Issuu on Google+

L'Officiel du Festival International du Film de Marrakech est édité et distribué par le quotidien

Edition du samedi 11 décembre 2010 • n°09

Bruno Barde: “Dans le cinéma marocain, il y a une promesse d'avenir absolument somptueuse” p/08 Dossier. Zoom sur Bollywood et Nollywood > p/06 et 07 p/12-13

Actualités du cinéma

En images

p/14 à 16

■ John Malkovich, président du jury longs-métrages du FIFM. /A.ALAOUI

A chaud

Interview. Emmanuelle Seigner: “J'ai un rapport amour/haine avec ce métier” > p/10

Ce soir, le jury du FIFM décernera l'Etoile d'Or > page 4 en français > page 17 in english

Dernières séances...

In english

p/17-18

A few bites for english speaking readers L'Officiel du FIFM est édité et distribué par devocean S.A, société éditrice du quotidien aufait, certifiée ISO 9001 v. 2008

Météo Marrakech

min max 9

21

Charisme à la présidence ! Le One Stop Shop de l’image

www.yapasphoto.ma bandeau yapas photo vectorisé.indd 1

www.yapasphoto.ma

NE JETEZ PAS CE JOURNAL SUR LA VOIE PUBLIQUE : OFFREZ LE À VOTRE VOISIN !

08/12/10 S.A 18:34 Edité par devocean Certifié ISO 9001 version 2008 - DEPOT LEGAL 65-06


02

samedi 11 décembre 2010

Edito

The end!

EDITO. “Toutes les bonnes choses ont une fin” dit le fameux adage... C'est le cas du Festival international du film de Marrakech, qui fêtait cette année ses dix ans. Un peu à la manière de ce fameux “The end” aujourd'hui galvaudé, qui apparaissait dans les génériques de fin, nous en sommes là: à la fin... et déjà pressés de participer à la prochaine édition...

PHOTO

,

Dans un festival, on parle beaucoup des films, et évidemment beaucoup des stars. Normal, direz-vous... Mais il y a certains artistes sans lesquels un festival de cinéma ne pourrait pas avoir lieu. Parmi eux, les projectionnistes -comme celui-ci dont la cabine est située le temps du Festival sur la place Jamâa El Fna-. Des artistes de l'ombre, des amoureux de la bobine et, par extension, du 7ème art... Nous leur devions un hommage bien mérité!. /ABDELKARIM ALAOUI

Suspense

Ainsi, c'est aujourd'hui que se tiendra -à 18h dans la Salle des ministres du Palais des Congrès-, la cérémonie du Palmarès au cours de laquelle seront remis les quatre récompenses du FIFM: l'Étoile d’or/Grand Prix, le Prix du jury, le Prix d'interprétation féminine et le Prix d'interprétation masculine. Si le palmarès est attendu avec impatience, et dans un certain suspense, il y a encore beaucoup de films à voir à Marrakech, notamment au cinéma Le Colisée et au Megarama (voir programme ci-dessous), et pleins de choses à lire dans ce dernier numéro de L'Officiel.

Menu du jour

Et en premier lieu, l'interview consacré au “Mister President” de cette année, John Malkovitch (cf. Interview page 4), qui aura eu la lourde tâche de départager avec son équipe de jurés les quinze films présentés en compétition. Et encore, celle de l'actrice française Emmanuelle Seigner (cf. page 10) et de Bruno Barde, Directeur artistique du Festival (cf. Interview page 8) qui revient avec nous sur sept années de direction artistique et sur le cinéma marocain, aujourd'hui et demain. Enfin, au menu de cet ultime journal Officiel, un dossier original sur deux des plus grandes industries du cinéma: Hollywood et Bollywood (cf. Dossier pages 6 et 7). Un micro-trottoir afin de vous laisser la parole (cf. Focus page 11), et les désormais traditionnelles rubriques “En images”, et “A chaud”.

Artiste

Épilogue

Pour L'Officiel, c'est aussi aujourd'hui une page qui se tourne. La fin d'une dixième édition qui aura vu défiler sur son mythique tapis rouge des célébrités du cinéma venues du monde entier, et une incroyable délégation française réunissant pas moins de 44 réalisateurs et comédiens de l'Hexagone. C'est aussi une édition qui aura confirmé la maturité du FIFM, sa rayonnement fort et son ambition pour continuer dans cette même voie dans laquelle le cinéma est maître. C'est également la fin de neuf jours de projections. Des projections pour tous, avec notamment des films proposés en audio description aux non et malvoyants. Un festival décidément généreux qui -cette année encore- aura permis l'opération de quelque 250 patients dans le cadre de la seconde campagne de chirurgie gratuite de la cataracte. Que dire de plus si ce n'est que nous espérons vous avoir donné le nécessaire de l'information pour suivre ce 10ème FIFM, que nous avons vécu avec passion. Bonne fin de festival!

 L'OFFICIEL DU FIFM

Edité par devocean S.A, société éditrice du quotidien d’information , certifiée ISO9001 version 2008 (Bureau Veritas International) RC: 157283 Patente : 36390935 IF: 1104850 Impression: Maroc Soir Directeur général: Brahim Sedrati Directeur de publication: Reda Sedrati

Equipe de rédaction: Secrétaire de rédaction: Muriel Tancrez Journalistes: Aïcha Soussi, Naïma Moncef, Khalid Satri, Imad Bentayeb, Marion Despouys, Rechad Otmane-Tani, Amélie Amilhau, Cerise Maréchaud Coordination & correction: Soundouss El Kasri (Rédactrice en chef du quotidien aufait), Reda Samie, Wafae M’rabet, Alexandra Girard Photographie: Abdelkarim Alaoui, Studio Yapasphoto Infographie: Mounim Souibi, Yassine Ouali

Responsable distribution: Abdelhakim Saidi

Contacts: Tél: 0522 39 92 55 / 77 / 87 Fax: 0522 39 93 78 E-mail: info@aufaitmaroc.com Site: www.aufaitmaroc.com

■ La rédaction

Programme 17h00 CYRANO DE BERGERAC | 2h15 | vo | Coup de Cœur de Sigourney Weaver

10h00 TOUS LES MATINS DU MONDE | 1h55 | ad - vo SAM 11

18h00 Cérémonie du Palmarès SOMEWHERE | 1h38

CINÉMA MEGARAMA SALLE 1 SAM 11

CINÉMA LE COLISÉE

PALAIS DES CONGRÈS SALLE DES AMBASSADEURS

17h15

CONTE DE PRINTEMPS | 1h52 | vo

17h00

SAUVE QUI PEUT (LA VIE) | 1h27 | vo

19h45

LA CEREMONIE | 1h51 | vosta

20h00

LA VIE EST UN LONG FLEUVE TRANQUILLE | 1h30 | vosta

22h15

OSS 117 : RIO NE REPOND PLUS | 1h40 | vo

22h30

LE FABULEUX DESTIN D’AMELIE POULAIN | 2h02 | vosta

11h00

LOFT | 1h55 | vostf

14h00

LALLA HOBBY | 1h35 | vostf

16h00

A CRIME (Un crime) | 1h42 | vostf

18h00

A LA RECHERCHE DU MARI DE MA FEMME | 1h28 | vostf

20h00

JACK GOES BOATING (Rendez-vous l’été prochain) | 1h29

22h00

POETRY | 2h19

PLACE JEMAA EL FNA

CINÉMA MEGARAMA SALLE 2 SAM 11

SAM 11

PALAIS DES CONGRÈS SALLE DES MINISTRES

18h30 Cérémonie du Palmarès DEVDAS | 3h | vostf


Des possibilités sans limites. Et vous, qu’allez-vous en faire ?

nokia.com/n8

© 2010 Nokia. Tous droits réservés. Nokia, Nokia Connecting People et OVI sont des marques ou des marques déposées de Nokia Corporation. ® Facebook est une marque déposée de Facebook. Gmail est une marque déposée de Google Inc. Google Talk est une marque de Google Inc. Le logo Windows, Windows Live, Messenger et Hotmail sont des marques ou des marques déposées de Microsoft Corporation. Yahoo!, Le logo Yahoo!, Et Yahoo! Interface sont des marques commerciales ou déposées de Yahoo! Inc. www.nokia.com/C3

Nouveau Nokia N8 Filmez, éditez et partagez vos vidéos en HD

* Appareil photo 12MP * Images de grande qualité grâce à la lentille Carl Zeiss


04

samedi 11 décembre 2010

Interview • JOHN MALKOVITCH, PRÉSIDENT DU JURY

“Les meilleurs films sont ceux qui te donnent envie de savoir ce qui va se passer”

A

cteur, réalisateur, producteur, styliste et même chanteur d'opéra, John Malkovich est un véritable caméléon. A l'occasion des 10 ans du FIFM, il a endossé un nouveau rôle, celui de Président du jury, et présentera ce soir le palmarès du festival. Rencontre avec l'un des artistes les plus charismatiques de sa génération.

PRÉSIDENT.

Q: Vous êtes le Président du jury de cette 10ème édition du FIFM. Quels sont vos critères pour juger un film ? Il y en a plusieurs: l’écriture est très importante, la qualité de l’histoire, et la manière de raconter ce qui se passe. Bien sûr, il y a l’image, mais ce n’est pas primordial pour moi. J’ai toujours pensé que l’importance de l’image était surestimée. Il y a 50 ans, peut-être, elle avait alors beaucoup d’influence, mais depuis, nous en avons vu tellement… Je ne crois pas au pouvoir de l’image. C’est une partie de la force d’un film, mais ce n’est pas le plus important. C’est l’histoire qui est fondamentale. C’est la raison pour laquelle certaines personnes peuvent suivre une histoire sur une caméra de surveillance pendant une heure. Les meilleurs films sont ceux qui te donnent envie de savoir ce qui va se passer.

Q: Lequel de vos rôles a été le plus important pour vous, ou quelle expérience de tournage vous a le plus marqué ?

Ce sont deux choses différentes. Jouer un rôle n’a aucun rapport avec l’expérience de tournage. Vous pouvez avoir une belle expérience, et faire un film affreux. Vous pouvez jouer un grand rôle dans un film qui n’est pas très bon. Cela m’est arrivé plusieurs fois. J’ai adoré jouer dans le film produit par Luc Besson Appelez-moi Kubrick (réalisé par Brian W. Cook), à propos de cet agent de travail britannique gay qui se fait passer pour Stanley Kubrick. J’ai beaucoup aimé jouer ce rôle, mais le film n’est pas très bon. Pour moi,

le film qui rassemble tous ces facteurs – un bon rôle, une belle expérience de tournage et la qualité – c'est Les Liaisons dangereuses.

Q: Vous avez joué votre propre rôle dans le film Dans la peau de John Malkovich. Quelle a été votre réaction lorsque Spike Jonze vous a présenté le projet ? Cela ne s’est pas tout à fait passé comme ça. Ils ont envoyé le script, non pas à mon agent, mais à notre maison de production. J’étais en France, et j’avais demandé à mon associé s’il y avait un scénario à lire. Il m’a répondu qu’il avait effectivement quelque chose pour moi. J’ai lu les quarante premières pages, dans lesquelles je n’apparais pas, où il y a juste les personnages interprétés par John Cusack, Cameron Diaz et Catherine Keener. Mon associé m’a dit: continue à lire. Je l’ai donc terminé, je suis revenu aux États-Unis, je les ai appelés en leur disant que je voulais bien réaliser ce film si on le faisait à propos de quelqu’un d’autre. Je n’aurais pas réalisé un film à propos de moi.

Q: Alors, comment vous êtesvous préparé pour devenir John Malkovich ?

Avec beaucoup de cours de danse… (rires). Il n’y avait pas tellement besoin de préparation, le script était suffisant. Je parlais souvent du casting avec Spike, car je trouvais qu’il avait fait une distribution de rôles fantastique. C’était plutôt évident tel que c’était, car c’était vraiment très bien écrit. Et le Malkovich du film n’a rien à voir avec moi. Personnellement, je ne crois jamais ce que je

lis, et je lis peu à propos des gens. Je les prends tels quels, comme je les trouve. Nous avons une phrase à ce propos aux États-Unis: “Qui vas-tu croire ? Moi, ou ce que tu vois ?”. Eh bien je ne crois que ce que je vois. Dans la peau de John Malkovich était bien plus qu’un rôle. Bien plus que n’importe quel autre film.

sement, l’opinion des gens est souvent basée sur les médias et ce n’est pas une bonne chose. Il y a deux cents ans, notre opinion était basée sur notre expérience, au contraire d’aujourd’hui, où l’on nous dicte ce qu’une expérience doit être.

Q: Vous êtes acteur, réalisateur, producteur, styliste… Avez-vous d’autres casquettes ?

Je n'ai confiance qu'en ma propre expérience et en mon propre jugement. J’ai travaillé au Mexique, avec des Mexicains. J’ai travaillé aux États-Unis. Je connais la situation des deux côtés de la frontière, et je sais que c’est un problème très compliqué. Je ne voudrais pas être celui qui doit le résoudre. Mais il faut se rendre compte que l’on parle d’êtres humains, dont la plupart, pas tous, mais en grande partie, souhaitent une vie meilleure, sans déranger personne. Ce n’est pas toujours possible au Mexique. Ce n’est pas notre faute, mais le fait est, c’est ce que je dis toujours à mes amis mexicains, que nous sommes vos cousins du nord, que vous le vouliez ou non. Et le film parle de l’immigration des enfants, alors je l’ai voulu particulièrement utile et poignant, pour que les gens comprennent. Ils veulent construire une clôture de 500 miles. Ok. Mais, pour ma part j’ai tendance à me dire: qu’est-ce que je ressentirais, si je devais aller au Mexique, quitter ma famille et aller travailler, m’occuper du jardin de quelqu’un d’autre ? Est-ce que j’aimerais cela ? Je ne sais pas.

Eh bien, je suis supposé chanter dans un opéra, Casanova, dans quelques semaines… Malheureusement pour le public…

Q: Donc vous êtes également chanteur d’opéra ! Non, je ne suis pas chanteur d’opéra. Mais je vais devoir apprendre à l’être très rapidement. Et j’ai peur (rires).

Q: Vous avez réalisé un documentaire, Triple crossing, à propos de l’immigration mexicaine aux États-Unis. Pourquoi avoir choisi ce thème ? Je connais bien le Mexique, et ce thème est un sujet très sensible aux EtatsUnis. J’ai été très touché par le travail de recherche réalisé par Rebecca [Cammisa, dont le documentaire, Which way home, sur le même sujet, a été produit par Malkovich]. Parfois, lorsque les gens parlent de ce sujet, ils oublient qu’il s’agit d’êtres humains. Il n’y a dans ce film aucun parti pris politique. Nous parlons de personnes. L’immigration fait naître du bon et du mauvais, mais c’est l’histoire de l’Amérique. Ma famille a immigré, mes grands-parents ne parlaient pas anglais. J’ai émigré en France, ce qui n’a pas toujours été facile. Je pense vraiment que les artistes doivent essayer de montrer aux gens le prix des choses. Je ne prétends pas dire à qui que ce soit ce qu’il doit faire ou penser, je ne veux pas contrarier leur opinion, ou leur expérience, qui je l’espère, est la base de cette opinion. Malheureu-

Q: Et vous, est-ce votre cas ?

Q: Jeudi, c’était votre anniversaire. Comment l’avezvous fêté ?

Avec ma femme, des amis venus des États-Unis, d’Angleterre, le jury, Mélita (Toscan Du Plantier), et Christian Louboutin qui est un vieil ami – je suis d'ailleurs en train d’écrire l’introduction de son livre.

Q: Quel serait le plus beau cadeau qu’on pourrait vous offrir ? Eh bien… juste être avec mes amis. Je n’ai jamais beaucoup aimé les cadeaux. ■ Propos recueillis par Amélie Amilhau, Marion Despouys et Cerise Maréchaud


devocean

www.aufaitmaroc.com


06

samedi 11 décembre 2010

Dossier

• L’AUTRE INDUSTRIE CINEMATOGRAPHIQUE

D

Bollywood, Nollywood

u sommet de leur colline au sud de Los Angeles, les grands studios de Hollywood dominent le cinéma mondial depuis les années 20, contribuant à la globalisation de la culture américaine. Face à l’écrasant pouvoir des majors que sont la 20th Century Fox, Universal Studios ou Sony Pictures, d’autres industries cinématographiques ont fleuri dans des pays qui revendiquent leur propre regard sur le monde et sur eux-mêmes, tels Bollywood en Inde, mais aussi Nollywood au Nigéria. ÉMERGENCE SUCCESS STORY.

Bollywood: le kitsch merveilleux au service de l’ordre social

Accords et désaccords Bollywood et Hollywood ont signé cet automne un accord pour développer la production et la distribution communes de leurs films. Cela devrait permettre à plus de films indiens d’être tournés à Hollywood, soit un apport en chiffre d’affaires non négligeable à l’heure où les studios de Los Angeles subissent une dure concurrence. Mais aussi, de limiter la multiplication des plagiats de films américains en Inde, pratique assez fréquente couverte par le laxisme des lois indiennes et qui a valu à Bollywood quelques procès ces dernières années. Rainman, en 1988, est devenu Yuvvraaj en Inde vingt ans plus tard. Chinatown, sorti en 1974, a donné Manorama six feet under en 2007, Usual suspects, en 1995, est à l’origine de Chocolate Deep Dark Secrets en 2005…

Basée à Bombay, l’industrie du film de Bollywood est la composante la plus populaire d’un cinéma indien déjà quasi centenaire. Ces tragicomédies sociales et flamboyantes, tournées en hindi et ourdou avec une touche d’anglais, se situent dans la continuité des premières comédies musicales des années 30. Elles-mêmes sont aux confluents d’inspirations comme le vieux théâtre sanskrit, le théâtre folklorique populaire, le théâtre parsi mêlant danse et musique à une narration mélodramatique et fantastique, ainsi que les mythes fondateurs de la culture indienne. A partir des années 40 et 50, Bollywood emprunte aussi aux grandes comédies musicales hollywoodiennes, et intègre l’importance du star system. Les années 70 et 80 apportent à Bollywood des scénarios plus complexes, autour de héros aux prises avec les mutations de la modernité, et au cœur d’histoires moins corsetées moralement et visuellement. L’évolution vers la modernité s’affirme aussi dans la forme et la tech-

nique, à mesure que les grandes maisons 2008, un chiffre qui devrait quasi doude production bollywoodiennes – Yash Raj bler d’ici 2015. C’est encore inférieur à Films, Dharma Productions - lorgnent celui réalisé par les studios américains, et séduisent le public occidental dans les mais les productions, même les plus années 2000 avec les blockbusters Devdas, ambitieuses, telles Devdas (8 millions Lagaan, ou encore Veer-Zaara. Leurs stars d’euros), coûtent encore beaucoup moins sont parmi les plus adulées au monde: chères que les films américains. Et les Aishwarya Rai, Shahrukh spectateurs indiens, eux, Khan, Preity Zinda, Priyansont par contre deux fois ka Chopra, Shahid Kapoor, plus nombreux qu’aux Rekha, Hrithik Roshan, États-Unis. En dépit du Aamir Khan, Jeetendra, piratage, les salles de Shahrukh Khan ou encore cinéma en Inde ont fait Amitabh Bachchan… au3 milliards d’entrées en tant de noms à suivre au 2009. fil des nombreuses cérémoLe règne de Bollywood, nies dédiées à Bollywood, lui, rayonne dans le telles les Filmfare Awards, monde - du Bangladesh les Star Screen Awards, les en Ethiopie, de l’AfghaStardust Awards. nistan à la Grande-BreAujourd’hui, c’est grâce tagne, de Palestine au à l’extraordinaire vitaMaghreb, du Moyenlité de Bollywood que Orient à la Russie, du Affiche du film Lagaan , l’Inde est le premier pays d'Ashutosh Tchad à l’Australie, grâce Gowariker./DR producteur de cinéma, notamment à une diaspoavec plus d’un millier de films réalisés ra très nombreuse. Certains pays s’acchaque année, soit deux fois plus qu’à commodent parfaitement de la pudeur Hollywood. L’industrie de l’image dans et du conservatisme des films bollywooson ensemble représente en Inde un po- diens, d’autres y voient une alternative tentiel de développement immense : le politiquement salutaire aux films de cinéma et la télé réunis ont généré des l’Oncle Sam. En Afrique, la diffusion de recettes de 7,7 milliards de dollars en Bollywood doit aussi beaucoup aux distri-


,Les acteurs Sury et Parvathi remportent les 56èmes Filmfare Awards en 2009.

/DR

buteurs libanais. Les inconditionnels savent à quoi s’attendre : des fresques de trois heures au minimum, foisonnant métissage (ou masala) comportant une histoire d’amour mélodramatique, des scènes d’action, de la vengeance, du sport, des fêtes sacrées ou familiales, le tout sur fond de danses et de musiques (langage universel dans un pays aux 3.000 dialectes) intrinsèquement liées au scénario et dont la sophistication va crescendo jusqu’au happy end final. Souvent invraisemblables, les histoires bollywoodiennes traitent pourtant de vrais problèmes sociaux – rarement politiques: conflits entre castes, poids du destin, autorité paternelle castratrice, lourdeur des conventions... Techniquement et visuellement, sous l’influence de la diaspora comme de l’évolution de la société indienne, Bollywood se diversifie et se modernise. Les codes de la pudeur évoluent, les spectateurs peuvent désormais accepter un léger baiser à l’écran, des tenues occidentales diablement sexy en guise de costumes, et des chorégraphies largement inspirées des clips musicaux sulfureux. C’est là toute l’ambivalence fascinante de Bollywood: faire rêver d’un bonheur possible, d’une vie où la complexité est simplifiée par la musique, libératrice du tourment et de la lourdeur des conventions. Les mille et un excès visuels ou narratifs sont davantage suggestifs que subversifs, comme l’analyse le site le-kitsch-indien.fr : “s’il n’est pas question de montrer une scène d’amour, un feu d’artifice, des tenues provocantes, un long et tendre baiser qui se termine dans un grand lit où un jeu de voilure veut nous cacher la scène qui devait suivre, ne laisse aucun doute que les protagonistes consomment leur union. (…) Si l’émancipation de l’individu des tabous de la société est acceptable, c’est que cette émancipation est fictive, et le kitsch, parfois même le kitsch érotique, au travers des décors, des costumes, de la musique et des danses, intervient pour apporter la preuve permanente de l’illusion, du ca-

ractère irréel et factice de la situation. Si le cinéma indien met en scène des excès intolérables, c’est pour mieux en prémunir la société, la fiction se faisant l’exutoire de toutes les frustrations”. Au final, le spectateur se gorge de rêve pour mieux accepter, une fois sorti de la salle, sa condition, ses devoirs, sa place dans la société.

Nollywood: le petit écran, miroir roi du Nigeria Nollywood n’a pas vingt ans, et n’a pas grand lien avec le cinéma nigérian né dans les années 60 avec des réalisateurs tels Ola Balogun et Hubert Ogunde. Nollywood, c’est la florissante industrie du film vidéo, en pleine explosion depuis l’essor du numérique. Mais il doit ses débuts à l’aide étatique apportée au secteur télévisuel dans les années 80. La loi limitant l’importation de contenu étranger, cela a stimulé les productions locales qui n’ont malgré tout pas pu échapper au développement d’un marché informel de la vidéo piratée. C’est l’énorme succès, en 1992, du film Living in Bondage – thriller dramatique de Chris Obi Rapu racontant l’histoire d’un homme hanté par la mort de sa femme, tuée de ses mains au nom d’un sacrifice rituel pour être riche - qui a véritablement marqué l’essor de Nollywood en tant que industrie avec son systèmes, ses codes, ses stars, sa vision. Les films de Nollywood ne sont pas réalisés en studios, mais dans la rue, les maisons, les bureaux, les boutiques du Nigeria entier, bien que la majorité des productions se concentrent à Lagos, Abuja et Benin City, avec l’anglais pour langue principale, mais aussi les dialectes des différentes régions – Yoruba à l’ouest, Hausa au nord, Edo à Benin city. Selon Frank Ikegwuonu, auteur de Who’s who in Nollywood, environ 1.200 vidéos sortent sur le marché chaque

,Mallal, l'un des réalisateurs du documentaire Nollywood Babylon.

/DR

année, ce qui fait du Nigeria le deuxième producteur de films après l’Inde et avant les États-Unis, pour un marché estimé à 300 millions d’euros en 2009. Le journaliste Tunde Oladunjoye prévient toutefois: “Il est plus facile d'extraire de l'eau d'un caillou que d'obtenir des chiffres fiables sur la production vidéo nigériane”.

Il est plus facile d'extraire de l'eau d'un caillou que d'obtenir des chiffres fiables sur la production vidéo nigériane.” Tunde Oladunjoye, journaliste

Les conditions de production sont, elles, sans équivoque. Parfois surnommées de “films micro-onde”, les productions nollywoodiennes sont directement tournés en DVD et VCD, en quelques jours de tournage seulement, avec beaucoup d’acteurs non professionnels, pour un coût maximum de 15.000 dollars. Au Nigeria, l’ensemble de la production annuelle dispose d’un budget inférieur à celui d’un seul film de Hollywood – un film nollywoodien ne coûte pas plus de quelques secondes d’un film hollywoodien. Souvent accusés ou dénigrés pour la piètre qualité de leurs films et pour les dommages collatéraux de leur succès sur un cinéma nigérian à l’agonie et des salles en voie de disparition, producteurs et réalisateurs de Nollywood plaident la débrouillardise, tout en essayant de se professionnaliser - Nollywood serait le deuxième employeur du pays. Quoi qu’en disent les critiques: à 2 dollars le DVD, les films nollywoodiens partent ensuite comme des petits pains - entre 50.000 et 200.000 copies – sur les marchés

du pays, même dans les régions reculées. Mais cette popularité dépasse les frontières du Nigeria, grâce notamment à la diaspora africaine en Europe, Amérique du Nord (sur la chaîne Afrotainment) et aux Caraïbes. Au Nigeria, Nollywood est omniprésent sur le petit écran et dans la vie de tous les jours: dans les boutiques, dans les maisons, chez le coiffeur, au restaurant. Les histoires mêlent tous les ingrédients du quotidien africain, avec réalisme et touches fantastiques: famille, corruption, fraude, drogue, trafics, violence, sorcellerie, idylles contrariées, religion chrétienne (beaucoup plus rarement musulmane), dilemmes moraux… Un scénario typique: un villageois débarque en ville, se retrouve confronté à une série d’obstacles et d’ennemis, s’en remet à la sorcellerie pour s’en sortir, perd tout, mais finit par trouver la rédemption dans l’église. Le tout dans une esthétique crue, excessive et flamboyante à la fois, avec des effets visuels bon marché mais choyés par le public. C’est cette incroyable fable entrepreneuriale et sociale, pleine d’espoir et permettant l’émergence d’un vrai regard nigérian – et non occidental ou post-colonial - sur le quotidien du Nigeria, qui a motivé le récent documentaire canadien Nollywood Babylon, de Samir Mallal et Ben Addelman. Nollywood ne résiste pas non plus aux sirènes du glamour: aujourd’hui, les grands producteurs et réalisateurs tels Ikechukwu Onyeka, Chico Ejiro, Zeb Ejiro, Chidi Tchikere ou Lancelot Oduwa Imasuen ne sont pas les seuls à voir leur nom en haut de l’affiche. Les acteurs sont en train de s’affirmer aussi, comme Nkem Owoh, Tonto Dike, Ramsey Nouah, Patience Ozokwo, Genevieve Nnaji, Stella Damasus, Ini Edo, Rita Dominic et Mercy Johson. Chaque année, les uns et les autres se retrouvent sous les spotlights lors des Best of Nollywood Awards, et tiennent souvent le haut du pavé aux African Academy Awards. ■ ■Cerise Maréchaud


08

samedi 11 décembre 2010

Interview • BRUNO BARDE, DIRECTEUR ARTISTIQUE DU FESTIVAL

“Dans le cinéma marocain, il y a une promesse d'avenir absolument somptueuse”

L

e 10ème FIFM, édition anniversaire, tire ce soir sa révérence. Une occasion de revenir avec Bruno Barde, Directeur artistique de l'évènement, sur ce 10ème opus, son rôle de directeur artistique, le cinéma marocain et les enjeux à venir. Rencontre.

ENTRETIEN.

Q: Vous êtes directeur artistique du Festival. La préparation artistique du FIFM, c'est le travail de toute une année, non?

Le FIFM est le festival le plus important pour lequel j'occupe cette fonction mais c'est celui pour lequel j'ai le plus d'attachement. La direction artistique fait que je vois dans l'année entre 1.000 et 1.200 films pour faire la sélection pour le FIFM, et pour d'autres festivals. Toute l'année je suis dans l'univers cinéma. Je ne regarde jamais les informations, je vois le monde dans les yeux des cinéastes. Contrairement à ce qu'on pense, je suis beaucoup plus dans la réalité car le regard de l'art sur la société est toujours plus réel. Pour la sélection, un bon film, c'est celui qui a un point de vue sur le cinéma et sur ce que l'on veut dire socialement, historiquement. De plus, un grand cinéaste c'est quelqu'un qui interroge le temps, qui interroge presque l'ontologie (ndlr. la science de l'être). Il n'y a pas de grand film où l'humain n'est pas au centre.

Q: Sept années de direction artistique... Comment vivez-vous cette expérience sur la longueur?

Je suis en train de devenir marocain (rire). C'est une boutade, mais c'est vrai. Au début c'était juste une implication professionnelle, aujourd'hui c'est beaucoup plus. D'ailleurs quand je parle du FIFM, je dis “nous à Marrakech”...Je me suis approprié le Festival comme il s'est approprié ce que je suis. Et puis, avec le temps, nous avons appris -avec toutes les équipes- à se connaître et se faire confiance. Je pense que si le Festival est aujourd'hui ce qu'il est, c'est parce que

tous ceux qui y travaillent ont la volonté de bien faire les choses, avec amour. Ce sont sept années d'optimisme, sept années pour lesquelles il faut continuer de tracer le sillon. Il faut ajouter aussi que si le FIFM est aujourd'hui mature, c'est grâce à la volonté de Sa Majesté le Roi Mohammed VI et de Son Altesse Royale le Prince Moulay Rachid. Il n'y a pas de grands festivals de cinéma sans volonté politique.

Q: Nous arrivons au terme de cette dixième édition du FIFM, une édition anniversaire. Quel regard lui portez-vous?

Je trouve cette 10ème édition très belle car elle récapitule la volonté éditoriale de SAR le Prince Moulay Rachid, qui veut que le FIFM soit avant tout un Festival de cinéma donc l'objet principal est le film. C'est autour du film que nous construisons. C'est ce que l'on a fait depuis dix ans et cette année c'est l'aboutissement de la justesse de ces œuvres-là: nous avons un hommage à la cinématographie française qui ne s'est jamais fait nulle part, c'est unique d'avoir 75 films, 44 personnes dans la délégation. Le cinéma de Jean Becker à Claude Zidi, en passant par Leos Carax...Et des actrices comme Catherine Deneuve, Sophie Marceau, Marion Cotillard, etc. Cela vient du fait que ça fait sept ans que nous faisons des hommages à des cinématographies et petit à petit, le Festival a bâti sa réputation.

Q: Cela veut-il dire que l'hommage aux cinématographies est un particularisme du Festival de Marrakech?

Le particularisme de Marrakech, c'est d'être construit sur le cinéma. Le cinéma,

c'est l'art qui résume tous les imaginaires, l'art absolu. Mais il est récent, donc pour que les gens aiment le cinéma, que le Maroc devienne davantage une terre de cinéma, que les jeunes marocains aient envie de voir des films et aussi d'en réaliser, d'en écrire ou d'en produire; il faut transmettre à tous les publics ce qu'est le cinéma. Et la meilleure façon, c'est de montrer en rendant hommage. Montrer l'Histoire du cinéma au travers des grandes cinématographies, donner des leçons de cinéma par des grands maîtres du 7ème art... Puis, pour aller plus loin dans la formation, avec “Cinécoles” qui permet d'utiliser les forces créatives nationales. Ainsi, le Festival couvre tous les temps: avec les cinématographies et les personnalités hommagés on couvre la reconnaissance du cinéma, avec la compétition on vise le cinéma novateur d'aujourd'hui et on prépare celui de demain, et avec “Cinécoles” on est dans l'avenir. La particularité du Festival de Marrakech, c'est qu'il est le lieu du cinéma absolu.

Q: Cette année, le film qui remportera le Grand Prix -L'Etoile d'or-, sera racheté par la télévision marocaine. Qu'en pensez-vous? C'est une idée géniale car cela va permettre de développer le lien entre l'industrie cinématographique et la télévision, c'est l'avenir. Aujourd'hui, la diffusion du cinéma change. Il faut appréhender cette modernité pour que tous les nouveaux modes de diffusion deviennent des nouveaux moyens de production, des nouveaux moyens d'écriture cinématographique. Ainsi, le film qui gagnera cette année pourra être vu par beaucoup plus de monde que s'il avait été acheté par un distributeur et cela va motiver les réalisateurs à venir au FIFM. A partir de cette année, le Festival représente aussi un intérêt économique pour les ayants droit des films du monde entier.

Q: Le cinéma marocain n'a jamais eu le Grand Prix, pourtant

il évolue. Quel regard lui portezvous? Je pense que le cinéma marocain est comme tous les cinémas du monde, il faut produire beaucoup de films pour en avoir quelques-uns de bons. Par exemple, la France produit 200 films par an pour en avoir 20 de bons...Je crois qu'il faut arriver -même si le Maroc est déjà un des pays arabo-musulman qui produit le mieux et le plus- à augmenter la production. La quantité augmente la qualité. Dans le cinéma marocain, il y a une promesse d'avenir absolument somptueuse, c'est ce qui ressort de “Cinécoles” et il y a aujourd'hui des cinéastes marocains qui travaillent très bien. Plus le Maroc produira, et bien, plus il y aura de bons cinéastes.

Q: Enfin, avec cette édition anniversaire, on boucle une première décennie. Quels sont, selon vous sur la plan artistique, les enjeux de la décennie à venir? Je dirais qu'il y a quatre enjeux: continuer sur la voie lancée jusque-là en gardant le film au coeur de l'évènement, fédérer sur le Festival de Marrakech encore davantage de public, augmenter les relations économiques entre les créateurs, les producteurs et les ayants droit, développer “Cinécoles” et tout faire pour que dans dix ans -lors de la 20ème édition- les cinéastes marocains soient partout, en compétition à Marrakech et à l'étranger. Je suis très optimiste et confiant, et je pense que c'est ce qui va se passer dans les dix prochaines années.

Si le FIFM est aujourd'hui mature, c'est grâce à la volonté de Sa Majesté le Roi Mohammed VI et de Son Altesse Royale le Prince Moulay Rachid. Il n'y a pas de grands festivals de cinéma sans volonté politique”. ■ Propos recueillis par Muriel Tancrez


BIENVENUE AU

NAOURA BARRIÈRE DE MARRAKECH

P

our sa première implantation à l’étranger, Lucien Barrière Hôtel & Casinos a choisi un lieu où l’hospitalité et la qualité de l’accueil règnent, comme pour marquer l’empreinte du Groupe familial. C’est à Marrakech, la perle du Sud, que le Naoura Barrière a ouvert ses portes, au cœur de la Médina, dans un paradis de fleurs blanches et de palmes. Bienvenue au Naoura Barrière, lieu unique où les styles français et marocains associent élégance et raffinement pour des séjours dédiés à la volupté, pourquoi pas à la paresse…

ÉLÉGANCE, LUXE ET VOLUPTÉ • 78 junior suites de 45 à 54m² • 7suites de 125 à 250m² • 26 ryads de 240 à 450m² avec piscine privative • Le Fouquet’s • Le Wardya, buffet piscine • Le Nuphar Bar • Piscine chauffée de 400m²

• U Spa Barrière : 9 cabines de soins, salle de fitness, parcours aquatique, hammams… • Club Diwi & Co pour les enfants • Internet Wifi et filaire • Service Butler 24h/24 • Parking couvert sécurisé • Boutiques

Tél : +212(0)5 24 45 9000 - www.naoura-barriere.com Informations et réservations : resanaoura@lucienbarriere.com


10

samedi 11 décembre 2010

Interview • EMMANUELLE SEIGNER, ACTRICE FRANÇAISE

“J'ai un rapport Amour/Haine avec ce métier”

D

ès le départ le ton est donné: si on lui pose une question sur son mari Roman Polanski, elle se lève et elle part. Emmanuelle Seigner est comme ça: rebelle, impatiente, insoumise. Mais après avoir fait quelques infidélités au 7ème art en devenant chanteuse, l'actrice de Frantic a retrouvé le feu sacré. Et ne rêve que d'une chose : trouver le grand rôle de sa carrière.

RENCONTRE.

Q: De quoi avez-vous aujourd'hui envie en tant que comédienne ? J’ai envie de faire de bons films avec de bons rôles. Le type de rôle n’a pas vraiment d’importance. L’important c’est déjà de faire des choses biens et ça n’est pas facile. Il y a peu de bons films et peu de bons rôles.

Q: C’est pour ça que vous tournez assez peu ? Oui. Je n’aime pas perdre mon temps. J’ai souvent ce sentiment sur les plateaux. C’est fatiguant de travailler avec des gens qui ne savent pas ce qu’ils font. Je n’aime pas le sentiment du temps qui passe et de ma vie qui défile. Je n’aime pas me dire que je pourrais faire des choses plus bénéfiques pour moi. Je n’arrive pas à faire ce métier juste pour l’argent. Parce que c’est un métier trop beau, trop spécial... Quand je fais un film, j’aime que ça m’apporte vraiment quelque chose d’un point de vue artistique et personnel.

Q: Un de vos rôles en particulier vous a-t-il permis de ne pas “perdre votre temps” ?

Oui, ca m’est arrivé, heureusement. Par exemple, j’ai beaucoup aimé mon rôle dans Le scaphandre et le papillon. On ne perdait pas son temps avec le réali-

sateur (Julian Schnabel, ndlr), ça allait très vite et on finissait tous les jours à 15 heures. Pour un bon résultat. J’adore quand les gens vont vite et sont doués.

Q: La musique vous épanouitelle plus que le cinéma en ce moment ?

Quand j’ai commencé à faire de la musique, j’arrivais dans une période de ma Q: On a l’impression que vous vie où je n’en pouvais plus de faire des voulez prendre le pouvoir. Ca ne films. J’en avais marre. J’avais l’impresvous donne pas envie de passer sion que je n’avais plus rien à donner. Et derrière la caméra ? la musique m'a fait beaucoup de bien. Hélas oui, j’ai ce côté là. Mais réaliser un Mais après avoir fait beaucoup de musique et de concerts, je film, je sens que je n’ai pas vraiment ça en moi.  Le métier d’actrice redécouvre l’envie de faire des films et ça ne Je pourrais réaliser un est extrêmement m’était pas arrivé defilm, mais je crois que je passif et moi, je suis puis longtemps. Donc là serais médiocre. En tout je vais refaire des films cas, pas aujourd’hui. quelqu’un qui aime Peut-être dans quinze tout contrôler... Je ne et je suis très contente. J’ai beaucoup de proou vingt ans. Peut-être suis pas quelqu’un que j’aurais quelque de docile, du tout, du jets, mais je ne peux pas en parler parce que ça chose d’important et n’est pas signé. d’intéressant à racon- tout, du tout. ter.

Q: C’est pour assouvir ce besoin de prendre les choses en main que vous vous êtes lancée dans la musique ?

Oui, parce que dans la musique, je suis la chef, je décide de tout. Avec qui je vais travailler, qui va faire mon clip, qui va faire ma pochette, qui va écrire mes textes. Je décide de tout et j’adore ça. Le métier d’actrice est extrêmement passif et moi, je suis quelqu’un qui aime tout contrôler et parfois quand je fais des films je me dis: j’aurai fait comme ci ou comme ça.

Q: Les réalisateurs vous ont souvent rêvée en femme désirable, sexy. Dans la vie vous êtes au contraire très naturelle, en jean basket. Est-ce que c’est l’origine de ce ras-le-bol ?

Heureusement ça n’est pas toujours le cas. Regardez, dans La Môme, on ne peut pas dire que je sois très désirable. Non, ce qui m’a gêné c’était l’impression de ne pas trouver le grand rôle, le truc vraiment incroyable. Je n’ai pas eu encore cette chance de trouver le grand rôle de ma carrière. En même temps, tant mieux, parce que quand on le ren-

contre trop jeune, c’est terrible aussi. Mais, je ne m’épanouissais pas et j’en avais marre de faire ce qu’on me disait de faire. Je ne suis pas quelqu’un de docile, du tout, du tout, du tout.

Q: Ca doit être dur d’être actrice quand on est si rebelle ? Oui, c’est dur pour moi. J’adore jouer mais je déteste la docilité que ça demande. J’ai un rapport d’amour haine avec ce métier. Parce que j’aime profondément le jeu d’actrice, j’ai beaucoup de plaisir à le faire mais tout le reste m’énerve. Je ne supporte pas d’obéir à quelqu’un. Je me sens tout le temps instrumentalisée. Heureusement, depuis que je fais de la musique, ça m’a calmé, ça m’a détendu comme actrice.

Q: Pour trouver ce grand rôle où vous épanouir, est-ce qu’il y a un grand réalisateur avec qui vous auriez vraiment très envie de jouer ? Il y en a plein. Tous les bons bien sûr. Mais vous savez, un bon réalisateur, ça ne suffit pas : il faut vraiment le bon rôle. Et il y a moins de bons rôles pour les femmes que pour les hommes. C’est à l’image de notre société machiste. C’est pour ça que c’est difficile de trouver un rôle vraiment incroyable avec un grand réalisateur. Mais bon, il faut y croire car sinon il vaut mieux arrêter tout de suite. ■ Propos recueillis par Amélie Amilhau


12

samedi 11 décembre 2010

Grand Prix du festival de Cannes, , Des hommes et des dieux de Xavier

A chaud

Beauvois part favori pour décrocher le Prix Louis-Delluc 2010./DR

• PRIX LOUIS-DELLUC 2010

Beauvois, Assayas, Polanski ou encore Sfar parmi les nommés ,Jeremy Renner succèdera à Tom Cruise à partir des prochains Mission impossible.

/DR

Jeremy Renner devrait à terme remplacer Tom Cruise dans la saga Mission Impossible REMPLACEMENT. Jeremy Renner suc-

cèdera bien à Tom Cruise dans les prochains films (à partir du 5ème épisode) inspirés de la série d'espionnage Mission Impossible, a-t-il laissé entendre à la chaîne MTV lors d'une interview.

Mission impossible : le “bébé” de Tom Cruise Les deux hommes tournent actuellement sous la direction de Brad Bird (Ratatouille) dans le quatrième épisode de la saga baptisé Mission : Impossible - Ghost Protocol. “C'est une franchise à potentiellement reprendre. Je ne peux prédire le futur et ceux que [les producteurs] veulent mais c'est certainement l'idée”, a déclaré le comédien âgé de 39 ans. “Je ne peux

vraiment pas rentrer dans les détails parce que c'est encore en train d'évoluer. Il s'agit du bébé de Tom [Cruise]. Il est le moteur derrière cela. Nous verrons ce qui arrivera ensuite”, a-t-il conclu. Produit par J.J Abrams, Mission Impossible - Ghost Protocol est en cours de tournage à Dubaï. Tom Cruise reprend le rôle de l'agent Ethan Hunt face à Jeremy Renner dans la peau d'une jeune recrue. Le duo est entouré par Michael Nyqvist (Millenium), Paula Patton (Precious), Simon Pegg (Star Trek), Ving Rhames (Clones), Josh Holloway (Lost), Anil Kapoor (Slumdog Millionaire) et la Française Léa Seydoux (Belle Epine). La date de sortie du long métrage est fixée à fin décembre 2011 par les studios Paramount Pictures.

SÉLECTION. Le jury du Prix Louis-Delluc 2010 a retenu huit longs métrages dans la course au dit trophée surnommé le “Goncourt du cinéma”. Les derniers films de Xavier Beauvois, Olivier Assayas, Roman Polanski, Bertrand Tavernier ou encore Claire Denis sont en piste pour succéder à Un prophète de Jacques Audiard. Le lauréat du prix sera désigné vendredi 17 décembre.

Deux catégories de films Dans la section premier film, le jury a sélectionné six longs métrages dont Gainsbourg(vie héroïque) de Joann Sfar, Un poison violent de Katell Quillévéré ainsi que Belle Epine de Rebecca Zlotowski. Considéré comme le “Goncourt du cinéma”, le prix Louis-Delluc a été créé en 1937 en hommage au réalisateur Louis Delluc et récompense le meilleur film français de l'année. La catégorie meilleur premier film français a été ouverte en 2000. Le prix est décerné par un jury d'une vingtaine de personnalités du cinéma s'attachant à récompenser les métrages alliant “exigence artistique, cinéma d'auteur et reconnaissance publique”. ■ La rédaction

■ La rédaction

Stephen King place le film Laisse-moi entrer au sommet de son top 10 des films de 2010 CLASSEMENT. L'écrivain américain Ste-

Stephen King établi chaque année son , classement des dix meilleurs films de l'année. DR

/

phen King, spécialiste du fantastique, a livré sa liste annuelle et personnelle des meilleurs films de l'année 2010 dans l'hebdomadaire spécialisé Entertainment Weekly.

Un classement annoncé chaque année par l'écrivain L'auteur de Marche ou crève et La Tour sombre a placé au sommet de sa liste Laisse-moi entrer de Matt Reeves, qui succède à Démineurs de Kathryn Bige-

Liste des films nommés pour le prix Louis-Delluc Carlos d'Olivier Assayas Des filles en noir de Jean-Paul Civeyrac Des hommes et des dieux de Xavier Beauvois Mystères de Lisbonne de Raoul Ruiz La Princesse de Montpensier de Bertrand Tavernier The Ghost Writer de Roman Polanski Tournée de Mathieu Amalric White Material de Claire Denis

Films nommés pour le Prix Louis-Delluc du premier long métrage Belle Epine de Rebecca Zlotowski Domaine de Patrick Chiha Gainsbourg (vie héroïque) de Joann Sfar Une exécution ordinaire de Marc Dugain Un poison violent de Katell Quillévéré La Vie au ranch de Sophie Letourneur

low. Remake du film de vampires suédois Morse, Laisse-moi entrer avec Kodi Smit-McPhee et Chloë Moretz a connu un succès modeste en salles tout en recevant l'avis positif de la critique. Le scénario raconte la tendresse commune d'un adolescent brutalisé avec une vampire coincée dans le corps d'une fillette de 12 ans. Succès du box-office, The Town, Inception et The Social Network suivent dans le classement de l'écrivain. Le film de braquage Takers, sorti fin novembre, décroche la cinquième position devant Kick-Ass, Splice et Monsters. Jackass 3-D termine neuvième et précède Green Zone de Paul Greengrass. ■ La rédaction


REMAKE. L'actrice américaine Anne Hathaway serait la dernière candidate en lice pour reprendre le rôle-titre de Barbarella dans un remake du film de science-fiction signé Roger Vadim en 1968. Le long métrage original suivait une jeune femme sensuelle en mission sur une lointaine planète pour sauver la Terre du savant Durand-Durand. Joe Grazzam a été engagé pour rédiger le scénario du remake qui se focalisera sur l'aspect aventurier de l'intrigue.

Berlinale 2011: True Grit des frères Coen en ouverture

Matt Damon devrait jouer dans le prochain film de Neill Blomkamp

FESTIVAL. Le western True Grit de Joel

TOURNAGE. L'acteur américain Matt

et Ethan Coen assurera l'ouverture du 61ème Festival du film international de Berlin le 10 février prochain, annoncent ses organisateurs dans un communiqué. Emmené par Hailee Steinfeld, True Grit est le remake de Cent dollars pour un shérif avec John Wayne sorti en 1969, lui-même inspiré d'un roman de Charles Portis. Jeff Bridges, Matt Damon et Josh Brolin participent aussi au long métrage, qui relate la vengeance d'une adolescente contre l'assassin de son père. Le film est attendu le 23 février 2011 dans les cinémas français. La 61ème Berlinale se tiendra du 10 au 20 février prochains. Isabella Rossellini présidera le jury chargé de remettre les Ours. L'an dernier, l'Ours d'or était revenu au film turc Miel de Semih Kanapoglu. Roman Polanski avait décroché l'Ours d'argent du meilleur réalisateur avec le thriller politique The Ghost Writer.

Damon a engagé des pourparlers préliminaires avec la société de production Media Rights Capital afin de participer au prochain film de Neill Blomkamp, cinéaste sud-africain révélé l'an dernier avec District 9. Matt Damon est en piste pour rejoindre Sharlto Copley (L'Agence tous risques) au générique du long métrage intitulé Elysium, qui mêlera fibre sociale et science-fiction. L'action se déroulera 150 ans dans le futur sur une autre planète. Les détails du scénario demeurent secrets. Le tournage devrait débuter l'an prochain. Matt Damon fera son retour au cinéma le 19 janvier prochain dans le drame surnaturel Au-delà de Clint Eastwood aux côtés de Cécile de France et Bryce Dallas Howard. Le 23 mars, le comédien donnera la réplique à Emily Blunt dans L'Agence de George Nolfi, thriller fantastique inspiré de Philip K. Dick.

■ ■La rédaction

■ ■La rédaction

ÊÊ EN BREF

»» Virginie Ledoyen dans The Last Beat sur les derniers jours de Jim Morrison DOORS. L'actrice française Virginie Ledoyen

tiendra le premier rôle féminin du drame The Last Beat, a annoncé l'agence artistique américaine Bohemia Group. Robert Saitzyk (White of Winter) dirigera le film qui romancera les derniers jours du leader des Doors, Jim Morrison, décédé à Paris en 1971. Interprète d'une comtesse prénommé Clémence, Virginie Ledoyen donnera la réplique à Shawn Andrews. Ce dernier incarnera Jay Douglas, star du rock américain des années 1970 installée à Paris. Le scénario s'attachera à décrire la relation du personnage partagé entre deux femmes.


14

samedi 11 décembre 2010

En images...

L'acteur et réalisateur Philip Seymour Hoff , compétition avec son premier long métrage

goes boating hier sur le tapis rouge./YAPASPHO

La réalisatrice Feo Aladag, , auteure du film en compétition

Sibel Kekilli, actrice dans le long métrage , When we leave.

When we leave./ABDELKARIM ALAOUI

/ABDELKARIM ALAOUI

Photo collégiale, jeudi, de l’ensemble de l’organisation du FIFM en , présence de Son Altesse Royale le Prince Moulay Rachid. /YAPASPHOTO


fman, en e Jack

Fayçal Laraïchi et Melita Toscan Du Plantier, , hier soir sur le tapis rouge.

OTO

/YAPASPHOTO

Hier à 18h, la place Jamâa el Fna accueillait une projection du film , Copland, avec et en présence de Harvey Keitel. /ABDELKARIM ALAOUI

Aziz Bouderbala et la comédienne , marocaine Asmae Al Khamlichi hier soir sur le catwalk./YAPASPHOTO


16

samedi 11 décembre 2010

En images... Zineb Mrabet, membre de l'équipe du Protocole du Festival: Ce que je retiens de cette semaine c’est l’ampleur qu’a pris le FIFM, devenu une date importante dans le calendrier international. Nous aussi, (l’organisation) avons su grandir avec l’événement et avons développé un savoir-faire qui nous met au niveau des autres Festivals d’importance dans le Monde. Et ce malgré des budgets beaucoup moins importants que certains, comme le Festival de Dubaï par exemple. J’ai été bouleversée par le moment de pure complicité en pleine cérémonie, entre Francis Ford Coppola et James Caan, pour l’hommage à ce dernier. Un moment rarissime de simplicité, de respect et d’amitié sincère entre un réalisateur et un acteur…entre deux artistes.

Hommage remis à James , Caan par Francis Ford

Fatim Zahra Adnan El-Alaoui, consultante en Communication:

Coppola le 6 décembre 2010. /AFP-GETTY

Le Festival m’a tout d’abord permis de retomber amoureuse de Marrakech. Je suis surprise, mais encore plus fière de participer à un événement qui s’adresse d’abord aux Marocains tout en étant une date majeure dans le cinéma mondial. La présence sans cesse croissante de pointures en est bien la preuve. Ce que je retiens aussi c’est la ferveur de tout un peuple sans distinctions sociales autour d’un événement qui enorgueillit un peu plus la marocaine que je suis. Le moment qui m’a bouleversé c’est bien sûr le discours de Harvey Keitel lorsqu’il fit l’apologie du Muezzin et comment ce chant si paisible le rapprochait lui aussi de Dieu, bien que de confession religieuse différente.

Hommage remis à , Mohamed Abderrahman

Tazi par Yousra le 7 décembre 2010. /AFP-GETTY

Si Mohamed Yasmine, 20 ans (Marrakech): Le festival de cette année était très beau avec énormément de stars du monde entier, surtout des acteurs venant d'Hollywood tel que Harvey Keitel, Susan Sarandon... Pour moi c'est la meilleure édition. Le moment que j'ai préféré est l'hommage rendu à Harvey Keitel qui est un fabuleux acteur et qui joue dans des films d'exception. C'était magique de vivre ce moment là.

Fadwa Al Falahi, 26 ans (Marrakech): Tout ce que je peux dire, c'est que c'était une très belle réussite surtout à travers les nombreux hommages qui ont été rendus à de grands noms du cinéma, nationaux et internationaux, notamment celui à Mohamed Abderrahman Tazi. C’était mon moment favori car j'admire ses films. J'ai également aimé l'hommage rendu à Feu Larbi Doghmi. C'est très agréable d’avoir la chance de vivre ces moments là.

Hommage remis à Harvey , Keitel par Susan Sarandon le

Adjila, 20 ans:

8 décembre 2010. /AFP-GETTY

Le Festival est très bien organisé, côté technique et côté réalisation. Nous venons de voir la master class de Lee Chandong, il y avait un traducteur, les questions étaient très pertinentes, c'était passionnant. Nous avons la chance en tant que novices d'apprendre des choses sur le cinéma, l'envers du décor... Ce que j'ai préféré c'est le tapis rouge. Pour moi, voir défiler les stars c’est extraordinaire.

Yousra au chevet d'une , patiente de l'hôpital Antaki.

YAPASPHOTO

/

Yassine Ait Lahssen, 19 ans (Marrakech):

Hommage remis à Kiyoshi , Kurosawa par Irène Jacob le 9 décembre 2010. /AFP-GETTY

Je trouve que cette dixième édition est meilleure que les précédentes. C'est formidable, nous avons vu tous les acteurs marocains et les réalisateurs. J'en ai même découvert des nouveaux. Les moments que j'ai préféré sont ceux où j'ai pu prendre des photos avec des célébrités.


samedi 11 décembre 2010

17

Interview going to happen.

• JOHN MALKOVICH

“I believe my own lying eyes.”

Q: Which of your roles have been the most important to you, or which shoot left the most lasting impression?

They’re two different things. A role has nothing to do with the experience of shooting it. You can have a great experience and do a terrible film. You can have a great role and not a very good movie, and I’ve had a couple. I loved doing this role in a film that Luc Besson financed called Appelez-moi Kubrick [directed by Brian W. Cook], about this gay, English travel agent going around pretending he was Stanley Kubrick. I loved doing that role but the film isn’t very good. I think the film that probably gathered all those factors –a good role, a good experience of shooting and quality- would be Dangerous Liaisons (Les Liaisons dangereuses).

Q: You played a version of yourself in Being John Malkovich. What was your reaction when Spike Jonze came to you with the project? It’s funny, it didn’t happen that way. They sent it to our production office and not to my agent. I was on my way back to France, and that night I asked my partner if there was anything for me to read. He said I have something for you. I read the first forty pages (which I’m not in because that was just the part with John Cusack, Cameron Diaz and Catherine Keener’s characters). Then he said keep reading. So I finished it, I got back to Europe, called them and said I want to do this if it’s to be about somebody else, and we’ll produce it with Castlerock and it’ll be fantastic... But I don’t want to do a movie supposedly about me.

Q: So how did you prepare to be John Malkovich?

PRESIDENT. This internationally acclaimed American actor has brought his disquieting charisma to compelling roles in “Places in the Heart”, “Empire of the Sun”, “Dangerous Liaisons” and “In the Line of Fire”. At 57 years of age, John Malkovich is also a director and producer, and – though he’s hesitant to lay claim to it – even an opera singer. For the 10th Anniversary of the FIFM, Malkovich takes on a new role, that of President of the Jury, and tonight he will present the festival awards. A chat with one of the most fascinating artists of his generation.

Q: You are President of the Jury for the 10th anniversary of the

FIFM. What are your criteria for judging films? There are quite a few criteria. I can respond a lot to the writing and to the quality of the story telling, and to the method by which the story is revealed. Of course, there’s image, but it’s not a huge thing for me. I always think of images as overvalued. Maybe 50 years ago they had great power but we’ve seen so many now. I’m not a big believer in their power. It’s a part of the power of the movie, but not the main thing. The story is the most important. That’s why people can watch a story on a surveillance camera for an hour. The best films always make you wonder what’s

With a lot of dance classes (laughs)! Well, there wasn’t so much to prepare really because the script was exactly what it was, I talked to Spike often about the casting, and I thought he put together a fantastic cast. But it was pretty obvious what it was, because it’s so well written. And the Malkovich in the film is nothing like me. I don’t believe anything I read and I don’t read that much about people. I take them as I find them. We have a great phrase in America: “who are you going to believe, me, or your own lying eyes?” Well, I believe my own lying eyes. That to me was really just more like a role… like any other film, really.

Q: You’re an actor, director, producer, fashion designer…what else are you or would you like to be?

Well I’m supposedly singing in an Opera in a few weeks, unfortunately for the audience. It’s the elderly Casanova.

Q: So you’re also an opera singer! No I’m not, but I’d better learn to be quickly, I’m afraid (laughs).

Q: You directed a documentary called Triple Crossing, about Mexican immigration. Why did you choose this theme? Well, I know Mexico pretty well and it’s a hot button topic in America. I was very touched by the work that Rebecca [Cammisa, whose documentary on the same topic Which Way Home was co-produced by Malkovich] did. Sometimes people forget when they discuss these issues that you’re talking about people. Forget any political part of it, which of course people are too stupid to ever do, because everyone is so dementedly political. You’re talking about people. With immigration of course come some fantastic, and some bad. This was the history of America. My family were immigrants, my grandparents didn’t speak English. I immigrated to France to a large extent. It’s not easy to do that. To me I think it’s good for artists to try and let people know the price of things. I don’t want to tell anybody what to do or what to think, I don’t want to deny anybody their opinion, or their experience, which hopefully is what their opinion is based on. Unfortunately their opinion is often based on the media, and that’s not a good thing. When we used to live two hundred years ago, our opinions were based on our experience. Not on what someone said our experience should be.

Q: Is that the case with you? I prefer my experience and my judgment to anybody else’s. I’ve worked in Mexico, I’ve worked with a lot with Mexicans, I’ve worked in America. I know people on both sides of the political fence and it’s a very complex issue. I wouldn’t want to be the person that has to resolve it. But you do just have to realize you’re talking about people, a lot of whom, not all, but a lot of whom want to make a better life for themselves, without bothering anybody else. That’s not always possible in Mexico. That’s not our fault, but the fact remains that –I always say to my Mexican friends– we’re your cousins from the North whether you like it or not. And this film in particular, because it talked about the experience of children, I thought was particularly evocative and worthy just so that people understand. Then if they say “build a 500 mile fence”, ok, but me I have a tendency to think, how would I feel if I had to go to Mexico, leave my family and go work cleaning someone’s yard, would I like it? I don’t know. I worked with a Mexican landscaping crew and they worked pretty hard.

Q: It was your birthday on Thursday. How did you celebrate? My wife’s here, a couple of friends from America, a couple from England, the jury, Melita, and Christian Louboutin who’s an old friend –actually I’m going to write the introduction for his book.

Q: What would be the best present anyone could give you? Well, just to be with my friends. I never much liked gifts. ■ Amélie Amilhau, Marion Despouys, Cerise Maréchaud


18

samedi 11 décembre 2010

Highlights James Cameron At 102, Manoel de and Cirque du Soleil Oliveira ready for team up for movie more films COLLABORATION. It seems a natural fit: the movie director behind blockbuster "Avatar" that changed cinema forever, teaming with Cirque du Soleil, the Canadian performance troupe that gave the circus a whole new meaning, to make a movie. "Avatar" creator James Cameron, Cirque du Soleil, "Shrek" director Andrew Adamson and production company Reel FX Entertainment on Thursday unveiled plans to make 3D movies they promise will represent "an art form beyond the imagination." "The images we've been shooting are stunning, and I know Andrew Adamson will weave them into a transporting, dreamlike narrative which will mesmerize audiences of all ages around the world," Cameron said in a statement. Details were scant, but the movies will feature Cirque du Soleil performers who have thrilled audiences with their unique live shows that feature imaginative acrobatics, and colorful characters and costumes. Their shows like The Beatles-themed "Love", and "Mystere"

,James Cameron. /DR

in Las Vegas, as well as those on tour around the world have played to more than 100 million people since 1984. The first movie project, which has yet to be named, is already in production, the creators said. No release schedule was announced. ■ aufait/agency

DEAN. Portuguese director Manoel de Oliveira, at 102 on Saturday the world's oldest active film-maker, is planning to shoot several more films, he told an audience as he presented his last short film in Oporto. "I have several projects up my sleeve," including another film based on Portuguese author Agustina Bessa Luis' latest book "A ronda da noite" (The Night Watch). "I would not want to go from (this life) to the other without" making this film, he told Lusa news agency, but added: "Before making it I have other ideas". Late Thursday Oliveira was in Oporto, the city where he was born, to present his latest short film for which he drew his inspiration from six 15th-century panels from Sao Vicente de Fora monastery in Lisbon. Oliveira attributed his successful 80-year career to "luck" and "an energy from the stars". Since his first film in 1931, "Douro, Faina Fluvial", Oliveira has made nearly 50 feature films and documentaries. His last film "The Strange Case of Angelica" was shown at the Cannes film festival in May. ■ aufait/agency

UK war drama places female soldier in spotlight

A

sober portrait of a British Army private who suffers from post-combat stress, "In Our Name" holds suspense without melodrama, and features an outstanding lead performance by Joanne Froggatt.

her mother has been away so long. Suzy's traumatic state begins to show as the city's urban decay starts to resemble bombed-out buildings and the sight of hooded teenaged boys huddling with nothing to do at night reminds her of men with guns and explosives.

WAR. The 30-year-old actress, seen often

on British TV in series such as "Downton Abbey" (set for PBS in the New Year) and the BBC's recent revival of Robin Hood, was named most promising newcomer at the recent British Independent Film Awards. Froggatt plays a decorated soldier named Suzy who returns with some trepidation to family life in the bleak northeast of England after serving a tour in the Middle East. Writer/director Brian Welsh, an established film editor, takes his time to show Suzy dealing with a heroine's welcome by her family; the sexual hunger of husband Mark (Mel Raido), who is also in the army; and young daughter Cass (ChloeJayne Wilkinson), who is unhappy that

,Joanne Froggatt.

/DR

Her increasing distance from her husband sparks frustration and aggression. The visit of one of her squad members, Paul (Andrew Knott), sends Mark into a jealous frenzy. Welsh sets an even tone as the husband's own deep trauma is revealed

,Portuguese director Manoel de Oliveira.

/DR

slowly as he harbors his memories of horrible deaths with considerable relish. Key scenes in a classroom when Suzy relates the death of a child and an encounter with a Muslim taxi driver set events in motion that lead to violence. Froggatt conveys the woman's preoccupation to suggest that whatever she's looking at, she actually sees something entirely different. It's a haunting performance aided by Sam Care's patient cinematography and Stuart Earle's music, which often hovers on one searing note, like the images in the woman's mind. ■ aufait


samedi 11 dĂŠcembre 2010

Sudoku S1

S2

S3

S4

S5

S6

19


‫ﺍﻟﺴﺒﺖ ‪ 11‬ﺩﺟﻨﺒﺮ ‪2010‬‬

‫اﻷﺧﻴﺮة‪ ،‬اﻟﺘﻲ أﺟﺮﻳﺖ ﺷﻬﺮ ﻧﻮﻧﺒﺮ ‪ ،2010‬أن ﻗﻄﺎع اﻟﺴﻴﺎﺣﺔ ﺳﺠﻞ‪،‬‬ ‫ﻓﻲ اﻷﺷﻬﺮ اﻟﻌﺸﺮة اﻷوﻟﻰ ﻣﻦ اﻟﺴﻨﺔ اﻟﺠﺎرﻳﺔ‪ ،‬ﺗﻤﻴﺰا ﻓﻲ اﻷداء‪،‬‬ ‫ﻣﻘﺎرﻧﺔ ﻣﻊ اﻟﻔﺘﺮة ﻧﻔﺴﻬﺎ ﻣﻦ اﻟﺴﻨﺔ اﻟﻤﺎﺿﻴﺔ‪ ،‬ﻣﺒﺮزة أن ﻋﺪد‬ ‫اﻟﺮﻛﺎب اﻟﺬﻳﻦ ﻋﺒﺮوا ﻣﻄﺎر ﻣﺮاﻛﺶ اﻟﻤﻨﺎرة اﻟﺪوﻟﻲ‪ ،‬ﺧﻼل ﻫﺬه‬ ‫اﻟﻔﺘﺮة‪ ،‬ﺑﻠﻎ ﻣﺎ ﻣﺠﻤﻮﻋﻪ ﻣﻠﻴﻮﻧﻴﻦ و‪ 882‬أﻟﻔﺎ و‪ 111‬راﻛﺒﺎ‪ ،‬ﻣﺴﺠﻼ‬ ‫ﺑﺬﻟﻚ ارﺗﻔﺎﻋﺎ ﺑﻨﺴﺒﺔ ‪ 15‬اﻟﻤﺎﺋﺔ‪.‬‬ ‫ﻣﻦ ﺗﻈﺎﻫﺮﺗﻴﻦ ﺇﻟﻰ ‪ 30‬ﺧﻼﻝ ﻋﺸﺮ ﺳﻨﻮﺍﺕ‬

‫وﻳﺆﻛﺪ اﻟﻤﺠﻠﺲ اﻟﺠﻬﻮي ﻟﻠﺴﻴﺎﺣﺔ‪ ،‬إن اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن اﻟﺪوﻟﻲ ﻟﻠﻔﻴﻠﻢ‬ ‫ﺑﻤﺮاﻛﺶ‪ ،‬اﻟﺬي اﻧﻄﻠﻘﺖ دورﺗﻪ اﻷوﻟﻰ ﻋﺎم ‪ ،2001‬ﺳﺎﻫﻢ ﺑﺸﻜﻞ‬ ‫ﻛﺒﻴﺮ ﻓﻲ اﻧﺘﻌﺎش اﻟﺴﻴﺎﺣﺔ ﺑﻤﺪﻳﻨﺔ ﻣﺮاﻛﺶ‪ ،‬ﺑﻔﻀﻞ ﻋﺪد اﻟﻨﺠﻮم‬ ‫اﻟﻌﺎﻟﻤﻴﻴﻦ‪ ،‬اﻟﺬﻳﻦ ﻳﺴﺘﻘﺒﻠﻬﻢ ﻛﻞ ﺳﻨﺔ‪ ،‬واﻟﺬﻳﻦ ﻳﺴﺘﻘﻄﺒﻮن‬ ‫ﺑﺪورﻫﻢ ﺿﻴﻮﻓﺎ وإﻋﻼﻣﻴﻴﻦ ﻣﻦ اﻟﻌﺎﻟﻢ‪ ،‬ﻳﺤﻀﺮون ﻟﻼﺳﺘﻤﺘﺎع‬ ‫وﺗﻐﻄﻴﺔ ﻓﻌﺎﻟﻴﺎت دوراﺗﻪ اﻟﺘﻲ ﺗﺘﻮاﺻﻞ ﻋﻠﻰ ﻣﺪى ‪ 10‬أﻳﺎم‪.‬‬ ‫وأﻛﺪ اﻟﻤﺠﻠﺲ اﻟﺠﻬﻮي‪ ،‬ﻓﻲ ﺑﻴﺎن ﺗﻮﺻﻞ "اﻷوﻓﻴﺴﻴﺎل" ﺑﻨﺴﺨﺔ‬ ‫ﻣﻨﻪ‪ ،‬أن اﻟﺘﻈﺎﻫﺮات اﻟﻔﻨﻴﺔ واﻟﺜﻘﺎﻓﻴﺔ ﺑﺎﻟﻤﺪﻳﻨﺔ اﻟﺤﻤﺮاء‪ ،‬ﺷﻬﺪت‬ ‫ارﺗﻔﺎﻋﺎ ﻛﺒﻴﺮا‪ ،‬إذ ﺑﻌﺪ أن ﻛﺎﻧﺖ ﺗﺤﺘﻀﻦ ﻣﺮاﻛﺶ ﺗﻈﺎﻫﺮﺗﻴﻦ‬ ‫اﺛﻨﻴﻦ ﺑﺮﺳﻢ ﺳﻨﺔ ‪ ،2001‬ﻓﺈﻧﻬﺎ أﺻﺒﺤﺖ ﺗﺤﺘﻀﻦ ﺣﺎﻟﻴﺎ ﺣﻮاﻟﻲ‬ ‫‪ 30‬ﺗﻈﺎﻫﺮة ﻓﻨﻴﺔ وﺛﻘﺎﻓﻴﺔ‪ ،‬ﺑﻌﺪ ﻣﻀﻲ ﻋﺸﺮ ﺳﻨﻮات ﻋﻠﻰ اﻧﻄﻼق‬ ‫اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن اﻟﺪوﻟﻲ ﻟﻠﻔﻴﻠﻢ‪.‬‬ ‫وﻣﻦ ﻫﺬه اﻟﺘﻈﺎﻫﺮات‪ ،‬ﻣﻬﺮﺟﺎن اﻟﻀﺤﻚ ﺑﻤﺮاﻛﺶ‪ ،‬اﻟﻤﻨﺘﻈﺮ أن‬ ‫ﻳﻨﻈﻢ ﻓﻲ اﻟﻔﺘﺮة ﻣﺎ ﺑﻴﻦ ‪ 18‬و‪ 20‬دﺟﻨﺒﺮ اﻟﺠﺎري‪ ،‬ﻓﻲ دورﺗﻪ اﻟﺮاﺑﻌﺔ‪،‬‬ ‫واﻟﻤﺎراﺗﻮن اﻟﺪوﻟﻲ‪ ،‬اﻟﻤﻨﺘﻈﺮ أن ﻳﻨﻈﻢ ﻓﻲ ‪ 30‬ﻳﻨﺎﻳﺮ اﻟﻤﻘﺒﻞ‪ ،‬ﻓﻲ‬ ‫دورﺗﻪ ‪ ،22‬ﻫﺬا ﺑﺎﻹﺿﺎﻓﺔ إﻟﻰ ﻣﻬﺮﺟﺎن اﻟﻤﺴﺮح اﻟﺠﺎﻣﻌﻲ وﺗﻈﺎﻫﺮة‬ ‫ﻗﻔﻄﺎن‪ ،‬وﻣﻬﺮﺟﺎن أوﺗﺎر‪ ،‬وﻣﻬﺮﺟﺎن اﻟﻔﻨﻮن اﻟﺸﻌﺒﻴﺔ‪ ،‬واﻟﻤﻬﺮﺟﺎن‬ ‫اﻟﺪوﻟﻲ ﻟﻠﺼﺎﻟﺼﺎ‪ ،‬وﺗﻈﺎﻫﺮات أﺧﺮى‪.‬‬ ‫ﻣﺮﺍﻛﺶ ﺗﻮﺍﺻﻞ ﺍﻧﺘﻌﺎﺷﻬﺎ ﺿﻤﻦ ﺍﻟﺴﻴﺎﺣﺔ‬ ‫ﺍﻟﻌﺎﻟﻤﻴﺔ‬

‫أﻋﻠﻨﺖ اﻟﻤﻨﻈﻤﺔ اﻟﻌﺎﻟﻤﻴﺔ ﻟﻠﺴﻴﺎﺣﺔ أن ﺣﺮﻛﺔ اﻟﺴﻴﺎﺣﺔ اﻟﻌﺎﻟﻤﻴﺔ‬ ‫واﺻﻠﺖ اﻧﺘﻌﺎﺷﻬﺎ‪ ،‬ﻓﻲ اﻷﺷﻬﺮ اﻟﺜﻤﺎﻧﻴﺔ اﻷوﻟﻰ ﻣﻦ اﻟﺴﻨﺔ اﻟﺠﺎرﻳﺔ‪،‬‬ ‫ﺑﺘﺤﻘﻴﻖ ارﺗﻔﺎع ﺑﻨﺴﺒﺔ ‪ 7‬ﻓﻲ اﻟﻤﺎﺋﺔ ﻓﻲ ﻋﺪد اﻟﺴﻴﺎح اﻟﺪوﻟﻴﻴﻦ‪،‬‬ ‫ﻟﺘﺴﺘﻌﻴﺪ ﻣﺴﺘﻮﻳﺎﺗﻬﺎ اﻟﻘﻴﺎﺳﻴﺔ‪ ،‬اﻟﺘﻲ ﺳﺠﻠﺘﻬﺎ ﻗﺒﻞ اﻷزﻣﺔ‪.‬‬ ‫وأﺣﺼﺖ اﻟﻤﻨﻈﻤﺔ ‪ 642‬ﻣﻠﻴﻮن ﺳﺎﺋﺢ ﻓﻲ اﻟﻌﺎﻟﻢ‪ ،‬ﻣﺎ ﺑﻴﻦ ﻳﻨﺎﻳﺮ‬ ‫وﻏﺸﺖ ‪ ،2010‬أي ﺑﺰﻳﺎدة ﺗﻘﺪر ﺑـ ‪ 7‬ﻓﻲ اﻟﻤﺎﺋﺔ‪ ،‬ﻣﻘﺎرﻧﺔ ﻣﻊ‬ ‫ﻋﺪدﻫﻢ ﻓﻲ اﻟﻔﺘﺮة ﻧﻔﺴﻬﺎ ﻣﻦ ‪ ،2009‬وزﻳﺎدة ﺑﻤﻠﻴﻮن ﺳﺎﺋﺢ ﻋﻦ‬ ‫ﻋﺎم ‪ ،2008‬اﻟﺬي ﺳﺠﻞ رﻗﻤﺎ ﻗﻴﺎﺳﻴﺎ‪.‬‬ ‫وأوﺿﺤﺖ اﻟﻤﻨﻈﻤﺔ‪ ،‬ﻓﻲ ﺑﻴﺎن ﻟﻬﺎ‪ ،‬أن "ﺷﻬﺮي ﻳﻮﻟﻴﻮز وﻏﺸﺖ‬ ‫ﺳﺠﻼ ﺑﻮﺿﻮح‪ ،‬أرﻗﺎﻣﺎ ﻗﻴﺎﺳﻴﺔ ﺟﺪﻳﺪة‪ ،‬وﺻﻞ ‪ 112‬ﻣﻠﻴﻮﻧﺎ و‪108‬‬ ‫ﻣﻼﻳﻴﻦ ﺳﺎﺋﺢ دوﻟﻲ‪ ،‬ﻋﻠﻰ اﻟﺘﻮاﻟﻲ"‪ ،‬أي "ﺑﺰﻳﺎدة ‪ 8‬ﻣﻼﻳﻴﻦ ﺳﺎﺋﺢ‬ ‫ﻋﻦ اﻟﺮﻗﻢ اﻟﻘﻴﺎﺳﻲ اﻟﻤﺴﺠﻞ ﺳﻨﺔ ‪."2008‬‬ ‫وﺗﺤﻘﻖ ﻫﺬا اﻟﻨﻤﻮ‪ ،‬أﺳﺎﺳﺎ‪ ،‬ﻓﻲ اﻷﺳﻮاق اﻟﻨﺎﺷﺌﺔ‪ ،‬ﻻﺳﻴﻤﺎ ﻓﻲ‬ ‫ﻣﻨﻄﻘﺔ اﻟﺸﺮق اﻷوﺳﻂ‪ ،‬اﻟﺘﻲ زﻳﺎدة ‪ 16‬ﻓﻲ اﻟﻤﺎﺋﺔ‪ ،‬وﻣﻨﻄﻘﺔ آﺳﻴﺎ‬ ‫واﻟﻤﺤﻴﻂ اﻟﻬﺎدئ ﺑﺰﻳﺎدة ‪ 14‬ﻓﻲ اﻟﻤﺎﺋﺔ‪.‬‬ ‫وﺑﻠﻎ ﻣﻌﺪل اﻟﻨﻤﻮ ﻓﻲ ﻣﻨﺎﻃﻖ أﻣﺮﻳﻜﺎ وإﻓﺮﻳﻘﻴﺎ ‪ 8‬و‪ 9‬ﻓﻲ اﻟﻤﺎﺋﺔ‪،‬‬ ‫ﻋﻠﻰ اﻟﺘﻮاﻟﻲ‪ ،‬ﻓﻲ ﺣﻴﻦ ﺟﺎءت أوروﺑﺎ ﻣﺘﺄﺧﺮة ﻗﻠﻴﻼ إذ ﻟﻢ ﺗﺘﺠﺎوز‬ ‫اﻟﺰﻳﺎدة ‪ 3‬ﻓﻲ اﻟﻤﺎﺋﺔ‪.‬‬ ‫ﻣﺮﺍﻛﺶ ﺭﻳﻔﻴﺮﺍ ﺍﻟﻤﻐﺮﺏ‬

‫ﻻ ﺗﻮﺟﺪ ﻣﺪﻳﻨﺔ ﻟﻬﺎ ﻣﻦ اﻟﻐﻤﻮض واﻟﺴﺤﺮ ﻣﺎ ﻳﺠﻌﻠﻚ ﺗﻌﻴﺶ‬ ‫ﺻﻔﺤﺎت ﻣﻦ ﺧﻴﺎل أﻟﻒ ﻟﻴﻠﺔ وﻟﻴﻠﺔ‪ ،‬ﻣﺜﻞ ﻣﺪﻳﻨﺔ ﻣﺮاﻛﺶ‪ .‬ﺗﻠﻚ‬ ‫اﻟﻤﺪﻳﻨﺔ ذات اﻷﻟﻒ ﻋﺎم‪ ،‬اﻟﻤﺨﺒﺄة ﻓﻲ أﺣﻀﺎن اﻟﺘﺎرﻳﺦ‪ ،‬واﻟﺘﻲ‬ ‫ﻗﺎل ﻓﻴﻬﺎ اﻟﻐﺰاة ﻗﺼﺎﺋﺪ ﻣﺰﺟﺖ ﺣﻼوة اﻟﻌﺸﻖ ﺑﻤﺮارة اﻟﻬﺰﻳﻤﺔ·‬ ‫ﺗﺤﻴﻂ ﺑﻬﺎ أﺳﻮار ﺷﺎﻫﻘﺔ ﺻﺪت ﻋﻨﻬﺎ اﻟﻐﺰاة ﻗﺪﻳﻤﺎ‪ ،‬وﺟﺬﺑﺖ ﻟﻬﺎ‬ ‫اﻟﺰوار ﺣﺪﻳﺜﺎ‪ ،‬وﻟﻌﺒﺖ ﻋﻠﻰ ﻣﺮ اﻟﻌﺼﻮر دور اﻟﺒﻮﺗﻘﺔ‪ ،‬اﻟﺘﻲ ﺻﻬﺮت‬ ‫اﻟﻬﻮﻳﺘﻴﻦ اﻷﻓﺮﻳﻘﻴﺔ واﻹﺳﻼﻣﻴﺔ ﻓﻲ دﻣﺎء أﻫﻠﻬﺎ ﺑﺸﻜﻞ ﻓﺮﻳﺪ‪.‬‬ ‫ﻋﻠﻰ ﻋﺘﺒﺎت أﺑﻮاﺑﻬﺎ ﺗﻘﻒ اﻟﺼﺤﺮاء ﺑﻜﺜﺒﺎﻧﻬﺎ اﻟﺤﻤﺮاء اﻟﻨﺎﻋﻤﺔ‪،‬‬ ‫ﺗﺮدد ﺻﺪى اﻟﻤﺂذن‪ ،‬وﺗﻨﺸﺮ ﺷﺬى اﻟﻨﺴﻤﺎت‪ ،‬وﺗﻨﻘﻞ ﺣﻜﺎﻳﺎت‬

‫اﻟﺴﺤﺮة واﻟﺘﻤﺎﺋﻢ واﻟﺘﻌﻮﻳﺬات‪ .‬ﻋﻨﺪﻣﺎ ﺗﺴﻴﺮ ﻓﻲ ﺷﻮارﻋﻬﺎ ﻳﺠﺘﺎﺣﻚ‬ ‫ﻣﻬﺮﺟﺎن ﻣﻦ اﻷﺣﺎﺳﻴﺲ واﻟﺼﻮر واﻷﻟﻮان واﻷﺻﻮات واﻟﻤﺬاﻗﺎت‪،‬‬ ‫إﻧﻬﺎ اﻟﺴﻴﺎﺣﺔ ﻓﻲ ﻣﺮاﻛﺶ‪ ..‬رﺣﻠﺔ ﻣﻦ ذﻛﺮﻳﺎت ﻻ ﺗﻨﺴﻰ‪.‬‬ ‫ﺑﻮﺍﺑﺔ ﺍﻟﺼﺤﺮﺍﺀ‬

‫ﻣﺮاﻛﺶ ﻫﻲ ﻋﺎﺻﻤﺔ اﻟﺠﻨﻮب اﻟﻤﻐﺮﺑﻲ وﻫﻲ ﺧﺎﻟﺪة ﺑﻤﻌﺎﻟﻤﻬﺎ‬ ‫ﻣﺘﻮﻏﻠﺔ ﻓﻲ اﻟﺘﺎرﻳﺦ‪ ،‬ﺗﻨﺎزع ﻓﻲ ﺷﺄﻧﻬﺎ ﻋﻈﻤﺎء اﻟﻤﻠﻮك وﺗﻌﺎﻗﺒﺖ‬ ‫ﻋﻠﻴﻬﺎ اﻟﺴﻼﻻت اﻟﺤﺎﻛﻤﺔ‪ ،‬وﺷﻴﺪ ﺑﻬﺎ اﻟﻌﻠﻤﺎء واﻟﺼﻨﺎع اﻟﺘﻘﻠﻴﺪﻳﻮن‬ ‫واﻟﻤﻬﻨﺪﺳﻮن اﻟﻤﻌﻤﺎرﻳﻮن واﻟﺮﺳﺎﻣﻮن اﻟﻨﺤﺎﺗﻮن‪ ،‬ﻋﺒﺮ اﻟﻌﺼﻮر‬ ‫أﻓﺨﻢ اﻟﻘﺼﻮر‪ ،‬واﻟﻤﺴﺎﺟﺪ واﻟﺤﺪاﺋﻖ واﻟﻤﺪارس‪.‬‬ ‫وﻫﻲ اﻟﻤﺪﻳﻨﺔ اﻟﺘﻲ أﻋﺎرت اﺳﻤﻬﺎ ﻟﻠﻤﻐﺮب ﻟﻔﺘﺮة ﻣﻦ ﻓﺘﺮات‬ ‫اﻟﺘﺎرﻳﺦ‪ ،‬اﻟﺘﻘﻰ ﺑﻬﺎ اﻟﺮﺣﻞ وﺳﻜﺎن اﻟﺠﺒﺎل‪ ،‬وﺗﻮﻓﺮت ﻓﻴﻬﺎ ﻛﻞ اﻟﺴﻠﻊ‪،‬‬ ‫وازدﻫﺮت ﺑﻬﺎ اﻟﺼﻨﺎﻋﺔ اﻟﺘﻘﻠﻴﺪﻳﺔ‪ ،‬وﺷﻴﺪت ﺑﻬﺎ ﻓﻨﺎدق ﻓﺨﻤﺔ‬ ‫وﻣﻄﺎﻋﻢ وﻣﻼﻋﺐ اﻟﻐﻮﻟﻒ واﻟﻜﺎزﻳﻨﻮﻫﺎت‪.‬‬ ‫ﺗﺴﺘﻴﻘﻆ ﻣﺮاﻛﺶ ﻋﻠﻰ ﻋﺎدﺗﻬﺎ ﻛﻞ ﺻﺒﺎح ﻣﻨﺬ ‪ 800‬ﺳﻨﺔ ﻋﻠﻰ اﻷذان‬ ‫ﻳﺄﺗﻲ ﻣﻦ ﻋﻠﻮ ‪ 70‬ﻣﺘﺮا ﺑﺼﻮﻣﻌﺔ اﻟﻜﺘﺒﻴﺔ‪ ،‬اﻟﻤﻨﺎرة اﻟﺮوﺣﻴﺔ ﻟﻤﺮاﻛﺶ‪.‬‬ ‫ﻣﺪﻳﻨﺔ ﺍﻟﺸﻤﺲ ﻭﺍﻟﺠﺒﺎﻝ ﻭﺍﻟﺸﺠﺮ‬

‫ﺗﺸﺮق اﻟﺸﻤﺲ ﻋﻠﻰ ﻣﺮاﻛﺶ ﻓﻲ ﺷﺮاﺋﺢ ﻣﺨﺘﻠﻔﺔ ﻣﻦ اﻟﻨﺎس‪،‬‬ ‫ﺗﻜﺘﺴﺢ اﻷزﻗﺔ اﻟﻤﻠﺘﻮﻳﺔ ﻟﻠﻤﺪﻳﻨﺔ اﻟﻌﺘﻴﻘﺔ‪ ،‬ورﺟﺎل ﻳﺴﺮﻋﻮن ﻓﻲ‬ ‫اﺗﺠﺎه ﻣﺴﺠﺪ اﺑﻦ ﻳﻮﺳﻒ اﻟﻤﻠﺘﺼﻖ ﺑﺎﻟﻤﺪرﺳﺔ‪ ،‬أﺣﺪ أﺑﺮز اﻟﻤﺂﺛﺮ‬ ‫اﻟﺘﺎرﻳﺨﻴﺔ ﺑﻤﺮاﻛﺶ‪ ،‬ﻣﺪرﺳﺔ ﻗﺮآﻧﻴﺔ رﺣﺒﺔ وراﺋﻌﺔ‪ ،‬أﺳﺴﻬﺎ اﻟﺴﻠﻄﺎن‬ ‫اﻟﻤﺮﻳﻨﻲ أﺑﻮ اﻟﺤﺴﻦ )‪.(1331-1349‬‬ ‫ﺗﻘﻊ ﻣﺪﻳﻨﺔ ﻣﺮاﻛﺶ ﻋﻨﺪ ﺳﻔﻮح ﺟﺒﺎل اﻷﻃﻠﺲ ﻋﻠﻰ ﺑﻌﺪ ‪ 30‬ﻛﻢ‬ ‫ﻣﻨﻬﺎ‪ ،‬ﺣﻴﺚ ﻳﺒﻠﻎ ارﺗﻔﺎﻋﻬﺎ ‪ 450‬ﻣﺘﺮا ﻋﻦ ﺳﻄﺢ اﻟﺒﺤﺮ‪ ،‬ﻛﻤﺎ ﺗﺒﻌﺪ‬ ‫‪ 4‬ﻛﻢ ﺟﻨﻮب اﻟﻀﻔﺔ اﻟﻴﺴﺮى ﻟﻨﻬﺮ ﺗﻨﺴﻴﻔﺖ‪ ،‬وﺑﺤﻜﻢ ﻣﻮﻗﻌﻬﺎ‬ ‫اﻟﺠﻐﺮاﻓﻲ‪ ،‬ﺗﻨﻮﻋﺖ درﺟﺎت ﺣﺮارﺗﻬﺎ ﻣﺎ أﺳﻬﻢ ﻓﻲ وﺟﻮد ﺑﻴﺌﺎت‬ ‫ﻧﺒﺎﺗﻴﺔ ﺗﺘﺴﻢ ﺑﺎﻟﻐﺰارة واﻟﺘﻨﻮع‪.‬‬ ‫وﻳﻌﻮد ﻓﻀﻞ ﺗﺄﺳﻴﺲ اﻟﻤﺪﻳﻨﺔ إﻟﻰ اﻟﻤﻠﻚ اﻟﺸﻬﻴﺮ ﻳﻮﺳﻒ ﺑﻦ‬ ‫ﺗﺎﺷﻔﻴﻦ‪ ،‬زﻋﻴﻢ اﻟﻤﺮاﺑﻄﻴﻦ ﻋﺎم ‪ .1062‬وﻛﺎن ﻳﻄﻠﻖ ﻋﻠﻰ ﻫﺬه‬ ‫اﻟﻤﻨﻄﻘﺔ اﺳﻢ ﻣﺮاﻛﺶ‪ ،‬وﻫﻲ ﻛﻠﻤﺔ ﺑﺮﺑﺮﻳﺔ ﺗﻌﻨﻲ "ﻣﺮ ﺑﺴﺮﻋﺔ"‪،‬‬ ‫إذ ﻛﺎﻧﺖ ﻣﺤﻄﺔ ﻳﺘﻮﻗﻒ ﻋﻨﺪﻫﺎ اﻟﻠﺼﻮص وﻗﻄﺎع اﻟﻄﺮق ﻟﻺﻏﺎرة‬ ‫ﻋﻠﻰ اﻟﻘﻮاﻓﻞ‪.‬‬ ‫وﻓﻲ اﻟﻌﺎم ‪ ،1147‬اﻗﺘﺤﻤﺖ ﺟﻴﻮش اﻟﻤﻮﺣﺪﻳﻦ ﺑﻮاﺑﺎت ﻣﺮاﻛﺶ‪،‬‬ ‫وﻋﻨﺪﺋﺬ دﺧﻠﺖ اﻟﻤﺪﻳﻨﺔ ﻋﺼﺮا ﺟﺪﻳﺪا ﻣﻦ اﻟﻌﻈﻤﺔ واﻟﻤﻬﺎﺑﺔ‪،‬‬ ‫وﺑﺎﺗﺖ ﺣﺎﺿﺮة اﻟﻤﻐﺮب اﻟﻌﺮﺑﻲ اﻹﺳﻼﻣﻴﺔ دون ﻣﻨﺎزع‪.‬‬ ‫وﻗﺪ ﺧﻠﻒ اﻟﻤﻮﺣﺪون ﻛﻤﺎ ﻫﺎﺋﻼ ﻣﻦ اﻵﺛﺎر اﻟﺨﺎﻟﺪة‪ ،‬وﻟﻌﻞ اﻷﺛﺮ‬ ‫اﻷﻛﺒﺮ واﻷﻋﻈﻢ اﻟﺬي ﻳﻤﻴﺰ ﻫﺬه اﻟﻔﺘﺮة ﺟﺎﻣﻊ اﻟﻜﺘﺒﻴﺔ ﺑﻤﻨﺎرﺗﻪ‬ ‫اﻟﺸﻬﻴﺮة‪ ،‬اﻟﺬي ﻳﻌﺪ أﺟﻤﻞ وأﺷﻬﺮ أﺛﺮ ﻓﻲ اﻟﻤﻐﺮب اﻟﻌﺮﺑﻲ ﻗﺎﻃﺒﺔ‪.‬‬ ‫اﻟﻤﺴﺎﺟﺪ اﻟﻘﺪﻳﻤﺔ ﻛﺎﻟﻘﺼﺒﺔ ﻣﺜﻼ ﺗﺴﺘﻘﻄﺐ اﻟﺴﻴﺎح واﻟﺪارﺳﻴﻦ‬ ‫ﻟﻠﻤﻌﺎﻟﻢ اﻷﺛﺮﻳﺔ‪ ،‬ﻣﻦ ﺟﻤﻴﻊ أﻧﺤﺎء اﻟﻌﺎﻟﻢ ﻣﺜﻞ ﻗﺼﻮر اﻟﻤﺪﻳﻨﺔ‪ ،‬اﻟﺘﻲ‬ ‫ﻣﻦ أﺷﻬﺮﻫﺎ ﻗﺼﺮ اﻟﺒﺪﻳﻊ وﻗﺼﺮ اﻟﺒﺎﻫﻴﺔ ودار اﻟﺴﻲ ﺳﻌﻴﺪ‪ ،‬إﺿﺎﻓﺔ‬ ‫إﻟﻰ اﻟﺒﻴﻮت اﻟﻘﺪﻳﻤﺔ اﻟﻤﺴﻤﺎة ﺑﺎﻟﺮﻳﺎض‪ ،‬اﻟﺘﻲ ﺗﺠﺪ اﻫﺘﻤﺎﻣﺎ ﻣﻦ‬ ‫ﻗﺒﻞ ﻓﻨﺎﻧﻴﻦ ﻋﺎﻟﻤﻴﻴﻦ‪.‬‬ ‫وﺗﻌﺘﺒﺮ اﻟﺤﺪاﺋﻖ ﻣﺜﻞ ﺣﺪاﺋﻖ اﻟﻤﻨﺎرة وأﻛﺪال وﻗﺒﻮر اﻟﺴﻌﺪﻳﻴﻦ‬ ‫وﺳﻮق اﻟﺴﻤﺎرﻳﻦ وآﺛﺎر ﺳﺎﻗﻴﺔ "اﺷﺮب وﺷﻮف"‪ ،‬أﺳﺎﺳﺎ ﺣﻴﻮﻳﺎ‬ ‫ﻟﻠﺒﻨﻴﺔ اﻟﺴﻴﺎﺣﻴﺔ ﻟﻠﻤﺪﻳﻨﺔ‪ .‬وﻗﺪ راﻋﺖ اﻻﺳﺘﺜﻤﺎرات اﻟﺴﻴﺎﺣﻴﺔ‬ ‫اﻟﺤﻔﺎظ ﻋﻠﻰ ﻃﺎﺑﻊ اﻟﻤﺪﻳﻨﺔ وﻋﺪم ﺗﺸﻮﻳﻪ ﺻﻮرﺗﻬﺎ اﻟﺘﺎرﻳﺨﻴﺔ‪.‬‬ ‫ﻓﺎﻧﺘﻘﺎل اﻟﺴﺎﺋﺢ ﻣﻦ وﺳﻂ اﻟﻤﺪﻳﻨﺔ إﻟﻰ أﺣﻴﺎء ﺣﺪﻳﺜﺔ ﻣﺜﻞ‬ ‫ﺣﻲ اﻟﺪاودﻳﺎت‪ ،‬ﻻ ﻳﺨﻠﻖ ﻟﺪﻳﻪ اﻧﻄﺒﺎﻋﺎ ﺑﺄن ﻫﻮة ﺗﻔﺼﻞ ﺑﻴﻦ‬ ‫اﻟﻤﻨﻄﻘﺘﻴﻦ‪ ،‬وإن ﻛﺎن ﺳﻴﺸﻌﺮ ﺑﺄن وﺳﺎﺋﻞ اﻟﺒﻨﺎء ﻫﻲ اﻟﺘﻲ ﺗﻄﻮرت‪،‬‬ ‫أﻣﺎ اﻟﻄﺮاز اﻟﻤﻌﻤﺎري‪ ،‬واﻟﺰﺧﺎرف واﻟﺮﺳﻮم واﻟﻨﻘﻮش ﻓﻘﺪ ﻇﻠﺖ ﻛﻤﺎ‬ ‫ﻫﻲ‪ ،‬وﻳﺒﺪو ذﻟﻚ واﺿﺤﺎ ﻓﻲ ﻗﺼﺮ اﻟﻤﺆﺗﻤﺮات‪ ،‬إذ ﻻ ﻳﺨﺘﻠﻒ ﻋﻦ‬ ‫اﻟﻤﻌﻤﺎر اﻟﻤﺮاﺑﻄﻲ أو اﻟﻤﻮﺣﺪي أو اﻟﻤﺮﻳﻨﻲ‪.‬‬ ‫وأﺣﺪﺛﺖ ﻫﺬه اﻻﺳﺘﻤﺮارﻳﺔ اﻟﻤﻌﻤﺎرﻳﺔ ﻓﻲ اﻻﺳﺘﺜﻤﺎرات اﻟﻌﺼﺮﻳﺔ‪،‬‬ ‫ﺳﻮاء ﻓﻲ اﻟﻔﻨﺎدق اﻟﻔﺨﻤﺔ واﻟﻤﺨﻴﻤﺎت اﻟﺴﻴﺎﺣﻴﺔ واﻟﺘﺠﻬﻴﺰات‬ ‫اﻟﺘﺮﻓﻴﻬﻴﺔ‪ ،‬أو ﻓﻲ ﻣﺮاﻛﺰ اﻟﺠﺬب اﻟﺴﻴﺎﺣﻲ‪ ،‬ﺧﺎرج اﻟﻤﺪﻳﻨﺔ ﻣﺜﻞ‬ ‫ﻣﻨﺎﻃﻖ اﻟﺘﺰﻟﺞ ﻋﻠﻰ اﻟﺠﻠﻴﺪ ﻓﻲ أوﻛﻴﻤﺪن وأورﻳﻜﺎ وﻣﺮاﻛﺰ إﺳﻨﻲ‬

‫واﻟﻮﻳﺪان واﻟﺒﺮج وﻏﻴﺮﻫﺎ‪ ،‬ﻣﺸﻜﻠﺔ ﺑﺬﻟﻚ ﺗﻜﺎﻣﻼ ﺳﻴﺎﺣﻴﺎ‪ ،‬ﻳﺪﻋﻤﻪ‬ ‫ﺳﻮق راﺋﺞ ﻟﻠﺼﻨﺎﻋﺔ اﻟﺘﻘﻠﻴﺪﻳﺔ واﻟﻤﻄﺎﻋﻢ واﻟﻤﻘﺎﻫﻲ واﻟﻤﺘﻨﺰﻫﺎت‬ ‫ووﻛﺎﻻت اﻷﺳﻔﺎر واﻟﺴﻴﺎﺣﺔ‪ ،‬ووﺳﺎﺋﻞ اﻟﻨﻘﻞ اﻟﺴﻴﺎﺣﻲ‪ ،‬واﻟﻤﺪارس‬ ‫اﻟﻔﻨﺪﻗﻴﺔ واﻟﺴﻴﺎﺣﻴﺔ‪ ،‬وﻣﺪارس ﺗﻜﻮﻳﻦ اﻟﻤﺮﺷﺪﻳﻦ اﻟﺴﻴﺎﺣﻴﻴﻦ‪.‬‬ ‫وﻳﻌﻤﻞ أﻛﺜﺮ ﻣﻦ ﺛﻠﺚ ﺳﻜﺎن ﻣﺮاﻛﺶ ﻓﻲ أﻧﺸﻄﺔ ﻟﻬﺎ ﻋﻼﻗﺔ‬ ‫ﺑﺎﻟﺴﻴﺎﺣﺔ‪ ،‬ﻓﻤﻨﻬﻢ ﺳﺎﺋﻖ اﻟﻜﻮﺗﺸﻲ "ﻋﺮﺑﺔ ﻳﺠﺮﻫﺎ ﺣﺼﺎن"‪،‬‬ ‫وﺗﺠﺎر وﻋﺎﻣﻠﻮن ﻓﻲ اﻟﺒﺎزار‪ ،‬وأﺻﺤﺎب اﻟﻤﻘﺎﻫﻲ واﻟﻤﻄﺎﻋﻢ‪،‬‬ ‫واﻟﻤﺴﺘﺨﺪﻣﻮن واﻟﻤﺮﺷﺪون اﻟﺴﻴﺎﺣﻴﻮن‪ ،‬وﺻﻨﺎع اﻟﻤﻨﺘﻮﺟﺎت‬ ‫اﻟﺘﻘﻠﻴﺪﻳﺔ‪ ،‬ﻣﻦ زراﺑﻲ وأوان ﻓﻀﻴﺔ وﻧﺤﺎﺳﻴﺔ وﺟﻠﻮد وﻏﻴﺮﻫﺎ‪.‬‬ ‫وﻻ ﺑﺪ ﻣﻦ أن ﻳﺘﺠﻮل اﻟﺴﺎﺋﺢ ﻓﻲ ﺳﺎﺣﺔ ﺟﺎﻣﻊ اﻟﻔﻨﺎ‪ ،‬وﻫﻲ أﺷﻬﺮ‬ ‫اﻟﺴﺎﺣﺎت ﻓﻲ اﻟﻤﻐﺮب وﻛﺎﻧﺖ ﺗﻌﻠﻖ ﻓﻴﻬﺎ رؤوس اﻟﻤﺠﺮﻣﻴﻦ‬ ‫وﻣﺪﺑﺮي اﻟﻔﺘﻦ‪ ،‬وﺻﺎرت ﻣﻮﺳﻤﺎ داﺋﻤﺎ وﻋﻴﺪا ﻳﻮﻣﻴﺎ ﻟﻠﺘﺮاث‬ ‫اﻟﺸﻔﻮياﻟﻤﻐﺮﺑﻲ‪.‬‬ ‫ﻓﻲ ﻛﻞ ﺻﺒﺎح ﻳﺴﺘﻮﻃﻦ ﻓﻲ "ﺟﺎﻣﻊ ﻟﻔﻨﺎ" اﻟﺤﻜﻮاﺗﻲ وﻃﺒﻴﺐ‬ ‫اﻷﻋﺸﺎب اﻟﺒﺮﻳﺔ واﻟﻜﺎﺗﺐ اﻟﻌﻤﻮﻣﻲ وﻣﺮود اﻷﻓﺎﻋﻲ واﻟﺒﻬﻠﻮان‬ ‫وﻏﻴﺮﻫﻢ ﻣﻤﻦ ﻳﺒﺴﻄﻮن زرﺑﻴﺎﺗﻬﻢ‪ ،‬وﻛﺄن اﻟﻜﻞ ﻓﻲ ﻣﺴﺮح ﻛﺒﻴﺮ‬ ‫ﻣﻔﺘﻮح‪ ،‬ﺗﺆدى ﻓﻴﻪ أدوارا ﻋﺪﻳﺪة ﻣﻦ ﻋﻨﺘﺮة ﺑﻦ ﺷﺪاد ﺣﺘﻰ ﻳﻮﺳﻒ‬ ‫ﺑﻦ ﺗﺎﺷﻔﻴﻦ ﺳﻴﺪ اﻟﻤﻠﺜﻤﻴﻦ وﺑﺎﻧﻲ اﻟﻤﺪﻳﻨﺔ‪.‬‬ ‫وﻋﻨﺪ ﻏﺮوب اﻟﺸﻤﺲ ﺑﻤﺮاﻛﺶ ﺗﺤﺘﻀﻨﻚ ﺣﺪاﺋﻖ اﻟﻨﺨﻴﻞ اﻟﺒﺎﺳﻘﺔ‬ ‫ﺣﻮل اﻟﻤﺪﻳﻨﺔ‪ ،‬ﻟﺘﺘﻤﺘﻊ ﺑﺎﻟﺸﻤﺲ وﻫﻲ ﺗﺘﺴﺮﺑﻞ ﺑﺤﻤﺮة اﻟﺸﻔﻖ‪،‬‬ ‫وﺗﻨﻬﺎر أﻣﺎﻣﻚ روﻳﺪا روﻳﺪا‪ ،‬ﻟﺘﻐﻴﺐ ﺧﻠﻒ ﻏﺎﺑﺎت اﻟﻨﺨﻴﻞ‪ .‬وﻗﺪ‬ ‫ﺗﺘﺴﻤﺮ ﻗﺪﻣﺎك ﻋﻨﺪ أﺑﻮاﺑﻬﺎ‪ ،‬ﺣﻴﻦ ﺣﻠﻮل ﻟﺤﻈﺔ اﻟﺮﺣﻴﻞ‪ ،‬راﻏﺒﺎ ﻓﻲ‬ ‫أﺧﺬت ﺣﻔﻨﺔ ﻣﻦ رﻣﺎﻟﻬﺎ أﻳﻘﻮﻧﺔ ﺗﻀﻤﻬﺎ إﻟﻰ ﺻﺪرك·‬

‫‪ ‬ﻣﺎ ﻳﻘﺎﻝ ﻋﻦ ﺭﻭﻣﺎ ﻳﺼﻠﺢ ﺃﻥ ﻳﻘﺎﻝ‬ ‫ﻋﻦ ﻫﺬﻩ ﺍﻟﻤﺪﻳﻨﺔ‪ ،‬ﻓﻜﻞ ﺍﻟﻄﺮﻕ‬ ‫ﺗﺆﺩﻱ ﺇﻟﻰ ﻣﺮﺍﻛﺶ‪ .‬ﻓﻬﻲ ﺍﻟﻌﺎﺻﻤﺔ‬ ‫ﺍﻟﺠﻨﻮﺑﻴﺔ ﻟﻠﻤﻤﻠﻜﺔ ﺍﻟﻤﻐﺮﺑﻴﺔ‪،‬‬ ‫ﻭﻫﻲ ﺃﺷﺒﻪ ﺑﻮﺍﺣﺔ ﻭﺳﻂ ﺍﻟﺼﺤﺮﺍﺀ‪،‬‬ ‫ﺗﺤﻴﻂ ﺑﻬﺎ ﺍﻷﺳﻮﺍﺭ ﻣﻦ ﻛﻞ ﺟﺎﻧﺐ‪،‬‬ ‫ﻓﻴﺤﺪ ﺍﻟﺠﺎﻧﺐ ﺍﻟﺸﺮﻗﻲ ﻣﻦ ﺍﻟﻤﺪﻳﻨﺔ‬ ‫ﺍﺭﺗﻔﺎﻋﺎﺕ ﺟﺒﻠﻴﺔ‪ ،‬ﻫﻲ ﺍﻣﺘﺪﺍﺩ ﺳﻠﺴﻠﺔ‬ ‫ﺍﻟﺠﺒﺎﻝ ﻓﻲ ﺷﻤﺎﻝ ﺃﻓﺮﻳﻘﻴﺎ‪ ،‬ﺣﻴﺚ ﻗﺮﻯ‬ ‫ﺍﻟﺘﻲ ﺷﻬﺪﺕ ﺍﻻﺯﺩﻫﺎﺭ ﻭﺍﻟﺘﻨﻮﻳﺮ ﺑﻌﺪ‬ ‫ﺍﻟﻔﺘﻮﺣﺎﺕ ﺍﻹﺳﻼﻣﻴﺔ ﻣﻨﺬ ‪ 900‬ﻋﺎﻡ‪.‬‬ ‫ﻭﺇﻟﻰ ﺍﻟﺠﻨﻮﺏ ﺗﻘﻊ ﻣﺪﻳﻨﺔ ﻛﻮﻟﻤﻴﻢ‬ ‫ﺍﻟﺼﻐﻴﺮﺓ‪ ،‬ﻭﺍﻟﺘﻲ ﺗﻌﺮﻑ ﺑﺎﺳﻢ ﺑﻮﺍﺑﺔ‬ ‫ﺍﻟﺼﺤﺮﺍﺀ‪ .‬ﻟﻜﻮﻧﻬﺎ ﺃﺷﻬﺮ ﺳﻮﻕ‬ ‫ﻟﺘﺠﺎﺭﺓ ﺍﻟﻨﻮﻕ ﻭﺍﻟﺠﻤﺎﻝ ﻓﻲ ﺍﻟﻌﺎﻟﻢ‪.‬‬

‫■ ﺍﻷﻭﻓﻴﺴﻴﺎﻝ‬

‫ﺟﻮﺍﺩ ﺍﻟﺴﺎﻳﺢ‬

‫ﻋﺒﺪ ﺍﻟﺼﻤﺪ ﺍﻟﻐﺮﻓﻲ‬

‫ﺍﻟﺒﺸﻴﺮ ﻭﺍﻛﻴﻦ‬

‫ﻟﺤﺴﻦ ﻣﻦ ﺑﻦ ﺟﺮﻳﺮ‬

‫ﻣﻮﺳﻢ ﻳﺠﻤﻊ اﻟﻔﻨﺎﻧﻴﻦ‬

‫أﻧﺎ ﻣﺪﻳﻦ ﻟﻤﺴﻠﺴﻞ ﺣﺪﻳﺪان‬

‫دورة ﺗﺸﺠﻴﻊ اﻟﻔﻴﻠﻢ اﻟﻘﺼﻴﺮ‬

‫اﻷﻓﻼم ﻛﺎﻧﺖ ﻓﻲ اﻟﻤﺴﺘﻮى‬

‫أﻏﻠﺐ اﻟﻤﺘﺘﺒﻌﻴﻦ ﻳﺆﻛﺪون‬ ‫أن اﻟﺪورة اﻟﻌﺎﺷﺮة‬ ‫ﻟﻠﻤﻬﺮﺟﺎن اﻟﺪوﻟﻲ ﻟﻠﻔﻴﻠﻢ‪،‬‬ ‫ﻛﺎﻧﺖ ﻣﺘﻤﻴﺰة‪ ،‬إﻻ أﻧﻨﻲ‬ ‫أرى أن ﺟﻤﻴﻊ اﻟﺪورات‬ ‫ﺟﻴﺪة ﺟﺪا‪ ،‬واﻷﺟﻤﻞ ﻓﻲ‬ ‫اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن اﻟﺪوﻟﻲ ﻟﻠﻔﻴﻠﻢ‬ ‫ﺑﻤﺮاﻛﺶ ﻫﻮ ﺣﺮﺻﻪ اﻟﺪاﺋﻢ‬ ‫ﻓﻲ إﺿﺎﻓﺔ ﻟﻤﺴﺔ ﺟﺪﻳﺪة‪ ،‬وﻓﻘﺮات أﺧﺮى ﺗﻤﻴﺰه ﻋﻦ اﻟﺪورات‬ ‫اﻟﺴﺎﺑﻘﺔ‪ ،‬ﻟﺪرﺟﺔ أﺻﺒﺢ ﻣﻌﻬﺎ اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن ﻳﻨﺎﻓﺲ اﻟﻤﻬﺮﺟﺎﻧﺎت‬ ‫اﻟﻌﺎﻟﻤﻴﺔ‪.‬‬ ‫وﺑﺪوري أﻋﺘﺒﺮ ﻫﺬا اﻟﺤﺪث اﻟﻔﻨﻲ‪ ،‬ﻣﻮﺳﻢ ﻳﺠﺘﻤﻊ ﻓﻴﻪ‬ ‫اﻟﻔﻨﺎﻧﻮن واﻟﻤﺨﺮﺟﻴﻦ‪ ،‬ﻟﻴﺨﻠﻘﻮا ﻧﻮﻋﺎ ﻣﻦ اﻟﺘﻌﺎرف وﻳﺘﺒﺎدﻟﻮن‬ ‫اﻟﺜﻘﺎﻓﺎت‪ ،‬وﻗﺪ ﻳﺴﺎﻫﻢ اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن ﻓﻲ ﺧﻠﻖ أﻋﻤﺎل ﻓﻨﻴﺔ ﺗﺘﻮﻟﺪ‬ ‫ﻓﻜﺮﺗﻬﺎ وﺗﺘﺒﻠﻮر ﻋﻠﻰ ﻫﺎﻣﺶ ﻓﻌﺎﻟﻴﺎت اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن‪.‬‬

‫‪09‬‬

‫أﺣﻀﺮ اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن ﻷول ﻣﺮة‪،‬‬ ‫وﺳﻌﻴﺪ ﺑﻬﺬه اﻻﺳﺘﻀﺎﻓﺔ‪،‬‬ ‫اﻟﺘﻲ اﻛﺘﺴﺒﺖ ﻣﻨﻬﺎ اﻟﻜﺜﻴﺮ‪،‬‬ ‫إذ ﺗﻌﺮﻓﺖ ﻋﻠﻰ اﻟﻌﺪﻳﺪ ﻣﻦ‬ ‫اﻟﻔﻨﺎﻧﻴﻦ واﻟﻤﺨﺮﺟﻴﻦ ﻣﻦ‬ ‫ﻧﺠﻮم اﻟﻌﺎﻟﻢ‪ ،‬ﻛﻤﺎ ﺷﺎﻫﺪت‬ ‫أﻓﻼﻣﺎ اﺳﺘﻔﺪت ﻣﻨﻬﺎ اﻟﻜﺜﻴﺮ‪.‬‬ ‫وأﻧﺎ ﻣﺪﻳﻦ ﻟﻤﺴﻠﺴﻞ‬ ‫”ﺣﺪﻳﺪان“ اﻟﺬي ﻋﺮﻓﻨﻲ‬ ‫ﻋﻠﻰ اﻟﺠﻤﻬﻮر‪ ،‬وﺣﻘﻖ ﻟﻲ ﻧﺠﺎﺣﺎ ﻟﻢ أﻛﻦ أﺣﻠﻢ ﺑﻪ‪ ،‬واﻟﺪﻟﻴﻞ‬ ‫أﻧﻨﻲ ﻣﻦ ﺧﻼﻟﻪ ﺣﻀﺮت اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن اﻟﺪوﻟﻲ ﻟﻠﻔﻴﻠﻢ‪ ،‬اﻟﺬي‬ ‫أﺗﻤﻨﻰ ﺣﻀﻮره ﺧﻼل اﻟﺪورات اﻟﻤﻘﺒﻠﺔ‪.‬‬ ‫وأﺧﻴﺮا أﺷﻜﺮ ﺻﺎﺣﺐ اﻟﺠﻼﻟﺔ اﻟﻤﻠﻚ ﻣﺤﻤﺪ اﻟﺴﺎدس ﻋﻠﻰ‬ ‫رﻋﺎﻳﺘﻪﻟﻠﻤﻬﺮﺟﺎن‪.‬‬

‫أرى أن اﻟﺪورة اﻟﻌﺎﺷﺮة‬ ‫ﻟﻠﻤﻬﺮﺟﺎن اﻟﺪوﻟﻲ ﻟﻠﻔﻴﻠﻢ‪،‬‬ ‫دورة ﻧﺎﺟﺤﺔ ﺑﺎﻣﺘﻴﺎز‪ ،‬وﻗﺪ‬ ‫ﻃﺒﻌﺘﻬﺎ ﻣﺒﺎدرة ﺗﺸﺠﻴﻊ‬ ‫اﻟﻔﻴﻠﻢ اﻟﻘﺼﻴﺮ‪ ،‬وﻫﻲ ﻣﺒﺎدرة‬ ‫ﻃﻴﺒﺔ ﻟﺘﺸﺠﻴﻊ اﻟﻨﺎﺷﺌﺔ‪،‬‬ ‫أو اﻟﻤﺒﺪﻋﻴﻦ اﻟﻨﺎﺷﺌﻴﻦ‪،‬‬ ‫وأﺗﻤﻨﻰ أن ﺗﺴﺘﻤﺮ ﻫﺬه‬ ‫اﻟﻤﺴﺎﻋﺪات‪ ،‬وأﺗﻤﻨﻰ أن‬ ‫ﻧﺤﺎﻓﻆ ﻓﻲ أﻋﻤﺎﻟﻨﺎ اﻟﺴﻴﻨﻤﺎﺋﻴﺔ ﻋﻠﻰ اﻟﻬﻮﻳﺔ اﻟﻤﻐﺮﺑﻴﺔ‪.‬‬ ‫وﻗﺪ ﺷﺎﻫﺪت ﺑﻌﺾ اﻷﻓﻼم‪ ،‬ﻣﻨﻬﺎ اﻟﻔﻴﻠﻢ اﻟﻤﻐﺮﺑﻲ‪ ،‬وأؤﻛﺪ أﻧﻪ‬ ‫ﻓﻴﻠﻢ ﺟﻴﺪ ﻳﻼﺣﻆ ﻣﻦ ﺧﻼﻟﻪ أن اﻟﻤﺨﺮج ﻗﺎم ﺑﻤﺠﻬﻮد ﻛﺒﻴﺮ‬ ‫ﻹﺧﺮاﺟﻪ‪ ،‬ﺧﺎﺻﺔ ﻣﻦ ﺣﻴﺚ اﺧﺘﻴﺎر اﻟﻤﻤﺜﻠﻴﻦ‪ ،‬ﻟﻜﻨﻨﻲ ﻛﻨﺖ‬ ‫أﺗﻤﻨﻰ أن ﻳﺤﺎﻓﻆ ﻋﻠﻰ اﻟﻬﻮﻳﺔ اﻟﻤﻐﺮﺑﻴﺔ أﻛﺜﺮ‪.‬‬

‫اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن ﺟﻤﻴﻞ واﻷﻓﻼم‬ ‫اﻟﻤﻌﺮوﺿﺔ ﻓﻲ اﻟﻤﺴﺘﻮى‬ ‫اﻟﻤﻄﻠﻮب‪ ،‬رﻏﻢ أن ﺑﻌﺾ‬ ‫اﻟﻤﺸﺎﻫﺪ ﺟﺮﻳﺌﺔ ﺟﺪا‪ ،‬ﻟﻜﻦ‬ ‫ﻓﻲ ﻧﻈﺮي اﻟﺴﻴﻨﻤﺎ ﻣﺮآة‬ ‫ﻟﻠﻮاﻗﻊ اﻟﻤﻌﻴﺶ‪ .‬واﻟﺪورة‬ ‫اﻟﻌﺎﺷﺮة ﺟﺪ ﻣﺘﻘﺪﻣﺔ ﻣﻘﺎرﻧﺔ‬ ‫ﻣﻊ اﻟﺪورات اﻟﺴﺎﺑﻘﺔ‪ ،‬وذﻟﻚ‬ ‫ﻋﻠﻰ ﺟﻤﻴﻊ اﻟﻤﺴﺘﻮﻳﺎت‪،‬‬ ‫ﺳﻮاء ﻋﻠﻰ ﻣﺴﺘﻮى اﻷﻓﻼم‬ ‫اﻟﻤﻌﺮوﺿﺔ أو اﻟﻨﺠﻮم اﻟﺘﻲ ﺣﻀﺮت‪ ،‬وأﻫﻢ ﻣﺎ ﻣﻴﺰ اﻟﺪورة‬ ‫اﻟﻌﺎﺷﺮة‪ ،‬ﻫﻮ ﺗﺮأس اﻟﻨﺠﻢ ﻣﺎﻟﻜﻔﻴﺘﺶ ﻟﻠﺠﻨﺔ اﻟﺘﺤﻜﻴﻢ‪ ،‬وأﻳﻀﺎ‬ ‫وﺟﻮد اﻟﻔﻨﺎﻧﺔ ﻳﺴﺮا ﺿﻤﻦ أﻋﻀﺎء ﻫﺬه اﻟﻠﺠﻨﺔ‪.‬‬ ‫وأﻧﺎ ﺟﺪ ﺳﻌﻴﺪ ﺑﻤﺘﺎﺑﻌﺔ ﺑﺮﻧﺎﻣﺞ اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن اﻟﺪوﻟﻲ ﻟﻠﻔﻴﻠﻢ‬ ‫ﺑﻤﺮاﻛﺶ‪ ،‬وأﺗﻤﻨﻰ ﻟﻪ اﻻﺳﺘﻤﺮارﻳﺔ‪ ،‬واﻟﺘﻄﻮر‬


‫‪08‬‬

‫ﺍﻟﺴﺒﺖ ‪ 11‬ﺩﺟﻨﺒﺮ ‪2010‬‬

‫ﻣﻠﻒ ﺍﻟﻴﻮﻡ‬ ‫• ﺍﻟﻤﻬﺮﺟﺎﻥ ﺍﻟﺪﻭﻟﻲ ﻟﻠﻔﻴﻠﻢ ﺳﺎﻫﻢ ﻓﻲ ﺍﻧﺘﻌﺎﺷﻬﺎ ﺑﺎﺳﺘﻘﻄﺎﺏ ﻧﺠﻮﻡ ﻭﺿﻴﻮﻑ ﻣﻦ ﺍﻟﻌﺎﻟﻢ‬

‫ﻣﺮﺍﻛﺶ ﺍﻟﻮﺟﻬﺔ ﺍﻟﺴﻴﺎﺣﻴﺔ‬ ‫ﺍﻷﻭﻟﻰ ﻓﻲ ﺇﻓﺮﻳﻘﻴﺎ‬ ‫ﺟﺎﻧﺐ اﻟﺘﻄﻬﻴﺮ واﻟﻤﺮاﻗﺒﺔ اﻟﺼﺤﻴﺔ ﻓﻲ اﻟﻤﺆﺳﺴﺎت اﻟﻔﻨﺪﻗﻴﺔ‪،‬‬ ‫ﻳﺴﺎﻫﻢ ﺑﺸﻜﻞ ﻣﺒﺎﺷﺮ ﻓﻲ ﺗﻄﻮر اﻟﺴﻴﺎﺣﺔ اﻟﻤﺮاﻛﺸﻴﺔ‪ ،‬وﻳﻌﺰز ﺛﻘﺔ‬ ‫اﻟﺴﺎﺋﺢ اﻷﺟﻨﺒﻲ ﻓﻲ اﻟﻤﺪﻳﻨﺔ‪.‬‬ ‫وﺳﺠﻠﺖ اﻷرﻗﺎم اﻹﺣﺼﺎﺋﻴﺔ‪ ،‬ﺑﻠﻮغ اﻟﻄﺎﻗﺔ اﻹﻳﻮاﺋﻴﺔ ﻟﻠﻤﺪﻳﻨﺔ‬ ‫اﻟﺤﻤﺮاء‪ ،‬ﺣﺎﻟﻴﺎ أزﻳﺪ ﻣﻦ ‪ 48000‬ﺳﺮﻳﺮ‪ ،‬وﺷﻬﺪت إﺿﺎﻓﺔ ‪3500‬‬ ‫ﺳﺮﻳﺮ‪ ،‬ﻣﻘﺎرﻧﺔ ﻣﻊ ﺳﻨﺔ ‪ ،2009‬ﻣﺎ ﻳﻤﺜﻞ ‪ 30‬ﻓﻲ اﻟﻤﺎﺋﺔ ﻣﻦ اﻟﻘﺪرة‬ ‫اﻹﻳﻮاﺋﻴﺔ ﻋﻠﻰ اﻟﻤﺴﺘﻮى اﻟﻮﻃﻨﻲ‪ ،‬ﻣﺸﻴﺮة إﻟﻰ أن ﺳﻨﺔ ‪2010‬‬ ‫ﺷﻬﺪت اﻓﺘﺘﺎح ‪ 13‬وﺣﺪة ﻓﻨﺪﻗﻴﺔ ﺟﺪﻳﺪة‪.‬‬

‫ﻟﻠﺴﻴﺎﺣﺔ إﻟﻰ ﻫﺬه اﻟﻮﺟﻬﺔ اﻟﺴﻴﺎﺣﻴﺔ‪ ،‬ﺑﻠﻐﺖ ‪ 150‬ﻣﻠﻴﻮن درﻫﻢ‪.‬‬ ‫ﺷﻬﺪﺕ ﺍﻟﺴﻴﺎﺣﺔ ﺍﻟﻌﺎﻟﻤﻴﺔ ﺃﺧﻴﺮﺍ‪ ،‬ﻭﺍﺣﺪﺓ ﻣﻦ ﺃﺣﻠﻚ ﺳﻨﻮﺍﺗﻬﺎ‪ ،‬ﺑﺴﺒﺐ‬ ‫وﺳﺠﻠﺖ ﻣﺮاﻛﺶ‪ ،‬ﺣﺴﺐ اﻹﺣﺼﺎﺋﻴﺎت ﻧﻔﺴﻬﺎ‪ ،‬زﻳﺎدة ﺑﻠﻐﺖ ‪18‬‬ ‫ﻓﻲ اﻟﻤﺎﺋﺔ ﺑﺎﻟﻨﺴﺒﺔ إﻟﻰ ﻟﻴﺎﻟﻲ اﻟﻤﺒﻴﺖ‪ ،‬ﻓﻲ اﻷﺷﻬﺮ اﻟﻌﺸﺮة اﻷوﻟﻰ‬ ‫ﺍﻧﻌﻜﺎﺳﺎﺕ ﺍﻷﺯﻣﺔ ﺍﻻﻗﺘﺼﺎﺩﻳﺔ ﺍﻟﻌﺎﻟﻤﻴﺔ ﻋﻠﻴﻬﺎ‪ ،‬ﻣﺴﺠﻠﺔ ﺍﻧﺨﻔﺎﺿﺎ‬ ‫ﻣﻦ اﻟﺴﻨﺔ اﻟﺠﺎرﻳﺔ‪ ،‬ﻣﻘﺎرﻧﺔ ﻣﻊ اﻟﻔﺘﺮة ذاﺗﻬﺎ ﻣﻦ ﺳﻨﺔ ‪ ،2009‬ﻣﺎ‬ ‫ﺑﻨﺴﺒﺔ ‪ 4.2‬ﻓﻲ ﺍﻟﻤﺎﺋﺔ ﻋﻠﻰ ﻣﺴﺘﻮﻯ ﻋﺪﺩ ﺍﻟﺴﻴﺎﺡ‪.‬‬ ‫ﻳﺸﻜﻞ ﻣﻌﻄﻰ إﻳﺠﺎﺑﻴﺎ‪ ،‬ﺑﺎﻟﻨﻈﺮ إﻟﻰ اﻟﻤﻨﺎخ اﻻﻗﺘﺼﺎدي اﻟﻌﺎﻟﻤﻲ‬ ‫ﻭﻏﻢ ﺫﻟﻚ‪ ،‬ﻭﺣﻴﻦ ﺃﻋﻠﻦ ﻋﻦ ﻧﺘﺎﺋﺞ ﺍﺳﺘﻔﺘﺎﺀ ﺃﻧﺠﺰ ﺃﺧﻴﺮﺍ ﺣﻮﻝ ﺍﻟﻮﺟﻬﺎﺕ‬ ‫اﻟﺼﻌﺐ‪ ،‬إذ أن اﻟﻬﺪف اﻟﻤﻨﺸﻮد ﻫﻮ اﻟﻮﺻﻮل إﻟﻰ ﻧﺴﺒﺔ ﺗﺼﻞ‬ ‫إﻟﻰ ‪ 20‬ﻓﻲ اﻟﻤﺎﺋﺔ‪.‬‬ ‫ﺍﻟﻤﻔﻀﻠﺔ ﻟﻌﺎﻡ ‪ ،2010‬ﻭﺿﻤﺖ ﺍﻟﻼﺋﺤﺔ ‪ 31‬ﻣﻮﻗﻌﺎ ﻭﻣﺪﻳﻨﺔ ﻭﺩﻭﻟﺔ‪،‬‬ ‫وﺑﻠﻎ ﻋﺪد اﻟﻮاﻓﺪﻳﻦ ﻋﻠﻰ اﻟﻤﺆﺳﺴﺎت اﻟﻔﻨﺪﻗﻴﺔ‪ ،‬ﺧﻼل اﻟﻔﺘﺮة‬ ‫ﺟﺎﺀﺕ ﻣﺪﻳﻨﺔ ﻣﺮﺍﻛﺶ ﻓﻲ ﺍﻟﻤﺮﺗﺒﺔ ﺍﻟﺴﺎﺩﺳﺔ ﻋﺸﺮ ﻓﻴﻬﺎ‪ ،‬ﻣﺘﻘﺪﻣﺔ‬ ‫ﻧﻔﺴﻬﺎ‪ ،‬ﻣﺎ ﻣﺠﻤﻮﻋﻪ ﻣﻠﻴﻮﻧﺎ و‪ 424‬أﻟﻔﺎ و‪ 981‬ﺳﺎﺋﺤﺎ‪ ،‬أي ﺑﺰﻳﺎدة‬ ‫ﻋﻦ ﻣﺪﻥ ﺷﻬﻴﺮﺓ ﻣﺜﻞ ﻻﺱ ﻓﻴﻐﺎﺱ‪ ،‬ﻭﺍﺳﻄﻨﺒﻮﻝ‪ ،‬ﻭﻛﻮﺍﻻﻟﻤﺒﻮﺭ‪.‬‬ ‫وﺻﻠﺖ إﻟﻰ ‪ 14‬ﻓﻲ اﻟﻤﺎﺋﺔ‪ ،‬ﻓﻴﻤﺎ ﺑﻠﻎ ﻋﺪد اﻟﻠﻴﺎﻟﻲ اﻟﺴﻴﺎﺣﻴﺔ ‪ 380 4‬ﻋﺪﺩ ﺍﻟﺼﺤﻔﻴﻴﻦ ﺍﻟﺬﻳﻦ ﺍﺳﺘﻘﺒﻠﻬﻢ ﻣﻄﺎﺭ‬ ‫ﻣﻼﻳﻴﻦ و‪ 82‬أﻟﻔﺎ و‪ 181‬ﻟﻴﻠﺔ ﺳﻴﺎﺣﻴﺔ‪ ،‬أي ﺑﺰﻳﺎدة ﻗﺪرت ﺑـ‪ 18‬ﻓﻲ ﻣﺮﺍﻛﺶ‬ ‫اﻟﻤﺎﺋﺔ‪ ،‬ﻓﻲ ﺣﻴﻦ ﺑﻠﻎ ﻣﻌﺪل اﻻﺷﺘﻐﺎل ﻧﺴﺒﺔ ‪ 50‬ﻓﻲ اﻟﻤﺎﺋﺔ‪ ،‬أي وﻣﻦ اﻟﻤﻨﺘﻈﺮ أن ﺗﺴﺎﻫﻢ ﻋﻮدة اﻟﺨﻄﻮط اﻟﺠﻮﻳﺔ اﻟﺒﺮﻳﻄﺎﻧﻴﺔ‬ ‫إﻟﻰ ﻣﺮاﻛﺶ‪ ،‬اﻟﺘﻲ ﺳﺘﺒﺪأ اﻟﻌﻤﻞ ﻓﻲ ﺷﻬﺮ ﻣﺎرس ‪ ،2011‬ﺑﺜﻼث‬ ‫ﻣﻠﻒ‪ .‬أﻛﺪ اﻟﻤﺠﻠﺲ اﻟﺠﻬﻮي ﻟﻠﺴﻴﺎﺣﺔ ﺑﻤﺮاﻛﺶ‪ ،‬أن ﻣﺪﻳﻨﺔ ﺑﺎرﺗﻔﺎع ﺑﻠﻐﺖ ﻧﺴﺒﺘﻪ ‪ 3‬ﻓﻲ اﻟﻤﺎﺋﺔ‪.‬‬ ‫رﺣﻼت ﻣﻨﺘﻈﻤﺔ‪ ،‬أﺳﺒﻮﻋﻴﺎ‪ ،‬ﻣﻦ ﻣﻄﺎر ﻟﻨﺪن "ﻏﺎﺗﻮﻳﻚ"‪ ،‬ﻓﻲ ﺧﻄﻮة‬ ‫اﻟﻨﺨﻴﻞ‪ ،‬أﺻﺒﺤﺖ ﻗﺒﻠﺔ ﻟﻠﻌﺪﻳﺪ ﻣﻦ اﻟﺴﻴﺎح‪ ،‬اﻟﻌﺮب ﻣﻨﻬﻢ‬ ‫ﺗﺤﻤﻞ إﺷﺎرة ﻗﻮﻳﺔ ﻟﺸﺮﻛﺎت اﻟﻄﻴﺮان اﻷﺧﺮى‪ ،‬اﻟﺘﻲ ﺗﻘﻮم ﺑﺎﻟﺮﺣﻼت‬ ‫واﻷﺟﺎﻧﺐ‪ ،‬واﻛﺘﺴﺒﺖ ﺑﻌﺪا ﺛﻘﺎﻓﻴﺎ وﻓﻨﻴﺎ أﻫﻼﻫﺎ ﻟﺘﺼﺒﺢ اﻟﻮﺟﻬﺔ ‪ 13‬ﻭﺣﺪﺓ ﻓﻨﺪﻳﺔ ﻓﻲ ‪2010‬‬ ‫اﻟﺴﻴﺎﺣﻴﺔ اﻷوﻟﻰ ﻓﻲ إﻓﺮﻳﻘﻴﺎ‪ ،‬وواﺣﺪة ﻣﻦ ﺑﻴﻦ ‪ 20‬وﺟﻬﺔ رﺋﻴﺴﻴﺔ وﺷﺪد أﻋﻀﺎء اﻟﻤﺠﻠﺲ اﻟﺠﻬﻮي ﻟﻠﺴﻴﺎﺣﺔ ﺑﻤﺮاﻛﺶ ﻋﻠﻰ أن اﻟﻤﺪﻳﻨﺔ اﻟﺠﻮﻳﺔ اﻟﻤﻨﺘﻈﻤﺔ ﻟﺘﺤﺬو ﺣﺬو ﻧﻈﻴﺮﺗﻬﺎ اﻟﺒﺮﻳﻄﺎﻧﻴﺔ ‪.‬‬ ‫ﻓﻲ اﻟﻌﺎﻟﻢ‪ .‬ﻓﺄﻳﻦ ﺗﺘﺠﻠﻰ ﻗﻮة وﺗﻄﻮر اﻟﺴﻴﺎﺣﺔ ﻓﻲ ﻣﺮاﻛﺶ‪ ،‬وﻣﺎ اﻟﺤﻤﺮاء "ﻳﺠﺐ أن ﺗﺤﺎﻓﻆ ﻋﻠﻰ ﻣﻌﺪل اﻟﻨﻤﻮ‪ ،‬ﺑﻤﻀﺎﻋﻔﺔ رﻗﻤﻴﻦ‪ ،‬وﻳﺘﻮﻗﻊ أن ﺗﺮﻓﻊ اﻟﺨﻄﻮط اﻟﻤﻠﻜﻴﺔ اﻟﻤﻐﺮﺑﻴﺔ‪ ،‬ﺑﺪورﻫﺎ‪ ،‬ﻣﻦ ﻋﺪد‬ ‫ﺧﻼل اﻟﻌﺎﻣﻴﻦ اﻟﻤﻘﺒﻠﻴﻦ‪ ،‬ﻣﻦ ﺧﻼل اﻟﺮﻓﻊ ﻣﻦ ﻧﺴﺒﺔ اﻻﺷﺘﻐﺎل‪ ،‬رﺣﻼﺗﻬﺎ اﻟﺠﻮﻳﺔ ﻟﻠﺴﻮق اﻟﺒﺮﻳﻄﺎﻧﻴﺔ‪ ،‬ﻣﻦ أرﺑﻊ رﺣﻼت ﻓﻲ اﻷﺳﺒﻮع‬ ‫ﻫﻲ أﻫﻢ اﻟﻌﻮاﻣﻞ اﻟﺘﻲ ﺳﺎﻫﻤﺖ ﻓﻲ اﻧﺘﻌﺎش اﻟﺴﻴﺎﺣﺔ ﺑﻬﺎ؟‬ ‫واﻟﺤﻔﺎظ ﻋﻠﻰ اﻟﻤﻴﺰاﻧﻴﺔ اﻟﻤﺨﺼﺼﺔ ﻟﻬﺬه اﻟﻮﺟﻬﺔ اﻟﺴﻴﺎﺣﻴﺔ‪ ،‬ﻓﻲ إﻟﻰ ﺳﺒﻊ‪ ،‬ﻫﺬا ﺑﺎﻹﺿﺎﻓﺔ إﻟﻰ ﺧﺪﻣﺎت أﺧﺮى ﺟﺪﻳﺪة ﺳﺘﻌﺰز‬ ‫اﻟﻮﻗﺖ اﻟﺮاﻫﻦ"‪ ،‬ﻣﻀﻴﻔﻴﻦ أن ﻫﺬه اﻟﺨﻄﻮة "ﺳﺘﻤﻜﻦ ﻣﻦ اﻟﺤﻔﺎظ اﻟﻤﺠﺎل اﻟﺠﻮي ﻣﺎ ﺑﻴﻦ ﻣﺨﺘﻠﻒ اﻟﻤﺪن اﻷوروﺑﻴﺔ وﻣﺮاﻛﺶ‪.‬‬ ‫ﻣﻮﺍﺭﺩ ﻃﺒﻴﻌﻴﺔ ﻭﺑﺸﺮﻳﺔ‬ ‫أﺳﺌﻠﺔ ﻛﺎن ﻣﻦ اﻟﺴﻬﻞ اﻹﺟﺎﺑﺔ ﻋﻨﻬﺎ‪ ،‬ﻋﻨﺪ اﻻﻃﻼع ﻋﻠﻰ آﺧﺮ ﻋﻠﻰ اﻟﻤﻜﺘﺴﺒﺎت‪ ،‬اﻟﺘﻲ ﺟﺮى ﺗﺤﻘﻴﻘﻬﺎ‪ ،‬ﺣﺎﻟﻴﺎ‪ ،‬ﻣﻦ ﺧﻼل اﻟﻤﺸﺎرﻳﻊ واﺳﺘﻘﺒﻞ اﻟﻤﺠﻠﺲ اﻟﺠﻬﻮي ﻟﻠﺴﻴﺎﺣﺔ ﺑﻤﺮاﻛﺶ‪ ،‬ﺑﺘﻌﺎون ﻣﻊ‬ ‫اﻹﺣﺼﺎﺋﻴﺎت‪ ،‬اﻟﺘﻲ ﻗﺪﻣﻬﺎ اﻟﻤﺠﻠﺲ اﻟﺠﻬﻮي ﻟﻠﺴﻴﺎﺣﺔ ﺑﻤﺮاﻛﺶ‪ ،‬اﻟﺴﻴﺎﺣﻴﺔ‪ ،‬اﻟﺘﻲ ﺗﺘﻮﻓﺮ ﻋﻠﻴﻬﺎ اﻟﻤﺪﻳﻨﺔ‪ ،‬ﻓﻀﻼ ﻋﻦ أﻧﻬﺎ ﺳﺘﻌﻤﻞ ﻋﻠﻰ اﻟﻤﻜﺘﺐ اﻟﻮﻃﻨﻲ اﻟﻤﻐﺮﺑﻲ ﻟﻠﺴﻴﺎﺣﺔ‪ ،‬ﻣﺎ ﺑﻴﻦ ‪ 1‬ﻳﻨﺎﻳﺮ و‪ 30‬أﻛﺘﻮﺑﺮ‬ ‫‪ ،2010‬أزﻳﺪ ﻣﻦ ‪ 720‬وﻛﻴﻼ ﻟﻸﺳﻔﺎر‪ ،‬ﻳﻤﺜﻠﻮن ﻣﺨﺘﻠﻒ اﻷﺳﻮاق‬ ‫ﻃﻤﺄﻧﺔ أﺻﺤﺎب ﻫﺬه اﻟﻤﺸﺎرﻳﻊ‪ ،‬ﺧﺎﺻﺔ اﻟﻔﻨﺪﻗﻴﺔ"‪.‬‬ ‫وﺗﻮﺻﻞ "اﻷوﻓﻴﺴﻴﺎل ﺑﻨﺴﺨﺔ ﻣﻨﻬﺎ‪.‬‬ ‫وﺗﺆﻛﺪ اﻹﺣﺼﺎ���ﻴﺎت اﻟﻤﺬﻛﻮرة أن اﻟﻤﺪﻳﻨﺔ اﻟﺤﻤﺮاء‪ ،‬ﺗﺘﻮﻓﺮ ﻋﻠﻰ وﻳﺮى ﺑﻌﺾ اﻟﻤﺘﺘﺒﻌﻴﻦ‪ ،‬أن اﻷﻫﻤﻴﺔ اﻟﺘﻲ ﺗﻮﻟﻴﻬﺎ اﻟﺴﻠﻄﺎت‪ ،‬اﻟﺴﻴﺎﺣﻴﺔ اﻟﻌﺎﻟﻤﻴﺔ‪ ،‬إﻟﻰ ﺟﺎﻧﺐ ﺗﻨﻈﻴﻢ رﺣﻼت ﻟﺤﻮاﻟﻲ ‪380‬‬ ‫إﻣﻜﺎﻧﻴﺎت ﻛﺒﻴﺮة ﺗﺘﺠﻠﻰ ﻓﻲ اﻟﻤﻮارد اﻟﻄﺒﻴﻌﻴﺔ واﻟﺒﺸﺮﻳﺔ‪ ،‬وﺑﺎﻟﻨﻴﺔ واﻟﻤﻨﺘﺨﺒﻮن اﻟﻤﺤﻠﻴﻮن‪ ،‬ﻟﻠﻤﺸﺎرﻳﻊ اﻟﺒﻨﻴﻮﻳﺔ اﻟﻜﺒﺮى‪ ،‬اﻟﻤﺘﻤﺜﻠﺔ ﻓﻲ ﺻﺤﺎﻓﻴﺎ‪ ،‬ﻳﻤﺜﻠﻮن ﺟﻤﻴﻊ وﺳﺎﺋﻞ اﻹﻋﻼم‪ ،‬اﻟﺘﻲ ﺗﻀﻤﻨﺖ ‪ 2700‬ﻣﻘﺎل‬ ‫اﻟﺘﺤﺘﻴﺔ ﻟﻼﺳﺘﻘﺒﺎل‪ ،‬اﻟﺘﻲ ﺗﻤﻜﻨﻬﺎ ﻣﻦ ﺗﻠﺒﻴﺔ ﻛﻞ اﻟﻌﺮوض اﻟﻤﻘﺪﻣﺔ‪ ،‬ﻣﺘﺎﺑﻌﺔ وﺗﺤﺴﻴﻦ اﻟﻤﺠﺎل اﻟﺤﻀﺮي ﻟﻠﻤﺪﻳﻨﺔ‪ ،‬وإﻋﺪاد اﻟﺤﺪاﺋﻖ ﺻﺤﻔﻲ ﺣﻮل ﻣﺮاﻛﺶ‪.‬‬ ‫إذ أن اﻟﻤﻴﺰاﻧﻴﺔ اﻟﻤﺨﺼﺼﺔ ﻣﻦ ﻗﺒﻞ اﻟﻤﻜﺘﺐ اﻟﻮﻃﻨﻲ اﻟﻤﻐﺮﺑﻲ واﻟﺴﺎﺣﺎت‪ ،‬وﺗﻌﺰﻳﺰ اﻟﻤﺠﺎل اﻷﻣﻨﻲ‪ ،‬وﺗﺤﺴﻴﻦ ﺣﺮﻛﺔ اﻟﻤﺮور‪ ،‬إﻟﻰ وأوﺿﺤﺖ إﺣﺼﺎﺋﻴﺎت اﻟﻤﺠﻠﺲ اﻟﺠﻬﻮي ﻟﻠﺴﻴﺎﺣﺔ ﺑﻤﺮاﻛﺶ‬

‫• ﻣﻴﻜﺮﻭﺗﺮﻭﺗﻮﺍﺭ‬

‫ﺍﻟﻤﻬﺮﺟﺎﻥ ﻓﻲ ﻋﻴﻮﻥ‬ ‫ﺍﻟﻔﻜﺎﻫﻴﻴﻦ‬ ‫ﻟﺮﺻﺪ ﺁﺭﺍﺀ ﺍﻟﺴﻴﻨﻤﺎﺋﻴﻴﻦ‪ ،‬ﻭﺍﻹﻋﻼﻣﻴﻴﻦ‪ ،‬ﻭﺟﻤﻬﻮﺭ ﻋﺎﺻﻤﺔ‬ ‫ﺍﻟﻨﺨﻴﻞ‪ ،‬ﺣﻮﻝ ﻫﺬﺍ ﺍﻟﻤﻮﻋﺪ ﺍﻟﺴﻴﻨﻤﺎﺋﻲ ﺍﻟﻌﺎﻟﻤﻲ‪.‬ﺗﻔﺘﺢ‬ ‫ﻧﺸﺮﺓ ﺍﻟﻤﻬﺮﺟﺎﻥ ﺍﻟﺪﻭﻟﻲ ﻟﻠﻔﻴﻠﻢ ﺑﻤﺮﺍﻛﺶ‪ ،‬ﻳﻮﻣﻴﺎ‪ ،‬ﻫﺬﻩ‬ ‫ﺍﻟﻨﺎﻓﺬﺓ ﻟﻺﻃﻼﻟﺔ ﻋﻠﻰ ﻗﺮﺍﺋﻬﺎ‪.‬‬

‫ﻋﺰﻳﺰ ﺍﻟﻌﻠﻮﻱ‬

‫ﻣﺤﻤﺪ ﺿﻬﺮﺍ‬

‫أﺳﻌﺪﻧﺎ ﺗﻜﺮﻳﻢ اﻟﺪﻏﻤﻲ ةاﻟﺘﺎزي‬

‫ﻻ ﻧﺸﻌﺮ ﺑﺎﻟﻔﺮق ﻓﻲ اﻟﺘﻌﺎﻣﻞ‬

‫ﺗﻤﻴﺰت اﻟﺪورة اﻟﻌﺎﺷﺮة‬ ‫ﻟﻠﻤﻬﺮﺟﺎن‪ ،‬ﺑﺤﻀﻮر ﻧﺠﻮم‬ ‫ﻋﺎﻟﻤﻴﻴﻦ ﻣﻦ ﻣﺨﺮﺟﻴﻦ‬ ‫وﻣﻤﺜﻠﻴﻦ‪ ،‬اﺳﺘﻤﺘﻊ ﺑﻬﻢ‬ ‫اﻟﺠﻤﻬﻮر‪ ،‬اﻟﺬي ﻻ ﺗﺴﻤﺢ‬ ‫ﻟﻪ اﻟﻔﺮﺻﺔ داﺋﻤﺎ ﺑﻤﺸﺎﻫﺪة‬ ‫ﻧﺠﻮﻣﻪ اﻟﻤﻔﻀﻠﻴﻦ‪ ،‬وﺷﻲء ﺟﻤﻴﻞ أﻧﻨﺎ ﺣﻀﺮﻧﺎ ﺗﻜﺮﻳﻤﺎت‬ ‫ﻣﻤﺜﻠﻴﻦ ﻛﺒﺎر ﻳﺴﺘﺤﻘﻮن اﻟﺘﺘﻮﻳﺞ‪ ،‬واﺳﺘﻤﺘﻌﻨﺎ أﻛﺜﺮ ﺑﺘﻜﺮﻳﻢ‬ ‫اﻟﻬﺮﻣﻴﻦ ﻣﺤﻤﺪ ﻋﺒﺪ اﻟﺮﺣﻤﺎن اﻟﺘﺎزي واﻟﺮاﺣﻞ اﻟﻌﺮﺑﻲ‬ ‫اﻟﺪﻏﻤﻲ‪ ،‬اﻟﺸﻲء اﻟﺬي ﻳﺜﻠﺞ اﻟﺼﺪر‪ ،‬وﻳﻔﺮح ﺟﻤﻴﻊ اﻟﻔﻨﺎﻧﻴﻦ‬ ‫اﻟﻤﻐﺎرﺑﺔ‪.‬‬ ‫وﻧﺘﻤﻨﻰ ﻟﻠﻤﻬﺮﺟﺎن اﻟﺪوﻟﻲ ﻟﻠﻔﻴﻠﻢ ﺑﻤﺮاﻛﺶ‪ ،‬ﻣﺰﻳﺪا ﻣﻦ اﻟﺘﺄﻟﻖ‬ ‫واﻟﻨﺠﺎح ﻓﻲ ﻇﻞ اﻟﺮﻋﺎﻳﺔ اﻟﺴﺎﻣﻴﺔ ﻟﺼﺎﺣﺐ اﻟﺠﻼﻟﺔ اﻟﻤﻠﻚ‬ ‫ﻣﺤﻤﺪ اﻟﺴﺎدس‪ ،‬وﺗﺤﺖ اﻟﺮﺋﺎﺳﺔ اﻟﻔﻌﻠﻴﺔ ﻟﺼﺎﺣﺐ اﻟﺴﻤﻮ‬ ‫اﻟﻤﻠﻜﻲ اﻷﻣﻴﺮ ﻣﻮﻻي رﺷﻴﺪ‪.‬‬

‫اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن ﻓﻲ ﺗﻄﻮر‬ ‫ﻣﺴﺘﻤﺮ‪ ،‬ﺳﻮاء ﻣﻦ اﻟﻨﺎﺣﻴﺔ‬ ‫اﻟﺘﻨﻈﻴﻤﻴﺔ‪،‬أواﻟﻠﻮﺟﺴﺘﻴﻜﻴﺔ‪،‬‬ ‫وﻣﻦ ﺣﻴﺚ اﻟﺤﻀﻮر اﻟﻔﻨﻲ‪،‬‬ ‫ﻟﻨﺠﻮم ﻛﺒﺎر ﻋﺎﻟﻤﻴﻴﻦ‪،‬‬ ‫ﺑﺎﻹﺿﺎﻓﺔ إﻟﻰ أن اﻟﺘﻐﻄﻴﺔ‬ ‫اﻹﻋﻼﻣﻴﺔ ﻛﺎﻧﺖ ﺟﻴﺪة وأﻓﻀﻞ ﻣﻦ ﺑﺎﻗﻲ اﻟﺪورات‪.‬‬ ‫وأﻋﻄﻰ اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن اﻟﺪوﻟﻲ ﻟﻠﻔﻴﻠﻢ‪ ،‬أﻳﻀﺎ اﻟﻔﺮﺻﺔ ﻟﻠﻔﻨﺎﻧﻴﻦ‬ ‫اﻟﻤﻐﺎرﺑﺔ‪ ،‬ﺧﺎﺻﺔ ﺑﻌﺪ أن ﻗﺮرت ﻣﺆﺳﺴﺔ اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن‪ ،‬اﺳﺘﻀﺎﻓﺔ‬ ‫ﻓﺮﻳﻖ ﻋﻤﻞ ﻣﻌﻴﻦ‪ ،‬اﺳﺘﻄﺎع أن ﻳﺠﺬب اﻟﺠﻤﻬﻮر ﻋﻠﻰ ﻣﺪار‬ ‫اﻟﺴﻨﺔ‪ ،‬ﻟﺬﻟﻚ ﺣﻞ ﻓﺮﻳﻖ ﻋﻤﻞ ﻣﺴﻠﺴﻞ ”ﺣﺪﻳﺪان“ اﻟﻤﺴﻠﺴﻞ‪،‬‬ ‫ﺑﻌﺪ أن اﺳﺘﻀﺎﻓﺖ اﻟﺪورة اﻟﺘﺎﺳﻌﺔ أﺑﻄﺎل ﺳﻠﺴﻠﺔ ”دار‬ ‫اﻟﻮرﺛﺔ“‪.‬‬ ‫وﻣﺎ ﻳﺴﻌﺪﻧﻲ أﻧﺎ ﺷﺨﺼﻴﺎ‪ ،‬ﻫﻮ أﻧﻨﻲ ﻻ أﺷﻌﺮ ﺑﺎﻟﻔﺮق ﻓﻲ ﺗﻌﺎﻣﻞ‬ ‫ﻣﺆﺳﺴﺔ اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن‪ ،‬ﺑﻴﻦ ﻣﺤﻤﺪ ﺿﻬﺮا وأي ﻓﻨﺎن أﺟﻨﺒﻲ آﺧﺮ‪.‬‬


Chaque matin, une nouvelle rencontre avec l’information

aufait, c'est chaque jour 45 000* exemplaires distribués par notre réseau de distributeurs à Casablanca, Rabat, Salé, Marrakech, Fès et Tanger du lundi au vendredi. (* source OJD Maroc).


‫‪06‬‬

‫ﺍﻟﺴﺒﺖ ‪ 11‬ﺩﺟﻨﺒﺮ ‪2010‬‬

‫ﺑﻦ ﺍﻟﺸﻴﻜﺮ‪ .‬ﺷﻮﻫﺪ ﻋﺘﻴﻖ ﺑﻦ ﺷﻴﻜﺮ‪ ،‬ﻣﻨﺸﻂ ﺑﺮﺍﻣﺢ ﻓﻲ ﺍﻟﻘﻨﺎﺓ ﺍﻟﺜﺎﻧﻴﺔ ”ﺩﻭﺯﻳﻢ“‪ ،‬ﻭﻣﻘﺪﻡ ﺑﺮﻧﺎﻣﺞ ”ﻣﺴﺎﺭ“‪ ،‬ﻭﻫﻮ ﻳﺤﺎﻭﻝ ﺃﺧﺬ ﺑﻌﺾ‬ ‫ﺍﻻﺭﺗﺴﺎﻣﺎﺕ ﻋﻦ ﺍﻟﺪﻭﺭﺓ ﺍﻟﻌﺎﺷﺮﺓ ﻟﻠﻤﻬﺮﺟﺎﻥ ﺍﻟﺪﻭﻟﻲ ﻟﻠﻔﻴﻠﻢ ﺑﻤﺮﺍﻛﺶ‪ ،‬ﻣﻦ ﺍﻟﻔﻨﺎﻧﻴﻦ ﺍﻟﻤﻐﺎﺭﺑﺔ‪ ،‬ﺿﻴﻮﻑ ﺍﻟﻤﻬﺮﺟﺎﻥ‪ ،‬ﻓﺒﻤﺠﺮﺩ ﻭﺻﻮﻟﻪ ﺇﻟﻰ‬ ‫ﺍﻟﻔﻨﺪﻕ ﺍﻟﺬﻱ ﻳﻘﻴﻢ ﻓﻴﻪ ﺍﻟﻔﻨﺎﻧﻮﻥ‪ ،‬ﺳﺄﻝ ﺑﻌﻀﻬﻢ ﻋﻦ ﺭﺃﻳﻬﻢ ﻓﻲ ﺍﻟﻤﻬﺮﺟﺎﻥ ﺍﻟﺪﻭﻟﻲ ﻟﻠﻔﻴﻠﻢ ﺍﻟﺬﻱ ﺍﺣﺘﻔﻞ ﻫﺬﻩ ﺍﻟﺴﻨﺔ ﺑﻌﻴﺪﻩ ﺍﻟﻌﺎﺷﺮ‪.‬‬ ‫ﻭﺃﻛﺪﺕ ﺍﻟﻔﻨﺎﻧﺔ ﺍﻟﻤﻐﺮﺑﻴﺔ ﻧﺰﻫﺔ ﺍﻟﺮﻛﺮﺍﻛﻲ ﺃﻥ ﺍﻟﻤﻬﺮﺟﺎﻥ ﺃﻋﺎﺩ ﺍﻷﺟﻮﺍﺀ ﺍﻟﻔﻨﻴﺔ ﺑﻴﻦ ﺍﻟﻔﻨﺎﻧﻴﻦ‪ ،‬ﻣﺆﻛﺪﺓ ﺃﻥ ﻫﺬﻩ ﺍﻟﺘﻈﺎﻫﺮﺓ ﺍﻟﺴﻴﻨﻤﺎﺋﻴﺔ‪،‬‬ ‫ﺃﺻﺒﺤﺖ ﻗﺒﻠﺔ ﻟﻠﻤﻤﺜﻠﻴﻦ ﻭﻓﺮﺻﺔ ﻟﻠﻘﺎﺋﻬﻢ ﺑﻤﺨﺮﺟﻴﻦ ﻋﺎﻟﻤﻴﻴﻦ‪ ،‬ﻣﻤﺎ ﻳﺴﻤﺢ ﺑﺘﻮﻓﺮ ﺍﻟﻔﺮﺹ ﻟﺘﻌﺎﻭﻥ ﻓﻨﻲ ﺳﻮﺍﺀ ﻓﻲ ﺍﻟﻤﻐﺮﺏ ﺃﻭ ﺧﺎﺭﺟﻪ‬

‫ﺣﻮﺍﺭ‬

‫• ﻗﺎﻝ ﻟـ"ﺍﻷﻭﻓﻴﺴﻴﺎﻝ" ﺇﻥ ﻣﺴﺘﻮﻯ ﺍﻷﻋﻤﺎﻝ ﺍﻟﻤﻐﺮﺑﻴﺔ ﺧﻼﻝ ﺍﻟﻌﺸﺮﻳﺔ ﺍﻷﺧﻴﺮﺓ ﺗﻘﺪﻡ ﻛﺜﻴﺮﺍ‬

‫ﻣﺤﻤﺪ ﺇﺳﻤﺎﻋﻴﻞ‪ :‬ﺍﻟﺼﻨﺎﻋﺔ ﺍﻟﺴﻴﻨﻤﺎﺋﻴﺔ ﻣﻮﺟﻮﺩﺓ‬ ‫ﻭﺍﻟﺨﻠﻞ ﻳﺘﺠﻠﻰ ﻓﻘﻂ ﻓﻲ ﺇﻳﺮﺍﺩﺍﺕ ﺍﻟﺸﺒﺎﻙ‬ ‫ﻣﺤﻤﺪ ﺇﺳﻤﺎﻋﻴﻞ ﺍﻟﻤﺨﺮﺝ ﺍﻟﺴﻴﻨﻤﺎﺋﻲ ﺍﻟﻤﻐﺮﺑﻲ‪ ،‬ﺍﻟﺬﻱ ﻭﺍﻛﺐ ﻓﻌﺎﻟﻴﺎﺕ ﺍﻟﺪﻭﺭﺓ‬ ‫ﺍﻟﻌﺎﺷﺮﺓ ﻟﻠﻤﻬﺮﺟﺎﻥ ﺍﻟﺪﻭﻟﻲ ﻟﻠﻔﻴﻠﻢ ﺑﻤﺮﺍﻛﺶ‪ ،‬ﺍﻋﺘﺒﺮ ﺃﻥ ﺍﻟﺴﻴﻨﻤﺎ ﺍﻟﻤﻐﺮﺑﻴﺔ ﺁﺧﺬﺓ ﻓﻲ‬ ‫ﺍﻟﺘﻄﻮﺭ‪ ،‬ﻭﻫﻲ ﻣﻔﺘﻮﺣﺔ ﻋﻠﻰ ﺁﻓﺎﻕ ﻭﺍﻋﺪﺓ‪ ،‬ﺇﻻ ﺃﻧﻪ ﻳﺮﻯ ﺃﻥ ﺩﻭﺭﺓ ﺍﻟﺼﻨﺎﻋﺔ ﺍﻟﺴﻴﻨﻤﺎﺋﻴﺔ‬ ‫ﻏﻴﺮ ﻣﻜﺘﻤﻠﺔ‪ ،‬ﻧﺘﻴﺠﺔ ﻭﺟﻮﺩ ﺧﻠﻞ ﻓﻲ ﺍﻟﺘﺴﻮﻳﻖ ﻭﺍﻟﺘﻮﺯﻳﻊ‪ ،‬ﻭﻗﺎﻝ ﻓﻲ ﺣﻮﺍﺭ ﺃﺟﺮﺗﻪ‬ ‫ﻣﻌﻪ "ﺍﻷﻭﻓﻴﺴﻴﺎﻝ"‪ ،‬ﺇﻥ ﺍﻟﺴﻴﻨﻤﺎ ﺍﻟﻤﻐﺮﺑﻴﺔ ﺗﺘﻮﻓﺮ ﻋﻠﻰ ﻫﺎﻣﺶ ﻛﺒﻴﺮ ﻣﻦ ﺣﺮﻳﺔ‬ ‫ﺍﻟﺘﻌﺒﻴﺮ‪ ،‬ﻻ ﻳﻤﻜﻦ ﺃﻥ ﻧﺠﺪﻩ ﻓﻲ ﺑﻌﺾ ﺍﻟﺪﻭﻝ ﺍﻟﻌﺮﺑﻴﺔ ﺍﻟﻌﺮﻳﻘﺔ ﺳﻴﻨﻤﺎﺋﻴﺎ‪.‬‬ ‫ﺣﻮﺍﺭ‪.‬‬ ‫ﻫﻨﺎﻙ ﺟﺪﻝ ﻗﺎﺋﻢ ﺑﻴﻦ ﻣﻦ ﻳﺮﻯ ﺃﻥ ﺍﻟﺴﻴﻨﻤﺎ ﺗﺘﻤﺘﻊ ﺑﺼﺤﺔ‬ ‫ﺟﻴﺪﺓ‪ ،‬ﻭﺭﺃﻱ ﺁﺧﺮ‪ ،‬ﻻ ﻳﺠﺪ ﻓﻲ ﻛﺜﺮﺓ ﺍﻹﻧﺘﺎﺝ ﻣﺆﺷﺮﺍ ﻋﻠﻰ ﺃﻥ‬ ‫ﺍﻟﻔﻦ ﺍﻟﺴﺎﺑﻊ ﺑﺒﻼﺩﻧﺎ ﻋﻠﻰ ﻣﺎ ﻳﺮﺍﻡ؟‬

‫ﻻﺑﺪ أن ﻧﻌﻲ ﺟﻴﺪا أن ‪ 15‬ﻓﻴﻠﻤﺎ ﻓﻲ اﻟﺴﻨﺔ‪ ،‬ﻫﻮ رﻗﻢ ﺟﻴﺪ وﻗﺎﺑﻞ‬ ‫ﻟﻠﺘﻄﻮر ﻣﺴﺘﻘﺒﻼ‪ ،‬ﻓﻤﻦ ﺣﻴﺚ اﻟﻜﻤﻴﺔ ﻻ ﻳﻤﻜﻦ إﻧﻜﺎر ﻫﺬه اﻟﻨﻘﻠﺔ‪،‬‬ ‫ﻟﻜﻦ ﻓﻲ اﻟﻤﻘﺎﺑﻞ‪ ،‬وﺑﻘﻠﻴﻞ ﻣﻦ اﻟﻤﻮﺿﻮﻋﻴﺔ‪ ،‬ﻳﺠﺐ اﻻﻋﺘﺮاف‬ ‫ﺑﺄن ﻫﻨﺎك ﻣﺸﺎﻛﻞ ﻋﺪﻳﺪة‪ ،‬ﻣﺎ ﺗﺰال ﺗﺆﺛﺮ ﻓﻲ اﻟﺴﻴﻨﻤﺎ اﻟﻤﻐﺮﺑﻴﺔ‪،‬‬ ‫أﺑﺮزﻫﺎ ﻣﺸﺎﻛﻞ اﻟﺘﻮزﻳﻊ‪ ،‬إذ ﻻ ﻧﺴﺘﻄﻴﻊ اﻟﺤﺪﻳﺚ ﻋﻦ ﺳﻴﻨﻤﺎ وﻃﻨﻴﺔ‬ ‫وأﻏﻠﺐ اﻷﻓﻼم ﻻ ﺗﻌﺮض ﻓﻲ اﻟﻤﻐﺮب اﻟﻌﻤﻴﻖ‪ ،‬وﻣﻦ ﻫﻨﺎ ﻓﻤﺒﺪأ‬ ‫اﻻﻧﺘﺸﺎر ﻏﻴﺮ ﻣﺘﻮﻓﺮ‪ ،‬وﻫﺬا اﻷﻣﺮ ﻳﺠﺮﻧﺎ ﻟﻠﺤﺪﻳﺚ ﻋﻦ واﻗﻊ اﻟﻘﺎﻋﺎت‬ ‫اﻟﺴﻴﻨﻤﺎﺋﻴﺔ‪ ،‬ﻛﻤﺎ أن ﻇﺎﻫﺮة اﻟﻘﺮﺻﻨﺔ ﺗﻌﺘﺒﺮ ﻣﻦ اﻵﻓﺎت‪ ،‬اﻟﺘﻲ ﺗﻘﻒ‬ ‫ﺣﺠﺮ ﻋﺜﺮة أﻣﺎم أي ﺗﻘﺪم ﻟﻠﺴﻴﻨﻤﺎ اﻟﻤﻐﺮﺑﻴﺔ‪.‬‬ ‫ﺱ ‪ :‬ﻫﻞ ﻫﺬﺍ ﻳﻌﻨﻲ ﺃﻥ ﻧﻈﺮﺗﻚ ﻋﻠﻰ ﺍﻟﻮﺍﻗﻊ ﺍﻟﺤﺎﻟﻲ‬ ‫ﺳﻮﺩﺍﻭﻳﺔ؟‬

‫ﻟﻴﺲ ﺗﻤﺎﻣﺎ‪ ،‬ﺑﻞ اﻟﻌﻜﺲ‪ ،‬ﻓﻤﺴﺘﻮى اﻷﻋﻤﺎل اﻟﻤﻐﺮﺑﻴﺔ ﺧﻼل اﻟﻌﺸﺮ‬ ‫ﺳﻨﻮات اﻷﺧﻴﺮة‪ ،‬ﺗﻘﺪم ﻛﺜﻴﺮا‪ ،‬ﻓﻠﻢ ﻧﻌﺪ ﻧﺮى أﺧﻄﺎء ﻓﻲ اﻟﻤﻮﻧﻄﺎج‬ ‫أو اﻟﺘﻮﺿﻴﺐ‪ ،‬ﻛﻤﺎ أﻧﻨﺎ اﻟﻴﻮم ﻧﺘﻮﻓﺮ ﻋﻠﻰ اﻟﻤﻌﻤﻞ اﻟﻮﺣﻴﺪ ﻓﻲ‬ ‫إﻓﺮﻳﻘﻴﺎ ﻟﻠﺘﺤﻤﻴﺾ اﻟﺴﻴﻨﻤﺎﺋﻲ‪ ،‬وﻫﻮ ﻣﻌﻤﻞ ﺗﺠﺮي ﺑﻪ ﻛﻞ اﻟﺪورة‬ ‫اﻻﻧﺘﺎﺟﻴﺔ‪ ،‬إذن ﻓﺈﻧﻜﺎر اﻹﻳﺠﺎﺑﻴﺎت ﻫﻮ ﻣﻦ ﺻﻔﺎت اﻟﺠﺎﺣﺪﻳﻦ‪،‬‬ ‫ﻏﻴﺮ أن اﻻﻧﺘﻘﺎد ﻳﻨﺒﻊ ﻣﻦ اﻟﻐﻴﺮة ﻋﻠﻰ ﺗﻄﻮﻳﺮ اﻷداء‪ ،‬ﻛﻜﻞ‪ ،‬ﻛﻤﺎ أن‬ ‫ﻣﺮاﻛﻤﺔ اﻟﺘﺠﺎرب ﻓﻲ اﻟﺴﻴﻨﻤﺎ أﻣﺮ ﺻﺤﻲ‪ ،‬وﻫﻮ ﻣﺎ ﻳﺤﺪث ﺣﺎﻟﻴﺎ‪.‬‬ ‫وﻟﻸﺳﻒ أن ﻣﻬﺮﺟﺎن ﻣﺮاﻛﺶ ﺻﺎر ﺣﻜﺮا ﻋﻞ اﻟﺸﺒﺎب وأﺻﺤﺎب‬ ‫اﻟﺘﺠﺮﺑﺔ اﻷوﻟﻰ ﻓﻲ اﻹﺧﺮاج‪ ،‬ﻣﻤﺎ أﻗﺼﻰ ﻣﺨﺮﺟﻴﻦ ﻣﻐﺎرﺑﺔ ﻛﺒﺎر‬ ‫ﻣﻦ دﺧﻮل ﻏﻤﺎر اﻟﻤﻨﺎﻓﺴﺔ‪.‬‬ ‫ﺱ ‪ :‬ﻫﻞ ﻳﻤﻜﻦ ﺍﻟﻘﻮﻝ ﺇﻥ ﻟﺪﻳﻨﺎ ﺻﻨﺎﻋﺔ ﺳﻴﻨﻤﺎﺋﻴﺔ‬ ‫ﺍﻟﻴﻮﻡ؟‬

‫اﻟﺼﻨﺎﻋﺔ اﻟﺴﻴﻨﻤﺎﺋﻴﺔ ﻣﻮﺟﻮدة‪ ،‬وﻫﻲ ﻋﻠﻰ ﻣﺎ ﻳﺮام‪ ،‬ﻓﻘﺒﻞ ﻋﻘﺪ ﻣﻦ‬ ‫اﻟﺰﻣﻦ‪ ،‬ﻛﺎن ﻣﻦ اﻟﺼﻌﺐ اﻟﻌﺜﻮر ﻋﻠﻰ ﺗﻘﻨﻴﻴﻦ ﻣﻐﺎرﺑﺔ ﻓﻲ اﻟﺼﻮت‬ ‫واﻟﻤﻮﻧﻄﺎج‪ ،‬وﻏﺎﻟﺒﺎ ﻣﺎ ﻛﻨﺎ ﻧﻠﺠﺄ إﻟﻰ اﻟﺨﺒﺮات اﻷﺟﻨﺒﻴﺔ‪ ،‬ﻓﻲ ﻛﻞ‬ ‫ﻣﺮاﺣﻞ اﻟﺘﺼﻮﻳﺮ‪ ،‬أﻣﺎ اﻟﻴﻮم ﻓﺎﻷﻣﺮ ﻣﺨﺘﻠﻒ ﺗﻤﺎﻣﺎ‪ ،‬ﻫﻨﺎك اﻟﻌﺪﻳﺪ‬ ‫ﻣﻦ اﻻﺳﺘﻮدﻳﻮﻫﺎت‪ ،‬ﻛﻤﺎ أن اﻟﻤﻮارد اﻟﺒﺸﺮﻳﺔ‪ ،‬أﺻﺒﺤﺖ ﻣﺘﻮﻓﺮة‬ ‫وﻣﺆﻫﻠﺔ‪ ،‬إذن ﻓﺎﻟﺼﻨﺎﻋﺔ اﻟﺴﻴﻨﻤﺎﺋﻴﺔ ﻣﻮﺟﻮدة‪.‬‬

‫”‬

‫ﻓﻴﻠﻤﻮﻏﺮﺍﻓﻴﺎ‬ ‫‪ : 2009‬أوﻻد اﻟﺒﻼد‬ ‫‪ : 2007‬وداﻋﺎ أﻣﻬﺎت‬ ‫‪ : 2005‬ﻋﻼش ﻻ‬ ‫‪ : 2004‬ﻫﻨﺎ وﻟﻬﻴﻪ‬ ‫‪ :2003‬ﻋﻼل اﻟﻘﻠﺪة‬ ‫‪ :2001‬أﻣﻮاج اﻟﺒﺮ‬ ‫‪ : 2000‬و ﻣﻦ ﺑﻌﺪ‬ ‫‪ : 1996‬اوﺷﺘﺎم‬

‫ﻭﻫﻨﺎﻙ ﺃﻣﺮ ﻓﻲ ﻏﺎﻳﺔ ﺍﻷﻫﻤﻴﺔ‪،‬‬ ‫ﺇﺫ ﺻﺮﻧﺎ ﻧﺘﻮﻓﺮ ﻋﻠﻰ ﺃﻛﺜﺮ ﻣﻦ ﻣﺪﺭﺳﺔ‬ ‫ﻣﺘﺨﺼﺼﺔ ﻓﻲ ﻣﻬﻦ ﺍﻟﺴﻴﻨﻤﺎ ﻭﺍﻹﺧﺮﺍﺝ‪،‬‬ ‫ﻭﻫﺬﺍ ﻓﻲ ﺣﺪ ﺫﺍﺗﻪ‪ ،‬ﺗﻘﺪﻡ ﻛﺒﻴﺮ‪ ،‬ﺇﺫ ﻣﻦ‬ ‫ﺷﺄﻧﻪ ﺃﻥ ﻳﺴﺎﻋﺪ ﻋﻠﻰ ﺧﻠﻖ ﻓﺮﺹ ﺷﻐﻞ‬ ‫ﻭﺗﻄﻮﻳﺮ ﺍﻷﺩﺍﺀ ﺍﻟﻤﻬﻨﻲ ﻟﻠﻔﻦ ﺍﻟﺴﺎﺑﻊ‬ ‫ﺑﺎﻟﻤﻐﺮﺏ‪ ،‬ﻛﻤﺎ ﺃﻥ ﻋﺪﺩ ﺍﺳﺘﻮﺩﻳﻮﻫﺎﺕ‬ ‫ﺍﻟﺘﺼﻮﻳﺮ ﻳﺘﺰﺍﻳﺪ ﻳﻮﻣﺎ ﺑﻌﺪ ﻳﻮﻡ‪.‬‬ ‫ﺱ ‪ :‬ﻟﻜﻦ ﺍﻟﺤﺪﻳﺚ ﻋﻦ ﺻﻨﺎﻋﺔ ﻳﻌﻨﻲ ﺣﺘﻤﺎ ﺍﻟﺤﺪﻳﺚ ﻋﻦ‬ ‫ﺳﻮﻕ ﺳﻴﻨﻤﺎﺋﻲ‪ ،‬ﻭﺇﻳﺮﺍﺩﺍﺕ ﻣﻬﻤﺔ‪ ،‬ﻭﻫﻮ ﺍﻷﻣﺮ ﻏﻴﺮ‬ ‫ﺍﻟﺤﺎﺻﻞ ﺇﻟﻰ ﺣﺪ ﺍﻵﻥ؟‬

‫أﺗﻔﻖ ﻣﻌﻚ ﺗﻤﺎﻣﺎ‪ ،‬ﻓﻔﻲ اﻋﺘﻘﺎدي اﻟﺨﻠﻂ ﺣﺎﺻﻞ ﻟﺪى اﻟﻤﺨﺮﺟﻴﻦ‬ ‫أﻧﻔﺴﻬﻢ‪ ،‬ﻓﻬﻨﺎك ﻣﺨﺮﺟﻮن ﻳﻘﺪﻣﻮن أﻋﻤﺎﻻ ﺑﻬﺪف اﻟﻤﺸﺎرﻛﺔ ﺑﻬﺎ‬ ‫ﻓﻲ اﻟﻤﻬﺮﺟﺎﻧﺎت اﻟﻌﺎﻟﻤﻴﺔ وﻛﻔﻰ‪ ،‬ﻟﺬا ﻓﺎﻟﺴﺆال اﻟﺬي ﻋﻠﻰ اﻟﺠﻤﻴﻊ‬ ‫أن ﻳﺠﻴﺐ ﻋﻨﻪ‪ ،‬ﻫﻮ ﻟﻤﻦ ﻧﺨﺮج أﻓﻼﻣﻨﺎ؟ ﻫﻞ ﻟﻨﺴﺎﻓﺮ ﺑﻬﺎ إﻟﻰ ﺑﻘﺎع‬

‫اﻟﻌﺎﻟﻢ‪ ،‬وﻧﺮوج ﻟﻠﻤﻐﺮب وﻓﻖ ﺻﻮرة ﻣﻌﻴﻨﺔ‪ ،‬إذا ﻛﺎن اﻵﻣﺮ ﻛﺬﻟﻚ‬ ‫ﻓﻘﺪ ﻧﺠﺤﻨﺎ‪ ،‬أﻣﺎ إن ﻛﻨﺎ ﻧﺨﺮج أﻓﻼﻣﻨﺎ ﻣﻦ أﺟﻞ اﻟﺠﻤﻬﻮر اﻟﻮﻃﻨﻲ‪،‬‬ ‫ﺑﻐﻴﺔ اﻟﺤﺼﻮل ﻋﻠﻰ ﻣﺪاﺧﻴﻞ‪ ،‬ﻓﻬﺬا اﻟﻄﻤﻮح ﻳﺒﻘﻰ ﺑﻌﻴﺪ اﻟﺘﺤﻘﻖ‬ ‫ﻋﻠﻰ اﻷﻗﻞ ﻓﻲ اﻟﻤﻨﻈﻮر اﻟﻘﺮﻳﺐ‪.‬‬ ‫ﺻﺤﻴﺢ أن اﻟﺤﺪﻳﺚ ﻋﻦ ﺻﻨﺎﻋﺔ ﻗﻮﻳﺔ‪ ،‬ﻳﻌﻨﻲ ﺑﺸﻜﻞ أﺗﻮﻣﺎﺗﻴﻜﻲ‪،‬‬ ‫اﻟﺤﺼﻮل ﻋﻠﻰ أﻛﺒﺮ ﻋﺪد ﻣﻦ اﻟﺰوار‪ ،‬ﺣﺘﻰ ﺗﻜﺘﻤﻞ اﻟﺤﻠﻘﺔ اﻹﻧﺘﺎﺟﻴﺔ‪،‬‬ ‫ﺑﺸﻜﻞ ﺳﻠﻴﻢ‪ ،‬ﻓﺈذا أﺧﺬﻧﺎ ﻣﺜﻼ أﺣﺴﻦ اﻷﻓﻼم اﻟﻤﻐﺮﺑﻴﺔ‪ ،‬اﻟﺘﻲ‬ ‫ﺣﻘﻘﺖ أرﻗﺎﻣﺎ ﻋﺎﻟﻴﺔ ﻣﻦ ﺣﻴﺚ اﻟﻤﺪاﺧﻴﻞ‪ ،‬واﻟﺘﻲ ﻻ ﺗﺘﻌﺪى ﻓﻲ‬ ‫اﻟﻐﺎﻟﺐ ‪ 30‬أﻟﻒ ﻣﺘﻔﺮج‪ ،‬ﻓﻬﺬا اﻟﻌﺪد ﻻ ﻳﻜﻔﻲ ﺣﺘﻰ ﺛﻤﻦ اﻟﻨﺴﺦ‪.���‬ ‫إذن أﻧﺎ اﺗﻔﻖ ﻣﻌﻚ ﺑﺄن اﻟﺪورة ﻏﻴﺮ ﻣﻜﺘﻤﻠﺔ‪ ،‬ﻧﺘﻴﺠﺔ وﺟﻮد ﺧﻠﻞ‬ ‫ﻓﻲ اﻟﺘﺴﻮﻳﻖ واﻟﺘﻮزﻳﻊ‪ ،‬إذ أن أﻏﻠﺐ اﻷﻓﻼم اﻟﻤﻐﺮﺑﻴﺔ ﻻ ﺗﺼﻞ إﻟﻰ‬ ‫ﻣﺪﻳﻨﺔ ﻃﻨﺠﺔ ووارزازات‪ ،‬دون اﻟﺤﺪﻳﺚ ﻋﻦ اﻟﺘﺴﻮﻳﻖ اﻟﺨﺎرﺟﻲ‪،‬‬ ‫ﻓﺤﺘﻰ اﻟﻘﻠﻴﻠﺔ ﻣﻨﻬﺎ‪ ،‬اﻟﺘﻲ ﻛﺎن ﻟﻬﺎ ﺷﺮف اﻟﺘﻮزﻳﻊ ﺧﺎرج اﻟﻮﻃﻦ‪ ،‬ﻟﻢ‬ ‫ﺗﺘﻌﺪ ﻓﺘﺮة ﻋﺮﺿﻬﺎ أﺳﺒﻮﻋﺎ ﻓﻲ أﺣﺴﻦ اﻷﺣﻮال‪.‬‬ ‫وﻫﻨﺎ ﻻﺑﺪ أن أﺷﻴﺮ إﻟﻰ ﻣﺴﺄﻟﺔ أﺧﺮى ﻓﻲ ﻏﺎﻳﺔ اﻷﻫﻤﻴﺔ‪ ،‬وﻫﻲ‬ ‫ﺗﺸﺠﻴﻊ اﻟﺘﻠﻔﺰﻳﻮن‪ ،‬ﻓﻤﺜﻼ ﻗﻨﺎة "ﺗﻴﻔﻲ‪ 5‬ﻣﻮﻧﺪ"‪ ،‬اﻟﺘﻲ ﺗﺘﻮﻓﺮ ﻋﻠﻰ‬ ‫ﻣﻜﺘﺐ ﻟﻬﺎ ﻫﻨﺎ ﻓﻲ اﻟﻤﻐﺮب‪ ،‬ﻻ ﺗﺒﺚ أﻓﻼﻣﺎ ﻣﻐﺮﺑﻴﺔ ﻛﺜﻴﺮة‪ ،‬ﻷﻧﻪ‬ ‫ﻟﻮ ﻛﺎن اﻷﻣﺮ ﻣﻌﻜﻮﺳﺎ‪ ،‬ﻟﺴﺎﻫﻤﺖ ﻫﺬه اﻟﻘﻨﻮات ﻓﻲ ﻧﺸﺮ اﻟﻔﻴﻠﻢ‬ ‫اﻟﻤﻐﺮﺑﻲ ﻋﻠﻰ ﻧﻄﺎق واﺳﻊ‪.‬‬ ‫ﺱ ‪ :‬ﻫﻨﺎﻙ ﻣﻦ ﻳﻨﺘﻘﺪ ﻟﺠﻨﺔ ﺍﻟﺪﻋﻢ ﺍﻟﺴﻴﻨﻤﺎﺋﻲ‪،‬‬ ‫ﻭﻳﺼﻔﻬﺎ ﺑﺄﻧﻬﺎ ﺗﺨﻀﻊ ﻟﺘﻮﺟﻬﺎﺕ ﺇﻳﺪﻳﻮﻟﻮﺟﻴﺔ‪،‬‬ ‫ﺗﺘﺤﻜﻢ ﻓﻲ ﺍﺧﺘﻴﺎﺭ ﺍﻟﺴﻴﻨﺎﺭﻳﻮﻫﺎﺕ‪ ،‬ﺍﻟﺘﻲ ﺗﻘﺒﻞ؟ ﻣﺎ‬ ‫ﺭﺩﻙ ﻋﻠﻰ ﻫﺬﺍ ﺍﻟﻘﻮﻝ؟‬

‫ﻫﻨﺎك أﻣﺮ ﺑﺴﻴﻂ ﻟﻺﺟﺎﺑﺔ ﻋﻠﻰ ﻫﺬا اﻟﺴﺆال‪ ،‬ﻓﺎﻟﻤﺸﺎرﻳﻊ اﻟﻤﻘﺪﻣﺔ‬

‫ﺗﺨﺘﻠﻒ ﺣﺴﺐ اﺧﺘﻼف ﻟﺠﺎن اﻟﺪﻋﻢ‪ ،‬ﻓﻤﻦ ﻣﺤﺎﺳﻦ اﻟﺪﻳﻤﻘﺮاﻃﻴﺔ‪،‬‬ ‫أﻧﻬﺎ ﻻ ﺗﺘﺮك أﺷﺨﺎﺻﺎ ﻣﻌﻴﻨﻴﻦ ﻋﻠﻰ ﻛﺮاﺳﻲ اﺗﺨﺎذ اﻟﻘﺮار ﻣﺪى‬ ‫اﻟﺤﻴﺎة‪ ،‬وﻫﺬه ﻣﻦ اﻟﺤﺴﻨﺎت‪ ،‬اﻟﺘﻲ ﺳﻨﻬﺎ اﻟﻤﺮﻛﺰ اﻟﺴﻴﻨﻤﺎﺋﻲ‬ ‫اﻟﻤﻐﺮﺑﻲ‪ ،‬وﺑﺎﻟﺘﺎﻟﻲ‪ ،‬ﻓﻤﻦ اﻟﻤﻨﻄﻘﻲ ﺟﺪا‪ ،‬أن ﻧﺮى ﻫﻨﺎك ﺗﻨﻮﻋﺎ ﻓﻲ‬ ‫اﻟﻤﺸﺎرب اﻟﺴﻴﻨﻤﺎﺋﻴﺔ‪ ،‬واﺧﺘﻼﻓﺎ ﻓﻲ اﻟﺘﻮﺟﻬﺎت اﻟﻔﻨﻴﺔ ﻟﻸﻓﻼم اﻟﺘﻲ‬ ‫ﺗﻠﻘﻰ اﻟﺪﻋﻢ‪ ،‬وﺷﺨﺼﻴﺎ ﻻ أرى أﺑﺪا أن ﻫﻨﺎك ﺧﻠﻔﻴﺎت ﺳﻴﺎﺳﻴﺔ‬ ‫أو إﻳﺪﻳﻮﻟﻮﺟﻴﺔ‪ ،‬ﺗﺘﺤﻜﻢ ﻓﻲ اﺧﺘﻴﺎر اﻟﺴﻴﻨﺎرﻳﻮﻫﺎت‪ ،‬ﻓﻤﺎ ﻳﺠﺐ أن‬ ‫ﻳﻌﻠﻤﻪ اﻟﺠﻤﻬﻮر‪ ،‬ﻫﻮ أن اﻟﺴﻴﻨﻤﺎ اﻟﻤﻐﺮﺑﻴﺔ ﺗﺘﻮﻓﺮ ﻋﻠﻰ ﻫﺎﻣﺶ‬ ‫ﻛﺒﻴﺮ ﻣﻦ ﺣﺮﻳﺔ اﻟﺘﻌﺒﻴﺮ‪ ،‬ﻻ ﻳﻤﻜﻦ أن ﺗﺠﺪه ﻓﻲ ﺑﻌﺾ اﻟﺪول‬ ‫اﻟﻌﺮﺑﻴﺔ اﻟﻌﺮﻳﻘﺔ ﺳﻴﻨﻤﺎﺋﻴﺎ‪ ،‬ﻛﻤﺎ أن ﻣﻘﺺ اﻟﺮﻗﺎﺑﺔ ﻓﻲ اﻟﻤﻐﺮب ﻻ‬ ‫وﺟﻮد ﻟﻪ‪ ،‬إﻻ ﻓﻲ ﺣﺎﻻت ﺗﺘﻌﻠﻖ ﺑﺨﺪش اﻟﺤﻴﺎء‪ ،‬أو اﻟﺘﻬﺠﻢ ﻋﻠﻰ‬ ‫اﻷﺧﻼق اﻟﻌﺎﻣﺔ‪ ،‬وﻫﺬا أﻣﺮ ﻧﺎدر اﻟﺤﺪوث ﻓﻲ اﻟﺴﻴﻨﻤﺎ اﻟﻤﻐﺮﺑﻴﺔ‪.‬‬ ‫ﻧﻘﻄﺔ أﺧﺮى ﻳﺠﺐ أن أﺷﻴﺮ إﻟﻴﻬﺎ‪ ،‬ﻫﻲ أن ﻣﻦ ﻳﺘﺤﺪث ﻋﻦ ﺳﻴﻨﻤﺎ‬ ‫ﻣﻐﺮﺑﻴﺔ‪ ،‬ﺑﻤﻌﻨﻰ ﻫﻮﻳﺎﺗﻲ ﺻﺮف‪ ،‬ﻓﻬﻮ ﻣﺨﻄﺊ‪ ،‬ﻷن اﻟﻤﺨﺮﺟﻴﻦ‬ ‫اﻟﻤﻐﺎرﺑﺔ ﺗﻜﻮﻧﻮا ﻓﻲ ﻣﺪارس ﻣﺨﺘﻠﻔﺔ‪ ،‬وﺑﺎﻟﺘﺎﻟﻲ ﻻ ﻳﻤﻜﻦ أن ﻧﻘﻮل‬ ‫أن ﻫﻨﺎك ﺳﻴﻨﻤﺎ ﻣﻐﺮﺑﻴﺔ‪ ،‬ﻛﻤﺎ ﻫﻮ اﻟﺸﺄن ﺑﺎﻟﻨﺴﺒﺔ ﻣﺜﻼ ﻟﻠﺴﻴﻨﻤﺎ‬ ‫اﻹﻳﺮاﻧﻴﺔ أو اﻹﻳﻄﺎﻟﻴﺔ‪.‬‬ ‫ﺱ ‪ :‬ﻫﻞ ﺗﺎﺑﻌﺖ ﺍﻟﻀﺠﺔ ﺍﻟﺘﻲ ﺃﺣﺪﺛﻬﺎ ﻓﻴﻠﻢ "ﺍﻟﺨﻄﺎﻑ"‬ ‫ﻟﺴﻌﻴﺪ ﺍﻟﻨﺎﺻﺮﻱ ﻓﻲ ﻣﻬﺮﺟﺎﻥ ﺍﻟﻘﺎﻫﺮﺓ؟‬

‫أﻋﺘﻘﺪ أن اﻟﻤﺴﺆوﻟﻴﺔ ﻣﻠﻘﺎة ﻋﻠﻰ ﻋﺎﺗﻖ اﻟﻘﻴﻤﻴﻦ ﻋﻠﻰ اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن‪،‬‬ ‫ﻷﻧﻬﻢ ﻣﻦ اﺧﺘﺎروه‪ ،‬وﻟﻬﺬا اﻟﺴﺒﺐ ﻗﻠﺖ ﻟﻚ ﺳﺎﺑﻘﺎ ﺑﺄن ﻟﻴﺲ ﻛﻞ‬ ‫اﻷﻓﻼم اﻟﺘﻲ ﺗﻨﺘﺞ ﻫﻲ ﺟﻴﺪة‪ ،‬ﻛﻤﺎ أن ﻫﻨﺎك ﻓﺮﻗﺎ ﺑﻴﻦ أن ﻧﻨﺠﺰ ﻓﻴﻠﻤﺎ‬ ‫ﻟﻠﺠﻤﻬﻮر اﻟﻤﻐﺮﺑﻲ وﻓﻴﻠﻤﺎ ﻧﺸﺎرك ﺑﻪ ﻓﻲ اﻟﻤﻬﺮﺟﺎﻧﺎت اﻟﻌﺎﻟﻤﻴﺔ‪.‬‬ ‫■ ﺍﻷﻭﻓﻴﺴﻴﺎﻝ‬


‫ﺍﻟﺴﺒﺖ ‪ 11‬ﺩﺟﻨﺒﺮ ‪2010‬‬

‫ﻋﻴﻦ ﻋﻠﻰ ﺍﻟﻤﻬﺮﺟﺎﻥ‬

‫‪75‬‬

‫‪05‬‬

‫ﻋﻠﻢ ﻟﺪﻯ ﻣﻨﻈﻤﻲ ﺍﻟﺪﻭﺭﺓ ﺍﻟﻌﺎﺷﺮﺓ ﻟﻠﻤﻬﺮﺟﺎﻥ ﺍﻟﺪﻭﻟﻲ ﻟﻠﻔﻴﻠﻢ ﺑﻤﺮﺍﻛﺶ‪ ،‬ﺍﻟﺬﻱ ﻳﺴﺪﻝ ﺍﻟﺴﺘﺎﺭ ﺍﻟﻴﻮﻡ ﻋﻦ ﺩﻭﺭﺗﻪ ﺍﻟﻌﺎﺷﺮﺓ‪،‬‬ ‫ﺃﻥ ﻣﻴﺰﺍﻧﻴﺔ ﻫﺬﻩ ﺍﻟﺘﻈﺎﻫﺮﺓ ﺍﻟﺴﻴﻨﻤﺎﺋﻴﺔ ﺍﻟﺴﻨﻮﻳﺔ ﺍﺭﺗﻔﻌﺖ ﺇﻟﻰ ‪ 75‬ﻣﻠﻴﻮﻥ ﺩﺭﻫﻢ ﺃﻱ ﺣﻮﺍﻟﻲ ‪ 9‬ﻣﻼﻳﻴﻦ ﺩﻭﻻﺭ ﺃﻣﺮﻳﻜﻲ‪ ،‬ﺃﻱ‬ ‫ﺑﺰﻳﺎﺩﺓ ﺑﻠﻐﺖ ‪ 15‬ﺑﺎﻟﻤﺎﺋﺔ ﻋﻦ ﻣﻴﺰﺍﻧﻴﺔ ﺍﻟﺪﻭﺭﺓ ﺍﻟﺴﺎﺑﻘﺔ‪ .‬ﻭﺣﻀﺮ ﺃﻛﺜﺮ ﻣﻦ ‪ 80000‬ﺷﺨﺺ ﺇﻟﻰ ﻋﺮﻭﺽ ﺍﻷﻓﻼﻡ ﺑﺴﺎﺣﺔ ﺟﺎﻣﻊ‬ ‫ﺍﻟﻔﻨﺎ‪ ،‬ﺍﻟﺘﻲ ﺗﻌﺪ ﺍﻟﻘﻠﺐ ﺍﻟﻨﺎﺑﺾ ﻟﻤﺪﻳﻨﺔ ﻣﺮﺍﻛﺶ‪ ،‬ﻭﺳﺎﻫﻢ ﺍﻟﻤﻬﺮﺟﺎﻥ ﺍﻟﺪﻭﻟﻲ ﻟﻠﻔﻴﻠﻢ ﻟﻤﺮﺍﻛﺶ ﻓﻲ ﺧﻠﻖ ‪ 538‬ﻣﻨﺼﺐ ﺷﻐﻞ‬ ‫ﻣﺒﺎﺷﺮ ﻟﺤﻮﺍﻟﻲ ‪ 72000‬ﺳﺎﻋﺔ ﻋﻤﻞ ﻣﻨﻬﺎ ‪ 57‬ﻣﻨﺼﺐ ﺷﻐﻞ ﻓﻲ ﻗﻄﺎﻉ ﺍﻟﺪﻳﻜﻮﺭ‬

‫• ﻓﻜﺮﺓ ﻓﺮﻳﺪﺓ ﺗﺮﻣﺰ ﺇﻟﻰ "ﺩﻣﻘﺮﻃﺔ ﺍﻟﺴﻴﻨﻤﺎ"‬

‫ﺟﺎﻣﻊ ﺍﻟﻔﻨﺎ ﻳﺘﺤﻮﻝ ﺇﻟﻰ ﺷﺎﺷﺔ ﻛﺒﻴﺮﺓ ﻓﻲ ﺍﻟﻬﻮﺍﺀ ﺍﻟﻄﻠﻖ‬ ‫ﻧﺰﻋﺖ ﺳﺎﺣﺔ ﺟﺎﻣﻊ ﺍﻟﻔﻨﺎ ﺛﻮﺏ ﺍﻟﺴﺮﺩ ﺍﻟﺤﻜﺎﺋﻲ‪ ،‬ﻭﺍﺭﺗﺪﺕ ﻫﻨﺪﺍﻡ ﺍﻟﺼﻮﺭﺓ ﻭﺍﻟﺼﻮﺕ‪ ،‬ﻣﻦ ﺧﻼﻝ ﺷﺎﺷﺔ ﺿﺨﻤﺔ ﻧﺼﺒﺖ ﻟﻌﺮﺽ ﺃﻓﻼﻡ ﻟﻨﺠﻮﻡ ﻋﺎﻟﻤﻴﻴﻦ‪،‬‬ ‫ﻓﻄﻮﺍﻝ ﻓﺘﺮﺓ ﺍﻟﻤﻬﺮﺟﺎﻥ‪ ،‬ﺣﺞ ﺍﻵﻻﻑ ﻣﻦ ﻋﺸﺎﻕ ﺍﻟﺴﻴﻨﻤﺎ ﺇﻟﻰ ﺳﺎﺣﺔ ﺍﻟﺸﻬﻴﺮﺓ ﻓﻲ ﻗﻠﺐ ﻣﺮﺍﻛﺶ ﻟﻴﺘﺎﺑﻌﻮﺍ ﺃﻓﻼﻣﺎ ﺭﺍﺳﺨﺔ ﻓﻲ ﺃﺫﻫﺎﻥ "ﺍﻟﺴﻴﻨﻔﻴﻞ"‪.‬‬ ‫ﺭﻭﺑﻮﺭﺗﺎﺝ‪ .‬ﻋﺮض أﻓﻼم ﻋﺎﻟﻤﻴﺔ ﺑﺴﺎﺣﺔ ﺟﺎﻣﻊ اﻟﻔﻨﺎ‪ ،‬ﺗﻘﻠﻴﺪ‬ ‫دأﺑﺖ ﻋﻠﻴﻪ ﻣﺆﺳﺴﺔ اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن اﻟﺪوﻟﻲ ﻟﻠﻔﻴﻠﻢ ﺑﻤﺮاﻛﺶ ﻣﻨﺬ‬ ‫ﺳﻨﻮات‪ ،‬ﻓﻠﺴﻔﺔ ﻫﺬا اﻟﺘﻘﻠﻴﺪ أن ﺗﺬﻫﺐ اﻟﺴﻴﻨﻤﺎ إﻟﻰ اﻟﻤﺸﺎﻫﺪ‬ ‫وﻟﻴﺲ اﻟﻌﻜﺲ‪ ،‬ﻛﻤﺎ ﻗﺎل اﻟﻤﻤﺜﻞ اﻟﻔﺮﻧﺴﻲ ﻛﺮﻳﺴﺘﻮف ﻻﻣﺒﻴﺮ ﻋﻨﺪ‬ ‫ﺗﻘﺪﻳﻤﻪ ﻟﻔﻴﻠﻢ "ﻛﺮﻳﺴﺘﻮك‪ ،‬أﺳﻄﻮرة ﻃﺮزان ﺳﻴﺪ اﻟﻘﺮدة" )‪(1984‬‬ ‫ﺑﺴﺎﺣﺔ ﺟﺎﻣﻊ اﻟﻔﻨﺎ‪ ،‬أﻧﻪ أﻣﺮ ﻳﺘﻔﺮد ﺑﻪ ﻫﺬا اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن اﻟﺪوﻟﻲ اﻟﺬي‬ ‫ﻋﻮد ﻋﺸﺎق اﻟﻔﻦ اﻟﺴﺎﺑﻊ‪ ،‬ﻣﻐﺎرﺑﺔ وأﺟﺎﻧﺐ‪ ،‬ﻋﻠﻰ ﻣﺸﺎﻫﺪة اﻷﻓﻼم‬ ‫وﺳﻂ ﺳﺤﺮ وﺟﺎذﺑﻴﺔ اﻟﺴﺎﺣﺔ‪.‬‬ ‫وﻛﺎن ﻟﺮواد اﻟﺴﺎﺣﺔ ﻣﻮﻋﺪ ﻣﻊ أﺣﺪ اﻷﻓﻼم اﻟﺸﻬﻴﺮة‪ ،‬ﻟﺮﺋﻴﺲ ﻟﺠﻨﺔ‬ ‫اﻟﺘﺤﻜﻴﻢ اﻷﻣﺮﻳﻜﻲ ﺟﻮن ﻣﺎﻟﻜﻮﻓﻴﺶ‪ ،‬ﻣﻦ ﺧﻼل ﻋﺮض ﻓﻴﻠﻪ‬ ‫"أﺟﻨﺤﺔ اﻟﺠﺤﻴﻢ" ﻟﻤﺨﺮﺟﻪ ﺳﻴﻤﻮن وﻳﺴﺖ‪ ،‬وﻗﺒﻠﻪ ﻛﺎن ﻟﺰوار ﻫﺬا‬ ‫اﻟﻔﻀﺎء ﻣﻮﻋﺪ ﻣﻊ ﻧﺠﻢ "ﻣﺎﺗﺮﻳﻜﺲ" اﻟﺸﻬﻴﺮ ﻛﻴﻨﻮ رﻳﻔﺰ‪.‬‬ ‫ﻣﺸﺎﻫﺪة اﻷﻓﻼم ﻓﻲ ﻫﺬه اﻟﺴﺎﺣﺔ اﻟﺘﺎرﻳﺨﻴﺔ‪ ،‬ﻳﻌﺘﺒﺮ ﺳﺤﺮا ﻓﻲ‬ ‫ﺣﺪ ذاﺗﻪ‪ ،‬ﺑﺨﺼﻮﺻﻴﺎت ﻣﺘﻔﺮدة‪ ،‬ﻻ ﻛﺮاﺳﻲ وﻻ ﻣﻜﻴﻔﺎت ﻫﻮاء‪ ،‬وﻻ‬ ‫زراﺑﻲ ﻣﺒﺜﻮﺛﺔ‪ ،‬ﻓﻘﻂ‪ ،‬اﻟﻮاﻗﻔﻮن ﻋﻠﻰ اﻣﺘﺪاد ﻋﺮض ﺟﺎﻣﻊ اﻟﻔﻨﺎ‪ ،‬ﻻ‬ ‫ﻳﻜﻠﻮن اﻻﻧﺘﻈﺎر‪ ،‬ﺟﻤﻮع ﻏﻔﻴﺮة‪ ،‬ﻻ ﺗﺄﺑﻪ ﻟﻠﺘﺪاﻓﻊ واﻻزدﺣﺎم‪ ،‬رﺑﻤﺎ‬ ‫ﻫﻲ ﻣﺘﻌﺔ ﺳﻴﻨﻤﺎﺋﻴﺔ ﻗﻞ ﻧﻈﻴﺮﻫﺎ ﻓﻲ اﻟﻌﺎﻟﻢ‪ ،‬وﻟﺪت ﻓﻲ ﻗﻠﺐ‬ ‫اﻟﻤﺪﻳﻨﺔاﻟﺴﺎﺣﺮة‪.‬‬ ‫ﺣﻴﻦ ﺗﺨﺘﻠﻂ ﺍﻷﻧﻮﺍﺭ ﺑﺎﻟﺼﻮﺭﺓ‬

‫ﻏﺎﻟﺒﺎ ﻣﺎ ﻳﻠﺠﺄ اﻟﻤﻨﻈﻤﻮن إﻟﻰ اﻋﺘﻤﺎد ﻋﺮض أﻓﻼم اﻟﺤﺮﻛﺔ‪ ،‬ﻓﻲ‬ ‫ﻫﺬا اﻟﻤﻜﺎن‪ ،‬ﻟﺠﻠﺐ أﻛﺒﺮ ﻋﺪد ﻣﻦ اﻟﺰوار‪ ،‬ﻟﻜﻦ اﻟﺘﺠﺮﺑﺔ أﺛﺒﺖ‬ ‫اﻟﻌﻜﺲ‪ ،‬ﻓﺎﻟﻔﻴﻠﻢ اﻟﻔﺮﻧﺴﻲ "ﻣﺮﺣﺒﺎ ﺑﻜﻢ ﻋﻨﺪ ﻟﻴﺸﺘﻲ"‪ ،‬واﻟﺬي‬ ‫ﺣﻄﻢ ﻛﻞ اﻷرﻗﺎم اﻟﻘﻴﺎﺳﻴﺔ ﻣﻦ ﺣﻴﺚ رﻗﻢ اﻟﺘﺬاﻛﺮ اﻟﺘﻲ ﺑﻴﻌﺖ‬ ‫ﺧﻼل ﻋﺮﺿﻪ أول ﻣﺮة ﻓﻲ ﻓﺮﻧﺴﺎ‪ ،‬ﺗﻔﻮق ﻓﻲ إﻳﺮاداﺗﻪ ﻋﻠﻰ اﻟﻔﻴﻠﻢ‬ ‫اﻷﻣﺮﻳﻜﻲ اﻟﺸﻬﻴﺮ "ﺗﻴﺘﺎﻧﻴﻚ"‪ ،‬دﺣﺾ ﻫﺬه اﻟﻔﺮﺿﻴﺔ‪ ،‬ﻋﻨﺪﻣﺎ ﻋﺮض‬ ‫ﻓﻲ اﻟﻴﻮم اﻷول ﻣﻦ اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن‪ .‬ﻓﺎﻟﻤﺮاﻛﺸﻴﻮن وﺿﻴﻮف اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن‪،‬‬ ‫اﻟﺬﻳﻦ ﻟﻢ ﻳﺘﻤﻜﻨﻮا ﻣﻦ اﻟﺤﺼﻮل ﻋﻠﻰ ﺑﻄﺎﻗﺎت دﻋﻮة ﻟﻮﻟﻮج ﻗﺼﺮ‬ ‫اﻟﻤﺆﺗﻤﺮات‪ ،‬اﺳﺘﻄﺎﻋﻮا ﻧﻴﻞ ﻓﺮﺻﺘﻬﻢ ﻓﻲ ﺗﺬوق ﻃﻌﻢ اﻟﻔﻦ اﻟﺴﺎﺑﻊ‪،‬‬ ‫ﻓﻲ ﻗﻠﺐ ﺳﺎﺣﺘﻬﻢ اﻷﺳﻄﻮرﻳﺔ‪.‬‬ ‫اﻟﺘﻮاﺟﺪ ﺑﺎﻟﺴﺎﺣﺔ وﻣﻘﺎوﻣﺔ اﻟﺘﺪاﻓﻊ‪ ،‬وأﺧﺬ ﻣﻜﺎن ﺑﻴﻦ اﻟﻮاﻗﻔﻴﻦ‬ ‫أﻣﺎم اﻟﺸﺎﺷﺔ اﻟﻜﺒﺮى ﺗﻌﺪ ﺑﺤﻖ ﻣﻐﺎﻣﺮة ﺟﻤﻴﻠﺔ‪ ،‬وﻋﺰاء ﻟﻤﻦ ﻳﺘﺄﻓﻒ‬

‫ﻟﻌﺪم ﺗﻤﻜﻨﻪ ﻣﻦ دﺧﻮل ﻗﺎﻋﺎت اﻟﻌﺮض اﻟﺮﺳﻤﻴﺔ‪ .‬ﻓﻲ ﻫﺬا اﻟﻤﻜﺎن‬ ‫اﻟﺨﺎﻟﺪ‪ ،‬اﻟﻤﺼﻨﻒ ﺿﻤﻦ اﻟﺘﺮاث اﻟﺸﻔﻬﻲ اﻟﻌﺎﻟﻤﻲ‪ ،‬ﺗﺨﺘﻠﻂ اﻷﻧﻮار‬ ‫ﺑﺎﻟﺼﻮر‪ ،‬ﻟﺘﻮﻟﺪ اﻟﺸﺮوط اﻟﻜﺎﻣﻠﺔ ﻟﺪﺧﻮل رﺣﻠﺔ ﻣﺨﻴﻼﺗﻴﺔ راﺋﻌﺔ‪،‬‬ ‫ﻳﺘﺤﻮل ﻣﻌﻬﺎ اﻟﻤﺸﺎﻫﺪ‪ ،‬إﻟﻰ ﻣﺴﺎﻓﺮ ﻋﻠﻰ ﺑﺴﺎط ﺳﺤﺮي ﻓﻲ ﻗﻠﺐ‬ ‫اﻟﻬﻮاء اﻟﻄﻠﻖ‪ ،‬ﻧﺤﻮ ﻋﻮاﻟﻢ ﻻ ﻳﺘﻴﺤﻬﺎ ﺳﻮى اﻟﻔﻦ اﻟﺴﺎﺑﻊ‪ ،‬ﻫﻨﺎك‬ ‫ﻣﺮاﻛﺸﻴﻴﻮن ﻳﻘﻮﻟﻮن‪ ،‬إن اﻟﻄﻘﺲ وﻫﺐ اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن وﻣﻌﻪ اﻟﻤﺪﻳﻨﺔ‪،‬‬ ‫ﺣﻈﺎ ﺟﻤﻴﻼ‪ ،‬ﻋﻨﺪﻣﺎ أﻧﻌﻤﺖ اﻟﺴﻤﺎء ﺑﺪرﺟﺎت ﺣﺮارة ﺗﺸﺠﻊ‬ ‫اﻟﺠﻤﺎﻫﻴﺮ ﻋﻠﻰ اﻟﺨﺮوج‪ ،‬وﺗﺰﻳﺪ ﻣﻦ ﺣﻤﺎﺳﺘﻬﻢ ﻓﻲ اﻟﺴﻬﺮ واﻟﺴﻤﺮ‪.‬‬ ‫ﻣﺸﺎﻫﺪة اﻷﻓﻼم ﻓﻲ ﻫﺬا اﻟﻤﻜﺎن ﻻ ﺗﺘﻄﻠﺐ ﻛﺮاﺳﻲ وﺛﻴﺮة‪ ،‬وﻻ‬ ‫ﺗﺬاﻛﺮ‪ ،‬ﺑﻞ ﻓﻘﻂ‪ ،‬اﻟﺘﻮﻓﺮ ﻋﻠﻰ اﻟﻘﻠﻴﻞ ﻣﻦ اﻟﻬﻮس اﻟﺴﻴﻨﻤﺎﺋﻲ‪،‬‬ ‫ﻣﺮاﻛﺸﻴﻮن وﺳﻴﺎح أﺟﺎﻧﺐ‪ ،‬اﻓﺘﺮﺷﻮا اﻷرض ﻃﻴﻠﺔ أﻳﺎم اﻟﻌﺮوض‪،‬‬ ‫واﺳﺘﻨﺸﻘﻮا ﻋﻄﺮ اﻟﻤﻜﺎن‪ ،‬ﺣﻴﺚ ﺗﻄﻐﻲ رواﺋﺢ اﻷﻃﺒﺎق اﻟﻤﺮاﻛﺸﺔ‪،‬‬ ‫اﻟﻤﻤﺰوﺟﺔ ﺑﺎﻟﺒﻬﺎرات واﻟﺘﻮاﺑﻞ‪ ،‬وﻋﺒﻖ اﻷﻋﺸﺎب واﻟﻔﻮاﻛﻪ اﻟﻤﺠﻔﻔﺔ‬ ‫وﻣﺨﻀﺒﺎت اﻟﺤﻨﺎء‪ ،‬ﻟﺘﺨﻠﻖ ﻣﻨﺎﺧﺎ ﻻ ﻳﻤﻜﻦ اﻟﻌﺜﻮر ﻋﻠﻴﻪ إﻻ ﻓﻲ‬ ‫ﻣﻜﺎن ﺳﺤﺮي‪ ،‬ﺗﻨﺪﻣﺞ ﻓﻴﻪ اﻟﺤﻜﺎﻳﺎت اﻟﺸﻌﺒﻴﺔ اﻟﻤﻨﺒﺜﻘﺔ ﻋﻦ‬ ‫ﻣﺨﻴﻼت رواد اﻟﺤﻠﻘﺔ‪ ،‬ﻣﻊ إﺑﺪاﻋﺎت اﻟﺴﻴﻨﻤﺎﺋﻴﻴﻦ اﻟﻌﺎﻟﻤﻴﻴﻦ‪.‬‬ ‫ﺣﺘﻤﺎ ﻟﻴﺲ ﻣﻬﺮﺟﺎن ﻣﺮاﻛﺶ اﻟﻮﺣﻴﺪ ﻓﻲ اﻟﻤﻌﻤﻮر‪ ،‬ﻟﻜﻨﻪ اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن‬ ‫اﻟﻮﺣﻴﺪ‪ ،‬اﻟﺬي ﻳﺨﻠﻖ اﻟﺤﺪث اﻻﻧﻔﺮادي‪ ،‬وﻟﻴﺲ ﻋﺮض أﻓﻼم ﻓﻲ‬ ‫ﻓﻀﺎء ﺳﺎﺣﺮ ﻣﺜﻞ ﺳﺎﺣﺔ ﺟﺎﻣﻊ اﻟﻔﻨﺎ‪ ،‬إﻻ أﺣﺪ ﻫﺬه اﻹﺑﺪاﻋﺎت‪ ،‬وﻫﻮ‬ ‫ﻣﺎ وﺟﺪ ﻓﻴﻪ اﻟﻤﻤﺜﻞ اﻹﻳﻄﺎﻟﻲ رﻳﻜﺎردو ﺳﻜﺎﻣﺎرﺷﻴﻮ‪ ،‬ﻋﻀﻮ ﻟﺠﻨﺔ‬ ‫ﺗﺤﻜﻴﻢ ﻣﺴﺎﺑﻘﺔ اﻟﻔﻴﻠﻢ اﻟﻄﻮﻳﻞ‪" ،‬دﻣﻘﺮﻃﺔ ﻟﻠﺴﻴﻨﻤﺎ"‪ ،‬إذ ﻋﺒﺮ ﻋﻦ‬ ‫إﻋﺠﺎﺑﻪ ﺑﻔﻜﺮة ﻋﺮض أﻓﻼم ﻓﻲ اﻟﻬﻮاء اﻟﻄﻠﻖ أﻣﺎم ﺟﻤﻬﻮر ﻋﺮﻳﺾ‬ ‫ﺑﺴﺎﺣﺔ ﺟﺎﻣﻊ اﻟﻔﻨﺎ‪ ،‬اﻟﺘﻲ اﻋﺘﺒﺮﻫﺎ ﻓﻜﺮة ﻋﺒﻘﺮﻳﺔ‪.‬‬ ‫ﻋﻠﻰ ﺿﻮء اﻟﻘﻤﺮ‪ ،‬وﻋﻠﻰ إﻳﻘﺎﻋﺎت ﻫﺬه اﻟﺴﺎﺣﺔ اﻟﻌﺮﻳﻘﺔ‪ ،‬اﻟﺘﻲ‬ ‫ﺻﻨﻔﺘﻬﺎ اﻟﻴﻮﻧﻴﺴﻜﻮ ﺗﺮاﺛﺎ ﺷﻔﻮﻳﺎ ﻋﺎﻟﻤﻴﺎ‪ ،‬ﻋﺮﺿﺖ أﻓﻼم ﻋﻤﺎﻟﻘﺔ‬ ‫اﻟﺴﻴﻨﻤﺎ اﻟﻌﺎﻟﻤﻴﺔ‪ ،‬ﻣﻦ ﺑﻴﻨﻬﺎ ﻓﻴﻠﻢ "ﻃﺮزان ﺳﻴﺪ اﻟﻘﺮدة" ﻟﻠﻤﺨﺮج‬ ‫ﻫﻴﻚ ﻫﻴﻮدﺳﻮن‪ ،‬ﺑﺤﻀﻮر ﺑﻄﻠﻪ ﻛﺮﺳﺘﻮف ﻻﻣﺒﻴﺮ‪ ،‬اﻟﺬي ﺗﺘﺒﻌﻪ‬ ‫آﻻف اﻟﻤﺸﺎﻫﺪﻳﻦ ﻛﺒﺎرا وﺻﻐﺎرا وﻧﺴﺎء ورﺟﺎﻻ‪.‬‬ ‫ﺳﺎﺣﺔ ﺟﺎﻣﻊ اﻟﻔﻨﺎ ﺳﺎﺣﺔ اﺳﺘﺜﻨﺎﺋﻴﺔ ﻓﻲ ﻗﻠﺐ ﻣﺮاﻛﺶ اﻟﻨﺎﺑﺾ‬ ‫ﺗﺤﻮﻟﺖ ﻣﻨﺬ اﻧﻄﻼق اﻟﺪورة اﻟﻌﺎﺷﺮة ﻟﻠﻤﻬﺮﺟﺎن اﻟﺪوﻟﻲ ﻟﻠﻔﻴﻠﻢ‬ ‫ﺑﻤﺮاﻛﺶ‪ ،‬إﻟﻰ ﺷﺎﺷﺔ ﻛﺒﺮى ﻟﻜﻞ ﺳﻴﻨﻤﺎت اﻟﻌﺎﻟﻢ‪ ،‬ﺗﻌﺮض أﻋﻤﺎﻻ‬ ‫أﺑﺪﻋﻬﺎ ﺳﻴﻨﻤﺎﺋﻴﻮن ﻋﻤﺎﻟﻘﺔ‪ ،‬ﻓﺄﺻﺒﺤﺖ اﻟﺴﺎﺣﺔ اﻟﺘﺎرﻳﺨﻴﺔ ﻓﻀﺎء‬

‫ﻻ ﺑﺪ أن ���ﻤﺮ ﻣﻨﻪ ﺳﻴﻨﻤﺎﺋﻲ ﻟﻴﺴﺘﻤﺘﻊ ﺑﺪفء اﻟﻤﺪﻳﻨﺔ اﻟﺤﻤﺮاء‬ ‫وﺳﺤﺮﻫﺎ‪.‬‬ ‫ﺗﻘﻠﻴﺪ دأﺑﺖ ﻋﻠﻴﻪ ﻣﺆﺳﺴﺔ اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن اﻟﺪوﻟﻲ ﻟﻠﻔﻴﻠﻢ ﺑﻤﺮاﻛﺶ ﻣﻨﺬ‬ ‫ﺳﻨﻮات‪ ،‬ﻓﻠﺴﻔﺔ ﻫﺬا اﻟﺘﻘﻠﻴﺪ أن ﺗﺬﻫﺐ اﻟﺴﻴﻨﻤﺎ إﻟﻰ اﻟﻤﺸﺎﻫﺪ ﺃﻓﻼﻡ ﻋﺎﻟﻤﻴﺔ ﺗﻨﺎﻓﺲ ﺍﻟﺤﻜﻮﺍﺗﻴﻴﻦ‬ ‫وﻟﻴﺲ اﻟﻌﻜﺲ‪ ،‬ﻛﻤﺎ ﻗﺎل اﻟﻤﻤﺜﻞ اﻟﻔﺮﻧﺴﻲ ﻛﺮﻳﺴﺘﻮف ﻻﻣﺒﻴﺮ ﻋﻨﺪ وﻛﺎن زوار ﺳﺎﺣﺔ ﺟﺎﻣﻊ اﻟﻔﻨﺎ ﻓﻲ أول أﻣﺴﻴﺔ ﻣﻦ ﻫﺬه اﻷﻣﺎﺳﻲ‬ ‫ﺗﻘﺪﻳﻤﻪ ﻟﻔﻴﻠﻢ "ﻛﺮﻳﺴﺘﻮك‪ ،‬أﺳﻄﻮرة ﻃﺮزان ﺳﻴﺪ اﻟﻘﺮدة" )‪ (1984‬اﻟﺴﻴﻨﻤﺎﺋﻴﺔ ﻋﻠﻰ ﻣﻮﻋﺪ ﻣﻊ ﻓﻴﻠﻢ "ﻣﺮﺣﺒﺎ ﺑﻜﻢ ﻋﻨﺪ اﻟﺸﺘﻲ"‬ ‫ﺑﺴﺎﺣﺔ ﺟﺎﻣﻊ اﻟﻔﻨﺎ‪ ،‬أﻧﻪ أﻣﺮ ﻳﺘﻔﺮد ﺑﻪ ﻫﺬا اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن اﻟﺪوﻟﻲ اﻟﺬي ﻟﻠﻤﺨﺮج اﻟﻔﺮﻧﺴﻲ داﻧﻲ ﺑﻮن‪ ،‬ﺛﻢ أﻣﺴﻴﺔ ﻛﺮﻳﺴﺘﻮف ﻻﻣﺒﻴﺮ و"ﻣﺘﺮو‬ ‫ﻋﻮد ﻋﺸﺎق اﻟﻔﻦ اﻟﺴﺎﺑﻊ‪ ،‬ﻣﻐﺎرﺑﺔ وأﺟﺎﻧﺐ‪ ،‬ﻋﻠﻰ ﻣﺸﺎﻫﺪة اﻷﻓﻼم اﻷﻧﻔﺎق" ﻟﻠﻮك ﺑﻴﺴﻮن‪ ،‬و"ﺳﺮﻋﺔ" ﻟﻴﺎن دي ﺑﻮﻧﺖ ﺑﺤﻀﻮر اﻟﻤﻤﺜﻞ‬ ‫وﺳﻂ ﺳﺤﺮ وﺟﺎذﺑﻴﺔ اﻟﺴﺎﺣﺔ‪.‬‬ ‫ﻛﻴﺎﻧﻮ رﻳﻔﺮز‪.‬‬ ‫ﻛﻤﺎ ﻛﺎن ﺟﻤﻬﻮر ﺳﺎﺣﺔ ﺟﺎﻣﻊ اﻟﻔﻨﺎ ﻋﻠﻰ ﻣﻮﻋﺪ ﻣﻊ ﻓﻴﻠﻢ‬ ‫"أﻣﺎدﻳﻮس" ﻟﻤﻴﻠﻮس ﻓﻮرﻣﺎن‪ ،‬وﻛﺎﻧﺖ ﻟﻴﻠﺔ ﺗﻜﺮﻳﻢ ﻣﻐﺮﺑﻴﺔ ﺑﺎﻣﺘﻴﺎز‪،‬‬ ‫ﺟﺎﻣﻊ ﺍﻟﻔﻨﺎ ﺍﻟﺸﺎﺷﺔ ﺍﻟﻜﺒﺮﻯ‬ ‫ﻋﻠﻰ ﺿﻮء اﻟﻘﻤﺮ‪ ،‬وﻋﻠﻰ إﻳﻘﺎﻋﺎت ﻫﺬه اﻟﺴﺎﺣﺔ اﻟﻌﺮﻳﻘﺔ‪ ،‬اﻟﺘﻲ إذ ﺗﺘﺒﻊ ﺧﻼﻟﻬﺎ رواد ﻫﺬه اﻟﺴﺎﺣﺔ اﻟﺘﺎرﻳﺨﻴﺔ ﻓﻴﻠﻢ "اﻟﺮﺟﻞ اﻟﺬي‬ ‫ﺻﻨﻔﺘﻬﺎ اﻟﻴﻮﻧﻴﺴﻜﻮ ﺗﺮاﺛﺎ ﺷﻔﻮﻳﺎ ﻋﺎﻟﻤﻴﺎ‪ ،‬ﺗﻌﺮض أﻓﻼم ﻋﻤﺎﻟﻘﺔ أراد أن ﻳﻜﻮن ﻣﻠﻜﺎ" وﻣﻦ ﺧﻼﻟﻪ إﺑﺪاع أﺣﺪ أﻫﺮام اﻟﺴﻴﻨﻤﺎ‬ ‫اﻟﺴﻴﻨﻤﺎ اﻟﻌﺎﻟﻤﻴﺔ‪ ،‬ﻣﻦ ﺑﻴﻨﻬﺎ ﻓﻴﻠﻢ "ﻃﺮزان ﺳﻴﺪ اﻟﻘﺮدة" ﻟﻠﻤﺨﺮج اﻟﻤﻐﺮﺑﻴﺔ‪ ،‬اﻟﻤﺮﺣﻮم اﻟﻌﺮﺑﻲ اﻟﺪﻏﻤﻲ‪ ،‬اﻟﺬي ﺧﺼﻪ اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن‬ ‫ﻫﻴﻚ ﻫﻴﻮدﺳﻮن‪ ،‬ﺑﺤﻀﻮر ﺑﻄﻠﻪ ﻛﺮﺳﺘﻮف ﻻﻣﺒﻴﺮ‪ ،‬اﻟﺬي ﺗﺘﺒﻌﻪ ﺑﺤﻔﻞ‪ ،‬ﺗﺴﻠﻢ ﺧﻼﻟﻪ أﺑﻨﺎءه درع ﺗﻜﺮﻳﻢ اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن‪.‬‬ ‫وﻋﻦ ﻣﺒﺎدرة اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن اﻟﺨﺎﺻﺔ ﺑﻌﺮض رواﺋﻊ اﻟﻔﻦ اﻟﺴﺎﺑﻊ‬ ‫آﻻف اﻟﻤﺸﺎﻫﺪﻳﻦ ﻛﺒﺎرا وﺻﻐﺎرا وﻧﺴﺎء ورﺟﺎﻻ‪.‬‬ ‫ﻫﻲ ﺳﺎﺣﺔ اﺳﺘﺜﻨﺎﺋﻴﺔ ﺑﻜﻞ اﻟﻤﻘﺎﻳﻴﺲ‪ ،‬ﺗﺴﺘﻌﺼﻲ ﺗﻔﺎﺻﻴﻠﻬﺎ ﻋﻠﻰ ﺑﺎﻟﺴﺎﺣﺔ‪ ،‬ﺗﻮﺣﺪت آراء اﻟﺠﻤﻬﻮر‪ ،‬ﺣﻮل ﻫﺬا اﻟﻔﻀﺎء اﻟﺴﺎﺣﺮ‪،‬‬ ‫اﻟﻘﺒﺾ‪ ،‬ﻓﻔﻀﻼ ﻋﻦ ﻛﻮﻧﻬﺎ ﻧﻮاة اﻗﺘﺼﺎدﻳﺔ ﻣﻬﻤﺔ‪ ،‬ﺗﻤﻨﺢ اﻟﺴﺎﺣﺔ اﻟﺬي ازداد ﺟﻤﺎﻻ وروﻧﻘﺎ ﺑﻔﻀﻞ ﺳﺤﺮ وﻋﺠﺎﺋﺒﻴﺔ اﻟﺴﻴﻨﻤﺎ‪ ،‬اﻟﺘﻲ‬ ‫ﻟﻠﺰوار‪ ،‬ﺑﺎﻟﻨﻬﺎر ﻓﺮﺟﺔ ﻣﻦ ﻧﻮع آﺧﺮ ﻣﻨﻬﺎ ﻣﺘﻌﺔ اﻟﺤﻜﻲ‪ ،‬و"اﻟﺤﻠﻘﺔ" ﺗﺤﻞ ﺿﻴﻔﺎ ﻣﺮﺣﺒﺎ ﺑﻪ ﺑﺴﺎﺣﺔ ﺟﺎﻣﻊ اﻟﻔﻨﺎ‪ ،‬ﻣﻊ ﻛﻞ دورة ﻣﻦ‬ ‫أﺳﺎس اﻟﻤﺴﺮح‪ ،‬وﻓﺮﺟﺎت ﻣﻊ ﻣﺮوﺿﻲ اﻷﻓﺎﻋﻲ واﻟﻘﺮدة وﻗﺎرﺋﺎت دورات اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن‪ ،‬ﻣﻨﺎﻓﺴﺎ ﻟـ"اﻟﺤﻠﻘﺎت" وﻗﺼﺼﻬﺎ اﻟﻤﺴﺘﻮﺣﺎة ﻣﻦ‬ ‫اﻟﻔﻨﺎﺟﻴﻦ وﻣﺨﻀﺒﺎت اﻟﺤﻨﺎء‪ .‬وﻓﻲ اﻟﻤﺴﺎء‪ ،‬ﻳﺸﺘﺪ اﻟﺮﺣﺎل إﻟﻴﻬﺎ‪ ،‬ﺣﻜﺎﻳﺎت أﻟﻒ ﻟﻴﻠﺔ وﻟﻴﻠﺔ‪.‬‬ ‫وإﻟﻰ ﻋﻮاﻟﻢ اﻟﺨﻴﺎل‪ ،‬اﻟﺬي ﺗﻘﺘﺮﺣﻪ ﺑﺮﻣﺠﺔ اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن‪ .‬اﻷﻧﻈﺎر وﺗﻔﺘﺢ اﻟﺴﺎﺣﺔ‪ ،‬اﻟﺘﻲ ﺗﻌﺒﻖ ﺑﺮاﺋﺤﺔ اﻟﺘﺎرﻳﺦ‪ ،‬واﻟﺘﻲ ﺗﻤﺘﺰج ﻓﻴﻬﺎ‬ ‫ﻣﺸﺮﺋﺒﺔ ﺗﺠﺎه اﻟﺸﺎﺷﺔ اﻟﻌﻤﻼﻗﺔ‪ ،‬اﻟﺘﻲ ﺗﻀﻔﻲ ﻋﻠﻰ ﺗﻔﺎﺻﻴﻞ ﻟﻐﺎت وﺛﻘﺎﻓﺎت اﻟﻌﺎﻟﻢ‪ ،‬ﻓﻀﺎءﻫﺎ ﻻﺳﺘﻘﺒﺎل ﻋﺸﺎﻗﻬﺎ‪ ،‬ﻣﺎﻧﺤﺔ إﻳﺎﻫﻢ‬ ‫اﻟﺴﺎﺣﺔ ﺟﻤﺎﻟﻴﺔ ﻣﻨﻘﻄﻌﺔ اﻟﻨﻈﻴﺮ‪ ،‬إﻧﻬﺎ ﺳﺎﺣﺔ ﻣﻔﺘﻮﺣﺔ وﻣﻨﻔﺘﺤﺔ ﻓﺮﺟﺔ ﺳﻴﻨﻤﺎﺋﻴﺔ ﻣﻤﺘﻌﺔ‪ ،‬وﻟﻴﻼ وﺳﻬﺮا ﺟﻤﻴﻼ ﺑﺼﺨﺒﻪ وﺳﺤﺮه‬ ‫أﻣﺎم اﻟﻌﺎﻟﻢ‪ ،‬ﺗﻤﻨﺢ اﻟﻤﺘﻌﺔ ﻓﻲ أي وﻗﺖ وﺣﻴﻦ‪ ،‬ﺑﺎﻟﻠﻴﻞ ﻛﻤﺎ ﺑﺎﻟﻨﻬﺎر‪ .‬وأﺿﻮاﺋﻪ وﻧﺠﻮﻣﻪ‪ ،‬وﺳﻤﺮا ﻳﺼﻌﺐ وﺻﻔﻪ‪.‬‬ ‫ﺑﺎﻟﻔﻌﻞ‪ ،‬ﺗﺘﺤﻮل اﻟﺴﺎﺣﺔ إﻟﻰ ﺷﺎﺷﺔ‪ ،‬ﻓﺒﺎﻹﺿﺎﻓﺔ إﻟﻰ اﻟﺮاﺟﻠﻴﻦ‪ ،‬وﻗﺪ ﻇﻠﺖ ﻫﺬه اﻟﺸﺎﺷﺔ اﻟﻜﺒﻴﺮة ﻣﻔﺘﻮﺣﺔ أﻣﺎم ﻛﻞ إﺑﺪاﻋﺎت‬ ‫ﻳﺴﺘﻤﺘﻊ اﻟﺠﺎﻟﺴﻮن ﻓﻲ اﻟﻤﻘﺎﻫﻲ‪ ،‬وﻫﻢ ﻳﺮﺗﺸﻔﻮن ﻓﻨﺎﺟﻴﻦ ﺳﻴﻨﻤﺎت اﻟﻌﺎﻟﻢ‪ ،‬ﻃﻴﻠﺔ أﻳﺎم اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن‪ ،‬ﻳﺆﻣﻬﺎ اﻟﻤﺮاﻛﺸﻴﻮن‬ ‫ﻗﻬﻮﺗﻬﻢ اﻟﻤﻔﻀﻠﺔ‪ ،‬وﻣﻦ ﺣﻴﻦ ﻵﺧﺮ ﻳﺴﺘﺮق أﺻﺤﺎب "اﻟﺒﺰارات" وﺿﻴﻮﻓﻬﻢ ﻣﻦ أﺟﻞ اﻟﻤﺘﻌﺔ اﻟﺘﻲ ﺗﻤﻨﺤﻬﺎ ﻟﻬﻢ ﻋﻠﻰ إﻳﻘﺎع اﻟﻌﺎﻟﻤﻴﺔ‪،‬‬ ‫واﻟﻤﺤﻼت اﻟﺘﺠﺎرﻳﺔ اﻟﻨﻈﺮ‪ ،‬ﺣﺘﻰ ﻻ ﺗﻔﻮﺗﻬﻢ ﻟﻘﻄﺔ أو ﻣﺸﻬﺪ‪ ،‬وذﻟﻚ وﺳﻴﺆﻣﻮﻧﻬﺎ اﻟﻴﻮم ﻛﺬﻟﻚ ﻣﻦ أﺟﻞ ﻣﺘﺎﺑﻌﺔ ﻟﺤﻈﺎت اﻟﺘﺘﻮﻳﺞ ﻟﻤﻌﺮﻓﺔ‬ ‫اﻟﻔﻴﻠﻢ اﻟﺬي ﺳﻴﺤﻈﻰ ﺑﺎﻟﻨﺠﻤﺔ اﻟﺬﻫﺒﻴﺔ ﻟﻠﺘﻈﺎﻫﺮة اﻟﺪوﻟﻴﺔ ﻟﻠﻔﻴﻠﻢ‬ ‫ﺑﺎﻟﺮﻏﻢ ﻣﻦ اﻧﺸﻐﺎﻟﻬﻢ ﻓﻲ ﻣﻌﺎﻣﻼﺗﻬﻢ‪.‬‬ ‫وﻳﺤﻴﻞ ﻫﺬا اﻟﻤﺸﻬﺪ إﻟﻰ ﻋﻮاﻟﻢ أﻟﻒ ﻟﻴﻠﺔ وﻟﻴﻠﺔ‪ ،‬اﻟﺘﻲ ﺗﻀﻔﻲ ﺑﻤﺪﻳﻨﺔاﻟﻨﺨﻴﻞ‪.‬‬ ‫ﻋﻠﻴﻬﺎ أﻟﻮان ﻣﻨﺘﻮﺟﺎت اﻟﺼﻨﺎﻋﺎت اﻟﺘﻘﻠﻴﺪﻳﺔ اﻟﻤﻐﺮﺑﻴﺔ )اﻟﻘﻔﻄﺎن‪،‬‬ ‫■ ﺍﻷﻭﻓﻴﺴﻴﺎﻝ‬

‫اﻟﺰراﺑﻲ واﻟﺨﺰف ‪ ،(...‬ﻟﻤﺴﺔ ﺧﺎﺻﺔ‪ ،‬إﻟﻰ ﺟﺎﻧﺐ ﻣﺆﺛﺮات اﻟﺴﻴﻨﻤﺎ‪،‬‬ ‫اﻟﺘﻲ ﺑﺴﺤﺮﻫﺎ‪ ،‬ﻟﻌﺒﺖ دورا ﻛﺒﻴﺮا ﻓﻲ إﺑﻬﺎر زوار ﺳﺎﺣﺔ ﺟﺎﻣﻊ اﻟﻔﻨﺎ‪.‬‬


‫‪04‬‬

‫ﺍﻟﺴﺒﺖ ‪ 11‬ﺩﺟﻨﺒﺮ ‪2010‬‬

‫ﺍﻟﺘﺤﺎﻕ‪ .‬ﻛﺎﻧﺖ ﺍﻟﻔﻨﺎﻧﺔ ﺍﻟﻤﻐﺮﺑﻴﺔ ﺣﻨﺎﻥ ﺍﻹﺑﺮﺍﻫﻴﻤﻲ‪ ،‬ﺁﺧﺮ ﺍﻟﻤﻠﺘﺤﻘﺎﺕ ﺑﻔﻌﺎﻟﻴﺎﺕ ﺍﻟﺪﻭﺭﺓ ﺍﻟﻌﺎﺷﺮﺓ ﻟﻠﻤﻬﺮﺟﺎﻥ‬ ‫ﺍﻟﺪﻭﻟﻲ ﻟﻠﻔﻴﻠﻢ ﺑﻤﺮﺍﻛﺶ‪ .‬ﻭﺃﺻﺮﺕ ﺣﻨﺎﻥ ﺍﻹﺑﺮﺍﻫﻴﻤﻲ‪ ،‬ﻋﻠﻰ ﺣﻀﻮﺭ ﺣﻔﻞ ﺍﺧﺘﺘﺎﻡ ﺍﻟﻤﻬﺮﺟﺎﻥ‪ ،‬ﺍﻟﻤﻨﺘﻈﺮ ﺃﻥ‬ ‫ﻳﻌﻠﻦ ﺧﻼﻟﻪ ﺍﻟﻠﻴﻠﺔ ﻋﻦ ﺍﺳﻢ ﺍﻟﺸﺮﻳﻂ ﺍﻟﻤﻄﻮﻝ ﺍﻟﻔﺎﺋﺰ‪ ،‬ﺍﻟﺬﻱ ﺍﺧﺘﺎﺭﺗﻪ ﻟﺠﻨﺔ ﺗﺤﻜﻴﻢ ﺍﻟﻤﺴﺎﺑﻘﺔ ﺍﻟﺮﺳﻤﻴﺔ‬ ‫ﻟﻠﻤﻬﺮﺟﺎﻥ‪ ،‬ﻟﻠﻔﻮﺯ ﺑﺠﺎﺋﺰﺓ ﺍﻷﻭﻟﻰ ﻓﻲ ﺍﻟﻤﺴﺎﺑﻘﺔ‪ .‬ﻭﺍﻧﺪﻫﺶ ﺃﻏﻠﺐ ﻣﻦ ﺷﺎﻫﺪ ﺣﻨﺎﻥ ﺍﻹﺑﺮﺍﻫﻴﻤﻲ ﺑﻌﺪ ﻓﺘﺮﺓ‬ ‫ﻏﻴﺎﺏ‪ ،‬ﻣﻦ "ﺍﻟﻠﻮﻙ" ﺍﻟﺠﺪﻳﺪ ﺍﻟﺬﻱ ﺃﻃﻠﺖ ﺑﻪ‪ ،‬ﺑﻌﺪ ﺃﻥ ﻓﻘﺪﺕ ﺍﻟﻜﺜﻴﺮ ﻣﻦ ﻭﺯﻧﻬﺎ‪.‬‬

‫ﻋﻴﻦ ﻋﻠﻰ ﺍﻟﻤﻬﺮﺟﺎﻥ‬ ‫• ﺷﺎﻱ ﻭﺃﻏﺎﻥ ﻭﻓﺮﺣﺔ ﺍﻟﻘﻠﻮﺏ ﻏﻄﺖ ﻋﻠﻰ ﺍﻹﻋﺎﻗﺔ‬

‫• ﻓﻲ ﺗﺪﺧﻠﻪ ﻣﻊ ﻃﻠﺒﺔ ﺍﻹﺟﺎﺯﺓ ﺍﻟﻤﻬﻨﻴﺔ ﻟﻠﺪﺭﺍﺳﺎﺕ ﺍﻟﺴﻴﻨﻤﺎﺋﻴﺔ ﻭﺍﻟﺴﻤﻌﻴﺔ ﺍﻟﺒﺼﺮﻳﺔ‬

‫ﺳﻤﺮ ﻓﻨﻲ ﺃﺣﻴﺎﻩ ﺍﻟﻤﻜﻔﻮﻓﻴﻦ ﻋﻠﻰ ﻫﺎﻣﺶ‬ ‫ﻧﻮﺭ ﺍﻟﺪﻳﻦ ﺍﻟﺼﺎﻳﻞ ﻳﺮﺑﻂ ﺍﻟﺘﻘﺪﻡ ﻓﻲ ﻣﺠﺎﻝ‬ ‫ﻓﻌﺎﻟﻴﺎﺕ ﺍﻟﻤﻬﺮﺟﺎﻥ ﺍﻟﺪﻭﻟﻲ ﻟﻠﻔﻴﻠﻢ ﺑﻤﺮﺍﻛﺶ ﺍﻟﺴﻴﻨﻤﺎ ﺑﻤﺸﺎﻫﺪﺓ ﺍﻷﻓﻼﻡ ﻭﺍﻟﻘﺮﺍﺀﺓ‬

‫‪,‬‬

‫ﻣﻜﻔﻮﻓﻮﻥ ﻳﺤﺘﻔﻠﻮﻥ ﺑﺤﻀﻮﺭﻫﻢ ﻓﻌﺎﻟﻴﺎﺕ ﺍﻟﻤﻬﺮﺟﺎﻥ‬

‫ﺍﺣﺘﻔﺎﻝ‪ .‬ﺧﻠﻖ ﺿﻴﻮف اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن اﻟﺪوﻟﻲ ﻟﻠﻔﻴﻠﻢ ﺑﻤﺮاﻛﺶ ﻣﻦ‬ ‫اﻟﻤﻜﻔﻮﻓﻴﻦ وﺿﻌﺎف اﻟﺒﺼﺮ‪ ،‬ﺟﻮا آﺧﺮ ﻣﻦ اﻟﻔﺮﺣﺔ واﻟﺒﻬﺠﺔ‪ ،‬ﺑﻌﻴﺪا‬ ‫ﻋﻦ اﻟﺴﻴﻨﻤﺎ وﻋﺮوض اﻷﻓﻼم واﻟﻨﺪوات‪ ،‬إذ ﻳﻘﺘﻨﺺ ﻣﻌﻈﻤﻬﻢ‬ ‫اﻟﻔﺮﺻﺔ ﻟﻠﺠﻠﻮس ﻓﻲ ﺳﻤﺮ ﻟﻴﻠﻲ أو ﺧﻼل اﻟﺼﺒﺎح‪ ،‬ﻋﻠﻰ ﻫﺎﻣﺶ‬ ‫ﻓﻌﺎﻟﻴﺎت اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن‪ ،‬أﻣﺎم ﺻﻴﻨﻴﺔ اﻟﺸﺎي اﻟﻤﻐﺮﺑﻲ‪ ،‬ﻳﺮددون اﻷﻏﺎﻧﻲ‬ ‫وﻳﻌﺰﻓﻮناﻟﻤﻮﺳﻴﻘﻰ‪.‬‬ ‫وﻓﻠﺢ اﻟﻤﻜﻔﻮﻓﻮن وﺿﻌﺎف اﻟﺒﺼﺮ‪ ،‬ﻓﻲ ﺟﺬب اﻷﻧﻈﺎر وﻟﻔﺖ‬ ‫اﻻﻧﺘﺒﺎه إﻟﻴﻬﻢ‪ ،‬إذ اﻧﻀﻢ إﻟﻴﻬﻢ ﺑﻌﺾ اﻟﻀﻴﻮف ﻣﻦ اﻟﻔﻨﺎﻧﻴﻦ‬

‫واﻹﻋﻼﻣﻴﻴﻦ‪ ،‬ﻟﻴﺴﺘﻤﺘﻌﻮا ﻣﻌﻬﻢ ﺑﻠﺤﻈﺎت ﻻ ﺗﻨﺴﻰ‪ ،‬ﻋﻨﻮاﻧﻬﺎ‬ ‫اﻻﺑﺘﺴﺎﻣﺔ‪ ،‬اﻟﺘﻲ ﺗﺨﺮج ﻣﻦ اﻟﻘﻠﺐ‪ ،‬ﻫﺬا ﻣﺎ أﻛﺪه أﺣﺪ ﺿﻴﻮف‬ ‫اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن‪ ،‬اﻟﺬي ﻗﺎل إن اﻟﻔﺮﺣﺔ ﻓﻲ اﻟﻘﻠﻮب وﻟﻴﺴﺖ ﻓﻲ اﻟﻌﻴﻮن‪.‬‬ ‫وﻓﻲ اﻟﻤﻘﺎﺑﻞ‪ ،‬ﺣﻈﻲ ﺿﻴﻮف اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن ﻣﻦ اﻟﻤﻜﻔﻮﻓﻴﻦ وﺿﻌﺎف‬ ‫اﻟﺒﺼﺮ‪ ،‬ﺑﺒﺮﻧﺎﻣﺞ ﻣﻠﻲء ﺑﺎﻟﻨﺪوات واﻟﻌﺮوض اﻟﺴﻴﻨﻤﺎﺋﻴﺔ ﺑﺘﻘﻨﻴﺔ‬ ‫اﻟﻮﺻﻒ اﻟﺴﻤﻌﻲ‪ ،‬وﺗﻜﻔﻠﺖ ﻣﺆﺳﺴﺔ اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن‪ ،‬ﺑﺈﺟﺮاء ﻋﻤﻠﻴﺎت‬ ‫ﺟﺮاﺣﻴﺔ اﺳﺘﻔﺎد ﻣﻨﻬﺎ ‪ 250‬ﺷﺨﺼﺎ‪ .‬وﺗﻌﻬﺪت ﻣﺆﺳﺴﺔ اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن‬ ‫ﺑﺘﻜﺮار ﻫﺬه اﻟﻤﺒﺎدرة ﺧﻼل اﻟﺪورات اﻟﻤﻘﺒﻠﺔ ﻟﻠﻤﻬﺮﺟﺎن اﻟﺪوﻟﻲ‬ ‫ﻟﻠﻔﻴﻠﻢ‪.‬‬ ‫وﻟﻢ ﻳﻔﺖ ﻧﺠﻮم ﻫﺬه اﻟﺘﻈﺎﻫﺮة اﻟﺴﻴﻨﻤﺎﺋﻴﺔ‪ ،‬أن ﻳﻘﺪﻣﻮا اﻟﺪﻋﻢ‬ ‫اﻟﻤﻌﻨﻮي ﻟﻀﻌﺎف اﻟﺒﺼﺮ‪ ،‬ﻣﻦ ﺧﻼل زﻳﺎرﺗﻬﻢ ﻟﻠﻤﺴﺘﺸﻔﻰ‪ ،‬ﺣﻴﺚ‬ ‫أﺟﺮﻳﺖ اﻟﻌﻤﻠﻴﺎت اﻟﺠﺮاﺣﻴﺔ‪ ،‬وأﻛﺪ ﺑﻌﺾ اﻟﻔﻨﺎﻧﻴﻦ إﻋﺠﺎﺑﻬﻢ‬ ‫ﺑﻤﺒﺎدرة ﻣﺆﺳﺴﺔ اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن‪ ،‬ﻓﻲ ﺿﻢ اﻟﻤﻜﻔﻮﻓﻴﻦ وﺿﻌﺎف اﻟﺒﺼﺮ‪،‬‬ ‫إﻟﻰ ﻧﺠﻮم اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن‪ ،‬وﺣﺮﺻﻬﺎ ﻋﻠﻰ اﻟﺘﻜﻔﻞ ﺑﻬﻢ ﻋﻠﻰ ﻣﺪى ‪5‬‬ ‫أﻳﺎم‪ ،‬ﺧﺎﺻﺔ أﻧﻬﺎ أﺧﺬت ﻋﻠﻰ ﻋﺎﺗﻘﻬﺎ ﻣﻌﺎودة ﻫﺬه اﻟﻤﺒﺎدرة ﻟﻠﺴﻨﺔ‬ ‫اﻟﺜﺎﻟﺜﺔ ﻋﻠﻰ اﻟﺘﻮاﻟﻲ‪.‬‬ ‫ﻳﺸﺎر إﻟﻰ أن ﻣﺆﺳﺴﺔ اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن اﻟﺪوﻟﻲ ﻟﻠﻔﻴﻠﻢ ﺑﻤﺮاﻛﺶ ﺗﻜﻠﻔﺖ‬ ‫ﺑﻤﺼﺎرﻳﻒ ﺣﻮاﻟﻲ ‪ 100‬ﻣﻦ اﻷﺷﺨﺎص اﻟﻤﻜﻔﻮﻓﻴﻦ وﺿﻌﺎف اﻟﺒﺼﺮ‬ ‫ﻣﻦ ﻋﺸﺎق اﻟﺴﻴﻨﻤﺎ‪ ،‬ﻣﻦ ﻣﺨﺘﻠﻒ ﻣﺪن اﻟﻤﻤﻠﻜﺔ‪ ،‬وذﻟﻚ ﻣﺎ ﺑﻴﻦ ‪6‬‬ ‫و‪ 11‬دﺟﻨﺒﺮ اﻟﺠﺎري‪.‬‬ ‫وﺗﻨﺪرج ﻫﺬه اﻟﻤﺒﺎدرة ﻓﻲ إﻃﺎر ﺗﻘﻨﻴﺔ اﻟﻮﺻﻒ اﻟﺴﻤﻌﻲ ﻟﻸﻓﻼم‬ ‫اﻟﺘﻲ ﺗﻘﺘﺮﺣﻬﺎ ﻣﺆﺳﺴﺔ اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن ﺗﺤﺖ ﺷﻌﺎر "اﻟﻜﻠﻤﺔ ﻣﻦ أﺟﻞ‬ ‫اﻟﻤﺸﺎﻫﺪة" إذ ﺗﻤﻜﻦ اﻟﻤﻜﻔﻮﻓﻮن وﺿﻌﺎف اﻟﺒﺼﺮ ﻣﻦ اﻻﺳﺘﻤﺘﺎع‬ ‫ﺑﺴﺒﻌﺔ أﻓﻼمﺿﻤﻨﻬﺎ "اﻟﺴﻴﻤﻔﻮﻧﻴﺔاﻟﻤﻐﺮﺑﻴﺔ"ﻟﻠﻤﺨﺮجﻛﻤﺎلﻛﻤﺎل‪.‬‬ ‫■ ﺍﻷﻭﻓﻴﺴﻴﺎﻝ‬

‫اﻟﺴﻴﻨﻤﺎﺋﻲ اﻟﻤﻐﺮﺑﻲ‪ ،‬ﻃﻠﺒﺔ اﻟﻤﻌﺎﻫﺪ واﻟﻤﺪارس اﻟﺴﻴﻨﻤﺎﺋﻴﺔ إﻟﻰ‬ ‫ﺿﺮورة ﻣﺸﺎﻫﺪة اﻷﻓﻼم واﻹﻛﺜﺎر ﻣﻦ ﻗﺮاءة اﻟﻜﺘﺐ واﻟﻘﺼﺺ‬ ‫ﻟﺘﺤﻘﻴﻖ ﺗﻘﺪم ﻣﻠﻤﻮس ﻓﻲ ﻣﺠﺎل اﻟﻔﻦ اﻟﺴﺎﺑﻊ‪.‬‬ ‫وأﺿﺎف اﻟﺼﺎﻳﻞ‪ ،‬ﻓﻲ ﺗﺪﺧﻞ ﻟﻪ ﻣﻊ ﻃﻠﺒﺔ اﻹﺟﺎزة اﻟﻤﻬﻨﻴﺔ ﻟﻠﺪراﺳﺎت‬ ‫اﻟﺴﻴﻨﻤﺎﺋﻴﺔ واﻟﺴﻤﻌﻴﺔ اﻟﺒﺼﺮﻳﺔ ﺑﻜﻠﻴﺔ اﻵداب واﻟﻌﻠﻮم اﻹﻧﺴﺎﻧﻴﺔ‬ ‫ﺑﻤﺮاﻛﺶ )إﻳﻜﺎم(‪ ،‬اﻟﺘﺎﺑﻌﺔ ﻟﺠﺎﻣﻌﺔ اﻟﻘﺎﺿﻲ ﻋﻴﺎض‪ ،‬أن اﻟﺘﻜﻮﻳﻦ‬ ‫اﻷدﺑﻲ واﻟﻌﻠﻤﻲ واﻟﻔﻠﺴﻔﻲ إﻟﻰ ﺟﺎﻧﺐ اﻟﺘﻜﻮﻳﻦ اﻟﺴﻴﻨﻤﺎﺋﻲ ﻣﻦ‬ ‫ﺷﺄﻧﻪ ﺗﻤﻜﻴﻦ اﻟﻄﻠﺒﺔ ﻣﻦ اﻛﺘﺴﺎب اﻵﻟﻴﺎت اﻟﻀﺮورﻳﺔ ﻹﻧﺘﺎج اﻷﻓﻼم‪.‬‬ ‫واﻋﺘﺒﺮ اﻟﺼﺎﻳﻞ أن اﻟﻔﻴﻠﻢ ﻳﻤﺜﻞ اﻟﺤﻴﺎة ﺑﻜﻞ ﺗﺠﻠﻴﺎﺗﻬﺎ‪ ،‬وأن اﻟﻔﻦ‬ ‫اﻟﺴﺎﺑﻊ ﻳﺘﻮﻓﺮ ﻋﻠﻰ ﻛﻞ اﻟﻤﻘﻮﻣﺎت‪ ،‬ﻛﺎﻟﻔﻦ اﻟﺘﺸﻜﻴﻠﻲ واﻷدب‬ ‫واﻟﻌﻠﻮم واﻟﺮﻗﺺ واﻟﻄﺮب واﻟﺼﻮت واﻟﺼﻮرة‪.‬‬ ‫وﺑﻌﺪ أن ﻧﻮه ﺑﻬﺬه اﻟﻤﺒﺎدرة‪ ،‬اﻟﺘﻲ ﺗﺪﺧﻞ ﻓﻲ إﻃﺎر اﻟﺪورة اﻟﻌﺎﺷﺮة‬ ‫ﻟﻠﻤﻬﺮﺟﺎن اﻟﺪوﻟﻲ ﻟﻠﻔﻴﻠﻢ ﺑﻤﺮاﻛﺶ‪ ،‬أﻛﺪ اﻟﺼﺎﻳﻞ أن ﻫﺬا اﻟﻠﻘﺎء‬ ‫ﻣﻦ ﺷﺄﻧﻪ ﺧﻠﻖ ﺣﻮار ﻣﻔﺘﻮح ﻣﻊ اﻟﻄﻠﺒﺔ‪ ،‬ﺣﻮل ﻣﺨﺘﻠﻒ اﻟﻘﻀﺎﻳﺎ‬ ‫اﻟﻨﻈﺮﻳﺔ اﻟﻤﺮﺗﺒﻄﺔ ﺑﺎﻟﻔﻦ اﻟﺴﺎﺑﻊ‪.‬‬ ‫وأوﺿﺢ اﻟﺼﺎﻳﻞ أن ﻣﺸﺎﻫﺪة اﻷﻓﻼم ﺑﻜﺜﺮة‪ ،‬ﻳﻌﺪ أﻛﺒﺮ ﻣﺪرﺳﺔ ﻓﻲ‬ ‫ﻣﺠﺎل اﻟﻔﻦ اﻟﺴﺎﺑﻊ‪ ،‬ﻣﻌﺘﺒﺮا أن ﻫﺬا اﻷﻣﺮ ﺳﻴﻤﻜﻦ اﻟﻄﻠﺒﺔ ﻣﻦ‬ ‫اﻛﺘﺴﺎب ﺧﺒﺮة وﺗﺠﺮﺑﺔ ﺣﻮل ﻛﻞ ﻣﺎ ﻳﺘﻌﻠﻖ ﺑﺎﻹﻧﺘﺎج اﻟﺴﻴﻨﻤﺎﺋﻲ‪.‬‬ ‫ﺗﺠﺪر اﻹﺷﺎرة إﻟﻰ أن اﻹﺟﺎزة اﻟﻤﻬﻨﻴﺔ ﻟﻠﺪراﺳﺎت اﻟﺴﻴﻨﻤﺎﺋﻴﺔ‪،‬‬ ‫واﻟﺴﻤﻌﻴﺔ اﻟﺒﺼﺮﻳﺔ ﺑﻤﺮاﻛﺶ‪ ،‬ﺗﺮوم ﺗﻜﻮﻳﻦ اﻟﻄﻠﺒﺔ ﻓﻲ ﻣﺠﺎل‬ ‫اﻟﺴﻤﻌﻲ ﺑﺼﺮي‪ ،‬واﻟﺴﻴﻨﺎرﻳﻮ واﻟﻨﻘﺪ اﻟﺴﻴﻨﻤﺎﺋﻲ واﻟﺘﻨﺸﻴﻂ‬ ‫اﻟﺜﻘﺎﻓﻲ‪ ،‬وﺗﺪﺧﻞ ﻓﻲ إﻃﺎر اﻹﺻﻼح اﻟﺠﺎﻣﻌﻲ اﻟﺤﺎﻟﻲ واﻟﺒﺮﻧﺎﻣﺞ‬ ‫اﻷوروﺑﻲ "ﺗﺎﻣﺒﻮس"‪ ،‬ﺑﺸﺮاﻛﺔ ﻣﻊ اﻟﻤﺪرﺳﺔ اﻟﻌﻠﻴﺎ ﻟﻠﺴﻤﻌﻲ‬ ‫اﻟﺒﺼﺮي ﺑﺠﺎﻣﻌﺔ ﺗﻮﻟﻮز ﺑﻔﺮﻧﺴﺎ واﻟﻤﻌﻬﺪ اﻟﻮﻃﻨﻲ اﻟﻌﺎﻟﻲ ﻟﻠﻔﻨﻮن‬ ‫ﺗﻮﺟﻴﻪ‪ .‬دﻋﺎ ﻧﻮر اﻟﺪﻳﻦ اﻟﺼﺎﻳﻞ‪ ،‬ﻧﺎﺋﺐ اﻟﺮﺋﻴﺲ اﻟﻤﻨﺘﺪب ﺑﺒﺮوﻛﺴﻴﻞ واﻟﻤﺪرﺳﺔ اﻟﻌﻠﻴﺎ ﻟﻠﻔﻨﻮن اﻟﺒﺼﺮﻳﺔ ﺑﻤﺮاﻛﺶ‬ ‫ﻟﻤﺆﺳﺴﺔ اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن اﻟﺪوﻟﻲ ﻟﻠﻔﻴﻠﻢ ﺑﻤﺮاﻛﺶ‪ ،‬وﻣﺪﻳﺮ اﻟﻤﺮﻛﺰ‬ ‫■ )ﻭ ﻡ ﻉ(‬


‫ﺍﻟﺴﺒﺖ ‪ 11‬ﺩﺟﻨﺒﺮ ‪2010‬‬

‫ﺃﻓﻼﻡ ﺍﻟﻤﺴﺎﺑﻘﺔ‬

‫‪03‬‬

‫ﻣﻌﻤﺮ‪ .‬ﻳﺮﺗﺒﻂ ﺍﻟﺤﺪﻳﺚ ﻋﻦ ﺍﻟﺴﻴﻨﻤﺎﺋﻲ ﺍﻟﺒﺮﺗﻐﺎﻟﻲ ﻣﺎﻧﻮﻳﻞ ﺩﻱ ﺃﻭﻟﻴﻔﻴﺮﺍ ﺑﺠﻤﻠﺔ "ﺃﻛﺒﺮ ﻣﻌﻤﺮ ﺳﻴﻨﻤﺎﺋﻲ ﻧﺎﺷﻂ ﻓﻲ‬ ‫ﺍﻟﻌﺎﻟﻢ"‪ .‬ﻭﻟﻜﻦ ﻛﻠﻤﺔ ﺍﻟﺴﺮ ﻫﻲ "ﻧﺎﺷﻂ"‪ .‬ﻓﻐﺪﺍ ﻳﺤﺘﻔﻞ ﺍﻟﺴﻴﻨﻤﺎﺋﻲ ﺑﻌﻴﺪﻩ ﺍﻟﺜﺎﻧﻲ ﺑﻌﺪ ﺍﻟﻤﺎﺋﺔ )‪ ،(102‬ﺍﻟﺬﻱ ﻳﺼﺎﺩﻑ‬ ‫‪ 12‬ﺩﻳﺴﻤﺒﺮ‪ ،‬ﻭﻳﺘﺰﺍﻣﻦ ﺫﻟﻚ ﻣﻊ ﺣﺪﺛﻴﻦ ﺑﺎﺭﺯﻳﻦ‪ ،‬ﻫﻤﺎ ﺇﻋﺎﺩﺓ ﺇﻃﻼﻕ ﻓﻴﻠﻤﻪ ﺍﻟﺮﻭﺍﺋﻲ ﺍﻷﻭﻝ "ﺃﻧﻴﻜﻲ ﺑﻮﺑﻮ" ﻓﻲ ﺻﺎﻻﺕ‬ ‫ﺍﻟﺴﻴﻨﻤﺎ ﻓﻲ ﻣﺪﻳﻨﺘﻲ ﻟﺸﺒﻮﻧﺔ ﻭﺑﻮﺭﺗﻮ ﺑﻌﺪ ‪ 68‬ﻋﺎﻣﺎ ﻋﻠﻰ ﻋﺮﺿﻪ ﺍﻷﻭﻝ ﻫﻨﺎﻙ‪ ،‬ﻭﺍﻟﺤﺪﺙ ﺍﻟﺜﺎﻧﻲ ﻳﺘﻤﺜﻞ ﻓﻲ ﺍﺷﺘﻐﺎﻝ‬ ‫ﺍﻟﻤﺨﺮﺝ ﻋﻠﻰ ﻣﺸﺮﻭﻉ ﺳﻴﻨﻤﺎﺋﻲ ﺟﺪﻳﺪ‪ ،‬ﻣﻊ ﺍﻟﻤﻨﺘﺞ ﻟﻮﻳﺲ ﺃﻭﺭﺑﺎﻧﻮ‪ ،‬ﺗﺤﺖ ﻋﻨﻮﺍﻥ "ﻗﺪﺍﺱ ﻣﻨﺘﺼﻒ ﺍﻟﻠﻴﻞ"‬

‫• ﻭﺳﻂ ﺁﺭﺍﺀ ﻣﺘﺒﺎﻳﻨﺔ ﺣﻮﻝ ﺍﻟﻔﻴﻠﻢ ﺍﻟﻔﺎﺋﺰ ﻓﻲ ﺍﻟﻤﺴﺎﺑﻘﺔ ﺍﻟﺮﺳﻤﻴﺔ‬

‫ﻟﺠﻨﺔ ﺗﺤﻜﻴﻢ ﺍﻟﻤﻬﺮﺟﺎﻥ ﺍﻟﺪﻭﻟﻲ ﻟﻠﻔﻴﻠﻢ‬ ‫ﺑﻤﺮﺍﻛﺶ ﺗﺤﺴﻢ ﺍﻟﻴﻮﻡ ﻓﻲ ﻣﺼﻴﺮ ‪ 15‬ﻓﻴﻠﻤﺎ‬

‫ﺗﺤﺴﻢ ﺍﻟﻴﻮﻡ ﻟﺠﻨﺔ ﺗﺤﻜﻴﻢ ﺍﻟﻤﺴﺎﺑﻘﺔ ﺍﻟﺮﺳﻤﻴﺔ ﻟﻠﻤﻬﺮﺟﺎﻥ ﺍﻟﺪﻭﻟﻲ ﻟﻠﻔﻴﻠﻢ ﺑﻤﺮﺍﻛﺶ‪ ،‬ﻓﻲ ﻣﺼﻴﺮ ‪ 15‬ﻓﻴﻠﻤﺎ ﺗﻨﺎﻓﺴﻮﺍ‬ ‫ﻋﻠﻰ ﻧﻴﻞ ﺍﻟﺠﺎﺋﺰﺓ ﺍﻷﻭﻟﻰ ﻟﻬﺬﻩ ﺍﻟﺘﻈﺎﻫﺮﺓ ﺍﻟﺴﻴﻨﻤﺎﺋﻴﺔ‪ ،‬ﻭﻣﻦ ﺍﻟﻤﻨﺘﻈﺮ ﺃﻥ ﻳﻌﻠﻦ ﺍﻟﻠﻴﻠﺔ ﻋﻦ ﺍﺳﻢ ﺍﻟﻔﻴﻠﻢ ﺍﻟﻔﺎﺋﺰ ﺑﺎﻟﻨﺠﻤﺔ‬ ‫ﺍﻟﺬﻫﺒﻴﺔ‪ ،‬ﺑﻌﺪ ﻋﺮﺽ ﺃﻓﻼﻡ ﺍﻟﻤﺴﺎﺑﻘﺔ ﻋﻠﻰ ﻣﺪﺍﺭ ‪ 10‬ﺃﻳﺎﻡ‪.‬‬ ‫ﺗﺘﻮﻳﺞ‪.‬‬

‫ﻏﻴﻮﻡ‬

‫ﻳﺴﺘﻘﺒﻞ ﺑﺴﺎط اﻟﺪورة اﻟﻌﺎﺷﺮة‪ ،‬اﻷﺣﻤﺮ‪ ،‬ﻵﺧﺮ ﻳﻮم ﻣﻦ ﻋﻤﺮ‬ ‫اﻟﺪورة اﻟﻌﺎﺷﺮة‪ ،‬ﻧﺠﻮم اﻟﻌﺎﻟﻢ ﻣﻦ ﻓﻨﺎﻧﻴﻦ وﻣﺸﺎﻫﻴﺮ‪ ،‬ﻟﺘﺘﻮﻳﺞ اﻟﻔﻴﻠﻢ‬ ‫اﻟﺬي أﻗﻨﻊ ﻟﺠﻨﺔ اﻟﺘﺤﻜﻴﻢ واﻟﺠﻤﻬﻮر ﺑﺄﻧﻪ اﻷﻓﻀﻞ ﻫﺬه اﻟﺴﻨﺔ‪ ،‬ﻛﻤﺎ‬ ‫ﺳﻴﻀﻢ اﻟﺤﻔﻞ أﺑﻄﺎل اﻷﻓﻼم اﻟﻤﺸﺎرﻛﺔ‪ ،‬وﺳﻂ ﺗﻮﻗﻌﺎت ﻣﺨﺘﻠﻔﺔ‪،‬‬ ‫ﻳﺮﺟﺢ ﺑﻌﻀﻬﺎ اﻟﻜﻔﺔ ﻟﺼﺎﻟﺢ "ﻣﺎرﻳﻚ ﻣﺎرﻳﻚ"‪ ،‬اﻟﺬي ﻧﺎل إﻋﺠﺎب‬ ‫أﻏﻠﺐ ﻣﻦ ﺷﺎﻫﺪوه‪ ،‬ﻣﺘﻮﻗﻌﻴﻦ أن ﺗﺤﻈﻰ ﺑﻄﻠﺔ اﻟﻔﻴﻠﻢ ﻫﺎﻧﺪ‬ ‫ﻛﻮدﺟﺎ‪ ،‬ﺑﺠﺎﺋﺰة أﺣﺴﻦ ﻣﻤﺜﻠﺔ‪.‬‬ ‫وﻳﺆﻛﺪ اﻟﺒﻌﺾ اﻵﺧﺮ أن اﻟﻔﻴﻠﻢ اﻟﻤﻐﺮﺑﻲ "أﻳﺎم اﻟﻮﻫﻢ"‪ ،‬ﻟﻤﺨﺮﺟﻪ‬ ‫ﻃﻼل اﻟﺴﻠﻬﺎﻣﻲ‪ ،‬ﺳﻴﻨﺎل ﺟﺎﺋﺰة أﺣﺴﻦ ﺗﻤﺜﻴﻞ‪ ،‬رﻏﻢ ﻣﺎ ﻳﺆاﺧﺬ ﻋﻦ‬ ‫اﻟﻔﻴﻠﻢ وﻣﺎ ﻳﻘﺎل ﺣﻮل ﻣﺒﺎﻟﻐﺘﻪ ﻓﻲ ﻣﺸﺎﻫﺪ اﻟﻌﻨﻒ‪.‬‬ ‫ﻟﺘﺒﻘﻰ ﻓﻲ اﻟﻨﻬﺎﻳﺔ ﻛﻠﻤﺔ اﻟﺤﺴﻢ ﻟﻠﺠﻨﺔ اﻟﺘﺤﻜﻴﻢ اﻟﺘﻲ ﻳﺘﺮأﺳﻬﺎ‬ ‫اﻟﻔﻨﺎن ﺟﻮن ﻣﺎﻟﻜﻮﻓﻴﺘﺶ‪ ،‬وﺗﻀﻢ ﻓﻲ ﻋﻀﻮﻳﺘﻬﺎ ﻣﺠﻤﻮﻋﺔ ﻣﻦ‬ ‫اﻟﻔﻨﺎﻧﻴﻦ ﻣﻦ ﺑﻴﻨﻬﻢ اﻟﻔﻨﺎﻧﺔ اﻟﻤﺼﺮﻳﺔ ﻳﺴﺮا واﻟﻔﻨﺎن اﻟﻤﻐﺮﺑﻲ ﻓﻮزي‬ ‫ﺑﻨﺴﻌﻴﺪي‪ ،‬ﻓﺄي اﻷﻓﻼم ﻣﻦ ‪ 15‬ﺳﺘﺨﺘﺎر اﻟﻠﺠﻨﺔ‪.‬‬

‫ﻣﻤﻠﻜﺔ ﺍﻟﺤﻴﻮﺍﻥ‬

‫ﻓﻴﻠﻢ ﻟﻠﻤﺨﺮج أﻟﻴﺨﺎﻧﺪرو ﻛﺮﺑﺮ ﺑﻴﺴﻴﻜﻲ‪ ،‬ﻳﺤﻜﻲ ﻗﺼﺔ ﺧﻮﺳﻴﻪ‪،‬‬ ‫اﻟﺬي ﻳﻌﻤﻞ ﻋﻠﻰ ﻣﻀﺾ ﻓﻲ ﻣﺼﻨﻊ ﻟﻠﺜﻠﺞ ﻳﻤﺘﻠﻜﻪ واﻟﺪه ﻓﻲ ﺣﻲ‬ ‫ﻓﻘﻴﺮ ﻓﻲ ﻣﺪﻳﻨﺔ ﻣﻜﺴﻴﻜﻮ‪ ،‬ﺑﻴﻨﻤﺎ ﻓﻴﻠﻴﺒﻲ ﻣﺴﺘﺨﺪم ﻓﻲ ﻣﻘﻬﻰ‬ ‫ﻟﻼﻧﺘﺮﻧﺖ‪ ،‬ﺣﻴﺚ ﻳﺘﺮﺻﺪ ﺧﻄﻮات إﺣﺪى زﺑﺎﺋﻨﻪ اﻟﺘﻲ ﻳﻌﺸﻘﻬﺎ‪ ،‬ﻓﻴﻤﺎ‬ ‫ﻳﻌﻴﺶ أوﻧﺪرﻳﺲ رﻓﻘﺔ واﻟﺪه اﻟﻤﺪﻣﻦ ﻋﻠﻰ اﻟﻜﺤﻮل وﻳﻘﻀﻲ وﻗﺖ‬ ‫ﻓﺮاﻏﻪ ﻓﻲ دراﺳﺔ اﻟﻌﺼﺮ اﻟﺬﻫﺒﻲ ﻟﻠﻤﻜﺴﻴﻚ ﻗﺒﻞ اﻛﺘﺸﺎﻓﻬﺎ ﻣﻦ‬ ‫ﻗﺒﻞ ﻛﺮﻳﺴﺘﻮف ﻛﻮﻟﻮﻣﺒﻮس‪.‬‬ ‫ﻣﻤﻠﻜﺔ اﻟﺤﻴﻮان" ﻟﻠﻤﺨﺮج اﻷﺳﺘﺮاﻟﻲ دﻳﻔﻴﺪ ﻣﻴﺸﻮد‪ .‬ﺗﻨﺎول اﻟﻔﻴﻠﻢ‬ ‫اﻷول ﻟﻠﻤﺨﺮج ﺣﻴﺎة أﺳﺮة ﻛﻮدي‪ ،‬اﻟﻤﺎﻓﻴﻮزﻳﺔ‪ ،‬اﻟﺘﻲ ﺗﻌﻴﺶ ﻓﻲ‬ ‫أﺣﺪ اﻟﺸﻮارع اﻟﻤﺠﻬﻮﻟﺔ ﻓﻲ ﺿﺎﺣﻴﺔ ﺑﻤﺪﻳﻨﺔ ﻣﻠﺒﻮرن‪ ،‬ﺟﻮﺷﻴﺎ‪ ،‬أﺣﺪ‬ ‫أﻗﺎرب اﻷﺳﺮة ﺳﻴﻤﻜﻦ اﻟﺸﺮﻃﺔ ﻣﻦ اﻟﺘﺴﻠﻞ وﺳﻂ اﻟﻌﺎﺋﻠﺔ ﻣﻤﺎ‬ ‫ﻳﺠﻌﻠﻪ أﻣﺎم ﺧﻴﺎر ﺻﻌﺐ أي اﻟﻄﺮﻓﻴﻦ ﺳﻴﺼﺒﺢ ﻣﻼذه‪.‬‬

‫ﺣﻴﺎﺓ ﻫﺎﺩﺋﺔ‬

‫ﻣﺎﺭﻳﻴﻚ‪ ،‬ﻣﺎﺭﻳﻴﻚ‬

‫ﻓﻴﻠﻢ ﻧﺎل إﻋﺠﺎب اﻟﺠﻤﻬﻮر وﺿﻴﻮف اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن‪ ،‬وﻳﺘﻮﻗﻊ ﻣﻦ‬ ‫ﺷﺎﻫﺪوه أن ﻳﻨﺎل إﺣﺪى اﻟﺠﻮاﺋﺰ اﻷرﺑﻌﺔ اﻟﻤﺨﺼﺼﺔ ﻟﻠﺘﺘﻮﻳﺞ‬ ‫اﻟﻤﺘﺒﺎرﻳﻦ‪ ،‬ﻛﻤﺎ ﻧﺎﻟﺖ ﺑﻄﻠﺘﻪ ﻫﺎﻧﺪ إﻋﺠﺎب ﻣﺸﺎﻫﺪي اﻟﻔﻴﻠﻢ‪ ،‬وﻗﺪ‬ ‫ﺟﺴﺪت دور "ﻣﺎرﻳﻴﻚ" اﻟﺸﺎﺑﺔ اﻟﺘﻲ ﻟﻢ ﺗﺘﺠﺎوز اﻟﻌﺸﺮﻳﻦ ﻣﻦ‬ ‫ﻋﻤﺮﻫﺎ‪ ،‬ﺗﻌﻴﺶ ﻣﻊ واﻟﺪﺗﻬﺎ اﻟﺘﻲ ﻟﻢ ﻳﻌﺪ ﺑﺈﻣﻜﺎﻧﻬﺎ اﻟﺘﻌﺒﻴﺮ ﻋﻦ أﻳﺔ‬ ‫ﻣﺸﺎﻋﺮ ﻣﻨﺬ وﻓﺎة زوﺟﻬﺎ اﻟﺮواﺋﻲ‪ .‬ﺗﻘﻀﻲ ﻣﺎرﻳﻴﻚ ﻳﻮﻣﻬﺎ ﻓﻲ ﻋﻤﻠﻬﺎ‬ ‫ﻓﻲ ﻣﺼﻨﻊ ﻟﻠﺸﻮﻛﻮﻻﺗﻪ ﻓﻲ ﺑﺮوﻛﺴﻞ‪ ،‬ﺑﻴﻨﻤﺎ ﺗﺮﺗﻤﻲ ﻟﻴﻼ ﻓﻲ أﺣﻀﺎن‬ ‫رﺟﺎل ﻳﻜﺒﺮوﻧﻬﺎ ﺳﻨﺎ ﻓﺘﺸﻌﺮ وﻫﻲ ﺑﺼﺤﺒﺘﻬﻢ ﺑﺄﻧﻬﺎ ﻗﻮﻳﺔ وﻣﺤﺒﻮﺑﺔ‬ ‫وﺗﻨﻌﻢ ﺑﺎﻟﺤﺮﻳﺔ‪ ،‬ﻟﻜﻦ ﻫﺬا اﻟﺘﻮازن اﻟﻬﺶ اﻟﺬي ﺗﻨﻌﻢ ﺑﻪ ﺳﻴﺨﺘﻞ‬ ‫ﻣﻊ وﺻﻮل ﺟﺎﻛﻮﺑﻲ‪ ،‬ﺻﺎﺣﺐ ﻣﻄﺒﻌﺔ ﻳﻌﻴﺶ ﻓﻲ اﻟﺨﺎرج‪ ،‬ﻓﻲ ﺑﺤﺜﻪ‬ ‫ﻋﻦ اﻟﻤﺨﻄﻮط اﻷﺧﻴﺮ ﻟﻮاﻟﺪ ﻣﺎرﻳﻴﻚ‪ .‬اﻟﻔﻴﻠﻢ إﺧﺮاج وﺳﻴﻨﺎرﻳﻮ‬ ‫ﺻﻮﻓﻲ ﺷﻮﻛﻴﻨﺲ‪.‬‬

‫ﺃﻳﺎﻡ ﺍﻟﻮﻫﻢ‬

‫ﻋﺒﺮ ﻣﺸﺎﻫﺪو اﻟﻔﻴﻠﻢ ﻋﻦ إﻋﺠﺎﺑﻬﻢ ﺑﺎﺧﺘﻴﺎر اﻟﻤﺨﺮﺟﻴﻦ ﻷﺑﻄﺎل‬ ‫اﻟﻌﻤﻞ‪ ،‬ﻣﺆﻛﺪﻳﻦ أن اﻟﻤﺨﺮج ﻃﻼل اﻟﺴﻠﻬﺎﻣﻲ ﺗﻔﻮق ﻓﻲ ﺗﺼﻮﻳﺮ‬ ‫اﻟﻔﻴﻠﻢ وﺗﻮﻇﻴﻒ ﻣﻮﺳﻴﻘﺎه اﻟﺘﺼﻮﻳﺮﻳﺔ‪.‬‬ ‫وﺗﺒﺎﻳﻨﺖ آراء اﻟﺠﻤﻬﻮر ﺑﻌﺪ ﻋﺮض اﻟﻔﻴﻠﻢ‪ ،‬وﻓﻲ ﻫﺬا اﻟﺼﺪد ﻗﺎل‬ ‫اﻟﻨﺎﻗﺪ اﻟﺴﻴﻨﻤﺎﺋﻲ اﻟﻤﻐﺮﺑﻲ ﻋﻤﺮ ﺑﻠﺨﻤﺎر‪ ،‬إن اﻟﻄﺮﻳﻘﺔ اﻟﺘﻲ ﺗﻨﺎول‬ ‫ﺑﻬﺎ اﻟﻤﺨﺮج ﻣﻮﺿﻮع اﻟﺼﺮاع ﺑﻴﻦ اﻟﻴﺄس واﻷﻣﻞ ﻓﻲ اﻟﻔﻴﻠﻢ ﻟﻬﺎ‬ ‫ﻣﺮﺟﻌﻴﺔ ﻓﻲ اﻟﺴﻴﻨﻤﺎ اﻟﻌﺎﻟﻤﻴﺔ‪ ،‬و"أﻳﺎم اﻟﻮﻫﻢ"‪ ،‬ﺣﺴﺐ اﻟﻨﺎﻗﺪ‪،‬‬ ‫"ﻟﻴﺲ ﻓﺮﺟﻮﻳﺎ"‪ ،‬ﻓﻬﻮ ﻳﺘﻀﻤﻦ ﻛﺜﻴﺮا ﻣﻦ ﻣﺸﺎﻫﺪ اﻟﻌﻨﻒ وﺗﻨﻀﺢ‬ ‫ﻣﻨﻪ "ﺑﺸﺎﻋﺔ دﻣﻮﻳﺔ ﺗﺠﻌﻞ اﻟﻤﺸﺎﻫﺪ ﻳﺸﻤﺌﺰ أﺣﻴﺎﻧﺎ ﻣﻦ ﺑﻌﺾ‬ ‫اﻟﻠﻘﻄﺎت"‪.‬‬ ‫ﻋﻨﺪﻣﺎ ﻧﺮﺣﻞ‬

‫‪,‬‬

‫ﺍﻋﻀﺎﺀ ﻟﺠﻨﺔ ﺗﺤﻜﻴﻢ ﺍﻟﺪﻭﺭﺓ ﺍﻟﻌﺎﺷﺮﺓ ﻟﻠﻤﻬﺮﺟﺎﻥ ﺍﻟﺪﻭﻟﻲ ﻟﻠﻔﻴﻠﻢ ﺑﻤﺮﺍﻛﺶ ‪ /‬ﻛﺮﻳﻢ ﻋﻠﻮﻱ‬

‫ﺍﻟﺤﺎﻓﺔ‬

‫ﺗﺪور أﺣﺪاﺛﻪ ﻓﻲ ﺧﺮﻳﻒ ‪ ،1945‬ﺣﻴﺚ ﻧﻔﻲ "ﺧﻮﻧﺔ اﻟﻮﻃﻦ اﻷم"‬ ‫إﻟﻰ ﻗﺮﻳﺔ ﻧﺎﺋﻴﺔ وﺳﻂ ﺳﻴﺒﻴﺮﻳﺎ‪ ،‬إذ ﻳﺘﻌﻴﻦ ﻋﻠﻴﻬﻢ ﻗﻄﻊ اﻷﺷﺠﺎر‬ ‫ﻟﺘﻨﻘﻞ ﺑﻌﺪ ذﻟﻚ ﻗﺎﻃﺮة اﻟﺒﺨﺎر اﻟﻘﺪﻳﻤﺔ اﻟﺨﺸﺐ وﺳﻂ ﻏﺎﺑﺎت‬ ‫اﻟﺼﻨﻮﺑﺮاﻟﻜﺜﻴﻔﺔ‪.‬‬ ‫إﻧﻴﺎت‪ ،‬ﺑﻄﻞ اﻟﺤﺮب اﻟﺴﺎﺑﻖ وﺳﺎﺋﻖ اﻟﻘﻄﺎر اﻟﻤﺘﻤﺮس‪ ،‬ﻳﻨﻔﻰ إﻟﻰ‬ ‫ذات اﻟﻤﻜﺎن اﻟﻤﻌﺰول ﻟﺘﻮﻛﻞ ﻟﻪ ﻣﻬﻤﺔ اﻟﻘﻴﺎم ﺑﺄﻋﻤﺎل اﻟﺼﻴﺎﻧﺔ‬ ‫ﻟﻠﻘﺎﻃﺮة وﻟﻴﺒﺪأ ﺣﻴﺎة ﺟﺪﻳﺪة ﻓﻲ ﻫﺬا اﻟﺮﻛﻦ اﻟﺒﻌﻴﺪ‪.‬‬ ‫اﻟﻔﻴﻠﻢ ﻣﻦ إﺧﺮاج ‪ :‬أﻟﻴﻜﺴﻲ ﻳﻮﺷﻴﺘﻞ أﻣﺎ اﻟﺴﻴﻨﺎرﻳﻮ ﻓﻜﺘﺒﻪ أﻟﻜﺴﻨﺪر‬ ‫ﻛﻮﻧﻮروﻓﺴﻜﻲ‪ ،‬ﻓﻲ ﺣﻴﻦ ﺷﺎرك ﻓﻲ ﺑﻄﻮﻟﺔ اﻟﻌﻤﻞ ﻣﺠﻤﻮﻋﺔ ﻣﻦ‬ ‫اﻟﻔﻨﺎﻧﻴﻦ ﻣﻦ ﺑﻴﻨﻬﻢ ﻓﻼدﻳﻤﻴﺮ ﻣﺎﺷﻜﻮف‪ ،‬وأوﻧﻴﻮرﻛﺎ ﺳﺘﺮﻳﺸﻞ‪ ،‬ﻳﻮﻟﻴﺎ‬ ‫ﺑﻴﺮﻳﺴﻴﻠﺪ‪ ،‬ﺳﻴﺮﻛﻲ ﻛﺎرﻣﺎش‪ ،‬أﻟﻴﻜﺴﻲ ﻛﻮرﺑﻮﻧﻮف‪ ،‬ﻓﻴﺎﺷﻴﺴﻼف‬ ‫ﻛﺮﻳﻜﻮﻧﻮف وأﻟﻜﺴﻨﺪر ﺑﺎﺷﻴﺮوف ) زﻳﻠﻜﻴﻦ(‪ ،‬ﻓﻼداس ﺑﺎﻛﺪوﻧﺎس‪.‬‬ ‫ﻃﺮﻳﻖ ﺷﻴﻤﻦ ﺭﻗﻢ ‪89‬‬

‫ﻓﻴﻠﻢ ﻟﻠﻤﺨﺮج ﻫﺎوﻟﻮن ﺷﻮ‪ ،‬ﻳﺤﻜﻲ ﻗﺼﺔ ﺷﻴﺎوﻟﻰ‪ ،‬اﻟﻤﺮاﻫﻖ اﻟﺬي‬ ‫ﻟﻢ ﻳﺘﺠﺎوز اﻟﺴﺎدﺳﺔ ﻋﺸﺮ ﻣﻦ ﻋﻤﺮه‪ ،‬ﻳﺘﺮﻋﺮع وﺳﻂ ﺟﻴﺮاﻧﻪ‬ ‫وﺑﺮﻋﺎﻳﺔ ﻣﻦ ﺟﺪه‪ .‬وﻟﺸﻴﺎوﻟﻲ ﺻﺪﻳﻘﺔ ﺗﺪﻋﻰ ﻻﻧﻤﻲ‪ ،‬وﻫﻲ ﻓﺘﺎة‬ ‫ﺗﻜﺒﺮه ﺳﻨﺎ‪ ،‬ﻟﻜﻦ ﻃﻤﻮﺣﻬﺎ ﺑﺪأ ﻳﺠﺬﺑﻬﺎ ﻧﺤﻮ ﻣﺎ ﺗﻮﻓﺮه ﻟﻬﺎ اﻟﺼﻴﻦ‬ ‫اﻟﺤﺪﻳﺜﺔ اﻟﻤﻨﻔﺘﺤﺔ ﻋﻠﻰ اﻗﺘﺼﺎد اﻟﺴﻮق ﻣﻦ ﻓﺮص‪.‬‬ ‫ﺑﺪأت ﻻﻧﻤﻲ ﺗﺒﺘﻌﺪ ﺗﺪرﻳﺠﻴﺎ ﻋﻦ ﺷﻴﺎوﻟﻰ‪ ،‬ﻓﻲ اﻟﻮﻗﺖ اﻟﺬي ﺑﺪأ‬ ‫ﻓﻴﻪ ﻫﺬا اﻷﺧﻴﺮ ﻳﺘﺨﻠﻲ ﻋﻦ أﺣﻼم ﻣﺮاﻫﻘﺘﻪ وﻳﺸﻌﺮ ﺑﺮﺟﻮﻟﺘﻪ‬ ‫ﺧﺎﺻﺔ ﻓﻲ ﺧﻀﻢ اﻷﺣﺪاث اﻟﺘﻲ ﻋﺮﻓﺘﻬﺎ ﺳﻨﺔ ‪.1989‬‬

‫ﻻ ﻳﺠﺐ اﻟﺘﻘﻠﻴﻞ ﻣﻦ ﻗﻴﻤﺔ ﻓﻴﻠﻢ اﻟﻤﺨﺮﺟﺔ اﻟﻨﻤﺴﺎوﻳﺔ اﻟﻤﻘﻴﻤﺔ‬ ‫ﻓﻲ أﻟﻤﺎﻧﻴﺎ ﻓﻴﻮ اﻻدج‪ ،‬ﻋﻠﻰ اﻟﻤﺴﺘﻮى اﻟﻔﻨﻲ‪ ،‬ﺑﺼﺮف اﻟﻨﻈﺮ ﻋﻦ‬ ‫ﺗﺤﻔﻆ ﺑﻌﺾ ﻣﻦ ﺷﺎﻫﺪوه ﻋﻠﻰ اﻟﺮؤى اﻹﻳﺪﻳﻮﻟﻮﺟﻴﺔ اﻟﻤﻄﺮوﺣﺔ‪،‬‬ ‫إذ ﻳﺘﺴﻢ ﺑﺪرﺟﺔ ﻋﺎﻟﻴﺔ ﻣﻦ اﻻﺣﺘﺮاﻓﻴﺔ‪ ،‬وﺗﺒﺪو ﺧﺒﺮات اﻟﻤﺨﺮﺟﺔ ﻛﺎﺭﻣﺎ‬ ‫اﻟﻤﺘﻌﺪدة ﺣﺎﺿﺮة ﺑﻘﻮة‪ ،‬ﻣﻦ ﺣﻴﺚ ﻛﻮﻧﻬﺎ ﻣﻤﺜﻠﺔ ﺳﺎﺑﻘﺔ‪ ،‬ودارﺳﺔ ﻓﻲ ﻫﺬا اﻟﻔﻴﻠﻢ اﻟﺴﻴﻨﻤﺎﺋﻲ‪ ،‬ﻳﺘﺮك اﻟﻤﺨﺮج ﺑﺮاﺳﺎﻧﺎ ﺟﺎﻳﺎﻛﻮدي‬ ‫ﻟﻌﻠﻢ اﻟﻨﻔﺲ واﻟﺼﺤﺎﻓﺔ‪ ،‬إذ ﻳﺘﺠﻠﻲ ﻛﻞ ﻫﺬا ﻓﻲ اﻻﺧﺘﻴﺎر اﻟﻤﻼﺋﻢ اﻟﻜﺎﻣﻴﺮا ﺗﻠﺘﻘﻂ اﻟﻤﺸﺎﻋﺮ اﻹﻧﺴﺎﻧﻴﺔ ﺗﺎرﻛﺔ ﻟﻠﻤﺸﺎﻫﺪ ﺗﻜﻮﻳﻦ رأﻳﻪ‬ ‫ﻟﻠﻤﻤﺜﻠﻴﻦ‪ ،‬ﻛﻞ ﻓﻲ ﻣﻜﺎﻧﻪ اﻟﺼﺤﻴﺢ‪ ،‬وﻓﻲ ﻗﺪرﺗﻬﺎ ﻋﻠﻰ إدارة اﻟﻤﻤﺜﻞ اﻟﺸﺨﺼﻲ‪ ،‬ﻣﻮﻇﻔﺎ ﻟﻬﺬا اﻟﻐﺮض ﻣﺸﺎﻫﺪ ﺑﺰواﻳﺎ ﻣﺨﺘﻠﻔﺔ‪ ،‬ﻛﺎن‬ ‫ﺑﺎﺳﺘﻴﻌﺎب وﺗﻤﻜﻦ‪ ،‬ﻋﻠﻰ ﻧﺤﻮ ﻳﺠﻌﻠﻬﺎ ﺗﺴﺘﺨﺮج أﻗﺼﻰ ﻃﺎﻗﺘﻪ ﺣﺮﻳﺼﺎ ﻋﻠﻰ ﻧﻘﻞ ﺗﻠﻚ اﻟﻤﺸﺎﻋﺮ اﻹﻧﺴﺎﻧﻴﺔ اﻟﺘﺎﺋﻬﺔ ﻓﻲ ﺗﻠﻚ اﻟﻬﻨﺪﺳﺔ‬ ‫اﻟﻤﻌﻤﺎرﻳﺔ اﻟﺮاﺋﻌﺔ‪ ،‬وﻓﻲ ﺗﻠﻚ اﻟﻔﻀﺎءات اﻟﻔﺎرﻏﺔ اﻟﻤﻮﺣﺸﺔ‪.‬‬ ‫اﻟﺘﻌﺒﻴﺮﻳﺔ‪ ،‬ﺑﻤﺎ ﻓﻲ ذﻟﻚ اﻟﻄﻔﻞ اﻟﺼﻐﻴﺮ‪.‬‬ ‫ﻓﻀﻼ ﻋﻦ ﺗﺮك ﻣﺴﺎﺣﺎت ﻟﻠﺼﻤﺖ‪ ،‬وﻣﻠﺌﻬﺎ ﺑﺎﻟﻤﻮﺳﻴﻘﻲ اﻟﻤﺸﺤﻮﻧﺔ ﻳﺤﻜﻲ اﻟﻔﻴﻠﻢ ﻗﺼﺔ ﺑﻴﺎل وﻫﻮ ﺷﺎب ﻓﻲ اﻟﺜﺎﻟﺜﺔ واﻟﻌﺸﺮﻳﻦ‪ ،‬ﻳﺸﻌﺮ‬ ‫ﺑﺎﻻﻧﻔ���ﺎﻻت اﻟﺘﻲ ﺗﺠﺴﺪ اﻟﺤﺎﻟﺔ اﻟﺪراﻣﻴﺔ‪ ،‬ﻟﺘﺤﺪث ﺣﺎﻟﺔ ﺗﻮاﺻﻞ ﺑﺎﻟﺬﻧﺐ ﺟﺮاء وﻓﺎة واﻟﺪﺗﻪ‪ ،‬ﻓﻴﻘﺮر ﺗﺮك ﺑﻴﺖ اﻟﻌﺎﺋﻠﺔ واﻟﺬﻫﺎب‬ ‫ﺑﻌﻴﺪا ﻟﻠﻌﻴﺶ ﻓﻲ ﺷﻘﺔ ﻗﺪﻳﻤﺔ ﺑﺎﻟﻤﺪﻳﻨﺔ‪ ،‬ﻳﺤﺎول اﻟﺘﺨﻠﺺ ﻣﻦ‬ ‫وﺗﻮﺣﺪ وﺟﺪاﻧﻲ ﺑﻴﻦ اﻟﻤﻤﺜﻞ واﻟﻤﺘﻔﺮج‪.‬‬

‫ﻗﺎرب اﻟﻔﻴﻠﻢ اﻹﻳﻄﺎﻟﻲ "ﺣﻴﺎة ﻫﺎدﺋﺔ"‪ ،‬ﻟﻮﺣﺔ ﻓﻨﻴﺔ ﻏﺎص ﻓﻴﻬﺎ‬ ‫اﻟﻤﺨﺮج ﻛﻼودﻳﻮ ﻛﻮﺑﻴﻠﻴﻨﻲ ﻋﻤﻴﻘﺎ ﻓﻲ ﻣﺸﺎﻋﺮ إﻧﺴﺎﻧﻴﺔ ﻳﺘﺪاﺧﻞ‬ ‫ﻓﻴﻬﺎ اﻟﺤﺐ واﻟﻐﻀﺐ‪ ،‬واﻟﺨﻮف واﻹﺣﺴﺎس ﺑﺎﻟﺬﻧﺐ‪.‬‬ ‫وﻋﺎﻟﺞ اﻟﻤﺨﺮج ﻫﺬه اﻟﻤﺸﺎﻋﺮ ﻣﻦ ﺧﻼل رﺻﺪه ﻟﻌﻼﻗﺔ ﺑﻴﻦ أب‬ ‫واﺑﻨﻪ ﺗﺘﻤﻴﺰ ﺑﺎﻟﺘﻌﻘﻴﺪ واﻟﺘﺪاﺧﻞ ﻓﻲ اﻷﺣﺎﺳﻴﺲ‪ ،‬ﻣﻘﺪﻣﺎ ﺑﺬﻟﻚ‬ ‫وﺻﻔﺎ ﻟﻌﻼﻗﺔ إﻧﺴﺎﻧﻴﺔ ﻏﻴﺮ ﻋﺎدﻳﺔ ﻳﻤﺘﺰج ﻓﻴﻬﺎ اﻟﺤﺐ واﻟﻐﻀﺐ ﻣﻦ‬ ‫ﺟﻬﺔ‪ ،‬واﻟﺨﻮف واﻹﺣﺴﺎس ﺑﺎﻟﺬﻧﺐ ﻣﻦ ﺟﻬﺔ أﺧﺮى‪.‬‬

‫ﺣﺎﻻت اﻟﺘﻮﺗﺮ اﻟﻤﺴﺘﻘﺮة ﻓﻲ ﻧﻔﺴﻴﺘﻪ ﻣﻦ ﺧﻼل إﻗﺎﻣﺔ ﻋﻼﻗﺔ ﻣﻊ‬ ‫ﺟﺎرﺗﻪ أﻣﺎﻧﺪا‪ ،‬وﺧﻼل ﻓﺘﺮة وﺟﻴﺰة‪ ،‬ﺑﺪأ ﺑﻴﺎل ﻳﺮى ﻓﻲ أﻣﺎﻧﺪا اﻟﻤﺮأة‬ ‫اﻟﺘﻲ ﻣﻦ ﺷﺄﻧﻬﺎ أن ﺗﻤﻸ ﺑﻮﺟﻮدﻫﺎ اﻟﻔﺮاغ اﻟﺬي ﻳﻌﺎﻧﻴﻪ‪.‬‬ ‫ﺭﻭﺯﺍ ﻣﻮﺭﻳﻨﺎ‬ ‫أول ﻓﻴﻠﻢ ﻟﻠﻤﺨﺮج اﻟﺒﺮازﻳﻠﻲ اﻟﻤﻘﻴﻢ ﻓﻲ اﻟﺪﻧﻤﺎرك ﻛﺎرﻟﻮس‬ ‫اوﻛﻮﺳﺘﻮ أﻟﻴﻔﻴﺮا‪ ،‬ﻳﺘﻄﺮق إﻟﻰ ﻗﻀﻴﺔ اﻟﺒﺤﺚ ﻋﻦ اﻟﺴﻌﺎدة وﻟﻮ ﻛﺎن‬ ‫ﻧﻬﺎﻳﺔ‬ ‫ﺗﺪور أﺣﺪاﺛﻪ ﻓﻲ ﻳﻮم واﺣﺪ‪ ،‬ﻋﻨﺪﻣﺎ ﻳﻀﺮب ﺛﻼﺛﺔ ﻣﺮاﻫﻘﻴﻦ ذﻟﻚ ﺧﺎرج اﻟﻘﻮاﻧﻴﻦ‪ ،‬وﻳﻀﻊ ﻗﻴﻢ اﻷﺳﺮة اﻟﻨﻮوﻳﺔ ﻣﻮﺿﻊ اﻟﺸﻚ‪.‬‬ ‫ﻳﺘﻌﺎرﻓﻮن ﻋﻦ ﻃﺮﻳﻖ ﺷﺒﻜﺔ اﻹﻧﺘﺮﻧﺖ ﻣﻮﻋﺪا ﻟﻠﻘﺎء‪ .‬ﻛﻞ ﺷﻲء وﺗﺤﻜﻲ ﻗﺼﺔ اﻟﻔﻴﻠﻢ ﻣﺴﺎر ﺣﻴﺎة ﻃﻮﻣﺎس اﻟﺬي ﻳﺸﺘﻐﻞ ﻣﻬﻨﺪﺳﺎ‬ ‫ﻳﻘﻊ ﻓﻲ ﻇﺮف اﺛﻨﺘﻲ ﻋﺸﺮة ﺳﺎﻋﺔ ﻳﺠﺪون أﻧﻔﺴﻬﻢ ﺧﻼﻟﻬﺎ ﻓﻲ وﻳﺴﻜﻨﻪ ﺣﻠﻢ أن ﻳﻜﻮن أﺑﺎ إﻟﻰ ﺣﺪ اﻟﻬﻮس‪ ،‬ﻓﻘﺪم ﻃﻠﺒﺎ ﻟﺘﺒﻨﻲ‬ ‫ﺣﺎﻟﺔ ﻣﻦ اﻟﺘﻮﺗﺮ اﻟﺸﺪﻳﺪ‪ ،‬وﺣﺪﻫﻢ ﻓﻲ اﻟﻌﺎﻟﻢ ﺣﻴﺚ ﻳﻄﺒﻖ ﺻﻤﺖ ﻃﻔﻞ ﻓﻲ اﻟﺪﻧﻤﺎرك ﻟﻜﻦ اﻟﻘﻮاﻧﻴﻦ ﻫﻨﺎك ﺗﻤﻨﻊ اﻟﺘﺒﻨﻲ ﻟﻜﻮﻧﻪ ﺷﺎذا‬ ‫ﺟﻨﺴﻴﺎ‪.‬‬ ‫ﻣﻄﻠﻖ وﻳﺘﺒﻊ ﻛﻞ ﻣﺴﺎره‪.‬‬ ‫اﻟﻔﻴﻠﻢ ﻣﻦ إﺧﺮاج ﻟﻮﻳﺲ ﺳﺎﻣﺒﻴﻴﺮي وﻫﻮ ﻧﻔﺴﻪ ﻣﻦ ﻛﺘﺐ‬ ‫ﺳﻴﻨﺎررﻳﻮ اﻟﻔﻴﻠﻢ‪ ،‬أﻣﺎ أدوار اﻟﺒﻄﻮﻟﺔ ﻓﺠﺴﺪﻫﺎ ﻛﻞ ﻣﻦ ﺳﻴﺮﺟﻲ ﺟﺎﻙ ﻳﻘﻮﺩ ﺍﻟﻘﺎﺭﺏ‬ ‫ﻛﺎن آﺧﺮ ﻓﻴﻠﻢ ﻳﻌﺮض ﺿﻤﻦ أﻓﻼم اﻟﻤﺴﺎﺑﻘﺔ اﻟﺮﺳﻤﻴﺔ ﻟﻠﻤﻬﺮﺟﺎن‪،‬‬ ‫ﺟﻴﺒﻴﺮ )إﻳﻜﻴﺮ(‪ ،‬راﻣﻴﺎ ﺷﺎوي )راﻣﻴﺎ(‪ ،‬اﻳﺮﻳﻦ ﻛﺎرﻳﺲ )آﻧﺎ(‪.‬‬ ‫وﻓﻴﻠﻢ "ﺟﺎك ﻳﻘﻮد اﻟﻘﺎرب" ﻟﻠﻤﺨﺮج اﻷﻣﺮﻳﻜﻲ ﻓﻴﻠﻴﺐ ﺳﻴﻤﻮر‬ ‫ﻫﻮﻓﻤﺎن‪ ،‬وﻫﻮ أول ﻋﻤﻞ ﺳﻴﻨﻤﺎﺋﻲ ﻟﻬﺬا اﻟﻤﺨﺮج‪ ،‬اﻟﺬي ﺳﺒﻖ ﻟﻪ‬ ‫ﺩﻭﻧﻮﺭ‬ ‫ﻓﻴﻠﻢ ﻟﻠﻤﺨﺮج ﻣﺎرك ﻣﻴﻠﻲ‪ ،‬ﻳﺪور اﻟﻔﻴﻠﻢ ﻓﻲ ﺷﻮارع ﻣﺎﻧﻴﻼ‪ ،‬ﺣﻴﺚ أن ﺣﺎز ﻋﻠﻰ اﻟﻌﺪﻳﺪ ﻣﻦ اﻟﺠﻮاﺋﺰ ﻛﻤﻤﺜﻞ‪ .‬وﻳﺤﻜﻲ ﻫﺬا اﻟﻔﻴﻠﻢ‪،‬‬ ‫ﺗﺒﻴﻊ ﻟﻴﺰﻳﺖ أﻗﺮاص "اﻟﺪي ﻓﻲ دي" اﻟﻤﻘﺮﺻﻨﺔ‪ ،‬وﺗﺴﻌﻰ ﻟﻠﺤﺼﻮل اﻟﺬي ﻳﺼﻨﻒ ﻓﻲ ﺧﺎﻧﺔ اﻟﺪراﻣﺎ اﻻﺟﺘﻤﺎﻋﻴﺔ‪ ،‬ﻋﻦ رﺟﻞ ﺑﺴﻴﻂ‬ ‫ﻋﻠﻰ ﻃﺮﻳﻘﺔ ﺟﺪﻳﺪة ﺗﻤﻜﻨﻬﺎ ﻣﻦ ﻛﺴﺐ ﻗﻮت ﻋﻴﺸﻬﺎ‪ ،‬ﺧﺎﺻﺔ ﻣﻊ ﻳﻌﻴﺶ ﺣﻴﺎة ﻫﺎدﺋﺔ ﻣﻊ زوﺟﺘﻪ وﺻﺪﻳﻘﻪ‪ ،‬ﻗﺒﻞ أن ﻳﺘﻌﺮف ﻋﻠﻰ‬ ‫ﺗﺰاﻳﺪ ﺣﺪة ﺣﻤﻼت اﻟﺸﺮﻃﺔ ﺿﺪ ﺗﺠﺎرﺗﻬﺎ‪ ،‬ﻟﻜﻦ دون ﺟﺪوى‪ .‬أﻣﺎم ﺷﺎﺑﺔ ﻫﺸﺔ وﻣﺘﻤﺮدة‪ ،‬ﺳﺘﻘﻠﺐ ﺣﻴﺎﺗﻪ رأﺳﺎ ﻋﻠﻰ ﻋﻘﺐ‪ ،‬ﻟﻴﻜﺘﺸﻒ‬ ‫ﻫﺬا اﻟﻮﺿﻊ‪ ،‬ﺗﻀﻄﺮ ﻣﺎﻧﻴﻼ ﻟﺒﻴﻊ إﺣﺪى ﻛﻠﻴﺘﻴﻬﺎ ﻓﻲ اﻟﺴﻮق اﻟﺴﻮداء ﻓﻲ اﻷﺧﻴﺮ أﻧﻪ ﻣﻐﺮم ﺑﻬﺎ‪.‬‬ ‫ﻣﻦ أﺟﻞ اﻟﺤﺼﻮل ﻋﻠﻰ ﻣﺎ ﻳﻜﻔﻴﻬﺎ ﻣﻦ ﻣﺎل‪ ،‬ﻳﻤﻜﻨﻬﺎ ﻣﻦ ﻣﻐﺎدرة‬ ‫ﻣﺬﻛﺮﺍﺕ ﻣﻴﻮﺯﻥ‬ ‫اﻟﺒﻼد واﻟﺮﺣﻴﻞ إﻟﻰ دﺑﻲ‪.‬‬ ‫اﺧﺘﺎر اﻟﻔﻴﻠﻢ ﻟﻤﺨﺮﺟﻪ ﺑﺎرك ﺟﻮﻧﻜﺒﻮم‪ ،‬ﻣﻌﺎﻟﺠﺔ ﻗﻀﻴﺔ ﻣﻦ أﺻﻌﺐ‬ ‫اﻟﻘﻀﺎﻳﺎ اﻟﺴﻴﺎﺳﻴﺔ واﻻﺟﺘﻤﺎﻋﻴﺔ‪ ،‬وﻫﻲ اﻟﻌﻼﻗﺔ اﻟﻤﺘﻮﺗﺮة ﺑﻴﻦ‬ ‫ﻣﺎ ﻭﺭﺍﺀ ﺍﻟﺴﻬﻮﺏ‬ ‫اﻋﺘﺒﺮه اﻟﺒﻌﺾ ﻓﻴﻠﻤﺎ ﻳﺴﺘﺤﻖ أن ﻳﺸﺎﻫﺪ ﻓﻲ إﻃﺎر اﻟﻤﺴﺎﺑﻘﺔ اﻟﻜﻮرﻳﺘﻴﻦ وﻣﻌﻀﻼت اﻟﻤﺠﺘﻤﻊ اﻟﻜﻮري ﻓﻲ ﻗﺎﻟﺐ ﺳﻴﻨﻤﺎﺋﻲ‬ ‫اﻟﺮﺳﻤﻴﺔ ﻟﻠﻤﻬﺮﺟﺎن اﻟﺪوﻟﻲ ﻟﻠﻔﻴﻠﻢ ﺑﻤﺮاﻛﺶ‪ ،‬ﻳﺤﻜﻲ ﻗﺼﺔ اﻣﺮأة ﺟﻤﻴﻞ‪.‬‬ ‫ﺗﻀﻄﺮ ﻟﻠﺴﻔﺮ إﻟﻰ أﺑﻌﺪ ﻧﻘﻄﺔ ﻓﻲ ﺳﻬﻮب آﺳﻴﺎ اﻟﻮﺳﻄﻰ‪ ،‬إﻻ أﻧﻪ وﻳﺤﻜﻲ اﻟﻔﻴﻠﻢ ﻋﻦ رﺟﻞ ﻣﻦ ﻛﻮرﻳﺎ اﻟﺸﻤﺎﻟﻴﺔ ﻳﺤﻤﻞ ﺑﻄﺎﻗﺔ‬ ‫ﻓﻲ ﺳﻨﺔ ‪ 1940‬ﺳﻴﺠﺮي ﺗﺮﺣﻴﻞ اﻟﺸﺎﺑﺔ اﻟﺒﻮﻟﻨﺪﻳﺔ ﻧﻴﻨﺎ رﻓﻘﺔ ﻃﻔﻠﻬﺎ ﺗﻌﺮﻳﻒ‪ ،‬ﺗﺪل ﻋﻠﻰ ﻣﺴﻘﻂ رأﺳﻪ‪ ،‬وﻳﺠﺪ ﺻﻌﻮﺑﺔ ﻓﻲ إﻳﺠﺎد ﺷﻐﻞ‬ ‫ﺑﻜﻮرﻳﺎاﻟﺠﻨﻮﺑﻴﺔ‪،‬‬ ‫إﻟﻰ أراﺿﻲ ﺳﻴﺒﻴﺮﻳﺎ‪ ،‬ﺣﻴﺚ ﺗﻀﻄﺮ ﻟﻠﻌﻤﻞ ﻓﻲ ﻇﺮوف ﺻﻌﺒﺔ‪.‬‬ ‫وﻳﺮى ﺑﻌﺾ اﻟﻤﺘﺘﺒﻌﻴﻦ ﻟﻠﺸﺄن اﻟﺴﻴﻨﻤﺎﺋﻲ أن "ﻣﺎ وراء اﻟﺴﻬﻮب" وﺣﻴﻦ ﺳﺌﻞ اﻟﻤﺨﺮج ﻋﻦ ﻓﻴﻠﻤﻪ ﻫﺬا أﺟﺎب "ﻟﻴﺲ ﻫﺬا ﻓﻴﻠﻤﺎ‬ ‫ﻳﺠﻤﻊ ﺑﻴﻦ اﻟﺪراﻣﺎ ﻓﻲ ﺳﺮد ﻗﺼﺔ ﻏﻴﺮ ﻋﺎﻃﻔﻴﺔ‪ ،‬وﺑﻴﻦ اﻟﺘﺼﻮﻳﺮ ﺣﻮل اﻟﻮﺣﺪة ﺑﻴﻦ اﻟﻜﻮرﻳﺘﻴﻦ‪ ،‬وﻻ ﻫﻮ ﻓﻴﻠﻢ ﺣﻮل اﻷﺣﺰاب‪ ،‬وإﻧﻤﺎ‬ ‫اﻟﺮاﺋﻊ ﻟﻤﻨﺎﻇﺮ ﺧﻼﺑﺔ ﺗﻌﻤﻞ ﻋﻠﻰ ﺟﺬب اﻟﺠﻤﻬﻮر ﻟﻤﺘﺎﺑﻌﺔ اﻟﻔﻴﻠﻢ ﻫﻮ ﻓﻴﻠﻢ ﺣﻮل اﻟﻨﻈﺎم اﻟﺮأﺳﻤﺎﻟﻲ واﻟﻤﺘﺎﻋﺐ‪ ،‬اﻟﺘﻲ ﻳﻮاﺟﻬﻬﺎ ﺑﻌﺾ‬ ‫اﻟﻨﺎس داﺧﻞ اﻟﻤﺠﺘﻤﻊ"‪.‬‬ ‫رﻏﻢ ﻣﺸﺎﻫﺪه اﻟﻜﺌﻴﺒﺔ‪.‬‬ ‫■ ﺍﻷﻭﻓﻴﺴﻴﺎﻝ‬


‫‪02‬‬

‫ﺍﻟﺴﺒﺖ ‪ 11‬ﺩﺟﻨﺒﺮ ‪2010‬‬

‫ﺍﻓﺘﺘﺎﺣﻴﺔ‬ ‫‪ ‬ﺍﻟﺒﺮﻧﺎﻣﺞ‬ ‫◄ ﻗﺼﺮ ﺍﻟﻤﺆﺗﻤﺮﺍﺕ‪ -‬ﻗﺎﻋﺔ ﺍﻟﻮﺯﺭﺍﺀ‬

‫ﺻﻮﺭ‬

‫ﻛﻞ ﺍﻟﺘﻈﺎﻫﺮﺍﺕ ﻭﺍﻟﻤﻬﺮﺟﺎﻧﺎﺕ ﺗﻨﺠﺢ ﺑﺎﻟﺠﻬﻮﺩ ﺍﻟﻤﺘﻀﺎﻓﺮﺓ‪ ،‬ﻭﺑﻌﺾ ﺍﻟﺠﻬﻮﺩ ﻭﺇﻥ ﺑﺪﺕ ﺑﺴﻴﻄﺔ‪ ،‬ﻓﻘﺪ ﻳﻜﻮﻥ ﻟﻬﺎ ﺃﺷﺪ ﺍﻷﺛﺮ ﻋﻠﻰ ﻧﺠﺎﺡ‬ ‫ﺃﻱ ﻣﺒﺎﺩﺭﺓ‪ .‬ﻭﻛﻤﺎ ﻟﻌﺎﻟﻢ ﺍﻟﺴﻴﻨﻤﺎ ﺟﻨﻮﺩ ﺧﻔﺎﺀ‪ ،‬ﻓﺎﻟﻤﻬﺮﺟﺎﻥ ﺍﻟﺪﻭﻟﻲ ﻟﻠﻔﻴﻠﻢ ﺑﻤﺮﺍﻛﺶ‪ ،‬ﺳﺎﻫﻢ ﻓﻲ ﻧﺠﺎﺣﻪ‪ ،‬ﺃﻳﻀﺎ‪ ،‬ﻋﻤﺎﻝ ﻭﻣﺴﺘﺨﺪﻣﻮﻥ‬ ‫ﻭﻣﻬﻨﻴﻮﻥ ﻭﺣﺮﻓﻴﻮﻥ‪ ،‬ﻭﻫﻢ ﺟﻨﻮﺩ ﺧﻔﺎﺀ ﻫﺬﺍ ﺍﻟﻌﺮﺱ ﺍﻟﺴﻴﻨﻤﺎﺋﻲ ﺍﻟﻌﺎﻟﻤﻲ‪ /‬ﻛﺮﻳﻢ ﻋﻠﻮﻱ‬

‫ﺍﻟﺴﺒﺖ ‪ 11‬ﺩﺟﻨﺒﺮ‬

‫• ‪ 00 : 17‬ﺩ ﺳﻴﺮﺍﻧﻮ ﺩﻭ ﺑﻴﺮﺟﻴﺮﺍ )ﺳﺎﻋﺘﻴﻦ‬ ‫ﻭ ‪ 15‬ﺩ( ﻥ‪.‬ﺃ ﻧﺒﻀﺔ ﻗﻠﺐ ﻟﻔﻴﻠﻢ ﻓﺮﻧﺴﻲ ﻣﻦ‬ ‫ﺳﻴﻜﻮﺭﻧﻲ ﻭﻳﻔﺮ‬ ‫• ‪ 00 : 18‬ﺩ ﺣﻔﻞ ﺗﺴﻠﻴﻢ ﺍﻟﺠﻮﺍﺋﺰ‬ ‫• ﻓﻲ ﻣﻜﺎﻥ ﻣﺎ )ﺳﺎﻋﺔ ﻭ ‪ 38‬ﺩ(‬

‫ﺍﻟﺤﻀﻮﺭ ﻓﻲ ﺣﺼﺔ ﺍﻟﻤﺴﺎﺀ ﺑﻘﺎﻋﺔ ﺍﻟﻮﺯﺭﺍﺀ ﺑﻘﺼﺮ ﺍﻟﻤﺆﺗﻤﺮﺍﺕ‬ ‫‪.‬ﻳﻜﻮﻥ ﺑﺎﻟﺪﻋﻮﺓ‬ ‫ﻛﻞ ﺍﻷﻓﻼﻡ ﺍﻟﻤﻘﺪﻣﺔ ﻓﻲ ﻗﺎﻋﺔ ﺍﻟﻮﺯﺭﺍﺀ ﺑﻘﺼﺮ ﺍﻟﻤﺆﺗﻤﺮﺍﺕ‬ ‫ﺗﻌﺮﺽ ﻓﻲ ﺻﻴﻐﺘﻬﺎ ﺍﻷﺻﻠﻴﺔ ﻣﻌﻨﻮﻧﺔ ﺑﺎﻟﻔﺮﻧﺴﻴﺔ‪ ،‬ﺍﻟﻌﺮﺑﻴﺔ‬ ‫‪.‬ﻭﺍﻹﻧﺠﻠﻴﺰﻳﺔ ﺇﻻ ﻓﻲ ﺣﺎﻟﺔ ﺍﻹﺷﺎﺭﺓ ﺇﻟﻰ ﺧﻼﻑ ﺫﻟﻚ‬ ‫‪ LTV - Paris‬ﺍﻟﻌﻨﻮﻧﺔ ﺍﻹﻟﻜﺘﺮﻭﻧﻴﺔ ﺗﻢ ﺇﻧﺠﺎﺯﻫﺎ ﻣﻦ ﻃﺮﻑ‬

‫◄ ﻗﺎﻋﺔ ﺍﻟﺴﻔﺮﺍﺀ‬ ‫ﺍﻟﺴﺒﺖ ‪ 11‬ﺩﺟﻨﺒﺮ‬

‫• ‪ 00 : 10‬ﺩ ﻛﻞ ﺻﺒﺎﺣﺎﺕ ﺍﻟﻌﺎﻟﻢ )ﺳﺎﻋﺔ ﻭ‪55‬‬ ‫ﺩ( ﺑﺎﻟﻮﺻﻒ ﺍﻟﺴﻤﻌﻲ ﻭ ﻥ‪ .‬ﺃ‬ ‫◄ ﺳﻴﻨﻤﺎ ﻛﻮﻟﻴﺰﻱ‬ ‫ﺍﻟﺴﺒﺖ ‪ 11‬ﺩﺟﻨﺒﺮ‬

‫• ‪ 00 : 11‬ﺩ ﻟﻮﻓﺖ )ﺳﺎﻋﺔ ﻭ ‪ 55‬ﺩ( ﻥ‪.‬ﺃ‪.‬ﻡ‪.‬ﻑ‬ ‫• ‪ 00 : 14‬ﺩ ﻟﻼ ﺣﺒﻲ )ﺳﺎﻋﺔ ﻭ‪ 35‬ﺩ( ﻥ‪ .‬ﺃ‪.‬ﻡ‪.‬ﻑ‬ ‫• ‪ 00 : 16‬ﺩ ﺟﺮﻳﻤﺔ )ﺳﺎﻋﺔ ﻭ ‪ 42‬ﺩ( ﻥ‪ .‬ﺃ‪.‬ﻡ‪.‬ﻑ‬ ‫• ‪ 00 : 18‬ﺩ ﺍﻟﺒﺤﺚ ﻋﻦ ﺯﻭﺝ ﺍﻣﺮﺃﺗﻲ )ﺳﺎﻋﺔ‬ ‫ﻭ‪ 28‬ﺩ( ﻥ‪ .‬ﺃ‪.‬ﻡ‪.‬ﻑ‬ ‫• ‪ 00 : 20‬ﺩ ﺟﺎﻙ ﻳﻘﻮﺩ ﺍﻟﻘﺎﺭﺏ )ﺳﺎﻋﺔ ﻭ ‪29‬‬ ‫ﺩ(‬ ‫• ‪ 00 : 22‬ﺩ ﻗﺼﻴﺪﺓ ﺷﻌﺮ )ﺳﺎﻋﺘﻴﻦ ﻭ‪ 19‬ﺩ(‬ ‫◄ ﺳﻴﻨﻤﺎ ﻣﻴﻜﺎﺭﺍﻣﺎ ‪-‬ﻗﺎﻋﺔ ﺭﻗﻢ ‪1‬‬ ‫ﺍﻟﺴﺒﺖ ‪ 11‬ﺩﺟﻨﺒﺮ‬

‫• ‪ 15 : 17‬ﺩ ﺣﻜﺎﻳﺔ ﻣﻦ ﺍﻟﺮﺑﻴﻊ )ﺳﺎﻋﺔ ﻭ ‪52‬‬ ‫ﺩ ( ﻥ‪ .‬ﺃ‬ ‫• ‪ 45 : 19‬ﺩ ﺍﻟﺤﻔﻞ )ﺳﺎﻋﺔ ﻭ ‪ 51‬ﺩ( ﻥ‪ .‬ﺃ‪.‬ﻡ‪.‬ﺇ‬ ‫• ‪ 15 : 22‬ﺩ ‪ OSS 117‬ﺭﻳﻮ ﻻ ﺗﺠﻴﺐ )ﺳﺎﻋﺔ ﻭ‬ ‫‪ 40‬ﺩ( ﻥ‪ .‬ﺃ‬ ‫◄ ﺳﻴﻨﻤﺎ ﻣﻴﻜﺎﺭﺍﻣﺎ ‪ -‬ﻗﺎﻋﺔ ﺭﻗﻢ ‪2‬‬ ‫ﺍﻟﺴﺒﺖ ‪ 11‬ﺩﺟﻨﺒﺮ‬

‫• ‪ 00 : 17‬ﺩ ﻣﺎ ﻳﻤﻜﻦ ﺇﻧﻘﺎﺫﻩ )ﺍﻟﺤﻴﺎﺓ( )ﺳﺎﻋﺔ‬ ‫ﻭ ‪ 27‬ﺩ( ﻥ‪ .‬ﺃ‬ ‫• ‪ 00 : 20‬ﺩ ﺍﻟﺤﻴﺎﺓ ﻧﻬﺮ ﻃﻮﻳﻞ ﻭﻫﺎﺩﺉ )ﺳﺎﻋﺔ‬ ‫ﻭ ‪ 30‬ﺩ( ﻥ‪ .‬ﺃ‪.‬ﻡ‪.‬ﺇ‬

‫اﻓﺘﺘﺎﺣﻴﺔ‬ ‫ﺳﻨﻠﺘﻘﻲ ﺑﻌﺪ ﻋﺎﻡ‬

‫ﻣﻮﻋﺪ‪ .‬اﻟﻴﻮم ﻳﺴﺪل اﻟﺴﺘﺎر ﻋﻠﻰ اﻟﺪورة اﻟﻌﺎﺷﺮة ﻟﻠﻤﻬﺮﺟﺎن‬ ‫اﻟﺪوﻟﻲ ﻟﻠﻔﻴﻠﻢ ﺑﻤﺮاﻛﺶ‪ ،‬دورة ﺗﺆرخ ﻟﻌﺸﺮﻳﺔ ﻛﺎﻧﺖ زاﺧﺮة‪ ،‬ﺗﻌﻜﺲ‬ ‫ﻏﻨﻰ ﺗﺠﺮﺑﺔ ﻫﺬه اﻟﺘﻈﺎﻫﺮة اﻟﺴﻴﻨﻤﺎﺋﻴﺔ‪ ،‬اﻟﺘﻲ ﺗﺤﻤﻞ ﻋﻤﻘﺎ ﻋﺎﻟﻤﻴﺎ‬ ‫ﺑﻜﻞ اﻟﻤﻌﺎﻳﻴﺮ‪.‬‬ ‫اﻟﻴﻮم ﺳﻴﺘﻮج اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن ﻓﻲ ﻋﺮﺳﻪ اﻟﺴﻨﻮي‪ ،‬اﻟﻤﺠﻬﻮدات اﻟﺠﺒﺎرة‬ ‫اﻟﺘﻲ ﺻﻨﻌﺖ دورﺗﻪ اﻟﻌﺎﺷﺮة‪ ،‬ﺑﺎﻹﻋﻼن ﻋﻦ اﻟﻔﺎﺋﺰ ﺑﺎﻟﻨﺠﻤﺔ اﻟﺬﻫﺒﻴﺔ‪،‬‬ ‫ﻓﻲ اﻟﻤﺴﺎﺑﻘﺔ اﻟﺮﺳﻤﻴﺔ ﻓﻲ ﺻﻨﻒ اﻟﻔﻴﻠﻢ اﻟﻄﻮﻳﻞ‪ ،‬اﻟﺘﻲ أرادﺗﻬﺎ‬ ‫ﻣﺆﺳﺴﺔ اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن أن ﺗﻜﻮن ﺑﻄﻌﻢ ﺷﺒﺎﺑﻲ‪.‬‬ ‫اﻟﻴﻮم ﺳﻨﻮدع ﺿﻴﻮﻓﻨﺎ ﻣﻦ ﻛﺒﺎر اﻟﻨﺠﻮم وﺟﻬﺎﺑﺪة ﻓﻦ اﻟﺘﻤﺜﻴﻞ‪ ،‬ﺳﻨﻮدع‬ ‫ﻛﻞ ﺿﻴﻮف اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن‪ ،‬وﻧﻀﺮب ﻣﻌﻬﻢ ﻣﻮﻋﺪا ﺟﺪﻳﺪا‪ ،‬ﻣﻮﻋﺪا ﺑﻄﻌﻢ‬ ‫اﻟﺘﻔﺎؤل ﺑﺄن دورات اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن اﻟﻘﺎدﻣﺔ ﺳﺘﻜﻮن أﻋﻈﻢ‪ ،‬وﻳﻨﻌﺶ ﻫﺬا‬ ‫اﻟﺘﻔﺎؤل ﻓﻴﻨﺎ ﻛﻞ اﻻﻧﺠﺎزات اﻟﺘﻲ ﺗﺤﻘﻘﺖ ﺧﻼل ﻋﺸﺮﻳﺔ ﻣﻦ ﻋﻤﺮ‬ ‫اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن‪ ،‬وﻳﺰﻳﺪ ﺗﻔﺎؤﻟﻨﺎ اﻧﺘﻌﺎﺷﺎ ﻧﺠﺎح اﻟﺪورة اﻟﻌﺎﺷﺮة‪ ،‬واﻟﺼﺪى‬ ‫اﻟﺬي ﺧﻠﻔﺘﻪ‪ ،‬واﻹﻋﺠﺎب اﻟﺬي أﺛﺎرﺗﻪ‪.‬‬ ‫ﺑﻌﺪ ﻋﺎم ﺳﻴﻌﺎود اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن اﻟﻠﻘﺎء ﻣﻊ ﻧﺠﻮم اﻟﺸﺎﺷﺔ اﻟﻔﻀﻴﺔ‪ ،‬وﻣﻊ‬ ‫ﺿﻴﻮﻓﻪ‪ ،‬وﺳﺘﻔﺘﺢ ﻣﺮاﻛﺶ اﻟﺤﻤﺮاء‪ ،‬ﻟﻠﻤﺮة اﻟﺤﺎدﻳﺔ ﻋﺸﺮة‪ ،‬ذراﻋﻴﻬﺎ‬

‫ﺟﻨــــﻮﺩ ﺍﻟﺨﻔﺎﺀ‬ ‫ﻟﺘﺤﻀﻨﻬﻢ ﻃﻴﻠﺔ ﻣﺪة اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن‪ ،‬ﻣﻮﻓﺮة ﻟﻬﻢ اﻟﺪفء واﻟﻬﻨﺎء ﺑﺠﻮﻫﺎ‬ ‫وأﺟﻮاﺋﻬﺎ اﻟﺴﺎﺣﺮة‪.‬‬ ‫ﻧﻌﻢ ﺳﻨﻠﺘﻘﻲ ﺑﻌﺪ ﻋﺎم‪ ،‬وﺳﻨﺄﺗﻲ ﺑﺄﻓﻜﺎر ﺟﺪﻳﺪة ﺧﻼﻗﺔ ﻣﺒﺪﻋﺔ‬ ‫ﻣﺮة أﺧﺮى‪ ،‬ﺳﻨﻠﺘﻘﻲ ﻓﻲ دورة ﻗﺎدﻣﺔ ﻧﺒﺮز ﻣﻦ ﺧﻼﻟﻬﺎ أن ﻓﻠﺴﻔﺔ‬ ‫اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن ﺗﺘﺒﻠﻮر ﺑﺎﺳﺘﻤﺮار‪ ،‬وﺗﺄﺧﺬ أﺑﻌﺎدا ﻣﺘﺠﺪدة وﻣﺠﺪدة ﻋﻠﻰ‬ ‫اﻟﺪوام‪.‬‬ ‫ﺑﻌﺪ ﻋﺎم ﺳﺘﻜﻮن ﻣﺪﻳﻨﺔ ﻣﺮاﻛﺶ ﻋﻠﻰ أﻫﺒﺔ‪ ،‬ﻣﻦ أﺟﻞ اﺳﺘﻘﺒﺎل‬ ‫ﺿﻴﻮﻓﻬﺎ ﻣﻦ ﻋﺎﻟﻢ اﻟﻔﻦ اﻟﺴﺎﺑﻊ‪ ،‬وﺳﻨﺴﺘﻘﺒﻠﻬﻢ ﻣﺴﺘﺸﺮﻓﻴﻦ اﻵﻓﺎق‬ ‫اﻟﺮﺣﺒﺔ‪ ،‬اﻟﻤﻔﺘﻮﺣﺔ ﻋﻠﻰ ﻣﺴﺘﻘﺒﻞ ﺳﻴﺤﻔﻞ ﺑﺎﻹﻧﺠﺎزات واﻟﺘﺮاﻛﻤﺎت‪،‬‬ ‫ﻟﻨﻌﻠﻦ ﻟﻠﻌﺎﻟﻢ أن ﻣﻬﺮﺟﺎن ﻣﺮاﻛﺶ ﺻﺎر ﻣﻦ ﺣﺠﻢ اﻟﻤﻬﺮﺟﺎﻧﺎت‬ ‫اﻟﺪوﻟﻴﺔ اﻟﻜﺒﺮى‪ ،‬وﻟﻨﺮﺳﺦ ﻓﻲ اﻷذﻫﺎن أن ﻟﻬﺬه اﻟﺘﻈﺎﻫﺮة ﺧﻄﺎ‬ ‫ﺗﺼﺎﻋﺪﻳﺎ‪ ،‬وأﻧﻬﺎ ﺗﻨﺴﺠﻢ‪ ،‬وﺗﺨﻀﻊ ﻟﻘﺎﻧﻮن اﻟ���ﻄﻮر ﺑﺈرادة‪.‬‬ ‫اﻟﻴﻮم ﺳﺘﻔﺘﺢ ﻣﺆﺳﺴﺔ اﻟﻤﻬﺮﺟﺎن اﻟﺪوﻟﻲ ﻟﻠﻔﻴﻠﻢ ﺑﻤﺮاﻛﺶ أﺟﻨﺪﺗﻬﺎ‬ ‫ﻟﺘﻀﻊ ﺑﺮﻧﺎﻣﺞ دورة ﻣﻘﺒﻠﺔ واﻋﺪة‪ ،‬اﻟﻴﻮم ﺳﺘﺨﺘﺘﻢ دورة ﻟﻴﻨﻄﻠﻖ‬ ‫اﻟﺘﻬﻴﻲء واﻻﺳﺘﻌﺪاد ﻟﺪورة ﻗﺎدﻣﺔ ﺳﺘﻜﻮن‪ ،‬ﻻ ﺷﻚ ﻣﺤﻤﻠﺔ ﺑﺄﻓﻜﺎر‬ ‫ﻧﻴﺮة وﺧﻼﻗﺔ ﻛﻤﺎ ﻋﻮدﺗﻨﺎ ﻋﻠﻰ ذﻟﻚ اﻟﻤﺆﺳﺴﺔ‪.‬‬ ‫ﺳﻨﻠﺘﻘﻲ‪ ،‬ﻫﺎ ﻫﻨﺎ ﻓﻲ ﻣﺮاﻛﺶ‪ ،‬ﻓﻲ ﻋﺮس ﺳﻴﻨﻤﺎﺋﻲ آﺧﺮ‪ ،‬ﻟﻨﻌﻠﻦ ”ﻣﻦ‬ ‫ﻳﺤﺐ اﻟﺴﻴﻨﻤﺎ ﻋﻠﻴﻪ أن ﻳﺬﻫﺐ إﻟﻰ ﻣﺮاﻛﺶ“‪ ،‬ﺣﻴﺚ ﺳﻨﻠﺘﻘﻲ ﺑﻌﺪ‬ ‫ﻋﺎم‪.‬‬ ‫■ ﺍﻷﻭﻓﻴﺴﻴﺎﻝ‬


‫ﺍﻟﻤﻬــــــــــــﺮﺟﺎﻥ ﺍﻟــــﺪﻭﻟـــــﻲ ﻟﻠــــﻔــــﻴـــــــــﻠﻢ ﺑﻤـــــــــــــــﺮﺍﻛﺶ‬ ‫ﺍﻟﺠﺮﻳﺪﺓ ﺍﻟﺮﺳﻤﻴﺔ ﻟﻠﻤﻬﺮﺟﺎﻥ ﺍﻟﺪﻭﻟﻲ ﻟﻠﻔﻴﻠﻢ ﺑﻤﺮﺍﻛﺶ • ﺍﻟﺴﺒﺖ ‪ 11‬ﺩﺟﻨﺒﺮ ‪ • 2010‬ﺍﻟﻌﺪﺩ ﺭﻗﻢ ‪09‬‬

‫ﻣﺤﻤﺪ ﺇﺳﻤﺎﻋﻴﻞ‪ :‬ﺍﻟﺼﻨﺎﻋﺔ ﺍﻟﺴﻴﻨﻤﺎﺋﻴﺔ ﻣﻮﺟﻮﺩﺓ ﻭﺍﻟﺨﻠﻞ ﻳﺘﺠﻠﻰ ﻓﻘﻂ ﳲ ﺇﻳﺮﺍﺩﺍﺕ ﺍﻟﺸﺒﺎﻙ‬ ‫ﻣﻠﻒ ‪ .‬ﻣﺮﺍﻛﺶ ﺍﻟﻮﺟﻬﺔ ﺍﻟﺴﻴﺎﺣﻴﺔ ﺍﻷﻭﻟﻰ‬ ‫ﻓﻲ ﺇﻓﺮﻳﻘﻴﺎ‬ ‫< ﺹ‪08-09/‬‬

‫ﻋﻴﻦ ﻋﻠﻰ ﺍﻟﻤﻬﺮﺟﺎﻥ‬

‫ﺹ‪06/‬‬

‫ﺭﻭﺑﺮﺗﺎﺝ‪ .‬ﺟﺎﻣﻊ ﺍﻟﻔﻨﺎ ﻳﺘﺤﻮﻝ ﺇﻟﻰ ﺷﺎﺷﺔ‬ ‫ﻛﺒﻴﺮﺓ ﻓﻲ ﺍﻟﻬﻮﺍﺀ ﺍﻟﻄﻠﻖ‬ ‫< ﺹ‪05/‬‬

‫ﺹ‪04/‬‬

‫ﺳﻤﺮ ﻓﻨﻲ ﺃﺣﻴﺎﻩ ﺍﻟﻤﻜﻔﻮﻓﻴﻦ ﻋﻠﻰ‬ ‫ﻫﺎﻣﺶ ﻓﻌﺎﻟﻴﺎﺕ ﺍﻟﻤﻬﺮﺟﺎﻥ ﺍﻟﺪﻭﻟﻲ‬ ‫ﻟﻠﻔﻴﻠﻢﺑﻤﺮﺍﻛﺶ‬

‫ﻧﻮﺭ ﺍﻟﺪﻳﻦ ﺍﻟﺼﺎﻳﻞ ﻳﺮﺑﻂ ﺍﻟﺘﻘﺪﻡ ﻓﻲ‬ ‫ﻣﺠﺎﻝ ﺍﻟﺴﻴﻨﻤﺎ ﺑﻤﺸﺎﻫﺪﺓ ﺍﻷﻓﻼﻡ‬ ‫ﻭﺍﻟﻘﺮﺍﺀﺓ‬

‫ﻋﺪﺳﺔ ﺍﻷﻭﻓﻴﺴﻴﺎﻝ ﺹ‪14/15‬‬

‫ﺭﻭﺑﻮﺭﺗﺎﺝ ﻣﺼﻮﺭ ﻷﺟﻮﺍﺀ ﺍﻟﻴﻮﻡ ﺍﻟﺜﺎﻣﻦ‬ ‫ﻟﻠﻤﻬﺮﺟﺎﻥ‬

‫‪Quotidien des actifs urbains‬‬ ‫‪L'Officiel du FIFM est édité et distribué par‬‬ ‫‪devocean S.A, société éditrice du quotidien‬‬ ‫‪aufait.‬‬ ‫‪Certifiée ISO 9001‬‬ ‫‪v. 2008‬‬

‫‪DIRECTEUR DE PUBLICATION: REDA SEDRATI / DEPOT LEGAL 65-06 / EDITION SPÉCIALE FIFM ÉDITÉE PAR AUFAIT‬‬

‫ﺳﺎﻋﺔ‬ ‫ﺍﻟﺤﺴﻢ ﺩﻗﺖ‬ ‫ﻟﺠﻨﺔ ﺗﺤﻜﻴﻢ ﺍﳴﻬﺮﺟﺎﻥ ﺍﻟﺪﻭﻟﻲ‬ ‫ﻟﻠﻔﻴﻠﻢ ﺑﻤﺮﺍﻛﺶ ﺗﺤﺴﻢ ﺍﻟﻴﻮﻡ ﳲ‬ ‫ﻣﺼﺮﻴ ‪ 15‬ﻓﻴﻠﻤﺎ ﺹ‪03/‬‬


FIFIM 2010 N° 09