Issuu on Google+

w

Rapport Annuel 2011

Entreprendre pour un avenir durable


L’essentiel_

— Institution financière de développement, PROPARCO est la filiale de l’Agence française de développement dédiée au financement du secteur privé. Sa mission est de favoriser les investissements privés dans les pays du Sud, en faveur de la croissance et du développement durable. Elle intervient dans les pays émergents et en développement à travers une gamme complète d’instruments financiers de long terme et non-concessionnels (prêts, prises de participation, garanties).

Profil

w Ses financements se concentrent sur le soutien direct

aux entreprises, l’appui aux intermédiaires financiers et le développement des infrastructures avec un haut niveau d’exigence en matière d’impact sur le développement.

Au 31 décembre 2011

2,6 Mds€

en portefeuille. PROPARCO a poursuivi sa croissance en 2011, avec une augmentation de 26 % de son portefeuille.

PROPARCO se positionne en complément de l’offre commerciale pour répondre aux insuffisances de marché. Ses financements ont vocation à démontrer la viabilité des solutions privées dans des domaines novateurs ou dans des secteurs et régions jugés trop risqués par les investisseurs. Elle s'attache à promouvoir, auprès de ses partenaires, les meilleurs standards environnementaux et sociaux. /

300 clients

Les financements de PROPARCO bénéficient à une grande diversité d’acteurs du secteur privé.

60 pays

PROPARCO s’appuie sur un réseau de douze bureaux régionaux pour développer son activité.

02

PROPARCO_Rapport annuel 2011


_L’essentiel

Sommaire 04 Message du Président 05 Entretien avec le Directeur général 06 Faits marquants 08 Chiffres clés 2011 10 Tendances 2011

12—L’institution 14 La gouvernance 17 L’Agence française de développement 18 Le réseau

20—Le modèle 22 Produits et Services Une large gamme d’instruments financiers

et techniques

24 Secteurs Une solide expertise multisectorielle 26 Responsabilité Pour une meilleure performance environnementale et sociale 28 Impacts Mesurer les résultats

30—L’activité 2011 32 Infrastructures Soutenir le développement du rail en Afrique de l’Est 33 Agriculture Développer les filières agro-industrielles 34 Climat Financer des projets sobres en carbone 36  Banques et Marchés Financiers Pour un secteur financier responsable

et durable

38 Santé Renforcer l’offre de soins au Brésil 39 Post-Conflit Soutenir la reconstruction économique

40—Les résultats 2011 42 Les résultats opérationnels 46 Les résultats financiers

48—Les annexes 50 Projets signés en 2011 52 Organigramme 53 Publications

PROPARCO_Rapport annuel 2011

03


L’essentiel_ Étienne Viard / Directeur Général de PROPARCO

Message du Président w

Dov Zerah / Président de PROPARCO et Directeur Général de l’AFD

L

rations des peuples à une plus grande justice sociale et à un partage plus équitable des richesses, nous accroîtrons notre soutien en faveur de modèles de croissance inclusive. Dans les pays émergents, nous continuerons à appuyer des démarches conciliant équilibre environnemental et réduction des inégalités. Enfin, Proparco réinvestira l’Outre-mer pour encourager un développement endogène.

e secteur privé intervient de plus en plus dans le financement et la fourniture de services de base. Dans les pays en développement, il contribue à près de la moitié des investissements dans les infrastructures. Créateur de valeur et d’emplois, source de revenus pour les Etats, le secteur privé est un levier efficace pour répondre aux besoins des populations et catalyser le développement. PROPARCO est née il y a plus de trente ans de la conviction que le secteur privé est un acteur majeur du développement. A travers sa gamme d’instruments financiers de long terme, notre institution encourage les initiatives à fort impact de développement. Elle a vocation à pallier les insuffisances des marchés, en investissant dans des régions et des secteurs délaissés par les investisseurs. Ces dernières années, PROPARCO a connu une très forte croissance de son activité. Les résultats de 2011 confirment sa place parmi les principales institutions financières de développement dédiées au secteur privé. Cette réussite témoigne de la justesse de notre modèle, fondé sur un équilibre entre rentabilité financière et impact développemental. Le plan d’orientations stratégiques pour 2012-2016 de l’Agence Française de Développement, notre maison-mère, réaffirme le rôle central de notre institution comme financeur du développement et précise nos missions. Proparco renforcera son positionnement en Afrique subsaharienne, qui recueillera plus de la moitié des financements. En Méditerranée, où les printemps arabes ont mis en lumière les aspi-

04

PROPARCO_Rapport annuel 2011

Alors que la croissance est en berne dans la plupart des pays industrialisés, elle ne se dément pas en Afrique, en Asie et en Amérique latine. Ce dynamisme est porteur d’opportunités nouvelles, mais aussi de défis inédits. La flambée des prix alimentaires de 2011 rappelle l’urgence d’investir dans l’agriculture et les infrastructures associées, alors qu’il faudra nourrir neuf milliards de personnes en 2050. Aujourd’hui, et demain plus encore, la stabilité des pays du Sud reposera sur leur agriculture et leur agro-industrie. Le secteur public ne pourra pas, à lui seul, répondre à ces besoins. La participation d’investisseurs privés sera essentielle. Nous continuerons à faire du renforcement des filières agro-industrielles une priorité. Parce que nous croyons au rôle fondamental des petites et moyennes entreprises, nous engagerons des efforts supplémentaires pour les financer et renforcer leurs capacités. Proparco développera son offre en mettant en place un pôle dédié aux PME, en accroissant son activité en capital investissement et en renforçant les investissements directs dans les entreprises. Pour réaliser ces ambitions, nous devrons compter sur une institution solide et performante. C’est pourquoi l’élan de consolidation engagé en 2010 sera poursuivi grâce au renforcement de notre capital humain et de notre modèle financier, ainsi que par la recherche des meilleurs standards dans l’ensemble de nos métiers. Pour relever ces défis, je sais que je peux compter sur le professionnalisme des collaborateurs de PROPARCO. Je tiens à les remercier pour leur engagement et leur capacité à porter, au quotidien, nos valeurs et nos ambitions auprès de nos partenaires. /


_L’essentiel

Quel bilan tirez-vous de l’année 2011 ? w Avec un portefeuille de 2,6 Mds 1 - en croissance de 24 % par rapport à 2010 -, nous avons démontré notre capacité à approfondir nos actions dans un contexte de marché difficile. Cette année aura aussi été marquée par de nombreuses interventions dans des pays en crise et sortie de crise, comme l’Irak, la Côte d’Ivoire ou la Tunisie ainsi que dans de nouveaux pays d'Amérique latine. PROPARCO a pleinement joué son rôle subsidiaire. Notre niveau d’activité, en baisse relative de 9 %, est le reflet d’une orientation délibérée de nos actions vers ces régions, où les financements sont par nature plus difficiles à structurer. En Méditerranée et Moyen Orient, nous témoignons de notre volonté d’accompagner le développement économique de la région avec 250 M1 de signatures – en hausse de 84 % par rapport à 2010. Nous sommes, par ailleurs, restés très engagés en Afrique subsaharienne, qui demeure encore trop à l’écart des flux d’investissement internationaux. Quelles ont été les opérations marquantes de l’année 2011 ? w Pour répondre aux enjeux climatiques et aux impératifs de sécurité énergétique, nous avons financé des opérations phares dans les énergies renouvelables, notamment le premier grand projet solaire en Amérique latine. Nous avons également soutenu les projets d’efficacité énergétique de plusieurs industriels asiatiques. Dans le secteur financier, nous avons diversifié nos actions avec plusieurs opérations dans le secteur de l’assurance et de la réassurance en Afrique. Nous avons également été très présents sur quelques grands projets d’infrastructures, notamment dans les télécommunications et les transports. PROPARCO vient d’adopter son nouveau plan d’affaires. Quelles sont ses priorités pour les deux prochaines années ? w Nous allons, d’abord, accroître nos interventions en Afrique subsaharienne. Nous devons participer, dans cette région, au développement de l’agro-industrie, à l’approfondissement des

Entretien avec le Directeur général w

Étienne Viard / Directeur général de PROPARCO

marchés financiers et à la construction des infrastructures. La réouverture de notre bureau de Douala, au Cameroun, doit accompagner notre développement en Afrique centrale et au Nigeria. Par ailleurs, nous souhaitons davantage nous impliquer sur le terrain de la lutte contre le changement climatique avec de nouveaux projets d’énergies renouvelables et d’efficacité énergétique. Le plan d’affaires prévoit enfin le renforcement de notre action en Outre-mer. Quels instruments privilégiera PROPARCO pour soutenir le secteur privé ? w Les investissements directs sont un moyen efficace et particulièrement subsidiaire d'accompagner les opérateurs privés dans les pays émergents et en développement. A l’avenir, nous souhaitons mobiliser davantage ces instruments en capital, aux côtés de notre offre de prêts. Nos clients pourront accéder à des fonds propres, indispensables à leur croissance, ainsi qu’à un accompagnement rapproché en matière de définition de la

stratégie et d’amélioration de la gouvernance. Conscients de l’importance des enjeux de renforcement des capacités, notamment des PME, nous souhaitons également engager plus de moyens pour nos activités d’assistance technique. Quels sont les autres défis à relever dans les prochaines années ? w La croissance de l’activité, durant ces cinq dernières années, a donné un nouveau visage à PROPARCO. Elle est présente, depuis 2008, sur les quatre continents et investit chaque année dans de nouveaux pays. La poursuite de cette croissance exige de consolider notre modèle. En 2011, nous avons engagé d’importants efforts dans la structuration et la rationalisation de notre institution. Nous devrons poursuivre, en 2012, ces efforts de consolidation. Une attention particulière devra être portée à l’amélioration de la gestion de notre portefeuille et au suivi environnemental et social de nos clients. Nous resterons, enfin, très vigilants aux évolutions des marchés financiers. /

PROPARCO_Rapport annuel 2011

05


l'essentiel_

faits Faits marquants marquants w L’année 2011 confirme le rôle et l’engagement de PROPARCO en faveur du développement. Un engagement sur les plans opérationnel, institutionnel mais aussi intellectuel. /

1

06

Gouvernance

2

Management

3

éVéNEMENT

Un nouvel actionnaire

Deux nominations

Tourisme et développement

Date > 10.05.11 lieu > Paris. FRANCE

Date > 24.06.11 lieu > Paris. FRANCE

Date > 29.06.11 lieu > Le Caire. ÉGYPTE

La Corporation andine de développement (CAF) est entrée, le 10 mai, au capital de PROPARCO. C’est la première institution financière latinoaméricaine à détenir des parts dans son capital. Bras financier de la Communauté andine des nations, elle représente une des principales sources de financement multilatéral en Amérique latine. La présence d’actionnaires comme la CAF contribue à faire de PROPARCO une plateforme unique d’investisseurs publics et privés du Nord et du Sud.

Le conseil d’administration de PROPARCO a nommé Marie-Hélène Loison, le 24 juin, en qualité de Directrice générale déléguée en charge des Opérations. Marie-Hélène Loison occupait, depuis 2008, le poste de Responsable de la division Participations et fonds propres de PROPARCO. Colette Grosset a été nommée, au même conseil, en qualité de Directrice générale déléguée en charge du Secrétariat général. Elle exerçait auparavant les fonctions de Directrice adjointe de la Direction des opérations de l’AFD.

PROPARCO a réuni experts, financiers et acteurs économiques du monde entier pour débattre des enjeux de l’industrie touristique en Afrique subsaharienne, Méditerranée et Moyen-Orient. Cette conférence a permis de rappeler l’importance de cette industrie pour le développement économique de ces régions. L'occasion d’échanger sur les conditions d’émergence d’un tourisme respectueux de l’environnement et sur le rôle des acteurs privés dans ce secteur.

PROPARCO_Rapport annuel 2011


Faits marquants

4

Responsabilité

5

DéBATS

6

PRIX

_l'essentiel

7

Implantation

Promouvoir la bonne gouvernance

Les partenaires de l’Afrique

Deux projets récompensés

Le réseau s’agrandit

Date > 18.10.11 lieu > Paris. FRANCE

Date > 22.11.11 / 02.12.11 lieu > Kwale. KENYA / Arequipa. PÉROU

Date > 01.12.11 lieu >Douala. CAMEROUN / Mexico. MEXIQUE

Aux côtés de 24 institutions financières de développement, PROPARCO a adopté un « Cadre de développement de la gouvernance d’entreprise » dans les marchés émergents. Ce cadre définit un ensemble commun de principes directeurs destinés à promouvoir des pratiques de bonne gouvernance auprès des clients et partenaires de ces institutions. Les signataires entendent, par ce texte, répondre à la demande du G20 d’une action renforcée en faveur de la transparence et de la responsabilité d’entreprise.

« Les nouveaux acteurs en Afrique : des BRICs aux pays d’Afrique du Nord et MoyenOrient ». C’était le thème de la 3e édition du Club des Investisseurs de PROPARCO. Plus de 120 entrepreneurs et financiers du Nord et du Sud ont évoqué ensemble les stratégies et perceptions de ces nouveaux acteurs. Seuls un meilleur climat des affaires, une intégration régionale accrue et des économies diversifiées permettront de conforter le rôle de ces partenaires dans le développement de l’Afrique.

La prestigieuse revue internationale Project Finance a décerné le prix « Latin America Renewables Deal of the Year 2011 » au projet solaire T-Solar, cofinancé par PROPARCO au Pérou. Il s’agit du premier projet d’énergie photovoltaïque de grande envergure en Amérique latine. Kwale, grand projet minier kényan, a reçu le prix « Mining Deal of the Year 2011 » de la revue Project Finance International. Cette opération, cofinancée par PROPARCO, s’accompagne d’un ambitieux plan environnemental et social.

PROPARCO se renforce en Afrique subsaharienne avec la réouverture du bureau de Douala au Cameroun. Ce bureau, qui couvre l’Afrique centrale et le Nigeria, doit permettre de redynamiser l’activité dans la région, entre autres en faveur des petites et moyennes entreprises. PROPARCO a, par ailleurs, développé son activité en Amérique centrale en étendant sa présence au Mexique.

Date > 23.09.11 lieu > Washington. ÉTATS-UNIS

PROPARCO_Rapport annuel 2011

@ Retrouvez nos communiqués de presse sur le site www.proparco.fr

07


l'essentiel_

Chiffres clés 2011 w Avec 865 M€ de signatures, PROPARCO conforte son activité tout en combinant performance financière et développementale. /

Les financements et cofinancements de PROPARCO en 2011 contribueront à :

« Depuis notre création, nous sommes animés de la conviction qu’il est possible de concilier croissance économique, équilibre environnemental et impact social. C’est pourquoi nous nous attachons à promouvoir, dans chaque action, les principes d’un financement responsable. » Étienne Viard / Directeur général, PROPARCO

Connecter 8 millions de personnes à un réseau de télécommunications. Créer ou maintenir 89 000 emplois directs et 273 000 emplois indirects. Réduire ou éviter les émissions de gaz à effet de serre à hauteur de 2,3 millions teq CO2 par an. Contribuer aux revenus des États à hauteur de 670 M€ par an. Permettre l’accès au microcrédit à 275 000 personnes. Améliorer la performance environnementale et sociale de 34 projets. Acheminer plus de 11 millions de tonnes de fret par an. Nota Bene: Ces indicateurs rendent compte des résultats attendus de chaque projet. Évalués ex ante, ils s’inscrivent dans une démarche de contribution globale au développement.

08

PROPARCO_Rapport annuel 2011


Chiffres clés

Signatures par zone géographique en 2011 (en % du total des signatures)

Signatures par secteur en 2011 (en % du total des signatures) 5 % Fonds d'investissement 14 % Entreprises

3 % Multi-pays 12 % Asie

33 % infrastructures

27 % Amérique latine et Caraïbes

48 %

29 % Afrique subsaharienne

Secteur financier

_l'essentiel

Signatures par instrument en 2011 (en % du total des signatures) 1 % Autres 5 % Participations directes 5 % Participations indirectes 89 % Prêts

29 % Méditerranée et Moyen-Orient

Signatures par produit 2007- 2011 (en M€) 2011 865 M€

553

2010 944 M€

586

2009 893 M€

570

2008 467 M€

244

2007 357 M€

252

zz Prêts et garanties pour

9 66

206

5 156

12 19 125

30 10 54 202 60

76

55

24 48 27

32

40 41 24

compte propre zz Prêts collectivités d’Outre-Mer zz Autres titres

zz Participations zz Prêts pour compte AFD zz Prêts pour comptes tiers zz FISEA

PROPARCO_Rapport annuel 2011

09


l'essentiel_

AFRIQUE SUBSAHARIENNE En 2011, PROPARCO concentre ses efforts sur le soutien au secteur financier et aux infrastructures. /

Tendances faits 2011 marquants w PROPARCO intervient sur les quatre continents, des grands pays émergents aux pays les plus pauvres, dans des environnements politiques stables ou fragiles. /

« Catalyser l’investissement privé au service d’une croissance durable. C’est l’ambition que porte PROPARCO sur les quatre continents. Une ambition qui s’appuie sur une offre diversifiée et des solutions sur-mesure adaptées à chaque géographie. »

Colette Grosset / Directrice générale déléguée en charge du Secrétariat général, PROPARCO

ABIDJAN – LAGOS – JOHANNESBOURG NAIROBI - DOUALA Malgré une économie mondiale fragile, la croissance de l’Afrique subsaharienne est restée solide en 2011. L’essor de sa demande intérieure, le resserrement des liens avec l’Asie conjugués au renchérissement du prix des matières premières ont contribué au dynamisme de la région. Pourtant, les défis subsistent pour que cette croissance s’installe durablement et profite à tous. Dans la région, l’action de PROPARCO s'est principalement concentrée sur le développement des infrastructures et le renforcement des systèmes financiers. L’appui aux filières agro-industrielles et le financement des PME prennent progressivement de l’ampleur.

L’Afrique subsaharienne représente

57 %

des investissements en fonds propres En 2011, PROPARCO est intervenue en fonds propres dans le capital de plusieurs groupes bancaires.

10

PROPARCO_Rapport annuel 2011


TENDANCES

_l'essentiel

Méditerranée ET MOYEN-ORIENT

ASIE

AMéRIQUE LATINE ET CARAÏBES

L’action de PROPARCO est orientée vers les secteurs favorables à l’emploi. /

PROPARCO poursuit, en 2011, son action en faveur d’une croissance durable et partagée. /

L’année 2011 conforte l’engagement de PROPARCO dans les pays d’Amérique latine et les Caraïbes. /

CASABLANCA – TUNIS LE CAIRE Les pays de la Méditerranée et du MoyenOrient sont en pleine mutation. Les réformes engagées, durant ces dernières années, ont permis d’accomplir d’importants progrès économiques. Mais ces avancées n’ont pas su répondre aux aspirations politiques et sociales d’une population en forte croissance. C’est ce que semblent montrer les appels au changement des Printemps arabes de 2011. Ces contextes politiques offrent une occasion exceptionnelle de construire une croissance durable et inclusive. Dans cette zone, PROPARCO a financé les entreprises à haute intensité de maind’œuvre et les intermédiaires financiers. Elle a aussi soutenu le développement d’infrastructures d’énergies renouvelables et des télécommunications.

BANGKOK - DELHI PÉKIN L’Asie connaît la croissance économique la plus rapide de toutes les régions du monde. Ce dynamisme est porteur d’opportunités mais aussi de défis inédits. Que ce soit en matière de protection de l’environnement, de lutte contre le changement climatique ou de répartition des fruits de la croissance, les pays asiatiques doivent penser leurs stratégies de croissance à partir de problématiques locales et mondiales. Dans la région, PROPARCO a appuyé le développement de modèles économiques durables conciliant environnement et réduction des inégalités. Elle a notamment financé des programmes d’efficacité énergétique d’une société papetière indonésienne et d’un producteur de verres chinois.

SÃO PAULO - MEXICO Au cours de la dernière décennie, l’Amérique latine a réussi des transformations remarquables en s’appuyant sur une gestion macroéconomique de meilleure qualité, des politiques publiques plus efficaces et des innovations sociales réussies. Sa forte croissance doit désormais se transformer en développement économique et social. Dans ce contexte, PROPARCO oriente son activité en faveur d’une croissance verte et solidaire. Elle a soutenu le développement des infrastructures d’éducation et de santé, l’essor des énergies renouvelables et le financement du secteur agro-industriel, porteur d’enjeux environnementaux majeurs. En 2011, elle s’est développée en Argentine, en Équateur, au Paraguay et au Panama.

La zone MENA représente

L’Asie représente

En Amérique latine et Caraïbes, PROPARCO dédie

des transactions signées

des réductions d’émissions de CO2

de l’activité au financement de l’agro-industrie

29 %

Les financements de PROPARCO dans la région ont augmenté de 84 % en 2011.

77 %

PROPARCO a soutenu, en 2011, les projets d‘efficacité énergétique de plusieurs entreprises asiatiques.

45 %

En 2011, PROPARCO a octroyé cinq lignes de crédit dédiées au financement de l'agro-industrie.

PROPARCO_Rapport annuel 2011

11


L’institution_

L’institution w PROPARCO possède une gouvernance unique et une équipe exécutive expérimentée au service du développement. Son adossement à l’Agence française de développement et son réseau international sont de solides atouts pour accompagner le secteur privé du Sud.

12

PROPARCO_Rapport annuel 2011


_L’institution

w

29 actionnaires PROPARCO se distingue de ses homologues européens par sa gouvernance privée et publique du Nord et du Sud.

PROPARCO_Rapport annuel 2011

13


L’institution_

Conseil d’administration La gouvernance w

1

2

3

4

Président —

Dov ZERAH (8)

6

7

8

9

Didier MERCIER

Administrateurs —

Dov ZERAH, Président

BPCE International et Outre-Mer Philippe GARSUAULT

Didier MERCIER, Vice-Président Jean Jacques MOINEVILLE (12) Pierre JACQUET Gilles BERGIN (15) Rémi GENEVEY

Corporación Andina de Fomento (CAF) Cornelius Petrus VONK CDC Entreprises Élan PME Pascal LAGARDE

Agence française de développement Stéphane FOUCAULT (16)

Crédit Agricole SA Éric HOTTELART (9)

BNP Paribas Philippe SECHAUD (13)

Development Bank of Southern Africa (DBSA) Admassu TADESSE (14)

Banque marocaine du commerce extérieur (BMCE) Brahim BENJELLOUN-TOUIMI

DEG Karl WEINFURTNER (7) Natixis Jean-Claude GARDETTE (4)

PROPARCO_Rapport annuel 2011

10

11

12

13 14

15

Dirigeants —

Lutaf KASSAM Banque Ouest-Africaine de développement (BOAD) Éric BIO

Directeurs généraux délégués Colette GROSSET (6) Marie-Hélène LOISON

BPCE Josiane LANCELLE

Directeur général Étienne VIARD (11)

Vice-Président —

14

5

Représentant du comité d’établissement de l’AFD — Tanguy DENIEUL (5)

Censeurs et observateurs —

Censeurs statutaires : Ministère de l'Économie, des finances et de l’industrie Frédéric CHOBLET (2) Ministère des Affaires étrangères et européennes Étienne ROLLAND-PIEGUE (3) Censeurs non statutaires : Aga Khan Fund for Economic Development

Coface Maëlia DUFOUR (10) GDF Suez Denis SIMONNEAU Veolia Eau Patrice FONLLADOSA

Commissaire du gouvernement — Claude WARNET (1)

Commissaires aux comptes —

Société MAZARS Max DONGAR Guillaume POTEL Société KPMG Arnaud BOURDEILLE Malcolm MC LARTY

16


Gouvernance

_L’institution

Un actionnariat unique w PROPARCO rassemble une trentaine d’actionnaires, privés et publics, du Nord et du Sud, engagés en faveur du développement. Cette plateforme d’investisseurs apporte une expertise décisive en matière de pilotage stratégique et de gouvernance. /

57 %

Agence française de développement

26 %

Organismes financiers français

13 %

Organismes financiers internationaux

3 %

Entreprises

1 %

Fonds et fondations éthiques

BNP Paribas BPCE IOM CDC Elan entreprises PME Coface Crédit Agricole SA Natixis Société Générale

Aga Khan Fund for Economic Development Banque marocaine du commerce extérieur (BMCE) Banque Ouest-Africaine (BOA) Banque Ouest-Africaine de développement (BOAD) Corporación Andina de Fomento (CAF) Development Bank of Southern Africa (DBSA) DEG

Bolloré Africa Logistics Bouygues Bouygues Construction DMC GDF Suez Saur International LOCATOM SIPH Socotec International Somdiaa Véolia Eau - Compagnie générale des eaux S.C.A

Xavier de BAYSER Amundi AFD Avenirs Durables Natixis Solidaire

Répartition du capital : 420 M€

PROPARCO_Rapport annuel 2011

15


Gouvernance

L’institution_

1

2

4

5

65

6

3

7

8

9

w

10

11

12

13

L’équipe exécutive Direction générale — Étienne Viard (1) Directeur général

Colette Grosset (2) Directrice générale déléguée en charge du Secrétariat général Marie-Hélène Loison (3) Directrice générale déléguée en charge des Opérations

Opérations —

Jérôme Bertrand-Hardy (7) Adjoint à la Directrice générale déléguée en charge des Opérations +33 1 53 44 30 56 bertrand-hardyj@proparco.fr Jean-Pierre Barral (12) Responsable de la division Infrastructures et mines +33 1 53 44 47 81 barraljp@proparco.fr Amélie July (11) Responsable de la division Banques et marchés financiers +33 1 53 44 35 60 julya@proparco.fr Laurent Klein (9) Responsable de la division Participations et fonds propres +33 1 53 44 33 89 kleinl@proparco.fr

16

PROPARCO_Rapport annuel 2011

Stéphanie Lanfranchi (13) Responsable de la division Entreprises +33 1 53 44 39 67 lanfranchis@proparco.fr

Jean-Baptiste Sabatié (5) Directeur des risques +33 1 53 44 42 75 sabatiej@proparco.fr

Secrétariat général —

Marianne Sivignon-Lecourt (8) Directrice juridique +33 1 53 44 34 14 sivignon-lecourtm@proparco.fr

Ghislain De Valon (6) Adjoint à la Directrice générale déléguée en charge du Secrétariat général +33 1 53 44 35 38 devalong@proparco.fr Cécile Couprie (4) Directrice administrative et financière +33 1 53 44 38 31 coupriec@proparco.fr

Yazid Safir (10) Directeur du portefeuille +33 1 53 44 46 05 safiry@proparco.fr


Gouvernance

_L’institution

AFD L’Agence française de développement (AFD) est l’actionnaire principal de PROPARCO. Elle lui apporte son soutien en termes de ressources humaines, d’adossement financier, de réseau commercial et de présence géographique. /

w

Une institution au service du développement Établissement public à caractère industriel et commercial, l’AFD agit depuis soixante-dix ans pour combattre la pauvreté et favoriser le développement dans les pays du Sud et dans l’Outre-mer. Elle met en œuvre la politique définie par le gouvernement français. Présente sur le terrain dans plus de soixante pays et dans neuf départements et collectivités d’Outre-mer, l’AFD finance et accompagne des projets qui améliorent les conditions de vie des populations, soutiennent la croissance économique et protègent la planète : scolarisation, santé maternelle, appui aux agriculteurs et aux petites entreprises, adduction d’eau, développement des infrastructures, préservation de la biodiversité, lutte contre le réchauffement climatique. En 2011, les financements approuvés par l’AFD s’élèvent à 6,8 milliards d’euros, dont 1,1 milliard d’euros dans l’Outre-mer. Outre une palette variée d’instruments financiers (prêts, garanties, subvention, etc.), l’AFD propose à ses partenaires des outils de formation, de réflexion et d’évaluation. L’ Afrique subsaharienne est la première zone d’intervention de l’Agence. Elle dispose aussi d’une

forte implantation en Méditerranée et au Moyen-Orient, en Asie et dans le Pacifique, en Amérique latine et dans les Caraïbes. Elle mène une action spécifique à destination des États fragiles. L’ AFD collabore également avec les réseaux académiques français et internationaux pour contribuer aux débats et aux réflexions prospectives sur le développement. Elle accompagne divers acteurs français aux compétences complémentaires : collectivités, entreprises, structures professionnelles spécialisées, organisations de la société civile, etc. De même, elle a développé une large gamme de partenariats internationaux avec les agences d’aides européennes, les grandes banques de développement, mais aussi les nouveaux pays donateurs et des fondations privées.

@ Pour en savoir plus, consulter le site www.afd.fr

PROPARCO_Rapport annuel 2011

17


L’institution_

Une présence internationale PROPARCO est présente dans soixante pays sur quatre continents. Elle évolue au plus près du tissu économique local pour toujours mieux répondre aux besoins de ses clients. L’institution financière de développement s’appuie sur un réseau de douze bureaux répartis sur quatre continents. /

aitsLe réseau marquants

Casab

Mexico w

abidjan

São Paulo

amérique latine et caraïbes multi-pays

3 % 25 M€ de l'activité

de signatures

18

mexico amérique centrale et caraïbes sÃo paulo amérique du Sud

27 % 231 M€ de l'activité

de signatures

PROPARCO_Rapport annuel 2011


réseau

SIÈGE PARIS

Paris

blanca

_L’institution

151, rue Saint-Honoré 75001 Paris

Tunis

Pékin Le Caire Delhi Bangkok

Lagos

Douala Nairobi

Johannesbourg

afrique subsaharienne abidjan afrique de l’Ouest Johannesbourg afrique australe et Madagascar Lagos Nairobi afrique de l’Est DOUALA afrique centrale et Nigeria

29 % 251 M€ de l'activité

de signatures

méditerranée et moyen-orient CASABLANCA Maghreb Le CAIRE Moyen-Orient Tunis

29 % 252 M€ de l'activité

de signatures

ASIE BanGkok asie du Nord et du Sud-Est delhi asie du Sud Pékin

12 % 106 M€ de l'activité

de signatures

PROPARCO_Rapport annuel 2011

19


Le modèle _

19 % de

w

projets climat Plusieurs projets d'efficacité énergétique et d'énergies renouvelables ont été soutenus en 2011 pour un volume total de 165 Me.

20

PROPARCO_Rapport annuel 2011


_Le modèle

Le modèle w PROPARCO se positionne en complément de l’offre commerciale pour combler les défaillances du marché. Sa gamme de produits financiers de long terme, son offre d’assistance technique et son expertise en matière environnementale et sociale sont de solides atouts pour accompagner le secteur privé.

PROPARCO_Rapport annuel 2011

21


Le modèle _

1. Une ligne de transmission sur la centrale à gaz Phu My 2.2. 2. Entrepôt en Amérique centrale. 3. Un atelier de réparation sur le site de la centrale à gaz Phu My 2.2. /

2 1

w

Offrir une large gamme d’instruments financiers et techniques PROPARCO propose une large gamme d’instruments financiers - prêts, prises de participation et garanties. Ces instruments financiers de long terme sont enrichis d'une offre d'assistance technique./

Aliquam Une ligne de crédit en rands sud-africains — Sasfin bank est l’une des seules banques spécialisées dans les petites et moyennes entreprises en Afrique du Sud. Elle a su tirer parti de ce positionnement en captant plus de 10 % des parts de ce marché. Un prêt de 361 M de rands, équivalant à 35 M3, lui a été accordé dans le cadre d’une facilité conjointe entre les institutions financières de développement allemande DEG, néerlandaise FMO, et PROPARCO. Ce financement contribuera à renforcer la disponibilité de ressources financières de long terme auprès des PME sud-africaines, affectées par la récente crise financière. /

22

Prêter à long terme PROPARCO dispose d’une gamme de prêts diversifiés : seniors, mezzanines convertibles, etc. Libellés en devise ou en monnaie locale, ils s’échelonnent de 3 à 100 M1, sur une durée pouvant aller de 5 à 20  ans. Un accord de sous-participation avec l’Agence française de développement (AFD) lui permet d’accroître le montant de ses prêts. Des dispositifs de cofinancement avec d’autres agences et institutions financières de développement peuvent aussi être mobilisés. PROPARCO propose des prêts directs en monnaie locale pour réduire l’exposition de ses clients au risque de change. Elle a recours, depuis 2007, au dispositif TCX, un outil multi-bailleur qui lui offre une couverture du risque de change et soutient le développement de son offre en monnaie locale. En 2011, PROPARCO a octroyé des prêts en ouguiyas mauritaniens (MRO), en nairas nigérians (NGN) et en rands sud-africains (ZAR).

Intervenir en fonds propres PROPARCO intervient en fonds propres et quasifonds propres dans le capital de sociétés porteuses de croissance au Sud. Elle peut mobiliser une large gamme d’instruments de haut de bilan tels que les PROPARCO_Rapport annuel 2011

apports en capital, les comptes courants d’actionnaires, les obligations convertibles, les prêts participatifs, etc. Elle investit également dans des fonds d’investissement et dans des fonds de fonds pour démultiplier son impact. Les entreprises accèdent ainsi à des fonds propres, indispensables à leur croissance, ainsi qu’à un accompagnement rapproché en matière de définition de leur stratégie, d’amélioration de leur gouvernance et d’accès à des réseaux professionnels internationaux. Ces prises de participation, directes et indirectes, s’échelonnent de 0,5 à 20 M1. Toujours minoritaires, elles ont vocation à être cédées à un horizon de 5 à 8 ans. Durant cette période, PROPARCO s’attache à diffuser les meilleurs standards de gouvernance.

Garantir Par sa signature, PROPARCO apporte à ses clients une garantie de solvabilité qui peut prendre plusieurs formes : la garantie d'emprunt obligataire, la garantie d'emprunt interbancaire et la garantie d’emprunt en monnaie locale.


produits et services

_Le modèle

3 FISEA, s’impliquer et investir aux côtés des sociétés africaines — Créé en 2009, le Fonds d'investissement et de soutien aux entreprises en Afrique (FISEA) est détenu par l’AFD et géré par PROPARCO. Ce fonds prend des participations dans des entreprises, des banques, des institutions de microfinance et des fonds d’investissement d’Afrique subsaharienne. Avec un objectif de 250 M3 d’investissement sur cinq ans, FISEA est l’un des dispositifs majeurs de l’initiative française pour la croissance et l’emploi en Afrique. Le fonds se veut un outil complémentaire des fonds d’investissement privés. Il cible des régions plus instables ou en sortie de crise, ainsi que des secteurs traditionnellement délaissés des investisseurs, comme l’agriculture, la microfinance ou la santé. Une enveloppe de subvention de 5 M3 est consacrée au financement de projets d’assistance technique en faveur des sociétés du portefeuille.

Renforcer les capacités Le secteur privé n’a pas seulement besoin de financement. Pour se renforcer, iI a aussi besoin d’accompagnement dans des domaines aussi variés que la gestion financière, les ressources humaines, le marketing, la gestion environnementale et sociale ou encore la gouvernance. L’assistance technique permet de renforcer sa viabilité. Mais également de l’encourager à pérenniser des modèles économiques responsables et à fort impact sur le développement. En complément de sa gamme d’instruments financiers, PROPARCO propose une assistance technique destinée à améliorer les performances financières, sociales et environnementales de ses clients. C’est un moyen efficace pour les accompagner dans la conduite du changement et favoriser l’innovation. Ces projets sont financés par l’enveloppe d’assistance technique du fonds FISEA et par la Facilité de renforcement des capacités de gouvernance (FRCG) de l’AFD. Ces ressources permettent de financer des missions d’expertise auprès de ses clients. Ainsi que des programmes d’assistance technique des fonds d’investissement

destinés aux sociétés de leur portefeuille. La combinaison entre financement et assistance technique se révèle particulièrement pertinente pour les PME du portefeuille de FISEA. Elle a notamment permis d’accompagner plusieurs petites institutions financières du portefeuille de TuninvestAfricinvest dans la remise à niveau de leur système d’information. Mais aussi de renforcer, en partenariat avec le gestionnaire de fonds Aureos Capital, la gouvernance de plusieurs PME du secteur de la santé en Afrique subsaharienne. PROPARCO accompagne ses clients dans l’amélioration de leurs performances environnementales et sociales et de leurs capacités de gouvernance. Elle mobilise la Facilité d’appui au renforcement des capacités de gouvernance pour aider ses clients à définir leur politique et leurs procédures environnementales et sociales ou de lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme. Cinq sociétés ont bénéficié en 2011 de cet accompagnement, parmi lesquelles la Bank of Africa (BOA) au Mali et le gestionnaire de fonds Cauris au Togo. PROPARCO_Rapport annuel 2011

Le fonds FISEA a participé, en 2011, à la création du fonds Fonds européen de financement solidaire pour l'Afrique (FEFISOL) et au financement de sa facilité d'assistance technique. « Le marché de la microfinance rurale est encore peu desservi en Afrique subsaharienne. Les institutions de microfinance se heurtent aux contraintes inhérentes au milieu rural, comme l’éloignement des clients ou la saisonnalité des activités. Plus fragiles, ces institutions rencontrent des difficultés à se refinancer. C’est pourquoi, en tant qu’investisseur social, nous avons participé à la création du fonds FEFISOL dédié au financement rural en Afrique. Grâce à ce fonds, nous répondons à leurs besoins de refinancement en devise locale. Mais, nous leur proposons aussi de l’assistance technique pour les accompagner dans le développement de nouveaux produits et services. Une combinaison pertinente pour ce secteur.

«

Anne-Sophie Bougouin / Gestionnaire du fonds FEFISOL, SIDI 23


Le modèle _

1. Un ouvrier intervenant sur une turbine de la centrale à gaz Phu My 2.2. /

1

« PROPARCO a développé, au fil des années, une solide expertise sur des secteurs clés pour le développement du Sud. Une double compétence financière et technique mise au service du développement.

»

Marie-Hélène Loison / Directrice générale déléguée en charge des Opérations, PROPARCO

w

24

infrastructures

Des infrastructures efficaces sont indispensables pour attirer les investissements privés, développer le tissu économique local et fournir les services essentiels aux populations. Pour répondre à ces défis, PROPARCO participe au financement de grands pro-

jets d’infrastructures. Son objectif : développer les infrastructures, améliorer leur qualité et renforcer leur accès au plus grand nombre. Avec ses ressources de long terme, PROPARCO soutient des projets dans des secteurs variés :

Banques et Marchés Financiers

L’accès au financement est l’un des principaux obstacles au développement des entreprises. Leur croissance est tributaire d’une meilleure efficience des marchés bancaires et financiers. PROPARCO soutient l’activité des institutions financières, avec l’objectif

de renforcer les capacités locales de financement à long terme. Ses interventions sont principalement destinées à des établissements bancaires et des institutions financières spécialisées. Dans sa zone d’intervention historique, PROPARCO propose à ses clients

Entreprises

Moteurs de croissance, les entreprises représentent une source importante de revenus pour les États et un important réservoir d’emplois. On reconnaît également leur impact au plan environnemental et social. PROPARCO finance le développement d’en-

treprises locales, régionales et internationales avec un effet significatif et durable sur le développement. Le défi alimentaire et la croissance des marchés de consommation font du soutien au secteur agro-industriel une priorité. PROPARCO intervient

PROPARCO_Rapport annuel 2011


secteurs

_Le modèle

1. Une vue de Bangkok. 2. Une microentrepreneuse au Burkina Faso. /

1 2

l’énergie, les télécommunications, les transports (aérien, ferroviaire, maritime et routier), l’eau et l’assainissement. Dans les pays émergents, elle concentre ses financements dans le développement des énergies renouvelables : la biomasse,

le biogaz, l’éolien, la géothermie, l’hydraulique et le solaire. PROPARCO soutient également des projets miniers avec un haut niveau d’exigence en matière environnementale et sociale.

des lignes de crédit à long terme et des apports en capital. Dans les pays émergents, son offre se concentre sur des lignes de crédit dédiées à des secteurs spécifiques tels que les énergies renouvelables et l’agriculture. PROPARCO soutient également

les institutions de microfinance qui permettent d’agir en profondeur sur le tissu économique local et d’améliorer l’accès au financement des plus défavorisés. Elle se diversifie également vers des secteurs comme l’assurance et la réassurance.

Le changement climatique est au cœur de la stratégie de PROPARCO ; elle s’attache à promouvoir des modèles économiques sobres en carbone. Sa logique d’intervention est double : lutter contre le changement climatique et favoriser un développement pérenne. PROPARCO soutient de nombreux projets d’énergies renouvelables, d’efficacité énergétique et de valorisation de la biomasse. Elle est aussi engagée dans la diffusion et la promotion de standards environnementaux élevés auprès de ses clients et de ses investisseurs.

également dans l’industrie manufacturière, les matériaux de construction, le tourisme durable, l’éducation supérieure et la santé. En sus des financements, elle accompagne ses clients dans l’amélioration de leur performance environne-

mentale et sociale. Son offre permet aux entreprises d’accéder à des ressources de long terme, souvent peu disponibles sur les marchés locaux. Un soutien à leur croissance et à leur diversification.

PROPARCO décline auprès du secteur privé la stratégie « climat-développement » de l'AFD. Elle applique, dans ce cadre, une politique de sélectivité des projets en fonction de leur impact sur le climat. L’empreinte de ses projets est systématiquement mesurée à partir d’une estimation ex ante des émissions de gaz à effet de serre générées, évitées ou réduites chaque année.

Encourager un développement sobre en carbone

PROPARCO_Rapport annuel 2011

25


Le modèle _

« Accompagner nos clients vers une meilleure performance environnementale et sociale. C’est à la fois notre savoir-faire et notre engagement. » Odile Conchou / Responsable de l’Unité environnement, social et impact, PROPARCO

PROPARCO s’attache à promouvoir, dans chacun de ses projets, les principes d’un financement responsable. Une approche fortement ancrée dans l’institution et portée par l’Unité environnement, social et impact de PROPARCO. /

Un projet solaire exemplaire sur le plan environnemental et social — PROPARCO a octroyé un prêt de 7,15 M US$ au groupe T-Solar pour financer deux fermes photovoltaïques au Pérou. Après évaluation E&S du projet, le périmètre initial du site a été modifié pour protéger les vestiges archéologiques et les zones d’élevage à proximité. T-Solar s’est aussi engagé à mettre en œuvre des mesures E&S, par exemple sur la sécurité des travailleurs ou la gestion des déchets. Ces mesures feront l’objet d’un suivi régulier par un consultant indépendant. /

PROPARCO a signé en 2009 les « Principes de financement responsable » communs aux Institutions financières de développement européennes. Comment se traduit cet engagement dans vos opérations ? w D’abord par la démarche de maîtrise des risques environnementaux et sociaux (E & S) du groupe AFD, que nous engageons pour chaque projet. Nous avons vocation à soutenir des modèles économiques responsables. Cela suppose, de la part de notre institution, une grande vigilance sur les risques E & S des projets financés. La maîtrise de ces risques est de la responsabilité du client. Mais nous devons nous assurer de leur engagement à les éliminer, et, lorsqu’ils sont inévitables, à les réduire ou à les compenser. Notre rôle est essentiellement de les accompagner dans cette démarche. Quels autres engagements découlent de l’adhésion à ces principes ? w Celui d’aller plus loin que la stricte maîtrise des risques. Notre rôle consiste aussi à accompagner nos clients vers une meilleure performance E & S. Nous pouvons financer, par exemple, de l’assistance technique pour les soutenir dans des démarches de certification. Quel est l’intérêt pour le client d’engager ce type de démarche ? w Nous sommes convaincus, et de nombreuses études en témoignent, qu’une bonne gestion E & S

26

PROPARCO_Rapport annuel 2011

favorise la performance opérationnelle d’une entreprise. Maîtriser la consommation des ressources naturelles, réduire la pénibilité au travail, limiter les accidents sont autant de facteurs qui permettent de réduire les coûts sur le long terme. Le secteur privé a une responsabilité et un rôle important à jouer dans ces domaines. Comment sont définies, dans un projet, les mesures E & S à engager ? w Ces mesures sont établies à la suite d’une évaluation E & S menée par des consultants indépendants ou par nos équipes. L’analyse E & S des projets fait partie intégrante du processus d’instruction. C’est sur cette base que l’équipe de l’UESI définit avec le client un plan d’action qui détermine les responsabilités du client, les délais et les types d’actions à engager. Il constitue un engagement contractuel repris dans la convention de financement. Comment travaillez-vous avec les intermédiaires financiers ? w Que ce soit avec les banques, les fonds d’investissement ou les institutions de microfinance, la démarche est similaire. Nous évaluons leur volonté et leur capacité à maîtriser les risques E & S de leur portefeuille et nous les accompagnons, si nécessaire, pour développer une politique en la matière. En 2011, nous avons signé cinq projets d’assistance technique avec des banques africaines et latino-américaines.


Responsabilité

Engagement E&S des clients de PROPARCO (hors intermédiaires financiers) (en 2011)

Engagement de mise en oeuvre d'une politique E&S des intermédiaires financiers clients de PROPARCO (en 2011)

9 %  91 %

46 %  P olitique E & S satisfaisante

Standards satisfaisants Standards non satisfaisants

82 % Engagement pour une mise aux standards SFI

_Le modèle

w

9 % E  ngagement pour une mise aux standards SFI et appui à la certification

54%

Politique E & S non satisfaisante

17 % Engagements E & S sans appui des bailleurs 14 %  Engagements E & S avec appui de PROPARCO 14 %  Engagements E & S avec appui d'autres bailleurs 9 %  Aucun engagement E & S

Méthodologie Gérer les risques

Créer de la valeur

La mise en conformité avec les réglementations locales

La certification des entreprises : FSC (forêts), ISO 14001 (management environnemental), OHSAS 18001 (hygiène et sécurité), etc.

La mise en conformité avec les standards internationaux

Le développement de politiques : protection des clients, politique VIH/ Sida, politique genre, etc.

Éliminer, atténuer et compenser les risques et impacts

Générer des impacts positifs

’amélioration de l’accessibilité L des populations à des services (électricité, santé), etc.

Comment suivez-vous la mise en œuvre des engagements E&S ? w Nous demandons à tous nos clients un reporting E & S, qui nous permet d’évaluer la qualité de la mise en œuvre des engagements dans les délais impartis. Pour les projets les plus risqués, un suivi est réalisé sur site par des consultants indépendants ou par nos équipes.

Promouvoir des standards de performance de haut niveau — Lors de leur identification, les projets sont classés en trois catégories de risques E & S potentiels. Pour les institutions financières, ce classement est effectué en fonction des risques de leur portefeuille. Ces niveaux de risques déterminent le niveau de diligences E & S de PROPARCO et les standards de référence appliqués aux projets. Tous les projets sont évalués sur la base des réglementations nationales du pays. Pour les projets à haut risque, PROPARCO applique les standards de performance de la Société financière internationale (SFI) du groupe de la Banque mondiale et ceux de l'Organisation internationale du travail. Les standards de la SFI, développés en 2006 et mis à jour en 2012, sont devenus la référence pour le secteur privé. Ils comportent huit critères à prendre en compte : - L’évaluation et la gestion des risques et des impacts environnementaux et sociaux ; - Le respect des conditions de travail et du droit des travailleurs ; - L’utilisation rationnelle des ressources et la prévention de la pollution ; - La santé, la sécurité et la sûreté des communautés ; - L’acquisition de terres et la réinstallation des populations déplacées ; - La conservation de la biodiversité et la gestion durable des ressources naturelles vivantes ; - La défense des droits des populations autochtones ; - La protection du patrimoine culturel.

PROPARCO_Rapport annuel 2011

27


Le modèle _

Depuis quelques années, PROPARCO a renforcé sa démarche de mesure des résultats et des impacts. Avec un objectif : améliorer sa contribution au développement des pays du Sud. /

Mesurer les résultats w

Sélectionner les projets

Capitaliser les savoir-faire

PROPARCO fait de la performance développementale un critère de sa décision de financement. Elle prend également en compte la rentabilité, le niveau de risques et la pertinence stratégique du projet pour PROPARCO. Autant de critères examinés durant l’instruction du projet. Les équipes se basent notamment sur la méthodologie GPR© de l’institution financière de développement allemande DEG. Cet outil permet d’évaluer, de manière standardisée et transparente, les résultats et impacts attendus de ses projets. Ces indicateurs, enrichis d’une analyse qualitative, permettent d’apprécier la qualité ex ante du projet et d’alimenter la décision.

8 %  Insatisfaisant PROPARCO s’est engagée dans la mise en œuvre d’un cadre de suivi et d’évaluation. Le suivi de cer6 %  À peu près satisfaisant tains indicateurs de résultats et d’impacts est 19 %  Tout à fait satisfaisant demandé aux clients durant toute la détention du projet. Des évaluations ex post sont engagées 30 % Bon ponctuellement pour analyser les résultats et favoriser les apprentissages. Qu’il s’agisse de simples retours d’expérience ou d'analyses trans37 % très bon versales thématiques plus approfondies, ces évaluations permettent de tirer des enseignements sur l’activité. En 2011, PROPARCO a notamment participé à la réalisation d’une analyse rétrospec- Répartition des projets signés en tive sur trois projets de producteurs privés d’élec- 2011 d’après leur notation GPR©

Impacts des financements de PROPARCO Rôle de PROPARCO

>impact

>Effets sur le développement Direct

 Indirect

Subsidiarité du financement

Emplois directs

Emplois indirects

Rôle de mobilisation d’autres fonds

Recettes publiques

Développement de la chaîne de valeur locale

Rôle extra-financier (en matière environnementale et sociale, de gouvernance, etc.)

Formations, technologies et savoir-faire

Développement d'infrastructures locales

Standards sociaux et environnementaux

Efficacité énergétique et énergies renouvelables

Gouvernance et bonnes pratiques de gestion

Effet d’entraînement et amélioration de la compétitivité

Développement de nouveaux produits et services

Approfondissement et renforcement des systèmes financiers locaux

Source : basé sur le Rapport de soutenabilité du Swedfund (2009) et les indicateurs du GPR©

28

PROPARCO_Rapport annuel 2011

Croissance inclusive et durable


impacts

_Le modèle

1. Un parc d’éoliennes à Tétouan au Maroc . 2. Une école au Burkina Faso. /

1

tricité en Afrique de l’Est. Cette démarche de capitalisation est essentielle pour enrichir les pratiques opérationnelles de PROPARCO.

2

15 %  À peu près satisfaisant 35 %  Tout à fait satisfaisant

Rendre compte et piloter PROPARCO consolide, chaque année, les notations GPR© sur l’ensemble de ses projets signés. Ces résultats, agrégés pour leur valeur ex ante, lui apportent une vue globale de l’activité et de la performance visée. Ils viennent alimenter la réflexion stratégique de PROPARCO. Ils permettent aussi de rendre compte de sa contribution au développement auprès des actionnaires et du public.

Améliorer la mesure des résultats

la mesure des résultats, associée à une démarche de capitalisation, est un levier essentiel pour mieux concevoir les projets et maximiser, à terme, leur contribution au développement. S'il n’existe pas encore d’outils standardisés pour reporter de façon homogène sur les résultats, PROPARCO collabore avec d’autres institutions financières de développement à une initiative d’harmonisation des indicateurs de mesure de la contribution au développement. Cette initiative s'enrichit d'échanges autour des apprentissages sur les projets. Par ce biais, PROPARCO participe à l'amélioration et à la diffusion des pratiques de mesure des résutats et de financement du secteur privé.

26 %

bon

24 % très bon Répartition des projets signés en 2011 d’après leur critère de développement

Le fonds FISEA a financé en 2011 la facilité d'assistance technique de l'Africa Health Fund, géré par le gestionnaire de fonds Aureos Capital. « Nous gérons, depuis 2010, le fonds Africa Health Fund spécialisé dans le secteur de la santé en Afrique subsaharienne. Cette initiative multibailleur, à laquelle PROPARCO s'est associée, doit favoriser le développement d’une offre de soins abordables et de qualité en faveur des populations du bas de la pyramide. Notre rôle est de soutenir des projets à fort impact et à la fois rentables. Cette exigence se traduit dans tous nos processus opérationnels : des critères de sélection au système de rémunération. L’originalité du fonds est de faire évaluer l’impact social de son portefeuille par un consultant indépendant. Et de prendre en compte ces résultats dans la rémunération des gestionnaires.

«

Jacob Kholi / Directeur associé, Aureos Capital

PROPARCO_Rapport annuel 2011

29


l'activité_

L’activité 2011 w Avec des financements significatifs dans les énergies renouvelables, une offre renouvelée auprès du secteur financier et une présence renforcée dans des contextes politiques instables, PROPARCO signe une belle année 2011.

30

PROPARCO_Rapport annuel 2011


_l'activité

w

71 concours

PROPARCO conforte en 2011 un niveau élevé d'activité avec 71 concours signés dans plus de 30 pays.

PROPARCO_Rapport annuel 2011

31


infrastructures

l'activité_

1. Des ouvriers construisant une écluse en Guinée. 2. Un train de RVR circulant entre Mombasa, au Kenya, et Kampala, en Ouganda. 3. Un planteur de riz au Vietnam. /

1 2

w

RSE

Une démarche commune Cinq institutions financières ont travaillé ensemble à la définition de mesures d’atténuation des risques environnementaux et sociaux. RVR s’est notamment engagé à améliorer les conditions de travail de son personnel, à dépolluer certains sites et à renforcer les conditions de sécurité des communautés locales. Trois plans de déplacement et de relogement des populations vivant le long de la ligne de chemin de fer sont également en cours de réalisation. Leur mise en œuvre, indispensable à la réussite du projet, fera l’objet d’une attention particulière de la part des financeurs. /

32

Soutenir le développement du rail en Afrique de l’Est LE TRANSPORT FERROVIAIRE entre le Kenya et l’Ouganda, malmené par des décennies de sous-investissements, connaît un nouvel essor. La société privée Rift Valley Railways (RVR), qui exploite sous concession la ligne de chemin de fer MombasaKampala, a engagé un vaste programme de réhabilitation. Une opération de grande ampleur qui permettra de restaurer un corridor de transport stratégique entre les deux pays. Alors qu’en 1975 cette ligne de chemin de fer acheminait 4,5 Mt de fret, les volumes transportés sont tombés sous le seuil des 2 Mt. Le déficit de maintenance des infrastructures, à l’origine de nombreux accidents, a engendré une certaine méfiance à l’égard du rail. Le plan d’investissement de RVR doit permettre de rétablir la fiabilité et la qualité du service offert aux usagers. le rail présente des atouts indéniables par rapport à la route : temps de transport réduit, sécurité des biens acheminés, coût compétitif et moindre empreinte carbone. C’est sur ce constat que repose l’engagement de la société africaine de capital-développement Citadel Capital dans le secteur ferroviaire en Afrique de l’Est. La prise de contrôle de RVR est le premier jalon de sa stratégie d’investissement dans la région. En tant que partenaire historique de Citadel Capital, PROPARCO a été sollicitée pour participer à cet ambitieux projet. À travers le fonds FISEA, elle a investi 10,7 MUS$ aux côtés de la Société financière internationale (SFI), du FMO, de la DEG et du fonds ALAC géré par la SFI. Ce plan d’investissements devrait être porteur de fortes retombées économiques, grâce à la diminution des coûts d’acheminement des marchandises et au désengorgement partiel du port de Mombasa. Ce sont de nouvelles perspectives qui s’ouvrent en faveur de l’intégration économique régionale en Afrique de l’Est. PROPARCO_Rapport annuel 2011

«

Karim Sadek / Directeur Général, Citadel Capital

Le coût du transport de marchandises en Afrique de l’Est, très dépendant du secteur routier, est parmi les plus élevés au monde. Ce coût peut représenter jusqu’à 50 % du prix de vente des biens dans des pays enclavés comme l’Ouganda. En cause, le déficit d’investissement dans les infrastructures, qui a eu pour effet de limiter le rôle du rail sur le marché des transports. Un réseau ferroviaire efficace pourrait permettre de réduire le coût d’acheminement des biens de 35 % en Afrique de l’Est. C’est ce que nous souhaitons accomplir avec le soutien de PROPARCO et des autres investisseurs au capital de RVR.

»


agriculture

_l'activité

3

Développer les filières agro-industrielles Dans les décennies à venir, l’agriculture et l’agroindustrie devront relever les défis de la sécurité alimentaire et de la croissance des marchés de consommation. PROPARCO en a fait une priorité d’intervention. Elle soutient l’investissement privé à tous les stades des filières agricoles et agro-industrielles, de l’amont – production primaire –, à l’aval – transformation, commercialisation et distribution.

Soutenir la production agricole Le développement de la production agricole marchande doit être encouragé. Cela passe notamment par un soutien à la productivité et à l’amélioration de la rentabilité des exploitations. PROPARCO accompagne les acteurs historiques de ces filières agricoles par des financements en dette et en capital. La filiale sucrière ivoirienne du groupe SIFCA, Sucrivoire, a bénéficié en 2011 d’un prêt de 8 M1 sur 9 ans pour moderniser son outil industriel. Une dimension importante de ces interventions est de préserver le potentiel productif des terres à travers une gestion optimisée des ressources.

Développer la chaîne d’approvisionnement alimentaire Le développement des infrastructures logistiques et de transport est un levier de réussite pour les filières agro-industrielles. L’accès à des services agricoles de qualité (intrants, formation, conseil) contribue aussi à améliorer l’efficacité du secteur. PROPARCO peut intervenir auprès de sociétés de négoce de ma-

w

tières premières, des opérateurs spécialisés dans les actifs logistiques ou dans des programmes de certification des planteurs. Elle s'attache également à soutenir les activités de transformation locale. Un prêt de 15 MUS$ a été octroyé à Wadi Holding, un groupe agro-industriel égyptien, pour accompagner sa croissance.

Favoriser la diversification agro-industrielle PROPARCO soutient les projets de diversification tels que la cogénération à partir de biomasse. Dans un contexte de volatilité des prix des denrées alimentaires, ces projets permettent d’assurer des revenus complémentaires aux producteurs.

Encourager le financement de l’agriculture et de l’agro-industrie

Aliquam Renforcer la filière laitière en Mongolie — PROPARCO a signé un prêt de 2,5 MUS$ avec la première société mongole de produits laitiers : SUU présente un modèle unique d’approvisionnement direct auprès de 2 500 éleveurs locaux. Le financement de PROPARCO permettra d’accompagner la croissance de sa production, d’étendre son réseau de collecte local et d’améliorer son système de contrôle qualité. /

Le faible accès des exploitants et des agro-industriels à des financements pèse sur le développement du secteur. Pour accroître les capacités locales de financement, PROPARCO octroie aux banques commerciales des lignes de crédit dédiées au financement de l’agro-industrie. En 2011, elle a notamment octroyé une ligne de crédit de 30 MUS$ à la banque paraguayenne Banco Regional pour élargir son portefeuille agro-industriel. PROPARCO_Rapport annuel 2011

33


l'activité_

Le financement de projets sobres en carbone est au cœur de la stratégie de PROPARCO. En 2011, ses financements contribueront à éviter ou à réduire les émissions annuelles de gaz à effet de serre de 2,3 millions de teq CO2. /

«

L’accès à des financements de long terme est une condition essentielle du développement des énergies renouvelables dans les pays émergents et en développement.

»

Emmanuelle Matz / Responsable adjointe de la division Infrastructures et mines, PROPARCO

En 2011

421 MW Les projets d’énergie renouvelable permettront de produire une puissance de 421 MW et d’éviter les émissions de CO2 de plus de 500 000 teq/an.

40 %

Quelle place tiennent les énergies renouvelables dans l’action de PROPARCO en 2011 ? w Les énergies renouvelables apportent des réponses au défi climatique, mais aussi aux impératifs de sécurité énergétique des pays du Sud. Le secteur privé a un rôle fondamental à jouer dans ce secteur, et c’est pourquoi nous en faisons de plus en plus une priorité d’intervention. Après un soutien marqué à l’éolien et à la géothermie en 2010, nous nous sommes tournés vers le secteur hydroélectrique. En 2011, nos financements ont contribué à développer le parc des petites et moyennes centrales hydroélectriques du groupe brésilien Brennand et à construire la centrale « au fil de l’eau » de Bajo Frio au Panama. Nous avons également investi au Pérou dans l’énergie solaire, un secteur d’avenir, en participant au premier projet de grande envergure en Amérique latine. Notre offre de prêt mezzanine sur 15 ans a permis au groupe Isolux d’optimiser la structuration financière du projet et de rendre le prix de vente de l’électricité plus compétitif.

PROPARCO a consacré près de 40 % de son activité Infrastructures et mines au financement de projets d’énergie renouvelable.

34

PROPARCO_Rapport annuel 2011

Pourquoi financer le développement des énergies renouvelables en Amérique Latine ? w Ce continent réunit des pays en forte croissance, qui nécessitent pour y répondre des capacités de production d’électricité très importantes. Aujourd’hui, la plupart des pays sont encore très dépendants de l’énergie fossile, alors qu’ils offrent des potentiels hydraulique, éolien et solaire très significatifs. Lorsque les gouvernements en place s’engagent dans des politiques volontaristes en faveur des énergies renouvelables, notre rôle d’institution financière de développement est de participer à la transformation d’initiatives en projets concrets. Comment intervient PROPARCO sur ce secteur en Afrique subsaharienne ? w Dans beaucoup de pays d’Afrique subsaharienne, la priorité est d’accroître l’accès à l’électricité et de limiter les coupures. Cela nécessite des capacités de production relativement bon marché et disponibles en base. C’est pourquoi nous favorisons le développement de l’hydroélectricité dont le fort potentiel demeure encore inexploité. Au cours des dernières années, nous avons également financé des projets de géothermie et de cogénération biomasse. Les projets solaires et éoliens portés par le privé sont plus rares. Mais nous souhaitons pouvoir financer, à l’avenir, ces sources d’énergie dans la région.


climat

1

_l'activité

2

1. Des rouleaux de papier recyclé 2. Des stocks de papiers usagés. /

Un projet d’efficacité énergétique en Indonésie

RSE Un ambitieux plan environnemental et social Ce projet d’efficacité énergétique s’accompagne d’un ambitieux plan environnemental et social. Bien que cela ne soit pas exigé par la règlementation indonésienne, FAJAR PAPER s’est engagé à mesurer et contrôler les rejets de dioxines et de furanes des deux incinérateurs à déchets. En 2011, la société a mis en place un système de vérification de la conformité environnementale et sociale de ses sous-traitants, a amélioré les conditions de stockage des produits dangereux et a sécurisé l’accès à la décharge du site. /

Avec près de deux millions d’hectares de forêt perdue chaque année, l’Indonésie détient un des taux de déforestation parmi les plus élevés au monde et occupe le troisième rang mondial en termes d'émissions de gaz à effets de serre. Face à cette situation, le producteur indonésien de papier industriel PT Fajar Surya Wisesa Tbk (FAJAR PAPER) fait preuve d’un fort engagement environnemental et social. La société a obtenu, en 2010, la certification ISO 14 001 relative au système de management environnemental. Deuxième sur le marché indonésien des emballages industriels en papier, elle se distingue de ses concurrents par l’utilisation exclusive de papier recyclé. Elle s’approvisionne à 50 % localement à travers un réseau de centaines de collecteurs de papiers usagés. PROPARCO a octroyé un prêt senior de 10 MUS$ à FAJAR PAPER pour soutenir son projet d’efficacité énergétique. Ce prêt a pour objectif de financer la construction d’un incinérateur qui doit permettre de traiter la totalité des déchets de FAJARPAPER. Au total, les deux incinérateurs pourront générer 34 tonnes de vapeur par heure, soit 10 % de la vapeur utilisée dans le processus de production du papier. Ils permettront de réduire la consommation

w

énergétique de la société et les volumes de déchets versés dans les décharges voisines. Le financement de PROPARCO a permis à FAJAR PAPER d’accéder à des ressources de long terme. Il participera, plus largement, à la lutte contre le changement climatique. Avec ce nouvel incinérateur, la société réduira ses émissions de gaz à effets de serre de 80 000 teq C02 par an.

«

Marco Hardy, / Responsable des relations investisseurs FAJAR PAPER

« FAJAR PAPER a engagé beaucoup d’efforts, depuis quelques années, pour réduire l’empreinte écologique de son activité industrielle. Nous avons investi dans un système de traitement des eaux usées qui nous permet de recycler 80 % de l’eau utilisée dans le cycle de production. Nous avons également réduit notre consommation énergétique grâce à la construction d’un incinérateur et de deux systèmes de cogénération au gaz naturel.

»

PROPARCO_Rapport annuel 2011

35


l'activité_

1. Un petit atelier d’usinage en Inde. 2. Salle des marchés au Moyen-Orient. /

1

Pour un secteur financier responsable et durable

2

w

Le soutien aux institutions financières et bancaires encourage les investissements de long terme en faveur des entreprises locales. PROPARCO place le développement du secteur bancaire et des marchés financiers au cœur de sa stratégie. /

Lorsqu’elles sont interrogées sur leurs principaux goulets d’étranglement, les entreprises des pays en développement citent systématiquement les difficultés d’accès aux financements. L’existence d’un système financier efficace est indispensable à leur développement. L’intermédiation bancaire et financière favorise, plus largement, une allocation optimale des ressources. Plusieurs études établissent la relation statistique entre le développement du secteur financier et la croissance économique. PROPARCO fait du soutien aux institutions bancaires et financières un axe majeur de son intervention. En 2011, ses financements ont atteint un niveau de 435 M1 sur ce seul secteur. Dans les pays d’Afrique subsaharienne, quelques pays méditerranéens ou encore des pays asiatiques comme le Laos, le Vietnam et le Cambodge, PROPARCO s’attache à consolider le secteur financier à travers ses ressources de long terme. Elle mobilise une large gamme d’outils, qu’il s’agisse de prises de participation, de mécanismes de dynamisation des places financières ou de lignes de bilan bancaires. Dans les autres zones géographiques, PROPARCO concentre ses efforts sur quelques secteurs d’activité. C’est le concept de lignes dédiées qui prévaut pour soutenir la lutte contre le réchauffement climatique, le développement agro-industriel, la microfinance ou encore l’environnement. PROPARCO a, par exemple, financé en 2011 une ligne de crédit de 50 M1 dédiée au financement des énergies propres en Turquie. 36

1 %  Opérations de marchés 1 % Garanties 7 % Fonds Propres 9 % Tiers II 82 %

Prêts Seniors

Portefeuille Banques et marchés financiers en 2011 - par type d'opération (en % du portefeuille total) au 31 décembre 2011

Ses interventions ciblent principalement les établissements bancaires, qu’ils soient locaux ou internationaux, et les institutions financières spécialisées. En 2011, l’activité s’est diversifiée avec plusieurs opérations dans le secteur de l’assurance. PROPARCO a notamment investi dans la société d’assurance GTA au Nigeria et dans la société de réassurance AFRICA RE. En 2011, PROPARCO a confirmé ses ambitions en Afrique subsaharienne. Elle a consacré au souscontinent 35 % de ses financements en faveur des secteurs bancaires et financiers. Les banques ghanéennes Fidelity Bank et Cal Bank se sont vues accor-

PROPARCO_Rapport annuel 2011

Aliquam La réassurance, vecteur de développement — En Afrique subsaharienne, le marché de l’assurance est faiblement capitalisé. Les besoins de réassurance y sont d’autant plus importants. Premier groupe de réassurance en Afrique subsaharienne, AFRICA RE réassure plus de 1 000 compagnies d’assurance et de réassurance sur des risques essentiellement non-vie comme les incendies et les accidents. PROPARCO a souscrit à son augmentation de capital à hauteur de 15 MUS$. La réassurance favorise le développement de l’assurance et une meilleure gestion des risques. /


banques et marchés financiers

_l'activité

« Nous portons, auprès des nos clients, la vision d’une microfinance responsable conciliant mission sociale et performance financière. » Élodie Parent / Chargée d’affaires Senior, PROPARCO

der deux lignes de crédit en vue d’accompagner la forte croissance du secteur bancaire dans le pays. PROPARCO a également fait son entrée dans le capital d’Oragroup, réseau bancaire implanté dans six pays d'Afrique de l'Ouest et centrale. Sasfin, une des seules banques d’Afrique du Sud spécialisées dans le secteur des PME, a par ailleurs obtenu un prêt de 35 M1 sur 7 ans dans le cadre d’une facilité conjointe entre PROPARCO, DEG et le FMO. PROPARCO a accordé une ligne de crédit senior de 15 MUS$ à Zanaco, une banque universelle zambienne qui se distingue par sa stratégie de pénétration des zones rurales et des populations faiblement bancarisées. En accompagnant ces établissements bancaires, PROPARCO joue pleinement son rôle de catalyseur dans des zones qui attirent encore insuffisamment les investisseurs privés. L’année 2011 marque également une présence accrue de PROPARCO dans le secteur bancaire en Amérique latine. Elle a accordé cinq lignes de crédit dédiées au financement de l’agro-industrie à des banques argentine, brésiliennes et paraguayennes. Des plans d’action environnementaux et sociaux ont été définis, en parallèle, avec certaines d’entre elles. Banco Regional, première banque paraguayenne, s’est par exemple engagée à mettre en œuvre un système d’évaluation des risques environnementaux et sociaux. Des opérations importantes ont également été réalisées dans le secteur bancaire en Asie, avec deux prêts en faveur de la banque vietnamienne Sacombank et de la banque indonésienne Panin Bank.

Comment PROPARCO a-t-elle soutenu le secteur de la microfinance en 2011 ? w 2011 a été une très belle année pour notre activité de microfinance, avec un volume d’affaires de près de 50 M1 . Nous avons soutenu, en dette et en capital, la croissance de quatre établissements financiers engagés en microfinance. Ce sont des institutions matures qui visent un bon équilibre entre performance financière et sociale. Nous avons également financé deux fonds d’investissement spécialisés sur la microfinance rurale. C’est, pour nous, un moyen efficace de soutenir des institutions prometteuses de plus petite taille.

PROPARCO a signé une opération importante avec la Fondation Banque populaire pour le microcrédit au Maroc. À quel objectif répondait cette intervention ? w Nous sommes intervenus suite à l’absorption de la fondation Zakoura par la FBPMC. Notre prêt de 10 M1 devait lui permettre de reconstituer ses fonds propres et l’aider à développer un portefeuille de crédits, en ligne avec la nouvelle taille de son réseau et de ses effectifs. Notre objectif était de participer à la consolidation du secteur marocain, qui a traversé une crise importante durant ces dernières années.

Comment mesurez-vous l’équilibre entre performance financière et sociale ? w Nous disposons de nouveaux outils d’évaluation, élaborés avec le réseau Cerise, qui nous permettent de mieux comprendre le positionnement social des institutions de microfinance sur des sujets sensibles tels que le surendettement ou la tarification des produits. Ces outils aident à établir un dialogue structurant avec l’institution autour de sa performance sociale.

Pourquoi soutenir la microfinance rurale ? w Le marché est encore peu desservi en zone rurale. L’accès restreint des populations aux services financiers limite le développement d’activités économiques. C’est pourquoi nous engageons des efforts particuliers pour développer le financement rural. Nous avons investi, avec d’autres institutions, dans le Fonds européen de financement solidaire pour l’Afrique (FEFISOL) et dans le fonds Rural Impulse Fund II, spécialisés en microfinance rurale.

PROPARCO_Rapport annuel 2011

37


l'activité_

Santé

w

Myriam Bouslama / Responsable du bureau régional de São Paulo, PROPARCO

«

Le secteur privé a un rôle clé à jouer dans le renforcement et l’amélioration de l’offre de santé. Nous souhaitons soutenir, avec nos ressources de long terme, le développement d’hôpitaux de référence comme HCor. Le programme d’investissement permettra d’accroître ses capacités opérationnelles de 30 %, avec la création de 75 lits supplémentaires et cinq nouvelles salles d’intervention. Les deux nouveaux établissements seront certifiés par LEED, organisme américain de certification sur les bâtiments écologiques. Une orientation qui renforce l’engagement environnemental et social d’HCor. »

Renforcer l’offre de soins au Brésil Avec le vieillissement de la population et l’extension de la couverture santé, le Brésil connaît depuis quelques années une demande croissante de services de santé de qualité. La prévalence des maladies chroniques et dégénératives est en hausse constante. Les infrastructures hospitalières sont encore insuffisantes pour répondre à ces besoins, notamment en cancérologie. Le secteur privé, avec ses équipements de haute technologie, a un rôle à jouer dans le renforcement de l’offre de soins au Brésil. PROPARCO a accordé un prêt senior de 20 MUS$ sur dix ans à l’hôpital brésilien Hospital do Coração de São Paulo (HCor) pour soutenir son programme d’expansion et de modernisation. Cet hôpital d’excellence, spécialisé dans le traitement des maladies cardiovasculaires, bénéficie de la certification de la Joint Commission International pour la qualité et la sécurité de ses soins de santé. Le financement de PROPARCO, aux côtés de la banque brésilienne BNDES, permettra d’accompagner l’hôpital dans la diversification de son activité. le projet prévoit la création de quinze nouveaux lits en cardio-pédiatrie ainsi que la construction de deux bâtiments en cancérologie et en cardiologie. La mise en place d’un centre intégré de cancérologie offrira aux patients une prise en charge complète avec un accès à tous les examens médicaux et technologiques sur un seul site. Cette opération participera à l’amélioration de la prise en charge des patients atteints de cancer au Brésil.

38

PROPARCO_Rapport annuel 2011

IMPACT

Renforcer le secteur de la santé HCor dispose d’un partenariat avec le ministère de la Santé brésilien, dans le cadre du programme des hôpitaux d’excellence. Au titre de ce partenariat, HCor apporte un appui institutionnel aux hôpitaux publics par le biais de la formation aux professionnels de santé et de la diffusion de bonnes pratiques cliniques et médicales. Il développe également d’autres projets philanthropiques tels que des programmes de recherche ou la mise en place de protocoles de soins. Par exemple, HCor a soutenu un programme d’amélioration de la prise en charge des enfants aux cardiopathies complexes. /


Post-conflit

_l'activité

1. Porte-conteneur dans un terminal portuaire. 2. Un ouvrier sur un chantier des Territoires palestiniens. /

1

2

Soutenir la reconstruction économique dans les pays post-conflit

w

Renforcer le secteur des PME Le secteur privé sort fragilisé et fortement décapitalisé des années de conflits. Un climat des affaires morose, l’érosion des capacités et l’informalité tendent à limiter la participation des entreprises à la vie économique. Pourtant, celles-ci ont un rôle clé à jouer dans les processus de reconstruction. Un secteur privé structuré et dynamique stimule la croissance et favorise le maintien de la paix. Son rôle est essentiel pour redresser l’économie des pays en situation de conflit et post-conflit. En 2011, PROPARCO a soutenu les initiatives économiques d’acteurs privés de Côte d’Ivoire, d’Irak, de République démocratique du Congo et du Zimbabwe.

Les PME sont particulièrement vulnérables aux effets des conflits. Maillon important du secteur privé, elles souffrent d’un accès limité aux financements et de faiblesses organisationnelles. Pour accompagner ces acteurs, le fonds Maris Africa Fund prend des participations majoritaires dans de jeunes PME des pays africains en sortie de crise. En complément de sa participation au fonds, PROPARCO a financé, en 2011, sa facilité d’assistance technique. Cette facilité permet de renforcer les capacités techniques et institutionnelles des sociétés du portefeuille. La combinaison entre investissement et assistance technique s'avère une approche particulièrement pertinente pour les PME.

Développer les télécommunications

Accroître les capacités de production

Dans des zones où la circulation des personnes et des marchandises est soumise à d'importantes restrictions, l'accès à une téléphonie mobile de qualité se révèle indispensable pour l'activité économique et la sécurité des personnes. Aux côtés de la SFI, PROPARCO a accordé un prêt de 75 MUS$ en faveur de l’opérateur de téléphonie mobile Zain Iraq pour soutenir l’extension et la modernisation de son réseau en Irak. Ce prêt aidera la société à développer la couverture de ses services et à améliorer la qualité des télécommunications dans tout le pays. Le développement de la téléphonie mobile a un effet d’entraînement important sur l’économie.

Les années de conflit portent également atteinte à l’outil industriel. Les installations et équipements obsolètes de Sucrivoire, une société sucrière ivoirienne, grevaient sa productivité. PROPARCO a accordé un prêt de 8 M1 à cette filiale du groupe SIFCA, pour financer la réhabilitation et la modernisation de son outil industriel. Ce programme ambitieux d’investissement, dans un secteur clé de l’économie ivoirienne, doit contribuer au retour à la croissance dans le pays. Il est accompagné d’un ambitieux plan environnemental et social. Sucrivoire s'est notamment engagé à mieux gérer la ressource en eau et à protéger la biodiversité.

PROPARCO_Rapport annuel 2011

Soutenir le secteur de la construction en Irak — Au sortir de longues années de conflit, les besoins de reconstruction sont considérables. En Irak, des investissements de grande ampleur sont attendus dans les secteurs du logement, des infrastructures et de la production d’énergie. Ces travaux génèrent d’importants besoins de matériaux de construction. Aux côtés de la SFI, PROPARCO a octroyé un prêt de 20 MUS$ au cimentier Bazian Cement Corporation, une filiale de Lafarge en Irak, en vue de renforcer la production nationale de ciment. /

39 23


les résultats_

Les résultats 2011 w En 2011, PROPARCO conforte son activité avec 865 M€ de signatures et un portefeuille de 2,6 Mds€ au 31 décembre. Des résultats qui confirment sa place parmi les principales institutions financières de développement dédiées au secteur privé.

40

PROPARCO_Rapport annuel 2011


_les résultats

w

3 Mds€ de bilan Le bilan de PROPARCO, au 31 décembre 2011, s'est accru de 21 % par rapport au 31 décembre 2010.

PROPARCO_Rapport annuel 2011

41


les résultats_

Les signatures de PROPARCO en 2011

Les résultats opérationnels 2011 w

L’année 2011 conforte le niveau élevé d’activité de PROPARCO avec 865 M€ de signatures. Des résultats qui confirment son rôle de premier plan en tant qu’investisseur responsable au Sud. /

Les signatures totales

Au cours de l’exercice 2011, le total des signatures de PROPARCO sous forme de prêts, de prises de participation et autres titres, a atteint 865,3 M1. Ce montant inclut 19,3 M1 de signatures en prises de participation du Fonds d’investissement et de soutien aux entreprises en Afrique (FISEA) géré par PROPARCO. L’activité de prêt demeure largement prédominante, avec une part de 89 % des montants signés.

Signatures par zone géographique en 2011 (en % du total des signatures)

3 % multi-pays 12 % asie 27 % Amérique latine et Caraïbes 29 % Afrique subsaharienne

Au cours de l’exercice 2011, PROPARCO a signé 71 concours dans plus de 30 pays. Son activité reste très africaine, avec près de 40 % réalisés en Afrique subsaharienne et en Méditerranée. L’année 2011 vient également conforter l’implantation de PROPARCO en Amérique latine et Caraïbes, qui représente près de 27 % des signatures. L’activité s’est maintenue en Asie, avec 106 M1 de signatures dans la région.

29 % méditerranée et Moyen-Orient

Signatures par secteur en 2011 (en % du total des signatures)

5 % fonds d'investissement 14 % entreprises 33 %

infrastructures

PROPARCO a poursuivi son soutien aux établissements financiers. Cette activité, qui représente 48 % du volume d’affaires en 2011, permet de promouvoir les investissements de long terme dans les pays du Sud. Douze projets d’infrastructures ont également été financés, pour un montant de 280 M1, dans les domaines de l’énergie, des télécommunications, des transports et des mines.

48 % Secteur financier

42

PROPARCO_Rapport annuel 2011


Résultats opérationnels

_les résultats

Les signatures de prêts

PROPARCO a principalement mobilisé, en 2011, des instruments en dette. Elle a signé 46 concours de prêts pour un montant de 770,9 M1, contre 734,1 M1 en 2010. Ce montant inclut 206,1 M1 de sous-participations pour le compte de l’AFD et 11,6 M1 pour compte de tiers hors Groupe. Le montant moyen par concours s’élève à 16,8 M1 pour l’année. Signatures de prêts par pays en 2011 (pour les 10 premiers pays en volume) en M€

106 — Brésil 90 — Turquie 73 — Irak 60 — Maroc 55 — Maurice 51 — Chine 39 — Paraguay 34 — Kenya 30 — Togo 30 — 29 — Togo Jamaïque

Les instruments en dette ont été mobilisés à 51 % pour le secteur financier, à 35 % pour le secteur des infrastructures et à 14 % pour le secteur des entreprises. Les prêts signés se répartissent entre 29 pays, au premier rang desquels figurent notamment le Brésil, la Turquie, l’Irak, le Maroc et le Kenya.

Souscription de participations par zone géographique en 2011 (en % de souscription de participations)

3 % Amérique latine 8 % asie 9 % multi-pays 36 % Méditerranée et Moyen-Orient

44 %

Afrique subsaharienne

Les souscriptions de PROPARCO

L’activité de prise de participations représente 8 % du volume des montants signés de 2011 et près de 30 % des concours de l’année. PROPARCO a signé 16 prises de participation pour un volume total d’investissements de 66,1 M1, contre 156,3 M1 en 2010. Le ticket moyen par investissement s’élève à 4,1 M1. En 2011, PROPARCO a réalisé 11 investissements directs pour 33,3 M1. Huit projets ont été réalisés en Afrique subsaharienne, principalement dans les secteurs de la banque et de l’assurance. Trois autres projets ont été financés en Méditerranée et dans les Caraïbes. PROPARCO a investi 32,8 M1 dans 5 fonds d’investissement : un fonds généraliste en Afrique du Nord, un fonds spécialisé dans le secteur de la microfinance, un fonds agroindustriel en Inde et un fonds gérant des actifs carbone sur la Méditerranée.

Les souscriptions de FISEA

Le fonds FISEA, qui intervient exclusivement en Afrique subsaharienne, a souscrit 8 projets en 2011 pour un montant total de 19,3 M1, contre 47,6 M1 en 2010. Ces souscriptions se composent de deux participations dans des fonds d’investissement panafricains spécialisés dans le secteur forestier et la microfinance ; deux investissements directs dans le secteur du transport et de la microfinance et quatre projets d’assistance technique.

PROPARCO_Rapport annuel 2011

43


les résultats_

1. Un projet d’eau et assainissement en Jordanie. /

1

Le portefeuille de PROPARCO

Les résultats opérationnels 2011 w

Le portefeuille de PROPARCO a poursuivi sa croissance en 2011 grâce au dynamisme de son activité de prêt. La valeur du portefeuille total a atteint 2,6 Mds € au 31 décembre 2011./

Portefeuille 4 % multi-pays par zone 7 % outre-mer géographique 18 % Amérique latine et Caraïbes prêts et participations 18 % Asie (en % du portefeuille total) 22 % méditerranée et Moyen-Orient au 31 décembre 2011

Le portefeuille TOTAL

Le portefeuille de PROPARCO a atteint 2,6 Mds1 au 31 décembre 2011, soit 26 % de plus qu’au 31 décembre 2010. Cette croissance a bénéficié à l’Afrique subsaharienne, qui demeure la première zone d’intervention de PROPARCO, avec 820 M1 en portefeuille. La zone Méditerranée et Moyen-Orient concentre, quant à elle, près de 23 % du portefeuille. Avec l’extension de son champ géographique, PROPARCO a su rapidement développer son activité dans les nouvelles zones géographiques. L’Asie et la zone Amérique latine et Caraïbes représentent, à parts égales, plus du tiers du portefeuille de PROPARCO.

31 % Afrique subsaharienne

Portefeuille par secteur prêts et participations (en % du portefeuille total) au 31 décembre 2011

44

5 % fonds d'investissement 18 % entreprises 27 %

infrastructures

50 % Secteur financier

PROPARCO affiche un portefeuille diversifié, allant du financement des PME au transport aérien, en passant par l’éducation supérieure ou l’énergie géothermique. Le secteur financier mobilise la moitié du portefeuille, suivi du secteur des infrastructures. Les projets de transport, d’énergie hydroélectrique et de télécommunications sont très représentés. Le financement des entreprises concentre, quant à lui, 18 % du portefeuille, notamment dans les filières du ciment, du tourisme et de l’agro-industrie. Malgré la croissance de l’activité de prises de participation, les prêts demeurent prédominants dans le portefeuille de PROPARCO. L’encours de prêts s’élève à 2 360,1 M1 contre 278 M1 en participations libérées. Le montant des participations non libérées s’élève à 164,8 M1.

PROPARCO_Rapport annuel 2011


Résultats opérationnels

_les résultats

L’encours de prêts

L’encours de prêts de PROPARCO (y compris pour compte de tiers) atteint en valeur brute 2 360,1 M1 au 31 décembre 2011, contre 1 856,4 M1 au 31 décembre 2010. Cet encours est constitué de 278 prêts accordés à 179 clients. Les prêts aux établissements de crédit représentent 51,6 % de l’encours total. Les prêts aux sociétés non financières, qui représentent 48,4 % de l’encours total, sont répartis entre les secteurs des infrastructures, des mines et des entreprises.

Encours de prêts par pays au 31 décembre 2011 (pour les 10 premiers pays en volumes) en M€

89 — Nigeria 192 — Turquie 168,9 — Brésil 163,4 — Inde 119 — Afrique du Sud 89 — Nigeria 87 — Vietnam 85 — Jordanie 77 — Kenya 67 — Jamaïque 62 — Ouganda

L’Afrique subsaharienne et la zone Méditerranée et Moyen-Orient demeurent les principales destinataires des prêts, avec respectivement 32 % et 22 % de l’encours total de prêts.

Portefeuille de participations par secteur (en % du portefeuille des souscriptions libérées) au 31 décembre 2011

6 % infrastructures 14 % entreprises 37 %

Secteur financier

43 %

fonds d'investissement

Le portefeuille de participations de PROPARCO

La valeur brute du portefeuille de participations libérées de PROPARCO (y compris les opérations pour compte de tiers) s’établit à 278 M1 au 31 décembre 2011. Le montant des participations non libérées s’élève à 164,8 M1, portant la taille du portefeuille total à 442,7 M1, contre 405,3 M1 au 31 décembre 2010. Le portefeuille total regroupe 114 prises de participation dans 34 établissements de crédit, compagnies financières et d’assurance, 58 fonds d’investissement, 6 sociétés d’infrastructures et 16 entreprises. PROPARCO agit en tant que conseil et sponsor du fonds de fonds Averroès Finance II aux côtés de la CDC Climat. La valeur brute du portefeuille s’établit à 10,8 M1 au 31 décembre 2011.

Le portefeuille de participations de FISEA

La valeur brute du portefeuille de FISEA s’établit à 92,1 M1 au 31 décembre 2011. Les souscriptions libérées ont atteint 32,6 M1 au 31 décembre 2011, contre 16,5 M1 au 31 décembre 2010. Le portefeuille de fonds propres et quasi-fonds propres regroupe 17 titres dans 11 fonds d’investissement, 3 institutions de microfinance et 3 sociétés commerciales

PROPARCO_Rapport annuel 2011

45


les résultats_

Les résultats financiers 2011 Le bilan

Le bilan w Le bilan de PROPARCO a atteint 3 Mds€ au 31 décembre 2011, soit 21 % de plus qu’au 31 décembre 2010. Cette croissance s’est opérée dans un contexte de maîtrise des risques et de hausse du résultat net. /

Bilan au 31 décembre 2011 (en M€) ACTIF

31 déc. 2011

Trésorerie (à vue et à terme) Total Prêts : - Prêts aux établissements de crédit - Prêts aux sociétés Obligations et autres titres Participations Autres actifs TOTAL ACTIF TOTAL DE L’ACTIF 171 136

31 déc. 2010

235 260 2 360,8 1 858,6 1 228,4 992,6 1 132,4 866 25 14,7 428 393,2 13,6 11,3 3 062,4

2 537,8 179 086

46

987 950 887

31 déc. 2011

31 déc. 2010

Dettes à terme Provisions Capitaux propres Autres passifs

2 214,5 1 743,7 52 44,8 550 534,9 245,9 214,4

TOTAL passif 537,8

3 062,4

2 537,8

Créances douteuses 2007-2011

Bilan 2007-2011 (en M€) 2011 2010 2009 2008 2007

passif

(en %) 2 538

3 062

PROPARCO_Rapport annuel 2011

2011 2010 2009 2008 2007

1,3% 1,6  %

2,6 %

3,9 %

4,5%


Résultats financiers

_les résultats

Le compte de résultat évolution des résultats 2007-2011 (en M€) 80 60 40

21,1

75,1 M€

40,7

45,6 M€

28,9

25,2

23,7

20

51,6

42,1

34,7

66,8

21,6 M€

18,4

23,6

20,8

0 2007

2008

2009

2011

2010

zz produit net bancaire zz résultat brut d'exploitation zz résultat net

Compte de résultat au 31 décembre 2011 (en M€)

31 déc. 2011

31 déc. 2010

5,7 6 46,3 37,2 5,8 7,9 17,7 15,2 -0,4 0,5 75,1 66,8

Produits de la trésorerie Produits des prêts, garanties et autres titres (nets) Produits des participations Commissions nettes Autres (gains de change, etc.) PRODUIT NET BANCAIRE

-29,5 -26,1 45,6 40,7

Frais généraux RÉSULTAT BRUT D'EXPLOITATION

Coût du risque - 12,7 - 11,1 RESULTAT D'EXPLOITATION 32,9 29,6 1,2 2 34,1 31,6

Résultat / cession d’actifs RÉSULTAT COURANT AVANT IMPÔTS

0,2 0,2 -12,7 -13,4 21,6 18,4

Résultat exceptionnel Impôts sur les sociétés RÉSULTAT NET

Produit net bancaire 2007-2011 (en M€) 2011 2010 2009 2008 2007

75,1 66,8 51,6 42,1 34,7

5,7 6 5,8

8

12

17,8

26,1 6,4 20,8 5,4 3,9 8,7 2,4

37,7

45,8 11,1

5,8 7,9

15,2

17,8 8 17,8

zz produits de la trésorerie zz produits des prêts zz produits des participations zz commissions PROPARCO_Rapport annuel 2011

47


les annexes_

Les annexes w Les équipes de PROPARCO s’engagent au quotidien auprès de leurs clients sur les quatre continents. Des informations complètes sur les projets sont disponibles sur son site internet et dans ses brochures institutionnelles.

48

PROPARCO_Rapport annuel 2011


_les annexes

w

155 collaborateurs

PROPARCO s'appuie sur des équipes professionnelles et engagées du siège et de son réseau de bureaux régionaux.

PROPARCO_Rapport annuel 2011

49


les annexes_

1. Un vendeur de fruits secs au Maroc. /

1

Projets signés en 2011 w

Une activité diversifiée

Afrique australe et Madagascar

Afrique du Sud Ligne de crédit à une banque spécialisée dans le financement des PME Banques Maurice Ligne de crédit destinée à soutenir la croissance d'une banque commerciale Banques Zambie Ligne de crédit destinée à renforcer les financements en devises d'une banque commerciale Banques Zimbabwe Prêt destiné au financement de l'extension du réseau de téléphonie mobile d'un groupe de télécommunications Télécommunications

15 MUS$ 20 MUS$

Afrique centrale et de l’Est

Cameroun Prêt destiné à financer la construction d'une centrale à gaz et d'une ligne de transmission Énergie Kenya Ligne de crédit destinée au refinancement à long terme d'une banque commerciale Banques Kenya Prêt senior destiné au financement de la construction et l'exploitation d'une mine Mines Kenya Prise de participation dans un fonds destinée au financement de la réhabilitation d'une ligne de chemin de fer Transport République Prise de participation dans un groupe bancaire africain dans le cadre démocratique du Congo d'une augmentation de capital Banques Tanzanie Ligne de crédit destinée au refinancement à long terme d'une banque commerciale Banques Tanzanie Prise de participation dans une société de promotion du tourisme pour l'acquisition d'un hôtel Tourisme

1 MZAR 55 M€

10 M€ 21,4 MUS$ 22,5 MUS$ 10,7 MUS$ 1 MUS$ 4 MUS$ 4,9 MUS$

Afrique de l’Ouest

Cap-Vert Ligne de crédit destinée au financement à long terme d'une banque commerciale Banques 5 M€ Côte-d'Ivoire Prêt d'actionnaire à une entreprise sucrière destinée au financement de son programme d'investissement Agro-industrie 8 M€ Ghana Ligne de crédit à une banque universelle Banques 10 MUS$ Ghana Ligne de crédit destinée au renforcement des fonds propres d'une banque universelle Banques 8 MUS$ Mauritanie Prise de participation dans la filiale d'un groupe bancaire dans le cadre d'une augmentation de capital Banques 780 MMRO Nigeria Prise de participation dans une institution de microfinance Microfinance 150 MNGN Nigeria Prise de participation dans une société d'assurance Institutions financières 0, 2 M€ Nigeria Ligne de crédit destinée à une société d'assurance Institutions financières 6, 7 M€ Togo Prêt dédié au financement d'un nouveau terminal à conteneurs Transport 30 M€

50

PROPARCO_Rapport annuel 2011


projets signés

_les annexes

Amérique latine et Caraïbes

Argentine Ligne de crédit dédiée au financement de l'activité d’une banque commerciale dans le secteur agricole et agro-industriel Agro-industrie 20 M US$ Brésil Prêt destiné au financement du parc hydroélectrique d'un groupe énergétique Énergie 20 M€ Brésil Prêt destiné au financement du parc hydroélectrique d'un groupe énergétique Énergie 20 M€ Brésil Prêt destiné au financement de l'extension et de la modernisation d'un hôpital Santé 20 MUS$ Brésil Ligne de crédit dédiée au financement de l'activité d’une banque commerciale dans le secteur agricole et agro-industriel Agro-industrie 25 MUS$ Brésil Prêt subordonné Tiers 2 à une banque commerciale destiné à renforcer ses fonds propres et à soutenir la croissance de son portefeuille agricole et agro-industriel Agro-industrie 40 MUS$ Équateur Ligne de crédit à une banque de microfinance Microfinance 10 MUS$ Jamaïque Prêt destiné au financement de l'extension du réseau autoroutier transjamaïcain Transport 38 MUS$ Jamaïque Prise de participation dans la société concessionnaire du réseau autoroutier transjamaïcain Transport 2,4 MUS$ Panama Prêt destiné au financement de la construction d'une centrale hydroélectrique au fil de l'eau Énergie 30,5 MUS$ Paraguay Ligne de crédit dédiée au financement de l'activité d’une banque commerciale dans le secteur agricole et agro-industriel Agro-industrie 30 MUS$ Paraguay Ligne de crédit dédiée au financement de l'activité d’une banque commerciale dans le secteur agricole et agro-industriel Agro-industrie 20 MUS$ Pérou Prêt destiné au financement de la construction de deux centrales photovoltaïques Énergie 7,15 MUS$

Asie

Cambodge Ligne de crédit à une institution de microfinance Microfinance Chine Prêt destiné à la restructuration et au financement d'un projet d’efficacité énergétique d'un producteur de verres Industrie Chine Prêt à une société du secteur du bambou destiné au financement son programme d'investissement Agro-industrie Inde Souscription d’obligations convertibles d'un fabricant de papier et de pâte à papier Industrie Inde Prise de participation dans un fond d'investissement spécialisé dans les PME agro-industrielles Agro-industrie Indonésie Ligne de crédit dédiée à l'activité de microfinance d'une banque universelle Microfinance Indonésie Prêt à un fabricant de papier destiné au financement de son programme d'efficacité énergétique Industrie Mongolie Prêt à une société laitière destiné au financement de son programme d'investissement Agro-industrie Vietnam Prêt subordonné Tiers 2 à une banque commerciale destiné à renforcer ses fonds propres Banques

5 MUS$ 40 MUS$ 20 M€ 9 M€ 7,5 M US$ 25 M US$ 10 M US$ 2 M US$ 10 M US$

Méditerranée et Moyen-Orient

Égypte Prise de participation dans une société holding destinée à financer une société de développement de logiciels et de services informatiques Services 0, 4 MUS$ Irak Prêt destiné au financement de l'extension du réseau d’une société de télécommunications Télécommunications 75 MUS$ Irak Prêt destiné au financement d'investissements et au refinancement de prêts d’une cimenterie Matériaux de construction 20 MUS$ Maroc Prêt subordonné destiné à renforcer les fonds propres d’une association de microcrédit Microfinance 10 M€ Maroc Ligne de crédit à un groupe financier et bancaire Banques 50 M€ Tunisie Prise de participation dans une société pharmaceutique Santé 5 M€ Turquie Prêt à une société d'énergie destiné à la construction d’infrastructures d’énergies renouvelables Énergie 40 M€ Turquie Ligne de crédit à une banque universelle dédiée au financement de projets d'énergies propres et renouvelables Banques 50 M€

Multi-pays

Afrique subsaharienne Prise de participation dans un groupe de réassurance Institutions financières 15 MUS$ Afrique subsaharienne Prise de participation dans une holding bancaire africaine Banques 1,3 M€ Afrique subsaharienne Prise de participation dans un fonds d'investissement spécialisé dans le secteur forestier Industrie du bois 10 MUS$ Afrique subsaharienne Financement de la facilité d'assistance technique d'un fonds d'investissement spécialisé en santé Santé 0,6 MUS$ Afrique subsaharienne Prise de participation dans un fonds d'investissement spécialisé en microfinance Microfinance 2,4 M€ Afrique subsaharienne Financement de la facilité d'assistance technique d'un fonds d'investissement spécialisé en microfinance rurale Microfinance 0,2 M€ Afrique subsaharienne Financement de la facilité d’assistance technique d’un fonds d'investissement spécialisé dans le financement des PME d'Afrique de l'Est PME 0,03 M€ Afrique subsaharienne Financement de la facilité d'assistance technique d'un fonds d'investissement spécialisé dans le financement des marchés frontières PME 0,15 MUS$ Afrique subsaharienne Prise de participation dans une facilité multi-bailleur de cofinancement de projets de lutte contre le changement climatique Énergie 0,006 M€ Afrique subsaharienne Prise de participation dans un groupe bancaire africain dans le cadre d'une augmentation de capital Banques 10 M€ Europe de l’Est Prêt à une institution financière internationale destiné à soutenir ses financements et Caucase dans des pays d’Europe de l’Est et du Caucase Institutions financières 20 M€ Global Prise de participation dans un fonds d'investissement spécialisé en microfinance rurale Microfinance 5 M€ Global Prise de participation dans une société de gestion en actifs carbone Finance carbone 1,4 M€ Méditerranée Constitution d'une enveloppe d'investissements en actifs carbone Finance carbone 15 M€ Méditerranée Prise de participation dans un fonds de fonds dédiés aux pays du sud de la Méditerranée PME 0,04 M€ Méditerranée Prise de participation dans un fonds d'investissement dédié aux pays du Maghreb PME 7 M€

PROPARCO_Rapport annuel 2011

51


les annexes_ Direction administrative et financière Cécile COUPRIE

Chargés d’affaires Amélie BINET Jérémy BRAULT Cédric MARTIN Joël MULLER

Chargés de gestion Didier AMIOT Nicole ARTICO Maïté CHAPRON Evelyne WAGNER

Juristes Antoine ALISON Christine AVRIL POTTIER Emilie CANAVESE Marianne CESSAC Fariza CHALAL David FARDEL Sandrine GAU Peter GLAUSE

Marie MOULIN Sophie VERMOREL

Assistante : Catherine MURE

Organigramme

Secrétariat Général

Direction juridique Marianne SIVIGNON-LECOURT Adj : Chrystelle GUERIN Assistantes : Isabelle GILLET, Valérie NOËL

Gestion du Portefeuille Yazid SAFIR Adj : Reza HASSAM DAYA Assistante : Anita PEREZ

Risques Jean-Baptiste SABATIÉ Assistante : Anita PEREZ

w

Directrice générale déléguée Colette GROSSET

Fonctions transversales Assistante : Sofia BASHIR

Adj : Ghislain DE VALON

Chargés d’affaires MV BIANCARELLI Dorothée DECKERT Fanny DELPEY Adama DIAKITE J.-B. du CHALARD Iskander EZZERELLI Alexandra GEORGANDAS

Chargés d’affaires Manuel MARTINS Olivia RÉVEILLIEZ Mélody SANG Mathieu SOLONEL Danièle THÈZE

Chargées de gestion Pascale DENISE Claudine LOCQUET Valérie MARCUS Delphine QUÉFFELEC

Juliette RAMONDY

Chargée de gestion Diane NGO

Appui à maîtrise d’ouvrage Unité environnement, Anne-Elsa CLOT ADDA social et impact Marie-Paule SIMONNET Odile CONCHOU Jeanne HÉNIN Justine PLOURDE-DEHAUMONT Julia RICHARD de CHICOURT

Assistante : Ia GEBAROWSKI

Banques et marchés financiers Amélie JULY

Directeur général Étienne VIARD

Adj : Sophie LE ROY

Assistante : Ia GEBAROWSKI

Assistante : Marie-Thérèse ROCHE

Entreprises Stéphanie LANFRANCHI

Directrice générale déléguée Marie-Hélène LOISON Adj : Jérôme

Adj : Guillaume BARBEROUSSE

Assistante : Flora TOTA

Assistante : Kaoula HASSEN

BERTRAND-HARDY

Infrastructures et mines Jean-Pierre BARRAL

opérations

Adj : Emmanuelle MATZ Assistante : Elisabeth NGUYEN

Participations Laurent KLEIN Adj :

RÉSEAU ABIDJAN J. LEFILLEUR BANGKOK P-A. PACAUD SÃO PAULO M. BOUSLAMA casablanca A. MULLIEZ DOUALA L. JONCHERAY delhi E. RIEDEL DROUIN JOBOURG C. BLANCHOT nairobi G. AÏNACHÉ LE CAIRE T. ELOY MEXICO M. SAVILLE

52

Anne-Sophie RAKOUTZ Assistante : Sarah ÉON

Fonctions transversales Assistante : Sofia BASHIR

PROPARCO_Rapport annuel 2011

Chargés d’affaires Bérengère BASSET Pauline BAUMGARTNER Jean-Nicolas BÉASSE Laurent FARGE Rahim HARIS Laureen-Astrid KOUASSI Gonzague MONRÉAL

Chargés d’affaires Jean-Sébastien BERGASSE Mathieu BRELET Myriam BRIGUI Paul CENTENO-LAPPAS Nicolas CÉZARD Alexis JANORAY

Chargés d’affaires Christel BOURBON-SECLET Charlotte DURAND Alan FOLLMAR Jérôme GASTAUD Astrid JARROUSSE Nataliya KLYMENKO Alice LUCAS Véronique PESCATORI Chargés d’affaires Damien BRAUD Jérémy CEYRAC Kamal DADI Isabelle LAURENCIN Mathieu LEBÈGUE Adeline LEMAIRE Guillaume MORTELIER Communication et production intellectuelle Fanette BARDIN Véronique LEFEBVRE Catherine LEPÈRE

Elodie PARENT Emilie PASCAL Maria PEÑA Annie TRAN Chargée de gestion Nouara CHADER

Anne RORET Magali ROUSSELOT Chargée de gestion Thi Kim HOANG TRONG

Gregor QUINIOU Nathalie YANNIC Imane AKALAY détachée SFI André MOUNIF détaché FONIND Chargée de gestion Anne BULTEAU

Alix PINEL Nahed SAAB Aglaé TOUCHARD Chargés de gestion Sandra GIRARD Philippe HUMBERT-DROZ Assistance technique Cyril RENAULT Finance carbone Loïc BATEL


les publications

_les annexes

Revue Secteur Privé & Développement Publication unique en son genre, Secteur privé & développement (SP & D) est une revue bimestrielle destinée à analyser et comprendre les mécanismes par lesquels le secteur privé peut contribuer au développement des pays du Sud. SP & D confronte, à chaque numéro, les opinions et savoirs d’auteurs aux horizons variés provenant du monde de la recherche, du secteur privé, d'institutions de développement et de la société civile. Éditée par PROPARCO, la revue comprend 6 à 8 articles autour d’un thème unique. À travers la diversité des thèmes abordés tels que l’accès à l’eau, la téléphonie mobile ou les marchés financiers, SP & D s’est progressivement imposée comme une publication de référence sur le rôle du secteur privé dans le développement. Disponible gratuitement en anglais et en français, SP & D compte aujourd’hui 10 000 lecteurs, dont 3 000 abonnés. N° 13 Comment favoriser le développement des filières agricoles et agro-industrielles en Afrique subsaharienne ? N° 12 Le capital-investissement contribue-t-il au développement de l’Afrique ? N° 11 L'assistance technique au service du secteur privé : un outil de développement. N° 10 Le ciment, entre responsabilité écologique et impératifs économiques. N° 9 Quel rôle du secteur privé dans le développement du rail africain ? Abonnez-vous gratuitement à la revue sur www.proparco.fr Pour soumettre des articles, contactez le comité de rédaction en écrivant à revue_spd@afd.fr

Les publications www. proparco.fr

PROPARCO propose une information riche et complète sur son activité sur son site internet et dans ses brochures institutionnelles. /

Brochures institutionnelles PROPARCO décline une gamme de brochures institutionnelles sur ses régions et ses secteurs d’intervention. — PROPARCO dans la région du Mékong — PROPARCO en Afrique subsaharienne — PROPARCO au Maghreb et au Moyen-Orient — Soutenir la microfinance responsable — Financer l’accès à une énergie durable — FISEA : s’impliquer et s’investir aux côtés des entreprises africaines Téléchargez nos plaquettes sur www.proparco.FR

site institutionnel Lancé début 2011, le nouveau site de PROPARCO donne accès à une grande variété d’informations sur son offre, son approche et son activité auprès du secteur privé. Une présentation claire, simple et facile d’utilisation permet de découvrir ses projets à travers des fiches, des photos, des vidéos et des témoignages. Des communiqués de presse sont régulièrement diffusés pour informer les internautes des dernières actualités de PROPARCO sur les quatre continents. Des portails régionaux, accessibles en un clic, offrent des informations plus détaillées sur son intervention dans chaque zone géographique. Le site institutionnel s’attache à valoriser, dans tous ses contenus, le sens et la finalité de l'action de PROPARCO. Venez nombreux découvrir notre site internet et suivre l’actualité de PROPARCO.

PROPARCO_Rapport annuel 2011

53


les annexes_

Crédits w

Responsable de la publication Fanette Bardin Conception et réalisation www.les-eclaireurs.com

Crédits photos AFD Ax / Flickr JP. Barral C. Berger Beboy / Fotolia B. de Belleroche J. Bendiksen / Magnum Citadel Capital C. Davidson / Corbis D. Degnan / Corbis N. Devernois D. Khimdjee / Roshan I. Ezzerelli G. José Galam / Fotolia A. Haider / Epa / Corbis Haikeu P. Kabré B. Leclerc S. Lunardi / Fotolia Mibanco / DR P. Ordoñez V. Pescatori O. Reveillez S. Schneiner D. Segui M. Tabet Y. Tylle / Corbis Unima N. Yannic

(p. 8, p.27) (p.25) (p.36) (couverture, p.6, p.22, p.23, p.24) (p.33) (p.7) (p.32) (p.32) (p.2, p.3) (p.12, p.13) (p.48, p.49) (p.8) (p.7, p.40, p.41) (couverture) (p.6) (p.36, p.37) (p.20, p.21) (p. 25, p.29, couverture) (p.35) (p.38) (p.22) (p.50) (p. 7, p.28, p.29) (p.44) (p.39) (p.7) (p.39) (p. 30, p.31) (p.7) (p.35)

Cette publication a été imprimée dans le respect de l'environnement avec des encres végétales et non minérales.

54 50

PROPARCO_Rapport annuel 2011


151, rue Saint-Honoré - 75001 Paris Tél. : (33) 1 53 44 31 08 Fax : (33) 1 53 44 38 38 www.proparco.fr

w


SIéGE PARIS 151, rue Saint-Honoré 75001 Paris Tél. : (33) 1 53 44 31 08

Fax : (33) 1 53 44 31 08 Mail : proparco@proparco.fr

afrique subsaharienne Nairobi afrique de l’Est Royal Ngao House Hospital Road, Upper Hill P.O. BOX 45955 00100 Nairobi, Kenya Tél. : (254) 20 271 12 34 (254) 20 271 10 58 Fax : (254) 20 271 79 88 afdnairobi@afd.fr Guédi Aïnaché

méditerranée et moyen-orient Tunis Tunisie Immeuble Melika Rue du Lac Vindeurmere Tunis, Tunisie 1053 Les Berges du Lac Tél. : (216) 71 861 799 Fax : (216) 71 861 825 afdtunis@afd.fr

ASIE Delhi asie du Sud 1A Janpath Delhi, 110 011 India

abidjan afrique de l’Ouest Boulevard François Mitterrand 01 BP 1814 Abidjan, Côte d'Ivoire

CASABLANCA Méditerranée 15, avenue Mers-Sultan 20130 Casablanca, Maroc

Tél. : (91) 11 2379 3747 Fax : (91) 11 2379 3738 afdnewdelhi@afd.fr Emmanuelle Riedel Drouin

Tél. : (225) 22 40 70 40 Fax : (225) 22 44 21 78 proparcoabidjan@proparco.fr Julien Lefilleur

Tél. : (212) 522 29 53 97 Fax : (212) 522 29 53 98 afdcasablanca@afd.fr Amaury Mulliez

Bangkok asie du Nord et du Sud-Est Exchange Tower, Unit 3501-02, 35th floor 388 Sukhumvit Road, Klongtoey Bangkok 10110, Thaïland

Lagos Nigeria C/o Consulate General of France 1, Oyinkan Abayomi Drive, Ikoyi, Lagos, Nigeria

LE CAIRE Moyen-Orient et Caucase 10 Sri Lanka Street Zamalek Cairo, Egypt

Tél. : (234) 1 462 84 65 afdabuja@afd.fr

Tél. : (202) 27 35 17 88 Fax : (202) 27 35 17 90 afdlecaire@afd.fr Thomas Eloy

Tél. : (66) 02 663 6090 Fax : (66) 02 663 6077 afdbangkok@afd.fr Pierre-Alain Pacaud Pékin Chine 7th Floor, Block C, East Lake Villas, 35 Dongzhimenwai Dajie, Dongcheng District 100027 Beijing, China Tél. : (86) 10 84 51 12 00 Fax : (86) 10 84 51 13 00 afdpekin@afd.fr

Johannesbourg afrique australe et Madagascar Ballywoods Office Park Ironwood House 1st Floor 29 Ballyclare Drive - Bryanston P.O. Box 130067 - Bryanston 2120 Johannesbourg South Africa Tél.: (27 11) 540 7100 Fax : (27 11) 540 7117 proparcojohannesbourg@afd.fr Christophe Blanchot

amérique latine et caraïbes sÃo paulo amérique du Sud Edificio çiragan Office Alameda Ministro Rocha de Azevedo, 38 - 11° andar 01410-000 - São Paulo, SP – Brasil Tél : (55) 11 2532 - 4751 Fax : (55) 11 3142 – 9884 afdsaopaulo@groupe-afd.org Myriam Bouslama

douala Afrique centrale et Nigeria 96, rue Flatters Immeuble Flatters, 2e étage, Suite 201 BP 2283 Douala, Cameroun

mexico amérique centrale et caraïbes Torre Omega Campos Eliseos 345, piso 5, Col. Chapultepec Polanco, 11560 México D.F., México

Tél. : (237) 33 42 06 26 Fax : (237) 33 42 06 25 Ludovic Joncheray

Tél. : (52) 55 91 38 89 53 afdmexico@afd.fr Matthew Saville


2011 Rapport annuel de PROPARCO