Issuu on Google+

La lettre des Grésillons #19 Grésdito 

été 2010

Bonnes ! vacances

B

onjour à tous ! L’été annonce souvent des vacances très attendues.

Elles seront au bord de l’eau où à la montagne pour certains. Pour d’autres, elles se passeront ici. La bibliothèque de rue, l’Antenne des Grésillons, offrent un large éventail d’activités pour petits et grands. Quant à La lettre des Grésillons, elle fait une pause pour mieux vous revenir à la rentrée. Nous vous donnons donc rendezvous en septembre pour partager ensemble de nouvelles rencontres, pour découvrir notre quartier et les gens qui le font vivre aujourd’hui. En attendant, très bonnes vacances à tous !   L’équipe de la rédaction.

les grés en têtes

Un Compagnon aux pinceaux d’or

< N

William Grassin habite dans notre quartier.

e pas se Artisan peintre d’intérieur, il est aussi servir, ne pas asservir, Compagnon de France, conseiller en peintures mais servir ». Cette devise, naturelles et formateur aux nouvelles techniques. William Grassin la porte encore fièrement. Elle accompagne sa vie depuis des décennies. CFA des compagnons ECAP Ile-de-France, Lorsqu’il sort de l’école de perfectionnement puis bénévolement, au titre de la promotion la Comète, à Asnières, CAP en peinture sociale. Car, n’oublie-t-il jamais de rappeler, en poche, il a tout juste 16 ans. Il parcourt « transmettre est le devoir du compagnon ». Ce la France et apprend le métier dans les partage des connaissances l’aide à mûrir. Le entreprises où il travaille. Et puis à 24 ans, compagnonnage l’accompagne « Transmettre est il devient artisan, avec un associé, en laque comme une seconde famille. « Le le devoir du compagnon. » miroir – une technique particulièrement métier de peintre d’intérieur a un délicate – principalement pour l’entreprise bel avenir, pense-t-il. Même si de moins en Thomson C.S.F. moins de jeunes acceptent d’être orientés dans la profession. C’est un métier social, qui ouvre Cette spécialisation lui a fait connaître parmi aux autres. La satisfaction du client face au sa clientèle des personnes célèbres du milieu travail bien fait, c’est très valorisant ! ». artistique parisien. « Et puis, dit-il, j’ai voulu devenir Compagnon de France auprès de la Aujourd’hui, après quarante ans de métier, société des Peintres vitriers du Devoir. J’ai l’artisan donne des conseils en peintures entamé mon tour de France assez tardivement, naturelles auprès des entreprises et des CFA. à 35 ans. J’ai ensuite présenté mes maquettes Il forme aux nouvelles techniques, tout en d’aspirant et de compagnon ». Compagnon… poursuivant son travail dans les CFA et en véritable philosophie de vie et de travail. « Il évoluant dans les chantiers. Les peintures A Gennevilliers, il œuvre sur un projet s’agit bien sûr de travailler pour vivre, précise- naturelles, non toxiques, respectueuses de associatif qui aurait pour but d’aider les jeunes t-il, mais aussi de travailler pour transmettre l’environnement… Il y croit dur comme et les moins jeunes à bricoler en leur faisant cette philosophie aux autres ». William Grassin fer. Et des projets, il en a toujours des caisses découvrir les métiers du bâtiment. Tout un l’a fait en tant que formateur à la Fédération pleines. Comme celui d’une formation programme ! ¶ compagnonnique des métiers du bâtiment professionnelle pour des jeunes en Afrique. Nathalie Effoudou

 la tribune libre

la photo du mois

Bienvenue au nouveau conseil de quartier

L

e 18 mai, le bureau du conseil de quartier des Grésillons s’est réuni pour la première fois.

A cette occasion, Clarence Koukoui (suppléant William Grassin) a été nommé par ses pairs coprésident aux côtés de Muriel Goudou, coprésidente et élue référente du quartier (suppléant Mohammed Grichi). Suite à cela, le

premier conseil de quartier en séance plénière a eu lieu le 2 juin. On y a présenté les conseillers de quartier, son règlement intérieur, le budget participatif ainsi que les groupes de travail sur lesquels ils s’attèleront avec tous les habitants qui le souhaitent dès la

rentrée de septembre (animation du quartier, aménagement de la seconde tranche du parc Camille Ronce, journal de quartier…).

Ainsi, engagés sur un mandat de deux ans, les nouveaux conseillers de quartier mettront en place, avec le concours technique de l’Antenne des Grésillons, des projets d’animation et d’amélioration du cadre de vie du quartier. ¶ Si vous souhaitez participer aux groupes de travail du conseil de quartier, contactez l’Antenne des Grésillons tél. : 01 40 85 60 40.

Habiter le ciel. Il la présente comme une sorte de « village vertical » où les maisons s’emboîtent les unes sur les autres, ouvertes sur des jardins suspendus. L’architecte Roland Castro a baptisé son œuvre « Habiter le ciel ». Une tour de 18 étages d’une centaine de logements en accession à la propriété. La première tour sera érigée à Gennevilliers, on espère d’ici fin 2012. Photo © Atelier Castro Denissof Casi, Paris.

Une école maternelle

plus grande

L’école maternelle Louise-Michel vient d’agrandir ses murs. Une extension de 300 m² initialement prévue pour accueillir les enfants résidants dans les nouvelles constructions du quartier. Si certains sont arrivés, d’autres sont partis… Ce qui ne permet pas cette année d’ouvrir de nouvelles classes. Mais ça sera très certainement le cas à la rentrée 2011-2012, voire 2012-2013.


!

!

Maison de l’Enfance

C’est l’été !

L

es enfants vous offrent leur sourire, dans ce dernier numéro annonçant l’été. Après une année riche de projets autour des thématiques aussi diverses que l’environnement, la culture, les droits de l’enfant, le sport ou les jeux, les vacances d’été approchent à grand pas.

!

!

!

 ! ! !

!

!

! !

!

!

!

!

!

!

!

!

Côté pratique : La Maison de l’enfance sera bien évidemment ouverte tout l’été, du lundi 5 juillet au mercredi 1er septembre inclus. Au programme : des sorties sportives, de détente et culturelles sur Paris et en région parisienne. Mais aussi des activités diverses et ludiques au rythme des vacances… L’accent sera mis cet été sur la nature, les arts plastiques et le sport. Les responsables de la structure pourront vous renseigner plus en détail sur le programme.

!

- Nous accueillons les enfants de 6 à 11 ans.

-

!

!

 Le saviez-vous ?

C

onnaissez-vous la rue de la Sablière ? Les habitants de cette rue la connaissent, bien sûr, ainsi que quelques autres Grésillonnais, sans doute.

-

!

!

!

La Maison est ouverte de 8h30 à 17 heures, avec une possibilité d’accueil jusqu’à 9h30 et une permanence assurée jusqu’à 18h30 pour les enfants dont les parents travaillent.

- L’inscription est indispensable. Elle se fait au service municipal de l’enfance, au 7e étage de la mairie.

!

!

!

- En journée ou ½ journée, avec ou sans repas. Prévenir les responsables la veille ou le matin, avent 9h30.

L’association de parents « Grés bouilles » assure un accueil dès 7 heures dans les locaux de la Maison de l’enfance, uniquement durant le mois de juillet. ¶

À vo s age nd as

!

!

Mercredi 23 juin 19 h Espace éducat if des Grésillons « De Paris à Rio », présenté par les enfants et l’équipe de la Maison de l’enfance. Renseignements auprès de l’équipe.

Le 115 et les sablières

Mais pourquoi ce nom pour une rue qui borde l’immeuble du 115, avenue des Grésillons, dans cet environnement locatif ou industriel ? Et bien remontons un peu le cours de l’histoire des Grésillons. Autrefois, de nombreuses sablières recouvraient le territoire de Gennevilliers. Au fur et à mesure qu’elles étaient exploitées, on remblayait les parties qui avaient été fouillées. Des tombereaux tirés par des chevaux puis, plus tard, des camions déversaient des gravats qui venaient parfois de loin. Il en existait une notamment, à l’angle de l’avenue Laurent Cély et de l’avenue des Grésillons. C’est à l’emplacement de cette ancienne sablière que fût édifié l’actuel immeuble du 115 (d’où le nom donné à cette rue) après que l’on se fût entouré bien sûr de toutes les garanties techniques de sécurité. Le bon état d’entretien de l’ouvrage en témoigne aujourd’hui. Une ombre au tableau, cependant, il faut se souvenir qu’au cours de l’opération de remblais de cette sablière, un malheureux chauffeur y laissa la vie, noyé suite à la chute de son camion qui effectuait en marche arrière le déversement d’une charge de gravats.  ¶ Guy Leprieur

De Galilée à Sciences Po Dans le cadre de l’action « Convention éducation prioritaire » qui vise à rétablir l’égalité des chances, le lycée Galilée a signé l’année dernière une convention de partenariat avec l’Institut d’études politiques (Sciences Po Paris). Trois élèves ont été admis dans la prestigieuse école. Cette année, 8 élèves ont été admis pour passer le grand oral (une présentation d’un dossier de presse), en juillet prochain. Tous les élèves de terminale intéressés peuvent préparer

l’entrée à cette école, en présentant leur candidature. Le lycée Galilée met à leur disposition un atelier de préparation, chaque mercredi après-midi. Le lycée est également partenaire avec d’autres établissements prestigieux comme les Arts et Métiers, l’université Pierre et Marie Curie, l’école d’ingénieur Léonard de Vinci, et bientôt l’université Paris Dauphine.


coup de chapeau

Nouvelle jeunesse pour la bibliothèque La bibliothèque sera fermée cet été pour cause de travaux. Mais l’équipe vous attend avec trois bibliothèques de rue.

de Jesse Kellerman. Traduit de l’américain. Sonatine, 2009.

La bibliothèque sera fermée, donc, mais pas question pour autant de délaisser les lecteurs. Trois emplacements seront dédiés aux bibliothèques de rue, au lieu de deux initialement – deux dans le parc Camille Ronce et le troisième au 115. L’équipe vous attend avec sa bicyclette rouge emplie de livres, chaque mardi et vendredi dès 16 heures. Sur une large couverture, à l’ombre d’un parasol, enfants et plus grands sont conviés

à flâner et feuilleter albums, magazines, documentaires, petits romans. Car tout se lit sur place. Les bibliothécaires sont à votre service pour tout conseil, ou pour lire une histoire. Chaque année, cette manifestation, initiée en 1998 dans le quartier des Grésillons, remporte un très grand succès. Et puis, les deux autres bibliothèques de la ville attendent tous ceux qui ne peuvent se passer de livres à emporter chez soi. ¶ Nadège Dubessay

 Le point sur

Ç

Sélection de livres par Sylvie Solana. Ces romans sont disponibles à la bibliothèque François Rabelais cet été, durant la fermeture de la bibliothèque Robert-Doisneau. ¶

Les Visages

C

et été, la bibliothèque RobertDoisneau fermera ses portes le 1er juillet pour ne rouvrir que le 7 septembre. Et pour cause. Elle s’offre une nouvelle jeunesse. Durant deux mois, les murs seront entièrement repeints, les sols changés. Exit les vieux bleu, vert et beige. Place à la framboise, la violine, le jaune. Des couleurs chatoyantes qui délimiteront les différents espaces. L’occasion aussi de dépoussiérer les étagères, de faire le tri dans les collections, histoire de laisser la place au multimédia. Trois postes en rez-de-chaussée, trois autres au premier étage seront à la disposition des adules et jeunes d’ici 2011. « Cela répond à une demande. La recherche documentaire se fait désormais de plus en plus sur internet. Ici, nous pourrons aider les personnes dans leurs recherches de façon précise », explique la bibliothécaire Sylvie Solana. Egalement au programme, davantage d’espaces conviviaux afin de profiter au mieux des services de l’équipement public.

tourner la page

F o d 3 b r m i l i m e e s Le projet i

a y est. Les grues ont commencé leur grignotage. Au total, ce sont 320 logements du quartier des 3F qui seront démolis. Une opération dans le cadre de la rénovation urbaine des Grésillons. A l’heure où nous rédigeons ces lignes, 217 logements sont libres et il reste 97 familles à reloger. L’équipe de relogement travaille aujourd’hui sur les demandes entre familles de logements démolis souhaitant rester sur le site et familles des parties non démolies voulant vivre dans des logements neufs. Les 339 logements restants seront réhabilités, avec notamment le ravalement des façades et une mise aux normes de l’intérieur des logements. Les travaux dans les pièces humides (cuisines, salles de bain) ont d’ailleurs commencé. L’objectif de base de ce projet est d’ouvrir la cité sur la ville grâce à la création de voies publiques (coulée verte jusqu’à la station de métro Gabriel-Péri) et de trois unités résidentielles bien séparées, avec un contrôle d’accès et une aire de jeu. Les pignons des immeubles démolis seront reconstruits afin de ne pas laisser des façades aveugles. La reconstruction des logements (627 au total) se fait en partie dans le quartier des Grésillons par l’OPH de Gennevilliers et I3F.

Le jeune amateur d’art Ethan Muller essaie d’en savoir plus sur une série de tableaux exceptionnels signés Victor Cracke, un artiste reclus. Quand un policier à la retraite reconnaît dans l’un des portraits un enfant disparu quarante ans plus tôt, Ethan perd un peu tout contrôle de l’affaire… C’est le début d’une spirale infernale. Jesse Kellerman signe ici un premier roman extrêmement bien réussi.

Obscura

de Régis Descott. Lattès, 2009.

En 1885, dans une bastide d’Aix-en-Provence, la gendarmerie découvre une reconstitution macabre du Déjeuner sur l’herbe, le sulfureux tableau de Manet. A Paris, le jeune Dr Corbel accueille dans son cabinet l’envoûtante Obscura, échappée des maisons closes, qu’un client avait fait poser telle Olympia, une autre œuvre de Manet… Régis Descott nous plonge au cœur du XIXe siècle, des sommets de la société à ses bas-fonds, des balbutiements de la médecine légale aux vertiges de la clinique du Dr Blanche, génial aliéniste et amateur de peinture. Un thriller au charme vénéneux.

The blonde

de Duane Swierczynski. Traduit de l’américain. Rivages, 2010. Un soir, Jack Eisley discute dans un bar d’aéroport avec une jolie blonde qui lui affirme avoir empoisonné son verre. Elle lui donnera un antidote si celui-ci accepte de rester avec elle toute la nuit. Jack s’enfuit, mais bientôt les premiers signes de l’empoisonnement apparaissent… Dans le même temps, Kowalski, agent secret, est à la recherche de la tête d’un professeur récemment décédé. L’action de ce roman se déroule sur une seule nuit, les minutes s’égrènent et entraînent le lecteur dans des situations extravagantes remplies d’humour décalé. Un véritable bon moment de lecture.

Des réunions – deux à trois par trimestre – ont lieu avec le service d’aménagement de la ville et le bailleur et des réunions de concertation sont organisées avec les représentants des locataires à chaque étape importante du projet. Afin d’assurer le suivi du relogement, une commission se réunit tous les mois. ¶ Eric Chayot et Esther Serrano

Histoire de jouer La sélection de la ludothèque Pour les plus grands :

Hot Cocot’.

Un jeu d’ambiance à partager en famille dans lequel la difficulté principale est de mettre l’œuf dans le coquetier à l’aide des petits morceaux de bois biseautés.

Villa Peletti.

Prenez la place de Paletti, grand architecte, dans la construction du château de son grand-père. Attention ! Il vous faudra utiliser les colonnes des étages inférieurs pour construire de plus en plus haut.

Pour les plus petits :

Oudordodo.

Un « Qui est-ce ? » pour les plus jeunes… A vous de poser les bonnes questions pour trouver « ou dort Dodo ? ».

La ludothèque :

30 – 40, rue François Kovak, 2e étage. Fermé le lundi et le dimanche. Ouvert tous les mardi, jeudi et vendredi de 16 h à 19 h, le mercredi de 13 h 30 à 18 h 30 et le samedi de 13 h 30 à 18 h. Vacances scolaires : du lundi au vendredi de 13 h 30 à 18 h 30.


Pour l’amour du papier Françoise Lahoussine et Abdalah Naedjaï nous ouvrent les coulisses de leur papeterie-librairie.

Ouverte du lundi au samedi le dimanche de 5 heures à 19h30 et es. he de 5 heures à 13 ur

A

vec l’arrivée des beaux jours, les livres en dépôt vente ont été disposés dehors. En ce samedi matin, les habitués viennent chercher leur journal. Françoise Lahoussine et son compagnon, Abdallah Nedjaï, les accueillent. Voilà maintenant neuf ans qu’ils tiennent la librairie papeterie de l’avenue des Ils tiennent la librairie papeterie de l’avenue des Grésillons depuis neuf ans. Grésillons. « Avant, explique Françoise, j’étais gestionnaire de stock chez Stanhome, commerciaux. « Tout s’est ensuite enchaîné nouvelles fraîches arrivent. Les réceptions, à Villeneuve-la-Garenne. J’y ai travaillé 26 très vite », raconte-t-elle. Tous deux effectuent les invendus doivent ensuite être portés sur ans ». Et puis l’entreprise, rachetée par Yves des stages dans la presse et l’installation se fait informatique. Et puis il y a les comptes, les Rocher, délocalise en Bretagne, licenciant sans difficulté. « Les gens nous connaissaient, factures, le magasin… « Tous les mardis au passage une centaine de salariés. « On et tous ont été très gentils ». Les cinq enfants matins, je vais dans les salles de ventes pour ne s’est pas laissé faire. On a négocié les sont déjà grands, et ils prennent plaisir à mettre les commandes de livres, explique la libraire. départs », se souvient l’ancienne salariée. A la main à la pâte. « La plus petite se mettait Je me déplace aussi chaque semaine pour la force de chercher un autre emploi sans succès, en caisse. C’est elle qui compte le mieux papeterie ». Même si elle avoue des horaires elle demande une formation de création aujourd’hui. Une autre rangeait les livres. difficiles, Françoise Lahoussine dit aimer pard’entreprise. Maintenant, elle adore lire », sourit Françoise. dessus tout le contact avec les gens, cette clientèle de quartier « avec qui il est si facile Une librairie, cela s’imposait dans cette famille Mais n’allez pas imaginer là un métier facile. de papoter ».  ¶ où « on a toujours aimé le papier, la lecture ». Debout à 3 heures pour ouvrir la boutique N.D. Françoise Lahoussine et son compagnon à 5 heures, 6 jours sur 7 et ne baisser les habitent aux Grésillons. Et lorsqu’ils voient un rideaux qu’à 19h30… Les journaux arrivent local vide, ils sautent sur l’occasion, présentent à 5h15. Il faut les installer, retirer les invendus. un dossier à l’office HLM qui gère les locaux Entre temps, les premiers clients avides de

Librair ie-papeterie 61 bis, avenue des Grésillons 01 47 93 29 83

Et vous, qu'en pensez-vous ?

((( )))

|

Comment trouvez-vous votre journal ? Qu’aimeriez-vous y voir figurer ? Toutes vos suggestions sont les bienvenues.

en direct de l’antenne

Grésillons en fête27 juin 12-18h

Contactez-nous au : 01 40 85 60 40 antenne.gresillons@ville-gennevilliers.fr

À

l’initiative du centre socioculturel Yannick Noah et en partenariat avec les villes d’Asnières et de Gennevilliers, une grande fête de quartier aura lieu dimanche 27 juin de 12h à 18h sur l’avenue des Grésillons.

Des tables et des chaises seront installées pour un pique-nique géant le long de la voie. Vous pourrez y voir des concerts, des démonstrations et participer à des stands d’animation.

O

L’Antenne des Grésillons y tiendra un stand pour informer des activités de l’été et des projets du quartier. Alors venez nous retrouver. Nous vous attendons avec votre panier repas à partager et votre plus beau sourire !

Un été tout en détente n retrouve sa pelle et son sceau pour aller à la plage, son pantalon pattes d’ef pour danser à la soirée disco et son âme d’enfant pour venir

 Coup de gueule

écouter des contes… D’autres moments de loisirs sur le quartier et la ville, des propositions de sorties à découvrir dans votre brochure station d’été.

Stop

Si vous souhaitez donner un coup de main à l’organisation de la fête de quartier, contactez Julien du centre socioculturel Yannick Noah au 01 41 11 02 22

Pour connaître les dates et heures d’inscription, contactez l’antenne des Grésillons au 01 40 85 40 60.

à l’invasion des carrosseries !

Le développement des activités économiques dans notre quartier et l’éloignement du lieu de travail engendrent beaucoup de déplacements, notamment en voiture. Les automobilistes ne trouvent pas assez de places (qui ne sont pas en nombre proportionnel par rapport à celui des voitures) et ont ainsi tendance

à envahir les trottoirs. Les piétons ont pourtant droit de cité comme les autres. Rendons à chacun la place qui est la sienne. D’ailleurs, en cas de choc, qui « gagne » ? Eric Chayot et Pascale Lebreton

La Lettre des Grésillons est éditée par l’antenne de quartier des Grésillons. Responsable de la publication : Géraldine Fauvel. Conception et rédaction en chef : Nadège Dubessay. Conception graphique et direction artistique : Olaf Mühlmann · © design: http://www.rubimann.com Photos : Christophe Couffinhal, Didier Comelec et Pascale Lebreton. Sujets imaginés, écrits, photographiés ou illustrés par : Eric Chayot, Jean Montou, Isabelle Nadal, Esther Serrano, Sylvie Solana, Nathalie Effoudou, Guy Le Prieur. Impression : LNI. Papier : 100% recyclé (Cyclus print).

 la vitrine


La Lettre des Grésillons #19