Page 1

CHINESE MAN TOUTE L’ACTU MUSiCALE DU SUD-EST # 233 - AVRIL 2017 >> BROKEn BACK / OxMO PUCCinO / jETHRO TULL / 65DAYSOFSTATiC / nARROW TEREnCE / MARiOn RAMPAL / AGENDA CONCERTS / ALBUMS...


ÉTÉ 2017 “LE GUIDE DES FESTIVALS” 10 000 EXEMPLAIRES - 400 LIEUX DE DISTRIBUTION SORTIE LE 21 JUIN 2017

VOTRE PUBLICITÉ DANS CE NUMÉRO EXCEPTIONNEL 06 03 44 11 31 - COMMUNICATION@NOUVELLE-VAGUE.COM


>> Sommaire 04. Live Report + SMS 05. Ma Playlist : Cécile Bronner 06. Live Report + SMS 07. Album de Légende : Supertramp 07. Il y a 10 ans... : Aaron 08. Live Report + SMS 09. Partenaires 10. A la Une : Chinese Man 14. Agenda Concerts 28. Live 48. Zoom : Broken Back 50. Zoom : Oxmo Puccino 52. Zoom : 65DaysOfStatic 54. Zoom : Jethro Tull 56. Zoom : Narrow Terence 58. Zoom Sud-est : Marion Rampal 60. Album

>> Humeur Sève Sens-tu monter en toi et autour de toi l’effervescence du renouveau? La Terre a effectué sa révolution autour du Soleil. Le froid et les ténèbres ont été vaincus. Célébrons le sacre du printemps! Philippe Perret « Le printemps est arrivé, sors de ta maison ! Le printemps est arrivé, la belle saison ! L’amour et la joie sont revenus chez toi. Vive la vie et vive le vent et vive le printemps ! » Michel Fugain

BP 62 - 06142 VENCE cedex 04 93 58 51 51 contact@nouvelle-vague.com www.nouvelle-vague.com www.facebook.com/nouvellevague.mag Directeur de la publication Philippe PERRET > direction@nouvelle-vague.com Secrétaire de rédaction Aurélie KULA > contact@nouvelle-vague.com Responsable commercial & communication Sandra CILLO > communication@nouvelle-vague.com

Rédacteurs Lucile ADÈLE, David BARTOLI, Laetitia BASTARI, Marie BERGINIAT, Matthieu BESCOND, Johanna BONENFANT, Thomas BOVYN, Jean-Paul BOYER, Rémi CAVAILLES, Thomas CHARVET, Kadha CISSOKO, Shani DE VECCHI, Céline DEHEDIN, François DEVRED, Sarah FOUDRIER, Paul GANASSALI, Florent GILIBERT, Stéphane GRANDIN, Christophe GUILBERT, Nicolas HILLALI, Frédérick JOURDON, Elisa KLEIN, Marianne LARCHERON, Annie LÊ, Matthieu LEGER, Jacques LEROGNON, Adrien LEVEQUE, Jean-Jacques MASSE, Christopher MATHIEU, Margaux MAURISSET, Christian MEIFFRET, Nicolas MONNIN, Vincent PAOLINO, Mourad REBBANI, Laure RIVAUD - PEARCE, Anthony ROSE, Alice ROUSSELOT, Evelyne RYDLÖF, Hélène SALIMBENI, Fanny SANANES, Raymond SERINI, Lyuba SOFRONIEVA, Loïc SUMIEN, Laurent THERESE, Jean-Luc THIBAULT, Emmanuel TRUCHET, Aurore VIBERTI, Rose VIGNAT.

Stagiaires Guillaume ADAMO, Rami AISSAOUI, Michael ARLOTTO, Michael BEAUME, Imen CHADI, Lola CHINELLI, Akim DEFESCHE, Valentin FARIN, Julien HATTIGER, Lucas LERAY, Alexandre MASTAGLI, Théo MONSCH, Océane PARRA, Aude PICONE, Jérémie RUSSO, Thomas VANDEWATTYNE. Tirage 10 000 exemplaires. Dépôt légal 1er trimestre 2017. N° ISSN 1266-8591. Maquette Philippe PERRET. Photo couverture X. Impression Graficas Piquer (Espagne). Régie publicitaire La Plage (04 93 58 51 51). Nouvelle Vague est édité par La Plage. Abonnement 10 euros pour 10 numéros. Distribution «Nouvelle Vague» est distribué gratuitement dans plus de 350 points de la région Sud-Est. Liste complète des lieux sur : www.nouvelle-vague.com/ou-le-trouver Magazine fondé en 1994. ::: Prochain numéro le 28 avril 2017 :::


4 >> #NVmagLiveReport Retrouvez nos compte-rendus de concerts en textes et en images sur nouvelle-vague.com et facebook.com/nouvellevague.mag

Aimee Allen Le 08/12/16 au Kosma – Nice (06). Photo : Jean-Luc Thibault (inthestreet.fr)

#NVmagSMS

Envoyez vos photos “musicales” à contact@nouvelle-vague.com. Les sélectionnées seront publiées dans Nouvelle Vague.

>>> TREMPLIN MUSIK CONTEST Ouvert à toutes les formations Jazz du département des Alpes-Maritimes. Inscriptions à la médiathèque Albert Camus d’Antibes (06) avant le 22/04/17. www.ma-mediatheque.net >>> VISA FOR MUSIC Appel à candidatures pour la prochaine édition du marché professionnel des musiques d’Afrique et du Moyen-Orient. Pour cette 4ème édition les 30 lauréats se produiront à Rabat du 22 au 25/11/2017. Inscriptions ouvertes à tous les artistes jusqu’au 15/04/2017. www.visaformusic.com


Cécile Bronner

Responsable communication & presse des Nuits du Sud à Vence (06) Ta personnalité, ton parcours? J’ai débuté au festival Nuits du Sud à Vence en 2002. J’ai toujours été attiré par les arts et la culture et la rencontre entre les individus. Monter des évènements et en assurer la communication permet de s’adresser, de sensibiliser à des publics différents et acteurs. C’est passionnant de sensibiliser et aider à la découverte de formes d’expressions ! Ta playlist ? - Musique : Ma dernière découverte est américaine, il s’agit de TOKEN une variation dans le style Eminem qui vaut le détour. Je suis assez ouverte en termes d’écoute… j’ai une préférence pour Rodolphe Burger, Bowie, Asaf Avidan ou Chopin. - Cinéma : L’un de mes derniers films « Mon Oncle d’Amérique » d’Alain Resnais qui s’intéresse à la conduite et au comportement humain et au fonctionnement du cerveau. Il met en parallèle les comportements de souris de laboratoire et ceux des personnages.

#NVmagMaPlaylist >> 5 - Livre : Je lis souvent plusieurs livres à la fois ! En ce moment Erri de Luca « le poids du papillon » relate la relation passionné entre un chasseur et un chamois dans une nature très présente. C’est très sensible et poétique. Je conseille aussi « trois amis en quête de sagesse – entretien croisé entre Christophe André, Alexandre Julien, Matthieu Ricard » qui ouvre la réflexion entre un clinicien de la pleine conscience, un philosophe et un bouddhiste. - Concert : Nous avons reçu à Vence Seun Kuti & Egypt 80, le dernier fils de Fela Kuti. Superbe soirée : funky ! Mes tous premiers concerts furent ceux de Magma avec des amis à la découverte d’une musique mystique et expérimentale. - Evénement : J’ai eu la chance de vivre mon enfance en pleine nature et dès mes 8 ans de baigner dans l’ambiance populaire du marché provençal d’Antibes. Mon père y était maraicher. J’ai vécu longtemps dans la vieille ville qui était un peu mon jardin ! Ta plus grande émotion musicale ? Je crois que les premiers regards sont les plus forts. Ma première émotion picturale devant une œuvre de Sam Francis au musée Picasso à Antibes pour l’exposition « Art médecine », pour l’harmonie, le jaillissement de la lumière et l’approche abstraite. Ton espoir pour le futur ? Avec un peu plus de gravité, je pense à la question de la pauvreté et des réfugiés. Nous assistons à des migrations fortes qui vont être démultipliées dans les années à venir avec le réchauffement climatiques. J’espère que les politiques apporteront des solutions à ces problématiques rapidement.


6 >> #NVmagLiveReport Retrouvez nos compte-rendus de concerts en textes et en images sur nouvelle-vague.com et facebook.com/nouvellevague.mag

Swan Ink Le 20/10/16 au Dock des Suds - Marseille (13). Photo : Sarah Foudrier

#NVmagSMS

Envoyez vos photos “musicales” à contact@nouvelle-vague.com. Les sélectionnées seront publiées dans Nouvelle Vague.

>>> DOCTORAT EN COMPOSITION Le CIRM à Nice propose un doctorat en composition musicale dans le cadre du programme UCA. Le profil recherché : être titulaire d’un master ou équivalent dans la discipline, attestant d’une double compétence, à la fois dans le domaine de la création artistique et de la recherche scientifique. Inscriptions jusqu’au 15/04/17.www.cirm-manca.org


#NVmagAlbumDeLegende >> 7

SUPERTRAMP Crime Of The Century

Il y a 10 ans...

Sortie le 13/09/1974. Supertramp est un groupe fondé en 1969 par Rick Davies. Repéré rapidement par celuici lors d’une audition, Roger Hodgson le rejoindra en 1970. Leurs 2 premiers albums ne connaîtront pas le succès espéré et escompté. En 1974, les membres de la formation initiale seront renouvelés, ce qui permettra aussi d’enrichir celle-ci, grâce notamment à l’apport de sonorités inédites. La musique de Supertramp s’inspire autant du rock’n’roll basique que du rythm’n blues, du moins à ses débuts. L’évolution réelle se mettra en place de façon évidente, à la composition du troisième opus “Crime Of The Century”, qui démontrera à la presse musicale ainsi qu’à ses fans, toute son envergure et des possibilités créatives d’un niveau très élevé. 2ème partie : Sur “School”, qui ouvre l’album, l’emphase et la grandiloquence musicales parviennent à mettre en valeur de manière exponentielle la voix exceptionnelle et haut perchée de Roger Hodgson.

Sur cet opus qui a un son totalement contrasté par rapport à ses prédécesseurs, les compositions sont partagées entre Davies et Hodgson, même si sont mentionnés leurs 2 noms sous chacune d’entre elles. Les thèmes abordés sur le disque sont l’enfermement et l’asservissement, tant physiquement que mentalement. Les harmonies vocales sont fondamentales, comme par exemple sur “Dreamer”, où la tessiture très aigüe du timbre de Hodgson, prend une dimension quasi extraterrestre. La palette des couleurs et des textures sonores en fait aussi un véritable chef-d’œuvre. Habités par une aura totalement nouvelle, les 2 acolytes principaux poussent l’inventivité à son paroxysme. “Hide In Your Shell”, composition de Hodgson encore, est construite telle une vague qui monte et redescend sans cesse. Enfin pour clore ce splendide album, Davies nous met la larme à l’œil avec un “Crime Of The Century”, sombre, tragique et bouleversant. Cette œuvre demeure unique, éblouissante et intemporelle. Frédérick Jourdon

Aaron En 2007, le duo composé de Simon Buret et Olivier Coursier sort son premier album, “Artificial Animals Riding on Neverland” qui contient le fameux “U-turn (Lili)”. Depuis Aaron a sorti deux autres albums dans cette même veine pop élégante et racée, “Birds In the Storm” en 2010 et “We Cut The Night” en 2015.


8 >> #NVmagLiveReport Retrouvez nos compte-rendus de concerts en textes et en images sur nouvelle-vague.com et facebook.com/nouvellevague.mag

Arno Le 27/11/16 à la Croisée des Arts - Saint Maximin (83). Photo : Jean-Luc Thibault (inthestreet.fr)

#NVmagSMS

Envoyez vos photos “musicales” à contact@nouvelle-vague.com. Les sélectionnées seront publiées dans Nouvelle Vague.

>>> DROPMIX Développé en collaboration avec le légendaire concepteur de jeux vidéo Harmonix Music Systems, Inc., créateur de Rock Band et Dance Central, Hasbro lance DROPMIX™, un jeu à la technologie de pointe qui permet de créer des morceaux de musique uniques avec des cartes et un plateau de jeu connecté à une application mobile. www.dropmix.com


Programmation

LE vOLUME

Du 01/01 au 31/12/2017 à Nice (06) www.source001.com Programmation

MjC PiCAUD

Du 01/01 au 31/12/2017 à Cannes (06) www.mjcpicaud.fr Programmation

PAnDA EvEnTS

Du 01/06 au 31/12/2017 à Nice (06) www.panda-events.com Programmation

THÉÂTRE DU CHÊnE nOiR

Du 01/11/2016 au 01/11/2017 à Avignon (84) www.chenenoir.fr Programmation

nOMAD’ CAFÉ

Du 01/11/2016 au 01/11/2017 à Marseille (13) www.lenomad.com

vOix DE FEMMES Du 11 au 26/03/2017 à Saint-Martin-de-Crau (13) www.cdc-smc.fr

LUBEROn MUSiC FESTivAL Du 25 au 27/05/2017 à Apt (84) www.luberonmusicfestival.com

LES jOUTES MUSiCALES DE PRinTEMPS Du 02 au 04/06/2017 à Correns (83) www.le-chantier.com/-Les-joutes-musicales


10 >> #NVmagZoom #AlaUne

Chinese Man Ce collectif de hip-hop originaire d’Aix-en-Provence formé en 2004, puise ses influences dans le rap des années 90 mais aussi dans le funk, le reggae ou encore le jazz. Chinese Man se compose de Zé Mateo, High Ku et Sly. Après avoir fondé leur propre label et parcouru un grand chemin entre scènes, collaborations et voyages, ils nous sortent leur second album « Shikantaza ». Rencontre avec Sly, Beatmaker de ce trio de choc. Comment vous êtes-vous rencontrés pour devenir ensuite Chinese Man ? Mathéo et moi nous sommes rencontrés au lycée et nous avons rencontré High Ku quand nous étions étudiants. Nous faisions de la musique chacun de notre côté et après quelques années nous avons essayé de faire du son ensemble et ça a donné Chinese Man. Vous vous attendiez au succès d « I’ve Got That Tune » ? Non pas du tout, nous ne nous attendions à rien. Au début notre seule ambition était de produire des vinyles pour nos potes DJ qu’ils puissent passer en soirée. Notre première sortie était un vinyle à 500 exemplaires que nous avions payé de notre poche et nous avons eu la chance que le morceau « I’ve Got That Tune » tombe dans les oreilles d’une célèbre marque qui l’a utilisé dans une de leur publicité. Ça a été le point de départ pour nous pour se professionnaliser. Vous avez ensuite créer votre label indépendant, vous pensiez rester in-

dépendants quand vous avez commencé ? A la base nous voulions créer un label. Nous avons créé le label Chinese Man Records avant le groupe car nous faisions du son, pleins de potes qui faisaient du son aussi, nous avons voulu créer un collectif et donc un label indépendant pour produire des disques. Le groupe s’est dessiné par la suite, ça a bien fonctionné et nous sommes toujours indépendants aujourd’hui. Cela vous a sûrement permis d’avoir plus de liberté et de faire ce que vous aimez tout simplement ? Clairement. Nous n’avons jamais travaillé avec une major donc nous ne savons pas exactement comment cela se passe, mais nous avons rencontrés des gens qui nous ont expliqué le système et c’est vrai que cela n’a rien à voir. En étant indépendants nous décidons de sortir ce que l’on veut quand nous le voulons dans le format de notre choix, nous pouvons signer les artistes qui nous plaisent. Nous nous mettons nos propres contraintes, c’est donc une liberté absolue pour nous.


« En étant indépendants nous décidons de sortir ce que l’on veut quand nous le voulons dans le format de notre choix, (...) c’est donc une liberté absolue pour nous. »


Vous avez réussi à dénicher pas mal de talents, on peut penser à Deluxe ou Taiwan Mc, qu’est-ce qui vous a incité à les faire rentrer dans votre label ? Alors pour chaque groupe c’est très différent. Deluxe en fait c’est Mathéo qui les a vus jouer dans la rue et il a adoré donc nous sommes allés les voir à Aix. Au début nous ne voulions pas forcément leur faire un disque mais plus leur faire un accompagnement, ils étaient sur la voie de se professionnaliser donc nous voulions les aider là-dessus. Pour Taiwan Mc c’est un peu différent, nous avions besoin d’un MC pour nos concerts, un pote DJ nous a donné les contacts de Taiwan, ça s’est super bien passé et il a voulu faire son projet solo donc ça paraissait logique qu’il le fasse avec nous. Pour chaque groupe c’est différent. En général ce sont des rencontres humaines, il faut que

cela se passe bien humainement pour que ça fonctionne. Vous êtes allés jouer dans des lieux comme le Japon, la Thaïlande ou encore la Nouvelle-Calédonie c’est important pour vous d’exporter votre musique ? C’est plus la musique qui nous a permis de nous exporter. Nous voulions voyager et nous nous sommes rendus compte que la musique nous permettait de voyager. Nous nous sommes aperçus que dans plein de pays nous avions un public, pas forcément énorme mais suffisamment pour organiser des petites tournées. Quand nous avions commencé, on ne se serait jamais douter qu’un jour nous pourrions aller au Japon ou en Nouvelle Calédonie. C’est grâce à l’aide d’internet aussi que c’est possible car nous n’avons aucune pro-


nouvelle-vague.com / avril 2017

motion là-bas. Donc lier notre envie de voyager à exporter notre musique c’est un peu un rêve pour nous. En parlant de voyage, on dit que voyager permet de retourner à l’essentiel. Qu’estce qui te semble essentiel dans votre musique ? Le principal c’est que nous nous épanouissions humainement. Forcément les voyages, les tournées, le fait de travailler avec tes potes participent à cela. Quand tu te sens bien dans la vie de tous les jours, ça a une répercussion sur ta musique. Vous venez de sortir votre album « Shikantaza », c’est un projet qui vous a pris beaucoup de temps ? Pour être honnête, nous sommes vraiment lents à produire. Nous sommes assez minutieux quand nous composons, donc nous avons besoin de temps. Comme nous sommes indépendants nous pouvons nous donner le temps que nous voulons. Ça a été vraiment bénéfique pour l’album, nous avons pu vraiment prendre le temps pour chaque morceau, les retouches… Il y a beaucoup de collaborations avec des artistes avec qui vous avez déjà travaillé auparavant (Youthstar, Taiwan Mc…) mais aussi des nouvelles comme Kendra Morris ou Dillon Cooper. Comment se font ces collaborations en général ? C’est différent pour chaque artiste. Pour Dillon Cooper par exemple nous voulions vraiment un MC de la nouvelle génération et il faisait partie de ceux qui nous plaisaient beaucoup. Il s’avère qu’il était à Paris quand nous produisions l’album, nous avons eu son contact

« Le principal c’est que nous nous épanouissions humainement. (...) Quand tu te sens bien dans la vie de tous les jours, ça a une répercussion sur ta musique. » et nous lui avons demandé si ça le tentait de faire un morceau avec nous et il a accepté, donc nous avons enregistré dans la foulé. Kendra c’est un peu différent déjà, car nous n’avons pas souvent collaborés avec des voix féminines et nous avions envie d’avoir une chanteuse avec une voix soul ; puis nous aimions beaucoup ce qu’elle faisait. Nous l’avons contacté par Facebook et elle a répondu positivement. Elle est donc venue à Marseille dans notre studio, une fois de plus c’était une bonne rencontre. Il faut dire que nous avons de la chance la dessus, à chaque fois que nous avons fait une collaboration cela s’est toujours bien passé, il y a toujours eu un échange. Le mot de la fin ? Vu que l’on va bientôt commencer la tournée, on espère que les gens viendront nous voir Mars/Avril et aux festivals cet été. C’est un tout nouveau spectacle que nous sommes en train de créer, nous avons un peu la pression donc on espère que le public appréciera le show. Jéremie Russo Le 01/04/17 au Moulin – Marseille (13) et le 29/06/17 au Théâtre de la Mer - Sète (34). www.chinesemanrecords.com


14 >> #NVmagAgenda Concerts Pour figurer dans notre Agenda Concerts, envoyez vos infos avant le 15 à contact@nouvelle-vague.com

avril 2017 04 // Alpes-de-Haute-Provence 01 21 22 29 29

avril 2017

GOULAMAS’K   K’fé Quoi - Forcalquier (04) MARCUS GAD   K’fé Quoi - Forcalquier (04) 21:30 JUNE BUG   K’fé Quoi - Forcalquier (04) 21:30 YUNA PROJECT   K’fé Quoi - Forcalquier (04) 21:30 SPIRIT BOMB   K’fé Quoi - Forcalquier (04) 22:30

05 // Hautes-Alpes -

avril 2017

08 Gliss & Mix : FEDER   Charbrières - Vars (05) 18:30 14 GANG OF PEAFOWL   L’Ogival - Ristolas (05)

06 // Alpes-Maritimes -

avril 2017

01 BAL POP TRÒNIC   Hublot - Nice (06) 01 DEVIANCE / TIBO KALINOWSKI / DIRTY FINGERZ / MARTOPETER   Le Volume - Nice (06) 01 Le Printemps des Nuits du Suds : LEYLA MCCALLA / NINO DE ELCHE / GENERAL ELEKTRIKS   Place du Grand Jardin - Vence (06) 20:00 02 Le Printemps des Nuits du Suds : BUKATRIBE / IDIR / BONGA   Place du Grand Jardin Vence (06) 18:00 05 Le Printemps des Nuits du Suds : PUGGY / DOC GYNECO   Place du Grand Jardin - Vence (06) 20:00 06 BROKEN BACK / NAPKEY   Théâtre Lino Ventura - Nice (06) 06 Le Printemps des Nuits du Suds : EMILIE & OGDEN / MICHEL JONASZ QUARTET   Place du Grand Jardin - Vence (06) 20:00 07 ETIENNE JAUMET   Villa Arson - Nice (06) 07 LATEX / THE TRASH GENTLEMEN   Le Volume - Nice (06) 07 Le Printemps des Nuits du Suds : MULATU ASTATKE / BEN L’ONCLE SOUL   Place du Grand Jardin - Vence (06) 20:00


nouvelle-vague.com / avril 2017

07 PATRICE   Théâtre Lino Ventura - Nice (06) 21:00 08 DEBLACKLINER / LESSEN / TWENTY NINE PEARLS / RIFF   Le Volume - Nice (06) 08 Le Printemps des Nuits du Suds : NES / THE TEMPTATIONS REVUE ft G.Leonard & J.Herndon   Place du Grand Jardin - Vence (06) 20:00 14 KALISTA   Le Volume - Nice (06) 15 Festival Easter In The Sun : FACTEURS CHEVAUX   Chapelle de la Providence - Nice (06) 15 MAS KIT / WHAT THE SOUND / YUNA   Le Volume - Nice (06) 21 MILLS / ASTROLAB / ALVSKA   Le Volume - Nice (06) 22 Crossover : MAX GRAEFF & GLENN ASTRO   C’Factory - Nice (06) 22 DISSIDENT / AFFLICTED / SLAVEYES   Le Volume - Nice (06) 22 Nuits Intimes : THEO LAWRENCE & THE HEARTS   Salle des Meules - Vence (06) 25 FLORENT BONTRON / CECILE BONTRON   Théâtre Alexandre 3 - Cannes (06) 19:00 25 VERONIC DICAIRE   Palais Nikaia - Nice (06) 20:00 28 DJ MOULE / PANDORE   Le Volume - Nice (06) 28 JOSE JAMES   Forum Nice Nord - Nice (06) 28 THOMAS GALLIANO QUARTET   Forum Nice Nord - Nice (06) 29 SOIRÉE HIP HOP’N MIC   Le Volume - Nice (06)


16 >> #NVmagAgendaConcerts 13 // Bouches-du-Rhône -

avril 2017

01 BENOIT DOREMUS   Le Petit Duc - Aix-en-Provence (13) 20:30 01 CHINESE MAN   Le Moulin - Marseille (13) 20:30 01 NO DRUMS JAZZ TRIO   Salle de l’Atelier Rouvière - Marseille (13) 20:30 01 La Nuit Des Griots : SIMON WINSE / ABOU DIARRA   Le Poste à Galène - Marseille (13) 21:00 01 YANISS ODUA / NATTALI RIZE   L’Usine - Istres (13) 21:00 01 Totemic SP23 Acid House Digital : TEK MATER / BAB MARS / IX INDAMIX / STRAY WAYWARD  L’Embobineuse - Marseille (13) 21:30 02 GOULAMAS’K   Le Molotov - Marseille (13) 04 THE REAL KIDS   Le Poste à Galène - Marseille (13) 21:00 06 AMON AMARTH / DARK TRANQUILITY + OMNIUM GATHERUM   Le Cabaret Aléatoire Marseille (13) 19:00 07 PIERRE FENICHEL TRIO   Le Petit Duc - Aix-en-Provence (13) 20:30 07 BROKEN BACK   L’Usine - Istres (13) 21:00 07 CYRIL MOKAIESH   Le Poste à Galène - Marseille (13) 21:00 07 VIRGINIA / HONEY DIJON / ABSTRAXION   Le Cabaret Aléatoire - Marseille (13) 23:00 07 GEORGIO   Espace Julien - Marseille (13) 20:00 08 LES WAMPAS / TRIEMBACH   L’Usine - Istres (13) 08 SAEZ   Le Dôme - Marseille (13) 20:00 08 MIKKO INNANEN & INNKVISITIO   Moulin à Jazz - Vitrolles (13) 21:00 12 BENJAMIN SIKSOU   Café Julien - Marseille (13) 20:00 14 HILIGHT TRIBE   Dock des Suds - Marseille (13) 14 MOVE-D / JACK OLLINS   Le Cabaret Aléatoire - Marseille (13) 14 BERTRAND BELIN   L’Usine - Istres (13) 21:00 14 MOVE-D / JACK OLLINS / MORE TBA   Le Cabaret Aléatoire - Marseille (13) 23:00 15 ELECTRIC GUEST   Le Poste à Galène - Marseille (13) 20:30 15 Fair le Tour : NUSKY & VAATI / KILLASON   L’Affranchi - Marseille (13) 20:30 21 FAIRMONT / SID LE ROCK / DAWAD   Le Cabaret Aléatoire - Marseille (13) 21 JOSE JAMES   Espace Julien - Marseille (13) 20:30 21 FAIRMONT / SID LEROCK / DAWAD   Le Cabaret Aléatoire - Marseille (13) 23:00 22 TITO PRINCE / TIERS MONDE   L’Affranchi - Marseille (13) 26 MANS ZELMERLOW   Le Silo - Marseille (13) 20:00 27 SWITCH TRIO   Le Comoedia - Miramas (13) 28 E.SY KENNENGA   Le Moulin - Marseille (13) 28 TAGADA JONES / NO ONE IS INNOCENT   L’Usine - Istres (13) 20:30 29 AARON PARKS TRIO   Moulin à Jazz - Vitrolles (13) 21:00


nouvelle-vague.com / avril 2017

30 KINK   Le Silo - Marseille (13)

30 // Gard -

avril 2017

07 Festival du Vigan : SYLVAIN RIFLET QUARTET / AVISHAI COHEN QUARTET   Auditorium du Lycée André Chamson - Le Vigan (30) 20:30 08 Festival du Vigan : JOEL ALLOUCHE / FURIO DI CASTRO / JORGE ROSSY TRIO / JACKY TERRASSON & STEPHANE BELMONDO   Auditorium du Lycée André Chamson - Le Vigan (30) 20:30

34 // Hérault -

avril 2017

01 GERARD BASTE   Rockstore - Montpellier (34) 19:30 01 DANIEL VILLANOVA   Secret Place - St Jean de Védas (34) 20:00 01 CAROLINE SAVOIE / EMILE BILODEAU   Le Sonambule - Gignac (34) 21:00 01 Tropisme Festival : CALYPSODELIA / AMBEYANCE / CABARET CONTEMPORAIN / MAGNETIC ENSEMBLE / FABRIZIO RAT   Le Victoire 2 - Saint-Jean-de-Vedas (34) 21:00 04 ERIK TRUFFAZ   Rockstore - Montpellier (34) 19:30 05 1DV2 / WOODS / BRYAN’S MAGIC TEARS   Le Victoire 2 - Saint-Jean-de-Vedas (34) 20:00


18 >> #NVmagAgendaConcerts 05 05 06 07 07 07 08 08 11 12 13 14 14 14 16 18 20 21 22 22 23 25 26 27 27 28 28 28 29 29

VALD   Rockstore - Montpellier (34) 20:00 WOODS   Le Victoire 2 - Saint-Jean-de-Vedas (34) 20:00 PONI HOAX / WINTER FAMILY   Rockstore - Montpellier (34) NEKROMANTIX / DAISY DICK AND HE CANNIBAL SINNERS   Secret Place - Montpellier (34) LES WAMPAS   Le Victoire 2 - Saint-Jean-de-Vedas (34) 20:00 NEKOMANTIX / DAISY DICK AND CANNIBAL SINNERS   Secret Place - St Jean de Védas (34) 20:00 BRUNO MARS   Park&Suites Arena - Montpellier (34) THE REAL KIDS / LITTLE GREEN FAIRY   Secret Place - Montpellier (34) 20:00 ANTARES / DUST IN VEGAS   Secret Place - Montpellier (34) 20:00 CLOWNS / STRIDE AGAINST LIES   Secret Place - St Jean de Védas (34) 20:00 AQUASERGE   Rockstore - Montpellier (34) 19:30 FUCK LE TRAVAIL   Le Victoire 2 - Saint-Jean-de-Vedas (34) 18:00 PETER VON POEHL   Rockstore - Montpellier (34) 19:30 ELMER FOOD BEAT   Secret Place - St Jean de Védas (34) 20:00 THE EXPLOITED / THE CASUALTIES / CODE RED   Secret Place - Montpellier (34) 18:00 OSUKARU   Secret Place - St Jean de Védas (34) 20:00 FUJIYA & MIYAGI   Rockstore - Montpellier (34) 19:30 CHAOS SYNOPSIS / DYING FLAG   Secret Place - Montpellier (34) 20:00 GANG OF PEAFOWL   Up And Down - Montpellier (34) HK   Le Sonambule - Gignac (34) 21:00 COOL DIMANCHE / MAXENCE CYRIN   Le Victoire 2 - Saint-Jean-de-Vedas (34) 18:00 SIBERIAN MEAT GRINDER / xINQUISITIONx   Secret Place - Montpellier (34) 20:00 THE DICTATORS NYC / LES LULLIES   Secret Place - Montpellier (34) 20:00 ROMEO ELVIS / CABALLERO / JEANJASS   Rockstore - Montpellier (34) 19:30 JORDAN LEE   Le Victoire 2 - Saint-Jean-de-Vedas (34) 20:00 BISHOPS GREEN   Secret Place - Montpellier (34) 20:00 BROKEN BACK   Le Victoire 2 - Saint-Jean-de-Vedas (34) 20:00 HYPNO5E / LESSEN   Le Sonambule - Gignac (34) 21:00 SIR JEAN & NMB AFROBEAT EXPERIENCE   Rockstore - Montpellier (34) 19:30 E.SY KENNENGA   Le Victoire 2 - Saint-Jean-de-Vedas (34) 20:00

83 // Var 01 01 06 08

avril 2017

Les Femmes S’en Mêlent#20 : LAURA CAHEN / BESSA   Théâtre Denis - Hyères (83) 20:30 MARIANNICK SAINT-CERAN / JEAN-FRANÇOIS BONNEL   Théâtre Galli - Sanary-sur-Mer (83) 21:00 PASCAL AMOYEL   Auditorium de la Dracénie - Draguignan (83) 20:30 GANG OF PEAFOWL   Omega Live - Toulon (83)


nouvelle-vague.com / avril 2017

08 OPÉ SMITH SEXTET   Espace Félix-Martin - Saint-Raphaël (83) 08 ROVER / BARBAGALLO   Espace Malraux - Six-Fours-Les-Plages (83) 08 CLARA SCHMITT   Théâtre Galli - Sanary-sur-Mer (83) 20:30 13 COULEURS LOPEZ   Casino des Palmiers - Hyères (83) 14:30 13 Faveurs de Printemps : MINISYM   Eglise Anglicane - Hyères (83) 19:00 13 Faveurs de Printemps : PETER VON POEHL / MARC MORVAN   Théâtre Denis - Hyères (83) 21:00 14 Faveurs de Printemps : LES MARQUISES   Eglise Anglicane - Hyères (83) 19:00 14 Faveurs de Printemps : FACTEURS CHEVAUX / VASHTI BUNYAN   Théâtre Denis - Hyères (83) 21:00 14 PONE «RADIANT LIVE» / SUPERPOZE   Espace Malraux - Six-Fours-Les-Plages (83) 20:30 15 Faveurs de Printemps : THE PROPER ORNAMENTS / JOHN CUNNINGHAM   Théâtre Denis Hyères (83) 21:00 28 TAMBOR Y CANTO   La Fraternelle - Correns (83) 20:30 29 BROKEN BACK / FRAUDS   Espace Malraux - Six-Fours-Les-Plages (83) 20:30

84 // Vaucluse -

avril 2017

05 BAB & LES CHATS CARIBOUS   Les Passagers du Zinc - Avignon (84) 07 BILLIE BRELOK   La Garance - Cavaillon (84)


20 >> #NVmagAgendaConcerts 07 BILLIE BRELOK / CHEVALIEN / MC ODYSÉ   La Gare de Coustellet - Maubec (84) 21:30 08 BILLIE BRELOK / GEORGIO   La Garance - Cavaillon (84) 08 VOLO   Les Passagers du Zinc - Avignon (84) 14 CONQUERING RECORDS PARTY !   Les Passagers du Zinc - Avignon (84) 14 CONQUERING RECORDS PARTY : SIR JEAN / LMK / DJANTA / CONQUERING SOUND   Les Passagers du Zinc - Avignon (84) 20:30 21 DANAKIL / VOLODIA   Les Passagers du Zinc - Avignon (84) 21 I ME MINE / THE H.O.S.T   La Gare de Coustellet - Maubec (84) 22 WINDOWS93 / CONFIPOP   Akwaba - Châteauneuf de Gadagne (84) 28 NO MAD ?   La Gare de Coustellet - Maubec (84) 21:30

98 // Monaco -

avril 2017

01 FAADA FREDDY   Espace Léo Ferré - Monaco (98) 14 SLIMANE   Espace Léo Ferré - Monaco (98) 29 CLAUDIO CAPEO   Espace Léo Ferré - Monaco (98) 20:30

mai 2017 04 // Alpes-de-Haute-Provence -

mai 2017

05 COMBO CHARLIE   K’fé Quoi - Forcalquier (04) 12 WATUSI   K’fé Quoi - Forcalquier (04) 19 CHARLIE & THE SOAP OPERA   K’fé Quoi - Forcalquier (04) 21:00

06 // Alpes-Maritimes 05 06 12 12 13 14 18 20

mai 2017

BEN MAZUE / SWEEM   Théâtre Lino Ventura - Nice (06) WAKE UP   L’Opus - Biot (06) DEPECHE MODE   Stade Charles Ehrman - Nice (06) 19:45 FATOUMATA DIAWARA   Théâtre de Grasse (06) 20:00 Nuits Intimes : FRENCH TOBACCO   Salle des Meules - Vence (06) TAL   La Palestre - Le Cannet (06) 17:00 SUPERBUS   La Palestre - Le Cannet (06) 20:30 WAKE UP   Morrison’s - Cannes (06)


22 >> #NVmagAgendaConcerts 13 // Bouches-du-Rhône 04 05 06 09 09 09 10 10 11 12 12 12 13 13 13 13 13 13 14 18 18 18 19 19 20 24 26 27

POST K   Chapelle du Méjan - Arles (13) 18:30 SCYLLA / PARIA MADEUS   L’Affranchi - Marseille (13) FEFE   L’Affranchi - Marseille (13) 20:30 CHRISTOPHE MAE   Le Dôme - Marseille (13) 20:00 AIRELLE BESSON QUARTET   Chapelle du Méjan - Arles (13) 20:30 BROR GUNNAR JANSSON   Le Poste à Galène - Marseille (13) 20:30 CHRISTOPHE MAE   Le Dôme - Marseille (13) 20:00 SYLVIE COURVOISIER TRIO   Chapelle du Méjan - Arles (13) 20:30 SUSANNE ABBUEHL TRIO   Chapelle du Méjan - Arles (13) 20:30 GRUPO COMPAY SEGUNDO   Theatre Jean Marie Sevolker - Gemenos (13) 20:30 LA SCALA / DUO LUA   Chapelle du Méjan - Arles (13) 20:30 TRIO VILLENA   Le Petit Duc - Aix-en-Provence (13) 20:30 GANG OF PEAFOWL   L’Electrode - Miramas (13) AVISHAI COHEN QUARTET   Chapelle du Méjan - Arles (13) 20:30 BERLINE   Le Petit Duc - Aix-en-Provence (13) 20:30 ORIGINE   Salle de l’Atelier Rouvière - Marseille (13) 20:30 FEDERICO CASAGRANDE TRIO   Moulin à Jazz - Vitrolles (13) 21:00 Finale Buzz Booster #8   L’Affranchi - Marseille (13) LOUIS WINSBERG TRIO   Le Petit Duc - Aix-en-Provence (13) 20:30 PNL   Le Dôme - Marseille (13) 20:00 FLAVIA COELHO   L’Affranchi - Marseille (13) 20:30 DUB INC   L’Usine - Istres (13) 21:00 COLUMBINE   L’ Affranchi - Marseille (13) 20:30 BLAZING WAR MACHINE   Le Poste à Galène - Marseille (13) 21:00 CHES SMITH / CRAIG TABORN / MAT MANERI   Théâtre Fontblanche - Vitrolles (13) 21:00 ARCHIMEDE   Le Poste à Galène - Marseille (13) WILLIAM Z VILAIN   Le Poste à Galène - Marseille (13) RASPIGAOUS / NATTY CREW   L’Usine - Istres (13) 21:00

34 // Hérault 02 04 04 06

mai 2017

mai 2017

MADBALL / UNFIT / DJ HUGAUZE   Secret Place - Montpellier (34) 20:00 COULEURS LOPEZ   Pasino - La Grande Motte (34) 14:30 CHILL BUMP / CHEEKO & BLANKA   Rockstore - Montpellier (34) 19:30 THE TOASTERS / KORTTEX   Secret Place - Montpellier (34) 20:00


nouvelle-vague.com / avril 2017

07 BLACK MAMBAS   Secret Place - Montpellier (34) 20:00 09 GRUPO COMPAY SEGUNDO   Pasino - La Grande Motte (34) 20:30 11 K’S CHOICE   Rockstore - Montpellier (34) 19:30 12 Moshfest #3 : SUBLIME CADAVERIC DECOMPOSITION / CRIPPLED FOX / APPRAISE / THE ARSON PROJECT / TINA TURNER FRAISEUR/ TASTE THE FLOOR   Secret Place - Montpellier (34) 12 BOZO   Le Sonambule - Gignac (34) 21:00 13 Moshfest #3 : BLOCKHEADS / INHUMATE / VENGEANCE / RIPOSTE / LUST FOR DEATH / PENDRAK   Secret Place - Montpellier (34) 16 BLEU / CIE LA ZAMPA   Le Sonambule - Gignac (34) 19:00 17 OH! TIGER MOUNTAIN   Rockstore - Montpellier (34) 19:30 19 KID FRANCESCOLI   Rockstore - Montpellier (34) 19:30 20 HARDCORE CARES   Secret Place - St Jean de Védas (34) 24 FRENCH 79   Rockstore - Montpellier (34) 19:30

83 // Var -

mai 2017

06 SOUAD MASSI   Le Carré - Sainte Maxime (83) 20:30 10 GRUPO COMPAY SEGUNDO   Espace Victor Hugo - Puget-sur-Argens (83) 20:30


24 >> #NVmagAgendaConcerts 11 12 13 15 16 18 18 18 19 19 27

THOMAS FERSEN   Espace Malraux - Six-Fours-Les-Plages (83) 20:30 GANG OF PEAFOWL   Monster’S Art - Fréjus (83) ELEKTRO DELUXE / CAID   Espace Malraux - Six-Fours-Les-Plages (83) 20:30 Faveurs de Printemps : SKYERS   Eglise Anglicane - Hyères (83) 19:00 NAPALM DEATH / BRUJERIA / IRON REAGAN   Espace Malraux - Six-Fours-Les-Plages (83) 20:30 FARY   Espace Malraux - Six-Fours-Les-Plages (83) 20:30 GRUPO COMPAY SEGUNDO   Theatre le Colbert - Toulon (83) 20:30 KID DUTCH & RENAUD PERRAIS QUARTET   Théâtre Galli - Sanary-sur-Mer (83) 21:00 GANGBÉ BRASS BAND   Espace Félix-Martin - Saint-Raphaël (83) THE TWO   Théâtre du Rocher - La Garde (83) 20:30 LE CONDOR   Théâtre Galli - Sanary-sur-Mer (83) 20:30

84 // Vaucluse -

mai 2017

04 BOB LUNET   Les Passagers du Zinc - Avignon (84) 18 ANDRES MARIN   Theatre du Chene Noir - Avignon (84) 21:00 19 OLGA PERICET   Theatre du Chene Noir - Avignon (84) 21:00 20 ARGENTINA   Theatre du Chene Noir - Avignon (84) 21:00 25 Luberon Music Festival : BIRDY NAM NAM / GENERAL ELEKTRIKS / TRYO / YEGROS...   Site de Bosque - Apt (84) 20:00 26 PATRICIA GUERRERO / JOSE VALENCIA / JUAN REQUENA   Théâtre du Balcon - Avignon (84) 21:00 26 Luberon Music Festival : VITALIC / MOME / BON ENTENDEUR SHOW / PARADIS...   Site de Bosque - Apt (84) 20:00 27 Luberon Music Festival : STAND HIGH PATROL / BIGA RANX / KEZIAH JONES / YELLAM...   Site de Bosque - Apt (84) 20:00

98 // Monaco -

mai 2017

11 THE BONGO HOP   Grimaldi Forum - Monaco (98)


26 >> #NVmagAgendaConcerts

juin 2017 01 Couleurs Urbaines : HILIGHT TRIBE / LE PEUPLE DE L’HERBE / PUPPETMASTAZ...   Esplanade Marine - La Seyne sur Mer (83) 19:00 02 Couleurs Urbaines : DUB INC / BIG RED / MO KALAMITY / PAPA STYLE...   Esplanade Marine La Seyne sur Mer (83) 19:00 02 OLD DREAMERS JAZZ BAND & JEAN-PIERRE GIRAUD   Théâtre Galli - Sanary-sur-Mer (83) 21:00 03 Nuits Intimes : ADRIEN SOLEIMAN   Salle des Meules - Vence (06) 03 RDV HIP HOP   L’Affranchi - Marseille (13) 03 SLIM CESSNA’S AUTO CLUB / LONELY LONGHORN   Secret Place - St Jean de Védas (34) 03 CATFISH SOUND CIRCUS   Le Sonambule - Gignac (34) 21:00 07 THE CRANBERRIES   Le Silo - Marseille (13) 20:00 10 TRIO ZEPHYR   Le Sonambule - Gignac (34) 10 JULIAN PERRETTA   Rockstore - Montpellier (34) 20:30 11 Puces Rock#6 : SCOTT H BIRAM / THE DESPERADOS   Secret Place - St Jean de Védas (34) 14 HATEBREED   Espace Malraux - Six-Fours-Les-Plages (83) 20:30 15 WAKE UP   Morrison’s - Cannes (06) 15 MOON DUO   Rockstore - Montpellier (34) 19:30 16 SHY’M   Le Silo - Marseille (13) 20:30 18 GANG OF PEAFOWL   Palais Nikaia - Nice (06) 20 SYSTEM OF A DOWN / MASS HYSTERIA   Arènes - Nîmes (30) 21 GANG OF PEAFOWL   Parc du Château - Solliès-Pont (83) 22 LES VIEILLES CANAILLES   Arènes - Nîmes (30) 22 OH! TIGER MOUNTAIN   Grimaldi Forum - Monaco (98) 24 Nuits Intimes : ANA CARLA MAZA   Salle des Meules - Vence (06) 24 MOTIVES   Rockstore - Montpellier (34) 19:30 24 HANS ZIMMER   Arènes - Nîmes (30) 20:30 30 WAKE UP   Australian - Antibes (06)

juillet 2017 02 ZUCCHERO / THE PRETENDERS   Arènes - Nîmes (30) 05 RENAUD   Arènes - Nîmes (30) 06 JULIEN DORE & CHRISTOPHE / OMOH   Arènes - Nîmes (30)


La diffusion

Nous diffusons vos programmes et flyers sur le 06, 83, 13 Une diffusion

en dépôt dans les lieux stratégiques

efficace de vos documents sur des

e N ic

Mo na co

ha ël

nn es

Ca

tR ap

n

ain -S

Dra gu ign a

Fré jus

lon Tou

rs e ille

Ma

Aix en P

rov en ce

lieux ciblés

Votre contact 06 03 44 11 31 communication@nouvelle-vague.com


28 >> #NVmagAgendaConcerts 07 09 09 09 11 11 12 13 15 16 17 17 18 19 20 21 22 25 26 27

MICHEL SARDOU   Arènes - Nîmes (30) 21:00 MANU CHAO   Arènes - Nîmes (30) AGNOSTIC FRONT   Secret Place - St Jean de Védas (34) 20:00 See You in the Pit#7 : AGNOSTIC FRONT   Secret Place - St Jean de Védas (34) 20:00 RAMMSTEIN   Arènes - Nîmes (30) Les Suds à Arles : CALYPSO ROSE   Théâtre Antique - Arles (13) 21:30 RAMMSTEIN   Arènes - Nîmes (30) RAMMSTEIN   Arènes - Nîmes (30) IBRAHIM MAALOUF   Arènes - Nîmes (30) LONDON GRAMMAR   Arènes - Nîmes (30) CHRISTOPHE MAE   Arènes - Nîmes (30) SCORPIONS   Arènes - Nîmes (30) PLACEBO   Arènes - Nîmes (30) LES INSUS   Arènes - Nîmes (30) LES INSUS   Arènes - Nîmes (30) CHRISTOPHE MAE   Arènes - Nîmes (30) LES INSUS   Scène Massena - Nice (06) 20:30 CAMILLE   Théâtre de Verdure - Nice (06) 20:30 See You in the Pit#7 : THELL BARRIO / DOWNHILL   Secret Place - St Jean de Védas (34) 20:00 Les Nuits Musicales de Beauplan : NOJAZZ   Beauplan (13)

Août 2017 05 GANG OF PEAFOWL   Le Pas Sage - Brignoles (83) 23 GANG OF PEAFOWL   Médiathèque Noailles - Cannes (06)

Septembre 2017 30 GANG OF PEAFOWL   Le Volume - Nice (06)

Octobre 2017 07 KENDJI GIRAC   Zenith Omega - Toulon (83)


30 >> #NVmagLive

BROKEn BACK Le 06/04/17 au Théâtre Lino Ventura – Nice (06). Une découverte pour le moins stupéfiante, n’ayant pas encore sorti son premier album que voici ce jeune homme breton sur le devant de la scène mondiale de l’electro-funk-indie française. Son nom c’est Jérôme Fagnet mais pour la scène se sera Broken Back, un phénomène rapide de l’été 2015 qui laisse le souvenir d’une grande dose de talent. Pourtant Jérôme ne prévoyait pas sa carrière dans la musique, terminant ses études à Rennes il se déplace deux vertèbres. Obligé de rester chez lui il décide d’entreprendre seul

l’apprentissage de la musique. Décidé à aller jusqu’au bout il part pour Paris et se décide vraiment de faire de la musique son métier. Résultat son premier album « Broken Back » est un succès mondial et nous donne à entendre une musique très inspiré faite pour l’électro danse qui puise une inspiration diverse. Broken Back est l’espoir de la scène indie-electro française. Alexandre Mastagli Egalement le 07/04/17 à L’Usine D’Istres – Istres (13). www.broken-back.com


nouvelle-vague.com / avril 2017

ERIK TRUFFAZ

CHINESE MAN

Trompettiste de talent, Erik Truffaz doit son intérêt pour l’univers du jazz à l’album “Kind Of Blue” de Miles Davis dont on sent encore l’influence aujourd’hui. Mais loin de se contenter de ce seul genre, il aime s’adonner à divers mélange de variété, rap, rock ou encore d’électro, tout y passe. En 1998 sort “ The Dawn”, un album majeur de sa carrière qui mêle jazz, drum’n’bass et hip hop, un véritable succès qui couple les sons feutrés de la trompette au rap de Nya. Erik Truffaz aime la découverte, les rencontres et enrichir sa musique de nouvelles sonorités. Pour son dernier disque,”Doni Doni”, en plus d’une piste partagée avec le rappeur Oxmo Puccino, il a choisi de s’aventurer du côté de l’Afrique en invitant la chanteuse malienne Rokia Traoré. Cette approche innovante permet de donner un nouveau souffle au jazz, d’outrepasser les barrières des genres et de créer une musique actuelle et variée. Akim Defesche Le 01/04/17 au Cap Cinéma – Cagnes-sur-Mer (06), le 04/04/17 au Rockstore – Montpellier (34), le 05/04/17 à la Cité de la Musique – Romans-sur-Isère (26). www.eriktruffaz.com Crédit photo : Jean-Luc Thibault

C’est au début des années 2000 que le jeune trio, composé de Zé Mateo, High Ku et SLY, décide de fonder Chinese Man. Une entité qui regroupe les trois natifs des Bouches-du-Rhône, mais également tout un collectif de beatmakers, dj’s et graphistes qui gravitent autour d’eux et contribuent à la production d’œuvres aussi éclectiques qu’abouties. Entre bande de potes, groupe et label, Chinese Man a su forcer le respect de la scène indépendante en s’assurant, sans les maisons de disques, une popularité mondiale grâce à une musique electro-rap aux inspirations funk, reggae et dub. Ainsi, après une période de silence interminable pour les fans, le groupe commence l’année 2017 avec une bonne nouvelle et annonce la sortie de son nouvel opus « Shikantaza », accompagné d’une tournée dans toute la France. Les salles de l’hexagone peuvent donc s’attendre à des lives bouillants comme le groupe en a le secret. Au programme : machines, platines, vidéos et 3D viendront confirmer la réputation de « serial festivaliers » des trois acolytes habitués des plus grandes scènes. Lucas Leray Le 01/04/17 au Moulin – Marseille (13). www.chinesemanrecords.com


32 >> #NVmagLive LES FEMMES S’EN MELENT

FAADA FREDDY

Cette année le festival reconnu, Les Femmes S’en Mêlent souffle ses 20 bougies. Ce qui n’était alors qu’un concert à Paris le 8 mars 1997 (date à laquelle le festival fut crée, lors de la journée de la Femme) s’est étendu pour devenir un festival incontournable. Chaque année celui ci a pour but de mettre en avant des artistes féminines indépendantes ainsi que faire découvrir de nombreux talents à son public. C’est au Théâtre Denis de Toulon que nous pourrons retrouver en concert, la chanteuse française auteure-compositrice Laura Cahen, accompagnée de son équipe de musiciens Gérald Delique (guitare), Julien Bensé (basse), Nicolas Stroebel (batterie). C’est donc la touchante et envoûtante voix de Laura Cahen qui résonnera au Théâtre de Toulon à l’occasion du festival mais pas que. En effet la sincère et mélancolique Bessa vient compléter cette programmation féminine. Un concert qui, finalement, ne peut qu’affirmer l’importance d’un festival tel que “Les Femmes S’en Mêlent”, puisque l’une comme l’autre à leur façon, sont à l’image d’un festival féminin, engagé et qui connaît aujourd’hui une notoriété assurée. Imen Chadi Le 01/04/17 au Théâtre Denis - Toulon (83). www.lfsm.net/fr

Auteur d’une musique sans instrument, Faada Freddy utilise uniquement les percussions corporelles, son chapeau melon, sa canne et sa voix singulière au service de chansons accrocheuses et énergiques. Dandy chic au nœud pap’, son look, « hors du temps », n’a d’égal que ses arrangements vocaux harmonieux et son chant digne des soul men des années 60-70. Son projet solo, « Gospel Journey », chanté a cappella, est accompagné d’une symphonie de chœurs aux voix enchanteresses et harmonieuses qui transportent le public à travers le temps et les émotions. Chanteur inimitable sur scène, sa personnalité généreuse, synonyme de partage et de mélange d’humanités, fait vibrer la salle au rythme des battements des percussions corporelles et de sa voix soul : un véritable lâché prise, une bouffée d’oxygène, un voyage musical et festif dans des contrées lointaines. Une chose est sûre, Faada Freddy sera rassembler les spectateurs dans un moment d’alchimie et d’exception : une soirée où les cœurs bâteront à l’unisson. Julien Hattiger Le 01/04/17 à l’Espace Léo Ferré – Monaco (98). www.faadafreddy.com Crédit photo : Barron Claiborne


nouvelle-vague.com / avril 2017

PATRICE

WINTER FAMILY

Patrice Bart-Williams plus connu sous son nom de scène Patrice est un chanteur de “sweggae” (sweet reggae) né d’une mère allemande et d’un père sierra-léonais. Il débute la guitare très jeune après la mort de son père et se produit avec différentes formations. Il baigne dans la musique depuis petit et fréquente la communauté Africaine de Cologne. Il se sent alors comme un étranger dans un pays d’accueil ce qui le pousse à écrire ses premières chansons. Mais il se décourage rapidement et abandonne sa carrière de musicien. Lorsqu’il décide de se remettre à la musique, il concrétise des projets sous le nom de Baba Tunde (qui signifie « Le retour du vieux » ; son surnom). Il est par la suite découvert par le producteur allemand Matthias Arfmann (label Yo Mama) et sort son premier EP « Lions ». Il commence à se produire sur scène en première partie de la tournée européenne de Lauren Hill en 1999. S’en suivent l’enregistrement de 5 albums et de nombreux concerts. Puis en 2016, il sort « Life’s blood » et repart en tournée. Sarah Foudrier Le 05/04/17 au Silo - Marseille (13), le 06/04/17 à Paloma - Nîmes (30), le 07/04/17 au Théâtre Lino Ventura - Nice (06), le 13/04/17 au Théâtre Le Rhône - Bourg les Valence (26) et le 11/07/17 à la Pinède Gould Juan les Pins - Antibes (06).

Winter Family est un duo composé de Ruth Rosenthal et Xavier Klaine. Ils se sont rencontrés à Jaffa en 2004. Leur musique sombre, saturée et dense est qualifiée de death swing, weird wave ou funeral pop. Après deux albums très différents et salué par la critique, Winter Family commence à composer des BO pour la danse, le cinéma, la publicité, collaborant avec un grand nombre d’artistes. Ils deviennent artistes associés au 104 à Paris. Après avoir tourné à travers le monde leur pièce de théâtre documentaire Jerusalem Plomb Durci, voyage halluciné dans une dictature émotionnelle, ils s’installent à Flatbush à Brooklyn, lieu où ils commencent l’écriture de leur nouvel album. Entraînés musicalement par leur voyage aux quatre coins du monde, nous avons le privilège de les recevoir en France. Lola Chinelli Le 06/04/17 au Rockstore – Montpellier (34). www.winterfamily.info/About


34 >> #NVmagLive

TOTORRO Le 12/04/17 à la MJC Picaud - Cannes (06). Le quatuor entièrement masculin en est à son quatrième album. En 2008, Totorro débute sa carrière avec un EP de quatre titres puis continue en 2011 avec “All Glory To John Baltor”. Leur grand succès parviendra qu’à partir de “Home Alone” en 2014 et avec leur quatrième album encore récent. Avec “Come To Mexico” sorti en octobre 2016, Totorro enchaîne sa tournée et débarquera bientôt sous le soleil de la région PACA. Un lieu culturel dédié principalement à la jeunesse qui jongle entre le cinéma, les expositions, la musique et qui offre l’occasion à la jeunesse de s’initier à

des activités artistiques, un endroit plein de ressources qui propose également des stages. C’est ici que Totorro fera son apparition avec son style post-rock, des musiques sans paroles mais qui en disent long sur le talent des membres du groupe, des musiciens qui privilégient le son et la mélodie, qui n’ont besoin que des cordes d’instruments pour s’exprimer. Aude Picone Egalement le 13/04/17 à l’Akwaba - Châteauneuf de Gadagne (84). www.totorromusic.com


nouvelle-vague.com / avril 2017

AMON AMARTH

GEORGIO

Souvent considéré à tort comme du viking metal, style qui mélange des textes évoquant des divinités nordiques avec un style de musique proche du black metal et du folk metal, le groupe suédois Amon Amarth considère sa musique comme du death metal. Mais à l’inverse des thèmes communément utilisés dans le death, Amon Amarth base ses paroles sur la mythologie scandinave. Une forte référence aux dieux Vikings que l’on entend dans des titres d’albums tels que « Deceiver Of The God », « With Oden On Our Side » ou encore dans « Twilight Of The Thunder Of God », le plus vendu du groupe à ce jour. Chaque nouveau disque devient alors une fresque épique ou les chansons dépeignent les histoires des légendes nordiques. Les concerts du groupe ont aussi cette identité très forte. Ils peuvent entrer sur scène dans un bateau viking, utiliser des décorations ou des objets symboliques comme le marteau de Thor. Les prestations live d’Amon Amarth sont de véritables épopées à vivre et un voyage à travers une mythologie différente de la nôtre. Michaël Arlotto Le 06/04/17 au Cabaret Aléatoire – Marseille (13). www.amonamarth.com

Il n’a que 23 ans et connaît déjà un formidable succès. Le rappeur Georgio vient de sortir un deuxième album intitulé « Héra » du nom de la déesse grecque. Passionné depuis son enfance par la musique il se tourne vers le rap à seulement 14 ans. Il se fait connaître sur internet en 2012 en collaborant avec d’autres rappeurs comme Nekfeu ou Fauve, ce qui témoigne de son ambition. Puis grâce à un financement participatif il sort un premier album en 2015 « Bleu Noir » aux connotations intimes loin des codes habituels du rap, Georgio est un rappeur sans bling-bling, sans manières. Son thème de prédilection étant le quartier dans lequel il a grandi, le 18ème arrondissement de Paris, mais aussi l’amour. Des thèmes qui mettent en avant la personnalité de ce jeune rappeur, qui se voit comme un poète. Georgio est un rappeur tourmenté et mélancolique, qui s’annonce déjà comme une valeur sûre de l’avenir du rap français. Alexandre Mastagli Le 07/04/17 à L’Espace Julien – Marseille (13) et le 08/04/17 à La Garance – Cavaillon (84). www.georgioxv3.com


36 >> #NVmagLive BILLIE BRELOK

FESTIVAL JAZZ LE VIGAN

Chaque année depuis 1985, le festival du Printemps de Bourges repère, sélectionne et offre la possibilités aux jeunes talents français de jouer devant un public et des professionnels. Dans la catégorie hip-hop, la rappeuse Billie Brelok remporte le prix Inouïs du Printemps de Bourges 2014. Repérée dans sa ville natale, Nanterre, la jeune femme d’origine péruvienne a séduit le jury par son phrasé tranchant, pour ses lyrics inventifs qui frappent fort dès la première écoute. En effet, elle a tout de la fille normale, pas de bling bling, des tresses, des baskets et des imprimés « ethniques ». Ce style cache surtout un flow démentiel ! Qu’elle rap en français ou en espagnol, elle reste fidèle à elle-même : énervée, énergique et violemment poétique ! La scène est pour elle un espace-temps de liberté qu’elle saisit à la volée, pour notre plus grand bonheur ! Lola Chinelli Le 07/04/17 à La Gare de Coustellet - Maubec (84). www.facebook.com/BillieBrelok

L’association Jazz à Junas et la mairie du Vigan se réunissent à nouveaux pour nous présenter la 8ème édition du Festival Jazz Le Vigan. Uniquement basée sur la musique Jazz, mais recensant des groupes totalement différents, ce festival nous propose un programme riche en diversité. Notamment avec Sylvain Rifflet Quartet et son projet « Mechanics » (élu Album de l’année 2016 aux Victoires du Jazz) sera de la partie. Le trompettiste Avishai Cohen et son Quartet nous promettent une musique enivrante qui puise des influences orientales. Le festival accueillera Joel Allouche, Furio Di Castrio et Jorge Rossy Trio qui s’embarquent tous les trois dans un nouveau projet batterie/contrebasse/piano inédit. Sans oublier le duo Jacky Terrasson au piano accompagné de Stéphane Belmondo à la trompette, deux musiciens de génie qui se retrouvent sur scène à l’occasion de la sortie d’un album en duo. Jérémie Russo Les 07/04/17 et 08/04/17 à L’Auditorium du Lycée André Chamson – Le Vigan (30). www.jazzajunas.fr


nouvelle-vague.com / avril 2017

ETIENNE JAUMET

LES WAMPAS

Caché derrière une épaisse monture noire, le charismatique Etienne Jaumet est sans nul doute l’un des noms les plus respectés de la scène électronique indépendante française. Saxophoniste, claviériste et ingénieur du son, ce quadragénaire est un musicien chevronné et accompli. Fort d’une longue et vertueuse carrière, le natif parisien s’est fait connaître grâce à son trio Zombie Zombie, puis au sein du groupe belge The Married Monk. Une expérience musicale également appuyée par de nombreuses et prestigieuses collaborations, assurant aussi bien des remixes pour Yuksek que des scènes pour les Red Hot Chili Peppers. En solo, le multiinstrumentaliste s’adonne à une musique énergique et sans prétention. Il est de ces artistes dont la spiritualité pousse à ne pas viser la perfection mais plutôt son exact opposé. En effet, sa musique tente de mettre en lumière la magie et la nature imparfaite et naïve des idées spontanées au travers d’ambiances minimalistes et dansantes. En témoigne son dernier opus « La Visite », dont les titres n’ont nécessité que quelques après-midis de travail. Lucas Leray Le 07/04/17 à la Villa Arson – Nice (06). www.facebook.com/etienne.jaumet

Lors d’une interview, Didier Chappedelaine alias Didier Wampas disait: « On s’en fout de ne pas vendre de disques, on veut juste faire du rock’n’roll, des concerts, des chansons ». Depuis 1983, la philosophie des Wampas, dont Didier est le fondateur, n’a pas changé. Les terribles énergumènes de la scène punk française aux textes loufoques et shows délirants nous fascinent toujours autant. Après multiples renouvellements, l’effectif est aujourd’hui composé de Didier Wampas (chant), Jean-Michel Lejoux (basse), Nicolas Schauer (batterie), Tony Truant et Effelo Wampas (guitares). Bien que le groupe existe depuis plus de trente ans, c’est la chanson « Manu Chao » issue de son album « Never Trust A Guy Who Having Been A Punk, Is Now Playing Electro » en 2003 qui le fera connaître du grand public et sera nommé dans la foulée aux Victoires de la Musique. Suite au succès de son dernier album studio sorti en 2014 « Les Wampas Font La Gueule », le quintet revient avec un douzième opus sorti en février « Evangelisti » où les guitares sont toujours aussi saillantes. Pour tous les amoureux de chansons à textes et de poésie, ces concerts s’annoncent comme un véritable psychotonique dans ce monde bien morose. Théo Monsch Le 07/04/17 à Victoire 2 – Saint-Jean-de-Védas (34) et le 08/04/17 à L’usine - Istres (13). wampas.com


38 >> #NVmagLive

YUnA PROjECT Le 15/04/17 au Volume - Nice (06). Yuna Project est un mélange démentiel entre poésie et décadence. Après avoir fait les premières parties de DJ Vadim ou encore Wax Tailor, le groupe est désormais en tournée nationale et internationale. Originaires d’Antibes, Dün, Tommy et Melly sont charismatiques, énergiques et envoûtants. Emmené par un flow ravageur, des sons hip-hop, et des arrangements variés ; Yuna Project est plein de surprises et de subtilité. Le groupe est sublimé par la voix de Melly, qui nous entraîne dans un univers onirique et électrique. Dotés d’une énergie unique, ils nous font vibrer à chaque coup

de batterie, à chaque scratch venant des platines. Yuna Project est puissant, et indéniablement, le groupe de hip-hop le plus éclectique. Les rythmes sont captivants, et nous séduisent dès les premières notes. Yuna Project c’est cette envie intense de taper du pied et de hocher la tête, pour suivre toutes les good vibes que le groupe transmet. Océane Parra Egalement le 29/04/17 au Kfé Quoi – Forcalquier (04). www.facebook.com/YunaProjectOfficial


nouvelle-vague.com / avril 2017

EASTER IN THE SUN

ETHS

Depuis 2015, le festival Easter in The Sun permet aux niçois éclectiques de venir découvrir ou redécouvrir (entre autres) la dernière génération de musiciens locaux dans différents lieux associatifs et culturels de la ville. Lancé par le webzine Alt_Riviera et le collectif Pacinist, cet événement possède la volonté de mettre en lumière les artistes de la scène indépendante pouvant appartenir à une pléiade de registres, qu’il s’agisse de rock de pop ou de musiques électroniques. Cette troisième édition débutera par une convention labels et deux concerts : celui du montpelliérain LpLpo suivi d’une performance de La Guigne. La programmation des jours suivants nous emmènera une fois de plus dans des univers aussi fascinants que différents, des expérimentations jazz et krautrock de Rubin Steiner à la pop psychédélique de Dexter Mojo sans oublier les sonorités folk épurées de Facteurs Chevaux. Une édition 2017 fort prometteuse, digne des deux précédentes ! Sandra Cillo Le 08/04/17 à La Zonmé - Nice (06), les 14 et 15/04/17 à La Providence - Nice (06) et le 16/04/17, lieu secret (adhésion à Concert Chez Moi) (06). www.easterinthesunfestival.com www.concertchezmoi.com

Entre agressivité, violence et sensualité, les mots m’échappent lorsqu’il s’agit de parler du groupe EHTS. La colère des paroles et la féminité des voix donnent une toute autre dimension au groupe. Originaire de Marseille, ETHS révolutionne le monde du métal en proposant à la fois des sons voluptueux et gutturaux. Devenu célèbre en 2004 pour son album ‘’Soma’’, ils sont revenus en 2016 avec «Ankaa». L’ambiance lourde et noire que le groupe arrive à amener, notamment avec les titres «Crucifère» et «Détruis-moi», nous ouvre les portes de leur univers nu-metal. ETHS est actuellement en tournée pour faire bourdonner nos oreilles de plaisir et de déchaînement. Cependant, les deux dernières dates prévues pour 2017 signeront l’arrêt définitif d’un des groupes de métal français les plus symboliques des années 2000. Une dernière chance pour les fans d’y assister ! Océane Parra Le 08/04/17 au Moulin - Marseille (13) www.eths.net


40 >> #NVmagLive DANIEL BACHMAN

CHRISTOPHE MAE

27 ans et pourtant déjà très talentueux, Daniel Bachman maîtrise l’art de la guitare avec virtuosité. Disciple de l’American Primitive, ce guitariste originaire de Virginie aurait été initié par le regretté Jack Rose à l’art du delta blues. Inspiré par le folk, il expérimente et explore néanmoins de nouveaux paysages musicaux dans son dernier et huitième album éponyme. Voyage hypnotique entre tradition et avant-garde, folk instrumental planant et psychédélique, c’est à si méprendre sur son âge tant ses compositions véhiculent une sérénité mélancolique digne des plus grands. Celui que l’on surnommait Sacred Harp de part ses arpèges envoûtants transporte avec lui un univers harmonieux et spirituel, peignant des horizons apaisants aux mélodies atmosphériques enchanteresses dans lesquelles il fait bon d’errer. Une guitare, deux machines à bourdons, un autochtone et une shruti box, voilà de quoi proposer un album d’une richesse incroyable, une multitude d’impressions, un florilège de musiques abstraites et rêveuses qui donnent envie de le voir sur scène. Julien Hattiger Le 12/04/17 à l’Eolienne – Marseille (13) www.danielbachman.com

Deux ans après son dernier album « Je Veux Du Bonheur » récompensé par un disque de diamant, Christophe Maé revient avec l’AttrapeRêves Tour dans toute la France. Le natif de Carpentras s’est inscrit dans le cœur des français avec des titres phares, comme « On S’attache » ou encore « C’est Ma Terre ». Cette tournée nationale correspond à la présentation de son cinquième album « Attrape-Rêves » qui fait l’éloge d’un désir, celui de renouer avec le passé en mélangeant guitares électriques et pop urbaines des années 90. Des thèmes sincères seront abordés comme la quête du bonheur présent dans « Il Est Où Le Bonheur » associée au temps qui passe dans « 40 Ans Demain ». Bien sûr ces envolées lyriques seront accompagnées de ses influences africaines, caribéennes qui apparaissent dans un grand nombre de ses titres. Rami Aissaoui Le 13/04/17 au Zenith Omega - Toulon (83), les 09 et 10/05/17 au Dôme - Marseille (13), le 21/05/17 au Palais Nikaïa - Nice (06). www.christophe-mae.fr


nouvelle-vague.com / avril 2017

PONE

KALASH

Thomas Parent ou plutôt DJ Pone, est un de ces artistes « couteaux suisses » à la production aussi riche que variée. En effet, en vingt ans de carrière, Pone a collaboré avec de nombreux groupes hip hop ou électro, et dispose d’un palmarès impressionnant. Disc-jockey et compositeur pour Triptik, La Sred Connexion, Casseurs Flowters et Svinkels, ancien membre du célèbre groupe Birdy Nam Nam, plusieurs fois champion de France DMC (Disco Mix Club) et récemment DJ hebdomadaire pour la radio Mouv’, monsieur Pone est sans aucun doute un DJ passé maître de sa discipline. Aujourd’hui l’heure est venue pour Thomas Parent de produire son premier album solo « Radiant » et de mettre de côté le « DJ » qui précédait son nom d’artiste. L’album fut annoncé par un EP qui témoignait déjà d’un désir pour l’artiste de se lancer dans une carrière solo de producteur. Une nouvelle aventure pour le producteur français Pone qui va devoir « reconquérir son public ». Thomas Vandewattyne Le 14/04/17 à Espace Culturel André Malraux – Six Fours (83), le 26/05/17 au Rockstore Montpellier (34) et le 30/06/17 au Fort Carré – Antibes (06) dans le cadre du festival Les Nuits Carrées. www.facebook.com/djpone1

Kevin Valleray de son vrai nom, est un chanteur français. A quinze ans déjà, il tente sa chance et se lance dans le milieu underground. Apprécié du public martiniquais dont il est originaire, il sort son premier album “Pran Pié” en 2010. Avec son style dancehall et rappeur, Kalash offre à sa carrière une étendue internationale. Un succès qui va le conduire auprès des plus grands rappeurs français. En effet, en 2016, c’est aux côtés de Booba, qu’il sort son titre “Rouge Et Bleu”. A travers ses musiques, l’artiste nous prouve que sa voix lui permet non seulement de rapper, mais aussi de chanter, une voix qui ne nous laisse pas indifférents. Sous ses airs macho, C’est un homme discret, père d’un petit garçon. Il est fiancé à Ingrid Littré, une Martiniquaise qui rencontre une franche réussite dans le monde de la beauté. Inspiré de Bob Marley, l’artiste est un chanteur original, qui intègre le reggae au rap, une initiative qui s’avère bénéfique pour le moment. L’homme de vingt-huit ans, a encore de belles années devant lui, qui sait ce qu’il nous réserve pour la suite. Aude Picone Le 14/04/17 à l’Espace Julien - Marseille (13). www.kalash972.com


42 >> #NVmagLive ANGGUN

ELMER FOOD BEAT

Anggun a débuté sa carrière très jeune en Indonésie et s’envole vers l’Europe afin de monter son propre label. Avec sa voix envoûtante et des mélodies aux sonorités pop du monde entier, elle se fait rapidement une place sur la scène musicale française mais aussi à l’international après son arrivée à Paris avec l’aide de Florent Pagny. La chanteuse reçoit la médaille de Chevalier des Arts et des Lettres en 2004 et représente la France lors de l’Eurovision 2012. Elle collabore avec de nombreux artistes internationaux et propose une musique riche en couleurs en alliant diverses influences musicales et en chantant en trois langues différentes. Après la sortie de son dernier album « Toujours Un Ailleurs » et réalisé un titre avec le groupe Kotak la jolie chanteuse franco-indonésienne retourne sur scène afin de retrouver son public. Jérémie Russo Le 14/04/17 au Casino Terrazur – Cagnes-surMer (06). www.anggun.com Crédit photo : Darius Salimi

Un nom inspiré du chasseur de Bugs Bunny et Daffy Duck, des textes barrés, une musique rock et énergique qui fera tout pour vous faire rire, c’est bien les Elmer Food Beat que nous retrouverons sur scène cette année. Ils ont eu 30 ans l’année dernière, et ont sorti leur 5ème album « A Poil Les Filles ! Car La Vie Est Bien Trop Belle Quand Vous Êtes...». Groupe nantais formé en 1986, ils sont primés meilleur groupe de musique de l’année par les Victoires de la Musique de 1991, et des titres comme « Daniela » ou « Le Plastique C’est Fantastique » connurent un véritable succès pendant les années 90. Après quelques années de silence, ils reviennent sur le devant de la scène en 2006, et enchaînent les albums et les concerts jusqu’à aujourd’hui. Valentin Farin Le 14/04/17 à la Secret Place – Saint-Jean-deVédas (34). elmerfoodbeat.com


nouvelle-vague.com / avril 2017

SLIMANE

ELECTRIC GUEST

Chanteur découvert pendant l’émission The Voice, Slimane a réussi à conquérir le cœur du public en proposant des performances riches en émotions. Véritable conteur d’histoires, l’écriture le passionne et façonne sa façon de percevoir la musique, souligne la manière dont il peut entrevoir le monde. Son univers, entre ombre et lumière, entre douceur et intensité, est symbole d’une vie qu’il essaye d’exprimer par la force des mots, symbole d’une musique influencée par plusieurs cultures. Son premier album, « A Bout De Rêve », aborde la vie avec ses rêves et ses désillusions, ses succès et ses échecs : raconte son parcours semé d’embûches, mais aussi sa récolte de la réussite. Reconnu pour la sensibilité de ses mélodies mais aussi pour ses performances scéniques, sa voix et son interprétation lui ont permis de toucher le public de The Voice, il émeut désormais celui de ses concerts : il est clair que le chanteur au bonnet n’est pas encore allé au bout de ses rêves. Julien Hattiger Le 14/04/17 à l’Espace Léo Ferré – Monaco (98). www.facebook.com/slimaneoff Crédit photo : Christophe Saidi

Formé à Los Angeles en 2010, à la base un duo se composant d’Asa Taccone au chant et Matthew Compton à la batterie puis rejoint rapidement par les frères Dahlhoff, Todd à la Guitare/ Basse et Tory aux Claviers. Ils nous délivrent une musique pop-rock d’une rare fraîcheur. Produit par Danger Mouse (U2, Gorillaz,…) ils ne tardent pas à faire le buzz avec leur morceau « This Head I Hold ». Après avoir sorti leur premier leur premier album « Mondo » en 2012 suivi de deux EP, Electric Guest revient après quatre ans d’absence avec un nouvel album et une tournée dans la foulée. Leur single « Dear To Me » annonce la couleur avec des beats bien rythmés et des mélodies enjouées. Leur tournée nous promet une bonne dose d’énergie et une pop moderne qui ravira leurs fans des premiers jours ainsi que les nouveaux venus. Jérémie Russo Le 15/04/17 au Poste à Galène – Marseille (13).


44 >> #NVmagLive KILLASON

JOSE JAMES

C’est la nouvelle sensation du rap français... chanté en anglais. Killason va clairement chercher ses influences du côté du rap US auprès de pointures comme Tyler The Creator ou Danny Brown. Son premier album “The Rize” a vu le jour en 2016. A seulement 21 ans, il affiche une belle maturité artistique. “Hoddest In MyTown” ou “Shine” sont de véritables petites bombes hip hop avec un beat pesant et un flow entêtant. Difficile de croire qu’il a grandi à Poitiers tant ses productions sonnent comme ce qui se fait de mieux outre-Atlantique. Prometteur et ambitieux, il s’est déjà produit sur de grandes scènes, notamment lors du festival Rock en Seine l’été dernier. Egalement multi-instrumentistes, danseur, Killason déboule sur la planète rap avec sa personnalité affirmée et son rap tranchant et acéré. Attention, phénomène! Philippe Perret Le 15/04/17 à l’Affranchi - Marseille (13).

Chanteur originaire du hip-hop, José James sait néanmoins jongler entre les frontières et les univers. Auteur-compositeur ayant découvert le jazz sur le tard, sa virtuosité musicale ainsi que sa voix de baryton sont mises au service de textes travaillés, abordant des thèmes tels que la discrimination sociale, la violence policière ou encore l’amour et la spiritualité. À mi-route entre jazz et hip hop, le chemin de ce « crooner des temps modernes » peut néanmoins traverser celui de la soul, dans une trajectoire créative et talentueuse. Issu de différentes contrées ; de tonalités, de rythmes et de sons de climats hétérogènes, José James est avant tout un performer ayant le besoin de monter sur scène pour partager sa musique et son énergie. Ainsi, chanteur marqué par son éclectisme, son groove et son feeling musical, artiste du label Blue Note couronné par de nombreuses distinctions : son talent ne prendrait tout son sens que sur scène. Julien Hattiger Le 21/04/17 à L’Espace Julien – Marseille (13), le 28/04/17 à la Salle Stéphane Grappelli - Nice (06). www.josejamesmusic.com


nouvelle-vague.com / avril 2017

SWITCH TRIO

TAGADA JONES

Depuis 2011, Frédéric Nardin au piano, Samuel Hubert à la contrebasse et Maxime Fougères à la guitare écument les salles pour notre plus grand plaisir. Grands hommes mais avant tout grands musiciens, ces trois compères nous délectent de leur swing inspiré des plus anciens. Sous cette formule naît dans les années 1950 chez Nat King Cole, Art Tatum, Oscar Peterson ou encore Ray Charles, le trio enregistre fin 2012 l’album «At Home», mais ne sort finalement que trois ans plus tard sur le label «Ahead/Black and Blue ». Au répertoire, des standards de Duke Ellington et George Gershwin mais également des compositions personnelles. Emprunt de nostalgie et amoureux de tradition, le trio nous replonge dans les belles heures du jazz d’antan. Car les projets les plus fous sont souvent les plus beaux, on aimerait que le trio nous annonce la sortie d’un nouvel album dans un avenir proche. La bonne musique étant intemporelle, il est fortement recommandé d’assister à ce concert d’exception si vous voulez swinguer et taper du pied toute la soirée! Theo Monsch Le 27/04/17 au Comœdia - Miramas (13). www.maximefougeres.com

Tagada Jones fait partie de ces résistants de la scène punk-métal française. En 20 ans d’existence, le quatuor rennais a produit sept albums et fait trembler plus de 1600 planchers à travers le monde. Leur musique pleine de rage dissimule le symbole d’une conscience sociale et d’un engagement politique forts, portés par des textes militants qui dénoncent les incohérences d’une société sombre et inégalitaire. Au travers de thèmes comme l’écologie, le capitalisme ou l’oppression, le quatuor s’exprime sur des problèmes universels et toujours d’actualité (notamment le sexisme et toutes autres formes d’intolérance, le respect et la liberté). Tagada Jones, qui a annoncé la sortie du nouvel album « La Peste & Le Choléra » début mars, sera aussitôt de passage en France pour une tournée marathon. L’occasion pour celles et ceux qui les suivent depuis « Plus De Bruit » en 1998 de les applaudir et de constater que le temps qui passe n’empêche toujours pas leur révolte de gronder. Nous le recommandons dans tous les cas à tous les amateurs de punk national et international, écoutant aussi bien les Ramones et Bérurier Noir que Parabellum et The Exploited. Guillaume Adamo Le 28/04/17 à L’usine – Istres (13). www.tagadajones.com


46 >> #NVmagLive THOMAS GALLIANO QUARTET

NO ONE IS INNOCENT

Originaire de Nice, Thomas Galliano a compris très tôt que la musique deviendrait sa passion. Il apprend au côté du percussionniste Gérard Carocci et le batteur Mokhtar Samba, il commence à fréquenter les planches avec son père, guitariste. Mais c’est lors de sa tournée au côté du saxophoniste Paul Jeffrey qu’il acquiert de l’expérience et l’envie de tracer sa propre route. L’aventure commence à New York en 2011, associé avec la scène jazz de New York il se façonne une maîtrise des instruments ainsi que toute les connaissances propres à cet immense univers de la musique qu’est le jazz. Après une tournée italienne avec le saxophoniste Paul Jeffey il se lance dans la création de son propre groupe et sort un premier album en 2016 « Walking Towards The Unknown » avec pour l’accompagner Myron Walden, Jeremy Pelt, Luques Curtis et Victor Gould. Avec un tel bagage, un tel talent et une telle envie de communiquer sa passion de la musique, Thomas Galliano promet d’être un grand nom du jazz, à découvrir. Alexandre Mastagli Le 28/04/17 au Forum Nice Nord - Nice (06). www.thomas-galliano.com

Groupe rock originaire de Paris, No One Is Innocent tire son nom d’un single des Sex Pistols mais son inspiration est bien plus large. « En avoir assez de cette daube qui passe à la radio ou à la télé, des produits musiques frelatés qu’on nous vend comme du frais », voilà une des raisons de l’apparition du groupe dans les années 1994, le désir de faire de la bonne musique, de pratiquer un rock engagé, de mêler brutalité et poésie dans des textes lourds de sens. L’ADN du groupe : l’engagement, traiter l’actualité dans ses textes par la musique, une résistance rock dans un décor tel qu’on le connaît aujourd’hui, une « Propaganda » à l’écriture travaillée et pertinente. Le DVD Barricades Live, enregistré 15 jours après les attentats de Paris, est une ode à la défense de la liberté d’expression chantée par des gladiateurs, plus qu’un simple concert, un moment à part dans une ambiance électrique et enflammée. Du single « La Peau » à Utopia jusqu’à leur dernier et sixième album « Propaganda », que ce soit dans ses textes que dans ses performances scéniques à couper le souffle comme pour le concert Barricades Live en passant par le Hellfest, No One Is Innocent n’a définitivement rien d’innocent. Julien Hattiger Le 28/04/17 à L’Usine – Istres (13). www.nooneisinnocent.net Crédit photo : Philippe Prevost


nouvelle-vague.com / avril 2017

MEDERIC COLLIGNON

KINK

Médéric Collignon est un trompettiste, un cornettiste et chanteur français, amateur d’un jazz aventureux. Il a fait partie un temps, d’une des premières formations de l’Orchestre National de Jazz avant d’intégrer plusieurs groupes tel “Le Sacre du Printemps” puis de monter ses propres projets, Septik et Jus de Bosce. Compositeur, arrangeur, chef d’orchestre, volontiers fantasque, il a revisité “Porgy and Bess”, ce qui lui a valu le prix Charles Cros avant de s’attaquer au “Bitches Brew” de Miles Davis devenu “ShangriTunkashi-La”. Sa relecture en mode façon jazz, mais pas seulement, de l’œuvre de King Crimson, “À la recherche du roi frippé” lui permet d’obtenir une deuxième Victoire de la Musique Jazz. Son nouvel album paru en 2016, reprend à sa façon des musiques de films de compositeurs aussi emblématiques que Lalo Schifrin, Quincy Jones ou David Shire. C’est ce projet qu’il défend sur scène avec une énergie qui a fait son renom. Un spectacle aussi visuel que musical qu’il ne faut absolument pas manquer. Jacques Lerognon www.justlookingproductions.com/artistes/mederic-collignon Le 29/04/17 à La Croisée des Arts – Saint Maximin (83) Crédit photo : Christophe Alary

De son vrai nom Strahil Verchev, Kink est un dj et producteur bulgare. Il possède une véritable signature, il définit d’ailleurs sa musique comme un mix entre l’âme et la rainure de la house et de la techno, allié au futurisme et au détail de l’électro expérimentale, le tout concerté par l’énergie brute de l’acide. Kink est surtout un excellent showman. Avec un goût prononcé pour le risque et l’improvisation, il impressionne son public à chaque fois tant il maîtrise ses nombreux joujoux sur scène. Éléments rythmiques, lignes de basse, FX, tout se percute dans une cohésion frissonnante, dictée par le groove et la ténacité. Un live impressionnant qu’il partage aux quatre coins du monde, avec une passion et une sobriété admirables. Kink est l’un des rares artistes à improviser, expérimenter, et faire intervenir le public... il fait parti des dj qui délivre l’un des meilleurs live techno ! Lola Chinelli Le 30/04/17 au Silo – Marseille (13). www.facebook.com/kink303


48 >> #NVmagZoom

Broken Back Grâce à une musique aussi éclectique que rêveuse, qui vacille courageusement entre folk, indie et électro, Jérôme Fagnet alias Broken Back, séduit avec sincérité. Avec un disque d’or, une nomination aux Victoires de la Musique et un nouvel album, les critiques ne peuvent que s’incliner devant le chemin parcouru par le jeune Malouin, qui composait dans sa chambre étudiante il y a encore peu de temps. Pourquoi Broken Back ? Mon nom de scène veut dire dos cassé, car je me suis littéralement déplacé une vertèbre il y a trois ans et demi. Cela a été l’élément déclencheur, j’ai été un peu forcé de renouer avec la musique pendant ma convalescence, j’avais besoin d’un exutoire. J’ai donc ressorti ma guitare du placard et j’ai commencé à écrire des textes, pour ensuite les chanter et les enregistrer. Au final, ce qui n’était qu’un moyen d’évasion est devenu une vraie passion, j’ai donc décidé de m’y consacrer pleinement à la fin de mes études. Tu dis avoir renoué avec la musique. Oui, j’ai été au conservatoire de Saint Malo pendant plus de dix ans. J’y ai suivi une formation classique et jazz tout en étudiant le tuba. C’est là que j’y ai acquis les bases théoriques et surtout là que l’on m’a transmis l’amour de la musique. Maintenant le tuba a remplacé la guitare dans mon placard, je ne m’en sers plus vraiment… Tu es breton, pourquoi avoir fait le choix de chanter en Anglais ? Un des aspects que j’apprécie le plus dans la musique c’est l’écriture, et l’opportunité qu’elle me donne de raconter des histoires et de transmettre des messages. Il y a selon moi

une nuance très importante entre écouter et interpréter une musique. Je ne veux pas que mes chansons soient simplement appréciées sur le plan musical, je veux que ceux qui les écoutent, puissent se les approprier. Si une personne écoute mes chansons et que cela l’aide et la rend plus forte, c’est le plus beau cadeau pour moi en tant qu’auteur. Je me suis donc logiquement tourné vers une langue universelle afin de pouvoir partager mes idées avec le plus grand nombre. Y a t-il des thèmes que tu affectionnes plus que d’autres ? Je ne pense pas qu’il y ait de messages plus ou moins importants, mes chansons sont assez éclectiques. Par exemple sur « Mild Blood », je parle d’un amour inavoué qui se transforme en une sorte de prison introspective, dans « Young Souls », je parle de la perte de l’insouciance liée au passage de l’enfance à l’âge adulte. Je n’ai pas vraiment de ligne directrice. Où puises-tu tes inspirations ? Il n’y a pas vraiment de règles en termes d’inspiration, elle peut venir de n’importe où. Mes chansons peuvent être autobiographiques, d’autres sont des fables, des contes inventés. Ce qui me plaît avant tout c’est de raconter


nouvelle-vague.com / avril 2017

des histoires, le but c’est de s’amuser. En ce qui concerne la composition, j’aime beaucoup construire autour d’une ou parfois deux émotions. Cela donne des mélodies à la fois joyeuses et chaleureuses tout en étant un peu froides. Ces « paradoxes musicaux » on les retrouve souvent dans ta musique. Je ne m’en rendais pas vraiment compte au début c’était inconscient, puis à force j’ai compris que j’étais vraiment à l’aise avec cette idée d’émotions contradictoires. J’aime vraiment ça, c’est pour ça que l’on peut les retrouver à beaucoup d’endroit sur l’album. Par exemple le paradoxe de l’auteur-compositeurinterprète qui s’oppose au producteur, ou celui de la musique folk qui s’oppose à l’électro. Musicalement, il y a aussi les oppositions entre des textes froids chantés sur des musiques plus chaleureuses ou des chœurs planant sur des musiques assez percussives. Ces juxtapositions d’émotions ajoutent une touche nostalgique et mélancolique à mes chansons.

Penses-tu à la scène lorsque tu composes tes chansons ? Cela dépend des chansons, certaines s’y prêtent vraiment et d’autres moins. Quand je sens que la chanson est ouverte artistiquement, je me mets naturellement à trouver des idées autour du titre, pas seulement pour la scène. Dans ces cas-là, au moment de composer je m’imagine déjà la scénographie, les lumières, le clip ou même mes mouvements sur scène. Sur le titre « Got to Go » par exemple, j’avais déjà une vision très précise de comment je voulais l’interpréter. Lucas Leray Le 06/04/17 au Théâtre Lino Ventura - Nice (06), le 07/04/17 à l’Usine – Istres (13), le 28/04/17 à Victoire 2 - St Jean de Védas (34), le 29/04/17 à l’Espace Culturel André Malraux – Six Fours (83) et le 06/07/17 au Mas - Puget sur Argens (83). www.broken-back.com

« Pendant ma convalescence, j’avais besoin d’un exutoire. (...)Au final, ce qui n’était qu’un moyen d’évasion est devenu une vraie passion. »


50 >> #NVmagZoom

oxmo puccino « Poémien » du rap français, Oxmo Puccino traîne plume et flow depuis plus de 20 ans. De productions solos maîtrisées en collaborations inspirées, il n’a de cesse de promouvoir un rap ouvert et mélodique, tenu par une écriture aiguisée. Alors qu’il tourne bientôt la page de « La Voix Lactée », en état de grâce, il mûrit déjà une pléiade de projets, toujours en recherche du verbe beau. Ta tournée s’achève bientôt, quelle saveur, quels souvenirs en conserveras-tu ? Ce qu’il me restera c’est la sérénité. J’ai conçu « La Voix Lactée », mon dernier album, comme une alternative au contexte dans lequel nous vivons. Et les gens l’ont très vite compris. Ils sont venus aux concerts avec une démarche d’apaisement, avec le désir de vivre l’instant présent. Certains ne me connaissaient pas, d’autres, mes «followers», me suivaient depuis longtemps, venaient même avec leurs enfants, les gens se mélangeaient, sans a priori. J’ai beaucoup entendu le discours suivant : « D’habitude on n’écoute pas ce genre de musique, mais vous, oui ». Et ça me fait énormément plaisir. A cause des a priori on manque beaucoup d’événements essentiels à notre bien être. C’est dommage, nous sommes les propres frontières de notre imagination. Justement avec ton public tu appliques la devise suivante : « Quand on aime il faut savoir dire merci ». Ils ont un surnom, tes « flowers », une appli dédiée « Le cercle ». Pourquoi ce rapport si particulier ? Parce que les artistes doivent leur existence aux

personnes qui les soutiennent, tout simplement. Et puis c’est une question d’éducation. Je ne me fais pas à la notoriété, ça va à l’encontre de ma personnalité, mais je fais avec. Et quand tout ce public vient avec sa force, avec son envie d’aller plus loin dans la recherche du bien être, qu’il rencontre mon propre désir, ça crée une atmosphère très particulière. De celles dont on se souviendra toute sa vie. Je me permets de le dire parce que ma sensibilité et mon expérience me donnent la prétention de pouvoir capter le moment présent plus que d’autres. Dans le livre « Au Fil du Chant » tu évoques une date à part dans ton parcours : le 13 novembre 2015, jour des attentats au Bataclan et jour de la sortie de ton album. Peux-tu revenir sur l’ambivalence des sentiments et l’urgence de la scène, ressenties à ce moment-là ? Il y avait un besoin de deuil mais aussi de réunion, de recueillement ; un désir de paix et de musicalité. Et quand les gens font la démarche de sortir pour survivre, forcément c’est quelque chose d’extraordinaire. C’est pour ça que je relève l’importance de chaque rendez-vous.


nouvelle-vague.com / avril 2017

Vraiment. Quand je dis « c’est pas moi mais l’ambiance que vous applaudissez”, c’est que mon nom n’est qu’un prétexte sur l’affiche. Ceux qui sont réunis dans la salle dans laquelle je joue, le sont par un désir de survivre au-delà de ce qui leur est offert. Tout nous distance de notre corps et de l’autre, tout. Et la scène est le dernier retranchement où l’on peut avoir un contact humain et artistique. Après cette tournée tu vas plutôt être en mode « Slow Life » comme le titre d’une de tes chansons, ou fourmillant de projets ? A partir du moment où je ne vis pas dans un tour bus, je suis en mode slow life ! Ça va me donner du temps et de la disponibilité pour écrire, car pour l’instant la production d’un nouveau projet solo est totalement exclue. Je

vais pouvoir finir mon scénario, écrire beaucoup de chansons pour des interprètes, participer à des concerts avec des amis, faire des petites tournées en formule légère. J’écris tous le jours depuis une vingtaine d’années et j’ai beaucoup de choses en chantier : un livre de nouvelles, un livre pour enfants, un roman et un nouveau projet d’écriture qui supplante tous les autres mais dont je cherche encore la forme ; je suis en train de remplir le fond… J’ai toujours envie de rimes riches, mais de moins de mots. Bientôt je vais frapper avec de toutes petites phrases… Anaïs Ledoux www.oxmo.net Crédit photo : Vincent Dessailly.

« A cause des a priori on manque beaucoup d’événements essentiels à notre bien-être. C’est dommage, nous sommes les propres frontières de notre imagination. »


52 >> #NVmagZoom

65daysofstatic Incontestablement l’un des groupes les plus importants de la scène post rock actuelle, 65daysofstatic n’en finit pas de surprendre son public au fil de sa discographie. Le dernier projet en date des musiciens originaires de Sheffield n’est autre que la réalisation de la bande-son du jeu vidéo de science-fiction « No Man’s Sky ». Nous avons souhaité en savoir plus auprès de Paul Wolinski. « No Man’s Sky : Music For An Infinite Universe » est l’une de vos œuvres les plus ambitieuses. Est-ce que vous avez ressenti une grande pression durant l’enregistrement de cet album ? Il y avait effectivement beaucoup de pression. C’était très dur mais pas plus que pour la réalisation d’un album « classique » je dirais. C’était simplement différent dans le sens où nous étions confrontés à des difficultés inhabituelles, comme celle de n’être qu’une petite partie d’un concept immense. C’était flippant ! Il n’y a qu’à évaluer la puissance des aspects esthétiques et stylistiques de « No Man’s Sky » dans un premier temps pour s’en rendre compte. Votre premier essai concernant les bandes originales a été la reprise de la musique du film « Silent Running » de Douglas Trumbull. Est-ce que le procédé d’écriture de « No Man’s Sky » était différent de cette production ? Le projet musical « Silent Running » était initialement conçu comme une sorte de bande son que nous pourrions jouer en live tout au long du film. Donc en soi, cela était même différent

du concept traditionnel de bande originale. Aussi, il s’agit là d’un vieux film qui n’a pas été modifié pour l’occasion et qui ne changera jamais, peu importe le nombre de fois qu’on le regarde. Nous avons alors écrit cette musique d’une manière très linéaire avec des laps de temps spécifiques pour l’inclure précisément dans chaque scène. Cette méthode est à l’exact opposé de celle que nous avons dû adopter pour « No Man’s Sky », puisqu’il s’agit d’un jeu pensé pour être infini. Chaque joueur accomplira des tâches différentes dans des ordres différents, donc la musique doit être arrangée en fonction de ces expériences individuelles. Il fallait que ces morceaux aient la liberté d’être retravaillés de façons infiniment différentes. Il y a avait donc, autant pour « Silent Running » que pour « No Man‘s Sky » la similarité de devoir créer une bande son fidèle à l’atmosphère sonique de l’œuvre visuelle d’autres artistes, mais audelà de ça, les approches techniques étaient totalement différentes. Vous avez déclaré à plusieurs reprises que vous adorez jouer en live. Vous tournez régulièrement depuis presque 16 ans


nouvelle-vague.com / avril 2017

désormais. Est-ce qu’il y a des éléments concernant vos concerts dont vous vous êtes lassés avec le temps ? Non, c’est toujours ce qu’on préfère sans aucun doute. Voyager dans le monde entier et rencontrer autant de personnes à chaque séjour est quelque chose d’extraordinaire et les performances live représentent une telle récompense. Lorsque nous enregistrons nous ne sommes toujours que tous les quatre dans un studio à Sheffield et une fois qu’un album sort, nous ne l’écoutons plus vraiment et nous ne pouvons pas nous connecter avec nos fans à ce moment là. Les concerts sont là pour ça, et c’est pour cette raison que c’est si spécial pour nous, surtout en ce qui concerne les toutes premières dates de tournées. Ça apporte quelque chose de frais à nos compositions. Je dirais seulement que parfois, après 16 ans de carrière, je peux être lassé des balances et du fait de charger et décharger notre van entre chaque concert (rires) !

« Nous ne travaillons pas bien avec les autres, nous sommes une force insulaire. »

Il y a 8 ans de ça, vous avez eu l’honneur de faire la première partie de The Cure. Vous avez aussi réalisé des remixes pour eux et collaboré avec Robert Smith («Come To Me»). Souhaiteriez-vous travailler avec un autre groupe de cette importance ? C‘est une bonne question mais je ne sais pas… On ne rêvait pas nécessairement de tourner avec The Cure. Evidemment c’était une expérience incroyable et c’était merveilleux de les rencontrer et de jouer face à des foules aussi immenses. Mais c’est étrange pour nous d’avoir un tel souhait parce que nous aimons être entre nous. Ceci dit, je suis un grand fan de New Order et ce serait fantastique de pouvoir travailler avec eux. De toutes façons, nous ne travaillons pas bien avec les autres, nous sommes une force insulaire. Sandra Cillo www.65daysofstatic.com Crédit photo : Danny Payne.


54 >> #NVmagZoom

jethro tull Jethro Tull fait partie de ces groupes légendaires qui ont marqués l’histoire du rock avec des albums tels que « Aqualung » ou «Thick As A Brick ». Le groupe ou plutôt Ian Anderson revient avec un album de musique classique. Il nous livre quelques explications sur sa démarche et sa conception du groupe et de la célébrité Vous venez de sortir un nouvel album de Jethro Tull “The Strings Quartets” qui est de la musique symphonique. Comment est née l’idée de faire cet album ? Il y a un an j’ai décidé de me lancer dans un nouveau projet autour de chansons de Jethro Tull arrangées pour quatuor à corde. Mais la première expérience avec un quatuor à corde était en novembre 1968 c’était pour des chansons de Noël. Je me suis concentré sur les éléments essentiels : l’harmonie et la mélodie. Adapter les classiques de Jethro Tull en musique classique a été difficile ou naturel ? Parfois c’était facile et parfois ça l’est moins. J’ai travaillé avec le pianiste John O’Hara avec qui j’ai travaillé quelques fois, qui a proposé des arrangements et cela a permis de se lancer dans l’enregistrement avec confiance. Comment s’est passée la coopération entre le Carducci Quartets et John O’Hara ? C’était très facile car ce sont des musiciens professionnels et le Carducci Quartet était bien préparé, nous avons pris du temps sur ce projet. Nous avons joué avec passion, enthousiasme et vigueur. Il y a deux ans vous avez sorti un très bon album solo « Homo Erraticus ». Dans le

futur allez-vous continuer avec le nom de Jethro Tull ou avec Ian Anderson ? Jethro Tull c’est pour moi 32 musiciens qui jouent avec moi depuis des années. La musique de Jethro Tull est plus importante que le nom du groupe. Jethro Tull est plus un répertoire comme Bach et les Beatles. Quand je pense au Beatles, je ne pense pas à John ou Paul mais à l’héritage qu’ils ont laissé en réinventant la pop music. La musique de Jethro Tull est un répertoire. Votre musique et spécialement vos paroles ont souvent été critiques envers la société et la religion. Que pense le ménestrel Ian Anderson de notre société et de notre période ? Cela vous inspire ? Je tire mon inspiration en regardant la télévision, la presse et les photos et ce qui se passe dans le monde ; c’est ce qui fait mon humeur. Je suis à la fois intéressé et effrayé par la politique, la société et les conflits à venir, ainsi que les différentes cultures et sociétés qui se divisent: les politiques, les populistes et les divisions religieuses. Beaucoup de groupes des années 70 comme Black Sabbath font des tournées d’adieu ou se reforme comme Rainbow.


nouvelle-vague.com / avril 2017

Peut être il est temps pour Jethro Tull de se reformer avec le groupe des années 70 ? Le groupe des années 70 ? Tu sais Jeffrey Hammond (bassiste) ne se porte pas bien et ne joue plus depuis 1976. John Evan (clavier) a du abandonner le piano en 1980. Barriemore Barlow (batteur) ne joue plus de la batterie. Ces musiciens ne sont plus disponibles. Martin Barre (guitare) est disponible mais il est l’un des 32 musiciens de Jethro Tull. Mais que dire aux autres musiciens avec qui je joue depuis 20 ans, si je leur dis « je vous remplace par d’autres personnes » cela serait cruel ! Beaucoup de groupes le font pour l’argent. Je ne le fais pas car je me réjouis de la relation que j’ai avec mes musiciens. Quels conseils donneriez-vous à de jeunes gens qui voudraient être musiciens ou faire partie d’un groupe de rock ? Mon conseil est quand j’ai commencé dans les années 60, on avait une chance d’avoir du succès. Aujourd’hui c’est une chance sur 10 000 parce que tout le monde veut être dans un groupe de rock ou dans le show business. La

« Vouloir être célèbre pour être célèbre, c’est comme être une coquille vide et c’est dangereux ! »

population a doublé et nous avons d’énormes changements dans le monde ; trop de gens veulent être dans la pop music. Ils ruinent leur vie en croyant qu’il n’y a que cette possibilité. Je conseillerai de faire des études et d’avoir un travail correct. Jouer de la musique en amateur n’est pas dévalorisant mais un honneur. L’amateurisme n’est pas une honte. Beaucoup de pilote de British Airways jouent de la musique le week-end. Quand j’ai commencé la musique j’étais au collège et j’ai recherché un travail. Etre un peintre ou dans l’art n’est pas facile. Je n’ai rien planifié, j’aurai pu être photographe ou journaliste. J’ai eu de la chance car les choses ce sont faites naturellement c’est ce qui a été excitant. On peut être stupidement célèbre en tuant Donald Trump ! Mais vouloir être célèbre pour être célèbre, c’est comme être une coquille vide et c’est dangereux ! Laurent Therese www.jethrotull.com


NVmagZoom# >> 56

narrow terence Groupe musicalement bipolaire, partagé entre sa passion pour les musiques de film et le rock grunge ; tiraillé entre la douceur et la violence, le dissonant et le mélodique, entre arrangements aux couleurs chaudes, travaillées et musique live enregistrée dans l’urgence. Narrow Terence revient cette fois-ci avec un nouvel album, « Rumble-O-Rama », aux univers variés et polymorphes Pourquoi le nom de Narrow Terence ? C’est mon frangin Antoine qui a trouvé ce nom. « Narrow », c’est une chanson de Chokebore que l’on a toujours adoré, le disque que l’on écoutait au moment de créer le groupe. Terence, c’est un hommage à un mec un peu plus âgé que nous qui nous faisait écouter beaucoup de musiques pendant notre jeunesse, et qui est mort dans un accident de voiture. En associant les deux mots, cela a crée un personnage à une époque où on était bien branché musique de film, en particulier musique de Western. Narrow Terence est un cowboy un peu loser, un peu anti-héros à qui il arriverait des tonnes de choses ubuesques dans la vie, et nous musiciens, nous serions en charge de raconter son histoire dans nos chansons. Avez-vous toujours eu le désir de faire de la musique ? C’est une histoire assez classique. Un héritage familial avec des parents qui écoutaient beaucoup de disques et qui appréciaient nous transmettre l’histoire des groupes : cela nous a clairement sensibilisé à la musique. Sur ce patrimoine, mon frère a été le premier à acheter une guitare et à vouloir reproduire les titres

qu’on écoutait en particulier la musique grunge et Nirvana en tête de wagon. J’ai fini par acheter une basse pour l’accompagner. Quelles sont vos inspirations pour vos chansons ? D’où tirez-vous votre univers ? Le côté musique de film nous a tout de suite plu. Au moment où nous avons acheté nos premiers enregistreurs quatre et huit pistes. Nous trouvions ça vraiment formidable de pouvoir superposer des parties : le côté arrangement a tout de suite était quelque chose d’important pour nous. La musique de film ouvrait de nombreuses possibilités, cela permettait de jouer les artisans et pouvoir trouver des contrepoints tordus sur les chansons : c’est quelque chose que l’on a toujours eu dans le sang et qui se retrouve dans notre musique. D’où vous est venu cette dualité Narrow Terence/Narco Terror (projet lancé à deux avec ton frère) ? Avec Narrow Terence, nous avons très vite joué avec d’autres musiciens, nombreux à passer dans le groupe au fil du temps. Cela nous a conduit sur des musiques assez douces, aux sonorités acoustiques, notamment sur le premier disque. Lors d’un concert que nous


nouvelle-vague.com / avril 2017

devions donner sous le groupe Narrow Terence, les autres musiciens ne pouvaient pas être là, nous avons décidé quand même de jouer à deux. En faisant une prestation schizophrénique qui alternait chansons très douces et plus violentes, nous nous sommes rendus compte ce soir là, ce qui marchait le mieux c’était de jouer fort. Ça a constitué l’identité de Narco Terror comme projet plus sauvage, facette qui fait parti de notre passé, et finalement de notre histoire. Pouvez-vous nous parler de votre album « Rumble-O-Rama » qui est sorti sur le label Sounds Like Yeah ? Le disque précédent, «Violence With Benefits», avait été enregistré en live en acoustique dans une chapelle en 24h, ces conditions nous ont permis de nous rendre compte que l’on appréciait le fait de jouer et d’enregistrer vite: nous avons donc souhaité les reproduire dans une formule plus électrique. De cette idéelà, nous sommes partis enregistrer avec le batteur Alexandre Viudes en trio pendant 10 jours durant lesquels on a construit et placé

« Narrow Terence est un cowboy un peu loser, un peu anti-héros. »

les bases rock, électriques et mordantes de l’album. Après réflexion, en sortant du studio, nous nous sommes dit que l’on préférait toujours de mettre des couleurs et des nuances cinématographiques. C’est pour cela que nous avons réfléchi aux arrangements de cuivres et de cordes. Il y a donc eu un enregistrement à deux vitesses avec un truc très jeté dans un premier temps, et quelque chose de plus réfléchi dans un second temps. Cela a créé ce disque qui est à l’image de ce que nous avons toujours voulu faire, un disque à mi-chemin entre un corps grunge rock un peu sale et des arrangements qui font évoluer les morceaux. Julien Hattiger Le 14/04/17 à la Presqu’île - Annonay (07), le 30/04/17 à la Place des Danaïdes - Marseille (13) et le 03/06/17 au Château de Lourmarin (84) dans le cadre du festival Yeah!. www.facebook.com/narrowterencegroup. Crédit photo : Olivier Boulet & RCA Factory.


58 >> #NVmagZoom #SudEst

marion rampal Chanteuse et compositrice, la jeune marseillaise Marion Rampal sort son second album intitulé «Main Blue». Fruit d’une nouvelle maturité, il est également le résultat d’une quête inachevée sur elle-même ainsi que sur son chant. Influencée par des artistes de la Nouvelle-Orléans, mais aussi par des légendes telles que Patti Smith ou Jim Morrison, elle nous livre son impression personnelle sur la musique et nous guide dans son voyage spirituel. La musique est-elle venue très tôt à vous? Quelles ont été vos inspirations? J’ai pratiqué de la musique assez tôt dans mon enfance. Du piano, de la flûte, du chant chorale. Mais vraiment vers 14-15ans. Je rêvais d’être chanteuse de rock et j’étais une énorme fan de REM. A l’époque j’adorais le premier disque de Jeff Buckley. J’aimais beaucoup les Doors, Patti Smith et son côté poétesse. D’ailleurs, j’essaie vraiment de faire ce travail poétique. Vous avez sorti votre premier album en 2009, “Own Virago”. En décembre dernier sort “Main Blue”. Sept ans après, pouvonsnous vous demander ce qui vous a poussé à sortir cet album? Il y a eu un voyage déjà (Nouvelle-Orléans). Avant ce voyage j’étais intriguée par l’idée du blues. Je comprenais plus ou moins que le blues était la racine expressive de toutes les musiques que j’aimais: jazz, soul, rock. Je me demandais en tant que chanteuse-musicienne-française, comment je pouvais trouver mon blues à moi. C’est un travail qui continue encore aujourd’hui. Pour

écrire “Main Blue” il y a eu comme une espèce de quête intérieure. C’est un carnet de voyage mais pas que.Tout ça a pris beaucoup de temps. On remarque une plume très poétique dans vos paroles. L’écriture vous est-elle en quelque sorte curative? Complètement. Il y a une vertu cathartique. Pour écrire un morceau j’extrapole souvent un sentiment. Je le mets dans un autre univers. Je prends un personnage que je vais dériver, développer et il va prendre une autre vie dans la chanson. Le côté mélancolique est très présent dans votre album. Vous parlez d’amour et en même temps on retrouve cet aspect enthousiaste... Je crois que mon idée première du blues, je l’ai abordé par l’amour perdu. Je me suis intéressée à la figure des femmes troubadour qu’on appelait “trobairitz”. Je me suis dit que ça, c’était du blues qui venait de mon coin. C’est peut-être avec le cœur brisé qu’on peut s’ouvrir à la joie du monde. Ce qui est intéressant dans le blues, c’est qu’il peut faire le lien entre quelque chose


nouvelle-vague.com / avril 2017

de très intime et en même temps très universel. Il faut puiser dans la douleur. S’il y a une joie elle n’est pas inconsciente de la tristesse. On retrouve les deux couleurs: un blues noir et un blues positif. Quand on apprend que vous avez voyagé en Louisiane, le lien se fait rapidement avec “Visitation Of The Bayou Maharajah” qui est d’ailleurs dédicacé à James Booker. Mais alors quelle histoire se cache derrière ce morceau? Tout un circuit de la musique est propre à la Nouvelle Orléans. J’ai découvert des légendes de là-bas dont James Booker, un virtuose absolu du piano. C’est l’ancien prof d’Harry Connick Jr. Il (James Booker) était un grand pianiste qui n’a pas beaucoup enregistré parce qu’il se produisait davantage dans des bars et autres.

« C’est peut-être avec le cœur brisé qu’on peut s’ouvrir à la joie du monde. »

Il y a des liens entre ce que j’essaye d’utiliser dans la voix et ce qu’il faisait. Notamment les “yodel blues”; une façon très libertaire d’utiliser la voix. Ce morceau est donc une espèce de conversation avec un esprit. Avez vous des projets pour l’avenir, peut être un prochain album à venir? Oui, un album est prévu pour septembre 2017. Ce ne sera pas des compositions mais des musiques du Berlin des années 20-30 avec le quatuor à cordes Manfred. Ce sera donc du répertoire. Mais le but pour l’instant est de tourner “Main Blue” et de chanter avec le groupe. Imen Chadi Le 26/04/17 Salle Felix Martin – Saint-Raphaël (83). www.marionrampal.com


60 >> #NVmagAlbum DEPECHE MODE : Spirit (Columbia/Sony Music) JJJJJ

TY SEGALL : Ty Segall (Drag City) JJJ JJ

Parfois un single suffit « Where’s The Revolution » pour être attiré vers d’autres horizons. Et « Spirit » nous entraîne dans un univers froid où l’esprit humain n’existe plus. « Going Backward » nous introduit directement dans l’âme de l’album : inquiétant et froid. Les paroles sont sans concessions « We have no respect, We have lost control, We are going backwards ». Le single “Where ‘s The Revolution” est d’une rare efficacité. On trouve de la musique électronique minimaliste, Kraftwerk n’est pas loin sur « Scum » et « You Move ». « Cover Me » fait l’effet d’une mer calme et synthétique, on se laisse flotter ! L’un des morceaux fort est « Poison Heart » chanson règlement de compte ou état des lieux d’une relation ? « Poorman » est un blues synthétique avec clavier et guitare, le blues du 21 siècles ?! « Fail » « échec » conclut l’album comme une épitaphe. « Spirit » est un album cohérent sur le fond et la forme. La qualité de la production met parfaitement en valeur les sons et textes. Depeche Mode nous tend un miroir d’une beauté glaciale, à savourer ! Laurent Therese

Habitué à sortir plusieurs albums par an, le très prolifique multi-instrumentiste Ty Segall vient de sortir son neuvième album, au titre éponyme, qui fait écho à celui sorti en 2008 qui portait déjà le même nom. Cet album, très influencé par les années 70, possède une vraie marque de fabrique, oscillant entre rythmiques puissantes et solos tortueux. Dès « Break A Guitar », la première chanson, on est plongé dans un riff proche de Deep Purple qui laisse ensuite place à un couplet très grunge. C’est un mélange d’influences et de passion pour la musique qui caractérise son œuvre. Les 10 titres s’enchaînent vite, tous très rythmés et cette succession ne paraît pas ennuyeuse un seul instant. Et cela surtout grâce au talent que possède Ty Segall de nous toucher musicalement et de nous parler à travers ses instruments tout au long d’un album. Michaël Arlotto

TEAM GHOST : Team Ghost (Grand Musique Management) JJJJJ La presse n’a jamais manqué d’imagination pour attribuer des appellations particulières aux nouveaux groupes, donnant naissance à des noms de registres improbables qui portent plus souvent préjudice qu’autre chose aux artistes, éternels prisonniers d’une étiquette non désirée. Pourtant, il faut bien admettre que le NME a visé juste en qualifiant la musique des membres de Team Ghost de « cold gaze » (mélange de cold wave et shoegaze) il y a sept ans de cela. Et le temps ne semble pas avoir atténué leur volonté de marier des éléments sombres et inquiétants à de belles mélodies hypnotiques. Ni celle d’expérimenter toujours plus et de nous surprendre au fil des écoutes. On s’égare avec joie dans cet univers fait de synthés froids et de riffs distordus. Surpassant « Rituals » qui était déjà sublime, cette œuvre éponyme nous confirme que Team Ghost est bel et bien composé des enfants cachés de Kim Gordon et Riz Ortolani. A moins qu’il ne s’agisse de Bilinda Butcher et Disasterpeace ? Peu importe, le résultat est encore fabuleux. Sandra Cillo


nouvelle-vague.com / avril 2017

YARON HERMAN : Y (Blue Note) JJJJ J

FRITZ KALKBRENNER : Grand Départ (HIM) JJJJ J

D’emblée destiné à une carrière sportive dans le basketball, Yaron Herman s’est finalement tourné vers la musique suite à un accident. Un mal pour un bien sachant qu’aujourd’hui son talent de jazziste a largement su faire ses preuves. Son nouvel album, sobrement intitulé « Y » se veut une nouvelle fois le témoin d’un talent en constante évolution. Yaron parvient à raconter des histoires et à créer un certain ressenti à travers ses mélodies. C’est le cas de « Legs To Run », un morceau qui commence tout simplement et qui vient se complexifier petit à petit et où l’on ressent la panique, l’accélération progressive, comme une entité qui chercherait à fuir. Et que dire des pistes en collaboration avec Hugh Coltman, Dream Koala ou encore M ? Si le musicien parvient à nous charmer seul, il a su transcender ses propres compositions en invitant ces artistes talentueux à y apporter leur voix. Akim Defesche

Deux ans après “Ways Over Water”, Fritz Kalkbrenner, le producteur et compositeur berlinois, sort son quatrième album solo “Grand Départ”, un opus attendu par les fans qui ne seront certainement pas déçu ! Pratiquement dix ans après le succès de “Sky and Sand”, qu’il a réalisé avec son frère non moins célèbre Paul Kalkbrenner, Fritz offre un nouvel album riche en mélodies et arrangements musicaux berçé par sa voix grave de baryton. Sa musique est plus douce au rythme deep house et mélancolique, mêlée à une certaine forme de méditation. L’écoute de “Grands Départ” est très agréable car les titres s’enchaînent et sont tous à la fois dansant et relaxant. Un voyage d’une petite heure dans l’univers unique et à part de Fritz Kalkbrenner aux influences multiples. Et c’est avec finesse et talent que le producteur berlinois a aussi bien réuni de la contrebasse, du violon, de la guitare, de la trompette, de l’orgue, des bois et des cuivres et des percussions. “Grand Départ” est un album de qualité alliant élégance, douceur et réflexion à ne pas manquer ! Aurore Viberti

#NVmagLivre : STÉPHANE LOISY / VINCENT PÉRÉA : Sting, Depuis Tout Ce Temps (Editions Murat) JJJJ J

Sting, star planétaire, avait publié en 2004 une autobiographie captivante, « Broken Music ». L’ouvrage « Sting, Depuis Tout Ce Temps » en est le complément, avec un retour très documenté sur les trois décennies d’une carrière qui commença avec Police, continua en solo avec le succès que l’on sait, et une inspiration à 360 degrés, oscillant entre jazz, rock, musique sacrée, ballades traditionnelles et pop de luxe. Ce livre est le seul témoignage à ce jour vraiment réaliste du chemin professionnel d’un artiste à la conscience politique aiguisée. Il met en lumières plusieurs évènements peu connus, comme l’histoire du patronyme du groupe « The Police » ou le sens du texte de la chanson « Don’t Stand So Close To Me ». Alors qu’un nouvel album majeur « 57th and 9th Street » est sorti le 11 novembre dernier, cet ouvrage est le sésame pour comprendre de l’intérieur Sting et son parcours à multiples facettes. Raymond Sérini


62 >> #NVmagAlbum COLDCUT : Only Heaven (Ninja Tune) JJJJJ

DANIEL AVERY : DJ-Kicks (!K7 Records / Differ-Ant) JJJ JJ

Enfin le duo légendaire Jon More et Matt Black aka Coldcut est de retour! Les fondateurs de Ninja Tune la plateforme indépendante devenue mythique, reviennent avec leur premier EP depuis 2006. Toujours bien entourés, ils ont recruté Dave Taylor (Switch, Major Lazer) à la production, Roots Manuva, Roses Gabor et le bassiste Thundercat. « Only Heaven » est un cocktail de styles, les titres oscillent entre house hypnotique (« Creative ») et drum’n bass (« Donald’s Wig »). On retiendra surtout les 3 morceaux de hip hop électronique où Roots Manuva impose sa griffe. Sa voix chaude et puissante colle à merveille à l’atmosphère trouble et pesante. Les morceaux downtempo évoquent des ballades sombres et lascives aussi séduisantes que tristes. Un avantgoût suave d’un album très attendu. Evelyne Rydlöf

En 2016, Daniel Avery est entré dans la célèbre série DJ-Kicks, des compilations de techno et de house music crées par des artistes du monde entier chez le label !K7 Record : une mosaïque d’artistes tous aussi talentueux les uns que les autres. L’album est divisé en quinze titres mais qui, à l’écoute, forment un mix complet, ce qui prouve que le travail entre les artistes, qui sont nombreux (In Aeternam Vale, Artefakt, IORI, Planetary...), est approfondie et complet. Ce mix de soixante-dix-huit minutes comprend trois productions originales de Daniel Avery, dont un extrait de “Rote”, un projet avec l’artiste BleeD. Les morceaux qui défilent nous plonge dans un univers et une atmosphère hypnotique grâce à l’inspiration collective qui semble être en symbiose. Un réel délice pour les oreilles, un mix qui rassemble douceur, fraîcheur et de bons sons électroniques. Malgré la réticence de certaine personne à l’encontre de la culture club, Daniel Avery reste positif face à un public qui réclame en permanence de la nouveauté. Aurore Viberti

MÉLANIE PAIN : Parachute (Kwaidan Records) JJJ JJ La chanteuse caennaise Mélanie Pain sort son nouvel album « Parachute ». Elle avait auparavant participé au projet musical « Nouvelle Vague » et nous revient avec de la poésie et de la tendresse. Elle raconte à la manière d’un fantasme les moments de la vie d’une jeune femme. L’album commence doucement dans la variété française et se termine par un son plus jazz. Une musique intense qui mêle les cordes et les cuivres. L’intimité qui nous est offert à l’écoute de l’album est agréablement portée par la voix de Mélanie Pain qui n’est pas sans rappeler celle de Vanessa Paradis avec un ton plus mélancolique. Mais aussi par petite touche des rapprochements avec le style de Björk. Maîtrisé de bout en bout, « Parachute » représente une étape dans la carrière de Mélanie Pain. Ses choix artistiques ambitieux se mêle à une mélodie épurée de tout artifice. Elle nous offre un album moderne qui se laisse parfaitement écouté. Alexandre Mastagli


nouvelle-vague.com / avril 2017

PINK FLOYD : The Early Years 1967 - 1972 Cre/ation (Pink Floyd Records) JJJJ J C’est une bien jolie rétrospective que nous offrent les Pink Floyd avec ce double best of « The Early Years 1967-1972 ». Et un joli cadeau pour les fêtes à tous les fans. Au programme une sélection de morceaux des meilleurs années du groupe, dans leur période très psychédélique avec « Arnold Layne », « See Emily Play » et 2 magnifiques remixes de 2010 de « Matilda Mother » et « Jugband Blues ». Des surprises également avec par exemple « Flaming » lors de la session BBC de 1967 ou encore « Grantchester Meadows » et « Careful With Axe », enregistré en session BBC de 1969. Le groupe n’a pas non plus oublié les érudits de live avec « Interstellar Overdrive » enregistré au Paradisio de 1969, planant ! Le deuxième CD, dans la même veine est truffé de petites pépites remixées par Zabriskie Point comme « On The Highway » ou « The Riot Scene ». Un excellent condensé du très long parcours musical des Pink Floyd ! Céline Dehedin

YUSSEF KAMAAL : Black Focus (Brownswood Recordings / La Baleine) JJJJJ En 2015, le duo affolait déjà la toile avec une excellente boiler room. Un an après, les londoniens Yussef Dayes et Kamaal Williams présentent leur premier LP « Black Focus ». L’album s’ouvre comme une fleur, les timbres envahissent l’espace et le rythme se dessine. Les soufflants, d’emblée bavards, s’effacent progressivement pour laisser place à l’essence de la formation ; la complicité claviers-batterie. On découvre des morceaux épurés et entêtants où seul le groove importe, des grilles simples qui nous transportent jusqu’au dancefloor du brillant « Lowrider ». On pense aux synthétiseurs de Flying Lotus, à la basse de Thundercat, au Fender Rhodes de Ray Manzarek. Avec « Black Focus », Yussef Kamaal contribue à donner un nouveau souffle au jazz, et nous offre un premier album très spontané et instinctif où rien ne semble mesuré mais où tout est parfaitement à sa place. Guillaume Adamo

CHANVRE : Valkyrie Mécanique (Dooweet Agency) JJJ JJ Trois membres composent ce groupe créé en 2015. Chanvre fait preuve d’originalité en mélangeant plusieurs styles de musique : rock, grunge, nü métal. La qualité du son est exceptionnelle. Le regroupement de plusieurs styles donne un aspect nouveau à l’album. On pourrait même penser que Chanvre expérimente la musique. Il reste ce côté psychédélique qui est tiré des groupes de rock européens des années soixante, soixante dix. Son style un peu étrange le sort du lot. Cet esprit rebelle est accompagné de curiosité avec cette idée d’expérimentation. Chanvre veut éveiller l’attention du monde, pour cela, il exploite le son pour faire un maximum de bruit. Seul défaut de cet album, c’est qu’il laisse peu de place au chanteur, à la voix, ce qui contredit leur besoins de s’exprimer. Le groupe suscite alors plusieurs interrogations sur ses réelles intentions. Aude Picone


64 >> #NVmagAlbum ANGELFISH DECAY : Hypnotised Tourist (Differ-Ant) JJJ JJ

ALFIE RYNER : What’s Wrong? (Atypeek Music) JJJ JJ

Il est difficile de définir le style de cet audacieux projet. Le groupe de musiciens parisien expérimente les limites des cordes avec des effets purement punk. Textes en anglais, musique virevoltante « Hypnotized Tourist » est un concentré nerveux ou les cordes deviennent folle. Si l’album en lui-même est assez court puisqu’il ne contient que cinq titres, c’est pourtant un long et véritable plaisir si on se laisse emporter par les expériences du groupe. Parfaitement calibré pour les boîtes de nuit, certains des titres possèdent des identités qui rajoutent à l’étonnement comme « Go Somewhere », « Today » ou le très réussi « City Noise ». Il ne faut pas manquer un tel plaisir, cette découverte entre mélange étrange des genres et la sensation d’entrer dans un laboratoire. Le tout est une réussite globale qui ne manquera pas de faire parler dans le futur du groupe. Alexandre Mastagli

Le groupe Alfie Ryner nous offre, avec son nouvel album « What’s Wrong ? », un conglomérat de musique expérimentale à base de jazz généreusement mélangé à du rock ou à de la world music. L’album se montre sombre et alambiqué, il faudra du temps, à l’auditeur, pour comprendre totalement son intention et sa portée, si tant est qu’il y est quelque chose à comprendre. L’album semble, en effet, prendre un malin plaisir à nous perdre dans sa noirceur à travers des riffs de guitare rock accompagnés par des trombones jazz, des sonorités psychédéliques mélangées à des sons acoustiques, des paroles en Japonais avec des textes écrits dans la langue de Shakespeare, des morceaux à quatre voir cinq rythmes différents qui s’enchainent sans transition. TCet album est un laboratoire expérimental où se créent de fabuleuses fusions et mutations de genres musicaux. Un « jazz trash » peu accessible mais certainement appréciable. Thomas Vandewattyne

GNÔ : Sick Princess (Season of Mist / Send The Wood Music) JJJJ J C’est l’heure d’une petite mise au point ! Si vous n’avez jamais écouté le trio Gnô, alors il est temps de vous y mettre avec leur nouvel album « Sick Princess ». Après le départ de son leader Christophe Godin, l’on n’aurait pu penser que le nouveau guitariste Julien (Djul) Lacharme aurait eu du mal à trouver ses marques mais il n’en est rien ! L’auditeur peut donc retrouver cette subtile combinaison de gros riffs metal et de mélodies pop plus aérienne. Ce qui donne naissance à des titres sublimes comme « Love Is Over », « Lose Control » ou encore l’énergique « Deserve to Die » qui là encore reste dans la lignée musicale des albums précédents. Sans renier ses racines, des titres plus sombres font leur apparition « Don’t You See It Coming » ou « Black Widow », basculant franchement dans l’alternatif. Pari gagné donc, puisque dans la continuité de son parcours, Gnô réussi à intégrer dignement Djul, sans faire oublier totalement son prédécesseur. Céline Dehedin


nouvelle-vague.com / avril 2017

IMMANU EL : Hibernation (Glitterhouse / Differ-Ant) JJJJ J Cinq ans après «In Passage», les suédois Immanu El reviennent avec un quatrième opus. Grâce à la collaboration du producteur Johan Eckeborn, nommé aux Grammies, le groupe de dream-pop composé des frères Claes et Per Strängberg, David Lillberg et Jonathan Josefsson, sort un album majestueux, aux sons captivants et minimalistes. «Hibernation» est une ode à la pureté, dénoué de fioritures artistiques, laissant la part belle aux voix et arrangements électroniques mais aux rythmes définitivement lents. Le groupe scandinave est un vrai rafraîchissement sur la scène musicale et le chemin parcouru en dit long sur son talent. En naviguant du premier titre «Voices», véritable morceau d’introspection, aux titres expérimentaux «Hours» et «Completarium», « Hibernation » est un tournant dans la carrière du quatuor suédois où le temps et l’application ont joué un rôle dans la qualité de la production. Un album à écouter seul dans le froid. Théo Monsch

RODRIGO LEAO & SCOTT MATTHEW : Life Is Long (Glitterhouse / Differ-Ant) JJ JJJ Compositeur et producteur portugais, Rodrigo Leao choisit la voix du chanteur australien Scott Matthew pour l’album “Life is Long”. Ces deux artistes sont des habitués des collaborations puisqu’en effet, Rodrigo a eu l’occasion de travailler aux côtés de Beth Gibbons (Portishead) pendant que Scott collaborait aux côtés de Sia. Pourtant, tous les deux occupés dans leurs divers projets, ils trouvèrent le temps d’élaborer cet album “Quiet Noise”. Ce style musical particulièrement calme et doux. On pourrait croire à un album homogène et un peu répétitif. “Nothing Wrong”, ce n’est qu’en tendant bien l’oreille qu’on découvre alors une certaine cohésion entre le compositeur et le chanteur. C’est un goût de voyage et de mélancolie qui résulte de leur travail et très vite, on remarque la fusion entre la voix de Scott et l’orchestration de Rodrigo. Imen Chadi

VOLO : Chanson Française (Blue Line) JJJJ J Volo est un duo de chanson française composé des deux frères Volovitch. Ils harmonisent leurs voix autour d’une guitare nylon électro-acoustique, et cela avec beaucoup de musicalité. C’est particulièrement le cas dans leur album «Chanson Française». Les mélodies sont riches, les arrangements travaillés, une pop acoustique variée entre groove, arpèges, et riffs. Les thèmes abordés par Volo sont la critique sociétale (« J’hésite »), la musique marketing («Chanson Française»), la vieillesse («La crise»), toujours abordés avec amour et sensibilité. Volo conte ses chansons rappelant Peps ou encore Mickey 3D. Cela renforce la proximité de ce nouvel album, dans lequel la majorité des paroles sont à la première personne du singulier. «Chanson Française» est un album rafraîchissant, une découverte enrichissante. Valentin Farin


66 >> #NVmagAlbum AYNOA : One Step (Aynoa Music) JJJ JJ

FUFANU : Sports (One Little Indian / A+LSO / Sony) JJJJ J

Aynoa est aussi mystérieuse que son nom. Nous découvrons dans son EP « One Step » une voix à la douceur plus que caractéristique. Chacune de ses paroles est un hymne à la sincérité et à l’amour. En six chansons, elle arrive à nous convaincre de son authenticité et de sa bienveillance. C’est d’ailleurs dans cette perspective qu’elle a créé sa chanson « Prières » en soutien à l’association Endomind et à la lutte contre l’endométriose. Par sa musique, elle a l’ambition de donner de l’espoir à ceux qui l’écoutent. Derrière sa voix, des instruments accentuent ses propos avec délicatesse et pureté. Elle est également accompagnée d’Edgar Sekloka qui slame à ses côtés dans la chanson « Non Dits ». Toutes ses chansons sont dédiées à une ou plusieurs personnes, qu’elles soient en français ou en anglais. Sans jamais trop en faire, Aynoa délivre ses émotions et les partage à sa façon en nous emmenant dans son monde plein de douceur et de nostalgie. Johanna Bonenfant

Le leader du groupe, Kaktus Einarsson l’affirme : Fufanu ne se soucie guère d’appartenir à un quelconque genre et compte bien trouver sa propre voie. Une ouverture d’esprit qui semble être le fil conducteur du quintet qui a choisi, pour ce deuxième opus « Sports », d’oser une transition aussi radicale qu’efficace en opérant un virage de la techno vers des sonorités post-punk-expérimental. Produit par Nick Zinner des Yeah Yeah Yeahs, les Islandais nous délivrent un album aux influences sombres et agitées, porté par des instrumentales électro et une voix nonchalante, qui rappelle par moment celle de Damon Albarn sur des titres comme « Bad Rockets » ou « Tokyo ». Damon Albarn qui a d’ailleurs su déceler le potentiel du groupe en lui demandant d’assurer les premières parties de Blur, et d’ainsi lui permettre de faire voyager sa musique au-delà des frontières islandaises. Lucas Leray

TOC & THE COMPULSIVE BRASS : Air Bump (Circum-Disc) JJJJ J Abandonnant l’acoustique de leur dernier album “Qeqertarsuatsiaat”, le trio TOC (Ternoy, Orins, Cruz), rebranche ses instruments et s’adjoint quatre soufflants (saxophones, tuba, trombone et trompette) pour une nouvelle expérience musicale.”Air Bump”, que l’on pourrait traduire par soufflerie, convient fort bien à cet ensemble, même si le Rhodes, la guitare et la batterie ne se laisse pas envahir par leurs acolytes. Si, à la première écoute, leurs compositions semblent aller dans tous les sens, on se rend compte, une fois acclimaté à leur univers, que cette musique est, au contraire, très structurée, tout en laissant une belle place à l’improvisation. Des sonorités, des harmonies, aux confins du jazz, du prog, ou comme dans le dernier titre “Kat Kid”, du New Orleans mais doté d’un certain esprit punk ! Jacques Lerognon


SUIVEZ-NOUS!

nouvellevague.mag

nouvellevaguemag

nouvelle_vague1

nouvelle-vague-magazine

nouvellevaguemag

nouvellevaguemag

TOUTE L’ACTU MUSICALE DU SUD-EST


NV #233 - avril 2017  

Retrouvez notre numéro d'avril avec Chinese Man en couverture, l’agenda concerts, les chroniques disques, ainsi que les interviews exclusive...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you