Issuu on Google+

EVASION. Essaouira in Festival, ville multicolore.

PROGRAMME. Retrouvez tous les rendez-vous du Festival.

P/06

P/03

SUPPLEMENT CULTUREL DU QUOTIDIEN AUFAIT • Samedi 26 juin • N°03

K. Ziad: “Les fusions ne fonctionnent que si les artistes invités aiment la musique gnaoua” p/02

édito. Toujours plus haut!

N

ous voici déjà au troisième jour de ce 13ème opus du Festival Gnaoua et Musiques du Monde d'Essaouira, et le moins que l'on puisse dire, c'est que la ville s'est plongée dans le rythme, dans l'énergie magique gnaoua, et ce grâce notamment à la pluralité et à la diversité des manifestations proposées cette année.

Lila gnaoua durant le Festival d'Essaouira. /DR

LA LILA ET LES GNAOUAS P/04

Edition réalisée en collaboration avec

NE JETEZ PAS CE JOURNAL SUR LA VOIE PUBLIQUE

Le Festival n'est plus un “débutant”, certes, on le savait déjà. Pour autant, il ne s'endort pas sur ses lauriers, sur sa renommée, mais propose toujours plus de rendez-vous. Et ça, on apprécie! Au menu, des fusions bien sûr, mais aussi comme nouveauté une projection cinématographique d'un documentaire intitulé Les 7 couleurs de l'univers - Leçon d'ethnologie, signé Jacques Willemont et Viviana Pâques, sur la question de l'initiation. (16h00 à l'Alliance franco-marocaine) Autre volonté qui se confirme, celle d'enrichir cette manifestation en multipliant les arts avec notamment deux expositions picturales: la première en hommage à l'artiste peintre Sadya Bairou au Bastion Bab Marrakech, la seconde de Ahmed Bennani à l'Alliance franco-marocaine. Enfin, le patrimoine via les fantasias s'inscrit aussi plus massivement dans la programmation avec, encore aujourd'hui, deux fantasias sur la plage à 15h30 et 16h15 par les Issaouas d'Essaouira et les Ahwachs de Tamanar. Le Festival s'élève encore, puisant dans le patrimoine et se concentrant sur son coeur - les gnaouas -, tout en s'ouvrant aux autres. Une approche juste... Que demander de plus?  La rédaction

Karim Ziad, batteur et directeur artistique du Festival. /DR

SPECIAL FESTIVA L GNA ET MUSIQ OUA UE DU MON S D D'ESSAO E UIRA


02

samedi 26 juin 2010

Interview

“En repartant d’Essaouira, tout le monde est surpris, spectateurs comme artistes, par la diversité rythmique présente au Maroc.” Abdelghani Krija, musicien, percussionniste.

• Karim Ziad, batteur et directeur artistique du Festival

“Les fusions ne fonctionnent que si les artistes invités aiment la musique gnaoua”

Q

ui a dit qu'il était difficile de combiner plusieurs casquettes? Pas Karim Ziad en tout cas, musicien et batteur hors pair, directeur artistique émérite du Festival Gnaoua et Musiques du Monde d'Essaouira depuis 2001. Pour "Le Mag", il revient sur la programmation 2010, sa participation en tant que musicien mais aussi sur l'évolution du Festival. Rencontre.

,Karim Ziad, batteur de renom et directeur artistique du Festival depuis 2001, lors d'une entrevue en 2008 à Dar Souiri.

/MT

Interview.

Q: Vous êtes en concert fusion “Chez Kébir” ce soir, aux côtés du maâlem Saïd Boulhimas, du claviériste Scott Kinsey, du bassiste Matthew Garrison ainsi que de Arto Tunçboyaciyan de l'Armenian Navy Band. Comment envisagez-vous cette fusion à venir?

» » Nous avons décidé de donner une place importante à la danse cette année car elle est très importante dans la musique gnaoua.

Ce concert “Chez Kébir” a pour principe de ne pas se préparer. Je l'envisage ainsi avec la volonté de rentrer dans la fusion avec toute la fraîcheur de la découverte. C'est un véritable concert-rencontre, même si l'on se connait bien et que l'on sait comment procéder pour que cette fusion fonctionne.

Q: Au-delà d'être musicien, vous êtes également un des directeurs artistiques du Festival. Il semble, lorsque l'on regarde le programme de cette édition, que la danse prend -pour ce 13ème opus- une place importante notamment avec la venue du Georgian national ballet et de Step Afrika. Était-ce une volonté affichée? Comment se sont faits ces choix?

C'est effectivement une volonté de notre part. Nous avons décidé de donner une place importante à la danse cette année car elle est très importante dans la mu-

sique gnaoua. Pour le Georgian national ballet, j'ai particulièrement voulu les inviter car étant en concert en Géorgie, j'ai eu l'occasion de les voir et il m'a semblé que l'énergie incroyable qu'ils dégagent était semblable à l'"énergie africaine". De plus, il me semblait intéressant de faire se rencontrer une danse qui se transmet par le biais de la famille [ndlr. la danse gnaoua] avec une des danses les plus techniques et les plus étudiées dans le monde. Quant à Step Afrika, c'est Neïla Tazi (directrice fondatrice du festival, ndlr), qui a pensé à les faire venir car leur danse raconte l'histoire de l'esclavage, et correspond donc tout à fait au thème qui nous intéresse.

Q: Cela fait quelques années maintenant que vous officiez en tant que directeur artistique du Festival. Comment avez-vous vu le Festival évoluer sur le plan artistique?

Je fais partie de la direction artistique du Festival depuis 2001. A l'époque, les fusions étaient très aléatoires et évoluaient grâce à un travail en amont. Les gnaouas apprenaient la façon de travailler des artistes étrangers, et vice-versa. Aujourd'hui, les gnaouas sont beaucoup plus à l'aise et les musiciens invités sont, d'une manière ou d'une autre, davantage initiés à la musique gnaoua. Néanmoins, même aujourd'hui, les fusions ne fonctionnent que si les artistes invités aiment la musique gnaoua. Actuellement, les fusions lors du Festival sont une sorte de laboratoire; à l'époque, nous construisions à peine le laboratoire (rire).

De fait, nous avons constaté une évolution qualitative des fusions. D'autres, au fur et à mesure des années, pensent par contre que le Festival en grandissant a perdu de son charme premier, mais c'est une évolution obligatoire. Si le Festival est victime de son succès, la meilleure des choses reste néanmoins d'avancer. Depuis, que j'ai pris cette fonction de directeur artistique, on peut dire que le festival est sorti de l'optique du “boeuf entre copains”, et pour cela il a fallu et il faut encore travailler.

Q: Enfin, au-delà du Festival, où en êtes-vous dans vos projets musicaux personnels? Et de la tournée de l'album Bozilo Live, sorti en 2009?

Bozilo Live est né du travail avec Bojan Z. et Julien Lourau avec qui je fais des concerts depuis sept ou huit ans. Nous aimions cette formule piano, saxophone et batterie et nous avons voulu en faire un album. Nous sommes actuellement à la fin de la tournée et l'album a eu beaucoup de succès. Actuellement, j'ai aussi un nouveau projet musical aux côtés de Hamid El Kasri (maâlem gnaoui, ndlr). Nous allons sortir ensemble un album en septembre prochain intitulé Yobadi, qui signifie les amis en bambara car autour de cet album, il n'y a que des amis. Par ce projet, à la sortie mondiale, nous souhaitons universaliser la musique gnaoua, qu'elle passe au même rang que d'autres styles musicaux mondialement connus. ■■Propos recueillis par Muriel Tancrez


;GF;=JL<GMN=JLMJ= 20H00Ì�ÌMaä lemÌMohamedÌKouyou,Ì Maä lemÌSa¼ dÌKouyou,ÌSukhishviliÌGeorgianÌ FYlagfYd:Ydd]l$emka[a]fk\9je]faYfFYnq:Yf\ 21H00EY¨d]e@YkkYf:gmkkgm 22H009je]faYfFYnq:Yf\ 22H30EY¨d]e@YkkYf:gmkkgm$ 9je]faYfFYnq:Yf\

ZAOUIAĂŚHMADCHA

00h00%EY¨d]e9Z\]kdYe:]d_`ala

ZAOUIAĂŚGNAOUAĂŚ

00h00Ì-ÌMaä lemÌAllalÌSoudani

DARĂŚSOUIRIĂŚ

00H30EY¨d]eGeYj@YqYl

CHEZĂŚKEBIR

00H30EY¨d]e9\ad9eaea$:jY`ae L]jceYfa$@]jn­KYeZ$9dd]f@gakl

JEU.ĂŚ24ĂŚJUIN BABĂŚMARRAKECH

MOULAYĂŚHASSANĂŚ

;GF;=JL<GMN=JLMJ= 20H00Ì�ÌMaä lemÌMohamedÌKouyou,Ì Maä lemÌSa¼ dÌKouyou,ÌSukhishviliÌGeorgianÌ FYlagfYd:Ydd]l$emka[a]fk\9je]faYfFYnq:Yf\ 21H00EY¨d]e@YkkYf:gmkkgm 22H009je]faYfFYnq:Yf\ 22H30EY¨d]e@YkkYf:gmkkgm$ 9je]faYfFYnq:Yf\

ZAOUIAĂŚHMADCHA

00h00%EY¨d]e9Z\]kdYe:]d_`ala

ZAOUIAĂŚGNAOUAĂŚ DARĂŚSOUIRIĂŚ

00H30EY¨d]eGeYj@YqYl

CHEZĂŚKEBIR

00H30EY¨d]e9\ad9eaea$:jY`ae L]jceYfa$@]jn­KYeZ$9dd]f@gakl

AteliersĂŚPepsi

LE MAG SupplÊment culturel du quotidien aufait.5ÌateliersÌcr�atifsÌencadr�sÌparÌdesÌ (SpÊcial Festival Gnaoua et MusiquesartistesÌetÌdesÌprofessionnels du Monde d'Essaouira.) DiffusÊ à 20.000 exemplaires par jour.

AÌproximit�ÌdeÌlaÌsc¼neÌPepsi

Impression: Groupe Maroc Soir

9l]da]jĂŚdeĂŚdanseĂŚStepĂŚAfrika 9l]da]jĂŚdeĂŚbodyĂŚpainting RĂŠdactrice en chef: Soundouss El Kasri 9l]da]jMdlaeYl] Resp. distribution: Abdelhakim Saidi 9l]da]jĂŚdeĂŚballonsĂŚsauteurs Equipe ĂŠditoriale : Wafae Mâ&#x20AC;&#x2122;rabet, Muriel Tancrez, Ana 9l]da]jĂŚfootĂŚfreestyle Lopes, Reda Samie, Thami Loulidi, Kisito Ndour, Abdelkrim Alaoui, Mounim Souibi, Yassine Ouali, Farida Ouazzani Contacts: TĂŠl: 0522 39 92 55 / 77 / 87 Fax: 0522 39 93 78 E-mail: info@aufaitmaroc.com Site: www.aufaitmaroc.com

SCENEĂŚPEPSI

20H00Ì�ÌÌHamzaÌDebbarh 20H30Ì�ÌDJÌAmineÌKÌ 21H30Ì�ÌSpeedÌCaravane

ZAOUIAĂŚHMADCHA

ZAOUIAĂŚGNAOUA VEN.ĂŚ25ĂŚJUIN AteliersĂŚPepsi SAM.ĂŚ26ĂŚJUIN

00H00Ì�ÌMaä lemÌAbdelouahedÌStitouÌ

DARĂŚSOUIRI

OFFÌSURÌLAÌPLAGE 00H30Ì�ÌMaä lemÌAbdelkaderÌAmlil

5ÌateliersÌcr�atifsÌencadr�sÌparÌdesÌ artistesÌetÌdesÌprofessionnels

BABĂŚMARRAKECH

19H30JY´kkY>YlaeYLYZYYejYfl 21H00EY¨d]e9rar:YcZgm$ AbderrahimÌSouiri,ÌDanielÌZimmerman,Ì GmkkYeY;`jY´Za$emka[a]fk\9je]faYf FYnq:Yf\ 22H20Ì�ÌAmazighÌKateb 23H30Ì�ÌMaä lemÌAbdeslamÌAlikane,Ì Lqgmj?fYgmY$9eYra_`CYl]Z

SCENEĂŚPEPSI

20H00Ì�ÌÌHamzaÌDebagh 20H30Ì�ÌElderÌWheelsÌ 21H30Ì�ÌMaä lemÌMahjoubÌKhalmouss,Ì GuillaumeÌ&ÌtheÌCoutuÌDumont

ZAOUIAĂŚHMADCHA

00H00Ì�ÌMaä lemÌCh�rifÌRegragui

LÂĽ,ĂŚKarimĂŚZiad,ĂŚDanielĂŚZimmerman,ĂŚ LinleyĂŚMarthes,ĂŚ ScottĂŚKinsey

samedi 26 juin 2010

ArbreÌÜÌPalabres ForumÌdeÌdiscussionÌouvertÌr�unissantÌ artistesÌetÌpublic

AllianceĂŚfranÂĽaise

16H00ĂŚ-ĂŚVendrediĂŚ25ĂŚjuinĂŚ2010 16H00ĂŚ-ĂŚSamediĂŚ26ĂŚjuinĂŚ2010 16H00ĂŚ-ĂŚDimancheĂŚ27ĂŚjuinĂŚ2010

DIM.ĂŚ27ĂŚJUIN

ZAOUIAĂŚGNAOUA

00h00Ì�ÌMaä lemÌRachidÌElÌHamzaoui

DARĂŚSOUIRI

OFFĂŚSURĂŚLAĂŚPLAGE

00H30>Yar9da>YarLalaJgZaf$ IssaouaĂŚdeĂŚMeknÂĽs

AÌproximit�ÌdeÌlaÌsc¼ neÌPepsi CHEZÌKEBIR 15H30@eY\[`Y\=kkYgmajY$^YflYkaY 15H30AkkYgmY\=kkYgmajY$^YflYkaY 16H30Ì�ÌIssaouaÌdeÌMekn¼s,Ìfantasia CHEZÌKEBIR DuÌJEU.Ì24ÌauÌSAM.Ì27ÌjuinÌ2010, 00H30EY¨d]eJY[`a\:]fllaj$<Yfa]d 00H30EY¨d]eKY´\:gmd`aeYk$ 16H15?Yf_Y\9_Y\aj$^YflYkaY ÜÌpartirÌde16H159`oY[`\]LYeYfYj$^YflYkaY 11H00 Zimmerman,ÌArmanÌJalalian,Ì KarimÌZiad,ÌScottÌKinsey MOULAYÌHASSANÌ 9l]da]jÌdeÌdanseÌStepÌAfrika La_jYfKm[`aYf SCENEÌMEDITEL SCENEÌMEDITEL 00H00OYjeMh ZAOUIAÌHMADCHA 9l]da]jÌdeÌbodyÌpainting ZAOUIAÌHMADCHA ;GF;=JL<=;DåLMJ= 00H00OYjeMh 00H30Ì�ÌFuzzÌAnaruz 9l]da]jMdlaeYl] 17h30Ì�ÌIguidar 16H00AkkYgmY\=kkYgmajY 16H00@eY\[`Y\=kkYgmajY 00H30KYd^Y+gmkk:Yf\ 01H15Ì�ÌHaoussa 9l]da]jÌdeÌballonsÌsauteurs 01H15Ì�ÌMazagan 02H15Ì�ÌH-KayneÌ 18h30Ì�ÌMaä lemÌHamidÌElÌKasri, 02H15Ì�ÌDargaÌ 9l]da]jÌfootÌfreestyle MOULAYÌHASSAN MOULAYÌHASSAN Naf[]flEYk[Yjl$<Yna\9mZYad]$F_mq]f 19H00Ljag@gjY[ag$?Yjjakgf$Cafk]q 19H00Ì�ÌDhaferÌYoussef L¼,ÌKarimÌZiad,ÌDanielÌZimmerman,Ì 20H00EY¨d]eKY´\Gmj]kkYf 20H30EY¨d]eEmklYh`Y:YcZgm$ LinleyÌMarthes,Ì 21H00EY¨d]eKY´\Gmj]kkYf$ StepÌAfrika ScottÌKinsey Ljag@gjY[ag$?Yjjakgf$Cafk]q 22H30Ì-ÌPatrice 22H15>Yar9da>YarLalaJgZaf$ BABÌMARRAKECH IssaouaÌdeÌMekn¼s 00H00Ì�ÌMaä lemÌAbdelk�birÌMerchane,Ì 19H30JY´kkY>YlaeYLYZYYejYfl 21H00EY¨d]e9rar:YcZgm$ :jY`aeL]jceYfa$@]jn­KYeZ$ AbderrahimÌSouiri,ÌDanielÌZimmerman,Ì GmkkYeY;`jY´Za$9dd]f@gakl$9eaj9da GmkkYeY;`jY´Za$emka[a]fk\9je]faYf FYnq:Yf\ BABÌMARRAKECH 22H20Ì�ÌAmazighÌKateb 19H30Ì�ÌMaä lemÌAbdellahÌGuinea 23H30Ì�ÌMaä lemÌAbdeslamÌAlikane,Ì 21H00<YZqLgmj­ Lqgmj?fYgmY$9eYra_`CYl]Z 22H00Ì�ÌMaä lemÌMahmoudÌGuinea 22H30Ì�ÌMaä lemÌMahmoudÌGuinea,Ì SCENEÌPEPSI <YZqLgmj­ 20H00Ì�ÌÌHamzaÌDebagh ForumÌdeÌdiscussionÌouvertÌr�unissantÌ SCENEÌPEPSI 20H30Ì�ÌElderÌWheelsÌ artistesÌetÌpublic 21H30Ì�ÌMaä lemÌMahjoubÌKhalmouss,Ì 20H00Ì�ÌÌHamzaÌDebbarh AllianceÌfran¼aise GuillaumeÌ&ÌtheÌCoutuÌDumont 20H30Ì�ÌDJÌAmineÌKÌ 16H00Ì-ÌVendrediÌ25ÌjuinÌ2010 21H30Ì�ÌSpeedÌCaravane ZAOUIAÌHMADCHA 16H00Ì-ÌSamediÌ26ÌjuinÌ2010 ZAOUIAÌHMADCHA 00H00Ì�ÌMaä lemÌCh�rifÌRegragui 16H00Ì-ÌDimancheÌ27ÌjuinÌ2010 00H00Ì�ÌMaä lemÌSeddikÌLaarch Ì

ZAOUIAĂŚGNAOUA

00H00Ì�ÌMaä lemÌAbdelouahedÌStitouÌ

DARĂŚSOUIRI

ZAOUIAĂŚGNAOUA

00h00Ì�ÌMaä lemÌRachidÌElÌHamzaoui

DARĂŚSOUIRI

00H30Ì�ÌMaä lemÌAbdelkaderÌAmlil

00H30>Yar9da>YarLalaJgZaf$ IssaouaĂŚdeĂŚMeknÂĽs

CHEZĂŚKEBIR

CHEZĂŚKEBIR

DuÌJEU.Ì24ÌauÌSAM.Ì27ÌjuinÌ2010, 00H30EY¨d]eJY[`a\:]fllaj$<Yfa]d

Directeur de publication : Reda Sedrati

19H30Ì�ÌMaä lemÌAbdellahÌGuinea 21H00<YZqLgmj­ 22H00Ì�ÌMaä lemÌMahmoudÌGuinea 22H30Ì�ÌMaä lemÌMahmoudÌGuinea,Ì <YZqLgmj­

19H00Ì�ÌDhaferÌYoussef 20H30EY¨d]eEmklYh`Y:YcZgm$ StepÌAfrika 22H30Ì-ÌPatrice

ArbreÌÜÌPalabres

00h00Ì-ÌMaä lemÌAllalÌSoudani

Directeur gÊnÊral: ÜÌpartirÌdeÌ11H00 Brahim Sedrati

BABĂŚMARRAKECH

00H00Ì�ÌMaä lemÌSeddikÌLaarch

OFFĂŚSURĂŚLAĂŚPLAGE

H9J9<=<GMN=JLMJ= 18H30Ì�ÌProcessionĂŚdesĂŚmaä lems GnaouaĂŚaccompagnďż˝sĂŚdesĂŚmaĂ&#x201C;tres deĂŚfantasiaĂŚetĂŚdeĂŚleursĂŚtroupes

19H00Ljag@gjY[ag$?Yjjakgf$Cafk]q 20H00EY¨d]eKY´\Gmj]kkYf 21H00EY¨d]eKY´\Gmj]kkYf$ Ljag@gjY[ag$?Yjjakgf$Cafk]q 22H15>Yar9da>YarLalaJgZaf$ IssaouaÌdeÌMekn¼s 00H00Ì�ÌMaä lemÌAbdelk�birÌMerchane,Ì :jY`aeL]jceYfa$@]jn­KYeZ$ GmkkYeY;`jY´Za$9dd]f@gakl$9eaj9da

Zimmerman,ĂŚArmanĂŚJalalian,ĂŚ La_jYfKm[`aYf

SCENEĂŚMEDITEL

00H00OYjeMh 00H30KYd^Y+gmkk:Yf\ 01H15Ì�ÌMazagan 02H15Ì�ÌDargaÌ

FES SPECI ET MTIVAL G AL MON USI NAO DE D QUES UA 'ESS DU AOU IRA

00H30EY¨d]eKY´\:gmd`aeYk$ KarimÌZiad,ÌScottÌKinsey

SCENEÌMEDITEL 00H00OYjeMh 00H30Ì�ÌFuzzÌAnaruz 01H15Ì�ÌHaoussa 02H15Ì�ÌH-KayneÌ

03


04

samedi 26 juin 2010

Tempo Souiri

“Les Gnaoua m’ont appris par leur musique et par leurs chants qu’ils sont une fenêtre encore ouverte sur la magie et le mystère de l’univers.” Mehdi Haddab, musicien au sein du groupe Speed Caravan

La Lila, tradition rituelle gnaoua

,Une lila gnaoua organisée dans la cadre du Festival d'Essaouira. Ici, en maître de cérémonie, le maâlem Mahmoud Guinea.

/DR

Q

uiconque n’a jamais assisté à une Lila gnaoua, ne peut prétendre connaître vraiment cette musique, son esprit, son âme et ses vertus. Ce n’est pas une citation ou un quelconque proverbe gnaoua, juste une réalité, qu’il suffit d’éprouver pour en convenir. Présentation en mots, d’une expérience qui avant tout se vit.

» Si les concerts présentés au grand public sur les grandes scènes relèvent davantage du domaine du profane, on peut clairement dire que les Lilas, elles, font partie du domaine et de sphère du sacré.

Zoom La "Lila" peut rappeler les rituels animistes d’Afrique noire, que la traite des esclaves a disséminés de Cuba au Brésil, de Haïti à Harlem. On la compare d’ailleurs souvent au vaudou d'Haïti et à la macumba du Brésil. Comme tout rite qui se respecte, la Lila gnaoua a un déroulé immuable que le spectateur néophyte peut décrypter durant la cérémonie.

RITE. La Lila Gnaoua, également appelée Derdeba, est une expérience à laquelle le public du Festival Gnaoua Musiques du monde d’Essaouira peut assister à partir de minuit dans les deux zaouias dédiées à l'organisation de ces cérémonies si particulières. Comme chaque année, les Lilas gnaouas se tiennent à l’heure où la majorité du public retourne à ses pénates après les concerts des grandes scènes. Car une Lila, ça se mérite! Ça se laisse désirer même, en ne commençant jamais vraiment à l’heure, mais le temps n’est pas là l’important... Ce soir, les deux dernières Lilas de l’opus 2010 du Festival se tiendront à minuit dans les Zaouia Hmadcha et Gnaoua. Celle de la Zaouia Hmadcha sera menée par maâlem Chérif Regragui et celle de la Zaouia Gnaoua, par le maâlem Rachid El Hamzaoui. Mais qu’est-ce donc qu’une Lila gnaoua? Quelles sont ses origines? À quoi sert-elle?

Un rite immuable Littéralement, Lila signifie “nuit”, car c'est pendant la nuit seulement que se tient ce rituel, et si les concerts présentés au grand public sur les grandes scènes relèvent davantage du domaine du profane, on peut clairement dire que les Lilas, elles, font partie du domaine et de sphère du sacré. C’est pour cette raison qu’elles ont lieu dans

des lieux particuliers, zaouias ou autres, chargés d’histoire, et à l’architecture souvent impressionnante. Ce sont aussi des lieux plus confinés qui reçoivent un public plus restreint. Si l’on devait la définir, la Lila est une cérémonie au cours de laquelle sont appelés les esprits (mlouk) qui habitent certaines personnes selon la croyance populaire. La cérémonie permet d'une part de communiquer avec les esprits qui sont invoqués tour à tour, et qui ont chacun leur couleur. D'autre part elle permet d'“exorciser” les personnes “habitées” par les mlouk. Outre les gnaouas, la Lila ne peut se dérouler sans la présence de la “Mkadma” qui est pour l'occasion la maîtresse de cérémonie. Cette cérémonie peut rappeler les rituels animistes d’Afrique noire, que la traite des esclaves a disséminés de Cuba au Brésil, de Haïti à Harlem. On la compare d’ailleurs souvent au vaudou d'Haïti et à la macumba du Brésil. Comme tout rite qui se respecte, la Lila gnaoua a un déroulé immuable que le spectateur néophyte peut décrypter durant la cérémonie. Tout débute par le rythme des qraqebs (crotales) et des tbels (tambours) auxquels se joignent les notes de guembri accompagnées de chants, et de danses. Une occasion pour les gnaouis de montrer leurs talents certes mais aussi de solliciter la bénédiction divine et sa protection avant que ne commencent les cho-

ses sérieuses. Car si la première partie de la Lila permet aux gnaouas d’effectuer surtout leur répertoire de divertissement (koyyou), ils enchaînent ensuite sur le répertoire sacré (mlouk). La Mkadma va alors arriver avec des voiles de tissu de sept couleurs différentes, de l'encens, des dattes et du lait. Autant d'objets qu'elle fera intervenir lors du déroulement du rituel. Avec son guembri, le maâlem accompagné de sa troupe appelle les saints et les entités surnaturelles à prendre possession des adeptes qui vont tout à tour entrer en transe. Chacun des esprits est invoqué par son nom, chacun est caractérisé par sa couleur: les paroles du maâlem sont des devises chantées dont chacune fait référence et appel à un mlouk déterminé. Si la Lila commence à la tombée de la nuit, elle se finit aussi souvent à l’aube. Entamée sur un rythme calme et lent, elle finit par s’accélérer, entraînant parfois dans son sillage un public connaisseur qui se laisse aller au chant et à la transe. Un phénomène qui impressionne toujours.

Un rituel thérapeutique de possession

La transe ayant des vertus thérapeutiques, on peut dire que la Lila gnaoua est ainsi, à la fois, un rite de possession et un rite thérapeutique. Les entités invoquées peuvent être des entités purement surnaturelles ou des saints ayant réellement existé. Il y a sept cohortes de mlouk (de la mer, de la forêt, les célestiens, ceux liés au sang, ceux qui invoquent Moulay Abdelkader Jilali et les chorfas, et enfin celui de l’esprit féminin de Lala Mira) et chacune d'entre elles possède à sa tête un ou plusieurs esprits dominants. Les mlouks ont chacun une devise chantée, un encens particulier (que l'on brûle quand l'esprit prend possession d'un adepte), une couleur. Ainsi, chacun des danseurs entretient une relation plus ou moins proche avec un esprit: chaque fois qu'un “melk” (esprit) est invoqué, son “memlouk”, (possédé) qui s'identifie à lui, va danser jusqu'à la transe, voire l'évanouissement. Cette danse de possession est souvent effectuée avec des objets rituels qui révèlent les attributs du génie possesseur: danse avec des poignards pour Sidi Hammou, le maître des abattoirs, avec un bol d'eau sur la tête pour Sidi Moussa (Moïse), etc. Si la Lila gnaoua est parfois organisée, notamment dans le cadre du Festival d’Essaouira pour montrer ce rituel au public, il faut savoir que sa véritable vocation vise des malades en quête de guérison pour lesquels le culte fonctionne comme une véritable cure. Pour autant, la possession n'est pas qu'exorcisation. Le rituel consiste en une sorte d'initiation dont le point de départ aura été la maladie car nombre de possédés restent dans la confrérie et poursuivent l'initiation une fois l'équilibre retrouvé. Ainsi, relevant d’un rituel immuable qui passe par la possession pour atteindre la guérison, la Lila gnaoua est toujours surprenante à voir. Elle offre une autre vision du patrimoine gnaoua, non folklorique, mais mystique et préservée même si certains courants tentent de la diaboliser ou d’autres, modernistes, ne se privent pas de la fustiger, essayant de prouver qu’il ne s’agit là que d’une supercherie. Si de nombreux maâlems ont opté pour la partie plus profane et musicale de leur tradition, car logiquement plus rémunératrice, il faut saluer l’organisation du Festival qui n’a pas pour autant oublié la partie mystique et sacrée du patrimoine gnaoua. ■ Muriel Tancrez


Chaque matin, une nouvelle rencontre avec l’information

aufait, c'est chaque jour 45 000* exemplaires distribués par notre réseau de distributeurs à Casablanca, Rabat, Salé, Marrakech, Fès et Tanger du lundi au vendredi. (* source OJD Maroc).


06

samedi 26 juin 2010

Autour d'Essaouira

“J’en avais déjà entendu parler. Mais ce n’était pas suffisant. Il fallait assister à cet événement, le voir, le sentir, le toucher, le vivre totalement pour comprendre à quel point il est particulier et si différent des autres. Il fallait plonger complètement dans son atmosphère pour percevoir son esprit tolérant, ouvert aux échanges et respectueux de la diversité culturelle.” Fady Matar, journaliste.

"Fashion , studio,

style is the answer for everything"... Que dire de plus./MT Comme sur la route de Chichaoua, , les tapis sont une marchandise

,Patchwork de couleurs et de vertus.

courante et appréciée à Essaouira./MT

Des couleurs, , toujours des couleurs.

/MT

L'indémodable , babouche marocaine.

/MT

/MT

Essaouira in Festival, ville multicolore

B

eaucoup pensent que la médina d’Essaouira est une ville parée de bleu et de blanc, mais ça n'est pas tout. Essaouira est – plus encore – multicolore, notamment en période de Festival. Une cité surprenante dans tous ses détours, toutes ses ruelles. Une ville bigarrée, métisse, insolite parfois, qui ne peut laisser insensible. Visite de ruelles en ruelles.

» Essaouira est une cité multicolore, vivante, vibrante, étonnante, qui vous enveloppe d’une douceur venue d’ailleurs, du métissage qu’elle porte en elle ou de ses alizées.

VOYAGE. Multicolore, plurielle…Voici des termes qui définissent parfaitement la médina d’Essaouira et ce, notamment en période de festival, lorsque comme par magie, elle se pare de la mixité des individus, de la pluralité des activités, de la diversité des styles.

De sons, de parfums et d’âmes Multi couleurs sonores aussi, puisque chaque année, fin juin, les cris des mouettes sont rejoints par les notes des concerts, par celles des fusions musicales, par celles des balances des artistes, par le bruit de la foule, par les gnaouas qui entament leurs tournées autour des terrasses de café. Une sorte de bande originale d’Essaouira pendant le Festival. Multi odorante aussi, avec l’odeur des snacks qui dans une concurrence incroyable -puisqu’ils sont souvent plusieurs à se faire face– embaument les rues d’effluves de viande grillée, avec l’odeur des marmites d'escargots aux mille épices, prêts à déguster dans une coupelle au coin d’une rue, celle du cuir

aussi ou encore celle des tapis, dont beaucoup sont fabriqués dans la région de Chichaoua. La médina d’Essaouira, même dans ses moindres recoins, est aussi multi styles, puisque l’on croise, au détour des ruelles, un rastaman songeur dont les grosses nattes arrivent mi-cuisses, de jeunes adultes fashions arborant pour l’occasion leurs plus beaux vêtements, des étrangers tout sourire dans leurs t-shirts à l’effigie des gnaouas, des hommes âgés natifs de la ville et qui semblent abasourdis par tout ce remue-ménage, et d’autres en tenues traditionnelles sahraouies. Des gens de toutes les couleurs, et vêtus de toutes les couleurs, ce qui donne –à bien y regarder– à Essaouira un certain côté pictural. C’est sans doute d’ailleurs pour cela que les artistes peintres et les galeries d’art sont devenus aussi nombreux ici. Pas une rue, ou presque, ne possède au moins une galerie. Grandes, clinquantes ou plus petites et discrètes, elles ont toutes quand on prend la peine d'y entrer, une foule de tableaux à pro-

Rastaman songeur près de , la place Moulay Hassan. /MT

poser, aussi colorés les uns que les autres, à l’image de la vieille ville.

Des commerces variés et parfois surprenants

Mais ce n’est pas la seule activité, et certaines valent le détour. On trouve dans les ruelles de la médina, des boutiques ouvertes avec aucun vendeur aux alentours, des vendeurs d’objets traditionnels en bois -d’ailleurs moins chers ici-, des vendeurs de tapis, de produits en cuir et évidemment de babouches multicolores. Des boutiques de bijoux aussi, dont chaque patron vous invite à admirer ses merveilles. “Venez voir mes bijoux. Combien tu donnes pour ce bracelet ?” nous demandait un commerçant, avant de nous avouer que “malgré l’affluence, les gens n’achetaient pas beaucoup” et que “les répercussions bénéfiques du Festival sur son activité s’étaient surtout faites sentir les deux premières années, mais plus maintenant”. D’autres encore surfent sur la vague de l’argan, dont les fioles d’huile ont un prix fluctuant que vous soyez d’ici ou d’ailleurs. Enfin, il y a ces vendeurs de plantes aromatiques, de racines, de poudres en tout genre, aux vertus impressionnantes: racines pour grossir, celles pour mincir, viagra marocain, anti chute de cheveux, etc. Des vertus accompagnées d’une flopée de fautes d’orthographe (“chut de cheveux”, “plante anti nerves, appaissment”…) qui font autant sourire le touriste que l’autochtone. En somme, la médina d’Essaouira c’est un peu tout ça. Une cité multicolore, vivante, vibrante, étonnante, qui vous enveloppe d’une douceur venue d’ailleurs, du métissage qu’elle porte en elle ou de ses alizées, peut-être. Un petit bijou, une ville “écrin” pour le Festival comme aime à le dire André Azoulay, Conseiller du Roi Mohammed VI et Président de l’Association Essaouira Mogador. ■ Muriel Tancrez


samedi 26 juin 2010

Echos gnaouis

07

“Essaouira frondeuse, Essaouira sans complexe, Essaouira ambitieuse et non conformiste. Essaouira tout à la fois mélomane et muse, voilà ce qui a nourri et nourrit encore l’esprit du Festival.” André Azoulay, Conseiller du Roi Mohammed VI

• Hommage posthume à Sadya Bairou

Témoignage d'affection, en couleurs et en styles

Exposition. Pour les festivaliers souhaitant voir, le temps d'une visite, autre chose que des concerts, le Festival Gnaoua et Musiques du Monde propose cette année deux rendez-vous picturaux dont une exposition intitulée “Traces et mémoires” rendant hommage à la peintre souirie Sadya Bairou, disparue en avril dernier. Le vernissage de cette exposition était organisé hier, en milieu d'après-midi, au Bastion Bab Marrakech où se tiendra l'exposition jusqu'au 25 juillet prochain, à l'initiative de la Délégation provinciale du ministère de la Culture à Essaouira, du Festival mais aussi de l'Association Essaouira Mogador.

Une amoureuse de la ville Et si c'est à cette artiste, disparue prématurément, qu'est rendu durant un mois cet

hommage, ça n'est pas sans raison. Cette dernière avait exposé, de son vivant, dans le cadre du Festival en 2002 sous le nom “Souffle, rythme universel”. Elle était aussi, selon l'hommage posthume rédigé par Abderrahim El Bertai, Délégué Provincial du Ministère de la Culture, “connue pour son attachement à sa ville natale et pour son engagement et implication à la vie socioculturelle d'Essaouira”. De plus, ce rendez-vous prenait hier une valeur toute particulière car c'est, sous le même nom et dans le même lieu, que l'artiste envisageait de réaliser courant 2010 une exposition, avant que le destin n'en décide autrement.

Sur les “traces” de Sadya Bairou Emplie de toute cette charge symbolique et

émotionnelle, cette exposition a ainsi une profondeur particulière, dans un lieu lui aussi chargé de symboles. Sur le plan artistique, on peut clairement parler d'éclectisme des oeuvres contemporaines présentées où dominent l'ocre et le bleu. Les matériaux sont divers (peinture mixte, hachure sur papier, linographie...). Les formats eux sont épars, petits ou plus grands, tableaux uniques ou sous la forme de diptyques ou de triptyques. Dans l'abstraction, on devine la présence de la nature, de l'humain, mais aussi des remparts, des tourelles, des mouettes et autant de composantes d'Essaouira dont beaucoup d'oeuvres portent le nom. Ainsi, dans cette exposition, le visiteur peut remonter dans le temps et visiter en quelques sortes “les traces”  de la vie de Sadya Bayrou, sa mémoire, sa ville. Une

• Khadija Souki alias Baskawia

C

Portrait. Ronde, le teint métisse, tresses

africaines, cigarette à la main et une légère couche de maquillage. C'est ainsi que s'est présentée à nous, hier matin, dans un ryad de Bab Doukkala à Essaouira, Khadija Souki alias Baskawia de la troupe Ouarzazia. Cette femme aux traits étrangement ressemblant à Cesaria Evora, est  la première femme marocaine, à monter sur scène au côté d'un Maâlem et ce, au grand désespoir

de certains gnaouas pour qui la musique gnaoua est “une affaire d'hommes”. Voyante, danseuse et musicienne, cette femme qui préfère rester discrète sur son âge, est née à Marrakech, dans une famille gnaouie (mère voyante et père maâlem gnaoui). Puisque l'art gnaoui est l'essentiel de son héritage, c'est donc tout naturellement qu'elle a été, à son tour, habitée par la culture de ses ancêtres.

alems portaient eux aussi leurs tenues de circonstance et les armes étaient chargées. 3,2,1...partez. Les chevaux avancent, lentement d'abord, puis s'élancent au galop; les cavaliers se mettent poussent des cris d'encouragement, guidés par le maître de la fantasia. La cadence des équidés s'accélère encore, puis les hommes pointent leurs armes vers le ciel avant de finalement tirer leur coup de barouds (fusils) en l'air, idéalement ensemble. Ça pétarade, ça sent la poudre et la poussière, et ça produit un sacré effet sur le public qui applaudit et en redemande. Pour assister au spectacle demain, rendezvous à partir de 15h30 à la plage! ■■Muriel Tancrez

émouvante exposition à voir pour la beauté des oeuvres et le bel hommage qu'elle représente!

Les traces nous font remonter le temps et nous guident à traverser bien des espaces. Ils traduisent des aspects de notre vécu et de nos mémoires enfouies. Les traces font rêver...” Sadya Bairou. ■■Muriel Tancrez

Khadija Souki, voyante, danseuse et musicienne

Khadija Souki, une figure féminine gnaoui, aux , traits étrangement ressemblant à Cesaria Evora!!..

Très sincèrement, j'apprécie et j'écoute tous les styles musicaux. Mais depuis mon plus jeune âge, je baigne dans cette culture gnaouie; ma mère était voyante et mon père était un grand maître gnaoui. Par conséquent,

La fantasia, une impressionnante tradition Folklore. Le moins que l'on pouvait dire hier après-midi aux abords de la plage, c'est que la tradition attire du monde à Essaouira. En effet, y étaient organisées deux fantasias - celle des Issaouas d'Essaouira et celle des Gangas d'Agadir - où un public nombreux, éclectique, de locaux et de touristes était venu assister au spectacle. Et l'on comprend pourquoi! Une fantasia, que l'on connaisse ou pas, c'est toujours impressionnant, une tradition guerrière qui semble tout droit sortie d'un livre d'histoire, ou d'un film d'aventure. Hier, les chevaux étaient parés de couleurs scintillantes et de tous leurs apparats, les

/DR

notre maison faisait souvent office de studio ou de lieu de répétitions... J'étais vraiment impressionnée par tout ce mouvement de va et vient  à la maison. Aujourd'hui, cela fait plus de 20 ans que je manie les crotales, les tambours, que je chante et que je danse et j'en suis comblée”.

La diva gnaouie

ela fait trente ans maintenant que Khadija Souki plus connue ici sous le nom de Baskawia, évolue dans le milieu de l'art gnaoui. Au Maroc, c'est la première femme à monter sur scène avec un Maâlem. C'est dans un ryad de l'une des ruelles de Bab Doukkala à Essaouira qu'elle nous a reçus, quelques heures à peine avant son concert fusion avec le Maâlem Abdélkébir Merchane, son maître de toujours.

,Sadya Bairou.

,Cavaliers de la fantasia sur leurs montures.

/MT

Pourtant, si Baskawia a été imprégnée par cette ambiance 100% gnaoua à la maison, son succès, elle le doit surtout à un grand Maâlem voisin qui fréquentait assidument, la maison familiale: maître Abdelkébir Merchane. “C'est lui qui a été le premier à découvrir mes potentialités, il m'a soutenue et m'a tout enseigné; et si j'en suis là aujourd'hui c'est en grande partie, grâce à lui”, raconte Baskawia sous l'oeil attendri de son mentor: maître Merchane him-self qui n'est jamais très loin de sa protégée. D'ailleurs, hier, après les répétitions, c'est ensemble qu'ils ont regagné les coulisses de la scène aménagée sur la place Moulay Hassan pour un concert fusion avec d'autres artistes, jusqu'au bout de la nuit. ■■Ana Lopes


08

samedi 26 juin 2010

ACTU

France. L'initiative du Roi Mohammed VI de doter le Maroc

d'un système de régionalisation avancée a été au centre des débats jeudi à l'Assemblée nationale française (Chambre basse du Parlement), avec la participation de personnalités et de professeurs de plusieurs universités françaises et marocaines.

Pannes et maladies imaginaires inondent l'Afrique du Sud durant le Mondial

*  En bref

U

ne vieille tante malade, un problème de voiture... Les excuses ne manquent pas pendant la Coupe du monde en Afrique du Sud, où la population entend faire la fête même après l'élimination de son équipe. Un véritable casse-tête pour les sociétés dont la productivité risque de fléchir fortement.

AfSud. “J'ai appelé mon patron pour lui dire que mon appartement était inondé”, se marre la Sud-Africaine Sinehlamhla, qui a trouvé cette excuse pour ne pas aller au travail au lendemain d'une victoire trop arrosée au Mondial-2010 de football, symbole de l'absentéisme dans les entreprises.

Maroc. L'université Ibn Tofail de Kénitra organise, les 2 et 3 juillet prochains, les deuxièmes "Journées Internationales sur la dégradation des Littoraux" avec la participation de plus de 150 chercheurs spécialistes, d'ingénieurs et d'acteurs de la société civile du Maroc, de France, d'Espagne, d'Italie et de Tunisie. Ces journées sont initiées sous le thème: "Des Ressources et un Patrimoine à Préserver", dans le cadre du projet protars III et la charte nationale de l'environnement et de développement durable.

Une économie ralentie Environ un tiers des employés sud-africains manqueront au moins une journée de travail pour suivre les matches, soit une perte de 750 millions de rands (près de 73 millions d'euros) pour l'économie, selon une étude du cabinet de conseil Alexander Forbes fondée sur les précédents Mondiaux. Outre l'absentéisme, la première économie du continent risque d'enregistrer un fort ralentissement de son activité sur la période de compétition.

On a perdu des contrats et l'activité est au point mort car on n'a pas le droit de faire des travaux dans un rayon de 10 km autour du stade et de l'aéroport” Le dirigeant d'une entreprise de construction au Cap.

Seule solution pour éviter l'hémorragie du personnel dans un pays fier d'accueillir la première Coupe du monde en Afrique: autoriser les employés à regarder certains matches. De nombreuses entreprises ont joué la carte patriotique en fermant plus tôt pour l'ouverture du Mondial le 11 juin et le dernier match de l'équipe nationale des Bafana Bafana mardi contre la France (2-1). Pour les autres rencontres, les négociations se révèlent plus difficiles et certains se voient contraints de sécher le travail ou

,Des supporters sud-africains pendant le match Afrique du Sud-Uruguay le 16 juin 2010 à Pretoria doivent se résoudre à ne regarder qu'en fin de soirée la rediffusion des matches. Mike McDonald, professeur d'anglais pour étrangers, a réglé le problème: il a tout simplement pris un congé pour pouvoir assister aux rencontres aux quatre coins du pays. “C'est plus simple comme ça”, note ce supporteur sud-africain de 21 ans. Pour limiter les dégâts, les grandes sociétés, comme les banques, se sont résolues à installer des écrans géants dans leurs bureaux. Le groupe sud-africain De Beers, premier producteur mondial de diamants, a également permis une certaine flexibilité à ses 2.500 employés dans les mines et les bureaux. De la même façon, Samuel s'est arrangé avec son entreprise française à Johannesburg pour travailler plus tôt le matin et revenir le week-end.

“Aux Pays-Bas, environ 15% des entreprises qui ont proposé ce type d'arrangement à leurs employés ont maintenu, voire augmenté leur productivité”  durant la dernière Coupe du monde, souligne un responsable de l'organisation Productivity SA, Iggy Sathekge.

Si les gens voient leur société faire des efforts, alors ils sont volontaires et ils travaillent plus le lendemain” Responsable de l'organisation Productivity SA, Iggy Sathekge.

Et à long terme, la Coupe du monde, qui devrait attirer au total quelque 300.000 visiteurs étrangers, devrait booster la croissance du pays d'un demi-point de PIB en ■■aufait 2010, un an après la récession.

Jamaïque. Le fameux baron présumé jamaïcain de la drogue Christopher “Dudus” Coke, extradé jeudi aux Etats-Unis, est arrivé “dans la soirée” à New York où il est accusé de trafic de drogue et de trafic illégal d'armes, ont annoncé les autorités judiciaires américaines. Christopher Coke, 40 ans, arrêté mardi par la police jamaïcaine, est accusé de “complot pour trafic de marijuana et de cocaïne et de trafic illégal d'armes”, a précisé le ministère de la Justice dans un communiqué.

• USA

Le Congrès vote des sanctions contre l'Iran nucléaire. Les deux chambres du Congrès

américain ont adopté jeudi une série de sanctions contre l'Iran destinées à forcer Téhéran à abandonner ses ambitions nucléaires, mesures qui n'attendent désormais que la signature du président Barack Obama pour entrer en vigueur. Le Sénat, par 99 voix contre zéro, a donné son feu vert le premier jeudi au projet de loi négocié entre les deux chambres. La Chambre des représentants a ensuite adopté le texte par 408 voix contre huit. Cette nouvelle batterie de contraintes, visant notamment le secteur de l'énergie en Iran, devrait venir compléter le texte adopté aux Nations unies, il y a deux semaines en plus de celui prévu par l'Union européenne. Mais le choix des Européens et des Américains d'aller plus loin que l'ONU a été

critiqué par Moscou, alors que le président russe Dmitri Medvedev se trouvait encore jeudi en pleine visite à Washington.

Des possibilités de sanctions élargies

Le texte renforce une législation déjà en vigueur, y ajoutant toute une gamme de nouvelles sanctions économiques afin de tenter de persuader l'Iran d'abandonner son programme nucléaire. Il vise notamment à gêner l'approvisionnement en essence de la République islamique dont une partie substantielle de son essence est importée. Ce texte de loi touche également des compagnies ou leurs filiales qui font des affaires avec l'Iran en fournissant des produits pétroliers raffinés ou en aidant

l'Iran à se doter de capacités de raffinage. Les possibilités de sanctions contre les entreprises étrangères, qui ont plus de 20 millions de dollars d'investissement dans le secteur de l'énergie en Iran, seront élargies par ce texte. Les compagnies comme la française Total ou la malaisienne Petronas sont précisément visées par ces mesures. Le texte entend aussi empêcher les entreprises étrangères, qui font des affaires avec l'Iran, de passer des marchés publics avec le gouvernement américain. Il vise également les institutions financières internationales qui seraient liées aux Gardiens de la révolution iraniens. Et enfin, le texte compte également imposer des contraintes pour les personnes liées aux violations de droits de l'homme en Iran ■■aufait et qui souhaiteraient voyager.

Kirghizstan. Deux semaines après les violences meurtrières entre Kirghiz et l'importante minorité ouzbèke vivant dans ce petit pays pauvre, le gouvernement provisoire affirme que la situation se stabilise et que la quasi-totalité des 75.000 réfugiés en Ouzbékistan est revenue. Mais nombre d'entre eux craignent une reprise des violences, peut-être dès dimanche, date à laquelle est prévu un référendum sur la nouvelle Constitution.


samedi 26 juin 2010

SPORT

09

gymnastique. La sélection nationale marocaine participera au 2è championnat arabe de gymnastique (garçons) qui sera organisé du 26 juin au 1er juillet au Koweït. Le Maroc sera représenté à cette manifestation sportive par les joueurs sélectionnés: Abderazak Nacer (AS Casablanca), Moussa Rachid (Moghreb Tétouan) et Othmane Rezki (Olympique Khouribga).

• Mondial

Le Portugal rejoint le Brésil en huitièmes de finale

qualifications. Le Portugal a validé son

billet pour les 8e de finale du Mondial-2010 en accrochant le Brésil (0-0), déjà qualifié, tandis que la Côte d'Ivoire à rejoint, malgré sa victoire 3 à 0, la Corée du Nord faisant désormais partie des sélections éliminées. Les Brésiliens (7 points) ont dominé le groupe G, dit groupe “de la mort”, devant les Portugais (5 points), les Ivoiriens (4 points) et les Nord-Coréens (0 point). A Durban, au Moses Mabhida stadium, le Brésil et le Portugal n'ont pas réussi à se départager, au terme d'un match plutôt "hard" qui a vu l'arbitre mexicain Benito Archundia sortir à sept reprises un carton jaune. Chaque équipe a eu l'opportunité d'ouvrir le score, mais l'attaquant auriverde Nilmar a vu son tir détourné sur la barre transversale par le gardien adverse (32), tandis que, pour la “Selecçao”, le tir à bout portant de Raul Meireles, a raté le cadre (62).

Le défenseur de l'équipe d'Allemagne Philipp , Lahm (C), lors du match contre l'Australie le 13 juin 2010./DR

• Mondial

AllemagneAngleterre: “C'est juste un match”

Des équipes plutôt sereines Les deux équipes ont pu aborder sereinement cette rencontre: le Brésil était déjà assuré de disputer les 8e de finale, après ses deux victoires lors des deux premières journées, tandis que le Portugal était virtuellement qualifié. Seule une défaite, combinée à une très large victoire ivoirienne, pouvait l'éliminer. A Nelspruit, au Mbombela Stadium, la Côte d'Ivoire a cru le miracle possible, en marquant deux buts rapidement. Le milieu de terrain Yaya Touré a ouvert le score d'un tir placé au ras du poteau (14), avant que Romaric ne double la mise de la tête (20). Les Eléphants ont malheureusement fait montre par la suite de trop d'imprécision dans le dernier geste pour pouvoir creuser davantage l'écart. En seconde période, le

Tension. Le sélectionneur allemand Joa-

Les joueurs brésiliens Gilberto Silva et portugais Simao se serrent la main à la fin du match, le 25 juin , 2010 à Durban. /DR

match s'est installé dans un faux rythme et les quelques accélérations ivoiriennes n'ont pas réussi à perturber l'arrière-garde nord-coréenne, à l'exception d'une reprise de volée de Salomon Kalou, qui a trompé le portier nord-coréen (82). Malgré la présence de son attaquant vedette Didier Drogba, la Côte d'Ivoire est donc la cinquième équipe africaine à sortir de la première phase des groupes de la première Coupe du monde organisée sur le

continent. Seul donc le Ghana aura réussi à franchir cette étape. En 8e de finale, le Brésil sera opposé au 2e du groupe H, lundi à l'Ellis Park de Johannesburg, tandis que le Portugal affrontera le 1er du groupe H, mardi au Cap. Dans le groupe H, qui doit connaître son dénouement vendredi soir, l'Espagne, le Chili, la Suisse et le Honduras sont toujours en course pour une qualification pour ■■aufait le tour suivant.

Opéré avec succès, Ribéry sera prêt pour la reprise du Bayern Chirurgie. Le milieu de terrain interna-

tional français Frank Ribéry a été opéré avec succès de l'aine, vendredi, dans une clinique munichoise, a indiqué le Bayern Munich sur son site internet. L'opération s'est déroulée vendredi matin et a duré environ une heure et demie, a poursuivi son club bavarois. Ribéry doit maintenant observer “un repos complet pendant dix jours, avant de pouvoir reprendre doucement la course”, selon les instructions du médecin du Bayern,

Hans-Wilhelm Müller-Wohlfahrt, rapportées sur le site internet. L'entraîneur du Bayern, Louis van Gaal, a accordé trois semaines de vacances aux joueurs sélectionnés après leur élimination de la sélection de la Coupe du monde. La France ayant été la première des sélections comptant des joueurs munichois à se faire éliminer, “Ribéry devrait être rétabli à temps pour le début de la saison”, se réjouit le club champion en titre. ■■AFP

Franck Ribéry à l'échauffement avant le , match contre l'Afrique du Sud le 22 juin 2010 à Bloemfontein./DR

chim Löw et son capitaine Philipp Lahm avaient espéré vendredi, que les 8e de finale du Mondial-2010 entre l'Allemagne et l'Angleterre ne donnerait pas lieu, comme par le passé,   à des références rappelant la 2e guerre mondiale dans la presse anglaise. “Nous sommes en 2010, ce qui s'est passé avant ne doit plus jouer un rôle quelconque. C'est juste un match de football”, a déclaré le défenseur du Bayern Munich. “Il serait vraiment temps d'oublier la question (de la 2e guerre mondiale), on vit dans une Europe unifiée”, a renchéri Löw. Lors de l'Euro 1996, la presse notamment populaire s'était déchaînée, juste avant la demi-finale opposant les deux équipes, en publiant des titres à la Une barrés d'un “Achtung surrender” (littéralement “attention réddition”) et des photos montrant les joueurs anglais habillés en soldats de la 2e guerre mondiale. Jusqu'à présent, la presse anglaise n'a pas encore versé dans ce registre.  Elle a en revanche pris pour cible la légende du football allemand Franz Beckenbauer qui n'a guère été élogieux à l'égard de l'équipe d'Angleterre en début de tournoi. De leur côté, Löw et Lahm ont fait part de leur impatience et excitation à l'égard de ce match qui donne souvent lieu, selon le sélectionneur allemand, “à des rencontres extraordinairement intéressantes”. ■■AFP


10

samedi 26 juin 2010

En images

,Le Maâlem Mustapha Bakbou en "civil"...

/K.A

,Rythmes, chants, couleurs, soleil et bonne humeur... ingrédients de base de la thérapie souirie.

/algo

Issam Kamal, leader du groupe Mazagan, et fier inventeur du , "Chaâbi Groove", concentré pendant une indispensable "balance".

/K.A

Etape souirie pour des hippies allemands qui , prônent... la paix vraisemblablement. /K.A

,Un impressionnant rassemblement de alems sur leurs montures, hier sur la plage d'Essaouira.

/MT


samedi 26 juin 2010

En images Leïla Shahid, déléguée générale de la Palestine , auprès de l'UE à Bruxelles et André Azoulay. /SEK

Quand il n'est pas à Essaouira pour se ressourcer et venir à la , rencontre de la culture gnaoua qu'il connaît bien, Richard Horowitz compose des musiques de films pour des réalisateurs tels que Oliver Stone, Bernardo Bertolucci, ou encore Nour-Eddine Lakhmari (Casanegra). /SEK

,Les festivaliers profitent aussi de la plage en attendant le début des concerts.

/ K.A

11


samedi 26 juin 2010

horoscope • Bélier Vos finances sont en évolution et vous pourriez jouir d’une plus grande liberté. Une excellente période pour vous offrir des petits plaisirs personnels. Vous devriez même penser à gâter votre entourage. Sur le plan relationnel, vous vous ferez de nouveaux alliés !

• Taureau Un coup dur pour vos finances pourrait venir du fait que vous persistez dans l’idée d’un achat extravagant.Il faudrait attendre une période bien plus propice. Alors faites preuve de sagesse, pour le moment et concentrez-vous entièrement sur cette priorité. La solution vous apparaîtra évidente, très bientôt ! .

• Gémeaux Vous avez prouvé à ceux qui avaient émis des doutes, vos réelles capacités à la communication. maintenant, il est temps de vous lever et de faire face à la concurrence. Mettez tous vos atouts en avant, et vous parviendrez à convaincre les personnes influentes !

• Cancer

loisirs blagues QUEUE. C’est un ver de terre qui, sortant de son trou, voit un autre ver de terre à côté de lui et engage la conversation : - Beau temps hein ? (Pas de réponse) Un peu surpris, il poursuit néanmoins : - Espérons que ça ne va pas se gâter ce weekend ! (Toujours pas de réponse) - Remarquez on n’a pas trop à se plaindre cette année… (Pas de réponse) Alors le ver de terre rentre dans son trou en grommelant: - Ca y est ! J’ai encore parlé à ma queue ! ...

sudoku Le jeu Sudoku est un puzzle de 9x9 cases composée de neuf sous-grilles 3x3, certaines déjà remplies. Le but du jeu est de remplir les cases vides, en mettant un chiffre par case, de sorte que chaque colonne, ligne et région contiennent une fois seulement chaque chiffre de 1 à 9.

Destinations internationales • Alger

18°/31°

• Tunis

19°/30°

• Tripoli

22°/32°

• Londres

15°/24°

• Paris

13°/27°

• Berlin

14°/25°

• Genève

14°/26°

• Madrid

18°/33°

• Barcelone

18°/27°

• Rome

17°/28°

• Moscou

17°/31°

• New York

21°/35°

• Montréal

13°/22°

• Le Caire

24°/34°

• Dubaï

31°/39°

• Tokyo

21°/26°

Dans votre vie active, vous ne devriez pas laisser une relation difficile, vous gâcher l’ambiance. Attention, le stress vous guette. Vous pourriez l’éviter, si vous vous concentriez sur vos tâches, sans tenir compte de tous les mouvements autour de vous. La période sera fort heureusement passagère .

26 18

26

• Vierge Votre sensibilité naturelle ne vous permettra pas de vous égarer.Vous devriez faire la part des choses, entre la vie personnelle, et les activités professionnelles. D’ailleurs, c’est au sein de votre vie active que vous devriez redoubler de prudence et de vigilance .

27

17

21

15 21

Rabat 33

20

17

El Jadida

32

17

16

32

Laâyoune 26 18

Prochains jours

Dakhla 17

• Oujda • Fès • Rabat / Salé • Casablanca

Vents (vitesse en km/h et direction)

• Marrakech

Température maximum

• Essaouira

Température minimum

• Agadir • Dakhla

Vendredi 26°/18°

Samedi 25°/18°

Dimanche 25°/18°

30°/16°

28°/16°

29°/16°

29°/15°

30°/15°

31°/15°

24°/17°

23°/17°

24°/17°

23°/18°

23°/18°

23°/19°

32°/16°

32°/16°

33°/16°

20°/17°

23°/17°

23°/17°

27°/14°

26°/14°

27°/15°

22°/17°

24°/17°

23°/16°

mots-croisés du jour

Il faut se méfier des gens qui sont trop calculateurs. Leurs approches pourraient ne pas être des plus sincères.Fiez vous à votre instinct, et prenez le temps de la réflexion avant d’agir.

• Scorpion Un nouvel arrivant, dans le cadre de vos activités, risque de réveiller de vieux souvenirs et des comportements que vous pensiez avoir résolus. Prenez le bon coté des choses. C’est une opportunité pour grandiret enterrer, définitivement, de vieux fantômes.

• Sagittaire Complications à l’horizon ? Même si vous n’êtes pas d’accord sur tout, les personnes partageant vos activités vous obligeront à donner le meilleur de vous !Fournissez un dernier effort, et très bientôt, vous profiterez de vos prochaines vacances !

• Capricorne Votre situation professionnelle est bloquée, depuis un certain temps.Le changement ne semble pas s’annoncer. Il est temps, de regarder dans d’autres directions pour vous réorienter, dans une toute autre activité.

• Verseau

• Poissons Vous prenez de gros risques, aujourd’hui. Attention, vous avez tout à perdre.Vous cherchez à distancer tout votre entourage. Faites clairement la part des choses. Les priorités professionnelles d’abord, et le feeling en second plan. Pas de confusion, restez sur la bonne voie.

Solution

Verticalement 1. Note de musique 2. Accommode 3. Deux lettres au milieu

du courrier 4. Gentillesses

Ouarzazate

28 14

23

Horizontalement 5. Arrivé à terme 7. entretenir des souliers 9. Exemple 10. Fils de Noé

Fès

19

• Balance

Quand aux questions professionnelles, toutes ces heures supplémentaires, vont prochainement porter leurs fruits.Vous y gagnerez des avantages financiers très rapidement. Quelle belle satisfaction d’atteindre ses objectifs. Bravo !

16

17

38 19

Agadir

16

Beni Mellal Marrakech 35

Essaouira

21

33

26

10

Safi

15

18

Oujda

Casablanca

• Lion maintenant, il est temps de mettre en place l’organisation de votre voyage ou de votre déplacement prochain. Vous aurez l’occasion de rompre avec le quotidien.Vous pourriez ainsi, vous ressourcer positivement. Toutefois, organisez-vous dès à présent, surtout si vous souhaitez partir à l’étranger

Tétouan

26

• Tanger 40

23

Tanger

12

13. Gorge 14. Sa Sainteté, devant

21. Sn En Chimie 23. fabuleux 24. Ferme des pompes 25. homme à tonsure

6. Fruit rouge 8. bien large en bas 11. colline 12. Course de voiliers 16. Cassa les dents 18. courroie pour le

cavalier 19. Indien en Amérique 20. Pièce de soutien, de chantier 22. ante meridiem

le pape 15. Edredons 17. Symbole du Tantale


04

.

« .

«

.


03

« ■


02

,

13

«

1961

12

.


‫‪03‬‬

‫‪03‬‬

‫‪• 2010‬‬

‫‪26‬‬

‫•‬

‫‪03‬‬

‫‪02‬‬

‫‪02‬‬

‫ﻻ ﺗﺮﻣﻲ ﻫﺎﺗﻪ ﺍﳉﺮﻳﺪﺓ ﻓﻲ ﺍﻟﻄﺮﻳﻖ ﺍﻟﻌﺎﻡ‬

‫■‬


Le Mag Gnaoui