NORDIC MAGAZINE n°23

Page 1

nordic MAGAZINE

10

randonnées nordiques ALPES - JURA VOSGES - ARDÈCHE PYRÉNÉES

LES BIATHLÈTES AIMENT LEUR CARABINE UN ÉTÉ NORDIQUE EN SUÈDE

Célia

Aymonier Atypique

Juin 2017 mynordic.fr @nordicmag

23

#




nordic.fr

my

12. - 17. DEC 2017

ANNECY

LE GRAND-BORNAND

© S. Gruden / Agence Zoom

BMW IBU WORLD CUP BIATHLON

BILLETTERIE SUR : BIATHLON-ANNECY-LEGRANDBORNAND.COM


Votre magazine se prolonge sur Internet avec l'application nordic disponible sur MAG

nordic.fr

my

APÉRITIF OLYMPIQUE

37

° 22 de latitude nord, 128° 23 de longitude est. Si ces coordonnées GPS ne disent pour l’instant pas grand-chose, elles seront pourtant sous le feu des projecteurs, du 9 au 25 février prochain. Ce sont celles de Pyeongchang, en Corée du sud. Dans le district de Gangwon, où les XXIIIe Jeux olympiques d’hiver se dérouleront. Succédant à Sochi (2014), la cité coréenne a déjà fait l’objet d’une visite de découverte par de nombreux athlètes tricolores et suisses [lire notre reportage page 58]. Outre le plaisir de rencontrer Soohorang et Bandadi, les deux mascottes, les équipes en ont surtout profité pour faire le plein d’informations sur le site, la piste, le vent omniprésent sur le tremplin, la neige, le pas de tir, le village olympique… « C’est bête, mais ça rassure de constater que le tremplin est à tel endroit, que le village olympique est à telle distance ; ce sont autant de données qui ne viendront pas polluer notre esprit le jour de la compétition », témoigne ainsi la sauteuse médaillée olympique Coline Mattel. Ne pas perdre d’influx, ne pas se disperser, voilà quelques enjeux majeurs d’un tel événement face auquel il est primordial de se rassurer, prendre ses marques, se projeter mentalement. Sans oublier de s’acclimater au décalage horaire important pour tous les sportifs européens. Comme Swiss-Ski, l’équipe de France ne prend

nordic MAG

sur votre Smartphone pas à la légère ces informations précieuses pour mettre le sportif dans les meilleures dispositions possibles. Lors du stage de préparation olympique à La Londe-Les-Maures, fondeurs, sauteurs, combinés, skieurs alpins et biathlètes ont eu droit à des conférences et échanges autour de l’infrastructure olympique. À sept mois du Jour J, la pression olympique monte donc crescendo. Les Nordiques auront ensuite droit à la traditionnelle conférence de presse parisienne début octobre, deuxième étape clé sur la route des Jeux. L’occasion de mesurer l’intérêt médiatique pour les leaders actuels que sont Martin Fourcade et Alexis Pinturault, mais aussi pour le revenant, Jason Lamy Chappuis. Le Jurassien, porte-drapeau en 2014, ne garde pas un bon souvenir de sa dernière olympiade. Le champion olympique 2010 a un compte à régler avec les JO et fera son possible pour décrocher, avec les copains du relais, une breloque collective qui manque encore à son immense palmarès. La magie olympique est à part. D’abord parce que les Jeux ont lieu tous les quatre ans, mais surtout parce qu’ils sont populaires, universels et tellement plus médiatisés que la coupe du monde ! Les athlètes ont encore quelques mois pour se faire à cette pression supplémentaire et la dompter le jour venu. Ils ont derrière eux un peuple de supporters prêt à vibrer au rythme de leurs exploits.

sur

sur

sur

Prochain numéro :

Octobre 2017

nordic NUMÉRO 23

,

MAGAZINE

Nordic Magazine résidence des Épilobes 300, chemin des Mouillettes 39220 Prémanon Téléphone : + 33 (0)6 85 96 90 94 E-mail : nordicmagazine@live.fr Nordic Magaziest édité nordic par les Éditions du Jura SAS au capital de 5000 € RCS Lons-le-Saunier 538 166 166 Président : Franck Lacroix MAGAZINE

} Rédaction Directeur de la publication et de la rédaction : Franck Lacroix Rédacteur en chef délégué : Jérôme Martinet Ont collaboré à ce numéro : Emmanuel Jonnier, Marine Bouhier, Robin Duvillard, Marie DorinHabert, Bernard Morel, Antoine Delimare, Valentin Jacquemet, Vincent Berlandis, Thomas Bray.

nordic

MAGAZINE

} Publicité Téléphone : + 33 (0)6 75 93 56 12 Corentin Jacquot (Alpes) : + 33 (0)6 33 43 35 78 } Diffusion La liste complète des points dans les Alpes, le massif jurassien franco-suisse, les Vosges, les Pyrénées, Paris et Lyon sur www.mynordic.fr } Photo de couverture Nordic Magazine } Impression Rotimpres } Abonnement 1 an - 4 numéros : 27 € Participation aux frais d'expédition et soutien à Nordic Magazine www.mynordic.fr ou encart page 66 Anciens numéros : 5 euros le numéro. La rédaction n’est pas responsable de la perte ou de la détérioration des textes et photos qui lui sont adressés pour appréciation. La reproduction, même partielle, de tout matériel publié dans le magazine est interdite.

} Nordic Magazine sur le net cwww.nordicmag.info ­ Site partenaire d' cwww.f.com/NordicMagazine.info c@Nordicmag sur t cwww.w.com/c/nordictvfrch cwww.nordictv.fr cApplication disponible sur et Merci à Fabrice Guy, parrain, Laurence Rochat, marraine. Merci à Michel Roulet, Myriam et Daniel Comtet, Isabelle Begon, Karine Bouhier, Nathalie Quesney-Bar, Simon Desthieux, Simon Prost-Bayard, Xavier Thévenard, Baptiste Noël. Et merci à nos partenaires annonceurs. Création : décembre 2011 Dépôt légal : juin 2017 ISSN : 2257-4638

5


DOSSIER 10 RANDONNÉES NORDIQUES

Nos

Des hauteurs du Grand-Bornand aux crêtes des Monts-Jura, en passant par les Pyrénées catalanes et la station vosgienne de Gérardmer, Nordic Magazine vous propose de découvrir dix itinéraires pédestres en France et en Suisse ............................... 24

10 nordic.fr

my

SavoieMontBlanc-lanSard

Des randonneurs au-dessus de Seythenex dans le massif des Bauges. Ils peuvent admirer les massifs des Aravis, du Mont-Blanc et de la Belle Étoile.

randonnées nordiques

b

ÉDITO 5

Des Vosges aux Pyrénées, en passant par le Jura, la Montagne ardéchoise et les Alpes, Nordic Magazine a sélectionné dix itinéraires pédestres à découvrir au cœur des massifs français et suisses.

PORTRAITS CÉLIA AYMONIER 68 MICKAËL PHILIPOT 74 CLAUDE BADONNEL 78 ERWAN KÄSER 82 nordic

24

nordic

Magazine

Magazine

TEMPS FORTS L’ÉCRASANTE ÉQUIPE ALLEMANDE DE COMBINÉ

24

b DR

n

nordic.fr

my

25

Ils ont dominé la concurrence en coupe du monde de combiné nordique. Pourquoi les Allemands de Frenzel et Rydzek sont-ils si forts ? .. 46

LA CARABINE, ARME FATALE DES BIATHLÈTES

Plus qu’un simple outil de travail, la carabine est un objet unique et précieux pour de nombreux biathlètes ................................................................ 52

PYEONGCHANG : AVANT-GOÛT D'OLYMPISME

6

nordic.fr

my

NORDIC MAGAZINE b En Suède, la nature est omniprésente : étendues sauvages, rivières bouillonnantes, montagnes et plaines de Laponie, mais aussi plages à perte de vue, archipels féériques et lacs immenses.

ENTRETIEN MARILLAC MANIFICAT/ ANNETTE LAMY CHAPPUIS 86 SITE NORDIQUE NANTUA

De Falun à Gällivare, en passant par Östersund, Nordic Magazine est retourné en plein été dans les destinations fréquentées l'hiver par les fondeurs, les biathlètes et les sauteurs.

106

nordic

Magazine

nordic

Magazine

106 107

nordic

MAGAZINE

DR

Un été nordique en SUède

8 ZOOM 14 PLANÈTE NORDIQUE 100 AGENDA

La station de trail® Haut-Bugey incarne le nouvel outil de développement touristique d’un territoire historiquement tourné vers l’industrie ................................................................... 92

86

b Ola EricsOn/imagEbank.swEdEn.sE

SOMMAIRE

,

CHRONIQUES ROBIN DUVILLARD 22 MARIE DORIN-HABERT 90 EMMANUEL JONNIER 114

46

b

De Falun à Gällivare, en passant par Östersund, Nordic Magazine est retourné en plein été visiter les destinations fréquentées l’hiver par les fondeurs, biathlètes et sauteurs .......... 106

b

UN ÉTÉ NORDIQUE EN SUÈDE

FÉRÉDRIC MONS/L'ÉQUIPE

Que pensent les athlètes du site olympique des Jeux de 2018 ? ................................. 58


16 • 17 SEPTEMBRE 2017

L’Exprimeur Typocentre 03 85 39 94 74 - Photos : Agence Zoom

ARCON

www.ffs.fr Partenaires des Eq uip es d e Fra nce d e Ski Nord iq ue

Pa rtena ires Presse


LES JO AU BORD DE L'EAU Quel est le point commun entre Tessa Worley, Martin Fourcade, Alexis Pinturault, Kevin Rolland, Ophélie David ou encore Pierre Vaultier ? Tous ces athlètes ont participé, fin mai, au traditionnel stage de préparation olympique. Huit mois avant Sochi 2014, l’équipe de France olympique s’était retrouvée à Prémanon, dans le Jura. Cette fois-ci, c’est du côté de La Londe-Les-Maures, sur la côte méditerranéenne, près de Toulon, que les champions ont échangé pendant cinq jours autour de la principale échéance sportive de l’hiver prochain : les Jeux olympiques de Pyeongchang 2018. Ce stage des fédérations françaises de ski et de sports de glace, ouvert à une sélection élargie d’athlètes susceptibles de se rendre en Corée du Sud, fut agrémenté d’entraînements matinaux (musculation, ski-roues ou vélo), de réunions de présentation du dispositif des prochains Jeux et des infrastructures, de parties acharnées de pétanque, d’un challenge par équipes avec course d’orientation, kayak de mer, VTT, d’une régate en direction de l’île de Porquerolles et de moments de détente… Un stage ressenti comme un lancement officiel de la saison olympique pour beaucoup d’athlètes : « On va vivre ensemble au village olympique, toutes disciplines confondues, mais c’est illusoire de penser qu’on aura une grande cohésion d’équipe sur une période si courte et si intense, témoigne ainsi Martin Fourcade à nos confrères de Ski Chrono. Aussi, ce stage, très important pour moi, crée du lien, consolide cet esprit d’équipe, cet esprit bleu et établit des affinités qui peuvent compter même après une carrière. » Photo : Alexis Boichard/Agence Zoom


Martin Fourcade, Marie Dorin-Habert, Maurice Manificat et Maxime Laheurte sont sur un bateau...


STEFAN KRAFT EN APESANTEUR L'histoire s’est bien terminée pour le sauteur autrichien qui a conclu l'hiver avec deux globes de cristal : le général de la coupe du monde et le classement vol à ski. Stefan Kraft [à droite sur l’image, il partage un sauna avec son compatriote Gregor Schlierenzauer] a concrétisé sa magnifique saison sur le tremplin géant de Planica. En Slovénie, la star de l'hiver en saut à ski a dominé la dernière épreuve d’une saison où elle aura été étincelante. Cette année, la récolte de trophées a été bonne : le Raw Air, nouvelle tournée en Scandinavie, gagnée aussi bien en individuel que collectivement, les deux titres individuels de champions du monde mis en jeu à Lahti, en Finlande, et bien sûr la coupe du monde décrochée devant le Polonais Kamil Stoch, le Norvégien Daniel-Andre Tande, l’Allemand Andreas Wellinger et le Polonais Maciej Kot. Il n’a finalement manqué “que” la mythique Tournée des Quatre tremplins au jeune champion de 24 ans pour signer un historique grand chelem. Mais Kamil Stoch, son plus sérieux rival, en avait décidé autrement en s’imposant à Bischofshofen sur le Paul-AusserleitnerSchanze. Outre ses victoires à Oberstdorf ou à Pyeongchang lors du concours préolympique, Stefan Kraft est entré dans l’histoire de son sport en décrochant le record du monde à 253,5 m sur le grand tremplin de Vikersund. Il sera à coup sûr l’un des principaux favoris dans la course aux titres olympiques en février prochain. À noter enfin qu’à l’issue de cette saison 2016-2017, le Français Vincent Descombes-Sevoie a signé son meilleur résultat au général de la coupe du monde avec un 16e rang final.  Photo : JFK/EXPA/PRESSE SPORTS


Moment de dĂŠtente pour Gregor Schlierenzauer et Stefan Kraft en marge des Mondiaux de Lahti.


nordic.fr

my

384 KM POUR LA BONNE CAUSE Ils ont réalisé un véritable exploit sportif... et solidaire. Florian Buffard et Fabien Blondeau, mordus de VTT, ont bouclé en moins de 24 heures les 384 km de la GTJ à VTT au profit de l’association Épilepsie France. Les 2 et 3 juin derniers, les deux copains, partis de Mandeure, dans le Doubs, ont ralié Culoz, dans l’Ain, en passant par trois étapes programmées à Pontarlier, Rochejean et Chapelle-des-Bois. À l’origine de cette belle bambée jurassienne, deux accidents de la vie. Le premier touche Julie, en 2004. Alors âgée de deux mois et demi, on lui diagnostique une épilepsie et elle est aujourd’hui scolarisée à 700 km de ses parents, dans le seul établissement scolaire pour enfants épileptiques en France. Le second fauche la jeunesse de Quentin Blondeau, frère de Fabien. L’ancien farteur de l’équipe de France de combiné nordique et biathlon perd la vie après avoir chuté d’un toit. Mais en faisant don de ses organes, il a sauvé d’autres plusieurs malades. Bouleversés, mais inspirés par cet altruisme, les deux copains vététistes se rapprochent des parents de Julie Courvoisier pour organiser un événement solidaire. Leur passion pour le VTT et leur massif jurassien fait le reste. Mieux, à leur tour, ils suscitent l’adhésion de champions nordiques qui se joignent à eux : Emmanuel Jonnier, Anouk Faivre-Picon, Anaïs Bescond, Célia Aymonier ou encore Simon Desthieux… Au final, ce périple à travers le massif a permis de récolter plus de 5 500 euros pour soutenir la mise en place d’actions au profit des patients touchés par l’épilepsie et de leurs familles.  Photo : Simon Prost-Bayard Photographies

12

nordic

MAGAZINE


nordic

MAGAZINE

Sur le tracĂŠ de la GTJ, Florian Buffard et Fabien Blondeau 13 ont affrontĂŠ trois orages mais ont pu compter sur le soutien de nombreux champions nordiques.


nordic.fr

my

FREDRIC MONS-PRESSE SPORT

À

Martin Fourcade et Anton Shipulin, le 9 février.

b

Hochfilzen, lors des Mondiaux de biathlon, il a soufflé comme un air de guerre froide. La tension entre la France et la Russie a atteint son paroxysme le 9 février quand Martin Fourcade a momentanément quitté le podium en pleine remise des fleurs. Un peu plus tôt, Alexander Loginov et Anton Shipulin avaient serré la main de ses coéquipiers, mais pas la sienne. « Je pense que je mérite un peu plus de respect de leur part », a pesté le Catalan. Les deux équipes

PYEON Coup de froid Biathlon entre la France et la Russie venaient de terminer médaillées du relais mixte, derrière une Allemagne réduite au rôle de spectatrice. En fait, le Français n'a pas supporté la présence de Loginov. Le Russe a été suspendu deux ans pour usage d’EPO et faisait son retour en première division après ses exploits aux récents championnats d’Europe.

14

b

Line Jahr était une pionnière du saut à ski féminin. Elle vient d’être engagée pour être l’entraîneuse de l’équipe de Norvège. Elle est ainsi devenue la première femme à occuper un poste de coach dans cette discipline nordique.

MAZET S'INSTALLE EN NORVÈGE

Le 11 avril, le Parlement du sport – l’organe suprême du sport suisse – a officiellement validé le projet « Sion 2026. Les Jeux au cœur de la Suisse » en tant que candidature aux Jeux olympiques et paralympiques d’hiver de 2026. 24 millions seront nécessaires pour défendre ce projet qui concerne les cantons du Valais, Vaud, Fribourg, Berne et Grison. D’autres villes ont affirmé ou laissé entendre qu’elles étaient, elles aussi, intéressées : Stockholm (Suède), Innsbruck (Autriche) ou encore Calgary (Canada). La désignation sera effective durant l’été 2019.

Au printemps dernier, Siegfried Mazet quittait l’équipe de France pour entraîner les biathlètes norvégiens [lire Nordic Magazine n°19]. Une année plus tard, le Français espère emmener son équipe vers des médailles olympiques. Pour mieux préparer cette échéance, c’est sa famille qu’il va emmener en Scandinavie jusqu’à l’automne. « Nous voulons qu’ils se plaisent en Norvège », a confié Morten Aa Djupvik, le chef des équipes de biathlon norvégiennes. L’objectif est clair : les biathlètes doivent atteindre 90 % de réussite au tir pour espérer battre le patron de la discipline Martin Fourcade.

Les sportifs suisses, dont Jovian Hediger, ont exprimé leur soutien au projet de Sion 2026.

b

La FIS a décidé que les sauteurs devront désormais porter des sous-vêtements « deuxpièces », le bas devant aller plus bas que les genoux et devant être sans fermeture éclair.

SION 2026

Deux pièces

b

PLANÈTE NORDIQUE

,

STANKO GRUDEN/AGENCE ZOOM

Première dame

LA SUISSE VEUT LES JO EN 2026

FRÉDÉRIC MONS/PRESSE SPORTS

PISTE ROUGE

Le tricolore, qui se bat pour un biathlon propre, a fait connaître sa gêne sur Internet. Ce qui a fortement énervé la fédération russe qui lui a même écrit, le menaçant de « sanctions exemplaires ». La Russie a également accusé Fourcade qui s’élançait, d’avoir fait volontairement tomber Loginov, qui, lui, terminait sa boucle.

Il n'en fallait pas davantage pour mettre le feu aux poudres. « Je respecte Martin en tant qu’athlète, mais j’ai des doutes sur ses qualités humaines », surenchérissait Anton Shipulin qui jouait la carte de la solidarité. Les jours suivants, le ciel orageux laissait place aux éclaircies. Fourcade et Shipulin s'expliquaient via messagerie, finissaient par se donner l'accolade et se serrer la main devant les caméras.

Siegfried Mazet (à droite) à propos des biathlètes : « Ils comprennent ma stratégie. »

nordic

MAGAZINE


COMBAT GEAR FOR COMMITTED RIDERS*

Z EB

IGHT RA L

ARMOR /

VERRES PHOTOCHROMIQUES Verres photochromiques, champ de vision grand large, couvrance et tenue exceptionnelle : ce modèle radical et solide est 100 % adapté aux nouvelles pratiques comme l’enduro ou le freeride.

François BAILLY-MAÎTRE Enduriste

julbo.com

– Photos : © Benjamin Becker - Jérémie Reviller - Semaphore. *L’arme des riders engagés. **Le monde a besoin de votre regard.

CAT.1 >3


nordic.fr

PISTE ROUGE

ACTION IMAGES / PANORAMIC

my Adrian Solano lors d'une conférence de presse à Lahti.

b

LAURENT SALINO/AGENCE ZOOM

b

Fin de saison prématurée

16

Le biathlon en clair La chaîne L'Équipe continuera à diffuser la coupe du monde et les championnats du monde de biathlon jusqu'en 2022.

FIN DE CARRIÈRE POUR MARION BUILLET

CLÉMENT MAILLER TOURNE AUSSI LA PAGE

La championne de France de sprint de cet hiver raccroche les skis. À bientôt 27 ans, la fondeuse des Saisies met un terme à sa carrière de fondeuse. « Je n’ai aujourd’hui plus la force d’aller plus loin », constate Marion Buillet qui va commencer des études de kinésithérapeute.

« Il y a un temps pour tout. » C’est avec ces mots que Clément Mailler a annoncé sa retraite sportive. Celui qui a fait les beaux jours du Rollerski Racing Team raccroche les ski-roues et les skis après quelques belles années passées aussi au sein du team Gel Intérim-Rossignol. CHRISTOPHE PALLOT/AGENCE ZOOM

En mars, c'est Klosters, en Suisse, qui a accueilli les championnats du monde masters. L'an prochain, la Nordic Masters World Cup rejoindra Minneapolis dans le Minnesota (États-Unis) et, en 2022, peut-être la Savoie. La Station des Saisies s'est en effet portée candidate, trente ans après les Jeux olympiques de 1992.

délégation vénézuélienne devant participer aux compétitions. Il est ensuite envoyé dans un hôtel de Paris, jusqu'à ce qu'il finisse par rencontrer un juge. Il est finalement renvoyé chez lui et doit demander de l'aide au consulat du Venezuela pour son billet de retour. Un mois plus tard, le fondeur a pu finalement participer aux championnats du monde. « J’ai perdu un mois d’entraînement sur la neige », a déploré Adrian Solano. Le 22 février, le malheureux a pris le départ de l'épreuve permettant aux athlètes possédant peu de points FIS de se qualifier. Mais il a été contraint à l’abandon après plusieurs chutes. S'il a ensuite réussi à aller au bout des qualifications pour le sprint, c'est en dernière position qu'il a franchi la ligne d'arrivée.

b

,

Les Saisies attendent les masters

PLANÈTE NORDIQUE

Consécration. Martin Fourcade est entré dans Le Petit Larousse. Dans l’édition 2018, il a rejoint les 150 nouveaux mots et les 50 noms propres qui ont été ajoutés, dont le président Macron et le handballeur Nikola Karabatic.

I

l lui a fallu s'y prendre à deux fois pour se rendre depuis Caracas en Scandinavie où il devait disputer les Mondiaux de Lahti. Le 19 janvier, Adrian Solano, en route pour la Suède où il espérait pouvoir s'entraîner sur neige, a fait escale à Paris. Il ne s'attendait pas devoir y rester plusieurs jours. La police française l'a en effet empêché de poursuivre sa route. Le skieur de fond vénézuélien raconte à l’AFP : « Ils n’ont pas cru que je faisais du ski au Venezuela […]. Je n’avais que 28 euros et les policiers m’ont accusé d’immigration parce que ça se passait mal dans mon pays. » Le jeune homme de 22 ans est retenu au poste pendant six heures malgré des papiers en règle et une lettre d’invitation de la

CHRISTOPHE PALLOT/AGENCE ZOOM

Martin Fourcade dans le dictionnaire

La mésaventure française d'un fondeur vénézuélien

b

Après le 50 km des Mondiaux de Lahti, Robin Duvillard a décidé de suspendre prématurément sa saison. Ses résultats n'étaient pas à la hauteur de ses espérances. Le fondeur du Vercors n'a néanmoins pas démérité au cours de l'hiver. Il a gagné plusieurs courses populaires, dont la plus importante en France, La Transjurassienne.

nordic

MAGAZINE


WWW.MONTS-JURA.COM 17 nordic – MIJOUX-LA FAUCILLE - VATTAY-VALSERINE – CHÉZERY-MENTHIÈRES LÉLEX-CROZET MAGAZINE


nordic.fr

Candide..

Les skieurs font des bébés

b

b

Inès.

DR

b

Kaia.

DR

Even.

Matti.

Charlie est arrivé dans le foyer de Gaétane Perret et Jean-Marc Gaillard ; il a rejoint son grand frère Loïs. Une petite fille est née le 31 mars, elle s'appelle Kaia. Sa maman est la fondeuse tchèque, amoureuse de la France, Karolína Bícová. Fin mars, Martin Fourcade et sa compagne Hélène ont accueilli, deux ans après Manon, une petite Inès.

Son grand frère Simon Fourcade fait son entrée dans le monde des papas en accueillant Adam, né le 29 mai. Première naissance également dans le foyer du combiné Maxime Laheurte et d'Emilie. Un petit garçon qui s’appelle Matti est né. Son frère Jérôme, lui aussi, a été comblé en avril avec l'arrivée de Candide. Even a rejoint ce printemps

ses parents fondeurs Anouk Faivre-Picon et Mathias Wibault. Le champion olympique de biathlon à Vancouver, Vincent Jay, est papa d'une petite Lisa. Le directeur du club des sports de Val d'Isère partage ce bonheur avec sa femme Marie Marchand-Arvier, vicechampionne du monde de Super G en 2009.

Ils ont mis un terme à leur carrière

PLANÈTE NORDIQUE

, 18

Lukas Bauer, un des jeunes retraités du printemps.

Le Norvégien Tomas Northug n'ira pas plus loin, pour le plus grand regret de son grand frère Petter. Le champion du monde junior en sprint de 2010 avait connu une saison 2014/2015 prometteuse. N'avait-il pas décroché une victoire en coupe du monde ? Puis, de nombreux problèmes de santé ont enrayé la machine. BIATHLON - A l'approche des Jeux olympiques, Eva Tofalvi préfère renoncer. « Je ne pense pas avoir l’énergie nécessaire pour un tel événement », a indiqué la biathlète roumaine, qui tire donc sa révérence à 38 ans. Le Suisse Ivan Joller a aussi tourné la page. Il a participé aux JO de Sochi ainsi qu’à divers championnats du monde et d’Europe. Depuis deux saisons, le biathlète de 33 ans évoluait en IBU Cup. COMBINÉ - A 38 ans, le combiné norvégien Haavard Klemetsen quitte

la scène. Avec humour : « J’ai compris qu’il était temps de trouver un travail et de commencer à cotiser pour la retraite. J’ai aussi deux garçons et une fille à la maison qui aimeraient me voir plus souvent », a-t-il déclaré sur sa page Facebook. Le Scandinave a pris 220 départs internationaux. Champion olympique avec la Norvège à Sochi, cet excellent sauteur a aussi remporté une médaille d’or, deux d'argent et quatre de bronze dans des compétitions par équipes (relais ou team sprint) aux mondiaux d’Oberstdorf, Sapporo, Oslo, Val di Fiemme et Falun. SAUT - Quinze ans après avoir fait ses débuts en coupe du monde, Jan Matura tire sa révérence. Cet été, le Tchèque qui a remporté deux étapes en coupe du monde va encore, à 37 ans, concourir en coupe continentale à Frenstat et aux championnats nationaux tchèques à Liberec.

nordic

MAGAZINE

STANKO GRUDEN/AGENCE ZOOM

À

la fin de chaque saison, c'est un rituel. Des stars du circuit international nordique annoncent mettre fin à leur carrière. Cette décision est toujours mûrement réfléchie. Elle entraîne un changement de vie. SKI DE FOND - Surtout quand, comme pour le fondeur suédois Johan Olsson, on a passé près de seize années à évoluer en coupe du monde. Son palmarès est impressionnant : il a décroché quatorze médailles olympiques et mondiales. Seules les légendes Gunde Svan et Sixten Jernberg ont fait mieux, avec 17 breloques. C'est également le cas de son compatriote Martin Johansson. Le double médaillé mondial en course d’orientation pédestre – dans l’épreuve de sprint – avait changé de discipline en 2009, après avoir été sérieusement blessé, empalé sur une branche. En coupe du monde, il n'a jamais réussi à faire mieux qu'une cinquième place. C'était à Ruka, en 2015. Le départ du Tchèque Lukas Bauer n'est pas une surprise. Avant la dernière saison, il avait annoncé qu'il n'irait pas au-delà. Avec le sentiment du travail bien fait, qui plus est. Durant sa longue carrière, il a également collectionné les médailles et engrangé les réussites, jusqu'à gagner le Tour de Ski à deux reprises (2008 et 2010) et le classement général de la coupe du monde en 2007/2008. Le Finlandais Sami Jauhojaervi a été sacré champion olympique lors du team sprint de Sochi, en 2014. Aux Mondiaux de Lahti, en février dernier, il a enchanté son public avec une médaille de bronze (il en a eu trois depuis ses débuts en 2001). Lui aussi a raccroché les skis.

b

b

DR

Charlie.

DR

b

DR

b

DR

my


46.74 KM CHALAIN - FRANCE

1'22'52

33,84 K/H

LE S PLUS BE AU X PA RCOURS COMMENCENT CHEZ VELORUN Choix des plus grandes marques, conseils d’experts, étude posturale et test de produits. Les plus belles sorties se préparent chez Vélorun

nordic

LE SPORT SANS LIMITE MAGAZINE

19


nordic.fr

my PISTE ROUGE

Le Team se veut ouvert à d'autres régions, même s'il garde une identité savoyarde forte.

L'INSTANTANÉ

20

Qu'est-il arrivé à @clemnault ? #vanillefraise

Therese Johaug devant ses juges Après l’appel de la FIS du premier verdict (13 mois de suspension), la fondeuse norvégienne a affronté mardi 6 juin le Tribunal arbitral du sport en Suisse. Les avocats de Therese Johaug ont répété que l’athlète ne s’est pas dopée consciemment. Le jugement devrait être rendu dans les prochaines semaines.

FLORENT CLAUDE OFFICIELLEMENT BELGE

UN HIVER PARTICULIER POUR RONAN LAMY-CHAPPUIS

Il lui aura fallu longtemps patienter. Après un hiver passé sur les compétitions nationales de biathlon et sur les longues distances populaires en ski de fond, le Vosgien tient sa carte d’identité belge. L'aîné de la fratrie de Basse-sur-le-Rupt, a donc désormais la double nationalité, ce qui va lui permettre de concourir dans l’équipe nationale belge de biathlon et retrouver le circuit de la coupe du monde, avec les Jeux olympiques en ligne de mire. Ceux de Pyeongchang dans un premier temps puis ceux de Pékin, en 2022… La FFS ayant renoncé au délai de blocage de son ancien athlète pour une durée de deux ans, Florent Claude va pouvoir se préparer en toute sérénité.

Le sauteur français Ronan Lamy-Chappuis vient de vivre une saison très perturbée par de graves soucis de santé. Le Bois d'Amonier ressentait des douleurs de plus en plus vives dans le dos, parlait d'une sciatique qui l'avait privé d'une participation aux Mondiaux de Lahti. Après plusieurs examens à Grenoble, puis à Lyon, le diagnotic était finalement rendu le 7 avril : le jeune athlète de 23 ans souffrait d'une tumeur osseuse bénigne qui a toutefois nécessité une opération rapide ainsi qu’une greffe osseuse. Il a été opéré à Lyon. Depuis, les nouvelles sont bonnes pour le Jurassien. « Après l'inquiétude, le moral et la santé sont au beau fixe », indiquait-il, mi-mai, sur sa page Facebook.

b ALEXIS BOICHARD/AGENCE ZOOM

PLANÈTE NORDIQUE

,

t

NORDIC PANTHERS : LA PATTE SAVOYARDE - C'est le dernier né des teams de ski de fond : le Team Nordic Panthers a commencé son aventure à la fin de cette saison 2016/2017. Guillaume Lamy, entraîneur en charge de cette nouvelle structure, explique : « Cela fait longtemps que je pense à former une structure d'entraînement pour les seniors. » À ses côtés, ils sont huit, auxquels il faut ajouter un groupe de “parrains” dont Renaud Jay, Alexandre Pouye ou encore Jean Tiberghien. « L'idée est que ces parrains puissent partager certaines séances et apporter leur expérience. » Autre caractéristique, le team se veut ouvert à d'autres régions, même s'il garde une identité savoyarde forte. L'hiver prochain, il entend jouer sur les étapes de coupe de France et pourquoi pas aller chercher les sélections en OPA Cup.

b BELGIUM BIATHLON

Une page s'est tournée dans l’histoire du combiné nordique américain. L’entraîneur de l’équipe des États-Unis, Dave Jarrett, passe la main, après 15 ans de bons et loyaux services. Au cours de son mandat, ses protégés ont décroché leurs premières médailles olympiques à Vancouver en 2010. Un an plus tôt, lors des Mondiaux à Liberec, en République Tchèque, ils avaient déjà obtenu quatre médailles, dont les deux titres de Todd Lodwick et Billy Demong.

b THOMAS BRAY

Fin d'une époque chez les combinés US

nordic

MAGAZINE


e u iq d r o n e h c r a m t e e é n n o d n a r , il a r t e c a p s e e r t vo a r u j u d s e n g a t n o m dans les re

18 parcours 4 à 47 km

rno e iz , d o n é r B , x a n n o y o départs : nantua,

Base d’accueil à nantua www.stationdetrail.com ateliers d’entraînement

les rendez-vous de la station :

stage perfectionnement trail : samedi 24 juin initiations trail et marche nordique tout l’été Application mobile gratuite

©Nordic Magazine

2 juillet : Duo Trail du Haut-Bugey 24 septembre : Oyonnax trail tour Haut-Bugey 8 octobre : Rando des 3 Lacs 28 octobre : Izernight

Venez courir sur les terres natales de

Xavier Thévenard

et relevez le défi de battre son chrono sur le parcours baptisé «les balcons du lac par Xavier Thévenard»

21 office nordic de tourisme haut-bugey - tEl 04 74 12 11 57 - www.hautbugey-toUrisme.com MAGAZINE


nordic.fr

my

L

'autodérision étant le « premier pas vers la sagesse », selon le Dalaï-Lama, rien de tel que de terminer cette série des ‘‘Pourquoi’’ par mon propre cas ! ¢ Pourquoi je ne fais pas de biathlon ? Tellement de gens me l'ont demandé, puisque j'aime à la fois le skating et tirer. Ça ferait sens de changer de sport. Je pourrais alors m’éviter les plaisirs subtils de ''botter'' ou ''décrocher'' en course de classique, ne plus avoir à écouter Maurice Manificat me parler des merveilles du dernier Mac pendant trois heures de voyage, et pouvoir ENFIN répondre un grand « Oui » à la question « vous faites du ski de fond ? Ah, avec la carabine, c'est ça ? ». C’est tentant, je vous

pas assez souple, donc je manque d’envergure de jambes ? Une fille m’a largué en me disant que j’étais trop ‘‘classique’’? Mais, à chaque fois, il y a eu des contre-exemples et mes théories se sont effondrées une à une. Je crois que le classique me réussit moins parce qu’il faut suivre des rails et que je ne me retrouve pas là-dedans. Quoi ? Trop philosophique, ça ? Non ! Au fond, je crois que petit, j’ai dû voir une vidéo de l’époque de Jean-Paul Pierrat, et que quelque chose s’est bloqué à ce moment-là dans ma façon d’associer le rêve de la classe avec le classique ! Mais je travaille pour le débloquer, c’est juste long après un si fort traumatisme ! ¢ Pourquoi je parle autant de bouffe ? C’est vrai, au questionnaire ‘‘psychologique’’ de nos visites médicales,

depuis que je suis en âge d’ouvrir les yeux. Ce n’est quand même pas ma faute ? ! Mon frère a dû me piquer mes goûters ou quelque chose comme ça. Et puis avec un père et un frère As de la cuisine, je crois que j’ai développé une addiction qui va de pair avec le sport. Manger pour faire du sport, faire du sport pour manger : ça s’équilibre ! Par contre, une chose m’inquiète dans cette dualité : si arrêter le sport et ne le regarder qu’à la TV équivaut à ne plus manger et seulement pouvoir regarder Top Chef pour se nourrir, je crois que ça ne vaut pas le coup ! C’est donc décidé, je continuerai toujours le sport ! ¢ Pourquoi je cherche toujours à faire rire ? Attention, je n’ai pas dit que j’étais toujours drôle. Hein ? ! Je prends des

Robin Duvillard en 4 “pourquoi” ?

22

¢ Pourquoi je suis moins performant en classique qu’en skate ? J’y réfléchis depuis longtemps et j’avais nombre d’hypothèses : j’ai une jambe plus courte que l’autre ? J’ai les pieds creux et je ne sens pas l’appui ? Je n’aime pas la musique classique ? J’ai trop fait de hockey sur glace jeune et je ne sais que patiner ? Je ne suis

Robin Duvillard est membre de l’équipe de France de ski de fond et médaillé olympique à Sochi en 2014.

bides comme tout le monde, voire plus, sans prétention. On pourrait se dire que c’est ma façon d’exister, que je trouve ça mieux que de pleurer, ou encore que j’aime le challenge fou d’essayer de faire rire un Finlandais. Il y aurait tant de raisons à cela, mais la vraie, c’est qu’un adage m’a dit « femme qui rit, à moitié dans ton lit », et comme je n’ai toujours pas trouvé l’âme sœur, je continue d’essayer de faire rire pour l’attirer ! Donc messieurs, pas la peine de rire à mes blagues, c’est hélas peine perdue pour vous. 

nordic

MAGAZINE

SINDY THOMAS

je coche toujours « oui » en face de « La nourriture domine ma vie ». Eh bien quoi, l’homme ne mange pas pour vivre, mais vit pour manger. C’est bien ça, non ? Bref, je suis gourmand, j’ai toujours salivé devant les vitrines des pâtisseries

b

ROBIN DUVILLARD

,

l’accorde. Mais oublier les 50 km, aller m'allonger sur un tapis mouillé toutes les 5 minutes, faire autant d'heures d'entraînement qu'aujourd'hui, mais en y passant une fois et demie le temps normal, non, je n’y suis pas prêt. Mais surtout, après tous les efforts fournis ces dernières années, je ne me fais pas à l’idée de peser 3,5 kg de plus !


GUILLAUME

ADRIEN

SAbINE

Après des années au service de Jason Lamy Chappuis , François Bailly-Maître & Julien Absalon, ils vous font partager leur savoir-faire dans leur magasin de cycles. Rue des Arts 21 1450 SAINTE-CROIX (15 mn de Pontarlier) +41 24 454 25 64

nordic

MAGAZINE

Assortiment vélos électrique, route et VTT Etudes posturales Body www.cyclesthevenaz.ch Geometry Fit 23 Espace produits femmes


Des randonneurs au-dessus de Seythenex dans le massif des Bauges. Ils peuvent admirer les massifs des Aravis, du Mont-Blanc et de la Belle Étoile.

24

Nos

10 nordic.fr

my

nordic

MAGAZINE


Des Vosges aux Pyrénées, en passant par le Jura, la Montagne ardéchoise et les Alpes, Nordic Magazine a sélectionné dix itinéraires pédestres à découvrir au cœur des massifs français et suisses.

nordic

MAGAZINE

25

SAVOIEMONTBLANC-LANSARD b

randonnées nordiques


Le Train jaune emprunte 650 ouvrages d'art sur 62 km.

nordic.fr

b

DR

my

RANDONNÉE NORDIQUE

,

1

26

Le Train jaune des Pyrénées La terre d’origine de Martin Fourcade abrite un trésor : l’historique Train jaune qui traverse le Parc naturel régional des Pyrénées catalanes.

France

A

Au cœur du parc naturel des PyrénéesOrientales, en Pays Aude Catalan, le Capcir, le Perpignan Pyrénées Haut Conflent et la Haute Cerdagne, Orientales possèdent un véritable trésor. Depuis Santo plus de cent ans, le Train jaune silEspagne lonne le territoire qui a vu grandir le double champion olympique de biathlon Martin Fourcade.

Il roule entre les pentes escarpées de la vallée de la Têt, les grands espaces au pied des massifs du Canigou, du Cambre d’Aze, du Carlit et du Puigmal, ou au détour d’une courbe tutoyant le vide sur un des 650 ouvrages qui ont écrit la grande histoire de la ligne ! Les chiffres parlent d’eux-mêmes : depuis 1910, il emprunte les 62 km entre

nordic

MAGAZINE


À la découverte d'un morceau de l'histoire catalane.

ITINERAIRE

Ancienne Gare de Sauto

b

ALEXIS BOICHARD/AGENCE ZOOM

C'EST CHEZ LUI « L’endroit de la planète que je souhaiterais surtout voir préservé, c’est le Parc naturel régional des Pyrénées Catalanes, déclare Martin Fourcade, numéro un mondial de biathlon et enfant du pays. La variété de paysages est assez importante, on va partir des plaines avec beaucoup de vergers au pied du Canigou audessus de Perpignan et on va monter jusqu’en haute montagne, jusqu’à la Cerdagne et le Capcir qui sont des régions plus sauvages ».

nordic

MAGAZINE

¢ Départ de l’église de Sauto Bas. Prendre la rue qui descend sous la mairie, puis l’escalier sur votre droite. Au sentier, continuer puis traverser les conduites forcées, passer le canal d’irrigation de Llar puis, redescendre vers la RN 116. Longer la route puis prendre à droite en direction du Mas de La Cassagne. Emprunter le raidillon qui descend à la rivière « La Têt ». ¢ Traversez la rivière et dirigezvous à gauche. Plus loin, montez sur la droite, puis passer sous le pont Gisclardu. ¢ Suivre le sentier de gauche. Et laisser un chemin à gauche qui mène à une propriété privée. ¢ Rejoindre la rivière par les lacets. ¢ Traverser « La Têt » v à gué, remonter jusqu’au canal de Fontpédrouse, le suivre sur 100 m, traverser la passerelle en bois et poursuivre votre montée jusqu’à la RN 116. S’engager sur le chemin qui mène à l’ancienne gare de Sauto w. ¢ Traverser la voie où le rail extérieur d’alimentation électrique est interrompu (Attention !). Les lacets conduisent jusqu’au canal d’irrigation x.

DR

Difficulté : Peu difficile Durée : 4 h Distance : 8,2 km Dénivelé + : 640 m Balisage : Jaune et GR

b

Villefranche-de-Conflent et Latourde-Carol via 19 tunnels, 18 ponts ou viaducs et 18 ponts métalliques dont le pont Gisclard (873 tonnes d’acier suspendues à 80 m au-dessus du vide) ! Le symbole de la Cerdagne, surnommé “le Canari”, grimpe 1 200 m de dénivelé pour desservir la gare de Bolquère, la plus haute de France, perchée à 1 593 m. S’il est un élément incontournable de la carte postale de la montagne catalane, le Train jaune est mis en valeur par les paysages grandioses et sauvages du Parc qui s'étend sur 138 000 hectares répartis entre sept réserves naturelles. En été, ce territoire vit au rythme des fougueux torrents qui dévalent les pentes, tandis que le soleil méditerranéen fait scintiller les lacs de montagne. En hiver, ce sont quatre stations familiales qui attirent tous ceux qui s’adonnent à la glisse.|

Le pays catalan, un paradis pour les randonneurs nordiques. ¢ Franchir le canal sur les larges pierres et revenir jusqu’au village.

LE + Topoguide Randonnées en Pyrénées catalanes, 76 circuits, 35 fiches randos et carte IGN. Tarif : 5 € en vente dans les offices de tourisme.

Communauté de Communes Pyrénées Catalanes
 Col de La Quillane 66210 LA LLAGONNE
 Tél. : 04 68 04 49 86 Pwww.capcir-pyrenees.com

27


En empruntant la Grande Traversée à pied du Parc Jura vaudois, il sera difficile de ne pas s'émerveiller devant la beauté des panoramas.

nordic.fr

b

SÉBASTIEN STAUB

my

RANDONNÉE NORDIQUE

,

2

28

Sur les crêtes du Jura vaudois De Saint-Cergue à Romainmôtier, dans le Parc Jura vaudois, un itinéraire de trois jours offre un condensé unique des paysages et trésors du massif jurassien.

France Suisse

Vaud

Fribourg

Col du Marchairuz Lausanne

Genève

Lac Léman

C

'est d'abord un périple de trois jours, une grande traversée à pied qui est proposée sur les crêtes du massif jurassien suisse. Le circuit débute à Saint-Cergue. Quand on arrive de France, en passant par le col de la Givrine, c'est le premier village que l'on rencontre. Nous entrons alors dans le Parc Jura vaudois.

La première journée de marche permet de rejoindre le col du Marchairuz, à 1 449 mètres d'altitude. Sur le chemin, les ruines de la chartreuse NotreDame d'Oujon, la plus ancienne de Suisse, valent le coup d'œil. Un peu plus loin, une halte à la buvette d'alpage La Perroude de Marchissy est la bienvenue. Un peu avant d'arriver au col, un der-

nordic

MAGAZINE


b

STANKO GRUDEN/AGENCE ZOOM

C'EST CHEZ LUI Killian Peier parcourt la planète entière avec l'équipe suisse de saut à ski. Mais son « chez lui », c'est la Sarraz, à quelques kilomètres de Romainmôtier. « C'est mon petit coin de repos, où j’aime passer du temps entouré de ma famille et de mes amis », confie le licencié du ski-club de la Vallée de Joux. Une fois à la maison, il s'en va courir en forêt, le long du Nozon, en direction de la chute du Dard. « J’y suis tranquille et peux parfaitement me revitaliser », ajoute-t-il.

nordic

MAGAZINE

Difficulté : Moyenne Durée : 4 h 20 Distance : 14 km Dénivelé + : 470 m Balisage : jaune (chemin pédestre) ¢ Depuis le Col du Marchairuz u, la première partie du chemin traverse le Bois du Marchairuz, riche en espèces rares et fragiles comme le grand tétras, emblème des forêts jurassiennes. À proximité a été répertoriée la plus grande colonie de fourmis des bois d’Europe connue à ce jour. ¢ Puis le chemin débouche dans un paysage plus ouvert de pâturages boisés. On apercevra plusieurs chalets d’alpage. L’itinéraire longe ensuite la crête du Jura et monte en pente douce jusqu’au sommet du Mont Tendre, point culminant du Jura suisse (1 679 m) v. Vous ne pourrez pas manquer les murs de pierres sèches qui servent à délimiter les pâturages. Profitez d'un exceptionnel panorama sur les Alpes, la plaine lémanique, la Vallée de Joux et les plateaux jurassiens. Puis bifurquez à droite sur le chemin en direction de Montricher w. ¢ La descente est alors forestière, raide juste avant d'arriver au village, avec quelques dégagements sur la chaîne alpine.

PARC JURA VAUDOIS

nier arrêt est inévitable pour admirer la vue depuis le Crêt de la Neuve. La seconde étape [lire ci-contre] rejoint, par le mont Tendre, le village de Montricher. Arrivé à destination, direction la Fromagerie gourmande. On y transforme le lait de 23 producteurs en gruyère AOP et autres spécialités régionales. Un espace de démonstration, un restaurant et un magasin composent ce lieu mêlant tradition et modernité. Le troisième jour, l’itinéraire passe par le pied du Jura et ses villages authentiques, avec vue sur les Alpes. La Grande Traversée se termine à Romainmôtier, bourg médiéval fameux pour son abbatiale. Un incontournable : la visite interactive de ce site clunisien vieux de 1 500 ans, à l'aide de l'application smartphone « Abbatiale de Romainmôtier », avec vidéos, audios... |

ITINERAIRE

b

Des crêtes aux pâturages boisés, un concentré du massif jurassien.

Le mont Tendre et ses murs de pierres sèches. De là, profitez d'une halte à la buvette d’alpage pour déguster fondue, rösti ou croûte au fromage.

LE + Accès en bus au col du Marchairuz les week-ends et jours fériés, de mimai à fin octobre : Pwww.busalpin.ch Liaisons en train vers/depuis Saint-Cergue, Montricher, Croy-Romainmôtier : Pwww.cff.ch

Informations touristiques sur le canton de Vaud : Office du Tourisme du canton de Vaud Avenue d’Ouchy 60 - CP 1125 1001 Lausanne Tél. : +41 21 613 26 26 Pwww.region-du-leman.ch Pwww.parcjuravaudois.ch

29


Au sommet de l'atelier trail montée longue, le randonneur profite d'une belle vue sur le lac de Gérardmer.

nordic.fr

b

DR

my

RANDONNÉE NORDIQUE

,

3

30

Entre crêtes et lacs vosgiens À Gérardmer et La Bresse, au cœur des Hautes-Vosges, les sentiers de la station de trail ne manquent pas d’intérêt. Exemple avec le circuit du Rainkopf.

Meurthe-et-Moselle Épinal France

Saint-Dié

Vosges

Gérardmer La Bresse

Haute-Saône

S

itué aux portes du Luxembourg, de l’Allemagne et de la Suisse, le Parc naturel régional des Ballons des Vosges est riche d’une nature verdoyante. En particulier dans le secteur des Hautes-Vosges. Les paysages y sont de toute beauté. Depuis les crêtes, les ballons et les hautes-chaumes, vastes landes her-

beuses, parsemées de quelques hêtres et arbustes, depuis également la fameuse ligne bleue des Vosges, on découvre des panoramas incroyables sur les vallées vosgiennes et alsaciennes, avec leurs lacs naturels de montagne, mais aussi sur la Forêt Noire, les Alpes… Dans ces paysages dominés par le Grand Ballon, point culminant avec

nordic

MAGAZINE


b

NORDIC MAGAZINE

C'EST CHEZ ELLE Pilier de l’équipe de France de saut à ski, Julia Clair rêve de briller aux prochains Jeux olympiques. « Pour moi, Xonrupt et les Vosges sont le plus bel endroit, aime à répéter la jeune femme de 22 ans. J'aime en profiter quand je suis ici. Avec ma mère, ma petite sœur, mon papy de 80 ans qui me pose en ski de fond, je fais le plein des batteries C'est important de faire des “coupures mentales” au milieu de mes forêts de sapins. C'est ici que je veux vivre plus tard. »

nordic

MAGAZINE

Difficulté : Difficile Durée : Entre 2 h et 4 h Distance : 14,7 km Dénivelé + : 580 m D+/DBalisage : Circuit n° 8

¢ Au départ du rond-point amont de La Bresse u, le départ est commun avec le circuit numéro 7 sur le Sentier des contrebandiers que l’on quitte pour redescendre vers le pont Jean d’Zoure via le quartier de Belle-Hutte. De là, longer la route principale en remontant sur un chemin vers le pont de Blanchemer v. ¢ Débute alors l’ascension du Rainkopf par un sentier technique qui conduit jusqu’au lac de Blanchemer w d’origine glaciaire utilisé pour la production hydro-électrique et de neige de culture sur les pistes du domaine de La Bresse-Hohneck. ¢ Depuis le sommet du Rainkopf x, perché à 1 305 m, le retour à la station se fait via le barrage de La Lande et son lac y dans un décor sauvage en alternant sentiers et chemins forestiers. ¢ Pour poursuivre la balade, il est possible de suivre le GR5 depuis le Rainkopf en direction des HautesChaumes. Rejoignez ainsi, via un sentier sans trop de dénivelé, le Hohneck z et ses 1 363 m (aller-retour jusqu’au sommet de la station : 7 km).

MAUD HUMBERT

1 424 m d’altitude, les familles trouveront leur paradis, d'autant que les activités de plein air ne manquent pas. 700 km de sentiers de randonnée sillonnent la montagne vosgienne depuis Xonrupt-Longemer, La Bresse, Bussang, le Ballon d'Alsace ou encore Gérardmer, «  Perle des Vosges  » (comme l'a qualifiée Abel Hugo, frère de Victor). Les plus sportifs profiteront de la station de trail® avec douze parcours aux difficultés variables (de 7 à 46 km) qui peuvent aussi s'emprunter en marchant. Cinq ateliers aident également à se perfectionner. Les circuits de la Bresse sont réunis dans un topoguide disponible au tarif de 3,50 euros. Les 16 et 17 septembre, ces tracés seront parcourus par les meilleurs spécialistes nationaux de la discipline puisque Gérardmer accueillera les championnats de France de trail sur des distances de 60 et 30 km. |

ITINERAIRE

b

Vingt itinéraires balisés de 6 à 46 km à découvrir.

Les paysages ouverts des Hautes-Vosges sont propices à de belles découvertes. Le Kastelberg et le lac d’Altenweiher sont également à portée de baskets pour une pause bucolique.

LE + À Gérardmer, visite de la Confiserie gérômoise : démonstration de la fabrication de bonbons des Vosges et dégustation. À La Bresse, les Cuvées Vosgiennes, apéritifs à base de fleurs ou petits fruits.

Sivu tourisme Hautes-Vosges 12 place du Champtel BP11 88250 La Bresse Pwww.hautes-vosges.net

31


RANDONNÉE NORDIQUE

,

4

32

Le sentier de l'absinthe Entre France et Suisse, marchez sur les traces de la « fée verte ». Une randonnée thématique lui est dédiée le dimanche 30 juillet.

S

France Besançon France

Doubs Pontarlier

Suisse Savoie

uivre le sentier de l'absinthe, c'est effectuer un voyage dans le temps. Souvenezvous, le XIXe siècle est l’âge d'or de la « Fée Verte », dénommée «  boisson nationale  » en 1880  ! Pontarlier, qui compte une vingtaine de distilleries, en est la capitale industrielle. La France est conquise par cette boisson inventée dans le

Val-de-Travers voisin (Suisse) et dont raffolent Arthur Rimbaud, Paul Verlaine, Théophile Gautier, Vincent Van Gogh, Paul Gauguin ou encore Charles Baudelaire. Mais, en 1915, le breuvage est frappé d'interdiction en France. Débute alors le temps de la prohibition et de la contrebrande entre France et Suisse. Un vrai roman d'aventures qui durera

nordic

MAGAZINE

MAUD HUMBERT

nordic.fr

my

b

Depuis le Gounefay, vue sur la ville de Pontarlier, capitale de l'absinthe depuis le XIXe siècle et départ de la Route de l'absinthe franco-suisse.


b

CHRISTOPHE PALLOT/AGENCE ZOOM

C'EST CHEZ ELLE Ambassadrice sportive de la Ville de Pontarlier, Anouk Faivre-Picon adore le Larmont, à toutes saisons. « Je m'y suis toujours entraînée, y compris la semaine précédant mon accouchement ! J’y trouve un terrain vraiment adapté pour ma préparation, à ski, à VTT ou à vélo. Aux portes de la ville de Pontarlier, j’aime les paysages, les vues sur les Alpes et le massif jurassien dont je ne me lasse jamais, tout comme les fleurs, les fermes d’alpage, les crêtes… »

nordic

MAGAZINE

Grange des Miroirs

Difficulté : Moyenne Durée : Environ 4 h Distance : 14 km Dénivelé + : 350 m Balisage : Fête de l’absinthe / Route de l’absinthe

¢ Depuis le Val-de-Travers u, évoluez dans le bois des Envers, puis la forêt des Cornées boisée d’épicéas et de sapins pour rejoindre, via un sentier en balcon plutôt tranquille, le haut des Côtes v. Un joli point de vue s’ouvre alors sur le village franco-suisse des Verrières-de-Joux en contrebas. ¢ La pente s’incline ensuite en direction des petits villages des Cernets et des Grands Cernets w, haut lieu nordique du secteur reconnu pour la qualité de ses pistes de ski de fond. ¢ La difficulté principale de la balade se dévoile avec la montée en direction de la crête du Larmont. Le point le plus haut du tracé est atteint, une fois la frontière passée, au lieu-dit Le Grand Taureau x, avec sa table d’orientation plantée à 1 323 m. Excursion appréciée des Pontissaliens, ce site offre une vue panoramique sur les Alpes ¢ Redescendez via un très agréable sentier en direction du Gounefay z. Avant, ne manquez pas la superbe Grange des Miroirs y. La plus célèbre ferme du Haut-Doubs a servi de décor au fameux film Les Granges

MAUD HUMBERT

jusqu'en 2011, date du retour en grâce, que la Ville de Pontarlier et l’association suisse Pays de l’Absinthe ont souhaité faire revivre à travers la Route de l'absinthe. Près de 48 km de randonnée ont été balisés entre Noiraigue et Pontarlier. L'itinéraire est agrémenté de sites remarquables (distilleries, séchoir, musée…) ouverts au public. Le dimanche 30 juillet, c’est sur une partie de ce sentier que la Randonnée de l’absinthe, sur environ 14 km, entre Le Cernil et Le Gounefay [lire ci-contre], fêtera cette plante emblématique au cours d’un itinéraire festif, gourmand et convivial. Animations musicales et théâtrales, spectacle de danse, dégustations, expositions sont au programme. Le village de la fête de l’absinthe sera même implanté au Gounefay, site géré par la Communauté de communes du Grand Pontarlier, et lieu d'arrivée de la randonnée. |

ITINERAIRE

b

Au Grand Taureau, admirez la vue sur les Alpes.

Entre France et Suisse, 48 km de sentiers ont été balisés. brûlées réunissant à l’affiche Alain Delon et Simone Signoret.

LE + N'oubliez pas de prendre des papiers d'identité. La balade franchit la frontière franco-suisse. Infos et inscriptions à la randonnée du 30 juillet :

Office de tourisme 14 bis, rue de la Gare 25300 Pontarlier Tél. +33 (0)3 81 46 48 33 Pwww.pontarlier.org Pwww.ville-pontarlier.fr

33


nordic.fr

b

my

ONEDAYONETRAVEL.COM

Traversée d'un lapiaz calcaire, spectaculaire formation typique des massifs haut-savoyards, à l'approche du refuge de Gramusset.

RANDONNÉE NORDIQUE

,

5

34

Au refuge de la Pointe Percée Sommet mythique des Aravis, la Pointe Percée peut s’entreprendre après une halte au refuge de Gramusset, objectif d’une belle balade au Grand-Bornand. Suisse France

Haute-Savoie Le Grand-Bornand Annecy

Savoie

P

erchée à 2 750 m, la Pointe Percée est le sommet de la chaîne des Aravis dominant le Grand-Bornand côté haut-Savoyard et une bonne partie de la Savoie sur son versant est. Si cette destination reste l’apanage des randonneurs expérimentés, le sommet s’atteint en passant d’abord par le refuge de Gramusset, un lieu

offrant une superbe vue sur les massifs environnants et les lapiaz omniprésents. Avant de l’atteindre au départ du village de champions de ski alpin et nordique, il convient de rejoindre le fond de la vallée de la Duche. Ces alpages sont le berceau historique du Reblochon. Un arrêt gourmand dans ces fermes où sont vendus reblochon, tomme de Savoie, abondance,

nordic

MAGAZINE


b

DR

C'EST CHEZ LUI Le sprinteur français Lucas Chanavat arpente avec plaisir son massif des Aravis. « J’aime aller d’une combe à l’autre en passant par le trou de la Mouche, c’est très joli ! En face, au-dessus du Grand Bornand Chinaillon, se trouve un petit massif qui s’appelle le roc de Charmieux d’où la vue sur le Jura est étonnante. J’y vais souvent en courant… En direction du col de la Colombière, il y a beaucoup de lacs de montagne dans un paysage escarpé. »

nordic

MAGAZINE

Difficulté : Moyenne Durée : 4 h 30 Distance : 6,5 km Dénivelé + : 550 m Balisage : Rouge

¢ Depuis le village du Grand-Bornand suivre la vallée du Bouchet puis le col des Annes. Se garer. Emprunter la piste carrossable en direction de la tête des Annes (1 869 m)u. Après 1 km assez raide, vous suivrez la direction du refuge de Gramusset par un sentier de montagne. Au col de l’Oulettaz, à 1 925 m, une vue sur la vallée du Reposoir v. ¢ Après une courte descente, vous reprenez l’ascension en direction du refuge de Gramusset. Arrivée à un carrefour, vous n’aurez plus qu’à suivre une succession de lacets qui vous amèneront au refuge à 2 164 m w. ¢ Le retour se fera par le même chemin jusqu’au carrefour coté 2 003 m. Puis il faudra suivre la direction Le Planet. Juste avant, vous passerez un rétrécissement assez raide d’environ 2 m de haut. Sous cet alpage, prenez la piste carrossable en suivant la direction du col de Borneronde. Cette piste, qui reste dans un premier temps à niveau, sera ensuite une succession de montées et descentes sur environ 2 km. Arrivée à Bornerondex, suivre sur

D. MACHET

raclette... est fortement recommandé (mais plutôt à la descente) ! En passant le col de l’Oulettaz, on entre dans le milieu des lapiaz. Ce sont des cannelures, des fissures, des trous formés par l’érosion sur la roche calcaire. Au-dessus du carrefour, les bouquetins et leurs femelles, les étagnes, en compagnie de leurs petits cabris, ont leurs habitudes : ces derniers proviennent du Parc national du Grand Paradis, en Italie. Arrivée au refuge de Gramusset, propriété du CAF d'Annecy, c’est un désert minéral qui s’offre au regard. Le paysage, composé de la Pointe Percée (2 750 m), la Pointe des Verts (2 555 m) et la Pointe de Chombas (2 468 m) est à couper le souffle. Un panorama qui tranche avec celui du retour au village où les prairies de montagne éblouissent par leur richesse en fleurs diverses, paradis des marmottes. |

ITINERAIRE

b

Majestueuse, rocailleuse, lumineuse, sauvage à souhait… la Pointe Percée des Aravis.

Du côté de la Tête des Annes, dominée par la Pointe Percée. 1 km la direction le col des Annes et sous le col, retraverser les alpages pour une courte montée. LE + Découvrez les secrets de fabrication du reblochon fermier, la crème de fromage au goût de noisette, en visitant l’une des 50 fermes productrices du Grand-Bornand, première commune agricole de Haute-Savoie.

Le Grand-Bornand Tourisme 62 place de l'Église 74450 Le Grand-Bornand Tél. : 04 50 02 78 00 Pwww.legrandbornand.com

35


Quand on arrive sur la Montagne des Princes, la vue sur les Alpes est une belle récompense.

nordic.fr

b

JACQUES DOHEN EPIC USSES ET RHÔNE TOURISME

my

36

La Montagne des Princes Près d’Annecy, Aix-les-Bains et Genève, le territoire Usses et Rhône offre un large choix de randonnées, dont la Montagne des Princes au départ de Seyssel.

Jura France

Seyssel

Rhône

te-Sa

Ain

voie

Bourg-en-Bresse

Hau

RANDONNÉE NORDIQUE

,

6

L

es Usses et Rhône combinent sports outdoor et grande Histoire ! Outre le château de Clermont situé au pied de la Montagne des Princes, les bourgs de Seyssel Ain et HauteSavoie, à cheval sur les deux berges du Rhône, furent une étape privilégiée de la navigation, avec le port de Condate (IVe siècle avant J.-C.), et plus récem-

ment du commerce fluvial. Le patrimoine de Seyssel, mais plus largement des Usses et Rhône, est très riche : maisons anciennes, chapelles, églises, lavoirs, ponts, quais.... Il se découvre au fil des randonnées proposées sur le territoire, notammment sur la boucle de la Montagne des Princes. Entre le Vuache, classé en zone Natura 2000, le massif du Grand Colombier,

nordic

MAGAZINE


b

DR

C'EST CHEZ ELLE Originaire du plateau du Retord, Sandrine Bailly a grandi à Ruffieu, face au Grand Colombier : « En vélo, j’y allais pour des sorties longues. On se retrouve dans des pentes très raides, mais la vue au sommet vaut le coup avec ses jolis panoramas sur les lacs Léman, du Bourget et d’Annecy, ainsi que sur la chaîne des Alpes. C’est un peu le Semnoz de l’Ain ! J'ai aussi fait la Valromeysanne, une course à pied entre Les Plans d’Hotonnes et les crêtes du Colombier ! »

nordic

MAGAZINE

Difficulté : Moyenne Durée : 6 h Distance : 14,4 km Dénivelé + : 815 m Balisage : rouge et blanc, et jaune ¢ Départ du Port Gallatin (Seyssel) situé près de l'office de tourisme u. Suivre la ViaRhôna jusqu'au lieu dit Oratoire de la Rochette. Commencer l'ascension de la Montagne des Princes. Après une belle bâtisse, rejoindre une route communale que vous emprunterez sur la droite jusqu'à Vens d'en-Haut (360 m)v. ¢ Suivre la "Ferme du Comte" par la Tour Romaine w qu’on atteint après un passage de rocher très facile. L'ascension relativement raide se poursuit jusqu'à Sous Platabosson (655 m). Prendre à droite la direction La Corbeuraz. Quitter ensuite l'itinéraire de La ferme du comte pour se rendre au belvédère du Mont des Princesx. ¢ Le sentier se poursuit sur le balcon supérieur des gorges du Fier jusqu'à la Renardière (780 m). Rejoindre ensuite, à travers prés, La ferme du Comtey. ¢ Changement de versant. On plonge plein ouest, dans les prés, sur la vallée du Rhône. Après Sur le Mont prendre Sous Platabosson, puis Le Crêt par la route forestière, puis par des chemins ruraux jusqu'à Romaz et Sous les Ralles. On traverse ensuite le joli

JACQUES DOHEN EPIC USSES ET RHÔNE TOURISME

que les coureurs du Tour de France emprunteront le 9 juillet, et la Montagne des Princes, les randonnées sont nombreuses. Outre l’espace nature de Sur Lyand et ses pistes de nordique, et la base Aqualoisirs de Seyssel Ain, Usses et Rhône se découvre en mode doux : randonnée à pied, à cheval voire en attelage équestre, à VTT et même à vélo à assistance électrique avec neuf boucles géo-guidées autour de la ViaRhôna créées en partenariat avec les territoires de Chautagne et de Bugey Sud. Des chemins de grandes randonnées (GR) traversent ce territoire. Le plus fréquenté est celui de SaintJacques de Compostelle (GR65). Les Grandes Traversées du Jura, le GR 9, les chemins du soleil (itinérance VTT du Léman à la Méditerranée) et le balcon du Léman (itinéraire francosuisse effectuant le tour du lac Léman par les crêtes) complètent une offre plurielle.|

ITINERAIRE

b

Sur les hauteurs de Seyssel, le randonneur a le sentiment de voler.

Sur les bords du Rhône, Seyssel se laisse embrasser du regard. hameau des Côtes d'en hautz, la D 57, puis on plonge à travers les champs jusqu'à bourg de Seyssel. LE + 17e randonnée VTT et pédestre Trans’Val des Usses le dimanche 27 août au départ de Frangy. Boucles VTT de 15 à 70 km. Boucles pédestres de 5 à 15 km.

Office de Tourisme des Usses et Rhône 10 route d'Aix-les-Bains 74910 Seyssel Bureau de Seyssel : 04 50 59 26 56 Bureau de Frangy : 04 50 32 26 40 37


Le lac Lioson, un diamant au milieu des montagnes.

nordic.fr

b

JOSÉ CRESPO

my

RANDONNÉE NORDIQUE

,

7

38

Les Mosses encore plus haut Un vrai retour à l'état sauvage que cette randonnée jusqu'au mythique Pic Chaussy. Un condensé de ce que les Alpes ont de plus pittoresque à offrir.

France Suisse

Vaud

Fribourg

Lausanne Les Mosses Lac Léman

Genève

Martigny

N

ul besoin de vous présenter Les Mosses, tant est élevée sa renommée en hiver. En été, c'est une autre de ses facettes qui se révèle, tout aussi attractive. Porte d’entrée du plateau des Mosses, le Parc naturel régional Gruyère Pays-d'Enhaut illustre la symbiose entre l’humain, la nature et la culture

locale : nombreux alpages, étables aux toits recouverts de tavillons, villages au riche passé, fêtes populaires... C’est depuis le Col des Mosses qu'un petit chemin bordé de fraises des bois et framboises sauvages mène au lac Lioson (1  890 m), surnommé « la perle émeraude des lacs alpestres ». En chemin, ne manquez pas la fromagerie artisanale de Lioson d'en Bas, où

nordic

MAGAZINE


b

NORDIC MAGAZINE

C'EST CHEZ LUI Jovian Hediger est membre de l'équipe de ski de fond suisse. En hiver, c'est aux Mosses qu'il fait une grande partie de sa préparation : « Le domaine est exceptionnel. Une de mes sorties préférées, c'est les Monts Chevreuil. » En été, il chausse ses ski-roues. « En partant depuis Yvorne, on monte sur Corbeyrier pour arriver sur ce qu'on appelle la route des ponts militaires qui nous amène jusqu'à la Lècherette, avec, par endroits, vue sur le lac Léman. »

nordic

MAGAZINE

Difficulté : Moyen à difficile Durée : 4 h 25 Distance : 10 km Dénivelé + : 951 m Balisage : jaune

¢ Départ à l'angle du bâtiment de l'Office du Tourisme aux Mosses u. Prenez le sentier qui monte à travers champs. À hauteur du premier croisement, prenez à gauche et longez la route. Au second croisement, continuez tout droit en passant à gauche de la colonie de Pully, puis devant l'alpage de Lioson d'En Bas. Suivez le chemin qui monte pendant 5 minutes. Arrivé à la hauteur du parking, prenez à gauche et poursuivez la montée jusqu'au lac v. ¢ Après le restaurant du Lac Lioson, longez le lac sur sa droite pendant 5 minutes puis commencez la montée du Pic Chaussy. Après 35 minutes, vous arrivez au Col de la Rouge w. À cet endroit, continuez votre ascension pendant encore 30 minutes pour arriver au sommet du Pic Chaussy x. ¢ Pour redescendre, revenez sur vos pas jusqu'au Col de la Rouge, puis continuez en prenant à gauche en direction des Petits-Lacs y. Après la buvette, continuez votre descente pour rejoindre l'Alpage du Lioson d'En-Bas. Prenez le petit sentier à gauche (passage d'un portail)

JOSÉ CRESPO

vous pourrez assister à la fabrication de l'Etivaz, premier produit du terroir suisse à avoir obtenu l'AOC. L'arrivée au lac est majestueuse  : niché au cœur d'un cirque, il invite à une pause contemplative, ludique et gourmande. À base de produits du terroir, le restaurant tout proche régalera les randonneurs affamés. Mais il serait dommage de s'arrêter en si bon chemin : un parcours qui longe le lac, balisé par les flèches jaunes, conduit au sommet du Pic Chaussy, à 2 351 m d'altitude. Le panorama y est remarquable : glacier des Diablerets, Gummfluh, Dents du Midi et même le Mont-Blanc. Pour le retour, la descente sur les Petits-Lacs ne manquera pas de vous réserver des surprises. Cette région très rocailleuse est connue pour abriter marmottes et bouquetins. Et, arrivé aux Petits-Lacs, pourquoi ne pas profiter d'une seconde halte à la buvette d’alpage « Chez Grillon » ? |

ITINERAIRE

b

En été, Les Mosses séduisent par la beauté des paysages.

Un spectacle à jamais captivant pour le néophyte : la fabrication du fromage.

et suivez-le jusqu'au haut du village. Revenez au centre. LE + Prolonger votre randonnée par une nuitée insolite au Tipi Ranch et sa buvette d’alpage des Charmilles. Une halte conviviale et gourmande. Pwww.tipi-ranch-etivaz.ch

Office du Tourisme Les Mosses La Lècherette, Route du Col des Mosses 106 1862 Les Mosses Tél. +41 (0)24 491 14 66 Pwww.lesmosses.ch

39


Le randonneur surplombe le cirque des Boutières (ancien volcan qui occupait le site), entre la Haute-Loire et l'Ardèche.

nordic.fr

b

MATTHIEU DUPONT

my

ardèchoise Mont Gerbier-de-Jonc

Ardèche Gard

Drôme

France

Annonay

Ha ute

-Lo

ire

Du massif du Mézenc à celui du Tanargue, entre la station des Estables et celle de La Croix de Bauzon, cinq jours au cœur d'un territoire préservé.

ère

40

En Montagne

Loz

RANDONNÉE NORDIQUE

,

8

P

artez à la découverte d’un circuit qui traverse un grand espace d’activités de pleine nature (GR7 et GR72) et fait découvrir les Boutières, le massif du Mézenc, le Gerbier de Jonc, les hauts plateaux ardéchois et du Velay, le cœur de la Montagne ardéchoise, le massif du Tanargue et les contreforts cévenols.

Crêtes, sources, points de vue, abbayes, fermes et hameaux typiques, vues plongeantes sur les vallées avec la chaîne des Alpes comme horizon sont au menu de cette itinérance. Sur la ligne de partage des eaux Atlantique-Méditerranée, c’est un territoire aux multiples facettes qui s’offre aux randonneurs : sites naturels volcaniques, terre de tradition

nordic

MAGAZINE


b

DR

C'EST CHEZ LUI Marc Benoît est agriculteur et skieur de fond. L'hiver, ce passionné de sport sillonne les pistes nordiques. Dès le retour des beaux jours, ce sont les routes et les sentiers de la Montagne ardéchoise qu'il parcourt à ski-roues, à vélo, à VTT et en course à pied. Membre du Club Sport Ardèche, cet enfant du pays se dit toujours impressionné par « la beauté des paysages » et le calme qui lui permet notamment de s’exercer sur la route en toute tranquillité et sans danger.

nordic

MAGAZINE

Jour 5

Difficulté : Moyenne Durée : 5 jours Distance : 85 km Dénivelé + : 2 450 m Balisage : Rouge et blanc

¢ Jour 1 - Quitter Les Estables, plus haute commune du Massif Central (1 350 m), pour accéder au sommet du Mézenc u et sa jolie vue à 360°, avec les chaînes des Alpes et du Sancy. En suivant la ligne de partage des eaux Méditerranée-Atlantique, passer par le col de la Croix de Boutières, site naturel volcanique et repère de marmottes. Aller vers le Mont Gerbier de Jonc et les sources de la Loire v. ¢ Jour 2 – Profiter des magnifiques panoramas sur la Montagne ardéchoise en direction de LachampRaphaël, plus haut village d’Ardèche (1 300 m) w. ¢ Jour 3 - Traverser le village de Sagnes-et-Goudoulet, pour atteindre le site de la Vestide du Pal x, plus grand volcan de type « Maar » d’Europe. ¢ Jour 4 – Il se déroule entre vues plongeantes sur les vallées, champs de myrtilles et forêt domaniale de Mazan. ¢ Jour 5 - Franchir le col de la Chavadey qui marque la frontière entre le plateau et la vallée ardéchoise pour ensuite atteindre le domaine nordique du même nom. Terminer l’itinéraire

MATTHIEU DUPONT

et d’élevage, sources de la Loire et de l’Ardèche ou encore le massif du Tanargue et qui voit encore un des derniers troupeaux collectifs transhumant de moutons paître à l’estive. Cette traversée de 85 km est propice à la multi-pratiques en toutes saisons. D’abord en saison estivale, à pied, en marche nordique ou en trail, mais aussi à cheval et à VTT. La particularité de ce circuit est qu’il est également accessible, en hiver, en ski de randonnée, à raquettes mais également en chiens de traîneaux. Sans oublier les cyclotouristes et les motorisés qui pourront eux aussi accéder, par des routes touristiques parallèles, aux points remarquables au cœur du Parc naturel régional des Monts d’Ardèche classé Geopark Unesco.|

ITINERAIRE

b

Des Boutières aux contreforts cévenols, découvrez la trace des hommes d'en haut.

Des marcheurs en direction des contreforts cévenols, sur la toute fin de la traversée. à la station de ski alpin de la Croix de Bauzonz sur le massif du Tanargue. LE + Dans la Montagne ardéchoise, entre 1 000 et 1 500 mètres d’altitude, 41 fiches parcours sont dédiées au VTT, à la course à pied, au ski-roues et au vélo de route. Tracés GPX téléchargeables sur le site Internet.

OT Montagne ardéchoise Antenne de St-Etienne-de-Lugdarès 07590 Saint-Etienne-de-Lugdarès Tél. : 04 66 46 65 36 Pwww.randonnees-ma.fr Pwww.la-montagne-ardechoise.com

41


42

Hauteville bienfaisante Dans l’Ain, le plateau d’Hauteville regorge de bienfaits naturels, pour le plus grand plaisir des randonneurs qui arpentent ses sentiers.

Jura France

Oyonnax

Hauteville

Rhône

-Savoi

e

Ain

Haute

RANDONNÉE NORDIQUE

,

9

S

Située entre 850 et 1 234 mètres, au cœur du département de l’Ain, sur le massif du Jura, HautevilleLompnes tient sa réputation de destination « bienfaisante » depuis un certain 23 août 1900. Cette date coïncide avec l’ouverture du sanatorium, le premier en France destiné aux « économiquement faibles » !

Le succès, lié au climat du plateau, est fulgurant : après la Première Guerre mondiale, près de trente médecins et un millier d’emplois hospitaliers permettent le développement de la cité. Un siècle plus tard, c’est l’offre de soins en termes de rééducation et de réadaptation fonctionnelle qui fait la réputation de l’ancienne station climatique. Avec de tels atouts, il n'est

nordic

MAGAZINE

VINCENT ALLARD

nordic.fr

my

b

Une famille randonne dans un champ de coquelicots sur le Plateau d'Hauteville.


b

CHRISTOPHE PALLOT/AGENCE ZOOM

C'EST CHEZ LUI Toute l'année, le biathlète de l’équipe de France Simon Desthieux parcourt son plateau. « À VTT, j’aime aller sur le plateau de La Ragiaz. Sur ce terrain vallonné, j’ai aussi pratiqué la spéléo ! C’est un territoire méconnu qui mérite vraiment d’être découvert. En course à pied, j’adore aller depuis Hauteville sur les sommets et les crêtes avec une belle vue sur le Bugey, le Valromey et le Mont-Blanc. En hiver, le site de La Praille, où j’ai appris à skier, offre des pistes agréables. »

nordic

MAGAZINE

Difficulté : Facile Durée : Environ 2 h 30 Distance : 7 km Dénivelé + : 161 m Balisage : Vert

¢ Au départ du site nordique de la Praille à Hauteville, traverser le parking et passer sous le porche du chalet de la billetterie des pistes de ski. Continuer par la droite vers le fond de la prairie et suivre le chemin qui monte sur la droite et qui, après quelques coudes successifs à angle droit, rejoint le D 9. L’emprunter par la gauche et franchir le col de la Rochette u. ¢ Une centaine de mètres après le col, traverser la route et emprunter la première piste forestière qui part sur la droite. La suivre sur trois kilomètres environ pour arriver au col de la Clyev situé 200 mètres environ après un virage à droite à 90°. Arrivé au col, à la croisée des chemins, abandonner la piste forestière et emprunter un petit sentier qui démarre sur la droite à 90° et qui monte en pente assez raide jusqu’à la crête. ¢ Suivre le chemin qui longe la crête sur une première partie d’un kilomètre environ pour s’en écarter dans la seconde partie. ¢ Descendre ensuite la crête en suivant le sentier pour rejoindre la D 9 qu’on emprunte par la droite pour

SIMON DESTHIEUX

donc pas étonnant que le territoire se soit tourné vers le tourisme, en particulier la randonnée. «  Venez Ain’Spirer ! » n'est pas qu'un slogan publicitaire. Les visiteurs profitent réellement de la qualité de l’air du fief du biathlète Simon Desthieux, régulièrement vérifiée scientifiquement. Reste la magie des paysages depuis les belvédères de Planachat (point culminant), de Sérémont, de Curnillon. Les crêtes sauvages de la Clye méritent le détour, tout comme les cascades de Mélogne, de la Charabotte qui compte trois sauts de 60, 40 et 15 mètres ou celles du trou de la Marmite. En hiver, c'est le site de la Praille qui réunit les fans de nordique (ski de fond, raquettes, luge, randonnée et bains suédois en plein air). À Terre Ronde sont proposés ski de piste, parcours aventure, trottin’herb, déval’kart...|

ITINERAIRE

b

La qualité de l'air du plateau d'Hauteville est renommée.

La vue depuis le belvédère de Curnillon.

revenir au col de la Rochette. Traverser la route et emprunter le chemin empierré partant sur la gauche. Après plusieurs coudes à angle droit, retrouver la prairie traversée au départ puis le parking. LE + Offrez-vous un bain suédois ou un sauna en plein air. Ouvert vendredi et samedi sur réservation à l’office.

Office de tourisme 15 rue Nationale 01110 Hauteville-Lompnes Tél. : 04 74 35 39 73 Pwww.plateau-hauteville.com

43


nordic.fr

b

my

BENJAMIN BECKER/MONTS JURA

L'étroite haute chaîne du Jura est un régal pour petits et grands.

RANDONNÉE NORDIQUE

,

10

44

Trois jours sur la mythique GTJ Par les sentiers des mythiques GR5 et GR9, la Grande traversée du Jura guide les randonneurs itinérants le long du croissant jurassien.

France

I

tinéraire mythique de randonnée, en été comme en hiver, Doubs Jura la Grande traversée du Jura (GTJ) relie, en un tracé linéaire Les Rousses de près de 400 km évoluant entre Suisse Oyonnax 235 m et 1 720 m d’altitude, les deux extrémités d’un vaste massif riche de Lélex Ain forêts, de combes, de sommets et de Hautecrêts... Elle se parcourt à ski, à vélo, à Savoie raquettes, à VTT, à cheval ou à pied.

À partir du pays de Montbéliard, le sentier chemine vers les plateaux du Haut-Doubs, pour redescendre vers la rivière du Doubs. Le long de la frontière helvétique, il longe ses méandres jusqu’à Villers-le-Lac, puis fait place à une ambiance bucolique entre prairies, où paissent les vaches montbéliardes, et forêts de feuillus. C’est le territoire des fermes comtoises aux

nordic

MAGAZINE


b

NORDIC MAGAZINE

C'EST CHEZ LUI Valentin Chauvin a une maison familiale à La Pesse. « Je vais souvent m’entraîner entre Prémanon, La Pesse, les Molunes ou les Belles Combes, qui est un coin très chouette avec une vue dégagée sur les chaînes du Jura et des Alpes au fond. C’est un décor majestueux que je savoure à chaque sortie, c’est important pour moi », indique le fondeur de l'équipe de France. « Ce sont des lieux qui restent sauvages. J’adore aller sur la Simard ou le Crêt de Chalam ».

nordic

MAGAZINE

Difficulté : variable Durée : Trois jours Distance : 52 km Dénivelé + : 1 688 m Balisage : GR (blanc & rouge)

¢ Jour 1 : Lélex > Mijoux (17 km) Depuis la station de ski de Lélex u, remontez en direction des crêtes dominées par le plus haut sommet du Jura, le Crêt de la Neige (1 720 m d’altitude) v. Prenez au nord pour suivre la haute chaîne, avant de redescendre sur Mijoux, via la variante empruntant le col de la Faucille w. ¢ Jour 2 : Mijoux > Les Moussières (15 km) Depuis Mijoux, remontez la pente pour rejoindre le tracé principal de la GTJ qui amène, sans grande difficulté, le randonneur jusqu’aux Molunes x et ses superbes combes. Avant de rallier le gîte du soir, un passage s’impose à la fruitière des Moussièresy, la fromagerie aux trois AOC régionales. ¢ Jour 3 : Les Moussières > Lélex (20 km) La plus longue étape est aussi celle présentant le plus de dénivelés négatifs. Après avoir rejoint La Pesse y puis traversé la frontière entre Jura et Ain, le sentier descend en

BENJAMIN BECKER/MONTS JURA

imposants « tuyés » où sont fumés les saucisses et les jambons. Pontarlier passé, le fort de Joux, puis le lac de Saint-Point marquent l’approche du sommet du Doubs : le Mont d’Or (1 463 m) et son panorama sur les Alpes. Au cœur du Parc naturel régional du Haut-Jura, on progresse désormais vers Mouthe, village bien connu pour ses hivers rigoureux, Chapelle-desBois, sa combe et ses deux lacs, Les Rousses et sa forêt du Massacre, terre du grand-tétras. Les Hautes-Combes surprennent par la beauté authentique qu'elles procurent, tandis que la haute chaîne du Jura correspond au chaînon le plus oriental, le plus étroit mais aussi le plus élevé de tout le massif (Crêt de la Neige à 1 720 m). La GTJ prend fin dans l'Ain en foulant le très sauvage plateau du Retord dominé par le Grand Colombier. |

ITINERAIRE

b

Du crêt de la Neige aux combes des Moussières et des Molunes.

La plus belle vue sur le Léman et les Alpes.

direction de la vallée de la Valserine et ses pertesz. Reste à longer le cours d’eau en direction de Lélex pour boucler l’itinéraire.

LE + Topoguide La Grande Traversée du Jura… à pied (réf. 512) disponible sur www.gtj.asso.fr. Descriptif détaillé avec cartographie.

Grandes traversées du Jura 15-17 Grande rue 39150 Les Planches en Montagne Tél. +33 (0)3 84 51 51 51 Pwww.gtj.asso.fr (nouveau site)

45


nordic.fr

my

Les combinés allemands ont survolé la dernière saison de coupe du monde, écrasant la concurrence. Enquête sur la dream team du combiné mondial aux portes d'un hiver olympique.

ENQUÊTE

,

COMBINÉ Pourquoi les Allemands sont si forts ?

46

nordic

MAGAZINE


b

GIOVANNI AULETTA/AGENCE ZOOM

Johannes Rydzek peut crier sa joie : il a remporté quatre médailles d’or en quatre courses lors des mondiaux de Lahti. Une première dans l’histoire du combiné.

nordic

MAGAZINE

47


L

tagé les podiums en coupe du monde. Doublé, triplé et même quadruplé, ils n’ont rien épargné à leurs adversaires mis au supplice, en particulier par le duo infernal composé de Johannes Rydzek, quadruple champion du monde sur quatre titres possibles à Lahti, et Eric Frenzel, premier combiné de l’histoire à remporter cinq fois le général de la coupe du monde ! « Depuis que j’évolue dans le combiné nordique, je n’avais jamais vu un combat de cette intensité durant une saison entière. Les deux ont résisté à la pression et signé de grandes victoires qui marqueront l’histoire de leur sport », remarque Silke Tegethof, coordinatrice média à la fédération internationale de ski.

LE SECRET D'UNE SUPRÉMATIE Au total, les Allemands ont remporté 26 des 29 épreuves du circuit ! « Ce bilan est monstrueux », juge Sébastien Lacroix. Le double champion du monde, aujourd’hui consultant d’Eurosport, a commenté tout l’hiver les exploits germaniques. « Ce qui est d’autant plus fort, c’est que l’ensemble de l’équipe a été à la hauteur avec quatre Allemands dans le top 5 mondial. » « C’est vrai qu’on a fait du très bon travail avec une équipe

ENQUÊTE

,

« Le football est un sport simple qui se joue à onze contre onze pendant 90 minutes et, à la fin, c’est toujours l’Allemagne qui gagne », a commenté l’attaquant Gary Lineker, un soir de défaite de l’Angleterre en coupe du monde. Dans un autre sport, Eric Frenzel et ses coéquipiers ont confirmé cette domination : « le combiné est un sport mêlant saut à ski et ski de fond et, à la fin, c’est toujours un Allemand qui s’impose ! » L'hiver dernier, les combinés d’outre-Rhin n’ont guère par-

nordic.fr

my

48

Johannes Rydzek a impressionné cet hiver par sa puissance sur la piste.

nordic

MAGAZINE


PIERRE LAHALLE/PRESSE SPORTS

forte et régulière, admet, tout sourire, Eric Frenzel [lire notre entretien]. Dès le début de saison, nous avons donné le meilleur de nous-mêmes. On a bien enchaîné ensuite, mais franchement on n’imaginait pas une telle domination ! » Pour parvenir à un tel résultat d’ensemble, les hommes de la Mannschaft ont remis l’ouvrage sur le métier pour se construire un physique à toute épreuve et, surtout, pour retrouver un niveau de saut excellent après des hivers en dents de scie. « En voyant les exploits du Norvégien Jarl Magnus Riiber en saut, les Allemands ont changé leur façon de faire l’été dernier en passant plus de temps au tremplin. Enfin, tous profitent de l’expérience et de la confiance dans leur entraîneur Hermann Weinbuch, présent depuis vingt-et-un ans ! Les jeunes talents profitent aussi de cet entourage », étaye Erik Roos, journaliste pour le Sport-Informations-Dienst. Numéro 5 mondial, Bjoern Kircheisen confirme cette orientation dont a profité l’ensemble de l’équipe : « L’année précédente, notre niveau en saut n’était pas satisfaisant. Nous avons travaillé cet axe en vue des mondiaux de Lahti et ça a payé. Eric, notre meilleur sauteur, nous tire vraiment vers le haut et nous force à être meilleur chaque jour ». Cette émulation a poussé chacun à se dépasser lors des séances d’entraînement qui regroupent 

b

Retiré du circuit depuis mars 2015, Jason Lamy Chappuis retrouvera la coupe du monde fin novembre à Kuusamo.

Le retour de Jason

b

JFK/EXPA/PRESSE SPORTS

J

nordic

MAGAZINE

ason is back ! Début mai, la nouvelle a été officiellement annoncée par la Fédération française de ski. Confirmant ainsi le secret de polichinelle qui courait depuis quelques semaines dans l’univers du nordique : Jason Lamy Chappuis sort de sa retraite pour faire son retour à la compétition. Le quintuple champion du monde de combiné nordique, quadruple vainqueur de la coupe du monde et champion olympique à Vancouver, sans doute en manque d’adrénaline après ses folles années au sommet de sa discipline, profite d’un timing parfait pour tenter un retour avec les prochains Jeux olympiques de Pyeongchang dans le viseur. Tout fraîchement diplômé de son école de pilote de ligne après deux années studieuses en Angleterre, et avant de se lancer sur le marché du travail, le Jurassien ne peut pas manquer l’occasion de revenir : « Cet hiver, je me suis rendu compte en étant loin de la neige et en regardant les copains courir en coupe du monde que ça me manquait. J’ai envie de revivre ces grands moments que l’on a dans le sport ! Même si je sais que ça va être difficile, le timing est parfait pour refaire une année et avec les résultats de l'équipe la saison dernière je pense que ça va être très intéressant », a ainsi écrit le Bois d'Amonier sur sa page Facebook tombée en sommeil depuis l’annonce de sa fin de carrière en mars 2015. C’est en effet à l’issue du team sprint des mondiaux de Falun — qu’il a remporté avec son ami François Braud — que le Français avait annoncé son retrait de la compétition. Mais l’aventure entre l’homme aux 26 victoires en coupe du monde et le combiné n’est donc pas encore terminée… Le porte-drapeau de la délégation tricolore à Sochi a un nouveau rendezvous olympique à honorer pour ajouter un dernier chapitre à sa belle histoire. 49


Si Rydzek (à gauche) a marqué l’histoire des mondiaux, Eric Frenzel est devenu le premier à remporter cinq fois la coupe du monde de combiné nordique.

nordic.fr

my

Eric Frenzel : « une culture de la gagne » •••

ENQUÊTE

,

l’élite mondiale de la discipline ! Frenzel lui-même est le premier à le souligner. En parallèle, les observateurs notent une préparation physique personnalisée visant un développement de la puissance au tremplin. « Le travail musculaire plus dense, basé sur des squats complets, a développé la puissance du bas du corps, mais encore faut-il encaisser cette préparation exigeante », note Sébastien Lacroix.

50

EN ALLEMAGNE, LE GRAND PUBLIC S'EST PASSIONNÉ POUR LE DUEL FRENZELRYDZEK.

La dynamique de groupe en impose. Pourtant, cette suprématie, pense le Bois d’Amonier, pourrait nuire à l’intérêt de la discipline. « Le suspens n’a pas existé cette année. Les Allemands ont été forts, l’Autriche et la Norvège n’ont pas été dans le coup. Ce n’est pas un bon hiver pour les autres nations. »

LE COMBINÉ EN VEDETTE À LA TÉLÉVISION ALLEMANDE En revanche, en Allemagne, nation d’origine des plus gros sponsors de la coupe du monde, ces résultats sont vécus comme une aubaine et accueillis avec le sourire. Ils ont permis au combiné de retrouver la lumière. « Dans les années 2000, quand les fondeurs Axel Teichmann et Tobias Angerer menaient la coupe du monde, le ski de fond était retransmis en direct, pas le combiné, rappelle Erik Roos. Aujourd’hui, c’est le combiné qui est en live au détriment du ski nordique. Le public et les médias allemands se sont passionnés pour cette bagarre entre un Frenzel plutôt calme et un Rydzek démonstratif, deux sportifs sympathiques, accessibles et modestes. Si bien que l’audience du combiné fut seulement devancée par celle du biathlon, tous sports d’hiver confondus. » « C’est certain que pour les médias et les spectateurs, cette bagarre fut passionnante à suivre. Mais pour les autres spor-

nordic

MAGAZINE


JFK/EXPA/PRESSE SPORTS b

Lauréat pour la cinquième fois de la coupe du monde de combiné nordique, Eric Frenzel analyse la réussite de son équipe.

NORDIC MAGAZINE Comment expliquez-vous l’incroyable bilan de l’équipe d’Allemagne ? Eric Frenzel A l’entraînement ou en compétition, au tremplin comme en ski de fond, on donne à chaque fois le meilleur de nous-mêmes. Je crois que cette générosité dans l’effort et cette émulation dans le groupe tirent les uns et les autres vers les sommets.

Quatre Allemands dans le top 5 mondial, c’est aussi l’illustration d’un état d’esprit conquérant. Oui, je pense. Nous avons une longue tradition du combiné nordique en Allemagne. Depuis de longues années, athlètes et coachs sont guidés par un esprit d’équipe et une culture de la gagne très forts. L’hiver dernier a été incroyable, je pense que ce ne sera pas aussi parfait et exceptionnel tous les ans (Rires). De quoi rêve désormais le quintuple vainqueur du globe de cristal que vous êtes ? Je rêve d’une médaille d’or olympique l’an prochain, c’est mon principal objectif ! Il faudra être fort car je ne suis pas le seul à viser le titre. Je vais travailler pour y parvenir, mais nous verrons bien, la route est encore longue... Que pensez-vous du retour à la compétition de Jason Lamy Chappuis ? Le retour de Jason est une bonne nouvelle pour le combiné, c’est un grand nom et un grand champion qui revient sur le circuit. Je lui souhaite le meilleur et j’espère qu’on aura l’occasion de participer à de belles confrontations sportives.

nordic

MAGAZINE

CHRISTOPHE PALLOT/AGENCE ZOOM b

tifs, cette emprise fut moins simple à gérer », préfère en rire Kircheisen, vainqueur en février d’une épreuve à Sapporo. Cette hégémonie a piqué la curiosité d’un athlète qui a aussi marqué l’histoire de son sport, un certain Jason Lamy Chappuis, champion olympique en 2010, de retour sur la scène sportive à l'approche des JO de Pyeongchang [lire par ailleurs] : « Les Allemands sont très forts. Justement, cela m’a donné une motivation suppplémentaire pour revenir en équipe de France et sur la coupe du monde », souffle le quintuple champion du monde qui s'est frotté à Eric Frenzel trois saisons de suite. Le come-back du Français réjouit les Allemands : « Jason est un ami personnel. Je suis content de pouvoir à nouveau l’affronter sur le circuit », apprécie Kircheisen, doyen de cette Deutsche Traummannschaft qui compte aussi dans ses rangs Vinzenz Geiger, Terence Weber ou Jakob Lange, tous dans le top 31 mondial. Ils constituent la relève d’une nation qui peut légitimement rêver d’un grand chelem olympique. Les Allemands se veulent néanmoins modestes. « Le chemin est encore long jusqu’en Corée du Sud. Avec le retour de Jason et des Norvégiens qui seront sans doute plus compétitifs, la course aux médailles sera plus ouverte aux JO que sur cette saison. » Mais Bjoern Kircheisen prévient : « Ce sera pour moi, comme pour tous mes confrères du circuit, l’objectif principal. » |

Eric Frenzel mène bon train à Chaux-Neuve fin janvier dernier. En deux jours, les Allemands y ont signé un doublé puis un triplé !

51


nordic.fr

my

b

STANKO GRUDEN/AGENCE ZOOM

Le Jurassien Quentin Fillon-Maillet a plaisir à fabriquer sa propre carabine.

L'ARME FATALE Le lien qui unit le biathlète à sa carabine est unique. Au point que certains compétiteurs fabriquent leur propre arme.

52

nordic

MAGAZINE


QUAND J'AI CASSÉ MA CARABINE, JE ME SUIS DEMANDÉ COMMENT J'ALLAIS FINIR LA SAISON.

nordic

MAGAZINE

DU SUR-MESURE

TWITTER ANTONIN GUIGONNAT

Avant-dernière étape de la saison de coupe du monde, le compétiteur chute et casse sa carabine : « Un moment particulièrement difficile, témoigne-t-il. Je me suis demandé comment j'allais pouvoir finir la saison ! Casser quelque chose d'aussi personnel et sur lequel je m'étais investi autant, c'était vraiment dur ! Et puis Franck [Badiou] a pris les choses en main, il a passé énormément de temps dans la chambre d'hôtel le soir même pour la réparer. Et le lendemain, on gagne le relais ! ». Un moment très fort qui confirme, si besoin est, que la relation entre le biathlète et sa carabine n'est pas anodine. Sans cette 22 Long Rifle (5,6 × 15 mm), le biathlète se sent nu. L'outil est primordial dans la réus

b

P

Plus qu'un simple outil de travail, la carabine est pour le biathlète comme une partie de lui-même, un élément déterminant, presque intime, un prolongement de son corps. Tous les biathlètes du monde cherchent à avoir le compagnon parfait, celui qui lui ressemblera le plus, qui se fondra le mieux sur la courbure de l'épaule, le « bombé » de la joue ou l'angle du poignet. Pour atteindre cette fusion, certains se sont lancés dans un défi encore plus personnel en créant eux-mêmes leur carabine. Rencontre avec ces artisans impliqués qui ouvrent de nouvelles voies. Pour Quentin Fillon-Maillet, l'histoire remonte même aux origines, quand le gamin du Grandvaux jouait dans l'atelier de son grand-père en fabriquant arcs ou arbalètes. Les outils et les machines sont là, disponibles, et attendent d'être maîtrisées. Devenu biathlète, le Jurassien commence par modifier les éléments qu'il achète dans le commerce avec toujours cette envie, ce besoin d'adapter au mieux l'arme à sa morphologie. Avec un profond plaisir de créer des choses par lui-même, il poursuit ensuite en travaillant ses premières crosses. Perfectionnant le geste, aiguisant les attentes, Quentin Fillon-Maillet se lance dans la fabrication de sa première carabine complète en 2015. Le tout sous les conseils aiguisés de Franck Badiou, l'orfèvre du Centre national de ski nordique de Prémanon et vice-champion olympique de tir, passé depuis entraîneur de l'Équipe A [lire notre portrait dans Nordic Magazine n°20]. Des heures à peaufiner les plans, les croquis,

à transcrire, en chiffres et en mesures, les besoins d'ergonomie et de performance. Mois après mois, les lignes prennent forme sur son ordinateur, près de six mois de labeur seront nécessaires avant de réaliser le premier test grandeur nature lors d'un stage estival à La Féclaz. Un test rapidement concluant. La carabine a donc accompagné le Français sur les pas de tir jusqu'à ce jour de mars 2017 à Kontiolathi...

Sur Twitter, Antonin Guigonnat tout fier de présenter la future crosse de sa carabine. 53


nordic.fr

my

••• site et sa personnalisation indispensable. Les réglages sont fins, précis, individualisés. Et c'est cette précision qui construit l'attachement. En dehors de son prix, la carabine d'un biathlète de coupe du monde est donc un objet rare dont il faut prendre soin. Martin Fourcade a investi dans une caisse de l'armée américaine pour la protéger lors des voyages en avion, et son arme ne le quitte jamais bien longtemps. Cet attachement n'est pas nouveau, Magdalena Neuner avouait presque en être amoureuse, Sandrine Bailly avait préféré faire les Jeux olympiques de 2010 avec sa carabine recollée (elle avait cassé sa crosse à Ruhpolding un mois avant) plutôt que de repartir avec un nouvelle compagne. La légende veut aussi que le Norvégien Bjoerndalen dormait avec, la veille des compétitions... Une relation qui se construit avec le temps : il faut parfois plusieurs saisons avant de trouver le réglage parfait et de se sentir bien avec. Évidemment, tous ne sont pas égaux et ne tissent pas de lien intime. Pour certains, mais ils sont minoritaires, ce n'est qu'un outil de travail.

LES CARABINES DU FUTUR D'autres en font un véritable projet professionnel, à l'image de Clément Jacquelin, jeune ingénieur de l'Institut polytechnique de Grenoble [INP] qui a fondé sa société Athletics 3D. Le Dauphinois, champion du monde junior en 2009 avec le relais tricolore, comble ainsi un vide criant dans le monde du biathlon. « Mon projet est parti d'un fort désir de combler les lacunes que j'ai pu rencontrer dans ma carrière d'athlète », explique-t-il. Son entreprise est la seule à proposer la fabrication de carabine entièrement personnalisée et duplicable. « La fabrication de crosse est restée encore un peu artisanale, c'est du bricolage avec du pseudo sur-mesure, nous, nous apportons le développement technologique ! », argumente encore le jeune homme. Les outils technologiques permettent désormais de proposer une ergonomie idéale, tout en gagnant en précision et en technicité. Un premier prototype sort en 2016 et lance une belle aventure teintée de passion et de technologie : « On se sert du savoir-faire développé dans d'autres champs d'application,

b

DR

Sport2000

Les différentes étapes de la fabrication d'une carabine.

comme l'aéronautique par exemple ». Les produits sont distincts les uns des autres : « chaque besoin est unique, l'avantage de la reproductibilité c'est que nous apportons aussi de la sérénité et de la sécurité. Les athlètes savent que leur outil est duplicable en deux jours ! » Certains athlètes canadiens, mais aussi quelques Français (dont Émilien Jacquelin, l'une des valeurs montante du biathlon tricolore) et athlètes internationaux d'envergure ont décidé de prendre le train de la modernité, intrigués par ce projet désormais bien réel. Même Raphaël Poirée a été séduit par l’aîné des frères Jacquelin, qui n'en demandait pas tant : « Il a été mon idole, mon mentor quand j'étais athlète, s'enthousiasme Clément Jacquelin. Le voir adhérer au projet est important pour moi ». À l'image de l'entrepreneur, le monde de l'ingénierie commence à s'intéresser de près au potentiel de ce nouveau marché, et les biathlètes à la plus-value apportée par ces démarches. L'IUT d'Annecy a ainsi développé un 

b

54

DR

Le jeune ingénieur Clément Jacquelin a mis au point un procédé de fabrication de carabine « sur-mesure et entièrement duplicable ».

nordic

MAGAZINE


SPORT 2000 PONTARLIER ZONE HYPER U - DOUBS Tél. : 03 81 46 90 10

www.sport2000-pontarlier.com

Fotolia

Votre spécialiste Sport et Mode à Pontarlier. Retrouvez en magasin nos collections...

...et bien d’autres marques. Découvrez, en magasin, notre outil De commanDe en ligne avec plus De 4000 références DéDiées au matériel et aux activités outDoor (ranDonnée, ski alpin et fonD, ranDonnée, escalaDe, trail…)

www.facebook.com/ Sport2000Pontarlier

0.indd 1

12/06/2017 17:

nordic

MAGAZINE

倀氀甀猀 搀ᤠ椀渀昀漀爀洀愀琀椀漀渀猀 猀甀爀 眀眀眀⸀渀漀爀搀攀攀砀⸀挀漀洀

55


Sur le pas de tir, les carabines gagnent en personnalité : le dragon du Russe Anton Shipulin (en haut) et le rose distinctif de l'arme du Norvégien Johannes Thingnes Boe.

nordic.fr

b

CHRISTOPHE PALLOT/AGENCE ZOOM

b

CHRISTOPHE PALLOT/AGENCE ZOOM

my

••• projet avec ses étudiants biathlètes comme Antoine Michel ou Jérôme Baudoux pour réaliser une copie exacte de la crosse de Simon Desthieux. Quentin Fillon-Maillet s'est également appuyé sur cet établissement pour la conception de sa carabine personnalisée.

TUNING SUR LE PAS DE TIR Le nouveau champion de France de la mass-start a d'ailleurs déjà dans la tête un nouveau projet de carabine, avec plusieurs petites nouveautés sur lesquelles il se montre discret. Et pour tous ceux qui ne souhaitent ou ne peuvent suivre les exemples de Quentin Fillon-Maillet ou Clément Jacquelin, 56

les nouveaux procédés sérigraphiques, l'utilisation de techniques courantes dans la carrosserie automobile permettent (presque) toutes les audaces. La personnalisation passe alors dans le look et la décoration : la carabine rose de Johannes Thingnes Boe, celle toute verte de Laura Dahlmeier, le dragon du Russe Anton Shipulin, le bleu électrique de la carabine de Martin Fourcade font désormais partie du paysage du biathlon. La Suissesse Aita Gasparin avait même lancé une campagne de financement participatif pour une nouvelle carabine en 2015. Elle s'est ensuite rapprochée d'un artiste suisse qui customise habituellement les casques de hockey en optant pour une décoration « panthère des neiges ». Il y a bien sûr un peu de phénomène de mode, mais ces envies résonnent surtout comme une façon de s'approprier encore un peu plus un objet du quotidien qui peut mener à la réussite. Dans un sport où le mental joue un premier rôle, cela n'est peut-être pas si anodin.|

nordic

MAGAZINE


RESTAURANTS LA TABLE DE LA MAINAZ & LE PANORAMA PAR MATHIEU SAGARDOYTHO BAR LE 1720 LA PLUS BELLE VUE PANORAMIQUE Silence is the new luxury SUR LE MONT-BLANC

La Mainaz, c’est l’élégance intemporelle, un héritage de plus de 130 ans au cœur de la réserve naturelle du Haut-Jura, aux portes de Genève, une architecture originale, un charme et une âme uniques. Un environnement d’excepGon pour tous vos séminaires et évènements privés.

nordic

MAGAZINE

Hôtel La Mainaz ★★★★ - Route de la Faucille 01170 Gex - FRANCE +33 (0) 4 50 41 31 10 - info@la-mainaz.com 57 www.la-mainaz.com


L

La prochaine fois que Martin Fourcade reverra Soohorang et Bandabi, les deux mascottes des Jeux olympiques de Pyeongchang, le compte à rebours avant la cérémonie d’ouverture sera sur le point de se clôturer. Mais le Français a déjà eu le temps de poser avec le tigre et l’ours blanc. C’était le 26 février dernier, à peine les deux pieds posés à l’aéroport de Séoul, après un long voyage depuis l'Hexagone. Une fois les skis aux pieds, le double champion olympique de biathlon n'a pas perdu son temps : une troisième place sur le sprint et un sixième globe de cristal d’affilée assuré le premier jour, une victoire le lendemain sur la poursuite (sa douzième de la saison), égalant le record du Norvégien Ole Einar Bjoerndalen, et, pour finir, un autre succès avec ses coéquipiers du relais. Le Catalan réalisait presque le week-end parfait sur les pistes qui accueilleront, dans un peu moins d’un an, les JO. Sur le relais, le numéro 1 mondial a profité du bon travail de

nordic.fr

my

ses partenaires pour mener des essais, sur le dernier tir debout notamment. Et peu importe s'il égarait deux balles. « C'était l'occasion de tester des choses, se souvient-il. Ce jour-là, avec la marge que m'avaient offerte mes partenaires, j’étais serein quant à mes capacités à maîtriser la course, même en faisant quelques erreurs. »

NEIGE INCERTAINE Martin Fourcade a disputé chacune des épreuves avec un GPS pour scruter les moindres détails de sa performance, Quentin Fillon-Maillet a pareillement collecté le maximum d'informations sur le stade de biathlon : « C’est une piste vraiment difficile, avec des bosses très raides. Il faut skier tout le temps. Je retiens surtout l’arrivée sur le pas de tir qui est assez facile. Et si le vent est faible, il devrait y avoir peu de fautes. » Le champion handisport Benjamin Daviet, vainqueur, début mars, en Corée du Sud, du 20 kilomètres skating en ski de fond et de l’individuel en biathlon, notait surtout la spécificité du manteau neigeux : « Les techniciens avaient trouvé la poudre magique pour que nous ne sentions pas trop la différence entre les parties avec de la neige à canon et celles avec de la neige naturelle. » Conséquence, aux JO, les athlètes évolueront dans des conditions qui changent énormément. Un avis partagé par le biathlète du Grandvaux : « La neige était totalement différente

TÉMOIGNAGE

,

PYEONG CHANG 58

Avant-goût d'olympisme Que pensent les athlètes du site olympique de Pyeongchang qu'ils ont, pour la plupart, découvert l'hiver dernier ?

nordic

MAGAZINE


VIANNEY THIBAUT b b

VIANNEY THIBAUT

L'hiver dernier, le Bornandin Lucas Chanavat découvre les pistes de Pyeongchang lors des pré-olympiques.

de celle qu’avaient connue les fondeurs en février lors de leurs épreuves. Elle était assez sale », constate-t-il.

PRENDRE SES REPÈRES Un mois plus tôt, le site d’Alpensia était occupé par les fondeurs, dont le sprinteur haut-savoyard Lucas Chanavat. « Nous avons couru à une bonne période. Nous avions une neige quasi scandinave », relève le skieur du Grand-Bornand. « J’ai bien aimé la piste. Elle est exigeante et comporte une descente assez technique. Il faut avoir un bon sens du placement. Il y a aussi de

nordic

MAGAZINE

bonnes bosses pour s’exprimer », ajoute celui qui, l'hiver dernier, a pris sur ce nouveau terrain de jeu la deuxième place de l'épreuve collective disputée avec Baptiste Gros. Si les athlètes du combiné nordique n'ont pas fait le voyage jusqu'en Asie, les sauteurs de l’équipe de France ont pu tester le tremplin sud-coréen en février. Malgré des résultats décevant lors de cette manche de la coupe du monde, tous se réjouissaient d’avoir pu découvrir un site plutôt capricieux. « Même si je n’ai pas très bien sauté, j’ai pu apprécier de nombreux aspects qui me serviront pour les Jeux », se rassure Coline Mattel. Notant au passage les spécificités du sautoir : « Il y a du vent de partout. J’ai notamment ressenti des bourrasques dans le dos qui influent véritablement sur la performance. » Des conditions qui avaient notamment contraint les organisateurs à transférer la finale du concours masculin sur le petit tremplin. Vincent DescombesSevoie, 20e et 33e des épreuves coréennes, adaptera son programme estival pour tenter de s’habituer à ce tremplin difficile. « Nous allons essayer de réaliser un maximum de sauts sur des sites qui se rapprochent de celui de Pyeongchang. C’est le cas du tremplin de Bergisel à Innsbruck, en Autriche. » De son côté, la sauteuse des Contamines-Montjoie prédit : « Il faut juste avoir conscience que le facteur chance devra être au rendez-vous pour faire un résultat. » L’escapade sud-coréenne a aussi été l’occasion de prendre ses marques en dehors du stade. Pour éviter de perdre de l’énergie en février prochain dans des détails.  59


nordic.fr

my

NORDIC MAGAZINE Que retenez-vous de cette expérience pré-olympique ?

Cyril Burdet Il y a eu plusieurs surprises. Nous nous attendions à skier sur de la neige uniquement artificielle, et finalement, c’était une neige mixte. Celle-ci a été bien apprivoisée par l’encadrement technique. Après, le parcours est vraiment très sélectif. Cela permet de nous donner une idée du travail à accomplir lors de notre préparation. Même si le climat de la région est particulièrement changeant, nous n’avons pas rencontré de difficultés majeures, que ce soit au niveau de l’humidité ou de l’altitude.

TÉMOIGNAGE

,

Quel comportement avez-vous adopté sur place ? Forcément, nous étions à l’affût pour récolter un maximum d’informations. Les techniciens ont pris de nombreuses données sur la nivologie et sur les stations météo. Sur la piste, nous avons fait un gros travail de repérage, nous avons filmé les boucles, pris énormément de photos. Nous avons effectué des prises de mesure sur les distances et les pourcentages des pentes. Tout cela faisait partie de notre mission sur place.

60

PYEONGCHANG 2018

Entraîneur du Team Poney depuis 2014, Cyril Burdet était de l’aventure pré-olympique à Pyeongchang en février dernier. En pleine préparation estivale avec les sprinteurs de l’équipe de France de ski de fond, il détaille les spécificités du futur site olympique.

Toutes ces informations vont-elles influencer votre préparation estivale ? Il va y avoir quelques évolutions, c’est indéniable. Par rapport aux deux dernières saisons, nous allons mettre l’accent sur le travail de distance. Les tours vont être exigeants en Corée du Sud. Il faudra répondre présent. Mais pour cela, nous ne changerons pas nos habitudes en stage. Comment comptez-vous faire patienter vos athlètes jusqu’en février alors que la coupe du monde commencera trois mois plus tôt ? Dans la démarche, nous allons préparer cette saison comme n’importe quelle autre. Nous voulons que nos athlètes figurent bien dès le début des manches de la coupe du monde. Nous nous sommes rendu compte que la dynamique insufflée en début de saison est importante pour la confiance. Nous ajusterons ensuite au milieu de l’hiver pour aborder les Jeux olympiques de manière plus spécifique. Déjà, nous partirons une dizaine de jours avant le début des compétitions pour bien prendre le temps de s’acclimater. Et puis, les athlètes pourront bien se reposer puisqu’ils connaîtront déjà, pour la plupart, la piste.

b

b

CHRISTOPHE PALLOT/AGENCE ZOOM

CYRIL BURDET « IL Y A EU PLUSIEURS SURPRISES »

Les chambres du village olympique où dormiront les athlètes.

••• « L’hôtel où nous logions n’était pas sur le site des compétitions. Il fallait compter une trentaine de minutes pour rejoindre la piste. Ce sont des petites données à prendre en compte pour ne pas être surpris. Même si, avec le village olympique, la donne sera quelque peu différente », note Lucas Chanavat. Martin Fourcade, qui avait déjà couru sur la piste en 2009 lors des championnats du monde, a également ressenti le besoin de poser des jalons : « Je voulais surtout prendre des repères, savoir où se situait le village olympique par rapport au site de biathlon », énumère-t-il. « C’est bête mais ça rassure toujours un peu de savoir que l’ascenseur pour monter au tremplin est à tel endroit, que le stade est à tant de minutes du village olympique. Ce sont de petites données qui ne viennent pas polluer notre esprit le jour de la compétition », ajoute Coline Mattel. Autre facteur à apprivoiser pour les athlètes : le décalage horaire. Il y a sept heures de différence entre la France et Pyeongchang. Les organismes sont mis à rude épreuve, surtout en l'absence de longue période d’acclimatation. « Nous étions arrivés trois jours avant le début des compétitions. Ce n’était pas forcément l’idéal. Personnellement, je ne suis pas un gros dormeur. Cela ne m’a pas spécialement dérangé », minimise Benjamin Daviet, triple champion du monde handisport à Finsterau, en Allemagne. Les athlètes devront aussi s'adapter aux contraintes des télévisions européennes. Désireuses de réaliser la meilleure audience et donc d'effacer les fuseaux, elles obligent les organisateurs à prévoir des horaires de courses spéciaux. Beaucoup d'épreuves seront ainsi programmées en soirée. Du coup, constate Simon Fourcade, « les journées étaient un peu spéciales, un peu longues parfois. » De quoi attaquer la sérénité des athlètes. « Nous pratiquons un sport qui demande une grande préparation mentale dès le lever, prévient Vincent Descombes-Sevoie. Cela nous

nordic

MAGAZINE


mange forcément de l’énergie. Et ces compétitions en soirée, cela peut devenir un inconvénient, d’autant plus s’il y a des reports… » Le sauteur des Houches devra changer ses habitudes pour tenter de se placer dans des conditions optimales lors des épreuves olympiques. « Il faudra que je me lève plus tard pour être le plus éveillé possible en fin de journée. »

UN VOYAGE CULTUREL Le grand saut sera également culinaire au pays du matin calme. « C’était un peu plus épicé, lâche, dans un sourire, Lucas Chanavat. Au début, la digestion était un peu plus compliquée, mais je suis parvenu à m’y acclimater. » Comme à son habitude, le fondeur de 22 ans utilisait son remède pour lutter contre un changement gustatif trop important : « Je pars désormais en compétition avec mon petit-déjeuner dans mes bagages. Ça me permet d’éviter certaines mauvaises surprises. » D’autres se sont laissés tenter par les mets locaux, à l’image de la médaillée d'argent de Sochi. Cette cuisine asiatique, bien plus riche que les plats de nouilles instantanées et les bols de riz, a conquis la Haut-Savoyarde : « Même si c’était ma première fois en Corée, j’apprécie énormément la culture et la gastronomie japonaise. Il y a des similitudes. » Alors que les athlètes tricolores étaient logés dans un hôtel « où l’on avait de nombreux plats européens », Coline Mattel s'est autorisé quelques aventures gustatives. « Je me suis laissée tenter par des salades exotiques à base d’algues. Et j’ai aimé ! » Les athlètes tricolores étaient globalement déçus par l’absence massive du public sur les épreuves. Un engouement moindre qui peut être la résultante d’un manque de culture des disciplines nordiques. « Le fait qu’ils n’aient pas de grands sauteurs et sauteuses sud-coréens a forcément un impact sur le comportement des spectateurs », analyse Coline Mattel. Le tremplin d’Alpensia n’était, par exemple, le théâtre d’une épreuve de la coupe du monde de saut à ski que pour la quatrième fois de son histoire. Et donnait lieu à des situations plutôt atypiques. « Nous nous sommes retrouvés à sauter parfois devant une trentaine de spectateurs, sourit Vincent Descombes-Sevoie. C’est sûr que l’on était loin de l’ambiance que l’on peut retrouver sur la tournée des Quatre Tremplins. » Mais tous se veulent optimistes : « Je ne doute pas une seule seconde que ce sera différent pour les Jeux », prédit Lucas Chanavat. « On sent que les Sud-Coréens sont excités à l'idée de découvrir une nouvelle discipline. D’ici les Jeux, l’enthousiasme sera encore plus grand ! », prophétise Coline Mattel. Réponse en février prochain.|

LES ATHLÈTES DEVRONT S'ADAPTER AUX CONDITIONS PARTICULIÈRES DES JO DE CORÉE DU SUD. nordic

MAGAZINE

20 août 2017

1re édition

Tour du Val Foncine 34 km et 1230 m D+ Duo des foncines

18 km et 640 m D+ 10 km de foncine

10 km et 360 m D+ Marche nordique Randonnée 10 km

Courses enfants

6-15 ans gratuit

www.val-foncine.fr 61


La (déjà) belle nordic.fr

my

de Robin

Le Genevois de 19 ans est en train de se faire une place dans le biathlon suisse, après avoir passé trois ans à naviguer sur les océans avec ses parents.

S

Si Robin Favre devient un jour père, puis grand-père, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il aura des choses à raconter à ses enfants et petits-enfants. Surtout si son parcours de vie continue d’être aussi riche et varié. Alors qu’il n’a que 19 ans, le Genevois a déjà traversé les océans pendant trois ans, entre 10 et 13 ans, en compagnie de ses parents, avant de se lancer à l’âge de 16 ans dans un sport ô combien prisé en France voisine, mais si peu pratiqué en Suisse romande : le biathlon. L’histoire n’est pas banale, avouons-le. Comment un jeune homme de la banlieue genevoise, emmené autour du monde par des parents navigateurs, se retrouve-t-il quelques années plus tard avec des skis de fond aux pieds et une carabine entre les mains ? Pour comprendre, un regard sur l'histoire de Muriel et Hervé Favre, les parents de Robin, s’impose. Muriel et Hervé, c’est le mariage de la mer et de la neige, de la voile et du ski de fond. Elle, Genevoise, a toujours été attirée par l’eau et rêvait depuis l’adolescence de traverser les océans. Lui, natif de SaintCergue dans le Jura vaudois, a grandi dans le milieu du ski de fond et a été, durant plusieurs années, 

À Arçon, dans le Haut-Doubs, le Suisse participe à une coupe de France plébiscitée par le public. Aujourd’hui, Robin Favre est membre du cadre C de Swiss-Ski.

62

nordic

MAGAZINE


CHRISTOPHE PALLOT/AGENCE ZOOM

histoire...

b

Favre

MAGAZINE

63

b

nordic

ARCHIVES PRIVÉES

À bord du Kangaroo, le catamaran à bord duquel toute la famille a parcouru la planète durant trois années.


nordic.fr

my

ROBIN FAVRE EST ENTRAÎNÉ PAR L'UKRAINIENNE LIDIIA SHEK. UNE RENCONTRE IMPORTANTE.

•••

b

Moment de détente sur la terrasse de la maison familiale.

BERNARD MOREL POUR NORDIC MAGAZINE

membre de l’équipe romande. Le goût du large et de l’aventure, et l’amour des belles choses bien faites, les ont réunis et entraînés – et avec eux leurs deux enfants, Robin et Julie – dans un projet un peu fou : prendre une année sabbatique pour accomplir le tour de l’Atlantique sur un catamaran. Nous étions alors en 2008 et Robin avait 10 ans. L’aventure a été si belle qu’ils ont décidé de la prolonger de deux ans, en y ajoutant le passage du canal de Panama et la traversée du Pacifique. Pour, évidemment, le plus grand plaisir de leurs enfants. À ce moment-là, Robin Favre était loin de se douter qu’un jour il se retrouverait dans des compétitions de biathlon. La vie à bord du catamaran – le « Kangaroo » – lui plaisait bien, même s’il fallait consacrer deux heures par jour aux devoirs scolaires. Lesquels pouvaient être en lien avec la navigation. Robin s’est par exemple lancé dans le calcul du bilan énergétique du bateau comme exercice de mathématiques. Les moments qu’il préférait, c’est quand il devait prendre le quart. « Nos enfants étaient jeunes, mais sur le bateau, nous leur avons donné des responsabilités », relève Muriel Favre. Après trois ans sur les mers, il a bien fallu redevenir sédentaire et se retrouver dans la vie genevoise. Pour Robin, s’est posé rapidement le problème du choix du sport qu’il voulait pratiquer. « Quand nous sommes rentrés en 2011, j’ai continué la voile, le laser plus spécialement, et l’hiver, je faisais du ski de fond. explique-t-il. À un moment donné, il a fallu opter pour un des deux sports. Comme l’ambiance n’était pas très bonne au club de voile, je me suis tourné vers le ski de fond. » Et de préciser, dans un sourire : « Au début, c’était difficile. Je n’étais pas très bon, en particulier sur les skis à roulettes auxquels je n’étais pas habitué. »

64

Alors que Robin allait sur ses 16 ans, Hervé Favre a découvert qu’en Gruyère, des courses de biathlon étaient ouvertes pour des jeunes débutants. « Dès la première course, que j’ai terminée au 3e rang, le biathlon m’a bien plu, dit Robin. Peu après, j’ai disputé les championnats suisses aux Mosses, où j’ai également obtenu une troisième place. Puis il y a eu une initiation dans le cadre de ski romand, ce qui m’a donné envie de continuer dans la discipline. L’arrivée, comme entraîneur à Ski Romand, de l’Ukrainienne Lidiia Shek a également été importante pour moi. Grâce à elle, j’ai beaucoup progressé. » Quand on pratique un sport, il arrive toujours un moment charnière où, pour avancer, on doit faire le choix d’un engagement plus intensif. En l’occurrence, pour Robin Favre, ce fut lorsque la décision d’acheter ou non une carabine de biathlon se posa. « 4 000 francs, c’est un gros investissement, souligne Muriel. Si tu l’achètes, ça veut dire que tu y vas à fond. » Aujourd’hui, chez les Favre, on ne regrette pas cet achat. « Je ne dors pas avec ma carabine, mais je l’adore, reprend Robin. Apprendre à tirer en ayant des pulsations cardiaques élevées, c’est juste génial. »

UNE EXCEPTION GENEVOISE Robin Favre s’est pris de passion pour le biathlon, mais, Romand, donc très minoritaire, la piste ne s’est pas apparentée à un boulevard dans ce sport marqué par l’esprit alémanique. « C’est vrai, ça n’a pas été facile, admet Robin. Au terme de la saison 2014-2015, j’ai terminé troisième du classement général de la coupe Suisse, mais je n’ai pas été retenu dans le groupe des candidats. Même si le coup a été dur, j’ai décidé, avec le soutien de Lidiia Sheck, de travailler plus fort encore. « Ce qui me plaît chez Robin, c’est sa très grande volonté, relève l'Ukrainienne. C’est un garçon toujours très curieux qui a une bonne faculté d’analyse. Dans le biathlon, c’est un atout. » La persévérance de Robin Favre a été récompensée au terme de la saison suivante, même s’il n’a été retenu ni pour les JO de la jeunesse de Lillehammer, ni pour les Mondiaux juniors. « Grâce à des bons résultats en coupe de Suisse, j’ai pu figurer dans le groupe des candidats, ce qui m’a permis de faire les stages, précise le Genevois. Et les bonnes choses ont continué

nordic

MAGAZINE


DR b

Facebook, Instagram... : le jeune homme raconte sa vie d'athlète sur les réseaux sociaux.

l’hiver dernier puisque, cette fois, j’ai été sélectionné pour les championnats du monde juniors. Au départ je n’y croyais pas trop, mais j’ai gagné en régularité sur le pas de tir et ça a été déterminant. En Slovaquie, ma 12e place dans l’épreuve individuelle a été la confirmation de mes progrès. » Aujourd’hui, Robin Favre est membre du cadre C de SwissSki. « On est onze dans le cadre, on va se tirer la bourre, je suis content », glisse-t-il. Et d’ajouter : « Comme je finis l’école en juin, j’ai l’intention de prendre une année sabbatique. Et du côté de l’armée, j’espère être incorporé dans le groupe des sportifs d’élite. Les championnats du monde juniors représentent mon objectif principal pour la saison prochaine. » Et les voyages autour du monde ? « Bien sûr, j’ai envie d’en refaire. Mais pour l’instant, c’est le biathlon qui est prioritaire. » |

UNE SAISON DE BIATHLÈTE, ÇA COÛTE CHER EN SUISSE AUSSI « Une saison de biathlon me coûte environ 20 000 francs [18 000 euros]. » Pour Robin Favre, il ne s’agit pas seulement de s’entraîner pour être au top niveau. Il faut aussi partir à la recherche de soutiens, ce qui n’est pas simple car le biathlon n’est pas, en Suisse, le sport dans lequel les sponsors investissent le plus volontiers. « J’ai reçu 2 000 francs du canton de Genève et de la commune de Vésenaz, où j’habite, précise-til. 2 000 francs aussi de l’Aide sportive suisse. Le Panathlon s’est également montré généreux en m’offrant 5 000 francs. » Dans le but d’intéresser donateurs et sponsors, il a constitué un dossier pour expliquer sa passion et ses objectifs. Heureusement pour lui, Robin peut compter sur le soutien sans faille de son entourage. « Le rôle de la famille est super important, souligne Muriel, sa maman. Car se lancer dans une telle carrière implique beaucoup de sacrifices. »

nordic

MAGAZINE

65




nordic.fr

my

nordic

MAGAZINE

ANDREAS MÜNGER

68 68

b

PORTRAIT

,

Célia Aymonier heureuse de retrouver la quiétude de son village d’enfance, Les Fourgs dans le Doubs, après une saison de coupe du monde menée sur les chapeaux de roues.


Célia Aymonier

Droit au but

Une volonté hors normes, un parcours atypique : l’ancienne fondeuse Célia Aymonier est devenue une biathlète de haut niveau. Rencontre avec cette boule d’énergie positive.

E

Et si une attitude valait mieux qu’un long discours pour présenter Célia Aymonier ? Retour fin mars dernier, à Oslo. La mass-start, course réunissant les trente meilleures biathlètes du monde dans La Mecque du nordique, vient de commencer. Dans un virage, la Franc-Comtoise chute sur le dos et casse sa carabine. Le temps de se relever, de constater les dégâts, elle repart en chasse du groupe qui a pris quelques longueurs d’avance. Elle récupère la carabine de réserve de l’équipe de France, mais sort quatre balles des cibles. Tous les ingrédients d’une course galère semblent réunis. Mais peu importe, la biathlète des Fourgs (25) poursuit, seule, en dernière position, ovationnée par les spectateurs norvégiens à chaque pas-

nordic

MAGAZINE

sage sur le pas de tir. Là où beaucoup auraient jeté l’éponge, la Jurassienne s’est accrochée jusqu’au bout. « Franchement, il n’y avait aucune raison de s’arrêter, dit-elle aujourd’hui. Je n’étais pas blessée, j’avais une carabine en état de marche et j’étais à Oslo encouragée autant que la vainqueur du jour par un incroyable public. J’ai vécu un moment fort ! » Le personnage est planté : ce petit bout de femme sait ce qu’elle veut et sa volonté en impose. À 25 ans, l’intéressée se présente en toute simplicité : « Célia, biathlète made in Les Fourgs, amoureuse de la vie et passionnée de sports de nature ». Une identité construite autour d’un héritage nordique familial [Lire Nordic Magazine n°XX]. « Nous tenons un gîte aux Fourgs, explique Philippe, le papa. Déjà toute gamine, Célia donnait des conseils aux touristes pour leur apprendre à skier lors des sorties que j’encadrais. » « Nous avons passé notre enfance à jouer dehors, à skier sur piste ou hors trace. Étant moniteur de ski, papa nous a donné le plaisir du sport et la passion de la nature », complète sa sœur Julie, de deux ans son aînée, avec qui elle proposait des « spectacles d’enfants » aux touristes lors  69


nordic.fr

••• des veillées au coin de la cheminée… Amoureuse du ski classique, Célia Aymonier entre naturellement au comité du Jura, où elle progresse aux côtés de Daniel Drezet, entraîneur méticuleux et féru du beau geste. « Dès le départ, j’ai vu que cette fille avait plus de volonté que les autres. Quand elle voulait quelque chose, elle mettait tout en place pour l’obtenir, se souvient-il. Elle m’appelait souvent pour étoffer ses connaissances et ne s’arrêtait pas à des choses simples. Elle acceptait la rigueur de la pratique pour perfectionner son ski. »

PORTRAIT

,

RETOUR AU BIATHLON

70

L’entourage familial, tout en la préservant d’un excès de compétitions, se prête au jeu. « On avait droit au traditionnel plat dinde – carottes, et, le soir, l’assiette de pâtes d’avant course », se souvient en souriant le paternel chargé du fartage quand la maman et la frangine devaient ravitailler la future championne. La rigueur et l’exigence physique du ski de fond, c’est précisément les deux notions qu’elle retiendra de la première partie de sa carrière internationale qui la mena jusqu’au podium des championnats du monde U23 (argent sur le 10 km classique) et, la même année, dans le relais tricolore aux Jeux de Sochi, aux côtés de deux Jurassiennes, Anouk Faivre-Picon et Aurore

Jean, et Coraline Thomas-Hugue. Malgré une quatrième place qui vaut presque une médaille dans son esprit, Célia, « lucide sur [son] avenir limité en ski de fond compte tenu de la force des Scandinaves », tourne la page l’année suivante. Et s’oriente vers le biathlon, une discipline où elle fut championne de France cadettes. « C’est une décision que j’ai prise entre moi… et moi, explique-t-elle deux ans après. Je ne me voyais pas faire autant de sacrifices et mettre autant d’implication dans le ski nordique pour me contenter de top 20 ou top 30 en coupe du monde. Finalement, cette orientation ressemble un peu à ce qu’est ma vie : faire des choix et surtout les assumer. J’avais besoin de découverte et d’un nouveau défi ». « Un beau jour, elle nous a simplement annoncé : “je pense que je vais aller au biathlon”, et aussitôt la surprise passée, nous l’avons soutenue dans ce challenge », répètent en chœur ses proches. Premier consulté sur ce choix, Simon Desthieux, son compagnon, membre de l’équipe de France de biathlon, l’encourage dans cette voie. « Elle avait le niveau et les aptitudes pour tenter sa chance, développe le biathlète d’Hauteville-Lompnes. Ensemble à l’entraînement, elle osait poser des questions bêtes qui l’ont un peu aidée dans sa progression rapide. » « Sans Simon, je n’aurais jamais eu ce niveau », tranche la Jurassienne. Depuis deux hivers, la trajectoire de la “Bourrie”, du nom des habitants du toit du Doubs, épate son entourage : « Elle réussit tout ce qu’elle entreprend, nous sommes très fiers d’elle », souffle, tout en retenue, le papa. La grande sœur n’en pense pas moins : « Je ne suis pas du tout sur

nordic

MAGAZINE

b

Pour la première fois de sa carrière de fondeuse/ biathlète, Célia Aymonier a décroché une médaille mondiale avec le relais dames à Hochfilzen.

STANKO GRUDEN/AGENCE ZOOM

my


BON DE RÉDUCTION 10% OFFERT*

sur une activité LES ROUSSES ESPACE LOISIRS : Ski alpin, ski nordique, Nom : raquettes, jardin de Rouxy hiver/été, Commando Games, randonnées Adresse : pédestres, activités nautiques (cours et locations), le monde de Rouxy. CP : Email :

Prénom :

Ville :

Je souhaite m’abonner à la newsletter Station des Rousses.

Offre valable jusqu’au 15/10/2016 sur présentation de ce bon de réduction. * Valable sur forfait, séance ou entrée unique ne dépassant pas une journée. Offre non cumulable - Nordic-Mag (mai 2017).

LA

LONGEVILLE

Nouveau site Internet : www.fouleeloisirsaugette.fr

Franche-Comté houtaud


nordic.fr

my

72

b

NORDIC MAGAZINE

PORTRAIT

,

Le regard déjà tourné vers les prochaines échéances hivernales, Célia Aymonier impressionne son entourage par sa volonté.

nordic

MAGAZINE


CÉLIA DÉGAGE QUELQUE CHOSE DE FORT, UNE GRANDE CONFIANCE EN ELLE. Julie Aymonier

••• prise de la voir à ce niveau-là, elle est bosseuse, elle a du talent, elle le fait par plaisir, par amour du travail bien fait. Célia dégage quelque chose de fort, une grande maturité et confiance en elle. Je n’ai pas peur pour elle. »

POSITIVE, DRÔLE, SENSIBLE... « Elle m’impressionne d’avoir acquis ce niveau de tir en si peu de temps, note aussi la championne du monde jeunes Lou Jeanommot. C’est très solide, surtout après avoir arrêté le biathlon en cadette. Quant à son niveau de ski, il est tout simplement énorme ! » « Le jour où elle trouvera de la régularité au tir, elle jouera dans le top 5 mondial, c’est certain, prédit Stéphane Bouthiaux, patron du biathlon tricolore. Ça peut venir vite car elle a mieux construit son tir cette saison. De manière ponctuelle, y compris sur des courses à quatre tirs, elle a réalisé de très belles séquences. Avec une saison de plus, on la verra jouer devant l’an prochain et pourquoi pas aller chercher son premier podium. » Ses qualités humaines sont également appréciées : « Célia est un gros moteur dans tous les sens du terme. C’est agréable de partager les entraînements aux Tuffes avec quelqu’un de valeur(s) », poursuit Anaïs Bescond, pilier de l’équipe de France. « Célia ne s’arrête jamais dans sa zone de confort, apprécie Daniel Drezet. Elle voit toujours les choses du côté positif, avant de parler des mauvais points. Je souhaite aux autres athlètes de la copier sur ce comportement ! » « Positive », « drôle », « sensible », Célia Aymonier est « très attentionnée avec ses proches, très soucieuse de notre bien-être », complète Julie. Le besoin de se ressourcer dans le village de son enfance est presque vital. Un trait de caractère qu’elle partage avec son amoureux : « On a tous les deux besoin de passer du temps auprès des nôtres, de nos amis, atteste Simon Desthieux. Cette source d’énergie, de remise à niveau est dans notre façon d’être. » « J’aime retrouver l’ambiance du village, me balader dans

DATES 5 août 1991 : naissance à Pontarlier (Doubs) Décembre 2010 : débute en coupe du monde de fond à La Clusaz Février 2014 : 4e du relais fond aux Jeux olympiques de Sochi Mars 2017 : médaillée de bronze en relais biathlon lors des mondiaux à Hochfilzen

nordic

MAGAZINE

ses forêts d’épicéas, respirer l’air frais, skier sur les pistes où j’ai débuté gamine », confirme l’intéressée. La jeune biathlète, amoureuse des grands espaces, ne supporte guère la vie citadine. « Après la saison, on est parti ensemble en vacances en Irlande. Au bout de trois jours en ville, à Dublin, elle craquait déjà ! », dénonce en riant sa grande sœur. Ce n’est pas un hasard si Célia a suivi une formation de naturopathe : « Ce retour aux sources de la nature a apporté des réponses à mes nombreux “pourquoi” », dit celle qui poursuit désormais des études de psychologie à l’Université de Lausanne, en Suisse. « Mais cela ne fait pas de moi la psy du groupe France, sourit-elle. Même si je reste bienveillante et réceptive auprès de tous. » Ce recul et cette maturité lui ont aussi permis de trouver avec Simon, sa place en tant que couple dans l’équipe. La jeune femme apprécie aussi de trouver matière à réflexion et évasion dans ses lectures signées Dan Brown, Paulo Coelho, EricEmmanuel Schmidt, Bernard Werber ou bientôt Ken Follett. Elle a même succombé au dernier loisir en vogue dans la planète biathlon : le tricot ! |

7, rue Mervil 25300 Pontarlier

03 81 39 04 69

www.sportetneige.com 73


nordic.fr

my

nordic

MAGAZINE

BERNARD MOREL POUR NORDIC MAGAZINE

74

b

FIGURES NORDIQUES

,

Aujourd’hui, Mickaël Philipot est un sportif de haut niveau prêt à bousculer la hiérarchie. Le Haut-Savoyard arrive dans ses belles années de fondeur.


Mickaël

Philipot Le rêveur éveillé À 23 ans, le Haut-Savoyard a découvert cet hiver la coupe du monde à La Clusaz, puis à Ulricehamn en Suède. Proche de marquer ses premiers points, il rêve de s’installer parmi les meilleurs tricolores.

L

La plus belle saison de sa jeune carrière. À 23 ans, Mickaël Philipot a vécu sa première coupe du monde, à La Clusaz [lire Nordic Magazine n° 22]. Le fondeur haut-savoyard savoure encore : « L’ambiance était magique. J’ai pris énormément de plaisir. C’était encore plus fort que je ne me l’étais imaginé. » À la maison, les émotions sont forcément plus intenses. Gérard Agnellet, le local de l'étape, ne dira pas le contraire : « On en a rêvé et on l’a fait. » Finalement 36e du 15 km, à quelques secondes seulement de ses premiers points, Mickaël Philipot a enfoncé le clou en décrochant, dans la foulée, son premier podium en coupe d’Europe, à Planica (Slovénie). De quoi lui permettre de retrouver les Maurice Manificat, Jean-Marc Gaillard et Clément Parisse à Ulricehamn (Suède). Suite logique d'un parcours qui a débuté sur le plateau des Bornes.

nordic

MAGAZINE

Quand on passe son enfance à Évires (74), face à la chaîne des Aravis, la montagne s’impose à vous. Elle résonne comme une évidence. D'ailleurs, ce terrain de jeu s'est très tôt dévoilé aux enfants de la famille Philipot. « Nos parents étaient des skieurs de randonnée et des marcheurs réguliers », raconte Mickaël. Son grand frère Jean-François, double champion de France en titre du kilomètre vertical, confirme : « On a accroché tout de suite avec la montagne. » Sauf que le benjamin a rapidement voulu se frotter aux autres. Aujourd'hui encore, les hauteurs enneigées incitent le garçon à l’effort, au dépassement de soi. Lui, l’« introverti déterminé », tel qu’il se définit, s’épanouit au contact de la neige, skis aux pieds, et rêve de devenir un athlète accompli.

UN PHYSIQUE DE WINNER Aussi la rencontre avec le ski de fond a-t-elle été décisive. « J’ai adoré, confie-t-il. Mes premières compétitions se sont bien passées, donc j’ai persévéré. J’ai skié au foyer d’Orange à La Rochesur-Foron, avant de rejoindre le Pays Rochois, un des plus grands clubs français. » La recrue côtoie ses illustres aînés, parmi lesquels l’expérimenté Jean-Marc Gaillard. « Il dégageait une grande puissance, mais aussi de la douceur et du calme », se souvient Aurélie Dabudyk, autre figure du ski-club, avec Laure  75


nordic.fr

my

••• Barthélémy. Ces « modèles » l’inspirent au quotidien. « Ils m’ont donné envie de m’accrocher pour progresser », précise celui qui espérait alors intégrer les équipes fédérales. Du haut de son mètre 89, le jeune homme élancé, taillé dans le roc, disposait déjà de qualités foncières. « J’ai rapidement perçu une grande endurance à l’effort. Ses vieux records en course à pied tiennent encore aujourd’hui au niveau du comité. On a vite senti son potentiel », se rappelle Jean-Claude Roguet, l’un de ses premiers entraîneurs. Dans les catégories jeunes, il allait poser les fondations de son palmarès, avec des victoires en coupe de France et de belles courses continentales. Les portes du collectif fédéral s’ouvraient en 2010. Mais, faute de résultats, se refermaient, en 2012, au passage dans la catégorie senior, malgré son statut de vice-champion

b

VIANNEY THIBAUT

Mickaël Philipot lors de l'étape de coupe du monde de La Clusaz.

junior de mass start. Bien que déçu, l’Évirois ne baissait pas les bras et rejoignait le Haute-Savoie Nordic Team, qui lui offrait la possibilité de poursuivre sa carrière. « On était ravi de l’accueillir. Il s’est d'ailleurs très vite impliqué dans l’équipe. Sur le plan sportif, il a accru sa quantité de travail. Il avait vraiment envie de passer un cap », se remémore Alban Gobert, manager du team. Le fondeur des Bornes a découvert une nouvelle famille qui lui a donné la possibilité de regarder de l'avant, notamment en direction de la coupe d’Europe : « C’était la seule façon de continuer à m’entraîner régulièrement ». Tout en gardant en tête ses rêves d'équipe de France : « Je travaille chaque jour pour ça. Le team est un tremplin pour décrocher des sélections ». Aujourd’hui, Mickaël Philipot est un sportif de haut niveau prêt à bousculer la hiérarchie. Le Haut-Savoyard arrive dans ses belles années de fondeur. Sa marge de progression est encore importante, s’il arrive, disent ceux qui le connaissent bien, à dé76

passer certaines barrières, notamment sur le plan mental. Parfois distrait, il lui arrive de s’égarer sur son propre chemin, absorbé par ses pensées. « Il a du mal à s’extérioriser. C’est difficile de savoir ce qu’il pense », note son ex-mentor, Jean-Claude Roguet. Son nouvel entraîneur, Émilien Buisson, acquiesce : « C’est un athlète qui réfléchit beaucoup, dans le bon sens, mais aussi dans le mauvais. Il est quelquefois dans la lune. C’est un défaut qu'il corrige ». L’intéressé concède pudiquement : « Oui, mon mental me joue parfois des tours. » Le fondeur rochois a d'autres atouts qui le font clairement sortir du lot. « Sa force, c’est son physique. Il est très athlétique sur le plan musculaire. On a toujours l’impression qu’il skie sans forcer », décrit encore son coach. Très à l’aise en style libre, sa technique impressionne ses collègues : « C’est agréable de skier à ses côtés. Il sait faire glisser son ski. C’est un vrai modèle », confie Gérard Agnellet. Un style qui ressemble de près à celui de son idole, le numéro 1 mondial, le Norvégien Martin Johnsrud Sundby. « Un Dieu sur des skis » qu’il admire depuis toujours.

LA MONTAGNE POUR JARDIN SECRET Prêt à faire des sacrifices, Mickael Philipot a décroché ses premiers top 10 en coupe d’Europe en 2015. Et a enchaîné, en 2016, avec un hiver qu'il n'est pas près d'oublier. Il se verrait bien mieux faire encore en cette saison olympique. Mais, pour franchir cette nouvelle marche, il lui faudra passer par des sélections exigeantes du fait de la densité chez les jeunes fondeurs tricolores jamais rassasiés de podiums sur la coupe des Alpes (Jean Tiberghien, Adrien Backscheider, Jules Lapierre, Damien Tarantola, Paul Goalabré, Valentin Chauvin…). Le skieur des Bornes, placide, y voit une opportunité de poursuivre sa montée en puissance : « L’émulation est positive. Cette concurrence nous tire vers le haut car rien n’est jamais acquis d’avance. » Sûrement, il lui faudra oser s’affranchir et repousser ses propres limites, comme le pense Alban Gobert, qui glisse un conseil à son protégé : « C’est bien de réfléchir au sens des choses que l’on fait, mais il faut savoir lâcher les chevaux ». En attendant, le fondeur profite de la période estivale pour vivre ses autres passions, une guitare folk ou un livre à la main. Mais ce baroudeur des cimes n’est jamais très loin des sommets. La montagne comme une obsession. Là-haut, il ne manque de rien. La montagne, son jardin secret, son berceau d’évasion et d’espérance, l’invite à citer Mike Horn, aventurier légendaire : « On rêve trop souvent les yeux fermés, il faut plutôt rêver les yeux ouverts. » Entre fiction et ambition, il songe aux Jeux olympiques. « Ce n’est pas un objectif, mais je le garde dans un petit coin de ma tête ». Comme un rêve qui pourrait devenir réalité. |

MICKAËL PHILIPOT EST TRÈS ATHLÉTIQUE. ON A L'IMPRESSION QU'IL SKIE SANS FORCER. nordic

MAGAZINE


DISTILLERIE

GUY

Depuis 1890, 5 générations

Un Pont !

c’est Pontarlier-Anis

L’abus d’aLcooL est dangereux pour La santé. À consommer avec modération. Guy.indd 1

5 rue

18/05/2017 17:

robert schumann - 25300 Pontarlier

Tel : 03 81 46 87 54 - Cyclodoubs

gmail.com

Votre spécialiste

anciennement cycles racle

sur Pontarlier

Nouveaux propriétaires Nouvelle équipe Nouveaux produits Vélo électrique

Vélo tout terraiN

retrouvez vos plus grandes marques

nordic

MAGAZINE

Vélo de route

www.cyclodoubs.fr

77


nordic.fr

my

FIGURES NORDIQUES

,

b

GIANPAOLO PIAZZI/AGENCE ZOOM

À Toblach, en janvier dernier. Maurice Manificat monte sur le podium du 10 km skate. Aussitôt, Claude Badonnel sort le drapeau tricolore qui a vécu tant d'exploits.

78

nordic

MAGAZINE


BADO

Le baromètre des bleus

Claude Badonnel s’occupe des skis des meilleurs fondeurs français depuis plus de 25 ans. Le Vosgien est aussi l’homme qui porte le drapeau tricolore les jours de podiums.

M Même ceux qui ne connaissent pas parfaitement l’équipe de France de ski de fond n’ignorent pas son visage. Les jours de gloire, on le voit exhiber, dans l’aire d’arrivée, le drapeau tricolore, avec le visage radieux d’un homme comblé par ce nouveau podium. « Dans ces moments-là, c’est même le plus heureux de tous », sourit le médaillé olympique Jean-Marc Gaillard. Une tradition bien ancrée depuis près de vingt-cinq ans. « Je ne me souviens plus de la première fois, avoue Claude Badonnel. J’avais récupéré ce drapeau auprès du responsable du matériel de l’époque à la fédération. Et après tout ce temps, c’est encore le même ! » Rescapé certes de quelques situations extrêmes, comme ce jour « où il a failli prendre feu à Planica. » « Il a toujours le drapeau dans le fourgon », sourit Jean-Pierre Giachino, ancien entraîneur du groupe dames, devenu technicien, qui côtoie « Bado » depuis une quinzaine

nordic

MAGAZINE

d’années. Le Vosgien confirme : « Il est dans le bus, derrière le siège du passager. Je ne le sors que quand la ligne est franchie ou le podium assuré. » Ce qui lui vaut parfois des courses échevelées afin d’arriver à temps, comme pour la deuxième place de Baptiste Gros et Lucas Chanavat en team sprint lors des pré-olympiques à Pyeongchang, en Corée du Sud. « J’étais exténué ! Mais j’ai pris mes repères pour les JO l’an prochain, qui s'annoncent extraordinaires. Il y a tout dans un rayon de trois kilomètres. » Des Jeux qui devraient en principe sonner la fin de l’aventure pour Claude Badonnel, 57 ans, mais toujours aussi enthousiaste. Son histoire avec l’équipe de France de ski de fond a débuté en 1978, en juniors. Son meilleur souvenir d’athlète ? Les Mondiaux 1982 à Oslo, malgré un 50 km « catastrophique, avec une grosse fringale à partir du 38e km, au moment où la télé prenait l’antenne ». « L’ambiance était exceptionnelle. On ne la trouve nulle part ailleurs, avec des gens qui campent pendant une semaine au bord des pistes », sur cette légendaire colline d’Holmenkollen, qui surplombe la capitale norvégienne. Le fondeur de La Bresse participe, la saison suivante, aux préolympiques à Sarajevo, mais n’est pas sélectionné pour les JO, en 1984. « J’étais le quatrième homme et il n’y a pas eu de relais… J’ai été déçu sur le coup, avant de me faire une raison. » Deux ans plus tard, il met un terme à sa carrière. « L’arrivée du skating m’a fait arrêter. Bill Koch a amené le demi-pas de patineur, mais je n’ai pas voulu m’y mettre. » Il  79


nordic.fr

my

son fils de huit ans et demi, Leonard. « Entre avril et octobre, je fais 29 000 km », auxquels s’ajoutent les 20 000 à 25 000 au volant du bus de l’équipe de France, l’hiver. Oberstdorf 2005, c’est aussi l’époque d’une équipe de France menée par l’Italien Roberto Gal. « C’est mon idole, avoue le Vosgien. On est resté en contact. J’ai aimé sa façon de travailler avec les athlètes, sa camaraderie. Il faisait confiance à 100 % et son bon esprit générait une belle ambiance. » « Bado » n’en oublie pas pour autant la suite : il garde en haut de son classement personnel les médailles des JO de Sochi et des Mondiaux de Falun. D’autant qu’en Suède, il n’a pas sorti le drapeau que pour le fond, avec la razzia du combiné nordique. « Je suis toujours avec des jeunes, je n’ai pas l’impression d’être vieux, rigole-t-il. Même si depuis deux saisons, c’est un petit peu plus dur, je suis moins sur le terrain, plus dans la cabane, où je trouve bien ma place. »

••• rate le bon wagon, sort de l’équipe et commence alors à travailler aux Douanes, qu’il avait intégrées après son service militaire. La coupure ne sera toutefois pas longue. En septembre 1989, Michel Didierlaurent, le directeur des équipes de France, lui demande de rejoindre la cellule technique. « Bado » accepte tout de suite. « J’étais pourtant en train de construire ma maison, se souvient-il. Je l’ai fermée en disant que je finirai le reste plus tard. Au printemps. » Depuis, Claude Badonnel n’a raté que deux saisons avec l’équipe de France, au sein de laquelle il a écumé les circuits de coupe du monde et de coupe continentale. Un quart de siècle à constater l’évolution du matériel, des farts et du job de technicien. « Avant, c’était plus relax, confesse-t-il. Ce n’était pas la même façon de travailler. »

CONNU COMME LE LOUP BLANC

b

ALAIN GROSCLAUDE/AGENCE ZOOM

« Bado», une figure désormais légendaire de la cabane de fartage.

« Il a beaucoup d’expérience, il connaît bien le circuit, souligne Jean-Pierre Giachino. Il fonctionne à l’ancienne, mais dans la cabane, tu peux compter sur lui. Quand quelqu’un a un problème, il fait souvent appel à lui. » L’usure du temps ne l’a pas encore gagné. « Il y a une très bonne ambiance dans l’équipe de France, le groupe de techniciens est soudé. C’est cette ambiance de feu qui nous a fait gagner des médailles », insiste « Bado », dont le meilleur souvenir reste le titre mondial remporté par Vincent Vittoz, en 2005, à Oberstdorf, en Allemagne. « Je sentais qu’il pouvait faire quelque chose et je lui avais préparé chez moi une grosse coupe en bois. » Le soir du sacre, le champagne avait coulé à flots dans l’hôtel des Tricolores, à Fischen. Et même sur les plafonds. Claude avait alors promis de revenir réparer les dégâts deux mois plus tard. L’occasion d’entamer une belle histoire d’amour. « C’est grâce à Toz que j’ai connu Brigitte ! », rigole « Bado », qui partage pour l’heure son existence entre les Vosges et l’Allgäu, en Bavière, où vit également 80

« Parfois, ça fuse, explique Jean-Pierre Giachino. Mais tu as intérêt à ce qu’il règne une bonne ambiance et une bonne dynamique quand tu te retrouves à sept, de 25 à 55 ans, les uns sur les autres. C’est d’abord une aventure humaine, avec la philosophie de se dire que ce n’est que du ski. Cela nous aide à prendre les bonnes décisions et à rester soudés. » Dans ce cadre-là, le caractère des hommes s’avère important pour que l’alchimie se fasse. « Bado est quelqu’un de très jovial, il aime aller au-devant des gens, ajoute Giachino. Il est constamment d’humeur égale, toujours joyeux sur les déplacements et dans la cabane. » « C’est un gars en or, extrêmement gentil, renchérit Jean-Marc Gaillard. Je ne l’ai jamais entendu dire du mal de quelqu’un. Et c’est le technicien à tout faire : il farte, il teste les skis, il bricole dans la cabane et, en plus, comme il n’aime pas trop l’avion, il conduit la camionnette ! C’est un vrai passionné. On a l’impression que chaque étape de coupe du monde, c’est un cadeau pour lui. Une personne comme ça, on en a besoin dans l’équipe. C’est impossible de se prendre la tête avec lui. » Un constat partagé par le leader tricolore Maurice Manificat : « Je ne connais pas plus courtois et serviable que lui. Il a toujours des petites attentions : tu lui demandes quelque chose et il le fait. On a d’ailleurs parfois tendance à abuser ! En tous les cas, il fait tout pour te rendre service. C’est un homme attachant, avec un grand cœur. Un bosseur, également. C’est impressionnant aussi de voir comme il est connu de tous, même des étrangers. Comme le loup blanc ! » Et pas seulement parce qu’il s’agit de l’homme au drapeau, le baromètre de l’équipe de France. Mais bien parce que « Bado » est un vrai personnage du circuit. |

« C'EST UN GARS EN OR », « ATTACHANT ». CHEZ LES FONDEURS, « BADO » FAIT L'UNANIMITÉ. nordic

MAGAZINE


Super qualité Design personnalisé

Trimtex produit des vêtements pour le ski nordique depuis 40 ans et nous équipons certains des meilleurs athlètes mondiaux. Mais nous avons également des habits adaptés aux plus petits. Pour qu’eux aussi puissent faire leurs premières poussées de bâtons avec style.

Contactez-nous pour recevoir une proposition de design gratuite

Vous trouverez ce qu’il vous faut dans notre large collection. Et en plus le design est personnalisable!

Baptiste Rollier M: +41 79 517 69 38 | T: +41 32 580 02 01 baptiste@trimtex.no | www.trimtex.no

Nordic magazine_A5-o-annonse_Fransk_05-16.indd 1

13.05.2016 11:50:42

26-27 AOÛT 2017

LUS LA CROIX HAUTE GRESSE EN VERCORS

SAMEDI 26 AOÛT RANDO LA KIDS

RACE 6 KM LA FREE RANDO 25 KM

LA FAMILY

RUN 16 KM

STREET RACES EN SOIRÉE

www.carrergraphiste.com - Photos : David BOUDIN - Martine LOPEZ

DANS

LUS

DIMANCHE 27 AOÛT CHRONO RANDO ULTRA

L’

L’EXTREME

80 KM

100 KM

LA

SPORT 40 KM

LA

L’EXPERT

60 KM

LOISIR 24 KM

Le partage de l’expérience Tél.: 09 84 24 31 03

LABEL DE

INFOS WWW.TRANSVERCORS-VTT.COM

nordic LA FFC

MAGAZINE

Depuis 1985

www.randorunning.com 30 Faubourg Rivotte 81

BESANçON


nordic.fr

my

nordic

MAGAZINE

b

82

DR

FIGURES NORDIQUES

,

Erwan Käser durant les vacances d'avril sur Le Morne à l'île Maurice.


Erwan

Käser Kaser Le douanier est de retour Le fondeur vaudois, cousin de Jovian Hediger, a retrouvé un bon niveau après avoir achevé sa formation de garde-frontières. Il rêve d’une qualification pour les prochains JO.

O

« On peut se voir dans le restaurant de ma maman, le Café de la Gare, à Bex. » Il n’a pas été très compliqué de convenir d’un lieu de rendez-vous avec Erwan Käser. En entrant dans la salle, on perçoit tout de suite la présence du ski. Impossible de rater les photos d’Erwan Käser, ni celles de son cousin Jovian Hediger [lire Nordic Magazine n°12] – leurs mamans sont sœurs – dans différentes courses, et notamment lorsque le jeune Suisse a remporté le titre national du sprint, en mars 2014, à Leysin. Les deux garçons ont grandi ensemble au sein du ski-club de Bex, mais leur trajectoire n’a pas exactement été la même. Très jeune, Erwan Käser a fait le choix de l'émancipation. « J’ai été un des premiers Romands à partir au Gymnase de Davos, expliquet-il. J’avais seize ans et cela n’a pas été facile à vivre tous les jours. C’était néanmoins le bon choix car, tant sur le plan sportif qu’humain, l’expérience a été très enrichissante. »

nordic

MAGAZINE

Une fois sa maturité commerciale en poche, le Bellerin a décidé de se consacrer totalement à son sport. « J’ai été professionnel à 100 % pendant deux ans », précise-t-il. « Davantage que moi, Erwan est philosophiquement un vrai fondeur, un skieur un peu à l’ancienne dirais-je », relève Jovian Hediger. L'intéressé se plaît d’ailleurs à souligner que, d’une manière générale, il se ressent « vrai sportif dans l’âme ». Et d’ajouter : « il y a le ski de fond bien sûr, mais pas seulement. J’ai un peu de peine à rester en place. J’aime bouger, être dans la nature, faire de l’escalade en été par exemple. Bref, le sport, c’est mon truc. » Pourtant, malgré le titre national de sprint obtenu alors qu’il n’avait pas encore 22 ans, sa carrière n’a jamais vraiment décollé. En tout cas, pas autant qu'il l'aurait souhaité. Elle est plus discrète que celle de son cousin. Alors que ce dernier s’est solidement installé à l’échelon de la coupe du monde du sprint et a pris part à trois championnats du monde, ainsi qu’aux JO de 2014 à Sochi, Erwan Käser, lui, n’a été aligné que très irrégulièrement au plus haut niveau et n’a encore participé à aucune compétition majeure. « Je n’ai pas trouvé très correct de la part de Swiss-Ski de ne jamais le sélectionner, estime son oncle, Daniel Hediger. Je pense en particulier aux championnats du monde de Lahti de cette année. Sur la base de ses résultats, il aurait mérité d’y être, en particulier en sprint où nous n’avions que deux athlètes au départ alors que quatre places étaient disponibles. » Sans doute le Vaudois a-t-il fait des choix qui ont pu  83


nordic.fr

my

••• influencer négativement sa carrière. « Je me suis dit qu’il fallait aussi songer à un avenir professionnel, justifie-t-il. Comme nous avons la possibilité d’entrer dans les gardes-frontières, j’ai décidé d’aller dans cette direction. » Même si cette voie est faite pour permettre aux skieurs de suivre une formation professionnelle tout en continuant la pratique de leur sport au plus haut niveau, Erwan Käser a été contraint de faire quelques concessions. « J’ai un peu sacrifié ma saison 2015-2016. C’était nécessaire et je ne le regrette pas. C’est un boulot qui me plaît vraiment bien. » En vouloir et aller de l’avant… C’est bien ce que compte faire le douanier sur le plan sportif. Après tout, il n’a que 25 ans et il peut encore s'exprimer. « Comme moi, Erwan est un vrai compétiteur et il déteste la défaite, dit Jovian Hediger. Il a un peu perdu pendant sa formation, mais l’hiver dernier, il est déjà

b

VIANNEY THIBAUT

Erwan Käser lors des épreuves pré-olympiques à Pyeongchang.

revenu à un bon niveau. » Au cours de cette saison 2016-2017, Erwan Käser a en effet de nouveau fait un peu parler de lui. « Il y a une année, je ne savais pas vraiment où me situer par rapport aux autres, d’autant que j’avais été retardé au début de la préparation. Compte tenu de tout ça, je peux être satisfait de ma saison 2016-2017. J’ai marqué quelques points de coupe du monde et j’ai remporté le titre national de team sprint avec Ueli Schnider. » L'athlète a réussi ses meilleurs résultats en sprint, mais on ne peut pas pour autant le ranger parmi les spécialistes de la disci-

ERWAN KÄSER EST UN FONDEUR « UN PEU À L'ANCIENNE ». pline. Au contraire même. « Erwan, c’est la polyvalence personnifiée, estime Daniel Hediger. Au niveau des styles, il est toutefois un peu meilleur en skating. Il est à l’aise aussi bien en sprint que dans les courses plus longues, ce qui ne va pas sans lui poser quelques problèmes au moment de choisir sur quelles épreuves il doit se focaliser. » Et le consultant de la Radio Télévision Suisse (RTS) de préciser : « Je ne sais pas si c’est dû à un manque de maturité et de confiance, mais il n’a pas osé assez s’affirmer jusqu’à présent. Maintenant qu’il peut de nouveau se consacrer en plein au ski de fond, il doit le faire davantage car des qualités, il en a. »

PYEONGCHANG EN LIGNE DE MIRE Convaincu qu’il a un potentiel, le compétiteur croit en ses chances de se faire vraiment une place au plus haut niveau. Dans sa ligne de mire, il y a évidemment les prochains Jeux olympiques de Pyeongchang en Corée du Sud dont il a découvert les pistes il y a quelques mois. « C’est clair que c’est mon grand objectif, confirme-t-il. Pour espérer me qualifier, il faudra être dans le coup dès le début de la saison. Peut-être que j’ai plus de chance d’y parvenir en sprint, mais celui des JO sera en style classique, ce qui ne me plaît que moyennement. J’avoue avoir une préférence pour le skating. Alors je regarde aussi sur les courses de distance. » Pour Yves Lanquetin, entraîneur de Ski Romand qui a connu Erwan Käser à ses débuts, « tous les voyants sont au vert ». « Maintenant qu’il peut penser 100 % au ski de fond, il va faire un bond en avant, complète-t-il. À plus forte raison que sa carrière devrait être mieux gérée au sein de Swiss-Ski à l’avenir. » Jovian Hediger est également convaincu que son coéquipier a les moyens d’être plus fort. « Comme il bénéficie maintenant de meilleures conditions, il va pouvoir augmenter le volume d’entraînement et progresser dans tous les domaines », déclare-t-il, en ajoutant cependant : « Comme c’est un skieur polyvalent, sa difficulté sera de faire les bons choix de courses. » Entre Erwan Käser et Jovian Hediger, la complicité est grande et les deux athlètes s’appuient sur cette belle entente pour se stimuler mutuellement... et progresser. « On compte beaucoup l’un sur l’autre », souligne Jovian. « La majorité des entraînements, nous les faisons ensemble, relève pour sa part Erwan. C’est une très bonne chose d’être deux et de pouvoir nous préparer dans notre région. Ça fait du bien de ne pas être tout le temps dans le groupe ; les deux, on peut aussi parler d’autre chose que de ski. » |

b

VIANNEY THIBAUT

Le jeune Vaudois a été sacré champion suisse de team sprint.

84

nordic

MAGAZINE


www.photographit.ch

A la conquête des grands espaces... et vive l’ivresse des contrastes!

nordic

MAGAZINE

www.skidefond.ch 85


nordic.fr

my

86

MAGAZINE

NORDIC MAGAZINE

nordic

b

REGARDS CROISÉS

,

Annette Lamy Chappuis et Marillac Manificat ont été les témoins privilégiés de l'ascension sportive de leur fils respectif.


Annette Lamy Chappuis Marillac Manificat

« Nous sommes mamans de champions » Elles sont partie prenante de la réussite et l’épanouissement de leurs enfants, se prennent au jeu des déplacements, succombent aux émotions fortes. Comment les mamans de Maurice Manificat et Jason Lamy Chappuis, Marillac et Annette, vivent-elles leur statut de mère de champions ?

O

n ne les voit pas et, pourtant, ils ne sont pas étrangers à la réussite de leurs enfants. Les parents des champions voient grandir et s’épanouir leur progéniture dans le milieu, souvent ingrat, du sport du haut niveau. Pour Nordic Magazine, les mamans de Jason Lamy Chappuis et Maurice Manificat se confient sur leur rôle, leur présence et aussi leur façon de vivre par procuration cette aventure.

NORDIC MAGAZINE Y a-t-il un moment où vous vous êtes rendues compte que votre enfant avait des capacités pour devenir un champion d’exception ? Marillac Manificat On n’y pense

nordic

MAGAZINE

pas. Un jour, Maurice nous a demandé de l’inscrire au ski-club d’Agy pour faire de la compétition en ski de fond. Son instituteur de l’époque, M. Petit qui était le président du club, l’a accompagné dans cette direction. Il a ensuite franchi les étapes : champion

LE MAKING-OF Entre le village jurassien de Bois d’Amont des Lamy Chappuis et la commune haut-Savoyarde de Thyez où résident les Manificat, c’est finalement à la terrasse du café Le Savoie, à Saint-Julien-en-Genevois, que Marillac et Annette se retrouvent sous le soleil de début avril. Les mamans de Maurice et Jason ne se connaissent pas mais très vite se tutoient. Et les points communs dans leur parcours de maman sautent rapidement aux yeux.

de France cadet, puis junior, équipe de France… À partir du moment où il est devenu mordu, on faisait comme tous “les parents taxi”. On l'emmenait le samedi, le dimanche, le mercredi pour l’entraînement… Annette Lamy Chappuis C’est drôle car tout le processus que tu décris est similaire à ce qu’a vécu Jason jusqu’à la catégorie cadet. Il se faisait plaisir. À aucun moment, et même plus tard, on ne s’est dit qu’il serait champion. Lors de ses premières courses au niveau international, il tournait bien. Puis, un jour, après une nouvelle compétition, son entraîneur, Nicolas Michaud, m'a annoncé : « il a gagné ». Cet échange reste gravé dans ma mémoire car cette victoire nous a fait prendre  87


nordic.fr

my

••• conscience que Jason pouvait faire quelque chose en combiné.

Une fois que le constat était établi, comment avez-vous accompagné votre fils sur ce chemin, parfois ingrat, vers le haut niveau ? Annette Lamy Chappuis Pour moi, les choses ont toujours été claires : je n’avais aucun rôle à jouer sportivement. Jason avait ses coachs, l’encadrement, le staff… Jason avait juste envie qu’on soit là, discrètement,

« Cela ne nous serait jamais venu à l'idée de pousser Jason », confie sa maman, Annette, qui commente la coupe du monde de Chaux-Neuve et s'investit dans la Worldloppet.

Marillac Manificat Non, je dirais que cela été facile car je n’ai pas l’impression que Maurice ait traversé une crise d’adolescence. Annette Lamy Chappuis Ce fut la même situation chez nous. Marillac Manificat Avec son frère de quatre ans son cadet, les choses ont été différentes. Il n’aimait pas la compétition alors que Maurice avait cela en lui. L’école s’est bien passée pour lui : avoir une bonne tête et ne pas subir la pression n’est pas donné à tous les enfants. Annette Lamy Chappuis Cela ne nous serait pas venu à l’idée, ni à mon mari, ni à moi, de le pousser. De toute façon, cela n’aurait pas marché, car ce sont avant tout les enfants qui ont envie de faire ou ne pas faire les choses. Pour Jason, qui touchait à tout, on était plutôt à le freiner dans toutes ses activités, à le canaliser un peu. Marillac Manificat En cela, la présence et l’aide des coachs a été précieuse pour exploiter leur tempérament à bon escient, quitte, parfois, à en demander beaucoup aux jeunes, notamment en automne, une période importante pour le fond.

REGARDS CROISÉS

,

b

CHRISTOPHE PALLOT/AGENCE ZOOM

XXXX

88

mais qu’on soit là, en soutien, pour échanger. Rien de plus. Marillac Manificat Avant de partir ou au retour des compétitions, on s’occupait de la gestion des sacs, des lessives… Ce que j’ai trouvé parfois compliqué, c’est d’avoir face à nous un jeune en pleine croissance. On tâchait de veiller sur lui de la meilleure façon possible. On se transformait parfois en masseur !

Étiez-vous “rassurée” que Jason et Maurice poursuivent des études secondaires poussées en parallèle de leur carrière sportive ? Annette Lamy Chappuis C’était une obligation ! Marillac Manificat Quand Maurice est entré au pôle espoir du lycée du Fayet, on a échangé avec les professeurs qui nous ont vite rassurés sur ses capacités d’apprentissage.

le choix, sauf celui de choisir le type d’études et donc son avenir professionnel. Marillac Manificat Et parfois, les sportifs manquent de débouchés, à part technico-commercial qui ne ten-

JE N'AVAIS AUCUN RÔLE À JOUER SPORTIVEMENT. Annette Lamy Chappuis

Même en voulant bien faire, les risques de se tromper sont nombreux : devenir étouffant, mettre la pression… Avez-vous dû y faire face ?

Annette Lamy Chappuis On a eu de la chance car Jason avait également des facilités scolaires. Pour nous, c’était impensable qu’il n’ait pas un minimum de bagage. On lui disait souvent : « Même si tu réussis mon gars, à 30 ans c’est fini ! » Il n’avait pas

tait pas du tout Maurice. On s’est renseigné à l’Université de Grenoble pour une formation en biologie. Ils n’étaient pas nombreux dans sa formation, surtout dans ce type d’apprentissage concentré sur une période de l’année. Annette Lamy Chappuis Il faut

nordic

MAGAZINE


MARILLAC MANIFICAT 12 avril 1960 : naissance à Mont-de-Marsan 14 juillet 1984 : ascension du Mont-Blanc Hiver 2009 : Maurice devient champion du monde U23 au Praz de Lys

ANNETTE LAMY CHAPPUIS

b

Maurice Manificat lors des championnats du monde de ski nordique de Lahti, en février dernier.

GIOVANNI AULETTA/AGENCE ZOOM

30 octobre 1959 : naissance à Spokane, Washington (USA) 9 septembre 1986 : naissance de son fils unique, Jason 14 février 2010 : une joie immense avec le titre olympique de Jason

reconnaître que le haut niveau les aide à se structurer, à s’organiser, à apprendre différemment. Marillac Manificat En fait, la Faculté permettait à Maurice de faire une vraie coupure et il se lançait du coup dans ce qu’il vivait comme un nouveau défi.

Comment avez-vous vécu les grands moments comme la médaille olympique de Maurice avec le relais ou les nombreux titres de Jason ? Annette Lamy Chappuis A Vancouver, on voulait juste vivre ce moment, avec les amis d’enfance de Jason et des proches. On est arrivé deux heures avant l’ouverture du stade pour partager un moment avec Jason. Malgré son retard après le saut, il est remonté dans le groupe de tête et on a dû attendre de longs instants avant de voir le nom de Jason s’afficher en première position, après son sprint avec Johnny Spillane. À ce moment-

nordic

MAGAZINE

là, ce fut une délivrance incroyable, magique, un moment inoubliable à s’en briser les cordes vocales, comme l’a fait Kevin, un ami de famille. Marillac Manificat Avant Sochi, on avait vécu avec bonheur la sélection de Maurice pour Vancouver qui avait enragé de terminer sixième du 15 km. Quitte à passer pour quelqu’un d’ambitieux ou de présomptueux, il s’était mis de gros objectifs pour ses premiers Jeux. Ensuite, la quatrième place avec le relais lui était vraiment restée en travers de la gorge. Alors, quand il a remporté la médaille de bronze à Sochi avec Ivan, Jean-Marc et Robin, c’était un moment très fort que nous avons vécu avec les jeunes du club et les gens du village dans la salle des fêtes de Thyez. C'était une ambiance très populaire et bon enfant.

Et comment réagir dans les moins bons moments ?

Annette Lamy Chappuis Notre rôle n’est pas de leur dire : « ce n’est pas grave, il y a aura d’autres occasions », ils savent déjà cela. On doit être présent pour les sortir, couper d'avec le sport. Après tout, la vie n’est pas faite que de succès.

Annette, que se passe-t-il quand tout s’arrête, quand Jason annonce sa retraite sportive à Falun ? Annette Lamy Chappuis Quand il arrête, ce n’est pas une surprise totale. Jason nous avait plus ou moins confié que, s’il réalisait de bons Mondiaux, il mettrait un terme à sa carrière. Malgré cela, après son annonce, on s’est dit avec Daniel : « que va-t-on faire de nos week-ends ? » Maintenant, on rend visite à Jason en Angleterre où il suit sa formation de pilote. Marillac Manificat Maurice, lui, semble voir encore loin après les Jeux olympiques de 2018 ! |

89


’ nordic.fr

my

P

rière de printemps : « En mai, fais ce qu’il te plaît » Chers Plaisir, instinct et fraîcheur. Je vous implore tous trois de venir frapper à ma porte en ce mois de reprise. Puissiez-vous m’accompagner jusqu’au bout de ma quête et guider mon bras armé vers le but ultime. Tels seront les maîtres mots de cette nouvelle saison...

Plaisir Intuition Fraicheur.

P.I.F. pif pif pif pif pif pif pif pif pif pif pif pif.

Sans dire que je remets mon destin aux mains innocentes du hasard, je souhaiterais cette année retrouver plus de naturel, de jeu et d’épanouissement dans ma pratique sportive. Le sport de haut niveau ayant la fâcheuse tendance à déborder sur ma vie personnelle, je remets de l’ordre et dépoussière quelques idées qui pourraient m’aider à me lancer sur cette voie :

PPp.

Pour le plaisir, il s'agira juste de voir étôc nob ud eiv al, en prenant le temps de profiter de maints petits

plaisirs du quotidien (famille, grand air, chocolat, sport, silence...).

IIi.

Le chien joue avec mon premier. Mon second s’ouvre sur le grenier. Mon tout fera partie de certaines séances d’entraînement particulières afin de cultiver Monsieur Instinct.

FFf.

Enfin, si vous voulez vous payer une bonne tranche de fraîcheur, rendez-vous pris à l’espace forme de Villard-de-Lans, à 14 heures tapantes certains jeudis, pour me voir gesticuler à contretemps sur un cours de « cardio-training ». Je

Trois mots pour une saison suis le machin rouge, suant, sautant plus haut que les autres mais pas en même temps en souriant de toutes mes dents. De quoi rigoler.

90

SINDY THOMAS b

MARIE DORIN-HABERT

,

Voilà, entre autres quelques ingrédients de cette recette au pif, qui, si elle ne me permet pas d’aller plus haut, m’apportera certainement de chouettes souvenirs et un plaisir renouvelé de pratiquer cette belle discipline qu’est le biathlon.

Marie Dorin-Habert est quintuple championne du monde de biathlon.

nordic

MAGAZINE


CONNECTÉE AUX ÉQUIPES DE FRANCE DE NORDIQUE

Baptiste GROS

Richard JOUVE Enora LATUILLIÈRE

Crédit photos : Agence Zoom

Justine BRAISAZ

Martin FOURCADE

nordic

MAGAZINE

91


nordic.fr

my

HAUT-BUGEY

NANTUA

TERRE NORDIQUE

,

Camp de base pour le trail

92

Inaugurée en juin 2016, la Station de Trail © Haut-Bugey propose 18 itinéraires sécurisés et balisés. Pour un territoire doté d’une riche culture industrielle et sportive, c’est une aubaine en termes de développement touristique. nordic

MAGAZINE


MAGAZINE

93

b

nordic

PATRICE LABARBE

Xavier Thévenard, traileur né à Nantua, s’est illustré sur les plus grandes courses du monde. Il sera fin août au départ de l’UTMB.


nordic.fr

my

TERRE NORDIQUE

,

Q 94

Quel est le point commun entre Ossau et Bagnères-de-Luchon dans les Pyrénées, le Pays des Écrins dans les Alpes, Gérardmer et la vallée du Munster dans les Vosges et le HautBugey dans l’Ain ? Toutes ces destinations montagnardes font partie d’un réseau de stations de trail initié par un équipementier [lire par ailleurs] regroupant une trentaine de stations proposant plus de 300 parcours sécurisés. C’est cet ensemble qu’a intégré, en juin 2016, la station du Haut-Bugey dans l’Ain. Une première pour le massif jurassien. Qu'elle soit située dans le secteur d’Oyonnax ne doit rien au hasard. La vallée du plastique est coutumière de grands événements sportifs. Le 9 juillet, le Tour de France part de Nantua en attendant le Tour de l’Ain, le 11 août prochain… Chaque jour de match, les supporters vêtus de rouge et noir vivent au rythme des exploits des rugbymen de l’USO en Top 14. Le 21 avril dernier, le club, aujourd’hui emmené par Eamonn Sheridan, Lucas Chouvet ou encore James Hall, a fêté le cinquantenaire de son ascension en division 1 (1967 – 2017). Cette culture sportive ne se limite pas au réputé et redouté stade Charles-Mathon. La nature envi-

Xavier Thévenard et Claude Perrier, l’animateur de la station de trail.

ronnante est un terrain de jeu bien plus vaste, que le Haut-Bugey a donc retenu pour son nouveau positionnement touristique. Une stratégie que les élus ont portée à l’échelle de l’intercommunalité, en s’appuyant sur les points forts du secteur : une moyenne montagne douce et accessible, de nombreux

Vaud

Jura

Oyonnax

Genève

Nantua Ain

Haute-Savoie

lacs, dont certains très sauvages, des paysages préservés et bien identifiés, une proximité avec les grands axes de circulation (TGV, autoroute…) et des grandes villes comme Lyon ou Genève situées à moins d’une heure de route… « Les activités de pleine nature et le potentiel pour la pratique du trail se sont naturellement imposés comme des leviers intéressants de développement et de notoriété, résume Jean-Pierre Carminati, viceprésident de la communauté de communes Haut-Bugey (CCHB) et maire de Nantua. D’autant que nous capitalisons aussi sur l’image de bien-être véhiculée par le massif du Jura. » Le Haut-Bugey transpire le Jura à plein nez. À moyenne altitude, les

nordic

MAGAZINE


mélèzes remplacent les épicéas, les haies de buis odorant délimitent le sentier, les points de vue spectaculaires sur les glacières de Sylans rappellent une richesse patrimoniale. L’ADN économique de la Plastics Vallée a ensuite permis d'affiner le projet : « On s’est inspiré de la culture, des services et du modèle industriels forts d’Oyonnax pour définir un esprit de camp de base de loisirs sportifs, poursuit Vincent Allard, chargé de mission à la CCHB. L’accessibilité des lieux offre un terrain de jeux idéal pour des primo-accédants à la pratique sportive en moyenne montagne. » « C’est une nouvelle carte d’identité touristique », complète Michel Urbin, président de l’office de tourisme.

18 PARCOURS DE TRAIL

L

es Trois cascades, les monts d’Ain, le lac Genin, la forêt du Châtelard ou la Colonne figurent parmi les 18 itinéraires de la Station de Trail Haut-Bugey. Tracés au départ de Nantua, Oyonnax, Izernore et Brénod, les parcours, de 4 à 47 km, sont accessibles gratuitement, balisés et sécurisés. Pour chacun d’entre eux, un tracé cartographié sur papier ou accessible en numérique via un fichier .gpx téléchargeable sur le site de la station, permet au randonneur d’évoluer sereinement sur un massif qu’il découvre au travers de ses sentiers. Partie intégrante du réseau national initié par l’équipementier Raidlight, la station de l’Ain propose quatre ateliers de travail propres à la préparation du traileur : une boucle trail, une côte longue, une côte force et un kilomètre vertical. Pour faire découvrir à tous ce nouvel outil, des stages sont proposés durant tout l’été au départ de la base d’accueil de Nantua, devant l’office de tourisme. Des formations de trois heures dédiées à l’initiation au trail et à la marche nordique sont respectivement programmées le mardi à 18h30, du 25 juillet au 22 août, et le vendredi à 9h, du 28 juillet au 25 août (réservation obligatoire, 10 euros, 20 personnes maxi). Lors de stage de perfectionnement à la journée, l’accent est mis sur la Michel Urbin, président de l'Office de tourisme du Haut-Bugey pratique, mais pas seulement. Une naturopathe « Venez bouger, Osez buller » dans intervient, une mesure par bioimpédancemétrie est proposée aux le Haut-Bugey, en somme ! participants et une masseuse intervient. Il sera possible de découvrir une partie de ce terrain de jeux lors du Duo Trail du Haut-Bugey, une épreuve programmée le 2 juillet au Poizat-Lalleyriat. Restait ensuite à identifier les sentiers présentant un intérêt sportif et/ou contemplatif sur le territoire. 250 km de pistes réparties entre dixhuit sentiers répondent « à un besoin dans l’air du temps, confirme le maire de Nantua. Les randonneurs, qu’ils soient marcheurs ou traileurs, de niveau débutant à confirmé, constituent pour nous une tribu intéressante en termes de marqueurs de territoire ». Le lac Genin, la Colonne, les Trois Cascades ou encore la Chartreuse de Meyriat, les monts d'Ain avec vue sur le Mont Blanc sont autant d’invitations à découvrir ce théâtre de verdure et de roches. Chargé d’animer la station sur le terrain, l’Office de tourisme HautBugey s’est adjoint les services de Claude Perrier, couteau suisse du sport [lire son portrait] pour mettre en place un service enrichi à destination des randonneurs et des stagiaires qui pro fitent d’un package tout

nordic

MAGAZINE

TOURISME HAUT-BUGEY/MARC CHATELAIN

ENJEU ÉCONOMIQUE

b

b

PIERRE RAPHOZ

C'EST UNE NOUVELLE CARTE D'IDENTITÉ TOURISTIQUE

Des randonneurs au Mont Balvay dans les Gorges de l’Ain. 95


« nordic.fr

my

•••

FIGURES

96

Office de tourisme Station de Trail® Haut-Bugey Montagnes du Jura Office de Tourisme Haut-Bugey Espace Trois Lacs 14 rue du Docteur Mercier 01130 Nantua Tél. 04 74 12 11 57 Pwww.stationdetrail.com Pwww.hautbugey-tourisme.com

NORDIC MAGAZINE b

Une paire de baskets, un short et un joli sentier. Il n’en faut jamais plus pour donner le sourire à Xavier Thévenard, surtout quand le coureur du team Asics évolue sur les hauteurs de Nantua où il est né voici 29 ans. « Avec le plateau du Retord, c'est un coin assez proche de la maison où je courais ou faisais du vélo quand j’étais gamin », confie celui qui sillonnait la route du col de Belle Roche en ski-roues, à l’époque où il était biathlète. Le jeune homme servait alors de guide aux fondeurs en stage aux Plans d’Hotonnes… habitué qu’il était, avec son frère Jean-Marie, à sillonner en long et en large son territoire d’enfance. Depuis, le gamin est devenu un géant du trail mondial. Ses deux victoires sur la reine des courses au long cours, l’UTMB, lui permettent de figurer aux côtés de Kilian Jornet ou François d’Haene qu’il croisera fin août, du côté de Chamonix, pour une édition qui réunira la crème de la crème. Mais Xavier Thévenard n’oublie pas ses racines et a toujours plaisir à faire découvrir les richesses de son massif jurassien. « Le balisage des circuits permet de s’engager en toute sécurité sur de très beaux tracés. C’est un vrai confort pour qui veut découvrir la station qui propose, dans ce milieu de moyenne montagne, une vraie alternative en termes d’offre sportive. »

Claude Perrier

Le sportif touche-à-tout amoureux de marche nordique

Il est intarissable sur la station trail qu’il a contribué à développer dans le Haut-Bugey. Claude Perrier est un mordu de sport, un touche-à-tout instructeur de marche nordique au club d’athlétisme d’Oyonnax et son stade « Christophe Lemaitre ». L'homme fonctionne à l’adrénaline, à la passion et au partage. À 50 ans tout pile, cet « Oyonnaxien pur sucre » a joué au football pendant 25 ans « au niveau régional à Molinges, avant la création de Jura Sud », a tapé la balle jaune pendant quinze ans (classé 3e série), ou a frappé une autre balle, de golf, pendant sept années… Également passionné de plongée sous-marine, Claude Perrier s’est tourné vers la marche nordique pour préserver son dos et a été recruté par l’Office de Tourisme Haut-Bugey, depuis avril 2016, pour développer la station trail. « Transmettre mes connaissances de coach, y compris dans le groupe Cap France durant les vacances, est un vrai plaisir. Ce sport est très complet, puisqu’il mobilise 90 % des groupes musculaires. J’ai aujourd’hui une approche “sport – santé – bien être” en conseillant aux gens de faire une activité physique avant de faire du sport. Et ce dès que possible, avant que ne surviennent des problèmes de dos, d’arthrose ou autre. » Il est également animateur d’ateliers initiation trail et marche nordique.

nordic

MAGAZINE

NORDIC MAGAZINE

CARNET DE ROUTE

L'enfant du pays

b

TERRE NORDIQUE

,

Xavier Thévenard

compris. « Au départ des quatre communes, les tracés sont ouverts à tous les niveaux. Mais pour se différencier de la concurrence, on doit inciter nos visiteurs à passer du temps sur place », poursuit cet Oyonnaxien pur sucre, qui se définit comme un « fervent promoteur du massif jurassien. » Plusieurs services, comme de l'initiation, sont donc proposés. Fort d’un partenariat avec l’équipe de trail Asics dans laquelle figure le natif de Nantua, Xavier Thévenard, l’un des meilleurs traileurs longue distance au monde, le territoire vise des retombées économiques concrètes. « Développer une économie de loisirs impose de travailler sur l’offre hôtelière », indique ainsi M. Urbin. Il espère fixer, sur des séjours plus ou moins longs, une clientèle sportive mobile. La qualité de l’air du Haut-Bugey, et en particulier celui de la ville d’Oyonnax reconnue comme la cité la moins polluée de la région Rhône-Alpes, constitue un atout majeur dans son jeu. D’ailleurs, pour l’équipe Asics entraînée par Laurent Ardito, Nantua et sa région peuvent vite devenir un pied-à-terre pour le stage commun du début de saison. « Ici, nous pouvons nous rapprocher d’un terrain d’entraînement intéressant, tout en gardant le contact avec des coureurs populaires comme ce fut le cas en février dernier lors de notre stage de préparation. C’est important pour un équipementier de s’impliquer dans ce genre de projet pour le développement du trail running. » 


FROMAGERIE SEIGNEMARTIN

Affineurs de comtés depuis trois générations à Nantua

www.comte-seignemartin.fr Tél. : 04 74 75 51 64 Seignemartin.indd 1

Fête du Vacherin 2017

30 SEPT 1er OCT

L’évènement VTT

Les Charbonnières (CH) Dimanche 3 juillet 2016

De 10h à 17h 23km de routes réservés à la mobilité douce ! Participation gratuite

SUR

EXTREME LOUE

ORNANS

Vallée de la Loue

12/06/2017 11:58

19ème édition

RANDONNEES VTT - Randos d’Or FFC 15 KM - 35/40 KM - 55 KM - 62 KM et 87 KM

Epreuve internationale

MTB MARATHON SERIES MINI-XTREM (5-11 ans) XTREM NORDIC

23 septembre 2017, dès 9h00 NOUVEAU

Désalpe, marché artisanal et nombreuses animations

©Claude Jaccard vaud-photos.ch

WWW.EXTREME-SUR-LOUE.COM

www.myvalleedejoux.ch


nordic.fr

my

BLINK

Fête planétaire À Sandnes, dans l’ouest de la Norvège, le célèbre Blink Skifestivalen réunit, fin juillet, les meilleurs biathlètes et fondeurs du monde. Focus sur cet événement.

S

andnes, dans le Rogaland. Nous sommes à 7 heures de route d'Oslo, à un peu moins d'une heure d'avion. Le trajet dans l'ouest de la Norvège n'empêche pas les plus grandes nations du ski, à chaque fin du mois de juillet, de faire le déplacement. Un événement hors du commun les attend : le Blink Skifestivalen dure quatre jours, au cours desquels toute une série de compétitions est programmée. Une épreuve à ski-roues de 60 kilomètres et la Lysebotn Opp, mythique montée de sept kilomètres au-dessus d'un fjord, servent en quelque sorte d'apéritif à ce qui constitue le clou de l'événement, à savoir une série de confrontations entre fondeurs et biathlètes en plein centre-ville. Le soir venu, les sportifs laissent la place aux musiciens pour des concerts très festifs au cœur de l'été scandinave. « Pour nous, Français, c'est surréaliste, s’émerveille Maurice Manificat. Se dire qu'il y a un festival qui mêle ski nordique et

musique avec un budget énorme, c'est dingue ! » Le chef de file de l'équipe de France de ski de fond a déjà inscrit son nom au palmarès, tout comme la biathlète Anaïs Chevalier qui, elle, a gagné lors de la dernière édition : « C’est seulement un jeu ! » Le mot d’ordre est lancé : prendre du plaisir. Pas d’enjeu, seulement un intermède entre deux phases d’entraînement. « Cela permet une réelle coupure au milieu de la préparation », confirme Simon Fourcade. Tarjei Boe, dans son élément au milieu de ses supporters, s’arrête volontiers signer des autographes, avant de répondre aux journalistes venus l'interviewer après sa victoire. Ici, les fans peuvent voir les skieurs de près et les athlètes profitent de cette proximité. Au détour d’un des bâtiments coincés au milieu de la piste, le public peut tout aussi bien croiser Petter Northug Jr ou l’équipe de France de sprint. « En dehors de

nordic

MAGAZINE

BLINK SKIFESTIVALEN

98

b

AGENDA

,

La ferveur populaire du Blink Skifestivalen est incomparable.


BLINK SKIFESTIVALEN b

CHAPELLE DES BOIS 25 Maison du Montagnon

Martin Fourcade dans le centre-ville de Sandnes.

Auberge de montagne –gîte d’étape séjours sportifs et gastronomiques www.maison-montagnon.fr

la piste, on s’amuse énormément, on retrouve toute la grande famille du biathlon et du fond. C'est ce qui est le plus chouette ici », confie le biathlète norvégien. Et pas question que la pluie gâche l’ambiance ! Les spectateurs sont tous équipés de parapluies et imperméables pour résister aux assauts de la météo. Les athlètes, quant à eux, assurent le show, quel que soit le temps, même si l’ambiance est encore plus agréable quand le ciel se dégage, comme le fait remarquer Marie Dorin-Habert.

03 81 69 26 30

ON S'AMUSE... MAIS PAS SEULEMENT Ne croyez pas pour autant que les sportifs baissent la garde lors du Blink Skifestivalen ! Justine Braisaz explique : « On est là pour s’amuser, même si on reste des compétiteurs. » Invitée par l’organisation norvégienne, l'élite mondiale se retrouve en fait pour la première fois depuis la fin de la coupe du monde. Entre-temps, ses membres ont débuté chacun de leur côté leur préparation pour la saison hivernale. Pour eux, ces épreuves constituent donc une première opportunité pour savoir où ils en sont face aux autres cadors du circuit international. « En fond, les meilleurs du monde sont présents, rappellent les sprinteurs Lucas Chanavat et Baptiste Gros. Ici, on peut valider ou pas ce qu’on a mis en place. En fait, on se remet dans le bain avant l’hiver. » Siegfried Mazet, coach de tir des biathlètes norvégiens, approuve : « Ce serait dommage de passer à côté de ces courses, c’est une chance inouïe. Il y a un réel intérêt commun à ce que tout le monde y participe. » Et son nouveau protégé, Johannes Thingnes Boe l’a bien compris. « C’est important de concourir et même de se faire battre. Comme cela, on note ses faiblesses, on travaille ensuite à les effacer et on revient plus fort en hiver », déclare-t-il en riant après avoir quelque peu manqué son édition 2016. Ici, pas de larme lorsqu’une course est manquée. On prend les déconvenues avec le sourire. « Après tout, ce n’est pas obligatoire de venir », souligne Richard Jouve, vainqueur du sprint en 2016. Qu’ils veuillent s’améliorer sur la Lysebotn Opp ou aller battre les Norvégiens dans leurs rues sur le sprint ou le tir, l’objectif principal est bien « de casser la routine et retrouver le goût de la compétition », dit le fondeur Robin Duvillard. Le Blink Skifestivalen sert donc d'intermède, voire de respiration au milieu d'un été besogneux. « Il y a de la musique le soir, pas d'enjeu, les tenues sont plus légères… On retrouve les autres et c’est une petite fête plus détendue que pendant l’hiver », raconte encore le Villardien. La prochaine édition se tiendra du 26 au 29 juillet.

nordic

MAGAZINE

LES RASSES

20 mn de Pontarlier

COUPE DU CHASSERON

Pour débutant ou expérimenté DIMANCHE 3 SEPTEMBRE

Nouveaux parcours Spectacle garanti Course enfants

INSCRIPTIONS

www.vtt-nordvaudois.ch www.mso-chrono.ch99


nordic.fr

NORDIC MAGAZINE

my

b

Simon Fourcade pourra se mesurer, commme les autres biathlètes, aux fondeurs lors de la montée du dimanche 17 septembre.

Fondeurs et biathlètes s’affrontent à Arçon Le club du Saugeais, habitué des grands événements, profite de cette année olympique pour mettre dans la lumière l’ensemble du nordique tricolore.

AGENDA

,

C

100

e sera l'événement de la fin de l'été. Arçon et son stade de biathlon Florence-Baverel, qui attire chaque année la foule lors du week-end du Samse National Tour Biathlon, passera la vitesse supérieure les 16 et 17 septembre en organisant les championnats de France de biathlon… et de ski-roues ! « Depuis le temps qu’on y pensait avec les responsables des circuits nationaux, annonce le président de l’Entente sportive saugette de ski, Joël Pourchet. On va pouvoir proposer au public un spectacle réunissant biathlètes, fondeurs et même combinés sur une même course. » La dernière fois, c'était déjà sur le massif jurassien, en 2012, à l'occasion de la même compétition nationale organisée à Prémanon. « C’est assez unique de regrouper les meilleurs Français de toutes les disciplines sur un même événement estival, un peu comme au Blink festival en Norvège », note Frédéric Guyon, entraîneur du biathlon au Massif jurassien. Le programme sera pour le moins alléchant. Le samedi, des sprints courts en biathlon et sprint en style classique à skiroues couronneront les champions de France. La succession de Lucas Chanavat, Marion Colin, Martin Four-

cade ou Marie Dorin-Habert est ouverte. Le lendemain, place au plat de résistance avec des mass-start en style libre mêlant toutes les disciplines nordiques. Avec une question qui méritera réponse (et suscitera quelques paris) : qui de Maurice Manificat, Jean-Marc Gaillard, Quentin FillonMaillet ou Martin Fourcade sera le plus rapide entre l’abbaye de Montbenoît et le sommet du Crêt Monniot, dont le parking sera accessible au public pour assurer une belle ambiance ? Cette épreuve est également support du championnat de France de ski-roues.

DERNIER ROUND À LA FÉCLAZ Un mois plus tard, les 21 et 22 octobre, les biathlètes se retrouveront à La Féclaz, après le traditionnel stage dans le tunnel d’Oberhof, en Allemagne. Ils disputeront les championnats nationaux de sprint et poursuite pour les catégories seniors, U21 et U19. Les U14 et U16 auront également droit à une épreuve.

nordic

MAGAZINE


NORDIC MAGAZINE b

Depuis deux ans, Clément Pignier (2e en partant de la droite) remporte la Skirollac, dans le Jura.

L'ÉTÉ DU ROLLERSKI

Show au bord du lac

L'Aix Ski Invitational revient le 2 septembre, avec des épreuves de sprint sur l’esplanade du lac d’Aix-les-Bains. Spectacle et gros plateau garanti !

nordic

MAGAZINE

Le samedi 9 septembre à Morteau

t au long tions tou a im n a es D l’arrivée urs et à du parco

un grand repas franc comtois et un concert

A suivre : le Tour du Doubs cycliste le 10 septembre, avec animation et restauration sur place

© Texto - © eve

Comme à l'accoutumée, c’est le Roll’Athlon 100, à Seyssel, qui a lancé la saison estivale de ski-roues rythmée par le Challenge national rollerski. Clément Mailler et Karolina Bicova ont de nouveau inscrit leur nom au palmarès de cette course disputée sur 67 km à travers trois départements. Direction plein sud pour la seconde étape : la montée des Limouches se déroulera le 16 juillet à Peyrus, dans la Drôme. Il s'agit d'une ascension chronométrée (ou non) de 12 km sur les pentes du col des Limouches perché à 1 086 m. Organisée par la section nordique du Bourg-les-Valence Ski Montagne sur une route fermée à la circulation, cette compétition avait souri à l’entraîneur Thierry Dusserre. En Isère, les 21 lacets historiques de la montée de l'Alpe d'Huez attendront, le 20 août, les coureurs qui se mesureront sur 12 km, entre le pont de Sarenne à Bourg d’Oisans et le quartier du Vieil Alpe, 1 050 m plus haut ! Relancée par le club de roller de l’agglomération grenobloise, en partenariat avec la station, cette épreuve a été remportée par de grands noms du nordique comme Emmanuel Jonnier (2004 et 2005) et Vincent Vittoz (2002 et 2003), toujours recordman de la distance en 53 minutes ! François Soulié est le tenant du titre. La Skirollac, autour du lac de l’Abbaye, près de Grande-Rivière, constituera la cinquième épreuve du challenge. Rendezvous en terre jurassienne le 10 septembre pour 27 km qui ont souri à Clément Pignier et Laurie-Anne Serrette en 2016. Le 1er octobre, la doyenne du circuit national, la Cosne Sancerre rollerski, disputée à Sancerre (18), se courra sous son format original mariant randonnée en groupe, chrono individuel et course de côte. En souvenir du regretté Romain Claudon, Gérardmer se mobilisera, le 7 octobre, pour une course en l’hommage de son champion brutalement décédé en 2015. Un sprint de 1 200 m et une poursuite sur huit tours de 1 200 m se dérouleront dans les rues de Gérardmer. Enfin, comme l’an dernier, la finale et la remise des prix du Challenge national rollerski se tiendront au sommet du Semnoz, le samedi 14 octobre, à l’issue de la 13e édition de cette grimpée exigeante.

Infos et contact : A2M - 03 81 54 71 70 - www.saucissedemorteau.com

101


nordic.fr

my

Le trail renaît à Oyonnax

AGENDA

,

Le World Classic Tour s'étoffe

102

Cet été, le World Classic Tour est de retour. Nouveau circuit réunissant des courses de ski-roues, il fédérait jusqu'ici des épreuves suédoise et norvégiennes (Blink Classics, Olaf Skolunds Minneløppen et Alliansloppet). En 2017, il franchit un nouveau palier en accueillant, le 17 septembre, une étape italienne. Et pas n’importe laquelle puisqu'il s'agira de la Fiemme Rollerski Cup. Une cagnotte de 30 000 euros récompensera les meilleurs concurrents. L’an dernier, Astrid Øyre Slind, Petter Eliassen et Anders Mølmen Høst avaient sorti leur épingle du jeu.

NORDIC MAGAZINE

LA PREMIÈRE ÉDITION DU MONTREUX TRAIL FESTIVAL Montreux était déjà reconnu pour ses festivals de musique et de comédie. Du 27 au 30 juillet, le traileur et organisateur Diego Pazos fera entrer la cité dans l’univers du trail. Pour la première édition du trail festival de Montreux ont été concoctés six parcours de toute beauté donnant sur la Riviera, le majestueux lac Léman et les Alpes Vaudoises. La MXtrem 160, la Villars 60, la Leysin 30, la Freddie’s night 15, la Positive 1000, la Familiale relais, la MXT relais ou la Mx kids raviront de nombreux coureurs de tous niveaux. Outre la course, l’ambiance musicale et festive devrait valoir le déplacement, y compris pour les accompagnants.

DR

La coupe du monde de skiroues se déroulera sur trois étapes. Oroslavje, en Croatie, ouvrira le bal les 7, 8 et 9 juillet avec une mass-start, une poursuite en montée et un sprint. Rendez-vous ensuite en Suède à Solleftea pour quatre jours de compétitions, du 3 au 6 août, dont le seul team sprint du calendrier. L’Italie avec la station Trento-Monte Bondone clôt le circuit avec trois jours de confrontation (8 au 10 septembre).

Pwww.trailetmacadam.fr/index.php?page=otth

b

Trois étapes de coupe du monde

C’est un nouveau rendez-vous sportif qui se tiendra à Oyonnax le dimanche 24 septembre prochain : la toute première édition de l’Oyo Trail Tour Haut-Bugey (OTTHB). Organisée par Trail & Macadam, la section hors stade de l’US Oyonnax Athlétisme Haut-Bugey, l’épreuve comprendra trois parcours de 6, 12 ou 25 km, avec des dénivelés de 100 à 1 000 m. Les organisateurs n’hésitent d’ailleurs pas à insister sur la dimension sportive et technique de « la Grande Vapeur », le circuit le plus ambitieux, dont le nom rend hommage à l’un des lieux emblématiques de la capitale de la Plastics Vallée. Les organisateurs garantissent d’ailleurs que les passages sur route goudronnée représenteront moins de 4 % des parcours. On sent l’influence des vrais amoureux du trail, désireux de faire partager leur terrain de jeu. Et aussi de convaincre ceux qui auraient pu être un peu lassés par l’Oyonnaxienne à laquelle l’OTTHB succède. Cette première édition sera placée sous le parrainage d’Éric Barone, recordman du monde de VTT sur neige, présage de succès s’il en est.

b

Le Haut-Bugey servira de décor à cette nouvelle épreuve.

Pwww.montreux-trail.ch

Ultra-tour du Beaufortain : qui pour battre Sébastien Gérard ? Du 22 au 23 juillet, cette course au long cours emprunte un parcours technique sur des sentiers muletiers, franchit des cols et offre des panoramas grandioses dans un cadre naturel préservé, le tout sur une disance de 105 km à parcourir en solo ou en relais. 6 400 m de dénivelé attendent les traileurs de cette épreuve lancée en 2009 au départ du plan d’eau de Queige. En 2016, Sébastien Gérard avait réussi l’exploit d’emporter pour la quatrième fois, pulvérisant même le record de 29 minutes. Pwww.ultratour-beaufortain.fr

Côtes de l'Orbe : l'effort en même temps que le réconfort Rendez-vous convivial, festif et sportif incontournable, le semi-marathon des Côtes de l’Orbe aura lieu le samedi 9 septembre au départ d’Arnex-sur-Orbe, en Suisse. L’itinéraire traverse vignes et bourgades. Sur le parcours, une dizaine de stands tenus par les vignerons et les restaurateurs de la région proposent leurs crus et leurs spécialités. Il vous est fortement conseillé de prévoir un déguisement. Pwww.semi-marathon-des-cotes-de-l-orbe.ch

nordic

MAGAZINE


A GEN DA

} MARATHON DU MONTBLANC, du vendredi 22 au dimanche 25 juin à Chamonix (74). 10, 23, 42 et 80 km. Km vertical. Course nocturne par équipe de deux. Mini-cross et Young Race Marathon. Pmarathonmontblanc.fr

} UN TOUR EN TERRE DU

} LA RUBATÉE VERTE,

} L'ÉCHAPPÉE BELLE, du

} DUO-TRAIL DES CROZETS,

JURA (UTTJ), du jeudi 14 au samedi 16 juillet à Saint-Claude (39). Verticale de l’Ermite, un semi-kv, le 14. « l’Inch Chalam » et « Entre Bienne et Lizon » les 15 et 16 : 111 km au total, avec 5 700 m de dénivelé. Nouveau : 44 km solo.

dimanche 13 août à Lajoux (39). 9,5 km.

vendredi 25 au dimanche 27 août à Aiguebelle (73). 47, 85 et 144 km.

samedi 16 septembre aux Crozets (39). 12 et 23 km (en solo puis en duo).

Plechappeebelledonne.com

Pduotrail39.jimdo.com

} UTMB, du lundi 27

} TRAIL D'ALBERTVILLE,

août au dimanche 3 septembre à Chamonix (74). UTMB (168 km), CCC (101 km), TDS (119 km), PTL (300 km), OCC (53 km).

dimanche 17 septembre à Albertville (73). 10, 25 et 48 km avec 3600 m de dénivelé+.

Pultratrailmb.com

23 septembre à Cormaranche-enBugey (01). 6 et 15 km.

Puttj.fr

Psites.google.com/site/larubateevertelajoux

} VAL FONCINE TRAIL, dimanche 20 août à Foncine-leHaut (39). 10,5, 18,3 et 32,5 km. Marche nordique 10 km. Pwww.taktik-sport.com

} KV DE MANIGOD, mercredi 16 juillet à Manigod (74). Championnat de France de FFA du kilomètre vertical. Autres dates du challenge : 6 juillet, 3 et 17 août.

} LA SIERRE-ZINAL, dimanche 13 août à Sierre (VD). 31 km. 2 200 m de dénivelé +, 1 1 100 m de descente. Psierre-zinal.com

Pwww.les-trailers-des-aravis.fr

} COURSE DES RENARDS, samedi 2 septembre à Valeyresous-Rances (Vaud). Course à pied et VTT.

Ptrail-albertville.fr

} LA GI J'Y MONTE, samedi

Puscb01.wix.com/lagijymonte

} COURSE DE LA PASSERELLE, dimanche 1er octobre à Pratz (39). 6,1 et 12 km.

} TROPHÉE DU CHALAM,

} LA COMBASSONNE,

dimanche 25 juin à La Pesse (39). } FOULÉE DES GUILLETTES, 4,5 et 11 km. dimanche 22 juillet à Prénovel (39). 9 et 14 km. } COURSE DES BOURPfoyer-rural-prenovel-les-piards.fr RIQUES, dimanche 2 juillet à Meussia (39). 5 et 11 km. } TRAIL FESTIVAL MONPcoursedesbourriques.fr TREUX, du jeudi 27 au dimanche 39 juillet à Montreux } NORDIC'TRAIL, dimanche (VD). Sport, musique et délices 9 juillet à La Bresse (88). 14 et 33 culinaires. 165 , 60, 34, 15 et 4 km. km. Marche nordique. Jusqu'à 13 600 m de D+. Pnordictraillabresse.fr Relais enfant/parents, course enfants et entreprises. } LA CROZ'ET RAIDE, Phttp://montreux-trail.ch dimanche 9 juillet à Crozet (01). 3,8 km pour 1 000 m de dénivelé } TRAIL VOLODALEN, positif. Nouveau : Mini Kv, le Défi samedi 29 juillet à la base de du Yeti, 2 km 600 m+ et SkyRace Bellecin (39). 17, 25 (nouveau), des Monts Jura, 17 km 1 730 m +. 39 et 70 km.

samedi 12 août aux Cernets-Verrières (Neuchâtel). 11,2 km.

au dimanche 27 août à La Clusaz (74). 7, 15, 27 et 42 km. Montée sèche. Nouveau : le Super Bélier, 76 km en trois courses.

} TRAIL DES ÉCHELLES

Home

DE LA MORT, dimanche 10 septembre à Damprichard (25). 12 et 23 km.

} FOULÉE DES COMBES,

Ptrailzeworld.com/la-crozet-raide

Plebelier-laclusaz.fr

Pski.damprichard.free.fr

Pww.trail-lac-vouglans.org

P www.lacombassonne.ch

} LA FOULÉE DES AS, dimanche 20 août à Saint-Claude (39). 12 km.

Pwww.courserenards.ch

} VILLERET-CHASSERALVILLERET, samedi 2 septembre à Villeret (Jura bernois). 25,9 km et 1 000 km de dénivelé +. Pcoursevcv.ch

} TRAIL DE LA VALLÉE

} TRAIL DU SAUGEAIS, Di-

DU DRUGEON, dimanche 3 manche 227 août à La Longeville septembre à La Rivière-Drugeon (25). 11, 22, 33 km. Cani-trail et (25). 16 et 26 km. Nouveau : courses enfants. trail 16 ou 26 km individuel et Pwww.fouleeloisirsaugette.fr/ Patrouille à 2. Ptraildelavalleedudrugeon.fr

} LE BÉLIER, du vendredi 25

Placetsdulizon.fr

} VERTICALE DU SUCHET, samedi 4 octobre aux Mélèzes (Vaud). 4 km et 900 m de dénivelé positif. Pteamsuchet.ch

} LES 7 MONTS, samedi 7 et dimanche 9 octobre à Septmoncel (39). Verticale de Rocheblanche. 10, 15 et 34 km. 15 km marche nordique. Psites.google.com/site/7monts/

dimanche 15 octobre aux Moussières (39). 14 km.

27 - 30 Juillet 2017 WWW.MONTREUX-TRAIL.CH

nordic

MAGAZINE

MXTREM160 LA VILARS60 LA LEYSIN30 LA Freddie’s NIGHT15 LA POSITIVE1000 LA FAMILIALE (RELAIS)

WE WILL ROCK YOU

103


nordic.fr

my Saut / combiné : les rendez-vous de l’été

Une aventure humaine à vivre avec intensité.

b

EXTREME-SUR-LOUE

Faute d’avoir pu organiser les championnats de France l’hiver dernier, la FFS reporte cette échéance aux 22 et 23 juillet à Chaux-Neuve. Le championnat féminin de saut se déroulera à Courchevel le 22 octobre. On retrouvera la tournée des Vosges U13 (Xonrupt, Ventron et Bussang, les 28, 29 et 30 juillet), la tournée du Mont-Blanc U13 (Les Contamines, Les Houches, Chamonix les 4, 5 et 6 août) ainsi que l’incontournable grand prix de Gérardmer les 19 et 20 août.

L’Xtrem nordic by night à l’Extrême-sur-Loue

Coupe du monde de saut en France La coupe du monde de saut à ski se déroulera sur les tremplins de Courchevel du 10 au 12 août, avec les meilleurs athlètes du circuit mondial.

R

104

d’une bonne action puisque le montant des inscriptions est reversé à l’association ELA. Autour du nouveau président du vélo-club Michel Choffez, les bénévoles s’activeront pour satisfaire les milliers de randonneurs et compétiteurs le dimanche. Sur 87 km, 62 km, 55 km, 40 km, 35 km ou 15 km, les circuits labellisés Rando d’Or offriront des sentiers techniques agrémentés de superbes panoramas sur la vallée de la Loue. À noter que la course phare sera qualificative pour les championnats du monde VTT marathon 2018 qui se dérouleront en Italie. Pour les vététistes montés sur des vélos à assistance électrique, ils sont de plus en plus nombreux, un point de changement de batterie est mis en place sur les deux grands tracés.

b

Pwww.extreme-sur-loue.com

À VTT, À TRAVERS LE VERCORS

Le 10 septembre, les Cycles Thévenaz organisent, à Baulmes (Vaud), la Montée de l’Aiguillon, une course de côte cycliste de type contrela-montre, avec départs en individuel.

Les 26 et 27 août, dernier week-end avant la rentrée scolaire, aura lieu la Trans’Vercors VTT, l'une des plus belles épreuves de France, à laquelle on pourra participer en formule rando ou chrono. Labellisée Rando d’Or, cette escapade à travers le Vercors se fera sur différents parcours (6, 16, 25, 24, 40, 60, 80 ou 100 km), certains à caractère familial, revisités par l’organisation. Les sentiers quittent les plateaux du Vercors et le Royans pour se lancer à la conquête du Haut Buëch et du Trièves. La recette est immuable, seul le décor change pour le plus grand bonheur des petits et grands entre les départements de la Drôme et de l’Isère. Plus de 1500 participants sont attendus.

Pwww.garagethevenaz.ch

Pwww.transvercors-vtt.com

Pwww.vtt-nordvaudois.ch

À l'assaut de l'Aiguillon

YAPASPHOTO

Le 3 septembre, les vététistes prendront la direction des Rasses, dans le canton de Vaud. C'est ce jour-là que se disputera la Coupe du Chasseron dont les organisateurs ont revu les tracés. À découvrir.

b

PLANÈTE NORDIQUE

,

SYLVIE JACQUET PHOTOGRAPHIE

Coupe du Chasseron : nouveaux parcours

endez-vous incontournable du VTT, l’Extrême-sur-Loue remet le couvert pour sa 19e édition les 30 septembre er et 1  octobre. Le programme s’étoffe avec une nouvelle épreuve concoctée… le samedi soir. L’Xtrem nordic by night est une randonnée nocturne sur les sentiers qui surplombent Ornans. À la lueur de leur lampe frontale, les randonneurs parcourront 10 km dans une ambiance conviviale et se régaleront d’un repas type omelette géante servi à l’arrivée. Plus tôt dans l’après-midi, les enfants auront été à la fête à l’occasion de la Mini-Xtrem pour un moment sportif riche en animations avec ses vélos rigolos sans oublier le village des exposants. Participer à cette course est l’occasion

nordic

MAGAZINE


nordic

MAGAZINE

105


nordic.fr

my

UN ÉTÉ nordique EN SUÈDE

De Falun à Gällivare, en passant par Östersund, Nordic Magazine est retourné en plein été dans les destinations fréquentées l'hiver par les fondeurs, les biathlètes et les sauteurs.

106

nordic

MAGAZINE


nordic

MAGAZINE

107

b OLA

ERICSON/IMAGEBANK.SWEDEN.SE

En Suède, la nature est omniprésente : étendues sauvages, rivières bouillonnantes, montagnes et plaines de Laponie, mais aussi plages à perte de vue, archipels féériques et lacs immenses.


nordic.fr

my

PGällivare

Östersund ÅreP

P

BruksvallarnaP IdreP Mora

P

PFalun PStockholm Trollhättan

P

b

HENRIK TRYGG/MEDIABANK.VISITSTOCKHOLM.COM

L'archipel de Stockholm est une invitation irrésistible à de belles promenades à vélo.

S

Stockholm, Falun, Östersund ou encore Bruksvallarna : ces destinations suédoises sont familières des athlètes nordiques. L'hiver, ils s'y rendent pour participer à des compétitions internationales. De novembre à mars, des supporters n'hésitent pas à venir les encourager sur le bord de la piste ou dans les tribunes, surtout en cas de championnats du monde. La plupart se contentent toutefois de suivre leurs performances à la télévision. Mais que savons-nous de ces lieux à l'exotisme scandinave que nous n'apercevons que recouvert d'un beau manteau blanc, seulement coloré par les publicités des sponsors de la Fédération internationale de ski ou de l'IBU ? Pas grand-chose, il est vrai. Aussi Nordic Magazine vous propose un périple estival sur les terres où se sont déroulés les exploits de Martin Fourcade, Marie Dorin-Habert, Maurice Manificat, François Braud ou encore Vincent Descombes-Sevoie. Le voyage débute dans l'un des aéroports de Stockholm, à sa

108

nordic

MAGAZINE


Les médaillés des championnats du monde de ski nordique à Falun ont reçu un cheval de bois décoré selon la tradition.

WESTERBOM/IMAGEBANK.SWEDEN.SE

gare routière (si l'on a choisi un trajet en bus avec Eurolines) ou encore à sa gare ferroviaire. L'été, à chacun son rythme. Construite sur quatorze îles, la capitale de la Suède qui sert notamment de terrain de jeu aux fondeurs lors du Royal Palace Sprint se dresse majestueusement à l’intersection entre le lac Mälaren côté ouest et la mer Baltique à l’est. Ses bâtiments publics, ses palais, son riche patrimoine culturel et ses musées illustrent à merveille sept siècles d’histoire. Il sera difficile de ne pas se rendre à l'hôtel de ville où se déroule chaque année la remise des Prix Nobel, de ne pas visiter le musée Fotografiska et le Moderna Museet qui abrite une collection permanente d’art moderne. Vous y trouverez des œuvres d’artistes comme Picasso, Dali ou encore Matisse. Sinon, chaque quartier a son propre caractère. À chacun de trouver celui qui lui conviendra. Mais pour dormir, pourquoi ne pas opter pour l’Af Chapman, un trois-mâts transformé en auberge amarré sur l'île Skeppsholmen. Les jours de forte chaleur, la baignade peut se révéler très agréable. L’île de Långholmen offre plusieurs plages de sable et de jolis rochers à explorer à la nage. C’est le spot le plus populaire auprès des nageurs stockholmois ! Qui dit vacances, dit aussi farniente. À Stockholm, les oasis de verdure ne manquent pas ! On y trouve un grand nombre de parcs et de bois. Il y a Hagaparken avec sa forêt, ses lacs et ses étangs, Rålambshovsparken et l’Écoparc, où on peut voir des hérons, des cerfs et des renards en pleine ville ! Pendant l’été, Parkteatern propose tous les jours des concerts, du cirque, des pièces de théâtre et des spectacles de danse en plein air. Réjouissant !

Direction ensuite la Dalécarlie, et plus précisément Falun. La ville est bien connue de la communauté nordique. En 2015, elle a organisé pour la quatrième fois les championnats du monde de ski nordique, après 1954, 1974 et 1993. Au complexe Lugnet, on peut d'ailleurs lire les noms des médaillés, dont ceux du Suisse Dario Cologna et des Français Hervé Balland, Jason Lamy Chappuis, François Braud, Sébastien Lacroix, Maxime Laheurte, Maurice Manificat, Jean-Marc Gaillard, Robin Duvillard et Adrien Backscheider, qui ont tous brillé au Riksskidstadion, au pied de l'immense tremplin de saut à ski. Ceux qui voudront y planter leur tente opteront pour le Lugnet

b JOHAN

WILLNER/IMAGEBANK.SWEDEN.SE

nordic

MAGAZINE

b AMANDA

PFALUN, LA VILLE ROUGE

Camping & Stugby, un camping familial trois étoiles. On pourra préférer le Främby Udde, situé à 10 minutes du centre-ville, aux abords du lac Runn. Au moment des Mondiaux, c'est dans ses petits chalets que les équipes de France et d'Autriche s'étaient installées il y a deux ans. L'endroit permet de goûter à la tranquillité dalécarlienne. Au décor, il ne manque que les Dalahäst, petits chevaux en bois de couleurs vive, offerts aux athlètes lors des cérémonies des médailles. Décorés dans le plus pur style de l'art folklorique local, leurs motifs « kurbits » ont inspiré, en 2011, la maison de couture Rochas. Aujourd'hui, la plupart sont fabriqués à Nusnäs, un village situé près de Mora que nous rejoindrons prochainement. La grande mine de cuivre de Falun (Falu Koppargruva) et le complexe industriel qui l’entoure ont été classés au patrimoine mondial de l’Unesco. Le botaniste suédois mondialement connu, Carl von Linné, avait décrit le grand puits comme les « mâchoires de l’enfer ». Vous comprendrez ce qu’il voulait dire si vous avez l'occasion d'effectuer une vi 109


nordic.fr

my

b JOHAN

WILLNER/IMAGEBANK.SWEDEN.SE

Sur les berges du lac Siljan se trouve Mora, le lieu d'arrivée de la Vasaloppet.

••• site guidée à près de 70 mètres de profondeur. De retour à la surface, visitez le Musée de la mine (Gruvmuseum) pour connaître l’histoire de ce lieu hors du commun. Vous découvrirez alors l'origine du fameux Rouge de Falun : Falu rödfärg.

PMORA, LA VASA À VTT À Sundborn, tout près de Falun, la demeure de Carl Larsson (1853-1919), l’un des artistes les plus aimés du pays, mérite le détour. Il a vécu et travaillé en France, avant de revenir passer les vingt dernières années de sa vie en Suède. Il s'est alors installé avec sa femme, Karin, dans une petite maison pittoresque à Lilla Hyttnäs, qui est une œuvre d’art à part entière. La prochaine étape nous emmène à Mora, une station animée

La Dalécarlie est plus suédoise qu'Abba et Ikéa réunis. 110

aussi bien en été qu'en hiver, à 1 h 30 de route. Chaque premier dimanche de mars, près de 15 000 skieurs, dont quelques Français et Suisses, débarquent dans la ville à l'occasion de la mythique Vasaloppet. Ils étaient 119 au départ de la première édition, en 1922. Au programme, 90 km à parcourir en style classique. La plus grande course de ski de fond au monde s'appuie sur une illustre page de l'histoire du royaume. En 1521, Gustav Eriksson Vasa avait appelé les habitants de Dalécarlie à se soulever contre le Danemark qui avait envahi le pays. Ceux-ci avaient d'abord refusé. Le chef de l'insurrection n'avait alors eu d'autre choix que de prendre de la poudre d'escampette, pourchassé par les Danois. Mais, après son départ, la population changea d'avis et dépêcha deux hommes pour le rattraper. Parti de Mora, ils le rejoignirent à Sälen. Deux ans plus tard, Gustave Eriksson Vasa était proclamé roi de Suède, sous le nom de Gustave Ier Vasa. C'est sa statue qui accueille les skieurs à l'arrivée de la Vasaloppet. En été, les sportifs prendront le départ, le 12 août, de la CykelVasan, qui emprunte le même tracé que la course de ski de fond, à ceci près qu’elle se déroule à VTT. On sera aussi tenté par une balade en canoë que l'on aura préalablement loué au camping qui se trouve sur l'île de Sollerön. Après l'effort, le réconfort ! Quoi de mieux que de déguster un Gubbröra, cette « salade » d’œufs et anchois servie sur une fine tranche de pain de seigle décorée d’un petit quartier de citron, de ciboulette ou encore d’oignon rouge. 330 km plus au nord se trouve Östersund que les biathlètes connaissent bien. En décembre dernier, 

nordic

MAGAZINE


nordic

MAGAZINE

111


nordic.fr

my

b NICLAS

VESTEFJELL/IMAGEBANK.SWEDEN.SE

En Suède, la station de ski Åre est réputée pour ses nombreuses pistes de VTT.

••• Martin Fourcade et Marie Dorin-Habert, les deux chefs de file du biathlon français, y ont marqué de leur empreinte plusieurs épreuves de la coupe du monde. Dans les eaux du Storsjön, cinquième lac de Suède par son étendue, au bord duquel se dresse la ville, les plus chanceux pourront apercevoir le monstre de Storsjön (en suédois Storsjöodjuret ), un cousin éloigné de Nessie qui habite, lui, le Loch Ness. Plus pratique, une passerelle et un pont assurent l'accès à l'île de Frösön, autrefois lieu de sacrifice. On peut y voir de nombreux tertres funéraires, ainsi qu'une pierre runique, nommée Frösöstenen. Le mieux sera de prendre un peu de hauteur. Direction le château d'eau qui, à son sommet, héberge un restaurant. On le sait peu, mais la capitale du comté de Jämtland Härjedalen est un eldorado pour les fines bouches. Depuis 2010, elle est reconnue comme « Ville Créative de la gastronomie » par l’Unesco. De nombreux producteurs artisanaux et vendeurs de fromages, de viandes, de plantes aromatiques, de gibier, de baies sauvages et de pain sont installés un peu partout aux alentours. C’est d’ailleurs là qu’exerce le chef Magnus Nilsson dans son restaurant Fäviken Magasinet, deux étoiles au Guide Michelin. Avant de partir, ne manquez pas, au Jämtlimuseum, l’exposition sur le peuple sámi qui vit dans les grandes plaines du nord de la Suède.

PGÄLLIVARE SOUS LE SOLEIL DE MINUIT Pour ceux que les distances n'effraient pas, une excursion jusqu'à Gällivare est possible. Comptez tout de même près de 9 heures de route. On peut aussi prendre le train. Pour l'avion et ses 1 h 30 de vol direct, il faut s'en retourner à Stockholm. À vous alors la Laponie suédoise, où les fondeurs ont leurs habitudes (en 1995, les championnats du monde junior de ski nordique ont même eu lieu dans cette localité située à environ 50 km au nord du cercle polaire). Sur ses pistes, les biathlètes 112

aiment d'ailleurs à venir les narguer. En 2006, Bjoerndalen avait remporté le 15 km libre. En 2012, Martin Fourcade avait à son tour participé à une étape de la coupe du monde. En été, ce sont d'autres sports que l'on pratique dans une nature très préservée. Début juillet, le Festival 800 MÖH (qui signifie 800 mètres au-dessus du niveau de la mer) se tient sur la montagne Dundret, juste au-dessus de Gällivare, avec vue imprenable sur les décors grandioses éclairés par le soleil de minuit (celui-ci dure près de 100 jours). Cap au sud pour une série de petites étapes. Åre est la plus importante station de ski alpin de Suède. En juillet, c'est aussi La Mecque des vététistes. L'Åre Bike Festival et l'Åre Extreme Challenge attirent de nombreux pratiquants. Il faut dire que sur les pentes du mont Åreskutan, plus de 30 sentiers ont été aménagés. Un téléphérique, unique en Suède, conduit au sommet. À 1274 m d'altitude, le panorama est unique. À Bruksvallarna, que les fondeurs rejoignent traditionnellement dès novembre pour les courses FIS, on pratiquera le ski-roues sur une piste de 8 km associée à un stade de biathlon récemment rénovés. Idre Fjäll est entourée de montagnes, de forêts et d'innombrables lacs. Que de belles balades à faire ! La Constitution suédoise consacre le droit de passage et de cueillette (Allemansrätten), qui vous permet d’aller et de camper n’importe où dans le pays, à condition de laisser les lieux dans l’état où vous les avez trouvés. À moins de 40 km au nord-ouest se trouve la réserve naturelle de Långfjällets recouverte de lichen. Ses forêts primaires sont fréquentées par les rennes. Avant-dernière escale avant de s'en retourner à Stockholm, Ulricehamn profite de son lac Åsunden. C'est sur ses rives, qu'entre le 3 et le 5 août, se déroule un festival de musique, le Uport Music Festival. Veronica Maggio, Johnossi, Magnus Uggla ou encore Nause seront à l'affiche de l'édition 2017. Celle d'où sont originaires Oskar Svärd, triple vainqueur de la Vasaloppet, et Hanna Falk, double vainqueur de la coupe du monde en sprint, est dotée d'un Ulricehamns Ski Center. Si, en hiver, on peut revêtir le dossard lors des Västgötaloppet Skidor et Ulricehamnsloppet, après la fonte des neiges, les coureurs disputent l'UT-milen (22 avril) et les vététistes la Västgötaloppet Cykel (23 septembre). Quoi de mieux, pour terminer ce périple, que se rendre à Trollhättan, le 26 août, à l'occasion de l'Alliansloppet, une course de rollerski inscrite au Guide World Classic Tour [lire page 102]. Ce sera l'occasion de gagner Göteborg. Toute la côte Ouest s'offrira alors à vous. L'archipel du Bohuslän compte, par exemple, un millier d'îles au charme typique, où les activités sont le plus souvent liées à la mer (safaris-homard, kayak de mer, îles entièrement piétonnes...). Feu d'artifice garanti de couleurs, de goûts et de plaisirs partagés avant de rentrer chez soi. 

À Gällivare, vivez l'expérience du soleil de minuit.

nordic

MAGAZINE


Ski de fond VOYAGES D´HIVER Nous sommes fiers de vous présenter notre nouveau programme, sur notre site Internet :

www.sandozconcept.com/fr

Scandinavie Chalets de rêve Séjours accompagnés Courses populaires Multi-activités/Aurores Séjours en itinérance Stages techniques Sandoz Concept, case postale 1, CH – 7513 Silvaplana E-mail: travel@sandozconcept.com, Tel : +41 (0) 81 828 94 38113 nordic Contact pour la France: +33 (0) 4 66 72 32 91 MAGAZINE


’ nordic.fr

my

Q

«

uand on partait de bon matin, quand on partait sur les chemins, à bicyclèèète… ».

Si je vous disais qu’Yves Montand est complètement « has been » avec sa chanson. Examinons les paroles d'un peu plus près : on peut bien sûr faire de la bicyclette de bon matin, c’est même plutôt agréable. Mais laissez-moi vous rappeler un petit détail. De bon matin, chez nous, les routes deviennent un circuit automobile… déconseillé à tout ce qui ne roule pas très vite ! Eh oui, à l'aube, sur les routes du HautJura, point de bicyclette, mais pas mal de frontaliers plus pressés que réveillés ! Parlons maintenant des bicyclettes… Les temps ont bien changé.

nos fondeurs et biathlètes à ski à roulettes. Pourtant, la technique même du ski à roulettes pose problème. Pour le classique, l’encombrement est le même que celui d’un cycliste : une largeur d’épaule. Mais la vitesse est très lente, ce qui peut surprendre les automobilistes et les forcer à freiner très brusquement. Pour le skating, c’est pire : un geste ample oblige à prendre une bonne place sur la chaussée. Dès lors, les jours où la circulation est plus forte que prévu, pour tenir moins de place sur la chaussée, une séance de skating peut vite se transformer en séance de poussée simultanée. En plus de ce changement technique qui modifie la nature du travail, le skieur peut se sentir en danger et stressé quand il est suivi par un véhicule.

un skieur à roulettes, plutôt que de vous dire « qu’est ce qu’il fout là ce con ? ! » et de le klaxonner, dites-vous plutôt : « Houa, dans quelques mois, ce skieur sera peutêtre notre champion olympique et il a choisi nos routes pour s’entraîner. Ça claque ! » À propos de claque, on pourrait peut-être se détendre un peu. On ne va quand même pas en venir aux mains… Manquerait plus qu’on se prenne un coup de boule quand on travaille ! Quand on partait à l’entraînement, on n’oubliait pas l’protège dents, c’était pas choueette…*  *Une grosse pensée pour Pierrot Girod, malheureux cycliste, abîmé par une

voiture et un petit clin d’œil à Simon Fourcade qui a fait la rencontre d’un Zidane jurassien !

114

Parfois, c’est le conducteur qui stresse et s’impatiente. Dans quelques cas, il montre son mécontentement en frôlant le skieur. « Pour rigoler », bien sûr. Eh bien non, ce n’est pas drôle et ce n’est pas non plus la bonne façon pour rappeler qu’un skieur n’a rien à faire sur une route. Premièrement parce qu’en ski à roulettes, on est totalement vulnérable face à une voiture. Le contact pourrait facilement nous rendre mort... mais pas de rire. Deuxièmement, le ski-roues est encore toléré sur les routes. Si, au hasard d’une route, vous devez croiser

NORDIC MAGAZINE

Ces lourdes machines en acier, avec trois vitesses difficiles à passer, sont remplacées par des engins tout carbone à moins de sept kilos. Les 22 vitesses se passent en un clic de dérailleur électronique. Quant aux chemins, vous imaginez bien qu’avec de telles montures, pas question de se laisser aller sur la pire route communale farcie de bosses et de nids-de-poule. Mon cher Yves, on ne peut plus fredonner votre si belle chanson durant nos séances de sport sans l’actualiser un peu. « Quand on partait à l’entraînement, quand on partait le cœur vaillant, ski à roulèèète… » Voilà l’état d’esprit dans lequel j’étais durant mes années de sportif. Aujourd’hui, ce couplet doit néanmoins être encore modifié. L’actualité sportive, ces dernières semaines, nous relate fréquemment des accidents de la circulation. Le plus souvent, ce sont les cyclistes qui en font les frais, très rarement

Emmanuel Jonnier, ancien fondeur français, fait aujourd’hui partie de la “cellule glisse” de l’équipe de France.

b

EMMANUEL JONNIER

,

Ski à roulèèète

nordic

MAGAZINE


’

nordic

MAGAZINE

115


Les valeurs de l'excellence

Petite

Avec

faire de

grandes choses Anaïs Bescond biathlète

Visite guidée des caves d'affinage au Fort Saint-Antoine toute l'année sur réservation : 03 81 69 31 21 La Crèmerie Marcel Petite au centre ville de Pontarlier 1, rue Saint-Antoine. Comtés, fromages, produits régionaux, épicerie fine, vins...

www.comte.petite.com