Page 1

 

 

C o m m u n e   d e   RAMATUELLE    

 

PROJET DE  SCHEMA   D’AMENAGEMENT  DE  LA  PLAGE  DE   PAMPELONNE        

ENQUETE PUBLIQUE  

OBSERVATIONS DU  RESPONSABLE  DU  PROJET   EN  REPONSE  AU  PROCES-­‐VERBAL  DE  SYNTHESE  NOTIFIE  PAR  LA  COMMISSION   D’ENQUETE  EN  DATE  DU  25  JUILLET  2013   (Article  12  de  l’arrêté  préfectoral  du  16  mai  2013  –  annexe  à  la  délibération  du  conseil  municipal  du  8  août  2013)  

  Les   observations   consignées   dans   le   procès-­‐verbal   de   synthèse   de   la   commission   d’enquête  appellent  les  réponses  suivantes  de  la  part  de  la  commune.     1 LE  DOSSIER     1.1 Dossier   très   volumineux   et   complexe,   inaccessible   à   un   non-­‐initié.   Dispersion   et  manque  de  clarté  des  documents.         Réponse  :       Le  dossier,  dont  la  structure  correspond  aux  prescriptions  de  l’article  R  146-­‐3  du  code   de  l’urbanisme  et  qui  s’ouvre  sur  une  pièce  intitulée  «  Résumé  non  technique  »,  traite  d’un   espace   complexe   et   étendu.   Il   a   néanmoins   permis   de   comprendre   l’essentiel   du   projet   puisqu’il    a  été  soit  critiqué,  soit  apprécié.     1.2 Certaines   photos   ne   sont   pas   à   jour   et   induisent   clairement   le   lecteur   en   erreur  :  elles  montrent  des  établissements  détruits  lors  d’une  tempête  exceptionnelle  (…).  »     Réponse  :       Le   dossier   comporte   une   sélection   de   photographies   illustrant   les   destructions   occasionnées  par  différentes  tempêtes  échelonnées  sur  différentes  années  et  qui  n’ont  donc   rien  d’exceptionnel.  Ainsi  que  permet  de  le  vérifier  le  document  ci-­‐joint  (document  1.2a),  les   dégâts  causés  par  les  tempêtes  constituent  un  problème  qui  s’aggrave  d’année  en  année  aux   yeux  même  de  la  Fédération  Nationale  des  Plages-­‐Restaurants  qui  a  consacré  au  phénomène   le   n°26   (Novembre/Décembre   2011)   de   sa   revue   «  la   Plage  »,   sous   l’angle   de   l’aggravation   des  franchises  par  les  assureurs.  De  fait,  les  déclarations  de  la  commune  de  Ramatuelle  en   situation   de   catastrophe   naturelle   à   la   suite   d’inondation   et   de   destruction   par   l’effet   Page  1  sur  33  


mécanique des  vagues  dans  le  secteur  de  Pampelonne  se  sont  multipliées  depuis  une  dizaine   d’années  (document  1.2b).     1.3 Manque  de  précisions  sur  l’articulation  entre  le  schéma  d’aménagement,  le   PLU  et  le  SCOT.     Réponse  :     Bien  qu’elles  ne  soient  pas  prescrites  par  l’article  R146-­‐3  du  code  de  l'urbanisme  qui   fixe  la  teneur  du  schéma,  ces  précisions  figurent  à  la  page  13  du  Rapport  de  présentation.     1.4 Aucun   lien   n’est   fait   entre   schéma   et   contrats   de   concessions   alors   que   ces   derniers  seront  la  base  du  processus  d’application  du  premier.     Réponse  :     Le  schéma  traite  une  problématique  d’urbanisme  et  la  future  concession  traitera  un   volet  domanial.  Néanmoins,  le  lien  est  établi  à  maintes  reprises,  et  notamment  à  la  page  8   du   Rapport   de   présentation,   et   dans   bon   nombre   d’articles   du   document   intitulé   «  Prescriptions   et   orientations  »     qui   encadrent   les   modalités   de   délivrance   des   permis   de   construire   les   futurs   bâtiments   d’exploitation   des   lots   de   plage,   ainsi   que   les   modalités   d’exploitation   de   ces   derniers   en   ce   qui   concerne   leurs   relations   avec   l’environnement   naturel.     1.5 Rien   n’est   dit   sur   la   prise   en   compte   ou   non   dans   le   schéma   de   l’avis   de   l’autorité  environnementale.     Réponse  :     Les   modalités   d’insertion   de   l’avis   de   l’autorité   environnementale   dans   le   dossier   soumis  à  l’enquête  publique  sont  prescrites  par  les  dispositions    légales  et  réglementaires  en   vigueur  qui  ont  été  respectées.     La   modification   éventuelle   du   projet   de   schéma   après   qu’il   a   été   arrêté   doit   tenir   compte   de   l’avis   de   l’autorité   environnementale,   de   l’avis   de   la   commission   départementale   chargée  de  la  nature,  des  paysages  et  des  sites,  mais  aussi  du  rapport  et  des  conclusions  de   la   commission   d’enquête.   Cette   modification   éventuelle   ne   peut   donc     intervenir   qu’après   que  le  public  a  été  en  mesure  de  s’exprimer  au  vu  de  l’ensemble  de  ces  éléments,  à  l’issue   de  l’enquête  publique.     1.6 La   prise   en   compte   de   l’article   R   146-­‐3   pris   pour   l’application   de   l’article   L.   146-­‐6.1   du   code   de   l’urbanisme   définit   assez   précisément   ce   que   doit   être   et   ce   que   doit   comporter   le   schéma   d’aménagement.   Le   dossier   actuellement   soumis   à   l’enquête   ne   satisfait  pas  sur  ce  point  aux  prescriptions  pourtant  essentielles  de  l’article  R  146-­‐3.     Réponse  :    

Page 2  sur  33  


L’examen du   bordereau   des   pièces   du   dossier   soumis   à   l’enquête,   et   l’examen   du   sommaire   de   chacune   des   pièces,   permettent   de   vérifier   très   simplement     que   les   prescriptions  énoncées  à  l’article  R  146-­‐3  sont  respectées.     1.7 Absence   d’étude   des   solutions   alternatives   relatives   à   la   différenciation   entre  les  occupants  (et  occupations)  quant  aux  structures  et  à  leur  démontabilité.     Réponse  :     Les  conclusions  des  études  consacrées  aux  solutions  alternatives  figurent  aux  pages   88   et   suivantes   du   Rapport   de   présentation,   et   aux   pages   126   et   suivantes   de   l’Evaluation   environnementale   qui   a   été   réalisée   par   un   bureau   d’études   différent   de   ceux   qui   ont   contribué  à  la  conception  du  schéma.  La  pièce  n°4  (Annexes)  comporte  une  analyse  détaillée   de   chaque   bâtiment   d’exploitation   occupant     la   plage   avec   une   notation   des   nuisances   et   dégradations  qu’il  occasionne  pour  l’environnement  naturel.     1.8 Absence   de   réponse   précise,   car   renvoyée   au   contrat   de   concession,   de   la   condition   exprès   du   précédent   commissaire-­‐enquêteur   concernant   les   critères   et   les   fréquences  de  démontabilité  des  établissements  démontables  sur  le  DPM.     Réponse  :     Effectivement,   il   a   été   considéré   que   le   schéma,   qui   sera   approuvé   par   décret   en   Conseil  d’Etat  :   • ne  doit  pas  interdire  par  des  réponses  inutilement  précises  toute  réflexion  au   stade   ultérieur   de   l’élaboration   de   la   future   concession   de   plage   naturelle,   qui   sera   également  soumise  à  concertation  et  à  enquête  publique  ;   • ne   doit   pas   figer   les   modalités   d’exploitation   des   futurs   bâtiments   au   risque   d’empêcher  une  nécessaire  évolutivité  de  la  gestion  de  la  plage  en  fonction  de  l’expérience   qui  sera  acquise.     1.9 -­‐     Aucune   réelle   étude   méthodologique   (qui   ou   quoi,   où,   quand,   comment)   n’a   été   conduite   sur   le   déroulement   futur   des   opérations   consécutives   au   schéma   (démolition,   reconstruction,   période   transitoire,   pertes   financières,   indemnités,   dégradation  du  site,  etc.).  Ceci  a  entretenu  ambiguïté  et  frustration.     Réponse  :     La   mise   en   œuvre   du   schéma   sera   organisée   pour   partie   dans   le   cadre   de   la   future   concession   de   plage   naturelle.   Aussi,   l’objectif   n’était   pas   de   figer   cette   mise   en   œuvre   dans   le  schéma  qui  sera  approuvé  par  décret  en  Conseil  d’Etat.   Néanmoins  l’expérience  et  les  études  réalisées  permettent  de  disposer  des  réponses   aux  problématiques  évoquées  :     Démolition   –   Reconstruction   -­‐   Période   transitoire  :   depuis   que   la   concession   de   plage   naturelle   de   Pampelonne   a   été   confiée   à   la   commune   en   1974,   bon   nombre   de   bâtiments  d’exploitation  des  lots  de  plage  ont  été  détruits  totalement  ou  dans  une  très  large   proportion,   soit   par   des   incendies   (Les   Murènes,   Les   Jumeaux,   Tiki   Beach),   soit   par   l’effet   Page  3  sur  33  


mécanique des  vagues  (Tropézina,  Tabou  plage,  Le  Liberty,  Le  Neptune,  Tropicana,…).  Pour   autant   ces   lots   de   plage   n’ont   jamais   cessé   d’être   exploités   et   les   reconstructions   ont   été   extrêmement  rapides.  Il  convient  à  cet  égard  de  rappeler  qu’au  début  de  l’été  2012  il  a  été   tenté   d’installer   en   un   week-­‐end   un   bâtiment   d’exploitation   à   l’arrière   de   l’ancien   établissement  «  La  Voile  Rouge  »,  processus  de  construction  ultra-­‐rapide  qui  a  été  constaté   par  procès-­‐verbal  et  a  donné  lieu  à  plusieurs  décisions  de  justice  suivies  de  démolition.    Aides  financières-­‐indemnités  :  pendant  la  durée  des  travaux,  le  travail  partiel  des   salariés  est  remboursé  à  l’entreprise  par  l’Etat,  mesure  existante  au  plan  national.     Dégradation   du   site  :   depuis   1974,   plusieurs   bâtiments   d’exploitation   ont   été   supprimés  sur  la  plage  sans  qu’il  y  ait  eu  de  dégradation  durable  de  son  environnement.  La   dernière   opération   de   démolition   a   été   effectuée   par   l’Etat   en   décembre   2011   sur   le   bâtiment   d’exploitation     de   l’ancien   établissement   «  La   Voile   Rouge  »   avec   toutes   les   précautions  requises  et  sans  aucune  trace  pour  l’environnement.       1.10 -­‐    A  quelques  exceptions  près,  le  dossier  est  la  copie  conforme  de  la  version   proposée    à  l’enquête  en  2010.     Réponse  :     Les   modifications   apportées   au   dossier   sont   énoncées   par   les   délibérations   des   10   mars  2011  et  6  septembre  2012.  Ces  modifications  ont  eu  pour  objet  d’améliorer  le  projet,   mais   pas   d’en   remettre   en   cause   le   parti   d’aménagement.   Le   dossier   a   notamment   été   enrichi  par  une  Evaluation  environnementale.       2 LA  CONCERTATION     2.1 -­‐  Insuffisance  de  concertation  avec  le  public,  les  touristes,  les  entrepreneurs   et  les  responsables  locaux  :  information,  oui,  bien  incomplète  et  lourde,  concertation,  non.       Réponse  :     Le  bilan  des  deux  périodes  de  concertation  organisées  sur  le  projet  de  schéma  a  été   tiré   en   Conseil   Municipal,   conformément   aux   dispositions   de   l’article   L300-­‐2   du   code   de   l'urbanisme,    lors  des  séances  publiques  des  8  juillet  2010  et  6  septembre  2012.   Pour   ce   qui   concerne   le   dossier   soumis   à   la   présente   enquête   publique,   la   délibération  du  6  septembre  2012  récapitule  les  échanges  qui  ont  bien  eu  lieu  entre  toutes   les   personnes   intéressées,   et   énonce   la   teneur   de   ces   échanges   qui   n’est   pas   en   contradiction  avec  les  observations  recueillies  lors  de  l’enquête  publique.       2.2 -­‐  Communes  limitrophes  qui  n’ont  pas  été  associées  au  projet.     Réponse  :       L’article   R123-­‐12   du   code   de   l’environnement   impose   qu’un   exemplaire   du   dossier   soumis   à   l’enquête   soit   adressé   aux   maires   des   communes   sur   le   territoire   desquelles   le   projet   est   situé.   En   l’espèce,   le   projet   est   situé   sur   le   territoire   de   la   seule   commune   de   Ramatuelle.   Page  4  sur  33  


Néanmoins, il  est  utile  de  rappeler  que  :     -­‐  le  Schéma  de  cohérence  territoriale  approuvé  le  22  décembre  2006  par  le  syndicat   regroupant   les   douze   communes   constituant   les   cantons   de   Grimaud   et   St-­‐Tropez   a   fourni   à   la   commune   de   Ramatuelle   un   cadre   et   des   orientations   qui   ne   sont   en   aucune   manière   remis  en  cause  par  le  projet  de  schéma  d’aménagement  de  la  plage  de  Pampelonne  ;   -­‐   la   délibération   du   6   septembre   2012   précitée   précise   que   le   Syndicat   intercommunal   pour   le   schéma   de   cohérence   territoriale   des   cantons   de   Grimaud   et   St-­‐ Tropez,   le   Syndicat   intercommunal   du   Golfe   de   St-­‐Tropez   et   du   Pays   des   Maures   pour   le   tourisme   ainsi   que   la   Maison   du   tourisme   du   Golfe   de   St-­‐Tropez   et   du   Pays   des   Maures   (société  d’économie  mixte)  ont  participé  à  l’élaboration  du  projet  de  schéma.     2.3 Aucune   prise   en   compte   de   solutions   alternatives   qui,   dans   le   dossier,   sont   simplement  survolées  et  éludées.     Réponse  :     Bien   que   cela   ne   soit   pas   prescrit   par   l’article   R146-­‐3   du   code   de   l'urbanisme,   les   solutions   alternatives   ont   été   étudiées   et   les   conclusions   de   ces   études   intégrées   dans   le   Rapport   de   présentation   du   schéma   ainsi   que   dans   son   Evaluation   environnementale.     Le   schéma  est  bien  le  reflet  d’un  compromis  entre  ces  solutions  parfois  très  éloignées  les  unes   des  autres.  Pour  autant,  il  n’a  pas  été  estimé  opportun  de  développer  ces  solutions  dans  le   schéma,   au   risque   de   le   voir   critiquer   pour   son   caractère   «  très   volumineux   et   complexe,   inaccessible  à  un  initié  »  (cf.  1.1  ci-­‐dessus).     2.4 Aucune  expérimentation  n’a  été  conduite  ni  prévue.  Pourtant  cela  aurait  pu   en  rassurer  beaucoup  et  valider  certaines  affirmations.     Réponse  :     Depuis   près   de   quarante   ans,   la   commune   a   en   charge   la   concession   de   plage   naturelle   de   Pampelonne.   L’expérience   acquise   durant   ces   décennies   a   valeur   d’expérimentation  et  permet    de  disposer  des  réponses  aux  questions  essentielles  :   -­‐  à  la  suite  d’incendies  ou  de  tempêtes,  bon  nombre  de  bâtiments  d’exploitations  ont   été  détruits  en  tout  ou  en  très  large  partie,  et  reconstruits    sans  que  l’exploitation  de  plage   concernée  n’ait  été  interrompue  ;     -­‐   le   cordon   dunaire   a   fait   l’objet   d’un   programme   de   mise   en   protection   et   de   reconstitution   naturelle   au   Sud   de   la   plage   à   partir   de   1994  :   la   technique   des   ganivelles   a   remarquablement  fonctionné  ainsi  que  le  rappelle  le  Rapport  de  présentation  du  dossier  (ce   programme  est  évoqué  à  plusieurs  reprises,  et  illustré  par  exemple  à  la  page  41).     3.  LES  ETABLISSEMENTS       3.1   Pourquoi   ne   pas   avoir   envisagé   de   conserver   les   27   établissements,   et   de   déplacer  ceux  qui    doivent  disparaître  dans  un  autre  lieu  de  la  plage,  entre  le  secteur  Gros   Vallat  et  l’Epi,  les  campings  Kon  Tiki,  avec  la  création  d’une  navette  entre  les  parkings  de   Tamaris  et  Patch  permettant  ainsi  de  désengorger  le  parking  Patch.     Page  5  sur  33  


Réponse :     Dans   sa   conception   d’origine,   l’article   L146-­‐6-­‐1   du   code   de   l'urbanisme   ne   permet   de   maintenir   ou   reconstruire   qu’une   partie   des   équipements   ou   constructions   existant,   à   condition   que   ces   équipements   ou   constructions   maintenus   ou   reconstruits   soient   situés   à   l’intérieur  de  la  bande  littorale  des  cent  mètres,  donc  hors  d’atteinte  des  plus  hautes  eaux,   et   permettent   de   concilier   la   préservation   de   l’environnement   et   l’organisation   de   la   fréquentation  touristique.     L’objectif   de   la   commune,   énoncé   par   le   conseil   municipal   dans   sa   délibération   du   30   novembre   2011   décidant   l’élaboration   du   Schéma,     est   de   préserver   la   plage   de   toute   évolution  vers  la  création  d’un  boulevard  du  front  de  mer.  A  cette  fin,  la  desserte  de  la  plage   par   des   voies   perpendiculaires   a   été   systématiquement   privilégiée,   et   le   linéaire   de   circulation  des  véhicules  sur  la  plage  systématiquement  réduit  en  rapprochant  les  bâtiments   d’exploitation  des  voies  publiques  existantes  et,  chaque  fois  que  possible,  en  les  implantant   sur   les   parcs   de   stationnement   existants.   Ce   choix   correspond   à   un   parti   fondamental   du   schéma.   L’hypothèse   évoquée   par   l’observation   constituerait   l’ébauche   d’un   boulevard   de   front   de   mer,   et   génèrerait   une   circulation   automobile   dans   des   secteurs   actuellement   naturels   et   calmes,   avec   des   nuisances   certaines   non   seulement   pour   l’environnement   naturel,   mais   aussi   pour   les   usagers   de   la   plage   qui   apprécient   sa   tranquillité   (par   comparaison  avec  la  plupart  des  plages  du  littoral  qui  sont  bordées  de  voies  de  circulation).     3.2   Le   dossier   prétend   que   nombre   de   nuisances   sont   dues   aux   établissements   de   plage,   mais   ne   peut   préciser   lesquelles.   L’érosion   du   trait   de   côte  :   rien   n’est   prouvé   (…)   dégradation   de   la   dune   (….),   bruit   (…).   Et   pourquoi   n’est-­‐il   pas   fait   mention   du   parking   Patch  situé  illégalement  sur  le  domaine  public  maritime  ?     Réponse  :     Les  nuisances  et  dégradations  induites  par  la  présence  des  bâtiments  d’exploitation   de  plage  sont  multiples  mais  tous  les  bâtiments  ne  sont  pas  à  l’origine  des  mêmes  nuisances   et   dégradations.   Celles-­‐ci   sont   détaillées   dans   la   pièce   n°4   («Annexes»).   Il   n’a   pas   été   estimé   opportun   d’alourdir   le   dossier   par   la   compilation   des   constatations   effectuées.     Celles-­‐ci   portent   sur   des   phénomènes   d’érosion   ponctuels   de   la   plage,   qu’atteste   le   recul   indispensable   de   plusieurs   bâtiments   ces   dernières   années  ;   des   dégradations   diverses   de   l’environnement   relevées,   en   particulier   par   les   agents   assermentés   du   ministère   de   l’environnement   (des   dizaines)  ;   quelques   établissements   de   plage   s’obstinent   à   générer   des   nuisances  sonores  et  font  jusqu’à  présent  l’objet  de  procédures.   En  ce  qui  concerne  le  parking  situé  au  bas  du  boulevard  Patch,  il  figure  bien  en  tant   que   tel   sur   le   plan   d’ensemble   de   la   concession   de   plage   naturelle   accordée   par   l’Etat   à   la   commune   par   arrêté   préfectoral   du   18   août   1992.   Sa   situation   est   donc   tout   à   fait   régulière.   Le   contraire   eût   été   étonnant   compte   tenu   de   son   utilité   pour   l’organisation   de   la   fréquentation  de  la  plage  par  le  public.     3.3  Ambiguïté  maintenue  sur    la  «  démontabilité  »  :  on  veut  des  démontables  mais   on  laisse  entendre  (DCM  du  10  mars  2011)  qu’ils  ne  seront  pas  démontés  !  Pourquoi  ne  pas  

Page 6  sur  33  


alors en  rester  à  des  réversibles,  y  compris  sur  le  DPM,  qui  pourraient  être  démontés  en  fin   de  concession  ?     Réponse  :     Il  convient  de  rappeler  que  le  schéma  d’aménagement  ne  prescrit  en  aucune  manière   l’obligation  de  démonter  les  futurs  bâtiments  d’exploitation.  Le  schéma  d’aménagement  issu   des  dispositions  des  articles  L  146-­‐6-­‐1  et  R  146-­‐3  et  suivants  du  code  de  l’urbanisme  prescrit   le   caractère   démontable   de   tout   bâtiment   implanté   sur   le   domaine   public   maritime,   c’est-­‐à-­‐ dire  sur  un  sol  instable  et  exposé  aux  tempêtes  ;  le  caractère  réversible,  déconstructible  avec   le  moindre  dommage  pour  l’environnement,  est  réservé  aux  bâtiments  situés  sur  le  domaine   public  communal  adjacent,  c’est-­‐à-­‐dire  sur  terre  ferme  et  à  l’abri  des  tempêtes.  Le  schéma   adapte   ainsi     les   qualités   techniques   des   bâtiments   en   vue   de   favoriser   leur   meilleure   intégration  dans  l’environnement.   L’obligation   du   démontage   annuel   relèvera,   le   cas   échéant,   des   dispositions   de   la   future  concession  de  plage  naturelle  qui  sera  issue  des  articles  R  2124-­‐14  et  suivants  du  code   général  de  la  propriété  des  personnes  publiques.   Il   n’y   a,   à   cet   égard,   aucune   ambigüité   dans   la   mesure   où   cette   distinction   entre   le   Schéma,  qui  relève  du  code  de  l’urbanisme,  et  la  future  concession  de  plage  naturelle,  qui   relève   du   code   général   de   la   propriété   des   personnes   publiques,   est   rappelée   dans   le   Rapport   de   présentation   (notamment   aux   pages   13   et   164),   ainsi   que   dans   le   résumé   non   technique  (page  6).   Les   bâtiments   «  démontables  »   présentent   l’avantage   de   pouvoir   être   soit   démontés,   soit   maintenus.   Par   contre,   les   bâtiments   réversibles   ne   peuvent   pas   être   démontables   et   sont  donc  inadaptables  à  une  évolution  du  trait  de  côte  ou  de  la  réglementation  comme  le   suggère  l’observation.   En   toute   hypothèse,   il   convient   de   rappeler   que   sur   23   établissements   de   plage   maintenus  par  le  schéma  :   -­‐  6  ont  leur  bâtiment  d’exploitation  situé  sur  terrain  privé  non  affecté  par  l’obligation   de   démontage   au   titre   des   dispositions   du   code   général   de   la   propriété   des   personnes   publiques  qui  ne  portent  que  sur  le  domaine  public  maritime  ;   -­‐  9  bâtiments  d’exploitation  sont  reconstruits  en  dehors  du  domaine  public  maritime,   sur  le  domaine  public  communal  qui  n’est  pas  concerné  par  l’obligation  de  démontage  ;   -­‐   8   bâtiments   d’exploitation   seulement   sur   23   demeurent   donc   sur   le   domaine   public   maritime  et  restent  soumis  à  l’obligation  de  démontage.     La   mise   en   œuvre   du   schéma   d’aménagement   permet   donc   de   réduire   significativement   le   nombre   d’établissements   de   plage   susceptibles   d’être   soumis   à   l’obligation   de   démontage   annuel   qui   figure   actuellement   dans   le   code   général   de   la   propriété  des  personnes  publiques  (à  leur  emplacement  actuel,  21  bâtiments  d’exploitation   sont  assujettis    à  cette  obligation  de  démontage).     3.4   On   s’achemine   vers   l’uniformité   (voir   plage   de   l’Atlantique)   alors   qu’on   a   aujourd’hui  la  diversité.     Réponse  :     Cette  crainte  est  sans  fondement,  car  :   Page  7  sur  33  


-­‐ D’une  part,  les  prescriptions  du  schéma  n’imposent  aucun  style  architectural  mais   seulement  une  qualité  de  matériaux  (naturels)  et  des  superficies  maximales  constructibles  ;     -­‐   D’autre   part,   le   schéma   ne   prévoit   pas   de   maître   d’ouvrage   unique   pour   la   construction   des   futurs   bâtiments   d’exploitation  ;   chaque   exploitant   de   plage   aura   donc   la   possibilité  de  créer  un  style  de  bâtiment  en  relation  avec  son  projet  d’exploitation  et  choisira   son  architecte,  son  décorateur,  son  scénographe,  etc…   Il  n’y  a  donc  pas    plus  de  risque  d’uniformité  qu’aujourd’hui.     3.5     Pourquoi   ne   pas   simplement   conserver   ce   qui   existe,   comme   le   permet   l’amendement  Gaïa,  en  modifiant  et  améliorant  ?  Avancer  ou  reculer  ceux  qui  sont  dans  la   dune,  imposer  la  bande  des  5  m,  empêcher  les  nuisances  (sonores,  rejet  de  détritus  dans  la   mer)  ?     Réponse  :     L’article  L146-­‐6-­‐1  du  code  de  l'urbanisme  ne  permet  pas  de  simplement  conserver  ce   qui  existe.  Dans  sa  conception  d’origine,  l’article  L146-­‐6-­‐1  du  code  de  l'urbanisme  ne  permet   de   maintenir   ou   reconstruire   qu’une   partie   des   équipements   ou   constructions   existants,   à   condition   que   ce   maintien   ou   cette   reconstruction   soient   situés   à   l’intérieur   de   la   bande   littorale   des   cent   mètres,   donc   hors   d’atteinte   des   plus   hautes   eaux,   et   permettent   de   concilier   la   préservation   de   l’environnement   et   l’organisation   de   la   fréquentation   touristique..     Par   ailleurs   dans   le   monde   entier,   et   également   à   Ramatuelle,   le   climat   change,   la   mer   monte,   les   tempêtes   sont   de   plus   en   plus   violentes,   et   ni   les   pouvoirs   publics,   ni   la   Fédération   Nationale   des   Plages-­‐Restaurants,   ni   les   compagnies   d’assurances   ne   peuvent   feindre   de   l’ignorer   au   vu   des   dépenses   considérables   et   constantes   que   représentent   les   dégâts  subis  par  tous  les  bâtiments  trop  proches  du  rivage.  Les  menaces  que  fait  peser  cette   évolution   du   climat   sur   les   plages,   dans   toutes   les   régions   du   monde,   sont   connues   et   particulièrement   préoccupantes,   surtout   lorsque   l’économie   locale   repose   sur   le   tourisme   balnéaire.   Dans  ces  conditions,  il  est  indispensable  de  veiller  à  la  mise  en  protection  de  la  plage.   Les  dispositions  de  l’article  L  146-­‐6-­‐1  introduites  dans  le  code  de  l’urbanisme  par  ce   qu’il  est  convenu  d’appeler  «  l’amendement  Gaïa  »  font  précisément  obligation  aux  pouvoirs   publics  de  réduire  autant  que  possible  les  nuisances  et  dégradations  qui  mettent  en  péril  la   plage.   Dans   ce   cadre,   le   schéma   permet   de   maintenir   23   établissements   de   bain   de   mer   -­‐   buvette  -­‐  restauration  sur  27,  ce  qui  permet  à  Ramatuelle  de  rester  la  commune  qui  dispose,   dans   le   premier   département   touristique   de   France,   du   plus   grand   nombre   d’établissements   de   plage.   Le   schéma   peut   ainsi   être   considéré   comme   un   bon   instrument   de   conciliation   entre  une  préservation  sérieuse  de  l’environnement  naturel  qui  fait  le  succès  de  la  station   balnéaire,   et   un   maintien   plus   que   significatif   de   son   potentiel   en   termes   d’économie   de   plage.   A   cet   égard,   le   schéma   constitue   le   seul   moyen   légal,   et   techniquement   viable,   de   sauvegarder  l’économie  balnéaire  sur  la  plage.     3.6   Il   est   question   dans   le   dossier   d’enquête   de   «  Zones  »,   celles-­‐ci   pouvant   comporter  plusieurs  «  Lots  ».  L’identification  doit  d’abord  se  faire  par  établissement  (lot)  et   non  par  zone,  or  le  Schéma  fait  exactement  le  contraire.     Page  8  sur  33  


Réponse :       Conformément   aux   prescriptions   de   l’article   R   146-­‐3   du   code   de   l’urbanisme,   le   Schéma   comporte   une   analyse   de   l’état   initial   du   site,   synthétisée   en   termes   graphiques   par   la   pièce   2.1  :   «  Le   plan   d’état   des   lieux  ».   Ce   plan   repère   en   rouge   chaque   construction   existante   sur   la   plage   et,   conjugué   avec   les   autres   pièces   du   dossier,   détermine,   à   l’intérieur   de   la   bande   des   100   mètres,   les   équipements   ou   constructions   dont   le   maintien   ou   la   reconstruction  peuvent  être  autorisés  par  dérogation.   En   termes   de   prescriptions,   le   Rapport     de   présentation   expose   que   «  Le   projet   de   Schéma  prescrit  :   -­‐   de   démolir   tous   les   établissements   situés   actuellement   sur   le   domaine   public   maritime  car  non  démontables  et  ne  présentant  pas  un  caractère  patrimonial,   -­‐   de   reconstruire   des   bâtiments   réversibles   en   arrière-­‐dune,   hors   domaine   public   maritime,  (implantés  sur  les  propriétés  communales)  et  des  établissements  démontables  en   avant  dune  sur  le  domaine  public  maritime,   -­‐   de   maintenir   des   établissements   privés   (existant   avant   la   date   du   3   janvier   1986),   hors  domaine  public  maritime,  localement  redimensionnés  afin  qu’ils  n’empiètent  pas  sur  le   domaine  public  maritime  »  (p  92).   La  légende  de  la  pièce  2.1  («  Le  plan  d’état  des  lieux  »)  indique  que  sont  repérées  en   rouge  sur  ce  document  graphique  les  emprises  de  chaque  «  établissement  lié  à  une  activité   balnéaire   existant   au   1er   janvier   1986   dans   la   bande   des   100   mètres   (hors   zone   U     du   plan   local  d’urbanisme)  ».   Cette  représentation  graphique  est  à  mettre  en  relation  avec  le  «  Bilan  des  surfaces   de   plancher   existantes   –   supprimées   –   reconstruites   dans   la   bande   des   100   mètres  »   hors   zone  urbaine  qui  figure  à  la  page  110  du  rapport  de  présentation,  tableau  qui  rappelle  que   «  Le   Schéma   d’aménagement   prescrit   la   démolition   de   toutes   les   constructions   situées   actuellement  sur  le  domaine  public  maritime».    Cette   information   a   manifestement   été   bien   intégrée   par   le   public   puisqu’elle   a   suscité  un  grand  nombre  d’observations.   Par  ailleurs,  le  Schéma,  comme  le  prévoit  l’article  R  146-­‐3  du  code  de  l’urbanisme  :   -­‐  organise  la  possibilité  de  délivrer  des  autorisations  de  reconstruction,   -­‐  détermine,  pour  ce  qui  est  des  reconstructions  qui  peuvent  être  autorisées,  «  leur   implantation  »  dans  des  zones  localisées  en  fonction  des  objectifs  poursuivis,  notamment  la   préservation   de   la   plage   de   toute   esquisse   de   boulevard   de   front   de   mer   par   un   rassemblement  des  établissements  aux  alentours  des  accès  perpendiculaires  au  rivage,     -­‐  «  définit  dans  un  chapitre  distinct  les  prescriptions  qui  pourront  être  imposées  aux   bénéficiaires  des  autorisations  »  de  reconstruire.    -­‐   dans   la   pièce   n°   4,   «  Annexes»,   les   nuisances   ou   dégradations   générées   par   chaque   bâtiment   existant   sur   la   plage   sont   rappelées   au   terme   d’une   analyse   très   détaillée   de   l’occupation   des   lieux.   Ces   nuisances   et   dégradations   peuvent   être  :   «  1  :   Proximité   du   rivage,   risque   avéré   ou   potentiel   de   phénomènes   d’érosion   (choc   des   vagues   en   cas   de   tempête  et  montée  des  eaux)  ;  2  :  Morcellement  de  la  dune  ;  3  :  Obstruction  du  passage  des   piétons   de   5   mètres   le   long   du  rivage  ;   4  :   Desserte   par   des   véhicules   circulant   sur   la   plage  »,   avec  relevés  cadastraux,  photographies  aériennes  et  au  sol  illustrant  les  phénomènes  décrits   (  par  exemple,  pour  le  bâtiment  d’exploitation  de  l’établissement  «  Tabou  Plage  »,  page  61     de  la  pièce  n°4  «  Annexes  »)  .   Page  9  sur  33  


Néanmoins,  il  conviendra  de  :  compléter  la  légende  de  la  pièce  n°  2.1  pour  spécifier   que   les   bâtiments   repérés   en   rouge   sont   «  à   démolir  »  ;   compléter   la   pièce   n°   3   «  Prescriptions   et   orientations  »   par   un   énoncé   de   l’obligation   de   démolir   les   bâtiments   repérés  sur  le  plan  d’état  des  lieux  précité  (pièce  2.1).       3.7   Les   clubs   pour   enfants   sont   mal   placés.   Il   faut   les   mettre   en   arrière.   Les   recommandations   de   la   Fédération   Nationale   des   Clubs   de   Plage   n’ont   pas   été   prises   en   compte  dans  le  projet  de  Schéma.     Réponse  :     Effectivement,  la  Fédération  Nationale  des  Clubs  de  Plage  a  formulé  un  avis  tendant  à   cantonner   les   enfants   sur   la   partie   de   plage   la   plus   éloignée   du   rivage,   voire   en   dehors   de   la   plage   et   de   l’influence   rafraichissante   de   la   mer,   alors   que   l’association   des   exploitants   de   la   plage   de   Pampelonne   par   exemple,   ou   la   Fédération   Nationale   des   Plages-­‐Restaurants,   préconisent   de   placer   les   adultes   au   plus   près   du   rivage.   En   réalité,   on   observe   que   les   enfants   aiment   jouer   près   de   l’eau   et   s’y   tiennent   spontanément,   car   ils   éprouvent   les   mêmes   besoins   physiologiques   que   les   adultes   -­‐   ce   qui   n’est   pas   étonnant   en   soi.   Les   modalités   d’encadrement   des   clubs   de   plage   étant   conçues   pour   assurer   leur   sécurité   à   proximité   du   rivage,   on   discerne   mal   pourquoi   cette   partie   de   la   population   devrait   être   privée  du  plaisir  de  l’eau,  et  plus  encore  du  microclimat  le  plus  favorable  à  sa  santé  et  le  plus   recherché  par  les  adultes.  La  seule  explication  pourrait  tenir  dans  l’intention  astucieuse  de   décompter  les  surfaces  des  Clubs  d’enfants  de  la  partie  de  plage  exploitée  commercialement   afin  d’augmenter  d’autant  les  surfaces  exploitées  par  les  établissements  dédiés  aux  adultes.   Le  Schéma  a  eu  pour  objectif,  sur  ce  point,  d’améliorer  la  qualité  de  l’accueil  des  enfants  car   certaines   destinations   touristiques   concurrentes,   y   compris   celles   qui   s’adressent   à   une   clientèle  fortunée,  proposent  aux  parents  la  possibilité  de  se  soulager  par  moments  de  leur   tâche   de   surveillance   en   confiant   leur   progéniture   à   des   professionnels   dans   le   cadre     de   structures  agréables  et  distrayantes.     3.8   Pourquoi  des  différences  de  traitement  existent-­‐elles  entre  les  exploitants  ?   Exemple  :  Secteur  Tamaris,  un  terrain  privé  est  classé  en  zone  NP  par  le  PLU  alors  que  les   terrains   communaux   qui   le   jouxtent   (classés   AUPR)   pourront   eux   accueillir   de   futurs   bâtiments    réversibles  ?     Réponse  :     Le   schéma   a   pour   objet   de   relocaliser   une   partie   des   bâtiments   existant   dans   la   bande  de  100  mètres  proche  du  rivage  et  qui  ont  pour  affectation  l’exploitation  du  service   public  des  bains  de  mer.  Or,  l’exploitation  du  service  public  des  bains  de  mer  s’effectue  par   délégation     après  mise  en  concurrence  obligatoire,  en  application  des  dispositions  du  code   général   des   collectivités   territoriales  :   la   concurrence   doit   évidemment   être   «  libre   et   non   faussée  ».   L’application   du   statut   des   baux   commerciaux   est   incompatible   avec   la   délégation   d’un   service   public   qui   doit   régulièrement   faire   l’objet   d’une   mise   en   concurrence   et   demeurer   sous   l’étroite   surveillance   de   l’autorité   délégante.   L’acquisition   de   la   propriété   Page  10  sur  33  


commerciale, inévitable  avec  l’exploitation  d’un  bâtiment  sur  un  terrain  privé,  détournerait   la  vocation  du  bâtiment  et  remettrait  en  cause  les  obligations  de  service  public  à  rendre  au   bénéfice  des  usagers  de  la  plage.  Seul  le  domaine  public  permet    d’exclure  l’acquisition  du   statut   des   baux   commerciaux   et   donc,   de   la   propriété   commerciale   en   application   des   dispositions  des  articles  L  145-­‐1  et  suivants  du  code  du  commerce.     Le   domaine   public   communal   appartient   à   la   communauté   des   habitants   et   c’est   grâce  à  son  produit  que  le  niveau  des  impôts  locaux  est,  à  Ramatuelle,  un  des  plus  bas  du   département  bien  que  la  qualité  des  services  dont  bénéficie  la  population  soit  une  des  plus   élevées.   Par   contre,   il   serait   forcément   inique   d’enrichir   tel   ou   tel   propriétaire   le   long   des   quatre   kilomètres   et   demi   de   la   plage   en   canalisant   vers   sa   propriété   la   construction   de   bâtiments    destinés  à  l’exploitation  d’un  service  public.   Enfin,   il   convient   d’observer   que   les   terrains   communaux   situés   en   bordure   de   la   plage   ont   été   précisément   acquis   au   terme   d’un   programme   d’aménagement   prescrit   par   l’Etat  à  travers  la  concession  de  plage  de  Pampelonne  confiée  à  la  commune  en  1974,  afin  de   canaliser   les   flux   de   véhicules   qui,   jusqu’alors,   se   dispersaient   dans   le   plus   grand   désordre   le   long   de   la   plage   et   sur   son   cordon   dunaire   qu’ils   ont   largement   contribué   à   détruire.   Ces   terrains   communaux   ont   donc   été   aménagés   en   parcs   de   stationnement   et   de   ce   fait   artificialisés.  Il  est  très  logique  en  termes  de  réduction  des  nuisances  et  dégradations  pour   l’environnement,    de  canaliser  vers  ces  surfaces  artificialisées  la  construction  de  bâtiments   d’exploitation   du   service   public   des   bains   de   mer.   Les   terrains   privés,   quant   à   eux,   n’ont   pas   pour   vocation   d’être   ouverts   au   public   et   sont   donc   à   l’abri   des   nuisances   et   dégradations     qui  découlent  d’une  fréquentation  intensive.  Ils  sont  situés  dans  le  périmètre  de  préemption   du   Conservatoire   du   Littoral   instauré   par   arrêté   préfectoral   du   21   juin   2006.   Le   Conservatoire  peut  donc  faire  l’acquisition  de  ces  terrains  afin  de  maintenir  la  qualité  rurale,   c'est-­‐à-­‐dire   naturelle   ou   agricole,   du   paysage   de   l’arrière   plage.   Toutes   les   acquisitions   effectuées  depuis  l’instauration  de  ce  périmètre  de  préemption  ont  eu  lieu  à  l’amiable  et  ont   permis   à   bon   nombre   de   propriétaires   de   valoriser   leur   patrimoine   tout   en   contribuant   à   l’intérêt  général.       4  LES  RETOMBEES  ECONOMIQUES,  LES  EMPLOIS     4.1   Etude  socio-­‐économique   faite   tardivement  (arrivée  2  jours  après  le  début  de   l’enquête),   incomplète   (rien   n’y   est   dit   sur   la   clientèle   internationale,   essentielle   pour   l’économie  locale)  et  souvent  approximative  (surface  des  concessions).     Réponse  :     L’étude   socio-­‐économique   ne   figure   pas   au   nombre   des   pièces   obligatoires   du   dossier.   Les   prescriptions   des   articles   L   146-­‐6-­‐1   et   R   146-­‐3   du   code   de   l’urbanisme   n’intègrent  pas  le  paramètre  économique  –  ce  qui  n’est  pas  étonnant  puisqu’en  France,  les   espaces  naturels,  zones  humides  et  surfaces  en  eau  ne  couvrent  plus  que  34%  des  espaces   littoraux,   alors   que   près   de   70   %   du   littoral   sont   déjà   occupés   par   les   activités   économiques,   ou  urbanisés.  L’étude  a  néanmoins  été  réalisée  par  la  commune    à  ce  stade  du  projet  pour   répondre  à  la  sollicitation  de  l’association  des  exploitants  de  la  plage    de  Pampelonne,  très   pressante   en   ce   sens.   Son   auteur   est   docteur   en   économie,   experte   spécialisée   dans   ce   type  

Page 11  sur  33  


d’étude d’impact   accompagnant   de   grands   projets   d’aménagement.   La   prestation   a   été   exécutée  durant  l’hiver  et  le  printemps  2013.     L’étude   de   l’impact   social   et   économique   du   projet   aurait   dû   n’être   réalisée   qu’au   stade   ultérieur   de   l’élaboration   de   la   concession   de   plage   naturelle   qui   permettra   de   connaître   la   surface   de   plage   dédiée   à   l’exploitation   commerciale   à   travers   l’accueil   des   services   du   type   matelas   –   parasols,   buvettes,   etc.       L’insistance   de   l’Association   des   Exploitants  de  la  plage  de  Pampelonne    a  conduit  à  la  réalisation  de  cette  étude  dès  le  stade   du   Schéma,   qui   n’encadre   cependant   que   la   démolition   et   la   reconstruction   des   bâtiments   d’exploitation.     L’étude   a   été   réalisée   sur   la   base   des   données   disponibles,   très   précises   en   ce   qui   concerne  les  bilans  d’exploitation  des  établissements  actuels  qui  sont  établis  par  des  experts   comptables   et   fournis   par   les   exploitants   de   plage   lors   de   chaque   procédure   de   mise   en   concurrence   depuis   maintenant   plus   d’une   dizaine   d’années.   Les   surfaces   des   lots   sont   certes  prises  en  compte  dans  l’étude,  mais  celle-­‐ci  comporte  à  ce  sujet  de  sérieuses  réserves,   eu   égard   aux   possibles   fluctuations   de   la   surface   de   plage   d’une   année   à   l’autre   et   d’un   secteur   à   l’autre   (ces   fluctuations   étant   évoquées   dans   les   contrats   de   délégation   du   service   public).   Les  conclusions  de  l’étude  demeurent  intéressantes.   Elles  permettent  par  exemple  de  constater  que  :   • les   chiffres   d’affaires   des   établissements   ne   dépendent   pas   des   surfaces   exploitées  mais  du  savoir-­‐faire  des  exploitants  uniquement  ;     • les   bilans   d’exploitation   autorisent   très   largement   le   financement   de   la   reconstruction  des  bâtiments,  à  l’exception  peut-­‐être  de  quatre  établissements  au  bilan  plus   mitigé  ;     • la  suppression  de  plusieurs  établissements  depuis  une  vingtaine  d’années  n’a   pas   affecté   la   progression   constante   du   nombre   d’emplois   et   du   chiffre   d’affaire   global   de   la   plage.       4.2  Les  craintes  le  plus  souvent  exprimées  par  les  actuels  concessionnaires  ont  trait   à  la  certitude  de  ne  pas  pouvoir  soumissionner  avec  quelque  chance  de  succès  à  l’avenir,   compte   tenu   de   la   concurrence   qui   ne   manquera   pas   de   se   présenter   (grands   groupes   internationaux,   autres   plagistes   actuels   qui   sont   définitivement   démolis,   etc   ..),   du   renchérissement   des   concessions,   de   la   réduction   des   surfaces   d’exploitation,   du   coût   exorbitant  de  la  destruction  –  reconstruction  et  démontage  –  démontages  annuels.  Ainsi,   nombre   d’entreprises   familiales   vont   disparaître   au   grand   dam   de   leur   clientèle   (internationale)  qui  leur  est  très  attachée.     Réponse  :       Il  n’existe  aucun  lien  entre  cette  observation  et  le  projet  soumis  à  l’enquête.   Néanmoins,  il  est  fondamental  de  rappeler  que  l’obligation  de  mise  en  concurrence   préalable   à   l’attribution   des   délégations   de   services   publics   découle   des   dispositions   des   articles   L   1411-­‐1   et   suivants   du   code   général   des   collectivités   territoriales,   sous   l’influence   grandissante  de  la  législation  européenne  qui  impose  dans  le  domaine  des  services  comme   Page  12  sur  33  


dans les  autres  domaines  d’activité  économique  une  «  concurrence  libre  et  non  faussée  ».  En   l’absence  de  schéma  d’aménagement  il  y  aurait,  en  toute  hypothèse,  comme  dans  les  autres   communes   françaises,   des   contrats   pluriannuels   et   une   mise   en   concurrence   préalable.   L’attractivité   de   la   presqu’île   de   St-­‐Tropez   étant   ce   qu’elle   est,   tant   auprès   de   la   clientèle   internationale  que  des  grands  groupes  internationaux  qui  l’accompagnent  nécessairement,   la   concurrence   autour   de   l’attribution   des   délégations   du   service   public   des   bains   de   mer   serait   tout   aussi   vive   sans   schéma   qu’avec   un   schéma.   A   cet   égard,   il   y   a   évidemment   beaucoup  plus  à  craindre  du  passage  de  contrats  annuels  à  des  contrats  pluriannuels,  que  de   la  suppression  de  4  établissements  sur  27  par  le  schéma1.     L’étude   d’impact   social   et   économique,   sur   la   base   des   bilans   d’exploitation   déclarés,   a  cependant  permis   de   démontrer  que   la   capacité   d’investissement   des   entreprises  en  place   est  très  largement  suffisante  pour  assumer  les  démolitions  –  reconstructions  dont  le  coût  a   été  chiffré.   Le  schéma  n’a  par  ailleurs,  en  ce  qui  concerne  l’obligation  de  démontage  -­‐  remontage   annuel,  que  l’effet  d’en  réduire  l’impact  sur  la  plage  de  Pampelonne,  puisque,  en  application   de  ce  schéma,  15  établissements  de  plage  sur  23  verront  leur  bâtiment  maintenu  ou  déplacé   sur  un  terrain  situé  en  dehors  du  domaine  public  maritime.  En  l’absence  de  mise  en  œuvre   du   schéma,   l’obligation   de   démontage   et   de   remontage   annuel   s’imposerait   à   21   établissements  de  plage.   Il  conviendra  ici  de  rappeler  une  nouvelle  fois  que  le  schéma,  en  soi,  ne  prescrit  pas   les   démontages   –   remontages   annuels   mais   seulement   le   caractère   «  démontable  »   des   constructions  édifiées  sur  le  domaine  public  maritime.  La  gestion  future  de  ces  constructions   sera,   quant   à   elle,   déterminée   par   la   concession   de   plage   naturelle   qui   fera   l’objet   d’une   concertation  et  d’une  nouvelle  enquête  publique.   En   ce   qui   concerne   les   modalités   d’organisation   de   la   concurrence   préalable   à   l’attribution  des  délégations  du  service  public  des  bains  de  mer,  ces  modalités  n’ont  aucun   lien  avec  le  schéma  qui  est  un  document  d’urbanisme,  alors  que  les  délégations  dépendent   des  dispositions  du  code  général  des  collectivités  territoriales.  Il  conviendra  de  rappeler  ici   qu’une   délégation   de   services   publics,   au   terme   des   dispositions   du   code   général   des   collectivités   territoriales,   n’est   pas   une   mise   aux   enchères   et   que   c’est   la   qualité   du   projet   d’exploitation  et  des  services  proposés  qui  détermine  le  choix  des  délégataires  dans  l’intérêt   général,  sans  que  le  critère  financier  soit  prédominant.   Le  schéma  aura  par  ailleurs  un  effet  positif  sur  le  bilan  des  établissements  de  plage  en   réduisant  considérablement  les  risques  de  destruction  par  les  tempêtes  et  l’impact  des  frais   de  reconstruction  sur  l’exploitation  de  ces  établissements.    

1

La  durée  maximale  d’un  an  pour  les  contrats  de  délégation  de  service  public  sur  la  plage  est  imposée  par   l’article  18  de  la  concession  Etat-­‐commune  de  1992  prorogée  depuis  2007  aussi  longtemps  que  le  schéma   n’aura  pas  été  mis  en  œuvre.  

Page 13  sur  33  


4.3 Nombre  d’usagers,  français  mais  surtout  étrangers,  de  la  plage  se  sont  exprimés   pour   s’opposer   au   schéma   et   menacer   de   ne   plus   revenir,   notamment   si   «  leur   plagiste   n’est  plus  là  »  ….  Pampelonne  est  une  plage  de  renommée  internationale.  La  clientèle  aisée   étrangère  est  pour  beaucoup  dans  sa  fréquentation  et  son  économie.  Or,  aucune  étude  n’a   été  faite  sur  ses  désidératas,  ses  besoins,  ses  attentes.     Réponse  :     C’est  justement  pour  tenir  compte  des  désidératas,  besoins  et  attentes  des  usagers   que  le  schéma,  à  caractère  dérogatoire,  permet  de  maintenir  et  d’organiser  la  fréquentation   touristique  tout  en  préservant  un  espace  naturel  remarquable  du  littoral.     La  connaissance  des  désidératas,  des  besoins  et  des  attentes  de  la  clientèle  nationale   et  internationale  qui  fréquente  le  golfe,  la  presqu’île  de  St-­‐Tropez  et  la  plage  de  Pampelonne   fait   en   effet   l’objet   d’une   observation   et   d’études   régulières   depuis   plusieurs   décennies.   Cette   observation   et   ces   études   sont   également   conduites   à   d’autres   échelles   par   les   pouvoirs   publics   –   Etat,   région,   département.   Lors   de   la   phase   de   concertation   préalable   à   l’élaboration  du  schéma,  un  certain  nombre  de  «  désidératas,  besoins  et  attentes  »  ont  été   rappelés.   S’il   n’existe   plus  «  un   bel   environnement  »,   l’économie   sera   certainement   handicapée.  Les  destinations  touristiques  qui  ont  le  plus  de  succès  dans  le  monde  sont  celles   qui   ont   le   mieux   pris   en   compte   la   protection   de   l’environnement   –   succès,   c’est-­‐à-­‐dire   fréquentation  accompagnée  de  production  de  forte  valeur  ajoutée  et  moindre  sensibilité  vis-­‐ à-­‐vis   de   la   crise   économique.   Un   environnement   préservé   constituera   nécessairement   un   moteur   de   l’activité   touristique   qui   doit   elle-­‐même   fonctionner   sans   dégrader   l’environnement,   son   capital.   Les   recommandations   de   la   clientèle   internationale   vont   toujours   dans   le   sens   d’une   préservation   durable   des   paysages   et   de   l’environnement   naturels.     4.4  Pampelonne  est  une  réussite  sur  tous  les  plans  et  citée  en  exemple  partout  dans   le   monde   (témoignages   des   étrangers   et   des   français   voyageurs).   Elle   représente   un   patrimoine   national.   Pourquoi   vouloir   détruire   ce   qui   fonctionne   et   casser   «  la   magie   du   site  »  ?     Réponse  :     Comme   cela   est   expliqué   par   les   différentes   pièces   du   schéma,   celui-­‐ci   aura   pour   effet  de  mettre  la  plage  en  situation  de  résister  à  l’évolution  du  climat,  à  la  montée  des  eaux,   à   la   multiplication   des   tempêtes   et   à   l’accroissement   de   leur   violence,   en   réduisant   sensiblement   les   risques   de   destruction   des   bâtiments   d’exploitation   et   les   phénomènes   d’érosion  qui  ont  entrainé  un  recul  du  trait  de  côte  (pages  161  et  suivantes  du  Rapport  de   présentation,   pages   54   et   suivantes   des   annexes,   pages   74   et   suivantes   de   l’Evaluation   environnementale,  etc.).   Page  14  sur  33  


Etant donné   l’évolution   du   climat   et   les   menaces   qu’elle   fait   peser   sur   toutes   les   plages   du   monde,   phénomènes   dont   les   grands   médias,   notamment   la   télévision,   rendent   désormais   régulièrement   compte,   les   attraits   de   la   plage   de   Pampelonne   et   son   existence   même   sont   gravement   menacés.   Or,   la   magie   de   ce   site   tient   précisément   dans   la   qualité   de   son   environnement   naturel.   Le   schéma   a   pour   objectif,   énoncé   dans   la   délibération   du   30   novembre   2011,   de   maintenir   durablement   la   qualité   de   cet   environnement   naturel   et   d’améliorer  l’intégration  de  l’économie  balnéaire  dans  cet  environnement.     4.5  La  plage  de  Pampelonne  et  ses  établissements  renommés  font  vivre  nombre  de   salariés   et   d’entreprises   dans   toute   la   région.   Tout   modifier   perturbera   aujourd’hui   l’harmonie  trouvée.  Les  grands  groupes  iront  choisir  leurs  propres  salariés  et  fournisseurs   et  ne  s’embarrasseront  pas  des  équilibres  locaux.  Risquer  de  détruire  ainsi  des  emplois  en   période   particulièrement   difficile   en   France   est   irresponsable.   Attention,  tous   les   commerces  de  la  presqu’île  sont  liés.     Réponse  :     D’une   part,   comme   cela   a   été   rappelé   plus   haut,   il   n’existe   aucun   lien   entre   l’obligation   de   mise   en   concurrence   préalable   à   l’attribution   des   délégations   du   service   public  des  bains  de  mer  et  le  projet  soumis  à  l’enquête.   D’autre   part,   la   procédure   de   la   mise   en   concurrence   préalable   à   l’attribution   de   délégation   de   services   publics   n’est   pas   plus   favorable   aux   grands   groupes   internationaux   qu’aux  candidatures  d’entreprises  familiales  et  artisanales,  capables  de  proposer  une  qualité   et  une  personnalisation  appréciables  des  services.     4.6   Comparaison   peut   être   faite   avec   d’autres   lieux,   comme   St-­‐Raphaël,   où   des   grands   groupes   ont   pris   la   main   et   tout   le   monde   y   a   perdu  :   les   entreprises   locales,   les   salariés,  l’environnement.     Réponse  :     Il   n’existe   aucun   lien   entre   l’obligation   de   mise   en   concurrence   préalable   à   l’attribution   des   délégations   du   service   public   des   bains   de   mer   et   le   projet   soumis   à   l’enquête.     Cf.  4.5.     4.7   La   situation   actuelle   répond   aux   besoins   et   est   un   parfait   équilibre.   Le   risque   d’un   tel   schéma   est   d’abord   la   perte   de   l’attrait   touristique.   Ce   sera   un   désastre   pour   la   région,   et   ensuite   une   perte   sèche,   sans   indemnités,   pour   les   exploitants   actuels   qui   donnent  satisfaction  à  une  clientèle  fidèle  et  exigeante,  et  qui  assurent  un  service  au  public  

Page 15  sur  33  


de qualité  que  personne  n’assurerait  à  leur  place,  sinon  au  prix  de  dépenses  exorbitantes   pour  la  commune.     Réponse  :     Il   n’existe   aucun   lien   entre   l’obligation   de   mise   en   concurrence   préalable   à   l’attribution   des   délégations   du   service   public   des   bains   de   mer   et   le   projet   soumis   à   l’enquête.     Par   ailleurs,   aucune   disposition   légale   ne   permet   d’assurer   les   exploitants   de   plage   actuels   de   demeurer   sur   le   domaine   public   maritime,   qui   ne   leur   appartient   pas   mais   qui   constitue   un   patrimoine   commun   de   la   nation   auquel   d’autres   professionnels   peuvent   légitimement  souhaiter  accéder.   La   mise   en   concurrence   périodique   de   la   délégation   du   service   public   des   bains   de   mer   permet   précisément   à   la   commune   de   s’assurer   que   ce   service   sera   rendu   avec   un   niveau   de   qualité   satisfaisant   pour   les   usagers,   et   sans   dépenses   exorbitantes   pour   les   contribuables.     4.8   «  Les   conséquences   économiques   ont   été   appréciées   pour   être   en   adéquation   avec  les  souhaits  administratifs  mais  l’étude  ne  convainc  aucun  professionnel  »  !  «  Il  faut   des   décennies   pour   créer   une   marque   et   quelques   heures   pour   la   détruire  »  !   (Office   du   tourisme  de  St-­‐Tropez).     Réponse  :     La  commune  de  Ramatuelle,  depuis  des  décennies,  gère  son  territoire  de  telle  sorte   qu’il  a  conservé  un  caractère  rural,  agricole  et  naturel  dont  l’attrait  bénéficie,  à  l’évidence,   au   port   de   St-­‐Tropez   puisque   celui-­‐ci   se   vide   chaque   jour   de   ses   navires   qui   viennent   mouiller  devant  la  plage  de  Pampelonne.     Le   schéma   n’est   rien   d’autre   que   la   continuité   de   cette   même   politique.   Il   vise   à   assurer   la   qualité   de   l’environnement   dans   la   durée   face   à   des   phénomènes   naturels   que   tous  les  rivages  du  monde  subissent  et  que  les  pouvoirs  publics  ont  pour  responsabilité  de   prendre  en  compte  avant  qu’il  ne  soit  trop  tard.       5     LA  SECURITE     5.1  Démolition       La  démolition  d’établissements,  en  vue  de  la  reconstitution  du  cordon  dunaire,  dans   le  secteur  de  Bonne  Terrasse  et  de  l’Epi,  va  entraîner  une  désertification  du  secteur  sur  plus   de   500   m,   qui   engendrera   un   manque   de   sécurité   en   tout   genre.   Ces   secteurs   présentent   actuellement  de  nombreux  avantages  :     Page  16  sur  33  


-­‐ capacité  de  stationnement  importante  (même  si  les  parcs  de  stationnement  sont   privés),   -­‐  grande  capacité  de  mouillage  des  bâtiments  (fond  sableux),   -­‐  absence  de  posidonies  (page  23  de  la  notice  d’incidence  Natura  2000).     Réponse  :     Entre  les  secteurs  de  l’Epi  et  de  Bonne  Terrasse,  le  schéma  crée  des  zones  pouvant   accueillir   la   construction   de   sept   bâtiments   d’exploitation   de   lots   de   plage.   La   concession   de   plage   naturelle   déterminera   quant   à   elle   le   positionnement   précis   des   bâtiments   d’exploitation   et   des   lots,   ainsi   que   les   linéaires   et   la   surface   de   ces   derniers   -­‐   qui   ne   dépendent   pas   du   schéma   dans   la   mesure   où   poser   un   matelas   sur   le   sable   ne   constitue   pas   une  opération  d’aménagement  ou  de  construction  nécessitant  une  autorisation  au  titre  du   code  de  l'urbanisme.     Pour   une   partie   des   touristes   –   ceux   par   exemple   qui   résident   en   camping   ou   en   village  vacances  dans  cette  arrière-­‐plage  Sud,    l’attractivité  de  la  commune  dépend  aussi  de   l’existence  de  grands  linéaires  de  plage  libres  de  toute  emprise  commerciale,  et  de  la  qualité   des  services  publics  mis  gratuitement  à  la  disposition  des  usagers.     Globalement,  les  capacités  de  stationnement  ou  de  mouillage  de  ce  secteur  de  l’Epi  à   Bonne  Terrasse  seront  donc  bien  valorisées.  La  commune  pourra  si  nécessaire  compléter  le   dispositif  de  surveillance  par  la  mise  en  place  d’un  poste  de  secours  supplémentaire.     5.2   Quid   pour   la   sécurité   des   enfants   jouant   sur   la   plage   quand   leurs   parents   déjeunent  en  arrière  de  la  dune  ?       Réponse  :     Le   schéma   n’a   pas   pour   vocation   de   pallier   les   carences   des   parents,   dont   c’est   la   responsabilité  de  surveiller  leurs  enfants.   Par   ailleurs,   il   convient   de   rappeler   que   plusieurs   établissements   de   plage   fonctionnent   dans   les   conditions   décrites   par   l’observation   sans   qu’il   en   ait   résulté   de   dommage  pour  les  enfants.     5.3   Les   plagistes   assurent   une   véritable   mission   de   service   public   (sécurité   des   baigneurs,   nettoyage   de   la   plage,   toilettes…).   Diminuer   leur   présence   sera   source   d’insécurité  pour  les  usagers  et  d’augmentation  des  charges  pour  la  commune.     Réponse  :     D’une   part,   les   modalités   d’organisation   de   la   surveillance   et   de   l’entretien   de   la   plage  seront  déterminées  par  la  future  concession  de  plage  naturelle  qui  sera  évidemment   Page  17  sur  33  


conçue pour   optimiser   le   potentiel   des   établissements   de   plage   en   termes   de   qualité   et   d’efficacité  du  service  public.   D’autre   part,   il   existe   en   France   comme   à   l‘étranger   de   grandes   plages   très   fréquentées  par  le  public  et  beaucoup  moins  occupées  par  des  établissements  de  plage,  sans   pour  autant  qu’y  règne  l’insécurité.       5.4  Qu’en  est-­‐il  du  plan  de  prévention  des  risques  littoraux  (PPRL)  ?     Réponse  :     Il  n’existe  pas  de  plan  de  prévention  des  risque  littoraux,  dont  la  mise  en  place  est  de   la  compétence  de  l’Etat.     6     L’AMENDEMENT  GAÏA     6.1  L’amendement  Gaïa  a  été  fait  pour  donner  une  existence  légale  à  une  situation   de  fait  à  Pampelonne.  Le  schéma  est  clairement  contre  cet  esprit.     Réponse  :     Selon   son   exposé   des   motifs   et   le   commentaire   qui   en   a   été   fait   par   le   secrétaire   d’Etat   représentant   le   gouvernement   lors   de   son   adoption   à   l’Assemblé   nationale,   l’amendement  Gaïa  a  été  fait,  précisément,  pour  «  que  les  zones  littorales  construites  avant   1986   et   caractérisées   par   un   statu   quo   insatisfaisant,   fassent   l’objet   d’une   réduction   des   surfaces  construites  et  d’une  amélioration  de  la  qualité  des  sites.  Loin  d’être  un  amendement   laxiste,  il  est  donc  contraignant  puisqu’  il  tend  à  autoriser  des  corrections  qualitatives  et  des   réductions   d’emprise   construite   que   la   loi   ne   permettait   pas   jusqu’à   présent.  »   (Assemblée   nationale  –  2ème  séance  du  21  novembre  2000  –  compte  rendu  au  Journal  officiel  des  débats,   page  9126  –  extrait  de  l’intervention  du  secrétaire  d’Etat  aux  logements).     6.2  L’amendement  Gaïa  est  exclusif  du  décret  plage.  Donc,  en  particulier,  les  règles   de  20%  (surface  et  linéaire)  ne  sont  pas  applicables  en  l’espèce.     Réponse  :     Cette  interprétation  est  totalement  erronée.  Elle  établit  un  lien  entre  des  dispositions   du  code  de  l’urbanisme  destinées  à  encadrer  la  délivrance  de  permis  de  construire,  et  des   dispositions  du  code  général  de  la  propriété  des  personnes  publiques    destinées  à  encadrer   l’installation  sur  le  domaine  public  maritime  de  matelas  et  parasols  à  la  location.  Ce  lien  n’a   pas   de   consistance   juridique   et,   de   fait,   le   schéma   d’aménagement   élaboré   au   titre   de   l’article  L  146-­‐6-­‐1  du  code  de  l’urbanisme  :     Page  18  sur  33  


ne limite   pas   la   surface   ou   le   linéaire   de   plage   susceptible   d’être   exploités   commercialement  (la  question  des  20  ou  des  30  %),     n’oblige   pas   à   démonter   annuellement   les   bâtiments   d’exploitation   reconstruits   sur  le  domaine  public  maritime.   Ces  contraintes  découlent  de  l’article  R  2124-­‐16  du  code  général  de  la  propriété  des   personnes  publiques  et  s’imposeront,  si  le  code  n’évolue  pas,  à  la  future  concession  de  plage   naturelle.     7     LA  DEFINITION  DES  SURFACES       7.1   Manque   de   justification   de   la   délimitation   des   périmètres   retenus   dans   le   dossier.  Notamment,  ne  sont  nullement  justifiées  les  exclusions  du  périmètre  retenu  pour   le  schéma  des  zones  urbanisées,  des  campings,  des  dunes  grises  et  de  l’arrière  plage,  sinon   au  simple  «  examen  des  caractéristiques  de  la  plage  et  de  son  cordon  dunaire  ».     Réponse  :     Il  a  été  estimé  souhaitable  d’expliquer  d’une  façon  suffisamment  simple  et  accessible   les  modalités  de  définition  du  périmètre  à  la  page  18  du  Rapport  de  présentation.  Ont  été   exclus   les   espaces   qui   ne   relèvent   pas   de   la   bande   littorale   de   100   m   telle   que   définie   à   l’article   L   146-­‐4-­‐III   du   code   de   l’urbanisme,   c’est-­‐à-­‐dire   les   parties   urbanisées   du   littoral.   Ont   également  été  écartés  les  espaces  qui,  tout  en  étant  restés  naturels,  n’ont  plus  d’influence   sur   la   stabilité   de   la   plage,   ni   sur   sa   fréquentation   par   le   public  ;   ont   encore   été   exclus   les   terrains   comportant   une   construction   isolée,   situés   donc   en   dehors   des   parties   urbanisées   de   la   commune,   mais   artificialisés,   qui   ne   sont   pas   en   relation   avec   la   fréquentation   de   la   plage   par   le   public   et   n’ont   pas   d’influence   sur   celle-­‐ci   (à   cet   égard,   il   conviendra   de   corriger   le   périmètre   en   excluant   l’établissement   hôtelier   «  Epi-­‐plage  »)  ;   exclus   également   les   campings,     lourdement   artificialisés,   comportant   des   constructions   autorisées   et   constituant   des   droits   acquis   depuis   plusieurs   décennies   sur   terrains   privés   en   vertu   d’autorisations   devenues  définitives.     7.2  Imprécisions  relatives  à  la  surface  réelle  à  concéder.  Pas  de  réponse  claire  aux   conditions  expresses  exprimée  par  le  précédent  Commissaire-­‐enquêteur.     Réponse  :     La    délimitation  de  la  surface  réelle  à  concéder  n’est  pas  l’objet  du  schéma  soumis  à   l’enquête.     Cette   délimitation   sera   étudiée   lors   de   l’élaboration   de   la   concession   de   plage   naturelle.     Page  19  sur  33  


7.3 La   surface   de   dune   entre-­‐t-­‐elle   ou   non   dans   le   calcul   des   ratios   qui   seront   retenus  dans  les  futures  concessions  ?     Réponse  :     La    délimitation  de  la  surface  réelle  à  concéder  n’est  pas  l’objet  du  schéma  soumis  à   l’enquête.     Cf.  7.2.   Il   convient   de   rappeler   que   l’élaboration   d’une   concession   de   plage   naturelle   fait   l’objet  d’une  concertation  et  d’une  enquête  publique.     7.4   Le   document   non   contractuel   «  Evaluation   de   l’impact   social   et   économique  »   présente  des  contradictions,  en  particulier  sur  les  surfaces  des  lots.  En  considérant  que  20   %  du  linéaire  total  représente  900  m  et  que  la  profondeur  moyenne  utilisable  de  la  plage   est  de  25  m,  la  surface  totale  des  lots  n’excèdera  pas  23  000  m2,  constructions  comprises.   On  est  loin  des  44  000  m2   cités  page  34  dudit  document.  Dans  le  dossier  soumis  à  enquête   en   2010,   la   surface   était   de   28  500   m2,   plus   proche   de   la   réalité   bien   qu’en   étant   encore   loin  …     Réponse  :     Le   document   intitulé   «  Evaluation   de   l’impact   social   et   économique  »   n’aborde   la   question  de  la  surface  des  lots  qu’avec  d’importantes  réserves  compte  tenu  de  la  fluctuation   de  la  surface  de  plage.     En  toute  hypothèse,  le  schéma  n’a  pas  pour  objet  ni  pour  effet  de  limiter  la  surface   de   plage   susceptible   d’être   exploitée   commercialement.   Cette   surface   sera   définie   dans   le   cadre  de  la  concession  de  plage  naturelle.   Par   ailleurs,   les   dispositions   prises   dans   le   cadre   du   schéma   pour   maîtriser   les   phénomènes   d’érosion   auront   une   incidence   positive   sur   l’évolution   du   trait   de   côte,   et   la   surface  émergée  de  la  plage    pourra  s’accroître.       8.   LE   PROBLEME   POSE   PAR   LA   DEMOLITION   DU   BATI,   LES   CONSTRUCTIONS   DEMONTABLES  ET  REVERSIBLES  DANS  LA  ZONE  DES  100  METRES     8.1   Pour   les   établissements   frappés   par   une   servitude   de   démontabilité   ou   de   réversibilité,   -­‐  comment  sera  garanti  le  principe  d’égalité  entre  gestionnaires,   -­‐  de  quel  délai  disposeront  les  intéressés,     -­‐  à  qui  incombera  la  charge  financière  de  l’opération  de  démontage  et  d’évacuation   des  éléments.       Page  20  sur  33  


Réponse :     Ces  questions  seront  étudiées  lors  de  l’élaboration  de  la  future  concession  de  plage   naturelle   qui   fera   l’objet   d’une   concertation   et   d’une   enquête   publique   avant   son   approbation  par  le  préfet.   D’ores  et  déjà,  de  multiples  expériences  acquises  permettent  de  savoir,  par  exemple,   que   la   reconstruction   de   bâtiments   détruits   lors   d’un   incendie   ou   d’une   tempête   s’est   toujours  effectuée  sans  que  l’exploitation  d’un  lot  en  soit  interrompue.     Par   ailleurs,   l’étude   de   l’impact   social   et   économique   a   permis   de   vérifier   que   les   bilans  d’exploitation    des  établissements  permettent  très  largement  d’assumer  le  coût  de  la   démolition  et  de  la  reconstruction,  qui  a  été  chiffré.     8.2   Aucune   étude   sérieuse   n’a   été   conduite   sur   la   conséquence   des   destructions/reconstructions,  démontages/remontages,  en  matière  d’agression  écologique   (dizaines  de  camions  plusieurs  fois  par  an),  coût  des  opérations,  des  stockages,  lieux  de  ces   stockages,  etc.     Réponse  :       En  ce  qui  concerne    les  démolitions  des  bâtiments  existants,  près  d’une  dizaine  ont   déjà  eu  lieu  sur  la  plage  sans  conséquence  pour  son  environnement,  le  dernier  chantier  de   démolition   étant   celui   de   l’ancien   établissement   «  la   Voile   Rouge  »   qui   n’a   pas   posé   de   problème   technique   particulier   –   si   ce   n’est   les   indispensables   précautions   liées   au   désamiantage  préalable  à  la  démolition.  Il  ne  peut  ainsi  pas  être  sérieusement  évoqué  des   conséquences  non  maitrisées  pour  de  tels  chantiers.   En   ce   qui   concerne   les   démontages/remontages   annuels,   le   Schéma   ne   les   prescrit   pas.   L’évaluation,   le   cas   échéant,   de   telles   opérations   sera   effectuée   lors   de   l’élaboration   de   la  future  concession  de  plage  naturelle,  qui  comportera  ou  pas  une  telle  obligation  selon  que   le  code  général  de  la  propriété  des  personnes  publiques  aura  ou  non  été  révisé.  Il  convient   de   rappeler   que   la   commune   n’est   pas   favorable   à   une   obligation   systématique   des   démontages   /remontages   annuels   et   qu’elle   est   intervenue   auprès   du   gouvernement   pour   suggérer  une  évolution  du  code  général  de  la  propriété  des  personnes  publiques  à  ce  sujet.       8.3   Seuls   les   organismes   possédant   des   moyens   importants   pourront   s’offrir   de   tels   investissements,   d’autant   que   contracter   des   crédits   est   illusoire   pour   des   projets   si   précaires.  Ainsi,  les  petits  et  la  diversité  vont  disparaître  au  profit  des  grands  groupes  et  de   l’uniformité.     Réponse  :     L’étude  de  l’impact  social  et  économique,  fondée  sur  les  bilans  d’exploitation  établis   par   des   experts   comptables   et   présentés   par   les   exploitants   de   plage   actuels,   lors   des   procédures  de  mise  en  concurrence,  a  démontré  que  ces  bilans  permettent  le  financement   de   la   démolition   et   de   la   reconstruction   d’un   bâtiment   d’exploitation.   Cette   capacité   d’investissement   sera   améliorée,   dans   le   cadre   de   la   future   concession,   par   les   contrats   pluriannuels  qui  permettront  de  sortir  d’une  situation  de  précarité.   Page  21  sur  33  


9 -­‐  LE  CORDON  DUNAIRE  ET  SON  ENVIRONNEMENT,  L’EROSION     9.1  La  reconstitution  du  cordon  dunaire  est  présentée  comme  le  motif  déterminant   du  Schéma  d’aménagement,  objectif  essentiel.  Mais  si  on  ne  sait  pas  comment  on  fera  et   avec  quel  résultat,  en  quoi  pourra-­‐t-­‐on  soutenir  que  l’enquête  publique  aura  sur  ce  point   rempli  son  objectif  d’information  du  public.  Pourquoi  certaines  dunes  ont  été  écartées  de   l’étude,  les  dunes  grises  ou  boisées,  situées  notamment  sur  des  propriétés  privées  ?     Réponse  :       Les   objectifs   du   Schéma   ont   été   exposés,   précisément,   par   délibération   du   Conseil   Municipal  du  30  novembre  2011  déjà  citée.  Il  s’agit  notamment  de  veiller  à  ce  que  la  plage   de   Pampelonne   demeure   «  un   lieu   de   nature,   de   calme   et   de   détente  ;   à   l’abri   de   tout   boulevard  du  front  de  mer  ;  (…)  au  système  dunaire  reconstitué  et  préservé  ;  (…)  le  Schéma   doit   aussi   veiller   à   ce   que   la   plage     demeure   un   lieu   de   tourisme   balnéaire   de   très   haute   qualité,   en   garantissant   une   intégration   optimale   des   établissements   de   plage   dans   leur   l’environnement  ».     Dans  ce  cadre,  le  cordon  dunaire  n’est  pas  qu’un  élément  décoratif  ,  mais  constitue   surtout   un   des   moyens   techniques   de   mettre   la   plage   en   situation   de   mieux   résister   aux   tempêtes  en  rétablissant  l’altitude  qu’elle  avait  lorsque  le  cordon  dunaire  était  en  meilleur   état.   Les   modalités   de   reconstitution   sont   parfaitement   connues,   éprouvées,   et   même   illustrées  dans  le  Rapport  de  présentation  aux  pages  34  et  suivantes  par  des  photographies.   Le  cordon  dunaire  a  en  effet  été  reconstitué  au  Sud  de  la  plage  grâce  au  piégeage  de  sable   par   les   ganivelles   et   l’on   ne   peut   feindre   d’ignorer,   à   la   lecture   du   schéma,   comment   sera   reconstitué  le  cordon  dunaire.     Rappelons  que  l’EID-­‐Méditerranée,  qui  a  contribué  à  l’élaboration  du  Schéma,  figure   parmi  les  meilleurs  spécialistes  mondiaux  de  la  reconstitution  des  milieux  dunaires  et  de  la   protection   des   plages   contre   l’érosion.   Observons   que,   partout   dans   le   monde,   les   techniques  douces  associées  à  la  suppression  des  points  durs  facteurs  d’érosion  ont  permis   une   augmentation   sensible   des   surfaces   de   plage   disponibles   pour   les   usagers   –   et   donc,   pour  les  exploitants  de  plage.  La  surface  de  plage,  qui  préoccupe  à  juste  titre  l’Association   des  Exploitants  de  la  Plage  de  Pampelonne,  est  ainsi  appelée  à  augmenter  significativement   après  la  mise  en  œuvre  du  schéma.     En  toute  hypothèse,  le  schéma  comporte  une  série  d’indicateurs  pour  le  suivi  de  ses   résultats,  dont  :     -­‐  Trait  de  côte  :  il  marque  la  limite  entre  la  terre  et  la  mer  lors  d’une  marée  haute.   L’observation   de   son   évolution   fournira   un   indicateur   permettant   de   suivre   le   phénomène   d’érosion  côtière  ;   -­‐  Nombre  et  type  d’interventions  menées  sur  les  ganivelles  appelées  à  être  ensevelies   sous   l’effet   du   saupoudrage   naturel   de   sable.   Cet   indicateur   permettra   de   juger   de   l’efficacité  de  la  mesure  de  mise  en  défens  du  cordon  dunaire  ;   -­‐   Nombre   d’espèces   protégées   :   indicateur   permettant   d’apprécier   l’évolution   de   la   biodiversité.   Les   dunes   grises   ou   boisées,   indépendamment   de   leur   situation   sur   des   propriétés   privées,  ont  été  exclues  du  périmètre  du  schéma  car  elles  ne  participaient  pas  ou  peu  aux   transits  sédimentaires,  et  donc  à  la  stabilité  de  la  plage.   Page  22  sur  33  


9.2 On  ne  trouve  rien  de  scientifiquement  établi    sur  la  réalité  et  la  détermination   des  causes  de  l’érosion  de  la  plage.   -­‐   pas   d’étude   complémentaire   pour   comparer   la   moindre   nuisance   du   Schéma   d’aménagement  de  la  plage  de  Pampelonne  comparé  à  l’état  actuel  du  site  ;   -­‐   pas   d’étude   approfondie   sur   l’impact   écologique   de   l’occupation   de   terrains   communaux  vierges  par  les  réversibles  ;   -­‐rien  n’est  indiqué  sur  le  rôle  positif  possible  des  établissements  aujourd’hui  dans  la   dune  :  par  leur  fixité  ne  participent-­‐ils  pas  au  ralentissement  de  l’érosion  ?   -­‐  aucune  étude  courantologique  et  sédimentologique  prouvant  ou  non  les  nuisances   apportées  par  la  présence  des  établissements  de  plage.     Réponse  :     Le  Schéma  est  bien  fondé  sur  des  études  scientifiques  et  techniques  qui  permettent   de  comprendre  la  réalité  des  phénomènes  auxquels  la  plage  de  Pampelonne  n’échappe  pas   plus  que  toutes  les  autres  plages  du  monde.  Le  «  Rapport  de  présentation  »,  les  «  Annexes  »,     l’     «  Evaluation   environnementale  »   expliquent   ainsi   par   exemple   les   phénomènes   de   turbulences  et  accélérations  des  fluides  que  cause  la  rencontre  d’un  solide  avec  le  sable  ou   la   mer,   entraînant   le   sable   vers   le   large.   Les   constructions   actuelles   participent   aussi   à   la   diminution   des   transits   sédimentaires   qui   engraissent   normalement   une   plage.   Ces   constructions  trop  proches  du  rivage  aggravent  ainsi  de  diverses  façons  l’érosion  de  la  plage.   Le   schéma   présente   également   les   effets   positifs   attendus   de   sa   mise   en   œuvre,   en   fonction   des   effets   observés   par   ailleurs   des   techniques   et   mesures   qu’il   prescrit.   L’Autorité   environnementale,   dans   son   rapport   d’analyse   du   schéma,   a   elle-­‐même   confirmé   que   sa   mise  en  œuvre  permettra  d’améliorer  la  qualité  de  l’environnement  de  la  plage  en  réduisant   les  nuisances  et  dégradations  actuelles.   Les   photographies   présentées   dans   le   dossier   montrent   bien   qu’au   droit   des   bâtiments   d’exploitation   des   établissements,   lors   des   tempêtes,   la   plage   recule   -­‐   plusieurs   établissements   ayant   déjà   dû   réimplanter   en   catastrophe   leur   bâtiment   d’exploitation   plus   en   retrait   du   rivage   –   sans   garantie   qu’une   nouvelle   tempête   ne   les   frappera   pas   compte   tenu  de  leur  position  encore  proche  de  l’eau.   Les  terrains  communaux  sur  lesquels  seront  réimplantés  les  bâtiments  d’exploitation   sont  aujourd’hui  en  nature  de  parc  de  stationnement  et  artificialisés.  La  réimplantation  des   bâtiments   d’exploitation   s’accompagnera,   comme   cela   est   indiqué   dans   le   dossier,   d’un   traitement  paysagé  visant  à  rétablir  sur  ces  terrains  un  aspect  plus  naturel  aux  environs  des   bâtiments   en   favorisant   ainsi   leur   meilleure   intégration   dans   le   paysage   (pages   111   et   suivantes  du  Rapport  de  présentation,  par  exemple).   Le   schéma   ne   développe   pas   une   étude   spécifique   de   la   courantologie   et   de   la   sédimentologie,  mais  comporte  une  présentation  synthétique  des  courants,  de  la  dynamique   sédimentaire   et   des   gisements   de   sédiments   (pages   33   et   suivantes   du   Rapport   de   présentation,   49   et   suivantes   des   Annexes,   15   et   suivantes   de   l’Evaluation   environnementale).     9.3  Absence  d’étude  et  solutions  alternatives  relatives  à  la  lutte  contre  une  possible   érosion   de   la   plage     et   aux   modalités   de   renforcement   du   cordon   dunaire  :   apport   de   sable  

Page 23  sur  33  


ou naturel  ?   Si   apport   de   sable,   avec   quel   sable  ?   Quelle   est   la   durée   envisagée   pour   retrouver  un  aspect  naturel  du  cordon  dunaire  ?     Réponse  :     En   1994,   un   premier   programme   de   reconstitution   du   cordon   dunaire   a   été   mis   en   œuvre   au   Sud   de   la   plage   et   permet   aujourd’hui   de   vérifier   sur   place   comment   celle-­‐ci   évolue  grâce  à  la  technique  du  piégeage  naturel  du  sable  par  les  ganivelles.  La  plage  dans  ce   secteur  a  vu  son  altitude   augmenter   d’au   moins   un  mètre.   La   technique   du   piégeage   par   les   ganivelles  sera  donc  reconduite  ainsi  que  cela  est  exposé  dans  le  Rapport  de  présentation  du   Schéma.   Les   apports   de   sable,   s’ils   se   révèlent   nécessaires,   ne   peuvent   provenir   que   de   déplacements   de   surplus   terrestres   ou   sous-­‐marins   à   l’intérieur   de   la   baie.   En   toute   hypothèse,  ce  type  d’apport  restera  marginal,  le  génie  écologique  étant  systématiquement   privilégié  dans  le  Schéma.     9.4   De   mémoire   d’usagers,   le   cordon   dunaire   n’a   jamais   existé.   Pourquoi   en   construire  un  au  risque  de  faire  de  Pampelonne  une  plage  artificielle,  qui  modifierait  alors   la  réglementation  (50%  de  plage  privée)  ?     Réponse  :     La     plage   de   Pampelonne   a   été   classée   en   ZNIEFF2   de   type   II   dans   la   catégorie     «  dunes  et  groupements  dunaires  ».   Le  cordon  dunaire  de  la  plage  de  Pampelonne,  en  l’absence  de  destruction  par  l’effet   de  l’intervention  humaine,  occuperait  le  haut  de  la  plage  sur  toute  sa  longueur  car  il  est  le   produit  d’un  mécanisme  naturel  qui  fait  que  le  sable  apporté  par  le  vent  et  la  mer  vient  se   piéger   dans   une   végétation   spécifique   des   hauts   de   plage   que   l’on     appelle   «  psammophile  »   (désigne  les  espèces  naturelles  qui  vivent  dans  le  sable).     Le   cordon   dunaire   de   la   plage   de   Pampelonne   a   fait   l’objet   d’études   scientifiques   depuis  le  XVIIIème  siècle  et  a  été  cartographié  en  1952  par  le  professeur  René  MOLINIER,  de   l’université  de  Marseille  St-­‐Charles.  Ce  cordon  dunaire  très  étendu  a  été  l’objet  d’études  par   des   équipes   scientifiques   internationales.   Quelques   extraits   d’études   scientifiques   figurent   aux  pages  145  et  suivantes  de  la  pièce  n°4  intitulée  «  Annexes  ».   Rappelons  que  le  renforcement  du  cordon  dunaire  permet  d’augmenter  l’altitude  de   la   plage,   sa   capacité   à   dissiper   l’énergie   des   vagues   et   sa   résistance   aux   phénomènes   d’érosion   dus   aux   tempêtes.   Le   schéma   permet   d’adapter   la   plage   à   la   montée   des   eaux   (pages  54  et  suivantes  de  la  pièce  n°  4  intitulée  «  Annexes  ».       9.5  Problème  d’évacuation  des  eaux  pluviales  (non  décantées)  et  qui,  provenant  des   zones  urbanisées,  envahissent  la  plage.    

2

ZNIEFF  :  Zone  naturelle  d'intérêt  écologique,  faunistique  et  floristique.  

Page 24  sur  33  


Réponse :     Une   surveillance   extrêmement   attentive   de   la   qualité   des   eaux   de   baignades   par   la   commune   à   travers   l’Observatoire   marin,   dans   le   cadre   d’une   démarche   pilote   au   plan   national,   n’a   pas   permis   de   mettre   en   évidence   un   phénomène   marqué   en   ce   sens.   Néanmoins  les  aménagements  paysagers  prévus  sur  les  espaces  publics  prendront  le  risque   en  compte     9.6  Le  parti  pris  du  Schéma  est  paysager  et  prend  prétexte  de  raisons  écologiques   pour  l’argumenter.     Réponse  :     Les  objectifs  du  Schéma  sont  exposés  dans  la  délibération  du  Conseil  Municipal  du  30   novembre  2011.     Le   schéma     répond   aux   deux   problématiques,   paysagère   et   écologique,   en   luttant   contre  la  banalisation  des  paysages  naturels  et  les  atteintes  à  la  biodiversité.     Ces  objectifs  sont  en  accord  avec  la  politique  générale  de  la  commune  en  termes  de   conciliation  de  la  protection  des  paysages  et  de  l’environnement  naturel,  avec  les  besoins  de   la  population  en  termes  d’activité  économique  ou  de  logement.  De  tels  objectifs  découlent   également   des   prescriptions   énoncées   aux   articles   L   146-­‐6-­‐1   et   R   146-­‐3   du   code   de   l’urbanisme   relatifs   à   l’élaboration   d’un   tel   Schéma   d’aménagement,   prescriptions   qui,   en   toute  hypothèse,  s’imposent  à  une  commune.     10  LES  AIRES  DE  STATIONNEMENT,  LES  PISTES  CYCLABLES,  LES  MOUILLAGES       10.1  Pourquoi  ne  prévoit-­‐on  pas    un  camping  municipal  destiné  aux  saisonniers  sur   le   terrain   du   Gros   Valat,   actuellement   occupé   illicitement   par   les   gens   du   voyage,   ou   à   l’emplacement  prévu  pour  les  mobil  home  ?     Réponse  :     Le  code  du  travail  fixe  les  conditions  de  logement  des  salariés,  incompatibles  avec  le   camping.     10.2   Reculer   certains   établissements   en   arrière   de   la   dune   réduira   encore   dans   certaines  zones  (Tahiti,  Tamaris,  par  exemple)  les  possibilités  de  stationnement.     Réponse  :     Les   possibilités   de   stationnement   dans   le   secteur   de   Tamaris   sont   très   supérieures   actuellement  aux  besoins.   En   ce   qui   concerne   le   parc   de   stationnement   municipal   dit   de   Tahiti,   il   fera   l’objet   d’une   réorganisation   et   d’un   traitement   paysager.   Ce   parc   de   stationnement   n’est   cependant  pas  le  seul  du  quartier.  D’une  façon  générale,  la  capacité  de  stationnement  sera  

Page 25  sur  33  


maintenue, mais   le   traitement   paysager   des   parcs   de   stationnement   améliorera   sensiblement  leur  intégration  dans  l’environnement  naturel  de  la  plage.     10.3   Les   circulations   douces   (pistes   cyclables,   chemins   piétonniers)   ne   correspondent  pas  à  la  clientèle  de  Pampelonne.     Réponse  :     Le  développement  des  circulations  douces  est  une  priorité  nationale  et  européenne,   voire  mondiale  dans  le  cadre  de  la  réduction  des  émissions  de  gaz  à  effet  de  serre  à  l’origine   du   changement   climatique.   Cette   priorité   est   notamment   traduite   dans   les   lois   du   30   décembre   1996   sur   l'air   et   l'utilisation   rationnelle   de   l'énergie,   et   du   12   juillet   2010   d’engagement   national   pour   l’environnement,   dite   Grenelle   II,   que   le   schéma   d’aménagement  a  dû  prendre  en  compte.     10.4   Les   mouillages   abusifs   sont   légion   face   aux   plages   publiques   alors   que   les   occupants  sont  clients  des  plages  privées.     Réponse  :     Les   espaces   naturels   terrestres   présentant   la   plus   grande   biodiversité   sont   situés   dans  la  moitié  Sud  de  la  plage,  tandis  que  la  moitié  Nord,  la  plus  proche  de  l’agglomération   tropézienne,  a  été  la  première  à  subir  les  nuisances  et  dégradations  dues  à    la  fréquentation   touristique.     Du   fait   de   la   courantologie,   l’herbier   de   Posidonie   ne   peut   se   développer   dans   la   moitié  Sud  de  la  baie,  et  n’existe  que  dans  la  moitié  Nord.   Le   document   d’objectifs   de   la   zone   Natura   2000   de   la   Corniche   varoise,   essentiellement  marine,  est  en  cours  d’élaboration  en  concertation  avec  tous  les  utilisateurs   du   plan   d’eau,   et   notamment   les   capitaines   d’unités   de   plaisance   de   fort   tonnage.   Ce   document    induira  dans  les  années  à  venir  la  mise  en  place  d’un  ensemble  de  dispositions   améliorant   les   conditions   de   fréquentation   de   la   baie   par   la   plaisance,   en   relation   avec   l’existence  du  schéma  d’aménagement  de  la  plage  de  Pampelonne.     11  LES  ASPECTS  JURIDIQUES     11.1   Précisions  d’ordre  juridique   Le  schéma  d’aménagement  de  la  plage  de  Pampelonne  trouve  son  origine  exclusive   et  sa  légitimité  dans  les  dispositions  du  seul  article  L  146-­‐6-­‐1  du  code  de  l’urbanisme.  A  cet   effet  on  trouvera  dans  un  document  remis  par  l’Association  des  exploitants  de  la  plage  de   Pampelonne   cinq   aspects   qui   sont   développés   et   auxquels   il   y   aurait   lieu   d’apporter   des   précisions  :     -­‐  rappel  de  ce  qui  est  la  logique  de  l’article  L  146-­‐6-­‐1,   -­‐  la  dénonciation  de  confusion  juridique  persistante  (notamment  la  non  applicabilité   du  décret  plage  au  cas  Pampelonne),   -­‐  l’absence  de  toutes  réflexions  sur  la  phase  transitoire,   -­‐   la   position   de   la   Cour   européenne   des   Droits   de   l’Homme   en   matière   d’indemnisation  pour  privation  de  biens,   Page  26  sur  33  


-­‐ la  notion  de  site  remarquable  de  la  plage  de  Pampelonne.       Réponse  :     On  peut  regretter  que  la  note  établie  par  Monsieur  le  Professeur  Ricci  pour  le  compte   de  l’Association  des  Exploitants  de  la  Plage  de  Pampelonne    comporte  quelques  confusions   et   des   erreurs   de   droit,   qu’il   convient   impérativement   de   rectifier   pour   favoriser   la   compréhension  des  fondements  juridiques  du  schéma.        «  la  logique  de  l’article  L  146-­‐6-­‐1  »  :   L’auteur   de   l’amendement   devenu   l’article   L146-­‐6-­‐1,   l’ancien   député   du   Var   Robert   Gaïa,  a  ainsi  justifié  cet  amendement  dans  son  exposé  des  motifs  :  «  il  existe,  dans  certains   secteurs  très  touristiques,  des  aménagements  antérieurs  à  la  loi  du  3  janvier  1986.  Certains   élus   cherchent   à   réduire   l’emprise   de   ces   derniers   et   à   améliorer   la   protection   du   littoral,   conformément   à   l’esprit   de   la   loi   Littoral.   Toutefois,   ils   sont   dans   l’impossibilité   absolue   de   le   faire  et  les  choses  restent  en  l’état.  Il  est  donc  proposé,  sous  le  contrôle  étroit  de  l’Etat,  de   permettre   aux   communes     d’établir   des   Schémas   d’aménagement   ayant   vocation   à   réduire   les  atteintes  actuellement  portées  à  l’environnement  en  procédant  aux  réaménagements  de   ces   sites.   Ces   Schémas   devront   être   approuvés   après   enquête   publique,   par   décret   en   Conseil   d’Etat  après  avis  de  la  commission  des  sites  ».   Lors  de  la  2eme  séance  du  21  novembre  2000  à  l’Assemblée  nationale,  le  secrétaire   d’Etat   au   Logement   a   ainsi   commenté   l’amendement   adopté   et   introduit   à   l’article     L  146-­‐6-­‐1  dans  le  code  de  l’urbanisme  :  «  la  loi  Littoral  est  appliquée  depuis  maintenant  14   ans.  De  nombreux  ministres  de  l’environnement  se  sont  succédé  et  aucun  d’eux  n’y  a  trouvé   de   possibilité   pour   l’appliquer   de   façon   rétroactive.   C’est   d’ailleurs   un   principe   général  :   les   lois   ne   sont   pas   rétroactives.   L’amendement   (…)   prévoit   que   les   zones   littorales   construites   avant  1986,  et  caractérisées  par  un  statu  quo  insatisfaisant  fassent  l’objet  de  réduction  des   surfaces  construites  et  d’une  amélioration  de  la  qualité  des  sites.  Loin  d’être  un  amendement   laxiste,  il  est  donc  contraignant,  puisqu’il  tend  à  autoriser  des  corrections  qualitatives  et  des   réductions   d’emprises   construites   que   la   loi   ne   permettait   pas   jusqu’à   présent.   Il   ne   me   semble   donc   pas   vraiment   en   contradiction   avec   l’esprit   de   la   loi   Littoral.  »   Par   ses   interprétations  le  professeur  Ricci  insiste  donc,  treize  ans  après  l’adoption  de  l’amendement   Gaïa,   pour   lui   conférer   un   caractère   laxiste   qu’il   n’a   jamais   eu.   Au   contraire,   comme   tout   dispositif   dérogatoire,   l’article   L146-­‐6-­‐1   prévoit   des   conditions   d’application   extrêmement   restrictives.      «  Non-­‐applicabilité  du  décret  plage  au  cas  de  Pampelonne  ».   Le  Schéma  d’aménagement  de  la  plage  de  Pampelonne  découle  des  dispositions  des   articles  L  146-­‐6-­‐1  et  R  146-­‐3  du  code  de  l’urbanisme.  Ce  schéma  n’a  ni  pour  objet,  ni  pour   effet  de  déterminer  la  proportion  de  plage  qui  pourra  être  exploitée  commercialement,  et   n’a   pas   non   plus   ni   pour   objet   ni   pour   effet   de   prescrire   des   modalités   de   gestion   des   bâtiments  d’exploitation  des  futurs  lots.  Le  décret  du  26  mai  2006,  qui  a  été  intégré  au  code   général  de  la  propriété  des  personnes  publiques  par  décret  du  22  novembre  2011,  traite  du   volet   domanial   du   projet   et   encadrera   la   future   concession   de   plage   naturelle   de   Pampelonne,  qui  déterminera  la  proportion  de  plage  exploitée  commercialement.     Page  27  sur  33  


« Réflexion  sur  la  phase  transitoire  ».   Il  y  a  dans  la  note  précitée  une  confusion  entre  la  phase  du  Schéma,  qui  détermine  au   titre   du   code   de   l’urbanisme   un   cadre   permettant   de   délivrer   des   permis   de   construire,   et   la   phase   de   la   concession   de   plage   naturelle   qui   permettra,   au   titre   du   code   général   de   la   propriété   des   personnes   publiques,   d’organiser   les   modalités   de   gestion   de     la   plage.   Or,   contrairement   à   ce   qui   est   prétendu   par   le   professeur   Ricci,   le   Schéma   n’a   pas   pour   objet   d’indiquer  «  selon  quelle  modalité  juridique  il  entend  empêcher  toute  interruption  du  service   public   balnéaire   du   fait   de   décisions   qu’il   comporte,   concernant   les   installations,   leur   démontage  et  leur  remontage,  la  mise  en  concurrence,  les  périodes  d’interruption  d’activité   sur   la   plage,   etc.  ;   [ni   de   déterminer]   les   conditions   de   la   satisfaction   de   l’intérêt   général   poursuivi  par  le  service  public  attribué  aux  plagistes  par  la  sous-­‐concession  de  lots  de  plage  ».   Ces   modalités   seront   étudiées   dans   le   cadre   de   l’élaboration   de   la   future   concession   de   plage  naturelle.       «  Position   de   la   Cour   Européenne   des   Droits   de   l’Homme     en   matière   d’indemnisation  pour  privation  de  biens  ».   Pour  intéressant  que  soit  le  débat,  il  est  sans  lien  avec  le  projet  soumis  à  l’enquête.     Cf.  4.7.      «  Notion  de  site  remarquable  de  la  plage  de  Pampelonne  ».   Ni  l’amendement  Gaïa  devenu  l’article  L  146-­‐6-­‐1  du  code  de  l’urbanisme,  ni  l’article                 R  146-­‐3  introduit  dans  le  code  par  son  décret  d’application  du  23  décembre  2006  n’ont  eu   pour   objet   ou   pour   effet   de   modifier   les   caractéristiques   naturelles   et   remarquables   de   la   plage   de   Pampelonne,   telles   qu’elles   ont   été   retenues   par   la   Cour   administrative   d’appel   dans   son   arrêt   du   20   janvier   2000,   ou   telles   qu’elles   ont   été   inventoriées   par   de   multiples   équipes   de   scientifiques,   ou   même   rappelées   dans   l’état   des   lieux   dressé   à   l’occasion   de   l’élaboration   du   Schéma   d’aménagement.   Le   site,   comme   le   rappelle   la   notice   de   la   zone   naturelle   d’intérêt   écologique,   faunistique   et   floristique   n°   83-­‐104-­‐100   «  Plage   de   Pampelonne  »   constitue   «  un   des   derniers   cordons   sableux   qui,   bien   que   dégradé,   présente   encore   un   ensemble   d’éléments   floristiques   très   intéressants   (…).   Les   espèces   qui   [   y   ]   subsistent   sont   pour   la   plupart   en   voie   de   raréfaction   accélérée   sur   tout   le   littoral   provençal  »,   avec   des   espèces   qualifiées   de  «  très   rares  ».   Les   articles     L   146-­‐6-­‐1   et   R   146-­‐3   qui   constituent   la   base   juridique   du   Schéma   ont   bien   pour   objet   de   «  réduire  les  conséquences  (…)  de  nuisances  ou  de  dégradations  »  ;  «  permettre  de  concilier   les   objectifs   de   préservation   de   l’environnement   et   d’organisation   de   la   fréquentation   touristique  »  ;   définir  «  les   prescriptions   qui   pourront   être   imposées   (…)   afin   que   [les]   équipements   et   constructions   ne   dénaturent   pas   le   caractère   du   site   et   ne   compromettent   pas  la  préservation  des  paysages  et  des  milieux  naturels.  »       11.2   L’Etat   n’assume   pas   ses   responsabilités  :   il   s’est   déchargé   sur   la   commune   des   questions   d’autorisation   d’occupation   temporaire   et   de   respect   des   lois.   Pourquoi,   notamment,   avoir   continué   à   accorder   des   concessions   alors   que   les   constructions   sont   notoirement  illégales  ?  La  commune  ne  peut  s’accommoder  de  la  situation  actuelle  qu’en   accordant  des  sous  délégations  d’un  an.  Ce  sont  toujours  les  mêmes  exploitants  qui  en  sont   bénéficiaires.     Page  28  sur  33  


Réponse :     Le  schéma  d’aménagement,  comme  l’a  observé  le  secrétaire  d’Etat  lors  de  l’adoption   de  l’amendement  Gaïa,  a  pour  objet  de  sortir  d’un  statu  quo  insatisfaisant.  Cf.  11.1..     11.3   Quelle  est  la  force  juridique  des  avis  de  l’autorité  environnementale  et  de  la   commission   des   sites  ?   Quelle   est   la   réponse   de   l’autorité   environnementale   au   mémoire   de  monsieur  le  Maire  de  Ramatuelle  ?     Réponse  :     Les  avis  de  l’Autorité  environnementale  et  de  la  commission  des  sites  sont  des  avis   simples.     Par  ailleurs,  il  n’y  a  pas  eu  à  ce  jour  de  réponse  de  l’Autorité  environnementale  à  la   réponse  de  la  commune.       11.4   Il   est   évoqué   à   plusieurs   reprises   que   les   opérations   de   mises   en   œuvre   se   feront   par   tranches.   Cela   est   il   juridiquement   et   effectivement   possible,   et   l’équité   ne   sera-­‐ t-­‐elle  faussée  ?     Réponse  :     La  possibilité  d’une  mise  en  œuvre  du  Schéma  par  tranche,  et  donc  par  quartier,  n’est   en  effet  pas  exclue.   Les   modalités   d’attribution   des   délégations   de   service   public   qui   auront   pour   objet,   notamment,   la   construction   des   futurs   bâtiments   d’exploitation,   seront   déterminés   par   la   future   concession   de   plage   naturelle   et   dans   le   respect   des   dispositions   du   code   général   des   collectivités   territoriales   relatives   aux   procédures   de   mise   en   concurrence   préalable   à   l’attribution  des  délégations.     11.5   Les  terrains  communaux,  en  arrière  de  plage,  ne  pourraient  pas  profiter  de   la   délégation   de   services   publics   accordées   sur   le   domaine   de   l’Etat,   et   de   la   dérogation   qu’apporte   l’amendement   Gaïa.   Ainsi,   les   constructions   qui   y   sont   prévues   seraient   illégales  (arrêt  Crampé).     Réponse  :     La   décision   évoquée   ne   constitue   pas   un   arrêt   mais   un   jugement.   Il   s’agit   du   jugement  du  tribunal  administratif  de  Nice  daté  du  23  février  2001.   La  portée  de  ce  jugement  est  mal  appréciée  dans  l’observation.   En  effet,  le  jugement  traite  du  cas  de  simples  établissements  de  restauration  situés   sur  une  dépendance  du  domaine  public  communal  de  la  ville  d’Antibes,  extérieur  à  la  plage   et   limitrophe   du   domaine   public   maritime.   Il   considère   que   ces   restaurants   ne   présentent   pas   le   caractère   d’un   service   public   délégable.   Et,   dans   ce   cas,   le   tribunal   juge   que   la   commune  ne  peut  inclure  dans  un    même  contrat  de  délégation  de  service  public  le  service  

Page 29  sur  33  


public des  bains  de  mer  et  l’activité  commerciale  de  restauration  implantée  sur  le  domaine   public  communal.   D’une   part,   les   constructions   que   le   Schéma   prévoit   de   supprimer   sur   le   domaine   public   maritime   pour   les   réimplanter   sur   le   domaine   public   communal   constituent   à   l’évidence,   actuellement   comme   dans   le   cadre   de   la   mise   en   œuvre   de   Schéma,   non   pas   des   restaurants  comme  à  Antibes,  mais  des  bâtiments  indispensables  à  l’exploitation  du  service   public   des   bains   de   mer   dont   ils   abritent   les   équipements   et   matériels   (matériels   de   surveillance   et   de   secours,   matériels   d’entretien   de   la   plage,   matelas   et   parasols,   toilettes   et   douches,  vestiaires  pour  le  public  et  pour  le  personnel,  etc.).  Si  l’activité  restauration  occupe   une  partie  de  ces  bâtiments  à  travers  la  cuisine,  le  public  qui  bénéficie  de  cette  activité  ne   prend  pas  ses  repas  à  l’intérieur  mais  en  terrasse  ou  sur  le  sable  même.   Par  ailleurs,  le  jugement  précité,  qui  date  du  23  février  2001,  porte  sur  une  décision   antérieure   à   l’adoption   de   l’amendement   Gaïa   (13   décembre   2000).   Or,   l’article   L146-­‐6-­‐1     issu  de  l’amendement  permet  d’autoriser  le  maintien  ou  la  reconstruction  d’une  partie  des   «  équipements  ou  constructions  existants  à  l’intérieur  de  la  bande  des  100  mètres  définie  par   le  III  de  l’article  L  146-­‐4  »,  à  titre  dérogatoire  et  sans  distinguer  leur  affectation.         Pièces  annexées  :     Document   1.2a  :   Fédération  Nationale  des  Plages-­‐Restaurants   -­‐   n°26     de   la   revue   «   La   Plage   »   -­‐  Novembre/Décembre  2011.     Document   1.2b  :   Déclarations   de   la   commune   de   Ramatuelle   en   situation   de   catastrophe  naturelle.  Fiche  récapitulative  à  jour.                                         Page  30  sur  33  


Document 1.2a  :    

  Page  31  sur  33  


Page 32  sur  33  


Document 1.2b  :      

Page 33  sur  33  

Mémoire schéma de pampelonne 8 8 2013