Issuu on Google+

Nous, réalisateurs, nous racontons de gros mensonges” < Le réalisateur Mike Figgis. p/11

Compétition. My daughter et The good heart projetés aujourd'hui

< Image extraite du film "My daughter". p/08

■ SEM

■ Nabil Ben Yadir. /SEM-DR

LE JOURNAL OFFICIEL DU FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DE MARRAKECH 2009 • Edition du vendredi 11 décembre 2009 • n°7

“Le film Les Barons dit: si tu as un rêve, ose et fais le pas” p/6-7

Les arts martiaux et le 7ème art

chut!

p/10

American beauty, L'auberge rouge, Voyage au bout de l'enfer... Ils ont tous leurs secrets de tournage

in&out

p/13

Interview • Christopher Walken, célèbre acteur américain, que le public a pu voir dans Voyage au bout de l'enfer, Sleepy Hollow ou encore - plus récemment dans Arrête moi si tu peux a accordé une interview au journal Officiel du FIFM. • Rencontre avec cette icône du cinéma mondial, qui a accompagné des générations de réalisateurs, et retour sur sa vision du cinéma, de sa carrière et du Festival international du film de Marrakech. • p/09 >

■ Illustration, Christopher Walken. /AUFAIT-DR

plein-feux

p/05

Zoom sur les stars

à-chaud

p/14

L'Officiel du FIFM est édité par

Quotidien des actifs urbains

www.aufaitmaroc.com

marrakechmétéo min

8

max

23

■ PUBLICITÉ

DIRECTEUR DE PUBLICATION: REDA SEDRATI / DEPOT LEGAL 65-06 / EDITION SPÉCIALE FIFM ÉDITÉE PAR AUFAIT

Edouard Baer sera le “pote” de Benoît Magimel dans le prochain film de Marc Esposito

NE JETEZ PAS CE JOURNAL SUR LA VOIE PUBLIQUE : OFFREZ LE À VOTRE VOISIN !


02

FIFM

vendredi 11 décembre 2009

FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DE MARRAKECH

PHOTO

Avant chaque cérémonie du soir au FIFM, une répétition a toujours lieu afin d'assurer le bon déroulement du spectacle et de la projection.../PHOTO-SEM

L'ESAV ouvre, en 2010, ses Masters réalisation et production

Formation. A partir de février 2010, l'Ecole supérieure d'audiovisuel de Marrakech proposera aux étudiants titulaires d'un Bac+3 ou d'un diplôme d'une école de cinéma, deux Masters: un master réalisation et un master production. Formations d'une durée de deux ans, elles auront respectivement pour vocation de former les étudiants à l'écriture et à la réalisation de films, mais aussi à la connaissance des différents outils permettant de produire des films de cinéma, télévision et publicité. Etudiants triés sur le volet, avec dossier de candidature et concours d'entrée, la date limite d'envoie des dossiers pour les candidats intéressés est le 5 janvier prochain à l'adresse master@esavmarrakech.com. Le coût de la formation est de 50.000 dirhams/an, avec possibilité d'obtention d'une bourse.

 L'OFFICIEL DU FIFM Edité par devocean S.A, société certifiée ISO-9001 version 2008 (Bureau Veritas International) RC : 157283 Patente : 36390935 IF : 1104850 Impression: Maroc Soir Directeur général: Brahim Sedrati Directeur de publication : Reda Sedrati Rédactrice en chef: Soundouss El Kasri Secrétaire de rédaction : Muriel Tancrez Planification & correction: Wafae M’rabet, Reda Samie, Farida Ouazzani, Alexandra Girard Journalistes : Imad Bentayeb, Marion Despouys, Malika Guillemain-Loudifa, Rechad Otmane-Tani Photographie: Sami Elmekkaoui Infographie: Mounim Souibi, Yassine Ouali Responsables commerciaux : Zakia Aalla, Mathieu Bihan Administration: Imane Rajraji, Taoufik Benayad Responsable distribution : Abdelhakim Saidi Contacts: Tél: 0522 39 92 55 / 77 / 87 Fax: 0522 39 93 78 E-mail: info@aufaitmaroc.com Site: www.aufaitmaroc.com

Répét' Edito

La tête dans les étoiles, les pieds sur terre Du côté de chez Kiarostami Si, depuis le 4 décembre, le cinéma nous a ouvert grand ses portes en nous livrant ses histoires et ses images, en nous dévoilant ses secrets de tournage et en nous offrons des moments privilégiés de partage avec des acteurs, cinéastes et producteurs, tout aussi fabuleux les uns que les autres, aujourd’hui, à un jour

seulement de la clôture du festival, le suspense demeure tout entier quant à la question de savoir à qui le jury, présidé par Abbas Kiarostami, va remettre l'Etoile d'Or, le Prix du jury, le Prix de l'interprétation féminine et le Prix de l'interprétation masculine.

La Leçon de Cuaron Mais avant de nous intéresser aux différentes récompenses, écoutons d'abord la dernière leçon de cinéma que nous livre Alfonso Cuaron. Après Emir Kusturica et Jim Jarmusch, le cinéaste mexicain de Little Princess (1995), Great Expectations (1998), du fameux Harry Potter, le prisonnier d'Azkaban (2004) et Les Fils de l'homme (2006) nous livre, à son tour, les potions magiques qu'il a utilisées pour confectionner ses films. Ce Master Class sera probablement l’occasion d’en ap-

A noter que l'ESAV est parrainée par de grands noms du cinéma (Abbas Kiarostami, Claude Miller, Martin Scorcese...) et est partenaire d'écoles de cinéma de renom (Ecole supérieure d'audiovisuel de Toulouse, INSAS de Bruxelles...)

wwww.esavmarrakech.com.

■ M.T

prendre sur la réalisation de Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban. Quant au choix de Cuaron pour ce troisième opus du livre de J.K. Rowling, on sait que c'est l’auteur même du livre qui l’a remarqué. ...Depuis, Cuaron, l’un des cinéastes mexicains les plus prometteurs de sa génération, enchaîne les invitations aux festivals, depuis Cannes où il a été membre du Jury en 2007 jusqu'à Marrakech, cette année.

Titanic Une autre leçon, liée cette fois à l'environnement, nous sera donnée le soir sur cette Place magique de Jamaa el Fna, avec une projection sur grand écran, à ciel ouvert et étoilé, du film de Nicolas Hulot, Le syndrome du Titanic. Parce que même pendant un festival de cinéma, il importe de garder les pieds sur terre! ■ La rédaction


04

FIFM

vendredi 11 décembre 2009

PHOTO

Programme du jour

Trois copains d'une banlieue ordinaire traînent leur ennui et leur jeunesse qui se perd. Ils vont vivre la journée la plus importante de leur vie après une nuit d'émeutes provoquée par le passage à tabac d'un des leurs par un inspecteur de police. Le réalisateur français Mathieu Kassovitz signe, avec La haine, un des meilleurs films sur les problèmes des banlieues. Cette oeuvre aura également été un tremplin pour ses acteurs.

• 16h00: OLD BOY (2h)-vostf

► Palais des congrès Salle des Ministres

• 18h30: LOVE & RAGE (1h35) • 20h30: THE GOOD HEART (1h36)

• 11h00: MY DAUGHTER (1H16)

► La haine

• 15h00: THE GOOD HEART (1h36) • 17h30: VALHALLA RISING (1h30) • 20h00: MAO'S LAST DANCER (1h52)

Le Haine sera projeté se soir au Mégarama de Marrakech à 22h30. • 22h30: I AM LOVE (2h)

► Cinéma Megarama

• 22h30: THE LIMITS OF CONTROL (1h56)-vostf

► Palais des congrès Salle des Ambassadeurs • 10h00: KIM'S DAUGHTER (1h37)-vosta • 12h00: THE HOUSEMAID (1h30)-vosta

• 14h30: SUPER 8 STORIES (1h30)-vostf • 17h00: MEMORIES OF MURDER (2h12)-vostf

• 14h30: GOOD BYE LENIN (2h01)- en audio description et vf • 17h00: Master class Alfonso Cuaron • PUBLICITE

• 20h30: MY DAUGHTER (1h16)-vosta

• 20h00: A BITTERSWEET LIFE (2h)-vostf • 22h30: LA HAINE (1h36)-vo

► Place Jemaa El Fna • 18h00: LE SYNDROME DU TITANIC (1h33)-vo

• 22h30: SAWASDEE BANGKOK (1h38)-vosta

► Cinéma Le Colisée

• 14h00: WONDERFUL TOWN (1h35)-vostf

• 11h00: LIFE IS A MIRACLE (2h35)-vostf


FIFM

vendredi 11 décembre 2009 FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DE MARRAKECH

l'interview

05

“Lorsqu’on essayé de donner des dialogues au clown, Laurent et moi, on s’est vite rendu compte que cela n’avait pas de sens. Ce qui nous intéressait, ce qui me motivait c’est le rire des enfants. C’est ce qui permet au Clown de revenir chaque jour: les réactions d’enfants à son spectacle jusqu’au jour où il ne les entend pas et se pose la question de savoir pourquoi” Nabil Ben Yadir à propos de son film Sortie de Clown

RENCONTRE AVEC NABIL BEN YADIR, RÉALISATEUR DU FILM "LES BARONS"

"Les Barons est un film qui dit: si tu as un rêve, ose et fais le pas"

L

e film du réalisateur Nabil Ben Yadir a été projeté mardi dans le cadre de la compétition officielle du FIFM. Les Barons est une comédie qui aborde avec profondeur, mais dérision, le quotidien de trois jeunes bruxellois d'origine maghrébine. Trois "Barons", qui oscillent entre envie de faire et économie de l'effort... Le film est en négociation pour sortir au Maroc. INTERVIEW. Q: Les Barons est un long métrage qui propose un regard novateur puisqu'il adopte le ton de la comédie pour parler de sujets sociaux (l'intégration, le racisme...). Pensez-vous que la comédie et le rire permettent de tout dire?

Pour ma part, je pense que l'humour est rassembleur. Il est la seule manière de parler de tabous. Mais, selon moi, c'est un humour à deux rythmes: celui où tu ris et où tu comprends après. Le fond du film Les Barons est très dur, on aurait pu verser dans le misérabilisme ou la victimisation, mais nous avions la volonté de faire une comédie sur ces jeunes là, afin de montrer que nous pouvons rire de nous-mêmes et que l'on peut rire de tout. Le titre du film est Les Barons, mais c'est en fait une remise en question des barons, des glandeurs.

Pleins de gens disent que les quartiers populaires c'est la jungle, mais pour les mecs des quartiers populaires...c'est l'extérieur, la jungle. Q: Vous parlez de remise en question. Est-ce “le” message que vous souhaitiez faire passer dans le film ou y en a-t-il d'autres?

Le message du film est qu'il ne faut pas rester forcément où tout le monde pense que l'on est censé être, il faut oser. Il faut aller plus loin que sa rue, que son quartier, et dépasser les frontières invisibles qui hantent les quartiers populaires. Pleins de gens disent que les quartiers populaires c'est la jungle, mais pour les mecs des quartiers populaires...c'est l'extérieur, la jungle. Hassan n'est pas un mec qui va avoir une carrière époustouflante, mais il fait un pas. Le film dit : “Si tu as un rêve, si tu as envie, fais le pas”. Q: D'ailleurs, cette philosophie du

pas qui dit, selon les Barons, que chaque être humain a un nombre de pas limité dans sa vie et qu'il s'agit donc d'en faire le moins possible pour ne pas mourir jeune. Comment vous est-venue cette idée de fonder le film sur cette idée?

C'est une philosophie de vie qui est née d'une blague entre amis. Un jour, un ami nous appelle pour nous dire “J'ai trouvé une discothèque où l'on va pouvoir rentrer”. Et puis finalement, comme d'habitude, on ne nous a pas laissé rentrer. On lui a alors dit : “Tu nous a fait faire des pas pour rien”. Et finalement, c'est devenu une philosophie de vie, celle de ne pas bouger, de ne pas aller voir plus loin que son nez, voir les gens vivre. Mais, faire un pas, être amoureux, ce n'est plus être un Baron. Q: On peut remarquer dans le film que le Maroc est très présent, par les personnages, les coutumes, la darija. Était-ce important pour vous de rendre le Maroc aussi présent, et qu'évoque en vous votre biculturalité?

Pour moi, cette double culture est très enrichissante. La communauté marocaine est la plus grande communauté maghrébine en Belgique. Ainsi, le Maroc en filigrane était une vraie volonté. En fait, Hassan dans ce film, c'est un peu moi. Q: Votre film a beaucoup fait rire la salle lors de sa projection. Un humour juste, efficace et parfois surréaliste - dans les scènes et la façon de filmer -. Est-ce voulu?

J'ai réalisé ce film comme on réalise un rêve...Je pense que quand tu arrives avec un film qui s'intitule Les Barons, avec comme personnages Aziz, Hassan et Mounir...Tu t'attends à voir un film caméra épaule, où il pleut, où il y a des flics partout (ndlr. il n'y a pas de policiers dans le film Les Barons)... Et j'ai fait l'inverse, je me suis amusé avec les personnages et la caméra. Q: Et d'où vient cette volonté de donner autant ce look “Nike Air Max, Lévis et veste en cuir” aux trois protagonistes?

Ils n'inventent pas le style. Moi-même j'ai fait un effort pour le Festival (rire). Mais ce look là, c'est nous en fait.

Nabil Ben Yadir, réalisateur du long métrage Les barons, sélectionné au , FIFM en compétition officielle. /SEM

Les Barons existent vraiment, mais j'aimerais qu'il y ait plus de Hassan que de Mounir (ndlr. ce dernier n'a pas d'ambitions). En fait, autant pour leurs parents quand ils sont arrivés en Belgique, c'était “rêve pas trop”. Autant, là le message c'est “Tu ne rêves pas assez”. Q: Vous disiez tout à l'heure qu'il serait mieux d'avoir plus de Hassan que de Mounir. Concernant la Belgique, quel est votre regard sur cette seconde génération qui est partagée entre traditions et occidentalisation?

A Bruxelles, il y a un vrai problème de reconnaissance de ces jeunes puisqu'on les appelle les “allochtones” (ndlr. terme désignant une personne résidant en Belgique, dont un ou les deux des parents n'y est pas né), les Belges d'origine maghrébine, ou les arabes...A l'heure où il y a en France un débat sur l'identité nationale, en Belgique, on est plutôt dans la non-identité nationale. Alors, forcément, vu que le modèle d'identification nationale est inexistant, on s'identifie par communautés, par quartiers. Les Barons, ce sont des gens qui inventent leurs codes,

leur univers pour vivre. Q: Et d'où est née l'idée de les appeler les barons?

C'était comme une manière de les anoblir. De les rendre comme des aristocrates qui ne paient pas d'impôts...Eux, c'est pareil, ils ne paient pas d'impôts car ils ne travaillent pas. Les barons sont en quelque sorte des “aristos urbains”. Q: J'ai entendu dire que votre mère était avec vous à Marrakech pour le Festival. Que représente pour vous le fait de l'amener ici pour la projection et son regard sur le film?

Elle était très fière du film et de venir ici. C'est elle qui m'a fait découvrir des films de Bollywood, d'Alfred Hitchcock, d'autres avec Louis de Funès... A la maison, on ne regardait pas Scarface. C'est elle qui m'a donné envie de faire du cinéma. Et la ramener aujourd'hui à Marrakech est une vraie reconnaissance. C'est un cadeau pour ma mère. La seule chose gênante c'est que dès qu'elle aperçoit une personne qu'elle a déjà vu à la télévision, elle veut faire une photo avec elle... (rire) Mais c'est un vrai plaisir de famille! ■ Propos recueillis par Muriel Tancrez


06

FIFM

vendredi 11 décembre 2009

FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DE MARRAKECH

FEARLESS. Après avoir prêté ses traits au mythique Wong Fei-Hung dans la

pleins feux

saga Il était une fois en Chine, le bondissant Jet Li se glisse dans la peau d'une autre figure légendaire des arts martiaux chinois dans Fearless. Sous la direction de Ronny Yu, il incarne Huo Yuanjia, un maître qui vécut de 1869 à 1910 et fut le fondateur et le chef spirituel de la respectueuse Jin Wu Sports Federation. Affrontant tour à tour des adversaires japonais, espagnol ou allemand, Jet Li démontre dans les premières images du film, en ligne sur le site officiel, qu'il maîtrise toujours l'art du combat...

Arts martiaux & 7

ème

L

Art

orsqu’on pense cinéma des arts martiaux on pense à Bruce Lee. Pourtant d’autres acteurs que celui que l’on surnommait le Petit Dragon ont contribué à rendre le cinéma martial populaire et spectaculaire.

 EXTRAIT DE LA FILMOGRAPHIE DE BRUCE LEE 1941 : Golden Gate Girl. Il joue un enfant. 1966 : Le Frelon vert (série télévisée). Il joue Kato. 1969 : La Valse des truands de Paul Bogart. 1971 : Big Boss de Lo Wei. Le film qui le révèle en Asie et en Occident. 1972 : La Fureur de vaincre de Lo Wei un film historique. 1972 : La Fureur du dragon de Bruce Lee avec Chuck Norris dans un de ses premiers rôles, pour un combat au Colisée de Rome où le héros défend un restaurant chinois. 1973 : Opération dragon de Robert Clouse produit par Warner. 1978 : Le jeu de la mort de Robert Clouse. Ce film ne contient que quelques scènes effectivement tournées par Bruce Lee, un sosie, de dos, se chargeant de joindre les morceaux épars, dont on ne retiendra au fond que le combat avec Kareem Abdul-Jabbar.

GENRE. Dans le cinéma martial, il y a un avant et après Bruce Lee. Avant? Il y a eu Liu Chia Liang (photo à droite). Si cet homme est assez méconnu du grand public, il n’en a pas moins joué un rôle primordial. D’ailleurs, on peut même avancé que si Liu Chia Liang (né en 1936) n’avait pas existé, nous n'aurions certainement pas eu les films d'arts martiaux que nous connaissons aujourd'hui. Pour la petite histoire, ce réalisateur, acteur et chorégraphe hongkongais a appris les arts martiaux de son père, qui les avait lui-même appris de son père. Avant d'être probablement le plus grand réalisateur de films de kung-fu, Liu Chialiang est surtout un authentique maître en arts martiaux chinois. Liu Chia-liang est âgé de 15 ans lorsqu’il commence ses premières figurations dans le cinéma hongkongais. A cette époque, le kung-fu, tel qu'il apparaît à l'écran, ne ressemble

,Bruce Lee et Chuk Norris dans La Fureur du Dragon.

en rien à du kung-fu. Changement de ton grâce à la série Wong Fei Hong (80 épisodes) dont il est acteur réalisateur. Tout le clan Liu va même figurer à l’écran. Pour la première fois, on montre du (vrai) kung-fu et la série remporte un tel succès que le cinéma cantonais va enfin pouvoir s’affirmer et concurrencer le cinéma mandarin alors en vogue. En 1966, il réalise un véritable coup d’éclat avec The Jade Bow (1966). Mélange de film de sabres (wu xia pian),

/DR

de kung-fu authentique et d'effets spéciaux, son oeuvre conquiert le public. Résultat, la Shaw Brothers l'engage illico et Liu Chia-Liang devient, en compagnie de Tang Chia, le directeur de combats du réalisateur Chang Cheh, alors figure majeure du cinéma d'arts martiaux et à l’origine de plus d'une centaine de films. Outre le recours au sabre mandarin et le kung-fu de Shaolin, ses films se caractérisent par un usage abondant du sang (les personnages éventrés se contorsionnent, grimacent, avant finalement de tomber, agonisant avec d'atroces douleurs). Le duo Chang ChehLiu Chia-liang règne alors sur le box-office local durant toute la seconde moitie des années 60. Le Petit Dragon Cet âge d'or du duo Cheh-Liu Chia-liang prend brusquement fin avec l'arrivée de Bruce Lee et son style de combat à mains nues. Dès le début, Bruce Lee (1940-1973) s’impose par son physique mi-oriental, mi-occi BRUCE… MANGA Le personnage principal de la série Ken le survivant, est très librement inspiré de Bruce Lee, que ce soit dans son apparence (coupe de cheveux, sourcils noirs, muscles saillants...) ou dans sa voix et ses cris qui rappellent le petit dragon dans ses films. Dans le manga Naruto, Rock Lee est un clin d'œil à Bruce Lee. Dans le manga Shaman King, Lee Pyron est aussi très inspiré de Bruce Lee.

,Liu Chia Liang.

/DR

dental. Personnage emblématique du cinéma asiatique, il reste l’une des figures qui ont marqué le monde du cinéma et des arts martiaux. Cinq films auront suffit pour imposer au monde entier un nouveau style de cinéma et développer les sports de combat à l'échelle mondiale. C’est réellement en 1971 avec Big Boss, le premier film d'une série de cinq, que la carrière de Bruce Lee va démarrer et le mener au rang de star internationale. Il a alors 31 ans. De par la mise en scène et le jeu des acteurs, on peut dire que Big Boss est un premier essai dans le cinéma d'arts martiaux. Ce qui a fait le succès de ce film? Les chorégraphies mises en scène par Bruce Lee, son incroyable présence ainsi que l'efficacité incisive des combats. Le film fait un véritable carton et engrange dès les trois premières semaines une recette de 3.5 millions de Dollars, un record pour l’époque!

Un nouveau tournant pour le cinéma des arts martiaux L’année suivante sort La fureur de vaincre, second film de Bruce Lee. Ce deuxième opus sera la révélation. Il efface tous les manques de Big Boss. Les scènes de combats sont mieux filmées, la mise en scène est plus sure. Quant à La Fureur du Dragon, le troisième film de Bruce Lee, il va résolument changer le cours des choses dans le monde du cinéma d'arts martiaux. Ce troisième opus va connaître un succès encore plus grand


FIFM

vendredi 11 décembre 2009 FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DE MARRAKECH

07

TICKETS. Le film Dragon, l'histoire de Bruce Lee, était censé être basé sur le livre Bruce Lee, The Man Only I Knew de Linda Lee (femme de Bruce), mais en réalité, le réalisateur Rob Cohen a avant tout créé une fiction, en y incluant et en changeant fortement des éléments réels de la vie du petit dragon.

pleins feux que celui de Big Boss. Cette fois, des champions de Karaté comme Chuck Norris et Bob Wall vont le suivre. Bruce Lee s'occupe une nouvelle fois de la chorégraphie et, le plus étonnant, Chuk Norris et Bob Wall acceptent tous les deux de se faire battre à l'écran (ils reconnaissaient en effet les capacités de Bruce Lee). Bruce Lee, va alors devenir le maître absolu des arts martiaux grâce à l'art qu'il a inventé, le Jet Kun Do (voir encadré). La Fureur du Dragon doit aussi son succès au fait que les combats se passent en zone urbaine, avec des armes blanches comme le “NunChaku”. Bruce Lee va s'en servir, un dans chaque main, contre une douzaine d'adversaires avant d’être finalement confronté au maître Chuk Norris, dans l'enceinte du Colisée. Ce combat restera dans les anales du cinéma d'arts martiaux. Un combat, sans le grand maître d'arts martiaux Opération dragon, le quatrième volet des cinq films, sort à l'époque où Sean Connery incarnait James Bond. Durant cette période, les films d'actions et d'espionnage sont à la mode et Bruce Lee va s’en inspirer pour le scénario. Le film, produit par la Warner, prend alors une tout autre dimension. Opération Dragon donne une nouvelle impulsion à la carrière de Bruce Lee. Malheureusement, il ne connaîtra jamais l'impact de son film puisqu'il mourra un mois avant sa sortie. Son tout dernier film, dont le tournage a démarré juste avant sa mort,

,Jackie Chan s'illustre dans un art martial très chorégraphié, à la foi comique et acrobatique. Un style bien à lui. Le jeu de la mort, ne sera quant à lui jamais terminé par Le Petit Dragon. Bruce Lee y sera présent seulement 14 minutes. Le reste du film fut interprété par des doublures comme Jackie Chan et Yuen Biao. Le thème, très certainement le meilleur de la série, a dû changer en cours de route mais l'idée de Bruce Lee était en effet de faire s'affronter les plus grands maîtres d'arts martiaux issus des disciplines comme le Karaté, l’Hapkido, etc. Le 20 juillet 1973, Bruce Lee

décède d'un oedème cérébral du à une interaction médicamenteuse. Plus de trente ans après, l’acteur est, aujourd’hui encore reconnu comme l'un des maîtres inégalés dans le monde des arts martiaux et reste pour tous les pratiquants une référence. A l'instar de Marylin Monroe ou de James Dean, Bruce Lee trône dans le panthéon des légendes maudites du 7ème art. Il est enterré au cimetière de Lake View à Seattle, aux côtés de son fils Brandon, lui aussi mort dans des conditions mystérieuses

/DR

en 1993. La sépulture de Bruce Lee reste encore à ce jour un lieu de pèlerinage pour ses admirateurs, qui chaque jour viennent du monde entier lui rendre hommage. Que retiendra t-on de la (trop) courte vie du Petit Dragon? Tout d'abord, il reste comme celui qui a réellement popularisé les arts martiaux en occident, tout en leur rendant un second souffle en Chine, où la Révolution culturelle les avait quelque peu pris pour cible. Le plus admirable reste le contexte dans lequel Bruce Lee a su imposer ses convictions: alors que les Chinois voulaient garder leurs secrets loin des ”ennemis” étrangers, Lee a promu l'idée, aujourd'hui totalement adoptée, que les arts martiaux sont le patrimoine de l'humanité entière et non d'une nationalité particulière. L’après Bruce Lee A la suite de la disparition

de Bruce Lee, de nombreux acteurs tentent leur chance dans le cinéma d'arts martiaux, à Hong Kong comme à Hollywood. Aujourd’hui, les principaux acteurs de ce genre, Jackie Chan, Michelle Yeo, Jet Li, entre autres, y font maintenant carrière. Jackie Chan, l'incontournable cascadeur d’un Kung-Fu comédie et acrobatique de Hong-Kong est sans conteste la tête de file d'un genre bien à lui. Il intègre l'aspect artistique du cirque dans les combats et utilise le décor comme tremplin martial. Cette interaction avec les éléments du décor fait mouche, le style Jackie Chan est né. Il est aujourd’hui l'un des acteurs asiatiques les plus connus au monde avec Jet Li. Tous deux sont considérés comme les plus proches successeurs de Bruce Lee, en terme de popularité. Jet Li lui avait d'ailleurs rendu hommage à travers le film Fist of Legend, nouvelle version du célèbre La Fureur de vaincre. ■ Malika Guillemain-Loudifa

 JEET KUNE DO

,Jet Li en pleine action dans La fureur de vivre (Fist of legend - 1994).

/DR

Le Jeet Kune Do ou JKD (traduction : “voie du poing qui intercepte”) est un art martial créé aux États-Unis, aux alentours de 1964, par Bruce Lee. Il ne s'agit pas à proprement parler d'un style de combat, mais plutôt d'un concept, qui consiste à étudier plusieurs arts martiaux ou autres sports pour faire évoluer sa propre pratique. On retrouve les éléments du Wing Chun, un art martial chinois que pratiquait Bruce Lee. Le JKD contient des coups de pieds propres au Kung fu Wushu du Nord et des coups de Boxe anglaise, d'escrime, d'hapkido, de jiujitsu. Il a même intégré des éléments inspirés par Mohamed Ali. Le Jeet Kune Do, bien qu'issu des arts “traditionnels”, rompt avec l'éthique habituelle: on a parfaitement le droit de mordre, de crever les yeux, de frapper les hommes dans leur intimité; c'est une méthode de combat en situation réelle. Le Jeet Kune Do est très axé sur le développement physique, l'autodéfense et le combat.


08

FIFM

vendredi 11 décembre 2009

FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DE MARRAKECH

DAGUR KARI. Le film Dark Horse a été présenté en Sélection officielle au Festival de Cannes en 2005 dans le cadre de la section “Un Certain Regard”. La poésie qui émane de ce film en noir et blanc a été récompensée d'un Grand Prix au Festival du Film européen de Bruxelles en 2005. Par ailleurs, comme pour Noi albinoi, Dark horse est porté par l'envoûtante musique de Slowblow, le groupe composé du réalisateur Dagur Kari et de son ami Orri Jonsson.

compet'

"My daughter", de Charlotte Lim Lay Kuen

■ Muriel Tancrez

» MY DAUGHTER (MALAISIE)

 BIO & FILMOGRAPHIE

Réalisatrice:

Charlotte Lim Lay Kuen Interprètes : Lai Fooi Mun, Chua Thien See, Lam Wen Haur, Lee Eng Kew, Chee Cheong Hoe Producteur : Yen San Michelle Lo Scénariste : Charlotte Lim Lay Kuen Pays : Malaisie Année : 2009 Durée : 76 minutes Format : Betacam. Couleurs. 1,85. Mono Malais et mandarin sous-titrés français, arabe et anglais Projection : Vendredi 11 décembre à 11h00

C'est le cas de Faye -héroïne de l'histoire-, jeune fille de dixhuit ans qui vit avec sa mère célibataire qui l'a élevée seule. Cette mère, qui tente de refaire sa vie et qui enchaîne pourtant avec les hommes des relations sans lendemain. Une mère livrée à son angoisse de la solitude, une tristesse dont est témoin sa fille, Faye. De cette dure intimité partagée avec sa mère, Faye vient à éprouver des sentiments contradictoires, d'amour mais aussi de haine. Mais lorsque la mère lui apprend qu'elle est enceinte, l'adolescente ne parvient plus à contenir ou contrôler ses émotions...

,Photo extraite de "My daughter".

/DR

MALAISIE. Pour

un premier long-métrage, la réalisatrice malaisienne Charlotte Lim

Lay Kuen s'attaque à un sujet humain et souvent complexe: celui des rapports avec la fa-

mille, ces proches avec lesquels on se laisse facilement aller à l'intransigeance.

Née dans la ville de Malacca (Malaisie) en 1981, Charlotte Lim Lay Kuen, après l'obtention de son dipôme en radiodiffusion, et après avoir travaillé pour de nombreuses publicités télévisées, obtient le poste d'assistant-réalisateur du réalisateur Ho Yuhang's pour son film Au bout du petit matin. En 2007, elle est embauchée par une production de Hong Kong pour travailler pour Mummy 3 - Tombeau de l'Empereur Dragon comme coordonnatrice de production. Elle vient de réaliser en 2009 My daughter (Ma fille) - son premier long métrage - qui a été sélectionné en octobre dernier au “Pusan International Film Festival” (Corée du sud).

"The good heart", de Dagur Kari » THE GOOD HEART (ISLANDE) Réalisateur:

Dagur Kari Interprètes : Paul Dano, Brian Cox, Isild Le Besco, Damian Young, Bill Buell Producteur : Skuli Fr. Malmquist & Thor Sigurjonsson Scénariste : Dagur Kári Pays : Etats-Unis Année : 2009 Durée : 96 minutes Format : 35mm. Couleurs. Scope. Dolby SRD Anglais sous-titré français et arabe Chef opérateur: Rasmus Videbæk Monteur: Andri Steinn Compositeur: Dagur Kári & Orri Projection : Vendredi 11 décembre à 15h00

ISLANDE. La réalité est multi-

ple et dépend du regard que l'on y appose... C'est un peu ce que démontre dans The good heart le réalisateur islandais Dagur Kari en faisant s'opposer deux personnages comme sont contraires l'ombre et la lumière sur le mode du conte. Lucas, un garçon marginal, rencontre par hasard Jacques, un patron de bar grognon affaibli par cinq attaques cardiaques. Sachant que ses jours sont comptés, celui-ci décide alors de prendre sous son aile abimée Lucas, dans l'espoir que celui-ci reprenne son affaire. Tout les oppose pourtant: Lucas est jeune, sincère, optimiste et voue son quotidien à aider son prochain. Jacques, lui, est misanthrope, misogyne, malade et amer. Néanmoins, leur entente se passe à merveille jusqu'au jour où April, une jolie hôtesse de l'air un peu éméchée, fait irruption dans le bar et va tout

 BIO & FILMOGRAPHIE

,Image extraite du film "The good heart".

/DR

chambouler... Une histoire de contraire pour

des personnages décalés et en ■ Muriel Tancrez mal d'amour.

Dagur Kari est né à Paris en 1973 et est de nationalité islandaise. S'il a depuis toujours eu le cinéma pour passion, il est aussi réalisateur de musiques de films. The good heart est le quatrième de ses longs métrages, après Villiljos en 2001, Noi l'albinos en 2003 et Dark Horse en 2005.


FIFM

vendredi 11 décembre 2009 FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DE MARRAKECH

09

HAIRSPRAY. Craig Zadan et Neil Meron, les producteurs d'Hairspray, sont

l'interview

des vétérans en matière de comédie musicale et donc une garantie de qualité indéniable pour le long métrage. Les deux producteurs ont été les producteurs exécutifs du film musical oscarisé Chicago, qui avait remporté six statuettes en 2002 dont celle du Meilleur film. Hairspray a été nominé aux MTV Movie Award 2007 dans une catégorie pour le moins cocasse, celle du Meilleur film de l'été... que vous n'avez pas encore vu.

RENCONTRE AVEC CHRISTOPHER WALKEN

“Juste après le Festival j’irai visiter Mogador”

S

ilhouette taillée dans le roc et regard hypnotique, à 65 ans, le magnétisme de Christopher Walken séduit toujours et la star continue de hanter les décors hollywoodiens. De Sidney Lumet à Quentin Tarantino, Christopher Walken a accompagné plusieurs générations de réalisateurs… Interview avec une icône du cinéma mondial. INTERVIEW. Q: Comment avez-vous entendu parler de Marrakech et de son festival?

J’avais entendu parler de Marrakech à travers plusieurs amis qui ont déjà été là pour le festival. Je pense, entre autres, à Sigourney Weaver qui était là l’année précédente et qui m’a raconté de très belles choses au sujet de ce merveilleux pays et de Marrakech. Aujourd’hui, je suis là et je suis très heureux. J’ai été très ému par l’accueil chaleureux que les organisateurs m’ont réservé. J’ai aussi été très ému par l’hospitalité et la générosité du Prince Moulay Rachid.

“Je crois que si je deviens président ma première décision serait de fermer tous les zoos” Q: Vous avez joué dans un nombre incroyable de films. Ne pensez-vous pas tenter l’expérience derrière la caméra?

Franchement non. Je crois que la réalisation c’est beaucoup de travail et je crois que je suis un peu paresseux (Rires). Q: Il paraît que vous comptez vous présenter aux élections présidentielles aux Etats-Unis…

(Rires) Oui j’ai entendu parler de ça aussi. Je ne sais pas d’où vient cette rumeur mais je crois qu’actuellement avec internet on peut dire tout ce qu’on veut sans prendre le temps de vérifier. Mais ça ne

,Christopher Walken lors d'une conférence durant le festival. veut pas dire que je ne veux pas être président (Rires).

/SEM

Q: Si vous devenez président, quelle serait votre première décision?

Je crois que si je deviens président la première décision serait de fermer tous les zoos.

sieurs films musicaux. Mais quand je suis venu au monde du cinéma on ne faisait plus, -sinon que très rarement- ce genre de films, d’abord parce qu’ils coûtaient cher et étaient démodés. Aujourd’hui, je sens qu’il y a un retour de ce genre quoique très timide encore.

Q: Marlon Brando avait dit un jour que pour être acteur il faut être fou. Qu’en pensez-vous?

Q: Beaucoup disent que l’âge d’or du cinéma américain est passé, qu’en pensez-vous?

(Rires) Marlon Brando était une personne très drôle et je me sens toujours fier d’avoir eu la chance de le côtoyer pour quelque temps. A propos de ce qu’il disait par rapport au métier d’acteur, je crois que ça fait partie de son grand sens de l'humour. Q: Vous avez un amour particulier pour les films musicaux. Ne vous sentez-vous pas triste qu’il y’en a beaucoup moins qu’avant?

Certainement. Je crois que si j’avais été dans le show-business trente ans plus tôt je pense que j’aurais fait plu-

Sincèrement, je crois que nous sommes toujours en train de vivre l’âge d’or du cinéma aux États-Unis. Seulement voilà, la déferlante des blockbusters ne permet pas de le sentir. C’est malheureux quelque part de voir que la diversité des genres soit aujourd’hui opprimée et reléguée dans l’ombre par la grosse industrie. Chaque film qui coûte des centaines de millions de dollars tue dix petits films à côté. Je crois qu’avec autant d’argent dépensé par film, il est possible d’en faire des dizaines avec une garantie de diversité et de qualité.

Q: Ne pensez-vous pas quandmême qu’il y a moins de moins de films qui sont produits?

Je crois que cela est dû notamment à la période dans laquelle nous vivons actuellement. Une période économiquement très difficile. Cette crise est mondiale et je crois que la production cinématographique mondiale en souffre. Je n’ai jamais vu de ma vie autant de projets annulés en une période aussi courte. Q: Pour jouer le rôle pour lequel vous avez été oscarisé, Voyage au bout de l’enfer, étiez-vous sous un régime alimentaire particulier?

Oui, pour être dans ce rôle j’ai du m’astreindre à un régime alimentaire très particulier surtout à bas de riz et de bananes. Q: Comptez-vous revenir au Maroc?

Certainement! D’ailleurs, juste après le Festival j’irai visiter Mogador, la ville où Orson Welles avait tourné Othello. ■ Propos recueillis par Imad Bentayeb et Hicham Lazrak


10

FIFM

vendredi 11 décembre 2009 FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DE MARRAKECH

chut !

TICKETS. Assemblage du travail de trois réalisateurs, pour faire un film d'un seul tenant, et relatant l'histoire de plusieurs personnages qui se rencontrent dans un train, Tickets est l'oeuvre du trio Ermanno Olmi, Ken Loach et Abbas Kiarostami. C'est Ermanno Olmi qui imagina, le premier, l'histoire du vieux scientifique dans le train, conçue en plusieurs séquences. Reprenant certains personnages d'Olmi, Ken Loach écrivit la suite avec le concours du scénariste Paul Laverty. Enfin, Abbas Kiarostami créera une nouvelle histoire, habitée par de nouveaux personnages et qui se déroulera parallèlement à celle d'Olmi.

Secrets de tournage American Beauty, de Sam Mendes (1999) En tant que metteur en scène de théâtre, Sam Mendes a connu de grands succès, dirigeant des stars telles que Nicole Kidman dans The Blue Room (d'après La Ronde de Schnitzler), Ralph Fiennes dans Troilus et Cressida, ou encore Judi Dench dans La Charrue et les Etoiles et La Cerisaie. Il a obtenu l'Oliver Award de la mise en scène pour Othello. Avec American Beauty, il réalise son premier film !

,

/DR

L'auberge rouge, de Gérard Krawczyk (2007) L'histoire de L'Auberge rouge est inspirée d'un authentique et horrible fait divers survenu en Ardèche dans les années 1830: Pierre et Marie Martin, deux anciens fermiers devenus propriétaires de l'Auberge de Peyrebeille, sont reconnus coupables d'avoir assassiné et détroussé des voyageurs ayant eu le malheur de venir frapper à leur porte. Ils seront guillotinés dans la cour même de leur établissement, devant une foule de près de 30.000 personnes. Avant d'inspirer les cinéastes Claude Autant-Lara (L'Auberge rouge, 1951) et Gérard Krawczyk (L'Auberge rouge, 2007), “l'affaire de l'auberge rouge" fournit à Honoré de Balzac la matière d'un roman publié en 1831 dans La Revue de Paris, édité en volume chez Gosselin dans les Nouveaux contes philosophiques. Ce roman fut lui-même à l'origine d'un film muet réalisé par Jean Epstein en 1923 L'Auberge rouge.

Voyage au bout de l'enfer, de Michael Cimino (1978) Robert De Niro et John Savage refusèrent d'être doublés pour la fameuse scène de fuite en hélicoptère où ils tentent d'y grimper et finissent par lâcher prise pour retomber dans le fleuve. Cette périlleuse cascade nécessita quinze prises et deux jours complets de tournage. Durant la scène de la roulette russe, d'une rare violence, Robert De Niro recevra pour de vrai les coups portés par ses tortionnaires. Il sera frappé plusieurs fois au visage. L'acteur avouera que cette séquence a été l'une des plus difficiles à tourner de sa carrière. Afin de paraître amaigri pour la scène de la roulette russe, Christopher Walken se nourrissa plusieurs jours durant uniquement avec des bananes et du riz. L'URSS, quatre pays d'Europe de l'Est et Cuba quittèrent le Festival de Berlin à la vision du film. Leurs représentants déclarèrent que Voyage au bout de l'enfer insultait le peuple vietnamien. ■ La rédaction

,

/DR

,

/DR


FIFM

vendredi 11 décembre 2009 FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DE MARRAKECH

11

NUANCE. De passage à Los Angeles, Mike Figgis a été retenu, plus

longtemps que prévu, par la police des frontières. Questionné sur la raison de sa présence à L-A, il aurait répondu qu'il était là “to shoot a pilot” (traduisez "pour filmer une émission-pilote" mais aussi, pour tuer un pilote!). Ce n'est qu'après l'avoir longuement interrogé que la police a fini par le relâcher. Cette histoire a été par la suite nuancée par Mike Figgis, lui même, expliquant qu'il avait pensé dire ça mais s'était repris juste à temps. De plus, la scène aurait eu lieu à Toronto et non pas à L-A.

l'interview MIKE FIGGIS

"Nous, les réalisateurs, racontons de gros, gros mensonges"

M

ike Figgis, le réalisateur-musicien, et membre du jury de la 9ème édition du festival, nous a confié quelques secrets: ce qu'il pense d'Abbas Kiarostami, pourquoi la musique l'a amené vers le cinéma et pourquoi les réalisateurs sont de gros menteurs... Magnéto ! RENCONTRE. Q: Mike Figgis, pourquoi avoir accepté de faire partie du jury de cette 9ème édition du FIFM?

Ces deux dernières années, j’ai entendu des confrères qui sont venus à Marrakech et qui ont passé un très bon moment. Ils m’ont dit que c’était un très bon festival. Les festivals aujourd’hui sont généralement très commerciaux. Et j’avais l’intuition que ce serait un festival très sympathique et enrichissant. De plus, c’est un festival qui se déroule en dehors de l’Europe, et je pense que c’est très important. Et puis la météo de Londres en ce moment est plutôt affreuse. Deux semaines avant de venir à Marrakech, j’ai regardé le temps qu’il y faisait. J’ai vu qu’il ferait très beau. Donc, c’est un très bel endroit, et il fait très beau, donc c’est un bon cadre de festival: vous regardez des films puis vous allez vous détendre dans de beaux jardins.

Le cinéma est une parfaite combinaison entre le son, la musique, les images et le texte. Q: Que pensez-vous du président du jury, Abbas Kiarostami, en tant que réalisateur?

Il est terrible! Il est horrible! Parce que c’est un génie! (rires). Nous avons été ensemble dans un jury, il y a une dizaine d’années au Festival international du film de San Sebastian. Je l’avais rencontré là-bas et c’est un plaisir de le retrouver. Il a eu une grande influence sur le cinéma et les jeunes réalisateurs, il les inspire sur la façon d’utiliser la vidéo et comment faire un nouveau genre de cinéma. C’est la

,

/SEM-DR

personne parfaite pour être le président du jury, tout le monde le respecte beaucoup. Q: Quel genre de cinéma regardezvous?

Je n’en regarde pas. J’ai arrêté d’en regarder. J’ai vu tellement de films… Je suis également musicien, et j’aime beaucoup lire. Je regarde de vieux films sur DVD. Je ne regarde pas beaucoup de télévision. Malgré cela, par rapport au festival, je suis très content d’être là. Je sais que mon job, c’est de regarder une quinzaine de films. Il y a aussi d’autres bons films qui ne sont pas en compétition. Je le vois comme une période de visionnage intense et très concentrée. C’est très intéressant, car ce sont des premiers ou seconds films de jeunes réalisateurs. Et qui viennent de différentes parties du monde. Donc je suis très intéressé par ce qu’ils font. C’est une opportunité assez rare. Je suis très content de les voir. Q: Vous êtes musiciens, vous avez joué dans un groupe de rythm’n’blues, Gas Board, et vous composez la musique de vos films. Jouez-vous toujours de la musique?

Oui. Toujours. J’ai étudié la musique, et je joue de la trompette, de la guitare, de la basse, des percussions et du piano. J’aime la musique car j’aime jouer tous ces instruments. Parfois, j’ai mon propre groupe. D’autres, je joue avec certains musiciens. Je joue de la musique tous les jours. Q: La musique vous permet-elle de transmettre des émotions que le cinéma ne permet pas?

Oui. Une des raisons qui m’a amené vers le cinéma, c’est que le cinéma est une parfaite combinaison entre le son, la musique, les images et le texte. En mettant toutes ces choses ensemble, vous faites du cinéma. Si vous voulez être réalisateur, vous devez essayer de comprendre le mieux possible toutes ces choses. J’ai étudié l’écriture, le cinéma, la musique, et aussi le «sound design». Et j’essaie, lorsque je fais un film, de marier toutes ces choses. Quand vous tenez une caméra pour filmer, vous devez laisser une place dans votre esprit, même très abstraite, pour la musique. Q: Travaillez-vous sur un nouveau

projet?

Oui. J’ai réalisé un film au printemps à Londres et au Luxembourg. Le film parle d’un réalisateur et écrivain qui, en quelque sorte, se rapproche trop de ses personnages. Q: Cette histoire parle-t-elle de vous?

C’est une projection de moi. Souvent, je pense que lorsqu’on fait un film, on essaie très fort de retranscrire la réalité. Mais ce n’est pas réel. Pourtant, on essaie de faire en sorte que les spectateurs pensent que c’est réel. Je suis fasciné par ce désir de convaincre les spectateurs de quelque chose qui est faux. Nous racontons des mensonges. De gros, gros mensonges. A force de faire ça, on devient un peu fou, en fait, parce qu’on essaie si dur de raconter des mensonges de la meilleure manière… Je suis un adulte, pas un enfant. Pourquoi suis-je obsédé par cela? Ce qui m’intéresse c’est: pourquoi faisons-nous cela? Je pense que je connais les raisons. Et je pense que c’est bon de se poser la question. ■ Marion Despouys


Chaque matin, une nouvelle rencontre avec l’information

aufait, c'est chaque jour 45 000* exemplaires distribués par notre réseau de colporteurs à Casablanca, Rabat, Salé, Marrakech, Fès et Tanger du lundi au vendredi. (* source OJD Maroc).


FIFM

vendredi 11 décembre 2009

13

FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DE MARRAKECH

in & out

Le réalisateur danois, Morten Giese, qui présente , son film "Love & rage" en compétition officielle. /SEM

Les frères Noury - Swel , et Imad -, réalisateurs

marocains du film "The man who sold the world" sélectionné en compétition officielle./SEM

L'acteur danois Cyron Melville, présent à l'affiche de "Love , & rage", film de Morten Giese en compétition officielle. /SEM

Saksiri Chantarangsri, le , célèbre producteur thaïlandais lors de la conférence de la délégation Thaîlandaise./SEM

Yongyoot Thongkongtoon, , réalisateur et scénariste thaïlandais du film "The iron ladies" projeté durant le Festival./SEM

Kongdej Jaturanrasmee, , réalisateur thaïlandais du film "Midnight my love"./SEM

Songyos Sugmakanan, réalisateur , et scénariste thaïlandais du film

"Dorm", projeté dans le cadre du regard sur la Thaïlande proposé par le 9ème FIFM./SEM


14

FIFM

vendredi 11 décembre 2009

FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DE MARRAKECH

ARRÊT. Selon le réalisateur américain Peter Berg, la suite du film Hancock ne serait plus d'actualité. Les emplois du temps des différents protagonistes du projet (à commencer par les acteurs) seraient la cause de ce coup d'arrêt. Hancock 2 ne serait pas annulé mais difficilement réalisable pour le moment. Sorti en 2008, le premier opus du film avait rapporté près de 625 millions de dollars à travers le monde.

à chaud

Edouard Baer sera le “pote” de Benoît Magimel pour Marc Esposito DUO. L'acteur Edouard Baer

tournera le prochain film de Marc Esposito (Le coeur des hommes) intitulé Mon pote, a confirmé la société de production “Les Films du Kiosque”. L'acteur et maître de cérémonie des deux dernières éditions du Festival de Cannes donnera ainsi la réplique à Benoît Magimel dans une histoire d'amitié entre un rédacteur en chef de magazine automobile (Edouard Baer) et un détenu en semi-liberté (Benoît Magimel). Un duo de choc Le tournage du film, budgété à 7 millions d'euros, débutera en mars prochain.

Edouard Baer tournera "Mon pote" , avec Benoît Magimel face à lui.

Et ce sera la deuxième fois que les deux comédiens se retrouvent sur le même plateau. En 2008, ils avaient en effet participé au film Seuls Two, du duo comique Eric et Ramzy. A côté de ce tournage en duo, Benoît Magimel sera - lui - à l'affiche en 2010 de la nouvelle réalisation de Guillaume Canet, Les petits mouchoirs, avec François Cluzet et Marion Cotillard. Edouard Baer reviendra quant à lui au cinéma dès le 20 janvier prochain dans Les Barons, de Nabil Ben Yadir, une comédie avec Mourade Zeguendi (Dikkenek, JCVD) et Julien Courbey (Neuilly sa mère!). ■ La rédaction

/DR

Jason Bourne 4 pourrait changer de réalisateur CONTENTIEUX. Le Britannique Peter Greengrass n'aurait plus les faveurs du studio Universal pour réaliser le quatrième volet des aventures de Jason Bourne, et aurait ainsi décidé de quitter le projet.

Un contentieux financier Le contentieux serait d'ordre financier. Universal aurait financé à l'excès le prochain film du réalisateur de Green Zone et n'aurait pas accepté le budget faramineux que Peter

Greengrass souhaitait allouer au nouveau Jason Bourne. Le film est pour l'instant largement compromis même si l'acteur principal Matt Damon ne s'est pas, quant à lui, retiré du projet. Le cinéaste Peter Greegrass était le réalisateur des deux succès qu'on été La Mort dans la peau et La Vengeance dans la peau, respectivement deuxième et troisième opus de la saga. ■ La rédaction

Le prochain "Jason Bourne" , n'aurait plus de réalisateur. /DR

Takeshi Kitano renfile son costume de gangster dans Outrage ORIGINES. Après la comédie

Glory to the Filmmaker! sortie en 2008, le Japonais Takeshi Kitano revient dans le style violent qui a fait sa renommée avec Outrage. Réalisateur multi-casquette Le cinéaste réalisera le film d'après son propre scénario et y tiendra le premier rôle. Dans Outrage, Kitano jouera ainsi le rôle principal, celui d'un petit chef de gang de Tokyo, chargé de faire le sale boulot à la place de ses supérieurs. Comme à son habitude de réalisateur multi-casquette, il s'occupera également de la production aux côtés du studio américain Warner Bros. Le

Rosanna Arquette ajoute "Private Practice" à sa filmographie , cathodique. /DR

Rosanna Arquette rencontrera les médecins de "Private Practice" FAMILLE. Rosanna Arquette rendra visite aux médecins de Private Practice lors d'un épisode de la troisième saison diffusé en février prochain sur ABC. L'actrice américaine se glissera dans la peau d'une mère à l'allure bohémienne amenée à rencontrer les amis et collègues d'Addison, Sam et Naomi. Rosanna Arquette multiplie dernièrement les apparitions

dans des séries de ABC. Outre Grey's Anatomy, dont Private Practice est dérivé, elle a également participé à deux épisodes de Eastwick, une nouveauté annulée en novembre dernier. L'actrice compte aussi à sa filmographie des participations à The L Word, Medium dont sa soeur Patricia Arquette tient le rôle principal. ■ La rédaction

Clovis Cornillac dans une comédie romantique RÔLE. Clovis Cornillac prendra le rôle-titre, aux côtés d'Olivia Bonamy (La guerre des miss), de la comédie romantique La vie devant nous. Troisième réalisation de Bernard Jeanjean, le film aura pour thème la procréation assistée à laquelle un couple (Cornillac/Bonamy) a recours. Elise Larnicole devrait aussi faire partie du casting. Le tournage du film distribué par SND, débutera en février avec un budget de 5 millions d'euros. Dans le même temps, Clovis

Clovis Cornillac partagera , l'affiche d'une comédie romantique avec Olivia Bonamy./DR

Cornillac est actuellement à l'affiche de La Sainte Victoire, l'histoire d'un architecte prêt à tout pour faire gagner son candidat à l'élection municipale en espérant y gagner des offres de marchés publics. Il partage l'affiche avec Christian Clavier. ■ La rédaction

* EN BREF

,Takeshi Kitano revient en 2011 dans "Outrage".

/DR

tournage quant à lui commencera en août prochain pour une sortie prévue en 2011.

Takeshi Kitano a reçu le Lion d'or à la Mostra de Venise en 1997, pour Hana-Bi. ■ La rédaction

ANNULATION. Après six mois de développement, le réalisateur américain Steven Spielberg abandonne le projet d'adaptation du prix Pulitzer 1945, Harvey. Le cinéaste peinait à débaucher l'acteur idéal pour prendre le premier rôle, après le refus de Tom Hanks et Robert Downey Jr..Le tournage devait commencer début 2010. Les nouveaux projets de Steven Spielberg ne sont pas encore connus, mais certains parient pour le quatrième opus de la saga Jurassic Park dont il a réalisé les deux premiers épisodes.


FIFM

vendredi 07 décembre 2009

détente

météo

mots-fléchés du jour Inaptitude Danger latent

Sujet pensant

D'accord

Indélicatesse

Effraies

18 11 Tanger 20 8 Rabat

Plus mauvais

Pelage laineux

Taré

Renvoi

21 Casablanca 10

Bâtons

15

19 Oujda 6

21 Fès 5

Oui occitan Font un a Danse lente

La veille

Déclin du jour

Façon

Commando

25 9 Agadir

23 8 Marrakech

A Ursule ?

Prêtre Ça sonne faux

Croyance

Sainte table

Biribi

Gaulois

Chemin de fer Qui provient

A élever C'est-à-dire

Convictions

Fait répéter

Chatons

Il est réfléchi

Guère futé

Dakhla 21 15

Entre lisières

Renfort De Bigorre

Indispensable

Manuel

Individu

master rings

sudoku Le jeu Sudoku est un puzzle de 9x9 cases composée de neuf sous-grilles 3x3, certaines déjà remplies. Le but du jeu est de remplir les cases vides, en mettant un chiffre par case, de sorte que chaque colonne, ligne et région contiennent une fois seulement chaque chiffre de 1 à 9.

7

6 7 1

4 6 1

8 2

5 7 8 3 3 2 6 1 4 9 3 5 6 1 9 7 8 3 7 8 4 9

2 4

17 6

22

10

14 1 3

9 1

Bélier Vous devriez oublier vos dossiers pour cette fin de semaine. Vous vous y remettrez plus efficacement lundi !Vous pourriez évacuer votre trop plein d’énergie, en rejoignant des relations amicales sur un terrain de sport. A pied ou à vélo, peu importe, si vous pouvez vous défouler !

9 1

6 7 7 5 2 26 5 3 2TaureauLes astres 4 4 8 6 5 n’auront que peu 7 8 4 d’influence sur cette journée. Vous mènerez 1 vos projets tambour 5 3 11 2 battant4 !Cependant, 14 vous pourriez réagir de brusque et 5 7 façon 8 inattendue. Maîtrisez votre langage si vous ne voulez rien 4 3 7 regretter ! 22 19 5Vous prendrez 9Gémeaux 1 3

master dominos

1 6 7 7 5 2 3 2 8 4 4 7 4 5 3 1 5 7 8 4 3 7 9 5 1 3 Niveau : Moyen

tant les trois conditions suivantes: • Dans chaque anneau (un des cercles concentriques) doivent figurer tous les chiffres de 1 à 8 sans répétition. • Dans chaque diamètre doivent figurer tous les chiffres de 1 à 8 sans répétition. • Les sommateurs (cercles oranges) contiennent la somme des 4 chiffres figurant dans les rayons correspondant. (Niveau facile)

Niveau : Moyen

Niveau : Facile

2 4

horoscope du jour

BUT: Il s’agit de compléter la grille en respec-

BUT: Il s’agit de compléter la grille à l’aide des pièces manquantes se trouvant au dessus de la grille, en respectant les deux conditions suivantes: • Dans chaque ligne doivent figurer tous les chiffres de 0 à 6 sans répétition. • Dans chaque colonne doivent figurer tous les chiffres de 0 à 6 sans répétition. N.B: Chaque pièce de domino n’existe qu’une et une seule fois dans la grille. NIVEAU 3 (FACILE)

de bonnes résolutions. Vous réglerez vos factures en retard et mettrez votre courrier à jour ! Ce sera une très bonne initiative qui vous soulagera, jusqu’aux prochains courriers. En tout cas, vous savez où vous en êtes, aujourd’hui, et ca c’est rassurant !

Cancer Le poids des responsabilités pourraient vous écraser, aujourd’hui. Vous aurez besoin d’une pause pour vous retrouver !Vos arrangements financiers ne sont pas tout à fait en harmonie avec votre façon de voir les choses

Lion La réponse à un problème

financier semble être en vue. Si vous voulez régler cette question, vous devriez vous préparer à avoir une discussion avec une personne qui n’est pas concernée, mais qui pourrait vous éclairer, et vous orienter sur la situation actuelle .

Vierge Votre créativité et votre esprit d’entreprise vous permettront d’avancer, aujourd’hui. Toutefois, vous devriez vous concentrer sur vos objectifs. Ne vous laissez pas entraîner par des personnes, qui chercheraient uniquement à vous distraire de vos buts .

Balance L’intérêt de faire équipe avec d’autres personnes, vous permettra de doubler votre potentiel. De plus, si la motivation venait à manquer, vous vous stimulerez les uns et les autres. Alors, vous devriez profiter de tous ces avantages pour mettre votre détermination et votre assurance au premier plan !

Scorpion L’ami d’une relation amicale pourrait être un contact utile pour votre vie active. Vous pourriez donc provoquer quelques activités, afin d’installer une certaine proximité et une complicité. Vous êtes sur la bonne voie, persévérez, vous atteindrez très prochainement un de vos objectifs

Sagittaire Vous ne devriez pas vous inquiéter, aujourd’hui. Les personnes influentes feront preuve de compréhension avec vous. La situation devrait se débloquer très bientôt. Ainsi, vous retrouverez toute votre ardeur et votre motivation, qui sont vos vraies valeurs !

Capricorne Vous serez en pleine réflexion intérieure, aujourd’hui. L’évolution de votre vie active pourrait vous offrir une opportunité inespérée. Cela vous mènera à une nouvelle décision qui sera bientôt prise en compte, et qui améliorera votre vie quotidienne .

Verseau Vous pourriez manquer de patience, aujourd’hui. mais souvenez-vous que d’autres personnes vous accompagnent dans la réalisation de ce projet. Alors, cherchez plutôt, à trouver un accord avec vos partenaires, avant de prendre des initiatives !

Poissons Vos pensées, en ce qui concerne votre vie active semblent un peu trop négatives, aujourd’hui. Cela pourrait être une source de stress ou de fatigue. Le temps est venu de vous stimuler à nouveau, afin de retrouver votre énergie et votre bonne humeur. Une personne de votre entourage se fera un plaisir de vous épauler, alors faites le savoir !



fifm 2009 n 7