Issuu on Google+

NV #124

21/11/06

11:59

Page 1

GRATUIT

T u s s u o M #124 DĂŠcembre 2006 Saison 13 - Episode 4

Tryo / Jeanne Balibar / Lo Sean Lennon / The Hatepinks + Nouvelles, Concerts, Chroniques, Total Local, DVD...


NV #124

21/11/06

11:59

Page 2


NV #124

21/11/06

11:59

Page 3

Zoom sur...

********************************************************** Directeur de la publication Philippe Perret Rédacteur en chef Philippe Perret Responsable communication et publicité David Bartoli Rédacteur Matthieu Bescond Ont collaboré à ce numéro Aboubacar Mbae, Alexandre Labourdette, Alice Viéville, Amélie Maurette, Anaïs Vaillant, Aurélie Selvi, Benjamin Brégeaut, Benjamin Videau, Céline Rastello, Christel Beguin-Berard, Christophe Guilbert, Christophe Meade, Daniel Chauvet, David Jeanne, Delphine Oliva, Elodie Morana, Emmanuel Truchet, Fabrice Le Querré, François Devred, Frédéric Delpui, Frédéric Perret, Guillaume Borgomano, Guillaume Lacombe, Guillaume Martel, Jacques Lerognon, Jean-Jacques Massé, Jean-Paul Boyer, Jean-Sébastien Zanchi, Jessica Van den Torren, Laure Rivaud-Pearce, Marc Chaix, Marc Di Rosa, Mariama Diané, Micheline Perret, Mourad Rebbani, Olivier Kerdudo, Pascal Linte, Patricia Perret, Philippe Coté, Philippe Perret, Pierre-Marie Gori, Pierre Derensy, Raymond Serini, Sarah Tordjman, Simon Pégurier, Valentin Morisseau, Virginie Ratto , Yann Cohignac. Correspondants Thierry Arnaud / Cosmic Trip (Draguignan), Yan Guilleux / ACDC (Fréjus), Sylvain Besse / Tandem (Toulon), Eric Prenot / Zigoto Production (Drôme/Ardèche), Manu / Machination (Avignon), Benoît Bastide / Direkt Tribal Family. Tirage 10 000 exemplaires (certifié par l’OJD 2005) Dépôt légal 4ème trimestre 2006 N° ISSN 1266-8591 Maquette Patricia Perret & Philippe Perret Photo couverture Ian Anderson Impression NIS Photoffset - St Laurent du Var Régie publicitaire régionale La Plage Régie publicitaire nationale Public Nouvelle Vague est édité par l’association La Plage. «La rédaction ne peut en aucun cas être tenue pour responsable du contenu des encarts publicitaires.»

Prochain numéro le 28 décembre 2006

((( Distribution ))) «Nouvelle Vague» est distribué gratuitement sur plus de 350 points de la région Sud-Est.

ALPES-MARITIMES (06) ANTIBES : AU BAR EN BIAIS, BIJ, OFFICE DU TOURISME, DEAL MUSIC. / CAGNES SUR MER : GAME'S, OFFICE DU TOURISME, LE BIRDY, CENTRE CULTUREL, A CAPELLA, STUDIO MARYLIN, MILLENIUM STUDIO. / CANNES : LYCÉE CARNOT, LYCÉE BRISTOL, LOGIS DES JEUNES DE PROVENCE, MIXAGE 06400 CANNES FNAC, VILLE DE CANNES - DIRECTION DES AFFAIRES CULTURELLES, SUN7 CAFÉ, AMSTEL, PREMIUM SHOP, MADISON NUGGETS, CANNES JEUNESSE INFORMATION, THEATRE DE LA LICORNE, MJC PICAUD, MÉDIATHÈQUE, TWIGGY, LIME LIGHT RECORDS, WORK MUSIC CONCEPT, THEATRE ALEXANDRE III. / CANNES LA BOCCA : LASER QUEST, SALLE LES ARLUCS. / CARROS : FORUM JACQUES PREVERT, MEDIATHEQUE ANDRE VERDET, SALLE JULIETTE GRECO, FREQUENCE K. / DRAP : STUDIO ICEBERG. / LE CANNET : RADIO AS 89.6 FM, ESPACE LASER. / LA TRINITÉ : MÉDIATHÈQUE. / GRASSE : AGORA FM, BIBILIOTHEQUE MUNICIPALE, ESPACE CULTUREL ALTITUDE 500, MAIRIE DE GRASSE. / MANDELIEU : CULTURA. / NICE : EDHEC, LYCÉE LES EUCALYPTUS, FACULTÉ DES LETTRES, ESPACE D'ANIMATION ET DE LOISIRS, L'ARENE, ESPACE MAGNAN, FACULTÉ DE DROIT, HI HOTEL, MEP, FRANCE BLEU, VIRGIN MÉGASTORE, LES FICTIONAUTES, SONIC IMPORT, GATTI MUSIQUE, HIGH TECH, FNAC, SACEM, EUROPE 2, AKIRA, HIT IMPORT, LE BAGATELLE, JUNGLE ART, SB MUSIQUE , APOCALYPSE RECORDS, LE BIG BEN, LA BODÉGUITA DEL HAVANA, CENTRE INFO JEUNESSE, RELAIS DES ASSOCIATIONS, SMARTIES, LE VOLUME, HELIOTROPE, LE BOOGALOO, STUDIO ARION, LE GRAND CAFE DES ARTS, BIBLIOTHÈQUE LOUIS NUCÉRA, LE SNAKE PIT, DIGITAL RENDEZ-VOUS, NOUVELLES, FACULTÉ DE PSYCHOLOGIE, DISCOTHÈQUE ST-ROCH, CEDAC CIMIEZ, FACULTÉ DES SCIENCES, RTL 2, CARS PHOCÉENS, BAR DES OISEAUX, TAPAS MOVIDA, LES DEUX FRÈRES, LE THE O'BLUES, L'AFTER, LES DISTILLERIES IDEALES, TOP US, GHOST HOUSE, L'ATELIER, BLUE WHALES, WATER BAR, OFFICE DU TOURISME, LE P.I.C., UFCV, CENTRE MUSICAL COTE D'AZUR, ESRA, LE KETJE, SEZAMO , APP, LE HUBLOT, THÉÂTRE LINO VENTURA, BULLDOG PUB, STACCATO, DISCOTHÈQUE DE CAUCADE, ADEM 06. / SAINT ANDRE DE LA ROCHE : POINT INFORMATION JEUNESSE, MEDIATHEQUE. / SAINT LAURENT DU VAR : CONSERVATOIRE MUNICIPAL BIJ, LE PRIEURE, MUSIC 3000, JAZZ ROCK CAFÉ, OFFICE DE TOURISME. / SAINT PAUL : LA BROUETTE. / VENCE : BAR LE CLUB, LE PETIT CREUX, STUDIOS DU SOLEIL, MÉDIATHÈQUE MUNICIPALE, ACCUEIL EMPLOI, CENTRE CULTUREL, TRÉSOR PUBLIC, SERVICE JEUNESSE, MAIRIE DE VENCE, OFFICE DU TOURISME, CINÉMA CASINO, LYCÉE HENRI MATISSE, NICE-MATIN, NUITS DU SUD, LA GRIGNOTTE. / VILLENEUVE LOUBET : TEXAS TRUCK, SUN MUSIC. ARDÈCHE (07) VIVIERS : ZIGOTO PRODUCTIONS. BOUCHES-DU-RHÔNE (13) AIX EN PROVENCE : SALLE DU BOIS DE L'AUNE, CECDC, MJC PRÉVERT, NUGGETS, COMPACT CLUB, LABO MISTRAL, TROC'N'ROLL, LA FONDERIE, THÉÂTRE ET CHANSONS, OFFICE DU TOURISME, DRAC P.A.C.A., ARCADE. / AUBAGNE ESCALE ST MICHEL, LA BOITE À RÉPÈT'. / CABRIES : MILONGA MUSIC. / ISTRES : L'USINE. / MARSEILLE : O'CD, BAR DE LA PLAINE, HÔTEL DE LA MUSIQUE, STUPEUR & TROMPETTE !, KALEIDOSCOPE, L'EXODUS, SABRE-TOOTH RECORDS, LA MACHINE A COUDRE, CITY ZEN CAFE, LE REVEIL, LE PELLE MÊLE, OFFICE DU TOURISME, HARMONIA MUNDI, ESPACE CULTURE, FNAC, BIBLIOTHEQUE DE MARSEILLE À VOCATION RÉGIONALE - ALCAZAR, GIBERT JOSEPH, CITÉ DE LA MUSIQUE, LA CAVE (CITÉ DE LA MUSIQUE DE MARSEILLE), CENTRE RÉGIONAL DE DOCUMENTATION PÉDAGOGIQUE, CRIJ, LES DANAÏDES, CENTRAL MUSIC OCCASION, POLE INFO MUSIQUE. / AGESCA, LA MESON, DOCK DES SUDS, PARVIS DES ARTS, LE CRI DU PORT, STUDIO M, FACULTE SAINT-CHARLES, LA FRICHE LA BELLE DE MAI, CABARET ALÉATOIRE, RADIO GRENOUILLE, L'EMBOBINEUSE, LE NOMAD' CAFÉ, ESPACE HYPERION, REPETITA, LEDA ATOMICA MUSIQUES, POSTE A GALENE, SCOTTO, L'ATELIER DES VENTS, MASSILIA RECORDS, MUSIC SHOP, MUSIC LEADER INTERNATIONAL LA BAGUETTERIE, CAFÉ JULIEN, ESPACE JULIEN, ATHANOR THEATRE, VIDEODROME, LA MAISON HANTEE, TRIPSICHORD, LE LOUNGE, LE POULPASON, DAN RACING, L'INTERMEDIAIRE, MELODY CAFÉ, RED LION IN TOWN, LOLLIPOP MUSIC STORE, EL ACHE DE CUBA, LE SON D'ORIENT, LE BALTHAZAR ,VIRGIN MEGASTORE, GEBELIN MUSIQUE, AUCHAN, CULTURA, PLANET SATURN, LE MOULIN, STUDIO CACTUS, A.T.S. MUSIC / AFQH PRODUCTION, CONSEIL REGIONAL P.A.C.A. / PLAN DE CAMPAGNE : AVANT CAP, PLANÈTE SATURN, VIRGIN MÉGASTORE, MUSIQUE N°1. DRÔME (26) MONTELIMAR : ESPACE LASER, SUN MUSIC. / VALENCE : LA PLAGE. GARD (30) NIMES : 119, ARMATURE, PERISCOPE, 340 MS, HADDOCK CAFÉ, FNAC, TAM TAM. HÉRAULT (34) MONTPELLIER : O'CD, FNAC, ROCKSTORE, CROUS, L’ANTIROUILLE, CRIJ. VAR (83) DRAGUIGNAN : COSMIC TRIP, THÉÂTRES EN DRACÉNIE, RHAPSODY, SMAD, BIJ, MÉDIATHÈQUE DÉPARTEMENTALE DU VAR, LIBRAIRIE PAPIERS COLLÉS, OFFICE DE TOURISME, FRICHE DES REMP'ARTS, LE MARQUE PAGE. / FREJUS : HBN MUSIC, LASER QUEST, MÉDIATHÈQUE, MELODY, MISSION LOCALE, POINT INFO JEUNESSE, PAPA ROGER SNACK, AGORA, ORLANDO, CAFÉ DE L'ESTÉREL, HORIZON 2000, L'AGACHON ERA - CENTRE SOCIAL, FORUM ACOUSTIK, RHAPSODY, ACDC. / LA GARDE : STEEL MUSIC, VIRGIN STORE. / LA VALETTE : INDIANA COFFEE. SAINT AYGULF : COX IN HELL STUDIO. / SAINT RAPHAËL : BUREAU INFORMATION JEUNESSE, IUT, LE GRAPHITO, LOCH NESS, MÉDIATHÈQUE DU CENTRE CULTUREL RTL 2, SNACK PACHA, TRIANGLE, SPIRIT, L'INTROUVABLE, LASER MUSIC, ARIA, AGORA, LES LOGIS DE L'ASPE - CENTRE SOCIAL ET CULTUREL , COMKWATT COMMUNICATION, HELP MUSIC. / SIX-FOURS-LES-PLAGES : ESPACE CULTUREL ANDRÉ MALRAUX. / TOULON : ZENITH OMEGA, OMEGA LIVE, FNAC, LE BAR A THYM, MUR DU SON, PEOPLE RAG, ESPACE LASER, STUDIO MUSIC, CINÉMA LE ROYAL, CREP DES LICES, PIM, CONSEIL GÉNÉRAL DU VAR, SAMBA, MÉGAPHONE, NATURAL MYSTIC, KFS SKATE SHOP, STEEL MUSIC, ARGENCE MUSIQUE, FWF SONORISATION, TANDEM. / VILLECROZE : LE CERCLE DE L'AVENIR. VAUCLUSE (84) AVIGNON : LE ZINGO, TRAX, IDOLS, SOUND SYSTEM, UTOPIA, AJMI / LA MANUTENTION 84000, ROUGE GORGE, RED LION, LES YEUX DU CHAT, CECCANO, ADDM 84, LA BULLE SONORE, GENERAL MUSIC, SING SING MARKET, SIX PACK, LA CAVE BREYSSE, LE COULOIR, LE MAGAZIN, LA CUISINE DES MECHANTES, PUB Z, BODY ART, LES FERRAILLEURS, FESTIVAL MUSIC DAMPIERRE, JARDINS SUSPENDUS, GUITARE BROTHER, FNAC, CONSEIL GÉNÉRAL DE VAUCLUSE.

Disponible également par abonnement

(voir page 18)

Lo

Pourquoi ce nom ? Tom : C'est un nom secret qui a le mérite d'être court. Yann : La dernière explication en date concerne une histoire de gène de carotte luminescente : des scientifiques auraient transféré un gène de luciole dans une carotte et ce gène s’appellerait Lo. C’est classe, non ? Étiez-vous conscient, en choisissant ce nom, que vous seriez introuvable sur les moteurs de recherches ? Tom : C'est quoi un moteur de recherche ? Yann : On ne s’est jamais vraiment posé la question ! Mais dès le départ ça nous a posé des problèmes : nous étions introuvable sur PeopleSound.com, le responsable technique m’a alors conseillé de cliquer le plus possible sur le lien nous concernant pour nous faire monter dans les classements et ainsi être visible. Je pense que ça résume bien certains aspects de la culture Internet : le clic névrotique ! Lo a une composition assez stable depuis ses débuts, sauf en ce qui concerne le bassiste… Avez-vous une explication ? Tom : Il y a une malédiction des bassistes. Xavier est le 52éme. On espère tous que c'est le bon (même lui). En tout cas, il dégage des vibrations hyperpositives et comme il est chercheur au CNRS, il n'est pas superstitieux. La malédiction n'aura pas d'effet sur lui. Lo est un groupe du sud de la France qui chante en anglais. Pourriez-vous chanter en français (d’autant plus que Thomas l’auteur des paroles écrit aussi des romans) ? Avez-vous déjà essayé ? Tom : D'abord l'anglais est une belle langue en soi, qui sonne, qui s'adapte bien à la concision d'une chanson. Je n'ai jamais été convaincu par le chant “ en français ” d'un groupe de rock “ français ”. Même pas Noir Désir. Ce qui m'étonne dans le débat “ français-anglais ”, c'est qu'on n'entend jamais cet argument : chanter en anglais par amour de l'anglais. Comme si on n'avait pas le droit ! D'où vient ce malaise ? L’impérialisme anglo-saxon ? Il ne faudrait pas tout confondre. Quand les Japonais lisent du Zola, ils le lisent en japonais, non ? Et c'est pourtant bien la culture française qui est mise en valeur. Quant à la “ compréhension des paroles ”, de deux choses l'une : vous écoutez une chanson de U2, tout le monde connaît U2, soit vous comprenez l'anglais et il n'y a pas de problème, soit vous ne le comprenez pas et c’est tout ; jamais, au grand jamais, je n'ai entendu quelqu'un se plaindre parce qu'il ne comprenait pas les paroles de With or without you. Non môssieur. Les gens chantonnent, comme ça : « wizorwizaoutiou oh-oh », se moquent bien de savoir ce que ça veut dire (et moi aussi), ou alors le comprennent parce que la mélodie même, le son, la scansion et la rythmique donnent le sens de ce qui est avant tout une chanson. Que U2 soit un groupe “ international ” et Lo un groupe “ local ” ne fait aucune différence sur ce point. Alors deux poids, deux mesures ? Cela dit, pour finir, avoir dans notre répertoire une chanson en français n'est pas exclu, ni interdit. On l'a fait, ce n'était pas bien. On le refera peut-être, comme on fera d'autres choses. Que pensez-vous du problème des intermittents ? Yann : Le problème dépasse l’aspect politique, il est devenu culturel. « Ah bon, il faut payer pour voir le concert ? » Ben, oui ma p’tite dame, un spectacle ça ne se fait pas tout seul ! C’est très surprenant. On ne peut pas se plaindre de la pau-

décembre 2006

3

nouvelle vague # 124

vreté culturelle et en même temps rechigner à payer quelques euros pour un spectacle. Tom : C'est très français aussi cette jalousie qui s'attache aux métiers comportant des avantages sociaux (intermittents, fonctionnaires...) ; très français et très bas du cul. Les gars, si vous voulez deux mois de vacances, arrêtez de râler et devenez profs ! Vous verrez comme c'est facile ! Pensez vous qu'il soit possible de se faire connaître hors de Marseille ? Yann : Dans une certaine mesure, oui. Les Neurotic Swingers, Eths ou Dagoba semblent avoir acquis une certaine réputation. D’un autre côté, le nombrilisme parisien est bien réel et Marseille reste, aux yeux de la plupart des gens, une ville reggae ou rap ! Tom : Connus comme Pagnol ou connus comme Loana ? Que pensez-vous du problème d’Internet et du mp3 ? Yann : Ca dépend du point de vue duquel on se place : Internet permet de découvrir des tas de choses impossibles à dégotter ailleurs, des groupes inconnus ou des vinyles rares. Dans ce cas là, c’est un outil irremplaçable. D’un autre point de vue, je trouve la dématérialisation de la musique

Photo : Didier Daubol

BP 62 - 06142 VENCE cedex Téléphone 04 93 58 51 51 Fax 04 93 58 51 53 E-mail nouvelle-vague@wanadoo.fr Site www.nouvelle-vague.com

Ecoutons ce que les auteurs de l’excellent Black kites (sorti début 2005) ont à nous raconter sur leur parcours, la scène rock en France, le chant en français, les intermittents, etc. Rencontre avec Tom (chant) et Yann (guitare) en commençant par une question bête…

étrange. Je fais partie des fous furieux qui aiment bien avoir la pochette de leur disque !!! Et la gratuité que sous-entend le mp3 est perverse : on n’imagine pas une seule seconde que faire une chanson coûte de l’argent. Et puis, tant que c’est gratuit on prend ! Mais que les maisons de disques ne se plaignent pas, en vendant leurs disques comme des pots de yaourt, les gens se sont mis à consommer la musique comme des yaourts ! C’est logique. Tom : Point de vue qui n'engage que moi : le soidisant “ piratage ” me ravit. Quels droits sur la musique les majors pensaient-elles avoir ? Ces hypocrites, ces escrocs fabriquent aujourd'hui des disques copy-control qu'on achète gentiment et qu'on ne peut pas écouter ! Le monde change, les artistes doivent s'adapter aussi, et leur place est, en tout cas dans le rock, avant tout sur scène. De plus, les progrès du home-studio et d'Internet permettent à n'importe quel musicien d'enregistrer et de diffuser son travail en toute liberté… pour l'instant. Et on devrait pleurer ? Rendez-nous nos cassettes pourries (sur lesquelles, d'ailleurs, les trois quarts de la planète écoutent toujours de la musique “ piratée ”) ! Si quelque chose était à refaire ou à changer ? Yann : On s’appellerait : The Msgtgslj. Ça nous permettrait d’être trouvé super facilement dans les moteurs de recherche !  Pirlouiiiit Une interview www.liveinmarseille.com Web : http://membres.lycos.fr/lomusic/


NV #124

21/11/06

11:59

Page 4

4 07334 0683130854026 0#

NOUVELLES d’ici et d’ailleurs Région

Le résultat des pré-sélections des auditions régionales d'Attention Talent Scène, les Découvertes du Printemps de Bourges et de la Fnac sont désormais connus. Le jury a tranché parmi quelque 300 candidatures pour sélectionner Le Diwan de Mona (world), ToM (chanson), Melchior Liboa (chanson), Kid Francescoli (chanson), Narrow Terence (pop), Eon Megahertz (rock), Saïd (hip hop) et Danton Eeprom. Quatre d'entre eux se produiront le 08/12 à L'Usine, tandis que les autres monteront sur la scène de l'Affranchi le lendemain.

UDCM - Antenne PACA du Printemps de Bourges - 1, rue de Nazareth 13011 Marseille. 04 91 89 62 38. Mail : contact@udcm.net. Web : www.udcm.net.

06

La MJC Picaud lance son appel à candidatures en vue de son Tremplin musiques amplifiées. Deux conditions doivent être remplies : être domicilié dans le département des Alpes-Maritimes et ne pas être sous contrat dans une maison de disques. Maquettes, bios, fiches techniques et photos sont à envoyées avant le 15/12. Une première sélection de groupes se produira sur scène le 20/01, avant la finale courant février aux côtés de Maximum Kouette. Deux prix sont à gagner : le prix du public avec un accès gratuit aux concert de la MJC pendant un an, et le prix du jury qui comprend 3 jours d'enregistrement, une tournée 5 dates en région PACA, un accès aux formations de techniques scéniques et un suivi personnalisé.

MJC Picaud - Delphine Lacroix - 23 avenue du Docteur Picaud 06400 Cannes. 04 93 06 29 90.

Agora FM (94 FM) affirme encore un peu plus son implication dans le soutien aux artistes locaux. Depuis le 08 octobre dernier, la radio a ouvert ses ondes à 06ème Zone, une émission entièrement consacrée au hip hop local, chaque dimanche de 21h10 à 22h. Animée par Daman's et Soy, l'émission présente l'actualité hip hop du département au travers de l'accueil d'artistes, d'interviews, de news ou de séquences freestyle. A noter que l'on peut également écouter l'emission sur le site de la radio ou la télécharger sur le webzine www.rap-06.com.

Agora FM - BP 10 - 19, rue Tracastel 06130 Grasse. Mail : contact@rap-06.com. Web : http://perso.orange.fr/agorafm. 04 93 36 84 85. À l'heure où le fameux terme “ démocratie ”, la voix du peuple, est bien souvent galvaudé, le collectif Aux Urnes Etc. entend bien,lui, “donner de la voix”. Composé d'artistes (Les Ogres de Barback, Marcel & son Orchestre, La Ruda, High Tone, Debout sur le Zinc, etc.) et d'associations, le collectif propose d'offrir un lieu de réflexion citoyenne et pars à la rencontre des publics de toutes régions grâce à trois chapiteaux itinérants (de 300 à 1000 places). Dans l'objectif de contrer le recul constant du vote et de l'engagement citoyen, Aux Armes Etc. organise les débats et active le dialogue via différentes soirées thématiques (santé, éducation, logement, etc.), donne la parole aux associations locales et met en place plusieurs types d'événements dont des concerts. Ces chapiteaux seront implantés sur Nice entre le 28 et le 31 mars. Plusieurs types de manifestations sont d'ores et déjà organisées pour financer une partie du projet,

décembre 2006

4

nouvelle vague # 124

notamment au travers de concerts au Sezamo. Le prochain se déroulera le 09/12 avec les chansons festives du Barizone Comédia Orchestra. Web : http://aux.urnes.etc.free.fr et http://chapiteaucitoyen.over-blog.com. 06 98 80 00 11. La septième édition des Talents du Suds prévue du 20 au 24 janvier est annulée, faute de partenaires financiers. En six années, l'association A Capella a permis à de nombreuses formations régionales de se produire sur la Croisette pendant une période propice aux rencontres professionnelles. Dommage pour la scène locale qui trouvait, lors de cette manifestation organisée en parallèle du Midem, la possibilité de s’exprimer devant un public de professionnels. En espérant toutefois que A Capella trouvera les ressources pour revenir en 2008 !

A Capella - 60, Avenue de Verdun 06800 Cagnes sur Mer. 04 93 20 71. Mail : acapmusic@wanadoo.fr. Web : www.a-capella.org.

13

Le Festival Les Musiques fêtera ces 20 ans du 09 au 17 mai 2007. Pour l'occasion, le Gmem, Centre Nationale de Création Musicale, réunira plusieurs des compositeurs emblématiques déjà invités lors des précédentes éditions, à l'image de Jonathan Harvey, Georges Aperghis ou encore Mauricio Kagel. De la musique à la danse, en passant par du théâtre musical et des installations multimédias, plus d'une vingtaine d'événements seront répartis dans divers lieux. C'est dans ce cadre qu'est lancé un appel à participation pour un stage de gamelan balinais, ouvert à tous, qui débouchera sur une représentation durant la prochaine édition du festival.

Gmem - L'Atelier/Studio - 15, rue de Cassis 13008 Marseille. 04 96 20 60 10. Web : www.gmem.org. Le Pôle Information Musique (PIM) de Marseille organise courant décembre trois journées d'informations gratuites et ouvertes à tous. La pre-


NV #124

21/11/06

11:59

Page 5

mière sera orientée autour du métier de manager, en présence de José Tavares, manager du Jim Murple Memorial, la seconde se concentrera sur le booking avec Pierre-Pascal Houdebine, tourneur de Furax, et la dernière mettra en avant le cadre légal et les démarches pour embaucher avec une association. Détails, dates, lieux et horaires à l'adresse Web ci-dessous. Les inscriptions sont obligatoires.

AGESCA / Pôle Info Musique - 60, rue Consolat 13001 Marseille. 04 91 08 85 35. Web : http://www.agesca.org/pim. L'Exodus à Marseille est une association qui œuvre depuis longtemps pour promouvoir des artistes atypiques, au talent original. Cette association qui connaît aujourd'hui des problèmes d'ordre financier, continue en dépit de tout à lutter pour survivre afin de permettre à des artistes tels que Jugal Bandi et S & N Bhattacharya de faire des représentations. Dans un cadre intimiste, loin du tapage médiatico-commercial que ferait derrière elle la « grosse machine » commerciale qui écrase l'art dans toute son originalité en le modelant et en le conformant. Fort heureusement pour nous demeure quelques intrépides.

L'Exodus - 9, rue des Trois Mages 13001 Marseille. 04 91 42 02 39. Mail : exodusmarseille@9business.fr. Repetita annonce la tenue de la troisième édition de son tremplin. Pas de critères de sélections particuliers, seulement le kiff pour base première : « on choisit des artistes ou groupes qui se font kiffer, qu'on kiffe et que vous kifferez ». Pas de démos ni de bio à envoyer, une heure de studio est offerte sur place pour enregistrement. S'en suit l'écoute d’un jury de professionnels (Bamago, Scotto Musique, Live In Marseille, Pôle Info Musique, etc.) et l'éventuelle sélection. Les inscriptions sont à envoyées avant le 31/11.

Repetita - 22, avenue Saint Barnabé - Les Ateliers Decanis 13004 Marseille. 04 91 34 02 62. Mail : contact@repetita.com. Web : www.repetita.com.

26 & 07

Mis en place par l'ADDIM Drôme et la FIDMA, le CAPAMA (Comité d'Accompagnement des Pratiques en Amateurs dans le domaine des Musiques Actuelles) poursuit sa mission de repérage et d'accompagnement des groupes en émergence sur les départements de la Drôme et de l'Ardèche. Trois formations (Kubic, Maria, et Duck Billed Platypus) ont ainsi été sélectionnées et bénéficient d'un accompagnement personnalisé de huit mois. L'appel à candidatures pour l'édition 2007/2008 est désormais lancé. Maquettes et lettres de motivation sont à envoyées avant le 1er février. Les groupes amateurs se produiront sur des scènes découvertes de mars à juillet, puis 5 d'entre eux seront retenus et auditionnés. Plus d'informations sur le site Web de l'ADDIM.

ADDIM Drôme - Ilot Girodet - Bourg les Valence - BP 1109 - 26011 Valence Cedex. 04 75 44 20 00. Web : www.addimdrome.asso.fr

83

La Médiathèque de St Raphaël a récemment mis en ligne son site Internet. Facile d'accès et pratique, il permet entre autres de consulter son compte lecteur, de prolonger, de réserver, ou de garder un oeil sur l'actualité culturelle via la technique des fils RSS. Des innovations sont à venir, avec notamment des podcast audio et vidéo, le téléchargement de livres et de musiques, etc. À l'heure actuelle, la discothèque compte près de 13000 disques et développe cette année les DVD musicaux.

Médiathèque de Saint-Raphaël - Place Gabriel Peri - 83700 Saint Raphaël. 04 98 11 89 22. Web : www.bm-saintraphael.fr.

Ailleurs

L'association Landes Musiques Amplifiées présente le 12éme numéro de son fanzine Multi Prises. Au programme : présentation d'artistes qui se pro-

décembre 2006

5

nouvelle vague # 124

duiront dans la région, interview de Fermin Muguruza à l'occasion de la sortie de son dernier album Euskal herria Jamaica clash, news de toutes sortes et chroniques CD (Kaolin, Cirkus, etc.).

Multi Prises - 204, avenue de la Résistance 40990 St Paul les Dax. 05 58 35 40 90. Mail : assolma@free.fr. Web : www.lma-info.com. Le sixième numéro d'X'tra Jazz, lettre d'information de l'Association pour le Jazz en Orchestre National (AJON) se consacre pleinement aux 20 ans de L'Orchestre National de Jazz (ONJ), crée en 1986 par Jack Lang. X'tra Jazz revient sur les dates et événements principaux de l'ONJ, donne la parole à des personnalités qui l'ont croisé (Dee Dee Bridgewater, Lucky Peterson, Didier Lockwood, etc.), tout en développant l'actualité de l'orchestre, notamment avec Music-hall sur Seine, spectacle qui redonne vie au répertoire de l'opérette française d'entre-deux-guerres.

X'tra Jazz - 11, rue Edgar Varèse - 75019 Paris. 01 40 03 77 36. Mail : onj@onj.org. Web : www.onj.org. La compilation FAIR 2007 est sortie. Rappelons que le FAIR est une association qui soutient les artistes en début de carrière, tant financièrement qu'au niveau de la promotion, de la formation ou du conseil en management. Sur 500 dossiers reçus à l'issue de l'appel à candidatures, 15 formations ont été retenues et figurent sur la compilation. Parmi elles, on notera la présence du marseillais David Walters, de Wax Tailor, du Ministère des Affaires Populaires ou de Beat Assailant.

FAIR - 15, rue Henry Monnier 75009 Paris. 01 48 78 46 10. Mail : contact@lefair.org. Web : http://www.lefair.org.

+ d’infos sur nouvelle-vague.com


NV #124

21/11/06

11:59

Page 6

CONCERTS DECEMBRE 01 Free Your Soul : 1DSENS / MAS & EL TOOTE / JASIM Le Sézamo Nice 20h (Panda 06 : 06 60 41 88 31) 01 KAOLIN / MACZDE CARPATE / RHESUS MJC Picaud - Cannes (04 93 06 29 90) 01 A FILETTA / COROU DE BERRA Théâtre Debussy - Cannes 20h30 (04 92 99 33 83) 01 LES OGRES DE BARBACK / EN VRAC Théâtre Lino Ventura - Nice 20h30 (04 97 00 10 70) 01 NORM? Rebel Group MC - Antibes 01 SWING DA BOSSA Le Bar en Biais - Antibes 21h (04 93 74 10 98) 01 ROULTABOUL & LES BANABOO / 309 ET SES POUFFETTES / ZUBROW SAUGE SYSTEM Le Volume - Nice 21h (04 93 26 75 20) 01 BEHIA ET BARIOHAY TRIO Le Black Cat - Cagnes sur Mer 21h30 (04 92 08 04 69) 02 Le Père Noël Monte le Son : JEAN MARC JAFET & LES SQUATTERS Le Staccato - Nice 21h30 (04 93 13 84 35) 02 ENRICO MACIAS Palais de la Méditerranée - Nice 20h30 (04 92 14 68 21) 02 KENY ARKANA / L’ALGERINO / POSSE 33 MJC Picaud - Cannes 20h30 (04 93 06 29 90) 02 NORM? / 222 Le Volume - Nice (04 93 26 75 20) 02 MYSTERE TRIO Le Bar en Biais - Antibes 21h (04 93 74 10 98) 02 CAT’N CO QUARTET Le Black Cat - Cagnes sur Mer 21h30 (04 92 08 04 69) 03 ENRICO MACIAS Salle Juliette Greco - Carros 16h (04 93 08 76 07) 03 NORM? / INSIDE La Roquette sur Siagne 03 FRANKIE ROCHESTER SOLO Le Black Cat - Cagnes sur Mer 21h30 (04 92 08 04 69) 04 ABD AL MALIK Théâtre Lino Ventura - Nice 21h (04 97 00 10 70) 05 ROOTSKAYA / CHEZ PEREOUS Le Volume - Nice 21h (04 93 26 75 20) 06 Le Père Noël Monte le Son : MERLA Le Thor - Nice 21h30 (04 93 62 49 90) 07 Jam Session Le Bar en Biais - Antibes 21h (04 93 74 10 98) 07 METAL URBAIN Le Volume - Nice (04 93 26 75 20) 07 Le Père Noël Monte le Son : MEMORIES Pacha Café - Nice 21h30 07 MISS MAYA Le Black Cat - Cagnes sur Mer 21h30 (04 92 08 04 69) 08 TIT’NASSELS Espace Culturel Altitude 500 - Grasse 20h30 (04 93 36 35 64) 08 A TREE FOR TWO Le Bar en Biais - Antibes 21h (04 93 74 10 98) 08 Jazz en Scène : SEBASTIEN CICOLETTA TRIO / CHRISTIAN BRUN & CHRISTIAN ESCOUDÉ MJC Picaud - Cannes 20h30 (04 93 06 29 90) 08 MANDRAGORA / 28.50 / WADDLE Le Volume - Nice 22h (04 93 26 75 20) 08 ANGEL HEART Le Black Cat - Cagnes sur Mer 21h30 (04 92 08 04 69) 09 GAROU / MARIE MAI Palais Nikaïa - Nice (04 92 29 31 29) 09 YASMIN LEVY Cedac de Cimiez - Nice 21h (04 93 53 89 66) 09 Tour de Chauffe : CANAPACOUSTIK / LAZYBONES / MY ELASTIC EYE / RAMAN GIFTA / ZAP MJC Picaud - Cannes 20h30 (04 93 06 29 90) 09 SONS OF GAÏA / BABYCLONE / LION ROOTS SOUND Salle 700 Palais Nikaïa - Nice (Association Rubaskapeu : 06 66 91 07 55) 09 BABOU THIERRY QUARTET Le Bar en Biais - Antibes 21h (04 93 74 10 98) 09 Le Père Noël Monte le Son : ALACAZAS JASEY / TAPENGA Le Volume - Nice 21h (04 93 26 75 20) 09 Concert de Soutien au Collectif Aux Urnes Etc : BARIZONE COMEDIA ORCHESTRA Le Sezamo - Nice 21h (06 98 80 00 11) 10 DIEGO ORIGLIA Le Black Cat - Cagnes sur Mer 21h30 (04 92 08 04 69) 11 FAMILY GROOVE & CLEMENTINE CELARIE Forum Fnac - Nice 17h30 (04 92 17 77 77) 12 FLYING DONUTS Le Volume - Nice 21h (04 93 26 75 20) 13 Nuit d’Hiver #4 : DJ OLIVE Bibliothèque Louis Nucéra - Nice 17h (Grim : 04 91 04 89 59) 14 DIAM’S / LAUREMILAN Palais Nikaïa - Nice 20h30 (Image Publique :04 93 19 37 40) 14 Jam Session Le Bar en Biais - Antibes 21h (04 93 74 10 98) 14 MISS SAYA Le Black Cat - Cagnes sur Mer 21h30 (04 92 08 04 69) 15 TANGO PASION Acropolis - Nice (04 93 92 83 00) 15 JOSEPH D’ANVERS & ELISTA / MY ELASTIC EYE Salle 700 Palais Nikaïa - Nice 20h30 (Image Publique : 04 93 19 37 40) 15 ALBERTO MARSICO ORGAN LOGISTICS Le Bar en Biais - Antibes 21h (04 93 74 10 98) 16 NOSENS Le Black Roses - Grasse 21h (04 93 36 70 40) 16 FIS(CH)ER / SAD WATERS Le Volume - Nice (04 93 26 75 20) 16 SIXUN Cedac de Cimiez - Nice 21h (04 93 53 89 66) 16 SASHIRD LAO Cave Romagnan - Nice (04 93 87 91 55) 16 BRASILEIRINHO Le Black Cat - Cagnes sur Mer 21h30 (04 92 08 04 69) 17 M. POKORA Palais Nikaïa - Nice 18h (04 92 29 31 29) 17 DIEGO ORIGLIA Le Black Cat - Cagnes sur Mer 21h30 (04 92 08 04 69) 19 SASHIRD LAO Médiathéque - Antibes 20 Age Tendre et Têtes de Bois : FRANK ALAMO / DEMIS ROUSSOS / RICHARD ANTONY / FRANÇOIS DEGUELT / MICHEL ORSO / LENY ESCUDERO / MICHELE TORR... Palais Nikaïa - Nice 15h (04 92 29 31 29) 20 Age Tendre et Têtes de Bois : FRANK ALAMO / DEMIS ROUSSOS / RICHARD ANTONY / FRANÇOIS DEGUELT / MICHEL ORSO / LENY ESCUDERO / MICHELE TORR... Palais Nikaïa - Nice 20h30 (04 92 29 31 29) 21 MISS SAYA Le Black Cat - Cagnes sur Mer 21h30 (04 92 08 04 69) 21 Jam Session Le Bar en Biais - Antibes 21h (04 93 74 10 98) 22 LES ENFANTS DE DJANGO Théâtre de Grasse 20h30 (04 93 40 53 00) 23 TRACY GANG PUSSY / SAD WATERS Le Tapas - Nice (04 93 62 27 46) 23 EDDY RAY COOPER Le Bar en Biais - Antibes 21h (04 93 74 10 98) 29 CANDELA TRIO Le Black Cat - Cagnes sur Mer 21h30 (04 92 08 04 69) 30 SANDRINE DESTEFANIS TRIO Le Black Cat - Cagnes sur Mer 21h30 (04 92 08 04 69) 31 EDDY GAULEIN-STEF Le Bar en Biais - Antibes 21h (04 93 74 10 98)

01 Monte-Carlo Jazz Festival : DANIEL HUMAIR TRIO Cabaret du Casino - Monaco 18h (SBM : +377 98 06 36 36) 01 Monte-Carlo Jazz Festival : YUSEF LATEEF / BELMONDO ORCHESTRA Salle Garnier - Monaco 20h30 (SBM : +377 98 06 36 36) 01 Monte-Carlo Jazz Festival : RAUL MIDON Bar Américain - Monaco 23h15 (SBM : +377 98 06 36 36) 02 Monte-Carlo Jazz Festival : ERIC LEGNINI Cabaret du Casino - Monaco 18h (SBM : +377 98 06 36 36)

02 Monte-Carlo Jazz Festival : CHICK COREA Salle Garnier - Monaco 20h30 (SBM : +377 98 06 36 36) 02 Monte-Carlo Jazz Festival : BRIAN AUGER’S OBLUIVION EXPRESS Cabaret du Casino - Monaco 23h15 (SBM : +377 98 06 36 36) 02 Monte-Carlo Jazz Festival : RAUL MIDON / SERGE RAHOERSON QUARTET Bar Américain - Monaco 23h15 (SBM : +377 98 06 36 36) 03 Monte-Carlo Jazz Festival : CRENSHAW GOSPEL CHOIR Place du Casino - Monaco 11h (SBM : +377 98 06 36 36) 03 Monte-Carlo Jazz Festival : MONTY ALEXANDER & FRIENDS Salle Garnier - Monaco 18h (SBM : +377 98 06 36 36) 22 TRACY GANG PUSSY / SAD WATERS AJM - Monaco

01 BRAZILIAN CARAVANE Châteauvallon - Ollioules 20h30 (0 820 222 004) 01 ARTEFACT / DISMO / SVART CROWN Espace Félix Martin - St Raphaël 20h30 (Asso Les Balladins Concertés : 06 62 88 01 60) 02 SASHIRD LAO Espace Félix Martin - St Raphaël (Asso Lasauce : 06 10 49 22 12) 02 BONIN OUAIB / PERGUIBASS Maison pour Tous Le Ciné - Montauroux 21h 04 Scène Ouverte - Session Acoustique Le Bar à Thym - Toulon (04 94 41 90 10) 04 Scène Ouverte Jazz : FABIEN GIACCHI TRIO Le Bar à Thym - Toulon (04 94 41 90 10) 06 NOLWENN LEROY Théâtre Galli - Sanary-sur-Mer 20h45 (04 94 88 53 90) 06 LALIE / MORNING FAVORITES Pub Shannon - Toulon 20h30 (04 94 62 96 09) 07 DOSTA MIRO Le Bar à Thym - Toulon (04 94 41 90 10) 08 GAROU / MARIE MAI Zénith Oméga - Toulon 20h (04 94 22 66 88) 08 AMERICAN GOSPEL Théâtre Galli - Sanary-sur-Mer 20h45 (04 94 88 53 90) 08 Alternative Session : DODES’K’DEN / MONA LISA / MINA MAY La Civette Marseillaise - La Seyne sur Mer (06 71 96 36 12) 08 Festival de Jazz : PACIFIC JAZZ QUARTET / JEAN PHILIPPE SCALI SEXTET Complexe St Exupéry - Draguignan 20h30 (04 98 105 105) 09 DIEDRE / DJIEL Théâtre Denis - Hyères 09 DICK ANNEGARN Théâtre en Dracénie - Draguignan (04 94 50 59 59) 09 Festival de Jazz : JIMMY COBB TRIO Complexe St Exupéry - Draguignan 21h (04 98 105 105) 10 Festival de Jazz : CHICAGO BLUES FESTIVAL & DONALD KINSEY & TRUDY LYNN Complexe St Exupéry - Draguignan 17h30 (04 98 105 105) 11 Scène Ouverte - Session Acoustique Le Bar à Thym - Toulon (04 94 41 90 10) 12 Scène Ouverte Jazz : FABIEN GIACCHI TRIO Le Bar à Thym - Toulon (04 94 41 90 10) 14 LES TAMBOURS DU BRONX Oméga Live - Toulon 21h (Tandem : 04 98 070 070) 14 YAKA RAS Le Bar à Thym - Toulon (04 94 41 90 10) 15 1DSENS Indiana Coffee - La Valette (04 94 65 80 97) 16 Soirée Marsatac : LA CAUTION / DJ VADIM & MC BLU-RUM13 / DJ PAT’PANIK & YARAH BRAVO Châteauvallon - Ollioules 20h30 (0 820 222 004) 16 Opération Cultures du Coeur Théâtre Denis - Hyères 21h (Tandem : 04 98 070 070) 16 M.POKORA Zénith Oméga - Toulon 20h (04 94 22 66 88) 16 LES CRADOS / KRO’N’OÏ / HKN / SPOOK CITY CRACK HEADS Indiana Coffee - La Valette du Var 21h30 (04 94 65 80 97) 16 PAROXINE Complexe Sportif des Bosquettes - Sainte Maxime (04 94 49 76 53) 18 Scène Ouverte - Session Acoustique Le Bar à Thym - Toulon (04 94 41 90 10) 19 Scène Ouverte Funk : 5/4 WESTERN Le Bar à Thym - Toulon (04 94 41 90 10) 21 C’PA Le Bar à Thym - Toulon (04 94 41 90 10) 22 PATRICK BRUEL Zénith Oméga - Toulon 20h30 (04 94 22 66 88) 22 CELESTROÏ Saint Raphaël 23 CELESTROÏ Saint Raphaël 24 CELESTROÏ Saint Raphaël 25 JERK HOUSE CONNECTION Le Bar à Thym - Toulon (04 94 41 90 10) 26 Scène Ouverte Funk : 5/4 WESTERN Le Bar à Thym - Toulon (04 94 41 90 10) 27 FUTURE SOUNDS OF JAZZ Le Bar à Thym - Toulon (04 94 41 90 10) 28 THE HOB GOBLIN Le Bar à Thym - Toulon (04 94 41 90 10)

01 Festival des Méditerranées : DUMBALA CANALLA L’Intermédiaire Marseille (04 91 47 01 25) 01 RAOUL PETITE Le Cargo de Nuit - Arles 21h30 (04 90 49 55 99) 01 DECHAINEES Espace Culture Busserine - Marseille (04 91 58 09 27) 01 TÉTÉ Le Moulin - Marseille (04 91 06 33 94) 01 WILKO JOHNSON / CLAN D Le Portail Coucou - Salon de Provence 20h30 (04 90 56 27 99) 01 Pépinière d’Artistes : MAYA / D’AQUI DUB / MAURAD MANGER MJC L’Escale - Aubagne 21h (04 42 18 17 17) 01 HUUN-HUUR-TU Cité de la Musique - Marseille 20h30 (04 91 39 28 28) 01 SCREAMIN’TUBES Dan Racing - Marseille 21h30 (06 09 17 04 07) 01 MARCEL & SON ORCHESTRE / CARVING Espace Julien - Marseille 20h30 (04 91 24 34 10) 01 NAIRI Forum Fnac - La Valentine 20h (04 91 88 71 66) 01 ON S’FAIT UNE BOUFFE Le Balthazar - Marseille 20h (04 91 42 59 57) 02 OAISTAR Le Cargo de Nuit - Arles 21h30 (04 90 49 55 99) 02 KAOLIN / MACZDE CARPATE / RHESUS L’Usine - Istres (04 42 56 02 21) 02 NATIONALE 7 Théâtre et Chansons - Aix en Provence 20h30 (04 43 27 37 39) 02 LINSPEKTOR Dan Racing - Marseille 21h30 (06 09 17 04 07) 02 EDMUR TRIO BALACOBACO El Ache de Cuba - Marseille 22h (04 91 42 99 79) 02 STEREOXYDE / SIGIS / KERBEROS Le Balthazar - Marseille 20h (04 91 42 59 57) 02 SONS OF GAÏA / NO MORE BABYLON / SMOOF Espace Julien - Marseille 20h (04 91 24 34 10) 02 N.E.M.E.SYS Le Korigan - Luynes 02 Café-Chansons : ELEVES ATELIERS CHANSONS & MATHIEU PIRRO & CLEMENT TARDIVET / LES ARTS & LES ARTISTES Maison du Quartier du Roucas - Vitrolles 21h (Midi Chansons : 04 42 89 77 47) 02 Festival des Méditerranées : DUMBALA CANALLA L’Intermédiaire Marseille (04 91 47 01 25) 03 NATIONALE 7 Théâtre et Chansons - Aix en Provence 18h30 (04 43 27 37 39) 03 Festival des Méditerranées : PROVENÇA COMBO L’Intermédiaire Marseille (04 91 47 01 25) 05 GERALD GENTY Poste à Galène - Marseille 21h30 (04 91 47 57 99) 05 LES TOUFFES KRETIENNES L’Intermédiaire - Marseille (04 91 47 01 25)

décembre 2006

6

nouvelle vague # 124

06 GAROU / MARIE MAI Le Dôme - Marseille 20h30 (Adam : 04 91 60 61 62) 06 NEW LOUSADZAK La Minoterie - Marseille 20h30 (04 91 90 07 94) 06 Scène Ouverte Dan Racing - Marseille 21h30 (06 09 17 04 07) 06 Festival des Méditerranées : GAI SABER L’Intermédiaire - Marseille (04 91 47 01 25) 07 Jazz en Scènes : STEFAN ORINS TRIO / YADES QUARTET Le Cri du Port - Marseille 20h30 (04 91 50 51 41) 07 ENSEMBLE VOCAL MUSICATREIZE Eglise St Charles - Marseille 19h30 (Editions Onoma : 06 08 18 69 98) 07 NOLWENN LEROY / JULIE D’AIME Le Dôme - Marseille 20h30 (Adam : 04 91 60 61 62) 07 Ciné-Concert Dark Swing Project : POUM TCHACK Salle Polyvalente - St Marc Jaumegarde 20h30 (04 42 63 10 11) 07 Scène Ouverte Dan Racing - Marseille 21h30 (06 09 17 04 07) 07 Scène Ouverte : BARRIO JABOUR El Ache de Cuba - Marseille 21h (04 91 42 99 79) 07 Soutien aux Resto du Coeur - Plateau Pop Rock/Chanson Française Le Balthazar - Marseille 21h (04 91 42 59 57) 07 IXINDAMIX / MC TABLLOYD Café Julien - Marseille 22h (04 91 24 34 10) 07 Festival des Méditerranées : BARRIO CHINO L’Intermédiaire - Marseille (04 91 47 01 25) 08 DIONYSOS Le Dôme - Marseille 20h30 (Adam : 04 91 60 61 62) 08 Auditions Régionales Découvertes du Printemps de Bourges : TOM / MELCHIOR LIBOA / NARROW TERENCE / EON MEGAHERTZ L’Usine Istres (04 42 56 02 21) 08 OAÏ STAR / FANCY MJC L’Escale - Aubagne 21h (04 42 18 17 17) 08 MALAKWA Dan Racing - Marseille 21h30 (06 09 17 04 07) 08 RUBEN PAZ AFRO LATIN JAZZ QUARTET / KADENCE & ERNESTO CONCHA Espace Julien - Marseille 19h30 (04 91 24 34 10) 08 MISERE ET CORDES Forum Fnac - La Valentine 20h (04 91 88 71 66) 08 FANCY & OAÏ STAR MJC L’Escale - Aubagne 21h (04 42 18 17 17) 08 LADY GODIVA Dan Racing - Marseille 21h30 (06 09 17 04 07) 08 SON 500 El Ache de Cuba - Marseille 22h (04 91 42 99 79) 08 ARTMANIAC Le Balthazar - Marseille 21h (04 91 42 59 57) 08 Festival des Méditerranées : LA GARFIO L’Intermédiaire - Marseille (04 91 47 01 25) 09 Nuit d’Hiver #4 : ANDREA PARKINS Médiathèque - Gardanne 20h30 (Grim : 04 91 04 89 59) 09 RASPIGAOUS / CALIGAGAN Le Cargo de Nuit - Arles 21h30 (04 90 49 55 99) 09 LITTLE DAN / MC JANICK Espace Julien - Marseille 20h30 (04 91 24 34 10) 09 THOMAS DUTRONC ET LES ESPRITS MANOUCHES Théâtre Municipal - Tarascon 09 VISION Dan Racing - Marseille 21h30 (06 09 17 04 07) 09 Auditions Régionales Découvertes du Printemps de Bourges : LE DIWAN DE MONA / SAÏD / KID FRANCESCOLI / DANTON EEPROM L’Affranchi - Marseille (04 91 35 09 19) 09 GASPARINO Courant d’Air Café - Marseille 20h30 (04 91 91 84 73) 09 MESSES SYNTHETIQUES Poste à Galène - Marseille 21h30 (04 91 47 57 99) 09 TAN TUDY SOUND SYSTEM Le Balthazar - Marseille 21h (04 91 42 59 57) 09 ALOE BLACC Cabaret Aléatoire - Marseille (04 95 04 95 04) 09 QUAISOIR La Machine à Coudre - Marseille 20h30 (04 91 55 62 65) 09 Festival des Méditerranées : LA GARFIO L’Intermédiaire - Marseille (04 91 47 01 25) 11 DJ YOUZ & KESHNO L’Intermédiaire - Marseille (04 91 47 01 25) 12 Hip Hop Chistmas : MOBB DEEP / DJ DAZ / BOSS ONE / S-KRIM Espace Julien - Marseille 20h30 (06 06 617 617) 13 M POKORA Le Dôme - Marseille 20h (04 91 12 21 21) 13 ORCHESTRE SASSOUN Cité de la Musique - Marseille 20h30 (04 91 39 28 28) 13 Scène Ouverte Dan Racing - Marseille 21h30 (06 09 17 04 07) 13 Festival des Méditerranées : INTRIGO L’Intermédiaire - Marseille (04 91 47 01 25) 14 Plateau Marsatac : DJ VADIM / DJ PAT PANIK Le Cargo de Nuit Arles 21h30 (04 90 49 55 99) 14 Ciné-Concert Dark Swing Project : POUM TCHACK Espace Frédéric Mistral - Peyrolles 20h30 (04 42 63 10 11) 14 FRANCK MICHAEL Le Dôme - Marseille 20h30 (Adam : 04 91 60 61 62) 14 Scène Ouverte Dan Racing - Marseille 21h30 (06 09 17 04 07) 14 Nuit d’Hiver #4 : MARSEILLE SKYSCRAPER / NED ROTHENBERG Théâtre de la Criée - Marseille 20h30 (Grim : 04 91 04 89 59) 14 Scène Ouverte : BARRIO JABOUR El Ache de Cuba - Marseille 21h (04 91 42 99 79) 14 JO CORBEAU & ADN SOUND SYSTEM Le Balthazar - Marseille 20h (04 91 42 59 57) 14 ALATOUL L’Intermédiaire - Marseille (04 91 47 01 25) 14 TOUMAST / ARMANDO COXE & BIG BUDDHA Café Julien - Marseille 21h (04 91 24 34 10) 15 Ciné-Concert Dark Swing Project : POUM TCHACK Salle Ste Victoire - Ventabren 20h30 (04 42 63 10 11) 15 KENY ARKANA Espace Julien - Marseille 20h30 (04 91 24 34 10) 15 ORCHESTRE MASSIS Cité de la Musique - Marseille 20h30 (04 91 39 28 28) 15 PIANO MEKANIK KANTATIK La Meson - Marseille 20h (06 62 88 40 23) 15 PEREZ TROP SKA Dan Racing - Marseille 21h30 (06 09 17 04 07) 15 Nuit d’Hiver #4 : WHITE OUT & NELS CLINE / DJ OLIVE Montévidéo Marseille 21h (Grim : 04 91 04 89 59) 15 Soirée Slam El Ache de Cuba - Marseille 21h (04 91 42 99 79) 15 HEIDI / MARKOVO / THE WILSON DRAMA Le Balthazar - Marseille 21h (04 91 42 59 57) 15 STILL LIFE L’Intermédiaire - Marseille (04 91 47 01 25) 16 DR FEELGOOD Le Cargo de Nuit - Arles 21h30 (04 90 49 55 99) 16 DIAM’S Le Dôme - Marseille (04 91 12 21 21) 16 JUGAL BANDI Forum de Berre 16 Freaks Party : D4MAT VS. D.FEK DUB ONE / ACCELERATOR JOE / RAPTUS... L’Embobineuse - Marseille (04 91 50 66 09) 16 Sortie DVD Class’Rock 2006 : HARMONIC GENERATION / LADIES TORDUES / CURTAINS Le Portail Coucou - Salon de Provence 20h30 (04 90 56 27 99) 16 FA7 Dan Racing - Marseille 21h30 (06 09 17 04 07) 16 PIANO MEKANIK KANTATIK La Meson - Marseille 21h30 (06 62 88 40 23) 16 Nuit d’Hiver #4 : PAULINE OLIVEROS ET LONE / ELLIOTT SHARP ET FRANCK VIGROUX / DJ OLIVE Montévidéo - Marseille 20h30 (Grim : 04 91 04 89 59) 16 THE ROOTS VIBRATION L’Intermédiaire - Marseille (04 91 47 01 25) 16 D.FEKDUB ONE L’Embobineuse - Marseille (04 91 50 66 09) 17 MATHIEU PIRRO Théâtre et Chansons - Aix en Provence 20h (04 43 27 37 39) 17 PIANO MEKANIK KANTATIK La Meson - Marseille 19h (06 62 88 40 23) 17 Nuit d’Hiver #4 : ALAN LICHT & AKI ONDA / SEBASTIEN ROUX & SEVERINE BALLON Montévidéo - Marseille 20h30 (Grim : 04 91 04 89 59)


NV #124

21/11/06

11:59

Page 7

18 Scène Ouverte Jazz Cité de la Musique - Marseille 21h (04 91 39 28 28) 19 Nuit d’Hiver #4 : JOHN KING / DAVID LINTON Montévidéo - Marseille 20h30 (Grim : 04 91 04 89 59) 20 SVENSSON L’Intermédiaire - Marseille (04 91 47 01 25) 20 Scène Ouverte Dan Racing - Marseille 21h30 (06 09 17 04 07) 20 Nuit d’Hiver #4 : JOE MCPHEE & JEAN FRANCOIS PAUVROS / J.M. MONTERA & SHANIR EZRA BLUMENKRANZ & NED ROTHENBERG Montévidéo - Marseille 20h30 (Grim : 04 91 04 89 59) 21 COMTE DE FOURQUES L’Intermédiaire - Marseille (04 91 47 01 25) 21 PATRICK BRUEL Le Dôme - Marseille 20h30 (04 91 12 21 21) 21 Scène Ouverte Dan Racing - Marseille 21h30 (06 09 17 04 07) 21 SVENSSON / NICHOLSON Le Balthazar - Marseille 21h (04 91 42 59 57) 21 RED FISH Dan Racing - Marseille 21h30 (06 09 17 04 07) 21 Nuit d’Hiver #4 : ERNIE BROOKS / DENDOSHI 2 Montévidéo - Marseille 20h30 (Grim : 04 91 04 89 59) 21 TRACY GANG PUSSY Le Korigan - Luynes (04 42 54 23 37) 21 Scène Ouverte : BARRIO JABOUR El Ache de Cuba - Marseille 21h (04 91 42 99 79) 21 TAN TUDY & RED CORNER Trolley Bus - Marseille 23h (Micmac : 04 91 55 00 07) 22 MOUSSU T E LEI JOVENTS / JIM MURPLE MEMORIAL Le Portail Coucou - Salon de Provence 20h30 (04 90 56 27 99) 22 POLE SUD / BERTINAUDIBLE Dan Racing - Marseille 21h30 (06 09 17 04 07) 22 LE COTE OBSCUR DE NOEL Poste à Galène - Marseille 21h30 (04 91 47 57 99) 22 GIUBEN El Ache de Cuba - Marseille 22h (04 91 42 99 79) 22 BELLADONA 9 CH / MADAME H Le Balthazar - Marseille 21h (04 91 42 59 57) 22 JAKES L’Intermédiaire - Marseille (04 91 47 01 25) 22 DJ DUFF / SELECTER THE PUNISHER Le Poulpason - Marseille 22h (04 91 48 85 67) 23 BLACKSMITH Dan Racing - Marseille 21h30 (06 09 17 04 07) 23 NEUROTIC SWINGERS Poste à Galène - Marseille 21h30 (04 91 47 57 99) 23 Ragga Balèti Le Balthazar - Marseille 21h (04 91 42 59 57) 28 ROSA L’Intermédiaire - Marseille (04 91 47 01 25) 29 ANOTHER QUARTET Le Balthazar - Marseille 21h (04 91 42 59 57) 29 SLAYNN Dan Racing - Marseille 21h30 (06 09 17 04 07) 29 MISTER FRAC PROJECT L’Intermédiaire - Marseille (04 91 47 01 25) 30 LOLY’DOC Dan Racing - Marseille 21h30 (06 09 17 04 07)

01 MOUSSU T E LEI JOVENTS / CANAPACOUSTIK Le Grenier à Sons Cavaillon 21h (04 90 06 44 20) 01 ABD AL MALIK & LAURENT DE WILDE & REGIS CECCARELLI / ROUDA Les Passagers du Zinc - Avignon 21h (04 90 89 45 49) 02 AGUA TINTA La Gare - Maubec 21h30 (04 90 76 84 38) 03 CARVING / MARCEL ET SON ORCHESTRE Les Passagers du Zinc Avignon 21h (04 90 89 45 49) 07 BIJOU Le Rouge Gorge - Avignon 21h (04 90 14 02 54) 08 FADA TRIBU / LES CAMELEONS Les Passagers du Zinc - Avignon 21h (04 90 89 45 49) 08 NICOLAS FOLMER QUARTET Le Grenier à Sons - Cavaillon 21h (04 90 06 44 20) 08 PERRINE MANSUY & FRANCOIS CORDAS / BARRE PHILIPS TRIO Théâtre du Rond Point - Valréas 21h (04 90 76 84 38) 09 LES MUTINS DU RAFIOT / MASS KRITIK / FLANGERS La Gare - Maubec 21h30 (04 90 76 84 38)

15 JUSTIN(E) / LEPTIK FICUS / FLYING DONUTS / GUERILLA POUBELLE Les Passagers du Zinc - Avignon 21h (04 90 89 45 49) 15 FIS(CH)ER / TRIPOD Le Grenier à Sons - Cavaillon 21h (04 90 06 44 20) 15 FLYING DONUTS Avignon 16 Drôle(s) d’Hip Hop : M.A.P. La Gare - Maubec 21h30 (04 90 76 84 38) 22 LE SON DU PEUPLE / C2C Les Passagers du Zinc - Avignon 21h (04 90 89 45 49)

12 INNER TERRESTRIALS / PROHIBER / SCALPEL / RIKETT Le Bled Souspierre 20h30 14 PATRICE FOUDON TRIO Restaurant la Tartine - Crest 20h30 (Crest Jazz Vocal : 04 75 76 76 38) 21 MIG Auditorium Maison de la Musique - Valence 20h30 (Jazz Action Valence : 04 75 78 50 87)

08 THOMAS DUTRONC ET LES ESPRITS MANOUCHES Salle des Fêtes Peyruis 21h (04 92 64 02 64) 15 DOUBLE NELSON / MASS KRITIK / LES MUTINS DU RAFIOT Café Provisoire - Manosque 20h30 (04 92 72 43 08) 15 DIAM’S Palais des Congrès - Digne les Bains (04 91 12 21 21)

02 Les Slameurs ont du Coeur Haddock Café - Nîmes 21h (Direkt Tribal Family : 04 66 23 17 85) 09 PARATY Le Périscope - Nîmes 21h (04 66 76 10 56) 16 PETITE MUSIQUE Nîmes 31 Temporalibus : RADIO BOMB / TAMBOUR BATTANT / TEKNOMAD / HERETIK / MAKAK SYSTEM / INFRABASS / SUBURBASS / GRAVOS / BREAKER POWER / KRONIK URB’N Parc des Expos - Alès 22h

01 ERIC LEGNINI TRIO Théâtre Le Cadran - Briançon 20h30 (04 92 25 52 52) 05 EVASION Théâtre le Cadran - Briançon 20h30 (Vocal 26 : 04 75 42 78 33)

01 EVASION Eglise - St Jean le Centenier 20h30 (Vocal 26 : 04 75 42 78 33) 01 BRAIN DAMAGE / MONSIEUR DUC La Presqu’île - Annonay 21h (04 75 33 15 54) 01 KAOPHONIC TRIBU Salle des Fêtes - Viviers 02 BENJAMIN MOUSSAY TRIO Aubenas 14 Les Zincs Chantent : Annonay (04 75 33 15 54) 15 Les Zincs Chantent : Annonay (04 75 33 15 54) 16 Les Zincs Chantent : LES TRAPETTISTES La Presqu’île - Annonay 21h (04 75 33 15 54) 09 DUOMOTOCROSS / MARC DUCRET TRIO La Cavajazz - Alba la Romaine 21h (04 75 04 31 72) 31 LES FRERES DUCHOC La Presqu’île - Annonay 21h (04 75 33 15 54)

01 Jazz à Grignan : LA MARMITE INFERNALE Château de Grignan 21h (04 75 91 83 61) 01 LES SUPREMES DINDES Théâtre du Rhône - Bourg les Valence 01 Scène Ouverte Jazz Cabaret des Ramières - Eurre 21h (04 75 25 49 42) 02 JEAN JACQUES MILTEAU Théâtre Jean Vilar - Romans 20h45 (La Cordonnerie : 04 75 71 00 15) 05 ARCOLUZ / RENAUD GARCIA-FONS TRIO Auditorium Michel Petrucianni - Montelimar 20h30 (04 75 00 79 01) 05 TRIO MARC DUCRET L’Oiseau sur la Branche - Saoû 20h30 (04 75 25 49 42) 07 TRE AND THE BLUEKNIGHTS Cabaret des Ramières - Eurre 21h (04 75 25 49 42) 07 COSMIC MONKEY TRIO MJC Robert Martin - Romans 20h30 (04 75 71 26 00)

décembre 2006

7

nouvelle vague # 124

01 KHABAN’ / LA BLANCHE L’Antirouille - Montpellier (04 67 58 75 28) 01 2008 VALLEE Théâtre la Grande Ourse - Villeneuve les Maguelones 02 KHABAN’ Station Mir - Pezenas 02 NOSFELL Béziers 05 GAROU Zénith Sud - Montpellier 07 STEREOTYPICAL WORKING CLASS L’Antirouille - Montpellier (04 67 58 75 28) 08 DIEDRE / KAPTIV L’Antirouille - Montpellier (04 67 58 75 28) 08 KAOPHONIC TRIBU / BRAIN DAMAGE La Victoire 2 - St Jean de Vedas (04 67 47 91 00) 08 RUE ROUGE / LA GRIMASSE Salle des Fêtes - Octon 21h (Les Tas d’Urgence : 04 99 91 41 53) 09 D.FEK DUB ONE / D4MAT L’Utopya - Montpellier 09 BIRDY NAM NAM Le Rockstore - Montpellier (04 67 06 80 00) 12 Soirée Rap : LE GITAN NOIR / LE CERCLE MAKABRE : EL SENOR L’Antirouille - Montpellier (04 67 58 75 28) 13 Tremplin Emergenza : BYNCH / GABUZOMEU L’Antirouille - Montpellier 20h30 (04 67 06 51 68) 14 Tremplin Emergenza : LAYDOWN / COM’X / TANAEKA L’Antirouille Montpellier 20h30 (04 67 06 51 68) 14 HORD La Victoire 2 - St Jean de Vedas (04 67 47 91 00) 15 Tremplin Emergenza : THE OUZ / MYGUELL / MARTO / LES BELLES MUSETTES L’Antirouille - Montpellier 20h30 (04 67 06 51 68 ) 15 MANIMAL / HYPNOSE / GTI / H-TRAY / END Le Rockstore - Montpellier 18h30 (04 67 06 80 00) 16 Tremplin Emergenza : FIRED FROM HEAVEN / HEXAGONE / MYSTRIA L’Antirouille - Montpellier 20h30 (04 67 06 51 68 ) 20 Art you sure #7 : VOLFONIQ / SPANK Le Baloard - Montpellier 21h (08 71 70 90 02) 20 LAURENT CUGNY QUARTET Le Jam - Montpellier 20h45 (04 67 66 46 18) 22 COMTE DE FOURQUES L’Antirouille - Montpellier (04 67 58 75 28)

´


NV #124

21/11/06

11:59

Page 8

JANVIER 26 TONY ALLEN Salle des Fêtes - Peyruis 21h (04 92 64 02 64)

04 MISS SAYA Le Black Cat - Cagnes sur Mer 21h30 (04 92 08 04 69) 05 MADE IN FRANCE Le Black Cat - Cagnes sur Mer 21h30 (04 92 08 04 69) 06 JACKIE RENARD MAIN STREAM Le Black Cat - Cagnes sur Mer 21h30 (04 92 08 04 69) 07 FRANCKIE ROCHESTER SOLO Le Black Cat - Cagnes sur Mer 21h30 (04 92 08 04 69) 19 NATASHA ST PIER Acropolis - Nice 20h30 (04 93 92 83 00) 19 SASHIRD LAO La Coupole - La Gaude (08 92 68 04 71) 23 JOHNNY HALLIDAY Palais Nikaïa - Nice 20h (04 92 29 31 29) 26 EMILIE LOIZEAU Forum Nice Nord 21h (04 93 84 24 37) 26 PASCAL OBISPO Palais Nikaïa - Nice 20h30 (Image Publique : 04 93 19 37 40) 27 AKLI D Salle Juliette Gréco - Carros 20h30 (04 93 08 76 07) 27 JAMAIT Forum Nice Nord 21h (04 93 84 24 37)

02 09 17 23 28

GRAND CORPS MALADE Le Dôme - Marseille 20h30 (Adam : 04 91 60 61 62) SANSEVERINO L’Usine - Istres (04 42 56 02 21) MARIE ET SES BEAUX COURTOIS Venelles (Vocal 26 : 04 75 42 78 33) JEANNE CHERHAL Théâtre Comoedia - Aubagne 21h (04 42 18 19 88) OLIVIA RUIZ Le Moulin - Marseille (04 91 06 33 94)

05 FULVIO ALBANO QUARTET & GIANNI BASSO & DUSKO GOYKOVITCH Théâtre Le Cadran - Briançon 20h30 (04 92 25 52 52) 19 ALIM QASIMOV Théâtre Le Cadran - Briançon 20h30 (04 92 25 52 52) 23 CHANSON PLUS BIFLUOREE Théâtre Le Cadran - Briançon 20h30 (04 92 25 52 52) 10 SANSEVERINO Salle Polyvalente - Avignon 24 JEANNE CHERHAL Salle Polyvalente - Avignon

26 MARIE ETSESBEAUXCOURTOIS La Presqu’île - Annonay 21h (Vocal 26 :04 75 42 78 33) 02 LES JOYEUX URBAINS Salle Polyvalente - Peipin 21h (04 92 64 02 64) 21 BALTHASAR STREIFF & CHRISTIANZEHNDER Théâtre Le Cadran Briançon 20h30 (04 92 25 52 52)

12 MADEMOISELLE K L’Aghja - Ajaccio 21 DEBOUT SUR LE ZINC L’Aghja - Ajaccio

26 GERARD MOREL Centre Culturel - Chabeuil (Vocal 26 : 04 75 42 78 33) 26 JAMAIT / JEHAN Théâtre le Rhône - Bourg les Valence 02 JEREMIE KISLING Théâtre Le Cadran - Briançon 20h30 (04 92 25 52 52) 09 DAVID LINX QUARTET Théâtre Le Cadran - Briançon 20h30 (04 92 25 52 52)

19 JOHNNY HALLYDAY Zénith Oméga - Toulon (04 94 22 66 88) 25 GLENN MILLER MEMORIAL ORCHESTRA Salle Neptune - Toulon 27 PASCAL OBISPO Zénith Oméga - Toulon (04 94 22 66 88)

27 OLIVIA RUIZ Alès

04 SOMA L’Antirouille - Montpellier (04 67 06 51 68) 13 KLUB DES 7 Victoire 2 - St Jean de Vedas (04 67 47 91 00) 05 MOK Dan Racing - Marseille 21h30 (06 09 17 04 07) 06 THE REMEMBERS / SPOOK CITY CRACK HEADS / POG MO THOIN Dan Racing - Marseille 21h30 (06 09 17 04 07) 12 CITIZEN GO !! Dan Racing - Marseille 21h30 (06 09 17 04 07) 13 Les Aventuriers d’un Autre Monde : RICHARD KOLINKA / CALI / RAPHAËL / JEAN LOUIS AUBERT / ALAIN BASHUNG / DANIEL DARC Le Dôme - Marseille (04 91 12 21 21) 13 ARTMANIAC / GB BLUES BAND Dan Racing - Marseille 21h30 (06 09 17 04 07) 17 CLYDE Le Bathazar - Marseille 20h (04 91 42 59 57) 18 AXELLE RED Palais des Congrès - Marseille 20h30 (Adam : 04 91 60 61 62) 19 ALATOUL Dan Racing - Marseille 21h30 (06 09 17 04 07) 20 ENRICO RAVA QUINTET Théâtre Comoedia - Aubagne 21h (04 42 18 19 88) 20 DIX DE DER / LES POULETTES Le Korigan - Aix en Provence (04 42 54 23 37) 20 THE WASTES Dan Racing - Marseille 21h30 (06 09 17 04 07) 22 JOHNNY HALLYDAY Le Dôme - Marseille 20h30 (Adam : 04 91 60 61 62) 25 SASHIRD LAO Le Cri du Port - Marseille (04 91 50 51 41) 25 JOSEPH Repetita - Marseille (04 91 34 02 62) 26 BUZZ Dan Racing - Marseille 21h30 (06 09 17 04 07) 26 JOSEPH Repetita - Marseille (04 91 34 02 62) 27 KERBEROS / LYRAE Dan Racing - Marseille 21h30 (06 09 17 04 07) 27 JOSEPH Repetita - Marseille (04 91 34 02 62) 30 PASCAL OBISPO Le Dôme - Marseille (04 91 12 21 21)

12 POW WOW Théâtre - Pertuis 26 GLENN MILLER MEMORIAL ORCHESTRA Auditorium Jean Moulin - Le Thor (04 90 33 97 32)

08 EVASION Les Cordeliers - Romans sur Isère 20h30 (Vocal 26 : 04 75 42 78 33) 16 KHABAN’/ CAP AU NORD Train Théâtre - Portes-les-Valence 18 LES SUPREMES DINDES / LE BARATIN DE LA JOIE / FRED K Théâtre le Rhône - Bourg les Valence (Zigoto Productions : 04 75 04 51 23)

FEVRIER 15 PETITE MUSIQUE L’Antirouille - Montpellier (04 67 06 51 68)

17 Firme Record’s : META-STAZ / SIKEN / DJ BARON / TRINYTHA / UNIX Salle Juliette Greco - Carros 20h30 (04 93 08 76 07)

01 Voix Alternative : CHARLELIE COUTURE Espace Malraux - Six Fours les Plages (04 94 74 77 79) 09 Voix Alternative : SINCLAIR / SMOOTH Espace Malraux - Six Fours les Plages (04 94 74 77 79) 16 AN PIERLE & WHITE VELVET Théâtre en Dracénie - Draguignan (04 94 50 59 59) 17 Voix Alternative : PETER VON POEHL Espace Malraux - Six Fours les Plages (04 94 74 77 79) 23 JULIETTE GRECO Théâtre Galli - Sanary-sur-Mer 20h45 (04 94 88 53 90) 23 DIAM’S Zénith Oméga - Toulon (04 94 22 66 77) 24 Voix Alternative : ESBJORN SVENSSON TRIO Espace Malraux - Six Fours les Plages (04 94 74 77 79) 30 Voix Alternative : ERIK TRUFFAZ Espace Malraux - Six Fours les Plages (04 94 74 77 79)

+ de concerts sur nouvelle-vague.com

Pour figurer dans le prochain numéro, envoyez vos infos et annonces de concerts

AVANT LE 15 DÉCEMBRE 2006

´

fax 04 93 58 51 53 courrier Nouvelle Vague - BP 62 - 06142 Vence cedex e-mail nouvelle-vague@wanadoo.fr

à -50%

de -10% NEUF ! ATÉRIEL M E L R U S

Pour votre publicité, contactez-nous !

EXCLUSIF SUR LA CÔTE ! TOUTES LES NOUVEAUTÉS

04 93 58 51 51 e-mail nouvelle-vague@wanadoo.fr

Rock, Rap, Techno, Numérique, Analogique, Home Studio, Espace DJ...

COURS DE GUITARE, BASSE ET BATTERIE

NOUVEAU ! COURS DE PERCUS

37, av. de Cannes - RN7 - Juan les Pins


NV #124

21/11/06

11:59

Page 9

Un an et demi après le succès de Mademoiselle Marseille, Tatou et Blu, fondateur et guitariste du Massilia Sound System, accompagnés du percussionniste brésilien Jamilson et du nouveau venu Fred Zerbino, remettent le couvert avec Forever polida (toujours jolie). Un disque sobre et apaisant qui hume bon le soleil, la sieste, le son des cigales et la belle bleue. Moussu T e lei Jovents n'est pas le genre de formation qui naît comme ça, de but en blanc. Bien au contraire, le projet était en somnolence depuis plusieurs années et n'attendait que le coup du sort pour démarrer logiquement. « La période où l'on a démarré coïncidait au moment où Massilia était en pause » explique Tatou. Le principe de Moussu T, « c'est Blu qui en a eu l'idée en premier. On avait envie de faire quelque chose que tu peux jouer n'importe quand, n'importe où, sans avoir besoin de gros moyen technique ». Un concept qui n'est pas si éloigné de Massilia. « En fait, je ne fais pas de grosses différences entre Massilia et Moussu T. Même si le style est différent, on retrouve aussi dans une partie du répertoire de Massilia ce côté immédiat, acoustique. Massilia est avant tout fait pour la danse, pour un mouvement particulier, après dans la journée, il y a différents moments. Là, on s'affranchit de ce côté danse. Massilia, c'est le sound system, c'est le cadre du balèti. Là, on est des fois dans le cadre du balèti, des fois dans celui de la sieste, de la rêverie. Finalement, le démarrage du projet s'est fait bien avant que Moussu T n'existe ». Dans la continuité de Mademoiselle Marseille, Moussu T et les jeunes ouvrent de nouveau les battants de leurs fenêtres pour chanter ce qu'ils y observent. On y respire l'amour pour leur région, l'amour des gens, l'amour du littoral, des ports et de la mer, et l'Amour avec un grand A, « celui que l'on retrouve dans 90% des chansons ».

point de confrontation, l'imaginaire du port », là où les échanges de toutes sortes se produisent. Marseille cosmopolite Tatou et les siens s'étaient déjà plongés dans les racines musicales de la ville avec Massilia. Avec Moussu T e lei Jovents, on entre dans un univers ou se côtoie chansons provençales, musiques noires et opérettes marseillaises. « Par la position de la ville, Marseille devient dans les années 30 un point de rencontre du Monde, un endroit cosmopolite, un peu à l'image de New-York ou d'une autre ville similaire. On a l'impression que cet aspect ouvert de Marseille est récent, que ce sont les années 80 qui ont développé tout ça avec I AM, Massilia, etc., alors que si on cherche un peu, on s'aperçoit que c'était déjà la préoccupation des gens dans les années 30, il y a avait déjà ce désir d'être l'endroit où le Monde se rencontre. Dans les opérettes marseillaises, ce qui est décrit comme étant le truc le plus “ autochtone ”, est finalem e n t quelque chose où il y a déjà des influences du monde entier ». Et ce cosmopolitisme est naturellement l'essence même de Moussu T. Les trois cordes du bérimbau brésilien viennent côtoyer celles du banjo sud-américain ou celles de la viole ciotadaine « réinventée par Blu », percussions et autres cougourdons donnent de la voix d'un commun accord, les langues s'entremêlent et l'occitan fait bon ménage avec le français. Un melting pot d'influences, condensé dans un tableau de la région marseillaise aux multiples facettes. Pour Tatou la plus belle d'entre elles, ce sont « les gens, les rencontres ». Mais il y a aussi le revers de la médaille, et quand on lui demande quel regard il porte sur sa région, une pointe de pessimisme se fait ressentir : « je ne suis pas plus optimiste pour ma région que je suis optimiste pour le Monde. La France entière vit des moments difficiles, il n'y a pas que chez nous. Il faut essayer de penser qu'on peut faire autrement, si on part d'emblée en disant “ on ne peut rien faire c'est fini ”, on n'ira pas loin. C'est aussi pour ça qu'on fait de la musique, un peu pour relever la tête quelque part. Il ne faut pas être dans la fatalité ».

igny les Drom Photo : Ju

Moussu T e lei J

Marseille illustrée Lorsque l'on demande à Tatou si l'on peut considérer ses disques un peu comme des cartes postales, il vous répond fort logiquement : « les cartes postales, ce sont rarement des gens du coin qui les font. Disons que ce sont plutôt des illustrations ». Entre tradition occitane et musique noire, Moussu T e lei Jovents décrivent leur bout de terre, peignent le décor qui les entoure, avec la mer et le littoral au centre de leurs propos. Une sémantique de la mer qui baigne tout au long du disque dans un double aspect. D'abord il y a la vision première, celle qui est palpable, que l'on observe les yeux grands ouverts, avec « ce côté maritime d'où se dégage à la fois un espace de liberté, les calanques, etc., mais aussi les grues et les usines fermées ». Puis lorsqu'on ferme les yeux, « il y a aussi l'endroit de la rive, l'endroit où les choses arrivent, où tout ce qui débarque de loin vient se fondre dans le paysage local. C'est le

ovents

 Matthieu Bescond En concert le 01/12 au Grenier à Sons Cavaillon (84) et le 22/12 au Portail Coucou Salon de Provence (13). Nouvel album Forever polida (Manivette Records-Le Chant du Monde/Harmonia Mundi). Web : http://moussut.ohaime.com.

décembre 2006

9

nouvelle vague # 124


21/11/06

11:59

Page 10

CONCERTS à venir

Kaolin / Maczde Carpate / Rhesus Cette affiche réunit tout ce que j'aime, c'est-à-dire des guitares acérées associées à des mélodies imparables. La jeune garde se donne rendez vous à la MJC Picaud puis à l’Usine, avec tout d'abord MacZde Carpate qui s'appuie sur un concept classique : chant, guitares, basse, batterie pour nous proposer de longs morceaux faits de longues montées, où le chant n'est qu'un instrument parmi les autres. Kaolin, qui a percé en 2004 avec l'imparable single Loin de l'ile piqué à Pixies, revient aujourd'hui avec une formule plus chansons où Dylan croise Gainsbourg. Le trio grenoblois Rhesus met de l'électricité partout, sûrement pour se protéger du froid polaire de la capitale de l'Isère, ce qui donne un subtil équilibre entre la mélancolie et l'euphorie, la jubilation et la volupté, l'énergie et la mélodie, mélange qui les a menés à la victoire du concours CQFD du magazine Les Inrockuptibles.  Simon Pégurier En concert le 01/12 à la MJC Picaud - Cannes (06) et le 02/12 à l'Usine - Istres (13). Abd Al Malik Radio, télé, presse, il est partout. Et de Skyrock à Télérama, tout le monde s'arrête sur le phénomène Abd Al Malik. Mais si ce succès médiatique paraît soudain, Abd Al Malik n'est pas débutant pour autant. Leader du groupe de rap N.A.P avec lequel il a sorti plusieurs albums entre 1994 et 2000, écri-

vain — son ouvrage Qu'Allah bénisse la France, paru en 2004, a reçu le prix Laurence Trân en Belgique (ah oui, quand même) — il s'est essayé en solo sur un premier album en 2004, et a élargi sa production en juin dernier avec Gibraltar. Artiste complet donc, ce Malik. Artiste surprenant aussi. Sur ce dernier album — et c'est bien ça qui séduit la critique — il mêle les sons, il fait fusionner les univers. Pour ne citer que quelques exemples... : Mathieu Boogaerts joue de la guitare, Gérard Jouannest (ancien acolyte de Brel) du piano, Keren Ann ou Ferrat sont samplés, Brel est repris. On aime ou on n'aime pas, mais en multipliant les influences il se crée un style propre qui, chose rare, ne ressemble à aucun autre. Au croisement de la poésie, du rap et du jazz, il réinvente un slam, sans l'impro. Mais Abd Al Malik, c'est aussi et surtout un message, une philosophie presque. Converti à l'islam soufiste, il prône sans cliché l'amour entre les peuples, l'amour de l'autre. Élevé dans une cité, il parle sans polémique de la banlieue, de la jeunesse. Et s'il est massivement plébiscité par les médias, qui en feraient bien le futur ministre de la cohésion sociale (si si ça existe), ce militant pacifiste est pourtant bien mieux sur scène. Là, face à un public aussi nombreux et varié que ses références, il peut être fier de sa musique et de ses bienfaits.  Amélie Maurette En concert le 01/12 aux Passagers du Zinc - Avignon (84) et le 04/12 au Théâtre Lino Ventura - Nice (06). Les Ogres de Barback Les Ogres ont la bougeotte, c'est peu de le dire. Créée en 1994 à Cergy Pontoise, la formation familiale de la fratrie Burguière (Mathilde, Fred, Alice et Sam) squatte alors avec frénésie bouches de métros, bars et rues de Paname à raison de plus de 150 concerts par an (rien qu'ça). En sillonnant l'hexagone, ils se forgent un style personnel et original en distillant leurs chansonnettes festives et réflexives teintées d'anarchisme et de sonorités tziganes. Ce n'est que trois ans plus tard que leur premier opus autoproduit, Rue du temps, voit le jour. Loin de la machine médiatique, le bon vieux boucheà-oreille assure la promo et les bars se font de plus en plus étriqués… Inépuisables, les Ogres de Barback enchaînent alors les productions (Irfan, le héros, Fausses notes - repris de justesses, Croc'Noces…) et finiront par créer leur propre label, Irfan, en 2000. Libres comme l'air, disposant des faveurs d'un public de plus en plus fidèle et d'un carnet d'adresses à en faire pâlir plus d'un débutant, ils s'offrent en 2003 une pléiade d'artistes (la Rue Kétanou, Pierre Perret, Tryo…) pour leur sixième album, La pittoresque histoire de Pitt Ocha, aventure musicale destinée aux plus petits. Après avoir fêté leurs dix ans en fanfare, s'offrant une tournée avec celle du Belgistan, immortalisée par leur premier DVD Live paru l'année dernière (10 ans d'Ogres et de Barback), c'est en s'associant au collectif Zarma et à leur projet Avis de K.O Electoral qu'ils sillonneront les routes cette année avec le collectif Aux urnes, etc. Objectif : sensibiliser le public au débat social à l'approche des élections présidentielles. Simples et talentueux, les Ogres sont partout, pour notre plus grand plaisir, souhaitons leur Bonne route et Longue vie !  Aurélie Selvi En concert le 01/12 au Théâtre Lino Ventura Nice (06) et le 04/05 au Zénith Sud - Montpellier (34).

décembre 2006

10

nouvelle vague # 124

Keny Arkana Après L'Esquisse, le missile suit sa lancée et n'est pas prêt de s'arrêter. Keny Arkana, ancien membre d'Etat Major arrive en solo avec Entre ciment et belle étoile, un album révolutionnaire dans tous les sens du terme. La petite marseillaise nous crache toute sa rage dans un 19 titres très bien ficelé. L'un des points forts de l'album n'est pas l'originalité des thèmes, mais plutôt l'habileté que Keny Arkana a pour traiter chaque sujet avec sincérité sans tomber dans la banalité ; une étonnante maturité dans la manière de traiter les thèmes pour une jeune femme de 23 ans, bien que l'on puisse regretter la forte prise de positions sur certains sujets qui méritent d'être relativisés. Loin des clichés du rap-ghetto, elle dénonce les injustices et les dysfonctionnements du système international. On y retrouve son vécu, sa vision du monde et du système, ainsi que ses positions politiques… Contrairement à beaucoup d'autres artistes du genre, Keny Arkana ne voit pas le rap comme une fin en soi mais comme un moyen de se faire entendre. D'ailleurs elle ne se décrit pas comme “ rappeuse ” mais comme une contestataire qui fait du rap. Dans cet album, elle ne se contente pas de se plaindre, malgré son enfance très difficile ; elle en profite pour passer un message d'espoir et encourage les gens à continuer à lutter pour faire changer les choses. D'ailleurs l'album contient un DVD bonus intitulé Carnet de route : Un autre monde est possible. Au lieu d'inclure 1 heure d'images qui ne parlent que d'elle et de ses caprices, elle a jugé utile de nous montrer quelque chose de plus important : son combat et ses engagements afin de réveiller les gens. Espérons qu'elle gardera toujours cette rage sur scène.  Aboubacar Mbae En concert le 02/12 à la MJC Picaud - Cannes (06) et le 15/12 à l’Espace Julien - Marseille (13).

Photo : Jérôme Bonnet

Photo : Rodolphe Michard

A Filetta / Corou di Berra Le Corou di Berra est un groupe polyphonique de notre région qui s'attache à restituer l'authenticité et la beauté des chants des Alpes du Sud. Depuis vingt ans, six voix se mêlent pour faire entendre la spécificité d'un chant choral cohérent et d'une grande sensibilité. Par leur présence effective sur le terrain, les recherches sur le patrimoine, les enregistrements, les créations et de très nombreux concerts, les six chanteurs du Corou de Berra assurent à cette expression régionale spécifique un présent vivant et dynamique. Le groupe, dirigé par Michel Bianco, est devenu peu à peu un ambassadeur d'une région et d'une culture, avec à son actif des centaines de concerts dans toute l'Europe. Il a été honoré par plusieurs prix décernés par les médias spécialisés. A Filetta, lui aussi groupe polyphonique, nous vient de Corse. Depuis un quart de siècle, il multiplie également les concerts à travers l'Europe et connaît une renommée de plus en plus grande. Le groupe choral est composé de six hommes. A Filetta a participé à plusieurs musiques de films de Bruno Coulais qui ont rencontré le succès (Himalaya, L'enfance d'un chef, Le peuple migrateur). Il demeure le représentant le plus authentique de la tradition orale corse et de ces chants millénaires à la beauté à la fois immédiate et profonde. Mené par Jean-Claude Acquaviva, A Filetta entreprend depuis ses débuts un vaste travail de résurrection de patrimoine, mais aussi d'enrichissement du répertoire grâce à de nombreuses créations. Et plus qu'une renaissance, c'est un chemin nouveau qu'il nous offre entre tradition et modernité.  Raymond Sérini En concert le 01/12 au Théâtre Debussy - Cannes (06).

Le Père Noël Monte le Son À l'approche des fêtes de fin d'année, le Père Noël de l'Edhec chausse sa guitare et monte de nouveau le son. Avec pour seul droit d'entrée un jouet qui sera ensuite redistribué aux enfants défavorisés et hospitalisés de la ville de Nice, la septième édition du festival se déclinera en quatre soirées à thème. Les premières notes résonneront avec le bassiste jazz Jean-Marc Jafet, accompagné par les Squatters, suivies d'une soirée soul en compagnie de Memories, d'une plus rock avec Merla, pour terminer avec la pop de Alacasaz Jasey et le rock indie de Tapenga. Une édition qui accorde encore fois une très large place aux formations régionales, tout en développant à bon escient la symbiose bon son/bonne cause.  M.B. Du 02 au 09/12 à Nice (06).

Nuit d'Hiver #4 Pour la quatrième édition de Nuit d'Hiver, le Groupe de Recherche et d'Improvisation Musicale (GRIM) entreprend de relier Marseille et New York, deux cités cosmopolites, berceaux de l'avantgarde dans bien des domaines artistiques, dont évidemment celui de la musique. En neuf soirées, Nuit d'Hiver “ improvise ” une jonction loin d'être rectiligne où les incartades en tout genre sont permises et même encouragées. Musiques improvisées et contemporaines occuperont une bonne partie des débats avec quelques pointures du genre et plusieurs créations, à l'image de Marseille Skyscraper, première conduction française de Butch Morris, musicien phare de la scène new-yorkaise, ici accompagné par une trentaine de musiciens marseillais. Autre rencontre avec le projet commun entre l'Américain Elliott Sharp et le Français Franck Vignoux, compositeurs-improvisateurs qui ouvriront leurs portes sur un « univers post rock, post jazz, et post beaucoup d'autres choses ». En tout et pour tout, pas moins de neuf soirées de concerts, émaillées par des rencontres avec les artistes et des conférences, serviront de liant, de point de ralliement aux improvisations marseillo/new-yorkaise.  Matthieu Bescond Du 14 au 21/12 à Marseille, Gardanne et Nice.

Photo : Dimitri Coste

NV #124


21/11/06

11:59

Page 11

Festival de Jazz Pour sa 19éme édition, le Festival de Jazz de Draguignan se déclinera en trois soirées qui promettent de prendre soin de toutes les oreilles présentes. La première réunira le Pacific Jazz Quartet, forcément amoureux du jazz de la Côte Ouest, et le N.O. Project du Jean-Philippe Scali Sextet, dont l'objectif sera de relier jazz New Orleans avec d'autres influences plus modernes. Les deux jours suivants devraient à la fois réjouir les amateurs de jazz et de blues avec la venue des deux pointures que sont Jimmy Cobb et le Chicago Blues Festival. Batteur expérimenté qui a notamment joué avec Miles Davis, Jimmy Cobb sera ici accompagné par l'organiste Rob Bargad et Grant Stewart au sax-ténor. Quant au Chicago Blues Festival emmené par Wayne Baker Brooks, il sera entouré de deux invités, et non des moindres puisqu'il s'agira de la diva blues Trudy Lynn et de Donald Kinsey, chanteur et guitariste blues qui a également accompagné Bob Marley et Peter Tosh, Trois soirées qui devraient permettre aux auditeurs d'explorer une belle palette de sonorités jazz, à coups sûrs bien dépeintes.  M.B. Du 08 au 10/12 au Complexe Saint-Exupéry Draguignan (83). Joseph d'Anvers Avec la nouvelle scène de la chanson française, c'est à peu près toujours le même discours : j'ai la trentaine, je suis seul, malheureux, je ne baise pas alors que je suis un obsédé sexuel, du coup je bois et je fume. Au début c'était bien marrant, surtout qu'on se retrouve forcément dans ces personnages, mais à la longue c'est vite devenu lassant. Je suis donc très soupçonneux pour les derniers arrivants. Alors pourquoi se rendre au concert de

Joseph d'Anvers ? C'est qu'avec lui pas de soucis à se faire, certes les thèmes sont dépressifs et neurasthéniques comme ceux de ses collègues de bureau, mais la musique est impeccable, les arrangements sont soignés aux petits oignons, les cordes omniprésentes apportent une vraie épaisseur, l'aisance mélodique est évidente. Du coup me voila conquis, je prête une oreille plus attentive aux textes, et là aussi l'effort est certain. Ce n'est peut-être pas toujours gai, mais c'est lucide, c'est du vécu de mec qui n'a pas confiance en lui, qui doute de tout, mais qui garde espoir, qui joue le jeu. Bref, c'est l'inverse d'un macho, donc le genre de mec que j'aime (les filles peut être moins malheureusement).  Simon Pégurier En concert le 15/12 au Palais Nikaïa - Nice (06). Transmusicales Après un bref passage par l'extérieur de la ville de Rennes pour cause de travaux titanesques, les Transmusicales, en cette 28ème édition, retrouvent, en partie seulement, le centre historique qui commençait à bien manquer aux festivaliers. Le lieu change peut-être, mais le concept, qui a fait le succès depuis bientôt trois décennies, de ce festival avant-gardiste et nécessaire, ne bouge pas d'un iota. Une grosse majorité des artistes programmés est quasi-inconnue, dénichée on ne sait où par des directeurs artistiques toujours très inspirés. Le reste de la programmation est composée, en vrac, de pointures plus ou moins sur le retour, et des inénarrables mecs hype du moment. Parmi ceux qui défraient les chroniques des magazines musicaux en ce mois de décembre 2006, et qui sont, ça tombe bien, programmés

décembre 2006

11

nouvelle vague # 124

Photo : Elisa Allenbach

NV #124

dans le in, on peut noter Justice, Cassius, Keny Arkana, l'inoxydable (et Rennais) DJ Netik ou bien encore l'habituée Missill. Rien que ces artistes justifient un petit détour par cette charmante région qu'est la Bretagne. Tout le reste de cette fourmillante programmation (environ une cinquantaine de musiciens, chanteurs, groupes, ou DJs) n'attend qu'à et ne mérite que d'être découverte, avec son lot habituel de surprises, du genre qui vous font chavirer l'âme (comme Bjorn Berge en 2004, fabuleux). Enfin, comme tout vrai festival qui se respecte, le off est particulièrement bien doté, avec pratiquement tous les bars de la ville, et ils sont nombreux dans la capitale de la Bretagne, qui jouent le jeu en accueillant chacun leurs concerts, avec là aussi plein de surprises (toujours bonnes).  David Bartoli Du 07 au 09/12 à Rennes (35). Les Enfants de Django Plus de 50 ans après la mort de Django Reinhardt, son véritable créateur, le jazz manouche a plus que jamais le vent en poupe. Le succès du Gipsy Project de Biréli Lagrène (voire celui de Sanseverino), du film Accords et désaccords de Woody Allen et du festival de Samois (la patrie de Django) en témoignent. Cela ne date pas d'hier, Georges Brassens ne célébrait-il pas les « disciples de Django, émules de Crolla, toute la fine fleur des cordes »... Quant au futur de ce jazz si spécifique, ces “ Enfants de Django ” là ayant plutôt l'âge de ses petits-fils, pas de souci... Si Samson Schmidt, Yorgui Loefler, Mike Reinhardt et leurs trois comparses connaissent la “ tradition sur le bout des doigts ”, ils ont montré cet été à Juan qu'ils savaient aussi la dépasser, et de la plus brillante manière.  Daniel Chauvet En concert le 22/12 au Théâtre de Grasse (06).


NV #124

21/11/06

11:59

Page 12

Sean Lennon aurait pu ne jamais faire de la musique. Il aurait pu rester oisif à attendre les dividendes de l'héritage paternel. Il aurait pu finir dans une émission de télé-réalité. Il aurait pu écrire ses mémoires à 29 ans d'un asile de fou. Mais voilà Sean est “ le fils de ”, sans jamais se servir de son nom pour réussir, mais plus comme un atavisme qui l'aurait empêché de faire autre chose : Sean Lennon fait de la musique et son Friendly fire est sans conteste un bon album. Rencontre exclusive au Costes. Vous avez laissé passer beaucoup de temps entre vos deux albums, vous aviez besoin de faire un break avec le métier ? Non, ce n'est pas ça… Si j'accepte ce que vous me dites, cela voudrait dire que la seule chose qu'un musicien puisse faire dans sa vie, c'est de sortir un disque sous le format CD et ce n'est pas vrai. Vous pouvez être un très bon musicien sans faire une carrière solo ou sortir un album absolument. Entre mes deux albums solo, j'ai fait beaucoup d'autres choses, je ne me suis jamais arrêté d'enregistrer, de jouer et de me produire sur scène, je le faisais toujours, mais juste plus discrètement. Je n'étais pas enfermé dans ma maison en attendant l'inspiration. On avait parlé de grands producteurs pour produire ce nouveau disque, mais on s'aperçoit que vous sollicitez plus facilement vos amis ou des gens de confiance que des noms ? Je pense qu'il me faut avoir une vraie relation sincère et durable avec mes collaborateurs, une relation forte avec les gens qui travaillent autour de moi, car la musique est quelque chose de très intime, qui touche vraiment à l'essentiel. C'est beaucoup plus confortable si je sais pouvoir me livrer sans être trahi. Vous parlez d'une expérience plus publique avec Friendly fire, vous pourriez retourner dans l'ombre sans vous sentir perdu ? Tout ce que je sais, c'est que ce mode de fonctionnement est accepté par tous les artistes. C'est nécessaire de passer par la promo, les concerts, etc. C'est quelque chose que je fais de bonne grâce parce que j'adore l'idée que le public puisse écouter ma musique, mais je n'aime pas la lumière, je n'aime pas être regardé par les gens, ce n'est pas confortable cette situation, mais je m'adapte. On dirait que ce disque vous correspond plus, que vous avez moins besoin de vous démarquer de votre nom ? Les deux albums sont personnels, mais peut-être que les sentiments sur cet album sont plus… — pas plus vrais, car ma vie avec Yuka et les chansons que je lui écrivais étaient très sincères… — mais les sentiments sur cet album sont plus forts, sont plus difficiles, complets et graves. Certainement car j'ai vieilli aussi. Il y a beaucoup de vos thèmes qui tournent autour du manque, de la séparation, du deuil, prenez-vous votre musique comme une psychanalyse ? C'est exactement cela ! Pour moi, c'est plus facile de comprendre mon cœur et ma tête si je m'exprime avec la musique et l'art en général. C'est bon pour ma santé psychologique. Le fait d'enregistrer en mode “ live ”, c'était pour retrouver aussi un certain plaisir de jouer ? La musique est comme une langue. Elle vous permet de communiquer avec les gens. Si vous ne pouvez pas le faire directement, que vous devez hacher cette parole ou séquencer les différentes parties d'une mélodie, le discours n'est pas complet et fluide. C'est l'essence même de la musique que de la jouer en groupe, en live, avec ceux qui vous touchent. Vous reprenez une chanson de Marc Bolan Would I be the one ? J'adore T.Rex, j'ai fais ça car j'ai entendu les chansons de Marc et j'étais attiré très vite pour les reprendre avec des nouvelles cordes, des arrangements nouveaux. C'est une sorte d'hommage à son univers. Vous composez vos chansons de quelle manière, à partir du piano, de votre guitare ? Les deux ensembles. Pour moi, la guitare et le piano sont essentiels pour le processus créatif. Je

suis un laborieux dans ma manière de penser mes chansons. Parfois cela vient rapidement, mais c'est rare. Vous savez, il faut beaucoup de travail avant que l'inspiration ne me gagne. Si j'attends au coin du feu, l'inspiration ne vient pas, je suis du genre à me lever le matin pour attaquer des sortes de gammes et voir ce qui en résulte ensuite, parfois cela ne donne strictement rien, mais parfois j'ai comme un flash, une lumière et je me sens tout de suite beaucoup mieux (rire).

Sean

Lennon

Dans Friendly fire, il y a comme une envie de ne pas grandir ? Le syndrome Peter-Pan (rire). C'est marrant. Maintenant que vous me le dites c'est vrai que je suis un enfant, un enfant coincé dans un corps d'adulte. Nous sommes tous des enfants à l'intérieur de nous. Parallèlement à ces chansons, vous produisez un film pour illustrer chaque titre, on dirait presque que l'album est juste un alibi pour le film ? Pour moi le film et les chansons sont intégrés complètement les uns dans les autres. Vous ne pouvez pas les séparer, je ne pourrais pas expliquer ce qui m'est arrivé sur ce projet, mais il m'est venu en tête de cette manière : le son et l'image, l'image et le son. Je pense que c'est une bonne chose car aujourd'hui, avec les ordinateurs, tu peux facilement avoir des images. J'ai vraiment eu de la chance que ma maison de disque accepte ce thème. C'est important de faire quelque chose de différent. Le CD est presque obsolète. Je voulais faire une pièce complète. Je désirais faire quelque chose avec tous les médias. Avez-vous vu que Beck avait pris le parti pris également de mélanger le son et l'image ? C'est incroyable car nos disques sont sortis en même temps, le même jour. C'est très étrange.

décembre 2006

12

nouvelle vague # 124

Vous aviez milité contre la guerre du Golfe et j'aurais aimé savoir si vous seriez prêt à utiliser votre nom pour de nouveau défendre ce genre de causes ? Non, je ne pense pas. Mes idées ont évolué. J'ai beaucoup changé depuis 10 ans. Pas politiquement, j'ai toujours des convictions, mais c'est très difficile de mélanger ce genre de choses. La politique et la musique, ça n'a pas grand chose à voir vous ne trouvez pas ? J'ai réussi à les séparer car je ne suis pas sûr que les gens attendent un porteparole. Je ne veux pas écrire des chansons engagées, tout d'abord car le monde n'a pas besoin d'être au courant d'un fait, il l'est déjà par Internet, par les informations. Dans les années 70 il fallait, mon père l'a fait d'ailleurs, faire prendre conscience aux gens de certains choses. Ce n'est plus le cas quand tu as des chaînes d'infos qui diffusent 24 heures sur 24. J'ai vraiment souhaité séparer ma moralité et ma musique. Je suis très stressé avec le monde, je voudrais faire de la musique qui soit belle, pas difficile d'accès, pour offrir du bonheur aux gens, leurs faire oublier justement pendant 1 heure que le monde tourne mal. Chacun doit rester à sa place, laissez-moi faire un disque calme, car la vie en règle générale ne l'est pas ! (rire) Si tout, absolument tout était possible, imaginez que vous ayez une baguette magique dans les mains et que tout soit possible… Que changeriez-vous sur l'album ? Sans hésitation : ma voix ! C'est difficile pour moi de chanter, c'est le truc le plus laborieux. Ma voix n'est pas forte, si je peux chanter mieux j'accepte votre baguette ! (rire). Et cette même baguette pour le monde entier ? (il réfléchit) Il y a plein de choses. Trop sûrement. Je ne sais pas, je dirais qu'en ce moment ce qui me préoccupe c'est le réchauffement de la planète. Avez-vous eu l'occasion de voir l'exposition à la Cité de la Musique sur votre père ? Je ne l'ai pas vu, mais on m'en a dit beaucoup de bien. Vous qualifieriez comment votre rapport à la France ? Je suis américain vous savez (rire), donc je pense que chaque phrase que je puisse dire ne sonnera pas juste, mais pour moi les français en général et surtout dans la musique, plus que dans les autres pays, ont un vrai sens de l'art. En Amérique, on aime seulement les choses commerciales. Je sais bien qu'il y a des choses commerciales ici aussi, mais il y a encore des amoureux de la musique un peu plus classique en style. On vous sent très attaché à la littérature européenne ? Je ne lis pas assez, mais je suis inspiré par beaucoup d'écrivains : Oscar Wilde par exemple. J'adore Marcel Proust. Mon vrai problème c'est que je ne peux pas le lire en français. Ce serait un grand rêve d'apprendre correctement le français et de lire ensuite La recherche du temps perdu (rire). J'adore cette histoire de madeleine, la vie est comme ça, les chansons servent à se souvenir de jolies choses. Je présume qu'il vous serait permis de ne pas travailler et de vivre de vos rentes, alors pourquoi vous exposer ? Je vais vous répondre tout simplement : si je ne faisais pas de la musique, de l'art en général : je deviendrais fou. C'est ma motivation. Si je ne compose pas je suis triste et je déteste cet état régulier chez moi. Par exemple, je n'aime pas les vacances. Quand je suis en vacances, si je reste oisif trop longtemps, je deviens d'une humeur maussade et sans appétit pour la vie. Avoir choisi le même métier que votre père n'était pas finalement si difficile que ça à assumer non ? C'est gentil de me dire ça, mais croyez moi, trop de personnes me rattachent encore à mon père. Je viens de faire 3 jours d'interviews avant de vous rencontrer et beaucoup de vos collègues ne me voient que comme le “ fils de ”.  Pierre Derensy


NV #124

21/11/06

11:59

Page 13

Jeanne Balibar crève facilement l'écran noir de nos nuits blanches. La voilà dorénavant à truster les platines de tous les noctambules insomniaques. Son deuxième album Slalom dame est une danse soyeuse, un plaisir pour les oreilles. Toujours juste dans son jeu comme dans sa voix, cette obscure objet de désir et de plaisir se fait tour à tour voler la vedette par ses humeurs à la fois frivoles et tristes. Un pur bonheur.

Balibar

par exemple chanter en allemand. Le masque permet de dévoiler des choses pudiques que l'on est incapable d'offrir dans sa langue maternelle. C'est un jeu qui est intéressant. La pudeur ne se place pas au même endroit. La sensation de jouer la comédie ou de chanter est-elle similaire ? Pour moi oui. Ce qui est différent, mais j'espère que cela le sera de moins en moins, c'est le rapport au public sur scène entre le théâtre et le concert. Parce que le concert c'est une forme où vous devez, comme chanteur, être dans un rapport très direct et héroïque avec le public. On tient le truc à bout de bras. Il y a un côté show-man dans le concert qui fait partie de la jouissance de l'ensemble. Sans être pour autant Dalida ou Mick Jagger, mais au théâtre,

Photo : Carole Bellaiche

La grosse différence entre les deux albums, c'est qu'avec ce deuxième opus vous êtes beaucoup plus impliquée ? Sur Paramour, j'étais là beaucoup plus comme une actrice sur un film, c'était Rodolphe le réalisateur, le metteur en scène de tout, il a choisi le mixeur. Cette fois-ci c'était différent car j'étais aux manettes. Le titre Slalom dame veut bien dire que vous avez pris le départ de la course, mais êtesvous arrivée en bas sans oublier une porte ? (rire) Je me suis toujours cassée la gueule dans les slaloms… Ce que je trouve marrant dans les slaloms, c'est que justement, quand on est au départ, on ne voit pas l'arrivée. On voit des portes, on sait que ça continue à tourner, mais on ne voit pas ce qui va arriver une fois le coude passé. Comment se sont passés les collaborations ? Que ce soit Fred Poulet et Sarah Murcia, que ce soit Dominique A ou les Abstrackt, ce sont des gens que j'ai rencontrés et qui m'ont simplement dit qu'ils aimeraient travailler avec moi. C'est une décision prise ensemble. Après, ils m'ont écrit des choses toute prêtes. En fait cela fonctionnait ainsi : à la suite de mes concerts ou de leurs concerts, on se voyait pour boire un coup et tout finissait par cette conclusion : « On s'aime ». Dans la musique, votre premier album était plus anglophile ? C'est vrai ! Moins carte de visite de tous les cotés. Vous savez, l'anglais représente plus le passé pour moi, car je me mettais sous la protection de la musique et de la littérature anglaise, comme des puissances protectrices tutélaires. Alors qu'avec celui-là, c'est plus ici et maintenant. J'aime beaucoup la puissance de masque et de déguisement que l'on peut trouver dans les langues étrangères. J'adorerais

Jeanne

c'est plus subtil. Une des raisons qui m'a fait me lancer dans la chanson, c'est justement parce que je me débarrasse d'un phrasé trop chanté sur les planches quand je suis dans un rôle. J'en raffole hein, là n'est pas la question, car c'est constitutif de moi-même. Je peux ainsi me lancer dans un théâtre plus moderne, basé sur l'esthétique. Qu'est-ce que c'est que le rôle principal ? Comment cela se joue ? Cela m'intéresse de biaiser avec ça. En toute perversité (rire). Je peux dialoguer avec mes idées. Votre disque ne fait qu'accentuer le mystère qui semble vous entourer ? Je ne pense jamais à ce fameux mystère qui semble être une caractéristique très journalistique. Vous savez j'aime bien les profondeurs. Est-ce plus lucratif de chanter ou de jouer la comédie ? Un film ! (catégorique) Enfin ça dépend quel film, un film normalement produit rapporte beaucoup plus d'argent qu'un disque ! Vous avez joué dans le film J'aurais voulu être danseur. Et vous, qu'auriez-vous aimé devenir ? Géographe ! Parce que je raffole de la poésie des paysages et des cartes. Cette rencontre de l'homme, de l'activité sociale et politique et des éléments. Vous devez connaître cette expression de Jouvet : « Tant vaut l'homme, tant vaut l'acteur », j'aimerais vous demander ce que vaut la chanteuse Jeanne Balibar ? Je ne sais pas si on le sait encore ! Ni vous, ni moi. Ce que j'aime de plus en plus dans la musique, ce qui me touche le plus, c'est de savoir qui j'entends. Qui est l'homme, l'être humain que j'entends et estce que je le comprends. Quelqu'un que je classe au dessus du lot c'est le chanteur Chet Baker. Quand je l'entends chanter, j'entends le plus grand crooner du monde, un amoureux… Après je ne sais rien de sa vie personnelle, mais j'entends une manière d'aimer démente. J'entends de l'or. Je ne suis pas sûre qu'on entende complètement, quand je chante, qui je suis ou ce que ça vaut. Parce qu'il me reste des peurs, des difficultés… Par manque d'expérience, mais peut-être qu'un jour, il n'y aura plus d'obstacles pour entendre le fond de mon cœur.  Pierre Derensy

décembre 2006

13

nouvelle vague # 124


Page 14

The Hatepinks Les Hatepinks balancent un punk primitif, flamboyant, provocateur qui te prend le côté reptilien du cerveau et ne te lâche plus. Un des groupes les plus jouissifs sur scène que l'on ait vu depuis longtemps ! Rencontre avec Olivier Gasoil et Huggie Von Pink, respectivement chanteur et guitariste du groupe. Le deal est clair, ceci est une interview sérieuse. S'il veulent signer sur Universal, il faut mettre de côté leur côté provocateur et politiquement incorrect. Un entretien Michel Drucker style... Qui sont les Hatepinks ? Hugues : Rémi der Pinkbeat joue de la batterie, le colonel Nass le Pink de la basse, moi de la guitare et Olivier Gasoil chante. Pourquoi ce nom ? Hugues : On cherchait un nom ridicule, mais Neurotic Swingers c'était déjà pris. Olivier : Rhaaaa putain tu fais chier… Michel Drucker on dit !

Alors cette haine du rose ? Olivier : C'est juste qu'on déteste les gens qui ont le cul rose. Comment définissez-vous votre style ? Olivier : garage punk. Quelles sont les valeurs du groupe ? Hugues : Il ne faut jamais sortir avec l'ex ou la sœur d'un ami. Les projets ? Olivier : Un picture disc 25cm et Maxi CD 7 titres sur TKO, qui s'appellera Tête malade/Sick in the head, un 45 sur Squoodge encore, c'est le troisième, sur Squoodge, il s'appellera French cops dressing manual avec pochette à découper pour déguiser les Hatepinks en Gendarme, policier municipal ou CRS. Faut-il forcement être looké pour faire du punk rock ? Olivier : Non. C'est juste un choix à faire. Faut-il forcement se droguer pour faire du punk rock ? Olivier : Oui, c'est juste un choix à faire. La coupe de cheveux du chanteur c'est une calvitie précoce ou de la sympathie pour le mouvement skinhead ? Hugues : C'est une calvitie, mais pas précoce, il a 35 ans. Olivier : Haaa on sort du cadre Michel Drucker encore une fois. Je l'annonce ici : dès que je serait vraiment chauve, j'arrête le rock'n'roll et je m'inscris dans un club de sport.

Qu'est ce qu'est le punk pour vous ? Hugues : De la merde. Olivier : Ma vie. Les Hatepinks, groupe engagé politiquement ? Olivier : Oui, nous sommes un groupe de gauche. Vous en pensez quoi d'ailleurs de l'engagement des artistes ? Olivier : Rien à foutre. Bukowski ou Truman Capote ou Léo Malet ou Johnny Rotten ou Hitchcock ou Lester Bangs ou Baudelaire n'ont jamais prétendus expliquer aux gens comment vivre. Tu peux à la rigueur t'engager pour une cause qui se présente là, devant toi, où quelqu'un te demande d'agir parce qu'il te connaît, parce que tu peux faire ce geste. Si vous deviez décrire Marseille, qu'en diriez-vous ? Olivier : Sale, intéressante, agressive, un peu difficile, mais j'adore Marseille. Une initiative dans la région que vous aimeriez mettre en avant ? Olivier : L'ouverture prochaine d'une boutique de disque Lollipop. Quel regard portez-vous sur la scène punk rock locale ? Hugues : Ahahah… Olivier : De très bons groupes, qu'on va pas citer. Des assos et une bonne entente, tout va bien, manque un lieu autre que la Machine à Coudre, mais y'a aussi l'Embobineuse… Le retour du/au (punk) rock ? Olivier : Il n'y a pas de retour au punk rock, juste un petit phénomène de mode qui fait que c'est considéré comme cool de porter des Converse et des badges. Le mot de la fin ? Olivier : Non, pas de mot de la fin.  Une interview Liveinmarseille.com Web : http://hatepinks.free.fr.

décembre 2006

14

Photo : Pirlouiiit

11:59

Photo : Libert- Guillot-Sestier

21/11/06

Photo : François Photo : Guéry Libert- Guillot-Sestier

NV #124

nouvelle vague # 124


NV #124

21/11/06

11:59

Page 15

Tryo, évidemment, n'est pas trio, et fonctionne à quatre sous le feu des projecteurs. Exponentiels les spotlights : leur Hymne de nos campagnes est en haute rotation sur les réseaux FM, un disque de diamant leur a été remis (avant que le seuil pour l'obtenir ne soit revu à la baisse), et les salles ne désemplissent pas. Héritiers acoustiques d'une chanson à conscience baba coolisante, Tryo revient sur son parcours via deux voix mystiques, politiques et humoristiques que l'on préfère mélanger - à vous de les discerner.

ner parfois, je dis bien parfois, à une réflexion sur certaines choses : éveiller l'intérêt par des chansons, sans apporter forcément de réponses. C'est déjà un pas en avant. Mais il n'y a rien d'acquis. Et ce n'est pas distinctif des autres artistes. C'est de l'art, donc ça te dit qui tu es, et tu essayes d'y mettre des émotions. C'est le vecteur. Une musique, ça provoque des émotions et des sensations physiques. C'est être en harmonie avec le monde qui t'entoure et le refléter, transmettre ces émotions. Les gens après en font ce qu'ils veulent. L'utilité, dans notre cas, c'est subjectif. Médecins du Monde, oui, c'est utile. Nous,

Photo : Richard Dumas

De quoi êtes-vous fiers sur vos onze ans de parcours ? D'avoir réussi à faire ce que l'on a fait en restant nous-mêmes, des êtres humains, des musiciens sans prétention. On est des hommes. Pour nous, c'est une fierté d'avoir fait ça en gardant l'intégrité, un regard sur nous, sur l'artistique. On a toujours fait ce que l'on voulait, très peu de concessions. Au départ on s'est rendu compte que l'on pouvait très vite se faire bouffer. Et il valait mieux garder les rênes de certaines choses comme la production ou l'édition. On fait ce que l'on veut de nos œuvres. Pas de culte de l'image, on la gère comme on veut également. Notre culte, c'est la joie de vivre, célébrée par les mots, la musique, par des vérités, par ce qui nous touche. Dur de rester intègre ? Un exemple : on était l'un des groupes les moins joués en radio. Ça nous a intéressé de savoir pourquoi, via notre maison de disques, alors que l'on représente une population importante, c'est un petit phénomène de société ce groupe, ça brasse du monde. On voulait savoir. On nous a dit que l'on n'était pas au format. Et il y a un an, on a fait un concert pour notre maison de disques, où l'on nous remettait un disque de diamant. On a joué L'Hymne de nos campagnes, qui nous représentait bien, bucolique. Et le directeur des programmes de NRJ était là : il a flashé, a passé le disque. Et là, tu ne maîtrises plus : si une radio veut passer ton disque, pas besoin de ton autorisation. NRJ, comme TF1, sont les premiers vendeurs d'espaces publicitaires en France. Ils passent de la musique pour détendre les gens, pour qu'ils aient du temps de cerveau disponible. NRJ c'est un espace publicitaire géant. Les autres radios, elles font pareil, elles regardent ce que passe NRJ, et du coup Tryo est en rotation maintenant sur ces radios… Ce n'est pas du tout évident de garder les pieds sur terre. C'est un milieu très flatteur pour ton ego. On te passe constamment de la pommade. C'est très enivrant. Tu peux péter les plombs pour moins que ça. Je ne m'attendais pas à tout ça, à être grandi par ça, malgré que tout n'est pas été simple. Mon but, c'était juste de faire de la musique. Et je suis content de m'en être tiré positivement jusqu'à maintenant. En quoi pensez-vous que Tryo est utile ? Pour nous-mêmes, c'est évident. Pour l'auditeur, on ne peut pas être juge de ça. Ponctuellement, c'est amener du bonheur aux gens. Et de les ame-

Tryo

CONCERTS VUS ET ENTENDUS Da Silva Le 09/11 au Cinéma Espace Centre - Cagnes sur Mer (06) Repéré fin septembre en 1ére partie de Cali à Cannes, nous avons pu confirmer cette agréable impression, avec cette fois un vrai concert rien que pour lui en tête d'affiche. Da Silva, c'est un petit bonhomme (vraiment très petit environ

on peut juste essayer d'éveiller. Et depuis les débuts du groupe, c'est vrai qu'il y a eu une ouverture sur le monde. Ce qui serait intéressant là, c'est de monter des collectifs pour que les jeunes en âge de voter le fassent l'année prochaine. Ne pas laisser les vieux xénophobes voter à leur place. C'est une réalité : on vit dans un pays où le pourcentage de fascistes et de xénophobes est élevé. Des gens stupides, pas du tout ouverts au monde, cloisonnés, qui ne parlent pas à leur voisin. Les gens ont peur. C'est de l'ignorance. La première forme de liberté, c'est la connaissance. Qu'est-ce qui vous révolte ? Le manque d'amour et de sincérité. Nous sommes dans un monde très plastique où tout se vend, très corrompu. La stratégie et l'emballage l'emportent sur l'émotionnel, sur le fait d'être soi-même. Mon souci, c'est d'essayer d'être le plus sincère et le

1m50) qui raconte ses tristes carnets intimes. On a parfois l'impression que depuis sa naissance un gros nuage noir le suit et qu'il n'arrive pas à s'en sortir. On peut craindre une lourdeur, mais ça passe sans problèmes, car c'est plein d'ironie et d'auto-dérision. On pense bien sûr beaucoup à Cali, mais le chant frôle le mimétisme avec Bertrand Cantat et nous envoie vers des contrées plus rock. Ce fut un concert bien agréable d'un artiste sympathique mais pas majeur. Mais qui sait, l'heure est peut-être aux gens de petite taille et la gloire attend Da Silva au tournant puisque notre futur président mesure 1m58.  Simon Pégurier

décembre 2006

15

plus honnête avec moi-même, dans un premier temps, et de pouvoir restituer ça de la manière la plus belle possible, sans faire peur aux autres ; car parfois, quand on est trop honnête, on peut faire peur aux gens pudiques. Ma sensibilité est presque obscène - dans le sens littéral, “ qui blesse la pudeur ”. C'est plus fort que moi. J'ai envie de dire qui je suis, quitte à déstabiliser la personne. Mais cette personne peut se révéler ainsi. Je parle émotionnel là, sans connotation sexuelle. On vit dans une société qui va trop bien en surface. La réalité, aujourd'hui, rejoint la science-fiction. Avant, il y avait une dualité entre la réalité et le rêve, ça faisait avancer l'Homme. Là, les frontières sont minces. On regarde le monde sur des données électromagnétiques. Tryo veut sentir le monde dans sa réalité. Je suis très partisan de tout ce qui est instinctif, il y a là une vérité profonde. Et toutes nos réponses seront mystiques maintenant… Et ce DVD ? On l'a réalisé sur Neptune avec des shamans vénitiens… Ils prennent beaucoup de drogues dures, et mangent du soufre volcanique… Sérieux ? Trois galettes. La première avec le spectacle des dix ans de Tryo au Zénith de Paris en décembre dernier, deux heures et demie de show. Une seconde galette avec les bonus ; tu en voulais : y'en a. Et une troisième avec quelques versions audio du live et quelques archives. On a jamais été aussi fier d'un spectacle que celui-ci. C'était pour nous très abouti, tout s'est bien passé. On a toujours l'impression que la dernière chose faite est la meilleure, alors que pas forcément, c'est juste différent. Mais là c'était bien : une courte tournée très intense, avec beaucoup de monde. Un mois et demi de fête, et on voulait une trace de ce moment. Côté regrets ? Ne jamais avoir vu Miles Davis en concert. Un regret avec une nana, mais je ne vais pas t'en parler maintenant… Il y a toujours des trucs que tu aurais pu mieux faire. Mais ce qui a été fait ne peut être défait.  Seb Broquet Album « De bouches à oreilles… en concert à l'Olympia et au Cabaret Sauvage » (Salut O/Sony) DVD « Tryo au Cabaret Sauvage / Reggae à coups d'cirque » (Salut O/Sony) Web : www.tryo.com.

Dominique A Le 10/11 au Théâtre Lino Ventura - Nice (06) « Dieu que cette histoire finit mal. On n'imagine jamais très bien qu'une histoire puisse finir si mal quand elle a commencé si bien. On imagine pourtant très bien voir un jour les raisons d'aimer, perdues quelque part dans le temps. Mille tristesses découlent de l'instant. Alors, qui sait ce qui nous passe en tête. Peut-être finissons-nous par nous lasser. Si seulement nous avions le courage des oiseaux qui chantent dans le vent glacé ». Dans Le courage des oiseaux, son manifeste de départ en 92, Dominique A nous avait prévenus, il est inexorable qu'on se lasse de tout et donc de lui. Et bien il avait tort,

nouvelle vague # 124

15 ans après et 7 disques au compteur, Dominique A est toujours un incontournable. Bien sûr, à voir l'assistance de ce soir (environ 350 personnes) et les ventes décevantes de L'horizon son dernier album, on voit bien que certains l'ont laissé en route, mais ils ont tort, Dominique n'a jamais été aussi bon. Il alterne chansons longues difficiles et torturées (Manset) avec des pop song imparables (Noir Désir). Il prend des risques constants, avec par exemple à Nice une formation mi-rock mi-instruments à vent. Gageons qu'avec les années, en se retournant sur son parcours, tout le monde sera bien obligé de reconnaître qu'il était au top de sa forme au début des années 2000.  Simon Pégurier


11:59

Page 16

CHRONIQUES CD Le disque du mois

Tété

Le sacre des lemmings et autres contes de la lisière (Jive Epic/Sony BMG) Les faveurs de l'automne, Tété les connaît bien et c'est sans doute pour ça que son nouvel opus sort en octobre. Avec son titre pour le moins incompréhensible, Le sacre des lemmings et autres contes de la lisière, on pourrait croire à un concept-album pour enfants à la Marlène Jaubert. Il n'en est rien, rassurez-vous. S'il met à l'honneur ces petits rongeurs nord-canadiens à qui la légende prête la notion de “ suicide collectif ” (réviser vos classiques sur Nintendo), c'est pour mieux nous expliquer (en théorie) que des individus, par leur comportement, peuvent être nuisibles à la société sans même s'en Paul McCartney Ecce cor meum (EMI Classics) Fruit d'une commande du Magdalen College d'Oxford il y a 8 ans, voici donc le 4ème effort de Macca en terre classique. Quinze ans après son Liverpool Oratorio controversé, en voici un autre qui, on peut le parier, ne sera pas ce qu'en attend le commanditaire (un nouveau Messie de Haendel). Encore une fois, critiques et louanges injustifiées pleuvront de tous côtés et il n'est pas question ici de faire une analyse “ classique ” de l'œuvre, trop tôt, trop difficile (pour moi) et surtout trop inutile. Je me bornerais à me demander à quoi ça sert ? Revanche de prolo qui ne sait pas lire la musique ? (Working classical, celle-là était très bonne…) Besoin légitime d'un vrai musicien trop à l'étroit dans le costume du rock (voire même de la pop retaillée par lui-même) ? Sûrement un peu des deux et en tout cas pas le brouet indigeste que certains voudront (faire) croire. Une pièce toute de finesse et de puissance, mélodique en diable, sincère et sans doute la plus aboutie, qui nous laisse présager (qui l'aurait cru ?) que l'homme porte encore beaucoup de musique en lui. Et si Lennon avait vu ça, il n'aurait pas manqué de cracher publiquement au visage de son alter ego, intimement bouleversé, certainement jaloux et peut être même fier…  Jean-Jacques Massé +++ Vincent Delerm Les piqûres d'araignée (Tôt ou Tard/Warner) Ce que démontre le premier titre Sous les avalanches tiré des Piqûres d'araignée, nouveau disque de Vincent Delerm, c'est que sous ses abords accorts, le garçon se permet de sortir quelques vacheries. Vacheries bien servies par sa nonchalance et ses chansons qui ne mangent pas de pain, mais qui en mettent de sacré en dessous de la ceinture comme celle-ci : « Tu feras pas de publicité shampoing pour trois millions parce que tu les vaux bien, tu seras pas ambassadrice coco d'un vieux parfum pour les futures vieilles peaux ». On lui donnerait le bon dieu sans confession à l'animal, et pourtant, sous sa pelure se cache un beau profil de judas, certains plus vindicatifs le qualifieraient même de langue de pute sans rougir s'il n'y avait des titres comme « Je t'ai même pas dit » ou « A Naples il y a peu d'endroits pour s'asseoir », ritournelles romantiques où la plume du chef a raturé toute marque de satire afin d'accentuer le tableau réalistico-chabadabada. Les gros plans sur les épaules ou les yeux des filles, sur les rimes parfois bateau en “ o ” ou en “ é ”, sont autant d'images convenues avec lesquelles il continue de jouer, mais c'est ici pour brouiller les pistes d'un chansonnier qu'on a catalogué trop vite dans une catégorie trop étroite. C'est en compagnie du nouveau chouchou

(exclamative)

21/11/06

Légende

NV #124

+ + ++ +++ ++++

! Bô ! Bômuf !! Muuumm !!! Aaaahhh !!!!

rendre compte. Si la métaphore reste opaque, à l'écoute on retiendra surtout l'aspect “ conte ” que prennent chacun des 15 titres. En illustre troubadour, Tété porte un regard à la fois juste et ludique sur la société dans laquelle il vit. Immigration, corruption, solitude sont autant de thèmes que Tété choisit de traiter à base de petits airs entêtants, guitare au poing et ce n'est pas l'entraînant Fils de Cham (premier extrait et tube en puissance) qui dérogera à la règle. Bref, Tété reste fidèle à lui-même, pas de surprises ni de réelles innovations musicales, mais il est parfois si bon de ne pas être surpris…  Aurélie Selvi ++++ En concert le 01/12 au Moulin - Marseille (13). Peter Von Poehl, véritable orfèvre des musiques stylées, que le garçon autant aimé que critiqué par le public comme par la critique (Delerm est-il le Dreyfus de la chanson française ?), s'exile délibérément en Suède pour concocter ses confitures et ses derniers name-dropping, juste le temps d'enregistrer un bon disque et de rentrer avec un nouvel accent plus social-démocrate. Sépia plein les doigts trace un portrait de la France que Renaud au plus fort de sa révolte n'aurait pas renié, la différence entre l'anar peroxydé et le chef de meute des trentenaires actuels, c'est que chez ce drôle de Delerm, il y a toujours du fiel maquillé intelligemment sous un accent british et des manières distinguées. 29 avril au 28 mai propose même un angle encore inexploré de l'artiste qui se retrouve projeté dans un titre beaucoup plus grave et surtout sans pirouettes de bouffon à l'arrivée, tic salutaire pour être sûr de ne pas se casser les reins, petit toc qu'il avait tendance à trop utiliser. Favourite song duo intelligent avec Neil Hannon, le temps qui passe dans Les jambes de Steffi Graf concluent un album où le sale gosse poli vient de prendre de la bouteille, de l'âge et donc naturellement une certaine dose de vice.  Pierre Derensy +++ En concert le 31/03 au théâtre Debussy - Cannes (06). Winston McAnuff Paris rockin' (Black Eye/PIAS) Après deux albums de Java et en attendant le prochain, R-wan (le chanteur) et Fixi (l'accordéoniste) ont eu semble-t-il envie de se changer les idées, le premier donnant un Radio cortex pour le moins déroutant (hommage ? compilation ? parodie ?) et le second, ce Paris rockin' avec Winston McAnuff. Si on attendra de voir Radio cortex sur scène pour vraiment se prononcer, en revanche, Paris rockin' convainc dès la première écoute. De l'excellent reggae avec de l'accordéon, de la guitare bien électrique et évidemment des cuivres et percus. Des rythmes particulièrement entraînants avec une pure voix et un anglais que l'on comprend suffisamment pour reprendre les refrains en chœur ! Ce disque donne une occasion de (re)découvrir Winston McAnuff, qui ne semble pas avoir usurper son surnom de “ Electric Dread ”. Quelques morceaux sortent plus vite du lot que les autres comme Wandering drummer messenger et ses « pam pam pam », le sautillant Wretched statre, le non moins rythmé Treat me good et bien sûr le titre phare Paris rockin' avec R-wan en invité qui vient poser son rap-musette parisien. Mais très vite on s'attache à chacun des 11 titres, qu'ils soient speed comme Ras child ou plus calmes comme Reach out and touch him. Ajoutez à cela une instrumentation impeccable et riche avec un invité de marque dont on reconnaît parfois la pâte et des chœurs renversants, et vous aurez un disque qui s'écoute sans lassitude et qui donne le sourire !  Pirlouiiiit ++++

décembre 2006

16

nouvelle vague # 124

Le Manège Grimaçant 1er des tours (3label/Nocturne) Après avoir sillonné les routes, séduit bon nombre de spectateurs lot-et-garonnais et convaincu plusieurs professionnels, Le Manège Grimaçant s'attaque aujourd'hui, armé de son premier album, au grand public. Enregistré au studio Ephémère, à Astaffort (Francis ?) dans des conditions de live, précise le groupe, tout dans ce disque respire la bonne humeur et l'authenticité (même la pochette, particulièrement jolie !). Entre rock, chanson réaliste et même ska, le Manège fait tourner. “ Rockoustique ” oblige, la guitare sèche et l'accordéon copinent avec la basse et la batterie, sans oublier le violon et les cuivres. Ils mêlent tout, selon l'ambiance du morceau, en nous racontant l'histoire du chien keupon, du saltimbanque, des amoureux ou du looser aux petites annonces... De la larme au pogo, il n'y a qu'un titre donc, et si les rythmes festifs sont plus réussis que les ballades rock, l'ensemble est au demeurant très sympathique.  Amélie Maurette +++ La Ruda La trajectoire de l'homme canon (Wagram) On connaît la Ruda pour ses concerts chargés d'énergie mais aussi pour ses textes empreints d'ardeur sur fond de musique rock cuivrée, rythmée d'un ska quelque peu massif. Treize années d'existence, plus de huit cents concerts, deux cent vingt mille ventes d'album et tout juste cinq disques. De cette expérience naît des envies nouvelles, des rencontres aussi puisque c'est au Canada que le groupe est parti travailler les quatorze titres du dernier album. Les sessions de studio et l'enregistrement en direct donnent un côté plus brut à leur production, plus nuancé dans la réalisation, car la voix du chanteur est inspirée, libre et audacieuse. Mais malgré tant d'effort et de réconfort, l'écoute n'est pas si convaincante et au bout de trois fois le rythme parait usé. Un groupe à voir donc plus qu'à entendre.  Cristel Bérard + En concert le 16/12 au Rockstore - Montpellier (34). Jean-Louis Murat Taormina (V2/Warner) Comme dit le paysan patriarche dans sa grande philosophie : « changement d'herbage réjouit les veaux ». Jean-Louis Murat, autre artisan glaneur, après 20 ans de fidélité au même pré labellisé EMI, transmue vers un nouveau pâturage et signe chez V2 qui serait, selon les dires de ses proches, une sorte de renaissance artistique et personnelle. Délaissant sa bande de fidèles (même s'ils sont encore responsables de sévices artistiques sur l'album comme simples musiciens) qui l'entourait du Moujik et sa femme à 1829, il revient donc seul aux manettes. Après un laps phénoménal de temps dans sa non-productivité, après un break nécessaire et un bain de jouvence en bord de mer dans une ville de Sicile, au pied d'un volcan (encore un, mais un dissemblable à ceux qui lui sont familiers dans ses monts d'Auvergne) l'agile Bergheaud offre à son disque le nom de cette cité régénératrice d'inspiration : Taormina. Disque conçu et enregistré à la maison dans une humeur de paladin troubadour, guitare en bandoulière et humeur baladine plus que badine, il confirme ici qu'il n'existe qu'un Murat, n'en déplaise aux généraux de divisions d'un autre siècle. Ayant laissé le temps faire son ouvrage, ce nouvel album plus blues que rock nous permet de regagner un JeanLouis reverdi et besognant avec grâce la belle langue française sur des arrangements soignés. Plus question d'inviter de jolies et gracieuses muses connues, ou en passe de l'être, comme Carla Bruni ou Camille avant son fil (excepté une Laure dissimulée dans le disque qui vient prêter parfois son cœur et faire le contrepoint au vieux grigou à la voix d'ange), plus question d'amuser la galerie pour le fun. Tout est brut comme le Caillou qui lance l'album. On parle beaucoup dans ce


NV #124

21/11/06

11:59

Page 17

disque de la mort, beaucoup aussi de l'avarice des sentiments et de la fin d'une aventure. Pour adorer cet album il vous faudra de la patience et beaucoup plus qu'une seule écoute inattentive pour accrocher, mais ensuite lorsque vous serez digne d'entendre avec toutes les subtilités Billy, Accueille moi paysage ou encore Le chemin des poneys, vous aurez l'occasion d'entrapercevoir en sa compagnie tous les surprenants panoramas qu'il nous offre en toute simplicité. De toute façon, jamais personne n'a dit de Murat qu'il se laissait dompter comme un pauvre canasson de variété. Personne et sûrement pas lui. Un Murat nouveau certes, mais un Murat qui restera toujours Murat.  Pierre Derensy ++++

Alamo Race Track Black cat John Brown (Fargo Records/Naïve) La Hollande est connue pour être un pays où les habitants fument de drôles de cigarettes donnant des effets euphorisants et psychédéliques. Alamo Race Track en est un bon reflet. Leur musique est entraînante, enfantine, à la seconde sympathique, drôle de mélange entre racine américaine et anglaise, entre chant masculin et féminin. C'est un peu comme si la contrebasse d'Elvis Presley était tombée dans les bras de Paul Mc Cartney. Un étonnant melting pot que ne renierait pas les voisins de 22 Pistepirkko.  Simon Pégurier +++

Sting Song from the labyrinth (Deutsche Grammophon) John Dowland (1563-1626) était en quelque sorte le roi de la brit pop du 17éme siècle, c'était aussi un virtuose du luth, un peu l'idéal mélange de McCartney et Clapton de l'époque ! Sting, le néo punk qui marchait sur la lune, révolutionnaire enragé puis chanteur pop consensuel, se remet en question sur ce nouveau disque paru chez la prestigieuse maison Deutsche Grammophon. Il interprète à la façon de l'époque une quinzaine de chansons élisabéthaines écrites par John Dowland. Accompagné du maître du Luth actuel, Edin Karamazov, Sting nous offre un véritable plongeon dans le passé de l'Angleterre, un pur bonheur musical, envoûtant, mais aussi serein. Son chant n'est en aucun cas ridicule, même si personnellement je préfère l'interprétation d'Anne Sophie Von Otter, Gérard Lesne ou d'Alfred Deller. Ce disque de Sting peut ouvrir des horizons à nombre de personnes qui n'auraient pas osé aller vers ce genre de musique. Et qui sait si après s'être plongé dans les délices de la musique baroque, il ne faudra pas bientôt ouvrir une nouvelle rubrique dans Nouvelle Vague. Un labyrinthe dans lequel il fait bon se perdre.  Jacques Lerognon ++++

Adrienne Pauly (Remark/Warner Music France) Avant de trouver son disque je n'avais jamais entendu parler d'elle… Mais à voir le très joli packaging, je me suis douté que ce n'était pas une inconnue pour tout le monde. Un rapide coup d'œil aux participants/collaborateurs dans les crédits a confirmé mes soupçons : Yarol Poupaud, -M-, Albin de la Simone… Le contenu se révèle tout de suite assorti au contenant : carré, efficace et avec de la personnalité. Aussi, on ne pense à aucun de ces prestigieux musiciens à l'écoute des 11 titres de ce premier album. Si sa voix fait parfois penser à Patrica Kaas ou à Jeanne Birkin, au niveau textes et styles on est plus proche d'une France Cartigny (en moins cru) ou d'une MeLL (en moins rock). Impossible de ne pas penser à Brigitte Fontaine ou Catherine Ringer sur certains morceaux. Les textes tournent parfois autour des mecs L'amour avec un con (musicalement très proche de Chinaski), J'veux un mec (le tube disco tout désigné)…, sujets abordés un peu à la manière d'une Camille ou d'une Charlotte etc. De l'humour, une bonne dose de sensualité coquine comme sur Vas-y viens, des morceaux variés et globalement très entraînants, pour un disque au final agréable à écouter en attendant de le découvrir sur scène (lieu où son expérience d'actrice devrait lui être utile).  Pirlouiiiit +++

décembre 2006

17

nouvelle vague # 124

Saycet One day at home (Electron’y’pop/Anticraft) Attention petit chef d'oeuvre sorti de presque nulle part. Compositeur peu connu, Pierre Lefeuvre alias Saycet a réalisé un album comme il s'en fait hélas trop peu. Neuf titres pour cinquante minutes de pur bonheur, composé de montées aériennes, de mélodies gracieuses, de symphonies sibyllines aux accents nacrés et de détails où se cachent des anges. Un album tellement beau qu'il ne peut que laisser sans voix n'importe quel chroniqueur. On pense immanquablement aux Boards of Canada, mais Saycet sait marquer sa différence subtilement. Un véritable appel au rêve qu'il faut absolument découvrir. Surtout le fabuleux titre Circonflex.  David Bartoli ++++ Aurélien Merle For words, perhaps (autoproduit) Pour son troisième album, Aurélien Merle s'est donné un étrange challenge : mettre en musique 12 poèmes de William Butler Yeats, le célèbre poète irlandais, prix Nobel en 1923. C'est donc en Anglais que chante Aurélien, un bel anglais, presque sans accent, sur de jolies mélodies. Quelques ballades folk tranquilles, le plus souvent accompagnées d'une guitare cristalline ou d'un piano, parfois rejointes par une contrebasse ou un violoncelle. Il établit en quelques accords un climat, une ambiance oscillant entre romantisme et mélancolie automnale. Il commence par le superbe The cold heaven et fini par la propre épitaphe de Yeats gravée sur sa tombe, belle chute. Les deux duos avec Nathalie Pizette sont les perles de cet album, une véritable réussite. On pourrait faire nombre références à des songwriters anglosaxons, mais cela serait aussi un peu réduire ce CD qui a une véritable identité et mériterait une véritable diffusion chez un label digne du talent de son auteur.  Jacques Lerognon ++++ Web : http://ceciestunmerle.free.fr. 02 41 88 13 27.


NV #124

21/11/06

11:59

Page 18

Gianmaria Testa Da questa parte del mare (Harmonia Mundi) Chef de ligne à la gare de Cuneo, (de l'autre côté de la frontière avec les Alpes-Maritimes), Gianmaria Testa est un auteur-compositeur italien qui rencontre un grand succès dans l'hexagone. Son sixième opus est une pure merveille. Il bénéficie de la direction artistique de Greg Cohen, (grand contrebassiste qui a collaboré entre autres avec Tom Waits), ainsi que de la présence de talentueux musiciens comme Bill Frisell ou Paolo Fresu. Avec Da questa parte del Mare, il nous régale d'une œuvre très variée dans laquelle se mêlent chanson populaire italienne, chanson à texte, jazz, rock et même un poème à peine murmuré. Ce nouvel album contient un fil rouge : l'immigration racontée sans clichés larmoyants ni esbroufe, mais en toute pudeur, avec des mots qui sonnent juste et donnent une idée précise de ce fléau des dernières décennies. Chacun des personnages raconte son vécu de l'immigration avec une intensité réelle. Toute la finesse de l'artiste est présente dans chacune des compositions, et cet opus est à marquer d'une pierre blanche, tant il respire le talent, l'inspiration et la beauté.  Raymond Sérini ++++ Miossec L'Etreinte (PIAS) Certains chanteurs ont la taille patron, c'est un fait. Certains artistes n'ont pas besoin de faire le tour des stades en panoplie de bouffon pour gagner leurs galons de téméraire et de roc ébréché par la vie. Certains singent une attitude de révolté et c'est très bien, car d'autres et c'est le cas de celui dont je parle, n'ont plus aucune envie de maquiller la réalité. Miossec est donc ce fameux gaillard dépassant aujourd'hui la quarantaine, qui après avoir fêté dignement, avec 1964, son passage chez les quadra revient pour une Etreinte

admirable qui zigzague entre la fureur et la douceur. Christophe Miossec est, fut serait plus juste, victime du premier album intouchable. Il lui fallut donc attendre 4 essais, tous de bonne facture, mais en deçà, pour franchir une hauteur jamais égalée depuis Boire. Prenant des risques qu'il faut saluer, c'est dans un climat dépouillé au niveau des textes (jamais il n'avait écrit aussi bien des choses aussi fortes, dignes de coups de poignards) qu'il offre son recouvrement artistique. Entouré d'une bande d'audacieux (Jean-Louis Pierot, Les Valentins, Robert Johnson) c'est surtout dans la manière de mettre toutes ses fuites en musique qu'il atteint les sommets. Entre chansons brutes de décoffrage comme Mes crimes : le châtiment ou Quand je fais la chose, qui mettent des coups de pieds dans la fourmilière, c'est par une très belle chanson à sa mère qu'il intitule sobrement Maman ou par La mélancolie, émouvante et honnête complainte aux démons du chanteur, qu'on s'aperçoit de tout le chemin parcouru et de tout l'humus accumulé qu'il utilise pour faire germer une nouvelle herbe sauvage. Prenant dans ses filets brestois l'auditeur, ses 13 chansons sont toutes inédites dans la forme, même si le fond reste le même : il innove donc, tout en restant ce pilier inoxydable, malgré le sel des larmes qui coulent du début à la fin de l'album. Du joyau brut (et parfois bourrin) qu'on voyait depuis longtemps en lui, il se fait ici étendre sciemment et consciencieusement pour raconter ses ruptures, ses failles, ses fuites et faiblesses, mais d'une manière inattendue. De toute façon peu importe le flacon pourvu que nous ayons l'ivresse. Ce poète sarcastique s'est en plus payé le luxe de demander à Paul Bloas d'illustrer la pochette et le livret. Les dessins de l'artiste mettent tellement en valeur l'objet qu'il est indispensable de l'acquérir, car l'écrin est aussi captivant que la parure. « On peut parfois toucher au sublime comme on peut partir les pieds devant » dit-il, espérons pour lui que la première option soit la bonne.  Pierre Derensy ++++ En concert le 24/03 à l’Espace Julien - Marseille (13).

Abonnez-vous!

...et recevez*

Oui, je m’abonne ! Prénom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Nom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Adresse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .



1 an de Nou velle Vague (11 numéro s) + 3 CD surp rise !!!

Code Postal . . . . . . . . . . . . . . . . . Ville . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . E-mail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Je désire recevoir les cadeaux suivants* : Choix n° 1 . . . . . . . . . . . . . . . . Choix n° 2 . . . . . . . . . . . . . . . Choix n° 3 . . . . . . . . . . . . . . . en cas de rupture de stock, je souhaite recevoir Choix n°4 ---------- Choix n°5 ----------Choix n°6 -------**************************************************************************************************************************************************************************************************************

Découpez ou recopiez ce bulletin, joignez un chèque de 15 euros à l’ordre de La Plage pour les frais d’expédition et envoyez le tout à Nouvelle Vague - BP 62 - 06142 Vence cedex. (Abon. Union Européenne : 20 euros - Abon. hors UE : nous consulter)

décembre 2006

18

nouvelle vague # 124

Yann Tiersen On tour (Virgin/EMI) Depuis 2005 et son album Les retrouvailles, Yann Tiersen n'a pas chômé. Il a parcouru sans relâche les routes de France et de Navarre, et il nous en livre ici la synthèse. À la première écoute du disque, on est un peu dérouté. Le Breton a mis de côté ses instruments classiques (piano, violon…) pour se concentrer essentiellement sur la guitare électrique. Cela a pour effet de donner une dimension nouvelle et inédite à ses compositions. On se laisse petit à petit charmer par ce nouvel aspect de sa musique. À l'écoute de ces 11 titres, on sent que l'homme est une vraie bête de scène et que son public lui répond à merveille. De nombreux invités viennent prêter main-forte au multi-instrumentiste, Elizabeth Frazer sur un morceau qui évoque les grandes heures de son groupe d'antan les Cocteau Twins, mais aussi Grégoire des Têtes Raides et Diam's entre autres. Cet opus live ravira sans aucun doute les fans et saura, à mon avis, convaincre les plus sceptiques d'entre vous.  Christophe Guilbert +++ Idem Out immer (Kéim zo fed/Mosaïc) Attention, fan d'Ez3kiel, ce disque est pour vous. Idem c'est la parfait mélange de toute les étiquettes possible : ambient, trip-hop, dub, low-groove, etc. Après avoir surpris la scène française avec des EP et deux albums, dont le dernier en date le fabuleux Aerobiose, Idem revient cette fois-ci avec un disque muni de morceaux inédits ainsi que des remix ou des guests. Le talent du trio est rejoint ici par La Phaze, Ez3kiel ou encore L'Ambassade, pour nous offrir un disque totalement hors du temps qui nous transporte vers des contrées jusqu'alors inconnues de notre inconscient. C'est une pure merveille de sons et d'ambiances qui change de styles à chaque morceau. Bien plus qu'un album de remix, c'est ici une véritable expérimentation sonore que ces génies nous font partager. Merci…  Guillaume Martel ++++


NV #124

21/11/06

12:00

Page 19

Minimal Orchestra MO (Vision Alternative-Ozore Age Rec./PIAS) Le trio de Minimal Orchestra présente MO, leur nouvel album aux accents électronica drum'n'jazz. Tom Terrien (claviers/samplers), Pierre Jean Trouette (basse/contrebasse) et Ghislain Rivera (batterie/sampler), livrent une production séduisante remplie de groove, de bidouillages et de sonorités piochées dans tous les styles de l'électro. En repoussant les frontières musicales, Minimal Orchestra définit en 12 titres un univers fantaisiste et onirique, s'inscrivant dans la lignée de groupes tels que Cosmik Connection, Sayag Jazz Machine ou UHT. Au final MO est un concentré de sonorités plein de grooves, dansant, parfois expérimental, qu'il faut aussi découvrir sur scène. Endroit qui reste d'ailleurs leur meilleur moyen de créer, d'improviser, de s'exprimer et de partager.  Benjamin Brégeaut +++ Agora Fidelio Finir à Paris (Sofarecords-Jerkov/Mosaïc) Agora Fidelio est un groupe français qui a déjà trois albums à son actif et une presse unanime à chaque fois. Des textes intelligents profonds et noirs, tels que l'on peut en retrouver chez Mano Solo et Noir Désir se posent sur un ensemble mélodique, avec des musiques qui nous emmènent dans des ambiances parfois douces et épurées comme Sigur Ros et Mogwaï. Agora Fidelio parvient à faire naître des sensations fortes, intériorisant et hurlant un rock-electro s'approchant également de Cult of Luna. Finir à Paris est un voyage vers des horizons où murmures et gémissements savent apaiser et peuvent se transformer en l'ivresse d'un exécutoire de haine et de rage. Agora Fidelio signe un opus sincère avec Finir à Paris, qui saura toucher et émouvoir beaucoup d'entre vous.  Laure Rivaud-Pearce ++ Miho Hatori Ecdysis (Rykodisc) Pas facile de raconter, même avec des propos frelatés, ces 39 minutes 44 secondes de l'album de Miho Hatori. Ce disque est Merveilleux ? Cet album est Fantastique ? Il faut absolument que vous plongiez dans la Féerie ? Trop évident comme des phrases banales d'attachés de presse qui vendraient leurs cames au détour d'une soirée de labels indépendants. Alors ? Pas évident hein… et ce titre Ecdysis : qui a eu la bonne idée de le choisir ? Je suis contraint d'ouvrir un dictionnaire pour comprendre et voilà le résultat : « L'ecdysis, couramment appelée mue ou métamorphose, est le phénomène biologique présent chez les arthropodes insectes crustacés et arachnides ». C'est un prodige naturel qui permet de grandir en taille et d'acquérir de nouveaux organes. Voilà donc pourquoi cette jeune asiatique, plus connue pour ses apparitions vocales dans Gorillaz, souligne si justement sa mue artistique. Ce disque est avant tout un truc de dingue, une toile soigneusement tissée, un rocher où se réfugier, un endroit secret qui permet de planer sans prise aucune de psychotrope. Dans le style de Björk (ce n'est pas la faute de Miho si Bjoky a tout piqué dans les racines de l'Asie) ou d'Anja Garbarek : tout sur son disque respire la grâce. Faisant des boucles de programmation sans faire tonner un rythme binaire, relevant noblement certains instruments (le cornet sur The spirit of Juliet) dans des compositions sublimes où le pas cadencé est nécessairement militaire, mais feutré et pacifique. Doit-on dire pour autant merci à ProTools uniquement ? Sachant s'entourer de réels musiciens chevronnés comme Mauro Refosco pour escorter ses ordinateurs, elle dessine une nouvelle carte du monde où l'Afrique aurait un lien de parenté musicale avec l'Europe ou l'Amérique, une frontière à main levée brisée sur papier car pour elle et sur son disque : les racines du blues font encore des pouces à l'ombre des bonzaïs. Sa voix particulière qui enfante des titres et enfile des comptines provoque une résonance dans l'intérieur du corps. La voilà soudainement en geisha dans un diptyque Sweet Samsara proche du Japon puis de la Jamaïque. Blues, pop, électro, ce disque totalement original est une martingale qui se consomme avec avidité sans jamais devenir lourdingue.  Pierre Derensy ++++

The Sugar Plum Fairy Pr. The sugar plum fairy pr. (Montauk/Codaex) Voici le premier album d'un groupe qui a su se faire une réputation en moins de 3 ans grâce à leurs performances live qui réunissent une musicalité impressionnante avec des projections vidéos, donnant une dimension et une ampleur considérable. Un premier EP 5 titres autoproduit et des concerts effectués en France et en Belgique avaient déjà permis à ce trio composé de 2 musiciens et d'une vidéaste de récolter des avis unanimes. Désormais, ce premier album prouve la maturité d'un groupe qui risque de laisser son empreinte dans l'univers popélectro. Des voix planantes, des lignes de piano romantiques et des rythmiques électro envoûtantes. On ne peut s'empêcher de penser alors à certains morceaux de Dead Can Dance. Les amateurs de Ez3kiel pourront y trouver un univers familier, mais quand même singulier.  Guillaume Martel ++++ Compilation Tribal drum conspiration (Follow me Records) Voilà une conspiration envoûtante qui réunit les artistes phares de la scène electro tribal francophone, avec les Tambours du Bronx, Hilight Tribe, Kaophonic Tribu, JMPZ, Somogo… Une compilation qui invite au voyage, une rencontre entre musiques ethniques et industrielles, percussions et machines. Un CD initiatique pour tous ceux qui veulent découvrir les percussions électro-tribal, un billet pour s'abandonner à la force douce du didgeridoo, une invitation à la transe, à la danse. Bref, treize titres où modernité et tradition s'allient pour notre pur plaisir.  Mariama Diané +++ The Hellboys Mutant love (Bonus Tracks Records/Discograph) Et si le futur était dans le passé ? Un peu équivoque et paradoxal me direz-vous, mais pourtant tellement vrai lorsque l'on écoute les Hellboys. L'avenir du rock'n'roll est bel et bien là, dans leur musique coriace et totalement dénuée de complexes. Telle une mission salvatrice qu'ils se sont fixés, ils reprennent avec une ardente frénésie ce qui fait la gloire du rock : des rythmes qui font danser les filles et une atmosphère alternant inventivité sonique et électricité ravageuse. Leur rock old school (aux divagations un peu punk, garage...) possède des influences comme les Rolling Stones, les Clash ou encore les Sex Pistols. Et quel honneur pour ces derniers de voir leur ultraviolent No feelings repris avec enthousiasme et qualité ! Alors on les écoute, sans cesse, revenant dans les 70's, en se remémorant la gloire des groupes d'antan. Trente ans plus tôt, ils auraient été adulés par des milliers de fans ; mais désormais les légendes sont toutes autres, et quel dommage...  Valentin Morisseau ++++ Ventura Pa Capona (Get a life ! Records) Pour moi l'une des seules possibilités pour que le marché du CD perdure, c'est que les maisons de disques et les artistes se décident enfin à faire de beaux objets, qu'on ait plus seulement dans les bras une petite galette ronde couleur argent mais tout un concept. C'est ce qu'a compris Ventura en nous proposant dans un souple boîtier en carton un objet design tiré a seulement 1000 exemplaires. De quoi attiser collectionneurs et jalousie. Bien sûr, on ne peut pas présenter que du visuel, sinon autant aller dans un musée, il faut une musique qui colle à l'ensemble, et là aussi c'est réussi avec un cocktail du meilleur de la scène du début des années 90 (Nirvana, Dinosaur JR, Sebadoh…). Bref une remise au jour de tout ce qui nous a fait vibrer. Mais ce n'est pas qu'un copié collé, l'originalité est là aussi, par la basse omniprésente ou le chant cassé, apportant une ambiance sombre mais jamais oppressante. En conclusion voila un bel objet qui donne la voie à suivre à beaucoup.  Simon Pégurier +++

+ de chroniques sur nouvelle-vague.com décembre 2006

19

nouvelle vague # 124


NV #124

21/11/06

12:00

Page 20

TotalLocal

coup de projecteur sur la production régionale

Gérard et les Stars Mon bar (A 2 Balles-Le Chant du Monde/Harmonia Mundi) Ladies & gentlemen : faites place, déroulez le tapis rouge, Géééraaard et ses Stars débarquent avec une nouvelle mouture. Couverts de strass et paillettes version bonne-franquette (comprenez accoutrer n'importe comment, un peu à l'image de leur pote Marcel, et de son orchestre tout autant bourré de stars), Gérard et les Stars ne font pas dans la dentelle. Un côté complétement décalé qui, comme bien souvent, vient se coller sur un son festif où le ska sous toutes ses formes (ska-jazz, ska-rock, ska 2tone, ska-déglingo, etc.) mène la danse. Treize titres où l'on oscille entre morceaux instrumentaux et textes caricaturaux à souhait avec des passages aussi bien explosifs (Centrale nucléaire) que plus calmes (Le bof, la pute et Danny Brillant) et quelques montées en puissance bien arrangées (Tu vas mourir). Un disque “ gérardesquement ” subtil et classieux qui ouvrira sans doute les portes de la Jet Set à Gérard et ses Stars, en commencant par le duo Chabat/Darmon qui devrait apprécier leur célebrissime Carioca en version ska.  Matthieu Bescond +++ Web : http://www.myspace.com/gerardetlesstars. 06 76 29 92 64.

Rose Rose (Source etc.) Si le nom de scène de Keren Meloul est à chercher du côté de The Rose, film de Mark Rydell inspiré de la vie de Janis Joplin, Rose la niçoise a pourtant tout d'une rose. Le velours des pétales pour timbre, des textes piqués par les épines de la vie, la jeune plante n'en est peut-être qu'à l'état de pousse, mais ces racines entremêlées sont bien développées. Alors Rose les démêle, délicatement, avec des ballades folk aux accents jazzy, bluesy, country ou pop, mettant à nue ces fêlures, ces engelures, et érige sa Liste de résolutions, histoire de voir la vie un peu plus en rose. Malheureusement, si de beaux titres comme Saisons résisteront sans doute au temps, certains manquent peut-être d'un peu de terreau et de profondeur pour fleurir pleinement, notamment avec un habillage sonore trop édulcoré sur A l'envers ou L'acide. Quoi qu'il en soit, ce genre de Rose n'est pas de celle qui fane sans crier gare, et l'on risque bien de la voir s'épanouir davantage.  M.B. +++ Web : www.myspace.com/rosekeren.

Ranking-T Laissons la nature s'occuper de la nature (Ensfelder & Courmet) Après une longue pause de 9 ans, Ranking-T est de retour avec un quatrième album. Passé l'appréhension et la peur du cliché que pourrait susciter le visuel du disque, on découvre vite un tout autre visage et un son bien appréciable. Sur un mélange bien équilibré, entre reggae, salsa et sonorités caribéennes, le très bon flow ragga-dance hall de Ranking-T, accompagné de chœurs justement dosés, vient se poser avec assurance et renforce une cohésion bien construite. Bien que certaines choses simples aient besoin d'être rappelé simplement comme sur Nature, le bât blesse légèrement du côté des textes, parfois trop faciles, mais néanmoins intéressants, notamment via un dialogue Ranking-T/N. Sarkozy dans Roule. Ici accompagné par D'JP Cournet (percussions, batterie, claviers…, et programmations) et d'une dizaine d'invités, Ranking-T signe un album agréable d'écoute.  M.B ++

Mail : contact@ranking-t.net. 06 62 85 39 22. Web : www.ranking-t.net. Appletop Home, boys and girls (autoproduit) Première démo pour cette formation toulonnaise de power pop. Avec des influences à chercher du côté de Nada Surf, Weezer ou Arcade Fire, le trio guitare/basse/batterie livre quatre titres plutôt bien construits. Tantôt énergique ou plus atmosphérique, le son d'Appletop n'a rien de novateur, mais la recette fonctionne. Les éléments s'imbriquent correctement et la compote prend sans mal, le tout emmené par un chant lead parfaitement calé, atout incontestable de la formation. Une affaire à suivre.  M.B. ++

Olivier Cancellieri - 5, rue St Dominique 83210 La Farlede. Mail : appletop@hotmail.fr. Web : www.myspace.com/appletop. 06 25 45 28 54. Intox Maquette (T.Paca Production/Label'A) Intox présente deux titres à dominante pop/rock teintés d'electro. Une formule en quartet qui fonctionne, sans atteindre des sommets de créativité. Pas de grande originalité donc, mais l'ensemble est néanmoins maîtrisé avec des atmosphères plutôt calmes où chant et instruments s'expriment avec retenue sur des textes qui invitent à « tutoyer les comètes » ou abordent la solidité des liens en tant que « frères de sons ». Affaire à suivre.  M.B. ++

T.Paca Productions - 2, Bd St Roch 06300 Nice. Mail : labela_concert@yahoo.fr. 06 03 32 03 38.

Sonic Angels Times are changing (Lola Product/Mosaïc) Parce que “ les temps changent ”, les montpelliérains de Sonic Angels se forment en 2004 dans l'intention de perpétuer la tradition du punk rock garage des 60's jusqu'aux 80's, et le résultat est plutôt probant. Loin d'en être à leurs premières ébauches, Marc Hacquet (chant/guitare) ayant notamment déjà joué avec les Frenchies, Sonny Vincent, The Dummies ou au sein de The What! aux côtés de la bassiste Sylvie Martin, Sonic Angels vit pour et par sa musique, ça ce voit et ça s'entend. Un simple regard sur les dates effectuées aux quatre coins d'Europe suffit pour s'en douter, et une fois le disque écouté, on entre dans le domaine de la certitude. D'emblée on est saisi par un flot d'énergie parfaitement contrôlé où rythmiques effrénées et chant criant d'efficacité cimentent un tout des plus cohérents. Ange ou démon ? Allez savoir, mais super-sonic sans la moindre hésitation.  M.B. +++

Subsonic/Lola Product - 4, rue du général Riu 34000 Montpellier. Web : www.lolaproduct.com. 04 67 15 55 23. Le TurfLe jour d'après (Eclats de Vers Prod.) À l'heure où certains englobent un peu trop souvent toutes les formations rap dans la même bassine insipide, qu'il est bon d'entendre matière à leur clouer le bec. Et les deux rappeurs/producteurs avignonnais de Le Turf y parviennent haut la main. Le Personnel et Avicenne, le médecin philosophe, soignent les mots (maux ?) et pansent (pensent ?) les maux (les mots ?), pourfendant les clichés avec dextérité. Pas le soubresaut d'une syllabe concernant les belles décapotables ou l'apologie du parfait gangster, Le Turf fait dans le domaine de l'observation sociale, sans agressivité ni mots mal placés. De bonnes instrus, une alternance de flows posés qui fonctionne, et plusieurs collaborations efficaces (Akhenaton, Faf la Rage, DJ Crown) pour un disque qui vaut le détour sans sourciller.  M.B. +++

Mail : eclatsdeversprod@wanadoo.fr. Web : www.leturf.biz. 04 78 57 04 22.

Solid State Deep of the tube (Brennus Music) Formation azuréenne de hard rock, Solid State présente un premier album fortement influencé par le rock US, de Bon Jovi à Offspring. Gros son et grosses guitares pour onze titres travaillés, révélateurs d'un premier édifice solidement établi, dont la stature étonnante devrait en surprendre plus d'un. Un son puissant, parfaitement

décembre 2006

20

Mass Kritic Démo (autoproduit) Première démo pour cette formation auto-étiquetée dans le " punkrockstreet'n'roll ". Malgré un son un peu crade, les cinq titres répondent aux éléments du genre avec une bonne vieille guitare grassouillette à souhait, des rythmiques emmenées et un chant rageur tout en français. Dire qu'on atteint le summum de la perfection serait un tantinet exagéré, mais les quelques montées et cassures rythmiques sont bien contrôlées. Côté textes, Mass Kritic, comme son nom l'indique, s'en prend aux phénomènes de masses et met en garde contre la perte de personnalité et de volonté propre. Bien qu'on puisse dénicher des aspects intéressants aussi bien dans la construction que dans les textes, le travail reste de rigueur, tout particulièrement au niveau du son.  M.B. + En concert le 09/12 à la Gare - Maubec (84) et le 15/12 au Café Provisoire - Manosque (04).

Association For the Rock - Les Gargas 04190 Dabisse. Mail : gressentm@aol.com. 06 33 22 21 03. Francismoderne Comme invisible (autoproduit) Comme invisibles, Francis et ses acolytes ne devraient pas le rester bien longtemps. Originaire de la région marseillaise et formé il y a 3 ans, le quintet livre ici sept titres orientés dans le domaine de la chanson rock. Question repère, on pense parfois à du Louise Attaque ou du Miossec, avec un tissu sonore finement arrangé, où chaque instrument trouve la parole sans aucune fioritures, dans un tout harmonieux aux incursions pop et folk. Les textes abordent les aléas de la vie, le rêve, le pouvoir de l'amour et ses désillusions, mais toujours en gardant une note d'optimisme, fixant l'horizon Par-delà les nuages, laissant descendre La marée pour effacer le temps passé. Une écriture lucide qui sait jouer des mots, et qui jouée de la sorte, n'en est que forcément magnifiée.  M.B. +++

Francis Gilhem - 10 Bd Chave 13005 Marseille. Mail : francis_guilheim@hotmail.com. 04 91 48 01 22. On Vend la Caravane Démo Après les avoirs découverts sur scène où ils se produisaient en compagnie de leur ami Vlad, je me devais de me procurer la première rondelle de ce groupe au nom amusant : On Vend la Caravane. (Bien) enregistrée avec les moyens du bord, elle nous présente 4 titres (dont deux sont en écoute sur leur site) qui donnent une image assez juste de ce que l'on se fera un plaisir de retrouver sur scène. Trio guitare (sèche), guitare (électrique) et contrebasse, pilotées respectivement par Hervé Lacombe, Stéphane Descamps et Julien Bienaime, On Vend la Caravane est un groupe authentique, c'est-à-dire un groupe qui a une voix (deux, voire trois en l'occurrence), une vraie personnalité, et des choses à dire (comprendre qui est critique sans être ni lourd ni trop convenu). Ils le font avec humour, par des textes noirs comme avec cette histoire de vieille dame qui se fait manger par son chien (dans le très Neryesque Réalité) ou celle des dents pourries d'un Playboy malheureux, et aussi avec sérieux lorsqu'ils deviennent critiques envers une société gouvernée par l'argent (dans un langoureux Les problèmes des gens) ou envers l'état qui nous gouverne (dans un Evidemment, sautillant comme une chanson de La Tordue). Une originalite supplémentaire vient de la guitare électrique qui se déchaîne parfois, partant même dans des solos saturés qui font bien monter la tension, sans jamais prendre complètement le pas sur le chant.  Pirlouiiiit +++ Web : www.myspace.com/onvendlacaravane.

orchestré, qui en plus d'une interprétation quasi-irréprochable joue la carte de la créativité comme il se doit. Témoin en est avec l'excellent titre Bob où les instrus propres au style viennent s'enrichir de cuivres, d'un ukulélé, d'un xylophone et d'éléments rap (chant et effets), ou encore sur All I want et ses accents bluesy. Un mélange détonant pour une alchimie des plus convaincantes, à tel point qu'on peut être déçu que cette mixture des genres ne s'affirme

nouvelle vague # 124

pas plus. Peutêtre une voie à suivre… Toujours est-il que Solid State assoit ces bases avec la manière, tant au niveau du son, de la cohérence que de la créativité.  M.B. ++++

Brennus Music - Glacière de Bonnery 81260 Cambounès. Mail : info@brennus-music.com. Web : www.solidstategang.com.


NV #124

21/11/06

12:00

Page 21

Phyltre (autoproduit) Phyltre revient avec un troisième album qui fait bonne impression. Après Solal, un second opus qui avait déjà suscité l'intérêt, Phyltre confirme et signe avec un rock emmené et inspiré, parsemé de touches électro, pour sept titres chantés en français. Une magnifique “ Raffarinade ” pour introduction et le tout s'emballe avec cohérence sur des textes sensés parfaitement interprétés, s'attaquant notamment au traitement de l'information médiatique ou fustigeant le culte de l'apparence. Cassures rythmiques et alternance entre fond sonore énergique ou plus apaisé déjouent toute linéarité et apporte de belles manières du rythme… au rythme. Autant d'éléments bien phyltrés qui débouchent sur un concentré sonore délectable.  M.B. +++

Musicsansfiltre - 16 rue Mont St Jean 13150 Boulbon. Mail : manager@phyltre.net. Web : www.phyltre.net. 06 64 97 34 69. Les Arbres qui Marchent (autoproduit) Les arbres continuent de marcher avec un nouvel opus de nouveau réservé aux oreilles averties. Une musique électronique up & down tempo aux accents jazzy et trip hop qui fracasse tout les carcans établi pour tenter de recréer une matière sonore avec les morceaux récupérés. L'assemblage donne un résultat décontenançant, une musique organique où les instruments viennent côtoyer une superposition de bruitages en tout genre. La perte de repère est totale ou presque ; complètement déboussolé, on se rattache à la rythmique pour seul fil conducteur. Si certains y trouveront probablement leur chemin, l'entrée de ce labyrinthe créatif n'est pas donnée à tout le monde.  M.B. ++

Mail : treeman@no-log.org. Web : www.pachamamaproject.org. 06 07 94 05 49. Arwen Corruption (autoproduit) Originaire de Six-Fours, Arwen se forme en 2000 et s'engage en premier lieu sur la voie du rock alternatif. Le groupe prend son temps, travaille, et laisse sa musique mûrir. Cinq plus tard, après un petit changement de line-up et une identité désormais axée vers le néo métal, Arwen produit son premier opus Corruption. Trois titres convaincants basés sur un socle énergique où guitare grasse et chant énervé évitent à bon escient le côté criard. Rythmiques et chants savent alterner entre passages emmenés ou plus calmes pour développer comme il se doit un aspect explosif bien construit, le tout sur des textes intelligents et bien écrits. Un bon son et trois titres encourageants qui laissent augurer d'une suite prometteuse.  M.B. +++

Mira Arnaud - Résidence le Prado, bât. B, entrée 1 - Avenue Joseph Raynaud 83140 Six Fours les Plages. Mail : arwen_mgt@hotmail.fr. Web : http://arwenneometal.free.fr. 06 18 33 21 93. Sheeva Leucemia (autoproduit) Formé en 2003, les marseillais changent plusieurs fois de line-up avant de se fixer en trio guitare/basse/batterie depuis un an. Si le dieu hindou destructeur Shiva représente la source créatrice en sommeil, ces Sheeva là ont pourtant un son bien structuré et un sens créatif éveillé. Six titres énergiques qui oscillent entre grunge et punk, emmenés par un chant rageur ou posé, en français et en anglais, porteur de bons textes, souvent noirs, à l'image de l'excellent Thank you satan, titre où l'on retrouve toute l'ambivalence de nos deux Shee(i)va, soulignant tous ces bons côtés que l'on ne trouve que dans et grâce aux mauvais. Malgré une production sonore moyenne, Sheeva tire son épingle du jeu avec brio, encore un paradoxe…  M.B. +++ Web : www.sheeva-rock.com. Sad Waters This world she left (autoproduit) Premier maxi pour la formation niçoise qui évolue dans un style nu-rock façon Evanescence. Sad Waters nous plonge dans des eaux troubles où guitares et batterie emmenées s'allient à un chant mélancolique. Si tissu sonore et production sont indéniablement de qualité, la voix de Laetitia ne tire pas profit de tout son potentiel. À vouloir donner un cachet atmosphérique trop émo, le chant étiré en permanence finit par nuire à l'ensemble avec une variation dans les intonations qui

Keny Arkana Entre ciment et belle étoile (Because Music/Wagram) Cela faisait un moment qu'on nous annonçait la sortie imminente du premier vrai album de Keny Arkana (depuis le street CD L'Esquisse) et malgré l'attente : quelle claque ! La vingtaine à peine entamée, mais d'une maturité et d'une conscience impressionnante, Keny Arkana, marseillaise d'origine argentine, va en sidérer plus d'un. Dix neuf titres d'un hip hop rageur et intelligent, à la fois très personnel et s'adressant à tout le monde. Si vous voulez chercher des parentés, ce sera plutôt du côté de HHP que de Diam's (à laquelle on pensera pour la voix)… Un hip hop militant, intelligent, et sans contradictions. Pas une piste n'est à jeter sur ce disque (juste quelques réserves sur l'intro

un poil grandiloquente) dans lequel on trouve des morceaux péchus comme Le missile suit sa lancée ou La rage du peuple (qui est tout sauf un appel à la violence), des textes durs sur la réalité de la rue comme dans La mère des enfants perdus ou Le fardeau, des textes très personnels avec ce J'viens d'l'incendie impressionnant de maturité, ou ce Eh connard d'une violence incroyable, d'autres plus légers dans la forme comme ce Je me barre qui sonne déjà comme un hymne international ou ce Nettoyage au karsher bien senti… avec toujours un optimisme volontaire évident sur Cueille ta vie ! Musicalement, c'est aussi assez riche avec de nombreux instruments qui viennent colorer différemment les morceaux (accordéon, piano, guitare acoustique voire électrique, …).

ne s'exprime pas dans toute sa mesure. Hormis cela, Sad Waters possède bon nombre d'atouts qui ne devraient pas tarder à s'exprimer pleinement, et c'est tout ce qu'on leur souhaite.  M.B. ++ En concert le 16/12 au Volume - Nice (06), le 22 à l’AJM - Monaco (98) et le 23/12 au Tapas - Nice (06).

T.Paca Productions - 2, Bd St Roch 06300 Nice. Mail : labela_concert@yahoo.fr. Web : www.sadwaters.com 06 03 32 03 38. Toko Blaze Ruff tuff (Marsafrica/Cola Production) Après la récente sortie de son second album Rythm'n tchatche, le prolifique Toko Blaze a décidément beaucoup à dire et sort dans la foulée le street album que voilà. Dix titres où le tchatcheur soigne sa plume et endosse la casquette d'observateur social pour dresser un constat sombre et réaliste de ce qui l'entoure : sectarisme communautaire, individualisme, difficultés économiques, immobilisme en tout genre, crise immobilière, “ oubli ” du rôle des tirailleurs africains pendant la seconde guerre mondiale, violence gratuite, etc. Sur fond de reggae roots, le flow particulier de Toko Blaze vient se poser tranquillement, calmement, presque timidement, insufflant aux mots justement choisis un caractère humaniste, offrant une vision presque inéluctable et pourtant bien réelle de la cité phocéenne et de la société en général. Un disque qui vient confirmer la stature du monsieur sur la scène reggae/ragga hexagonale.  M.B. ++++

Cola Production - Friche la Belle de Mai - 41, rue Jobin 13003 Marseille. Mail : colaproduction@free.fr. Web : http://toko13blaze.free.fr. 04 95 04 96 36. Zap (autoproduit) Après un second opus qui n'avait pas forcément brillé par sa créativité, les progrès accomplis en deux ans par la formation nîmoise sont surprenants. Si Zap maîtrisait déjà son sujet techniquement, il leur manquait une identité propre avec des titres beaucoup trop édulcorés. En plus de gagner en efficacité avec un rock énergique et mélodique parfaitement arrangé, ce maxi 7 titres témoigne d'une maturité en cours de consolidation avec des textes moins “ cul cul la praline ”. Une toile sonore électriquement fournie en guitares où le balancement des rythmiques à la fois emmenées et plus posées s'opère sans mal, le tout porté par un chant maîtrisé capable de monter très haut sans fausse note. Difficile de croire que Zap reste sans label avec un tel format et des titres qu'on imagine “ radiodiffusables ”.  M.B. +++ En concert le 09/12 à la MJC Picaud - Cannes (06).

Mail : rizolin@hotmail.com. Web : groupezap.free.fr. 06 64 22 11 70. Cabwaylingo Démo (Katatak) La première fois que j'ai vu Julien Cardaillac aka Cabwaylingo sur scène, c'était en première partie (surprise) de Jack the Ripper, puis je suis retombé sur lui par hasard lors de la Fête de la Musique. Les deux fois, j'ai été frappé par le

décembre 2006

21

nouvelle vague # 124

Keny n'est pas là pour devenir une star ou divertir, mais parce qu'elle a des idées à faire passer (et quand elle dit « tu captes que chuis pas une rappeuse mais une contestataire qui fait du rap » c'est plus qu'une belle phrase, c'est un véritable acte de foi). La foi il en est aussi question dans le denier morceau, superbe Prière sur fond de chant indien finissant par un extrait du Notre Père, qui révèle une autre facette de cette artiste courageuse et sage qui n'a pas peur de ses opinions. Respect.  Pirlouiiiit ++++ En concert le 02/12 à la MJC Picaud - Cannes (06) et le 15/12 à l’Espace Julien - Marseille (13). Web : www.keny-arkana.com

côté brut, à fleur de peau de sa musique ; l'impression qu'il se met à nu devant les spectateurs. Si le chant en anglais peut faire sourire par moments (pour l'accent et les expressions un peu convenus — travers inévitables lorsque l'on choisit de ne pas chanter dans sa langue natale), la puissance de l'interprétation, parfois exaltée, parfois geignarde (comme peuvent l'être Jeff Buckley ou Radiohead), mais toujours sincère, ne laisse pas indifférent. Tout comme Nick Cave ou Chris Isaak (auquel on pense éventuellement sur les morceaux les plus calmes), Cabwaylingo se révèle être un artiste écorché, capable de passer du calme à la tempête avec beaucoup de dextérité. À voir et écouter.  Pirlouiiiit +++ Web : http://www.cabwaylingo.fr/ Khundalini Deus in machina (Coriace/PIAS) Après plusieurs essais trip hop remarquables, mais passés inaperçus car trop proches des classiques du genre Portishead ou Massive Attack, Khundalini revient avec plus d'agressivité et de personnalité. Tout en gardant un son sombre, Khundalini va vers un mélange pop-electro qu'affectionne Moloko, mais les assauts des guitares ne sont jamais loin, nous rappelant parfois Skunk Anansie. Le chant est lui troublant et fascinant, la légère voix cassée fait penser à Alanis Morissette. Ce mélange fait que cet album se trouve être un casse-tête pour le chroniqueur car impossible d'y mettre une étiquette fixe : chaque titre nous renvoyant à des ambiances, des atmosphères, mais rien de précis. Le mieux est que vous vous fassiez une écoute pour vous faire une idée. Une chose est sûre, vous ne le regretterez pas, car la seule étiquette valable que l'on peut coller sur la pochette est “ Talent ”.  Simon Pégurier +++

Coriace Management - BP 52 - 13721 Marignane Cedex. Web : www.coriace.com. Mail : musclor@coriace.com. & 04 86 30 24 06. Usthiax Ecrire à l'envers (Pyxis Artum) La musique d'Usthiax oscille entre rock et ballade folk. Un univers dynamique, quelque peu cynique, avec une certaine langueur mêlée de gaieté et de tristesse au centre de textes poétiques et politiques. Toute une atmosphère qui a attiré l'attention de Charlélie Couture en 2004 lorsqu'il l'invita sur la scène du théâtre Toursky à Marseille, après lui avoir proposé d'écrire la musique d'Eugène le gène sur l'album Double vue. Si certaines chansons d'Usthiax ne sont pas vraiment convaincantes, d'autres le sont avantageusement, rééquilibrant ainsi l'ambiance de son second album. Des chants d'une humeur moelleuse cadencés d'une mélodie solitaire et son ami Charlélie de dire : « Usthiax a le flux d'un Gérard Manset et l'inventivité en émoi d'un Tricky ou de Eels ! » Alors comment ne pas croire le maître en écoutant l'élève d'une oreille attentive.  Cristel Bérard +++ Web : www.usthiax.com En concert le 28/03 au Théâtre de Lenche - Marseille (13).


NV #124

21/11/06

12:00

Page 22

DVD Musique

Patrice Raw & uncut (Barclay/Universal) Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore Patrice, le DVD Raw & uncut vous donnera envie d'acheter son album, mais surtout d'aller le voir en concert. Une ambiance entraînante, des musiciens plus performants les uns que les autres, Patrice nous offre un show très folk-soul avec un son roots-reggae digne d'Israël Vibration ou encore inspiré de la légende Bob Marley. Cette voix qui le caractérise rappelle un certain Ben Harper qui sait jouer sur des notes qui vous transporteront ailleurs. Un spectacle nature sans chichi, ainsi qu'un artiste très proche de son public qui transmet son énergie bondissante et des textes plein d'amour et d'humanité. À découvrir sans attendre pour passer un moment transcendant, avec des morceaux inédits en bonus.  Laure Rivaud-Pearce ++++ Manu Dibango & le Soul Makossa Gang (Y.N. Productions) Manu Dibango et le Soul Makossa Gang nous revient avec ce DVD capté en 2005 à l'occasion du Festival Uriage en Voix. Avec bientôt 50 ans de carrière, le saxophoniste globe-trotter, parrain de la world music, propose un concert simple, sans artifices, en interaction avec le public où figure l'incontournable Soul makossa. Côté bonus, on trouve des making of des concerts de Londres (Barbican Center en octobre 2004), Paris (Bercy avec l'Orchestre de Paris en janvier 2005) et Lyon (Auditorium de Lyon en avril 2005). Au cours de ces trois live c'est l'occasion de découvrir Manu Dibango en coulisses, seul, avec ses musiciens ou ses amis. C'est donc un DVD complet qui ravira les fans du musicien.  Benjamin Brégeaut +++ Anaïs The cheap show (V2/Warner) Difficile de ne pas avoir entendu parler d'Anaïs tant son Cheap show fait des émules. En très peu de temps, la marseillaise s'est retrouvée sous les feux de la rampe, enchaînant les récompenses (Printemps de Bourges, Victoire de la Musique, etc.), les concerts, et un succès unanime — l'album ayant dépassé le stade de disque d'or. Comment expliquer une telle réussite et une ascension aussi fulgurante ? En agitant un peu ses neurones, chacun aura forcément sa réponse, du type qui sait tout qui développera tout un argumentaire “ blahblahistique ”, au scientifique chevronné qui se lancera dans l'écriture d'un bouquin théorique intitulé : Anaïs, un être venu d'ailleurs avec le générique d'X-Files en bonus audio. Hum… Nous, on se contentera juste de décrire tant bien que mal son talent, avec la preuve en image comme on dit. Et il y a de quoi faire sur ce DVD. On retrouve bien-sûr Anaïs dans son one woman show, armée de sa seule guitare, de son pédale-sampler et de sa voix, ou plutôt de ses voix, endossant différentes facettes, du collectif de rappeur au folklore irlandais en passant par une Carla Bruni un tantinet bourrée. Et puis il y a les traditionnels bonus où l'on suit l'artiste au sourire indélébile en tournée, le tout agrémenté de clips et de la rubrique “ Vidéos visuelles ” avec une nouvelle galerie de personnages imités, d'Eve Ruggieri à une participante de L'île de la tentation… Alors oui, ce fameux Cheap show commence à se faire vieux, Anaïs elle-même avoue en avoir un peu marre, mais quand on se met à jouer sur de gros festivals avant les Deftones ou les Strokes, comment lui en vouloir de faire durer le plaisir ? En attendant la nouveauté, avec à priori un vrai album studio, reste à la re-rerevoir sur scène ou sur le petit écran ; le plaisir est toujours là.  Matthieu Bescond ++++

New York Doll de Greg Whiteley (UWe/PIAS) Arthur Kane fut l'une de ces poupées New-yorkaises qui firent fureur au début des années 70. Leur groupe mit un peu de dynamite dans le rock. Puis la drogue, l'alcool et des problèmes d'égo eurent raison de leur amitié. Le groupe splitta et Arthur Kane, le bassiste, sombra dans la dèche jusqu'à ce qu'il soit sauvé par l'appel de Dieu, plus précisément de l'église Mormone. Il mène alors une vie tranquille à Los Angeles où il devient même aide bibliothécaire de la paroisse ! Trente ans plus tard, son plus grand fan, Morrissey, celui des Smiths, décide de réunir le groupe pour un concert au Royal Albert Hall, en 2004. S'en suit un formidable concert et Arthur meurt de la leucémie. Voilà ce que raconte Greg Whiteley. Pendant 1h15 on assiste à un défilé d'artistes qui parlent des Dolls, entrecoupé d'entretiens avec Arthur Kane qui nous raconte comment la religion l'a sauvé, etc. C'est long, lassant, quelques scènes frisent même la pub pour les Mormons, ces sauveurs d'humanité. Heureusement il y a quelques bouts de film d'époque où l'on voit les New York Dolls au mieux de leur forme, et c'était super bon. Quant au concert de Londres, on en a droit qu'à quelques courtes minutes avec le batteur des Libertines derrière les futs, pourtant ça jouait plutôt bien. Bref, raccourci à une trentaine de minutes, cela ferait un excellent reportage sur Arte, un soir. Si vous voulez un DVD musical, essayez plutôt de vous procurer le 200 motels de Zappa.  Jacques Lerognon + Gorillaz Phase two - Slowboat to hades (Capitol/EMI) Depuis 2005, ce combo “ virtuel ” mené par Damon Albarn de Blur joue sur tous les fronts. Impossible d'être passé à côté de leurs tubes imparables (Feel good inc, Dirty Harry…), ni à côté de leurs clips très efficaces nous narrant les aventures déjantées des personnages créés par Jamie Hewlett (auteur de Tankgirl). Ce DVD se concentre d'ailleurs en grande partie sur l'aspect animation du groupe. On y trouve les clips des hits de l'album Demon days, de nombreuses animations inédites et même une parodie de l'émission MTV Cribs, où Murdoc nous fait visiter son étrange demeure. On a aussi droit à quelques performances live captées lors de cérémonies de remises de prix ou de concerts. Ce DVD, véritable caverne d'Ali Baba, s'inscrit à merveille dans l'œuvre du groupe. À noter que dans la foulée, le groupe lance une série de mini-albums via I Tunes, et sort quelques jours après ce DVD, une biographie fictive qui nous raconte comment les personnages se sont rencontrés. Commencez à économiser…  Christophe Guilbert ++++

Cinéma Camping de Fabien Onteniente (Pathé) Michel Saint Josse (Gérard Lanvin), chirurgien esthétique émérite, décide de partir passer des vacances avec sa fille à Marbella, au volant de sa toute nouvelle voiture, la même que James Bond. Mais le mirage de ces vacances confortables en hôtel luxueux va vite s'évaporer lorsque sa voiture tombe en panne devant le camping des Flots Bleus. Il est alors immédiatement pris en charge par une bande de joyeux lurons et va goûter aux joies du sac de couchage. Tous les clichés du camping sont passés à la moulinette par Onteniente, d'un Dubosc qui ne quitte pas sa crevette gonflable, parfait dans le rôle du playboy looser, à l'indispensable élection de miss camping, etc. Et là est un peu le problème, car si les rôles sont bien interprétés, notamment avec un Claude Brasseur impérial, gags et répliques sont pour la majeure partie trop attendus. Au final on sourit plus qu'on ne rit.  M.B. ++

décembre 2006

22

nouvelle vague # 124

L'ivresse du pouvoir de Claude Chabrol (TF1 Vidéo) Juge d'instruction surnommait “ le piranha ”, Jeanne Charmant Killman (Isabelle Huppert) instruit une affaire de malversations et de détournements de fonds. Elle inculpe les dirigeants et présidents de grands groupes industriels, incarnés entre autres par François Berléand, Patrick Bruel et Jean-François Balmer ; afin de les faire tomber. Enivrée par ce pouvoir, elle frappe dans cette fourmilière qui lui octroie l'illusion d'un pouvoir qu'on veut bien lui accorder. L'intrusion de sa vie publique dans sa vie privée va l'aider à plonger dans la spirale d'une conspiration où ceux qui tirent les ficelles sont eux-mêmes tirés par d'autres. Servi par un jeu d'acteur très juste et vrai — Isabelle Huppert est jubilante dans ce personnage particulièrement cynique et hautain — Chabrol, par ce film, dénonce la hiérarchie du système capitaliste, ridiculisant le pouvoir. En voyant L'ivresse du pourvoir, inspiré très nettement par l'affaire Elf-Aquitaine et par des personnages comme le Juge Burgaud, vous serez ironiquement épouvantés devant ce thème qui se veut plus actuel que jamais. Surtout quand Claude Chabrol se dit au-dessous de la réalité…  Laure Rivaud-Pearce ++ Verdun, visions d'histoire de Léon Poirier (Cinémathèque de Toulouse/Carlotta Films) Retrouvée au Gosfilmofond de Moscou, la copie intégrale de ce qui est un des chefs d'œuvre du patrimoine cinématographique français a été entièrement restaurée. Afin de célébrer le dixième anniversaire de l'armistice, Poirier livre en 1928 une reconstitution fidèle de la bataille, dédiée « à tous les martyrs de la plus affreuse des passions humaines : la guerre ». Grâce au recours à de nombreux récits et documents d'époque, ainsi qu’à l'utilisation d'anciens combattants et de vrais protagonistes en tant qu'acteurs (le général Pétain, le colonel Driant, etc.), le réalisateur livre un témoignage criant de réalisme. Pendant la guerre, les actualités ne présentaient que des images de loin du conflit et des explosions, c'est sans doute une des raisons qui a incité Poirier à effectuer une telle plongée à l'intérieur du conflit. Cadrages au ras du sol, caméra au milieu des combattants, destins de personnages choisis de part et d'autre du front et piano virevoltant pour seul accompagnement sonore, donnent au film une grande dimension émotionnelle. Une réalisation monumentale, tellement réaliste que l'on prend ce qui est avant tout une mise en scène pour des documents d'archives.  Matthieu Bescond ++++ Secrets de famille de Niall Johnson (M6 Vidéo) Dans « notre façon de réagir dans la vie, face aux problèmes où nous sommes confrontés, parfois il suffit d'agir (…), parfois le problème est beaucoup plus subtil et ne demande pour être résolu que la seule grâce ». Et des problèmes subtils, la famille du révérend Walter Goodfellow (Rowan Atkinson) en dénombre quelques-uns, dans une vie où s'est installée la monotonie. Pour les résoudre, la grâce du Seigneur ne suffira pas, il faudra attendre l'arrivée de Grace (Maggie Smith), la nouvelle gouvernante, pleine de bonnes manières, mais qui n'est pas sans dégager un côté inquiétant. A mi-chemin entre comédie noire et drame familial, Secrets de famille s'affiche comme un long-métrage bien ficelé, loin de l'image d'une énième comédie loufoque et débile que la jaquette pourrait suggérer. Le tout est emmené par un quatuor d'acteurs épatants qui rentrent parfaitement dans leurs personnages respectifs (Kristin Scott Thomas et Patrick Swayze, en plus des 2 déjà cités) et bien que le film manque parfois d'un peu de souffle et de rythme, Secrets de famille trouve sa place parmi les comédies anglaise réussies.  M.B. +++


NV #124

21/11/06

12:00

Page 23

Divers The Simpsons - Saison 8 de Matt Groening (Fox Pathé Europa) Alors que les Simpsons en sont à leur 17éme saison, ce qui en fait la plus longue série de l'histoire américaine, la huitième réalisée entre 1996 et1997 est désormais disponible dans un coffret 4 DVDs. On retrouve la famille déglinguée dans 25 épisodes toujours aussi plaisants à l'image du Simpson Horror Show VII où les candidats présidentiables Dole et Clinton sont répliqués par des extra-terrestres. Des DVDs qui font également le plein de bonus avec entre autres des commentaires audio sur chaque épisode, des scènes coupées ou un reportage sur la maison des Simpsons.  M.B. ++++ Creature comforts - Saison 1 & 2 de Nick Park & Richard Goleszowski (Elephant) Les créateurs de Wallace & Gromit font de nouveau briller leur talent. Oscarisé en 1989 avec ce qui n'était au début qu'un court-métrage, Nick Cave décide d'en faire une série avec des épisodes d'une dizaine de minutes. Le

concept est simple : un journaliste armé de son seul micro interview des animaux sur leurs conditions de vie au quotidien avec à chaque épisode un thème, la maladie, la haine, le sport, les imitations, etc. Des portraits décalés de la société qui ne sont pas avides de sens, le tout traité avec un humour so british. Excellent.  M.B. ++++ Beavis et Butt-Head - Collection Mike Judge Vol. 1 (Paramount) Apparus pour la première fois sur MTV il y a dix ans, les deux adolescents plein d'acné, atteint du plus haut degré de crétinisme que l'homme puisse développer, immortalisent leurs mésaventures dans ces DVDs. On retrouve leurs rires débiles dans des aventures toutes aussi loufoques les unes que les autres, de leur conception du “ comment bétonner une piscine à l'aide de clubs de golf ” aux difficultés rencontrées lorsque leur proviseur leur interdit de rire. Un coffret 3 DVDs qui rassemblent 40 des meilleurs épisodes de la série et tout un tas de bonus dont leurs apparitions télévisées ou quelques clips vidéos commentés. Pour ceux qui n'ont pas peur de l'absurde.  M.B. +++

+ de chroniques sur nouvelle-vague.com

Forum BD Frenchy & Fanny # 1 - Mystères à Hyères de JF Minéry (Ange) Décidément les niçois ont le vent en poupe ! Après la sortie de l'excellent Je veux un bébé ! (moi non plus !) de Lynda Corazza (Cf. Nouvelle Vague #119), c'est maintenant Jean-Fréderic Minéry qui dégaine avec une BD à vocation familiale. Les deux héros, jeunes, sympathiques adolescents, (au physique de Titeuf) doivent déjouer des énigmes sous forme de chasse au trésor en se méfiant des horribles méchants plus bêtes que cruels. En plus d'être divertissant cet album est aussi et surtout une visite en règle de Hyères. Tout se déroulant dans cette belle ville, chaque page nous invite à découvrir une facette différente de la cite des Palmiers. Le décalage entre le dessin cartoon des personnages et le réalisme des paysages étonne, mais s'impose comme une réelle personnalité. Une question me tarabuste mais pourquoi diable un auteur niçois fait-il un livre sur Hyères ? Patience le tome deux est déjà sur les rails et se déroulera cette fois dans la capitale de la Côte d'Azur. Ce sera avant tout l'occasion de retrouver ces deux héros si attachant qui nous manquent déjà.  Simon Pégurier +++ Mail : lenicois06@free.fr. Web : www.angeassociation.com.

décembre 2006

23

Une épaisse couche de sentiments de Philippe Thirault & Sébastien Gnaedig (Dupuis/Expresso) On dit souvent que lorsque ça va mal, il faut regarder plus malheureux que soi. N’étant pas dans ma meilleure phase professionnelle, j’ai décidé de me jeter sur la BD Une épaisse couche de sentiments qui achève définitivement tous les idéaux que l’on pouvait avoir sur le monde sans pitié de l’entreprise. Stanislas Reveillère est DRH d’une entreprise florissante. Pour faire plaisir aux actionnaires, il doit débaucher : c’est plan social sur plan social. Il s’en prend aux plus faibles, isolés, à des femmes de ménage vieillissantes, des ouvriers sans qualification. Il est cassant, vexant, humiliant, sans morale, avec des arguments rodés. La maladie de sa mère va réveiller en lui des sentiments humains, mais le cynisme reprendra vite le dessus. Voici des exemples de dialogue pour vous mettre l’eau à la bouche : « Licencier proprement : à la hache », « Les sentiments, ça dégouline, ça colle aux semelles, ça empêche d’avancer ». Les dessins sont simples, presque effacés, pour mieux mettre en valeur l’humour jaune du texte. On pense toutefois à la ligne claire de Frank Le Gall. À la fin de ma lecture, je ne m’apitoyais plus sur mon sort, ma devise étant devenue : « Le bonheur, ce n’est pas seulement d’être heureux, c’est que tous les autres soit malheureux ».  Simon Pégurier +++

nouvelle vague # 124


NV #124

21/11/06

12:00

Page 24


NV #124 - décembre 2006