Page 1

La lettre des Grésillons #16 décembre 2009 Grésdito

Votre journal

O

ui. C’est bien votre journal que vous venez de recevoir. Un journal qui parle de votre quartier, des gens qui le composent, anonymes ou non. Un journal pensé et réalisé par les habitants des Grésillons. Les idées de reportages sont débattues lors des comités de rédaction dans une ambiance conviviale. Vient qui veut, pour écrire, faire des photos, suggérer des sujets. Chacun y est le bienvenu. Alors pourquoi ne pas tenter l’expérience avec nous ? Toute l’équipe vous attend pour apporter votre regard sur votre quartier * ! La rédaction !

* Proclundhaiin7 dérendceezmb-vreouà s18: h3ns0 à l’antenne des Grésillo vac. 30-40, rue François Ko

#les grés en têtes Agents des Points école :

Sécurité, Rencontre avec deux des cinq agents des Points école qui chaque jour font traverser nos enfants en toute sécurité.

les enfants d’abord !

E

n emmenant les enfants à l’école ou en allant au travail, tous les matins mais aussi les midis et les fins de journée, vous croisez les agents des Points école. Mais qui sont-ils vraiment ? Ce sont les cinq femmes et hommes, employés par la mairie, qui, revêtus d’un gilet de sécurité jaune fluo, assurent la sécurité des enfants sur les passages cloutés aux abords des écoles du quartier des Grésillons. Vous pouvez rencontrer ainsi au quotidien Michel Smagnoto, à l’angle Place Jaffeux et avenue des Grésillons. « Ce travail a l’air facile à première vue. Il est pourtant plus complexe qu’il n’y paraît, explique-t-il d’emblée. Parfois, certains automobilistes ou piétons ne respectent pas les consignes de sécurité. Lorsque les voitures nous contournent alors même que nous sommes en train de faire passer les enfants et les parents, ils nous mettent en danger ».

!la photo du mois

Benoît Gangy acquiesce. Lui, travaille à l’angle des rues du 8 mai 1945 et Paul VaiIllant-Couturier. « Notre fonction nécessite d’être très conscients des dangers de la route et d’avoir un très grand sens des responsabilités », résume-t-il. Et qu’il pleuve, qu’il neige, ils sont présents. Fidèles au poste, toujours. Modestement mais sûrement, ils assurent le bon déroulement de chaque sortie d’école. « Etre agent Points école est très gratifiant, assurent-ils. Les enfants et les parents nous remercient chaque fois et souvent nous reconnaissent dans la rue même en dehors de

nos horaires. Le lien que nous nouons chaque jour avec les Grésillonnais importe beaucoup pour nous ». Un exemple ? Ils en regorgent. Comme cette anecdote qui revient : « Un enfant de maternel demandait chaque jour à sa maman : pourquoi le monsieur à une raquette à la main ? Il prenait mon panneau stop pour une raquette… On a bien ri ! » ¶ Nora Aissaoui

"la tribune libre

L’Escale, une maison pour les femmes

«L

'Escale est née de la volonté de plu-

Le 24 octobre, l’équipe handisport basket-fauteuil de Gennevilliers (Nationale 1 C) se déplaçait pour rencontrer l’équipe de Saint Avold (Moselle). « Match difficile, mais à notre portée », commente-t-on à Gennevilliers qui s’incline néanmoins 49 à 55. Si vous voulez suivre les déplacements de l’équipe de Gennevilliers : ccvhg.skyrock.com

sieurs associations engagées auprès des femmes sur Gennevilliers, en 1992. Rien n’existait auparavant pour recevoir et accompagner les femmes victimes de violences. L’association propose un service d’écoute et d’accueil (écoute téléphonique, soutien psychologique, accompagnement juridique et social, lutte contre la précarité, aide à la recherche d’hébergement dans les cas d’urgence…). L’année dernière, chaque mois, près de 70 femmes ont été reçues pour un accompagnement individuel et 75 ont appelé pour une écoute dans ce service. Des travailleurs sociaux, psychologues, écoutantes, chargées d’accueil composent l’équipe. Un numéro d’écoute anonyme et confidentiel facilite les premiers contacts. Des permanences sans rendez-vous le lundi et le mardi après-midi permettent aux femmes de se rencontrer au sein de l’accueil collectif. Des permanences individuelles, toujours sans rendez-vous, sont proposées les mercredi et vendredi matin. Nous travaillons en réseau avec des partenaires sociaux et nous disposons de toutes les ressources sur place (recherche

Nouvelle arrivée Laïla Melaz est le nouvel agent de développement depuis juin dernier à l’Antenne. Elle a démarré dans notre quartier lors de la brocante. Dynamique et aimant le contact, elle va accompagner la dynamique associative du quartier en soutenant les habitants

dans la réalisation de leurs projets. L’un de ses objectifs est de continuer à travailler sur le projet Mémoire des Grésillons. Eric Chaillot et Esther Serrano

d’un emploi, d’un logement…). Nous sommes également un lieu de sensibilisation des professionnels sur ces questions de violence. Même si ces dernières années, nous observons l’émergence d’une prise de conscience des pouvoirs publics sur les violences faites aux femmes, beaucoup reste à faire. Une femme meurt tous les deux jours et demi suite à des violences. A Gennevilliers, nous avons organisé le 13 novembre, avec d’autres associations, une marche silencieuse pour Irène, mortellement poignardée par son conjoint devant sa maison. C’était le 1er novembre dernier… L’Escale considère qu’il s’agit d’un grave problème sociétal. La violence conjugale ne relève pas de « relations passionnelles » entre un homme et une femme. Ce n’est pas à cause du chômage, ni de l’alcool. Il faut cesser d’excuser les agresseurs. Non, ces violences sont favorisées par la représentation de l’homme et de la femme dans la société. . ¶ Françoise Brié, directrice. Association l’Escale : 01 47 33 09 53 Ecoute téléphonique femmes victimes de violence 92 : 01 47 91 48 44. www.lescale.asso.fr - skle@wanadoo.fr


Le jardin,

une passion contagieuse

Maison de l’Enfance

D

epuis près de 5 ans, nous, les enfants de la Maison de l’enfance, entretenons un beau carré de jardin, rue Georges, tout prêt de la place Indira Gandhi, dans le quartier des Grésillons. Après une gestion autonome, nous avons le soutien aujourd’hui d’Emile Godard, retraité, habitant du quartier du Luth. Grâce à lui, nous avons appris les techniques de jardinage et découvert la culture de nombreux fruits et légumes. Emile nous aide également beaucoup dans la préparation du terrain, pour les plantations. Nous avons décidé de le rencontrer pour en savoir un peu plus sur sa passion.

$% Les enfants : Que fais-tu dans la vie ? > Emile Godard : Je suis retraité, ancien jardinier avec 42 ans de métier dont 28 chez des Jardiniers de France. Aujourd’hui, je poursuis ma passion comme jardinier bénévole, pour l’asso-

$% Quelles activités mènes-tu sur le quartier ?

ciation des Jardiniers de France. Par ce biais, Je conseille les gens, je vends des plantes aux particuliers lors des marchés aux fleurs et j’organise des formations techniques sur différents thèmes liés à l’horticulture.

$% Qu’est-ce qui t’a amené à ce métier ? > Enfant, je jardinais avec mon père. Cela m’a plu, j’ai continué. A 14 ans, j’ai commencé à faire des études d’horticulture.

& on en parle

> J’ai tout d’abord travaillé avec vous, les enfants du centre de loisirs. Cette collaboration continue. En septembre, vous m’avez invité à participer à vos ateliers en lien avec La Villette à Paris dans le cadre des jardins passagers du monde. J’y apprends encore et toujours. J’ai ainsi découvert que nous avions, au jardin, des fleurs comestibles. Parallèlement, je collabore au jardin de l’école des Grésillons B depuis un an et je conseille des colocataires de la rue Sainte-Marie dans la gestion et l’entretien d’une parcelle de terrain de 150 m².

$%As-tu d’autres projets ?

> Oui, toujours sur la ville. Je travaille avec deux classes de l’école Langevin B et aussi avec les enfants de l’école maternelle Aguado. Je partage également ma passion avec des enfants de la crèche Aguado. C’est très enrichissant. Une vraie découverte pour moi, les réactions des tous petits au contact de la terre, des insectes ou des fleurs ! J’ai aussi accompagné des familles sur la ville, parents et enfants, pour embellir et fleurir

!Coup de gueule

Voitures indésirables

Pour prendre

le pouls du quartier

C

e 29 septembre, les Grésillonnais avaient répondu à l’invitation des élus pour faire une visite périodique d’une partie du quartier. Opportunité saisie, pour souligner les dysfonctionnements et formuler des remarques, des suggestions aussi. Ici, impossibilité de circuler en voiture à cause de véhicules en stationnement gênant. Là, on regrette le triste et récurrent spectacle d’épaves automobiles ou bien encore les nuisances sonores provoquées par une entreprise…

Au fait, à quand les gardes urbains ? Ici, il est estimé que quelques bancs supplémentaires seraient bienvenus dans la coulée verte. Ces rencontres fournissent aussi l’opportunité de constater l’état d’avancement de constructions nouvelles, l’agrément présenté

par des massifs fleuris à l’actif du service des espaces verts, recueillir l’avis de nouveaux locataires dans des bâtiments neufs… Tout cela sous l’œil attentif des responsables des services techniques et de l’Antenne des Grésillons. Ces visites sont sans nul doute une occasion conviviale pour des habitants de faire connaissance et d’échanger, de voir aussi ce qui se passe hors de leur environnement immédiat. Bref, prendre le pouls du quartier dans sa globalité.

De-ci de-là, on entend un retentissant « bonjour m’sieur le maire », moment favorable pour les élus de mesurer leur popularité sur le terrain. Pour la conforter, il ne reste plus qu’à donner des instructions pour que les doléances et suggestions soient suivies d’effets. ¶ Guy Leprieur

L

e passage entre le 115 de l’avenue des Grésillons et la rue Nazet est, depuis quelque temps déjà, occupé par des voitures qui s’y garent assez régulièrement. Il y en a tous les jours entre deux à cinq. Ce passage est l’un des maillons de la voie piétonne qui traverse notre quartier : il est fréquenté par des enfants et des adultes et se situe à proximité de jeux et des écoles du quartier. Que faire pour qu’il y ait un peu de civisme et que soit respecté cet endroit ? Remettre les bornes qui interdiraient l’accès aux voitures ? ¶ Eric Chaillot

des espaces publics. Il m’est également arrivé d’intervenir dans des écoles sur Paris et de participer à des marchés aux fleurs, dans les villes voisines, comme Asnières.

$% Que vas-tu faire cette année ? > Je continue les projets en cours. Je dois travailler avec la Maison de l’enfance Youri Gagarine. Le bouche à oreille fonctionne beaucoup et j’ai de nombreuses sollicitations. En cette fin d’année, nous faisons les plantations de bulbes pour le printemps prochain et avec l’arrivée de l’hiver, je vais faire une pause. Comme les jardins. ¶ Propos recueillis par Warda, Rhania, Salahdine et Nisrine. Emile Godard : 01 47 99 58 30

((( )))

|

communiqué de la mairie

Recherche de bénévoles, accompagner un enfant, ça vous dit ? Vous vous dites : « j’ai été aidé dans ma scolarité et ce soutien je veux l’apporter à d’autres enfants ». « Je suis volontaire pour apporter mon aide aux enfants de ma ville ». Le projet de réussite éducative vous offre la possibilité d’accompagner des enfants de moins de 16 ans, tout en vous garantissant un cadre sérieux et bienveillant. Il s'agit de mobiliser les énergies citoyennes de la ville au service des enfants qui montrent des difficultés. Trois possibilités d’accompagnement : - à la scolarité ; - vers des activités ou des sorties culturelles ou de loisirs ; - vers des structures existantes sur la ville (orthophoniques, CMP…). Accompagner un enfant, c’est utile ! Si vous souhaitez nous rejoindre, merci de vous adresser à Nadia Bouznad au 01 40 85 48 56

50 logements neufs en janvier Le programme de 50 logements neufs à l’angle de la rue Henri-Barbusse et de l’avenue Chandon lancé par l’Office public municipal d’HLM se termine. La petite résidence, composée de 9 F2, 13 F3, 12 F4 et 6 F5 sera livrée fin janvier 2010. Il s’agit de logements sociaux financés en prêt locatif à usage social. Montant de l’opération : 7 millions d’euros.


"coup de chapeau

Un cabaret

qui décortique le travail, en s’amusant « L'art et la manière d’aborder son chef de service pour lui demander une augmentation ».

L’Annonce choisissons les auteurs, les livres que nous avons envie de faire découvrir au public », diton à la bibliothèque. « Et nous avons opté pour traiter le travail de façon humoristique. Il faut bien sourire un peu en ces temps moroses ! » En parallèle de ce cabaret, une rencontre

débat aura lieu samedi 5 décembre à la bibliothèque François Rabelais avec Danielle Linhart, sociologue spécialiste du travail, auteure notamment de « Le Travail » et « Travailler sans les autres ». Elle se livrera à une analyse du devenir tourmenté du travail dans notre société. ¶

'découverte

Le paradis du jeu La ludothèque propose aux petits et grands des centaines de jeux.Visite.

L'

Ici, tout est gratuit. Il suffit de s’inscrire en remplissant une fiche de renseignements. Sur place, Christophe Baour et l’animatrice Maylis Maneoui sont là pour orienter, expliquer les règles du jeu, pour jouer aussi avec qui le désire. On emporte le jeu que l’on souhaite comme l’on emprunte un livre à la bibliothèque. « Nous sortons aussi beaucoup dans la ville, poursuit le responsable. Nous travaillons avec les centres de loisirs, le service jeunesse, les antennes de quartier. Nous proposons de grands jeux pour les familles chaque mois qui peut réunir jusqu’à une centaine de personnes. A l’intérieur ou à l’extérieur, notre objectif reste le même : faire se rencontrer des gens ». Prochains grands rendez-vous : le nouvel an chinois avec un brand jeu et une exposition en préparation. ¶ N. D.

Agil’up.

Ahoi. Un bateau qui tangue sur les flots, une cargaison plus qu’instable, des joueurs ayant des sueurs froides à tous les tours. Ce jeu vous propose de faire une partie en mer et si possible sans perdre de tonneaux !

Mon enfant de Berlin

Anne Viazemski, petite fille de François Mauriac, se sert du journal intime de sa mère ainsi que des lettres qu’elle envoyait à sa grand-mère, pour revisiter la jeunesse de ses parents et nous raconte leur rencontre à Berlin en 1946, dans les ruines de cette ville que se disputent les alliés. Ce moment peu connu de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale sert de toile de fond à ce très beau roman attachant et émouvant.

V

espace n’est pas bien grand. Pourtant, malgré ses 50 m², la ludothèque n’abrite pas moins de 950 jeux. Et on y trouve de tout dans ce paradis pour joueurs invétérés. Pour les tous petits, les grands, les beaucoup plus grands… Ici, les jeux sont classifiés par tranche d’âge. Au fond de la salle, un espace imitation et symbolique ( jeux de dinette, poussette…) et un espace constructions avec les indétrônables légo et kapla. « Le marché du jeu de société ne connaît pas la crise. Il est même en pleine expansion », constate Christophe Baour, responsable de la ludothèque. Et même si les enfants sont majoritaires, les adultes investissent progressivement les lieux.

Sélection de Sylvie Solana, bibliothécaire à Robert Doisneau ¶

d’Anne Viazemski. Editions Gallimard

ous connaissez ? En une centaine de pages, Georges Perec aborde le sujet de façon loufoque. Et c’est bien le ton de l’humour que la bibliothèque Robert Doisneau a choisi pour aborder le thème du travail, lors du prochain cabaret littéraire, vendredi 4 décembre en soirée. Ambiance feutrée, chaleureuse, intime, avec les bougies posées sur les tables bistro. Les cabarets de la bibliothèque, on adore ! Pour preuve l’affluence qu’ils connaissent. L’équipe de la bibliothèque sélectionne des extraits de livres qui seront lu par une compagnie théâtrale. Cette fois, ce sont les comédiens de la Compagnie du théâtre de la forêt qui orchestreront les lectures.

Des habitués de la bibliothèque, spécialisés dans l’exercice des cafés littéraires. Ils nous parleront du travail, donc, au travers des extraits d’« Atelier 62 » de Martine Sonnet, de « La Place » d’Annie Ernaux, de « Tous les matins je me lève » de Jean-Paul Dubois, « La Télévision » de Jean-Philippe Toussaint, et bien d’autres encore. « Nous

(tourner la page

Jeu d’ambiance et d’adresse. Plusieurs modes de jeux sont proposés pour des parties de 2 à 10 joueurs. Un matériel en bois respectant de multiples critères environnementaux comme l’encre végétale, les produits recyclés et recyclables.

La ludothèque suggère Pour les petits (3 à 8 ans)

Carpathes.

L’heure est venue de se confronter aux collègues vampires. Lequel d’entre vous sera à la hauteur de la domination suprême ? Un jeu qui fait l’unanimité des joueurs de tout âge.

Illusio.

Un grand congrès de magiciens se prépare et vous en faites partie. Dans ce jeu, il vous faudra réunir les composants de tours de magie en vue de les faire passer à l’affiche. Ces tours rapportent plus ou moins de points… mais le premier arrivé à 12 points de victoire remporte le congrès !

de Marie-Hélène Lafon. Éditions Buchet-Chestal.

Paul, 46 ans. Paysan à Fridières, Cantal. 53 hectares en pays perdu. Paul n’a qu’une rage : il ne veut pas finir seul, sans femme. Annette a 37 ans. Elle est mère d’Eric, bientôt 11 ans. Elle vient du Nord, de Bailleul. Elle a décidé de recommencer sa vie ailleurs. D’où l’annonce. Paul l’a passée. Annette y a répondu. Sauf qu’il y a les autres… Toutes les histoires d’amour ne se ressemblent pas !

Les saisons de la solitude de Joseph Boyden. Editions Albin Michel.

Deuxième volet d’un triptyque romanesque inauguré avec « Le chemin des âmes ». Joseph Boyden entremêle les voix de deux personnages : celle de Will, plongé dans le coma et dont l’esprit erre dans les méandres de sa mémoire et celle d’Annie, l’une de ses nièces qui lui rend visite chaque jour et lui parle d’erre, de Suzanne, sa sœur dont on est sans nouvelles. Amour, drames intimes, tragédies, secrets, événements ordinaires ou extraordinaires, toutes ces choses qui font la vie.

La ludothèque :

30 – 40, rue François Kovak, 2e étage. Fermé le lundi et le dimanche. Ouvert tous les mardi, jeudi et vendredi de 16 h à 19 h, le mercredi de 13 h 30 à 18 h 30 et le samedi de 13 h 30 à 18 h. Vacances de Noël : du lundi au vendredi de 13 h 30 à 18 h 30.


Le froid ne passera pas par moi ambiante à un niveau convenable. De s’assurer du bon fonctionnement des appareils de chauffage et de leur entretien avant utilisation. De ne pas surchauffer les poêles à bois, les chauffages d’appoint du fait des risques d’incendie et d’intoxication au monoxyde de carbone. Et enfin, de ne pas obstruer les bouches d’aération et cheminées. Pour votre habillement, portez un chapeau chaud, le corps perd plus de chaleur par la tête. Habillez-vous de plusieurs couches. Chaque épaisseur de vêtement doit retenir l’air, tout en laissant échapper la transpiration sur la peau. Enfin, protégez-vous les pieds et les mains. Portez des bottes doublées et imperméables et privilégiez les mitaines, car elles réchauffement plus efficacement les mains que les gants.

Le grand froid tapera à nos portes très bientôt, méfions-nous de lui comme de la canicule !

i

l existe un plan d’urgence hivernale départemental. Il cible prioritairement les personnes sans abri ou en grande précarité de logement. La ville de Gennevilliers est évidemment investie dans ce combat hivernal.

Si vous devez absolument vous déplacer, munissez-vous de nourriture et d’eau en quantité suffisante. Si vous avez un traitement médicamenteux en cours, pensez à le prendre avec vous. Attention, contrairement aux idées reçues, l’alcool ne réchauffe pas ! Au contraire, il diminue votre perception des conséquences du froid. ¶

Mais plus encore, elle souhaite porter une attention toute particulière à ses administrés âgés pendant l’hiver. Si vous connaissez une personne âgée en difficulté (isolement, précarité, physique, mentale, morale…) n’hésitez pas à interpeller la coordination gérontologique. Voici quelques conseils de saison approuvés par l’Institut national d’éducation et de prévention pour la santé (Inpes). A l’intérieur de la maison, il est recommandé de maintenir la température

Delphine Mercurio, responsable de la coordination gérontologique Coordination gérontologique : 17, rue Victor Hugo. Tél : 01 40 85 68 68

((( )))

|

en direct de l’antenne

Au programme

Et vous, qu'en pensez-vous ? Comment trouvez-vous ce journal ? Qu’aimeriez-vous y voir figurer ? Vous voulez nous adresser un article ? Toutes vos suggestions sont les bienvenues.

Contactez-nous au : 01 40 85 60 40 antenne.gresillons@ville-gennevilliers.fr

mardi

© photos Patrick Berger

19

décembre samedi de 14h à 16h. Espace des Grésillons, salle polyva lente. La compagnie de spectacle Difé Kado présente Kakophonies. Goûter -spectacle de Noël. Ce spectacle pour enfant entraîne son jeune public dans une mosaïque artistique métissée. Kakophonies mèle théâtre, chant et danse et aborde de manière ludique et interact ive les thèmes de l’école et la place de l’enfant dans ce monde. Entrée libre et gratuite.

samdi

19

décembre

de 19 h30 à 23 h . Espace des Grésillons, salle polyvalente. Soirée de Noël de l’association Couleur tropique. Les élèves des cours de danse (enfants, ados et adultes) vous proposeront un spectacle de danses traditionnelles créoles. Un buffet participatif (chacun est invité à amener un plat sucré ou salé ou une boisson) sera offert. Entrée libre et gratuite.

22

Antenne des Grésillons : 30-40, rue François Kovac tél : 01 40 85 60 43. Agent de développement local : Laïla Melaz. décembre

de 19 h à 23 h . Espace des Grésillons, salle poly valente. Grand bal concert de fin d’an née. Les quar tiers du Luth, des Agnettes et des Grésillons vous proposent de veni r fêter la fin de l’année. Bal animé par la compagnie Difé kako. Musique carnavalesque, ambiance garantie avec quad rille, salsa, zouk et bien d’aut res danse s encore. Un buffet participat if (chacun apporte boisson ou plat à parta ger) vous accueillera. Si vous souh aitez être bénévole et participer à l’orga nisat ion de cette soirée, n’hésitez pas à contacter l’antenne de quart ier de votre lieu de résidence.

mercredi

23

décembre Le point info famille vous propose une sortie familia le, en après-m idi, au théâtre Comed ia à Paris 10 e pour assister à la représentation de Pierre et le loup (comte musical, durée 1h15 dès 5 ans). Tarif unique : 5 euros. Transport en commu n. Inscription jeudi 17 décembre de 18h30 à 19h30 à l’anten ne des Grésillons. Sortie limitée à 30 places. Renseignements : Delphine Parmentier au 01 40 85 60 43 ou 06 29 14 80 56.

Ça bouge à l’Antenne Vous l’avez sûrement croisé dans le quartier. Arthur Jouanaud a été pendant 6 mois responsable de l’antenne des Grésillons, après avoir participé de décembre à janvier dernier aux assises de la réussite. Charmé par les habitants, il a animé tout

l’été avec succès le Café éphémère, le pique-nique géant sur la coulée verte ainsi que les concerts à Brenu. Il occupe désormais le poste de chargé de développement à Chandon-Brenu-Sévine avec Ridha Dahan. Eric Chaillot et Esther Serrano

La Lettre des Grésillons est éditée par l’antenne de quartier des Grésillons. Responsable de la publication : Laïla Melaz. Conception et rédaction en chef : Nadège Dubessay. Conception graphique et direction artistique : Olaf Mühlmann · © design: www.olafmuehlmann.com Photos : Christophe Couffinhal, Didier Comelec. Sujets imaginés, écrits, photographiés ou illustrés par : Eric Chayot, Isabelle Nadal, Esther Serano, Sylvie Solana, Nathalie Effoudou, Guy Le Prieur. Impression : LNI (labelisé Imprim’Vert) sur du papier 100% recyclé (Cyclus print).

)pratique

La lettre des Grésillons #16  

Dernier numéro de l'année 2009. Journal du quartier gennevillois Les Grésillons. Ecrit par les habitants avec l'aide des professionnels comm...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you