Page 1

1


2


LA VÉRITÉ EN IMAGES

3


4


LA VÉRITÉ EN IMAGES

Gaspard NESOMET

5


LA VÉRITÉ EN IMAGES © 2009 Gaspard NESOMET © 2009 BEAUDET Éditions Texte et images déposés ISBN : 978-2-9531947-2-2 Tous droits de reproduction, de traduction et d'adaptation réservés pour tous pays.

6


L'auteur précise que : ̶ tous les faits historiques évoqués dans l’ouvrage sont vérifiables, ̶ tous les lieux indiqués existent, ̶ les descriptions de monuments, d'œuvres d'art, de documents, sont avérées, ̶ les images de la Terre montrées dans l’ouvrage, ont été réalisées avec le logiciel ©2009 NASA World Wind, et ces images sont, à l'échelle de notre planète, d'une extrême précision.

En un mot, l’ouvrage présente : « LA VÉRITÉ EN IMAGES »

7


8


LES DEUX FRÈRES Partie I

9


10


I.

U

ne nuit d'été, alors que l'orage gronde, que la chaleur est suffocante et l'atmosphère pesante, un jeune homme ne trouve pas de repos. Debout, levant les mains vers le ciel, il implore alors fortement les éclairs. ̶ LUMIÈRE ! OH, LUMIÈRE ! LUMIÈRE ! SOURCE DE TOUTE EXISTENCE ! Je t’appelle ! L’homme sur Terre aspire à la Lumière ! Lumière ! Si tu existes ! Montre-toi ! Tu auras beau t’envelopper de silence et de nuit, je ne cesserai de t’invoquer ! Mystérieuse Toute-Puissance ! Toi qui soumets toute la Création à une constante évolution, tu ne peux pas me laisser t’appeler en vain ! C’est toi qui as déposé en moi le besoin de savoir et de comprendre ! C’est une promesse, l’accomplissement d’une prophétie, alors écoute mon appel ! Je suis errant sur cette Terre, comme un enfant sans parents. Je cherche inlassablement la Vérité ! Si elle existe, montre-la-moi ! Prouve-moi l’existence de Dieu ! Tout-à-coup, profonde et grondante, une voix apparut dans le bruit du tonnerre : ̶ QUI ES TU, TOI QUI AS L’AUDACE D’EXIGER ? ̶ … D’où provient cette voix… ??? ̶ QUI ES-TU !?? demanda de nouveau la voix, forte et insistante. ̶ Je suis… un homme ! Ô Voix, pourquoi me laisses-tu cheminer dans les ténèbres ? Montre-moi la Lumière ! 11


̶ Pourquoi exiges-tu la Lumière ? Et que nommes-tu « Lumière » ? ̶ Je nomme « Lumière », cette puissance originelle qui me créa. Cette puissance qui suscite constamment de nouveaux changements à l’aide d’une mystérieuse force, cette force qui nous parcourt sans cesse en nous obligeant à vivre, nous poussant en avant sur cette voie inconnue, qu’il nous faut tous suivre aveuglément ! ̶ Qu’est-ce qui te rend si inquiet sur cette Terre ? ̶ L’incompréhension de la raison de mon existence. Faismoi savoir le but de ma vie, l’objectif vers lequel tend mon activité ! Dis-moi pourquoi suis-je né ? Dis-moi si Dieu existe ? ̶ Homme, c’est toi-même qui as tissé le voile qui te cache ce but. Déchire-le et la clarté se fera en toi ! ̶ Pour y parvenir, il faut que tu me libères des liens dans lesquels mon cerveau me tient prisonnier. Car il m’empêche de saisir ce qui est au-delà ! Son emprise m’oblige à errer aveuglément ! ̶ Es-tu conscient de ce à quoi tu aspires ? ̶ Si je deviens libre des limitations de mon cerveau, je me trouverais alors face à la Vérité entière ! ̶ Ce que tu peux saisir à l’aide de la sensibilité de ton âme, c’est toujours la Vérité, à condition que tes connaissances intellectuelles ne l’aient pas transformée en caricature. Tel que tu es en ce moment, il t’est par instants inconsciemment donné d’éprouver intuitivement la Vérité. ̶ « Par instants et inconsciemment ». Mais je voudrais pouvoir l’éprouver constamment et en toute conscience ! ̶ Alors soumets le travail de ton cerveau aux exigences de ton âme ! Ce que tu vois n’est toujours que le fruit de ton vouloir ! Écoute au fond de toi-même et tu deviendras libre ! Ton cerveau n’est qu’un outil te permettant de cheminer sur Terre, te permettant de mieux comprendre, classer, ordonner. Ton cerveau, ou ton intelligence, doit être un gouvernail à travers ta vie terrestre. Mais la force motrice, c’est ton âme qui la donne : ton intuition !

12


Ainsi équipé sur Terre, avec ton intuition qui dirige et ton intelligence qui exécute, toi homme, tu pourras cheminer consciemment. Mais attention que le cerveau ne prenne jamais le dessus, car alors cette pure intelligence donnée à l’homme deviendra cet intellect hyper développé, qui te cachera à jamais la Vérité. As-tu bien compris, Homme ? ̶ Ô Voix, je m’incline devant ta connaissance et ta sagesse. Et je reconnais mon péché d’orgueil, à vouloir exiger de Dieu un signe, une preuve ! ̶ Désormais, va et chemine consciemment ! ̶ Ô voix, ne me laisse pas seul ! Je t’en supplie, ne me rejette pas ! Permets-moi de recevoir une aide afin de reconnaître Dieu et Sa Volonté. Je ressens au fond de mon âme, que Dieu m'apportera une preuve de Son Existence. ̶ Est-ce ton intuition qui l’indique ou ta curiosité intellectuelle ? ̶ Je ressens que le Créateur de toutes choses, qui manifeste Sa Présence autour de nous, chaque jour, à chaque heure, dans tout ce qu’Il a créé, les montagnes, les mers et les oiseaux, une simple goutte d’eau ou une feuille tombée d’un arbre; que ce Créateur ne laissera pas tomber les hommes au dernier moment, dans leur cheminement terrestre complètement aveugle, qu’Il indiquera aussi un jour la preuve de Son Existence dans une démonstration simple et évidente. Et je te prie, Ô Voix, de pouvoir m’aider sur ce chemin de la reconnaissance ! ̶ Ta prière est exaucée. JE T'ECOUTE ! PARLE ! ̶ Ô Voix, puis-je savoir : d'où viens-tu ? Et comment estu apparue ? ̶ J’étais là ! Avant que tu m’implores ! Je n’ai jamais cessé d’exister. Seulement, ton manque d’ouverture ne te permettait pas de m’entendre. Je suis la Voix, qui parle d’éternité en éternité ! Je suis l’expression de ton âme, de ta voix intérieure. Je suis le complément de ta quête. Ma voix ne s’éteindra pas aussi longtemps que tu chercheras sincèrement et que tu resteras ouvert à elle humblement ! Je suis la Voix…! 13


JE T'ECOUTE ! HOMME ! PARLE ! ordonna de nouveau la Voix avec insistance. Quelle est la cause profonde, qui assaille ton âme et tout ton être ? ̶ Je me pose depuis longtemps la question suivante : « Peut-on démontrer l’existence de Dieu avec la logique de l'intelligence terrestre ? »

̶ Tout ce qui t’entoure sur Terre… n’est-ce pas pour toi déjà une démonstration visible de l’existence de Dieu ? ̶ Oui... Mon intuition ressent cela, comme si elle n’avait pas besoin de preuves supplémentaires, devant l’évidence même. Mais mon intelligence soumise à l’espace et au temps, donc limitée à cette Terre, n’est capable de reconnaître que des choses de même nature, très limitées. Et dans sa capacité de compréhension, elle n'arrive pas à comprendre ce qui se trouve au-delà, comme l’existence de Dieu. Or mon intelligence a un besoin pressant de preuves tangibles, logiques, pour être convaincue. ̶ Tu souhaites savoir si la logique de ton intelligence d’homme te permettrait de démontrer l’existence de Dieu ! ̶ Oui ! Si la Création est l’œuvre de Dieu et repose sur une logique parfaite, établie selon des lois bien définies par le Créateur de l’œuvre, l'existence même du Créateur de cette oeuvre doit aussi pouvoir être démontrée logiquement. ̶ Qu’as-tu donc comme hypothèses de départ pour ta démonstration ? ̶ Euh ??... Aucune… ̶ Ah, Ah, Ah ! Et tu souhaites démontrer l’existence de Dieu ! Il faudra bien avant cela que tu admettes comme hypothèse de départ, l’hypothèse fondatrice de ta démonstration. ̶ C’est-à-dire ??? ̶ Mais que Dieu puisse bien exister ! Car comment démontrer, et donc reconnaître, une chose que tu n'admets pas

14


d’office comme possible, ou même que tu nies. La démonstration s’arrête net. ̶ Oui, c'est vrai... Je dois admettre, même accepter que Dieu puisse bien exister. ̶ Plus simplement ! Tu veux démontrer que DIEU EXISTE ! Tu n'as qu'une seule hypothèse de départ à formuler. Et elle tient en deux mots ! ̶ Dieu existe ?! dit le jeune homme en hésitant. ̶ Dieu existe ! affirma alors la Voix. Pour finir, le jeune homme affirma également : DIEU EXISTE ̶ Voilà que ta démonstration est lancée ! Comprends bien ceci : beaucoup pensent que Dieu n’existe pas, parce qu’ils se sont conditionnés dans cette pensée sans même aller plus loin. Ont-ils seulement eu un jour la pensée que Dieu pouvait exister, cette pensée qui leur permettrait de commencer leur propre démonstration intérieure ? Et si oui, se sont-ils arrêtés suffisamment longtemps sur cette pensée, pour qu’elle prenne forme et leur permette alors d'avancer plus loin sur le chemin de la reconnaissance ? Il ne s’agit pas ici de croire aveuglément « Dieu existe », sans comprendre ; mais pas non plus de tout rejeter en bloc, sans examiner ! Il s’agit de se poser sincèrement une fois la question « Dieu existe-t-il ? », afin de permettre à cette pensée de suivre ainsi naturellement son propre déroulement. Car à toute question posée, une réponse sera donnée ! Encore faut-il se poser sincèrement la question... ̶ « Dieu existe ». Je ne peux pourtant rien faire avec cette hypothèse, cette affirmation ! ̶ La réponse est aussi en toi… ̶ Je ne peux faire aucun rapport, aucun rapprochement avec autre chose... ̶ Cela est juste. 15


̶ Il me faudrait une autre hypothèse de départ pour ma démonstration. ̶ Tu touches là à quelque chose d'essentiel dans ton cheminement ! Tout élément ne peut être considéré et reconnu que par rapport à un autre élément. Pas autrement ! Le monde que tu vois autour de toi a été créé ainsi. L’origine même de toute la Création repose sur ce principe. Tout n’a été créé ou formé qu’en fonction d’autre chose existant déjà en soi auparavant. Avec un seul élément pris isolément, rien ne peut être construit ; mais avec deux éléments, tout est possible ! Car tu peux alors les relier entre eux... Un élément a toujours son complément, ne l’oublie jamais ! Dans ton corps, le mouvement d’une de tes jambes amène le mouvement de l’autre, l’acte d’inspirer amène l’acte d’expirer... Un enfant est conçu avec deux éléments complémentaires, sinon… pas d’enfant ! Ta quête répond aussi à cette loi ! Ma Voix est en rapport direct avec ta quête. Si ta quête s’arrête, ma voix s’éteindra naturellement. ̶ « Dieu existe... », « Dieu existe… ». Quelle pourrait être la seconde hypothèse ? Celle-ci doit nécessairement être en relation avec le mot DIEU... ̶ Sur cette Terre, qui se réfère à Dieu ? Qui parle de Dieu ? ̶ Beaucoup d’hommes, qui Le prient, qui L’implorent… ̶ Qui a dit clairement, distinctement, sa relation à Dieu ? ̶ Dans l’histoire de l’humanité, des messagers ou des prophètes ont annoncé la Parole de Dieu, ont parlé de Dieu. ̶ Homme, ne penses-tu pas au moins à une personne qui a marqué son temps, tellement fortement que l’histoire de la plus grande partie de l’humanité a été fixée à partir de sa propre existence ? ̶ 2008 après J.C. ? … Jésus-Christ ! ̶ Jésus est le seul à avoir dit clairement... ̶ « Je suis le Fils de Dieu » ! ̶ Avec le mot « FILS », tu ne peux pas avoir de meilleure équivalence à DIEU. 16


̶

JESUS EST LE FILS DE DIEU... Quelle référence à

Dieu ! ̶ Une grande partie de l’humanité se base sur Ses Paroles, sur Sa Vie. Et toi, quelle est donc ta croyance ? ̶ Dans ma recherche, j’ai déjà lu son histoire dans les Évangiles. J’ai ressenti des bribes de vérité, mais il y a des choses que je ne comprends pas. Et je doute. ̶ N’aie surtout pas peur vis-à-vis de ce doute ! C’est même un bon signe dans toute recherche sincère de la Vérité. Car douter, c'est aussi examiner ! Tu ne dois pas adhérer à des choses que tu ne comprends pas ! La foi aveugle n’amène qu’aux dogmes. Or seule une totale compréhension t’amènera à la conviction libératrice ! ̶ Je ressens au fond de moi la Vérité dans les Paroles de Jésus. Mais je ressens aussi qu’une partie de la Vérité a été déformée ou mal interprétée. Si j’avais été présent à Son époque pour l’écouter, j'aurais été convaincu de l’objectivé de Ses Paroles, car venant de Sa bouche même... ̶ Il vaut mieux boire à la source qu'à la rigole ! ̶ Je ne suis donc pas totalement convaincu de la véracité des écrits, tels qu’ils nous sont parvenus jusqu'à nos jours. Et il a été dit tellement de choses au sujet de Jésus. Aussi au sujet de Marie sa mère, et encore aujourd’hui au sujet de Marie-Madeleine. ̶ Ce n’est pas grave ! Pas de foi aveugle ! Le plus important pour toi maintenant est la question suivante : Acceptestu l’existence de Jésus, et acceptes-tu le fait qu’Il a dit : « JE SUIS LE FILS DE DIEU » ? ̶ Oui ! Je dois l'accepter. Tout témoigne autour de nous de Son passage sur Terre : toutes nos églises, toutes les croix sur le bord des routes en souvenir de Lui. Tout cela est bien réel et doit bien être fondé sur des faits passés. ̶ Au-delà de ces preuves terrestres, tu dois admettre, tout comme pour ta première hypothèse, que Jésus est le Fils de Dieu. Surtout que tu n’inventes rien ici, cela est écrit dans la Bible depuis presque 2000 ans . ̶ Je l'admets. Voilà donc ma seconde hypothèse : 17


JÉSUS EST LE FILS DE DIEU ̶ Voilà la seconde marche gravie ! Dans une démonstration, il ne s’agit pas de comprendre tout, tout de suite ! Il s’agit au départ de se poser les bonnes questions, de formuler ensuite les bonnes hypothèses et donc d’accepter la possibilité de... ! La totale compréhension nécessaire à la conviction, ne viendra que plus tard, quand tu auras une vue d’ensemble de la démonstration. Un mathématicien sérieux fondera ses théories, en acceptant la possibilité de… S’il se ferme à une réalité, parce qu’il ne la voit pas ou ne la comprend pas dans sa limitation du moment, jamais il ne la trouvera. Les plus grandes découvertes ont été réalisées, parce que quelqu’un a admis un jour, sans forcément le comprendre immédiatement, l’existence même de l’objet découvert. Aussi, le fait d’accepter tes deux premières hypothèses comme possibles doit t'ouvrir automatiquement à une troisième... et ainsi de suite. Redonne-moi donc tes premières hypothèses ! ̶ J'ai une hypothèse que je dois considérer, puisque écrite dans la Bible, qui est : JÉSUS EST LE FILS DE DIEU J'ai une autre hypothèse, que je ne peux pas rejeter, que je dois même considérer d’emblée comme vraie, puisque étant l’objet même de la démonstration, qui est : DIEU EXISTE ̶ Eh bien voilà ! Le chemin a été long pour arriver jusque-là ! Mais cela t’a permis aussi de mûrir entre-temps, et ainsi de reconnaître le cheminement nécessaire pour arriver à tes fins. Le chemin doit se faire pas à pas, sans sauter une seule marche, une 18


seule étape, afin d’avoir finalement une totale compréhension. Aucune lacune ne doit apparaître. Si tu ne comprends pas une marche, nous devons nous arrêter sur celle-ci, et ne repartir qu’après la totale compréhension, synonyme de conviction. Voilà donc deux premières hypothèses. Elles font partie du fondement même de ta démonstration. Comment vouloir démontrer que Dieu existe, si tu ne les considères pas ? Que remarques-tu avec ces deux hypothèses ? ̶ Je constate qu'elles renvoient l’une à l’autre. ̶ Oui, mais pas exactement ! ̶ Ah, oui, je commence à comprendre. Quand je dis : « DIEU EXISTE », Dieu peut très bien exister tout seul ! Il n’y a aucun renvoi à Jésus dans cette phrase. « Dieu existe », c’est tout ! Il n’a pas besoin de se référer à autre chose, pour exister. Par contre Jésus ne peut pas exister sans Dieu ! Puisqu’Il se réfère directement à Lui, en disant : « Je suis le Fils de Dieu ! » Il est le Fils de Dieu et de personne d’autre que Dieu, dans son affirmation. Je peux donc marquer la correspondance suivante : JÉSUS EST LE FILS DE DIEU équivaut à dire que DIEU EXISTE ou JÉSUS, LE FILS DE DIEU ⇒

DIEU EXISTE

̶ Tu commences à comprendre démonstration logique. ̶ Une démonstration mathématique ! Dieu ! ̶ Exactement ! N’est-ce pas cela Homme ? Et comme tu l'as remarqué, dans certaines équivalences ne peuvent aller que 19

ce

qu’est

une

Sur l’existence de que tu souhaitais, toute démonstration, dans un sens. Par


contre, dans d'autres cas, elles peuvent aller réciproquement dans les deux sens. Continue donc sur ta lancée ! Jusqu’au bout de ta démonstration ! ̶ Je ne peux pas me contenter de cette équivalence pour affirmer que Dieu existe. La démonstration ne démontre rien du tout ! ̶ Pourquoi cela ? ̶ Cette relation n’est valable que pour celui qui est déjà convaincu ! Mais en l’occurrence celui-ci n’a pas besoin de démonstration ! ̶ Oui, cette relation est une relation binaire, entre Jésus et Dieu. Elle ne prouve rien à celui qui n’est pas intérieurement convaincu. ̶ Il me faut donc une autre équivalence, sinon je n’avancerai pas ! Il me faut une troisième hypothèse de départ, pour travailler. ̶ Tu dois maintenant asseoir solidement ta démonstration ! Trouver son fondement. Trouver la troisième hypothèse, libératrice... Pour t'aider, une question : comment Jésus pouvait-Il prouver devant les hommes qu’Il était bien le Fils de Dieu ? ̶ Par Ses Actes... Par Sa Parole… ̶ Oui, cela est tout à fait juste. Ceux qui étaient spirituellement ouverts à Sa Parole pouvaient le reconnaître ainsi. Car un rapport existe bien ici. Les gens se référaient à Sa Parole. Jésus était reconnu par Ses Paroles et par Ses Actes. Mais je ne parle pas de ces gens-là. ̶ Des personnes qui voulaient avoir une autre preuve que Ses propres Paroles !? ̶ Exactement ! Des personnes qui lui ont posé, dans leur méfiance et leur présomption, sans avoir examiné objectivement et reconnu une seule de Ses Paroles, la question suivante : « Jésus, esTu donc le Fils de Dieu ? ». Sa réponse fut... ̶ « Je le suis. » ̶ Que pouvait-Il dire d’autre !? Et ces hommes Le traitèrent ensuite de blasphémateur... 20


̶ Ces hommes voulaient avoir d’autres preuves, des preuves terrestres, un peu comme je souhaite moi-même aujourd’hui avoir une preuve terrestre et tangible. ̶ Oui ! À la différence près, que toi tu recherches sincèrement, et il te sera permis de reconnaître, si tu restes humble et sincère. Mais ces gens-là ne réagissaient que pour défendre leur propre pouvoir terrestre de l’époque et ne voulaient pas reconnaître sincèrement la Vérité apportée par Jésus. Jésus était gênant pour eux. Car pourquoi vouloir crucifier, assassiner quelqu’un juste parce qu’il affirme être le « Fils de Dieu » ? Il n’y a aucune logique à cela ! D’autant plus que les prophéties de leurs Saintes Écritures annonçaient clairement Sa Venue. Chacun a son libre arbitre, c'està-dire sa faculté de libre décision pour reconnaître ou ne pas reconnaître. Beaucoup n’ont donc pas voulu reconnaître à l'époque. Qu'en serait-il aujourd'hui ? La libre décision de l'être humain est là… ̶ Face à ces gens-là, Jésus ne pouvait rien prouver du tout, si ce n’est de dire : « Je le suis ». ̶ Il s’est tu après cela… Et si maintenant je t’affirme haut et fort : « Jésus est le Fils de Dieu » ! Quelle est ta réaction ? ̶ Je n’en ai pas la totale conviction. Tu peux me le répéter dix fois, cent fois. Je ne suis pas convaincu. Même si je dois admettre cette hypothèse comme vraie pour ma démonstration. ̶ Pourquoi n'es-tu pas convaincu ? ̶ Parce qu’il me manque l’expérience de Sa Parole. Je n’ai pas une claire et totale compréhension de Sa Parole, et donc pas une conviction absolue. « Jésus est le Fils de Dieu » : c’est encore trop abstrait. Je ne peux pas établir le rapport clair entre Jésus et Dieu nécessaire à ma compréhension. ̶ Tu souhaites du concret. La référence à Dieu est beaucoup trop abstraite. ̶ Oui, ce mot, cette notion a tellement été galvaudée. Cette image d’un visage barbu… Ce personnage, dont le Nom est emprunté par beaucoup dans leur langage, sans savoir qui est Dieu réellement, s’Il existe vraiment… « Dieu existe », je souhaite me le 21


démontrer à moi-même, mais saurai-je un jour comment Il est, où Il est, ce qu’Il fait ??? Je crois que... non ! ̶ Il sera en effet impossible à l'homme de le savoir. Car l’homme se trouve dans la Création, il est une créature. Il ne pourra jamais devenir l’auteur de l’œuvre de la Création, le Créateur, le Maître, Dieu… ̶ Dieu est donc… indéfinissable ! Jésus ne pouvait pas prouver qu’il était le Fils de Dieu. Il ne pouvait pas apporter une preuve terrestrement tangible sur une réalité intangible et indéfinissable ! ̶ Oui ! Seule l’intuition de l’homme, son origine spirituelle pouvait lui faire ressentir la Vérité à ce sujet, et encore seulement pressentir, jamais pleinement saisir ! Contente-toi donc désormais de dire que « Dieu existe » ou que « Dieu est » ! Cela ne doit pas t’empêcher pour autant de poursuivre la démonstration. ̶ Si aucune autre équivalence ne peut être établie à partir de Dieu, pour trouver ma troisième hypothèse, je dois donc me référer à un autre élément, totalement différent, ayant certainement une relation avec Jésus. Ce doit être un élément complémentaire à Jésus. ̶ Écris donc ton équivalence. ̶ Elle pourrait s’écrire ainsi : JÉSUS, LE FILS DE DIEU ⇒

?????????

Cela n'est pas une équivalence ! Il lui manque un ̶

terme ! Oui, oui. Je cherche... « Jésus est le Fils de Dieu ». JESUS = FILS DE DIEU a déjà été accepté. Donc, je peux aussi établir la relation plus simplement : ̶

FILS DE DIEU ⇒

22

?????????


Quels éléments as-tu dans ta relation ? FILS DE DIEU. Soit, le mot FILS et le mot DIEU. Comme déjà dit, Dieu ne peut pas être plus défini. Je ne peux pas écrire DIEU = quelque chose. DIEU = DIEU. Point ! Par contre avec le mot FILS, c’est différent… ̶ Que te signifie le mot « FILS » ? ̶ FILS fait référence au PERE. Comme si Dieu était le Père de Jésus. ̶ Oui. C’est symboliquement exact. D'où les nombreuses références au Père dans la Parole de Jésus ou même dans Sa Prière donnée aux hommes : « NOTRE PERE, TOI QUI ES AUX CIEUX… » Or, un FILS a un seul PERE. Mais un PERE peut avoir... ̶ Plusieurs FILS ! ̶ Là, tu touches au but ! La simplicité même, qu'un enfant peut comprendre ! « Devenez comme des enfants » disait Jésus. Pas besoin d’avoir réalisé de grandes études pour comprendre et reconnaître ! Maintenant une déduction simple, s’il te plaît ! ̶ Je peux établir une équivalence très simple, en complétant par « FILS DE… » dans l’autre partie : ̶ ̶

FILS DE DIEU ⇒

FILS DE ?????

̶ La Vérité repose sur des choses simples ! Le fondement même d’une bonne démonstration est la simplicité, comme 1 + 1 = 2 ! C’est dans la simplicité que repose la Vérité. Ton équivalence est simple, il est donc juste de la considérer ! ̶ Je ne peux pour autant pas mettre : FILS DE DIEU

FILS DE DIEU

Car là, je tourne alors vraiment en rond ! C’est le serpent qui se mord la queue ! Cela en est même ridicule ! Je ne peux donc en 23


conclure qu’une seule chose : « FILS DE DIEU » ne peut se référer qu’à UN AUTRE « FILS DE…. » ! ̶ Ton hypothèse tient tout à fait la route ! Mais attention ! Tu ne peux toutefois pas inventer cet autre « FILS DE… ». Ne l'oublie pas : dans une démonstration, rien ne doit être inventé. ̶ Je vais chercher dans la Bible, si le Fils de Dieu Luimême ne se réfère pas à un moment donné à un autre « Fils de… » ! ̶ Voilà une sage conclusion. Je te laisse réaliser cet examen nécessaire. Rappelle-moi lorsque tu auras trouvé quelque chose…

24


II.

Quelques jours plus tard... ̶ Ô Voix ! Ô Voix ! J’ai parcouru tous les Évangiles ! Et j’ai trouvé à quel « FILS DE » se réfère Jésus, et ceci à plusieurs reprises ! ̶ Quelles sont les références ? ̶ Il y en a beaucoup ! Évangile selon Mathieu : « Ce qui arriva du temps de Noé, arrivera de même à l'avènement du Fils de l'Homme. » 24.37 « Je vous le dis en vérité, quand le Fils de l'Homme, au renouvellement de toutes choses, sera assis sur le trône de sa gloire, … » 19.28 « Le Fils de l'Homme enverra ses anges, qui arracheront de son royaume tous les scandales et ceux qui commettent l'iniquité » 13.41 « Lorsque le Fils de l'Homme viendra dans sa gloire, avec tous les anges, il s'assoira sur le trône de sa gloire. » 25.31 « Je vous le dis en vérité, vous n'aurez pas achevé de parcourir les villes d'Israël que le Fils de l'Homme sera venu. » 10.23 Évangile selon Jean : « Travaillez, non pour la nourriture qui périt, mais pour celle qui subsiste pour la vie éternelle et que le Fils de l'Homme vous 25


donnera ; car c'est lui que le Père, que Dieu a marqué de son sceau. » 6.27 « Quand vous aurez élevé le Fils de l'Homme, alors vous reconnaîtrez ce que je suis, et que je ne fais rien de moi-même, mais que je parle selon ce que le Père m'a enseigné. » 8.28 Évangile selon Marc : « Le Fils de... » Stop ! Arrête-toi là ! Tu ne vas pas me lire toute la Bible ! Cela est amplement suffisant pour ta démonstration ! Donne-moi ton équivalence, homme ! Le jeune homme dit alors avec fierté : ̶ Voilà l’équivalence : ̶

LE FILS DE DIEU se réfère au FILS DE L'HOMME ou LE FILS DE DIEU ⇒ LE FILS DE L'HOMME

Il y a encore de nombreux passages ! Je n'avais moi-même jamais remarqué ces références au « Fils de l’Homme ». Le plus remarquable est que Jésus parle seulement de « FILS DE DIEU » et de « FILS DE L'HOMME » ! Pas d’autres « Fils de... » venant de sa bouche ! ̶ Oui, l'appellation « Fils de l'Homme » est citée environ 80 fois dans les Évangiles. C'est donc une appellation très importante. Quelle est ta conclusion ? ̶ Si Jésus parlait à chaque fois réellement de lui, pourquoi aurait-il employé les deux termes « Fils de Dieu » et « Fils de l’Homme », pour se désigner, si un seul suffisait ? ̶ Oui ! Jacques, c’est Jacques ! Ce n’est pas Paul. ̶ De plus, le terme « Fils de l’Homme » n’apparaît qu'avec Jésus, qui parle de Lui, comme si le Fils de l’Homme était 26


son complément nécessaire. Auparavant, personne d’autre que lui n'a véritablement employé ce terme. ̶ Il n'a été utilisé que très peu par les Prophètes. ̶ De plus, Jésus a toujours parlé du Fils de l’Homme au futur. ̶ Comme si le Fils de l'Homme était à venir ! ̶ Et Jésus parle toujours du FILS DE L’HOMME… à la 3ème personne ! ̶ Là tu touches au but ! Jésus ne s'identifia jamais formellement au Fils de l'Homme. Il n’a jamais dit : « Moi, le Fils de l’Homme, je… etc… », au contraire de l’affirmation « Je suis le Fils de Dieu ». Il a dit : « Lorsque le Fils de l’Homme viendra, etc. ». Ce qui signifie ? ̶ Qu’il existerait une deuxième personne, autre que Jésus ? ̶ Exprime clairement ta découverte, afin de l'ancrer dans la conscience. Le jeune homme dit alors très lentement : ̶ Il existerait un autre FILS... qui se nomme FILS DE L’HOMME... qui n’est pourtant pas JESUS le Fils de DIEU... qui correspond à une personne précise... qui viendra après Jésus… Je suis étonné à l’idée de penser que les hommes, et les Églises n’y ont pas pensé plus tôt ! ̶ Comme toi jusqu’à ce jour ! Beaucoup de personnes, et même les Disciples de Jésus, ont pensé que Jésus se désignait également par le terme : Fils de l’Homme. Et cette pensée est désormais si dominante, que certains traducteurs de la Bible, dans leur incompréhension, ont pu ici ou là utiliser ce terme, comme désignant Jésus lui-même. Mais malgré ces erreurs, cela ne t'empêche pas de considérer l'hypothèse et de continuer ta démonstration, car le terme existe ! Tu ne l'as pas inventé ! Reprends donc toutes tes hypothèses !

27


̶

J’ai donc : DIEU EXISTE JÉSUS, LE FILS DE DIEU LE FILS DE L'HOMME

̶ Simplifie encore tes relations. Tu en as 3, dispose-les simplement, comme dans un triangle. ̶ Voilà : DIEU

LE FILS DE DIEU

LE FILS DE L’HOMME

Cela ressemble à un arbre généalogique... Un Père avec ses deux Fils ! ̶ Lors du signe de croix, que disent les chrétiens ? ̶ « Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit ». ̶ Ce qui équivaudrait dans la logique à : LE PERE

LE FILS

LE SAINT-ESPRIT

̶ C’est la Trinité de Dieu ! Le Fils de l’Homme pourrait donc aussi s’exprimer avec le terme « le Saint Esprit » ! Or dans la Bible, j'ai justement trouvé la référence suivante : « Mais le Consolateur, le Saint-Esprit, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit. » Jean 14.26 28


Le Saint-Esprit est le Fils de l’Homme ! Que le Père enverra un jour au nom de Jésus ! ̶ Dieu est insaisissable à jamais. Tu dois te contenter que « Dieu existe » ! Cela, tu l’as compris. Mais « LE FILS DE DIEU » et « LE FILS DE L’HOMME » peuvent être pleinement saisis ! Ce sont là deux êtres tangibles ! DEUX FRERES ! Reprends donc ton triangle, et donne-moi maintenant le sens de tes équivalences. ̶ D'après ce que nous avons déjà vu, je pourrais marquer les équivalences dans les sens suivants : DIEU

LE FILS DE DIEU

LE FILS DE L’HOMME

L'équivalence n'est réciproque qu'à la base du triangle, c'est-à-dire entre le Fils de Dieu et le Fils de l'Homme. Le Fils de Dieu renvoie à Dieu. Le Fils de l'Homme étant le Frère du Fils de Dieu, Il est donc aussi un Fils de Dieu et renvoie alors également à Dieu. On pourrait marquer la relation suivante :

LE FILS DE L'HOMME ⇒ Frère de Jésus le Fils de Dieu

LE FILS DE L’HOMME est aussi un Fils de Dieu

Dieu ne renvoie à personne, car Dieu EST. Par contre le Fils de Dieu et le Fils de l'Homme se renvoient réciproquement l'un à l'autre, en tant que les deux Fils de Dieu. LE FILS DE DIEU

LE FILS DE L'HOMME

29


̶ Parfait ! Voilà l'équivalence réciproque que tu devais découvrir ! Et voici les deux Fils divins, indissociables, représentés sur le fronton d'une cathédrale chrétienne, la Cathédrale de Strasbourg : Dans l'enseignement chrétien, il n'est pourtant parlé que d'un seul Fils de Dieu. Alors pourquoi ces deux personnages sur le fronton de la Cathédrale ? Les bâtisseurs savaient-ils qu'il y avait deux Fils ? Nous voyons en haut, debout, Jésus le Fils de Dieu portant dans sa main gauche la Terre avec Amour, et levant la main droite comme pour annoncer Celui qui vient : Le Fils de l'Homme ! Assis sur son trône, la couronne du Roi sur la tête, et l'épée de Justice dans la main. Cette représentation ne suffirait-elle pas, à elle seule, pour reconnaître l'existence du Fils de l'Homme ? ̶ Ouahhh ! C'est incroyable ! ̶ C'est comme si les deux Fils ne pouvaient pas exister l'un sans l'autre, comme s'ils étaient à la fois UN, et pourtant DEUX, comme des frères jumeaux, l'un représentant l'Amour de Dieu et l'autre représentant la Justice de Dieu. Et Amour et Justice sont DEUX, mais pourtant à la fois UN. C'est pour cela que l'un renvoie à l'autre, et vice versa, pour l'éternité. Et c'est aussi pour cela qu'à partir de maintenant ton travail doit consister à établir les nombreuses équivalences réciproques entre le Fils de Dieu et le Fils de l'Homme, parce que tu ne pourras pas faire autrement pour avancer dans ta démonstration. Pour y parvenir, reprends donc la dernière équivalence ! ̶ D'accord ! Voilà l'équivalence réciproque à partir de laquelle je vais désormais travailler : JÉSUS, LE FILS DE DIEU

⇔ 30

LE FILS DE L'HOMME


̶ Mais il y a un très gros problème dans ton équivalence, dit alors la Voix très sérieusement. Le jeune homme regarda de nouveau son équivalence, et s'exclama soudain : ̶ Oh ! Il manque un terme ! JÉSUS, LE FILS DE DIEU ⇔ ????, LE FILS DE L'HOMME ̶ Tu ne connais pas le Fils de l’Homme ???? répondit alors la Voix, feignant un air très étonné. ̶ Mais... jusqu'à présent, je ne savais même pas qu’Il existait ! ̶ Tu ne pourras pas terminer ta démonstration, si tu laisses des points d’interrogation dans ton équation ! À mon humble avis, j’essaierais d'identifier rapidement le FILS DE L'HOMME, comme l'a été le FILS DE DIEU, car ce qui suit est vraiment très chagrinant : LE FILS DE DIEU = JÉSUS et LE FILS DE L'HOMME

̶

=

????? ( tu ne sais pas QUI il est )

Mais que dois-je faire ?!!! s’exclama le jeune homme,

affolé. ̶ Je ne perdrais pas une seule seconde rechercher ! ̶ Le rechercher ?! ̶ As-tu terminé ta démonstration mathématique ? ̶ Non... ̶ Es-tu convaincu que « DIEU EXISTE » ? 31

pour le


Non... Le Fils de Dieu est-Il déjà venu sur la Terre ? ̶ Oui... C'est écrit dans la Bible ! ̶ A-t-Il été identifié ? ̶ Oui, bien sûr. C'est Jésus... qui a dit « Je suis le Fils de Dieu ». C'est écrit dans la Bible. ̶ Le Fils de l'Homme doit-il venir sur Terre ? ̶ Oui. Le Fils de l’Homme doit aussi venir ! Cela repose dans la logique même de ma démonstration. ̶ Le Fils de l'Homme est-il déjà venu sur la Terre ? ̶ Mais... Je ne le sais pas ! ̶ Tu n'as donc pas identifié QUI est le Fils de l'Homme ! Tu gardes totalement ta liberté de décision ! Mais tu n'as ici que deux choix ! Pas plus ! Le jeune homme eut un grand soupir : ̶ Oui… Soit je recherche le Fils de l’Homme et je définis QUI Il est. Soit je ne le recherche pas, et ma démonstration mathématique s’arrête net à ce constat : ̶ ̶

JÉSUS LE FILS DE DIEU

?????

LE FILS DE L'HOMME

La voix semblait fort amusée : ̶ À ta place, je n’en dormirais pas de la nuit… Quant au jeune homme, il avait presque les larmes aux yeux. ̶ Mais comment dois-je faire ? ̶ Qui cherche trouve ! ̶ Mais autant chercher une aiguille dans une botte de paille ! ̶ Souhaites-tu identifier QUI est le Fils de l’Homme ? Le jeune homme répondit à cette question, avec une douleur nostalgique dans son cœur : ̶ OUI, je le souhaite ! Oui, car c'est bien aujourd'hui le but principal de mon existence d'être humain de cette Terre. Que vais-je donc faire demain, si je reste sur cette équivalence irrésolue, 32


sur cet échec même. Je ne pourrai jamais l'accepter, jusqu'à la fin de mes jours. ̶ Alors utilise ton intuition et ton intelligence jusqu’au bout ! ̶ Je dois trouver... Je dois trouver. Je ne vais pas rester sur ce constat ! Après un petit moment de réflexion, le jeune homme poursuivit : ̶ À partir des passages de la Bible, je peux en déduire les équivalences suivantes : Jésus parle du Fils de l’Homme au futur équivaut à dire que le Fils de l'Homme doit venir après le Fils de Dieu Jésus est terrestrement né à Bethléem équivaut à dire que le Fils de l'Homme doit naître terrestrement quelque part sur la Terre Jésus a dit : « JE SUIS LE FILS DE DIEU » équivaut à dire que le Fils de l'Homme doit terrestrement dire : « JE SUIS LE FILS DE L'HOMME » ̶ Bravo ! Voilà des déductions simples et rapides ! Voilà une démonstration constructive ! Une déduction, qui en amène une autre, comme sur un plateau ! Le jeune homme continua, reprenant de l’assurance : ̶ Je dois par contre maintenant considérer deux autres hypothèses dans mon raisonnement : 1) soit le Fils de l’Homme est déjà venu sur la Terre. 2) soit le Fils de l’Homme est encore à venir. ̶ Encore d'une logique parfaitement... logique ! 33


̶ J’ai du mal à croire en la première hypothèse, car si le Fils de l'Homme est déjà venu sur la Terre, l’humanité l’aurait normalement reconnu, il existerait une trace visible de son passage, comme pour Jésus qui a visiblement marqué l’histoire jusqu’à nos jours. Comptons seulement le nombre d’églises à sa gloire. Par contre pour le Fils de l’Homme... rien ?! Aucune trace visible de sa venue ? Aucune cathédrale, aucune chapelle ? N'a-t-il été reconnu par personne ? ̶ Homme ! N'oublie pas qu'il y a seulement une heure, tu n'avais même pas conscience de son existence. Tu ne peux pas maintenant reprocher à l'humanité entière de n'avoir rien fait pour lui ! ̶ Oui, c'est vrai... ̶ Jésus a lui-même mis en garde, à plusieurs reprises, sur le fait d'être vigilant et éveillé pour reconnaître le Fils de l'Homme, lors de sa venue : « C'est pourquoi, vous aussi, tenez-vous prêts, car le Fils de l'Homme viendra à l'heure où vous n'y penserez pas. » (Mt 24-44). C'est aussi ce que dit la parabole des vierges sages et des vierges folles (Mt 25 1-13), avec ces paroles en conclusion : « Veillez ! Car vous ne savez ni le jour ni l'heure. » Ou encore : « Lorsque le Fils de l’Homme viendra, trouvera-t-Il la Foi sur Terre ? » (Luc 18-8). Et en ce qui concerne ta seconde hypothèse ? ̶ La seconde hypothèse : « Le Fils de l'Homme est encore à venir », est évidemment aussi tout à fait possible. Mais si celle-ci s’avérait juste, ma démonstration s’arrête alors automatiquement ici. Car si je n’ai aucun élément complémentaire au sujet du Fils de l’Homme, que le seul fait « qu’il viendra un jour... », je ne pourrai donc pas identifier QUI Il est et poursuivre ma démonstration. Je peux, certes, attendre sa venue, et démontrer ensuite, lorsqu'Il sera là. Mais quand ? Si c’est dans 200 ans ou dans 2 000 ans... Je ne peux pas rejeter cette hypothèse, mais seulement la laisser de côté, ne pouvant rien faire aujourd’hui avec elle. ̶ Que fais-tu donc ? 34


̶ Je ne peux pour autant pas m’arrêter en si bon chemin ! Je dois impérativement examiner la première hypothèse ! Et il ne me reste effectivement qu'une seule chose à faire : Le rechercher terrestrement ! ̶ Mais comment vas-tu t’y prendre ?! lui demanda la Voix, dubitative. ̶ Je ne sais pas du tout !... Certainement avec des recherches minutieuses et méthodiques. ̶ Minutieuses ?... Méthodiques ?... répéta la Voix, encore plus dubitative. Peut-être vas-tu regarder sur l’annuaire téléphonique, si tu ne vois pas : « Monsieur X, LE FILS DE L’HOMME tél : ... ». ̶ Certainement pas ! La voix riait maintenant de bon cœur : ̶ Ou peut-être vas-tu téléphoner à tous les hommes de la Terre pour leur demander : « Auriez-vous dit un jour : JE LE SUIS, LE FILS DE L’HOMME » ? Le jeune homme lui répondit avec un ton sérieux : ̶ Rechercher le Fils de l'Homme est un travail sérieux, que chaque être humain devrait faire avec sérieux. Je me laisserai guider par mon intuition pour Le trouver ! ̶ Je vois ici toute ta détermination, homme ! conclut la Voix. Je vois que tu as pris une ferme décision ! Je te laisse donc à ta recherche. ̶ Sois sincère, joyeux et plein de courage, et lorsque tu auras trouvé le Fils de l'Homme, alors rappelle-moi ! Mais attention, je te mets toutefois en garde ! N’oublie jamais les Paroles de Jésus sur les faux prophètes, qui peuvent également être sur ton chemin : « Plusieurs faux prophètes s'élèveront, et ils séduiront beaucoup de gens. » (Mt 24.11 : La destruction de Jérusalem et l'avènement du Fils de l'Homme. Exhortation à la vigilance).

35


III.

Quelques mois plus tard... VOIX, Ô Voix, je t'appelle ! ̶ Je suis là ! Homme ! Je t’écoute ! Le jeune homme parla alors très rapidement, comme s’il était pressé : ̶ Cela fut assez long ! D'abord les recherches sur Internet, où il est écrit tout et son contraire sur le terme « Fils de l’Homme ». Ce qui apporte plus de confusion que de conviction. Ensuite mes recherches à travers quelques voyages, qui m'ont apporté leurs lots de surprises et de désagréments, mais aussi de la persévérance, du courage, de la lucidité et des examens sans concession. J’ai dû tout examiner, même les choses les plus absurdes ! J’ai même rencontré par trois fois des personnes qui se disaient être « LE FILS DE L’HOMME ». Oui, j'ai dû expérimenter quelques faux prophètes, qui ont été mis sur mon chemin. Mais je ne cherchais qu'un seul Fils de l'Homme, pas dix, et je cherchais le vrai, pas les faux ! J’ai alors douté de moi-même et de ma capacité de discernement. J'ai failli aller à la dérive, mais je me suis cramponné dans ma foi, dans ma volonté de trouver. Et ensuite encore des personnes ont voulu me nuire, ont voulu aussi me ramener à des choses plus terrestres, plus sensées que de rechercher le Fils de l'Homme, ou ̶

36


me faire miroiter la lune, comme si elles ne voulaient pas que je trouve. J’en ai même pleuré, lorsqu'un jour en allant voir un homme de foi et lui posant simplement la question : « Je recherche le Fils de l’Homme, que me conseillez-vous ? », celui-ci m’a répondu, étonné : « Ne recherche pas le mystère de la foi… Prie et tu seras pardonné ». C'est incroyable ! Il n’avait vraiment rien compris ! Et je me suis dit que je trouverai le Fils de l'Homme avant lui. Et puis j’ai continué encore à chercher inlassablement la Vérité. Examiner objectivement n’a pas été de tout repos. J’ai enquêté minutieusement. Mon chemin fut difficile, mais pourtant joyeux, car une petite voix me disait au fond de mon âme : « Tu trouveras, tu trouveras... », « Laisse-toi guider », « Qui cherche, trouve… », jusqu’au jour où j’ai ressenti que je touchais enfin au but. Je reviens aujourd'hui vers toi, Ô Voix, car j’ai trouvé ! J'ai trouvé un homme, correspondant exactement à l’objet de ma recherche. Un homme qui expose clairement son enseignement, rejoignant totalement les Paroles de Jésus. Je n’ai pas encore une conviction absolue au sujet de cette personne, je n’ai pas assez approfondi et mûri son livre - car elle a écrit un livre ! - mais je ressens d'après son œuvre, que cette personne est toutefois hors du commun. Et je dois donc examiner maintenant mon équivalence ! Car le plus important, c'est que cette personne me permet de terminer enfin mon équivalence laissée en suspens depuis quelques mois... Car j’ai un nom à mettre à la place des points d’interrogation : JÉSUS LE FILS DE DIEU

????? LE FILS DE L'HOMME

Cette personne a dit, elle a même écrit, dans son livre : « JE LE SUIS, LE FILS DE L’HOMME, ANNONCE PAR JÉSUS ! »

37


« Je le suis, le Fils de l'Homme, envoyé par Dieu, qui, par le Fils de Dieu Jésus lui-même, fut promis à l'humanité. » ̶ Bien ! Très bien ! Félicitations ! Examine donc sans tarder ton hypothèse ! Car si celle-ci est juste, tu pourras ainsi continuer ta démonstration jusqu’à la fin ! Mais avant cela, je souhaite de nouveau te rappeler les quelques règles de la démonstration constructive, pour que tu ne te perdes pas en route : Une démonstration est un raisonnement qui s’appuie sur la logique. Elle permet d’établir des vérités, à partir de faits établis ou admis précédemment. C’est ce que tu as déjà fait avec tes premières hypothèses et que tu as très bien compris ! Lorsque tu as démontré une chose, tu peux ensuite l'utiliser pour une autre démonstration, et ainsi de suite jusqu’à ce que tu arrives finalement à ce que tu voulais initialement démontrer : pour toi, l’existence de DIEU ! Si la démonstration est réussie, tu peux alors la terminer avec les quatre petites lettres magiques... C.Q.F.D. ̶ « Ce Qu’il Fallait Démontrer » ! ̶ J’espère que tu pourras un jour les apposer sur ta feuille ! Dans la Création et sur Terre, il est possible de tout démontrer. Même l’existence de Dieu ! Encore faut-il rester simple, avoir une claire intelligence, une fine intuition, et reconnaître les Lois fondamentales de la Création. Poursuivons les règles d'une bonne démonstration : La démonstration doit établir l’existence des faits sur lesquels elle repose, comme tu viens d’établir précédemment le fait que : « Fils de Dieu et Fils de l’Homme sont deux personnes différentes ». Celui-ci repose sur les Paroles mêmes de Jésus, que nous devons ici considérer comme vraies car étant l’hypothèse ou le postulat de départ, le fondement même de la démonstration : c’est écrit dans la Bible, donc ce ne peut être que vrai ! Tu ne peux pas le mettre en doute. À toi ensuite de prouver dans ta démonstration, que ce qui est écrit dans la Bible… est effectivement bien vrai ! Comme toute explication digne de ce nom, une démonstration doit être établie à partir d'éléments fondés, de preuves vérifiables au départ, c'est-à-dire que tu dois construire ta démonstration autour 38


de choses, éléments, idées que tu sais vraies, existantes, vérifiées, publiées : tu n'inventeras jamais rien dans une démonstration ! Le terme « le Fils de l’Homme », tu ne l’as pas inventé : il est bien écrit dans la Bible, plus de 80 fois. « Bethléem », tu ne l’as pas inventé : ce village existe bien et est donné dans la Bible comme étant le lieu de naissance de Jésus. Jésus a dit : « Je suis le Fils de Dieu », tu ne l'as pas inventé, etc. Si ta démonstration repose sur cette logique sans faille, alors la conclusion finale te montrera d’elle-même clairement la Vérité. La Vérité sera tellement criante, que les hypothèses de départ, initialement acceptées, faute de mieux car non vérifiées ou non vérifiables, seront d’office évidentes et vraies, car il ne peut en être autrement ! Autrement dit : C.Q.F.D. ! Ou encore : « Le bandeau tombe, et la foi devient conviction ! ». ̶ Mais si quelqu'un essaie de prouver que ma démonstration ne fonctionne pas ? Ne colle pas ? ̶ Prouver le contraire ? Il y en aura toujours un qui s’emploiera à vouloir démontrer le contraire. Ou pire, à nier, voire à attaquer une démonstration, dans un manque total d'objectivité. Une démonstration qui plaît à l'un ne peut pas forcément plaire à l'autre. Mais il faudrait aussi que celui qui doute ait le courage de démontrer l’inverse de la démonstration, c'est-à-dire qu'il démontre « par l’absurde » ! Il faudrait qu’il démontre par exemple que Jésus n’a pas dit : « Je suis le Fils de Dieu »... Absurde, n’est-ce pas ? Puisqu’Il l’a dit ! C'est écrit dans la Bible ! Etc. À vouloir démontrer le contraire, il risque de passer beaucoup plus de temps que toi à démontrer la Vérité. Ou alors cette personne nie tout en bloc, elle ne voudra pas examiner ou rien démontrer du tout. Cela arrive souvent, et tu n'y peux rien. Chacun est libre de ses choix. Ce n'est tout simplement pas pour elle. J'ai encore quelque chose de très important à te dire, qui ne concerne pas la logique d'une démonstration constructive en tant que telle, mais la loi des probabilités, fort utilisée en mathématiques. En établissant des rapports, d’un élément par rapport à un autre, tu peux aussi calculer la probabilité pour que ce rapport étudié puisse réellement bien exister. Les probabilités 39


mathématiquement établies te seront d'une grande aide, car elles sont une source menant à la conviction. Tu devras certainement les utiliser un jour. Mais tout d’abord, avant de me dévoiler le Nom du Fils de l’Homme, as-tu pris suffisamment d’informations au sujet de cet homme pour étudier à fond la validité de ton hypothèse ? ̶ Oui, je pense avoir toutes les informations nécessaires, notamment sur le déroulement de sa vie, tout comme la Bible nous renseigne globalement sur la vie de Jésus. J’ai également son livre, ainsi que d'autres écrits se rapportant à lui, qui me permettront d'examiner objectivement. ̶ Bien ! Ces informations sont importantes, car pour vérifier ton hypothèse, il va falloir que tu continues à établir des équivalences claires et logiques, entre LE FILS DE DIEU et LE FILS DE L’HOMME : LE FILS DE DIEU

LE FILS DE L’HOMME

....

....

....

....

etc. Et dans cet objectif, tu dois t’aider de tous les faits terrestrement vérifiables autour de leurs deux vies, ainsi que de tous les écrits s’y rapportant. Tu vas devoir maintenant démontrer que la personne que tu as trouvée est bien le Fils de l’Homme, annoncé par Jésus ! Si c’est le cas, ta démonstration continuera logiquement jusqu’à son terme. Si ce n’est pas le cas, l’illogisme devra apparaître rapidement, et tu caleras... Il te faudra alors comprendre pourquoi, examiner ta défaillance et chercher de nouveau inlassablement. Mais pour l’instant, au travail ! Vérifie, examine ! Car cela seul t'amènera la conviction ! Allez ! Pour t'aider à commencer, je te pose une petite question, Homme : où est né Jésus ? ̶ Il est né à Bethléem, comme tout le monde le sait ! Cela est rappelé au monde entier pendant la période de Noël. 40


̶ Cette nuit magique de Noël… magique pour les enfants, mais également pour les parents. Cette nuit où les bergers et les Rois-mages sont venus se prosterner dans l’étable, nuit où une étoile est apparue dans le ciel... ̶ Chaque fois que je regarde la crèche de Noël, je me dis que j’aurais aimé assister à cet événement. Je rêve, comme un enfant, aux trois Rois-mages qui cherchèrent et reconnurent l’Enfant Jésus comme étant le Fils de Dieu. ̶ Comme toi en ce moment, qui cherches à reconnaître le Fils de l’Homme ! Un nouveau mage ! « Un Roi-mage des temps modernes » ! ̶ Quand j'étais enfant - je pense que je ne suis pas le seul enfant à qui cela soit arrivé - je m’identifiais toujours aux Roismages lorsque ma mère, à chaque Noël, sortait les santons d'argile de leur boîte en carton, les déballait délicatement de leur papier ou de leur coton protecteur, pour les mettre ensuite dans la crèche. La crèche se peuplait alors comme par enchantement de tout ce petit monde. Cela est resté profondément ancré dans ma mémoire. ̶ Crois-tu que cela se soit réellement passé ainsi ? Comme dans la crèche de ton enfance ? ̶ Oui, j’ai envie de le croire, comme un enfant croit lorsqu’il regarde, émerveillé, la crèche et le sapin illuminés. Et comme je le ressens, la plus grande partie des hommes sur la Terre a finalement aussi envie de le croire, et espère en cette nuit de Noël. Cette nuit est si grandiose et magnifique ! Je le crois, car c’est tellement ancré dans la tradition populaire, qu’il y a une réalité dans tout cela. Et c’est tellement vivant dans mon âme d’enfant... ̶ D'après toi, comment les Rois-mages ont-ils trouvé l’endroit exact de la naissance de Jésus ? ̶ Dans la Bible, ils suivirent l’étoile qui brilla au-dessus de Bethléem. À Jérusalem, ils demandèrent aussi au roi Hérode. ̶ Oui, à la fin de leur voyage. Or leur voyage fut beaucoup plus long ! Ils venaient de pays lointains. Ils venaient d'Orient. Comment ont-ils pu, à quelques kilomètres près, trouver le lieu exact ? ̶ Ils ont reçu une grande inspiration... 41


̶ Oui, juste ! Mais ceci n’explique pas tout ! Tu as, toimême aussi, incontestablement de l’inspiration dans ta démonstration, car d'autres seraient encore en train de chercher leur première hypothèse ! En fait, les Rois-mages ont, tout comme toi, procédé à des déductions logiques, mathématiques même... ̶ Mais comment ont-ils fait pour trouver ? Du lieu où ils vivaient, dans leur condition de vie de l’époque, avec la limitation terrestre liée à leur espace de vie ? ̶ Ils n’avaient en effet ni la télévision, ni la radio, ni Internet, pour voir loin ! ̶ Pour écouter les informations ! Et apprendre au journal télévisé la nouvelle que le Fils de Dieu était né durant la nuit... ̶ Non, il n'y avait pas ce genre d'annonce. Quel était par contre le moyen tangible de s’ouvrir à une réalité terrestre plus lointaine, et donc à la naissance de Jésus à Bethléem ? ̶ ???? Alors là, je ne vois pas du tout ! ̶ Quelles sont les preuves tangibles, qui apparaissent chaque nuit, devant chaque homme, où qu'il soit sur Terre ? En levant juste un peu la tête... ̶ ... Les étoiles ??? ̶ LES ETOILES !!! L’astronomie ! L'astrologie ! L'art royal, dans sa plus noble expression ! ̶ Ils regardèrent et examinèrent les étoiles... ̶ Les mêmes ici ou là-bas... UNIVERSELLES. Ils purent ainsi établir les rapports nécessaires à leur démonstration. Ils reconnurent les preuves tangibles d’une réalité lointaine, mais pourtant universelle, et dépassant même les frontières de leur propre royaume. Dans une démonstration logique, d’étoile en étoile, de rapport en rapport, d'équivalence en équivalence, de trait à trait sur leur parchemin, aidés de leurs instruments de mesure, ils cherchèrent à reconnaître l’existence de Dieu et de Sa Volonté ! Ils reconnurent alors clairement dans l'expérience vécue la preuve terrestre qu'ils cherchaient, palpable devant eux, dans les étoiles. Et ils partirent, convaincus, vers la direction indiquée, à la rencontre de Dieu, ou plutôt de son Fils Jésus. ̶ Ouahhh ! Un vrai conte de Noël ! 42


̶ Un conte que tu es aussi maintenant pleinement en train de vivre ! ̶ Je vais donc faire de même ! Lever la tête ! Regarder les étoiles ! Vite, je pars m'acheter un télescope ! ̶ Ehh ! Pas si vite ! Et pourquoi faire ? ̶ Pour reconnaître cette réalité lointaine... ̶ N'as-tu pas déjà trouvé la ville natale du Fils de l'Homme ? demanda la Voix, étonnée. ̶ Oui, bien sûr que je l'ai trouvée... ̶ Et n'as-tu pas déjà un certain nombre d'hypothèses de départ, qui sont autant de faits et de preuves de la vie du Fils de l'Homme ? ̶ Oui, c'est vrai... Contrairement à l'époque des Roismages, le Fils de l'Homme n'est pas ici un enfant nouveau-né. J'ai déjà toute sa vie devant moi. La réalité lointaine, je la connais. Je vais donc faire l'inverse ! Démontrer que cette réalité est bien vraie ! ̶ Exactement ! Prouve que ce que tu as trouvé est juste. Et pour cela, procède donc aussi dans tes observations, à l'inverse des Rois-mages. Observe dans le sens opposé ! ̶ Que me racontes-tu ? Dans le sens opposé ? ̶ Avec les moyens actuels, il te sera beaucoup plus facile de prendre de la hauteur et d'observer en sens inverse ! Ne pas regarder de la Terre vers le ciel, mais... ̶ Du ciel vers la Terre ! s’exclama le jeune homme. Observer la Terre, vue d'en haut... bien sûr ! ̶ Si tu veux avoir une preuve tangible et terrestre de l’existence du Fils de l’Homme, comment peux-tu faire, si tu ne t’élèves pas un peu de tes conditions humaines du moment, qui t’obligent à rester cloué au sol du lieu où tu habites, comme les Rois-mages l'ont eux-mêmes expérimenté. Aie donc le regard qui porte loin, très loin, et ainsi tu pourras plus facilement reconnaître tous les rapports à faire entre le Fils de Dieu et le Fils de l'Homme, surtout ceux qui sont grands et donc difficilement visibles ici-bas. Et tu feras exactement comme les Rois-mages ont fait... mais seulement en sens inverse. 43


̶ Il me faudrait donc avoir des cartes détaillées et des plans du monde pour travailler ! Je vais vite en acheter ! ̶ Oublie les cartes ! Les cartes planes sont déjà d'un autre siècle... Elles faussent malheureusement les données car elles essaient de représenter en plan 2D (2 dimensions) une réalité qui est en fait courbe, en 3 dimensions (le globe terrestre). D'où les gros problèmes liés aux projections utilisées, comme celle de Mercator, qui dilatent considérablement les zones proches des pôles, considérant que tous les méridiens sont parallèles, ce qui est bien sûr totalement faux. Regarde un peu le continent antarctique ou même le Groenland : ils sont beaucoup trop grands, sur cette carte!

Les cartes en plan 2D ne sont donc pas suffisamment fidèles. Elles sont, certes, bonnes pour des indications routières par exemple, mais certainement pas pour rechercher le Fils de l'Homme ! Ton travail doit être extrêmement précis. Et même s'il existe dans tout travail quelques incertitudes (sur les mesurages et sur le support utilisé), celles-ci doivent être les plus faibles possible. ̶ Il me faudrait donc directement travailler sur le globe terrestre. ̶ Oui ! Et une grande partie du travail a déjà été réalisée pour t’aider ! Utilise les outils de ton temps ! Tu peux profiter pleinement des richesses de cette Terre, sans même te déplacer. Les outils, quels qu’ils soient, sont là pour aider. Tout dépend ensuite comment ils sont utilisés : soit pour le bien, soit pour le mal. Tout nous est toujours donné en partage, pour notre éternel besoin de connaître. 44


̶ Je vais utiliser un logiciel approprié, qui représente le globe terrestre avec toutes les photos satellites ! ̶ La terre y est déjà totalement photographiée, cartographiée, si bien qu’un arbre, à l’autre bout du monde, est reconnaissable de très, très loin. ̶ Si bien qu’un site stratégique militaire aussi… continua le jeune d’un ton sérieux. ̶ Mais que le Fils de l’Homme doit l’être également ! conclut la Voix, grave et posée. ̶ Par quoi dois-je commencer ? Je suis prêt ! dit le jeune homme, maintenant empressé. ̶ Par ce que tu veux ! L'essentiel est de commencer. ̶ Les Rois-mages se sont dirigés vers la ville de Bethléem dans leur quête. Je ressens donc de commencer par la ville natale du Fils de l'Homme. Cette ville se nomme Bischofswerda. Elle est dans la région de... ̶ Stop ! Doucement... Commence doucement... Ne me donne pas tous les détails. Qu’importe le pays ou la région dans laquelle se trouve cette ville ! Ce qui est important dans une démonstration, c’est l’élément principal de celle-ci, au moment où l’élément apparaît ; non pas les détails qui l’entourent. Sinon tu risques fort de te perdre rapidement dans les détails, et de ne pas reconnaître le fil conducteur de la démonstration. Une seule chose à la fois... ̶ Le Fils de l’Homme est né à Bischofswerda. ̶ Voilà qui est simple. ̶ Le Fils de Dieu est né à Bethléem. ̶ Parfait ! Soit une relation simple à établir, s'il te plaît ! ̶ Voilà la relation : Fils de Dieu Bethléem

Fils de l’Homme Bischofswerda

Intéressant… les deux villes commencent par la même lettre...

45


̶ Recherche encore d'autres équivalences. Tu dois désormais, comme je te l'ai déjà dit, rechercher toutes les équivalences entre le Fils de Dieu et le Fils de l'Homme, car n'oublie pas que l'un renvoie toujours à l'autre réciproquement : LE FILS DE DIEU

LE FILS DE L’HOMME

̶ En lisant les écrits, j'ai justement noté une équivalence très intéressante donnée par le Fils de l'Homme lui-même : « Ce que le lac de Génézareth fut pour Jésus, c'est pour moi le lac de Garde. » ̶ Très, très belle équivalence en effet. Ce n'est même pas la peine de les chercher : les deux Fils te les donnent sur un plateau. ̶ L'équivalence est donc ici : Fils de Dieu, Lac de Génézareth

Fils de l’Homme, Lac de Garde

Intéressant, les lacs commencent aussi par la même lettre... Que signifient ces deux lacs pour eux ? ̶ Le lac de Génézareth, appelé aussi Mer de Galilée, fut pour Jésus le lac de tous Ses miracles : la pêche miraculeuse, la tempête apaisée, etc. Jésus a été baptisé par Jean-Baptiste dans le Jourdain proche du Lac. Jésus a choisi la plupart de ses Disciples au bord du lac (ils étaient pêcheurs). Jésus prêcha sur le mont des Béatitudes dominant le lac, etc. Ce lac fut pour lui un important lieu d'accomplissements, beaucoup plus important que Nazareth, la ville de son enfance. ̶

46


Eh bien ! Tu en sais des choses sur le lac de Jésus. ̶ La relecture des Évangiles lors de ma recherche du terme « FILS DE L'HOMME » m'a beaucoup aidé ! ̶ Et pour le lac de Garde ? ̶ Le Fils de l'Homme a fait plusieurs voyages au lac de Garde et Il a dit à ce sujet : « Ces voyages ne sont nullement des voyages de délassement ou d'agrément. À chaque fois se réalisent en même temps un important accomplissement et un grand événement cosmique dont je ne peux pas parler aux êtres humains parce qu'ils ne le comprendraient pas ». ̶ As-tu d'autres références ? D'autres équivalences à établir entre les deux Fils ? ̶ Une autre référence pour le Fils de l'Homme est le lieu où Il a habité au Tyrol : le Vomperberg, nommé aussi la Sainte Montagne. À cet endroit, Il a écrit Son livre et il y eut aussi beaucoup d'accomplissements. De nombreuses personnes sont venues jusqu'à Lui et L'ont reconnu. Et cela m'a fait penser à la relation qu'il y a entre Jésus et la Sainte Jérusalem. Car durant Sa mission, Jésus est allé à Jérusalem, notamment lors de la Fête de Pâques, et beaucoup Le reconnurent comme étant le Fils de Dieu. De grands accomplissements se sont produits, et devaient certainement encore se réaliser, s'Il n'avait pas été arrêté entre-temps. Je pourrais ainsi considérer et écrire aisément ceci : ̶

Fils de Dieu, La Sainte Jérusalem

Fils de l’Homme, La Sainte Montagne

̶ Note que tu as aussi ici une autre équivalence avec d'un côté la Sainte Terre d'Israël, et de l'autre le Saint Pays du Tyrol ! Sainte Terre d'Israël ̶

Saint Pays du Tyrol

Ah oui, je ne l'avais même pas remarquée ! 47


̶ Cette expression est pourtant donnée au Tyrol depuis des siècles. C'est quelque chose de tout à fait remarquable, car aucun autre pays ou aucune partie de pays n'est lié avec la notion « Saint » en Europe ! ̶ J'ai donc les correspondances suivantes :

BETHLÉEM

⇔ ⇔

SAINTE JERUSALEM

SAINTE MONTAGNE

LAC DE GENESARETH

LAC DE GARDE

FILS DE DIEU

FILS DE L'HOMME BISCHOFSWERDA

̶ Avec cela, tu peux déjà amplement examiner. Il ne te reste donc plus qu'à vérifier ces correspondances... avec photos satellite à l'appui ! Le jeune homme eut l'idée de tracer une ligne passant par les trois lieux, sur la photo aérienne d’Israël et remarqua : ̶ Intéressant... Les lieux sont alignés sur le globe... ̶ Regarde donc pour le Fils de l'Homme, avant de tirer une quelconque conclusion. Car ne l'oublie pas, le plus important est le rapprochement de l'un vers l'autre. Le jeune homme examina l’Europe, commença à tracer une ligne et s’exclama alors fortement : ̶ Ces trois lieux sont aussi parfaitement alignés !!! Et à l'échelle de l'Europe, cela est même très remarquable ! Il faut à tout prix que j'en calcule la probabilité ! ̶ Voici que tu en arrives aux probabilités ! ̶ Écoute, Ô Voix ! Quelle est la probabilité pour que ces trois lieux soient alignés sur l'Europe ? Cette probabilité est certainement faible ? Le lac de Garde est petit à l'échelle de l'Europe... Je calcule une probabilité, aux incertitudes de mesure près, de... 1 chance sur 1 500 !

48


̶

49


50


Et pour la droite du Fils de Dieu ? ̶ À l'échelle d'une région, le lac de Génézareth est beaucoup plus grand. J'établis la probabilité pour que les trois lieux soient alignés à : 1 chance sur 60 ̶ Mets donc maintenant tes deux droites l'une à côté de l'autre, afin de mieux les examiner. ̶ Voici les deux droites, avec une échelle évidemment différente pour les deux vues aériennes. J'ai les deux lieux de naissance en haut, les deux lacs en bas, et entre les deux, les deux lieux saints (Sainte Jérusalem et Sainte Montagne). Or, ce qui est remarquable, c'est que les deux villes de naissance commencent par un B, et les deux lacs par un G ! ̶ Tu peux aussi en calculer la probabilité. ̶ La probabilité liée aux lettres est ici assez simple à calculer. Elle s'établit en fonction de la probabilité de trouver une lettre dans un alphabet à 26 lettres, ici de trouver deux B, puis de trouver deux G. Mon calcul donne : 1 chance sur 200 environ. ̶ Quelle est donc maintenant la probabilité qui repose sur ce seul schéma ? ̶ Logiquement, c'est le rapport complet entre les 2 droites, c'est-à-dire le cumul des probabilités précédemment établies, soit une probabilité de : ̶

1 / 1 500 x 1 / 60 x 1 / 200 = 1 / 18 000 000 1 chance sur... 18 millions ! Bouleversé, le jeune homme resta silencieux un très long moment devant ce nombre... Soudain, la Voix rompit le silence en l'interrogeant : ̶ As-tu déjà joué au loto ? ̶ Quelquefois, mais j'ai vite arrêté car j'ai compris qu'il n'y a aucune véritable chance de gagner. 51


̶ En effet, tu n'as environ qu'une chance sur 14 millions d'avoir les six numéros gagnants. ̶ 1 chance sur 14 millions... ̶ Oui ! C'est pourquoi je suis aujourd'hui heureux de t'annoncer que tu viens symboliquement de gagner... le gros lot ! ̶ Ce n'est pas possible... Je ne peux y croire... dit alors le jeune homme, complètement médusé. ̶ Tu cherches à prouver les liens étroits entre le Fils de l'Homme et le Fils de Dieu. Les chiffres te disent que tu n'as qu'une chance sur 18 millions, pour que la personne identifiée soit bien le Fils de l'Homme annoncé par Jésus. Quelle est donc maintenant ta conviction ? ̶ Et bien, c'est incroyable, vraiment incroyable... Mais pour la conviction absolue... J'ai encore besoin de... Cela va trop vite... ̶ Trop vite !... Qu'à cela ne tienne ! Continue donc tes équivalences. À l'échelle de l'humanité, tu peux en effet peut-être encore trouver cent personnes qui pourraient répondre à tous tes critères : deux lignes parfaites, deux B pour les villes de naissances, deux G pour deux lacs importants, etc., mais sur ces cent personnes, encore faut-il aussi qu'au moins l'une d'entre elles ait prononcé un jour l'affirmation suivante : « Je le suis, le Fils de l'Homme ». Et cela, ce n'est pas banal du tout... Sincèrement, je crois que tu as là... Mais bon, d'accord ! D'accord... Pas de foi aveugle ! Ta démonstration n'est pas terminée ! Examine encore la vie du Fils de l'Homme. Examine... ̶ Il me faut absolument examiner de plus près mon hypothèse ! Et comme les Rois-mages l'ont fait, je ne vois qu'une seule chose à faire : aller sur place, à Bischofswerda ! La ville natale du Fils de l'Homme. ̶ Voilà une sage décision ! Bon voyage, nouveau mage ! Appelle-moi quand tu seras arrivé là-bas.

52


IV.

E

t voilà le jeune homme en voyage, tel un Roi-mage, vers la ville natale du Fils de l’Homme : Bischofswerda. Telle était désormais l’hypothèse à considérer pour la démonstration ! Une chance sur 18 millions, tout de même… Bischofswerda semblait une petite ville tranquille, où le soleil du matin apportait sa gaieté. Lorsque le jeune homme arriva sur la place centrale de la ville, il ressentit un étrange bien-être, comme si cette ville respirait la béatitude.

53


Le jeune homme fit le tour de la place carrée, puis se décida sans attendre à appeler la Voix. Ah ! La Voix ! Elle était désormais pour lui comme son ange-gardien ! Sans la Voix, il ne serait certainement jamais allé à Bischofswerda, en tout cas pas pour y rechercher la Vérité sur le Fils de l’Homme. ̶ VOIX, Ô Voix, je t’appelle ! ̶ Je suis là ! Homme ! Je t’écoute ! ̶ Je suis sur la place de Bischofswerda ! Et je suis prêt à rechercher les indices nécessaires pour la poursuite de ma démonstration. Le plus important est de rechercher maintenant où se trouve exactement la maison natale du Fils de l’Homme. ̶ Bien ! Comment vas-tu t’y prendre ? ̶ Je vois la mairie juste en face de moi. J’y vais tout de suite pour poser la question. ̶ Crois-tu que cela soit vraiment utile ? ̶ Oui, si je veux avoir les informations nécessaires. Monsieur le maire doit certainement bien tenir tous ses registres à jour. Avec le nom civil du Fils de l’Homme, j’aurai donc facilement l’information. ̶ Certainement… Les Rois-mages, comme tu souhaites le faire aujourd’hui, demandèrent également à l’autorité de l’époque, au roi Hérode à Jérusalem. Et que s’est-il passé ensuite ? ̶ L’évangile de St Mathieu nous enseigne qu’Hérode, apprenant la nouvelle par les Rois-mages, voulut alors avoir des informations exactes sur l’enfant. Ne les ayant pas obtenues pour finir, et se sentant même trahi, il fit assassiner tous les enfants nouveau-nés de Bethléem et des environs… ̶ Tous les enfants de moins de deux ans ! Les Roismages n’auraient pas dû aller voir Hérode ! La vie de dizaines d’enfants aurait ainsi été épargnée. Et la suite de l’histoire ? ̶ Joseph et Marie, avec l’Enfant Jésus, ont dû s’enfuir en Égypte durant un temps. Les Rois-mages, quant à eux, repartirent apparemment discrètement dans leur pays. ̶ La fuite en Égypte était aussi une conséquence inéluctable de l’indiscrétion des Rois-mages. De plus, dans leur précipitation, les Rois-mages en ont oublié l’essentiel de leur mission, qui n’était pas de venir adorer l’Enfant durant une nuit 54


seulement en apportant des présents, mais qui était de le protéger durant toute leur vie, grâce à leur pouvoir terrestre de l’époque. ̶ Ils auraient en quelque sorte… failli à leur mission ? ̶ Oui, c’est exact. Car est-il logique de reconnaître dans les étoiles une réalité lointaine, de voyager longuement vers elle, de la trouver à l’endroit indiqué, de lui offrir des cadeaux, de l’adorer une nuit… et de repartir aussitôt ? ̶ Non, ce n’est pas logique… S’ils étaient vraiment convaincus, ils auraient dû « adorer » Jésus toute leur vie. Ils pensaient peut-être trouver autre chose qu’un enfant nouveau-né. Le jeune homme médita quelques secondes et dit : ̶ Mais pourquoi n’ont-ils pas proposé à Joseph et Marie de repartir avec eux ? Il médita encore quelques secondes et se décida enfin : ̶ Cela ne sert à rien que j’aille à la mairie ! Je vais me laisser guider par mon intuition, pour trouver la bonne direction à prendre. Trouver tout seul le premier indice de ma recherche. Le jeune homme scruta de gauche à droite en direction de la place, puis se retourna et, levant un peu la tête, s’exclama : ̶ Oh ! Un ange en or ! Il est magnifique ! Pourquoi se prosterne-t-il devant moi ? (photo page 57) ̶ Non pas devant toi ! Le jeune homme regarda alors à droite, de l’autre côté de la rue débouchant sur la place. ̶ Il se prosterne devant un soleil d’or ! ̶ Le Soleil ! Éclairant le globe terrestre ! L’ange se prosterne devant son Seigneur. Il y avait des bergers et des Roismages à Bethléem, mais aussi beaucoup d’anges pour annoncer la venue de Jésus ! ̶ Quand j’étais enfant, un ange était aussi dans la crèche de Noël. ̶ Pourquoi n’en serait-il pas de même à Bischofswerda ? Pour annoncer Celui qui doit venir, le Soleil rayonnant sur la Terre. Mais aussi pour veiller sur le voyageur sincère, en recherche du Fils de l’Homme. ̶ L’ange semble montrer de sa main gauche une direction à prendre… 55


Le jeune homme se retourna alors vers la direction indiquée : ̶ Le clocher de l’église de Bischofswerda ! J’ai lu dans un des écrits, que le Fils de l’Homme a été baptisé dans cette église. Je vais tout de suite la visiter ! ̶ Dans chaque ville, dans le plus petit village même, se trouve toujours une église, une chapelle, un temple, une cathédrale… Et quelle qu’en soit la confession, c’est la maison de Dieu ! Tu cherches à reconnaître l’existence de Dieu. Il est tout naturel que ton chemin te mène, non pas vers la mairie, mais vers la maison de Dieu ! Le jeune homme traversa rapidement la place carrée et alla jusqu’à l’entrée de l’église. ̶ Quelle belle entrée ! Avec Jésus… ou peut-être le Fils de l’Homme nous accueillant ! ̶ « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ». Voilà ce qui est écrit juste au-dessus de la porte. ̶ « Je suis le Chemin… ». Regarde ! Tracée au sol, sur les pavés. Cela ressemble à une clef, comme s’il nous fallait ouvrir une porte secrète vers ce chemin de la Vérité.

Le jeune homme rentra dans l’église. ̶ Cette église est vraiment magnifique !… Là-bas, dans le chœur, je vois les fonts baptismaux, le lieu du baptême ! ̶ Le chœur d’une église, c’est comme le Saint des Saints. Tu dois trouver ton indice à cet endroit. ̶ Je ne vois rien de particulier. ̶ Le Saint des Saints est toujours caché derrière un rideau… Le jeune homme remarqua deux ouvertures, de chaque côté du chœur, munies de rideaux occultants. Il se glissa derrière un rideau, où se trouvait alors une petite salle vide, mais dont un pan de mur était recouvert d’un immense tableau. 56


̶

57


58


̶ Regarde cette peinture ! Elle est tout à fait étonnante ! C’est bien la première fois de ma vie que je vois une peinture d’église, qui représente Jésus bénissant la foule autour de lui. Or cette foule est habillée avec… des habits de notre époque contemporaine ! ̶ Si ce sont des habits d’aujourd’hui, ce n’est donc pas Jésus. ̶ C’est le Fils de l’Homme ! ̶ Tu admires en effet ici une représentation des gens de la ville de Bischofswerda, au moment où le tableau a été peint, vers le milieu du XIXème siècle. ̶ Mais c’est justement à cette époque que le Fils de l’Homme est né, exactement en 1875 ! ̶ Regarde à droite du tableau, le médecin de l’époque, une main dubitative dans sa barbe blanche, comme si celui-ci doutait de l’identité du Fils de l’Homme. D’autres personnes par contre se prosternent à genoux devant Lui en priant, L’ayant reconnu. ̶ Ce tableau est vraiment prophétique. Le peintre a été fortement inspiré, comme s’il avait pressenti que quelque chose allait s’accomplir dans sa ville. ̶ Et pourtant le Fils de l’Homme est né dans l’indifférence générale. À Bethléem, ce fut d’ailleurs la même chose, il y a 2000 ans : mis à part quelques bergers qui se sont ouverts à cet événement dans leur simplicité, les Rois-mages et quelques autres, peu étaient vraiment conscients de ce qui s’accomplissait si près d’eux… ̶ Le Fils de l’Homme n’a pas dû naître bien loin de ce tableau… Je vais regarder sur ma photo satellite. Le jeune homme sortit de la petite salle et s’assit sur un banc de l’église. Il prit dans sa sacoche la photo et l’examina attentivement quelques minutes, notamment l’église et toutes les maisons environnantes. ̶ Très intéressant ! Je peux construire un triangle autour de l’église, grâce à la disposition des rues et des maisons qui l’entourent : en bas à gauche, en partant de la place centrale, et en 59


haut avec une maison en angle droit parfait comme sommet de la pyramide. ̶ Comment se nomment les rues qui te permettent de construire cette pyramide ? Le jeune homme sortit de l’église, alla vérifier tous les panneaux indicateurs et revint rapidement. ̶ La pyramide est formée par la rue de l’église à gauche, la ruelle de l’église à droite et la place de l’église à sa base ! ̶ Logique… ̶ Le chœur de l’église se trouve exactement au centre de la pyramide ! ̶ Le Saint des Saints se trouve toujours au centre ! Comme la chambre du Roi dans la Grande Pyramide de Gizeh ! ̶ La Grande Pyramide ? ̶ Dans la Grande Pyramide d’Égypte, deux lieux sont symboliquement importants : la chambre du Roi au centre, mais aussi le sommet. Or le sommet est manquant. La Grande Pyramide se termine par une plate-forme.

Le jeune homme regarda sa pyramide sur la photo aérienne de Bischofswerda : ̶ Le sommet de la pyramide… Une maison… C’est bizarre que les bâtisseurs n’aient pas terminé cette immense pyramide, à Gizeh. Il doit bien y avoir une explication sur ce manque… autre que le manque soudain de pierres ! 60


̶ Oui. L’explication est que cette pierre manquante est la pierre de Celui qui doit venir ! Le jour où Celui-ci viendra et sera reconnu par l’humanité, l’inachevé s’achèvera, l’imparfait deviendra parfait ! Certains pyramidologues nomment cette pierre angulaire, le pyramidion ou la pierre du Roi de la Création ! Le jeune homme sortit précipitamment de l’église et se mit à courir vers la maison formant le sommet de la pyramide trouvée, vers la pierre angulaire, vers le pyramidion. Sa pyramide trouvée, elle,… elle était bel et bien achevée ! La maison du sommet était une auberge : le Gasthaus Gambrinus. Le jeune homme se rapprocha alors de l’auberge et lut une petite pancarte, comme on en voit souvent sur les murs, quand on arpente les rues d’une ville, indiquant aux voyageurs et aux passants, ce qui se déroula sur les lieux. Le jeune homme s’exclama : ̶ Ohhh ! La maison natale du Fils de l’Homme !!!

61


V.

L

e jeune homme resta silencieux plusieurs longues minutes... au sommet de sa pyramide... puis interpella soudain la Voix, sur un ton convaincu, presque solennel. ̶ Voix, Ô Voix ! Je dois désormais, à partir de cet endroit, dérouler jusqu'au bout ma démonstration. De ce point, à partir de cette maison, de rapport en rapport, je démontrerai la Vérité telle qu'elle est, tout entière ! ̶ Quelle foi ! Oui, tu y arriveras. Car incontestablement, tout ce que tu as trouvé jusqu'à présent te montre symboliquement un chemin à prendre. Ta foi te permet désormais de cheminer naturellement à travers un monde totalement nouveau pour toi : Ce monde, c'est le monde de la Symbolique ! Celui-ci est bien réel et visible autour de nous, mais peu de personnes l'aperçoivent réellement. Il suffirait pourtant juste de tirer les fils qui ont toujours été présents, prêts à être saisis, pour reconnaître, dans leurs effets, une Vérité restée jusque-là dans le mystère. Par exemple, regarde donc de nouveau la photo aérienne, et tire un autre fil, puis encore un autre. Et de fil en aiguille, tu progresseras ainsi dans ce monde. ̶ Voyons... Voyons... La pyramide du Fils de l'Homme. Avec Son lieu de naissance au sommet et le chœur de l'église, le lieu de Son baptême au centre... (Image page 65) ̶ Que t'indique le monde de la Symbolique ? Examine bien la photo. 62


̶ Cette pyramide est solidement assise. Elle n'est pas de travers. La maison Gambrinus, avec son angle droit, indique donc exactement... le Nord ! ̶ Bravo ! Non seulement la maison, mais aussi au premier étage la chambre natale, qui fait l'angle de la maison ! ̶ Ouahh ! C’est vraiment impressionnant ! Cela doit bien vouloir dire quelque chose. ̶ Déjà le fait suivant : si la maison indique le Nord, elle indique donc aussi le Sud, ou plus exactement l'axe vertical NordSud. ̶ L'axe de la pyramide est parfaitement vertical. Je viens de le vérifier sur la photo. À l'échelle de la ville, j'estime la probabilité pour avoir une telle verticale à 1 / 360. ̶ Que retiens-tu de tout cela ? ̶ De cette maison, je dois ici incontestablement considérer deux éléments importants afin de poursuivre mon cheminement : Cet axe vertical Nord-Sud parfait, et les deux diagonales, ou deux pentes à 45°, de la pyramide trouvée. ̶ Tu joues là à un vrai jeu de construction ! Ou à un puzzle dans lequel chaque pièce compte. Au départ, une pièce prise isolément ne signifie pas grand-chose, mais petit à petit l'image du puzzle se dévoile et la Vérité est alors finalement découverte. ̶ C'est aussi comme une enquête de détective, où il me faut trouver tous les indices nécessaires au dénouement ! ̶ Et dans une enquête, il ne faut avoir aucun a priori ! L'enquêteur ne doit pas dire : « Cette piste ne mène à rien », « Ceci est faux », ou « Cet indice n'a aucune valeur ». Tout est important dans le monde de la Symbolique, rien n'est insignifiant. Il suffit simplement de reconnaître les véritables rapports entre deux éléments isolés, et de construire avec cela. Si tu te laisses guider humblement dans ton cheminement, tu pourras ainsi parcourir un chemin magnifique, parsemé de surprises et d'expériences vécues, un chemin qui te mènera très loin dans la reconnaissance de la Vérité. De rapport en rapport, tu construis ainsi quelque chose, sans savoir exactement où mène le chemin. Chaque fois que cela est possible, tu peux calculer la probabilité d'un rapport trouvé, comme tu l'as 63


déjà fait. Cela te permet de faire le tri entre ce qui est insignifiant et ce qui appartient à ton chemin. ̶ Une probabilité de 1 / 100 est déjà intéressante en soi. ̶ Oui ! Il te faut effectivement la considérer. Car c'est comme si tu avais un sac rempli de 100 boules, et que tu sois contraint de choisir, à l'aveuglette, du premier coup, l'unique boule gagnante. Tu n'as qu'une chance sur cent ! Et ce n'est donc pas gagné d'avance. Tu n'as qu'une petite chance de tomber sur elle. Mais surtout, ce qui est intéressant, significatif et même convaincant dans ton travail, c'est finalement la somme de toutes les probabilités trouvées, le cumul de toutes tes découvertes. Pense seulement au cumul de tes trois premières équivalences, qui à elles seules ont abouti à une probabilité déjà très impressionnante. ̶ Je n'ai pourtant pas vraiment conscience de ce que tu me dis. ̶ Continue ton enquête sans tarder ! La conscience ne t'en viendra que petit à petit, au cours de ton cheminement, dans ton vécu d'expérience. ̶ Quel serait donc maintenant le prochain indice de mon enquête ? ̶ Tu es devant la maison natale, donc la maison du début de la vie du Fils de l'Homme... ̶ Je pourrais aller... à la maison de sa fin de vie. ̶ Oui. Car il y a un étroit rapport à découvrir entre les deux faits. La naissance et la mort sont deux faits importants dans la vie d'un homme sur Terre, qu'il faut pleinement considérer, car de l'un dépend automatiquement l'autre. Or, les hommes ont généralement l'habitude de ne pas considérer suffisamment ces deux faits objectifs dans leur vie. Ils en oublient ainsi souvent le but même de leur propre existence terrestre. Pour le Fils de l'Homme, tout comme pour le Fils de Dieu, naissance et mort terrestres sont également reliées. ̶ Le Fils de l'Homme est décédé dans un petit village à une cinquantaine de kilomètres d'ici... Sur ces mots, le jeune homme rejoignit sa voiture.

64


65


66


VI.

L

e jeune homme avait un cœur d'enfant. Pour lui, tout devait être naturellement à sa place. Le lieu de décès du Fils de l'Homme devait donc se trouver à un endroit particulier, être en relation parfaite avec tout le reste, et notamment avec le lieu de naissance Bischofswerda. Telle était désormais son hypothèse. Il devait la vérifier. Le jeune homme se rendit donc à Kipsdorf. Il avait une photo d'époque de la maison recherchée. Arrivé dans le village, il interrogea un passant, la photo à la main. Celui-ci reconnut facilement la maison et lui indiqua de prendre une petite route qui grimpait sur la colline juste en face, de l'autre côté de la rivière. En recherchant minutieusement, le jeune homme n'eut pas trop de difficultés pour reconnaître assez rapidement la maison. Sans attendre, il interpella alors la Voix ! ̶ VOIX, Ô Voix, je t'appelle ! ̶ Je suis là ! Homme ! Je t’écoute ! ̶ Je suis juste devant la maison où le Fils de l'Homme est décédé. Le jeune homme eut alors un grand soupir, puis il dit après quelques secondes : ̶ Je suis prêt pour rechercher les rapports invisibles du monde de la Symbolique. ̶ Voilà que tu te prends au jeu, à vouloir explorer ce monde merveilleux ! Procède donc de la même manière 67


qu'auparavant. Découvre tous les rapports, en ayant toujours le regard qui porte tantôt loin, tantôt près. Le jeune homme sortit de sa sacoche son ordinateur portable. « Quand on recherche le Fils de l'Homme, il faut utiliser les outils de son temps », tel était l'enseignement de la Voix. Il regarda donc la photo satellite de la région avec son logiciel. Il traça naturellement le rapport jusque-là invisible : un segment entre Bischofswerda et Kipsdorf. ̶ Voilà le rapport entre naissance et décès. ̶ Que remarques-tu donc ? ̶ Le segment est en diagonale... ̶ Plus exactement... ̶ Le segment semble être à 45 degrés... ̶ Parfaitement ! ̶ Mais... si ce segment a une pente de 45 degrés... il ne peut être que... le prolongement de la pyramide trouvée à Bischofswerda ! ̶ Logiquement... Le jeune homme, tout excité, traça rapidement cette pyramide, qui venait de surgir du sable du monde de la Symbolique. Puis il s'exclama : ̶ C'est vraiment impressionnant ! ̶ C'est parfait ! ̶ Écoute, Ô Voix ! Quelle est la probabilité qui repose sur ce schéma ? Celle-ci doit être faible. Le jeune homme prit quelques instants pour calculer la probabilité : ̶ À l'échelle d'une région, je l'estime à 1 chance sur 500. Je peux ainsi superposer parfaitement les 2 pyramides trouvées : la petite pyramide de Bischofswerda avec cette pyramide beaucoup plus grande. Cette seconde pyramide, de 35,5 km de hauteur environ, est donc encore celle du Fils de l'Homme, avec sa naissance au sommet et avec son décès à la base ! ̶ La fin doit rejoindre le commencement... Explore encore ta carte. 68


̶

69


70


̶ Je vais maintenant regarder si la pente à 45° arrive exactement sur la maison de Kipsdorf. En toute logique, cela devrait aussi correspondre parfaitement ! Le jeune homme explora sa carte de plus près avec la fonction "zoom" de son logiciel, continua de tracer ses lignes et dit alors, en examinant la vue aérienne sur le village : ̶ Cela ne va pas... La pente parfaite à 45° se retrouve à 275 mètres à l'Est de la maison. L'angle gauche de la pyramide est donc légèrement décalé. Certes, à cette échelle, ce décalage est très insignifiant. Mais je suis toutefois déçu. Pourquoi cette petite imperfection ? Je ressens pourtant que tout devrait être parfaitement bien placé ! ̶ Tout est parfaitement placé ! Si tu ne comprends pas quelque chose, c'est que tu n'as peut-être pas encore tout trouvé. Il peut manquer des éléments, ou des pièces dans ton puzzle. Examine donc de nouveau la photo pour comprendre, avant de conclure hâtivement ou avant d'être déçu ! Dans toute recherche, tu ne dois jamais être déçu, tu dois comprendre. La déception est toujours à la mesure même de l'incompréhension. ̶ Oui, c'est vrai. 275 mètres... 275 mètres... Pourquoi ce décalage ? Quelle en serait l'explication ? ̶ Si tu as 275 mètres de décalage ici, tu dois aussi avoir automatiquement 275 mètres de décalage ailleurs... ̶ à BISCHOFSWERDA ! ̶ Oui. Et alors ? ̶ Je peux tracer une autre pente à 45°, extérieure à la première, qui part cette fois-ci de la maison de Kipsdorf. Cette pente est alors logiquement parallèle à la première. Je vais ainsi pouvoir examiner en sens inverse, et regarder où arrive cette seconde pente au sommet, à Bischofswerda. Là-bas, cette pente doit évidemment se retrouver à 275 mètres de la première. ̶ De la géométrie élémentaire ! Qu'un enfant peut comprendre et réaliser à l'école. Il suffit juste d'avoir une feuille de papier, un crayon, une règle et un compas ! Des parallèles, des angles droits, des angles à 45°, des triangles isocèles rectangles... 71


Vraiment élémentaire ! Et pourtant de la pure géométrie : la Géométrie Sacrée ! La Création entière est basée sur elle... Continue ! ̶ Vite, je regarde à Bischofswerda ! Selon cette géométrie, voilà une autre pyramide, dont le sommet est à 275 mètres au Nord de l'auberge Gambrinus, à sa verticale. Ce sommet se trouve au Nord de la ville... Je n'arrive pas à distinguer où il se situe exactement. On dirait un parc. Je vais zoomer un peu plus la photo. Voilà ! Il y a beaucoup de végétation, des arbres, de l'herbe... et comme des allées rectilignes. Est-ce vraiment un parc... ? ̶ Tout comme l'église, cela se trouve dans chaque ville et chaque village ! ̶ Un cimetière !? Cette pente, provenant du lieu de son décès, tomberait-elle dans le cimetière de Bischofswerda ? Le jeune homme fouilla rapidement dans sa voiture pour retrouver un passage d'un écrit concernant la vie du Fils de l'Homme et le lut alors à haute et intelligible voix, comme pour mieux se persuader de sa découverte : « Le 11/12/1941 : Inhumation de son corps terrestre dans l'ancien cimetière de Bischofswerda. La cérémonie, célébrée par un pasteur, a eu lieu dans la chapelle du cimetière, en présence de 200 personnes. L'emplacement dans le cimetière a été choisi par un de ses disciples. » Sur ces mots, le jeune homme se précipita dans sa voiture et la démarra.

72


73


74


VII.

I

l n’y a que 50 km entre Bischofswerda et Kipsdorf, à vol d’oiseau. Mais le retour du jeune homme vers Bischofswerda fut interminable. Des pensées circulaient continuellement dans sa tête. Il avait du mal à comprendre ce qui se passait, tellement ce nouveau chemin que lui montrait maintenant le monde de la Symbolique, était à la fois insoupçonné et étrange, difficile même à comprendre avec la raison ou l’entendement humain. Ce chemin était pourtant merveilleux et lui apportait beaucoup de joie. La joie de rechercher la Vérité. La joie de vivre. Tout simplement. Le jeune homme partit précipitamment de Kipsdorf, car il devait vérifier le profond ressenti, apparu subitement en lisant le passage du livre. Durant son parcours, il se disait sans cesse : « Serait-ce possible ? ». Il pensait alors à sa première probabilité trouvée de 1 chance sur 18 millions, et à toutes les autres coïncidences qu’il était en train de découvrir ici. « Le cimetière de Bischofswerda est grand, sur la photo aérienne. Il doit bien faire au moins 10 000 m2 . Alors qu’une tombe n’en fait que 4 environ… ». Le jeune homme se retrouva de nouveau sur la place de Bischofswerda. Il passa devant l’Ange d’or, s’arrêta un instant devant lui. Il s’arrêta devant le Soleil d’or, puis traversa la place 75


carrée. Il emprunta la rue de l’église, passa devant l’auberge Gambrinus. Il ne lui restait plus qu’environ 275 mètres à parcourir, avant de terminer sa course devant une grille, en fer forgé… la grille du cimetière. Soulagé, sa première pensée fut : « C’est bien un cimetière ». Le jeune homme ouvrit la grille, se dirigea dans les allées vers le point indiqué sur la photo aérienne, passa devant la chapelle du cimetière, contourna et longea la chapelle côté Nord. Au bout de l’allée, il tourna à gauche. Il continua vers le Nord dans cette nouvelle allée. Puis 50 mètres plus loin, il stoppa sa course. Il était à l’endroit indiqué, à 10 mètres près. Le jeune homme chercha… chercha… Puis il chercha encore un peu plus loin dans le cimetière… Il ne trouva rien ! Épuisé, il s’assit sur une pierre, au sommet de sa pyramide… et dans le silence… pria.

76


VIII.

A

près de longues minutes...

VOIX, Ô Voix, je t'appelle ! Je suis là ! Homme ! Je t’écoute ! ̶ Je suis dans le cimetière de Bischofswerda. Je n'ai pas trouvé la tombe. Aucune pierre tombale au nom du Fils de l'Homme. ̶ Homme ! As-tu donc suffisamment examiné tous tes documents, témoignant de la vie du Fils de l'Homme ? Et de sa mort ? ̶ Il est pourtant bien écrit que le Fils de l'Homme fut enterré dans ce cimetière. ̶ Oui, c'est exact ! ̶ Je n'ai peut-être pas suffisamment cherché... ̶ Cela ne sert à rien de chercher plus longtemps ! Ton hypothèse actuelle est que le Fils de l'Homme a été enterré exactement à l'endroit où tu te trouves. N'est-ce pas ? Pourquoi donc chercher plus loin ? Soit ton hypothèse est juste, soit elle est fausse. ̶ Mon raisonnement était pourtant logique. Avec la tombe à cet endroit, le rapport était parfait. ̶ Le rapport est parfait ! ̶ Et j'ai eu aussi cet immense ressenti en lisant là-bas mon document ! Comme si cela ne pouvait pas être autrement, ̶ ̶

77


comme si c'était l'évidence même, parce que c'est le Fils de l'Homme. Me serais-je fait piéger par mon intuition ? ̶ Non ! L'intuition est toujours juste, car elle vient de la Vérité ! ̶ Alors pourquoi n'avoir rien trouvé ?! ̶ Je t'ai posé une question tout à l'heure : As-tu suffisamment examiné tous tes documents ? Le jeune homme sortit de sa sacoche un de ses documents et rechercha. Quelques minutes après, il s'exclama : ̶ Son corps a été transféré en 1949 à la SainteMontagne ! ̶ Voilà donc une explication ! ̶ Depuis 1949, sa tombe n'est plus dans le cimetière. Mais cela veut dire que mon hypothèse... Le jeune homme vit un jardinier, arrosant des fleurs dans une allée parallèle. Il s'approcha de lui et lui posa la question. « Je ne connais pas l'emplacement de cette ancienne tombe » répondit le jardinier. « Je suis nouveau dans l'entretien du cimetière. Par contre, vous pouvez demander au sacristain. Il doit connaître la réponse ». Le jardinier indiqua la route à suivre pour accéder à sa demeure. Le jeune homme sonna à sa porte. Au bout de plusieurs longues minutes, un vieil homme, se tenant à peine debout, ouvrit. Le sacristain ! Lorsque le jeune homme prononça le nom du Fils de l'Homme, les yeux du sacristain brillèrent... Il répondit d'une voix faible : « Je sais exactement où se trouve l'emplacement de cette ancienne tombe. J'ai même assisté à l'enterrement il y a déjà fort longtemps. Mais je suis malheureusement dans l'incapacité de vous accompagner jusqu'à elle. Je suis gravement malade. Vous pourriez peut-être demander au pasteur ce soir. Il y a un office religieux dans la chapelle ». Le soir, le jeune homme entra dans la chapelle du cimetière, où fut inhumé le Fils de l'Homme et tout ému, participa à la messe. Le pasteur était un homme grand, impressionnant par sa carrure, mais rayonnant et inspirant confiance. Lorsque le jeune homme le questionna, celui-ci avait vraiment l'air d'être heureux de pouvoir aider l'étranger. 78


Tous deux sortirent de la chapelle de ce cimetière de 10 000 m2, longèrent la chapelle côté Nord. Le jeune homme était tremblant... C'était la bonne direction. Au bout de l'allée, ils tournèrent à gauche en direction du Nord, et dans l'autre allée, au bout de 50 mètres... le pasteur s'arrêta, montra de sa main un emplacement, et dit alors : « C'est ici ».

79


IX.

L

e jeune homme resta encore longuement dans le cimetière, après le départ du pasteur... « La tombe était bien là. Mon intuition était juste. La ligne arrive bien sur la tombe... Il est bien le Fils de l'Homme... ». Le jeune homme était heureux. Il ressentait le paradoxe de la situation : il était dans un cimetière, là où généralement on pleure ses morts. Il était devant l'emplacement de l'ancienne tombe du Fils de l'Homme, là où Ses Disciples L'avaient pleuré. Et lui, il avait un grand sourire intérieur ! La joie du cœur, parce qu'il ressentait la Guidance du Ciel. Parce qu'il ressentait aussi que le Fils de l'Homme n'était pas mort, mais toujours bien vivant, et même très proche de lui. Très proche de son cœur. Certes, une autre personne était désormais enterrée depuis quelques années à cet emplacement. Certes, depuis 1949, le corps du Fils de l'Homme avait été transféré à la Sainte-Montagne, mais cela lui importait peu, de 1941 à 1949 l'ancienne tombe avait bien été là ! Et son expérience vécue fut immense. Indescriptible même ! La conviction s'approchait... Le jeune homme resta silencieux un grand moment. Puis il regarda et étudia encore sa photo aérienne, il traça de nouveau des traits et des cercles. La nuit commençait à tomber sur le cimetière, lorsqu'il invoqua alors la voix : ̶ Ô Voix, je t'appelle ! ̶ Je suis là ! Homme ! ̶ Je suis toujours dans le cimetière de Bischofswerda. C'est la fin qui rejoint le commencement, dans un cycle parfait. 80


Tous les lieux du début et de la fin de sa vie sont symboliquement liés les uns aux autres. ̶ Ce doit donc être la même chose avec le Fils de Dieu. ̶ Oui ! En voyant cela, et en étudiant encore la photo, je l'ai justement ressenti. Dans la logique même de la réciprocité entre les deux Fils, la vraie tombe de Jésus pourrait se trouver à Bethléem, le lieu où Il est né, comme la vraie tombe du Fils de l'Homme se trouve à Bischofswerda. ̶ Pourquoi dis-tu « vraies » tombes, y en a-t-il des « fausses » ? ̶ Je te donne un exemple : pour Jésus, je n'arrive pas à croire que son tombeau se trouverait exactement sur le lieu du Golgotha, dans l'église du Saint Sépulcre, église qui est considérée comme le « Saint des Saints » pour de nombreux chrétiens qui le vénèrent particulièrement. Il s’agit en effet du sanctuaire édifié autour du lieu supposé de la crucifixion du Christ, le Golgotha, mais est-il l’endroit où Il aurait été enterré, le sépulcre ou tombeau de Jésus ? Cela reste des suppositions, entretenant un dogme, rien de plus. Des scientifiques, des archéologues et même des religieux recherchent d'ailleurs actuellement la vraie tombe de Jésus, qu'ils pensent même avoir localisée au Sud de Jérusalem. ̶ Quelle est ta conviction à ce sujet ? ̶ Je n'ai pas de conviction particulière, je raisonne juste avec la logique : le tombeau, dans lequel le corps de Jésus avait été déposé, a été trouvé vide. Le corps terrestre ne s'est pas volatilisé comme ça ! Les Disciples de Jésus ont très bien pu prendre son corps et rapidement le transférer à Bethléem, situé à 8 km de Jérusalem ! Ils ont pu choisir l'emplacement du tombeau à Bethléem, sa ville de naissance ! Tout comme pour le Fils de l'Homme ! Et ici les faits sont avérés, ses Disciples ont choisi naturellement l'emplacement de sa tombe dans le cimetière de Bischofswerda, pour les mêmes raisons. C'est donc juste une équivalence logique... ̶ Je vais me faire maintenant « l'avocat du diable » ! Et si l'emplacement de la tombe avait été choisi exactement à cet endroit, pour que cela fonctionne ! 81


̶ Non ! Impossible ! Les Disciples du Fils de l'Homme avaient certainement autre chose à faire que de réaliser ces calculs stupides. Ils venaient de perdre leur Maître... Je pense plutôt qu'ils ont été guidés par une main invisible pour choisir l'emplacement, ou bien ont-ils entendu une voix ? Ne m'as-tu pas toi-même guidé, pour reconnaître tout ce chemin et ainsi venir exactement jusqu'à cet emplacement ? De plus, je viens d'explorer et d'étudier encore la carte : d'autres lieux sont sur l'axe vertical de la pyramide et ces lieux, cela est sûr, n'ont pas été choisis délibérément, avec une volonté humaine ! ̶ Bien répondu à l'avocat ! Seul un intellect hyper développé peut poser ce genre d'arguments sans fondement, car pour lui les coïncidences doivent toujours s'expliquer humainement. Et s'il n'y a pas d'explication, il va dire : « C'est le hasard, tout simplement ». Mais trop de hasards, ce n'est plus du hasard ! C'est la Volonté de Dieu ! ̶ Regarde donc : tout d'abord la tombe... puis le chœur de la chapelle du cimetière où fut déposé le cercueil lors de l'inhumation... aussi la chambre natale de l'auberge Gambrinus... mais également le chœur de l'église du baptême et les fonts baptismaux… sont sur ce même axe ! Ces quatre lieux importants dans la vie terrestre du Fils de l'Homme sont exactement sur l'axe Nord-Sud ! La probabilité d'une telle ligne parfaite est de : 1 / 250 000 ! Et l'axe Nord-Sud traverse parfaitement le chœur de la chapelle, celui-ci se trouvant à l'Est. ̶ Le chœur de l'église de Bischofswerda se trouve également à l'Est, comme généralement tous les chœurs d'églises : tournés vers Dieu, vers le Soleil levant ! ̶ Il doit y avoir une explication claire pour toutes ces découvertes. Ce qui est important, à mes yeux, c'est cet axe vertical Nord-Sud trouvé et aussi les deux diagonales à 45° qui forment la Pyramide vers le bas. ̶ Et le lien avec Jésus dans tout cela ? ̶ Le lien doit aussi être parfait. Mais c'est encore à découvrir. Sur ces mots, le jeune homme sortit du cimetière. 82


̶

83


84


X.

L

e jeune homme était de retour chez lui, dans son pays. Une grande nostalgie s'emparait maintenant de son cœur. Ses expériences vécues à Bischofswerda l'avaient fortement imprégné et la lecture du Livre du Fils de l'Homme le bouleversait aussi dans son âme. Il continuait encore avec plus d'ardeur ses recherches sur son logiciel, ses photos et ses cartes. Il n'avait pas terminé sa démonstration. Il manquait encore les quatre petites lettres magiques à apposer sur sa feuille. Mais il était heureux, car il avait un but dans sa vie : la recherche de la Vérité. C'est comme si ce but était la recherche d'un trésor. Un Trésor mystérieux, que tous les trésors de cette Terre ne pouvaient égaler. Durant une nuit, épris d'une grande nostalgie, les pensées tournées vers ce Trésor caché, le jeune homme appela la Voix, son guide : ̶ VOIX, Ô Voix, je t'appelle ! ̶ Je suis là ! Homme ! Je t’écoute ! ̶ Je suis chez moi. Et j'ai une grande douleur dans le cœur ! ̶ Qu'as-tu donc, homme ? ̶ En relisant les écrits se rapportant à la vie du Fils de l'Homme, j'ai fait un autre parallèle entre Lui et Son frère Jésus. Et je suis triste. Car à la Sainte-Jérusalem, l'histoire s'est mal terminée. Jésus fut arrêté sur le Mont des Oliviers, et mis à mort sur le Golgotha. Or en correspondance avec Jésus, Le Fils de 85


l'Homme a Lui aussi été arrêté sur la Sainte Montagne ! Je viens de le lire. ̶ Oui. ̶ C'est incroyable !!! Les hommes ont procédé de la même façon pour les deux Fils. Certes, ils n'ont pas crucifié le Fils de l'Homme. À l'heure d'aujourd'hui, il n'y a plus de bûchers sur les places publiques, ou de croix de torture... Mais symboliquement, ce fut la même chose ! Incroyable ! Et tellement désolant et attristant... ̶ Comment cela s'est-il passé ? ̶ Ce fut lors de la seconde guerre mondiale. Lorsque les nazis ont annexé l'Autriche le 12 mars 1938, ils ont aussitôt pris possession de la Sainte Montagne (Vomperberg), et ont fait arrêter le Fils de l'Homme ! ̶ Celui-ci les gênait, tout comme Jésus gênait les pouvoirs de son époque. ̶ Oui. Le Fils de l'Homme fut ensuite contraint de rester en prison, puis en résidence surveillée par la Gestapo le restant de sa vie. ̶ Heureusement qu'il a échappé au pire... ̶ Il dut cependant subir une fin de vie difficile et décéda prématurément le 06 décembre 1941, sans que personne ne le sache ou presque, au moment de la plus grande tourmente de la guerre et de ses horreurs. ̶ Certains historiens disent que ce 06 décembre fut le tournant de la guerre. Le lendemain, il y a eu notamment l'attaque de Pearl Harbor, et quelques jours plus tard l'entrée des États-Unis dans la guerre. ̶ Le Fils de l'Homme avait alors 66 ans, exactement le double de l'âge de Jésus lors de sa mort. ̶ Explique-moi encore ta douleur, si tu le peux ? ̶ C'est le fait que le Fils de l'Homme soit décédé qui ne me laisse aucun repos ! Car comment est-il possible que celui-ci ait quitté cette Terre, sans que personne ou presque, ne l'ait su ? Seulement quelques centaines L'ont reconnu à l'époque. Et à l'heure d'aujourd'hui, seulement quelques milliers peut-être, tout au plus ! Mais c'est pourtant l'humanité entière, qui devrait Le 86


reconnaître ! L'humanité n'a-t-elle pas entendu son Appel ? L'humanité est-elle si endormie ? Pourtant son livre existe depuis près de 80 ans. C'est le Fils de l'Homme ! Il est le Frère de Jésus ! Il est un Fils de Dieu ! J'ai également un très grand malaise en mon for intérieur, car c'est comme si j'étais arrivé trop tard sur cette Terre, pour Le reconnaître de son vivant. Les Rois-mages, eux, étaient arrivés à temps à la crèche, et non trois mois, ou trois ans plus tard. J'ai ici 80 ans de retard... ̶ Ne reste pas sur ces pensées, elles te font ressasser inutilement ! N'oublie pas que le temps est immobile, immuable, qu'il est le même hier, aujourd'hui et aussi demain. Vis le temps présent ! Sans te soucier du passé, ni même de l'avenir. Les faits du passé peuvent t'aider à reconnaître la Vérité, mais ils ne doivent pas t'entraver. C'est aujourd'hui que tu recherches la Vérité. Et s'il t'est permis de la reconnaître aujourd'hui, c'est que le Fils de l'Homme n'est pas si loin que cela, Il est même très proche de toi, toujours omniprésent, intemporel, comme l'est aussi Jésus depuis 2000 ans. Te souviens-tu de ton ressenti heureux, lorsque tu étais dans le cimetière de Bischofswerda ? ̶ Oui, je m'en souviens. Le temps s'était comme arrêté... Après quelques secondes de silence... ̶ Merci, Ô Voix. D'un côté je suis triste, et de l'autre je ressens pourtant arriver comme un renouveau sur l'humanité, comme si les temps étaient maintenant là pour une transformation nouvelle et générale. Le Fils de l'Homme a dit ceci : « Les êtres humains de l'avenir ne comprendront pas comment les êtres humains de l'époque présente n'auront pas pu me reconnaître ». Voyant que les hommes ne Le reconnaîtraient malheureusement pas de Son vivant, Il donna cependant un grand message d'espoir, du fait que l'humanité de l'avenir pourra finalement Le reconnaître, c'est-à-dire... notre humanité d'aujourd'hui ! ̶ Il t'est déjà permis de lire son livre, 80 ans après son départ de la Terre, car des personnes fidèles et convaincues ont continué, au fil du temps, à le transmettre. Tu peux donc remercier le Ciel de t'accorder la grâce de pouvoir encore reconnaître 87


maintenant. Reste donc toujours ouvert au présent, tu pourras ainsi reconnaître ton temps et tu pourras aider ton prochain aussi un jour. Tu seras alors toujours joyeux, dans ce but. ̶ Suite à mon voyage inoubliable, je dois aussi terminer ma démonstration et pour cela continuer à faire le parallèle avec Jésus, avec la relation suivante : LE FILS DE DIEU

LE FILS DE L'HOMME

̶ As-tu vérifié où se positionnait exactement Bethléem par rapport à Bischofswerda sur la Terre et reconnu le rapport invisible existant entre les deux villes ? BETHLEEM

BISCHOFSWERDA

̶ Non. Pas exactement. Le jeune examina la Terre vue du Ciel, en reliant Bischofswerda et Bethléem. Puis il s'exclama fortement : ̶ Mais... regarde, Ô Voix ! La pente semble être à 45°. La pyramide de Bischofswerda ! Le jeune homme prit quelques minutes pour la construire et dit : ̶ Voilà de nouveau la pyramide qui refait surface ! C'EST FORMIDABLE ! (Image page 91) ̶ Elle est vraiment belle, cette pyramide ! Depuis le départ, depuis l'auberge Gambrinus, tu n'arrêtes pas de la prolonger vers le bas. ̶ La prolongation est encore parfaite. À cette échelle, la probabilité pour que Bethléem soit sur la pente de la pyramide est de 1 / 1000 ! J'ai ici un rapport très, très intéressant avec les deux lieux de naissance. ̶ Quelle en est l'explication ?

88


̶ On a l'impression que le Fils de l'Homme correspond à la verticale, notamment avec l'axe Nord-Sud trouvé à Bischofswerda, qui se prolonge désormais vers le bas, et que le Fils de Dieu correspond alors à l'axe horizontal. ̶ Dans la logique de ton schéma, tu pourrais donc ici tracer autre chose qu'une pyramide. ̶ Un carré ?... Avec une autre pyramide à l'envers... ̶ Tu as trouvé ! Un grand pas est atteint ici ! Ne regarde pas la pyramide avec les yeux terrestres, comme on voit un arbre dont on ne regarde que le tronc et le feuillage, sans jamais penser aux racines avec lesquelles il puise la vie. Avec l'œil de l'esprit, tu dois désormais voir deux pyramides. L'une est visible, droite, palpable, celle que tu as trouvée avec les deux lieux de naissance. L'autre par contre est invisible, inversée, imaginaire peut-être... et pourtant bien réelle. Car elle forme la contrepartie spirituelle nécessaire de celle qui surgit du sable du monde de la Symbolique. Et c'est la pyramide invisible et inversée qui est la plus importante ! Car sans elle, l'autre pyramide n'aurait pas d'assise et ne pourrait être construite. Et pourtant personne ne la devine. C'est cela que les anciens initiés d'Égypte ont voulu représenter avec la Grande Pyramide de Gizeh. Les voyageurs passent devant elle en négligeant les intentions d'Amour universel, qui l'ont faite construire, et le sphinx énigmatique les regarde en pensant : « tant que l'homme ne se voit pas lui-même, et ne songe pas qu'il est esprit avant d'être intelligence et corps, comment pourrait-il comprendre la pyramide ? » Le jeune homme se décida sans tarder à tracer cette pyramide invisible, créant ainsi la contrepartie nécessaire à son schéma. ̶ Voilà. J'ai donc un axe vertical et un axe horizontal de même longueur, inscrits dans un carré. ̶ 2 axes identiques. L'axe vertical représentant la Justice de Dieu, donnée par le Fils de l'Homme, et l'axe horizontal l'Amour de Dieu, donné par le Fils de Dieu. Et comme déjà dit, Amour et Justice sont DEUX (avec les deux axes), et à la fois UN, 89


car ceux-ci se rejoignent au CENTRE... Voilà donc le rapport important à comprendre entre les deux Fils. ̶ Cela représente une croix... ̶ Bravo ! Voilà le terme que je voulais t'entendre prononcer. Une CROIX, avec des branches égales. Une croix qui s'inscrit dans un carré. Mais cette croix peut aussi s'inscrire dans un autre élément important... Avec un centre et un axe, ou un diamètre, on peut aussi créer, dans la Géométrie sacrée, un... ̶ CERCLE ! Le jeune homme s'empressa d'étudier son schéma et dit alors : ̶ Cela ne marche pas parfaitement. Il y a une petite différence sur les deux axes, de l'ordre de 15 km. À cette échelle, cette différence est minime, mais le cercle ne peut être parfait. Selon la logique, je peux par contre dessiner, non pas un cercle, mais un anneau, de 15 km d'épaisseur, avec deux cercles concentriques. ̶ Un ANNEAU !... Cela ne te rappelle rien ? ̶ Non... Je ne vois pas... Pour l'instant, je n'ai formé aucun anneau dans ma recherche. ̶ N'as-tu pas observé une petite différence dans ta recherche, qui te permettrait de tracer un autre anneau ? ̶ La petite différence observée à Kipsdorf ?!... Le jeune homme n'attendit pas la réponse et zooma sa photo afin de vérifier si, par hasard..., le rapport des 275 mètres trouvés là-bas et de ces 15 km trouvés maintenant, était identique. Pour ce faire, il réalisa donc, dans cette hypothèse, le même schéma et les compara en les mettant l'un à côté de l'autre. ̶ C'est génial ! Regarde donc ! (Image page 92) Et les rapports, entre épaisseur des deux anneaux trouvés et longueur des branches des deux croix centrales correspondantes, sont identiques ! La probabilité est ici de 1 chance sur 1000. Mais que veulent dire ces deux anneaux énigmatiques ? ̶ Le mystère de l'anneau commence à être dévoilé... Je te laisse dans ta quête sur l'anneau. Rappelle-moi lorsque tu auras avancé dans cette recherche. 90


91


92


XI.

Quelques mois plus tard... ̶ Ô Voix. C'est extraordinaire, OUI, C'EST EX-TRAOR-DI-NAI-RE !!! Toute la vie du Fils de l'Homme est unique. OUI, U-NI-QUE ! Et la vie du Fils de Dieu aussi ! Je ne sais pas par quoi commencer, tant il y a de nombreuses correspondances criantes entre les deux personnes ! Et je ne te parle pas des probabilités ! C'est hallucinant ! C'est surnaturel ! C'est miraculeux ! ̶ Quel enthousiasme ! Montre-moi donc ce que tu as trouvé ! ̶ Je me demande d'ailleurs pourquoi personne avant moi n'a pu apparemment trouver toutes ces correspondances. Cela me semble pourtant si simple. ̶ Sans guidance, il est impossible de trouver. Mais sans humilité non plus ! Il t'est permis de trouver et de reconnaître la Vérité, car tu cherches sincèrement, avec le sérieux et la rigueur d'un bon chercheur. Mais n'oublie pas encore que tu ne peux ni être surpris, ni reprocher aux autres le fait qu'ils n'aient apparemment rien trouvé avant toi. Tu étais aussi ignorant ou inconscient qu'eux, il n'y a pas si longtemps ! Alors, dis-moi ! As-tu désormais une signification de la découverte de cet anneau ? 93


̶ OUI ! Cet anneau est l'anneau de la Croix de la Vérité ! C'est l'anneau de la Croix du Saint Graal ! ̶ La Croix ! Formée logiquement avec la verticale passant par Bischofswerda, et l'horizontale passant par Bethléem. ̶ Oui, une Croix à branches égales comme déjà trouvée, mais avec 12 pointes ! Et cette Croix, je ne l'ai pas inventée ! Rien ne doit être inventé dans une démonstration, n'est-ce pas ? Le Fils de l'Homme lui-même l'a présentée devant l'humanité en disant à son sujet : « Cette Croix n'est pas un symbole, n'est pas un signe, mais elle est la Vérité vivante elle-même ! » ... « Naturellement, la Croix lumineuse en Or. » ... « C'est la Croix que Dieu donna à la Terre en tant qu'accomplissement de Ses Promesses... » ̶ « Que Dieu donna à la Terre en tant qu'accomplissement de ses promesses. »... Avec des branches égales, cette Croix n'est donc pas la croix de la crucifixion... ̶ Rien à voir ! De nombreux chrétiens considèrent que la croix latine (dont la branche inférieure est plus longue que les autres), la croix du Rédempteur, est l'unique Croix juste. C'est un des symboles du christianisme et l'emblème même du catholicisme. On la nomme parfois croix christique ou croix de la Passion. Or, par exemple, le christianisme oriental a pour emblème la croix de Jérusalem. Et celle-ci est à branches égales ! Le Fils de Dieu et le Fils de l'Homme forment un anneau. Il est donc possible de former logiquement une Croix à branches égales à l'intérieur, la Croix de la Vérité avec ses 12 pointes. Si l'on considère cette hypothèse, cette Croix n'a donc rien à voir avec celle du Golgotha, qui n'était au départ qu'un moyen de l'époque d'assassiner ouvertement un prisonnier sur la place publique, rien de plus ! Le Fils de l'Homme dit que cette Croix à branches égales à 12 pointes n'est pas un signe ou un symbole de la Vérité, mais la Vérité elle-même ! Le fait de découvrir cette Croix sur la Terre, devant nos yeux, et qu'elle représenterait la Vérité elle-même est difficilement concevable avec la raison humaine, mais pourtant on doit admettre l'hypothèse que cela est juste pour poursuivre la démonstration. 94


̶ Tout à fait exact ! Montre-moi donc cette Croix que tu as trouvée. ̶ Oui, je vais te la montrer tel que le Fils de l'Homme l'a donnée. Mais chose incroyable, elle existe aussi dans de nombreuses églises chrétiennes, je ne l'avais jamais remarquée auparavant dans ma recherche. Et encore plus incroyable, on peut même la trouver dans la Nature ! Voici la Croix de la Vérité ! La Croix du Saint Graal, posée sur la Terre ! (page 99) Or cette Croix est convexe ! La rotondité de la Terre rend naturellement cette Croix convexe, lorsque celle-ci se projette sur la Terre et prend ainsi forme. Voici encore la Croix sur un édifice, à l'époque du Fils de l'Homme (sur la Sainte Montagne).

Et voici la Croix à branches égales, avec 12 pointes, et 1 anneau (ici la couverture d'une revue publiée par le Fils de l'Homme en 1937).

Comme on peut le remarquer, la Croix de la Vérité n'a rien à voir avec cette croix latine des Chrétiens catholiques. Et même la croix de Jérusalem des Chrétiens d'Orient à branches égales, n'est pas comme la Croix de la Vérité.

95


Or la Croix à branches égales est également représentée dans de très nombreuses églises chrétiennes, notamment sur leurs piliers, ou sur les murs latéraux : Voici une belle Croix, présente sur tous les murs de l’église de Saint Georgenberg (Autriche). Ou encore cette magnifique croix, observée sur le vitrail du fronton de l'église de Meaulne (France). Même dans la chapelle du cimetière de Bischofswerda, il y a aussi une Croix à branches égales au plafond, juste au-dessus de l'autel, lieu où le Fils de l'Homme a été inhumé ! Dans la quête du Graal, un certain nombre de personnes ont ressenti la Vérité qui repose dans la Croix à branches égales, comme dans la Croix celtique, ou encore dans la Croix cathare, la Croix des Templiers, la Croix occitane, la Croix de la Région Midi-Pyrénées et de Toulouse (France). Ces dernières ont toutes un point en commun : elles sont à branches égales et avec 12 pointes ! Or quelle est la croix que nous pouvons découvrir dans la nature ? Dans la nature, où tout est en équilibre, nous trouvons des croix équilibrées ! C'est-à-dire des Croix de la Vérité, à branches égales ! Il est possible de l'observer par exemple sur les fruits d'eucalyptus. L'ouverture du fruit est produite par le centre avec les forces de pression inter-agissantes sur la matière selon une logique toute naturelle et forme ainsi la Croix, dans l'équilibre. Nous pouvons observer une belle Croix à branches égales dans un coquelicot, ou encore dans la chiastolite, appelée « pierre de croix » car elle a des inclusions de pigments charbonneux dessinant une croix caractéristique en coupe. La formation de cette Croix repose donc sur le fondement même des Lois de la Nature. Or ces Lois de la Nature ne reposeraientelles pas sur le fondement des rapports qu'il y a entre le Fils de Dieu et le Fils de l'Homme ? Si ces Croix se forment naturellement, sans intervention de l'homme, c'est qu'elles répondent bien à des Lois naturelles, non humaines, à des Lois que nous pourrions qualifier de « venant de Dieu ». Il n'y a pas de croix latine dans la nature ! Car cette croix est antinaturelle. Ce sont les hommes qui l'ont adoptée en tant que symbole, après avoir supplicié arbitrairement Jésus sur une croix. Dans la nature, il y a des Croix de la Vérité... 96


J'ai découvert encore de nombreux rapports entre le Fils de Dieu et le Fils de l'Homme. ̶ Les rapports semblent infinis... ̶ Oui, ils le sont ! Je peux t'exposer des dizaines d'images toutes très intéressantes, qui sont ainsi autant de pièces du puzzle, pour ma construction. Ces images donnent une vue d'ensemble impressionnante de la Vérité. J'ai également continué de calculer les probabilités, notamment là où il était possible de les définir avec suffisamment de fiabilité. Ces probabilités peuvent encore être affinées, mais elles donnent déjà un bon aperçu du caractère exceptionnel des rapports trouvés. J'ai désormais de très nombreuses images, et je suis convaincu de pouvoir encore en trouver d'autres. J'ai l'impression que c'est sans fin... tellement c'est PARFAIT ! Mais je souhaite maintenant t'exposer le rapport qui m'a apporté dans le vécu, la totale conviction ! Ce rapport est exceptionnel ! Pour moi, c'est comme si celui-ci avait été la clef indispensable, me permettant de conclure et de verrouiller définitivement ma démonstration. ̶ As-tu désormais la conviction ? ̶ Oui, je suis totalement convaincu ! Le bandeau est tombé de tes yeux, et ta foi est devenue conviction !

97


98


99


100


ÉPILOGUE: «

̶

CE QU'IL F ALLAIT D ÉMONTRER. »

Quel est le rapport qui t'a convaincu ?

̶ Je t'explique. J'ai reconsidéré le premier rapport trouvé au début de mon travail, rapport déjà impressionnant en soi avec sa probabilité de 1 / 18 millions, et qui - je dois même te l'avouer désormais - était à lui seul déjà suffisant pour parvenir à la conviction. Dans ce rapport, nous avions d'un côté la ligne du Fils de l'Homme ; et de l'autre la ligne du Fils de Dieu. Or ces 2 lignes peuvent être prolongées et se rejoignent ainsi en un point situé vers la Sibérie. (page 103) Voici maintenant la Croix à branches égales avec ses 12 pointes. Attention ! Ce qui est important ici, c'est le point d'intersection, rapport des deux lignes des Fils de Dieu. (page 104) Car à partir de ce point d'intersection, je peux relier toutes les pointes de la Croix entre elles, par 2 ! Regarde comme c'est beau ! La probabilité est ici très faible, car à l'échelle de la Terre, il n'existe que quelques points qui permettent cela, dont les 2 points suivants : le point situé en Sibérie (intersection des lignes du Fils de Dieu et du Fils de l'Homme), et son point complément, symétrique par rapport au centre de la Croix, situé au Sud. La probabilité calculée est de : 1 / 150 000 . ̶ 1 chance sur 150 000 ! Homme, après tout ce que tu m'as montré, quelle est donc pour toi la conclusion de ta démonstration ? ̶ Je me suis posé la question suivante, vis-à-vis du Fils de l'Homme : « Quelle est la probabilité pour qu'un seul homme sur Terre puisse cumuler par rapport à sa propre vie et par rapport à la vie de Jésus autant de rapports, autant d'équivalences, autant de "hasards" et de 101


"coïncidences", qui permettent d'aboutir à la construction de la Croix de la Vérité sur la Terre ? » J'ai donc naturellement cumulé toutes les probabilités des rapports trouvés, ayant un lien avec cette Croix. La probabilité finale calculée est alors de :

1 / 1 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 (30 zéros après le 1) Je ne sais même pas comment on doit prononcer ce nombre, tellement il est astronomique ! Et j'ai alors compris que ce n'était même pas la peine de compter les zéros... Car non seulement j'ai encore découvert de nombreux rapports exceptionnels1 , mais aussi parce que j'ai pris intentionnellement des incertitudes de mesures assez larges pour calculer mes probabilités, alors qu'en réalité c'est tellement parfait, qu'il n'y a même plus d'incertitude... Les zéros pourraient donc se rajouter... à l'infini ! IL N'Y A DONC PROBABILITÉ !

TOUT

SIMPLEMENT

LA PROBABILITÉ NE PEUT MÊME CALCULÉE, TELLEMENT C'EST PARFAIT.

1

voir p artie II : " Le M y stère de l'Anneau "

102

AUCUNE

PAS

ÊTRE


103


104


Or nous sommes environ 6 milliards d'hommes sur la Terre (6 000 000 000 : soit 9 zéros seulement après le 6 !) Pour moi, il n'y a donc pas un seul être humain qui puisse répondre à ce nombre astronomique (30 zéros après le 1), et même s'il y avait 1000 fois plus d'hommes sur la Terre, il n'y aurait encore aucun homme... Aucun homme sur Terre ne peut répondre à la probabilité trouvée, si ce n'est le Fils de l'Homme de Bischofswerda. Celui-ci est donc L'UNIQUE, LE SURHUMAIN, LE DIVIN ! S'il n'y a aucune probabilité, c'est que le Fils de l'Homme de Bischofswerda est bien le Fils de l'Homme annoncé par Jésus. Aucun homme ne peut répondre à la probabilité

le Fils de l'Homme trouvé est le FILS DE L'HOMME annoncé par Jésus

LE FILS DE L’HOMME Or, si le Fils de l'Homme de Bischofswerda est bien le FILS DE L'HOMME, sa Parole écrite à la fin de son livre : « Je le suis, le Fils de l'Homme, envoyé par Dieu, qui, par le Fils de Dieu Jésus lui-même, fut promis à l'humanité ». est donc vraie. Il n'est plus possible de la mettre en doute ! Cette Parole étant vraie, cela équivaut à dire que le Fils de Dieu est bien Jésus ! Puisque le Fils de l'Homme l'affirme : « Je le suis, le Fils de l'Homme, envoyé par Dieu, qui, par le Fils de Dieu Jésus lui-même, fut promis à l'humanité ». 105

le Fils de DIEU est Jésus


LE FILS DE DIEU JÉSUS

LE FILS DE L’HOMME

Le Fils de Dieu est Jésus ou Jésus est le Fils de Dieu ! JÉSUS = LE FILS DE DIEU Cela équivaut bien à dire que... DIEU EXISTE. Jésus est le Fils de DIEU ⇒ Dieu EXISTE

DIEU

JÉSUS

LE FILS DE L’HOMME

LE FILS DE DIEU

DIEU EXISTE ! C.Q.F.D.

106


̶ Tu viens de démontrer que Dieu existe ! Car toutes tes hypothèses et tes postulats de départ, initialement acceptés faute de preuves, ont été pleinement prouvés et démontrés ! Et en terminant tes équivalences, tu peux même encore démontrer la Trinité de Dieu ! ̶ Oui, je peux en effet terminer le triangle ! Car lorsque le Fils de l'Homme a écrit dans cette même Parole : « Je le suis, le Fils de l'Homme, envoyé par Dieu, qui, par le Fils de Dieu Jésus lui-même, fut promis à l'humanité ». Il se réfère, certes, à Jésus, mais aussi à Dieu, en disant : « envoyé par Dieu ». On pourrait donc dire : « Le Fils de l'Homme est envoyé par Dieu ». Ou l'équivalence suivante : Si « Le Fils de l'Homme est envoyé par Dieu », cela équivaut bien à dire que « Dieu existe » ! Le Fils de l'Homme

est envoyé par Dieu donc :

Dieu EXISTE

DIEU

JÉSUS

LE FILS DE L’HOMME

LE FILS DE DIEU

Je termine donc le triangle, et démontre encore, cette fois-ci par le Fils de l'Homme, que Dieu existe ! C.Q.F.D ! ̶ Tu viens de démontrer doublement que Dieu existe, grâce à Ses deux Fils formant la base du triangle ! Grâce à l'équivalence éternelle reposant entre les deux Frères ! 107


Es-tu désormais entièrement convaincu que Dieu existe, et qu'Il est toujours proche de nous, lorsque nous recherchons Sa Présence ? ̶ Je le suis ! ̶ Es-tu convaincu que ta démonstration est parfaite, du début jusqu'à la fin ? ̶ Oui, bien sûr ! Mais cela n'est pas le plus important ! Ce qui a été le plus important pour moi, c'est l'expérience vécue que j'ai eue tout au long de ma recherche et de mon chemin. C'est cette expérience qui m'a permis d'acquérir la conviction que Dieu existe. Tu m'as aidé à me poser les bonnes questions, j'ai ainsi considéré toutes les hypothèses de départ, et alors j'ai été conduit sur un chemin merveilleux. Et la conviction est apparue... dans l'expérience vécue de ce chemin ! Je suis convaincu ! Et je ne veux convaincre personne d'autre. Tu me l'as enseigné : pas de foi aveugle ! Chacun est capable d'examiner objectivement cette démonstration, de refaire même le travail du début jusqu'à la fin s'il le souhaite, et de tout vérifier pour parvenir à sa propre conviction. J'ai compris que la conviction est individuelle... Celui qui veut être convaincu, doit, lui-même aussi, parcourir son propre chemin de la reconnaissance. ̶ Ton cheminement a été long, mais exemplaire, car ton âme d'enfant et ta simplicité t'ont permis de reconnaître et de parvenir aussi à la conviction qui t'appartient désormais. Oui, c'est bien cela l'essentiel ! ̶ Ô voix, je suis convaincu ! Et je souhaite maintenant établir mon équivalence laissée en suspens depuis longtemps déjà, car sans cela j'aurais l'impression de ne pas avoir terminé pleinement ma démonstration ! Le jeune homme prit une feuille de papier et écrivit alors son équivalence en disant avec clarté et solennité : ̶ L'équivalence en suspens, qui était : JÉSUS LE FILS DE DIEU

?????

LE FILS DE L'HOMME 108


est enfin complétée par le nom... ABDRUSCHIN ! JÉSUS LE FILS DE DIEU

ABDRUSCHIN LE FILS DE L'HOMME

Et voici la Trinité : DIEU

ABDRUSCHIN

JÉSUS LE FILS DE DIEU

LE FILS DE L’HOMME

ABDRUSCHIN, le Fils de l'Homme ! ̶ Annoncé par JESUS le Fils de Dieu, et envoyé par Dieu lui-même ! À la fin de son Livre, édité en 1931, Il l'a clairement déclaré en Parole de conclusion : « Abdruschin a maintenant achevé son Message à l'humanité. Maintenant, après l'Accomplissement, a surgi en Lui, le Fils de l'Homme envoyé par Dieu, IMANUEL qui, par le Fils de Dieu Jésus lui-même, fut promis à l'humanité, pour le Jugement et la Rédemption, après que les anciens prophètes L'eurent jadis déjà annoncé. Il porte les Signes de Sa haute Mission : la Croix vivante de la Vérité rayonnante en Lui et la Colombe Divine au-dessus de Lui, tels que le Fils de Dieu les a portés. Humanité, réveille ton esprit de son sommeil ! » ̶ ABDRUSCHIN - LE FILS DE L'HOMME IMANUEL ! Continue désormais ton chemin dans Son Enseignement ! Je vais donc te quitter, car si ma voix t'a aidé à la prise de conscience, si elle a été ton guide pour un temps, ton véritable ̶

109


Maître, ce n'est pas ma voix, c'est le Fils de l'Homme, le Roi de la Création ! Je te quitte donc, mais n'oublie pas une chose : examine toujours tout objectivement ! Reste continuellement en veille ! Et reste libre dans ton cheminement ! Écoute ta voix intérieure, ton intuition, elle te guidera continuellement. ̶ Merci Ô Voix, pour ta guidance, je ne sais comment te remercier. ̶ Ne me remercie pas. Remercie Dieu, dont je suis l'humble serviteur. Remercie ton Créateur, qui te permet maintenant de reconnaître Sa Volonté à travers l'Enseignement donné par Son Fils, le Fils de l'Homme, et ainsi de cheminer sur cette Terre consciemment. Ce n'est plus comme au temps de Jésus, où l'enseignement se faisait oralement. Car grâce à Son Livre écrit et laissé aux hommes, tu peux maintenant continuer ton chemin sans difficulté dans l'Enseignement du Fils de l'Homme ! Car Il donne en toute simplicité une Image claire du fonctionnement de la Création dans son auto-activité, qui porte la Volonté de Dieu, et permet à l'être humain de reconnaître distinctement les chemins qui sont bons pour lui. Tu recevras dans cet Enseignement les réponses à toutes les questions existentielles que tu te posais au début de ton cheminement, questions qui ont fait apparaître ma voix... La voilà qui disparaît désormais... ma mission accomplie... ̶ Ô Voix ! Je te promets d'avancer dans la Volonté de Dieu ! Ô Voix... C'est magnifique... Je suis heureux !

110


U

ne nuit d'été, alors que l'orage gronde, un jeune homme est à genoux, en gratitude et en adoration devant son Créateur, dans la conscience de Ses deux Fils, qui sont venus sur Terre en apportant la Parole du Très-Haut. Dans une grande paix intérieure, il prend alors dans ses mains le beau Livre, à la couverture noire et aux lettres dorées, et où il est écrit :

ABDRUSCHIN « DANS LA LUMIÈRE DE LA VÉRITÉ »

Il ouvre alors le Livre du Fils de l'Homme... Éclairs et tonnerres partagent l'obscurité et le silence de la nuit... Le jeune homme a trouvé son Trésor.

111


112


LE MYSTÈRE DE L'ANNEAU Partie II

113


114


aris, 1er arrondissement. Une salle de 200 places assises était bondée. Comme la veille au soir, une conférence intitulée « La Vérité en Images » était sur le point de commencer. Bien avant le début de ces conférences, plus aucune carte d'entrée n'était disponible à la caisse. Parler de total succès pour qualifier ces conférences serait trop banal, car celles-ci sortaient totalement du cadre des conférences habituelles et, pour toute personne réfléchie, c'était une expérience inoubliable. Voilà pourquoi toute comparaison était exclue. Un homme prit la parole. Le silence se fit. Le conférencier débuta son exposé et au fil des minutes qui passaient, une agitation fiévreuse commençait lentement à monter dans la salle. Une démonstration magistrale était en effet exposée ! Celleci était basée sur un enchaînement d'équivalences étonnantes, une succession de similitudes implacables. Il n'y en avait pas une, mais plusieurs, et celles-ci s'enchaînaient, s'imbriquaient toutes parfaitement. Toutes ces relations étaient fondées, basées sur des faits passés incontestables et des images vérifiables. En un mot, la conférence montrait :

P

« LA VÉRITÉ EN IMAGES »

115


À la fin de la conférence, une étonnante relation était alors dévoilée, devant un public à moitié surpris, à moitié émerveillé. Cette incroyable relation était :

JÉSUS LE FILS DE DIEU

ABDRUSCHIN LE FILS DE L'HOMME

Les auditeurs venaient d'assister à une grande révélation : L'EXISTENCE DU FILS DE L'HOMME.

116


I.

L

e lendemain matin, le téléphone sonna dans une chambre d'hôtel parisien. ̶ Ici Etienne Tarendol, j'écoute. ̶ Bonjour, Monsieur Tarendol, je m'appelle Rosa Stein. J'ai assisté à votre dernière conférence. Celle-ci m'a fortement interpellée et je souhaiterais vivement vous rencontrer pour en parler. ̶ Je suis désolé, vous êtes Madame Ste...? ̶ Mademoiselle Stein. Je suis allemande. ̶ Mademoiselle Stein, je suis navré, mais cela sera impossible. Je repars demain matin pour le sud de la France. De plus, il est actuellement pour moi très difficile de pouvoir répondre à toutes les sollicitations extérieures. ̶ Je comprends. Mais un rapport, concernant l'anneau de la Croix, avec une probabilité de 1 / 2000, devrait pourtant certainement vous intéresser... ̶ Mademoiselle Stein, où souhaitez-vous que nous nous rencontrions ? Le rendez-vous fut pris le soir même, à la terrasse d'un café, à deux pas de la Place de la Concorde. ̶ Votre dernière conférence était vraiment très intéressante, Monsieur Tarendol. Votre conviction était tellement grande et vivante qu'au fil de la soirée j'ai ressenti que vous annonciez la Vérité, rien qu'en vous écoutant parler ! ̶ Merci, Mademoiselle Stein. 117


̶ Mais cela ne m'a pas suffi pour autant ! Je suis égyptologue et j’avais scientifiquement besoin de vérifier concrètement vos propos. ̶ C'est normal d'examiner. ̶ Une fois chez moi, j'ai de suite étudié les photos satellites. Et je suis vraiment stupéfaite de la précision des résultats : c'est parfait ! Comme vous le dites, la probabilité pour une telle perfection est infime. ̶ Elle n'existe même pas ! ̶ Oui. Cela a fini de me convaincre. ̶ Ce qui est intéressant avec ces révélations, Mademoiselle Stein, c'est qu'elles sont à la fois claires, concrètes et objectives. Chacun peut aisément vérifier ce qui est ici exposé et parvenir ainsi à sa propre conviction. ̶ C'est à la fois tangible et réel, mais aussi surnaturel et extraordinaire. ̶ C'est la science qui rejoint ainsi la spiritualité ! ̶ Monsieur Tarendol, je souhaitais vous rencontrer pour vous présenter ma découverte de vive voix. Rosa Stein sortit de son sac à main une image satellite. ̶ L'anneau de la Croix ! s'exclama Etienne Tarendol. Je vois que vous l'avez parfaitement redessiné. (Image page 121) Merci. J'ai travaillé quelques heures pour y parvenir… Et c'est aussi pourquoi je suis heureuse de vous annoncer que nous sommes aujourd'hui exactement sur cet anneau ! ̶ Que me dites-vous ? Rosa semblait contente de voir que « le grand spécialiste du monde de la Symbolique, Monsieur Etienne Tarendol », n'avait pas encore remarqué cela. ̶ Paris se trouve exactement sur l'anneau ! répéta-t-elle fièrement. Etienne examina la France sur l'image (page 121) ̶ Vous avez totalement raison. ̶ Intéressant... n'est-ce pas ? Etienne semblait pourtant quelque peu désabusé : ̶ Intéressant, en effet... Mais permettez-moi de vous dire, Mademoiselle Stein, qu'il y a beaucoup d'autres lieux sur l'anneau. 118


Il fait environ 12 000 km de circonférence et 15 km d'épaisseur. Alors que Paris y soit ou n'y soit pas... cela n'a aucune signification particulière. ̶ De prime abord... oui ! Ce n'est pas à vous que je vais apprendre que le plus important, dans toute recherche de cette nature, est de découvrir le véritable rapport entre deux éléments isolés, n'est-ce pas ? Attendez donc un peu, s'il vous plaît. Je n'avais pas terminé... Rosa se retourna et montra alors avec sa main la direction de la place de la Concorde. ̶ Voici le monument le plus vieux de Paris, dit-elle. ̶ Etienne regarda dans la direction indiquée et vit au loin s'élancer avec fierté un monument vers le ciel. ̶ L'obélisque ?! ̶ C'est Méhémet Ali, vice-roi d'Égypte, qui l'a offert à la France en 1830, en reconnaissance du rôle que Champollion a eu en découvrant le secret des hiéroglyphes. ̶ Ah ! Je vois, je vois... Vous êtes une fidèle disciple de Champollion, le père de l'égyptologie ! Mais où voulez-vous en venir au juste avec l'Égypte ? Nous sommes à Paris, ici... ̶ Ce qui est important ici, Monsieur Tarendol, c'est d'établir le véritable rapport de cet obélisque parisien... avec son jumeau égyptien. ̶ Un jumeau... Deux frères ! Un second obélisque ?! ̶ Oui. Les deux obélisques, dressés à l'entrée du temple de Louxor, furent offerts à votre pays, mais seul celui situé à droite de l'entrée fut abattu et transporté vers la France. Ce dernier fut alors érigé en 1836 sur cette place, juste devant nos yeux. Etienne était maintenant très intrigué par les propos de l'égyptologue allemande. ̶ Et l'autre obélisque offert... Il est finalement resté làbas ? ̶ Il n'a pas bougé de place. ̶ Ne me dites pas que... ̶ Monsieur Tarendol, pour vous, quelle est la probabilité, à l'échelle de la Terre, pour que le second obélisque d'Égypte soit également sur l'anneau ? 119


Etienne, de plus en plus intéressé, examina le plan : ̶ Elle est faible... elle est très, très faible… Rosa sortit alors de son sac une seconde image : ̶ Voici les deux obélisques enfin reliés entre eux ! (Image page 122) ̶ Paris et... Thèbes ??! s'exclama Etienne. ̶ Thèbes était le nom de la capitale de l'Égypte antique, maintenant la ville de Louxor, où se trouve le temple… et le second obélisque. ̶ Les deux obélisques sont sur l'anneau de la Croix de la Vérité ! Dans un rapport parfait ! ̶ Comme si cela ne pouvait pas être autrement ! répondit Rosa, enfin soulagée de voir le soudain intérêt d'Etienne Tarendol. ̶ Je commence à comprendre pourquoi le second obélisque devait finalement rester là-bas, dit-il alors. ̶ Oui. Cet obélisque, malgré sa situation en Égypte, appartenait toujours à la France il n'y a pas si longtemps encore. Il a finalement été rendu officiellement à l'Égypte par votre président Mitterrand, au tout début de son premier mandat. ̶ Je ne savais pas ce fait. ̶ Mais cela n'a pas empêché votre ancien président de réaliser ensuite le second édifice égyptien de Paris... ̶ La pyramide du Louvre ! ̶ Le règne de la pyramide est ainsi revenu avec cette pyramide de cristal, édifiée au cœur d'un palais, malgré l'opposition des populations ne comprenant pas le caractère miraculeux de ce retour de la pyramide, non en terre d'Égypte mais au beau milieu du pays de France. Sur ces paroles quelque peu énigmatiques, Rosa invita Etienne à aller voir l'obélisque d’un peu plus près. Puis tout en discutant, ils traversèrent ensuite le jardin des Tuileries jusqu'à la Pyramide de verre, afin de pouvoir également l’admirer quelques instants.

120


121


122


II.

U

n mois plus tard. En plein cœur de Paris, dans la salle du 1er arrondissement. La conférence « La Vérité en Images » venait tout juste de se terminer sous les applaudissements du public. Sur un grand écran, une dernière diapositive présentait une Croix, à la fois magnifique et étonnante, projetée sur la Terre : La Croix de la Vérité. La Croix du Saint Graal ! ̶ Mesdames Messieurs, je vous remercie. Auriez-vous maintenant quelques questions ? demanda Etienne Tarendol. Plusieurs mains se levèrent et un homme prit la parole : ̶ Ma question sera simple : pourquoi la Croix de la Vérité possède-t-Elle 12 pointes ? ̶ C'est une très bonne question. Mais permettez-moi de n’y répondre que brièvement, sans quoi cela pourrait prendre plusieurs heures. Ce que je peux déjà dire ici, c'est que les 12 pointes sont déjà assurément en rapport avec les 12 apôtres du Fils de Dieu Jésus.

123


Or il faut savoir que le Fils de l'Homme est aussi entouré de 12 personnages importants, se plaçant également sur les 12 pointes. Le chiffre 12 fait aussi référence aux 12 tribus d'Israël, relatées dans la Genèse, le premier livre de la Bible. Dans la symbolique, ce sont également les 12 étoiles du drapeau européen.

Celui-ci est le symbole non seulement de l’Union Européenne, mais aussi de l’unité et de l’identité de l’Europe dans un sens plus large, puisqu'il a d'abord été le drapeau du Conseil de l'Europe. Le cercle d'étoiles dorées représente la solidarité et l’harmonie entre les peuples d’Europe. Le nombre d'étoiles n’est pas lié au nombre d’États membres, contrairement à l'idée reçue. Il comporte douze étoiles, car ce chiffre est traditionnellement un symbole de perfection, de plénitude et d’unité. Ainsi, le drapeau est resté le même, indépendamment des élargissements du Conseil de l'Europe et de l'Union européenne. A Strasbourg, la capitale de l'Europe, le drapeau à 12 étoiles flotte naturellement devant le siège européen, mais nous pouvons également voir la couronne d'étoiles dans un autre lieu totalement insolite : la Cathédrale ! En effet, au fond de l’abside, un vitrail représente l’une des visions de Jean, qui, dans le chapitre XII de l’Apocalypse, décrit la Reine du Ciel de cette manière : « Un signe grandiose est apparu dans le ciel, une femme revêtue du soleil, la lune sous ses pieds, et sur sa tête une couronne de 12 étoiles. »

124


125


126


Une dame, au premier rang de la salle, leva la main pour prendre la parole : ̶ Il serait donc possible de placer beaucoup de choses sur la Croix de la Vérité, comme les 12 mois de l'année ou les 12 signes du zodiaque ? ̶ Oui, Madame. Rien n'est le fruit du hasard en ce monde et si le découpage de l'année a ainsi été fait, il y a aussi de très bonnes raisons à cela. Le chiffre 12 était déjà utilisé dans l'Antiquité pour subdiviser l'année en 12 tranches, du fait de l'observation des cycles lunaires au cours de l'année, 12 lunaisons de 29 jours environ. Et aux 12 mois sont également en correspondance les 12 signes du zodiaque. Il est ainsi facile de représenter les signes autour de la Croix, avec 1 signe = 1 pointe, exactement comme sur un horoscope. Pour illustrer ces propos, Etienne Tarendol projeta une diapositive sur le grand écran. ̶ Pourquoi les avez-vous disposés ainsi ? demanda alors un homme. ̶ Imaginez donc un horoscope !

127


̶ Comme vous le savez, le premier signe du zodiaque est le signe du Bélier, car il est le secteur où le soleil entre à l'équinoxe de printemps, le 21 mars. Cette période était d'ailleurs considérée comme la nouvelle année dans les calendriers antiques. Le Bélier, l’origine équivalent à "zéro", se trouve ici en haut, en direction parfaite du nord sur la Croix. Et comme sur un horoscope, dans le sens inverse des aiguilles d'une montre, les autres signes se succèdent alors de pointe en pointe, pour revenir, une fois l'anneau et l'année parcourus, de nouveau au point de départ, en vue d'un nouveau cycle. La dame du premier rang, du fait de ses prises de conscience, intervint alors en se levant : ̶ C'est intéressant, ce que vous dites ! Car selon la logique de votre image, Bethléem formant la pointe droite, le Fils de Dieu Jésus serait donc né sous le signe du Capricorne. Or la tradition chrétienne fête sa naissance le 25 décembre. Noël est bien sous ce signe ! ̶ Oui ! Il faut savoir que la célébration de la naissance de Jésus à la date du 25 décembre a été fixée dans l'empire romain d'Occident vers le milieu du IVe siècle, en remplacement des fêtes païennes, avant de se généraliser à toute la chrétienté. Est-ce que l'événement eut lieu le 25 décembre ? Nul ne le sait exactement. Les Églises orthodoxes, qui suivent le calendrier julien, célèbrent par exemple Noël le 7 janvier… La diapositive suivante, avec cette fois-ci les mois disposés autour la croix, indiquerait janvier comme étant le mois de sa naissance. (Image page 131) Quoi qu'il en soit, que ce soit à la fin décembre ou en janvier, Jésus serait en toute logique né sous le signe du Capricorne ! La dame du premier rang intervint alors de nouveau, en montrant le haut de la Croix avec sa main : ̶ Dans cette même logique, puisque la pointe haute correspond à Bischofswerda, le Fils de l'Homme serait donc né sous le signe du Bélier, et exactement durant le mois d'avril. Est-ce correct ?

128


Un grand silence régnait dans la salle, dans l'attente de la réponse… ̶ Vous dites juste, Madame. Le Fils de l'Homme est né le 18 avril 1875 ! Quelques bruits d'étonnement se firent alors entendre çà et là dans les rangs. ̶ Mesdames Messieurs, je vous invite de nouveau à examiner la Croix. Nous avons : ̶ les deux équinoxes dans son axe vertical : le printemps et l'automne. ̶ les deux solstices dans son axe horizontal : l'été et l'hiver. L'alternance entre les 4 saisons se fait naturellement de branche en branche, dans un mouvement cyclique éternel. Représenté sur l'échelle du temps, ce mouvement correspond à une vibration : c'est une sinusoïde ! Lors des parties hautes ou basses de la sinusoïde, donc lors de la plus grande amplitude, il y a les deux saisons "actives". Dans la nature, c’est par exemple la semence au printemps et la récolte à l'automne. Et dans l'alternance, il y a les deux saisons "passives". Sur cette sinusoïde temporelle, c’est alors le passage à la valeur nulle… C’est l’été ! Avec ses flâneries, ses vacances sans travail, ses jours nostalgiques ou romantiques... C’est l’hiver, avec le repos de la nature, l'hibernation ! ̶ Est-il possible de représenter les 24 heures de la journée sur la Croix ? demanda alors un homme. ̶ Oui, mais attention ! Ici, il y a 24 heures pour seulement 12 pointes. Pour placer la journée entière sur la Croix, il nous faut considérer le découpage de la journée en 2 périodes de 12 heures, qui s'alternent parfaitement : la période du jour et la période de la nuit. Comme pour les saisons, la période active est ici le jour, avec ses 12 heures. Son heure symbolique, l'heure de midi, est placée sur l'axe actif vertical. C'est le soleil au zénith, au plus haut dans le ciel ! 129


Nous pouvons nommer cette horloge de plusieurs manières : l’horloge du soleil, l’horloge du jour ou l’horloge de midi. Attention ! L'horloge de la nuit, avec ses 12 heures, est une autre horloge, différente ! Celle-ci représente en effet la période passive, symbolisée par l'heure de minuit. Minuit, contrairement à midi, est donc logiquement positionné sur l'autre axe… l’axe passif horizontal. Cette horloge peut être dénommée : l’horloge de la nuit, l’horloge de minuit ou l’horloge de la lune, faisant ainsi référence à l’astre nocturne. Vous allez peut-être maintenant me dire que votre montre ne change pas d’orientation lorsqu’il fait jour ou nuit. Que midi et minuit sont dans la même position, sur votre montre ! Que votre « horloge de jour » est la même que votre « horloge de nuit » ! Peut-être… mais ce serait pourtant vite oublier que le véritable mouvement entre le jour et la nuit est bien le mouvement alternatif « vertical-horizontal », car seul celui-ci est naturel et est conforme à la Loi, donc à la Croix. Le meilleur exemple, c’est nous-mêmes qui le donnons quotidiennement ! Car nous réalisons bien ce mouvement « debout-couché », ou « vertical-horizontal » chaque jour, sans même nous en rendre compte ou y réfléchir un seul instant ! En effet, quoi de plus naturel que de se lever avec le jour et se coucher avec la nuit… A l’heure de midi, dans l’action du quotidien, nous sommes debout, notre corps est dans la position verticale. Mais à l’heure de minuit, au repos, celui-ci est dans la position horizontale ! Enfin, je le souhaite à tous grandement… Car pour ma part, je préfère de loin dormir sur un lit, en position horizontale ! Toute la salle se mit à rire. ̶ Mesdames et Messieurs, revenons, je vous prie, aux deux horloges précédentes. Reprenons donc l’horloge du jour et l’horloge de la nuit, et à juste raison, superposons-les maintenant précisément l'une sur l'autre, conformément à la Croix. Nous avons alors la belle image suivante. (page 132)

130


131


132


Toute la salle était silencieuse, comme si elle reconnaissait la justesse de l’image présentée. Au bout de quelques instants, la dame du premier rang intervint alors dans une soudaine prise de conscience : ̶ Regardez ! Bethléem correspond à l'heure de minuit sur la Croix ! Or selon la tradition chrétienne, Jésus est bien né à minuit ! La messe de minuit nous le rappelle à chaque veillée de Noël. ̶ Oui, Madame ! C'est un fait incontestable ! Les bergers et les Rois-mages ont aperçu et suivirent l'étoile de Bethléem durant la nuit. ̶ Mais alors... pour le Fils de l'Homme... ? La dame ne quittait plus son regard de la Croix projetée sur l'écran. ̶ N'ayez pas peur de le dire, chère Madame ! ̶ Le Fils de l'homme serait donc né... à l'heure de midi ? Toute la salle retint son souffle jusqu’à la réponse. ̶ Oui. Quelques bruits se firent de nouveau entendre dans la salle. Quant à la dame, elle semblait à présent toute ébranlée. ̶ Et cela est historiquement vérifiable. Mais il y a un fait bien plus étonnant encore, concernant sa naissance. Le voici : Etienne montra alors une diapositive avec les dernières équivalences établies : LE FILS DE DIEU

LE FILS DE L'HOMME

CAPRICORNE

BÉLIER

MINUIT

MIDI

̶ Avoir ces relations en correspondance parfaite avec la Croix est en soi déjà magnifiquement remarquable !2 2

Probabilité calculée : 1/12 x 1/12 x 1/24 x 1/24 ≈ 1/83 000

133


Mais ce qui est encore plus remarquable, c’est le fait que la mère terrestre du Fils de l'Homme indique exactement l'heure à laquelle elle l'a mis au monde... Et savez-vous comment ? Un silence interrogateur régnait dans la salle. Etienne précisa alors : ̶ Dans le monde de la Symbolique, nous sommes tous ce que notre nom est. ̶ Avec son nom de famille ? demanda la dame. ̶ Son nom de jeune fille était "MITTAG", répondit-il. Du milieu de la salle, une personne s'écria tout fort : « En langue allemande, cela veut dire MIDI ! » ̶ Sa mère s'appelait "MIDI". Cela ne s'invente pas, tout de même ! termina-t-il. Un bruit de stupéfaction générale persistait désormais longuement dans la salle. Lorsque le silence revint, Etienne Tarendol dit alors : ̶ Il y a extrêmement peu de personnes qui s'appellent MITTAG en Allemagne3 , comme du reste de personnes portant le nom MIDI en France. En connaissez-vous seulement une ? Personne ne répondit. ̶ Que dire de plus, si ce n'est d'affirmer que c'est la Vérité qui est ici exposée ! L'entière Vérité ! Abdruschin, né à Bischofswerda, sous le nom civil Oskar Ernst Bernhardt, le 18 avril 1875, à midi, EST le Fils de l'Homme annoncé par Jésus ! CAR TOUT - ABSOLUMENT TOUT - L'INDIQUE ! Dans ces dernières paroles, Etienne Tarendol était désormais transporté par sa conviction, comme s'il souhaitait la faire partager à la Terre entière. ̶ Ainsi, la Croix de la Vérité nous montre : D’une part, Jésus, représentant l'Amour qui demeure caché dans le noir de MINUIT ! D’autre part, Abdruschin, représentant la Justice en plein jour, le Soleil rayonnant de MIDI ! Le 18/04/1875, n'était-ce pas d’ailleurs

3

Probabilité évaluée à 1/50 000

134


un dimanche ?... Le "Jour du Soleil" en langue allemande4 , conclut solennement Étienne Tarendol.

Toute la révélations.

salle semblait être ébranlée par ces hautes

Au premier rang, la dame avait désormais les larmes aux yeux, qu'elle essayait vainement d'essuyer. Elle se leva malgré tout. Elle souhaitait manifestement prendre encore la parole et Etienne l'encouragea alors chaleureusement. Elle dit d'une voix tremblante : ̶ Toujours selon cette logique parfaite, le nom de Marie était MI... La dame reprit un instant son souffle et continua assez difficilement :

4

Sonntag = dimanche, die Sonne : le soleil, der Tag : le jour. Idem Sunday en anglais. Il est intéressant de voir que, sur la façade latérale droite de la cathédrale de Strasbourg, une horloge indique exactement Dimanche et M idi ! Le jour et l’heure de la naissance du Fils de l’Homme.

135


̶ Excusez-moi... Je suis très émue... Je voulais dire que, selon cette logique, la mère terrestre de Jésus, Marie de Nazareth devait s'appeler... Marie MINUIT ! Ô Seigneur !… Sur ces mots, la dame s'effondra littéralement sur sa chaise et fondit en sanglots. Un grand silence régnait désormais dans la salle. Ses sanglots semblaient alors résonner encore plus fortement. Etienne Tarendol descendit de la scène, s'approcha d'elle, lui présenta un mouchoir et lui déclara pour essayer de la réconforter : ̶ Nous ne savons rien à ce sujet. Est-ce que les noms patronymes existaient à l'époque chez les Juifs ? Il semblerait que non. Cependant, Marie a pu porter ce nom ou un surnom en relation avec la "nuit". Comme vous, je le ressens très fortement. D'autant plus fortement que j'ai récemment découvert une confirmation symbolique, au hasard d'un de mes voyages de recherches, qui se trouve dans l'église de Birnau, sur les bords du lac de Constance. Dans cette très belle église, de style baroque, deux horloges sont présentées de chaque côté du chœur : l'horloge de la nuit, à gauche, et l'horloge du jour, à droite !

136


Outre le fait que ces deux horloges font étrangement référence à ce que je vous présentais tout à l'heure, il est surtout intéressant de constater que, pour l'horloge de la nuit, c'est ici Marie, les yeux bandés, qui indique l'heure et qu'il est aussi exactement écrit ceci dans l'église : " Marie la nuit : Toi la consolatrice des affligés " Marie la nuit, ou Marie Minuit !… Vous ne l’avez pas inventé, chère madame. C’est bel et bien une réalité… Soudain, dans le milieu de la salle, un homme se leva brusquement et coupa net les paroles d'Etienne Tarendol en criant : ̶ Arrêtez vos propos ! Vous ne dites que des absurdités ! Tout cela est faux ! Vous voulez nous faire croire des choses complètement insensées. Vous êtes en train de tout inventer et vous déstabilisez ainsi les personnes faibles. Regardez donc cette pauvre femme ! L'homme montrait de sa main la dame du premier rang, qui se remettait lentement de ses émotions. ̶ Monsieur, avez-vous un seul instant examiné objectivement tout ce que j'expose ? ̶ Ce n'est pas la peine ! La salle était désormais ébranlée par un vacarme assourdissant. L'individu continuait à invectiver violemment Etienne Tarendol et, tout en s'éloignant vers la sortie, il s'adressa alors au public : ̶ Surtout ne l'écoutez pas ! Cette Croix n'est pas la Vérité ! Si elle l'est, QU'IL LE PROUVE ! L'individu fixa de nouveau Etienne Tarendol du regard, pointa son index vers la Croix projetée sur l'écran et l'interrogea : ̶ Pourquoi cette croix serait-elle la Vérité ? RÉPONDEZ ! Si vous n'êtes pas un charlatan ! ̶ Le Fils de l'Homme l'a lui-même déclaré, répondit Etienne Tarendol. ̶ VOUS NE RÉPONDEZ PAS A MA QUESTION ! 137


Elle est la Vérité. Il nous faut l'admettre ! Faut-il peut-être que je vous croie aveuglément ?! ̶ Assurément pas. ̶ Alors pourquoi CETTE Croix ? ̶ Je ne peux vous répondre précisément. ̶ Vous voyez ! Il ne le sait pas ! C’est un faux prophète ! Cette Croix est fausse ! Sur ces mots, l'individu regarda un instant la Croix sur l’écran, puis, comme s’il ne pouvait en supporter la vue, se retourna violemment et sortit, en claquant la porte si fortement qu'un bruit fracassant résonna dans toute la salle. Sur ces entrefaites, la conférence dut s'arrêter dans une confusion générale. ̶ ̶

138


« LA VÉRITÉ EN IMAGES » Édition 2 – Mai 2009

Pour connaître la suite de l’histoire, l’auteur invite le lecteur à acheter l’ouvrage : « LA VERITE EN IMAGES » sur le site internet :

www.laveriteenimages.fr (Le livre “La Vérité en Images” est un très beau livre avec papier bouffant 90 g et 34 planches couleur sur papier couché 110 g. Le livre est vendu 15 euros + frais de port)

BEAUDET Editions 44, Avenue Jules Bernard - F 26110 NYONS Fax : 00-33-(0)4-83-07-60-12 email : beaudet.editions@orange.fr

139

LA VERITE EN IMAGES  
LA VERITE EN IMAGES  

par Gaspard NESOMET

Advertisement