hui, je me dis qu’il y a eu de belles choses. Et puis, je ne suis

schedule. At night I play with

seem to embody just work,

pas encore à l’heure des bilans. Il y aura bien d’autres films. »

Samuel Le Bihan. During the

passion and talent, as we said

Tiens, tiens… La dame ne conjuguerait donc pas uniquement le tra-

day, I’m doing a thriller for TV

earlier. No, she apparently adds

vail, la passion et le talent comme nous l’avons évoqué au début de ce

alongside… Samuel!”

a fourth ingredient: wisdom.

portrait. Non, il semble bien qu’elle y ajoute un quatrième atout :

This is probably the crowning

And you know what? More than

la sagesse. Et vous savez quoi ? Plus d’une star en herbe devrait en

glory of the year 2009, when

one budding star should take a

prendre de la graine !

the actress was hyper-active

leaf out of her book!

j’aime , une comédie où Barbara est adorable, juste et vraie dans un rôle

hasn’t always worked, it’s true.


Mini Robe Barbara Bui - Low Boots en cuir noire Gucci - Bracelets 3 anneaux Cartier

49


50


© Philippe Ferrer

Barbara Schulz suite présidentielle

{ égérie }

51

Robe mousseline de soie fendue bleu nuit Gucci Sandale compensée à brides Gucci


52


{ égérie }

53

Page de gauche Mini Robe noire cloutée Gucci Cuissardes Barbara Bui

Page de droite Mini robe pull noire à sequins Roberto Cavalli


54


© Véronique Mati

Barbara Schulz suite présidentielle

{ égérie }

55

Robe bicolore noire & gris perle Paule Ka Escarpins bicolore en daim Barbara Bui BO pendants en diamants sur or blanc Cartier


{ shopping } Haute horlogerie, joaillerie, mode : Paris, capitale du luxe et de l’élégance, invite à toutes les folies…

So chic, so t rendy, so…

paris

1

Sublime watches, jewellery, fashion: Paris, the capital of luxury and elegance, invites you to indulge in a few follies!…

3

56

2

4

5


7 8

6

57

so precious

10

1 . C H A NEL , B r a c e l e t R u b a n C o u t u r e 2 . D I OR , B a g u e Re i n e s e t R o i s 3 . D E G R I S O G ONO , B a g u e R o s e 4 . C A RT I ER , B a g u e P a n t h è r e 5 . B O U C HERON , B a g u e S at i n e 6 . ME S S I K A , B r a c e l e t M o v e 7 . V A N C LEE F & A R P EL S , B a g u e O i s e a u d e Pa r a d i s 8 . C HO P A R D , Pe n d e n t i f X t r a v a g a n z a 9 . C H A U MET, B a g u e Le G r a n d F r i s s o n 1 0 . Q EEL I N , B a g u e Y u Y i

9


{ shopping }

so beautiful

1

2

1 . H U B LOT, B B K i n g K 1 9 9 9 - 1 0 t h 2 . ROLEX , D ay - D at e II

58

3 . C U S TO S , T o u r b i l l o n R é p é t i t i o n Minutes K1999-10th 3

4 . ROLEX , S u bm a r i n e r D at e 5 . U LY S S E N A R D I N , M a x i M a r i n e Diver K1999-10th

4

5


59


{ shopping }

3

1

4

2

60

5

6

7


bonnes adresses pa r i s i e n n e s JOAILLERIE BOUCHERON, 32 rue du Faubourg Saint Honoré, Paris 8e / CARTIER, 154 av des Champs Elysées, Paris 8e / CHANEL Joaillerie, 42 av Montaigne, Paris 8e / CHAUMET, 56 rue François 1 er, Paris 8e / 9

CHOPARD, 1 place Vendôme, Paris 1er / DE GRISOGONO, 358 bis rue Saint Honoré, Paris 1er / DIOR Joaillerie, 28 av Montaigne, Paris 8e / MESSIKA, boutique MARTHAN LORAND, 8 place de la Madeleine, 4 ème étage, Paris 8e / QEELIN, Jardin du Palais Royal, 26

1. JEAN CLAUDE JITROIS,

galerie Montpensier, Paris 1 er /

J eans en C uir S tretch

VAN CLEEF & ARPELS, 22 place

2 . N E S S A , B oucles d ’ oreilles

Vendôme, Paris 1er

A ziyade 3. STELLA Mc CARTNEY

HORLOGERIE

4. NICHOLAS KIRKWOOD

CUSTOS, boutique KRONOMETRY 1999,

5 . M I L A D Y, F ourrure C hat Lynx

60 rue François 1 er, Paris 8e /

6 . O S C A R de la R E N TA

HUBLOT, boutique KRONOMETRY 1999,

7. FREELANCE,

60 rue François 1 er, Paris 8e / ROLEX,

B oots C heryl 7 S tray,

boutique ARIJE, 30 av George V,

sac C ube P atch

Paris 8 e / ULYSSE NARDIN, boutique 6 1 KRONOMETRY 1999, 60 rue François

so fashion

1 er, Paris 8e

MODE 8. JEAN BAPTISTE RAUTUREAU,

FREELANCE, 30 rue du Four, Paris 6e /

R ichelieu K imi S tray

JEAN BAPTISTE RAUTUREAU, 24 rue

sac N ew S trappy

de Grenelle, Paris 7e / JEAN CLAUDE

9 . Z I L L I , collection hiver 2 0 0 9

JITROIS, 38 rue du Faubourg Saint

1 0 . O L D E N G L A N D , P ulls cashmere

Honoré, Paris 8e / MILADY, 120 av des Champs Elysées, Paris 8e / NESSA, boutique LE 66, 66 av des Champs Elysées, Paris 8e / NICHOLAS KIRKWOOD, magasin PRINTEMPS, 64 bd Haussmann, Paris 9 e / OLD ENGLAND, 12 boulevard des Capucines, Paris 9e /

8

OSCAR de la RENTA, boutique L’ECLAIREUR, 10 10

rue Boissy d’Anglas, Paris 8 e / STELLA Mc CARTNEY, boutique FRANCK & FILS, 80 rue de Passy, Paris 16e / ZILLI, 48 rue François 1 er, Paris 8e


{ shopping }

2 3 1

62

4

s o f o u q u e t ’s 1 . E ventail fouquet ’ s

5

2 . C oupe haute en porcelaine 3 . tableau N ature morte aux coquillages 4 . F auteuil salle à manger « M a ï a » 5 . B ougies parfum é es 6 . L ampe à poser « marbeau »

6

Un de ces produits vous interesse ? N’hésitez pas à prendre contact avec notre chef-concierge. You’re interested in one of these items ? Don’t hesitate to get in touch with our head concierge.


63


Les dessous chics de

vannina Chic linger ie sig ne d Vannina by a toss of the dice. In 1996,

a

when she was barely 27 years old, a friend introduced her to a buyer for the Japanese chain of Takachiyama stores. The young woman, then an anonymous assistant at Bolero, a French manufacturer of lingerie, played

A Paris, Vannina Vesperini fait triompher son concept.

her trump card by showing some of her sketches. It worked: the Japanese, about to open a

C’est sans doute l’un des plus beaux sourires de la mode parisienne.

boutique on 5th Avenue in New

Franc et généreux, avec, en finale, cette touche de timidité qui

York, passed an order. For about

trahit la sensibilité de la dame. Et quand on sourit comme ça à la vie, forcément, la vie vous sourit : depuis plus de dix ans, Vannina Vesperini enchaîne les succès, jusqu’à s’imposer comme une valeur

In Paris, Vannina Vesperini is turning her concept into a triumphant success.

sûre de la lingerie chic, adorée des peoples et des fahionistas qu’elle

64

fifteen models that she made herself, using a small sewingmachine at home, on evenings after work!

habille de presque rien. Victoria’s Secret, le géant américain, et

Hers is without doubt one of

Annick Goutal, parfumeur parisien ô combien élitiste, ne s’y sont pas

the loveliest smiles in the world

The following year, she made

trompés : ils ont commandé à cette jolie parisienne, corse d’origine,

of Parisian fashion. Frank and

her entrance into the big league

des collections exclusives.

generous with, as a final touch,

by participating in the “Salon

a hint of timidity betraying the

de la Lingerie” in Paris. Once

Les dessous dessus. La chance fait partie du talent. C’est

lady’s sensitivity. And when

again, her style hit the spot.

vrai ! Pour preuve, la réussite de Vannina s’est décidée sur un coup

you smile at life like that, life

Because at the time Vannina

de dès. En 1996, elle a 27 ans à peine quand une amie lui présente un

inevitably smiles back: for over

was promoting a novel concept :

acheteur de la chaîne de magasins japonais Takachiyama. La jeune

ten years, Vannina Vesperini

underwear on top. She designed,

femme qui n’est alors qu’une assistante anonyme chez Boléro, un

has had a string of successes,

for example, tops finished with

fabricant français de lingerie, joue son va-tout en présentant quelques

gradually emerging as a really

lace, silk combos to wear with

dessins. Ça marche : les Nippons qui préparent l’ouverture d’une

safe bet in chic lingerie, adored

jeans. Clothing or lingerie?

boutique sur la 5e Avenue, à New-York, lui passent commande. Une

by jet-setters and fahionistas

Total ambiguity. “Everyone can

quinzaine de modèles à peine qu’elle fabrique elle-même, sur une

whom she dresses in next to

choose for themselves,” said the

petite machine à coudre, chez elle, le soir en rentrant du travail !

nothing. Victoria’s Secret, the

designer. “Depending on your

L’année suivante, elle fait son entrée dans la cour des grands en

American giant, and Annick

style or mood, you can either

participant au Salon de la Lingerie, à Paris. Son style, cette fois encore,

Goutal, the very elitist Parisian

keep everything for yourself or

fait mouche. C’est que Vannina défend un concept novateur à l’époque :

perfumer, were not mistaken

the one you love or, conversely,

le dessous dessus. Elle crée ainsi des tops en finition dentelles, des

when they ordered exclusive

reveal all or part of an item of

combinaisons de soie à porter avec un jean. Vêtements ou lingerie ?

collections from this pretty

lingerie to further feminize your

L’ambiguïté est totale. «A chacune de choisir, répond la créatrice.

Parisienne, originally from

look. There is nothing shocking

Selon son style ou son humeur, on peut tout garder pour soi ou celui

Corsica.

or indecent in a glimpse of a lace bra through the low neckline

que l’on aime ou, à l’inverse, dévoiler tout ou partie d’un dessous pour féminiser encore davantage son allure. Il n’y a rien de choquant

Heads or tails…

of a blouse. It’s all a matter of

ni d’impudique à laisser entrevoir la dentelle d’un soutien-gorge à

Luck is part of talent. It’s true!

elegance and delicacy. In fact,

travers le décolleté d’un chemisier. Tout est question d’élégance et de

As witnessed by the fact that

there’s only one thing I have

délicatesse. En fait, je n’ai qu’un interdit : la vulgarité.»

Vannina’s success was decided

banned: vulgarity.”


Une nuisette en soie issue de la Ligne Bio, une nouveauté présentée cet automne.

{ portrait }

65


{ découverte }

Au pay s des mer veil les de

Juliette Julie tte in wonder land

N

Nul n’est prophète en son pays ? Juliette Longuet entend bien faire mentir le proverbe. Le 9 septembre, l’Hôtel Fouquet’s Barrière était à la fête. Celle organisée par Juliette Longuet pour présenter sa nouvelle collection de prêt-à-porter. De nombreux peoples avaient fait le déplacement jusqu’aux Champs Elysées pour l’occasion. C’est que cette jolie jeune femme force l’admiration et la sympathie. Derrière une nature enjouée et un physique avenant se cache en effet une working girl de talent. Débarquée à 23 ans à peine à Miami, pour un premier emploi chez L’Oréal, la Frenchie a vite tourné le dos à la Beauté pour vivre sa véritable passion : la Mode. Sa devise en dit long sur les ambitions de la demoiselle : « L’avenir appartient à ceux qui croient à la beauté de leurs rêves. » Cap sur New-York où elle a commencé son ascension. En 2003, elle y lance sa propre marque. Sa French Touch fait mouche ! Elle va compter jusqu’à 150 points de vente dont Saks’ Fifth Avenue. Un réseau qu’elle a depuis réduit, son succès aidant, à 50 boutiques rigoureusement sélectionnées. Pour auant, ce n’est sans doute qu’un début. La Belle a en effet retraversé l’Atlantique avec la ferme intention

66

de séduire ses compatriotes. Une offensive de charme qui passe par la télévision où, depuis deux ans, la styliste anime sur June , une émission A 30 ans, Juliette Longuet distribue sa marque dans 50 boutiques.

No-one is a prophet in his own land? Juliette Longuet intends to prove the proverb wrong…

young lady’s ambitions: “The fu-

On September 9th, the Hotel

own brand. Her “French Touch”

Fouquet’s Barrière was having

was a hit!

a party. The one organized by

It was to be seen in 150 sales out-

Juliette Longuet to present her

lets, including Saks’ Fifth Avenue.

new collection of ready-to-wear.

A network that she has since cut

Lots of celebrities had made the

back, thanks to her success, to

trip to the Champs Elysées for

50 rigorously selected bouti-

the occasion. Because this pretty

ques. And it’s probably just the

young woman is not only likeable

beginning. “La Belle” has in fact

but inspires admiration. Behind

re-crossed the Atlantic with the

a playful nature and an attractive

firm intention of winning over her

appearance, there is, in fact, a

compatriots. An attack laden with

working girl with talent. Arriving

charm, which involves television,

in Miami aged barely 23 for her

on which the designer has presen-

first job with L’Oréal, the Frenchie

ted a show on New York fashion

soon turned her back on beauty to

for June called “New York, New

live her true passion: fashion. Her

York” for the past two years.

motto speaks volumes about the

consacrée à la mode new-yorkaise, baptisée New-York, New-York .

ture belongs to those who believe in their beautiful dreams”. Off to New York, where she began her ascent. In 2003, she launched her

Juliette Longuet félicitée par Eric Boonstoppel Directeur Général de l’Hôtel Fouquet’s Barrière au terme de son défilé dans le palace parisien


67


Il était une fois

lanvin Once up on a t ime… Lanv in

L

Marguerite. The child was more

La mode féminine est souvent une affaire d’hommes. Rares sont les femmes à avoir inscrit leur nom au panthéon de la Haute Couture. Jeanne Lanvin est de celles-là.

of joy ; she became her muse! For her, Jeanne Lanvin in fact designed her first children’s clothes. Quickly won over by

A ses débuts, Jeanne Lanvin n’est qu’une simple modiste. Ses premiers

the originality of these outfits,

sous, elle les gagne en 1883 comme garnisseuse de chapeaux chez

young mothers were giving her

« Madame Félix », au 15, rue du Faubourg-Saint-Honoré. Mais la jeune

orders. Children’s fashion was

femme a de l’ambition. En 1889, à 22 ans, elle installe son propre atelier

born! A few years later, this

rue du Marché Saint-Honoré. En guise de tout capital, elle n’a que son

almost symbiotic relationship

énergie, un Louis d’or, une première cliente et un maigre crédit de ses

between mother and daughter

fournisseurs. Cela lui suffit… Très vite, elle coiffe de ses créations ori-

would again influence the

ginales les femmes du monde et les belles excentriques.

fashion house’s destiny...

Quelques années plus tard, cette relation quasi symbiotique entre la

Women’s fashion is often a matter for men. Very few women have had their names inscribed in the pantheon of “Haute Couture”. Jeanne Lanvin was one of them.

mère et la fille influencera une nouvelle fois le destin de la maison de

In the beginning, Jeanne Lanvin

couture… S’inspirant d’une photographie de Jeanne et Marguerite en

was a simple milliner. She

Inexhaustible creativity

tenue de bal, le dessinateur Paul Iribe immortalise les deux femmes.

earned her first pennies in 1883

Jeanne continued on the path to

Son croquis est aujourd’hui encore l’emblème de la marque.

as a hat decorator for “Madame

success. She began to design

Félix”, installed at 15 rue du

both women’s and children’s

Une créatrice inépuisable. Le succès de Jeanne ne se dé-

Faubourg Saint-Honoré. But the

clothes, meeting with the same

ment pas. Elle dessine alors indifféremment des modèles féminins et

young woman was ambitious. In

enthusiasm in both cases. In

enfantins, suscitant, dans les deux cas, le même engouement. En 1918,

1889, aged 22, she set up her

1918, she invested in an entire

elle investit un immeuble entier, au 22, rue du Faubourg-Saint-Ho-

own workshop on the Rue du

building at 22 rue du Faubourg-

noré. Les parisiennes raffolent de ses créations et, en 1925, les ateliers

Marché Saint-Honoré. The only

Saint-Honoré. Parisians women

Lanvin emploient déjà plus de huit cents personnes. Animée par un

capital she had was her own

adored her creations and, in

talent et une énergie rares, Jeanne Lanvin crée, croque et pique alors

energy, a “Louis d’or”, a first

1925, the Lanvin workshops

sans répit. Son aura dépasse désormais les frontières. C’est d’ailleurs

customer and a thin credit-line

already employed over 800

aux USA qu’elle lance, en 1925, son premier parfum : « My Sin ». Il dé-

from her suppliers. That was all

people. Driven by rare talent

barque en France, peu de temps après, sous le nom de « Mon Péché ».

she needed... Very soon, she

and energy, Jeanne Lanvin

D’autres jus suivront dont le célèbre Arpège qui reste, encore de nos

was designing original hats for

designed, sketched and stitched

jours, l’un des grands classiques de la parfumerie.

women in high society and the

without respite. Her fame soon

Jeanne Lanvin ne se contente pas de produire ses propres par-

beautiful eccentrics ofthe time.

crossed the French border. It

fums. Vêtements de sport, fourrure, mode masculine, décoration :

This professional success ran

was in the USA, in 1925, that

elle s’impose comme une touche-à-tout géniale. Son studio de cou-

parallel to happiness in her

she launched her first perfume,

ture est un véritable cabinet de curiosité. On y crée notamment les fa-

private life. She married Emilio

“My Sin”. It landed in France

meuses teintes Lanvin, dont ce bleu céleste à peine effleuré de mauve

di Pietro, an Italian aristocrat,

shortly after, under the name of

emprunté à une fresque de Fra Angelico que la créatrice admirait.

and give birth in 1897 to

“Mon Péché”. Other fragrances

A ce succès professionnel s’ajoutent les bonheurs de sa vie privée. Elle épouse Emilio di Pietro, un aristocrate italien, et donne naissance, en 68

than an inexhaustible source

1897, à Marguerite. L’enfant est plus qu’une source de joie intarissable ; c’est une muse ! Pour elle, Jeanne Lanvin crée en effet ses premiers vêtements pour enfant. Rapidement, séduites par l’originalité de ses tenues, de jeunes mamans lui passent commandes. La mode enfantine est née !

Inspired by a photograph of Jeanne and Marguerite in ball gowns, the designer Paul Iribe immortalized them both. His sketch is still the brand’s emblem.


{ saga }

69

Lanvin - Collection Hiver 2009


{ saga }

… les cr é ations L anvin s é duisent actrices et femmes de lettres qui succombent à la finesse des é toffes , au souci du d é tail , à la d é licatesse des broderies …

Refusant les étiquettes, elle défend la liberté de création et ne sou-

more than to “add yet one

To that purpose, this former

haite rien d’autre que « d’ajouter un charme de plus à la féminité ».

more charm to femininity ”. For

designer for Guy Laroche and

Elle imagine pour les pionnières des Années Folles une robe fluide,

the pioneers of the Roaring

Yves Saint-Laurent Rive Gauche

fendue sur le coté, accompagnée d’un corsage souple et souvent sans

’Twenties, she designed a

is placing his bets on urban

manche. Mais, à l’inverse, ignorant les tendances de l’époque, elle

flowing dress, slit on one side,

elegance combining modernity,

n’hésite pas à créer des robes amples et travaillées, loin de la rigueur

worn with a soft and often

fantasy and femininity. A clever

Art Déco alors en vogue. Fidèles à une certaine idée du romantisme,

sleeveless blouse. On the

way of perpetuating the spirit of

les créations Lanvin séduisent actrices et femmes de lettres qui suc-

other hand, however, paying

Lanvin in the 21st century.

combent à la finesse des étoffes, au souci du détail, à la délicatesse

no attention to current trends,

des broderies.

she did not hesitate to design ample and well-tailored dresses,

70

La belle histoire continue… Plus de soixante ans après

far removed from the strict

sa mort, Jeanne Lanvin reste l’une des figures de l’univers de la mode.

Art Deco style then in vogue.

De talentueux créateurs, pour ne citer que Claude Montana, lui ont

Staying true to a certain idea of

succédé à la tête de sa maison. En 1993, la griffe parisienne a néan-

romanticism, Lanvin creations

moins abandonné la Haute Couture pour concentrer ses efforts sur

were adored by actresses and

le prêt-à-porter féminin et masculin de luxe et, les accessoires qui,

intellectuals, who appreciated

aujourd’hui, complètent inévitablement toute collection digne de ce

the finesse of the fabrics,

nom. En 2001, Albert Elbaz a pris la direction artistique du prêt-

attention to details and delicate

à-porter féminin avec pour objectif de réinstaller la marque parmi

embroidery.

les références de la mode internationale. Cet ancien styliste de Guy élégance urbaine conciliant modernité, fantaisie et féminité. Une

An on-going success story...

habile façon de perpétuer l’esprit Lanvin au XXIe siècle.

More than 60 years after her

Laroche et Yves Saint-Laurent Rive Gauche mise pour cela sur une

death, Jeanne Lanvin is still would follow, including the

one of the prominent figures in

famous “Arpège”, which remains

the world of fashion. Talented

today one of the great perfume

designers, to mention Claude

classics.

Montana alone, succeeded

Jeanne Lanvin went further

her at the head of her fashion

than merely producing her own

house. In 1993, the Parisian

perfumes. Sportswear, furs,

brand nevertheless abandoned

menswear, home decor… She

“haute couture” to focus its

used her genius to become

efforts on luxury ready-to-

a Jack-of-all-trades. Her

wear for men and women,

couture studio was a real lair

and accessories, which today

of curiosities. It was here that

inevitably complement any

the famous Lanvin dyes were

collection worthy of the name.

created, including a sky-blue

In 2001, Albert Elbaz took over

subtly tinted with mauve,

artistic direction of women’s

borrowed from a fresco by Fra

ready-to-wear with the aim of

Angelico, whom the designer

reinstating the brand among

admired. Rejecting all labels,

the benchmarks of

she defended her freedom

international

to create, wanting nothing

fashion.


71


Un siècle de

B U GAT T I A centur y of BUGAT TI

{ anniversaire } 72


{ anniversaire }

e

En 100 ans d’existence, Bugatti a écrit quelques-unes des plus belles pages de l’histoire automobile. Son choix est fait : en cette année 1909, Ettore va s’installer à Molsheim, petite ville tranquille, à la périphérie de Strasbourg. Une ancienne teinturerie y est à louer. Il y sera à son aise. Bien plus, en tous cas, que dans sa cave où ce passionné de mécanique construit depuis plusieurs mois une voiture. Sa voiture : la Type 10. Ce n’est pas la première. La première, c’était en 1900, Il avait à peine 19 ans. Elle lui a valu un prix dans une grande exposition milanaise. Ce talent précoce n’est pas passé inaperçu : De Dietrich & Cie, un fabricant alsacien, puis, quelques années plus tard, Deutz GasmotorenFabrik, à Cologne, se sont attachés ses services. Pour eux, il a imaginé plusieurs modèles qui se sont vendus à des centaines d’exemplaires. Mais cette époque est révolue. Désormais, le jeune Milanais veut travailler à son compte pour que ses autos portent son nom : Bugatti !

Un palmarès sans égal. Le démarrage est correct. La T13, premier modèle des Automobiles Bugatti, fait son bonhomme de chemin. En deux ans, il s’en vend 75 exemplaires. Lancée en 1912, la T16 Bébé, produite en collaboration avec Peugeot, va faire mieux. Beaucoup mieux… En 3 ans, elle trouvera plus de 3.000 acquéreurs ! Avec 200 employés, l’usine de Molsheim tourne à son maximum. Hélas, la Première Guerre Mondiale va mettre un terme à cette envolée. Ettore Bugatti et sa famille rejoignent Milan, dès le début du conflit, avant de gagner Paris, en 1915, où l’Italien conçoit des moteurs pour l’aviation. Sitôt la paix revenue, Bugatti retrouve Molsheim, passée, comme la totalité de l’Alsace, sous le drapeau français. En 1919, il reprend la production de la T13. L’année suivante, il engage une version de course au Grand-Prix de l’Automobile Club Français. Le Milanais y triomphe, son pilote passant la ligne en

L e C lub B ugatti s ’ i n v ite au f o u q uet ’ s En septembre dernier, les membres du Club Bugatti ont fait l’événement. Pour célébrer le centenaire de leur marque fétiche, ils ont en effet multiplié les défilés de voitures entre Mosheim et Paris. C’est d’ailleurs au cœur de la Capitale qu’ils ont clôturé cette célébration. Le dimanche 20 septembre, au lendemain d’un dîner de gala au Fouquet’s, ils ont offert aux

man from Milan wanted to work

pressive victory for Bugatti, with

for himself, designing cars that

his driver crossing the finishing

would bear his name: Bugatti!

line more than 20 minutes ahead

An unparalleled track record.

of the runner-up! It was the first

Which got off to a good start. The

in a long series of victories on

T13, the first model produced

race-tracks all over the world. An

He had made up his mind: in

by Bugatti Automobiles, went

achievement which was mainly

1909, Ettore decided to settle in

along its merry way. In two years,

due to an extraordinary car: the

Molsheim, a peaceful little town

75 cars were sold. Launched in

T35, presented for the first time

not far from Strasbourg. A former

1912, the T16 Bébé, produced in

in 1924. A model combining

dry-cleaner’s was available for

collaboration with Peugeot, did

lightness, road handling and

rent. He would have enough

better. Much better... In three

performance. In its 7-year career,

room there. In any case, much

years, it chalked up over 3,000

this little gem was to to carry off

more than in his cellar, where this

sales! With 200 employees, the

no less than 2,000 victories.

enthusiastic fan of mechanics

plant in Molsheim was running

had been building a car for the

at maximum pitch. Unfortunately,

A Royal limousine

past few months. His car: the

the First World War put an end to

If the T35 ensured a place for Bu-

Type 10. It was not the first. The

its success. Ettore Bugatti and

gatti in the history of car racing,

In September, members of the

first had seen the light of day in

his family returned to Milan as

it was undoubtedly the Royale

Bugatti Club made a splash.

1900, when Ettore was barely 19

soon as war broke out, moving

which brought the Alsatian manu-

To celebrate the centenary of

years old. It had won him a prize

to Paris in 1915, where the Italian

facturer his legendary dimension.

their cult brand, they organised

in a big exhibition in Milan. This

designer worked on aircraft

Unveiled in 1926, this vehicle,

precocious talent had not gone

engines.

as modern as it was luxurious,

unnoticed: De Dietrich & Co., a

As soon as peace returned,

perfectly illustrated Ettore’s

car manufacturer in Alsace, then,

Bugatti returned to Molsheim

motto: “Nothing is too beautiful,

a few years later, Deutz Gasmo-

which, like all of Alsace, now

nothing is too expensive”. Its

toren-Fabrik in Cologne, enlisted

flew the French flag. In 1919 he

price, 500,000 francs at the time,

his services. He designed several

resumed production of the T13.

was in fact tantamount to three

20th, the day after a gala dinner

models for them that sold in

The following year, he entered a

Rolls Royces. A magnificent folly

at Fouquet’s, they offered

hundreds of copies. But those

racing version in the French Auto-

that the crash of 1929 sadly shot

Parisians a superb parade down

days were over. Now, the young

mobile Club’s Grand Prix. An im-

down in full flight. Finally, only six

the Champs Elysées.

In its 100 years of existence, Bugatti has written some of the most wonderful pages in the history of automobiles.

Parisiens une superbe parade sur les Champs Elysées.

The Bugatti Club invites itself to Fouquet’s

a series of parades between Molsheim and Paris. It was, in fact, at the heart of the capital that they brought this celebration to its end. On Sunday, September

73


{ anniversaire }

In the 1950’s, his son Roland

tête avec plus de 20 minutes d’avance sur son dauphin ! C’est la première d’une longue série de victoires sur tous les circuits du monde. Un palmarès construit pour l’essentiel avec une voiture géniale : la T35, présentée pour la première fois en 1924. Un bolide qui conjugue légèreté, tenue de route et performance. En sept ans de carrière, ce joyau va remporter pas moins de… 2 000 victoires.

tried hard to get Bugatti back on the map. In vain. In 1956, the Molsheim factory closed its doors. It was eventually acquired by Hispano Suiza, which still makes components for the ae-

74

Une limousine Royale. Si la T35 a installé Bugatti dans

rospace industry under the name

la légende du sport automobile, c’est sans aucun doute à la Royale que le constructeur alsacien doit sa dimension mythique. Dévoilé en 1926, ce carrosse, aussi moderne que luxueux, illustre à la perfection la devise d’Ettore :« Rien n’est trop beau, rien n’est trop cher». Son prix, 500 000 francs de l’époque, équivaut en effet à trois Rolls. Une folie magnifique que la crise de 1929 fauche, hélas, en plein envol. Finalement, six exemplaires à peine verront le jour. Bugatti ne reste pas sur cet échec commercial. Jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale, il produit de nombreux modèles à succès, comme la Type 57 Atlantic, carrossée par Jean, le fils prodige. On dit ainsi de cette voiture qu’elle est la plus belle jamais dessinée avant-guerre. La firme alsacienne crée même un autorail qui se vend à 85 exemplaires. Mais un drame va tout changer. En août 1939, Jean se tue en testant une voiture de course. Depuis neuf ans, ce jeune homme talentueux avait pris les rênes de l’usine de Molsheim. Sa mort est une perte qui ne sera jamais comblée. D’autant que la guerre survient deux semaines après. La France capitule en 40 et l’Allemagne annexe l’Alsace. Ettore Bugatti est forcé de vendre son usine à un industriel allemand. Cruelle ironie : il ne la récupèrera que durant l’été 1947, quelques jours seulement avant sa mort. Roland, son fils, tentera bien, dans les années 50, de relancer la marque. En vain. En 1956, l’usine de Molscheim ferme ses portes. Elle sera rachetée finalement par Hispano Suiza qui, sous le nom de MessierBugatti, y fabrique aujourd’hui encore des pièces pour l’aéronautique. Mais le mythe n’est pas mort pour autant ! En 1987, l’Italien Romano Artioli acquiert la marque Bugatti et fonde, à Campogalliano, au nord de l’Italie, la Bugatti Automobili SpA. Le 15 septembre 1991, pour le 110 e anniversaire de la naissance d’Ettore, l’entreprise présente la EB 110 qui sera vendue à 150 exemplaires. Pas assez pour éviter la faillite ! Rachetée finalement en 1998 par le groupe Volkswagen, Bugatti concentre ses efforts sur la Veyron. Présentée pour la première fois en 2000, elle est la digne héritère des Royale et autres Atlantic avec ses 10001 chevaux, sa vitesse maximale de 407 km/h et son prix, pour la version customisée par Hermès, le célèbre sellier parisien, de 1,55 millions d’euros hors taxes. Avec de tels arguments, cent ans après ses premiers pas, le mythe Bugatti a encore de beaux jours devant lui.

of Messier-Bugatti. Nevertheless, the myth had no intention of biting the dust! In 1987, the Italian entrepreneur Romano Artioli acquired the Bugatti brand

Ettore Bugatti

and founded Bugatti Automobili SpA in Campogalliano, northern

Royales were ever built.

Italy. On September 15th, 1991,

Bugatti did not spend any time

for the 110th anniversary of

mulling over this commercial

Ettore’s birth, the firm presented

failure. Up until the Second World

the EB 110, of which 150 models

War, he produced many succes-

were sold. Not enough to avoid

sful models, such as the Type 57

bankruptcy! Finally acquired by

Atlantic, whose coachwork was

the Volkswagen group in 1998,

designed by Jean, his genius of

Bugatti focused its attention on

a son. It is said that this car was

the Veyron. Presented for the

the most beautiful ever designed

first time in 2000, it is a worthy

before the war. The Alsatian firm

heir to the Royale and Atlantics

even built a motorised rail-car

with its 10,001 hp, a top speed

and sold 85 models. But a tra-

of 407 km/hour and its price:

gedy was to change everything.

1.55 million euros + VAT for the

In August 1939, Jean was killed

customized version made for Her-

testing a sports car. For the past

mès, the famous Parisian saddler.

nine years, this talented young

With such persuasive arguments,

man had taken over the reins of

100 years after its inception, the

the plant in Molsheim. His death

Bugatti legend still has a bright

was a loss that would never be

future to look forward to.

filled. Especially as war was declared two weeks later. France capitulated in 1940 and Germany annexed Alsace. Ettore Bugatti was forced to sell his plant to a German industrialist. A cruel irony: he only recovered it in the summer of 1947, just days before his death.

Dessinée par Roland Bugatti, le fils d’Ettore, la Type 57 Atlantic fut considéré, en son temps, comme la plus belle voiture du monde.


75


L

Le Val de Loire rassemble quelques-uns des plus beaux châteaux de France. Chambord, bien sûr, mais aussi Azay-le-Rideau, Cheverny, Chaumont, Blois… Et Chenonceau ! Une perle ! Tout ceux qui l’ont visité un jour vous le diront : avec ses arcades qui enjambent le Cher d’une rive à l’autre, sa façade Renaissance qui se reflète toute entière dans les eaux placides de la rivière, ses jardins à la Française et les décors magnifiques de ses chambres et salles, Chenonceau est un régal des yeux. Un charme fou qu’explique à coup sûr son surnom : le “Chateau des Dames”. Il a été en effet façonné, embelli, agrandi, occupé tout au long des siècles par des femmes de caractère, sinon de pouvoir. A commencer par Catherine Briçonnet. Son mari, Thomas Bohier, intendant général des Finances du Roi, lança la construction du château en 1513 avant d’aller combattre en Italie. Il revint ainsi à son épouse de suivre le chantier et de décider de l’architecture. Ce qui, sans doute, n’est pas étranger à l’harmonie des lieux ! Saisi par la Couronne après que Bohier fut reconnu coupable de malversations financières, Chenonceau fut cédé par Henri II à sa favorite : Diane

C at h e r i n e B r i ç o n n e t, D ia n e d e p o iti e r s , cat h e r i n e d e m é dici s e t L o ui s e d e l o r r ai n e … q uat r e f e m m e s p o u r u n c h â t e au

de Poitiers. Quel destin que le sien ! C’est l’une des plus belles femmes de

{ patrimoine }

76

Pygma... lionnes ! Py g ma... lionesses!

© Chenonceau

Diane de Poitiers, peinte par Le Primatice.

The Loire Valley is home to some of the most beautiful châteaux in France. Chambord, of course, but also Azay-le-Rideau, Cheverny, Chaumont, Blois… And Chenonceau!

been fashioned, embellished,

most beautiful women of her

enlarged and occupied over

time. One of the most powerful

the centuries by women of

too. She met Henri in 1530. He

character, if not influence.

was eleven: she was 19 years

Starting with Catherine

older. François I wanted her to

Briçonnet. Her husband, Thomas

supervise the young prince’s

Bohier, Comptroller General of

education. She assumed the

the King’s finances, launched

role for a long time, winning

A gem ! Anyone who has

construction of the castle in

the Dauphin’s affection to the

visited it will tell you: with

1513 before going to fight in

point of becoming his adviser.

its arches spanning the Cher

Italy. It thus fell upon his wife

She was thus one of the people

from one bank to another, its

to keep an eye on the site and

who worked to arrange his

Renaissance facade reflected in

decide on the architecture.

marriage with Catherine de

its entirety in the river’s placid

Which, without doubt, played

Medici. Moreover, Catherine

waters , its classic French

a decisive role in the building’s

considered her in the beginning

gardens and the magnificent

overall harmony!

as her “stepmother”. Until the

decor of its halls and chambers,

Seized by the Crown after

year 1538, when Diane became

Chenonceau is indeed a sight

Bohier was found guilty of

Henri’s mistress. From then on,

for sore eyes. Extraordinary

embezzlement, Chenonceau was

the two women were rivals. Then

charm, most certainly explained

given by Henri II to his favorite:

followed a terrible struggle for

by its nickname: “Le Château

Diane de Poitiers. What a destiny

power which ended in victory for

des Dames”. It has indeed

she had! She was one of the

the Italian. On the death of her


Chenonceau ©Images de Marc

{ patrimoine }

Le Château de Chenonceau, merveille de la Renaissance baignée par le Cher

77

Ironie de l’histoire : la chambre de Diane abrite aujourd’hui un portrait de Catherine de Médicis !


{ patrimoine }

© Chenonceau

D u palace au x palais Les châteaux vus du ciel : c’est le

give up Chenonceau and moved

spectacle inoubliable que vous

into her opponent’s walls.

propose iXAir, compagnie d’héli-

Thus it was that a great lady

coptère basée sur l’héliport d’Issy-

chased away another. Of

les-Moulineaux, à quelques mi-

course, the new owner was not

nutes des Champs Elysées et de

as beautiful as the old one. But

l’Hôtel Fouquet’s Barrière. Ce vol

it would be wrong to imagine

de trois heures vous entraîne dans

her (as she is unfortunately seen

une formidable balade aérienne à

to be) as harsh and austere.

la découverte d’Azay-le-Rideau,

This reputation probably arose

Chenonceau, Chambord… Il pré-

from her attitude after the

voit une escale à Cheverny, pour

accidental death of Henri II in

une visite privée de cette magni-

a tournament. She was not, far

fique propriété. L’aventure vous

from it, a merry widow!

tente ? Adressez-vous au concierge

She in fact decided to mark

pour qu’il organise votre croisière

her grief by dressing in black

aérienne.

son temps. L’une des plus puissantes aussi. Elle rencontre Henri en 1530.

rather than white, which was

Il a onze ans ; elle en a dix-neuf de plus. François Ier souhaite qu’elle fasse

customary for a queen. Worse,

l’éducation du jeune prince. Elle s’en tient longtemps à ce rôle, gagnant

she stuck to this sad wardrobe

alors l’affection du Dauphin, jusqu’à devenir sa conseillère. Elle est ainsi

at all times, until her death 30

de ceux qui œuvrent à son mariage avec Catherine de Médicis. D’ailleurs,

years later. Hence her supposed

celle-ci la considére au début comme sa “belle-mêre”. Jusqu’à cette année

coldness, when, in reality, she

1538 où Diane devient l’amante d’Henri. Dès lors, les deux femmes vi-

was an enlightened sovereign,

rent rivales. S’engage une terrible lutte d’influence qui se termine par la

a generous philanthropist and

victoire de l’Italienne. A la mort de son époux, elle force Diane à renon-

a skillful politician. There have

cer à Chenonceau et s’installe alors dans les murs de son adversaire.

been many other queens in

Ainsi, une grande dame en chasse une autre. Bien sûr la nouvelle pro-

this castle: the famous Margot,

priétaire n’a pas la beauté de l’ancienne. Mais on aurait tort de l’ima-

Mary Stuart, Elizabeth of

giner (comme le veut, hélas, l’imagerie populaire) revêche et austère.

Austria, Elisabeth of France...

Cette réputation lui vient sans doute de son attitude après la mort ac-

And Louise of Lorraine, wife of

cidentelle d’Henri II, lors d’un tournoi. Elle ne fut pas, loin s’en faut,

Henri III. An exemplary wife and

Castles seen from the sky: that’s

une veuve joyeuse ! Elle décida en effet de marquer son deuil en se

- something very rare in its time

the unforgettable sight proposed

vêtant de noir et non de blanc, comme il était coutume pour une reine.

– in love with her husband, this

by iXAir, a helicopter company

Pire : elle resta fidèle à cette triste garde-robe, en toutes circonstances,

beautiful lady never recovered

based on the heliport of Issy-

jusqu’à sa mort, trente ans plus tard. De là sa froideur supposée alors

from his assassination. She

les-Moulineaux, just minutes

qu’en réalité, elle fut une suzeraine éclairée, mécène généreuse et habile

retired from public life and

from the Champs Elysées and

politicienne.

stayed at Chenonceau for

the Fouquet’s Barrière Hotel.

Il y eut bien d’autres reines en ce château : la célèbre Margot, Marie

11 years. She had her bedroom

This 3-hour flight takes you on

Stuart, Elisabeth d’Autriche, Elisabeth de France… Ou encore Louise

repainted in black, decorating

a wonderful trip in the skies

de Lorraine, la femme d’Henri III. Epouse exemplaire et — ce qui était

it with crucifixes, macabre

to discover Azay-le-Rideau,

fort rare pour l’époque — amoureuse, cette belle dame ne se remit ja-

paintings and the tools that

Chenonceau, Chambord... And

mais de l’assassinat de son époux. Elle se retira alors de la vie publique

were used for her husband’s

there’s a stop at Cheverny, for a

et logea 11 ans durant à Chenonceau. Elle fit repeindre sa chambre en

burial! Visiting this room alone

private tour of this magnificent

noir et le para de croix, de peintures macabres et des ustensiles ayant

is in itself worth the trip to

property. You’re tempted?

servi à l’inhumation de son mari ! La seule visite de cette chambre

Chenonceau!

Contact the concierge who will

mérite déjà le voyage à Chenonceau !

© CMN, Paris

78

Catherine de Médicis peinte par Henri de Sauvage

husband, she forced Diane to

Azay-Le-Rideau

From one palace to another

be delighted to arrange your trip.


79


80


{ bien-être }

U Spa U Spa ge ts a new lo ok !

T

81

Jut three years after it opened, the well-being centre at the Hotel Fouquet’s Barrière has already been re-invented. It has, in fact, just adopted Sensai, a range of products and treatments signed Kanebo International.

signing of an unprecendented

Le U Spa et sa piscine cristalline chauffée à 32°C , son parcours

Open Sesame! Behind the

of treatments has, of course,

aquatique, son espace détente et, derrière les boiseries, les cabines de

elevator door, a treasure-trove:

undergone a radical change,”

soins. Tout a l’air tranquille. Pourtant, ici, c’est la révolution ! Une

the U Spa and its crystal-clear

says William, the Spa’s director.

révolution de velours, bien sûr, lancée avec la signature, cet automne,

pool heated to 32° C, its aquatic

“Our expertise is now backed up

d’un partenariat inédit entre le palace des Champs Elysées et Kanebo.

route, relaxation area and,

by the Japanese philosophy of

A la clé : les produits et protocoles de SENSAI, la gamme vedette du

behind the wood-panelling, its

this top-notch brand.”

laboratoire tokyioïte, élaboré à partir de la soie de Koishimaru, la plus

treatment booths. Everything

rare au monde. « Forcément, notre carte de soins a été complètement

conveys serenity. Yet there’s

Harmony for the body.

revisitée  ! Notre expertise est maintenant toute imprégnée de la

been a revolution! A revolution

Here, care rituals henceforth

philosophie japonaise de cette ligne très haut de gamme  », nous

naturally wearing a velvet glove,

have exotic names, full of poetry

confie William, le responsable des lieux.

launched this fall with the

and sensuality: “Ritsudo”,

Trois ans tout juste après son ouverture, Le U Spa, l’écrin “bien-être” de l’Hôtel Fouquet’s Barrière, se réinvente déjà. Il vient en effet d’adopter Sensai, une gamme de soins et de produits signés Kanebo International. Sésame ouvre-toi  ! Derrière les portes de l’ascenseur, un trésor :

© Véronique Mati

fait p eau neuve !

partnership between the palatial hotel on the Champs Elysées and Kanebo. The result: Sensai products and protocols, the starring range proposed by this Tokyo-based laboratory, developed with Koishimaru silk, the rarest in the world. “Our list


{ bien-être }

Grâce à son partenariat avec Sensai par Kanebo International, le U Spa vit désormais à l’heure japonaise. Les clés du bien-être : la tradition tout autant que l’innovation, les bienfaits de la nature associés personnel qualifié.

82

“Shirabe”, “Okan”, “Oto”...

(“Lullaby ”)! On the programme,

Japanese musical terms

two hours of body treatments,

meaning “Rhythm”, “Aria”,

smooth and silky, with a toning

“Musicality ”, “Rustling”…

bodywrap. Finally, for total

They all evoke “Choritsu”, or

relaxation of both face and

perfect harmony between

body, choose the treatment

musical instruments. The

with the Fouquet’s signature,

aim is thus clearly defined:

“Détente et Eclat”. For

it’s all about correcting the

80 minutes, abandon yourself

dissonances within our bodies.

to the gentleness of a face

Which naturally involves

massage paired with a back

beauty, harmony… “The facial

massage. An exclusive

treatments are very effective,”

The U Spa treatment to be

adds William, “because they

discovered from December

penetrate deeply and reactivate

2009. In the meantime, opt for

Le corps au diapason. Les rituels ont ici, désormais, des

the DNA in the cells. With their

a sure bet, the “Kumikyoku”

noms exotiques, pleins de sensualité et de poésie : Ritsudo, Shirabe,

formulas based on silk and

(“Musical suite”) body ritual.

Okan, Oto … Ce sont là des termes musicaux japonais qui se traduisent

natural ingredients, they restore

A promise expressed in two

par Rythme, Aria, Musicalité, Bruissement… Tous évoquent le

a glow to the skin. It’s glaringly

figures: 90 minutes close to

Choritsu , l’accord parfait d’instruments de musique. L’objectif est

obvious, you’ll see”. Though

“levitation”, 100% moisturizing.

donc clairement établi : il s’agit de corriger les dissonances de notre

with Sensai, it’s not merely

Demonstration…

corps. Cela passe évidemement par la beauté, cette harmonie… « Les

one’s appearance that is taken

soins du visage sont très efficaces, assure William, car ils pénètrent

in hand. In-depth massage

A Japanese ritual.

en profondeur et réactivent l’ADN des cellules. Avec leurs formules

methods are also proposed,

It all begins with green tea

à base de soie et d’ingrédients naturels, ils redonnent de l’éclat à la

based on ancestral techniques

fragrant with jasmine... Rather

peau. C’est flagrant, vous verrez ». Mais avec Sensai, on ne soigne pas

used in traditional Japanese

like a ceremony! A soft warmth

que l’apparence. On travaille aussi en profondeur avec des méthodes

medicine.

de massage élaborées selon les techniques ancestrales de la médecine

Of all these treatments, which

japonaise traditonnelle.

is the one that will touch your

De tous ces soins, lequel saura faire vibrer votre corde sensible ?

most sensitive chord? Maybe

Pourquoi pas Yuragi (Swing, en français !). Ce soin du visage est une

“Yuragi” (“Swing”, in English).

véritable cure d’hydratation en 50 minutes chrono. Il améliore la

A facial consisting of a real

fermeté de la peau et la résistance aux agressions externes et au stress.

moisturizing cure, in 50 minutes

Et pour le corps ? Optez sans hésiter pour Komoriuta (Berceuse)  !

flat. It improves the firmness

Au programme, deux heures de soin complet, lisse et soyeux avec un

of the skin and resistance to

enveloppement raffermissant. Enfin, pour une relaxation intégrale

external aggression and stress.

visage et corps, misez sur le soin signature Fouquet’s “Détente et

And for the body? Opt without

éclat”. Pendant 80 minutes, abandonnez-vous à la douceur d’un

hesitation for “Komoriuta”

© Véronique Mati

© Véronique Mati

au savoir-faire d’un


{ bien-être }

… L’ e s p r it e s t aill e u r s , l e c o r p s r e la x é e t v o s j a m b e s , p lu s d o uc e s e t lu m i n e u s e s q u e j a m ai s …

84

envelopes you: the point of

eliminating zones of tension and

departure for real alchemy,

efficently regulating the flows

mutation in the furthest depths

of energy, the blood and water.

of the body.

Finally, warm towels gently

The treatment itself begins

applied to your entire body

with a very delicate skin scrub.

mark the end of an experience

After a rinse obeying the

of rare serenity... The mind is

rules of the art, the massage

elsewhere, the body relaxed

can begin. Legs, arms and

and the legs, softer and more

back... Essential bamboo oil

translucid than ever, calling for

to moisturize the skin. Light

another kind of silk: precious

pressure is also applied all

and elegant silk stockings!

over the body, especially the feet, reflexology style. Ideal for

massage facial doublé d’un massage du dos. Une exclusivité Le U Spa à découvrir à partir de décembre 2009. En attendant, on peut tenter une valeur sûre de la maison : le rituel corps Kumikyoku (Suite

R ituel S ah o, u n pas de deu x

musicale). Une promesse en deux chiffres : 90 minutes de quasi

Pour optimiser les effets de ses soins de beauté et obtenir une peau

“lévitation” et 100% hydratation ! Démonstration…

soyeuse et sans défaut, Sensai suggère à ses clientes de suivre un rituel quotidien : le Saho . Inspiré par un ensemble de règles ponctuant la

Un rituel japonisant. Tout commence par un thé vert aux

cérémonie japonaise du thé, il s’articule autour de trois démarches

effluves de jasmin… C’est presque un cérémonial ! Une douce chaleur

effectuées en deux étapes chacune. Le “double nettoyage” débute

vous envahit alors : le point de départ d’une véritable alchimie, une

avec un démaquillant suivi par un savon doux à l’effet exfoliant. La

mutation au plus profond de l’être.

“double hydratation” associe une lotion à une crème hydratante. Enfin,

Le soin à proprement parler commence par un gommage de la

la “double application” préconise un massage et de légères pressions

peau, tout en délicatesse. Après un rinçage dans les règles, on passe

sur la peau, afin de faciliter la pénétration des formules actives.

au massage. Les jambes, les bras et le dos… L’huile essentielle de bambou hydrate ainsi l’épiderme. De légères pressions sont

Saho ritual, a “pas de deux”

également pratiquées sur le corps en général, les pieds en particulier,

To optimize the effects of beauty treatments and obtain a flawless

façon réflexologie. Une gestuelle idéale pour éliminer les zones de

and silky complexion, Sensai advises its clients to follow a daily ritual

tension et réguler efficacement la circulation de l’énergie, du sang

called “Saho”. Inspired by a set of rules governing the tea ceremony, it

et de l’eau. Enfin, les serviettes chaudes délicatement apposées sur

is based on three steps, each one performed in two phases. “Double

l’ensemble de votre corps concluent à merveille un moment d’une

cleansing” begins with make-up removal followed by a mild soap for

rare sérénité… L’esprit est ailleurs, le corps relaxé et vos jambes,

a gentle scrub effect. “Double moisturizing” combines a lotion with a

plus douces et lumineuses que jamais, appellent à une autre soie :

cream. Finally, “double application” is a massage with light pressure on

celle, précieuse, d’un bas élégant.

the skin, to optimize penetration of the active formulas.


85


86


{ saveurs }

On en pince p our le

homard We love lobster

C

C’est l’un des produits rois de la grande cuisine : le homard conjugue des arômes intenses à une texture délicate. S i ce n’est déjà fait, attendez-vous à ce que votre

Voilà pour la leçon de chimie. Passons à présent

progéniture vous demande, tôt ou tard, pourquoi le

au cours de cuisine. Ouvrez vos cahiers et notez

homard est bleu sur le menu et rouge dans l’assiette.

cet axiome : « le homard, c’est excellent » ! Surtout

Vous pourrez toujours lui dire que c’est parce qu’il

quand il vient des côtes armoricaines. « Sans rien

a pris un coup de soleil. Jusqu’à un certain âge, ça

enlever aux qualités du homard canadien ou du

peut passer. Mais après ? Et bien, il vous faudra ra-

homard du Maine, le homard breton (NDLR :

conter la vérité, même si elle est nettement moins

que l’on trouve en Bretagne, bien sûr, mais aussi

drôle… Le homard a dans le corps un pigment

en Normandie, en Angleterre et en Norvège) est

rouge — l’astaxanthine — et une protéïne bleue :

sans aucun doute le meilleur, assure Jean-Yves

la crustacyanine. Quand il est vivant, les deux mo-

Leuranguer, Chef des cuisines de l’Hôtel Fouquet’s

lécules marchent par paire et c’est la couleur bleue

Barrière. Il donne des sucs merveilleux, d’une

qui triomphe. Mais dès que l’animal passe à la

onctuosité et d’une intensité largement supérieures

casserolle, le duo se défait et l’astaxanthine prend

à celles de ses cousins d’outre-Atlantique. »

alors sa revanche, supplantant définitivement son

Malheureusement,

ancienne associée pour donner à la bête sa belle

qui est bon est rare. A cause de la surpêche, le

robe pourpre.

homard se fait de plus en plus discret des deux

comme

trop

souvent,

ce

body contains a red pigment -

lent”! Especially when it comes

astaxanthin – and a blue protein:

from the Armorican coasts.

crustacyanine. When it is alive,

“Without detracting at all from

the two molecules work in pairs

the qualities of the Canadian or

and the colour blue wins the day.

Maine lobster, Breton lobster

If it hasn’t already happened,

But as soon as it gets tossed in

(Editor’s note: found in Britanny,

expect your offspring to ask soo-

the pan, the pair breaks up and

of course, but also in Normandy,

ner or later why lobster is blue

astaxanthin takes its revenge,

England and Norway) is undoub-

on the menu and red in their pla-

definitively replacing its former

tedly the best,” says Jean-Yves

tes. You can always tell them it’s

partner to give the lobster its

Leuranguer, Chef des Cuisines

because it got sunburnt… Up to

beautiful red cloak.

at the Hotel Fouquet’s Barrière.

a certain age, it may do the trick.

Chemistry lesson over. Now

“It gives wonderful juices, with

But then what? Well, you’ll have

let’s learn how to cook. Open

a creaminess and intensity far

to tell the truth, even if it’s much

your notebooks and write down

superior to its cousins across

less amusing... The lobster’s

this axiom: “Lobster is excel-

the Atlantic.”

It’s one of the most regal products in “haute cuisine”: lobster combines a strong flavour with a delicate texture.

87

Jean-Yves Leuranguer, Chef des cuisines de l’Hôtel Fouquet’s Barrière


{ saveurs }

“ L e h o m a r d b r e t o n d o n n e d e s s uc s m e r v e ill e u x , d ’ u n e o n ctu o s it é e t d ’ u n e i n t e n s it é la r g e m e n t s u p é r i e u r e s à c e ll e s d e s e s c o u s i n s d ’ o ut r e - Atla n ti q u e . ” Jean-Yves Leranguer - chef des cuisines de l’Hôtel Fouquet’s Barrière

heat, will begin to sweat. That’s

case, what’s good is rare.

the way to get a first deglazing.

Because of excessive fishing,

Continue to “pinch” (Editor’s

the lobster is more and more

note: caramelize the juices) and

scarce on both sides of the At-

add more shallots. The third

lantic. Hence, the cost per kilo

time, add a fresh tomato, which

is rather high. It hasn’t always

will also produce more liquid.

been the case: until the 18th

Finally, pour on fish stock.”

century, it was so abundant that

© Mikael Damkier - Fotolia.com

it was long a common dish for people of modest means. It was given to widows and orphans, and used to nourish prisoners... Worse diets have been known: for the king of the crustaceans

côtés de l’Atlantique. D’où un coût au kilo plutôt élevé. Ça n’a pas toujours été le cas : il était si abondant jusqu’au XVIII e siècle qu’il a longtemps constitué l’ordinaire des populations les plus modestes. On l’offrait ainsi aux veuves et aux orphelins et l’on en nourrissait les prisonniers… On a connue pire régime alimentaire : le roi des crustacés est en effet plein de bonnes choses pour notre corps. Non seulement sa chair est maigre (une bonne nouvelle pour

is indeed full of goodness for our bodies. Not only is its flesh

© ExQuisine - Fotolia.com

88

Unfortunately, as is often the

low on fat (good news for your silhouette, as long as you avoid mayonnaise!), it is also particularly rich in potassium and zinc.

la ligne, à condition d’éviter la mayonnaise !), mais elle est particu-

These minerals are mainly found

lièrement riche en potassium et en zinc. On trouve essentiellement

in the tail (or, more accurately,

This gives a wonderful juice

ces minéraux dans la queue (ou, plus exactement, son abdomen). Le

the abdomen). As luck would

which will add body to a sauce

hasard fait bien les choses puisque c’est là la partie la plus succulente

have it, this is the most succu-

or a bisque for salad, ravioli or

du homard.

lent part of the lobster.

grilled lobster.

Cela dit, on aurait tort de se défaire trop vite des restes du crustacé. « A

However, what remains should

condition de bien les travailler, la tête et la carcasse délivrent des arô-

not be discarded too quickly.

mes fabuleux, explique Jean-Yves Leuranguer. Il faut commencer par les concasser pour les faire revenir à la façon d’un “sauté”. Quand les premiers sucs commencent à accrocher au fond de la cocotte, on ajoute un peu d’échalotte qui, avec la chaleur, vont rendre de l’eau. C’est ainsi que l’on obtient un premier déglaçage. On continue de pincer (NDLR : caraméliser les sucs) et l’on repart avec des échalottes. Une troisième fois, on mettra de la tomate fraîche qui, elle-aussi, va libérer de l’eau.

“If you work on them properly, the head and carcass offer fabulous flavours,” explains Jean-Yves Leuranguer. “You start by crushing them before frying them “sautée-style” When

Enfin, on mouille une dernière fois avec un fumet de poisson. » On

the first juices begin to stick

obtient ainsi un jus magnifique qui viendra corser une sauce ou une

to the bottom of the pan, add

bisque pour une salade, une raviole ou un homard grillé.

a little shallot which, with the


{ saveurs }

S alade de H o mard au fe n o uil et p o ireau x Pour 4 personnes : 4 homards bretons de 500 g, 4 bulbes de fenouil, 4 mini poireaux, 2 décilitres d’huile d’olive, 8 mini fenouils, 4 décilitres de fond blanc, 2 oranges, 1 pamplemousse pomelo, 1 pamplemousse sweete Cuire les homards au courtbouillon pendant 4 minutes. Emincer les bulbes de fenouil, faire revenir à l’huile d’olive, mouiller à hauteur et faire cuire. Ensuite, égoutter et mixer pour obtenir une purée onctueuse, monter à l’huile d’olive. Cuire à l’anglaise les mini poireaux et les mini fenouils. Avec les pamplemousses et l’orange, faites une brunoise avec les suprêmes. Dresser harmonieusement.

Lobster Salad with Fennel and Leeks For 4 guests : 4 Breton lobsters of 500 g, 4 bulbs of fennel, 4 baby leeks, 2 deciliters of oliveoil, 8 mini fennel, 4 deciliters of white stock, 2 oranges, 1 Pomelo grapefruit, I sweet grapefruit. Cook the lobster in stock for 4 minutes. Chop the fennel bulbs finely, simmer in olive-oil, cover with water and allow to cook. Then, drain and blend to obtain a smooth purée, whisk with olive-oil. Boil the baby leeks and fennel English-style. Make a “brunoise” with the flesh of the grapefruit and orange. Arrange harmoniously on a serving dish.

89


Avenues George V & Champs-Elysées PARIS VIIIe, France Tél : +33 (0) 140 696 000 - Fax : +33 (0) 140 696 005 www.fouquets-barriere.com

Comité de Rédaction : Eric Boonstoppel Marie Alix Vignau-Chancel Audrey Jung Directeur de Publication : Alexandre Benyamine Rédacteur en Chef : Jérôme Dumur Rédaction : Maryloue Luciani, Romy Ducoulombier Secrétariat de Rédaction : Nadine Ponton Direction artistique : Hans Reniers Studio graphique : Hoang Mai Assistant : Anthony Philip Publicité : O2C régie Directeur : Anthony Aiken Responsable de clientèle : Joachim Cohen Relations publiques : Julie Bouchon Assistante commerciale : Marie Ehrlacher FOUQUET’S Magazine est une publication 3030, chemin de Saint-Bernard 06220 Sophia-Antipolis / Vallauris Tél. : 04 93 65 21 70 - Fax : 04 93 65 21 83 E-mail : contact@o2c.fr - www.o2c.fr

Ce magazine a été imprimé sur du papier PEFC (papier issu de forêts durablement gérées) par Perfecta, entreprise répondant au cahier des charges du Label Imprim’vert.


91


92


FOUQUET'S Magazine