Issuu on Google+

VITALIC TouTE L’ACTu MuSICALE Du SuD-EST # 231 - FÉVRIER 2017 >> PIERS fACCINI / BRISA RoCHé / HIGHER GLENN HuGHES / TEAM GHoST / CoNGER! CoNGER! / MAGALI PIANoCEAN / AGENDA CONCERTS / ALBUMS...


SUIVEZ-NOUS!

nouvellevague.mag

nouvellevaguemag

nouvelle_vague1

nouvellevaguemag

TOUTE L’ACTU MUSICALE DU SUD-EST


>> Sommaire 04. Live Report + SMS 05. Ma Playlist : Bernard Menu 06. Live Report + SMS 07. Album de Légende : Miles Davis 07. Il y a 10 ans... : Abd Al Malik 08. Live Report + SMS 09. Partenaires 10. A la Une : Vitalic 14. Agenda Concerts 30. Live 44. Zoom : Piers Faccini 46. Zoom : Brisa Roché 48. Zoom : Glenn Hughes 50. Zoom : Team Ghost 52. Zoom : Pianocean 54. Zoom Sud-est : Conger ! Conger ! 56. Zoom Sud-est : Higher 58. Zoom Sud-est : Magali 60. Album 64. Album Sud-est

>> Humeur Le choix «Tout dans la vie est une affaire de choix, ça commence par la tétine ou le téton, ça se termine par le chêne ou le sapin.» L’aphorisme de Pierre Desproges, teinté d’un doux cynisme, énonce une réalité à laquelle nous sommes en permanence confrontés. Et si notre quotidien est parsemé de choix anodins, il est des décisions plus profondes qui engagent notre existence ou tout du moins la manière de la mener. Faire le choix de l’optimisme, par exemple. Ne pas céder au cynisme ambiant pour s’orienter vers des horizons plus ouverts et porteurs d’espérance. C’est mon choix? Philippe Perret

BP 62 - 06142 VENCE cedex 04 93 58 51 51 contact@nouvelle-vague.com www.nouvelle-vague.com www.facebook.com/nouvellevague.mag Directeur de la publication Philippe PERRET > direction@nouvelle-vague.com Secrétaire de rédaction Aurélie KULA > contact@nouvelle-vague.com Responsable commercial & communication Sandra CILLO > communication@nouvelle-vague.com

Rédacteurs Lucile ADÈLE, David BARTOLI, Laetitia BASTARI, Marie BERGINIAT, Matthieu BESCOND, Johanna BONENFANT, Thomas BOVYN, Jean-Paul BOYER, Rémi CAVAILLES, Thomas CHARVET, Kadha CISSOKO, Shani DE VECCHI, Céline DEHEDIN, François DEVRED, Sarah FOUDRIER, Paul GANASSALI, Florent GILIBERT, Stéphane GRANDIN, Christophe GUILBERT, Nicolas HILLALI, Frédérick JOURDON, Elisa KLEIN, Marianne LARCHERON, Annie LÊ, Matthieu LEGER, Jacques LEROGNON, Adrien LEVEQUE, Jean-Jacques MASSE, Christopher MATHIEU, Margaux MAURISSET, Christian MEIFFRET, Nicolas MONNIN, Vincent PAOLINO, Mourad REBBANI, Laure RIVAUD - PEARCE, Anthony ROSE, Alice ROUSSELOT, Evelyne RYDLÖF, Hélène SALIMBENI, Fanny SANANES, Raymond SERINI, Lyuba SOFRONIEVA, Loïc SUMIEN, Laurent THERESE, Jean-Luc THIBAULT, Emmanuel TRUCHET, Aurore VIBERTI, Rose VIGNAT.

Stagiaires Guillaume ADAMO, Rami AISSAOUI, Michael ARLOTTO, Michael BEAUME, Imen CHADI, Lola CHINELLI, Akim DEFESCHE, Valentin FARIN, Julien HATTIGER, Lucas LERAY, Alexandre MASTAGLI, Théo MONSCH, Océane PARRA, Aude PICONE, Jérémie RUSSO, Thomas VANDEWATTYNE. Tirage 10 000 exemplaires. Dépôt légal 1er trimestre 2017. N° ISSN 1266-8591. Maquette Philippe PERRET. Photo couverture X. Impression Graficas Piquer (Espagne). Régie publicitaire La Plage (04 93 58 51 51). Nouvelle Vague est édité par La Plage. Abonnement 10 euros pour 10 numéros. Distribution «Nouvelle Vague» est distribué gratuitement dans plus de 350 points de la région Sud-Est. Liste complète des lieux sur : www.nouvelle-vague.com/ou-le-trouver Magazine fondé en 1994. ::: Prochain numéro le 28 février 2017 :::


4 >> #NVmagLiveReport Retrouvez nos compte-rendus de concerts en textes et en images sur nouvelle-vague.com et facebook.com/nouvellevague.mag

Wax Tailor Le 30/11/16 au Silo - Marseille (13). Photo : Laurent Bruguerolle (laurentbruguerolle.zenfolio.com)

#NVmagSMS

Envoyez vos photos “musicales” à contact@nouvelle-vague.com. Les sélectionnées seront publiées dans Nouvelle Vague.

>>> EXPO LIVE IN MARSEILLE « Presque 20 ans », la nouvelle exposition de photos de concerts visible au Lollipop Music Store à Marseille du 01/02/17 au 04/03/17. Le vernissage aura lieu le 01/02/17 en présence de la musicienne Magali, une révélation LiM 2016. >>> NUITS BARRÉES Le festival Nuits Carrées et La Tangente s’associent pour donner naissance aux « Nuits Barrées, La Tangente des Nuits Carrées » ayant pour but le projet commun la valorisation et le développement du secteur musical azuréen.


Bernard Menu

#NVmagMaPlaylist >> 5 liés. Par exemple « Cinema Paradiso » de Giuseppe Tornatore avec la musique de Morricone est un chef d’œuvre. Pour le livre, je suis entrain de finir « La fabrique du monstre » de Philippe Pujol. Ce brillant journaliste s’est frotté au milieu de la délinquance et de la drogue à Marseille, dans les quartiers nord et nous montre comment ce monstre a pu grandir dans l’indifférence et sous l’incompétence des politiques de la cité ... très intéressant et très courageux. Mon concert, c’est Peter Gabriel aux arènes de Nîmes « Secret world tour ». Je ne m’en suis toujours pas remis.

Réalisateur musical et musicien, Studio 26b à Marseille (13) Ta personnalité, ton parcours? Je suis passionné de musique et de son depuis mon plus jeune âge. Je suis musicien avant d’être technicien et je suis arrivé à la technique en travaillant dans divers studios d’enregistrement avec les ingénieurs résidant. Aujourd’hui je mets ces compétences au service des artistes qui viennent me rencontrer pour réaliser leur projet. Ta playlist ? Pour la musique la chanson « Hejira » de Joni Mitchell avec Jaco Pastorius me bouleverse toujours autant depuis 20 ans... c’est la grande classe. Au cinéma, je suis très amateur de films anciens. Je suis compositeur de musique à l’image et pour moi le son et l’image sont très

Ta plus grande émotion musicale ? Heureusement il y en a eut plein ... En tant que musicien, j’accompagne sur scène Yvan Le Bolloc’h dans le projet « Ma guitare s’appelle reviens ». Nous avons fait la fête de l’huma et là quand vous jouez devant 60 000 personnes, vous êtes heureux d’avoir travaillé la musique et d’être récompensé ainsi, entouré de vos amis musiciens. C’était génial et en plus j’y ai rencontré la femme de ma vie, donc sublime moment. En tant que spectateur, j’étais au concert d’Ennio Morricone à Bercy et là j’étais submergé par l émotion pendant 2 heures ... Ton espoir pour le futur ? La paix bien sûr sur cette belle planète où nous n’avons qu’à vivre harmonieusement mais où le profit et le pouvoir ont malheureusement pris le dessus. Je suis persuadé que la nature reprendra ses droits ... Pour la culture, je rêve qu’il y ait de plus en plus de festivals, de scènes ouvertes aux talents méconnus et qui méritent une meilleure visibilité. Aujourd’hui le net joue le jeu de la promotion pour tous et il serait bon que les professionnels s’y intéressent …


6 >> #NVmagLiveReport Retrouvez nos compte-rendus de concerts en textes et en images sur nouvelle-vague.com et facebook.com/nouvellevague.mag

The Cure Le 18/11/16 à l’Arena – Montpellier (34). Photo : Jean-Luc Thibault (inthestreet.fr)

#NVmagSMS

Envoyez vos photos “musicales” à contact@nouvelle-vague.com. Les sélectionnées seront publiées dans Nouvelle Vague.

>>> TREMPLIN SCENE DECOUVERTE #8 Ouverture des inscriptions au Grand Sud Est pour tous les groupes de composition uniquement. De nombreux lots à remporter dont un showcase à la Fiesta des Suds 2017. Avant le 28/02/17 sur www.orizonsud.com >>> LES INOUÏS DU PRINTEMPS DE BOURGES Du 10/01 au 04/02/17, 27 salles dans toute la France accueilleront les auditions régionales des Inouis du Printemps de Bourges. www.reseau-printemps-com


#NVmagAlbumDeLegende >> 7

MILES DAVIS Miles Ahead

Il y a 10 ans...

Sorti en novembre 1957. Après avoir enregistré «Birth Of The Cool» entre 1948 et 1950, avec la participation de Gerry Mulligan et de Gil Evans, Miles Davis réitère sa collaboration avec ce dernier pour l’arrangement et la production de l’album orchestral «Miles Ahead» sur le label Columbia. Et malgré les obligations contractuelles de Miles avec le label Prestige, l’album sort en 1957. Le groupe variant selon les sessions d’enregistrement, on notera la présence d’Art Taylor à la batterie, Lee Konitz au saxophone alto, Paul Chambers à la contrebasse et Miles Davis, de façon inédite, au bugle. «Why’d you put that white bitch on there?». Tels étaient les premiers mots de Miles Davis au directeur de Columbia George Avakian en découvrant la couverture initiale de l’album en 1957, présentant une femme et un enfant blancs sur un voilier. Par la suite, elle est remplacée par une photographie de Miles en train de jouer de la trompette. Une pochette moins propice à l’évasion mais plus en adéquation avec le tempérament de l’artiste.

Dans l’histoire du jazz, «Miles Ahead» semble à part. L’errance artistique du trompettiste dans les années 1950 va découler d’un changement profond de l’individu. Accro à l’héroïne et à la cocaïne, Miles va débuter un sevrage bénéfique pour la suite de sa carrière. Miles Davis est enthousiaste à l’idée de travailler à nouveau avec le grand Gil Evans, faisant partie des rares artistes considérés par le musicien, et la qualité de la production s’en ressent naturellement. L’album est sans doute le plus mélodieux dans la discographie de l’artiste avec un continuum sonore qui fait la particularité de ce disque. Les ballades «My Ship» et «Miles Ahead» ainsi que les compositions d’Ahmad Jamal pour «New Rhumba», Dave Brubeck pour «The Duke» en hommage à Ellington et Gil Evans pour «Blues for Pablo» en mémoire au peintre espagnol font de cet album un chef d’œuvre. Théo Monsch

ABD AL MALIk En 2006 Abd Al Malik sortait son second album solo, “Gibraltar”. Album phare qui sera récompensé par les Victoires de la Musique et fera décoller sa carrière. Riche de messages relatant la réalité des quartiers, il est devenu une des références du rap français. L’artiste, très engagé, déclame un slam rempli de désenchantement mais aussi d’espoir.


8 >> #NVmagLiveReport Retrouvez nos compte-rendus de concerts en textes et en images sur nouvelle-vague.com et facebook.com/nouvellevague.mag

Naive New Beaters Le 22/10 à la Fiesta des Suds - Marseille (13). Photo : Sarah Foudrier

#NVmagSMS

Envoyez vos photos “musicales” à contact@nouvelle-vague.com. Les sélectionnées seront publiées dans Nouvelle Vague.

>>> TREMPLIN JAZZ A SÈTE Le festival Jazz à Sète lance son 12e Tremplin Jazz. Ouvert à tous les groupes amateurs de la note bleue. Envoyez vos dossier avant le 20/02/17. www.jazzasete.com/tremplin >>> CLASS’EUROCk 2017 Les inscriptions sont ouvertes pour la nouvelle édition. Si vous êtes jeunes, musiciens et voulez vous produire sur une belle scène, vous avez jusqu’au 10/02/17. classeurock.aixqui.fr


Programmation

LE VoLuME

Du 01/01 au 31/12/2017 à Nice (06) www.source001.com Programmation

MJC PICAuD

Du 01/01 au 31/12/2017 à Cannes (06) www.mjcpicaud.fr Programmation

PANDA EVENTS

Du 01/06 au 31/12/2017 à Nice (06) www.panda-events.com Programmation

THéÂTRE Du CHÊNE NoIR

Du 01/11/2016 au 01/11/2017 à Avignon (84) www.chenenoir.fr Programmation

NoMAD’ CAfé

Du 01/11/2016 au 01/11/2017 à Marseille (13) www.lenomad.com

VoIX DE fEMMES Du 11 au 26/03/2017 à Saint-Martin-de-Crau (13) www.cdc-smc.fr

BABEL MED MuSIC Du 16 au 18/03/2017 à Marseille (13) www.babelmedmusic.com

fESTIVAL INTERNATIoNAL Du fILM D’AuBAGNE Du 20 au 25/03/2017 à Aubagne (13) www.aubagne-filmfest.fr


10 >> #NVmagZoom #AlaUne

VITALIC Depuis plus de vingt ans, Pascal Arbez-Nicolas alias Vitalic enflamme les dancefloors pour notre plus grand plaisir. Son dernier album en date «Voyager» nous plonge dans les étoiles à travers une odyssée cosmique, où les plages de synthétiseurs aux sons rêveurs et nostalgiques enchantent nos oreilles et rappellent nos amours de jeunesse. Retour vers le futur pour cet amoureux du disco qui n’en finit plus de nous faire danser. Vous avez sorti vos premiers EP sous les pseudo Dima, Hustler Pornstar, Vital Ferox et enfin Vitalic en 2001. Quelle est l’origine de Vitalic? C’est un prénom d’origine russe tout simplement. J’ai étudié le russe pendant longtemps donc j’ai pas mal voyagé dans des pays de l’ex URSS et j’ai trouvé que ce prénom là était quelque chose de très musical qui évoquait l’énergie et la danse c’est pourquoi j’ai décidé de l’adopter. Aujourd’hui vous êtes considéré comme un pionnier du milieu électro pourtant, enfant vous vous dirigiez vers un style musical plus classique. J’avais envie de faire l’électronique depuis tout jeune même s’il est vrai que j’ai joué du trombone durant une quinzaine d’année. J’avais envie d’étudier la musique et un instrument, et c’est tombé sur le trombone. Mais dès tout petit j’avais envie de faire l’électronique. Dijonnais de naissance, vous fréquentez à l’époque le club mythique de la ville, l’An-Fer Club où Laurent Garnier est le

DJ résident entre 1990-94. Pouvez-vous nous parler un peu de cette période révélatrice? C’était une période super puisque c’était une petite ville en pleine révolution. Il se trouve que Dijon était hyper active sur le sujet. C’est une ville de moins de deux cent mille habitants avec ce fameux club mais aussi avec tout ce que cela peut créer au niveau local donc il y avait des événements, c’était extrêmement vivant et j’étais ravi d’être dans ce mouvement là. Il y avait beaucoup de musiciens locaux qui marchaient bien à l’international, nous recevions énormément de DJ internationaux. Nous n’avions pas du tout le sentiment d’éloignement, d’être de la province, nous étions dans le vif du sujet. «Voyager» est un album qui rien qu’à la pochette se veut très rétro. Pourquoi ce retour vers le futur musical? Parce qu’en fait c’est quelque chose qui caractérise mon projet Vitalic je crois, c’est quelque chose qu’on ne peut pas situer. Mes morceaux qui ont le mieux marché, même «Poney EP» en 2001, sont en général


« J’aime beaucoup la technologie, il y a un travail de recherche de nouvelles technologies et d’application avec la musique tout ça est quand même relativement excitant. »


des choses qu’on ne peut pas situer dans le temps, cela s’inscrit dans un mouvement futuriste et donc «Voyager» va vraiment dans cette direction là : entre le disco, la techno, avec beaucoup de mélodies. Je suis revenu à la mélodie et j’ai fait en sorte qu’il y ait beaucoup de place aux synthétiseurs, donc il y a forcément un côté rétro. Dans cet album vous mettez en avant les collaborations avec des artistes internationaux comme David Shaw, Mark Kerr et la française Miss Kittin. Comment avezvous été amené à travailler avec eux? De manière très simple, en général ce sont des gens dont j’apprécie le travail. On s’apprécie mutuellement et puis c’est une simple demande comme ça à un déjeuner, ça a été le cas pour Miss Kittin. On déjeune, je lui explique que je gère l’instrumental que j’entend une voix aérienne sur un thème particulier et après le déjeuner on va écouter et on décide faire le morceau sur le champ. Pour

David Shaw et Mark Kerr, ce sont des gens que j’ai vu en concert vers lesquels je suis revenu après. Ce sont des choses qui se font de manière très fluide. Au niveau production audiovisuelle, quels seront les clips de cet album? Alors le prochain clip qui arrive c’est «Waiting For The Stars». C’est Charlie Le Mindu, une personne incroyable, coiffeur très reconnu qui réalise aussi des vidéos à base de monstres, de filles en paillettes. Donc là ce sera avec des danseuses en paillettes et puis d’autres suivront ensuite, mais «Waiting For The stars» est le premier happening. Pour votre tournée V-Mirror en 2010 et VTLZR de 2012 vous avez fait appel à l’agence 1024 Architecture, spécialiste des installations lumineuses intelligentes. En quoi est-ce primordial de sans cesse innover sur scène, dans une époque où les mémoires s’altèrent et où


nouvelle-vague.com / février 2017

les spectateurs en attendent toujours plus visuellement? Je pense que proposer un show, une scénographie avec la musique ça amène et raconte vraiment quelque chose. J’aime beaucoup la technologie, il y a un travail de recherche de nouvelles technologies et d’application avec la musique tout ça est quand même relativement excitant. Ensuite en électro c’est finalement un type qu’on voit d’assez loin avec des machines, il n’y a pas autant de communication qu’avec un groupe par exemple. J’ai fait énormément de tournées avec Rétro Machines où j’arrivais et je posais mon matos devant vingt mille personnes. Je l’ai fait plein de fois, mais au bout d’un moment j’eu envie d’amener quelque chose en plus. C’est ça le show! Vous avez quatre albums studio à votre actif: «Ok Cowboy», «Flashmob», «Rav Age» et «Voyager» qui semblent tous différents comme si votre discographie était une anthologie, un laboratoire expérimental. Comment l’expliquez-vous? Je l’explique par le fait que je refuse de faire automatiquement ce que l’on attend de moi parce que je ne suis pas un jukebox. Comme j’ai des humeurs qui changent avec le temps, du coup ça se ressent dans ma musique. On entend vraiment dans le premier album que j’étais dans l’électro, dans le rock, dans le punk. Dans le second j’étais plus dans le disco. Dans le troisième on entend que je suis retourné à l’électro et dans ce quatrième je suis revenu à de la mélodie, des synthétiseurs c’est ça qui caractérise ma discographie, mes humeurs changent et mes disques suivent ces humeurs là. Puisque nous avons évoqué le passé et l’aspect rétro de votre dernier album, im-

aginez que vous conduisiez la Delorean de Doc et Marty Junior dans « Retour Vers Le Futur », dans quelle époque voudriezvous «Voyager»? Je voudrais aller en 1976 au studio 54 à NewYork pour voir comment ça se passait et puis faire un petit tour au Palace à Paris. Aussi depuis les années 80 pour voir comment c’était même si des soirées dans ce style existent encore à Paris car j’y vais donc j’ai une petite idée. Et puis il y a les années 70 aussi, avec l’explosion du synthétiseur et les soirées de l’époque, le début des groupes électro punk. Ce serait génial!

« Je suis revenu à la mélodie et j’ai fait en sorte qu’il y ait beaucoup de place aux synthétiseurs, donc il y a forcément un côté rétro. » En ce début d’année 2017, que souhaitezvous aux lecteurs de Nouvelle Vague? Je pourrais souhaiter de voir la vie moins grise que ce qu’elle est en ce moment, en tout cas je suis dans cette démarche là. Qu’en 2017 on voit le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide. Puis surtout danser, ça fait un bien fou! Theo Monsch Le 24/02/17 au Dock des Suds - Marseille (13) et le 25/02/17 à Paloma - Nîmes (30). www.vitalic.org Crédit photo : C. le Mindu & D. Hugono Petit


14 >> #NVmagAgenda Concerts Pour figurer dans notre Agenda Concerts, envoyez vos infos avant le 15 à contact@nouvelle-vague.com

féVRIER 2017 04 // Alpes-de-Haute-Provence - février 2017 03 TEMENIK ELECTRIC Le Kfé Quoi - Forcalquier (04) 04 COPERNIC K’fé Quoi - Forcalquier (04) 21:00 04 KURSED K’fé Quoi - Forcalquier (04) 22:30 10 CACTUS K’fé Quoi - Forcalquier (04) 21:30 11 BRENDREN K’fé Quoi - Forcalquier (04) 22:30 18 MACLICK K’fé Quoi - Forcalquier (04) 21:30 24 AZYD AZYLUM K’fé Quoi - Forcalquier (04) 21:30 24 DOBERMAN CREW K’fé Quoi - Forcalquier (04) 22:30

05 // Hautes-Alpes - février 2017 04 VOX Cabaret Populaire - Gap (05)

06 // Alpes-Maritimes - février 2017 02 BIGA RANX / JAHNERATION Théâtre Lino Ventura - Nice (06) 03 KURSED / AEG Le Volume - Nice (06) 21:00 04 GUIZMO Nikaïa Live - Nice (06) 04 Festival Underland 2 : 69 DB / OSMIK / SENO NARKOTEK / DJ FREQUENCY MJC Picaud Cannes (06) 20:30 04 MERRY MAYHEM / MAZE´S MOOD / ASTROLAB Le Volume - Nice (06) 21:00 10 KALISTA / MISS LEIA Le Volume - Nice (06) 20:00 10 ADRIEN BRANDEIS QUINTET Salle Laure Écard - Nice (06) 20:30 10 KALISTA Le Volume - Nice (06) 21:00 11 SANSEVERINO Les Arts d’Azur - Le Broc (06) 11 TEAM GHOST / PRESS GANG METROPOL MJC Picaud - Cannes (06) 20:30


nouvelle-vague.com / février 2017

11 LES TIKIS Le Volume - Nice (06) 21:00 17 THE LANDSCAPE TAPE / AFRICA TWIN / REGRESS Le Volume - Nice (06) 18 Crossover : STEREOCLIP / KEMIST C’Factory - Nice (06) 18 HENRY PADOVANI Le Volume - Nice (06) 21:00 24 ALA.NI Forum Nice Nord - Nice (06) 20:30 24 MODERN ELECTRICS / QUID / DAS GISCARD MACHINE Le Volume - Nice (06) 21:00 25 FRENCH BOUTIK / ZEMBLAS Le Volume - Nice (06) 21:00 27 DIDIER LOCKWOOD TRIO Opéra de Nice - Nice (06)

07 // Ardèche - février 2017 13 // Bouches-du-Rhône - février 2017 02 OAI STAR Le Moulin - Marseille (13) 02 BENJAMIN BIOLAY Le Silo - Marseille (13) 20:00 03 Les Suds, en Hiver : LA CIE RASSEGNA Salle Mistral - Saint-Martin-de-Crau (13) 18:30


16 >> #NVmagAgendaConcerts 03 HIPPOCAMPE FOU / R.CAN Nomad’ Café - Marseille (13) 20:30 03 JOHANN BERBY Cité de la Musique - Marseille (13) 20:30 03 THE TEMPERANCE MOVEMENT Le Moulin - Marseille (13) 20:30 04 SYLVIE PAZ & DIEGO LUBRANO Le Petit Duc - Aix-en-Provence (13) 04 MUDANZA / LA REDONNE Le Portail Coucou - Salon de Provence (13) 20:30 04 SYLVIE PAZ / DIEGO LUBRANO Le Petit Duc - Aix-en-Provence (13) 20:30 04 THAT’S LIFE Salle de l’Atelier Rouvière - Marseille (13) 20:30 04 Les Suds, en Hiver : TAMER ABU GHAZALEH Cargo de Nuit - Arles (13) 21:00 04 ROMAIN HUMEAU L’Usine - Istres (13) 21:00 04 THE BRIDGE «ESCAPE LINE» Moulin à Jazz - Vitrolles (13) 21:00 05 Les Suds, en Hiver : DUO PRADAL Château de Tarascon – Centre d’Art René d’Anjou Tarascon (13) 15:00 05 DEVIN TOWNSEND / BETWEEN THE BURIED AND ME / LEPROUS Le Moulin - Marseille (13) 19:00 10 LAURA PERRUDIN / MICHEL BENITA / MICHELE RABBIA Le Petit Duc - Aix-en-Provence (13) 10 PERRUDIN / BENITA / RABBIA Le Petit Duc - Aix-en-Provence (13) 10 WINTER FAMILY / ROXY’S ANGRY L’Embobineuse - Marseille (13) 10 OAI STAR / MUGE KNIGHT Le Moulin - Marseille (13) 20:30 10 TEAM GHOST / PICNIC REPUBLIC Le Poste à Galène - Marseille (13) 21:00 11 NICOLAS JULES Le Petit Duc - Aix-en-Provence (13) 11 ART GARFUNKEL Le Silo - Marseille (13) 20:00 11 NICOLAS JULES Le Petit Duc - Aix-en-Provence (13) 20:30 11 SOFIA PARK Le Portail Coucou - Salon de Provence (13) 21:00 12 THE MYSTERY LIGHTS Le Molotov - Marseille (13) 14 JIVE ME Le Portail Coucou - Salon de Provence (13) 21:00 15 JENIFER Le Silo - Marseille (13) 17 THE FLYING PADOVANI’S Le Poste à Galène - Marseille (13) 21:00 18 LAURA SAUVAGE Le Portail Coucou - Salon de Provence (13) 21:00 20 HELMET Le Moulin - Marseille (13) 20:30 23 INUA Magic Mirror - Istres (13) 20:30 23 SLIMANE Le Silo - Marseille (13) 20:30 23 THE INSPECTOR CLUZO Le Poste à Galène - Marseille (13) 21:00 24 VITALIC / ODC Dock des Suds - Marseille (13) 19:30


nouvelle-vague.com / février 2017

24 L.Y.A / PAUL MORGAN AND THE MESSENGERS Magic Mirror - Istres (13) 20:30 24 THE LIMINANAS / THE PLEASURES Espace Julien - Marseille (13) 20:30 25 ANNE SILA L’Usine - Istres (13) 21:00

2A // Corse-du-Sud - février 2017 2B // Haute-Corse - février 2017 26 // Drôme - février 2017 24 DELUXE Théâtre Le Rhone - Bourg Les Valence (26) 20:00

30 // Gard - février 2017 01 CAGE THE ELEPHANT Paloma - Nîmes (30) 02 LAMBCHOP Paloma - Nîmes (30) 20:00 03 PIERS FACCINI Paloma - Nîmes (30) 19:00 03 GEORGIO / WELCH Paloma - Nîmes (30) 03 ERIC LONGSWORTH & REMI CHARMASSON / GUILLAUME SEGURON Temple - Junas (30) 20:30 17 FRITZ KALKBRENNER Paloma - Nîmes (30) 22 PETIT BISCUIT Paloma - Nîmes (30) 20:00 24 Zion d’Hiver : RAGGASONIC / SEBASTIAN STURM / MARK WONDER / SARA LUGO / ONDUBGROUND / BASS TROOPERZ... Forum - Laudun (30) 24 JAZZ CARTIER / CHARLES X Paloma Nîmes (30) 21:00 25 VITALIC Paloma - Nîmes (30) 20:00 28 LUCKY CHOPS Paloma - Nîmes (30)


18 >> #NVmagAgendaConcerts 34 // Hérault - février 2017 01 ESCAPE LANE Le Jam - Montpellier (34) 20:30 03 DAVID ESKENAZY TRIO Gazette Café - Montpellier (34) 03 ROMAIN HUMEAU Le Victoire 2 - Saint-Jean-de-Vedas (34) 20:00 07 CASS MC COMBS Rockstore - Montpellier (34) 19:30 08 CHALI 2NA & DJ KRAFTY KUTS Rockstore - Montpellier (34) 19:30 10 WALLACE Le Sonambule - Gignac (34) 21:00 11 CONGER! CONGER! The Black Sheep - Montpellier (34) 12 CHELSEA GRIN / BETRAYING THE MARTYRS / MAKE THEM SUFFER / VOID OF VISION Secret Place - St Jean de Védas (34) 13 JENIFER Le Corum - Montpellier (34) 14 ME FIRST AND THE GIMME GIMMES / MASKED INTRUDER Secret Place - St Jean de Védas (34) 20:00 17 WALLACE La Passerelle - Jacou (34) 17 One Man Band Festival #4 : BOB LOG III / RONAN / BANG BANG GIRL / BLUES STREET ONE MAN BAND Secret Place - Montpellier (34) 19:00 17 SETH GUEKO Le Victoire 2 - Saint-Jean-de-Vedas (34) 20:00 18 One Man Band Festival #4 : THOMAS SCHOEFFLER / DEAD CAT STIMPY / SHAKE IT LIKE A CAVEMAN / JACOB WILD Secret Place - Montpellier (34) 19:00 21 ROMARE Rockstore - Montpellier (34) 19:30 23 BONGA Le Victoire 2 - Saint-Jean-de-Vedas (34) 20:00 24 CLUB V2 : MOSHPIG / NOTHING FROM NO ONE / DETOXED Le Victoire 2 - Saint-Jean-deVedas (34) 19:30 24 TAL Le Pasino - La Grande Motte (34) 20:00 26 AMIR Le Pasino - La Grande Motte (34) 18:00 26 DOYLE Secret Place - Montpellier (34) 20:00

83 // Var - février 2017 03 EMILY LOIZEAU La Croisée des Arts - St Maximin (83) 21:00


nouvelle-vague.com / février 2017

04 PIERS FACCINI / YELLI YELLI Théâtre Denis - Hyères (83) 20:30 09 FLEUR SANA Hôtel des Arts - Toulon (83) 18:30 10 OLD DREAMERS JAZZ BAND Théâtre Galli - Sanary-sur-Mer (83) 10 ALAIN CHAMFORT Espace Victor Hugo - Puget-sur-Argens (83) 20:30 10 DIWAN TRIO Le Chantier - Correns (83) 20:30 10 LES BARBEAUX / FOUCH TRIO Cinema le Matavo - Cabasse (83) 20:30 11 AVISHAI COHEN TRIO Espace Félix-Martin - Saint-Raphaël (83) 22 JOHN MAYALL & THE BLUESBREAKERS Théâtre Galli - Sanary-sur-Mer (83) 20:30

84 // Vaucluse - février 2017 02 ESCAPE LANE AJMI - Avignon (84) 20:30 03 ANDRE MINVIELLE / LA MOSSA La Gare - Coustellet (84) 21:30 17 CABADZI X BLIER / POTOCHKINE La Gare de Coustellet - Maubec (84)


20 >> #NVmagAgendaConcerts

MARS 2017 04 // Alpes-de-Haute-Provence - mars 2017 03 ERNEST K’fé Quoi - Forcalquier (04) 21:30 11 TANA & THE POCKET PHILARMONIC K’fé Quoi - Forcalquier (04) 21:30 17 BOTTLE NEXT K’fé Quoi - Forcalquier (04) 21:30 24 THE WAYNERS K’fé Quoi - Forcalquier (04) 21:30 25 APEROTEK K’fé Quoi - Forcalquier (04) 18:00

05 // Hautes-Alpes - mars 2017 06 // Alpes-Maritimes - mars 2017 03 KAENA COLORA Salle Laure Écard - Nice (06) 20:30 07 MARIE FRASCHINI / MIN SUCK HUH / MATEUSZ DUTKA / FUMIKA KONISHI Théâtre Alexandre 3 - Cannes (06) 19:00 10 KERY JAMES MJC Picaud - Cannes (06) 16 DELUXE La Palestre - Le Cannet (06) 21:00 17 JEAN CHRISTOPHE DI COSTANZO Théâtre Croisette - Cannes (06) 20:30 18 DIDIER SUPER Les Arts d’Azur - Le Broc (06) 18 JOY Théâtre Francis Gag - Nice (06) 20:30 19 JOY Théâtre Francis Gag - Nice (06) 15:00 19 KIDS UNITED Palais Nikaia - Nice (06) 15:00 23 JULIEN DORE Palais Nikaia - Nice (06) 20:00 24 TRYO La Palestre - Le Cannet (06) 20:30 25 THE SKATALITES / THE SKALIPSOULS Les Arts d’Azur - Le Broc (06) 25 Crossover : ACID ARAB C’Factory - Nice (06) 20:00 30 JENIFER Acropolis - Nice (06)

07 // Ardèche - mars 2017


nouvelle-vague.com / février 2017

13 // Bouches-du-Rhône mars 2017 03 KERY JAMES Dock des Suds Marseille (13) 03 MARIA SIMOGLOU Cité de la Musique - Marseille (13) 20:30 03 MARION RAMPAL Le Petit Duc - Aixen-Provence (13) 20:30 04 GRANDES MOTHERS / GAÏO Le Petit Duc - Aix-en-Provence (13) 20:30 04 ONE SHOT LILI Salle de l’Atelier Rouvière - Marseille (13) 20:30 04 CHRIS CHEEK Moulin à Jazz - Vitrolles (13) 21:00 04 LES SHERIFF L’Usine - Istres (13) 21:00 07 VINCENT DELERM / ADRIEN SOLEIMAN Théâtre du Gymnase - Marseille (13) 07 VERONIC DICAIRE Le Dôme Marseille (13) 20:30 08 KERY JAMES / IRAKA Dock des Suds - Marseille (13) 19:30 09 FATALS PICARDS Salle du Roucas Vitrolles (13) 20:00 09 MIOSSEC Bibliothèque Discothèque Le Merlan - Marseille (13) 20:30 10 RADIO ELVIS / FISHBACH / FRANCOIS & THE ATLAS MOUNTAINS Espace Julien Marseille (13) 19:30 10 LO CÒR DE LA PLANA Cité de la Musique - Marseille (13) 20:30 10 MAGMA Le Moulin - Marseille (13) 20:30


22 >> #NVmagAgendaConcerts 10 MOSSUT L’Usine - Istres (13) 21:00 11 REQUIN CHAGRIN La Meson - Marseille (13) 11 THE PIROUETTES / CLEA VINCENT Le Molotov - Marseille (13) 20:00 11 ARTÙS Cité de la Musique - Marseille (13) 20:30 11 GERARD MOREL Le Petit Duc - Aix-en-Provence (13) 20:30 11 PATRICIA KAAS Le Dôme - Marseille (13) 20:30 11 THE PIROUETTES / CLEA VINCENT Le Poste à Galène - Marseille (13) 21:00 11 RONIN / SLEEPY HEAD’S L’Usine - Istres (13) 22:00 12 LA MAISON TELLIER / PETIT FANTOME / CHARLIE O Le GRIM - Marseille (13) 13 ALESSANDRO BOSETTI Cité de la Musique - Marseille (13) 19:00 14 Voix de Femmes : POMME Le Galet Centre Culturel - St Martin De Crau (13) 21:00 16 TRIVIUM / SIKTH / SHVPES Espace Julien - Marseille (13) 20:00 16 VINCENT PEIRANI Le Comoedia - Miramas (13) 21:00 16 Voix de Femmes : FATOUMATA DIAWARA Le Galet Centre Culturel - St Martin De Crau (13) 21:00 17 LAURENT COULONDRE TRIO Le Petit Duc - Aix-en-Provence (13) 20:30 17 MALIKA BELLARIBI Cité de la Musique - Marseille (13) 20:30 17 VIANNEY Le Moulin - Marseille (13) 20:30 18 ASKEHOUG Le Petit Duc - Aix-en-Provence (13) 20:30 18 DELUXE L’Usine - Istres (13) 21:00 18 Voix de Femmes : ROBYN BENNETT / BANG BANG Le Galet Centre Culturel - St Martin De Crau (13) 21:00 21 JULIEN DORE Le Dôme - Marseille (13) 20:00 21 Voix de Femmes : BURIDANE Le Galet Centre Culturel - St Martin De Crau (13) 21:00 23 BEY.LER.BEY TRIO BMVR Alcazar - Marseille (13) 17:30 23 $-CREW Le Dôme - Marseille (13) 20:00 23 Voix de Femmes : LUCY DIXON Le Galet Centre Culturel - St Martin De Crau (13) 21:00 24 BEY.LER.BEY TRIO Cité de la Musique - Marseille (13) 20:30 24 GAUTHIER TOUX TRIO Le Petit Duc - Aix-en-Provence (13) 20:30 24 THE H.O.S.T / KURSED Le Moulin - Marseille (13) 20:30 24 CLAUDIO CAPEO L’Usine - Istres (13) 21:00 25 LES TÊTES DE LINETTES Le Petit Duc - Aix-en-Provence (13) 20:30 25 MYRA MELFORD & BEN GOLDBERG Moulin à Jazz - Vitrolles (13) 21:00


nouvelle-vague.com / février 2017

26 Voix de Femmes : NOA Le Galet Centre Culturel - St Martin De Crau (13) 18:30 29 DANYEL WARO / ZANMARI BARE Espace Julien - Marseille (13) 19:30 29 YOUSSOU NDOUR Le Silo - Marseille (13) 20:30 30 PERTURBATOR Jas Rod - Pennes Mirabeau (13) 20:00 31 ALEXIS TCHOLAKIAN Le Petit Duc Aix-en-Provence (13) 20:30 31 LATCHO DIVANO Cité de la Musique Marseille (13) 20:30 31 THE AMAZING KEYSTONE BIG BAND Salle Guy Obino - Vitrolles (13) 20:30 31 EL GATO NEGRO L’Usine - Istres (13) 21:00

30 // Gard - mars 2017 02 ROYAL REPUBLIC Paloma - Nîmes (30) 20:00 04 TAGADA JONES Paloma - Nîmes (30) 20:00 08 SHANNON WRIGHT Paloma - Nîmes (30) 20:00 09 KERY JAMES Paloma - Nîmes (30) 17 MATMATAH Paloma - Nîmes (30) 20:00 18 MARTA REN & THE GROOVELVERTS Paloma - Nîmes (30) 20:00 28 FRANK TURNER / FORREST POOKY Paloma - Nîmes (30) 20:00 31 PERTURBATOR Paloma - Nîmes (30) 20:00


24 >> #NVmagAgendaConcerts 34 // Hérault - mars 2017 01 AXIS Secret Place - Montpellier (34) 20:00 02 TRUST Rockstore - Montpellier (34) 19:30 08 LOS FASTIDIOS Secret Place - Montpellier (34) 20:00 09 TALISCO Rockstore - Montpellier (34) 19:30 10 This is England #6 : SURVET SKINS / CHRON GEN / INFA RIOT / THE GONADS / GONNA GET YOURS Secret Place - Montpellier (34) 19:00 11 This is England #6 : NABAT / BOOZE AND GLORY / DECIBELIOS / GRADE 2 Secret Place Montpellier (34) 19:00 16 DE PALMAS Le Pasino - La Grande Motte (34) 20:00 17 DELUXE La Cigalière - Sérignan (34) 20:30 18 VIANNEY Rockstore - Montpellier (34) 20:00 21 SLAUGHTER AND THE DOGS Secret Place - Montpellier (34) 20:00 22 JULIEN DORÉ Zenith du Sud - Montpellier (34) 22 LESCOP Rockstore - Montpellier (34) 19:30 22 SNOT / BREED MACHINE Secret Place - Montpellier (34) 20:00 23 TRYO Le Zinga Zanga - Béziers (34) 20:30 24 THE ARRS / MY SECRET SAFE Secret Place - Montpellier (34) 20:00 29 THE MEANTRAITORS / DEMON VENDETTA Secret Place - Montpellier (34) 20:00 30 LAST TRAIN Rockstore - Montpellier (34) 19:30

83 // Var - mars 2017 02 BEN MAZUE Théâtre du Rocher - La Garde (83) 20:30 07 SALUT SALON Théâtre Galli - Sanary-sur-Mer (83) 08 LA GRANDE SOPHIE & DELPHINE DE VIGAN Théatre en Dracénie - Draguignan (83) 20:30 10 JOAN-FRANCÉS TISNÈR : TRALHAIRES Le Chantier - Correns (83) 10 JOAN-FRANCÉS TISNÈR Le Chantier - Correns (83) 20:30 11 LATINAME Le Bucéphale - Draguignan (83) 20:30 16 ELLE & ELLES Espace Félix-Martin - Saint-Raphaël (83) 16 BLEU CANYON Hôtel des Arts - Toulon (83) 18:30 17 TIE BREAK Théâtre Galli - Sanary-sur-Mer (83) 21:00 18 KIDS UNITED Zenith Omega - Toulon (83) 17:00


nouvelle-vague.com / février 2017

18 GENERAL ELEKTRIKS / BLEU CANYON La Croisée des Arts - St Maximin (83) 21:00 25 SOUTH OF NOWHERE Omega Live - Toulon (83) 20:30 25 South of Nowhere# 2 : SHEETAH & LES WEISSMÜLLER / THE ZEMBLASLES / BEBERTS Omega Live - Toulon (83) 21:00 26 THE SKATALITES / MELLOW MOOD Omega Live - Toulon (83) 19:00 28 DE PALMAS Théâtre Galli - Sanary-sur-Mer (83) 20:30 29 I MUVRINI Théâtre Galli - Sanary-sur-Mer (83) 20:30

84 // Vaucluse - mars 2017 03 ETIENNE JAUMET La Gare de Coustellet - Maubec (84) 21:30 11 BATLIK La Gare de Coustellet - Maubec (84) 18 Festival Yeah! : MORANDO & VILLENEUVE & TRIO VACARME / NARROW TERRENCE Chêne Noir - Avignon (84) 18:30 24 ANNE PACEO / PROJET CIRCLES La Gare de Coustellet - Maubec (84) 31 Les Musiques Inclassables Font Le Printemps : LA MANTA / LAURE BRISA / JOUJOU La Gare de Coustellet - Maubec (84)


26 >> #NVmagAgendaConcerts

AVRIL 2017 04 // Alpes-de-Haute-Provence - avril 2017 21 MARCUS GAD K’fé Quoi - Forcalquier (04) 21:30 22 JUNE BUG K’fé Quoi - Forcalquier (04) 21:30 29 YUNA PROJECT K’fé Quoi - Forcalquier (04) 21:30 29 SPIRIT BOMB K’fé Quoi - Forcalquier (04) 22:30

05 // Hautes-Alpes - avril 2017 06 // Alpes-Maritimes - avril 2017 06 BROKEN BACK / NAPKEY Théâtre Lino Ventura - Nice (06) 07 ETIENNE JAUMET Villa Arson - Nice (06) 22 Crossover : MAX GRAEFF & GLENN ASTRO C’Factory - Nice (06) 25 FLORENT BONTRON / CECILE BONTRON Théâtre Alexandre 3 - Cannes (06) 19:00 25 VERONIC DICAIRE Palais Nikaia - Nice (06) 20:00

07 // Ardèche - avril 2017 13 // Bouches-du-Rhône - avril 2017 01 BENOIT DOREMUS Le Petit Duc - Aix-en-Provence (13) 20:30 01 CHINESE MAN Le Moulin - Marseille (13) 20:30 01 NO DRUMS JAZZ TRIO Salle de l’Atelier Rouvière - Marseille (13) 20:30 07 GEORGIO Espace Julien - Marseille (13) 20:00 07 PIERRE FENICHEL TRIO Le Petit Duc - Aix-en-Provence (13) 20:30 08 SAEZ Le Dôme - Marseille (13) 20:00 26 MANS ZELMERLOW Le Silo - Marseille (13) 20:00 28 E.SY KENNENGA Le Moulin - Marseille (13)

26 // Drôme - avril 2017


nouvelle-vague.com / février 2017

30 // Gard - avril 2017 34 // Hérault - avril 2017 06 WINTER FAMILY Rockstore - Montpellier (34) 07 NEKROMANTIX / DAISY DICK AND HE CANNIBAL SINNERS Secret Place - Montpellier (34) 08 BRUNO MARS Park&Suites Arena - Montpellier (34) 08 THE REAL KIDS Secret Place - Montpellier (34) 20:00 11 ANTARES / DUST IN VEGAS Secret Place - Montpellier (34) 20:00 14 ELMER FOOD BEAT Secret Place - St Jean de Védas (34) 20:00 16 THE EXPLOITED / THE CASUALTIES / CODE RED Secret Place - Montpellier (34) 18:00 21 CHAOS SYNOPSIS Secret Place - Montpellier (34) 20:00 25 SIBERIAN MEAT GRINDER / xINQUISITIONx Secret Place - Montpellier (34) 20:00 26 THE DICTATORS NYC Secret Place - Montpellier (34) 20:00 28 BISHOPS GREEN Secret Place - Montpellier (34) 20:00


28 >> #NVmagAgendaConcerts 83 // Var - avril 2017 01 MARIANNICK SAINT-CERAN 4TET & JEAN FRANÇOIS BONNEL Théâtre Galli - Sanary-surMer (83) 01 LAURA CAHEN / BESSA Théâtre Denis - Hyères (83) 20:30 08 OPÉ SMITH SEXTET Espace Félix-Martin - Saint-Raphaël (83) 08 ROVER / BARBAGALLO Espace Malraux - Six-Fours-Les-Plages (83) 08 CLARA SCHMITT Théâtre Galli - Sanary-sur-Mer (83) 20:30

84 // Vaucluse - avril 2017 07 BILLIE BRELOK La Garance - Cavaillon (84) 08 BILLIE BRELOK / GEORGIO La Garance - Cavaillon (84) 21 I ME MINE / THE H.O.S.T La Gare de Coustellet - Maubec (84)

98 // Monaco - avril 2017 01 FAADA FREDDY Espace Léo Ferré - Monaco (98)

MAI 2017 02 MADBALL / UNFIT / DJ HUGAUZE Secret Place - Montpellier (34) 20:00 05 BEN MAZUE / SWEEM Théâtre Lino Ventura - Nice (06) 06 THE TOASTERS / KORTTEX Secret Place - Montpellier (34) 20:00 07 BLACK MAMBAS Secret Place - Montpellier (34) 20:00 09 CHRISTOPHE MAE Le Dôme - Marseille (13) 20:00 10 CHRISTOPHE MAE Le Dôme - Marseille (13) 20:00 12 Moshfest #3 : SUBLIME CADAVERIC DECOMPOSITION / CRIPPLED FOX / APPRAISE / THE ARSON PROJECT / TINA TURNER FRAISEUR/ TASTE THE FLOOR Secret Place - Montpellier (34) 12 DEPECHE MODE Stade Charles Ehrman - Nice (06) 19:45 12 TRIO VILLENA Le Petit Duc - Aix-en-Provence (13) 20:30 13 Moshfest #3 : BLOCKHEADS / INHUMATE / VENGEANCE / RIPOSTE / LUST FOR DEATH / PENDRAK Secret Place - Montpellier (34) 13 BERLINE Le Petit Duc - Aix-en-Provence (13) 20:30 13 ORIGINE Salle de l’Atelier Rouvière - Marseille (13) 20:30


nouvelle-vague.com / février 2017

14 LOUIS WINSBERG TRIO Le Petit Duc - Aix-en-Provence (13) 20:30 18 SUPERBUS La Palestre - Le Cannet (06) 20:30 19 GANGBÉ BRASS BAND Espace Félix-Martin - Saint-Raphaël (83) 27 LE CONDOR Théâtre Galli - Sanary-sur-Mer (83) 20:30

JuIN 2017 16 SHY’M Le Silo - Marseille (13) 20:30 20 SYSTEM OF A DOWN / MASS HYSTERIA Arènes - Nîmes (30) 24 HANS ZIMMER Arènes - Nîmes (30) 20:30

JuILLET 2017 07 MICHEL SARDOU Arènes - Nîmes (30) 21:00 11 RAMMSTEIN Arènes - Nîmes (30) 12 RAMMSTEIN Arènes - Nîmes (30) 17 CHRISTOPHE MAE Arènes - Nîmes (30) 18 PLACEBO Arènes - Nîmes (30) 19 LES INSUS Arènes - Nîmes (30) 20 LES INSUS Arènes - Nîmes (30) 22 LES INSUS Scène Massena - Nice (06) 20:30

AouT 2017 07 KENDJI GIRAC Zenith Omega - Toulon (83) 07 SOPRANO Stade Vélodrome - Marseille (13) 16 FLORENT PAGNY Zenith du Sud - Montpellier (34) 20:00


30 >> #NVmagLive fESTIVAL BIAC

BIGA RANX

Marseille, la Cité Phocéenne, s’apprête à accueillir la deuxième édition des exploits artistiques du BIAC (Biennale Internationale des Arts du Cirque). L’univers totalement décalé et plein de surprise de ce festival s’en va proposer une expérience unique accordant les mouvements corporels délicats et gracieux aux notes de musique virevoltantes. Ses reproductions spectaculaires font de lui le plus grand festival des arts du cirque au monde, et il s’apprête à atterrir dans la région PACA. C’est un mélange de soixante compagnies qui vient offrir l’émerveillement aux habitants de 29 villes différentes, dévoilant un masque de mélancolie, d’humour, de prouesses techniques, de poésie, d’amour et d’émotion. Parmi les compagnies, Le « Lonely Circus » sera présent, composé de Sebastien Le Guen, équilibriste, Jérôme Hoffmann, musicien/compositeur, Jonathan Fenez également musicien/ compositeur et Stéphane Guillemin, comédien, ou alors pour les amoureux de l’abstrait avec la présence de la compagnie suédoise Cirkus Cirkör. Le BIAC est un festival qui dérange par la beauté de ce qu’il exprime. Rami Aissaoui Du 21/01/17 au 19/02/17 à Marseille (13) www.biennale-cirque.com

Biga Ranx, de son vrai nom Gabriel Piotrowski, a grandi avec le reggae. Il débute dans le milieu à l’âge de 13 ans, poussé par un frère DJ et une sœur passionnée par les UB40. Alliant des influences diverses telles que Super Cat ou Alton Ellis, il délivre des compositions mélangeant reggae, hip-hop et ragga. Il impulse à ses mélodies un groove avec une voix prodigieuse. Un potentiel de sa trempe ne laisse personne indifférent. Ce français de 28 ans est dans la lignée de Naâman. Après plusieurs albums à son compteur, notamment en 2013 avec « Good Morning Midnight », Biga Ranx revient en ce début d’année. Afin de confirmer son succès, le MC prometteur retourne sur scène, avec un nouvel opus intitulé « Sniff » porté par le single « Liquid Sunshine ». De Solidays à la scène de l’Olympia, cet artiste bouge les foules et entraîne son public dans un reggae moderne et énergique. Michael Beaume Le 02/02/17 au Théâtre Lino Ventura – Nice (06). www.bigaranxofficial.com Crédit photo : Matthieu Lemaire-Courapied


nouvelle-vague.com / février 2017

GéRALD DE PALMAS

EMILY LoIZEAu

Devenu un artiste incontournable de la variété française depuis plusieurs années, Gérald De Palmas a pourtant eu une carrière avec beaucoup de hauts et de bas, ayant même parfois besoin d’aide pour composer ses albums alors qu’il est lui-même auteur-compositeur. Mais cette période délicate est maintenant passée et l’artiste originaire de la Réunion compose régulièrement des nouveaux albums solos qui sont beaucoup appréciés en France. Son plus grand succès est incontestablement l’album pop « Marcher dans le sable » sorti en 2000, disque de diamant (plus d’un million d’exemplaires vendus) et gagnant de nombreux prix musicaux en France. Son huitième album studio, « La beauté du geste », est sorti dans les bacs en juin dernier et a eu un succès immédiat auprès des fans de l’artiste grâce notamment aux deux singles : « Il Faut Qu’on S’Batte » et « Le Jour de Nos Fiançailles » qui ont bénéficiés d’une large diffusion à la radio. Michaël Arlotto Le 02/02/17 à la Palestre – Le Cannet (06), le 18/03/17 à la salle Le Silo – Marseille (13) et le 28/03/17 au théâtre Georges Galli – Sanarysur-Mer (83). www.depalmas.net Crédit photo : Vincent Philbert

Emily Loizeau sera présente dans le Sud-Est pour le plus grand bonheur de tous. Vous la connaissez habituellement dans son registre folk pop. En 2017, elle revient sur scène avec son quatrième album Mona, sorti en mai 2016. Influencée par Lou Reed, PJ Harvey, Bob Dylan, Nina Simone, Tom Waits, Georges Brassens et Barbara, son album est coloré, lumineux, acide parfois, il mélange les styles, de la ballade imaginaire au punk acoustic ou au rock mélancolique. La jeune franco-britannique a puisé dans son histoire familiale pour créer un album où il est question de naufrage, de psychiatrie et d’hérédité. Elle réussit à soigner ses blessures en essayant de faire comprendre à son public son lourd passé. C’est la première fois depuis 11 ans qu’elle produit des chansons aussi sombres. Un live avec pleins d’émotions, du français à l’anglais, préparez vous à voyager. Lola Chinelli Le 03/02/17 à La Croisée des Arts – St Maximin (83) et le 11/03/17 au Théâtre – Privas (07). www.facebook.com/emilyloizeau Crédit photo : Diane Sagnier


32 >> #NVmagLive

HIPPoCAMPE fou Le 03/02/17 au Nomad’Café – Marseille (13). Pour tous les amoureux de la plume, de textes très travaillés et de rap, Hippocampe Fou arrive sur scène, accompagné de R.Can, pour vous faire découvrir le thème de son dernier album en date : Le ciel. Ce pionnier du rap concilie approche lyrique démonstrative et un flow propre à lui pour éveiller les sens du public. Un véritable récital de phonétiques pour inonder la scène. À noter que ces deux maîtres de cérémonies sont véritablement ancrés dans la culture hip-hop/rap et que leurs écrits peuvent parfois faire penser à ceux d’artistes comme MC Solaar. Hippocampe

Fou se lance dans une tournée internationale avec son Céleste Tour pour proposer ses qualités de lyriciste/poète, on compte déjà de nombreuses salles en France et en Belgique. Ce MC témoigne de deux albums à son actif dont les nombreux titres sont disponibles sur les plateformes YouTube, Deezer et TuneIn. Ce conteur moderne débarque dans la région Sud-Est, et plus précisément dans la Cité Phocéenne pour vous raconter son histoire. Rami Aissaoui www.facebook.com/hippocampefou


nouvelle-vague.com / février 2017

LES SuDS EN HIVER

KoLoRZ fESTIVAL

Festival d’habitude associé à la chaleur de l’été, les Suds s’offrent une édition hivernale pour nous faire découvrir une fois de plus les musiques du monde. Au programme 3 jours de concerts et 3 lieux différents, où nous pourrons nous délecter du mélange de culture musicale proposé par la Cie Rassegna. Un croisement habile entre musique sicilienne, hispanique ou encore arabo-andalouse, le tout accompagné d’un chœur de 300 écoliers. Pas le temps de souffler, le jour d’après c’est au tour de Tamer Abu Ghazaleh, qui avait fait son premier concert en France au Suds de 2014 avec succès, de revenir démontrer son talent avant-gardiste et rafraîchissant. Enfin, histoire de clore ce festival en beauté, nous serons convié à apprécier le duo Pradal composé d’un père et sa fille (Vincent et Paloma Pradal). Ce duo familial, qui a déjà pu faire ses preuves lors de l’édition de juillet 2016, nous offrira du cante profond andalou et du flamenco plus festif en première partie, suivi d’une revisite des meilleurs albums de Vincent Pradal. Akim Defesche Le 03/02/17 à la Salle Mistral - Saint-Martinde-Crau (13), le 04/02/17 au Cargo de Nuit Arles (13) et le 05/02/17 au Centre d’Art René d’Anjou - Château de Tarascon (13). www.suds-arles.com/le-revivre-des-suds.html

Déjà pourvu d’un festival d’été qui rassemble les grands noms de la scène techno mondiale, le Kolorz festival revient pour une quatrième édition, cette fois-ci hivernale dans l’Espace Auzon à Carpentras. Contrairement aux éditions d’été, le festival se déroulera en intérieur et les horaires permettront de danser jusqu’au bout de la nuit. Kolorz Productions, devenu une référence majeure des événements électronique en France se prépare à accueillir une programmation riche et variée, notamment avec Joris Delacroix, acteur incontournable de la techno avec ses sublimes mélodies atmosphériques. Marquée par son éclectisme, de Møme, artiste aux sonorités jazzy à Etienne de Crecy, digne représentant de la FrenchTouch, en passant par Scuba, figure majeur de la musique électronique avec son label Hotflush Recordings, cette nouvelle édition semble destinée à tenir toutes ses promesses en transformant la ville de Carpentras, le temps de deux nuits, en dance-floor géant. Dans leurs rôles, ils seront aidés par d’autres acteurs tels que Oxia, Acumen, Trader, Sonja Moonear, Cebb et enfin Antigone, résident des soirées Concrete qui clôturera cette nouvelle édition du Kolorz Festival. Julien Hattiger Les 03 et 04/02/17 à l’Espace Auzon - Carpentras (84). www.kolorzfestival.com


34 >> #NVmagLive LA RouTE Du JAZZ

PHILIPPE VILLA TRIo

Des chants des esclaves noirs américains, aux scènes des grands festivals actuels, le chemin fût long et sinueux, riche d’aventures musicales et de personnages emblématiques. « Sur La Route du Jazz » est un spectacle musical retraçant les temps forts de cette épopée contemporaine, entrecoupés de courtes présentations qui donneront au public les clés de la compréhension et du ressenti de cette vaste culture qu’est le jazz. Festival signé Pierre Bertrand, qui avant de créer le Nice Jazz Orchestra signa de nombreux arrangements orchestraux pour Claude Nougaro, Charles Aznavour, Lio ou Pascal Obispo. Le programme se présente sous la forme d’une série de tableaux comme un voyage au travers des différents courants du jazz : la genèse, le new orléans, la swing area, l’époque du bebop, le cool jazz, le jazz funky, le jazz rock. Crée en 2008, le NJO exprime dans sa démarche musicale une volonté d’explorer des musiques qui groovent. Lola Chinelli Du 03/02/17 au 05/02/17 au Théâtre Francis Gag – Nice (06). www.nicejazzorchestra.fr

Des groupes de jazz de la Côte d’Azur, le Philipe Villa Trio est de ceux qui comptent, les amateurs de jazz azuréens le savent bien. Mais leur réputation va désormais bien au-delà de notre région, ils reviennent d’une tournée au Canada. Philippe Villa était encore tout récemment derrière le Steinway du Carnegie Hall à New York. Après un premier groupe en 1988, le Joy Trio, déjà avec Gérard Juan à la batterie, le pianiste Philippe Villa forme en 2009 le trio qui porte son nom où Fabrice Bistoni tient la contrebasse. Ils ont déjà deux albums à leur actif et un troisième en préparation, dont on entendra, qui sait, quelques morceaux dans ce prochain concert. Leur jazz est moderne et très mélodique. Il sait aussi bien swinguer qu’inviter le spectateur à un voyage plus cérébral d’où le groove n’est jamais absent. La complicité entre les trois musiciens est manifeste, on est très loin du schéma encore classique, d’un leader accompagné de deux rythmiciens. Non, il y a comme un souffle qui porte leur musique. Jacques Lerognon Le 04/02/17 au Pôle Culturel Auguste Escoffier – Villeneuve-Loubet (06). www.philippevillatrio.com


nouvelle-vague.com / février 2017

SoIRéE MuSIQuE AMéRICAINE

ALAIN CHAMfoRT

C’est dans le cadre du 70ème anniversaire du Festival international du Film de Cannes que ce concert est proposé. Arcis Saxophon Quartett ainsi que l’Orchestre de Cannes dirigé par Charles Davis Abell se produiront cette année au Théâtre Croisette. L’ensemble Arcis Saxophon Quartett s’est formé en 2009 à l’Université pour la musique et les Arts de Munich. Ces quatre saxophonistes dégagent un charisme saisissant, pour qui l’expression individuelle implique l’harmonie et l’équilibre du son. Ils remportent de nombreux prix à travers l’Europe, dont le 1er Prix du Concours International de Musique de Berlin en 2016. Au Théâtre Croisette ils interpréteront l’exigeant «Concerto pour saxophone quartet» de Philip Glass, célèbre compositeur américain. L’Orchestre proposera des œuvres populaires de la musique américaine, sous la direction de Charles Davis Abell, spécialiste du répertoire. Valentin Farin Le 10/02/17 au Théâtre Croisette – Cannes (06) www.orchestre-cannes.com

De celui que l’on surnommait « chanteurs à minettes » avec des premiers succès entêtants tel que « Adieu Mon Bébé Chanteur » à l’interprète du tube « Manureva », écrit par Serge Gainsbourg, et vendu à 1 million d’exemplaire, il n’y a qu’un pas. Depuis, Alain Chamfort fut autant auteur/compositeur d’une musique intimiste empreinte d’ironie que d’albums comme « Une Vie Saint Laurent », projet retraçant la vie du célèbre couturier français. Ainsi, le dandy de la chanson française touche à tout, finissant même par opter pour un virage électronique en confiant ses tubes à des producteurs électro tels que le duo Paradis et le DJ Ivan Smagghe. Fort d’une carrière de plus de 50ans, Alain Chamfort parvient toujours à s’inscrire dans le temps en attirant un public de plus en plus large. Figure incontournable de la pop française, l’artiste à la carrière singulière et surprenante revient pour une tournée de concerts non pas dans les glaces de l’Alaska mais bien en France en 2017. Julien Hattiger 10/02/17 à l’Espace Culturel Victor Hugo – Puget-sur-Argens (83) www.alain-chamfort.com Crédit photo : Jean-Christophe Marmara


36 >> #NVmagLive

GuIZMo Le 03/02/17 au Cargo de Nuit – Arles (13) et le 04/02/17 au Nikaia - Nice (06). En 2009 Guizmo fait la rencontre du groupe l’Entourage composé de plusieurs rappeurs comme Doum’s, Alpha Wann, Jazzy Bazz, Nekfeu, 1995. Cette rencontre lui permettra d’assurer des scènes libres et battles. Après avoir fait ses preuves, le jeune parisien sort son premier album “Normal” sous le label Y&W avec des featurings avec Deen Burbigo et 2zer (S-Crew) sur “L’Entourage”, ou Selah Sue et Nekfeu sur “Crazy Vibes”. Très vite on se rend compte des influences du rappeur. On pense alors

à 2pac ou Biggie sur “Back In The Days” ou “A.Z”. On note d’une manière générale une grande influence du rap US et français des années 90. Puis, Guizmo quittera l’Entourage pour une carrière solo. En juin dernier il sort “GPG”. Ce dernier album est un assurément, un mélange entre les nouveautés (majoritaires) du rap d’aujourd’hui, notamment sur “GPG 2” ou “Attendez Moi” et son attachement à l’ancien. Imen Chadi www.facebook.com/guizmo2lentourage


nouvelle-vague.com / février 2017

BETRAYING THE MARTYRS

ELECTRo DELuXE

Ils sont français, anglais ou encore russe et ils composent à eux six l’un des groupes metalcore les plus prometteur, créatif et donc forcément en vogue de la scène européenne et internationale. Betraying The Martyrs, récemment signé chez Sumerial et Listenable Records, a su par la force d’un travail collectif user de sa diversité culturelle comme d’une véritable richesse et ainsi la transformer en force créatrice. Le groupe s’est donc logiquement forgé au cours de ces dix dernières années, une solide réputation dans le milieu du deathcore et du métal extrême, aussi bien connu pour être adepte des variations de styles et de chants (avec l’utilisation du chant death, du chant extrême ou des voix hardcore) que pour son habileté à créer des sons qui mêlent une agressivité et une harmonie quasi orchestral que l’on a pu trouver dès le 1er album « Breathe in Life ». BTM s’apprête donc à revenir en force en 2017, avec un nouvel opus « The Resilient » et une tournée européenne, qui s’annonce aussi chaude que surpuissante. Les fans eux, pourront compter sur une équipe rodée qui s’est déjà déplacée sur plus de 200 dates en l’espace de deux ans. Lucas Leray Le 12/02/17 au Secret Place - St Jean-deVédas (34). www.betrayingthemartyrs.com Crédit photo : Anthony Dubois

Ne vous y trompez pas, Electro Deluxe n’est pas un groupe électro. Le groupe français s’est formé en 2001 et trouble la scène encore aujourd’hui. En plus des 5 membres qui le composent, il n’hésite pas à faire jouer plusieurs autres musiciens sur scène. Leur musique groovy pourrait se définir comme chaleureuse, érnergique et impressionnante par sa richesse instrumentale et mélodique. Leur puissant album “Circle” fait rager les cuivres et les cordes sur des compositions comme “Paramount” ou “Liar” ou encore “Majestic”. Quant à la voix de James Copley, chanteur du groupe originaire d’Ohio, elle s’accorde à la folie funky-soul mais aussi au côté jazz et sage de “Circle of Life”. C’est en 2010 que le groupe a rencontré le chanteur qui s’est très vite adapté au style des musiciens. Après avoir tenu des scènes comme celle de l’Olympia, du Montreal Jazz Festival, du festival Solidays, du Printemps de Bourges, et bien d’autres scènes du monde entier Electro Deluxe ne cesse d’évoluer et de surprendre son public. Imen Chadi Le 13/02/17 à l’Auditorium Jean Moulin - Le Thor (84), le 14/02/17 à l’Usine - Istres (13) et le 13/05/17 à l’Espace Culturel André Malraux - Six Fours (83). www.facebook.com/electrodeluxeofficiel


38 >> #NVmagLive ouM

ALA.NI

Oum revient avec les couleurs et la musique du Maghreb. Chanteuse, auteure et compositrice marocaine Oum qui nous enchante par sa voix, revient pour des concerts à ne pas rater. Elle gagne en notoriété avec ses sublimes reprises des plus grandes stars comme Aretha Franklin ou Whitney Houston. Elle est également influencée par le gospel, le jazz ou l’afrobeat. Oum interprète pourtant à ses débuts du rap ou du hip-hop avant de se plonger dans un style qui retrace à la fois les chants de son pays et des instruments plus contemporains, une méthode qui donne une nouvelle dimension à la musique traditionnelle du Maroc. En 2013, le grand succès de son album « Soul of Morocco » lui permet de prolonger son travail de composition avec sa voix exceptionnelle, des chœurs et la culture de son pays dans un mélange envoûtant qui est à découvrir dans son dernier album « Zarabi », sorti en 2015, aux accents plus lyriques et personnel. C’est la découverte d’une artiste de talent qui sait parfaitement mélanger les genres, on semble parfois y entendre du jazz d’Ellington ou la poésie d’Oum Kalthoum. La musique d’Oum est un voyage entre les sables et les oasis du Maroc, une passerelle entre tradition et modernité. C’est également la promesse d’un voyage, une évasion qu’il ne faut pas manquer. Alexandre Mastagli Le 22/02/17 au Jam - Montpellier (34) et le 05/05/17 à Eglise Anglicane - Hyères (83).

C’est en 2015 que cette londonienne fait son apparition avec le label No Format!. Ancienne choriste, c’est une voix extraordinaire qui se démarque des autres. Quatre titres sont lancés en 2015, un pour chaque saison de l’année. Elle sort son premier album en 2016 : “You And I”. L’artiste compose ses propres musiques, son style est vintage, mais une pointe de modernité agrémente son originalité. Ce tout nouveau talent est hors du commun, de quoi impressionner ses concurrents. En peu de temps, Ala.ni a su saisir notre attention. Ses mélodies, nous emportent à travers le temps, aussitôt, c’est tout un univers des années 1930 qui englobe notre esprit. Cette voix si puissante nous procure un sentiment nostalgique pour une époque que ne nous n’avons pas vécu. C’est cette émotion que l’on ressent lorsque l’on admire un tableau d’Edward Hopper. Si vous aimez partir à la découverte de la nouveauté et êtes fan de sensations fortes, nous vous souhaitons un agréable voyage. Aude Picone Le 24/02/17 au Forum Nice Nord – Nice (06) www.ala.ni/home


nouvelle-vague.com / février 2017

ZIoN D’HIVER

SINCLAIR

C’est à Bagnols-sur-Cèze que le festival Zion d’Hiver à l’intention de poser ses valises pour une sixième édition. Le festival, qui fut un carton l’année dernière, revient avec encore plus de nouveautés pour proposer deux jours exceptionnels de pur reggae, dub et sound system. On pourra notamment retrouver les artistes Sara Lugo, Sebastian Sturm ou encore Mark Wonder en tête d’affiche. Une vingtaine d’artistes fouleront la scène, pour nous faire voyager en plein cœur de la musique jamaïcaine. Pour le plus grand plaisir des passionnés de reggae français, le groupe Raggasonic revient en force pour rejouer ses meilleurs titres. Le Zion d’Hiver se résume à se laisser porter par les good vibes du reggae, le magnétisme du dub et la passion du sound system. Océane Parra Les 24 et 25/02/17 au Forum de Laudun - Bagnols-sur-Cèze (30) www.ziongarden.fr

Mathieu Blanc-Francard plus connu comme Sinclair, est le “Monsieur funk” de la variété française. Auteur, compositeur et interprète c’est un artiste complet qui écrits des singles incontournables depuis le début de sa carrière, compose des bandes originales pour différents films, officie comme juré de la Nouvelle Star pendant trois saisons et s’improvise acteur/figurant dans « Narco » de Gilles Lellouche et dans « Objet Trouvé » de Benoit Pétré et Cathy Verney. Son dernier album étant sorti en 2011 nous avons été agréablement surpris quand à l’annonce de son retour sur scène en juin 2016. Ne sachant pas à quoi nous attendre le chanteur explique cette tournée par son envie de proposer de nouveaux arrangements de ses chansons mais également de présenter quelques nouveaux titres. D’après les première critiques le résultat est, comme on pouvait s’y attendre, très énergique et toujours teinté d’un groove “funky” qui caractérise si bien l’artiste. Sinclair fera donc à coup sûr vibrer les scènes de France et “C’est Si Bon Comme Ça”. Thomas Vandewattyne Le 24/02/17 au Théâtre le Forum – Fréjus (83) et le 24/03/17 au Casino Terrazur – Cagnessur-Mer (06) www.facebook.com/sinclairofficiel


40 >> #NVmagLive

PRESS GANG METRoPoL Le 11/02/17 au MJC Picaud – Cannes (06). Les Press Gang Metropol sont de retour afin de nous balancer du rock dans la tête ! Ce groupe de rock new wave crée en 2006 par Christophe Baudrion (ex bassiste de Corpus Delicti et fondateur du projet indus Kom-Intern) a de nombreux concerts à son actif et apparaît sur de nombreuses compilations. On peut retrouver dans leurs influences des groupes comme The Killers, Interpol ou encore Bloc Party. Un change-

ment du line-up du groupe en 2014 ne les arrêtera pas et après la sortie de leur nouvel EP « Vertigo » fin novembre ce groupe niçois ne tardera pas à nous faire découvrir leurs nouveaux titres sur des plateformes comme Youtube, itunes ou Bandcamp et bientôt en live pour le plus grand plaisir de nos oreilles. Jérémie Russo www.pressgangmetropol.com


nouvelle-vague.com / février 2017

RoVER

DIDIER LoCKWooD TRIo

Rover ou « celui qui erre », ce vagabond de la musique et globe-trotter côtoie des univers aussi vastes que le punk, la pop, le rock et la musique classique. Artiste explorateur dont la diversité des compositions s’inspirent de grands noms tels que The Beatles, Bob Dylan ou Les Beach Boys, le chanteur à l’allure « colossale et aérienne » n’en est pas moins singulier. Revenu avec l’album « Let It Glow » où il a pu montrer et approfondir ses larges possibilités vocales qui ne sont pas sans rappeler le regretté David Bowie, il élabore des mélodies autant mélancoliques que fragiles. « Let It Glow » est à l’image de son compositeur, une lueur sensible et délicate, une étincelle qui jaillit de l’obscurité. Auteur d’une musique instinctive : il y a une volonté de laisseraller, de lâcher prise : un chaos contrôlé qui nous transporte lors de ses concerts. Julien Hattiger Le 24/02 à la Scène Nationale - Cavaillon (84), le 25/02 au Centre Le Bournot - Aubenas (07) et le 08/04/17 à l’Espace Malraux - Six-FoursLes-Plages (83). www.rover-music.com

Voilà plus de cinquante ans que Didier Lockwood est derrière son violon dont plus de quarante sur les planches de tous les théâtres et salles de spectacle du monde. S’il fit ses débuts avec son violon électrique dans le Magma de Christian Vander dès 74, son mentor fut, bel et bien, le violoniste Stéphane Grappelli qui lancera sa carrière en l’engageant dans son groupe. Il a depuis promené son archet dans de nombreuses formations, sous nom (DLG), comme invité (Uzeb) ou avec son frère Francis. Côtoyant les plus grands de Mike Stern à André Ceccarelli ou Michel Petrucciani. Du Jazz-rock à la musique classique, il a presque tout joué, consacrant aussi une partie de son temps à la formation de jeunes talents. Mais pour ce concert, c’est un retour au source, au swing hérité du Hot Club de France, pour un hommage à son maître Grappelli. En trio, avec le contrebassiste Diego Imbert et un petit cousin de Django, Noé Reinhardt à la guitare. L’Opéra de Nice est promis à de bien belles vibrations. Jacques Lerognon Le 27/02/17 à l’Opéra - Nice (06), le 05/03/17 à l’Auditorium Jean Moulin - Le Thor (84) et le 08/03/17 à l’Auditorium Michel Petrucciani Montélimar (26). www.didierlockwood.com


42 >> #NVmagLive

MoDERN ELECTRICS Le 24/02/17 au Volume - Nice (06). Modern Electrics est un groupe composé de Thomas et Aurélien. Ces deux artistes, qui font déjà parti du groupe “Bloody Marylin”, se sont distingués et ont su saisir l’attention du public à nouveau. Leurs sons à la pointe nostalgique nous plongent directement dans un univers rythmé. Nous sommes entraînés dans une spirale d’émotions, on ne peut résister à la tentation d’en écouter davantage. Ce goût nostalgique nous morfond dans nos souvenirs qui nous sont proches, un sentiment

agréable que l’on refuse d’abandonner par peur de retourner à la réalité. Un léger côté intriguant capte notre curiosité. C’est cette route entre la pop et l’électro qui laisse place à une touche de rock. Un défi qui ne tarde pas à se réaliser, puisque le groupe a l’honneur d’être invité un peu partout dans la région. Un groupe talentueux et ambitieux, la garantie que vos oreilles seront satisfaites. Aude Picone www.facebook.com/modernelectrics06


La diffusion

Nous diffusons vos programmes et flyers sur le 06, 83, 13 Une diffusion

en dépôt dans les lieux stratégiques

efficace de vos documents sur des

e N ic

Mo na co

ha ël

nn es

Ca

tR ap

n

ain -S

Dra gu ign a

Fré jus

lon Tou

rs e ille

Ma

Aix en P

rov en ce

lieux ciblés

Votre contact 06 03 44 11 31 communication@nouvelle-vague.com


44 >> #NVmagZoom

PIERS fACCINI Citoyen d’un univers riche et hors du temps, Piers Faccini présente dans son dernier projet « I Dreamed An Island » ce que serait son île rêvée. Son île-imaginaire et utopique figure une allégorie d’un monde paisible, harmonieux et tolérant. Musicien-écrivain, sa musique, aux influences multiples, bouleverse les frontières autant physiques qu’artistiques, promeut un monde où il fait bon de naviguer entre les cultures. Quelles sont vos influences ? D’où puisez-vous votre imagination ? Tout d’abord le vieux blues du Mississippi, notamment les premiers enregistrements des années 20-30. Ensuite la découverte de la musique West-africaine, avec des artistes comme Ali Farca Touré ou Boubacar Traoré. Enfin, toute la tradition de l’auteurcompositeur, ce que l’on appelle le songwriter dans la coutume nord-américaine et canadienne. Cela peut aller d’artistes comme John Martin ou Nick Drake jusqu’à Neil Young et Leonard Cohen. Ce sont les 3 piliers de la construction de mon œuvre, de la direction artistique que j’ai voulu prendre. Après j’ai la particularité d’avoir ce mélange de musique de monde et donc ce regard qui est un petit peu différent des autres. Votre dernier projet « I Dreamed An Island » constitue un véritable voyage musical entre Orient et Occident, pouvez vous nous en dire un peu plus sur cet album qui se veut cosmopolite ? L’album « I Dreamed An Island » est une fable autour d’un rêve de la Sicile. Par rapport à sa position très privilégiée, elle représente

un pont entre Orient et Occident, entre Nord et Sud, ce qui a fait d’elle le berceau de la culture. Vos différents projets rassemblent plusieurs styles musicaux, plusieurs langues et beaucoup d’instruments méconnus du grand public. Pourquoi cette volonté de vouloir mélanger les univers ? Il y a une histoire assez particulière derrière la volonté de faire cet album. J’ai d’ailleurs créé un blog qui est le nom du CD, « IdreamedAnIsland.com ». J’ai essayé d’élargir le thème de mon projet, partager les histoires, partager la création et l’inspiration de l’album, raconter tout simplement plus que ce que je pourrais faire en écrivant des chansons. Sur scène, je vais pouvoir chanter en anglais et tout de suite après une tarentelle Napolitaine. Malik Zihad, musicien Algérien qui joue de la mandole et du guembri, va chanter un chant kabyle sur le même rythme que la Tarentelle. En concert on voit comme ce mariage est beau et très naturel.


nouvelle-vague.com / février 2017

Ce projet tend à prôner l’harmonie entre les êtres dans un contexte où la société actuelle a peur de l’inconnu. Avez-vous pensé à une dimension politique ? Je voulais célébrer et affirmer le fait que l’idée d’une culture nationale est presque une invention. La culture est toujours métisse, elle est faite de rencontres, de dialogues et d’harmonie. Souvent ces dialogues sont des conversations et des rencontres de voix d’Outre-Mer. Sur cet album, par rapport à ce qu’on peut entendre dans les médias aujourd’hui, j’ai voulu affirmer une notion du métissage, de mixité et de multiculturalisme, célébrer l’idée que la cohabitation culturelle, sociale et politique est une chose sur laquelle notre culture a toujours été basée. Comment pourriez-vous définir votre île imaginaire en quelques mots ? Cette île imaginaire est une utopie, elle

« La culture est toujours métisse, elle est faite de rencontres, de dialogues et d’harmonie. »

représente l’idée qu’il existerait un endroit où les personnes pourraient cohabiter, vivre, chanter, jouer et prier s’ils ont envie de prier les uns avec les autres, sans barrière et sans mur. Je me suis inspiré de la Sicile du 12ème siècle car il y avait une vraie cohabitation entre les peuples et les religions pendant la période des Rois Normands. On a ça encore aujourd’hui, et il faut qu’on l’affirme. Par la chanson, et par le fait que j’espère toucher les gens ; par la musique, par l’émotion, je cherche à montrer un certain symbolisme, porter un certain message. Julien Hattiger Le 04/02/17 au Théâtre Denis – Hyères (83), le 03/02/17 à Paloma – Nîmes (30) et le 17/03/17 à l’Espace Leonard De Vinci – Mandelieu (06) www.idreamedanisland.com Crédit photo : Olivier Metzger


46 >> #NVmagZoom

BRISA RoCHé Si son dernier album possède deux faces : l’une onirique, l’autre solaire, Brisa Roché en a mille ! Créatrice prolifique et polymorphe, elle écrit, compose, joue, interprète, peint et multiplie les collaborations. Entre l’écriture de la B.O d’ « Yves St Laurent » de Jalil Lespert, une reprise reggae « Jamaïcain Boy » ou un album post punk, la Californienne a pris le temps de mûrir 40 titres, dont 14 figurent sur son dernier opus « Invisible 1 ». C’est chez toi, seule, que tu as travaillé sur ton dernier album, fruit de collaborations virtuelles. Ce « repli » californien était-il une façon de prendre du recul face aux attentes que tu pouvais susciter après 6 ans d’absence ? Pas vraiment, je n’ai pas besoin de cocon pour créer et je me fiche un peu des attentes. D’ailleurs, j’espère qu’avec le temps les gens comprendront que mon parti pris c’est de proposer des choses à chaque fois différentes. Les réalités, les moyens, les envies changent et mes propositions avec. La liberté d’exploration que tu t’es offerte pendant cette période de gestation t’a rendu très productive, puisque 40 titres ont été produits. Comment s’est opéré le « tri » des morceaux ? Il en reste pour un « Invisible II » … J’avais fait une première sélection de morceaux, mixés par Jean-Charles Versari puis je suis rentrée en coproduction avec Marc Collin de Nouvelle Vague, qui en a choisi d’autres. Tout ça s’est fait de façon détendue, je n’avais pas de possessivité maternelle pour ce projet puisque la

démarche était avant tout ludique. Je voulais aller plus loin, dans des univers qui ne me ressemblaient pas forcément. Le R&B par exemple, ne fait pas du tout partie de ma culture, il n’a jamais été pertinent dans mon expression, mais j’ai décidé de le convoquer à ce moment-là, comme l’électro. Bien sûr, j’aimerais exploiter d’autres morceaux, 40, ça laisse encore des possibilités… et puis j’aimerais aussi sortir un vinyle de 17 autres titres que j’ai composés à la même période avec quelqu’un d’autre. Et enfin, puisqu’on parle projets, j’ai aussi beaucoup écrit en revenant de Californie, seule à la gratte et au clavier. Des chansons simples, folk, presque country, avec beaucoup de « storytelling », assez américaines en fait. J’ai envie de me les approprier complètement pour en faire un projet très personnel. Tu as décrit un jour ta musique avec la série d’adjectifs suivants : intimiste, cinématographique, pop, rock. Cette définition te convient-elle toujours ? Oui je crois. Les morceaux que j’écris sont des morceaux pop, structurés, avec une forte mélodie et d’une durée assez courte.


nouvelle-vague.com / février 2017

L’aspect cinématographique correspond bien au côté théâtral que j’aime et à ma façon de raconter des histoires. Rock, aussi, pour l’aspect un peu brut, pas vraiment léché. Et tout ce que je fais est assez intimiste… Le jazz a fortement marqué ton parcours musical, tu te revendiques de sa philosophie et pourtant tu n’as jamais enregistré d’album jazz. Comment analyses-tu ce paradoxe ? Je pense que je suis maudite pour un album jazz… en tout cas je l’étais. Je fais du jazz, mais en cachette, parce que ça brouillerait les pistes avec mes autres projets. Et puis quel genre d’album : un album live ou un album très bien arrangé qui « sonnerait » jazzy ? Il faudrait que je résolve ce dilemme avant de me lancer. Mais c’est une musique

magique pour moi, un enchantement de liberté. Ce qui me plaît c’est « le danger/ l’instant présent », les histoires universelles de perte et de deuil aussi. Et puis en tant que chanteuse, tu es le chez d’orchestre, les jeux de direction changent … mais c’est moins intéressant que « le danger/l’instant présent » ! Si tu pouvais être vraiment invisible pendant une journée, que ferais-tu ? C’est en effet le super pouvoir que j’aimerais posséder, avant celui de respirer sous l’eau. Je crois que j’irais dans toutes sortes de maisons pour voir comment les gens vivent. Anaïs Ledoux www.brisaroche.com

« L’aspect cinématographique correspond bien au côté théâtral que j’aime et à ma façon de raconter des histoires. »


48 >> #NVmagZoom

GLENN HuGHES Comment présenter Glenn Hughes surnommé justement The Voice of Rock. Il a commencé sa carrière il y a plus de 40 ans avec le groupe Trapeze pour ensuite faire partie de Deep Purple, Black Sabbath et de Black Country Communion et d’une riche carrière solo. Cette interview est l’occasion pour Glenn de se confier sur la mort de ses amis et sur son nouvel album « Resonate » et sur sa philosophie dans la vie. Cette année a été terrible pour le rock’n’roll avec la mort de nombreux artistes comme Lemmy, Prince, et David Bowie qui était votre ami, comment vous sentez vous maintenant ? Je connaissais toutes ces personnes. David Bowie était un ami proche, et il n’avait pas rendu public sa maladie, cela a été un choc. C’est si triste que l’on soit célèbre ou pas, quand on perd une personne que l’on connaît. Ça brise le cœur. Je ne les ai jamais considérés comme des icônes musicales mais comme des amis et c’est très difficile. J’étais avec Lemmy quatre jours avant qu’il meure, et il était vraiment une bonne personne. Est-ce que la composition de l’album en a été affectée ? Oui bien sûr bien sûr ! Mes chansons parlent toute de la condition humaine, de la progression spirituelle et ce qui se passe à l’intérieur des gens et de dans le monde. Sur « Resonate », je suis en colère. Mon père est mort cette année mais je l’accepte, c’est une année difficile pour moi. « Resonate » est un album fait de chanson

sur le fait d’être un humain et sur la condition humaine. Votre nouvel album « Resonate » est plus heavy et urgent que vos précédents albums avez-vous tout composé seul ou c’est le fruit d’une jam avec le groupe ? Non non, j’ai composé l’album seul dans mon studio, je me remettais et j’étais dans mon studio à la maison où j’ai tout composé, puis il a été enregistré dans un studio au Danemark. Beaucoup de chanteurs de rock ont perdu leurs voix avec les années et les tournées. Quel est votre secret pour avoir gardé votre voix aussi magnifique et puissante ? Beaucoup de sommeil, d’eau et de yoga. Une respiration profonde et intense et j’ai de grand poumons. Je ne bois pas de bière. Je ne pense jamais aux notes mais à la respiration, Stevie Wonder me l’a appris il y a quarante ans. Je prends l’air directement du milieu de ma poitrine. J’ai la faculté de me relaxer. J’ai une voix douce et agressive, vous ne me voyez pas forcer la voix.


nouvelle-vague.com / février 2017

Avez-vous encore des rêves à réaliser dans le futur ? Peut être des musiciens avec qui vous rêvez de jouer ? Tu sais je peux jouer avec tout le monde, mais j’aurais aimé jouer avec Prince. Je m’éclate à jouer avec les autres musiciens. Je suis ami avec les personnes que tu connais : Slash, Matt (Sorum), Duff (Mc Kagan), Steven Tyler, Joe Elliot, Myles Kennedy. J’ai la chance de jammer, jouer et d’écrire avec toutes les personnes que tu connais. C’est parce que je suis une personne très spirituelle. Tu sais, je n’ai plus 25 ans, j’en ai 65. Je ne veux plus avoir 25 ans car à cet âge ce n’était pas du bon temps, j’étais riche mais pas spirituel. Maintenant je suis plus entouré et plus spirituel qu’avant. La condition spirituelle est la seule chose dans laquelle je peux être. Je dois faire attention à la façon dont je mène ma vie. Je suis une personne portée vers l’amour, je crois en l’amour. Je crois en la guérison, je crois à l’aide de mon prochain et je crois en l’aide aux personnes en difficulté pris

dans l’addiction de la drogue, qui voudraient apprendre à jouer ou à chanter. Mon travail est de porter le message que l’amour est la seule réponse sur cette planète. L’amour c’est le plus important. J’étais en France il y a deux ans avec le terrorisme ; c’est dégoûtant, inhumain et ces actes sont commis par des personnes débiles qui sont venus en France pour commettre ces actes terrifiants contre le peuple français. Cela m’a brisé le cœur, parce que les français sont doux et gentils. Tu dois savoir que quand ces choses ce sont passées, je marchais dans les rues de Paris, cela m’a vraiment touché directement. Les français doivent rester unis. Le peuple français est fort et j’espère qu’ils n’auront plus de problème avec le terrorisme et ces personnes stupides. Laurent Therese www.glennhughes.com

« Mon travail est de porter le message que l’amour est la seule réponse sur cette planète. »


50 >> #NVmagZoom

TEAM GHoST Difficile de faire plus sombre que ce dernier album de Team Ghost. A l’heure où l’industrie musicale aime à promouvoir des artistes festifs, chantant des complaintes sur leur dernière voiture de sport ou des hymnes à la grammaire défaillante évoquant le vide abyssal qui depuis longtemps règne dans leur cortex mal oxygéné, une lueur d’espoir arrive de quelques groupes ayant une approche plus saine de la musique, préférant coller à une époque noire plutôt qu’à un plan marketing. Rencontre avec Nicolas Fromageau, ancien M83 et désormais membre d’une des formations hexagonales les plus intéressantes. En l’espace de trois ans, qu’est-ce qui a changé dans le groupe ? Avez-vous toujours la même méthode d’écriture ? Notre évolution principale réside dans la production de Benoît de Villeneuve, aussi membre du groupe. D’ailleurs, il me semble difficile de dissocier trouvailles sonores et production. Il a su faire preuve de beaucoup d’audace pendant l’enregistrement. Mais nous restons toujours sur l’optique de groupe et maintenons une cohésion entre nous. Le premier morceau («The Riser ») a donné le ton de l’album qui s’est ensuite naturellement étoffé. Même si le groupe n’évolue pas dans un registre festif, le dernier album est particulièrement triste. Quelles ont été les influences pendant l’écriture ? Je trouve que le terme « triste » est un peu surfait, trop fourre-tout. Nous voulions surtout faire un disque sombre parce que nous avons vécu une année assez chaotique à beaucoup de niveaux, pleine de désillusion politique et de violence. Nous avons capté un état d’esprit proche du quotidien. Nous avons viré toutes les pop-songs qui semblaient trop décalées. On ne

m’enlèvera pas de l’idée que les meilleurs Sonic Youth ont été écrits sous Reagan, un climat angoissant crée une scène musicale intense. Vous sentez-vous proches d’un courant actuel ou au contraire êtes-vous indifférents aux derniers groupes qui ont émergé en France ? Nous écoutons plein de trucs, de Soft Moon à Liars, pas forcément tous récents. On peut citer pas mal d’artistes hip-hop/r’n’b américains, comme Kendrick Lamar ou Kanye West, même si ces influences ne s’entendent pas nécessairement dans notre musique. En France on aime beaucoup Yeti Lane ou The Spirits, mais sinon on ne sent pas vraiment proches d’un courant, d’un mouvement en particulier. L’aspect cinématographique est une caractéristique du groupe (notamment le clip de « Dead Film Star » qui rendait hommage au cinéma de genre italien). Songez-vous à faire une bande son ? Si oui, quel serait le réalisateur idéal ? Nous aimerions travailler avec un petit jeune français qui serait totalement novateur et qui


nouvelle-vague.com / février 2017

aurait envie de tout foutre en l’air. On adore les trames sonores d’Ennio Morricone ou de Tangerine Dream, mais aussi le cinéma de genre. Ce serait définitivement quelque chose de l’ordre du renouveau, genre « It Follows ». Michael Mann est probablement le réalisateur que je choisirais, on sent que la musique influence le montage de ses films. Quels sont les projets futurs du groupe ? Tournée, remixes ? Nous allons nous remettre sur un album très vite, il y a tellement d’idées que nous aimerions exploiter. D’autant plus que nous pouvons travailler à notre rythme dans le studio d’enregistrement de Benoît, ce qui est très pratique, et nous allons sûrement sortir toutes les chansons pop qu’on a écartées de l’album sur des maxis. Après avoir fait la première partie de M83 lors du concert au Zénith, envisagez-vous de collaborer à nouveau ensemble ? Nous n’en avons pas discuté, nous étions juste contents de pouvoir partager la même

scène… Mais pourquoi pas ? Si nous avons le temps entre nos projets respectifs. Maintenant on a tous les deux beaucoup de boulot et pas forcément le temps de planifier cela. Tes impressions sur la scène locale ? Est-ce que tu vois les choses bouger depuis Paris ? Il y a un grand chamboulement et beaucoup d’artistes intéressants en dehors de la capitale. Soutenus par des lieux qui prennent des risques, pas mal de formations n’hésitent pas à sortir des sentiers battus. Ce qui est très marquant, c’est que cela se voit chez des musiciens de plus en plus jeunes. Ça reste isolé de l’effervescence parisienne, mais je constate cependant une nette évolution. Jean-Paul Boyer Le 10/02/2017 au Poste à Galène – Marseille (13) et le 11/02/2017 à la MJC Picaud – Cannes (06). www.weareteamghost.com Crédit photo : Jean Charles Couty.

« on ne m’enlèvera pas de l’idée que les meilleurs Sonic Youth ont été écrits sous Reagan, un climat angoissant crée une scène musicale intense. »


52 >> #NVmagZoom

PIANoCEAN Depuis 2015, Marieke Huysmann-Berthou, a pris la mer à bord de son bateau « Lady Flow » sur lequel elle a installé un piano. Tout en s’inspirant de ses voyages et des personnes qu’elle rencontre sur sa route, elle crée des chansons qui mettent en scène ses deux passions: le voyage et la musique. Pianocean, c’est un projet qu’elle voit sur la durée. Elle a l’ambition de s’arrêter sur les quais et faire découvrir sa musique aux intéressés pendant une dizaine d’années, avant de repartir vers d’autres horizons. D’où est venue l’idée de lancer ce projet ? C’est un rêve de gosse que j’ai développé au fur et à mesure de ma carrière. En parallèle, j’ai développé ma carrière de musicienne tout en continuant de me former à la voile. Et puis j’ai voulu me lancer dans le projet Pianocean, pour réunir la musique et la voile. Quel est votre itinéraire ? Le premier voyage s’est fait en Méditerranée pendant 6 mois, en 2015. L’année suivante, nous avons décidé de faire une tournée en Bretagne. Nous avons prévu de faire la troisième saison à partir du Morbihan, où nous sommes actuellement, pour remonter au nord de la Bretagne et aller en Angleterre puis en Irlande. Tous les ans pendant peut-être dix ans, on va changer d’itinéraire pour faire un tour du monde. Vous enregistrez vos chansons sur le bateau ? Oui, tous mes albums ont été enregistrés sur le bateau. Un ingénieur son vient avec un studio mobile et installe son matériel. Moi, je suis dans

la cabine arrière et on enregistre les morceaux comme ça. Combien d’albums sont prévus ? Nous avons pu déjà sortir deux albums depuis le début du voyage et là nous en faisons un troisième qui sortira au printemps prochain avec une tournée à partir du mois de mai. A chaque fin de saison, j’enregistre un album qui retrace le voyage qui vient d’être fait. Je compose mes morceaux pendant les escales, avec mes rencontres et avec tout ce que je découvre. Dans quel but faites-vous cela ? Je le fais pour montrer qu’on peut diffuser la musique d’une autre façon que dans le cadre admis, standard, que la musique doit être partout et qu’elle doit bouger. On peut inventer d’autres schémas, d’autres histoires et faire partager les voyages à travers la musique. Comment avez-vous fait pour mettre en place ce projet ? Je me suis organisée aux côtés d’autres


nouvelle-vague.com / février 2017

personnes qui m’ont aidées financièrement et qui m’ont données des coups de main pour les travaux. Un architecte naval et un accordeur de piano ont fait avancer le projet avec des savoir-faire que je n’avais pas. J’ai aussi fait du crowdfunding pour le piano. Cela nous a fallu deux ans pour nous préparer et mettre en place Pianocean.

Dans quel but avez-vous décidé de faire un périple d’une dizaine d’années ? Parce que l’idée de base, c’est vraiment de prendre le temps de composer, d’écrire, de rencontrer. Si j’avais fait un voyage de six mois ou de deux ans, je n’aurai pas eu le temps de rencontrer les gens, donc je voulais vraiment voir ce projet sur le long terme.

Pourquoi restez-vous une semaine sur chaque lieu ? Le fait de rester qu’une semaine permet vraiment de rencontrer les populations, de s’inspirer. Au début nous avons remarqué que quand nous ne restions qu’une soirée, nous n’avions pas le temps de découvrir le lieu et encore moins de rencontrer les gens. L’idée de Pianocean c’est vraiment de créer du lien. Le projet marche beaucoup au bouche à oreille. Les gens savent très vite qu’il y a des concerts tous les jours sur le port et se regroupent donc sur les lieux.

Est-ce que ça a changé votre façon de faire de la musique ? Oui, ça l’a déjà changé car je suis dans l’instantané tout le temps. Dès que je compose un morceau, je le joue en public et je l’enregistre. Et l’avantage c’est que nous avons des retours tous les jours. Ça me permet d’être en contact direct avec le public.

« on peut inventer d’autres schémas, d’autres histoires et faire partager les voyages à travers la musique. »

Johanna Bonenfant www.pianocean.wordpress.com


54 >> #NVmagZoom #SudEst

CoNGER ! CoNGER ! Conger ! Conger ! C’est Patrice à la batterie/chant, Didier à la basse et Pierrot à la guitare. Un trio crée en 2008 venant tout droit de Marseille. Ce groupe au style indie rock alternatif aux nombreuses influences s’apprête à sortir leur nouvel album « This Is A White Album ». Rencontre avec le batteur/chanteur ce groupe de rock percutant.

Votre groupe existe depuis presque 10 ans, comment s’est formé votre trio ? Nous sommes de vieux potes, on trainait tous dans des groupes et cela faisait longtemps que nous n’avions pas monté de groupe donc nous nous sommes dit tous les trois pourquoi pas tenter et voir ce que ça donne. Nous nous sommes retrouvés à avoir des enjeux rapidement avec un premier enregistrement et des tournées et au fil des années nous nous sommes installés à notre rythme. Pourquoi le nom Conger ! Conger ! ? L’idée vient de notre bassiste Didier qui aime beaucoup l’élocution latine, Conger! Conger! signifie Congre commun (ndlr : anguille de mer) en latin. Nous avons rajouté les points d’exclamations car nous aimions bien tout simplement, c’est l’album de Nick Cave «Dig !!! Lazarus Dig !!! » qui nous a donné cette idée.

Comment s’est passé l’enregistrement de votre dernier album ? Alors nous avons enregistré en mars dernier, c’est passé très rapidement, nous avons enregistré 18 morceaux en une semaine. Nous avons ensuite préféré prendre notre temps pour le mixage, le mastering, pour l’artwork de la pochette,… Qu’est-ce que vous cherchez à véhiculer à travers ce nouvel album et votre musique en général ? Tous nos albums sont plutôt conceptuels. Notre premier album tournait autour de « la trilogie rwandaise » de Jean Hatzfeld où il écrit sur le génocide rwandais. Nous avons donc voulu voir à travers le prisme de cet écrivain en réalisant cet album. Pour l’album ZAAD nous voulions parler des règlements de compte qui se passaient à Marseille. Nous avons fait une rupture pour le dernier, nous


nouvelle-vague.com / février 2017

avons juste voulu se laisser aller, faire la musique qui nous plait et ça a débouché sur un double album. Comment vous organisez-vous pour vos compositions ? Il n’y a pas de règles ! Ça peut partir d’un riff de pierrot, d’un beat de batterie, nous essayons de composer de notre côté aussi. Nous avons tous des influences musicales différentes donc il faut que chacun de nous se retrouve dans nos morceaux. Quelles sont vos influences musicales ? Pierrot est plus dans un rock new wave des années 80, Didier a beaucoup d’influences metal, c’est un guitariste passé à la basse et personnellement j’adore la scène Chicago avec des groupes comme Shellac ou Big Black. Après nous avons tous la pop et le rock des années 80 en commun, nous pourrions citer Gun Club, Birthday Party ou bien The Notwist.

Quels sont vos projets à venir ? Nous attendons que notre album sorte ainsi que les premières réactions. Nous avons passé un cap car nous disposons d’un distributeur national. Nous allons faire une tournée début février et pourquoi pas faire des festivals dans le futur. Nous en avons fait déjà l’an dernier et mettre le feu dans des évènements comme ça c’est vrai que c’est plaisant. Dans tous les cas nous allons à notre rythme et nous irons aussi loin que nous le pouvons. Jérémie Russo Le 10/02/17 au Mas de Lucas – Arles (13) et le 11/02/17 au Black Sheep – Montpellier (34). www.congerconger.bandcamp.com

« Nous avons tous la pop et le rock des années 80 en commun, nous pourrions citer Gun Club, Birthday Party ou bien The Notwist. »


56 >> #NVmagZoom #SudEst

HIGHER Formé il y a trois petites années, le groupe varois Higher s’est depuis fait une place de choix sur la scène régionale émergente. Avec un reggae chaud et coloré, bariolé de multiples influences, de la chanson aux musiques afro-cubaines en passant par le blues ou le spoken word, la formation appelle au voyage vers « l’Higher ». Rencontre avec le chanteur, Miguel Charlotiaux. Comment le projet Higher est-il né ? Higher, c’est d’abord une histoire de famille. Les deux chanteuses choristes Sarah et Lisa sont sœurs. Damien (guitare) et Flo (basse) sont frères. Et Thomas (batterie) et moi-même le sommes également. A cela s’ajoute deux Julien aux claviers. Nous nous sommes tous rencontrés au lycée et on s’est mis à jouer de la musique ensemble. A ce moment-là, nous débutions tous avec nos instruments. En 2013, nous avons entendu parler d’un tremplin lycéen au lycée Raynouard de Brignoles : « Rock in Brignoles ». On s’est dit : « Allez, on tente l’aventure ! ». On y a joué 5/6 morceaux que l’on avait composés, des trucs super complexes. On s’est retrouvé à faire des compos très alambiquées, avec des ponts, des passerelles, des cassures, des morceaux de 9 mn, des refrains et des pré-refrains, des intros d’une minute trente. Quand on est montés sur scène, c’était fou, complètement dingue. C’était une belle scène, il y avait près de 300 personnes. On a pris énormément de plaisir et on s’est dit : « Il faut que l’on continue ». On s’y est alors vraiment mis, avec plus de rigueur. Et puis il

y avait vraiment un engouement autour de nous. Tous nos potes nous poussaient. Chez Higher, il n’y a pas de leader à proprement parler. Chacun amène sa pierre à l’édifice. Il y a une entente incroyable. Ça fait quatre ans maintenant que l’on compose à huit, et ça se passe merveilleusement bien. Nous avons tous des influences différentes, mais notre groupe fétiche, ce sont les Californiens de Groundation. En 2014, on a participé au concours Groundation European Cover Contest. On a envoyé une démo et on a gagné parmi plus de 1300 votes ! Cela nous a permis d’assurer la première partie du groupe au Melweg à Amsterdam. C’était fou ! Pourquoi avoir choisi le doux nom « Higher » ? Nous avons longuement réfléchi au nom que l’on souhaitait prendre. A l’époque, on composait uniquement en anglais. Donc nous sommes partis sur un terme anglophone. Mais on voulait aussi une consonance en français, quelque chose qui fasse voyager. « Higher » s’est imposé assez vite. « Higher » pour sa signification


nouvelle-vague.com / février 2017

dans la langue de Shakspeare (plus haut) mais aussi pour le côté un peu spirituel : «Est-ce que la musique peut te permettre de t’élever? ». Et « Higher » comme « ailleurs », un autre endroit, comme quelque chose qui transporte, qui peut arracher de la routine et du quotidien. Votre musique a pour base le reggae et la chanson, mais pas que ? Nous essayons d’explorer plusieurs styles. Le reggae est vraiment notre ciment. C’est un style qui est vraiment normé. Tu fais un one drop à la batterie, un chunk à la guitare, et tu as du reggae. C’est difficile d’en jouer sans ça, sans cette basse bien ronde, sans certaines paroles. Finalement, c’est une musique assez cloisonnée. Arriver à prendre cette musique et à la faire voyager en ajoutant des éléments, d’autres styles, faire du reggae ouvert en somme, eh bien c’est

génial ! C’est vraiment ça qui nous branche. Dans « La chanson de l’optimiste », tu chantes : « Toi et moi, nous pouvons changer le monde, si tu y crois ». Tu y crois vraiment ? J’y crois vraiment oui. C’est un optimisme engagé. Dans la première phrase, je dis « n’allez pas me croire candide ». Je ne voulais pas faire quelque chose à l’eau de rose. Mais j’y crois clairement. Quand j’ai écrit cette chanson, je lisais beaucoup de livres de Pierre Rabhi qui sont assez optimistes. On peut tous faire des choses à notre échelle. Mais il faut se relever les manches. S’investir, ça nécessite un engagement. Matthieu Bescond www.higherfamily.fr Crédit photo: Chris Sirc

« Je crois vraiment qu’on peut changer le monde. on peut tous faire quelque chose à notre échelle. Mais il faut se relever les manches. S’investir, ça nécessite un engagement. »


58 >> #NVmagZoom #SudEst

MAGALI Après avoir vu son nom sur des affiches photocopiées depuis quelques mois, le 22 mars 2016 j’ai enfin découvert Magali (tout court) sur la scène en première partie de Arno. Seule avec son accordéon et ses textes elle a rapidement mis la salle comble venue pour la tornade belge dans sa poche. Petit point d’étape peu de temps après la sortie de son premier EP et avant la préparation de son premier album. Je t’ai découverte il y a peu de temps (en première partie de Arno à l’Espace Julien à Marseille) alors que cela fait apparemment assez longtemps que tu chantes … comment ce fait-ce ? Je tourne depuis 2010 environ et j’ai surtout fait des petits festivals sur Aix dans le off mais aussi dans des café concerts. Les choses ont commencé à démarrer depuis le concert à L’Espace Julien avec Arno. Là, j’ai été invité pour le Festival Musi’Queyras en juillet 2016. Je ne sais pas, mais ça a été une formidable vitrine ce 22 mars ! Il y avait une salle presque pleine et j’en garde un grand souvenir. Pleins de gens m’ont retrouvée. Même un copain qui me connaissait jouant sur les marchés de Castellane 19 ans en arrière !! Comment as-tu choisi l’accordéon ? En fait cela remonte à mon enfance : c’est mon frère qui a trouvé avec un ami un accordéon dans une poubelle et l’a ramené à la maison. J’ai beaucoup joué avec ; si bien que mon père s’est décidé à m’en acheter un tout neuf! Alors là j’ai pu vraiment utiliser les deux mains et je ne me suis plus arrêtée

En cette période où la plupart des artistes de chanson française semblent partir vers l’électro tu es un peu à contre-courant en proposant une chanson accordéon-voix finalement assez dépouillée … Je ne sais faire que de l’accordéon, et je suis plus sur le texte que sur des virtualités de musicienne. Disons que pour le moment l’accordéon me suffit. L’électro, je connais à peine et je ne saurais pas faire je crois ! Tu viens de sortir un deuxième EP « Touches Cousues » très réussi, qui fait suite un premier « l’Insatisfaite » qui n’est sorti qu’en digital. J’écris beaucoup en ce moment, donc il y a plusieurs nouveaux morceaux que je fais arranger par Francis Ruggirello (ndP : Attendez, Babycart). Mais certaines chansons de mes deux derniers EP ont été aussi arrangés par Francis. Il comprend bien l’esprit des textes et mélodies, du coup le projet serait de sortir un album de 10 ou 12 titres, avec des anciens et nouveaux morceaux.


nouvelle-vague.com / février 2017

Sur les 2 c’est Caroline Sury (Dernier Cri) qui fait la pochette. Une artiste dont tu te sens proche ? J’aime son mordant et son souci des détails. C’est drôle et juste en même temps. Elle me dessine comme elle sait que je suis. Toujours accrochée à mon portable etc. Elle me suit depuis le début. Sur scène je t’ai surtout vue seule. Est un choix (qui fonctionne à merveille en live) ou plutôt économique ? Tu m’as vu il me semble une fois tout de même avec Thierry à La Passerelle, juste après Arno, non ? Mais les choses se sont enchaînées de telle manière que, effectivement, maintenant je suis en solo. Thierry est parti faire une tournée en

Tchéquie. J’avoue que oui j’aimerais avoir un percussionniste et un contrebassiste ! Ton meilleur souvenir de concert ? Plein de gens qui dansaient devant moi sans que je m’y attende, c’était au Fantastique sur le Boulevard Baille. Ton pire souvenir de concert ? Je ne dirais pas où, mais mes doigts gelés par le froid, et qui ne répondent plus pendant que je joue ! Pirlouiiiit www.magali1.bandcamp.com

« Disons que pour le moment l’accordéon me suffit. L’électro, je connais à peine et je ne saurais pas faire je crois ! »


60 >> #NVmagAlbum MAT3R DoLoRoSA : A Noisy Blast-Son Of Light (Jarring Effects / AFX) JJJJJ Deuxième opus pour cet artiste lyonnais Mat3r Dolorosa. Après « Think About Your Future Now » son travail de mixage est un vrai travail de précision, la dualité inextricable entre la lumière et l’obscurité est toujours présente. L’électro lumineuse et futuriste de Mat3r Dolorosa est enivrante, elle nous envoie vers des atmosphères solaires, désincarnées où les synthés murmurent puis reviennent de façon tonitruante et les rythmes éclatent à l’apogée de ce voyage céleste. [Ici, la musique est abordée de manière empirique en se focalisant sur ses sensations et les images qu’elles procurent, images qui tiennent d’ailleurs une place prépondérante dans la démarche de Mat3r Dolorosa...] « A Noisy Blast-Son Of Light » est un voyage organique et ou nos cinq sens se libèrent et se désinhibent. Mat3r Dolorosa à suivre de très près pour les amateurs de bonnes vibes ! Laure Rivaud-Pearce

GILLES PETERSoN : Presents Havana Cultura Anthology (Havana Cultura / Brownswood Recordings) JJJJJ Le très respecté Gilles Peterson n’est plus à présenter, sa réputation de Dj/producteur, son aura de programmateur radio et son flair de patron de label le précèdent depuis maintenant plusieurs décennies. Invité à Cuba en 2009 par Havana Cultura, Gilles Peterson livre depuis lors le meilleur de la scène musicale contemporaine de la Havane. Le 18 Novembre dernier, paraissait Gilles Peterson Presents Havana Cultura Anthology, un recueil de 23 titres originaux que l’intéressé lui-même décrit comme le « Buena Vista Social Club du 21ième Siècle ». Il s’agit là du fruit d’un travail de longue haleine amorcé en 2008, que le producteur a réalisé en collaboration avec son Gilles Peterson’s Havana Cultura Band, quelques remixeurs de génie et les étoiles montantes du catalogue cubain. Une pierre de plus apportée à l’immense édifice musical de la sono mondiale. Nicolas Hillali

fAKEAR : Vegetal (Counter Records) JJJJJ On ne présente plus le jeune beatmaker caennais qui poursuit son ascension sur la scène électronique après la sortie de son premier album « Animal » et une tournée européenne où il a rempli de nombreuses salles. Il nous dévoile alors dans la plus grande des surprises « Vegetal » un EP se composant de sept titres, gratuit et uniquement disponible en version digitale. Un geste remarquable ou l’artiste nous délivre juste son EP en pensant à l’aspect musical et non au commercial. Et lui-même le dit « pour compléter le cercle de la vie, Animal n’est rien sans Vegetal […] et c’est car la nature ne s’achète pas, elle se partage ». Fakear nous raconte à travers cet album une histoire au bout du monde. Il nous fait rentrer dans son univers en nous enveloppant dans une multitude de sonorités mystiques, d’instruments et son rappelant les musiques traditionnelles tout en rythmant le tout avec des beats fluides et des percussions de toutes sortes. On voyage entre l’Asie, l’Afrique et bien plus encore, un pur régal ! Jérémie Russo


nouvelle-vague.com / février 2017

LA VIE D’ARTISTE : Utopies En Ruine (On N’Est Pas Des Machines/Musicast) JJJJ J

MARCEL SALEM : Les Charognards (Musicast) JJJJ J

Le groupe La Vie d’Artiste est né en 2012 lors de l’enregistrement de l’album concept « Ferré, Ce Rap », consacré au chanteur poète interprète, entre autres, de « Avec Le Temps », album qui a reçu un excellent accueil aussi bien auprès de la critique que du public, qu’il soit spécialisé rap ou pas d’ailleurs. En avril 2016, paraît un EP vinyle « L’imprévu » et le groupe annonce dans la foulée la publication de son premier album « Utopies En Ruine » pour novembre 2016. L’essence même du groupe est là : des ambiances sombres, des textes slammés, des sujets profonds, comme sur « Le Roi Est Nu » ou « Le Bruit Déraille ». « Aux Low Cost » ne laisse pas une seule seconde de répit pour l’auditeur alors que « La Seconde D’Après » offre une jolie figure de style. Un album réussi. Un groupe à voir en live ! Rémi Cavailles

Marcel Salem est un Sénégalais qui s’est lancé en musique après un parcours de vie incroyable. « Les Charognards » n’a rien d’une compilation de chansons de commande pour altermondialistes occidentaux, comme sait si bien les faire Tiken Jah Fakholy. Bien que parfois musicalement imparfait, Marcel Salem nous ouvre les yeux sur une réalité africaine narrée par ceux qui la vivent, sans misérabilisme, pensée avec leurs propres mots et leurs propres rêves. Marcel Salem vous offre un autre angle de vue qui nous fait voyager au-delà des frontières intellectuelles et musicales du reggae d’inspiration jamaïcaine. Avec Beta Simon et Alpha Blondy, Il fait partie des rares africains qui ont su s’approprier cette musique caribéenne pour en faire un porte-voix sincère de l’identité africaine. Un retour aux sources qui ouvre tant d’horizons ici, en Europe. Emmanuel Truchet

#NVmagLIVRE : REGGAE AMBASSADoRS : Alexandre Gondreau et Reggae.fr (la Lune sur le Toit) JJJ JJ

Cet ouvrage doublé d’un doc. long métrage se propose d’exposer la diversité de la musique reggae pour en découvrir la nature profonde. L’équipe de Reggae. fr connaît intimement l’univers du Reggae et a durablement côtoyé ses artistes majeurs. Ils ont eu la pertinence de faire figurer les jeunes artistes au début de leur livre sans oublier une place importante dédiée au mouvement New Roots qui a révolutionné le Reggae. Cette chronologie inversée met avec justesse en avant le fait que le Reggae est une musique qui avance. Cependant j’attendais du journalisme, qui aille en profondeur du discours des artistes et n’hésite pas à les mettre face à leurs contradictions plutôt que le discours branché, consensuel, souvent lisse de Reggae.fr. De plus cet ouvrage presque exclusivement jamaïquain, restreint l’horizon du lecteur et passe à côté du mouvement planétaire qu’est devenu le reggae et des piliers qui entretiennent la flamme depuis des décennies sur chaque continent. Emmanuel Truchet


62 >> #NVmagAlbum THE DooRS : London Fog (Rhino) JJJJJ Les fêtes de fin d’année sont souvent l’occasion d’exhumation de vieux fonds de tiroirs qui ne méritent guère le détour. Mais, en cette fin 2016, les experts chez Rhino nous ont déniché une véritable petite perle, un des premiers enregistrement (probablement partiel) de The Doors en concert en 1966 sur le Sunset Strip à Los Angeles. Le disque, nommé « London Fog », comme la boîte où il jouait en mai de cette année-là, est certes un peu court mais le son, tout comme le contenu sont un véritable petit bijou. Neuf titres, cinq reprises de blues (Muddy Waters, Little Richard, …) et quatre compos, ébauches bien avancées de leurs futurs albums en 67. Densmore, Krieger, Manzarek et Morrison semblent fin prêts pour ouvrir les portes d’un fulgurant et psychédélique voyage musical. Jacques Lerognon

HoPE SANDoVAL AND THE WARM INVENTIoNS : Until The Hunter (Tendril Tales) JJJJJ Trois ans après « Seasons Of Your Day » qui signait le retour de Mazzy Star, la grande Hope Sandoval nous offre un autre magnifique cadeau avec « Until The Hunter », dernier album de son second projet né au début des années 2000 en collaboration avec Colm O Cíosóig, ancien batteur de My Bloody Valentine. Comme à son habitude, la mystérieuse californienne nous hypnotise avec sa voix magique. Les années passent, et il est toujours difficile de qualifier son timbre de façon alternative. Preuve s’il en fallait une, que des textes profonds et puissants n’ont pas besoin d’hurlements pour être sublimés. Cet album reste fidèle à la musique produite par Hope et ceux qui l’accompagnent depuis ses débuts, avec ses aspects sombres et psychédéliques provoquant comme une faille dans l’espace-temps. Mention spéciale pour le duo avec Kurt Vile « Let Me Get There ». Sandra Cillo

KENT : La Grande Illusion (AtHome) JJJ JJ « La Grande Illusion », marque le retour de Kent dans le paysage de la chanson Française. 40 ans que ce grand monsieur, nous régale de sa plume de poète. A l’image de la cover de son nouvel album, « Eparpillé » donne le ton sur des airs de saxophone langoureux. Une ode à la vie, sous forme de chanson autobiographique. « Un revenant », là encore dresse un portrait assez réaliste de cet homme, qui entre les maux pourrait être Kent. Le titre éponyme du disque est une douce illusion pop, mélancolique, le tout mené par la voix suave de l’auteur. « Chagrin d’Honneur » ou « La Dérive Des Sentiments », poétique n’est pas sans rappeler le timbre de voix d’un Bashung ou d’un Souchon. En clôture, « Un Cœur En Automne », romantique, avec ses cuivres en chœur et des notes d’orgue, légères comme un papillon. Bref, un bon disque de chanson française, qui ravira les amateurs du genre. Céline Dehédin


nouvelle-vague.com / février 2017

RoLLING SToNES : Blue and Lonesome (Polydor) JJ JJJ

MELISSMELL : L’Ankou (Discograph / Pias) JJJJ J

L’histoire raconte qu’en manque d’inspiration, Keith Richards aurait proposé de jouer « Blue and Lonesome » de Little Water en répétition, l’idée de faire un album consacré à la musique qui les faisait vibrer adolescent a fini par décoller. L’album, composé uniquement de reprises blues, est un véritable retour vers le passé, une rétrospective du Chicago des années 60 qui a nourri leur musique avec des artistes comme Buddy Johnson, Jimmy Reed et Magic Sam... L’harmonica de Mick Jagger, omniprésent, et ce dès « Just Your Fool », morceau d’ouverture de l’album, accompagne et souffle un vent de nostalgie à un ensemble qui ne parvient pas à décoller. Pourtant doté d’invités prestigieux comme Eric Clapton sur « Everybody Knows About My Good Thing » et « I Can’t Quit You Baby », l’album propose des titres gentillets et remplaçables, loin de « Aftermath » ou encore « Let It Bleed ». « Les vieux appellent ça le blues, pour moi c’est seulement de la bonne musique. » Eric Burdon (The Animals, War). Julien Hattiger

De son vrai nom Mélanie Coulet, Melissmell en a sous la gorge et surtout dans les tripes. De sa voix déchirante de vérités lourdes ou secrètes qu’elle traîne depuis l’enfance pas facile, elle pose alors sur le papier ses maux qui se transforment en mots. Cette auteure, compositrice et interprète à la force engagée de Bertrand Cantat et la sensibilité pure des textes de Léo Ferret. Avec ce troisième album « L’Ankou » elle grimpe la petite bête sauvage mais reste indomptable. En 2011 lors de la remise des Prix Georges Moustaki, Melissmell rafle deux distinctions “Prix du jury” et “Prix du Public”. Une énergie et une verve incomparable sur des sujets d’actualité qui lui tiennent à cœur. Bien accompagnée, Bruno Green (Détroit) aux manettes du studio Real World de Peter Gabriel, Daniel Jamet (Mano Negra) ou encore Matu (Indochine, Mano Solo) avec qui elle aiguise ses textes ; Melissmell a déjà envoûtée près de 35000 personnes et jouée 300 dates dont un Trianon complet ! Laure Rivaud-Pearce

BARRY GIBB : In The Now (Columbia/Sony Music) JJJJ J Avec un nouvel album de Barry Gibb (Bee Gees), on pourrait s’attendre à un retour du disco mais pas du tout ! Il est le dernier frère des Bee Gees et il se sent seul. Pour cet album il s’est entouré d’amis et de sa famille, notamment son fils à la guitare. Il est connu pour sa voix en falsetto et pour son talent de compositeur et il nous en donne vraiment la preuve, cela va du rock, folk, country, pop. Dès la première note de « In The Now » on reconnaît sa voix, un titre parfait pour débuter l’album. « Grand Illusion » est un morceau fort, les paroles sont sombres, sa voix et la mélodie sont imparables. Il nous surprend sur « Home Truth Song » qui aurait pu figurer sur un album de Bruce Springsteen. Il enchaîne avec « Cross To Bear » il est rare en ce moment d’écouter des morceaux pop d’une telle qualité. Il clôture l’album en douceur avec une ballade mélancolique « End Of The Rainbow » aux sonorités country. “In The Now” est un album riche et complet dont on ne se lasse pas. Laurent Therese


64 >> #NVmagAlbum #SudEst PILGRIMS : On The Way (Indépendant) JJJJJ

LouIS WINSBERG : Jaleo “For Paco” (Label Bleu / L’Autre Distribution) JJJJJ

Une atmosphère planante, des riffs puissants et une voix ténébreuse. A l’instar de Silverchair, le powertrio Pilgrims fait preuve d’une maturité déconcertante pour son jeune âge. Mais avec la particularité de vouloir rendre hommage à une époque que ses musiciens ne semblent pourtant pas avoir vécu, contrairement à la bande de Daniel Johns. Sorti en 2016, « On The Way » sonne comme une œuvre sortie de chez Sub Pop au début des années 90. Impossible de ne pas penser à Alice in Chains, à Soundgarden et aux plus belles heures du rock alternatif de Seattle en général dès la première écoute ! Une grande frustration se fait ressentir à l’ultime seconde de la dernière piste « Falcon Age ». On espère pouvoir découvrir très prochainement l’album qui succédera à ce magnifique premier EP. Sandra Cillo

Le guitariste marseillais Louis Winsberg publie chez Label Bleu le troisième volet de son projet Jaleo intitulé « For Paco ». Amorcé il y a une quinzaine d’années, le concept musical avait pour dessein de revenir aux sonorités méditerranéennes qui rythmaient l’enfance du leader de Sixun, fameuse formation française de jazz expérimental. Flamenco, musiques arabo-andalouses et nord-africaines s’acoquinent depuis avec sophistication et beauté mélodique, flirtant avec un jazz souvent guidé par les tablas ou mené par les pas de la danseuse. Cet hommage vibrant au guitar hero espagnol Paco de Lucia nous invite à voyager de l’Amérique à l’Inde en passant par l’Andalousie et le Maghreb. Servi par un imposant casting, il est habité de 11 compositions gorgées de soleil et bercées par la mer. Nicolas Hillali

DEToXED : Modern Slavery (Send The Wood Music / Season Of Mist) JJJ JJ Né en 2009, Detoxed est composé de 4 musiciens montpelliérains (dont un ex-Kalisia, ça ne nous rajeunit pas). « Modern Slavery », enregistré avec l’aide de Brett Caldas-Lima (Cynic, Devin Townsend, Hypno5e...) nous propose un power-groove metal dans la veine d’un Machine Head. Et de Machine Head, il en est beaucoup question ici, tant la voix de David Fantoni ressemble à celle de Rob Flynn. Le tout est plutôt bien exécuté, les chansons étant directes et “catchy”, mais rien pour se distinguer des nombreux groupes qui pratiquent ce genre de musique. Sur la fiche de présentation qui accompagne chaque CD à chroniquer, il est marqué que « Modern Slavery » “réconcilie le thrash des anciens avec le metal moderne”. Pari pas entièrement tenu pour moi. Il ne manque à Detoxed qu’une petite once de personnalité pour sortir du lot. Florent Guilibert


nouvelle-vague.com / février 2017

fREE RIVER : Live (Hors Note) JJJ JJ Comme son nom l’indique, Free River a la volonté de se libérer de toutes contraintes et c’est pourquoi le groupe montpelliérain s’amuse à surfer sur l’improvisation tout en jouant sur les influences soul, jazz, pop et gospel qui les a influencés. Tout a commencé lorsqu’Emma Lamadji, chanteuse autodidacte aux origines centrafricaines, a rencontré le guitariste Matia Lévrero. Ensemble, ils ont voulu créer des chansons gouvernées par l’émotion, sur les bases du style negro spiritual. C’est ainsi que s’est créé leur groupe, aujourd’hui au nombre de cinq, grâce auquel ils sortent leur premier album « Live ». Composé de mélodies répétitives et enjouées, les chansons se basent sur des sujets profonds et nostalgiques. Alors qu’ils avaient l’habitude de réinterpréter les chansons d’autres artistes, ils montrent aujourd’hui leur propre style, un style musical nouveau et inattendu. Johanna Bonenfant

fERAL : Doomwalk (Basement Apes Industry / Season Of Mist) JJJJ J Un ring. D’un côté, vous. En face, Mike Tyson sous acides veut vous péter la gueule car on lui a dit que vous l’avez insulté dans un champ lexical centré sur les mères péripatéticiennes. Vous voyez ce que ça peut donner ? Alors vous pouvez comprendre à quoi ressemble l’écoute de cet album de Feral : un rouleau compresseur crust/grind “in your face”. Hein quoi ? Les mélo-quoi ? Mélodies ? Et pourquoi pas aussi un petit nuage de lait dans votre thé tant que vous y êtes ? Hahaha des mélodies, soyons sérieux voyons. Non ici ça blaste beaucoup, ça gueule beaucoup et ça le fait très bien. Ici on a envie de beugler comme un taré dans la rue et de montrer ses fesses à la télé et ça fait du bien. Les membres de Feral étant issus de Morgue, Stuntman et du regretté Superstatic Revolution, les fans seront ravis. Florent Guilibert

CHINESE MAN : Shikantaza (Chinese Man Records) JJJJJ Cinq ans après le succès de “Racing With The Sun”, les géants marseillais Chinese Man reviennent avec un nouvel album “Shikantaza”. Le premier single “Liar” est déjà disponible, un morceau en featuring avec Kendra Morris et Dillon Cooper, un délice à l’écoute. “Shikantaza”, un joli cadeau hivernal qui ne manquera pas de nous réchauffer ! Composés et élaborés entre Marseille et Bombay, ce nouvel opus est décrit comme un retour aux sources du groupe, dont les influences seront portées au premier plan entre Orient et Asie. Des détails croustillants qui nous laisse imaginer que les sonorités qui édifient l’album seront sans nul doute hip-hop, comme la signature des Chinese Man. Avec “Shikantaza”, le groupe renoue avec sa musique du début tout en y mêlant ses nouvelles inspirations. Chinese Man offre un album comme une clé pour un “chemin vers l’éveil qu’il appartient à chacun d’emprunter”, un voyage de plus d’une heure avec toujours autant d’invités : Taiwan MC, Youthstar, Rugged Man, et bien d’autres ! Aurore Viberti


66 >> #NVmagAlbum #SudEst NEEDS : June Colors (Diamond Explosion) JJJJJ

MIKE ZITo : Make Blues Not War (Ruf Records) JJJJ J

Difficile de résister au charme de ce premier EP ! Une voix bouleversante de fragilité, des compositions et des sonorités tout droit sorties des années 90, voilà ce qui frappe dès les premières secondes à la découverte de ce « June Colors » très prometteur pour ce quatuor niçois. Si l’on se documente en premier lieu, on réalise que la musique de Needs est bien souvent qualifiée de trip-hop. Pourtant, au fil des écoutes, il est évident que les influences de Jennifer, Vincent, Brice et Julien sont beaucoup plus complexes, ne se limitant pas uniquement au légendaire mouvement de Bristol. De l’indie au stoner, en passant par la dream pop… De véritables montagnes russes que l’on aimerait parcourir plus longtemps qu’en l’espace de cinq morceaux. Sandra Cillo

Si son nom ne vous est pas familier, il n’est pas un bleu pour autant ! Car Monsieur Zito a déjà fait ses armes et preuves au sein de Royal Southern Brotherhood qu’il a quitté pour faire sa propre musique. « Highway Mama » donne le ton, guitare acérée et slide guitare, ca groove, et Walter Trout délivre un solo à vif. Il enchaîne avec un shuffle « Wasted Time » très Stevie Ray Vaughan. « Crazy Legs » c’est un boogie façon ZZ TOP, ça réchauffe ! Et ca continue de plus belle avec « Make Blues Not War » un blues lent, un aller direct vers les senteurs du delta du Mississippi. « One More Train » et « Girl Back Home » sont deux excellents morceaux aux sonorités sudistes (Lynyrd Skynyrd).« Make Blues Not War » est un excellent album de blues rock, et tant qu’il y aura des musiciens comme lui, le blues sera défendu ! Laurent Therese

SKYERS : (Toolong Records) JJJJ J Légèreté, mélancolie et chaleureux sont bien les trois mots que l’on pourrait attribuer à l’artiste Skyers. Sous ce pseudo se cache Julien Cortes, jeune toulonnais auteur-compositeur. Skyers c’est ce rock indé qui invite au voyage, et qui vous prend par les sentiments de par la délicatesse et la douceur des sonorités. Influencé par la musique de The National ou encore The War on Drugs, Julien Cortes nous expose ses plus belles paroles. Porté par sa subtilité, il nous délivre un album composé de onze chansons, toutes marquées par sa sensibilité, sa finesse et son énergie. L’artiste nous saisit pour nous faire entrer dans son univers. Il nous dévoile alors la tonalité d’un souvenir de vacances. Alors qu’il s’agit de son premier album, Skyers pourrait bel et bien être la révélation en matière de rock indé cette année. Océane Parra



NV #231 Février