Page 1

INDOCHINE

TOUTE L’aCTU MUSICaLE DU SUD-EST # 242 - AVRIL 2018 >> NaaMaN / rODOLPHE BUrGEr / arCaDIaN / SYKa JaMES OLDELaF / PaSCaL MONO / TOUS SaLOParDS / AGENDA CONCERTS / ALBUMS...


>> Sommaire 04. Live Report : James Andrews 05. Ma Playlist : Barbara Iannone 06. Live Report : The Sonics 07. Album de Légende : Led Zeppelin 07. Il y a 10 ans... : Chinaski 08. Live Report : Inuit 09. Partenaires 10. A la Une : Indochine 14. Agenda concerts 24. Live 46. Zoom : Naaman 48. Zoom : Rodolphe Burger 50. Zoom : Oldelaf 52. Zoom : Arcadian 54. Zoom Sud-Est : Pascal Mono 56. Zoom Sud-Est : Syka James 58. Zoom Sud-Est : Tous Salopards 60. Album

>> Humeur Ordre et progrès Alors que l’on commémore les 50 ans de Mai 68, le pays est agité par les grèves et manifestations des retraités, des cheminots, de l’éducation nationale et d’autres encore. Invariablement, ces mouvements sociaux suscitent soit l’adhésion soit le rejet de la population. Si les tenants de l’ordre établi regarde toujours d’un mauvais oeil ces actions revendicatives, force est de constater que c’est souvent par l’insoumission et la rebellion que l’on a pu faire évoluer les moeurs, les lois, et obtenir des avancées sociétales. Un demi-siècle plus tard, les adeptes du conservatisme continuent de rejeter l’esprit de Mai 68 avec dédain alors que d’autres célèbrent sa vitalité et son esprit frondeur. Philippe Perret

BP 62 - 06142 VENCE cedex 04 93 58 51 51 contact@nouvelle-vague.com www.nouvelle-vague.com www.facebook.com/nouvellevague.mag Directeur de la publication Philippe PERRET > direction@nouvelle-vague.com Secrétaire de rédaction >>> contact@nouvelle-vague.com Responsable commercial & communication >>> communication@nouvelle-vague.com

Rédacteurs David BARTOLI, Laetitia BASTARI, Marie BERGINIAT, Matthieu BESCOND, Rémi CAVAILLES, Lucie CHRISTIAN, Kadha CISSOKO, Céline DEHEDIN, François DEVRED, Lola FERETTI, Sarah FOUDRIER, Florent GILIBERT, Christophe GUILBERT, Elisa KLEIN, Aurélie KULA, Annie LÉ, Matthieu LEGER, Jacques LEROGNON, Jean-Jacques MASSE, Christopher MATHIEU, Margaux MAURISSET, Christian MEIFFRET, Aurélie MIGNONE, Vincent PAOLINO, Mourad REBBANI, Laure RIVAUD-PEARCE, Anthony ROSE, Evelyne RYDLÖF, Fanny SANANES, Lyuba SOFRONIEVA, Laurent THERESE, Jean-Luc THIBAULT, Emmanuel TRUCHET, Aurore VIBERTI.

Stagiaire Jessica BOHOUO, Enola CHAGNY, Evora GAU, Boris HENNEBELLE, Kristina KRASNIQI, Amelia LEFEBVRE, Yasmine ROMDHANE, Sampras WETCHEME, Abdoulrahim YAYE Tirage 10 000 exemplaires. Dépôt légal 1er trimestre 2018. N° ISSN 1266-8591. Maquette Philippe PERRET. Photo couverture Hidiro Impression Graficas Piquer (Espagne). Régie publicitaire Plein Soleil (04 93 58 51 51). Nouvelle Vague est édité par Plein Soleil. Abonnement 10 euros pour 10 numéros. Distribution «Nouvelle Vague» est distribué gratuitement dans plus de 300 points de la région Sud-Est. Liste complète des lieux sur www.nouvelle-vague.com/ou-le-trouver Magazine fondé en 1994. ::: Prochain numéro le 28 avril 2018 :::


4 >> #NVmagLiveReport Retrouvez nos compte-rendus de concerts en textes et en images sur nouvelle-vague.com et facebook.com/nouvellevague.mag

JAMES ANDREWS Le 10/03/18 au Forum Nice-Nord - Nice (06). Photo : Jacques Lerognon (polarjazzblues.wordpress.com)

#NVmagSMS

Envoyez vos photos “musicales” à contact@nouvelle-vague.com. Les sélectionnées seront publiées dans Nouvelle Vague.

DISQUAIRE DAY >>> Cette année la huitième édition du « Disquaire Day » aura lieu le 21 avril 2018 à Paris mais aussi dans plein d’autres villes de l’Hexagone. Il s’agit de l’une des journées les plus importantes autour de la musique enregistrée au monde. Comme chaque année la fête du vinyle permet aux férus de musique de se dénicher des inédits et des disques rares chez l’un des 230 disquaires participants. www.disquaireday.fr


Barbara Iannone

#NVmagMaPlaylist >> 5

Attachée de presse Agence BIIIP (Marseille - 13) www.facebook.com/biiipagence - Concert : Je garde un excellent souvenir d’un concert de Lucio Bukowski, à Akwaba (dans le sud) c’était au printemps : l’ambiance, la proximité des artistes, l’atmosphère : tout était vraiment bien. - Événement : Depuis 1965 « la femme » peut gérer ses biens, ouvrir un compte en banque, et même exercer une profession sans l’autorisation de son mari ! Vous vous rendez-compte! C’est trop sympa : Champagne ! Ca c’est un événement !

Ta personnalité, ton parcours ? Je suis passée de bénévole en festivals (Elektro Cirkus de Freesson par exemple) à membre fondateur de l’association Pink Pönk avec une bande de copines (collectif qui organise des événements décalés et plutôt délirants). Au fil des expériences je me suis professionnalisée et spécialisée dans la communication et les relations presse. J’ai créé l’agence BIIIP en 2013 (relations presse & conseil en communication dans secteur musique et culture). Ta playlist ? - Musique : “Flip” l’album entier de Lomepal, à tout moment de la journée - Cinéma : Mon film culte “Mulholland Drive”, même si je ne comprends pas tout j’aime bien voir et revoir en boucle ce film en m’endormant - Livre : Gros coup de cœur pour un livre que je n’avais pas encore lu et qui date de 1995 : “Sous le règne de Bone” de Russel Banks.

Ta plus grande émotion musicale ? Il y a deux ans grosse émotion à la découverte des Transmusicales de Rennes, un festival qui réunit toutes les qualités (pour moi) : une programmation au top, des artistes qu’on ne voit pas programmés dans 50 autres festivals, une partie « pro » bien pensée, le tout dans une ville qui sait faire la fête! Ça contrebalance avec le AirBnB à 30 minutes de marche dans le froid et mes propres vapeurs d’alcool ;) Ton espoir pour le futur ? La jeunesse ! J’aime bien penser que la jeunesse peut encore nous bousculer, nous les jeunes-vieux ou les vieux-jeunes. J’espère que nous serons suffisamment nombreux à avoir eu envie d’éduquer nos enfants (les nôtres et ceux des autres…), que les nouvelles générations ne seront pas passives et sauront se battre ; j’ai aussi espoir que l’on appréciera toujours en 2078 de simples plaisirs comme faire une bonne bouffe, faire la fête ou faire une balade dans les calanques !


6 >> #NVmagLiveReport Retrouvez nos compte-rendus de concerts en textes et en images sur nouvelle-vague.com et facebook.com/nouvellevague.mag

THE SONICS Le 18/02/2018 à l’Espace Julien - Marseille (13) Photo : Laurent Bruguerolle (www.laurentbruguerolle.zenfolio.com). Envoyez vos photos “musicales” à contact@nouvelle-vague.com. Les sélectionnées seront publiées dans Nouvelle Vague.


#NVmagAlbumDeLegende >> 7

LED ZEPPELIN : Led Zeppelin IV

Il y a 10 ans...

Sorti le 08/11/1971. En ce début d’année, il est temps de revoir ses classiques ! Non, Led Zeppelin n’est pas seulement la bande-son d’une célèbre marque de parfum, c’est avant tout un groupe, et des albums de légende. Ancré dans la culture populaire le nom Led Zeppelin résonne dans toutes les têtes, Led Zeppelin est un groupe de rock britannique fondé en 1968 à Londres par Jimmy Page (à la guitare), Robert Plant (au chant), John Paul Jones (à la basse et aux claviers) et John Bonham (à la batterie). Après seulement 12 ans d’existence, le groupe met fin à son aventure après le décès de John Bonham, en 1980. Ils laisseront derrière eux un héritage musical énorme avec plus de 300 millions d’albums vendus. Ce quatrième opus sera d’abord connu pour ne pas avoir de titre, mais sera vite nommé « Led Zeppelin IV ».

Il s’agit de l’un des albums les plus vendus de l’histoire avec près de 37 millions d’exemplaires écoulés dans le monde avec pour étendard l’indémodable tube «Stairway To Heaven». Cet album a une histoire particulière, après avoir reçu de mauvaises critiques lors de la sortie du précédent album, le groupe décide de sortir un album sans nom, il n’en fallait pas plus pour déclencher la polémique et les ventes. Cet album met en avant de pures sonorités 70’s, tout en s’inspirant de nombreuses sources musicales. Le groupe n’hésite pas à mélanger les genres jusqu’à trouver l’harmonie parfaite. Ce quatrième album de Led Zeppelin insuffle un vent de fraîcheur sur la planète rock’n’roll de l’époque. Inclassable indémodable et désormais culte « Led Zeppelin IV » est indispensable à votre bibliothèque musicale. Loic Sumien

CHINASKI En 2008, le groupe niçois Chinaski sortait “Noces de zinc”, son album le plus abouti. Mélodies bancales, poésie désabusée, les chansons de Jean-Louis Chinaski traduisent un élégant mal-être, un rien dandy. Ce “spécimen” poursuit depuis sa carrière en solo, avec deux albums et un EP à son actif, et continue d’arpenter les scènes de la région.


8 >> #NVmagLiveReport Retrouvez nos compte-rendus de concerts en textes et en images sur nouvelle-vague.com et facebook.com/nouvellevague.mag

INUÏT Le 22/02/18 au Grimaldi Forum - Monaco (98). Photo : Aurélie Kula (www.aureliekulaphoto.wordpress.com)

#NVmagSMS

Envoyez vos photos “musicales” à contact@nouvelle-vague.com. Les sélectionnées seront publiées dans Nouvelle Vague.

LES INOUÏS DU PRINTEMPS DE BOURGES >>> Ils sont plus de 3500 artistes en herbes à s’inscrire chaque année pour espérer finir parmi la trentaine de sélectionnés. Les inouïs du Printemps de Bourges Crédit Mutuel représente le premier procédé national de repérage et de sélection de jeunes artistes en France. Le réseau Printemps a déjà révélé les artistes qui ont été choisis pour se produire lors du festival qui aura lieu du 24 au 29 avril prochain. Parmi eux, deux artistes du sud-est sont au programme : Wilko & Ndy, pour P.A.C.A, et The G, pour la Corse. www.reseau-printemps.com


Programmation NOMaD’ CaFÉ Du 01/11/2017 au 31/10/2018 à Marseille (13) www.lenomad.com Programmation THÉÂTrE DU CHÊNE Du 01/11/2017 au 31/10/2018 à Avignon (84) www.chenenoir.fr

NOIr

Programmation MJC PICaUD Du 01/01 au 31/12/2018 à Cannes (06) www.mjcpicaud.fr Programmation PaNDa EVENTS Du 01/01 au 31/12/2018 à Nice (06) www.panda-events.com

PrOG’SUD Du 10 au 12/05/2018 aux Pennes-Mirabeau (13) www.progsudfestival.fr

FESTIVaL LE MaS DES ESCaraVaTIErS Du 01/06 au 31/08/2018 à Puget sur Argens (83) www.lemas-concert.com


10 >> #NVmagZoom #AlaUne

Indochine Les décennies passent et Indochine demeure. Né à l’orée des années 80, le groupe continue son chemin, renaissant plusieurs fois de ses cendres, en s’appuyant sur des fans fidèles qui remplissent régulièrement les plus grandes salles de l’hexagone. L’aventure Indochine n’est pas prête de s’achever. Les débuts, jeunesse insouciante Indochine fait ses premiers pas en 1981 et enregistre son premier album “L’Aventurier” qui sort le 15 novembre 1982. Le single du même nom, référence à l’univers de Bob Morane de l’auteur belge Henri Vernes, fait un véritable carton durant l’été 1983 en s’écoulant à 500 000 exemplaires. L’album se vend quant à lui à plus de 250 000 exemplaires. La presse s’enthousiasme et décerne au groupe le Bus d’Acier 1983, qui récompensait alors les artistes de la scène rock. Le 28 novembre 1983, ils sortent leur deuxième album, « Le Péril jaune », qui reprend les thèmes exotiques et dansants du précédent, La recette ne change pas : textes-scénario, synthés exotiques, guitares type Shadows, rythmique sautillante. “Le Péril Jaune” se vend à 225 000 exemplaires grâce aux titres « Kao Bang » et « Miss Paramount » qui en sont les fers de lance. Ils enchainent avec une tournée à travers toute la France durant l’année 1984.

Un style à part En 1985, leur style évolue et tout va se concrétiser grâce à l’album « 3 ». Toutes les générations reprennent en chœur « 3ème Sexe », « Canary Bay », « 3 Nuits par Semaine » et « Salômbo ». Sans aucune concession, Indochine impose son style qui en irrite plus d’un à l’époque… Mais peu importe, le plébiscite reste franc et massif. 750 000 copies de leur 3ème album trouvent preneur dans toute l’Europe. Il se font même aider par Gainsbourg qui filme et réalise le clip « Tes Yeux Noirs ». Pour son cinquième anniversaire, Indochine comble son public avec la captation du concert donné au Zénith de Paris. L’album qui en sera tiré séduira plus de 350 000 personnes. C’est aussi à cette période que le groupe commence à exporter sa musique, remportant notamment un véritable succès dans les pays scandinaves et au Québec. Mais Indo va être très fortement critiqué, notamment en 1987 après la sortie du single « Les Tzars », qui fait l’effet d’une bombe tant il tranche avec ce


que le public et les médias attendent. Certains critiques musicaux n’hésitent pas à dire que le groupe est une vulgaire copie de The Cure, tandis que d’autres considèrent que Nicola Sirkis chante faux. Peu importe les critiques, ils continueront sur cette lancée jusque dans les année 90, où ils se retrouvent à trois. Dimitri Bodianski ayant quitté le groupe, c’est Marc Éliard qui les rejoint. Indochine reprend la route à l’occasion du « Birthday Tour » pour ses dix ans de carrière qui attire une nouvelle génération de fans et permet au groupe d’entrevoir les années 1990 sereinement. Les années de doutes L’album « Un jour dans notre vie » sort en novembre 1993. À l’époque où dominent le grunge et la techno, les médias considèrent Indochine comme un groupe du passé. Fai-

sant l’objet d’un véritable boycott radiophonique, l’album ne remporte pas le succès escompté. C’est en 1995 que le trio s’interroge : l’avenir du groupe est en jeu… Mais les fans sont encore là et espèrent que le groupe ne terminera pas son voyage comme ça. Supportés, Nicola et Stéphane relèvent le défi : Indochine vit et vivra. En l’absence de soutien médiatique et de promotion de la part de la maison de disques, la sortie de l’album « Wax », en novembre 1996, passe quasiment inaperçue avec environ 50 000 exemplaires vendus. Il sera pourtant la première pierre de la résurrection du groupe. Principalement composé par les frères Sirkis avec l’aide d’Alexandre Azaria (guitariste) et de JeanPierre Pilot (claviériste), l’album a une tonalité plus « pop » que le précédent. Bien que les textes de Nicola restent fidèles à l’univers


nouvelle-vague.com / avril 2018

d’Indochine, une touche nouvelle apparaît, une sorte de « fausse naïveté adolescente ». Aux yeux des médias et même de leur propre maison de disques, Indochine est ringard et n’a plus d’avenir. Au cours de l’année 1997, Indochine est remercié par BMG qui ne les trouve plus assez vendeurs. Au mois de mai 1997, ils enregistrent dans une ambiance survoltée le concert donné à Bruxelles, qui sortira quelques mois plus tard sous la forme d’un double CD « Indo Live ». Edité par le label de TF1, il bénéficie d’une grosse campagne publicitaire, lui permettant de s’écouler à 300 000 exemplaires. Le renouveau médiatique a débuté et leur carrière reprend du poil de la bête ! 1999, année dramatique En 1999, Stéphane meurt tragiquement d’une hépatite foudroyante. L’enregistrement de « Dancetaria » venait de commencer. Nicola décide de continuer l’aventure Indo, le groupe vivra. Les dernières musiques que Stéphane a composées témoigneront à jamais de son talent. En mai « Dancetaria » est terminé mais le disque ne sortira qu’à la rentrée pour éviter une triste médiatisation. Malgrés cet événement douloureux le groupe ne flanche pas et repart sur les routes de France pour un tour 99 chargé d’émotion. « Dancetaria » sort en août et entre directement en 14ème place du top albums. Il s’agit certainement d’un des disques les plus aboutis d’Indo. Produit par Gareth Jones (Depeche Mode, Garbage), il bénéficie d’un son moderne et novateur mettant en valeur des compositions fortes. Le retour Dans les années 2000, Indochine refait son apparition avec l’album « Paradize » qui signe

le retour officiel du groupe sur scène. Après sa tournée acoustique «Nuits Intimes», Nicola Sirkis et ses acolytes ont ressenti le besoin de retourner aux sources du rock’n’roll, et de remettre en avant les guitares électriques. Avec ce nouvel opus, Indochine surprend et se propulse ainsi n°3 des meilleures ventes du moment. Le titre « J’ai demandé à la Lune » cartonne et toutes les radios se l’arrachent, ce qui permet au groupe un fort retour médiatique et de refaire partie des références rock du moment. 2002 marque un nouveau tournant dans l’aventure Indochine puisqu’il remporte une Victoire de la Musique ainsi qu’un NRJ Music Awards, et consécration, l’album reçoit un Disque de diamant. L’histoire d’une vie En juin 2017, Indochine sort un nouvel album intitulé « 13 » dont le premier extrait dévoilé était le titre « La vie est belle ». Une belle revanche pour le groupe qui malgré les critiques n’a jamais rien abandonné, et repart d’ailleurs sur les routes de l’hexagone jusqu’à mai 2018. Et l’aventure est loin d’être fini, puisque Nicola Sirkis a sous-entendu dans l’émission Quotidien organiser quelque chose pour les 40 ans du groupe, en 2021. L’aventure Indochine n’est pas prête de finir. Amélia Lefebvre Le 13/04/18 au Dôme - Marseille (13), le 18/04/18 au Palais Nikaïa - Nice (06) et le 13/07/18 dans le cadre du Festival de Nîmes aux Arènes - Nîmes (30). www.indo.fr Photos : Goledzinowski et Hdiro.


14 >> #NVmagAgenda Concerts Pour figurer dans notre Agenda Concerts, envoyez vos infos avant le 15 à contact@nouvelle-vague.com

avril 2018 04 // Alpes-de-Haute-Provence - avril 2018 01 MOUSS & HAKIM MOTIVÉS ! SOUND SYSTEM / BOB LUNET / WILD WANKERS  Le K’fé Quoi! Forcalquier (04) 21:00 13 LA CAFETERA ROJA  Le K’fé Quoi! - Forcalquier (04) 14 JOSMAN / WILKO & NDY / LA CONNAIXION  Le Café Provisoire - Manosque (04) 20:30 19 MELISSMELL DUO  Le Café Provisoire - Manosque (04) 19:00

06 // Alpes-Maritimes - avril 2018 01 ADRIEN BRANDEIS  Shapko Bar - Nice (06) 01 DIEGO ORIGLIA invite JEAN LUC DANNA  Espace Trinquette Villefranche-sur-Mer (06) 20:30 03 AVISHAI COHEN  Le Minotaure - Vallauris (06) 05 EYM TRIO  Théâtre Alexandre III - Cannes (06) 19:30 07 NORAH JONES  Acropolis - Nice (06) 11 Scènes Emergentes : CLARCEN / LUNEAPACHE  Salle Juliette Gréco - Carros (06) 20:30 12 NO ONE IS INNOCENT  Théâtre Lino Ventura - Nice (06) 20:30 12 Scènes Emergentes : MARIA ROBIN / SYKA JAMES  Salle Juliette Gréco - Carros (06) 20:30 13 Scènes Emergentes : THE DEAD FOX ON THE ROAD / MILAP  Salle Juliette Gréco - Carros (06) 20:30 13 NATALIE DESSAY ET PHILIPPE CASSARD  Scène 55 - Mougins (06) 20:30 14 Scènes Emergentes : MARIE-ANTOINETTE / KILL THE MOOSE / MARIUS LIMOUSINE / CALIGAGAN / WILLY CAÏD  Salle Juliette Gréco - Carros (06) 14 THE WALKING DEAD ORCHESTRA / PRAETORIA / MINDWAKE  MJC Picaud - Cannes (06) 18 PAULINE CROZE  Théâtre Lino Ventura - Nice (06) 20:30 18 INDOCHINE  Palais Nikaia - Nice (06) 19 FEU CHATTERTON  Anthéa - Antibes (06) 20 L’ENTOURLOOP & MAD PROFESSOR feat SISTER AISHA  Théâtre Lino Ventura - Nice (06) 20:30 27 la P’TITE FUMEE / HILIGHT TRIBE  Théâtre de Verdure - Nice (06) 20:00 27 CHRIS ESQUERRE  Théâtre de la Licorne - Cannes (06) 27 HANGMAN’S CHAIR / PILLARS / MUDRIVER  MJC Picaud - Cannes (06) 30 MANU CARRE / YAEL ANGEL  Théâtre Francis Gag - Nice (06) 30 THE CHILLERS / ROD TAYLOR  MJC Picaud - Cannes (06)


nouvelle-vague.com / avril 2018

07 // Ardèche - avril 2018 14 WASHINGTON DEAD CATS / BULGARIAN YOGURT / GUNLOCK / LITTLE VICIOUS MONEY Foyer Municipal- Bourg-Saint-Andéol (07) 20:00

13 // Bouches-du-Rhône - avril 2018 01 SUUNS  Espace Julien - Marseille (13) 04 NOHAYBANDA!  La Tache - Marseille (13) 19:00 04 DADJU  Espace Julien - Marseille (13) 05 GAUVAIN SERS  Espace Julien - Marseille (13) 06 THE NOFACE  Le Moulin - Marseille (13) 20:30 06 CHRISTOPHE WILLEM  Le Silo - Marseille (13) 06 ISHA / L’ORDRE DU PERIPH  L’Affranchi - Marseille (13) 20:00 06 SISTER IODINE / ACTION BEAT / 25  L’Embobineuse - Marseille (13) 21:00 06 LISA SIMONE  Salle Polyvalente - Berre L’Etang (13) 06 ARCADIAN  Espace Julien - Marseille (13) 07 NIK BARTSCH’S RONIN  Théâtre Fontblanche - Vitrolles (13) 21:00 07 MARCUS MILLER  Le Silo - Marseille (13) 07 CLAUDIA SOLAL ET BENOIT DELBECQ  Salle Musicatreize - Marseille (13) 20:00 07 ANTONIA DE RENDINGER  Espace Julien - Marseille (13) 07 GRAND KABAR KREOL  Le Molotov - Marseille (13) 07 NIK BÄRTSCH RONIN  Théâtre Fontblanche - Vitrolles (13) 08 KEEN V  Le Dôme - Marseille (13)


16 >> #NVmagAgendaConcerts 08 KEN BOOTHE  Espace Julien - Marseille (13) 20:00 09 MACHINE HEAD  Le Cabaret Aléatoire - Marseille (13) 10 AUBREY LOGAN  Jazz Fola Live Club - Luynes (13) 21:00 10 LA RUE KETANOU  Le Portail Coucou Salon de Provence (13) 21:00 11 AUBREY LOGAN  Jazz Fola Live Club - Luynes (13) 21:00 11 THE TROUBLE NOTE  Le Poste à Galène - Marseille (13) 22:00 12 AUBREY LOGAN  Jazz Fola Live Club - Luynes (13) 21:00 13 NO ONE IS INNOCENT  Salle Obino - Vitrolles (13) 13 CHRISTOPHE  Salle de l’Etoile Châteaurenard (13) 13 INDOCHINE  Le Dôme - Marseille (13) 20:00 13 MR WHITE & EMBERS  Espace Charles Trénet Salon de Provence (13) 14 ILLA J / GIZELLE SMITH  Salle des Fêtes - Venelles (13) 20:30 14 ALIBI / DISTRO / BRK / KID FRANCIS / ZAA  Le Poste à Galène - Marseille (13) 20:30 14 Provock Session #10 : HOBOKEN DIVISION / THE NEEDS / SIRIUS VOID  Salle les Arcades- Aixen-Provence (13) 20:30 14 LES CROISIERES DOLORI / DESCENDEUR / MANUEL DUVAL  L’Embobineuse - Marseille (13) 21:00 14 TCHAVOLO SCHMITT QUARTET  Moulin à Jazz - Vitrolles (13) 21:00 18 ANAIS  Espace Julien - Marseille (13) 19 JULIEN DORE  Le Silo - Marseille (13) 19 MARINA KAYE  Le Silo - Marseille (13) 19 CONCRETE KNIVES  Le Molotov - Marseille (13) 19 HOLLIE COOK  Le Molotov - Marseille (13) 20:00 20 FEU! CHATTERTON  Le Moulin - Marseille (13) 20 MASSICOT / GERIATRIE  L’Embobineuse - Marseille (13) 21:00 20 ASH KIDD  Espace Julien - Marseille (13) 19:30 21 CABALLERO ET JEANJASS  L’Affranchi - Marseille (13) 20:30 21 LA YEGROS  Le Moulin - Marseille (13) 20:30 21 IRATION Dub Station #36 : STEPPAS ft. ECHO RANKS / ALPHA STEPPA / UBIK SOUND SYSTEM ft. NELLO B  Dock des Suds - Marseille (13) 21 SHUN & HIS DEAD FAMILY  La Machine à Coudre - Marseille (13) 21 MR WHITE & EMBERS  la grange - Istres (13) 22 WILLIAM Z VILLAIN  Le Molotov - Marseille (13) 25 DANIEL LEVI  Espace Julien - Marseille (13) 20:30 26 ALBAN IVANOV  Salle Obino - Vitrolles (13) 26 SINIK / DAVODKA  Le Moulin - Marseille (13) 20:30 27 Perfides #1 : LA CONCHA DE LA MADRE / ANAÏSSSS / SELF APOCALYPSE / GOLDEN FLUX / 10PUTE / MUTANT.E POST APO 3.0  L’Embobineuse - Marseille (13) 21:00 28 J.BERNARDT (BALTHAZAR)  Le Moulin - Marseille (13) 28 ODGPROD PARTY  L’Affranchi - Marseille (13) 28 HANGMAN’S CHAIR  Le Jas’rod - Les Pennes-Mirabeau (13) 28 CHEIKH MC / DADIPOSLIM / CHUCKY MISTA RES  Espace Julien - Marseille (13) 19:00 29 METRO CROWD  L’Embobineuse - Marseille (13) 21:00


nouvelle-vague.com / avril 2018

26 // Drôme - avril 2018 06 FAILLE / L’OMBRA / BLAKE  Cité de la Musique- Romans-sur-Isère (26) 20:30 07 ANGL / GRANDEPOLIS  Mistral Palace - Valence (26) 21:00 13 SONANDO  Théâtre - Valence (26) 20:45 14 NAÂMAN  Espace de la Gare - Saint Paul Trois Châteaux (26) 14 YANISS ODUA  Espace de la Gare - Saint Paul Trois Châteaux (26) 14 LA CAFETERA ROJA  Le Bizz’Art Nomade - Dieulefit (26) 21 HIPBONE SLIM / THE BAD PELICANS / DON GLOW / LA SCANDALEUSE & FRIENDS  Mistral Palace - Valence (26) 26 OUM  Maison de la Musique - Valence (26) 27 RODOLPHE BURGER / AMOUR FOU / GONTARD DUO feat VINCHA / LOMOSTATIC / GONTARD FULL BAND  Cité de la Musique- Romans-sur-Isère (26) 20:30

30 // Gard - avril 2018 05 SVINKELS  Paloma - Nîmes (30) 20:00 06 Festival de la Meuh Folle : PANDA DUB / SOOM T / I WOKS / GIRAMUNDO  La Capra - Ales (30) 19:00 07 Festival de la Meuh Folle : JAHNERATION / GENERAL ELEKTRIKS / L’ENTOURLOOP / STAND HIGH PATROL / TROY BERKLEY / DJ N’ZENG  La Capra - Ales (30) 07 ERIC LELANN  Théâtre Christian Liger - Nîmes (30) 07 FAKEAR  Paloma - Nîmes (30) 12 LA CAFETERA ROJA  la Moba - Bagnols-sur-Cèze (30) 14 BRIGITTE  Paloma - Nîmes (30) 27 NISKA  Paloma - Nîmes (30) 20:00


18 >> #NVmagAgendaConcerts 34 // Hérault - avril 2018 01 ANGRA / GEOFF TATE / HALCYON WAY / STARBYNARY  Secret Place - St Jean de Védas (34) 20:00 05 NO ONE IS INNOCENT  Le Sonambule - Gignac (34) 06 SERGE LAMA  Le Pasino - La Grande Motte (34) 20:30 07 World Trance Festival : HILIGHT TRIBE /LA P’TITE FUMEE / UNDERCOVER / KALKI / TECHNICAL HITCH / UPGRADE / SENIX / ANAKIS - PSYNON REC / HAMMERER  Zenith Sud Montpellier (34) 07 SERGE LAMA  Le Pasino - La Grande Motte (34) 20:30 08 NOLWENN LEROY  Opéra Berlioz - Montpellier (34) 20:30 09 IMAGINE DRAGONS  Zenith du Sud - Montpellier (34) 20:00 11 LA RUE KETANOU  Le Rockstore - Montpellier (34) 11 MALEVOLENCE / NOTHING FROM NO ONE  Secret Place - St Jean de Védas (34) 20:00 12 DEMON VENDETTA  Secret Place - St Jean de Védas (34) 20:00 14 Obsidian Fest n°3 : MAD REAPER/ NAKMAJ / DARJEELING OPIUM / ICE COLD SHOT Secret Place - St Jean de Védas (34) 19:00 15 DEEZ NUTS / REAL DEAL  Secret Place - St Jean de Védas (34) 16 ZEKE / THE SONIC PREACHERS  Secret Place - St Jean de Védas (34) 20:00 17 Printival Boby Lapointe : OTTILIE [B] / BARBARA WELDENS  Théâtre - Pezenas (34) 18:00 17 REAVEN / THE CHILD / SEAGULLS  Secret Place - St Jean de Védas (34) 20:00 18 Printival Boby Lapointe : PRESQUE OUI  Théâtre - Pezenas (34) 19:00 18 Printival Boby Lapointe : CONNIE AND BLYDE / YVES JAMAIT  Foyer des Campagnes - Pezenas (34) 21:00 18 CONCRETE KNIVES  Le Rockstore - Montpellier (34) 19:30 18 KURT BAKER / THE SILLY WALKS  Secret Place - St Jean de Védas (34) 20:00 19 Printival Boby Lapointe : DANI  Théâtre - Pezenas (34) 19:00 19 Printival Boby Lapointe : BURIDANE / NOSFELL  Foyer des Campagnes - Pezenas (34) 21:30 19 Printival Boby Lapointe : DAVY KILEMBE  Place Gambetta- Pezenas (34) 12:00 20 Printival Boby Lapointe : JULES NECTAR  Place Gambetta- Pezenas (34) 12:00 20 Printival Boby Lapointe : NICOLAS FRAISSINET  Théâtre - Pezenas (34) 19:00 20 Printival Boby Lapointe : SYRANO / FELOCHE  Foyer des Campagnes - Pezenas (34) 21:00 20 LISA SIMONE  La Cigalière - Sérignan (34) 20:30 20 LES OLIVENSTEINS / JEUX CRUELS / LOLITA LARSEN  Secret Place - St Jean de Védas (34) 20:00 21 Printival Boby Lapointe : BLAZE (NICOLAS REGGIANI + LE MINISTERE)  Place GambettaPezenas (34) 12:00 21 Printival Boby Lapointe : LA PIETA / MAJOR DUBREUCQ / BERTILLE  Théâtre de - Pezenas Pezenas (34) 15:00 21 Printival Boby Lapointe : HOLLYDAYS  Foyer des Campagnes - Pezenas (34) 19:00 21 Printival Boby Lapointe : GIEDRE / VIOLETT PI  Foyer des Campagnes - Pezenas (34) 21:00 21 HAVOK / DARKEST HOUR / CEPHALIC CARNAGE / HARLOTT  Secret Place - St Jean de Védas (34) 20:00 24 SPOIL ENGINE / LOSTAIR  Secret Place - St Jean de Védas (34) 20:00 26 ARTHUR H / NAKHANE / CALYPSO VALOIS  Théâtre Jacques Coeur - Lattes (34) 20:30 27 THE DARTS / LES MILLARDAIRES  Secret Place - St Jean de Védas (34) 20:00


nouvelle-vague.com / avril 2018

83 // Var - avril 2018 06 JEHRO / MAXIME MANOT  Omega Live - Toulon (83) 20:30 06 FLORENT VINTRINGER : LA GREEN BOX  Le Bucéphale - Draguignan (83) 07 LUCKY PETERSON  Chateauvallon - Ollioules (83) 20:30 07 MAXIME MANOT  Le Moulin à Paroles - Meounes (83) 12 Faveurs de Printemps : ELIAS DRIS  Eglise Anglicane - Hyères (83) 19:00 12 Faveurs de Printemps : SAMMY DECOSTER / NED COLLETTE  Théâtre Denis - Hyères (83) 21:00 13 Faveurs de Printemps : ADRIAN CROWLEY  Eglise Anglicane - Hyères (83) 19:00 13 Faveurs de Printemps : VALPARAISO / WILL SAMSON  Théâtre Denis - Hyères (83) 21:00 14 CHRISTOPHE  Espace Malraux - Six-Fours-Les-Plages (83) 14 CLARA SCHMITT  Théâtre Georges Galli - Sanary-sur-mer (83) 20:30 14 Faveurs de Printemps : LENPARROT  Eglise Anglicane - Hyères (83) 19:00 14 Faveurs de Printemps : FILAGO / MICAH P. HINSON  Théâtre Denis - Hyères (83) 21:00 14 MICHAEL WOOKEY AND THE TOY ORCHESTRA  Le Bucéphale - Draguignan (83) 17 BRAIN DAMAGE / HARRISON STAFFORD  Le Bucéphale - Draguignan (83) 19 GARETH DICKSON  Hôtel Départemental des Arts - Toulon (83) 20 KYLE EASTWOOD  Espace Malraux - Six-Fours-Les-Plages (83) 20 LES RAMONEURS DE MENHIRS  Le Bucéphale - Draguignan (83) 21 MELISSMELL & MATU  Cinema le Matavo - Cabasse (83) 22 REDOUANNE HARJANE  Espace Malraux - Six-Fours-Les-Plages (83) 27 DOMINIQUE A  Espace Malraux - Six-Fours-Les-Plages (83) 27 LES FRERES PARISH / BOUCAN CLAN  Salle des Fêtes Saint-Martin-de-Pallières (83) 28 LORENZO / UNCLE FUCKERZ  Espace Malraux - Six-Fours-Les-Plages (83) 28 69DB / MEM PAMAL / BOUCLES ETRANGES  Le Bucéphale - Draguignan (83)


20 >> #NVmagAgendaConcerts 84 // Vaucluse - avril 2018 05 Atypik Festival #10 : VOYOU  Les Passagers du Zinc - Avignon (84) 20:30 06 SOPICO / WELCH  Les Passagers du Zinc - Avignon (84) 06 WESTERN BELL / TESS & BEN  Théâtre Artéphile - Avignon (84) 20:30 07 BENOIT & BENOIT / TESS & BEN  Théâtre Artéphile - Avignon (84) 20:30 14 Girls Machines : REBEKA WARRIOR / SELECTA ROSEMARY MARTINS / NOTORIOUS BITCH  Akwaba - Châteauneuf de Gadagne (84) 21:00 21 TINY FEET / TCHAÏD  La Gare de Coustellet - Maubec (84) 28 PANDA DUB / HILIGHT TRIBE  Salle de l’Étoile Châteaurenard (84)

MAI 2018 06 // Alpes-Maritimes - mai 2018 05 TOM HARRELL  Forum - Nice Nord - Nice (06) 20:30 17 ROBIN MCKELLE & SLY JOHNSON  Forum - Nice Nord - Nice (06) 20:30 18 LES 4 SAISONS DES NUITS CARRÉES  Médiathèque Sophia Antipolis - Valbonne (06) 19:00 24 GRAND CORPS MALADE  Théâtre Lino Ventura - Nice (06) 26 TOTEM  Médiathèque Sophia Antipolis - Valbonne (06) 15:00 26 TREMPLIN JAZZ  Médiathèque Albert Camus - Antibes (06) 15:30

13 // Bouches-du-Rhône - mai 2018 02 YEMI ALADE  Le Molotov - Marseille (13) 20:00 03 DEADWOOD / PLEASURES  Le Moulin - Marseille (13) 04 Secteur Ä : DOC GYNECO / PASSI / STOMY BUGSY / PIT BACCARDI / SINGUILA  Le Dôme Marseille (13) 20:00 04 CHAFOUIN  L’Embobineuse - Marseille (13) 21:00 04 JULIEN DORE  Le Silo - Marseille (13) 20:00 05 YL  L’Affranchi - Marseille (13) 05 JULIEN DORE  Le Silo - Marseille (13) 20:00 10 Festival Prog’Sud : TELESCOPE ROAD / GODSTICKS / LAZULI  Le Jas’rod - Les Pennes-Mirabeau (13) 11 Festival Prog’Sud : AEROSTATION / GIORGIO FICOPIAZZA ex PFM / THE WATCH  Le Jas’rod Les Pennes-Mirabeau (13) 12 Finale nationale BUZZ BOOSTER #9  L’Affranchi - Marseille (13) 12 Festival Prog’Sud : EX’ODD / BLANK MANUSKRIPT / FRANCK CARDUCCI  Le Jas’rod - Les Pennes-Mirabeau (13) 15 LITTLE BIG  Le Moulin - Marseille (13)


nouvelle-vague.com / avril 2018

15 ALT-J  Dock des Suds - Marseille (13) 19 FEDER  Le Silo - Marseille (13) 23 LA RUE KETANOU  Nomad Café - Marseille (13) 24 BERTRAND CANTAT  Le Silo - Marseille (13) 25 HOLLYSIZ  Le Moulin - Marseille (13) 26 FRANCK WOESTE / RYAN KEBERLE  Moulin à Jazz - Vitrolles (13) 21:00 26 KIMBEROSE  Nomad’ Café - Marseille (13) 26 RYAN KEBERLE  Moulin à Jazz - Vitrolles (13) 21:00

26 // Drôme - mai 2018 03 PAT / BUSTER / RODEO Z / NAYI  Mistral Palace - Valence (26) 20:00 04 ATLANTIS CHRONICLES / PITBULLS IN THE NURSERY / EIGHT SINS  Cité de la MusiqueRomans-sur-Isère (26) 20:30 04 PARANOÏD CATS / HANGOVER SUBJECT / JUGS / CAMEL SPIDERS  Mistral Palace - Valence (26) 20:00 09 DR VINCE / FIFTY5  Mistral Palace - Valence (26) 20:30 18 EQUIPE DE FOOT / POGO CAR CRASH CONTROL  Cité de la Musique- Romans-sur-Isère (26) 20:30 26 CHAPELIER FOU  Cité de la Musique- Romans-sur-Isère (26) 21:00


22 >> #NVmagAgendaConcerts 30 // Gard - mai 2018 16 ALT-J  Paloma - Nîmes (30)

34 // Hérault - mai 2018 04 RAINING BOMBS / SWARM / SATSUMA / BLOOMING DISCORD  Secret Place - St Jean de Védas (34) 20:00 05 BATTLE OF THE YEAR FRANCE 2018  Zenith du Sud - Montpellier (34) 17:30 05 EXTREME CATCH TERROR / SHUN & HIS HAPPY FAMILY  Secret Place - St Jean de Védas (34) 20:00 06 RISK IT / RATS DON’T SINK  Secret Place - St Jean de Védas (34) 20:00 07 BISHOPS GREEN / GRADE 2  Secret Place - St Jean de Védas (34) 20:00 09 OCEANS ATE ALASKA / OUR HOLLOW, OUR HOME / SMASH HIT COMBO / UNLEASHING THE BEAST  Secret Place - St Jean de Védas (34) 20:00 11 GENERAL ELEKTRIKS  La Cigalière - Sérignan (34) 11 Moshfest #4 : LENG TCH’E / PUTRID OFFAL / BORIS VIANDE / HAUT COURT / VENERE / SICKSIDE / GROSSEL  Secret Place - St Jean de Védas (34) 20:00 12 Moshfest #4 : NAPALM DEATH / LENG TCH’E / LMDA / PESSIMISTS / TERROR SHARK Secret Place - St Jean de Védas (34) 20:00 12 DIABLO BLVD  Secret Place - St Jean de Védas (34) 20:00 16 THE LEGENDARY TIGERMAN / KURSED  Le Rockstore - Montpellier (34) 19:30 18 DAGOBA  Le Rockstore - Montpellier (34) 18 OBSIDIAN IV / WISPREAD DICEASE / BENEATH AN OBSIDIAN SKY  Secret Place - St Jean de Védas (34) 20:00 19 DICK RIVERS  Secret Place - St Jean de Védas (34) 20:00 30 Rock it to The Moon : SHELLAC / MARVIN / DECIBELLES  Le Rockstore - Montpellier (34) 19:00

83 // Var - mai 2018 26 SOUAD MASSI  Espace Malraux - Six-Fours-Les-Plages (83)

84 // Vaucluse - mai 2018 18 DOMINIQUE A  Salle de l’Étoile Châteaurenard (84)


VOS DOCUMENTS (flyers, tracts, programmes...)

DISTRIBUÉS DANS notre réseau de

300 LIEUX jeunes et culturels

Aix-en-Provence - Cannes - Fréjus/Saint-Raphaël Marseille - Nice - Toulon...

VOTRE DEVIS PERSONNALISÉ 06 03 44 11 31 - COMMUNICATION@NOUVELLE-VAGUE.COM


24 >> #NVmagLive ANGRA

AVISHAI COHEN

Formé en 1991, Angra qui veut dire « ouverture » en portugais, est un groupe de power métal progressif qui comprend cinq membres dont André Matos (chant), Rafael Bittencourt (guitare), Kiko Loureiro (guitare), Luis Mariutti,(basses) et Marco Antunes (batterie). Après sa démo «Reaching Horizons» en 1992, le groupe Angra sort son premier album «Angels Cry» favorablement accueilli par les critiques. Le deuxième «Holy Land» inspiré par l’histoire du Brésil, devient l’album de la consécration avec une grande variété d’ambiances, mélangeant des influences brésiliennes avec du heavy/speed. Après 26 ans d’existence, le groupe totalise neuf albums dont «Omni», le tout dernier sur lequel on retrouve Sandy, la chanteuse pop brésilienne pour le titre « Black Widow’s Web » ainsi qu’Alissa WhiteGluz, du groupe Arch Enemy. Cet album de onze titres produit par le très prisé Jens Bogren relie tous les concepts des disques précédents pour créer une inter-connectivité et établir le fait que tout ce qui s’est produit par le passé a conduit à ce que le groupe est aujourd’hui. Sampras Wetcheme Le 01/04/18 à Secret Place - Saint Jean De Vedas (34). www.angra.net

Avishai Cohen est un contrebassiste de jazz israélien qui s’est fait connaître en intégrant, dans les années 90, le sextet acoustique de Chick Corea. Plutôt prolifique, il publie quatorze albums en vingt ans de carrière. Même si sa formation de prédilection est le trio, il a tenté de nombreuses expériences. Après une tournée avec orchestre philarmonique, il revient dans notre région avec un nouveau projet issu du CD “1970” dans lequel il chante, joue du piano et même délaisse sa contrebasse pour une virile basse électrique. Sans quitter complètement le jazz, ce nouveau groupe est plus rock, plus groovy, mais aussi plus africain, le Rhodes de Shai Bachar, les guitares de Marc Kakon, la voix de Noam David transcende complètement l’habituel univers de swing oriental du compositeur de Jérusalem. Ce nouveau répertoire, extrêmement varié, est composé de reprises allant du gospel “Motherless child” au “For No One” des Beatles. Mais nous aurons surement la chance d’entendre aussi quelques-uns de ses thèmes préférés ré arrangées pour ce quintet. Jacques Lerognon Le 03/04/18 au Minotaure –Vallauris (06), le 12/07/18 dans le cadre du Festival Jazz à Sète au Théâtre de la Mer - Sète (34). www.avishaicohen.com


nouvelle-vague.com / avril 2018

EYM TRIO

SVINKELS

L’histoire d’Eym est comme celle de tout groupe de musique. C’est d’abord une rencontre entre trois musiciens, en l’occurrence le pianiste Elie Dufour, le batteur Marc Michel et Yann Phayphet contrebassiste. Formé en 2010, le trio s’oriente vers un jazz métissé aux couleurs et aux influences Afro-Cubaines, nord africaines, indiennes ou venue des Balkans. Après leurs premières scènes nationales au festival de Jazz de Vienne, Jazz à Vannes, ou encore le festival d’automne du Jazz Club de Grenoble, c’est en Italie que le groupe enregistre son premier album “Genesi”, disponible en Europe dès 2014. Avec cet opus, ils partent en tournée sur tout le continent passant par la Slovénie, la Croatie, l’Espagne, l’Italie et la France. En remportant des titres de concours nationaux et internationaux Eym prend une autre dimension. Cela va se voir en 2016, sur le second album,”Khamsin” sur lequel ils ont puisé l’inspiration en Inde lors de sept dates. La scène et cet album leur ont permis de s’ancrer un peu plus dans le paysage jazz mondial. Boris Hennebelle Le 05/04/18 au Théâtre Alexandre III – Cannes (06), le 06/04/18 au Jazz Fola - Aix-en-Provence (13), et le 08/04/18 à l’Upercut Jazz Club - Marseille (13). www.eymtrio.com

Entre rap, rock et punk, les Svinkels sont difficilement étiquetables. Mais ce qui est sûr, c’est qu’ils aiment l’humour et jouer en live. Avec des textes chargés de jeux de mots, ils sont capables de nous chanter la fête comme ils peuvent nous partager des discours sur des sujets plus sérieux, notamment sociaux ou politiques. Le groupe, né dans le centre de Paris au milieu des années quatre-vingt-dix, a fait rapidement parler de lui en enchaînant les scènes partout dans l’hexagone, mélangeant alcool et rimes sorties d’ailleurs. Mais les Svinkels, ce n’est pas que de la scène, ce sont de nombreux albums, des singles et des EP. En 2009, après un succès difficile, malgré de nombreux concerts, et des tensions au sein du groupe, ils se séparent soudainement. C’est dix ans plus tard qu’ils décident de se réunir à nouveau et de faire leur retour pour une tournée exceptionnelle. C’est le rendez-vous à ne pas manquer pour tous les amoureux du groupe. Evora Gau Le 05/04/18 à Paloma – Nîmes (30) et le 07/12/18 à l’Espace Malraux - Six-Fours (83). www.facebook.com/svinkelsofficiel


26 >> #NVmagLive

NO ONE IS INNOCENT Le 12/04/18 au Théâtre Lino Ventura – Nice (06). Le groupe rock heavy metal, No One Is Innocent fondé en 1993 prend forme dans les studios de répétition Ornano, Porte de Clignancourt à Paris. Le groupe se révèle en 1994 avec le titre « La Peau » qui figure sur leur premier album « No One Is Innocent » sur le label Verycords, certifié disque d’or (100 000 ventes). Le chanteur, Kemar d’origine arménienne, imagine le morceau « Another Land », dénonçant le génocide des Arméniens et s’engage donc politiquement dans ses écrits. On y retrouve des éléments semblables au groupe américain Rage Against The Machine, aussi bien dans les textes que musicalement parlant (fusion rock/rap metal). En janvier 2016 il

prolonge l’hommage à Charlie Hebdo avec le titre « Charlie » “Nous avons voulu écrire ce morceau en y mettant notre rage, notre sueur, notre colère, les mots de Charb et des gros riffs de guitare. Ce morceau nous le jouons à chaque concert, chaque soir pour défendre l’idée que la barbarie ne gagnera pas et que nous n’oublierons jamais.“ No One Is Innocent présentera ses classiques et de nouvelles chansons issues de son album qui vient de sortir. No One est de retour ! Aurélie Kula Egalement le 05/04/18 au Sonambule – Gignac (32) et le 13/04/18 à la Salle Guy Obino – Vitrolles (13). www.nooneisinnocent.net


nouvelle-vague.com / avril 2018

JEHRO

LISA SIMONE

Jehro est un auteur-compositeur-interprète qui nous délivre des chansons au swing cool, entre Bob Marley et Ben Harper. Issu d’une famille d’artistes, il est bercé dès son enfance par la musique. Néanmoins, son goût pour les chansons populaires caribéennes et américaines apparaît lorsqu’il décide de partir vivre à Londres. De retour en France, il fera partie du groupe Solo avant de lancer sa propre carrière. Il sort alors son premier album intitulé «L’arbre et le fruit », en 1999. Ce premier opus sera suivi de cinq autres dont « Cantina Paradise » qui remporta une Victoire de la Musique, dans la catégorie Musiques du monde en 2012. Jehro possède une formule entre pop et musique universelle qui tire son influence de plusieurs genres musicaux, du flamenco au cha-cha-cha, en passant par la soul, le funk ou encore l’électro. C’est un artiste complet, capable d’alterner entre différents styles. C’est un homme de scène pouvant charmer et apaiser grâce à une voix inouïe, au timbre chaud. Evora Gau Le 06/04/18 à L’Oméga Live – Toulon (83). www.facebook.com/jehro

La douce Lisa Simone déploie ses ailes, s’affirme après des années ombragées par l’aura aveuglante de sa célèbre mère et peu à peu, trouve sa place dans ce monde, son exutoire dans le jazz. Un don indéniable pour la musique d’inspiration afro-américaine, une voix puissante façonnée par des années de travail acharné dans les écoles de Broadway ou avec maman, et le visage même de la bienveillance. Il est impossible de pas tomber sous le charme naturel de la blues lady, qui oscille sur scène entre performances de grande diva et moments d’intimité, de recueillement, pendant lesquels la « fille de » efface quelque peu son sourire joyeux et atteint le public par sa douce mélancolie. Des échos flatteurs la précédent, confirmés par le halo lumineux émanant de sa personnalité rayonnante, qui subjugue tout un chacun. Pour compenser un répertoire un peu bancal, l’artiste insuffle dans ses prestations une énergie spirituelle trop longtemps contenue en elle, qui explose et irradie sur scène. Un bout de femme qui ne s’impose pas, mais qui en impose naturellement, à la force et à la grâce remarquable, sans fausses notes ni faux-semblants. Enola Chagny Le 06/04/18 à la Salle Polyvalente – Berre l’Etang (13) et le 20/04/18 à la Cigalière – Sérignan (34). www.lisasimonemusic.com


28 >> #NVmagLive PANDA DUB

ISHA

Autodidacte, un brin solitaire et débordant de personnalité, celui qui se fait surnommer Panda Dub n’a rien à envier aux grands beatmakers de sa génération. Un style unique et des inspirations françaises et anglaises en matière de dub, notre Panda a le chic pour soulever les foules, électriser l’ambiance, métamorphoser les publics un peu tranquilles en un océan de teufeurs. De bonnes vibrations et une envie débordante de partager ses sons et ses découvertes, Panda Dub donne le change et sait animer la scène, aspirer le public dans son univers complexe et original. Entouré de musiciens habiles et porté par sa passion des samples et du tricotage de sons, l’artiste révélé par le web brille par ses performances artistiques étonnantes. Inspirant et inspiré, Panda Dub pioche dans la culture « bass music » pour façonner de mieux en mieux son personnage et son style, mélange de drum’n’bass, jungle et dubstep, pour créer des performances aux allures de vagues ronflantes de dub moderne et énergique. Enola Chagny Le 06/04/18 dans le cadre du Festival la Meuh Folle – Méjannes Les Alès (30), le 28/04/18 à la Salle de l’Etoile - Chateaurenard (13), le 14/06/18 dans le cadre du Dub Lights Festival - Sète (34) et le 28/09/18 à la Salle Victoire 2 - Saint Jean de Védas (34). www.aftrwrkprod.fr/artists/panda-dub

Isha qui rappait il y a quinze ans déjà sous le pseudonyme Psmaker revient sur le devant de la scène avec la sortie de deux volumes de « La Vie Augmente ». Tout comme ses pairs Romeo Elvis et Damso, c’est un rappeur originaire de Bruxelles. Etant en décrochage scolaire à l’âge de seize ans, il intègre le Crew « L’Agency » au sein duquel il crée ses premiers couplets. Il sort son tout premier album intitulé « Vas-y chante » en 2008 et avec lequel il connaît son premier succès. Le style d’Isha c’est un peu la fusion entre ceux de Kaaris, Ichon et Le Jouage avec cet univers brutal, ses mélodies et sa plume. Possédant des références hip-hop New-Yorkais du début des années 2000, le petit plus d’Isha réside dans sa liberté de ton, cet accès intimiste parfois émouvant et désarmant de sincérité. Après une première partie de sa carrière sous un autre nom et une sombre période d’addiction l’artiste semble bien décidé à devenir le prochain rappeur belge à percer. Yasmine Romdhane Le 06/04/18 à l’Affranchi – Marseille (13). www.facebook.com/ishaofficiel


nouvelle-vague.com / avril 2018

ERIC LELANN

CHRISTOPHE WILLEM

Eric Le Lann est un des derniers « romantiques » du jazz, a 60 ans il ne perd pas de son talent de musicien. Il découvre la trompette à l’écoute de Miles Davis et de Chet Baker qui auront tous deux une grande influence sur son style. Le trompettiste fait partie de ces musiciens insaisissables tant leurs univers sont riches et variés. Il est passé par tous les styles sans jamais renier son appartenance au jazz. De la fusion à la chanson en passant par la bossa nova et la musique bretonne, Eric Le Lann livre un univers passionné à l’aide d’un son puissant et délicat à la fois. La carrière d’Eric Le Lann est marquée par ses collaborations avec Martial Solal, Archie Shepp, Richard Bona, Henri Salvador, René Urtreger, Henri Texier, Daniel Humair. Et même avec son idole de toujours, Chet Baker pour qui, il composera un certain nombre d’hommages. Il a cette douceur qu’il sait accorder avec des musiciens de qualités et de styles différents. C’est un artiste qui a soif de connaissances et d’expériences. Amélia Lefebvre Le 06/04/18 au théâtre Christian Liger – Nîmes (30). www.ericlelann.com

Ressorti vainqueur de la Nouvelle Star en 2006, Christophe Willem alias la Tortue a su se créer sa propre place sur la scène française. Dix ans après son premier album « Inventaire », il est de retour avec un nouvel opus intitulé « Rio ». Coiffé en plumes de paon sur la pochette de son album, on pourrait croire que Christophe Willem nous embarque pour une samba carnavalesque mais ce n’est pas le cas puisqu’il évoque plutôt son statut d’artiste populaire. Depuis le lancement de sa carrière il enchaîne les concerts à guichets fermés et les albums à succès pour lesquels il reçoit de nombreuses récompenses et remporte notamment deux NRJ Music Awards. Nonobstant sa jeune carrière il rejoint le jury de la deuxième saison de X Factor (en 2011) au côté de Henry Padovani, Véronique Dicaire et Olivier Schultheis et enchaîne les participations à des projets artistiques. Il rejoint aussi la troupe des Enfoirés en 2008 et interprète deux titres dans l’album « Génération Goldman », en 2013. C’est un artiste qui, sans l’ombre d’un doute, marquera la scène musicale française. Yasmine Romdhane Le 06/04/18 au Silo – Marseille (13), le 08/11/18 au Pasino - La Grande Motte (34) et le 10/11/18 à la Palestre – Le Cannet (06). www.christophewillem.com


30 >> #NVmagLive

HaNGMaN’S CHaIr Le 27/04/18 à la MJC Picaud – Cannes (06). Hangman’s Chair fait son apparition en 2005 sur le label Music Fear Satan avec l’album « (A Lament For...) The Addicts». Il est à la base formé par les musiciens du groupe de sludge metal Es la Guerilla. Keo Nackphouminh, le bassiste, échange à l’époque son instrument pour devenir le chanteur du groupe. S’en suivra par la suite trois autres albums : « Leaving Paris » en 2010, « Hope///Dope///Rope » en 2012 et « This is Not Supposed to Be Positive » en 2015. Le quartet français se caractérise comme la référence du rock stoner en France. En 2016, Hangman’s Chair est programmé dans le cadre de festivals internationaux tels que le Hellfest, le

Roadburn Festival ou encore le Desertfest Belgium. Leur cinquième album intitulé « Banlieue Triste » fraîchement sorti, apporte de l’intensité avec des ambiances encore plus sombres, et une certaine mélancolie. Parmi ces 10 nouveaux morceaux, on retrouve des featurings notables avec Mongolito sur le titre « Sidi Bel Abbes » ou encore James Kent, alias Perturbator sur le titre « Tired Eyes ». Aurélie Kula Egalement le 28/04/18 au Jas Rod – Les Pennes-Mirabeau (13). www.facebook.com/hangmanschair Photo : William Lacalmontie.


nouvelle-vague.com / avril 2018

FESTIVAL DE LA MEUH FOLLE

SERGE LAMA

Le festival fut créé en 2001 par une association de l’école des Mines d’Alès. Désormais, c’est une centaine d’étudiants qui travaille d’arrachepied pour organiser l’évènement. Depuis sa création, le festival a accueilli de nombreux groupes de renom tels que Les Ogres de Barback, Babylon Circus, La Rue Kétanou, Danakil et bien d’autres. Une dizaine d’artistes vient se relayer sur la grande scène en intérieur du festival. La programmation est chaque année très éclectique, à la croisée des styles et des différents courants musicaux. Pour cette édition, il y aura des artistes comme : Giramundo, General Elektriks, Soom T, Jahneration, L’entourloop ft Troys Berkley & N’zeng, Stand High Patrol, I Woks et Panda Dub. En outre, un tremplin réservé aux jeunes artistes permet à des groupes émergents de réaliser leur première grande scène. En parallèle et durant toute la durée des festivités, les participants peuvent également profiter des animations du village associatif, du bar en journée et des stands de restauration pour un non-stop de fête ! Ce sont plus de 8000 personnes qui sont attendus pour l’événement. Jessica Bohouo Les 06 et 07/04/18 au Parc des Expositions Alès (30). www.meuhfolle.com

Serges Lama est l’un des artistes français les plus populaires, on lui doit plusieurs tubes à succès tel que « Je suis malade », « Les ballons rouges », «Femme, femme, femme» et bien d’autres. Il est chanteur, interprète, parolier ainsi que comédien et commence à composer ses premières chansons à l’âge de onze ans. Il sort son premier album dix ans après, en 1964. En 1971 il obtient un réel succès avec la chanson « Superman », un 45 tours qui s’écoule à plus de 250000 exemplaires. Il reçoit un oscar de la chanson française pour son titre « Les petites femmes de Pigalle », en 2015, qui raconte comment un homme après l’adultère de son épouse, est allé chaque nuit soigner sa peine chez les prostituées de Pigalle. Aujourd’hui voilà 50 ans que l’artiste enchaîne les succès et les concerts, et entame une tournée intitulée « Je débute » afin de célébrer ses 75 ans sur scène. A l’instar de Goldman avec le fameux EP « génération Goldman », il n’est pas contre un album de reprises de ses titres par la jeune génération musicale. Yasmine Romdhane Les 06 et 07/04/18 au Pasino - La Grande Motte (34). www.serge-lama.com


32 >> #NVmagLive MARCUS MILLER

STAND HIGH PATROL

Marcus Miller est un compositeur et bassiste de jazz fusion d’origine américaine. Tout petit il apprend à jouer des instruments de musique tel que : la clarinette, la guitare basse, le piano. A cette époque, Marcus ambitionne de devenir musicien professionnel. Alors à 22 ans, il commence à créer un style qui lui est propre. Sa carrière commence peu après grâce à Miles Davis. En 1994, il produit l’album « Tenderness » d’AI Jarreau enregistré en studio dans lequel collabore Paulinho Da Costa, Steve Gadd. En 1996, Marcus apparaît comme producteur d’une des chansons du dernier album studio enregistré par France Gall. Il travaille également avec Aretha Franklin sur l’album « Jump To It » et avec Luther Vandross sur plusieurs de ses albums. Avec 19 albums à son actif il est à ce jour incontestablement l’un des meilleurs musiciens de groove du siècle avec une précision et performance incroyables. Son univers musical entre le funk, la soul et le jazz fait de lui un artiste hors pair. Il revient sur scène avec un nouvel opus « Blue Note/Universal » pour notre plus grand plaisir. Marcus a su redonner à la basse ses lettres de noblesse. Jessica Bohouo Le 07/04/18 Le Silo - Marseille (13) et le 19/07/18 dans le cadre du Festival Jazz à Juan à la Pinède - Antibes - Juan les Pins (06). www.marcusmiller.com

Stand High Patrol c’est d’abord l’histoire de Rootystep et Mac Gyver, deux amis qui écument les sound systems en France et outre-Manche. Pupajim les rejoint et les trois passionnés bretons fondent alors leur groupe de dub au début des années 2000. Les sound system jamaïcains, le hip-hop et la techno figurent parmi les influences du groupe. La carrière des trois musiciens débute en Bretagne où ils se produisent d’abord dans des bars de Rennes. De fil en aiguille naît une certaine notoriété. Leur style est un mix de dub, de hip-hop, de reggae et quelques touches de techno. Après leurs deux premiers albums “Midnight Walkers” en 2012 et “A Matter of Scale” en 2015, le groupe va s’agrandir et accueillir Merry, un trompettiste. Ensemble, ils vont commencer à tourner sur des festivals tels que les Vieilles Charrues, le Bergen Reggae Festival en Norvège ou encore le Street Delivery de Bucarest. Le groupe est désormais un incontournable de la scène dub européenne. Boris Hennebelle Le 07/04/18 dans le cadre du festival “La Meuh Folle” au Capra – Méjannes Lez Alès (30) et le 02/06/18 au Chapiteau De La Mer - La Seyne Sur Mer (83). www.standhighpatrol.com


nouvelle-vague.com / avril 2018

LUCKY PETERSON

FAKEAR

Lucky Peterson est un artiste à trois facettes : guitariste, chanteur, jouant de tous les claviers. Il a ce don musical depuis sa tendre enfance grâce à son père chanteur de blues. Il est originaire de Buffalo en Amérique. Dans les années 80, grâce à son charisme naturel, il est considéré comme un des nouveaux talents du blues, prêt à assurer la relève. Mais il ne se laissera pas enfermer dans un genre, multipliant les collaborations (Mavis Staple, Bootsy Collins...), faisant reculer les frontières du blues pour mieux régénérer le genre. Avec L. Peterson, le blues retrouve une nouvelle énergie. Sur scène, il explose les frontières musicales et explore le funk, le rock et le jazz. En bref en live il est explosif ! Lucky vit depuis vingt-cinq ans à Dallas au Texas, mais depuis de nombreuses années son cœur est devenu français, car le public hexagonal a toujours su l’aimer et lui faire de grands triomphes. Lucky Peterson sillonne notre pays en long et en large. Avec son style appart et son énergie qui nous fait l’effet d’un « shooter » il nous transmet sa fougue à travers des sons soul jazz. Amélia Lefebvre Le 07/04/18 à Châteauvallon - Ollioules (83). www.lucky-peterson.com

Entre deux EP remarquables et des sets d’antan, Fakear illumine les scènes internationales par sa présence et l’énergie de son électro planante, d’une fluidité sans pareil. 25 ans, et une personnalité musicale débordante, irradiante. Le petit prodige de sons est sur scène comme un poisson dans l’eau : il s’exprime librement, touche un peu à tout, explore les limites artistiques de son talent. Armé de ses souvenirs de voyage et de son charme envoûtant, le jeune artiste compose avec style et goût des musiques aux sonorités lointaines. Passé maître dans l’art d’électriser toute une foule, la présence scénique de Fakear est remarquable, et lui permet de communiquer avec son public, de se donner pour lui, de ressentir ses émotions en live. Un personnage plutôt casanier, adepte du morceau brut qu’il vaut mieux laisser pur plutôt que de sampler pendant des heures, et un nom de scène qui ne colle pas vraiment avec l’idée de l’électro. Et pourtant, notre Fakear ne sort pas du chapeau, et a su conquérir public, scène, et monde de l’électro. Le tout sans avoir besoin de marcher pieds nus sur des braises ardentes. Enola Chagny Le 07/04/18 à Paloma - Nîmes (30). www.fakear.bandcamp.com


NORAH JONES

WORLD TRANCE FESTIVAL

La chanteuse new-yorkaise débute sa carrière en 2002 avec la sortie de son premier album intitulé « Come Away With Me », album vendu à plus de 20 millions d’exemplaires. En 2007, elle se lance en parallèle dans une carrière d’actrice avec le film de Wong Kar-Wai « My Blueberry Nights », aux côtés de Jude Law. La fille de Ravi Shankar, qui a baigné toute sa vie dans la musique, joue principalement du piano et de la guitare, avec un son résolument unique, mêlant plusieurs styles issus des racines mêmes de la culture américaine : country, folk, rock, soul et jazz. La finesse et la sensibilité caractérisent souvent ses morceaux. En octobre 2016 elle sort un album intitulé « Day Breaks » très proche de la lignée de son premier album, avec une sonorité plus jazzy. Cet album est un retour aux sources avec comme instrument phare le piano. À l’occasion de sa prochaine tournée, Norah sera accompagnée sur scène de Brian Blade à la batterie et Chris Thomas à la basse. Aurélie Kula Le 07/04/18 à Acropolis - Nice (06), le 20/07/18 dans le cadre du Festival de Nîmes aux Arènes - Nîmes (30) et le 21/07/18 dans le cadre du Festival Jazz à Juan à la Pinède - Antibes Juanles-Pins (06). www.norahjones.com

Le World Trance Festival 2017 ayant été annulé, les fans de transe trépignent d’impatience depuis l’annonce de l’édition 2018 et son thème inspiré de l’univers fantastique des dragons. La promesse est claire, du son, du son et encore du son. 100 Kw d’Adamson et leur vibrations d’enfer transporteront le Zénith et sa foule transie dans un voyage aux décors à couper le souffle, avec un espace idéal pour danser en rythme jusqu’au bout de la nuit. Les fans de festivals de transe auront le plaisir de retrouver La P’tite Fumée ou Highlight Tribe pour des sonorités venues d’ailleurs, ou encore Belik Boom, UnderCover et Upgrade pour le mélange délicieux et inspirant d’électro, de techno et de dubstep. Préparez une bonne paire de chaussures, des bouteilles d’eau et de l’aspirine pour le lendemain, mais le World Trance Festival en vaut le détour. Un voyage dans le temps et dans les rêves, avec l’impression permanente de porter des lunettes kaléidoscopiques et de voir un univers de mille couleurs. Et de dragons. Enola Chagny Les 07 et 08/04/18 au Zénith Sud - Montpellier (34). www.world-trance.fr


36 >> #NVmagLive NOLWENN LEROY

IMAGINE DRAGONS

Après “Bretonne” et “Ô filles de l’eau”, Nolwenn Leroy est de retour avec “Gemme” qui célèbre l’amour sous toutes ses facettes. Onze nouvelles chansons que l’on va découvrir prochainement en concert avec en prime les tubes de la bretonne. Nolwenn Leroy restera-t-elle la chanteuse préférée des français ? Depuis ses débuts à la Star Academy, elle a su se faire aimer par son pays mais aussi son talent est reconnu jusqu’en Allemagne. Mais elle s’est vite détachée de ce programme, en partie grâce au talentueux Laurent Voulzy qui lui a imaginé des histoires naturelles, l’élégante artiste a manifestement éprouvé le besoin de se ressourcer au-delà de la nature, pour aller pêcher, chasser… Grâce à sa douce et chaude voix, elle sait comment nous faire voyager. Elle a ce pouvoir de séduction, qu’elle fait vivre dans ses textes et dans l’aura qu’elle dégage. Avec « Faut-il, faut-il pas ? », premier single de la jeune chanteuse, ce titre dégage une légèreté musicale amenée depuis ce Pays des Merveilles où le temps n’est que sifflements, claquements de doigts, percussions et folk, qu’elle sait maîtriser avec perfection. Amélia Lefebvre Le 08/04/18 à l’Opéra Berlioz - Montpellier (34) et le 17/11/18 au Dôme - Marseille (13). www.nolwennorg.fr

Le quatuor originaire de Las Vegas est devenu en quelques années un groupe de rock alternatif incontournable. Débutant en 2008, c’est quatre ans plus tard, avec leur premier album « Night Visions », installé à la deuxième place du Billboard, qu’ils ont su conquérir la planète et fait leur première apparition en Europe. Dan Reynolds (chant), Ben Mckee (basse), Wayne Sermon (guitare) et Daniel Platzman (percussions) nous offrent des sons indie-rock aux influences électro, souvent décrits comme positifs et inspirants. En 2015, après un deuxième album et des tournées à répétition, ils décident de prendre une longue pause afin de se reposer. Elle aura été bénéfique car ils reviennent avec un troisième opus « Evolve » qu’ils décrivent comme l’aboutissement de ce qu’ils voulaient atteindre en tant que groupe. On y trouve des musiques plus travaillées, plus positives et colorées. Suite au succès de l’album, ils décident d’organiser une nouvelle tournée et de partir à la rencontre de leurs fans afin de leur offrir des shows exceptionnels. Evora Gau Le 09/04/18 au Zénith Sud - Montpellier (34). www.imaginedragonsmusic.com


nouvelle-vague.com / avril 2018

LA RUE KETANOU

SCÈNES ÉMERGENTES

C’est le Théâtre du Fil, compagnie d’art du spectacle qui fut le point de rencontre des trois chansonniers. Florent Vintrigner écrit déjà des chansons, Mourad Musset, lui, a grandit avec les disques de Raina Rai et les musiques du village d’origine de sa mère. Au Théâtre du Fil, Florent et Mourad rencontrent Olivier Leite. Lui vient très tôt à la musique, à la batterie en particulier. En 1999, Florent écrit un spectacle mettant en scène les personnages de maître Barbès (Mourad), de Beaubourg (Olivier) et de Belleville (lui-même), deux guitares et un accordéon. Dans la rue, les bars, les petites salles, partout où il passe, le trio de chanteurs et comédiens séduit, avec cette phrase d’accroche « C’est pas nous qui sommes à la rue, c’est La Rue Kétanou ». Le groupe de musique est né, et mélange un style tzigane, folk, reggae et pop. Au gré de leurs pérégrinations, s’accumulent les rencontres. 15 ans après, La Rue Ketanou est toujours là. Ils sortent un 6ème album, « Allons voir ». Comme une invitation, nous vous dirons « Venez voir ». Vous en ressortirez le cœur un peu plus plein. Kristina Krasniqi Le 10/04/18 au Portail Coucou - Salon de Provence (13), le 11/04/18 au Rockstore Montpellier (34) et le 23/05/18 au Nomad’Café – Marseille (13). www.larueketanou.com

Cette année les Scènes Émergentes prennent place à la salle Juliette Gréco pour quatre jours de concerts et de showcases réunissant des artistes talentueux et locaux de différents univers musicaux. Parmi eux, LuneApache, le nouveau projet d’Anthony Herbin, qui livrera un concert énergique avec au menu des chansons françaises aux accents psychédéliques quelque part entre la pop et le rock kaléidoscopique. Syka James, auteure-compositrice-interprète, sera également présente pour défendre son dernier EP sorti en 2017 « Reflet » entre sonorités pop et mélodies folk. Le groupe Kill The Moose, originaire de Nice, prendra la suite pour un live rock inspiré par les années 90 et viendra présenter son nouvel album « The World is Your Oyster » sorti cette année. Pour le dernier jour du festival, nous retrouverons Willy Caïd, guitariste et chanteur de talent, qui offre une musique inspirée des musiques noires entre soul, pop et blues. Une programmation aussi riche que variée afin de satisfaire tous goûts musicaux. Aurore Viberti Du 11 au 14/04/18 à la Salle Juliette Greco Carros (06). www.facebook.com/Scenesemergentes


38 >> #NVmagLive FAVEURS DE PRINTEMPS

JOSMAN

L’arrivée des beaux jours est synonyme de fête dans le sud. Faveurs de Printemps est de retour pour sa 14ème édition pour partager trois jours autour de la musique pop et folk dans des cadres magnifiques voire idylliques. Le festival promet une programmation ensoleillée, pour le premier jour des festivités, nous retrouverons Elias Dris, jeune et talentueux artiste qualifié de « songwriter sensible » qui offre une folk à la fois authentique, douce et mélancolique. Sammy Decoster, qu’on a pu entendre au sein de Wellbird ou encore Facteurs Chevaux, sort son nouvel album « Sortie 21 » dans un style pop rock. Le lendemain, ce sera au tour d’Adrian Crowley de monter sur scène, et de défendre son huitième album « Dark Eyed Messenger » qui offre une musique à la croisée du folk et de la pop aux mélodies fantasmagoriques. Pour le dernier jour du festival, Lenparrot délivrera un concert aux sonorités pop électro accompagné de sa voix tantôt haute et délicate, tantôt chaude et profonde. Faveurs de Printemps met également en place un atelier d’éveil à la musique pour les enfants de moins de 8 ans afin de les sensibiliser à l’histoire et aux instruments utilisés. Aurore Viberti Du 12 au 14/04/18 à l’Eglise Anglicane et au Théâtre Denis - Hyères (83). www.faveursdeprintemps.com

Tout juste adoubé par Neymar dans sa dernière campagne de pub, Josman sort aujourd’hui un nouveau projet qui devrait faire beaucoup de bruit. À l’aise dans tous les styles sur ses deux premières mixtapes, à 23 ans, il incarne le renouveau du Rap français. Originaire de Vierzon dans le Cher, Josman prend son temps, mais fait les choses bien. Aujourd’hui installé à Aubervilliers, le garçon travaille son flow et sa musique depuis 2008. Inspiré à la fois par les sons old school et les dernières nouveautés du Rap US, il associe la langue française à des beats puissants et recherchés. Dans son premier projet sorti en 2015, le rappeur travaille ses gammes et se cherche avant sa deuxième mixtape « Matrix », sortie un an plus tard, qui posera les bases de ce que sera le son de Josman. Pour les beats, les inspirations Migos, Kendrick et Future se font sentir, parfois engagé et violent, souvent perché et mélodique, Josman livre la vision de son monde avec pour seul but de rester authentique. Kristina Krasniqi Le 13/04/18 au Cargo de Nuit - Arles (13) et le 14/04/18 au Café Provisoire - Manosque (04). www.facebook.com/Jeezyjeezybaby


nouvelle-vague.com / avril 2018

SONANDO

CLARA SCHMITT

Sonando est un groupe de salsa composé d’un noyau dur d’Alsaciens emmené par Guido Broglé. Créé dans les années 90, Sonando regroupe au départ une bande de copains percussionnistes, passionnés par la salsa. Le groupe fait ses premières armes en reprenant des standards, en jouant dans les bars d’Alsace. En 1998, Sonando, tel qu’on le connaît aujourd’hui, se dessine tout doucement : Grégory Ott au piano, Franck Bedez à la basse, Pascal Beck au trombone. Sur une tournée, ils rencontrent Ro Kuijpers qui rejoint le groupe aux percussions, et le directeur musical de leur deuxième album, « Salsa Explosiva », où les reprises s’effacent aux profits des compositions. Mais le véritable coup d’accélérateur, c’est l’intégration de deux chanteurs de classe internationale : le cubain Osvaldo Fajardo Sierra et le vénézuélien Javier Plaza. Le groupe se renforce aussi au niveau des cuivres, emmené par Christian Martinez à la trompette. L’alchimie fonctionne aujourd’hui à merveille, et le groupe nous livre « Vengo subiendo », un album de 10 titres tout en variations : timba, cha cha, descarga, guias. Sonando qui tourne en France et en Europe, rêve désormais d’une tournée en Amérique du Sud, le berceau de la salsa. Et a de bonnes raisons d’y croire ! Kristina Krasniqi Le 13/04/18 au Théâtre - Valence (26). www.sonando.fr

Surnommée la diva rouge, Clara Schmitt est une chanteuse française. Bercée par la musique, elle prend des cours de piano et de solfège dès l’âge de 4 ans puis s’inscrit au CNR de Toulouse à 8 ans. Dès cette époque, Clara se fait remarquer grâce à son incroyable talent, elle reçoit le prix de l’excellence musicale au service de la culture française en 2000 puis elle obtient une médaille d’or de solfège. La diva rouge a beaucoup de cordes à son arc, en plus d’être professeur de chant et auteur-compositrice, elle est aussi concertiste. Elle a deux albums à son actif dont « Blue Évasion » et « Blue Sensual », Avec sa voix majestueuse, Clara s’est toujours imposée sur les scènes grâce à ses rythmes variés comme le disco, le rétro, la samba, le rock’n’roll, le hard rock, la techno, le jazz etc. Elle est surtout connue pour son professionnalisme. Abdoulrahim Yaye Le 14/04/18 au Théâtre Galli - Sanary sur Mer (83). www.claraschmitt.e-monsite.com


40 >> #NVmagLive BRIGITTE

YANISS ODUA

Brigitte est un duo de chanteuses françaises composé de Sylvie Hoarau et de Aurélie Saada. En 2011, elles sortent leur premier album « Et vous, tu m’aimes » qui a été certifié double disque de platine avec plus de 200 000 exemplaires vendus en France. Brigitte a actuellement trois albums à son actif dont « A bouche que veux-tu » et « Nues », leur deuxième album qui vient confirmer leur statut d’artistes accomplies. Le groupe connaît une certaine notoriété grâce à sa présence sur les grandes scènes telles que le Trianon, l’Olympia et le Zénith. Brigitte aborde plusieurs styles de musique comme le indie folk et le indie pop. Sylvie et Aurélie n’ont cessé d’émerveiller leur public avec leur voix sublimes. Elles ont été nominées au Globe de Crystal de la meilleure interprète en 2012 puis en 2015. Elles sont également récompensées aux victoires de la musique 2012 dans la catégorie groupe ou artiste révélation scène. Abdoulrahim Yaye Le 14/04/18 à Paloma - Nîmes (30), le 18/05/18 au Silo - Marseille (13), le 09/07/18 dans le cadre du festival Le Mas au Mas des Escaravatiers - Puget-sur-Argens (83) et le 17/07/18 à la terrasse du Palais des Festivals - Cannes (06). www.brigitteofficiel.com

A l’âge où l’on récite encore des poèmes devant sa classe, Yaniss Odua a découvert la scène. En effet c’est grâce à son cousin Daddy Harry, DJ du groupe de reggae-dancehall martiniquais Volcanic MC que “Little Yaniss” appréhende la musique et monte sur scène à seulement 10 ans. Bercé par les artistes jamaïcains, Peter Tosh et Jacob Miller puis par le dancehall et Shabba Ranks, le jeune artiste sort son premier album “Little Yaniss” en 1992. Depuis, Yaniss Odua trace son chemin sur la scène reggae-dancehall avec des textes engagés. En un plus de vingt ans de carrière, le martiniquais a sorti six albums. Ils contiennent les singles “La Caraïbe” en 2002 sur “Yon Pas Yon”, “Rouge, Jaune, Vert” en 2013 sur “Moment Idéal” ou “Refugee” sur son dernier opus “Nouvelle Donne” disponible depuis 2017. Il a également collaboré avec des artistes comme Lord Kossity, Straika D ou IAM. Durant ses lives, il a parcourt le monde entier en exprimant sa vision du monde actuel tout en restant fidèle à sa définition du mouvement rastafari. Boris Hennebelle Le 14/04/18 à l’Espace de la Gare - Saint Paul Trois Châteaux (26). www.yanissodua.com


SUIVEZ-NOUS!

nouvellevague.mag

nouvellevaguemag

nouvelle_vague1

nouvelle-vague-magazine

nouvellevaguemag

nouvellevaguemag

TOUTE L’ACTU MUSICALE DU SUD-EST


42 >> #NVmagLive PAULINE CROZE

ANAÏS

Pauline Croze fait ses débuts dans le chant à l’âge de quatorze ans, tout en s’accompagnant à la guitare. Pourtant, c’est à l’âge de vingt ans qu’elle fait ses premiers pas sur scène. Elle raconte en chansons des histoires douces-amères, avec des récits de tranches de vie, le tout sur une musique folk. Avec sa voix douce et ses rythmes chaloupés, elle s’est imposée tranquillement dans le paysage musical français. Son premier album, « Pauline Croze », sorti en 2005 rencontra un franc succès puisqu’il a été certifié disque d’or avec plus de cent cinquante mille exemplaires vendus. Sur les albums suivants, elle évoluera vers une formule plus riche que l’alliance guitare-voix sur laquelle elle se reposait en grande partie. Aujourd’hui, on retrouve des sons qui flirtent avec l’électro, le trip-hop, le funk ou encore le jazz. Pauline Croze est une artiste qui creuse sans relâche les sillons qui donnent à sa voix ce tour unique au sein de la chanson française. Evora Gau Le 18/04/18 au Théâtre Lino Ventura - Nice (06), le 20/04/18 à l’Espace des Arts - Le Pradet (83), le 21/04/18 au Petit Duc - Aix-en-Provence (13), le 28/04/18 au Rockstore - Montpellier (34) et le 03/05/18 au Train Théâtre - Portes les Valences (26). www.facebook.com/paulinecrozeofficiel

Ancienne membre du groupe Opossum, Anaïs se fait connaître à la suite de son concert aux Bars en Trans à Rennes en 2004 puis au Printemps de Bourges en 2005. Elle devient célèbre grâce à «Mon Cœur Mon Amour» premier extrait de son album «The Cheap Show» vendu à plus de 300 000 exemplaires en France. Anaïs Croze de son vrai nom, a collaboré avec les grands noms de la musique française et internationale tels que Beat Assailant, Brigitte Fontaine, Jacques Higelin ou encore le groupe américain The Blood Arm. En 2007, elle participe à la chanson titre du film « Blanche Neige » de Jean-Paul Walvarens, ainsi qu’au dessin animé en 3D Piccolo, Saxo et Cie. Nommée à trois reprises artiste interprète féminine de l’année aux Victoires de la musique, sa carrière musicale est marquée par cinq albums dont « Divergente » le dernier, un disque pop et sensuel sur lequel Anaïs met remarquablement en valeur sa voix chaude et puissante. Sampras Wetcheme Le 18/04/18 à l’Espace Julien - Marseille (13). www.anaisinyourface.com


nouvelle-vague.com / avril 2018

JULIEN DORÉ

CABALLERO

Depuis sa victoire à la Nouvelle Star en 2007, Julien Doré ne cesse d’enchaîner les albums et les scènes de concerts et d’accumuler les récompenses. En 2016, pour la promotion de son dernier album « & », il a eu la possibilité de construire le spectacle de ses rêves, sillonnant les scènes françaises entouré de ses musiciens. Ce nouvel opus et ses nombreux concerts à succès lui ont permis de remporter le globe cristal pour le meilleur interprète masculin de l’année 2017. Aujourd’hui, il entame une nouvelle tournée, « Vous et Moi », qui est un retour aux racines même de sa musique. Le temps d’un instant, l’artiste à la crinière dorée, réputé pour son style déjanté, dit adieu aux artifices pour laisser place à la simplicité. Seul sur scène, jouant des morceaux en acoustique, il nous fait découvrir ou redécouvrir des chansons travaillées différemment, avec plus d’humilité. Julien Doré décide de nous confier, avec humour et poésie, son histoire, celle de son parcours artistique. Evora Gau Le 19/04/18 au Quattro - Gap (05) et les 04 et 05/05/18 au Silo – Marseille (13). www.juliendoreofficiel.com

Né à Barcelone en 1988, Caballero déménage ensuite en Belgique, à Bruxelles. En grandissant il intègre le collectif Black Syndicat qui regroupe une vingtaine de rappeurs belges et le groupe Les Corbeaux. Caballero fait partie de la scène hip-hop émergente dès le début des années 2010 et, désireuse de revenir aux fondements autant dans l’esprit que dans les influences. “Laisse moi faire”, son premier projet sort en 2011. On y découvre une plume et un rappeur à l’écriture particulière et des textes pleins d’humour. La carrière de l’artiste va prendre de l’ampleur et le mener en Suisse et en France à la rencontre d’autres artistes, dont Lomepal avec qui il monte “Hologram Lo”. Depuis Caballero compte deux albums, “Le Pont De La Reine” sorti en 2014 et “Double Hélice 2” réalisé avec son acolyte JeanJass avec qui il a déjà travaillé sur “Double Hélice”. Sa notoriété grandissante lui a permit notamment de monter sur la scène du festival Rock En Seine en 2017. Il compte bien continuer sur sa lancée en 2018. Boris Hennebelle Le 19/04/18 au Rockstore - Montpellier (34), le 21/04/18 à L’Affranchi - Marseille (13) et le 02/06/18 dans le cadre du Festival Check The Rhyme au Théâtre de Verdure - Nice (06). www.facebook.com/Caballerobxl


44 >> #NVmagLive KYLE EASTWOOD

DOMINIQUE A

Sachant jouer de plusieurs instruments, Kyle Eastwood musicien de jazz américain a préféré se spécialiser dans la basse et la contrebasse. Fils de l’acteur et réalisateur Clint Eastwood, il a grandit au sein d’une famille de musiciens. Grâce à son père fan de jazz, il s’attache à ce style musical en écoutant des artistes comme Miles Davis et Count Basie. Après ses études en cinéma, il sort son premier disque «From There To Here» sur lequel on retrouve la voix de l’exceptionnelle Joni Mitchell. En 2004, sous le label Rendez-vous, Kyle sort plusieurs albums : « Blue Paris », « Now » et « Rails & Ties » avec la participation de son père et de sa fille. Si son nom lui assurait une notoriété à ses débuts il y a vingt ans, le contrebassiste a confirmé son talent et s’est forgé depuis, une solide réputation dans le monde du jazz. Aujourd’hui, sa discographie comprend huit albums parmi lesquels figurent, « Metropolitain », « Timepieces », « Songs From Chateau », « Candid Kyle » et « In Transit », sa toute dernière œuvre sur laquelle il raconte l’histoire passionnante du jazz. Sampras Wetcheme Le 20/04/18 à l’Espace Culturel André Malraux - Six-Fours (83). www.kyleeastwood.com

L’auteur, compositeur et interprète Dominique Ané considéré comme l’un des fondateurs de la nouvelle scène française des années 90, sera en tournée dans toute la France. Il est de retour avec un nouvel album intitulé « Toute Latitude». Pilier de la musique rock hexagonale, il fut consacré aux victoires de la musique en 2013 dans la catégorie « Artiste masculin de l’année ». Nous aurons l’occasion de voir l’artiste entouré d’un groupe avec des sonorités plus électriques et électroniques, comparé aux précédents albums. Dominique A explique que “C’est l’achat imprévu d’une boîte à rythme analogique, au son spécifique, qui a été déterminant : l’écriture des morceaux s’est articulée autour des rythmes élaborés sur cet instrument, dont le son colore finalement tout l’album.” “Toute Latitude” a été enregistré avec des musiciens bien connus : Jeff Hallam à la basse, Thomas Poli aux claviers et guitares, Sacha Toorop et Etienne Bonhomme à la batterie. Un second album acoustique intitulé « La Fragilité » paraîtra en octobre prochain, il s’agit d’un projet solo. Aurélie Kula Le 26/04/18 au Rockstore – Montpellier (34), le 27/04/18 à l’Espace André Malraux – Six-Fours (83) et le 18/05/18 à la Salle de l’Etoile – Chateaurenard (13). www.dominiquea.com


nouvelle-vague.com / avril 2018

OUM

MANU CARRE ELECTRIC 5 / YAEL ANGEL

Né en 1978 à Casablanca au Maroc, Oum, débute la musique dans une chorale de Gospel. A 17 ans elle impressionne déjà et écrit son premier titre “Tel est ton coeur” pour soutenir une association caritative. La jeune artiste fait alors ses premiers pas sur scène en se produisant en public. Elle interprète alors le répertoire d’Aretha Franklin, Ella Fitzgerald ou encore Whitney Houston. Sa voix puissante lui permet de se tourner vers la soul en y ajoutant des éléments de sa propre culture marocaine acquise au fil de ses rencontres et de ses expériences. Son premier album, “Lik’Oum” sort en 2009. Suivront trois autres opus, “Sweerty” en 2012, “Soul of Morroco” sorti en 2013 et deux ans plus tard “Zarabi”, album hommage au tisseuses de tapis marocaines. Oum s’est produit dans de grandes salles parisiennes et de nombreuses scènes françaises et européennes, mais aussi sur le continent africain, chez elle au Maroc, lors du Festival Gnaoua et Musiques du Monde d’Essaouira, faisant découvrir sa voix au monde. Boris Hennebelle Le 26/04/18 à La Maison De La Musique Et De La Danse – Valence (26). www.oum.ma

Plusieurs centaines d’événements sont prévus dans le monde entier pour la journée internationale du Jazz, initiée en 2011 par le pianiste Herbie Hancock et l’UNESCO. Sur la Côte d’Azur, se déroulera un concert spécial avec deux groupes de la région, le Manu Carré Electric 5 et le quartet de Yaël Angel. Ils ont tous les deux sorti un excellent album au début de l’année. Le saxophoniste Manu Carré retrouve sa formation de prédilection (même si on l’aime beaucoup en duo piano-sax), le quintet Electric 5. Il joue un jazz moderne, gorgé de groove qui pulse comme du rock et qui s’inspire du blues. Rythmique puissante d’où le clavier s’échappe pour titiller les deux solistes sax et guitare. Quand à Yaël Angel, son album de jazz vocal révèle au grand public son talent de chanteuse. Sur la Côte d’Azur, les amateurs le savaient déjà ! Elle a écrit et chante des textes sur des musiques de Monk, Miles, Mingus, Ornette Coleman et d’autres, soutenu par un trio d’excellence. Elle a le swing à fleur de voix, le bop dans la peau. Jacques Lerognon Le 30/04/18 au théâtre Francis Gag - Nice (06). Photo : Jacques Lerognon. www.manucarre.com


46 >> #NVmagZoom

Naâman Depuis 2012, Naâman ne cesse son ascension. Avec 3 albums et plusieurs EP à son actif, il est l’artiste incontournable de la scène reggae française du moment. Actuellement en pleine tournée de son « Beyond Tour », l’artiste sillonne les routes de l’hexagone à la rencontre de son public pour jouer son dernier album. Avant de monter sur scène à Marseille, Naâman m’a accordé une entrevue. « Beyond » est un véritable hymne à la joie, à l’amour, et à la liberté. Ce sont des thèmes qui te tiennent à coeur ? Oui bien sûr, ce sont des thèmes qui font partie de moi. Je reste tout simplement moi-même et ces thèmes sont imbibés dans chacun de mes morceaux. J’essaye de transmettre et partager du positif, c’est ce qu’il y a de plus important. Fin 2016, tu as fais une tournée durant laquelle tu as parcouru l’Europe, et tu as traversé le monde jusqu’au Pacifique. Penses-tu que ces voyages t’ont inspiré « Beyond » ? Je pense que chaque expérience inspire. Musicalement ce n’est pas forcément les voyages qui influencent mais toutes ces petites choses de la vie qui la rendent plus belle. Pourquoi avoir choisi d’ouvrir ton album avec le titre « I’m Allright » ? Y avait-il un message à faire passer ? Musicalement j’ai trouvé que c’était super d’ouvrir l’album comme ça, avec toutes ces sonorités et mon « cri de joie » au début du morceau. Ca veut aussi dire que ce n’est

pas facile d’être heureux et qu’il faut donc le revendiquer. J’ai pensé que c’était un bon début. Dans ce nouvel album, on retrouve des sonorités gospel et soul. Etait-ce ta volonté ? Ma volonté était de faire une musique qui me ressemble, qui nous ressemble. On n’a pas vraiment réfléchi à rajouter des sonorités autre que reggae ou hip hop, c’est venu tout seul, et on a gardé tout ça. Dans « Own Yourself », tu chantes en français pour un couplet, pourquoi ce choix ? Et y aura t-il d’autres morceaux en français ? En réalité c’est parti d’un freestyle rap à la base, mais j’ai trouvé ça carrément cool du coup je l’ai rajouté au morceau. Ca s’est fait comme ça, sans réflexion, c’était très spontané. Et j’ai vraiment aimé chanter en français, je pense que ça se reproduira à l’avenir. Dans quel état d’esprit as-tu composé ces chansons ? C’est une question difficile… Déjà, je voulais chanter en anglais car je trouvais que


nouvelle-vague.com / avril 2018

musicalement c’était plus cohérent, plus abouti, avec un certain équilibre. Je voulais partager des sentiments positifs qui colle à ma réflexion actuelle. Je voulais me faire plaisir et faire plaisir, faire de la musique et apporter quelque chose de positif au monde. Comment se passent la composition et l’écriture de tes morceaux ? Ca dépend. Parfois on commence sur des «brouillons musicaux » envoyés par Fatbabs, puis la musique évolue avec le texte. J’écris également certaines de mes chansons en composant à la guitare. On ne s’impose pas un « processus de composition », ça vient comme ça. C’est très spontané. Te considères-tu comme un artiste engagé ? J’ai une éthique, je ne vais pas faire n’importe quoi pour n’importe qui. J’essaye de répondre à certaines questions, c’est là où est mon engagement. J’ai des idées à défendre, qui me tiennent à coeur, et que je ne lâche pas.

« J’essaye de transmettre et partager du positif, c’est ce qu’il y a de plus important. »

Comment se passe ta tournée ? Quel est ton lien avec ton public ? La tournée se passe super bien. On a rempli des salles qu’on ne remplissait pas avant, avec toujours les bonnes vibes qui vont avec. Je trouve mon public très gentil, même avec un changement de style le public l’a bien pris, ils sont très réceptifs et ça fait plaisir. Et puis, aujourd’hui on touche beaucoup plus de monde, des gens de tout âge. Ce que je peux dire c’est que chaque concert est un véritable bonheur. Aurore Viberti Le 14/04/18 à L’Espace de la Gare - Saint Paul Trois Châteaux (26), le 24/05/18 au Rockstore - Montpellier (34), le 12/07/18 dans le cadre du Big Reggae Festival au Théâtre de la Mer - Vallauris (06), le 19/07/18 dans le cadre du Festival de Nîmes aux Arènes - Nîmes (30). www.naaman-official.com


48 >> #NVmagZoom

Rodolphe Burger Fondateur du groupe Kat Onoma dans les années 80 avec lequel il a connu un très grand succès, Rodolphe Burger entame une carrière solo au début des années 2000. Il crée aussi son propre festival « Dans la Vallée ». Artiste productif et collaboratif, sa musique a la particularité d’être un mélange de rock, de blues, de jazz, de folk et d’électronique.

Comment la musique est-elle « rentrée » dans votre vie ? Par mes oreilles que j’avais grandes ouvertes quand j’étais petit et par lesquelles j’entendais la musique romantique que mon père écoutait. Puis vers l’âge de 10 ans c’est le rock’n’roll que j’écoutais à la radio. Le rock’n’roll qui a d’ailleurs orienté mon adolescence et mon style de musique. Comment définiriez-vous votre musique ? Je dirais que c’est un mixage d’éléments organiques et électroniques. Après « l’électronique» n’est pas trop le terme adéquat parce que ce sont des sons qui sont joués par mon batteur, Christophe Calpini, qui sont des bruits qu’il enregistre lui-même, des sons de fer brisé, de porte qui claque, des sons naturels mais qui sont activés ensuite. Donc on peut dire que ce sont des éléments de batterie naturelle. Qu’est ce que vous retenez de la période Kat Onoma ? Beaucoup de choses. C’est à dire que ce fut

une sorte de laboratoire pour moi, un laboratoire de rock, c’est là où j’ai vécu une belle histoire de rock, c’était un vrai groupe. Depuis je joue avec pas mal de musiciens avec des formations variables et ce n’est pas la même chose que de jouer dans un groupe, c’est une expérience assez unique, assez forte, assez spéciale et singulière. Pourquoi avoir créé le festival « C’est dans la vallée » ? Festival qui a lieu sur vos terres d’origines, n’est-ce pas ? Oui tout à fait, dans ma vallée natale qui se trouve à la frontière des Vosges et de l’Alsace, ainsi que du Haut-Rhin. Il y’a plein de vestiges de l’époque, il y a une magnifique église qui date du 16ème siècle et un théâtre du début du 20ème siècle, par exemple. Ce sont des endroits qui sont beaux et qui sont propices aux artistes qui viennent pour animer le festival. J’invite les artistes à faire des choses particulières en fonction de ces lieux. Il arrive même que certains musiciens se produisent dans une mine d’argent, dans une petite chapelle. Ce qui fait la


nouvelle-vague.com / avril 2018

particularité de ce festival c’est que je ne suis pas programmeur je suis plus un artiste qui invite d’autres artistes. Vous organisez ce festival tous les ans ? Non, c’est une biennale maintenant. Donc on organise ça tous les deux ans. Mais il peut y avoir des évènements qui arrivent ponctuellement, comme ça, au cours de l’année. Vous avez fait beaucoup de collaborations avec d’autres artistes, comment les sélectionnez-vous ? Et bien oui, parfois. Mais on ne peut pas parler de sélection. Quelques fois ce sont les artistes qui me sollicitent, ce sont des rencontres que je fais, et quelques fois ce sont des musiciens que je vais chercher, comme par exemple il y a une dizaine d’années je suis allée en Ouzbékistan parce que je suis très intéressé par la musique ouzbèke. C’est vrai que l’une des grandes joies de la musique c’est que ça se pratique à plusieurs et qu’on peut tenter des rencontres qui paraissent improbables sur le papier mais qui s’avèrent être probantes.

« C’est vrai que l’une des grandes joies de la musique, c’est que ca se pratique à plusieurs. »

D’ailleurs, parlez moi du « projet ouzbèk » ? Ce projet a une particularité parce que le tout c’est de jouer avec des musiciens qui sont dans des codes et dans une culture complètement différente. Et donc il faut trouver des points de jonctions, des points de rencontre. C’est une expérience passionnante. Vous dites, dans le documentaire réalisé par Culturebox, que chaque album solo « ouvre une nouvelle période », pourquoi ? A vrai dire les albums solos il n’y en a pas tant que ça. Mon dernier album « Good » c’est le cinquième. Dans mes albums solo j’essaie d’explorer quelque chose, de trouver un son nouveau. Et donc ce son nouveau ouvre de nouvelles perspectives et permet d’aller à un autre endroit musical c’est pour ça que ça ouvre une nouvelle période. Yasmine Romdhane Le 27/04/18 à la Cité de la musique – Romanssur-Isère (26). www.dernierebandemusic.com


50 >> #NVmagZoom

Oldelaf Après des milliers de concerts à travers la France, deux Olympia et un Zénith parisien à son actif, Olivier Delafosse alias Oldelaf revient avec son huitième opus : « Goliath », titre qui symbolise à la fois la possibilité d’atteindre des objectifs jugés inaccessibles et la faiblesse du géant aux pieds d’argile. Alors, pouvez-vous, nous parler de votre amour pour la musique ? Déjà tout petit je voulais faire de la guitare. Je me suis rendu au conservatoire pour m’inscrire, le professeur m’a dit que je ne pourrais jamais en jouer puisque, je me rongeais les doigts. Alors je suis partie faire du piano, je suis devenu pianiste de bar à 14-15 ans. J’ai progressé en jouant les deux instruments. Je suis devenu autodidacte. C’est ainsi que, j’ai créé mes premiers groupes vers 16 ans. Vous-êtes monté sur la scène pour la première fois il y a 25 ans pouvez-vous, nous faire un rapide bilan de votre carrière ? J’avais organisé un concert avec le groupe que j’avais à l’époque qui s’appelait ‘’Olalal’’. Nous avons fait des reprises de mes chansons devant les collègues du lycée ce qui était gratifiant pour moi puisque j’étais en même temps chanteur, compositeur. Et je me sentais bien à l’époque avoir ce poste c’était cool. Suite à cela vous avez décidé d’arrêter les cours et de vous lancer dans la musique ? J’ai continué un peu les études j’ai passé le Bac puis, j’ai fait la fac de musicologie. Je crois que

je n’étais pas prêt à me lancer complètement. Pendant longtemps, j’ai été animateur socioculturel de jeunes jusqu’à 24 ans. J’ai profité de la vie à ce moment-là, j’écrivais plein de chansons. Je jouais notamment avec un groupe qui s’appelait ‘’Les petits Humains’’. C’est lorsque j’ai eu 25 ans que je me suis bougé, j’ai joué dans les cabarets, sur les scènes ouvertes. C’est à partir de cet instant que s’est créé Oldelaf et Mr D mon groupe de chansons humoristiques qui a créé le buzz, avec des chansons comme « le Café, Nathalie Mon Amour de JMJ », c’était aussi le début d’internet ce qui a permis notre succès. Vous avez été chroniqueur pendant 2 ans sur Europe 1 aux côté de Michel Drucker, n’avez-vous pas eu l’envie d’en faire votre métier ? Non car j’avais déjà choisi la musique, un jour je suis allé chanter « la tristitude » en promo à la télé et on ne m’a pas laissé repartir. Ils m’ont dit « il faut que tu reviennes chaque semaine chanter cette chanson adaptée à l’actualité ». Voila comment je me suis retrouvée à faire un truc que je n’avais pas du tout calculé en plus chez Michel Drucker c’était très rigolo.


nouvelle-vague.com / avril 2018

Après avoir fait deux Olympia et le Zénith quel sentiment vous anime ? C’était à l’occasion des 10 ans de Oldelaf et Mr D aussi, le dernier concert. On s’est séparé à l’Olympia, d’une part je me dis, j’ai atteint mon objectif, mon rêve de jeunesse. J’avais 35 ans quand c’est arrivé. Ensuite, j’ai commencé mon projet personnel Oldelaf, je ne savais pas si ça allait fonctionner ou pas. Un an et demi après on sort l’album avec le titre « la tristitude » qui fait le buzz. Le sentiment c’est que lorsqu’on atteint un objectif il y a toujours un autre à atteindre. Je crois qu’un artiste est un éternel insatisfait, il a toujours besoin de se lancer des défis et de les réaliser. Pouvez-vous, nous parler de votre nouvel album, pourquoi ce titre « Goliath » ? Alors c’est mon troisième album solo pour les adultes, parce que je fais aussi des chansons pour les enfants. Mais « Goliath » c’est un album qui est très ambitieux, il y a beaucoup d’instruments, des cordes, des orchestres qui jouent dessus, des claviers des années 70. J’avais envie de faire un album classe avec un son large qu’on puisse mettre sur une enceinte, envoyer le son et se

prendre une claque aux oreilles et au cœur. Je suis très content de ce travail. J’ai choisi ce titre parce que Goliath c’est ce géant qu’on peut vaincre, être ce David qui dans la légende arrive à se défaire de ce géant. Vues toutes les oppressions que l’on peut surmonter toutes ces personnes qui se fichent un peu de nous, il y a ce coté là ou on se dit qu’on peut les battre pour atteindre ses objectifs. Je me sens un peu comme ce géant parce que j’ai une belle vie, j’ai de la chance, je fais le métier dont je rêvais avec une famille. A côté de cela, je fais des choses qui ne vont pas dans le sens de l’humanité qui ne concourent peut-être pas à son développement. Je me pose la question de savoir si je ne suis pas le méchant de l’histoire face à mon quotidien. Le but est de se poser des questions et aider les gens à s’en poser. Jessica Bohouo Le 06/04/18 Espace Léonard de Vinci - Mandelieu La Napoule (06), le 07/04/18 à la Cigalière Sérignan (34), Le 26/05/18 à L’Usine - Istres (13), le 30/11/18 à l’Espace Julien - Marseille (13). www.oldelaf.com

« Je me pose la question de savoir si je ne suis pas le méchant de l’histoire face à mon quotidien. »


52 >> #NVmagZoom

Arcadian Yoann Pinna, Florentin Cabezon et Jérôme Achermann, le trio révélé par l’émission « The Voice » font leurs bonhomme de chemin avec déjà un album intitulé « Arcadian » très apprécié par le public notamment à travers le titre « Ton Combat » qui compte plus de huit millions de vues sur YouTube. Un album riche en couleur et en voix sur lequel ce trio vous emporte dans leurs folie “arcadienne”. Comment vous êtes-vous rencontrés ? On s’est rencontré sur Paris dans une jam session, un bar où n’importe quels artistes ou musiciens peuvent venir jouer. On a très vite accroché parce que parmi nous il y en avait qui faisait de la guitare du piano et de la percussion donc on était bien partis pour faire un groupe. Pourquoi avez vous choisi de vous faire appeler Arcadian ? Ce nom aurait t-il une signification particulière ? En fait ce nom nous vient d’un roman, “Les Derniers Jours de Paris” de Nicolas d’Estienne d’Orves dans lequel il raconte que dans les sous-sols de Paris, il existait une sorte de fratrie de libres penseurs qui s’appelaient ‘’Les Arcadians’’ et qui réfléchissaient sur l’avenir artistique de la ville de Paris. Vu qu’on jouait à une époque dans les métros, on a fait un rapprochement d’où Arcadian. Parlez-nous de votre expérience dans « The Voice »... C’était juste extraordinaire! On ne pensait pas arriver jusque là, on était partis juste pour les auditions à l’aveugle et “step by step” on est arrivé aux demi-finales. On a rencontré des

artistes incroyables et au niveau professionnel ça nous a permis de nous améliorer parce qu’avant on avait l’expérience du métro mais une grande scène comme The Voice, on n’avait pas l’habitude. On a passé de super bon moment. Quels sont vos liens maintenant avec votre coach Mika ? Avec Mika on a gardé de très bons liens, il nous a beaucoup apporté. On se croise très peu parce que c’est un artiste très prisé, très demandé et pas qu’en France mais aussi à l’étranger. C’est un artiste qui reste très à l’écoute et nous sommes persuadés qu’il n’hésiterait pas à nous coacher encore, si besoin. Comment votre tout premier album, sorti en avril 2017, a été accueilli ? Seul le public pourrait répondre à cette question puisque c’est lui la cible en fait. Mais je pense que l’album a été très bien accueilli parce qu’on a beaucoup de retour, les gens nous envoient pleins de messages et nous disent combien nos chansons leur parlent. Et quand on voit des gens chanter nos chansons en chœur pendant nos concerts, c’est vraiment un signe qui prouve que nos objectifs sont en train d’être atteints.


nouvelle-vague.com / avril 2018

Qu’est ce que c’est la folie arcadienne ? Il n’y a pas une réelle explication. On va dire que c’est une expression qui nous définit en tant que jeunes, c’est notre manière d’être. On aime profiter de la vie et c’est toute l’énergie qu’on dégage sur scène qui justifie un peu cette expression. Avec qui aimeriez-vous collaborer sur vos prochains disques ? Oui il y a beaucoup d’artistes locaux, comme Stromae, Vianney et d’autres artistes un peu plus “high level” avec qui on rêve de travailler tels que Ed Sheeran et Charlie Puth. Vous écrivez vous-mêmes vos chansons ? Nos chansons on les écrit avec une équipe d’auteurs et compositeurs avec qui on travaillait bien avant The Voice. Parmi eux il y a, Laurent Lamarca, Ben Mazué et Jean Étienne Maillard. Ce sont des personnes vraiment adorables qui ont très vite compris notre univers et les thèmes

qu’on voulait aborder. C’est un vrai plaisir de travailler avec eux. Quels sont vos goûts et vos influences musicales ? Nous avons des influences diverses. Yoann aime plus le reggae et l’urbain, Jérôme lui, le folk et moi (Florent), j’aime beaucoup plus la pop et le rock. On écoute pleins d’artistes chacun selon nos goûts musicaux et c’est ce qui fait un peu notre force. Chacun apporte sa touche personnelle à notre musique. Sampras Wetcheme Le 05/04/18 au Rockstore - Montpellier (34), et le 14/04/18 à la Palestre - Le Cannet (06). www.arcadian.fr


54 >> #NVmagZoom #SudEst

Pascal Mono Une voix rock, grave et unique, voilà la signature de Pascal Mono. Treize années sont passées depuis sa participation au télé-crochet Star Academy en 2005. Quatre albums et des concerts dans le monde entier, la carrière de l’artiste niçois bat son plein. “Dustynations”, son dernier disque, vient de sortir en décembre 2017, et est écrit exclusivement dans la langue de Shakespeare. Pascal Mono se confie sur sa carrière et ses projets. Racontez-nous votre parcours depuis la Star Ac’ en 2005? Beaucoup de choses, quatre albums, le premier “Intact” chez Universal, ensuite on m’a remercié car le directeur artistique a été viré, celui qui l’a remplacé est arrivé avec ses nouveaux artistes à lui. Cela a été plus difficile, sur tous les plans, dans le milieu j’étais connu mais pas reconnu. Mais je n’ai pas à rougir, j’ai chanté avec Carlos Santana, Johnny Hallyday. J’ai chanté “My Way” avec Paul Anka, je peux mourir tranquille. Ensuite je me suis retrouvé avec un label indépendant, NDH, qui m’a aidé pendant cinq ans à sortir deux albums “Rouge Nuit” et “Lattitude 43”. J’ai fait appel à Jean Fauque, le parolier de Bashung, j’écris mes textes mais c’était une vrai influence et un ami, j’avais envie de travailler avec lui. Vous avez fait de nombreux concerts dans le monde entier, comment jugez-vous votre notoriété ailleurs? Certains me reconnaissent parce que j’ai une voix, une “gueule”. La notoriété c’est formidable, mais je dirais que c’est un peu intrusif et je n’aime pas ce côté de la chose où

l’on se prend et on se sert de ce que l’on veut. Sur mon dernier album j’ai utilisé les réseaux sociaux, ce qu’il y a de bien c’est que le public a directement un lien avec toi. Ca peut être intrusif mais c’est sympa! Je ne fais pas de grandes salles mais cela me va très bien je m’amuse avec mes musiciens “Dustynations” est votre 4ème album, pouvez-vous nous expliquer le titre? C’est la chose la plus difficile à trouver. Les titres sont jolis mais je ne voulais pas donner l’un d’eux pour l’album pour ne pas attirer l’attention sur un morceau en particulier. Dans la première chanson, je dis “nos fondations dans la poussière”, deuxième morceau, “Dust In The Haze” (Fondations dans la brume). Donc le graphiste m’a d’abord proposé Dustiny. Des fois quand je n’ai pas d’idée je demande à mon entourage qui, lui, a un certain recul. Donc j’y ai réfléchi pendant une semaine puis est venu le nom “Dustynations”, destination par rapport à mes voyages. Le jeu de mot est sympa. Et puis libre à chacun après de puiser dans ses expériences et d’y faire son film.


nouvelle-vague.com / avril 2018

L’album sonne blues, rock et parle de la vie, de l’amour, de la mort pourquoi aborder ces thèmes à ce moment de votre carrière ? C’est la première fois que je me sens homme! Ca fait cliché de dire ça mais c’est l’album de la maturité. Quand je l’écoute, je me dis qu’il est super. Evidemment il y a toujours des choses à revoir mais ce sont des détails qu’on finit par accepter. Mais d’une manière générale il dégage de la maturité et de la puissance. J’ai changé, avant je pensais que la scène était ma maison puis ça a évolué, ma maison, c’est ma maison avec ma femme et mes enfants puis la scène est un atelier où je fais des expériences je vibre avec les autres. La musique est d’ailleurs un prétexte pour vibrer ensemble. Pourquoi privilégier les textes en anglais alors que ceux des albums précédents sont en français? J’ai pas mal joué dans le sud, à Nice il y a beaucoup d’américains et d’anglophones, l’un

« La musique est d’ailleurs un prétexte pour vibrer ensemble. »

d’entre eux m’a demandé de venir jouer au BB King Club à New-York pour un soir puis deux puis j’ai fais d’autres soirs dans d’autres endroits. C’est un vieux rêve, je chante en anglais depuis très longtemps j’ai commencé dans la rue à quinze ans, ça fait trente ans que je côtoie l’anglais. Cette confiance que m’ont donné les américains m’a permis de me dire que je pouvais sortir un album en anglais et puis c’est la langue du rock! D’ailleurs mon premier rêve était d’être américain. Quels sont vos projets pour partager cet album avec votre public? C’est en train de se monter, j’ai un concert de prévu au Bus Palladium et je verrais à ce moment là. J’ai invité du monde, tourneurs, journalistes, labels, pour voir si on peut travailler sur des choses mais pour ça je fais confiance à mon équipe, je suis bien entouré Boris Hennebelle www.pascal-mono.fr


56 >> #NVmagZoom #SudEst

Syka James Syka James, c’est un peu l’histoire d’une envie, d’un désir de peindre le monde en mots, en musique, de créer l’alliance qui permettra de forger un univers sonore mêlé d’images pour dire la vie, les roses et les affres humaines. Syka James, guitare à l’épaule, séduit par ses compositions qui racontent le quotidien, sa beauté, sa cruauté, sa réalité, passant d’une atmosphère familière à la liberté si chère à nos cœurs. Elle capte le monde d’un œil plein d’humanité et d’une voix pleine de mordant ayant pour vocation l’éveil ou le réveil… Raconte-moi comment en es-tu venue à la musique ? J’ai commencé par le tennis dans un rythme de compétition et d’entraînement intensif ; l’envie de faire de la musique est apparue comme une évidence à partir du moment où je retournais un peu trop ma raquette de tennis la prenant pour une guitare ! Non en tant qu’un métier ou qu’une rigueur (ça c’était réservé au tennis) mais bien comme un outil d’expression. J’ai commencé à m’exprimer de mon côté, à travers l’écriture, la guitare et le chant.

m’entourent qui sont ma principale source d’inspiration, c’est vraiment l’Humain.

Vers quel âge as-tu commencé la guitare, sur quelle guitare joues-tu ? J’ai commencé la guitare à 16 ans avec une folk « Art et Lutherie », un vrai bonheur pour les doigts ! Depuis quelques années je joue avec une Cort electro-acoustique et une AZ Les Paul en électrique.

Peux-tu nous parler du projet « Reflet » ? J’ai eu la surprise d’avoir l’aide à l’autoproduction Sacem, et de valider une campagne de financement participatif qui m’a permis la concrétisation du projet ! « Reflet » exprime toutes les notions de diversités humaines ; il essaie d’être comme le miroir de l’être humain, à travers le prisme de sa propre nature, ça se retrouve notamment dans les textes, avec les vices, les défauts, les qualités, tout ce qui nous consomme ou peut nous constituer. Mais on a tenté de réaliser également cette idée dans la méthode de travail, où chacun a laissé son empreinte en quelque sorte, quelques touches de sa personnalité, que ce soit avec les instruments, la musicalité, la couleur de l’EP finalement, c’est un travail d’équipe.

Quels sont les artistes qui t’inspirent ? Aldous Huxley, pour sa clairvoyance et son anticipation. Malgré tout pour être honnête ce sont surtout les personnes (au sens large) qui

Tu es si sensible… Quel regard portes-tu sur le monde qui t’entoure ? J’essaie de ne pas filtrer la tristesse et le malheur par des œillères ce qui ne m’empêche pas d’être


nouvelle-vague.com / avril 2018

de nature optimiste ; je crois réellement en l’être humain et en ses potentialités. Il faut tenter de relativiser tant qu’on le peut, et faire de l’instant vrai une véritable motivation, un but à atteindre à tout prix, la vie c’est maintenant. Penses-tu que le devoir d’un artiste est de faire prendre conscience aux gens qu’ils sont maîtres de leur destin ? Je ne pense pas qu’il y a cette prétention, puisqu’avant tout l’artiste s’aide et s’éveille luimême. Idéalement, selon les messages que l’on a à passer ça peut se répercuter sur les autres, et on s’éveil, s’élève ensemble, puisque c’est le monde, dans tous les sens du terme qui inspire les artistes. C’est un cercle vertueux en quelque sorte. Es-tu entouré d’une équipe ? Oui j’ai cette chance depuis un an ; une équipe soudée qui m’aide à porter le projet et le faire

grandir. Entre les musiciens (David Bouhanna, Lucas Henry), les ingés son/lumière (Mathieu Saint André/Boris Burasovitch), le réalisateur (Franck Lobielti), l’équipe de communication/ Production (Lude/Tetra Production), je me retrouve à pouvoir travailler davantage sur la composition et l’écriture ! Quels sont tes projets pour 2018 ? Je pense me consacrer plus longuement à l’écriture et la composition, en parallèle des scènes. L’occasion idéale de me remettre dans le projet d’un nouvel album ! Céline Déhédin Le 12/04/18 à la Salle Juliette Gréco - Carros (06) et le 18/04/18 au Théâtre Lino Ventura Nice (06). www.sykajames.com

« Il faut tenter de relativiser tant qu’on le peut, et faire de l’instant vrai une véritable motivation, un but à atteindre à tout prix, la vie c’est maintenant. »


58 >> #NVmagZoom #SudEst

Tous Salopards Derrière Tous Salopards se cache un groupe de huit rappeurs (Lamanif, Tetris, Poz, Caccio, Assono, Hermano, Yul, Aksang). Chacun apporte sa pierre à l’édifice. On voit cette pluralité dans “Olympe” leur second album, qui nous offre ce puissant mélange de huit flows. Ils nous transportent dans leur ville natale, Marseille, grâce à leurs accents et à leurs références phocéennes. Pourquoi « Tous Salopards » ? Assono : En fait à la base on était douze. Et il y a quatre membres du groupe qui sont parti, on s’est donc retrouvé à huit. Et comme au début on avait commencé à dire aux gens que nous étions les « 12 Salopards ». On a choisi un mot qui se rapprochait, pour faire rimer douze on a choisi « Tous ». Et en fait j’ai eu cette idée de dire Tous Salopards, pour dire qu’on rassemblait tout le monde. Pas forcément que nous, mais tout le monde ! Ce « Tous » ça devient une sorte de mouvement. Aksang : Plutôt que d’être douze Salopards, on s’est dit qu’on allait créer une communauté. Poz : On a travaillé pour que Salopard devienne un compliment. Tout le monde a une part de salopard en soi. D’où vient l’idée de faire un groupe de rap ? Tetris : A la base on était un collectif. Ça prenait plus des allures de regroupement de temps à autre pour faire du son ou pour faire un projet tous les deux, trois ans. Il n’y avait pas vraiment de timing. Un collectif c’est moins récurrent qu’un groupe qui est censé exister de façon constante. A la base c’était plus un délire collectif. Mais on a tellement pris du plaisir à

faire de la musique tous ensemble que c’est devenu un groupe. « Plus qu’un crew, qu’un collectif, tout un mouvement ». Comment ça un mouvement ? Tétris : Oui c’est un mouvement. Dans le sens où c’est quelque chose qui se définit au quotidien. On peut voir ça avec les gens qui nous approchent. Ils ressentent ça en venant travailler avec nous, ils montent directe dans le wagon. Comme s’ils étaient dans quelque chose qui avance. Poz : Ils se sentent impliqués, ils n’écoutent pas juste ça comme ça. La démarche c’est limite un mode de vie. Assono : Faut qu’ils se disent « Je suis Salopards». Aksang : Mais en fait le plus représentatif de cet état d’esprit c’est sur scène. C’est là que tout prend son sens. Nous avons vraiment une énergie à part, peu importe les scènes qu’on faisait on sortait du lot réellement. On venait nous dire « Les salops vous êtes chauds sur scène ». Il se passait un truc ! Quand on a vu qu’on faisait sauter des inconnus en leur disant qu’ils étaient des Salopards et qu’on les voyaient super-heureux, c’est là qu’on s’est dit en fait les gens s’associent à ce mouvement.


nouvelle-vague.com / avril 2018

Comment définiriez-vous votre rap ? Poz : On ne peut pas rentrer dans une case. On peut faire de la trap comme du boom bap, 110 ppm, des sons un peu frais pour l’été ou des sons beaucoup plus sombres. Donc c’est compliqué de répondre à cette question. Surtout quand tu as huit personnalités différentes dans un groupe. Aksang : Oui d’un côté il y a ça, mais aussi on casse les codes établis, on est hors tendance. Vos influences ? Aksang : Le point commun entre tous c’est vraiment la FF (Fonky Family) Vous pouvez me parler de la création/ écriture à la conception en studio ? Poz : Ça dépend, des fois c’est très spontané. C’est possible qu’en un soir on plie le son. Mais souvent je ramène une prod ou un de nous, on va tous commencer à s’ambiancer, et on se dit : « ça tue on va faire un son là-dessus ». Puis on trouve le thème, s’il y en a un. Généralement on écrit tous en studio et derrière ça on enregistre. Mais des fois on s’envoie les prods sur WhatsApp

et chacun écrit de son côté, ça traine un peu plus. Aksang : En fait c’est soit l’osmose, soit la guerre! Mais même quand c’est la guerre ça peut arriver qu’on ait créé nos meilleurs morceaux. Pourquoi ce nom d’album « Olympe » ? Aksang : Il y a plusieurs raisons. Déjà on voulait faire un truc qui restait marseillais, mais sans le côté traditionnel qu’on retrouvait beaucoup dans « Bouillabaisse », où on s’était donné une étiquette populaire. Et là on est sur quelque chose de plus classe, plus élégant. Ensuite faut savoir que la cité phocéenne est une ville grecque. Puis il a le côté ascension, aller rejoindre les dieux et il y a l’olympique de Marseille bien sûr. Bon du coup est ce que vous êtes vraiment des Salopards ? Assono : Oui vraiment. Tétris : D’ailleurs euh tu comptais rentrer chez toi là ? Amélia Lefebvre www.facebook.com/TousSalopards

« Tout le monde a une part de salopard en soi. »


60 >> #NVmagAlbum LES HURLEMENTS D’LEO : Luna de papel (Irfan) J J J J J

VANESSA PHILIPPE : A l’abri du vent (Warm-up/Modulor) J J J J J

Un nouveau souffle pour un nouvel album, Les Hurlements d’Léo reviennent en force avec « Luna de papel ». Après deux décennies, des milliers de concerts et une dizaine de disques, le collectif revient dans cette nouvelle création, qui se veut aiguisée, profonde et influencée par chacun des membres du collectif. Le titre éponyme du disque fait figure de proue, en français et en espagnol, dresse un constat lucide sur la vie. « Cumbia » aux ambiances culturelles multiples, entre rock, chanson et musique du monde, dénonce les travers de cette société mercantile ! « L’appétit », résolument pop/rock, aux tendances punks, là encore fait souffler un esprit alternatif et libertaire. L’écriture du disque s’est enrichie du parcours de chacun des membres du groupe, de sa voix, de son identité et côté son, les compositions, de nouveaux instruments font leur entrée, comme la section de cuivre sur « Filles de joie », proche musicalement du roots. Un album très mature mais sans renier leurs racines ! Céline Dehédin

Après trois albums, la séduisante et psychédélique Vanessa Philippe revient sur le devant de la scène avec un nouvel opus intitulé « A l’abri du vent ». L’auteur-interprète nous présente un album composé de onze titres aux sonorités à la fois acoustiques, pop/folk et parfois à la limite de l’électro. Sur des arrangements célestes et poétiques, la fragilité de la voix de Vanessa Philippe est mise en avant. Dans cet album très diversifié, elle nous dévoile des textes sensibles et métaphoriques comme dans « Barbe Bleue » mais aussi sur des tons ironiques comme on peut l’entendre dans « Your Promise », « Aujourd’hui » ou encore « Girls ». De plus, étant aussi danseuse et chorégraphe, l’artiste émancipe son projet musical vers l’image avec la réalisation de pas moins de cinq clips. Un bel univers, doux et rêveur. Yasmine Romdhane

BILL DERAIME : Horizon (Label Rupture) J J J J J 50 ans ! cela fait 50 ans que Alain a troqué son prénom pour Bill et nous chante le blues comme personne. D’abord parce qu’il le fait en français mais aussi parce qu’il n’hésite pas à la teinter de gospel comme de reggae. Et en 50 ans et plus de 20 albums studios c’est plusieurs générations qu’il a eu le temps de toucher des anonymes comme des gens plus connus musiciens ou même acteurs dont certains se sont prêtés au jeu des duos avec enthousiasme. 9 duos sur les 19 titres avec des artistes gens aussi variés que (par ordre d’apparition) Kad Merad, Bernard Lavilliers, Florent Pagny, Jean Jacques Milteau, Tryo, Fratoun, Yves Jamait, Joniece Jamison et Sanseverino. Une occasion de réentendre ses principaux tubes revisités mais aussi de nouveaux morceaux dans des versions parfois dépouillées avec sa vieille 12 cordes. Le disque d’un homme bon qui gagnerait à être un peu plus sous les feux des projecteurs. Pirlouiiiit


nouvelle-vague.com / avril 2018

MORRISSEY : Low in high school (Etienne) JJJ JJ

SPARKS : Hippopotamus (BMG) J J J JJ

Or donc, voici le 11ème Morrissey. Qui aurait dit que des deux, lui s’en sortirait ? Dès son premier single, on a vu ses qualités (voix, mélodies) et ses défauts (arrangements, lassitude sur la distance) et le fait qu’il dépendrait toujours de ses co-compositeurs. Mais voilà, ça fait trente berges que ça passe. Et il faut bien avouer que le précédent tenait la route, tout comme celui-ci. Musicalement, ça part dans tous les sens : vaudeville pop, spleen ampoulé, psychobilly, pop gracieuse, rock ethnique, le tout servi par sa voix chaude, juste et convaincante, toujours en avant. Les textes ? Des chroniques sociales (à la Kinks, à la Smiths ?), des brûlots politiques (oubliée son image nationaliste), anti guerre, anti monarchie, anti dictature, anti tout ? Oui mais ni geignard, ni grincheux. Surprenant qu’il s’attarde trois fois en Israël, mais on sort de ce périple avec l’envie d’y revenir. On attend toujours un disque de Marr qui supporte la comparaison. Jean-Jacques Massé

Quand le monde libre découvre en 74 les frères Mael (Ron Adolf & Russell Beau Gosse) avec “Kimono my house” et son tube imparable (“This Town…”), c’est déjà leur 3ème album, le groupe bosse depuis 71 et eux depuis 67. Pas des bleus donc, et il le faut pour produire une musique aussi bourrée de références. 23 albums au compteur, le petit dernier navigue dans les mêmes eaux : influences pop américaine mais aussi électronique européenne, beau et bizarre. Surtout, on est surpris par leur côté expérimental abordable. On dirait les premiers albums chantés d’Eno. C’est bourré d‘idées, d’arrangements, de mélodies. Et le mot qui résume l’affaire, déjà dégainé à l’époque est baroque, qui leur va si bien. Beatles + Roxy Music + Kraftwerk (et Leos Carax qui chante en bonus avant un musical commun à venir) ? Oui, il faut oser et les frangins qui ont traversé pas mal de déserts reviennent à leur meilleur niveau. Malgré une voix un peu frêle par moments, assurément leur meilleur depuis des lustres. Jean-Jacques Massé

#NVmagLivre : CHRISTIAN EUDELINE : U2 L’intégrale (Gründ) JJJJJ Journaliste pour la presse écrite, Christian Eudeline est spécialisé en musique, sa passion. Après plusieurs essais et biographies dans le genre (Thomas Dutronc, Michel Polnareff… en passant par les albums cultes du punk), il s’essaye à U2. Depuis leur début en 1976, le groupe populaire et engagé aurait vendu presque 170 millions de disques à travers le monde. Les quarante ans de carrière des dublinois retracés : leurs choix, leurs engagements, Bono, leurs rencontres. Accolés à des photos biens choisies, et certains clichés peu utilisés par les tabloïds, 200 titres scrupuleusement analysés, constituants un très bel ouvrage. Pour les fans ou pour tout savoir sur le groupe mythique irlandais. Ces 272 pages dans leur habillage rouge vif sont un must à avoir dans sa bibliothèque. Laure Rivaud-Pearce


62 >> #NVmagAlbum THE WOMBATS : Beautiful people will ruin your life (Kobalt Music Recordings/Pias) JJJJ J

MONSIEUR LUNE & SÉBASTIEN ROST : Le Dernier Jour (Papa Luna/L’Autre Distribution) J J J J J

The Wombats viennent de sortir leur quatrième album studio “ Beautiful people will ruin your life”. Après leur LP “Glitterbug” paru en 2015 et qui leur a permis d’entrer dans le Top 5 en Angleterre, The Wombats revient donc en ce premier trimestre sur le devant de la scène. Ecrit depuis les 3 coins du globe, entre Londres, Oslo et Los Angeles, le disque a été créé lors de sessions d’écriture longue distance, complété par deux semaines d’enregistrements à Oslo. Ce nouvel album est donc teinté d’ambiances sonores indie moderne, au son des synthétiseurs, dans un groove futuriste et aérien. 11 titres qui oscillent entre électro rock et pop, 11 petites pépites entre euphorie psychédélique et dysfonctionnement de l’âme, sorte d’autobiographie de Murph, son leader. Le trio de Liverpool a donc su créer un disque chantant avec une profonde maturité musicale ! Céline Dehédin

Émile est amoureux de Louise, mais il n’a plus qu’un jour pour lui avouer sa flamme car il déménage, et c’est une mystérieuse boite qui va l’aider... Mêlant des chansons françaises, une bande son cinématographique et une projection de vidéos animées, le spectacle, à la fois touchant et amusant, conte une histoire qui emballe toute la famille ! Le récit de l’album est animé, vivant et interprété par des comédiens et chanteurs confirmés comme Pascal Legitimus, Gérald Genty, Oldelaf, Syrano, Laura Cahen, Barcella, Alexis HK, et Karimouche. Une histoire pleine d’amour et d’humour rythmée par des ballades entraînantes, avec un lien entre les passages scéniques et la bande son, et une véritable création artistique, destinée à un jeune public, qui vient soutenir la cohérence de l’ensemble. Kristina Krasniqi

CHAPELIER FOU : Muance (Ici, D’Ailleurs...) J J J J J Louis Warynski a été suffisamment productif, pour que l’on songe à propos du nom de son projet Chapelier Fou, qu’il lui correspond. Son but lui fait mêler violoncelle (Camille Momper), clarinettes (Maxime Tisserand) et alto (Maxime François), avec des sonorités électroniques. On dénote certes une folle tension quand “ Artifices “ monte dans les tours, tel un dungeon crawler que l’on ressent au travers de sa chiptune. Alors que l’on sera ému quand “ Antivalse “ et sa délicate mélancolie nous porteront. Avec l’habitude d’entendre que les jeux vidéo sont du temps perdu, “ Temps utile “ casse les clichés en appliquant ce titre à un morceau donnant l’impression d’un speed run. On y ressent une montée progressive, se concluant de manière hyperactive, là aussi dans une atmosphère chiptune. Les instruments traditionnels et l’électronique sont clairement faits pour s’entendre, il suffit d’écouter “ Muance “ pour s’en apercevoir. Anthony Rose


nouvelle-vague.com / avril 2018

JAQEE : Fly High (Enjovu Rec./ Rootdown Rec.) J J J J J

THERAPIE TAXI : Hit Sale (Panenka Music) JJJ JJ

J’ai du mal à rester objectif en ce qui concerne Jaqee car elle fait partie des artistes dont le chemin de vie et la destinée me fascinent tout autant que la profonde implication dans leur musique qui en résulte. Résumer Jaqee à son enfance nomade en Ouganda ou à son épanouissement en Suède n’a pas de sens car sa musique n’a pas de frontière ni de pays, elle est organique et vivante. Sa voix rauque multiforme fait vibrer l’auditeur aux premières mesures puis elle vous emporte dans son monde peuplé de sons et d’ambiances, entre folk, hip-hop, reggae et électro, elle a le pouvoir de vous tirer des larmes d’émotion quand elle le désire sans jamais abuser de cette emprise. Jaqee a construit son aura avec une détermination sans faille et une vie rude que nous ne connaîtrons jamais mais dont cet album témoigne, écoutez le d’urgence puis dévorez, comme moi, tout le reste de son œuvre. Emmanuel Truchet

C’est un peu l’histoire de nos vies que joue Thérapie Taxi. Le premier album du trio conte la jeunesse contemporaine entre soirées alcoolisées, rencontres d’un soir et sexe. Le groupe inclut dans “Hit Sale” des mélodies électro-pop et des textes crus mais aux vertus bienfaisantes, “Salop(e)” en est l’exemple type, son refrain marque les esprits! Sur des tempos tantôt rapides et entrainants ou tantôt plus lents, comme le titre “La Proue”, Adé, Raph et Renaud signent un album plein de promesses pour la suite. La bande de copains en a profité pour collaborer avec Roméo Elvis, jeune rappeur belge en pleine ascension, sur le single titre de l’album, “Hit Sale”. Voilà 14 pistes et “Un chassé” qui “casse le nez!” pour reprendre le refrain de “Cri des loups”. Boris Hennebelle

#NVmagLivre : ALEXANDRE GRONDEAU : Génération H, Bons à rien sauf à vivre. Tome 3 (La Lune sur le Toit) JJJJJ

Ce niçois d’origine est maître de conférences, géographe à l’Université Aix-Marseille, globe-trotter, et écrit depuis tout jeune. Alexandre Grondeau est passionné par les mouvements underground et par la contre-culture. Depuis 10 ans il se spécialise dans les musiques jamaïcaines. En 2012 débute l’aventure Génération H, qui nous a fait connaître Sacha et ses amis de festivals en sound system. C’est la jeunesse des années 90, sans complexe à la recherche du plaisir rapide, que ce soit la fumette, l’alcool, la défonce, la musique, la danse… Ce tome 3 « Bons à rien sauf à vivre » est un nouveau road trip enfumé qui les portera à travers toute la France, mais aussi à Londres. C’est une nouvelle plongée dans la culture reggae et la France qui fume. « La musique était notre religion, le sound system notre lieu de culte, la danse notre unique prière » Alexandre Grondeau. Laure Rivaud-Pearce


64 >> #NVmagAlbum G-EAZY : The Beautiful & Damned (RCA Records) J J J J J

LUCKY PETERSON : Tribute to Jimmy Smith (Jazz Village/PIAS) J J J J J

Poursuivant son ascension avec assurance dans les pas des plus grands, Young G retrouve le feu des projecteurs avec un nouvel album « The Beautiful and Damned » composé de 20 nouveaux titres hypnotiques et chaleureux. Pas si loin du G-Eazy de « When it’s dark out », nous retrouvons le rappeur anticonformiste quelque peu tiraillé : il se confronte à son propre personnage exubérant et tente de se retrouver lui-même. Le duel G-Eazy vs Gérald fait rage dans l’esprit de l’artiste hip-hop qui a toujours cherché à comprendre qui est réellement « Me myself and I ». Un album sous forme de pèlerinage à la découverte de sa vraie nature, dans lequel G-Eazy tente de se réconcilier avec son alter-ego. The Boy, de son surnom, nous prend par la main et nous transporte sur un rap tantôt agressif, tantôt poétique, aux rythmiques variées et aux tonalités presque cristallines. Enola Chagny

Même s’il est un grand guitariste, Lucky Peterson est aussi un organiste hors pair. C’est par là qu’il a commencé à l’âge de cinq ans, dit-on. Alors qu’il veuille rendre hommage à son maitre Jimmy Smith n’étonnera pas l’amateur de blues et d’orgue Hammond. Et de fait sur ce nouveau CD en trio, il abandonne la guitare, qu’il confie au jeune virtuose Kelyn Crapp et à sa Stratocaster. Neuf titres dont quatre avec des invités de prestige les français Nicolas Folmer à la trompette, Philippe Petrucciani à la guitare et l’immense Archie Shepp (qui n’est jamais aussi bon que quand il fait le blues) au sax et parties vocales. Dès “Night Train”, qui ouvre le disque, on sait à quoi s’attendre pour la suite, un album gorgé de rythm and blues, de gospel qui swingue comme dans les années 60. Jacques Lerognon

MARGAUX SIMONE : Platine (TeamZic/InouieDistribution) J J J J J Après un premier album intitulé « Nana » sortie en 2010, ainsi qu’un deuxième « Rue des archives » en 2014, Margaux Simone revient avec un EP composé de musiques oniriques et envoûtantes. Sur un tempo pop aérien, « Platine » révèle l’univers de l’artiste influencé par différents horizons avec des sonorités popglamour et électro. Son style nous évoque d’ailleurs celui de Beth Gibbons et Lana Del Rey. Née à Marseille elle est la fille du producteur Philippe Bruguière, qui possède le studio du Petit Mas à Martigues. Si notre martégale a opté pour Simone comme pseudonyme c’est pour évoquer la grandeur et la puissance de ce nom qui nous fait penser à Simone De Beauvoir, Nina Simone, ou Simone Veil. Résultat de deux années de travail, «Platine » marque un tournant pop dans la carrière de l’artiste. Yasmine Romdhane


nouvelle-vague.com / avril 2018

HUGH COLTMAN : Who’s Happy ? (Sony Music/Okeh Records) J J J J J En groupe ou en solo, avec des interprétations ou compositions, Hugh Coltman semble heureux partout. Pour “ Who’s Happy? “ c’est seul, mais encadré aux chœurs et aux instruments, et quasi qu’avec des titres originaux qu’il revient. Une reprise donc, de Charles Sheffield, “ It’s your voodoo working “. Dansante et où la voix écorchée offre un rendu détonnant. On transite de sonorités jazz de la Nouvelle-Orléans gorgées d’histoires, “ Sugar coated pill “, à des morceaux délicats. On continue d’alterner entre le touchant, “ Little big man “, et le remuant, “ Resignation letter “. Et que dire de l’exceptionnel “ Hand me downs “ avec Mélissa Laveaux. Un rythme et des échanges espiègles captivants. On le reprend instantanément et il ne nous quitte plus. Si Hugh Coltman se demande “ Who’s Happy? “, on peut lui répondre : quiconque écoute ce CD. Anthony Rose

SORG & NAPOLEON MADDOX : Checkin Us (Autoprod/Ping Pong) J J J JJ Originaire de Besançon, Sorg, jeune producteur et beatmaker de 23 ans, est considéré comme l’un des plus prometteurs de sa génération. Il nous revient, en ce début d’année, avec un nouveau projet mené en collaboration avec le rappeur de Cincinnati, Napoleon Maddox, leader du groupe américain « IsWhat ?! ». Les deux acolytes avaient livré déjà, en 2014, un premier EP baptisé « Ribbons & Razors », marquant les prémices d’une puissante alliance à travers l’Atlantique. Nos deux protagonistes montent d’un cran et se lancent, une fois de plus, dans l’aventure avec un opus de onze titres intitulé « Checkin Us ». Avec leur premier single, « Shark Men » dévoilé en décembre dernier, l’album combine de manière brillante ligne de basse assassine, flow incisif, claviers entêtants et folklore réunionnais. Kristina Krasniqi

MYLES KENNEDY : Year Of The Tiger (Napalm Records) J J J J J Myles Kennedy faisait partie des rares chanteurs pressentis pour remplacer Robert Plant pour la reformation de Led Zeppelin en 2007 et ce n’est pas rien! Car en plus de son rôle de chanteur dans Alter Bridge il mène aussi une carrière avec Slash (Guns N’ Roses). « Year Of The Tiger» est son très attendu premier album solo. Dés le premier titre, sa voix et la mélodie font mouche, le refrain nous reste en tête. «Blind Faith » la slide guitare plante l’ambiance pour une ballade qui démarre lentement pour monter en puissance. On change d’atmosphère sur «Devil On The Wall» entre rockabilly et country on est pris à taper du pied! Myles d’un titre à l’autre nous fait voyager avec des sonorités plus orientales « Ghost Of Shangri La» et «Songbird» qui est l’un des meilleurs morceaux. L’ensemble de l’album fait la part belle aux ballades country et blues. Myles prouve qu’il n’est pas simplement un chanteur talentueux, il est en plus un compositeur doué. «Year Of The Tiger» plaira à tous les amoureux de rock. Laurent Therese


66 >> #NVmagAlbum PAOLO FRESU : Carpe Diem (Tuk Music) JJJJ J Pour le nouvel opus de son Devil Quartet, Paolo Fresu a délaissé sa boite à malices électro, Bebo Ferra a débranché son électrique au profit de deux acoustiques. Stefano Bagnoli a mis de côté presque toutes ses baguettes pour mieux profiter du son subtil de ses balais. Poalino Dalla Porta reste fidèle à sa vieille contrebasse. 14 titres, des compositions de chacun des musiciens. La révélation de l’album c’est probablement les superbes phrases, lignes mélodiques, les séries d’accords ou d’arpèges et autres soli de Bebo Ferra tant avec les cordes nylon qu’avec les métalliques. On l’entend parfois chantonner la mélodie que ses doigts distillent avec grâce, appuyée par les envolées lyriques de Fresu qui joue, magie de la technique, parfois du bugle et de la trompette en même temps. Le diable est bien loin de cette musique céleste. Jacques Lerognon

AIRELLE BESSON, EDOUARD FERLET & STÉPHANE KERECKI : Aïrés (Label Alpha) JJJJJ On savait Édouard Ferlet fan de musique classique, trois albums consacrés à Bach dont deux en solo. Ses enregistrements avec Jean-Philippe Virlet relèvent aussi autant du jazz que du classique. Le voir s’associer avec la trompettiste Airelle Besson n’a rien d’étonnant car elle aussi développe dans ses albums une familiarité avec la musique du 19eme siècle. L’entente, la symbiose même, entre les trois musiciens est parfaite qu’ils jouent leurs propres compositions ou des arrangements de Bach, Ravel, Fauré et Tchaïkovski. Si les thèmes sont exposés au piano ou à la trompette, la contrebasse n’est jamais en reste. C’est elle qui apporte sous les doigts de Stéphane Kerecki, la plus grande “touche” jazz, la rondeur, le swing c’est lui. Il suffit d’entendre le magnifique “histoire d’un enfant de St Agile”. Jacques Lerognon

ARMELLE ITA : III (Make Me Prod) J J J J J Textes poétiques et mélange d’univers world et électro, voici quelques mots pour caractériser le nouvel EP d’Amelle Ita. Ce troisième opus, intitulé « III », se focalise sur la douce voix d’Armelle qui s’inspire de ses voyages et rencontres pour composer, écrire et interpréter ses chansons. Chanteuse et instrumentiste, elle a obtenue une maîtrise de l’Opéra d’Avignon et a fait ses débuts avec le groupe Makali. Pour ce projet, plus personnel, elle s’entoure de Nicolas Paradis qui s’occupe des percussions et amène des sonorités d’Afrique de l’Ouest, et de Vincent Ponsaillé aka CKEL qui rend l’ensemble plus électro. A la croisée entre chanson française, musique du monde et musique urbaine, ces 6 chansons nous emmènent dans l’univers de la chanteuse, tantôt mélancolique, tantôt revendicateur, mais toujours avec une note d’espoir. Sarah Foudrier


ÉTÉ 2018 GUIDE DES FESTIVALS 10 000 EXEMPLAIRES - 300 LIEUX DE DISTRIBUTION SORTIE LE 21 JUIN 2018

VOTRE PUBLICITÉ DANS CE NUMÉRO EXCEPTIONNEL 06 03 44 11 31 - COMMUNICATION@NOUVELLE-VAGUE.COM


NV #242 - Avril 2018  

Retrouvez notre numéro d’avril avec Indochine à la Une, l’agenda concerts, les chroniques disques, ainsi que les interviews exclusives de Na...

NV #242 - Avril 2018  

Retrouvez notre numéro d’avril avec Indochine à la Une, l’agenda concerts, les chroniques disques, ainsi que les interviews exclusives de Na...

Advertisement